Erfreu Dich an Millionen von E-Books, Hörbüchern, Magazinen und mehr

Nur $11.99/Monat nach der Testversion. Jederzeit kündbar.

Esprits ancestraux

Esprits ancestraux

Vorschau lesen

Esprits ancestraux

Länge:
115 Seiten
1 Stunde
Herausgeber:
Freigegeben:
30. März 2021
ISBN:
9781393029397
Format:
Buch

Beschreibung

Esprits ancestraux

par Alfred Bekker

 

.

 

Des choses étranges et inexplicables se produisent dans la vie d'une jeune avocate au Canada depuis qu'elle a commencé à défendre un chaman indien accusé du meurtre d'un homme d'affaires et dont l'hôtel et le terrain de golf ont été construits sur le site d'un ancien culte indien. Est-elle traquée par des esprits ancestraux amérindiens vengeurs ou est-elle plutôt la victime d'une perfide conspiration ? Il y a bientôt d'autres victimes...

Herausgeber:
Freigegeben:
30. März 2021
ISBN:
9781393029397
Format:
Buch

Über den Autor

Alfred Bekker wurde am 27.9.1964 in Borghorst (heute Steinfurt) geboren und wuchs in den münsterländischen Gemeinden Ladbergen und Lengerich auf. 1984 machte er Abitur, leistete danach Zivildienst auf der Pflegestation eines Altenheims und studierte an der Universität Osnabrück für das Lehramt an Grund- und Hauptschulen. Insgesamt 13 Jahre war er danach im Schuldienst tätig, bevor er sich ausschließlich der Schriftstellerei widmete. Schon als Student veröffentlichte Bekker zahlreiche Romane und Kurzgeschichten. Er war Mitautor zugkräftiger Romanserien wie Kommissar X, Jerry Cotton, Rhen Dhark, Bad Earth und Sternenfaust und schrieb eine Reihe von Kriminalromanen. Angeregt durch seine Tätigkeit als Lehrer wandte er sich schließlich auch dem Kinder- und Jugendbuch zu, wo er Buchserien wie 'Tatort Mittelalter', 'Da Vincis Fälle', 'Elbenkinder' und 'Die wilden Orks' entwickelte. Seine Fantasy-Romane um 'Das Reich der Elben', die 'DrachenErde-Saga' und die 'Gorian'-Trilogie machten ihn einem großen Publikum bekannt. Darüber hinaus schreibt er weiterhin Krimis und gemeinsam mit seiner Frau unter dem Pseudonym Conny Walden historische Romane. Einige Gruselromane für Teenager verfasste er unter dem Namen John Devlin. Für Krimis verwendete er auch das Pseudonym Neal Chadwick. Seine Romane erschienen u.a. bei Blanvalet, BVK, Goldmann, Lyx, Schneiderbuch, Arena, dtv, Ueberreuter und Bastei Lübbe und wurden in zahlreiche Sprachen übersetzt.


Ähnlich wie Esprits ancestraux

Mehr lesen von Alfred Bekker

Verwandte Kategorien

Buchvorschau

Esprits ancestraux - Alfred Bekker

Esprits ancestraux

par Alfred Bekker

.

Des choses étranges et inexplicables se produisent dans la vie d'une jeune avocate au Canada depuis qu'elle a commencé à défendre un chaman indien accusé du meurtre d'un homme d'affaires et dont l'hôtel et le terrain de golf ont été construits sur le site d'un ancien culte indien. Est-elle traquée par des esprits ancestraux amérindiens vengeurs ou est-elle plutôt la victime d'une perfide conspiration ? Il y a bientôt d'autres victimes...

Copyright

Un livre de CassiopeiaPress : CASSIOPEIAPRESS, UKSAK E-Books et BEKKERpublishing sont des marques déposées d'Alfred Bekker.

© par l'auteur / COVER STEVE MAYER

© de ce numéro 2021 par AlfredBekker/CassiopeiaPress, Lengerich/Westfalen

www.AlfredBekker.de

postmaster@alfredbekker.de

1

Regarde là-bas, Doug ! La silhouette ! s'exclame la jolie femme d'âge mûr. Ses yeux étaient grands ouverts. Elle s'est mordue la lèvre involontairement et a dégluti.

Doug McAllister, un homme d'une cinquantaine d'années aux cheveux grisonnants, fronce les sourcils. Dans une main, il tenait un verre tandis que son regard passait par les grandes fenêtres si caractéristiques de l'hôtel Victory. De ses yeux, il scrutait les collines ondulantes du gigantesque terrain de golf qui s'étendait autour du complexe hôtelier tout aussi démesuré.

Où, Clarissa ? demande McAllister avec impatience.

Là ! Clarissa McAllister, sa femme, tend l'un de ses bras minces, tandis que McAllister fixe l'horizon d'un air incrédule, puis met le verre de côté. Il s'est approché un peu plus près de la fenêtre.

Mon Dieu, a-t-il chuchoté. Ça ne peut pas arriver...

McAllister a dégluti.

Sur l'une des collines, on pouvait voir une étrange silhouette. De loin, il ressemblait à un croisement bizarre entre un bison et un humain. Au début, cette figure a semblé à McAllister être un démon en chair et en os issu du monde des esprits des chamans indiens.

Mais bien sûr, il savait que ce n'était pas possible. Il a rétréci ses yeux.

Il s'agissait d'un homme à moitié nu dont le dos était recouvert d'une peau de bison et sur la tête duquel le crâne évidé était inscrit comme une couronne - avec les cornes incurvées.

Et la figure a dansé dans un rythme étrange et trépidant.

C'est encore ce fou ! gronde McAllister.

Dois-je appeler la police ? s'enquiert Clarissa, dont les traits trahissent l'inquiétude.

Tu fais ça. Mais elle arrivera trop tard de toute façon. Rassemblez tous les détectives de l'hôtel qui sont disponibles en ce moment !

Bien !

À ce moment-là, un homme indéfini au crâne à moitié chauve est entré dans la pièce. Il était trapu et pâle. M. McAllister, je dois vous parler d'urgence, a-t-il expliqué quelque peu timidement.

Pas maintenant, M. Baring ! siffle McAllister.

Mais...

Baring s'est interrompu brusquement lorsque McAllister a tourné son visage vers lui et qu'il a vu l'expression sur le visage de l'autre.

Baring a dégluti.

Et puis McAllister est sorti en trombe, par la porte vitrée coulissante, à l'air libre.

L'air était moite et oppressant. McAllister a ouvert le col de sa chemise et desserré sa cravate. Il respirait lourdement.

Alors qu'il regardait l'étrange silhouette danser sur la colline, il avait l'impression qu'une force inconnue étranglait son air.

McAllister a serré les poings involontairement. La colère montait en lui. Une rage débridée mélangée à une peur sans nom. Puis il a jeté un coup d'œil aux voiturettes électriques dans lesquelles les golfeurs se déplaçaient. McAllister a pris une décision. Il est monté dans une de ces voitures électriques et s'est dirigé tout droit vers l'homme qui danse dans la peau de bison. La journée avait été chaude. La sueur perlait sur le front de McAllister, mais au loin, les nuages s'étaient amoncelés en d'énormes tours qui se dressaient de façon menaçante au-dessus de la terre. Il allait y avoir une tempête.

Déjà les premiers vents frais soufflaient sur les collines.

M. McAllister, attendez ! Quelqu'un a appelé après lui. Attendez les inspecteurs, ils vont jeter ce type dehors.

Mais McAllister n'a pas écouté.

Il a continué à rouler.

Son regard était fixé sur elle. L'étrange danseur, pendant ce temps, avait attiré l'attention de McAllister. Il a regardé l'arrivée du haut de son monticule. McAllister le connaissait, pas de nom, mais l'avait rencontré une fois auparavant.

L'étrange Indien l'avait déjà attaqué plusieurs fois, essayant de l'effrayer et de l'intimider.

Finalement, McAllister avait atteint la colline. Il a sauté de la voiture électrique et s'est dirigé vers la danseuse.

Qu'est-ce que tu fais ici, a-t-il grondé. Comment oses-tu te montrer ici ?

L'homme était grand, environ une tête de plus que McAllister, et il n'était déjà pas un homme de petite taille.

Sa peau était bronze, ses yeux sombres et calmes.

Son regard s'est posé sur McAllister.

Vous êtes sur un sol étranger ici, monsieur, a déclaré McAllister. Mais cela n'a pas du tout impressionné le danseur.

Il est resté là, presque figé dans un pilier de sel, à regarder McAllister. Puis il a dit, lentement, d'une voix sombre : Tu es maudit, Doug McAllister.

C'est quoi cette absurdité, a crié McAllister. Allez au diable !

L'Indien s'est mis à chanter. Il a arraché une pochette de son cou et l'a tendue dans la direction de Doug McAllister.

Arrêtez, arrêtez déjà.

L'Indien s'est tu. Ses yeux sombres ont scruté McAllister. Puis son regard s'est égaré sur la gauche. Les détectives de l'hôtel s'approchaient, trois hommes costauds en costume gris. A une certaine distance, Clarissa a suivi.

C'est encore ce fonctionnaire indien fou, opine l'un des détectives. Je pense qu'il est inoffensif.

Si vous ne vous trompez pas, a grogné McAllister. Il s'est approché un peu plus de l'Indien.

Vous êtes maudits, répéta l'Indien, sa menace sinistre. Sa voix était sombre, et la terrible certitude qui en émanait faisait involontairement frissonner McAllister.

Vous essayez de me menacer, a crié McAllister.

Je ne suis pas menaçant, a dit l'Indien. Je vous préviens juste de ce qui va se passer.

Et qu'est-ce que ce serait ?

La mort est certaine pour vous. Mais pas seulement. Votre esprit errera sans repos sur ces collines, comme les esprits de nos ancêtres qui reposent sous cette terre profanée par des hommes comme vous.

Sur ce, l'Indien s'est retourné et s'est éloigné.

McAllister se tourne vers les détectives de l'hôtel à l'air quelque peu perplexe.

Qu'est-ce qu'il y a ? Tu ne vas rien faire ?

Que devons-nous faire ?, dit l'un d'eux, Nous connaissons son nom et son adresse, et nous l'avons déjà couvert de dizaines d'avis.

À ce moment-là, David Three Hands, l'homme à la peau de bison, s'est retourné et a crié : Tu es aussi bon que mort, McAllister !

2

Madeleine Dubois était une jeune avocate qui avait passé tous ses examens avec distinction. Elle était brune et avait les cheveux longs comme les

Sie haben das Ende dieser Vorschau erreicht. Registrieren Sie sich, um mehr zu lesen!
Seite 1 von 1

Rezensionen

Was die anderen über Esprits ancestraux denken

0
0 Bewertungen / 0 Rezensionen
Wie hat es Ihnen gefallen?
Bewertung: 0 von 5 Sternen

Leser-Rezensionen