Sie sind auf Seite 1von 85

41315 COUVERTURE 2008:COUVERTURE 11/03/08 10:17 Page 1

Vos obligations réglementaires


8e édition 2006

Avec qui 200000 entreprises et collectivités


ont choisi de maîtriser leurs risques ?
Vos obligations P DF

réglementaires IN
C LUS

Le métier d’Apave c’est l’ingénierie des risques, avec une offre complète de prestations techni ques et intellectuelles : conseil,bâtiment, 10e édition 2008
essais-mesures, formation, inspection. Toutes visent à optimiser la performance des organi sations et à augmenterla sécurité des hommes
et des biens. 200 000 clients font appel à Apave pour réduire leurs risques. C’est une missionde confiance que les 8 000 professionnels de
la maîtrise des risques dont 6 000 ingénieurs et techniciens ont la fierté, chaquejour, de mener à bien à partir de 130 agences,
33 laboratoires et centres d’essais et 128 sites de formation. www.apave.com
Photo : © Grzegorz Kwolek. Réf. D340 - Prix TTC : 49 euros

APAVE Groupe APAVE Alsacienne Centre Technique APAVE Parisienne APAVE Sudeurope et son Centre Technique
191, rue de Vaugirard et son Centre Technique APAVE Nord-Ouest 13-17, rue Salneuve ZI avenue Gay Lussac - BP 3 8, rue Jean-Jacques Vernazza
75738 Paris Cedex 15 2, rue Thiers - BP 1347 51, avenue de l’Architecte 75854 Paris Cedex 17 33370 Artigues-Près-Bordeaux ZAC Saumaty-Séon - BP 193
Tél. : +33 1 45 66 99 44 68056 Mulhouse Cedex Cordonnier - BP 247 Tél. : 01 40 54 58 00 Tél. : 05 56 77 27 27 13322 Marseille Cedex 16
Fax : +33 1 45 67 90 47 Tél. : 03 89 46 43 11 59019 Lille Cedex Fax : 01 40 54 58 88 Fax : 05 56 77 27 00 Tél. : 04 96 15 22 60
Fax : 03 89 66 31 76 Tél. : 03 20 42 76 42 Fax : 04 96 15 22 61
Fax : 03 20 40 20 26
Vos obligations
réglementaires
10e édition 2008

Inspection
Bâtiment
Conseil
Formation
Sommaire
Inspection
Installations électriques
1 Vérifications réglementaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 8
2 Surveillance des installations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 10
3 Dossier de sécurité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 11
4 Mise en exploitation d’un bâtiment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 12
5 Vérifications sauvegarde des biens (Q 18) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 12
6 Vérifications sur mise en demeure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 12

Rayonnements
1 Rayonnements ionisants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 13
2 Rayonnements non ionisants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 14
3 Radio-téléphonie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 14

Protection contre la foudre


1 Installations extérieures de protection contre la foudre (IEPF) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 15
2 Installations intérieures de protection contre la foudre (IIPF) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 15

Énergie thermique
1 Installations soumises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 16
2 Contrôles périodiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 16
3 Contenu des contrôles périodiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 16

Installations classées pour la protection de l’environnement


1 Contrôle des tours aéroréfrigérantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 17
2 Installations soumises à déclaration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 17

Appareils à pression
1 Principales évolutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 20
2 Dispositions concernant les équipements neufs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 21
3 Dispositions générales concernant l’exploitation des équipements sous pression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 22
4 Canalisations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 25
5 Installations de gaz combustibles dans les immeubles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 28
6 Exploitation des générateurs sans présence humaine permanente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 29

Transport des marchandises dangereuses


1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 30
2 Rappel des principales réglementations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 30
3 Vérifications périodiques réglementaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 30
4 Transport des marchandises dangereuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 32

Machines
1 Vérifications générales périodiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 33
2 Vérifications lors de la remise en service des équipements de travail utilisés
pendant la durée de campagnes saisonnières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 34
3 Vérification des meules et machines à meuler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 34
4 Vérification des pistolets de scellement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 34
5 Vérification des cabines de peinture et de séchage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 34
6 Vérification après démontage des protecteurs et dispositifs de protection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 34
7 Vérification de l’état de conformité des machines neuves . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 35
8 Vérification de l’état de conformité des machines d’occasion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 35
9 Vérification de mise en conformité des machines fixes et mobiles en service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 35

vos 3 bligations réglementaires


Appareils et accessoires de levage
Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 36
1 Vérifications avant mise en service des appareils de levage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 37
2 Vérifications avant mise en service des accessoires de levage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 38
3 Vérifications générales périodiques des appareils de levage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 39
4 Vérifications générales périodiques des accessoires de levage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 40
5 Vérifications lors de la remise en service des appareils de levage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 40
6 Vérifications de l’état de conformité des appareils et accessoires de levage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 42
7 Vérifications de l’état de conformité des appareils et accessoires de levage d’occasion . . . . . . . . . . . . . . page 43
8 Installations de manutention continue en service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 43
9 Obligation générale de sécurité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 43
10 Dispositions complémentaires réglementant l’utilisation d’appareils
et d’engins de chantier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 43
11 Mise en conformité des appareils de levage en service (autres que ceux marqués CE) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 44
12 Industries extractives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 44

Échafaudages
1 Vérifications avant mise ou remise en service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 45
2 Vérification journalière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 45
3 Vérification trimestrielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 45

Transports mécaniques
ASCENSEURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 46
ASCENSEURS OU MONTE-CHARGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 47
1 Établissements soumis au Code du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 47
2 Bâtiments d’habitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 47
3 Établissements recevant du public du 1er groupe (1er, 2ème, 3ème et 4ème catégories) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 47
4 Établissements recevant du public du 2ème groupe (5ème catégorie) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 47
5 Immeubles de grande hauteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 48
6 Ascenseurs de chantier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 48
7 Plates-formes élévatrices destinées au transport des personnes à mobilité réduite . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 48
ESCALIERS MÉCANIQUES ET TROTTOIRS ROULANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 48
Travaux effectués sur les ascenseurs, ascenseurs de charge, escaliers mécaniques,
trottoirs roulants et installations de parcage automatique de véhicules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 49

Remontées mécaniques
TRANSPORTS À CÂBLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 50
1 Téléphériques à voyageurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 50
2 Téléphériques de service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 50
3 Téléskis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 51
TAPIS ROULANT DE MONTAGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 51

Portes et portails
1 Portes de garage automatiques dans les bâtiments d’habitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 52
2 Portes et portails installés sur les lieux de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 52

Moyens d'accès
1 Échafaudages fixes, mobiles, en bois ou en métal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 54
2 Échelles en bois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 54

vos 4 bligations réglementaires


Bâtiment
Immobilier - Génie civil
1 Contrôle technique des constructions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 56
2 Amiante dans les immeubles bâtis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 58
3 Accessibilité au plomb . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 58
4 Radon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 58
5 Termites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 58
6 Légionelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 58

Équipements d'aires collectives de jeux, équipements sportifs


1 Équipements d’aires collectives de jeux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 59
2 Équipements sportifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 59

Sécurité incendie
1 Établissements tertiaires ou commerciaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 60
2 Établissements recevant du public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 60
3 Immeubles de grande hauteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 60

Conseil
Protection des travailleurs
1 Amiante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 62
2 Benzène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 62
3 Plomb . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 63
4 Silice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 63
5 Chlorure de vinyle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 63
6 Poussières de bois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 63
7 Aération - Assainissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 64
8 Contrôle du risque chimique sur les lieux de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 64
9 Évaluation des risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 64
10 Obligation générale de sécurité Machines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 65
11 Éclairage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 65
12 Sécurité chantiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 65
13 Risque Circulation routière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 65
14 Équipements de protection individuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 66
15 Acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 66
16 Vibrations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 66
17 Transports de marchandises dangereuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 67
18 Électricité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 67

Pollution de l’eau
1 Installations soumises à autorisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 68
2 Surveillance des eaux souterraines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 68
3 Dispositifs spécifiques à certaines installations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 68

Polluants atmosphériques
1 Contrôle du bon fonctionnement des chaudières et qualité du combustible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 70
2 Contrôle des émissions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 70
3 Quotas d’émission CO2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 72

Nuisances sonores
1 Limitation des bruits aériens émis dans l’environnement par les installations
classées soumises à autorisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 73
2 Installations classées soumises à déclaration (périodes diurne et nocturne) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 73

vos 5 bligations réglementaires


Cuves - bassins - réservoirs
Établissements soumis au Code du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 74
Établissements assujettis à la réglementation des installations classées
pour la protection de l’environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 74

Silos
Silos et installations de stockage de céréales, de graines, de produits alimentaires
ou de tous autres produits organiques dégageant des poussières inflammables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 74

Formation
SANTÉ SÉCURITÉ DE L’HOMME AU TRAVAIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 76

HYGIÈNE ALIMENTAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 76

AMBIANCES DE TRAVAIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 77

AGENTS PHYSIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 77

RAYONNEMENTS IONISANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 78

RISQUES ELECTRIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 78

PRÉVENTION INCENDIE EXPLOSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 79

ÉNERGIE, PRESSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 80

SOUDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 81

NUCLÉAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 81

ÉQUIPEMENTS DE TRAVAIL, MACHINES, CACES® ET MANUTENTION MANUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 81

ÉCHAFAUDAGES, TRAVAUX EN HAUTEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 82

BÂTIMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 83

SÛRETÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 83

TRANSPORT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page 84

vos 6 bligations réglementaires


Inspection

retour sommaire
> Installations électriques

Le chef d’établissement, de par ses obligations réglementaires, a la possi-


bilité de faire exécuter sous sa responsabilité les vérifications périodiques, la
maintenance, le dossier de sécurité concernant les installations électriques.
S’il fait appel a un tiers expert, ce dernier vérifie périodiquement le maintien
en état de conformité de l’installation électrique et délivre un rapport.

1 VÉRIFICATIONS RÉGLEMENTAIRES
1.1 Établissements assujettis au Code du travail Code du travail
Installations électriques Décret du 14.11.1988
Arrêté du10.10.2000
M

Vérification périodique 1 an

1.2 Établissements recevant du public


Installations électriques Code de la construction
et de l’habitation
M

Vérification réglementaire en exploitation (VRE)


Article R-123-12
Éclairage de sécurité 1 an
M

Vérification périodique Arrêté du 28.03.2007


• Vérification du fonctionnement de l’éclairage de sécurité chaque jour où Arrêté du 04.07.2007
l’établissement est ouvert au public. 1 jour
• Vérification du bon état de fonctionnement des lampes portatives à piles ou à Arrêté du 25.06.1980 modifié
accumulateurs. par arrêté du 19.11.2001 et suivants

Pour les installations comportant des blocs autonomes ou utilisant une source
centrale :
• doivent être vérifiés une fois par mois : 1 mois
- le passage à la position de fonctionnement en cas de défaillance de l’alimen-
tation normale,
- l’allumage de toutes les lampes,
- l’efficacité de la commande de mise en position de repos à distance et de la mise
automatique en position de veille au retour de l’alimentation normale ;
• doit être vérifié tous les six mois : 6 mois
- l’état de charge des accumulateurs après essai de fonctionnement d’1 heure.

Pour les groupes moteur thermique-générateur :


• doivent être vérifiés tous les quinze jours : 15 jours
- le niveau d’huile, d’eau et de combustible,
- le dispositif de réchauffage du moteur,
- l’état de la source utilisée pour le démarrage (batterie ou air comprimé) ;
• doit être effectué tous les mois : 1 mois
- l’essai de démarrage automatique avec une charge nominale de 50 % pendant
une durée minimale de 30 minutes.

Ces vérifications et essais sont consignés sur le registre de sécurité ; tout appareil
au fonctionnement défectueux doit être mentionné sur le registre et remis en état le
plus rapidement possible.

retour sommaire vos 8 bligations réglementaires


Installations électriques

Code de la construction
1.3 Immeubles de grande hauteur et de l’habitation - Article R-122-4
Arrêté du 18.10.1977
M

Vérification périodique 1 an
• Installations électriques visées à l’article GH 43 qui ne sont pas autosurveillées
(installations réalisées sous le régime de l’arrêté ministériel du 24.11.1967).
M

Vérification périodique 3 ans


• Installations électriques des parties communes.
M

Vérification périodique 5 ans


• Installations de protection contre la foudre.

1.4 Industries extractives


M

Vérification périodique 1 an
1.4.1 Installations autres que celles visées en § 1.4.2 et 1.4.3 Code minier
• Locaux et emplacements de travail où existent des risques de dégradation, Décret du 07.05.1980
Titre EL du RGIE
d’incendie ou d’explosion visés aux articles 12 & section 2, 40 et 41 du titre Arrêté du 25.10.1991
EL du RGIE.
• Chantiers comportant des installations provisoires ou emplacements de travail à
l’extérieur ou à découvert.
• Locaux et emplacements de travail contenant des matériels appartenant à des
installations des domaines HTA et HTB.
• Locaux et emplacements de travail non isolants où sont utilisés des matériels
amovibles.

1.4.2 Installations soumises à la section 2 du titre EL du RGIE


Travaux souterrains
• Installations des domaines HTA et HTB.
• Chantiers de traçage et de dépilage.

1.4.3 Installations soumises aux sections 3 et 4 du titre EL du RGIE


Travaux souterrains classés grisouteux.
Travaux d’exploitation d’hydrocarbures et forages traversant un niveau
géologique susceptible de dégager des hydrocarbures.
• Retour d’air des chantiers de traçage et de dépliage.
• Travaux où la teneur en grisou peut dépasser 0,5 %.
• Installations placées en zones 0 et 1.
M

Vérification périodique 3 ans


Cas non visés aux § 1, 2 et 3 ci-dessus. Code minier
Décret du 07.05.1980
M

Autres vérifications à effectuer régulièrement


Titre EL du RGIE
Dispositions communes Arrêté du 25.10.1991
Le bon état de l’isolation du circuit séparé lorsqu’il est fait usage de la protection par
séparation des circuits (article 36 titre EL du RGIE).
Le bon fonctionnement des dispositifs sensibles au courant différentiel résiduel
(article 48 titre EL du RGIE).

retour sommaire vos 9 bligations réglementaires


> Installations électriques

Travaux souterrains classés grisouteux


Après une mise hors tension prolongée, le bon état des installations électriques doit
être vérifié avant la remise sous tension (article 78 titre EL du RGIE).

Les installations électriques doivent être examinées au moins une fois par semaine
par un agent qualifié nommément désigné, qui s’assure notamment de la bonne
continuité des conducteurs de protection et d’interconnexion des masses (article 81
titre EL du RGIE). 1 fois par semaine
Sauf dérogation accordée par le préfet, la résistance des mises à la terre et le bon
fonctionnement du dispositif de contrôle de l’isolement ou du courant de défaut
doivent être vérifiés à des intervalles n’excédant pas six mois (article 81 titre EL
du RGIE). 6 mois maximum

Travaux d’exploitation d’hydrocarbures et forages traversant un niveau géo-


logique susceptible de dégager des hydrocarbures
Dans le cadre de la vérification des caractéristiques de sécurité vis-à-vis du risque
d’inflammation d’une atmosphère explosive, les installations électriques doivent
être examinées (article 93 titre EL du RGIE) :
• lors de leur mise en service sur nouveau site ;
• et au moins une fois par semaine, 1 fois par semaine
par un agent qualifié nommément désigné qui s’assure en outre de la continuité
des conducteurs de protection et d’interconnexion des masses.

2 SURVEILLANCE DES INSTALLATIONS


2.1 Établissements assujettis au Code du travail
La surveillance des installations électriques doit être assurée et son organisation Code du travail - Article 47
portée à la connaissance de l’ensemble du personnel. Décret du 14.11.1988
Elle doit être opérée aussi fréquemment que de besoin et provoquer, dans les
meilleurs délais, la suppression des défectuosités et anomalies dont les installations
peuvent être affectées.

2.2 Établissements recevant du public


Dans tout établissement de 1re ou 2e catégorie, et éventuellement de 3e ou 4e caté- Code de la construction
gorie, sur avis de la Commission de sécurité, la présence d’une personne qualifiée et de l’habitation
Article EL 13
est requise pendant la présence du public pour assurer, conformément aux consi- Arrêté du 25.06.1980 modifié
gnes données, l’exploitation et l’entretien journaliers.
Tout incident survenant dans le fonctionnement de l’installation doit être porté sans
retard à la connaissance de la personne qualifiée désignée à cet effet par le chef
d’établissement. 1 an
Si cet incident compromet la sécurité du public, la personne qualifiée doit prendre
les mesures qui s’imposent et en faire mention sur le registre de vérification.

retour sommaire vos 10 bligations réglementaires


Installations électriques

Code de la construction
2.3 Immeubles de grande hauteur et de l’habitation
Les propriétaires sont tenus de maintenir et d’entretenir les installations en confor- Article R122.16
mité avec les dispositions réglementaires. Article GH 59
Ils doivent remédier rapidement à l’indisponibilité des équipements de sécurité. Arrêté du 18.10.1977

2.4 Industries extractives Code minier - Article 48


La surveillance des installations électriques doit être assurée, le nom de personne Titre EL du RGIE
chargée de la surveillance étant porté à la connaissance de l’ensemble du personnel.
Elle doit être opérée aussi fréquemment que de besoin et provoquer, dans les
meilleurs délais, la suppression des défectuosités et anomalies dont les installations
peuvent être affectées.

Cette surveillance comprend la vérification des caractéristiques de sécurité vis-à-vis


du risque :
• d’inflammation du grisou dans le cas des travaux souterrains grisouteux (article 81
titre EL du RGIE) ;
• d’inflammation d’une atmosphère explosive dans le cas des travaux d’exploitation
d’hydrocarbures ou des forages traversant un niveau géologique susceptible de
dégager des hydrocarbures (article 93 titre EL du RGIE).

3 DOSSIER DE SÉCURITÉ
3.1 Établissements assujettis au Code du travail Code du travail
Le chef d’établissement doit tenir à jour un dossier de sécurité comportant : Article 55
Décret du 14.11.1988
• un plan schématique indiquant la situation des locaux ou emplacements de travail
soumis à des prescriptions spéciales,
• le plan du tracé des canalisations électriques enterrées,
• un registre où sont consignés les dates et la nature des différentes vérifications,
ainsi que les noms et qualités des personnes les ayant effectuées,
• les rapports des vérifications effectuées en application des articles 53 et 54 du
décret du 14.11.1988,
• les justifications des travaux et modifications effectués pour porter remède aux
défectuosités constatées dans les rapports précités.

3.2 Établissements recevant du public Code de la construction


Dans les établissements recevant du public, il doit être tenu un registre de sécurité et de l’habitation
Article R123.51
sur lequel sont reportés les renseignements indispensables à la bonne marche du
service de sécurité, et en particulier :
• les diverses consignes, générales et particulières, établies en cas d’incendie,
• les dates des divers contrôles et vérifications, ainsi que les observations
auxquelles ceux-ci ont donné lieu, les dates des travaux d’aménagement et
de transformation. 1 an

retour sommaire vos 11 bligations réglementaires


> Installations électriques

3.3 Immeubles de grande hauteur Code de la construction


Il doit être tenu, par le propriétaire, un registre de sécurité sur lequel sont portés les et de l’habitation
Article R122.29
renseignements indispensables au contrôle de la sécurité, en particulier :
• les diverses consignes établies en cas d’incendie ;
• les dates des divers contrôles et vérifications, ainsi que les observations ou
rapports auxquels ils ont donné lieu.

3.4 Industries extractives Code minier


Les documents suivants doivent être tenus à jour : Article 50
Titre EL du RGIE
• les schémas ou plans des installations alimentant des locaux, emplacements,
chantiers ou travaux à risques particuliers de choc électrique ou présentant des
dangers d’incendie ou des risques d’explosion ;
• le plan des canalisations électriques enterrées ;
• les rapports détaillés des vérifications ;
• la liste des travaux et modifications effectués pour porter remède aux défectuo-
sités constatées lors des vérifications.

4 MISE EN EXPLOITATION D’UN BÂTIMENT


4.1 Vérifications avant mise sous tension (CONSUEL) Décret du 14.12.1972 modifié
Vérifications des installations électriques faisant partie de la structure des bâtiments
en vue de l’obtention du visa CONSUEL exigé par le distributeur d’énergie électrique.

4.2 Vérifications initiales Code du travail - Décret


Pour les établissements cités ci-dessous, les vérifications initiales doivent être du 14.11.1988 - Code minier
Décret du 07.05.1980
effectuées : Titre EL du RGIE - Code de la
• lors de la mise en service de nouvelles installations, construction et de l’habitation
• en cas de modification de structure d’installations existantes. Article R-123-12
Article R-124-12

5 VÉRIFICATIONS SAUVEGARDE DES BIENS (Q 18)


Les organismes qualifiés par le CNPP (Fédération française des sociétés
d’assurances) peuvent, suite aux vérifications périodiques annuelles de l’ensemble
des installations électriques complétées par une analyse des risques vis-à-vis des
dangers d’incendie ou d’explosion, délivrer la déclaration Q 18 prévue à la clause
27 A des Traités d’assurance incendie. 1 an

6 VÉRIFICATIONS SUR MISE EN DEMEURE Code du travail - Décret


du 14.11.1988 - Article 54
Code minier - Article 49
Les organismes agréés peuvent procéder aux vérifications sur mise en demeure : Titre EL du RGIE
• soit de l’Inspection du travail dans le cas des établissements soumis au Code du travail ; Code de la construction
• soit du préfet dans le cas des industries extractives ; et de l’habitation
Arrêté du 25.06.1980 modifié
• soit après avis de la Commission de sécurité dans le cas des établissements Article GE7
recevant du public.

retour sommaire vos 12 bligations réglementaires


> Rayonnements

1 RAYONNEMENTS IONISANTS
1.1 Contrôle radioprotection des établissements assujettis au Code du travail
Pour les activités nucléaires soumises à déclaration ou autorisation, le chef
d’établissement fait procéder aux contrôles suivants :
• contrôle de l’efficacité de l’organisation et des dispositifs techniques mis en place Code de la santé publique
pour gérer les sources de rayonnements ionisants ; R1333-43
• contrôle technique de radioprotection des sources et appareils émetteurs de Code du travail
rayonnements ionisants, des dispositifs de protection et d’alarme, ainsi que des R231-84
instruments de mesure utilisés ;
• contrôle technique d’ambiance afin de permettre l’évaluation de l’exposition interne Code du travail
et externe ; R231-86
• nécessité d’un document de suivi des installations, tenu à jour, et à disposition des Code du travail
pouvoirs publics. R231-87

1.2 Contrôle qualité des appareils de radiologie médicale


Le Code de la Santé publique impose aux exploitants de certains dispositifs médicaux L. 5122 1 et 2
de s’assurer du maintien de leur performances, le cas échéant en faisant réaliser un
contrôle de qualité externe dont les modalités sont définies par décret. Décret 2001-1159
Un arrêté fixe la liste des dispositifs concernés et notamment les dispositifs nécessaires Arrêté du 03.03.2003
à la production et à l’interprétation des images de radio-diagnostic.
Le Code de la santé publique charge l’AFSSAPS de décrire par “décision” les R 5212-27
modalités de ce contrôle pour chaque type d’appareil.

Contrôle périodique des mammographes analogiques. 6 mois


Décision AFSSAPS 07.10.2005

Contrôle périodique des mammographes numériques. 6 mois


Décision AFSSAPS 30.01.2006

Contrôle périodique des ostéodensitomètres. 1 mois


Décision AFSSAPS 20.04.2005

Contrôle périoqique des appareils de radio-diagnostic. 1 an


Décision AFSSAPS 24.09.2007

Contrôle périodique des scanographes. 1 an


Décision AFSSAPS 22.11.2007

Contrôle périodique des appareils de radiothérapie. Décision AFSSAPS 27.07.2007

retour sommaire vos 13 bligations réglementaires


> Rayonnements

2 RAYONNEMENTS NON IONISANTS Code de la santé publique


et Code de la consommation
Vérifications relatives aux appareils de bronzage Article 14
mis à la disposition du public Décret du 30.05.1997

• Les appareils de types UV1 et UV3 mis à la disposition du public font l’objet d’un
contrôle technique qui doit être effectué au moins tous les deux ans par un
organisme agréé par le ministère chargé de la Santé. 2 ans

Laser

• Lasers à usage industriel, de recherche ou médical. Lors de la mise


en service
Normes de la série
NF EN 60-825
Code du travail
Décret du 11.01.1993

3 RADIO-TÉLÉPHONIE

LIMITATIONS DE L’EXPOSITION DU PUBLIC AUX CHAMPS ÉLECTROMAGNÉTIQUES

Les exploitants et utilisateurs de stations radioélectriques (GSM, UMTS, BLR,


WIMAX) ainsi que les émetteurs (radio FM et AM, DAB, TNT, radars, etc.) doivent
garantir les valeurs limites des champs électromagnétiques (CEM) à ne pas dépas-
ser vis-à-vis de l’exposition du public.
M

Vérifications a posteriori du respect des valeurs limitées suivant le proto- Décret n° 2002-775
du 03.05.2002
cole de mesure in situ de l’ANFR (Agence nationale des fréquences) par une
analyse des sites suivie de relevés de niveaux de CEM.
Intervention d’un laboratoire accrédité
par le Cofrac et référencé par l’ANFR.

retour sommaire vos 14 bligations réglementaires


> Protection contre la foudre

1 INSTALLATIONS EXTÉRIEURES DE PROTECTION Dispositifs de protection :


• le paratonnerre à tige simple,
CONTRE LA FOUDRE (IEPF) • le paratonnerre à dispositif d’amorçage (PDA),
Vérifier l’efficacité des structures et des protections • les fils tendus,
• la cage maillée,
mises en œuvre, soumises au foudroiement direct. • les protections naturelles équivalentes,
• les parafoudres.
M

Immeubles de grande hauteur


5 ans - Arrêtés du
24.11.1967 et du 18.10.1977
et décret du 28.09.1979
M

Établissements pyrotechniques
5 ans
Décret du 28.09.1979
M

Risques d’incendie et de panique dans les établissements


recevant du public (ERP)
1 an - Arrêté du 19.11.2001
M

Hôtels-restaurants d’altitude, refuges de montagne Arrêtés du 25.06.1980


et du 23.10.1986
M

Certaines installations classées


< ou = à 5 ans
Arrêté du 28.01.1993
M

Stockage de produits alimentaires


< ou = à 1 an
Arrêté du 20.02.2004
Circulaire du 20.02.2004
M

Installations nucléaires de base


< ou = à 4 ans
Arrêté du 31.12.1999
M

Recommandations dans circulaires, instructions ou annexes d’arrêtés

2 INSTALLATIONS INTÉRIEURES DE PROTECTION


CONTRE LA FOUDRE (IIPF)
Vérifier le niveau de protection des composants vulnérables aux surtensions
électriques provoquées par les effets indirects de la foudre et aux pertur-
bations induites à l’intérieur des bâtiments ou des unités.
M

Certaines installations classées


< ou = à 5 ans
Arrêté du 28.01.1993

Pour les installations extérieures et intérieures de protection contre la foudre :


• vérification initiale : assurer la mise en œuvre des protections suite à la réalisation ou à une modification importante d’une IEPF,
• vérification périodique : maintenir l’efficacité de la protection et s’assurer que le vieillissement des éléments de protection
n’a pas d’incidence,
• vérification ponctuelle : vérifier l’installation et le dispositif de comptage à la suite d’un coup de foudre,
• vérification d’étude : évaluer les préconisations de protection avant réalisation,
• analyse du risque foudre : à évaluer selon la possibilité de foudroiement, le mode de propagation, la nature des matériels,
le coût des conséquences,
• étude préalable : déterminer les facteurs déclenchants et les conséquences aggravantes causées par la foudre. Déterminer
le niveau de protection à installer.

retour sommaire vos 15 bligations réglementaires


> Énergie thermique

1 INSTALLATIONS SOUMISES
• Installations consommant de l’énergie thermique composées d’une ou plusieurs Code de l’environnement
chaudières et dont la somme des puissances nominales est égale ou supérieure R 224-31
à 1 MW.

• Les puissances nominales des chaudières de secours venant en remplacement d’une


ou plusieurs chaudières indisponibles ne sont pas prises en compte pour le calcul de
la somme des puissances nominales.

• Ne sont pas soumises les installations de combustion ne comportant aucune


chaudière de puissance nominale supérieure à 400 kW et inférieure à 50 MW.

2 CONTRÔLES PÉRIODIQUES Code de l’environnement


R 224-31
• Les installations soumises doivent réaliser des contrôles périodiques. 3 ans - R 224-35

• La période entre 2 contrôles ne doit pas excéder 3 ans.

• Ils sont réalisés par un organisme de contrôle technique agréé. R 224-37

Code de l’environnement
3 CONTENU DES CONTRÔLES PÉRIODIQUES R 224-32

• Calcul du rendement caractéristique des chaudières et contrôle de la conformité R 224-21 à R 224-25 et R 224-28
de ce rendement avec les valeurs indiquées.

• Contrôle de l’existence et du bon fonctionnement des appareils de mesure et de R 224-26 et R 224-27


contrôle au paragraphe 1 de la sous section 2 “rendements équipements et
contrôle des chaudières.”

• Vérification du bon état des installations destinées à la distribution de l’énergie


thermique.

• Vérification de la qualité de la combustion et du bon fonctionnement des


chaudières composant l’installation thermique.
R 224-29
• Vérification de la tenue du livret de chaufferie.

retour sommaire vos 16 bligations réglementaires


> Installations classées
pour la protection de l’environnement

1 CONTRÔLE DES TOURS AÉROFRIGÉRANTES


Installations classées soumises à autorisation et à déclaration sous la rubrique 2921.
M

Objet
• La (les) tour(s) de refroidissement et ses parties internes. (D) Annexe 1 Titre 1
• L’(les) échangeur(s) éventuel(s). (A) Article 2
• L’ensemble composant le circuit d’eau en contact avec l’air.
• Le circuit d’eau d’appoint.
• Le circuit de purge.
M

Contenu
• Visite de l’installation. Arrêtés du 13.12.2004
• Vérification des conditions d’implantation et de conception. (A) Article 13
• Vérification des plans d’entretien et de surveillance. (D) Annexe I Titre II Point I
• Vérification de l’ensemble des procédures associées à l’installation. (A) Article 13
• Vérification de la réalisation des analyses de risques.
M

Périodicité
• Les contrôles sont effectuées par un organisme (D) Annexe I Titre II Point II
agréé et accrédité. Tous les 2 ans
au minimum
• Lorsque l’installation ne fait pas l’objet d’un arrêt annuel (A) Article 13
pour nettoyage et désinfection. Tous les ans
Code de l’environnement :
2 INSTALLATIONS SOUMISES À DÉCLARATION article L. 512-11

Certaines catégories d’installations soumises à déclaration, peuvent être assujetties Décret n° 2006-435 du 13.04.2006
à des contrôles périodiques pour permettre à l’exploitant de s’assurer que ses Décret n° 2006-646 du 31.05.2006
installations fonctionnent dans les conditions requises par la réglementation. Ce sont
les installations soumises au régime DC ( Déclaration - Contrôle ) au nombre de 38. Décret n° 2006-678 du 8.06.2006

Les installations rattachées à une installation soumise à autorisation ne sont pas


concernées par le contrôle technique lorsque les prescriptions qui les concernent
sont fixées par l'arrêté d'autorisation de l'installation.

Le contrôle est effectué à la demande de l’exploitant par un organisme agréé, dans


les six mois qui suivent la mise en service de l’installation. Par dérogation le premier
contrôle des installations mises en service avant le 30 juin 2008 est effectué avant
le 31 décembre 2008.

Lorsqu’une installation autorisée vient à être soumise au régime de la déclaration,


le premier contrôle a lieu avant l’expiration d’un délai de cinq ans à compter de la
publication du décret modifiant la nomenclature.

La périodicité des contrôles est de 5 ans maximum, elle est portée à 10 ans pour
les installations certifiées EMAS ou ISO 14001.

retour sommaire vos 17 bligations réglementaires


> Installations classées
pour la protection de l’environnement

Les installation concernées :

1111 : Très toxiques (emploi ou stockage de substances et préparations) telles que Arrêté du 17.10.2007
définies à la rubrique 1000, à l'exclusion des substances et préparations
visées explicitement ou par famille par d'autres rubriques de la nomenclature
et à l'exclusion de l'uranium et ses composés.
1136 : Ammoniac (emploi ou stockage de l').
1138 : Chlore (emploi ou stockage du).
1155 : Agropharmaceutiques (dépôts de produits), à l'exclusion des substances et Arrêté du 17.10.2007
préparations visées par les rubriques 1111, 1150, 1172, 1173 et des liquides
inflammables de catégorie A au sens de la rubrique 1430.
1158 : Diisocyanate de diphénylméthane (MDI) (fabrication industrielle, emploi ou Arrêté du 29.10.2007
stockage de).
1172 : Dangereux pour l'environnement (A), très toxiques pour les organismes Arrêté du 17.10.2007
aquatiques (stockage et emploi de substances ou préparations) telles que
définies à la rubrique 1000, à l'exclusion de celles visées nominativement ou
par famille par d'autres rubriques.
1173 : Dangereux pour l'environnement (B), toxiques pour les organismes aquatiques Arrêté du 17.10.2007
(stockage et emploi de substances ou préparations) telles que définies à la
rubrique 1000, à l'exclusion de celles visées nominativement ou par famille
par d'autres rubriques.
1310 : Poudres, explosifs et autres produits explosifs (fabrication, conditionnement,
chargement, encartouchage, mise en liaison pyrotechnique ou électrique des
pièces d'artifice [en dehors des opérations effectuées sur le site de tir],
essais d'engins propulsés, destruction d'objets ou articles sur les lieux de
fabrication).
1311 : Poudres, explosifs et autres produits explosifs (stockage de).
1330 : Nitrate d'ammonium (stockage de).
1331 : Engrais solides simples et composés à base de nitrate d'ammonium Arrêté du 17.10.2007
correspondant aux spécifications du règlement européen (CE) n° 2003/2003
du Parlement européen et du Conseil du 13 octobre 2003 relatif aux engrais
ou à la norme française équivalente NF U 42-001 (stockage de).
1412 : Gaz inflammables liquéfiés (stockage en réservoirs manufacturés de), à Arrêté du 24.12.2007
l'exception de ceux visés explicitement par d'autres rubriques de la
nomenclature.
1413 : Gaz naturel ou biogaz ( Installations de remplissage de réservoirs alimentant Arrêté du 17.10.2007
des moteurs, ou autres appareils, de véhicules ou engins de transport
comportant des organes de sécurité et fonctionnant au )
1414 : Gaz inflammables liquéfiés (installation de remplissage ou de distribution de). Arrêté du 17.10.2007
1432 : Liquides inflammables (stockage en réservoirs manufacturés de).
1433 : Liquides inflammables (installations de mélange ou d'emploi de). Arrêté du 26.12.2007
1434 : Liquides inflammables (installation de remplissage ou de distribution). Arrêté du 17.10.2007

retour sommaire vos 18 bligations réglementaires


Installations classées
pour la protection de l’environnement

1510 : Entrepôts couverts (stockage de matières, produits ou substances


combustibles en quantité supérieure à 500 t dans des) à l'exclusion des
dépôts utilisés au stockage de catégories de matières, produits ou substances
relevant par ailleurs de la présente nomenclature, des bâtiments destinés
exclusivement au remisage de véhicules à moteur et de leur remorque et des
établissements recevant du public.
2101 : Bovins (activité d’élevage, transit, vente, etc., de) ( Uniquement le 1.b )
2111 : Volailles, gibier à plumes (activité d’élevage, vente, etc., de), à l’exclusion
d’activités spécifiques visées à d’autres rubriques ( Uniquement le 2 )
2160 : Silos et installations de stockage de céréales, grains, produits alimentaires Arrêté du 28.12.2007
ou tout produit organique dégageant des poussières inflammables.
2220 : Alimentaires (préparation ou conservation de produits) d'origine végétale, par Arrêté du 17.10.2007
cuisson, appertisation, surgélation, congélation, lyophilisation, déshydratation,
torréfaction, etc., à l'exclusion du sucre, de la fécule, du malt, des huiles, et
des aliments pour le bétail mais y compris les ateliers de maturation de fruits
et légumes.
2345 : Utilisation de solvants pour le nettoyage à sec et le traitement des textiles
ou vêtements.
2351 : Teinture et pigmentation de peaux.
2415 : Installations de mise en œuvre de produits de préservation du bois et
matériaux dérivés.
2510 : Exploitation de carrières ( Uniquement au 6 ) Arrêté du 26.12.2007
2550 : Fonderie (fabrication de produits moulés) de plomb et alliages contenant du Arrêté du 17.10.2007
plomb (au moins 3 %).
2551 : Fonderie (fabrication de produits moulés) de métaux et alliages ferreux. Arrêté du 17.10.2007
2552 : Fonderie (fabrication de produits moulés) de métaux et alliages non ferreux Arrêté du 17.10.2007
(à l'exclusion de celles relevant de la rubrique 2550).
2562 : Bains de sels fondus (chauffage et traitements industriels par l'intermédiaire de).
2564 : Nettoyage, dégraissage, décapage de surfaces (métaux, matières Arrêté du 17.10.2007
plastiques, etc.) par des procédés utilisant des liquides organohalogénés
ou des solvants organiques.
Arrêté du 17.10.2007
2565 : Revêtement métallique ou traitement (nettoyage, décapage, conversion,
polissage, attaque chimique, etc.) de surfaces (métaux, matières plastiques,
semiconducteurs, etc.) par voie électrolytique ou chimique, à l'exclusion du
nettoyage, dégraissage, décapage de surfaces visés par la rubrique 2564.
2570 : Émail.
2910 : Combustion à l'exclusion des installations visées par les rubriques 167 C
et 322 B4.
2920 : (uniquement au 1) Réfrigération ou compression (installations de)
fonctionnant à des pressions effectives supérieures à 105 Pa.
2930 : Ateliers de réparation et d'entretien de véhicules et engins à moteur, y
compris les activités de carrosserie et de tôlerie.
2940 : Vernis, peinture, apprêt, colle, enduit, etc. (application, cuisson, séchage
de) sur support quelconque (métal, bois, plastique, cuir, papier, textile).
2950 : Traitement et développement des surfaces photosensibles à base
argentique.

retour sommaire vos 19 bligations réglementaires


> Appareils à pression

L’Administration a mis à profit la mise en application de la directive “Équipements


sous pression” 97/23/CE, transposée par le décret 99-1046 du 13.12.1999 modifié,
pour procéder à une refonte complète de la réglementation française des équipe-
ments sous pression, qui s’est traduite par la publication de l’AM du 15.03.2000.
Cet arrêté a fait l’objet d’une modification substantielle avec l’AM du 30.03.2005 qui
a pris en compte le retour d’expérience acquis après 5 ans d’application.
Les anciens textes (décret du 2.04.1926, décret du 18.01.1943, AM du 23.07.1943)
n’ont toujours pas été abrogés et restent applicables à certains appareils à pres-
sion (non couverts par la directive 97/23/CE). De même, les dérogations ou amé-
nagements qui avaient pu être accordés pour certains types d’appareils à pression
construits selon les dispositions de l’ancienne réglementation restent maintenus
ou ont été repris dans des cahiers techniques professionnels soumis à
l’approbation de l’Administration.
Les indications ci-après, non exhaustives, ont pour but de rappeler les principales
dispositions en vigueur résultant des nouveaux textes. Pour tout cas particulier,
nous invitons le lecteur à prendre contact avec l’Apave la plus proche, qui sera à
même de donner les indications les plus récentes concernant le statut réglemen-
taire de l’équipement sous pression considéré.

Pour la suite du texte, les abréviations suivantes sont utilisées :


• CAFR : Couvercle Amovible à Fermeture Rapide.
• SPHP : Sans Présence Humaine Permanente.
• APHP : Avec Présence Humaine Permanente.
• DMS : Déclaration de Mise en Service.
• CMS : Contrôle de Mise en Service.
• RPS : Récipients à Pression Simples.
• AM : Arrêté ministériel

1 PRINCIPALES ÉVOLUTIONS
La réglementation distingue quatre familles d’équipements sous pression :
• les générateurs,
• les récipients,
• les tuyauteries,
• les accessoires de sécurité.

L’AM du 15.03.2000 avait apporté des modifications sensibles par rapport aux
règles antérieures :
• de nouveaux seuils de soumission, en ligne avec ceux de la directive,
• l’abandon de l’ancienne distinction entre appareils à pression de vapeur et
appareils à pression de gaz,
• l’introduction de la notion de groupe de fluides, basée sur la directive, et distin-
guant les fluides dits dangereux (groupe 1) et les autres fluides (groupe 2),
• des dispositions constructives communes à tous les équipements, issues de la
directive, et reprises par le décret 99-1046 du 13.12.1999,
• une réglementation commune à tous les appareils CAFR, qu’ils soient à pression
de vapeur ou de gaz,

retour sommaire vos 20 bligations réglementaires


Appareils à pression

• une périodicité d’inspection basée sur le type d’équipement d’une part, et le fluide
contenu d’autre part,
• la prise en compte des accessoires de sécurité et des accessoires sous pression,
• l’introduction d’une vérification des conditions d’installation et d’exploitation, pour
les équipements considérés comme les plus dangereux et soumis à un contrôle
de mise en service.

L’AM du 30.03.2005 a apporté de nouvelles dispositions dont les principales sont :


• la réintroduction de la notion d’équipement mobile, mais différente de celle des
décrets de 1926 ou 1943,
• le relèvement de 0,5 à 2,5 bar du seuil de soumission des appareils CAFR à
pression de gaz,
• l’intégration des RPS, qui restaient jusque-là soumis au décret du 18.01.1943,
• un allègement du contenu du CMS,
• l’introduction d’une vérification initiale en marche pour les appareils CAFR et les
générateurs exploités SPHP,
• la refonte complète des dispositions concernant les tuyauteries,
• de nouvelles dispositions concernant les centres de requalification opérant sous
assurance de la qualité,
• l’introduction d’une nouvelle notion de modification importante, pouvant conduire
à une nouvelle évaluation de la conformité,
• la suppression de DMS et CMS suite à réparation notable.

Les seuils de soumission, dépendant de la pression maximale admissible (PS), de


la température maximale admissible (TS), du volume (V), du diamètre nominal (DN),
ou d’une combinaison de ces paramètres, et maintenant fonction aussi du fluide
contenu, sont rappelés dans les paragraphes ci-après.

2 DISPOSITIONS CONCERNANT LES ÉQUIPEMENTS


SOUS PRESSION NEUFS
Décret 99-1046 du 13.12.1999
Sauf pour les équipements les moins dangereux (en deçà de la catégorie I selon la
directive), aucun équipement sous pression ne peut être mis sur le marché de l’un
des pays de l’Union européenne s’il n’est pas conforme aux exigences essentielles
de sécurité de la directive 97/23/CE “Équipements sous pression”.
Les principales dispositions prévues pour établir cette conformité sont résumées
ci-après :
• conformité aux exigences essentielles de la directive prononcée (sauf pour les
petits équipements de catégorie I), par un organisme notifié, et portant sur la
conception, la fabrication et les contrôles de l’équipement, cette conformité étant
évaluée selon plusieurs voies (modules) prenant en compte l’existence ou non
d’un système d’assurance de la qualité,
• déclaration de conformité CE, établie par le fabricant, et jointe à l’équipement,
• marquage CE de l’équipement, associé au numéro de l’organisme notifié,
l’équipement devant être livré accompagné de la documentation technique utilisée
pour l’évaluation de conformité.

retour sommaire vos 21 bligations réglementaires


> Appareils à pression

3 DISPOSITIONS GÉNÉRALES CONCERNANT L’EXPLOITATION Décret du 13.12.1999


Arrêté du 15.03.2000 modofié
DES ÉQUIPEMENTS SOUS PRESSION
3.1 Équipements soumis et seuils de soumission
Sans tenir compte de quelques seuils particuliers existants concernant les petits
volumes ou DN, les équipements suivants sont soumis aux nouvelles règles
d’exploitation et de contrôle en service :
• récipients de gaz du groupe 1 (fluides dangereux) avec pression PS > 0,5 bar
et produit PS.V > 50 bar.l,
• récipients de gaz du groupe 2 (autres fluides) avec pression PS > 4 bar
et produit PS.V > 200 bar.l, y compris les RPS,
• récipients de vapeur ou d’eau surchauffée avec pression PS > 0,5 bar
et produit PS.V > 200 bar.l,
• générateurs de vapeur ou d’eau surchauffée avec pression PS > 0,5 bar
et volume V > 25 l,
• tuyauteries de gaz du groupe 1 avec pression PS > 0,5 bar et DN > 100
ou produit PS.DN > 1000 (sauf celles avec DN  25),
• tuyauteries de gaz du groupe 2 avec pression PS > 0,5 bar
et produit PS.DN > 3500 (sauf celles avec DN  100),
• tous les appareils CAFR à pression de vapeur, avec PS > 0,5 bar
et produit PS.V > 200 bar.l,
• tous les appareils CAFR à pression de gaz, avec PS > 2,5 bar
et produit PS.V > 200 bar.l, (50 bar.I pour fluide de groupe I).
Les accessoires sous pression (vannes, clapets...) et les accessoires de sécurité
(soupapes, alarmes de niveau…) sont en principe soumis aux mêmes règles de
base que les équipements sur lesquels ils sont montés.

3.2 Déclaration de mise en service (DMS)


L’exploitant doit déclarer à la préfecture, en pratique la DRIRE, la mise en service
des équipements suivants :
• les récipients de gaz (groupe 1 ou 2), ou de vapeur ou d’eau surchauffée
si PS > 4 bar et produit PS.V > 10 000 bar.l.
• les tuyauteries de gaz du groupe 1, si PS > 4 bar et DN > 350 ou si PS > 4 bar,
produit PS.DN > 3500 et DN > 100,
• les tuyauteries de gaz du groupe 2, si PS > 4 bar et DN > 250 et PS.DN > 5000,
• les générateurs de vapeur si PS > 32 bar, ou si V > 2400 l ou
si produit PS.V > 6000 bar.l.,
• tous les appareils CAFR fixes.

retour sommaire vos 22 bligations réglementaires


Appareils à pression

3.3 Contrôle préalable à la mise en service


Ce contrôle est exigé pour :
• tous les appareils CAFR fixes,
• les générateurs soumis à DMS.
Ce contrôle doit être effectué par un organisme habilité.
Il porte notamment sur :
• la présence des marques d’identité réglementaire et leur cohérence avec le dossier,
• le respect des règles d’installation et d’exploitation, notamment les dispositions
prises pour protéger le personnel des émissions de vapeur susceptibles d’être
rejetées par les accessoires de sécurité,
• la présence des accessoires de sécurité et de régulation, prévus par le fabricant,
• l’existence d’une liste du personnel qualifié chargé de l’exploitation,
• l’existence de consignes de sécurité pour les appareils CAFR,
• l’organisation mise en place pour l’exploitation des générateurs APHP avec local
mitoyen ou voisin, ou l’exploitation SPHP conformément à la notice d’instructions
du fabricant ou à défaut aux prescriptions de la norme ou du cahier des charges
applicables reconnues.
Ce contrôle donne lieu à la délivrance d’une attestation à conserver au dossier
et au poinçonnage de l’équipement.

3.4 Vérification initiale en marche


Ce contrôle est exigé au cours du 3ème trimestre qui suit leur mise en service pour :
tous les appareils CAFR, tous les générateurs exploités SPHP.
Ce contrôle doit être réalisé par un organisme habilité.
Il comprend :
• une vérification de l’existence et de la bonne tenue du dossier d’exploitation,
• un examen visuel des parties accessibles de l’équipement sans aucun démontage,
• un examen visuel des accessoires et dispositifs de sécurité,
• la réalisation des essais en fonctionnement prévus par la notice d’instructions, ou
par la norme ou le cahier des charges reconnu (ex NF E 32-020), pendant le
fonctionnement normal de l’équipement.
Il donne lieu à la rédaction d’un compte rendu de vérification.

3.5 Documents
L’exploitant doit conserver et tenir à disposition :
• la documentation technique (état descriptif ou documentation utilisée pour
l’évaluation de conformité), livrée avec l’appareil,
• les documents relatifs aux accessoires de sécurité,
• les éléments documentaires justifiant de la neutralité chimique et de l’adéquation
des revêtements.
En outre, pour les équipements soumis à DMS, l’exploitant doit constituer un
dossier de suivi où seront consignés toutes les opérations ou interventions relatives
aux contrôles, les incidents et les réparations ou modifications.
Ces dossiers sont à transmettre au nouvel exploitant en cas de vente ou de
changement de site de l’équipement.

retour sommaire vos 23 bligations réglementaires


> Appareils à pression

3.6. Inspections périodiques


Les équipements sous pression sont soumis à une obligation de contrôle pério- Arrêté du 15.03.2000
dique, par une personne compétente, aussi souvent que nécessaire, l’intervalle modifié
entre 2 inspections ne pouvant excéder :
• pour les bouteilles de plongée, 1 an
• pour les générateurs de vapeur et les récipients à couvercle amovible à
fermeture rapide, 18 mois
• pour les récipients de vapeur construits suivant le décret du 2.04.1926 si l’épreuve
précédente a été effectuée à surcharge réduite, 18 mois
• pour ces mêmes récipients de vapeur, sur demande et sous la responsabilité de
l’exploitant si l’épreuve précédente a été effectuée à pleine surcharge, 40 mois
• pour les autres récipients sous pression y compris les RPS (à l’exception
des extincteurs), 40 mois
• pour les tuyauteries, celle définie dans le programme de contrôle établi par
l’exploitant*,
• à l’occasion de toute mise à nu partielle ou complète de la paroi d’un équipement,
• celle définie par le fabricant dans la notice d’instructions.
L’exploitant a obligation de tenir compte des remarques faites lors des inspections
périodiques.

3.7. Requalifications périodiques Arrêté du 15.03.2000


Les équipements sous pression sont soumis à une obligation de requalification pério- modifié
dique par un expert, en général un inspecteur d’un organisme de contrôle agréé.
Cette requalification comprend en principe une inspection intérieure, extérieure, le
contrôle des accessoires de sécurité et la réépreuve de l’équipement.
L’intervalle entre 2 requalifications ne doit pas excéder :
• pour les bouteilles de plongée 2 ans
(5 ans si elles ont fait l’objet d’une inspection annuelle dans des conditions parti-
culières définies par le ministre chargé de l’Industrie),
• pour les récipients ou tuyauteries contenant certains fluides nommément définis, 3 ans
• pour les récipients ou tuyauteries contenant un fluide toxique ou corrosif vis-à-vis
des parois, 5 ans
• pour les autres récipients y compris pour les RPS, les tuyauteries 10 ans
et les générateurs,
• après nouvelle installation et changement d’exploitant.
Les récipients de gaz avec PS  4 bar et les tuyauteries sont dispensés de réépreu-
ve hydraulique.
La requalification implique une mise à nu des équipements, des aménagements
étant possibles si ceux-ci ont fait l’objet d’un suivi régulier par un organisme habilité.
La requalification donne lieu à l’établissement d’un PV de requalification et au poin-
çonnage de l’appareil (le poinçonnage n’étant pas nécessaire pour les tuyauteries).

* Ce programme doit être établi au plus tard le 22 avril 2006.

retour sommaire vos 24 bligations réglementaires


Appareils à pression

3.8. Réparations - modifications Arrêté du 15.03.2000


Toute réparation ou modification notable d’un équipement doit être réalisée confor-
mément aux règles prévues pour les équipements neufs et faire l’objet d’une
demande de contrôle après réparation (ou modification), adressée à un organisme
habilité, accompagnée d’un dossier technique décrivant l’opération.

3.9 Extincteurs d’incendie Décret 99/1046 du 13.12.1999


3.9.1 Extincteur à pression permanente Contrôles périodiques (AM du 15.03.2000)
M

Construction : • Vérification extérieure à chaque remplissage.


• corps (bouteille) fabriqué suivant directive • Pas d’obligation d’inspection périodique intérieure au titre de la réglementation
DESP (marquage CE) ou suivant directive Pression, mais nécessité de vérifications périodiques liées au maintien en bon
état de marche.
DESPT (marquage PI) ; • Si PS > 30 bar, requalification avec épreuve au 1er rechargement effectué plus
• évaluation de l’extincteur complet, consi- de 5 ans après la requalification précédente, sans excéder 10 ans.
déré comme ensemble, effectuée selon • Pour les extincteurs anciens, marqués “tête de cheval”, possibilité de reconduire
DESP par organisme notifié (marquage CE). les règles antérieures (AM du 20.05.1963 et circulaire DM/TP 22712).

3.9.2 Extincteur à pression non permanente Décret 99/1046 du 13.12.1999


M

Construction :
Contrôles périodiques (AM du 15.03.2000)
• corps (bouteille) fabriqué suivant directive • Vérification extérieure à chaque remplissage.
DESP (marquage CE) ou suivant directive • Pas d’obligation de vérification périodique intérieure au titre de la réglementation
DESPT (marquage PI) ; Pression, mais nécessité de vérifications périodiques liées au maintien en bon
• cartouche interne (dénommée aussi bou- état de marche.
• Pas d’obligation de requalification du corps.
teille au sens de l’ADR) fabriquée suivant • Requalification le cas échéant de la cartouche interne selon exigence de l’ADR.
DESPT (marquage PI) ;
• évaluation de l’extincteur complet, considéré comme ensemble, effectuée selon
DESP par organisme notifié (marquage CE).

3.10 Récipients restant soumis à l’ancienne réglementation


Certains équipements exclus du champ d’application du décret 99-1046 du Arrêté du 23.07.1943
13.12.1999, et de l’AM du 15.03.2000 modifié, continuent d’être soumis à Décret du 2.04 26
Arrêté du 16.05.1978
l’ancienne réglementation (cas par exemple des réservoirs de freinage de véhicules
ou des fûts à bière). Arrêté du 16.05.1978
En outre, les aménagements ou dérogations accordés pour certains types Arrêté du 14.12.1989
d’équipements peuvent continuer de s’appliquer pour ceux construits selon les
anciennes règles (cas par exemple des accumulateurs hydropneumatiques ou
des appareils frigorifiques).
Pour tous ces cas, la réglementation est susceptible d’évoluer rapidement, et nous
ne pouvons que recommander au lecteur de se rapprocher d’Apave s’il se trouve
confronté à un problème spécifique.

4 CANALISATIONS
Les canalisations sont classées en 2 grandes catégories :
• les canalisations dites d’usine, installées dans l’emprise des établissements
industriels,
• les canalisations de transport (pipelines, gazoducs, etc.), installées sur le
domaine public.

retour sommaire vos 25 bligations réglementaires


> Appareils à pression

En outre, des textes spécifiques régissent certains types particuliers de canali-


sations ou certaines installations (canalisations de gaz des immeubles d’habitation,
canalisations de gaz dans les établissements recevant du public, réseaux de gaz
médicaux, etc.).

4.1 Canalisations d’usine Arrêté du 15.03.2000 modifié


Ces canalisations sont traitées selon le régime général de l’AM du 15.03.2000
modifié, applicable aux tuyauteries. On se référera aux § 3.1 à 3.7. du présent
document avec les aménagements ci-après :
• inspections périodiques selon les modalités du programme de contrôle établi par
l’exploitant ;
• requalification faite sans épreuve.

4.2 Canalisations de transport


Les canalisations de transport sont exclues du décret 99.1046 du 13.12.1999 et res-
tent donc gérées, en l’absence de nouveaux textes, selon l’ancienne réglementa-
tion. Les contrôles effectués jusqu’alors directement par l’administration (DRIRE)
seront confiés en principe aux organismes habilités et délégués.
Les prescriptions varient selon le type de fluide transporté.

Canalisations de transport de fluides sous pression autres que les Arrêté du 4.08.2006
hydrocarbures et les gaz combustibles Décret du 18.01.1943 modifié
Arrêté du 23.07.1943 modifié
Arrêté du 6.12.1982 modifié
M

Seuils de soumission
• Pour les canalisations d’eau surchauffée Contrôles
• Essai hydraulique des tubes avant mise en œuvre
(T > 120 °C) ou de vapeur d’eau : à une pression au moins égale à 1,5 fois la PMS.
- DI > 80 mm et • Épreuve hydraulique, en présence d’un expert
- PMS > 4 bar et agréé, de chaque tronçon homogène avant mise
- produit PMS par DI > 1000 bar.mm. en service et contrôle radiographique de 100 %
des soudures de raboutage des tronçons
• Pour les canalisations de gaz, vapeurs (réépreuve après modification ou réparation).
ou liquides avec pression effective de vapeur • Pas de réépreuve périodique, sauf réépreuve
en service > 1 bar : décennale pour les canalisations de transport
- DI > 80 mm et de fluides inflammables ou toxiques, pour
la partie située dans les agglomérations.
- PMS > 10 bar et
• L’épreuve hydraulique est remplacée par
- produit PMS par DI > 1500 bar.mm. une épreuve pneumatique pour certains fluides.
Les accessoires de canalisation (robinetteries,
filtres...) sont soumis également à la réglementation des appareils à pression qui
les concerne.
M

Construction
Les textes réglementaires donnent les principales dispositions constructives à
respecter, en particulier :
• exigence de compatibilité avec le fluide et d’exemption de fragilité aux tempé-
ratures de service ;
• valeurs de ductilité minimales pour les composants ;
• accord préalable du ministre chargé de l’Industrie en cas d’emploi de matériaux
non métalliques ou autres que l’acier ;
• limitation des contraintes admissibles de calcul ;

retour sommaire vos 26 bligations réglementaires


Appareils à pression

• organe de sectionnement avec dispositif de fermeture automatique pour certains


fluides ;
• protection contre la corrosion externe et isolement électrique pour les canali-
sations enfouies à même le sol ;
• obligations résultant de l’arrêté ministériel du 24.03.1978 ;
• protection de la canalisation contre un excès de pression par un ou plusieurs
organes de sûreté ;
• fourniture d’un dossier descriptif de l’installation.
Arrêté du 4.08.2006
4.2.1 Canalisations de transport d’hydrocarbures liquides ou liquéfiés sous pression Décret 59-998 du 14.08.1959
Arrêté du 1.10.1959 modifié
M

Soumission
Arrêté du 21.04.1989
Les seuils de soumission, qui
Contrôles
varient selon que la canalisation Les contrôles sont complexes et les épreuves effectuées sous le contrôle de la DRIRE.
concerne des hydrocarbures Sans être exhaustif, on peut citer :
liquides ou liquéfiés et, selon la • Épreuve pneumatique de chaque tronçon à 6 bar pendant 2 heures, avant tout
catégorie, sont précisés dans revêtement et enfouissement.
• Épreuve hydraulique de chaque tronçon à 1,2 fois la PMS (ou 1,1 fois selon la catégorie)
l’arrêté ministériel du 1.10.1959. pendant 6 heures.
M

Construction • Pour les canalisations de transport d’hydrocarbures liquéfiés, épreuve hydraulique à


Les arrêtés du 4.08.2006 et du 1,5 fois la PMS (ou 1,25 fois selon la catégorie) ; la pression est établie 72 heures
21.04.1989 précisent toutes les au moins après le remplissage, la variation de pression est alors observée pendant
1 heure. Cette épreuve est complétée par une deuxième épreuve identique effectuée
dispositions constructives
avec un des hydrocarbures pouvant être transportés.
exigées par la réglementation • Vérification de l’étanchéité de tous les joints n’ayant pu être contrôlés au cours
(matériaux, protection contre la des épreuves de section.
corrosion, voisinage avec d’au- • Renouvellement de l’épreuve hydraulique tous les 10 ans à 1,1 ou 1,05 fois la PMS
(des 2 épreuves tous les 5 ans à 1,25 ou 1,2 fois la PMS pour les hydrocarbures liquéfiés).
tres ouvrages...).
Loi du 15.02.1941 - Décret 64-81
du 23.01.1964 (abrogé par
4.2.2 Canalisations de transport de gaz combustibles le décret du 15.10.1985, mais
• Construction classique, en acier non allié ou faiblement allié. encore applicable aux demandes
antérieures) - Décret 85-1108
M

Soumission du 15.10.1985 modifié


- PMS  4 bar et Arrêté du 11.05.1970 modifié
- Produit PMS par DI > 1500 bar.mm. Arrêté du 4.08.2006
- Température  100 °C. Contrôles
M

Construction • Épreuve hydraulique, sous le contrôle d’un expert agréé, des éléments et accessoires
- Les ouvrages sont classés en constitutifs avant leur mise en place (sauf justifications fournies par le transporteur).
trois catégories selon le • Épreuve hydraulique de résistance PE d’une durée de 2 heures, sous le contrôle d’un
expert agréé (possibilité de remplacement par une épreuve à l’air odorisé ou au gaz
degré d’urbanisation des sous réserve d’accord).
zones traversées. • Épreuve hydraulique d’étanchéité à une pression comprise entre PE et PMS pendant
- Les matériaux utilisables et une durée suffisante fonction des caractéristiques de l’essai et de la précision des
les contraintes admissibles mesures (possibilité de remplacement par une épreuve à l’air odorisé ou au gaz sous
pression de 6 bar ou égale à PE sous réserve d’accord).
autorisées varient selon la
• Avant mise en gaz, le transporteur doit faire constater par la DRIRE que les installations
catégorie. répondent aux exigences de sécurité (dossier à remettre) et obtenir l’autorisation de celle-ci.
• Pas de réépreuve périodique.
M

Construction spéciale
Pour les matériaux autres que acier non allié ou faiblement allié ou des conditions
d’exploitation plus sévères (T > 100 °C, P > 4 bar…), des prescriptions particulières
éditées par le ministre chargé du Gaz sont prévues.

retour sommaire vos 27 bligations réglementaires


> Appareils à pression

5 INSTALLATIONS DE GAZ COMBUSTIBLES DANS LES IMMEUBLES Décret 62-608 du 23.05.1962


Arrêté du 02.08.1977 modifié
Arrêté du 16.07.1980
M

Soumission Arrêté du 12.08.1991


• Toutes les installations servant à la distribution de gaz combustibles ou
d’hydrocarbures liquéfiés, situées à l’intérieur des bâtiments d’habitation ou de
leurs dépendances, aux appareils d’utilisation correspondants et aux locaux où
fonctionnent ces appareils.

Cette réglementation concerne toutes les installations situées en aval de l’organe


de coupure générale de branchement, que ce soit pour les maisons individuelles
ou les immeubles collectifs.
• Sont exclus de fait les immeubles de grande hauteur (H > 50 m), dont la régle-
mentation interdit le stockage et l’utilisation de combustibles gazeux sauf pour
quelques exceptions prévues.
• Sont également exclus les générateurs de chauffage dont la puissance nominale
totale installée dans une même chaufferie excède 70 kW.
M

Construction
Les appareils d’utilisation, tuyaux d’alimentation, tuyauteries fixes, organes de cou-
pure et tous les accessoires, ainsi que les modes et matériaux d’assemblage,
doivent être conformes :
• aux normes ou spécifications rendues
Vérifications
obligatoires par les arrêtés ministériels • Certificat de conformité à délivrer par l’installateur (pour toute installation
pris en application du décret du neuve ou après complément ou modification d’une installation existante).
23.05.1962 (notamment arrêtés minis- • Contrôle par sondage, par un organisme agréé (Qualigaz), des installations
tériels du 22.10.1980 et du 15.07.1980 intérieures (y compris certaines parties d’installation avant compteur
ou organe de coupure).
modifié), • Contrôle approprié, par le distributeur, des installations à usage collectif,
• ou avoir été agréés au préalable par le canalisations et organes accessoires d’alimentation des chaufferies.
ministre chargé de la sécurité du Gaz, • Avant mise en gaz, vérification par le distributeur de l’étanchéité apparente
ou à une norme nationale d’un État des tuyauteries fixes de l’installation et de l’existence des certificats
de conformité visés par Qualigaz.
membre de l’Union européenne et
reconnue équivalente,
• ou être conformes aux dispositions de l’arrêté ministériel du 12.08.1991 portant
l’application de la directive CEE n° 90-396, dont l’application est obligatoire depuis
le 1.01.1996.

Les installations à usage collectif et les tiges-cuisines doivent être réalisées par des
personnes (soudeurs, braseurs ou soudo-braseurs) titulaires d’une attestation
d’aptitude professionnelle spécifique du mode d’assemblage du matériau, délivrée
par un organisme agréé et renouvelée périodiquement.

Cette attestation est également exigée pour la réalisation d’assemblages par


électrosoudage sur tubes en polyéthylène depuis le 1.01.1999.

Pour les bâtiments collectifs d’habitation comprenant plus de dix logements par
cage d’escalier, un état descriptif doit être établi et remis au distributeur.

retour sommaire vos 28 bligations réglementaires


Appareils à pression

Décret du 13.12.1999
6 EXPLOITATION DES GÉNÉRATEURS SANS PRÉSENCE HUMAINE Décret du 02.04.1926 modifié
PERMANENTE Arrêté du 18.09.1967 modifié
Arrêté du 15.03.2000
BSEI 07-317
M

Soumission
Tous les générateurs de vapeur d’eau ou d’eau surchauffée, exploités SPHP.
M

Prescription
• Tout générateur exploité SPHP doit répondre aux prescriptions de la notice
d’instructions établie par le fabricant, ou à défaut, à celles de normes ou du cahier
des charges reconnu par l’administration*.
• S’il est soumis à DMS (voir § 3.2), il doit être contrôlé préalablement à son
exploitation par un organisme de contrôle agréé qui procèdera au contrôle
des points prévus au § 3.3.
Ce contrôle donnera lieu à la délivrance d’une attestation à conserver au dossier et
au poinçonnage de l’équipement.

Contrôles périodiques
• Si soumise à déclaration, avant mise en service, contrôle initial par un organisme
agréé qui délivrera une attestation de contrôle de mise en service.
• À la périodicité prévue par la notice d’instructions (maxi. 18 mois), ou à défaut
à la périodicité prévue par la norme ou le cahier des charges reconnu applicable
(12 mois pour la norme NF E 32-020) contrôle par un organisme agréé de l’état
et du bon fonctionnement des dispositifs de régulation, et de sécurité ainsi que
de l’application des dispositions définies pour la surveillance des appareils
et la qualification du personnel.

Dans tous les autres cas (générateurs qui n’entrent pas dans le champ d’application
des normes et cahiers des charges cités ci-dessous), les dispositions du décret du
2.04.1926 et de l’arrêté du 15.03.2000 modifié s’appliquent totalement, et les géné-
rateurs doivent être exploités sous le régime d’une surveillance permanente.

* Cahier des charges AQUAP 2007/01.


Normes de la série NF E 32020.
Cahier des charges GAPAVE M.D15.0.09/01.

retour sommaire vos 29 bligations réglementaires


> Transport des marchandises dangereuses

1 INTRODUCTION
Les réglementations relatives au transport terrestre des matières IMDG/RID/ADR - 2007
dangereuses ont fortement évolué ces dernières années. Les règlements
internationaux ADR (route) et RID (rail) sont retranscrits au niveau
européen (directives 96/55 et 96/49) et au niveau français : arrêté minis-
tériel du 1.06.2001 modifié (arrêté ADR) et arrêté du 5.06.2001 modifié
(arrêté RID). Cependant, des spécificités nationales subsistent, permettant
en particulier de maintenir en service des matériels construits suivant les
anciens règlements : RTMD, RTMDR, RTMDF…

2 RAPPEL DES PRINCIPALES RÉGLEMENTATIONS


• ADR : accord relatif au transport international des marchandises dangereuses
par route.
• RID : règlement concernant le transport international ferroviaire des marchandises
dangereuses.
• IMDG : code maritime international des marchandises dangereuses.
• ADNR : règlement pour le transport des matières dangereuses sur le Rhin.
• OACI/IATA : convention relative à l’Aviation civile internationale. Association du
transport aérien international, résolution 618 : réglementation pour le transport des
marchandises dangereuses.
• CSC : convention internationale sur la sécurité des conteneurs.

3 VÉRIFICATIONS PÉRIODIQUES RÉGLEMENTAIRES


3.1 Citernes (routières, ferroviaires, conteneurs…) IMDG/RID/ADR § 6.8.
M

Contrôles périodiques
Respectivement tous les 6, 8 et 5 ans pour les citernes routières, les citernes
ferroviaires et les conteneurs citernes.
Visite intérieure et extérieure.
Épreuve hydraulique.
Épreuve d’étanchéité.
Vérification du bon fonctionnement des équipements.
M

Contrôle intermédiaire
Respectivement tous les 3, 4 et 2,5 ans pour les citernes routières, les citernes
ferroviaires et les conteneurs citernes.
Épreuve d’étanchéité.
Vérification du bon fonctionnement des équipements.

3.1.1 Cas particuliers


M

Véhicules citernes à déchets ADR - 2007


• Une visite intérieure complémentaire est requise lors des contrôles intermédiaires. § 6.8
§ 6.10

retour sommaire vos 30 bligations réglementaires


Transport des marchandises dangereuses
M

Citernes de transport de matières de la classe 2 (gaz)


Arrêté ADR
• Pour les citernes fabriquées avec un acier dont la résistance à la traction peut Annexe 49.4d
Annexe D6
excéder 725 N/mm2, autre qu’austénitique, une visite intérieure et extérieure ainsi
qu’un contrôle magnétoscopique sont requis tous les ans (3 ans pour les citernes
de capacité inférieure ou égale à 21 m3).

3.2 Grands récipients pour vrac (GRV) métalliques, en plastique rigide ou IMDG/RID/ADR - § 6.5
composite
Vérification de la conformité au type.
Visite intérieure et extérieure.
Vérification du bon fonctionnement de l’équipement de service. Tous les 5 ans
Épreuve d’étanchéité pour les GRV remplis ou vidés sous pression.

Visite extérieure.
Vérification du bon fonctionnement de l’équipement de service. Tous les 2,5 ans
Épreuve d’étanchéité pour les GRV remplis ou vidés sous pression.

3.3 Flexibles
Arrêté ADR - Annexe D1
Contrôle visuel. 1 an
M

Épreuve d’étanchéité après la date d’épreuve initiale


• Flexibles pour l’ammoniac. 18 mois
• Flexibles pour les hydrocarbures de la classe 2. 3 ans
Les flexibles sont réformés au plus tard 6 ans après la date d’épreuve initiale
(3 ans pour l’ammoniac).

3.4 Conteneur à usage général (CSC) CSC du 02.12.1972 - Arrêté


du 22.11.1984 - IMDG 1.2
• 1re visite après fabrication. 5 ans
• Autres visites extérieures. Tous les 2,5 ans

3.5 Récipients sous pression transportables IMDG/RID/ADR


Directive 99/36/CE
M

Récipients concernés
Décret 2001/386 du 03.05.2001
• Bouteilles : récipients sous pression transportables, d’une capacité en eau Arrêté du 03.05.2004
n’excédant pas 150 litres.
• Tubes : récipients à pression transportables sans soudure, d’une contenance en
eau supérieure à 150 litres, mais ne dépassant pas 3000 litres.
• Fûts à pression : récipients à pression transportables de construction soudée,
d’une contenance en eau supérieure à 150 litres, mais ne dépassant pas
1000 litres ; récipients cryogéniques.
• Cadres de bouteilles : ensemble de bouteilles attachées entre elles et reliées
par un tuyau collecteur et transportées en tant qu’ensemble indissociable. La
contenance totale en eau ne doit pas dépasser 3000 litres ; sur les cadres
destinés au transport de gaz toxique de la classe 2 (groupes commençant par
la lettre T conformément au 2.2.2.1.3), cette capacité est limitée à 1000 litres.
• Récipients cryogéniques : récipients à pression transportables, isolés thermi-
quement pour le transport de gaz liquéfiés réfrigérés, d’une contenance en eau ne
dépassant pas 1000 litres.

retour sommaire vos 31 bligations réglementaires


>
M
Transport des marchandises dangereuses

Matières concernées
• Gaz de la classe 2.
• Cyanure d’hydrogène stabilisé de la classe 6.1 (n° ONU 1051).
• Fluorure d’hydrogène anhydre de la classe 8 (n° ONU 1052).
• Acide fluorhydrique de la classe 8 (n° ONU 1790).
M

Contrôles périodiques RID/ADR


Sauf disposition spéciale, la périodicité des contrôles est précisée dans les instruc- Instructions P200 et P203
tions P200 et P203 du RID/ADR.
Le contenu des contrôles périodiques comprend en général les opérations suivantes : RID/ADR § 6.2.6
• vérification des marquages ; Arrêté du 03.05.2004
Article 6
• examen de l’état extérieur et de la collerette du récipient ;
• examen de l’état intérieur du récipient ;
• contrôle visuel du taraudage du goulot ;
• épreuve de pression hydraulique ;
• au besoin, contrôle des caractéristiques du matériau ;
• vérification de l’état de l’équipement (robinet et autres accessoires ayant une
fonction directe de sécurité tels que soupapes, robinetterie, accessoires utilisés
pour le transport, tels que chapeaux…) ;
• vérification de l’assujettissement des bouteilles au cadre, pour les cadres de
bouteilles.

4 TRANSPORT DES MARCHANDISES DANGEREUSES


RID/ADR § 1.8
M

Conseiller à la sécurité Transport des marchandises dangereuses du 01.06.2001


Toute entreprise qui procède à des transports de marchandises dangereuses ou à Arrêté RID du 05.06.2001
des opérations de chargement ou de déchargement liées à de tels transports, doit
désigner un conseiller à la sécurité. 5 ans
M

Transport des marchandises dangereuses ADR/RID ADR Ch. 1.3


Le personnel chargé du chargement ou du déchargement de marchandises dange- Arrêtés RID/ADR
reuses doit être formé.
M

Aérien IATA
Le personnel chargé du chargement ou du déchargement de marchandises IATA
dangereuses doit être formé auprès d’une école accréditée IATA. 12 catégories
de personnel en 2005, de l’expéditeur au chargement aéronef, en passant par
emballeurs, bagagistes, agents chargés du filtrage.
M

Maritime IMDG IMDG

retour sommaire vos 32 bligations réglementaires


> Machines

1 VÉRIFICATIONS GÉNÉRALES PÉRIODIQUES


Les vérifications générales périodiques portent sur l’ensemble des éléments Code du travail
dont la détérioration est susceptible de créer un danger. Ces vérifications, Article R. 233-11 - Arrêté
du 05.03.1993 du ministère
limitées aux parties visibles et aux éléments accessibles par démontage des du Travail complété par l’arrêté
carters ou capots, sont les suivantes : du 04.06.1993 du ministère
• vérification visuelle de l’état physique des matériels ; du Travail et arrêté du 24.06.1993
du ministère de l’Agriculture
• vérification des éléments fonctionnels concourant au travail par des essais Note technique ministérielle
de fonctionnement ; n° 9 du 02.08.1995
• vérification des réglages et des jeux ;
• vérification de l’état des indicateurs.

Les équipements de travail devant faire l’objet de vérifications générales pério- Arrêté du 05.03.1993 complété
diques, à l’exception de ceux mus par la force humaine employée directement et Arrêté du 04.06.1993
Arrêté du 24.06.1993
dont le chargement ou le déchargement n’est pas effectué manuellement en phase Note technique n° 9 - du 02.08.1995
de production, sont les suivants :
• presses mécaniques et presses hydrauliques pour le travail à froid des métaux ;
• presses à vis ;
• presses à mouler par injection ou compression des matières plastiques ou de
caoutchouc ;
• presses à mouler les métaux ;
• massicots pour la découpe du papier, du carton, du bois ou des matières plastiques
en feuilles ; 3 mois
• presses à façonner les cuirs, peaux, papiers ou matières plastiques en feuilles au
moyen d’un emporte-pièce ;
• presses à platine telles que presses à dorer, à gaufrer, à découper ;
• machines à cylindres pour l’industrie du caoutchouc ;
• presses à balles ;
• compacteurs à déchets ;
• systèmes de compactage des véhicules de collecte d’ordures ou de déchets.

Nota : lorsqu’ils ne sont effectivement utilisés que pendant la durée de campagnes saisonnières et que la période
d’intercampagne est supérieure à 3 mois, les équipements de travail mentionnés ci-dessus ne doivent faire l’objet, pen-
dant cette période d’intercampagne, que d’une seule vérification périodique.

• Centrifugeuses.
• Machines mobiles d’extraction, de terrassement, d’excavation ou de forage du sol
à conducteur porté et machines à battre les palplanches.
• Arbres à cardans de transmission de puissance, amovibles entre une machine
automotrice ou un tracteur et une machine réceptrice et dispositifs de protection 1 an
Arrêté du 24.06.1993
desdits arbres à cardans.
• Motohoues, motoculteurs sur lesquels peuvent être montés des outils de travail
du sol rotatifs.

retour sommaire vos 33 bligations réglementaires


> Machines

Arrêté du 05.03.1993
2 VÉRIFICATION LORS DE LA REMISE EN SERVICE DES ÉQUIPEMENTS DE complété
TRAVAIL UTILISÉS PENDANT LA DURÉE DE CAMPAGNES SAISONNIÈRES Arrêté du 04.06.1993
Arrêté du 24.06.1993
• Essai permettant de s’assurer du fonctionnement en sécurité des équipements Note technique n° 9
du 02.08.1995
de travail concernés avant leur remise en service en début de toute nouvelle
campagne. Ponctuel

Arrêté du 28.07.1961
3 VÉRIFICATION DES MEULES ET MACHINES À MEULER modifié Arrêté
du 21.09.1982
3.1 Meules
• Examen visuel à réception et avant stockage.
• Examen au son avant montage. Ponctuel
• Examen avant mise en service.

3.2 Machines à meuler


• Examen de la broche, des flasques, du support de pièces et du dispositif de réglage.
• Vérification de la vitesse normale d’utilisation et du sens de rotation. Périodique

3.3 Meuleuses fixes et portatives


Vérification :
• de l’efficacité du régulateur de vitesse, par tachymètre ;
• de l’adéquation de la vitesse de rotation de la broche et de la meule ;
• de l’état des toiles de renforcement des meules utilisées pour le tronçonnage ; Périodique
• de la pression d’air comprimé alimentant les meuleuses pneumatiques.

4 VÉRIFICATION DES PISTOLETS DE SCELLEMENT Code du travail Circulaire10/54


du 21.12.1954
• Vérification, avant emploi, du bon fonctionnement des dispositifs de sécurité. Journalière

5 VÉRIFICATION DES CABINES DE PEINTURE ET DE SÉCHAGE


• Prévention des intoxications.
• Prévention des incendies. Ponctuel
• Vérification de l’état de conformité des cabines neuves ou en service. Décret du 23.08.1947
Décret 90-53

Code du travail - Article R-233-4


6 VÉRIFICATION APRÈS DÉMONTAGE DES PROTECTEURS
ET DISPOSITIFS DE PROTECTION
• Vérification du maintien de l’état de conformité.
• Essai permettant de vérifier que ces dispositifs sont en place et fonctionnent Ponctuel
correctement. Articles R-233-90,
R-233.1.1, Article R-233-4

retour sommaire vos 34 bligations réglementaires


Machines

7 VÉRIFICATION DE L’ÉTAT DE CONFORMITÉ DES MACHINES NEUVES


• Vérification de l’état de conformité des machines aux règles techniques de
Code du travail - Décrets
conception qui leur sont applicables : du 29.07.1992 modifiés
- avant leur mise sur le marché ; et leurs textes subséquents
- préalablement à leur mise en service dans l’établissement utilisateur. Ponctuel

Code du travail
8 VÉRIFICATION DE L’ÉTAT DE CONFORMITÉ DES MACHINES D’OCCASION Décrets du 29.07.1992 modifiés
Décret du 02.12.1998 modifié
• En provenance d’un État non membre de la Communauté européenne. Articles R-233-49-4, R-233-89
et suivants.
• Ayant déjà été utilisées effectivement dans un État membre de la Communauté Ponctuel
européenne et faisant l’objet d’une cession ou d’une location.

9 VÉRIFICATION DE MISE EN CONFORMITÉ DES MACHINES


FIXES ET MOBILES EN SERVICE
• Vérification de la mise en conformité des machines anciennes maintenues Code du travail
en service avec les prescriptions techniques et les règles d’installation et Décrets du 11.01.1993
Décret du 02.12.1998 modifié
d’utilisation qui leur sont applicables. Ponctuel

retour sommaire vos 35 bligations réglementaires


> Appareils et accessoires de levage

DÉFINITIONS
M

Appareils de levage et leurs supports Arrêté du 01.03.2004


Machines, y compris celles mues par la force humaine employée directement, et Article 2-a DRT 2005-04
du 24.03.2005
leurs équipements, conduits par un ou des opérateurs qui agissent sur les mouve-
ments au moyen d’organes de service dont ils conservent le contrôle, dont au moins
une des fonctions est de déplacer une charge constituée par des marchandises ou
matériels et, le cas échéant, par une ou des personnes, avec changement de niveau
significatif de cette charge pendant son déplacement, la charge n’étant pas liée de
façon permanente à l’appareil. N’est pas considéré comme significatif un change-
ment de niveau correspondant à ce qui est juste nécessaire pour déplacer la charge
en la décollant du sol et n’est pas susceptible d’engendrer de risque en cas de
défaillance du support de charge. Annexe de la DRT

Sont notamment visés par cette définition des appareils de levage, les équipements
de travail suivants :
• treuils, palans, vérins et leurs supports ;
• tire-fort de levage, pull-lifts, cric de levage ;
• monorails, portiques, poutres et ponts roulants ;
• poutres de lancement, blondins, mâts de levage ;
• grues potences, grues sapines, grues derricks, grues à tour équipées le cas
échéant de dispositifs de contrôle d’interférence ;
• grues mobiles automotrices ou sur véhicule porteur, grues auxiliaires de char-
gement de véhicules ;
• grues portuaires, grues sur support flottant ;
• débardeuses pour les travaux forestiers
• bras ou portiques de levage pour bennes amovibles ;
• tracteurs poseurs de canalisations également dénommés pipe-layers ;
• engins de terrassement équipés pour la manutention d'objets ;
• tables élévatrices, hayons élévateurs ;
• monte-matériaux, monte-meubles, skips ;
• plans inclinés ;
• ponts élévateurs de véhicule ;
• chariots automoteurs élévateurs à conducteur porté ou non, gerbeurs ;
• transstockeurs avec conducteur embarqué
• élévateurs de postes de travail tels qu’échafaudages volants motorisés ou non,
plates-formes s’élevant le long de mâts verticaux, élévateurs à nacelles auto-
moteurs ou non ou installés sur véhicules porteurs, appareils de manutention à
poste de conduite élevable ;
• appareils assurant le transport en élévation des personnes tels qu’ascenseurs de
chantier, plans inclinés accessibles aux personnes ;
• manipulateurs mus mécaniquement ;
• appareils en fonctionnement semi-automatique ;
• chargeurs frontaux conçus pour être assemblés sur les tracteurs agricoles ;
• équipements interchangeables installés sur les tabliers de chariots élévateurs à
flèche télescopique ou non.

retour sommaire vos 36 bligations réglementaires


Appareils et accessoires de levage
M

Accessoires de levage Article 2-b


Équipements non incorporés à une machine, à un tracteur ou à un autre matériel et
placés entre la machine, le tracteur ou tout autre matériel et la charge, tels que :
• élingue ;
• palonnier ;
• pince autoserrante ;
• aimant ;
• ventouse et cé de levage.

Les listes ci-dessus ne sont pas exhaustives.

1 VÉRIFICATIONS AVANT MISE EN SERVICE DES APPAREILS DE LEVAGE


1.1 Appareils de levage neufs, mus mécaniquement ou par la force humaine Code du travail
employée directement et leur(s) support(s) Article R.233-11-1

1.1.1 Appareils dont le responsable de la mise sur le marché s’est assuré de Arrêté du 01.03.2004
l’aptitude à l’emploi dans leurs configurations d’utilisation (épreuves Article 13
statiques et dynamiques)
• Examen d’adéquation. Arrêté du 01.03.2004 - Article 51
• Essai de fonctionnement. Arrêté du 01.03.2004 - Article 6

1.1.2 Appareils dont le responsable de la mise sur le marché ne s’est pas Arrêté du 01.03.2004 - Article 14
assuré de l’aptitude à l’emploi dans leurs configurations d’utilisation
• Examen d’adéquation. Article 5-I
• Examen de montage et d'installation (pour les appareils installés à demeure) Article 5-II
• Épreuve statique. Article 10
• Épreuve dynamique (appareils mus mécaniquement et tous appareils de levage
conçus pour lever des personnes). Article 11
• Essai de fonctionnement et vérification de l’efficacité, notamment des freins, limi-
teurs de course ainsi que des limiteurs de charge et de moment de renversement
s’ils existent. Article 6

1.1.3 Cas particuliers des appareils faisant l’objet d’une impossibilité Arrêté du 01.03.2004
technique à subir l’essai de fonctionnement défini à l’article 6 ou les épreuves Article 25
définies aux articles 10 et 11
• Examen d’adéquation. Article 5-I
• Examen de montage et d'installation (pour les appareils installés à demeure). Article 5-II
• Vérification de l’aptitude à l’emploi de mécanismes et suspensions utilisés. Article 25-I
• Mesure des déformations subies par l’appareil au cours d’un chargement
progressif, permettant de déduire, par rapprochement avec les résultats de
calculs, la valeur des contraintes qui seraient subies par l’appareil sous charge
totale d’épreuve. Article 25-II

retour sommaire vos 37 bligations réglementaires


> Appareils et accessoires de levage

1.1.4 Cas particuliers des appareils de levage spécialement conçus ou Arrêté du 01.03.2004
assemblés pour effectuer une seule opération de levage Article 26
• Examen d’adéquation. Article 5-I
• Examen de montage et d'installation (pour les appareils installés à demeure). Article 5-II
• Épreuve statique des mécanismes et suspensions utilisés. Article 10
• La mise en œuvre de mesures appropriées permettant de s’assurer du bien-fondé
des hypothèses faites lors de la conception de l’appareil en ce qui concerne la
résistance et la stabilité. Article 26-I

Nota : dans les deux cas particuliers précités, les vérifications, notamment de nature expérimentale, doivent être Articles 25 et 26
effectuées par un organisme agréé conformément à l’arrêté du 22.12.2000 modifié.

Arrêté du 01.03.2004
1.2 Appareils de levage d’occasion et le cas échéant leur(s) support(s) Article 15-I
• Examen d’adéquation. Article 5-I
• Examen de montage et d'installation (pour les appareils installés à demeure). Article 5-II
• Épreuve statique. Article 10
• Épreuve dynamique (appareils mus mécaniquement et tous appareils de levage Article 11
conçus pour lever des personnes).
• Essai de fonctionnement et vérification de l’efficacité, notamment des freins, limi- Article 6
teurs de course ainsi que des limiteurs de charge et de moment de renversement
s’ils existent.
Arrêté du 01.03.2004
1.3 Appareils de levage en location et le cas échéant leur(s) support(s) Article 15-II
• Examen d’adéquation. Article 5-I
• Examen de montage et d'installation (le cas échéant). Article 5-II
• Essai de fonctionnement et vérification de l’efficacité, notamment des freins, limi-
teurs de course ainsi que des limiteurs de charge et de moment de renversement Article 6 b)
s’ils existent.

Nota : les appareils de location et les appareils d’occasion sont soumis uniquement aux examens susmentionnés à
condition d’avoir fait l’objet, régulièrement depuis la date de la première opération de location effectuée par le loueur en
cause, des vérifications périodiques définies à l’article 22 de l’arrêté du 01.03.2004 dans les délais qu’il prévoit.
Le chef de l'établissement utilisateur de l'appareil loué doit s'assurer auprès du loueur que les vérifications avant mise en
service et les vérifications générales périodiques ont bien été effectuées.A cet effet, il doit être placé sur l'appareil, ou à défaut
à proximité, avec la notice d'instructions, les copies des rapports de vérification de première mise en service et de la dernière
vérification périodique ainsi que l'historique des vérifications périodiques effectuées.

2 VÉRIFICATIONS AVANT MISE EN SERVICE DES ACCESSOIRES


DE LEVAGE
2.1 Accessoires de levage neufs dont le responsable de la mise sur le marché Arrêté du 01.03.2004
s’est assuré de l’aptitude à l’emploi (épreuve statique). Article 16
• Examen d’adéquation Article 7

retour sommaire vos 38 bligations réglementaires


Appareils et accessoires de levage

2.2 Accessoires de levage neufs dont le responsable de la mise sur le marché Arrêté du 01.03.2004
ne s’est pas assuré de l’aptitude à l’emploi Article 17
• Examen d’adéquation. Article 7
• Épreuve statique. Article 8

2.3 Accessoires de levage d’occasion Arrêté du 01.03.2004 - Article 17


• examen d’adéquation ; Article 7
• épreuve statique. Article 8

2.4 Accessoires de levage en location


Bien que la consistance de la vérification des accessoires de levage de location ne
soit pas définie par l’arrêté du 01.03.2004, Apave suggère de procéder à :
• examen d’adéquation ;
• examen de l’état de conservation, sous réserve d’avoir subi, lors de sa première
mise en service, l’épreuve statique prévue à l’article 8 puis, régulièrement depuis
la première opération de location effectuée par le loueur en cause, des vérifica-
tions périodiques définies à l’article 24 de l’arrêté du 01.03.2004. Article 7

Nota : toutes les vérifications effectuées au titre de l’application de l’article R-233-11-1 ne préjugent en aucun cas de
l’état de conformité des appareils et accessoires de levage aux règles ou prescriptions techniques de conception qui leur
sont applicables eu égard aux dispositions des articles L.233-5 et L.233-5.1 du Code du travail.

3 VÉRIFICATIONS GÉNÉRALES PÉRIODIQUES DES APPAREILS Code du travail


Article R.233-11
DE LEVAGE
3.1 Contenu Arrêté du 01.03.2004
• Examen de l’état de conservation. Article 9
• Essais de fonctionnement consistant :
- à s’assurer de l’efficacité de fonctionnement : Article 6-b)
- des freins ou dispositifs équivalents destinés à arrêter, puis à maintenir, dans
toutes leurs positions, la charge ou l’appareil ;
- des dispositifs contrôlant la descente des charges ;
- des dispositifs limitant les mouvements de l’appareil de levage et de la charge
tels que limiteurs de course, limiteurs de relevage, limiteurs d’orientation, dispo-
sitifs anticollision, dispositifs parachutes ;
- à déclencher, lorsqu'ils existent : Article 6-c)
les limiteurs de charge et de moment de renversement (fonctionnement aux
valeurs définies dans la notice d'instructions ou à moins de 1,1 fois la charge ou
le moment maximal.

retour sommaire vos 39 bligations réglementaires


> Appareils et accessoires de levage

3.2 Périodicité Arrêté du 01.03.2004

3.2.1 Appareils de levage fixes ou mobiles, mus mécaniquement ou par la


Article 23 - 1er alinéa
force humaine employée directement (cas général), installés à demeure 1 an

3.2.2 Appareils de levage mus mécaniquement suivants :


- grues auxiliaires de chargement de véhicules ;
- grues à tour à montage rapide ou automatisé, sur stabilisateurs ;
- bras ou portiques de levage pour bennes amovibles ;
- hayons élévateurs ;
- monte-meubles ;
- monte-matériaux de chantier ;
- engins de terrassement équipés pour le levage ; 6 mois
Article 23-a)
- grues mobiles automotrices ou sur véhicule porteur, ne nécessitant pas de
montage ou de démontage de partie importantes ;
- chariots élévateurs ;
- tracteurs poseurs de canalisations ;
- plates-formes élévatrices mobiles de personnes.

3.3.3 Appareils de levage mus par la force humaine employée directement


Article 23-a)
non installés à demeure 6 mois

3.3.4 Appareils de levage mus par la force humaine utilisés pour déplacer en
Article 23-b)
élévation un poste de travail 3 mois

4 VÉRIFICATIONS GÉNÉRALES PÉRIODIQUES DES ACCESSOIRES


DE LEVAGE Code du travail
Article R.233-11
Examen de l’état de conservation permettant de déceler toute déformation suscep-
tible d’être à l’origine de situations dangereuses, telles que :
- déformation, hernie, étranglement ; Arrêté du 01.03.2004
- torons ou fils cassés ; Article 24
- inguet détérioré ; 1 an
- autres limites d’emploi précisées par la notice d’instruction du fabricant.

Code du travail - R.233-11-2


5 VÉRIFICATION LORS DE LA REMISE EN SERVICE DES APPAREILS Arrêté du 01.03.2004
DE LEVAGE Articles 19 à 21
Circulaire DRT 2005/04
La vérification, lors de la remise en service des appareils de levage, doit être effec- du 24.03.2005
tuée dans les cas suivants : Article 20
• en cas de changement de site d’utilisation ;
• en cas de changement de configuration ou des conditions d’utilisation sur un
même site ;
• à la suite d’un démontage suivi d’un remontage de l’appareil de levage ;

retour sommaire vos 40 bligations réglementaires


Appareils et accessoires de levage

• après tout remplacement, réparation ou transformation importante intéressant les


organes essentiels de l’appareil de levage ;
• à la suite de tout accident provoqué par la défaillance d’un organe essentiel de
l’appareil de levage.

5.1 Cas général applicable à tous les appareils nécessitant l’aménagement Arrêté du 01.03.2004
d’un support Article 19
• Examen d’adéquation. Article 5-I
• Examen de montage et d'installation (le cas échéant). Article 5-II
• Examen de l'état de conservation. Article 9
• Épreuve statique. Article 10
• Épreuve dynamique (appareils mus mécaniquement et tous appareils de levage
conçus pour lever des personnes). Article 11
• Essai de fonctionnement et vérification de l’efficacité, notamment des freins,
limiteurs de course ainsi que des limiteurs de charge et de moment de renverse- Article 6
ment s’ils existent.

5.2 Cas de changement de site des appareils de levage non installés à Arrêté du 01.03.2004
demeure, suivants : Article 20-III
- grues auxiliaires de chargement de véhicules ;
- grues à tour à montage rapide ou automatisé, sur stabilisateurs ;
- bras ou portiques de levage pour bennes amovibles ;
- hayons élévateurs ;
- monte-meubles ;
- monte-matériaux de chantier ;
- engins de terrassement équipés pour le levage ;
- grues mobiles automotrices ou sur véhicule porteur, ne nécessitant pas de
montage ou de démontage de partie importantes ;
- chariots élévateurs ;
- tracteurs poseurs de canalisations ;
- plates-formes élévatrices mobiles de personnes ;
sous réserve qu'ils aient fait l'objet, dans la même configuration d'emploi :
- de la vérification avant mise en service ;
- d'une vérification générale périodique datant de moins de 6 mois.
Examen d’adéquation (si non effectué pour les travaux à réaliser et pour les condi- Article 5-I - C.DRT 2005/04
tions d'exploitation sur le nouveau site). du 24.03.2005 - Annexe 1

5.3 Cas de changement de site des appareils de levage non conçus Arrêté du 01.03.2004
spécialement pour lever des personnes, mus par la force humaine employée Article 20-II
directement, sous réserve qu'ils aient fait l'objet, dans la même configu-
ration d'emploi :
- de la vérification avant mise en service ;
- d'une vérification générale périodique datant de moins de 6 mois.
• Examen d’adéquation.

retour sommaire vos 41 bligations réglementaires


> Appareils et accessoires de levage

• Examen de montage et d'installation (le cas échéant). Article 5-I


• Vérification de la compatibilité de la capacité des appareils avec la résistance et Article 5-II - C.DRT 2005/04
la stabilité des supports. du 24.03.2005
Article 20-II

5.4 Déplacement le long d'un ouvrage sur un même site, sans démontage, Arrêté du 01.03.2004
de plates-formes suspendues motorisées ou non, ne possédant pas de voie Article 20-IV
de roulement ou de dispositif d'ancrage, ayant fait l'objet, dans la même
configuration d'emploi, d'une première vérification avant remise en service
sur le site en question
• Examen d’adéquation. Article 5-I
• Examen de montage et d'installation. Article 5-II
• Vérification des conditions d'appui.
• Essais de fonctionnement. Articles 6-b et 6-c

5.5 Changement de configuration sur un même site d'un ascenseur de Arrêté du 01.03.2004
chantier ou d'une plate-forme se déplaçant le long d'un mât (notamment Article 20-V
modification de la course ou des niveaux desservis)
• Examen d’adéquation. Article 5-I
• Examen de montage et d'installation. Article 5-II
• Vérification des conditions d'appui.
• Essais de fonctionnement. Articles 6-b et 6-c

5.6 Déplacement le long d'un ouvrage d'une plate-forme se déplaçant le


long d'un mât, nécessitant la mise en œuvre d'ancrages, ayant fait l'objet, Arrêté du 01.03.2004
dans la même configuration d'emploi, d'une première vérification avant Article 20-VI
remise en service sur le site en question
• Examen d’adéquation. Article 5-I
• Examen de montage et d'installation. Article 5-II
• Essais permettant d'apprécier la résistance des ancrages.
• Essais de fonctionnement. Articles 6-b et 6-c

5.7 Remplacement des chaînes, câbles et cordages Arrêté du 01.03.2004


• Attestation de l'élément remplacé et vérification que les caractéristiques sont les
mêmes que celles des chaînes, câbles ou cordages d’origine. Article 21-a
• Mention du remplacement dans le carnet de maintenance. Article 21-b
• Mention dans le carnet de maintenance du lieu où peut être consultée l'attestation
du nouvel élément. Article 21-c

Décret du 29.07.1992
6 VÉRIFICATION DE L’ÉTAT DE CONFORMITÉ DES APPAREILS Décret du 14.08.1996
Décret du 02.12.1998
ET ACCESSOIRES DE LEVAGE modifiéet textes
subséquents
Indépendamment des vérifications prescrites par la réglementation, il peut être procédé,
sur demande, à la vérification de l’état de conformité des appareils et accessoires de levage
aux règles techniques de conception et de construction qui leur sont applicables :
• avant leur mise sur le marché ;
• préalablement à leur mise en service dans l’établissement utilisateur. Ponctuel

retour sommaire vos 42 bligations réglementaires


Appareils et accessoires de levage

7 VÉRIFICATION DE L’ÉTAT DE CONFORMITÉ DES APPAREILS Code du travail - Articles


R-233-49-4, R-233-89
ET ACCESSOIRES DE LEVAGE D’OCCASION et suivants

• En provenance d’un État non membre de la Communauté européenne. Décret du 29.07.1992


• Ayant déjà été utilisés effectivement dans un État membre de la Communauté Ponctuel
européenne et faisant l’objet d’une cession ou d’une location. Décret du 02.12.1998

8 INSTALLATIONS DE MANUTENTION CONTINUE EN SERVICE


Vérification de la mise en conformité des installations de manutention continue Code du travail
mises en service avant le 1.01.1993 avec les prescriptions techniques et les règles Décret du 11.01.1993
Arrêté du 21.12.1995
d’installation et d’utilisation qui leur sont applicables.

9 OBLIGATION GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ


Outre les obligations spécifiques à certaines catégories d’appareils, tous les
équipements de travail et moyens de protection mis en service ou utilisés dans les
établissements mentionnés à l’article L.231-1 du Code du travail doivent être
installés, utilisés, réglés et maintenus de manière à préserver la sécurité et la santé
des travailleurs, y compris en cas de modification de ces équipements de travail et
de ces moyens de protection.

10 DISPOSITIONS COMPLÉMENTAIRES RÉGLEMENTANT L’UTILISATION Permanente


Code du travail - Article L-233-5-1
D’APPAREILS ET D’ENGINS DE CHANTIER (LISTE CI-APRÈS NON EXHAUSTIVE) Article R-233-1

10.1 Élévateurs de personnel à nacelle comportant un ou des bras articulés ou Toutes les semaines
télescopiques et un porteur mobile spécialement conçu ou adapté à cet effet Suivant les dispositions en vigueur
• Inspection des différentes parties. des administrations locales

10.2 Engins de levage mus mécaniquement, du type grue à tour ou tout autre Toutes les semaines
appareil de levage dont les charges sont déplacées à l’extérieur du polygone Suivant les dispositions en vigueur
de sustentation de l’appareil des administrations locales
• Autorisation de mise en place et/ou de montage.
• Autorisation de mise en service.

10.3 Appareils de levage mus mécaniquement, installés sur la voie publique Toutes les semaines
ou lorsque l’appareil implanté hors de la voie publique est susceptible soit de Suivant les dispositions en vigueur
dominer celle-ci ou des établissements recevant du public, soit d’y tomber des administrations locales
en cas d’accident
• Autorisation de montage.
• Autorisation de mise en service après vérification et épreuves par un organisme
de contrôle agréé.

retour sommaire vos 43 bligations réglementaires


> Appareils et accessoires de levage

10.4 Prévention du risque de renversement des grues à tour sous l’effet


du vent
M

Vérification de la présence : Recomandations


- des informations relatives à la résistance du sol, CNAMTS R406 du
10.06.2004
- du tronçon de sécurité, des moyens d’amarrage ou d’haubanage de l’appareil,
- des instructions concernant l’utilisation de l’appareil, du tableau des charges, de
l'affichage de la vitesse de pointe définie par le constructeur,
- de l’anémomètre.
M

Vérification du fonctionnement : Recommandation R406


- des alarmes sonores et visuelles,
- de l’anémomètre.

10.5 Examen approfondi des grues à tour 5 ans


Cet examen doit être effectué en complément des vérifications prescrites par Arrêté du 03.03.2004
l’arrêté du 01.03.2004, qui a pour objet de vérifier le bon état de conservation de
l’ossature de la grue à tour et de tous les éléments essentiels, y compris ceux dont
l’état ne peut être constaté qu’après démontage.
Cette obligation ne s'applique pas aux grues à tour pour lesquelles les chefs
d'établissements sont en mesure d'apporter la preuve qu'ils ont procédé aux exa-
mens et opérations de maintenance prescrits par le fabricant et selon la périodicité
indiquée par ce dernier dans la notice d'instructions.

11 MISE EN CONFORMITÉ DES APPAREILS DE LEVAGE EN SERVICE Décret du 02.12.1998


Code du travail :
(AUTRES QUE CEUX MARQUÉS CE) articles R.233.15
à R.233.41

12 INDUSTRIES EXTRACTIVES
Les conditions de vérification des équipements de travail utilisés pour le levage de RGIE
charges, l’élévation de postes de travail ou le transport en élévation de personnes Décret du 30.11.2001
Arrêté du 30.11.2001
prévues aux alinéas 1, 3 et 6 de l’article 9 du Titre équipements de travail du
Règlement général des industries extractives (RGIE) sont équivalentes à celles
fixées par l’arrêté du 01.03.2004 du ministre chargé du Travail.

retour sommaire vos 44 bligations réglementaires


> Échafaudages

Arrrêté du 21.12.2004
1 VÉRIFICATIONS AVANT MISE OU REMISE EN SERVICE Circulaire DRT 2005.08
du 27.06.2005
La vérification lors de la mise ou remise en service des échafaudages doit être
effectuée dans les cas suivants : Code du travail
• lors de la première utilisation ; Articles R.233-11-1
et R. 233-11-2
- en cas de changement de site d’utilisation et de tout démontage suivi d'un Arrêté du 21.12.2004
remontage ; Article 4
- en cas de changement de configuration, de remplacement ou de transformation
importante intéressant des constituants essentiels de l'échafaudage, notamment
à la suite de tout accident ou incident provoqué par la défaillance de l'un de ces
constituants ou de tout choc ayant affecté la structure ;
• à la suite de la modification des conditions d'utilisation, des conditions atmos-
phériques ou d'environnement susceptibles d'affecter la sécurité d'utilisation de
l'échafaudage ;
• à la suite d'une interruption d'utilisation d'au moins un mois.
M

La vérification comporte :
• l’examen d’adéquation ; Article 3 I
• l’examen de montage et d'installation ; Article 3 II
• l’examen de l'état de conservation. Article 3 III

2 VÉRIFICATION JOURNALIÈRE
Le chef d'établissement utilisateur doit, quotidiennement, réaliser ou faire réaliser un
examen de l'état de conservation en vue de s'assurer que l'échafaudage n'a pas Code du travail
subi de dégradation perceptible pouvant créer des dangers. Article R.233-11
Arrêté du 21.12.2004
Lorsque des mesures s'imposent pour remédier à ces dégradations, elles sont Article 5
consignées sur le registre de sécurité. Journalier

3 VÉRIFICATION TRIMESTRIELLE Code du travail - Article R.233-11


Arrêté du 21.12.2004 - Article 6

• Examen approfondi de l'état de conservation. 3 mois


Article 3-III

retour sommaire vos 45 bligations réglementaires


> Transports mécaniques

ASCENSEURS
M

Depuis l’année 2000, les ascenseurs installés dans des bâtiments neufs ou existants Décret n° 2000-810 du 24 août 2000
doivent respecter les exigences de la directive 95/16/CE du 29 juin 1995 et être
marqués CE : Circulaire UHC/QC n° 99-36 du
- 5 février 2000 : ascenseur dans bâtiments neufs ; 28.05.1999
- 15 septembre 2000 : ascenseur dans bâtiments existants.

Loi n° 2003-590 du 2 juillet 2003


M

Les propriétaires doivent :


- équiper les ascenseurs existants des dispositifs de sécurité complémentaires ; Article L. 125-2-1
- faire assurer l’entretien périodique ; Article L. 125-2-2
- soumettre les ascenseurs à un contrôle technique périodique par une tierce partie Article L. 125-2-3
compétente.

a) Amélioration de la sécurité des ascenseurs installés avant le 27 août 2000 Décret n° 2004-964
Les propriétaires d’ascenseurs doivent améliorer la sécurité des ascenseurs du 9 septembre 2004
Article R. 125-1-2
existants. Selon la nature des améliorations prescrites, les travaux doivent être
Arrêté du 18 novembre 2004
réalisés avant le 03 juillet 2008, 2013 ou 2018. (travaux)
Décret n° 2004-964 du
b) Entretien périodique de tous les ascenseurs 9 septembre 2004
L’entretien a pour objet d’assurer le bon fonctionnement et le maintien du niveau Article R. 125-2 / 2.1 / 2.2 / 2.3
de sécurité. Arrêté du 18 novembre 2004
(entretien)

c) Contrôle technique périodique


Le premier contrôle technique doit intervenir au plus tard le 3 juillet 2009 pour les
ascenseurs installés avant le 3 juillet 2003, ou cinq ans après l’installation de
l’ascenseur lorsque celle-ci a eu lieu après le 2 juillet 2003. Ensuite tous les cinq ans. 5 ans
Décret n° 2004-964 du
Ce contrôle est à faire effectuer par un contrôleur technique répondant aux 9 septembre 2004
Article R. 125-2-4
critères définis à l’article R 125-2-5 du décret cité ci-contre.
Arrêté du 18 novembre 2004
Ce contrôle technique périodique a pour objet : modifié par celui du 27 janvier 2005
M

De vérifier que les ascenseurs, marqués CE, restent conformes aux exigences (contrôle technique)
essentielles de sécurité de la directive du 29 juin 1995.
M

De vérifier que les ascenseurs, non soumis à cette directive, sont correctement
équipés des dispositifs concernant l’amélioration de la sécurité des ascenseurs
existants.
M

De repérer tout défaut présentant un danger pour la sécurité des personnes ou


portant atteinte au bon fonctionnement de l’ascenseur.
Ce contrôle technique ne se substitue pas aux autres contrôles réglementaires
dépendants du lieu d’implantation de l’équipement.

Quatre cas de figure principaux sont à envisager :


M M MM

Les établissements soumis au Code du travail.


Les bâtiments d’habitation.
Les établissements recevant du public (ERP).
Les immeubles de grande hauteur (IGH).

retour sommaire vos 46 bligations réglementaires


Transports mécaniques

ASCENSEURS OU MONTE-CHARGE Décret du 10 juillet 1913 modifié


article 11f

1 ÉTABLISSEMENTS SOUMIS AU CODE DU TRAVAIL


M

Pour tout type d’installation, le chef d’établissement est tenu de :


- faire examiner l’efficacité des organes de sécurité ; Journellement

- faire vérifier les câbles et les chaînes ; 6 mois

- faire vérifier les organes de sécurité. 1 an

2 BÂTIMENTS D’HABITATION
Aucune obligation réglementaire spécifique hormis le contrôle technique périodique
quinquenal, à la charge du propriétaire. 5 ans

3 ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DU 1ER GROUPE


(1re, 2ème, 3ème ET 4ème CATÉGORIES)
VRE
M

L’exploitant avant remise en service et après modification est tenu de faire Arrêté du 28.03.2007
procéder :
• par une personne ou par un organisme agréé : AS 9
Arrêté du 6.03.2006
- à une vérification des ascenseurs avant leur remise en service suite à une
transformation importante, y compris le fonctionnement,
- à un examen de maintien de la conformité acquise lors de la mise en service ou après
une transformation importante, 1 an
AS 9
- à un examen de l’état de conservation des éléments de l’installation, Arrêté du 6.03.2006
- à une vérification du fonctionnement des dispositifs de sécurité.
M

Vérification réglementaire en exploitation = VRE (Vérification réglementaire en exploitation)


L’exploitant est tenu de faire vérifier ses établissements en exploitation par un
organisme agréé.
VRE
M

Établissement en exploitation = VRE Arrêté du 28.03.2007


- L’existence des moyens nécessaires à l’entretien,
AS 9
- l’état d’entretien et la maintenance des installations, Arrêté du 28.03.2007
- le bon fonctionnement des installations de sécurité,
- l’existence du bon fonctionnement des réglages et les manœuvres
des dispositifs de sécurité.

4 ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DU 2ème GROUPE


(5ème CATÉGORIE)
M

L’exploitant est tenu de faire procéder par des techniciens compétents à l’entretien
Arrêté du 10.10.2005
et à la vérification des installations et des équipements techniques en cours
d’exploitation.

retour sommaire vos 47 bligations réglementaires


> Transports mécaniques

5 IMMEUBLES DE GRANDE HAUTEUR Code de la Construction et


de l’Habitation - Article R. 122-16
Arrêté du 18 octobre 1977 -
M

L’exploitant est tenu de faire procéder, par une personne ou un organisme agréé : Articles GH 4 et GH 59
• avant l’occupation des locaux et après modification importante :
- à un examen de la conformité au règlement de sécurité pour la construction des
IGH et leur protection contre les risques d’incendie et de panique,
• pendant l’occupation des locaux : Article GH 59
- à une vérification du fonctionnement des ascenseurs et monte-charge. 6 mois

6 ASCENSEURS DE CHANTIER
Bien qu’exclus actuellement du champ d’application de la directive 98/37/CE Arrêté du 1er mars 2004
«Machines», les ascenseurs de chantier sont soumis, notamment lors de leur remise
en service ou en cas de changement de configuration, à certaines des dispositions
de l’arrêté du 1er mars 2004 fixant les conditions de vérification des équipements de
travail utilisés pour le levage de charges, l’élévation de postes de travail ou le transport
en élévation de personnes. A noter que ces installations sont également exclues de
la directive 95/16/CE «Ascenseurs» du 29 juin 1995.

7 PLATES-FORMES ÉLÉVATRICES DESTINÉES AU TRANSPORT


DES PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE
Les plates-formes élévatrices à mouvement vertical ou incliné, ainsi que les appareils Arrêté du 1er mars 2004
se déplaçant le long des escaliers destinés au transport des handicapés sont couverts
au niveau de leur conception par la directive «Machines» 98/37/CE.

ESCALIERS MÉCANIQUES ET TROTTOIRS ROULANTS


M

Pour les établissements recevant du public, l’exploitant est tenu de faire procéder après
modification et avant remise en service par une personne ou un organisme agréé : VRE
• à une vérification des appareils avant leur remise en service suite à une transformation Arrêté du 28.03.2007
AS 10
importante, fonctionnement compris, Arrêté du 6.03.2006
• à un examen du maintien de la conformité acquise lors de la mise en service ou après
une transformation importante, 1 an
• à un examen de l’état de conservation des éléments de l’installation,
• à une vérification du fonctionnement des dispositifs de sécurité.
M

Vérification réglementaire en exploitation = VRE


L’exploitant est tenu de faire vérifier ses établissements en exploitation par un
organisme agréé.
M

Établissement en exploitation = VRE


- L’existence des moyens nécessaires à l’entretien,
- l’état d’entretien et la maintenance des installations,
- le bon fonctionnement des installations de sécurité,
- l’existence du bon fonctionnement des réglages et les manœuvres
des dispositifs de sécurité.
retour sommaire vos 48 bligations réglementaires
Transports mécaniques

TRAVAUX EFFECTUÉS SUR LES ASCENSEURS, ASCENSEURS Décret n° 95-826 du 30 juin 1995 -
Titre I - articles 1, 2, 3, 4, 5 et 10
DE CHARGE, ESCALIERS MECANIQUES, TROTTOIRS ROULANTS Circulaire DRT 96/3 du 25 mars 1996
ET INSTALLATIONS DE PARCAGE AUTOMATIQUE DE VÉHICULES

a) Dispositions applicables
Les dispositions sont destinées à accroître la sécurité des intervenants soumis
au Code du travail lors des opérations de vérification, d’entretien, de réparation,
de transformation des équipements. Elles recouvrent :
- étude de sécurité ; 5 ans
- organisation des travaux ;
- formation des travailleurs ;

b) Mise en conformité obligatoire


La mise en conformité obligatoire vise les ascenseurs et les ascenseurs de Décret n° 95-826 du 30 juin 1995 -
Titre II - article 12 annexe I
charge en service dans les établissements mentionnés à l’article L. 231-1 du Code Circulaire DRT 96/3 du 25 mars 1996
du travail et porte sur :
- l’installation d’un dispositif de commande de manœuvre d’inspection pour les
appareils qui en sont dépourvus ;
- l’amélioration des accès aux locaux de machinerie.

Les travaux doivent être réalisés par le propriétaire dans un délai de 36 mois après
réception de l’étude spécifique.
Décret n° 95-826 du 30 juin 1995 -
c) Mise en conformité conditionnelle Titre II - article 12 annexe I
La mise en conformité conditionnelle est seulement imposée dans le cas de Circulaire DRT 96/3 du 25 mars 1996
transformations importantes selon les conditions mentionnées au point 3.2 des
normes NF P 82-212 (2005) et NF P 82-312 (2005).

retour sommaire vos 49 bligations réglementaires


> Remontées mécaniques

TRANSPORTS À CÂBLE

1 TÉLÉPHÉRIQUES À VOYAGEURS
Contrôle préalable à la mise en service ou à la remise en service après modification Code du tourisme
substantielle Articles 2342-7 à 342-26
1.1 Un maître d’œuvre est chargé du suivi des travaux, et notamment au point
de vue sécurité, cohérence, dossiers réglementaire, essais probatoires… Arrêté du 16.12.2004
Les services en charge du contrôle de l’État se prononcent sur le bon état de fonc-
tionnement de l’installation et le préfet délivre, le cas échéant, l’autorisation avant
mise en exploitation à conserver au dossier.

1.2 Contrôles quotidiens, hebdomadaires, mensuels Arrêté du 08.12.2004


Des contrôles et des essais sont à effectuer sur les organes du téléphérique à Annexe partie A
intervalles réguliers afin d’en assurer le bon fonctionnement.

1.3 Inspections annuelles Articles 9 à 11


Les téléphériques doivent être soumis, au moins une fois par an à une inspection Annexe partie E
complète. Les essais annuels doivent être réalisés par un organisme agrée.

1.4 Inspections pluriannuelles Articles 9 à 15


Les inspections pluriannuelles concernent :
• les attaches des véhicules ; 3, 5, 6 ans Partie E
• l’inspection des câbles et de leurs attaches. 1, 3, 5 ans Partie J

1.5 Grandes inspections


Les téléphériques sont alors soumis à un examen approfondi et complet à l’issue Après 15 ans
du démontage de ses principaux composants. puis 10 ans
Une personne responsable établit le programme de la grande inspection. puis tous les 5 ans
Ce programme inclut des C.N.D. qui doivent être effectués par une personne Articles 9 à 18
Annexe partie F
titulaire de la qualification COFREND2 ou équivalente.

2 TÉLÉPHÉRIQUES DE SERVICE
Les règles fixées par voie de dispositions générales s’appliquent aux téléphériques Arrêté du 25.06.1985
de service susceptibles d’être utilisés pour le transport de personnes. (dispositions générales
étendues)
Ces installations sont du type à câbles tracteurs dits bicâbles. Elles s’appliquent
également, sous certaines conditions, aux téléphériques de type léger, d'utilisation
provisoire et à vitesse réduite.
Sont exclus du champ d’application de ces règles les téléphériques dits Arrêté du 1.03.2004
monocâbles, ainsi que les appareils qui ne doivent en aucun cas transporter
des personnes, tels que :
• les blondins ou appareils analogues,
• les téléphériques de chantier.

retour sommaire vos 50 bligations réglementaires


Remontées mécaniques

2.1 Vérifications avant mise en service Article 41


• Épreuve dynamique sous le contrôle d'un organisme agréé.
• Efficacité du limiteur de vitesse.
• Essai des dispositifs de freinage sous charge nominale.

2.2 Vérifications journalières des appareils de sécurité Article 43


• Interrupteur fin de course.
• Relais de survitesse.
• Dispositifs « homme mort ». Avant le premier voyage ou avant chaque remise en service
après un arrêt prolongé ou après tout incident de fonctionnement.
• Indicateur de position, etc.

2.3 Vérifications hebdomadaires Article 44


• Contrôle de tous les organes : station motrice, supports intermédiaires, poulies de
retour, véhicules, chariots, moteurs de secours.
• Examen des câbles de tension : tracteurs et leurs amarrages. Article 45

2.4 Vérifications périodiques 1 an


• En cas d’utilisation intensive 6 mois

3 TÉLÉSKIS
3.1 Contrôles quotidiens et mensuels Circulaire du 28.06.1979
Des contrôles et des essais sont à effectuer sur les organes du téléphérique à Instruction du 11.02.2002
intervalles réguliers afin d’en assurer le bon fonctionnement.

3.2 Inspections annuelles


Les téléskis doivent être soumis, une fois par an à une visite générale. 1 an

3.3 Contrôle magnétographique des câbles tracteurs Contrôle


tous les 3 ans
ou tous les ans
TAPIS ROULANT DE MONTAGNE

Les règles fixées par voie de dispositions générales s’appliquent aux tapis roulants Circulaires du 15.09.2004,
assurant à titre principal un transport à vocation touristique ou sportive dans les du 19.10.2004
et du 19.08.2005
stations de montagne.
• Contrôle préalable à la mise en service ou à la remise en service après démontage :
- intervention sur le site de l’installation d’une personne agréée indépendante
attestant du respect des exigences concernant la conception, l’installation et
les essais réalisés ;
- ce contrôle donne lieu à la délivrance d’une autorisation avant mise en exploitation.
• Un contrôle quotidien et un parcours d’essai permettent de s’assurer du bon
fonctionnement de l’installation.
• Inspection annuelle : les tapis roulants doivent être soumis une fois par an à une
inspection complète de façon à constater et évaluer l’état de conservation de (Selon instructions du STRMTG)
l’installation et de ses constituants.

retour sommaire vos 51 bligations réglementaires


> Portes et portails

Les dispositions du décret n° 92-647 du 8.07.1992 modifié, concernant l’aptitude à Arrêté du 2.07.2004
l’usage des produits de construction, sont applicables à compter du 5.08.2004 aux
portes, portails et barrières tels que défini par la norme harmonisée NF EN 13241-1.

1 PORTES DE GARAGE AUTOMATIQUES DANS LES BÂTIMENTS D’HABITATION


1.1 Visites semestrielles comprenant 6 mois
• La vérification du bon fonctionnement des dispositifs de sécurité des personnes L. n° 89-421 du 23.06.1989
(lames palpeuses, pressostats, cellules photoélectriques, etc.). Code de la construction et
de l’habitation
• La vérification du bon fonctionnement des dispositifs de débrayage manuel. L. 125-5
• La vérification du bon fonctionnement des limiteurs d'effort. Décret n° 90-567
• La vérification des articulations (charnières, pivots...). du 05.07.1990
Arrêté du 12.11.1990
• La vérification des cycles de fonctionnement dans les zones d’accostage. Article 4
• La vérification du bon fonctionnement et de l’état de la signalisation (feux orange
clignotants, éclairage et matérialisation au sol de l’aire dangereuse de mouvement).
• La vérification des éléments de transmission du mouvement (bras articulés, chaînes,
courroies...).
• La lubrification et les réglages nécessaires au bon fonctionnement.
• La vérification de l’opérateur (motoréducteur électrique, opérateur électrohy-
draulique...).
• Un examen général du fonctionnement de la porte.

1.2 Vérifications annuelles complètes 1 an


À raison d’une visite sur deux, la visite semestrielle est complétée par la vérification : Arrêté du 12.11.1990
- du verrouillage de la porte ; Article 5
- des éléments de guidage (rails, galets...) ;
- des organes de commande et télécommande ;
- des systèmes d’équilibrage (contrepoids, ressorts...) ; Ces visites sont à différencier des opérations d’entretien
prescrites à l’article 2 de I’arrêté du 12.11.1990.
- de I’armoire de commande et de ses composants ;
- de la fixation de la porte ;
- du fonctionnement du système empêchant la chute du tablier ;
- de I’état des peintures et de la corrosion.

2 PORTES ET PORTAILS INSTALLÉS SUR LES LIEUX DE TRAVAIL


2.1 Portes et portails automatiques et semi-automatiques destinés au passage
des véhicules 6 mois
Le dossier de maintenance doit préciser, notamment, les informations permettant Décret 92-333
de localiser et de vérifier les éléments constitutifs tels que : Code du travail
Articles R.235-3-6 à
- les éléments de guidage (rails, galets...) ; R.235-3-11
- les articulations (chaînes, pivots...) ; Arrêté du 21.12.1993
- les fixations ; (Article 9)
- les systèmes d’équilibrage ;
- tous les équipements concourant à la sécurité de fonctionnement.

retour sommaire vos 52 bligations réglementaires


Portes et portails

2.2 Portes et portails automatiques et semi-automatiques destinés au passage


des piétons 6 mois
Le dossier de maintenance doit préciser, notamment, les informations permettant Arrêté du 21.12.1993
de localiser et de vérifier les éléments constitutifs tels que : Article 9
- les éléments de guidage (rails, galets...) ;
- les articulations (chaînes, pivots...) ;
- les fixations ;
- les systèmes d’équilibrage ;
- tous les équipements concourant à la sécurité de fonctionnement.

2.3 Autres portes et portails (motorisés ou manuels) Suivant une périodicité appropriée.
Vérification des installations, des dispositifs techniques et de sécurité des portes et
Code du travail
portails motorisés ou manuels lorsque leur chute peut présenter un danger, notam- Articles R-232-1-2
ment en raison de leurs dimensions, de leur poids ou de leur mode de fixation. et R-232-1-12

retour sommaire vos 53 bligations réglementaires


> Moyens d'accès

1 ÉCHAFAUDAGES FIXES, MOBILES, EN BOIS OU EN MÉTAL Arrêté du 21.12.2004


Article 4
M

Avant mise ou remise en service Avant utilisation


La vérification avant mise ou remise en service s’impose dans les circonstances
suivantes : Tous les jours
• lors de la première utilisation ; Arrêté du 21.12.2004
• en cas de changement de site d’utilisation et de tout démontage suivi d’un remon- Article 5
tage de l’échafaudage :
• en cas de changement de configuration, de remplacement ou de transformation
importante intéressant les constituants essentiels de l’échafaudage, notamment à
la suite de tout accident ou incident provoqué par la défaillance d’un de ces
constituants ou de tout choc ayant affecté la structure ;
• à la suite de la modification des conditions d’utilisation, des conditions atmos-
phériques ou d’environnement susceptibles d’affecter la sécurité d’utilisation de
l’échafaudage ;
• à la suite d’une interruption d’utilisation d’au moins 1 mois ;
• elle comporte un examen d’adéquation, un examen de montage et d’installation
ainsi qu’un examen de l’état de conservation
M

Vérification journalière Tous les jours


Le chef d’établissement doit, quotidiennement, réaliser ou faire réaliser un examen Arrêté du 21.12.2004
de l’état de conservation en vue de s’assurer que l’échafaudage n’a pas subi de Article 5
dégradation perceptible pouvant créer des dangers.
Lorsque des mesures s’imposent pour remédier à ces dégradations, elles sont
consignées sur le registre prévu à l’article L 620-6
M

Vérification trimestrielle 3 mois


Aucun échafaudage ne peut demeurer en service s’il n’a pas fait l’objet depuis Arrêté du 21.12.2004
moins de trois mois d’un examen approfondi de son état de conservation. Cet Article 6
examen implique des vérifications techniques concernant notamment les éléments
énumérés à l’article 3-III de l’arrêté du 21.12.2004.
M

Vérification sur demande de l’inspection du travail Arrêté du 21.12.2004


Vérification par un organisme agrée, sur demande de l’inspection du travail, de l’état Article 7
de conformité des échelles et échafaudages.

2 ÉCHELLES EN BOIS
M

Avant mise en service Décret du 08.01.1965


Vérification de la conformité aux prescriptions applicables. (Article 22)
M

En cours d’exploitation 6 mois


Examen visuel de l’ensemble montants échelons. A la diligence du chef d’entreprise. Arrêté du 15.07.1963
(Article 7)

retour sommaire vos 54 bligations réglementaires


Bâtiment

retour sommaire
> Bâtiment

1 CONTRÔLE TECHNIQUE DES CONSTRUCTIONS Loi du 04.01.1978


Articles 1792 à 1792.6
du Code civil
1.1 Contrôle technique obligatoire Avant passation
• Sont soumises obligatoirement au contrôle technique prévu à l’article L.111.23 les des marchés et
opérations de construction ayant pour objet la réalisation : pendant l’exécution
1. d’établissements recevant du public au sens de l’article R.123.2, classés dans les des travaux
1re, 2e, 3e et 4e catégories définies par l’article R.123.19. ; R.11-3-2
2. d’immeubles dont le plancher bas du dernier niveau est situé à plus de 28 m par
rapport au niveau du sol le plus haut utilisable par les engins des services publics
de secours et de lutte contre l’incendie ;
3. de bâtiments, autres qu’à usage industriel :
- comportant des éléments en porte-à-faux de portée supérieure à 20 m ou des
poutres ou arcs de portée supérieure à 40 m, ou
- comportant, par rapport au sol naturel, des parties enterrées de profondeur
supérieure à 15 m, ou des fondations de profondeur supérieure à 30 m, ou
- nécessitant des reprises en sous-œuvre ou des travaux de soutènement
d’ouvrages voisins, sur une hauteur supérieure à 5 m ;
4. lorsqu’ils sont situés dans les zones de sismicité II et III délimitées par l’annexe au
décret n° 91-461 du 14 mai 1991, des immeubles dont le plancher bas du dernier
niveau est situé à plus de 8 mètres par rapport au niveau du sol ;
5. lorsqu’ils sont situés dans les zones de sismicité I a, I b, II et III et délimitées par
l’annexe au décret n° 91-461 du 14 mai 1991, des bâtiments appartenant à
la classe C au sens dudit décret et des établissements de santé, lorsqu’ils n’y sont
pas déjà soumis au titre d’une autre disposition du présent article.

• Le contrôle est également rendu obligatoire dans les cas suivants :


- remontées mécaniques ; Décret 2006-1229 du 6.10.2006
- tribunes provisoires placées dans des enceintes sportives soumises à homologation ; Loi 84-610 modifiée 16.07.1984
Décret 2007.1133 du 24.07.2007
- ouvrages situés dans des zones d’exposition à risques naturels ou technologiques. Loi 2003-590 du 02.07.2003

• Le contrôle technique obligatoire porte sur la solidité des ouvrages de viabilité, de R.111.39
fondation, d’ossature, de clos et de couvert et des éléments d’équipement qui font
indissociablement corps avec ces ouvrages, ainsi que sur les conditions de sécurité
des personnes dans les constructions achevées.
Un élément d’équipement est considéré comme formant indissociablement corps L.111.15
avec l’ouvrage lorsque sa dépose, son démontage ou son remplacement ne peut
s’effectuer sans détérioration ou enlèvement de matière de cet ouvrage.
• Sera puni de la peine d’amende prévue pour les contraventions de 5e classe le maître R.111.42
de l’ouvrage ou son mandataire qui aura entrepris ou poursuivi des travaux sans avoir
fait procéder au contrôle technique dans le cas où celui-ci est obligatoire.
• Le contrat privé de contrôle technique passé entre le maître de l’ouvrage et Apave
se réfère à la norme homologuée NF P 03-100 définissant les critères généraux pour
la contribution du contrôle technique à la prévention des aléas techniques dans le
domaine de la construction.

retour sommaire vos 56 bligations réglementaires


Bâtiment

1.2 Assurances obligatoires des travaux de construction Loi du 04.01.1978


• Toute personne physique ou morale, dont la responsabilité peut être engagée sur Articles 1792 à 1792.6
du Code civil
le fondement des articles 1792 et suivants du Code civil, doit être couverte par une
assurance de responsabilité décennale.
À l’ouverture de tout chantier, elle doit être en mesure de justifier qu’elle a souscrit Code des assurances
un contrat d’assurance la couvrant de cette responsabilité pendant dix ans à titre IV livre II
L. 241.1 à L.242.1
compter de la réception des travaux. L.111.28 (CCH)
• Sont assujettis à cette obligation d’assurance de responsabilité décennale : L.111.14 (Code de
1. les constructeurs, à savoir : la construction et
de l’habitation)
1a) tout architecte, entrepreneur, technicien ou autre personne liée au maître de
l’ouvrage par un contrat de louage d’ouvrage ; À l’ouverture
1b) toute personne qui vend après achèvement un ouvrage qu’elle a construit ou du chantier
fait construire ;
1c) toute personne qui, bien qu’agissant en qualité de mandataire du propriétaire L.111.17
de l’ouvrage, accomplit une mission assimilable à celle d’un locateur d’ouvrage.
2. Les fabricants et importateurs d’ouvrages. L.111.24
3. Les contrôleurs techniques. L.111.30
• Toute personne physique ou morale, qui, agissant en qualité de propriétaire de l’ouvrage, L.111.32 (Code
de vendeur ou de mandataire du propriétaire de l’ouvrage, fait réaliser des travaux de de la construction et
de l’habitation)
construction, doit souscrire avant l’ouverture du chantier, pour son compte ou pour celui
des propriétaires successifs, une assurance dommages ouvrages garantissant, en
dehors de toute recherche des responsabilités, le paiement des travaux de réparation
des dommages visés à l’article 1792.1 du Code civil, à savoir ceux qui :
- compromettent la solidité des ouvrages ;
- rendent l’ouvrage impropre à sa destination.
• L’obligation d’assurance dommages ouvrages ne s’applique pas à l’État lorsqu’il Code des assurances L.242-1
construit pour son compte. Des dérogations totales ou partielles peuvent être
accordées par l’autorité administrative aux collectivités locales et à leurs groupements,
ainsi qu’aux établissements publics, justifiant de moyens permettant la réparation
rapide et complète des dommages.
• L’obligation d’assurance dommages ouvrages ne s’applique pas non plus aux Loi du 16.12.1992
personnes morales de droit public ni aux personnes morales de droit privé exerçant
une activité dont l’importance dépasse les seuils mentionnés au dernier alinéa de
l’article L111-6 du Code des assurances, lorsque ces personnes font réaliser pour
leur compte des travaux de bâtiment pour un usage autre que d’habitation.
• Quiconque contrevient à ces dispositions sera puni d’un emprisonnement de six mois
et/ou d’une amende de 76 225 €.

1.3 Exclusions aux obligations d’assurance de responsabilité décennale L.243-1-1


1. Ne sont pas soumis aux obligations d’assurance édictées par les articles L. 241-1,
L. 241-2 et L. 242-1 les ouvrages maritimes, lacustres, fluviaux, les ouvrages
d’infrastructures routières, portuaires, aéroportuaires, héliportuaires, ferroviaires, les
ouvrages de traitement de résidus urbains, de déchets industriels et d’effluents, ainsi
que les éléments d’équipement de l’un ou l’autre de ces ouvrages.

retour sommaire vos 57 bligations réglementaires


> Bâtiment

«Les voiries, les ouvrages piétonniers, les parcs de stationnement, les réseaux divers,
les canalisations, les lignes ou câbles et leurs supports, les ouvrages de transport, de
production, de stockage et de distribution d’énergie, les ouvrages de télécom-
munications, les ouvrages sportifs non couverts, ainsi que leurs éléments
d’équipement, sont également exclus des obligations d’assurance mentionnées au
premier alinéa, sauf si l’ouvrage ou l’élément d’équipement est accessoire à un
ouvrage soumis à ces obligations d’assurance.
2. Ces obligations d’assurance ne sont pas applicables aux ouvrages existants avant
l’ouverture du chantier, à l’exception de ceux qui, totalement incorporés dans l’ouvrage
neuf, en deviennent techniquement indivisibles.»

Code de la santé publique


2 AMIANTE DANS LES IMMEUBLES BÂTIS R1334-15 et R1334-24

2.1 Recherche de présence de flocages, de calorifugeages et de faux plafonds


contenant de l’amiante

2.2 Évaluation de l’état de conservation (N) de ces matériaux et produits

Si N = 1 : contrôle périodique de l’état de conservation. 3 ans


Si N = 2 : mesures d’empoussièrement (E). R 1334-16
- E ≤ 5 fibres/litre : contrôle périodique de l’état de conservation. 3 ans
- E ≥ 5 fibres/litre : travaux à terminer dans un délai de 36 mois. R 1334-18
Si N = 3 : travaux dans un délai de 36 mois.

2.3 Travaux
Si retrait partiel, contrôle périodique de l’état de conservation des matériaux et
produits résiduels. 3 ans
R 1334-21
3 ACCESSIBILITÉ AU PLOMB Code de la santé publique
Article L1334.5

Un constat des risques d’exposition au plomb doit être annexé à toute vente
d’immeubles d’habitation construits avant 1948.
Code de la santé publique
4 RADON Article R 1333-15
Arrêté du 14.04.2006
Rapport de dépistage du radon dans les établissements recevant du public. Arrêté du 22.07.2004

5 TERMITES
Code de la construction
et de l’habitation
Recherche de termites à la vente de l’immeuble. R133-1 à 7

Déclaration à la Mairie de la présence


6 LÉGIONELLES de termites dans l’immeuble.

Surveillance et prévention autant de fois que nécessaire jusqu’à l’obtention d’une Circulaires DGS
n° 97/311 du 24.04.1997
concentration en légionelles, inférieure aux valeurs préconisées. n° 98/711 du 31.12.1998
Déclaration obligatoire. n° 2002/43 du 22.04.2002

retour sommaire vos 58 bligations réglementaires


> Équipements d'aires collectives de jeux,
équipements sportifs

1 ÉQUIPEMENTS D’AIRES COLLECTIVES DE JEUX


• Équipements de jeux Décret 94-699 du 10.08.1994
• Aires collectives de jeux Décret 96-1136 du 18.12.1996

2 ÉQUIPEMENTS SPORTIFS
• Équipements sportifs Décret 96-495 du 04.06.1996

retour sommaire vos 59 bligations réglementaires


> Sécurité incendie

Code du travail Article L231-1


1 ÉTABLISSEMENTS TERTIAIRES OU COMMERCIAUX
Code du travail
Article R.232.12.21
• Exercices d’entraînement. 6 mois minimum

• Consignes. à la mise en service


Code du travail
• Visites périodiques et essais du matériel. Article R.232.12.20

6 mois minimum
• Systèmes d’alarme. Code du travail
Article R.232.12.21
Attention : les équipements et installations de sécurité contre l’incendie sont susceptibles d’être soumis aux règles APSAD
qui portent sur leur conception et sur les vérifications périodiques.

2 ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC


• Moyens de secours. 1 an - Règlement
de sécurité Article MS73
• Système de sécurité incendie (détection - mise en sécurité - alarme). 1 an
Règlement de sécurité Article MS73
• Système de sécurité incendie de catégorie A et B. 3 ans

• Sprinkleurs. 3 ans - Règlement


de sécurité Article MS73
• Chauffage, ventilation, réfrigération, climatisation, conditionnement d’air et installation
d’eau chaude sanitaire. 1 an - Règlement
de sécurité Article CH58
• Appareils de cuisson destinés à la restauration. 1 an - Règlement
de sécurité Article GC20
• Gaz combustibles et hydrocarbures liquéfiés. 1 an - Règlement
de sécurité Article GZ30
• Désenfumage. 1 an - Règlement
de sécurité Article DF10
• Exercices. 6 mois - Règlement de sécurité -
J39
• Fluides médicaux. 1 an - Règlement
de sécurité Article U64
3 IMMEUBLES DE GRANDE HAUTEUR
1 an - Arrêté du 18.10.1977
Article GH59
• Ascenseurs et monte-charge. 6 mois
• Installation électrique des parties communes. 3 ans
• Moyens de secours.
• Portes et volets résistant au feu et système de détection et alarmes.
• Équipements de désenfumage.
• Dispositif d’arrêt automatique des installations de ventilation, climatisation et clapets.
• Potentiel calorifique des éléments mobiliers des parties communes.
• Appareils de cuisson destinés à la restauration.
• Paratonnerres. 5 ans
• Exercices d’évacuation de chaque compartiment et séances d’instruction du personnel. 1 an - Arrêté du 18.10.1977
Article GH60
retour sommaire vos 60 bligations réglementaires
Conseil

retour sommaire
> Protection des travailleurs

1 AMIANTE
Activités concernés :
• confinement et retrait d’amiante,
• interventions sur des matériaux ou appareils susceptibles de libérer des fibres
d’amiante.

La concentration moyenne en fibre d’amiante dans l’air inhalé par un travailleur ne doit Code du travail
Article R 231-59.7
pas dépasser 0,1 fibre par cm3 sur une heure de travail.

En vue de garantir le respect de la valeur limite, des prélèvements sont faits sur des Code du travail
Article R 231-59.8
postes de travail en situation significative de l’exposition personnelle à l’inhalation des
poussières d’amiante.
Arrêté du 20.08.1996 modifié
Ils sont effectués par un organisme accrédité. Code du travail
Articles R 254-11 et R 231-55
Les échantillons prélevés sont analysés par un laboratoire accrédité. Arrêté du 4.05.2007

Dans le cadre des interventions sur des matériaux ou appareils susceptibles d’émettre
des fibres d’amiante, le chef d’établissement est tenu avant tout travail d’entretien et
de maintenance :
• d’établir un mode opératoire,
• de s’informer de la présence éventuelle d’amiante dans les bâtiments concernés Code du travail
en demandant au propriétaire des bâtiments les résultats des recherches et Articles R 231-59.15 et
contrôles effectués par ce dernier, conformément aux dispositions du Code de R 231-59.16
la santé publique,
• d’évaluer les risques relatifs à l’intervention (nature, durée et niveau d’exposition).

Le chef d’entreprise utilisatrice assure la coordination générale des mesures de Code du travail
Articles R 237-2 et
prévention et établit un plan de prévention avec les entreprises intervenantes. R 237-7

2 BENZÈNE
La concentration en vapeur de benzène dans l’atmosphère des lieux de travail ne doit
pas dépasser la valeur limite d’exposition professionnelle de 3,25 mg/m3 (valeur
mesurée ou calculée par rapport à une période de référence de 8 heures, moyenne
pondérée dans le temps).

Les contrôles techniques destinés à vérifier le respect des valeurs limites sont Code du travail
effectués par un organisme agréé et accrédité. Articles R 231-54.11 et
R 231-55

retour sommaire vos 62 bligations réglementaires


Protection des travailleurs

3 PLOMB Code du travail


Article R 231-58
La concentration en plomb présent dans l’atmosphère des lieux de travail ne doit pas
dépasser la valeur de référence limite d’exposition professionnelle de 0,1 mg/m3
(valeur mesurée ou calculée par rapport à une période de 8 heures, moyenne
pondérée dans le temps).
Code du travail
Les contrôles techniques destinés à vérifier le respect des valeurs limites sont Articles R 231-54.11 et R 231-55
effectués par un organisme agréé et accrédité. Arrêté du 20.08.1996 modifié

4 SILICE Décret du 10.04.1997


Article 2
La concentration moyenne en silice cristalline libre des poussières alvéolaires de
l’atmosphère inhalée par un travailleur pendant une journée de travail de 8 heures ne
doit pas dépasser :
- 0,1 mg/m3 pour le quartz,
- 0,05 mg/m3 pour la cristobalite et le tridymite.

Les contrôles périodiques sont réalisés soit en cours d’activité dans la zone respiratoire
des salariés ou, à défaut, en des points où l’empoussièrement est représentatif, soit
par échantillonnage aux points où les concentrations sont les plus élevées. non définie
Arrêté du 10.04.1997
Article 2
Les contrôles techniques destinés à vérifier le respect des valeurs limites sont
Arrêté du 20.08.1996 modifié
effectués par un organisme agréé et accrédité. Code du travail
Articles R231-55 et R 254-11

5 CHLORURE DE VINYLE
La concentration en chlorure de vinyle présent dans l’atmosphère des lieux de travail
ne doit pas dépasser la valeur limite d’exposition professionnelle de 2,59 mg/m3 (valeur Code du travail
Article R 231-58
mesurée ou calculée par rapport à une période de référence de 8 heures).
Les contrôles techniques destinés à vérifier le respect des valeurs limites sont Code du travail
Articles R 233-54.11 et R 231-55
effectués par un organisme agréé et accrédité. Arrêté du 20.08.1996 modifié

6 POUSSIÈRES DE BOIS
La concentration en poussières de bois présente dans l’atmosphère des lieux de travail Code du travail
ne doit pas dépasser la valeur limite d’exposition professionnelle de 1 mg/m3 (valeur Article R 231-58
mesurée ou calculée par rapport à une période de référence de 8 heures, moyenne Code du travail
pondérée dans le temps). Articles R 233-54.11 et R 231-55
Arrêté du 20.08.1996 modifié
Les contrôles techniques destinés à vérifier le respect des valeurs limites sont
effectués par un organisme agréé et accrédité.

Nota : pour les autres agents chimiques soumis à des valeurs limites d’exposition
professionnelle, se reporter au tableau de l’article R 231-58 du Code du travail.

retour sommaire vos 63 bligations réglementaires


> Protection des travailleurs

7 AÉRATION - ASSAINISSEMENT Arrêté du 08.10.1987


Article 3

Examen et contrôle des installations d’aération et d’assainissement des locaux de


travail dans :
• les locaux à pollution non spécifique ; 1 an
• les locaux à pollution spécifique avec : Article 4
- installations sans système de recyclage, 1 an
- installations avec système de recyclage. 6 mois
Ces contrôles sont effectués par un organisme agréé.

8 CONTRÔLE DU RISQUE CHIMIQUE SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Code du travail


Articles R 231-54.11 et
R 231-56.1
Contrôle technique des valeurs de concentration des substances ou préparations
chimiques dangereuses.

9 ÉVALUATION DES RISQUES Code du travail


Loi n° 91-1414 du
31 décembre 1991
Dans tous les lieux de travail, l’employeur a l’obligation générale d’assurer la sécurité Article L-230-2
et de protéger la santé des travailleurs dans tous les aspects liés au travail.
Il lui incombe d’élaborer une politique de prévention qui intègre les principes généraux
issus du Code du travail.

L’évaluation des risques par unité de travail doit être transcrite dans le document unique. minimum 1 an
Décret du 5 novembre 2001
L’évaluation du risque d’explosion doit faire l’objet d’un document spécifique inclus
dans le document unique. 1 an
Décret n° 2002-1553
La première étape d’une démarche de prévention consiste à réaliser un diagnostic
de la situation existante, permettant à l’employeur d’élaborer son plan d’action.

䊳 Entreprises extérieures
Inspection préalable avant travaux. Décret du 20.02.1992
Rédaction d’un plan de prévention pour tous travaux de durée supérieure à 400 h/an, Article R 237.1
Arrêté du 19.03.1993
tous travaux considérés dangereux au sens de l’arrêté. Le plan est cosigné par Arrêté du 10.05.1994
l’entreprise utilisatrice et l’entreprise extérieure. Coordination de l’opération par le chef Circulaire DRT n° 93.14
de l’entreprise utilisatrice. Inspections et réunions à sa convenance. du 18.03.1993

retour sommaire vos 64 bligations réglementaires


Protection des travailleurs

Code du travail
10 OBLIGATION GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ MACHINES Articles L-233-5-1
L233-5 et R-233-1
Outre les obligations spécifiques à certaines catégories de machines, tous les
équipements de travail et moyens de protection mis en service ou utilisés dans les
établissements mentionnés à l’article L.231-1 du Code du travail doivent être installés,
réglés et maintenus de manière à préserver la sécurité et la santé des travailleurs, y
compris en cas de modification de ces équipements de travail et de ces moyens de
protection.

Code du travail
11 ÉCLAIRAGE Article 232.7.9

Relevés photométriques à la demande de l’inspecteur du travail par une personne ou


un organisme agréé.

12 SÉCURITÉ CHANTIERS Décret du 20.02.1992


Code du travail
䊳 Travaux par entreprise extérieure Article R.237-1
Arrêté du 19.03.1993
Inspection préalable au début des travaux. Il est obligatoirement rédigé un plan de Arrêté du 10.05.1994
prévention pour tous travaux d’une durée supérieure à 400 h/ ou tous travaux dits Circulaire DRT n° 93.14
du 18.03.1993
dangereux au sens de l’arrêté. Ce plan est consigné par l’entreprise utilisatrice et
l’entreprise extérieure.
La coordination de l’opération est du ressort du chef de l’entreprise utilisatrice qui
organise les inspections et réunions à sa convenance.
Décret du 26.12.1994
䊳 Coordination SPS lors des opérations de BTP Décret du 24.01.2003
Coordination en matière de sécurité et de protection de la santé pour toutes opérations
structurantes de bâtiment ou de génie civil comprenant deux entreprises et plus.
Obligation, pour le maître d’ouvrage, de désigner dès le début de la phase APS, un
coordonnateur qualifié et de veiller à l’application des principes généraux de prévention
tant au niveau de la constitution du dossier des interventions ultérieures sur l’ouvrage
que lors du chantier proprement dit.

13 RISQUE CIRCULATION ROUTIÈRE Code du travail L.230.2


Code pénal :
Article 221.6
Les accidents de la circulation liés au travail représentent environ : Article 221.7
- 14 % des accidents avec arrêt de travail, Article 222.19
- 24 % des accidents avec incapacité permanente, Article 222.20
Article 222.21
- 65 % des accidents mortels au travail. Code de la route
La politique de prévention incombant au chef d’entreprise, il doit prendre en compte
les risques liés à la circulation routière.

retour sommaire vos 65 bligations réglementaires


> Protection des travailleurs

14 ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Arrêté du 19.03.1993


Code du travail R233.42.2

14.1 Vérification initiale


- Procédure d’autocertification CE
ou
- procédure d’examen CE de type Marquage obligatoire dans tous les cas.

14.2 Vérification périodique (matériel en service ou en stock) Depuis moins de 12 mois


au moment de leur utilisation
- Appareils de protection respiratoire autonomes destinés à l’évacuation.
- Appareils de protection respiratoire et équipements complets destinés à des
interventions accidentelles en milieu hostile.
- Gilets de sauvetage gonflables.
- Système de protection individuelle contre les chutes de hauteur.
- Stocks de cartouches filtrantes antigaz pour appareils de protection respiratoire.

Code du travail
15 ACOUSTIQUE Articles 231-128, 231-131, 231-134

L’employeur :
- doit prendre des mesures de prévention visant à supprimer ou à réduire au minimum
les risques résultant de l’exposition au bruit. L’évaluation des risques liés au bruit et
les résultats de mesurage sont inscrits au document unique d’évaluation des
risques. Ils sont exécutés à des intervalles appropriés (modifications des installations
ou des modes de travail) et en cas de mesurage, celui-ci est renouvelé au moins tous
les cinq ans.
Code du travail
- doit procéder à une estimation et si besoin à un mesurage du bruit subi pendant le Article R 231-127
travail de façon à identifier les travailleurs pour lesquels l’exposition sonore quotidienne
atteint ou dépasse le niveau de 80 dB(A) ou un niveau de pression acoustique de
crête de 135 dB(C).
Code du travail
L’inspecteur du travail peut mettre en demeure l’employeur de faire procéder à un Article R 231-129
mesurage de l’exposition au bruit par un organisme accrédité. Arrêté du 19.07.2006

16 VIBRATIONS
Décret n°2005-746 du
04.07.2005
Il n’existe pas de contrôle réglementaire périodique. Par contre, l’employeur est tenu
d’évaluer le niveau d’exposition journalière aux vibrations mécaniques. Articles R 231-125 à 135

Valeur limite d’exposition,


L’inspecteur du travail peut mettre en demeure l’employeur de faire rapportée à une période de
référence de 8 heures :
procéder à un mesurage par un organisme accrédité. 5m/s2 (main/bras) et 1,15m/s2
(ensemble du corps).

retour sommaire vos 66 bligations réglementaires


Protection des travailleurs

17 TRANSPORTS DE MARCHANDISES DANGEREUSES RID/ADR § 1.8.


Arrêté ADR du 01.06.2001
Arrêté RID du 05.06.2001
䊳 Conseiller à la sécurité Transport de marchandises dangereuses
Toute entreprise qui procède à des Transports de marchandises dangereuses ou à
des opérations de chargement ou de déchargement liées à de tels transports, doit
désigner un conseiller à la sécurité.

18 ÉLECTRICITÉ Article 46
Décret du 14.11.1988
䊳 Établissements soumis au Code du travail
Les travailleurs appelés à utiliser une installation électrique ou à travailler à son Décret du 20.01.1978
voisinage doivent être informés des prescriptions de sécurité à respecter dans leur Arrêté du 14.02.1992
travail par tous moyens appropriés : affichage dans un endroit apparent ou remise
contre décharge d’un « carnet de prescriptions » (cf. publications UTE C 18-510 et
C 18-530).

Les consignes relatives aux premiers soins à donner aux victimes d’accidents
électriques doivent être portées à la connaissance du personnel par tout moyen
approprié et en particulier par l’apposition de manière apparente de l’affiche « Soins
aux électrisés ».

retour sommaire vos 67 bligations réglementaires


> Pollution de l'eau

Les installations industrielles soumises à la réglementation Installations classées


doivent réaliser un certain nombre de mesures relatives aux rejets dans l’eau.

1 INSTALLATIONS SOUMISES À AUTORISATION


Arrêté du 02.02.1998
䊳 Cas général
L’arrêté d’autorisation fixe la nature et la fréquence des mesures définissant le
programme de surveillance des émissions.
Les mesures sont effectuées par un organisme choisi en accord avec l’inspection des
installations classées au minimum... 1 an
La détermination du débit rejeté se fait par mesures en continu lorsque le débit
maximal journalier dépasse 100 m3. Dans les autres cas, le débit est déterminé par
une mesure journalière ou estimé à partir de la consommation d’eau.
Lorsque les flux journaliers dépassent certaines valeurs, une mesure journalière est
réalisée pour les polluants spécifiques à partir d’un échantillon prélevé sur une durée
de 24 heures proportionnellement au débit.
Il s’agit des polluants suivants :
- DCO, MES, DBO5, azote total, phosphore total, hydrocarbures totaux, fluor et
composés, composés organiques du chlore, indice phénols, aluminium et composés,
étain et composés, fer et composés, manganèse et composés, chrome et composés,
cuivre et composés, nickel et composés, plomb et composés, chrome hexavalent,
cyanures.

2 SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES


Dans le cadre de la législation des installations classées.
Le niveau piézométrique doit être relevé et des prélèvements effectués dans la
nappe. 6 mois
Article 65 - Arrêté du 02.02.1998

3 DISPOSITIFS SPÉCIFIQUES À CERTAINES INSTALLATIONS


Certaines installations bénéficient de cadres réglementaires spécifiques dont les
programmes de surveillance sont fixés au minimum et précisés par les arrêtés
d’autorisation individuels.
Les contrôles périodiques sont en plus et en général prévus sur une périodicité
minimale d’un an. 1 an

Il s’agit des : Arrêté du 22.09.1994


- carrières et installations de premier traitement ; Arrêtés du 20.06.2002
- installations de combustion ; (installations nouvelles)
et arrêté du 30.07.2003
(installations existantes)

retour sommaire vos 68 bligations réglementaires


Pollution de l'eau

- cimenteries ; Arrêté du 03.05.1993


- Verreries/Cristalleries Arrêtés du 12.03.2003

- stockage de déchets industriels spéciaux ; Arrêté du 30.12.2002


- stockage de déchets ménagers ; Arrêté du 09.09.1997
Arrêté du 31.12.2001

- incinération de déchets ménagers et incinération des déchets non dangereux et de Arrêté du 20.09.2002
DAS RI ;

- incinération de déchets industriels et incinération des déchets dangereux ;

Arrêté du 20.09.2002
- élevages ; Arrêtés du 29.02.1992*
Arrêté du 13.06.1994**
Arrêté du 24.12.2002***

- incinération de cadavres d’animaux ; Arrêté du 04.05.1992


- traitements de surface ; Arrêté du 26.09.1985
- installation de préparation et de conditionnement du vin ; Arrêté du 03.05.2000
- papeteries ; Arrêté du 03.04.2000
- traitements des cadavres d’animaux ; Arrêté du 12.02.2003
- dépôts de chairs, cadavres, débris. Arrêté du 12.02.2003

Attention
* Ce texte (arrêté du 29.02.1992) sera abrogé à compter du 1er janvier 2009
par l’arrêté du 7.02.2005.
** Ce texte (arrêté du 13.06.1994) sera abrogé à compter du 1er janvier 2009
par l’arrêté du 7.02.2005.
*** Ce texte (arrêté du 24.12.2002) sera abrogé à compter du 1er janvier 2009
par l’arrêté du 7.02.2005.

retour sommaire vos 69 bligations réglementaires


> Polluants atmosphériques

1 CONTRÔLE DU BON FONCTIONNEMENT Code de l’environnement


R.224-31 et R.224-35
DES INSTALLATIONS THERMIQUES
L’obligation vise les établissements ou immeubles comportant une ou plusieurs
chaudières dont la somme des puissances nominales est ⱖ 1 MW. 3 ans

2 CONTRÔLE DES ÉMISSIONS


䊳 Installations classées soumises à déclaration sous la rubrique 2910
(Installations de combustion) Arrêté du 25.07.1997
• Puissance thermique maximale comprise entre 2 MW et 20 MW. 3 ans
• Débit et teneur en oxygène, oxydes de soufre, oxydes d’azote et poussières. Arrêté du 25.07.1997
Les mesures doivent être effectuées par un organisme agréé. modifié § 6.3
de l’annexe

䊳 Installations classées soumises à autorisation sous la rubrique 2910


Installations nouvelles ou modifiées d’une puissance nominale supérieure ou
égale à 20 MWth
L’exploitant doit mettre en place un programme de surveillance des émissions de Arrêté du 20.06.2002
Article 11
polluants suivants :
• 20 ⬍ P ⭐ 50 MWth
SO2 : mesure en continu si dispositif de désulfuration, sinon deux fois par an au moins.
NOx : mesure en continu. Poussières : évaluation permanente. CO : mesure en
continu. COV, HAP, métaux : mesure à la réception et à chaque changement de
combustible.
• 50 ⬍ P ⭐ 100 MWth
SO2 : mesure en continu si dispositif de désulfuration, sinon deux fois par an au moins.
NOx : mesure en continu. Poussières : évaluation permanente. CO : mesure en
continu. COV, HAP, métaux : 1 fois par an
• P ⬎ 100 MWth
SO2, NOx, Poussières, CO : mesure en continu.
COV, HAP, métaux : quatre fois par an
puis une fois par an
De plus, les mesures de ces polluants doivent être effectuées par un organisme agréé la 2e année
et accrédité. Une fois par an
au moins
Arrêté du 4.09.2000
Arrêté du 20.06.2002 - Article 13
Installations existantes d’une puissance thermique maximale supérieure
ou égale à 20 MWth Arrêté du 30.07.2003
Article 15
L’exploitant doit mettre en place un programme de surveillance des émissions des
polluants suivants :
• 20 ⬍ P ⭐ 50 MWth
SO2 : mesure en continu si dispositif de désulfuration, sinon quatre fois par an.
NOx : mesure en continu si traitement des fumées, sinon quatre fois par an.
Poussières, CO : une fois par an. COV, HAP, métaux : à chaque changement de
combustible.

retour sommaire vos 70 bligations réglementaires


Polluants atmosphériques

• 50 ⬍ P ⭐ 100 MWth
SO2 : mesure en continu si dispositif de désulfuration, sinon quatre fois par an.
NOx : mesure en continu si traitement des fumées, sinon quatre fois par an.
Poussières : évaluation permanente. CO : mesure en continu. COV, HAP, métaux :
une fois par an.

• P ⬎ 100 MWth
SO2, NOx, Poussières, CO : mesure en continu.
COV, HAP, métaux : une fois par an
Arrêté du 20.06.2002
Arrêté du 20.07.2003
De plus, les mesures de ces polluants doivent être effectuées par un organisme agréé Article 17
et accrédité. Une fois par an
au moins

䊳 Autres installations classées


Les émissions polluantes font l’objet d’une autosurveillance contrôlée par un organisme
agréé selon une périodicité précisée par les arrêtés individuels.
• Cas général
Incinérations et co-incinérations de déchets non dangereux et dangereux. Au moins une
L’exploitant doit mettre en place un programme de surveillance de ses rejets et fois par an
réaliser la mesure en continu des substances ci-après : poussières totales, COV, HCI, Arrêté du 02.02.1989 modifié
HF, SO2, NOx.

En outre, les mesures de ces substances doivent être effectuées par un organisme
agréé et accrédité. Deux mesures
par an
Arrêté du 4.09.2000
Arrêtés du 20.09.2002
Article 28

Arrêté du 4.09.2000
Les mesures à l’émission du Cd, du TP, du Hg et du total des autres métaux, des Arrêté du 20.09.2002 - Article 28
dioxines et des furanes doivent être effectuées par un organisme agréé et accrédité. Deux mesures
au moins par an
Les mesures externes de l’ensemble des composés et des paramètres suivis en
continu ont une périodicité plus rapprochée la première année. Quatre mesures
Arrêté du 20.09.2002 - Article 28

L’installation correcte et le fonctionnement des équipements de mesure en continu


des polluants atmosphériques sont soumis à un contrôle et un essai de vérification
par un organisme compétent. Tous les ans
Arrêté du 20.09.2002 - Article 27

retour sommaire vos 71 bligations réglementaires


> Polluants atmosphériques

Arrêté du 20.09.2002 - Article 27


Un étalonnage de ces équipements doit être effectué par un organisme accrédité. Tous les 3 ans

• Cimenteries :
- pour les débits et poussières en provenance du four, 6 mois
- pour les débits et poussières en provenance du broyeur Arrêté du 03.05.1993
+ teneur en métaux
+ oxydes de soufre et oxydes d’azote 1 an

• Verreries 1 an
Arrêté du 14.05.1993
• Papeteries 1 an
Arrêté du 03.04.2000
Dispositions particulières aux zones de protection spéciale
Dans le cadre des zones de protection spéciale (ZPS), les installations thermiques sont
soumises à des visites périodiques réglementées par la zone. Cette visite a pour but
d’effectuer une mesure du débit rejeté et des teneurs en oxygène, oxydes de soufre,
poussières.
- ZPS Ile-de-France pour les installations de puissance > 2 MW 2 ans
Arrêté du 22.01.1997
- ZPS Nord pour les installations de puissance > 400 kW
- ZPS Rhône pour les installations de puissance > 400 kW 2 ans
Arrêtés du 26.02.1974 et
28.11.1994
- ZPS Marseille pour les installations de puissance > 350 kW 3 ans
Arrêté du 08.04.1981
- ZPS Strasbourg pour les installations de puissance > 350 kW 2 ans
Arrêté du 12.07.1990

3 QUOTAS D’ÉMISSION CO2


En application de la directive 2003/87/CE, l’arrêté du 25.02.2005 fixe la liste des
établissements concernés par le système d’échanges de quotas d’émissions de
GES (gaz à effet de serre) limité dans un 1er temps au CO2.
Chaque exploitant concerné doit établir une déclaration vérifiée par un organisme agréé
et validée par les Drire. Tous les ans
Article R229-20
du Code de l’environnement

retour sommaire vos 72 bligations réglementaires


> Nuisances sonores

1 LIMITATION DES BRUITS AÉRIENS ÉMIS DANS L’ENVIRONNEMENT Valeurs retenues


Arrêté du 23.01.1997
PAR LES INSTALLATIONS CLASSÉES SOUMISES À AUTORISATION Mesure
Arrêté du 20.08.1985
L’exploitant doit faire réaliser périodiquement une mesure d’émission sonore en limite
de propriété de son établissement et en zone d’émergence réglementée (proximité
des zones habitées) par une personne ou un organisme qualifié :
Fixé par arrêté d’autorisation.
- niveau de bruit diurne (7 h - 22 h) : 70 dBa maximum.
Article 3
- niveau de bruit nocturne (22 h - 7 h) : 60 dBa maximum.

Arrêté du 23.01.1997
2 INSTALLATIONS CLASSÉES SOUMISES À DÉCLARATION
(PÉRIODES DIURNE ET NOCTURNE) Nouveaux arrêtés types pris
au titre de l’article L512-10
du Code de l’environnement.

retour sommaire vos 73 bligations réglementaires


> Nuisances sonores

1 LIMITATION DES BRUITS AÉRIENS ÉMIS DANS L’ENVIRONNEMENT Valeurs retenues


Arrêté du 23.01.1997
PAR LES INSTALLATIONS CLASSÉES SOUMISES À AUTORISATION Mesure
Arrêté du 20.08.1985
L’exploitant doit faire réaliser périodiquement une mesure d’émission sonore en limite
de propriété de son établissement et en zone d’émergence réglementée (proximité
des zones habitées) par une personne ou un organisme qualifié :
Fixé par arrêté d’autorisation.
- niveau de bruit diurne (7 h - 22 h) : 70 dBa maximum.
Article 3
- niveau de bruit nocturne (22 h - 7 h) : 60 dBa maximum.

Arrêté du 23.01.1997
2 INSTALLATIONS CLASSÉES SOUMISES À DÉCLARATION
(PÉRIODES DIURNE ET NOCTURNE) Nouveaux arrêtés types pris
au titre de l’article L512-10
du Code de l’environnement.

retour sommaire vos 73 bligations réglementaires


> Cuves - bassins - réservoirs

Établissements soumis au Code du travail Code du travail


Article R.233.46
䊳 Stockage de produits dangereux

Cuves, bassins, réservoirs contenant des produits corrosifs. 1 an

Établissements assujettis à la réglementation des installations classées pour


la protection de l’environnement

䊳 Réservoirs enterrés contenant des liquides inflammables Arrêté du 02.10.1990

• Épreuve. à la mise en service

• Réépreuve :
- réservoirs simple enveloppe avant le 19.07.1998 ; <= 15 ans, puis tous les 5 ans. Arrêté du 22.06.1998
et annexes
- réservoirs simple enveloppe en fosse. <= 25 ans, puis tous les 5 ans.

䊳 Distribution de liquides inflammables Arrêtés du 24.08.1998 modifié


et du 7.01.2003 modifié

> Silos

Code de l’environnement
Silos et installations de stockage de céréales, de graines, de produits Arrêté du 31.03.1980
alimentaires ou de tous autres produits organiques dégageant des poussières
inflammables
Arrêté du 29.03.2004 modifié
Pour les installations soumises à autorisation. circulaire du 20.02.2004

Circulaire du 13.03.2007
Pour les installations soumises à déclaration. Arrêté du 28.12.2007

retour sommaire vos 74 bligations réglementaires


Formation

retour sommaire
> Formation

SANTÉ SÉCURITÉ DE L’HOMME AU TRAVAIL


Sécurité du travail L. 231-3-1
« Tout chef d’établissement est tenu d’organiser une formation pratique et appropriée
en matière de sécurité, au bénéfice des travailleurs qu’il embauche, de ceux qui
changent de poste de travail ou de technique, des travailleurs liés par un contrat de
travail temporaire… »
R.241-39
Sauveteurs Secouristes du Travail
«… un membre du personnel doit avoir reçu l’instruction nécessaire pour donner les
premiers secours d’urgence. »
L. 236-10
C.H.S.C.T.
• « Les représentants du personnel des C.H.S.C.T. (ou les délégués du personnel pour
les établissements de moins de cinquante salariés) bénéficient de la formation
nécessaire à l’exercice de leurs missions. … Cette formation est renouvelée quand
ils ont exercé leur mandat pendant quatre ans consécutifs ou non. »
Circulaire DRT 2006/10
• Sécurité des travailleurs sur les sites à risques industriels majeurs.
du 12.04.2006

Fonction publique
D’État : Obligation de formation en Hygiène et Sécurité des membres du CHS, des Décret 28.05.1982
modifié par le décret du 09.05.2005
Agents, des ACMO et ACFI.
Territoriale : Obligation de formation en Hygiène et Sécurité des membres du CHS, Décret 10.06.1985
des agents, des ACMO. modifié par le décret du 16.06.2000
Arrêté 3.05.2002

Gestes et postures techniques de manutention manuelle


Obligation de formation des travailleurs sur les gestes et postures à adopter pour Article R.231-71
réaliser en sécurité les manutentions manuelles.

Équipement de Protection Individuelle (E.P.I.)


Le chef d'établissement doit faire bénéficier les travailleurs devant utiliser un EPI R.233-44
(harnais, protection auditive, VAT, gants, chaussures de sécurité…) d'une formation
adéquate comportant un entraînement au port de cet équipement de protection
individuelle. Cette formation doit être renouvelée aussi souvent qu'il est nécessaire
pour que l'équipement soit utilisé conformément à la consigne d'utilisation.

HYGIÈNE ALIMENTAIRE
Formation Hygiène
Les personnes qui manipulent des denrées alimentaires doivent être encadrées et Règlement CE n° 852/2004 -
disposer d’instructions et/ou d’une formation en matière d’hygiène alimentaire. Annexe 2 - Chapitre 12. §1

Formation HACCP
Les personnes responsables de la mise au point et du maintien du système HACCP Règlement CE n° 852/2004 -
Annexe II - Chapitre XII
ou de la mise en œuvre des guides de bonnes pratiques hygiéniques doivent avoir
reçu une formation qui concerne l’application des principes HACCP.

retour sommaire vos 76 bligations réglementaires


Formation

AMBIANCES DE TRAVAIL
Agents biologiques
Tout chef d’établissement organise, au bénéfice des travailleurs, une formation… R.231-63
concernant les risques pour la santé…, les précautions à prendre…, le port et
l’utilisation des E.P.I., les mesures que les travailleurs doivent prendre…

Risques chimiques (UIC)


Les dispositions de l’accord du 4 juillet 2002 sont obligatoires : Obligation de Arrêté du 23.12.2003
formation concernant les salariés des entreprises extérieures intervenant sur un
site chimique ou pétrochimique ; accords, pour les risques présents et plus
particulièrement ceux liés à la coactivité.

Agents chimiques, cancérogènes, mutagènes et toxiques


• Tout chef d’établissement est tenu d’établir une notice pour chaque poste de travail R.231-54-5
exposant les travailleurs à des substances ou des préparations chimiques dangereuses.
Cette notice est destinée à les informer des risques.
• L’employeur veille à ce que le personnel reçoive une formation quant aux précautions R.231-54-4
à prendre.
• « Les travailleurs exposés à l’action d’agents C.M.R. (cancérogènes, mutagènes, R.231-56-9
toxiques pour la reproduction) doivent être formés. »

Écran visualisation
L'employeur est tenu d'assurer l'information et, dans les conditions de l'article Décret du 14.05.991
231-3-1 du Code du travail, la formation des travailleurs sur tout ce qui concerne la
sécurité et la santé liées à leur poste de travail et notamment sur les modalités
d'utilisation de l'écran et de l'équipement dans lequel cet écran est intégré. Chaque
travailleur doit en bénéficier, avant sa première affectation à un travail sur écran de
visualisation et chaque fois que l'organisation du poste de travail est modifiée de
manière substantielle.

Amiante - Personnel exposé


Tout chef d’établissement organise, à l’intention des travailleurs susceptibles d’être Décret du 30.06.2006 -
R.231-56-9 et R.232-59-2
exposés, une formation à la prévention et à la sécurité et notamment l’emploi des et arrêté du 25.04.2005
« équipements et vêtements de protection adaptés et une information concernant les
risques potentiels sur la santé y compris les facteurs aggravants (tabac) et les
précautions… ».

Caisson hyperbare
Formation des travailleurs intervenant en milieu hyperbare. Arrêté du 28.01.1991 modifié

AGENTS PHYSIQUES
Bruit
Lorsque l’exposition sonore quotidienne dépasse 85 dB(A) ou la pression acoustique R.231-127.1.3 et R.231-133
de crête dépasse 135 dB(C), les travailleurs concernés reçoivent des informations et
une formation adéquate.

retour sommaire vos 77 bligations réglementaires


> Formation

Vibrations
R.231-123
Formation obligatoire pour le personnel exposé aux vibrations mécaniques dues à
l’utilisation de machines et équipements, ou à l’environnement.

Champs électromagnétiques
Formation obligatoire pour le personnel exposé aux champs électromagnétiques Directive européenne
n° 2004/40 - Article 6
produits par des antennes, radars, process industriels rayonnants (soudage, four,
chauffage, électrolyse…), ou appareils et équipements spécifiques pour la recherche
et le médical (accélérateur de particules, IRM…). Formation avant mai 2008 des
salariés sur les risques liés aux rayonnements électromagnétiques.

Rayonnements optiques artificiels


Formation obligatoire pour le personnel exposé aux rayonnements laser, de lampes Directive européenne
n° 2006/25 - Article 6
UV, de générateurs IR, de faisceaux de lumière blanche (rayonnements incohérents)…

U.V.
Les appareils de bronzage de types UV 1 et UV 3 ne peuvent être mis à la disposition du Décret du 30.05.1997 et
arrêté du 10.09.1997
public que sous la surveillance directe d'un personnel qualifié, ayant reçu une formation.

RAYONNEMENTS IONISANTS
Personne compétente en radioprotection
Lorsque la présence, la manipulation, l’utilisation ou le stockage de source radioactive
ou de générateur électrique de rayonnements ionisants entraînent un risque d’exposition R.231-106 et arrêtés du 26.10. 2005
et 13.01.2006
pour les salariés, le chef d’établissement désigne au moins une personne compétente
en radioprotection. Celle-ci doit avoir suivi préalablement avec succès une formation à
la radioprotection dispensée par des personnes certifiées par des organismes accrédités.

CAMARI
La manipulation d’appareils de radiologie industrielle ne peut être confiée qu’à des
personnes titulaires d’un certificat d’aptitude. R.231-91

Travailleurs exposés
Le chef d’établissement est tenu d’organiser la formation à la radioprotection des
travailleurs susceptibles d’intervenir en zone surveillée ou contrôlée et pouvant être R.231-89
exposés aux rayonnements émis par des générateurs électriques, accélérateurs de
particules, sources scellées et non scellées (formation renforcée pour les sources de
haute activité). Cette formation doit être renouvelée tous les trois ans.

RISQUES ELECTRIQUES
Habilitation
Tout chef d’établissement doit s’assurer que les travailleurs qui utilisent des installations
électriques ou qui effectuent des travaux sur les installations électriques possèdent Décret du 14.11.1988 -
Publication UTE C 18-510
une formation suffisante pour mettre en application les prescriptions de sécurité.
L’habilitation concrétise la reconnaissance, par l’employeur, de la capacité d’une
personne à accomplir en sécurité les tâches fixées.

retour sommaire vos 78 bligations réglementaires


Formation

PRÉVENTION INCENDIE EXPLOSION


Article R.232-12-21
Entraînement à la lutte contre l’incendie
Exercices et essais périodiques au cours desquels le personnel apprend à se servir
des moyens de premier secours.

Établissements de soins
Arrêtés Type U du 10.12.2004
Entraînement du personnel à la mise en œuvre des moyens de secours, à l’exploitation et Type J du 19 .11.2001
du SSI, au transport et à l’évacuation des malades.

ERP de 5e catégorie comprenant des locaux à sommeil


Formation du personnel. Circulaire du 4.05.005

SSIAP
Formation du personnel permanent des services de sécurité incendie ERP et IGH. Arrêté du 2.05.2005
Formation du personnel utilisant un défibrillateur semi-automatique (DSA) avant le
1er janvier 2010.

Sécurité des spectacles


Formation du personnel chargé d’assurer la sécurité des spectacles (entrepreneur de Décret du 29.06.2000
et arrêtés d’application
spectacles vivants).

ATEX
• Le chef d’établissement prend les mesures nécessaires pour qu’une formation des R.232-12-27
travailleurs en matière de protection contre les explosions soit délivrée. La formation
doit être répétée à intervalles appropriés.
• Habilitation, après formation du personnel réalisant des opérations de maintenance Arrêté du 8.07.2003
et d’entretien dans les zones ATEX.
• Les électriciens intervenant en zone à risques d’explosion doivent être formés aux Directive 94/9/CE
Décret du 19.11.1996
conditions générales de sécurité et aux règles de maintenance précisées par les
constructeurs.

Sécurité des silos


Personnel désigné travaillant dans des silos et installations de stockage de céréales, Arrêté du 29.03.2004
graines, etc.

Opérations pyrotechniques
Connaissances requises des aides-opérateurs, opérateurs et responsables de chantier Arrêté du 23.01.2006
effectuant des opérations pyrotechniques.

Maniement d’explosifs
Formation du personnel affecté au maniement d’explosifs ou d’artifices de mise à feu Arrêté du 26.05.1997
et/ou de tir. modifié (31.01.2000)

Gaz de fumigation
Formation à la sécurité des travailleurs exposés aux gaz de fumigation. Arrêté du 26.04.1988

retour sommaire vos 79 bligations réglementaires


> Formation

ÉNERGIE, PRESSION
Conduite des équipements sous pression
Le personnel chargé de la conduite d’équipements sous pression est suffisamment Arrêté du 15.03.2000 modifié
informé et compétent pour surveiller et prendre toute initiative… il est formellement
reconnu apte à la conduite par l’exploitant… il est périodiquement confirmé dans
cette fonction.

Conduite et exploitation des chaufferies à vapeur / eau surchauffée


L’exploitant fait vérifier par un organisme agréé l’organisation retenue pour la Arrêté du 15.03.2000 modifié
surveillance des appareils et la qualification du personnel qui y est affecté. Le
personnel est formellement reconnu apte à la conduite par l’exploitant, et est
périodiquement confirmé dans cette fonction (Chauffeur, Agent Qualifié
d’Intervention ou Rondier) ; Avec ou Sans Présence Humaine Permanente (APHP
ou SPHP).

Chaudières de puissance comprise entre 2 MW et 20 MW thermique


L’exploitation doit se faire sous la surveillance directe ou indirecte d’une personne
nommément désignée par l’exploitant, et ayant une connaissance de la conduite Arrêté du 25.07.1997
de l’installation ainsi que des dangers et inconvénients des produits utilisés ou
stockés dans l’installation.

Chaudières de puissance supérieure à 20 MW thermique


Les opérateurs doivent avoir reçu une formation initiale adaptée. Une formation
complémentaire annuelle à la sécurité d’une durée minimale d’une journée doit leur Arrêté du 30.07.2003
être dispensée… La traçabilité de ces formations doit être tenue à la disposition
de l’inspection des ICPE…

Autoclaves
La conduite des autoclaves ne doit, même temporairement, être confiée qu’à des
agents expérimentés, instruits des manœuvres à effectuer sur cette catégorie Arrêté du 15.03.2000 modifié
d’appareils et des dangers qui lui sont propres.

Fluides frigorigènes
Relatif à certains fluides frigorigènes utilisés dans les équipements frigorifiques et
Décret du 7.05.2007
climatiques. Les opérateurs doivent être en possession d’une attestation d’aptitude,
d’un titre professionnel, ou d’un certificat de compétences.

Installations utilisant comme fluide frigorigène de l’ammoniac


L’exploitant doit veiller à la qualification professionnelle et à la formation « sécurité »
Arrêté du 16.07.1997
de son personnel. Une formation spécifique est assurée pour le personnel affecté
à la conduite ou à la surveillance des installations frigorifiques, ainsi qu’au personnel
non affecté spécifiquement mais susceptible d’intervenir dans celles-ci.

retour sommaire vos 80 bligations réglementaires


Formation

SOUDAGE
Soudage L.230-2 et recommandation
• Formation : La formation à la sécurité devra notamment traiter des risques liés CNAMTS R.360
à l'utilisation du courant électrique, à la manipulation des bouteilles de gaz sous
pression, aux fumées de soudage, à l'émission de rayonnements, à la présence
de matières inflammables ou explosives, aux projections, à la manutention et à la
manipulation des pièces.
• Qualification de soudeurs : Obligation pour les soudeurs intervenants sur les Directive 97/23/CE et
Norme 9606-02
parties soumises à la pression des ESP et, de plus en plus, à titre contractuel, sur
tous types d'équipements sensibles pour la sécurité et l'environnement.

NUCLÉAIRE
Qualité sûreté pour les prestataires intervenant
en centrale nucléaire EDF - QSP, Post QSP Note technique EDF 85114
Obligation de formation pour les intervenants sur matériels IPS ou dans leur
environnement. Recyclage obligatoire tous les trois ans.

Prévention des risques au personnel de catégorie A ou B intervenant


sur sites nucléaires - CEFRI
Obligation de formation à tout salarié travaillant sur un site nucléaire en zone Décret 2003-296 du 31.03.2003 et
spécifications CEFRI
surveillée ou en zone contrôlée. Recyclage tous les trois ans.

Qualité EDF - centrale nucléaire - HN


Obligation de la connaissance des règles de la NT 85114 pour les intervenants. Arrêté du 10.08.1984 et
NT EDF 85114

ÉQUIPEMENTS DE TRAVAIL, MACHINES, CACES®,


MANUTENTION MANUELLE
Utilisation des équipements de travail et machines
La formation à la sécurité dont bénéficient les travailleurs chargés de la mise en R.233-3
œuvre ou de la maintenance des équipements de travail doit être renouvelée et
complétée aussi souvent qu'il est nécessaire pour prendre en compte les évolutions
des équipements de travail dont ces travailleurs ont la charge.

Utilisation des équipements mobiles automoteurs et de levage


La conduite des équipements de travail mobiles automoteurs et des équipements R.233-13-19
de travail servant au levage est réservée aux travailleurs qui ont reçu une formation
adéquate.

Conduite d’engins
Autorisation de conduite : Grues à tour, mobiles, auxiliaires, chariots automoteurs, R.233-13-19 (Arrêté du 2.12.1998)
plates-formes élévatrices, engin de chantier. L’obtention du CACES® est
recommandée par la CNAMTS dans divers secteurs d’activités et pour l’utilisation
de certains équipements.

retour sommaire vos 81 bligations réglementaires


> Formation

Recommandations CNAMTS - CACES® :


- Engins de Chantier. R372 m
- Grues à Tour. R377 m
- Grues Mobiles. R383 m
- PEMP (Plates-formes élévatrices mobiles de personnes). R386
R389
- Chariots à conducteur autoporté.
R390
- GACV (Grues auxiliaires de chargement de véhicule).

Conduite de ponts roulants, portiques et semi-portiques


• Formation et délivrance d’une autorisation de conduite pour les conducteurs et Recommandation CNAMTS R.423 -
recyclage tous les cinq ans. Autorisation
• Formation des personnels mettant en œuvre ces équipements à commande au sol Recommandation CRAM Nord-Est
et délivrance de l’AAUS. n° 08/2005
• Formation des personnels mettant en œuvre ces équipements à commande au sol, Note technique CRAM Alsace-
délivrance du CAUS. Moselle NT 30/2003

Manutention manuelle
L’employeur doit faire bénéficier les travailleurs, dont l’activité comporte des R.231-70 et R.231-71
manutentions manuelles, d’une formation adéquate à la sécurité relative à l’exécution
des opérations.

Voies ferrées
Les différentes catégories de personnel travaillant sur les voies ferrées doivent être Arrêté du 21.07.1998 et
formées et en possession d’une attestation de capacité. décret du 1er .04.1992

Ascenseurs
Formation du personnel affecté aux travaux sur les ascenseurs, trottoirs roulants, Décret du 30.06.1995
modifié
escaliers mécaniques (avec exercices pratiques)…

ÉCHAFAUDAGES, TRAVAUX EN HAUTEUR


Échafaudages
• Les échafaudages ne peuvent être montés, démontés ou sensiblement modifiés que R. 233-13-31
sous la direction d’une personne compétente et par des travailleurs qui ont reçu une
formation adéquate et spécifique (…). Cette formation est renouvelée dans les
conditions prévues à l’article R. 233-3.
• Formation obligatoire pour les utilisateurs, monteurs, mainteneurs, et personnes Recommandation CNAMTS
R408
chargées de la vérification / réception des échafaudages de pied.

Travaux en hauteur et EPI


• « … Lorsque des dispositifs de protection collective ne peuvent être mis en œuvre, Article R.233-13-20,
la protection des travailleurs doit être assurée au moyen d'un système d'arrêt de chute décret du 1er.09.2004
approprié… Lorsqu'il est fait usage d'un tel équipement de protection individuelle…».
• « Le chef d’établissement doit faire bénéficier les travailleurs qui utilisent un Article R.233-44
équipement de protection individuelle d’une formation adéquate comportant, en tant
que de besoin, un entraînement au port de cet équipement de protection individuelle.
Cette formation doit être renouvelée aussi souvent qu’il est nécessaire…».

retour sommaire vos 82 bligations réglementaires


Formation

Positionnement au moyen de cordes R.233-13-37


Les travailleurs utilisant des techniques d’accès et de positionnement au moyen de
cordes doivent recevoir une formation spécifique aux opérations envisagées et aux
procédures de sauvetage.

BÂTIMENT
Plomb
Formation des travailleurs exposés au plomb. Décret n° 2003-1254 du 23.12. 2003

Sécurité protection santé


Une attestation de compétence est délivrée après une formation obligatoire pour les Décrets du 26.12.1994 et 24.01. 2003
coordonnateurs SPS niveaux 1-2-3. et article R.238-6

Diagnostics techniques immobiliers


Ordonnance n°2005-655 du 8 .06.2005
Contexte général. et décret n° 2006-1114 du 5.09. 2006
Diagnostic plomb. Arrêté du 21.11.2006
Repérage et diagnostic amiante. Arrêté du 21.11.2006
Présence de termites. Arrêtés du 30.10.2006 et du 29.03.2007
Diagnostic des Performances Énergétiques (DPE). Arrêté du 16.10.2006
Diagnostic gaz. Arrêté du 6.04.2007
Diagnostic électricité. Article L.134-7 du Code de la
construction et de l’habitation

TAR (tour aéro-réfrigérante)et légionelle


Toutes les personnes susceptibles d’intervenir sur les installations sont désignées et Arrêté du 13.12.2004
formées en vue d’appréhender selon leurs fonctions le risque légionellose associé à
l’installation.

Disconnecteurs
Formation du personnel assurant la mise en place et la maintenance des Code de la santé (ancien décret
1220 de 2001) (Label SRIPS)
disconnecteurs.

SÛRETÉ
Sûreté aéroportuaire et CQP
• Obligation d’assurer dans les six mois avant une demande de badge une Règlement CE n° 2320/2002 :
Annexe 12.3 et arrêté du 12.11.2003.
sensibilisation à la sûreté aéroportuaire. Article 68
• Formation initiale de 3 heures 30 à la prise de poste et au minimum 5 heures de formation Arrêté du 1er .09.2003 : articles 24
continue sur trois ans pour les contributeurs sûreté chargés des opérations, et formation et 25
initiale de 7 heures à la prise de poste et au minimum 5 heures de formation continue sur
trois ans des contributeurs chargés de contrôler l'exécution des mesures de sûreté.
• Formation initiale à la prise de poste et formation continue d’une durée correspondant Arrêté du 12.11.2003 : articles
81 et 82
à au moins la moitié de la durée de la formation initiale sur trois ans pour les
professionnels de la sûreté chargés des contrôles physiques de sûreté. Entraînement
périodique à l’imagerie radioscopique 6 heures ou 3 heures/Trimestre si « TIP », tests
de performance en situation opérationnelle (test minimum annuel).
Arrêté du 23.08.2007 et décret
• CQP relatifs aux activités de sûreté aéroportuaire. n° 2005-112 du 6.09.2005.
Article 1
retour sommaire vos 83 bligations réglementaires
> Formation

CQP-APS - Sûreté-Malveillance-Intrusion Loi du 18.03.2003 modifiant la loi


CQP valant aptitude professionnelle permettant d’exercer le métier d’APS. du 12.07.1983, décret n°2007-
1181 du 3.08.2007 modifiant le
décret n°2005-1122 du 6.09.2005,
TRANSPORT arrêté du 3.08.2007

Transport matières dangereuses


Formation des conducteurs effectuant le transport des marchandises dangereuses. Arrêté du 1er.06.2001. Article 40

Transporteur routier public (FCOS - FIMO)


Formation à la sécurité de transporteur routier public de marchandises. Arrêté du 8.11.2004

Transporteurs routier interurbain


Formation des conducteurs salariés du transport routier public interurbain de Arrêté du 8.11.2004
voyageurs.

NOTA
Le conducteur titulaire du CACES® ne pourra se voir confier la conduite d'un engin
qu'après autorisation de conduite délivrée par l'employeur. Cette autorisation de conduite
ne sera délivrée qu'après examen d'aptitude médicale et information sur les lieux et les
instructions à respecter.
Le CACES® est valable 5 ans, sauf pour les engins de chantier validité 10 ans.
® CACES : Certificat d’Aptitude à la Conduite En Sécurité. La CNAMTS est propriétaire
de la marque CACES®. L'usage en est donc réservé aux seuls utilisateurs respectant le
dispositif établi par le Comité Français d'Accréditation (COFRAC).

191 rue de Vaugirard, 75738 Paris Cedex 15


Tél. : 33(0) 1 45 66 99 44 - Fax : 33(0) 1 45 67 90 47
ISBN 2-916105-20-4
Référence D340
Réalisation Images et Formes

retour sommaire vos 84 bligations réglementaires