Sie sind auf Seite 1von 1

17 mars 2009

Entre sphères privée et publique

Parce que l'humanité est composée d'hommes et de femmes, dans les grandes lignes,
la pyramide de ses besoins est similaire à celle de ses individus. Ainsi, pour
rappel, qu'elle que soit la théorie référencée, nous avons des besoins primaires,
essentiels à notre vie, voire notre survie. Attardons-nous ici sur ces besoins
essentiels et ignorons les « secondaires » et suivants. Et pour satisfaire ces
besoins, voyons comment se répartissent les contributions entre le secteur public
et le secteur privé.

On peut classer différemment les besoins humains entre Maslow et Épicure, entre
l'Occident et l'Orient, le Nord et le Sud, etc… Et ces classifications ne sont
pas figées. Tout y est lié, interdépendant. Mais tout le monde s'accordera pour
dire que nous avons en premier lieu le besoin de subsister. Qu'il nous faut
d'abord nous alimenter et nous reposer; puis être en sécurité (avoir un toit, une
bonne santé, un enseignement, etc…).

Évidemment, pour la gestion de la société s'ajoutent des besoins liés à son


organisation; essentiellement les moyens de communications (au sens le plus large)
et avec ceux-ci la gestion des infrastructures qui les véhiculent.

Maintenant que l'essentiel a été énoncé,…


Qui y contribue ? Dans quelle proportion ? Et qui en tire les bénéfices ? Le
public contribue alors que le secteur privé profite : la réponse est « évidente »
ou intuitive dans l'esprit de beaucoup mais démontrons-la…

L'erreur des systèmes économiques et sociaux « mis » en place est leur


manichéisme. Chacun a montré ses limites par une application à l'excès : le
communisme se voulait le Tout à l'État, le capitalisme (poussé à l'excès par le
libéralisme) se veut encore aujourd'hui (mars 2009) le Tout au marché (mot pudique
pour camoufler l'égoïsme des individus).

Entre ces deux extrêmes, il y a place pour de la mesure, de la nuance. Quelle


part laisser à l'État ? Quelle part laisser à l'individu ? Nous pourrions partir
pour cela de l'essentiel vers le futile. Tout individu a droit à l'essentiel et
peut améliorer son quotidien. Cette hiérarchie doit être respectée et il est du
rôle de l'État d'y veiller. Un intérêt privé ne peut jamais supplanter un besoin
essentiel de la société ! Il y va de notre survie.

Mais évidemment, tout est subjectif. Qu'est-ce que l'essentiel ? Ce n'est pas
quelque chose de figé car l'essentiel dans les pays riches n'a strictement rien à
voir (hélas ?) avec celui des pays pauvres, de même qu'entre les peuples de
croyances différentes, etc... Aux sociétés, aux politiques, (aux religieux ?), aux
personnes légitimement gouvernantes de délimiter l'essentiel jusqu'au superflu.