Sie sind auf Seite 1von 11

VILLARD Julien

2119466

Département Musique et Musicologie

Université Lumière Lyon II

Département Musique et Musicologie

DOSSIER D’ORGANOLOGIE DU XX E SIÈCLE

Le Moog Minimoog

Bill Hemsath et Robert Moog

Inventé en 1969 (Modèle A : prototype)

Commercialisé en 1970

Enseignant : Céline Chabot-Canet

Année 2012-2013

7/02/08 17:11

VILLARD Julien

2119466

Département Musique et Musicologie

Université Lumière Lyon II

I. Présentation de l’instrument

Le Minimoog fut un des synthétiseurs les plus représentatifs de la musique populaire des années 70/80. Il est aujourd’hui encore considéré comme culte, en résulte un prix élevé ainsi qu’une forte demande sur le marché de l’occasion. Dans ce dossier on s’intéressera en particulier à la version emblématique du Mini : le modèle D.

1. Historique

Alors que son grand frère le Moog modular fut le premier à être sortit en série et commercialisé, le Minimoog est considéré comme un des tous premiers synthétiseurs pour musiciens. Il devient plus compact, simple, abordable s’offrant ainsi comme une réponse à la demande des musiques populaires de l’époque et à leur attrait pour les synthés. En devenant le premier portable il comble enfin les exigences du live.

Cette volonté de miniaturisation et de simplification résultent de l’abandon de la flexibilité et de l’aspect modulaire. La modèle est donc plus simple car pré câblée, mais les fonctionnalités principales du Modular sont conservées. On notera néanmoins l’impossibilité de sauvegarder des préréglages, causant quand même des problèmes quant à une utilisation live.

Quatre prototypes sont élaborés entre 1969 et 1970 : modèle A à D. Le modèle A se rapproche de l’aspect du Modular mais au format compact. L’année suivante le modèle B abandonne le côté modulaire. Les trois VCO sont empilés sur la gauche alors que le VCA et VCF sont à droite. 1 C’est avec l’arrivée des modèles C et D que l’aspect esthétique du Minimoog se finalise. Le modèle D est le premier à être commercialisé. Il existe sous trois versions qui se succédèrent laissant apparaître quelques changements esthétiques. Cette commercialisation du Mini s’étalât de 1970 à 1981. Elle se fit à travers diverses compagnies, mais il ne semble pas y avoir de modification de la sonorité. A partir de 1990 il est réédité et remis au goût du jour, notamment grâce à la présence d’une interface MIDI.

1 La nature et le fonctionnement des VCO, VCA et VCF sont expliqués dans la partie II.2.Timbre

VILLARD Julien

2119466

Département Musique et Musicologie

Université Lumière Lyon II

Musique et Musicologie Université Lumière – Lyon II 1 Evolution du Minimoog - The Audities Foundation

1 Evolution du Minimoog - The Audities Foundation - http://www.audities.org/

2. Technologie utilisée

Il s’agit là d’un synthétiseur monophonique analogique que l’on peut décrire comme appartenant à la famille des instruments électroniques d’après la classification proposée par B. Merlier. Le son n’est pas obtenu par vibration physique mais grâce à des oscillateurs électroniques.

Les sons sont créés suivant le principe de la synthèse soustractive. Celle-ci fonctionne par le filtrage de sons à la forme d’onde riches en harmoniques tel qu’un signal en dents de scie ou un bruit blanc. On le sculpte afin de mettre en évidence certaines fréquences pour obtenir une couleur de son voulu.

VILLARD Julien

2119466

Département Musique et Musicologie

Université Lumière Lyon II

II. Réflexion : spécificités et rayonnement

Quand on se penche sur le cas du Minimoog on peut se demander comment un tel instrument pu bénéficier dune telle popularité malgré la concurrence. Plus impressionnant encore, comment se fait-il qu’aujourd’hui, soit plus de 40 après la sortie du Modèle D, le Mini continu d’intriguer et d’exciter la sphère musicale ?

1. Geste instrumental

Ses fonctionnalités et son design intuitif permettent à l’utilisateur un contrôle simple

du son.

Le clavier intégré (à l’époque c’est une nouveauté!) et ses 44 touches commandent la note jouée. Celui-ci est monophonique ce qui n’autorise qu’une note jouée en simultané. Le geste s’apparente alors à celui du piano classique avec un contrôle discret du son par pression du doigt. Le clavier n’est cependant pas sensible à la vélocité ni à l’aftertouch.

Deux mollettes sont présente sur la gauche : une mollette de contrôle du Pitch Bend) 2 et une de modulation. Elles permettent un contrôle continu du son.

Pitch (ou

De par son aspect intuitif et son petit clavier monophonique, on a dans notre geste la possibilité de modifier la couleur de notre son en simultané avec notre jeu.

2. Timbre

Comme on a pu le voir le timbre de l’instrument est créé suivant les principes de la synthèse soustractive. Pour comprendre les bases de son fonctionnement on peut commencer par séparer le Minimoog en trois sections :

- Les générateurs de signaux : 3 VCO (Voltage Controlled Oscillator3). Un générateur

de bruit blanc et rose. Les VCO sont des oscillateurs qui génèrent des ondes riches que l’on va

sculpter dans le cadre de la synthèse soustractive

- Le système de filtre : un VCF (Voltage Controlled Filter4). Il filtre (sculpte) se son riche, modifie les harmoniques et ajoute de la résonance.

2 Contrôle par variation continu de la hauteur, à partir d’une note jouée.

3 Oscillateur commandé en tension

4 Filtre commandé par tension

VILLARD Julien

Département Musique et Musicologie

2119466

Université Lumière Lyon II

-

L’amplificateur : VCA (Voltage Controlled Amplifier 5 ). C’est lui qui attribue à notre

son filtré son enveloppe en paramétrant les variations d’amplitudes au cours du temps. Le Minimoog possède trois potentiomètres afin de piloter cette enveloppe appelée ADSR (Attack, Decay, Sustain, Realease 6 ). Le Decay et le Realease sont en effet soumis à un réglage simultané.

La création de notre son se fait de la manière suivante :

- On génère un signal riche en choisissant la forme d’onde 7 que les VCO génèrent, et le type de bruit.

- Le signal est ensuite filtré par le VCF -

- Puis l’enveloppe crée à l’aide du VCA

Le pré câblage des modules oblige donc un VCOVCFVCA.

contrôle du signal

dans

le

sens :

Le 3ème oscillateur peut se transformer en oscillateur très basse fréquences LFO 8 et peut aller moduler la hauteur et/ou la fréquence de coupure du filtre créant ainsi des effets particuliers tel que le vibrato.

Le son du Minimoog est au final défini comme pouvant bénéficier d’une puissance des basses et du son lead (on dira avec humour qu’il permit au claviériste d’enfin pouvoir rentrer en compétition avec le guitariste au niveau de la puissance). Ce résultat étant la conséquence des trois VCO et de son VCF 24dB/octave.

On appréciera pour finir le son chaud et les synthèses de bonne qualité.

5 Ampli commandé par tension

6 Voire le schéma explicatif de l’enveloppe (ADSR)

7 Les signaux disponibles sont : signal triangulaire, dents de scies, dents de scies inversées, carré, sinusoïdale

8 Low Frequency Oscillator : produit des sons très graves à la limite de l’infra-son

VILLARD Julien

2119466

Département Musique et Musicologie

Université Lumière Lyon II

Musique et Musicologie Université Lumière – Lyon II 2 Cours d’organologie XXème dispense par Céline Chabot

2 Cours d’organologie XXème dispense par Céline Chabot-Canet - Licence 1 de musique musicologie

par Céline Chabot -Canet - Licence 1 de musique musicologie 3 Cours d’organologie XXème dispense par

3 Cours d’organologie XXème dispense par Céline Chabot-Canet - Licence 1 de musique musicologie

VILLARD Julien

2119466

3. Répertoire

Département Musique et Musicologie

Université Lumière Lyon II

Le Minimoog eu un immense succès aux cours des années 70/80 et son impact sur le répertoire de la musique populaire reste énorme.

Keith Emerson du groupe ELP (Emerson Lake & Palmer) fut le premier à l’utiliser en live. Il utilisât de manière notoire le Pitch Bend dans son jeu.

Après lui de nombreux musiciens de divers horizons l’on également adopté. Du Hard Rock de Uriah Heep à la Pop d’ABBA, en passant par le Rock Progressif de Pink Floyd, la liste est longue. Aujourd’hui encore ses sonorités semblent ne pas être dépassées, celui-ci étant même régulièrement utilisé par l’artiste Pop Lady Gaga. L’arrivée de nouveaux mouvements fortement inspirés des sonorités 70/80 dans la musique indépendante contribua également à créer un nouveau répertoire.

Il sut à la fois répondre aux sirènes de la pop musique et au désir d’exploration des musiciens de musique expérimentale.

4. Développements actuels

Les années 2000 nous ont montrées que l’intérêt des musiciens pour le synthétiseur n’a pas faiblit. De ce fait l’instrument continu d’être développé. Et c’est logiquement qu’un nouveau modèle du nom de Minimoog Voyageur fait son apparition en 2002. Il reprend les caractéristiques qui ont fait le succès de son prédécesseur tout en l’actualisant. On notera par exemple l’implémentation complète du MIDI, la possibilité de configurer des presets, et même l’ajout d’un pad X/Y. Les touches sont désormais sensibles à l’aftertouch ainsi qu’à la vélocité. Il reste néanmoins un synthétiseur monophonique.

L’ère du numérique nous permit de retrouver le Mini sous forme de software 9 . Le plus remarquable est le Minimoog V d’Arturia. Il est considéré comme le plus authentique et a été approuvé par R. Moog. Il apporte quelques changements majeurs : voix stéréo, capacités de modulation accrues, MIDI, patch mémoire, sélecteur monophonique/polyphonique, etc.

La qualité de son timbre ainsi que les atouts de son ergonomie ont permis au Minimoog de susciter l’intérêt. Il a su trouver sa place dans le milieu musical et même de se réinventer. On n’oubliera pas que le regain d’intérêt pour les musiques des années 70/80 n’est surement pas étranger à cette nouvelle notoriété.

9 Logiciel

VILLARD Julien

2119466

Département Musique et Musicologie

Université Lumière Lyon II

Musique et Musicologie Université Lumière – Lyon II 4 Moog Voyager - http://www.rockpalace.com/ 5 Minimoog V

4 Moog Voyager - http://www.rockpalace.com/

– Lyon II 4 Moog Voyager - http://www.rockpalace.com/ 5 Minimoog V d'Arturia - http://www.zikinf.com/ 3/05/13

5 Minimoog V d'Arturia - http://www.zikinf.com/

VILLARD Julien

2119466

III. Banque de données

1. Bibliographie

Département Musique et Musicologie

Université Lumière Lyon II

PINCH (Trevor), TROCCO (Frank), Analog Days - The Invention and Impact of

the Moog Synthetizer, Cambridge, Harvard University Press, 2002, 384p.

2. Discographie

NB : La liste suivante est issue de l’article Wikipédia sur le Minimoog. Elle a le mérite d’être extrêmement riche.

VILLARD Julien

2119466

Département Musique et Musicologie

Université Lumière Lyon II

Kraftwerk - dans album Autobahn, considéré comme un des premiers albums de musique électronique

Passport - dans l’album Cross-Collateral

Mother Mallard - dans le LP Like a Duck to Water

Synergy's - Electronic Realizations for Rock Orchestra

Devo sur son premier album

Michael Jackson - sur le titre Thriller

Manfred Mann's Earth Band - dans le milieu des années 70

Rush - de 77 à 82

Tony Hymas - dans l’album Is It Safe.

Funkadelic & Parliament - Flash Light

Shooter Jennings - dans l’album Black Ribbons

Robert Lamm of Chicago - I've been searching so long et sur l’ensemble des années 70

Black Mountain - dans In The Future

VILLARD Julien

2119466

3. Webographie

Département Musique et Musicologie

Université Lumière Lyon II

NB : L’ensemble des liens suivants furent consultés pour la dernière fois le Jeudi 2 Mai 2013 entre 12h et 00h.

Minimoog, http://en.wikipedia.org/wiki/Minimoog, article Wikipédia très

complet. Son contenu est d’ailleurs repris tel quel dans un livre ou ensemble d’articles sur les synthétiseurs Moog.

Moog, http://www.moogmusic.com, site du constructeur

Moog Archives, http://moogarchives.com/chrono.htm, chronologie

Piano

Web,

complet

article

Synthmuseum.com, article complet

Vintage

synth

explorer,

article complet

Electronic

Music

Articles,

4. Filmographie

FJELLESTAD (Hans), Moog - Inventor of the Synthesizer, 2004