Sie sind auf Seite 1von 1
DES LANDES PRIX DE EAU SOUS LA PRESSION ~ DE EXPLOITATION PRIVEE CommuNiQuE Mont-de-Marsan, 7 juillet 2006 Nouvelle décision de justice favorable au Conseil général des Landes Deux ans aprés Yatrt du Conseil état en sa faveur, le Conseil général vent @ nouveau avoir satisfaction face 2ux socitésprivées exploitant le services deau et assainissement. Le tribe administratif de Pau vient de rejeter toutes les requétes du S.R0.E. (Syndicat professionnel des entreprises Gea et dassaitissement) qui avait engagé une procédure afin de faire annuler une deliberation de Vassemblée dépar tementale accordant une aide renforcée aux collectvités choisissant la gestion en régie. Cette bataille de eau est en premier lieu destinge a mettre un frein & des pratiques tarifaires développées au préjudice de nombreux usagers. Les eneuk financiers sont énormes, Cet sans daute ce qui expiqueFacharne- tment juridique de ces société privées contre action du Conseil général des Landes depuis plusieurs années Rappelons que, suite une décsion du Conseil Eaten sa faveur en novembre 2003 dans un premier recours dépose pat le préft des Landes, Tasemiblée départementale avait prs une nouvelle dlibeation afin de moduler, en fonction tfa made de gestion, le taux de subventions accordées aux travaux dalimentation en eau potable et dassanissement Collect pou les colectités. ¥objectfétantdaider davantage celles qui adoptent une gestion en régie plutét que "affermage (faisant appel 8 une société privée). Le tribunal administratif rappelle en particulier dans sa décision Iécart de prix entre les tarfs d'eau pota- ble et d'assainissement selon que les services sont exploités en régie ou affermés. It cite, notamment, des tudes dela Direction départementale de Fagriculture et de la forét des Landes et de Institut francais de environ tnement montrant qu'il subsite un 8cartsigniicatf de prix entre les deux modes de gestion. Ces données confirment etude fate par le Département en 2003 qu fast essrtr un cart de 23 Me sur assanissement et de 27 % sur eau potable {I faut rappeler quil y a dix ans, fe prix d'un matre cube d'eau vendu par les sociétés privées état en moyenne supérieur de 70 % a celui des régies. action du Conseil général a permis de dure consdérablemen: la pression financier de ces entreprises su les usagers. Le tribunal administratfreleve quel syndicat professionnel ne contest pas ces chifres et va mémejusqu' les jstfer. Le SPDE expliqu le tarts plus élevés des entreprises quil représente par une citférence « des prestations accom plies, du risque financier pris parle fermier et des charges plus lourdes supportées par les socités Gaffermage » te wibunel a done confrmé la délibération du Conseil général en rappelant quelle avait « pour but incite es collec: tite 3 exploter leur sevice public eau et dassainssement en régi en vue de fie bénétcer les usages de tails moins élevés que ceux pratiqués pat les mémes services exploités par voie 'affermage. » tetibunal a, de plus, eeté argument avancé par le syndicat professionnel se réérant au projet de oi sur eau com- prenant une mesure qi « prosciaitFavantage consent parla dibération »; cette ciconstanceétant «sans incidence sur a egalté de cette demiére. » Le projet de loi sur eau adopté en premiére lecture au Sénat et & "Assemblée nationale, alors que se dderoulait la « procédure landaise », contient en effet un amendement déposé trés opportunément par un sénateur UMP, M. atic, interdisant de favorser le développement dun service public comme le fat le Conseil gene fal des Landes. I sagit dun texte rellement« sur mesure » épondant pleinement la demande des société privées ‘eau et dassainissement. Déboutées devant la justice, ces socétés ont été visiblement assez convaincantes pour faite modifier fa Toi! Henri Emmanuelli député, président du Conseil général des Landes A CONSEIL a GENERAL CONSEIL GENERAL DES LANDES - 23, rue Victor Hugo 40025 Mont-de-Mrsan cedex Fat 08 58.05 40 40 - Fax 05 58 05 41 41 ~ wwwandes.org - Contact : Monique Castaignédl, altachde de presse.