Sie sind auf Seite 1von 3

Exercice n°1 (6,5 points)

PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE

1. La batterie : principe de fonctionnement


1.1.
Pb2+(aq) + 2e- = Pb(s)
PbO2(s) + 4 H+(aq + 2e- = Pb2+(aq) + + 2H2O (l)

1.2.
Les électrons et les ions sulfate (anions) circulent dans le sens opposé du courant.
Les ions oxonium (et plomb II) (cations) circulent dans le sens du courant.

e- e-

Cations

Anions

1.3.
Les sens de circulation des électrons montre qu’ils sont émis par l’électrode de plomb :
Pb(s) = Pb2+(aq) + 2e-
Ils sont absorbés par l’électrode d’oxyde de plomb :
PbO2(s) + 4 H+(aq + 2e- = Pb2+(aq) + + 2H2O (l
La somme des deux demi équation conduit à :
Pb(s) + PbO2(s) + 4 H+(aq) = 2 Pb2+(aq) + 2H2O (l) (1)
1.4.
Une électrolyse permet de forcer une réaction qui ne peut se produire spontanément.
Les sens de circulation des porteurs de charge est l’opposé de leurs sens en fonctionnement pile.

1.5. 2 Pb2+(aq) + 2H2O (l) = Pb(s) + PbO2(s) + 4 H+(aq) sens opposé de la réaction (1)

1.6. L’électrode PbO2 reçoit des électrons : la transformation est une réduction.
Cette électrode est la cathode.
L’électrode Pb émet des électrons : la transformation est une oxydation.
Cette électrode est l’anode.
I

e- e-

CATHODE Cations ANODE

Anions

2. Étude de l'allumage de la voiture


2.1. L'interrupteur est fermé
2.1.1 u(t) = L di(t) /dt + ri(t)

2.1.2. La loi d’additivité des tensions conduit à E = uinter + uR + u


L’interrupteur étant fermé : uinter = 0 ; de plus uR = Ri (loi d’ohm)
Donc : E = 0 + Ri + L di(t)/dt + ri(t) = L di(t)/dt + Ki avec K = R + r la résistance totale

2.1.3.1. Si i = A x (1 - e-Bt) alors di/dt = AB e-Bt


On reporte dans l’équation différentielle : LAB e-Bt + K(A x (1 - e-Bt)) = E
En séparant les constantes A e-Bt ( LB -K) = E –KA
Cette équation doit être valable à chaque instant donc :
LB –K = 0 et E –KA = 0
On obtient les coefficients : A = E /K et B = K/L
2.1.3.2. A = 12 / (2,5 + 0,50) = 4,0 A

2.1.4.
La fonction i(t) est nulle à l’origine des temps i(o) = A(1-e-BxO)=0
Elle tend vers A quant le temps tant vers l’infini i(t)  A
La courbe 2 est la courbe qui convient.
2.1.5. On peut utiliser la méthode de la tangente à l’origine qui coupe l’asymptote horizontal y = A au point
d’abscisse t = . On lit = 10µs
On remarque que i( ) = A(1 – e-1) = 4,0 x 0,63 = 2,5 V On lit sur le graphe = 10µs

2.1.6. La constante de temps du circuit est = L / (R+r)

2.1.7. L= (R+r) L = 10.10-6 x (2,5 + 0,5) L= 3,0.10-5 H


2.1.8. L'énergie emmagasinée dans la bobine primaire est WL = ½ Li²

2.1.9 L'énergie maximale est emmagasinée quand l’intensité est maximale Imax = 4,0 A
WL, max = ½ 3,0.10-5 x 4,0² = 2,4.10-4J

2.2. Étude de la formation de l'étincelle


2.2.1. La valeur de i/ t à t = 0 la plus élevée quand i est maximum pour un valeur t donnée.
La courbe 5 est celle qui correspond à ce cas.

2.2.2. Comme u2 est une fonction croissante de i/ t La courbe 5 doit être choisie.