Sie sind auf Seite 1von 91

Projet de fin d’étude ENIT

SOMMAIRE
Liste des tableaux..........................................................................................................................3
Liste des figures............................................................................................................................3
Notation et Symboles....................................................................................................................4
Introduction Générale...................................................................................................................1
1. L'électricité solaire thermodynamique....................................................................................4
1.1. Les technologies des centrales solaires .............................................................................5
1.1.1. Les centrales à capteurs cylindro- paraboliques [6]...................................................................................5
1.1.2. Les centrales à capteurs paraboliques .......................................................................................................6
1.1.3. Les centrales à tour 3.................................................................................................................................6
2) La centrale à tour d'EnviroMission .................................................................................................................9
2. Les principes thermodynamique de la transformation thermoélectrique................................10
2.1. Le cycle à vapeur............................................................................................................10
2.2. Le cycle combiné ..........................................................................................................10
2.3. Le cycle Stirling ..........................................................................................................10
2.4. Cycle de Rankine........................................................................................................11
3. Exemple de centrale électro - solaire de Borj - Cedria ..........................................................11
3.1. La boucle Chaude ........................................................................................................11
3.2. Le réservoir de Stockage .............................................................................................11
3.3. Le groupe turbo- alternateur .......................................................................................12
1. Introduction.............................................................................................................................16
2. Propriétés physiques ..............................................................................................................16
2.1. Propriétés thermodynamiques........................................................................................16
2.2. Chaleur latente ............................................................................................................17
2.3. Viscosité ......................................................................................................................17
3. Propriétés chimiques...............................................................................................................17
Comportement vis -à –vis des huiles de graissage..................................................................17
Comportement vis-à-vis de l’humidité ...................................................................................18
4. Choix de fluide de travail .......................................................................................................18
5. Boucle thermodynamique ......................................................................................................20
6. Cycle thermodynamique (T-S)............................................................................................20
Cycle de Rankine ...................................................................................................................21
Calcul des échangeurs thermiques [3].....................................................................................23
6.2.1. Calcul du condenseur...................................................................................................................24
6.2.2. Calcul de l’évaporateur...............................................................................................................27
6.2.3. Calcul du pré - chauffeur ..................................................................................................................30
6.3. Simulation de la boucle thermodynamique ...................................................................32
6.3.1. Présentation de EES................................................................................................................................33
6.3.2. Influence des caractéristiques de la vapeur ............................................................................................36
6.3.3. Simulation de la boucle thermodynamique avec différents fluides ...................................................39
6.4 Simulation sur TRANSYS ...............................................................................................40
Effet de variation de la surface du capteur ........................................................................................................42
7. Technologie.............................................................................................................................46
7.1. Turbines Scroll ................................................................................................................46
7.3. Évaporateurs à tubes horizontaux [3]..............................................................................48
7.4. Choix des pompes de circulation du fréon.......................................................................49
..................................................................................................................................................50
Généralités sur les capteurs solaires............................................................................................50
1.1 Introduction ...............................................................................................................50
1.2. Les principaux composants du capteur ...........................................................................51
1.2.1. Le coffre (caisse) ....................................................................................................................................51
1.2.2. La Couverture Transparente....................................................................................................................52

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

1.2.3. L’absorbeur .............................................................................................................................................53


1.2.4. L’isolant ..................................................................................................................................................54
1. 3. Le rendement global du capteur ..................................................................................55
1. 3.1. Rendement du capteur ....................................................................................................................55
1. 3.2. Rendement des différents capteurs usuels .....................................................................................56
2. Analyse fonctionnelle ....................................................................................................56
2.1. Introduction ......................................................................................................56
2.2. Modélisation de l’activité......................................................................................57
2. 3. Enoncé du besoin....................................................................................................57
2.4. Valider le besoin .....................................................................................................58
2.5. Séquence d’usage du capteur .................................................................................58
2.5.1. Séquence En utilisation ................................................................................................................58
2.5.2. Séquence Hors utilisation .............................................................................................................58
2. 6. Liste des éléments de l’environnement................................................................58
2.7. Diagrammes Pieuvres.............................................................................................59
2. 7.1. Séquence « En utilisation » ...........................................................................................................59
2.7.2. Séquence « Hors utilisation » ...........................................................................................................60
2. 8. Fonctions de service...............................................................................................60
2.9. Validation des fonctions de service.........................................................................60
2.10. Caractérisation des fonctions de service.............................................................64
2.11. Caractérisation des fonctions de service..............................................................65
2.12. Hiérarchisation des fonctions de services ...........................................................65
2.13. Histogramme des souhaits.....................................................................................66
.......................................................................................................................68
1. Description de logiciel « CoDePro » .....................................................................................68
1.1. Fenêtre 1 : condition de test ..................................................................................69
1.2. Fenêtre 2 : dimensions du capteur..........................................................................69
1.3. Fenêtre 3: Vitre et Absorbeur.................................................................................70
1.4. Fenêtre 4: Isolation arrière et latérale .............................................................................71
1.5. Fenêtre 5: Tube et Fluide ......................................................................................72
2. Simulation sur CoDePro.........................................................................................................73
2.1. Fenêtre 1 : test conditions .......................................................................................73
2.2. Fenêtre 2: Dimensions du collecteur.......................................................................73
2.3. Fenêtre 3: Vitre et Absorbeur .........................................................................................74
2.4. Fenêtre 4: Isolation arrière et latérale...............................................................................74
2.5. Fenêtre 5: Tube et Fluide.......................................................................................75
2.6. Courbe de rendement, η = f (ΔT) ....................................................................................75
3. Conception mécanique et gamme de fabrication ...................................................................77
3.1 Composantes du capteur solaire ..............................................................................77
3.2. Dossier technique .........................................................................................................78
3.2.1. Présentation ..............................................................................................................................78
3.2.2. Fonctionnement .........................................................................................................................78
3.2.3. Caractéristiques générales du capteur solaire ...................................................................................79
3.2.4. Eléments constitutifs.......................................................................................................................80
Détail B Figure 41 : Absorbeur du capteur solaire...................................................................................81
3.3 Gamme de fabrication ....................................................................................................84
CONCLUSION...........................................................................................................................85
BIBLIOGRAPHIE......................................................................................................................86

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Liste des tableaux

Tableau 1 : Valeurs des viscosités pour T [1] = 80 °C pour différents fluides.......................17


Tableau 2 : Caractéristiques du R134a........................................................................................19
Tableau 3 : Etude de boucle thermodynamique avec différents fluides [1]................................40
Tableau 4 : Influence de la surface de champs de capteur sur Q util et Q cap...........................43
Tableau 5: Différent traitement de surface..................................................................................54
Tableau 6 : Liste des éléments de l’environnement....................................................................58
Tableau 7 : Classes et niveaux de flexibilité...............................................................................64
Tableau 8 : Caractérisation des fonctions de service..................................................................65
Tableau 9: Barème d'évolution...................................................................................................65
Tableau 10 : Comparaison des fonctions de services..................................................................66
Tableau 11 : Caractéristiques générales du capteur solaire........................................................77

Liste des figures

Figure 1: Centrale de désert de Mojave en Californie..................................................................5


Figure 2: Capteur solaire parabolique..........................................................................................6
Figure 3: Centrale à tour...............................................................................................................7
Figure 4: Vue aérienne de SOLAR 2............................................................................................8
Figure 5 : La cheminée de Manzanares.........................................................................................9
Figure 6 : Groupe turbo alternateur.............................................................................................12
Figure 7 : Diagramme thermodynamique (P- h).........................................................................19

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Figure 8 : Boucle thermodynamique...........................................................................................20


Figure 9 : Cycle thermodynamique.............................................................................................21
Figure 10 : Fenêtre d’unité de système.......................................................................................33
Figure 11 : Fenêtre des fonctions de programmation..................................................................34
Figure 12 : Fenêtre de compilation ............................................................................................35
Figure 13 : Fenêtre de calcule.....................................................................................................35
Figure 14 : Boucle thermodynamique.........................................................................................36
Figure 15 : Influence de la pression P5.......................................................................................37
Figure 16 : Influence de P3 sur le rendement thermique du cycle et le travail de turbine..........38
Figure 17 : Influence de la température de surchauffe T4.................................................39
Figure 18 : Variation de l’énergie pour une surface de champ de capteur de 50 m2.........41
Figure 19 : Variation de QUTIL en fonction temps (hr)............................................................42
Figure 20 : Variation de Q cap en fonction temps (hr)..............................................................42
Figure 21 : Influence de la surface de champs de capteur sur Q util et Q cap............................43
Figures 22 : Influence de la surface des capteurs sur les températures.......................................45
Figure 23 : Mouvement orbital du scroll ....................................................47
Figure 24 : Turbine Scroll...........................................................................................................47
Figure 25 : Evaporateur à tube horizontal..................................................................................48
Figure 26 : Capteur Solaire plan.................................................................................................51
Figure 27 : Transmittivité d’une vitre en fonction de la longueur d’ondes ..............52
Figure 28: Schéma de différentes pertes ..........................................................................55
Figure 29 : Courbe de rendement de différents capteurs solaires..............................................56
Figure 30 : Diagramme Pieuvre "en utilisation"........................................................................59
Figure 31 : Diagramme Pieuvre "hors utilisation"......................................................................60
Figure 32: Histogramme des souhaits.........................................................................................67
Figure 33: Condition de test........................................................................................................69
Figure 34: Dimensions du capteur..............................................................................................70
Figure 35: Vitre et Absorbeur.....................................................................................................71
Figure 36: Isolation arrière et coté..............................................................................................72
Figure 37: Tube et Fluide............................................................................................................72
Figure 38: Caractéristiques générales du capteur solaire............................................................77
Figure 39: Bilan énergétique d’un capteur solaire......................................................................78
Figure 40 : Caisse du capteur solaire..........................................................................................80
Détail B Figure 41 : Absorbeur du capteur solaire............................................................81
Figure 42 : Isolation latérale et arrière du capteur solaire...........................................................82
Figure 43 : Couverture transparente du capteur solaire .............................................................83

Notation et Symboles

Symbole Unité Désignation

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Di mm Diamètre intérieur du tube.


Dex mm Diamètre extérieur du tube.
e mm Epaisseur du tube.
hf W/m2. °K Coefficient de convection coté fréon R134a.
hc W/m2. °K Coefficient de convection coté eau glycolée.
Q m R134a Kg /s Débit massique du fluide froid, fréon.
Q m eau Kg /s Débit massique du fluide chaud, eau Coefficient.
K W/m2. °K Coefficient global d’échange.
Pr --- Nombre de Prandt.
Re --- Nombre de Reynolds.
Nu --- Nombre de Nusselt.
S m2 Surface d’échange.
A m2 Section de tube.
v m/s Vitesse de fluide.
λ W/m. °K Conductivité thermique.
ρ Kg /m3 Masse volumique.
μ Kg /m.s Viscosité dynamique.
Cp J /kg. °K Chaleur massique.
T °C Température.
ΔTml °C La moyenne logarithmique de température.
P bar Pression.
h Kj /kg Enthalpie.
s kJ/kg.K Entropie.
x % Titre de vapeur.
Pa w Puissance mécanique de la turbine.
WT kJ/kg. Travail de la turbine.
WP kJ/kg. Travail de la pompe.
ηméc --- Rendement mécanique.
Ф w Puissance (évaporateur, condenseur, Pré- chauffeur)
U W /m2K Coefficient global des pertes du capteur.
η --- Rendement du capteur solaire.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Introduction Générale

Ce projet s’intègre dans le cadre d’un large projet européen regroupant 8 équipes de
recherche ainsi que des équipes de l’industrie. Il a pour objectif de produire de l’électricité en
utilisant une boucle thermodynamique alimentée en chaleur par un système solaire. Pour cela,
trois options se présentent :
- Utilisation de capteurs plans (boucle basse température).
- Utilisation de capteurs CPC (boucle moyenne température).
- Utilisation d’un concentrateur cylindro-parabolique (haute température).
La société AES est chargée de contribuer à la conception et à la fabrication du capteur plan
qui sera utilisé dans une boucle solaire de production d’électricité à basse température.
Dans le cadre de ce PFE, on doit se baser sur des simulations pour proposer quelques
alternatives de conception pour cette boucle (type de capteur et performances, fluide
caloporteur …etc.).
On doit par la suite affiner le choix du capteur et sa conception (nature de l’isolant, épaisseur
de l’isolant, nombre de vitres et type de vitre, nature et conception de l’absorbeur …etc.) en
fonction du niveau de température requis par la boucle et enfin on propose une gamme de
fabrication de ce capteur.
La présente étude est développée en quatre chapitres :
- Dans le premier chapitre, nous faisons le point sur les différentes centrales qui utilisent
l’énergie solaire pour la production électrique et les cycles thermodynamique utilisés.
- Le deuxième chapitre sera consacré à l’étude de la boucle thermodynamique (cycle Rankine)
et définition des niveaux de température nécessaires.
- Le troisième chapitre s’intéresse à une généralité sur la physique des capteurs solaire plan et
une analyse fonctionnelle de capteur solaire plan.
- Le quatrième chapitre est consacré à la conception mécanique de capteur solaire plan et la
réalisation d’une gamme de fabrication du capteur.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Chapitre :

Les systèmes solaires


Liste des tableaux..........................................................................................................................3
Liste des figures............................................................................................................................3
Notation et Symboles....................................................................................................................4
Introduction Générale...................................................................................................................1
1. L'électricité solaire thermodynamique....................................................................................4
1.1. Les technologies des centrales solaires .............................................................................5
1.1.1. Les centrales à capteurs cylindro- paraboliques [6]...................................................................................5
1.1.2. Les centrales à capteurs paraboliques .......................................................................................................6
1.1.3. Les centrales à tour 3.................................................................................................................................6
2) La centrale à tour d'EnviroMission .................................................................................................................9
2. Les principes thermodynamique de la transformation thermoélectrique................................10
2.1. Le cycle à vapeur............................................................................................................10
2.2. Le cycle combiné ..........................................................................................................10
2.3. Le cycle Stirling ..........................................................................................................10
2.4. Cycle de Rankine........................................................................................................11
3. Exemple de centrale électro - solaire de Borj - Cedria ..........................................................11
3.1. La boucle Chaude ........................................................................................................11
3.2. Le réservoir de Stockage .............................................................................................11
3.3. Le groupe turbo- alternateur .......................................................................................12
1. Introduction.............................................................................................................................16
2. Propriétés physiques ..............................................................................................................16
2.1. Propriétés thermodynamiques........................................................................................16
2.2. Chaleur latente ............................................................................................................17
2.3. Viscosité ......................................................................................................................17
3. Propriétés chimiques...............................................................................................................17
Comportement vis -à –vis des huiles de graissage..................................................................17
Comportement vis-à-vis de l’humidité ...................................................................................18
4. Choix de fluide de travail .......................................................................................................18
5. Boucle thermodynamique ......................................................................................................20
6. Cycle thermodynamique (T-S)............................................................................................20
Cycle de Rankine ...................................................................................................................21

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Calcul des échangeurs thermiques [3].....................................................................................23


6.2.1. Calcul du condenseur...................................................................................................................24
6.2.2. Calcul de l’évaporateur...............................................................................................................27
6.2.3. Calcul du pré - chauffeur ..................................................................................................................30
6.3. Simulation de la boucle thermodynamique ...................................................................32
6.3.1. Présentation de EES................................................................................................................................33
6.3.2. Influence des caractéristiques de la vapeur ............................................................................................36
6.3.3. Simulation de la boucle thermodynamique avec différents fluides ...................................................39
6.4 Simulation sur TRANSYS ...............................................................................................40
Effet de variation de la surface du capteur ........................................................................................................42
7. Technologie.............................................................................................................................46
7.1. Turbines Scroll ................................................................................................................46
7.3. Évaporateurs à tubes horizontaux [3]..............................................................................48
7.4. Choix des pompes de circulation du fréon.......................................................................49
..................................................................................................................................................50
Généralités sur les capteurs solaires............................................................................................50
1.1 Introduction ...............................................................................................................50
1.2. Les principaux composants du capteur ...........................................................................51
1.2.1. Le coffre (caisse) ....................................................................................................................................51
1.2.2. La Couverture Transparente....................................................................................................................52
1.2.3. L’absorbeur .............................................................................................................................................53
1.2.4. L’isolant ..................................................................................................................................................54
1. 3. Le rendement global du capteur ..................................................................................55
1. 3.1. Rendement du capteur ....................................................................................................................55
1. 3.2. Rendement des différents capteurs usuels .....................................................................................56
2. Analyse fonctionnelle ....................................................................................................56
2.1. Introduction ......................................................................................................56
2.2. Modélisation de l’activité......................................................................................57
2. 3. Enoncé du besoin....................................................................................................57
2.4. Valider le besoin .....................................................................................................58
2.5. Séquence d’usage du capteur .................................................................................58
2.5.1. Séquence En utilisation ................................................................................................................58
2.5.2. Séquence Hors utilisation .............................................................................................................58
2. 6. Liste des éléments de l’environnement................................................................58
2.7. Diagrammes Pieuvres.............................................................................................59
2. 7.1. Séquence « En utilisation » ...........................................................................................................59
2.7.2. Séquence « Hors utilisation » ...........................................................................................................60
2. 8. Fonctions de service...............................................................................................60
2.9. Validation des fonctions de service.........................................................................60
2.10. Caractérisation des fonctions de service.............................................................64
2.11. Caractérisation des fonctions de service..............................................................65
2.12. Hiérarchisation des fonctions de services ...........................................................65
2.13. Histogramme des souhaits.....................................................................................66
.......................................................................................................................68
1. Description de logiciel « CoDePro » .....................................................................................68
1.1. Fenêtre 1 : condition de test ..................................................................................69
1.2. Fenêtre 2 : dimensions du capteur..........................................................................69
1.3. Fenêtre 3: Vitre et Absorbeur.................................................................................70
1.4. Fenêtre 4: Isolation arrière et latérale .............................................................................71
1.5. Fenêtre 5: Tube et Fluide ......................................................................................72
2. Simulation sur CoDePro.........................................................................................................73
2.1. Fenêtre 1 : test conditions .......................................................................................73
2.2. Fenêtre 2: Dimensions du collecteur.......................................................................73
Département Génie Mécanique 2007/2008
Projet de fin d’étude ENIT

2.3. Fenêtre 3: Vitre et Absorbeur .........................................................................................74


2.4. Fenêtre 4: Isolation arrière et latérale...............................................................................74
2.5. Fenêtre 5: Tube et Fluide.......................................................................................75
2.6. Courbe de rendement, η = f (ΔT) ....................................................................................75
3. Conception mécanique et gamme de fabrication ...................................................................77
3.1 Composantes du capteur solaire ..............................................................................77
3.2. Dossier technique .........................................................................................................78
3.2.1. Présentation ..............................................................................................................................78
3.2.2. Fonctionnement .........................................................................................................................78
3.2.3. Caractéristiques générales du capteur solaire ...................................................................................79
3.2.4. Eléments constitutifs.......................................................................................................................80
Détail B Figure 41 : Absorbeur du capteur solaire...................................................................................81
3.3 Gamme de fabrication ....................................................................................................84
CONCLUSION...........................................................................................................................85
BIBLIOGRAPHIE......................................................................................................................86

Dans cette partie, nous allons présenter les technologies de production d’électricité
utilisant l’énergie solaire comme une source de chaleur.

1. L'électricité solaire thermodynamique

On désigne par « solaire thermodynamique » l'ensemble des techniques qui visent à


transformer l'énergie rayonnée par le soleil en chaleur, puis celle-ci en énergie mécanique (et
électrique) à travers un cycle thermodynamique. Il y a plusieurs façons de réaliser cette
transformation: par utilisation du moteur à pistons, du cycle de Rankine (y compris la turbine à
vapeur), ou de la turbine à gaz. L'avantage considérable de ces processus est lié à l'échelle
industrielle importante à laquelle se fait déjà la production des machines de conversion. Il reste
à résoudre le problème de la conversion du rayonnement solaire en chaleur jusqu'au moteur ou
turbine.
Ces techniques sont encore, pour l’essentiel, dans un état expérimental. En effet, on
distingue deux types de technologies employées selon la température de fonctionnement:
• Les générateurs conventionnels fonctionnant à températures faibles ou moyennes.
• Les générateurs solaires de puissance fonctionnant à des températures élevées.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

1.1. Les technologies des centrales solaires

1.1.1. Les centrales à capteurs cylindro- paraboliques [6]


Le champ solaire d’une centrale cylindro- parabolique comporte plusieurs rangées de
capteurs d’une longueur comprise entre 20 et 150 mètres. Elles sont constituées de miroirs
incurvés en forme de parabole et permettent de concentrer la lumière solaire sur un tube
absorbeur se trouvant sur la ligne focale. Le rayonnement solaire concentré dans les tubes
absorbeurs réchauffe l’eau à des températures atteignant environ 400 °C grâce à un échangeur
de chaleur.
La plus important centrale de monde fonctionnant avec les capteurs cylindro- paraboliques a
été construite dans un désert de californie. Ses neuf unités thermiques couvrent une superficie
de 1.4 millions de m² et représentent une puissance électrique de 354 MWe. , dans cette région
ou une grande partie de l’énergie est utilisée pour la climatisation de maisons, des initiatives
privées on permis à la thermique solaire de surmonter les problèmes de développement.
Dés 1984, Arnold Goldman réussit à construire dans le désert de Mojave, à 180 km au
nord de Los Angeles, la première ferme solaire d’une puissance de 13.8 MW appelée Segs 1
(Solar electric generating system). En 1986 suivit Segs 2, d’une puissance de 30 MW et en
1989 Segs 7, d’une puissance de 80 MW, chaque nouveau système a contribué à l’amélioration
du rendement.

Figure 1: Centrale de désert de Mojave en Californie

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

1.1.2. Les centrales à capteurs paraboliques


Dans le cas des centrales paraboliques, un réflecteur parabolique pivotant à deux axes reflète
le rayonnement solaire sur un récepteur de chaleur installé au cœur de la centrale. Ce type de
centrale enregistre des températures jusqu’à 1000 °C.

Figure 2: Capteur solaire parabolique

Pour les systèmes dits Dish- Stirling, un moteur Stirling, qui transforme directement
l’énergie thermique en travail mécanique ou en électricité, est monté en aval du récepteur de
chaleur. Il est ici possible d’atteindre des rendements dépassant 30 %. Il existe, par exemple,
des installations prototypes sur la plateforme solaire d’Almería en Espagne. Ces installations
fonctionnent comme des systèmes autonomes. Elles offrent également la possibilité de relier
plusieurs installations dans un «parc» et de couvrir ainsi une demande comprise entre 10 kW et
plusieurs MW.

1.1.3. Les centrales à tour 3


Dans ce type de centrale, on utilise de nombreux miroirs qui concentrent le rayonnement
solaire sur une chaudière placée en haut d'une tour. Les miroirs ou "héliostats" sont conçus
pour tourner avec le soleil et ainsi, réfléchir les rayons du soleil sur le foyer de la chaudière. Le
rayonnement solaire doit être dirigé vers le foyer en haut de la tour avec une grande précision
afin de concentrer l'énergie thermique pour assurer des températures qui dépassent 600 °C.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Figure 3: Centrale à tour

L'expérimentation a commencé aux États-Unis au laboratoire de SANDRIA à Albuquerque


en 1976. La centrale avec une tour de 63 mètres et 222 héliostats contrôlés par ordinateur a
permis de fournir une puissance thermique de 5 MW. Puis, en deuxième stade, les français et
les espagnols sont intéressés à faire des recherches dans ce type de centrale avec la
participation active des laboratoires allemands.

 Exemples d’application :

1) Le premier centrale (SOLAR 1) : construit à Barstow en Californie, était opérationnel de


1982 à 1988, c’est une centrale à eau- vapeur ,1.800 héliostats, 71500 m² de miroirs et une
puissance thermique de 10 MW. Vingt ans plus tard, après que « SOLAR 1 » ait été
transformée en centrale a sel fondu et ait fonctionné sous le nouveau nom de SOLAR 2 pendant
trois ans (1996-1999).

2) La centrale Thémis à 1650 m d'altitude: projet de recherche et développement a démarré


en 1975. La centrale a été livrée pour des essais d'exploitation en 1983 et abandonnée en
septembre 1986. Elle est remise en marche sous forme d’un nouveau projet depuis 2006 : la
moitié des héliostats ont reçu des cellules photovoltaïques.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Figure 4: Vue aérienne de SOLAR 2

1.1.4. Les centrales solaires à effet de cheminée


La surface de captage solaire est formée d'une couverture transparente tenue à une certaine
hauteur du sol, créant une serre ouverte à la périphérie mais attachée à une cheminée au centre.
L'air dans la serre est chauffé par le soleil, devient plus léger et monte vers la cheminée. Le
tirage thermique ou "effet de cheminée" induit une dépression et aspire l'air de l'extérieur à
travers la surface de captage.
La vitesse de l'air est fonction de la hauteur de la cheminée et de la différence de
température entre la partie basse et la partie haute de celle-ci. L'effet cheminé peut fonctionner
24 heures sur 24, à cause de la chaleur dans la serre due au rayonnement solaire pendant la
journée et due au rayonnement de la chaleur emmagasinée dans le sol, pendant la nuit.
L'électricité est produite quand l'air montant passe à travers des turbines des générateurs à
l'entrée de la cheminée.
 Exemples d’application :

1) La cheminée solaire de Manzanares

Dimensions :

• Puissance maximum = 50 kW

• Hauteur de la cheminée en acier = 195 m

• Diamètre de la cheminée = 5 m

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

• Surface de la serre = 6.000 m2 de couverture en verre et 40.000 m2 de couverture


transparente en plastique.

Figure 5 : La cheminée de Manzanares

2) La centrale à tour d'EnviroMission

L'entreprise EnviroMission Limited a une licence de construire cinq centrales à effet de


cheminée en Australie, La première devrait être construit à Mildura et mis en service en 2009
Dimensions :

• Puissance maximale = 200 MW, la centrale doit fonctionner jour et nuit.

• Hauteur de la cheminée en béton armé = 1000 m

• Diamètre de la cheminée = 38 m

• Surface de la serre = couverture d'un diamètre de 6 à 7 km, soit 3300 hectares.

3) La tour solaire de Ciudad Real

Les travaux débuteront en 2008 pour construire une centrale solaire à effet de cheminée à
Fuente el Fresno, dans la province de Ciudad Real. La puissance générée par cette installation
devrait atteindre 40 MW et couvrir la demande en électricité de 120 000 personnes. Chaque
année, elle permettra une économie 250 000 barils de pétrole et évitera l’émission dans
l’atmosphère de 145 000 tonnes de dioxyde de carbone.

Dimensions :

• Puissance maximale = 40 MW, la centrale doit fonctionner jour et nuit

• Hauteur de la cheminée en béton armé = 750 m

• Diamètre de la cheminée = 70 m

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

• Surface de la serre = 650 hectares.

2. Les principes thermodynamique de la transformation


thermoélectrique
Cette transformation se fait le plus souvent de manière tout à fait conventionnelle grâce à une
turbine à vapeur d’eau couplée à un alternateur

2.1. Le cycle à vapeur

Ce cycle qui est limitée en température haute à 565 °C (au-delà, des problèmes
d’incompatibilité chimique apparaissent entre la vapeur et les aciers), est néanmoins capable
d’excellents rendements. C’est certainement le transformateur thermomécanique le mieux
connu parce que le plus anciennement mis en oeuvre par l’industrie moderne.

2.2. Le cycle combiné

Le cycle combiné est constitué par une cascade des deux cycles suivants :
• un cycle à gaz (cycle de Brayton) qui épuise les calories du caloporteur entre la
température maximum, supposée élevée, et une température intermédiaire compatible
avec les exigences du cycle suivant.
• un cycle à vapeur apte à épuiser au mieux les calories restantes en même temps que de
recycler les pertes du cycle de tête.
Un tel cycle est capable d’atteindre des rendements dépassant les 50 % s’il dispose
d’une source de chaleur à plus de 700 °C.

2.3. Le cycle Stirling

Le principe de ce cycle est relativement simple. Le fluide principal qui produit un travail est
un gaz (air, hydrogène ou hélium) soumis à un cycle comprenant 4 phases : chauffage isochore
(à volume constant), détente isotherme (à température constante), refroidissement isochore puis
compression isotherme. On l'appelait au début moteur à air chaud. Ce cycle est le principe de
fonctionnement du Moteur Stirling : c’est un moteur à combustion externe.
La source chaude du moteur peut être alimentée par l’énergie solaire, dans ce cas on parle de
Dish stirling. Son rendement peut atteindre 40%.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

2.4. Cycle de Rankine


Le fonctionnement d'une machine à vapeur peut être modélisé par un cycle de Rankine. C’est
le cycle le plus utilisé dans la plupart des stations de production électrique. En effet, Un fluide,
qui est l'eau, subit des transformations dont certaines consistent à réaliser des échanges
thermiques avec deux sources de chaleur, chaque source étant à température constante. Ces
échanges peuvent provoquer des transitions de phase liquide vapeur.

3. Exemple de centrale électro - solaire de Borj - Cedria


Différents concepts de petites centrales de production d'électricité existent. Toutefois, pour
des raisons de durabilité, l'énergie solaire est de plus en plus considérée, spécialement dans les
pays de la ceinture solaire, ces centrales sont caractérisées par une boucle thermodynamique à
basse température basé sur le cycle de Rankine .Une boucle thermodynamique fonctionnant
suivant le cycle de Rankine utilise le fluide : R11, R113, R114, R134a, R141b, R125, NH3,
C2Cl4…comme fluide caloporteur.
Prenant l’exemple d’une boucle thermodynamique d’une centrale pilotée électro - solaire
du centre de recherche de Borj- Cedria représenté sur la figure 7, il est constituée par :

3.1. La boucle Chaude


La boucle d’eau chaude de centrale de Borj- Cedria est composée de deux éléments
essentiels :
- Un champ des capteurs plans de 760 m2 (formé de deux boucles de captations
identiques débouchant sur une conduite principale de l’eau chauffée).
- Un réservoir de stockage d’eau de capacité de 45 m3.
- Un concentrateur cylindro- parabolique.

3.2. Le réservoir de Stockage


Le réservoir de stockage contient de l’eau chauffée à la température 96 °C par les capteurs
plans. Le groupe turbo- alternateur (GTA) utilise cette eau et la restitue à une température de
85,5 °C. Le réservoir, isolé thermiquement, a une hauteur de 8,00 m et un diamètre de 2,62
m , sa géométrie présente l’avantage de pressurer légèrement les capteurs et d’ amener la
température d’ébullition aux alentours de 115 °C. Les déperditions du réservoir sont
inférieures à 30 w/°C pour une température moyenne de l’eau de l’ordre de 95 °C.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

3.3. Le groupe turbo- alternateur


Les principaux éléments du GTA sont :
- Un évaporateur.
- Une turbine.
- Un condenseur.
- Un alternateur.

Principe de fonctionnement de la centrale de Borj- Cedria


L’eau chaude du haut du réservoir de stockage portée à une température de 96 °C circule
jusqu’à l’évaporateur où elle fait évaporer le fluide organique (tétrachloroéthylène : C2Cl4) qui
va actionner la turbine, et retourne à une température de l’ordre de 85,5 °C dans le bas du
réservoir. La turbine a une vitesse de 9000 tr/mn liée à un générateur qui va produire presque
10 KW (figure 6).

Figure 6 : Groupe turbo alternateur

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Figure 7: Principe de la centrale électro- solaire de l’CRTEN

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Chap itre :

Etude de la Boucle
Thermodynamique
Liste des tableaux..........................................................................................................................3
Liste des figures............................................................................................................................3
Notation et Symboles....................................................................................................................4
Introduction Générale...................................................................................................................1
1. L'électricité solaire thermodynamique....................................................................................4
1.1. Les technologies des centrales solaires .............................................................................5
1.1.1. Les centrales à capteurs cylindro- paraboliques [6]...................................................................................5
1.1.2. Les centrales à capteurs paraboliques .......................................................................................................6
1.1.3. Les centrales à tour 3.................................................................................................................................6
2) La centrale à tour d'EnviroMission .................................................................................................................9
2. Les principes thermodynamique de la transformation thermoélectrique................................10
2.1. Le cycle à vapeur............................................................................................................10
2.2. Le cycle combiné ..........................................................................................................10
2.3. Le cycle Stirling ..........................................................................................................10
2.4. Cycle de Rankine........................................................................................................11
3. Exemple de centrale électro - solaire de Borj - Cedria ..........................................................11
3.1. La boucle Chaude ........................................................................................................11
3.2. Le réservoir de Stockage .............................................................................................11
3.3. Le groupe turbo- alternateur .......................................................................................12
1. Introduction.............................................................................................................................16
2. Propriétés physiques ..............................................................................................................16
2.1. Propriétés thermodynamiques........................................................................................16
2.2. Chaleur latente ............................................................................................................17
2.3. Viscosité ......................................................................................................................17
3. Propriétés chimiques...............................................................................................................17
Comportement vis -à –vis des huiles de graissage..................................................................17
Comportement vis-à-vis de l’humidité ...................................................................................18
4. Choix de fluide de travail .......................................................................................................18
5. Boucle thermodynamique ......................................................................................................20
6. Cycle thermodynamique (T-S)............................................................................................20
Cycle de Rankine ...................................................................................................................21
Calcul des échangeurs thermiques [3].....................................................................................23
6.2.1. Calcul du condenseur...................................................................................................................24
6.2.2. Calcul de l’évaporateur...............................................................................................................27
6.2.3. Calcul du pré - chauffeur ..................................................................................................................30

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

6.3. Simulation de la boucle thermodynamique ...................................................................32


6.3.1. Présentation de EES................................................................................................................................33
6.3.2. Influence des caractéristiques de la vapeur ............................................................................................36
6.3.3. Simulation de la boucle thermodynamique avec différents fluides ...................................................39
6.4 Simulation sur TRANSYS ...............................................................................................40
Effet de variation de la surface du capteur ........................................................................................................42
7. Technologie.............................................................................................................................46
7.1. Turbines Scroll ................................................................................................................46
7.3. Évaporateurs à tubes horizontaux [3]..............................................................................48
7.4. Choix des pompes de circulation du fréon.......................................................................49
..................................................................................................................................................50
Généralités sur les capteurs solaires............................................................................................50
1.1 Introduction ...............................................................................................................50
1.2. Les principaux composants du capteur ...........................................................................51
1.2.1. Le coffre (caisse) ....................................................................................................................................51
1.2.2. La Couverture Transparente....................................................................................................................52
1.2.3. L’absorbeur .............................................................................................................................................53
1.2.4. L’isolant ..................................................................................................................................................54
1. 3. Le rendement global du capteur ..................................................................................55
1. 3.1. Rendement du capteur ....................................................................................................................55
1. 3.2. Rendement des différents capteurs usuels .....................................................................................56
2. Analyse fonctionnelle ....................................................................................................56
2.1. Introduction ......................................................................................................56
2.2. Modélisation de l’activité......................................................................................57
2. 3. Enoncé du besoin....................................................................................................57
2.4. Valider le besoin .....................................................................................................58
2.5. Séquence d’usage du capteur .................................................................................58
2.5.1. Séquence En utilisation ................................................................................................................58
2.5.2. Séquence Hors utilisation .............................................................................................................58
2. 6. Liste des éléments de l’environnement................................................................58
2.7. Diagrammes Pieuvres.............................................................................................59
2. 7.1. Séquence « En utilisation » ...........................................................................................................59
2.7.2. Séquence « Hors utilisation » ...........................................................................................................60
2. 8. Fonctions de service...............................................................................................60
2.9. Validation des fonctions de service.........................................................................60
2.10. Caractérisation des fonctions de service.............................................................64
2.11. Caractérisation des fonctions de service..............................................................65
2.12. Hiérarchisation des fonctions de services ...........................................................65
2.13. Histogramme des souhaits.....................................................................................66
.......................................................................................................................68
1. Description de logiciel « CoDePro » .....................................................................................68
1.1. Fenêtre 1 : condition de test ..................................................................................69
1.2. Fenêtre 2 : dimensions du capteur..........................................................................69
1.3. Fenêtre 3: Vitre et Absorbeur.................................................................................70
1.4. Fenêtre 4: Isolation arrière et latérale .............................................................................71
1.5. Fenêtre 5: Tube et Fluide ......................................................................................72
2. Simulation sur CoDePro.........................................................................................................73
2.1. Fenêtre 1 : test conditions .......................................................................................73
2.2. Fenêtre 2: Dimensions du collecteur.......................................................................73
2.3. Fenêtre 3: Vitre et Absorbeur .........................................................................................74
2.4. Fenêtre 4: Isolation arrière et latérale...............................................................................74
2.5. Fenêtre 5: Tube et Fluide.......................................................................................75

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

2.6. Courbe de rendement, η = f (ΔT) ....................................................................................75


3. Conception mécanique et gamme de fabrication ...................................................................77
3.1 Composantes du capteur solaire ..............................................................................77
3.2. Dossier technique .........................................................................................................78
3.2.1. Présentation ..............................................................................................................................78
3.2.2. Fonctionnement .........................................................................................................................78
3.2.3. Caractéristiques générales du capteur solaire ...................................................................................79
3.2.4. Eléments constitutifs.......................................................................................................................80
Détail B Figure 41 : Absorbeur du capteur solaire...................................................................................81
3.3 Gamme de fabrication ....................................................................................................84
CONCLUSION...........................................................................................................................85
BIBLIOGRAPHIE......................................................................................................................86

1. Introduction
On se contente dans ce chapitre de suivre une démarche permettant de choisir le fluide
caloporteur pour le bon fonctionnement de notre cycle thermodynamique. En effet certaines
conditions doivent être respectées par ce dernier combinant des caractéristiques d’ordre
technique et des problèmes économiques de coût, de frais d’exploitation et d’entretien.
En effet pour qu’une substance puisse servir comme agent caloporteur elle doit avoir une
enthalpie massique importante et ne doit pas attaquer les matériaux constitutifs de l’installation.
En outre, il est souhaitable que sa pression d’évaporation ne soit pas très élevée afin qu’elle
soit facilement maîtrisable.
Bien d’autre considérations subsistent pour guider un choix touchant des aspects d’intérêt
général telles que l’inflammabilité, et la toxicité qui conditionnent la sécurité pour l’exploitant.
Dans ce qui suit nous présentons les principales propriétés et caractéristiques des fluides
caloporteurs ensuite nous précisons les critères déterminants pour le chois judicieux du fluide
caloporteur pour le fonctionnement de la centrale éléctro-solaire.

2. Propriétés physiques
2.1. Propriétés thermodynamiques
Les contraintes thermodynamiques pour le choix des fluides frigorigènes proviennent
essentiellement des niveaux de température d’évaporation et de condensation associés à une
application particulière. Les zones d’efficacité maximales peuvent être légèrement différentes
d’un fluide à l’autre, mais le respect de ces contraintes permet de trouver les fluides les mieux
adaptés à une application donnée. Il reste cependant plusieurs degrés de liberté ou (plusieurs
contraintes supplémentaires) selon les composants constituant un équipement. Des équipements

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

identiques quant à leur usage peuvent donc être développés avec des fluides différents. La
pression et la température critiques d'un fluide vont déterminer son domaine d'application,
même si ces critères ne sont pas suffisants.

2.2. Chaleur latente


On cherche des fluides qui auront une bonne efficacité, d’où des fluides qui ont une chaleur
de vaporisation élevée .Une chaleur latente de vaporisation élevée réduit le débit massique ce
qui conduit à des réductions d’encombrement et surtout à des pompes de plus faibles
puissances et des conduites de plus petits diamètres.

2.3. Viscosité
Une forte viscosité ne présente que des inconvénients tels que des pertes de charges élevées
et une transmission de chaleur moins favorable. En effet les dimensions des canalisations et
l’importance des pertes de charge dépendront de la densité des vapeurs et des liquides
concurremment avec la viscosité du fluide dans ses phases soit gazeuse, soit liquide.
Des fluides des faibles viscosités sont donc désirables pour obtenir un minimum des pertes
de charge ou de faible dimensions des tubes.
Le tableau 2 donne quelques valeurs de viscosité pour certains fluides :
Tableau 1 : Valeurs des viscosités pour T [1] = 80 °C pour différents fluides.
Fluide R134a R11 R113 R141b Méthanol Propane NH3

Viscosité 14,08 29,95 34,83 28,96 30,25 10,68 12,33


[kg/m.s] .10-5

3. Propriétés chimiques
Le fluide doit être stable étant soumis à des changements d’état répétés et à des
températures relativement élevées, il ne doit pas être corrosif afin de ne pas provoquer l’attaque
des matériaux constituant le système tels que les échangeurs, la turbine, la pompe.

Comportement vis -à –vis des huiles de graissage


Le comportement des fluides vis -à –vis des huiles de graissages mérite une attention
particulière. Deux situations différentes peuvent se présenter selon qu’il y ait ou pas miscibilité.
Un défaut complet de miscibilité n’existe pratiquement pas. Cependant le fréon R134a est très

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

miscibles aux huiles et en conséquence ne modifie pratiquement pas leurs propriétés


fondamentales.

Comportement vis-à-vis de l’humidité


L’humidité est l’impureté principale qui est directement ou indirectement responsable des
troubles de fonctionnement dépendant. Cette humidité peut pénétrer dans le circuit avec l’huile
et le fluide insuffisamment secs, elle peut aussi être introduite avec l’air humide après
démontage.

4. Choix de fluide de travail


De nombreuses expériences de laboratoire ont confirmé des constatation faites en 1972-
1974 sur la diminution de l’épaisseur de la couche d’ozone protégeant la terre des rayonnement
ultraviolets, dangereux pour notre environnement et qui implique les CFC
(chlorofluorocarbone). Ces derniers sont des fluides totalement halogènes, c’est- à dire que tous
les atomes d’hydrogène sont remplacés par des atomes de chlores de fluor et de brome.
Ces mêmes expériences de laboratoire ont également montré que si la molécule de ces
composés chlorés et fluorés contenait des atomes d’hydrogène (HCFC1) elle serait plus
facilement hydrolysable donc beaucoup moins nocive pour la couche d’ozone.
Les HCFC sont des fluides contenant au moins un atome d’hydrogène et un atome de
chlore. Ils sont moins agressifs que le CFC et leur utilisation est encore tolérée pour encore
quelques années.
C’est pourquoi des tableaux de ces fluides ont été adjoints à ceux des fluides halogènes
actuellement utilisés précisant leurs domaines d’utilisation. Parmi ces fluides on note les HFC
qui ne contiennent plus aucun atome de chlore et par conséquent n’ont aucune influence sur la
couche d’ozone. Dans l’avenir les nouveaux fluides doivent appartenir à cette catégorie.
En se basant sur ce qui précède, notre choix s’est fixé sur des fluides caloporteurs
appartenant au catégorie HFC, HCFC. Pour notre application ou on a limité la température de
l’eau chaude à 90 °C pour chauffer le fréon qui servira à la fonctionnement de la turbine. Pour
la condensation nous sommes limités par la température de source froide constituée par un puit.
Les conditions qui sont déterminées par le cahier de charges de notre projet nous amènent a
travailler avec un fluide caloporteur qui peut atteindre une température de 82 °C après
vaporisation et une pression inférieur a 25bars.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Les caractéristiques suivantes nous amènent à choisir un fluide qui permet de vérifier les
contraintes de température et de pression pour le bon fonctionnement de notre boucle
thermodynamique et surtout le fonctionnement de la TURBINE SCROLL de faible puissance
[4 kW].
Donc le fluide caloporteur choisi est le R134a qui est un fluide HFC. (Voir annexe courbe
R134a)
Tableau 2 : Caractéristiques du R134a
Nom chimique Tétrafluoroéthane
Formule chimique CF3CFH2
Température critique 101,1 °C
Pression critique 40,65 bars
Température d’ébullition (1bar) -25 °C
Viscosité (à 25 °C) 12,15.10-6 kg/m.s
Chaleur la tente de vaporisation (1bar) 215,5 kJ/kg

Le diagramme thermodynamique de R134a représenté sur la figure suivante est caractérisé


par :
 Température critique.
 Pression critique.
 Zone liquide, zone vapeur, zone liquide vapeur.

Figure 7 : Diagramme thermodynamique (P- h)

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

5. Boucle thermodynamique

Cycle Rankine (ENIT 2007/2008)


Pompe de circulation d'eau Eau chaude
Te_eau
Fréon R134a
4
Evaporateur
T4
P3= 23 [bar] 3
Ts_ eau T3= 75 [C] Turbine G
4
P5 = 6,6 [bar]
5
T3
Pompe
surchauffeur

Boucle 1
Pompe de circulation d'eau Condenseur

Boucle 2 P5=5
2 1
T5 T6
Pré-chauffeur

Pompe de circulation de fréon

Pompe d’eau froide pour


condensation

T2
T1 1 T7
Tr_ eau

Figure 8 : Boucle thermodynamique

6. Cycle thermodynamique (T-S)


Les données de notre cycle sont :
P3 = 23 bars, P5 = 5 bars, température de surchauffe T4 = 82 °C.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Figure 9 : Cycle thermodynamique

Notre système de production d’électricité est modélisé par deux boucles, la première boucle
est celle de l’eau chaude qui est constitué par le champ de capteurs plans, le réservoir, les
pompes de circulation d’eau. La deuxième boucle est basée sur la transformation de deuxième
fluide (R134a) pour faire fonctionner la turbine et il elle est composée par : un évaporateur, un
pré- chauffeur, un condenseur, une turbine et une pompe de circulation pour le fréon.

Cycle de Rankine
Le fonctionnement d'une machine à vapeur peut être modélisé par un cycle de Rankine. Le
fréon subit des transformations dont certaines consiste à réaliser des échanges thermiques avec
deux sources de chaleur, chaque source étant à température constante. Ces échanges peuvent
provoquer des transitions de phase liquide - vapeur.

Le cycle thermodynamique (figure 10) est défini par :

1 – 2 : pompage adiabatique et réversible dans la pompe, à partir d’un état de liquide saturé 1

2 – 3 : préchauffage du fluide à une pression constante.

3 - 4 : évaporation et surchauffe du fréon (isobare).

4 – 5 : détente adiabatique et réversible dans la turbine (ou dans une machine volumétrique à
vapeur).
5 – 1 : échange de chaleur isobare dans le condenseur
On définit les caractéristiques suivantes pour le calcul de rendement thermique :

• La quantité de chaleur rajouté par (évaporateur + pré- chauffeur) : qc = h4 - h2


• La travail de la turbine : WT = h4 - h5s
• La quantité de chaleur dégagé par le condenseur : qf = h5 - h1
• La travail de la pompe : WP = h2 - h1 = vf.ΔP
Le rendement thermique de l’installation est défini par la formule suivante :
WT −WP ( h 4 − h5) − ( h 2 − h1)
ηth = =
qc h4 − h2

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

On pose que la détente et le pompage sont isentropiques, alors pour calculer la valeur de
l’enthalpie h5 à la sortie de la turbine.
On a : s4 = s5 et WP = vf.ΔP.
Alors le rendement thermique de cycle Rankine :
WP v f .∆P
ηT .WT − ηT .( h4 − h5 s ) −
ηP ηP
ηth = =
qc h 4 − h2

Pour déterminer le rendement du cycle de Rankine oŭ la vapeur surchauffé de R134a a


quitté l’évaporateur à l’état vapeur surchauffé à (23 bars), elle est condensée à (5 bars) après la
détente dans la turbine.
Donc d’après le diagramme et le tableau des caractéristiques du R134a à l’état saturé on a :
 L’entropie après surchauffe : s4 = 1.6873 kJ/kg.K à T4 = 82 °C et P4 = 23 bars.
 L’enthalpie après surchauffe : h4 = 448 kJ/kg à T4 = 82 °C et P4 = 23 bars.
 L’enthalpie après condensation : h1 = 234 kJ/kg à T1 = 25 °C et P1 = 5 bars.
 Titre de vapeur : x5 = 90%, h5s = hf + x5 × hfg
 h5s = 234 + 0.90 × 170 = 387 kJ/kg.
 Travail de la turbine: WT = h4 - h5s = 448 – 387 = 61 kJ/kg.
 Travail de la pompe : WP = h2 - h1 = vf.ΔP = 0.0008 × (23 - 5) = 0.0135 kJ/kg.
 Donc : h2 = h1+ WP = 234 + 0.0135 = 234,0135 kJ/kg.
 La quantité de chaleur rajouté : qc = h4 - h3 = 448 - 234 = 214 kJ/kg.
0.92 ×61
Le rendement thermique : ηth = = 25 %
214

• Calcul de débit massique QmR134a :

L’expression de la puissance mécanique : Pa = QmR134a × Δh × ηméc


On a la puissance mécanique Pa = 4 kw = 4000w
Posant un rendement mécanique : ηméc = 0.95
Δh : la différence d’enthalpie  Δh = h4 – h5
D’après le tableau des caractéristiques du R134a on a les valeurs suivantes :
Point 4 à la sortie de l’évaporateur : h (T=82°C) = 448 Kj/Kg

Point 5 à la sortie de la turbine : h (T=25°C) = 410 Kj/Kg


Pa
Donc le débit : QmR 134 a =
∆h ×ηmec

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

4000 × 4,18
AN: QmR 134 a = ( 448 − 410 ) ×0.95 = 521 .76 Kg/h

Le débit massique de fréon R134a nécessaire pour le fonctionnement de la turbine


QmR 134a = 0.145 Kg/s

• Le bilan enthalpique de l’évaporateur :


Le bilan enthalpique de l’évaporateur est défini par cette équation qui permet de calculer la
température de sortie de l’évaporateur T s-eau.
Qm R134 a × ∆h = Qm eau × Cp .(Te _ eau − Ts _ eau )

QmR134 a × (h4 − h3 )
Ts _ eau = Te _ eau −
Qmeau × Cpeau

 T e-eau : température d’entré d’eau chaude dans l’évaporateur: T e-eau = 90 °C.


 Débit de l’eau glycolée : Q meau = 0.5 kg/s.
AN :
0.145 × (448 − 312 .65) ×10 3
Ts _ eau = 363 −  T s-eau = 79.39 °C
0.5 × 3700

• Le bilan enthalpique du pré- chauffeur :

Le bilan enthalpique du pré- chauffeur est défini par cette équation qui permet de calculer
la température de sortie du pré- chauffeur T r-eau.
Qm R134 a × ∆h = Qm eau ×Cp .(Ts −eau −Tr _ eau )

 T s_eau : température d’entré d’eau chaude dans le pré- chauffeur: T s_eau = 79.39 °C.
 Débit de l’eau glycolée : Q meau = 0.5 kg/s.
Qm R134 a × (h2 − h3 )
Tr _ eau = Ts _ eau −
Qmeau × Cp eau

AN:
0.145 × (312 .65 − 234 .28) ×10 3
Tr _ eau = 352 .4 −  T r-eau = 73.25 °C
0.5 × 3700

Calcul des échangeurs thermiques [3]

Dans ce chapitre on s’intéresse aux calculs des échangeurs de chaleurs (évaporateur,


condenseur et pré- chauffeur). Le premier assure la transmission de la quantité de chaleur
extraite de l’eau chaude au fluide caloporteur (évaporation + surchauffe). Le deuxième assure

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

la condensation du fréon à une pression et température constante. Finalement le pré- chauffeur


assure l’augmentation de l’enthalpie du fréon à une pression constante.
 Les hypothèses de calcul

Pour le calcul des échangeurs thermiques, on adopte les hypothèses suivantes :


• Le régime de fonctionnement est permanent.
• Les caractéristiques physiques des fluides et des matériaux sont constantes tout au long
de l’échangeur.
• Les sections de passages sont constantes.
• Les vitesses d’écoulement sont faibles et les liquides sont supposés incompressibles.
• Les pertes thermiques sont nulles.
• La vitesse de chaque fluide est constante.
• Les coefficients d’échanges locaux sont constants donc aussi les coefficients
d’échanges globaux.

6.2.1. Calcul du condenseur

Généralité
Un condensateur est un échangeur de chaleur dans lequel deux fluides sont mis en contact
direct ou indirect à dans le but de liquéfier l’un d’eux (vapeur) en lui retirant sa chaleur de
vaporisation qu’absorberait l’autre fluide en se réchauffant.
La charge de l’échangeur et proportionnelle à la surface d’échange, au coefficient de
transfert global et à la moyenne du potentiel de transfert (différence de température entre le
fluide chaud et le fluide froid).
Dans la pratique, les échangeurs industriels seront calculés par une approche similaire. La
moyenne logarithmique de la différence de température sera corrigée pour tenir compte de
l’altération à du nombre de passes et de l’écoulement imparfait sur l’hypothèse de l’échangeur
de chaleur contre-courant.
1
La résistance au transfert correspond à la somme de quatre résistances au transfert de
K
chaleur :
1. la résistance dans le film du fluide chaud qui sera calculé par le coefficient de transfert
hc.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

2. la résistance due à la conduction de chaleur à travers la paroi. Cette résistances est

e
calculé par , (e : l’épaisseur de la paroi, λ : la conductivité du matériaux).
λ
3. la résistance au transfert du coté fluide froid qui sera représentée par le coefficient de
transfert hf.
4. la résistance due à l’encrassement.
Le flux de chaleurs transféré entre le fluide chaud et le fluide froid est donné par :
Ф = K× S × ΔTml
 Ф : le flux [w].
 K : Coefficient global d'échanges thermiques [kW/m2 · °C]
 S : Surface d’échange [m2].
 ΔTml : Moyenne logarithmique [°C].
(Tsat − T 6) − (Tsat − T 7)
Le moyenne logarithmique est donnée par ΔTml = Tsat − T 6
log
Tsat − T 7

Le bilan enthalpique de condenseur


Le bilan enthalpique de condenseur est défini par cette équation qui permet de calculer la
température de sortie T7.

Qm R134 a × ∆h = Qm eau ×Cp .(T7 −T6 )

o T6 : température d’entrée de l’eau dans le condenseur, on fixe : T6 = 16 °C

o T7 : température de sortie de l’eau.

D’après le technique de l’ingénieur la vitesse d’eau dans les tubes 1,5 m/s ≤ v ≤ 2,5 m/s
 v = 2 m/s
 Le diamètre intérieur des tubes Di = 19,89 mm. (Annexe [4]).
Le débit d’eau de refroidissement de condenseur : Q meau = v × ρ × A
(19 ,89 ×10 −3 ) 2
AN: Q meau = 2 × 1000 × π × = 0.65 kg/s
4
Qm R134 a × ( h5 − h1 )
Donc la température de sortie de condenseur : T7 = T6 +
Qm eau × Cp eau
AN :

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

0.145 × (410 .96 − 234 .28 )


T7 = 293 +  T 7= 24 °C
0.57 × 4,18

• Calcul de la puissance du condenseur


La puissance de condenseur : Φ = Q m eau × Cp × ΔT
AN : Φ = 0.65 × 4.18 × (24-16) = 21.74 kW.

Dans la pratique, on a coutume de calculer les condenseurs suivant les formules simples
données par le Heat Exchange Institute (HEI). Ces formules donnent le coefficient de
transmission thermique globale K (kW/ (m2 · °C)).
K = K0. Cm .Ct. Cs. v
Avec :
• Cm : coefficient de correction fonction de l’épaisseur et de la matière des tubes
(Annexe: [4]).
• Cs : coefficient de salissure, variable et dépendant principalement de la nature de l’eau
de réfrigération, Cs peut aller de 0,5 à 1 (pas de salissure dans le cas d’un nettoyage
continu).
• Ct : coefficient de correction de température d’entrée d’eau Te-eau (Annexe: [4]).
• K0 : coefficient de base fonction du diamètre extérieur des tubes . (Annexe: [4]).
• v (m/s) : vitesse de l’eau dans les tubes.
On a d’après le technique de l’ingénieur des valeurs standard de dimensions de condenseur.
• Le diamètre extérieur et l’épaisseur des tubes : Di = 19,89 mm, e = 2mm
• La nature de matériau des tubes : cuivre
• la vitesse de l’eau dans les tubes : v = 2 m/s.
Donc on a :
K0 = 2360 [kcal/h.m2· °C].
Cm = 1,015.
Ct = 0,98.
Cs = 1 (dans le cas de nettoyage continu).
K = 3319.85 [kcal/h.m2· °C].
K = 3, 86 kW/m2 · °C

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Calcul de la Moyenne logarithmique ΔTml


(Tsat − T6 ) − (Tsat − T7 )
La moyenne logarithmique : ΔTml = T − T6
log sat
Tsat − T7
Avec :
La température de saturation est celle la température de fréon après détente : T sat = 25 °C
AN :
(25 − 16 ) − (25 − 24 )
ΔTml = 25 − 16  ΔTml = 3,64 °C
log
25 − 24

Calcul de la surface d’échange


La puissance de condenseur : Ф = K × S × ΔTml

Φ
Donc la surface d’échange de condenseur : S =
K ×∆Tml
21740
AN: S = 3860 ×3,64 = 2 m2.

6.2.2. Calcul de l’évaporateur


La puissance de l’évaporateur : Ф = QmR134a × Δh

Avec : Δh = h4 - h3 = 141 kj/kg,

Le débit de fréon R134a : QmR134a = 0.145 kg/s

Alors la puissance de l’évaporateur : Φ = 20.45 KW

• Calcul de coefficient d’échange global


1 1 1 e
Le coefficient d’échange global : K = h + h + λ + rec + ref
c f

Avec :
• hc : convection coté eau.
• hf : convection coté fluide R134a.
• e : épaisseur, e = 2 mm
• λ : conductivité thermique des tubes en cuivres, λ = 380 W.m-1.k-1.
• Résistance thermique d’encrassement pour l’eau : rec = 2 ×10-4 m2.K.W-1.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

• Résistance thermique d’encrassement de fluide frigorigène : ref = 2 ×10-4 m2.K.W-1.


Les caractéristiques du fréon R134a seront prises à la température moyenne :
T 4 +T 3 82 + 75
T moy = ; T moy = = 78.5 °C
2 2

• Calcul de coefficient d’échange interne dans les tubes

λ 0 .8
hf = × Re × P 0.33 r × 0.023
Di

Avec :
ρ ×ν × Di
Nombre de Reynolds : Re =
µ
Cp × µ
Nombre de Prandtl : Pr =
λe
On a d’ après EES les valeurs suivantes de fréon R134a pour une température
T moy = 78.5 °C et une pression P = 23 bars. (Annexe [2])
 La densité de fréon : ρ = 127,1 [kg/m3]
 La viscosité de fréon : μ = 155,8.10-7 [kg/m.s]
 La chaleur massique : Cp = 1632 [J/kg. K]
 La conductivité de fréon : λ = 0,02058 [W/m. K]
QR134 a
On calcul la vitesse d’écoulement : v =  v = 3,63 m/s
ρ×S
1632 ×155 .8.10 −7
Pr =  Pr = 1,23
20 .58 .10 −3

127 ,1 × 3.63 × 20.10 −3i


Re =  Re = 593.103
155 .8 × 10 −7

L’écoulement est turbulent puisque le nombre de Reynolds : Re = 593.103 >> 5000

Alors : Nu = 0.023 × Re0.8 × Pr1/3

Donc :
20 .58 ×10 −3
hf = × 593000 0.8
×1.23 0.33 × 0.023  hf = 1052.6 W/(m2.K)
20 ×10 −3

• Calcul du coefficient d’échange externe aux tubes

Les caractéristiques du l’eau glycolée seront prises à la température moyenne :

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Te − eau + Ts _ eau 90 + 79 .39


T moy = T moy = = 84.7 °C
2 2

Avec :
On a d’ après EES les valeurs suivantes de l’eau pour une température T moy = 84.7 °C.
 La densité d’eau glycolée : ρ = 1040 [kg/m3]
 La viscosité d’eau glycolée : μ = 33,48.10-5 [kg/m.s]
 La chaleur massique d’eau glycolée : Cp = 4200 [J/kg. K]
 La conductivité d’eau glycolée : λ = 67,28.10-2 [W/m. K]
 D ex = 24 mm
Qmeau
Calculons la vitesse d’écoulement : v =  v = 2 m/s
ρ ×S

4200 × 33 ,48 ×10 −5


Nombre de Prandtl : Pr =  Pr = 2.09
67 ,28 ×10 −2

1040 × 2 × 22 .10 −3
Nombre de Reynolds : Re =  Re = 136,7.103
33 ,48 .10 −5
L’écoulement de l’eau qui est perpendiculaire aux tubes donc :

Nu = 0.33 × Re0.66 × Pr1/3  Nu = 1032

λ × Nu
hc =  hc = 31560 W/(m2.K)
de

1 1 1 e
Le coefficient d’échange global : K = hc + hf + λ + rec + ref

AN : K = 722 W/ (m2.K)

• Calcul de la moyenne logarithmique ΔTml

(Te _ eau − T 4) − (Ts _ eau − T 3)


∆ Tm l =
La moyenne logarithmique : Te _ eau − T 4
log
Ts _ eau − T 3
(90 − 82 ) − (79 ,36 − 75 )
∆Tml = = 5.94 °C
AN : 90 − 82
log
79 ,36 − 75

• Calcul de la surface d’échange

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Φ
La surface d’échange de l’évaporateur : S =
K × ∆Tml
19720
AN : S = = 4.6 m2
722 ×5.94

6.2.3. Calcul du pré - chauffeur


La puissance du pré- chauffeur : Ф = QmR134a × Δh

Avec : Δh = h3 - h2 = 141 kj/kg,

Le débit de fréon R134a :QmR134a = 0.145 kg/s

Alors la puissance du pré- chauffeur: Φ = 11.31 KW

• Calcul de coefficient d’échange global

1 1 1 e
= + + + rec + ref
K hc hf λ

Avec :
• hc : convection coté eau.
• hf : convection coté fluide R134a.
• épaisseur e = 2 mm ; Di = 20 mm ; Dex = 24 mm.
• λ : conductivité thermique des tubes en cuivres, λ = 380 W.m-1.k-1.
• Résistance thermique d’encrassement pour l’eau : r ec = 2 × 10-4 m2.K.W-1.
• Résistance thermique d’encrassement de fluide frigorigène : r ef = 2 × 10-4 m2.K.W-1

Les caractéristiques du fréon R134a seront prises à la température moyenne :


T 3 +T 2 75 + 25
T moy = ; T moy = = 50 °C
2 2

• Calcul de coefficient d’échange interne dans les tubes


λ 0 .8
hf = × Re × P 0.33 r × 0.023
Di

Avec :
ρ ×ν × Di
Nombre de Reynolds : Re =
µ
Cp × µ
Nombre de Prandtl : Pr =
λe
On a d’ après EES les valeurs suivantes de fréon R134a pour une température T moy = 50 °C
Et une pression P =23 bars. (Annexe [2])
Département Génie Mécanique 2007/2008
Projet de fin d’étude ENIT

 La densité de fréon R134a : ρ = 1103 [kg/m3]


 La viscosité de fréon R134a : μ = 185,2.10-6 [kg/m.s]
 La chaleur massique : Cp = 1512 [J/kg. K]
 La conductivité de fréon : λ = 0,0766 [W/m. K]
QR134 a
Calculons la vitesse d’écoulement : v = = 1,32 m/s
ρ×S

Donc le coefficient d’échange interne aux tubes est :

1512 ×185 ,2 ×10 −6


Nombre de Prandtl : Pr =  Pr = 3,66
76 ,6 ×10 −3
1103 ×1,32 × 20 ×10 −3i
Nombre de Reynolds : Re =  Re ≈ 157400
185 ,2. ×10 −6

On a un écoulement turbulent : Re = 157400 >> 5000

Dou alors le nombre de Nusselt : Nu = 0.023 × Re0.8 × Pr1/3

Donc le coefficient de convection coté fréon hf :

76 ,6 ×10 −3
hf = ×157400 0 .8
× 3.66 0.33 × 0.023  hf = 1943 W/(m2.K)
20 ×10 −3

• Calcul du coefficient d’échange externe aux tubes


79 ,36 + 73 ,25
T moy = = 76.3 °C
2

D’ après EES les valeurs suivantes de l’eau glycolée pour une température T moy = 76.3 °C.
 La densité de l’eau glycolée : ρ = 1040 [kg/m3]
 La viscosité de l’eau glycolée : μ = 37.16.10-5 [kg/m.s]
 La chaleur massique de l’eau glycolée : Cp = 4194 [J/kg. K]
 La conductivité de l’eau glycolée λ = 66,78.10-2 [W/m. °K]
Qm eau
La vitesse d’écoulement : v = = 1,53 m/s
ρ ×S
4194 × 37 ,16 ×10 −5
Nombre de Prandtl : Pr =  Pr = 2,33
66 ,78 ×10 −2

1040 ×1.53 × 22 .10 −3


Nombre de Reynolds : Re =  Re = 94205
37 .16 .10 −5

L’écoulement de l’eau qui est perpendiculaire aux tubes donc :


Département Génie Mécanique 2007/2008
Projet de fin d’étude ENIT

Nu = 0.33 × Re0.66 × Pr1/3  Nu = 837


λ × Nu
hc =  hc = 25407 W/ (m2.K)
de
1 1 1 e
Le coefficient d’échange global : = + + + rec + ref
K hc hf λ
1 1 1 10 −3
AN : = + + + 2 × 10-4 +2 ×10-4  K = 570 W/ (m2.K)
K 25407 762 380

• Calcul de la moyenne logarithmique ΔTml

(Ts _ eau − T 3) − (Tr _ eau − T 2)


∆ Tml =
Ts _ eau − T 3
log
Tr _ eau − T 2
(79 .36 − 75 ) − (73 .25 − 25 )
∆Tml = =
AN: 79 .36 − 75 18.25 °C
log
73 .25 − 25

• Calcul de la surface d’échange

Φ
La surface d’échange nécessaire pour le pré- chauffeur : S =
K × ∆Tml
11430
AN : S = = 3,33 m2
570 ×18 .25

6.3. Simulation de la boucle thermodynamique

Le but de cette partie est d’étudier l’influence des caractéristiques d’entrées de notre cycle sur
le rendement thermique et d’interpréter les résultats de la simulation.
Le cycle thermodynamique est constitué par :
• Un évaporateur
• Un pré- chauffeur
• Un condenseur
• Une turbine
• Une pompe de circulations de fréon.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

La simulation que nous allons entreprendre a pour but d’effectuer une étude paramétrique
sur les données suivantes et d’étudier leur incidence sur le rendement de la boucle
thermodynamique.
 La pression P3 (P3 = P2 = P4).
 La température d’entrée a la turbine T4.
 La pression de condensation P5.
 Les rendements de la turbine et de la pompe.
La simulation sera effectuée sous l’environnement de programmation EES qui a
l’avantage de vérifier l’influence de certaines données sur notre rendement thermique.

6.3.1. Présentation de EES


La programmation de notre cycle est faite sur le logiciel de simulation EES.
La première étape consiste à choisir les unités de notre système (voir figure 11).

Figure 10 : Fenêtre d’unité de système

A l’aide de EES on peut faire la simulation de notre boucle, mais il faut en premier lieu

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

faire la programmation en faisant intervenir les équations nécessaires et les relations qui
caractérisent chaque grandeur thermodynamique (Ti, Pi, hi, si…) (voir figure 5).

Figure 11 : Fenêtre des fonctions de programmation

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Il faut vérifier que notre programme admet une solution et qu’il n’y a pas des erreurs de
syntaxes voir (figure 13).

Figure 12 : Fenêtre de compilation

Après la vérification qu’il ni y a pas des erreurs de syntaxe et que le nombres d’équations
et le nombres d’inconnus sont égaux, il faut simuler notre programme (Annexe [3]).

Figure 13 : Fenêtre de calcule

Sur le schéma de notre boucle thermodynamique figure 15, notre étude consiste à étudier
l’influence des paramètres d’entrées et de sorties sue de rendement thermique.
En choisie le rendement de la turbine et de la pompe.
 η Turbine = 0,92 (turbine Scroll).
 η Pompe = 0,85.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Cycle Rankine (ENIT 2007/2008)


Pompe de circulation d'eau

h4 =451,7 [kJ/kg]
T4= 82 [C]
4
Evaporateur

P3 = 23 [bar]
3
T3= 75 [C] ηt= 0,92
Turbine G
P5 = 5 [bar]
5
Ts 5= 25 [C]
préchauffeur

Pompe de circulation d'eau Condenseur

2 ηp= 0,85
Circulation du
1
fréon
Pompe de circulation de fréon

Rendement thermique de cycle : ηthèrmique =0,2511

Figure 14 : Boucle thermodynamique

6.3.2. Influence des caractéristiques de la vapeur


On considère séparément l’influence de la pression au condenseur P5, de la température de
surchauffe T4 et de la pression P3. Ces paramètres sont indépendants, on étudie l’influence de
chaque paramètre, les deux autres étant constants.

• Influence de la pression de condensation P5 :


Si on diminue la pression de condensation alors le rendement de cycle s’améliore. En effet,
la chute d’enthalpie ou travail de la turbine augmente et la chaleur fournie par l’évaporateur
augmente également (voir figure 16).

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

5 bars
5 bars

Figure 15 : Influence de la pression P5

 La pression P5 est limitée par la température de l’eau de refroidissement du condenseur qui


doit rester supérieure à la température de condensation T5, généralement la pression de P5 est
limitée à 5 bars (P5 = 5 bars la température de fréon R134a T5 = 25 °C).

Le deuxième paramètre qui entre en jeux c’est la pression P3 à la sortie de l’évaporateur


qui a une grande influence sur les paramètres du cycle donc en doit étudier l’effet de cette
pression P3.

• Influence de la pression P3 :

On fixe la température de surchauffe T4 ainsi la pression P5 et on augmente la pression initiale


P3. La chaleur totale fournie par l’évaporateur diminue d’une façon continue pour des
pressions de vapeurs initiales croissantes (voir figure 17).

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Zone interdite
P3 = 25bars

Figure 16 : Influence de P3 sur le rendement thermique du cycle et le travail de turbine

La valeur de la pression P3 est limité par la pression critique de fréon, pour le R134a la
pression critique P critique = 40 ,65 bars.
Il est très important de mettre en évidence les caractéristiques de notre turbine Scroll
surtout la pression d’entrée maximale.
Donc la pression P3 est limitée par la pression maximale de la turbine : P3 ≤ 25 bars.
De même une grande pression P3 nous ramenons à l’utilisation des pompes de circulation
de fréon très puissantes et une installation (échangeurs, conduites…) très coûteux.

• Influence de la température de surchauffe T4 :

En utilisant le diagramme enthalpique de R134a, et si on fait varier la température de


surchauffe T4 en gardant P3 et P5 constant, on constate que pour des températures croissantes,
la travail de la turbine et le rendement du cycle augmente (voir figure 18).
Exemple : La température de surchauffe varie de [76 °C à 90 °C].

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Zone interdite

Figure 17 : Influence de la température de surchauffe T4

La température de surchauffe ne doit pas dépasser la température critique de fréon 134a


T critique = 101 °C, pour notre cas la température de surchauffe ne dépasse pas la température
de la source chaud T e_eau = 90 °C.
La turbine utilisée est d’après le constructeur a un intervalle de température d’entrées
bien déterminer entre (80 °C à 250 °C) donc il faut tient compte de cette température.
L’existence d’une zone interdite pour une température T 4 ≤ 80 °C à une grande influence
sur la fonctionnement de notre boucle durant la période ou le rayonnement solaire est faible
c'est-à-dire une température d’eau chaud T e_eau est très inférieur.

6.3.3. Simulation de la boucle thermodynamique avec différents fluides

Pour cette partie, la boucle thermodynamique est la même sauf les variables d’entrées et de
sorties qui changent d’un fluide à un autre :
 La pression de l’évaporation P3.
 La pression de condensation P5.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Tableau 3 : Etude de boucle thermodynamique avec différents fluides [1]

Fluide
caloporteur R11 R141b R123

T4 (°C) 82 82 82

P3 (bars) 5 4 4,5

1 1 1
P5 (bars)
(24 °C) (25 °C) (28 °C)

η th 0,22 0,25 0,23

Après une simulation de notre boucle thermodynamique on constate que le rendement


thermique de ce type de centrale est faible.

Finalement, la conclusion tirée de cette simulation c’est que il faut être optimum pour le
choix des paramètres d’entrées et de sorties et surtout la pression P3 et la pression P5, de
même il faut avoir une température d’entrée de l’eau glycolée dans l’évaporateur stable et
très importante T e-eau ≥ 90 °C, c'est-à-dire un capteur solaire plan a une conception bien
déterminer pour avoir le bon fonctionnement de notre boucle thermodynamique.

6.4 Simulation sur TRANSYS

Notre configuration représenté sur la figure suivante et constituer par :


- Un champ de capteur
- Des régulateurs
- Un échangeur.
- Une turbine
- Un stockeur son rôle est de stocker l’énergie nécessaire pour fonctionner la turbine pendant
les heures obscures.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Turbine
Stockeur
Pour une surface de champ du capteur S =50 m2, on prélève les deux courbes suivantes qui
représentent la variation de l’énergie pendant 1an.

Avec :
• QUTIL : c’est la quantité de la chaleur que doit l’échangeur transférer
• Q cap : c’est la quantité de la chaleur du capteur.

600000 Q( kj)

Fi
gure 18 : Variation de l’énergie pour une surface de champ de capteur de 50 m2

500000
A partir de ce graphe, nous vérifions bien l’importance des saisons chaudes. En
effet, les énergies sont maximales dans ces mois, on constate en plus que les pics de
différentes énergies se trouvent dans le mois de Juillet.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

600000 QUTI
Figure 19 : Variation de QUTIL en fonction temps (hr)

500000
Qcap(kj
800000
Figure 20 : Variation de Q cap en fonction temps (hr)

400000
 L’énergie QUTIL et Q cap atteint des valeurs maximales pendant les mois les plus chauds
(juin, juillet, août).

Effet de variation de la surface du capteur 700000


Pour voir l’effet de variation de la surface du capteur sur les différentes grandeurs
thermiques, nous avons varié la surface ainsi que le débit associé de 20 m² à 220 m².
Dans le tableau suivant, nous présenterons les résultats des simulations :

Département Génie Mécanique


600000
300000 2007/2008
Projet de fin d’étude ENIT

Tableau 4 : Influence de la surface de champs de capteur sur Q util et Q cap

SURFACE m2 Q cap Q util


20 29078076,2 19832111,8
40 52928862,3 41536141,5
50 63432468 46498230
70 83009285,1 51906807,8
90 100962434 54679500,7
100 110875478 55324892,5
120 125075060 56826101,6
140 139434233 57684586,3
160 152544622 58302519,7
180 165458020 58884380,6
200 172100000 59277894
220 177900000 60356487

influe
Q( KJ)

200000000

180000000

160000000
Figure 21 : Influence de la surface de champs de capteur sur Q util et Q cap

140000000

D’autre part, on remarque que la variation de l’énergie utile en fonction du temps


120000000
présente trois phases:
Département Génie Mécanique 2007/2008

100000000
Projet de fin d’étude ENIT

 Phase de croissance exponentielle: pour des surfaces inférieures 90 m².


 Phase de croissance légère : entre 90 m² et 160 m²
 Phase de stabilité : au delà de 160 m², la croissance de l’énergie utile devient très
lente, et elle converge vers une valeur constante.

On présente dans les figure ci-dessous, une portion de la courbe de variation des
températures dans le système : T sortie du capteur, T ambiante, les températures du réservoir
pour une surface de champ de capteur de 20 m2 à 220 m2.

40 m2

90 m2

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

220 m2

Figures 22 : Influence de la surface des capteurs sur les températures

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

 En effet, l’augmentation de la surface entraîne une augmentation de température de


capteur Tcap. Pour une surface de S = 50m2 T cap = 115 °C c’est une température idéale pour
le fonctionnement de notre boucle.
Pour une surface S = 220m2 la température T cap dépasse 200 °C à une conséquence sur
notre boucle thermodynamique et surtout sur le champ du capteur au niveau de température
de stagnation de capteur solaire (T stagnation ≈ 200 °C).

7. Technologie
La technologie ENEFCOGEN [²] consiste en l'utilisation des turbines volumétriques à
spirales «Turbine Scroll» au sein d'un mini système ORC «Organic Rankine Cycle»,
pouvant fonctionner à partir de sources thermiques à basse température (entre 80°C et 250°C).
Très répandus sur le marché, les unités compresseurs Scroll sont reconnus pour leur
rendement et leur robustesse, et ceci pour des applications diverses telles que la ventilation
ou la réfrigération. Eneftech développe l'approche et l'expertise permettant l’utilisation de ces
compresseurs Scrolls en turbines pour la génération d'électricité.

Conditions d'utilisation:

• Température d'entrée maximale: 250 °C.


• Pression d'entrée maximale : 25 bars.
• Pression d'entrée minimal : 5 bars.
• Vitesse de rotation : 300 - 6000 t/min.
• Puissance électrique maximale : 5000 W.

7.1. Turbines Scroll


Les turbines Scroll de Eneftech [²] sont des unités converties à partir de compresseurs en
spirale (ou type scroll) bien connues sur le marché de par leur efficacité et robustesse.
Les unités compresseurs Scroll sont très répandues et de nombreuses entreprises les
fabriquent. Leur constitution est simple avec peu d'éléments, ce qui garantit un coût faible et
une grande qualité. De plus, la machine Scroll produit de très faibles vibrations mécaniques
(bruits faibles) et possède un processus de détente quasi-continu avec un excellent rendement
volumétrique.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

7.2. Organes de la turbine Scroll


La figure (25) montre les éléments constituant l'unité hermétique de la turbine scroll. Soit
une chambre d'expansion volumétrique délimitée par deux volutes d’un scroll fixe supérieur
et d’un scroll mobile inférieur, l’ensemble est positionné avec un déphasage de 180º de
manière à former une série successive de sous chambres d’expansion séparées. Le scroll
mobile est monté sur un arbre moteur comportant un système de paliers excentriques et un
accouplement particulier (bague de Oldham) permettant de réaliser un mouvement orbital par
rapport au scroll fixe, et ceci par un simple mouvement de rotation de l'arbre.
Le mouvement orbital du scroll mobile entraîne une augmentation du volume de ces
chambres qui se déplacent du centre vers la périphérie. Ainsi durant l'expansion, du gaz
réfrigérant haute pression est introduit au centre de l'unité en formant une poche centrale de
gaz (figure (24), position 1).
Ce gaz, évoluant progressivement vers la périphérie (position 1 à 8), atteint sa pression de
décharge et s'échappe au niveau des flancs périphériques (figure (24).
Un alternateur électrique de type asynchrone est couplé à l'arbre moteur et l'ensemble est isolé
de l'atmosphère par une enveloppe formant ainsi l'unité hermétique.

Figure 23 : Mouvement orbital du scroll

Figure 24 : Turbine Scroll

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

7.3. Évaporateurs à tubes horizontaux [3]

Ces appareils sont généralement utilisés comme refroidisseurs de liquide (eau, eau
glycolée, etc.). Le liquide à évaporer qui circule dans les tubes est un fluide frigorigène (R22,
R134a, NH3, etc.), alors que le fluide à refroidir circule à l’extérieur des tubes.
L’évaporateurs multi passes à tubes et calandre : contrairement à ceux à tubes verticaux, il
présente généralement plusieurs passes sur le fluide frigorigène. Ces passes (2 à 6 suivant la
conception retenue) présentent souvent des tailles inégales. Ainsi les passes admettent souvent
un nombre croissant de tubes au fur et à mesure que le titre de vapeur augmente. Pour éviter
les hétérogénéités de distribution de l’écoulement diphasique du fluide frigorigène entre
tubes, les évaporateurs sont équipés de dispositifs distributeurs dans la boîte d’entrée et
parfois dans les boîtes intermédiaires. Pour obtenir une conception plus compacte des
échangeurs, on les équipe de tubes spéciaux qui améliorent le coefficient d’échange côté
fluide frigorigène et éventuellement côté externe (voir figure 26).

Figure 25 : Evaporateur à tube horizontal

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

7.4. Choix des pompes de circulation du fréon

Pour les pompes de circulations, ils sont des pompes spéciales non pas des pompes
centrifuges, c’est sont des pompes à membranes (Annexe [6]).
Les pompes à membranes s’adaptent facilement à notre application car elles sont
dotées d’un amorçage automatique et fonctionnent à des débits variables contrôlés par la
pression d’air ou par la pression de refoulement du fluide. Elles supportent des matériaux
abrasifs. Elles peuvent également fonctionner à sec sans endommager la pompe.
Les pompes à membranes offrent :
• Une bonne étanchéité.
• Permet de garantir un rendement énergétique optimal tout en évitant les fuites.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Chapitre :
Capteur solaire
Généralités & Analyse fonctionnelle

Dans ce chapitre, nous allons faire une définition des caractéristiques du capteur solaire
et ses composantes, aussi nous allons effectuer une analyse fonctionnelle du besoin qui est
une démarche qui consiste à analyser le capteur solaire.

Généralités sur les capteurs solaires


1.1 Introduction
Le capteur solaire est un type très spécial d’échangeurs de chaleur qui utilise le
rayonnement solaire pour chauffer le fluide caloporteur qui le traverse.
La différence que présente le capteur avec l’échangeur classique est que ce dernier assure
le transfert de chaleur d’un fluide à un autre, alors que le capteur solaire transmet l’énergie du
rayonnement solaire à un fluide.
Les capteurs solaires sont utilisés dans plusieurs applications tel que le chauffage de l’eau
domestique, le chauffage des locaux, le séchage des produits agro-alimentaires et même la
réfrigération. Selon l’application va dépendre la configuration, les matériaux de construction
et les dimensions du capteur. Les capteurs plans à effet de serre sont généralement montés

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

dans une position fixe, avec une inclinaison bien déterminer de façon à optimiser le
fonctionnement pour le lieu considéré.

Figure 26 : Capteur Solaire plan

1.2. Les principaux composants du capteur

1.2.1. Le coffre (caisse)


Le coffre d’un capteur solaire a deux rôles essentiels: la protection de l’isolant et de
l’absorbeur vis-à-vis des agents extérieurs et la tenue mécanique qui confère à l’ensemble la
rigidité. Il doit aussi permettre un bon positionnement de la vitre et du joint d’étanchéité et
faciliter le montage des différents éléments du capteur.
On peut utiliser, pour réaliser un coffre de capteur solaire, plusieurs types de matériaux
tels que les métaux, les matériaux plastiques et éventuellement le bois.
Les métaux sont exposés à la corrosion atmosphérique, ils pourront être attaqués de
diverses façons: corrosion, corrosion par piqûres, etc... L’acier seul ne peut pas convenir pour
un coffre de capteur sauf s’il subit un processus de protection adéquate, à savoir:

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

- Couche primaire contre la corrosion,


- Couche intermédiaire de renforcement contenant des pigments anti-corrosion
- Une ou deux couches finales.

1.2.2. La Couverture Transparente


La couverture a une fonction de protection de l’absorbeur, mais elle joue aussi un rôle
important dans le bilan thermique en réduisant les pertes de chaleur. Habituellement, on
utilise le verre comme couverture transparente.
La propriété physique intéressante du verre est qu’il permet de laisser passer le
rayonnement solaire et d’arrêter le rayonnement infrarouge d’un émetteur tel que celui de
l’absorbeur. La chaleur est donc bloquée entre l’absorbeur et la couverture : c’est l’effet de
serre.

Figure 27 : Transmittivité d’une vitre en fonction de la longueur d’ondes

La couverture doit présenter une bonne résistance aux chocs, aux brusques variations de
température ainsi qu’aux températures élevées.
Une appellation « verre solaire » existe et fait l’objet d’exigences toutes particulières :
- Le verre doit être trempé pour résister sans risques aux charges thermiques et
mécaniques.
- Il doit présenter un haut degré de transmission solaire caractérisé par une faible teneur
en fer.
- Il doit être d’une surface structurée permettant de réduire les reflets directs.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

La qualité du verre est caractérisée par son rendement optique ou taux de transmission τ
qui dépend de la nature et de l’épaisseur du vitrage ainsi que de l’angle d’incidence i et de la
nature du rayonnement.

1.2.3. L’absorbeur
Deux fonctions incombent à l’absorbeur :
1. Absorber la plus grande partie du rayonnement solaire possible.
2. Transmettre la chaleur produite vers le fluide caloporteur avec un minimum de pertes.
De plus, il doit être le plus léger que possible afin de limiter l’inertie de mise en régime et le
matériau qui le constitue doit avoir une conductivité thermique très élevée.

1.2.3.1. La sélectivité : le traitement de surface

Le rôle de l’absorbeur est de capter au maximum le rayonnement et d’en réémettre le moins


possible. Ces types de surfaces absorbant au maximum et réémettant au minimum ont été
nommées surfaces « sélectives ».
La sélectivité de l’absorbeur est très importante ; elle est améliorée au moyen de traitements
de surface qui ajoutent au support des caractéristiques telles que le rayonnement solaire est
très bien absorbé et que le rayonnement infrarouge émis est limité.
Deux coefficients déterminent les caractéristiques de ces absorbeurs :
- α : coefficient d’absorption (0 à 1, idéal : 1)
- ε : coefficient d’émission (0 à 1, idéal : 0)
Un tel traitement de surface peut être obtenu par procédés électrochimiques ou
électrophysiques. De nombreux progrès ont été réalisés dans ce domaine. Les plus importants,
classés par ordre d’apparition, seront présentés et comparés par rapport à la peinture noire.
Les différents revêtements possibles :
a. La peinture noire :
La peinture noire mate du commerce
permet d’obtenir un coefficient
d’absorption α compris entre 0.9 et 0.95.
Mais le degré d’émission ε est très élevé (0.85).

b. Oxyde de chrome :
Le revêtement en « black chrome « (couleur noire)
Département Génie Mécanique 2007/2008
Projet de fin d’étude ENIT

est composé d’oxyde de chrome déposé sur une


sous couche de nickel , le tout forme une
couche extrêmement fine sur un support
métallique. Son coefficient d’absorption α est
de 0.95 et son coefficient d’émission ε est compris entre de 0.12 et 0.18.

c. Traitement sous vide :


Ce revêtement sélectif est facilement
reconnaissable de par sa couleur bleu marine.
Ce procédé consiste à déposer différents métaux (titane,…)
sur la surface absorbante en présence du vide.
Le coefficient d’absorption α obtenu est
supérieur à 0.95 et le coefficient d’émission ε
inférieur à 0.05.
Résumé des différents traitements de surface :
Tableau 5: Différent traitement de surface
Revêtement Absorption : α Emission : ε
Peinture noire 0,9 à 0,95 >0,85
Black chrome 0,95 0,12 à 0,18
Traitement sous vide > 0,95 < 0,05

Actuellement le procédé de revêtement sous vide TINOX ou EPSILON a pris une grande
place sur le marché grâce :
- A ses performances.
- A sa faible consommation en énergie lors de la fabrication.
- A son respect au niveau écologique (pas de dégagement de gaz ou solides, pas de
pollution de l’eau.

1.2.4. L’isolant
Nombreux sont les produits isolants qui peuvent convenir pour l’isolation des capteurs,
mais il faut veiller à la tenue de la température, car une coupure de circulation du fluide
caloporteur peut faire monter la température intérieure du capteur à plus de 150 °C.
L’épaisseur de l’isolant varie de 4 à 8cm. La figure 29 présente de manière schématique
les différentes pertes générées par les constituants du capteur solaire plan.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

On remarque aisément que sur une base de 100% à la surface du vitrage du capteur,
seulement 60 % du rayonnement arrivent directement à l’absorbeur. Quant aux 40 %
restants ils ne sont pas complètement perdus mais ils vont jouer un rôle par l’intermédiaire
de l’effet de serre.

Figure 28: Schéma de différentes pertes

1. 3. Le rendement global du capteur

Le rendement d’un capteur solaire dont le symbole est η est le rapport de la chaleur
emmagasinée par le fluide caloporteur sur la puissance du rayonnement incident reçue. Le
rendement d’un capteur varie au cours de la journée car ses pertes sont fonction de la
différence de température entre l’air ambiant et l’absorbeur. Plus cette différence de
température augmente, plus le rendement du capteur baisse.

1. 3.1. Rendement du capteur


Cette équation du rendement tient compte de l’influence des caractéristiques de
l’absorbeur et du débit de fluide caloporteur.
L’équation de rendement du capteur se présente sous la forme : [7]

F ' .U
η = F 'η0 − (T f − Ta )
G

η0 : Rendement optique du capteur solaire.


F’ : Efficacité de l’absorbeur.
U : coefficient global des pertes du capteur (W/m2K).
Département Génie Mécanique 2007/2008
Projet de fin d’étude ENIT

Ta : température de l’air ambiant.


Tf : température moyenne de l’absorbeur.
G : rayonnement solaire global (W/m2).

1. 3.2. Rendement des différents capteurs usuels


Sur la figure ci-dessous sont présentés les rendements en régime établi des grandes
catégories de capteurs rencontrés :

Figure 29 : Courbe de rendement de différents capteurs solaires

2. Analyse fonctionnelle
2.1. Introduction

L’analyse fonctionnelle est utilisée dans les premières phases d’un projet pour créer ou
améliorer un produit. Il se présente sous forme de graphe ou diagramme d’analyse. Son
objectif est de :
· Recenser : C’est déterminer et identifier les fonctions du produit.
· Caractériser : C’est énoncer les critères d’appréciation, les niveaux et la flexibilité de ces
fonctions.
· Ordonner : C’est classifier les fonctions en fonctions de services.
· Hiérarchiser : C’est évaluer l’ordre d’importance des fonctions retenues.
Département Génie Mécanique 2007/2008
Projet de fin d’étude ENIT

· Valoriser : C’est attribuer à chaque fonction un poids ou une valeur liée à son importance

2.2. Modélisation de l’activité

Energies solaires

2. Eau glycolé froide


Chauffer l’eau Eau glycolé chaude
3. glycolé
Pertes

Capteur solaire Plan

Enoncé du besoin

Il s’agit d’exprimer avec précision les buts et les limites de l’étude du système en se posant
les trois questions suivantes :
1. A qui rend-t-elle ce service (A quoi ?)

2. Sur qui (sur quoi) agit-elle ?

3. Dans quel but

A qui rend-il le service ? Sur qui agit-il ?

Consommateur Fluide caloporteur «


d’énergie l’eau glycolé »

Capteur
solaire
plan

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Dans quel but ?

Chauffer l’eau glycolé à une température bien


déterminée

2.4. Valider le besoin

Une fois le besoin est défini, il est nécessaire de vérifier sa durabilité dans le temps :
a) Pour quoi ce besoin existe-t-il ?
 Pour chauffer le fluide (économiser l’énergie).
b) Qu’est ce que pourrait faire disparaître ce besoin?
 L’évolution technologique adoptée dans la plateforme.
c) Pensez vous que les risques de vouloir faire disparaître ou évoluer ce besoin
sont réels dans le proche avenir?

 Oui Validation du produit à moyen terme.

2.5. Séquence d’usage du capteur

2.5.1. Séquence En utilisation


1. Chauffer l’eau a une température bien déterminée.

2. Permettre à l’énergie captée d’atteindre le fluide (bonne conductivité,


surface d’échange, surface d’absorbeur, bonne vitrage).

3. Bonne circulation de fluide dans le capteur

2.5.2. Séquence Hors utilisation

1. Manutention et installation du capteur solaire plan.

2. 6. Liste des éléments de l’environnement

Tableau 6 : Liste des éléments de l’environnement

Département Génie Mécanique 2007/2008

Tableau 1 : Eléments de l'environnement


Projet de fin d’étude ENIT

« En utilisation » « Hors utilisation »


-Energie solaire. - Résistance mécanique
-Fluide caloporteur (eau glycolé). - Résistance au choc
-Température de fluide.
-Pluie (bonne étanchéité).
-Rayonnement U.V. (bonne résistance)
- Agents agressifs (Résister à la corrosion)
-Elévation des températures.

2.7. Diagrammes Pieuvres

2. 7.1. Séquence « En utilisation »

Energie solaire Fluide


caloporteur

FP2 FC1
FC2

FC7 Corrosion

FC3
Étanchéité Capteur solaire
plan FC6

Rayonnement
FP1 U.V.
FC4 FC5

Absorbeur
Isolant

Figure 30 : Diagramme Pieuvre "en utilisation"

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

2.7.2. Séquence « Hors utilisation »

Opérateur

Capteur solaire plan

FP3
FC8

Installation
du capteur Résister aux
chocs

Figure 31 : Diagramme Pieuvre "hors utilisation"

2. 8. Fonctions de service

FP1 : Absorber le rayonnement solaire (bonne absorption).


FP2 : Permettre au fluide caloporteur d’atteindre la température requise.
FP3 : Manutention et installation bonne et facile.
FC1 : Permettre une bonne circulation de fluide dans l’absorbeur.
FC2 : Transmettre l’énergie de rayonnement solaire au fluide caloporteur.
FC3 : Avoir une bonne étanchéité.
FC4 : Transférer la chaleur vers le fluide.
FC5 : Avoir une bonne isolation.
FC6 : Résister au rayon U.V.
FC7 : Résister à la corrosion.
FC8 : Résister aux chocs.

2.9. Validation des fonctions de service

La validation de chaque fonction de service doit se faire après avoir répondu aux questions
suivantes :
Q1 : Dans quel but la fonction existe-t-elle ?

Q2 : Pour quelles raisons la fonction existe-t-elle ?

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Q3 : Qu’est ce qui pourrait la faire disparaître ou la faire évoluer ?

Q4 : Quelle est la probabilité de disparition ou d’évolution ?

FP1 : Absorber le rayonnement solaire (bonne absorption).


R1 : Bonne absorption.

R2 : Pour chauffer le fluide.

R3 : Mauvaise qualité de l’absorbeur.

R4 : Faible.

FP1 validée (impérative)

FP2 : Permettre au fluide caloporteur d’atteindre la température requise.


R1 : Chauffer le fluide a une température bien déterminée.

R2 : Bonne température a la sortie du capteur.

R3 : Une valeur de température insuffisante.

R4 : Faible.

FP2 validée (impérative)

FP3 : Manutention et installation bonne et facile.


R1 : Facilite les taches de l’installation du capteur.

R2 : Pour assurer une bonne résistance mécanique.

R3 : Mauvaise construction de système de fixation.

R4 : Nulle.

FP3 validée (impérative)

FC1 : Permettre une bonne circulation de fluide dans l’absorbeur.


R1 : Pour avoir une bonne circulation continue du fluide.

R2 : Bon fonctionnement du capteur.

R3 : Mauvaise régulation de débit de fluide.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

R4 : faible.

FC1 validée (impérative)

FC2 : Transmettre l’énergie de rayonnement solaire au fluide caloporteur.


R1 : Capter le maximum des rayonnements solaires.

R2 : Chauffer le fluide caloporteur.

R3 : Mauvaise conception

R4 : Faible.

FC2 validée (impérative)


FC3 : Avoir une bonne étanchéité.
R1 : Pour assurer un bon rendement du capteur.

R2 : Puisque ils représentent une importance dans la conception du capteur.

R3 : Mauvaise étanchéité (nature de joint …)

R4 : Faible.

FC3 validée (impérative)

FC4 : Transférer la chaleur vers le fluide


R1 : Pour avoir une bonne température.

R2 : Atteindre la température requise.

R3 : Mauvaise conception de l’absorbeur (matériaux, types de capteurs…)

R4 : Faible.

FC4 validée (peu négociable)

FC5 : Avoir une bonne isolation.


R1 : Minimiser les pertes thermiques

R2 : Atteindre la température requise.

R3 : Mauvaise qualité de l’isolant.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

R4 : Faible.

FC5 validée (impérative)

FC6 : Résister au rayon U.V.


R1 : Pour assurer une grande durée de vie pour notre capteur.

R2 : Pas des déformations.

R3 : Mauvaise qualité de matériaux utiliser pour la conception.

R4 : Faible.

FC6 validée (impérative)

FC7 : Résister à la corrosion.


R1 : Pour avoir une durée de vie très importantes.

R2 : Pour avoir le bon rendement.

R3 : L’utilisation des matériaux corrosifs.

R4 : Faible.

FC7 validée (négociable)

FC8 : Résister aux chocs.


R1 : Assurer une bonne durée de vie de capteur.

R2 : Bonne conditions d’utilisation.

R3 : Mauvaise choix des matériaux du capteur.

R4 : Faible.

FC8 validée (impérative)

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

2.10. Caractérisation des fonctions de service

Pour chaque fonction de service, on définit les critères permettant d’apprécier la manière
dont la fonction sera remplie. Ces critères d’appréciation doivent eux-mêmes être assortis
d’un niveau et d’une flexibilité.
Un niveau est défini par des variables qui permettent de quantifier le critère.
La flexibilité est un ensemble d’indications exprimées sur les possibilités de moduler le
niveau recherché pour un critère d’appréciation. Elle est exprimée par une classe de
flexibilité.
Les classes de flexibilité : Selon la norme NFX50-151, l’indication littérale de la forme
Fi, placée auprès du niveau d’appréciation, permet de préciser son degré de négociabilité ou
d’impérativité ; on distingue 4 classes de flexibilité :
La classe F0 : Flexibilité nulle, niveau impératif
La classe F1 : Flexibilité faible, niveau peu négociable
La classe F2 : Flexibilité bonne, niveau négociable
La classe F3 : Flexibilité forte, niveau très négociable

Tableau 7 : Classes et niveaux de flexibilité

Flexibilité Classe de flexibilité Niveau de flexibilité


Nulle F0 Impératif
Très faible F1 Non négociable
Fiable F2 Peu négociable
Bonne F3 Négociable
Forte F4 Très négociable
Limite d’acceptation → Fonction non validée Le besoin est jugé non satisfait

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

2.11. Caractérisation des fonctions de service

Tableau 8 : Caractérisation des fonctions de service

Fonctions Critères Niveau Flexibilité

Matériau de l’absorbeur
cuivre F0
FP1
Couche sélective
α > 95 % , ε < 5 % F0
(EPSILON ou TINOX)
FP2 Température ≈ 100 °C F0

FP3 Manutention et installation Facile F0

FC1 Fluide caloporteur pourcentage de glycol F0


(eau glycolé)
40 %
FC2 Rayonnement solaire Meilleur inclinaison F0
45°
FC3 Nature des joints F0
EPDM, Silicone
d’étanchéité
FC4 Conductivité des matériaux Cuivre : Bonne F1
conductivité
FC5 Nature de l’isolant Laine de roche F0

FC6 Nature du Verre Verre trempé ép. :4mm F0

FC7 Nature de matériau Aluminium F2

FC8 Bonne assemblage F0

2.12. Hiérarchisation des fonctions de services

 Barème d’évolution
Tableau 9: Barème d'évolution
Note Degré d’importance
0 Equivalence
1 Légèrement supérieur
2 Moyennement supérieur
3 Nettement supérieur
 Comparaison des fonctions de service

Département Génie Mécanique 2007/2008

FP1FP2FP3FC1FC2FC3FC4FC5FC6FC7FC8PONTS %FP1
1FP1
1FP1
1FP1
Projet de fin d’étude 1FP1 ENIT
1FP1
2FP1
2FP1 par la méthode de tri croisé à fin de
On va comparer les différentes fonctions de service
2FP1
dégager les fonctions les plus importantes 21517,44FP2
1FP2
1FP2
Tableau 10 : Comparaison des fonctions de services
1FP2
2FP2
0FP2
1FP2
FP1 2FP2
2FP2
FP2 21213,95FC1
0FP3
FP3
1FP3
1FC4
FC1
2FC5
1FP3
FC2
2FP3
1FP3
FC3 166,97FC1
1FC1
FC4
1FC4
2FC1
FC5
1FC1
1FC1
2FC1FC6
289,30FC2
1FC4 FC7
1FC2
1FC2 FC8
2FC2
2FC2
289,30FC4
1FC3
0FC3
3FC3
2.13. Histogramme des souhaits 2FC3
278,13FC4
1FC4
Le résultat de la hiérarchisation des fonctions de services est synthétisé sous la forme d’un
3FC4
histogramme des souhaits.
3FC4
31011,62FC5
3FC5
3FC5
3910,46FC6
1FC6
122,32FC7
222,3278,13TOTAL 86% 100

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

18

16

14

12
Figure 32: Histogramme des souhaits

10 :
 Interprétation des résultats

On remarque que % FP1 FP1 «Absorber le rayonnement solaire (bonne


la fonction de service
absorption » présente le pourcentage le plus important .En effet, ceci est vrai puisque la
8
fonction traduit bien la finalité du capteur.
FP2
On peut voir que les deux fonctions de service FC6 et FC7, «Résister au rayon U.V.» et
«Résister à la corrosion.» présentent le taux le plus faible mais cela n’empêche pas
6
d’affirmer son importance au niveau de rendement du capteur.
FC1
On constate aussi que les fonctions de service FP2 et FC4 ont une pourcentage assez FC
intéressant puisque ces deux
4 fonctions ont une grande importance au niveau de choix de
matériaux de bonne conductivité.
FP3
Lors de l’élaboration du capteur, il faut donner une très grande importance à la fonction de
service présentant un pourcentage
2 assez important mais sans négliger, toute fois, les autres qui
s’avèrent moins consistantes.

0
FP1 FP2 FP3 FC1 FC

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Chapitr e:

Conception du capteur solaire

Dans ce chapitre nous allons concevoir le capteur solaire ; nous allons faire une étude de
dimensionnement et choisir les constituants et les caractéristiques du capteur solaire
« longueur, largeur, épaisseur, nature de l’isolant, nature des vitres, qualité de l’absorbeur… »
En même temps nous allons comparer notre choix par rapport a ce qui existe dans
l’industrie.

1. Description de logiciel « CoDePro »

Le programme (CoDePro) est un programme de conception des capteurs solaires plans à


eau. Le programme a été développé avec la version professionnelle d'EES et a été testé dès sa
phase de développement par des ingénieurs spécialistes en énergie solaires. CoDePro calcule
analytiquement le rendement instantané et les températures de stagnation du capteur. Pour
cela il se base sur les propriétés thermophysiques et optiques des matériaux utilisés pour la
construction du capteur.
Pour cela, nous allons effectuer une étude analytique mettant en application toutes les
équations d’échanges thermiques entre les différents composants. Notre objectif étant
d’obtenir un capteur permettant d’avoir « un absorbeur sélective, une meilleurs isolation et
étanchéité, une température a la sortie de capteur de l’ordre 100 °C ».
Pour faciliter notre tache, nous allons utiliser le logiciel d’analyse analytique CoDePro

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

1.1. Fenêtre 1 : condition de test

Dans cette fenêtre (représentée dans la figure 35) se fait la saisie des conditions de test
nécessaires pour le calcul des performances thermiques du capteur. Les variables d’entrée
pour les conditions de test sont :

- L’intensité de l’éclairement solaire incident


- La proportion de l’éclairement diffus
- L’angle d’incidence de l’éclairement direct
- L’angle d’inclinaison du capteur
- L’humidité relative (pour le calcul de la température équivalente du ciel)
- La vitesse du vent

Figure 33: Condition de test

1.2. Fenêtre 2 : dimensions du capteur

La figure 36 montre la fenêtre où on choisit les dimensions du capteur et de l’absorbeur.


Les variables d’entrées sont :
- Dimensions globales : longueur, largeur et épaisseur
- Dimensions de l’absorbeur : longueur, largeur

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Figure 34: Dimensions du capteur

1.3. Fenêtre 3: Vitre et Absorbeur

La fenêtre (Vitre et Absorbeur) montrée dans la figure 37 permet de saisir les valeurs des
propriétés optiques et thermiques des vitres et de la plaque de l’absorbeur.
Le capteur peut avoir zéro, un ou deux vitres. S’il a une seule vitre les propriétés sont
saisies dans la section cover1.
L’utilisateur peut sélectionner le matériau ou saisir les propriétés de son matériau en
sélectionnant ‘user defined’ dans la liste de choix.
Les variables d’entrées dans cette fenêtre sont :
+ Vitres :
- Nombre de vitres : 0, 1,2
- Matériau des vitres
- L’indice de réfraction et le coefficient de transmission (spectre solaire)
- Le coefficient d’absorption et de transmission
- Distance entre la vitre et la plaque
- Distance vitre1-vitre2
+ Plaque de l’absorbeur :
- Matériau (conductivité)
- Epaisseur
Département Génie Mécanique 2007/2008
Projet de fin d’étude ENIT

- Coefficient d’absorption
- Coefficient d’émission

Figure 35: Vitre et Absorbeur

1.4. Fenêtre 4: Isolation arrière et latérale

La fenêtre 4 montrée dans la figure 38 permet de saisir les données relatives à l’isolation
latérale et arrière du capteur.
Les variables d’entrées dans cette fenêtre sont :
- L’épaisseur et la conductivité de l’isolant de la face arrière
- L’épaisseur et la conductivité de l’isolant des faces latérales

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

Figure 36: Isolation arrière et coté

1.5. Fenêtre 5: Tube et Fluide

La fenêtre « tube et fluide » montrée dans la figure 39 permet de saisir les valeurs des
proprités de tube collecteur et absorbeur ainsi que les caractéristiques de fluide caloporteur.
Caractéristiques des tubes : nombre de tube, diamètre, espace entre les tubes.
Caractéristiques du fluide caloporteur : débit, pression, pourcentage de glycol.

Figure 37: Tube et Fluide

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

2. Simulation sur CoDePro


Le but de cette simulation est d’effectuer une étude analytique mettant en application
toutes les variables d’entrés dans chaque fenêtre (dimensions du capteur, vitre et
absorbeur, isolation …etc.) et d’étudier leur influence sur la courbe de rendement du
capteur. Notre objectif étant d’obtenir un capteur permettant d’avoir une meilleure
isolation et étanchéité, une température a la sortie de capteur de l’ordre 100 °C.

2.1. Fenêtre 1 : test conditions

2.2. Fenêtre 2: Dimensions du collecteur

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

2.3. Fenêtre 3: Vitre et Absorbeur

2.4. Fenêtre 4: Isolation arrière et latérale

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

2.5. Fenêtre 5: Tube et Fluide

2.6. Courbe de rendement, η = f (ΔT)

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

D’après la fenêtre de courbe η = f (ΔT) :


On a l’équation suivante:
∆T
η =(0,8) +( −3).
G
Avec : η ≈ 0,5
∆T = Tcapteur −Tambiante , Tambiante = 25°C
2
G ≈ 700 W/m

Alors:

Tcapteur −25
0,5 = (0,8) +( −3).
700

T sortie capteur ≈ 100 °C

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

3. Conception mécanique et gamme de fabrication


3.1 Composantes du capteur solaire

7
6

1
2

Figure 38: Caractéristiques générales du capteur solaire

Tableau 11 : Caractéristiques générales du capteur solaire

1 Absorbeur Feuille de cuivre, sélective ép.: 0,2 mm


2 Tube de l’absorbeur Cuivre ø8mm
3 Tube de collecteur Cuivre ø18mm
4 Couvercle Verre trempé
5 Isolation Laine de roche
6 Cadre Aluminium peint
7 Etanchéité Joint EPDM
8 Fond de caisse Aluminium épaisseur 1mm
9 Fixation de tube sur l’absorbeur Soudure a l’ultrason

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

3.2. Dossier technique

3.2.1. Présentation
Le capteur solaire thermique est destiné à chauffer un fluide caloporteur dans un circuit
fermé. Les capteurs solaires sont présentés pour être implantés de manière dite "indépendante
sur supports" sur toitures inclinées (métallique, …), sur toiture-terrasse, au sol ou sur façade.

3.2.2. Fonctionnement
L’irradiation solaire E0 traverse la plaque de verre. Une petite fraction de l’énergie E1 est
déjà réfléchie avant même son entrée dans le capteur. La surface noircie à revêtement sélectif
de l’absorbeur transforme le rayonnement solaire incident en chaleur. Une autre fraction de
l’énergie, certes très minime E2 est réfléchie. Une troisième petite fraction de chaleur E3
parvient à s’échapper à travers l’isolation par l’arrière et par les cotés du capteur. Il y a enfin
la perte de chaleur E4 que l’absorbeur émet et qui quitte le capteur par convection à travers le
vitrage.
La plaque de verre joue un grand rôle dans la production de chaleur. Elle est tout d’abord
transparente, mais elle protège aussi du refroidissement du capteur du aux intempéries.
Les spécialistes du solaire sont cependant unanimes que la technique d’une seule plaque de
verre en rapport avec un revêtement sélectif de la surface de l’absorbeur est la meilleure
solution. L’énergie utilisable E5 s’obtient par la soustraction des pertes d’énergie de E1 à E4
de l’énergie solaire incidente E0.

Figure 39: Bilan énergétique d’un capteur solaire

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

E0 : Rayonnement solaire incident sur la surface du capteur


E1 : Rayonnement solaire réfléchi au niveau de vitrage
E2 : Réflexion au niveau de l’absorbeur
E3 : Pertes de chaleur à la partie arrière du capteur et à ses cotés
E4 : Pertes de chaleur émise par l’absorbeur à travers le vitrage
E5 : Energie solaire utilisable

3.2.3. Caractéristiques générales du capteur solaire


Les caractéristiques générales de ce capteur sont données par la figure 40, Ce capteur est
constitué de :
• Absorbeur :
Il est constitué des tubes en cuivre « grille » et des plaques mince en cuivre, les plaques
sont soudées par ultrason sur les tubes, elles sont revêtues d’un revêtement
sélectif. Traitement sous vide « TINOX ou EPSILON… »
- Coefficient d’absorption : 95 %
- Coefficient d’émission :5%

• Verre de couverture :
Le couvercle transparent est constitué d'une vitre de sécurité de 4 mm d'épaisseur afin
d'avoir une résistance importante aux chocs et sollicitations diverses et de protéger le système
aux chutes de grêle, au poids de la neige et à l’agressivité de l’air marin. Le verre trempé est
à faible teneur ferreux, ce qui augmente la transmittivité aux rayons solaires.

• Caisse :
La caisse est constituée des profiles en aluminium.

• Isolation :
L’isolation arrière et latéral est composé des plaques en laine de roche, recouverte d’un côté
par de l’aluminium.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

3.2.4. Eléments constitutifs

3.2.4.1. Caisse
La caisse est en alliage d’aluminium. Un profile d’aluminium a section en I, coupé à 45°
est assemblé par des équerres en aluminium pour former un cadre rigide. L’aluminium est un
matériau qui est léger, résiste bien à la corrosion, présente un meilleur esthétique, facilite la
fixation de capteur. L’aluminium est facile à usiner (découpage pour former le cadre).
La caisse est composée des éléments suivants :
- Un cadre rectangulaire découpé à partir d’un profilé en aluminium, l’avantage de ce profilé ,
c’est qu’il permet une isolation latérale et qu’il facilite le montage de la vitre et du joint par un
simple positionnement.
- Une tôle arrière en aluminium d’épaisseur 1 mm fixée contre le cadre par rivetage.
Détail A

Tôle en Aluminium

Profile en Aluminium

Figure 40 : Caisse du capteur solaire

Equerre pour fixation

Détail A

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

3.2.4.2. Absorbeur
C’est l’élément principal de chaque capteur, l’absorbeur se compose d’une plaque en métal
conducteur (cuivre) avec une couche sélective et des tubes en cuivre intégré à la plaque par
une soudure spéciale à l’ultrason.
L’absorbeur est constitué de feuillards en cuivre de 0,2 mm d’épaisseur, recouverts d’un
revêtement sélectif (Traitement sous vide : TINOX ou EPSILON).

Tubes collecteurs

Tube absorbeur

Feuilles en cuivre

Détail B Figure 41 : Absorbeur du capteur solaire

Soudure à
ultrason

Détail B

Le principe de soudage à ultrason : (Annexe [9])

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

3.2.4.3. Isolant arrière et latérale


La fonction des matériaux d’isolation utilisée dans les capteurs solaires est de limiter les
pertes thermiques. L’isolant situé dans le capteur est destiné à limiter les pertes arrière et
latérales.
Dans le choix du matériau de l’isolant, il faut tenir compte des performances thermiques, de
la technique de l’installer dans le capteur afin de permettre une isolation arrière et latérale.
L’isolant laine de roche présente non seulement de bonnes propriétés thermiques à savoir sa
conductivité thermique par rapport à celles des autres isolants.
Caractéristique de l'isolant (laine de roche) (Annexe [7]) :
- Classe : RA.3
- Masse volumique : 35 ≤ ρ ≤80 kg/m3
- Coefficient de conductivité thermique : 0,038 W/mK.
- Résistance a la température : ≤ 600 °C.

Figure 42 : Isolation latérale et arrière du capteur solaire

Isolant arrière et latérale

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

3.2.4.4. Couverture transparente


La couverture transparente a pour objet :
- D’assurer l’isolation thermique de l’absorbeur en face avant.
- De permettre à la plus grande partie du rayonnement solaire d’atteindre le capteur.
- De créer un effet de serre.
- De protéger l’absorbeur des intempéries.
La couverture transparente est constituée d’une vitre épaisseur 4 mm, cette vitre est collée
sur un cadre en aluminium constitué de cornières en aluminium coupées à 45° et assemblées
par rivetage.
L’étanchéité entre vitre et cadre aluminium ainsi que dans les angles est réalisée par joints
EPDM, silicone.

Détail C

Figure 43 : Couverture transparente du capteur solaire

Rivets Cornières en aluminium

Verre trempé

Détail C

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

3.3 Gamme de fabrication

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

CONCLUSION

Conformément au cahier de charge, nous avons réalisé une étude sur les boucles
thermodynamiques à basses pressions et à basses températures pour arriver finalement à la
conception d’un capteur solaire plan spécial pour notre application.

Ce projet nous a offert l’occasion d’approfondir nos connaissances dans le domaine


thermique et surtout dans l’utilisation des boucles thermodynamiques pour la production
d’énergie électrique utilisant l’énergie solaire comme une solution vitale pour les problèmes
d’énergies.

Dans notre projet de fin d’études nous avons procédé tout d’abord à présenter les
critères de choix du fluide caloporteur pour notre application en mettant en considération les
caractéristiques de fluide (la pression critique, la température critique…) et les
caractéristiques de la turbine.

Ensuite nous avons étudiées notre boucle thermodynamique, et nous avons présentées
un calcul méthodologique pour les échangeurs thermiques suivi d’une simulation de la
boucle sur le logiciel EES et TRANSYS pour étudier les paramètres d’entrées et de sorties.

En arrivant finalement à la conception de notre capteur solaire plan ; pour cette


application, nous avons procédé tout d’abord à dimensionner le capteur en utilisant le logiciel
CoDePro pour avoir la température nécessaire pour arriver finalement à la conception
mécanique et à la gamme de fabrication du capteur solaire plan.

Département Génie Mécanique 2007/2008


Projet de fin d’étude ENIT

BIBLIOGRAPHIE

[1] : Mr. Abdelmajid Ghannouchi. « Cours de Production d’énergie et environnement »


ENIT 2008.

[2] : Mr. Bessrour Jamel. « Cours de Machine Thermique » ENIT 2008.

[3] : Technique de l’ingénieur


Condenseurs par surface dans les centrales thermiques volume B1540.
Echangeurs de chaleur, volume B2340, B2341, B2343, B2342.

[4]: Robert J.Copeland, Jane Ullman: Comparative Ranking of Thermal Storage Systems,
volume I, November 1983.

[5]: POWERSOL-T710-SC-01, Mechanical Power Generation Based on


SolarThermodynamic Engines “POWERSOL”: Deliverable 1: Internal reports related to
update the relevant information for the progress of the project, August 20th, 2007.

[6] : Ahmed Khedim. «L’énergie solaire et son utilisation sous sa forme thermique et
photovoltaïque : Une étude sur les énergies renouvelables »
[7] : Nadia GHRAB- MORCOS. « Cours d’énergie solaire » ENIT 1984.

Projets de fin d’études :


[9] : B. SALAH.K et EDDOUSS.I «Banc d’essai d’un capteur solaire a fréon R11 » ENIT
1984.

[10] : GANNOUNI Adel. «Fabrication et Teste d’un Prototype d’un Capteur Solaire » ENIT
1997.

Sites Web:
1
http://www.psa.es/projects/powersol.
2
http://www.eneftech.com/technologie.
3
http://www.outilssolaires.com.

Département Génie Mécanique 2007/2008