Sie sind auf Seite 1von 4

Ce magazine a été réalisé

par les élèves de Seconde du


Editorial

D
lycée français Alexandre éveloppement durable, qu’on m’avait dit. Oula, c’est que j’y
Yersin de Hanoi dans le cadre connais rien, moi, je réponds. Pas grave, apparemment, le
d’un projet pluridisciplinaire. concept, les élèves vont le faire émerger, il paraît. Bon.
Encadrement : Fanny Attendons que cela émerge alors. On verra bien. Et je les
Quertamp ; Padmaja Gopi ; regarde, les élèves, et ça a pas trop l’air de vouloir émerger, le
Céline Margontier ; Vincent concept. C’est normal, on me dit, il faut que cela murisse, ce
Garnier ; Valérie Blondeau ; genre de choses, ça prend du temps. Ce qui leur faut, c’est du
Philippe Le Badezet. grand air, aux élèves ; c’est vrai quoi, comment on peut se
Directeur de la publication : développer durablement dans une salle de classe ? Allons
Philippe Le Badezet émerger tranquillement à la campagne, que diable. Mai Chau
Rédactrice en chef : donc. Et là un frémissement, enfin. Ah c’est le concept qui
Nguyen Phuong Thanh arrive, je me dis, on va enfin voir quelle tête il a, le
Responsable développement durable ! Mais non. Fausse alerte. Et notre
iconographique : Francesco concept qui retourne se blottir au chaud, quelque part dans la
Montresor. tête de nos élèves. On va quand même pas rester les bras
Secrétaires de rédaction : croisés, vous pensez bien ; c’est pas un petit concept qui va se
Nguyen Phuong Thanh ; Zoé moquer de six professeurs. Il veut pas sortir ? Passons aux
Loporto ; Francesco choses sérieuses. On va te le faire émerger aux forceps, nous,
Montresor ; Grégory François. le concept. Schémas, fiches, articles, restitutions, exposés : on
Réalisation de la une et de sort l’attirail lourd, parce qu’ on est pas des rigolos, nous, non
la 4ème de couverture : Grégory mais quand même ! Et puis ? Et puis rien. Il a plus l’air de
François ; Zoé Loporto. dormir qu’autre chose, le concept, il hiberne même, je dirais.
Dessins « mosquito » : Le Retour du soleil. Opération de la dernière chance. On enferme
Nguyen Hanh Duyen. les élèves en salle de travail. Et on patiente. On se ronge les
Rédacteurs connus sous le ongles, on boit du café. Et on patiente. Un jour, deux jours, une
nom de « Groupe de Mai semaine. Et la tête d’un élève qui apparaît enfin dans la porte
Chau » : Grégory François ; entrebaillée : « Ca y est, monsieur, il a émergé. En bonne
Le Nguyen Hanh Duyen ; Zoé santé, et tout. Il fait 16 pages pour 14 articles. » Et moi qui n’y
Loporto ; Francesco Montresor ; croyais plus.
Nguyen Hoang Duy ; Nguyen
Hoang Nguyet Anh ; Nguyen
La vallée cultive les touristes page 3
Huong Linh ; Nguyen Phuong
Thanh ; Roy Tremblay Olivier.
Une vie sur le métier page 4
Ont également participé à
ce magazine : Guillaume
Partage à tous les étages page 5
Hör ; Mai Quang Duc ;
Nguyen Hong Ngoc ; Alec Des organismes grossièrement modifiés p. 6 et 7
Saelens ; Angéla Santurbano.
Les Thaïs perdent le fil de la tradition page 8
Les ethnies apprennent l’économie de marché page 9
Paroles de touristes pages 10 et 11
Les cyclos poussent comme des champignons page 12
Pot de terre contre pot de fer page 13
Calypso vietnamienne page 14
La baie se dessine une nature morte page 15
2 Seconde On Air
La vallée cultive les touristes

Mai Chau est une La vallée de Mai Chau sur le chemin du developpement, mais à petits pas.
l'occupation préférée des Thai. Interprète souvent bien
vallée située non loin de touristes demeure le utile pour faciliter la
Ha Noi, entourée d'un « farniente » . compréhension entre touristes
paysage montagneux. Les touristes sont et villageois.
accueillis à bras ouverts dans Le tourisme dans cette
Voyage au coeur les maisons sur pilotis car le vallée permet de faire
d’une montagne développement du tourisme découvrir les différentes
peuplée de plusieurs représente depuis quelques cultures vietnamiennes.
années une véritable manne Eternel dilemme entre une
ethnies qui font face pour les habitants de la vallée. activité touristique qui permet à
à un tourisme lucratif. Avec ses avantages, mais certaines traditions de

D
ès l'aube, les coqs aussi ses inconvénients. survivre, mais qui dans le
réveillent habitants et même temps fait courir à la
touristes. Le bruit de ces Fausses traditions vallée le risque de perdre son
volailles peut paraître agréable La ville est saturée par âme. Ou quand la
quand on connait Ha Noi et les souvenirs plus ou moins
ses klaxons : paix et calme à authentiques tels que les
savourer sans modération. A écharpes en soie, les bracelets
première vue, les étrangers ou les sacs. Les danses
pourraient se croire dans "la traditionnelles sont de rigueur
petite maison dans la prairie" pour leur souhaiter la
version vietnamienne, si ce b i e n v e n u e .
n’était l'apparition des cables Meme si Mai Chau
de télévision sur les toits. devient de plus en plus
A part les petites touristique, les habitants ne
balades le long des rizières, au parle que le vietnamien et
marché ou dans la "ville", encore, certains uniquement le

Seconde On Air 2
Une vie sur le métier
A Mai Chau - une partie de la province de Hoa variétés de riz qui lui demande
plus de temps à soigner.
Binh - dans les régions montagneuses du Nord- Après une journée de fatigue,
ouest du Vietnam, vivait une femme Thai le soir est le seul temps où elle
de 40 ans qui s'appelle Thao. Récit. peut se reposer pour récupérer
de l'énergie afin de reprendre
le travail habituel le lendemain.
Les femmes
des ethnies Thais :
Spécialité
des responsabilités
Autre activité des
difficiles à assumer,
Thais : l'artisanat. Une femme
une place importante
de cette ethnie apprend à
au sein du foyer.
tisser et à broder dès
l’adolescence. Thao raconte
que, pour faire une écharpe,
elle doit filer les cotonniers
récoltés pour former des
bobines. Ensuite, elle utilise
des colorants naturels comme
le fruit « cham » pour le bleu
des bobines ou des feuilles
pour les autres couleurs. Enfin
elle tisse sur un métier qu'elle
affirme utiliser depuis toujours.

« Durant les périodes

E
n entrant, une immense Thao commence à où je ne travaille pas dans les
fenêtre qui donne sur la raconter sa vie : sa famille fait rizières, je reste chez moi pour
route et une femme habile, partie d'une ethnie appelée tisser chaque jour et vendre
Thao, qui prépare du thé. A « Thai blanc ». Elle vit à Mai aux touristes les produits.
droite, sa chambre et sa Chau avec son mari et sa Néanmoins, le travail principal
cuisine où bout une eau qui belle mère en tant que d'une femme Thai consiste à
servira à faire le « com lam ». cultivatrice. Pour obtenir des des tâches ménagères. Je
Ce riz cuit à la vapeur dans du rendements importants afin de trouve ma vie très fatigante. »
bambou sera vendu plus tard, nourrir sa famille et d'obtenir O LIV IER R OY T RE MBL AY
à des touristes vietnamiens. un revenu, elle utilise des NG UY EN H . NGU YET A NH
4 Seconde On Air