Sie sind auf Seite 1von 55

<

<>>

Ce site traite de sexualité, son contenu n'est pas pornographique cependant


certaines descriptions ou certaines images sont susceptibles de choquer les
personnes sensibles, notamment les enfants et les jeunes adolescents. Le but du
site est de donner des informations sur la sexualité et les pratiques sexuelles. Ces
informations permettront aux couples d'améliorer leurs relations amoureuses et
aux débutants de bien aborder leurs premières relations sexuelles. Reproduction
et diffusion strictement interdite - Droits d'usage strictement personnel)

ÉDUCATION SEXUELLE À DESTINATION DES DÉBUTANTS ET DES COUPLES


QUI SOUHAITENT AMÉLIORER LEURS RELATIONS AMOUREUSES.

Livre d'or Statistiques

Les premières expériences sexuelles sont un apprentissage, si elles sont trop décevantes il y a
risque de rester très longtemps maladroit et novice où encore de perdre la confiance en soi. Les
échecs du point de vue sexuel comme toute chose dans la vie viennent tjrs d'une méconnaissance
Comme l'éducation sexuelle dans notre société est inexistante ou fausse (je parle des
représentations qu'on en fait dans la pornographie qui sont tout le contraire de ce qu'est l'amour)
quoi d'étonnant que certaines personnes vivent mal ces premières expériences. J'espère que les
informations que vous trouverez dans cette page pourront vous aider à bien passer ce cap. Le SIDA
sévit toujours. Bien sûr il y a des traitements qui ont été mis au point qui améliorent et prolongent la
vie des séropositifs (malgré les multiples effets secondaires) mais ces traitements ne sont pas un
vaccin et le SIDA reste une maladie mortelle. Cette maladie se transmet, entre autre, lors des
relations sexuelles et une seule relation peut suffire à sa transmission alors soyez prudents. Les
seuls moyens de protection sont le PRESERVATIF et la FIDELITE.

Les bébés c'est bien, mais c'est mieux quand ils sont voulus et quand ils arrivent aux bons
moments de la vie. Seul un moyen de contraception fiable peut vous préserver d’une grossesse
non désirée. L’acte sexuel sans contraception est très risqué. Mesdemoiselles, même si vous
semblez avoir des règles régulières, celle-ci peuvent se dérégler du jour au lendemain. Avoir un
rapport sexuel éloigné du jour théorique de l'ovulation n'est pas une garantie de non
fécondation. Avoir un rapport sexuel avec retrait de l'homme avant l'éjaculation est aussi très
risqué, en effet le liquide pré-éjaculatoire émis durant le coït contient quelques gouttes de
sperme qui peuvent suffire à féconder l'ovule. De plus, cette méthode est très stressante pour
la femme qui peut craindre que son partenaire ne se retire pas à temps. Je me permets de vous
rappeler que l'interruption volontaire de grossesse n'est pas un moyen de contraception. C'est
un geste qui ne doit être réservé que dans les cas extrêmes. C'est une décision très difficile à
prendre et qui ne laisse jamais indemne psychologiquement Ces conseils de responsabilisation
sur la contraception s'adressent également aux garçons. Vous ne devez pas, seulement pour un
moment de plaisir "complet", jouer avec la vie de votre partenaire que ce soit une partenaire
d'un jour ou une partenaire régulière.

LE PREMIER _ RAPPORT Pour faciliter les choses, le mieux serait que le partenaire débutant ou les
deux débutants se l'avouent. Mais souvent on n’ose pas ou on veut laisser croire qu'on l'a déjà fait
(surtout les garçons). Attention tout de même jeunes hommes, si votre partenaire a de l'expérience
elle aura tôt fait de le deviner et son estime pour vous pourrait en prendre un coup bien plus que si
vous lui dites avant. A défaut, les quelques conseils suivants pourront vous aider.
Un rapport amoureux est un moment qui demande beaucoup de DOUCEUR et d'attention à l'autre.
Ce n'est que comme cela que se sera un grand moment d'échange entre les deux partenaires.La suite
s'adresse aussi bien aux garçons qu'aux filles, lorsque l'on connaît les difficultés que peut
rencontrer le partenaire on le comprend mieux et on peut même l'aider afin que tout se passe bien
pour lui et par conséquent pour les deux.

L' INTRODUCTION Quand se passe t'elle ? Elle ne se passe pas dès que le garçon est prêt
mais quand la femme l'est. Il faut savoir que la femme a besoin de plus de temps (c'est
physique). Il faut que le sexe de la femme s'ouvre et soit lubrifié afin que l'introduction de la verge
se fasse aisément et pour que les mouvements du sexe masculin soit agréable pour la partenaire.
Pour que ces deux opérations se réalisent il est indispensable de commencer par des
PRELIMINAIRES : BAISERS et CARESSES.
_ Pour les CARESSES il ne faut pas se précipiter sur les SEINS et le SEXE mais plutôt commencer
par d'autres parties du corps tout aussi sensibles et agréables à caresser (pour les deux). Caresser
le visage, les cheveux, le ventre sont une très bonne entrée en la matière. Les seins pourront ensuite
être caressés avec les mains, la bouche ou la langue. L'excitation de la femme provoquera alors
l'ouverture des petites et des grandes lèvres de son sexe. Vous pourrez vous en assurer en le
caressant avec votre main. Si ce n'est pas le cas, soit vous êtes allé trop vite soit votre compagne ne
veut pas vraiment. Elle est peut-être bloquée parce que débutante et intimidée. Une fois le SEXE de
la femme OUVERT, il faudra attendre qu'il soit LUBRIFIE. La lubrification se fait naturellement,
encore que chez certaine femme elle est faible voire absente (c'est rare). Là encore vous vous en
rendrez compte par l'intermédiaire de votre main, vous sentirez bien que l'entrée de son vagin est
glissant. S'il ne l'est pas, prolongez les caresses et les baisers ; à moins qu'elle ne vous invite
à passer à l'acte si elle ne peut, elle même, plus attendre.
Comment introduire la verge ? Bien qu'il ne soit pas impossible de l'introduire sans s'aider des
mains c'est plus facile de le faire avec, en effet vous ne voyez pas l'ouverture ni le bout de votre
pénis. Grâce à votre main vous aurez repéré l'entrée et vous y dirigerez votre verge. A moins que ce
ne soit la femme qui prenne l'initiative en prenant votre sexe pour l'y amener à bon port, ce qui est
d'ailleurs plus facile. L'introduction se fera toujours en douceur (façon CAMBRIOLEUR qui
veut FORCER une serrure sans faire de bruit). ET APRÈS ? Après il n'y a plus rien à dire..., il est
possible et même plus que probable que l'excitation et l'émotion soit si intense que vous éjaculerez
très vite. Évidement cela peut être gênant mais ne vous inquiétez pas, vous verrez que vous
arriverez très vite à une nouvelle érection et que la deuxième fois se passera très bien.

LA PREMIÈRE FOIS POUR UNE FILLE. Le mieux est de le dire à votre partenaire qu'il soit
débutant ou non afin qu'il redouble de douceur avec vous. Vous avez bien compris lors des
explications précédentes, il faut que votre sexe soit prêt à accueillir celui de l'homme. Il faut
surtout que l'introduction se fasse en douceur afin que la déchirure de l'hymen ne soit pas
douloureuse (ce n'est d'ailleurs pas forcément douloureux, c'est même assez rare). l'hymen est une
membrane qui se trouve à l'intérieur du vagin et qui se déchire habituellement lors du premier
rapport sexuel (La Défloraison). Il faut savoir que cette déchirure peut être déroulée sans rapport
sexuel, au cours d'exercice physique par exemple. L'hymen peut être également très petit chez
certaines femmes et paraître inexistant. Enfin, la déchirure peut se faire sans écoulement de sang.
Donc, l'absence de sang lors d'une défloraison n'est pas un signe que le femme n'est pas vierge.

QUELLE POSITION ADOPTER LA 1ère FOIS ? Vous trouverez différentes postures amoureuses
mais n'allez surtout pas croire que vous pourrez dès les premières fois les pratiquer. Je pense qu'il
faut tout simplement utiliser LA POSITION DU MISSIONNAIRE. Ce n'est pas la meilleure au niveau des
sensations physiques mais elle permet un contact corporel intense et très important pour la
première fois. Vous aurez tout le temps pour découvrir les autres dans votre vie amoureuse.

QUAND METTRE LE PRÉSERVATIF ? Si le rapport sexuel n'est pas improvisé, c'est à dire si vous
en avez discuté avant, cela posera moins de problèmes, vous mettrez alors en place le préservatif
plutôt avant les préliminaires dès que votre sexe sera en érection (ce qui se fera très vite). Si vous
désirez conjointement passer à l'acte il faudra bien interrompre les préliminaires pour mettre le
préservatif (je ne vous conseille pas trop d'essayer de le retirer de son emballage et de le mettre
tout en continuant de stimuler votre compagne, cela risque d'être pire qu'un arrêt des
préliminaires). Le préservatif peut être également mis par la femme, ce qui peut être un moment
délicieusement érotique selon la façon dont elle le fera.
<>
il est le seul moyen de se protéger contre les maladies sexuellement
transmissibles, entre autre le SIDA et l'hépatite C qui sont deux maladies mortelles. Si vous et
votre partenaire êtes fidèles, si vous êtes séronégatifs (non porteur du virus du SIDA) et que vous
n'êtes atteint d'aucune maladie sexuellement transmissible, vous pouvez vous passer du
préservatif sauf si vous souhaitez l'utiliser comme moyen de contraception. A titre indicatif, il est
efficace à 95 % comme moyen de contraception, ce qui signifie que sur 100 femmes l'utilisant
couramment pour cette usage 5 seront malgré tout fécondées. On le voit l'efficacité n'est pas
absolue et le plus souvent cela provient d'une mauvaise utilisation.
1ère règle : Il ne faut jamais couper le sachet comportant le préservatif à l'aide des dents ou
d'un quelconque objet tranchant (ciseaux, couteaux...) il faut impérativement ouvrir le
sachet avec les doigts et en faisant très attention si vous avez des ongles longs. Il
est évident que si le préservatif est entaillé, même de façon minime, il perd toute son
efficacité.

2ème règle : Il faut qu'il soit parfaitement positionné, voici la démarche à suivre :

Tout d'abord, le préservatif est à mettre en place sur la verge en érection (il est de toute manière
quasi impossible de le faire sur un sexe qui ne l'est pas), si vous n'êtes pas circoncis il faut
décalotter le gland.

Dans cette deuxième illustration il est placé dans le bons sens, le déroulement est possible. Il ne
reste plus qu'à le dérouler vers la base du pénis. Voila, c'est fait, il est possible alors de passer à
l'acte. Normalement le préservatif doit rester en place sans problème pendant les mouvements de
va-et-vient de l'acte sexuel. En fait le seul cas de figure qui pourrait poser problème c'est si
l'érection diminuait de façon trop importante, ce qui, à priori, n'arrive pas (ou très rarement) si la
personne ne souffre pas de troubles érectiles.

3ème règle : Dès que l'éjaculation se produit il faut immédiatement arrêter les mouvements de va-
et-vient. Ceci est très important, pourquoi. Tout de suite après l'éjaculation, le
sperme se répand entre le préservatif et la verge en agissant comme un lubrifiant
(ceci est vraie même pour les préservatifs avec réservoir). si vous continuez les
mouvements de va-et-vient vous pouvez être certain que la verge va sortir du
préservatif qui lui va rester dans le vagin (éventuellement être enfoncé au fond). De
ce fait une partie du sperme va sortir et pouvoir se répandre dans le vagin et
féconder l'ovule ou transmettre les germes et virus qu'il pourrait contenir.

4ème règle : Il faut se retirer de sa partenaire en saisissant le préservatif avec la main à la base
du pénis sinon le préservatif va rester dans le vagin avec les mêmes conséquences que
précédemment.

5ème règle : Le préservatif masculin est à usage unique, ça ne se lave pas pour être réutilisé.

6ème règle : Si vous souhaitez utiliser un lubrifiant il faut impérativement utiliser un lubrifiant à
base d'eau ou hydrosoluble disponible en pharmacie. Il faut proscrire tous les autres
types de lubrifiant tel que vaseline, huile solaire, huile pour bébé, etc. (la liste n'est
pas exhaustive), ces derniers dégradent le latex et le rendent perméable.
Autres règles importantes :
* Ne jamais utiliser un préservatif après la date de péremption qui figure sur la boite,
* Conserver les préservatifs à l'abri de la chaleur, de la lumière et de l'humidité (sinon le latex se
dégrade).
<>
Les organes sexuels féminins sont nettement plus complexes que ceux de l'homme. On distingue
deux parties, les organes externes (visibles) et les organes internes (non visibles).

LES ORGANES EXTERNES

La VULVE désigne l'ensemble des organes génitaux externes.


Le pubis (ou Mont de Vénus) est le renflement couvert de poils de forme triangulaire. Le pubis
comporte de nombreuses terminaisons nerveuses qui le rendent très sensible au toucher. La
stimulation de cette zone est pour beaucoup de femmes aussi agréable que celle du clitoris.
Les grandes lèvres sont les organes génitaux les plus externes de la femme. Les grandes lèvres
mesurent 7 à 8 cm de longueur. Au repos, elles se rejoignent et masquent pour protéger les autres
organes sexuels, petites lèvres, clitoris et entrée du vagin.
Pendant l'excitation sexuelle, l'afflux de sang au niveau du sexe les fait gonfler. Elles
s'entrouvrent alors (pour faciliter la pénétration) découvrant les petites lèvres, le clitoris et
l'orifice vaginal. Les grandes lèvres possèdent de nombreuses terminaisons nerveuses.

Les petites lèvres entourent l'entrée du vagin. Elles vont de l'orifice vaginal, qu'elles ferment et
protègent, au clitoris. Lors de l'excitation sexuelle les petites lèvres se gonflent de sang et
deviennent plus rouges. Leur taille et leur forme varient d'une femme à l'autre. Les petites lèvres
sont moins épaisses que les grandes, elles possèdent par contre plus de terminaisons nerveuses et
sont plus sensibles au toucher. Après l'orgasme, grandes et petites lèvres reprennent très vite
leur taille et leur forme habituelles.
Le clitoris est situé en haut de la vulve, là ou les petites lèvres se rejoignent. Le clitoris entre en
érection lorsqu'il est sexuellement stimulé et devient alors très sensible au toucher. La taille du
clitoris en érection varie beaucoup, chez certaines femmes il est pratiquement caché, chez
d'autres il peut doubler de diamètre et est bombé. Après l'orgasme, le clitoris retrouve sa taille
normale en une dizaine de minutes. Quand l'orgasme est imminent, le clitoris est caché par le
gonflement des tissus du capuchon. Ce gonflement permet de le protéger d'un contact direct qui
est généralement désagréable. Le CLITORIS est le seul organe qui ait pour unique fonction de
procurer du PLAISIR, c'est de loin la zone la plus sensible du sexe féminin. Il peut même être si
sensible que le contact direct peut être désagréable chez certaines femmes. Pdant la pénétration,
le pénis n'entre pas directement en contact avec le clitoris, le frottement du pénis dans le vagin
fait bouger les PETITES LEVRES, et c'est en fait cette stimulation indirecte des lèvres contre le
clitoris qui permet de parvenir à l'orgasme.

LES ORGANES INTERNES

Le vagin est l'organe interne de la femme dans lequel est introduit le pénis lors du rapport sexuel.
C'est un tube musculaire d'environ 8 à 10 centimètres au repos. Lorsque la femme est en état
d'excitation, le fond du vagin devient souple et élastique et peut alors accueillir le sexe de
l'homme.
le point G n'est pas un organe sexuel, c'est une zone plus sensible du vagin située sur la face avant
à 4 ou 5 cm de son orifice. Chez beaucoup de femme, la stimulation du point G augmente
l'excitation et peut l'amener à l'orgasme.

Les seins n'appartiennent pas à l'appareil génital de la femme mais sont une zone érogène très
importante. Le mamelon (pointe du sein) est pourvu de nombreuses terminaisons nerveuses, qui en
font une zone particulièrement sensible. L'AREDE est la zone de peau rose marron situé autour du
mamelon. Sous l'effet du désir, ses terminaisons musculaires font se dresser le mamelon. La
stimulation des seins ne doit pas se limiter aux mamelons, Les femmes apprécient les caresses sur
l'ensemble de la poitrine.

Le périnée, situé entre l'ouverture du vagin et l'anus, n'appartient pas non plus à l'appareil génital
féminin mais c'est une zone pourvue de nombreuses terminaisons nerveuses qui la rende sensible au
toucher.

On appelle défloraison la perte de la virginité chez la femme. Cela correspond à la déchirure de


l'hymen qui se produit le plus souvent lors du premier rapport sexuel. L'hymen est une membrane
qui se trouve à l'extrémité inférieure du vagin et qui sépare la cavité du vagin de la vulve. L'hymen
est en principe perforé afin de permettre l'écoulement des règles à partir de la puberté. Il existe
plusieurs types de perforation, par exemple la perforation CRIBRIFORME (plusieurs petits trous)
ou annulaire (en forme d'anneau) :

Dans certains cas, l'hymen peut être, dès la naissance, non perforée. La membrane sépare alors
complètement et parfaitement le vagin de la vulve. Cette anomalie se manifeste après la puberté
par une absence des règles et une douleur en bas du ventre (cyclique et mensuelle) due à
l'accumulation du sang des règles dans la cavité vaginale. Une petite intervention chirurgicale
consistant à ouvrir un trou dans l'hymen permet de résoudre le problème..
LA DÉCHIRURE _ L'hymen se déchire le plus souvent au premier rapport sexuel complet. Cette
déchirure est le plus souvent peu ou pas douloureuse et entraîne une légère perte sanguine. Dans
de cas rares, l'hymen a une consistance élastique et une forme qui la fait se dilater sans se
déchirer. Dans ce cas de figure il n'y a bien entendu aucun écoulement sanguin. Dans de rares cas,
l'hymen peut être rigide et infranchissable. La pénétration en est rendue impossible. Cela
nécessite alors une intervention chirurgicale.
LES PRÉCAUTIONS A PRENDRE _ Dans presque la totalité des cas, la déchirure de l'hymen est
donc peu ou pas douloureuse. Il suffit, pour que tout ce passe bien, de dire à son premier
partenaire de s'introduire que lorsque son sexe est près (bien dilaté et bien lubrifié, donc après
de bons préliminaires) et de s'introduire en douceur. Il faut également que la femme soit bien
détendue.
Y A-T-IL TOUJOURS ÉCOULEMENT DE SANG ? Non, Il y a le cas de figure présenté plus haut ou
l'hymen est élastique, s'effaçant au moment de l'introduction pour reprendre sa place initiale
après le rapport sexuel. Il y a également les cas de figure ou l'hymen s'est déchiré avant le
premier rapport. C'est parfois possible suite à des activités sportives. C'est également possible
suite à l'introduction "d'objet" dans le vagin (par l'utilisation de tampons hygiéniques) ou encore
par des pratiques de masturbations (introduction d'un doigt à l'intérieur du vagin).
Schéma simplifié des organes internes

Les testicules sont les glandes génitales males. Elles produisent les spermatozoïdes et sécrètent
également une hormone, la testostérone. A l'arrière de chaque testicule se trouve l'épididyme (non
représenté sur le schéma). A l'intérieur de cet organe on trouve le canal Epididymaire qui mesure
près de 6 mètres de long. les spermatozoïdes terminent leur maturation dans ce canal. Les
spermatozoïdes empruntent ensuite le canal déférent jusqu'à la vésicule séminale.

La prostate est une glande qui produit un liquide épais et blanchâtre, qui constitue 95 % du sperme.
Ce liquide a pour fonction de protéger les spermatozoïdes de l'acidité du vagin. Le SPERME est le
mélange du liquide secrété par la prostate et des spermatozoïdes.

La vésicule séminale comporte deux réservoirs musculo-membraneux dans lesquels s'accumule le


sperme dans l'intervalle des éjaculations. Pendant les rapports sexuels ou la masturbation, le
sperme s'accumule dans les canaux éjaculateurs.
Au sommet de l'excitation, les muscles de l'urètre, du pénis et de la prostate se contractent, ce
qui provoque les jets de sperme (pendant l'éjaculation, Automatiquement La valvule de la vessie se
ferme afin d'éviter toute introduction d'urine dans le sperme).

L'ÉRECTION
La verge est constituée de trois corps érectiles, deux corps caverneux situés au dessus de la
verge, un à droite et un à gauche et un corps spongieux situé au dessous des corps caverneux.
Lorsque survient des pensées érotiques, les vaisseaux sanguins au niveau de la verge se dilatent.
L'afflux de sang qui en découle vient remplir les cavités des corps caverneux et du corps
spongieux, ce qui provoque le gonflement de la verge et son redressement.
Note : En plus de ces érections liées aux pensées érotiques tout homme en bonne santé a pendant
la nuit de trois à cinq érections dont la durée varie de cinq minutes à une heure, ce
sont des érections réflexes et non liées à des pensées érotiques. Ces érections s’accompagnent
Parfois d'une éjaculation.
L'angle donné par la figure ci-contre est donné à titre indicatif. En fait le sexe est
plus ou moins redressé en fonction des personnes, de leur âge et en fonction du
degré d'excitation. La puissance de l'érection évoluant même au cours du
processus comme il est expliqué par la suite. Parfois le sexe présente une courbure
vers le bas ou sur le coté. Lorsque la courbure est peu importante cela ne présente
pas d'inconvénient. Des traitements chirurgicaux sont possibles lorsque l'anomalie
est trop prononcée.
Au début de l'érection le sexe est fortement gonflé, raide et redressé. La verge,
dans cette première phase n'a pas de souplesse notamment à sa base et il n'est
pas possible de l'incliner beaucoup vers le bas. Si dans cette phase on exerçait
une pression forte et brutale de la verge cela pourrait même provoquer des
lésions.
Par la suite, l'érection est moins forte (le sexe est moins gorgé de sang) et la
verge est moins dressée vers le haut. La verge est alors beaucoup plus souple et il
est possible de la bouger dans toutes les directions.

Sans cette souplesse certaines positions sexuelles décrites dans ce


site ne seraient pas réalisables.

Après l'éjaculation la verge perd rapidement de sa rigidité et le gland est hypersensible, l'homme
est alors obligé de stopper tout mouvement car les sensations deviennent désagréables. Ensuite
l'homme rentre dans une phase dite "REFRACTAIRE" dans laquelle il ne peut avoir une autre
érection. Chez l'homme jeune cette phase est très courte, elle s'allonge progressivement avec
l'âge et peut atteindre chez un homme de 30 à 40 ans une durée d'une heure.

L'HYGIENE
Le GLAND doit être lavé régulièrement afin d'éviter l'accumulation du smegma, une substance
naturelle blanchâtre dont l'odeur est très désagréable. Pour laver un pénis non circoncis il suffit
de décalotter le gland et de nettoyer la couronne avec de l'eau et du savon. Le gland peut, s'il n'est
pas lavé régulièrement, être atteint par la BALANITE, une infection qui nécessite un examen
médical immédiat. Les symptômes de cette infection sont des rougeurs, des sensations de brûlure
en urinant et un gonflement du prépuce d'où peut sortir du pus. Si vous appréciez la fellation vous
avez intérêt à vous savonner le sexe ainsi que le pubis avant de passer à l'acte, les mauvaises
odeurs risquent sinon de dissuader votre partenaire de s'adonner à toute caresse buccale.

L'EJACULATION PRECOCE
(On parle également d'éjaculation prématurée) Ce n'est pas une maladie, il s'agit d'un phénomène
réflexe qui empêche l'homme de contrôler un minimum sa montée vers son plaisir. L'éjaculation
peut se produire rapidement après la pénétration voire se produire avant, ce qui évidemment
provoque des frustrations importantes. La plupart des hommes en sont victimes lors de leurs
premiers rapports sexuels, c'est tout à fait normal et somme toute logique car il faut apprendre à
reconnaître les signes de l'arrivée du plaisir avant de pouvoir se contrôler. De plus se rajoutent les
premières fois des facteurs psychologiques, une très grande excitation et une très grande
appréhension. En principe avec le temps et l'expérience les choses s'arrangent. Une partie des
hommes n'arrivent toutefois pas à gérer leur excitation sexuelle. Ils n'arrivent pas à repérer les
sensations prémonitoires de l'orgasme qui sont à la base du contrôle. Ceci peut être dû à des
causes physiques ou psychologiques.

Si vous souhaitez en savoir plus je vous conseille de consulter le SITE . IL s'agit d'une
site d'un homme qui a souffert d'éjaculation prématurée ET qui a réussit à surmonter SES
problèmes

<>

(Le lotus est le surnom donné au sexe de la femme dans le KAMASUTRA.)


Le processus physique de l'ouverture du sexe de la femme est plus complexe que le
processus physique de l'érection chez l'homme. Il est également plus long, il suffit de quelques
secondes pour que la verge soit en érection (si l'excitation sexuelle est suffisante) alors qu'il faut
quelques minutes pour que le sexe féminin soit prêt à accueillir le sexe masculin. Comme pour
l'homme, l'excitation sexuelle chez la femme provoque un afflux sanguin au niveau des organes
sexuels. Des corps caverneux situés au niveau de la vulve vont se remplir de sang provoquant un
gonflement des grandes lèvres. Celles-ci vont alors s'écarter vers l'extérieur en entraînant les
petites lèvres ouvrant le passage vers l'entrée du vagin. Cet afflux sanguin va également provoquer
l'érection du clitoris.
Le CLITORIS est un organe ERECTILE comme le pénis (une sorte de micro pénis). C'est l'organe le
plus sensible du sexe féminin, il peut à lui seul provoquer l'orgasme chez la femme. L'érection du
clitoris est plus ou moins importante selon les femmes, chez certaines, il est à peine visible alors
que chez d'autres il peut être bombé.
Le troisième phénomène physique est une lubrification du vagin. Cette lubrification est
très importante puisque c'est grâce à elle que la pénétration et les mouvements du sexe masculin
se feront sans douleur. La lubrification est également un phénomène lié à l'afflux sanguin au niveau
du sexe. Il s'agit en fait d’une sueur d'un liquide proche du plasma sanguin à travers les parois
vaginales. Pour que cette lubrification soit suffisante, il faut environ une minute (pour une femme
suffisamment excitée).
Enfin, le dernier phénomène physique consiste à un allongement et un élargissement du vagin
qui devient également plus souple.

LES PROBLÈMES POSSIBLES


1 - L'insuffisance de la LUBRIFICATION
Chez certaines femmes la lubrification du vagin est insuffisante. C'est le cas de beaucoup de
femmes après la ménopause (environ 20%) mais également d'un petit pourcentage de femmes
jeunes. Dans ce deuxième cas c'est souvent dû à une insuffisance du système sanguin au niveau du
vagin. Pour pallier à cette insuffisance, il est possible d'utiliser des lubrifiants à base d'eau que
l'on applique à l'entrée et à l'intérieur du vagin ou sur la verge avant l'introduction.

2 - Le VAGINISME
Le vaginisme est une CONTRACTION des MUSCLES situées autour du vagin, cette contraction
empêche le vagin de se dilater, ce qui rend difficile voire impossible l'introduction du pénis. Le
vaginisme peut subvenir à la suite d'une infection vaginale ou après un accouchement. C'est
quelques fois dû également à des problèmes psychologiques (peur de la pénétration ou peur du
rapport sexuel). Quelque soit la cause initiale, si le problème persiste, la peur et l'anxiété vont
augmenter et le phénomène risque de s'accentuer. Pour résoudre le problème, il faut surtout en
parler à son compagnon afin qu'il agisse en conséquence. Il faut que celui-ci soit particulièrement
doux et patient. Il faut commencer par de longs préliminaires pendant lesquels la femme cherchera
à se détendre au maximum. Il est possible ensuite de passer au rapport sexuel en effectuant des
pénétrations peu profondes et des mouvements lents (On peut éventuellement utiliser un lubrifiant
à base d'eau afin que les mouvements soient plus agréables encore). Au fil des jours, les rapports
deviendront de plus en plus agréables et devraient devenir normaux.

L'HYGIENE
Les femmes ont généralement tendance à en faire beaucoup en matière d'hygiène corporelle et
concernant la toilette intime cela représente des dangers. Le vagin est en fait un organe qui à la
capacité de s'auto nettoyer. Son acidité naturelle a pour fonction de tuer les bactéries
infectieuses. Il faut mieux éviter les lavages internes et l'utilisation des savons ou désodorisants
dit vaginaux car ces produits risquent de diminuer, voir de totalement détruire, la flore vaginale.
Sans cette indispensable flore le risque d'infections ou de réactions allergiques devient très
important. La seule chose indispensable du point de vue de la toilette intime féminine est de laver
tous les jours l'orifice vaginal et l'anus avec un savon doux et non parfumé. Il faut toujours laver
l'orifice vaginal avant l'anus afin d'éviter que les bactéries très présentes au niveau de l'anus ne
soient transférées vers le vagin. Si vous appréciez la pratique du cunnilingus vous avez intérêt à
vous savonner le sexe ainsi que le pubis (mont de vénus) avant de passer à l'acte, les mauvaises
odeurs risquent sinon de dissuader votre partenaire de s'adonner à toute caresse buccale.

<>

accueil | accueil sexe oral | le cunnilingus | le 69

La FELLATION est la stimulation du sexe de l'homme avec la bouche et la langue. Elle peut être
pratiquée en tant que préliminaire avant de passer à la pénétration ou peut se dérouler jusqu'à
l'éjaculation de l'homme. Rien n'oblige à ce que l'homme éjacule dans la bouche de sa partenaire,
c'est à elle de décider ou non. Si elle ne le souhaite pas, elle devra lui en faire part et lui devra
respecter son souhait. Les rapports sexuels doivent rester un plaisir pour les deux partenaires.
Certains hommes aiment à voir les femmes avaler leur sperme. Cela s'apparente plus à un besoin de
domination de leurs parts. Sauf si la partenaire le fait volontairement (par goût) il faut refuser. La
stimulation buccale peut s'accompagner de mouvements de masturbation de la verge, de caresses
des fesses, des testicules ou du périnée (partie très sensible de l'homme située entre les
testicules et l'anus). La fellation est très appréciée des hommes car, grâce à leur bouche ou à leurs
lèvres, les partenaires peuvent stimuler des points précis de la verge (par exemple, la stimulation
peut être localisée sur le frein ou la couronne) ce que ne permet pas la pénétration, cela peut
déclencher des orgasmes plus intenses. (La lecture du chapitre concernant la masturbation
masculine est très utile pour bien pratiquer la fellation.)

Voici les techniques décrites dans le dans le KAMASUTRA concernant la fellation :

l'union nominale La femme saisie le pénis dans une main, forme un " o " avec ses lèvres puis les
poses doucement sur le gland. Elle bouge ensuite sa tête en faisant des mouvements circulaires.

la succion intérieure La femme laisse glisser complètement la verge dans sa bouche, la serre
fermement avec ses lèvres et la fait ressortir lentement de sa bouche.

la morsure sur les cotés La femme prend la verge dans sa main en dessous du gland. Elle cramponne
ses lèvres au bord, d'abord d'un coté puis de l'autre, prenant garde à ce que ses dents ne blessent
pas le sexe de l'homme.

le baiser La femme prend le pénis dans sa main et forme avec ses lèvres un cercle. elle embrasse la
verge sur toute sa longueur, suçant autant qu'elle veut jusqu'aux basses lèvres.

le léchage Durant ses baisers, elle laisse sa langue parcourir la longueur du pénis, passant à
plusieurs reprises sur la partie sensible du gland.

la succion de la mangue Sous l'emprise de la passion, la femme saisie le pénis et le fait pénétrer
profondément dans sa bouche, elle appuie doucement et le suce aussi vigoureusement que si elle
suçait une mangue bien juteuse.

l'avalement Quand la femme sent que l'orgasme est imminent, elle gobe le pénis en entier, le suce
et le travaille des lèvres jusqu'à ce que l'homme éjacule.

Et après...
Après l'éjaculation le sexe de l'homme devient très sensible à l'extrémité (gland et couronne), il
vaut mieux cesser de caresser cette zone.

LA FELLATION EN ILLUSTRATION
Tout simplement en allant et venant sur la verge.
La stimulation peut être localisée au niveau du gland qui est la partie la plus sensible du sexe
de l'homme. C'est en général ce qui permet d'obtenir le plus rapidement l'orgasme.

La main peut accompagner le mouvement pour stimuler la verge sur une plus grande longueur.

Il est possible également de masser le scrotum.


La couronne et le frein peuvent être également stimulés avec la langue ce qui est également très
agréable, c'est une partie très sensible du sexe masculin.

Une autre façon de pratiquer la fellation est celle qui consiste à ce que se soit l'homme qui fasse
les mouvements de va et vient dans la bouche de sa compagne. Cette technique n'est à utiliser que
si la partenaire l'accepte, pas en la forçant, c'est une question de respect.

De façon général la fellation est une pratique qui doit se faire qu'avec l'accord de sa partenaire, la
sexualité doit rester un plaisir pour les deux partenaires.

Le KAMASUTRA est un traité sur la sexualité d'origine indienne qui


a été écrit entre 100 et 400 ans après JC.

Le KAMASUTRA ne parle pas seulement des positions sexuelles mais


également de l'ensemble des techniques amoureuses, de l'art des
baisers, des caresses, des étreintes, du sexe oral...

Cet ouvrage décrit également les techniques pour conquérir les


femmes, les rapports entre époux, les liaisons adultères...

Les instants de plaisir que procurent les relations sexuelles d'un couple sont de grands moments. En
cherchant à les faire grandir encore et toujours vous ferez grandir votre couple. En effet la
recherche d'une sexualité plus intense ne peut se faire que par la connaissance de l'autre, cette
connaissance se fera par le dialogue et par l'attention mutuelle des deux partenaires. Cette
attention et ce dialogue se répercutera forcément sur la vie même du couple en dehors des relations
sexuelles. Alors, aimez-vous et aimez-vous bien.

L’ORGASME MASCULIN.
Chez l'homme l'orgasme se produit généralement au moment de l'éjaculation mais ce n'est pas
systématique. Parfois il y a éjaculation sans orgasme et il peut y avoir également orgasme sans
éjaculation. L'orgasme peut survenir au cours de rapports sexuels ou par la masturbation. Il est
également possible d'avoir des éjaculations pendant le sommeil, en fait tout homme en bonne santé a
pendant la nuit de trois à cinq érections dont la durée varie de cinq minutes à une heure (ce sont des
érections réflexes et non liées à des pensées ou rêves érotiques), parfois ces érections
s'accompagnent d'une éjaculation. L'intensité de l'orgasme dépend en grande partie de la
concentration mentale de l'homme. Si celui-ci se CONCENTRE le plaisir se trouve décuplé. Il le
sera également s'il sent que sa partenaire prend elle-même beaucoup de plaisir dans le rapport qui
les unit. Après l'orgasme (plus précisément après l'éjaculation) l'homme entre dans une phase de
récupération et il ne peut pas avoir une autre érection immédiatement, les hommes sont
généralement alors très détendus et sujets à s'endormir rapidement.

LES ZONES ÉROGÈNES DE L'HOMME sont les parties du corps les plus sensibles au toucher. Leur
stimulation provoque une forte excitation sexuelle. Le PENIS est dans son ensemble une
zone très sensible, plus particulièrement la COURONNE (le bord qui sépare le gland et la hampe) et
le gland lui-même. L'homme apprécie aussi de se faire caresser les TESTICULES, les FESSES,
L'anus et le PERINEE. Les caresses ne doivent pas s'arrêter aux organes sexuels, l'ensemble du
corps comporte des zones érogènes. Les LEVRES bien sûr mais aussi le COU ainsi que les
MAMELONS aiment à être caressés et embrassés. La liste n'est pas exhaustive, chaque homme est
plus ou moins sensible et apprécie plus ou moins la stimulation de certaines zones.

L’ORGASME FÉMININ.,
Il n'est pas aussi automatique que l'orgasme masculin. Il faut, en général, une bonne expérience
sexuelle de la femme pour qu'elle parvienne à en obtenir (environ 75% des femmes ont leur premier
orgasme après 25 ans, 10% après 35). Si l'homme est capable d'arriver très vite à l'orgasme, il n'en
est pas de même pour la femme qui a besoin généralement de plus de temps pour y parvenir. Ne pas
avoir d'orgasme ne veut pas dire qu'il n'y a pas de plaisir dans le rapport sexuel mais il n'est pas
aussi intense. L'orgasme féminin se caractérise par une suite de contractions
musculaires incontrôlées d'une zone allant du vagin au col de l'utérus. L'obtention d'un
orgasme ainsi que l'intensité de celui-ci dépendent en grande partie de facteurs psychologiques, la
fatigue et le stress sont des facteurs diminuant, au contraire l'intensité augmentera lorsque la
femme est en en bonne forme, que le partenaire a été attentionné et a su grandement l'exciter. A
noté que, comme l'homme, l'orgasme peut se produire pendant des rêves sans pour autant que ce ne
soient des rêves à caractère sexuel. Contrairement à l'homme qui ne peut pas avoir un nombre in
considérable d'éjaculations la femme peut avoir plusieurs orgasmes au cours d'un même rapport
sexuel. L'homme pour satisfaire pleinement (plusieurs fois) sa partenaire devra donc chercher à lui
faire obtenir un ou des orgasmes par les préliminaires, par la pratique du sexe oral et cherchera lui-
même à ne pas arriver à l'éjaculation. Rien n'est inutile dans la nature. Des études ont démontré que
le désir sexuel est plus grand chez la femme lorsque qu'elle est en période d'ovulation. Il a été
démontré également que la femme, lorsqu'elle a eu un orgasme, expulse moins de spermatozoïdes
dans la demi-heure qui suit l'insémination augmentant ainsi les chances d'être fécondée.

LES ZONES ÉROGÈNES DE LA FEMME.


Comme l'homme, la femme possède de multiples zones érogènes, la stimulation de celles-ci peut
d'ailleurs suffire à provoquer un orgasme. Les lèvres et l'ensemble du visage sont sensibles,
les caresses des cheveux et de la nuque sont aussi appréciées. L'ensemble de la poitrine, les seins et
les mamelons sont extrêmement sensibles. L'intérieur des cuisses et les fesses sont également très
caressants. La liste est loin d'être exhaustive, en dehors du sexe proprement dit qui sera détaillé
par la suite il ne doit pas y avoir beaucoup de parties du corps féminin qui ne puissent pas être
stimulées sans effet sur elle (effet d'apaisement et/ou d'excitation).

LES ZONES ÉROGÈNES DU SEXE FEMININ.


Le CLITORIS est le plus sensible de toutes les zones érogènes ; il n'a pas d'autre fonction que de
procurer du plaisir. Il peut être stimulé avec la langue, les doigts, le pénis, ou par les frottements du
corps. La sensibilité est très différente d'une femme à l'autre et elles aiment différemment que
cette zone soit stimulée. Les caresses trop appuyées sont, par exemple, souvent désagréables. Il
convient donc à la femme de faire savoir à son partenaire le type de stimulation qu'elle apprécie le
plus. Pour les zones sexuelles externes, le périnée et la zone située entre l'orifice vaginal et le
clitoris ont aussi une bonne sensibilité et peuvent être caressés avec le doigt, la langue ou le pénis.

LE POINT G
Le point G est une zone située sur la face avant du vagin à 4 ou 5 cm de son orifice. Chez
beaucoup de femme, la stimulation du point G augmente l'excitation et peut l'amener à l'orgasme. La
localisation précise de ce point n'est pas forcément nécessaire, il suffit de se rappeler que la partie
avant du vagin est plus sensible que la partie arrière et que certaines positions favorisent plutôt la
stimulation de la partie avant. On peut noter également que la zone la plus sensible ne se situe pas au
fond du vagin et que le plaisir qu'éprouve la femme ne dépend pas de la taille du pénis.

Cette page présente différentes techniques permettant de prolonger l'acte sexuel et d'obtenir plus
de plaisir au cours des rapports sexuels. Il convient de dire que cette recherche de rapports
sexuels plus longs n'est pas forcément indispensable. Il est tout à fait possible d'avoir une sexualité
satisfaisante en utilisant les techniques décrites dans ce site, grâce aux Preliminaires, par la
pratique du sexe oral, par l'utilisation des différentes positions et par les différentes techniques
de pénétration. Une sexualité satisfaisante, ce sont des rapports sexuels qui permettent, aux deux
personnes du couple, d'obtenir un plaisir apaisant, des unions permettant un échange intense de
sentiments et de plaisirs physiques. En règle générale, on peut considérer que l'excitation et la
montée du plaisir vers l'orgasme sont beaucoup plus longues pour la femme que pour l'homme. En
revanche, si cette marche vers l'orgasme semble plus difficile à atteindre, la femme est à même de
continuer après un ou plusieurs orgasmes. L'homme est plutôt à l'opposé puisque que l'excitation est
généralement chez lui très rapide et il peut arriver rapidement à l'orgasme. Il peut être frustrant
pour la femme de ne pas être comblée lors de la relation sexuelle, l'homme doit donc s'efforcer de
maîtriser son ardeur afin de satisfaire sa compagne. Pour prolonger l'acte sexuel, il commencera par
utiliser toutes les techniques décrites aux chapitres des préliminaires, de la masturbation et du
sexe oral, elles permettent d'amener la femme à un premier orgasme. En ce qui concerne les
positions, certaines d'entre-elles ne favorisent pas le contrôle de l'éjaculation. De façon générale,
le contrôle est plus difficile pour les positions par l'arrière le pénis se trouvant souvent plus
resserré. Pour les positions où la femme est dessus, l'homme moins actif peut plus facilement se
concentrer sur ses réactions et ainsi mieux se contrôler.

Pour prolonger, la pénétration il doit être attentif aux réactions de son corps et savoir ralentir
(voire momentanément cesser) ses mouvements afin de ne pas atteindre le point critique au delà
duquel même un arrêt serait sans effet.

LA SEXUALITÉ TANTRIQUE
La sexualité TANTRIQUE est issue d'une ancienne philosophie Indienne. Dans cette philosophie, la
sexualité a plus une dimension SPIRITUELLE que physique. Il faut imaginer chaque acte du rapport
sexuel comme si c'était la première fois, il faut goûter chaque geste, chaque sensation. Dans cette
pratique, la préparation à l'accouplement prend une part prépondérante. En tout premier lieu la
préparation consiste à faire des exercices de respiration et de méditation (issus du yoga), le tout
dans une atmosphère adéquate : bâtons d'encens, lumière douce, musique d'ambiance... Chaque sens
doit être sollicité. Ensuite les deux partenaires se caressent le corps délicatement (en utilisant
éventuellement des huiles parfumées), d'abord les zones non érogènes puis les zones érogènes, puis
le sexe. En ce qui concerne la PENETRATION, les mouvements doivent être LENTS, l'homme doit
régulièrement se retirer de sa partenaire, il laisse alors reposer son pénis sur le sexe de la femme.
Pendant ces phases de repos, les deux partenaires restent enlacés, immobiles ou se caressent
tendrement. En procédant ainsi la montée vers l'orgasme est très lente mais le plaisir est plus
intense.

LE MUSCLE DE L'AMOUR.
Les exercices que je vais présenter maintenant sont issus du yoga et sont également utilisés dans la
sexualité Tantrique. C'est un gynécologue américain le docteur Arnold KEGEL qui les a popularisé
dans les années 50. Au départ les exercices étaient destinées à rééduquer ses patientes qui
souffraient d'incontinence urinaire (souvent à la suite d'un accouchement). Elles obtinrent des
effets inattendus et très positifs sur leur sexualité, dont le principal était de développer leur
capacité orgasmique. Les exercices de KEGEL sont des exercices de musculation du muscle pubo-
coccygien (ou muscle PC). La tonification de ce muscle présente plusieurs avantages

Pour la femme :

* Une meilleure récupération après l'accouchement ;

* La prévention et la guérison de l'incontinence (suite aux accouchements


notamment).

et du point de vue sexuel :

* Une intensification de l'excitation sexuelle ;


* L'obtention plus facile d'orgasmes et des orgasmes plus intenses.

Pour l'homme :

* des érections plus fermes ;

* La possibilité de contrôler l'éjaculation pour prolonger l'acte ;

* Des orgasmes plus puissants ;

* La possibilité d'avoir des orgasmes sans éjaculation (ce qui permet


d'avoir plusieurs orgasmes au cours d'un même rapport sexuel).

Comment agit le muscle PUBO-COCCYGIEN ?

Chez la femme : L'augmentation de la masse musculaire accroît l'afflux sanguin au


niveau du sexe, cet engorgement des tissus augmente la montée du plaisir physique. Un muscle PC
plus ferme permet au vagin d'être plus tonique et plus réactif, le plaisir lié à la pénétration est
augmenté ce qui favorise l'orgasme.

Chez l'homme : L'augmentation de la masse musculaire accroît l'afflux sanguin au niveau du sexe,
l'érection s'en trouve plus ferme (le sexe ne sera pas plus long mais éventuellement un peu plus
gros). La contraction du muscle PC, au moment opportun, permet de retarder
l'éjaculation, la pénétration peut, par conséquent, durer plus longtemps. La contraction très forte
du muscle PC au moment opportun (possible s'il est suffisamment puissant) peut provoquer un
orgasme sans éjaculation. Il est possible alors de continuer le rapport sexuel. Plusieurs orgasmes
sont possibles au cours d'un même coït.

La patience et la persévérance, la clé du succès

Les exercices de musculation du muscle Pubo-coccygien ne sont en rien difficiles, ils ne nécessitent
aucun accessoire et ne demandent pas plus de 10 à 15 minutes par jour. Par contre il faut quatre à
six semaines d'entraînement avant d'obtenir des résultats probants (de la patience donc).

Repérage _ En tout premier lieu, il faut localiser le muscle. Pour cela c'est très facile, le muscle
est situé entre votre sexe et l'anus, pendant que vous êtes entrain d'uriner (attendez d'être à mi-
chemin, c'est plus facile), contractez cette zone pour essayer de stopper votre jet d'urine ou tout
du moins pour le réduire. C'est le muscle PC et lui seul qui agit. Lorsque vous ferez les
exercices suivants, il est très important de ne faire travailler que le muscle PC. Au début c'est
difficile, vous aurez tendance à contracter également les muscles abdominaux ou le muscle anal. Il
faut faire un effort de concentration pour ne faire travailler que le muscle PC. Avec l'habitude on y
arrive très facilement et cela devient un automatisme. Il devient possible alors de faire les
exercices à n'importe quel moment de la journée tout en faisant autre chose. En prenant sa toilette
le matin, dans sa voiture en allant au travail, en regardant la télévision (cela évite, en plus, de la
regarder inutilement) ...

Les exercices

Comme tout travail musculaire il faut y aller très progressivement. Si vous en faites trop au début
vous risquez de petites courbatures.

1ère étape : Série de contraction. Les deux premières semaines, effectuez trois fois par jour
une série de 20 contractions en tenant la contraction une à deux secondes avant de relâcher. C'est
tout. Pendant encore deux semaines, votre muscle commençant à être en meilleur forme, vous
augmenterez le nombre de contraction, toujours trois fois par jour. passez à 50, puis cent et plus
encore si vous le souhaitez.

2ème étape : la GRANDE contraction. Commencez d'abord par faire une série de contraction simple
afin d'échauffer votre muscle PC. Ensuite effectuez une série de 10 contactions très fortes mais en
contractant de façon progressive votre muscle (sur environ 5 secondes) et tenez la contraction 5
secondes. De jour en jour vous augmenterez la durée des contractions jusqu'à atteindre au moins 15
secondes à chaque fois. Soyez persévérant, c'est difficile les premières fois, avec l'entraînement
on y arrive très facilement.
Au bout de quatre à six semaines vous devez arriver à faire des contractions de 15 secondes.
Par la suite, il suffit d'entretenir votre musculation en faisant trois fois par jour une série simple
de contraction (une CENTAINE ou plus) suivie d'une série de grandes contractions (10
contractions ou plus en tenant de 15 à 30 secondes).

Que faire pendant l'acte sexuel ?

Pour les femmes : La seule tonicité plus grande du muscle pubo-coccygien permet aux femmes de
mieux sentir le plaisir lié à la pénétration, cela permet également d'obtenir plus facilement des
orgasmes et ils seront plus intenses. Pendant la pénétration, la femme peut serrer son vagin autour
du sexe de l'homme ce qui augmente les sensations pour les deux partenaires. Avec une bonne
musculation et de l'entraînement la femme peut même réaliser un super massage sexuel. Pour cela
elle doit demander à son partenaire de la pénétrer profondément et de stopper les mouvements de
va-et-vient, ensuite elle va exercer des contractions à répétition de façon saccadée. Cette
masturbation est très agréable pour les deux partenaires. Cette seule masturbation peut permettre
à la femme d'obtenir un orgasme.
Pour les hommes : Avoir un muscle PC tonique à deux effets possibles, retarder l'éjaculation et
obtenir un orgasme sans éjaculation.
Comment retarder l'éjaculation ? La montée vers l'orgasme chez l'homme comme chez la femme se
fait progressivement sur une durée plus ou moins longue en fonction des personnes et de l'excitation
du moment. Le désir et l'excitation monte progressivement au cours du rapport sexuel. Passé un
certain point, le processus de l'éjaculation s'enclenche et il n'est plus possible de l'éviter même en
s'arrêtant. Il faut bien se connaître pour repérer cet instant et pour agir avant qu'il ne soit trop
tard. Pour faire retomber l'excitation il y a plusieurs possibilités :

- Effectuer une longue contraction, ou...


- Deux contractions moyennes, ou ...
- Plusieurs contractions rapides.
Il faut essayer chacune des méthodes pour trouver celle qui convient le mieux. Pour agir plus
efficacement, il faut ouvrir les yeux, respirer et souffler profondément par le
ventre (technique issue du yoga), ralentir les mouvements (utiliser des mouvements qui
stimulent moins le pénis) et essayer de "libérer" son esprit.
Après quelques instants, l'excitation doit être redescendue et il est possible de
reprendre le cours du coït.

L'orgasme sans éjaculation. Pour l'obtenir, il suffit d'exercer une puissante et longue
contraction du muscle PC au moment ou se déclenche l'éjaculation (même un peu avant)
en ouvrant les yeux et en respirant profondément par le ventre (sans arrêter les
mouvements). Évidement cela parait simple, mais il faut que le muscle soit suffisamment tonique et
agir au bon moment, c'est un long apprentissage.

Si vous désirez en savoir plus, je vous conseille l'excellent site .


Ce site traite des techniques destinés à résoudre les problèmes de l'éjaculation PREMATUREE. Les
techniques de rééducation sont basées sur la musculation du muscle PC.
ccueil

Pratiquer le sexe oral, c'est stimuler les organes génitaux de son ou sa partenaire avec la bouche ou la langue.
Ces pratiques peuvent faire partie des préliminaires, ou amener le partenaire jusqu'à l'orgasme.
Le sexe oral est un acte érotique qui fascine beaucoup de personnes. C'est un acte qui apporte beaucoup de
plaisir car la langue et les lèvres sont très humides, très douces et chaudes. La stimulation du sexe de la
femme s'appelle le CUNNILINGUS, celle du sexe de l'homme la FELLATION, et il est possible d'effectuer
une stimulation simultanée, le 69.

Certaines personnes ont des réticences voire une aversion pour ce type de pratiques. Il n'y a pourtant pas de
dégoût à avoir du corps humain, sachez que les sécrétions sexuelles humaines, en temps normal (*), sont
stériles. Il faut pour que ces pratiques soient un réel moment de plaisir avoir une bonne hygiène corporelle.

(*) Le virus du SIDA est présent dans les secrétions vaginales et le sperme. En cas d'abcès ou de coupures
dans la bouche, il est tout à fait possible d'être infecté par le virus du Sida au cour d'une fellation ou d'un
cunnilingus. Il faut proscrire la sexualité orale en cas de doute sur la séropositivité de votre partenaire.

<>

Le cunnilingus est une pratique sexuelle extrêmement agréable. Les sensations dues au contact
d'une langue chaude et humide glissant de part et d'autre de la vulve, sur le clitoris et à l'entrée du
vagin sont incomparables. Toutefois, pour apprécier pleinement le cunnilingus il est indispensable que
la femme guide son compagnon. En effet les sensations physiques sont très différentes d'une
femme à l'autre. Si la plupart des femmes apprécient la stimulation du clitoris, certaines ont un
clitoris hypersensible et ne le supportent pas.

Vous êtes la seule capable de dire ce que vous aimez à votre partenaire. Si vous n'osez pas
ou ne voulez pas parler pendant l'acte, prenez la tête de votre compagnon avec vos mains et
guidez sa bouche là où vous voulez qu'elle aille. Si vous voulez qu'il ne change pas de
position, maintenez sa tête en place avec vos mains ou enserrez son corps avec vos jambes.

Conseils aux hommes :


(La lecture du chapitre concernant la masturbation féminine est très utile pour bien pratiquer le
cunnilingus.) Les femmes mettent plus de temps pour parvenir à l'excitation et à l'orgasme. Il faux
être patient et doux. Il faut également être attentif aux réactions et aux demandes de votre
compagne.
Commencez par des CARESSES, des MASSAGES, des BAISERS ou STIMULEZ-lui les SEINS avec
vos MAINS ou avec votre BOUCHE. Lorsque vous sentez son excitation monter, rapprochez-vous de
son SEXE en EMBRASSANT son VENTRE ou ses CUISSES (l'intérieur des cuisses est très
sensible) ou encore en embrassant et léchant son mont de vénus.

Son excitation AUGMENTANT encore vous pourrez passer à la STIMULATION de son SEXE par
votre BOUCHE et votre LANGUE en étant TOUJOURS TRES DOUX.

LECHEZ la ZONE Entière, GRANDES et PETITES LEVRES, POURTOUR du CLITORIS en utilisant


toute la SURFACE de votre LANGUE. Stimuler ensuite le CLITORIS avec des CARESSES linguales
LONGUES et DOUCES en gardant un RYTHME LENT et REGULIER.

Pendant la STIMULATION vous pouvez lui CARESSER les SEINS, les FESSES, l'intérieur des
cuisses ou le VENTRE.

Évitez de changer trop souvent de techniques pendant le cunnilingus. Lorsque que, d'après ses
réactions, vous sentez avoir trouvé une caresse buccale qui satisfait votre compagne et que son
plaisir grandi, ne changez surtout pas, vous risquez de freiner sa montée vers l'orgasme.

Dernier conseil :
Le CLITORIS est extrêmement sensible après l'orgasme, mieux vaut cesser de le stimuler.

Les TECHNIQUES employées varient d'un couple à l'autre :

- Certaines femmes aiment un contact lent et doux tandis que d'autres préfèrent un
contact vigoureux et rapide.
- Si une femme a un gros clitoris, son partenaire pourra le sucer comme un petit pénis.
- Si une femme a un clitoris petit ou caché, son partenaire pourra seulement en faire le
tour.
- Certaines femmes apprécies l'introduction de la langue dans le vagin. L'introduction de
la langue n'est pas très profonde mais la partie la plus sensible est à l'entrée.
- Enfin, certaines femmes apprécient l'introduction d'un ou plusieurs doigts dans le
vagin afin que soient stimuler les parois vaginales et le point G tout en se faisant sucer
le clitoris.

Plusieurs positions sont possibles, dans la position


du haut de page l'homme est en quelque sorte
dominant alors que pour celle-ci c'est la femme qui
est dominante.

Positionné sur son partenaire c'est elle qui dirige la


stimulation en positionnant son sexe au meilleur
endroit, elle peut également onduler sur la bouche
de son conjoint.

L'homme peut aisément caresser le ventre et la


poitrine de la femme ce qui ne peut que favoriser
le plaisir.

La femme peut également se placer de dos offrant ainsi le bas des reins et ses
fesses aux caresses de son compagnon ce qui est très agréable. Dans cette
position elle peut masturber l'homme ou bien encore passer à un 69 endiablé.

Voici les techniques décrites dans le KAMASUTRA concernant le cunnilingus :


le baiser _ Avec un doigté délicat, vous pincez ses douces lèvres doucement l'une contre l'autre, en
les embrassant en pensant que vous embrassez sa bouche.

le massage _ Laissez votre langue durant un moment aux abords de l'intérieur avant de continuer
votre travail en profondeur.

le tournoiement _ Maintenant, vous la pénétrez avec douceur, avec votre nez en laissant votre
langue découvrir son vagin, avec vos lèvres et votre menton en faisant de petits cercles.

la succion _ Faites des mouvements beaucoup plus rapides avec votre langue en lui donnant des
baisers profonds, vous lui sucer ardemment son clitoris.

l'absorption _ Tirant sur ses cuisses, ses mains les tenant écartées de part et d'autre, vous glissez
et buvez son liquide.

la pénétration _ Placez votre femme sur un canapé, mettez ses jambes sur vos épaules, ramenez ses
reins vers vous, léchez et pénétrez la avec votre langue.

La masturbation est une pratique sexuelle qui, comme bien d'autres, a été sujette à
l'incompréhension et à l'interdiction morale. L'idée court encore que cette pratique est
dangereuse pour la santé ce qui est bien évidement faux. L'interdit religieux a également été très
importante, la masturbation a été et est encore considérée comme un péché. Elle est une
composante normale de la vie sexuelle, c'est une pratique indispensable, un moyen d'apprentissage
irremplaçable qui a un effet bénéfique sur la vie hétérosexuelle. Il ne faut pas penser que cette
pratique est seulement réservée aux personnes célibataires, elle peut encore se pratiquer lorsque
l'on vie en couple, soit seul, soit à deux.
En couple, elle peut être pratiquée au cours des PRELIMINAIRES pour préparer à l'union ou
comme un acte sexuel à part entière, c'est-à-dire jusqu'à l'orgasme. Pour cela l'homme doit
apprendre à masturber sa compagne, ce qui ne peut se faire qu'avec son aide et la femme doit
apprendre à masturber son compagnon.

* La masturbation féminine

* Les techniques de la masturbation féminine

* La masturbation masculine

* Les techniques de la masturbation masculine


LA MASTURBATION _ FEMININE

Les zones érogènes sont multiples chez les femmes et la sensibilité de ces zones est très
différente d'une personne à l'autre. La masturbation permet de les découvrir et permet de
découvrir quels types de stimulation conviennent le mieux pour obtenir l'orgasme.

Mesdames, aucun homme n'est capable de deviner ce qu'il doit faire pour vous amener au
Nirvana de l'amour. Il n'y a que vous qui pouvez le dire à votre partenaire et pour cela vous
devez, vous-même, le découvrir. La masturbation est le meilleur moyen pour faire cette
découverte.

LES TECHNIQUES DE MASTURBATION FEMININE

En règle générale les femmes préfèrent la douceur quelque soit les parties sollicitées. Les femmes
peuvent stimuler les parties externes de leur sexe ou interne ou les deux à la fois de différentes
façons.

Le CLITORIS
Stimulez le clitoris et les petites lèvres par des mouvements rythmiques avec les doigts. Le clitoris
est la zone la plus sensible du sexe féminin. Il est parfois si sensible que le contact direct peut
être désagréable. La masturbation est idéale pour explorer cette zone et trouver le type de
stimulation la plus agréable et la plus propice à déclencher un orgasme. Certaines femmes
préfèrent un contact direct avec les doigts, d'autre préfèrent stimuler le pourtour du clitoris,
d'autres enfin préfèrent resserrer les lèvres autour du clitoris afin de le stimuler par un contact
indirect.

Les LEVRES
Frottez les grandes lèvres et toute la région génitale avec les doigts ou avec un objet (un tissu
ou un jouet sexuel).

La PRESSION des JAMBES


Stimulez la zone génitale en croisant les jambes et en exerçant une pression régulière et
rythmique des cuisses.

Les MUSCLES de l'amour


Provoquez une tension musculaire et nerveuse dans le corps simulant des mouvements de coït.
Cette pratique pour être efficace demande une bonne musculation des muscles pubo-coccygien.

Le POINT _ G
Pénétrez le vagin avec les doigts ou un autre objet afin de stimuler le poing G (important : que vous
utilisiez vos doigts ou un objet, pensez à l'hygiène, il faut éviter les infections qui au niveau génital
sont très désagréables).
Les CARESSES
Stimulez l'ensemble du corps par des caresses et en particulier la POITRINE et les MAMELONS.
Les caresses peuvent être prodiguées en plus de la stimulation du sexe.
________________________________________________________________________
LA MASTURBATION _ MASCULINE
La masturbation permet également aux hommes de découvrir leurs propres zones érogènes mais
l'apport le plus important est l'apprentissage du contrôle de leur propre plaisir. Par ce moyen
l'homme peut apprendre à connaître le point critique au-delà duquel il ne peut plus s'empêcher
d'éjaculer. Une fois cette découverte faite, il pourra apprendre à se maîtriser pour prolonger
l'acte sexuel pour le plus grand plaisir du couple.

L'usage des lubrifiants


Pour les HOMMES NON_CIRCONCIS, au repos, le gland est recouvert d'un petit repli de peau
appelé le prépuce. Lors de l'érection le gland se décalotte, il apparaît alors lisse et arrondi. Le
gland est la partie la plus sensible du sexe masculin et la stimulation de cette zone est très
agréable et peut mener rapidement à l'orgasme mais si vous masser directement le gland sans
lubrifiant il s'échauffera très vite et cela deviendra désagréable. Bien souvent la peau qui recouvre
l'ensemble du pénis est suffisamment élastique pour être ramené sur le gland ou tout du moins sur
la couronne, c'est ce qu'il est possible de faire pour se masturber sans lubrifiant et sans que cela
soit désagréable. Dans certains cas l'élasticité de la peau est insuffisante (par exemple pour
certains hommes ayant un sexe plutôt long) et il faut alors utiliser un lubrifiant.
POUR LES HOMMES CIRCONCIS il n'est évidemment pas possible de ramener la peau sur le gland
puisque le prépuce a été coupé donc l'usage d'un lubrifiant est indispensable pour la stimulation du
gland.

Quels lubrifiants utiliser ?


La salive peut très bien être utilisée comme lubrifiant. C'est une substance naturelle et toujours
disponible. Cependant la salive sèche très rapidement et il faut fréquemment en rajouter. Il faut
mieux éviter l'eau savonneuse, le savon est très souvent irritant pour la peau si la masturbation se
prolonge. Certaines crèmes pour bébé qui sont très douces peuvent en revanche être utilisées.

LES TECHNIQUES DE MASTURBATION _ MASCULINE


Pour la masturbation féminine il était dit que les femmes préféraient la douceur, les hommes
aiment bien une certaine fermeté mais il ne faut pas tomber dans l'excès. Certaines techniques
sont douces et amènent des orgasmes puissants. Bien que pour les hommes non circoncis il soit en
général possible de se passer de lubrifiant ils peuvent être tout de même utilisés. Les sensations
de glisse à l'aide d'un lubrifiant sont très différentes, certains homme préfèrent avec que sans.

Le poing _ Avec une main vous enveloppez vos doigts sur la verge et vous faites des
mouvements de va et vient. Le poing peut enserrer la verge au niveau de la hampe ou au niveau de la
couronne (en générale les hommes préfèrent au niveau de la couronne). La main peut presser plus ou
moins fermement et les mouvements peuvent être plus ou moins rapides. Chacun apprécie plus ou
moins tel position de la main, telle pression et tel mouvement. Si c'est la femme qui masturbe son
partenaire, l'homme peut lui signaler ce qu'il apprécie le plus.

A deux mains_ Une des mains enserre la verge au niveau du gland et l'autre au niveau de la
hampe.

Le poing et la paume _ Une des mains enserre la verge au niveau du gland (le poing forme donc
un trou), l'autre main est placée au dessus de la première pour fermer le trou. Lorsque vous faites
les mouvements, l'extrémité de la paume de la main viens frapper l'extrémité du pénis ce qui est
très agréable.

Avec les doigts _ Au lieu d'entourer le sexe avec la main vous tenez le gland avec seulement
trois ou quatre doigts par l'extrémité, les doigts étant situés au niveau de la couronne. Serrez très
légèrement et faites de petit mouvements de va et vient. Cette technique très douce est très
agréable, elle déclenche de très beaux orgasmes.

Avec le point et un pouce _ Toujours la même technique de prise du sexe avec la main au
niveau de la couronne. En plus vous lubrifié l'extrémité et avec le pouce de la main libre vous
caressez délicatement le bout de votre pénis.

Le tunnel sans fin n°1 _ Une technique ou la lubrification est indispensable. Vous saisissez
la verge avec une main à sa base et vous remontez vers le gland. Lorsque la main arrive vers
l'extrémité, vous placez l'autre main en dessous et vous faites de même. Vous continuez ainsi de
suite dans un mouvement continu.

Le tunnel sans fin n°2 _ C'est un peu l'inverse de la technique précédente. La lubrification
est également indispensable. Vous enserrez la verge d'une main au niveau du gland le plus au bout
possible puis vous faites glissez vers la base du pénis. Lorsque la main arrive vers la base, vous
placez l'autre main en dessus et vous faites de même. Et ainsi de suite dans un mouvement continu.

En massant le scrotum _ Pendant que vous vous masturbez avec une main, l'autre caresse
et masse le scrotum. C'est très agréable de le faire seul mais c'est encore mieux si c'est votre
compagne qui vous le fait.

En bougeant le corps _ Couchez-vous sur le ventre en plaçant une main ou les deux mains
sous votre corps. Enfoncez et ressortez votre pénis de votre main (ou de vos mains). Cela mime les
mouvements d'un rapport.
<>

Lorsque les deux partenaires apprécient les


pratiques du sexe oral, le 69 est une position qui
apporte beaucoup de plaisir. La stimulation réciproque
et simultanée étant très excitante.

Plusieurs positions sont possibles comme le montre les


illustrations de cette page.

La position présentée à gauche est très confortable,


elle permet aux deux partenaires de se stimuler sans
peine.

Pour la position suivante l'homme à peu de possibilités de mouvements, il est obligé de s'en
remettre à sa compagne. C'est elle qui va mener les ébats comme bon lui semble. C'est elle qui
dirige l'action de son compagnon en plaçant telle ou telle partie de son sexe devant sa bouche, son
clitoris ou les lèvres ou l'entrée du vagin, en fonction de ce qui lui apporte le plus de plaisir.

Elle est également maîtresse de la stimulation du sexe de l'homme, elle peut ainsi ralentir ou
stimuler des zones moins sensibles de la verge afin de freiner la montée vers l'orgasme de
l'homme. Au contraire elle accélérera lorsqu'elle sentira arriver son propre orgasme pour tenter
de l'obtenir en même temps que lui.

Pour la position suivante c'est l'homme qui est placé sur la femme. C'est donc lui, cette fois, qui
mène les opérations mais ce n'est pas toujours apprécié des femmes qui n'aiment généralement pas
se sentir contrainte. Il est vraie que placée ainsi la femme n'a guère de liberté de mouvements et
elle peut ne pas apprécier les mouvements de va-et-vient du sexe de l'homme dans sa bouche s'ils
sont trop virulents. Donc messieurs une position à prendre que si la femme le souhaite, la sexualité
doit rester un plaisir pour les deux partenaires.
Il est également possible d'effectuer un 69 debout (une position pour les costauds car l'homme
doit pouvoir porter sa compagne).

RENVERSANT, NON ! ! !

Si vraiment le couple souhaite tenter ce genre de position acrobatique il est plus facile et plus
confortable de le faire assis.
Du point de vue sexuel, les différences physiques et mentales de l'homme et de la femme sont très
grandes. L'homme peut s'exciter très rapidement, il peut en quelques instants entré en
érection et il pourrait assez vite arriver à l'orgasme. La femme a semble t'il moins de besoin
sexuel que l'homme. Cela explique peut être en partie qu'elle ait besoin de plus de temps pour être
excitée. En tout cas, physiquement son corps nécessite de plus de temps pour accueillir le sexe de
l'homme (pour que son sexe s'ouvre à lui et qu'il soit suffisamment lubrifié) et il lui faut également
plus de temps pour arriver à l'orgasme. Les préliminaires sont donc nécessaires à la montée du
plaisir pour la femme mais ils permettent également à l'homme d'augmenter son propre plaisir.
L'orgasme est sans conteste plus fort lorsque l'homme sent que leur union a donné à sa partenaire
un moment d'extase. Les PRELIMINAIRES peuvent (et devraient) être des moments d'échanges
très intenses entre les deux partenaires, des moments où les deux êtres seront attentifs à l'autre.
Ils apporteront alors, bien au delà de cette montée vers le plaisir, un bien être qui rejaillira dans
leur vie quotidienne.

* L’ÉTREINTE _ * LE BAISER _ * LES CARESSES _ * LE BAIN

A ces quatre annonces destinés à aborder la relation sexuelle avec plein de tendresse on peut <>
ajouter la MASTURBATION et les PRATIQUES DU SEXE ORAL pour lesquels des chapitres
entiers leur sont consacrés.

L'ETREINTE _ L'étreinte peut être un moment de partage très fort entre deux êtres. Se
serrer tendrement dans les bras l'un de l'autre sans rien faire d'autre que de se concentrer sur
le contact physique des deux corps et sur le plaisir d'être avec l'être aimé donne un plaisir et
une quiétude aux deux partenaires. L'étreinte peut se faire l'un en face de l'autre, debout, assis
ou allongé plus ou moins entrelacé ou encore l'un derrière l'autre. Elle peut être accompagnée de
caresses légères ou de baisers tendres.

LE BAISER _ La bouche est l'une des parties les plus sensibles du corps humain, quoi de plus
normal alors que le baiser puisse faire autant d'effet. Beaucoup d'émotions peuvent passer à
travers le baiser : la tendresse, la gentillesse, la passion, l'érotisme. Pour augmenter le désir,
couvrez de baisers le corps de votre partenaire en le léchant. L’excitation des seins et des
mamelons est très excitant pour la femme. Le baiser peut se faire à tout instant de l'union.
Avant il participe à la montée du désir et de l'excitation. Pendant la pénétration il permet de
faire passer le plaisir que prennent les deux partenaires. Il ne faut pas oublier les baisers
d'après en guise de remerciement pour le plaisir qui a été donné et reçu.

LES CARESSES _ Les caresses et les MASSAGES sensuels ont pour but de détendre le corps
et l'esprit. Une caresse est un simple effleurage de la peau, pour le massage vous presserez la
chair en un mouvement doux et régulier. Les mouvements seront plus faciles et plus agréables si
vous utilisez une huile de massage. Si l'huile est parfumée vous ajouterez au sens du toucher le
sens de l'odorat qui rendra le moment encore plus apaisant.
Les CARESSES et MASSAGES seront dans un premier temps destinés à apporter
apaisement afin de se déconnecter des divers soucis et tracas de la journée pour
cela vous pouvez masser le dos et la colonne vertébrale, les épaules et la tête, les
jambes et les cuisses. Ils pourront être destinés à stimuler le désir de votre partenaire, pour
cela vous MASSEREZ ou Caresserez l'intérieur des bras et des cuisses, le NOMBRIL, les
fesses, le torse et les seins ainsi que l'aine et la région du pubis. Vous pouvez stimuler votre
partenaire en le caressant avec l'ensemble de votre corps ou encore avec votre bouche ou votre
langue.

LES SEINS _ Les seins sont des zones très sensibles chez la femme, c'est également une partie
très agréable à stimuler pour l'homme. Ils peuvent être stimulés avec les mains ou la bouche par
des caresses et des baisers.

LE BAIN _ Le bain ou la douche sont également des excitants à l'amour. Les caresses sont d'une
autre nature encore par l'apport de l'eau savonneuse qui modifie le contact des peaux. L'odorat
est également sollicité par les différents savons parfumés qui peuvent être utilisés.

La façon dont l'homme pénètre sa partenaire influe sur son plaisir mais également sur celui de sa
compagne.
Au début du rapport, les coups seront plutôt SUPERFICIELS et LENTS pour permettre à la
femme de sentir monter son plaisir et pour éviter que l'éjaculation ne se produise trop
tôt.
ENSUITE, l'homme changera d'angle et de type de pénétration en fonction des réactions de sa
partenaire et en fonction du contrôle de son propre plaisir. Si les types de pénétration et les
positions sont nombreuses, il ne faut pas pour autant en changer sans arrêt pendant l'acte sexuel,
il faut agir en fonction des réactions de sa compagne.

Voici quelques exemples des types de PENETRATION que l'homme peut accomplir

_ Oui je sais le titre du chapitre est "la PENETRATION" et pour l'illustration ci-contre il
n'y a pas de pénétration. Cela reste malgré tout une façon très agréable de stimuler le sexe
de la femme. On peut utiliser cette technique pendant les préliminaires afin d'exciter la
femme. C'est très efficace le clitoris étant agréablement caressé. L'homme peut également
utiliser ce type de caresse sexuelle pendant la pénétration, c'est-à-dire en se retirant du
vagin pour quelques instants. Le gland étant peu stimulé de cette façon cela permet à
l'homme de se calmer et d'éviter une jouissance trop rapide. Cela permet donc de prolonger
l'acte sexuel.
Les neufs types de pénétration d'après le traité de Tong-hsuan-tze :
* Frapper à gauche et à droite comme un guerrier courageux qui tenterait de disperser les
rangs des ennemis.

* Mouvoir la tige de jade de haut en bas comme un cheval sauvage fait le saut de mouton pour
passer une rivière.

* Se retirer et s'enfoncer comme une bande de mouettes jouant dans les vagues.

* Alterner rapidement pénétrations profondes et pénétrations superficielles comme un


moineau becquetant les grains de riz dans le mortier.

* Enchaîner d'une façon régulière coups profonds et coups peu profonds comme de grosses
pierres s'enfonçant dans la mer.

* Entrer avec lenteur comme un serpent se glissant dans son trou pour hiverner.

* Donner de petits coups rapides à la manière d'un rat effrayé qui se précipite dans son trou.

* S'élever lentement, puis foncer comme l'aigle attrapant une proie fuyante.

* S'élever puis piquer du nez comme un grand voilier bravant le coup de vent.

la posture du la posture des l'union de la posture du


roseau cuillères l'éléphant bambou

la posture de la la danse du
tige la liane missionnaire La croix
l'union du singe la brouette l'union inversée le clou

l'amazone la chaise le moulin la roue


l'union de
X le missionnaire l'union du tigre la levrette
l'huître

la position la posture de la
l'union suspendue l'union du loup X d'Andromaque balançoire

la position de la l'union de la la position de la posture de


courtisane déesse l'Indra l'arbre à fruits

la posture du la posture de la l'union de la posture de


pilier balance l'antilope l'enclume

la grande la posture de l'union du


ouverture l'étoile papillon l'union du crabe

<>
<>
<>

La forme, la couleur et la taille du pénis varient d'un individu à l'autre. La taille du pénis au repos
comme en érection n'est liée ni à la taille ni au poids de l'homme.

Au repos il mesure en moyenne 8 à 10 cm. Le froid, une activité sportive intense, l'anxiété peuvent
réduire sa longueur. La taille en érection n'est pas proportionnelle à la taille au repos, un petit
pénis au repos peut atteindre une dimension satisfaisante en érection.

Enfin, et c'est le plus important, la taille du sexe n'est en rien révélatrice de la capacité à faire
jouir une femme. Il existe de multiples façons d'amener la femme à l'orgasme avec ou sans
pénétration. Retenez que c'est au niveau du premier tiers du vagin que se situe le maximum
de terminaisons nerveuses (et donc la partie la plus sensible) La taille du pénis n'a donc que
peu d'importance.
Si vous souhaitez néanmoins vous situer par rapport à vos
congénères voici quelques statistiques sur le sujet.

Vous devrez effectuer la mesure en partant de la base


supérieure jusqu'à l'extrémité du gland.

Environ 90% des verges en érection mesurent entre 12 et 18 cm, environ 70% entre 14 et 17 cm
avec un pic (façon de parler) entre 15 et 16 cm.

LE PENIS PEUT-IL ÊTRE TROP PETIT ?

Oui, dans de rare cas le pénis en érection peut-être trop petit et rendre l'introduction difficile. Du
point de vue médical la taille admise est une longueur inférieure à 8 cm. On parle alors de micro
pénis.

LE PENIS PEUT-IL ÊTRE TROP GRAND ?

Oui également, pour les dimensions vraiment importantes (25, 30 cm) la taille devient souvent un
handicap. Sans allez jusqu'à ces tailles extrêmes, les hommes ayant un sexe de bonne taille (au delà
de 16 cm dirons nous) pensent que la taille de leur membre suffit à faire d'eux de bons amants.
Pourtant bien des femmes craignent, au contraire, d'être victimes de douleurs (*). Il est vraie que
beaucoup d'hommes dit "bien membrés" se comportent avec peu de délicatesse tant ils sont sûrs
que la dimension de leur verge suffit à satisfaire leur compagne.

(*) : Les coups portés au fond du vagin lorsque celui-ci n'a pas été suffisamment préparé sont
potentiellement douloureux (la douleur est similaire à un coup porté dans les bourses).
LA TAILLE DU VAGIN

Pour bien comprendre les choses, il faut savoir qu'au repos (c'est à dire non excité physiquement),
le sexe d'une femme mesure de 8 à 10 cm de profondeur. Ce n'est qu'en état d'excitation avancé
que le fond du vagin devient souple et élastique et peut accueillir un sexe d'homme. D'ou
l'importance des préliminaires.

LE DIAMÈTRE DES SEXES

Un élément important est à considérer dans les sensations procurées par le contact qui se fait
entre les deux sexes qui coulissent l'un dans l'autre. C'est le diamètre (ou la circonférence) des
sexes de l'homme et de la femme. Le diamètre moyen du sexe de l'homme est de l'ordre de 3 à 4
cm. Or souvent chez les femmes le diamètre du tunnel du vagin est plus large. Ce qui fait que le
contact peut ne pas être suffisant pour des sensations intéressantes. L'homme ne peut pas
augmenter la largeur de son sexe par contre la femme peut diminuer le diamètre du sien. Il lui
suffit de contracter son sexe autour de celui de son partenaire. Pour que cela soit efficace, il faut
que les muscles pubo-coccygien soit suffisamment tonique

PEUT-ON AUGMENTER LA TAILLE DU PÉNIS

Le pénis n'est pas un muscle mais un corps spongieux et caverneux qui augmente de volume et de
taille par un afflux sanguin. On ne peut donc pas le muscler comme on muscle ses biceps pour
augmenter sa taille en érection.

Existe t'il des méthodes pour augmenter la taille du pénis ?

Difficile de répondre à cette question de façon définitive. J'ai bien trouvé des informations allant
dans ce sens mais elle sont contradictoires ou sujet à caution. Je vous les présentent tout de même
mais elle sont à prendre avec beaucoup de prudence.

1 - LA CHIRURGIE

* Une première méthode est réservée aux cas des micro-pénis. Elle consiste à un traitement
chirurgical associant la section du ligament suspenseur de la verge et une plastie cutanée à la
racine de la verge. Cette méthode permettrait de gagner 1 à 2 cm.

Apparemment le gain en longueur n'est valable qu'au repos (Les indications que j'ai trouvé
sont contradictoires).

* La deuxième méthode, toujours chirurgicale, s'appelle la LIPOPENOSCULTURE. Elle


consiste à prélever de la graisse dans l'abdomen ou au niveau des cuisses et à injecter cette
graisse (après préparation) sous la peau au niveau du pénis.

La encore, le gain en diamètre comme en longueur ne serait valable que pénis au repos.
2 - MÉTHODE NATURELLE

* Il y a également des sites Internet qui parlent d'une méthode naturelle permettant
d'agrandir le sexe (le JELQ). La méthode consiste à faire tous les jours des massages
(similaires à la traite des vaches) afin de faire affluer plus de sang dans le pénis et ainsi, au
bout de plusieurs semaines d'exercices (cinq semaines au moins, à raison de plus de 30
minutes d'exercice trois à cinq fois par semaines), il s'allongerait et serait plus gros.

Je ne peux pas détailler davantage la méthode, les sites bénéficiant apparemment d'un
copyright. Par contre je peux donner mon avis sur le sujet.

Ces méthodes sont payantes et sont, à mon avis, de grosses arnaques permettant de gagner
de l'argent, à peu de frais, sur le dos des personnes complexées par la taille de leur sexe. Je
doute que cela soit efficace !

QUE FAIRE SI ON A UN SEXE PLUTÔT PETIT ?

Pour ceux qui pensent avoir un sexe trop petit, en plus de pratiquer massages, caresses et sexe
oral, vous choisirez des positions qui permettent une pénétration en profondeur ou qui favorisent le
resserrement de votre pénis par le vagin comme, par exemple, la position en levrette.

QUE FAIRE SI ON A UN SEXE PLUTÔT GRAND ?

Pour ceux qui ont un sexe plutôt long il est indispensable de s'assurer que la partenaire est très
excitée et que son vagin est suffisamment lubrifié. Vous devrez peut-être plus que les autres
accorder du temps aux préliminaires. Si votre compagne n'a pas suffisamment de sécrétions
vaginales vous devrez utiliser un lubrifiant (par exemple un gel soluble à l'eau). Vous privilégierez
les positions dont la pénétration n'est pas trop profonde et vous vous interdirez les pénétrations
profondes et vigoureuses qui peuvent être très douloureuses pour la femme.
<> <>

<>

Le massage est une excellente pratique à utiliser en couple. C'est un très bon moyen pour se
rapprocher, pour se détendre et cela peut devenir très érotique, en voici un exemple.

LA POSITION :

La femme se place allongée sur le lit en plaçant si nécessaire un coussin sous sa


tête de façon que son cou soit parfaitement détendu.
L'homme quant à lui se place, dans un premier temps, assis à ses cotés pour pouvoir
confortablement masser sa partenaire.

COMMENT MASSER ?

Quand on parle de massage on pense souvent à une action assez ferme des mains. Pour ce massage
vous exercerez des pressions légères (à peine plus appuyées que des caresses) avec le bout des
doigts ou la paume des mains.

1ère phase : LA DÉTENTE

Pour la femme : Pendant les premiers massages de votre compagnon, vous devez chercher à
détendre totalement votre corps et votre esprit. Commencez par respirer lentement par le ventre
en expirant profondément. Pour détendre le corps il suffit de penser tour à tour à chacun de vos
muscles et à les relâcher. Commencez par le visage (mâchoire, front, paupières...). Continuez par le
cou et la nuque puis passez en revue chaque partie de votre corps (bras, mains, jambes, muscles
abdominaux, muscles fessiers...). Cet exercice de détente musculaire devrait déjà libérer votre
esprit. Abandonnez-vous maintenant aux sensations que vous procurent les massages et caresses
de votre compagnon.

Pour l'homme : Vous devez de la même façon chercher à vous détendre, respiration par le ventre et
détente musculaire. Détendez aussi votre esprit en vous concentrant sur les sensations très
agréables que procurent vos caresses (attention de ne pas vous exciter).

LE DÉBUT DU MASSAGE _

Cette première phase consiste à apporter apaisement vous allez donc éviter de masser toutes les
zones trop érogènes du corps. Commencez par caresser les cheveux de votre compagne, puis son
visage, les joues, le front, les paupières, (éviter les lèvres). Masser ensuite le cou, les épaules et le
haut du torse (sans caresser les seins). Poursuivez par les bras et les mains puis par l'extérieur
des cuisses, les jambes et les pieds (pas l'intérieur des cuisses qui est une partie très sensible et
très érogène). Vous pouvez également caresser le ventre de votre partenaire sans trop insister.
Poursuivez les massages caressants jusqu'à ce que vous soyez tous les deux détendus.

2ème phase : L'EXCITATION

Pour l'homme : Après cette phase de détente vous allez progressivement masser votre partenaire
afin de l'amener à un niveau d'excitation suffisant pour la suite. Pour cela vous allez privilégier les
massages et les caresses de parties du corps plus érogènes : Massez tour à tour l'intérieur des
cuisses, le ventre (du nombril au pubis) et bien entendu sa poitrine. Continuez aussi de masser le
reste du corps.

MASSAGE EXTERNE DU SEXE


Lorsque votre compagne sera suffisamment excitée,
placez vous comme le montre l'image ci-contre.

Plaquez votre pénis en érection contre son sexe et


massez le clitoris et les lèvres par des mouvements de
va-et-vient ou par des mouvements de rotation.

N'appuyez pas trop fort, les massages doivent être


délicats.

Bien entendu il faut continuer de masser les seins et le corps de votre compagne. Évitez de
masser avec le gland mais utilisez plutôt la hampe de votre sexe sinon vous aurez plus de mal à
vous contenir. Vous pouvez prolonger la stimulation jusqu'à l'orgasme de votre compagne. Si tel est
le cas, il est préférable alors de cesser les massages du clitoris qui devient généralement très
sensible. Si votre partenaire atteint l'orgasme, faites pendant quelques instants un massage plus
apaisant en évitant les zones érogènes afin de relaxer votre partenaire. Profiter de cet instant
pour, vous-même, vous détendre car vous serez sans doute très excité et la suite du massage
risque d'être, de ce fait, écourté.

variante : L'homme peut garder son sexe immobile et c'est la femme qui, par des mouvements du
bassin, masse son sexe ce qui peut lui permettre de se masturber plus efficacement.

MASSAGE INTERNE DU SEXE

Après que vous soyez, tous les deux, plus détendus, vous allez pouvoir passer au massage du vagin
et du point G. Toujours dans la même position, Introduisez le gland de votre sexe et massez
l'entrée du vagin de votre partenaire par de petits mouvements de va-et-vient lents et par des
mouvements de rotation. Introduisez ensuite votre verge de 5 à 6 cm afin d'atteindre le point G et
stimulez cette zone par des mouvements de va-et-vient lents en massant alternativement l'avant
du vagin et les cotés, massez également cette zone par des mouvements de rotation afin de
stimuler latéralement le point G. Continuez ces mouvements en prenant une des positions suivantes
qui favorisent un resserrement du pénis et une meilleure stimulation du point G. Vous pouvez
évidemment alterner entre les différentes positions afin de modifier les sensations.
Stimulez ensuite votre compagne en profondeur par des mouvements de va-et-vient lent allant de
l'entrée au fond du vagin. Comme précédemment stimulez l'avant et les cotés du vagin. Vous pouvez
en final adopter la position suivante qui permet une pénétration profonde et donne de très bonnes
sensations aux deux partenaires.

Lorsque que vous sentirez les signes avant-coureurs de l'arrivée de la jouissance de votre
compagne vous vous libérerez alors pour tenter d'atteindre simultanément le plaisir.

APRÈS L'ORGASME

Le repos _ Pour faire redescendre vos corps et vos esprits de ce moment d'excitation intense
n'agissez pas brutalement en mettant fin subitement à votre union. Faites reprendre à votre
partenaire la première position qui est plus confortable. Profitez des quelques instants après
l'éjaculation où votre sexe possède encore de la vigueur pour stimuler quelques instant encore
votre compagne par des mouvements lents et moins profonds. Caressez à nouveau délicatement son
corps.
L'union des corps _ Allongez-vous maintenant délicatement sur votre partenaire de façon à obtenir
un contact corporel maximum, joue contre joue, mains dans les mains pour une étreinte apaisante.
Un baiser plein de tendresse est également un bon épilogue.

<>

Sur cette page je vais vous présenter des schémas afin de comprendre les différences du point de
vue de l'excitation sexuelle entre l'homme et la femme. Je m'excuse de montrer des schémas pour
parler de relations amoureuses mais je pense que cela peut aider à la compréhension.

Courbe type de l'excitation chez l'homme au cours d'un rapport sexuel.


Le schéma correspond à la courbe obtenue si l'homme
pénètre sa partenaire et commence la stimulation dès que
l'érection est suffisante.

La portion AB correspond à la phase d'érection (Cette


phase est généralement très rapide).

A partir de B la pénétration commence.

La partie BC est la phase dite en plateau.

Après quelques minutes de cette phase en plateau


l'excitation augmente rapidement. Le point D est le point
de non retour, lorsque ce seuil est atteint l'homme ne peut
plus stopper le processus et l'orgasme va se produire.

Le point E est l'orgasme (en principe il y a éjaculation en


même temps que l'orgasme mais il y a des exceptions,
l'orgasme peut se produire sans éjaculation).

Ensuite l'excitation diminue très rapidement. Les hommes


sont généralement alors très détendus.

Courbe type de l'excitation chez la femme au cours d'un rapport sexuelle.


Typiquement, chez la femme le processus d'excitation ne
présente pas de phase en plateau. La montée vers le
plaisir est régulière, elle est aussi plus lente.

Une fois l'orgasme atteint, l'excitation diminue très


lentement contrairement à l'homme.
Chez certaines femmes la courbe de l'excitation sexuelle présente plusieurs piques. On parle alors
de femme multi-orgasmique :

Si l'on superpose les courbes de l'homme et de la femme on obtient ceci (dans le cas où la
pénétration à lieu rapidement) :

On voit que l'homme va atteindre son orgasme beaucoup


plus rapidement que la femme. Comme après qu'il ait
éjaculé il perd rapidement son excitation et par la même
occasion son érection la femme n'est plus stimulée et
n'atteindra pas son orgasme, ce qui peut provoquer une
frustration.

Dans le cas d'une femme multi orgasmique c'est encore pire :

Pour permettre une relation plus satisfaisante pour les deux partenaires il existe plusieurs
possibilités que je vais décrire ici brièvement. Vous vous reporterez au chapitres correspondant
pour en savoir plus.

Voici un premier schéma plus sympathique puisque l'on peut remarquer que la femme est allée au
sommet de son excitation, c'est à dire à l'orgasme suivi par celui de son compagnon.
La portion de courbe jusqu'au point A correspond aux préliminaires. L'homme ne pénètre sa
partenaire que lorsque qu'elle à atteint un niveau d'excitation suffisant.

Le problème est de ne pas pénétrer sa partenaire trop tôt pour ne pas tomber dans le schéma 1.

Par rapport au schéma précédent la pénétration a eut lieu plus tard, après l'orgasme de la femme.
Pour obtenir celui-ci l'homme peut intensifier les préliminaires, il commence tendrement par des
baisers et des caresses puis peut passer à des stimulations du sexe féminin (en particulier la zone
clitoridienne) soit par la masturbation soit par un cunnilingus. Pendant la phase des préliminaires
l'homme peut être stimulé par sa partenaire (caresses, masturbation ou fellation) sans que la
stimulation soit trop importante afin qu'il n'atteigne pas son orgasme trop tôt.

En pratiquant de la sorte la femme peut très bien obtenir deux orgasmes, un pendant les
préliminaires puis un second pendant la pénétration surtout si l'homme réussit à se contrôler pour
prolonger la phase de pénétration).
Enfin pour finir voici une autre schéma qui peut paraître curieux car j'y ai mis deux orgasmes pour
l'homme. En fait c'est possible pour quelques hommes qui réussissent à obtenir des orgasmes sans
éjaculation (c'est l'éjaculation qui provoque la diminution brutale de l'excitation chez l'homme).

<>

Afin d'être complet sur la sexualité, voici quelques informations sur divers pratiques
sexuelles existantes. Ces pages ne sont nullement destinées à inciter à les pratiquer mais
seulement à informer.

http://education.sexuelle.free.fr/message.php?sc=1024

SODOMIE
La sodomie est une pratique sexuelle qui consiste en une pénétration dans l’anus de son ou sa
partenaire. Cette pratique sexuelle n'est pas uniquement adoptée par les homosexuels, beaucoup
de couples hétérosexuels s'y essayent et le cas échéant l'adoptent car ils l'apprécient. Il faut bien
le dire cette pratique est sujette à controverse. C'est encore de nos jours un tabou. Certaines
personnes l'assimilent à un acte pervers et contre-nature. Le tabou a d'abord été dicté par les
autorités religieuses. La plupart d'entre elles ayant condamnées le sexe anal. Le mot sodomie vient
de l'histoire de la ville de Sodome détruite par Dieu car ces habitants vivaient dans la débauche et
le péché (Cf. la BIBLE, l'ancien testament). Cette idée a été confortée par la psychanalyse
freudienne qui considérait comme pervers tout acte sexuel ne conduisant pas à la procréation et à
la survie de l’espèce. Même si les choses évoluent, cette pratique est encore associée, par beaucoup
trop de personnes, à une perversion comme l'est l'homosexualité. En dehors de ces considérations
"philosophiques", la plupart des personnes ne veulent pas pratiquer le sexe anal par crainte que ce
soit douloureux. En fait si la pénétration est réalisée dans le respect de certaines règles, ce ne
l'est pas. Avant d'en venir proprement dit à la pratique, voici quelques réponses à certaines
questions sur le sujet : Qu'apporte de plus aux hommes la sodomie par rapport à la pénétration
vaginale ? Il y a d'abord des facteurs psychologiques : Le sexe anal est une pratique différente et
découvrir la nouveauté est excitant. Le sexe anal donne aussi l'impression de vivre une sexualité
plus "extrême". L'excitation peut également venir du plaisir de transgresser l'interdit. Du point de
vue physique, les sensations sons plus fortes pour l'homme car le pénis est beaucoup plus resserré
(l'anus est moins élastique et plus étroit que le vagin). La sodomie apporte t'elle du plaisir à la
femme ? L’anus est en fait très riche en nerfs sensoriels et les sensations sont importantes.
Certaines femmes qui pratiquent régulièrement la sodomie atteindraient l'orgasme par cette seule
pénétration (Pour dire vraie, je n'ai pas trouvé d'étude sur le sujet qui permet de dire pour quelle
proportion de femme cela est vraie).
Combien de couples pratiquent le sexe anal ?
Je vous donne des chiffres mais là encore je n'ai pas pu vérifier leur véracité. Un couple sur deux
essaierait cette forme de sexualité et une femme sur deux la trouverait très agréable.

LA PRATIQUE
Deux éléments sont à prendre en compte pour bien comprendre les différences entre la
pénétration vaginale et la pénétration anale. Partant de là nous verrons comment pratiquer le sexe
anal pour éviter ces inconvénients. Tout d'abord, le vagin a la possibilité naturelle de se dilater de
façon extrêmement importante sous l'effet de l'excitation. La dilatation de l'anus est possible
mais pas au même point et surtout pas de façon "automatique". La deuxième différence importante
est le fait que le vagin secrète un lubrifiant naturel qui permet l'introduction et les mouvements de
la verge, ce qui n'est pas le cas de l'anus. Pour contrecarrer ces deux inconvénients et rendre la
sodomie possible et agréable plusieurs points sont à respecter :

 Le premier point, qui devrait être une évidence pour tous les hommes (mais qui ne
l’est malheureusement pas), est qu'il faut une acceptation totale de sa partenaire. En
effet, plus une partenaire sera d’accord pour se faire sodomiser mieux cela se
passera, cela contribuera à la détente musculaire du conduit anal et la pénétration en
sera facilitée.

 Le deuxième point est qu'il faut absolument utiliser un lubrifiant. Il est possible de
s'en procurer en pharmacie ou dans les sexes shop ou plus discrètement par
correspondance.

 Enfin, il faut une préparation de l'anus et beaucoup de douceur.

 Commencez tout d'abord par des préliminaires afin d'exciter suffisamment votre
partenaire.

 Après avoir enduit vos doigts de lubrifiant, commencez par caresser la raie des fesses.
massez ensuite l'anus lui-même.

 Rajoutez abondamment du lubrifiant sur un de vos doigts puis introduisez-le dans l'anus
(les ongles des doigts doivent être coupés très courts afin de ne pas risquer de
blesser). une fois introduit, tournez votre doigt tout doucement en insistant
progressivement comme si vous vouliez écarter le passage.

 Introduisez ensuite un deuxième doigt et continuez à masser délicatement l'intérieur


de l'anus jusqu'à ce que vous sentiez que le muscle anal se soit assoupli (donc que votre
partenaire est très détendue).
Il est possible alors de passer à l'introduction du sexe.
Pour que la pénétration soit possible, il faut que l'érection soit très forte, le pénis doit être très
dur. Bien entendu il faut enduire le pénis de lubrifiant sur toute sa longueur et en quantité
suffisante.

Présentez vous devant l’anus et poussez tout doucement de façon à ne faire pénétrer
que le gland (C'est le gland qui est le plus dure à faire passer car c'est la partie la plus
large du sexe).

Vous pouvez restez ainsi quelques instants afin que votre compagne s'habitue à la
présence de votre sexe. Imprimez ensuite des mouvements de rotation à votre sexe
afin de dilater davantage encore le sphincter anal.

Introduisez petit à petit votre sexe dans l'anus en faisant des mouvements de va et
viens très lent.

Il est possible ensuite d'augmentez le rythme des mouvements jusqu'à l'éjaculation..

Après avoir éjaculé, ne vous retirez pas d’un coup, cela pourrait être douloureux pour votre
partenaire. Restez encore un peu en elle, votre sexe va tout naturellement diminuer de taille, vous
pourrez alors très facilement vous retirer.

L'HYGIÈNE :
Les doigts comme la verge doivent être très propres ainsi que tout objet qui serait introduit dans
l'anus (godemiché, vibromasseur...). Les ongles des doigts doivent être coupés très courts. Un autre
point très important : Il ne faut jamais passer d'une pénétration anale à une pénétration vaginale.
En effet, les germes contenus dans l’anus peuvent créer des infections. Donc, on ne passe pas du
vagin à l’anus sans se laver ou sans changer de préservatif (que ce soit les doigts, le sexe ou les
objets). Évidement, si vous avez un doute sur la séropositivité de votre partenaire, l'utilisation de
préservatifs est impérative y compris sur les doigts, il peut y avoir des microcoupures, ce qui
favorise la transmission du virus du SIDA. Enfin, je le rappelle, une bonne lubrification est très
importante. C'est, avant tout, le secret d'une pénétration non douloureuse.

LES RISQUES :
Ne jamais introduire d'objet non lisse et rond, cela pourrait provoquer des blessures qui
s'infecteraient. De même ne jamais utiliser d'objets trop gros. Certains couples pratiquent le sexe
anal comme "méthode contraceptive". Attention toutefois, le sperme qui sort de l'anus peut couler
vers le vagin et quelques spermatozoïdes peuvent très bien trouver leur chemin. Si vous utilisez des
préservatifs, il ne faut pas utiliser de lubrifiant à base de corps gras (vaseline, beurre ...). Certains
d'entre eux attaquent le latex des préservatifs et le rendent poreux. A part cela, certaines
personnes se demandent si la pénétration anale ne pourraient pas avoir des effets négatifs à long
terme (les gens sont portés à croire que le sphincter anal pourrait demeurer dilaté et que ceci
pourrait par exemple entraîner de l'incontinence). En fait il semblerait qu'il n'en est rien à
condition que soit respecté les deux règles suivantes : Dilatation de l'anus avant l'introduction et
application d'un lubrifiant. En résumé, pour une sodomie réussit, c'est à dire qui apporte du plaisir
aux deux partenaires :
• acceptation totale de la
partenaire,

• détente,

• préparation,

• lubrification abondante,

• douceur et dialogue.

L'ECHANGISME
L'échangisme est une pratique qui consiste à faire des rencontres entre deux couples (ou plus) et à
s'échanger les partenaires. Cette pratique n'est pas sans risques pour le couple. Si de grandes
discussions n'ont pas eu lieux entre les deux partenaires sur les raisons de vouloir pratiquer ces
échanges, s'il n'y a pas un accord complet des deux partenaires pour vouloir pratiquer
l'échangisme, le couple ne peut aller bien loin dans cette démarche. Il y aura très vite des éclats,
des souffrances, de la jalousie, de la révolte et au final une probable rupture.
Il existe plusieurs niveaux de pratique dans l'échangisme :
Le MELANGISME qui consiste à s'échanger les partenaires pendant les préliminaires avant que
chacun ne retrouve son conjoint pour le rapport sexuel. C'est généralement la façon de débuter
dans l'échangisme.
L'échangisme simple est le type d'échange le plus fréquent. Il consiste à partager des relations
sexuelles avec un autre couple dans la même pièce ou le même lit. Il peut y avoir des contacts
différents avec les différents partenaires.
L'échangisme intégral est une forme relativement rare d'échangisme. Après la rencontre des deux
couples, ceux-ci s'échangent les partenaires. Les nouveaux couples vont dans des pièces séparées
afin d'avoir des relations sexuelles.

TRIOLISME
Le triolisme est une pratique qui consiste à rajouter dans un couple formé une troisième personne.
Comme pour l'échangisme, cette pratique n'est pas sans risques pour le couple. Les deux personnes
doivent être en total accord sur les raisons de vouloir pratiquer le triolisme. Cette situation peut,
malgré tout, créer un sentiment détestable de jalousie. Une relation à trois peut également être
motivée par le désir de voyeurisme, dans ce cas il n'y a pas de relation simultanée entre les
participants. Pendant que deux personnes font l'amour, la troisième regarde la scène et reste
passive, elle n'intervient en aucun cas dans les ébats. Les relations ayant lieux à trois personnes,
plusieurs combinaisons sont possibles :
- un homme et deux femmes _ deux hommes et une femme _ avec le cas échéant des échanges
homosexuels.
Il peut également y avoir des relations entre trois hommes ou trois femmes (un couple homosexuel
plus un(e) invité(e).
LE BONDAGE
Le bondage est une pratique qui consiste à empêcher un(e) partenaire de se mouvoir en l'attachant
au moyen de cordes, de foulards, de menottes, de chaînes… C'est une pratique généralement
utilisée par les adeptes du SADO-MASOCHISME.

LE FIST FUCKING
Littéralement baisé (FUCKING) avec le poing (FIST). Cette pratique consiste à introduire le point
dans le vagin ou l'anus de sa (ou son) partenaire. La pénétration commence par un doigt, puis deux
et ainsi de suite, jusqu’à introduire l’ensemble de la main. Il est ensuite possible de refermer le
poing. Oui, vous avez bien lu, cette pratique sexuelle existe.

LE GANG-BAND
Le Gand-band est une pratique dans laquelle une seule femme fait l'amour avec une multitude
d'hommes. Cette pratique se voit dans certains films vidéo pornographiques. En dehors de ces
scènes obscènes je doute que beaucoup de femmes ne s'adonnent au gang-band. Il s'agit plutôt
d'images destinées à faire fantasmer les hommes (malheureusement !).

LA PARTOUZE
Une partouze est une réunion sexuelle qui regroupe plusieurs personnes.

LA NYMPHOMANIE
Il ne faut pas confondre les femmes qui peuvent être traitées de "nympho" parce qu'elles ont un
appétit sexuel important (plus que la moyenne) et la nymphomanie qui est une maladie mentale. Les
femmes souffrantes véritablement de nymphomanie sont atteintes de grands déséquilibres
psychiques. Seul un suivi psychanalytique ou psychiatrique permet d'en guérir.

LE SADO-MASOCHISME
Le sado masochisme est une pratique sexuelle dans laquelle une personne éprouve du plaisir à faire
souffrir une autre personne (le sadisme) ou éprouve du plaisir à souffrir (le masochisme).
Le SADO-MASOCHISME se limite souvent à un simple jeu ou les partenaires, d'un commun accord,
vont assouvir un fantasme en restant dans des limites raisonnables. Par exemple en s'attachant ou
en se donnant des fessées. Il se peut aussi que les relations SADO-MASOCHISTES correspondent
à un véritable besoin de faire souffrir ou de se faire souffrir. Les relations sexuelles vont, dans ce
cas, jusqu'à des douleurs extrêmes (morsures, griffures, coup…). Dans ce dernier cas, le SADO-
MASOCHISME est le résultat d'un profond malaise psychologique. Il est dû à des névroses et à
des déséquilibres psychologiques importants.