Sie sind auf Seite 1von 43

Ministère de l’enseignement République du Togo

technique et de la formation
professionnelle Travail – Liberté – Patrie

Université de Lomé

IUT de Gestion

Rapport de stage de fin de formation


formation pour l’obtention du
Diplôme Universitaire de Technologie de Gestion (DUT - Gestion)
Option : Finance Comptabilité
Promotion : 2006 -2008

THEME : L’organisation comptable dans un


c
cabinet d’audit et
de commissariat aux comptes
Cas de : Afrique Audit & Consulting (AAC)

Présenté et soutenu publiquement par


Gilles Carlos AGOPOME

Maître de stage Directeur du rapport

de SOUZA Gildas ABALO Kodjo


Comptable à Afrique Audit & Consulting Enseignant à l’IUT de Gestion
AGOPOME Gilles Carlos Page | 1
TABLES DES MATIERES

TABLES DES MATIERES ................................................................................................


................................ ............................................... 2
DEDICACES................................................................................................................................
................................ .................................. 4
REMERCIEMENTS ................................................................................................
................................ ....................................................... 5
SIGLES ET ABREVIATIONS ................................................................................................
................................ ........................................... 6
AVANT PROPOS ................................................................................................
................................ .......................................................... 7
INTRODUCTION ................................................................................................
................................ .......................................................... 8

Partie liminaire : APPROCHE DESCRIPTIVE................................................................


................................................. 8
Chapitre 1 : Généralités sur le groupe AAC ................................................................
.......................................... 10
I. Création et objet ................................................................................................
................................ ................................................. 10
II. Les composantes ................................................................................................
................................ ................................................. 10
III. Bénéficiaires des services du groupe................................................................
................................................ 12
IV. Forme d’intervention du groupe................................................................
....................................................... 12

Chapitre 2 : Présentation du cabinet AAC ................................................................


............................................ 14
I. Genèse et évolution ................................................................................................
................................ ............................................ 14
II. Structure et organisation ................................................................................................
................................... 14

Chapitre 3 : Le service administratif et comptable et ses attributions ................................ 17


I. Présentation et attributions du services administratif et comptable.......................... 17
II. Principes comptables de référence ................................................................
.................................................. 17
III. Cadre informatique ................................................................................................
................................ ............................................. 18

Première partie : Les fondements de la l’organisation comptable.........................................


................................ 19
Chapitre 1 : La notion
tion de l’organisation comptable .............................................................
............................. 20
I. Sur le plan général................................................................................................
................................ ............................................... 20
II. Au cabinet AAC ................................................................................................
................................ .................................................... 22

Chapitre 2 : L’organisation comptable, un ensemble de procédure....................................


................................ 22
I. Le système comptable ................................................................................................
........................................ 23
II. Les procédés comptables ................................................................................................
................................... 25
III. La méthodes comptable ................................................................................................
..................................... 26

Deuxième partie : L’organisation du traitement des informations comptables ..................... 27


Chapitre 1 : L’organisation du traitement des informations................................................
................................ 29
I. L’imputation ................................................................................................
................................ ......................................................... 29

AGOPOME Gilles Carlos Page | 2


II. La saisie ................................................................................................................................
................................ ................................. 30
III. Le brouillard de journal ................................................................................................
...................................... 31
IV. L’analyse des comptes tiers ...............................................................................................
............................... 31
V. L’état de rapprochement ................................................................................................
................................... 32

Chapitre 2 : Les documents comptables de synthèse ..........................................................


................................ 35
I. La balance des comptes ................................................................................................
..................................... 35
II. Le compte de résultat de l’exercice ................................................................
.................................................. 35
III. Le bilan ................................................................................................................................
................................ .................................. 35

Chapitre 3 : La notion de contrôle interne ................................................................


........................................... 36
I. Définition et principe général ................................................................
............................................................ 36
II. Les objectifs du contrôle interne ................................................................
...................................................... 36
III. Les fondements de tout système de contrôle interne...................................................
................................ 36

ANNEXES................................................................
................................................................................................
................................... 38
SUGGESTIONS ET RECOMMANDATIONS ................................................................
................................................. 42
BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE ................................................................
.......................................................... 43

AGOPOME Gilles Carlos Page | 3


DEDICACES

Qu’il me soit permis de dédier spécialement ce rapport de stage :

* Au Souverain Seigneur DIEU TOUT-PUISSANT Trois Fois Saint pour pou l’amour infini, la
protection, la miséricorde et, les nombreuses bénédictions dont je suis comblés dans ma vie
de tous les jours ;

* A mon père AGOPOME Kodjovi Venance et ma mère CREPPY Ayélé Gisèle pour la
bonne éducation, la crainte de Dieu, le soutien et les innombrables sacrifices qu’ils n’ont
cessé de se tuer à me faire bénéficier afin que je réussisse ma vie. Je ne saurai trouver les
mots justes pour vous dire « Merci » ;

* A mon frère Joël David et à mes sœurs Ginette Corine et Prescillia Karen,
Karen toute ma
sympathie ; fraternité, courage et espérance.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 4


REMERCIEMENTS

La rédaction du présent document est le concours des sacrifices de plusieurs personnes et


personnalités à qui je tiens à témoigner ma profonde reconnaissance. A cet effet, j’adresse
mes vifs remerciements :
 à M. Ignace CLOMEGAH, Associé-Gérant
Associé Gérant du Cabinet AAC, à qui je manifeste ma
gratitude pour m’avoir ouvert les portes de l’institution dont il assume les hautes
responsabilités ;
 à Mme Maryse ADOTEVI-YWASSA,
ADOTEVI Associé-Gérant responsable des missions ;
 à Mme Bernice AKUETE-SEWA,
AKUETE SEWA, pour m’avoir accepter dans ses services ;
 à Mr Didier ATTISSO, Chef division comptable pour le suivi ;
 à Mr Adoté AMOUZOU, comptable pour le suivi ;
 à Mr Gildas de SOUZA, notre maître de stage pour sa disponibilité permanente ;
 à tout le personnel du cabinet AAC, EA, CJF et ECO pour l’ambiance chaleureuse dans
laquelle j’ai été maintenu ;
 à Mr Maurice EDORH, Directeur Général de l’IUT de Gestion de Lomé, pour ma
formation ;
 à Mr Nadédjo BIGOU--LARE, Ancien Directeur Général de l’IUT de Gestion de Lomé,
pour ma formation ;
 Au corps professoral et administratif de l’IUT
l’ de Gestion de Lomé ;
 Aux Etudiants de l’IUT de gestion promotion 2006-2008
2006 2008 et à ceux des deux (2)
promotions en cours.

Mes remerciements vont également à l’endroit de Mr Kodjo ABALO et Maurice EDORH,


respectivement professeurs de comptabilité analytique et de mathématiques financières et
professeur de gestion financière à l’IUT de Gestion.

Enfin, que toute personne qui a contribué d’une quelconque manière


manière à la réalisation de
cette œuvre agrée
grée ma sincère gratitude.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 5


SIGLES ET ABREVIATIONS

AAC : Afrique Audit & Consulting

GHA : Groupe Hélios Afrique

EA : Experts Associés

CJF : Conseil Juridique et Fiscale

ECO : Entrepreneur COnseil

AGOPOME Gilles Carlos Page | 6


AVANT PROPOS

La notion de gestion autrefois réservée aux seuls dirigeants d’entreprises s’est aujourd’hui
développée et étendue à tous les maillons de l’organisation. Ainsi, on entendra parler de
part et d’autre dans l’entreprise de gestion financière, de gestion comptable,
comptabl de gestion
commerciale et de gestion de personnel.

Les trois premières formes de gestion constituent les différents domaines dans lesquels
s’inscrit la formation à l’IUT de GESTION. En effet, cet institut dont l’objectif principal est de
former en deuxx ans des techniciens, a pour vocation de mettre à la disposition des
entreprises des cadres intermédiaires, compétents, et directement opérationnels.

Pour réaliser ce noble objectif, l’IUT de GESTION a inclus dans son programme, des stages
pratiques dontt l’objectif pédagogique primordial est de permettre aux étudiants en fin de
formation de rapprocher la théorie acquise à la réalité des entreprises mais aussi de nous
initier au rythme de travail au sien d'une entreprise, à respecter les règlements intérieurs
intéri et
les horaires, sans oublier qu’ilil attribue à l'étudiant la possibilité de se doter d'une expérience
professionnelle. Ce stage est sanctionné au final par un rapport de stage présenté et
soutenu publiquement devant un jury.

C’est dans cette perspective


tive que nous avons effectué un stage pratique de deux (02) mois au
sein du groupe Afrique Audit & Consulting (AAC).

Le présent rapport est le fruit des recherches que nous avons effectuées au sein de ce
cabinet sur le thème : « L’organisation comptable dans un cabinet d’audit et de
commissariat aux comptes ».

AGOPOME Gilles Carlos Page | 7


INTRODUCTION

Le Groupe AFRIQUE AUDIT & CONSULTING, représenté dans plusieurs pays d’Afrique francophone,
met à la disposition des entreprises et des particuliers, des hommes hautement qualifiés et e disposant
tous d’une longue expérience vous garantissant des services compétents en matière d’audit et
d’expertise financière, de conseil en organisation et informatique, de conseil juridique et fiscal.

Gérer une entreprise c’est prendre en compte tous les paramètres susceptibles d’agir sur
son fonctionnement.

En Afrique, cadre géoéconomique, relations sociales, déterminants culturels impose souvent


une solution alternative aux choix de gestion classiques.

Tout en s’efforçant d’absorber le choc des nouvelles


nou lles technologie l’entrepreneur doit en effet
s’adapter à un espace économique complexe certes, mais s’inscrivant aussi dans la
perspective de l’ouverture de frontière,

Pour faire face à cela, le chef d’entreprise doit disposer d’outils fiables : la comptabilité
constitue à cet égard un instrument de gestion particulièrement apprécié.

Le législateur a donc prévu de mettre en place, des règles

AGOPOME Gilles Carlos Page | 8


Partie liminaire :

APPROCHE DESCRIPTIVE

Cette partiee a survolé les différentes articulations du cabinet d’audit et de commissariat aux comptes
AAC ainsi que leurs rôles et importances. Approche purement descriptive, ceci n’est que le reflet de
ce que nous avons tiré des documents internes, noté et observé dans l’environnement
organisationnel dans lequel nous avons été formé.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 9


Chapitre 1 : Généralités sur le groupe AAC

I. Création et objet

Après une brillante carrière de plus de deux décennies passées dans un cabinet leader
mondial, le promoteur du Groupe AFRIQUE AUDIT & CONSULTING a décidé de mettre à la
disposition de l’entreprise africaine, des compétences plus adaptées à son environnement,
et qui répondent mieux à ses spécificités
spécificités afin de la préparer à affronter les défis du vingt et
unième siècle.

Chaque cabinet du Groupe AFRIQUE AUDIT & CONSULTING, a sur le marché national et
régional, un statut de Cabinet International en raison du cursus professionnel de leurs
premiers responsables
ponsables et surtout de leur méthodologie de travail. Cette dimension
internationale consolide par l’affiliation du Groupe AFRIQUE AUDIT & CONSULTING au
réseau international GROUPE HELIOS AFRIQUE (GHA), constitué par les partenaires du
cabinet Ernst Young en Afrique noire francophone.

GHA est le premier réseau international panafricain regroupant neuf (9) cabinets africains
d’audit et de conseil implantés dans onze (11) pays d’Afrique noire francophone : Bénin,
Côte d’Ivoire, Togo, Niger, Burkina Faso, Mali,
Mali, Mauritanie, Cameroun, Tchad, Gabon et la
République Démocratique du Congo (RDC).

GHA est membre correspondant du Réseau EXCO, premier réseau français indépendant de
cabinets d’audit, d’expertise comptable et de conseil reposant sur près de 1800
collaborateurs
teurs à travers plus de 90 implantations en Europe et en Afrique du Nord.

En outre, au travers de l’accord de coopération technique qui unit EXCO à Ernst & Young
France, GHA bénéficie d’un accès privilégié aux compétences pluridisciplinaires d’Ernst &
Youngg France, en Afrique et dans le monde.
monde

Eu égard à ce qui précède, les travaux et rapports du Groupe AFRIQUE AUDIT &
CONSULTING qui sont admis come une signature de premier ordre par la Banque Mondiale
et les autres bailleurs de fonds internationaux peuvent
peuvent jouir des considérations similaires à
celles des grands Cabinets Internationaux.

II. Les composantes

Le groupe AAC est composé de d plusieurs cabinets évoluant dans des domaines plus ou moins
similaires.. Avant de procéder à une brève description de ses cabinets,, le schéma ci-après
ci
illustre les cabinets appartenant au groupe.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 10


GROUPE AFRIQUE AUDIT & CONSULTING

Afrique Audit Afrique Audit Afrique Audit


Conseil Jurique Entrepreneur Experts
& Consulting &Consulting & Consulting
et Fiscal Conseil Associés
Lomé -TOGO Abidjan-Côte Cotonou-
Lomé-TOGO Lomé--TOGO Lomé-TOGO
d'Ivoire Bénin

A. Afrique Audit & Consulting (AAC)

Le cabinet AAC existe en deux (2) entités, une à Lomé (TOGO) et l’autre à Abidjan (Côte
d’Ivoire). Ils proposent divers services notamment le commissariat aux comptes, l’audit
financier et comptable, la revue limitée des comptes annuels, l’audit fiscal, la revue fiscale
limitée, le conseil fiscal, l’assistance et la surveillance comptable. Le cabinet AAC de Lomé est
constitué sous forme d’une Société A Responsabilité Limitée (SARL) avec un capital de
60.000.000Fcfa. Il compte aujourd’hui vingt cinq (25) salariés au sein de son entité de Lomé.

B. Audit & Conseil (A&C)

Elle se trouve à Cotonou au Bénin et propose les services suivants : l’audit financier
f et
comptable, le commissariat aux comptes, les missions d’audit spéciales, l’étude financière de
projets et de nouvelles entreprises, l’audit fiscal, la revue fiscale limitée, le conseil fiscal,
l’assistance et la surveillance comptable, l’amélioration
l’amélioration de la rentabilité et des résultats,
l’études des prix de revient, la conception et la mise en place de système de gestion simple
ainsi que l’audit interne.

C. Entrepreneurs conseil (ECO)

Constitué sous forme d’une SARL avec un capital de 1.000.000Fcfa,


1.000.000Fcfa, elle est spécialisé dans
l’audit interne, la conception et la mise en place de système de gestion, le diagnostic, le
conseil en organisation, l’outsourcing, les études et conseil en stratégie, les études
financières et la conception et la mise en place de système d’information.

D. Conseil juridique et social (CJF)

Elles évoluent dans le domaine du conseil fiscal, du secrétariat juridique (préparation de


conseils d’administration, Assemblées Générales, etc.), de l’audit fiscal, de l’assistance au
contrôle fiscal, de la gestion de la paie, de l’audit fiscal, de la gestion de la fiscalité

AGOPOME Gilles Carlos Page | 11


personnelle, de la gestion de la fiscalité des expatriés, de l’assistance juridique lors de la
création d’entreprise et dans la formation (séminaires).

E. Experts associés (EA)


A)

L’assistance et la surveillance comptable, l’audit fiscal, la revue fiscale limitée, le conseil


fiscal, l’audit financier et comptable, le commissariat aux comptes, l’examen limitée d’états
financiers, les missions d’audit spéciales, les études financières
financières (projets et nouvelles
entreprises), l’amélioration de la rentabilité et des résultats, l’études de prix de revient, la
conception et la mise place de système de gestion simple et l’audit interne sont les
différents services proposés par le cabinet Experts
Experts et associés. Elle a un capital de 1.000.000
et est constituée sous forme d’une SARL.

III. Bénéficiaires des services du groupe

Bénéficient des interventions du groupe AAC les entreprises africaines évoluant dans les
secteurs de la banque et des établissements
établisse financiers ; des projets de développement à
financement international ; de l’eau et énergie ; des mines et hydrocarbures ; des postes et
télécommunications ; des assurances et sécurité sociale ; des transports ; de l’hôtellerie et
tourisme ; de l’industries
dustries agro-alimentaires
agro ; et autres (laboratoires pharmaceutiques,
industries du papier, distribution automobile, librairie, etc.) sans oublier ceux du le secteur
public.

IV. Forme d’intervention du groupe

Avec le groupe AAC vous avez un partenaire africain africain bénéficiant d’un savoir faire
international et qui met ses atouts à la disposition de l’entreprise africaine, de la PME/PMI
aux grandes entités à vocation nationale ou internationale. Les interventions du groupe
consiste essentiellement à :
 Réaliser l’audit
’audit financier et comptable de votre entreprise, selon les normes
internationales.
 Vous accompagner dans vos projets de création et de restructuration d’entreprises.
 Apporter une assistance comptable aux services comptables de votre entreprise.
 Procurer à la direction de votre entreprise du conseil en matière juridique et fiscale.
 Former vos équipes dans divers domaines (comptabilité générale et analytique,
gestion, audit, informatique, etc.).
 Concevoir pour vous des systèmes de pilotage simples, tableaux de bord et outils
associés.
 Fournir aux responsables de services informatiques de votre entreprise, des
prestations de conseil d’expertise technique, de conception et de réalisation de
système d’information sur mesure ou à base de progiciels.
 Assister votrere entreprise dans l’optimisation des ressources humaines et financières
dans l’amélioration de la gestion.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 12


 Mobiliser, grâce à notre réseau, des compétences techniques approfondies et
diversifiées pour vous aider dans la résolution de tous vos problèmes d’organisation
d’
administrative, financière, comptable et opérationnelle.
 Rester votre partenaire et vous accompagner dans l’évolution de vos activités.
 Former vos équipes en matière d’audit interne et contrôle de gestion
 Assister votre entreprise dans l’optimisation
l’optimisation des ressources humaines et financières
et dans l’amélioration de la gestion.
 Apporter notre assistance dans la conception la refonte et la mise en place de votre
organisation, de vos procédures, de vos systèmes de contrôle de gestion.
 Mobiliser, grâce
âce à notre réseau, des compétences techniques approfondies et
diversifiées pour vous aider dans la résolution de tous vos problèmes d’organisation
administrative, financière, comptable et opérationnelle.
 Apporte une assistance dans la réalisation d’analyse
d’analyse de marché, de business plan et
de plan stratégique.
 Etre des professionnels de la fiscalité des entreprises.
 Demeurer votre principal interlocuteur en matière du Droit des Affaires de l’OHADA.
 Fournir des compétences en matière sociale.
 Contribuer à l’actualisation
tualisation de vos connaissances professionnelles.
 Mettre en place et optimiser le processus d’audit interne (renforcement et
externalisation de la fonction d’audit interne) dans votre société.
 Fournir aux responsables de services informatiques de votre entreprise, en des
prestations de conseil d’expertise technique, de conception et de réalisation de
système d’information sur mesure ou à base de progiciels.
 Rester votre partenaire et vous accompagner dans l’évolution de vos activités, pour
faciliter vos choix et optimiser l’ensemble de vos moyens.
 Vous assister lors du contrôle fiscal.
 Réaliser l’audit fiscal pour identifier les risques auxquels vous êtes soumis.
 Optimiser votre fiscalité.
 Mobiliser grâce à notre réseau, des informations relatives à la fiscalité
fiscali sous régionale
pour vous aider à l’extension régionale de vos activités.
 Vous assister à la constitution de votre société
 Etre votre secrétariat juridique dans la rédaction des actes de fonctionnement de
votre société (Procès verbal des assemblées, du Conseil
Conseil d’administration, etc.)
 Gérer la paie de votre entreprise de l’élaboration des bulletins de paie jusqu’à la
déclaration fiscale et sociale.
 Procéder à un audit social pour un redéploiement efficace des compétences.
 Organiser des séminaires de formations
formations dans nos principaux domaines d’activités.
d’activités

AGOPOME Gilles Carlos Page | 13


Chapitre 2 : Présentation du cabinet AAC

Afrique Audit & Consulting est un cabinet d’audit et de commissariat aux comptes constitué
sous forme d’une Société Anonyme à Responsabilité Anonyme (SARL). Avec Av un capital de
soixante millions de francs CFA (60.000.000 FCFA) soit six mille (6000) parts sociales de
valeurs nominales dix milles francs CFA (10.000Fcfa). Le capital est détenu à plus de 60% par
le sieur Ignace CLOMEGAH, un peu plus de 30% par AAC-Abidjan
AAC bidjan et le reste par Mme
ADOTEVI-YWASSA Maryse. Considéré comme l’un des meilleurs cabinets d’audit et de
commissariat aux comptes, AAC gère une grande partie de ce marché en taille et en volume
d’affaires.

I. Genèse
nèse et évolution

Le cabinet AAC a vu le jourour le 4 Juin de l’année 2003.


2003. Autrefois situé dans l’immeuble
RAMCO au 7, Avenue du 24 Janvier, le cabinet se trouve aujourd’hui au 3ième étage de
l’immeuble AAC, au 63 Boulevard du 13 janvier répondant au 223 21 00 et sa boîte postale
correspond au 61825 Lomé-TOGO.
TOGO. Le cabinet AAC est dirigé par un comité de direction de
cinq (5) membres.
Les objectifs du cabinet AAC ne diffèrent
diffèrent guère de ceux du groupe qui est principalement de
mettre à la disposition des entreprises africaines,
africaines des compétences plus adaptées
adap à son
environnement, et qui répondent mieux à ses spécificités afin de la préparer à affronter les
défis du vingt et unième siècle.

II. Structure et organisation

Le cabinet AAC s’est doté d’une structure assez simple pour rendre sa gestion souple. Son
organigramme
rganigramme traduit une relation hiérarchique de type pyramidale mettant en relief le
circuit des flux d’informations. Toutefois il est à préciser que l’information y circule dans les
deux sens mais que le descendant prime sur l’ascendant. Les lignes à suivre vre nous édifierons
sur :
 Les relations hiérarchiques
 La structure du personnel
 Le réseau de communication

A. Les relations hiérarchiques

Les grandes lignes de gestion sont tracées par les actionnaires lors des assemblées générales
ordinaires ou extraordinaires.
ires. Ces actionnaires, organe de décision est composé des
autorités suprêmes de l’entreprise qui se réunissent pour fixer les axes de fonctionnement
du cabinet. Ce canevas d’orientation doit être suivi et exécuté par un comité de direction.
Le comité de direction
irection qui est l’organe de gestion est composé par l’ensemble des
responsables, à savoir :

 L’associé-gérant : il se charge de la gérance du cabinet. Il négocie les marchés et


supervise ceux déjà conquis par le cabinet.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 14


 Les Directeurs Techniques : Ils organisent
anisent concrètement toutes les missions, les
supervisent et rendent compte à l’Associé-
l’Associé Gérant.
 Le Responsable Administratif et Financier : il se charge de la comptabilité du
cabinet, assume la fonction de chef de personnel, s’occupe des approvisionnements
approvisionnement
en fournitures, de l’entretien et de la réparation du matériel et des locaux. Il est
assisté d’un attaché administratif.
 Les Chefs de Mission et les Chargés de Mission animent et dirigent les équipes de
travail lors des missions. Ils travaillent sous la supervision du Directeur Technique.
 Les Assistants occupent le dernier niveau de la hiérarchie du personnel technique. Ils
constituent la principale composante des équipes de travail pendant les missions.

Notons par ailleurs que lee Secrétariat travaille en étroite collaboration avec tous les niveaux.
Il s’occupe du traitement bureautique de tous les documents émis par le cabinet à savoir :
les propositions de services, rapports de mission, lettre de relance, …

Ce comité de direction se charge de l’application


l’application des décisions et du respect des consignes
données par les associés. Il a également pour mission de veiller au bon fonctionnement des
activités et à la bonne gestion du cabinet. Par conséquent, l’ensemble des services de
l’entreprise y pivote autour.

B. La structure du personnel

Le cabinet AAC doit son


on image au facteur ressources humaines dont elle dispose. D’ailleurs,
tout porte à croire que le choix du personnel est consécutif à l’image que AAC entend
donner au cabinet et à ses services. Evalué à 7 femmes et 18 hommes soit au total vingt cinq
(25)) personnes, ce personnel est jeune, plein de vivacité, synonyme de dynamisme, de
fraîcheur, de convivialité et de finesse. Elément très important, le personnel confère aux
différents services une importance significative.
sig

C. Le réseau de communication

A cette ère dite des Nouvelles Technologies de l’Information et de la communication


commu (NTIC),
le cabinet AAC a mobilisé et continue de mobiliser des ressources pour mettre en place
l’optimal canal de communication. Pour gérer les flux d’informations internes et externes,
tous les canaux que la technologie permet au Togolais d’exploiter
d’exploiter sont requis.

1. Les supports de communication interne

Dans le souci de rendre tous ses services unis et soudés, d’assurer l’homogénéité du cabinet
et de faire circuler des flux continuels d’informations, le personnel de AAC a à sa disposition
des supports
rts de communication modernes et efficaces à savoir : l’internet (l’informatique),
le téléphone, les mémos, les notes de transmission et les réunions d’informations
d’information et de
formations.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 15


2. Les supports de communication externe

Le cabinet AAC fait usage de divers


divers moyens pour pouvoir joindre et communiquer avec son
marché. Ces différents modes de communication ont pour principales ambitions d’informer
d’
ses clients. A cet effet, AAC fait usage : d’insertions dans les pages jaunes des annuaires
téléphoniques, d’enseignes
eignes lumineuses sans oublier quelques sponsorings ou dons en
passant.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 16


Chapitre 3 : Le service administratif et comptable et ses attributions
at

I. Présentation et attributions du service administratif et comptable

Situé au 1er Etage de l’immeuble AAC,AAC le service administratif et comptable est un service
très important du cabinet.. Etant une structure de prestations de services il s’en suit que le
service administratif et comptable du cabinet soit organiser d’une manière efficace et
efficiente. C’est pourquoii le cabinet AAC s’est doté d’une organisation assez souple pour
mieux gérer son portefeuille clientèle et avoir de bonne relation avec ses partenaires.
partenaires Face à
ces dernières les tâches attribuées au service sont les suivantes :
 Assurer la comptabilité du cabinet
c ainsi que celle des autres cabinets rattachés à elle
comme CJF,JF, ECO et EA ;
 Constituer des dossiers d’appels d’offre
 Mettre en place et contrôle le budget établie pour une période ;
 Coordonner les relations et joue le rôle d’interlocuteur entre l’extérieur l’ex
(l’administration fiscale,
fiscale, la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, les clients, les
fournisseurs, etc.) et le cabinet ;
 Assumer la fonction de la Direction des ressources humaines ;
 S’occuper des approvisionnements
rovisionnements en fournitures ;
 S’assurer de l’entretien
entretien et de la réparation
réparation du matériel et des locaux.
locaux

Par ailleurs il faut noter que le service administratif et comptable est subdivisé en deux
parties : d’une le typing chargé de la rédaction des courriers, des factures, des rapports de
mission, etc. et de l’autre la comptabilité à qui les principales fonctions ci-dessus
ci sont
attribuées.

II. Principes comptables de référence

Les huit (08)1 principes généralement admis par le droit comptable sont applicables aux à
toutes les entreprises même aux cabinets d’audits et de commissariat aux comptes.
comptes Ce sont :
la continuité de l’exploitation, l’importance significative ou relative, l’indépendance des
exercices, le coût historique, la prudence, la permanence des méthodes, la non- non
compensation, et l’intangibilité du bilan.

En vue de présenter des états financiers donnant une image fidèle de son patrimoine, de sa
situation financière, et de ses résultats, le cabinet arrête ses comptes dans le respect des
objectifs de régularité et de sincérité :

3 La régularité est entendue comme la conformité aux règles et procédures en vigueur ;


3 La sincérité est l’application de bonne foi de ces règles et procédures en fonction de la
connaissance que les responsables des comptes ont de la réalité et de l’importance de
l’opération ;

1
Le neuvième principe admis dans le plan comptable OHADA, à savoir la prééminence de la réalité sur
l’apparence, est un principe dérivé du système anglo-saxon.
anglo

AGOPOME Gilles Carlos Page | 17


3 L’image fidèle : le respect des principes et méthodes comptables tels que définis, vise à
obtenir une image fidèle du patrimoine, de la situation financière, et des résultats du
cabinet.

III. Cadre informatique

Le cabinet AAC utilise un système comptable informatisé qui repose sur un logiciel central
SERI COMPTA autour duquel gravitent différentes autres applications spécifiques
notamment le logiciel Compta100 de Saari pour la paye. Le logiciel central SERI COMPTA est
l’œuvre d’une entreprise béninoise du nom de SERI (Société d’Etudes et de Réalisations
Informatiques). Le logiciel dispose en son sein de deux (02) plans de comptes : le plan des
comptes de la comptabilité générale et celui de la comptabilité
comptabilité budgétaire cependant seule
la comptabilité générale y est pratiquée au sein du cabinet.

L’interface du logiciell SERI COMPTA se présente comme ci-dessous :

AGOPOME Gilles Carlos Page | 18


Première partie :

LES FONDEMENTS DE
D L’ORGANISATION COMPTABLE

Cette première partie pose les jalons du centre d’intérêt de l’étude. Elle a donc pour mérite
m de nous
faire découvrir de façon sommaire le monde de l’organisation comptable et la spécificité
spécifi de cette
organisation au cabinet AAC.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 19


Chapitre 1 : La notion de l’organisation comptable

Ce chapitre a le mérite de juxtaposer la conception des théoriciens


théoriciens de l’organisation
comptable et la pratique du cabinet AAC en la matière. Ainsi allons-nous
allons nous nous intéresser
d’une part à la notion de l’organisation comptable sur le plan général, et d’autre part à cette
notion telle qu’elle est admise et pratiquée au
a cabinet AAC.

I. Sur le plan général

Le système comptable de l'entreprise doit être organisé de manière efficace pour être à
même de produire l'information financière requise. L'organisation comptable est une
composante de base de l'organisation générale de de l'entreprise dans la mesure où elle va
permettre de saisir et de mesurer l'ensemble de ses éléments en vue de les refléter et de les
maîtriser. La responsabilité de l'organisation et de la tenue de la comptabilité incombe à la
direction générale de l'entreprise.
reprise. Le concept de l’organisation comptable étant très large et
très profond, nous allons nous intéresser aux aspects suivants :
• Les pièces comptables
• L’importance de l’organisation comptable pour une entreprise.

I. Les pièces comptables

1. Définition

Les pièces comptables constituent les justifications de toute saisie comptable. Une pièce
comptable est le document de commerce qui a servi de support à un enregistrement
comptable. Les livres comptables sont des moyens commodes de consulter les pièces. Elles
doivent être par conséquent bien classées. Cependant les pièces comptables peuvent au
regard du comptable provenir trois (3) sources à savoir les tiers, les services de l’entreprise
ou du chef d’entreprise. Le fondement de toute comptabilité est la collection
collec des pièces qui
ont servi à passer les écritures au journal.

2. Importance

L’importance de ces pièces est primordiale dans toute comptabilité. Le journal même tenu
légalement n’est pas toujours une preuve opposable à tout le monde. Il ne peut servir de
d
preuve qu’entre commerçants et même dans ce cas lorsqu’il y a doute, c’est aux pièces
comptables qu’on devra se référer. Il n’y a pas d’enregistrement comptable valable sans
pièces pour l’appuyer.

3. Classement et conservation des pièces

La comptabilité étant
tant une longue œuvre de classification, il existe de très nombreuses façons
de classer les pièces. Pour la doctrine classique ancienne, l’idéale serait d’effectuer le

AGOPOME Gilles Carlos Page | 20


classement des pièces conformément au plan des comptes. On pourrait ouvrir autant de
dossiers que de comptes ; chaque dossier comportant un sous-dossier
sous dossier débit et un sous-
sous
dossier crédit et si les pièces contenues dans un sous dossier s’avèrent trop nombreuses, on
pourrait subdiviser ce sous-dossier
dossier en fascicules par mois, par semaine ou par jour.
jo L’idéale
serait donc qu’on puisse disposer pour chaque écriture d’autant de pièces que l’écriture
comporte d’article ; ainsi le classement serait la représentation matérielle des écritures
passées.

Une pièce comptable est un document légal qui met en valeur


valeur une opération modifiant la
valeur des éléments du patrimoine de l'entreprise. Ainsi, elle justifie l’utilisation d'un
compte. Les pièces comptables sont classées en fonction de leur objet dans différents
classeurs notamment le classeur des achats (fournisseurs),
(fournisseurs), le classeur des ventes (clients), le
classeur de banque (ECOBANK, BTCI, UTB, etc.), le classeur des bordereaux de remises, le
classeur des états de rapprochements ainsi que le classeur des opérations diverses au sein
du cabinet.

4. Prescriptions

La prescription en matière commerciale étant de dix (10) ans ; registres et documents


peuvent être conservés au moins dix (10) ans. Les documents d’immobilisations seront
conservés aussi longtemps que les immobilisations qu’ils concernent existeront pendant
pen les
dix (10) années suivantes. Il est recommandable de conserver indéfiniment les principaux
registres (livre d’inventaire, journal général, grand livre général) bien que le code de
commerce n’oblige à conserver les documents et registres que pendant dix (10) ans. Le
tableau ci-dessous
dessous nous en dit un peu plus sur les différents délais de prescription.

Durée Document
2 ans  Doubles des notes délivrées aux particuliers par les prestataires de
services 1
3 ans  Originaux et copies des factures, à compter
compter de la transaction
5 ans  Registres unique du personnel
 Double des bulletins de paie des salariés
6 ans (2)  Livres comptables obligatoires
 Livres comptables annexes
 Livres extracomptables, de police, de référence
 Documents accessoires, pièces de recettes
recettes et de dépenses, titres,
factures, traites, relevés bancaires
 Feuilles de présences aux assemblées, registres de transfert d’actions
ou d’obligations
10 ans  Documents comptables et pièces justificatifs2
30 ans  La plus longue prestation de droit commun étant de 30 ans, il semble
donc impératif, pendant cette durée les titres de propriété, documents
des litiges en cours.
1
Le délai est de 4 ans pour les travaux immobiliers
2
Cette obligation de conservation est applicable quel que soit le support utilisé
utilisé pour la conservation
des documents

AGOPOME Gilles Carlos Page | 21


II. Nécessité de l’organisation comptable

L’organisation comptable est un élément de base et plus que primordial dans la tenue de la
comptabilité d’une entité. De ce fait chaque entreprise doit porter un accent particulier
particul pour
la mise en place de cette dernière. Une bonne organisation comptable permet à l’entreprise
une gestion efficace des flux d’informations comptables notamment la manière de classer
les pièces, de les imputer, de les saisir et enfin de tenir non seulement
lement à jour mais clair et
sans ambigüité.

II. Au cabinet AAC

L’organisation comptable telle qu’elle mise en place au cabinet AAC ne diffère sensiblement
pas de sa conception théorique.

Au niveau de l’organisation matériel les


l pièces comptables sont rangées es dans des classeurs
métalliques, classées de la date la plus récente à la date la plus ancienne. Au sein des
classeurs, les pièces sont séparées par des intercalaires afin de différencier les pièces selon
le mois de leur réalisation.

Pour cette partie, objet de notre rapport, au risque de se répéter,


répéter elle sera développé de long en
large dans les chapitres et autres parties à venir.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 22


Chapitre 2 : L’organisation comptable, un ensemble de procédure

Nous étudierons successivement les systèmes comptables,


comptable les méthodes comptables et les
procédés comptables.

I. Le système comptable

A. Définition

Le système comptable est l’ensemble organique des registres ou documents permettant


l’inscription chronologique des faits dès que la comptabilité en a connaissance. Les systèmes
actuellement en vigueur, peuvent être ramenés à quatre (4) types principaux dont chacun
peut comporter des variantes. Ce sont : le système du journal unique, le système du journal-
journal
grand livre, le système des livres auxiliaires et le système centralisateur.
ce

B. Rôle

Lee système comptable détermine les méthodes et les procédés de travail qui permettent à
l'entreprise de répondre efficacement aux deux fonctions comptables de base à savoir le
journal et le grand livre. Sans oublier qu’il trace le chemin
hemin que doit respecter le comptable
dans l'enregistrement d'un fait comptable,
comptable il faut :
 déterminer
éterminer les opérations réalisées par l'entreprise (vente, achat)
 analyser
nalyser et recenser les documents qui matérialisent les opérations à savoir les bons,
les factures,
es, les avis, de débit et de crédit.
 déterminer
éterminer la voie précise de circulation de ces documents au sein de l'entreprise.

Tous les systèmes sont


ont représentés par des documents ou pièces comptables et sont classés
et enregistrés correctement dans les comptes correspondant. Chaque haque entreprise utilise le
système comptable qu'elle considère comme étant le plus approprié. Du côté juridique, la loi
oblige chaque entreprise à tenir une comptabilité, cette dernière sert de base pour calculer
les impôts que l'entreprise
se doit versée à l'Etat.
l' . De même elle constitue un moyen de preuve
en cas de conflit « mal entendu » avec les fournisseurs ou clients.

C. Principe du système

Selon le principe des livres auxiliaires, le travail comptable est réparti entre plusieurs
employés ; chacun tenant un livre où il enregistre comme sur un brouillard toutes les
opérations concernant ce livre tels que livre de caisse, livre de banque, livre des achats, livre
des ventes, etc. Les opérations pour lesquelles il n’existe pas des livres auxiliaires
auxil sont
enregistrées au jour le jour par le comptable principal sur le journal légal. Pour les autres
écritures, le comptable principal reprend sur le journal à partir de chacun des livres
auxiliaires la totalité des écritures passées chaque jour.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 23


Avec l’informatisation, au sein du cabinet les pièces comptables sont classées dans des
classeurs au cours du mois de leurs réalisations suivant la date de l’opération mais aussi
suivant son objet. C’est seulement à partir de ce moment que les écritures sont saisies
s dans
le logiciel comptable utilisé.

D. Schéma du travail comptable du système

Le schéma du travail comptable du système des livres auxiliaires se présente comme suit :

Documents Comptabilité auxiliaire Journal légal Grand livre

Caisse Livre de caisse

Banque Livre de banque

Ventes Livre des ventes

Achats Livre des achats

Divers Livre des opérations


diverses
Balance Bilan Livre d’inventaire

AGOPOME Gilles Carlos Page | 24


II. Les procédés comptables

A. Généralités

Par procédé comptable, e, il faut entendre tout moyen matériel d’exécution du travail du
travail comptable (manuscrit, avec ou sans report, mécanographie, traitement informatique,
informatique
etc.).
). Le choix de la méthode ne doit obéir qu’aux obéir qu’aux motifs de technique
comptable. En principe,
rincipe, système et procédé doivent être au service de la méthode : le
système doit être choisi pour des motifs de bonne organisation et l’on ne doit pas choisir
d’abord le procédé avant la méthode et le système. La règle selon Pierre Garnier :
« organiser d’abord, mécaniser ensuite ». Les procédés modernes veulent atteindre des
objectifs variés comme :
 Diminuer la durée de travail ;
 Augmenter la sécurité en évitant des erreurs de report et d’addition ;
 Rendre les documents plus lisibles ;
 Faciliter l’exploitation
itation des renseignements comptables.

B. Les économies

En mettant en place un procédé comptable, l’initiateur doit chercher à faire des économies
sur le temps, au niveau du personnel ainsi qu’en termes de délai.

Au niveau du temps, l’économie peut être assurée


assurée dans les conditions suivantes : Elle peut
être réalisées par l’exécution simultanée de plusieurs travaux (ex. utilisation du décalque ou
papier carboné, la tenue simultanée du journal de paye, du bulletin de paye et de la fiche
individuelle comme tenue ue du journal et du grand livre) ; elle est encore assurée par l’emploi
de fiches de comptes commodément placées dans un bac fixe ou mobile et par une bonne
préparation préalable du travail

Au niveau du personnel si le travail comptable est correctement organisé


organisé avec le minimum
de personnel avant l’introduction du procédé nouveau, il est probable que les employés
auront moins de travail. Mais une suppression d’emploi ne serait possible que si le service
est très important.

En terme de délai, tout nouveau procédé doit se proposer avant de fournir plus de
renseignements avec plus de précision et plus vite. En comptabilité, l’économie de délai est
plus important que l’économie de temps.

C. La sécurité

Les procédés modernes comme le traitement informatique apportent


apportent une grande sécurité
quant à l’exactitude des écritures. T’out d’abord ils permettent le self-
self-control. Beaucoup
d’opération sont faîtes simultanément d’où suppression des reports, addition faîte
automatiquement et totaux désirés fournis en fin de travail.
travail. Mais ces procédés ne
suppriment pas toute nécessité de contrôle.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 25


Le control externe est par là aussi faciliter car il est nécessaire mais il n’est pas suffisant que
le comptable puisse se contrôler lui-même
lui ; il faut encore que l’organisation comptable
comptab soit
telle que le contrôle soit aisé pour celui qui aura ultérieurement à contrôler la comptabilité.

C’est là une condition de sécurité essentielle pour le Chef d’entreprise lui-même.


lui Il est
fondamental que le matériel employé tel qu’il soit puisse permettre
permettre les opérations de
contrôle. « La comptabilité n’est pas faîte pour être faite mais pour être utilisé » il faut que
celui qui l’utilise puisse s’assurer aisément de son exactitude.

Pour pouvoir être utilisé, les documents comptables doivent être lisibles
lisibles ; une raison pour
l’informatisation du traitement de l’organisation du traitement des informations que nous
étudierons dans le point suivant.

III. Les méthodes comptable

A. Définition

Par méthode comptable, il faut entendre, toute combinaison d’écritures permettant


p de
représenter les faits. Ce sont les écritures qui caractérisent les méthodes.

B. Les méthodes de la partie simple et de la partie multiple

Les différentes méthodes comptables usuelles peuvent se réduire à 3 principales : la


première se fait par recettes--dépenses
dépenses et reprise (comptabilité de caisse), la seconde se fait
simplement par débit-crédit
crédit (comptabilité de situation) et celle de la partie double.

1. La comptabilité de caisse

La comptabilité par recettes et dépenses ou comptabilité de caisse


caisse est celle des particuliers
et des petites entreprises. Elle fait simplement connaître les variations de l’encaisse sans
tenir aucun comptes de cause (produits et charges) ni des dettes ou des créances et ignore
les autres éléments du patrimoine. Le tableau de travail se présente comm me suit :

Date Libellé Recettes Dépenses Solde

AGOPOME Gilles Carlos Page | 26


2. La comptabilité de situation

Les comptabilités par débit et crédit sont apparues au 12e siècle et s’étaient réoccupées de tenir les
comptes de créances et dettes.

Très rapidement, le champs d’application de la notion


notion de débit et crédit s’est étendu la gestion des
biens de l’entreprise auxquels des comptes sont ouverts. On arrive ainsi à tenir un compte pour
chaque élément du patrimoine. La comptabilité ainsi organisée permet de déterminer le résultat
mais seulement par différence entre l’actif et le passif ou entre situation nette en fin de période et
celle de début de période.

3. La comptabilité à partie double

Elle est apparue au 14e siècle et selon ce principe, il faut nécessairement qu’à un débit correspondent
un ou plusieurs crédits de montant égaux. En effet, l’apparition de la notion de ressources et
d’emplois pose la règle qu’il n’y a pas d’emplois sans ressources et inversement. Par l’application de
cette règle, il se dégage de l’ensemble des opérations de l’entreprise
l’entreprise les égalités suivantes :

Résultat = Actif – Passif


Résultat = Produits – Charges d’où
Actif + Charges = Passif + Produits qui est l’égalité de la balance de vérification.
vérification

La comptabilité à partie double est caractérisée par l’existence simultanée


simultanée dans une même
comptabilité de deux (2) types de comptes : les comptes de situation (actif et passif) et les comptes
de gestion (charges et produits) liés entre eux par cette relation :

Actif + Charges = Passif + Produits

Il est donc possible dee déterminer le résultat de deux (2) manières différentes qui se contrôlent
comme le montre les égalités ci--dessus. Le cabinet AAC emploi à la fois la méthode de la comptabilité
de caisse et de celui de la comptabilité à partie double. La première est tenu par la responsable
administrative et comptable tandis que la seconde par le service comptable.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 27


Deuxième partie :

L’ORGANISATION
’ORGANISATION DU TRAITEMENT DES INFORMATIONS
COMPTABLES

AGOPOME Gilles Carlos Page | 28


Chapitre 1 : L’organisation du traitement des informations

L’informatisation des systèmes de traitement des informations s’applique aussi à la


comptabilité. Cette informatisation offre une possibilité supplémentaire de contrôle
d’exactitude et de cohérence des données saisies.

Les logiciels de comptabilité sont le plus souvent « multi-sociétés » : ils permettent la tenue
simultanée de plusieurs dossiers. Chaque dossier constitue une comptabilité d’entreprise

Parmi l’ensemble des logiciels comptable existant notamment sage comptabilité, Ciel
compta, EBP Comptabilité, le choix du cabinet s’est porté sur « Seri
eri compta » ; un logiciel de
comptabilité créé par des béninois et adapté aux exigences du SYStème Comptable pour de
l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (SYSCOHADA).

Lors de la création d’un dossier,


dossier, il faut procéder à quelques travaux de paramétrage
(identification de l’entreprise, définition de l’exercice comptable, création d’un plan de
comptes ou aménagement du plan de comptes proposé par défaut par le logiciel, choix d’un
journal unique ou d’un
un journal divisé.

La mise à jour du plan de comptes, la consultation et l’édition sélective du journal, comptes


et documents de synthèse devient extrêmement souple. En bref l’organisation du traitement
des informations se fait en cinq (5) phases que nous détaillerons dans les lignes suivantes,
cependant l’annexe 3 nous donne illustre le schéma de traitement des informations.

I. L’imputation

L'imputation est un concept important en comptabilité. Elle permet une catégorisation des
postes budgétaires notamment à des fins de comptabilité administrative. La comptabilité
fiscale définit notamment un certain nombre d'imputations employées par les entreprises
dans leur comptabilité. Avant l’imputation des pièces comptables à l’aide de la fiche
d’imputation, qui est collée sur la pièce comptable correspondante, on procède à un
classement des pièces comptables selon leurs dates de réalisations et selon leurs objets.

Sur la fiche d’imputation, sont donner des informations relatives au mois comptable de
l’opération,
ération, sa date de réalisation, son libellé, le nom du journal, le numéro de la pièce, le
numéro du chèque s’il y a lieu, le (les) compte(s) à débiter et son (leurs) montant(s) ainsi que
le (les) compte(s) à créditer et son (leurs) montant(s).

Exemple :

Onn souhaite imputer cette facture relative à l’achat de fourniture


fourniture de bureau pour 59.000Fcfa
59.000
le 27 septembre 2007 extraite de la comptabilité du cabinet AAC

Doit : AAC Date du 27/09/07

AGOPOME Gilles Carlos Page | 29


Achat de fourniture de bureau Facture N° 09AV

Achat de fourniture de bureau HT - - 50 000


TVA 18% 9 000
Net à payer 59 000

La fiche d’imputation relative à cette facture se présentera comme suit :

FICHE D’IMPUTATION
Mois comptable : Septembre Achat
Journal : …………
Date : 27…………………………… N° de pièce :……………..
Libellés :Achat de fourniture de bureau…………………………..
Chèque N° :…………………………….
Compte à débiter Montant Compte à créditer Montant
6055 50 4011LBP 59 000
4452 9 000
TOTAL 59 TOTAL 59 000
Contrôle :……………Imputation : AG……….Saisie : ……………
AAC

II. La saisie

La deuxième phase consiste au report des écritures imputées sur les pièces comptables dans
le journal. Du fait de l’informatisation de toutes les structures, le cabinet utilise un dispositif
informatique pour la saisie des informations
informations relatives aux pièces comptables. Le logiciel de
comptabilité utilisé par le cabinet est « Seri compta ». L'écriture comptable étant cependant
la matérialisation des opérations et des transactions lors d'une année comptable dans une
entreprise saa saisie englobe à la fois l'utilisation des comptes et des périodes comptables.

Organisée autour du plan comptable, la saisie des écritures s’effectue dans des journaux
comptables pris en charge par le logiciel : journal des ventes, journal des achats, journaux de
trésorerie (banque, caisse, ...). Au sens strict la saisie des opérations se fait dans un registre
électronique appelé brouillard.

Un plan comptable standard est fourni avec le logiciel de comptabilité et peut être
paramétré pour répondre aux spécificités de l’entreprise.

Lors de la saisie, on procède simultanément au numérotage des fiches d’imputations


relatives aux pièces comptables. Sous « Seri compta », la saisie de ces écritures s'effectue
essentiellement dans le menu « travaux quotidiens », après avoir cliqué sur « saisie
standard ». La saisie se fait en renseignant le système sur les rubriques suivantes :
 Le journal (choix du journal dans la liste disponible)
 Le département (département par défaut)

AGOPOME Gilles Carlos Page | 30


 L’année de l’exercice (année de l’exercice
l’exer actif)
 Le mois (choisi dans les douze mois disponible).

Ensuite, il suffit d’entrer et de valider les écritures concernant les pièces comptables. Chaque
écriture comporte :

 Le jour (exemple : 2, 3, 10,24,…)


 Le numéro de compte sur un nombre pair de caractères partant de six (6) (exemple :
706101, 422100,…)
 Le numéro de la pièce sur onze (11) caractères au plus
 Le libellé de l’opération
 Le montant débit ou crédit
 Le numéro du compte de tiers
 Le code analytique si on a choisit une comptabilité avec suivi
suivi analytique

III. Le brouillard de journal

Le brouillard est le livre sur lequel on prend note des opérations de banque ou de
commerce, à mesure qu’elles se font, pour les reporter ensuite sur le livre journal, sans
surcharges ni ratures. C’est ce qu’on nomme
nomme aussi brouillon et main courante. Les écritures
passées sont alors dites "provisoires".

Au niveau des logiciels informatique, le brouillard de journal est le journal où on saisie les
écritures comptables mais qui ne sont pas encore validé, c'est à dire
dire que tout est encore
modifiable. Le comptable édite après chaque saisie le brouillard et contrôle les écritures
saisies avec ceux imputées. Il peut éventuellement corriger les erreurs d'imputation
(mauvais numéros de compte et/ou mauvais montants). Une fois fois contrôlées, les écritures
provisoires doivent devenir définitives.

Le comptable doit alors valider les écritures. La validation a pour effet, de supprimer les
écritures du brouillard et de les reporter à titre définitif dans le grand--livre. Une écriture
validée ne peut être corrigée que par contre-passation
contre passation dans le nouveau brouillard et
nouvelle validation. Cette phase de correction des erreurs à travers l’impression du
brouillard de journal constitue la troisième phase du processus de traitement des
informations.

IV. L’analyse des comptes tiers

Cette quatrième étape consiste à l’analyse des comptes réciproques ; plus précisément les
comptes de la classe 6 « les comptes de charges » et de la classe 7 « les comptes des
produits » respectivement avec les comptes
c de la classe 4 « les comptes des tiers » celui des
fournisseurs et des clients. L’analyse se fait en plusieurs phases :
 L’impression du grand livre des comptes
 L’identification
cation des décaissements faits
 La correction des erreurs

AGOPOME Gilles Carlos Page | 31


L’analyse des comptes tiers est une étape très importante dans le traitement des pièces
comptables car elle permet de déceler les imputations et les saisies mal faîtes ou oubliées
(absence de pièces comptables ou omissions). Elle repose sur le principe de la comptabilité a
partie double. Cette dernière est la base du système comptable utilisé par toutes les
entreprises et organisations notamment le cabinet AAC.. Elle est fondée sur l'idée selon
laquelle les opérations et la situation financière d'une organisation peuvent être
représentées par des comptes.
comptes On parle de partie double car une transaction est enregistrée
dans (au moins) deux comptes : au moins un compte débité,, au moins un compte crédité.

V. L’état de rapprochement

L’état de rapprochement est le document qui justifie l’écart entre le solde du compte
banque tenu par une entreprise et le solde du compte de l’entreprise tenu par la banque.
Cet écart total est expliqué par le détail des opérations qui n’ont pas été enregistrées. Il a
pour but de vérifier la concordance des deux comptes (compte
(compte banque et extrait de compte)
et de déterminer le même solde. Il s'agit en fait d'un contrôle où les différences peuvent
provenir des oublis d’enregistrements, des agios que nous découvrons sur l’extrait de d
compte, des erreurs de nos livres, des décalages de certaines opérations que nous
connaissons d’abord et que la banque enregistre après, ou inversement. Pour établir un état
de rapprochement bancaire il faut :
 Un extrait de compte tenu par la banque
 Le compte
ompte banque tenu par notre comptabilité pour la même période
 Le dernier état de rapprochement bancaire

En faisant apparaître les différences d’enregistrement entre notre comptabilité et les


comptes du banquier, l’état de rapprochement permet de visualiser
visualise :

 les erreurs de comptabilisation (ex : inversions de chiffres, écritures “oubliées”,


opérations comptabilisées deux fois, écritures enregistrées dans un “mauvais”
compte bancaire, ...)
 les anomalies dues au banquier (Il se peut “parfois” qu’il fasse des de erreurs
d’enregistrement)
 de justifier la “réalité” des enregistrements comptables passés car toute différence
avec le compte du banquier y est expliquée...

La réalisation régulière et “rapide” de l’état de rapprochement rend l’ensemble de la


comptabilité
ité plus fiable et “à jour” car il vaut mieux s’apercevoir rapidement qu’on amis un
zéro de trop sur le chèque d’un salarié, etc.

L’état de rapprochement est donc l’un des outils de vérification de notre comptabilité, que
les erreurs soient dues à une mauvaise
mauvaise pré comptabilisation ou à une erreur de saisie.

Remarque :
En matière de traitement comptable informatisé le SYSCOAHADA a émit des prescriptions.
L’utilisation des procédés de l’informatique pour la tenue de la comptabilité soulève des

AGOPOME Gilles Carlos Page | 32


problèmes aussi
ssi bien du point de vue de la valeur probante de la comptabilité que de son
contrôle a posteriori.

Le Plan Comptable Général (PCG) de 1982 s’est soucié de ces problèmes et a énoncé
quelques règles fondamentales en la matière. Dans le règlement relatif au droit comptable
dans les Etats de l’UEMOA, en son article 22, le SYSCOA est dans la même lignée et énonce
ce qui suit :

Lorsqu’elle repose sur un traitement informatisé, l’organisation comptable doit recourir à


des procédures qui permettent de satisfaire aux exigences de régularité et sécurité requises
en la matière de telle sorte que :

a. Les données relatives à toute opération donnant lieu à enregistrement comptable


comprennent, lors de leur entrée dans le système de traitement comptable,
l’indication de l’origine, du contenu et de l’imputation de ladite opération et puissent
être restituées sur papier ou sous une forme directement intelligible.

b. L’irréversibilité des traitements effectués interdise toute suppression, addition ou


modification ultérieure d’enregistrement
d’ ; toute donnée entrée doit faire l’objet
d’une validation, afin de garantir le caractère définitif de l’enregistrement comptable
correspondant ; cette procédure de validation doit être mise en œuvre au terme de
chaque période considérée ;

c. La
a chronologie des opérations écarte toute possibilité d’insertion intercalaire ou
d’addition ultérieure ; pour figer cette chronologie le système de traitement
comptable doit prévoir une procédure périodique (dite « clôture informatique ») au
moins trimestrielle
rielle et mise en œuvre au plus tard à la fin du trimestre qui suit la fin
de chaque période considérée ;

d. Les enregistrements comptables d’une période clôturée soient classés dans l’ordre
chronologique de la date de valeur des opérations auxquelles ils se rapportent ;
toutefois, lorsque la date de valeur comptable correspond à une période déjà
clôturée ; dans ce cas, la date de valeur comptable de l’opération est mentionnée
distinctement ;

e. La durabilité des données enregistrées offre des conditions de garantie


gar et de
conservation conforme à la réglementation en vigueur. Sera notamment réputée
durable, toute transcription indélébile des données qui entraîne une modification
irréversible du support ;

f. L’organisation comptable garantisse toutes les possibilités


possibilités d’un contrôle éventuel en
permettant la reconstitution ou la restitution du chemin de révision et en donnant
droit d’accès à la documentation relative aux analyses, à la programmation et aux
procédures des traitements, en vue notamment de procéder aux tests te nécessaires à
l’exécution d’un tel contrôle ;

AGOPOME Gilles Carlos Page | 33


g. Les états périodiques fournis par le système de traitement soient numérotés et
datés. Chaque enregistrement doit s’appuyer sur une pièce justificative établie sur
papier ou sur un support assurant la fiabilité,
fiabilité, la conservation et la restitution en clair
de son contenu pendant les délais requis.

Chaque donnée, entrée dans le système de traitement par transmission d’un autre système
de traitement, doit être appuyée d’une pièce justificative probante.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 34


Chapitre 2 : Les documents comptables de synthèse

I. La balance des comptes

II. Le compte de résultat de l’exercice

III. Le bilan

AGOPOME Gilles Carlos Page | 35


Chapitre 3 : La
a notion de contrôle interne

I. Définition et principe général

Il existe plusieurs
sieurs approches de définition

« L’ordre des Experts –comptables


comptables et comptables agréés » système français dit « le contrôle
interne résulte de choix et de la mise en œuvre de méthodes, de moyens humains et
matériels adaptés à l’entreprise et propre à prévenir ou tout au moins à révéler sans retard,
les erreurs et les fraudes ».

« Institute of Chartered Accountants in England » dit : « le contrôle interne comprend


l’ensemble
semble des systèmes de contrôle financier et autres, mis en place par la direction afin de
pouvoir diriger les affaires d’une société de façon ordonnée, de sauvegarder ses biens et
d’assurer autant que possible la sincérité et la fiabilité des informations enregistrées. Font
partie du contrôle interne, les activités de vérification, de pointage et d’audit interne ».

« American Institute of certified Public Accountants» dit un peu plus: «le le contrôle interne est
formé de plan d’organisation et de toutes les méthodes
méthodes et procédures adoptées à l’intérieur
de l’entreprise pour protéger ses actifs, contrôler l’exactitude des informations fournies par la
comptabilité, accroître le rendement et assurer l’application des instructions de la direction »

II. Les objectifs du


u contrôle interne

Le contrôle interne est constitué par l’ensemble des mesures de contrôles comptables et
autres que le direction définit, applique, surveille sous sa responsabilité afin d’assurer :
 La protection du patrimoine ;
 La régularité et la sincérité
sincérité des enregistrements comptables et des comptes annuels
qui en résultent ;
 Une conduite ordonnée et efficace des opérations de l’entreprise ;
 La conformité des décisions avec la politique de direction.
direction

III. Les fondements de tout système de contrôle interne


intern

Tous les systèmes de contrôle interne comportent nécessairement des éléments de base,
des contrôles sur l’enregistrement comptable des opérations et des contrôles sur le
personnel de l’entreprise.

A. Les éléments de base du contrôle interne

Le contrôle interne
nterne repose essentiellement sur :
 Un plan d’organisation (définition des tâches, des pouvoirs, des responsabilités, du
circuit des informations, etc.) ;
 La compétence et l’intégrité du personnel d’encadrement ;

AGOPOME Gilles Carlos Page | 36


 Une documentation satisfaisante (production des informations, conservations des
informations, etc.)

B. Contrôle de base du travail comptable

Il vise à assurer ou à vérifier la comptabilisation des opérations et permettent notamment de


garantir :
 Que toutes les opérations ont fait l’objet d’un enregistrement
enregistrement (exhaustivité,
existence et respect des séquences numériques, rapprochement des documents se
rapportant à la même opération, etc.)
 Que tout enregistrement est justifié par une opération (contrôle physique et
recoupement avec les informations provenant
prov de l’extérieur) ;
 Qu’il n’y a pas eu d’erreurs dans les enregistrements des montants (contrôle
d’exactitude et contrôle arithmétique).
arithmétique)

C. Contrôle sur le personnel

Il repose sur :
 Le contrôle hiérarchique : vérification des procédures d’autorisation et
d’engagement ;
 Le contrôle réciproque par la séparation des tâches : il est nécessaire de vérifier que
les trois (3) fonctions suivantes sont bien séparées :
* La réalisation de l’objet social : service des achats, de communication, du
personnel ;
* La conservation
ervation du patrimoine : gestion des magasins, des caisses, des
comptes en banque ;
* La comptabilité : les services comptables
La distinction entre ces fonctions est fondamentale et doit se traduire dans la pratique par
l’interdiction de cumuler les trois (3) fonctions préalablement définies. L’application de cette
rigueur administrative permet de réaliser un autocontrôle efficace.

AGOPOME Gilles Carlos Page | 37


ANNEXES

AGOPOME Gilles Carlos Page | 38


Annexe 1 : Organigramme du groupe AAC

ASSOCIE GERANT PAYS

Ignace CLOMEGAH

ASSOCIE GERANT LOME

Maryse ADOTEVI-YWASSA

ABIDJAN LOME COTONOU

AAC-ABIDJAN ASSOCIE GERANT EA ASSOCIE GERANT CJF ASSOCIE GERANT AAC- ASSOCIE GERANT ECO ASSOCIE GERANT ACB
LOME
Ignace CLOMGEAH Guy MADJRI GAGNON Guibert PANDJA Maryse ADOTEVI- Maryse ADOTEVI-
ADOTEVI Maryse ADOTEVI-
POLLA YWASSA YWASSA YWASSA

AGOPOME Gilles Carlos Page | 39


Annexe 2 : organigramme du cabinet AAC
ASSOCIE SENIOR

Ignace CLOMEGAH

ASSISTANTE DE DIRECTION

Madina KAHN-BAH
ASSOCIE RESPONSABLE DES
MISSIONS (Associé –Gérant)

Maryse ADOTEVI-YWASSA ASSISTANTE DE DIRECTION

Eugénie AKOUBIA GARCIA

DIRECTEUR DE MISSION MANAGER DIRECTEUR DE MISSION


D’AUDIT
DIRECTEUR
Guibert PANDJA POLLA
Guy MADJRI ADMINISTRATION

Bernice AKUETE-SEWA
SENIOR SENIOR SENIOR
COMPTABLES

PLANTONS

Assistant ou Assistant ou Assistant o


ou Assistant ou Assistant ou Assistant ou DACTYLO
stagiaire stagiaire stagiaire stagiaire stagiaire stagiaire

CHAUFFEURS
AGOPOME Gilles Carlos Page | 40
Annexe 3 : Schéma de l’organisation
nisation du traitement des informations

Création d'un nouveau


ouveau dossier
(identification de l'entreprise, bornes
de l'exercice comptable, …..) Travaux de paramétrage

Création (ou copie à partir de la


société de démonstration) du PLAN
COMPTABLE et des JOURNAUX

Saisie des écritures provisoires au


BROUILLARD

Impression du BROUILLARD

Travaux quotidiens

Contrôle du BROUILLARD

Retour au BROUILLARD
Détection d’erreur Oui pour correction et/ou
suppression des
écritures concernées
Non

Validation des écritures

Travaux périodiques
Impression périodique des journaux,
comptes et balance(s)

Impression du BILAN et du COMPTE


de RESULTAT

Travaux de fin d’exercices


Clôture de l'exercice N et ouverture
de l'exercice N+1
(Clôture et réouverture des
comptes)

AGOPOME Gilles Carlos Page | 41


SUGGESTIONS ET RECOMMANDATIONS

Absence de manuel de procédure


Changement ou mise à niveau du logiciel de comptabilité utilisé

AGOPOME Gilles Carlos Page | 42


BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE

www.wikipédia.com

www.google.fr

AGOPOME Gilles Carlos Page | 43