Sie sind auf Seite 1von 108

MODULE N°9:

MODULE N°9: MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professi onnelle

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

ROYAUME DU MAROC

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professi onnelle et de

Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail

DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION

C T I O N R ECHERCHE ET I NGENIERIE DE F ORMATION R ESUME T

RESUME THEORIQUE

&

GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MODULE N°9:

SECTEUR

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

: FROID ET GENIE THERMIQUE

SPECIALITE : FROID COMMERCIAL ET CLIMATISATION

NIVEAU : TECHNICIEN

REMERCIEMENT

1

JUIN 2003

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

La DRIF remercie les personnes qui ont participé ou permis l’élaboration de ce module

Pour la supervision :

.M : GHRAIRI RACHID :

Chef de projet froid et génie thermique.

M: BOUJNANE MOHAMED: Coordonnateur .CFF-FGT à l’ISGTF.

Pour l’élaboration :

ELBYAR AZIZ

I.S.G.T.F

DRGC

Pour la validation :

MR Abdelilah FATENE

MR Ahmed BOUAFIA

MR Hachemi SAFIH

: Formateur à l’ISGTF

: Formateur à l’ISGTF

: Formateur à l’ISGTF

Les utilisateurs de ce document sont invités à communiquer à la DRIF toutes les remarques et suggestions afin de les prendre en considération pour l’enrichissement et l’amélioration de ce programme

Mr. Saïd SLAOUI

2

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

SOMMAIRE

 

Page

Présentation du module

5

Résumé de théorie I. Compresseur a pistons

6

7

II. Caractéristiques géométriques d'un compresseur.

10

III. Caractéristiques mécaniques du compresseur

11

IV. Caractéristiques thermiques

13

V. Caractéristiques qualitatives :

14

VI. CONSTITUTION

16

VII. Variation de puissance des compresseurs VIII. Compresseurs hermétiques.

20

22

IX. Le compresseur multi-étagé

29

X. Le compresseur

34

Guide de travaux pratique

42

I. TP1 intitulé du TP Démontage d’un compresseur à piston I.1. Objectif(s) visé(s) : Démonter un compresseur à piston . I.2. Durée du TP :

45

45

45

I.3. Matériel (Équipement et matière d’œuvre) par équipe :

45

a. Equipement

45

b. Matière d’œuvre

45

I.4. Description du TP :

45

I.5. Déroulement du TP

45

II. TP2 intitulé du TP Réparation d’un compresseur à piston II.1. Objectif(s) visé(s) : Réparer un compresseur à piston II.2. Durée du TP :

46

46

46

II.3. Matériel (Équipement et matière d’œuvre) par équipe :

46

a. Equipement

46

b. Matière d’œuvre

46

II.4. Description du TP :

46

II.5. Déroulement du TP

46

III. TP3 intitulé du TP Remontage d’un compresseur à piston III.1. Objectif(s) visé(s) : Remonter un compresseur à piston III.2. Durée du TP :

51

51

51

III.3. Matériel (Équipement et matière d’œuvre) par équipe :

51

3

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

a. Equipement

51

b. Matière d’œuvre

51

III.4. Description du TP :

51

III.5. Déroulement du TP

51

Evaluation de fin de module

52

Liste bibliographique

53

Annexes

4

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

PRESENTATION DU MODULE

I.

Le présent module qualifiant, constitue le 9 eme module de la formation spécialisée de technicien en froid commercial et climatisation.

Ce module porte sur le montage d’un circuit frigorifique simple. Au cours de ce module vous apprendrez à connaître les principaux modes d’installations des différents éléments d’un circuit frigorifique simple. Vous apprendrez aussi les règles générales de la mise en place de ces composants frigorifiques. En fin vous réalisez le montage du circuit frigorifique simple, ainsi que toutes les opérations relatives à l’entretien du circuit telles que : essai d’étanchéité, tirage au vide, détection de fuites, charges en fluide frigorigène etc.….

II.

Ce module est scindé en 3 parties.

- La première partie porte sur la description brève des différents composants d’un circuit frigorifique.

- La deuxième partie traite les règles générales pour le montage d’un circuit frigorifique ainsi que les instructions de montage à suivre lors des exercices pratiques

- La troisième partie porte sur la réalisation des divers travaux pratiques liés au montage ainsi qu’à l’entretien d’un circuit frigorifique simple.

5

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

Durée : 120 H

OBJECTIF OPERATIONNEL DE PREMIER NIVEAU DE COMPORTEMENT

COMPORTEMENT ATTENDU

critères et les

Pour démonter sa compétence. Le stagiaire doit Monter un circuit frigorifique simple selon les conditions. Les précisions qui suivent :

CONDITION D’EVALUATION

A partir d’une maquette frigorifique.

A partir d’un schéma fourni par le formateur.

A l’aide de tous les matériaux nécessaires.

A l’aide de tous les outils et instruments nécessaires.

Sans références techniques.

CRITERES GENERAUX DE PERFORMANCE

Qualité de la tuyauterie (conformité aux spécifications du plan et du devis)

Maîtrise des techniques de montage. De vérification et de mise en marche de l’installation

Montage du circuit électrique en utilisant les outillages appropries.

et

Respect

des

règles

concernant

la

santé,

la

sécurité

l’environnement.

Respect du temps alloué.

PRECISIONS SUR LES COMPORTEMENT ATTENDU

CRITERES PARTICULIERS DE PERFORMENCE

 

Schématiser le circuit frigorifique.

-

Clarté et logique du schéma.

 

-

Identification

exacte

des

composants sur le schéma :

Les 4 composants de base.

Les accessoires de base

Les lignes.

6

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

OBJECTIF OPERATIONNEL DE PREMIER NIVEAU DE COMPORTEMENT (suite)

 

PRECISIONS SUR LES COMPORTEMENT ATTENDU

 

CRITERES PARTICULIERS DE PERFORMENCE

 

B.

préparer le matériel nécessaire au

- Pertinence du choix des outils, instruments,

montage

-

Utilisation adéquate des :

 

cintreuses, dudgeonnières, évaseurs. Coupe tubes poste oxyacéthylénique

 

C. Fixer et raccorder les éléments de la tuyauterie choisie

-

Maîtrise de technique de préparation et

de fixation de la tuyauterie choisie - Maîtrise de technique de soudure et de raccordement mécanique de la tuyauterie

   

soudure au silfos. Argents 45°

 

raccord évasé. A tuyau et à brides

qualité de soudures

 

D. Fixer les composants du circuit sur

 

le module de montage en utilisant les

 

- Solidité

du

montage

des

outillages appropries.

composants

 

- Utilisation adéquate des :

 

E. Raccorder les composants.

- Respect de l’intégrité des composants.

- Conformité du montage

du

schéma.

- Qualité des raccords.

 

- Respect des règles générales de montage.

F.

Vérifier le système à l’arrêt, avant sa

- Câblage du circuit de commande et de puissance

mise en marche.

 
 

- Lise complète des opérations.

 

- Respect du plan de travail.

- Respect de la séquence de vérification.

- Essai d’étanchéité

 

- Réglage correct des appareils de sécurité et de régulation.

G.

Mettre le circuit en marche.

- Maîtrise de la technique de changement du système.

 

- Ajustement approprié du détendeur, des pressions et des températures de fonctionnement

7

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

H. Finaliser le schéma du circuit

- Présence des indications suivantes :

 

o Pression de refoulement, d’aspiration ; o Températures d’évaporation, de condensation, de refoulement, de surchauffe ; o Données placées au bon endroit sur le schéma.

I. Rédiger un rapport sur les travaux effectués.

-

Présence des éléments suivants :

o Explication

liste

du

principe

de

fonctionnement

avec

schéma

fluidique et électrique

 

o Liste

des

outils,

instruments

et

matériaux utilisés

 

o Enumération

des

opérations

effectuée.

CHAMPS D’APPLICATION DE LA COMPETENCE

* S’applique à un circuit frigorifique de base.

8

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

OBJECTIF OPERATIONNEL DE SECOND NIVEAU

LE STAGIAIRE DOIT MAITRISER LES SAVOIRE, SAVOIR-PERCEVOIR OU SAVOIR-ETRE JUGES PREALABLES AUX APPRENTISSAGES DIRECTEMENT REQUIS L’ATTENTE DE L’OBJECTIF DE PREMIER NIVEAU, TELS QUE :

Avant d’apprendre à schématiser le circuit de réfrigération (A) :

1. reconnaître les composants d’un circuit de base.

Avant d’apprendre à préparer le matériel nécessaire au montage (B), et fixer et raccorder les éléments de la tuyauterie (C) :

2. Décrire les règles générales du montage frigorifique

3. Décrire le tube frigorifique

4. Décrire les arrangements de tuyauterie facilitant une circulation d’huile

5. Décrire les règles de sécurité à prendre en considération pour réaliser le montage

6. Décrire les raccords et la tuyauterie du circuit de base à monter.

7. Exécuter des travaux sur la tuyauterie de cuivre d’un circuit frigorifique.

8. Maîtriser l’utilisation du poste de soudure et l’outillage approprié au montage.

9. Décrire les appareils de régulation et de sécurité électrique et frigorifique

Avant d’apprendre à fixer les composants du circuit sur le module de

montage (D)

et de raccorder les composants frigorifiques et électriques (E) :

10. Décrire l’importance d’une bonne circulation d’huile dans la tuyauterie (système en général)

11. Appliquer les techniques de travail relatives à l’installation de la tuyauterie du circuit de base.

12. Repérer l’emplacement des composants de base

13. Respecter les règles générales préconisées de câblage électrique.

Avant d’apprendre à vérifier le système à l’arrêt, avant sa mise en marche (F) :

14. Décrire les méthodes utilisées pour vérifier l’étanchéité d’un circuit frigorifique.

15. Installer les manomètres.

16. Utilisé les vannes de service au compresseur (et au réservoir)

17. Utilisé les dispositifs de détection des fuites.

18. Déceler et expliquer une baisse de pression d’essai du système.

19. Expliquer l’utilité de déshydrateur et de pompe a vide d’un système frigorifique

20. Vider et déshydrater le système (pompe à vide)

21. Vérifier le niveau d’huile au compresseur

22. Ajouter le l’huile au compresseur du système.

9

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

Avant d’apprendre à mettre le circuit en marche (G) :

23. Décrire les méthodes de charge en réfrigérant des systèmes frigorifiques

24. Décrire le réglage des appareils de régulation et de sécurité.

25. Mettre en route l’installation

Avant d’apprendre à finaliser le schéma du circuit (H) et à rédiger un rapport sur les travaux effectués (I) :

26. Relever les températures et pressions de fonctionnement du système.

27. Décrire le principe de fonctionnement du circuit du montage réalisé

28. Etablir les schémas fluidiques et électriques du circuit frigorifique.

10

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

MODULE : MONTAGE D’UNE INSTALLATION FRIGORIFIQUE

RESUME THEORIQUE

11

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

I ere PARTIE

COMPOSANTS D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE

Objectif(s) visé(s) :

- Définir un circuit frigorifique de base

- Définir et préparer le matériel nécessaire au montage

Durée globale :

Elément de contenu :

- Composant d’un circuit frigorifique Eléments principaux Appareils annexes Appareil de réfrigération et de sécurité

- Tube cuivre

Description Raccords Travail sur tube cuivre

- Soudage oxyacéthylénique Description Utilisation

12

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

COMPOSANTS D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE

Le circuit de base d’une installation frigorifique simple comporte :

A. Des appareils principaux :

. Un groupe de compression-condensation composée des éléments suivants :

.

Un moteur électrique+compresseur

.

Un condensateur à air ou à eau

.

Un réservoir de liquide

.

Un châssis-support

- Un évaporateur

ET

- Un détendeur

B. Des appareils annexes : qui s’ajoutent aux constituants principaux pour assurer

le bon fonctionnement de l’installation et qui sont :

.

Une bouteille de liquide

.

Un déshydrateur

.

Un voyant de liquide

.

Une électrovanne

C. Des appareils de régulation et de sécurité : qui permettent le fonctionnement

automatique et le contrôle de l’installation et qui sont :

. Le pressostat, . Le thermostat . Le relais thermique ou le disjoncteur.

13

13

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

EXPLICATION SOMMAIRE DU RÖLE DES ELEMENTS PRINCIPAUX :

Le compresseur :

Il réduit la pression dans l’évaporateur pour permettre au réfrigérant de s’y vaporiser. Il aspire les vapeurs fournies par l’évaporateur permettant ainsi au processus d’évaporation de se renouveler. Il comprime les vapeurs pour les amener à la pression de condensation.

Le détendeur

Il contrôle l’écoulement du réfrigérant et permet sa détente. Il régule le débit de façon à optimiser le remplissage de l’évaporateur permettant ainsi une production de froid optimale. Il évite au compresseur d’aspirer du réfrigérant liquide.

thermostique :

L’évaporateur :

Le réfrigérant s’y vaporise la chaleur de l’enceinte à refroidir, c’est le siége d’un changement d’état appelé l’évaporation (passage du liquide au gaz)

Le condenseur :

Il reçoit les vapeurs surchauffées sous haute pression et les refroidit de façon à les faire changer d’état. On obtient ainsi du liquide sous haute pression. Ce changement d’état s’appelle la condensation

Le réservoir de liquide :

Il permet de compenser les variations de demande de débit du détendeur thermostique.

14

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

LES COMPRESSEURS

Les différents types de compresseurs

LES COMPRESSEURS ALTERNATIFS

   
 
  Le compresseur « ouvert » Une extrémité de l’arbre manivelle traverse le compresseur. On peut

Le compresseur « ouvert » Une extrémité de l’arbre manivelle traverse le compresseur. On peut entièrement le démonter en vue d’une intervention de dépannage

LE

COMPRESSEUR

« semi-

 

hermétique »

 
 
  Le moteur et le compresseur sont logés dans un corps commun.

Le moteur et le compresseur sont logés dans un corps commun.

La culasse, les flaques d’extrémités, ainsi que le froid du carter peuvent être démontés en vue de l’accès aux organes internes lors des visites d’entretien.

LE COMPRESSEUR « hermétique »

   
 
    Le moteur et le compresseur sont montés hermétiquement dans une enveloppe d’acier soudée. Cette
 

Le moteur et le compresseur sont montés hermétiquement dans une enveloppe d’acier soudée. Cette enveloppe ne peut plus être démontée pour un accès au mécanisme intérieur.

Le moteur et le compresseur sont montés dans un plan vertical.

15

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

Les compresseurs rotatifs :

CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE Les compresseurs rotatifs : Le rotor en tournant compri me les gaz et

Le rotor en tournant comprime les gaz et les refoule dans le collecteur de refoulement. En même temps les gaz d’aspirations pénètrent dans le cylindre.

Les compresseurs centrifuges :

Un compresseur centrifuge comporte une ou plusieurs roues garnies d’aubage, qui tournent à vitesse élevée à l’intérieur d’un corps fixe. Les gaz entraînent dans ces aubages, y prennent une certaine vitesse qui est à la sortie des roues transformée dans un diffuseur en accroissement de pression.

Exemple des types des compresseurs :

oissement de pression. Exemple des types des compresseurs : COMPRESSEUR FROGORIFIQUE OUVERTS COMPRESSEUR FRIGORIFIQUE

COMPRESSEUR FROGORIFIQUE OUVERTS

types des compresseurs : COMPRESSEUR FROGORIFIQUE OUVERTS COMPRESSEUR FRIGORIFIQUE SEMI-HERM ETIQUE COMPRESSEUR

COMPRESSEUR FRIGORIFIQUE SEMI-HERMETIQUE COMPRESSEUR FRIGORIFIQUE HERMETIQUE

16

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

LES ECHANGEURS DE CHALEUR :

LES CONDENSEUR :

Rôle : Un condenseur est un échangeur thermique dont le but essentiel est d’assurer

le passage du flux calorifique du fluide frigorigène au milieu ambiant extérieur (air ou

eau).

LES EVAPORATEUR :

Rôle : un évaporateur est un échangeur thermique qui a pour rôle d’assurer le

passage su flux calorifique provenant du sui lieu à refroidir au fluide frigorigène, celui-

ci absorbant ce flux à température constant par libération de sa chaleur latente de

vaporisation.

par libération de sa chaleur latente de vaporisation. * Evaporateur cubique * Evaporateur plat * Condenseur

* Evaporateur cubique

par libération de sa chaleur latente de vaporisation. * Evaporateur cubique * Evaporateur plat * Condenseur
par libération de sa chaleur latente de vaporisation. * Evaporateur cubique * Evaporateur plat * Condenseur

* Evaporateur plat

* Condenseur à air

par libération de sa chaleur latente de vaporisation. * Evaporateur cubique * Evaporateur plat * Condenseur

17

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

MODULE N°9: MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE • Echangeur de chaleur à plaques • * Echangeurs

Echangeur de chaleur à plaques

* Echangeurs coaxiaux

• Echangeur de chaleur à plaques • * Echangeurs coaxiaux Condenseur à serpentin CEBV. Condenseur multitubulaire

Condenseur à serpentin CEBV.

• Echangeur de chaleur à plaques • * Echangeurs coaxiaux Condenseur à serpentin CEBV. Condenseur multitubulaire

Condenseur multitubulaire

18

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

MODULE N°9: MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE Condenseur coaxial à centre courant. 19

Condenseur coaxial à centre courant.

19

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

LES DETENDEURS THERMOSTIQUES

Rôle : Son rôle est d’assurer l’admission automatique du fluide frigorigène à l’évaporateur afin d’obtenir un remplissage optimal de celui-ci en fonction des apports calorifiques externe.

LE DETENDEUR THERMOSTIQUE À EGALISATION DE PRESSION INTERNE :

Cas d’utilisation : On utilisera les vannes d’évaporation thermostique à égalisation de pression interne pour les installations de puissance :

- perte de charge dans l’évaporateur négligeable

- évaporateur à une seule nappe Principe de fonctionnement :

Comme la pression est directement liée à la température, le détendeur régulera en fonction de la surchauffe à la sortie de l’évaporateur

Force de fermeture :

f2: force de poussée du ressort (réglable par vis) f ’2: force exercer par la pression d’évaporation sur la membrane F2 = f2 + f ‘2

Force d’ouverture :

F1 : action de la pression du fluide du bulbe sur la membrane F1 = Pb × S Si F1 > F2 ouverture du détendeur

Si F1 = F2 équilibre Si F1 < F2 fermeture du détendeur

Remarque :

En régime permanent F2 est constante et égale à F1 : le détendeur est équilibre

du détendeur Remarque : En régime permanent F2 est constante et égale à F1 : le

20

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

DETENDEUR THERMOSTIQUE AEGALISATION DE PRESSION EXTERNE :

Cas d’utilisation :

On utilisera les vannes d’évaporation thermostique à égalisation de pression externe pour les installations de forte puissance :

- Perte de charge non négligeable de l’évaporateur

- Evaporateur à plusieurs nappes

Principe de fonctionnement :

La pression en sortie d’évaporateur est inférieure à la pression d’évaporation. Le détendeur permet de
La pression en sortie d’évaporateur est
inférieure à la pression d’évaporation. Le
détendeur permet de tenir compte de la
perte de charge de l’évaporateur.
Force de fermeture :
f 2 : force de poussée du ressort
f ‘2 : force exercée par la pression de
sortie d’évaporateur sur la membrane
F2 = f ‘2 + f’2
Force d’ouverture :
F1 : Force exercée par la pression du
bulbe sur la membrane
Si F1 > F2 le détendeur s’ouvre
Si F2 > F1 le détendeur se ferme
Si F1 = F2 équilibre

SURCHAUFFE ANORMALE :

Surchauffe importante > 8°C La dernière molécule de gaz s’évapore trop tôt. C’est le cas d’un manque de charge. Surchauffe trop faible < 5°C Ce régime de fonctionnement est particulièrement dangereux car le compresseur prend des « coups de liquide » et risqua d’être sérieusement endommagé. Cela peut-être le cas d’un mauvais réglage du détendeur. La pratique montre qu’après une modification de réglage thermostatique. Il faut parfois plus de 20 minutes pour que l’installation de stabilise à nouveau.

INFLUENCE DE LA SURCHAUFFE SUR LA PUISSANCE FRIGORIFIQUE :

Plus il y a liquide dans l’évaporateur, plus la puissance frigorifique sera importante, attendu qu’il n’y a pas de liquide dans la zone de surchauffe. Cela revient à dire que la surchauffe doit être la plus faible possible sans toutefois risquer de coups de liquide au :

21

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

RESERVOIR DE LIQUIDE : (Recevoir) (Ou bouteille) :

Un réservoir de liquide est une capacité placée sur le côté haute pression des machine frigorifique à vapeur condensable, destinée à constitue une réserve de fluide frigorigène liquide.

des machine frigorifique à vapeur condensab le, destinée à constitue une réserve de fluide frigorigène liquide.

22

MODULE N°9:

VOYANT DE LIQUIDE

Rôle :

Il serte à indiquer :

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

- l’état du fluide frigorigène dans la conduite liquide de l’installation

- la teneur en humidité du fluide frigorigène

- le passage dans la conduite de retour allant de la séparation d’huile au compresseur

Construction :

de la séparation d’huile au compresseur Construction : Il est en laiton matricé à chaud. L’indicate

Il est en laiton matricé à chaud. L’indicateur d’humidité comporte un sel chimique dont la teinte change en fonction de la teneur en humidité du fluide frigorigène en circulation. La couleur verte apparaît lorsque la quantité d’eau contenue dans le fluide est inférieure à la quantité d’eau maximale admissible.

La couleur jaune nous garantit avec certitude des effets nuisibles provenant de l’humidité. Le voyant de liquide se monte entre le détendeur et le déshydrateur.

Lorsque la couleur jaune apparaît, il faut remplacer le déshydrateur. Un manque de fluide ou de sous refroidissement se signale par des nulles dans le liquide en circulation

23

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

LES ELECTROVANNES

Ce sont des appareils qui réalisent l’isolement des circuits fluidiques par une commande électrique. Il existe deux familles d’électrovannes : les normalement fermées (NF) et les normalement ouvertes (NO). Pour savoir quel type d’électrovanne choisir, il convient de se demander : « en cas de problème, est-il préférable que l’électrovanne soit ouverte ou fermée ? »

EXEMPLE : Sur une régulation pump down, la ligne liquide comporte une électrovanne juste avant le détendeur, doit-je choisir une NF ou une NO ? Si la bobine grille, une NO reste ouverte, et le fluide frigorigène continue à alimenter l’évaporateur, la température de chambre froide diminue et la production de froid devient permanente… Si la chambre froide est à température positive, les denrées vont geler et être perdues ! De plus l’évaporateur va prendre en place ! En cas de problème sur la bobine de l’électrovanne, on doit arrêter la production de froid, il faut donc choisir une normalement fermée pour réaliser une régulation pump down.

Electrovanne NF désalimentée Electrovanne NF alimentée La vanne est fermée La vanne est ouverte
Electrovanne NF désalimentée
Electrovanne NF alimentée
La vanne est fermée
La vanne est ouverte

Le symbole électrique de l’électrovanne est le suivant :

NF alimentée La vanne est fermée La vanne est ouverte Le symbole électrique de l’électrovanne est

24

MODULE N°9:

DESHYDRATEUR

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

Rôle : Appareil placer dans une machine frigorifique ; est destiné à teneur en eau du fluide frigorigène.

Description : les substances les plus utilisés actuellement sont le gel de silice ou (silicagel) et les cribles moléculaires. Les déshydrateurs sont réalisés en tubes acier ou laiton, fermés à leurs extrémités. Le corps d’un déshydrateur comporte les abouts permettant le raccordement de l’appareil à la tuyauterie, raccordement effectué par collets coniques par brasure, soudure ou par bride. Les déshydrateurs destinés aux commerciales de faibles puissances ne sont pas démontables.

les de faibles puissances ne sont pas démontables. Filtres déshydrateurs Caractéristiques : Série DK-PLUS -

Filtres déshydrateurs Caractéristiques :

Série DK-PLUS - Construction spéciale pour un meilleur écoulement du réfrigèrent.

- Filtration efficace jusqu’à 25

microns, Spécialement conçu pour l’absorption - Centrage précis du bloc filtrant par plaque amortisseur.

L’humidité et des acides. – Bloc filtrant sans silicagel pour une absorption optimum de l’humidité et des acides même à température élevée de la

Comportent un dessicant

conduite liquide.

conduite liquide.

25

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

Filtres Filtres-déshydrateurs Conduite d’aspiration ASD- A grande capacité anti-acide

Conduite d’aspiration ASD- A grande capacité anti-acide LES THERMOSTATS 1- ROLE : C’est de contrôler la

LES THERMOSTATS

1- ROLE :

C’est de contrôler la température d’une surface ou d’une ambiance froide avec un différentiel, entre l’enclenchement et coupure, bien déterminé. Ils peuvent être, â arrêt ou à départ constant.

2- DESCRIPTION GENERALE :

Le thermostat comporte obligatoirement ;

Un organe de détection

Un organe de commande électrique

Un dispositif de liaison mécanique

3- FONCTION :

A)- Régulation d’une surface froide ; on le thermostat d’évaporateur (de surface, d’élément) avec bulbe et capillaire.

4- MONTAGE :

Sur les évaporateurs ménagers, fabriques de glace et congélateur, on place le bulbe du thermostat à la fin du deuxième tiers de l’évaporateur (en contact intime avec celui-ci).

5- Différentiel :

Il est réglé d’usine et il est généralement de 10°C. B)- Régulation d’une ambiance froide :

26

MODULE N°9:

6- Ambiance gazeuse :

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

On utilise le thermostat d’ambiance. Il existe deux catégories :

Le thermostat d’ambiance à bilame : 2 métaux différents, un métal à fort coefficient de dilatation et un métal invariable.

MONTAGE :

Dans les enceintes réfrigérées à ambiance non corrosive (à proscrire dans les chambres de conservation de fromages nus).

A 1,50 m de hauteur, dans la reprise d’air chaud de l’évaporateur, à l’abri des

ouvertures des portes.

DIFFERENTIEL :

Généralement de 2°C. Le thermostat d’ambiance avec bulbe avec et capillaire.

Montage :

Il doit être monté de telle façon que le tube capillaire et l’élément du soufflet soient toujours plus chauds que le bulbe. Il est placé soit dans l’enceinte réfrigérée, soit le boîtier du thermostat à l’extérieur de la chambre et la chambre et le bulbe dans l’ambiance à contrôler. Isoler le bulbe de la paroi par un support plastique.

Lorsque le thermostat comporte un bulbe enroulé en spirale sous l’appareil on le

place de la même façon que le thermostat à bilame le différentiel est généralement

de 2°C.

Ambiance liquide :

On utilise un thermostat avec bulbe et capillaire

Montage :

Le bulbe du thermostat doit être placé à la partie haute de la cuve… (Cause des mouvements de convection des liquides (tirages d’eau fraîche, de blère).

En sécurité d’une ambiance froide ou d’une surface froide : thermostat de sécurit, de

fin de dégivrage pour éviter la surchauffe des résistances d’évaporateur.

27

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

LES PRESSOSTATS

Pressostat BP à réarmement automatique

Pressostat BP à réarmement manuel
Pressostat BP à réarmement manuel
réarmement automatique Pressostat BP à réarmement manuel Le pressostat BP à réarmement manuel est utilisé en

Le pressostat BP à réarmement manuel est utilisé en sécurité tandis que celui à réarmement automatique est utilisé en régulation.

On aura :

Consigne = enclenchement Différentiel = enclenchement – coupure

Un pressostat HP est un organe fluidique qui en fonction de la haute pression et de son réglage ouvre ou ferme un contact électrique.

28

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

Pressostat HP à réarmement manuel

FRIGORIFIQUE SIMPLE Pressostat HP à réarmement manuel Il est généralement utilisé en sécurité mais on peut

Il est généralement utilisé en sécurité mais on peut aussi le trouver en régulation de condensation. Toutefois, on retrouvera toujours :

Consigne = coupure Différentiel = coupure – enclenchement

1°- ROLE :

Le pressostat peut remplir deux fonctions différentes soit comme pressostat de régulation, soit comme pressostat de sécurité.

2°- LE PRESSOSTAT BP DE REGULATION :

Il permet d’assurer le fonctionnement automatique de l’installation en fonction de la pression d’évaporation et de réguler la température de l’enceinte refroidie.

3°- LE PRESSONSTAT BP DE SECURITE :

Il permet de mettre le compresseur à l’arrêt en cas de baisse anormale de la pression d’aspiration et de rétablir le fonctionnement lorsque les conditions sont redevenues normales.

4°- LE PRESSOSTAT HP DE REGULATION :

Il permet d’assurer automatiquement la ventilation du condenseur en fonction des variations de la haute pression.

5°- LE PRESSOSTAT HP DE SECURITE :

Il provoque l’arrêt du compresseur en cas de hausse anormale de la pression de refoulement et de rétablir le fonctionnement lorsque les conditions sont redevenues normales.

29

MODULE N°9:

6°- RESLAGE :

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

Pour le pressostat BP de sécurité : on règle la pression de coupure à 0, 1 bar au- dessus de la pression atmosphérique.

- Le différentiel entre 1 bar et 2, 4 bars selon l’installation.

- Les méthodes de réglage différent selon la construction du pressostat.

- Pour le pressostat HP de sécurité :

- On règle généralement la pression de coupure à 3 bars au dessus de la pression de condensation maximum en été, à titre indicatif :

R 12 ; 13 bars R22 ; 20 bars R502 ; 19 bars

Le différentiel est de 3 bars pour un réglage correct.

7°- MONTAGE :

- On raccords les pressostat sur la HP ou la BP du compresseur à l’aide d’un capillaire bouclé servant d’amortisseur aux vibrations

- Afin d’éviter une accumulation d’huile dans le tube du pressostat et dérèglement de celui-ci, on le place plus haut que le compresseur.

30

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

1- THERMOSTAT DE REGULATION

MODULE N°9: MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE 1- THERMOSTAT DE REGULATION 2- PRESSOSTAT DE SECURITE BP

2- PRESSOSTAT DE SECURITE BP :

MODULE N°9: MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE 1- THERMOSTAT DE REGULATION 2- PRESSOSTAT DE SECURITE BP

31

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

3- PRESSOSTAT DE SECURITE HP :

Contact 15-16

SIMPLE 3- PRESSOSTAT DE SECURITE HP : Contact 15-16 Le contact 15-16 est fermé en fonction

Le contact 15-16 est fermé en fonction normal ; si la pression augmente au dessus d’une valeur fixé à l’avance le contact 15-16 s’ouvre (position 0), il se fermera (position 1) à nouveau lorsque la pression aura atteint une valeur fixé à l’avance

32

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

TUBE CUIVRE

- Les tuyauteries des installations frigorifiques commerciales sont réalisées en tube cuivre.

- Ces tubes sont en cuivre rouge électrolytique, c’est-à-dire pratiquement pur (99,9 % de teneur en cuivre).

- Ils sont de qualité étiré sans soudure et polis à l’intérieur pour facilité la circulation des fluides.

- Le tube cuivre est commercialisé en qualité « recuit » et « écroui »

- Le tube recuit est livré sous forme de couronne et peut se travailler facilement à la main. Ces couronnes, d’environ 75 cm de diamètre et 15 ou 30 mètre de longueur, sont bouchées aux extrémités.

- Le tube écroui est livré en barres droites pour conserver sa rigidité.

Il est parfois nécessaire de recuire les barres de cuivre, de 4 au 5m de longueur,

pour exécuter certains travaux. Ces barres sont bouchées à chaque extrémité.

Dénomination

Le tube cuivre frigorifique est identifié par son diamètre extérieur OD (outlet diameter) Exprimé en fonction de pouce : 1 pouce = 25,44 mm On trouve donc des tubes : ¼, 3/8, ½, etc.…

Caractéristique du tube cuivre

 
 

Ecroui

Recuit

Masse volumique (Kg/dm3)

8,9

8,9

Température de fusion (C°)

1083

1083

Conductivité thermique (W/m kg)

395

395

Coefficient de dilatation linéaire

17×10 -6

17×10 -6

Chaleur massique (KJ/Kg k)

385

385

Température approximative de recuit (C°)

500

500

33

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

TUBES CUIVRE

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE TUBES CUIVRE TUBES CUIVRE FRIGORIFIQUES Déshydratés, polis

TUBES CUIVRE FRIGORIFIQUES

Déshydratés, polis intérieurement, bouchés aux extrémités.

1. Recuit en couronnes :

   

POIDS AU

PRESSION

 

DIAMETRE

LONGUEUR

METRE

DE SERVICE

DIMENSIONS

3/16’’

30

m

0,105kg

318

bar

4,56 × 1

¼’’

30

m

0,150kg

202

bar

6,35 × 1

3/8’’

30

m

0,238kg

117

bar

9,52 × 1

½’’

30

m

0,327kg

82

bar

12,7 × 1

5/8’’

30

m

0,399kg

63

bar

15,87 × 1

¾’’

15

m

0,510kg

51

bar

19,05 × 1

3/8’’

15

m

0,593kg

43

bar

22,22 × 1

1’’

15

m

0,682kg

37

bar

25,4 × 1

2.

Ecroui en barres cintrables a froid :

 

3/8’’

4m

0,238 kg

117

bar

9,52 × 1

½’’

4m

0,327 kg

82

bar

12,7 × 1

5/8’’

4m

0,399 kg

63

bar

15,87 × 1

¾’’

4m

0,510 kg

51

bar

19,05 × 1

7/8’’

4m

0,593 kg

43

bar

22,22 × 1

1’’

4m

0,682kg

37

bar

25,4 × 1

34

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

3. Ecroui en barres qualité rigide :

1

1/8’’

5

m

0,771 kg

33

bar

28,57 × 1

1

3/8’’

5

m

1,131 kg

35

bar

34,92 × 1,2

1

5/8’’

5

m

1,328 kg

27

bar

41,27 × 1,2

2

1/8’’

5

m

2,415 kg

28

bar

35,98 × 1,65

2

5/8’’

5

m

3,791 kg

29

bar

66,66 × 2,105

 

Section intérieure en cm²

 

Volume approximatif par mètre en dm 3

¼’’

0,16

¾’’

2,29

¼’’

8,107

¼’’

0,017

¾’’

0,229

1

3/8’’

0,810

6

0

¾’’

0,46

7/8’’

3,12

3/8’’

11,40

3/8’’

0,046

7/8’’

0,312

1

5/8’’

1,140

5

2

½’’

0,93

1’’

4,16

½’’

19,99

½’’

0,093

1’’

0,416

2

1/8’’

1,999

3

0

5/8’’

1,56

11/8’’

5,32

5/8’’

30,78

5/8’’

0,156

11/8’’

0,532

2

5/8’’

3,078

1

0

35

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

TUBE CUIVRE FRIGORIFIQUE

Conditionnement du tube cuivre

Diamètre extérieur

Epaisseur (mm)

Masse (m/kg)

   

¼’’

1

0,150

 

3/8’’

1

0,238

Tube recuit en couronne de 15m

 

½’’

1

0,328

 

5/8’’

1

0,416

   

¾’’

1

0,505

 

7/8’’

1

0594

   

¾’’

1

0,505

 

7/8’’

1

0,594

Tube écroui (2) en barre de 4m

1

1/8’’

1,24

0,950

1

3/8’’

1,65

1,537

1

5/8’’

1,83

2,020

 

2

1/8’’

2,105

3,057

2

5/8’’

2,41

4,326

1- Les tubes sont désignés par la valeur de leur diamètre extérieur ; Cette désignation est parfois suivi de l’indication « OD », initiales de l’expression anglaise outlet diamètre (diameter extérieur).

2- Le tube écroui se rencontre à partir du ¼.

36

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

CUIVRES ET ALLIAGES

ELEMENTS DE TECHNOLOGIES :

DESIGNATION

CUIVRE

BRONZE

LAITON

COMPOSITION

Indice de pureté au-dessus de 99 %

Cuivre 90 % Etain 10 %

Cuivre 60 à 70 % Zinc 30 à 40 %

COULEUR

Rouge

Jaune foncé

Jaune clair

DENSITE

8,9

8,6

De 7,3 à 8,4

   

Température

 

Température de

de fusion entre 900 et 1000°C

fusion=1080°C

Température

Insondable à

D’autant plus dur que la

de fusion 950°C environ

lui-même

CARACTERISTIQUES

Très malléable

teneur en étain

D’autant plus dur que la

 

Très bon

est élevée

 

conducteur

Avec addition de phosphore bonne qualité

teneur en zinc est plus élevée

électrique et

thermique

Inoxydable

Oxydable

de frottement

Oxydable

     

Visserie

UTILISATION

Fils et câbles électriques

Chaudronnerie

tuyauterie

Robinetterie

Pompes

Bagues de

frottement

Hélices

Pièces

mécanique

précision

de

de

37

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

TUBE CUIVRE

TUBES CUIVRE (POUR CIRCUITS FRIGORIFIQUES)

TUBE CUIVRE TUBES CUIVRE (POUR CIRCUITS FRIGORIFIQUES) TUBES CAPILLAIRES DE DETENTE Désignation A B

TUBES CAPILLAIRES DE DETENTE

Désignation

A

B

0,8 – 2,8

2,8

0,8

1,3

3

1

TUBES DE RACCORDEMENT

Désignation

A

B

4-6

6

4

6-8

8

6

8-10

10

8

10-12

12

10

12-14

14

12

14-16

16

14

16-18

18

16

18-20

20

18

26-28

28

26

38

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

ECROUS. – CAPSULES ET JOINTS BOUCHONS

ECROU LONG ET ECROU LONG REDUCTION ECROU Désignation Référence Désignation Référence COURT ET ECROU COURT
ECROU LONG
ET ECROU
LONG
REDUCTION
ECROU
Désignation
Référence
Désignation
Référence
COURT ET
ECROU
COURT
REDUCTION
1/4
E1
1/4
E
35
3/8
E2
3/8
E
36
1/4
E3
1/2
E
37
5/8
E4
5/8
E
38
3/4
E5
3/4
E
39
3/8 tube 1/4
1/2 tube 1/4
1/2 tube 3/8
5/8 tube 3/8
5/8 tube 1/2
3/4 tube 1/2
3/4 tube 5/8
E14
E
48
E15
E
E16
3/8 tube 1/4
1/2 tube 1/4
1/2 tube 3/8
5/8 tube 3/8
5/8 tube 1/2
3/4 tube 1/2
3/4 tube 5/8
49
E
50
E17
E
51
E18
E
52
E19
E
53
E20
E
54
CAPSULE
OBTURATRICE
Cuivre rouge
Normes
Normes
BOUCHON
Désignation
Référence
américaines
françaises
MALE
∅ 4
1/4
3/8
∅ 6
1/4
BM 1
-
∅ 8
3/8
BM 2
1/2
10
1/2
BM 3
5/8
-
5/8
BM 4
-
∅ 15
3/4
BM 5
3/4
∅ 20
JOINT
INTERCALAIRE
Cuivre rouge
Normes
Normes
BOUCHON
Désignation
Référence
américaines
françaises
MALE
CONIQUE
∅ 4
1/4
3/8
∅ 6
1/8 cône
BM 12
-
∅ 8
1/4 cône
BM 13
1/2
10
3/8 cône
BM 14
5/8
-
1/2 cône
BM 15
-
∅ 15
3/4 cône
BM 16
3/4
∅ 20
BOUCHON
1/4
BF 1
FEMELLE
3/8
BF 2
1/2
BF 3
5/8
BF 4
3/4
BF 5

39

MODULE N°9:

COUDES EGAUX

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

RACCORDS A BRASER

90° Petit rayan M×F 90° Grand rayan F×F 90° Grand rayan F×F Crosses 180° F×F
90° Petit rayan M×F
90° Grand rayan F×F
90° Grand rayan F×F
Crosses 180° F×F
Piéges à huile F×F
Bouchons F

- Utiliser les brasures tendres à l’argent (θ de liaison -600°C)

- Veiller à la propreté des jais, au préchauffage du tube et au chauffage régulier du raccord et à l’utilisation du flux correspondant à la brasure.

et à l’utilisation du flux correspondant à la brasure. 40 - Pour assurer une bonne pénétration

40

- Pour assurer une bonne pénétration de la brasure par capillarité, dans l’espace annulaire qui ne doit pas excéder 0,2 mm, la longueur de la partie soudante doit être légèrement

inférieure au

du

raccord.

MODULE N°9:

MANCHONS

TES

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

RACCORDS A BRASER

Manchon Egal

F×F

Manchon

Réduction F×F

Manchon

Réduction F×F

Egal F×F Manchon Réduction F×F Manchon Réduction F×F Té 2 Té Egal F×F×F Té 1 Réduction
Egal F×F Manchon Réduction F×F Manchon Réduction F×F Té 2 Té Egal F×F×F Té 1 Réduction
Egal F×F Manchon Réduction F×F Manchon Réduction F×F Té 2 Té Egal F×F×F Té 1 Réduction
Té 2 Té Egal F×F×F Té 1 Réduction F×F×F Réductions F×F×F
Té 2
Té Egal
F×F×F
Té 1 Réduction
F×F×F
Réductions
F×F×F

COUDES EGAUX

45° F×F

45° M×F

90° Petit rayon F×F

45° F×F 45° M×F 90° Petit rayon F×F    
45° F×F 45° M×F 90° Petit rayon F×F    
45° F×F 45° M×F 90° Petit rayon F×F    
 
 

41

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

RACCORD A FILTRE

42
42

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

MODULE N°9: MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE 43

43

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

TRAVAIL SUR TUBE CUIVRE

CINTRAGE DU TUBE CUIVRE

CINTRAGE DU TUBE CUIVRE

GENERALITES

- La géométrie des coudes exécutés sur tube est la même que pour les tubes acier = rayon de cintrage, longueur de chaude et répartition autour de la cote à obtenir.

- Les risques de déformation et de rupture sont de même nature que pour le cintrage du tube acier mais se trouvent amplifié en raison de la très grande malléabilité et de la laible dureté du cuivre.

CINTRAGE DU TUBE CUIVRE ECROUI DUR (H14) :

   

A

froid sans recuit

6

au 18 mm

A LA CINTREUSE

A

froid sans recuit avec ressort intérieur

20

au 22 mm

 

A

froid avec recuit

 

préalable et avec mandrin où ressort intérieur

25

au 54 mm

   

A

chaud et à vide

6

au 14 mm

 

A

chaud et au GRE

Tous diamètres (réservé en principe aux diamètres au-de là de la capacité des cintreuses

SANS CINTREUSE

A froid et à vide avec recuit préalable et avec extérieur

6

au 18 mm

A

froid et au GRE après recuit préalable

Tous diamètre (en principe 22)

CINTRAGE DU TUBE CUIVRE RECUIT (O) :

N.B diamètre limité en général aux dimensions du négoce (18 mm)

A LA CINTREUSE

à FROID et à VIDE

6

au 18 mm

SANS CINTREUSE

à FROID et à VIDE

6

au 18 mm

44

MODULE N°9:

Présentation

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

LE RESSORT À CINTRER

D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE LE RESSORT À CINTRER Permet de cintrer le tube cuivre à la

Permet de cintrer le tube cuivre à la main sans écrasement sensible

Cintrage du tube

à la main sans écrasement sensible Cintrage du tube Placer le ressort sur la partie à

Placer le ressort sur la partie à cintrer le milieu sensiblement sur l’axe, prendre appui en a et faire pression en b et b’ avec les mais, plier progressivement sans à-coups. Rayon minimum de cintrage = 3 fois de diamètre extérieur du tube à cintrer.

= 3 fois de diamètre extérieur du tube à cintrer. Dégagement du ressort Cintrer le tube

Dégagement du ressort Cintrer le tube à un angle légèrement plus aigu que l’angle désiré, puis ouvrir légèrement. Faire tourner ensuite le ressort dans le sens inverse de son enroulement.

45

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

MODULE N°9: MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE 46

46

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

MODULE N°9: MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE Piquage (vue en coupe) LES EMBOÏTURES 47 Le piquage
MODULE N°9: MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE Piquage (vue en coupe) LES EMBOÏTURES 47 Le piquage

Piquage (vue en coupe)

LES EMBOÏTURES

MODULE N°9: MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE Piquage (vue en coupe) LES EMBOÏTURES 47 Le piquage

47

Le piquage

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

MODULE N°9: MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE 48

48

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

Soudage Oxyacétylénique

Soudage Oxyacétylénique

49

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

MODULE N°9: MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE 1- Définition du procédé : Le soudage Oxyacétylénique (OAW

1- Définition du procédé :

Le soudage Oxyacétylénique (OAW :Oxyacetylene welding) est un procédé à la flamme. Le soudage est réalisé à partir de la chaleur d’une flamme née de la combustion d’un gaz combustible d’acétylène C2H2 avec un gaz comburant d’oxygène O2. la température de la flamme peut atteindre les 3200° Celsius lorsque le mélange C2H2 et O2 est correctement équilibré dans le chalumeau

Le métal d’apport (baguette de fil dressé de 0,8 mm à 0,4 mm) est amené manuellement dans le bain de fusion. L’énergie calorifique de la flamme fait fondre localement de pièce à assembler et le fil d’apport pour constituer le bain de fusion et après refroidissement le cordon de soudure.

2- Principe du procédé :

Le chalumeau de soudage est relié par des boyaux d’amenée de gaz sur la bouteille de gaz combustible d’acétylène (pression de service 0,25 bar) et sur la bouteille de gaz comburant d’oxygène (pression de service 3,5 bar) par l’intermédiaire d’un manodétendeur placé sur chaque bouteille de gaz, puis ouvre en premier le robinet de l’acétylène du chalumeau, enflamme le gaz, ensuite ouvre le robinet d’oxygène et règle le mélange pour obtenir une flamme neutre

et règle le mélange pour obt enir une flamme neutre 3- Installation de soudage pour le

3- Installation de soudage pour le soudage oxyacétylénique :

50

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

Un chalumeau haute ou basse pression Un dispositif de sécurité anti-retour de l’oxygène vers l’acétylène
Un chalumeau haute ou basse pression
Un dispositif de sécurité anti-retour de
l’oxygène vers l’acétylène
Un manodétendeur d’oxygène avec
boyau d’alimentation couleur bleu
suivant norme EN 559.
Une bouteille d’oxygène
Un jeu de buses calibrées
Une paire de lunettes teintées
Un allume-gaz

4- les bouteilles de stockage pour le soudage oxyacétylénique :

Acétylène : L’acétylène est obtenu par réaction de l’eau sur du carbure de calcium. Bouteille avec une ogive couleur marron. Emmagasinage de l’acétylène dans une matière poreuse imbibée d’acétone. Contenance de la bouteille : 4 m 3 sous une pression de 15 bar. Un litre d’ d’acétone à 15° Celsius et sous une pression de 15

bar dessous 36,6 litres d’acétylène. Ne jamais coucher la bouteille pour éviter l’écoulement de l’acétone. Ne jamais utiliser un débit supérieur à 1000 litres/heure par bouteille. Ne pas exposer la bouteille à la chaleur ou au soleil. Oxygène : L’oxygène est obtenu par distillation de l’air liquéfié. Bouteille avec une ogive couleur blanche. Contenance de la bouteille : 9 m 3 sous une pression de 200 bar. Ne jamais huiler ou graisser les filetages du robinet (inflammation ou explosion). Ne jamais démonter le robinet de la bouteille. Toujours fixer les bouteilles dans le chariot porte-bouteilles.

5- Différents types de chalumeaux pour le soudage oxyacétylénique

Haute pression (les deux gaz sont à des pressions égales supérieures à 1,15 bar) Basse pression (l’acétylène est à une pression comprise entre 0,010 à 0,1 bar et l’oxygène est à une pression comprise entre 1 et 3 bar.) l’acétylène est entraîné par aspiration de l’oxygène Le débit d’un chalumeau s’exprime en litres d’acétylène par heure. Le débit est réglé par un orifice calibré de sortie du mélange gazeux. Ce débit peut varier de 10 à 5000 litres par heur. Les chalumeaux sont classés en 4 tailles suivant leurs débits :

51

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

DEFINITION DES TAILLES DE CHALUMEAUX

DEFINITION DES TAILLES DE CHALUMEAUX

DEFINITION DES TAILLES DE CHALUMEAUX

Taille de chalumeau

Numéro 00

Numéro 0

Numéro 1

Numéro 2

Taille de chalumeau Numéro 00 Numéro 0 Numéro 1 Numéro 2 Débit du chalumeau 10 à

Débit du chalumeau

10

10 à 40 litres / heure

à 40 litres / heure

50

50 à 200 litres / heure

à 200 litres / heure

250

250

à 1000 litres / heure

à 5000 litres / heure

250 à 1000 litres / heure à 5000 litres / heure 6- Les trois types de

6- Les trois types de flamme pour le soudage oxyacétylénique

Flamme neutre ou norme :

C’est la flamme normalement utilisée pour le soudage. Le dard de couleur blanc brillant et de forme très nette en sortie de buse. Flamme oxydante :

C’est une flamme avec un excès d’oxygène. Le panache et le dard sont raccourcis. La flamme émet un sifflement. Le panache est plus lumineux. Flamme carburant :

C’est une flamme avec un excès d’acétylène. Le panache et le dard sont augmentés avec des formes irrégulières.

52

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

7- La description de la flamme oxyacétylénique neutre :

7- La description de la flamme oxyacétylénique neutre : Définition du brasage Le brasage est une

Définition du brasage Le brasage est une opération d’assemblage par recouvrement entre des alliages métalliques identiques ou différents à l’aide d’un métal d’apport dont le point de fusion est inférieur aux métaux de base rencontrés.

1- Définition du brasage fort

Le brasage fort est une opération d’assemblage hétérogène par recouvrement dans laquelle seul le métal d’apport utilisé fond à une température supérieure à

450°Celsius.

53

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

2- Définition de la mouillabilité C’est la propriété d’un liquide à s’étaler sur la surface
2- Définition de la mouillabilité
C’est la propriété d’un liquide à s’étaler
sur la surface d’un support.
Cette propriété se quantifie par la mesure
de l’angle de raccordement formé par le
liquide sur la surface. Un angle inférieur à
90° indique que le liquide possède de
bonnes caractéristiques de mouillage.
Dans ce cas, la tension superficielle est
inférieure à la tension inter faciale.
3-
Définition de la capillarité
Le brasage utilise le principe de la
capillarité. C’est la propriété d’un liquide
à remonté sur les parfois d’un tube
capillaire ou sur les parfois de pièces
plaquées. Plus un liquide a de faibles
tensions superficielles, plus il remonte
dans le tube. Plus le jeu est faible entre
les parfois (j < 0,1 mm), plus le liquide
remonte sur les parfois.
4- Brasage capillaire fort d’un tube en
cuivre
4-1 Métal d’apport ou alliage de
brasage
Les métaux d’apport utilisés pour la
brasure de tubes en cuivre sont du type
cuivre + phosphore (BCuP), cuivre +
phosphore + argent (Bag), cuivre + zinc
(BCuZn), cuivre + argent + zinc.
Les alliages cuivre + phosphore sont
auto-décapants. En effet, le phosphore
élimine les oxydes formés lors du
brasage. le choix du métal d’apport est
dicté par la température mécaniques et la
comptabilité physio-chimiques
.

54

MODULE N°9:

Le soudage à l’arc :

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

DEFINITION :

La soudure à l’arc électrique est une soudure de type « autogène » qui permet d’assembler des pièces et de réparer des objets en acier, c’est un transformateur qui réduit le voltage du courant réduit électrique en l’abaissant de 230V à environ 50V, mais qui en contrepartie augmente l’intensité pour la porter jusqu’à 250A, deux règles sont utiles pour choisir un posta à souder :

Le poste à souder

pour choisir un posta à souder : Le poste à souder plus l’intensité obtenue est élevée,

plus l’intensité obtenue est élevée, plus on peut souder des pièce épaisses. Une intensité trop faible ne permet pas une bonne fusion du métal d’apport et la soudure est alors moins résistante. Plus la tension d’amorçage est élevée (50V au moins), plus il est facile de démarrer le soudage sans « coller » l’électrode. Les postes à arc de caractérisent par leur puissance. Elle se traduit par deux données techniques :

l’intensité maximale en cours de soudage et le nombre d’électrodes utilisée à l’heur. Un poste à arc de qualité et de puissance moyennes, comme celui-ci, a une intensité de 165 A et une capacité de 35 électrodes de 2,5 mm de diamètre à l’heure.

Les assemblages obtenus sont très résistants puisque l’acier est mis en fusion et que les deux éléments soudés ne forment plus qu’une seule masse. La soudure autogène consiste à mettre en fusion l’acier des pièces à souder, et à les assembler avec un métal d’apport qui est en de l’acier lis en fusion lors du soudage. Pour obtenir ce résultat, il faut une température très élevée, supérieur à 3000°C, que l’on obtient par court-circuit entre deux électrodes qui créent un « arc électrique », sorte d’étincelle continue de très forte puissance, dégageant à la fois une lumière et une chaleur intenses. L’une des électrodes est constituée par le métal d’apport (que l’on appelle électrode ou baguette), serrée dans la poignée de soudage du poste ; l’autre électrodes, c’est la pièce à souder elle-même sur laquelle on fixe la pince de masse du poste. Chaleur, étincelles et lumière intense sont des caractéristiques de la soudure à l’arc. Il faut s’en protéger obligatoirement pour éviter tout accident. Utiliser un masque de soudeur, porter des gants de cuir épais et, de préférence, des vêtements en coton

55

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

Détection des fuites

La détection des fuites s’effectue lorsque l’installation est en pression. Pour les fluides frigorigène CFC et HCFC, la détection des fuites s’effectue avec

l’eau savonneuse en liquide ou bombe, une lampe halöde, un détecteur électronique, en colorent, ou un additif flores cent et une lampe à ultra-voiet. Pour les fluides frigorigènes de substitution HFC, la détection des fuites s’effectue avec de l’eau savonneuse en liquide ou en bombe, avec un détecteur électronique spécifique au fluide, ou un additif et une lampe à ultraviolet. Pour détecter les fuites, on déplace l’organe détecteur en chaque point de l’installation susceptible de produire une fuite :

- brasure,

- collet conique,

- raccord,

- presse-étoupe.

La première des choses à faire sera de regarder attentivement l’extérieur du circuit pour y déceler la présence d’éventuelles traces d’huile frigorigène ; ceci est en faite une première méthode de détection de fuites.

VERIFICATION DE L’ETANCHEITE D’UN CIRCUIT FRIGO. Méthodes :

1. La méthode la plus sûre consiste à gonfler le circuit uniquement avec de l’azote sec (en général à 10 bars), de sorte à éliminer radicalement tout risque de condensation (car circuit frigorifique doit être vide avant d’introduire l’azote. Le circuit frigorifique doit être vide avant d’introduire l’azote.

2. Mélange d’azote et de fluide frigorigène. Une autre avec de l’azote sec et en fin à rechercher des fuites à la lampe haöide

Tirage au vide BUT : Retirer l’aire et l’humidité qui se trouve dans un circuit frigorifique. Avant tout tirage au vide, il convient de s’assurer que l’installation n’est pas sous pression, et qu’elle ne comporte pas de fuites voire essai d’étanchéité d’un circuit frigorifique procédure de tirage au vide :

Généralement, on effectue le tirage au vide par l’orifice qui sert à la change on fluide, soit à l’aspiration, soit au refoulement, soit encore à la sortie de la bouteille de liquide par une pompe à vide. Le branchement de la pompe é vide sur l’installation s’effectue au moyen de raccords souples Généralement la pression du circuit doit devenir inférieure à la tension de vapeur d’eau correspondent à la température la plus basse du circuit. La durée du tirage au vide varie généralement de 1h à 12h selon la taille de l’installation quantité d’eau à vaporiser par le tirage au vide ainsi que la capacité de la pompe à vide.

56

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

Une fois le tirage au vide est terminé, fermer les vannes du manifold avant de couper l’alimentation de la pompe à vide. On vérifiera que l’installation tient au vide avant d’effectuer la charge en fluide. Le manomètre de vide doit donner toujours la même indication après l’arrêt de la pompe à vide. On pourra améliorer le tirage au vide en effectuant une précharge du circuit avec le fluide frigorigène en remontant la pression jusqu’à la pression atmosphérique et en réalisant ensuite un second avec le fluide frigorigène, après le second tirage au vide, la quantité de vapeur d’eau résiduelle dans le circuit sera infime. On pourra également améliorer le tirage au vide en injectant de l’azote à la place du fluide frigorigène.

57

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

II eme PARTIE

REGLES GENERALES DU MONTAGE FRIORIFIQUE

Objectif(s) visé(s) :

- Apprendre les principes et les règles générales pour la mise en place d’un circuit frigorifique.

Durée globale :

Elément de contenu :

- Installation d’un groupe frigorifique

- Installation d’un évaporateur

- Importance d’une bonne circulation d’huile dans la tuyauterie

- Pose des tuyauteries

- Raccordement d’un détendeur

- Montage d’une électrovanne, d’un voyant de liquide, d’un déshydrateur et d’un pressostat.

- Règles générales des câblages électriques.

58

MODULE N°9:

MONTAGE D’UN CIRCUIT FRIGORIFIQUE SIMPLE

REGLES GENERALES DU MONTAGE FRIGORIFIQUE

INSTALLATION DU GROUPE FRIGORIIQUE INSTRUCTION DE MONTAGE.

Placer le châssis du groupe sur un socle ou un chaise (support) en intercalant