Sie sind auf Seite 1von 12

Page 1 sur 12

TP n° 1 : MOTEUR A COURANT

CONTINU

But du TP
Le but de ce TP est d’étudier un moteur qui entraîne une génératrice à courant continu débitant
dans un rhéostat de charge, de tracer les différentes caractéristiques du moteur, de déterminer les
rendement par la méthode directe et la méthode des pertes séparées après avoir calculé les
pertes moteur et fer.

Cette génératrice est du type dynamo-balance et permet la mesure du couple utile Tu développé
par le moteur.
Page 2 sur 12

I ] PLAQUES SIGNALETIQUES

I.1] Plaques Génératrices

Puissance (kW) 1.5


Vitesse (tr / min) 1500
Tension de l’induit (V) 220
Courant de l’induit (A) 6,8
Tension d’excitation (V) 220
Courant d’excitation (A) 0,43
Couple nominal (N.m) 11,2
Altitude (m) 1000
Temp. (°C) 40

I.2] Plaques Moteur

Puissance (kW) 1,5


Vitesse (tr / min) 1500
Tension de l’induit (V) 220
Courant de l’induit (A) 7,9
Tension d’excitation (V) 220
Courant d’excitation (A) 0,36
Couple nominal (N.m) 9,5
Altitude (m) 1000
Temp. (°C) 40
Page 3 sur 12

II ] SCHEMA DE MONTAGE

220 V

III ] AJUSTEMENT DE LA VALEUR DE IEN ET MESURES DES RESISTANCES

D’INDUIT ET D’INDUCTEUR

Le groupe est démarré sous tension variable. Le moteur entraîne une génératrice qui débite dans
un rhéostat de charge. La génératrice est excitée pour obtenir à ses bornes une tension voisine de
220 V.

III.1] Réalisation du point de fonctionnement nominal

Le point de fonctionnement nominal est obtenu lorsque nous avons réalisé les réglages suivants :

- Tension dans l’induit U =Un = 220 V


- Intensité dans l’induit In = 7,86 A
- Vitesse de rotation du moteur nn = 1500 tr / min

L’intensité du courant d’excitation qui a permis ce réglage est de Ien = 0,34 A.


Page 4 sur 12

III.2] Mesure des résistances d’induit et d’inducteur

On laisse tourner le moteur 5 minutes et on procède à la mesure à chaud des résistances d’induit
R et d’inducteur RE du moteur par la méthode voltampère métrique en utilisant le courant nominal.

Schéma de montage :

La mesure de la résistance de l’inducteur est réalisée à l’aide d’un ohmmètre. On réalise la mesure
de la résistance de l’induit à tension E = 0.

D’où, en fonctionnement moteur :

U = E +RI
→ R = (U – E) / I → R = U / I (avec E = 0)

On a obtenu :
Résistance de l’induit = 4,48 / 1,06 = 4,22 ohms
Résistance de l’inducteur = 534 ohms
Page 5 sur 12

IV ] ESSAI A VIDE

La charge est enlevée. La génératrice reste accouplé mais pas excitée.

IV.1] Tracé de la caractéristique Uo=f(Ie) à n=nN

Ie (A) 0,14 0,16 0,18 0,2 0,22 0,24 0,26 0,28 0,30 0,32 0,36
Uo(V) 150,4 157,6 165,4 172,7 178,0 183,0 187,3 193,3 197,2 201,1 206,3

Uo = f(Ie) y = 258,29x + 118,66


R2 = 0,9758
250

200

150
Uo (V)

100

50

0
0 0,1 0,2 0,3 0,4

Ie (A)

Commentaires :

On ajuste le rhéostat de l’inducteur moteur de façon à avoir Ie = 0, on modifie ma valeur


du rhéostat pour modifier la valeur de Ie, avant de relever la tension, on ajuste la vitesse
de rotation à 1500 tr / min, nous avons ainsi relevé 11 mesures.
Page 6 sur 12

IV.2] Tracé de la caractéristique n=f(Uo) à Ie=IeN

Uo (V) 240 220 200 180 150 130 100 80 50 25


n(tr/mn) 1755 1610 1460 1313 1085 942 720 538 351 166

y = -179,67x + 1982,2
R2 = 0,9973
n n = f(U0)
2000

1500

1000

500

0
U
240 220 200 180 150 130 100 80 50 25

Nous obtenons une droite croissante. En théorie on a bien :


U  E  RI  E  U  RI
U  RI P
kn  U  RI  n  avec(k  N  cst )
k a
Page 7 sur 12

IV.3] Tracé de la caractéristique n=f(Ie) à U=UN

Ie (A) 0,36 0,33 0,3 0,27 0.22


n(tr/mn) 1593 1628 1666 1718 1835

y = 57,4x + 1515,8
n = f(Ie) R2 = 0,925
n
1900
1800
1700
1600
1500
1400
Ie
0,36 0,33 0,3 0,27 0.22

En faisant varier le courant d’excitation Iexc on agit sur le flux ce qui explique que la courbe
observée est une portion d’hyperbole car :
AU  cste
P
E Nn  kn  U  RI
a
U  RI
n
k
n est inversement proportionnel au flux c’est à dire au courant d’excitation

IV.4] Valeur du courant Io pour n=nN et Ie=IeN

avec :
Uo = 207,9 V
Io = 0,315 A
Page 8 sur 12

 Calcul des pertes mécaniques pM et des pertes fer pfer

Bilan des Puissances :

Pa – Pje – Pc – Pj = Pu
A vide : Pu = 0
Pa = UI + Ue.Ie = 144,72 W
PJe = Re.Ie² = 69,2 W
Pj = R.I² = 0,4 W
Pc = Pfer + Pmec + Pgéné = 3 Pmec d’après ennoncé
Pmec = (Pa – Pje – PJ) / 3 = 25,04 W

 Justification du choix de n=nN pour cet essai en vue de calculer le rendement pour
le point nominal
L’essai en charge va se faire à n=1500 tr/min. C'est-à-dire au point de fonctionnement. C’est donc
à ce point qu’il faut calculer le rendement de l’installation pour que cela ait un sens physique.

V ] ESSAI EN CHARGE

Pour la réalisation de plusieurs points de fonctionnement, on maintient : U = Un et Ie = Ien.


On relève les valeurs de I, n, Tu.
Tu se calcule par : poids x bras de levier ( d ).

Poids = 1004,2 g soit 9,85 N

I (A) 1,27 2,75 3,4 4,1 4,7 5,3 5,9 6,5 7,0 7,6
n (tr/mn) 1736 1673 1646 1621 1600 1575 1555 1536 1520 1500
L(mètre) 0,170 0,360 0,450 0,535 0,610 0,680 0,750 0,825 0,885 0,955
Tu (N.m) 1,67 3,54 4,43 5,27 6,01 6,70 7,39 8,13 8,72 9,41
Page 9 sur 12

V.1] Caractéristique de vitesse en charge n=f(I)

y = -24,048x + 1728,5
n = f(I) R2 = 0,9662
n
1800
1700
1600
1500
1400
1300 I
1,27 2,75 3,4 4,1 4,7 5,3 5,9 6,5 7 7,6

Cette caractéristique est une droite décroissante comme nous le confirme la théorie :
La vitesse n dépend très peu de la charge.
P
U  E ' RI  U  nN  RI
a
U  RI et si constante on a n= A - B.I
n
P
N
a

V.2] Caractéristique de couple Tu=f(I)

Tu = f(I) y = 1,218x + 0,2173


R2 = 0,9995
10

8
Tu (N.m)

0
0 2 4 6 8
I (A)
Page 10 sur 12

A flux constant , le couple électromagnétique Te est proportionnel au courant I. On obtient le couple


Tu en retranchant de Te le couple Tp dû aux pertes mécaniques et dans le fer.

Te  kI et si   cste  Te  k ' I  Tu  Te  Tp

VI ] ESSAI SOUS TENSION VARIABLE

VI.1] Caractéristique n=f(U) à I=0,3IN et Ie=IeN

U (V) 205,7 117 92,8 79,2 60


n (tr / min) 1436 783 605 503 361

n = f(U) et n = f(Uo)

2000

1500
n (tr / min)

n = f(U)
1000
n = f(Uo)

500

0
0 100 200 300
U (V)

A flux constant, la vitesse n dépend de la tension U.

Pour obtenir ces valeurs, nous faisons varier la charge et relevons la tension U ainsi que la vitesse
n.
Page 11 sur 12

VI.2] Caractéristique Tu=f(n) à Ie=IeN pour U=0,8UN et U=0,6UN

Tu = f(n)

10

8
Tu (N.m)

6 U = 0,8 Un
U = 0,6 Un
4
U = Un
2

0
1000 1200 1400 1600 1800
n (tr / min)

VII ] ETUDE DU RENDEMENT

VII.1] Calcul par la méthode directe

Pu
Par définition  
Pa
Page 12 sur 12

Avec Pa = UI + Ue.Ie = 1741 W


et Pu = Tu x 
1500
  2n'  2  157rd / s
60
Tu  9,41m.N

 Pu  157  9,41  1477W
1477
   84,8%
1741

VII.2] Calcul par la méthode des pertes séparées

Pa  pertes
On sait que  
Pa
pertes  Pc  PJS  PJR
Pc  75,12W
PJS  U exc  I exc  69,2W
PJR  Ra  I a2  243W
pertes  388W
1741  388
  0,77
1741
Par la méthode des pertes séparées nous obtenons un rendement de :
 = 77 %