Sie sind auf Seite 1von 8

Introduction

Bonjour!Je m'appelle Mariana et je suis originaire de Roumanie. Je suis


née à Bucarest, la capitale de mon pays. Je vis actuellement en Occident
avec mes parents, ma sœur Liliana et mon frère Alexandru. Nous avons
quitté la Roumanie parce que le gouvernement
l

communiste dirigeait le pays d'une main de fer


et que nous ne pouvions plus le supporter.
Même si le gouvernement' communiste n'existe
plus, le sort de bon nombre de Roumains ne s'est
pas adouci. Pourtant, j'aimerais pouvoir retourner
un jour en Roumanie, même si je me suis fait
beaucoup damis ici. J'aimerais te parler de mon
ancienne patrie et du mode de vie roumain.

Sous le régime communiste, il était très difficile de quitter


le pays. Les Roumains devaient obtenir l'autorisation
du gouvernement pour voyager. Certains Roumains, .
cependant, parvinrent à s'échapper de Roumanie
et à passer à l'ouest. Il leur fallut beaucoup de courage
pour s'y risquer parce que, en ce temps-là, ils ne pensaient
pas revoir leur maison et leur famille. Le nouveau
qouvernornent actuellement au pouvoir a octroyé plus
n
cIo IIIJorl6 ln population. Pourtant, bon nombre
do I()b tlqldm; onl (ll() tTlllltllC)tIlHl~j.
lH un petit appartement
lH, ma famille était
1 Il' monde semble
HI! I\oumanie,

" ()f(rir. Toute ma famille


nu il l'école à 8 heures.
!tir. Pli is, nous devions

ir',(},lllIS
Cette femme de la ville de Cluj-Napoca
est contente de ses nouvelles marmites
(ci-dessus). Beaucoup de produits font encore
défaut en Roumanie, et les longues files
devant les magasins restent courantes.

Les Tsiganes (à droite) sont des nomades


qui vivent dans les petits villages et dans
les faubourgs. Beaucoup de Tsiganes
ne trouvent pas de travail; leurs conditions
de vie sont dès lors déplorables, et ils ne
mangent pas toujours à leur faim.
)J uu 1c en Occident.
'ont délicieux. Les spécialités
Ic's dp viande grillées),
'icn! (saucisses).
)( IS Illangeons également
.) qlJ(' nous accompagnons

rit' viande) ou de tocana


18 npprécions également les
'H el' I(,s beignets, et d'autres
(, el: I{,s boulettes de pâte
Cette femme (en haut à droite) se sert
1) ln crème et au fromage.
d'une cuisinière au charbon pour cuire
11.1111(1 ins, rouges et blancs, son tocana (ragoût).

Les Roumains achètent leur alimentation dans


les magasins des villes ou sur les marchés.
Mais nos magasins ne sont pas aussi bien
fournis qu'en Occident. Les fruits exotiques
(ci-dessus) en provenance du monde entier
ne surprendront personne en Occident.
Par contre, en Roumanie, les marchés locaux
n'offrent que des produits locaux,
tels que des choux et des légumes marinés.
~ __ ~~ ~ __ ~L

lA I('s villes. Bucarest,


~
u.mie et, de loin, la plus ;1
..••.
I~

Inllis y vivent. La ville fut _,,",1


.J;

ld in 1("mais certains anciens


glis('s, ont survécu
»Irc. III en apercevras
11(' ('('llln11c comparable
ls .iimc-nt flâner et prendre

d pt'I'iode communiste
II tI pnl'l des citadins
1(' ciclmodcmes.
us. il Y (1 souvent pénurie
unnnie dans les années 1940,
'. Au départ, le gouvernement
C', puis il établit sa propre

(JI.IIllCl ins particulièrement

nieul terrifiés à l'idée d'être


ln pol icc secrète. À la fin des
'S II 'il LI tres pays, comme la Le gouvernement roumain élu en 1990 demanda
l'S. Hn 1989, des milliers de aux mineurs roumains (ci-dessous) de combattre
ceux qui désapprouvaient sa politique.
'l' l 'onl re le régime dictatorial
Beaucoup de Roumains estiment qu'en dépit
l'Il~8 ou lués, mais la des réformes du gouvernement, ce dernier
'l'Hl'l" Il\ gouvernement. . ne s'est pas suffisamment efforcé d'améliorer
l' ln I\oumnnie peu avant le niveau de vie depuis la chute de Ceausescu.

'Ill: l'l 'sI t'S, ils auraient

Il (fi 1111111:1 10) Il Il 10 président


Il IIHHI ri IlHm. C'6lait un dictateur
1 : ~( 111:1 : l( HI 10011 no, los conditions
Iii l', 1Il 1 ()()n! HJI(Jill do se détériorer.
1IIfI, Ilrll oxomplo, quo chaque femme
th (lu IHJIIIIllOll110Sf8milles
1)( 1111 IlJill() ni elurent placor
"1 (I(ln (JlpllolllH1ls où les conditions
1 (t.I oonuo on haut).
Mon
Au lendcmnin dl' 1.-,n-volution de 1989, après la chute de Nicolae
Ceausescu ('[' d II gl IIIv. -rncment communiste, le peuple roumain était
transporté dl' jo it·, 1 )l 'S l' 1cctions libres furent organisées en 1990,
et un gOtlVl"'IH'IlH'llt non communiste fut élu. Mais bon
nombre dt' ministn-s ot de fonctionnaires actuels sont
d'anciens momlur-s du parti communiste, et beaucoup
de Rouma ius nourrissent à leur égard
une certa iIH' Ilu"fi a nec.
Depuis les élections, les Roumains vivent plus
librement. Ils peuvent voyager et prier en toute liberté.
Toutefois, il y ô encore du pain sur la planche.
La plupart des Roumains sont toujours très pauvres;
les prix flambent, alors que les salaires restent bas
et que le chômage augmente. La Roumanie s'adapte
lentement mais sûrement à sa nouvelle situation
et un jour, j'espère pouvoir y retourner
avec ma famille. Je pourrai alors raconter
à mes amis roumains comment j'ai vécu
en Occident, ma seconde patrie.

Au revoir (La revedere)!

Verwandte Interessen