Sie sind auf Seite 1von 5

Simulation

Dest : y.anthor@yahoo.com
Exp : l.gicrois@pesa.org
15/05/22 ; 14:28

Chère Madame Anthor,

Votre candidature à la mission que nous proposons a été retenue. Merci de bien vouloir vous
présenter au siège de l'Agence à Paris le 02/05/22 à 09:00 pour un entretien approfondi.

Sincères salutations,
Lionel Gicrois - directeur des ressources humaines

Dest : h.bismuth@hotmail.com
Exp : l.gicrois@pesa.org
15/05/22 ; 14:31

Cher Monsieur Bismuth,

Votre candidature à la mission que nous proposons a été retenue. Merci de bien vouloir vous
présenter au siège de l'Agence à Paris le 02/05/22 à 14:00 pour un entretien approfondi.

Sincères salutations,

Lionel Gicrois - directeur des ressources humaines


Dest : y.anthor@yahoo.com, h.bismuth@hotmail.com
Exp : a.lafeuille@pesa.org
04/05/22 ; 11:54

Mme Anthor, M. Bismuth,

Suite à nos entretien en date du 02/05/22, je vous confirme que nous souhaitons donner suite à vos
candidatures.
Nous vous enverrons prochainement vos titres de transport pour notre base de Kourou. Vous devrez
vous y présenter le 01/07/22. Tout le matériel nécessaire vous sera fourni. Vous pourrez disposer de
l'équivalent d'une enveloppe d'un volume de 500 mL et n'excédant pas 400g. Une interface
numérique sera disponible à bord.
La simulation devant se dérouler sur une année complète, nous vous invitons à prendre toutes les
mesures personnelles que vous jugerez utile pour réintégrer votre domicile et votre travail actuel
dans de bonnes conditions à votre retour.

Dans l'attente de vous revoir,


Cordialement,

Albert Lafeuille - chef de projet « simulation 4 »


30/10/22, CR simulation du comportement humain en espace restreint pendant une mission longue,
de type voyage vers Mars, sans communication directe possible avec un intervenant extérieur

Suite aux restrictions budgétaires, l'expérience de confinement de un an, financée par l'Agence
Spatiale pan-Européenne, n'a pu être menée qu'avec deux sujets au lieu des quatre envisagés
initialement. Pour des raisons de confidentialité nous les nommerons Mme A et M. B.

Profils psychologiques :
−Mme A, 43 ans, ingénieur en mécanique spatiale, est d'un naturel calme et posé. Elle prend le
temps de réfléchir avant d'agir et dispose d'un penchant pour la solitude avéré.
−M. B, 32 ans, docteur en astrophysique, est dynamique, sportif et enthousiaste. Impulsif, il a le
goût du risque et aime l'imprévu.

Déroulement :
L'expérience a montré que A et B ont développé une animosité réciproque dès la deuxième semaine.
B ne supportait plus la passivité de A et les longues heures de solitude qu'elle imposait, préférant
lire de son côté. Et A était visiblement exaspérée par l'ambiance musicale permanente imposée par
B.
Une première phase de discussion et de négociation s'est soldée par un échec. Aucun des deux ne
pouvait envisager de modifier l'atmosphère de son espace vital. Ceux-ci devant malheureusement se
superposer, les probabilités d'accord étaient faibles.
S'est ensuivie une phase d'un mois, que nous avons appelée « d'ignorance ». Ils ont tous les deux
fait en sorte d'essayer d'éliminer la présence de l'autre en ignorant purement et simplement leur
existence. A a alors commencé à montrer des signes d'anxiété et de troubles nerveux. B, de son côté,
a manifesté un fort syndrome dépressif.
Ayant à ce stade tous deux développé une forme d'aliénation symptomatique, ils ont manifestement
oublié qu'ils étaient filmés et surveillés en permanence. Ils ont mutuellement essayé de s'éliminer
« discrètement ». Chacun semblait conscient de l'activité de l'autre. Mais ce qui était devenu pour
eux un challenge intellectuel leur a visiblement permis une survie émotionnelle. De faux accidents
mécaniques, du type sabotage du chauffage individuel de la bannette de l'autre pour y mettre le feu,
aux expériences chimiques pour créer un poison efficace, nous pouvons noter qu'ils ont fait preuve
d'une imagination et d'une intelligence remarquables.
Le chef de projet a décidé d'interrompre la simulation à la fin du deuxième mois lorsque les moyens
mis en œuvre par les deux individus n'ont plus été compréhensibles par notre équipe et que la
pharmacie de la capsule était vide.

Conclusion :
Malgré un échec de l'expérience aux premiers abords, nous avons pu en tirer des leçons très
importantes. Nous recommandons à l'avenir :
−d'engager des personnes ayant des humeurs et des loisirs compatibles ;
−d'éliminer tout objet contondant de la capsule ;
−de verrouiller les accès aux systèmes électriques, hydrauliques et mécaniques de la capsule ;
−de vérifier qu'aucune pièce de la capsule ne contient du verre, ou tout autre matériau cassant
pouvant être transformé en arme tranchante, de polymères de produits nitrés, soufrés ou
contenant de la silice, des nitrates ou encore des éléments fluorés ;
−d'imaginer un système d'isolation visuelle et phonique entre chaque bannette permettant une
meilleure intimité et une isolation totale en cas de besoin ;
−d'adapter le contenu de la pharmacie (les conseils d'un médecin légiste seraient intéressants à
ce niveau) ;
−et enfin, d'installer un système d'intervention extérieur aléatoire, de type message vocal pré-
enregistré, pour leur rappeler qu'ils ne sont pas seuls au monde.
15/11/22, CR consultation, Mme Anthor

Mme Anthor semble souffrir de troubles compulsifs du comportement associés à une forte
dépression. Elle ne supporte plus d'avoir d'hommes d'une trentaine d'années comme interlocuteur et
fuit littéralement dès qu'une personne de ce type s'approche d'elle. Je recommande un internement
temporaire d'au moins six mois avec psychothérapie quotidienne.
Mais quel est l'imbécile qui a défini les critères de sélection pour cette expérience ?

Pr. Pierre Dubois


Chef de service psychiatrie adulte
Centre hospitalier Sainte Anne

Note au secrétariat : trouvez-moi le numéro de téléphone du directeur de l'Agence Spatiale pan-


Européenne SVP …