Sie sind auf Seite 1von 134
[Notion d ’établissement d’un projet de BatimentJ GENERALITES Notion de projet L’élaboration d'un projet de Batiment, nécessite intervention d'un certain nombre de spécialistes, de technicians et d’hommes de I'Art | = Les intervenants dans fa construction. Les principaux intervenants dans la construction d'un Batiment sont généralement ¥ Ie Maitre d'ouvrage et /ou le Maitre d'ouvrage delégué ¥ le Maitre d'oeuvre (Architecte) ¥ Ie topographe - géometre ¥ le laboratoire v Ie Bureau d'études technique ¥ le Bureau de contréle technique ¥ Tentrepreneur Le Maitre de d'Ouvrage : Le maitre d’ouvrage est le propriétaire du projet, il peut étre une personne physique ou morale, une Administration de l'état, privé ou autre. Le mattre d'ouvrage est considéré comme la personne chargée de mettre en place le budget nécessaire aux investissements, de désigner les prestataires de service chargés des études et de contrdle des travaux. On distingue alors Les M.O publics : LEtat et ses établissement (MET- AL OMRANE - ONEP etc. ..), les collectivites locales Les M.O privée Les promoteurs, les constructeurs privés, un particulier qui bati pour lui-méme .... Les principales missions du M.O sont & titre indicatif Y_ Offtir les moyens financiers pour la realisation du projet ¥ Offrirle terrain nécessaire pour le construction par (acquisition ~bail...ete. ¥ Gérer et rémunérer les prestataires de service (i est genéralement le payeur) ¥_ Définir les constituants de rouvrage (programme physique) Vv Réceptionner louvrage en fin de travaux Y Lexpioiter ou le céder & qui de droit 2 5 Le maitre de Nouvrage déléqué Lorsque le M.O n’a pas les qualités (moyen humain et compétence) pour assurer, les taches qui en découlent de l'exécution et qu'impliqueront le métier, il peut dans ce cas confier ces attributions a d'autre soin (le Maitre douvrage délégué). Cette délégation est faite par le moyen d'une convention définissant tous les exigences et les engagements mutuels ; le MOD devient alors par cette convention, 'interlocuteur unique de tous les intervenants. Le maitre d'ceuvre : Le Maitre d'ceuvre est définit comme étant un homme de l'art appelé, Architecte auquel le MO fait appel pour diriger et piloter un projet. Les principales missions de l’Architecte sont a titre d'exemple ¥ Verifier que le programme physique du projet est réalisable, compatible avec le terrain & batir aussi bien sur le plan technique que sur le plan réglementalre. ( <--> we Y Conception de louvrage (plans, dessins, devis, description des ouvrages, respect de la réglementation en vigueur, CPS, estimation, détails ....etc.) ¥ Procédure de demande d’autorisation de construire auprés des services compétents ; V Etablissement des dossiers d'appel d'otfre DAO et des dossiers de consultation des entreprises DCE, en vu de lancement des marchés travaux par le M. d'ouvrage. ¥ Diriger et conduire les travaux conformement au CPS, régles de l'art, normes en vigueur et respect du budget v Prise des attachement des travaux en vu de régiement de l'entrepreneur ; ¥ Assister le MO dans les réceptions des ouvrages Le topographe - aéométre Les principales missions du topographe sont ¥ Cléturer et borner la parcelle du terrain (plan parcellaire) ¥ Procedure denregistrement du terrain auprés dets services des cadastres et de la conservation fonciere ; ¥ Etablissement du pian cété et qui devra indiquer les courbes de niveau et _devra étve fe reflet exact du terrain naturel quelque soit la nature et la densité de la végetation pouvant le recouvrir et quelques soit la nature du relief .Ce plan devra tenir compte de tous les obstacles rencontrés tels que Construction, voies de communication, arbres et poteaux, oueds, faiaises, éboulis Puits, lignes téléphoniques, réseaux de toute sorte, égouts, électricité, ete. La pente générale du terrain devra étre donnée .L’origine de toutes les cétes sera Le Zéro du NGM (niveau général du Maroc) Le Bureau d'études Technique ou L'ingénieur conseil La construction fait appel & des techniques de plus en plus complexes et qui ne peuvent étre maitrisées que par des spécialistes en {a matiére. A cet effet, le Maitre d’ouvrage, sollicite nécessairement des spécialistes pour la réalisation des études techniques, notamment celles relatives au : Béton armé de la structure porteuse ; Electricité ; Piomberie - évacuation et assainissement ; Acoustique et sonorisation ; (lel spedatise VRD Charpente en bois ou métallique ; Climatisation et chautfetie vnenonm€1. 2 KAKA AAS On distingue deux catégories de spécialistes de l'ingénierie Le Bureau d'études techniques ( BET) Le BET est un organisme chargé d’étudier la structure porteuse des différentes parties de Vouviage d'un Batiment. On trouve de différentes catégories de BET ~ BET indépendant = BET intégré dans entreprise - BET du Maltre diouvrage 5b: L'Ingénieur conseil L'ingénieur Conseil, uni ou pluridisciptinaire exerce soit en profession libérale (particulier) soit dans sous forme de société ou appelé aussi groupement on cite & titre d’exemple -llingénieur conseil : de structure (BA- charpente) -T'ingénieur conseil : en équipement technique (électricité -thermique .....etc.) - Ningénieur conseil : spécialisé (Sonorisation, géotechnique, acoustique .....e.) 6 Lelaboratoire & pire: obtenineiele le laboratoire est un organisme agrée , voire mame assermenté par I'Etat, spécialisé dans les études et les essais sur les sols , les essais sur le Beton , sur les matériaux , expertise des batiments, ons AC 7- Sorganisme de contrdle_(BCT) Le Bureau de controle ou appelé aussi le contréleur technique a pour mission essentielle, de contribuer a la sécurité et & la prévention des ouvrages dans les différentes étapes de réalisation, son avis et aussi indispensable vis-a-vis des compagnies d’assurance Lintervention du BCT s'effectue & deux stades - Stade céticé| Leur visa - Stade exécution des travaux, il assure de 'exécution correcte des ouvrages, le respect des plans visés et les exigences techniques reg issants les normes en vigueur Sd . piion, examen critique et vérification des calculs et des études ainsi que 8- L’entrepreneur_ou lentreprise Llentvepreneur est considéré comme partenaire du Maitre d'ouvrage dans la construction, c'est tui a qui le M.O confie ta réalisation du Batiment en mettant en évidence, tous les moyens humain (ouviiers , technicien et autres ) et les moyens matériels ( engins , matériaux , échafaudage Coffrage , OUtIS ....u€t ) Il - les Documents du projet > Les plans d'architecture_qui comprennent essentiellement Y Le plan de situation au 1/5000 ou 1/10.000 ; i iI doit visualiser orientation du bétiment, les points de repére du terrain, les voies publiques les voisins ...8tC 5 pene v Le plan de masse au 1/500 ou 1/100; Il doit comporter limplantation des ouvrages, les courbes de niveau, les cotations, le Nombre de niveau, les batiments existants.etc ; ¥ Les plans des différents niveaux y Pee “ Vu en plan des différents niveaux (S-Sol, RDC, étage courant, terrasse) ; mw v Les Fagades Se sont les vues en élévation de toute 'enveloppe extérieure du batiment, on ne représente que les facades comportant des ouvertures ou des ouvrages particuliers ; v Les Coupes Se sont des coupes visualisant la hauteur du projet elles sont dans le sens horizontal ou longitudinal du plan ; v Les détails ‘Se sont des détails 4 !'échelle 1/20°°* nécessaires 4 la réalisation des ouvrages particuliers: (Acrotére, appuis de fenétre, arcade... etc v Les plans de calpinage “ lls reflate le mode de pose des revétement (carreaux, GP, Faux plafond snnnmn-€tC) > Les plans de béton armé qui comprennent : ¥ Les plans de coffrage Se sont des plans qui ont pour but de définir les ouvrages en béton (largeur, longueur, hauteur) des semelles, longrines, chainages, poteaux, poutres, .. etc: on distingue les plans des fondations, les plans de la superstructure (poutres - poteaux - planchers) -les détails des ouvrages complexes et particuliers ¥ Les plans du ferraillage ou nomenclature des aciers Les plans de ferraillage sont des plans d’exécution des éléments en BA, ils ont comme fin, De définir d'une maniere précise, la forme, fa disposition, fe nombre, le diamétre, la longueur, Lespacement et la nature des aciers. > Les plans des lots techniques - les plans d'assainissement des regard et buses (Profil en long et en travers) ; ~ les plan de plomberie - évacuation des eaux usées - eaux vanes et eaux Pluviales: les plans d'électricité (tubage - cdblage - foyers lumineux- prise de courant et Schémas du tableau électriques) - installation de climatisation ...ete > Les plans topographiques qui comprennent Le plan de situation, un extrait du plan d'aménagement de la ville le plan parcellaire et Le plan cété, > Les documents du laboratoire Le rapport géotechnique du sol, qui doit comprendre au minimum, les informations suivantes : = le taux de travail du sol adopté comme assise de fondations, - le procédé des fondations et le type de semelies proposées ; - les données parasismiques selon la loi RPS 2000 ; SARE -ancrage des semelles / au T.N ; - Information sur les différentes couches rencontrées > Le Cahier des prescri ions spéciales CPS a Le CPS est la base du contrat liant le migtre d'ouvrage et l'entreprise, it defini clairement et avec précision, les prescriptions et les engagements réciproques entre le Maitre douvrage et Pentreprise, Le CPS par sa signature par les deux parties devient alors une piéce contractuelle appelée (Marché) Le CPS contient des différents chapitres - Chapitre relatif aux clauses administratives qui découlent du CCAG-T (Cahier des Clauses administratives générales Travaux) - Chapitre relatif aux Clauses techniques (CPC-CPTG-CPTP-DGA...... etc.), se sont des Documents illustrant et définissants par nature des travaux et corps d'état les conditions Minimales dans lesquelles les travaux doivent étre exécutés pour atteindre, un niveau de ‘Qualité acceptable. > Le Bordereau des prix - détail Estimatif BDPDE Crest _un document qui donne des quantités de chaque prestation et est complété par les prix unitaires de Pentrepreneur, pour chaque nature des travaux. itest le document de base pour le régiement de l'entreprise. pepe Le planning est la prévision dans le temps des différentes phases d'exécution D'un travail donné. Cad la décomposition des taches en fonction des délais. Pour 'établissement du planning, il faut connaitre - les données techniques ; -le délai contractuel d'exécution fixé par le marché - les quantités d’ouvrage a réaliser le temps élémentaire des ouvriers ; - les moyens de mise en ceuvre Un planning TCE est nécessaire avant le démarrage des travaux. 2- Représentation graphique d'un planning La représentation la plus courante est celle dite planning barres ou planning De GANTT. Le temps est compté horizontalement suivant une certaine échelle (généralement le mois ou la semaine). Les différentes opérations sont figurées par des trais ou barres dont la longueur est proportionnelle au temps d'execution. Le planning sert & contrdler 'avancement des travaux en cours d'exécution PRESENTATION GRAPHIQUE DES PLANNINGS (planning & barres} PRINCIPAUX OUVRAGES DE GROS EUVRE OUVRAGES CARACTERISTIQUES MATERIAUX FONDATIONS URS EN ELEVATION ‘STRUCTURE EW ELEVATION | cowver rane ‘Semellés continues sous murs ou semelles isolées sous poteaux | furs construits au dessus des fondations jusqu’a hauteur du daliage alle prenant appuls sur les murs Periphériques et les rofends en soubassement y compris + isolation hycrique et thermique | ~canalisations pour eaux vanes et ~ canalisations pour d'alimentation en eau potable + canalisation électique noyée dans le beton = Murs @a blocs de béion pleins ou Gréux, ou en brique ereuse, ou en en Beton hourdis au. mortier de ciment ou au moron colle - Enduit mortier hydraulique & rextérieure Doublage cote interieur ~ | Pouires, poteaux Daile en béton armé olf avec poutrailes | précontraint, entrevous et dalle de ‘compression | Pciassiqae” pannes appuyées sur pighons ot sur rofends intermeaialsess * chevrons ou fermes + panes: * @voluee : formettes industiialixée | Selon régions | *tuiles & emboitement ou a | ,tecouvrement * ardoises de schistes naturels Beton aime Gros béton — béton armé ou moellor * Baton arme Tisolant polystére * canalisation en PVG ous en ciment * canalisation en cuivee polythieiene TFG on * gaines électriques “Blocs en'béton ou en terre cuite * Giment et chaux * Doublage isovant Baton armé *howivalios pret precontaints * entrevous en hiton ou en tere cut "BA de la dati briqueées “Bors massif en sapin anwae - madiors, basting, chewrans volige ow fermettes } = tule on baton onjon lore cinte * ardoises de sei | dimportation a 4. Deludtion : ~ ibs Govanemmls dis Trovang au ont te Snat he fer de moti ver Arka) de Orrorce, c{ onelebe, A! erable ode. S Uceuvetneiks hia Buren oak wins © vege ae eee a “ Cok mutt clear balinent aches gus Us fouiller wepe toe! Apes: forader do Lonthrudeon , douc 2 opercttion de dibRaia \ (. doveuwut le tore) ot de Bewcblais (2 fr fare on bun Auth on hus errs provement Aes e a 3 Soindition avalles Sseeut ds rove elle ak de LorccTinuy que accep le bole . ‘ents type! Ss de fouilles { on teanchéas ¢ on excavation @ blew = ee Hes ieee 4 Verusin cae four lle prot aeolirés, se forwdal®, cove, domalise alerted ef inte sins wduyforar Q~ Paublais 2 comp lek tone Francie, sine tion, deep ler de Acle tortie wun wun rde fous une dy Batinent pes ‘ i : coms ddr ou Bol. , Wie A untae da Lo. Yoke vhs itbes e ew we aff BTV Cou! Vero) Oita, as mowrenients de toy Atatif me Alto fage latin ee = oust hud Wns mrawars Bae proud Oly esis a deer glace ak 2 bo mse a rent ti ee finindaner prada am wivelleent preform oe purl dere reek londiun. mateble. Mote naff wert Hk is Mug 6 On6 de uk Longeuk hie Ce ee er £ firs fine wut Ant ~hogia por leurs de {feutia ty, Frscisenut 4 ters, rmoture, ( TY dle de meliniel of tegin a Dirigation | Nature | | 4 : " No gol. | Porscteiatiques lrnetn mdinats time yolote Apannen facile & La fetle. dagele- pier - orlloe | puoche on fue - Garrnaur Os [Fat a enliven fla heguce ‘, : ee rople wow, Qiaise ceuupocte Qos pe be kp oe frouc be. ee p= Carrcousfracte doliaie, Aypre Necei@ duktuwd? ale Doel mor prswrcaliqu -* our vowipacts | Roche. “ t } h oF irtortte A wotey que Ligyrrotinriary cough rank dy vol. sopansictit u ue Apolunne OAL wnboctiou, ae & f5 ; diptd da ta we fire hes rolintaun Arncoulegseb Que crue AO ULL LL 7 paneer he poluwn darad de eurfa sgt ae ¥ 7 Pyar -cettevamer € volun tras partir, on wedi tre Hv 0 7 : aha He agtrouk por fy cow. busect wht fe Wrst wat Ui weirs meorlinease Pads spe hes rome macnck A yoo | ane Aboo 2 8 yan, Asse i 2,89 8 a z 0533. O60 JiCealvoirs Qfoo- Roo Ae Rohe. | A300. LH00 om Ayo @, 84 A600 0, 0 De APART TYR eu Me eT A.Gewralites - oO. 5 Qua abcsbir AnGue bus toratouents & Gad bre omer oe yous & peeve ~kes timasseurenta tn He Uae, ty foulinraurs on &% posts. — bes Crnatemuls yous Lun PL Loom 2 4X Aeon (4,00. m) b-2 - fet tence. LS Loom of Ay doocie 3. Leill + La ples mage ou ty excavate, £72,ovm, Lely b-4 on ve wb Wwe HE YOU: ee oles ®. Reetizer Bde fouithe ie dvbod iS aa rpos J sa fla a walG au nlgek a! abtnat { ZA + rata, ot tun lobe tuo ( 4lo lavuimetrus ub 4 tue) et fio du wives At ee an Arowede tpres a walle tn we chase Loan jana equals ov Vaffrortt La ayus eb dts bewues ites wae fe plow ade + fp tion (shana be axey ce pokex eu oud be Ue (fs Liiont taralant= tb vow Re uaa Dianclea ete, b fe BET (mot aw A a wore tua PN AL reuption ve wre a “aut unt boujouds You hanwe * va Zeapharnto feo, Se be] de hans tor ee phers sae Trogaee i eleventh de iol Trapags &t Serle, (oragtne 0 lores lis Yermelie eu BA 46 Ly in Ae calfroy de. fowdation we ) lerdan wu vorrk £6} a. Pea Ce, Lipaions es vex Wlealevenent abe a, concise sa paficiite Ser wu pr| poudene (ararcertt apersrvelerneurk Apereolatt. dbo & YOU . Cette, couche tik des weed conn hu de Le Grn vege jie £ Guanes t Le f naa forte 4 rales wars afte (ouure truit€ furfoes du + war de bovdeuwal de brags SE aecoe een i SO ek BOUas sre ; | ~ SD qk fare ole Raval md Hatinert yous roes- somali Gdn 9 © Bo cu MEMS awit eevee vous he 6 [pes An ae ONE aw @ He zs D/~ Muncie UC KMvayoy oui UAM VAAL SK Une foutlle cx pote wale ote ex corti dot La 440 horde Mo Set fever ob feu dupolbouG (tee eprarscale serefo f clo. Sle prnr pafprertee ‘ pada dso proferdices pou tepals - aoe oe foud de fowd Ley fee Qe pret ditinguet Rmede He iahantion de fouille ye Foullle Panchs Peete re proforultier de Ce forthe Cay woking adastornce Ae ve fpttenmncets . Vor pole Fernie Pres 4% pact) pelseasit dd marious vaurtau tr, weve t dt bo wag pt | ub cle wa he {« cheats ache ho woe wd cle facile alien mepaop direct ($2 poowefea ap dire E(y Aung Ore ake Porno tts. Paws Ub LAS MO Reco da wep) UE a UrH L'a boas Weir a £26 wot Puafhar il id Lau a Ws ve ‘pow it omtralwnd pas A pre £5 at whol } ieduimind oor Aorrg se Cdhcouwre un de wivlbrodle de pete at og shard crrre Atrnrt ida ok to 0.05 4 ( poets Adironti) voie $3 te ae spss be dr BUA ag une opbretoonr qe onsen, fe eaux de uivellemuat of al! arte hirolien open a att aw a QhA “alleon ink wecesposre VOU tynain de Hue o4 actiolbnth (cont Taure, colune ). Wea pourtiner du bAtiiin ce talus des four (les si Mead, seedicezcbtn. lp wd, Vrtenee io omy henry wa dan daces Ae protien, &4 a Traut een Me cece wwition dv ak 01 hy wold an (2 atinbleceet dis races & touche Aa collec \uceede stot) Jo. sStraniea towilee sifna. d vomntlows ( 4° % = eerie ous Joules | COMPUT J ~ Apes pategs It a ugh Lotion rages, t bp erlleg te pees Woe ko Reaksdon exec Vik: gp manuellziaak SUI slogabud ou de Tower (pul, S ebilie de bh hay eins ude Cerre Moreen at Bi vole he Cerne aie wee kg Gi ve ce Le wear Ga, gun paterk sonree. (eeter ob ero meek uageck,, vou eyes saat) ENGINS ET MATERIELS DE TERRASSEMENT D'UN CHANTIER DE BATIMENT . (b) (2) : Travailie en butée (d) : En Benne preneuse (b) : En retrofouilieuse (e) : pour battage des pieux (c) : En dragline an ai (A) : Prouvent aussi jouer le rdle de grue LES PELES (Mécaniques ou hydraulique) CHARGEUSES PELLETEUSES Photo 2 Photo 3 PELLE CHARGEUSE Photo 4 CHARGEUSE SUR CHENILLES Photo 5 Photo 6 Photo 7 LES ENGINS DE TRANSPOR Photo 11 Photo 12 Photo 13 charge en Vrac Blindage et Boisage Strésillons, ou "butons" \ nt \ deli anh anole conetich: butoir semelle piquets-butoirs ou elais: de butée ou “aceuls" on Blindage & Boisage Horizontal @<« wa W fof 2 A ra. le i eapaet pi com et clamneau Joncrine Blindage a Boisage Vi Wh GS maawvais my go Etaiement des fouilles « anquotte: ce Boisage horizonta a: RY Boisago vertical | Etrésitons - woke ce Rabattement et Pompage D’une nappe phréatique pourtour dune zone de terrain lrantes), par lesquels on pomype a forer, ants {paunite lorsque te niveau top profi] ini de 1s naj I i i rafevlament i | | 2 posh an Foie (ymse 2) winnisn tbat ww de nope Camm Ce 1) Defi ion Les fondations sont des éléments porteurs d'un batiment, situées dans la partie inférieure en dessous du niveau du plancher bas de la construction, at qui sont en contact avec le sol .Elles ont a faculté de répartir et transmettre a celui-ci, le poids du batiment, Les problémes des fondations dimmeuble Bas, sont facilement résolus par les techniques actuelles, & condition de connaitre au préalable, la nature du sol et ses caractéristiques. Les sondages effectués sur le terrain at etude indiquent ~ Le niveau de la nappe phréatique; - La circulation deau a lintérieur du sol - _Lanature géotechnique du sol. Les essais au laboratoire sur les échantillons prélevés sur le site, permettent, identification et la portance du sol. Ces informations sont consignées sur un rapport de synthése appelé Rapport aéotechnique. Ce rapport utile pour lingénieur, pour dimensionner les fondations et en général la structure porteuse et permet aussi le choix et le mode de fondations, définit clairement ~ Le taux de travail de sol (la portance); - Le sol a adopter comme assise de fondation, - Proposition de mode de fondation, - Les donnés parasismiques du site Le choix final des fondations est dicté par le prix de revient, tout un mettant en évidence, l'enjeu sécurité et stabilité de louvrage. 2) Différents types de fondations Un batiment doit étre en état 'équilibre statique par rapport au sol sur lequel il est fondé, les actions qui s‘appliquent sur le batiment doivent étre & tout moment en équilibre (Z Fext = 0) telle que Son poids propre (charges permanentes ou de service) Les effets dus aux (vent, neige, vatiation de température) Les surcharges (les charges d'exploitation) En retient alors que, les fondations transmettent ou sol les charges aui y sont appliquées a savoir - Les charges permanentes - Les charges c'exploitation ~_ Les charges climatiques. En revanche, elles regoivent, les réactions du so! d’oi! le choix convenable des fondations. Dans le domaine de ia construction, on distingue trois types de fondations - Les fondations superficielles; - Les fondations profondes; - Les dallages. 2.4zJes fondations superficielles Les fondations sont dites superficielles, lorsque le bon sol d'assise est a faible profondeur et que la resistance (portance) et satisfaisante. Ce type de fondation est relativerient accessiole par des moyens courants de terrassement (H =1,00 @ 4,00 Max) . On distingue deux types de fongations superficielles Les semelies Les radiers 2-1-a : Les Semelles a-1: les Semelles continues Ces semelles sont disposées en continu et sont réalisées sous mur, voile en BA ou sous poteaux 2-2: les Semelles isolées Ce sont des Semelles a surfaces carrées, rectangulaires ou circulaires; elles sont généralement situées sous des points concentrés (ponctuels), des Poteaux. Lorsque ces derniers sont voisins, on exécute une semelle commune pour les deux. Les semelies isolées peuvent prendre de différentes formes, a:3:: les Semelles excentrées Ce type de semelie est réalisable sous contrainte de mur existant ou mur mitoyen. Se sont des semelles qui n’ont qu'un seul empattement appelé aussi débord ; ies charges sont excentrées, doi leur nomination (semelles excentrées). Dans ce cas, !'axe du poteau differe de celui de la semelle, ce décalage est appelé Excentrement = e. Pour équilibrer les efforts transmises au sol on a recours a des poutres perpendiculaires aux semelles, il s'agit de poutres de redressement = PR, et qui ont pour but de transmettre les efforts résultants de l'excentrement de la semelle. a-4: Fondation a poutre échelle 1 Crest 'opération qui consiste a creuser a 'aplomb d'un mur extérieur, des tranchées de 0.50 4 1.00m de profondeur et dont le remplissage est réalisé soit En gros béton ou béton cyclopéen coulé en pleine fouille ; En maconnerie de moelion sur béton de propreté avec ou sans chainage inférieur daa ‘ Dans ce 2*"* cas, on réalise une arase étanche pour s'opposer aux remontées d'eau par capillarité. 2-4-b : les radiers Un radier partiel ou général est un plancher renversé qui supporte lensembie du poids du batiment, réparti les charges sur une surface importante, ce qui permet de construire sur un terrain @ faible portance (de 0.5 a 1.5 bars); est une solution onéreuse, mais résout le probiéme des tassements et les rendent homogénes. Il différe du dallage courant par son épaisseur et sont réle porteur (épaisseurentro 20et 35 cm) Il constitue aussi un chainage pour les points d'appuis. Le radier prend appui sur les murs et les piliers de la structure et est soumis a la réaction du soly On retient alors, que la fondation par radier général est adoptée dans les cas suivants Si les dimensions des semelles (filante ou isolés) en longueur deviennent importantes, par contrainte du mauvais sol, Des charges trés importantes de la construction et du voisinage des poteaux. Le radier est de réalisation facile et simple, il s'agit d'une dalle en BA c’épaissir courante entre (20 & 35 cm) posé sur assise en TV compacté de granulométrie de (0/40 ou 0/60) avec isolation en feullle de polyane. Les charges transmises par les murs sont périphériquement répartis ce qui rend les abords fixes sur le support alors que le milieu se déforme sous leffet de la pression. On a donc un diagramme de sollicitations renversé entre les murs. Ce qui nous améne a placer les armatures ou partie supérieure du radier. 2.2: les fondations profondes, Lorsqu'll n'est pas possible de fonder par des semelles superficielles en raison de la nature du sol et de Timportance des charges, il faut absolument chercher une autre solution, cette solution consiste @ chercher le bon sol résistant mais souvent situé a plusieurs métres de profondeur et par conséquent, realise: des fondation assez profondes. On distingue deux types de ces fondations a) Fondation semi profondes (Puits) b) Fondations profondes (Pieux) 2.2 (a): fondations semi profondes. Lorsque les profondeurs a chercher pour atteindre un sol résistant ne dépasse pas 8 m, on fonde par des fondations semi profondes appelées aussi "Puits". Ces puits qui peuvent prendre de différentes formes sont généralement non armés et sont réalisés en (GB ou B. cyclopéen) coulé en pleine fouille. Toutefois, la surface d'appul dépend du godet utilisé et varie en général de (60x120) cm & (120x140) cm. La partie supérieur du puits en GB et munie d'une galette armé appelée Téte de Puits qui a pour but de transmettre les charges concentrées au GB. a-4- Caractéristique du Puits fej § Section et formes Carré, rectangulaire ou circulaire et cela, selon Le mode de forage (percussion - rotation) Le matériel utilise (bonne preneuse ou Tariére) La nature du terrain (blindage ou non) Dimensions. Les cotés du puits varient de 1,00 4 1,50 m Le diametre également de 1,00 a 1.50 m La profondeur s 8,00m max oi La distance entre axe des puits varie de 4 m a8 m et depend Des efforts 4 supporter De la section du puits qu sol soit satisfaisante. ( voir schéma des différents pults ). Certain constructeur ont développés des techniques permettant économiquement, de remplacer le béton du puits par le principe de substitution de matériau de qualité technique meilleure et bien compacté in situ. C'est la technique dénommeé.” Fondation par puits ballasté") bo doo é a-2- Extrapolation du puits = barrettes | !/=5" : toa neice | cs * La technique du puits est limitée notamment par le rayon d'action des Engins de terrassement. Afin dlétendre cette technique, des engins spéciaux ont été industrialisés. Ces en engins permettent la réalisation des fouilles de petites sections (largeyr 50 120cm) (usqu’a plusieurs dizaine de métre) de profondeurs on parle alors de"barrettes". lio! «2h La fouille est bétonnée immédiatement apres, creusement et des dispositions de stabilisation des terres des parois verticales sont a prévoit’ Gath ise généralement des "boues" spéciales, (Boue bentonique). Mélange de l'eau et de la bentonite (de fort benton, ville des états unis USA) est qui est une argile colioidale provenant des cendres volcaniques @ limite de liquidité élevée, gonflant au contact de l'eau, elle forme une boue qui est stable au repos, et devient liquide par agitation {on dit qu'elle posséde des qualités thixotropiques) fs 1.7 pos fe foe ot Lucte, (ena) jusqu'a 25 fois son volume initial, et ceci dune fagonkéversible. Elle a la faculté d'exercer une poussée hydrostatique équilibrant les poussées des terres, elles rempiacent tout boisage et étaiement des parois de la tranchée. Les Barrettes _permettent de reporter les charges de fondation directement sur un bon sol, suivant un schéma dexécution similaire a celui des puits. La totalité des charges est transmise par la Base de la Barrette. Les dimensions courantes des Barrettes sont de lordre de (2,50 x 1,00 cm), Elles peuvent étre groupées afin d'augmenter la capacité portante. La capacité portante d'une Barrette peut atteindre plusieurs centaines de Tonnes) elles permettent la fondation douvrage trés lourds. Exemple : Tour Montparnasse a Paris est fondé sur des barrettes descendues a 62 métres de profondeurs dans la craie. .. ~ Le fe hevte 2.2 (b); fondations profondes. Lorsque ie sol résistant est situé a plus de 8.00 m de profondeur, on a généralement recours a des fondations profondes" par des “Pieux”. (Sol de 15 4 30 bars). Les pieux sont la solution technique la plus commode lorsque le bon sol recherché est & une profondeur trés éloignée. Au-dela dune certaine profondeur, les moyens mécaniques habituels ne sont plus opérants et il faut done par force de contrainte dutiliser du materiel spécial. La mise en ceuvre des pieux, est plus facilement adaptable 2 des conditions variables et enfin, les techniques de pieux, autorise, dans de nombreux cas, l'utilisation de forces de fortement lateral Le principe de pieux est de concentrer les charges pour des points singuliérgs, ol! 'on met en cauvre des ouvrages spéciaux, et de les transmettrent vers le sol d'assise d'une résistance meilleurs, on retient que la trame dinfrastructure doit étre en concordance avec la répartition de ossature en élévation, afin que les points de descente de charge coincident avec les points d'implantation des pieux. Les Murs chargés et les poteaux doivent reposer directement sur une infrastructure capable de transmettre correctement ies charges aux fondations Dans un tel cas, c'est essentiellement, la technique de mise en ceuvre qui est importante et détermine les différentes catégories de pieux et leur made de fonctionnement On retiendra deux catégories principales de pieux : ‘4}les pieux Battus 2)- les pieux forsés 2.2. b1 -les pieux Battus Ce sont des pieux préfabriqués en béton moulés d'avance stocké, et enfoncés dans le soi sous pression. lls peuvent étre aussi en bois massif ou en acier. lis ont une section carrée sur toute ou une partie de la longueur (la base comporte un sabot métallique).ces pieux sont enfoncés dans le sol a l'aide d'une “Sonnette" muni d'une masse frappante appelée"Mouton», le battage est continu jusqu’a robtention de la résistance rechercher, la base du pieux qui pénatre dans le sol peut étre de forme arrondie ou muni d'un “sabot" en fonte ou en acier Moulé, elle peut étre aussi frettée. C a d fortement armé par des cadres ou cerces d'espacement trés rapprochés. Pour éviter 'endommagement de la téte du pieu on prévoit un Casque de Battage provisoire. NB: La technique des pieux ne peut étre utilisés que lorsque les conditions favorables de battage sont réussies. + Sol exempt de rognons calcaires, _ * Nombre important de pieux & mettre en place, * Constructions existantes assez éloignées du terrain a construire : + Terrain relativement plan hg 5 te Pioux a tubes battus Ce sont des pieux coulés sur place, ils descendent jusqu'a 30 ml, mais "ébranlent “le voisinage est traversent difficiement les couches rocheuses lls sont des tubes métalliques battus dans le sol, ces tubes sont fermés a leur extrémité par une plaque métallique ; le bétonnage est exécuté a |'intérieur du tube avec ou sans armatures, par couche 4 ET ace successives suffisamment comprimés, Parfois on récupére le tube au fur et a mesure du coulage du béton. Le levage du tube doit étre controle et se fait progressivement de maniére a laisser en permanence au fond du tube gardétsbifisante (du béton) pour que l'eau de la nappe ne puisse pénétrer dans le tube dune part et pour que la terre ne puisse se mélanger avec la masse du béton en cas de mauvais sol NB : contrairement a l'aspect lise du pieu préfabriqué le pieu moulé remplit toutes les infractuositées du sol, ce qui permet d'augmenter les effets de frottement latérale. 2.2. b.2 sles pieux forés ” Ce sont des ouvrages mis en place 4 lintérieur d'un trous réalisé préalablement para technique de forage 'étape de forage constitue la partie la plus spectaculaire de la phase de réalisation des pieux Les engins ou machine utlisables sont multiples et leur nature différent d'un terrain a fautre Les plus couramment employées sont soit des tariéres (pour les sols relativement tendres) soit des machines a Roto percussions (pour les terrains compact et rocheux). La réalisation d'un pieu foré nécessite un tubage progressif du sol. Deux grandes actions sont mises en jeu simultanément - fongage du tube d'une part; et forage du sol c'autre part, ces deux actions sont réalisés ou moyen d'une benne preneuse (haveuse) (abattage mécanique d'une roche verticalement), dun Trépin ou d'une pompe a gravier, selon la consistance du terrain, Le tube est mis en place par fongage au fur et mesure de la réalisation de la fouille. NB : les tubes dont le @ intérieur est de 40 a 80 om, ont une Iongueur de 150 cm leur assemblage Seeffectue par fitrage suivant avancement du havage Apres atteinte de la couche d'assise recherchée, il est possible dintroduire, contrairement au tube battu moulé, des armatures métalliques en cerces préalablement fagonnées, et le béton est mis en ceuvre par des bennes spéciales congues a cet effet. Terminologie o Téte de piew La partie de contact entre le pieu en béton et le poteau qui est censé y étre appuyé, se fait a aide d'un dé en béton, appelé " Téte de pieu" duquel sortent des fers en attente pour le coulage du poteau Pour les pieux préfabriqués on peut étre amené, en fonction de la charge a supporter, & battre deux ou plusieurs pieux & proximité les unes des autres La téte du pieu est alors dans ce cas plus importante (rectangulaire ou triangulaire); elle permet de résoudre les problémes posés par !'excentrement des charges, © Lonarine Dans le cas oli les charges (réparties ou ponctuelles), sont a transmettre horizontalement aux pults ot aux pieux, on exéoute des longrines (poutres) reliant les "Tétes de ces demiers ; elle sont réalisées en BA légérement ou fortement armé, selon importance des charges. Conclusion : Finalement et a la lumiére de tous ce qu’on a vu, la conclusion générale qu'on peut tirer , c'est que dans le domaine de la construction, des diversités de techniques ; sont disponibles pour résoudre le probleme de fondations d'un ouvrage. Toutefois, le choix s‘effectue au regard d’arguments techniques (qualité du sol et du batiment 4 construire), et économiques (cost relatif des différents solutions possibles). Les dallages Pour construire la plancher bas du 1* niveau d'un batiment, il faut connaitre d’abord, La nature du sol; Son relief (nivellament); La profondeur de la nappe d'eau; Les événements éventuels qui peuvent se produire (séisme, crue, glissement..... etc.) coo° Dans tout les cas deux solutions sont possibles a) Dallage sur terre pleine b) Plancher sur vide sanitaire 2:3-a: Dallage sur terre pleine La terre pleine, est un apport de matériaux disposés sur le soldu TN qui va servir d'appuis ou dassise du dallage. Elle peut étre constituée de cailloux, pierres, de gravier, de sable mélangé ou non, elle ne doit contenir ni gravas, ni impureté (matiére organique) ; c'est un matériau sélectionné ayant de bonnes caractéristiques physiques et mécaniques Ce matériau doit étre posé par couches successives de 20 cm environ et doit étre compacté, sur lequel on procade a la pose d'une couche isolante étanche (film de polyane) ou (polystyréne de 20 mm) ; de méme il faut 'aménagé pour éviter les effets de poingonnement, pat‘un sable de 5 om d’épaisseur ou par du béton maigre. La hauteur minimale de la terre pleine varie entre 18 et 20 cm ; ce complexe recevra alors un dallage en béton (épaisseur 8 cm minimum), dosé entre 300 a 360 kg/m3 legérement armé par trellis soudés ou HA T6 espacement maximak20 em, généralement posés dans la partie supérieure moyennant des cales de 2.52 3 cm d'épaisseur 2-3-b : Vide Sanitaire. Girne Sol Dans ie cas de sol gonfiant ( argile ) , on évite toujours que le dallage ou le plancher bas d'un batiment soit en contact avec le sol , c'est pour cette raison qu'on laisse un vide ( un espace ) entre le sol et le plancher , cet espace est appele « vide sanitaire » ou cave. II doit &tre convenablement aéré pour permetre V'évaporation de lhumidité du soubassement, Le réle duvide sanitaire est multiple Il permet de reporter les charges du batiment sur les fondations - Il €vite les remontées de I'humidité vers le batiment - li permet, a condition d'une hauteur de vide suffisante (60 4 80 cm), de disposer les canalisations Visitables. 2:4 : Les Longrines Les Longrines ont pour réle de ligisonner les points singuliers (poteaux), de porter les murs et servant aussi soit : - de supporter le plancher du vide sanitaire ; - de limiter le dallage ur les rives du batiment ; Hee eee el cee Ie dala faneplania weuntert Les longrines sont réalisées en BA, elles sont soit coulées sur place, soit préfabriquées et elles ont une section rectangulaire. pal cA Qurk at ee polhouge Dispositions constructives encontrés @ | YONCTION POTEAU-SEMELLE | wutses dispos ® Livison d'un poteau isolé avec la semelie ction du poleau poutre de. 7 ceanessawem action du sol Hurtasemere PERSPECTIVE bs poten poteay BA recevant leoy BA poulre de plancher| SCHEMA DE PRINCIPE Jivison poteou -semelle ® Semolte isoiée recevant un poteau situs cantre un mur Raulres systémes do mise en place existent. On cilera Rolamment le vibro-tongage Ieperianna B H>8 ® 24 — Go type de semelle est le plus répandu. (10 % des fondations réalisées!. Mf Principe de fonctionnement sous effet ios charges verticalos © et &. AWALOGIE opesons un bochoma chargé et amb écartéos » ies charges du mur sont tranemises dans VGpaisseur de la semelie par un faisceau ia bielles de compression — Béton comprimé » Plus les bielles sont inclinges, plus elles tandent 4 étirer le béton & ia’ partie infé- rieure au niveau des aciers = Acier tondu rE » los aciers principaux porteurs @ sont places : dans le sens transversal de la samelie, @ la partie inférieure pour reprandre les efforts de traction précédents, snctusions pratiques : WUE DE peSsUE, t TT f 1 ® dee pocinss [odes oe eéoartion » Tes aciers de répartition servent a raidir fa semalie dans je sens de la longueur. lls sont placés sur les aciers transversaux. » {a section des aciers ® @ varie sui- vant: — la charge par métre de mur, Ja section de béton, SEMELLE CONTE ar an a + tsa Biles Ge compression ® Schéma de princive @ Armatures classiques des semeties ‘continues SEMELLE FLEXIBLE supposée non armée ‘deux piiénoménes se passent simuttandment TION @: Femanaur Semolle non armée transversalement p ACTION DES CHARGES ‘action du sot Poingonnement + rotation = cisaillement vertical flexion 5. Vatiantes d'exécution des dallages Objectif particulier recherché : réduire les risques d’infiltration d'eau au niveau supérieur du dallage T Yariante n® [se reporter fa fgure Il ryens ulisés + = frase etaneha, en morcier syoralige. @epaiseur § em, pivaay inférieur ou dulage, ‘ans Uapassaor du mors (eesiste aur wu le perméere ela calle obtenu lors du cou lage 4 Tide du planche de eof Frage dispose & plat ec qui sert ae guice pour dresser le beton de surtace CI Voriante n* 2+se reporters [ Moyane utilicés yen aon “erase étanche sous Is ealle ~ coupure Etanche aedassus de dalle dans repalsseur du | uo dsaecuase mur avec doubinge ee Romnniue Un profi plrique, peu leo metre en pecs wena peur ambit Je ple elon. Serle corinu nto os 2 tn oe ree ms Figure 12 variante avee arate étancte en dessous i el coupure stonehe auedessus le date ‘Figure 11; varlante aec décaiss? au dessus de dale BA, i xa périphére IER ee ee ee eee hes. Veeevbe bhop I —Les Taeois 4-94 ou HA US ro wl uihits OUN vores ds pepe § prin KINAEAA A! expe jo ta wnrchvanges 4.¢ bret ot youls praaticars de leaps ya te, Reape: tin wus f ph Lie Chun pew seb sur (uy -thorers 7 wo yelt 2 ha naw plis agg + b rec les Dyaraclae” OL < fy dur de He voflt comnts Avnet lr Us Ape (A tn . Les elements re feces ( t A + eacor, 2 Vole daseprooedtaus Les afer wun inion ty WAG cou babuatacdsn 0 a s laetlc ccd 2 wapeoler ae se oe frewas rn fe eu I poe ees, Gs ay de 4 \eqantiore J bakwent pos Lie edoarseps valivvane ts th &% Cinioueees , Ceuk des murs gue tour bhiut opoire lene flee Lope cate 7 aw Aa d- Chey ef Aeuq notions eee fen diffe ts bres ipauete , Aastneuk alors: Lees cuca te fosrede woul deegues poor (eucs prow hers cTanclic 1s wie bts fpuse po! A, bl. La mwas ok Cee (2 Sout dea age vain HeLtn PR LLE OAAEAR IS ok ea fogoctes gotrre 0 eke he wh “a sah lo Lag: d)- “Pamus en aypuitinsans ish caer pac edouends waffle (por Le outliers + ff te & Leng, raw Pe aoullixean Ga ayonenoky | al. ka — LSlure propre 0 bert pete “ PUBL. fe wan le boul Ce war wud ee tomate yaenk un tab de Aijeoe oa 4). dla ale peguen Var nue att proguars te wn war ee fas eacuare Ai cnlantes & dicot Lor poole weportaen ooh ter fuse de cowwbkia. 4- a WA ccc phnens pate y- Auea db four pee d “tha punto Alun opoude, ee cou heal oles ce vector wa WAlta le cane Ce Ba mH eytinntar valindia, ent — eta a 4 a a ek porting, foulbnaias - Wa le © Ste he sett a f pa hy ( aerator eke wou lier. Ae TWA OU an trl_ UWA ae Co Le Ld a jouttinnt worded ueoliee a A de Gortiuewout Co Wa WU dont ha foutle lt “pps ow pure 4 / 4\ Maas we boys Ce YA Wan au Soporte Atak per hy uw 4 Quoloe « legsees deTore - wat tis wes te GOIN Ab oon etuet aw whe Lo. Tra ihe Aacttvin bee A). lls fra tut? mur de fe We autour, ne, porine as fa wee Gos ow Uwe avenge ak date averse dowsgu' ob ane Cow prwt we ourerturts & wa wk dew \. Uuws e foubawement EHH SHEIEEL fe caer mans Gust Hagferrle & planer Lea alum brabuntot oj. dlur Lrelor We (witre plore) NG Count wa youn tea vinks pod Une we wine bapa be fe Lun. A ambos ( poeposee j 4. Te a cous bows - Bea. BaHwert a Aare murs A (p wwe. tt cous hactao a a HE Low ae ps Le sagt wa Lahinent Lappe + eon hie tan be nictiveteor dune niolow hapagsneeur waraaclle Oa rsa ods atlova Je un PAR WAUE feo ey een cles fonctions p ( bruger pos yee Motes Ncitenath cook bout les Lamunes pron ce hypesales ws dias wus Kiaaebottata ld fos wus adit ue’ “youk Lousy bude fe wan aeunvblage € veneaye ole be hou 24 she Lo. Terre. ule ou aug he Le. pe gent he work ide blee. plein oH ttl 7 H f fovlaux tuploye ipowede shes coroctinaabices Lelmolnguane fen “ee L di t bless hs Zs Punupes oprnoiis lt wise en otene nutle slerTigie «bpd peuicod Ub, Renu t I day che macnene nie Lis wwalimianc utevent ote 4 coor les £2 bs ees a eppalir Around ee pres ye eect (ree cle pow My tes pots deporte dave fe flow ch [rennet the dtealia ales bin chlense o porfaide sobetcon de wus ck As poroitha fe Depot we foame da howe. rnewl sque ek tan couslout ae al YL wpace tu boneweut Ae On diol wey a Mung im pore eb i CEs a us 2 ype dames tracditio wek: Weak tous blur dius weak pore encucd ou tue, & te ga Rank coms hhae ef ine eck wea lnueaes Prune tepe ue taille, Mec w bebonon aggios) (Ere (ex: wascetlow , brmegun) pairs Tank cows h hee te Pauses wmelowatiy yriac2pauy voludearcne! 1 mrcedion + bebo bawchil, bua pee cae bu kt waa tie Louthtue he dparog dig hid wy QWs Sp atts 0 béfonl< fons Mux a Pou lete puorer | Gly ed separ "pan Hue Hennes ge ft tte Lome’ ite ale co ou Nerf fear Maw dngsteunk + bf [bugs pass unk exe bh, aque ple brug perfait) Gs 2 parcustout dl opauizurs Yn Rhlimcueé igal on : M4 pli ( hg: 0 de men ave dou bad fi 1) Chtec en bebo ated EH eee ees wattinuat elf (nage rtueade Lean ; Iniquan rere Se 4 of Corntatize Om pate ae TL des Bogades. Pefeation f aye ltt youk wl mis exGrrre fie bobwwet aru! amine eect ' : prsentifuelia d'claisuent, A avrcctuou ot oe protection lia agents igtoues 0 Contes (os Ll HOS Uae aes HU ea enuaNta marge 6 oe mem 2 Type de ies J cree dia. Feagacdk porlints Ty ont Ce plas sou vet M0 LEE oor owners wirse (elo hasthe; pro weellons), Ra gen wey fered Lewte maces ( Crenntantx| tu won DL cleunte veticenu a-b “4 peau ' dans 4. Ler, Ou pacts flats dee masces thunvenn ot obec te b ww yor be froutre slo. low trectie Pevar apes & fecocte fron lenses (bi fou Aesere side. dorbte ote hoot tevinatiocn’ | wate Sree u whadu pont dati ob bore couckhie te Wueliace oe pedis (ouncles « Gs rok des Foye eh in een poets + 7 g.d- Bogadu Lane - wt 4 fate de prot ode 0 Kodltol # bh Lleyator de theme. 4 Ges peccverat the tie cua! au ( Drgconhuce } as if ol Gagpt ale poe dle fogode as fe plancher alt 5 & veomrangl as c (rasqigen bs cebu ou ait ales ¢ a yee lous 1 phe WWE woutranre st poe ie tn con Rr, sliare & —— conclu odin wee Maleate ak Uma firobien e fest (aswré | dena eferseuerds whe adobe eae de - foyades coults tur fate aild Aaasr hy aft ' Actin. Arona che’ corned fa Gs rowk ls > paekig Ue / , ude beucttur Be dlebagg voles As fearet vw jeri ou fr Math é faite a Baad pe Iuquie Hooda pce peuvent the +4 brent im fooseaioy (ourflet pha elem ye io ls abowl {wee} (ee } “0 ao Heh allegss , bracusees fowl jab Jpor dla joledarutes sovee Us Elis du mrs et i . ‘ Helyadu eu. Mnponnirit fe yates Poy tock pow Cs « ctoutele., ©" dn tinany tt oe caploue wvaact lin (rote opti pod hive polostinn cot Labur Ext we he (er at pred Cae t fae fou € qeeiwak ge he Mata, Pana Dt, pb a ‘chowher wets ft ek Von poly pe TW _ Panols Inieweres Non Pobleusé fb. Pefuuiou tis PINP ont yo rut ale pote Yer b volume wmtrur dun nea Au o2 Hee pee evo ME cuceemeon dé vol wont (i out hewourds la Bormes « Labuoticns he as purrs a bootue dans ke lef pos be, foals Le ct Lied que Peduteut, voduindunn Uo inntt Selec cyaten aes Cesng ut dis brooms t acduetl Lirego.0 7 bbe lung Ub dele of eechastnek 2 dons le Lae. he producti des 0 Famcobreased dae porpete you. Cemtet [” i : Covi ; i V. Chaseficction de terran plow Br dutinetion u 4 atone dntiloution 1c, Cheisalne) un, U8 pee wieder ( te r Boe tourt cis clovrans alaaliantes (womne, jodle d rou (we, dowels obe.) ete york es dei pous jlouis roguemlevent t4 2 @ Amon Hfanati[ ue ’ sboapraucti oct Wr Loopinen®s 2k Lo Jerboa tor Laurin ui pyres turmanace (( Aig Le us Pe de CheuabLas lok Pur tu compli dela phic w liye he dovrew que wt an Wop Vout ae ( prkobiou phoma at H puncte WB clovvon ste deubhane : tne heme had TE ant 0h footed LaGrn Leger he» etod Avot, wusht nae cece UAL we capable sate Nou da octets “ua eh tse tou sh yur Be 4 dla deug Roles + ese pendence MEET tee) face bluue tocort pag fe fh bie [ houlec ponbai ate i Con blements ve nk Liana enelut oun ® > ta hea pea i ong fy warwaux Ae lachefee (= oar b). Cements & 7 wh thnks ports Reimers, k shite tite ards hones Ayan La Hie DE JERE pl. Fauna wns - i Cay lawwerT ve Coeufrrre dln ea sven lbw cand, «o Becki tpenner ediddivolion (pommenucde pho ptaque de bebo wide) i efosent dign -ecise (asing = euseubde tl Banent d'une cous he) A. Faw de HE ou UE AdoMet: prule o suafoce devant yltvnn Losnte . ae sec vaa J fou de yobs Face {etfprcdecectanse Ve fleguce ce fcewre fodent als pee AWaticedd od Foes Saosd « Pace w Arne. dias war 0c beet haere, ‘ 7 ~ uc s Ce de fhus coparnde dimention a to. ‘a brag oy of cet pone “Haulin davies hauteae de Clea gerbe bes « leoneuts eduoscoie che. 3 yi ffnents elements He Buque VOIR. POLYOePE pons 348 a) Buque ttt Y freee Crtseien, ef i di bet afte Yoyo debe eclion fole “ate Be pel’ alt, werrlate, wafloque Meat naa Ghrgee ani An frctewe. he ak dul “th debocbaternt! pos Ath okrve ALS hae telit cn Las rn[pbtoctiows \ fleaue . ee bp prcager Ae vague went, Eoults me Tpotee ee Tepe ae ee aa one 7 Bs ae de bo jectiers befede ae rn shpat 7 a . au few Le, Choe ry terse lps, Nefestint coat ‘viata om fee Pn “pasate b)- we pill wees reel fost eet anpalle de decucnivon Me ‘ Ts Hae ween fe boas cous ” £ dboellens ate car WSok busty Sak Sa kd ne Bk fe civebndel . wr wee « De, a stew odes Mortle @ Uborllous bruger blequses ; Vo UY LOMK sunf lot Doereinen 24 blecage, cole penn ule wodterire, we polite dimanvon . Lani ok alas cu Wen ns beetles Wark act besed four, Carat & (souk * oul lars mane aie ment a mer le Nou Porte, Rut fou dla We nue or Larrive muge @ UMoettons shou Eine ou apne fol pectin ct : @ Moulous asvi 5 Caldera 2 Lepewrinns i tank WU 1 l @ Uocllous ak (pore br 308 ntl fee Mar vow Sce pclad ta fre we. pote. @® Uorlous Lite : bi fos de Lik Poul boils xy volar Gs 4 @ Morllows equa: boillé yous fo colt panodlehe upd Kee bamegle HY. Mergommnene de pore de). Ulacourerie Lt mo ellows + Len Moellons rowk dir | Larned wotierctles gue Aue ee the duck, le + - ye t \ i fume sarcayulain pu bosllc yelou Lowel re doadelor + daa fencuas Hho Vy ofc deforweltan (eee ly dovvevt avers dion fares Awe seigevlortio as li ( j e . ee mm 7 - A c : COA pos f du wound ie Lows yout dues V8 vod 1 Ome, YD «Poors i Jf igo Lotto Hovrewene lls were fina Ww + lite seo 0 Jun dow oul Usat epauiiens dere VEUEATL Auctrtmie , He 2 fe a spanfact “setotion acoatiqus A yrainuar al a £ uetion dela [eon 7 ‘cit © paces dawns Aout fe 'L2s dix Mecllove vot uosis ser Auer Lik de caniice & bow souffle dg makin sat baws 241 wre Tecra Sour “Gee Ce werlitr AS Ie, ole cx hate AL md font we Joreer da Apunl 0% i 7 ede posse Mom, Ws Uafpoves yes Long (reike bn g eroellons) ye tout rcs 5 HR ALES ARR Te ea cee Hey 0-4) dlacommurie de mortlous Khe ink fepnece lev Peeve this : te dea oe de hun fos bateuats de urtaus 2 a eZ de begee obtinan ( rueine } dew Lhe ana wee lure Quis bole te cop aa CAM AED ARR Oe — Bruges fu Louaguun cop le Bc, 4 pases (5,3 Gm cs Brut UG Tous LonGueun | Larceur ered | ee (om) (ew) (om) 3 [| % GiFoutd | Mons 6 30 BS CAI | 65 ce F 8 oe 43 45 ~ —— oy ty 3e AZ| AS te . Bans be ae | hea mratoummus bort execulis Arve dis bees fi Cee he parcldebipcfprrde ntttork Aine Wire te ow £ { 7 noes tigate yor ud patti: contact ete Feber) fur eran de SA Cvam - 7 Mure on Ouve - Dor dpe line, punk. Mt Lauds Oe sentir ele, OM fee fe Co wamng, aa 44 iy brow ie dos Lean udeut awe 42h ane noel te but yieeea fia he Peau he Myochvaug du waantions! i ue tas wusifiee I Igate be pose dt to Va uy +t ee lin dle £2 aie gut otavironr Adve, 7 . freee & Fwdiune (en us to luota de to, dae 2& Ja po yore aus ba lees a tes plonlo da cwcdaonsed ab resrtok a fo. Piston 1b do water, Loud Ue weobor use! coe ke down weft “h joke ata favtin ly Aw fue WALALAL or manlags ole 4a. maa iouirne, oe dol rene fer Les oupltions KuvenG ¢ 1B omaewnene [om 4 de vee calle” pra ade. fi @ fhowebs § Loupoutoble Alun we migontoble eu wecyger. AU Wa de moapou . Tarminolagies keluaguies - ypuenck: Nagnies 2 lacy for de coup, hous le telat ob boule a Brdoubenilés cuss gus tous Le frostials won dit Ge ws oftrolion qs fouled fr de tiarad fe lout cou 1 a } asfect Low enable foe mez jou poadant @ rebouche au wellingaing, ole (oortth fpssete ieninks Gas oferation qi cow cate o. Aeweptor les Yorks par dec duc cdon dd aantanr wenanrt to pose’ ou he senna fa, elliesisses, tex vickes des ruts ot efo.les Gur. ve of Je Hebaunch arti des youth ob leurs Nedra ssesnrrat a bane, be. Feeble da Aan fore Durderuncs teed au Cravart defect oopiolle st di pons da bok duspesuon dt aero” cl. Alagounre Leto be hilbn tuchtowl dur weL lanes oss des | nous bri “ foot de Jodie A acpecp-t, ude, dete J oe Nearee of forrford aun 20) yooane, 2) Goa tiie ty ear wer Bens | “ore thustigias de 1 vob ortienr ye “ dence tlil tut down tact Pew € ¢ sec de a pan Ane, fo. alent de A ™ : - : ent cae torr sxc elton’ Pasruainire oof fur bee doyout dladyror. i: nf raeeegEtd ot Qa a.pert air defor Ae ae ane a : Fe ucpenne EE oh clouchaité pour ae poole “ i au bebo ny Lust ou ou rau de drt jotliu Poufle ig tewncouunnse i : patie Mbrurartdete® fo AWN OO Cee ea Oy Lee ML WAAAD - wa B, Ufatovannne Aiko cou coven Us wastes tenLonrnais Act conte trac (mur da jou linernesct ) 2& tmplague de. foe Aare. Apolo tie wu dunn lew btoge - Cc voile on BA dint d 350 ig fal de clues rod de jolete of dooed de te. opowetteolhel ser G2(45lre) . 3 vant Se ee eA SU Le rien pa POR Te ke Le poe pecs - co(froge mm i _ bebemage . ot bos freee : operation Cadtiticneelle poor barentuc 4 ou W felilice ot ps wat de ftte Coc Tit WH ao? ole prowess Shaded! a‘ Que ba Geen du Guapsou poset subs tiliar Le cof howe qo houcks 1m bra ov wafok- Bis borates wuk de porte ole waffact utrddire con sh fre fe diay, fpomisaty Asano DDL s irs foes Ms bo ullen ou Ces nantur Le era (limos # tian Gent jopSa o fe f - pie luds Bis baxches pout ta phecir au for ct A Waeherer de Marrantmnt che Cowan. be ba bony out Heys, ab pwns Xe bho wemoe BOA S60 Le fre Acwolints 2. rebage miriiwol IB un dune. wird ty du cele Cincseur Arent dinette les tr ae Gs “Kisser liovss Choix antic lw 44 (funts hypes ag Magonrires be fprctdis de chaciyone jesck 5'9 pee in gpslen atiLation Buoc da WO gone: rarveblevs, Cb tae & pcalion apps ( oa cb prot 1 te poke ta BA, Clad wine, Uneaynate che ed Uasteethere f Ud). Macouice Je tine Aur. ds A yes Be WAAR Oy OE di me Toney fh Aa Maree; 1 cdiwovnbre > leolmanurs Formate finn ' 77 om toe, t & Zz : oe « a fforotis declnigtiss pout wetoratiis iow w Nagin, & toucdebeon lt eThiman dane Teqlana clowns’. De wnetins bo pro ads Fh differents Leclneqiar ub fonclion aus Ae Hopord bill? ae bases dans cho 5 Appens tans fue B works ae ne eke Cafracit femantains des uti leratiters co unas bt RYYeS e ~ (adhe be. : ; ; L cominste oni ecaeeee a IP qouasuct oraglarve Tee oe 6 Setofe plastlone sc. UX de aus vecks 0 odluile We acute on Bos ede free avai a ‘ ‘ 4 : we iy Soltil » fate ieee pipe b. dhe Hla ve ) at ee en tion ay ew pete worl mt Mi t he de ye eee te Ae Be gutiboe veiyeer Je ba Ck WO Lease of arog beare aralawage » pene fou z ces « ee es ve yet aus Uh gholn lad Poe mes fed. ) OF oa pute, a we te Jane Gale Ener « tu dur « a ea a Cowete athe oun pare 2 paceearroneset i it ae speeds trove See ; A ie de au (Buck jure ieee At as aS x afoot Housel eee 4 oun gy Mok Saal 4 3 - 4 Arachne npoben ane te" apr ifn & ihitenert wo [peat (ban L ge wat ‘ouch du i i sfictitine ok SC tie bt pk ots Woe 4 Jo (Ae tis murs de OTS ' aeonatuen DP lonvaey vow pote Fas vhaclts 4 lett Anon th of baat Lawes Awe ta coustction 2 dea ae, ae frosts sant Parc rtk Juana pas ithe “Or ae pternvau. be ideenmal ere find Wart) 6 Mar’ rouse wute Mote fat (Au fot ga tur b - of 9 he fe on Atala Anh t, 2 otto pte f La teueek slit ae faut Lod WihAy qe be i upkon , fa tow ception der 0 UArvorges pon repent yo he p coustiadion om agin Ou < eve Lu Prove | tposnctiont an CO DBE A t 7 \ cu lis ebvatians dime mens, ur Histo fpotia punite d dates 3” bout ante pure winveauy de La falepie * ywomnantt peat neediest La ere dt a Une moewaute wel tin OWA Yuk dove Baur Lis Reads eh tare leclbrerate ope! posse aur donronnkande suagerbonite « fependant AQ domnrosncle su fone fore Chum on wore wnolliiae dt atype de Col: we Dyavct te commenter sim propel dia Cowinuctions un Gore dla : a , Us rrrancts dinvink the Rune Wnt <= prapttion de de War Us tras (Gone dl lation ) Fe ed Diode fe ar os a ceplots ab packe, 14 olivine cou walter Creroné Us volun alts Crees darfoowiltes of les Cena dupe vol ius enughs Iron l page A= foahanclnumngrey ooo wi te eee fue VW con giyti o. delecminer de prouvitata ¢ cle # 4? Bd ee te ee a i ¢ goed, S J 60d vrwe Oo dwame _ot sen poesfiatibes te AME S Cl cite (ine. tu wc tele eit LOUN dads york wha Aeon z. varaivancn’ dee Teen al “ance pad wt he a wenn pae * toh fe nagor UU Won ) UA ouths wil pou tie Ve caw _ lapae rorcelte ab di poor (ver é a eye ) ty outa bliss Ord fa paqonaten = Ln tarce yon bauene te we Be fal 5 Vows; oe volumad cee avn 5y..- 1 port x CAR dab aU des nroliuats wounns ( Ay ek Le) 4 uc plovwee # Pale one acborie der 420s, shen BN ered , au pobieaik y junds at yrs po bane qo, hassel p dark trap abuge © = fos phe. An? ot plus jou ae beinelate fy Chane i cout Aves i aw a Aid ee Ce aan wt es \ Lenore C4 Fodatio whoH unten La Le Mirataak ~ boaters » pawetnernrt t ue ob aut eon Corea - om ‘ Ler sbaccliaes ena be fore b flat tck dis bot fle dk gholnle 4H totes 010s 5 Whectal 2 tas on dont Hin Logstwcant Ae do tron Ab aie we wattint de mh lar iora ot Ws ti du wel aM apleasco Cr-4-4 NE oud ears evnande ’ fondarousvor’ EL blow (woe AS jen irnese t de Ye pom wagurental 4 abies © utile uM ele wus of vw Xo & donde’ ale Xa 4 wo ether chanel “. (were 434) Sy ae lan HO OM way vous gpectimanl 4 fe freund a wut anh, San ORM we dit i Uae couche At itvn © ah Ao (us eee a epee Ty howln on nara wdoants dla won @ spews eae A ih dowd hy he how ' Voudomuren eucla S ata ee a gton por wesolfc come flee waut CGoule de gi cous a ue fortran AE Bom aainivauen i : ae He ego oecwaneert cok ale bow & UOT Aut Ig, Jo. nc b qunolinunt dB . pane ed om ane uk of g uu pee Se fod ho Gey b a He i 7 Mass aA Abra 2 ¢ “ ) fs Dy Tin oars Ble wk Pei he dunt Cte bee mnqut ub ys oo al ' t nod ry hyter jolute a | "da wok eal in 0 Vb he deb A): Fata at tS uw a | dy cou bus thab 4 Barracis vetivatiey ha pow aes i Cahn Bonnie th Ayuvtt HB. povalugucvnse t Ei eriet ene ie how jeg Be ‘ H eet po. Abiss pany ae few ‘te eats MMA VOR bias # j an \Vativaux fs act ac + tueduct Pra tte p Fes” dug dosofece + Jacksyay ~ cern Hokiye# late - ts fis tities bork UA cabews Dobounarcue 26 beaft son pecentods a a ~hocliggar aap wene be eval a s C-4- -foubootewaret Cone Fl i : bots i ko javetacrticpnteg CS joa’ pol nib rz weapon cu od low Ase be ~ neater Wi fabn eee ae To de Cwenk ! Vs far el aver bo nw fe Paget File Lan VEE Abn ida be pe até £ his Calle, [Us ou braitt be @ jaime” At mur ee atin youn pe de pul wee Bane” vaantl ul spot Hes udanatae JL uk anna Mand FV iw OO lo 4h doves Una = ae dea ~ ude pol ant Lo 4 HSaeon. . © Uiapon (ecb — Ube foe Rigen pe uarows Gar WO ey thus 30 on: eovowentn ot Hb = 50 vs at afta ei, poe bes fiece = pte ld Ls wrens chu seubro. is wus if aan pis Cooter wht dua: Cate. la perion fee ewe prett cb tanbir des aapasicon ads ih da grat buovag ALE a}pens! es orators ( f Poke vette ok pasiouk 2a ete alas (or fi de tel earcbounonk be. courstrurclio' idfelemen€ 0 7 han fowllis degen eat ae ears dictions porent piomeleye spew Yours WELW Vd Cowectimont dawnt * a potas Were cole Bhrdin be Bur to at Llevoeuations a dun tony Cet karfaces at wolion dus taux au A Mrictte £2 Ue waa 2b bo. ta (en veg, Hcerveolebut Anu telee belie ty xe A AL Laue aihenirrreg, Be eeeeeeeeee aeeaet oe oy drderange dis cave di racnllernent eae wis tration loos l C-4-u pavement we Cswul hud laces ba cone comvaulsy Alf a pie Tt ee pon bran & vartieulecis a prorolre 1 papermenl al le had wate Ars “au "Ub te bor sCelice tn tom lia ine.» UA dite bee ios , H fob plow phen votre Hons «lis cb anges aypbug ides aa jel ber tia Ue ~ ba frit & ‘ ya tim od ¢ poser Ga Baw Oi - j ~ chefs oe . conmclecz. hel pad (oan ay wey dallnge eee - fa gat ad vote YO pen re cbaonge owe le pected : Je execute, du ane ¢ bowen pos 4 a hey “ch pe Wid & pewrtarth we. braare Ito foudation Ca. MURS. Cut - Foie bata ta tautoee of a tara ade BD uns Geriva lLmee dh vagal / cur an pat ahs BAe eB 40. Ava (ewe ud apaat seer ene dhe mort 4 FTO ms Jouer be col® alowee 7 So aula 4 A, Ta, dt el A Ure dg Lams” spose’ aes che HO tan year Be pater Aoviatints “Opi Siuee waourtmnert uy vodleus yuo font aro mmonrdih * we pant ; yd a LTD ae a Wee ofacocts ek pique 504 a. cate @ Woijon 26 Aefewd » Ho ea Ae Vege Cees a- Mure. (wr Qe, Hees eevee PrrTnvaee crenteeny eure eee cee sarees wi he, vole Yo. coumrurcton _ Pendration de lx meg i - if haticinads Ca SY bomcleame eeoffog 4 Operate ts i be: che, 1 1” fofermen thou gor yunenk Aorrbente fro Gupportir Le pols de pre ‘ = Anion h2e 2 1 antce 1b A Bu ee tne a vw de fa seperpen bi wf une nyatinrks QAVAL jeune yecteeod a Diavere Pere ate Aun deat ha te logue idlune banchee ee Teg cle tu Aue ls re te ae ioe Druk da wid & oltre | dg Lore luce to + Qa oer a ona een ; Lance yiuate BA © le wt © meee z Gun utielion @ Tues J es its arranhoges 4 ane, utitiration cleans (eaede dis dis Quvvrtiias , audcouges haas oe i ee ae. whi "berde Vu a 7 Ae Ld ba Covstin teen Cotta paps I- an btave ce foc! are ata Led cough plow ou ‘heslany desduedies ou Ae mere Lroboirey las net Pockowrqilar ou \ ie er cai 04 ctaivo.o, du an ds pout tu lor «tu fax change wart mec ae do wud Qe eee tun ome dows Le we calle wane 2 foo as rdik Wau de Varad de Wocien ne - i tis tote a8 Hike o ‘ oa 40% Poue enter Us ore entre ction 4 Ne Gadiment ns oft seep . daa cor stitial & athens i ports heBanl fables Qawsennsent 4 feg2 f nitice de Lewilrantrrl p aupacdite ota vas of Ou lon foot me pom 2 ek ehowretne che me Larki fia, vaprot pao Ge ee ba MAA” A aff et wepportic Mey Une. ops (aon ka, agganteas % det he Ben ong} Ou tuane be log vad fa Var, eae ee patton dain “anak qr Taf dunt Lt tet, Piety oh fe OREN GE MET IAL AS « 4 : ad audits mninere © od drurennen a hye ide cay panels ; 3 ay aes foes : 7 “iu da poe be uaca dan ride Aros Lin tn peg wai bolael ted ans - annie ) ce vetiogs qoute La move at Us ees ia pod . yan ror Hye volastions Gare meng . fos iu Us clement 4 ie Aas Ras C47 ple ba ; tds be te Vouvaag| € olfet das fe wer che, ; a (pears, OH owls WAAL # dee...) 4 fee bequest ardeestixcel yur bo ub frou do Dien ¥ a ba I cede 7 Coulis © tt Tt iB 4 Aron axes ae Lager toe AUK Om toes Ui a telnet yee Mh; CHOI D'UN MUR DE FACADE Indépendamment de leurs caractéristiques mécaniques, les murs de facade sont définis parla résistance quiils offrent a la pénétration de la pluie combinée avec le vent pendant des durées plus ou moins longues. Cette pénétration d’eau dépend de plusieurs parametres tels que le type de mur, la situation et la hauteur de la construction et I'exposition de la facade. Les 4 types de murs : pis rSasSSSsSSESSESSES® ois Les_murs de Type k Ne comportent aucun dispositif pouvant s‘opposer au cheminement de l'eau au travers du mur tel qu'un revétement étanche en face extérieure et une coupure de capillarité dans son épaisseur. lisolant, dans ce cas, peut étre bt hydrophile, c'est 8 dire absorbant 'eau. Les_murs de Type Il sont sans revétement étanche coté extérieur mais, comprennent dans leur épaisseur une coupure Isolant non iydrophie continue de capillarité qui peut étre soit des panneauxisolants non hydrophiles comme du polystyréne expansé ou de la mousse de Lame air continve Vi iS} polyuréthane (Type Ila), soit une fame d’air continue (Type it b). Les_murs de Type Iti sont aussi sans revétement étanche coté eytérieur mais sont doublés intérieurement par une seconde paroi séparée de” la premiére par une lame d’air continue a la base de laquelle sont prévus des dispositifs de collecte et d’évacuation vers I’extérieur des eaux d’infiltration éventuelles. Les murs de Type IV sont étanches a l'eau grace 8 un revétement étanche dérivé des techniques de couverture situé a extérieur de la paroi La conception des murs de Type |, IVa, Il b et Ill est fondée sur le principe qu’une certaine quantité d’eau, plus ou moins importante peut au bout d'un temps plus ou moins long traverser la maconnerie et qu'il faut !'arréter et la rejeter avant qu’elle n’atteigne le parement Interne, Au contraire, dans le mur de Type IV, l'eau ne peut pénétrer dans le mur protégé extérieurement par un revétement étanches ardage ‘exits ‘Uteaw : Bandage. L Poe ye ook pee oF € minimum of fitcaw ¥ ic cébighnce if | | | + Fasedejeint- Hauteur dassise_Y Parement —“~ ; ae Lit de pose | Utdattente yo Face de dejiaze | Face de -—~ parement le eeeceeeee cece Me ost sur | Pelt Hotdriay pa en deli ()\ pisque of ebbotement i | | fae : i : pi gale ee lisse —/ ae | Boutsse L Figure 58 — Mur de magornerie ate mnciedlon = Crus te hier 5 Ker P - Face de parement L- Face de lit, ou lit de pose A-- Face de lit, ou lit d'attente J.- Face de joint” D- Face de derrire Q- Queue nee HI- Hanteur dassise 2 Penpaing ( 3-Bo 4 Can ~ Fefaty Ineeebadne (opus incertiim - Meelins felues assises P ) Mur en masitons rustiques. | Pasttaue Total atontaux, Assise ee meelions PCT quart-panneres appareil ineling Fage (sur chant) assises réglées 48 - Les briques marquées d'une croix sont des briquesrecoupées aux 3/4 de JeurJongueur appareil frangais (ou flamand) appareif variante de boutisss U'appareil anglais Y \ a ASA Be AN Aassises ~ Aassises réglées Tee eee iméguliéres réglées mosaique moderne polygonal 4.décrochements _ téticulé | Ly Due en) cetlen Paes i 8 ch prene Dr trrelly i © Briques crouses Courantos Brique G (ou brigue solani) © Briques de paremont 250mm MER ARA BRIQUES Route de Casa & KmIT Tél: 044 31 38 35/31 38 22 Fax: 044 31 32 29 Marrakech a NOUVELLES PRODUCTIONS 8 Trous 250mm 12 Trous 200mm 150mm | 250mm mur de retend pignen mur de fagade amur de soubassement 5 mur de cléture 7 Pan coupé ~ s SEE Ee ae a fond i Rotend | Rolend i transversal! 4 longitudinal Pignon A Fagade ou long pan ou gouttereau Figure 49 ~ Positions des a +, Yue aérienne des murs du rez-de-chaussée Pot ar gn a ede tate 3.4, Apergu des murs porteurs Chante? ‘ no non Meanie Figure 6 visualisation des murs porteurs ‘Murs ponteurs du rezde-chaussee «its portent a plancher en béfon arm de Penge = Murs de étage = en facade. en pignon, en refend = Pignons mapannes porteurs det eharpente, omorque: te décngs des tts opporat sur la we en perspective en facode princpae (fe 3.5. Murs traditionnels extérieurs des maisons d'habitation it rs Memasara is tsdapala essed ae acataeee sce aera igh lames esi seaman Viguce Tend bloe + doublagetsolant Wur de Tacdes | E YY ed | | mur-rideau ou mur de fagarl: eee Five fagade-tideaw dit fagad (ossature masquée ee par les éléments) restant apparen Vide air ou isolant cet | a7] ? a Fase SE recuse Polystyréne pare-vapeur Apeindre expanse PLACOSTIL | cole Haureur :2,60 m Coupe horizontale Coupe verticale auteur : 2.60 a CALE. mur-rideau ou facade-tideau de pannea a rc dit fagade-pannean fossature masquée (ossatures horizontales s léments) ites) restant appare: Vide air ou isolant 09 th oir pidice Plaques: Polystyrene 93/e-vapeur Apeinare expante PLACOSTIL Coupe horizentale Goupe verticale { :coison Placopan, 3 eee isolant (éventuel) passage ~-de gaines & parements rapportés sur ossature (métal ou bois) ~ ait 7S ~~ haut 4, ™" taquets ee clavette de ~ lisse solidarisation | ~ Aeson secbe , f Pov eamre £6 ploqian ae oe 2] - mélange platre Jiaison sur huisseric par lardis de clous bourrage au ctliant-colle collage par un mortier-colle iant-colle) spé le comelle résiliente ou profilé en U Gocaux humides) rable Lainey ean de> pulaipaux outils & utiliser pour a préparation des mélan ges et la mise cy. aecv reelss adobes vont représentés dans le figure suivante : og igi marteau — Be Outils de travaj} Dum ofan pros fe trieok— bma réeney > onde Les setts : sont généralement en bois, ve forme Tectangulaire ou camée. Letir Suga ce interne doit étre lisse Pour éviter l’adhérence de fa terre et donne un be Poptttiaux briques tout en facilitant le nettoyage. 2 es} auto pratique de mouiller les moules ResamaicaaeMi pour faciliter je démoutage 3L'mengons des moules les plus répandues sont : ~ Foeme cord : 3030*10 cap ‘vine rectangulaire : 40*20*10 om? Mn TERIEL, La @ astruction en Pisé nécessite le m: ériel suivant; a lechniques traditionnelies inconvénients : ~ montage lent. ~ présente de trous de clé (1) Propice aux degradations Sig. m°l : Banche traditionnelle | Solution 1 i } 5 I i | @ béton de propreté ® fondation ® enduits bitumi neux ® rerabl © terrain naturel © maconnerie en adobe @ ‘rougip pes | oF STE Solution 2 PVC 100 © maconnerie en adobe © enduits bitumineux @ remblais @ te: © béton de prop raise reié © drainage © trottoir péri iphérique Figure 10 Les systémes de protection conire la remontée capillacve j ® blocs d'adobe © maconnerie de moelions @ Stanchéité i 1. Maconnerie de moellons ® blocs Vadobe Gp, “ton eyelopéen ® étanchéité baupondat, wel? Vill. TOITURES WE TOITURES On distingue 4 types de toitures, J Toiture plane traditionnella, Dalle en béton armé classiurce *Voate, * Vodtain, *Coupole, a Toiture plane traditionnelte 1: Bloc déborbant : 2 Liten bloc de terre 13: Mur en pise H+ Badigeon ala chaux 5 Couche de terre-paile et/ou terre stabilisde a la chau | 16: Lit de mortier de terre pale 7: Roseaux ay dessous du film plastique { 5: Ronin de bois 9: Film plastiqne Fig n°40: Coupe au niveay Pour la construction ea ping z au tie 9 f Sy=axb tile S-LxH SwS S$ 25% Sy=axb S=LxH SWS 530% | d/l = 20% Sigure W = Gptimaisation des ourvertures et de la contiguité 1- Les planchers / Définition Les planchers constituent la structure horizontale porteuse des batiments et séparent deux niveaux d'habitation, Les planchers reposent sur les murs de facades et de refend, les poutres de rive ou les poutres intérieures ; leur conception et leur procédé de mise en ceuvre doivent assurer, les fonctions suivantes a) Fonetion porteuse Résistance aux charges permanentes ou fixes. Résistance aux charges d'exploitation ou mobiles. ‘Transmission des charges aux murs ; poutres, piliers. Ils constituent un support rigide et stable pour les revétements appliqués + En face supérieure (carrelage, granito, moquette....) + Ensous face, (enduit, platre, plafond suspendu)+ ; Ils permettent aussi l'ancrage des balcons en B.A. b) Fonetion protection Isolation phonique entxe étages habitables (bruit aériens, voix, musique, bruit de pas). Protection contre 'incendie (matériaux isolant inflammables). Isolation thermique (échange de chaleur). Isolation contre 'humidité (vide sanitaire), ©) Autre fonctions Les planchers déterminent les niveaux des batiments ; Iis constituent des aires de stockage ; ou de circulation intérieure, Is permettent le passage par des Trémies ou ouvertures, pour les escaliers, les ascenseurs, les conduits de fumée, de ventilation, des vides ordures, et des gaines techniques (passage des canalisations, cables électriques......ete.). d) Quelques évalua tions des surcharges adoptées. bar, Plancher a usage d'habitation 175 kg/m2 Plancher usage de bureaux 200 kg/m2 Plancher usage de classes 250 kg/m Plancher a usage de commerces et ERP 500 kg/m2 ERP = Etablissement recevait le public e 1 e) Les charges permanentes. Sont : (Ie poids propre + cloisons + plafond + revétement). 2/ Composition d'un plancher ‘Le plancher est constitué de trois (03) éléments principaux : Le revétement, I'élément porteur et le plafond. CONSTITUTION j D'UN PLANCHER Dans un plancher on constate . Une compression en Haut et une traction en Bas —+ (Flexion du plancher} Done le plancher doit résister a la flexion, il est assimilé A une poutre dans son dimensionnement. Principe : Le béton travail la compression. Les aciers travaillent a la flexion / Done les aciers seront placés dans un plancher dans la zone tendue (en Bas). Le plancher peut étre réalisé en bois ou en métal ou en BA dalle pleine ou nervurée) ou (béton précontraint) 3-1: Plancher en bois Ce type de plancher est généralement utilisé dans les villas, et les habitations privées et non dans les batiments a étages multiples, L'avantage du bois réside (0S) dans la simplicite de sa mise en ceuvre, la facilité de faconnage et de son faible poids propre, de méme le bois offre une excellente isolation thermique et phonique, et il constitue alors un plancher économique. Par contre son emploi n’offre qu'une faible protection contre l'humidité et par conséquent entraine sa pourriture. Composition : Un plancher en bois est composé d'une ossature constituée par des solives (Madrilles porteuses) , disposées dans le sens de la plus petite portée, posés sur chantier directement sur le mur porteur ou sur les poutres principales. (jp % “ne | La portée maximale des solives est fonction des dimensions @e celles-ci (section), leurs résistances et des charges A supporter. La portée des solives varie généralement entre 4,00 m et 5,00 m, Liécartement des solives dépond du type du revétement choisi (généralement un parquet); il varie entre 30 cm et 60 cm. Le poids d'un plancher bois est estimé entre 100 kg et 150 kg/m? selon le type du bois et du revétement utilises, - Schéma illustrant le plancher bois, (PLANCHER TRADITIONNEL ponahe- 04 2 Sali portesses Easley le feces ry Lomb ef oul CARACTERISTIQUES Lecartement @ des solives peur varier de @305 0.60% Pour eviter uneifléche importante cheisir une: hauteur h ‘egale au Yoo ce lo portee £. et ke report het Le poids av m? allan plameher. bois est éshimé tate 400 oi 150 ky suivant Je type. NB: pour éviter une fléche importante, choisir une hauteur H = 1/20 de Ia portée Let b/H = 1/3 étallique Les planchers métalliques sont employés dans les Constructions industrielles. Ces planchers sont bien adaptes aux grandes portées et aux charges. lls présentent d'excellentes solutions pour les batiments d'activité industrielles et les batiments de grandes surfaces (bureaux, hypermarchés, ateliers....etc.). Pour ces planchers il est indispensable d’ envisager une protection contre la corrosior et loxydation (peinture spéciale et traitement spécial). % Composition + t Les planchers métalliques sont constitués de poutrelles en profilés aciers (IPN) entre lesquelles viennent se placer les Hourdis qui peuvent étre des éléments en terre cuite, en béton prémoulé ou bien séalisés sur place. " NERVURES METALLIQUES cece VOUTAIN EN BRIQUE TAIN PREFABRIQUE ea vanithe ok 600 90 ew 3-3 : Plancher en BA 3-3-1 / Plancher traditionnel Ce sont des planchers réalis¢s totalement sur place : Dalle pleine ; dalle nervurée ; dalle corps creux et nécessitant un coffrage et un étaiement. 3:3-1-a : Dalle pleine. Une dalle pleine est un panneau horizontal porteur en BA, d’épaisseur variable entre 10 et 20 em qui prend appui sur les murs porteurs ou poutres, Elle est réalisée sur un coffrage jointif recouvrant toute la surface ; le ferraillage est simple et facile 4 poser, de méme pour le béton. “PLa dalle pleine offre 'avantage d’étre dans presque tous les cas, le systeme le plus économique pour les portées n'excédant pas 4.00 m. Par conséquent, elle présente un systeme lourd et des difficultés pour le passage aprés exécution, des conduites et des canalisations, Ce qui nous force a tracer a l'avance et avec précision sur le coffrage, l'emplacement exact de ceux-ci avant d'étre introduits définitivement dans la masse du béton, Liimportante masse du béton favorise 'absorption des bruits mais ne présente qu'une faible isolation thermique. Dans ce cas, une étude et un choix municieux doivent étre accordés aux types de revétement et de plafond de point de vue isolation et confort. NB: Les aciers porteurs (principaux) posés en bas et paralléles a la plus petite portée Les aciers de répaftition (secondaires) posés sur les aciers porteurs et sont paralléles & la plus grande portée. Les aciers sont des hautes adhérences (HA) ou treillis soudés (TS) : Us doivent éire encastrés sur les appuis avec renforcement par des chapeaux (appuis de rives et appuis intermédiaires) pour later contre effet de cisaillement, (fissuration au niveau des appuis (moment d'encastrement). Les aciers sont prolongés au de la des appuis et doivent avoir un crochet pour assurer Tadhérence parfaite au le béton cong faa, Recommandations techniques Epaisseur de la dalle. €= entre 1/35 et 1/30 de la portée Espacement entre aciers ne doit pas dépasser : + 3 fois !’épaisseur de la dalle ni 33 cm pour les aciers porteurs. + 4 fois I’épaisseur de la dalle ni 45 em pour les aciers secondaires ou de répartition. “La section des aciers secondaires doit étre au moins: Asec 2 1/4 A port, Avec A set = section totale des aciers secondaires Avec A port = section totale des aciers porteurs. *? La longueur des chapeaux de part et d'autre de chaque appui_intermédiaire est comprise entre 1/4 et 1/5 de la portée L. de la dalle. Llenrobage C, minimal doit étre au moins égal au diamétre des aciers ou aux valeurs suivantes : C24cm= pour ouvrages ou voisinage de la mer C22cm= pour ouvrages courantes C21cm= pour locaux couverts et sans condensation Ex: Longueurs des chapeaux sur appuis Appuis de rives Appuis intermédiaires | pasaaae — 3:3-1-b : Plancher Nervuré Quand les charges sont trop importantes, et la portée trop longue (supérieure 4 5,00 m), le poids mort d'une dalle pleine devient alors excessif et l'économie est remise en causé,en ~~ conséquence dans ce cas, on adopte un systéme allégé en réalisant une daile nervurée, Le béton est gardé en partie haute (comprimé), tandis que les aciers tendus sont concentrés dans la partie basse (inférieure) des Nervures. Le béton du centre et du bas de la dalle est alors éliminé en grande partie. z Toutefois, l'exécution du coffrage devient plus compliqué que la dalle pleine simple.Par contre, la qualité d'isolation phonique et thermique sont alors dans ce cas meilleures dans la dalle pleine, grace a I'important matelas d'air obtenu par la réalisation des plafonds. Les planchers nervurés sont constitués d'un ensemble de poutrelles posées en paralléles appelés (Nervures) et une dalle de compression en béton, Les poutrelles sont les ouvrages résistants du plancher, elles sont soit coulées sur place soit préfabriquées en usine. Les hourdis (entrevous) sont des éléments assurant le coffrage et lisolation. i 5 Les planchers nervurés préfabriqués permettent une économie, mais ont l'inconvénient d’étre a'une exécution complexé dans le cas de plusieurs trémies (ouverture dans le plancher) L'écartement Max entre Nervures (50 a 70 em) Dans le cas ou il s'agit des armatures en treillis soudés (T'S) cewx-ci sont usinés sous forme de panneaux ou rouleaux. * Is sont: 5 : ~ constitués de ronds lisses bruts de tréfilage ; a | ~ assemblés rigidement par soudures électriques en milfes carrés ou rectangulaires * Is proviennent d’usine : - En rouleaux standarts si O<5mm ; longueur = 50m ; largeur = 2,40m <12 mm ; Longueur 345m largeur = 240m ~ En Panneaux standard = si. * Désignation sur le plan: soudés T TS 43 150x300 T.S = désigne teillis soudés 4 = désigne le diamétre des fils porteurs (4 mm) 3. = designe le diamétre des fils de répartition (3 mm) 150 = désigne I’espacement des fils porteurs (150mm) 300 = désigne I’espacement de répartition (300 mm) Aciers longitudinaux y 2°T10 L = 240 200 : ‘Sina pour Te Tagonnage 2 = nombre de barres identiques T = classe d’acier (symbole d’acier TOR) 10 = diamaire de la barre 2.40= longueur développée de la barre Terminologie Poutrelle ou Nervure = Eléments résistants de la dalle. Chevétre ou petite poutre =a pour réle de soutenir une nervure boiteuse Nervure boiteuse ou raccourcie = nervure paralléle au niveau d'une trémie Hourdis ou entrevous = a pour rdle essentiel (coffrage - isolation thermique et phonique). Schémas explicatifs PLANCHER NERVURE EN BA i PLANCHER EN HOURDIS NERVURE Ng 3-4: Plancher a corps creux. Un plancher & corps creux, est un plancher permettant, la facili d'exécution, le gains de temps, et loptimisation du codt, de méme, il permet d'avoir une sous face plane et régulitre facilitant, fexécution des enduit simples, Les coffrages des Nervures et de dalle de compression sont obtenus par des corps creux appelés Hourdis ou entrevous. Us sont en béton ou en terre cuite. Ces éléments préfabriqués en usine sous formes variées constituent un cofftage définitif et non récupérable et font partie du plancher. Procédé consiructif ~ Poutrelles préfabriquées : ce sont des éléments porteurs du plancher et qui sont Constituées par des treillis en aciers et des talons en béton précontraint en forme de T renversée, ~ Table de compression : en béton coulé sur place armé d'un treillis soudé ép 2 4mm. Ce béton assure le liaisonnement entre la table de compression et poutrelles, ~ Les elements coffrant : Hourdis posés sur les talons des poutrelles assurant le coffrage de la T.C et constitue un support pour endyit et plafond. : Sar paltscur mind = Sen ‘atu er grass fous do e390 Sous face du plancher pitrse | pout Foust pszonaines | ) Entrewous en bélnt Dalle de compression urine Endait Briques creuses Doabiage Pardes pseries perl tis oop pres extevaus et poutales EMPLOIS : réolisation de tous niveaux en maisons individuelles ét batiments divers dalle de compre Greatrevous sossibles : BFa- 16 = 20.0028 3-9 Luracrerisniques avmenstonnelles Poutrelles précontrainies par fils wdhérenis ] | [Eniteveus en béton, en polyaiyes Fig. 6 ~ Pos coats jsut Sm 1128 138 | + Poutelles adopts cux por AS, iées moyennes das mesons | \\ \ « Ug ee Longuour de 4 m+ 60 kg NB : Ie plon de pose des poutrelles ot les recommon= dations de mise en ceuvre sont donnés par fe fabvicont | pour chaque étude de cos ef | chaque fype de ploncher. Sigint L Elles peuvent aire mises en couvre = sans étai pour des por- tees de 4'm 8 4,50 m; intérét evident pour les plonchers sur vide sani- | faire; i ~ avec un étaiement con- | tral, on atieint 6 m avec un lenteveus lst do 20cm d'épaisseur; “| = avec one double. file d'étais, on atteint 7 m, 25kgini a Eee ae Plaque nigtne: 6x $801 57 « 20.0 prevus Tr 15 os 20 «59x20 SOS: « Les poutrelles de hauteur } 15 cm sont réservées aux yondes portées et aux 1 i d\ Kens charges per mse carré de plonchet «Eraiamant on fonction [_—___ ~ soit de la porée, ne ote ace port gg ELH r § ~ soit des chorges, ltt, | ~ soit do Feffet réautant de Fe porte tes charges, | p+ i 1 S2 kgfent 1 eat 5 sous-face os bauer : _ Sega caemmen toca 2 Quelques talons et dimensions des poutrelles, Hauteur des poutrelles Largueur des talons Nombre de fils précontraint en (mm) en (mm) 110 100 2ad 120-130 110 2a5 140-150 120 2a6 170 | 130 3a8 toutes les longueurs sont possibles jusqu’a 91m 18.4 30 kg /ml selon la section du béton Entraxe = 60cm max CARACTERISTIQUES ET MISE EN CEUVRE Poutrelle RECTOR TREILLIS ‘ +40 120 19 Polde: 12 Koi © Los poutallos RECTOR TREILLS sont posdes Afenraxa niin 50 ém ‘sur da fs da bastaing dont *Scarterent eat donne cess, ey Fi porteur Bil de Réparcition ® Treiliis soudés 4 mailles rectangulaires > Rouleaux standards T.S. ésistence a la traction et utilisations : 7 tinite | Contaa Utisations iastige | adhise Avinature ds = dalage Sha ~ planers 45 ~ murs ports en béton arm ~ aliments prefabs 3:5 : Plancher a pré dalle 3:5:1 : Définition La pré dalle est une plaque en béton précontraint par des armatures adhérentes dont la sot face lisse est préte a recevoir un enduit bouche pores avant peinture. Permet de franchir des portées allant jusqu’a 10métres. “Lg mf sociecu La pré dalle est destiné a servir a la fois d’armature inférieure et de coffrage d'un plancher dalle pleine d'¢paisseur généralement comprise entre 10 et 28 em. La face supérieure de la pré dalle est rugueuse pour favoriser la reprise du bétonnage du béton coulé en ceuvre et assurer le monolithisme des deux bétons, 3 : Caractéristiques - Dimensions standarts : * Epaisseur : 5, 6, 8, 10,12cm. * Largeur :240m ou2.50m + Longueur : jusqu’a 10 metres - Armatures des pré dalles : * Fils porteurs : acier de précontrainte diametre : 4 mm ,5 mm,7 mm. + Fils de répartition : panneau de treillis soudés de nuance fe E500 * Renfort d’armature en acier HA pour trémies, réservations, passage divers (conduit, gaines techniques............etc) * Crochets de levage incorporés sous les aciers porteurs (crochets en acier doux) * Dosage: 400 a 450kg/m3 * Résistance caractéristique du béton a 28 jours : > 40 MPa * Sous face apparente : lisse et surface supérieure de la pré dalle tres rugueuse Avantages Y Gain de coffrage ; v Etaiement réduit ¥ Economie d’enduit en sous face (surface lisse) ¥ Intégration facile des diverses canalisations, Fig. 1 — rial arc tservaton pours condits ) [Psa standard / | daiseur: Sm / {largeur: 250m \ ah (On remarque 7 ~ la rservation pour conduit oo ~ les armen de levage ay fig 2 Pile mse en” ceone sient, annatrespr fis pores es dai ton sous, bon complete co sua priate 43 ‘RE MISE EN BEUVEE DES PREDALLES 7 4.4 Stockage sur le chantier ‘Aira de stockage stblisée,horizontate, pane Largenr > 250m Longueur suivant prédalies CChevrons écarteurs régulrs et alinés vericatement 4.2 Levage-manutention Lovage de prédialle en quate points Deux brins sexfament sont porteurs cela charge ‘Angle des étingues avec la prédatte < 60 degres. belorniers brine Faiogues mie 4.3. Pose des prédals sur les appuis Price Vote en béton armé ~ 4A Jonction entre prédales juxtaposées : TsFeeso fis de dametres 45 mm Béton complimentare alles ce 100x160 (rin) ‘Aciers de couture : bende de tretis soudés de largeur 60m 45 Baits Cmte iota nt 3 Il - Les Plafond 1- Définition Un plafond est la sous face d’un plancher qui doit avoir un aspect agréable, diffuse la lumire et facile a entretenir. 2- Différents types de plafond a) Plafond en platre Cest un enduit réalisé soit sur support en béton ou hourdis pour les planchers en BA , soit st lattes en bois ou métalliques . Ce type de plafond présente une excellente protection contre le feu et bonne isolation thermiqu et phonique, b) Plafond suspendu Tels sont des plafonds permettant le passage des canalisations de (chauffage, électriques, 0 climatisation centrale) ; entre le plancher et le plafond (ex : faux plafond en staff), isorel .......etc ; et sont généralement fixés au plancher par ctochets, tiges ou filasse enrobé par du platre. Iil- Les Trémies 1- Définition Les trémies sont des ouvertures horizontales réservées dans les planchers ayant pour rdle, le passage : Des gaines techniques ; Des conduits de fumée ou de ventilation ; Des ascenseurs; Des escaliers 2: Dispositions constructives a- Cas du plancher dalle pleine en BA => les ouvertures de faibles dimensions nécessitent : - une réservation par @videment du coffrage ; - des aciers de renfort autour de la trémie. => Les ouvertures de grandes dimensions nécessitent : ~ Aleur périphérie des poutres ou des nervures introduites dans : -'€paisseur de la dalle (poutre noyée) ; - apparente en sous face (retombée) ; ~ apparente en face supérieure (poutre en allage)... | b- Cas du plancher a poutrelles Les trémies sont renforcées a leur pourtour, par des poutres appelées Chevétres qui prennent appuis sur les poutrelles principales et qui limitent la trémie ; et qui sont alors jumelées. : ee Pee Bayi, Schéma explicatif EME ‘Mur portaur du plancher Tv Cheyétre of BA sogjouun! sayjayineg ‘Mur porteur du plancher Ab T ? TYPE DE VOLUME BETON | HAUTEUR OE PLANCHER POIDSPROPRE | cOULE'SUR PLACE | POUTRELLES A. 245 270 kg/m? Bt I/m? dng 1545 285 kg/m? 5B L/m? 4s 2045 315 ko /m? 59 1/ me 20, L 2545 375 kg / m? 69 1/ me ‘less ,» PLAN DE POSE “ryYPE hy ari eee “i a courr d-d Sass MISE EN CEUVRE DU PLANCHER | 1°) Etaiement Nl faut tenir compte du poids propre du plancher, et des Wer, tolles que surcharge de service, etc, ition Bartcubros ei enan- {a distance maximum entre deux files d'étais doit etre comprise enitye 1,60 m ot 2m, NB. ~ NE PAS METTRE OF CONTRE-FLECH : 2°) Pose des Hourdis ‘ Le réglage des écartements entre poutreiles. se fait per la misé eyimuvee préalable des hourdis dextrémité. 11 faut éviter de serrer tes poutrelles Vavenélnent doit se faire en chicane, NB. - IL FAUT RESPECTER LES BASES DE Deparr py) jk 3°) Ferraillage by seouds en fil clair dont tes dimensions, suivant les régles COBA oa, Sont, pour un entr’axe de 60 cm, de 200/200, fil 4/3. ov de 160/200. al 2 MU LE FL DE ® 4 DOIT ETRE PERPENDICULAIRE juss NERVURES. DANS, AE PREMIER CAS ET LES MAILLES 130 DOIVENT EVKit ‘RPENDICULAIRES AUX NERVURES DANS LE SECOND. 3 Dans tous les cas les aciers en chapeaux doivent étte posés & ne distance de 10 a 15 mm de la face supérieure du plancher fini et en tous cass © Pans lee planchers avec table de compression au-dessus dureilis Souda © Dans les planchers 8 hourdis porteurs au-dessus de ia iiembrure supérieure de la poutrele, = Bans les batiments & murs porteurs, on doit prévoir normalemet jy, niveau de cheque Blanches, ges chainages dans les épaisseurs des murs. On neet utiliser la poutrelte chat. nage <\@. spéciatement concue pour répondre a la régle CCBA 88 Art. $2, a 4°} Bétonnage a : il faut dépoussiarer et humidifier tes hourdis et la semelle de la poutrelle. Le bétonnage complet du béton de nervure et du béton de Ia table de compressian doit 8tre réalisé en une seule opération avec tassement mécanique. Crest ce béton qui assure le monolithisme du plancher. est compgsé de 350 kg de ci- et Cmesian ee EOS te arin gy 8mm tt en © "028 =270 bar : > = 135 bars or) fay ESCALIERS | 1, Définition ‘On appelle escaliers un ouvrage constitué de gradins, et qui sert selon sa position de relier deux niveaux différents d’un Batiment. L’assemblage de ces gradins donne ainsi un ensemble de marches appelé escaliers dont chaque partie d'ouvrage est définie par un terme propre. Exemple : - Escaliers intérieurs "passage d’un niveau a un autre supérieur callers extérieurs accés a partir du TN vers le RDC. En général, les Escaliers sonf¥dispositions constructives permettant fa liaison des différents niveau: D’un Batiment. 2. Terminologie [ensemble escaliers comprend de divers éléments constitutifs on cite : a) Marche : Partie supérieur horizon tale d’un gradin ou l'on pose le pied pour Monter ou descendre l'escaliers : largeur = 25 & 30 cm (avec nez ou pas) b) Contre marche : Partie verticale qui forme la face avant de la marche : Hauteur : 16 & 18 cm (verticale d’un gradin) c) Paillasse + Dalle inclinge en B.A supportant les escallers et le poids des Utilisateurs épaisseur : 6 @ 12 cm d) Volée : ouvrage (marche ~ CM- paillasse) situe entre deux paliers de repos (Succession de marches sans intéromption)(ne pas excéder 20 marches) e) Palier : Dalle horizontale en B A localisée aux extrémités d’yne volée (Palier départ ~ intermédiaire - artivée) ene cp yu fee ore f) Giron : Distance horizontale entre deux contres marches mesurée sur fa ligne De foulge g) Emmarchement : Largeur de escalier ou longueur libre de la marche mesurée la jonction Marche et CM hh) Ligne de foulée : est une ligne imaginaire représentant le trajet normalement sulvi par l'utilisateur d’escaliers, elle est représentée sur toutes les vues plans ; ces points de départ et d’arrivée sont figurés respectivement par cercle et fléche, Ainsi se trouvent précisés, en méme temps, le sens de la montée et le sens de rotation de Vescalier, La longueur de la ligne de foulée mesure aussi la longueur au sol et a partir de laquelle se détermine la hauteur des marches et leurs girons. La ligne de foulée est située dans les escaliers normaux de 45 a 50 cm environ de I’axe de la main courante du coté jour ; dans les escaliers qui ont moins de 30 cm de longueur la ligne de foulée est située au milieu de !’emmarchement \ V0 ) Echappée ; c’est la hauteur libre de passage sous une volée, un plancher ou un Palier c&d : espace libre entre deux volée du méme plan vertical (Hauteur minimale = 2.00m) i) Trémie ow cage : c'est un vide de construction réservé dans le plancher ou la Dalle pour passage des escaliers. k) Jour ou vide : en projection au sol c'est la distance libre entre deux emmarchements de volées différentes (entre deux volées paralléles) 1)_Limon : poutre crémaillére qui sert d’appui_aux marches m) Noyeu : ouvrage central plein de la cage d’escaliers sur lequel viennent S’appuyer les marches (yoile en BA pour escaliers droits ; Colonne pour escaliers, Circulaires) re we E pe lena Porte Uy na hotsn & n) Colfet : partie demi circulaire du timon limitant le jour d’un escalier balance. ez de mar saillie réalisée au niveau du revétement de la marche , 03 cm maximum de débordement Mo-perat De p) Unité de passage : largeur type = 60cm (pour passage d'une personne) en croisant une autre g) Mur d’échiffre : mur qui borde l'escalier et lui sert d’appul et dont la partie Supérieur et rampante 7 pfs ado 3, Ragles de conception’d’un escalier La réalisation d’un escalier demande le respect de certains critéres : - Aspect architectural (fonctionnel et agréable) - facile & utiliser sans fatigue ni danger ~ cad, une conservation de régularité de la Cadence de pas - utilisation en toute sécurité pour cela il faut que : > Pour les escaliers de service commun la hauteur est de 16 & 18 cm ce-ci_est valable pour tous les usagers, > profondeurs des marches (girons) permettant la pose du pied confortablement : est de 27 & 32 cm NB: Un escalier est facile & monter naturellement, lorsque chaque centimétre franchie Verticalement équivaut 4 deux centimétre franchie horizontalement ; La foulée moyenne des utilisateurs : P ¥ 64cm, dou I’équilibre assuré par L’équation suivante | 3 P=2h+g h: hauteur de marche g: Giron P : Amplitude du pas Brondel, admet P = 64cm, qui correspond a l’ancien pas de l'infanterie de (napoléon) Rondelet, le fait varier entre 60 et 65 cm ‘Actuellement il est permise 2 59 cm a cause du peu de place dont dispose le constructeur et de l'économie de I’espace (pour les constructions moderes). ce qui nous méne & limiter le giron & 25 cm pour une hauteur acceptable de 17 cm, On a donc : (2 17 + 25) = 59 cm (formule de GABRIEL) ihe Sachant que H = hauteur & monter est fixée & ’avance , la longueur de la foulée prise dans l’'axe de I’emmarchement , doit satisfaire aux contraintes sur h et g , en tenant compte bien entendu des possibilités offertes par la conception architecturale du lieu. Soit : what n =H/h avec n (nombre de“marches ) C74 HE Et L=(n-1)g avec L (ligne de foulge) = neuf wan OW aes 4, Notions générales sur les Escaliers Les escaliers peuvent étre soit : 1+ En Bois (chéne, iroko, hétre, pin d’Oregon ....n..@tc) et qui permet aussi d'avoir un aspect décoratif 2- En métal (acier, aluminium ........etc) avec structure porteuse et marches en bois ou en téle pliée antidérapante B- En BA, avec revétement en marbre, Granito, grés cérame, moquette ou revétement synthétique .etc) 5. Différents types d’escaliers Le classement des escaliers se fait en fonction - De la forme des marches ; - De la forme de la volée ou du nombre des volées ; - Du montage de la marche sur son support. On distingue alors : a- Escalier droit Ce type appelé aussi‘ escalier a la frangaise ‘ est un escalier 8 deux volées Droites, de dimensions généralement égales. b- Escalier Balancé dent 2» Tels sont des escaliers dans*palier intermédiaire, une partie de leur ligne de foulée se projette au sol sulvant une fraction de circonférence, fe giron calculé sur la ligne de foulée est égal & fa demi somme des largueurs extrémes de la marche. ath c- Escalier circulaii La volée de type d’escalier s/inscrit dans une cage circulaire. Si le diamétre de ta cage est important, le palier de I'étage & desseryir peut étre demi circulaire, autrement il est réduit 8 un secteur de cercle. d- Echelle de MEUNIER Tl s’agit d’un escalier droit, sans contre marche, constitué de planches horizontales encastrées dans les limons. -1. : Escalier 4 mar roit Ce type d’escaliers est a exécution facile et peuvent étre préfabriqués, seulement il est a noter quills sont longues et étroites, se qui demande assez d’espace ; On distingue : - 'escalier & une volée - Vescalier & deux volées sous forme d’équerre a l’angle avec un palier de Repos - Vescalier & plusieurs volées disposées dans le méme alignement continu, avec palier de repos. Lorsque le jour est important, il est possible de réaliser un escalier the 3 03 voldes coupées par deux paliers de repos, de lergueurs égales & l’emmarchement, dans ce cas, le jour peut servir pour loger un Ascenseur. b-4_: Escalier Balancé Les cas rencontrés pour ce type d’escaliers sont - 8 un quartier tournant, qui permet de réduire 'encorbellement de l'escalier en Intégrant dans la volée le changement de direction ; - & double quartier tournant aux deux angles d’escalier et qui a le méme avantage que le précédant - Vescalier semi circulaire qui est & doubles quartiers tournants concentriques j dans ce cas les marches sont dites rayonnantes col: Escalier circulaire L'escalier circulaire appelé aussi ESCARGOL, est un escalier dont ie tenu du complexe est assuré par un Noyau central. ime 6, Méthode courante de réalisation sur chantier > Tracage ~ Tracé de l'ensemble sur le mur d’échiffre j ~ Répartir les largueurs sur une ligne horizontale ; = Répartir les hauteurs des marches sur une ligne verticale ; ~ Numérotation des marches une fois tracées, par un trait de marquage de couleur ; - Tragage de dessus de la paillasse et des paliers s‘ils existent > Coffe: Le coffrage conceme essentiellement les paillasses et les paliers ; il consiste 8 fixer et/ou mise au point des différents éléments constituants l'escalier Ona: * Les Raldisseurs longitudinaux, madrillés, ceux ~ci sont : inclings suivant Lallure de la pente de la paillasse et horizontaux pour les paliers ; - Les Raidisseurs transversaux, ou planches posées horizontalement tout les 50 cm d’axe en axe j ~ Fond débordant : Soit en contreplaqué de 15 4 19 mm d’épaisseur, soit en Planches, ils reposent sur le platelage précédant constitué par les raidisseurs Longitudinaux ou transversaux. > Ferraillage L’armature de la pailiasse est constituée par des aciers longitudinaux qui sont porteurs et des aciers transversaux de répartition ; La mise en place des armatures des paliers varie selon le mode d’appui de ce dernier ; on distingue deux cas : 4ar cas : le palier prend appul seulement sur un mur ou sur un plancher ; 2°© cas : le palier d'escalier & deux volées paralléles s’appuie sur les deux murs Latéraux, selon le plan du ferraillage. éments ipaux a ret our la eption d’un Escalier Escalier: aux “ Pente idéale pour habitation courante ......... 130° e Hauteurs des Marches rence : 16-17-18 cm 4 Largueur = Giron wee 27a 32. cm “» Amplitude souhaitable = 63. cm & on admet pour le calcul H = 18 cm et g= 27cm (de préférence) Escaliers secondairas Ex: accés a une cave, tolture ; escaliers de secours, escaliers de service, Mezzanine........etc) ¢» Hauteurs des marches peut aller jusqu’a 21 cm Giron peut étre réduit jusqu’ a 21 cm Généralités “ Dans une volée, le nombre de marches = le nombre de hauteurs moins un * Pour un batiment courant, prévoir un palier de repos aprés 18 marches environ 4 L’échappée doit avoir une hauteur minimale de 2.10 m. Pour une pente P<45° on la rédult & 2.00m du fait que V’inclinaison de la personne qui monte est estimé a 10°. nqueurs des marches recommandé: les Hal cour: [ Types d’habitats Longueurs utiles prude 8 Escaliers des maisons individuelles a un seul t 80cm niveau EeePC | Escaliers de descente aux caves ou d’accés aux ‘80cm toitures - terrasses- escaliers de secours ou de service _ eee Escaliers desservant un Batiment collectif (283 90cm* logements) _ = Escaliers desservant un Batiment collectif (plus de 100em* | 03 logements) ee Escaliers des batiments a étages multiples _ I 125cm Escaliers secondaires a faible encombrement 60cm Pour un Escalier du deux personnes pulssent se 20cm minimum wi} Plas / croisés 130cm préférable ! Pour un Escalier ou trois personnes puissent se 170cm minimum croisés 190cm préférable NOTIONS GENERALES D’ESCALIERS L/ va so frat tte] Leena D sa ® ESCALIER DROIT INTERIEUR A DEUX VOLEES Différentes formes d’escaliers Escalers circulates | e Ecoles dite 7 | mr AIRE _ bem cincuLainEe ~ cIRCULAIRE Yee Palien istermédiaire Escaier droit 3 deux volées (isposition en U i Gans Ja vue de dessus) awe: Jee marche Limon droit tescalier Limon a crématere | Bia tranpaise ‘3 Tangiaise i Plinthes | a "ITE, Escalier en Bois Echappée Ye Ferraillage type des Escaliers schéee darmature a eo crs gone a snr 1 i | J it | | ru pane 7 > st pen pees |-] fee fee pai sw es mcs ita | jo] tela ape dessa ~_ Je 90 i S aaaa i somal tonguenen BA dS ~ fodatin on BA Limon central lameilé cols Marche average Noyau central 5 aise | [| Repos sur patles ‘Structure pour Escalier métallique Yo COFFRAGE ET FERRAILLAGE Dokdo teszalar ©) ashe manne pr seins — ieee 1 ot cotta dseosuanee oéTan A ination deb aces aati dant dion D tees re Ag ios vows slave © Yo <2© COFFRAGE DE LA PAILLASSE ET DISPOSITION NE I'aRMaTIIRE | 7 LES ENDUITS | Venduit est composé d’une ou plusieurs couches de Mortier ayant pour rdle de protéger les parements d’un ouvrage contre les agents agressifs (feu,pluie...etc), de méme il permet de remédier aux défauts de régularité de montage et aussi permet d’avoir un écran d’aspect confortable. Il constitue aussi un revétement imperméable dans le cas d’addition d’un adjuvant hydrofuge.Les enduits sont réalisés soit au Mortier de ciment, soit au Mortier de la chaux soit au Mortier de la chaux et du ciment (Endult Batard). 1. Définition Dans le Batiment, un enduit, désigne généralement une ou plusieurs passes d'un matériau par couches fines et continues (platre, chaux, ciment ou terre stabilisée .L’épaisseur est de l'ordre de 3 cm (1,5 cm+1,5 cm) sur les deux faces de parois. 2. Réle de Venduit Venduit a plusieurs rdles et sont : Remédier aux défauts d’imperfection du GO jf" bbe 2 Protéger I'intérieur du batiment contre les intempéries ; fant ofe Donner aux facades et en général aux écrans, un aspect de confort et décoratif ; Il doit assurer isolation et doit résister Sux agents agressifs et aux chocs. talaS, bop . 3. Types d’enduit On distingue deux types d’enduit, selon leur destination, les enduits extérieurs ou de facades et les enduits intérieurs sur cloisons, refends et plafonds, 3-1: Enduit extérieur Ce sont des enduits destinés aux murs extérieurs et fagades et sont généralement réalisés au Mortier de ciment, chaux et sable ; exécuté en trois couches pour les enduits appelés « traditionnels » : — Couche d’accrochage 6& barbotine liquide projetée a la main ; = Couche de dressage du support pour camoufler les défauts de planité de la maconnerie (ep =1 cm); Couche de finition dite « FINO »(ep = 0.5 cm) 3-2 Enduit intérieur Les enduits intérieurs sont réalisés sur murs, cloisons et plafonds et sont généralement au Mortier de ciment, de platre et/ou de ciment et chaux Les enduits au Mortier de ciment ou chaux sont utilisés pour les parties communes ou celles a risque de subir un choc « Griffures »ou pour les crépis dadossement p pour les parements recevant un revétement (carrelage, GPou ates Be eno i — Les enduits de platre sont utilisés pour les parties ou locaux tels que tes plafonds, piéces privatives et non pour les piéces humides. 4- les enduits spéciaux Ce sont des enduits de Mortier prét 8 ’emploi par mouillage appelé aussi des enduits monocouche, qui s‘exécute a l'aide d'un matériel de projection en 01 ou 02 passes consécutives sans intervalle de durcissement entre chacune. 5- Aspect des enduits Les principaux aspects d’enduit utilisables dans le domaine du batiment et selon la décoration recherchée par I'architecte, sont : 5-4 L’enduit Tyrolien On distingue le tyrolien a petit grains, le tyrolien a grains moyen et le tyrolien & gros grains (tyrolien = la machine de projection de I'enduit), ce type d’enduit est appelé aussi * Crépi’. Il y a aussi les tyroliens écrasés qui sont d’un trés bel aspect, on Vobtiens en projetant I’enduit sur le support par la machine a crépir et en procédant ensuite 4 mi durcissement & l’écrasement des grains par une taloche de bois ou a la truelle (I/aspect doit étre uniforme). ned pot -2 Lenduit Bo! dé Il est d’exécution similaire a I'enduit lisse, mais la derniére couche de finition regoit des passes a l'aide d’une boucharde, le bouchardage se fait aprés mi- durcissement de la couche de finition| La boucharde a main a environ 60 4 100 dents. Be: nduits lav Pour ce type d’enduit , le granulat entrant dans !e composition du mortier ,est choisi en vue de l'aspect final demande, aussi bien en ce qui concerne sa nature que sa granulométrie. Le mélange est étalé sur le support, serré a la taloche ou au rouleau et ensuite lavé a fa brosse douce sans excés d’eau au moment du début de prise, en cours du durcissent le brossage et le lavage au fait au jet d'eau autant de fois jusqu'a obtention d’un produit débarrassé des impureté et taches de ciment anes Mapas 6 - Principaux des ordres d’enduits a) Bavures : Traces apparaissant en excasfeurface des enduits = surcharge ( fragilité a froid (cassant a basse température)dowe tur > Fluage & chaud (collant dés que cette température s‘élave) lovent Dans la pratique. On utilise le bitume routier le plus mou fabriqué au Maroc. En Voccurrence, Le 80/100(pénétrabilité comprise entre 80 et 100/10°"* de mm. Le bitume est'livré en VRAC en camions citernes chauffés. 1-2 Bitume_oxydé (ou Souffle) Crest un bitume qui sous |'état fluide, a été soumis un barbotage d'air insuffié.afin de créer de nouvelles liaisons physico-chimiques entre chaines Moléculaire et améliorer ainsi ses caractéristique rhéologiques. Cette opération se fait & la raffinerie. Le bitume oxydé est utilisé a l'état pur pour le collage des feuilles d’étancheite et! éventuellement adcitionné de, fillers pour Venrobaae des feullles d/étanchelté, la norme marocaine 108/003 spécifie FPR Pegs tee guewn ua ct ai, AyPour le bitume d’enrobage : eeeeeeee bi une pénétrabilité comprise entre 20 et 40/10°"* de mm 7 un ramollissement entre 85,et 90). > Pour le Filler éventuellement incbrpore & ce type de bitume, des dimensions inférieures & 0.08 mm et que la proportion de ce Filler dans le bitume Fillerisé ne devra pas dépasser 40% Les classes de bitume actuellement disponibles au Maroc sont : > Le Bitume 85/25(le premier chiffre représentant le point de ramollissement_ et le deuxiéme, la pénétrabilité). Utilisé pour l'enrobage des feuilles d’étanchéité. > Le Bitume 90/40 utilisé pour le collage des feuilles d’étanch réalisation d'un complexe d’étanchéité. AL ori Bande vane 1-3 : Armatures On appelle ainsi dans I’étanchéité, les Matériaux qui constituent l'ossature des feuilles d’étanchéité, et leur conférent le caractére de résistance mécanique Contrairement aux bitumes,les armatures conservent sensiblement les mémes caractéristiques mécaniques dans la gamme des températures . les plus courantes des surfaces librement exposées soit de 10°C 4 80°C jes différents types d’armatures utilisées sont : oe ee Y Le carton feutre ecm CF Beer meee recat Y Le voile de verre cecum /~ Y La toile de Verret Lb ~ Y La toile de jute .. age Parfols pour obtenir une meilleure résistance des feullles, on utilise une doubie armature (toile de verre + voile de verre) (TV+VV) 1-3-4 : Carton feutre La plus ancienne des armatures, fabriquée sur machine & papier et rendue fortement absorbante par I'introduction dans sa composition d’une importante proportion de chiffons. 1-3-2 : Voile de verre ‘Obtenue par encollage par des fibres de verre de diamétre inférieur 20 micron, 153-3 : Tolle de verre Aculeasc tous foun ate nai ile, He fs fue aluspote” hogs foe Les fils de verre qui constituent cette "armature sont disposés en n mailles selon les? (O% deux directions perpendiculaires. 1-3-4: Toile de jute ‘A coté des armatures en Carton feutre, les armatures en toile de jute restent les plus utilisées ici au Maroc pour les chapes souples de bitume armé. 2: Feuilles d’étanchéité Les feuilles d’étanchéité sont classées suivant deux catégories : ~ Feutre bitumé surfacé 25. 24s te = Chape souple debitume armé (((oiv) foTv } ‘Assurée par le surfacage en usine de |'élément en feuilles, soit par fevilles métalliques (aluminium, cuivre .. ), soit par granulé minéral. L’autoprotection s‘impose pour les toitures inaccessibles de pente supérieure 4 5% 5-3 : composition de revétement multicouche ‘On appelle ainsi, tout complexe constitué par plusieurs feuilles d’étanchéité 4 base de bitume, collées entre elles par des couches d’EAC, La composition de ce complexe varie suivant : => La pente, les surcharges supportées, la nature de la toiture ~ terrasse inaccessible ou accessible. 5-3-1 : Revétement sous protection lour Prévu pour étre en pente inférieure & 5% pour les terrasses accessibles, il se pose généralement sur un élément porteur en nagonneridés bose indépendante. Le systéme généralement préconisé dans le cahier de charge et joulssant la garantie décennale est le suivant : = Papier kraft ; => 36S CF ou W. = EAC; > > 36 S CF ou W. EAC; 36S CF ou WV ou 40 TV ou W = EAC sablé II faut noter que le systéme allégé qui correspond au remplacement des trois feuilles 5 36S-CF par 278-CF est également trés utilisé, et lorsqu'l est correctement mis en place, il assure une étanchéité et une durabilité aussi correcte que fe précédent, mai de nos jour, il n'est plus pris en charge par la garantie décennale. as En pose adhérente, le systéme décrit est précéde par application des couches de EIF et EAC : les renforcements sont obtenus => Soit par substitution des éléments armés CF par des éléments armés VV ; => Soit par mise en ceuvre d'une couche supplémentaire d’EAC et d'un bitume armé TV ou W. La protection lourde ne doit pas étre solidaire au revétement multicouche, une couche de désolidarisation est obligatoire entre Is reyétement et la protection fourde been Dt tl? aoe ie Ret nt. tat 5: 2 fevétement auto protéa: Uautoprotection est conseillée pour des pentes ne pouvar protection rapportée, en principe = Supérieur 4 5% sur éléments porteur en maconnerie = Supérieur A 3% sur t6le d'acier Les revétements auto protégés sont prévus pour les toitures —terrasses inaccessibles, ils comportent le plus généralement =» EAC- chape souple de bitume armé 40-CF ou WV = EAC Feutre 388-CF ou VV auto protégé aluminium ou granulé minéral 5-3-4 : les relevés 7 90 os (ng) A pas assurer ia stabilité d'une ey ber ots 5-3-4-1 : Supports des relevés és Les supports des relevés doivent obligatoirement comporter un becquet de largeur 2.4. cm ou 2 7 cm pour Ja protection en dur, La hauteur entre le becquet et la surface de la protection sera 2 10 cm ,en cas de pente nulle et = 15 om en cas de pente > tom \ 5.3-4-2 : Disposition de I'étanchéité oP pra alrrralis tea Hy Les relevés sont réalisés par des chapes adhérentes au support En terrasse inaccessible : phe le jab Misra ip” 5 ‘a. les releves auto protégés comportent : EIF - 1** couche{’étancheité de la parle ee courante arrétée a l'aplomb du relevé - EAC+ équerre de renfort en bitume armé 40° TV aailes égales a 20 cm minimum ~ 2éme couche d’étancheité de la partie courante surmontant Pquerre et arrétée a l'aplomb du relevé- EAC+bitume armé 40 TV posé depuis la partie la plus haute du relevé, epousant et débordant la zone de lequerre d'au moins 20 om. olen yullagd 1 pana toilln ty pero b- Les relevés protégés par du mortier grillagé (Terrasse accessible ou inaccessible) sont constitués de Ia méme fagon a la seule différence que le bitume armé 40 TV peut ne pas étre autoporteur et dans ce cas , il est recouvert par une couche d'EAC. tho, bas Oat {oa} tink Inn Mh ee fl 5-3-4-3 : Joint de dilatation iy Les joinis de fractionnement du support ou joint de dilatation, constituent avec les releves, les points sensibles dans le revétement Multicouche.On note deux types de joints > Joint plat (utilisée sur les terrasses accessibies) > Joint sur Muret on daiette couvre joint (terrasses inaccessible) 5-3-4-3-1 : Joint Plat Le syst@me d’étanchéité des joints plats, se réalise au Moyen d'une bande simple de Matériau Ree § dispose sous forme de lyre entre les levres du joint et raccordée par collage suir fa premiéré couche d’étanchéité (EAC+Feuille) qui, elle est arrétée au ras de joint. + ney Un Mastic déformable au fond de joint compressible est disposé au creux de le Iyre.On pose ~ ensuite la deuxiéme et éventuellement ia 3° couche d'étanchéité arrétee également auras du _/ f joint. Pour éviter I’introduction des Corps Etrangers, le joint doit étre protégé par une feuilie Métallique Mince : Bande Metallique de 10cm de targeur (Zing §/10°"*, tole d'acier gaivanisé 4/0" ou des Bandes de feuilles bitumés 36S ou Bitume Amir 40 auto protégé ou non de largeur minimale 20 cm .si le joint présente une largeur de 12 4 20 mm seule la bande de pontage métallique est admise.Cette bande est maintenue en place par la protection en dur demandée sut les terrasses accessibles ( voir figure ci-jeinte) 2: Joint sur Muret Les joint sur Muret peuvent étre traités comme les joints plats, on peut aussi bien arréter Vétanchéité du relevé du Muret au niveau des arrétes supérieurs et poser sur la face supérieure du Muret, un Chaperon en béton reativement solidaire d'une des partis du joint (par exemples travers un fer a béton armé dans le sommet du muret en pénétrant dans un trou du chapero} mais permettant le libre jeu du joint ; le muret est alors assimilé a un relevé a double faces. (Voir figure ci-jointe). -4 : Drainage des eaux pluvial 5 - Disposition de fa forme de pente La FP doit tre réalisée de telle sorte 4 ne pas permettre une stagnation d'eau sur les terrasses (mare = petite nappe d'eau), ceci peut &tre aisément (facilement) vérifié en arrosant abondamment la terrasse avant la disposition d'une éventuelle protection rapportee. 5-4-2 : Disposition des points de drainage Chaque point de drainage ne doit pas interrésser une surface collectée de plus de200m2) Dans le cas d'une terrasse plane (pente entre 0 et 5%), la distance parcourue par 'eau de pluie pour atteindre le point d’évacuation ne doit pas étre supérieur a 5-4-3 : Raccordement des drains Le raccordement de I'étanchéité au trou de drainage, seffectue par Vintermésiaire d'une platine avec trou centrale, auquel est soude une tubulaire d'un diametre inférieur 4 celui de la descente traversant la dalle .Cet élément de raccordement peut étre constitué * De plomb laminé de 2.5 4 3 mm d'épaisseur * De cuivre de 0.6 mm minimum De matériau spécialement adapté a cet ouvrage (fonte, PVC, ete) L'élément (platine + tubulaire) sont dénommés successivement gargouille et moignon. La distance entre le bord extérieur du trou de drainage et le bord de la platine ne doit pas etre inférieure a 12 om. ‘Au cas ou le trou de drainage est placé & au moins de 15 om d'un relief , la platine est relevée sur une hauteur de 12 cm le long du relief sans discontinvité. Au cas ou le trou de drainage est placé a moins de 15 om des cétés de l'angle, la platine est relevée d’au moins de 12 cm le long de deux facades sans discontinuité ‘Au.cas ou le trou d'évacuation est placé latéralement sur le relevé, il faut que son paint le plus bas soit au méme niveau ou 4 niveau inférieur celui de la forme de la protection mécanique. La tubulaire de la platine sera dans ce cas, coudée pour pénétrer dans la descente correspondante, La platine est mise en place par collage & "EAC sur la 1° couche d’étanchéité (EAC#Feuille) sla 2° couche sera collée a lanplatine , puis surmontée de lag 3°"° Ensuite, ces demiéres couches seront découpées au ras de la tubulaire de la descente. Tout drain doit étre muni d'une crapaudine en fil de fer galvanisé sous forme dartichoue, son role est de s’opposer a la pénétration des déchets dans la descente et d’éviter son obturation, ag Etanchéité en partie courante et relief Pose sur partie courante des revétements multicouches des toitures. errasses | | Pose 8 lits successits Pose 4 lits ervisés vod 1 | : | | Pare | tsdlation | Etanchéité Vapeur Partie courante Relevé Autoprotéze Traitement des joints et relevés Joint plat C7 Ae Lae Z| AG : LZ JOINT SUR MURET (7 pettette, , Types et mode d’éxcution des évacuations Ak Lame) Fluage = phénoméne de déformation d'un matériau u = Cracking = craquage = transform saturés en hydrocarbures légers a haute température des hydrocarbures => Barbotage = passage d’un gaz dans un liquide = Rhéologique = étude de comportement de la matiére qui s’écoule en fonction de sa plasticité et de sa viscosité lorsqu’elle est soumise @ une déformation ou pression = Fillers = roche broyée et mélangée au bitume => Ramollissement = rendre mou => Emulsion = mélange hétérogéne- huileux constitué par la dispersion a l'état de particules tras fines, d’un liquide dans un autre liquide = Papier Kraft = papier d’emballage trés solide