Sie sind auf Seite 1von 3

ADONIS

Un livre lumineux : Manifeste de la Transdisciplinarité de


Basarab Nicolescu∗

Je pose une rose à ma droite, et un ordinateur à ma gauche ;


Je pose entre les deux une valise remplie d'objets que j'affectionne ;
Et, me fiant aux promesses des sciences de l'espace, je m'imagine effectuant l'ascension
Vers une lointaine planète.
Puis je me pose la question : "Quel livre sera ton compagnon de route dans ce voyage ?"
Et ma réponse vient sans hésitation : "Le livre que voici."

Eh oui, ce livre-manifeste de Basarab Nicolescu ;


Point parce qu'il est le plus prestigieux des livres,
Ni parce qu'il pointe vers l'unique voie de la connaissance,
Ni parce qu'il offre des réponses à mes interrogations et mes problèmes --
(Car il ne s'agit guère d'une nouvelle table des commandements,
Pas plus qu'il n'est la panacée universelle) ;

Je fais de ce livre mon compagnon de route pour une tout autre raison ;
C'est qu'il sera, pendant et après le voyage,
Parmi les premiers livres qui obséderont ma conscience de l'urgence
De réaliser une connaissance de l'homme et de l'Être plus profonde et plus intégrale,
De poser de nouvelles questions cognitives
Et, afin d'être initié à cette nouvelle connaissance, d'exercer une nouvelle approche
Du monde et de ses phénomènes, de l'homme et de ses problèmes.

Ce livre sera donc parmi les premiers livres qui éclaireront le long chemin,
Frayé par l'évolution humaine,
Qui nous mène vers d'innombrables
inconnus dans cet Univers infini.
Ainsi, il me permettra une meilleure lecture de notre Planète
Qui transcendera, tout en les évaluant et les assimilant, toutes les lectures précédentes
Et permettra à cette lecture d'être à la fois horizontale et verticale — d'autant qu'il est
Écrit du point de vue d'un scientifique, doublé de l'intuition d'un poète. On dirait une rivière
Dont la surface est la science et le fond la poésie ; ou plus exactement : une rivière dont le lit
Serait la poésie et les flots la science :

La science — car dans son approche de l'Homme, du monde et des choses,


Ce livre est basé sur la connaissance
scientifique de pointe ;
Et la poésie — car son objectivité scientifique laisse la porte

Préface à Basarab Nicolescu, Manifeste de la transdisciplinarité, traduction en arabe par Dimitri Avghérinos,
Collection "Afaq", Isis Éditeur, Damas, 2000 ; Rencontres Transdisciplinaires, CIRET, Paris, n° 15 - Mai 2000.

1
Grand ouverte au Sujet et à la subjectivité, non en tant que renouvellement,
Mais en tant que renaissance ; si bien
que l'homme en question ne se renouvelle pas, mais
renaît
Cette synthèse de la science et de la poésie s'opère grace à une vision basée essentiellement
Sur une transgression totale des frontières de toutes sortes :
Entre nationalismes. cultures, religions, histoires et politiques.

À la lumière de ce livre,
Il apparaîtra de manière éclatante
Comment l'homme, sous un prétexte ou
un autre, a semé la terreur dans
Le cœur de cette belle et paisible
Planète, jusqu'à ce qu'il a failli l'étouffer,
Tantôt au nom d'une connaissance niant
ce qui ne relève pas d'elle, excluant ceux qui
ne la font pas leur ;
Tantôt au nom d'une "matière" qui ne vit qu'en dévorant sans cesse tout ce qu'elle
nomme "esprit",
Ou au nom d'un "esprit" qui puise sa consistance dans le rejet de la matière ;
Et tantôt au nom d'un pouvoir, d'un arsenal ou d'un marché -

À tel point que les hommes


apparaissent, dans le miroir de la conscience
purifiée
Et épanouie. comme s'ils avaient vécu,
et vivent encore,
Malgré tout le progrès qu'ils ont
accompli, semblables à de féroces
groupuscules,
Voulant, chacun, d'une manière ou
d'une autre, dominer
La Planète, la posséder — l'insérant dans le trou d'aiguille
De son dogme, sa discipline ou son
autorité.

Ce livre, donc, éclaire le chemin de la libération de l'homme de tout ce qui l'entrave —


Dans la Liberté, la Conscience et l'Humanité — ;
Du savoir-possessivité,
Du ralliement-dogmatisme,
De l'étroitesse-fragmentation
Et de l'homme-monstre.

Et, partant, éclaire


Les sentiers de la quète d'une connaissance inséparable de l'Amour et du partage,
D'une science qui n'exclut pas la
poésie,
Et les sentiers de la convergence vers le dévoilement de 1'Univers et de ses mystères,
À l'aide de toutes les disciplines, de tous les savoirs, et au-delà,

2
Dans une ouverture totale,
Dans laquelle s'affirme la certitude du
Sujet
Qu'il ne peut se parfaire sans l'Autre,
Et dans laquelle il ondoyerait, tel un élan créateur et unique,
Dans la masse humaine, une et plurielle,
Et dans cet océan-tout
Que l'on nomme l'Univers.

ADONIS

(traduction de l'arabe par Dimitri Avghérinos)