Sie sind auf Seite 1von 62
SERIE DE LA GESTION DE L'ENERGIE A LINTENTION DES INDUSTRIES, COMMERCES ET INSTITUTIONS Récup€ération de la chaleur perdue (Oey er) PREFACE Lart et la science de la gestion de ’énergie ont accompli des progrés remarquables au cours: de la demigre décennie. La gestion de énergie est devenue une discipline sérieuse dans le cadre du processus de gestion de la plupart des entreprises qui connaissent le succts. D'abord, au début des années 70, on a mis sur pied des programmes d’économie d’énergie afin de réduire la menace de pénurie d’énergie que pesait sur le Canada, de méme que la dépendance du pays 4 Vendroit du pétrote étranger. Toutefois, la hausse vertigineuse des prix n’a pas tardé & donner une signification nouvelle a expression «économie @’énergic»: reduire Ie coit de l’énergic. ‘Nombre dindustries, de commerces et d’oreanismes publics ont relevé le défi et abaissé les cots «énergie jusque dans une proportion de 50%. On est ainsi arrivé & utiliser énergie de fagon ration- nelle, grace & des mesures telles que des programmes d'information & Vintention du personnel, des moyens d’entretien plus point, la simple élimination du gaspillage, et en mettant de Pavant des projeis aptes & moderniser ou améliorer les installations et Péquipernent Pour en arriver maintenant a économiser d’avantage I’énergie, il importe de mieux connaitre la technologie et ses applications en plus d’avoir recours & des apparcils haut rendement énergétique. Alla demande du Programme économie d’énergie dans Vindustrie canadienne, du Programme des groupes de travail sur la gestion de énergie dans les secteurs commercial et institutionnel, et d’associations professionnelles et commerciales intéressées, la Division de l’énergie industrielle «du ministére de PEnergie, des Mines et des Ressources a élaboré une série de modules techniques portant sur la gestion de énergie. ‘Ces manuels aideront les gestionnaires et le personnel d’exploitation & découvrir les possibilités de gestion de I’énergie dans leur cadre de travail. On y trouve une quantité de renseignements prati- ‘ques, notamment des équations mathématiques, des renseignements généraux sur des techniques. Eprouvées, ainsi que des exemples concrets d’économie d’énergie. Pour obtenir de plus amples renseignements concernant les modules figurant dans la liste qui suit ou la documentation utilisée dans le cadre des ateliers, y compris les études de cas, veuillez écr a T'adresse suivante: La Division de la gestion de Iénereie dans tes entreprises et dans le secteur gouvernemental Direction des économies d'énergie Energie, Mines et Ressources Canada ‘580, rue Booth, Ottawa (Ontario) KIA 0E4 Gestion de Lénergie et 9 Chauffage et refroidissement participation des employés (vapeur et eau) Evaluation de la consommation 10 Chauffage, ventilation et conditionnement dair Analyse financitre énergétique LL Refroidissement et pompes a chaleur Comptabilité de la gestion énergétique 12 Réseaux de distribution d'eau et d’air Récupération de la chaleur perdue comprimé I Isolation thermique des équipements 13. Ventilateurs et pompes 2 Belairage 14 Compresseurs et turbines 3 Blectricité 15 Mesures et contrdle 4 Moteurs électriques économiseurs 16 Régulation automatique énergie 17 Manutention des matériaux et 5 Combustion transport sur place 6 Appareillage de chaufferie 18 Point de vue architectural 7 Fouts, sécheurs et fours de cuisson 19 Accumulation thermique 8 Réseaux de vapeur et de condensat 20 Guide de planification et de gestion TABLE DES MATIERES page INTRODUCTION Objectifs 1 Contenu 1 NOTIONS DE BASE Introduction 3 Principes fondamentaux de l’énergie thermique 3 Chaleur ct transmissoa thermique 3 Qualité et disponibitité 3 Chaleur perdue 3 ‘Cascade 3 Enthalpie des substances 4 Chaleur sensible of chaleur fatente 4 Enthalpie 4 Calcul de la transmission de In chaleur sensible 5 ‘Calcul de la transmission de la chaleur latente. 6 Mécanismes de transmission thermique 7 Rayonnement 7 Conduction 7 Comection 7 ‘Techniques de récupération de la chaleur 8 Liutiisatic irecte 8 L'échangeur de chaleur: 8 1a pompe & chaleur 10 La surcompression del vapeur n Surcompression mécanique u ‘Surcompression thermique 12 Opérations i étapes maltiples B Méthodes de vérification énergétique B SOURCES ET APPLICATIONS POSSIBLES DE LA CHALEUR PERDUE Introduction 4 Formulation de projets de récupération de la chaleur perdue “4 1a compatible entre la source et a demande 4 Accessibilité 4 La distance entre ln source ot a demande 14 La forme et état dela source de chaleur perdue 15 ual de produit 16 Niveau de réchauffement nécessaire 16 Les aspects réglemeataires 16 APPAREILLAGE. Introduction Matériel d’échange de chaleur Echangeur de chaleur calandre multtubulaire ‘Chauaires de récupération de chaleur perdue Echangeur de chaleur i tube &ailettes ‘ehangeur de chaleur i serpentin changeur de chaleur & tubes concentriques Echangeur de chaleur & plaques Systéme a fonetionnement circus Roues a chaleur Calodues (écbangcurs de chaleur thermosiphon) Equipement des pompes a chaleur Gences de pompes chaleur Etéments dune pompe a chaleur Usisaions des pompesd chaleur Surcompression de la vapeur Surcompression mécanique ‘Surcompression thermique Applications de la surcompression de la vapeut Opérations a étapes multiples ‘Evaporation a effets multiples Vaporistion él tapes maliples Autres opérations a étaes meltples POSSIBILITES DE GESTION DE L’ENERGIE. Possibilités de maintenance ‘dentfication des sources de chaleur perdue ination des pertesthermiques Réduction au minimum de Ia quaotité de chaleur contenue dans les ‘ajets thermiques par des mécanismes de controle de maintenance Maintenance des apparels mécaniques Possibilités d’amélioration de coat moe Exemples concrets d’amélioration de coat modique Ulisation direete de la chaleur récupérable ion des eaux usées de procédé comme source ‘thermique pour une pompe a chaleur Recyclage des gaz d'échappement (extraction) des sécheurs Possibilités de rénovation Exemples concrets de rénovation Installation d'un échangeur de chaleur Installation dun calodue page 7 7 19 20 mW a 2 25 27 3 31 32 33 33 33 3 34 35, 36 36 36 37 7 37 37 38 39 39. 0 a ANNEXES, A Glossaire B_ Tableaux. C_ Facteurs de conversion INTRODUCTION La chateur perdue peut étre pereue comme de la chaleur rejetée par des installations dans l'environnement. La récupération et la réutilisation de cette chaleur offrent la possibilité de réduire les cotits énergetiques et d’améliorer la rentabilité des entreprises canadiennes, Bien que le rythme de croissance des cofits énergétiques at ralenti au cours des derniéres années, la nécessité de réduire la consommation d’énergie persiste. Ce manuel présente une méthode systématique pour détinir et réaliser des projets de récupération de a chaleur perce dans les installations industrielles, commerciales et gouvernementales. Objectifs Les objectifs de ce manuel ticnnent dans les points suivants © présenter les principes fondamentaux qui touchent la transmission thermique, la disponibilité de la chaleur, la récupération et la réutilisation de la chaleur perdue; © découvrir les sources possibles de chaleur perdue a récupérer et les domaines d'utilisation possibles: © discuter des systémes d’équipement ct des techniques disponibles pour la récupération de la chaleur perdue; © présenter des études de cas et des exemples de récupération de la chaleur perdue. Contenu Le contenu de ce manuel a été subdivisé de la fagon suivante © les “Principes fondamentaux” traitent de la récupération de la chaleur perdue, ineluant les concepts néces- saires pour découvrir la chaleur perdue récupérable, Péchange de chaleur et le pompage de la chaleur, les prin- 1s de fonctionnement, les Fagons de vérifier la récupération de la chaleur perdue, €quilibre entre la masse et énergie, la transmission en cascade et la régénération de I’énergie émanant de la chaleur perdue: 6 les “Sources et applications” traitent des sources de chaleur perdue et présentent des suggestions pratiques quant aux applications de la récupération de la chaleur perdue; “Apparcillage” décrit la théorie, le matériel et les applications de divers systémes ce récupération; # les “Possibilités de gestion de l’énergie”” présentent plusieurs exemples concrets de projets de récupération dela chaleur perdue afin de fournir un apercu des applications possibles de la chaleur perdue récupérée; © les “Annexes” contiennent les tableaux, un glossaire et des tables de facteurs de conversion. _ NOTIONS DE BASE Introduction La réduction ou Ia réutilisation de la chaleur perdue fournissent une excellente occasion d’économiser sur le colt énergétique dans les installations industrielles, commerciales et gouvernementales au Canada. Cette section du ‘manuel vise & fournir ou & remémorer aux lecteurs les termes et outils de base nécessaires @ la quantification des possibilités d’ économie eta fournir certains renseignements sur le matériel disponible pour réduire ou récupérer la chaleur perdue, Principes Fondamentaux de ]’Energie Thermique Chaleur et transmission thermique Liexpérience démontre que lorsqu’un objet chaud entre en contact avec un objet froid, objet chaud serefroidit tandis que Pobjet froid se réchauffe. Cette énergie en transit qui résulte d’un écart de température est appelée “chaleur”. Le faitque la chaleur passe toujours dune température plus dlevée& une température plus basse nous améne au principe ue la température est I'élément conducteur dans la transmission dune énergie comme la chaleur. La “transmission thermique” traite du mécanisme par lequel la chaleur passe d’un endroit & un autre, lorsqu’il existe un écart de température entre deux obiets. La chaleur se mesure en kilojoules (kJ) d’énergic et la chaleur transmise s'exprime habituellement avee une unité de temps, par exemple, kI/s ou kI/b. Qualité et disponibitité On peut décrive la “qualité” de énergie thermique comme sa capacité de provoquer un changement. En termes de chaleur perdue, c'est la quantité d’ énergie utile disponible par rapport & énergie thermique totale contenue dans une source de chaleur perdue. La ‘disponibilité” est un autre terme utilisé pour décrire la nature d'une source d’énergie. Plus la qualité dune source d’énergie est élevée, plus son énertie est disponible a usage. Dans lecasd’une source de chaleur, c’est par la température qu’on en mesure la qualitéet la disponibilité, Plus Ja empératured’une substance est élevée, plus la quantité d’ énergie thermique qu’on peut en extraire est élevée. La plupatt des procédés industriels et des usages commerciaux abaissent la température de I’énergie thermique a mesure u’ils s'en servent, et appauvrissent de ce fait la qualité de la chaleur. Chaleur perdue On peut définir la chaleur perdue comme la chaleur contenue dans une substance rejetée au cours dun pro- cédé, a une rempérature plus élevée que les niveaux de température ambiante d’une usine. Dans un sens plus large, la chaleur perdue est n’importe quelle source de chaleur rejetée dont une partie pourrait étre récupérée et réutilisée une fagon économique. Comme on le découvrira plus loin dans ce manuel, les sources de chaleur perdue peuvent atre sous une forme gazeuse, solide ou liquide. Cascade (On peut définir unc cascade d’énergie comme l’organisation du flux et la réutilisation de I’énergie au moyen de divers systémes, procédés et équipement de production, en vue de tirer le maximum d’efficacité de énergie utilisée Essentiellement, il s'agit d'utiliser la quantité maximale d’énergie disponible provenant d'une source donnée, L’ell cité maximale est obtenue par la dégradation séquentielle ou l’appauvrissement de la qualité de énergie au cours de 'accomplissement de chaque taiche, de la méme fagon que Vénergie potentielle de l'eau qui tombe s'amenuise dans les rapides et les cascades d'une riviére. C'est cette comparaison qui a mené 4 adoption du terme cascade pour décrise le concept L’économic et aspect pratique sont des facteurs cruciaux qui limitent le nombre de cascades qu'on peut réaliser dans un systéme. Dans la plupart des situations, on peut optimiser énergie en cascade grace a des mesures de modi cation par lesquelles la chaleur perdue produite lors d"opérations exécutées & une température plus élevée est extraite et réutilisée pour des taches nécessitant une température relativement plus basse. Le fat utiliser les gaz d’échappe- ment de la chaudiere comme source d’énergie pour produire de eau chaude dans un immeublea appartements plutot que d’avoir recours & la combustion directe de combustible, en est un exemple. Enthalpie des Substances 1 faut effectuer certains calculs pour déterminer la teneur thermique des sources de chaleur perdue. Les lecteurs trouveront done plus loin une série d°équations a leur intention. Comme on pourra le constater, la fagon d'appli- quer une ou autre de ces équations peut dépendre aussi bien de la nature du matériau que de son état. Chaleur Sensible et Chaleur Latente Lorsqu’on ajoute ou qu'on retire de I ‘ou son état se modiie. On appelle chaleur sensible énergie thermique associge & un changement de température. La quantité énergie dépend de Pampleur du changement de température, dela quantité du matériaw et de sa chaleur spécifique exprimée en KI/Akg°C). On appelle chaleur latente l’énergie thermique associée a une modification de l'état (ou de ta phase). La figure Iillustrele processus de changement d'état, dela glace & Peau, puis la vapeur. Lorsquelle changement d'état seffectue de la vapeur & 'eau, la chaleur latente de la condensation est enlevée. Lorsque le changement d'état se fait de Peau dla vapeur, la chaleur latente de lévaporation s’ajoute. Pour un matériau donné, la chaleur latente de "evaporation. est égale & celle de la condensation & une température et & une pression données. Lachaleur latente dépend généralement des propriété, de la température et de la pression du matériau, Les unites de chaleur latente s'expriment en kJ/kg. ergie thermique d'une substance, la température de cette substance change, amatep) errr) wnowtonae | / tape de fonte surenauttee Exemple de changement d'état Figuret Enthalpie La quantité d’énergie thermique dans une substance dépend de sa capacité de réchauffement, du changement de température qu'elle subit et du fait qu’elle passe ou non par un changement de phase. Cette teneur en énergie peut tre exprimée quantitativement par utilisation d’un terme connu comme ‘“teneur thermique”, ou “enthalpic”, habituellement codé “h” (kJ/kg). Pour faciliter les calculs, on suppose que 'enthalpie de routes es substances d'un systtme est de 2éro une température de base. Par exemple, cette température de base est 0 °C pour les tables de vapeur. Pour la plupart des tables de réfrigérants, la température de base est -40 °C. L'enthalpie est une propriété de I’état d’une substance; e’est-&-dire que pour un matériau donné, la valeur est toujours la méme, & une température et une pression données. La modification de Venthalpie peut se calculer comme suit: Dh Heinat - Hinitiat © Lenthalpie de Peau (hy) est une mesure de la quantité d’énergie thermique contenue dans Veau (chaleur sensible) 4 une température précise © Lenthalpie de Vévaporation (h,) (correctement appelée la chaleur latente de vaporisation) est la quantité «énergie thermique nécessaire pour comertir un kilogramme d’cauen un klogramme de vapeur une pression donnée. © Lenthalpie de la vapeur (h,) est énergie totale contenue dans la vapeur séche saturde & une pression donnée, Cette quantité d'énergie est la somme de l'enthalpie du liquide (hy) et de la quantité d’énergie requise pour \aporiser un kilogramme d'eau & une température précise, (hy) et peut re exprimee par V'équation suivante hy = hy + by oth, enthalpie de ta vapeur séche saturée (k1/kg) hy = Penthalpie de eau (kJ/kg) hij = Penthalpie de I’évaporation (k3/kg) Les enthalpies pour Peau et la vapeur figurent au tableau 1 de l'Annexe, Calcul de la transmission de la chaleur sensible (On peut déterminer la quantité de chaleur sensible qui est transmise a une substance a l'aide de Péquation suivante : Q = M x cp x DT ot Q = la quantité de chaleur transmise (kI/h) M = la masse de la substance (kg/h) op = la chaleur spécifique de la substance (kI/kg-*C) br = le différentiel de température La “chaleur spécifique", cp, d'un matériau est la quantité de chaleur absorbée par masse unitaire de matériau pour une hausse de température unitaire d’un corps, et s'exprime en kI/kg.°C. Le tableau 2 de I’Annexe donne une liste de valeurs ep pour divers matériaux, On peut utiliser d’autres expressions pour la vitesse d’écoulement, pourvu que des facteurs de conversion ap- ropriés soient incorporés dans léquation. Par exemple, on peut calculer approximativement la chaleur sensible trans- ‘mise pour Pair par ’6quation suivante : Qs = fa x (T1-T2) x 4,345 ot Qs écoulement de la chaleur sensible (K/h) fa = vitesse de écoulement air (L/s) T! = température plus chaude (°C) 72 = température plus frafche (°C) 4345, = un Facteur qui tient compte de la chaleur spécifique de lair sec et de sa conversion en unités courantes Le facteur 4,345 serait légerement augmenté dans le cas d’air contenant de la vapeur d'eau, mais cette valeur est considerée comme assez juste a des fins d’estimation. Exemple : Une installation rejette 10 000 L/h d'eau de procédé & 70 °C. Si leau est refroidie 20°C, combien de chaleur pourrait étre éventuellement récupérée? Q = M x ep x DT Masse de Peau ~ 10000 L/h x I g/L. ep de Peau = 4,18 kJ/kg: °C (tiré du tableau 2) pr = (70-20)°C = 50°C La quantité de chaleur qui pourrait étre récupérée est done + Q = 10.000 kg/h x 418 kI/kg.2C x 50°C = 2090 000 kI/h Comme on peut le constater en comparant les deux équations qui précédent : he - cp x DT. ‘On peut aussi utiliser lequation de Penthalpie pour calculer la chaleur sensible disponible. Dans ce cas : Q = M x Dhy M = 10.000 kg Dhy = Dat ~ Bini Dat = 292,97 KI/Ke (tiré du tableau 1) Dini = 83,86 kJ/kg (tiré du tableau 1) Q 10.000 kg/h x (292,97 - 83,86) kI/kg 2.091 100 kJ/h ‘Nota : Lécart dans la chaleur névessaire, déterminée & Vaide des deux méthodes, découle de arrondissement de la valeur du ep pour Peau, Calcul de ta transmission de la chaleur latente ‘On peut calculer Ia quantité de transmission de chaleur nécessaire pour évaporer un liquide (ou condenser un gaz) a aide de la formule : Q =M x hy or Q = la chaleur transmise (kI/h) M = la masse de la substance (kg/h) Bry = chaleur latente due & Vévaporation (kJ/kg) Une liste de chaleur de vaporisation pour divers matériaux figure au tableau 3 del"Annexe. Commeil ena déja &€ question, on peut utiliser les tables de vapeur (tableau 1) pour obtentr la chaleur latente de vaporisation de Meau sous diverses conditions. Par exemple, Putilisation d’un procédé améne le rejet d’un surplus de vapeur séche 100 °C ct a la pression atmosphérique. La quantité de vapeur rejetéeest de 1 000 kg/h. La quantité de chaleur latente Pheure qu'on pour: rait récupérer de cette source, si toute la vapeur était condensée en eau, peut se calculer comme suit : Q = MX hip M = 1000 kg/h hey = 2257 kI/kg (tiré du tableaw 1) 000 ke/h x 2.257 kI/kg. 257 000 kI/h 11 faut noter que le condensat qui est produit & 100 °C offre encore un potentiel de récupération d’ énergie. ‘On peut calculer P’échange de chaleur latente pour l'air aide dune version modifige de l’équation qui précede. Cette équation tient compte de l"hygromeétrie. Le lecteur trouvera, dans le Manuel 10, une description détaillée du caleul de Péchange de la chaleur latente pour lair. Mécanismes de Transmission Thermique Les systémes de récupération de la chaleur perdue comportent Ia transmission thermique. I] est donc essentiel de bien comprendre les principes de base des mécanisines de transmission thermique pour pouvoir évaluer les avantages de la récupération de la chaleur perdue Latransmission thermique peut s’effectuer par trois mécanismes différents : le rayonnement, la conduction ou la convection. Ces trois mécanismes sont décrits ci-dessous. Rayonnement ‘Tous les corps chauds émettent un rayonnement sous forme de chaleur qui peut étre captée par un autre corps solide se trouvant sur la trajectoire du rayonnement de la chaleur. ‘exemple le plus courant de ce mode de transmis- sion de la chaleur par rayonnement est ’énergie que la terre regoit du soleil. Pour quela transmission thermique par rayonnement soit importante, la température doit étre élevée, Par exemple, la chaleur transmise par rayonnement ne devient importante que sila température des chauditres de procédé dépasse 600 °C. Dans la plupart des cas de récupération de chaleur perdue, la quantité de chaleur transmise par rayonne- ‘ment est généralement insignifiante. Conduetion La conduction est le processus par lequel la chaleur passe d’une zone & température plus élevée & une zone & température plus basse a Pintérieur dun médium (solide, liquide ou gazcux), ou entre différents média en contact physique direct On peut faire une expérience classique de conduction thermique en tenant I'extrémité dune tige de métal dans la flamme. Lexpérience nous démontre que la chaleur se propage dans la barre, de l'extrémité chaude vers ’extré- mité froide, rendant celle-ci trop chaude pour étre tenue a la main. effet observable de Ia conduction thermique est unc égalisation de la température entre les corps en contact. ‘Cependant, siles différences de température sont maintenues par addition ou le retrait de chaleur & différents points, un flax continu de chaleur s’établira de la zone la plus chauule vers la zone la plus froide. La conduction est la seule méthode de circulation de la chaleur & utiliser pour les solides. La conduction est aussi une méthode importante pour les fluides, mais dans les média non solides, elle est habituellement combinée la convection et, dans certains cas, au rayonnement. Convection Ilse produit une transmission thermique par convection lorsqu’un gez ou un liquide en mouvement entre en contact avec la surface dun solide dune température dif férente. La convection se produit en paralléle avec la trans: mission thermique par conduction et 'augmente & mesure que le Muide réchaufé (ou refroidi) est chassé de la surface chaude (ou froide) du solide et qu'un nouveau Fluide le remplace, Plus le fluide circule rapidement, plus te rythme de transmission thermique est élevé, & une différence de température donnée. La convection naturelle implique le ‘mouvement du fluide sur la surface chauffante uniquement par Peffet de la chaleur. Un exemple type est le chauffage de eau par un chauffe-eau dans lequel un serpentin chauffant est immergé, Dans le cas de la convection forcée, on fait appel a une force mottice, felle qu’une pompe ou un ventilatcur, pour faire circuler le fluide. Techniques de Récupération de la Chaleur I existe quatre techniques généralement utilisées pour récupérer la chaleur perdue. Ce sont : + L'utilisation directe * L’échange de chaleur * La pompe chaleur * La surcompression de la vapeur Les deux premiéres techniques utilisent la chaleur perdue *telle quelle”. Dans de eles citconstances, la chaleur perdue est de qualité suffisante pour étre utilisable ailleurs. La chaleur perdue est souvent disponibie a une température plus basse que la charge potentielle requise. “Réchauffer la chaleur perdue™ signifie élever le au énergétique d'un courant de chaleur perdue afin de s’en servir de fagon plus utile qu’autrement. On fait alors appel & des pompes thermiques ou a la compression directe de la vapeur lorsque la chaleur perdue est sous forme de vapeur. Liutilisation directe L’usage direct de la chaleur, comme son nom l’indique, touche l'utilisation des rejets de chaleur perdue “telle quelle”. Parmi des exemples types, on trouve © Puilisation des gaz produits par une chaudiére pour le séchages * l'utilisation comme eau chaude de l’eau de refroidissement “usagée” provenant d’un, ingeur de chaleur; * l'utilisation de l’air chaud provenant du local technique pour le chauffage d’espaces de rangement. Dans certains cas, de simples modifications minimes peuvent suffire pour pouvoir utiliser les rejets de chaleur perdue, Cependant, il faut faire particuligrement attention a !"état de ces rejets de chaleur perdue, tout spécialement en ce qui a trait aux polluants éventuels, tels que les produits chimiques dangereux ou une humidité indésirable. L'échangeur de chaleur L’échangeur de chaleur constitue un moyen de transmettre la chaleur d’un courant a un autre sans qu’il y ait mélange réel des deux courants. I] peut étre nécessaire de séparer les deux courants pour l'une ou l'autre des raisons suivantes * pour empacher un des courants de contaminer l'autre (extrémement important dans la transformation des aliments, en particulier pour éviter la contamination de l’eau potable ou des denrées alimentaires); * pour maintenir I"écart de pression qui peut exister entre les deux courants. I peut s'avérer nécessaire, dans certains cas, d’ utiliser un troisiéme fluide, Par exemple, on peut utiliser un courant intermédiaire pour transporter la chaleur perdue sur de longues distances, lorsque la source est éloignée de la demande, Dans un échangeur de chaleur, les deux fluides peuvent circuler * dans des directions opposées ou “*a contre-courant”; ‘* dans ia méme direction, ou “en courants paralléles"; * un perpendiculaire a l'autre, ou “en courants transversaux””. La figure 2 représente les deux premitres de ces configurations et illustre les profils de température des fluides chaud et froid au moment oit ils traversent I’échangeur de chaleur. Léquation pour la transmission thermique dans un échangeur de chaleur est : Q = UX Ax (LMTD) ol Q = le taux de transmission de la chaleur (KJ/s) U = le coefficient glabal de transmission de la chaleur (kI/m2. A la surface de transmission de la chaleur (m2) LMTD écart logarithmique moyen de température (°C)