You are on page 1of 3

LE SEIGNEUR EXPLIQUE LA TRINITE

Grand évangile de Jean tome 8 Jacob Lorber

Chapitre 27
Le Seigneur en tant que Fils

1. (Le Seigneur :) « Si le Fils était de toute éternité, comment a-t-Il pu être conçu ? Et
si le Saint-Esprit était de toute éternité, comment peut-il être issu du Père et du Fils,
donc avoir une origine ? Si, selon votre entendement, les trois personnes divines que
vous critiquez, et dont la postérité pourrait bien faire trois dieux, sont toutes trois
éternelles, donc sans commencement, aucune n'a pu être à l'origine de l'existence
d'une autre !
2. En tant qu'homme à présent incarné devant vous, Je suis le Fils, mais n'ai jamais
été conçu par un autre que Moi-même et suis donc Mon propre Père de toute éternité.
Où le Père pourrait-Il être, si ce n'est dans le Fils, et où serait le Fils, si ce n'est dans
le Père, donc un seul Dieu et Père en une seule personne ?
3. Ce corps qui est le Mien est donc la forme glorifiée du Père, afin que Je sois pour
les hommes et les anges un Dieu visible qu'ils peuvent contempler, et c'est ainsi que
vous pouvez à présent Me voir, M'entendre et Me parler sans cesser de vivre ! Car
jusqu'ici, il était dit que nul ne pouvait voir Dieu et vivre. Et Je suis tout entier Dieu :
en Moi est le Père, et la force issue de Moi selon Mon amour, Ma sagesse et Ma
volonté toute-puissante, cette force qui emplit l'infini tout entier et est partout à
l'œuvre, c'est le Saint-Esprit.
4. Tel que vous Me voyez à présent, homme-Dieu parmi vous, Je suis assurément
avec vous tout entier et sans partage dans Mon être originel, ici, dans cette salle à
manger du mont des Oliviers, et c'est pourquoi, en tant que vrai Dieu et homme à la
fois, Je ne suis nulle part ailleurs sur cette terre, encore moins sur une autre : mais, à
travers la force issue de Moi qu'est le Saint-Esprit, J'emplis activement tous les cieux
et tout l'espace infini des mondes matériels. J'y vois toutes les choses des plus
grandes aux plus petites, connais tout, sais tout, ordonne tout, crée et gouverne tout.
5. Maintenant que vous avez appris cela de Ma bouche, vous comprenez aussi, sans
doute, pourquoi vous devez fortifier au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, par
l'imposition des mains, ceux qui croiront en Moi et se conformeront à Ma doctrine
que vous leur aurez annoncée.
6. Et si vous comprenez cela, vous comprendrez aussi que, si vous les instruisez
correctement et en toute vérité, les gens ne passeront pas si aisément de ces trois
qualificatifs à l'idée d'un Dieu en trois personnes substantielles. Mais Je ne vous en
recommande pas moins instamment de répandre partout une lumière de vérité
authentique : car lorsqu'elle fera défaut, les hommes ne tarderont pas à faiblir et à
tomber dans toutes sortes de fausses doctrines, et il sera difficile ensuite de les
ramener sur le chemin de la vérité.
7. Cependant, malgré votre loyauté, vous ne pourrez empêcher que de faux maîtres et
de faux prophètes ne se lèvent et ne séduisent bien des hommes, mais cela ne vous
sera pas imputé à faute, pas plus qu'un paysan n'est fautif si, après qu'il a semé du bon
grain dans son champ, son ennemi vient nuitamment y semer l'ivraie et que celle-ci
prolifère ensuite, altérant la bonne récolte.
8. Mon vœu le plus cher est certes que tous les hommes de cette terre s'engagent sur
le chemin lumineux de la vérité et puissent ainsi marcher vers la vie éternelle : mais
comme Ma toute-puissance, pour les raisons que vous savez déjà, ne doit pas
intervenir en cela, tout homme est absolument libre de croire et de faire ce qu'il veut.
9. Quant à vous, lorsque vous propagerez Ma doctrine, vous ferez pour le mieux en
travaillant à la fois la raison et les sentiments des hommes. Car lorsqu'on a atteint la
raison et les sentiments, la bonne volonté vivifie la foi et la rend agissante : mais si
tant la raison que les sentiments ne sont pas assez éclairés, la foi n'est que
l'acceptation stupide et aveugle de ce qu'on a appris de quelque autorité. Et une telle
foi ne vaut autant dire rien : faute de stimuler le sentiment, elle n'incite pas à l'action
volontaire, celle qui réjouit le coeur, et cette foi qui ne donne pas d’oeuvres libres et
n'est pas source de joie est donc stérile et morte.
10. Or, les œuvres que l'homme accomplit sous une contrainte extérieure n'ont aucune
valeur pour l'âme, puisque, loin de la vivifier, elles l'accablent, et qu'au lieu d'agir de
son plein gré et dans la joie, par conviction intime, l'homme ne le fait que par crainte
du châtiment, en cachant son secret dépit, sa colère et sa rancune.
11. Et quand Je vous dis que vous devez être aussi parfaits dans la connaissance et le
pur amour que l'est votre Père au ciel, vos disciples doivent l'être eux aussi. C'est
pourquoi Je vous dis encore : examinez tout, et ne gardez que ce qui est bon et vrai.
12. Et ce que Je vous conseille d'observer vous-mêmes, conseillez-le à vos futurs
disciples. Je pourrais certes exiger de vous que vous croyiez sans autre explication ce
que Je vous dis et vous conseille, car les signes que J'ai accomplis sous vos yeux
M'ont conféré une autorité qui vous force à Me croire mais cette croyance forcée
n'éclaire pas l'âme intérieurement et ne l'incite pas à agir dans la joie.
13. Vous en témoignez par vos incessantes questions, qui montrent clairement que la
foi aveugle vous apporte trop peu de lumière et que seules Mes explications comblent
ce manque en vous. Et si, après tous Mes signes et Mes enseignements, vous
demandez toujours de nouvelles explications qui vous font le plus grand bien, vos
disciples vous en demanderont aussi, et vous ne devrez pas en être avares si vous
voulez éviter autant que possible la venue de faux prophètes !
14. Vous donnerez vous aussi des signes, mais les faux prophètes vous imiteront par
toutes sortes de tromperies, aussi vos signes seront-ils une preuve toujours plus mince
de l'authenticité de vos enseignements : mais ce que vous imprimerez dans l'esprit et
le cœur des gens par des paroles lumineuses, oui, cela restera à jamais comme preuve
vivante et indestructible de la vérité de Ma doctrine céleste, et seule cette claire
appréhension de la vérité vous rendra parfaitement libres, vous et vos disciples. - Je
vous ai encore une fois révélé bien des choses dites-Moi donc si vous avez bien saisi
cela aussi. »
15. Ils répondirent tous : « Oui, Seigneur et Maître, nous avons bien compris : car,
une fois de plus, Tu nous as parlé en toute franchise. »
16. (Je dis alors :) « Il nous reste encore du temps : que celui qui veut encore
savoir quelque chose s'avance et parle ! »

Source: http://www.scribd.com/doc/18634510/GEJV8