You are on page 1of 32

LES ANNONCES DE LA SEINE

Photo © Jean-René Tancrède - Téléphone : 01.42.60.36.35

Jeudi 4 mars 2010 - Numéro 13 - 1,15 Euro - 91e année

VIE DU DROIT

Question prioritaire de constitutionnalité
Renforcer l’état de droit par Jean-Louis Debré ...................................
Révolution juridique par Nicolas Sarkozy ............................................

INTERNATIONAL

VIIIème Réunion des Ministres de la Justice des Amériques
Coopération judiciaire internationale par Jean-Marie Bockel..............

RENTRÉE SOLENNELLE

2
3
7

Question prioritaire
de constitutionnalité
Conseil constitutionnel - 1er mars 2010

Cour d’appel de Toulouse

9
11
ANNONCES LEGALES ...................................................12
ADJUDICATIONS................................................................17
AVIS ADMINISTRATIF .....................................................21
DIRECT

Mondialisation du droit par Patrick Davost .........................................
Justice modernisée par Pascal Nunez .............................................

Conseil d’Etat

Entrée en vigueur de la réforme constitutionnelle ..........................

ENTRETIEN

“e-liberté / e-sécurité”
avec Christiane Féral-Schuhl ............................................................

SUPPLÉMENT CULTURE

Petites marques, grands collectionneurs

23
24

e 1er mars 2010 est entrée en vigueur une
loi qui marque l’histoire du droit, une véritable révolution juridique pour reprendre
l’expression du Chef de l’Etat au Conseil
constitutionnel lundi dernier face à une assemblée
composée d’éminentes personnalités au premier
rang desquelles Jean-Louis Debré, Valéry Giscard
d’Estaing et Jacques Chirac.
Dans son discours devant les Sages du Palais Royal
et les représentants de la famille judiciaire française,
Nicolas Sarkozy a salué la réforme instaurant “la
question prioritaire de constitutionnalité” permettant à tout justiciable de contester une loi s’il estime
qu’elle porte atteinte aux libertés constitutionnelles.
L’entrée en vigueur de l’article 61.1 de la constitution
est un progrès important pour la garantie des droits

C

mais n’ouvre pas pour autant un recours direct
contre la loi : sa censure ne pourra être provoquée
que lorsque son application révèle une difficulté
réelle.
Grâce à la modernisation du Greffe du Conseil
constitutionnel sous l’impulsion du Président JeanLouis Debré et de son Secrétaire Général Marc
Guillaume, la Haute Juridiction est “prête” à être “saisie” dès le premier jour de l’entrée en vigueur de la
loi. Face à la révolution juridique” voulue par le
Président de la République, véritable renouveau
démocratique dont le temps permettra de mesurer
la portée, le Président du Conseil constitutionnel
répond par une “nouvelle architecture constitutionnelle” destinée à renforcer l’état de droit.
Jean-René Tancrède

J OURNAL O FFICIEL D ’A NNONCES L ÉGALES - I NFORMATIONS G ÉNÉRALES , J UDICIAIRES ET T ECHNIQUES
bi-hebdomadaire habilité pour les départements de Paris, Yvelines, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val de Marne

12, rue Notre-Dame des Victoires - 75002 PARIS - Téléphone : 01 42 60 36 35 - Télécopie : 01 47 03 92 15
Internet : www.annoncesdelaseine.fr - E-mail : as@annoncesdelaseine.fr
FONDATEUR EN 1919 : RENÉ TANCRÈDE - DIRECTEUR : JEAN-RENÉ TANCRÈDE

Vie du droit

LES ANNONCES DE LA SEINE
Siège social :
12, rue Notre-Dame des Victoires - 75002 PARIS
R.C.S. PARIS B 572 142 677 - (1957 B 14267)
Téléphone : 01.42.60.36.35 - Télécopie : 01.47.03.92.15
Internet : www.annonces-de-la-seine.com
e-mail : as@annonces-de-la-seine.com / as@annonces-de-la-seine.fr

l

l

l

l

Etablissements secondaires :
4, rue de la Masse, 78910 BEHOUST
Téléphone : 01.34.87.33.15
1, place Paul-Verlaine, 92100 BOULOGNE
Téléphone : 01.42.60.84.40
7, place du 11 Novembre 1918, 93000 BOBIGNY
Téléphone : 01.42.60.84.41
1, place Charlemagne, 94290 VILLENEUVE-LE-ROI
Téléphone : 01.45.97.42.05

Comité de rédaction :
Jacques Barthélémy, Avocat à la Cour
Thierry Bernard, Avocat à la Cour, Cabinet Bernards
François-Henri Briard, Avocat au Conseil d’Etat
Antoine Bullier, Professeur à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne
Marie-Jeanne Campana, Professeur agrégé des Universités de droit
André Damien, Membre de l’Institut
Philippe Delebecque, Professeur de droit à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne
Dominique de La Garanderie, Avocate à la Cour, ancien Bâtonnier de Paris
Brigitte Gizardin, Substitut général à la Cour d’appel
Serge Guinchard, Professeur de Droit à l’Université Paris II Panthéon-Assas
Françoise Kamara, Conseiller à la première chambre de la Cour de cassation
Maurice-Antoine Lafortune, Avocat général honoraire à la Cour de cassation
Bernard Lagarde, Avocat à la Cour, Maître de conférence à H.E.C. - Entrepreneurs
Jean Lamarque, Professeur de droit à l’Université Paris II Panthéon-Assas
Noëlle Lenoir, Avocate à la Cour, ancienne Ministre
Philippe Malaurie, Professeur émérite à l’Université Paris II Panthéon-Assas
Pierre Masquart, Avocat à la Cour
Jean-François Pestureau, Expert-Comptable, Commissaire aux comptes
Sophie Pillard, Magistrate
Gérard Pluyette, Conseiller doyen à la première chambre civile de la Cour de cassation
Jacqueline Socquet-Clerc Lafont, Avocate à la Cour, Présidente d’honneur de l’UNAPL
Yves Repiquet, Avocat à la Cour, ancien Bâtonnier de Paris
René Ricol, Ancien Président de l’IFAC
Francis Teitgen, Avocat à la Cour, ancien Bâtonnier de Paris
Carol Xueref, Directrice des affaires juridiques, Groupe Essilor International
Publicité :
Légale et judiciaire :
Commerciale :

Didier Chotard
Frédéric Bonaventura

Photo © Jean-René Tancrède - Téléphone : 01.42.60.36.35

Directeur de la publication et de la rédaction :
Jean-René Tancrède

Jean-Louis Debré

Renforcer l’état de droit

Commission paritaire : n° 0708 I 83461
I.S.S.N. : 0994-3587
Tirage : 13 299 exemplaires
Périodicité : bi-hebdomadaire
Impression : M.I.P.
3, rue de l’Atlas - 75019 PARIS

2009

Copyright 2010
Les manuscrits non insérés ne sont pas rendus. Sauf dans les cas où elle est autorisée
expressément par la loi et les conventions internationales, toute reproduction, totale ou
partielle du présent numéro est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée
par les articles 425 et suivants du Code Pénal.
Le journal “Les Annonces de la Seine” a été désigné comme publicateur officiel pour la
période du 1er janvier au 31 décembre 2010, par arrêtés de Messieurs les Préfets : de Paris,
du 29 décembre 2009 ; des Yvelines, du 16 décembre 2009 ; des Hauts-de-Seine, du
23 décembre 2009 ; de la Seine-Saint-Denis, du 22 décembre 2009 ; du Val-de-Marne,
du 18 décembre 2009 ; de toutes annonces judiciaires et légales prescrites par le Code Civil,
les Codes de Procédure Civile et de Procédure Pénale et de Commerce et les Lois spéciales
pour la publicité et la validité des actes de procédure ou des contrats et des décisions de
justice pour les départements de Paris, des Yvelines, de la Seine-Saint-Denis, du Val-deMarne ; et des Hauts-de-Seine.
N.B. : L’administration décline toute responsabilité quant à la teneur des annonces légales.
- Tarifs hors taxes des publicités à la ligne
A) Légales :
Paris : 5,22 €
Seine-Saint-Denis : 5,22 €
Yvelines : 5,01 €
Hauts-de-Seine : 5,22 €
Val-de-Marne : 5,17 €
B) Avis divers : 9,50 €
C) Avis financiers : 10,60 €
D) Avis relatifs aux personnes :
Paris : 3,69 €
Hauts-de-Seine : 3,70 €
Seine-Saint Denis : 3,69 €
Yvelines : 5,01 €
Val-de-Marne : 3,70 €
- Vente au numéro :
1,15 €
- Abonnement annuel :
15 € simple
35 € avec suppléments culturels
95 € avec suppléments judiciaires et culturels

par Jean-Louis Debré
e 1er mars 2010 restera comme une
date importante, celle de l’entrée en
vigueur de la question prioritaire de
constitutionnalité qui va conférer à
nos concitoyens des droits nouveaux.
Votre présence au Conseil constitutionnel,
Monsieur le Président de la République, est le
témoignage de l’importance que vous accordez
au Conseil et à cette réforme constitutionnelle
que vous avez voulue.
Sans votre engagement personnel pour vaincre certaines habitudes ou pesanteurs, cette
réforme n’aurait pu voir le jour - et je voulais
publiquement vous exprimer toute notre gratitude.

L

Soyez assuré que, conscient de la volonté du
constituant et de nos responsabilités, nous
ferons en sorte que la question prioritaire de
constitutionnalité permette de renforcer l’Etat
de droit et la protection des libertés.
Nous sommes prêts à exercer cette nouvelle
mission. Le Conseil constitutionnel a adapté ses
règles de procédure et le fonctionnement de
son greffe. Il a modernisé son site internet. Il a
modifié ses locaux pour répondre aux
impératifs d’une procédure contradictoire d’être
satisfaits.
Pour assurer le succès de cette nouvelle
procédure, le Conseil constitutionnel
veillera à développer, avec le Conseil d’Etat
et de la Cour de cassation, l’esprit de
dialogue des juges qui doit nécessairement
accompagner la question prioritaire de
constitutionnalité.

COMPOSITION DES ANNONCES LÉGALES

Titres : chacune des lignes constituant le titre principal de l’annonce sera composée en capitales (ou
majuscules grasses) ; elle sera l’équivalent de deux lignes de corps 6 points Didot, soit arrondi à 4,5 mm.
Les blancs d’interlignes séparant les lignes de titres n’excéderont pas l’équivalent d’une ligne de corps
6 points Didot, soit 2,256 mm.
Sous-titres : chacune des lignes constituant le sous-titre de l’annonce sera composée en bas-de-casse
(minuscules grasses) ; elle sera l’équivalent d’une ligne de corps 9 points Didot soit arrondi à 3,40 mm. Les
blancs d’interlignes séparant les différentes lignes du sous-titre seront équivalents à 4 points soit 1,50 mm.
Filets : chaque annonce est séparée de la précédente et de la suivante par un filet 1/4 gras. L’espace blanc
compris entre le filet et le début de l’annonce sera l’équivalent d’une ligne de corps 6 points Didot soit
2,256 mm. Le même principe régira le blanc situé entre la dernière ligne de l’annonce et le filet séparatif.
L’ensemble du sous-titre est séparé du titre et du corps de l’annonce par des filets maigres centrés. Le
blanc placé avant et après le filet sera égal à une ligne de corps 6 points Didot, soit 2,256 mm.
Paragraphes et Alinéas : le blanc séparatif nécessaire afin de marquer le début d’un paragraphe où d’un
alinéa sera l’équivalent d’une ligne de corps 6 points Didot, soit 2,256 mm. Ces définitions typographiques
ont été calculées pour une composition effectuée en corps 6 points Didot. Dans l’éventualité où l’éditeur
retiendrait un corps supérieur, il conviendrait de respecter le rapport entre les blancs et le corps choisi.

2

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

Photo © Conseil Constitutionnel

NORMES TYPOGRAPHIQUES
Surfaces consacrées aux titres, sous-titres, filets, paragraphes, alinéas

Vie du droit
Révolution juridique
par Nicolas Sarkozy
hacun d'entre vous mesure l'importance de l'événement qui nous réunit
aujourd'hui. Le 1er mars 2010 restera
en effet comme la date d'un changement profond de notre système juridique.
L'entrée en vigueur de l'article 61-1 de notre
Constitution, tel qu'il ressort de la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008, ouvre à tout justiciable la possibilité de soulever l'exception d'inconstitutionnalité. Il marque l'aboutissement
d'une évolution commencée avec la
Constitution de 1958 pour instaurer dans notre
droit une véritable hiérarchie des normes
qu'une longue tradition de souveraineté absolue de la loi avait jusqu'alors rendue impossible.
Cette souveraineté absolue de la loi avait sa
logique. Celle d'une République qui s'était
longtemps battue pour imposer la souveraineté
de la nation comme source de toute légitimité.
Exprimant la volonté générale, le pouvoir de la
loi ne pouvait être ni subordonné, ni limité.
Cette souveraineté absolue de la loi était aussi
porteuse de risques. Celui d'une rupture de
l'équilibre entre le pouvoir législatif et le pouvoir
exécutif. Celui de l'abus de pouvoir qui est
inhérent à tout pouvoir illimité.
Pour rompre avec le régime d'assemblée qui
avait tour à tour généré tant d'excès puis tant
d'impuissance, la Vème République institua le
parlementarisme rationalisé qui ne permettait

Photo © Jean-René Tancrède - Téléphone : 01.42.60.36.35

C

Nicolas Sarkozy
plus au pouvoir législatif d'empiéter sur le
pouvoir exécutif. C'est ainsi que pour la
première fois dans notre histoire fut institué un
contrôle de constitutionnalité qui, en obligeant
le législateur à respecter la Constitution, plaçait
celle-ci au-dessus de la loi elle-même, au

sommet de l'ordre juridique. Au fur et à mesure
des jurisprudences et des réformes
constitutionnelles, cette primauté de la
Constitution s'est affirmée depuis lors, installant
une véritable hiérarchie des normes dans
laquelle d'abord le Préambule de la Constitution,

REPERES

Le Conseil constitutionnel
Article 56
[dispositions en vigueur] Le Conseil
constitutionnel comprend neuf
membres, dont le mandat dure
neuf ans et n'est pas renouvelable.
Le Conseil constitutionnel se
renouvelle par tiers tous les trois
ans. Trois des membres sont
nommés par le Président de la
République, trois par le président
de l'Assemblée nationale, trois par
le président du Sénat.
En sus des neuf membres prévus
ci-dessus, font de droit partie à vie
du Conseil constitutionnel les
anciens Présidents de la
République.
Le président est nommé par le
Président de la République. Il a
voix prépondérante en cas de
partage.

Article 56
[Entrée en vigueur dans les
conditions fixées par les lois et
lois organiques nécessaires à leur
application (article 46-I de la loi
constitutionnelle n° 2008-724 du
23 juillet 2008)] Le Conseil
constitutionnel comprend neuf
membres, dont le mandat dure
neuf ans et n'est pas
renouvelable. Le Conseil

constitutionnel se renouvelle par
tiers tous les trois ans. Trois des
membres sont nommés par le
Président de la République, trois
par le président de l'Assemblée
nationale, trois par le président
du Sénat. La procédure prévue au
dernier alinéa de l'article 13 est
applicable à ces nominations. Les
nominations effectuées par le
président de chaque assemblée
sont soumises au seul avis de la
commission permanente
compétente de l'assemblée
concernée.
En sus des neuf membres prévus
ci-dessus, font de droit partie à
vie du Conseil constitutionnel les
anciens Présidents de la
République.
Le président est nommé par le
Président de la République. Il a
voix prépondérante en cas de
partage.
Article 57
Les fonctions de membre du
Conseil constitutionnel sont
incompatibles avec celles de
ministre ou de membre du
Parlement. Les autres
incompatibilités sont fixées par
une loi organique.

Article 58
Le Conseil constitutionnel veille à
la régularité de l'élection du
Président de la République.
Il examine les réclamations et
proclame les résultats du scrutin.
Article 59
Le Conseil constitutionnel statue,
en cas de contestation, sur la
régularité de l'élection des députés
et des sénateurs.
Article 60
Le Conseil constitutionnel veille à
la régularité des opérations de
référendum prévues aux articles 11
et 89 et au titre XV. Il en proclame
les résultats.
Article 61
Les lois organiques, avant leur
promulgation, les propositions de
loi mentionnées à l'article 11 avant
qu'elles ne soient soumises au
référendum, et les règlements des
assemblées parlementaires, avant
leur mise en application, doivent
être soumis au Conseil
constitutionnel qui se prononce sur
leur conformité à la Constitution.
Aux mêmes fins, les lois peuvent
être déférées au Conseil

constitutionnel, avant leur
promulgation, par le Président de
la République, le Premier ministre,
le président de l'Assemblée
nationale, le président du Sénat ou
soixante députés ou soixante
sénateurs.
Dans les cas prévus aux deux
alinéas précédents, le Conseil
constitutionnel doit statuer dans
le délai d'un mois. Toutefois, à la
demande du Gouvernement, s'il y
a urgence, ce délai est ramené à
huit jours.
Dans ces mêmes cas, la saisine du
Conseil constitutionnel suspend le
délai de promulgation.
Article 61-1
Lorsque, à l'occasion d'une
instance en cours devant une
juridiction, il est soutenu qu'une
disposition législative porte
atteinte aux droits et libertés que
la Constitution garantit, le Conseil
constitutionnel peut être saisi de
cette question sur renvoi du
Conseil d'Etat ou de la Cour de
cassation qui se prononce dans
un délai déterminé.
Une loi organique détermine les
conditions d'application du
présent article.

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

Article 62
Une disposition déclarée
inconstitutionnelle sur le
fondement de l'article 61 ne peut
être promulguée ni mise en
application.
Une disposition déclarée
inconstitutionnelle sur le
fondement de l'article 61-1 est
abrogée à compter de la
publication de la décision du
Conseil constitutionnel ou d'une
date ultérieure fixée par cette
décision. Le Conseil constitutionnel
détermine les conditions et limites
dans lesquelles les effets que la
disposition a produits sont
susceptibles d'être remis en cause.
Les décisions du Conseil
constitutionnel ne sont
susceptibles d'aucun recours. Elles
s'imposent aux pouvoirs publics et
à toutes les autorités
administratives et juridictionnelles.
Article 63
Une loi organique détermine les
règles d'organisation et de
fonctionnement du Conseil
constitutionnel, la procédure qui
est suivie devant lui et notamment
les délais ouverts pour le saisir de
contestations.

3

Vie du droit

Photo © Jean-René Tancrède

Composition

M. le Président Jean-Louis Debré
Nommé en 2007
Valéry Giscard
d’Estaing
Membre de droit (1981)
Jacques Chirac
Membre de droit (2007)
Olivier Dutheillet de
Lamothe*
Nommé en 2001
Dominique Schnapper*
Nommée en 2001
Pierre Joxe*
Nommé en 2001

Pierre Steinmetz
Nommé en 2004
Jacqueline de
Guillenchmidt
Nommée en 2004
Jean-Louis Pezant
Nommé en 2004
Renaud Denoix de
Saint Marc
Nommé en 2007
Guy Canivet
Nommé en 2007

* mandats arrivant à échéance le 12 mars prochain,
remplacés par Jacques Barrot, Michel Charasse et
Hubert Haenel.

puis, en vertu même de l'article 55 de la
Constitution de 1958, les traités internationaux
ont pris leur place.
Je ne vous rappellerai pas les grandes étapes de
cette construction juridique marquée par les
grandes décisions du Conseil constitutionnel,
du Conseil d'Etat et de la Cour de cassation qui,
depuis 1971 jusqu'à nos jours, ont accompagné
le changement des mentalités et de la relation
au droit dans nos sociétés modernes. Vous les
connaissez.
Après l'extension du "bloc de constitutionnalité" aux grands principes qui fondent notre
pacte civique et social et l'élargissement de la
saisine du Conseil constitutionnel à 60 députés ou 60 sénateurs, il était difficile de tenir
indéfiniment le citoyen à l'écart du contrôle de
constitutionnalité.
On aurait pu naturellement en rester au
contrôle de constitutionnalité des lois avant
leur promulgation, qui était le principe fixé
par la Constitution de 1958 pour préserver la
stabilité de l'ordre juridique. Mais après avoir
longuement réfléchi, et observé que la loi était
déjà susceptible d'être remise en cause au
regard des traités internationaux, je me suis
convaincu qu'en rester là c'était s'exposer, à
plus ou moins longue échéance, au contrôle
de la constitutionnalité des lois par le juge

4

ordinaire, même si par respect pour les prérogatives du Conseil constitutionnel, le Conseil
d'Etat et la Cour de cassation avaient toujours
eu jusque-là la sagesse de maintenir la jurisprudence séculaire par laquelle ils s'interdisaient d'exercer un tel contrôle.
Le choix que le constituant a fait, sur la suggestion du comité Balladur auquel j'adresse à
nouveau mes remerciements les plus vifs pour
l'œuvre qu'il a accomplie, est donc assumé : au
Conseil constitutionnel et à lui seul le contrôle
de la constitutionnalité des lois, y compris
promulguées, sur renvoi des cours suprêmes
des deux ordres juridictionnels ; mais aux juridictions de droit commun et à elles seules le
contrôle de leur compatibilité avec les traités
internationaux et les actes de droit dérivé,
dans le respect le cas échéant du rôle régulateur des cours européennes. Le Conseil
constitutionnel a d'ailleurs lui-même souligné
la force et la cohérence de cette répartition des
tâches dans la décision qu'il a récemment rendue sur la loi organique relative à ce nous
appellerons désormais "la question prioritaire
de constitutionnalité".
La grande majorité des lois aujourd'hui en
vigueur sont à l'abri du soupçon d'inconstitutionnalité. Parce que la plupart sont récentes,
du fait notamment des progrès de la codification ; parce que le Conseil constitutionnel a pu
en être saisi par les parlementaires ; parce
qu'en amont le Conseil d'Etat donne un avis
sur tous les projets de loi du Gouvernement,
et désormais sur les propositions de loi qui lui
sont soumises par les assemblées ; parce que le
juge s'est toujours efforcé d'interpréter les
textes en vigueur à la lumière des règles et
principes de valeur constitutionnelle ; parce
qu'enfin et surtout le contrôle de conventionnalité, au regard notamment de la Convention
européenne des droits de l'homme, a pu apparaître, dans une certaine mesure, comme un
substitut au contrôle de constitutionnalité.
Mais l'entrée en vigueur de l'article 61-1 n'en
marque pas moins un progrès important pour
la garantie des droits. Enserré par le législateur
organique dans des délais brefs, garantissant le
filtrage des contestations dépourvues de
sérieux, le traitement de la question prioritaire

de constitutionnalité ouvre un champ considérable aux justiciables. Hier partielle, tributaire
des saisines a priori - c'est-à-dire du jeu politique -, la vérification de la constitutionnalité
des lois devient potentiellement systématique,
à condition bien sûr qu'un doute sérieux naisse
dans le cadre d'un litige en cours. Car il n'était
pas question d'ouvrir un recours direct et autonome contre la loi, dont la censure ne doit
pouvoir être provoquée que lorsque son application concrète révèle une difficulté réelle.
L'effet abrogatif des déclarations d'inconstitutionnalité sera un moteur puissant pour la
mise en œuvre effective de ce droit nouveau.
Et il y a, on le sait, nombre de règles constitutionnelles qui ne font l'objet d'aucune protection équivalente dans les conventions interna-

tionales. Je suis heureux que, précisément en
ce temps où l'on débat d'identité nationale, les
"principes inhérents à l'identité constitutionnelle de la France", pour reprendre les termes
de la jurisprudence du Conseil constitutionnel, se voient reconnaître leur pleine effectivité au lieu d'être cantonnés dans une primauté purement formelle. Ils ne pouvaient
pas rester plus longtemps, à l'égard des lois
promulguées, à l'état de droit sans sanction.
J'ajoute, parce que j'y suis particulièrement
attaché, que la réforme va non seulement
permettre une renationalisation de certains
contentieux, mais aussi se révéler comme un
instrument incomparable de réappropriation,
par les citoyens, de notre corpus constitutionnel.
Il était plus que temps de mettre un terme à
cette situation incompréhensible qui voulait
que soit consacré, depuis 1981, un droit de
recours individuel devant la Cour européenne
des droits de l'homme alors que dans le même
temps, le citoyen était tenu à l'écart du prétoire
du Conseil constitutionnel. Situation qui
aboutissait parfois à ce que les litiges, au lieu

Jean Cabannes, Valéry Giscard d’Estaing, Yves Guéna et Jacques Chirac

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

Photo © Conseil Constitutionnel

REPERES

Photo © Conseil Constitutionnel

Vie du droit

d'être purgés en France, donnent lieu à des
condamnations de la France par la Cour
européenne. Je salue d'ailleurs le choix qui a été
fait par le législateur organique d'imposer que
soit examiné par priorité le moyen de
constitutionnalité, lorsqu'une contestation est
également soulevée sur le terrain du droit
international.
La Constitution, qui du fait de cette singularité
était ignorée de la grande majorité de nos
compatriotes, trouve désormais la place qu'elle
aurait toujours dû avoir. La Constitution
n'intéresse pas que les rapports des pouvoirs
publics. La Constitution, c'est aussi le socle des
valeurs fondamentales dans lesquelles chacun
peut et doit se reconnaître ; des valeurs qui, au
fond, définissent l'identité républicaine, disent
ce que nous sommes et ce vers quoi nous
voulons aller. La remettre au cœur des
procédures juridictionnelles, c'est contribuer à
la refondation du pacte républicain.
Enfin je salue dans la question prioritaire de
constitutionnalité une innovation importante
pour le système juridictionnel français, avec une
procédure qui renouvelle les termes du dialogue
des juges et qui permet de l'approfondir. C'est
vrai à l'échelon national, le dispositif de filtrage
par le Conseil d'Etat et la Cour de cassation
ayant la vertu, non seulement d'assurer un
partage des tâches efficace, mais aussi de faire
en sorte que les cours suprêmes de chacun des
deux ordres juridictionnels, dans le respect bien
sûr des prérogatives exclusives du Conseil
constitutionnel, soient associées à l'élaboration
de la jurisprudence de ce dernier. C'est vrai aussi
à l'échelon européen, tant la Cour européenne
des droits de l'homme, notamment, aura à cœur
de prendre en compte les décisions rendues par
le Conseil constitutionnel.

Toutes les précautions sont prises pour éviter
qu'il soit portée atteinte à la sécurité juridique
dont nous sommes redevables à nos concitoyens, d'autant que le Conseil constitutionnel
aura désormais la faculté de moduler dans le
temps les effets de ses décisions.

Renforcer les libertés
individuelles en consolidant
notre Etat de droit
Mais les règles ne font pas tout. Chacun doit
donc bien mesurer à quel point ce pouvoir
nouveau qui est donné aux juges d'apprécier la
constitutionnalité des lois déjà promulguées fait
peser sur eux une lourde responsabilité. Je veux
redire ici, en tant que gardien des institutions,
que cette réforme a pour finalité de renforcer
les libertés individuelles en consolidant notre
Etat de droit, et non de liquider notre modèle
républicain. L'exception d'inconstitutionnalité
ouverte à tout citoyen à l'occasion d'une instance
en cours devant une juridiction est le point
d'aboutissement logique de la révolution
juridique initiée par les constituants de 1958, et
elle répond à un besoin qui s'exprime dans
toutes les démocraties contemporaines. Ce
nouveau droit ne doit cependant pas remettre
en cause les principes fondamentaux de notre
tradition républicaine qui donnent à la loi une
place éminente qui ne saurait lui être contestée
au profit d'un gouvernement des juges ou des
experts.
La souveraineté appartient au peuple qui l'exerce
par ses représentants ou par la voie du
référendum. Tel est le principe cardinal de notre

République et de notre démocratie. Le juge qui
statue au nom du peuple français ne peut juger
ni la loi, ni le législateur. Mais le juge a pour
mission de faire en sorte que l'Etat de droit soit
une réalité, et le contrôle de constitutionnalité
a pour rôle de veiller à la cohérence de
l'ordonnancement juridique du point de vue
tant des principes qui le fondent que des règles
qui l'organisent. Il ne peut y avoir d'Etat de droit
si le Parlement agissant en législateur contredit
le Parlement agissant en pouvoir constitùant, Il
ne peut pas y avoir d'Etat de droit si le législateur
ne se sent pas lié par les traités qu'il a ratifiés.
Quand la loi est invalidée, il appartient au
Parlement de réviser la Constitution ou de
changer la loi. Chacun ainsi se trouve placé face
à ses responsabilités - principe essentiel de la
démocratie - et face à un impératif de cohérence
qui permet aux justiciables de connaître et de
faire valoir leurs droits.

Juger en droit
et non en opportunité
Si le législateur doit respecter la hiérarchie des
normes et les principes qui fondent sa propre
légitimité, le juge doit sans cesse veiller à assurer
dans ses jurisprudences la stabilité et la
prévisibilité des règles de droit, comme il doit
toujours veiller scrupuleusement à juger en droit
et non en opportunité. Le juge constitutionnel
doit être d'autant plus exigeant avec lui-même
que jugeant souvent du respect des grands
principes, son pouvoir d'appréciation est
immense. On ne dit pas par hasard "les sages
du Palais-Royal", car c'est bien de sagesse dont

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

5

Vie du droit
partie de la loi Hadopi ? Nous trouvons les
moyens de remplir l'objectif primordial de
protection des droits d'auteur dans l'univers
numérique tout en satisfaisant pleinement
aux exigences qu'il a rappelées. Le Conseil
constitutionnel censure-t-il la taxe carbone ?
Nous trouverons pareillement les moyens de
répondre au défi écologique planétaire en
taxant la pollution et en exonérant le travail,
dans le respect, là encore, des principes
constitutionnels. Au-delà, le doyen Vedel avait
raison : une censure constitutionnelle tranche
moins une question de fond qu'un conflit de
compétence entre le législateur ordinaire et le
pouvoir constituant. Et de la parité au droit
d'asile en passant par les traités européens, les
cas ne sont pas rares dans lesquels le constituant a fait entendre, comme c'était légitime,
le dernier mot sur une jurisprudence constitutionnelle.
Dans notre République, le Conseil constitutionnel est le gardien de la séparation des pouvoirs. Il n'a pas vocation à devenir une Cour
suprême coiffant toutes les juridictions et instaurant un contre-pouvoir judiciaire concurrent du législatif et de l'exécutif. Ce serait
contraire non seulement à l'esprit de la réforme,
mais aussi à celui de notre Constitution. Notre
démocratie n'aurait rien à gagner à un conflit
permanent entre les différents pouvoirs et
autorités à travers lesquels elle s'exprime.

Modifier les équilibres existants
Jusqu'à présent, chacun a su faire preuve d'assez
de sagesse. La réforme que nous introduisons
aujourd'hui dans notre droit va modifier les
équilibres existants. Pour en trouver de
nouveaux il faudra que chacun fasse preuve de

plus de sagesse encore, de façon à ce que chaque
institution puisse assumer pleinement son rôle
et ses responsabilités en se souvenant que le
dernier mot appartient toujours au peuple
souverain et qu'il n'y a aucune légitimité qui lui
soit supérieure.
Mesdames et Messieurs, l'exception d'inconstitutionnalité fait partie de ces grandes
réformes sur lesquelles nul ne reviendra. J'ai
d'ailleurs observé avec beaucoup d'intérêt que
l'opposition parlementaire, qui dans son
immense majorité s'était opposée à la révision
constitutionnelle, a rejoint les autres courants
de la représentation nationale pour voter à la
quasi-unanimité la loi organique instituant la
question prioritaire de constitutionnalité.
Qu'il me soit permis, d'ailleurs, de remercier
les parlementaires, en particulier des commissions des lois, pour la qualité du travail qu'ils
ont fourni.
En me présentant en 2007 au suffrage des
Français, j'avais promis une République exemplaire et une démocratie irréprochable. La
question prioritaire de constitutionnalité en
est pour moi un des éléments emblématiques.
Convenons ensemble qu'au-delà de l'exception d'inconstitutionnalité, la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008, avec l'autorisation du Parlement pour les opérations militaires extérieures, les droits de l'opposition dont la présidence de plein droit de la commission des finances -, le partage de l'ordre du
jour, le renforcement du Parlement dans la
procédure législative, le contrôle sur les nominations, le Défenseur des droits, la réforme du
Conseil supérieur de la magistrature et la saisine disciplinaire par les justiciables, a apporté
à notre vie démocratique un renouveau dont
le temps permettra de mesurer la portée.

Guy Canivet, Hubert Haenel, Jacques Barrot, Valéry Giscard d’Estaing,
Jacques Chirac, Jean-Marie Bockel et Michèle Alliot-Marie

6

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

2010-114

Photo © Conseil Constitutionnel

a besoin la République quand elle se trouve
confrontée à la question de savoir si elle est fidèle
ou non à ses propres valeurs. Il y a toujours,
inévitablement, un point où le contrôle de
constitutionnalité rencontre le jugement
philosophique et moral. Comment pourrait-il
en être autrement quand on juge au regard des
droits de l'homme et du citoyen, quand on
invoque le principe de liberté ou celui d'égalité ?
Il y a une spécificité du contrôle de constitutionnalité des lois, parce que la Constitution
n'est pas un texte juridique comme les autres.
C'est dire que le Conseil constitutionnel ne
saurait être une juridiction comme une autre.
C'est la raison pour laquelle j'ai souhaité qu'il
ne soit pas composé que de techniciens du
droit et que les anciens présidents de la
République y conservent leur qualité de membres de droit, parce que l'expérience d'un
ancien chef de l'Etat peut apporter beaucoup à
la qualité de ses décisions, à leur équilibre, à
leur réalisme. C'est avec le même souci que le
président de l'Assemblée nationale, le président du Sénat et moi-même avons choisi les
trois nouveaux membres du Conseil constitutionnel qui allient la compétence juridique à
une longue expérience parlementaire.
Mais que le Conseil constitutionnel ait intérêt
pour l'accomplissement de sa mission à être
riche d'expériences diverses et en particulier
celles de personnalités ayant exercé de hautes
responsabilités politiques ne doit pas conduire
à l'ériger en une sorte de contre-pouvoir
politique. Autant la séparation des pouvoirs est
indispensable à toute démocratie, autant la
notion de contre-pouvoir est étrangère à notre
conception de l'Etat et de la République.
La réponse à cet enjeu tient largement dans la
volonté politique dont les autorités investies
de la légitimité du suffrage universel doivent
savoir faire preuve. Le Conseil censure-il une

International

VIIIème Réunion des Ministres
de la Justice des Amériques
Brasilia - 24-26 février 2010

Coopération judiciaire
internationale

Jean-Marie Bockel en réunion à Brasilia
face à son homologue brésilien Luiz Paulo Teles Ferreira Barreto

par Jean-Marie Bockel
e suis particulièrement heureux et honoré,
de l’occasion qui m’est donnée aujourd’hui de
pouvoir prendre la parole, au nom de la
France, à l’occasion de cette huitième Réunion
des ministres de la Justice des Amériques.
Je profite de cette occasion pour remercier le
Brésil pour la chaleur de son accueil et vous
féliciter, cher Luiz Paulo Teles Ferreira Barreto,
pour votre récente nomination à ce poste si
prestigieux de ministre de la Justice.
Je suis évidemment très heureux d’être présent
parmi vous pour réaffirmer les liens historiques
et culturels qui unissent le destin de la France
au continent américain et qui place notre amitié
sous le signe de l’histoire, de la fidélité et du
partage de valeurs fondamentales.
Si le dialogue politique entretenu par la France
dans la région s’inscrit principalement dans le
cadre bilatéral, notre pays entretient également
une coopération étroite avec les pays de
l’hémisphère dans les enceintes internationales.
A travers ses départements de la Guadeloupe,
de la Martinique, de Saint-Pierre et Miquelon
et de la Guyane, la France constitue un
interlocuteur traditionnel pour les Etats de la
région. Vous savez que le France assume toutes
ses responsabilités en matière de lutte contre le
crime organisé transnational.
Conjointement avec l’Espagne, la France a
ainsi souhaité – notamment à l’occasion de la
présidence Française de l’Union européenne
en 2008 - contribuer au processus de rapprochement entre l’Europe et l’Amérique latine.
Parce qu’elle s’accorde avec elle sur de nombreux thèmes, tels que la lutte contre la pauvreté, la protection de l’environnement ou la
lutte contre le crime organisé, qui mine administrations et élites, la France entend promouvoir avec les pays du continent latino-américain un pôle de stabilité et de croissance.
Vous le savez, la France souhaite accompagner
le processus qui vise à renforcer les Etats de droit
et à répondre à une demande de justice et de
sécurité collective portée par les populations.

D.R.

J

I. La participation à des réseaux
d’échange est une nécessité
pour mieux lutter contre la
criminalité transnationale
Profitant des ressorts de la mondialisation, le
crime est devenu l’une des activités les plus
florissantes aux mains des cartels et mafias qui
savent exploiter toutes les opportunités criminelles offertes par les déséquilibres économiques, politiques et sociaux. Le crime organisé a vu sa puissance changer de forme en
parvenant à se fondre dans la société légale.
Comment ainsi ne pas s’inquiéter de l’imbrication entre société légale et société criminelle,
reposant sur un continuum allant d’activités
strictement criminelles à des activités de
délinquance financière insérées dans les circuits politiques, administratifs et financiers
"traditionnels" ?
Mais une fois ce constat posé lucidement, il
nous appartient de définir sans fatalisme et avec
volontarisme, une stratégie cohérente et efficace

de lutte contre la criminalité transnationale.
C’est en rétablissant des règles que nous ferons
reculer cette criminalité qui a généré au niveau
mondial le cortège de désordres que sont la
traite des êtres humains, le trafic de stupéfiants
et des armes ou l’organisation et l’exploitation
des flux migratoires.
Parce qu’elle dispose d’une vision d’ensemble,
l’Organisation des Etats américains constitue
l’outil indispensable pour établir cette stratégie
que j’appelle de mes vœux.
La France s’est associée, depuis 1972 en sa
qualité d’observateur permanent, à l’évolution
générale des institutions de l’OEA et a suivi la
mise en place d’un système de coopération
continentale multilatérale dont elle est parti
prenante.
Dans le domaine qui est le nôtre, celui de la
justice, les réunions périodiques des ministres
de la justice et procureurs généraux des
Amériques (REMJA) constituent un temps fort,
une véritable tribune à l’échelle du continent.
Les conclusions et recommandations qui en
sont issues ont une portée opérationnelle qui
ne peut laisser la France et ses partenaires
européens indifférents.

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

7

International
Il n’est pas possible ici bien sûr de toutes les
énumérer mais je voudrais au moins évoquer
deux projets de coopération susceptibles de se
développer à l’avenir entre l’Europe et votre
organisation.

II. Pour une coopération
renforcée en matière d’entraide
judiciaire pénale et de lutte
contre le trafic international de
stupéfiants
1. Le renforcement et l’institutionnalisation du
Réseau continental d’échanges d’informations
en vue de l’entraide judiciaire pénale, dénommé
plus communément "Le Réseau" m’apparaît être
une priorité.
Il se trouve que la France, elle aussi, participe à
un réseau identique dans ses finalités, à savoir
le réseau judiciaire européen.
Il s’agit d’un réseau reliant, depuis 1998, des
points de contacts désignés par les Etats
membres : responsables des ministères de la
justice, magistrats appartenant à des juridictions
ayant des attributions en matière de coopération
judiciaire internationale.
D’autres réseaux comme le réseau judiciaire
européen en matière civile et commerciale et
le réseau européen de formation judiciaire
participent d'une même logique : celle qui
consiste à décloisonner, à tisser des liens entre
des autorités centrales dans un monde de plus
en plus interdépendant où l'information circule
quasi instantanément.
Dès lors, il me semble qu'une solution judicieuse pour l'avenir consisterait à travailler
ensemble sur les moyens de rapprocher, voire
d'interconnecter ces réseaux existants, pour une
plus grande synergie. Je n’oublie pas non plus
l’importance du réseau construit dans l’intérêt
des familles et la recherche des personnes disparues qui nous a été présenté hier.
Pour sa part, la France ne verrait que des avantages
à pouvoir participer, dans un futur proche, au

Réseau continental, dans un esprit de réciprocité.
2. Au regard de l’urgence de la situation en
matière de trafic international de stupéfiants,
qui constitue de toute évidence, vos travaux le
démontrent, un fléau aussi bien sur le continent
américain que sur le continent européen, j’en
appelle à une coopération renforcée entre votre
organisation et l’Europe.
- Vous l’avez constaté la zone Caraïbes constitue
une zone stratégique pour le trafic de
stupéfiants en raison de sa proximité avec la
zone de production mondiale de cocaïne et
particulièrement les pays andins. En effet, en
2008, 1 297 tonnes de cocaïne auraient ainsi
quitté la zone par mer et 166 par air.
- La France est présente au travers plusieurs de
ses départements d’outre-mer et constate que
le flux de la cocaïne se détourne progressivement du continent nord-américain pour se
diriger vers le continent européen. L’Europe
est ainsi aujourd’hui devenue un marché de
consommateurs touchant toutes couches de
la société. A titre d’exemple, Europol évalue à
300 tonnes la quantité de cocaïne importée en
Europe au cours de l’année 2007 et en 2009,
plus de 5 tonnes de cocaïne ont été saisies en
France.
Sans une coopération diplomatique, policière
et judiciaire renforcée, nous ne pourrons porter
des coups décisifs aux tenants du narco-trafic
international.
- La France participe déjà en qualité
d’observateur permanent à la Commission
Interaméricaine Contre l’Abus de Drogues
(CICAD) et s’est particulièrement investie à
travers la participation d’experts français aux
séminaires et stages de formation organisés à
l’Ecole de renseignements anti-drogue de Lima
(ERCAIAD). Cette coopération concerne
également l’Organisation panaméricaine de la
Santé (OPS) s’agissant notamment des
programmes conjoints et coparrainés relatifs à
l’infection VIH.
- La France s’est également dotée de quelques
instruments essentiels dédiés à la lutte contre
les stupéfiants dans les Caraïbes où son action
vient compléter l’action des pays de la région et

en particulier celle des Etats-Unis avec lesquels
nous entretenons une coopération exemplaire.
1°) La création d’une antenne de l'Office Central
pour la Répression du Trafic Illicite des
Stupéfiants (O.C.R.T.I.S.) à Fort-de-France, afin
de mieux adapter la réponse policière, douanière
et judiciaire à ces enjeux de criminalité.
2°) Une réforme importante en 2004 a
conduit à la création à Fort-de-France d’une
Juridiction Interrégionale Spécialisée dont la
force est de regrouper des procureurs, des
juges d’instruction spécialisés en matière de
criminalité organisée ou de grande délinquance financière Pour l’année 2009
47 affaires ont été ainsi traitées dont 35 relatives à la criminalité organisée.
3°) l’action du CIFAD (Centre Interministériel
de Formation Anti-drogue) qui rassemble
depuis 2003 des représentant de l’ensemble des
administrations concernées (santé, police,
gendarmerie, douanes) impliquées dans la lutte
contre la toxicomanie et qui organise dans la
zone Caraïbes et dans les pays d’Amérique
Centrale et du Sud des formations spécifiques
axées sur la lutte contre les trafics, le
blanchiment, et la saisie des avoirs criminels.
Je veux ici témoigner de la volonté qui est celle
de mon gouvernement d’intensifier la
coopération diplomatique, policière et judiciaire
avec votre organisation.
Outre le renforcement de la coordination et de
la coopération avec les organes de l’OEA afin
d’améliorer l’efficacité des politiques mises en
œuvre par les Etats membres je veux vous
assurer de la parfaite implication de la France y
compris dans des domaines d’action plus
spécifiques tels que l’entraide pénale et
l’extradition. Je souhaite que la France puisse
intensifier ses relations en matière d’entraide
pénale avec l’ensemble des Etats américains et
de la zone Caraïbes.
Vous l’avez compris seule une réponse globale
transnationale pourra être apportée à des fléaux
criminels mondiaux et globaux ne connaissant
par définition aucune frontière.
2010-115

Ventes aux enchères Publiques
Lundi 8 mars 2010 à 14 heures - Drouot-Richelieu (salle 10) - 9, rue Drouot - 75009 PARIS

Art moderne
& contemporain design
Expositions publiques : samedi 6 mars 2010 de 11 à 18 heures
et le jour de la vente de 11 heures à 12 heures

D.R.

Téléphone pendant les expositions : 01 48 00 20 10

8

André Lanskoy (1902-1976)
Composition
Gouache, signée en bas à droite
28 x 38 cm - 4000/4500 €

Renseignements : Lasseron & Associés
Olivier Lasseron, commissaire-priseur judiciaire
46, rue de la Victoire - 75009 PARIS
Téléphone : 01 49 95 06 84 - Télécopie : 01 49 95 06 77
contact@lasseron-associes.com - www.lasseron-associes.com
2010-116

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

Rentrée solennelle

Cour d'Appel de Toulouse
7 janvier 2010

Photo © Jean-René Tancrède - Téléphone : 01.42.60.36.35

L’audience solennelle de rentrée s’est tenue cette année le 7 janvier 2010 au Palais de justice rénové de Toulouse, l’occasion
pour le Procureur Général Patrick Davost et le Premier Président Jacques Nunez d’intervenir sur les réformes en cours :
notamment la procédure pénale, la carte judiciaire ou encore le nouvel espace de liberté et de droit issu de la réforme
constitutionnelle du 23 juillet 2008.
Définir le rôle essentiel et stratégique du Ministère public dans la société civile, encourager les magistrats à assumer les responsabilités qui leur seront confiées dans le cadre d’un système procédural modernisé, c’est un grand pas en avant vers une
justice plus ouverte vers la cité et vers le monde.
Jean-René Tancrède

Patrice Davost

Défense de l'individu

Mondialisation du droit
par Patrice Davost
la veille d'une réforme d'ampleur de
la procédure pénale, dont les
contours sont en cours d'élaboration
et de concertation à la Chancellerie,
il n'est peut-être pas inutile de rappeler que toute
procédure pénale doit assurer deux finalités
essentielles : la sécurité et la liberté.
Toute procédure pénale doit être une procédure
d'équilibre entre la défense des intérêts de la
société et la défense des droits de la personne.

A

Défense de la société
- Défense de la société avec le rôle essentiel et
stratégique du Ministère public au regard :
. contrôle de la garde à vue,
. choix des poursuites,
. direction de l'action de la police judiciaire,
. droit d'appel,
. mise à exécution des décisions pénales...

La personne qui fait l'objet de poursuites est
présumée innocente tant qu'une juridiction de
jugement n'a pas définitivement statué sur son
sort.
Cette défense de la personne poursuivie exige,
outre l'assistance d'un avocat, des garanties
juridictionnelles (droit à un juge, à un tribunal
indépendant) et des garanties procédurales
(publicité, célérité et équité de la procédure).
Destinée à assurer l'équilibre entre la défense
de la société et la défense de l'individu,
nécessaire pour assurer la fiabilité du procès
pénal, toute procédure pénale démocratique
est sous-tendue par ce que l'on peut appeler des
"standards internationaux".
Depuis la fin du XXème siècle, on assiste en effet
à une sorte de "mondialisation du droit" qui
concerne en tout premier lieu le droit du procès,
et notamment du procès pénal.
Sous l'effet de l'attraction internationale de la
procédure pénale par des droits fondamentaux,
un modèle universel de procès apparaît clans la
plupart des Etats, trouvant sa source dans divers
instruments internationaux, dont trois essentiels :
- les articles 8 à 11 de la Déclaration universelle
des droits de l'homme adoptée et proclamée
par l'Assemblée générale des Nations unies, le
10 décembre 1948 :
1. Texte fondamental de référence pour tous les
autres instruments internationaux de
protection des droits de l'homme.
Article 10 : "Toute personne a droit, en pleine égalité,
à ce que sa cause soit entendue équitablement et
publiquement par un tribunal impartial et
indépendant... qui jugera en matière pénale…"
2. Le Pacte international relatif aux droits civils
et politiques adopté le 16 décembre 1966 et son
article 14 prévoient :
- droit à un procès équitable,
- garanties procédurales énumérées.

3. En Europe : la Convention européenne des
droits de l'homme du 4 novembre 1950 :
Article 6-1 droit à un procès équitable
"Toute personne a droit à ce que sa cause soit
entendue équitablement, publiquement et dans
un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi..."
Ces trois textes ont fait émerger les principes
fondateurs d'une procédure pénale démocratique et respectueuse des droits de la défense,
des principes directeurs de la procédure pénale,
une sorte de "fonds commun procédural" qui
s'impose à tous les Etats soumis à l'emprise du
Pacte international des droits civils et politiques.
Ces "standards internationaux" on les retrouve,
pour partie, dans l'article préliminaire du Code
de procédure pénale qu'il convient de méditer
car il sous-tend notre action quotidienne de
magistrat.
La loi du 15 juin 2000 a inséré dans notre Code
de procédure pénale cet article préliminaire qui
met en exergue les principes directeurs et les
garanties procédurales de notre procédure
pénale :
"I - La procédure pénale doit être équitable et
contradictoire et préserver l'équilibre des droits
des parties.
Elle doit garantir la séparation des autorités
chargées de l'action publique et des autorités de
jugement...
II - L'autorité judiciaire veille à l'information et
à la garantie des droits des victimes au cours de
toute procédure pénale.
III. Toute personne suspectée ou poursuivie est
présumée innocente tant que sa culpabilité n'a
pas été établie…
Elle a le droit d'être informée des charges retenues
contre elle et d'être assistée d'un défenseur."
Les mesures de contraintes dont cette personne
peut faire l'objet sont prises sur décision ou sous
le contrôle effectif de l'autorité judiciaire. Elles
doivent être strictement limitées aux nécessités
de procédure, proportionnées à la gravité de
l'infraction reprochée, et ne pas porter atteinte
à la dignité de la personne.

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

9

Rentrée solennelle
Il doit être définitivement statué sur l'accusation
dont cette personne fait l'objet dans un délai
raisonnable.
Enfin, dernier alinéa :
Toute personne condamnée a le droit de faire
examiner sa condamnation par une autre
juridiction."
Ainsi, dans cet article préliminaire sont
résumées tant la philosophie qui sous-tend
l'architecture de notre Code de procédure
pénale, que les dispositions législatives que les
magistrats (de l'instruction, du siège ou du
parquet) sont tenus d'appliquer aux affaires qui
leur sont soumises.
La réforme annoncée de la procédure pénale
ne pourra que prendre pour socle cet article
préliminaire ainsi que les "standards internationaux" de la procédure pénale, et chercher à
assurer l'équilibre entre "les nécessités répressives et le respect des libertés individuelles".
Mais cette réforme d'ampleur qui nous est
promise ne pourra se faire à moyens constants
sinon la fiabilité du procès pénal, la fiabilité de
la justice pénale, risquent de ne pas être assurées.
La justice pénale, et dans une certaine mesure,
à travers elle, l'ensemble de la justice est
examinée, critiquée, parfois vilipendée à partir
d'un certain nombre d'idées reçues et d'une
méconnaissance profonde des réalités.
Ces critiques revêtent, le plus souvent, deux
aspects à l'évidence contradictoires : au reproche
d'extrême sévérité, voire d'inhumanité, répond
souvent, comme en écho, celui de laxisme.
A cela que répondre ?
D'abord que les magistrats sont tenus, est-il
besoin de le rappeler, de respecter la loi dont la
stricte et seule application est cependant à
l'origine des reproches qui leur sont souvent
adressés : je citerai ici, sans insister, certains
aspects de la garde à vue et de la détention
provisoire.
Il faut bien avoir en mémoire l'article 66 de notre
constitution, véritable "habeas corpus" à la
française : "l'autorité judiciaire, gardienne de la
liberté individuelle, assure le respect de ce principe
dans les conditions prévues par la loi".
Ainsi les textes fondamentaux qui régissent
notre vie en société donnent aux magistrats la
redoutable responsabilité de trouver un juste
équilibre entre l'indispensable respect des
libertés individuelles dont ils sont
constitutionnellement les garants, et la
nécessaire répression des infractions à la loi
pénale, qui exige humanité mais aussi fermeté.
C'est dire combien peu satisfaisante pour l'esprit
apparaît l'opposition entre la police judiciaire
et la justice, souvent entretenue, ici et là, avec
complaisance, parfois non sans arrière-pensée.
Pour certains l'action des magistrats entraverait
l'action de la police judiciaire ; pour d'autres, au
contraire, elle la suivrait passivement, voire
même la couvrirait.
Je me dois de rappeler ici une exigence
fondamentale de la loi : dès lors qu'il ne s'agit
plus seulement de prévention mais des réponses
à apporter, de l'attitude à adopter au regard d'une
infraction à la loi pénale, seule est compétente
la police judiciaire.
Et la police judiciaire est, selon le Code de

10

procédure pénale, sous la direction du
procureur de la République (ou du juge
d'instruction), sous la surveillance du procureur
général, et sous le contrôle de la chambre de
l'instruction.
Cette règle est essentielle.
Il est bon qu'elle soit réaffirmée, car certains
discours ou attitudes qui méconnaissent cette
réalité, troublent nos concitoyens et la lisibilité
de l'action de la justice pénale, et de la politique
pénale menée par les parquets.
A tous les officiers de police judiciaire, à leurs
collaborateurs et à leurs responsables de la
Police nationale ou de la Gendarmerie
nationale, je veux redire ma totale confiance et
mes remerciements pour la lutte déterminée
qu'ils mènent contre la délinquance.
Ils sont en "première ligne" et nous savons la
difficulté de cette lutte et le dévouement au
service qu'elle implique pour notre sécurité.
Le Parquet général et les Parquets seront
toujours à leurs côtés, mais exigeants quant à la
qualité et à la rigueur des procédures dont
dépendent l'issue des procès pénaux.
Mesdames, Messieurs,
La lutte contre la criminalité et la réponse à la
délinquance sont le fruit, vous le savez, d'un
travail collectif effectué tant par les policiers,
les gendarmes, les magistrats du parquet, de
l'instruction et du siège, que par les différentes
administrations de l'Etat ou les associations de
prévention, de contrôle judiciaire ou d'aide aux
victimes auquel je tiens à rendre hommage.
Mais dans ce travail quotidien, dans cette lutte
difficile, incessante, les responsabilités
confiées par la loi aux procureurs de la
République et à leurs collaborateurs magistrats sont primordiales notre Etat de Droit.
Ils ont la mission fondamentale d'exercer l'Action
publique et de diriger la police judiciaire.
Il vous appartient, Madame et Messieurs les
procureurs de la République, d'exercer sans
réserve la plénitude de l'action publique, et de
co-présider les Etats-Majors départementaux
de sécurité récemment mis en place, en y faisant
valoir les spécificités de l'action du Ministère
public.
Il convient d'y rappeler que l'équation statistique
"gardes à vue - défèrements - écrous" a peu de
sens au regard de la palette des procédures que
le législateur a mis à la disposition des parquets,
procédures qui doivent être adaptées à chaque
situation individuelle, au regard notamment de
la récidive :
- comparution immédiate,
- comparution sur reconnaissance préalable de
culpabilité (CRPC) (en hausse cette année de
12%),
- citation directe,
- ouverture d'une information,
- ordonnance pénale,
- composition pénale
et, dans les cas les plus "bénins" : alternatives
aux poursuites,
- rappel à la loi,
- médiation,
- stages de sensibilisation à la sécurité routière,
- stages de citoyenneté.

Il vous appartient d'élaborer une politique
pénale d'ensemble fixant clairement aux
services enquêteurs les priorités d'action
publique, en précisant les modes de traitement
judiciaire des infractions sur la recherche et la
poursuite desquelles l'accent aura été mis.
L'exercice de l'action publique ne saurait
résulter, malgré le principe de l'opportunité des
poursuites, du bon plaisir ou du bon vouloir de
tel ou tel d'entre nous.
La politique pénale s'exerce nécessairement :
- dans la ligne de la politique pénale déterminée
par le Gouvernement, et par le garde des
Sceaux dans ses "instructions générales de
politique pénale" du 1er novembre 2009,
- dans la ligne de la hiérarchie des normes et
des dispositions du Code pénal, entré en
application le 1er mars 1994,
- dans la ligne des priorités dégagées localement
au regard des actions soutenues par les Conseils
de prévention de la délinquance,
- dans le strict respect du principe fondamental
du traitement individualisé des affaires, en
tenant compte de la gravité de l'infraction et de
la personnalité ou de la dangerosité du
délinquant,
- enfin, dans la rigoureuse observance des
formes procédurales, car, nous le savons tous
ici d'expérience, "la forme est sœur jumelle de
liberté" selon l'adage exprimé par Ihering. C'est
dire combien est importante et doit être
rigoureuse l'opération intellectuelle de la
qualification des faits.
C'est dans ce cadre général, et en tenant compte
de l'analyse et de l'évolution de la délinquance
locale que des axes prioritaires d'action
publique sont mis en exergue et constituent
autant de réponses à la délinquance, à laquelle
nous sommes confrontés. Je pense notamment
aux violences contre les personnes, au trafic de
stupéfiants, à la lutte globalisée contre la
criminalité organisée, à la lutte contre la
délinquance des mineurs, à la lutte contre les
cambriolages ; ainsi qu'au traitement de la
dimension patrimoniale de la criminalité et de
la délinquance par les services enquêteurs (qu'il
s'agisse des infractions de non-justification de
ressources, de blanchiment et de recel).
Je tiens à vous adresser, Madame et Messieurs
les procureurs de la République, ainsi qu'aux
magistrats du Ministère public qui travaillent
à vos côtés, ma très vive reconnaissance pour
la compétence, l'imagination, l'humanité et la
passion avec laquelle vous remplissez votre
mission au service de la justice et de nos
concitoyens. (…)
Permettez, en guise de conclusion, que je cite
un ancien garde des Sceaux, et surtout un
ancien constituant, Michel Debré :
"En République, la place de la Justice est
éminente et sa faiblesse un défaut qui, à la
longue, ne pardonne pas. Une administration
mauvaise fait douter de l'Etat, une Justice
mauvaise fait douter de la Société", Michel
Debré.
Puisse cette nouvelle année judiciaire
contribuer à ne pas faire douter de la Société
et à réconcilier les Français avec leur Justice.

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

Rentrée solennelle

par Jacques Nunez
(…)
e souhaite articuler mes propos autour de
3 thèmes :
- les réformes et modifications de toute
sorte, en cours, prévues ou envisagées,
- les travaux juridictionnels de la cour d’appel
- l’avenir avec des projets nationaux ou
régionaux

J

I. Le thème des réformes
Le thème des réformes est, vous le savez, un
thème inépuisable et concerne la justice, son
organisation comme la vie de citoyen.
1. Plusieurs réformes sur le plan structurel
découlent de l’exécution de décisions déjà prises

1.1. C’e st d’abord la mise en application de la
réforme de la carte judiciaire décidée en 2008 :
- Au 1er janvier 2010, les tribunaux d’instance
de Gaillac, Lavaur, Moissac, Pamiers et
Villefranche-de-Lauragais pour la HauteGaronne ont fermé leurs portes.
Il reste 9 tribunaux d’instance dans le ressort
de la cour d’appel au lieu de 14.
- Pour le 1er janvier 2011 nous préparerons la
fermeture du tribunal de grande instance de
Saint-Gaudens.
Cette réforme structurelle a été très coûteuse
mais aussi très éprouvante pour le personnel
de justice auquel il faut rendre hommage.
Elle a entraîné une réorganisation ponctuelle
des contentieux civils puisque l’ensemble du
contentieux concernant les personnes (à
l’exception de la tutelle des incapables
majeurs), relève désormais du service des
affaires familiales du tribunal de grande
instance.
L’appel des décisions des juges des tutelles
majeurs est transféré à la cour d’appel. (…)
2. Le thème des réformes en matière judiciaire est
inépuisable, tant est grande l’imagination de ceux
qui peuvent ou veulent avoir leur mot à dire.

Je serais incomplet si je ne vous parlais pas de
projets de réforme en matière civile comme
pénale.
En matière civile est discutée la réforme de
la procédure devant la cour d’appel.
- Elle devrait entraîner la suppression des
offices d’avoués actuellement en discussion
devant le Parlement.
A ces avoués, à nos 17 avoués de la cour
d’appel de Toulouse, j’adresse publiquement
l’expression de la considération de la cour
d’appel pour le travail qu’ils accomplissent.
Nous devons comprendre leur peine, et celle
de leurs collaborateurs, face à la suppression
annoncée de leur mission bi-séculaire.
Cette peine risque d’être d’autant plus
importante qu’il est pour l’instant difficile de

prévoir leur remplacement ou plutôt
l’organisation de la prochaine procédure
d’appel car tout ne peut être réglé par des
décrets.
Ainsi début 2011, selon le rapport du Sénat,
la liaison entre les 33 cours d’appel qui se fait
actuellement avec 434 avoués, se ferait avec
50 000 avocats.
Pour la cour de Toulouse les 4 chambres civiles
concernées passeraient de 17 avoués
interlocuteurs à 1 369 avocats répartis dans
les 4 départements du ressort.
Cette liaison se ferait exclusivement par
informatique. Espérons qu’en temps venu, tous
les intervenants, cour d’appel et barreaux
seront formés et équipés.
En matière pénale, j’exposais ici, il y a un an,
que nous mettions en application la création
de 2 pôles d’instruction, à Toulouse et à
Montauban, regroupant tous les juges
d’instruction du ressort afin qu’ils travaillent
collectivement ainsi que l’avait décidé le
Parlement, toutes sensibilités politiques
confondues par la récente loi du 5 mars 2007.
Il pourrait en être autrement au vu des
nouveaux projets modifiant profondément la
procédure pénale et supprimant les juges
d’instruction.
En démocratie, l’exécutif propose, le
Parlement dispose et le juge applique
scrupuleusement la loi votée.
Ainsi il ne m’appartient pas de donner mon
avis. Je souhaite simplement que la discussion
soit sereine, dépourvue d’arrière-pensées et
soit fructueuse car la procédure pénale c’est
la règle qui garantit nos libertés.
Rappelons seulement que selon les standards démocratiques, indépendamment des
personnes mises en cause comme auteurs
d’infractions ou celles qui sont victimes, la
procédure s’articule autour de 3 acteurs :
- l’accusation, qui souvent contrôle la police,
- la défense qui contrôle la légalité et la réalité
des faits,
- le juge, qui quelquefois peut faire l’enquête,
mais qui en tout cas décide.
C’est sur l’équilibre de ce triangle équilatéral,
le juge au sommet, l’accusation et la défense
placées à égalité de chaque côté que repose
notre liberté.
Cette procédure n’est donc démocratiquement
acceptable que si l’accusation joue pleinement
et sereinement son rôle mais aussi si la défense
prend sa place, toute sa place, à égalité des
armes, avec la même disponibilité, les mêmes
moyens techniques et matériels que l’accusation
et cela tout au long du procès-pénal, depuis la
garde à vue jusqu’à l’exécution de la peine.
L’énumération de ces réformes, l’inventaire de
ces changements d’environnement législatif
ou réglementaire ne doit pas faire oublier le
travail quotidien du juge, de ce juge dont un
avocat et un psychanaliste ont pu dire qu’il
"est devenu un roi malgré lui ; qu’un profond
mouvement de société le propulse en première ligne, résultant de l’effacement des
corps intermédiaires, de l’égalité démocra-

tique qui ne supporte pas plus les aspects de
non-droit que l’exception des mœurs.
Plus l’autorité politique, sociale, familiale, est
disqualifiée, plus on demande au juge de dire la
norme pour protéger chaque individu qui
s’estimerait victime”.
Ce mouvement qui s’est traduit dans les
20 dernières années par une augmentation de
plus de 300% de la demande en justice, pénale
ou civile, ne se dément pas à la cour d’appel de
Toulouse.
Vous le constaterez en lisant la plaquette
d’information mise à votre disposition, ces
chiffres et énumérations appelant les
observations suivantes :
- la cour d’appel, en qualité de juridiction du
second degré avait décidé il y a 2 ans de juger
les affaires criminelles dans des délais plus
raisonnables.
Auparavant une affaire était jugée dans les 14 à
16 mois après la fin de l’instruction, désormais
le délai est de 6 à 8 mois.
Cette remise à niveau a été faite grâce à des
sessions d’assises ouvertes en continu pour la
cour d’assises de la Haute-Garonne qui bien
qu’ayant connu de longues audiences pour
seulement la comptabilisation d’une affaire (le
jugement d’un accusé a nécessité 3 semaines
d’audience ; la même durée a été nécessaire pour
juger une affaire comportant 14 accusés) statue
désormais dans des délais normaux.
- Cet effort a été fait au détriment des activités
civiles, dont les chambres ont connu aussi des
problèmes d’effectifs si bien que les délais
moyens de traitement des affaires civiles ont
augmenté pour être d’environ 12 mois, soit la
norme nationale pour une juridiction d’appel.
Retenons en définitive que grâce à l’effort de
tous, les délais de traitement, au pénal comme

Cour d’appel de Toulouse

D.R.

Justice modernisée

au civil, sont raisonnables et que la cour pourra
s’organiser pour préparer le jugement de l’affaire
dite AZF qui devrait venir à l’audience dans le
premier semestre 2011.
Si cette perspective peut paraître longue pour
certains retenons qu’il faut au moins 4 mois pour
étudier le dossier puis au moins 4 mois pour
préparer l’audience et certainement 4 mois pour
la tenir et que, précision à apporter, toutes les
victimes qui s’étaient constituées partie civile
se sont vu déjà accorder une indemnisation sur

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

11

Rentrée solennelle
le fondement du droit de la responsabilité civile
en sorte que la question des délais se pose
moins.

II. Elever la réflexion
et se projeter vers l’avenir
Les réformes prévues, prévisibles, inopinées
quelquefois, le travail quotidien ne doivent pas
nous empêcher de tenter d’élever la réflexion
et de se projeter vers l’avenir, vers une justice,
gardienne des libertés et du droit, au service
donc du citoyen, vers une justice modernisée,
vers une justice ouverte sur la cité et sur le
monde.
1. Deux importants projets législatifs, découlant de la
réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008, vont
permettre de conforter cet espace de liberté et de
droit :

- C’est d’abord le mécanisme de la question
prioritaire de constitutionnalité, ou exception
d’inconstitutionnalité découlant de la loi du
10 décembre 2009 qui permet à un justiciable,
donc à l’occasion d’un procès, de faire juger
qu’une disposition législative porte atteinte aux
droits et libertés que la constitution garantit et
donc de demander, sous certains contrôles, au
Conseil constitutionnel de juger la loi, modérant
ainsi le mythe de la souveraineté et de
l’infaillibilité de la loi.
- C’est également, par une loi organique,
réformant le Conseil supérieur de la
magistrature et actuellement en cours de
votation, le droit donné à "tout justiciable qui
estime qu’à l’occasion d’une procédure judiciaire
le concernant, le comportement adopté par un
magistrat dans l’exercice de ses fonctions est
susceptible de recevoir une qualification
disciplinaire" de saisir le Conseil supérieur de la
magistrature, organe de discipline des
magistrats
A ce droit de dénoncer le comportement d’un
magistrat, s’ajoute une définition supplémentaire de la faute disciplinaire qui qualifie de
faute "la violation grave et délibérée par un
magistrat d’une règle de procédure constituant une garantie essentielle des droits des
parties et constatée par une décision de justice
devenue définitive".
Enfin, ce contrôle du comportement ainsi que
de l’acte juridictionnel s’appuie sur l’élaboration
actuellement au cours d’un recueil des
obligations déontologiques des magistrats
auquel participe l’ensemble des magistrats.
A ce contrôle disciplinaire s’ajoute la
responsabilité civile et pénale du magistrat.
S’y superposent également les voies de recours
puisqu’une affaire peut connaître l’avis de
3 juridictions différentes.
C’est dire que doivent être détruits les mythes
de l’impunité du magistrat et de son
irresponsabilité car je ne pense pas qu’il puisse
y avoir autant de contrôle et de surveillance
parmi les autres agents publics investis d’un
pouvoir régalien, voire parmi les élus, alors que

12

ce magistrat reçoit, selon l’avocat et le
psychanaliste cités, "la charge d’être le réceptacle
de toute la misère humaine, d’être le thérapeute
des foules dans les grandes catastrophes, le
tuteur des médecins dans les désastres
sanitaires, le surveillant des armées, l’arbitre des
scènes de ménage et de la consommation des
mariages, le censeur des politiques, le tuteur des
mineurs et des incapables !".
2. L’avenir nous promet également une justice
modernisée et nous nous y employons à Toulouse

- D’abord par l’utilisation massive de l’outil
informatique soit pour se documenter à
distance, soit pour se joindre par le site Intranet
que nous avons créé et qui sera suivi par un
nouveau site Internet mis à la disposition des
professionnels et du public.
- C’est ensuite l’utilisation, de plus en plus
fréquente de la visioconférence, soit pour des
réunions administratives, soit même pour des
audiences ou actes juridictionnels.
- C’est enfin le recours à la numérisation des
procédures pénales permettant d’étudier et de
traiter avec quelques CD des dossiers
représentants des dizaines de tomes.
J’espère que très prochainement se mette en
place la dématérialisation des procédures
permettant par exemple à une service d’enquête
d’envoyer en temps réel sur un ordinateur du
palais de justice ce qu’il est en train d’écrire sur
son propre ordinateur.
Il n’y a pas de raisons que ce système que j’ai vu
fonctionner au Chili ne puisse être rapidement
mis en œuvre chez nous.
3. Enfin, l’avenir c’est le souhait que je forme depuis
toujours d’une justice plus ouverte vers la cité et vers
le monde

- Ouverte vers la cité, vers cette grande et belle
ville de Toulouse où tout est réuni pour que la
communauté des juristes qui y vivent et y travaillent, universitaires, compagnies judiciaires,
juristes d’entreprise, s’y rassemble pour échanger, discuter, partager leurs idées et leur savoir
afin de démontrer que le droit et ses juristes
ont toute leur place dans le monde économique et qu’ils apportent par leur activité et
leur compétence une très forte valeur susceptible d’être favorablement remarquée lorsque
la concurrence se développe entre métropoles et même entre pays européens ou
autres.
- Justice ouverte vers la cité, à partir de ce
nouveau palais de justice que les visiteurs
trouvent beau et emblématique et que lorsqu’ils
y sont conviés les Toulousains visitent avec
plaisir.
Palais ouvert d’abord que ce quartier, sur ce
quartier des Salins, depuis plusieurs siècles
consacré au droit, à la justice, aux parlementaires
et hommes de loi, quartier pour la rénovation
duquel, dans les discussions en cours, devraient
être consultés et entendus ces juristes peuplant
le palais de justice, l’ordre des avocats et le centre
régional de formation des avocats représentant
presque 1 600 personnes.
- Justice ouverte sur l’Europe.
C’est un vœu à l’évidence d’actualité puisque le

Traité de Lisbonne, consacré à l’Union
européenne, est entré en vigueur le
1er décembre 2009 et apporte des avancées très
novatrices en matière de justice et de
coopération judiciaire en matière pénale
comme civile.
Avec cette Europe construite sur le droit, la
justice et les libertés deviennent des priorités
et plus que jamais l’Europe est la salle d’audience
du juge.
Désormais peut être invoquée par tout citoyen
européen la charte des droits fondamentaux
qui ajoute à la protection des droits civils et
politiques offerte par la Convention européenne
des droit de l’homme, de nouveaux droits
économiques, sociaux et culturels, droits que
les juges nationaux doivent faire appliquer et
que le citoyen européen peut réclamer.
S’ajoute également le rappel de la reconnaissance mutuelle des décisions judiciaires en
matière civile et pénale ainsi que l’élargissement de la coopération judiciaire à l’accès à la
justice et à la formation des magistrats et des
personnels de justice.
- Justice ouverte vers nos proches voisins
européens à travers les échanges de travail et
d’intérêt que nous entretenons avec nos voisins
et collègues espagnols des tribunaux supérieurs
de justice du Pays Basque, de la Rioja, et de la
Navarra et de l’Aragon ainsi qu’avec les
magistrats et le conseil de justice de la
principauté d’Andorre.
Nous aurons cette année l’occasion de les réunir
tous à Toulouse à l’occasion des 11èmes journées
des entretiens de la Bidassoa que nous
organiserons dans le second semestre sur le
thème du "sport, des sportifs et des installations
sportives".
Ce sera un grand événement dans l’Europe des
juristes du Sud et j’espère que nous pourrons
compter sur l’appui de tous.
- Enfin une justice ouverte vers le monde et plus
particulièrement vers l’Amérique latine
renouant ainsi avec le chemin tracé au siècle
dernier par l’Aérospatiale au départ de Toulouse.
Durant 4 ans, l’Europe a développé au bénéfice
de l’Amérique latine un programme, appelé
Eurosocial, destiné grâce à des échanges
d’expérience et à des expertises, à développer
tous les moyens juridiques favorisant la
cohésion sociale, c’est-à-dire à améliorer la
situation des personnes en situation difficile :
les mineurs, les malades mentaux, les détenus,
les victimes de violences conjugales, les
communautés indigènes ainsi qu’à aider à la
modernisation de la justice vers son meilleur
fonctionnement.
Ainsi des magistrats toulousains ont reçu ou
sont allés visiter des magistrats d’Argentine, du
Chili, du Costa Rica, du Brésil, du Mexique et
de l’Equateur.
Ce programme se poursuivra au cours des
quatre prochaines années et nous continuerons
d’y participer mais nous pouvons déjà assurer
que Toulouse déjà connue mondialement pour
son industrie aéronautique pourra bientôt être
aussi connue, dans ces pays, pour ses juristes.
(…)

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

2010-117

Annonces judiciaires et légales

PARIS
CONSTITUTION
Aux termes d’un acte sous seing privé,
en date à Paris du 25 février 2010, il a
été constitué une société présentant les
caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

ACROS BAT
Nom commercial :

LES TOITURISTES
Siège social :
57, rue d’Amsterdam
75008 PARIS
Forme : Société à Responsabilité
Limitée.
Capital social : 10 000 Euros.
Objet social : couverture, charpente,
zinguerie.
Durée : 99 ans.
Gérance : Monsieur Luc CRÉCÈS
demeurant chemin du Mietz 03470
SALIGNY SUR ROUDON.
Immatriculation : au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
01042
Pour avis
Aux termes d’un acte sous seing privé
en date à Paris du 1er mars 2010,
il a été constitué une société présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

35 DEGRES SUD
Siège social :
48 rue Copernic,
75116 PARIS
Forme : Société à Responsabilité
Limitée.
Capital social : 60 000 Euros.
Objet social : Installation et vente de
systèmes photovoltaïques
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au Registre du Commerce et
des Sociétés sauf dissolution anticipée
ou prorogation.
Gérance : Monsieur Cédric
LEFEBVRE demeurant 48, rue Copernic
75116 PARIS.
Immatriculation : au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris.
01116
Pour avis
Aux termes d’un acte sous seing privé
en date à Paris du 15 février 2010, il a
été constitué une société présentant les
caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

THBE SARL

Nom commercial

THBE SARL

Siège social :
53, rue Boissière
75116 PARIS
Forme : Société à Responsabilité
Limitée.
Capital social : 1 000 Euros.
Objet : La conception, production et

réalisation de produits auditifs, visuels
ou audiovisuels, ainsi que la conception
et réalisation d’évènements de promotion, de divertissement ou d’information,
soit de sa propre initiative, soit pour répondre à des commandes de clients quels
qu’ils soient. La société pourra également éditer des ouvrages, concevoir,
fabriquer et diffuser des produits variés,
qu’ils soient ou non liés à ses productions audiovisuelles ou événementielles.
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au Registre du Commerce et
des Sociétés sauf dissolution anticipée
ou prorogation.
Gérance : Monsieur Thierry
BUSNEL demeurant 4, rue de l’Eglise
92420 VAUCRESSON.
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Paris.
01122
Pour avis
Aux termes d’un acte sous seing privé,
en date à Paris du 26 février 2010,
il a été constitué une société présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

RIVER CONSULTING
Siège social :
101, avenue du Général Leclerc
75685 PARIS CEDEX 14
Forme : Société à Responsabilité
Limitée de type E.U.R.L.
Capital social : 7 500 Euros.
Objet : conseil en e-business et gestion
de sites e-business.
Durée : 99 ans .
Gérance : Monsieur Bruno
JACQUART demeurant 11, chemin des
Vaux Mourants 91370 VERRIERES LE
BUISSON.
Immatriculation : au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
01059
Pour avis

HAUCK CREATIVE SERVICES
Société à Responsabilité Limitée
de type E.U.R.L.
au capital de 1 000 Euros
Siège Social :
8, rue Albert Samain
75017 PARIS

Aux termes d’un acte sous seing privé
en date à Paris du 14 décembre 2009,
il a été constitué une société présentant
les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :
HAUCK CREATIVE SERVICES
Siège social :
8, rue Albert Samain
75017 PARIS
Forme : Société à Responsabilité
Limitée de type E.U.R.L.
Capital : le capital social est fixé à
1 000 Euros, divisé en 10 parts de 100
Euros chacune, entièrement libérées,
numérotées de 1 à 10 et attribuées en
totalité à Monsieur Sascha HAUCK,
Associé Unique.
Monsieur Sascha HAUCK à concurrence de dix parts sociales numérotées de
1 à 10, ci :10 parts.
Total égal au nombre de parts composant le capital social : 10 parts.
Objet : la Société a pour objet, en
France et dans tous pays :
- la conception, création et
industrialisation d’outils marketing,
communication et commerciaux, en
France, Europe et monde,

- le conseil stratégique et opérationnel,
- la création, l’acquisition, la location,
la prise en location-gérance de tous
fonds de commerce, la prise à bail,
l’installation, l’exploitation de tous
établissements, fonds de commerce,
usines, ateliers, se rapportant à l’une ou
l’autre des activités spécifiées,
- la prise, l’acquisition, l’exploitation
ou la cession de tous procédés et brevets
concernant ces activités,
- la participation directe ou indirecte
de la société dans toutes opérations
financières immobilières ou mobilières
et dans toutes entreprises commerciales
ou industrielles pouvant se rattacher à
l’objet social ou à tout objet similaire ou
connexe.
Durée: 99 années à compter de son immatriculation au Registre du Commerce
et des Sociétés.
Gérant : Monsieur Sascha HAUCK
demeurant 8, rue Albert Samain 75017
PARIS.
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Paris
Pour avis
01058
La Gérance
Aux termes d’un acte sous seing privé,
en date à Paris du 25 février 2010, il a
été constitué une société présentant les
caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

CAC NAVIPLAN Groupe NRG
Sigle
NAVIP
Nom commercial
CAC NAVIPLAN
Siège social :
4, Rue Scipion
75005 PARIS
Forme : Société à Responsabilité
Limitée
Capital : 12 000 Euros
Objet social : Engénierie
environemmentale-Diagnostiques
immobilier-DPE.
Gérance : Monsieur Luisi BATESTI
demeurant 11, rue des Marchands 66000
PERPIGNAN.
Durée : 99 ans.
Immatriculation : au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris.
00103
Pour avis
Aux termes d’un acte sous seing privé
en date à Paris du 5 février 2010,
il a été constitué une société
présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

GLOBAL TRANSPORT SERVICES
Siège social :
14, rue de Ménilmontant
75020 PARIS
Forme : Société à Responsabilité
Limitée.
Capital : 30 000 Euros.
Objet social : le transport de
marchandise -3T5.
Durée : 99 ans.
Gérance : Monsieur Imed ZEMZEMI
demeurant 14, rue de Ménilmontant
75020 PARIS.
Immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris.
01081
Pour avis

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

Aux termes d’un acte sous seing privé
en date à Paris du 18 février 2010,
il a été constitué une société dont les
caractéristiques sont les suivantes :
Dénomination :

LUXURY CONCIERGE
Siège :
92, rue de Lévis
75017 PARIS
Forme : Société à Responsabilité
Limitée.
Capital : 1 000 Euros.
Objet :
la société a pour objet, en France et à
l’Etranger :
- prestations de services à la personne
à domicile, soit dans le cadre d’une mise
en relation entre des organes agréés et
les particuliers à la recherche d’un prestataire, soit dans le cadre d’une prestation
visant à coordonner et assurer une
assistance ou un service à domicile,
- services de conciergerie privée,
- secrétariat particulier.
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au Registre du Commerce et
des Sociétés.
Gérant : Madame Damienne
MARION demeurant 131, boulevard
Malesherbes 75017 PARIS.
Cessions de parts entre Associés :
cessions libres.
Cessions de parts à un tiers : cessions
soumises à agrément.
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Paris.
01048
Pour avis
Aux termes d’un acte sous seing privé
à Paris en date du 26 février 2010, il a
été constitué une société présentant les
caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

SCI 41 MAISON DE LA TOUR
Siège social :
2 square de Port Royal
75013 PARIS
Forme : Société Civile Immobilière.
Capital social : 1 000 Euros.
Objet social : l’acquisition de droits
réels immobiliers en pleine propriété ou
démembrée, notamment l’usufruit viager
ou temporaire pourtant sur un ou des immeubles en France ou à l’Etranger.
l’administration, l’exploitation et la mise
à disposition à ses Associés des
immeubles bâtis ou non bâtis dont elle
serait propriétaire ou dont elle pourrait le
devenir.
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au Registre du Commerce et
des Sociétés sauf dissolution anticipée
ou prorogation.
Gérance : Monsieur Stéphane
MARLETTI demeurant 2, square de Port
Royal 75013 PARIS.
Cessions de parts sociales : les parts
sociales sont librement cessibles au
profit d’un Associé.
Toute cession à un tiers de la société
est soumise au préalable à agrément de
la collectivité des Associés réunis en
Assemblée Générale.
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Paris.
01073
Pour avis

13

Annonces judiciaires et légales
Aux termes d’un acte sous seing privé,
en date à Paris du 1er mars 2010, il a été
constitué une société présentant les
caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

ELLE EST AU TOP
Siège social :
45, rue de Richelieu
75001 PARIS
Forme : Société à Responsabilité
Limitée.
Capital : 1 000 Euros.
Objet social : conseil en management
et développement des entreprises, prise
de participation dans toutes sociétés.
Durée : 99 ans.
Gérance
:
Madame
Margaret
SCHEMLA demeurant Château de
Grangues 14160 GRANGUES.
Immatriculation : au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris.
01083
Pour avis
Société Civile Professionnelle
"Jean-Marie BERNARD,
Vincent CHAPOUTOT,
Notaires Associés"
titulaire d’un Office Notarial
rue de Paris
37360 NEUILLÉ PONT PIERRE
Suivant acte reçu par Maître JeanMarie BERNARD, Notaire à Neuillé
Pont Pierre (Indre et Loire) le 17 février
2010,
il a été constitué une société présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

SCI LA GIRAUDERIE
Siège social :
8, avenue de Choisy
Appartement 1214
75013 PARIS
Forme : Société Civile Immobilière.
Capital social : 280 000 Euros.
Objet : administration et gestion
courante d’un bien immobilier composé
d’une maison tourangelle, de caractère,
et de terres agricoles.
Durée : 15 ans à compter de son immatriculation au Registre du Commerce et
des Sociétés, sauf dissolution anticipée
ou prorogation.
Gérance : Monsieur Gérard
CHEVRIER demeurant 8, avenue de
Choisy, appartement 1214, 75013
PARIS.
Clauses d’agrément pour les cessions
de parts :
Agrément requis des Associés statuant
à l’unanimité.
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Paris.
Pour avis
01055
Jean-Marie BERNARD
Aux termes d’un acte authentique en
date à Noisy le Grand du 9 février 2010,
enregistré à la recette des impôts du
Raincy (Seine Saint Denis), le 11 février
2010, folio 111, case 1, reçu par Maître
Isabelle TANQUERAY, Notaire titulaire
d’un Office Notarial sis 14, avenue
Aristide Briand 93160 NOISY LE
GRAND, il a été constitué une société
présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

ANNEXE 46
Siège social :
46, rue René Boulanger
75010 PARIS
Forme : Société Civile
Capital : 1 000 Euros apporté en
numéraire par chacun des Associés à hauteur de 500 Euros.

14

Objet : l’acquisition de tous biens
mobiliers ou immobiliers, la gestion de
ces biens, et toutes opérations s’y
rapportant.
Durée : 99 années à compter de son immatriculation au Registre du Commerce
et des Sociétés sauf dissolution anticipée
ou prorogation.
Gérance
:
Monsieur
Avelino
ABARCA demeurant 117, boulevard de
Grenelle 75015 PARIS, est nommé Gérant sans limitation de durée.
Associés :
- Monsieur Alain GUTHARC,
directeur de galerie d’art, demeurant 4,
rue de Lamblardie 75012 PARIS,
célibataire,
- Monsieur Avelino ABARCA,
orthophoniste, demeurant 117, boulevard
de Grenelle 75015 PARIS, célibataire .
Clause d’agrément :
Toute mutation de parts (entre vifs ou
par décès) sauf entre Associés-Fondateurs, doit avoir l’agrément de tous les
Associés en cas de cession à une personne morale, la personne morale doit
être agréée ainsi que tous les Associés.
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Paris.
Pour avis,
01087
le notaire.
Aux termes d’un acte sous seing privé,
en date à Paris du 25 février 2010, il a
été constitué une société présentant les
caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

CAC NAVIPLAN GROUPE NRG
Sigle
NAVIP
Nom commercial
CAC NAVIPLAN
Siège social :
4, Rue Scipion
75005 PARIS
Forme : Société à Responsabilité
Limitée
Capital : 12 000 Euros
Objet social : Engénierie
environemmentale-Diagnostiques
immobilier-DPE.
Gérance : Monsieur Luisi BATESTI
demeurant 11, rue des Marchands 66000
PERPIGNAN.
Durée : 99 ans.
Immatriculation : au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris.
01079
Pour avis

MODIFICATION

GERIPROMO
Société par Actions Simplifiée
au capital de 40 000 Euros
Siège social :
23, avenue Victor Hugo
75116 PARIS
442 157 897 R.C.S. PARIS
Aux termes du procès verbal de
l’Assemblée Générale Ordinaire
Annuelle du 19 février 2010, il a été
décidé de nommer en qualité de Commissaire aux Comptes suppléant, Monsieur
David ZIMRA demeurant 9, rue Sainte
Anastase 75003 PARIS, pour une durée
de six exercices, en remplacement de
Madame Brigitte DUFFAUT.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
01094
Pour avis

C.B.L. COURTAGE
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 7 500 Euros
Siège social :
4, rue Caroline
75017 PARIS
492 959 945 R.C.S. PARIS
L’Assemblée Générale Extraordinaire
réunie en date du 31 octobre 2008 a
décidé d’augmenter le capital social de
9 000 Euros par l’incorporation directe
de réserves au capital, ce qui rend
nécessaire la publication des mentions
ci-après relatées.
Ancienne mention :
Le capital social est fixé à sept mille
cinq cent Euros (7 500 Euros).
Nouvelle mention :
Le capital social est fixé à seize mille
cinq cent Euros (16 500 Euros).
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
Pour avis
01082
La Gérance

S.C.I. LA BALANCE
Société Civile
au capital de 4 800 Euros
Siège social :
10, rue de Paris
95500 GONESSE
326 522 778 R.C.S. PONTOISE
Aux termes d’une décision en date du
20 février 2010, il a été décidé de
transférer le siège social du :
10, rue de Paris
95500 GONESSE
au :
9, rue Ernest Lacoste
75012 PARIS
à compter du 20 février 2010.
Suite à ce transfert, il est rappelé les
caractéristiques suivantes :
Forme : Société Civile au capital de
4 800 Euros.
Objet : acquisition, gestion et location
de tous biens immobiliers situés en
France.
Durée : jusqu’au 14 mars 2082.
Gérance : Monsieur Bernard DEVOS ,
né le 4 décembre 1949 à Paris 6ème
demeurant 9, rue Ernest Lacoste 75012
PARIS.
Les statuts ont été modifiés en
conséquence.
Le dépôt légal sera effectué au Greffe
du Tribunal de Commerce de Paris
désormais compétent à son égard et la
société sera radiée du Registre du
Commerce et des Sociétés de Pontoise.
01049
Pour avis

FINANCIERE LOV
Société par Actions Simplifiée
au capital de 210 965 400 Euros
Siège social :
5, rue François 1er
75008 PARIS
487 997 660 R.C.S. PARIS
2007 B 7858
Aux termes du procès verbal du
8 février 2010, enregistré au Service des
Impôts des Entreprises de Paris 1er, le
3 mars 2010, bordereau 2010/679,
case 16,
il a été décidé d’augmenter le capital
social d’une somme de 6 328 900 Euros,
pour le porter de 210 965 400 Euros à
217 294 300 Euros par voie d’incorporation à dûe concurrence du poste prime
d’émission.
Cette augmentation de capital a été
réalisée par la création et l’émission de
63 289 actions ordinaires nouvelles de
100 Euros de valeur nominale chacune,
attribuées à l’attributaire d’actions
gratuites.
Les actions nouvelles ont été créées
avec jouissance à compter du même jour,

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

assimilées aux actions anciennes.
Conformément à la délibération des
Associés du 7 janvier 2008, il a été
décidé que les actions ainsi attribuées
devront obligatoirement être inscrites en
compte nominatif pur, avec mention de
l’indisponibilité desdites actions pendant
une durée de deux années à compter de
leur attribution définitive.
En conséquence, il a été décidé de
modifier l’article 7 des statuts qui est
désormais rédigé comme suit :
Article 7 - Capital social
"le capital social de la société est de
217 294 300 (deux cent dix sept millions
deux cent quatre vingt quatorze mille
trois cents) Euros.
Il est divisé en :
- 2 172 941 (deux millions cent
soixante douze mille neuf cent quarante
et une) actions ordinaires de catégorie O
de cent (100) Euros de valeur nominale
chacune, souscrites et intégralement
libérées
- 1 (une) action de catégorie P1 de 100
(cent) Euros de valeur nominale, souscrite et intégralement libérée
- 1 (une) action de catégorie P2 de 100
(cent) Euros de valeur nominale, souscrite et intégralement libérée".
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
01114
Pour avis

COMPAGNIE PARISIENNE
FORMATION ET LOGISTIQUE
Société par Actions Simplifiée
au capital de 40 000 Euros
Siège social :
75, boulevard Haussmann
75008 PARIS
487 679 458 R.C.S. PARIS
Aux termes d’une délibération en date
du 11 janvier 2010, l’Associé Unique a
nommé la société BUREAU
INTERNATIONAL MARITIME, sigle
B.I.M.V. S.A., Société Anonyme au capital de 30 986,69 Euros, immatriculée au
Registre du Commerce et des Sociétés de
Luxembourg sous le numéro B 41749,
dont le siège social est situé 9, boulevard
du Prince Henri, I- 1724 LUXEMBOURG (99137 LUXEMBOURG), représentée par Monsieur Guy
BULTYNCK, Président de la société
pour une durée illimitée, en remplacement de la société AHLERS
INTERNATIONAL, représentée par
Monsieur Guy BULTYNCK,
démissionnaire.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
Pour avis
Le Président AHLERS
INTERNATIONAL SA
représentée par
01119
Monsieur Guy BULTYNCK

ARCANDIERS RACING
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 6 000 Euros
Siège social :
71, rue d’Amsterdam
75008 PARIS
438 963 431 R.C.S. PARIS
Aux termes d’une Assemblée
Générale Extraordinaire en date du
26 février 2010, la collectivité des
Associés de la société a décidé de
transférer le siège social et de modifier
corrélativement l’article 5 des statuts.
A compter du 1er mars 2010, le siège
social qui était :
71, rue d’Amsterdam
75008 PARIS
est désormais :
5, rue du Manoir
35550 LOHEAC
La société sera immatriculée au

Annonces judiciaires et légales
Registre du commerce et des Sociétés de
Rennes désormais compétent à son égard
et radiée du Registre du Commerce et
des Sociétés de Paris.
Pour avis
01068
La Gérance

DE COSTER FINANCES
Société à Responsabilité Limitée
de type E.U.R.L.
au capital de 1000 Euros
porté à 1 330 Euros
Siège social :
101, avenue des Champs-Elysées
75008 PARIS
507 962 561 R.C.S. PARIS
L’Associé Unique le 19 novembre
2009 a décidé d’augmenter le capital
social de 330 Euros pour le porter de
1 000 Euros à 1 330 Euros par voie
d’apport en numéraire par création de 33
parts nouvelles de 10 Euros de nominal
chacune, sous réserve de l’établissement
du certificat du dépositaire des fonds.
L’Assemblée Générale du 3 février
2010 a constaté que cette augmentation
de capital se trouvait définitivement réalisée à cette même date du 3 février 2010
et a modifié, en conséquence, les articles
6 et 7 des statuts.
Ancienne mention
le capital social est fixé à 1000 Euros
divisé en 100 parts de valeur nominale
de 10 Euros chacune.
Nouvelle mention
le capital social est fixé à 1 330 Euros
divisé en 130 parts de valeur nominale
de 10 Euros chacune.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
Pour avis
01088
Le Gérant

SALENA DISTRIBUTION
Société par Actions Simplifiée
au capital de 153 000 Euros
Siège social :
14, rue de la Comète
75007 PARIS
403 895 642 R.C.S. PARIS
Aux termes des délibérations de
l’Assemblée Générale Extraordinaire des
Actionnaires du 1er mars 2010, il a été
décidé de modifier à compter du même
jour, la dénomination sociale de la
société de SALENA DISTRIBUTION
en :
GROUPE FIMINCO
Les articles 1 et 3 des statuts ont été
modifiés en conséquence.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
01107
Pour avis

SELLIGENT FRANCE
Société Anonyme
au capital de 370 758,40 Euros
Siège social :
Immeuble Lumière
40, avenue des Terroirs de France
75012 PARIS
391 206 554 R.C.S. PARIS
Selon procès-verbal de l’Assemblée
Générale Extraordinaire du 31 décembre
2009, le capital social a été augmenté le
capital de 370 758,40 Euros à 1 000 000
Euros par incorporation de réserves pour
4,22 Euros et par émission de 41 275
actions nouvelles de 15,245 Euros nominal entièrement souscrites et libérées, au
moyen d’un apport en numéraire de 629
237,38 Euros, par la société
SELLIGENT INTERACTIVE NV au
profit de laquelle les actionnaires ont
renoncé à l’exercice de leur droit
préférentiel de souscription.
Les articles 6 et 7des statuts ont été

modifiés de la façon suivante :
Article 6 - Apports :
Ancienne mention :
Il a été apporté au capital de la
société :
Lors de la constitution en numéraire,
une somme de 76 224,51 Euros.
Lors de l’augmentation de capital
décidée par l’Assemblée Générale
Extraordinaire en date du 31 décembre
2003, en numéraire la somme de
294 533,40 Euros.
Nouvelle mention :
Il a été apporté au capital de la
société :
Lors de la constitution en numéraire,
une somme de 76 224,51 Euros.
Lors de l’augmentation de capital
décidée par l’Assemblée Générale Extraordinaire en date du 31 décembre 2003,
en numéraire la somme de
294 533,40 Euros.
Lors de l’augmentation de capital décidée par l’Assemblée Générale Extraordinaire en date du 31 décembre 2009, en
numéraire la somme de
629 237,38 Euros.
Article 7 :
Ancienne mention :
Le capital social est fixé à la somme
de 370 758,40 Euros.
Il est divisé en 24 320 actions intégralement libérées, souscrites en totalité et
de même catégorie.
Il peut être émis des actions à dividendes prioritaires sans droit de vote dans
les conditions prévues par la loi. La
société peut exiger le rachat soit de la
totalité de ces actions, soit de certaines
catégories d’entre elles, chaque catégorie
étant déterminée par la date de son
émission.
Nouvelle mention :
Le capital social est fixé à la somme
de 1 000 000 Euros.
Il est divisé en 65. 95 actions intégralement libérées, souscrites en totalité et de
même catégorie.
La suite de l’article demeure
inchangée.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
Pour avis
Le Président
01064
du Conseil d’Administration

CORPORATE CONSEIL

Société par Actions Simplifiée
au capital de 39 000 Euros
porté à 59 000 Euros
Siège social :
44, rue Laugier
1, Villa Aublet
75017 PARIS
439 996 083 R.C.S. PARIS
Du procès verbal de l’Assemblée
Générale Ordinaire en date du 30 juin
2008, il résulte que le mandat du
Commissaire aux Comptes Titulaire de
Monsieur Fabrice AUBERT
COUTURIER et le mandat du Commissaire aux Comptes Suppléant de
Monsieur Bernard PAULET arrivant à
échéance, n’ont pas été renouvelés.
Aucun nouveau mandat n’a été
attribué.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
01106
Pour avis

MICHEL MARTEAU
Société par Actions Simplifiée
au capital de 37 000 Euros
Siège social :
1, rue de Clapeyron
75008 PARIS
449 967 900 R.C.S. PARIS
Aux termes du procès verbal de la
délibération de l’Associé Unique en date
du 15 février 2010, il a été constaté que
les mandats des Commissaires aux
Comptes

- titulaire : le Cabinet LESURE
& ASSOCIES,
- suppléant : Monsieur Philippe
LESURE,
venaient à expiration.
Il a été décidé de ne pas les renouveler
ni de pourvoir à leur remplacement puisque la société n’y est plus tenue en vertu
des dispositions des articles L. 227-9-1
et R. 227-1 du Code de Commerce.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
01111
Pour avis

JES PROD
Société par Actions Simplifiée
au capital de 232 000 Euros
Siège social :
9/11, rue Alphonse de Neuville
75017 PARIS
505 007 856 R.C.S. PARIS
Aux termes du procès verbal du
25 février 2010, l’Associée porteur d’actions B, la société BANIJAY
ENTERTAINMENT, Société par
Actions Simplifiée au capital de
1 462 000 Euros dont le siège social est
situé 9-11, rue Alphonse de Neuville
75017 PARIS, immatriculée au Registre
du Commerce et des Sociétés de Paris
sous le numéro 503 069 965, représentée
par son Président Monsieur Stéphane
COURBIT demeurant 9-11, rue
Alphonse de Neuville 75017 PARIS, a
pris acte de la démission de Monsieur
Jean-Baptiste JOUY de ses fonctions de
Président et a décidé de nommer en son
remplacement Monsieur Lionel
VIALANEIX, demeurant 52, rue Bichat
75010 PARIS, pour une durée qui
viendra à expiration à l’issue de l’Assemblée Générale Ordinaire Annuelle qui
statuera sur les comptes de l’exercice
clos le 31 décembre 2011.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
01115
Pour avis

GLOBYMUNDUS
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 1 000 Euros
Siège social :
7, rue du Cherche Midi
75006 PARIS
494 024 698 R.C.S. PARIS
Aux termes d’une Assemblée
Générale Extraordinaire en du 29 janvier
2010, les Associés ont décidé de
transférer le siège social du :
7, rue du Cherche Midi
75006 PARIS
au :
43, rue de Trévise
75009 PARIS
et de modifier corrélativement l’article
4 des statuts.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
Pour avis
Jean-Eudes BERNARD
01121
Le Gérant

VNK
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 3 000 Euros
Siège social :
20, rue Cambon
75001 PARIS
497 841 874 R.C.S. PARIS
2007 B 8448
Aux termes du procès verbal du 1er
septembre 2009 à 10 heures, enregistré
au Service des Impôts des Entreprises de
Paris 1er, le 26 février 2010, bordereau
2010/293, case 32, extrait 2761,
il a été décidé :
- afin de faciliter la réalisation de
l’augmentation de capital et d’éviter l’apparition de rompus, de ramener le mon-

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

tant des parts à un Euro et d’augmenter
consécutivement le nombre de parts de
300 à 3 000 parts, chaque part ancienne
étant remplacé par 10 parts nouvelles.
- d’augmenter le capital social de 192
Euros pour le porter de 3 000 Euros à
3 192 Euros, par création de 192 parts
nouvelles d’un Euro de valeur nominale,
assortie d’une prime d’émission de
519,83 Euros chacune à libérer intégralement par compensation avec des créances liquides et exigibles sur la société.
Le montant total de la prime d’émission soit 99 807,36 Euros sera porté à un
compte intitulé "Prime d’émission".
Les parts nouvelles ont été soumises à
toutes les dispositions statutaires, assimilées aux parts anciennes dès leur création
et portent jouissance au 1er septembre
2009.
Il a été décidé de réserver la souscription à cette augmentation de capital, en
qualité de nouvel Associé, à la société
BLACK KEN, Société par Actions Simplifiée au capital de 60 754 Euros dont le
siège social est situé 100, avenue du Président Kennedy 75016 PARIS, immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Paris sous le numéro
494 336 761, représentée par son
Président, Monsieur Frank-Elie
BENZAQUEN domicilié 100, avenue du
Président Kennedy 75016 PARIS, par
compensation à dûe concurrence avec
son compte courant liquide et exigible
sur la société d’une somme de 99 999,36
Euros.
Il a été constaté la réalisation définitive et régulière de l’augmentation de capital d’une somme de 99 999,36 Euros,
prime d’émission incluse par compensation d’une créance liquide et exigible de
la société BLACK KEN sur la société
après contrôle de l’arrêté des comptes et
certifié le même jour par le Gérant.
Les Associés ont pris acte de la démission de Madame Clarisse VIROT de ses
fonctions de Gérante de la société notifiée le 28 novembre 2008 à chacun des
Associés, avec effet au 1er septembre
2009 et de nommer en son remplacement
Monsieur Serge WOLMAN demeurant
12 bis, rue Delaunay 78000 VERSAILLES, pour une durée indéterminée.
Aux termes du procès verbal en date
du 1er septembre 2009 à 12 heures, enregistré au Service des Impôts des Entreprises de Paris 1er, le 26 février 2010, bordereau 2010/293, case 34, extrait 2763,
il a été décidé d’augmenter le capital
social d’une somme de 47 880 Euros
pour le porter de 3 192 Euros à 51 072
Euros, par incorporation d’une somme
de 47 880 Euros prélevée sur le compte
de primes d’émission.
Cette opération a été effectuée par élévation du montant nominal des parts anciennes qui a été porté d’un Euro à seize
Euros chacune.
La répartition des parts sociales entre
Associés demeurent inchangés et sont intégralement libérées.
En conséquence de la réalisation définitive de cette augmentation de capital, il
a été décidé de modifier l’article 7 des
statuts qui est désormais rédigé comme
suit :
Article 7 - Capital social
"le capital social a été fixé à la somme
de 51 072 Euros, divisé en 3 192 parts sociales entièrement libérées et réparties
entre les Associés ainsi qu’il suit :
- à Monsieur Roland RAGOT, 1 020
parts sociales, numérotées de 1 à 1020
- à Monsieur Serge WOLMAN, 690
parts sociales, numérotées de 1021 à
1710
- à Madame Blandine GONCALVES,
150 parts sociales, numérotées de 1711 à
1860
- à Mademoiselle Clarisse VIROT,
840 parts sociales, numérotées de 1861 à
2700

15

Annonces judiciaires et légales
- à Madame Caroline GIGANTI, 300
parts sociales, numérotées de 2701 à
3000
- à la société BLACK KEN, 192 parts
sociales, numérotées de 3001 à 3192".
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
01078
Pour avis

DAYDREAM HOLDING

Société par Actions Simplifiée
au capital de 714 000 Euros
Siège social :
9, rue Louis David
93170 BAGNOLET
509 761 037 R.C.S. BOBIGNY
2009 B 124
Aux termes de décisions prises le
22 février 2010 par le Président de la
société DAYDREAM HOLDING, il a
été décidé de transférer le siège social
du :
9, rue Louis David
93170 BAGNOLET
au :
6, Cité Paradis
75010 PARIS
à compter du 5 mars 2010 et de
modifier les statuts en conséquence.
Suite à ce transfert, il est rappelé que
le Président est Monsieur Jean-Louis
COUGOUL demeurant 75, rue du
Cherche Midi 75006 PARIS.
La société sera immatriculée au
Registre du Commerce et des Sociétés de
Paris et radiée du Registre du Commerce
et des Sociétés de Bobigny.
01086
Pour avis

AU PLAISIR DU PAIN
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 7 622 Euros
Siège social :
56, boulevard de l’Hôpital
75013 PARIS
415 216 076 R.C.S. PARIS
Aux termes d’une délibération en date
du 10 octobre 2005, la collectivité des
Associés a nommé Monsieur Mickaël
RUET demeurant 9, rue du 8 Mai 94270
LE KREMLIN BICETRE, en qualité de
Gérant de la société pour une durée
indéterminée à compter du même jour,
en remplacement de Madame Nathalie
BOITELLE démissionnaire.
Le dépôt des actes relatifs à cette modification sera effectué au Greffe du
Tribunal de Commerce de Paris.
01072
Pour avis

DAYDREAM
Société par Actions Simplifiée
au capital de 10 000 Euros
Siège social :
62/64, rue Jean Jaurès
92800 PUTEAUX
432 937 621 R.C.S. NANTERRE
2007 B 1238
Aux termes de décisions prises le
22 février 2010 par l’Associé Unique de
la société DAYDREAM, il a été décidé
de transférer le siège social du :
62/64, rue Jean Jaurès
92800 PUTEAUX
au :
6, Cité Paradis
75010 PARIS
à compter du 5 mars 2010 et de
modifier les statuts en conséquence.
Suite à ce transfert, il est rappelé que
le Président est Monsieur Jean-Louis
COUGOUL demeurant 75, rue du
Cherche-Midi 75006 PARIS.
La société sera immatriculée au
Registre du Commerce et des Sociétés de
Paris et radiée du Registre du Commerce
et des Sociétés de Nanterre.
01104
Pour avis

16

RICOUL EMBALLAGE SERVICE
Société par Actions Simplifiée
au capital de 38 200 Euros
Siège social :
11, boulevard Ney
75018 PARIS
325 921 302 R.C.S. PARIS
1982 B 10568
Aux termes d’une délibération en date
du 29 décembre 2009, l’Assemblée
Générale Extraordinaire des Associés de
la Société par Actions Simplifiée
RICOUL EMBALLAGE SERVICE a
décidé de transférer le siège social du :
11, boulevard Ney
75018 PARIS
au :
10/14, rue du Languedoc
Parc d’Activités des Béthunes
95310 SAINT OUEN L’AUMONE
à compter du 28 février 2010 et de
modifier l’article 3 des statuts.
La société sera immatriculée au
Registre du Commerce et des Sociétés de
Pontoise désormais compétent à son
égard et radiée du Registre du
Commmerce et des Sociétés de Paris.
Pour avis
01090
Le Président

ABAC SLC STORES
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 10 000 Euros
porté à 11 100 Euros
Siège social :
259, rue Saint Honoré
75001 PARIS
390 680 007 R.C.S. PARIS
L’Assemblée Générale Extraordinaire
réunie en date du 2 janvier 2010, a :
- décidé et réalisé une augmentation
du capital social de 1 100 Euros par
apports en numéraire, ce qui rend
nécessaire la publication des mentions
suivantes :
Article 7 - Capital social :
Ancienne mention :
Le capital social est fixé à 10 000
Euros.
Nouvelle mention :
Le capital social est fixé à 11 100
Euros.
- nommé Monsieur Pascal
POMMERET demeurant 3, rue Gaëtan
Mourgue d’Algue 91250 SAINT
GERMAIN LES CORBEIL, en qualité
de Co-Gérant, depuis le 1er janvier 2010,
pour une durée illimitée.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
Pour avis
01051
La Gérance

SCP BACHELLIERPOTIER DE LA VARDE,
AVOCATS ASSOCIES
AUPRES DU CONSEIL D’ETAT
ET DE LA COUR
DE CASSATION
Société Civile
au capital de 457 387 Euros
Siège social :
30 avenue Marceau
75008 PARIS
320 734 411 R.C.S. PARIS
Aux termes d’une Assemblée
Générale Extraordinaire en date du
25 juin 2009, il a été pris acte de changer
la dénomination de la société, et de modifier corrélativement les articles 1-3-7 des
statuts.
Ainsi, la dénomination sociale de la
société qui était :

SCP BACHELLIERPOTIER DE LA VARDE,
AVOCATS ASSOCIES
AUPRES DU CONSEIL D’ETAT
ET DE LA COUR
DE CASSATION
est désormais :
SCP POTIER DE LA VARDE BUK LAMENT
AVOCATS ASSOCIES
AUPRES DU CONSEIL D’ETAT
ET DE LA COUR
DE CASSATION
Les statuts ont été modifiés en
conséquence.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
01109
Pour avis

COACH RH
Société par Actions Simplifiée
Unipersonnelle
au capital de 500 Euros
Siège social :
60-64 rue d’Auteuil
75016 PARIS
519 903 751 R.C.S. PARIS
Aux termes d’une Assemblée
Générale Extraordinaire en date du
25 février 2010, il a été pris acte de la
nomination de Mademoiselle Laetitia
MAYO demeurant 60-64, rue d’Auteuil
75016 PARIS en qualité de nouveau
Président, à compter du 1er mars 2010
pour une durée illimitée, en remplacement de Monsieur Davy PICHON,
démissionnaire.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
01046
Pour avis

TC CONSULTING
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 2 000 Euros
porté 20 000 Euros
Siège social :
44, rue Levis
75017 PARIS
515 313 203 R.C.S. PARIS
Par décisions du 16 décembre 2009,
l’Associé Unique a décidé une augmentation de capital social de 18 000 Euros par
apports en numéraire, ce qui entraîne la
publication des mentions suivantes :
Ancienne mention :
le capital social est fixé à la somme de
2 000 Euros.
Nouvelle mention :
le capital social est fixé à la somme de
20 000 Euros.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
01102
Pour avis

CHINA INTERNATIONAL
TRAVEL SERVICE FRANCE
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 48 000 Euros
Siège social :
30, rue de Gramont,
75002 PARIS
388 807 000 R.C.S. PARIS
Aux termes d’une Assemblée
Générale Extraordinaire en date du
30 décembre 2009 il a été pris acte de la
nomination de madame Dominique
SUMPICH, nom d’usage RENAUD,
demeurant 2, rue Chérubini 75002
PARIS, en qualité de nouveau Gérant, à
compter du 25 février 2010 pour une
durée illimitée, en remplacement de
Monsieur Jinyu CHEN, démissionnaire.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
01100
Pour avis

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

MESSAGERIES
D’EDITIONS RICOUL
Société par Actions Simplifiée
au capital de 128 800 Euros
Siège social :
11, boulevard Ney
75018 PARIS
313 608 010 R.C.S. PARIS
1973 B 1536
Aux termes d’une délibération en date
du 29 décembre 2009, l’Assemblée
Générale Extraordinaire des Associés de
la Société par Actions Simplifiée
MESSAGERIES D’EDITIONS
RICOUL a décidé de transférer le siège
social du :
11, boulevard Ney
75018 PARIS
au :
10/14, rue du Languedoc
Parc d’Activités des Béthunes
95310 SAINT OUEN L’AUMONE
à compter du 28 février 2010 et de
modifier l’article 3 des statuts.
La société sera immatriculée au
Registre du Commerce et des Sociétés de
Pontoise désormais compétent à son
égard et radiée du Registre du
Commmerce et des Sociétés de Paris.
Pour avis
01091
Le Président

CLAIRANCE AVOCATS
Association à Responsabilité
Professionnelle Individuelle
Siège social :
2, rue de la Planche
75007 PARIS
Immatriculation en cours
Aux termes d’une Assemblée
Générale en date du 2 mars 2010, les
Associés ont pris acte du transfert du
siège social du :
2, rue de la Planche
75007 PARIS
au :
133, rue Saint-Dominique
75007 PARIS
à effet du 1er mars 2010.
L’article 4 des statuts a été modifié en
conséquence.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris.
01084
Pour avis

DISSOLUTION

PARIS TRAINING AGENCY
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 100 Euros
Siège social :
4, rue Ribéra
75016 PARIS
514 408 715 R.C.S. PARIS
Aux termes d’une Assemblée
Générale Extraordinaire en date du
31 décembre 2009, les Associés ont
décidé la dissolution anticipée de la
société et sa mise en liquidation amiable
à compter du 1er janvier 2010.
Elle a nommé en qualité de
Liquidateur, Madame Virginie
BERGERON demeurant 4, rue Ribéra
75016 PARIS.
Le siège de liquidation a été fixé au
siège de la société. C’est à cette adresse
que la correspondance doit être envoyée
ainsi que les actes et documents doivent
être notifiés.
Les actes et pièces relatifs à la
liquidation seront déposés au Greffe du
Tribunal de Commerce de Paris en
annexe au Registre du Commerce et des
Sociétés.
Pour avis
01105
Le Liquidateur

Annonces judiciaires et légales
DISSOLUTION CLÔTURE

ADJUDICATION

QUANTIFICA

SCP HOCQUARD & ASSOCIES
Avocats au Barreau de Paris,
128, boulevard Saint Germain
75006 PARIS,
Téléphone : 01.43.26.82.98.
de 10 heures à 12 heures

Société par Actions Simplifiée
au capital de 37 000 Euros
Siège social :
32, rue des Jeûneurs
75002 PARIS
398 007 138 R.C.S. PARIS
Aux termes de l’Assemblée Générale
Extraordinaire en date du 31 décembre
2009, les Associés ont décidé la dissolution anticipée de la société et sa mise en
liquidation amiable.
La société LB PARTNERS, Société
par Actions Simplifiée Unipersonnelle
au capital de 38 112,63 Euros dont le
siège social est 32, rue des Jeûneurs
75002 PARIS, immatriculée au Registre
du Commerce et des Sociétés de Paris
sous le numéro 433 163 557, représentée
par Madame Sara CLIGNET domiciliée
32, rue des Jeûneurs 75002 PARIS, sa
Présidente, a été nommée en qualité de
Liquidateur,
- le sièige de la liquidation a été fixé
au siège social.
Aux termes de l’Assemblée Générale
Ordinaire en date du 31 décembre 2009,
les Associés, ont :
- approuvé les comptes définitifs de la
liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, pour sa
gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du 31 décembre
2009 et constaté la cessation d’existence
de la société à compter du même jour.
Le dépôt légal sera effectué au Greffe
du Tribunal de Commerce et de Paris et
la société sera radiée du Registre du
Commerce et des Sociétés.
Pour avis
01054
Le Liquidateur

KAO SEN
Société Civile Immobilière
au capital de 152,45 Euros
Siège social :
22, rue de Belleville
75020 PARIS
403 337 124 R.C.S. PARIS
Par Assemblée Générale
Extraordinaire en date à Paris du
15 décembre 2009, il a décidé la dissolution anticipée à effet du même jour et sa
mise en liquidation amiable.
Monsieur Bernard MUNSCH demeurant 211, rue Saint Maur 75010 PARIS,
a été nommé en qualité de Liquidateur.
Le siège de la liquidation a été fixé au
siège social de la société.
Pour les besoins de la liquidation, la
correspondance ainsi que les actes et
documents devront être envoyée à
l’adresse du Liquidateur.
Par Assemblée Générale
Extraordinaire en date à Paris du
5 janvier 2010, il a été :
- approuvé les comptes définitifs de
liquidation,
- donné quitus au Liquidateur de sa
gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture de la liquidation
et décidé de sa disparition à compter du
même jour.
Les actes et pièces relatifs à la liquidation seront déposés au Greffe du
Tribunal de Commerce de Paris et la
société sera radiée du Registre du Commerce et des Sociétés.
Pour avis
01076
Le Liquidateur

VENTE AUX ENCHERES
PUBLIQUES
En l’audience du Juge de l’exécution
du Tribunal de Grande Instance de Paris,
4, boulevard du Palais 75001 PARIS, au
plus offrant et dernier enchérisseur, des
biens ci-après désignés :

EN UN LOT
UN APPARTEMENT
de 4 pièces principales
et un dressing
suivant procès verbal descriptif,

(5 pièces principales
suivant titre de propriété)

au 8, allée Diane de Poitiers, les lots
suivants :
LOT NUMERO QUARANTE
QUATRE (44) :
Dans le Bâtiment A, escalier 8, au
septième étage, porte numéro 42, UN
APPARTEMENT de type 5 PB avec
loggia comprenant, suivant titre de
propriété : entrée, salle de séjour, quatre
chambres, cuisine, salle de bains, waterclosets, penderie, rangement, dégagement et loggia ; et suivant procès verbal
descriptif dressé par Maître
BENHAMOU, Huissier de Justice
Associé à Paris en date du 15 juin 2009 :
UN APPARTEMENT de quatre pièces
principales, outre un dressing,
et les 576/100 000èmes des parties
communes générales.
LOT NUMERO CENT DIX SEPT
(117) :
Dans le Bâtiment A, escalier 8, au
sous-sol, porte 42, UNE CAVE,
et les 4/100 000èmes des parties
communes générales.
LOT NUMERO HUIT CENT
SOIXANTE QUATRE (864) :
Au rez-de-chaussée du Bâtiment F,
UN EMPLACEMENT DE VOITURE
portant le numéro 132,
et les 24/100 000èmes des parties communes générales.

MISE A PRIX :
UNE CAVE ET
UN EMPLACEMENT
DE VOITURE
Sis à :

8 à 16, rue Jules Romains,
au 8, allée Diane de Poitiers
75019 PARIS
L’adjudication aura lieu le jeudi 8
avril 2010 à 14 heures 30.
Cette vente a lieu à la requête :
- du CREDIT FONCIER DE
FRANCE, Société Anonyme à
Directoire et Conseil de Surveillance au
capital de 638 458 925 Euros,
immatriculée au Registre du Commerce
et des Sociétés de Paris sous le numéro
542 029 848, dont le siège social est
19, rue des Capucines 75001 PARIS,
agissant poursuites et diligences de son
Président Directeur Général domicilié en
cette qualité audit siège, et de,
- la COMPAGNIE DE
FINANCEMENT FONCIER, Société
Anonyme, immatriculée au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris sous
le numéro 421 263 047, dont le siège
social est 19, rue des Capucines 75001
PARIS, agissant poursuites et diligences
de ses représentants légaux domiciliés en
cette qualité audit siège,
ayant pour Avocat la SCP
HOCQUARD & ASSOCIES, Avocats
au Barreau de Paris.
DESIGNATION DES BIENS A
VENDRE :
Les biens et droits dépendant d’un
immeuble sis à Paris 19ème, 8 à 16, rue
Jules Romains, cadastré section ED
numéro18 pour une contenance de 60
ares, 63 centiares et plus précisément,

150 000 EUROS
(CENT CINQUANTE
MILLE EUROS)
Outre les charges, clauses et conditions prévues au cahier des conditions de
vente.
Les enchères ne peuvent être reçues
que par ministère d’Avocat postulant
près le Tribunal de Grande Instance de
Paris.
CONSIGNATION POUR
ENCHERIR :
Avant de porter les enchères, l’Avocat
se fait remettre par son mandant et contre récépissé une caution bancaire irrévocable ou un chèque de banque rédigé à
l’ordre du séquestre ou du consignataire
désigné dans le cahier des conditions de
vente, à savoir Monsieur le Bâtonnier
Séquestre, représentant 10% du montant
de la mise à prix, sans que le montant de
cette garantie puisse être inférieur à trois
mille Euros.
Fait et rédigé à Paris, le 15 février
2010, par l’Avocat poursuivant,
Signé la SCP HOCQUARD
& ASSOCIES.
S’ADRESSER POUR TOUS
RENSEIGNEMENTS :
1/ Au Cabinet de la SCP
HOCQUARD & ASSOCIES, Avocats
au Barreau de Paris, demeurant 128, boulevard Saint Germain 75006 PARIS,
téléphone : 01.43.26.82.98, de 10 heures
à 12 heures.
2/ au Greffe du Juge de l’exécution du
Tribunal de Grande Instance de Paris, où
le cahier des conditions de vente est

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

déposé.
3/ sur les lieux pour visiter, où une
visite sera organisée.
4/ INTERNET : www.avoquard.com
www.vlimmo.fr
www.encheresjudiciaires.com
01060
Pour avis

OPPOSITION
Aux termes d’un acte sous-seing privé
en date du 15 février 2010, enregistré le
26 février 2010 au Service des Impôts
des Entreprises de Paris 9ème Ouest,
bordereau numéro 2010/224, case
numéro 15,
la société POTEMKINE, Société à
Responsabilité Limitée au capital de
5 000 Euros, dont le siège social sis
30, rue Beaurepaire 75010 PARIS
immatriculée au Registre du Commerce
et des Sociétés de Paris sous le numéro
484105838, représentée par Monsieur
Nils BOUAZIZ,
a cédé à :
la société POTEMKINE FILMS,
Société à Responsabilité Limitée, au
capital de 5 000 Euros dont le siège
social sis 24, rue Ménilmontant 75020
PARIS, immatriculée au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris sous
le numéro 519737746, représentée par
Monsieur Nils BOUAZIZ,
un fonds de commerce d’édition et
distribution de films cinématographiques
sis et exploité 30, rue Beaurepaire,
75010 PARIS, comprenant :
- la clientèle et l’achalandage y attachés,
- les contrats d’exploitation de films,
- les numéros EDV et DIV délivrés
par le Centre National de la Cinématographie : EDV2092 et DIV794,
- le matériel et le mobilier
commercial, les agencements et
installations nécessaires à l’exploitation .
L’entrée en jouissance a été fixée au
15 février 2010.
La présente vente est consentie et
acceptée moyennant le prix principal de
54 900 Euros s’appliquant aux éléments :
- incorporels pour 53 000 Euros,
- corporels pour 1 900 Euros.
Les oppositions, s’il y a lieu, seront
reçues dans les dix jours suivant la
dernière en date des publications légales.
Pour la réception des oppositions
élection de domicile est faite tant pour la
correspondance et le renvoi des pièces
que pour la validité au 30, rue
Beaurepaire, 75010 PARIS .
01075
Pour avis

OPPOSITION
VENTE DE FONDS
Aux termes d’un acte sous-seing privé
à Paris en date du 4 décembre 2009,
enregistré le 18 février 2010 au Service
des Impôts des Entreprises Odéon Pôle
Enregistrement de Paris, bordereau
2010/174, case 30,
la société ESTETIKA 2, Société à
Responsabilité Limitée au capital de
15 000 Euros dont le siège social est sis
27, rue Saint-Georges 75009 PARIS,
immatriculée au Registre du Commerce
et des Sociétés de Paris sous le numéro
433 204 187, représentée par son Gérant,
Monsieur Daniel MARX domicilié
27, rue Saint-Georges 75009 PARIS,
a vendu à :
la société INSTANT MAGIC,
Société à Responsabilité Limitée de type
E.U.R.L. au capital de 10 000 Euros,
dont le siège social est sis 10, rue
Alphonse Daudet 75014 PARIS, immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Paris sous le numéro

17

Annonces judiciaires et légales
518 499 868, représentée par sa Gérante,
Madame Amivi KOSSI domiciliée
10, rue Alphonse Daudet 75014 PARIS,
un fonds de commerce d’esthétique,
exploité 10, rue Alphonse Daudet
75014 PARIS pour lequel la société
ESTETIKA 2 est immatriculée au
Registre du Commerce et des Sociétés de
Paris sous le numéro 433 204 187,
comprenant :
- la clientèle, l’achalandage,
- le mobilier, le matériel, l’outillage,
les agencements
- le droit au bail,
- le droit à la jouissance de la ligne
téléphonique numéro 01.45.40.86.06,
- le fichier client,
- les marchandises en stock.
L’entrée en jouissance a été fixée au
15 janvier 2010.
La vente est consentie et acceptée
moyennant le prix principal de 40 000
Euros, s’appliquant aux éléments :
- incorporels pour 28 000 Euros,
- corporels pour 12 000 Euros.
Les oppositions, s’il y a lieu, seront
reçues dans les dix jours suivant la
dernière en date des publications légales.
Pour la réception des oppositions
élection de domicile est faite tant pour la
correspondance et le renvoi des pièces
que pour la validité au Cabinet F.NAÏM
SELARL, représenté par Maître Frédéric
NAÏM, Avocat, 18, quai Louis Blériot
75016 PARIS.
01043
Pour avis

RÉSILIATION
DE LOCATION-GÉRANCE
Aux termes d’un acte sous-seing privé
en date du 28 février 2010,
il a été mis fin à la location gérance,
consentie selon acte sous seing privé en
date à Paris du 4 mai 2009, pour une
durée d’un an renouvelable par tacite
reconduction, entre :
Monsieur Mokrane KHENOUNE
demeurant 6, rue Saint Bernard 75011
PARIS,
au profit de :
Monsieur Ali AIT SAMADI
demeurant 1 bis, rue Gambetta 92000
NANTERRE,
portant sur un fonds de commerce de
bar et restauration,
sis et exploité au 3, rue Saint Bernard
75011 PARIS.
De ce fait, Monsieur Ali AIT
SAMADI a cessé toute activité
commerciale et a radié son entreprise qui
était immatriculée au Registre du
Commerce et des Sociétés de Paris sous
le numéro B 326 391 224 (numéro
SIRET 326 391 224 00028).
01039
Pour unique insertion

YVELINES
CONSTITUTION
Aux termes d’un acte sous seing privé,
en date à Arnouville les Mantes du
17 février 2010,
il a été constitué une Société présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

SCI EOLE
Siège social :
3, rue Roseland
78790 ARNOUVILLE
LES MANTES
Forme : Société Civile.
Capital social : 100 Euros.
Objet : acquisition, administration et
gestion par location ou autrement de tous
immeubles et biens immobiliers, et plus

18

spécialement l’opération suivante :
l’acquisition sur la commune de Mantes
la Jolie (78200) 12, place de l’Etape,
d’un immeuble à usage de commerce.
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au Registre du Commerce et
des Sociétés.
Gérance : Monsieur Thierry
VASSEUR demeurant 3, rue Roseland
78790 ARNOUVILLE LES MANTES
Clauses relatives aux cessions de
parts :
- dispense d’agrément pour cessions à
Associés, conjoints, ascendants et
descendants du cédant,
- agrément obtenu à l’unanimité des
Associés.
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Versailles.
01108
Pour avis
SCP Jean DUVAL de LAGUIERCE,
Olivier MARTINI,
François MARTINI,
Nicolas CHEVRON
Notaires Associés
7, rue du Cèdre
37230 FONDETTES
Suivant acte reçu par Maître François
MARTINI, le 23 février 2010,
il a été constitué une société présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

CHAGAVERS
Siège social :
10, passage des Deux Portes
78000 VERSAILLES
Forme : Société à Responsabilité
Limitée de type E.U.R.L.
Capital social : 8 000 Euros, constitué
d’apport en numéraire.
Objet : toutes activités se rapportant à
l’achat, la vente au détail, de tous produits d’habillement, accessoires d’habillement, chapellerie, ganterie, ceintures,
foulards, parapluies, maroquinerie.
Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au Registre du
Commerce et des Sociétés .
Gérance :
- Monsieur Benoît MAJOU de LA
DEBUTRIE demeurant 5, avenue de
l’Alouette 37000 TOURS,
- Monsieur Thierry FAVRE
demeurant 8, passage La Fontaine 49000
ANGERS.
Agrément : les statuts stipulent une
clause d’agrément des cessionnaires de
parts sociales.
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Versailles.
Pour avis
01044
François MARTINI

SAS C E C M
Société par Actions Simplifiée
au capital de 2 000 Euros
Siège social :
4, ruelle Moret
78200 SOINDRES
Par acte sous seing privé en date à
Soindres du 22 février 2010, il a été
constitué une société présentant les
caractéristiques suivantes :
Dénomination :
SAS C E C M
Siège social :
4, ruelle Moret
78200 SOINDRES
Forme : Société par Actions
Simplifiée.
Capital : 2 000 Euros.
Objet : la société a pour objet, en
France et dans tous pays :
- toutes activités de couverture et de

zinguerie,
- toutes opérations industrielles,
commerciales et financières, mobilières
et immobilières pouvant se rattacher
directement ou indirectement à l’objet
social et à tous objets similaires ou
connexes,
- la participation de la société, par tous
moyens, à toutes entreprises ou sociétés
créées ou à créer, pouvant se rattacher à
l’objet social, notamment par voie de
création de sociétés nouvelles, d’apport,
commandite, souscription ou rachat de
titres ou droits sociaux, fusion-alliance
ou association en participation ou groupements d’intérêts économiques ou de
locations gérance.
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au Registre du Commerce et des
Sociétés.
Président : Mademoiselle Carole
STEPHAN, née le 6 février 1981 à
RAMBOUILLET (Yvelines) de nationalité française, demeurant 18, rue de la
Croix Blanche 78200 MANTES LA
JOLIE.
Admission aux Assemblées :
Chaque Associé a le droit de participer
aux décisions collectives par lui-même
ou par son mandataire.
Exercice du droit de vote :
Chaque action donne droit à une voix.
Le droit de vote attaché aux actions
est proportionnel au capital qu’elles
représentent.
Transmission des actions :
Les actions ne peuvent être transférées
entre Associés qu’avec l’agrément préalable du Président de la société, lequel doit
apprécier si le transfert envisagé est
conforme à l’intérêt social.
Les actions ne peuvent être transférées
à des tiers étrangers à la société qu’avec
l’agrément préalable de la collectivité
des Associés statuant dans les conditions
prévues aux statuts.
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Versailles.
01045
Pour avis
Aux termes d’un acte sous seing privé
en date à Saint Rémy Les Chevreuse du
22 février 2010,
avis est donné de la constitution d’une
société présentant les caractéristiques
suivantes :
Dénomination :

SINGLESKATEBOARDS SARL
Siège social :
21, rue Marie Curie
78470 SAINT-REMY
LES CHEVREUSE
Forme : Société à Responsabilité
Limitée.
Capital : 2 500 Euros.
Objet : en France et à l’Etranger,
importation, distribution et
commercialisation d’articles de sport
(matériels et textiles) et tout autre article
ayant un lien direct avec l’image de
marque de la société.
Durée : 99 années à compter de son
immatriculation au Registre du
Commerce et des Sociétés.
Gérance : Monsieur Alexandre
CHATEAU demeurant 21, rue Marie
Curie 78470 SAINT-REMY
LES CHEVREUSE.
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Versailles.
01061
Pour avis

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

ENERGIE NOUVELLE
RENOUVELABLE SOLUTION
Société par Actions Simplifiée
au capital de Euros
Siège social :
2, rue Eugène Pottier
78190 TRAPPES
Aux termes d’un acte sous seing privé
en date à Trappes du 1er mars 2010,
il a été constitué une société présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :
ENERGIE NOUVELLE
RENOUVELABLE SOLUTION
Siège social :
2, rue Eugène Pottier
78190 TRAPPES
Forme : Société par Actions
Simplifiée.
Capital social : 70 000 Euros.
Objet :
- La revente d’appareils et matériaux à
économie d’énergie ou de production, ou
distribution d’énergie à d’autres sociétés.
- Pose d’appareils et matériaux à
économie d’énergie ou de production.
- Tous conseils se rapportant à ces
activités
- Toutes opérations industrielles et
commerciales se rapportant à :
la création, l’acquisition, la location,
la prise en location-gérance de tous
fonds de commerce, la prise à bail, l’installation, l’exploitation de tous établissements, fonds de commerce, usines,
ateliers, se rapportant à l’une ou l’autre
des activités spécifiées ci-dessus ;
la prise, l’acquisition, l’exploitation ou
la cession de tous procédés, brevets et
droits de propriété intellectuelle concernant lesdites activités ;
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au Registre du Commerce et
des Sociétés sauf dissolution anticipée
ou prorogation.
Président : Monsieur Pierrick
GERARD demeurant 69, rue de
Versailles 78460 CHEVREUSE
Admission aux Assemblées et droit de
vote :
Tout Associé peut participer aux
Assemblées sur justification de son identité et de l’inscription en compte de ses
actions. Chaque associé dispose d’autant
de voix qu’il possède ou représente
d’actions.
Agrément : Toutes cessions d’actions,
y compris entre
Associés, sont soumises à l’agrément
de la collectivité des Associés statuant à
la majorité des voix des Associés disposant du droit de vote.
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Versailles.
01101
Pour avis

MODIFICATION

ABC FENIX
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 25 000 Euros
Siège social :
113, avenue du Général Leclerc
78220 VIROFLAY
502 996 382 R.C.S. VERSAILLES
Par délibération du 30 janvier 2010,
l’Assemblée Générale Extraordinaire
statuant dans le cadre des dispositions de
l’article L 223-42 du nouveau Code de
Commerce a décidé de ne pas prononcer
la dissolution anticipée de la société bien
que l’actif net soit devenu inférieur à la
moitié du capital social.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Versailles.
01052
Pour avis

Annonces judiciaires et légales
REY CONSULTING
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 10 000 Euros
Siège social :
97, boulevard Michelet
78250 HARDRICOURT
422 867 713 R.C.S. VERSAILLES
Aux termes d’une Assemblée
Générale Extraordinaire en date du
26 février 2010, les Associés ont décidé
de transférer le siège social du :
97, boulevard Michelet
78250 HARDRICOURT
au :
Immeuble Les Maradas
1, boulevard de l’Oise
95030 CERGY PONTOISE
Article 4 – Siège social :
Le siège social est fixé à :
Immeuble Les Maradas, 1, boulevard
de l’Oise 95030 CERGY PONTOISE.
Il pourra être transféré en tout autre
endroit du même département ou d’un
département limitrophe par simple
décision de la gérance, sous réserve de
ratification par décision collective
ordinaire des Associés, et partout ailleurs
par décision collective extraordinaire des
Associés.
La société sera immatriculée au
Registre du Commerce et des Sociétés de
Pontoise désormais compétent à son
égard et radiée du Registre du
Commerce et des Sociétés de Versailles.
Pour avis
01062
La Gérance

EDIWARE
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 8 000 Euros
Siège social :
15, rue de l’Etang
78470 SAINT REMY
LES CHEVREUSE
441 598 067 R.C.S. VERSAILLES
Aux termes du procès verbal de
l’Assemblée Générale Extraordinaire du
9 octobre 2009, il a été décidé de
transférer le siège social du :
15, rue de l’Etang
78470 SAINT REMY
LES CHEVREUSE
au :
19/21, rue du 8 Mai 1945
94110 ARCUEIL
à compter du même jour.
Les statuts de la société ont été
modifiés en conséquence.
La société sera immatriculée au
Registre du Commerce et des Sociétés de
Créteil désormais compétent à son égard
et radiée du Registre du Commerce et
des Sociétés de Versailles.
01096
Pour avis

DISSOLUTION

AERO MEDICAL SERVICES
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 1 000 Euros
Siège social :
1, rue Guynemer
78150 LE CHESNAY
509 393 773 R.C.S. VERSAILLES
Aux termes de l’Assemblée Générale
Extraordinaire du 15 décembre 2009, il a
été :
- approuvé les comptes définitifs de la
liquidation,
- donné quitus au Liquidateur de sa
gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite
Assemblée.
Les actes et pièces relatifs à la
liquidation ont été déposés au Greffe du

Tribunal de Commerce de Versailles et
la société sera radiée au Registre du
Commerce et des Sociétés.
Pour avis
01117
Le liquidateur

CLÔTURE DE LIQUIDATION

AIGUE-MARINE CONSEIL
Société à Responsabilité Limitée
de type E.U.R.L.
au capital de 2 000 Euros
Siège social :
23, rue Beethoven
78730 SAINT ARNOULT
EN YVELINES
500 100 342 R.C.S. VERSAILLES
Aux termes d’une Assemblée
Générale Extraordinaire en date du
31 décembre 2009, les Associés, ont :
- approuvé les comptes définitifs de la
liquidation,
- donné quitus au Liquidateur,
Madame Roselyne PAYET, pour sa
gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite
Assemblée.
La société sera radiée du Registre du
Commerce et des Sociétés de Versailles.
01065
Pour avis

PROJET DE FUSION

MESSIER-DOWTY SA
Société Anonyme
de droit français
au capital de 42 228 000 Euros
Siège social :
Zone Aéronautique Louis Bréguet
78140 VELIZY VILLACOUBLAY
552 118 846 R.C.S. VERSAILLES
(Société Absorbante)

MESSIER-DOWTY
INTERNATIONAL LIMITED
Une "Private Limited Company"
constituée en vertu
du droit anglais et gallois
au capital de 54 754 274 Livres Sterling
Siège social :
Cheltenham Road, Gloucester
Gloucestershire GL2 9HQ
(ROYAUME UNI)
Numéro d’immatriculation :
03548785 Companies House
Crown Way - CARDIFF
Ayant une succursale
en France :
Zone Aéronautique Louis Bréguet
78140 VELIZY VILLACOUBLAY
(FRANCE)
419 850 573 R.C.S. VERSAILLES
(Société Absorbée)

PROJET DE FUSION
TRANSFRONTALIERE

Aux termes d’un acte sous seing privé
en date du 1er mars 2010 à Vélizy-Villacoublay, la société MESSIER-DOWTY
INTERNATIONAL LIMITED (Société
Absorbée) apporterait à titre de fusion
transfrontalière à la société MESSIERDOWTY SA (Société Absorbante), la
totalité de son actif évalué à
425 097 379 Euros, à charge de la tota-

lité de son passif évalué à
31 210 814 Euros, soit un apport net de
393 886565 Euros.
La parité d’échange des droits sociaux
a été établie à une action de la Société
Absorbante pour 4,25784112 actions de
la Société Absorbée.
Sur la base de cette parité d’échange,
la société MESSIER-DOWTY SA créerait 12 859 633 actions nouvelles d’un
montant de 15 Euros de valeur nominale
chacune dans le cadre d’une augmentation de capital de 192 894 495 Euros.
La différence entre la valeur nette des
biens apportés et la valeur nominale des
nouvelles actions créées, soit
200 992 070 Euros, constituerait une
prime de fusion.
Parmi les actifs de la Société Absorbée se trouvent 2 720 000 actions de la
Société Absorbante. Cette dernière déciderait en conséquence une réduction de
capital de 40 800 000 Euros, montant correspondant à la valeur nominale desdites
actions.
La fusion prendrait effet d’un point de
vue juridique après réalisation des conditions suspensives suivantes :
1- Approbation de la fusion par les actionnaires de la Société Absorbante ;
2- Approbation de la fusion par l’Associé Unique de la Société Absorbée dans
les conditions requises par la Réglementation britannique de 2007
(UK Regulations 2007), et
3- Réalisation du contrôle de légalité
prévu à l’article L. 236-30 du Code de
Commerce français et à l’article 17 (2)
(b) de la Réglementation britannique de
2007 par un notaire ou par le Greffier du
Tribunal de Commerce de Versailles.
Il est envisagé de donner à la fusion
un effet rétroactif d’un point de vue
comptable et fiscal au 1er janvier 2010, à
zéro heure.
En conséquence, et sous réserve de la
réalisation définitive de la fusion, toutes
les opérations actives et passives effectuées par la Société Absorbée depuis
cette date jusqu’au jour de la réalisation
définitive de la fusion, seront prises en
charge par la Société Absorbée.
A la date de la réalisation de la fusion,
conformément à la loi française et à la
loi britannique, la Société Absorbante
succèdera à la Société Absorbée dans
tous ses droits et obligations.
Deux exemplaires du projet de traité
de fusion ont été déposés le 1er mars
2010 au Greffe du Tribunal de Commerce de Versailles concernant la société
MESSIER-DOWTY SA.
Conformément au droit français, les
créanciers de la société MESSIERDOWTY SA dont la créance est
antérieure au présent avis ou à celui inséré au BODACC, peuvent former opposition à cette fusion dans les conditions
prévues par les articles L. 236-14 et R.
236-8 du Code de Commerce français.
L’opposition au traité de fusion peut se
faire devant le Tribunal de Commerce de
VERSAILLES dans un délai de trente
jours à compter de l’insertion du présent
avis ou de celui publié au BODACC.

L’adresse à laquelle peut être obtenue
sans frais une information exhaustive sur
les modalités d’exercice des droits des
créanciers de la société MESSIERDOWTY SA est la suivante :
Zone Aéronautique Louis Bréguet
78140 VELIZY VILLACOUBLAY
(FRANCE).
01112
Pour avis.

TRANSFORMATION

SNC PHARMACIE GOURGUE
Société en Nom Collectif
au capital de 1 524,49 Euros
Siège social :
116, avenue du Général Leclerc
78220 VIROFLAY
414 410 340 R.C.S. VERSAILLES
Aux termes d’un Procès Verbal de
l’Assemblée Générale Extraordinaire du
28 décembre 2009, il a été décidé de
transformer la société en E.U.R.L. sans
création d’un être moral nouveau, sous la
condition suspensive de l’obtention de
l’arrêté enregistrant la modification de la
déclaration d’exploitation de l’officine
auprès de la D.D.A.S.S.
Sous sa forme nouvelle, la dénomination, l’objet social, la durée et le capital
social n’ont pas été modifiés.
Il a été pris acte de la démission de
Madame Sabine GOURGUE de ses fonctions de co-gérante à compter du
15 février 2010 et Monsieur Philippe
GOURGUE a été nommé en qualité de
gérant unique sans limitation de durée.
Aux termes d’un acte SSP en date à
Viroflay du 15 février 2010, enregistré à
Versailles Sud, le 22 Février 2010,
bordereau 2010/325, case 14,
Madame Sabine BENAVIDES épouse
GOURGUE , demeurant 2 rue Joseph
Bertrand 78220 VIROFLAY a cédé à
Monsieur Philippe, Thierry GOURGUE ,
demeurant 2 rue Joseph Bertrand 78220
VIROFLAY, l’intégralité des parts
qu’elle possédait dans la société, soit 50
parts.
En conséquence, Monsieur Philippe
GOURGUE devient propriétaire des 100
parts sociales de 15,24 Euros composant
le capital social.
Aux termes d’un Procès Verbal de
délibération de l’associé unique en date
du 15 février 2010,
L’ensemble des conditions suspensives auxquelles était subordonnée la transformation en E.U.R.L. a été réalisé à
compter du 15 février 2010 et par suite,
l’associé unique a réitéré en tant que de
besoin, la transformation en E.U.R.L. et
l’adoption des statuts sous sa nouvelle
forme.
Par le même acte, il a été décidé de
substituer à l’actuelle dénomination,
celle de :
SOCIETE PHARMACIE
GOURGUE
L’inscription modificative sera
effectuée au Registre du Commerce et
des Sociétés de Versailles.
Pour avis
01099
La Gérance

En ce qui concerne la société
MESSIER-DOWTY
INTERNATIONAL LIMITED, la publicité vis-à-vis des créanciers sera effectuée en Grande-Bretagne conformément
à la loi britannique.

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

19

Annonces judiciaires et légales
HAUTS DE SEINE
CONSTITUTION
Aux termes d’un acte sous seing privé,
en date à Puteaux du 1er février 2010,
il a été constitué une société présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

APHINAO
Siège social :
9, rue Auguste Blanche
92800 PUTEAUX
Forme : Société à Responsabilité
Limitée de type E.U.R.L à capital
variable.
Capital social d’origine : 3 000 Euros.
Capital minimum : 300 Euros.
Capital maximum : 100 000 Euros.
Objet : conseil en finance, gestion des
risques et développement durable.
Durée : 99 ans.
Gérance : Monsieur Sébastien
TREGUER demeurant 55, rue Voltaire
92800 PUTEAUX.
Immatriculation : au Registre du
Commerce et des Sociétés de Nanterre.
01041
Pour avis
Aux termes d’un acte sous seing privé,
en date à Rueil Malmaison du 1er mars
2010,
il a été constitué une société présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

BEAUHARNAIS PATRIMOINE
Siège social :
124, rue du Lieutenant-Colonel
de Montbrison
92500 RUEIL MALMAISON
Forme : Société à Responsabilité
Limitée.
Capital social : 10 000 Euros.
Objet : transactions immobilières, conseil en gestion de patrimoine, conseil en
investissements financiers, courtage en
assurance.
Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au Registre du
Commerce et des Sociétés sauf
dissolution anticipée ou prorogation.
Gérance : Monsieur Frédéric
PHILIPPON demeurant 124, rue du
Lieutenant-Colonel
de
Montbrison
92500 RUEIL MALMAISON.
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Nanterre.
01093
Pour avis
Aux termes d’un acte sous seing privé,
en date à Boulogne-Billancourt du
er
1 mars 2010,
il a été constitué une société présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

NOSITE
Siège social :
33-35, boulevard Jean Jaurès
92100 BOULOGNE
BILLANCOURT
Forme : Société à Responsabilité
Limitée.
Capital social : 100 Euros.
Objet : conseils aux entreprises.
Exercice social : le 31 décembre de
chaque année, le premier exercice social
sera
clôturé le 31 décembre 2010.
Début d’activité : le 1er mars 2010.
Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au Registre du
Commerce et des Sociétés sauf
dissolution anticipée ou prorogation.
Gérance : Monsieur Thomas

20

CLEMENT demeurant 33-35, boulevard
Jean Jaurès 92100 BOULOGNE
BILLANCOURT, né le 7 août 1973 à
Boulogne-Billancourt, de nationalité
française.
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Nanterre.
01123
Pour avis
Aux termes d’un acte sous seing privé,
en date à La Garenne Colombes du
16 février 2010,
il a été constitué une société présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

COIFFURE STUDIO
Siège social :
29, rue Voltaire
92250 LA GARENNE COLOMBES
Forme : Société à Responsabilité
Limitée de type E.U.R.L.
Capital social : 200 Euros.
Objet : salon de coiffure pour homme,
femme et enfant.
Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au Registre du
Commerce et des Sociétés.
Gérance : Monsieur Kamel
BEKKAYE, né le 23 décembre 1972 à
Colombes (Hauts de Seine) demeurant
142, avenue Gabriel Péri 92230
GENNEVILLIERS .
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Nanterre.
01118
Pour avis

MODIFICATION

ANAPURNA
Société par Actions Simplifiée
Unipersonnelle
au capital de 277 000 Euros
Siège social :
7, avenue Henri Colin
92230 GENNEVILLIERS
445 386 337 R.C.S. NANTERRE
1) L’Assemblée Générale Mixte du
26 février 2010 a nommé :
- la société ERNST & YOUNG et
AUTRES domiciliée 41, rue Ybry 92576
NEUILLY CEDEX, R.C.S.
NANTERRE 438 476 913, en qualité de
Commissaire aux Comptes Titulaire pour
une durée de six exercices à compter de
l’exercice ouvert le 1er janvier 2010, en
remplacement du cabinet EXPERTS
CONSEIL ASSOCIES.
- la société AUDITEX domiciliée
11, allée de l’Arche, Faubourg de
l’Arche 92400 COURBEVOIE, R.C.S.
NANTERRE 377 762 938, en qualité de
Commissaire aux Comptes Suppléant
pour la durée du mandat du Commissaire
aux Comptes Titulaire, en remplacement
du cabinet VINCENT RUSE
CONSEILS.
2) Par décision de l’Associée Unique
en date du 26 février 2010, Monsieur
Bastien SORET demeurant 103, rue du
Réveil Matin 78800 HOUILLES, a été
désigné en qualité de Président , à compter du 1er mars 2010, en remplacement
de Monsieur François CEZARD,
démissionnaire.
Par ailleurs, l’Associée Unique a pris
acte de la démission de Monsieur
Pierre-Eric SPIRA de ses fonctions de
Directeur Général à effet du 28 février
2010 et a décidé de ne pas pourvoir à son
remplacement.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Nanterre.
Pour avis
01067
Le Président

TF1 EXPANSION
Société Anonyme
au capital de 269 135,90 Euros
Siège social :
1, Quai du Point du Jour
92100 BOULOGNE BILLANCOURT
400 101 200 R.C.S. NANTERRE
2002 B 2506
Aux termes du procès verbal du
Conseil d’Administration du 8 février
2010, il a été pris acte de la remise à disposition du mandat d’Administrateur de
Monsieur Eric AIMARD, par lettre du 2
février 2010.
Aux termes de la séance du même
Conseil d’Administration du 8 février
2010, sur proposition du Président, le
Conseil d’Administration a coopté à
compter du même jour, Monsieur JeanMichel COUNILLON demeurant 1, rue
des Closeaux 92500 RUEIL MALMAISON, en qualité de nouvel Administrateur, en remplacement de Monsieur Eric
AIMARD, Administrateur
démissionnaire, pour la durée restant à
courir de son prédécesseur soit jusqu’à
l’Assemblée Générale appelée à statuer
sur les comptes de l’exercice 2011.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Nanterre.
01077
Pour avis

DAYDREAM
Société par Actions Simplifiée
au capital de 10 000 Euros
Siège social :
62/64, rue Jean Jaurès
92800 PUTEAUX
432 937 621 R.C.S. NANTERRE
2007 B 1238
Aux termes de décisions prises le
22 février 2010 par l’Associé Unique de
la société DAYDREAM, il a été décidé
de transférer le siège social du :
62/64, rue Jean Jaurès
92800 PUTEAUX
au :
6, Cité Paradis
75010 PARIS
à compter du 5 mars 2010 et de
modifier les statuts en conséquence.
La société sera immatriculée au
Registre du Commerce et des Sociétés de
Paris et radiée du Registre du Commerce
et des Sociétés de Nanterre.
01103
Pour avis

100 % SATISFACTION
Société par Actions Simplifiée
au capital de 38 112,25 Euros
Siège social :
8, rue de la Ferme
92100 BOULOGNE BILLANCOURT
394 543 045 R.C.S. NANTERRE
Aux termes du procès verbal de
délibération de l’Associée Unique en
date du 22 septembre 2009, il a été pris
acte de la démission de Monsieur Jean
AJCHEM-BAUM de son mandat de
Commissaire aux Comptes titulaire et de
la démission de Monsieur André
MICLOT de son mandat de Commissaire aux Comptes suppléant.
Il a été nommé en leur remplacement :
- Commissaire aux Comptes titulaire :
Monsieur Stéphane BRAMI demeurant
10, rue Madeleine Michelis 92200
NEUILLY SUR SEINE.
- Commissaire aux Comptes
suppléant : le Cabinet MESSIN Société
Anonyme domiciliée 72, rue Monceau
75008 PARIS, immatriculé au Registre
du Commerce et des Sociétés de Paris
sous le numéro 381 205 418.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Nanterrre.
01110
Pour avis

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

INFOR BUSINESS SERVICES
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 8 000 Euros
Siège social :
84, rue Jullien
92170 VANVES
441 852 324 R.C.S. NANTERRE
Aux termes d’une délibération de
l’Assemblée Générale Extraordinaire en
date du 12 février 2010, il a été pris acte
de la nomination de Monsieur
Abdelhalim MAHDI demeurant 37, rue
Georges Guynemer 92600 ASNIERES
SUR SEINE, en qualité de nouveau
Gérant, à compter du 15 février 2010,
pour une durée illimitée, en remplacement de Madame Céline PRINCE,
démissionnaire.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Nanterre.
01113
Pour avis

DISSOLUTION

RUEIL CREATIV’
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 16 000 Euros
Siège social :
1, rue du Bel Air
92500 RUEIL MALMAISON
503 086 167 R.C.S. NANTERRE
Aux termes d’une Assemblée
Générale Extraordinaire en date du
31 décembre 2009, les Associés ont :
- décidé la dissolution anticipée de la
société à compter du 31 décembre 2009
et sa mise en liquidation amiable,
- nommé en qualité de
Co-Liquidateurs, Madame Christine
BONNE demeurant 70, rue Elisée
Reclus 92000 NANTERRE, et Mademoiselle Mélanie MIQUAU demeurant
22, rue Hoche 92270 BOIS
COLOMBES,
- fixé le siège de liquidation au siège
de la société. La correspondance est à
adresser au siège de la société.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Nanterre.
01050
Pour avis

LES EQUILIBRES NATURELS
Société à Responsabilité Limitée
en liquidation
au capital de 160 000 Euros
Siège social :
65, boulevard Victor Hugo
92200 NEUILLY SUR SEINE
509 767 570 R.C.S. NANTERRE
Par décision en date du 2 décembre
2009, la collectivité des Associés a
décidé la dissolution anticipée de la
société à compter du même jour et sa
mise en liquidation.
A été nommé en qualité de Liquidateur, Monsieur Pierre-Antoine
GIOVANNI demeurant 65, boulevard
Victor Hugo 92200 NEUILLY SUR
SEINE, avec les pouvoirs les plus
étendus pour réaliser les opérations de
liquidation et parvenir à la clôture de
celle-ci.
Le siège de la liquidation a été fixé au
65, boulevard Victor Hugo 92200
NEUILLY SUR SEINE adresse à
laquelle toute correspondance devra être
envoyée, et, actes et documents relatifs à
la liquidation devront être notifiés.
Le dépôt des actes et pièces relatifs à
la liquidation sera effectué au Greffe du
Tribunal de Commerce de Nanterre.
Pour avis
01069
Le Liquidateur

Annonces judiciaires et légales
PRECURSART
Société à Responsabilité Limitée
de type E.U.R.L.
au capital de 1 500 Euros
Siège social :
2, rue Marceau Delorme
92600 ASNIERES
500 704 887 R.C.S. NANTERRE
Aux termes d’une Assemblée
Générale Extraordinaire en date du
30 novembre 2009, les Associés ont :
- décidé la dissolution anticipée de la
société à compter du même jour et sa
mise en liquidation amiable,
- nommé en qualité de Liquidateur
Monsieur Guillaume CERUTTI
demeurant 2, rue Marceau Delorme
92600 ASNIERES,
- fixé le siège de liquidation au siège
de la société. La correspondance est à
adresser au siège de la société.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Nanterre.
01063
Pour avis

FUSION
ARTICLE 1844-5 ALINEA 3
DU CODE CIVIL

KARMA TRAVEL
Société à responsabilité limitée
au capital de 15 000 Euros
Siège social :
13 rue d’Issy
92100 BOULOGNE BILLANCOURT
507 512 051 R.C.S. NANTERRE
Aux termes d’une décision de
dissolution en date du 19 février 2010, la
société KARMA COM, Société à
Responsabilité Limitée au capital de
600 000 Euros, dont le siège social est
situé 13, rue d’Issy 92100 BOULOGNE
BILLANCOURT, immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de
Nanterre sous le numéro 490 881 844 a,
en sa qualité d’Associé Unique de la
société KARMA TRAVEL,
- décidé la dissolution anticipée de
ladite société, sans qu’il y ait lieu à liquidation, à effet du même jour,
- mis fin au mandat de Madame Sylvie
DIEPOIS, Gérante non Associée,
- nommé en qualité de Mandataire Ad
hoc, Madame Marie CANTE, demeurant
2, Chemin de l’Etang 78430
LOUVECIENNES, Gérante Associée de
la société KARMA COM.
Conformément aux dispositions de
l’article 1844-5 alinéa 3 du Code civil et
de l’article 8 alinéa 2 du décret numéro
78-704 du 3 juillet 1978, les créanciers
de la société KARMA TRAVEL peuvent
faire opposition à la dissolution dans un
délai de trente jours à compter de la publication du présent avis.
Ces oppositions doivent être présentées devant le Tribunal de commerce de
Nanterre.
La société sera radiée du Registre du
Commerce et des Sociétés de Nanterre.
01095
Pour avis

AVIS ADMINISTRATIF

REPUBLIQUE FRANCAISE
LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE
DEPARTEMENT DES
HAUTS DE SEINE

MAIRIE DE CHAVILLE
Direction de l’Aménagement Urbain
Service Urbanisme
1456, avenue Roger Salengro
92370 CHAVILLE
PROCES-VERBAL
PROVISOIRE DE CONSTAT
D’ETAT D’ABANDON MANIFESTE
Vu les articles L 2243-1 à L 2243-4 du
Code Général des Collectivités
Territoriales.
Vu la délibération numéro 3509 du
Conseil Municipal du 18 décembre 2009
(RD du 23 décembre 2009) autorisant
Monsieur le Maire à engager une procédure de déclaration de parcelle en état
d’abandon manifeste pour la parcelle cadastrée section AM numéro 2 d’une
superficie de 489 m² sise 51c, avenue de
la Résistance 92370 CHAVILLE.
Vu la fiche immeuble délivrée par la
Conservation des hypothèques de
Vanves le 15 janvier 2010 ;
Je soussigné, Jean Jacques GUILLET,
Maire de la Commune de Chaville, ai
constaté le 5 février 2010 que l’immeuble à usage d’habitation appartenant à
Monsieuir Pascal BOSCO, né le 24 août
1966, situé sur la commune de Chaville,
51c, avenue de la Résistance et figurant à
la matrice cadastrale sous le numéro AM
numéro 2 est en état d’abandon
manifeste.
J’ai noté que ledit immeuble n’abrite
effectivement aucun occupant à titre
habituel et n’est manifestement plus
entretenu.
Les travaux indispensables pour faire
cesser l’état d’abandon sont les suivants :
- nettoyage total du site (végétation et
encombrants),
- fermeture de la maison,
- clôturage complet du site,
- entretien régulier du terrain.
Le présent procès verbal ainsi que les
textes et documents qui y sont visés
seront notifiés au propriétaire, aux titulaires de droits réels et aux autres intéressés. Il sera affiché en Mairie et sur la parcelle pendant trois mois et fera l’objet
d’une insertion dans les journaux
régionaux :
- "Le Parisien"
- "Les Annonces de la Seine".
A l’issue du délai de six mois à compter de la notification et de la publication
du présent procès verbal, si le propriétaire n’a pas fait en sorte que cesse l’état
d’abandon, le procès-verbal définitif
d’état d’abandon sera rédigé et le conseil
municipal pourra décider de poursuivre
l’expropriation de la parcelle au profit de
la commune.
Au vu des faits établis, j’ai dressé le
présent procès verbal qui a été clos le 5
février 2010 et ai signé.
Fait à Chaville le 5 février 2010
Jean-Jacques GUILLET
01047
Maire de Chaville

OPPOSITION
VENTE DE FONDS
Par acte sous seing privé à Paris du
26 février 2010, enregistré auprès du
Service des Impôts des Entreprises de
Nanterre, le 26 février 2010, bordereau
2010/357, case n 24,
la société L’ESPOIR, Société à
Responsabilité au capital de 2.000 Euros
dont le siège social 37, rue Carnot 92150
SURESNES, immatriculée au Registre
du Commerce et des Sociétés de
Nanterre sous le numéro 451 161 509,
représentée par sa Gérante, Madame
Faridée FARES,
a vendu à :
la société SAMCATH, Société à
Responsabilité Limitée au capital de
3 000 Euros, dont le siège social est
37, rue Carnot 92150 SURESNES,
immatriculée au Registre du Commerce
et des Sociétés de Nanterre sous le
numéro 520 398 157, représentée par son
Gérant, Monsieur Samuel LETORT,
un fonds de commerce de restauration
de salade et tarterie, connu sous
l’enseigne :
PIZZA ROKA
situé et exploité 37, rue Carnot 92150
SURESNES,
moyennant le prix principal de 68 000
Euros.
L’entrée en jouissance a été fixée au
26 février 2010.
Les oppositions et avis à tiers détenteur, s’il y a lieu, seront reçus dans les
dix jours de la dernière en date des
publications légales, au fonds vendu
pour la validité, et auprès du Cabinet de
Maître Olivier GEDIN, Avocat au
Barreau de Paris, 74, avenue de Wagram
75017 PARIS, pour la correspondance.
01070
Pour avis

SEINE-ST-DENIS
CONSTITUTION
Aux termes d’un acte sous seing privé
en date à Montreuil sous Bois du
22 février 2010, il a été constitué une
société présentant les caractéristiques
suivantes :
Dénomination sociale :

SKT SERVICES
Siège social :
2, rue de la République
93100 MONTREUIL SOUS BOIS
Forme : Société à Responsabilité
Limitée.
Capital : 3 000 Euros.
Objet social : assurer l’exploitation de
transport des marchandises, avec ou sans
chauffeur, avec un véhicule n’excédant
pas 3 tonnes 500. Toutes activités de
transports, pour son propre compte ou le
compte d’autrui. La location de tous
véhicules, avec ou sans chauffeur.
Montage et démontage des
échafaudages.Transport, fret aérien et maritime.
Durée : 99 ans.
Gérance : Monsieur Samy KIYEDO
TUTALAMO demeurant 2, rue de la
République 93100 MONTREUIL SOUS
BOIS.
Immatriculation : au Registre du
Commerce et des Sociétés de Bobigny.
01056
Pour avid

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

Aux termes d’un acte sous seing privé,
en date à Neuilly sur Marne du
26 janvier 2010,
il a été constitué une société présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

RBRL
Siège social :
266, avenue du 8 Mai 1945
93330 NEUILLY SUR MARNE
Forme : Société à Responsabilité
Limitée.
Capital social : 100 Euros.
Objet : bionettoyage.
Durée : 99 ans.
Gérance : Mademoiselle Fatima AIT
SALEM-ROUGE demeurant 8, rue
Lucien Rémy 77340 PONTAULT
COMBAULT.
Immatriculation : au Registre du
Commerce et des Sociétés de Bobigny.
01057
Pour avis
Aux termes d’un acte sous seing privé,
en date à Bagnolet du 1er décembre 2009,
il a été constitué une société présentant
les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

MSN
Siège social :
9, passage de la Fraternité
93170 BAGNOLET
Forme : Société Civile Immobilière.
Capital : 1 000 Euros.
Objet social : l’achat, la vente, la
location de biens immobiliers.
Durée : 99 ans.
Gérance : Monsieur Mehdi William
Nassim OUDJANE, demeurant
9, passage de la Fraternité 93170
BAGNOLET.
Cessions de parts sociales : les parts
sociales sont librement cessibles au
profit d’un Associé.
Toute cession à un tiers de la société
est soumise au préalable à agrément de
la collectivité des Associés réunis en
Assemblée Générale.
Immatriculation : au Registre du Commerce et des Sociétés de Bobigny.
01080
Pour avis

MODIFICATION

NOVADELTA FRANCE
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 100 000 Euros
Siège social :
94-98, avenue Jean Mermoz
93120 LA COURNEUVE
385 038 146 R.C.S. BOBIGNY
Suivant procès verbal en date du
30 octobre 2009, l’Assemblée Générale
Extraordinaire la société NOVADELTA
FRANCE, a décidé de transférer le siège
social du :
94-98, avenue Jean Mermoz
93120 LA COURNEUVE
au :
Aéropark Gonesse
1, rue Jean Mermoz
95500 GONESSE
à compter du 30 octobre 2009.
Les statuts ont été modifiés en
conséquence.
Le dépôt légal sera effectué au Greffe
du Tribunal de Commerce de Pontoise
désormais compétent à son égard et la
société sera radiée du Registre du
Commerce et des Sociétés de Bobigny.
01074
Pour avis

21

Annonces judiciaires et légales
DAYDREAM HOLDING
Société par Actions Simplifiée
au capital de 714 000 Euros
Siège social :
9, rue Louis David
93170 BAGNOLET
509 761 037 R.C.S. BOBIGNY
2009 B 124
Aux termes de décisions prises le
22 février 2010 par le Président de la
société DAYDREAM HOLDING, il a
été décidé de transférer le siège social
du :
9, rue Louis David
93170 BAGNOLET
au :
6, Cité Paradis
75010 PARIS
à compter du 5 mars 2010 et de
modifier les statuts en conséquence.
La société sera immatriculée au
Registre du Commerce et des Sociétés de
Paris et radiée du Registre du Commerce
et des Sociétés de Bobigny.
01085
Pour avis

SCI HAMON
Société Civile Immobilière
au capital de 1 524,49 Euros
Siège social :
20, avenue Aristide Briand
93160 NOISY LE GRAND
384 507 281 R.C.S. BOBIGNY
1992 D 96
Aux termes d’un acte reçu par Maître
Isabelle TANQUERAY, Notaire à
NOISY LE GRAND (93) 14, avenue
Aristide Briand le 5 mars 2009, enregistré à la Recette des Impôts du Raincy
(Seine Saint Denis), le 26 mars 2009,
bordereau 2010/225, case 1706,
il a été constaté la démission du CoGérant, Monsieur Henri HAMON, époux
de Madame Christiane POTIER, demeurant 5, avenue Léopold Séda Senghor
94210 SAINT-MAUR DES FOSSES, et
la nomination de Monsieur Christian
HAMON, divorcé de Madame Laurence
LAPLAUD, demeurant 5, avenue
Léopold Séda Senghor 94210 SAINTMAUR DES FOSSES, au fonction de
Co-Gérant, sans limitation de durée.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Bobigny.
Pour avis,
01092
Le notaire

AUDITELEC
Société à Responsabilité Limitée
au capital 1 500 Euros
Siège social :
26, rue André Karman
93300 AUBERVILLIERS
495 341 448 R.C.S. BOBIGNY
Aux termes d’une délibération en date
du 29 janvier 2010, la collectivité des
Associés a nommé Monsieur Christophe
CORMONT demeurant 17, rue Jean
Moulin 78800 HOUILLES, Gérant de la
société pour une durée de trois années
renouvelable, en remplacement de
Monsieur Laurent MAREC,
démissionnaire.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Bobigny.
Pour avis
01120
Le Gérant

22

DISSOLUTION

GBF GESTION

Société à Responsabilité Limitée
au capital de 8 000 Euros
Siège social :
18, rue du Général Leclerc
93110 ROSNY SOUS BOIS
415 042 209 R.C.S. BOBIGNY
Aux termes d’une délibération de
l’Assemblée Générale Extraordinaire en
date du 30 septembre 2009, enregistrée
au Service des Impôts des Entreprises de
Montreuil Est le 29 octobre 2009, folio
2009/623, case 15,
les Associés ont décidé la dissolution
anticipée de la société à compter du
30 septembre 2009 et sa mise en
liquidation amiable.
L’Assemblée a nommé Madame
Véronique BRANCAZ, précédemment
Gérante, demeurant 15, rue Fatou 77100
MEAUX en qualité de Liquidateur, et lui
a conféré les pouvoirs les plus étendus
pour procéder aux opérations de liquidation.
Le siège de la liquidation et l’adresse
pour la correspondance ont été fixés au
18, rue du Général Leclerc 93110
ROSNY SOUS BOIS.
Les actes et pièces relatifs à la dissolution seront déposés au Registre du
Commerce et des Sociétés de Bobigny.
Pour avis
01071
Le liquidateur

FUSION
ARTICLE 1844-5 ALINEA 3
DU CODE CIVIL

FERMIERS DU SOLEIL
Société par Actions Simplifiée
au capital de 150 000 Euros
Siège social :
Z.A.C. de Paris Nord II
20, Allée des Erables
Bâtiment C
93420 VILLEPINTE
433 475 779 R.C.S. BOBIGNY
2000 B 4210
Par décision de l’Actionnaire Unique
en date du 26 février 2010, le GROUPE
APPRO, Société Anonyme à Conseil
d’Administration au capital de 4 610 000
Euros dont le siège social est situé
Z.A.C. de Paris Nord II, 20, Allée des
Erables, Bâtiment C, 93420
VILLEPINTE, immatriculée au Registre
du Commerce et des Sociétés de
Bobigny sous le numéro 424 723 369,
représentée par son Président Directeur
Général Monsieur Olivier FLAMBERT,
a décidé de prononcer la dissolution de
la société FERMIERS DU SOLEIL, sans
qu’il y ait lieu à liquidation, à effet du
même jour.
Conformément aux dispositions de
l’article 1844-5, alinéa 3, du Code Civil
et de l’article 8, alinéa 2, du décret
numéro 78-704 du 3 juillet 1978, les
créanciers de la société FERMIERS DU
SOLEIL peuvent former opposition à la
dissolution dans un délai de trente jours
à compter de la publication du présent
avis.
Les oppositions doivent être présentées devant le Tribunal de Commerce de
Bobigny.
La société sera radiée du Registre du
Commerce et des Sociétés de Bobigny.
01098
Pour avis

TRANSFORMATION

AFRETAIR
Société Anonyme
au capital de 40 000 Euros
Siège social :
Paris Nord II
14, rue de la Perdrix
93420 VILLEPINTE
379 132 491 R.C.S. BOBIGNY
Aux termes du procès-verbal de
l’Assemblée Générale Extraordinaire du
15 février 2010, il résulte que :
les actionnaires de la société
AFRETAIR ont décidé la transformation
de la société en Société par Actions
Simplifiée à compter de la même date.
Cette transformation entraîne la
publication des mentions suivantes :
Forme :
Ancienne mention : Société Anonyme.
Nouvelle mention : Société par
Actions Simplifiée.
Administration :
Anciennes mentions :
Conseil d’Administration :
. Monsieur Jean HUYGHUES
DESPOINTES, Président Directeur
Général.
. Monsieur Éric de LUCY de
FOSSARIEU, Administrateur,
. Société SOMAUDEX-SOGEDIAL,
dont le représentant permanent est
Monsieur Vincent LAFOSSE-MARIN,
Administrateur.
Nouvelles mentions :
Président :
. La SOCIÉTÉ ANTILLAISE
FRIGORIFIQUE (SAFO), Société
Anonyme à Directoire et Conseil de
Surveillance, au capital de 3 909 120
Euros, dont le siège siège social est
Immeuble SORECAR/HYUNDAI, Voie
Verte, Zone Industrielle de Jarry, 97122
BAIE MAHAULT, immatriculée au
Registre du Commerce et des Sociétés de
Pointe-à-Pitre sous le numéro
303 092 498, représentée par son
Président du Directoire, Monsieur Jean
HUYGHUES DESPOINTES, né à Fort
de France (Martinique) le 17 février
1954, demeurant 13, rue Lisse des
Cordeliers 13100 AIX EN PROVENCE.
Directeur Général :
. Monsieur Philippe RÉMY, né le 20
juillet 1962 à Paris (14ème arrondissement) demeurant 97, rue Louis Gillain
27210 BEUZEVILLE.
Commissaires aux Comptes :
Commissaire aux Comptes Titulaire :
. Le CABINET ADAM DEMOUCHY
& ASSOCIÉS, Société par Actions
Simplifiée au capital de 150 000 Euros
dont le Président est Monsieur Tony
ADAM, siège social 8, rue Andreï
Sakharov, Parc de la Vatine 76130
MONT SAINT AIGNAN, R.C.S.
ROUEN 478 746 613.
En qualité de Commissaire aux
Comptes Suppléant :
. La société EXCO SARC, Société à
Responsabilité Limitée au capital de
200 000 Euros, dont le Gérant est
Monsieur René de REYNAL de
SAINT-MICHEL, dont le siège
social Centre Dillon Valmenière,
Immeuble Argos 97200 FORT-DEFRANCE, R.C.S. FORT-DE-FRANCE
334 709 565.
Mentions complémentaires :
Admission aux Assemblées et droit de
vote :
Tout Associé peut participer aux
Assemblées sur justification de son identité et de l’inscription en compte de ses
actions.
Chaque Associé dispose autant de
voix qu’il possède ou représente
d’actions.
Agrément :
Sont libres les cessions d’actions par
un Associé à une société :

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

a) qu’il contrôle, directement ou indirectement, à plus de 50 % du capital ou
des droits de vote, ou,
b) qui contrôle, directement ou indirectement, plus de 50 % de son capital ou
de ses droits de vote.
Toutes autres cessions d’actions,
même entre Associés, soit à titre gratuit,
soit à titre onéreux, est soumise à
l’agrément de l’Assemblée Générale des
Associés dont la décision est prise par un
ou plusieurs associés représentant les
deux tiers des voix.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Bobigny.
Pour avis
01066
Le représentant légal

VAL DE MARNE
CONSTITUTION
Etude de
Maître Philippe-André HENAUT
Notaire
223, boulevard Kitchener
62400 BETHUNE
Suivant acte reçu par Maître PhilippeAndré HENAUT, le 24 février 2010, qui
sera enregistré et publié à la
Conservation des Hypothèque de Créteil
1er bureau (Val-de-Marne),
il a été constitué une société présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :

JAZIR Nº1
Siège social :
17, rue Jean Mermoz
94210 LA VARENNE
SAINT HILAIRE
Forme : Société Civile Immobilière.
Capital social : 600 000 Euros, constitué de l’apport en nature d’un immeuble
sis à 17, rue Jean Mermoz 94210
LA VARENNE SAINT HILAIRE,
cadastré AU nº149.
Objet : l’acquisition, la vente, la
gestion et administration de tous biens
immobiliers et généralement toute opération de quelque nature qu’elle soit,
pouvant être utile à la réalisation de
l’objet social, pourvu qu’elle ne modifie
pas le caractère civil de la société.
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au Registre du Commerce et
des Sociétés, sauf dissolution anticipée
ou prorogation.
Associés-Gérants :
- Monsieur Jean ROSENBAUM demeurant 17, rue Jean Mermoz 94210 LA
VARENNE SAINT HILAIRE,
- Madame Aziza HADDAD demeurant 17, rue Jean Mermoz 94210 LA
VARENNE SAINT HILAIRE,
Parts sociales : les parts sociales ne
peuvent être cédées qu’avec l’agrément
de la Gérance. Cette restriction s’applique aux cessions faites entre Associés ou
par un Associé à son conjoint, un ascendant ou un descendant.
Immatriculation : la société sera immatriculée au Registre du Commerce et des
Sociétés de Créteil.
01089
Pour avis

Annonces judiciaires et légales
SCI CHOISY 168

Société Civile Immobilière
au capital de 15 246 Euros
Siège social :
4, avenue Anatole France
94600 CHOISY LE ROI
411 413 032 R.C.S. CRETEIL
Aux termes de l’Assemblée Générale
Extraordinaire en date du 18 février
2010, il a été décidé de transférer le
siège social du :
4, avenue Anatole France
94600 CHOISY LE ROI
au :
63, rue Léon Bocquet
94100 SAINT MAUR DES FOSSES
à compter du même jour.
Il a été également décidé de modifier
le capital social fixe en capital variable
avec un capital minimum de 1 000 Euros
et un capital maximum de 2 800 000
Euros.
Les statuts ont été modifiés en
conséquence.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Créteil.
01040
Pour avis

EDIWARE
Société à Responsabilité Limitée
au capital de 8 000 Euros
Siège social :
15, rue de l’Etang
78470 SAINT REMY
LES CHEVREUSE
441 598 067 R.C.S. VERSAILLES
Aux termes du procès verbal de
l’Assemblée Générale Extraordinaire du
9 octobre 2009, il a été décidé de
transférer le siège social du :
15, rue de l’Etang
78470 SAINT REMY
LES CHEVREUSE
au :
19/21, rue du 8 Mai 1945
94110 ARCUEIL
à compter du même jour.
Les statuts de la société ont été
modifiés en conséquence.
Suite à ce transfert, il est rappelé les
caractéristiques suivantes :
Gérant : Monsieur Jean Bernard
BERGERON demeurant 15, rue de
l’Etang 78470 SAINT REMY LES
CHEVREUSE.
Durée : 99 ans
Objet : conseil en développement
édition et commercialisation de tous
produits multimédia et logiciels
informatiques.
La société sera immatriculée au
Registre du Commerce et des Sociétés de
Créteil désormais compétent à son égard
et radiée du Registre du Commerce et
des Sociétés de Versailles.
01097
Pour avis

DISSOLUTION

2DCONSEIL
Société à Responsabilité Limitée
de type E.U.R.L.
au capital d’un Euro
Siège social :
22, Chemin Latéral
94140 ALFORTVILLE
480 776 103 R.C.S. CRETEIL
Aux termes d’une Assemblée
Générale Extraordinaire en date du
25 février 2010, les Associés ont :
- décidé la dissolution anticipée de la
société à compter du même jour et sa
mise en liquidation amiable,
- nommé en qualité de liquidateur

Monsieur Davy DIAN demeurant
22, Chemin Latéral 94140
ALFORTVILLE,
- fixé le siège de liquidation au siège
de la société. La correspondance est à
adresser au siège de la société.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Créteil.
01053
Pour avis

R. TANCRÈDE S.A.
Toutes formalités légales et démarches administratives

✆ 01 42 60 36 35
12, rue Notre-Dame des Victoires - 75002 PARIS

Direct

Conseil d'Etat
1er mars 2010 : entrée en vigueur de la réforme constitutionnelle
sur l’exception d’inconstitutionnalité

Photo © Jean-René Tancrède - Téléphone : 01.42.60.36.35

MODIFICATION

a réforme constitutionnelle du
23 juillet 2008 a ouvert à tout
justiciable la possibilité de
soutenir, à l'occasion d'une
instance en cours devant une
juridiction administrative comme
judiciaire, "qu'une disposition législative
porte atteinte aux droits et libertés que
la Constitution garantit", selon les
nouveaux termes de l’article 61-1 de
la Constitution.
Si le Conseil constitutionnel estime
effectivement que la disposition
législative ainsi mise en cause n’est
pas conforme à la Constitution, son
application sera non seulement écartée dans le procès concerné mais,

L

ainsi que le prévoit l’article 62 de la
Constitution, elle sera abrogée.
Les conditions dans lesquelles une
"question prioritaire de constitutionnalité" peut ainsi être posée au juge
ont été organisées par la loi organique n°2009-1523 du 10 décembre
2009 relative à l’application de l’article 61-1 de la Constitution.
La loi a prévu qu’une telle question
devra faire l’objet d’un double filtre par
le juge du fond, tout d’abord, puis par
le Conseil d’Etat ou la Cour de
cassation, selon la nature de la
juridiction devant laquelle la question
aura été posée, ensuite.
Il ne s’agit pas, à proprement parler,
d’une question préjudicielle que le
juge n’aurait été tenu de transmettre
que pour autant qu’elle aurait commandé l’issue du litige dont il est saisi.
Il s’agit d’une "question prioritaire de
constitutionnalité" qui doit être examinée "sans délai" par les juridictions
de fond et transmise au Conseil
d’Etat ou à la Cour de cassation si les
trois conditions posées par la loi
organique s’avèrent remplies, à savoir
que "la disposition contestée (soit)
applicable au litige", qu’elle n’ait pas
"déjà été déclarée conforme à la
Constitution dans les motifs et le dispositif d’une décision du Conseil
constitutionnel, sauf changement des
circonstances" et qu’elle ne soit pas
"dépourvue de caractère sérieux". Le
Conseil d’Etat ou la Cour de cassation sont, quant à eux, chargés, dans
un délai de trois mois, de vérifier les

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

deux premières conditions et s’agissant de la troisième, d’apprécier si "la
question est nouvelle ou présente un
caractère sérieux". Si ces conditions
sont remplies, la question doit être
transmise au Conseil constitutionnel
qui dispose lui-même également
d’un délai de trois mois, pour se prononcer.
Le décret n°2010-148 du 16 février
2010 a précisé les modalités procédurales selon lesquelles les "questions
prioritaires de constitutionnalité"
devront être présentées par les parties et examinées par le juge.
S’agissant des tribunaux administratifs, des cours administratives d'appel
et du Conseil d’Etat, ce décret ajoute
ainsi un nouveau chapitre au Code
de justice administrative.
Cette réforme est entrée en vigueur
le 1er mars dernier. La juridiction
administrative est prête pour examiner les questions prioritaires de
constitutionnalité qui lui sont soumises, dans les conditions et les
délais prévus par la loi organique.
Elle le fait, consciente de la responsabilité qui est la sienne dans la garantie de l’Etat de droit.

Source : Communiqué du Conseil d’Etat du 22 février 2010.
2010-118

23

Entretien

“e-liberté / e-sécurité”

Photo © Jean-René Tancrède

Paris - 11 février 2010

constante de l’internet. Dans le même temps,
de plus en plus d’internautes assument un rôle
"citoyen" en procédant à des signalements. Le
nombre de ces signalements notamment
auprès de l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information
(OCLCTIC) ne cesse d’augmenter.
En résumé, si chacun de nous est à la recherche
de plus de liberté dans l’utilisation de l’internet
et revendique le droit de s’exprimer comme il
l’entend, sans aucun contrôle, dans le même
temps, nous exigeons de plus en plus de sécurité
en sollicitant le rôle protecteur de l’Etat.
Christiane Féral-Schuhl
Jean-René Tancrède : Le citoyen vous semble-t-il être à
la recherche de plus de liberté ou de plus de sécurité ?
Christiane Féral-Schuhl : Sur cette problématique,

un constat s’impose : le citoyen recherche à la
fois plus de liberté et plus de sécurité. J’ai même
pour habitude d’assimiler cette double exigence
à un comportement schizophrène du citoyen.
Prenons plusieurs exemples. Le citoyen peut
s’offusquer que ses allers et venues dans les transports publics puissent être gardés en mémoire
sur son passe nominatif de transport. Il y voit
une atteinte à sa vie privée et à sa liberté d’aller et
venir anonymement. Mais dans le même temps,
le même citoyen sera choqué que les autorités
de police ne puissent pas reconstituer le parcours d’un délinquant ou d’un criminel auteur
d’une infraction ou d’un crime dans le métro. Le
même constat peut être dressé en matière de
vidéosurveillance : les caméras de vidéo sont
ressenties comme un moyen de surveillance
permanente, mais on se félicitera de leur installation lorsqu’elles permettront d’identifier un violeur. S’agissant toujours de vidéosurveillance, on
peut relever que dans les débats sur la loi
LOPPSI 2, certains députés parlaient de vidéosurveillance alors que les défenseurs du projet
optaient pour le terme de vidéoprotection.
Vous avez également tous entendu parler des
"scanners corporels" qui vont être mis en place
pour les contrôles des passagers à Roissy
(installés le 22 février 2010). De tels dispositifs
inquiètent car ils portent atteinte de façon
directe à notre intimité. Mais dans le même
temps, la société civile impose une obligation
de résultat en matière de sécurité à tous les
professionnels de transports.
Dernier exemple, là encore illustratif de cette
"schizophrénie" : les plateformes de signalement de contenus illicites sont parfois assimilées à un outil de délation et de surveillance

24

J.-R. T. : Le citoyen doit-il être considéré sur internet
comme un néophyte, un profane devant être protégé
à l’instar de ce qui est prévu pour le citoyen
consommateur ?
C. F.-S. : Je ne suis pas partisan de mesures de

sécurité par défaut. Je veux dire par là que je
ne suis pas favorable à un paramétrage par
défaut qui verrouille au maximum les nouveaux vecteurs de communication que sont
par exemple les blogs ou les réseaux sociaux.
Je suis en revanche très favorable à un travail
en amont de responsabilisation et d’alerte des
internautes car je suis convaincue que l’internaute, face à son écran, n’a pas véritablement
conscience de procéder à des actes de publication sur un espace public. Il convient donc
de lui rappeler cela par des messages d’alerte,
par exemple une mention lui signalant que le
contenu va être accessible au public. Cette
mention pourrait apparaître lorsque l’internaute clique sur la fonctionnalité "publier".
Dans une intervention donnée à l’automne
dernier, devant des milliers d’étudiants
américains, le Président Barack Obama a luimême alerté son jeune public sur les risques liés
à la publication de contenus sur les réseaux
sociaux. Il l’a enjoint de bien réfléchir avant de
publier un contenu sur internet.
Dans cet objectif, plusieurs actions de sensibilisation sont actuellement menées au plan
européen : la journée européenne de l’internet
conduite par la Commission européenne sur
le thème "Tu publies ? Réfléchis !", le lancement d’une campagne menée dans plus de
60 pays, pour sensibiliser les jeunes à la protection à mettre en œuvre dans les paramètres
des sites de socialisation. De même, plusieurs
sites proposent de contribuer également à ces
mesures d’information en signalant les pièges
courants du web ou en sensibilisant aux bons
usages sur l’internet.
Il faut, en d’autres termes, que l’internaute adopte
un comportement responsable sur l’internet.

J.-R. T. : Dans un article publié en novembre 2009, le
secrétaire général de la Commission nationale de
l'informatique et des libertés (CNIL), Monsieur Yann
Padova, se félicitait du débat qui se noue actuellement
en France sur le caractère fondamental du "droit à
l’oubli" consacré par la “loi informatique et libertés”.
Quelle est votre analyse sur ce “droit à l’oubli” ?
C. F.-S. : Je suis personnellement très sensibilisée

à cette problématique. J’ai la conviction qu’il
n’est pas normal qu’un jeune de 20 ans puisse
être poursuivi toute sa vie professionnelle par la
publication sur internet d’une photo prise dans
l’euphorie d’une soirée festive après publication
de ses résultats d’examens. Une personne n’est
pas la même à 20 ans, 40 ans ou 60 ans.
Heureusement d’ailleurs ! Et il n’est pas normal
qu’on soit définitivement "enfermé" dans les
comportements d’une époque. Il faut qu’un
"nouveau départ" soit possible.
Dans le cadre de mon activité professionnelle,
j’ai eu à faire à des cas illustratifs du préjudice
provoqué par la mémoire de l’internet. L’ancien
président d’une société importante, plus de dix
ans après avoir été relaxé de toute poursuite, est
encore victime sur internet du référencement
automatique de plusieurs articles relayant son
interpellation. Les moteurs de recherches
continuent donc de référencer des articles dans
les résultats associés à son nom. Certains sites
ont accepté à notre demande le retrait des articles. D’autres ont invoqué la liberté de la presse
et la réalité du fait, l’interpellation ayant bien eu
lieu dans les conditions décrites. Cette situation
est nécessairement troublante car les moteurs
de recherche peuvent ainsi, inlassablement,
pointer sur un fait divers, alors même que l’affaire a été jugée et a conduit à la relaxe !
Pour autant, je vais nuancer mon propos car j’ai
été très sensible à la synthèse qui vient d’être faite
par le professeur Jean-Marie Cotteret. Il a opposé,
avec beaucoup de pertinence, le "droit à l’oubli" au
"devoir de mémoire". Le droit à l’oubli ne doit en
aucun cas signifier que le passé peut être réinventé. Il ne s’agit pas de réécrire l’histoire mais de
limiter dans le temps la diffusion via internet.
Rappelons que le délai de prescription ne signifie
pas que le passé n’a pas existé, mais que les poursuites sont interdites car les éléments de preuve
seraient trop difficiles à reconstituer. En revanche
rien n’interdit la conservation d’informations à des
fins historiques, mais à condition d’en réglementer plus précisément la diffusion et l’accès.
Propos recueillis par Jean-René Tancrède à l’issue de la table ronde
“e-liberté / e-sécurité” organisée le 11 février 2010 à la Maison du
Barreau de Paris.
* Christiane Féral-Schuhl est avocate associée au cabinet FéralSchuhl/Sainte-Marie.
2010-119

Les Annonces de la Seine - jeudi 4 mars 2010 - numéro 13

LES ANNONCES DEculture
LA SEINE
© Brisdgeman-Giraudon

Supplément au numéro 13 du jeudi 4 mars 2010 - 91e année

Nicolas Poussin (1594-1665) La mort de Germanicus.
Papier collé en plein, plume, encre brune, lavis brun, papier.
Collection Fréart de Chantelou.

Petites marques,
grands collectionneurs

O

utre ses riches collections de peintures et de
manuscrits, le musée Condé conserve un
remarquable ensemble de dessins de maîtres,
constitué dans la seconde moitié du XIXème siècle par Henri d'Orléans, duc d'Aumale (1822-1897) qui fut
sans doute le plus grand collectionneur de son époque. La
révolution de 1848 brisa sa carrière le poussant à l’exil en
Angleterre pendant vingt-trois ans, de 1848 à 1871. Contraint
à l'inactivité, ce jeune soldat se fit historien, ce qui allait forte-

ment marquer ses collections. Sur les 2 500 dessins de
Chantilly, nombreux sont les portraits historiques et les
scènes de l'histoire de France. Par la suite, le duc d'Aumale
acquit également les chefs-d'œuvre des plus grands maîtres
français, italiens ou nordiques, donnant naissance à l’une des
plus importantes collections de dessins au monde. Plus de la
moitié d’entre eux comporte au moins une marque de collection, un cachet qui témoigne de leur passage chez un collectionneur.

J OURNAL O FFICIEL D ’A NNONCES L ÉGALES - I NFORMATIONS G ÉNÉRALES , J UDICIAIRES ET T ECHNIQUES
bi-hebdomadaire habilité pour les départements de Paris, Yvelines, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val de Marne

12, rue Notre-Dame des Victoires - 75002 PARIS - Téléphone : 01.42.60.36.35 - Télécopie : 01.47.03.92.15
Internet : www.annonces-de-la-seine.com - E-mail : as@annonces-de-la-seine.com - as@annonces-de-la-seine.fr
FONDATEUR EN 1919 : RENÉ TANCRÈDE - DIRECTEUR : JEAN-RENÉ TANCRÈDE

Culture
symboles de la quête de l'amateur ; d’autres encore
préférèrent leurs initiales comme Fréart de Chantelou,
secrétaire et conseiller de Louis XIV, connu pour avoir
encouragé Nicolas Poussin. Pierre-Jean Mariette, choisit
son initiale, un "M". Le duc d'Aumale, quant à lui, marquait
ses dessins des armoiries des Condé, famille princière qui
lui légua le Domaine de Chantilly.
Les marques ne sont cependant pas réservées aux
personnes privées ; tous les musées publics en ont
également une et les ventes après décès d’artiste sont
souvent signalées par une marque, comme le cachet
d’atelier Delacroix par exemple.

Les collections et dessins présentés

© RMN / Réné-Gabriel Ojeda

Collection Fréart de Chantelou
1609-1694)
Secrétaire et conseiller de Louis XIV, Chantelou forme
un cabinet où Nicolas Poussin tenait la plus grande place.
Après 1743, les relations de Chantelou avec l’artiste se
poursuivent par une correspondance. Il possède cinq
études à la plume pour la suite des Sept Sacrements que
Poussin lui peint ainsi que sur plusieurs dessins de
Lesueur. A sa mort, sa collection est proposée à Louis
XIV, mais le Trésor étant épuisé, le roi refusa. La collection
est par la suite dispersée par différentes
ventes. Un dessin de sa collection est
conservé au musée Condé.
Sa marque représente ses initiales, FC.

Jean Clouet (1486-1540)
François Ier. Sanguine, papier. Collection Catherine de Médicis puis duc d’Aumale.

“Dès le XVIème siècle, la notion
de collection apparaît avec Vasari
(1511-1574) qui constitue une
des premières collections de dessins
connue.”
ès le XVIème siècle, la notion de collection
apparaît avec Vasari (1511-1574) qui constitue
une des premières collections de dessins
connue. L’exposition du musée Condé
présente ces dessins passés entre les mains des plus grands
collectionneurs, du XVIIème au XIXème siècle, qui vont y
aposer leurs marques : Fréart de Chantelou, le banquier
Eberhard Jabach, Pierre-Jean Mariette "le prince des
collectionneurs", le marquis de Lagoy, Sir Joshua Reynolds,
Dominique Vivant Denon, Sir Thomas Lawrence,
Edouard Desperet, etc. De 1921 à 1956, Frits Lugt
(Amsterdam, 1884 - Paris, 1970), expert de l’art hollandais
et flamand et collectionneur de dessins, publie la plupart
des marques de collectionneurs dans ses ouvrages Les
marques de collection.
Si certains d’entre eux n'ont pas choisi de marquer leurs
dessins comme Pierre Crozat ou Giorgio Vasari, certains
collectionneurs optèrent pour des marques symboliques,
à l’instar de Denon qui choisit un crible et une fourmi,

D

2

Collection Everhard Jabach
(1618-1695)
Banquier à Paris à partir de 1636, puis Directeur de la
Compagnie des Indes Orientales, Jabach acquiert de
nombreuses pièces de la vente de la collection de
Charles Ier comme Le Concert champêtre de Giorgione et
beaucoup de dessins ayant appartenu à Vasari, essentiellement des écoles italiennes et nordiques. En 1670, il doit
vendre au roi une partie de ses 5 500 dessins pour faire
face à des problèmes financiers. Ses affaires rétablies, il
entreprend une deuxième collection des Ecoles italienne, française et hollandaise. Seize
de ses dessins sont conservés au musée
Condé.
Sa marque, au recto ou au verso, est un
paraphe.
Collection Jonathan Richardson Senior
(1665-1745)
Sir Richardson senior est artiste, théoricien de l’art (Traité
de la Peinture, 1715), et surtout collectionneur. A sa mort,
quelques 112 tableaux et sculptures et 4 749 dessins, dont
beaucoup des XVIIème et XVIIIème siècles de l’Ecole italienne,
sont vendus en grande partie à son beaufils, Thomas Hudson, qui lui-même les
transmet par la suite à son élève Sir Joshua
Reynolds. Dix dessins de sa collection sont
conservés au musée Condé.
Sa marque est un R seul ou un R dans
une palette de peintre.
Collection Pierre-Jean Mariette (1694-1774)
Né au sein d’une famille de libraires-éditeurs, Mariette
travaille pour le cabinet du prince Eugène de Savoie et
voyage en Italie. Revenu à Paris en 1720, il est accueilli
dans le cénacle de l’amateur Pierre Crozat. En 1761,
Mariette avoue que sa collection de dessins est "à peu
près au point de perfection auquel je voulais l’amener (…)
surtout en italiens, peut-être la plus complète et la mieux
choisie d’Europe".Une partie de ses collections constitue

Les Annonces de la Seine - Supplément au numéro 13 du jeudi 4 mars 2010

Culture
le noyau initial du cabinet d’art graphique du musée de
la Hesse à Darmstadt (Allemagne). Quarante et un dessins
de sa collection sont conservés au
musée Condé.
Sa marque est un M.
Collection Nathaniel Hones
(1718-1784)
Portraitiste, il séjourne en Italie de 1750 à 1752. A son
retour à Londres, il exécute des portraits aussi bien en
grand format qu’en miniature et excelle surtout dans
l’émail. Connu comme l’un des fondateurs de la Royal
Academy de Londres, il constitue une collection de
dessins et d’estampes qui est vendue publiquement de
son vivant en 1781 et après décès en 1785. On y trouve
notamment des dessins de Poussin, de Claude Lorrain et
de Wouwermans. Deux de ses dessins sont conservés au
musée Condé de Chantilly.
Sa marque représente un œil noir
ouvert.

Collection Dominique Vivant Denon
(1747-1825)
Chargé de la conservation du cabinet de pièces gravées
de Louis XV avant d’entamer une carrière diplomatique,
il publie en 1802 son Voyage dans la Basse et Haute Egypte
et est nommé directeur général du Musée central des
Arts (notre musée du Louvre). En 1815, il donne sa
démission et se consacre à l’enrichissement de ses
collections ; il rédige alors un catalogue en trois volumes
en 1826. Quatre-vingt-dix dessins de sa collection sont
conservés au musée Condé.
Sa marque est composée des lettres D.N.
avec un crible et une fourmi "allégorie à
la patience continuelle de l’amateur qui
doit rejeter tout ce qui ne peut être utile".
Rembrandt Harmensz Van Rujn - Rembrandt (dit), (1606-1669),
Le cerf impitoyable se fait pardonner.
Plume, encre brune. - Collection Desperet.

© RMN / Réné-Gabriel Ojeda

Collection Robert Udny
(1722-1802)
Marchand commerçant avec les Indes occidentales, Udny
était établi à Londres. Son frère, John Udny, consul anglais
d’abord à Venise puis à Livourne et collectionneur de
tableaux le fournissait régulièrement en œuvres d’art ; la
vente de sa propre collection eut lieu en 1800 chez Christie’s
pour les tableaux de l’Ecole italienne et en 1802 pour ceux
des Ecoles française, flamande, hollandaise et le reste de
l’Ecole italienne. En 1804, on procéda à la vente publique
de la collection de Robert Udny. Un
dessin de sa collection est conservé au
musée Condé.
Sa marque représente ses initiales.

Collection Sir Joshua Reynolds
1723-1792)
Portraitiste en vogue à Londres, il est également
collectionneur, notamment des Ecoles italiennes du XVIème
siècle, ainsi que flamandes et hollandaises. En avril 1791,
il organise au Haymarket de Londres une exposition de
sa collection de tableaux dont il rédige lui-même le
catalogue. Plus tard, dans sa maison du 47 Leicester Square,
il fait construire une galerie et plusieurs ateliers. Huit
dessins de sa collection sont conservés
au musée Condé.
Sa marque ne fut apposée qu’après sa
mort au recto pour les dessins estimés
de plus grande valeur (1505) et au verso
pour ceux estimés de moindre valeur (748).

Les Annonces de la Seine - Supplément au numéro 13 du jeudi 4 mars 2010

3

Culture
Collection Marquis de Lagoy
(1764-1829)
Officier sous Louis XVI, il est élu député des Bouches-duRhône en 1815. Tout au long de sa vie il acquiert une
collection de plus de 3 000 dessins dont de nombreux
hollandais et italiens. Ces dessins portent eux-mêmes la
marque de Vasari, Crozat, ou encore Mariette, et leur
cheminement continue ainsi après la mort du marquis ;
Woodburn achetant, par exemple, 138 de ses dessins qui
passent ensuite entre les mains de
Dimsdale puis de Lawrence. Vingt-etun de ses dessins sont conservés au
musée Condé.
Sa marque est un L dans un triangle.
Sir Thomas Lawrence
(1769-1830)
Principal portraitiste de son époque, digne successeur de
Reynolds et Gainsborough, il est nommé dès l’âge de 23 ans
peintre du roi, ce qui lui permet d’acquérir une certaine
fortune. Il constitue alors une importante collection de
dessins et d’estampes parmi laquelle des oeuvres majeures
comme les Trois Grâces de Raphaël (aujourd’hui au musée
Condé). Il rassemble ainsi de nombreuses collections de
prestige comme celle du baron Vivant Denon, de Sir Joshua
Reynolds, du Marquis de Lagoy…. Trente
dessins de sa collection sont conservés au
musée Condé.
Sa marque représente ses initiales : T.L.

© RMN / Réné-Gabriel Ojeda

Collection Henri-Joseph Ruxthiel
(1775-1837)
Statuaire, il fait son apprentissage à Liège, puis à Paris, dans
l’atelier du sculpteur Houdon, puis chez le peintre JacquesLouis David. Prix de sculpture en 1805, il continue ses
études à Rome. De retour à Paris, il y exécute de nombreux
bustes et statues pour la famille impériale. La vente après
décès de sa collection mentionne
principalement des œuvres de l’Ecole
italienne. Huit dessins de sa collection
sont conservés au musée Condé.
Sa marque de collection est Ruxthiel /
Sculp. ou Rutxiel.

Raffaello Santi,
Raphaël (dit), (1483-1520),
Homme à demi-drapé, de trois-quarts
vers la droite, portant un fardeau.
Sanguine, papier. Collection Desperet.

4

Collection William Esdaile
(1758-1837)
Aristocrate anglais, il commence très jeune une
brillante carrière commerciale d’où il acquiert
l’importante fortune qui lui permet de collectionner,
dans un premier temps, des estampes (notamment de
très belles feuilles de Rembrandt), puis toutes sortes
d’objets d’art (monnaies, tableaux, manuscrits…). En
mars 1838, sa collection, parmi laquelle des dessins de
Carrache, de Michel-Ange, de Titien et une centaine
de Rembrandt, est vendue chez Christie’s. Neuf de ses
dessins sont conservés au musée
Condé.
Sa marque, à la plume, représente ses
initiales, WE.

Collection Charles Sackville Bâle
(1791-1880)
Charles Sackville Bâle, un des plus fins connaisseurs de
son temps, collectionne tableaux anciens et modernes,
dessins, estampes, porcelaines, miniatures, médailles,
gemmes, objets d’art et sculptures. Les ventes de ses
collections, comprenant 3 500 numéros environ, suscite
le plus vif intérêt en Angleterre et sur le continent. Onze
dessins de sa collection sont conservés
au musée Condé.
Sa marque représentant ses trois initiales
est inscrite au verso des dessins : CSB.
Marque d’atelier d’Eugène Delacroix
(1798-1863)
Chef de file du courant romantique, il demande par
testament que ses dessins, entre 6 000 et 7 000, ainsi que
des tableaux et des esquisses, soient exposés et vendus
publiquement après sa mort. La collection Delacroix
comprend également des dessins et des estampes de
maîtres anciens et modernes, sur lesquels d’ailleurs la
marque de collection ne figure pas.
Quatre dessins portant la marque
d’atelier d’Eugène Delacroix sont
conservés au musée Condé.
Elle représente ses initiales, ED.

Les Annonces de la Seine - Supplément au numéro 13 du jeudi 4 mars 2010

Culture
Collection Edouard Desperet
(1804-1865)
A Paris il se fait connaître par ses gravures sur bois puis
se fait employer à la Chalcographie du Louvre. Artiste
de second ordre, insatisfait de son propre travail, il
commence à collectionner des œuvres de Watteau,
Lancret ou encore Boucher. Afin de pouvoir enrichir sa
collection, le reste de sa vie n’est que privations et petits
travaux d’illustration. Dépressif à la fin de sa vie, il ne se
consacre plus qu’à sa collection dont la
vente a lieu en 1866, après sa mort.
Vingt-cinq de ses dessins sont
conservés au musée Condé.
Sa marque de collection est un D seul.
Collection Jean Gigoux
(1806-1894)
Formé à l’Ecole des Beaux Arts de Paris, il réunit autour
de lui artistes, écrivains et amateurs, rencontres qu’il relate
dans ses Causeries sur les artistes de mon temps en 1885.
Il rassemble une collection si importante qu’il en vend
une partie de son vivant, ne gardant que les plus belles
pièces (parmi lesquels 460 tableaux et quelques 3 000
dessins) dont il fait don à sa mort à la ville de Besançon.
Dix de ses dessins sont conservés au musée Condé.

Sa marque représente ses initiales
superposées et inversées. Elle est généralement accompagnée d’annotations
de sa main.
Collection Henri d’Orléans, duc d’Aumale
(1822-1897)
Cinquième fils de Louis Philippe, il se distingue dans
des combats militaires en Algérie, ce qui lui vaut
d’être nommé en 1847 gouverneur de cette province. Exilé en 1848, il se fixe en Angleterre où il se
consacre aux lettres et aux arts. A son retour en
1871, il fait reconstruire le château de Chantilly, rasé
en grande partie après la Révolution, pour y installer
ses collections d’objets d’art parmi lesquelles 3 000
gravures et plus de 2 000 dessins dont les 362 portraits de Clouet provenant de la collection de
Catherine de Médicis.
Il choisit comme marque de collection la fleur de lys
de la maison de France, tirée de ses
propres armes et de celle des princes
de Condé qui lui léguèrent Chantilly,
y ajoutant la brisure, signe distinctif
des Condé.
2010-102

© RMN / Réné-Gabriel Ojeda

Francesco Primaticcio,
Primatice (dit), (1504-1570),
Les anges montrant
l’étoile des mages.
Sanguine, lavis, gouache blanche,
stylet, papier beige.
Collection Robert Udny.

Exposition
jusqu'au 5 avril 2010
Domaine de Chantilly
60500 CHANTILLY
Téléphone :
03 44 27 31 80

Les Annonces de la Seine - Supplément au numéro 13 du jeudi 4 mars 2010

5

Au fil des pages

attire en plein cœur de Paris chaque jour
des milliers de visiteurs de toutes nationalités.
A travers 500 œuvres (choisies pour leur
caractère incontournable, leur intérêt
historique, ou encore pour leur originalité), ce coffret, conçu à la manière
d'un imagier géant, présente les œuvres
de toutes époques et toutes provenances en respectant l'organisation par
départements du musée.
Un coffret (21 x 21 cm) et un façonnage
uniques avec une tranche couleur argent associé à la mise en page épurée de
Philippe Apeloig en font un véritable li2010-104
vre objet.

Les poinçons français

Editions de La Martinière
544 pages - 35,00 €

D'Or, d'Argent, de Platine
De 1275 à nos jours

des propos enregistrés, des scènes et des
gestes observés que l'on peut réellement
comprendre comment les limites du patrimoine n'ont cessé, en une génération,
de s'étendre, englobant désormais non
seulement la "cathédrale" mais aussi la
petite "cuillère", selon les mots d'André
Chastel définissant le service de l'Inventaire.
Appliquant à la question patrimoniale
les méthodes de la sociologie pragmatique, cette étude s'inscrit dans la perspective d'une sociologie des valeurs, tentant d'élucider ce qu'on entend aujourd'hui dans notre société par l'ancienneté, l'authenticité, la singularité ou la
beauté, et ce qu'on en attend. 2010-106

Yves Markezana

Cet ouvrage permet de connaître et de
reconnaître les marques apposées sur
les ouvrages d’orfèvrerie et de bijouterie. Les principaux poinçons d’or, d’argent et de platine réalisés depuis 1275
sont étudiés.
Plus de deux mille dessins reproduits à
la main permettent d’identifier les détails de chaque marque.
La localisation sur l’objet des poinçons, leur provenance, ainsi que les
techniques d’expertise et l’évolution
de la législation ayant trait au sujet, apportent les connaissances nécessaires au
2010-103
spécialiste et à l’amateur.
Editions Vial
240 pages - 60,00 €

Histoire de l'Art
Architecture Sculpture Peinture
Jacques Thuillier

Cet ouvrage a cherché à résoudre une
triple gageure : évoquer toute l'histoire
de l'art en un seul volume clair et facilement maniable ; faire une part égale
au texte et à l'illustration ; chercher à
éveiller la curiosité pour chaque époque
et chaque art (architecture, sculpture et
peinture). Au lieu d'une énumération de
noms, de dates et de faits, des œuvres
volontairement choisies parmi les plus
significatives de toutes les époques et directement commentées sont reproduites. Elles offrent une première esquisse de ce qu'il faut savoir et compren2010-105
dre dans l'histoire de l'art.

Louvre
Textes : Daniel Soulié
Photographies : Erich Lessing
Mise en page : Philippe Apeloig
Préface : Henri Loyrette

Considéré comme le plus grand musée
du monde, par sa taille et la richesse des
ses collections, le musée du Louvre

6

Editions Flammarion
640 pages - 30,00 €

La fabrique du patrimoine
Nathalie Heinich

A partir d'enquêtes au plus près du terrain, c'est dans le détail des procédures,

Collection Ethnologie de la France éditée
par le Ministère de la Culture et la Maison
des sciences de l'Homme
176 pages - 20,00 €

Trésors d'orfèvrerie en
Languedoc au XVIème siècle
Musée Paul-Dupuy Toulouse
Textes : Jean Penent, Georges Costa,
Claude Aliquot

Au XVIème siècle, le gouvernement de
Languedoc représente un vaste territoire
allant du pays toulousain à la vallée du
Rhône. Entre tradition gothique et Renaissance, les orfèvres de Toulouse,
Montpellier, Béziers ou Le-Puy-enVelay, produisent des œuvres remarquables, mais celles-ci survivront rarement
aux guerres et aux révolutions. Le patient travail de recherche mené pas à pas
depuis cent ans par des chercheurs
passionnés nous permet de découvrir
aujourd'hui la richesse de ce patrimoine
méconnu et de prendre conscience de
son extrême fragilité.
2010-107
Un, Deux...Quatre Editions
112 pages - 19,00 €

Les Annonces de la Seine - Supplément au numéro 13 du jeudi 4 mars 2010

Agenda
Commandées par plusieurs
générations de souverains
(Marguerite d’Autriche, Charles-Quint,
Philippe II), ces œuvres sont un
témoignage éblouissant du rôle
majeur de la tapisserie dans les
décors des grandes monarchies
européennes au XVIème siècle.
2010-110

du 15 avril au 4 juillet 2010
Galerie des Gobelins
42, avenue des Gobelins
75013 PARIS
Téléphone : 01 44 08 53 49

LYDIA D.
“MUSE ET MODÈLE DE MATISSE”
Cette exposition organisée par le
Musée départemental Matisse au
Cateau-Cambrésis et le musée
Matisse de Nice porte sur une femme
d'exeption.
En octobre 1932 dans l'atelier d'Henri
Matisse apparut une assistance - une
jeune femme russe Lydia Nikolaevna
Delectorskaya. Quelques années plus
tard la blonde sibérienne devint son
modèle, sa secrétaire et une amie
proche, restant à côté de l'artiste
jusqu'à la fin de ses jours en 1954.
“La grande inspiratrice du maître,
écrira Raymond Escholier, par sa
splendeur plastique, par la beauté et
l'expression de son visage, et aussi par
son intelligence et son esprit, demeure
Lydia Delectorskaya”.
2010-108

jusqu’au 30 mai 2010
Musée départemental Matisse
Palais Fénelon
LE CATEAU-CAMBRÉSIS (59)
Téléphone : 03 27 84 64 78

JEAN COCTEAU, 1889-1963
SUR LES PAS D'UN MAGICIEN
Né il y a 120 ans à Maisons-Laffitte,
Jean Cocteau occupe depuis plus

d’un siècle l’espace artistique et reste
présent à travers toutes les facettes
de sa création. Intellectuel et artiste
multidisciplinaire, il demeure une
figure protéïforme du XXème siècle et à
ce titre bénéficie d’une
reconnaissance internationale.
Si le grand public connaît son œuvre,
ou du moins, une partie de ses écrits,
de sa filmographie ou de son théâtre,
moins nombreux sont ceux qui
connaissent son travail de
dessinateur, de peintre et d’une
manière générale l’ensemble de ses
recherches plastiques.
Cette exposition, par son caractère
rétrospectif, a pour ambition de faire
découvrir la richesse et la diversité
d’une œuvre qui exploita tous les
champs et tous les moyens
artistiques dont il disposa.
Ces témoignages devraient permettre
d’élargir la vision que l’on a de ce
“génie fragile”, témoin et acteur
d’époques riches et mouvementées.
2010-109

jusqu’au 23 mai 2010
Palais Lumière
Quai Albert Besson
EVIAN (74)
Téléphone : 04 50 83 15 90

TRÉSORS DE LA COURONNE
D’ESPAGNE
UN AGE D’OR DE LA TAPISSERIE
FLAMANDE
A l’occasion de la présidence
espagnole de l’Union européenne, le
Mobilier national propose pour le
printemps prochain un événement
exceptionnel : l'exposition d'une
vingtaine de tapisseries flamandes de
la Renaissance des anciennes
collections des Habsbourg,
appartenant aujourd’hui au
Patrimonio Nacional et conservées
dans les palais royaux d’Espagne.
Ces pièces, dont quelques-unes furent
présentées à l’exposition universelle
de 1900 à Paris, sont l’un des joyaux
du patrimoine espagnol et constituent
un sommet de l’art de la tapisserie.

récemment disparu et dont 2010
marque le centenaire de la naissance.
Cette exposition offrira une vision
renouvelée de ce grand photographe
en présentant près de
150 photographies : celles qui l’ont
rendu célèbre dans l’histoire de la
photographie, mais aussi d’autres
images totalement inédites, prises
lors de ses nombreux voyages.
2010-112

du 16 avril au 22 août 2010
Monnaie de Paris
11, quai de Conti
75006 PARIS
Téléphone : 01 40 46 58 58

LE CHAPEAU, PAS SI BÊTE !
Entre l’Homme et l’Animal, c’est une
vieille histoire d’amour. Réel ou
imaginaire, l’animal est souvent
présent dans le chapeau. Qu’il soit
chapeau de mode pour sublimer la
personne, chapeau de fonction ou
militaire pour signifier un grade,
symboliser le pouvoir, le rang social,
ou encore chapeau de spectacle pour
évoquer le monde des contes, des
mythes, l’animal est une ressource
inépuisable pour le créateur.
Cette nouvelle exposition présentera
une centaine de pièces au public : des
créations contemporaines et plus
anciennes, des chapeaux ethniques,
des coiffures militaires et de fonction,
des chapeaux issus du monde du
spectacle. 2010-111
du 29 mai au 3 octobre 2010
Atelier-Musée du Chapeau
16, route de Saint Galmier
CHAZELLES-SUR-LYON (42)
Téléphone : 04 77 94 23 29

WILLY RONIS
"UNE POÉTIQUE DE L'ENGAGEMENT"
“Mes photos ne sont pas des
revanches contre la mort et je ne
connais pas d’angoisse existentielle.
Je ne sais même pas où je vais, sauf
au-devant - plus ou moins
fortuitement - de choses ou de gens
que j’aime, qui m’intéressent ou me
dérangent”. Willy Ronis
Le Jeu de Paume et la Monnaie de
Paris rendent hommage à Willy Ronis,

LES ANNONCES DE LA SEINE

Siège social :
12, rue Notre-Dame des Victoires
75002 PARIS
R.C.S. PARIS 572 142 677 (1957 B 14267)
Téléphone : 01.42.60.36.35.
Télécopie : 01.47.03.92.15
Internet : www.annoncesdelaseine.fr
e-mail : as@annonces-de-la-seine.fr
SUPPLÉMENT CULTURE

Directeur de la publication :
Jean-René Tancrède
Rédactrice en chef :
Christine Rousseau-Portalis
Publicité : au Journal
Commission paritaire :
n° 0708 I 83461
I.S.S.N. : 0994-3587
Tirage : 5 032 exemplaires
Impression : M.I.P.
3, rue de l’Atlas - 75019 PARIS
Abonnement : 95 €uros

2009

Copyright 2010 : Les manuscrits non insérés
ne sont pas rendus. Sauf dans les cas où elle
est autorisée expressément par la loi et les
conventions internationales, toute reproduction,
totale ou partielle du présent numéro est
interdite.

Les Annonces de la Seine - Supplément au numéro 13 du jeudi 4 mars 2010

7

Adjudicare venditus

L'Empire à
Fontainebleau
Maison de ventes Osenat* - 5, rue Royale - 77300 Fontainebleau
Adjudication du 8 novembre 2009
42 500 €
Deux précieuses reliques forgées par le roi
Louis XVI et provenant de la famille de Cléry.
Elles comprennent une clé en fer forgé à anneau
ovale et un ornement de serrure en fer forgé à la
fleur de lys travaillée à jours.
Ces deux précieuses reliques forgées par le Roi sont
présentées sur une plaque en bois recouverte d'un
velours beige, dans un superbe cadre en argent
signé “Touron”, surmonté des Armes de France
sous couronne.
B.E. 16,5 x 17,7 cm.
Le cadre s'ouvre au dos et contient à l'intérieur,
garni de soie ivoire, le catalogue de la vente où l'on
retrouve la description de ces souvenirs sous le
n°4 de la vente du mardi 10 décembre 1896 à
Rouen sous le titre “Réunion d'objets historiques
ayant appartenu à Louis XVI et à la famille royale”.
Elles ne sont jamais sorties de la famille Cléry,
et faisaient chaque année l'objet d'un pèlerinage,
le 21 janvier”.

187 500 €

Record mondial
Casque à cimier
de Cuirassier du
modèle 1804.
Bombe en argent
à la Minerve.
Cimier en laiton
doré et estampé,
gravé sur le parepluie. Lentille de
marmouzet en
laiton doré, à
décor repoussé. Fronton à tête de Gorgone et
feuilles d’acanthe, surmonté d’une cuirasse à
l’antique en argent au chiffre “4” en relief.
Cuirasse au modèle 1804, en cuivre argenté,
gravé.
Plastron à arête médiane, saillante, à busc
prononcé et découpé en pointe sur le ventre, bordé
d’un bourrelet de protection et de 32 rivets à têtes
rondes en laiton, et enrichi d’un filet gravé
d’accolades en suite sur le pourtour.
Provenance : Anciennes collections : Lalauze avant
1935, Courtois 1935, Bouché 1995, puis collection
particulière d’un grand amateur.

212 500 €
Troisième tabouret des Maréchaux attribué à Martin-Guillaume Biennais (1764-1843)
Rarissime et superbe tabouret en X dit “des Maréchaux” formé par deux paires de sabres à
l'Orientale croisés. En acajou en forme de sabre, à poignées en ébène, monture en bronze
ciselé, pommeaux en têtes de lions ornés sur les nuques de palmes. Seuls trois tabourets sur
les douze commandés ont été réalisés. Deux tabourets se trouvent à La Malmaison, et JeanPierre Osenat présentait le troisième à Fontainebleau ce jour. Vers 1813-1814.
* Téléphone : 01 64 22 27 62
2010-113

8

Les Annonces de la Seine - Supplément au numéro 13 du jeudi 4 mars 2010