Sie sind auf Seite 1von 101

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le

Très Miséricordieux

Abréviations utilisées
(pbsl) : paix et bénédiction sur lui (fait suite à une
référence au Prophète Mohammed)
(psl) : paix sur lui (fait suite à une référence à un
prophète)
(pse) : paix sur eux (fait suite à une référence aux
prophètes)

www.harunyahya.fr
e-mail : contact@harunyahya.fr
LE SECRET
DES EPREUVES

Toute âme doit goûter la mort.


Nous vous éprouverons par le
mal et par le bien (à titre) de tentation.
Et c'est à Nous que vous serez ramenés.
(Sourate al-Anbiya, 35)

HARUN YAHYA
(ADNAN OKTAR)
A PROPOS DE L’AUTEUR
Adnan Oktar, qui écrit sous le pseudonyme HARUN YAHYA, est né à
Ankara en 1956. Il a effectué des études artistiques à l'Université Mimar
Sinan d'Istanbul, et a étudié la philosophie à l'Université d'Istanbul. Depuis
les années 80, il a publié de nombreux ouvrages sur des sujets politiques,
scientifiques et liés à la foi. Harun Yahya est devenu célèbre pour avoir
remis en cause la théorie de l'évolution et dénoncé l'imposture des évolu-
tionnistes. Il a également mis en évidence les liens occultes qui existent
entre le darwinisme et les idéologies sanglantes du 20ème siècle.
Les ouvrages d'Harun Yahya, qui ont été traduits en 41 langues, consti-
tuent une collection de plus de 45.000 pages et 30.000 illustrations.
Son pseudonyme est constitué des noms "Harun" (Aaron) et "Yahya"
(Jean), en mémoire de ces deux prophètes estimés qui ont tous deux lutté
contre le manque de foi de leurs peuples. Le sceau du Prophète (paix et bé-
nédiction sur lui) qui figure sur la couverture des livres de l'auteur, revêt
un caractère symbolique lié à leur contenu. Ce sceau signifie que le Coran
est le dernier Livre d’Allah, Son ultime parole, et que notre Prophète (paix
et bénédiction sur lui)) est le dernier maillon de la chaîne prophétique. En
se référant au Coran et à la Sounna, l'auteur s'est fixé comme objectif d'ané-
antir les arguments des tenants des idéologies athées, pour réduire au si-
lence les objections soulevées contre la religion. Le Prophète (paix et
bénédiction sur lui) a atteint les plus hauts niveaux de la sagesse et de la
perfection morale, c'est pourquoi son sceau est utilisé avec l'intention de
rapporter le dernier mot.
Tous les travaux de l'auteur sont centrés sur un seul objectif : communi-
quer aux autres le message du Coran, en les incitant à réfléchir à des ques-
tions liées à la foi, telles que l'existence d’Allah, Son unicité, l'au-delà, et en
exposant les fondations faibles et les idéologies perverses des systèmes
athées.
L'œuvre de Harun Yahya est connue à travers de nombreux pays, de
l'Inde aux États-Unis, de la Grande-Bretagne à l'Indoné-
sie, de la Pologne à la Bosnie, de l'Espagne au Brésil.
Certains de ses livres sont disponibles dans les
langues suivantes : l'anglais, le français, l'allemand,
l'espagnol, l'italien, le portugais, l'urdu, l'arabe, l'al-
banais, le chinois, le swahili, le hausa, le divehi
(parlé à l'île Maurice), le russe, le serbo-croate (bos-
niaque), le polonais, le malais, l'ouïgour, l'indoné-
sien, le bengali, le danois et le suédois et de
nombreux lecteurs du monde entier les ap-
précient.
Ces ouvrages ont permis à de nombreuses personnes d'attester de leur
croyance en Allah, et à d'autres d'approfondir leur foi. La sagesse et le style
sincère et fluide de ces livres confèrent à ces derniers une touche distinctive
qui ne peut manquer de frapper ceux qui les lisent ou qui sont amenés à les
consulter. Ceux qui réfléchissent sérieusement sur ces livres ne peuvent
plus soutenir l'athéisme ou toute autre idéologie et philosophie matéria-
liste, étant donné que ces ouvrages sont caractérisés par une efficacité ra-
pide, des résultats définis et l'irréfutabilité. Même s'il y a toujours des
personnes qui le font, ce sera seulement une insistance sentimentale puis-
que ces livres réfutent telles idéologies depuis leurs fondations. Tous les
mouvements de négation contemporains sont maintenant vaincus de point
de vue idéologique, grâce aux livres écrits par Harun Yahya. L'auteur ne
tire pas de fierté personnelle de son travail ; il espère seulement être un
support pour ceux qui cherchent à cheminer vers Allah. Aucun bénéfice
matériel n'est recherché dans la publication de ces livres.
Ceux qui encouragent les autres à lire ces livres, à ouvrir les yeux du
cœur et à devenir de meilleurs serviteurs d’Allah rendent un service inesti-
mable.
Par contre, encourager des livres qui créent la confusion dans l'esprit des
gens, qui mènent au chaos idéologique et qui, manifestement, ne servent
pas à ôter des cœurs le doute, s'avère être une grande perte de temps et d'é-
nergie. Il est impossible, pour les nombreux ouvrages écrits dans le seul
but de mettre en valeur la puissance littéraire de leurs auteurs, plutôt que
de servir le noble objectif d'éloigner les gens de l'égarement, d'avoir un im-
pact si important. Ceux qui douteraient de ceci se rendront vite compte que
Harun Yahya ne cherche à travers ses livres qu'à vaincre l'incrédulité et à
diffuser les valeurs morales du Coran. Le succès et l'impact de cet engage-
ment sont évidents dans la conviction des lecteurs.
Il convient de garder à l'esprit un point essentiel : la raison des cruautés
incessantes, des conflits et des souffrances dont la majorité des gens sont
les perpétuelles victimes, est la prédominance de l'incroyance sur cette
terre. On ne pourra mettre fin à cette triste réalité qu'en bâtissant la défaite
de l'incrédulité et en sensibilisant le plus grand nombre aux merveilles de
la création ainsi qu'à la morale coranique, pour que chacun puisse vivre en
accord avec elle. En observant l'état actuel du monde qui ne cesse d'aspirer
les gens dans la spirale de la violence, de la corruption et des conflits, il ap-
paraît vital que ce service rendu à l'humanité le soit encore plus rapide-
ment et efficacement. Sinon, il se pourrait bien que les dégâts causés soient
irréversibles.
Les livres d'Harun Yahya, qui assument le rôle principal dans cet effort,
constitueront par la volonté d’Allah un moyen par lequel les gens attein-
dront au 21ème siècle la paix, la justice et le bonheur promis dans le Coran.
A L'ATTENTION DU LECTEUR

Dans tous les livres de l'auteur, les questions liées à la foi sont expli-
quées à la lumière des versets coraniques et les gens sont invités à con-
naître la parole d’Allah et à vivre selon Ses préceptes. Tous les sujets
qui concernent les versets d’Allah sont expliqués de telle façon à ne
laisser planer ni doute, ni questionnement dans l'esprit du lecteur. Par
ailleurs, le style sincère, simple et fluide employé permet à chacun,
quel que soit son âge ou son appartenance sociale, d'en comprendre fa-
cilement la lecture. Ces écrits efficaces et lucides permettent également
leur lecture d'une seule traite. Même ceux qui rejettent vigoureuse-
ment la spiritualité resteront sensibles aux faits rapportés dans ces li-
vres et ne peuvent réfuter la véracité de leur contenu.
Ce livre et tous les autres travaux de l'auteur peuvent être lus indivi-
duellement ou être abordés lors de conversations en groupes. Les lec-
teurs qui désirent tirer le plus grand profit des livres trouveront le
débat très utile dans le sens où ils seront en mesure de comparer leurs
propres réflexions et expériences à celles des autres.
Par ailleurs, ce sera un grand service rendu à la religion que de contri-
buer à faire connaître et faire lire ces livres, qui ne sont écrits que dans
le seul but de plaire à Allah. Tous les livres de l'auteur sont extrême-
ment convaincants. De ce fait, pour ceux qui souhaitent faire connaître
la religion à d'autres personnes, une des méthodes les plus efficaces est
de les encourager à les lire.
Dans ces livres, vous ne trouverez pas, comme dans d'autres livres, les
idées personnelles de l'auteur ou des explications fondées sur des
sources douteuses. Vous ne trouverez pas non plus des propos qui
sont irrespectueux ou irrévérencieux du fait des sujets sacrés qui sont
abordés. Enfin, vous n'aurez pas à trouver également de comptes-ren-
dus désespérés, pessimistes ou suscitant le doute qui peut affecter et
troubler le cœur.
TABLE DES MATIERES

Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

Le monde est un lieu d'épreuves . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

Le grand secret . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

Le musulman dans l'adversité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

Comment les non-croyants réagissent-ils


dans l'adversité ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

La mise à l'épreuve se prolonge jusqu'à la mort . . . . . . . . . . . . 64

Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

La tromperie de l’evolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
INTRODUCTION

T rès certainement au cours de votre vie, vous avez dû dépen-


ser de l’énergie et du temps pour obtenir quelque chose. Au
lycée, vous avez passé des examens afin d’être accepté à l’u-
niversité de votre choix. La plupart des jeunes considèrent ces exa-
mens comme un tournant de leurs vies, car de leurs résultats
dépendront leur avenir. Ils s’y préparent durant des années, quitte à
réduire les heures de sommeil et les loisirs. Décidés à entrer dans
l’université qu’ils ont choisie, ils restent patients et déterminés.
Prenons maintenant l’exemple de ceux dont le but principal est
d’avoir une belle maison. Cela demande de solides moyens finan-
ciers. Aussi travaillent-ils jour et nuit pour occuper un bon poste,
puis gravir les échelons et donc gagner leur vie de mieux en mieux.
Enfin, après des années de sacrifice, ils pourront acheter ou cons-
truire la maison de leur rêve.
Comme le montre ces exemples, il faut travailler dur et avec
une grande détermination, longtemps afin de surmonter les obsta-
cles qui nous séparent de notre but. Quant à ceux qui recherchent le
pouvoir, l’argent, la position sociale, la gloire ou une carrière parti-
culière, ils devront fournir des efforts importants face aux différents
revers de fortune, et comme ils le disent, "donner une part d’eux-
mêmes".
Mais nous devons ici considérer un point important : les exem-
ples précédents concernent des plaisirs éphémères de la vie terres-

8
Harun Yahya (Adnan Oktar)

tre, qui prendront fin suite aux circonstances ou à la mort de la per-


sonne. Un jeune homme brillant et studieux peut très bien mourir
d’un accident avant de passer ses examens. De la même manière, les
efforts et l’énergie déployés à acheter une maison peuvent se réduire
en cendres suite à un incendie.
Tous les plaisirs de cette vie terrestre sont transitoires, peu im-
porte l’effort consacré. Mais il existe une vie réelle et authentique de
plaisirs éternels, dont on peut jouir pour l’éternité : la vie après la
mort pour laquelle les croyants luttent âprement. Ils se rappellent
constamment combien elle est, et de loin, bien plus importante que
tout.
Ainsi, cette vie ici-bas est un "terrain d’épreuves" par lequel les
êtres humains doivent passer afin de déterminer quelle sera leur vie
éternelle dans l’au-delà. En somme, les êtres humains passent un
examen sur terre pour entrer dans la vie suivante. Dans tous les cas,
la réponse correcte est la recherche de la satisfaction d’Allah (Dieu).
En fait, la vie n’est rien moins qu’une période transitoire de tests et
d’entraînement créée par Allah pour chaque individu. Tout au long
de cette phase, les êtres humains se doivent de méditer sur cette réa-
lité afin de connaître notre Seigneur, obéir à Ses commandements, et
chercher Sa satisfaction. Ils ont également la responsabilité de faire
preuve de grâce, de patience et de force morale face aux événements
qu’ils vont vivre dans ce monde. Seuls les croyants connaissent le
grand secret qui réside dans ces épreuves : ils sont satisfaits car ils
savent que toute épreuve vient de notre Seigneur et ils prennent par
conséquent toutes les situations avec un enthousiasme serein.
Ceux qui s’approprient ce secret et vivent en accord avec cette
vérité autant cachée que claire, gagneront un trésor éternel. Ce livre
annonce ces vérités à ceux qui ne connaissent pas ce secret et qui vi-

9
LE SECRET DES EPREUVES

vent sans même penser à la réalité. Ce livre leur rappelle donc qu’ils
doivent se préparer à un objectif bien plus grand que les choses de
ce monde.
Ne l'avons-Nous pas guidé aux deux voies. Or, il ne s'en-
gage pas dans la voie difficile ! Et qui te dira ce qu'est la
voie difficile ? C'est délier un joug, ou nourrir, en un jour
de famine, un orphelin proche parent ou un pauvre dans le
dénouement. Et c'est être, en outre, de ceux qui croient et
s'enjoignent mutuellement l'endurance, et s'enjoignent
mutuellement la miséricorde. Ceux-là sont les gens de la
droite; alors que ceux qui ne croient pas en Nos versets sont
les gens de la gauche. Le feu se refermera sur eux. (Sourate
al-Balad, 10-20)

10
LE MONDE EST UN
LIEU D’EPREUVES

Allah créa les hommes et tous les êtres vivants dans un but
donné comme Il l’explique dans le Coran, guide qu’Il révéla à toute
l’humanité : "Croyiez-vous que Nous vous avons créé pour le di-
vertissement et que vous ne retourneriez pas vers Nous?" (Sourate
Gafir, 115) et "Je n'ai créé les djinns et les hommes que pour qu'ils
M'adorent… " (Sourate ad-Dariyat, 56).
En d’autres termes, les hommes furent créés pour servir Allah.
Les êtres humains ont une durée de vie moyenne de 60 à 70 ans.
Mais le temps file comme les grains de sable dans le sablier. Chacun
demeurera dans ce monde pour une durée connue d’Allah seul, car
Allah crée la destinée que personne ne peut modifier.
Toute chose dans ce monde arrivera à son terme le moment
venu, car "la vie d'ici-bas ne paraîtra que comme une jouissance
éphémère" (Sourate ar-Raad, 26). Toute chose, ici-bas, vieillit, dimi-
nue et est vouée à disparaître. Le temps détruit tout, aussi bien les
hommes que les choses. Ceux qui s’attachent à cette vie éphémère fi-
niront par tout perdre. C’est pourquoi notre Prophète (pbsl) recom-
manda de méditer sur la mort et dit : "Ceux qui sont les plus
conscients de la mort et s’y préparent, ce sont là les plus sages."1
Dans ses travaux, le grand savant musulman Bediuzzaman
Said Nursi rappelait constamment à ses lecteurs l'aspect temporaire
de la vie terrestre et invitait tous les hommes à travailler dur pour at-
teindre la vie de l'au-delà :

11
LE SECRET DES EPREUVES

Le monde est une maison d'hôte où l'homme ne demeure qu'un court mo-
ment. Il est un invité avec de nombreux devoirs et durant sa courte vie il
doit préparer toutes les nécessités pour la vie éternelle.2
Bediuzzaman compare la brève vie humaine à une visite tem-
poraire et dans un autre exemple, il dit que "les êtres humains
comme les animaux ont été amenés à vivre pour perpétuer leur vie
dans le monde." Il ajoute ensuite :
O mon âme et mon amie ! Reviens à toi ! Ne dilapide pas le capital et les
possibilités de ta vie dans les plaisirs de la chair et dans cette vie éphémère
tel un animal ou moins encore. Sinon, bien que cinquante fois supérieur
en capital que le plus élevé des animaux, tu tomberas cinquante fois plus
bas que le plus vil.3
Les êtres humains sont, en effet, doués de qualités supérieures
comme l'intelligence, la conscience et le bon sens. Ainsi, le but de
leur création n'est clairement pas la chasse aux plaisirs temporaires
de cette vie terrestre courte et imparfaite, mais bien d'atteindre la
beauté de l'éternité en recourant à leurs hautes qualités face aux
épreuves.
Les individus sont éprouvés suivant leurs réactions devant les
événements qu'ils rencontrent dans ce monde, et suivant leur carac-
tère moral et leurs intentions. Il ne suffit pas de dire : "Je crois". La foi
doit transparaître dans les actes et dans les mots. Le jour du jugement,
toutes les actions, publiques et secrètes, seront révélées et ils devront
rendre des comptes détaillés pour chacune d'elle. Aucune injustice ne
leur sera faite, car Allah dit dans le Coran : "Ils ne seront point lésés,
fût-ce d'un brin de noyau de datte…" (Sourate an-Nisa, 49).
Ceux dont les bonnes actions pèseront lourd dans la balance
connaîtront les beautés éternelles du paradis, tandis que ceux qui
auront opté pour le mal trouveront leur récompense dans le châti-
ment éternel de l'enfer. Allah a fait de cette courte vie un lieu d'é-
12
Harun Yahya (Adnan Oktar)

preuves :
Celui qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver et de
savoir qui de vous est le meilleur en oeuvre, et c'est Lui le
Puissant, le Pardonneur. (Sourate al-Mulk, 2)

Echanger la vie éternelle pour la vie de ce monde


L'une des graves erreurs des personnes non-croyantes consiste
à considérer ce monde comme perpétuel. Ils ne sont pas conscients
d'être testés, aussi se laissent-ils tromper par ses belles choses. Ils
croient que ce qu'ils acquièrent est le résultat de leurs efforts et que
par conséquent ils se suffisent à eux-mêmes. Dans un environne-
ment non-croyant, l'individu finit par oublier la vie dans l'au-delà et
s'affaire autour de choses qu'il estime belles et précieuses. Dans le
Coran, Allah nous parle de la soif pour ces babioles qui emprison-
nent les hommes dans ce monde :
On a enjolivé aux gens l'amour des choses qu'ils désirent :
femmes, enfants, trésors thésaurisés d'or et d'argent, che-
vaux marqués, bétail et champs; tout cela est l'objet de
jouissance pour la vie présente, alors que c'est près d’Allah
qu'il y a bon retour. Dis : "Puis-je vous apprendre quelque
chose de meilleur que tout cela ? Pour les pieux, il y a, au-
près de leur Seigneur, des jardins sous lesquels coulent les
ruisseaux, pour y demeurer éternellement, et aussi, des
épouses purifiées, et l'agrément d’Allah." Et Allah est clair-
voyant sur Ses serviteurs, (Sourate al-Imran, 14-15)
Comme Allah l'indique dans ce verset, les hommes ont de nom-
breux désirs. Pourtant la satisfaction de ces désirs ne leur est d'au-
cun bénéfice, car leur véritable vie commence dans l'au-delà où ils
demeureront pour l'éternité. Allah explique cette vérité dans les ver-
sets suivants :
13
LE SECRET DES EPREUVES

Et propose-leur l'exemple de la vie ici-bas. Elle est sembla-


ble à une eau que Nous faisons descendre du ciel; la végé-
tation de la terre se mélange à elle. Puis elle devient de
l'herbe desséchée que les vents dispersent. Allah est certes
Puissant en toutes choses ! Les biens et les enfants sont l'or-
nement de la vie de ce monde. Cependant, les bonnes oeu-
vres qui persistent ont auprès de ton Seigneur une
meilleure récompense et suscitent une belle espérance.
(Sourate al-Kahf, 45-46)
D'après ce passage, toutes les richesses, les épouses, les appa-
rats, les maisons, la gloire, la carrière et autres choses précieuses ici-
bas ne sont rien moins que de brefs amusements, qui disparaîtront à
un moment donné.
Or nombreux sont ceux qui ne se rendent pas compte de l'as-
pect transitoire des choses et qui se lancent dans une quête du su-
perlatif : ils désirent davantage de biens matériels, de respect, le
conjoint le plus séduisant, devenir le plus reconnu de leur profes-
sion… Ils sont si passionnément attachés à toutes ces choses qu'ils
en oublient totalement la vie éternelle. Dans la mesure où pour eux,
la mort signifie la destruction, ils ne sont pas préparés à l'autre vie.
Comme le dit Bediuzzaman, la mort n'est pas une séparation ni
une destruction mais plutôt la fin des épreuves dans ce monde. C'est
à ce moment-là que les individus recevront la rétribution de leurs
actes :
La mort n'est pas terrifiante puisqu'elle semble superficielle. A travers la
lumière du sage Coran, dans plusieurs parties de Risale-i Nur nous avons
prouvé de manière complètement irréfutable que, la mort soulage les
croyants des lourds devoirs de la vie. Pour eux, elle équivaut à un repos
du culte qui est l'enseignement et la formation dans l'arène des épreuves
de ce monde. Elle est également un moyen de rejoindre les amis et les re-
14
Harun Yahya (Adnan Oktar)

lations les ayant déjà précédés. Et c'est un moyen d'entrer dans leur véri-
table patrie et éternelle demeure du bonheur. C'est également une invita-
tion aux jardins du paradis depuis le donjon de ce monde. Et c'est le
moment de recevoir le salaire de la munificence du Très Compatissant
Créateur en échange des services rendus. Etant donné que telle est la réa-
lité de la mort, elle ne doit pas être perçue comme étant terrifiante, mais
plutôt comme l'introduction à la clémence et au bonheur.4
En d'autres termes, croire que ce monde est notre véritable pa-
trie est une grande erreur. Comparée à l'éternité, cette vie ne dure
pas même une minute. Ailleurs, Bediuzzaman illustre par un exem-
ple la folie de privilégier le monde ici-bas au détriment du monde à
venir :
Aussi, il parle d'un futur en comparaison duquel le futur de ce monde est
tel un infime mirage. Et il parle très sérieusement d'un bonheur en com-
paraison duquel tout le bonheur terrestre n'est qu'un éclair devant un so-
leil éternel.5
Ainsi, contrairement à ceux qui vivent loin de la morale corani-
que, les musulmans ne se rebellent pas face à la mort. Bien au con-
traire, ils l'accueillent avec l'ardent espoir de recevoir dans l'autre
vie les récompenses pour le bien accompli dans ce monde. Ils vivent
dans l'espérance d'entrer au paradis, comblé de beautés.
Allah révèle dans le verset suivant l'état de ceux qui se concen-
trent uniquement sur l'aspect transitoire de ce monde :
Ceux-là ont échangé la bonne direction contre l'égarement
et le pardon contre le châtiment. Qu'est-ce qui leur fera
supporter le feu ? (Sourate al-Baqarah, 175)
Ces individus qui "ont acheté l'incrédulité au prix de la foi",
ainsi dépeints dans un autre verset, se méprennent grandement.
Nous pouvons citer un autre exemple pour mettre en valeur ce
qu'ils perdent.
15
LE SECRET DES EPREUVES

Voilà deux individus auxquels l'on donne beaucoup d'argent à


dépenser comme bon leur semble. L'un dépense de manière insou-
ciante et se retrouve rapidement sans aucun sous, tandis que l'autre
l'utilise de sorte que lui et toute l'humanité en profitent. Lorsque la
première personne est appelée à rendre des comptes, que lui reste-t-
elle si ce n'est une grande tristesse ?
En somme, tous les biens matériels, la culture, la renommée, la
beauté et les autres bienfaits accordés aux êtres humains dans ce
monde sont autant d'opportunités pour se préparer à l'au-delà.
Conscients de ce fait, les croyants se saisissent pleinement de ces op-
portunités.
Les non-croyants sont comme les individus qui dilapident leur
argent. Leur courte vie est menée dans l'insouciance et ensuite ils
souffriront d'une grande perte dans la vie éternelle :
Dis : "Voulez-vous que Nous vous apprenions lesquels
sont les plus grands perdants, en œuvres ? Ceux dont l'ef-
fort, dans la vie présente, s'est égaré, alors qu'ils s'imagi-
nent faire le bien. Ceux-là qui ont nié les signes de leur
Seigneur, ainsi que Sa rencontre. Leurs actions sont donc
vaines". Nous ne leur assignerons pas de poids au jour de
la résurrection. (Sourate al-Kahf, 103-105)
Ceux qui attendent davantage de la vie et qui savent que seule
la vie future est éternelle, comprennent que les plaisirs terrestres
sont éphémères et s'efforcent par conséquent d'atteindre les beautés
du paradis. Ils sont tout à fait gagnants dans le pacte qu'ils font avec
Allah :
Certes, Allah a acheté des croyants, leurs vies et leurs biens
en échange du paradis. Ils combattent dans le sentier d’Al-
lah : ils tuent et ils se font tuer. C'est une promesse authen-
tique qu'Il a prise sur Lui-même dans la Torah, l'Evangile et
16
Harun Yahya (Adnan Oktar)

le Coran. Et qui est plus fidèle que Allah à son engage-


ment? Réjouissez-vous donc de l'échange que vous avez
fait. C'est là le très grand succès. (Sourate at-Tawbah, 111)

Allah éprouve par le bien et par le mal


Tous les hommes sont mis à l'épreuve d'une manière ou d'une
autre au cours de leur vie. Allah nous indique que cela peut se faire
à travers le bien ou le mal :
Et Nous n'avons attribué l'immortalité à nul homme avant
toi. Est-ce que si tu meurs, toi, ils seront, eux, éternels ?
Toute âme doit goûter la mort. Nous vous éprouverons par
le mal et par le bien à titre de tentation. Et c'est à Nous que
vous serez ramenés. (Sourate al-Anbiya, 34-35)
Les hommes peuvent être éprouvés par toutes sortes de choses.
Par exemple, tout en jouissant des bienfaits de l'abondance, ils doi-
vent veiller à maintenir une moralité agréée par Allah, s'adresser à
Lui dans toutes leurs intentions et actions, obéir à Ses commande-
ments et suivre Ses conseils. S'ils se laissent prendre par les plaisirs
éphémères de ce monde, la richesse peut leur faire oublier la réalité.
Cependant, les croyants sont toujours reconnaissants envers Allah,
quels que soient les bienfaits dont ils jouissent.
Les hommes peuvent être éprouvés par la maladie, les cataclys-
mes, les pressions exercées par les non-croyants, les paroles blessan-
tes, la calomnie, les pièges ou les railleries. Les musulmans
conscients de l'épreuve se raccrochent à la patience qui mène finale-
ment au bien.
Comme nous l'avons mentionné plus tôt, ils ont conclu un
pacte avantageux en échangeant la vie de ce monde contre celle de
l'au-delà. Suivant le Coran, "… sachez que vos biens et vos enfants
ne sont qu'une épreuve et qu'auprès d’Allah il y a une énorme ré-
17
LE SECRET DES EPREUVES

compense." (Sourate al-Anfal, 28) Ils savent que leurs vies et leurs
biens appartiennent tous à Allah, c'est pourquoi ni le gain, ni la
perte n'altère leur caractère moral, ni leur point de vue, ni leur fidé-
lité à notre Seigneur. Allah décrit cette qualité dans plusieurs ver-
sets:
Mais le messager et ceux qui ont cru avec lui ont lutté avec
leurs biens et leurs vies. Ceux-là auront les bonnes choses
et ce sont eux qui réussiront. Allah a préparé pour eux des
jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour qu'ils y
demeurent éternellement. Voilà l'énorme succès ! (Sourate
at-Tawbah, 88-89)
Les vrais croyants sont seulement ceux qui croient en Allah
et en Son messager, qui par la suite ne doutent point et qui
luttent avec leurs biens et leurs vies dans le chemin d’Allah.
Ceux-là sont les véridiques. (Sourate al-Hujurat, 15)
Nous comprenons à la lecture de ces versets que, dans ce
monde, les musulmans doivent multiplier les efforts dans la voie
d’Allah pour obtenir Son agrément. Bediuzzaman nous dit que ce
monde n'est qu'un lieu de service, que les hommes traversent en
étant testés par les joies et les peines, et que la récompense de ceux
qui endurent patiemment les frustrations et les douleurs sera im-
mense.
Le royaume terrestre est le terrain d'évaluation, la demeure du service. Ce
n'est pas un lieu de plaisir, de récompense, ni de vengeance. Puisqu'il
s'agit de la demeure du service et d'un lieu de culte, les maladies et les
malheurs – tant qu'ils n'affectent pas la croyance et sont endurés patiem-
ment – se conforment pleinement au service et au culte, et les renforcent.
Etant donné que chaque heure d'adoration équivaut à un jour, il faut re-
mercier au lieu de se plaindre. L'adoration est, en fait, de deux sortes : po-
sitive et négative. Ce que l'on entend par positive est évident. L'adoration
18
Harun Yahya (Adnan Oktar)

négative a lieu quand le croyant affligé par le malheur ou la maladie per-


çoit ses propres faiblesses et son impuissance, il se tourne alors vers son
Soutien compatissant, cherche refuge auprès de Lui, médite sur Lui,
L'implore, et offre ensuite une forme pure d'adoration, sans hypocrisie.
S'il endure patiemment, pense à la récompense successive au malheur et
offre ses remerciements, alors chaque heure qu'il passe en adoration
comptera comme un jour entier. Sa courte vie devient donc très longue. Il
existe même des cas où une seule minute compte autant qu'un jour entier
d'adoration.6
Il est très important de réfléchir sur ces sages paroles. Les hom-
mes ont la responsabilité de servir Allah, de se soumettre et de s'at-
tacher à Lui en toutes circonstances. Une manière de montrer son
attachement est de faire preuve de patience dans l'adversité et face
aux frustrations de ce monde. De plus, les problèmes semblent arri-
ver quand on s'y attend le moins et durent, ou semblent durer, une
éternité ; par exemple pour l'homme riche ruiné, la personne aux
multiples succès qui connaît l'échec, la personne frappée par la perte
d'un être cher, la maladie ou l'handicap. Peu importe le degré d'é-
preuve, Allah promet le bien sans fin à Ses serviteurs endurants.
Aussi faut-il faire le meilleur usage de chaque instant accordé
dans ce monde. Avant de faire ou de dire une chose, le croyant doit
s'interroger sur la meilleure voie qui mène à la satisfaction d’Allah.
Et surtout, il doit éviter de se laisser emporter par ce monde et d'ou-
blier l'existence d'un au-delà. En bref, il doit éviter de troquer l'éter-
nité contre un plaisir transitoire. Le moyen de bénéficier de la bonté
infinie est de se tourner vers Allah :
Toute âme goûtera la mort. Mais c'est seulement au jour de
la résurrection que vous recevrez votre entière rétribution.
Quiconque donc est écarté du feu et introduit au paradis a
certes réussi. Et la vie présente n'est qu'un objet de jouis-
19
LE SECRET DES EPREUVES

sance trompeuse. Certes vous serez éprouvés dans vos


biens et vos personnes ; et certes vous entendrez de la part
de ceux à qui le Livre a été donné avant vous, et de la part
des associateurs, beaucoup de propos désagréables. Mais si
vous êtes endurants et pieux... voilà bien la meilleure réso-
lution à prendre. (Sourate al-Imran, 185-186)

20
LE GRAND SECRET

L es croyants endureront de nombreuses épreuves dans ce


monde, aussi bien dans leurs vies personnelles et dans leurs
biens que par des pièges tendus par des non-croyants,
comme nous le dit Allah dans le Coran. En d'autres termes, les
croyants peuvent connaître l'adversité à chaque étape de leurs vies.
Toutefois il importe avant tout qu'ils maintiennent les valeurs mora-
les du Coran même en des temps difficiles, qu'ils se rappellent sans
cesse Allah, qu'ils Le remercient et qu'ils restent confiants.
Bien sûr, il est plus facile d'user d'un tel comportement quand
tout vous réussi plutôt que lorsque les choses vous dépasse. Mais la
force de la foi du musulman réside dans son refus de compromettre
son caractère moral. Les musulmans qui endurent patiemment la
pauvreté, la faim, la peur, les pertes humaines et matérielles, la ma-
ladie, les menaces des non-croyants, la calomnie ou les pièges rece-
vront une meilleure récompense pour leur excellence morale.
Le Coran cite des exemples de pièges et de pressions subies par
les Prophètes et les pieux compagnons. Pharaon fut en l'occurrence
un grand oppresseur de son peuple. Dans le Coran, Allah dit que
c'était là une épreuve de Sa part :
Et lorsque Nous vous sauvâmes des hommes de Pharaon,
qui vous soumettaient aux plus mauvais tourments : ils
égorgeaient vos fils sans pitié et gardaient en vie vos fem-
mes. C'était là une bien grande épreuve de la part de votre
Seigneur. (Sourate al-Baqarah, 49)

21
LE SECRET DES EPREUVES

Tout ce que les non-croyants entreprennent pour empêcher le


bien est une épreuve pour les croyants. Leur caractère moral in-
ébranlable, leur courage et leur force morale face à ces tests élève-
ront leur récompense et leur statut au paradis. Allah nous indique
dans les versets suivants quel genre d'épreuves les croyants subi-
ront et la finesse de caractère dont ils feront preuve :
Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de
peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de
fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, qui disent,
quand un malheur les atteint : "Certes nous sommes à
Allah, et c'est à Lui que nous retournerons". Ceux-là reçoi-
vent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséri-
corde. Ceux-là sont les biens guidés. (Sourate al-Baqarah,
155-157)
La confiance et la soumission décrites dans les versets ci-dessus
sont un magnifique exemple pour tous les musulmans. Or, les non-
croyants ne peuvent comprendre cette confiance patiente, car ils
croient que les croyants sont, comme eux, guidés par leurs propres
valeurs erronées. Ils s'attendent, par conséquent, à ce que les
croyants se laissent entraîner par l'opulence matérielle et que les
épreuves les effraient au point d'oublier leur foi.
Ils se trompent ! Les musulmans, comprenant le secret derrière
l'adversité, savent que la meilleure chose à faire dans ces cas est d'ê-
tre patient. Les musulmans mettant en pratique les valeurs morales
décrites dans le Coran et s'appliquant à inculquer celles-ci aux au-
tres, voient dans tous ces problèmes un signe de la bonne voie. C'est
pourquoi leur enthousiasme, leur joie et leur détermination sont dé-
cuplés.
Dans le Coran, Allah parle des lois inaltérées depuis toujours,
dont le fait que les croyants rencontreront des difficultés et qu'ils se-
22
Harun Yahya (Adnan Oktar)

ront opprimés par les non-croyants, sans pour autant que ces der-
niers ne réussissent dans leurs tentatives :
Quand même ils ont bien failli t'obliger par la terreur et la
provocation à sortir de cette terre et, dans ce cas, ils n'y se-
raient restés que très peu de temps après toi. Telle fut la
règle appliquée par Nous à Nos messagers que nous avons
envoyés avant toi. Et tu ne trouveras pas de changement en
Notre règle. (Sourate al-Isra, 76-77)
Il s'agit là de l'un des secrets derrière les épreuves de ce monde.
Allah avertit les musulmans de ce qu'ils devront affronter. Il leur ré-
vèle également qu'ils ne pourront entrer au paradis qu'à la condition
de faire face aux mêmes difficultés que leurs pieux prédécesseurs :
Pensez-vous entrer au paradis alors que vous n'avez pas en-
core subi des épreuves semblables à celles que subirent
ceux qui vécurent avant vous ? Misère et maladie les
avaient touchés et ils furent secoués jusqu'à ce que le
Messager, et avec lui, ceux qui avaient cru, se fussent écriés
: "Quand viendra le secours d’Allah ?" Le secours d’Allah
est sûrement proche. (Sourate al-Baqarah, 214)

La soumission au destin
Un autre secret important réside dans la réalité du destin. Tout
musulman sait que Allah créé toute chose, notamment l'homme et
ses parties, en lui allouant sa propre destinée. Il sait aussi que tout ce
qui se produit dans le monde, sans exception, a lieu par Sa volonté,
comme Allah rappelle dans le verset suivant :
C'est Lui qui détient les clefs de l'Inconnaissable. Nul autre
que Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est dans la terre
ferme, comme dans la mer. Il ne tombe pas une feuille sans
qu'Il ne le sache. Et pas une graine dans les ténèbres de la
23
LE SECRET DES EPREUVES

terre, rien de frais ou de sec, qui ne soit consigné dans un


Livre explicite. (Sourate al-Anam, 59)
Personne ne connaît le futur, car chacun est limité par le temps
et ne peut évaluer les événements que du point de vue de l'instant
où il vit. Ne connaissant pas le futur, il peut donc être difficile d'a-
voir conscience de la signification ou de l'utilité sur le long terme de
ce qui est vécu sur le moment. Mais Allah, Créateur du temps, existe
et voit tout "en dehors du temps". Cela nous mène à la réalité de la
destinée, définie comme la connaissance d’Allah de tous les événe-
ments passés et futurs, ainsi que leurs résultats, en un instant.
Ainsi Allah connaît-Il le début et le terme de toutes les épreuves
humaines, passées, futures et présentes. A Ses yeux, tout a déjà été
accompli. Or, nous ne prenons connaissance de ces événements que
lorsque nous les vivons le moment venu.
Les non-croyants ne peuvent pas comprendre cette "science du
destin", et ne peuvent donc pas en être conscients. C'est cette con-
naissance qui permet aux musulmans de faire preuve de patience
face aux situations difficiles. Allah dit dans le Coran : "Nul malheur
n'atteint l'homme que par la permission d’Allah. Et quiconque
croit en Allah, Allah guide son cœur. Allah est omniscient."
(Sourate at-Tagabun, 11), les croyants vivent dans le confort de sa-
voir que ce qui leur arrive est le fruit du destin.
Dans Sa clémence, Allah créa des épreuves variées pour les
croyants qu'Il rendit facile à surmonter, à condition qu'ils Lui restent
fidèles et qu'ils s'en remettent à Lui. Les musulmans qui croient vrai-
ment et se soumettent réellement à Lui voient une leçon dans les
changements constants qui se produisent autour d'eux et ils les at-
tendent avec excitation et gratitude. Tel celui qui est confortable-
ment installé au cinéma devant un film, ils suivent avec une
confiance joyeuse le destin préparé pour eux. Parfois les situations
24
Harun Yahya (Adnan Oktar)

sont riches en activité ou effrayantes ; parfois elles sont agréables et


apaisantes. Toutefois, dans l'ensemble, la joie et l'enthousiasme de la
foi dominent. Même les situations effrayantes sont planifiées et font
partie de la science d’Allah et donc sous Son contrôle.
Les musulmans qui saisissent la réalité du destin et le secret de
ses épreuves voient dans chaque expérience de malheur, de faim ou
de pauvreté, une bonne chose et y trouvent un grand plaisir, car ils
savent que l'excellence morale dont ils continuent à faire preuve est
très précieuse pour Allah. Cette catégorie de joie est propre aux
croyants. Dans l'adversité, les musulmans ne se laissent pas aller à la
mélancolie, au stress, à la douleur, à la panique ou à la peur, puis-
qu'ils savent que Allah retournera la situation en leur faveur. Dans le
Coran, Allah leur dit :
... Et jamais Allah ne donnera une voie aux incroyants con-
tre les croyants. (Sourate an-Nisa, 141)
Il faut bien comprendre un point ici : Peu importe ce que vit le
musulman dans ce monde, peu importe la difficulté ou la frustra-
tion, la diminution matérielle ou physique, la maladie ou les blessu-
res, la mort ou les handicaps, ce ne sont pas là de "mauvaises
expériences" mais plutôt des évaluations d’Allah. S'il se montre pa-
tient au cours de ses évaluations et les réussit, Allah le récompen-
sera avec une vie éternelle au paradis.
Une fois que le musulman sait cela, il souhaite affronter encore
plus d'épreuves. Par ailleurs, cet enthousiasme déjoue les pièges des
non-croyants et réduit à néant leurs efforts. Quand le non-croyant
pense avoir mis à mal un croyant, et qu'il voit la joie et le contente-
ment sincère du croyant, il comprend qu'il ne pourra jamais lui faire
de mal. Les paroles des croyants dans l'adversité démontrent leur
soumission et leur confiance en Allah. Nous lisons dans le Coran
quelques-unes de ces paroles :
25
LE SECRET DES EPREUVES

"Et qu'aurions-nous à ne pas placer notre confiance en


Allah, alors qu'Il nous a guidés sur les sentiers que nous
devions suivre ? Nous endurerons sûrement la persécution
que vous nous infligez. Et ceux qui ont confiance en Allah
s'en remettent entièrement à Lui." Et ceux qui ont mécru di-
rent à leurs Messagers : "Nous vous expulserons certaine-
ment de notre territoire, à moins que vous ne réintégriez
notre religion !" Alors, leur Seigneur leur révéla :
"Assurément Nous anéantirons les injustes et vous établi-
rons dans le pays après eux. Cela est pour celui qui craint
Ma présence et craint Ma menace." (Sourate Ibrahim, 12-14)
Dis : "Rien ne nous atteindra, en dehors de ce que Allah a
prescrit pour nous. Il est notre Protecteur. C'est en Allah
que les croyants doivent placer leur confiance". (Sourate at-
Tawbah, 51)
Une telle attitude est le résultat de la soumission des croyants
au destin créé par Allah. Faire confiance à Allah et s'en remettre à
Lui protège de la peur ou de l'abattement.
Ceux qui disent : "Notre Seigneur est Allah" et qui ensuite
se tiennent sur le droit chemin. Ils ne doivent avoir aucune
crainte et ne seront point affligés. (Sourate al-Ahqaf, 13)
Non, mais quiconque soumet à Allah son être tout en fai-
sant le bien, aura sa rétribution auprès de son Seigneur.
Pour eux, nulle crainte, et ils ne seront point attristés.
(Sourate al-Baqarah, 112)
En vérité, les bien-aimés d’Allah seront à l'abri de toute
crainte. Ils ne seront point affligés. Ceux qui croient et qui
craignent Allah, il y a pour eux une bonne annonce dans la
vie d'ici-bas tout comme dans la vie ultime. Il n'y aura pas

26
Harun Yahya (Adnan Oktar)

de changement aux paroles d’Allah. Voilà l'énorme succès !


(Sourate Yunus, 62-64)
Dans d'autres versets, Allah révèle que ceux de Ses serviteurs
qui croient et se soumettent à Lui ont un soutien fiable :
Et quiconque soumet son être à Allah, tout en étant bienfai-
sant, s'accroche réellement à l'anse la plus ferme. La fin de
toute chose appartient à Allah. (Sourate Luqman, 22)
Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s'est dis-
tingué de l'égarement. Donc, quiconque mécroit aux faus-
ses divinités tandis qu'il croit en Allah saisit l'anse la plus
solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et
Omniscient. (Sourate al-Baqarah, 256)

Voir les événements dans la perspective du futur


Lorsque les croyants se rendent compte qu'ils sont testés dans
ce monde, ils peuvent voir les événements du point de vue de l'ave-
nir. Qu'est-ce que cela signifie ?
Quelles que soient les embûches, la situation est temporaire. Il
se peut, par exemple, que quelqu'un souffre injustement d'être ac-
cusé à tort d'une chose qu'il n'a pas commise. Mais la vérité finira
par être révélée. Même si l'injustice ne se termine pas dans ce
monde, les instigateurs de l'injustice seront punis pour leurs actes le
jour du jugement. De la même manière, les victimes de l'injustice at-
tendent ce jour, où leur patience sera récompensée. A la vitesse où le
temps passe, toutes les épreuves disparaîtront en un clin d'œil.
Allah promet d'envoyer la facilité à chaque musulman au terme de
l'évaluation :
Avec la difficulté vient, certes, la facilité ! Avec la difficulté
vient, certes, la facilité ! (Sourate as-Sarh, 5-6)

27
LE SECRET DES EPREUVES

Ainsi les croyants, confiants en l'infinie justice d’Allah, comp-


tent sur le soulagement promis et ne perdent jamais espoir. Ils se
rappellent que le bien succède à l'épreuve, dans ce monde ou dans le
suivant. Voilà ce que signifie “voir les choses dans la perspective du
futur”.
Les musulmans savent qu'ils sont les observateurs de leur pro-
pre destin et de celle des autres. Ils suivent ainsi tout avec patience,
confiance et soumission. De plus, ils reconnaissent qu'ils ne peuvent
ni interférer, ni empêcher, ni arrêter le déroulement d'un événement.
Ils se répètent constamment ces mots : "… Or, il se peut que vous
ayez de l'aversion pour une chose alors qu'elle vous est un bien. Et
il se peut que vous aimiez une chose alors qu'elle vous est mau-
vaise. C'est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas." (Sourate
al-Baqarah, 216). Autrement dit, tout ce qui peut arriver de négatif
au musulman finit par lui profiter, à condition qu'il reste patient et
fidèle à Allah. Les épreuves lui permettent en effet de s'entraîner,
d'approfondir sa foi, d'améliorer son caractère moral, de mûrir spiri-
tuellement et intellectuellement et d'élever son statut au paradis.
Seuls les croyants sincèrement et entièrement soumis à Allah
connaîtront cet état spirituel. Quant à ceux qui ne se soumettent pas
au destin et qui rejettent la religion, ils seront envahis par le déses-
poir, la peur et l'agitation, incapables de trouver une issue à leurs
problèmes. N'ayant aucun espoir ni aucune attente en rapport à
l'au-delà, ils vivent dans un état constant de désespoir spirituel et de
frustration. Le verset suivant décrit cet état d'esprit :
Et puis, quiconque Allah veut guider, Il lui ouvre la poi-
trine à l'islam. Et quiconque Il veut égarer, Il rend sa poi-
trine étroite et gênée, comme s'il s'efforçait de monter au

28
Harun Yahya (Adnan Oktar)

ciel. Ainsi Allah inflige Sa punition à ceux qui ne croient


pas. (Sourate al-Anam, 125)
Les non-croyants sont la cause de leur oppressante frustration
car ils rejettent la notion de destin créée par Allah. Le fait que Allah,
dans Sa toute-puissance, dirige le destin de chacun et gouverne tout,
est une grande bénédiction pour les musulmans, dont la valeur est
inconnue des non-croyants. Ces derniers s'enlisent dans leur frus-
tration jusqu'à leur mort, en punition pour leur manque de con-
fiance en Allah. Ils s'attirent délibérément ce tourment spirituel :
En vérité, Allah n'est point injuste à l'égard des gens, mais
ce sont les gens qui font du tort à eux-mêmes. (Sourate
Yunus, 44)

29
LE MUSULMAN
DANS L'ADVERSITE

L a qualité de la foi du musulman et de son caractère moral se


révèle dans les temps difficiles. Dans ces circonstances, on
peut témoigner de leur excellence morale, leur courage, leur
patience, leur confiance, leur perception, leurs valeurs morales, leur
tolérance, leur mansuétude, leur sacrifice, leur humanité, leur ap-
préciation, leur conscience et leur calme.
"Le musulman dans l'adversité " fait référence à un individu en-
durant face aux problèmes, à la frustration et à la privation, faisant
preuve des qualités citées ci-dessus. Il ne fait pas de concession avec
son caractère moral, embrasse chaque situation avec une grande
maturité et une grande confiance en Allah, comprenant les raisons et
le bien derrière chaque problème et exhortant les autres à l'excel-
lence morale. Comme Allah dit dans le Coran, "Quand ils vous vin-
rent d'en haut et d'en bas de toutes parts et que les regards étaient
troublés, et les cœurs remontaient aux gorges…" (Sourate al-
Ahzab, 10), l'adversité correspond aux épreuves sérieuses vécues
par les croyants assaillis par le désenchantement.
Dans l'esprit de ceux qui sont indifférents à Allah, les désillu-
sions viennent suite à une catastrophe naturelle, à la perte d'un em-
ploi, la faillite… Pour l'homme pieux, les temps sont difficiles
lorsqu'il est privé des nécessités premières et que la déception est
bien plus importante que celle connue au quotidien ou lorsque "le
cœur remonte à la gorge", selon les termes du Coran. C'est-à-dire

30
Harun Yahya (Adnan Oktar)

lorsque la maladie frappe, que les problèmes s'enchaînent, que l'on


est expulsé de chez soi, de son pays, que l'on est pris au piège, avec
sa famille, avec son peuple et que la pression mentale est intense.
Allah fournit des exemples de ce que les Prophètes et les pieux
prédécesseurs endurèrent :
Pensez-vous entrer au paradis alors que vous n'avez pas en-
core subi des épreuves semblables à celles que subirent
ceux qui vécurent avant vous ? Misère et maladie les
avaient touchés et ils furent secoués jusqu'à ce que le
Messager, et avec lui, ceux qui avaient cru, se fussent écriés
: "Quand viendra le secours d’Allah ?" Le secours d’Allah
est sûrement proche. (Sourate al-Baqarah, 214)
Dans ce verset, Allah annonce que tous les hommes subiront
des épreuves et Il annonce aux endurants la bonne nouvelle des
bienfaits dont ils jouiront pour l'éternité. La distinction entre "les
musulmans des moments de douleur" et "les musulmans communs"
sera évidente. Les membres du premier groupe répondent au désen-
chantement ainsi :
Quand un malheur les atteint : "Certes nous sommes à
Allah, et c'est à Lui que nous retournerons". (Sourate al-
Baqarah, 156)

La voix de la conscience et la voix de moi


inférieur dans l'adversité
Confronté aux problèmes, l'individu entend deux voix intérieu-
res. Celle de sa conscience qui l'incite à se comporter selon les atten-
tes d’Allah : dans le sacrifice, le courage et la rectitude morale. Celui
qui l'écoute se montre patient et confiant envers Allah. Quant à la se-
conde voix, elle appartient au moi inférieur, elle "est très incitatrice
au mal" (Sourate Yusuf, 53). Cette voix pousse à la rébellion, l'immo-
31
LE SECRET DES EPREUVES

ralité, l'égoïsme et la lâcheté, menant celui qui l'écoute à une grande


perte et attirant "l'amitié" de Satan. Afin de décrire leur perte, il est
nécessaire de savoir comment Satan a acquis son influence sur eux.
Nous trouvons ces informations dans le Coran, qui met également
en garde contre les pièges de Satan.
Quand Allah créa Adam (psl), Il ordonna aux anges et à Satan
de se prosterner devant lui. Les anges obéirent, mais Satan, par
fierté, refusa et fut alors expulsé du paradis. Il demanda ensuite à
Allah l'autorisation d'influencer les hommes jusqu'au jour du juge-
ment. Allah accepta, en lui faisant savoir qu'il n'aurait aucune influ-
ence sur Ses pieux serviteurs. Satan jura donc de tromper les êtres
humains par toutes sortes de promesses, de duperies et de pièges
afin de les écarter du véritable chemin. Ce vœu est repris ainsi dans
le Coran :
"Puisque Tu m'as mis en erreur, dit satan, je m'assoirai pour
eux sur Ton droit chemin, puis je les assaillirai de devant,
de derrière, de leur droite et de leur gauche. Et, pour la plu-
part, Tu ne les trouveras pas reconnaissants."
"Sors de là banni et rejeté ", dit Allah. "Quiconque te suit
parmi eux... de vous tous, J'emplirai l'enfer". (Sourate
Yusuf, 16-18)
Il dit encore : "Vois-Tu ? Celui que Tu as honoré au-dessus
de moi, si Tu me donnais du répit jusqu'au jour de la résur-
rection; j'éprouverai, certes sa descendance, excepté un
petit nombre parmi eux". Et Allah dit : "Va-t-en !
Quiconque d'entre eux te suivra... votre sanction sera l'en-
fer, une ample rétribution. Excite, par ta voix, ceux d'entre
eux que tu pourras, rassemble contre eux ta cavalerie et ton
infanterie, associe-toi à eux dans leurs biens et leurs en-
fants et fais-leur des promesses". Or, le diable ne leur fait
32
Harun Yahya (Adnan Oktar)

des promesses qu'en tromperie. (Sourate al-Isra, 62-64)


Satan tentera tout pour faire dévier les hommes du droit che-
min, les empêcher d'être reconnaissants envers Allah et de vivre une
vie morale. Son meilleur outil pour cela est le recours à la voix du
moi inférieur. C'est pourquoi, quand des individus passent par des
épreuves, Satan leur fera égoïstement privilégier leurs intérêts au
détriment d'options telles que le sacrifice, la compassion ou la misé-
ricorde :
O gens ! De ce qui existe sur la terre, mangez le licite et le
pur; ne suivez point les pas du diable car il est vraiment
pour vous un ennemi déclaré. Il ne vous commande que le
mal et la turpitude et de dire contre Allah ce que vous ne
savez pas. (Sourate al-Baqarah, 168-69)
Pour toutes ces raisons, les musulmans connaissant des diffi-
cultés, des frustrations ou des tragédies doivent agir selon ce que
leur dicte leur conscience pour ne pas rejoindre les rangs de Satan.
S'ils se laissent tenter par Satan, ils risquent de laisser libre cours à
l'égoïsme, l'opportunisme, l'addiction au plaisir, l'hypocrisie et au-
tres tares et de corrompre leur moralité. Les musulmans sincères
écoutent leur conscience et suivent toujours la voie du bien. Il est
important de montrer de bonnes valeurs morales lorsque "l'affaire
est décidée " :
Puis, quand l'affaire est décidée, il serait mieux pour eux
certes, de se montrer sincères vis-à-vis d’Allah. (Sourate
Muhammad, 21)
La plupart des individus savent que la fidélité perdurant au-
delà des épreuves est un signe de haute qualité morale et jurent de
se montrer fidèles et forts dans une telle situation. Or, une fois dans
la situation, leur comportement ne s'accorde pas avec leurs promes-
ses antérieures et à la moindre frustration, leur réaction est négative.
33
LE SECRET DES EPREUVES

Ils deviennent suspicieux, révoltés et exigeants. L'amour et la com-


passion sont balayés par la colère et la violence. Le fort se détachera
du faible et la moralité corrompue apparaîtra, car ceux dont la foi est
faible seront trahis par l'angoisse qui les envahit. Ils ne sont alors
plus très loin des non-croyants et de leurs activités anti-musulma-
nes. La valeur du musulman dont la foi est sincère et forte s'en re-
trouve décuplée.
Tous les problèmes rencontrés dans la vie quotidienne sont à la
fois une épreuve et un moyen menant à un bonheur comparable au
paradis auquel les musulmans aspirent dans l'au-delà. Ils tirent un
grand plaisir à comparer les tests avec la facilité et le confort du pa-
radis. Pour le musulman sincère, chaque épreuve est un bienfait qui
permet de renforcer l'amour, le respect, l'appréciation des autres
musulmans et leur foi. C'est une bénédiction divine riche en bien-
faits et en beautés que de prendre le pieux musulman pour exemple.
Sans compter l'influence positive sur la foi de ceux qui l'entourent
(par la grâce d’Allah) et sur l'admiration, ouverte ou secrète des
non-croyants.
Celui qui s'imagine qu'un événement est externe au plan du
destin, se trouve sous la forte influence de Satan, souvent la cause de
ces doutes. Satan se délecte de voir les hommes tomber dans ses piè-
ges. C'est ainsi que certains hommes considèrent qu'un problème
apparemment insignifiant est hors de la sphère de la destinée ou au-
delà de la miséricorde d’Allah, de Sa science ou de Son intention.
Les croyants doivent être conscients de cet égarement et de la néces-
sité de se soigner s'ils y succombent.
Il y a toujours un bien dans des choses apparemment mineures
telles que manquer un programme à la télévision ou oublier de com-
mander à manger. Le fait de manquer une émission a peut-être per-
mis d'avoir du temps supplémentaire pour faire une bonne action,
34
Harun Yahya (Adnan Oktar)

penser au bien ou arriver à une idée qui augmente sa capacité à ser-


vir Allah. En somme, le croyant a pu méditer sur Allah et apprendre
plus que ce qu'il aurait appris en regardant la télévision. Oublier de
commander le repas ou de faire les courses pour le dîner peut opérer
comme un régime. Ceux qui souffrent d'hypertension peuvent voir
leur tension baisser s'ils oublient de manger du fromage un jour. En
se mettant entre les mains d’Allah, ils augmentent leur mérite à Ses
yeux et gagnent Son approbation en s'efforçant de faire de bonnes
actions. Faire confiance à Allah en toute occasion est un moyen pour
les croyants d'atteindre l'amour et le contentement.
De nombreux autres exemples similaires peuvent être glanés de
notre quotidien ; aussi est-il important de comprendre la question et
de ne pas l'élider. Tout ce que vivent les hommes, l'important et l'in-
signifiant, fait partie du destin. Satan suggère que ces petits événe-
ments sont des composantes nécessaires de la vie quotidienne et
qu'ils n'ont rien à voir avec le destin. Toutefois, les croyants doivent
toujours rester prudents et conscients de ces suggestions. Le simple
fait de comprendre et de se rappeler des tentations de Satan, de voir
la raison et le bien derrière chaque événement et admettre que tout
se produit selon le bon plan d’Allah est une grande bénédiction
dans ce monde et dans celui à venir. C'est là une vérité qui apporte
sagesse, volonté, confort et contentement à tous les croyants.

La séparation du bien et du mal


Allah créa le bien et le mal, le secours et la douleur, la beauté et
la laideur simultanément et en fit des épreuves sur le chemin vers le
paradis ou l'enfer. La période d'évaluation au cours de cette vie ter-
restre sépare clairement le bien du mal, les endurants de ceux qui
ont peur d'affronter les problèmes, ceux qui s'opposent activement
aux modes de pensées irréligieuses des attentistes, et ceux qui se
35
LE SECRET DES EPREUVES

laissent guider par la voix de leur moi inférieur de ceux qui écoutent
plutôt la voie de leur conscience.
Le lien étroit entre le bien et le mal s'explique par le fait que la
valeur du bien et du mal ne peut être comprise qu'au sein de cette
contradiction. Si le mal, la privation ou les tragédies n'existaient pas,
nous ne saurions pas ce que vaut le bien. C'est en plaçant le diamant
au milieu de pierres ordinaires que sa beauté et son allure ressortent.
Une autre explication repose dans le secret des épreuves de ce
monde transitoire. Ici-bas, les hommes sont éprouvés par le bien et
le mal. Au cours de l'évaluation, la différence de degré entre les
deux deviendra évidente, c'est-à-dire que le bien sera séparé d'un
côté et le mal de l'autre. Alors que l'ange de la mort prendra l'âme
des gens du mal durement, les hommes de bien seront invités à en-
trer au paradis et à jouir de sa beauté et de ses plaisirs. Allah dit dans
les versets suivants que ces épreuves permettent de distinguer les
croyants de ceux dont le cœur est malade :
Et tout ce que vous avez subi, le jour où les deux troupes se
rencontrèrent, c'est par permission d’Allah afin qu'Il dis-
tingue les croyants et les hypocrites. On avait dit à ceux-ci :
"Venez combattre dans le sentier d’Allah, ou repoussez
l'ennemi". Ils dirent : "Bien sûr que nous vous suivrions si
nous étions sûrs qu'il y aurait une guerre". Ils étaient, ce
jour-là, plus près de la mécréance que de la foi. Ils disaient
de leurs bouches ce qui n'était pas dans leurs cœurs. Et
Allah sait fort bien ce qu'ils cachaient. (Sourate al-Imran,
166-67)
Le comportement adopté par les contemporains du Prophète
(pbsl), dans les situations difficiles, permettait de différencier les
pieux croyants des hypocrites.
Bediuzzaman discute en profondeur des difficultés et des tra-
36
Harun Yahya (Adnan Oktar)

gédies séparant le bien du mal, et donne de très bons et sages con-


seils sur la question. Quand on l'interroge sur le but de Satan et de sa
perversion, il conclut que derrière chaque frustration, privation et
méchanceté il y a une explication. La plus importante est la sépara-
tion entre la disposition "charbonneuse" et la disposition "diaman-
taire".
Il recourt à cet exemple pour démontrer que toute difficulté et
toute frustration fait ressortir le meilleur de la personne. Les épreu-
ves de ce monde apportent la lumière sur les aspects négatifs de l'in-
dividu et sont donc une occasion de les corriger. Prenons l'exemple
d'une femme souffrant d'une grave pathologie. Sa maladie permit
de révéler sa timidité, sa faiblesse spirituelle ou autre chose. Dès
qu'elle se rendit compte de son défaut, elle y remédia immédiate-
ment. Dans son malheur, elle parvint donc à se débarrasser d'une
impureté et à améliorer son caractère moral. Voyons maintenant le
cas d'un homme à la réputation bien établie qui fait faillite et recourt
à des moyens illégaux pour obtenir de l'argent. Cela montre à quel
point l'infortune peut dévoiler les mauvais côtés d'une personne. Si
notre homme s'était gardé de commettre un péché et d'entacher son
honneur, en dépit de son besoin d'argent, il aurait prouvé sa pureté
et sa dévotion.
Dans ses Lettres, Beddiuzzaman donne des exemples de sagesse
dans des situations où il est fait preuve d'endurance. Il écrit :
Ainsi, la création dans l'univers de la perversion, la douleur, des épreu-
ves, du mal et de la souffrance n'est pas mauvaise ou laide ; ces concepts
furent créés dans un objectif très important… dans le monde des êtres hu-
mains, l'avancée et le déclin se succèdent sans fin. Il y a une grande dis-
tance entre les Nemrods et les Pharaons d'une part et les saints et les
Prophètes d'autre part. Alors afin de distinguer les esprits de base de
type charbon et les esprits supérieurs de type diamant, la création
37
LE SECRET DES EPREUVES

de Satan ouvrit une arène de lutte, de concurrence et d'épreuves où


les Prophètes furent envoyés et dans laquelle le secret de la respon-
sabilité est révélé. S'il n'y avait ni lutte, ni concurrence, les quali-
tés internes au charbon et au diamant demeureraient
imperceptibles pour l'homme. L'esprit exalté de Abu Bakr as-Siddiq et
l'esprit vil de Abu Jahl seraient au même niveau. Cela signifie donc que la
création du mal et de la méchanceté n'est pas négative car elle conduit à
d'importants résultats.7
Un autre point souligné ici est la valeur des épreuves de ce
monde. Si le mal n'existait pas, les qualités du caractère humain ne
seraient pas mises en avant, ni l'excellence morale des pieuses per-
sonnes ne serait exposée, et par conséquent il n'y aurait pas d'avan-
cées dans le niveau de spiritualité. C'est pourquoi tout ce qui semble
mauvais et désagréable aux premiers abords ouvre en réalité un ho-
rizon illimité à la maturation du caractère moral, au renforcement et
à l'approfondissement de la spiritualité et à l'élévation de son rang
et de sa position au paradis.
Bediuzzaman écrit que :
La religion est un examen, une évaluation proposée par Allah afin que
dans l'arène concurrentielle les esprits élevés et les esprits vils puissent se
distinguer. Tout comme les matériaux sont plongés dans le feu pour sépa-
rer le diamant du charbon, l'or de la terre, la religion est aussi une mise à
l'épreuve de l'homme face à ses obligations envers Allah et une course à la
compétition. Ainsi les joyaux supérieurs de la mine des capacités humai-
nes se séparent des déchets… Le Coran fut révélé dans cette demeure
d'examen pour que l'homme se perfectionne à travers les épreuves dans
l'arène concurrencielle.8
D'après cette comparaison, les qualités du diamant doivent être
séparées des qualités du charbon. Mais puisque cela ne peut se faire
que par le feu, les êtres humains doivent traverser de sérieuses
38
Harun Yahya (Adnan Oktar)

mises à l'épreuve à travers les difficultés, les malheurs et d'autres


frustrations afin de les débarrasser de leurs défauts et d'illuminer
leurs qualités.
Bediuzzaman cite un autre exemple : la séparation de l'argent et
du cuivre du minerai lorsqu'il est frappé contre une pierre de tou-
che. Dans le processus de séparation, le minerai doit être battu vio-
lemment contre la pierre et ensuite passé au tamis. Ainsi on obtient
l'argent, le cuivre sans valeur restant de côté. Ce que le savant en-
tend par être "frappé contre la pierre" est d'affronter l'adversité (les
problèmes, les malheurs et les autres frustrations) pour révéler sa
beauté intérieure. La sévérité des épreuves met en valeur la force de
conviction de la personne ainsi que son caractère moral, son discer-
nement et sa fidélité. Elle permet également la maturation de la foi
et de la profondeur spirituelle. En somme, ce processus purge l'ex-
cellent caractère du croyant de tout ce qui l'affaiblit, comme pour
l'argent. Bediuzzaman écrit :
Ensuite ce matin, je compris cela : pour que nous soyons prêts pour cet
examen rigoureux, et que nous soyons frappés sur la pierre de touche plu-
sieurs fois pour voir clairement si nous sommes de l'or ou du laiton, et
d'être éprouvés injustement en tout, et que nous soyons passés au crible
d'un fin tamis trois ou quatre fois afin de voir si nos âmes commandant le
mal prennent une part ou nous jouent des ruses, est extrêmement néces-
saire à notre service, qui devrait être dédié purement et seulement au nom
de la vérité et de la réalité, afin que la détermination divine et la grâce di-
vine le permettent. A être exhibé dans l'épreuve et l'examen face à des en-
nemis obstinés injustes, tout le monde comprend qu'il n'y a pas de
duperie, ni d'égoïsme, ni de malice, ni d'intérêts terrestres ou personnels,
ni ceux qui regardent l'au-delà, mélangé à notre service, et qui est com-
plètement sincère et relève de la vérité et de la réalité. Si cela était resté
caché, on aurait pu lui donner de nombreux sens. La masse des croyants
39
LE SECRET DES EPREUVES

n'aurait pas confiance. Ils auraient dit : "Peut-être ils nous trompent," et
l'élite aussi aurait eu des soupçons. Pensant que "peut-être ils agissent de
même que ceux qui se vendent pour acquérir un rang spirituel pour eux-
mêmes et pour gagner la confiance", ils ne se sentiront pas complètement
assurés sur la question. Maintenant, après l'examen, même l'individu le
plus têtu et le plus obstiné est obligé de se soumettre. Si la difficulté est
une, le bénéfice est mille. Avec la volonté d’Allah.9
Dans ces exemples, Bediuzzaman attire l'attention vers d'autres
explications de la frustration et du malheur. Les autres individus
verront et seront inspirés par l'excellence morale des personnes qui
se débarrassent de leurs défauts au fil de leur vécu d'épreuves. La fi-
délité des musulmans, leurs actes droits et vertueux ressortiront des
épreuves sérieuses et l'on comprendra qu'ils n'attendent pas de ré-
compense humaine pour leurs services.
Même ceux qui abritent de grands doutes à propos des musul-
mans devront admettre que chacun de leurs efforts est voué à la re-
cherche de la satisfaction d’Allah et tout le monde attestera ainsi de
la pureté de leurs intentions. D'autres reconnaîtront les musulmans
pour ce qu'ils subissent de tribulations, confirmant qu'ils sont sur le
bon chemin.

Faire preuve de qualités morales au moment


des épreuves
Au cours d'une journée, tout le monde connaît la fatigue, la
faim, la faiblesse, etc. Cela est très naturel. Toutefois, Allah dit que
les musulmans peuvent être choisis pour des tests bien plus diffici-
les. Le caractère moral des croyants et des non-croyants qui se révèle
dans ces situations est très différent.
La frustration mène les non-croyants à la rébellion, l'intimida-
tion, l'agressivité, la perte de tout espoir et de toute intégrité.
40
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Puisqu'ils ne croient pas en l'au-delà, ils pensent que leurs actes se li-
mitent à ce monde :
Et ils dirent : "Il n'y a pour nous que la vie d'ici-bas : nous
mourons et nous vivons et seul le temps nous fait périr". Ils
n'ont de cela aucune connaissance : ils ne font qu'émettre
des conjectures. (Sourate al-Jathya, 24)
Selon eux, tout arrivera à son terme lorsque ce monde disparaî-
tra. Par conséquent, ils souhaitent profiter du confort, de la paix de
l'esprit, des fruits de leur labeur et de toutes les bonnes choses de ce
monde. Ces désirs rendent les moments d'épreuves d'autant plus
difficiles. Ils ne sont ni patients, ni confiants, ils ne peuvent pas par-
donner, ni donner d'eux-mêmes, ils ne peuvent pas traiter les autres
humainement ni avoir le moindre sens de compassion ou de miséri-
corde. Ne voyant aucun bénéfice dans les problèmes mais la perte,
ils tombent dans le désespoir.
Mais cette perception est absolument fausse, car la véritable vie
éternelle commence seulement après la mort. Le jour du jugement,
tout le monde devra rendre pleinement des comptes sur ses actions
et chacun recevra sa juste récompense. Ceux qui font preuve de bon-
nes qualités morales ne souffriront d'aucune perte ; au contraire,
leur rétribution sera immense. Chaque bonne parole prononcée,
chaque action pieuse effectuée, et chaque preuve de sacrifice, de fi-
délité, et d'humanité contribueront à la récompense dernière. Les
croyants se rappellent le hadith de notre Prophète (pbsl) : "La mau-
vaise conduite détruit le service rendu à Allah, tout comme le condiment
détruit le miel."10 et évitent méticuleusement toute mauvaise con-
duite.
En revanche, les individus dépourvus de religion ne sont pas
conscients de cette réalité. Les situations difficiles les intimident, car
ils nient la notion même d'épreuve dans ce monde. Voici un point
41
LE SECRET DES EPREUVES

dont il faut prendre bonne note : " Si vous souffrez, lui aussi souf-
fre comme vous souffrez, tandis que vous espérez d’Allah ce qu'il
n'espère pas. Allah est omniscient et sage." (Sourate an-Nisa, 104).
Ce verset nous rappelle que le croyant et le non-croyant sont tou-
chés tous deux par les mêmes épreuves. Mais parce que les non-
croyants n'ont pas foi en Allah et qu'ils ne voient pas que Allah est à
l'origine de ces événements, ils ne s'attendent pas à recevoir de la
part d’Allah ce que les croyants attendent. Ils restent, en cela, com-
plètement oublieux du véritable sens de la vie. En d'autres termes, la
foi en Allah des croyants les sépare totalement des non-croyants
dans l'au-delà.
Allah nous dit que les hommes seront éprouvés par la faim et la
pauvreté. Quand la faim est une source de frustration pour les non-
croyants, pour les musulmans elle est une épreuve au cours de la-
quelle ils peuvent montrer leur qualité morale et une occasion à ne
pas manquer. Dans de tels moments, la soumission à Allah, la con-
fiance et la patience prennent une grande importance. Ils ne perdent
pas non plus espoir, mais voient plutôt le positif dans ce qui les tou-
chent. Voilà les indices de leur réussite à l'examen.
Les non-croyants privilégient d'abord leurs propres intérêts et
leur confort ; tandis que l'excellence morale du croyant donne tou-
jours la priorité à autrui. Le croyant donne volontiers à un autre
croyant le meilleur siège, la meilleure nourriture et le meilleur vête-
ment. Lorsqu'il fait froid, les musulmans sincères s'occupent tou-
jours de leurs frères musulmans en leur offrant des couvertures et
des boissons chaudes, même quand ils souffrent eux-mêmes du
froid. Prendre soin d'un ami, de sa santé, de sa sécurité, de son con-
fort et de son bonheur leur procure de la joie. Le plaisir dérivé de ces
gestes de sacrifice ne peut en rien être comparé au plaisir de boire
soi-même la boisson chaude.
42
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Les hommes peuvent exhiber de hautes qualités morales quand


tout va bien, au milieu de l'abondance, si leur santé est bonne et que
leurs besoins sont satisfaits. Mais une fois la situation dégradée, res-
ter exemplaire dans ses qualités morales ou bien traiter autrui alors
qu'on est évité, calomnié ou avili par des mots durs correspond à la
réponse du bien face au mal. Un autre exemple de qualité morale est
le geste de la personne rassasiée donnant de la nourriture ou celui
de la personne ayant chaud donnant un vêtement à celui qui a froid.
Ces deux personnes ont une très haute valeur aux yeux d’Allah.
Toutefois l'excellence morale dans l'adversité et face au mauvais
traitement est extrêmement importante car elle démontre la force et
la sincérité de la foi, de la dévotion et de la vertu supérieure.
Ceux qui vivent dans la vertu à l'écoute de leur conscience peu-
vent entendre leur moi inférieur les pousser constamment vers le
mal, suggérant qu'il n'est point aisé d'être vertueux et tentant tout
pour les empêcher de l'être. Cette petite voix leur fera craindre d'a-
voir froid s'ils donnent un pull-over ou d'avoir faim s'ils donnent
leur repas. C'est là une des tactiques de satan, car il utilise la peur de
la pauvreté pour empêcher les croyants de soutenir les pauvres :
O les croyants ! Dépensez des meilleures choses que vous
avez gagnées et des récoltes que Nous avons fait sortir de la
terre pour vous. Et ne vous tournez pas vers ce qui est vil
pour en faire dépense. Ne donnez pas ce que vous-mêmes
n'accepteriez qu'en fermant les yeux ! Et sachez que Allah
n'a besoin de rien et qu'Il est digne de louange.
Le diable vous fait craindre l'indigence et vous recom-
mande des actions honteuses; tandis que Allah vous pro-
met pardon et faveur venant de Lui. La grâce d’Allah est
immense et Il est omniscient. (Sourate al-Baqarah, 267-68)

43
LE SECRET DES EPREUVES

Ce passage se poursuit avec l'échec des tours de Satan et l'an-


nonce de la bonne nouvelle de la satisfaction d’Allah pour les êtres
humains. En échange de leur caractère moral, Allah les autorise à
connaître le bonheur spirituel en rien comparable au plaisir terres-
tre. Il n'y a pas de limite à la joie provenant du sacrifice, de la pa-
tience, de la fidélité, de la générosité, de l'humanité et de la foi. Dans
un verset, Allah loue l'excellence morale des croyants qui accueilli-
rent avec empressement et joie les autres musulmans ayant quitté
leur pays, pourvoyant à leurs besoins alors qu'eux-mêmes étaient
dans le besoin :
Il appartient également à ceux qui, avant eux, se sont instal-
lés dans le pays et dans la foi, qui aiment ceux qui émigrent
vers eux, et ne ressentent dans leurs cœurs aucune envie
pour ce que ces immigrés ont reçu, et qui les préfèrent à
eux-mêmes, même s'il y a pénurie chez eux. Quiconque se
prémunit contre sa propre avarice, ceux-là sont ceux qui ré-
ussissent. (Sourate al-Hasr, 9)
Allah décrit également les récompenses de ceux travaillant
dans Sa voie ayant subi l'épreuve de la soif, de la fatigue et de la
faim :
Il n'appartient pas aux habitants de Médine, ni aux
Bédouins qui sont autour d'eux, de traîner loin derrière le
Messager d’Allah, ni de préférer leur propre vie à la sienne.
Car ils n'éprouveront ni soif, ni fatigue, ni faim dans le sen-
tier d’Allah, ils ne fouleront aucune terre en provoquant la
colère des infidèles, et n'obtiendront aucun avantage sur
un ennemi, sans qu'il ne leur soit écrit pour cela une bonne
action. En vérité Allah ne laisse pas perdre la récompense
des bienfaiteurs. (Sourate at-Tawbah, 120)
Toute épreuve subie par le musulman sur la voie d’Allah est en
44
Harun Yahya (Adnan Oktar)

réalité une bonne action. Dans la mesure où tous les hommes furent
créés pour servir Allah et pour accomplir de bonnes actions, ils rece-
vront la récompense parfaite pour leur patience et leur moralité et
ne souffriront d'aucune injustice.
Il en va de même pour la maladie et les autres souffrances. Les
croyants savent que seul Allah les rétribuera et que ce monde n'est
que temporaire. C'est pourquoi, leur discernement, leur décision et
leur fermeté restent inébranlables. Ils lisent, en effet, dans le Coran
que Allah leur donnera la force spirituelle et soutiendra les croyants
oeuvrant pour Lui. La connaissance du secret des épreuves terres-
tres apporte un grand sentiment de facilité face à l'adversité.
Lorsqu'on sait que tout ce qui se produit est une épreuve, on n'est ni
malheureux, ni frustré, ni déprimé, ni désespéré, ni effrayé, ni sou-
cieux.

La force qui soutient les croyants


La force de caractère ardente et joyeuse des croyants face aux
problèmes est une chose que ceux qui ne croient pas en la puissance
suprême d’Allah ne peuvent pas comprendre. Les non-croyants,
suspicieux, s'interrogent sur la force qui pousse ces hommes. Car de
par leur incrédulité, ils ne peuvent s'imaginer que seul Allah peut
envoyer son soutien. Selon eux, ce sont les moyens matériels et les
amis qui confèrent la puissance. Ils observent les croyants, à la re-
cherche de la source matérielle responsable de leur force. Or cette
force provient de la foi du croyant en la destinée et l'au-delà, ainsi
que leur confiance et leur soumission à Allah. Les vies des Prophètes
et d'autres pieux croyants contiennent des exemples explicites de la
force issue de cette confiance.
Allah donne l'exemple significatif des magiciens de Pharaon
restés fermes malgré les tentatives d'intimidation de Pharaon par la
45
LE SECRET DES EPREUVES

torture et la mort afin de les empêcher de suivre le message apporté


par le Prophète Moise (psl). La réaction des magiciens lui prouva
qu'ils craignaient Allah seul et qu'ils s'en remettaient à Lui dans l'ad-
versité. En dépit de toutes ses menaces, les magiciens dirent à
Pharaon qu'ils resteraient fermement dans la voie de la soumission
et confiants en Allah :
Alors Pharaon dit : "Avez-vous cru en lui avant que je ne
vous y autorise ? C'est lui votre chef qui vous a enseigné la
magie. Je vous ferai sûrement couper mains et jambes op-
posées et vous ferai crucifier aux troncs des palmiers, et
vous saurez, avec certitude, qui de nous est plus fort en châ-
timent et qui est le plus durable".
"Par celui qui nous a créés, dirent-ils, nous ne te préfére-
rons jamais à ce qui nous est parvenu comme preuves évi-
dentes. Décrète donc ce que tu as à décréter. Tes décrets ne
touchent que cette présente vie.
Nous croyons en notre Seigneur, afin qu'Il nous pardonne
nos fautes ainsi que la magie à laquelle tu nous as con-
traints". Et Allah est meilleur et éternel. (Sourate Ta-Ha,
71-73)
Les menaces de Pharaon empêchèrent certaines personnes de
croire en Allah, et en cela ils souffrirent d'une grande perte. Mais de
pieux jeunes gens craignant le pouvoir d’Allah seul eurent foi en Lui
et suivirent le chemin que le Prophète Moise (psl) leur montrait,
l'oppression et les attaques de Pharaon ne les dissuadant en rien :
Personne ne crut au message de Moïse, sauf un groupe de
jeunes gens de son peuple, par crainte de représailles de
Pharaon et de leurs notables. En vérité, Pharaon fut certes
superbe sur terre et il fut du nombre des extravagants.
(Sourate Yunus, 83)
46
Harun Yahya (Adnan Oktar)

A l'image de ces jeunes gens qui eurent foi en Moïse (psl), tous
les croyants firent preuve d'une égale confiance et de courage quand
ils furent confrontés à l'hostilité de la société ou à des problèmes sé-
rieux.
Et quand les croyants virent les coalisés, ils dirent : "Voilà
ce que Allah et Son Messager nous avaient promis. Et Allah
et Son Messager disaient la vérité". Et cela ne fit que croître
leur foi et leur soumission. (Sourate al-Ahzab, 22)

L'obéissance méticuleuse à Allah par les temps


difficiles
Les musulmans pieux se distinguent notablement des autres
par leur attention aux commandements et aux recommandations
d’Allah. Aucune difficulté, ni frustration, ni restriction n'affecte leur
résolution à y obéir, ni ne les conduit à faire des compromis au ni-
veau de leur moralité. Quel que soit le degré de besoin ou d'ennui,
ils ne s'engageront jamais dans ce que Allah interdit. Dans des mo-
ments tourmentés de maladie, d'indigence, d'échec ou d'oppression,
ils ne compromettront pas leur honnêteté et leur sincérité.
Comme mentionné plus haut, Satan souhaite détourner les êtres
humains de la vraie voie et s'adresse à eux au travers de la voix néga-
tive du moi inférieur. Il les incite ainsi à faire ce que Allah interdit et
les empêche de faire ce que Allah approuve. La voix intérieure néga-
tive travaille toujours dans ce sens, suggérant continuellement le mal.
C'est ainsi qu'elle tente d'empêcher les individus de se lever pour les
prières. Elle les rend étourdis, amorphes, ils ne se sentent pas dans
leur assiette. Elle essaie continuellement de leur faire oublier le sens
de leur vie. Satan leur inspire des questions telles que : "Quelle sera la
différence si je ne me lève pas juste pour aujourd'hui ?"
Mais les croyants ne se laissent pas berner par cette voix néga-
47
LE SECRET DES EPREUVES

tive. Ils se lèvent chaque matin avec une avide détermination à ef-
fectuer leurs prières, se rappelant que c'est là la voie de la véritable
beauté et du salut. Malgré le fait que Allah recommande cet acte d'a-
doration, cette voix négative trouve toutes les excuses pour faire pa-
raître le jeûne difficile, la faim et la soif insurmontables. S'ils jeûnent,
cette voix les fait douter sur leur capacité à jeûner. Mais les musul-
mans dévoués jeûnent avec détermination malgré la pression insis-
tante du moi inférieur. Ils espèrent la récompense de notre Seigneur
pour la faim, la soif et la fatigue endurées en Sa faveur. Cela leur
procure un grand plaisir.
Dans des situations où gagner de l'argent illégalement est perçu
comme légitime, cette voix intérieure suggère qu'il est aisé de ga-
gner cet argent et que tout le monde en fait de même. Or, le musul-
man, même s'il est dans le plus grand besoin et si la voix intérieure
lui met une énorme pression, ne s'abaisse jamais à commettre ce
qu'il estime répréhensible. Il ne toucherait jamais à de l'argent ob-
tenu illégalement, et ne jouirait jamais d'une nourriture achetée avec
de l'argent sale, peu importe s'il est affamé. Le fait même de se re-
trouver dans une telle situation le mettrait mal à l'aise. Il n'oserait ja-
mais justifier un mauvais comportement par le besoin, puisqu'il sait
qu'il faut soigneusement éviter ce que Allah interdit. Il met en prati-
que ces principes avec un sens intérieur de bien-être et de sincérité.
Les musulmans soucieux de se comporter de manière concor-
dante avec le plaisir d’Allah sont désignés ainsi dans le Coran :
"ceux qui s'incitent mutuellement à faire le bien." Dans leurs ef-
forts à atteindre le paradis promis par Allah, les musulmans vivent
dans la paix et le bien-être en donnant de tout à tout moment, et en
restant patients dans les épreuves. S'ils ont des amis dans le besoin,
ils se lèvent un matin, après une nuit blanche, et vont leur faire plai-
sir en pourvoyant à leurs besoins. La plupart du temps, les bénéfi-
48
Harun Yahya (Adnan Oktar)

ciaires de tels gestes ne savent pas qui en sont les auteurs. Ces der-
niers, satisfaits de leur conduite morale, ne divulgueront jamais s'ils
eurent du mal à faire leur bonne action.
Allah dit que les musulmans ont un profond plaisir à vivre
selon les valeurs morales du Coran et réprouvent le comportement
contraire :
… Mais Allah vous a fait aimer la foi et l'a embellie dans
vos cœurs et vous a fait détester la mécréance, la perversité
et la désobéissance. Ceux-là sont les bien dirigés, c'est là en
effet une grâce d’Allah et un bienfait. Allah est omniscient
et Sage. (Sourate al-Hujurat, 7-8)
Mais malgré tout, Satan tente de faire passer les activités illici-
tes pour licites en montrant que ceux qui font le mal sont la majorité.
Un grand nombre d'individus prennent de l'argent sale, ne prennent
pas garde à ce qui est autorisé ou non et transgressent les principes
coraniques. C'est pourquoi Satan intime l'idée irrationnelle selon la-
quelle la majorité a raison et que son comportement est sensé. Or,
Allah dit que les malfaisants ne sont pas sur le droit chemin, quand
bien même ils sont majoritaires : "Si tu obéis à la majorité de ceux
qui sont sur la terre, ils t'égareront du sentier d’Allah : ils ne sui-
vent que la conjecture et ne basent sur aucune logique." (Sourate
al-Anam, 116). Au contraire, Allah nous dit que seule une petite
communauté d'hommes a la foi et que justement la majorité est sur
la mauvaise voie. C'est pour cette raison que Satan ne peut tromper
les croyants, mais simplement influencer ceux dont la foi est faible,
dont l'esprit est sujet au doute et à l'appréhension et qui rejettent ou-
vertement Allah.
L'attention des pieux musulmans provient de leur foi en Allah
et de la détermination inébranlable que cette foi apporte, ainsi que
de leur excellente morale. Les musulmans sont conscients que le bon
49
LE SECRET DES EPREUVES

comportement est fait d'actes défiants la voix du moi inférieur. Ainsi


quand le musulman se montre généreux, fidèle, patient, pieux, son
ego est écœuré. De façon plus conséquente, il en résulte un bien spi-
rituel et matériel. Vivre dans ce monde et dans le monde à venir
dans un état de contentement avec les récompenses de la pureté mo-
rale vaut bien mieux que d'acquérir toutes les choses de ce monde et
de satisfaire son ego. Par exemple, les personnes refusant d'écouter
les paroles persuasives de leur moi inférieur à propos d'une relation
illégitime, préférant attendre leur récompense dans l'au-delà, joui-
ront d'honneur et de vertu dans ce monde. De la même manière, le
musulman qui s'affame et se fatigue pour venir en aide à un ami
musulman cher, oubliant les difficultés conséquentes, sera joyeux
dans l'espoir de satisfaire Allah.
Les musulmans disposant de ces qualités morales raffinées,
louées par Allah dans le Coran, s'attirent également l'amour et le
respect des croyants. S'ils travaillent dur pour la cause d’Allah et af-
frontent volontiers les obstacles, s'ils agissent avec un dévouement
inlassable pour une juste cause, sans crainte de la confrontation, et
s'ils sont prêts au sacrifice, l'amour et le respect des autres à leur
égard décupleront. Dans le Coran, Allah fait référence à ceux qui vi-
vent selon Ses valeurs morales : "Seront écartés de l'enfer ceux à
qui étaient précédemment promises de belles récompenses de
Notre part." (Sourate al-Anbiya, 101) et Il nous conte leurs qualités
physiques et morales.

Les musulmans sont de véritables amis dans


les moments de besoin
Il existe un dicton répandu parmi les non-croyants: c'est dans
l'adversité que l'on reconnaît ses amis. C'est la juste expression pour
qualifier l'idée commune selon laquelle on ne peut trouver un véri-
50
Harun Yahya (Adnan Oktar)

table ami quand on en a besoin. Néanmoins, l'amitié et la fidélité


sont essentielles dans la vie d'un individu, car que l'on connaisse des
difficultés financières ou la maladie, ou que l'on ait besoin de sou-
tien psychologique, un ami – croyant – proche à ses côtés est une vé-
ritable aide. Dans la mesure où toutes les relations dans les
communautés non religieuses sont basées sur l'opportunisme, les
non-croyants ne peuvent jamais espérer trouver un ami sincère.
C'est seulement lorsqu'ils ont des ennuis qu'ils découvrent le vérita-
ble visage de ceux qu'ils prenaient pour des amis. Leurs prétendus
amis créent parfois même de nouveaux problèmes lorsqu'ils vivent
des temps difficiles. Ils se sentent délaissés, abandonnés, sans aucun
secours.
La personne riche, conduisant une grosse cylindrée et déjeu-
nant dans des restaurants étoilés, a généralement un large cercle d'a-
mis, voire d'amis proches. Mais dès qu'elle perd son emploi et
devient elle-même un simple salarié, qu'adviendra-t-il de ses rela-
tions ? Son cercle d'amis lui témoignera-t-il la même amitié ? Sera-t-
elle traitée avec le même intérêt, le même respect et la même
affection que lorsqu'elle était riche ? Comment sera-t-elle traitée si
elle est vêtue modestement, dépense son argent parcimonieusement
et n'invite plus ses amis à dîner ? Clairement, elle ne recevra plus la
même attention. Ceux qu'elle pensait être des amis lui tourneront le
dos. Quand ils la croiseront, ils feront comme s'ils ne la voyaient pas
ou pire, la ridiculiseront. Dans les faits, la personne n'a pas changé,
si ce n'est dans son allure. Parce que ses amis d'antan se fient aux ap-
parences extérieures, ils l'abandonnent à elle-même.
Prenons l'exemple d'un couple marié. L'homme et la femme
promettent de rester ensemble dans les bons et les mauvais mo-
ments. Mais qu'en est-il lorsque la femme devient paralysée suite à
un accident et ne peut plus par conséquent marcher ou faire quoi-
51
LE SECRET DES EPREUVES

que ce soit elle-même. Que fera son époux ? Peut-être restera-t-il au-
près d'elle pendant un temps tâchant de l'aider. Cependant quand il
se rendra compte que la situation est permanente et qu'il n'en tirera
aucun bénéfice, soudainement tout change. Cet exemple illustre
comment les non-croyants considèrent la fidélité, la loyauté et l'ami-
tié : quand le profit disparaît, le lien se rompt. Quant à ceux qui res-
tent auprès de leur épouse, ils le font par crainte de ce que peuvent
dire leurs amis et non par amour ou compassion. A la surface, ils
semblent dévoués et fidèles, mais ils ne ressentent aucune empathie
pour leur conjoint quand elle en a le plus besoin.
Une autre attitude est typique des sociétés non-croyantes dé-
nuées des valeurs coraniques : celle des jeunes gens à l'égard de
leurs parents âgés. Pendant des années, ces derniers ont pourvu à
leurs moindres besoins ; or lorsque les parents vieillissent et qu'ils
deviennent dépendants, leurs enfants ne font pas preuve de la
même attention. Leurs parents, une fois âgés, les gênent ; aussi les
placent-ils dans une maison de retraite.
En revanche, les musulmans témoignent la même fidélité dans
leur traitement des membres de la famille. Ils nourrissent leurs pa-
rents sans parfois manger eux-mêmes, et prendront soin du moin-
dre de leurs besoins. Allah explique comment les musulmans
doivent se comporter envers leurs parents :
Ton Seigneur en a décidé ainsi : que vous n'adoriez que Lui
et de traiter les deux géniteurs (père et mère) avec bien-
veillance. Si l'un d'eux ou tous deux doivent atteindre la
vieillesse auprès de toi, alors ne leur dis point : "ouf !". Et
ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respec-
tueuses. " (Sourate al-Isra, 23)
En d'autres termes, les musulmans ne se plaindront pas des
croyants dans le besoin, au contraire ils les aideront selon leurs
52
Harun Yahya (Adnan Oktar)

moyens, humainement et dans un bon sentiment. La véritable ami-


tié, la sincère fidélité et loyauté se partagent entre les musulmans
pieux. Les musulmans sont les amis, les défenseurs, et les soutiens
les uns des autres. Contraints par leur moralité à considérer le bien
et le bien-être de leurs amis, même dans les situations les plus déses-
pérées, ils font de leur mieux pour répondre aux besoins de leurs
amis avant les leurs et tirent un grand plaisir de leur sacrifice.
Quand leurs amis sont malades ou ont des soucis financiers, ils les
aident volontiers avant même d'être sollicités. Ils ne peuvent rester
insensibles à l'injustice ou à l'indigence qui frappent leurs amis.
Allah parle dans le Coran des véritables amis des croyants :
Vous n'avez d'autres alliés que Allah, Son Messager et les
croyants qui accomplissent la salat, s'acquittent de la zakat,
et s'inclinent devant Allah. (Sourate al-Maidah, 55)
Ceux qui ont cru, émigré et lutté de leurs biens et de leurs
vies dans le sentier d’Allah, ainsi que ceux qui leur ont
donné refuge et secours, ceux-là sont alliés les uns des au-
tres. Quant à ceux qui ont cru et n'ont pas émigré, vous ne
serez pas liés à eux, jusqu'à ce qu'ils émigrent. Et s'ils vous
demandent secours au nom de la religion, à vous alors de
leur porter secours, mais pas contre un peuple auquel vous
êtes liés par un pacte. Et Allah observe bien ce que vous
oeuvrez. (Sourate al-Anfal, 72)

Avec la difficulté vient la facilité


Depuis le début, nous avons évoqué les différents problèmes et
frustrations par lesquels Allah met à l'épreuve les croyants et révèle
leur supériorité morale dans de telles situations. Nous avons égale-
ment discuté du bien-être, de l'empressement et des sentiments d'a-
mour et de respect que les croyants éprouvent lorsqu'ils agissent en
53
LE SECRET DES EPREUVES

accord avec leurs valeurs morales. Soulignons également qu'avec


chaque épreuve, Allah envoie aussi le bien et le soulagement à Ses
serviteurs fidèles. Dans le Coran, Allah mentionne cette promesse :
Avec la difficulté vient la facilité ; avec la difficulté vient la
facilité ! (Sourate as-Sarh, 5-6)
... Allah veut pour vous la facilité... (Sourate al-Baqarah, 185)
Nous te mettrons sur la voie la plus facile. (Sourate al-Ala, 8)
... Quiconque craint Allah cependant, Il lui facilite les cho-
ses. Tel est le commandement d’Allah qu'Il a fait descendre
vers vous. Quiconque craint Allah cependant, il lui efface
ses fautes et lui accorde une grosse récompense… (Sourate
at-Talaq, 4-5)
Que celui qui est aisé dépense de sa fortune et que celui
dont les biens sont restreints dépense selon ce que Allah
lui a accordé. Allah n'impose à personne que selon ce qu'Il
lui a donné. Allah fera succéder l'aisance à la gêne. (Sourate
at-Talaq, 7)
Celui qui donne et craint Allah et déclare véridique la plus
belle récompense, Nous lui faciliterons la voie au plus
grand bonheur. Et quant à celui qui est avare, se dispense
de l'adoration d’Allah, et traite de mensonge la plus belle
récompense, Nous lui faciliterons la voie à la plus grande
difficulté. A rien ne lui serviront ses richesses quand il sera
jeté (au feu). (Sourate al-Layl, 5-11)
Comme indiqué dans ces versets, Allah soulage les croyants qui
oeuvrent dans l'adversité et leur envoie un secours de Sa part, par
l'intermédiaire des anges, cela dans le but de les encourager par de
bonnes nouvelles.
Allah vous a donné la victoire, à Badr, alors que vous étiez
insignifiants. Craignez Allah donc. Afin que vous soyez re-
54
Harun Yahya (Adnan Oktar)

connaissants ! Allah vous a bien donné la victoire lorsque


tu disais aux croyants : "Ne vous suffit-il pas que votre
Seigneur vous fasse descendre en aide trois milliers d'an-
ges" ? Mais oui ! Si vous êtes endurants et pieux, et qu'ils
vous assaillent immédiatement, votre Seigneur vous en-
verra en renfort cinq mille anges marqués distinctement. Et
Allah ne le fit que pour vous annoncer une bonne nouvelle,
et pour que vos cœurs s'en rassurent. La victoire ne peut
venir que d’Allah, le Puissant, le Sage; pour anéantir une
partie des incroyants ou pour les humilier par la défaite et
qu'ils en retournent donc déçus. (Sourate al-Imran, 123-27)
En plus de l'appui des anges, Allah défend également les
croyants grâce à une armée invisible et leur accorde un sentiment de
sécurité et de bien-être. Nous lisons notamment dans les versets sui-
vants l'aide que Allah apporta à notre Prophète (pbsl) au cours
d'une période difficile de sa mission :
Si vous ne lui apportez pas assistance, Allah la lui a effecti-
vement apportée lorsque ceux qui avaient mécru le firent
sortir deuxième de deux. Quand ils étaient dans la grotte et
qu'il disait à son compagnon : "Ne te chagrinne pas, Allah
est avec nous."
Allah fit alors descendre sur lui Sa sérénité et le soutint de
soldats que vous ne voyiez pas. Et Il abaissa ainsi la parole
des incroyants tandis que la parole d’Allah eut le dessus. Et
Allah est Puissant et Sage. (Sourate at-Tawbah, 40)
Comme l'indiquent les versets précédents, un intense senti-
ment de soulagement succède aux difficultés. Cela provient d'une
part de l'unité des musulmans, de leur conscience du fait que cha-
que situation est un examen et d'autre part du fait qu'ils savent
qu'ils doivent se préparer pour la vie éternelle. Par ailleurs, Allah
55
LE SECRET DES EPREUVES

annonce de meilleures nouvelles encore à tous les croyants. Les vies


de nos prophètes et des pieux musulmans témoignent du fait que
Allah donne la victoire définitive aux croyants, une fois les épreuves
surmontées. L'exemple de la vie du Prophète Joseph (psl) illustre de
manière appropriée ce point.
Quand Joseph (psl) était très jeune, ses frères le jetèrent dans un
puits pour se débarrasser de lui. Des caravaniers le trouvèrent et le
vendirent comme esclave à un vizir égyptien. Par la suite, Joseph
(psl) fut accusé à tort par l'épouse du vizir, fut arrêté et emprisonné
pendant plusieurs années. Il subit ces tourments sans compromettre
sa moralité. Chaque fois qu'il fut harcelé, il cherchait refuge auprès
d’Allah et transforma son incarcération en une expérience positive.
Sa confiance, sa loyauté et sa soumission à Allah en toutes circons-
tances font de lui un exemple pour tous les croyants. En récom-
pense, Allah le fit sortir de prison au moment qu'Il choisit et lui
accorda le pouvoir et la richesse en Egypte.
Allah promet ainsi à Ses serviteurs qui se montrent patients et
confiants face aux malheurs qu'Il les soulagera et leur en fera tirer
un bien.
... Et quiconque craint Allah, il lui donnera une issue favora-
ble, et lui accordera Ses dons par des moyens sur lesquels il
ne comptait pas. Et quiconque place sa confiance en Allah,
Il lui suffit. Allah atteint ce qu'Il Se propose et Allah a assi-
gné une mesure à chaque chose. (Sourate at-Talaq, 2-3)
Cet exemple rappelle que Allah teste Ses serviteurs au cours de
leur vie avec des difficultés. Or les croyants, sachant qu'ils sont
éprouvés et se soumettant volontiers à Allah, verront leur rétribu-
tion multipliée dans l'au-delà. Voilà ce que leur apportent leurs
souffrances ici-bas, leurs valeurs morales inflexibles, leurs sacrifices,
leur patience et leur soumission. Quelques minutes de malheur ici-
56
Harun Yahya (Adnan Oktar)

bas leur feront peut-être gagner des millions d'années de récom-


pense au paradis. Assurément, les croyants conscients de cette for-
midable promesse passent leurs vies dans une attente avide et dans
l'espoir joyeux de vivre dans un paradis aux merveilleuses choses
inépuisables. Allah décrit leur état dans les versets suivants :
Ceux qui ne donnent pas de faux témoignages et qui, lors-
qu'ils passent auprès d'une frivolité, s'en écartent noble-
ment, qui lorsque les versets de leur Seigneur leur sont
rappelés, ne deviennent ni sourds ni aveugles et qui disent
: "Seigneur, donne-nous, en nos épouses et nos descen-
dants, la joie des yeux, et fais de nous un guide pour les
pieux". Ceux-là auront pour récompense un lieu élevé du
paradis à cause de leur endurance. Ils y seront accueillis
avec le salut et la paix, pour y demeurer éternellement.
Quel beau lieu de fixation et quel beau lieu de séjour !
(Sourate al-Furqane, 72-76)
Des hommes que ni le négoce, ni le troc ne distraient de
l'invocation d’Allah, de l'accomplissement de la salat et de
l'acquittement de la zakat, et qui redoutent un jour où les
cœurs seront bouleversés ainsi que les regards. Afin que
Allah les récompense de la meilleure façon pour ce qu'ils
ont fait de bien. Et Il leur ajoutera de Sa grâce. Allah attri-
bue à qui Il veut sans compter. (Sourate an-Nur, 37-38)

57
COMMENT LES
NON-CROYANTS
REAGISSENT DANS
L'ADVERSITE

N ous avons montré plus haut que quelles que soient les con-
ditions, le caractère moral du musulman ne connaît pas
d'altération. Ceux qui n'ont pas la foi ou qui ont une mala-
die dans le cœur ne peuvent supporter les temps difficiles, car leur
endurance est limitée. Par conséquent, face aux malheurs, petits et
grands, ils deviennent tendus et furieux, ils crient, se battent, lan-
cent des injures et recourent à la violence. Alors qu'en temps normal,
ils se montrent joyeux, souriants et agréables. Dans l'adversité, les
musulmans parlent patiemment de la vérité et de la beauté, tandis
que les non-croyants optent pour l'attaque, révélant ainsi leur véri-
table visage.
Leur authentique caractère se dévoile suite à un licenciement,
une maladie, un accident, une catastrophe ou un malheur. S'ils per-
dent leur logement pendant deux jours, qu'ils manquent de som-
meil ou qu'ils soient privés de leur confort habituel, ils se montrent
abattus et désespérés. Dans le Coran, Allah décrit leur caractère in-
grat :
Quant à l'homme, lorsque son Seigneur l'éprouve en l'ho-
norant et en le comblant de bienfaits, il dit : "Mon Seigneur
m'a honoré". Mais par contre, quand Il l'éprouve en lui res-

58
Harun Yahya (Adnan Oktar)

treignant sa subsistance, il dit : "Mon Seigneur m'a avili."


(Sourate al-Fajr, 15-16)
Allah teste donc aussi les non-croyants en leur accordant puis
en leur retirant des bienfaits suivant Sa volonté. Dans une telle situa-
tion, les musulmans maintiennent leur confiance en Allah et demeu-
rent reconnaissants envers Lui, alors que les non-croyants réagissent
immédiatement par de l'ingratitude. Ils sont alors perdants à la fois
dans ce monde et dans le suivant.
Les non-croyants répondent également aux malheurs par la dé-
pression, par l'usage de drogues et d'alcool, voire par le suicide. A
aucun moment ils ne méditent sur la raison de ces malheurs ou sur
le bien qui peut en résulter. Allah fait pression sur les non-croyants :
"… Peut-être reviendront-ils vers Nous". (Sourate az-Zukhruf, 48).
En d'autres termes, Il leur fait vivre des moments difficiles dans le
but de les ramener vers le droit chemin, vers le repentir et la foi. Or,
la plupart du temps, les épreuves contribuent uniquement à renfor-
cer leurs cœurs et à accroître leur négation d’Allah.
Pourquoi donc, lorsque Notre rigueur leur vînt, n'ont-ils
pas imploré la miséricorde ? Mais leurs cœurs s'étaient en-
durcis et le diable enjolivait à leurs yeux ce qu'ils faisaient.
Puis, lorsqu'ils eurent oublié ce qu'on leur avait rappelé,
Nous leur ouvrîmes les portes donnant sur toute chose. Et
lorsqu'ils eurent exulté de joie en raison de ce qui leur avait
été donné, Nous les saisîmes soudain, et les voilà désespé-
rés. (Sourate al-Anam, 43-44)

L'état interne de ceux attachés à ce monde


La compréhension du secret des épreuves donne aux musul-
mans un sentiment de bonheur et de bien-être général, tandis que

59
LE SECRET DES EPREUVES

ceux qui sont attachés à ce monde vivent dans la frustration, la dou-


leur et la dégénérescence morale. Les musulmans jouissent des
fruits de leur patience, alors que ceux liés à un monde qu'ils croient
éternel ne savent pas qu'ils sont éprouvés et expriment leur frustra-
tion par de l'impatience, de la méfiance, de l'égoïsme, de la méchan-
ceté et de l'ambition terrestre. Leur douleur transparaît à chaque
instant de leurs vies. Leurs actions sont arides et tristes. Ils sont inca-
pables de reconnaître le bien et de savoir la joie que procure l'excel-
lence morale.
Dénués d'honneur et de moralité, leurs vies sont régies par l'hy-
pocrisie. Leur erreur principale réside dans le fait qu'ils ne pensent
qu'à eux-mêmes. Ils croient que leur méchanceté et leur égoïsme
leur bénéficieront, et ne perçoivent pas le mal qui peut en résulter,
c'est-à-dire la perte qu'ils essuieront dans les deux mondes. Les non-
croyants ont en effet perdu les bienfaits éternels du paradis, et sur-
tout la satisfaction d’Allah et Sa miséricorde.
C'est Lui qui a fait de vous des successeurs sur terre.
Quiconque mécroît, sa mécréance retombera sur lui. Leur
mécréance n'ajoute aux incroyants qu'opprobre auprès de
leur Seigneur. Leur mécréance n'ajoute que perte aux in-
croyants. (Sourate Fatir, 39)
Il est très instructif pour les musulmans d'observer objective-
ment les non-croyants. Par exemple, ne passe pas inaperçue la cor-
ruption morale de celui qui vole l'orphelin ou dérobe les rares biens
du pauvre dans le but de s'acheter des vêtements. Allah nous in-
forme dans le verset suivant : "C'est ainsi que Allah impose le châ-
timent de leur actes impurs à ceux qui ne croient point." (Sourate
al-Anam, 125) Cette dégénérescence n'est peut-être pas perceptible
d'un point de vue extérieur, mais sa portée spirituelle peut être re-
marquée par ceux qui craignent et respectent Allah. Ces individus
60
Harun Yahya (Adnan Oktar)

sont corrompus : méchants et avares, ils ne nourrissent pas les pau-


vres et les nécessiteux. Dans l'éventualité où ils aideraient, ils font
ressentir au bénéficiaire un sentiment d'obligation. Leur description
dans le Coran (des individus immoraux qui mangent de l'argent
sale, qui amassent de l'argent sans distribuer des aumônes, et qui
dépensent leur argent dans l'illicite) éveille une réaction chez les
musulmans :
Vois-tu celui qui traite de mensonge la rétribution ? C'est
bien lui qui repousse l'orphelin et qui n'encourage point à
nourrir le pauvre. (Sourate al-Maun, 1-3)
Il n'est pas rare de voir des hommes s'enrichir par des voies illé-
gales et immorales, que ce soit par le meurtre, la corruption ou la
fraude. Ils tirent des profits injustes du vol des orphelins et en dé-
pouillant les hommes de leur beauté et de leur dignité. Ils essaient
de s'embellir, mais la corruption morale les entoure d'une ombre
profonde et laide, preuve de leur immoralité, leurs péchés et leur
déshonneur. Allah utilise le mot "avilissement" pour décrire cette
ombre, visible sur le visage :
A ceux qui agissent en bien est réservée la meilleure récom-
pense et même davantage. Nulle fumée noircissante, nul
avilissement ne couvriront leurs visages. Ceux-là sont les
gens du paradis, où ils demeureront éternellement. Et ceux
qui ont commis de mauvaises actions, la rétribution d'une
mauvaise action sera l'équivalent. Un avilissement les cou-
vrira – rien ne les mettra à l'abri d’Allah – comme si leurs
visages se couvraient de lambeaux de ténèbres nocturnes.
Ceux- là sont là les gens du feu où ils demeureront éternel-
lement. (Sourate Yunus, 26-27)
La beauté de ceux dotés d'un haut sens moral augmente alors
que l'immoralité couvre le visage des non-croyants d'une ombre
61
LE SECRET DES EPREUVES

noire. Dans ce monde d'épreuves, Allah récompense chaque indi-


vidu pour ses actes : celui qui fait le bien recevra le bien, celui qui
fait le mal recevra le mal. Le comportement de ces derniers repousse
les croyants.
Allah nous informe que ceux qui mangent de la nourriture illi-
cite et qui écoutent les menteurs seront humiliés dans les deux mon-
des, humiliation qui sera visible de tous.
... Celui que Allah veut éprouver, tu n'as pour lui aucune
protection contre Allah. Voilà ceux dont Allah n'a point
voulu purifier les cœurs. Ils ont en ce bas monde un oppro-
bre et ils auront dans l'autre de très grands tourments. Ils
sont attentifs au mensonge et ils aiment bien manger le
produit du péché… (Sourate al-Maidah, 41-42)
Ces hommes ne sont contents ni d'eux-mêmes ni de leurs sem-
blables, parce qu'ils voient à quel point leur attitude est cruelle et
immorale. Ils s'engagent délibérément dans des actes prohibés par
Allah, ce qui les rend éhontés. Sont particulièrement dénués de sen-
timent de honte ceux qui s'adonnent à la prostitution et ceux qui en
tirent profit. Les membres de cette profession amorale sont rapide-
ment distancés de toute humanité, et finissent par détruire le peu de
beauté et de dignité restantes. La prostitution crée des problèmes
pour les hommes et les femmes. Allah les harcèle par la maladie, les
ennuis, le malheur, la privation, l'humiliation et le mépris. Leur
chute spirituelle est évidente aux yeux de tous.
Dans le Coran, Allah décrit la situation des personnes corrom-
pues en enfer à ceux qui comprennent le secret derrière les épreuves
et dont les yeux brillent dans l'espoir de la vie à venir. Cernés par le
feu, ils ne peuvent qu'apercevoir les croyants ayant, eux, obtenus les
bénédictions infinies d’Allah. Leur perte est certes bien grande et ils
infligent cette perte à tous ceux qui les entourent.
62
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Et tu les verras exposés devant l'enfer, confondus dans l'a-


vilissement, et regardant d'un oeil furtif, tandis que ceux
qui ont cru diront : "Les perdants sont certes, ceux qui au
jour de la résurrection font leur propre perte et celle de
leurs familles". Les injustes subiront certes un châtiment
permanent. (Sourate Achoura, 45)

63
LES EPREUVES CONTINUENT
JUSQU'À LA MORT

C haque personne est éprouvée dans ce monde jusqu'au jour


de sa mort. C'est pourquoi il faut s'attacher à conformer sa
vie aux commandements divins, à se rappeler Allah, à cher-
cher Sa satisfaction et à accomplir les actes d'adoration.
L'individu déviant du droit chemin et ingrat envers Allah au
moment de sa mort peut échouer à la mise à l'épreuve et réduire à
néant les efforts de toute sa vie.
Tous les musulmans doivent sérieusement prendre garde face à
ce danger, parce que Satan, l'ennemi de l'homme, ne se ménagera
pas pour exploiter les faiblesses, même au moment de la mort. C'est
pourquoi la mort est un moment important. Il ne suffit pas de se dire
: -"Je crois en Allah. J'ai vraiment œuvré dans Sa voie et ai certaine-
ment mérité le salut." Allah dit qu'il faut prier pour son salut "par
crainte et espoir" jusqu'au dernier moment (Sourate as-Sajda, 16).
Chaque musulman est invité à méditer sur ce commandement :
O les croyants ! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et
ne mourez qu'en pleine soumission. (Sourate al-Imran, 102)

Ceux qui croient et ensuite adjurent leur foi


Belief is one of Allah's greatest blessings, for it leads to happiLa
foi est l'une des grandes bénédictions d’Allah, car elle apporte le
bonheur et la paix dans ce monde ainsi que le salut dans l'au-delà.
Aussi, comme pour chaque bienfait, nous devons remercier Allah

64
Harun Yahya (Adnan Oktar)

pour la foi qu'Il accorde ou qu'Il retient suivant Sa volonté. Ceux à


qui Allah n'octroie pas la foi ne seront jamais capables de l'acquérir,
même si l'univers entier voulait la leur donner :
Même si tu désirais ardemment qu'ils soient guidés...
Sache que Allah ne guide pas ceux qui s'égarent. Et ils n'au-
ront pas de secoureurs. (Sourate an-Nahl, 37)
Les croyants sont donc, par la grâce d’Allah, sauvés de l'incré-
dulité, ce qui leur vaut de réciter cette prière des gens du paradis :
Louange à Allah qui nous a guidés à ceci. Nous n'aurions
pas été guidés, si Allah ne nous avait pas guidés. Les
Messagers de notre Seigneur sont venus avec la vérité.
(Sourate al-Araf, 43)
Remercier Allah d'un bienfait signifie louer Allah verbalement
et agir de manière adéquate. La prière est en soi un acte de remercie-
ment. C'est pourquoi le musulman doit veiller à la réciter soigneuse-
ment et attentivement. Il témoigne ainsi sa reconnaissance pour le
magnifique don et fait de son mieux pour satisfaire Allah en se con-
sacrant à Lui.
Si le musulman estime que son statut de croyant lui assure la
voie du paradis ou s'il oublie les épreuves, alors les bienfaits peu-
vent très bien lui être retirés. Son cœur peut graduellement s'endur-
cir au point de nier l'existence d’Allah. Ses actes perdent par
conséquent toute valeur et ses récompenses sont annulées. Voilà ce
que Allah dit de tels individus :
... Et ceux parmi vous qui adjureront leur religion et mour-
ront infidèles, vaines seront pour eux leurs actions dans la
vie immédiate et la vie future. Voilà les gens du feu : ils y
demeureront éternellement. (Sourate al-Baqarah, 217)
En effet, il t'a été révélé, ainsi qu'à ceux qui t'ont précédé :
"Si tu donnes des associés à Allah, ton oeuvre sera certes
65
LE SECRET DES EPREUVES

vaine; et tu seras très certainement du nombre des per-


dants." (Sourate az-Zumar, 65)
Et les croyants diront : "Est-ce là ceux qui juraient par Allah
de toute leur force qu'ils étaient avec vous ?" Mais leurs ac-
tions sont devenues vaines et ils sont devenus perdants. O
les croyants ! Celui d'entre vous qui reniera sa foi, Allah
fera venir un peuple qu'Il aime et qui L'aime, modeste en-
vers les croyants et fier et puissant envers les incroyants,
qui lutte dans le sentier d’Allah, ne craignant le blâme
d'aucun blâmeur. Telle est la grâce d’Allah. Il la donne à
qui Il veut. Allah est Immense et Omniscient. (Sourate al-
Maidah, 53-54)
Dans le Coran, Allah nous parle des croyants ayant rejeté leur
foi et dévié du droit chemin :
Ceux qui ont cru, puis sont devenus non-croyants, puis ont
cru de nouveau, ensuite sont redevenus non-croyants, et
n'ont fait que croître en mécréance, Allah ne leur pardon-
nera pas, ni les guidera vers un chemin droit. (Sourate an-
Nisa, 137)
En vérité, ceux qui ne croient plus après avoir eu la foi et
laissent augmenter encore leur mécréance, leur repentir ne
sera jamais accepté. Ceux-là sont vraiment les égarés.
(Sourate al-Imran, 90)
Allah décrit également leur état dans l'au-delà :
… Au jour où certains visages s'éclaireront, et que d'autres
s'assombriront. A ceux dont les visages seront assombris, il
sera dit : "Avez-vous mécru après avoir eu la foi ?" Eh bien,
goûtez au châtiment, pour avoir renié la foi. (Sourate al-
Imran, 106)
Ces versets traduisent bien le danger d'abandonner la foi pour
66
Harun Yahya (Adnan Oktar)

le mauvais chemin. Il existe pourtant des individus qui durant une


partie de leur existence, croient en l'existence d’Allah et appliquent
ses commandements, mais qui finissent par se détourner de la reli-
gion à cause de leur moi inférieur. Ils perdent toute notion de reli-
gion, parfois dans une mesure plus grande que les autres. Ils
abandonnent tout ce qu'ils savaient être juste et concordant avec la
volonté d’Allah. Il en résulte que toutes leurs bonnes œuvres sont
annulées. Allah sait mieux. Il ne faut donc pas oublier un seul ins-
tant que nous sommes éprouvés dans ce monde et que Satan es-
saiera de nous faire dévier du droit chemin par ses suggestions et
ses doutes. Nier l'existence d’Allah après avoir cru mène au sup-
plice sans fin.
Par ailleurs, ceux qui rejettent leur foi mènent une vie miséra-
ble. Même s'ils semblent jouir d'un certain confort matériel, ils souf-
frent spirituellement durant toute leur vie. Ils savent pertinemment
la vérité, mais tentent d'étouffer leur conscience sans pour autant
parvenir à se débarrasser du sentiment de culpabilité qui brûle leur
âme. Or la souffrance qu'ils éprouvent durant cette vie est sans com-
mune mesure avec celle qu'ils auront à subir après la mort. Allah ré-
vèle :
Ceux qui ne croient pas et qui meurent incroyants, il ne
sera jamais accepté d'aucun d'eux de se racheter même si
pour cela ils donnaient le contenu, en or, de la terre. Ils au-
ront un châtiment douloureux et ils n'auront point de se-
coureurs. (Sourate al-Imran, 91)
L'existence d'un tel danger doit maintenir les croyants en alerte
jusqu'à leur dernier souffle. Ils ne doivent jamais se relâcher, s'ima-
ginant qu'ils en ont fait assez, car c'est là que la menace guette.
Comme il est dit dans le Coran : " Prenez garde ! Vraiment l'homme
devient rebelle, dès qu'il estime qu'il peut se suffire à lui-même."
67
LE SECRET DES EPREUVES

(Sourate al-Alaq, 6-7) Gardez donc toujours ce danger à l'esprit et


agissez de sorte à recevoir l'agrément d’Allah. Les épreuves de ce
monde continueront jusqu'au dernier instant.

Ceux qui rechignent dans la lutte et ceux qui


l'évitent
Les hommes de peu ou pas de foi vivent parfois parmi les mu-
sulmans comme si de rien n'était, suivant apparemment les règles
de la religion. Cependant, Allah révèle leur véritable caractère par
certains tests. Les musulmans endurants face aux problèmes, à la
faim, la maladie, le besoin, la mort se renforcent, tandis que ceux
dont le cœur est malade se rapprochent encore plus de l'incrédulité.
Donc une fois de plus, nous saisissons l'importance de chaque
instant. Certains individus peuvent passer la plus grande partie de
leur vie à croire en Allah, à promouvoir la religion et à accomplir de
bonnes œuvres. Mais s'ils cessent d'agir selon leur conscience, se re-
lâchent et s'endurcissent, ils ne pourront plus faire preuve du discer-
nement nécessaire. Les soucis matériels finissent par prendre le
dessus sur la nécessité de rechercher le plaisir d’Allah, et les condui-
sent petit à petit vers la voie de l'incrédulité.
De nombreux versets relatent les luttes des Prophètes pour pro-
téger les innocents des agressions et de préserver la religion. A cette
époque, la lutte était un important acte d'adoration. Notre Prophète
Mohammed (pbsl) se lança dans une dure bataille contre les com-
munautés non-croyantes. Chaque combat mené sur l'ordre d’Allah
et de son Prophète (pbsl) est un devoir religieux. Allah dit dans le
Coran que quiconque fuit cette responsabilité verra son cœur se
sceller car le désir de fuite dénote une perte de foi.
Aujourd'hui, le combat des musulmans contre les non-croyants
se mène sur le front des idées. Il s'agit de réfuter tous les arguments
68
Harun Yahya (Adnan Oktar)

de ceux qui utilisent la science pour nier l'existence d’Allah. Cela fait
partie des devoirs du musulman. Allah répète dans le Coran que
ceux qui refusent de s'impliquer ont un cœur dur :
Et lorsqu'une sourate est révélée : "Croyez en Allah et lut-
tez en compagnie de Son Messager", les gens qui ont tous
les moyens de combattre parmi eux te demandent de les
dispenser du combat et disent : "Laisse-nous avec ceux qui
restent". Il leur plaît de demeurer avec celles qui sont res-
tées à l'arrière. Leurs cœurs ont été scellés et ils ne com-
prennent rien. (Sourate at-Tawbah, 86-87)
Ceux qui cherchent des excuses une fois confrontés aux problè-
mes tuent leur propre esprit dans leur tentative de fuite :
S'il s'était agi d'un profit facile ou d'un court voyage, ils
t'auraient suivi; mais la distance leur parut longue. Et ils ju-
reront par Allah : "Si nous avions pu, nous serions sortis en
votre compagnie." Ils se perdent eux-mêmes. Et Allah sait
bien qu'ils mentent. (Sourate at-Tawbah, 42)
Ces exemples du temps de notre Prophète (pbsl) et de
Prophètes précédents dénotent une réalité essentielle : Allah teste
continuellement les hommes et Il prévoit des royaumes séparés
pour ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent. Lorsque les mu-
sulmans font preuve de force et de détermination face aux mal-
heurs, les faibles se dévoilent et se détournent de la religion. A
l'époque du Prophète (pbsl), lors d'une guerre entre les musulmans
et les non-croyants, certains musulmans se montrèrent faibles et se
laissèrent envahir par l'angoisse, pensant à autre chose qu'à la vérité
d’Allah. Satan tenta de faire sortir ces musulmans du droit chemin :
Ceux d'entre vous qui ont tourné le dos, le jour où les deux
armées se rencontrèrent, c'est seulement le diable qui les a
fait dévier, à cause d'une partie de leurs actions. Mais, cer-
69
LE SECRET DES EPREUVES

tes, Dieu leur a pardonné. Car vraiment Dieu est


Pardonneur et indulgent ! (Sourate al-Imran, 155)
Cet incident contient une leçon essentielle pour les musulmans
: Dieu annonce que les hommes doivent être éprouvés pour séparer
les bons des mauvais, et la seule manière d'endurer ces moments
difficiles est d'avoir une foi forte et sincère. Certes, Allah facilite les
choses pour Ses pieux serviteurs, affermit leurs pas et remplit leur
cœur de sentiments de bien-être et de sécurité. Nous ne devons tou-
tefois pas oublier Sa promesse de bien-être et de sérénité. Nous ne
devons toutefois pas oublier Sa promesse consistant à tester les êtres
humains pour distinguer les bons des mauvais :
Pensez-vous que vous serez délaissés, cependant que Allah
n'a pas encore distingué ceux d'entre vous qui ont lutté et
qui n'ont pas cherché des alliés en dehors d’Allah, de Son
messager et des croyants ? Et Allah est parfaitement con-
naisseur de ce que vous faites. (Sourate at-Tawbah, 16)
Est-ce que les gens pensent qu'on les laissera dire : "Nous
croyons !" sans les éprouver? Certes, Nous avons éprouvé
ceux qui ont vécu avant eux. Ainsi Allah connaît ceux qui di-
sent la vérité et ceux qui mentent. (Sourate al-Ankabut, 2-3)

70
CONCLUSION

C haque jour qui passe nous rapproche tous un peu plus de la


mort. La mort est tout aussi éloignée pour les jeunes gens
que pour les personnes âgées, car elle ne respecte pas l'âge.
Est tout aussi bien menacé de mort le vieillard alité que l'adolescent
risquant un accident dans la rue. Il faut comprendre que chaque ins-
tant peut être le dernier.
Ceci est l'une des plus importantes réalités dans la vie de l'-
homme.
Nous sommes tous engagés dans un concours visant à préparer
au mieux sa vie dans l'au-delà dans le temps qui nous est imparti.
Comme dit Bediuzzaman : "Le monde temporaire est comme un champ.
C'est un lieu d'enseignement, un marché."11 En d'autres termes, les
hommes peuvent faire de très bonnes affaires ici et en récolter les bé-
néfices infinis dans l'au-delà, en échange de leurs actes ici-bas.
Tout individu doué d'un minimum de bon sens doit écouter la
voix de sa conscience et se rappeler que Allah nous éprouve conti-
nuellement. Sur cette route qui semble si ardue, Allah envoya le
Coran pour nous guider ainsi que les Prophètes et les pieux musul-
mans pour montrer la vraie voie. Quel que soit le problème rencon-
tré, les hommes qui invoquent Allah sincèrement se verront
accorder le soulagement sur le chemin du salut. En somme, le grand
secret des épreuves est qu'elles sont riches en opportunités pour
chaque croyant.

71
LE SECRET DES EPREUVES

A partir de maintenant les croyants doivent observer le dérou-


lement du destin et adopter l'excellence morale des pieux musul-
mans, telle que décrite dans le Coran. Ces versets détaillent l'état des
fidèles d’Allah, patients et déterminés à mesure qu'ils s'approchent
de la vie à venir :
Combien de Prophètes ont combattu, en compagnie de
beaucoup de disciples, ceux-ci ne fléchirent pas à cause de
ce qui les atteignit dans le sentier d’Allah. Ils ne faiblirent
pas et ils ne cédèrent point. Et Allah aime les endurants. Et
ils n'eurent que cette parole : "Seigneur, pardonne-nous
nos péchés ainsi que nos excès dans nos comportements,
affermis nos pas et donne-nous la victoire sur les gens in-
croyants". Allah, donc, leur donna la récompense d'ici-bas,
ainsi que la belle récompense de l'au-delà. Et Allah aime
les gens bienfaisants. (Sourate al-Imran, 146-48)

72
LA TROMPERIE
DE L'EVOLUTION

C haque détail dans cet univers est le signe d'une création su-
périeure. A l'inverse du matérialisme, qui cherche à nier la
réalité de la création dans l'univers, et qui n'est en fait
qu'une tromperie qui n'a rien de scientifique.
Une fois le matérialisme infirmé, toutes les autres théories fon-
dées sur cette philosophie deviennent caduques. La principale par-
mi ces dernières n'est autre que le darwinisme, autrement dit, la
théorie de l'évolution. Cette théorie, qui soutient que la vie est née
de la matière inanimée par pure coïncidence a été démolie par la re-
connaissance que l'univers a été créé par Allah. C'est Allah Qui a
créé l'univers et qui l'a conçu dans le moindre détail. De ce fait, il est
impossible que la théorie de l'évolution, qui soutient que les êtres vi-
vants n'ont pas été créés par Allah mais sont le produit de coïnciden-
ces, soit vraie.
La théorie de l'évolution ne résiste ni à l'analyse ni aux derniè-
res découvertes scientifiques. La conception de la vie est extrême-
ment complexe et étonnante. Dans le monde inanimé, par exemple,
nous pouvons explorer la fragilité des équilibres sur lesquels repo-
sent les atomes et plus loin, dans le monde animé, nous pouvons ob-
server la complexité de la conception qui a pu unir ces atomes et
comment sont extraordinaires les mécanismes et les structures telles
que les protéines, les enzymes et les cellules, qui en sont issues.

73
LE SECRET DES EPREUVES

Cette conception extraordinaire de la vie a réfuté le darwinisme


à la fin du 20ème siècle.
Nous avons traité ce sujet, en plein détail, dans certaines de nos
autres études et nous continuons toujours à le faire. Cependant,
nous pensons qu'en raison de son importance, il serait utile de résu-
mer ce qui a été avancé.

L'effondrement scientifique du darwinisme


Bien que cette doctrine remonte à la Grèce antique, la théorie de
l'évolution n'a été largement promue qu'au 19ème siècle. Le déve-
loppement le plus important qui a irrésistiblement propulsé cette
théorie comme sujet majeur dans le monde scientifique est la publi-
cation en 1859 du livre de Charles Darwin intitulé L'origine des espè-
ces. Dans ce livre, Darwin a nié que les différentes espèces vivantes
sur terre aient été créées séparément par Allah. Selon Darwin, tous
les êtres vivants auraient un ascendant commun et se seraient diver-
sifiés à travers le temps suite à de petits changements.
La théorie de Darwin n'est basée sur aucune découverte scienti-
fique concrète ; comme il l'a lui-même admis, il ne s'agit en fait que
d'une "hypothèse". De plus, comme il le reconnaît dans le long cha-
pitre de son livre intitulé "Les difficultés de la théorie", cette théorie
a échoué à donner des réponses aux plusieurs questions cruciales
qui l'entourent.
Darwin a donc investi tous ses espoirs dans les nouvelles dé-
couvertes scientifiques, qu'il espérait voir résoudre "les difficultés
de la théorie". Cependant, contrairement à ses espérances, les dé-
couvertes scientifiques ont étendu les dimensions de ces difficultés.
La défaite du darwinisme face à la science peut être résumée en
trois points essentiels :
1) Cette théorie ne peut en aucun cas expliquer comment la vie
74
Harun Yahya (Adnan Oktar)

a été produite sur terre ;


2) Il n'existe aucune découverte scientifique démontrant que
les "mécanismes évolutionnistes" proposés par cette théorie aient
quelque pouvoir pour se développer.
3) Les fossiles à notre disposition révèlent, tout à fait, le con-
traire de ce que suggère la théorie de l'évolution.

Dans cette section, nous examinerons sommairement ces trois


points essentiels.

La première étape insurmontable :


l'origine de la vie
La théorie de l'évolution se base, en principe, sur le fait que tou-
tes les espèces vivantes se sont développées à partir d'une cellule vi-
vante unique qui est apparue sur terre il y a 3,8 milliards d'années.
Mais la théorie de l'évolution ne peut répondre au fait de savoir
comment une seule cellule a pu produire des millions d'espèces vi-
vantes aussi complexes. Et si une telle évolution s'est vraiment pro-
duite, pourquoi les traces de cette évolution ne peuvent-elles être
observées dans les archives fossiles ? Mais, tout d'abord, nous de-
vons analyser le premier stade du processus évolutionniste pré-
sumé. Comment est apparue cette "première cellule" ?
Comme la théorie de l'évolution nie la création et n'accepte au-
cune sorte d'intervention surnaturelle, elle entretient l'idée que "la
première cellule" était accidentellement née suivant les lois de la na-
ture, mais sans aucune conception préalable, ni plan, ni arrange-
ment d'aucune sorte. Selon cette théorie, la matière inanimée doit
avoir produit accidentellement une cellule vivante. C'est, hélas, une
revendication incompatible avec les règles élémentaires des sciences
biologiques.
75
LE SECRET DES EPREUVES

"La vie vient de la vie"


Dans son livre, Darwin n'a jamais mentionné l'origine de la vie.
Les connaissances scientifiques primitives de son époque étaient
fondées sur la supposition que les êtres vivants avaient une struc-
ture très simple. Depuis les temps médiévaux, la génération sponta-
née est une théorie largement partagée. Elle affirme que des
matières non vivantes s'associent pour former des organismes vi-
vants. On croyait ainsi que les insectes naissaient des restes de nour-
riture et que les souris provenaient du blé. Des expériences
intéressantes ont été conduites pour tenter de démontrer, en vain, la
véracité de cette théorie. Du blé a été placé sur un chiffon sale dans
l'espoir que des souris en sortent au bout d'un moment, mais sans
succès.
L'apparition de vers sur de la viande a, par contre, été considé-
rée à tort comme une preuve de génération spontanée. Or, quelque
temps plus tard, il est devenu manifeste que les vers n'apparais-
saient pas sur la viande spontanément, mais y étaient transportés
par des mouches sous forme de larves, invisibles à l'œil nu.
D'autre part, durant la période où Darwin a écrit L'origine des
espèces, l'idée que les bactéries pouvaient apparaître de la matière in-
animée était largement partagée dans le milieu scientifique.
Mais, cinq ans après la publication du livre de Darwin, la dé-
couverte de Louis Pasteur a réfuté cette croyance qui constituait la
base de la théorie de l'évolution. Après une longue période consa-
crée à la recherche et l'expérimentation, Pasteur conclut de façon dé-
finitive : "La revendication que la matière inanimée peut produire la vie est
enterrée dans l'histoire pour toujours."12
Les avocats de la théorie de l'évolution se sont longtemps oppo-
sés aux découvertes de Pasteur. Depuis lors, le développement de la
science a révélé comment était complexe la structure de la cellule
76
Harun Yahya (Adnan Oktar)

d'un être vivant, et l'idée que la vie puisse naître accidentellement se


trouve dans une impasse plus grande encore.

Les efforts peu concluants du 20ème siècle


Le premier évolutionniste qui s'est intéressé à la question de l'o-
rigine de la vie au 20ème siècle fut le célèbre biologiste russe,
Alexandre Oparin. Il proposa diverses thèses dans les années trente
pour tenter de prouver que la cellule d'un être vivant serait le fruit
du hasard. Ces études, cependant, furent condamnées à l'échec et
Oparin a dû faire la confession suivante :
Malheureusement, l'origine de la cellule reste, en réalité, une question
qui représente le point le plus sombre de toute la théorie de l'évolution.13
Les disciples évolutionnistes d'Oparin ont essayé de continuer
les expériences pour résoudre l'énigme de l'origine de la vie.
L'expérience la plus célèbre est celle du chimiste américain Stanley
Miller en 1953. Lors de son expérience, il associa les gazes qui
étaient censés exister dans l'atmosphère initiale de la terre, puis y
ajouta de l'énergie. Miller réussit à synthétiser plusieurs molécules
organiques (des acides aminés) présentes dans la structure des pro-
téines.
Mais il ne fallut que quelques années pour apprendre que cette
expérience, qui avait alors été présentée comme un pas important
achevé au nom de la théorie de l'évolution, devait être invalidée car
l'atmosphère utilisée dans l'expérience différait largement de celle
des conditions réelles de la terre.14
Après un long silence, Miller reconnut que les conditions at-
mosphériques mises en place n'étaient pas réalistes.15
Tous les efforts des évolutionnistes tout au long du 20ème siècle
pour expliquer l'origine de la vie se sont soldés par des échecs.
Jeffrey Bada, géochimiste de l'Institut Scripps de San Diego, le re-
77
LE SECRET DES EPREUVES

connaît dans un article qu'il publie dans le magazine Earth en 1998 :


Aujourd'hui, alors que le 20ème siècle touche à sa fin, nous nous trou-
vons toujours face au plus grand problème non résolu et que nous avions
toujours eu depuis le début du 20ème siècle : quelle est l'origine de la vie
sur terre ?16

La structure complexe de la vie


La cause principale de l'impasse majeure dans laquelle se trouve
la théorie de l'origine évolutionniste de la vie réside dans le fait que
même les organismes vivants considérés comme les plus simples ont
des structures incroyablement complexes. La cellule d'un être vivant
est plus complexe que tous les produits technologiques développés
par l'homme. Aujourd'hui, même dans les laboratoires les plus déve-
loppés du monde, une cellule vivante ne peut pas être produite, en
associant uniquement des matières inorganiques.
Les conditions requises pour la formation d'une cellule sont
trop importantes en terme de quantité pour pouvoir avancer l'idée
de coïncidences et la retenir comme explication convaincante. La
probabilité que les protéines, composantes de la cellule, soient syn-
thétisées par hasard est de l'ordre de 1 pour 10950 pour une protéine
moyenne composée de 500 acides aminés. En mathématiques, une
probabilité de l'ordre de 1 sur 1050 est considérée comme relevant
quasiment du domaine de l'impossible.
La molécule d'ADN, qui se trouve dans le noyau de la cellule et
qui stocke l'information génétique, est une banque de données in-
croyable. Selon les calculs établis, si l'information codée de l'ADN
était retranscrite, on obtiendrait l'équivalent d'une bibliothèque gé-
ante composée de 900 volumes d'encyclopédies de 500 pages chacun.
A ce stade, nous sommes confrontés à un dilemme très intéres-
sant : l'ADN ne peut se reproduire qu'à l'aide de quelques protéines
78
Harun Yahya (Adnan Oktar)

spécialisées (les enzymes). Et la synthèse de ces enzymes ne peut


être obtenue qu'en utilisant l'information codée de l'ADN. Mais
comme les uns dépendent des autres, ils doivent exister en même
temps pour que la reproduction se fasse, et ce qui plonge dans une
impasse totale le scénario de la vie produite par elle-même. Le célè-
bre évolutionniste, le professeur Leslie Orgel, de l'Université de San
Diego en Californie, le reconnaît dans la publication du numéro de
septembre 1994 du magazine Scientific American :
Il est extrêmement improbable que des protéines et des acides nucléiques,
tous les deux reconnus comme étant structurellement complexes, aient
surgi spontanément au même endroit, et ce en même temps. Tout comme
il semble impossible d'avoir l'un sans l'autre. Et donc, à priori, il est pos-
sible de conclure que la vie n'a jamais pu être le résultat de réactions chi-
miques.17
S'il est impossible que la vie soit apparue à la suite de causes
naturelles, alors l'idée qu'elle a été "créée" de façon surnaturelle doit
être admise. Ce fait contredit clairement la théorie de l'évolution
dont le but principal est de nier l'idée de création.

Les mécanismes imaginaires de l'évolution


Le deuxième élément important qui remet en question la théo-
rie de Darwin est que les deux concepts clefs de la théorie, considé-
rés comme "les mécanismes évolutionnistes", n'avaient en fait
aucune réalité évolutionniste.
Darwin a entièrement fondé sa théorie de l'évolution sur le mé-
canisme de la "sélection naturelle". L'importance accordée à ce mé-
canisme ressort clairement de l'intitulé même de son livre : L'origine
des espèces, au moyen de la sélection naturelle…
Pour la sélection naturelle, les êtres vivants qui sont les plus
forts et les mieux adaptés aux conditions naturelles de leur environ-
79
LE SECRET DES EPREUVES

nement sont les seuls à pouvoir survivre, et ce dans le cadre de ce


qu'on appelle la lutte pour la vie. Ainsi, dans un troupeau de cerfs
sous la menace d'animaux sauvages, seuls les plus rapides survi-
vent. De ce fait, le troupeau de cerfs sera composé uniquement des
individus les plus rapides et les plus forts. Mais il est incontestable
que ce mécanisme n'entraîne aucune évolution du cerf et ne le trans-
forme pas non plus en une autre espèce vivante telle que le cheval.
Le mécanisme de sélection naturelle n'a donc aucun pouvoir
évolutionniste. Darwin en était totalement conscient et a dû l'expo-
ser dans son livre L'origine des espèces en disant : "La sélection natu-
relle ne peut rien faire jusqu'à ce que des variations favorables aient la
chance de se produire."18

L'influence de Lamarck
Comment ces "variations favorables" pourraient-elles ainsi se
produire ? Darwin a essayé de répondre à cette question en se fon-
dant sur la connaissance scientifique limitée de son époque. Selon le
biologiste français Lamarck, qui vécut avant Darwin, les créatures
vivantes transmettraient les caractéristiques acquises pendant leur
vie à la génération suivante. Ces caractéristiques, qui s'accumulent
d'une génération à une autre, entraîneraient la formation d'une nou-
velle espèce. Selon Lamarck, les girafes, à titre d'exemple, auraient
évolué à partir des antilopes ; ayant lutté pour manger les feuilles
des grands arbres, leurs cous se seraient allongés de génération en
génération.
Darwin a aussi proposé des exemples similaires, et dans son li-
vre L'origine des espèces, a affirmé, par exemple, que certains ours qui
se rendaient dans l'eau pour trouver de la nourriture se seraient
transformés en baleines avec le temps.19
Cependant, les lois de l'hérédité découvertes par Mendel et vé-
80
Harun Yahya (Adnan Oktar)

rifiées ensuite par la science de la génétique, et qui se sont dévelop-


pées au 20ème siècle, ont complètement démoli la légende selon la-
quelle des caractéristiques seraient transmises aux générations
suivantes. Ainsi, la théorie de la sélection naturelle est tombée en
éclipse en tant qu'élément dans l'histoire de l'évolution.

Le néodarwinisme et les mutations


Pour trouver une solution, les darwinistes ont avancé l'idée de
"la théorie synthétique moderne", plus communément connue sous
le terme de "néodarwinisme", et ce à la fin des années 1930. A la sé-
lection naturelle, le néodarwinisme a ajouté les mutations qui sont
des altérations formées dans les gènes des créatures vivantes en rai-
son de facteurs externes comme la radiation ou des erreurs de repro-
duction comme étant "la cause de variations favorables".
Aujourd'hui, le modèle qui représente la théorie de l'évolution
dans le monde est le néodarwinisme. La théorie maintient que des
millions de créatures vivantes sur la terre se sont formées suite à un
processus par lequel de nombreux organes complexes de ces orga-
nismes comme les oreilles, les yeux, les poumons et les ailes, ont su-
bi "des mutations", c'est-à-dire des désordres génétiques. Pourtant,
une évidence scientifique contredit cette théorie : les mutations n'ai-
dent pas les créatures vivantes à se développer, bien au contraire, el-
les leur toujours été nuisibles.
La raison en est très simple : l'ADN a une structure très com-
plexe et des changements aléatoires ne peuvent qu'avoir des effets
destructeurs. C'est ce que nous explique le généticien américain, B.
G. Ranganathan :
Tout d'abord, les mutations sont infimes dans la nature, et secundo, elles
sont à la plupart nuisibles vu leur caractère aléatoire., plutôt que des chan-
gements ordonnés de la structure de gènes ; n'importe quel changement
81
LE SECRET DES EPREUVES

aléatoire dans un système fortement ordonné ne sera que pour le plus


mauvais, et pas pour le mieux bien sûr. Par exemple, si un tremblement de
terre devait secouer une structure fortement ordonnée, comme le cas d'un
bâtiment, il y aurait un changement aléatoire dans la structure de ce bâti-
ment, qui ne serait pas du tout une amélioration dans tous les cas.20
C'est sans surprise qu'aucun exemple de mutation utile, c'est-à-
dire qui est censé développer le code génétique, n'a été observé jus-
qu'ici. Toutes les mutations se sont avérées nuisibles. Il a été observé
que la mutation, qui est présentée comme "un mécanisme évolutif",
n'est en réalité qu'une modification génétique qui nuît aux êtres vi-
vantes et les handicape. (La mutation la plus célèbre chez l'être hu-
main est le cancer). Un mécanisme destructif ne peut en aucun cas
être "un mécanisme évolutif". Par ailleurs, la sélection naturelle "ne
peut rien faire par elle-même" comme Darwin l'a aussi admis. Ceci
nous montre qu'il n'existe aucun "mécanisme évolutif" dans la na-
ture. Et puisque c'est le cas notamment, le processus imaginaire de
"l'évolution" ne saurait se produire.

Le relevé des fossiles :


aucune trace de formes intermédiaires
La preuve la plus évidente que le scénario suggéré par la théo-
rie de l'évolution ne s'est pas produit, n'est autre que les archives
fossiles qui nous la fournissent.
Selon la théorie de l'évolution, chaque espèce vivante est issue
d'une espèce qui l'a précédée. Une espèce existante précédemment
se métamorphose en quelque chose d'autre au cours du temps, et
toutes les espèces sont venues en vie de cette façon. Selon cette théo-
rie, cette transformation se met en place graduellement sur des mil-
lions d'années.
Si cela avait été le cas, alors de nombreuses espèces intermé-
82
Harun Yahya (Adnan Oktar)

diaires auraient dû exister et vivre durant cette longue période de


transformation.Par exemple, certaines espèces mi-poisson/mi-rep-
tiles auraient dû exister dans le passé et acquérir des caractéristiques
de reptiles en plus de celles de poissons qu'elles avaient déjà. Ou il
aurait dû exister des oiseaux reptiles ayant acquis quelques caracté-
ristiques d'oiseaux en plus des celles des reptiles qu'ils avaient déjà.
Comme ils étaient dans une phase de transition, il devait alors s'agir
de créatures vivantes déformées, déficientes et infirmes. Les évolu-
tionnistes, qui se réfèrent à ces créatures imaginaires, pensent qu'el-
les ont vécu dans le passé en tant que "formes intermédiaires".
Si de tels animaux avaient réellement existé, il devrait y en
avoir des millions, voire des milliards en nombre et en variété. Plus
important encore, il devrait exister des traces de ces étranges créatu-
res dans le relevé des fossiles. Dans son livre, L'origine des espèces,
Darwin l'explique :
Si ma théorie est correcte, des variétés intermédiaires innombrables, liant
intimement toutes les espèces du même groupe, devraient certainement
avoir existé… Par conséquent, la preuve de leur existence précédente ne
pourrait être retrouvée que parmi les restes de fossiles.21

Les espoirs de Darwin volent en éclats


Cependant, malgré une recherche acharnée de fossiles dans le
monde entier, depuis le milieu du 19ème siècle, les évolutionnistes
n'ont pas retrouvé la moindre forme intermédiaire. Tous les fossiles
retrouvés pendant la période des fouilles ont montré que, contraire-
ment à ce qu'espéraient les évolutionnistes, la vie sur terre est bien
apparue de manière soudaine et entièrement formée.
Un célèbre paléontologue britannique, Derek V. Ager, l'admet
bien qu'il soit lui-même un évolutionniste :

83
LE SECRET DES EPREUVES

Ce qui apparaît à l'examen minutieux des fossiles, que ce soit au niveau


des ordres ou des espèces, n'est pas, à maintes reprises, l'évolution pro-
gressive mais l'explosion soudaine d'un groupe aux dépens d'un autre.22
Cela signifie que, selon les archives fossiles, toutes les espèces
vivantes sont apparues de façon soudaine et entièrement formées,
sans aucune forme intermédiaire. C'est exactement le contraire des
suppositions de Darwin. Ce qui est la preuve déterminante que les
créatures vivantes ont bien été créées. La seule explication à ce
qu'une espèce vivante apparaisse de façon aussi soudaine et entière-
ment formée sans aucun ancêtre intermédiaire est que cette espèce a
été créée. C'est également ce qu'admet le célèbre biologiste évolu-
tionniste Douglas Futuyama :
La création et l'évolution épuisent à elles seules les explications possibles
sur l'origine des êtres vivants. Ou que les organismes sont apparus sur
terre entièrement développés ou ils ne le sont pas. S'ils ne sont pas appa-
rus entièrement développés, alors ils doivent s'être développés à partir
d'espèces préexistantes grâce à un processus de modification. S'ils sont
vraiment apparus entièrement développés, ils doivent en effet avoir été
créés par une intelligence toute puissante.23
Les fossiles montrent que les créatures vivantes sont apparues
sur terre dans un état complet et parfait. Cela signifie que "l'origine
des espèces" est à l'opposé des suppositions de Darwin. Il s'agit non
pas d'évolution, mais de création.

La légende de l'évolution humaine


Le sujet le plus souvent évoqué par les défenseurs de la théorie
de l'évolution est celui de l'origine de l'homme. Les darwinistes pré-
tendent que l'homme d'aujourd'hui s'est développé à partir de quel-
ques créatures qui ressemblent au singe. Pendant le prétendu
processus évolutionniste, que l'on suppose avoir commencé avant 4
84
Harun Yahya (Adnan Oktar)

à 5 millions d'années, il a été affirmé que certaines "formes intermé-


diaires" entre l'homme actuel et ses ancêtres existaient. Selon ce scé-
nario complètement imaginaire, quatre "catégories" de base sont
dénombrées :
1. L'Australopithèque
2. L'Homo habilis
3. L'Homo erectus
4. L'Homo sapiens
Les évolutionnistes appellent les premiers ancêtres prétendus
des hommes, qui sont semblables aux singes, les "australopithè-
ques", ce qui signifie "singes sud-africains". Ces êtres vivants n'é-
taient en réalité rien d'autre qu'une vieille espèce de singe qui s'est
éteinte. La vaste recherche faite sur des spécimens d'australopithè-
ques divers par deux anatomistes célèbres sur l'échelle mondiale, et
qui sont originaires d'Angleterre et des Etats-Unis, Lord Solly
Zuckerman et le professeur Charles Oxnard respectivement, a mon-
tré que ces espèces ont appartenu à une espèce de singe ordinaire
qui s'est éteinte et n'avait aucune ressemblance avec les êtres hu-
mains.24
Dans leur classification, les évolutionnistes attribuent le terme
"homo", c'est-à-dire "homme", pour désigner l'étape suivante de l'é-
volution humaine. Selon eux, les êtres vivants appartenant aux caté-
gories de l'Homo sont plus développés que ceux de
l'australopithèque.
Les évolutionnistes conçoivent un schéma d'évolution imagi-
naire en organisant les différents fossiles de ces créatures selon un
ordre particulier. Ce schéma est imaginaire parce qu'aucune relation
évolutionnaire entre ces différentes classes n'a jamais été prouvée.
Ernest Mayr, un des principaux défenseurs de la théorie de l'évolu-
tion au 20ème siècle, l'admet en disant que "la chaîne remontant à
85
LE SECRET DES EPREUVES

l'Homo sapiens est en réalité perdue."25


En schématisant la chaîne de liens de la façon suivante
"Australopithèque => Homo habilis => Homo erectus => Homo sa-
piens", les évolutionnistes déduisent que chacune de ces espèces est
l'ancêtre de la suivante. Mais les découvertes récentes des paléoan-
thropologues ont révélé que l'Australopithèque, l'Homo habilis et
l'Homo erectus ont vécu dans différentes régions du monde et pen-
dant la même époque.26
De plus, un certain segment des humains faisant partie de la
classe des Homo erectus a vécu jusqu'à des époques très récentes.
L'Homo sapiens neandarthalensis (l'homme de Neandertal) et
l'Homo sapiens sapiens (l'homme actuel) ont coexisté dans la même
région.27
Cette situation indique apparemment l'impossibilité d'une li-
gnée généalogique quelconque entre ces différentes classes. Stephen
Jay Gould, un paléontologue de l'Université de Harvard, explique
l'impasse dans laquelle se trouve la théorie de l'évolution, bien qu'il
soit lui-même un évolutionniste :
Qu'advient-il de notre échelle si trois lignées d'hominidés coexistent
(l'australopithèque africanus, l'australopithèque robuste et l'Homo habi-
lis) et qu'aucune ne provient clairement d'une autre ? De plus, aucune
des trois n'a montré de tendances évolutionnistes pendant leur existence
sur terre.28
Bref, le scénario de l'évolution humaine que l'on cherche à sou-
tenir à l'aide de divers dessins de quelques créatures "mi-singe/mi-
homme" paraissant dans les médias et les livres scolaires,
c'est-à-dire au moyen d'une propagande éhontée, n'est qu'une lé-
gende sans fondement scientifique.
Lord Solly Zuckerman, un des scientifiques les plus célèbres et

86
Harun Yahya (Adnan Oktar)

les plus respectés du Royaume-Uni, a effectué pendant des années


des recherches sur ce sujet et a tout étudié, particulièrement, pen-
dant 15 ans des fossiles d'australopithèques. Il a finalement conclu,
malgré le fait qu'il est lui-même un évolutionniste, qu'il n'existe en
réalité aucun arbre généalogique constitué de ramifications ratta-
chant l'homme à des créatures semblables au singe.
Zuckerman a aussi établi un intéressant "spectre de la science".
Il a formé un spectre des sciences allant des disciplines qu'il consi-
dère comme scientifiques à celles qu'il considère comme non scienti-
fiques. Selon le spectre de Zuckerman, les disciplines les plus
"scientifiques", c'est-à-dire fondées sur une base de données concrè-
tes, sont la chimie et la physique. Ensuite viennent les sciences biolo-
giques suivies par les sciences sociales. A l'autre extrémité du
spectre, qui est la partie considérée comme la "moins scientifique",
se trouvent les perceptions extrasensorielles, dont font partie la télé-
pathie et "le sixième sens", et enfin la théorie de "l'évolution hu-
maine". Zuckerman en explique les raisons :
Nous nous déplaçons alors directement du registre de la vérité objective
dans ces champs de la science biologique présumée, comme la perception
extrasensorielle ou l'interprétation de l'histoire des fossiles humains, où
pour le fidèle (l'évolutionniste) tout est possible, et où le partisan ardent
(de l'évolution) est parfois capable de croire en même temps à plusieurs
choses contradictoires.29
La légende de l'évolution humaine ne repose que sur quelques
interprétations préconçues à partir d'un certain nombre de fossiles
déterrés par certaines personnes qui adhèrent aveuglément à leur
théorie.

87
LE SECRET DES EPREUVES

La formule darwinienne !
Après avoir passé en revue les preuves techniques, examinons
maintenant la superstition qui aveugle les évolutionnistes avec un
exemple à la portée de tous :
La théorie de l'évolution stipule que la vie est apparue par ha-
sard. Des atomes inconscients et sans vie se seraient donc assemblés
pour former une cellule dans un premier temps, puis des êtres vi-
vants à part entière, et notamment l'homme. Réfléchissons un ins-
tant. En rassemblant tous les composants nécessaires à la vie, tels
que le carbone, le phosphore, l'azote et le potassium, on n'obtient
rien d'autres qu'un tas de matières. Quels que soient les traitements
entrepris, cet amas atomique ne peut en aucun cas former le moin-
dre être vivant. Afin de rendre notre exemple plus parlant, faisons
une expérience et observons au nom des évolutionnistes ce qu'ils
prétendent sans le dire à haute voix sous le nom de "la formule dar-
winienne" :
Supposons que les évolutionnistes amassent dans de grands
barils une quantité considérable de matériaux présents dans la com-
position des êtres vivants (le phosphore, l'azote, le carbone, l'oxy-
gène, le fer, le magnésium). Ils peuvent en plus ajouter n'importe
quel matériel n'existant pas dans des conditions normales, mais
qu'ils jugent nécessaires. Ils peuvent aussi incorporer autant d'aci-
des aminés (qu'il est impossible de former dans des conditions natu-
relles) et de protéines (dont la probabilité de formation de chacune
est de 1 sur 10950) qu'ils le souhaitent. Qu'ils exposent ces mixtures à
la chaleur et à l'humidité voulue. Qu'ils remuent leurs mélanges au
moyen de l'équipement technologique souhaité. Qu'ils placent leurs
éminents scientifiques aux côtés de ces barils. Qu'ils attendent pen-
dant des milliards, voire des trillions d'années. Ils sont libres de re-
créer toutes les conditions qu'ils croient nécessaires à la formation
88
Harun Yahya (Adnan Oktar)

d'un être humain. Quoi qu'ils fassent, ils ne pourront jamais tirer de
ces barils un être humain, capable de penser, d'examiner sa propre
structure cellulaire sous l'œil d'un microscope électronique. Ils ne
pourront jamais produire de girafes, de lions, d'abeilles, de canaris,
de chevaux, de dauphins, de roses, d'orchidées, de lys, d'œillets, de
bananes, d'oranges, de pommes, de dattes, de tomates, de melons,
de pastèques, de figues, d'olives, de raisins, de pêches, de faisans, de
papillons multicolores ou tout autre des milliards d'êtres vivants sur
la planète. Ils ne pourraient même pas obtenir la moindre cellule de
l'un d'entre eux.
En somme, les atomes inconscients ne peuvent pas s'assembler
pour former une cellule. Ils ne peuvent pas décider spontanément
de mettre en route la division cellulaire, ni de créer quoi que ce soit,
et certainement pas des êtres vivants dotés d'intelligence. La matière
est un amas dépourvu de conscience et de vie. Elle ne naît que par la
création supérieure d’Allah.
La théorie de l'évolution défend le contraire, ce qui est une pure
aberration. Il suffit de réfléchir un instant sur les idées évolutionnis-
tes pour voir la vérité se profiler d'elle-même, comme dans l'exem-
ple cité ci-dessus.

La technologie de l'œil et de l'oreille


Un autre sujet qui demeure sans réponse pour les adeptes de la
théorie évolutionniste est l'excellente capacité de perception de l'œil
et de l'oreille.
Avant d'aborder la question de l'œil, essayons de répondre bri-
èvement à la question suivante : "comment nous voyons" ? Des
rayons de lumière venant d'un objet forment sur la rétine de l'œil
une image inversée. A cet instant, ces rayons de lumière sont trans-
mis sous forme de signaux électriques par des cellules et atteignent
89
LE SECRET DES EPREUVES

un endroit minuscule que l'on appelle le centre de la vision à l'ar-


rière du cerveau. Ces signaux électriques sont perçus en tant qu'i-
mages dans ce centre du cerveau suite à un long processus. A partir
de ces informations techniques, essayons de réfléchir maintenant.
Le cerveau est isolé de la lumière. Cela signifie que l'intérieur
du cerveau est complètement sombre et que la lumière n'atteint pas
le lieu où se trouve le cerveau. Le centre de la vision est un endroit
complètement obscur où aucune lumière ne pénètre jamais ; il pour-
rait même s'agir du lieu le plus sombre que vous n'ayez jamais con-
nu. Et malgré tout, vous arrivez à voir un monde éclatant de lumière
dans cette profonde obscurité.
L'image formée dans l'œil est si précise et distincte que même la
technologie du 20ème siècle n'a pas été capable de l'obtenir.
Regardez, par exemple, le livre que vous lisez, les mains avec les-
quelles vous le tenez, levez maintenant votre tête et regardez autour
de vous. Avez-vous jamais vu une image aussi précise et distincte
que celle-ci ? Même l'écran du téléviseur le plus perfectionné pro-
duit par le plus grand fabricant de téléviseurs dans le monde ne
peut vous fournir une image aussi nette. C'est une image tridimen-
sionnelle, en couleur et d'une extrême précision. Pendant plus de
cent ans, des milliers d'ingénieurs ont essayé d'obtenir une telle pré-
cision de l'image. Des usines ont été construites, d'énormes locaux y
ont été consacrés, de nombreuses recherches ont été menées, des
plans et des conceptions ont été faits pour obtenir les meilleurs ré-
sultats. Regardez maintenant un écran de téléviseur et le livre que
vous tenez dans vos mains. Voyez la grande différence d'acuité et de
netteté qu'il y a entre les deux. De plus, l'écran de téléviseur ne vous
propose qu'une image bidimensionnelle, alors que face à vos yeux
vous obtenez une perspective tridimensionnelle qui comporte éga-
lement la profondeur.
90
Harun Yahya (Adnan Oktar)

Pendant des années, des dizaines de milliers d'ingénieurs ont


bien essayé de concevoir un téléviseur tridimensionnel qui obtient la
qualité de la vision de l'œil. Ils ont effectivement mis en place un sys-
tème tridimensionnel de téléviseur mais il est impossible de le regar-
der sans lunettes. Par ailleurs, ce n'est qu'un système artificiel à trois
dimensions. L'arrière-plan apparaît flou et le premier plan ressemble
à un décor en papier. Il n'a jamais été possible de reproduire une vi-
sion aussi nette et distincte que celle de l'œil. On décèle une perte de
la qualité de l'image aussi bien pour la caméra que pour le téléviseur.
Les évolutionnistes prétendent que le mécanisme à l'origine de
cette image si pointue et si distincte est le fait du hasard.
Maintenant, si quelqu'un vous disait que votre téléviseur est le pro-
duit du hasard, que tous ses atomes se sont assemblés et ont com-
posé un appareil capable de produire une image, qu'en
penseriez-vous ? Comment des atomes pourraient-ils réaliser ce que
des milliers de personnes sont incapables de concevoir ?
Si un appareil produisant une image plus primitive que celle de
l'œil ne peut avoir été formé par hasard, il est donc tout à fait certain
que l'œil et l'image que l'œil lit ne peuvent être le fruit du hasard. La
même logique s'applique à l'oreille. L'oreille externe capte les sons
transmis par le pavillon auriculaire et les dirige vers l'oreille
moyenne qui transmet les vibrations du son en les intensifiant ; l'o-
reille interne transmet ces vibrations au cerveau en les transformant
en signaux électriques. Tout comme pour l'œil, l'audition se réalise
dans le centre de l'audition au niveau du cerveau.
Ce qui se produit pour l'œil est aussi vrai pour l'oreille. C'est-à-
dire que le cerveau est isolé du son comme de la lumière : il ne laisse
pas entrer de son. De ce fait, peu importe que l'environnement exté-
rieur soit bruyant, l'intérieur du cerveau est complètement silen-
cieux. Néanmoins, les sons les plus fins sont perçus dans le cerveau.
91
LE SECRET DES EPREUVES

Dans votre cerveau, qui est isolé du son, vous écoutez les sympho-
nies d'un orchestre et entendez tous les bruits d'un lieu animé.
Cependant, si à ce moment-là le niveau du son dans votre cerveau
devait être mesuré par un appareil précis, on constaterait qu'un si-
lence total y règne.
Comme c'est le cas des images, des décennies d'efforts ont été
occupés à tenter de produire et de reproduire un son fidèle à l'origi-
nal. Tous ces efforts ont donné naissance à des appareils d'enregis-
trement de sons, à des systèmes de haute fidélité (Hi-fi) et à des
systèmes susceptibles de mesurer le son. Malgré toute cette techno-
logie et des milliers d'ingénieurs et d'experts travaillant d'arrache
pied, aucun son ayant la même acuité et la même clarté que le son
perçu par l'oreille, n'a encore été obtenu. Pensez aux systèmes Hi-fi
de haute qualité produits par les plus grandes sociétés de l'industrie
de la musique, et même là, lorsque le son est enregistré, il perd un
peu de sa qualité. De la même façon quand vous allumez un appa-
reil de haute fidélité, vous entendez toujours un sifflement avant le
son de la musique. Cependant, les sons qui sont produits par la tech-
nologie du corps humain sont extrêmement précis et d'une grande
netteté. Une oreille humaine ne perçoit jamais un son accompagné
par un sifflement ou alors entaché de parasites comme le fait
d'ailleurs l'appareil de haute fidélité ; elle perçoit le son exactement
tel qu'il est, clair et net. C'est ainsi que cela a fonctionné depuis la
création de l'homme.
Jusqu'à maintenant, aucun appareil visuel ou d'enregistrement
produit par l'homme n'a été aussi sensible et aussi performant dans
la perception des données sensorielles comme c'est le cas de l'œil et
l'oreille.
Cependant, derrière la vision et l'audition, se cache une vérité
beaucoup plus importante.
92
Harun Yahya (Adnan Oktar)

A qui appartient la conscience qui


voit et entend dans le cerveau ?
Qui est-ce qui voit un monde agréable et plaisant, écoute des
symphonies ou le gazouillement des oiseaux et peut sentir la rose ?
Les stimulations provenant des yeux, des oreilles et du nez
d'un être humain vont au cerveau comme des impulsions nerveuses
électrochimiques. En biologie, en physiologie et dans les livres de
biochimie, vous pouvez trouver tous les détails sur la formation de
l'image au niveau du cerveau. Mais, vous ne recevrez jamais l'infor-
mation la plus importante à ce sujet : qui donc perçoit les impulsions
nerveuses électrochimiques en tant qu'images, sons, odeurs et évé-
nements sensoriels au niveau du cerveau ? Il y a une conscience
dans le cerveau qui perçoit tout cela sans ressentir le besoin d'avoir
un œil, une oreille ou un nez. A qui appartient cette conscience ? Il
ne fait aucun doute que cette conscience n'appartient pas aux nerfs,
à la couche grasse et aux neurones qui constituent le cerveau. C'est
pourquoi les matérialistes darwiniens, qui croient que tout est cons-
titué de matière, ne peuvent donner de réponse à cette question.
Car cette conscience est l'âme créée par Allah. L'âme n'a besoin
ni d'œil pour voir les images, ni d'oreille pour entendre les sons. En
outre, elle n'a pas non plus besoin du cerveau pour penser.
Chaque personne qui lit cette évidence scientifique très claire
devrait penser à Allah Tout-Puissant, Le craindre et chercher refuge
auprès de Lui. Lui, qui enserre l'univers entier en un espace sombre
de quelques cm3 dans un format tridimensionnel, coloré, fait d'om-
bre et de lumière.

Une croyance matérialiste


Les connaissances que nous avons présentées jusqu'ici établis-
sent que la théorie de l'évolution est une revendication à l'évidence
93
LE SECRET DES EPREUVES

en contradiction avec les découvertes scientifiques. La prétention de


la théorie de l'évolution à propos de l'origine de la vie est inconcilia-
ble avec la science. Les mécanismes évolutionnistes qu'elle propose
n'ont aucun pouvoir sur l'évolution et les données connues qui se
rapportent aux fossiles démontrent que les formes intermédiaires
nécessaires selon la théorie n'ont jamais existé. Aussi, il serait certai-
nement logique que la théorie de l'évolution soit mise à l'écart com-
me une idée non scientifique. Il existe un nombre incalculable
d'idées qui, comme celle qui considère la terre comme le centre de
l'univers, ont été rayées des préoccupations de la science à travers
l'histoire.
Malgré cela, la théorie de l'évolution demeure obstinément à
l'ordre du jour de la recherche scientifique. Certains vont jusqu'à
tenter de faire passer les critiques formulées contre cette théorie
pour "des attaques contre la science." Pour quelle raison le font-ils ?
La raison en est que la théorie de l'évolution est une croyance
dogmatique indispensable à certains cercles. Ces milieux sont aveu-
glément dévoués à la philosophie matérialiste et adoptent le darwi-
nisme parce qu'il est la seule explication matérialiste qui peut être
avancée dans le cadre des mécanismes de la nature.
Mais de manière assez intéressante, ils leur arrivent aussi de le
reconnaître de temps en temps.
Richard C. Lewontin, célèbre généticien et évolutionniste, de
l'Université de Harvard, avoue qu'il est "un matérialiste avant d'être
un homme de science" en ces termes :
Ce n'est pas que les méthodes et les institutions scientifiques nous obli-
gent d'une façon ou d'une autre à accepter une explication matérielle du
monde phénoménal, mais c'est, au contraire, que nous sommes forcés, par
notre adhésion, à priori aux causes matérielles, de créer un appareil d'in-
vestigations et un jeu de concepts qui produisent des explications maté-
94
Harun Yahya (Adnan Oktar)

rielles. Et, peu importe que cela soit contraire à l'intuition, peu importe
que cela soit mystificateur pour le non initié. En outre, ce matérialisme
est absolu, donc nous ne pouvons pas admettre [une intervention divine]
sur le pas de la porte.30
Ces déclarations explicites montrent que le darwinisme est un
dogme entretenu uniquement par adhésion à la philosophie maté-
rialiste. Ce dogme soutient qu'il n'y a aucun être à l'exception de la
matière. De ce fait, il affirme que la matière inanimée et inconsciente
a créé la vie. Il suggère que des millions d'espèces vivantes différen-
tes telles que les oiseaux, les poissons, les girafes, les tigres, les insec-
tes, les arbres, les fleurs, les baleines et les êtres humains sont issues
du résultat d'interactions de la matière, comme la pluie torrentielle
ou l'éclair de la foudre, etc. c'est-à-dire de la matière inanimée. C'est
un précepte à la fois contraire à la raison et à la science. Pourtant les
darwinistes continuent à défendre cette théorie pour "ne pas admet-
tre une intervention divinexx sur le pas de la porte".
Quiconque ne regarde pas l'origine des êtres vivants avec un
préjugé matérialiste conviendra de cette vérité évidente : tous les
êtres vivants sont l'œuvre d'un Créateur, qui est tout-puissant, sage
et omniscient. Ce Créateur est Allah, Il est Celui Qui a créé l'univers
entier à partir du néant, Il l'a conçu sous la forme la plus parfaite et a
façonné tous les êtres vivants.

Le sortilège le plus puissant au monde :


la théorie de l'évolution
Quiconque est libre de préjugés et de l'influence d'une idéolo-
gie particulière, quiconque est capable de faire fonctionner sa raison
et sa logique comprendra que la croyance en la théorie de l'évolu-
tion, qui rappelle les superstitions des sociétés dépourvues de con-
naissance de la science ou de civilisation, est tout à fait impossible.
95
LE SECRET DES EPREUVES

Comme nous l'avons expliqué plus haut, les avocats de la théo-


rie de l'évolution sont persuadés que quelques atomes et molécules
jetés dans un grand chaudron peuvent donner naissance à des uni-
versitaires, à des scientifiques tels que Einstein ou Galilée, à des ar-
tistes comme Humphrey Bogart, Frank Sinatra ou Luciano
Pavarotti, à des antilopes, des citronniers ou des œillets. Se rendre
compte que ce sont justement des scientifiques et des individus ins-
truits qui défendent cette théorie insensée justifie l'emploi du quali-
ficatif de "plus puissant sortilège au monde".
Jamais auparavant une idée ou une conviction n'avait à ce point
aveuglé et démuni les hommes de leur capacité d'entendement.
Leur égarement est pire que celui des Egyptiens adorant le roi soleil
Ra, celui des peuples d'Afrique vouant un culte aux totems, celui du
peuple de Saba adorant le Soleil, celui de la tribu du Prophète
Abraham (psl) adorant les idoles qu'ils avaient façonnés de leurs
propres mains, ou celui du peuple du Prophète Moïse (psl) adorant
le veau d'or.
Allah a déjà fait allusion, dans le Coran, à cette absence de rai-
sonnement. Dans de nombreux versets, Il révèle que l'esprit des
hommes sera scellé et qu'ils seront incapables de voir la vérité.
Certes les infidèles ne croient pas, cela leur est égal, que tu les
avertisses ou non : ils ne croiront jamais. Allah a scellé leurs
cœurs et leurs oreilles ; et un voile épais leur couvre la vue ; et
pour eux il y aura un grand châtiment. (Sourate al-Baqara, 6-7)
… Ils ont des cœurs, mais ne comprennent pas. Ils ont des
yeux, mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais n'enten-
dent pas. Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés
encore. Tels sont les insouciants. (Sourate al-A'raf, 179)
Et même si Nous ouvrions pour eux une porte du ciel, et

96
Harun Yahya (Adnan Oktar)

qu'ils pussent y monter, ils diraient : "Vraiment nos yeux sont


voilés. Mais plutôt, nous sommes des gens ensorcelés."
(Sourate al-Hijr, 14-15)
Les mots ne peuvent pas exprimer la surprise qu'un tel sorti-
lège parvienne à avoir une emprise aussi vaste sur la vérité depuis
150 ans. Il serait compréhensible que quelques individus isolés
croient à ce genre de scénarios impossibles, bourrés de stupidités et
d'illogismes. Or, dans le cas présent, seul le mot "magique" peut ex-
pliquer que des personnalités des quatre coins du monde pensent
que des atomes inconscients et sans vie aient pu soudainement dé-
cider de s'assembler pour former un univers parfait dans son orga-
nisation, sa discipline, son raisonnement et sa conscience ; une
planète nommée Terre avec toutes ses caractéristiques qui la ren-
dent si propice à la vie ; les êtres vivants dans leurs innombrables
complexités.
Le Coran raconte l'opposition entre le Prophète Moïse (psl) et
Pharaon afin de montrer que les partisans de philosophies polythé-
istes influencent, en fait, les autres par la magie. Lorsqu'il fut in-
formé de la véritable religion, Pharaon invita le Prophète Moïse (psl)
à rencontrer ses propres magiciens. Moïse (psl) invita les magiciens
à faire preuve de leurs aptitudes en premier. La suite vient dans les
versets suivants :
"Jetez", dit-il. Puis lorsqu'ils eurent jeté, ils ensorcelèrent les
yeux des gens et les épouvantèrent, et vinrent avec une puis-
sante magie. (Sourate al-A'raf, 116)
Les magiciens de Pharaon furent capables de tromper tout le
monde, à l'exception du Prophète Moïse (psl) et de ceux qui
croyaient en lui. Ses preuves rompirent le sortilège en "avalant ce
qu'ils avaient fabriqué" :

97
LE SECRET DES EPREUVES

Et Nous révélâmes à Moïse : "Jette ton bâton." Et voilà que


celui-ci se mit à engloutir ce qu'ils avaient fabriqué. Ainsi la
vérité se manifesta et ce qu'ils firent fût vain. (Sourate al-
Araf, 117-118)
Quand l'auditoire comprit qu'il avait été sous l'influence d'un
sortilège et que ce qu'il avait vu n'était qu'une illusion, les magiciens
perdirent toute leur crédibilité. Aujourd'hui aussi, à moins que ceux
qui croient et défendent ces idées ridicules aux apparences scientifi-
ques n'abandonnent leurs superstitions, ils subiront une amère hu-
miliation le jour où la vérité nue émergera et que le sortilège sera
déjoué. Le célèbre écrivain et philosophe britannique Malcolm
Muggeridge affirma également :
"Moi-même je suis convaincu que la théorie de l'évolution, en particulier
dans l'étendue où elle a été appliquée, sera l'une des plus belles plaisante-
ries dans les livres d'histoire du futur. La postérité s'émerveillera devant
l'incroyable crédulité suscitée par une hypothèse aussi douteuse et peu
solide."31
Ce futur n'est pas si lointain. Au contraire, le public compren-
dra bientôt que "le hasard" n'est pas une divinité et considérera la
théorie de l'évolution comme le pire mensonge et le plus terrible
sortilège au monde. Ce sort commence rapidement à se rompre. De
plus en plus de personnes perçoivent la véritable face de cette théo-
rie et se demandent comment elles ont pu se laisser berner.

Ils dirent : "Gloire à Toi !


Nous n'avons de savoir que ce que Tu nous as
appris. Certes c'est Toi l'Omniscient, le Sage."
(Sourate al-Baqarah, 32)

98
NOTES
1. Fiqh as-Sunnah, vol. 4, no. 13 18. Charles Darwin, The Origin of Species : A
2. Bediuzzaman Said Nursi, Collection Risale-i Facsimile of the First Edition, Harvard
Nur, Les Mots, La Deuxième Station du University Press, 1964, p. 189
Vingtième mot 19. Charles Darwin, The Origin of Species : A
3. Bediuzzaman Said Nursi, Collection Risale-i Facsimile of the First Edition, Harvard
Nur, Les Mots, Le Onzième Mot University Press, 1964, p. 184.
4. Bediuzzaman Said Nursi, Collection Risale-i 20. B. G. Ranganathan, Origins ?,
Nur, Les Eclairs, Le Vingt-Cinquième Eclair, Pennsylvania : The Banner Of Truth Trust,
Neuvième remède 1988
5. Bediuzzaman Said Nursi, Collection Risale-i 21. Charles Darwin, The Origin of Species : A
Nur, Les Mots, Le Dix-neuvième Mot, Facsimile of the First Edition, Harvard
Dixième Goutelette University Press, 1964, p. 17
6. Bediuzzaman Said Nursi, Collection Risale-i 22. Derek A. Ager, "The Nature of the Fossil
Nur, Les Eclairs, Le Deuxième Eclair, Record", Proceedings of the British
Troisième Raison Geological Association, vol. 87, 1976, p. 133
7. Bediuzzaman Said Nursi, Collection Risale-i 23. Douglas J. Futuyma, Science on Trial,
Nur, Maktubat New York : Pantheon Books, 1983, p. 197
8. Bediuzzaman Said Nursi, Collection Risale-i 24. Solly Zuckerman, Beyond The Ivory
Nur, Les Mots, La Deuxième Station du Tower, New York : Toplinger Publications,
Vingtième Mot 1970, pp. 75-94 ; Charles E. Oxnard, "The
9. Bediuzzaman Said Nursi, Collection Risale-i Place of Australopithecines in Human
Nur, Les Rayons, Le Quatorzième Rayon, Les Evolution : Grounds for Doubt", Nature, vol.
Lettres 258, p. 389
10. Imam Ahmad, vol. 1, no. 387 ; Imam Ibn 25. J. Rennie, "Darwin's Current Bulldog :
Kathir, La vie ici-bas est une jouissance éphémère Ernst Mayr", Scientific American, décembre
11. Bediuzzaman Said Nursi, Collection 1992
Risale-i Nur, Les Mots, Le Dixième Mot, 26. Alan Walker, Science, vol. 207, 1980, p.
Douzième Aspect 1103 ; A. J. Kelso, Physical Antropology, 1ère
12. Sidney Fox, Klaus Dose, Molecular éd., New York : J. B. Lipincott Co., 1970, p.
Evolution and The Origin of Life, New York : 221 ; M. D. Leakey, Olduvai Gorge, vol. 3,
Marcel Dekker, 1977, p. 2 Cambridge : Cambridge University Press,
13. Alexander I. Oparin, Origin of Life, (1936) 1971, p. 272
New York, Dover Publications, 1953 27. Jeffrey Kluger, "Not So Extinct After All :
(Réimpression), p. 196 The Primitive Homo Erectus May Have
14. "New Evidence on Evolution of Early Survived Long Enough To Coexist With
Atmosphere and Life", Bulletin of the Modern Humans", Time, 28. décembre 1996
American Meteorological Society, vol. 63, no- 29. S. J. Gould, Natural History, vol. 85, 1976,
vembre 1982, pp. 1328-1330 p. 30
15. Stanley Miller, Molecular Evolution of 30. Solly Zuckerman, Beyond The Ivory
Life : Current Status of the Prebiotic Tower, New York : Toplinger Publications,
Synthesis of Small Molecules, 1986, p. 7 1970, p. 19
16. Jeffrey Bada, Earth, février 1998, p. 40 31. Richard Lewontin, "The Demon-Haunted
17. Leslie E. Orgel, "The Origin of Life on World", The New York Review of Books, 9
Earth", Scientific American, vol. 271, octobre janvier 1997, p. 28
1994, p. 78