You are on page 1of 111

A L'ATTENTION

DU LECTEUR
Dans tous les livres de l'auteur, les questions liées à la foi sont expliquées
à la lumière des versets coraniques et les gens sont invités à connaître la
parole de Dieu et à vivre selon ses préceptes. Tous les sujets qui concernent
les versets de Dieu sont expliqués de telle façon à ne laisser planer ni doute,
ni questionnement dans l'esprit du lecteur. Par ailleurs, le style sincère, sim-
ple et fluide employé permet à chacun, quel que soit l'âge ou l'appartenance
sociale, d'en comprendre facilement la lecture. Ces écrits efficaces et lucides
permettent également leur lecture d'une seule traite. Même ceux qui rejettent
vigoureusement la spiritualité resteront sensibles aux faits rapportés dans
ces livres et ne peuvent réfuter la véracité de leur contenu.

Ce livre et tous les autres travaux de l'auteur peuvent être lus individu-
ellement ou être abordés lors de conversations en groupes. Les lecteurs qui
désirent tirer le plus grand profit des livres trouveront le débat très utile dans
le sens où ils seront en mesure de comparer leurs propres réflexions et expéri-
ences à celles des autres.

Par ailleurs, ce sera un grand service rendu à la religion que de contribuer


à faire connaître et faire lire ces livres, qui ne sont écrits que dans le seul but
de plaire à Dieu. Tous les livres de l'auteur sont extrêmement convaincants.
De ce fait, pour ceux qui souhaitent faire connaître la religion à d'autres per-
sonnes, une des méthodes les plus efficaces est de les encourager à les lire.

Dans ces livres, vous ne trouverez pas, comme dans d'autres livres, les
idées personnelles de l'auteur ou des explications fondées sur des sources
douteuses. Vous ne trouverez pas non plus des attitudes qui sont irre-
spectueuses ou irrévérencieuses du fait des sujets sacrés qui sont abordés.
Enfin, vous n'aurez pas à trouver également de comptes-rendus désespérés,
pessimistes ou suscitant le doute qui peut affecter et troubler le cœur.
LES VALEURS
MORALES
DU CORAN

HARUN YAHYA
(ADNAN OKTAR)
A PROPOS DE L'AUTEUR

L'auteur Adnan Oktar, qui écrit sous le pseudonyme HARUN YAHYA, est
né à Ankara en 1956. Il a effectué des études artistiques à l'Université Mimar
Sinan d'Istanbul, et a étudié la philosophie à l'Université d'Istanbul. Depuis les
années 80, il a publié de nombreux ouvrages sur des sujets politiques, scienti-
fiques et liés à la foi. Harun Yahya est devenu célèbre pour avoir remis en cau-
se la théorie de l'évolution et dénoncé l'imposture des évolutionnistes. Il a éga-
lement mis en évidence les liens occultes qui existent entre le darwinisme et les
idéologies sanglantes du 20ème siècle telles que le fascisme et le communisme.
Les ouvrages d’Harun Yahya, qui ont été traduits en 57 langues, constituent
une collection de plus de 45.000 pages avec 30.000 illustrations.
Son pseudonyme est constitué des noms "Harun" (Aaron) et "Yahya" (Jean),
en mémoire de ces deux prophètes estimés qui ont tous deux lutté contre le
manque de foi de leurs peuples. Le sceau du Prophète (paix et bénédiction sur
lui) qui figure sur la couverture des livres de l'auteur, revêt un caractère sym-
bolique lié à leur contenu. Ce sceau signifie que le Coran est le dernier Livre de
Dieu, Son ultime parole, et que notre Prophète (paix et bénédiction sur lui)) est
le dernier maillon de la chaîne prophétique. En se référant au Coran et à la
Sounna, l'auteur s'est fixé comme objectif d'anéantir les arguments des tenants
des idéologies irréligieuses, pour réduire au silence les objections soulevées
contre la religion. Le Prophète (paix et bénédiction sur lui) a atteint les plus
hauts niveaux de la sagesse et de la perfection morale, c'est pourquoi son sceau
est utilisé avec l'intention de rapporter le dernier mot.
Tous les travaux de l'auteur sont centrés sur un seul objectif : communiquer
aux autres le message du Coran, en les incitant à réfléchir à des questions liées
à la foi, telles que l'existence de Dieu, Son unicité, l'au-delà, et en exposant les
fondations faibles et les idéologies perverses des systèmes irréligieux.
L'œuvre de Harun Yahya est connue à travers de nom-
breux pays, de l'Inde aux États-Unis, de la Grande-
Bretagne à l'Indonésie, de la Pologne à la Bosnie, de
l'Espagne au Brésil, de la Malaisie à l’Italie, de la
France à la Bulgarie et à la Russie.
Certains de ses livres sont disponibles dans
les langues suivantes : l'anglais, le fran-
çais, l'allemand, l'espagnol, l'italien,
le portugais, l'urdu, l'arabe, l'alba-
nais, le chinois, le swahi-
li, le hausa, le divehi
(parlé à l'île
Maurice), le russe, le serbo-croate (bosniaque), le polonais, le malais, l'ouïgour,
l'indonésien, le bengali, le danois et le suédois et de nombreux lecteurs du mon-
de entier les apprécient.
Ces ouvrages ont permis à de nombreuses personnes d'attester de leur
croyance en Dieu, et à d'autres d'approfondir leur foi. La sagesse et le style sin-
cère et fluide de ces livres confèrent à ces derniers une touche distinctive qui ne
peut manquer de frapper ceux qui les lisent ou qui sont amenés à les consulter.
Ceux qui réfléchissent sérieusement sur ces livres ne peuvent plus soutenir l'a-
théisme ou toute autre idéologie et philosophie matérialiste, étant donné que ces
ouvrages sont caractérisés par une efficacité rapide, des résultats définis et l'irré-
futabilité. Même s'il y a toujours des personnes qui le font, ce sera seulement une
insistance sentimentale puisque ces livres réfutent telles idéologies depuis leurs
fondations. Tous les mouvements de négation contemporains sont maintenant
vaincus de point de vue idéologique, grâce aux livres écrits par Harun Yahya.
L'auteur ne tire pas de fierté personnelle de son travail ; il espère seulement être
un support pour ceux qui cherchent à cheminer vers Dieu. Aucun bénéfice maté-
riel n'est recherché dans la publication de ces livres.
Ceux qui encouragent les autres à lire ces livres, à ouvrir les yeux du cœur et
à devenir de meilleurs serviteurs de Dieu rendent un service inestimable.
Par contre, encourager des livres qui créent la confusion dans l'esprit des
gens, qui mènent au chaos idéologique et qui, manifestement, ne servent pas à
ôter des cœurs le doute, s'avère être une grande perte de temps et d'énergie. Il
est impossible, pour les nombreux ouvrages écrits dans le seul but de mettre en
valeur la puissance littéraire de leurs auteurs, plutôt que de servir le noble
objectif d'éloigner les gens de l'égarement, d'avoir un impact si important. Ceux
qui douteraient de ceci se rendront vite compte que Harun Yahya ne cherche à
travers ses livres qu'à vaincre l'incrédulité et à diffuser les valeurs morales du
Coran. Le succès et l'impact cet engagement sont évidents dans la conviction
des lecteurs.
Il convient de garder à l'esprit un point essentiel : la raison des cruautés
incessantes, des conflits et des souffrances dont la majorité des gens sont les per-
pétuelles victimes, est la prédominance de l'incroyance sur cette terre. On ne
pourra mettre fin à cette triste réalité qu'en bâtissant la défaite de l'incrédulité et
en sensibilisant le plus grand nombre aux merveilles de la création ainsi qu'à la
morale coranique, pour que chacun puisse vivre en accord avec elle. En obser-
vant l'état actuel du monde qui ne cesse d'aspirer les gens dans la spirale de la
violence, de la corruption et des conflits, il apparaît vital que ce service rendu à
l'humanité le soit encore plus rapidement et efficacement. Sinon, il se pourrait
bien que les dégâts causés soient irréversibles.
Les livres d'Harun Yahya, qui assument le rôle principal dans cet effort, con-
stitueront par la volonté de Dieu un moyen par lequel les gens atteindront au
21ème siècle la paix, la justice et le bonheur promis dans le Coran.
Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Abréviations utilisées

(pbsl) : paix et bénédiction sur lui (fait suite à une référence au Prophète

Mohammed)

(psl) : paix sur lui (fait suite à une référence à un prophète)

(pse) : paix sur eux (fait suite à une référence aux prophètes)

www.harunyahya.fr - www.harunyahya.com

e-mail : contact@harunyahya.fr
LES VALEURS
MORALES
DU CORAN

HARUN YAHYA
(ADNAN OKTAR)
TABLE DES MATIERES

Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10
1- L’estimation correcte d’Allah . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11
2- Craindre Allah autant que possible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12
3- Le destin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13
4- Faire confiance à Allah . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14
5- Réfléchir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15
6- Etre attentif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
7- De la bonté en tout . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19
8- La mort est proche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21
9- Les tentations infinies de satan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23
10- L’âme est sujette au mal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25
11- Etre choisi par Allah . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27
12- La prière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28
13- Se repentir et chercher le pardon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30
14- Etre patient jusqu’à la mort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32
15- Le soutien d’Allah . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33
16- Pas de désespoir pour les croyants . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37
17- Evaluer tout du point de vue du Coran . . . . . . . . . . . . . . . .38
18- Allah connaît les secrets de tous les cœurs . . . . . . . . . . . . .41
19- La vie temporaire de ce monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .43
20- Le vrai propriétaire de toutes les possessions . . . . . . . . . . .46
21- Etre reconnaissant envers Allah . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49
22- Notre test ininterrompu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51
23- Allah ne place pas de fardeau qu’on
ne peut supporter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53

8
24- Pas d'amour pour les incrédules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54
25- Rien n’être plus cher qu’Allah, Son messager
et la lutte pour Sa cause . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56
26- Ne pas s'affaiblir, pas de chagrin, ni de désespoir . . . . . . . .58
27- Etre modeste dans sa prière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59
28- Célébrer les louanges d’Allah . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60
29- Se rappeler Allah dans l'adversité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61
30- Réciter les révélations d’Allah . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62
31- Eviter les conversations profanes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63
32- Etre modéré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64
33- Les anges sont témoins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65
34- Ecrire des transactions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66
35- Dire quelque chose qu’on n’applique pas par la suite . . . . .67
36- Pas de dispute entre les croyants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67
37- Chercher protection contre satan auprès
d’Allah quand on lit le Coran . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69
38- Etre prévenant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70
39- S'éloigner des ignorants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72
40- Ne pas discuter des sujets qu’on ignore . . . . . . . . . . . . . . . .73
41- Pas de moqueries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .74
42- Ne pas appeler les croyants par leurs surnoms . . . . . . . . . .75
43- Etre digne de confiance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75
44- L'univers illusoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76
Annexe : La tromperie de l’évolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80

9
INTRODUCTION

Les valeurs morales de notre communauté se sont un peu


déformées à cause des passions égoïstes et de l’avidité des
gens qui mènent ensuite à l’égoïsme, l’arrogance, le sarcasme,
la grossièreté et la cruauté. Les gens croient qu’ils pourraient
améliorer leurs niveaux de vie en trichant ou trompant les
autres.
Cependant, ce ne sont pas les valeurs qu’Allah a déterminé pour
les êtres humains qu’Il a créés. Allah ordonne aux gens d’être
dignes, modestes, loyaux, aimables, fidèles, matures et d'agir cor -
rectement. Il décrit même la manière dont nous devons marcher
: "Et ne détourne pas ton visage des hommes avec orgueil, et ne
foule pas la terre avec arrogance : car Allah n'aime pas le pré -
somptueux plein de gloriole." (Sourate Luqman, 18)
Un croyant est donc obligé d’appliquer ces principes supé-
rieurs qu’Allah a décrétés.
Mais de nos jours, les croyants vivent dans une communau-
té incroyante où cette éthique divine a été désertée. Pour
cette raison, ils doivent être très prudents envers les effets de
cette culture primitive et perverse. Ils doivent se juger en per-
manence au sein de cette communauté pour ne pas être affec-
té par cette culture dégénérée afin d’appliquer les valeurs
morales du Coran.
Ce livre a été préparé pour aider les croyants à se rappeler
les enseignements fondamentaux du Coran qu'ils doivent gar-
der à l’esprit.

10
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

Dans les pages suivantes, ces principes moraux et prières


qui risquent d’être oubliés par les croyants seront examinés à
la lumière des versets du Coran.

1- L’estimation correcte d’Allah


Dans le Coran, Allah nous informe Ses véritables attributs :
Allah ! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui Qui subsiste
par Lui-même, l’Eternel. Ni somnolence ni sommeil ne Le saisis -
sent. A Lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre.
Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission ? Il connaît
leur passé et leur futur. Et, de Sa science, ils n'embrassent que ce
qu'Il veut. Son Trône déborde les cieux et la terre, dont la garde
ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, le Très Grand.
(Sourate al-Baqarah, 255)
Allah qui a créé sept cieux et autant de terres. Entre eux [Son]
commandement descend, afin que vous sachiez qu’Allah est en
vérité omnipotent et qu’Allah a embrassé toute chose de [Son]
savoir. (Sourate at-Talaq, 12)
Cependant, la plupart des gens qui ne perçoivent pas Allah
comme Il est décrit dans les versets ci-dessus, ne peuvent pas
appréhender Sa puissance et Sa grandeur éternelle. Ils croient
en des superstitions qu’ils ont eux-mêmes créés, et pensent
qu’Allah se trouve quelque part loin dans l’univers et qu’Il
n’interfère que quelquefois avec la "matière terrestre". La
compréhension limitée de ces gens est mentionnée dans la
sourate al-Hajj, 74 : "Ils n'ont pas estimé Allah à Sa juste
valeur ; Allah est certes fort et puissant."
Le premier maillon de la foi est d’avoir une compréhension
approfondie de l’étendue de la puissance d’Allah. Les véri-
tables croyants laissent derrière eux la vision déformée

11
LES VALEURS MORALES DU CORAN

d’Allah prévalant dans leur communauté, et refusent ces


croyances perverses en disant : "Il y avait des imprudents
parmi eux qui disaient des extravagances contre
Allah." (Sourate al-Jinn, 4)
La croyance fidèle en Allah est celle décrite par le Coran.
Les croyants examinent les signes d’Allah dans les mondes
internes et externes, et commencent ainsi à comprendre l’art
et la puissance magnifique du Créateur.
Mais si les croyants commencent à négliger Allah et arrêtent
de réfléchir profondément à Lui et à Sa création, ils peuvent
être influencés par des croyances immorales, surtout dans
des périodes difficiles. Allah explique qu’il s’agit d’un risque
potentiel à propos des croyants qui s’enfuient pendant la
guerre, et "qui étaient soucieux pour eux-mêmes et
avaient des pensées sur Allah non conformes à la véri-
té, des pensées dignes de l'époque de l'ignorance."
(Sourate al-Imran, 154)
Un croyant n’aimera jamais faire une telle erreur, donc il
devra libérer son cœur de tout ce qui appartient aux
croyances des ignorants, et accepter cette véritable foi
comme décrit dans le Coran.

2- Craindre Allah autant que possible


Craindre Allah est le commencement de tout, car en Le
craignant, on devient supérieur en Sa présence. Allah donne
les exemples des prophètes, avec qui les croyants peuvent se
comparer pour qu’ils puissent réellement augmenter leur
crainte d’Allah.
Allah veut que les gens Le craignent le plus possible. Il y a
de différentes manières pour montrer sa vénération envers le

12
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

Tout-Puissant, par exemple : dépenser dans le chemin d’Allah,


faire de bonnes actions, prendre le Prophète comme
exemple, lui obéir, être attentif aux règles d’Allah etc…
Craignez donc Allah autant que vous pouvez ; écoutez, obéissez
et faites largesses. Ce sera un bien pour vous. Et quiconque a été
protégé contre sa propre avidité... ceux-là sont ceux qui réussis -
sent. (Sourate at-Tagabun,16)
O les croyants ! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et ne
mourez qu'en pleine soumission. (Sourate al-Imran, 102)

3- Le destin
Rien dans l’univers n’est accidentel. Comme le dit Allah
dans le Coran : "Il règle toutes choses." (Sourate ar-Ra’d,
2) Dans un autre verset il est dit : "Pas une feuille ne
tombe sans qu’Il ne le sache." (Sourate al-Anam, 59)
C’est Allah Qui crée et dirige tous les événements ; comment
ils commenceront et comment ils finiront. C’est Lui Qui
détermine les mouvements de chaque étoile dans l’univers,
l’état de chaque être vivant sur terre, la manière dont on
vivra, ce qu’on dira, ce qu’on rencontrera, comme cité dans
ces versets :
Nous avons créé toute chose avec mesure. (Sourate al-Qamar,
49)
Nul malheur n'atteint la terre ni vos personnes, qui ne soit enre -
gistré dans un Livre avant que Nous ne l'ayons créé ; et cela est
certes facile pour Allah. (Sourate al-Hadid, 22)
Les croyants doivent être conscients de cette réalité et ne
doivent pas agir de façon ignorante comme ceux qui la refu-
sent. En comprenant que la vie équivaut à "suivre la destinée",
ils ne sont jamais déçus ou ne se sentent jamais effrayés. Ils

13
LES VALEURS MORALES DU CORAN

ont de l’assurance et sont fermes comme le Prophète


Mohammed (pbsl), qui a dit à un de ses compagnons, quand
ce dernier avait peur d’être trouvé dans la caverne par les
idolâtres qui voulaient les tuer : "Ne sois pas triste, car
Allah est avec nous." (Sourate at-Tawbah, 40)

4- Faire confiance à Allah


Allah est le seul Décideur, chaque événement est en faveur
des croyants : tout a été planifié pour le bénéfice de la reli-
gion et pour la vie des croyants dans l’au-delà. Les croyants
peuvent se référer à leurs expériences pour se rendre comp-
te qu’il y a un bien pour eux à la fin de chaque événement.
Pour cette raison, les croyants font confiance à Allah Qui est
le seul et unique Protecteur. Un croyant doit se comporter
comme Allah veut qu’il se comporte : accomplir ses respon-
sabilités et en même temps dépendre d’Allah pour les consé-
quences. Les versets suivants expriment ce mystère, qui est
inconnu des incrédules :
... Et quiconque craint Allah, Il lui donnera une issue favorable, et
lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comp -
tait pas. Et quiconque place sa confiance en Allah, Il [Allah] lui suf -
fit. Allah atteint ce qu'Il Se propose, et Allah a assigné une mesu -
re à chaque chose. (Sourate at-Talaq, 2-3)
Dis : "Rien ne nous atteindra, en dehors de ce qu’Allah a prescrit
pour nous. Il est notre protecteur. C'est en Allah que les croyants
doivent mettre leur confiance." (Sourate at-Tawbah, 51)
Ce que les croyants doivent dire aux incrédules est aussi
énoncé dans le Coran :
Aussi sommes-nous décidés à supporter avec patience les
outrages que vous nous faites subir, car ceux qui cherchent à se

14
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

confier, c'est en Allah qu'ils doivent placer leur confiance.


(Sourate Ibrahim, 12)
Dans un autre verset, il est dit :
Si Allah vous donne Son secours, nul ne peut vous vaincre. S'Il vous
abandonne, qui donc après Lui vous donnera secours ? C'est à Allah
que les croyants doivent faire confiance. (Sourate al-Imran, 160)

5- Réfléchir
Selon le Coran, un incrédule est une personne qui ne
reconnaît pas les signes d’Allah et ne les apprécie non plus,
alors qu’un croyant est capable de voir ces signes et ces
preuves. Il sait qu’ils ne sont pas créés en vain, et il peut
reconnaître la puissance et l’art admirable d’Allah partout et
trouver des moyens pour Le révérer. Il est un homme de bon
sens, qui "debout, assis, couché sur ses côtés, invoque Allah
et médite sur la création des cieux et de la terre (disant) :
‘Notre Seigneur ! Tu n'as pas créé cela en vain. Gloire à Toi !
Garde-nous du châtiment du feu’." (Sourate al-Imran, 191)
Dans le Coran, on trouve des expressions comme : "Ne
ferez-vous pas attention ?", "… Il y a un signe pour les gens
qui réfléchissent", qui soulignent l’importance de la réflexion
aux signes d’Allah. Le Créateur de sujets infinis de réflexion.
Tout ce que nous voyons et sentons dans les cieux et sur la
terre et entre les deux est en vérité une manifestation de la
créativité d’Allah et, qui doit ainsi nourrir la réflexion. Un des
versets donne l’exemple de ces bénédictions divines :
D'elle, Il fait pousser pour vous, les cultures, les oliviers, les pal -
miers, les vignes et aussi toutes sortes de fruits. Voilà bien là une
preuve pour des gens qui réfléchissent. (Sourate an-Nahl, 11)

15
LES VALEURS MORALES DU CORAN

Réfléchissons un moment à un des éléments cités ci-dessus


: le dattier, l’arbre qui grandit d’une graine de la terre. De
cette graine minuscule (une graine ne mesure même pas 1
centimètre cube), surgit une masse énorme de bois de 4 à 5
mètres de longueur et pesant des centaines de kilogrammes.
La graine n’utilise que la terre dans laquelle elle est enterrée
pour constituer cette masse.
Comment une graine peut-elle former un arbre ? Comment
peut-elle "raisonner" pour décomposer les substances néces-
saires du sol pour créer du bois ? Comment peut-elle prédi-
re la forme et la structure requise ? Cette dernière question
est vraiment importante, car ce n’est pas un morceau de bois
ordinaire qui émerge de la graine. C’est un organisme vivant
et complexe avec des racines pour assimiler les substances de
la terre, avec des veines et des branches qui sont parfaitement
organisées. Un être humain éprouve de la peine pour dessi-
ner un arbre, alors qu’une simple graine peut produire un
objet extrêmement complexe en n’utilisant que les substances
du sol.
Cette observation conduit à la conclusion qu’une graine est
extrêmement intelligente et sage, même plus que nous. Ou
pour être plus précis, une intelligence extraordinaire est res-
ponsable de ce que fait la graine. Mais quelle est la source de
cette intelligence ? Comment est-il possible qu’une graine ait
une telle intelligence et une telle mémoire ?
Sans aucun doute, cette question n’a qu’une seule réponse :
la graine est créée en ayant la capacité de former un arbre,
c’est-à-dire qu’elle est programmée à l’avance. Chaque graine
sur terre est entourée d’Allah et pousse dans Son savoir.
Dans un des versets il est énoncé :

16
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

C'est Lui Qui détient les clefs de l'inconnaissable. Nul autre que
Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est dans la terre ferme,
comme dans la mer. Et par une feuille ne tombe qu'Il ne le sache.
Et pas une graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de
sec, qui ne soit consigné dans un livre explicite. (Sourate al-An'am,
59)
C’est Allah Qui crée la graine et la développe en une nou-
velle plante. Dans un autre verset il est dit :
C'est Allah Qui fend la graine et le noyau : du mort il fait sortir le
vivant, et du vivant, il fait sortir le mort. Tel est Allah. Comment
donc vous laissez-vous détourner ? (Sourate al-An‘am, 95)
La graine est tout simplement un des innombrables signes
qu’Allah a créés dans l’univers. Si les hommes commençaient
à réfléchir non seulement avec leur esprit, mais aussi avec leur
cœur, et se posaient les questions "pourquoi" et "comment",
ils seraient capables de comprendre que l’univers entier est la
preuve de l’existence et de la puissance d’Allah.

6- Etre attentif
Comme dit au début, Allah a créé l’univers pour montrer
les signes de Sa création. Cependant, les incrédules ne peu-
vent pas comprendre ce fait puisqu’ils n’ont pas la capacité
de "voir" ce but divin. Comme Allah l’exprime : "Ils ont
des yeux, mais ne voient pas." (Sourate al-Araf, 179)
Avec leur vision matérialiste, ils n’ont pas la sagesse et la
compréhension qui leur permettent de saisir cette réalité
importante.
Les croyants sont différents de cette catégorie "aveugle",
car ils réalisent et acceptent que l’univers entier est créé par
Allah avec une certaine sagesse et dans un certain but. Cette

17
LES VALEURS MORALES DU CORAN

croyance est le premier pas de la foi. Quand la foi et la sages-


se augmentent en parallèle l’unw avec l’autre, ils peuvent iden-
tifier les détails de la création d’Allah.
Dans la tradition islamique, le progrès de la foi se fait en
trois étapes : ilm-al yaqin (être informé), ayn-al yaqin (voir), et
haqq-al yaqin (pratiquer).
L’exemple de la pluie est donné pour expliquer ces étapes.
Il y a trois étapes pour reconnaître qu’il pleut. Dans un pre-
mier temps (ilm-al yaqin), pendant que quelqu’un est chez lui,
les fenêtres fermées, une personne vient de l’extérieur et lui
dit qu’il pleut, et il le croit. La deuxième étape, ayn-al yaqin,
est l’étape de la preuve oculaire. La personne se dirige vers la
fenêtre, ouvre les rideaux et s’assure qu’il pleut. A l’étape de
haqq-al yaqin, il ouvre la porte, sort de la maison et se retrou-
ve "sous" la pluie.
Il faut donc être attentif pour passer de l’étape de ilm-al
yaqin à l’étape de ayn-al yaqin.
Pour voir les signes d’Allah et ne pas être "aveugle" comme
les incrédules, il faut un degré important de concentration.
Dans le Coran, les croyants sont appelés à observer et à
remarquer les signes d’Allah autour d’eux, et cela n’est pos-
sible qu’en étant attentif :
Voyez-vous donc ce que vous labourez ? Est-ce vous qui le cultivez
? Ou [en] sommes-Nous le cultivateur ? (Sourate al-Waqia, 63-64)
Voyez-vous donc l'eau que vous buvez ? Est-ce vous qui l'avez fait
descendre du nuage ? ou [en] sommes-Nous le descendeur ?
(Sourate al-Waqia, 68-69)
Allah énonce dans un autre verset que l’aveugle ne peut
être l’égal du bien voyant et demande "Ne réfléchissez-
vous donc pas ?" (Sourate al An'am, 50)

18
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

On devrait s’entraîner à reconnaître les signes d’Allah et les


garder tout le temps à l’esprit. Autrement, l’esprit commen-
cera à vagabonder, en passant d’un sujet à l’autre, en perdant
du temps à réfléchir à des choses inutiles. C’est un type d’in-
conscience ; on ne peut contrôler notre esprit quand on perd
notre concentration sur Allah, il serait donc impossible de se
concentrer sur un sujet. En réalité, on ne peut pas concevoir
la vérité derrière les événements, ni même pouvoir suivre le
cours qu’ils prennent. Au contraire, notre esprit est dirigé par
des événements qui égarent. On est en permanente "impro-
visation", ce qui n’est pas l’attribut des croyants, mais des
incrédules.
... car quiconque associe à Allah, c'est comme s'il tombait du haut
du ciel et que les oiseaux le happaient, ou que le vent le précipi -
tait dans un abîme très profond. (Sourate al-Hajj, 31)
Les croyants, d’un autre côté, sont ceux qui dirigent mieux
leur esprit afin de percevoir Allah, et qui essayent de mieux
servir Sa religion. Ils libèrent leur esprit des pensées vaines, et
quand ils sont conscients de l’appel de satan, ils se portent
secours eux-mêmes, comme décrit dans le Coran :
Ceux qui pratiquent la piété, lorsqu'une suggestion du diable les
touche se rappellent du châtiment d’Allah : et les voilà devenus
clairvoyants. (Sourate al-A’raf, 201)
Par conséquent, les croyants devraient être attentifs à gar-
der leur esprit libre de pensées inutiles, et ne devraient pas
perdre le fil de ce qui se passe autour d’eux ; ils devraient être
tout le temps sur leurs gardes.
7- De la bonté en tout
Toutes les choses sont créées avec sagesse et avec un but

19
LES VALEURS MORALES DU CORAN

caché qui apporte des avantages pour les croyants dans tous
les événements qui ont lieu. Parce qu’Allah est du côté des
croyants et ne les abandonne pas.
Les combats de la vie peuvent sembler à première vue défa-
vorables aux croyants, mais on doit comprendre que même
des événements apparemment extrêmes, comme par
exemple un complot ourdi contre eux par des incrédules,
tourneront au bout du compte en bien pour eux. Allah les
laissera tôt ou tard savourer Sa bienfaisance afin que les
croyants soient complètement sûrs qu’il y a du bien dans
toutes choses.
Il y a de nombreux exemples de ce genre de situations dans
le Coran ; la vie du Prophète Joseph (psl) en est un des plus
remarquables. Dans son enfance, Joseph fut descendu au fond
d’un puit par ses frères. Il fut ensuite sauvé puis accusé et
emprisonné, même s’il était innocent. Pour une personne sans
foi, ces incidents peuvent représenter le plus grand malheur.
Néanmoins, Joseph garda toujours à l’esprit qu’ils ne peuvent
survenir que sous la direction d’Allah et qu’ils mèneront tou-
jours à du bien. Et cela se confirma. Allah transforma ces
"désastres" en bien ; Joseph fut libéré de prison et il devint
l’un des gouverneurs du pays.
La situation avec le Prophète Jonas (psl) ne fut pas différen-
te. Il s’enfuit à bord d’un bateau, où, pour garder sa place, il
devait jouer au sortxx. Quand le tirage fut défavorable, il fut
lancé dans la mer où un poisson gigantesque l’avala. Le Coran
nous informe qu’il fut sauvé et envoyé à une "nation d’une
centaine de milliers de personnes ou plus", seulement parce
qu’il avait glorifié Allah.
S'il n'avait pas été parmi ceux qui glorifient Allah, il serait demeu -

20
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

ré dans son ventre jusqu'au jour où l'on sera ressuscité. Nous le


jetâmes sur la terre nue, indisposé qu'il était. Et Nous fîmes pous-
ser au-dessus de lui un plant de courge, et l'envoyâmes ensuite
(comme prophète) vers cent mille hommes ou plus. Ils crurent, et
Nous leur donnâmes jouissance de la vie pour un temps. (Sourate
as-Saffat,143-148)
Tous ces exemples donnés dans le Coran nous apprennent
que les événements qui semblent être une "infortune" ne le
sont pas vraiment pour un croyant. S’il place sa confiance en
Allah, cherche refuge auprès de Lui et ne demande de l’aide
qu’à Lui, alors rien ne sera sujet à regret pour lui. Allah crée
certaines difficultés pour tester l’homme et pour renforcer la
loyauté et la foi des croyants.
L’opposé est également vrai pour les incrédules. Rien dans
cette vie ne peut être bon pour eux. Les choses qui leur sem-
blent délicieuses ou agréables sont en fait des "infortunes", et
elles augmenteront leur tourment dans l’au-delà. Tout ce
qu’ils accomplissent injustement est enregistré dans leur dos-
sier, et ils seront au bout du compte responsables de cela. A
cet égard dans le Coran, les commandements d’Allah sont
enregistrés :
Que ceux qui gardent avec avarice ce qu’Allah leur donne par Sa
grâce ne comptent point cela comme bon pour eux. Au contraire,
c'est mauvais pour eux : au jour de la résurrection, on leur atta-
chera autour du cou de qu'ils ont gardé avec avarice. C'est Allah
Qui a l'héritage des cieux et de la terre. Et Allah est parfaitement
connaisseur de ce que vous faites. (Sourate al-Imran, 180)
8- La mort est proche
Les membres de la société profane sont fondamentalement
ignorants, négligents et superficiels. Leur vie n’est pas basée

21
LES VALEURS MORALES DU CORAN

sur la logique ou le sens commun. Au contraire, ils vivent avec


des croyances vaines et fausses, et suivent des conjectures qui
se terminent en erreur. Une de ces croyances concerne la
mort. Ils croient que la mort est quelque chose dont on ne
peut même pas en parler.
Ce qu’ils espèrent réellement est d’y échapper en l’ignorant.
En n’y pensant pas, ils croient qu’ils peuvent l’éviter, exacte-
ment comme l’autruche qui met sa tête dans le sable afin
d’échapper au danger. Ignorer le danger ne le fait pas dispa-
raître. Au contraire, la personne en danger le rencontrera
certainement, mais sans s’y être préparée, elle recevra un
choc plus important – contrairement aux croyants qui réflé-
chissent et se préparent à cette réalité importante, qui a été
expérimentée par tous les gens qui ont vécu. Allah, par consé-
quent, prévient les croyants dans le verset suivant :
La mort que vous fuyez va certes vous rencontrer. Ensuite vous
serez ramenés à Celui Qui connaît parfaitement le monde invi -
sible et le monde visible et Qui vous informera alors de ce que
vous faisiez. (Sourate al-Jumua, 8)
La mort n’est pas un "désastre" qu’on doit oublier, mais une
leçon importante qui apprend aux gens le vrai sens de la vie.
Elle devrait donc être le sujet d’une réflexion approfondie. Les
croyants réfléchissent à cette réalité avec sincérité et sagesse.
Pourquoi tous les hommes vivent pendant un certain laps de
temps et meurent ensuite ? Tous les êtres créés sont mortels,
et cela montre qu’ils sont les serviteurs incapables et sans
pouvoir d’Allah Qui est le seul qui possède la vie ; toutes les
créatures sont venues à la vie par le décret d’Allah et mou-
ront au bout du compte par Son décret. Allah dit à ce propos:
Tout ce qui est sur elle [la terre] doit disparaître, [Seule] subsis -

22
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

tera La face de ton Seigneur, plein de majesté et de noblesse.


(Sourate ar-Rahman, 26-27)
Tout le monde mourra, mais personne ne peut prédire ou
et quand. Personne ne sait s’il va vivre encore plus ne serait-
ce que pour la minute qui suit. Ainsi les croyants doivent se
comporter comme s’ils allaient mourir à tout moment. Penser
à la mort les aidera à augmenter leur sincérité et leur foi en
Allah et ils resteront toujours conscients de ce qui les attend.
Dans le Coran, la signification de garder la mort à l’esprit
est exprimée dans le verset suivant :
Et Nous n'avons attribué l'immortalité à nul homme avant toi. Est-
ce que si tu meurs, toi, ils seront, eux éternels ? Toute âme doit
goûter la mort. Nous vous éprouverons par le mal et par le bien
[à titre] de tentation. Et c'est à Nous que vous serez ramenés.
(Sourate al-Anbiya, 34-35)

9- Les tentations infinies de satan


Quand Allah a créé Adam et a ordonné aux anges de se
prosterner devant lui, ils se sont tous prosternés excepté
satan, il fut ainsi maudit. Satan demanda à Allah un sursis jus-
qu’au jour de la résurrection pour que les gens fassent des
transgressions. Une fois que ce dernier fut accordé par Allah,
satan s’engagea dans une course visant à faire dérailler l’hu-
manité :
Puisque Tu m'as mis en erreur, dit satan, je m'assoirai pour eux
sur Ton droit chemin, puis je les assaillirai de devant, de derrière,
de leur droite et de leur gauche. Et, pour la plupart, Tu ne les
trouveras pas reconnaissants. (Sourate al-A'raf, 16-17)
Certes, je ne manquerai pas de les égarer, je leur donnerai de faux
espoirs, je leur commanderai, et ils fendront les oreilles aux bes -

23
LES VALEURS MORALES DU CORAN

tiaux ; je leur commanderai, et ils altéreront la création d’Allah. Et


quiconque prend le diable pour allié au lieu d’Allah, sera, certes,
voué à une perte évidente. (Sourate an-Nisa, 119)
Quelqu’un qui n’est pas conscient de la menace de satan ne
peut se protéger contre lui et peut facilement être trompé.
Par conséquent, les croyants doivent être alertés envers
satan, comme il est ordonné dans le Coran :
Le diable est pour vous un ennemi. Prenez-le donc pour un enne -
mi. Il ne fait qu'appeler ses partisans pour qu'ils soient des gens de
la fournaise. (Sourate Fatir, 6)
Ceux qui doivent être les plus prudents à propos de satan
sont les croyants, car ce sont ces cibles réelles. Il n’a pas
besoin d’essayer de forcer les incrédules à transgresser ; car
ils font déjà partie de sa propre armée. Il s’efforce donc au
maximum d’affaiblir les croyants afin de les empêcher de ser-
vir Allah. C’est la raison pour laquelle les croyants sont parti-
culièrement avertis contre satan :
O vous qui avez cru ! Ne suivez pas les pas du diable. Quiconque
suit les pas du diable, [sachez que] celui-ci ordonne la turpitude et
le blâmable. Et n'eussent été la grâce d’Allah envers vous et Sa
miséricorde, nul d'entre vous n'aurait jamais été pur. Mais Allah
purifie qui Il veut. Et Allah est audient et omniscient. (Sourate an-
Nur, 21)
Comme Allah dit dans le Coran, les véritables croyants ne
seront pas affectés par les activités de satan. Mais ceux qui
sont faibles et insouciants peuvent être facilement influencés
par ses illusions. Nous ne devons jamais oublier que satan
s’efforce sans arrêt de promouvoir le mal. Les croyants doi-
vent toujours être sur leurs gardes et garder Allah en perma-
nence à l’esprit.

24
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

10- L’âme est sujette au mal


Un autre ennemi contre lequel nous devons nous protéger
se trouve en nous. Allah a inspiré aux gens à la fois le bien et
le mal. Notre mauvaise inspiration est soumise à satan. Allah
explique les deux faces de notre âme :
Et par l'âme et Celui Qui l'a harmonieusement façonnée ; et lui a
alors inspiré son immoralité, de même que sa piété ! A réussi,
certes celui qui la purifie. Et est perdu, certes, celui qui la cor -
rompt. (Sourate ash-Shams, 7-10)
Les gens doivent être conscient du mal qui est en eux et
doivent toujours se protéger du danger. Renier ce mauvais
côté de notre âme ne nous aidera pas à y échapper, et nous
devons essayer de la purifier comme le dit Allah dans le
Coran.
Les croyants ne devraient jamais prétendre qu’ils sont entiè-
rement purs, mais être défiants de la provocation de leur
âme. L’admission de Joseph (psl) : "Je ne m'innocente
cependant pas, car l'âme est très incitatrice au mal, à
moins que mon Seigneur, par miséricorde, ne la pré-
serve du péché. Mon Seigneur est certes pardonneur
et très miséricordieux." (Sourate Yusuf, 53) devrait tou-
jours être gardée à l’esprit en tant qu’exemple de l’attitude
appropriée.
Les gens devraient soigneusement faire attention aux fables
de l’âme et accomplir le bien et se contrôler, comme il est dit
dans un autre verset que "l’âme des hommes est influen-
cée par l’avidité." (Sourate an-Nisa, 128) Ce à quoi mène
cette avidité est aussi énoncé dans le Coran. L’âme d’un des
fils d’Adam le poussa à tuer son frère : "Son âme l'incita à

25
LES VALEURS MORALES DU CORAN

tuer son frère. Il le tua donc et devint ainsi du nombre


des perdants." (Sourate al-Maidah, 30) C’est la même pro-
pension au mal qui mena Samiri à égarer le people de Moïse
en son absence. Samiri dit : "...Voilà ce que mon âme m'a
suggéré." (Sourate Ta-Ha, 96)
Le seul moyen de parvenir au salut est de refréner le mal de
l’âme :
Quiconque se prémunit contre sa propre avarice, ceux-là sont
ceux qui réussissent. (Sourate al-Hashr, 9)
Et pour celui qui aura redouté de comparaître devant son
Seigneur, et préservé son âme de la passion, le paradis sera alors
son refuge. (Sourate an-Naziat, 40-41)
La lutte contre sa propre âme est la plus importante lutte
pour un croyant, qui doit s’examiner pour décider quelles
émotions et quels désirs sont acceptables et lesquels ne le
sont pas. Il doit résister aux mauvaises instigations de son âme
comme l’égoïsme, la jalousie, l’arrogance et l’avidité.
Nos âmes peuvent nous faire apprécier des divertissements
et des passions inutiles. Elles nous chuchotent que nous
serons satisfaits quand nous gagnerons plus d’argent et aurons
une meilleure situation. Cependant, ces plaisirs ne satisfont
jamais le croyant. Plus nous avons d’argent, plus nous en vou-
lons. Nos âmes nous forcent à agir comme des animaux sau-
vages insatiables et ce de différentes manières.
Nos âmes ne peuvent être satisfaites que si nous nous
consacrons à Allah, et non pas à nos propres désirs superfi-
ciels. Nous sommes créés afin d’être les serviteurs d’Allah :
"... N'est-ce point par l'évocation d’Allah que se tran-
quillisent les cœurs ?" (Sourate ar-R’ad, 28) Rien d’autre ne

26
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

peut donner satisfaction et paix.


C’est la raison pour laquelle seuls les véritables croyants
sont complètement satisfaits de leur âme, car ils restent à dis-
tance du mal, se protègent contre la dépravation de leur âme
et se consacrent à Allah.
O toi, âme apaisée, retourne vers ton Seigneur, satisfaite et
agréée ; entre donc parmi Mes serviteurs, et entre dans Mon
paradis. (Sourate al-Fajr, 27-30)

11- Etre choisi par Allah


On ne peut déterminer ni notre apparence physique ni
notre destin. C’est seulement Allah Qui détermine la naissan-
ce d’un homme, sa communauté, sa famille et les événements
qu’il éprouvera tout au long de sa vie. C’est Allah Qui inspire
en nous la sagesse et le bon sens.
Même notre foi en Allah ne dépend pas de nos propres
caractéristiques. C’est Lui Qui nous accorde la foi. C’est Celui
Qui guide, enseigne et entraîne. Comme Moïse dit en répon-
se à une question posée par Pharaon : "Notre Seigneur est
Celui Qui a donné à chaque chose sa propre nature
puis l'a dirigée." (Sourate Ta-Ha, 50)
Ainsi, les croyants sont ceux qui ont été choisis par la faveur
d’Allah : Ton Seigneur crée ce qu'Il veut et Il choisit ; il
ne leur a jamais appartenu de choisir. (Sourate al-Qasas,
68)
Ceux qui vont en enfer sont les personnes qui le méritent
pleinement, car ils se sont rebellés contre Allah Qui les a créé
et, comme récompense d’Allah, ils reçoivent ce qui leur est
dû. Et pour ceux qui sont admis au paradis, Allah leur accor-

27
LES VALEURS MORALES DU CORAN

de Ses bénédictions et pardonne leurs péchés.


Les croyants doivent comprendre à quel point il est mer-
veilleux d’avoir été choisi par Allah, et ils doivent être recon-
naissants et louer Allah de tout leur cœur pour ce qu’Il leur a
donné dans Sa générosité. Ils devraient apprécier d’avoir été
choisis parmi des millions de gens et d’être les quelques ser-
viteurs bénis d’Allah, sélectionnés et placés à l’écart d’une
communauté dont les membres vont à la perdition. La
conduite des croyants devrait refléter l’honneur de ce très
grand privilège. Allah décrit ainsi ceux qui vont à la perdition:
Par le temps ! L'homme est certes, en perdition, sauf ceux qui
croient et accomplissent les bonnes œuvres, s'enjoignent mutuel -
lement la vérité et s'enjoignent mutuellement l'endurance.
(Sourate al-Asr, 1-3)
Y a-t-il un plus grand honneur que d’être sauvé et élevé par-
dessus tous les autres par le Seigneur de l’univers ?

12- La prière
Dans un verset, l’importance de la prière est énoncée ainsi :
Dis : "Mon Seigneur ne se souciera pas de vous sans votre priè -
re." (Sourate al-Furqan, 77)
La prière est le moyen d’invoquer Allah ; en réalité, c’est
une des caractéristiques les plus importantes qui distingue un
croyant d’un incrédule. La prière est un indicateur significatif
de sa foi en Allah.
La plupart des gens pensent qu’il n’y a pas de contrôle divin
sur l’univers et que tout agit de manière indépendante.
Cependant, ce qu’ils ne savent pas est que chaque âme au ciel
et sur la terre s’est déjà soumise à Lui ; il n’y a pas de créatu-

28
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

re dont le destin ne soit déterminé par Allah et qui ne Lui est


pas obéissante.
Lorsqu'Il décide une chose, Il dit seulement : "Sois" et elle est aus -
sitôt. (Sourate al-Baqarah, 117)
Les incrédules ne comprennent pas ce fait considérable et
dépensent leur vie entière à essayer d’agir sur cet univers
constitué de matière imaginaire. Les croyants, d’un autre côté,
apprennent ce grand mystère de l’univers dans le Coran. Ils
sont conscients que la seule manière d’obtenir les choses qu’ils
veulent est de les demander à Celui Qui les contrôle. Ils savent
qu’Allah est le Créateur et le Directeur de toutes choses :
Et quand Mes serviteurs t'interrogent sur Moi, alors Je suis tout
proche : Je réponds à l'appel de celui qui Me prie quand il Me prie.
Qu'ils répondent à Mon appel, et qu'ils croient en Moi, afin qu'ils
soient bien guidés. (Sourate al-Baqarah, 186)
Mais il faut aussi comprendre que la réponse d’Allah aux
prières n’est pas d’accorder tout ce qui Lui est demandé. Car
l’homme est ignorant et il "appelle le mal comme il
appelle le bien, car l'homme est très hâtif." (Sourate al-
Isra, 11) Ainsi Allah répond à toutes nos prières, mais il donne
parfois ce qui est voulu et d’autres fois non, parce que c’est
en vérité "mauvais".
La manière dont nous devons prier est aussi définie dans le
Coran : avec humilité et en privé, en toute sincérité, en ayant
espoir mais en craignant aussi Allah dans notre cœur, et avec
une grande concentration :
Invoquez votre Seigneur en toute humilité et recueillement et
avec discrétion… Et invoquez-Le avec crainte et espoir, car la
miséricorde d’Allah est proche des bienfaisants. (Sourate al-Araf,
55-56)

29
LES VALEURS MORALES DU CORAN

Dans un autre verset il est dit que : "A Allah appartien-


nent les noms les plus beaux. Invoquez-Le par ces
noms." (Sourate al-Araf, 180)
Nos prières sont en fait un moyen de confesser notre fai-
blesse tout en montrant notre gratitude envers Allah.
S’abstenir de prier est arrogant et rebelle envers Allah Qui
énonce dans Son livre :
Et votre Seigneur dit : "Appelez-Moi, Je vous répondrai. Ceux qui,
par orgueil, se refusent à M'adorer entreront bientôt dans l'enfer,
humiliés," (Sourate al-Ghafir, 60)
Invoquer Allah est à la fois une prière et aussi un grand bien-
fait. Le simple acte d’effectuer une requête est la clé qui per-
met d’atteindre tous les objectifs physiques et spirituels.

13- Se repentir et chercher le pardon


Les deux caractéristiques suivantes étaient celles qu’Allah
répétait le plus dans le Coran : "Compatissant" et
"Miséricordieux". Allah est miséricordieux envers Ses servi-
teurs et ‹l ne les punit pas tout de suite pour leurs péchés :
Si Allah s'en prenait aux gens pour leurs méfaits, Il ne laisserait sur
cette terre aucun être vivant. Mais Il les renvoie jusqu'à un terme
fixe. Puis, quand leur terme vient, ils ne peuvent ni le retarder
d'une heure ni l'avancer. (Sourate an-Nahl, 61)
En leur accordant un sursis, Il donne aux malfaiteurs le
temps de demander pardon et de se repentir. Quelle que soit
l’importance du péché commis, on a toujours l’opportunité
d’être pardonné si on se repent et si on se comporte correc-
tement :
Et lorsque viennent vers toi ceux qui croient à notre versets (le
Coran), dis : "Que la paix soit sur vous ! Votre Seigneur S'est

30
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

prescrit à Lui-même la miséricorde. Et quiconque d'entre vous a


fait un mal par ignorance, et ensuite s'est repenti et s'est réfor -
mé... Il est, alors, pardonneur et miséricordieux." (Sourate al-
An‘am, 54)
La repentance inclue également une supplication pour un
appui et une force venant d’Allah pour aider les malfaisants à
ne pas répéter les mêmes méfaits. La forme de repentance
acceptée par Allah est celle qui est suivie de bonnes actions :
"Et quiconque se repent et accomplit une bonne
oœuvre c'est vers Allah qu'aboutira son retour."
(Sourate al-Furqan, 71)
Parfois un individu peut commettre le même péché suite à
une provocation de son âme, même après s’être repenti, mais
il peut toujours se repentir de ses mauvaises actions tout au
long de sa vie. Et on doit rappeler que le repentir au moment
de la mort n’est pas accepté, ainsi le destin dans l’au-delà sera
redouté.
Allah accueille seulement le repentir de ceux qui font le mal par
ignorance et qui aussitôt se repentent. Voilà ceux de qui Allah
accueille le repentir. Et Allah est omniscient et sage. (Sourate an-
Nisa, 17)
Mais l'absolution n'est point destinée à ceux qui font de mauvaises
actions jusqu'au moment où la mort se présente à l'un d'eux, et
qui s'écrie : "Certes, je me repens maintenant" - non plus pour
ceux qui meurent en état d'infidélité. Et c'est pour eux que Nous
avons préparé un châtiment douloureux. (Sourate an-Nisa, 18)
Un autre verset appelle les croyants au salut :
Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous
récoltiez le succès. (Sourate an-Nur, 31)

31
LES VALEURS MORALES DU CORAN

14- Etre patient jusqu’à la mort


Les gens sont créés impatients et commettent diverses
erreurs. Cependant, la religion nécessite que tout le monde
soit patient pour l’amour d’Allah. Les croyants, en particulier,
doivent attendre patiemment le salut qu’Allah a promis. C’est
ainsi que les croyants sont commandés dans le Coran : "Et
pour ton Seigneur, sois patient." (Sourate al-
Muddaththir, 7) La patience est en réalité une des qualités les
plus importantes du combat vers Allah ; c’est la vertu qu’on
doit cultiver afin d’être plus proche de Lui.
O les croyants ! Soyez endurants. Incitez-vous à l'endurance.
Luttez constamment (contre l'ennemi) et craignez Allah, afin que
vous réussissiez. (Sourate al-Imran, 200)
Dans la communauté des ignorants, la vraie signification de
la patience se confond avec l’endurance qui a un message très
différent : l’abstention contre la douleur ou la détresse. La
patience est totalement différente comme décrite dans le
Coran. Cette différence ne peut se comprendre que par les
croyants. La persévérance du croyant est de gagner l’agré-
ment d’Allah. Ainsi, elle ravit le croyant, alors que l’"enduran-
ce" ne donne qu’ennui et détresse aux incrédules. Allah expri-
me cela comme ceci :
Et cherchez secours dans l'endurance et la prière : certes, la priè -
re est une lourde obligation, sauf pour les humbles. (Sourate al-
Baqarah, 45)
Un autre verset de la même sourate souligne la bonne nou-
velle à donner à ceux qui sont patients en face d’obstacles ou
de difficultés :
Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur,

32
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et


fais la bonne annonce aux endurants, qui disent, quand un malheur
les atteint : "Certes nous sommes à Allah, et c'est à Lui que nous
retournerons." (Sourate al-Baqarah,155-156)
La patience peut augmenter la force des croyants. Allah
révèle dans le verset ci-dessous que la force peut augmenter
avec la patience :
Maintenant, Allah a allégé votre tâche, sachant qu'il y a de la fai -
blesse en vous. S'il y a cent endurants parmi vous, ils vaincront
deux cents ; et s'il y en a mille, ils vaincront deux mille, par la grâce
d’Allah. Et Allah est avec les endurants. (Sourate al-Anfal, 66)
La patience est d’ailleurs une qualité qui englobe toutes les
autres caractéristiques positives décrites dans le Coran. Une
personne peut être modeste, humble, généreuse, obéissante
ou dévouée ; mais c’est seulement quand ces vertus sont
combinées avec la patience qu’elles en valent la peine. C’est la
patience dans les prières et les attributs des croyants qui les
rend acceptables.
La patience fait partie de la vie des croyants, qui obéissent
au décret : "Soyez patient, pour l’amour d’Allah". Au
final, Allah prend leur âme et les récompense avec Son para-
dis. Les anges souhaitent la bienvenue aux vertueux, en disant
: "Paix sur vous, pour ce que vous avez enduré !
Comme est bonne votre demeure finale ! " (Sourate ar-
Ra’d, 24)

15- Le soutien d’Allah


Dans une société profane, les gens développent leur carac-
tère selon le pouvoir ou le rang qu’ils possèdent. Pour qu’un
individu soit sûr de lui, il doit être soit très riche ou célèbre,

33
LES VALEURS MORALES DU CORAN

soit très beau. Etre le fils ou la fille d’un homme "respecté" est
aussi une importante raison de confiance en soi dans une
communauté purement ignorante.
Cependant, c’est autre chose pour les croyants car ils
comptent uniquement sur le soutien d’Allah, et n’attachent
pas d’importance aux critères de ce monde que suivent les
incrédules.
Allah est toujours le soutien des croyants. Il ne les laisse
jamais seuls en face de l’opposition des incrédules. Allah a
prescrit : "Assurément, Je triompherai, moi ainsi que
Mes messagers." (Sourate al-Mujadalah, 21), ainsi les mes-
sagers et ceux qui les suivent triompheront avec ce soutien
important. Allah garantit : "Et s'ils veulent te tromper,
alors Allah te suffira. C'est Lui qui t'a soutenu par Son
secours, ainsi que par l'assistance des croyants. "
(Sourate al-Anfal, 62)
On ne doit jamais oublier que seul Allah renforce et per-
fectionne les croyants et leur permet de réussir. Il est insuffi-
sant de dépendre uniquement des causes et effets physiques.
Cela ne peut mener à rien. Un plus grand profit est la prière
verbale, car c’est en réponse aux prières qu’Allah produit les
résultats désirés. C’est la raison pour laquelle les croyants ne
doivent reposer que sur le soutien d’Allah.
En conséquence, ils deviennent tellement courageux et
confiants qu’ils défient le monde. Ils deviennent trop résis-
tants pour être affectés par des pensées ou des actions néga-
tives. Moïse (psl), qui n’avait pas perdu courage alors que son
peuple transgressait, dit : "Si vous êtes ingrats, vous ainsi
que tous ceux qui sont sur terre, sachez qu’Allah Se
suffit à Lui-même et qu'Il est digne de louange."

34
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

(Sourate Ibrahim, 8)
Moïse était confiant et sans peur, car il était certain qu’Allah
et Son soutien seraient toujours avec les croyants. Allah lui a
révélé une fois : "N'aie pas peur, c'est toi qui auras le
dessus." (Sourate Ta-Ha, 68)
L’attitude de Moïse devrait être un exemple pour tous les
croyants. Car Allah n’a pas promis de protéger et soutenir
seulement Moïse et les autres messagers, mais tous les
croyants – chacun d’eux – contre les incrédules, et de les
mener à la victoire. Comme énoncé dans le Coran :
... Et jamais Allah ne donnera une voie aux infidèles contre les
croyants. (Sourate an-Nisa,141)
Les croyants sont responsables de maintenir leur dévoue-
ment pour Allah et d’être de bons serviteurs, ainsi ils ne pour-
ront plus avoir peur.
O les croyants ! Vous êtes responsables de vous-même ! Celui qui
s'égare ne vous nuira point si vous vous avez pris la bonne voie.
C'est vers Allah que vous retournerez tous ; alors Il vous infor -
mera de ce que vous faisiez. (Sourate al-Maidah, 105)
Les incrédules ne peuvent causer du mal aux justes. Tous les
plans et les complots inventés contre les croyants seront inef-
ficaces. Ce mystère est expliqué dans le verset ci-dessous :
Ils ont certes comploté. Or leur complot est (inscrit) auprès
d’Allah même si leur complot était assez puissant pour faire dis -
paraître les montagnes... (Sourate Ibrahim, 46)
Pendant que les incrédules complotent contre les croyants,
Allah va les conduire graduellement vers leur perte par des
voies qu'ils ignorent. (Sourate al-Araf, 182)
Ils pensent qu’ils sont supérieurs aux croyants et qu’ils peu-
vent facilement les battre. Alors qu’Allah est du côté des

35
LES VALEURS MORALES DU CORAN

croyants et Sa puissance, Sa gloire et Sa grandeur leur sont


évidents. Allah exprime cette vérité, que les hypocrites ne
comprennent pas comme suit :
Ce sont eux qui disent : "Ne dépensez point pour ceux qui sont
auprès du Messager d’Allah, afin qu'ils se dispersent." Et c'est à
Allah qu'appartiennent les trésors des cieux et de la terre, mais
les hypocrites ne comprennent pas. Ils disent : "Si nous retour -
nons à Médine, le plus puissant en fera assurément sortir le plus
humble." Or c'est à Allah qu'est la puissance ainsi qu'à Son mes -
sager et aux croyants. Mais les hypocrites ne le savent pas.
(Sourate al-Munafiqun, 7-8)

C’est définitivement une règle immuable. Les croyants,


conformément avec le verset "O les croyants ! Prenez vos
précautions..." (Sourate an-Nisa, 71), devraient toujours
être attentifs et prudents en face des incrédules, et ressentir
le réconfort de la règle divine ci-dessus.
Allah explique la même règle dans un autre verset :
En vérité, ceux qui rejettent la foi, qui detournent leurs sem -
blables de la voie d'Allah et se sont mis dans le clan opposé au
Messager après que le droit chemin leur fut clairement exposé, ne
sauront nuire à Allah en quoi que ce soit. Il rendra vaines leurs
oeuvres. (Sourate Muhammad, 32)

36
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

16- Pas de désespoir pour les croyants


Il y a deux types de désespoir. Le premier type survient
quand on est confronté à des difficultés ou des obstacles. Cela
ne peut être la conduite d’un croyant, qui doit toujours gar-
der à l’esprit qu’Allah avait promis de soutenir les croyants.
Dans le Coran, il est énoncé qu’Allah est suffisant pour les
croyants et qu’Il les a renforcé avec Son aide.
Le deuxième type de désespoir est plus dangereux, et sur-
vient quand on abandonne l’espoir de la miséricorde d’Allah
après avoir commis une erreur ou un péché. Car cela peut
mener à l’idée qu’Allah ne pardonnera pas nos péchés et
qu’on ira forcément en enfer. Mais cette idée – une simple
appréhension – est vraiment à l’opposé de ce que nous
enseigne Allah dans le Coran. En réalité, Allah pardonne les
péchés de tous ceux qui se repentent sincèrement. Il n’est
jamais "trop tard" pour chercher refuge dans Sa pitié. Allah
s’adresse ainsi à Ses serviteurs :
O Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détri -
ment, ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah. Car Allah par -
donne tous les péchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très
Miséricordieux. (Sourate az-Zumar, 53)
Le désespoir est la tentation de satan qui essaye d’influen-
cer les croyants en les démoralisant et en les entraînant ainsi
à commettre des erreurs plus graves. Son but est de mener
les croyants à suspecter leur propre foi et sincérité, à leur
faire croire qu’ils ont "tord". Si une personne tombe dans ce
piège, elle commencera à perdre le respect de soi-même par
conséquent sa foi, et elle continuera à commettre des péchés
plus graves après sa première erreur.

37
LES VALEURS MORALES DU CORAN

Dans un tel état d’esprit, les croyants devraient immédiate-


ment chercher refuge auprès d’Allah, penser uniquement aux
enseignements du Coran et développer aussitôt un nouvel
état d’esprit. Allah décrit ce que le croyant doit faire dans de
tels cas :
Et si jamais le diable t'incite à faire le mal, cherche refuge auprès
d’Allah. Car Il entend, et sais tout. (Sourate al-A’raf, 200)
Si l’individu est sincère dans sa foi en Allah, Allah lui par-
donne ses erreurs ou péchés. De plus, même s’il n’a pas été
sincère depuis une longue période, il a toujours une chance de
se repentir. C’est juste un tour que satan tend pour céder au
désespoir. Car Allah est Celui Qui montre une miséricorde et
une justice éternelles et Celui Qui promet la victoire et Son
paradis aux croyants. Le conseil de Jacob (psl) devrait être un
guide pour tous les croyants :
... Et ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah. Car seuls les
négateurs désespèrent de la bonté divine ! (Sourate Yusuf, 87)

17- Evaluer tout du point de vue du Coran


Le but de la vie d’un croyant est d’être un serviteur d’Allah.
Les gens ne sont pas créés pour remplir leurs désirs futiles et
leur avidité ou pour suivre leurs passions ; la seule et unique
raison de notre création est de servir Allah.
Pour atteindre cet objectif, il faut prendre le Coran comme
unique guide. Nous devons prêter notre attention à appliquer
chaque décret du Coran afin de l’observer de la meilleure
façon possible.
On voit à partir du Coran que la responsabilité des
croyants ne repose pas sur des versets décisifs, comme ceux

38
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

qui parlent des prières régulières, du jeune ou du pèlerinage,


mais aussi sur des versets qui nécessitent une interprétation.
Par exemple, dans un verset les croyants sont incités à : "Par
la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens)
au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la
meilleure façon." (Sourate an-Nahl, 125) Les croyants peu-
vent comprendre cette "sagesse et bonne exhortation" en
appliquant à la fois la logique générale et les mœurs du Coran,
et aussi leur propre sagesse et compréhension.
De nombreuses responsabilités nécessitent la sagesse et la
compréhension. Par exemple, le Coran décrit divers modèles
de communautés, et nous informe de la manière dont nous
devons traiter avec ces personnes. Ce qui leur doit être dit
est mentionné dans le Coran dans les versets commençants
par "Dis… "
Les versets qui conseillent les croyants sur la manière de se
comporter sont écrits dans le Coran, et qui nécessitent une
certaine reconnaissance de leur signification afin de pouvoir
les appliquer dans notre quotidien. A ce point, c’est la sages-
se et la compréhension des croyants qui aide.
Le Coran décrit différents types de personnes, comme les
croyants, les Chrétiens, les Juifs, les hypocrites et les païens.
Nous devons bien apprendre les versets correspondants, car
nous devons identifier ces personnes dans notre société et
agir envers elles comme le commande le Coran.
De plus, les croyants doivent réaliser que tous les gens
autour de nous appartiennent forcément à une ou plusieurs
catégories de personnes décrites dans le Coran. Tous les gens
existent pour former la société décrite dans le Coran et per-
sonne n’est créé en vain :

39
LES VALEURS MORALES DU CORAN

Ce n'est pas par jeu que Nous avons créé le ciel et la terre et ce
qui est entre eux. (Sourate al-Anbiya, 16)
Mais il n’y a pas que les gens qui nous entourent qui sont
décrits dans le Coran. En fait, tout ce que nous voyons et tout
ce qui arrive sont en réalité des reflets de ce qui est écrit dans
le Coran :
Nous leur montrerons Nos signes dans l'univers et en eux-
mêmes, jusqu'à ce qu'il leur devienne évident que c'est cela (le
Coran), la vérité. Ne suffit-il pas que ton Seigneur soit témoin de
toute-chose ? (Sourate Fussilat, 53)
L’univers entier consiste en des signes d’Allah, comme un
tableau que le peintre présente aux spectateurs, comme
chaque détail du tableau qui montre les traces du pinceau,
tout l’univers et chaque détail existent pour présenter Allah,
le Créateur de toutes choses. Plus les croyants réaliseront ce
fait, plus ils reconnaîtront Allah et obéiront assidûment à tous
ses décrets. A partir du moment où on comprend que la vie
et tous ses détails sont en fait un "signe" comme défini dans
le Coran, on établira un rapport entre tout ce qui se passe à
chaque étape de notre "vie quotidienne" et les valeurs du
Coran.
Tout arrive conformément au destin qu’Allah a déterminé
et par conséquent, tout a un but. Ce que doivent faire les
croyants est d’interpréter chaque événement à la lumière du
Coran et réagir de la manière prescrite par le Coran. Par
exemple, quand on rencontre quelque chose d’inutile et de
"vain", le croyant ne doit pas y faire attention. Mais le fait est
que cette chose inutile a déjà été créée afin que le croyant n’y
fasse pas attention. Les croyants doivent interpréter chaque

40
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

événement du point de vue du Coran. Ils doivent donc déve-


lopper leur culture et leurs caractéristiques en conformité
avec le Coran, selon ce qu’Allah décrète. Pour accomplir cela,
ils doivent abandonner tout ce qu’ils ont acquis de leur socié-
té et de leur passé d’ignorants. Ils doivent décider quoi faire
en toute circonstance en fonction de l’interprétation et de la
logique du Coran, car les mots d’Allah leur informe sur la
façon d’appréhender chaque situation. Comme il est écrit
dans le Coran, "Nous avons reçu un Livre 'expliquant
toutes choses'." (Sourate an-Nahl, 89)

18- Allah connaît les secrets de tous les


cœurs
Les incrédules se caractérisent par leur manque de sincéri-
té envers Allah, envers les autres et envers eux-mêmes.
Quand ils se comportent chaleureusement face à d’autres
gens, pour leur propre intérêt, ils peuvent facilement se sen-
tir en même temps haineux ou jaloux d’eux. En fait, leur
manque de sincérité s’applique aussi à eux-mêmes. Bien qu’ils
témoignent de la fausseté et du mal de leurs actions, ils
repoussent cette réalité au fond de leur subconscient et agis-
sent comme s’ils étaient entièrement parfaits et justes.
La base de leur manque de sincérité repose sur l’hypothèse
que personne ne saura jamais les pensées secrètes qu’ils ont
dans leur cœur. Ainsi le coupable peut agir comme s’il ne
l’était pas, en dépit de ses péchés et de ses mauvaises actions.
En réalité, dans une société ignorante, les gens ne savent vrai-
ment pas quelles sont les pensées des autres, et ils ne consi-
dèrent jamais qu’Allah connaît toutes les pensées et tous les

41
LES VALEURS MORALES DU CORAN

secrets de tous les cœurs. L’esprit subconscient est aussi


inclus dans cette connaissance, même si les gens ne savent pas
eux-mêmes ce qui s’y cache. Allah énonce ce fait dans les ver-
sets suivants :
Il sait ce qui est dans les cieux et la terre, et il sait ce que vous
cachez ainsi que ce que vous divulguez. Et Allah connaît bien le
contenu des poitrines. (Sourate at-Tagabun, 4)
Que vous cachiez votre parole ou la divulguiez, Il connaît bien le
contenu des poitrines. Ne connaît-Il pas ce qu'Il a créé alors que
c'est Lui compatissant, le Parfaitement Connaisseur. (Sourate al-
Mulk, 13-14)
Personne ne peut donc parler en dehors de la connaissance
d’Allah, car Il est Celui Qui a pleinement connaissance des
secrets des cœurs. Dans le Coran ce fait est révélé comme
suit :
Ne vois-tu pas qu’Allah sait ce qui est dans les cieux et sur la terre
? Pas de conversation secrète entre trois sans qu'Il ne soit leur
quatrième, ni entre cinq sans qu'Il n'y ne soit leur sixième, ni
moins ni plus que cela sans qu'Il ne soit avec eux, là où ils se trou -
vent. Ensuite, Il les informera, au jour de la résurrection, de ce
qu'ils faisaient, car Allah est omniscient. (Sourate al-Mujadalah, 7)
Il est donc impossible de cacher quoi que ce soit à Allah Qui
connaît toutes les actions et toutes les pensées de tous les
gens, y compris leur subconscient, qu’ils ignorent en grande
partie. Cela est souligné dans le verset suivant :
Nous avons effectivement créé l'homme et Nous savons ce que
son âme lui suggère et Nous sommes plus près de lui que sa veine
jugulaire. (Sourate Qaf, 16)
Dans ces circonstances, les croyants doivent être sincères
et modestes envers Allah. Puisque Allah a créé et connaît déjà

42
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

tous les êtres, il est inutile d’agir différemment devant Lui.


Chacun doit découvrir sincèrement toutes ses faiblesses, ses
fautes, ses mauvaises actions et ses défauts dans sa foi envers
Allah, et demander Son aide et Sa miséricorde.
Les prophètes sont les meilleurs exemples pour leur sincé-
rité envers Allah. Le Prophète Abraham (psl) prie Allah et dit:
"'Seigneur ! Montre-moi comment Tu ressuscites les
morts.' Allah dit : 'Ne crois-tu pas encore ?' 'Si ! dit
Abraham ; mais que mon cœur soit rassuré.'" (Sourate
al-Baqarah, 260) C’est ainsi que les croyants confessent leurs
faiblesses à Allah et demandent pardon uniquement à Lui. De
la même manière, quand Allah ordonne au Prophète Moïse :
"'Va voir Pharaon !', il dit 'Seigneur, j'ai tué un des
leurs et je crains qu'ils ne me tuent.'" (Sourate al-Qasas,
33) et demanda de l’aide et de la force à Allah. Cette honnê-
teté des prophètes envers Allah montre comment les
croyants doivent se comporter.
Si on n’est pas conscient de notre faiblesse et notre dépen-
dance d’Allah, on ne peut pas atteindre des caractéristiques
telles que la force, la modestie, la foi et le courage en préten-
dant seulement de les posséder, car "… l’homme a été
créé faible." (Sourate an-Nisa, 28), ainsi on comprend qu’on
est faible devant Allah. Pour ce, on doit être fidèle et dévoué
envers Allah et Lui exposer toutes nos fautes et péchés avant
de demander pardon.

19- La vie temporaire de ce monde


L’homme est placé sur terre pour un temps très court où,
il y sera testé, dirigé, puis il passera dans l’au-delà où il reste-
ra pour toujours. Les possessions et les bienfaits de ce

43
LES VALEURS MORALES DU CORAN

monde, bien que créés à l’image de leurs originaux du paradis,


possèdent en fait de nombreux défauts et faiblesses, car ils ne
sont là que pour rappeler l’au-delà à l’homme.
Cependant, les incrédules ne sont pas capables de com-
prendre ce fait, et ils agissent comme si ce monde était leur
seul objectif, mais c’est complètement trompeur puisque les
faveurs de ce monde, temporaires et défectueuses, sont bien
loin de satisfaire l’homme qui est créé pour les beautés de la
perfection éternelle. Allah décrit que le monde est un endroit
temporaire plein de tromperies :
Sachez que la vie présente n'est que jeu, amusement, vaine paru -
re, une course à l'orgueil entre vous et une rivalité dans l'acquisi -
tion des richesses et des enfants. Elle est en cela pareille à une
pluie : la végétation qui en vient émerveille les cultivateurs, puis
elle se fane et tu la vois donc jaunie ; ensuite elle devient des
débris. Et dans l'au- delà, il y a un dur châtiment, et aussi pardon
et agrément d’Allah. Et la vie présente n'est que jouissance trom -
peuse. (Sourate al-Hadid, 20)
Comme le dit Allah dans le Coran, tous les peuples igno-
rants ne vivent qu’avec quelques objectifs comme la richesse
et les enfants et la vantardise mutuelle entre eux. Dans un
autre verset, les biens et les effets de tromperie de ce monde
sont ainsi décrits :
On a enjolivé aux gens l'amour des choses qu'ils désirent :
femmes, enfants, trésors thésaurisés d'or et d'argent, chevaux
marqués, bétail et champs ; tout cela est l'objet de jouissance pour
la vie présente, alors que c'est près d’Allah qu'il y a bon retour.
Dis : "Puis-je vous apprendre quelque chose de meilleur que tout
cela ? Pour les pieux, il y a, auprès de leur Seigneur, des jardins
sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternelle -

44
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

ment, et aussi, des épouses purifiées, et l'agrément d’Allah." Et


Allah est clairvoyant sur Ses serviteurs. (Sourate al-Imran, 14-15)
La vie de ce monde est extrêmement rudimentaire et elle
manque de valeur en comparaison avec la vie éternelle de
l’au-delà. Ainsi, le mot original arabe "monde" a la connotation
d’ "endroit insuffisant, bondé et sale". Les gens considèrent
que leur vie de 60-70 ans sur terre sera une vie longue et
satisfaisante. Mais en très peu de temps la mort survient et
tout le monde se retrouve enterré dans sa tombe. En fait,
quand la mort se rapproche, on réalise que le temps pendant
lequel nous restons dans ce monde est très court. Le jour de
la résurrection, Allah questionnera les gens :
Il dira : "Combien d'années êtes-vous restés sur terre ?" Ils diront
: "Nous y avons demeuré un jour, ou une partie d'un jour.
Interroge donc ceux qui comptent." Il dira : "Vous n'y avez
demeuré que peu [de temps], si seulement vous saviez. Pensiez-
vous que Nous vous avions créés sans but, et que vous ne seriez
pas ramenés vers Nous ?" (Sourate al-Muminune, 112-115)
Renier Allah et ne pas tenir compte de l’au-delà, en pour-
suivant pendant toute sa vie les biens de ce monde, signifiera
une punition éternelle dans le feu de l’enfer. Ceux qui se
conduisent de cette manière sont décrits dans le Coran
comme "Voilà ceux qui échangent la vie présente contre la vie
future." Pour eux Allah décrète : "Et bien, leur châtiment
ne sera pas diminué. Et ils ne seront point secourus."
(Sourate al-Baqarah, 86)
Un autre verset énonce :
Ceux qui n'espèrent pas Notre rencontre, qui sont satisfaits de la
vie présente et s'y sentent en sécurité, et ceux qui sont inatten -

45
LES VALEURS MORALES DU CORAN

tifs à Nos signes, leur refuge sera le feu, pour ce qu'ils acquéraient.
(Sourate Yunus, 7-8)
Ceux qui oublient que ce monde n’est qu’un endroit tem-
poraire et qui ne font pas attention aux signes d’Allah, et qui
sont suffisamment satisfaits des jeux et amusements de cette
vie, s’assument tout seuls, et se déifient même, mériteront la
peine grave. Allah décrit la situation de ces gens :
Quant à celui qui aura dépassé les limites et aura préféré la vie
présente, alors, l'enfer sera son refuge. (Sourate an-Naziat, 37-39)

20- Le vrai propriétaire de toutes


les possessions
En général, c’est le combat pour les possessions qui mène
les peuples au chagrin et à la douleur. En fait, la vie entière des
incrédules repose sur l’avidité "d’avoir des biens". Ils se bat-
tent en permanence pour en avoir plus, faisant de cela le vrai
but de leur vie.
Cependant, cette "rivalité dans l’acquisition des
richesses et des enfants" (Sourate al-Hadid, 20) est une
tromperie totale, puisque c’est Allah qui domine toutes les
possessions sur terre. Les gens se dupent eux-mêmes en pen-
sant qu’ils possèdent vraiment quelque chose, puisqu’ils n’ont
ni créé les choses qu’ils possèdent, ni peuvent rester éternel-
lement en vie. Ils ne peuvent non plus éviter leur propre des-
truction. De plus, ils n’ont aucun rang pour "posséder" quoi
que ce soit, car ils sont "possédés" par un autre être. Cet Etre
Supérieur est "le Souverain de l’humanité" (Sourate an-
Nas, 2) Qui est Allah. Le Coran nous informe que l’univers

46
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

entier appartient à Allah : "A Lui appartient ce qui est


dans les cieux, sur la terre, ce qui est entre eux et ce
qui est sous le sol humide." (Sourate Ta-Ha, 6) Un autre
verset étend cela à Allah, Qui pardonne et punit : "Ne sais-
tu pas qu'Allah appartient la royauté des cieux et de
la terre ? Il châtie qui Il veut et pardonne à qui Il veut.
Et Allah est omnipotent." (Sourate al-Maidah, 40)
Allah a donné toutes les possessions aux gens comme
"confiance" temporaire en ce monde. Cette confiance durera
pendant un certain temps et quand le jour du jugement arrive-
ra, tout le monde aura des comptes à rendre pour sa conduite.
Lors de ce jour du jugement, chacun sera questionné sur
l’utilisation de la "confiance" qui lui a été donnée. Ceux qui
considèrent qu’ils sont propriétaires plutôt que fiduciaires, et
qui se révoltent contre les prophètes en disant : "Est-ce que
ta prière te demande de nous faire abandonner ce
qu'adoraient nos ancêtres, ou de ne plus faire de nos
biens ce que nous voulons ? " (Sourate Hud, 87), méritent
une punition sévère. Allah décrit ce qui leur arrivera :
Que ceux qui gardent avec avarice ce qu’Allah leur donne par Sa
grâce ne comptent point cela comme bon pour eux. Au contraire,
c'est mauvais pour eux : au jour de la résurrection, on leur atta-
chera autour du cou de qu'ils ont gardé avec avarice. C'est Allah
Qui a l'héritage des cieux et de la terre. Et Allah est parfaitement
connaisseur de ce que vous faites. (Sourate Al-Imran, 180)
Tous les biens donnés à l’homme par Allah, par Sa grâce,
doivent être dépensés sans "rétention cupide". Au lieu d’es-
sayer de posséder et de préserver ces possessions, on doit les
dépenser de la manière dont Allah nous l’ordonne. Cela signi-

47
LES VALEURS MORALES DU CORAN

fie que le croyant utilisera la quantité adéquate pour sa main-


tenance et dépensera ensuite "l’excédent de ses biens".
(Sourate al-Baqarah, 219)
S’il n’agit pas en conséquence et essaye de "garder" toute sa
fortune et se prend pour le, propriétaire, la punition pour ce
genre de comportement est très sévère, comme expliqué
dans le Coran :
... A ceux qui thésaurisent l'or et l'argent et ne les dépensent pas
dans le sentier d’Allah, annonce un châtiment douloureux, le jour
où ces trésors seront portés à l'incandescence dans le feu de l'en -
fer et qu'ils en seront cautérisés, front, flancs et dos : voici ce que
vous avez thésaurisé pour vous-mêmes. Goûtez de ce que vous
thésaurisiez. (Sourate at-Tawbah, 34-35)
En Islam, il y a le concept d’"économie", mais pas "d’entas-
sement des possessions". Les croyants ne font pas confiance
aux choses matérielles qu’ils gardent ou accumulent pour "les
mauvais jours", mais seulement en Allah. Et comme récom-
pense Allah augmente leur fortune. Allah leur donne plus
qu’ils ne dépensent dans Son chemin, et augmente leurs bien-
faits. Allah l’énoncé comme suit dans un verset :
Ceux qui dépensent leurs biens dans le sentier d’Allah ressem -
blent à un grain d'où naissent sept épis, à cent grains l'épi. Car
Allah multiplie la récompense à qui Il veut et la grâce d’Allah est
immense, et Il est Omniscient. (Sourate al-Baqarah, 261)
Au contraire, la situation de celui qui ne dépense pas dans
le chemin d’Allah est celle de quelqu’un "qui amasse une
fortune et la compte, pensant que sa fortune l'im-
mortalisera. Mais non ! Il sera certes, jeté dans la
hutamah. Et qui te dira ce qu'est la hutamah ? Le feu
attisé d’Allah." (Sourate al-Humaza, 2-6)

48
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

21- Etre reconnaissant envers Allah


Allah a créé toute chose avec une certaine intention ; tout
comme Ses bienfaits. Chacun de ces bienfaits – notre vie,
notre foi, notre nourriture, notre santé, nos yeux et nos
oreilles – est un don pour l’humanité qui doit être reconnais-
sante envers Allah.
Quand on laisse l’insouciance et l’ignorance derrière nous,
et commençons à penser et voir avec raisonnement, on réa-
lise que tout ce qui nous entoure est en réalité une faveur
accordée par notre Créateur, Allah. La nourriture que nous
mangeons, l’air que nous respirons, toutes les beautés qui
nous entourent, et en particulier nos yeux qui nous laissent
voir toutes ces choses – tout est un bienfait venant d’Allah.
Ces bienfaits sont tellement nombreux que le Coran dit : "Et
si vous comptez les bienfaits d’Allah, vous ne saurez
pas les dénombrer. Car Allah est pardonneur, et
miséricordieux." (Sourate an-Nahl, 18)
Sans aucun doute, tous ces bienfaits sont donnés pour une
bonne raison. Rien n’est créé simplement pour l’utiliser
comme souhaité. Au contraire, la raison pour toutes ces
faveurs – peu importe ce que c’est – est d’instruire l’humani-
té envers Allah ; car tout ce qui est donné nécessite la grati-
tude en retour. Allah est Celui Qui donne en permanence
tous ces bienfaits ; nous ne devons donc montrer notre gra-
titude qu’envers Lui.
La reconnaissance est à la fois une grande prière et un
moyen de nous protéger contre "les transgressions". Sans
cela, les gens ont un attrait envers la dépravation et le mal,
oubliant leurs faiblesses et deviennent arrogants, et le sont

49
LES VALEURS MORALES DU CORAN

plus quand ils s’enrichissent et deviennent plus puissants.


Montrer notre gratitude envers Allah nous sauvegarde d’une
telle "dépravation". Ceux qui montrent leur reconnaissance
envers Allah le font en sachant que tout ce qu'ils obtiennent
est donné par Allah, à Qui ils appartiendront toujours. Ils
savent qu'ils sont responsables d'utiliser ces bienfaits de la
manière qu’Allah veut. C'était sur cette gratitude envers Allah
que la modestie et la maturité des prophètes reposaient,
comme David ou Salomon à qui de grandes richesses, états et
souveraineté furent donnés. Qarun, qui ingrat envers Allah, a
été dépravé à causes de ses possessions.
Si un croyant démontre qu'il ne deviendra pas arrogant et
impertinent avec les bienfaits et les richesses qu'il reçoit, Allah
lui donnera bien plus.
… Si vous êtes reconnaissants, très certainement J'augmenterai
[Mes bienfaits] pour vous. Mais si vous êtes ingrats, Mon châti -
ment sera terrible. (Sourate Ibrahim, 7)
La gratitude ne doit pas se montrer seulement avec des
mots, mais en utilisant chaque faveur de manière approuvée
par Allah. Les croyants sont responsables d'utiliser toutes les
choses qu'ils ont reçues selon la voie d’Allah. Tout d'abord,
tous les croyants devraient commencer à utiliser tout ce qu'ils
possèdent, et avant tout le corps qu’Allah leur a doté, pour
lutter pour Sa cause. Allah nous informe également que nous
devons montrer notre gratitude envers Lui, en proclamant
tous Ses bienfaits, c'est-à-dire en communiquant Son "messa-
ge" :
Ton Seigneur t'accordera certes [Ses faveurs], et alors tu seras
satisfait. Ne t'a-t-Il pas trouvé orphelin ? Alors Il t'a accueilli ! Ne
t'a-t-Il pas trouvé égaré ? Alors Il t'a guidé. Ne t'a-t-Il pas trouvé

50
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

pauvre ? Alors Il t'a enrichi. Quant à l'orphelin, donc, ne le mal -


traite pas. Quant au demandeur, ne le repousse pas. Et quant au
bienfait de ton Seigneur, proclame-le. (Sourate ad-Duha, 5-11)

22- Notre test continu


Comme énoncé au début, rien sur terre n'est créé en vain,
mais plutôt avec sagesse. Comprendre ce fait dépend même de
la sagesse des gens. Celui dont la foi, la sagesse et la prudence
augmentent, arrivera à mieux comprendre ce raisonnement.
Une des règles les plus importantes est que nous sommes
testés tout au long de notre vie. Allah teste notre sincérité et
notre foi à différentes occasions. Il peut donner des faveurs
pour tester si nous Lui sommes reconnaissants ou non :
Toute âme doit goûter la mort. Nous vous éprouverons par le
mal et par le bien à titre de tentation. Et c'est à Nous que vous
serez ramenés. (Sourate al-Anbiya, 35)
Nous sommes testés de différentes manières. Ceci est
expliqué dans le Coran dans le verset ci-dessous :
Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur,
de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et
fais la bonne annonce aux endurants. (Sourate al-Baqarah,155)
Nos vies ont été planifiées avec le test de notre être. Tout
d'abord, nous sommes testés dans nos êtres physiques. Allah
énonce que "En effet, Nous avons créé l'homme d'une
goutte de sperme mélangé [aux composantes
diverses] pour le mettre à l'épreuve. C'est pourquoi
Nous l'avons fait entendant et voyant." (Sourate al-Insan,
2) Par conséquent, tout ce que nous entendons et voyons fait
en réalité partie du test. Quelle que soit la situation, nous

51
LES VALEURS MORALES DU CORAN

serons testés pour voir si nous nous comportons conformé-


ment avec le Coran ou avec nos propres désirs inutiles.
Allah teste la fermeté des croyants avec différentes difficul-
tés. Une d'elles, qui est la plus importante, est l'oppression des
incrédules sur les croyants. Tous ces méfaits, comme les
attaques verbales, la moquerie, l'oppression physique et même
la torture et les tentatives d'assassinats, sont seulement un
moyen d'éprouver les croyants. Dans un des versets, Allah dit:
Certes vous serez éprouvés dans vos biens et vos personnes ; et
certes vous entendrez de la part de ceux à qui le Livre a été
donné avant vous, et de la part des associateurs, beaucoup de
propos désagréables. Mais si vous êtes endurants et pieux... voilà
bien la meilleure résolution à prendre. (Sourate al-Imran, 186)
Ce qu’il faut absolument comprendre est que toutes ces
privations et mésaventures sont créées par Allah en tant que
test. Quelqu'un qui ne comprend pas cela deviendra très
superficiel. Allah cite une histoire pertinente de certains juifs:
Et interroges-les au sujet de la cité qui donnait sur la mer, lors-
qu'on y transgressait le sabbat ! Que leurs poissons venaient à eux
faisant surface, au jour de leur sabbat, et ne venaient pas à eux le
jour où ce n'était pas sabbat ! Ainsi les éprouvions-Nous pour la
perversité qu'ils commettaient. (Sourate al-A’raf, 163)
Seul l'individu qui possède une certaine sagesse peut réali-
ser qu'il est en train d'être testé, et peut réussir ces tests en
utilisant encore sa sagesse. Un croyant ne devrait donc jamais
oublier qu'il est testé tout au long de sa vie. Ces tests ne peu-
vent être réussis ni on peut atteindre le paradis en disant seu-
lement 'Je crois'.
Est-ce que les gens pensent qu'on les laissera dire : "Nous croyons
!" sans les éprouver ? Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont

52
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

vécu avant eux ; [Ainsi] Allah connaît ceux qui disent la vérité et
ceux qui mentent. (Sourate al-Ankabut, 2-3)
Et dans un autre verset Allah dit :
Comptez-vous entrer au paradis sans qu’Allah ne distingue parmi
vous ceux qui luttent et qui sont endurants ? (Sourate al-Imran,
142)

23- Allah ne place pas de fardeau qu’on ne


peut supporter
Une partie importante de la communauté affirme qu'il leur
est difficile de pratiquer la religion, et que c'est la seule raison
qui les pousse à ne pas suivre ses principes. De cette maniè-
re ils s'attendent à diminuer leur culpabilité. Mais ils ne trom-
pent personne à part eux-mêmes.
Allah ne charge pas quelqu'un au-delà des limites de sa force.
Comme le dit le Coran : "Allah n'impose à aucune âme une char -
ge supérieure à sa capacité. Elle sera récompensée du bien qu'el -
le aura fait, punie du mal qu'elle aura fait." (Sourate al-Baqarah,
286)
Un autre verset affirme que la religion qu’Allah a choisie
pour nous est aussi facile que la religion d'Abraham :
Et luttez pour Allah avec tout l'effort qu'Il mérite. C'est Lui Qui vous
a élus ; et Il ne vous a imposé aucune gêne dans la religion, celle de
votre père Abraham, lequel vous a déjà nommés "Musulmans" avant
(ce Livre) et dans ce (Livre), afin que le Messager soit témoin contre
vous, et que vous soyez vous-mêmes témoins contre les gens.
Accomplissez donc la salat, acquittez la zakat et attachez-vous for-
tement à Allah. C'est Lui votre Maître. Et quel excellent Maître ! Et
quel excellent soutien ! (Sourate al-Hajj, 78)
Quand c'est le cas, il est trompeur qu'une personne affirme

53
LES VALEURS MORALES DU CORAN

qu'il est difficile de pratiquer la religion et à cette raison pour


expliquer ce manque à ses engagements. Elle se trompe elle-
même avec une telle explication.

24- Pas d'amour pour les incrédules


Afin de vivre avec la moralité du Coran, on doit complète-
ment renoncer à la culture et aux valeurs morales de la socié-
té ignorante. Une des premières choses auxquelles il faut
renoncer est la compréhension de l'amour dans une société
profane.
Dans une société profane, toutes les relations et l'amour
sont basés sur des intérêts égoïstes. Une personne ne se met
avec une autre que s'il y a un profit à tirer d’elle ou si l'autre
prend soin d'elle ou au moins est bien traitée. Une autre
mesure concerne les liens familiaux. Les gens aiment les
autres juste parce qu'ils sont de la même famille ; de la même
dynastie, de la même société, ou parfois de la même nation.
Cependant, ces critères ne sont pas ceux des croyants. Car
les croyants aiment Allah plus que toute autre chose ou quel-
qu'un d'autre.
Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors d’Allah, des
égaux à Lui, en les aimant comme on aime Allah. Or les croyants
sont les plus ardents en l'amour d’Allah. (Sourate al-Baqarah, 165)
Les croyants, respectant Allah plus qu’autre chose, aiment
ceux qui aiment Allah, et n'aiment pas ceux qui Lui désobéis-
sent. Il n’y a aucun changement dans leur comportement,
quand ceux sujets à approbation ou désapprobation soient
proches ou loin d'eux. Ce point est expliqué dans le Coran :
Tu n'en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au

54
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s'opposent à Allah
et à Son Messager, fussent-ils leur pères, leur fils, leurs frères ou
les gens de leur tribu. Il a prescrit la foi dans leurs cœurs et Il les
a aidés de Son secours. Il les fera entrer dans des jardins sous les-
quels coulent les ruisseaux, où ils demeureront éternellement.
Allah les agrée et ils L'agréent. Ceux- là sont le parti d’Allah. Le
parti d’Allah est celui de ceux qui réussissent. (Sourate al-
Mujadalah, 22)
Avoir ne serait-ce qu'un peu d'amour pour les incrédules ne
sera jamais une attitude appropriée pour un croyant. Les
croyants sont sérieusement mis en garde dans le Coran :
O vous qui avez cru ! Ne prenez pas pour alliés Mon ennemi et
le vôtre, leur offrant l'amitié, alors qu'ils ont nié ce qui vous est
parvenu de la vérité. Ils expulsent le Messager et vous-mêmes
parce que vous croyez en Allah, votre Seigneur. Si vous êtes sor -
tis pour lutter dans Mon chemin et pour rechercher Mon agré -
ment, leur témoignerez-vous secrètement de l'amitié, alors que Je
connais parfaitement ce que vous cachez et ce que vous divulguez
? Et quiconque d'entre vous le fait s'égare de la droiture du sen -
tier. (Sourate al-Mumtahanah, 1)
Le comportement du Prophète Abraham et de ceux qui
l'ont suivi est un excellent exemple pour tous les croyants :
Certes, vous avez eu un bel exemple [à suivre] en Abraham et en
ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple : "Nous
vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d’Allah.
Nous vous renions. Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont
à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul."
(Sourate al-Mumtahanah, 4)

25- Rien ne doit être plus cher qu’Allah,

55
LES VALEURS MORALES DU CORAN

Son messager et la lutte pour Sa cause


La seule obligation d'un croyant est de servir Allah. La seule
et unique raison de notre existence est d'être Ses serviteurs.
Une vie basée sur n'importe quel autre raisonnement signifie
la dénégation de la religion et l'adoration d'idoles en plus
d’Allah, ce qui mènera en fin de compte à l'enfer.
En d'autres mots, la vie n'est qu'un outil pour un croyant. Il
considère chaque moment de sa vie comme un moyen de
s'approcher d’Allah et de servir Sa cause. Si cet outil se trans-
forme en but – ce qui est vrai pour les incrédules – il se trou-
vera bientôt en grand danger.
Les croyants ne vivent que pour servir Allah, et pour cela ils
ont abandonné le monde. Allah explique cela comme suit :
Certes, Allah a acheté les croyants, leurs personnes et leurs biens
en échange du paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah : ils
tuent, et ils se font tuer. C'est une promesse authentique qu'Il a
prise sur Lui-même dans la Thora, l'Evangile et le Coran. Et qui est
plus fidèle qu’Allah à son engagement ? Réjouissez-vous donc de
l'échange que vous avez fait : Et c'est là le très grand succès.
(Sourate at-Tawbah, 111)
Les croyants ont donné leurs vies et leurs biens à Allah et
n'ont plus aucun titre. Leurs vies sont menées selon ce
qu’Allah ordonne. Si Allah leur offre un bienfait, ils Lui sont
reconnaissants, et quand Il leur ordonne de se battre pour Sa
cause, ils n’hésitent pas à le faire, même s'ils savent qu'ils cou-
rent à leur mort.
De tels croyants ne se dérobent à aucune forme de sacrifi-
ce de soi et rien sur terre ne peut les empêcher de se battre
pour la cause d’Allah. Ils sont capables de laisser derrière eux

56
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

tous les merveilleux bienfaits d’Allah et peuvent abandonner


leur vie sans aucune hésitation. Au contraire, le comporte-
ment opposé est le signe qu'ils n'ont pas donné leurs biens et
leur vie à Allah. Un tel manque dans leur foi sera inscrit
contre eux dans la vie à venir.
Dis : "Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos épouses, vos clans,
les biens que vous gagnez, le négoce dont vous craignez le déclin
et les demeures qui vous sont agréables, vous sont plus chers
qu’Allah, Son messager et la lutte dans le sentier d’Allah, alors
attendez qu’Allah fasse venir Son ordre. Et Allah ne guide pas les
gens pervers." (Sourate at-Tawbah, 24)
Cette foi était si forte parmi les compagnons du Prophète
Mohammed (pbsl) qu'ils n'ont jamais refusé de se battre, et
que certains d'entre eux pleuraient quand ils n'avaient pas
l'opportunité de se battre aux côtés de Mohammed. Dans le
verset ci-dessous, Allah explique la différence entre le sincè-
re et l'hésitant :
Nul grief sur les faibles, ni sur les malades, ni sur ceux qui ne trou -
vent pas de quoi dépenser (pour la cause d’Allah), s'ils sont sin -
cères envers Allah et Son messager. Pas de reproche contre les
bienfaiteurs. Allah est pardonneur et miséricordieux. (Pas de
reproche) non plus à ceux qui vinrent te trouver pour que tu leur
fournisses une monture et à qui tu dis : "Je ne trouve pas de mon -
ture pour vous." Ils retournèrent les yeux débordant de larmes,
tristes de ne pas trouver de quoi dépenser. Il n'y a de voie (de
reproche à), vraiment, que contre ceux qui demandent d'être dis -
pensés, alors qu'ils sont riches. Il leur plaît de demeurer avec
celles qui sont restées à l'arrière. Et Allah a scellé leurs cœurs et
ils ne savent pas. (Sourate at-Tawbah, 91-93)
26- Ne pas s'affaiblir, pas de chagrin, ni de

57
LES VALEURS MORALES DU CORAN

désespoir
Les croyants poursuivent une difficile et longue lutte dans le
chemin d’Allah. Leur chemin peut être assailli par les ennemis,
plus nombreux et mieux équipés. Cependant, aussi longtemps
qu'ils suivent le sentier d’Allah, les croyants surmontent inévi-
tablement leurs ennemis.
Une des raisons de leur victoire est que, en tant que
croyants, ils mènent ce combat avec excitation et grand
enthousiasme, chose que les incrédules sont incapables de
faire, étant dévoués à cette vie, ils sont infidèles envers Allah.
Ils ont des peurs et des faiblesses, et abandonnent immédia-
tement quand ils sont confrontés à des difficultés. Au contrai-
re, les croyants ne s'affaiblissent jamais puisqu'ils savent
qu’Allah est toujours avec eux et qu'ils seront ceux qui réus-
sissent. Cela est décrit dans le verset Coranique suivant :
Combien de prophètes ont combattu, en compagnie de beaucoup
de disciples, ceux-ci ne fléchirent pas à cause de ce qui les attei -
gnit dans le sentier d’Allah. Ils ne faiblirent pas et ils ne cédèrent
point. Et Allah aime les endurants. (Sourate al-Imran, 146)
Cependant, les croyants doivent prier pour cet enthousias-
me et cette excitation, car il est facile de devenir la proie de
la lâcheté –chose pour laquelle satan se bat fortement. Lors
d'un moment de crise, les hypocrites dirent aux compagnons
du Prophète Mohammed :
"Gens de Yatrib (Médine) ! Ne demeurez pas ici.
Retournez chez vous." (Sourate al-Ahzab, 13), essayant ainsi
de créer un sentiment de désespoir et de provoquer une défai-
te. Mais les croyants sont avertis dans le Coran de tous ces fac-
teurs d'hésitation : "Sois donc patient, car la promesse

58
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

d’Allah est vérité. Et que ceux qui ne croient pas fer-


mement ne t'ébranlent pas !" (Sourate ar-Room, 60)
Le croyant n'est responsable que de lui-même, il ne doit pas
être affecté par les faiblesses des autres ni même s’effrayer
par la force de ses ennemis. La vie entière des croyants est
consacrée à Allah et ils prieront Son plaisir jusqu'à la fin de
leur vie. Dans un verset, il est décrété :
Ne vous laissez pas battre, ne vous affligez pas alors que vous
ê t e s l e s s u p é r i e u r s , s i v o u s ê t e s de v r a i s c r o y a n t s . ( S o u r a t e A l -
Imran, 139)
Ne faiblissez pas dans la poursuite du peuple ennemi. Si vous souf -
frez, lui aussi souffre comme vous souffrez, tandis que vous espé -
rez d’Allah ce qu'il n'espère pas. Allah est omniscient et sage.
(Sourate an-Nisa, 104)

27- Etre modeste dans sa prière


La prière est très importante puisque c'est l'expression
visible d’un musulman. Cependant, Allah exprime la désap-
probation d'une prière offerte sans sincérité :
Malheur donc, à ceux qui prient tout en négligeant (et retardant)
leur salat, qui sont plein d'ostentation. (Sourate al-Maun, 4-6)
Cela signifie que ce qui rend convenable nos prières quoti-
diennes ne sont pas les mouvements, par exemple l'inclina-
tion, la prosternation etc. ; mais leur but et le type de pen-
sée qui leur est donné. Certaines personnes ne prient que
pour montrer aux autres qu'ils sont "Musulmans", mais au
lieu de progresser vers Allah, ils commettent une grande
transgression.
Ce qui donne à nos prières leur rectitude est notre

59
LES VALEURS MORALES DU CORAN

conscience que nous sommes en train de nous prosterner


devant Allah seul afin d'exprimer notre dévotion pour Lui.
C'est pourquoi Allah ordonne aux croyants de "se tenir
debout devant Allah, avec humilité." (Sourate al-
Baqarah, 238)
Un autre verset décrit les croyants comme "Ceux qui sont
humbles dans leur prière." (Sourate al-Muminune, 2) La solen-
nité dans ce verset signifie éprouver de la crainte et un res-
pect profond en ayant le cœur rempli de respect. Une telle
prière augmente la foi et le rapprochement vers Allah. Cela
permet à l'homme de rester ferme. Les prières régulières
sont décrites dans un autre verset :
Récite ce qui t'est révélé du Livre et accomplis la salat. En vérité
la salat préserve de la turpitude et du blâmable. Le rappel d’Allah
est certes ce qu'il y a de plus grand. Et Allah sait ce que vous faites.
(Sourate al-Ankabut, 45)

28- Célébrer les louanges d’Allah


Tous les thèmes de la foi que nous avons mentionnés jus-
qu'à maintenant nécessitent un dévouement complet envers
Allah, de vivre et de se battre pour Lui. Ce dévouement ne
peut être atteint qu’en étant très proche d’Allah, et la voie
vers cela est de "se rappeler et se tourner vers Allah". Les
croyants doivent se rappeler leur Créateur, en permanence,
Le louer et se tourner vers Lui en se repentant comme
ordonné dans le Coran : "O vous qui croyez ! Evoquez
Allah d'une façon abondante et glorifiez-Le à la poin-
te et au déclin du jour." (Sourate al-Ahzab, 41-42)

60
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

C'est ce qui fera du croyant "un compagnon d’Allah" tout


comme le Prophète Abraham.
En conséquence, les croyants doivent être reconnaissants
envers Allah pour les faveurs qui leur sont données, et
demander le repentir d’Allah pour leurs mauvaises actions.
De plus, ils doivent appeler Allah pour tout ce dont ils ont
besoin et Le louer aussi souvent que possible.
Et invoque ton Seigneur en toi-même, en humilité et crainte, à mi-
voix, le matin et le soir, et ne sois pas du nombre des insouciants.
(Sourate al-A’raf, 205)
Cela est exprimé ainsi dans un autre verset : "... Le rappel
d’Allah est certes ce qu'il y a de plus grand..." (Sourate
al-Ankabut, 45) Sans rappel d’Allah, toutes les prières per-
draient leur valeur. Si ces prières ne sont pas accomplies en
se rappelant Allah et en recherchant Son plaisir, alors elles
peuvent se transformer en actions non rétribuées. Quand
Allah nous informe des attributs des prophètes, Il souligne
comment ils se tournaient vers Lui. Dans le 30ème verset de
la sourate Sad, Allah dit, "Et à David Nous fîmes don de
Salomon, - quel bon serviteur ! - Il était plein de
repentir.", du Prophète Job Allah dit : "Nous l'avons trou-
vé vraiment endurant. Quel bon serviteur ! Sans cesse
il se repentait." (Sourate Sad, 44)

29- Se rappeler Allah dans l'adversité


Le but de la vie pour un croyant est d'adorer Allah. Un des
moyens les plus significatifs d'adoration est effectué en com-
muniquant le message d’Allah aux gens de toute part, et en se
battant contre les compagnons de satan. Ce combat est sou-

61
LES VALEURS MORALES DU CORAN

vent très grave et dur car la plupart du temps "les compa-


gnons de satan" sont mieux équipés.
Les croyants ne sont pas affectés par cela, car ils sont
conscients du véritable fonctionnement du monde. Et cette
réalité leur dit que la victoire n'a rien à voir avec la supériori-
té en nombre ou en force, mais avec l'ordre et la volonté
d’Allah. En fait, la vraie religion a à son crédit de nombreuses
victoires de la foi : "Combien de fois une troupe peu
nombreuse a, par la grâce d’Allah, vaincue une trou-
pe très nombreuse ! Et Allah est avec les endurants."
(Sourate al-Baqarah, 249) La foi sincère mène à la victoire.
Cette vérité mystérieuse, qui ne peut pas être comprise par
les incrédules, est expliquée dans le verset ci-dessous :
O vous qui croyez ! Lorsque vous rencontrez une troupe (enne -
mie), soyez fermes, et invoquez beaucoup Allah afin de réussir.
(Sourate al-Anfal, 45)

30- Réciter les révélations d’Allah


Comme Allah dit dans le 7ème verset de la sourate al-
Muzzammil, les croyants ont beaucoup d’occupation dans leur
vie quotidienne. Assurément, ces occupations sont pour le
bénéfice de la religion même si les croyants doivent les faire
dans des environnements irréligieux, devenant impliqués dans
les sociétés profanes.
Même en étant occupés avec les affaires de ce monde, les
croyants gardent leur foi en Allah et ne perdent jamais de vue
au sens spirituel.
Des hommes que ni le négoce, ni le troc ne distraient de l'invo -
cation d’Allah, de l'accomplissement de la salat et de l'acquitte -
ment de la zakat, et qui redoutent un jour où les cœurs seront

62
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

bouleversés ainsi que les regards. (Sourate an-Nur, 37)


L’aspect de cette vertu est de garder les révélations d’Allah
à l'esprit. Dans le Coran, cet exercice important est souligné
dans le verset suivant : "Et gardez dans vos mémoires ce
qui, dans vos foyers, est récité des versets d’Allah et
de la sagesse. Allah est doux et parfaitement connais-
seur." (Sourate al-Ahzab, 34) Si les croyants gardent les ver-
sets du Coran à l'esprit, ils analyseront correctement les
manifestations de la vie quotidienne et se sentiront ainsi plus
proches d’Allah.

31- Eviter les conversations profanes


Les croyants ne s'intéressent pas aux conversations pro-
fanes et inutiles. Ils ne trouvent aucune satisfaction dans de
telles choses et pour eux ils sont sans valeur. Ils s'impliquent
dans les affaires de ce monde seulement si un bénéfice en est
retiré pour la cause d’Allah. Pour ce les croyants sont décrits
dans le Coran comme étant ceux "qui se détournent des
futilités". (Sourate al-Muminune, 3)
Le verset ci-dessus rappelle que lorsqu'un croyant ren-
contre une conversation ou un événement profanes, il doit
s'en détourner et faire autre chose utile pour la cause divine.
C'est le comportement qui plaît à Allah. Afin d'accomplir cela,
les croyants devraient toujours être prudents, et savoir ce
qu'ils font. Il n'est pas approprié pour un croyant de discuter
avec des gens ignorants et superficiels, sauf si un gain peut en
découler pour la cause. Allah explique la manière idéale :
Et quand ils entendent des futilités, ils s'en détournent et disent :
"A nous nos actions, et à vous les vôtres. Paix sur vous. Nous ne
recherchons pas les ignorants." (Sourate al-Qasas, 55)

63
LES VALEURS MORALES DU CORAN

Ceux qui ne donnent pas de faux témoignages ; et qui, lorsqu'ils


passent auprès d'une frivolité, s'en écartent noblement. (Sourate
al-Furqan, 72)
Un croyant devra travailler sans arrêt. Comme ce verset
l'explique : "Quand tu te libères, donc, lève-toi, et à ton
Seigneur aspire." (Sourate al-Inshirah, 7-8)

32- Etre modéré


Pour être modéré, il faut se comporter selon le Coran :
c'est-à-dire, faire ce qui est permis et éviter ce qui est inter-
dit, ce qui nécessite une vision équilibrée. Quand les croyants
sont impliqués avec les sociétés profanes, ils ne devraient
jamais agir comme le font leurs membres. Les croyants
devraient toujours obéir à ce qui a été décrété par le Coran,
en restant tempérés dans leur approche.
Cependant, ils doivent agir ainsi quel que soit leur entoura-
ge. Dans certaines situations, une attention spéciale doit être
prêtée à la bienséance :
O vous qui avez cru ! N'élevez pas vos voix au-dessus de la voix
du Prophète, et ne haussez pas le ton en lui parlant, comme vous
le haussez les uns avec les autres, sinon vos œuvres devien -
draient vaines sans que vous vous en rendiez compte. (Sourate
al-Hujurat, 2)
De plus, le risque de se comporter de manière immodérée
peut même survenir quand on fait quelque chose de légitime.
Car toutes les manières ne conviennent pas à toutes les situa-
tions. Une manière de se comporter ou de parler peut
quelque fois être "inappropriée" ou "déplacée" bien qu'elle ne
soit pas interdite. C'est pourquoi le croyant doit éviter d'être
caustique ou indulgent d'un extrême ou de l'autre. Il doit

64
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

essayer de développer sa personnalité afin de ne pas être ner-


veux ou très excité, et ne doit jamais se mettre en colère ou
se conduire mal. Allah exprime la désapprobation de la
conduite qui n'est pas marquée par la modération :
Nul malheur n'atteint la terre ni vos personnes, qui ne soit enre -
gistré dans un Livre avant que Nous ne l'ayons créé ; et cela est
certes facile à Allah, afin que vous ne vous tourmentiez pas au
sujet de ce qui vous a échappé, ni n'exultiez pour ce qu'Il vous a
donné. Et Allah n'aime point tout présomptueux plein de glorio -
le. (Sourate al-Hadid, 22-23)

33- Les anges sont témoins


Les gens pensent qu'ils sont "tout seuls" si personne ne les
voit. Mais ce n'est pas vrai, car Allah est toujours avec nous,
voit et entend tout ce que nous faisons. De plus, il existe éga-
lement des témoins invisibles à côté de nous qui ne nous quit-
tent jamais. Ce sont les anges assignés pour être nos gardiens,
qui enregistrent tout ce que nous faisons. Allah nous informe
à propos de ce mystère :
Nous avons effectivement créé l'homme et Nous savons ce que
son âme lui suggère et Nous sommes plus près de lui que sa veine
jugulaire, quand les deux recueillants, assis à droite et à gauche,
recueillent. (Sourate Qaf, 16-18)
Ce que recueillent ces anges sera révélé le jour du juge-
ment, quand les gens seront interrogés sur leurs actions sur
terre. Allah explique ce qui arrivera ce jour-là :
Celui qui recevra son livre en sa main droite, sera soumis à un
jugement facile, et retournera réjoui auprès de sa famille. Quant à
celui qui recevra son livre derrière son dos, il invoquera la des-
truction sur lui-même, et il brûlera dans un feu ardent. Car il était

65
LES VALEURS MORALES DU CORAN

tout joyeux parmi les siens, et il pensait que jamais il ne ressusci-


terait. Mais si ! Certes, son Seigneur l'observait parfaitement.
(Sourate al-Inshiqaq, 7-15)

34- Ecrire des transactions


Les gens, par nature, oublient. C'est pourquoi Allah ordon-
ne aux croyants d’écrire leurs transactions, en présence de
témoins :
O les croyants ! Quand vous contractez une dette à échéance
déterminée, mettez-la en écrit ; et qu'un scribe l'écrive, entre
vous, en toute justice ; un scribe n'a pas à refuser d'écrire selon
ce qu’Allah lui a enseigné ; qu'il écrive donc, et que dicte le débi -
teur : qu'il craigne Allah son Seigneur, et se garde d'en rien dimi -
nuer. Si le débiteur est gaspilleur ou faible, ou incapable de dicter
lui-même, que son représentant dicte alors en toute justice.
Faites-en témoigner par deux témoins d'entre vos hommes ; et à
défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d'entre ceux
que vous agréez comme témoins, en sorte que si l'une d'elles
s'égare, l'autre puisse lui rappeler. Et que les témoins ne refusent
pas quand ils sont appelés. Ne vous lassez pas d'écrire la dette,
ainsi que son terme, qu'elle soit petite ou grande : c'est plus équi -
table auprès d’Allah, et plus droit pour le témoignage, et plus sus -
ceptible d'écarter les doutes. Mais s'il s'agit d'une marchandise
présente que vous négociez entre vous : dans ce cas, il n'y a pas
de péché à ne pas l'écrire. Mais prenez des témoins lorsque vous
faites une transaction entre vous ; et qu'on ne fasse aucun tort à
aucun scribe ni à aucun témoin. Si vous le faisiez, cela serait une
perversité en vous. Et craignez Allah. Alors Allah vous enseigne et
Allah est omniscient. " (Sourate al-Baqarah, 282)
Dans un autre verset, il est énoncé qu'il vaut mieux de

66
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

remettre la dette :
A celui qui est dans la gêne, accordez un sursis jusqu'à ce qu'il soit
dans l'aisance. Mais il est mieux pour vous de faire remise de la
dette par charité ! Si vous saviez ! (Sourate al-Baqarah, 280)

35- Dire quelque chose qu’on n’applique


pas par la suite
Les croyants sont obligés de tenir leurs promesses, comme
il est décrété dans le Coran :
Et remplissez l'engagement, car on sera interrogé au sujet des
engagements. (Sourate al-Isra, 34)
Etre digne de foi est une des premières caractéristiques des
croyants. Tous les messagers ont prouvé leur justesse envers
leurs peuples et sont connus pour leur loyauté et leur hon-
nêteté. Accomplir chaque engagement est une partie signifi-
cative de cette loyauté.
Les croyants doivent tenir leurs promesses, et ne doivent
pas s’engager dans des actes qui seront incapables d’accomplir
par la suite. Cette situation est expliquée dans le Coran
comme suit :
O vous qui avez cru ! Pourquoi dites-vous ce que vous ne faites
pas ? C'est une grande abomination auprès d’Allah que de dire ce
que vous ne faites pas. (Sourate as-Saff, 2-3)

36- Pas de dispute entre les croyants


Un des secrets du succès des croyants est la fraternité cha-
leureuse et la solidarité qui existe entre eux. Allah souligne
l'importance de cette unité : "Allah aime ceux qui com-
battent dans Son chemin en rang serré pareils à un

67
LES VALEURS MORALES DU CORAN

édifice renforcé." (Sourate as-Saff, 4)


N'importe quelle déclaration ou comportement qui peuvent
endommager cette fraternité est un acte contre la religion.
Allah prévient les croyants contre cette menace dans le
Coran :
Et obéissez à Allah et à Son messager ; et ne vous disputez pas,
sinon vous fléchirez et perdrez votre force. Et soyez endurants,
car Allah est avec les endurants. (Sourate al-Anfal, 46)
De là, un croyant doit être prudent pour éviter d'entrer
dans de telles disputes, éviter les mots et les manières qui
peuvent heurter ses frères. De plus, il doit se comporter de
façon à augmenter l'affection et la confiance existant entre
eux. Dans le Coran, le décret est clair :
Et dis à Mes serviteurs d'exprimer les meilleures paroles, car le
diable sème la discorde parmi eux. Le diable est certes, pour
l'homme, un ennemi déclaré. (Sourate al-Isra, 53)
Si un croyant n'a pas la même opinion que son frère sur un
problème, il doit néanmoins se comporter et parler de la
manière la plus modeste et humble. Partager des idées doit
reposer sur la base de "consultations" et non sur des "débats".
Si une contestation est observée entre deux croyants, ce
qu’on doit faire est indiqué dans le verset ci-dessous :
Les croyants ne sont que des frères. Etablissez la concorde entre
vos frères, et craignez Allah, afin qu'on vous fasse miséricorde.
(Sourate al-Hujurat, 10)
Il faut rappeler que n’importe quel argument peut avoir des
effets très négatifs sur la cause.
37- Chercher protection contre satan
auprès d’Allah quand on lit le Coran

68
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

Le Coran est le livre divin révélé par Allah pour guider l'hu-
manité. Tandis qu'il aide à augmenter la foi des croyants, il
expose la dénégation des non-croyants.
C'est Lui Qui a fait descendre sur toi le Livre : il s'y trouve des
versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d'autres ver -
sets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses. Les gens,
donc, qui ont au cœur une inclinaison vers l'égarement, mettent
l'accent sur les versets à équivoque, cherchant la dissension en
essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n'en
connaît l'interprétation, à part Allah. Mais ceux qui sont bien enra -
cinés dans la science disent : "Nous y croyons : tout est de la part
de notre Seigneur !" Mais, seuls les doués d'intelligence s'en rap -
pellent. (Sourate al-Imran, 7)
Cela signifie que certains versets du Coran ont la capacité
de révéler les transgressions de "ceux qui ont au cœur une
inclinaison vers l'égarement" et d'augmenter la foi et la sou-
mission des croyants.
Cependant, on doit noter, que personne ne peut garantir
qu'il continuera à préserver sa foi. Les croyants peuvent aussi
perdre le point de vue Coranique à cause des tentations de
satan. Naturellement, ils ne percevront pas la sagesse du
Coran s'ils le lisent sous l'emprise de satan. C'est la raison
pour laquelle Allah ordonne aux croyants de chercher refuge
auprès de Lui contre l'influence maléfique de satan avant de
lire le Coran : "Lorsque tu lis le Coran, demande la pro-
tection d’Allah contre le diable banni." (Sourate an-
Nahl, 98)
Cet ordre d’Allah est important, car il rappelle aux croyants
la présence constante de satan et de ses activités incessantes.
En réalité, satan est toujours prêt, il attend les gens qui sont

69
LES VALEURS MORALES DU CORAN

sur le droit chemin, et essaye de les assaillir, "de devant et


derrière, de leur droite et de leur gauche". Les straté-
gies de satan ont été expliquées dans de nombreux versets du
Coran. Ainsi le salut contre les tromperies de satan ne peut
s'obtenir que via le Coran, qui nous met en garde contre les
tours de satan et nous indique de les éviter. Comme exprimé
dans le 42ème verset de la sourate al-Hijr, "Satan n'a aucu-
ne autorité sur les serviteurs d’Allah." La solution est
d'accepter le Coran comme seul guide et de le lire après avoir
cherché refuge auprès d’Allah contre le diable banni.

38- Etre prévenant


Les membres d'une société profane sont, dans l'ensemble,
rudes, indifférents et irréfléchis à cause de l'égoïsme des
incrédules. Ils pensent à leur propre bénéfice. Les autres n'ont
pas d'importance pour eux.
Cependant, un vrai groupe de croyants est complètement
différent de ces gens, car une des caractéristiques significa-
tives des croyants est leur refus d'être dirigé par leur propre
avidité. Les croyants qui surmontent leurs vains désirs seront
naturellement attentifs et pleins d'égards envers les autres
croyants. Allah parle de type de relation d'abnégation entre
les réfugiés qui fuyaient avec Mohammed (pbsl) vers Médine
et les gens fidèles de Médine qui les aidèrent :
Il appartient également à ceux qui, avant eux, se sont installés dans
le pays (Médine) et dans la foi, qui aiment ceux qui émigrent vers
eux, et ne ressentent dans leurs cœurs aucune envie pour ce que
ces immigrés ont reçu, et qui les préfèrent à eux-mêmes, même s'il
y a pénurie chez eux. Quiconque se prémunit contre sa propre
avarice, ceux-là sont ceux qui réussissent. (Sourate al-Hashr, 9)

70
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

Comme il est mentionné dans ce verset, les croyants doi-


vent préférer les autres croyants à eux-mêmes. C'est la véri-
table foi, soumission et fraternité.
Donner préférence aux autres croyants ne se limite pas à
leur offrir des choses physiques, la fraternité est aussi trans-
mise avec la prévenance. Un croyant doit considérer les
besoins et les problèmes de son frère plus que les siens.
Les manières rudes et sans égard montrent l'insuffisance de
la foi d'une personne. Une personne qui n'est pas capable de
considérer comment ses actes affecteront les autres croyants,
et qui agit seulement selon ses propres "souhaits" et "comme
elle veut", est très éloignée des exemples du croyant dépeint
par Allah. Allah souligne ce sujet avec de nombreux exemples
d'actions pleines d'égards ou non. Le plus important est d'être
bienveillant et respectueux envers le Messager d’Allah :
O vous qui avez cru ! Ne devancez pas Allah et Son messager. Et
craignez Allah. Allah est audient et omniscient. (Sourate al-
Hujurat, 1)
O vous qui croyez ! N'entrez pas dans les demeures du Prophète,
à moins qu'invitation ne vous soit faite à un repas, sans être là à
attendre sa cuisson. Mais lorsqu'on vous appelle, alors, entrez.
Puis, quand vous aurez mangé, dispersez-vous, sans chercher à
vous rendre familiers pour causer. Cela faisait de la peine au
Prophète, mais il se gênait de vous congédier, alors qu’Allah ne se
gêne pas de la vérité. Et si vous leur demandez (à ses femmes)
quelque objet, demandez-le leur derrière un rideau : c'est plus pur
pour vos cœurs et leurs cœurs ; vous ne devez pas faire de la
peine au Messager d’Allah, ni jamais vous marier avec ses épouses
après lui ; ce serait, auprès d’Allah, un énorme pêché. (Sourate al-
Ahzab, 53)
Les gens qui sont élevés selon les enseignements du Coran

71
LES VALEURS MORALES DU CORAN

sont nobles, polis, droits et plein d'égards. C'est l'attitude


naturelle du croyant qui préfère à ses frères avant lui-même
et qui se nourrit pour l'amour d’Allah, l'indigent, l'orphelin et
le captif. Etre plein d'égards est une caractéristique des com-
pagnons du paradis. Par exemple, ne pas déranger un frère
quand il travaille sur une tâche importante, garder le silence
quand des croyants prient, installer les croyants aussi confor-
tablement que possible, leur demander s'ils ont besoin de
quelque chose et les servir sans qu'ils le demandent, tout cela
peut être donné comme exemples de bon comportement.
Mais ce n'est qu'un petit nombre d'exemples, et ces manières
pleines d'égards peuvent s'élever à des centaines et des mil-
liers selon les conditions changeantes.

39- S'éloigner des ignorants


Dans le Coran, les croyants sont décrits dans les versets ci-
dessous :
Les serviteurs du tout miséricordieux sont ceux qui marchent
humblement sur terre, qui, lorsque les ignorants s'adressent à
eux, disent : "Paix" (Sourate al-Furqan, 63)
Et quand ils entendent des futilités, ils s'en détournent et disent :
"A nous nos actions, et à vous les vôtres. Paix sur vous. Nous ne
recherchons pas les ignorants." (Sourate al-Qasas, 55)
Les croyants sont pacifiques de manière innée, tandis que
ceux qui ne croient pas sont extrêmement mal à l'aise,
inquiets et agressifs. C'est comme si leur tourment de l'enfer
avait déjà commencé sur terre. Ainsi, ils provoquent des
ennuis et sont constamment confrontés à des difficultés. Mais
les croyants ne communiquent même pas avec ces gens à
moins qu'ils essayent de causer du tort aux croyants et à

72
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

l'Islam. Ils se comportent honorablement, comme les versets


ci-dessus le décrivent. Quand une intervention est nécessaire,
ils ne se comportent pas rudement, mais de la manière la plus
civilisée et conforme à la loi.

40- Ne pas discuter des sujets qu’on ignore


Dans le Coran, l'homme est caractérisé comme étant "le
plus grand disputeur". (Sourate al-Kahf, 54) Dans d'autres
versets, cette critique est pointée plus particulièrement vers
les incrédules :
Quand on cite l'exemple du fils de Marie, ton peuple s'en détour -
ne, en disant : "Nos dieux sont-ils meilleurs, ou bien lui ?" Ce n'est
que par polémique qu'ils te le citent comme exemple. Ce sont
plutôt des gens chicaniers. (Sourate az-Zukhruf, 57-58)
La raison de la tendance à discuter de toute chose n'est pas
de révéler et d'évaluer différentes opinions, mais de satisfaire
l'impulsion de se quereller. Dans les arguments des ignorants,
aucun côté n'essaye d'évaluer les idées des autres ou de trou-
ver une solution correcte. Battre l'autre est le seul et unique
but. Cela explique les cris et les attitudes crispées au cours de
telles discussions, et le fait qu'une simple discussion se trans-
forme en dispute.
Il est vraiment anormal de discuter de choses à propos des-
quelles aucun participant n'a la moindre connaissance.
L'exemple le plus évident de cela est visible dans les discus-
sions de religions, à propos desquelles les participants sont
généralement extrêmement ignorants. L'erreur d'une telle
conduite est pointée dans le verset ci-dessous :
Vous avez bel et bien disputé à propos d'une chose dont vous
avez connaissance. Mais pourquoi disputez-vous des choses dont

73
LES VALEURS MORALES DU CORAN

vous n'avez pas connaissance ? Or Allah sait, tandis que vous ne


savez pas. (Sourate al-Imran, 66)

41- Pas de moqueries


Le verset suivant nous indique clairement qu'il ne doit pas y
avoir de moqueries parmi les croyants :
O vous qui avez cru ! Qu'un groupe ne se raille pas d'un autre
groupe : ceux-ci sont peut-être meilleurs qu'eux. Et que des
femmes ne se raillent pas d'autres femmes : celles-ci sont peut-
être meilleures qu'elles. Ne vous dénigrez pas et ne vous lancez
pas mutuellement des sobriquets (injurieux). Quel vilain mot que
"perversion" lorsqu'on a déjà la foi. Et quiconque ne se repent
pas... Ceux-là sont les injustes. (Sourate al-Hujurat, 11)
Allah demande aux gens de s'abstenir de la moquerie qui
peut prendre plusieurs formes : rire ouvertement de mésa-
ventures personnelles, des sourires sournois, des taquineries
verbales sous prétexte de faire une blague, ou des coups d'œil
de côté pour communiquer quelque chose qui ne peut pas
être dit ouvertement. Un tel comportement appartient à la
culture des ignorants et ne convient pas aux vrais croyants.
Allan nous dit dans le Coran que les gens qui cèdent à de tels
comportements subiront Son feu qui monte jusqu'aux cœurs:
Malheur à tout calomniateur diffamateur, qui amasse une fortune
et la compte, pensant que sa fortune l'immortalisera. Mais non ! Il
sera certes, jeté dans la hutamah. Et qui te dira ce qu'est la huta -
mah ? Le feu attisé d’Allah qui monte jusqu'aux cœurs Il se refer -
mera sur eux, en colonnes (de flammes) étendues. (Sourate al-
Humaza, 1-9)
Il est impossible pour un croyant de se comporter de

74
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

manière cynique après avoir appris ce décret clair d’Allah. En


fait, aucun croyant ne se comporte délibérément de cette
manière, mais si un croyant se comporte ainsi, il peut être
inconscient de sa mauvaise conduite et la prendre à la rigola-
de, et quand il réalise que ce qu'il fait est mauvais, il doit s'ar-
rêter et se repentir.

42- Ne pas appeler les croyants par leurs


surnoms
C'est l'habitude des incrédules de s'appeler les uns et les
autres par des surnoms désagréables. L'idée derrière cela est
encore une fois d'humilier les autres et de "prouver" sa
propre supériorité. Le surnom peut se référer à un défaut
physique ou à des erreurs passées. Les incrédules n'oublient
pas les méfaits et rappellent toujours à la personne ses
erreurs, même si elle ne les a pas répétées.
Cependant, les croyants sont différents d'eux. Ils sont par-
donneurs et il existe une fraternité solide entre eux ; ils ne
s'abaissent pas à se comporter de cette manière. De plus,
Allah a ordonné au croyant : "Ne vous dénigrez pas et ne
vous lancez pas mutuellement des sobriquets (inju-
rieux)." (Sourate al-Hujurat, 11)

43- Etre digne de confiance


Allah décrit le fait de rendre sa confiance à ceux qui la méri-
tent comme un principe moral et un moyen de réussite. Les
croyants doivent toujours respecter la confiance qui repose
en eux et ainsi gagner en retour celle des autres. De plus, les

75
LES VALEURS MORALES DU CORAN

croyants doivent aussi déterminer à qui donner leur confian-


ce, c'est-à-dire, qui la mérite. Sur cela, Allah donne l’explica-
tion suivante :
Certes, Allah vous commande de rendre les dépôts à leurs ayants
droit, et quand vous jugez entre des gens, de juger avec équité.
Quelle bonne exhortation qu’Allah vous fait ! Allah est, en vérité,
Celui Qui entend et Qui voit tout. (Sourate an-Nisa, 58)
Un autre verset énonce :
Au contraire, quiconque remplit sa promesse et craint Allah...
Allah aime les pieux. (Sourate al-Imran, 76)
La confiance peut être quelque chose d'une valeur financiè-
re, une tâche ou un sujet de responsabilité. Les croyants doi-
vent utiliser leur sagesse et leur sens de jugement pour déter-
miner ceux qui méritent leur confiance.

44- L'univers illusoire


Un défaut majeur d’une société ignorante des préceptes de
l'Islam est la vue de ses membres que le monde matériel est
la réalité la plus absolue de notre existence terrestre. En fait,
ils estiment que la matière a une existence "éternelle et sans
fin". En fin de compte, ils commencent à déifier la matière, et
ne cherchent de l'aide que d'elle. Par conséquent, ils com-
mencent à penser de moins en moins à Allah et vont jusqu'à
renier Son existence. Leur perception d’Allah est celle d'un
être "moins réaliste et plus imaginaire" en comparaison avec
la matière. Mais c'est une fausse idée très grave de la part des
incrédules. L'être absolu n'est pas la matière, mais Allah. Le
Coran est tout à fait spécifique sur ce point :

76
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

C'est ainsi qu’Allah est Lui le Vrai, alors que ce qu'ils invoquent en
dehors de Lui est le faux ; c'est Allah Qui est le Sublime, le Grand.
(Sourate al-Hajj, 62)
En vérité, la matière n'a la capacité d'exister qu'aussi long-
temps qu'elle est créée par Allah. Son existence n'est préser-
vée que par Sa volonté et Son commandement. Par consé-
quent, la permanence de l'existence absolue de la matière est
hors de question : la matière ne peut exister que suite au
commandement d’Allah : "Sois". Allah énonce ce fait dans le
Coran dans le verset suivant :
Allah retient les cieux et la terre pour qu'ils ne s'affaissent pas. Et
s'ils s'affaissaient, nul autre après Lui ne pourra les retenir. Il est
indulgent et pardonneur." (Sourate Fat›r, 41)
Cela signifie que le monde entier n'existe qu'avec le soutien
d’Allah et quand Il l'ordonnera il cessera d'exister. En fait, cela
signifie que l'univers entier est composé de matière illusoire,
qui se terminera quand l'ordre en sera donné. Cette volonté
sans limites d’Allah est au-delà de toute compréhension, mais
les rêves pourraient aider à comprendre cette création jus-
qu'à un certain point. Par exemple, quand quelqu'un se
réveille d'un rêve, l'univers qui existait avec tous ses détails
dans le rêve s'évanouit et disparaît puisque la raison de l'exis-
tence de cet univers est seulement son esprit endormi.
Quand l'esprit arrête de "former" un tel univers, il "disparaît"
soudainement et n'existe plus. Il n'a assurément aucune exis-
tence matérielle ou indépendante.
L'érudit islamique, l'imam Rabbani, raconte cette vérité abso-
lue (le récit a été simplifié et recomposé dans la traduction) :
Allah a déterminé la réflexion de chacun de Ses noms (le Juste, le

77
LES VALEURS MORALES DU CORAN

Miséricordieux, le Compatissant etc.…) et a donné Ses attributs aux


êtres créés. Et les êtres de cette réflexion ont été créés du néant
absolu. Le Seul et Unique Allah avec Sa puissance a décrété une
place pour réaliser Ses noms et les a créés dans l'univers illusoire
(imaginaire, supposé). De plus, Il a fait cela avec la forme et le temps
qu'Il a voulus.
L'existence de l'univers n'est que dans l'état illusoire et sensationnel
et non pas à l’extérieur. Dans ce cas c'est une permanence dans le
néant et l'illusion qui gagne sa force et sa solidité de la création
d’Allah. Ainsi les créés deviennent vivants, ils pensent, demandent,
voient, écoutent et parlent selon Sa volonté. Cependant, puisque c'est
une réflexion et n'ayant qu'une existence d'ombre, il n'y a pas de
trace d'externalité. Dans le monde extérieur, il n'y a rien d'autre que
l'Etre d’Allah et Ses noms.
Tout est apparu sur le miroir de l'Etre Supérieur et de cette maniè-
re tout a acquis son apparence externe : ils ont l'air d'exister dans le
monde extérieur. Mais il n'y a rien de tout ça à l'extérieur. Il n'y a
personne et rien d'autre à part Allah. (Mektubati Rabbani, Imam
Rabbani, pp. 517-519)
Puisqu'il n'y a pas d'être à part Allah et que tout dans l'uni-
vers est une manifestation de Son Etre, alors l'auteur de
toutes les actions est encore le Tout-Puissant. Dans le Coran
ce secret est révélé dans quelques versets :
Ce n'est pas vous qui les avez tués : mais c'est Allah qui les a tués.
Et lorsque tu lançais (une poignée de terre), ce n'est pas toi qui
lançais : mais c'est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les
croyants d'une belle épreuve de Sa part ! Allah est audient et
omniscient. (Sourate al-Anfal, 17)
Vous ne saurez vouloir, à moins qu’Allah veuille. Et Allah est

78
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

omniscient et sage. (Sourate al-Insan, 30)


Et aussi, au moment de la rencontre, Il vous les montrait peu
nombreux à vos yeux, de même qu'Il vous faisant paraître à leurs
yeux peu nombreux afin qu’Allah parachève un ordre qui devait
être exécuté. C'est à Allah que sont ramenées les choses.
(Sourate al-Anfal, 44)
Le monde a une face cachée et une face évidente. Dans la
face évidente, tout paraît être indépendant et non contrôlé.
Mais dans la face cachée, conformément à leur création illu-
soire, toutes les choses sont pliées à la volonté d’Allah :
Je place ma confiance en Allah, mon Seigneur et le vôtre. Il n'y a
pas d'être vivant qu'Il ne tienne par son toupet. Mon Seigneur,
certes, est sur un droit chemin. (Sourate Hud, 56)
Etre conscient qu'il n'y a rien d'autre qu’Allah, dévoile la
réalité secrète que personne ne peut rien faire de lui-même.
Ce secret devrait être toujours dans les esprits des croyants.
En conséquence, les croyants savent que toutes les perver-
sions et les mauvaises actions des incrédules sont décrétées
par Allah. Les croyants interprètent donc et évaluent tous les
évènements selon leur implication immanente. Cela les aide à
se comporter justement et de la manière la plus sincère,
attentive et sage.

79
LA TROMPERIE
DE L’EVOLUTION

Chaque détail dans cet univers est le signe d'une création


supérieure. A l'inverse du matérialisme, qui cherche à nier la
réalité de la création dans l'univers, et qui n’est en fait qu'une
tromperie qui n'a rien de scientifique.
Une fois le matérialisme infirmé, toutes les autres théories
fondées sur cette philosophie deviennent caduques. La princi-
pale parmi ces dernières n’est autre que le darwinisme, autre-
ment dit, la théorie de l'évolution. Cette théorie, qui soutient
que la vie est née de la matière inanimée par pure coïnciden-
ce a été démolie par la reconnaissance que l'univers a été créé
par Allah. C'est Allah Qui a créé l'univers et qui l'a conçu dans
le moindre détail. De ce fait, il est impossible que la théorie de
l'évolution, qui soutient que les êtres vivants n'ont pas été
créés par Allah mais sont le produit de coïncidences, soit vraie.
La théorie de l'évolution ne résiste ni à l'analyse ni aux der-
nières découvertes scientifiques. La conception de la vie est
extrêmement complexe et étonnante. Dans le monde inani-
mé, par exemple, nous pouvons explorer la fragilité des équi-

80
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

libres sur lesquels reposent les atomes et plus loin, dans le


monde animé, nous pouvons observer la complexité de la
conception qui a pu unir ces atomes et comment sont extra-
ordinaires les mécanismes et les structures telles que les pro-
téines, les enzymes et les cellules, qui en sont issues.
Cette conception extraordinaire de la vie a réfuté le darwi-
nisme à la fin du 20ème siècle.
Nous avons traité ce sujet, en plein détail, dans certaines de
nos autres études et nous continuons toujours à le faire.
Cependant, nous pensons qu'en raison de son importance, il
serait utile de résumer ce qui a été avancé.

L'effondrement scientifique du darwinisme


Bien que cette doctrine remonte à la Grèce antique, la
théorie de l'évolution n'a été largement promue qu'au 19ème
siècle. Le développement le plus important qui a irrésistible-
ment propulsé cette théorie comme sujet majeur dans le
monde scientifique est la publication en 1859 du livre de
Charles Darwin intitulé L'origine des espèces. Dans ce livre,
Darwin a nié que les différentes espèces vivantes sur terre
aient été créées séparément par Allah. Selon Darwin, tous les
êtres vivants auraient un ascendant commun et se seraient
diversifiés à travers le temps suite à de petits changements.
La théorie de Darwin n'est basée sur aucune découverte
scientifique concrète ; comme il l'a lui-même admis, il ne s'agit
en fait que d'une "hypothèse". De plus, comme il le reconnaît
dans le long chapitre de son livre intitulé "Les difficultés de la
théorie", cette théorie a échoué à donner des réponses aux
plusieurs questions cruciales qui l’entourent.

81
LES VALEURS MORALES DU CORAN

Darwin a donc investi tous ses espoirs dans les nouvelles


découvertes scientifiques, qu'il espérait voir résoudre "les dif-
ficultés de la théorie". Cependant, contrairement à ses espé-
rances, les découvertes scientifiques ont étendu les dimen-
sions de ces difficultés.
La défaite du darwinisme face à la science peut être résu-
mée en trois points essentiels :
1) Cette théorie ne peut en aucun cas expliquer comment
la vie a été produite sur terre ;
2) Il n'existe aucune découverte scientifique démontrant
que les "mécanismes évolutionnistes" proposés par cette
théorie aient quelque pouvoir pour se développer.
3) Les fossiles à notre disposition révèlent, tout à fait, le
contraire de ce que suggère la théorie de l'évolution.
Dans cette section, nous examinerons sommairement ces
trois points essentiels.

La première étape insurmontable :


l'origine de la vie
La théorie de l'évolution se base, en principe, sur le fait que
toutes les espèces vivantes se sont développées à partir d'une
cellule vivante unique qui est apparue sur terre il y a 3,8 mil-
liards d'années. Mais la théorie de l'évolution ne peut
répondre au fait de savoir comment une seule cellule a pu
produire des millions d'espèces vivantes aussi complexes. Et
si une telle évolution s'est vraiment produite, pourquoi les
traces de cette évolution ne peuvent-elles être observées
dans les archives fossiles ? Mais, tout d'abord, nous devons
analyser le premier stade du processus évolutionniste présu-

82
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

mé. Comment est apparue cette "première cellule" ?


Comme la théorie de l'évolution nie la création et n'ac-
cepte aucune sorte d'intervention surnaturelle, elle entre-
tient l'idée que "la première cellule" était accidentellement
née suivant les lois de la nature, mais sans aucune concep-
tion préalable, ni plan, ni arrangement d'aucune sorte. Selon
cette théorie, la matière inanimée doit avoir produit acci-
dentellement une cellule vivante. C'est, hélas, une revendi-
cation incompatible avec les règles élémentaires des
sciences biologiques.

"La vie vient de la vie"


Dans son livre, Darwin n'a jamais mentionné l'origine de la
vie. Les connaissances scientifiques primitives de son époque
étaient fondées sur la supposition que les êtres vivants avaient
une structure très simple. Depuis les temps médiévaux, la
génération spontanée est une théorie largement partagée. Elle
affirme que des matières non vivantes s'associent pour former
des organismes vivants. On croyait ainsi que les insectes nais-
saient des restes de nourriture et que les souris provenaient
du blé. Des expériences intéressantes ont été conduites pour
tenter de démontrer, en vain, la véracité de cette théorie. Du
blé a été placé sur un chiffon sale dans l'espoir que des souris
en sortent au bout d'un moment, mais sans succès.
L'apparition de vers sur de la viande a, par contre, été consi-
dérée à tort comme une preuve de génération spontanée. Or,
quelque temps plus tard, il est devenu manifeste que les vers
n'apparaissaient pas sur la viande spontanément, mais y
étaient transportés par des mouches sous forme de larves,

83
LES VALEURS MORALES DU CORAN

invisibles à l'œil nu.


D'autre part, durant la période où Darwin a écrit L'origine
des espèces, l'idée que les bactéries pouvaient apparaître de
la matière inanimée était largement partagée dans le milieu
scientifique.
Mais, cinq ans après la publication du livre de Darwin, la
découverte de Louis Pasteur a réfuté cette croyance qui
constituait la base de la théorie de l'évolution. Après une
longue période consacrée à la recherche et l'expérimentation,
Pasteur conclut de façon définitive : "La revendication que la
matière inanimée peut produire la vie est enterrée dans l'his-
toire pour toujours."1
Les avocats de la théorie de l'évolution se sont longtemps
opposés aux découvertes de Pasteur. Depuis lors, le déve-
loppement de la science a révélé comment était complexe la
structure de la cellule d'un être vivant, et l'idée que la vie puis-
se naître accidentellement se trouve dans une impasse plus
grande encore.

Les efforts peu concluants du 20ème siècle


Le premier évolutionniste qui s’est intéressé à la question de
l'origine de la vie au 20ème siècle fut le célèbre biologiste russe,
Alexandre Oparin. Il proposa diverses thèses dans les années
trente pour tenter de prouver que la cellule d'un être vivant
serait le fruit du hasard. Ces études, cependant, furent
condamnées à l'échec et Oparin a dû faire la confession sui-
vante :
Malheureusement, l'origine de la cellule reste, en réalité, une ques-
tion qui représente le point le plus sombre de toute la théorie de

84
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

l'évolution.2
Les disciples évolutionnistes d'Oparin ont essayé de conti-
nuer les expériences pour résoudre l'énigme de l'origine de la
vie. L'expérience la plus célèbre est celle du chimiste améri-
cain Stanley Miller en 1953. Lors de son expérience, il associa
les gazes qui étaient censés exister dans l'atmosphère initiale
de la terre, puis y ajouta de l'énergie. Miller réussit à synthé-
tiser plusieurs molécules organiques (des acides aminés) pré-
sentes dans la structure des protéines.
Mais il ne fallut que quelques années pour apprendre que
cette expérience, qui avait alors été présentée comme un pas
important achevé au nom de la théorie de l'évolution, devait
être invalidée car l'atmosphère utilisée dans l'expérience dif-
férait largement de celle des conditions réelles de la terre.3
Après un long silence, Miller reconnut que les conditions
atmosphériques mises en place n'étaient pas réalistes.4
Tous les efforts des évolutionnistes tout au long du 20ème
siècle pour expliquer l'origine de la vie se sont soldés par des
échecs. Jeffrey Bada, géochimiste de l'Institut Scripps de San
Diego, le reconnaît dans un article qu'il publie dans le magazi-
ne Earth en 1998 :
Aujourd'hui, alors que le 20ème siècle touche à sa fin, nous nous
trouvons toujours face au plus grand problème non résolu et que
nous avions toujours eu depuis le début du 20ème siècle : quelle est
l'origine de la vie sur terre ?5

La structure complexe de la vie


La cause principale de l'impasse majeure dans laquelle se

85
LES VALEURS MORALES DU CORAN

trouve la théorie de l'origine évolutionniste de la vie réside


dans le fait que même les organismes vivants considérés
comme les plus simples ont des structures incroyablement
complexes. La cellule d'un être vivant est plus complexe que
tous les produits technologiques développés par l'homme.
Aujourd'hui, même dans les laboratoires les plus développés
du monde, une cellule vivante ne peut pas être produite, en
associant uniquement des matières inorganiques.
Les conditions requises pour la formation d'une cellule sont
trop importantes en terme de quantité pour pouvoir avancer
l'idée de coïncidences et la retenir comme explication
convaincante. La probabilité que les protéines, composantes
de la cellule, soient synthétisées par hasard est de l'ordre de
1 pour 10950 pour une protéine moyenne composée de 500
acides aminés. En mathématiques, une probabilité de l'ordre
de 1 sur 1050 est considérée comme relevant quasiment du
domaine de l'impossible.
La molécule d'ADN, qui se trouve dans le noyau de la cel-
lule et qui stocke l'information génétique, est une banque de
données incroyable. Selon les calculs établis, si l'information
codée de l'ADN était retranscrite, on obtiendrait l'équivalent
d'une bibliothèque géante composée de 900 volumes d'ency-
clopédies de 500 pages chacun.
A ce stade, nous sommes confrontés à un dilemme très inté-
ressant : l'ADN ne peut se reproduire qu'à l'aide de quelques
protéines spécialisées (les enzymes). Et la synthèse de ces
enzymes ne peut être obtenue qu'en utilisant l'information
codée de l'ADN. Mais comme les uns dépendent des autres,
ils doivent exister en même temps pour que la reproduction
se fasse, et ce qui plonge dans une impasse totale le scénario

86
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

de la vie produite par elle-même. Le célèbre évolutionniste, le


professeur Leslie Orgel, de l'Université de San Diego en
Californie, le reconnaît dans la publication du numéro de sep-
tembre 1994 du magazine Scientific American :
Il est extrêmement improbable que des protéines et des acides
nucléiques, tous les deux reconnus comme étant structurellement
complexes, aient surgi spontanément au même endroit, et ce en
même temps. Tout comme il semble impossible d'avoir l'un sans
l'autre. Et donc, à priori, il est possible de conclure que la vie n'a
jamais pu être le résultat de réactions chimiques.6
S'il est impossible que la vie soit apparue à la suite de
causes naturelles, alors l'idée qu'elle a été "créée" de façon
surnaturelle doit être admise. Ce fait contredit clairement la
théorie de l'évolution dont le but principal est de nier l'idée
de création.

Les mécanismes imaginaires de l'évolution


Le deuxième élément important qui remet en question la
théorie de Darwin est que les deux concepts clefs de la théo-
rie, considérés comme "les mécanismes évolutionnistes",
n'avaient en fait aucune réalité évolutionniste.
Darwin a entièrement fondé sa théorie de l'évolution sur le
mécanisme de la "sélection naturelle". L'importance accordée
à ce mécanisme ressort clairement de l'intitulé même de son
livre : L'origine des espèces, au moyen de la sélection natu-
relle…
Pour la sélection naturelle, les êtres vivants qui sont les plus
forts et les mieux adaptés aux conditions naturelles de leur
environnement sont les seuls à pouvoir survivre, et ce dans le

87
LES VALEURS MORALES DU CORAN

cadre de ce qu’on appelle la lutte pour la vie. Ainsi, dans un


troupeau de cerfs sous la menace d'animaux sauvages, seuls
les plus rapides survivent. De ce fait, le troupeau de cerfs sera
composé uniquement des individus les plus rapides et les plus
forts. Mais il est incontestable que ce mécanisme n'entraîne
aucune évolution du cerf et ne le transforme pas non plus en
une autre espèce vivante telle que le cheval.
Le mécanisme de sélection naturelle n'a donc aucun pouvoir
évolutionniste. Darwin en était totalement conscient et a dû
l'exposer dans son livre L'origine des espèces en disant : "La
sélection naturelle ne peut rien jusqu’à ce qu’il se présente
des différences ou des variations individuelles favorables.”7

L'influence de Lamarck
Comment ces "variations favorables" pourraient-elles ainsi
se produire ? Darwin a essayé de répondre à cette question
en se fondant sur la connaissance scientifique limitée de son
époque. Selon le biologiste français Lamarck, qui vécut avant
Darwin, les créatures vivantes transmettraient les caractéris-
tiques acquises pendant leur vie à la génération suivante. Ces
caractéristiques, qui s’accumulent d'une génération à une
autre, entraîneraient la formation d'une nouvelle espèce.
Selon Lamarck, les girafes, à titre d'exemple, auraient évolué
à partir des antilopes ; ayant lutté pour manger les feuilles des
grands arbres, leurs cous se seraient allongés de génération
en génération.
Darwin a aussi proposé des exemples similaires, et dans son
livre L'origine des espèces, a affirmé, par exemple, que cer-
tains ours qui se rendaient dans l'eau pour trouver de la nour-
riture se seraient transformés en baleines avec le temps.8

88
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

Cependant, les lois de l'hérédité découvertes par Mendel et


vérifiées ensuite par la science de la génétique, et qui se sont
développées au 20ème siècle, ont complètement démoli la
légende selon laquelle des caractéristiques seraient transmises
aux générations suivantes. Ainsi, la théorie de la sélection
naturelle est tombée en éclipse en tant qu'élément dans l'his-
toire de l'évolution.

Le néodarwinisme et les mutations


Pour trouver une solution, les darwinistes ont avancé l'idée
de "la théorie synthétique moderne", plus communément
connue sous le terme de "néodarwinisme", et ce à la fin des
années 1930. A la sélection naturelle, le néodarwinisme a
ajouté les mutations qui sont des altérations formées dans les
gènes des créatures vivantes en raison de facteurs externes
comme la radiation ou des erreurs de reproduction comme
étant "la cause de variations favorables".
Aujourd'hui, le modèle qui représente la théorie de l'évolu-
tion dans le monde est le néodarwinisme. La théorie main-
tient que des millions de créatures vivantes sur la terre se
sont formées suite à un processus par lequel de nombreux
organes complexes de ces organismes comme les oreilles, les
yeux, les poumons et les ailes, ont subi "des mutations", c'est-
à-dire des désordres génétiques. Pourtant, une évidence
scientifique contredit cette théorie : les mutations n'aident
pas les créatures vivantes à se développer, bien au contraire,
elles leur ont toujours été nuisibles.
La raison en est très simple : l'ADN a une structure très
complexe et des changements aléatoires ne peuvent qu'avoir
des effets destructeurs. C'est ce que nous explique le généti-

89
LES VALEURS MORALES DU CORAN

cien américain, B. G. Ranganathan :


Tout d’abord, les mutations sont infimes dans la nature, et secundo,
elles sont à la plupart nuisibles vu leur caractère aléatoire., plutôt
que des changements ordonnés de la structure de gènes ; n'importe
quel changement aléatoire dans un système fortement ordonné ne
sera que pour le plus mauvais, et pas pour le mieux bien sûr. Par
exemple, si un tremblement de terre devait secouer une structure
fortement ordonnée, comme le cas d’un bâtiment, il y aurait un
changement aléatoire dans la structure de ce bâtiment, qui ne serait
pas du tout une amélioration dans tous les cas.9
C'est sans surprise qu'aucun exemple de mutation utile,
c'est-à-dire qui est censé développer le code génétique, n'a
été observé jusqu'ici. Toutes les mutations se sont avérées
nuisibles. Il a été observé que la mutation, qui est présentée
comme "un mécanisme évolutif", n'est en réalité qu'une modi-
fication génétique qui nuît aux êtres vivantes et les handicape.
(La mutation la plus célèbre chez l'être humain est le cancer).
Un mécanisme destructif ne peut en aucun cas être "un méca-
nisme évolutif". Par ailleurs, la sélection naturelle "ne peut
rien faire par elle-même" comme Darwin l'a aussi admis. Ceci
nous montre qu'il n'existe aucun "mécanisme évolutif" dans la
nature. Et puisque c’est le cas notamment, le processus ima-
ginaire de "l'évolution" ne saurait se produire.

Le relevé des fossiles :


aucune trace de formes intermédiaires
La preuve la plus évidente que le scénario suggéré par la
théorie de l'évolution ne s'est pas produit, n’est autre que les
archives fossiles qui nous la fournissent.

90
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

Selon la théorie de l'évolution, chaque espèce vivante est


issue d'une espèce qui l'a précédée. Une espèce existante pré-
cédemment se métamorphose en quelque chose d'autre au
cours du temps, et toutes les espèces sont venues en vie de
cette façon. Selon cette théorie, cette transformation se met
en place graduellement sur des millions d'années.
Si cela avait été le cas, alors de nombreuses espèces inter-
médiaires auraient dû exister et vivre durant cette longue
période de transformation.
Par exemple, certaines espèces mi-poisson/mi-reptiles
auraient dû exister dans le passé et acquérir des caractéris-
tiques de reptiles en plus de celles de poissons qu'elles avaient
déjà. Ou il aurait dû exister des oiseaux reptiles ayant acquis
quelques caractéristiques d'oiseaux en plus des celles des rep-
tiles qu'ils avaient déjà. Comme ils étaient dans une phase de
transition, il devait alors s'agir de créatures vivantes défor-
mées, déficientes et infirmes. Les évolutionnistes, qui se réfè-
rent à ces créatures imaginaires, pensent qu'elles ont vécu
dans le passé en tant que "formes intermédiaires".
Si de tels animaux avaient réellement existé, il devrait y en
avoir des millions, voire des milliards en nombre et en varié-
té. Plus important encore, il devrait exister des traces de ces
étranges créatures dans le relevé des fossiles. Dans son livre,
L'origine des espèces, Darwin l'explique :
Il a dû certainement exister, si ma théorie est fondée, d’innombrables
variétés intermédiaires reliant intimement les unes aux autres les
espèces d’un même groupe… On ne pourrait trouver la preuve de
leur existence passée que dans les restes fossiles.10

91
LES VALEURS MORALES DU CORAN

Les espoirs de Darwin volent en éclats


Cependant, malgré une recherche acharnée de fossiles dans
le monde entier, depuis le milieu du 19ème siècle, les évolu-
tionnistes n'ont pas retrouvé la moindre forme intermédiaire.
Tous les fossiles retrouvés pendant la période des fouilles ont
montré que, contrairement à ce qu'espéraient les évolution-
nistes, la vie sur terre est bien apparue de manière soudaine
et entièrement formée.
Un célèbre paléontologue britannique, Derek V. Ager, l'ad-
met bien qu'il soit lui-même un évolutionniste :
Ce qui apparaît à l'examen minutieux des fossiles, que ce soit au
niveau des ordres ou des espèces, n’est pas, à maintes reprises, l'évo-
lution progressive mais l'explosion soudaine d'un groupe aux dépens
d'un autre.11
Cela signifie que, selon les archives fossiles, toutes les
espèces vivantes sont apparues de façon soudaine et entière-
ment formées, sans aucune forme intermédiaire. C'est exac-
tement le contraire des suppositions de Darwin. Ce qui est la
preuve déterminante que les créatures vivantes ont bien été
créées. La seule explication à ce qu'une espèce vivante appa-
raisse de façon aussi soudaine et entièrement formée sans
aucun ancêtre intermédiaire est que cette espèce a été créée.
C'est également ce qu'admet le célèbre biologiste évolution-
niste Douglas Futuyama :
La création et l'évolution épuisent à elles seules les explications pos-
sibles sur l'origine des êtres vivants. Ou que les organismes sont appa-
rus sur terre entièrement développés ou ils ne le sont pas. S'ils ne sont
pas apparus entièrement développés, alors ils doivent s'être dévelop-

92
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

pés à partir d'espèces préexistantes grâce à un processus de modifi-


cation. S'ils sont vraiment apparus entièrement développés, ils doivent
en effet avoir été créés par une intelligence toute puissante.12
Les fossiles montrent que les créatures vivantes sont appa-
rues sur terre dans un état complet et parfait. Cela signifie
que "l'origine des espèces" est à l'opposé des suppositions de
Darwin. Il s'agit non pas d'évolution, mais de création.

La légende de l'évolution humaine


Le sujet le plus souvent évoqué par les défenseurs de la théo-
rie de l'évolution est celui de l'origine de l'homme. Les darwi-
nistes prétendent que l'homme d'aujourd'hui s'est développé à
partir de quelques créatures qui ressemblent au singe. Pendant
le prétendu processus évolutionniste, que l'on suppose avoir
commencé avant 4 à 5 millions d'années, il a été affirmé que
certaines "formes intermédiaires" entre l'homme actuel et ses
ancêtres existaient. Selon ce scénario complètement imaginai-
re, quatre "catégories" de base sont dénombrées :
1. L'Australopithèque
2. L'Homo habilis
3. L'Homo erectus
4. L'Homo sapiens
Les évolutionnistes appellent les premiers ancêtres préten-
dus des hommes, qui sont semblables aux singes, les "austra-
lopithèques", ce qui signifie "singes sud-africains". Ces êtres
vivants n'étaient en réalité rien d'autre qu'une vieille espèce
de singe qui s'est éteinte. La vaste recherche faite sur des spé-
cimens d'australopithèques divers par deux anatomistes

93
LES VALEURS MORALES DU CORAN

célèbres sur l’échelle mondiale, et qui sont originaires


d'Angleterre et des Etats-Unis, Lord Solly Zuckerman et le
professeur Charles Oxnard respectivement, a montré que
ces espèces ont appartenu à une espèce de singe ordinaire qui
s'est éteinte et n'avait aucune ressemblance avec les êtres
humains.13
Dans leur classification, les évolutionnistes attribuent le
terme "homo", c'est-à-dire "homme", pour désigner l'étape
suivante de l'évolution humaine. Selon eux, les êtres vivants
appartenant aux catégories de l'Homo sont plus développés
que ceux de l'australopithèque.
Les évolutionnistes conçoivent un schéma d'évolution ima-
ginaire en organisant les différents fossiles de ces créatures
selon un ordre particulier. Ce schéma est imaginaire parce
qu'aucune relation évolutionnaire entre ces différentes classes
n'a jamais été prouvée. Ernest Mayr, un des principaux défen-
seurs de la théorie de l'évolution au 20ème siècle, l'admet en
disant que "la chaîne remontant à l'Homo sapiens est en réa-
lité perdue."14
En schématisant la chaîne de liens de la façon suivante
"Australopithèque => Homo habilis => Homo erectus =>
Homo sapiens", les évolutionnistes déduisent que chacune de
ces espèces est l'ancêtre de la suivante. Mais les découvertes
récentes des paléoanthropologues ont révélé que
l'Australopithèque, l'Homo habilis et l'Homo erectus ont vécu
dans différentes régions du monde et pendant la même
époque.15
De plus, un certain segment des humains faisant partie de la

94
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

classe des Homo erectus a vécu jusqu'à des époques très


récentes. L'Homo sapiens neandarthalensis (l'homme de
Neandertal) et l'Homo sapiens sapiens (l'homme actuel) ont
coexisté dans la même région.16
Cette situation indique apparemment l'impossibilité d'une
lignée généalogique quelconque entre ces différentes classes.
Stephen Jay Gould, un paléontologue de l'Université de
Harvard, explique l'impasse dans laquelle se trouve la théorie
de l'évolution, bien qu'il soit lui-même un évolutionniste :
Qu'advient-il de notre échelle si trois lignées d'hominidés coexistent
(l'australopithèque africanus, l'australopithèque robuste et l'Homo
habilis) et qu'aucune ne provient clairement d'une autre ? De plus,
aucune des trois n'a montré de tendances évolutionnistes pendant
leur existence sur terre.17
Bref, le scénario de l'évolution humaine que l'on cherche à
soutenir à l'aide de divers dessins de quelques créatures "mi-
singe/mi-homme" paraissant dans les médias et les livres sco-
laires, c'est-à-dire au moyen d'une propagande éhontée, n'est
qu'une légende sans fondement scientifique.
Lord Solly Zuckerman, un des scientifiques les plus célèbres
et les plus respectés du Royaume-Uni, a effectué pendant des
années des recherches sur ce sujet et a tout étudié, particu-
lièrement, pendant 15 ans des fossiles d'australopithèques. Il a
finalement conclu, malgré le fait qu'il est lui-même un évolu-
tionniste, qu'il n'existe en réalité aucun arbre généalogique
constitué de ramifications rattachant l'homme à des créatures
semblables au singe.
Zuckerman a aussi établi un intéressant "spectre de la scien-

95
LES VALEURS MORALES DU CORAN

ce". Il a formé un spectre des sciences allant des disciplines


qu'il considère comme scientifiques à celles qu'il considère
comme non scientifiques. Selon le spectre de Zuckerman, les
disciplines les plus "scientifiques", c'est-à-dire fondées sur une
base de données concrètes, sont la chimie et la physique.
Ensuite viennent les sciences biologiques suivies par les
sciences sociales. A l'autre extrémité du spectre, qui est la
partie considérée comme la "moins scientifique", se trouvent
les perceptions extrasensorielles, dont font partie la télépa-
thie et "le sixième sens", et enfin la théorie de "l'évolution
humaine". Zuckerman en explique les raisons :
Nous nous déplaçons alors directement du registre de la vérité objec-
tive dans ces champs de la science biologique présumée, comme la
perception extrasensorielle ou l'interprétation de l'histoire des fossiles
humains, où pour le fidèle (l'évolutionniste) tout est possible, et où le
partisan ardent (de l'évolution) est parfois capable de croire en
même temps à plusieurs choses contradictoires.18
La légende de l'évolution humaine ne repose que sur
quelques interprétations préconçues à partir d'un certain
nombre de fossiles déterrés par certaines personnes qui
adhèrent aveuglément à leur théorie.

La formule darwinienne !
Après avoir passé en revue les preuves techniques, exami-
nons maintenant la superstition qui aveugle les évolutionnistes
avec un exemple à la portée de tous.
La théorie de l’évolution stipule que la vie est apparue par
hasard. Des atomes inconscients et sans vie se seraient donc
assemblés pour former une cellule dans un premier temps,

96
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

puis des êtres vivants à part entière, et notamment l’homme.


Réfléchissons un instant. En rassemblant tous les composants
nécessaires à la vie, tels que le carbone, le phosphore, l’azote
et le potassium, on n’obtient rien d’autres qu’un tas de
matières. Quels que soient les traitements entrepris, cet amas
atomique ne peut en aucun cas former le moindre être vivant.
Afin de rendre notre exemple plus parlant, faisons une expé-
rience et observons au nom des évolutionnistes ce qu’ils pré-
tendent sans le dire à haute voix sous le nom de “la formule
darwinienne” :
Supposons que les évolutionnistes amassent dans de grands
barils une quantité considérable de matériaux présents dans la
composition des êtres vivants (le phosphore, l’azote, le car-
bone, l’oxygène, le fer, le magnésium). Ils peuvent en plus
ajouter n’importe quel matériel n’existant pas dans des condi-
tions normales, mais qu’ils jugent nécessaires. Ils peuvent aussi
incorporer autant d’acides aminés (qu’il est impossible de for-
mer dans des conditions naturelles) et de protéines (dont la
probabilité de formation de chacune est de 1 sur 10950) qu’ils
le souhaitent. Qu’ils exposent ces mixtures à la chaleur et à
l’humidité voulue. Qu’ils remuent leurs mélanges au moyen de
l’équipement technologique souhaité. Qu’ils placent leurs
éminents scientifiques aux côtés de ces barils. Qu’ils atten-
dent pendant des milliards, voire des trillions d’années. Ils
sont libres de recréer toutes les conditions qu’ils croient
nécessaires à la formation d’un être humain. Quoi qu’ils fas-
sent, ils ne pourront jamais tirer de ces barils un être humain,
capable de penser, d’examiner sa propre structure cellulaire
sous l’œil d’un microscope électronique. Ils ne pourront

97
LES VALEURS MORALES DU CORAN

jamais produire de girafes, de lions, d’abeilles, de canaris, de


chevaux, de dauphins, de roses, d’orchidées, de lys, d’œillets,
de bananes, d’oranges, de pommes, de dattes, de tomates, de
melons, de pastèques, de figues, d’olives, de raisins, de pêches,
de faisans, de papillons multicolores ou tout autre des mil-
liards d’êtres vivants sur la planète. Ils ne pourraient même
pas obtenir la moindre cellule de l’un d’entre eux.
En somme, les atomes inconscients ne peuvent pas s’as-
sembler pour former une cellule. Ils ne peuvent pas décider
spontanément de mettre en route la division cellulaire, ni de
créer quoi que ce soit, et certainement pas des êtres vivants
dotés d’intelligence. La matière est un amas dépourvu de
conscience et de vie. Elle ne naît que par la création supé-
rieure d’Allah.
La théorie de l’évolution défend le contraire, ce qui est une
pure aberration. Il suffit de réfléchir un instant sur les idées
évolutionnistes pour voir la vérité se profiler d’elle-même,
comme dans l’exemple cité ci-dessus.

La technologie de l'œil et de l'oreille


Un autre sujet qui demeure sans réponse pour les adeptes
de la théorie évolutionniste est l'excellente capacité de per-
ception de l'œil et de l'oreille.
Avant d'aborder la question de l'œil, essayons de répondre
brièvement à la question suivante : "comment nous voyons" ?
Des rayons de lumière venant d'un objet forment sur la réti-
ne de l'œil une image inversée. A cet instant, ces rayons de lu-
mière sont transmis sous forme de signaux électriques par
des cellules et atteignent un endroit minuscule que l'on appel-

98
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

le le centre de la vision à l'arrière du cerveau. Ces signaux


électriques sont perçus en tant qu'images dans ce centre du
cerveau suite à un long processus. A partir de ces informa-
tions techniques, essayons de réfléchir maintenant.
Le cerveau est isolé de la lumière. Cela signifie que l'inté-
rieur du cerveau est complètement sombre et que la lumière
n'atteint pas le lieu où se trouve le cerveau. Le centre de la
vision est un endroit complètement obscur où aucune lumiè-
re ne pénètre jamais ; il pourrait même s'agir du lieu le plus
sombre que vous n'ayez jamais connu. Et malgré tout, vous ar-
rivez à voir un monde éclatant de lumière dans cette profon-
de obscurité.
L'image formée dans l'œil est si précise et distincte que mê-
me la technologie du 20ème siècle n'a pas été capable de l'ob-
tenir. Regardez, par exemple, le livre que vous lisez, les mains
avec lesquelles vous le tenez, levez maintenant votre tête et
regardez autour de vous. Avez-vous jamais vu une image aus-
si précise et distincte que celle-ci ? Même l'écran du téléviseur
le plus perfectionné produit par le plus grand fabricant de té-
léviseurs dans le monde ne peut vous fournir une image aus-
si nette. C'est une image tridimensionnelle, en couleur et d'u-
ne extrême précision. Pendant plus de cent ans, des milliers
d'ingénieurs ont essayé d'obtenir une telle précision de l'ima-
ge. Des usines ont été construites, d'énormes locaux y ont
été consacrés, de nombreuses recherches ont été menées,
des plans et des conceptions ont été faits pour obtenir les
meilleurs résultats. Regardez maintenant un écran de télévi-
seur et le livre que vous tenez dans vos mains. Voyez la gran-
de différence d'acuité et de netteté qu'il y a entre les deux. De

99
LES VALEURS MORALES DU CORAN

plus, l'écran de téléviseur ne vous propose qu'une image bidi-


mensionnelle, alors que face à vos yeux vous obtenez une
perspective tridimensionnelle qui comporte également la pro-
fondeur.
Pendant des années, des dizaines de milliers d'ingénieurs
ont bien essayé de concevoir un téléviseur tridimensionnel
qui obtient la qualité de la vision de l'œil. Ils ont effectivement
mis en place un système tridimensionnel de téléviseur mais il
est impossible de le regarder sans lunettes. Par ailleurs, ce
n'est qu'un système artificiel à trois dimensions. L'arrière-
plan apparaît flou et le premier plan ressemble à un décor en
papier. Il n'a jamais été possible de reproduire une vision aus-
si nette et distincte que celle de l'œil. On décèle une perte
de la qualité de l'image aussi bien pour la caméra que pour le
téléviseur.
Les évolutionnistes prétendent que le mécanisme à l'origine
de cette image si pointue et si distincte est le fait du hasard.
Maintenant, si quelqu'un vous disait que votre téléviseur est le
produit du hasard, que tous ses atomes se sont assemblés et
ont composé un appareil capable de produire une image,
qu'en penseriez-vous ? Comment des atomes pourraient-ils
réaliser ce que des milliers de personnes sont incapables de
concevoir ?
Si un appareil produisant une image plus primitive que celle
de l'œil ne peut avoir été formé par hasard, il est donc tout à
fait certain que l'œil et l'image que l'œil lit ne peuvent être le
fruit du hasard. La même logique s'applique à l'oreille. L'oreille
externe capte les sons transmis par le pavillon auriculaire et
les dirige vers l'oreille moyenne qui transmet les vibrations du

100
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

son en les intensifiant ; l'oreille interne transmet ces vibra-


tions au cerveau en les transformant en signaux électriques.
Tout comme pour l'œil, l'audition se réalise dans le centre de
l'audition au niveau du cerveau.
Ce qui se produit pour l'œil est aussi vrai pour l'oreille.
C'est-à-dire que le cerveau est isolé du son comme de la lu-
mière : il ne laisse pas entrer de son. De ce fait, peu importe
que l'environnement extérieur soit bruyant, l'intérieur du cer-
veau est complètement silencieux. Néanmoins, les sons les
plus fins sont perçus dans le cerveau. Dans votre cerveau, qui
est isolé du son, vous écoutez les symphonies d'un orchestre
et entendez tous les bruits d'un lieu animé. Cependant, si à ce
moment-là le niveau du son dans votre cerveau devait être
mesuré par un appareil précis, on constaterait qu'un silence
total y règne.
Comme c'est le cas des images, des décennies d'efforts ont
été occupés à tenter de produire et de reproduire un son fi-
dèle à l'original. Tous ces efforts ont donné naissance à des
appareils d'enregistrement de sons, à des systèmes de haute
fidélité (Hi-fi) et à des systèmes susceptibles de mesurer le
son. Malgré toute cette technologie et des milliers d'ingé-
nieurs et d'experts travaillant d'arrache pied, aucun son ayant
la même acuité et la même clarté que le son perçu par l'o-
reille, n'a encore été obtenu. Pensez aux systèmes Hi-fi de
haute qualité produits par les plus grandes sociétés de l'indus-
trie de la musique, et même là, lorsque le son est enregistré,
il perd un peu de sa qualité. De la même façon quand vous al-
lumez un appareil de haute fidélité, vous entendez toujours un
sifflement avant le son de la musique. Cependant, les sons qui

101
LES VALEURS MORALES DU CORAN

sont produits par la technologie du corps humain sont extrê-


mement précis et d'une grande netteté. Une oreille humaine
ne perçoit jamais un son accompagné par un sifflement ou
alors entaché de parasites comme le fait d’ailleurs l'appareil de
haute fidélité ; elle perçoit le son exactement tel qu'il est, clair
et net. C'est ainsi que cela a fonctionné depuis la création de
l'homme.
Jusqu'à maintenant, aucun appareil visuel ou d'enregistre-
ment produit par l'homme n'a été aussi sensible et aussi per-
formant dans la perception des données sensorielles comme
c’est le cas de l'œil et l'oreille.
Cependant, derrière la vision et l'audition, se cache une vé-
rité beaucoup plus importante.

A qui appartient la conscience qui


voit et entend dans le cerveau ?
Qui est-ce qui voit un monde agréable et plaisant, écoute
des symphonies ou le gazouillement des oiseaux et peut sen-
tir la rose ?
Les stimulations provenant des yeux, des oreilles et du nez
d'un être humain vont au cerveau comme des impulsions ner-
veuses électrochimiques. En biologie, en physiologie et dans
les livres de biochimie, vous pouvez trouver tous les détails
sur la formation de l'image au niveau du cerveau. Mais, vous
ne recevrez jamais l'information la plus importante à ce sujet
: qui donc perçoit les impulsions nerveuses électrochimiques
en tant qu'images, sons, odeurs et événements sensoriels au
niveau du cerveau ? Il y a une conscience dans le cerveau qui

102
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

perçoit tout cela sans ressentir le besoin d'avoir un œil, une


oreille ou un nez. A qui appartient cette conscience ? Il ne fait
aucun doute que cette conscience n'appartient pas aux nerfs,
à la couche grasse et aux neurones qui constituent le cerveau.
C'est pourquoi les matérialistes darwiniens, qui croient que
tout est constitué de matière, ne peuvent donner de réponse
à cette question.
Car cette conscience est l'âme créée par Allah. L'âme n'a
besoin ni d'œil pour voir les images, ni d'oreille pour enten-
dre les sons. En outre, elle n'a pas non plus besoin du cerveau
pour penser.
Chaque personne qui lit cette évidence scientifique très clai-
re devrait penser à Allah Tout-Puissant, Le craindre et cher-
cher refuge auprès de Lui. Lui, qui enserre l'univers entier en
un espace sombre de quelques cm3 dans un format tridimen-
sionnel, coloré, fait d'ombre et de lumière.

Une croyance matérialiste


Les connaissances que nous avons présentées jusqu'ici éta-
blissent que la théorie de l'évolution est une revendication à
l'évidence en contradiction avec les découvertes scientifiques.
La prétention de la théorie de l'évolution à propos de l'origi-
ne de la vie est inconciliable avec la science. Les mécanismes
évolutionnistes qu'elle propose n'ont aucun pouvoir sur l'évo-
lution et les données connues qui se rapportent aux fossiles
démontrent que les formes intermédiaires nécessaires selon
la théorie n'ont jamais existé. Aussi, il serait certainement lo-
gique que la théorie de l'évolution soit mise à l'écart comme

103
LES VALEURS MORALES DU CORAN

une idée non scientifique. Il existe un nombre incalculable d'i-


dées qui, comme celle qui considère la terre comme le cen-
tre de l'univers, ont été rayées des préoccupations de la
science à travers l'histoire.
Malgré cela, la théorie de l'évolution demeure obstinément
à l'ordre du jour de la recherche scientifique. Certains vont
jusqu'à tenter de faire passer les critiques formulées contre
cette théorie pour "des attaques contre la science." Pour
quelle raison le font-ils ?
La raison en est que la théorie de l'évolution est une
croyance dogmatique indispensable à certains cercles. Ces mi-
lieux sont aveuglément dévoués à la philosophie matérialiste
et adoptent le darwinisme parce qu'il est la seule explication
matérialiste qui peut être avancée dans le cadre des mécanis-
mes de la nature.
Mais de manière assez intéressante, ils leur arrivent aussi de
le reconnaître de temps en temps.
Richard C. Lewontin, célèbre généticien et évolutionniste,
de l'Université de Harvard, avoue qu'il est "un matérialiste
avant d'être un homme de science" en ces termes :
Ce n'est pas que les méthodes et les institutions scientifiques nous
obligent d'une façon ou d'une autre à accepter une explication ma-
térielle du monde phénoménal, mais c'est, au contraire, que nous
sommes forcés, par notre adhésion, à priori aux causes matérielles,
de créer un appareil d'investigations et un jeu de concepts qui pro-
duisent des explications matérielles. Et, peu importe que cela soit
contraire à l'intuition, peu importe que cela soit mystificateur pour le
non initié. En outre, ce matérialisme est absolu, donc nous ne pou-
vons pas admettre [une intervention divine] sur le pas de la porte.19
Ces déclarations explicites montrent que le darwinisme est

104
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

un dogme entretenu uniquement par adhésion à la philoso-


phie matérialiste. Ce dogme soutient qu'il n'y a aucun être à
l'exception de la matière. De ce fait, il affirme que la matière
inanimée et inconsciente a créé la vie. Il suggère que des mil-
lions d'espèces vivantes différentes telles que les oiseaux, les
poissons, les girafes, les tigres, les insectes, les arbres, les
fleurs, les baleines et les êtres humains sont issues du résultat
d'interactions de la matière, comme la pluie torrentielle ou
l'éclair de la foudre, etc. c'est-à-dire de la matière inanimée.
C'est un précepte à la fois contraire à la raison et à la scien-
ce. Pourtant les darwinistes continuent à défendre cette thé-
orie pour "ne pas admettre une intervention divine sur le pas
de la porte".
Quiconque ne regarde pas l'origine des êtres vivants avec
un préjugé matérialiste conviendra de cette vérité évidente :
tous les êtres vivants sont l'œuvre d'un Créateur, qui est
tout-puissant, sage et omniscient. Ce Créateur est Allah, Il est
Celui Qui a créé l'univers entier à partir du néant, Il l'a conçu
sous la forme la plus parfaite et a façonné tous les êtres vi-
vants.

Le sortilège le plus puissant au monde :


la théorie de l’évolution
Quiconque est libre de préjugés et de l’influence d’une idéo-
logie particulière, quiconque est capable de faire fonctionner
sa raison et sa logique comprendra que la croyance en la
théorie de l’évolution, qui rappelle les superstitions des socié-
tés dépourvues de connaissance de la science ou de civilisa-
tion, est tout à fait impossible.

105
LES VALEURS MORALES DU CORAN

Comme nous l’avons expliqué plus haut, les avocats de la


théorie de l’évolution sont persuadés que quelques atomes et
molécules jetés dans un grand chaudron peuvent donner nais-
sance à des universitaires, à des scientifiques tels que Einstein
ou Galilée, à des artistes comme Humphrey Bogart, Frank
Sinatra ou Luciano Pavarotti, à des antilopes, des citronniers
ou des œillets. Se rendre compte que ce sont justement des
scientifiques et des individus instruits qui défendent cette
théorie insensée justifie l’emploi du qualificatif de “plus puis-
sant sortilège au monde”. Jamais auparavant une idée ou une
conviction n’avait à ce point aveuglé et démuni les hommes de
leur capacité d’entendement. Leur égarement est pire que
celui des Egyptiens adorant le roi soleil Ra, celui des peuples
d’Afrique vouant un culte aux totems, celui du peuple de Saba
adorant le Soleil, celui de la tribu du Prophète Abraham (psl)
adorant les idoles qu’ils avaient façonnés de leurs propres
mains, ou celui du peuple du Prophète Moïse (psl) adorant le
veau d’or.
Allah a déjà fait allusion, dans le Coran, à cette absence de
raisonnement. Dans de nombreux versets, Il révèle que l’es-
prit des hommes sera scellé et qu’ils seront incapables de voir
la vérité.
Certes les infidèles ne croient pas, cela leur est égal, que tu les
avertisses ou non : ils ne croiront jamais. Allah a scellé leurs
cœurs et leurs oreilles ; et un voile épais leur couvre la vue ; et
pour eux il y aura un grand châtiment. (Sourate al-Baqara, 6-7)
… Ils ont des cœurs, mais ne comprennent pas. Ils ont des yeux,
mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais n'entendent pas.
Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés encore. Tels
sont les insouciants. (Sourate al-A’raf, 179)

106
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

Et même si Nous ouvrions pour eux une porte du ciel, et qu'ils


pussent y monter, ils diraient : “Vraiment nos yeux sont voilés.
Mais plutôt, nous sommes des gens ensorcelés." (Sourate al-Hijr,
14-15)
Les mots ne peuvent pas exprimer la surprise qu’un tel sor-
tilège parvienne à avoir une emprise aussi vaste sur la vérité
depuis 150 ans. Il serait compréhensible que quelques indivi-
dus isolés croient à ce genre de scénarios impossibles, bour-
rés de stupidités et d’illogismes. Or, dans le cas présent, seul
le mot “magique” peut expliquer que des personnalités des
quatre coins du monde pensent que des atomes inconscients
et sans vie aient pu soudainement décider de s’assembler
pour former un univers parfait dans son organisation, sa dis-
cipline, son raisonnement et sa conscience ; une planète nom-
mée Terre avec toutes ses caractéristiques qui la rendent si
propice à la vie ; les êtres vivants dans leurs innombrables
complexités.
Le Coran raconte l’opposition entre le Prophète Moïse (psl)
et Pharaon afin de montrer que les partisans de philosophies
polythéistes influencent, en fait, les autres par la magie.
Lorsqu’il fut informé de la véritable religion, Pharaon invita le
Prophète Moïse (psl) à rencontrer ses propres magiciens.
Moïse (psl) invita les magiciens à faire preuve de leurs apti-
tudes en premier. La suite vient dans les versets suivants :
“Jetez”, dit-il. Puis lorsqu'ils eurent jeté, ils ensorcelèrent les yeux
des gens et les épouvantèrent, et vinrent avec une puissante
magie. (Sourate al-A’raf, 116)
Les magiciens de Pharaon furent capables de tromper tout
le monde, à l’exception du Prophète Moïse (psl) et de ceux
qui croyaient en lui. Ses preuves rompirent le sortilège en

107
LES VALEURS MORALES DU CORAN

“avalant ce qu’ils avaient fabriqué” :


Et Nous révélâmes à Moïse : “Jette ton bâton.” Et voilà que celui-
ci se mit à engloutir ce qu'ils avaient fabriqué. Ainsi la vérité se
manifesta et ce qu'ils firent fût vain. (Sourate al-Araf, 117-118)
Quand l’auditoire comprit qu’il avait été sous l’influence
d’un sortilège et que ce qu’il avait vu n’était qu’une illusion, les
magiciens perdirent toute leur crédibilité. Aujourd’hui aussi, à
moins que ceux qui croient et défendent ces idées ridicules
aux apparences scientifiques n’abandonnent leurs supersti-
tions, ils subiront une amère humiliation le jour où la vérité
nue émergera et que le sortilège sera déjoué. Le célèbre écri-
vain et philosophe britannique Malcolm Muggeridge affirma
également :
Moi-même je suis convaincu que la théorie de l’évolution, en parti-
culier dans l’étendue où elle a été appliquée, sera l’une des plus
belles plaisanteries dans les livres d’histoire du futur. La postérité
s’émerveillera devant l’incroyable crédulité suscitée par une hypothè-
se aussi douteuse et peu solide.20
Ce futur n’est pas si lointain. Au contraire, le public com-
prendra bientôt que “le hasard” n’est pas une divinité et
considérera la théorie de l’évolution comme le pire menson-
ge et le plus terrible sortilège au monde. Ce sort commence
rapidement à se rompre. De plus en plus de personnes per-
çoivent la véritable face de cette théorie et se demandent
comment elles ont pu se laisser berner.

Ils dirent : "Gloire à Toi ! Nous n'avons


de savoir que ce que Tu nous as appris.
Certes c'est Toi l'Omniscient, le Sage.
(Sourate al-Baqarah, 32)

108
HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR)

NOTES

1. Sidney Fox, Klaus Dose, Molecular Evolution and The Origin of Life, New York :
Marcel Dekker, 1977, p. 2
2. Alexander I. Oparin, Origin of Life, (1936) New York, Dover Publications, 1953
(Réimpression), p. 196
3. "New Evidence on Evolution of Early Atmosphere and Life", Bulletin of the
American Meteorological Society, vol. 63, novembre 1982, pp. 1328-1330
4. Stanley Miller, Molecular Evolution of Life : Current Status of the Prebiotic
Synthesis of Small Molecules, 1986, p. 7
5. Jeffrey Bada, Earth, février 1998, p. 40
6. Leslie E. Orgel, "The Origin of Life on Earth", Scientific American, vol. 271, octobre
1994, p. 78
7. 1. Charles Darwin, L’origine des espèces, GF Flammarion, Paris, 1992, p. 230
8. Charles Darwin, The Origin of Species : A Facsimile of the First Edition, Harvard
University Press, 1964, p. 184.
9. B. G. Ranganathan, Origins ?, Pennsylvania : The Banner Of Truth Trust, 1988
10. 2. Charles Darwin, L’origine des espèces, GF Flammarion, Paris, 1992, p. 231
11. Derek A. Ager, "The Nature of the Fossil Record", Proceedings of the British
Geological Association, vol. 87, 1976, p. 133
12. Douglas J. Futuyma, Science on Trial, New York : Pantheon Books, 1983, p. 197
13. Solly Zuckerman, Beyond The Ivory Tower, New York : Toplinger Publications,
1970, pp. 75-94 ; Charles E. Oxnard, "The Place of Australopithecines in Human
Evolution : Grounds for Doubt", Nature, vol. 258, p. 389
14. J. Rennie, "Darwin's Current Bulldog : Ernst Mayr", Scientific American, décembre
1992
15. Alan Walker, Science, vol. 207, 1980, p. 1103 ; A. J. Kelso, Physical Antropology,
1ère éd., New York : J. B. Lipincott Co., 1970, p. 221 ; M. D. Leakey, Olduvai Gorge,
vol. 3, Cambridge : Cambridge University Press, 1971, p. 272
16. Jeffrey Kluger, "Not So Extinct After All : The Primitive Homo Erectus May Have
Survived Long Enough To Coexist With Modern Humans", Time, 23 décembre 1996
17. S. J. Gould, Natural History, vol. 85, 1976, p. 30
18. Solly Zuckerman, Beyond The Ivory Tower, New York : Toplinger Publications,
1970, p. 19
19. Richard Lewontin, "The Demon-Haunted World", The New York Review of
Books, 9 janvier 1997, p. 28
20. Malcolm Muggeridge, The End of Christendom, Grand Rapids: Eerdmans,
1980, p. 43

109