Sie sind auf Seite 1von 26

PENSER LE SUJET, OBSERVER LA FRONTIRE

Le dcentrement de l'anthropologie
Michel Agier
Editions de l?E.H.E.S.S. | L'Homme

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

ISSN 0439-4216

Article disponible en ligne l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-l-homme-2012-3-page-51.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Agier Michel, Penser le sujet, observer la frontire Le dcentrement de l'anthropologie,


L'Homme, 2012/3 n203 - 204, p. 51-75.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution ectronique Cairn.info pour Editions de l?E.H.E.S.S..


Editions de l?E.H.E.S.S.. Tous droits rerv pour tous pays.

La reproduction ou reprentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autoris que dans les limites des conditions
gales d'utilisation du site ou, le cas hnt, des conditions gales de la licence souscrite par votre ablissement. Toute
autre reproduction ou reprentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manie que ce soit, est interdite sauf
accord prlable et rit de l'iteur, en dehors des cas prus par la lislation en vigueur en France. Il est prisque son stockage
dans une base de donns est alement interdit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

2012/3 - n203 - 204


pages 51 75

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

24/10/12

9:39

Page 51

Penser le sujet, observer la frontire

La pense ne vient jamais au jour spontanment, delle-mme, dans limmanence de ses principes ;
ce qui nous incite penser est toujours une rencontre traumatique, violente,
avec un rel extrieur qui simpose brutalement nous,
remettant en cause nos faons habituelles de penser.
En tant que telle, une pense vritable est toujours dcentre :
on ne pense pas spontanment, on y est contraint
Slavoj Zizek (2006 : 13).

E SUJET EST un concept qui vient du dehors de lanthropologie,


et quon dcouvrira en oprant plusieurs dcentrements, mais en premier
lieu un dcentrement disciplinaire, en allant voir et dialoguer du ct de
la philosophie politique. Dans la situation ethnographique, sous certaines
conditions quil nous faudra prciser, il fait irruption comme un rel
extrieur qui simpose brutalement nous, remettant en cause nos faons
habituelles de penser (Zizek 2006 : 13). On verra que la question
du sujet peut trouver sa place en anthropologie comme un tiers concept
permettant de dpasser les sens clivs quon attribue aux notions
de personne et d individu . On proposera, laide de trois exemples,
quelques pistes ouvertes pour travailler avec ce concept, et le transformer
du point de vue de lanthropologie. La figure du sujet permet de dpasser
les problmatiques de lidentit qui ont occup et mme obsd lanthropologie depuis ses origines ethnicistes jusquaux polmiques rcentes
opposant le communautarisme et la Rpublique. Rciproquement, insrer
la question du sujet dans lanthropologie permet de revisiter et dpasser
lopposition, lisible dans toute la philosophie politique, entre le sujet
agissant et lassujetti.

L H O M M E 203-204 / 2012, pp. 51 76

DIFFRENTIALITS

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

Michel Agier

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

Le dcentrement de lanthropologie

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

24/10/12

9:39

Page 52

52

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

Le dcentrement est une des questions-cls de lanthropologie. Il fonde


un rgime dgalit pistmologique entre toutes les situations, observable
condition aujourdhui dune anthropologie-monde en mme temps
quil ouvre la voie une anthropologie de lmergence du sujet dans chaque
situation observe. Cest ce que je voudrais dmontrer dans ce texte,
en voquant dabord, de faon rsume, les trois dimensions ncessaires
de ce dcentrement : goculturelle, pistmologique et politique.
Un premier dcentrement est culturel et, plus largement, goculturel .
Comme le rappelle Maurice Godelier (2007 : 63), le dcentrement
culturel est au principe de la mthode de lanthropologie, qui peut se
transformer en une posture politique et thique. Ce que jentreprends ici
vise pousser plus loin et globaliser cette posture vers lengagement
quelle implique bien au-del du relativisme culturel et dans le cadre
dune pense du monde et dun prsuppos dgalit, qui lui est
consubstantiel. Il ne sagit plus seulement de dcentrer le regard sur
le monde par lanthropologie, mais aussi de dcentrer lanthropologie
par le regard du monde. Se dcentrer, cest donc prendre acte de la
mondialisation, et en particulier de la plus grande circulation des savoirs,
des imaginaires et des modles quelle a engendre 1. Cest aussi en finir
avec les polmiques propos des tudes postcoloniales ou subalternistes .
Ces polmiques ont bien mis en vidence, dune part, lexistence dune
communaut de dbats lchelle mondiale, dautre part, une mise
plat des modles thoriques et politiques en prsence sur la plante.
En outre, elles montrent que les enjeux de reconnaissance et dgalit
qui existent lchelle mondiale traversent eux-mmes les sciences sociales
et leurs polmiques globales 2 : ces enjeux sont politiques parce que
la question de lgalit (de condition sociale et dexpression publique) est
prsente parmi toute cette communaut en rseau des sciences sociales
et historiques, et ils sont thoriques. En effet, la provincialisation de
lEurope est aujourdhui un fait tabli sur le plan des modles conomiques, culturels ou sociaux 3. Dans ces conditions, luniversalisme doit
tre non seulement dseuropanis comme le demandent les tenants
1. Sur la mondialisation des savoirs, cf. Jackie Assayag (2010).
2. En passant, on peut se demander si lespace de la polmique, propos des tudes postcoloniales,
nest pas lui-mme la ralisation dun des rares paysages globaux dont Appadurai (1996) a fait
le modle dune globalisation supranationale en gnral.
3. La dseuropanisation des savoirs urbains est un exemple assez clair de ce dcloisonnement
thorique par la prise en compte de lchelle mondiale des faits urbains et, notamment, des
relations Nord-Sud (cf. Agier 2009 ; Louiset 2011).

Michel Agier

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

Le dcentrement de lanthropologie

9:39

Page 53

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

des tudes subalternes et postcoloniales (Chakrabarty 2000),


mais surtout rassum et repens lchelle mondiale actuelle, cest--dire
dans un cadre cosmopolitique. Cest en construisant sur le plan thorique
ce cadre social cosmopolitique commun qui nimplique ni consensus
ni homognit, mais seulement la reconnaissance dune chelle de
grandeur et dchanges commune quon pourra envisager la possibilit
dune anthropologie-monde 4.
Mais ce nest pas encore suffisant. Au sein de ce premier dcentrement,
contextuel et global, un deuxime dcentrement, pistmologique et
situationnel, est ncessaire ; il concerne lenqute de lanthropologue
et consiste dplacer le lieu et le moment du regard depuis le centre
et lordre vers les bords et le dsordre. Il sagit de prendre comme poste
dobservation et point de dpart de la rflexion, les frontires, au sens
trs gnrique et anthropologique des espaces de lentre-deux, des seuils
et des limites, mais aussi des moments de lincertitude et de lindcision.
Il faut se dcentrer sans cesse, et partout chercher la limite de lunit
sociale, du lieu ou de la pratique observs. On considrera, par exemple,
que lespace des camps de rfugis, le ghetto (en fort ou en ville) o
arrivent les migrants, la zone frontire entre la Guine et la Sierra Leone,
ou encore lespace-temps de la rue envahie par le dfil carnavalesque 5,
sont pour lenqute des situations de frontire. En dplaant ainsi la focale
vers le dsordre, le dnuement ou lentre-deux des bords ou des limites,
plus gnralement donc des frontires (hors-lieux et temps suspendus),
les descriptions et les analyses se donnent les moyens dobserver les
processus et les genses, les contacts et les transformations. Une fois
encore, cette posture nest pas vraiment nouvelle en anthropologie,
mais il convient de la gnraliser dun point de vue mthodologique.
En effet, dans les annes 1960, une anthropologie critique des identits
(notamment ethniques) stait fonde prcisment sur le caractre
dterminant de la frontire des groupes lieu de brassages, dchanges et
de conflits , alors que lidentit elle-mme restait un foyer virtuel
dont la substance se drobe toujours lenqute, comme le notait
Claude Lvi-Strauss dans son sminaire sur lidentit 6. Ce qui est nouveau
dans le dcentrement pistmologique, cest la gnralisation de cette
4. Je rejoins ainsi, par dautres voies, le projet cosmopolitique dune pense monde dvelopp
par Achille Mbembe (2010) partir de lAfrique, et la rflexion de Jackie Assayag (2010 : 219-225)
sur les liens ncessaires et polmiques entre luniversel et la dmocratie.
5. Ces situations seront voques plus loin.
6. Cest cette virtualit du foyer identitaire sans existence relle qui a conduit Claude LviStrauss (1977) voquer le mythe de linsularit . propos des frontires ethniques,
cf. Fredrick Barth (1969).

53

Le dcentrement de lanthropologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

24/10/12

DIFFRENTIALITS

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

9:39

Page 54

posture lobservation des situations de frontire espaces, moments


ou mondes dentre-deux sans a priori sur les langages, toujours
relatifs et polmiques (ethniques, religieux, sociaux, etc.), qui les dcrivent
dans lespace public.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

Un troisime dcentrement pourra alors se faire partir de la logique


de ces situations de lentre-deux. Il sagit de voir tout ce dont la frontire est
le lieu : autant ce qui se passe dans cette situation-l situation limite voire
liminaire que ce qui vient de dehors cette occasion, arrive l et vient
en plus, pour bousculer lordre identitaire en place. Ce troisime dcentrement est donc politique au sens o il privilgie lagir et le moment de
basculement qui introduit un changement dans un ordre social
donn, offrant ainsi la possibilit de voir et comprendre le mouvement
et le changement en train de se faire. On attribue au sujet , de forme
gnrique, cette capacit dagir.
Comment surgit le sujet ? Et comment lanthropologie peut-elle
lapprhender, cest--dire le voir, le dcrire et le comprendre ?
Il nous faut ici revenir aux diffrentes manires dont lethnologie,
la sociologie et la philosophie abordent lindividuation, cest--dire la
forme sous laquelle les individus sont penss et construits par
les contextes (socits, groupes, espaces) o leur vie se droule. Je partirai
de la notion-cl de lethnologie depuis Mauss, la notion de personne ,
pour la relativiser en questionnant la place quelle a occupe dans
le holisme mthodologique de lanthropologie et dans la formation
de sa pense identitaire. Puis, jexaminerai la figure de l individu
que lindividualisation a mis en scne et qui est aujourdhui une notioncl de la sociologie pour finalement faire place une anthropologie
du sujet.

La personne, fiction ethnologique et question politique


Lanthropologie sintresse depuis longtemps aux diffrentes thories
de la personne, notion dont le sens va progressivement du masque,
tragique ou rituel, jusquau statut social ou sacr (cf. Mauss (1950 [1938]).
Lafricanisme en particulier a fait de la notion de personne le concept-cl
qui relie chaque tre une culture, un lieu, une structure sociale 7.
Dans le contexte lignager, chacun est dfini par une position quil occupe
dans la gnalogie du lignage, chaque tre existe par la relation qui lunit
dautres, vivants ou morts, rels ou imagins. Ce qui fait lindividu
7. Cf. le colloque et louvrage collectif La Notion de personne en Afrique noire (Collectif 1973).
Michel Agier

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

54

24/10/12

9:39

Page 55

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

comme personne, ce sont ds la naissance des mdiations aux anctres,


aux dieux, puis aux autres. Les traces ancestrales, les manifestations
divines ou les marques ethniques dont les corps sont le support en attestent.
La persona pour Mauss dfinit la notion de personne par lincorporation
de normes et valeurs morales et sociales : cest lindividu dans sa dimension
morale, et donc socitale. Ainsi, la personne renvoie en fin de compte
aux totalits anthropologiques que lethnologue apprhende selon une unit
ou transparence supposes entre un informateur, un espace, une socit
et une culture. Dans cette opration, lindividuation prendra la forme
dune identit ou dune superposition entre la partie que jobserve
(lobservation ethnographique) et le tout que je ne vois jamais, mais auquel
on donne gnralement les noms de socit ou culture , ou
d ethnie . Le tout dune culture et dune socit sincarne, sincorpore
dans une personne qui ne prend sens pour lethnologue quen tant
quelle est transparente la totalit. Dans cet usage de la notion de
personne, il y a donc une question de mthode qui est aussi une question
de reprsentation de lindividu dans le monde : selon cette dmarche
holiste de lanthropologie pousse jusqu sa limite dualiste (celle de Louis
Dumont qui oppose holisme et individualisme [1983], celui quon appelle
l informateur privilgi na dautre raison dtre que de dire et
dincarner le tout de la socit, de la culture ou de l ethnie dont
lethnologue pourra prsenter portant un regard externe et sadressant
un public encore plus externe la reproduction. Nat ainsi limage ou
la fiction dune totalit autre , cohrente, oubliant ou lissant, aux fins
de la cohrence analytique, les conflits, les brches et les formes htrognes 8. Ce qui sest perdu dans cette fiction ethnologique associe
la conception de la personne transparente ou rvlatrice dun tout idel
et invisible, cest la dimension relationnelle de lidentit individuelle,
la ncessit intrinsque dune altrit pour construire toute reprsentation
de soi ; cest aussi sa dimension contextuelle et les transformations quelle
a subies avec le changement des contextes 9. Cest ce qui a lgitim
les critiques propos de la reprsentation individue et totalisante,
identitaire en somme, de la notion de personne et, au-del, du rfrent
ethnique comme langage conventionnel dfinissant lobjet et la pseudospcificit de lanthropologie dans les sciences sociales.

8. La critique de cette fiction ethnologique sous ses dimensions culturalistes, localistes


ou ethnicistes a t importante dans les annes 1980-1990 (cf. notamment : Clifford 1988 ;
Aug 1992 ; Gupta & Ferguson 1997).
9. Sur ces deux points, cf. Aug (1994) et Terray (2011).

55

Le dcentrement de lanthropologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

24/10/12

DIFFRENTIALITS

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

56

24/10/12

9:39

Page 56

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

Des interrogations plus politiques demeurent cependant et doivent tre


prises en compte, puisquon les retrouvera plus loin propos des lieux
et situations o sobserve un agir politique du sujet. Elles concernent
les effets de ce modle de la personne du point de vue de lemprise
du lignage sans dehors, et sans rvolte en son sein, et plus gnralement,
sur limpossibilit de la politique tendue une socit qui serait toute
lignagre. De mme et de manire plus gnrique, Hannah Arendt (1995)
dfend que la politique, qui suppose une communaut dgaux, ne peut
pas avoir lieu dans le monde priv ou domestique, qui est hirarchique
et ingalitaire 10. Le monde domestique est bien un lieu de pouvoir
mais pas un lieu de la politique, explique-t-elle, car cest un lieu o
on ne pouvait pas [] tre libre parce quil manquait dautres gaux
(Ibid. : 146) 11. En fait, et pour relativiser ce propos, on voit que pour
Hannah Arendt cette rfrence au monde domestique est dialectique ;
elle se dfinit par opposition au seul espace o, selon elle, la politique
serait possible : lespace intermdiaire entre les mondes trop proches
(privs) et trop lointains (trangers), idalement donc lespace de lagora.
Cest une utopie qui nous vient de la pense politique grecque et qui
dsigne lidal dun espace de la politique en tant que libert de parole
et daction entre gaux ; cest le topos symbolique de la conversation
dmocratique selon les mots dArendt. Notons cependant, et pour
penser dcentrs, que cette conversation politique peut aussi bien se
localiser sous larbre palabres de nombre de socits africaines,
pour autant que le village ou la ville contiennent aussi le lieu dune
assemble qui soit un dehors du lignage (Terray 1988 ; Abls 2003 ;
Mbembe 2010). loppos donc, selon lapproche arendtienne, lexercice
de la politique au sein de lespace domestique ou de la socit toute
lignagre sera impossible aussi longtemps que la communaut des gaux
10. Lgalit comme condition de la politique dont il est question ici sentend sur un plan non pas
social, mais politique (ans /cadets, hommes/femmes). Cest dailleurs lobjet de la politique que
de dire et transformer lingalit sociale en une socit plus juste, sans dpendre dune socit
dgaux (sociaux) pour pouvoir se raliser comme communaut dgaux politiques pendant le
temps et dans lespace limits de la politique. On diverge sur ce point des analyses sociologiques
actuelles (notamment Rosanvallon 2011) lorsquelles conduisent faire des banlieues franaises
ghettoses un monde infrapolitique, ce qui revient finalement renforcer lide, maintenant
rpandue en Europe, dune dmocratie conditionnelle et dune citoyennet plusieurs degrs.
11. Elle sappuie sur le Livre 1 de La Politique dAristote pour dvelopper la distinction entre
la cit (un fait naturel selon Aristote (in 1996) au sens o il est constitutif de la nature politique de lhumain) et ladministration domestique. En outre, distinguer les parties et le tout
la cit comme tout est antrieure la famille et chacun de nous , Ibid. : 4 implique aussi
que la cit est forme dlments disparates et cependant libres et gaux (Ibid. : 75) alors que
la famille, elle, contient des personnes de statuts ingaux des libres et des esclaves sous lautorit dun seul chef, la fois matre, pre et poux. Sur les diffrences entre les gouvernements de la
cit et de la famille, cf. aussi Genevive Fraisse (2000).

Michel Agier

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

24/10/12

9:39

Page 57

politiques ne pourra sy raliser : ainsi, rapports de genres et de gnrations


sont ingalitaires du point de vue du droit davoir des droits tant quils
sappuient sur lillusion de hirarchies et donc didentits naturelles .

57

De lindividu lhyper-individu
En effet, lindividu comme unit statistique lmentaire et objective
est une illusion, mme si le corps unique et indivisible fournit lunit
de compte minimal. En socit, latome individuel est disponible pour
les reprsentations de la sociologie des catgories, celles-ci fonctionnant
selon une logique dductive comme des abstractions fondes sur un ou
plusieurs critres de classification (par ge, sexe, revenu, catgorie socio12. Cf., par exemple, sur la priode 1950-1960, les recherches Brazzaville de Georges Balandier
(1955a) et Abidjan de Jean-Marie Gibbal (1974). En outre, tout un courant de lanthropologie
urbaine et de la sociologie urbaine du XXe sicle sest dvelopp sur le thme du village dans
la ville ou sur celui des ethnicits urbaines (voir le bilan dress par Ulf Hannerz [1983]).

DIFFRENTIALITS

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

Pour revenir la figure anthropologique de la personne, on sait que


la rponse la plus logique et massive lemprise lignagre a t historiquement la fuite du lignage ds quun dehors a pu apparatre, en grand,
avec la dcolonisation : dans lAfrique noire des annes de la dcolonisation, entre les annes 1950 et 1970, le dpart vers les villes et les
priphries urbaines a t synonyme dmancipation ce qui a donn
la migration elle-mme, ds cette poque mais dans un sens diffrent
de celui daujourdhui, une signification politique au-del de la seule ligne
de fuite quelle a incarne dans chacune des trajectoires individuelles.
Ce fut littralement, la recherche dun air de libert dans les villes
avant dtre pour beaucoup la dcouverte des lieux de labandon. Les villes
dcrites par les anthropologues en Afrique dans cette priode furent
marques par lambivalence des statuts sociaux, des positions symboliques
et des engagements politiques des nocitadins, ruraux urbaniss, villageois
en ville, etc. 12. Sest impose alors, pour les intresss, la question de
lindividualisation et de ses effets, selon un point de vue pragmatique
accompagn par une certaine objectivation et distanciation des lieux,
identits et cultures d origine . Pour certains anthropologues cependant,
dans les pays du Sud en gnral, lenqute sest arrte aux portes de
la ville, laissant dautres approches, en particulier la sociologie,
le soin de comprendre le destin des citadins, pris entre les deux apories
de la personne dsocialise et de l individu catgoris. Ils y ont
beaucoup perdu du point de vue de la complexit culturelle du savoir
anthropologique.

Le dcentrement de lanthropologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

58

24/10/12

9:39

Page 58

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

professionnelle, lieu de rsidence, etc.), qui narrivent jamais rendre


compte du tout de la notion de personne (car ils en perdent la
complexit sociale, symbolique, etc., rendue par le holisme mthodologique), ni de la somme de toutes les individualits (car celles-ci rsistent
se laisser dissoudre dans la masse, les catgories ou les classes).
Quant lindividu produit par le processus dindividualisation
(en arrivant seul quelque part hors de son contexte lignager, familial,
villageois ou communautaire), il ne se confond pas avec lindividu
normatif, celui que lindividualisme institue selon lopposition dj
mentionne entre la personne caste en Inde ou lignagre en Afrique
dune part, et lindividu occidental dautre part. Il ne sy rduit pas,
mais cest le modle auquel il a affaire. Un modle en apparence
ddoubl : du ct de lindividu, Robert Castel (1995) avait dabord
distingu lindividualisme positif et lindividualisme ngatif. Si lexpert
international, le voyageur ou mme le citadin 13 sont des figures types
du discours positif de la libert de l individu contre loppression de la
personne , loppos la version ngative de lindividualisme se ralisera
sous les modalits chelonnes dune dprciation sociale : les figures de
la dpossession, du prcariat , du marginal ou du vulnrable aboutiront
finalement la notion biopolitique des populations dindividus sans
nom considrs sous langle de leur seule vie nue (Agamben 1997).
Mais, la version positive elle-mme se dveloppe jusqu lexcs et
jusqu remettre en cause sa propre valorisation. Le sens de lautonomie
individuelle, avec les projets, les russites ou les checs, les joies et
les souffrances intimes des vies pleines, professionnelles, amoureuses
ou amicales, toujours vcues et ressenties comme uniques, en propre,
et en ce sens trs riches ou enrichissantes , ce sens de la libert
et de la responsabilit individuelles tout accomplies, peut se caricaturer
lui-mme en son revers, qui est son cauchemar. La construction de soi ,
seul face la marchandisation gnralise du monde, ne laisse gure
dautre issue face aux lois du march que de savoir se vendre, savoir non
pas vivre sa vie pour la conter selon la belle formule du romancier
Gabriel Garcia Marquez 14, mais produire un CV en temps rel, et tre
soi-mme un produit plutt quun consommateur (cf. Bauman 2008 et
Calame 2010). Quand lhyper-individu ou l individu par excs finit
par souffrir dune hypertrophie de soi, lindividu par dfaut , lui, est
13. Celui de la sociologie de Georg Simmel et, plus largement, celui des travaux de lcole
de Chicago quil a inspirs dans une problmatique qui voit dans la ville le lieu de lmergence
de lindividu comme unit de pense et daction (Park 1984 [1929] : 164).
14. Vivir para contarla, titre de lautobiographie du romancier colombien Gabriel Garca Mrquez
(2002).

Michel Agier

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

24/10/12

9:39

Page 59

59

De la subjectivation aux sujets : anthropologie et philosophie


Lindividu difi par lindividualisme contemporain risque de ntre
plus rien lui-mme que cette expression limite de lassujettissement que
reprsente autant, sinon mieux, lhyper-individu que lindividu dchu 17.
Ce qui vient aprs lindividualisme, sur ce vide ou ce reste , semble
insaisissable une anthropologie toute construite sur ltude des manires
de produire la personne et son ou ses identits, ou leur critique.
15. En dnonant ce quil appelle une ethnicisation de la France , Jean-Loup Amselle (2011)
se situe dans le mme paradigme identitaire que celui de Charles Taylor auquel il veut sopposer.
Miroir invers dun autre ouvrage, collectif, de dconstruction des cadres ethniques sans leur
imposer une analyse identitaire (Amselle & MBokolo 1985), la dnonciation opposant lethnique
et la Rpublique comme deux entits antinomiques se prend elle-mme au pige identitaire
et oublie, en passant, tout la fois lindispensable ethnographie politique des mouvements
quelle stigmatise idologiquement, et linvitable insoumission des sujets, singuliers ou collectifs,
aux assignations identitaires (voir infra).
16. Celle qui, par exemple, en France, institue le dlit de solidarit comme sanction juridique
lencontre de personnes hbergeant des trangers en situation irrgulire .
17. Je renvoie, sur ce point et plus gnralement sur les reprsentations de lindividu contemporain, louvrage collectif et critique dirig par Philippe Corcuff, Christian Le Bart et Franois de
Singly (2010).

DIFFRENTIALITS

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

renvoy la mme contrainte sociale et symbolique, la diffrence prs


quil ny arrive pas, ou ny arrive plus ! Ainsi la valorisation de lindividu
a-t-elle pour corollaire son exposition et la perception aigu, voire lexprience des risques qui accompagnent cette forme apparemment positive
de la mise nu.
On voit que la figure de l individu nest pas moins contrainte, socialement et symboliquement, et contraignante que celle de la personne .
La ralit de lindividu en situation nest donc jamais saisissable en dehors
dordres du discours qui le reprsentent, que ce soit dans les langages
anthropologiques de la personne et du lignage, ou dans celui de la socit
des individus. Aussi lmentaires soient-elles en ltat, ce sont ces figures
de rfrence qui fondent sur les scnes actuelles de la politique, une
distinction entre libralisme (individualiste) et communautarisme
(identitaire). Ce clivage, transform en clich de lanalyse politique,
donne une image fige, presque statuaire, des rapports entre les logiques
individuelles et collectives (cf. Taylor 1994) 15. Plus gnralement,
cette lecture identitaire fait limpasse sur la question du mouvement,
du changement et des logiques de lagir qui ne se rduisent ni une
politique de la diffrence plus ou moins communautariste et identitaire, ni une socit des individus et sa forme idologique exacerbe
dans la politique de lindiffrence 16. Entre les deux, se situe toute la question
du sujet, de ses multiples facettes et de ses conditions dmergence.

Le dcentrement de lanthropologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

60

24/10/12

9:39

Page 60

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

Do le caractre la fois mlancolique, nigmatique et paradoxal du


projet pour une ethnologie de la solitude 18. Cest certainement laporie
majeure de lanthropologie des mondes contemporains fonde comme
une anthropologie critique. Cest le point et le moment thorique o
il nous faut faire une place un tiers concept, le sujet, en un dialogue
avec la philosophie politique. Comment travailler avec ce concept et
le transformer du point de vue de lanthropologie ?
La question nest pas de dfinir le sujet comme une forme alternative
didentit essentialiste, qui serait plus vraie , plus transcendante que
les autres. Mon propos ne vise pas non plus ajouter de la subjectivit
aux analyses du social. Il est certes remarquable quune partie de lanthropologie se soit intresse ces dernires annes aux subjectivits comme
lensemble des tats et des motions ressentis dans lesquels le social
se manifeste. Ces approches ont largi le champ de lanthropologie
et lventail de sa propre interdisciplinarit vers la psychanalyse ou la
psychiatrie et la philosophie (Das 2006 ; Crapanzano & Pandolfi 2008 ;
Laplantine 2008). Mais, elles restent guides par la recherche de la
meilleure dfinition possible des identits, une dfinition plus complte,
sans que pour autant le cadre relationnel ou lespace public soient
apprhends eux-mmes par une anthropologie de lmergence du sujet
en situation. Cest ce quon cherche tablir ici, une mdiation plutt
quune vrit du sujet. Il sagit de rflchir aux conditions de lirruption
dun sujet dans un moment et un lieu o une subjectivation rend le sujet
possible, en tenant lidentitaire distance. L o lanalyse peut mettre
en uvre lopposition dynamique entre les assignations identitaires (issues
de la querelle entre la personne et lindividu) et lmergence dun sujet,
elle smancipe elle-mme de tout modle identitaire qui lamnerait
supputer et ventuellement noncer une vrit cache derrire les
processus et situations observables.
En dautres termes, il nest pas utile quun sujet soit colrique pour que
sexprime un sujet en colre , dont lexpression peut passer par des refus
individuels, des blocages ou boycotts collectifs, comme on le verra plus
loin. Il nest pas davantage utile quun individu soit un tant soit peu
pervers pour quun refus de telle ou telle contrainte dautorit sexprime
par son contournement ou son dtournement, plus ou moins organis
collectivement. Et pareillement, il nest pas ncessaire quun Noir
brsilien soit rellement africain pour pouvoir se clamer Africain
dans un langage ethnique et dans un cadre rituel Salvador de Bahia.
18. Selon les mots de conclusion de lessai de Marc Aug, Non-lieux, plusieurs fois repris par
lauteur par la suite : Il y aura donc place demain, il y a peut-tre dj place aujourdhui, malgr
la contradiction apparente des termes, pour une ethnologie de la solitude (1992 : 150).

Michel Agier

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

9:39

Page 61

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

En distinguant le sujet du paradigme identitaire, les questions que pose


une anthropologie de lmergence du sujet en situation concernent
un rapport simultan au lieu (quel espace public ?) aux autres (quelle
relation ?) et au pouvoir (quel rapport la souverainet ?).
Cette anthropologie du sujet suppose enfin une double dmarche, thorique et empirique, pour voir et penser ce tiers concept pour un tiers
acteur, qui arrive en plus. En premier lieu, il sagit de comprendre et tirer
les consquences dune divergence qui occupe les philosophes depuis plusieurs dcennies, lantithse assujettissement-subjectivation [qui] caractrise toute la philosophie franaise depuis la deuxime moiti du XXe
sicle dont lun des fils conducteurs est ce quon pourrait appeler la problmatique des modes de sujtion (Balibar 2011 : 5, n. 1). Cest la
figure du sujet dans un rapport au pouvoir et lagir qui nous occupe ici.
Non pas, encore une fois, pour dire si lune des deux figures lassujetti
ou le sujet agissant serait plus vraie que lautre, car elles peuvent
tre prsentes chez chacun, de manires contradictoires et alternatives, ou
combines et conflictuelles. Mais parce quelles peuvent senrichir et se
prciser par le recours lenqute ethnographique et situationnelle, et
grce son attention aux lieux, aux autres et aux pouvoirs. Sans doute estce l la modalit de relation la plus quilibre et efficace entre lanthropologie et la philosophie, non pas celle de la vrification , mais celle de
lexprience des concepts en situation, qui permet de travailler et transformer le concept plutt que de se satisfaire dun usage de la philosophie , lointain ou rhtorique 19.
On a dune part une subjectivation au sens de lassujettissement
des corps et des places identitaires un pouvoir souverain, dans une
perspective qui reste largement structuraliste. Lobjet sujet est en creux
dans ces analyses quon trouve bauches chez Michel Foucault (1994,
1997). Deux procds participent cet assujettissement, bien mis en
lumire par Mathieu Potte-Bonneville : le panoptique bien sr, ou la
socit de contrle qui assujettit mcaniquement 20, mais aussi et surtout
le contrle rflexif, de soi par soi (2010 : 121). Cest le merveilleux
dispositif selon lequel Surveiller et punir pourrait aussi bien sappeler
se surveiller et se punir 21. Dans une enqute sur la subjectivit la
franaise , tienne Balibar insiste sur lunit objet/sujet selon Foucault :
19. Je dois Ann Stoler et nos discussions sur le terrain dans la philosophie, cette attention
au travail des concepts .
20. On peut largir cette ide toute lemprise du biopouvoir comme technologie savante
du pouvoir sur les populations dindividus anonymes (Foucault 1997).
21. Pour des exemples dapprentissage intime dun dispositif de subjectivation, cf. Stoler (2002)
et Houbre (1997).

61

Le dcentrement de lanthropologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

24/10/12

DIFFRENTIALITS

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

24/10/12

9:39

Page 62

62

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

Cette emprise du pouvoir total et unitaire sur lindividu nest donc pas
exactement une subjectivation sans sujet , cest littralement lobjet
subjectiv et incorpor. Face cette emprise, Michel Foucault nabandonne pas toute ide du sujet, mais il en appelle une rsistance intime,
au nom dune libert toujours possible puisque cette libert doit bien
exister, selon lui, pour que le sujet soit considr co-auteur de son assujettissement. Cette rsistance sincarnerait dans la subjectivit , le souci
de soi (cf. Foucault 1994), ainsi apparaissent le monde priv comme
repli et un sujet ramen littralement son tre (comme lindique le
suffixe -it qui apparat ce moment-l ? car il nest plus question de
subjectivation, assimile lassujettissement, mais de subjectivit).
Frdric Gros insiste sur limportance de lide, mme peu dveloppe
chez Foucault, de la subjectivit en dfendant que la figure foucaldienne
du sujet est tout le contraire de ce quon a pu dnoncer ou exalter
comme lindividualisme contemporain (2002 : 233) ; le sujet ne serait
donc pas un hyper-assujetti, et il faut chercher dans le souci de soi de
lanalyse foucaldienne les expressions de ce sujet-autre. On rtorquera que
lon sort ainsi de la sphre publique, et que la rsistance intime est largement secrte sinon illusoire, quelle est plus une niche en soi voire un
repli sur soi quune expression de soi face aux autres. Ce qui sy joue ne
sera ralis, effectif et observable que lors dun passage lespace public.
Pour lenqute de lanthropologie situationnelle, cette dimension relationnelle de soi (on la tient de la notion de personne) est le biais indispensable
de toute enqute sur le sujet.
Reprenons, donc, lanalyse de la subjectivation du point de vue des
scnes sociales, observables. Le sujet assujetti peut en effet surjouer, voire
anticiper son rle, et ainsi donner limpression de le coproduire,
le vouloir et le dsirer pleinement. L, les qualificatifs de positif ou
de ngatif nont plus de sens. Car on peut aussi bien observer cet
individu par excs dans un tout autre contexte, par exemple propos
de la victimisation de soi releve gnralement dans la reprise par les
rfugis de leur image victimaire, dans la prsentation de leurs corps ou de
leurs tmoignages : cest une prsentation de soi souffrant qui conditionne
leur prise en charge par des organisations humanitaires et confirme
celles-ci dans leur domination symbolique de la scne humanitaire
Mais lvidence de cette analyse un peu trop simple de la coproduction
Michel Agier

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

La question du sujet et celle de lobjet, ramenes un double procs de subjectivation et dobjectivation, dassujettissement de lindividu des rgles et de construction
du rapport soi selon diffrentes modalits pratiques, ne son pas opposes entre elles,
mais deux faces dune mme ralit (Balibar 2011 : 83).

24/10/12

9:39

Page 63

63

Le sujet en situation : trois figures


Si lon veut sen tenir la sphre socialise et relationnelle conditions
pour en faire le terrain de lanthropologue , on rencontrera donc une
autre figure du sujet qui simpose , ventuellement de manire brutale,
qui remet en cause nos faons habituelles de penser et force au dcentrement : cest le sujet de la prise de parole, prise dinitiative ou prise
despace, qui renvoie lanalyse dune situation, dun moment, plutt
qu celle dune structure sociale ou dun dispositif biopolitique. Ce sont
les situations que lon va brivement voquer maintenant, dans le seul but
didentifier quelques figures possibles du sujet.
Esthtique : le souci de soi et le sujet comme auteur

Pour produire un rcit de soi, un certain nombre de conditions doivent


tre remplies. Tout dabord un lieu o prendre la parole, pour quelle soit
socialise et entendue devant un interlocuteur proche puis ventuellement
devant un auditoire plus large et anonyme. Plusieurs contextes sont
possibles comme on a pu lobserver propos des espaces du tmoignage
22. Je reprends le terme quutilise Jacques Rancire (1995) pour dcrire la politique.
23. Je reviens plus loin sur la seconde expression scandaleuse mentionne, celle du rfugi
se confrontant aux organisations internationales.

DIFFRENTIALITS

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

du statut de victime se trouve toute bouscule et dpasse par les deux


scandales proches mais diffrents qui lui sont troitement associs :
celui du rfugi menteur (ou du faux rfugi ), et celui du rfugi
affrontant lhumanitaire. Le premier des deux scandales nest pas compris
par la thorie du sujet-objet, car lessentiel se joue dans un moment de
basculement et de reprise dinitiative de celui/celle qui dcide, dans une
situation donne, de construire un rcit qui pige sur son propre terrain
le pouvoir (assistantiel ou scuritaire) qui sexprime en face de lui. Comme
jai eu loccasion de le montrer lors dune enqute sur la confrontation
entre des rfugis (ou faux rfugis ou migrants clandestins ) et
des reprsentants du HCR en Guine prparant lorganisation dun retour
collectif en Sierra Leone (Agier 2008), ce genre de msentente 22 peut
se terminer en jets de pierres et refus par les rfugis de se soumettre
aux comptages du HCR ! 23 Ce basculement (quaccompagnent un geste
violent, une forme ou une autre de rupture, etc.) nest pas systmatique,
bien sr, mais on observe l un changement qui sopre entre ce que
le rfugi est suppos faire ou dire dans lordre qui le pense, et ce quil fait
et dit effectivement. Cest dans cet agir quun sujet peut tre effectivement
observ et dcrit.

Le dcentrement de lanthropologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

64

24/10/12

9:39

Page 64

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

et de la prise de parole parmi des groupes rfugis ou dplacs. Il y a,


par exemple, linteraction avec lethnologue se trouvant dans un camp de
rfugis en Guine et recueillant des histoires de vie : comme jai pu
en faire lexprience, lenqute peut tre dtourne et transforme par
des rfugis sierra-lonais en un moment de tmoignage gnralis afin,
pensent-ils, de rpondre indirectement aux reprsentants du sige du HCR
qui passent au mme moment dans la rgion et offrent quelques possibilits de rinstallation dans un pays tiers au lieu du rapatriement
collectif en Sierra Leone ! Au-del des deux raisons immdiates (lenqute
de lethnologue, la demande par les rfugis dune rinstallation par
le HCR), une troisime signification simpose dans la situation : celle dun
moment de prise de parole, instituant un sujet de parole qui simpose
pendant un moment dans lespace du camp.
La prise de parole peut aussi tre une prise dcriture 24. Dans un
autre camp de rfugis, celui de Maheba en Zambie, un livre a t crit
par quatre instituteurs rfugis rwandais hutus en 2000. Ils avaient repris
des lments de tmoignages recueillis auprs des Hutus qui, comme eux,
taient arrivs dans le camp deux ans plus tt, pour en faire un seul rcit.
Quand jai rencontr lun deux, en 2002, on parlait encore dans le camp
du livre des rfugis hutus , un texte multigraphi intitul LItinraire
le plus long et le plus pnible (Les rfugis hutus la recherche de lasile) 25.
Ces quatre instituteurs se sont prsents eux-mmes comme auteurs
dun tmoignage collectif 26. La publication du rcit sest faite dans le
camp o louvrage a ensuite circul. ce moment-l, le camp est devenu
la scne o se joue le rcit de soi des rfugis hutus en tant que peuple
en exode . Il sagit pour eux de se dfaire dune identit stigmatise qui
ds leur arrive les tient lcart, dcrire contre la politique de diabolisation du rfugi hutu 27 et contre le soupon extrme de gnocidaires .

24. Alain Brossat parle de prises dcriture propos des crits de prisonniers, quil diffrencie
dun genre littraire (rcit ou mmoire) et considre comme le rsultat dune dissociation
de la condition ordinaire du dtenu et dune production dun salutaire dsordre propos
de la prison (2001 : 19). Lexpression a t utilise par Artires (2000) pour des autobiographies
de criminels. Cf. aussi Michel de Certeau (1994) et ses rflexions pionnires sur la prise de parole,
ainsi que Marcel Detienne (2003).
25. Texte crit par Asalie Hagenimana, Joseph Nkengurukiyimana, Justin Mulindabigwi & Marie
Goretti Gahimbare (s.d. [2000], s.l. [Maheba], 77 pages multigr.).
26. Ils comptent aussi parmi les fondateurs et responsables dune association des rfugis hutus
pour le dveloppement dactivits agricoles dans lenceinte de ce site du HCR en zone rurale,
et avec le but explicite de stablir sur le site, sans retour au Rwanda. Huit ans plus tard, ils taient
encore l, alors quune majorit de rfugis, angolais pour la plupart, avait t rapatrie en Angola
dans les annes prcdentes.
27. Asalie Hagenimana et al., LItinraire le plus long et le plus pnible, op. cit. : 1.
Michel Agier

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

24/10/12

9:39

Page 65

65

Politique : le sujet comme demande de citoyennet

Les rfugis et les dplacs peuvent tre forcs se rendre dans des
camps, pendant que dautres sont forcs les quitter. La gologistique 30
des rfugis est tout la fois un contrle des espaces et un contrle
des mobilits. Dans le gouvernement humanitaire de tous les jours,
ils sont gnralement rpartis en catgories plus ou moins vulnrables ,
ayant plus ou moins de droits telle ou telle protection, telle ou telle
prise en charge. Par exemple, le HCR utilise une quinzaine de catgories
de vulnrables qui sont, dune certaine faon, plus catgorises et
plus prises en charge que les autres. Ce dont il sagit l est lexcution
des principes de biopouvoir dj mentionns plus haut, comme moyen
dobjectivation des populations traiter. Dans ce cadre, des protestations
28. Asalie Hagenimana et al., LItinraire le plus long et le plus pnible, op. cit. : 3.
29. Sur la vrit et la fiction des mises en scne de soi dans le cadre artistique, notamment
thtral, cf. Agier (2003) et Dornier & Dulong (2005).
30. Michel Lussault (2009) utilise ce nologisme pour dsigner une rpartition organise des
places dans les espaces.

DIFFRENTIALITS

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

Louvrage est ddi tous les rfugis du monde . Le rcit sattache


construire une image universelle (ou tenue pour telle) de rfugis
en dtaillant les souffrances fatigue, faim, mauvais traitements, peur,
fuites et les tapes travers plusieurs pays entre avril 1994 (leur dpart
du Rwanda) et novembre 1998 (leur arrive dans le camp de Maheba).
Il sagit de dmontrer qu un exode du XXe sicle [celui du peuple hutu]
semblable celui du peuple de Mose a eu lieu 28. La rfrence explicite
lexodus et au peuple juif errant signifie aussi que cest un exil sans retour,
que ce nest pas lodysse du migrant dont le parcours est tout orient,
tel Ulysse vers le retour Ithaque. Au contraire, le nom de rfugi et
la rfrence lexodus deviennent pour les Hutus du camp de Maheba
les mots qui font symbole face aux autres habitants du camp : ils doivent
les rendre identifiables un peuple victime de la guerre et tous
les rfugis du monde .
On voit par ces exemples que le rcit de soi, orient vers les autres,
implique un souci esthtique : des comptences de langage ou dcriture,
de jeu de rle et de mise en scne de soi, sont ncessaires la prise
de parole. Enfin un travail est galement ncessaire pour crer et parfaire
autant que possible le rcit comme prsentation de soi ; cest ce qui,
au-del des vises assignes tel ou tel rcit, livre ou pice de thtre,
transforme le soi en auteur, alors mme quil se prsente ce momentl et au terme dun travail esthtique russi, comme le pur et vrai
tmoin, transparent son soi 29.

Le dcentrement de lanthropologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

66

24/10/12

9:39

Page 66

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

ont lieu, trs brves et parfois trs violentes, sporadiques, de la part


des rfugis qui sont souvent les moins mal lotis puisque ce sont eux qui
jouent le rle de leaders ceux qui savent parler anglais, qui ont un peu
dargent de ct et qui sont reconnus par les autres pour parler en leur
nom . Ceux-l viennent voir des Blancs des organisations humanitaires
pour dire, comme jai pu lobserver dans un camp de Sierra Leone,
Tous les rfugis sont vulnrables , refusant les catgorisations produites
par les oprateurs du gouvernement humanitaire. Grves de rfugis
employs par les ONG internationales pour une quivalence de salaires
avec les employs nationaux , boycotts de la ration alimentaire du PAM
(Programme alimentaire mondial), squestrations de travailleurs humanitaires, manifestations la porte des compounds humanitaires, etc.,
il y a des enjeux matriels dans ces actions-l (qualit des abris, de la ration
alimentaire, droit de circuler, de travailler, etc.) et, plus gnralement,
une demande de droits qui utilisent le nom de rfugi en le dtournant
du langage humanitaire. Dune certaine faon ces personnes disent : Nous
ne sommes pas les rfugis que vous croyez. Nous sommes dautres sujets .
Le sujet, dans ce cas, nest pas un citoyen puisquaucun tat ne lui
reconnat cette condition ; aucune loi de citoyennet ne correspond
sa condition de victime faite de corps souffrant et silencieux.
Lindividu rfugi, dtach de ses contextes de socialisation et didentification (laisss aux lieux de la personne ) est stopp dans un cart, en
reste, selon une place assigne en dehors de tout espace de reconnaissance
politique. Dans ce contexte biopolitique, son action est celle dun
devenir citoyen 31 : il agit en politique (dclame, interpelle, manifeste
son dsaccord et sa demande) comme sil tait question de citoyennet,
mais dans un espace et un langage qui, eux, sont humanitaires et ne
connaissent que le sujet/objet, image et corps silencieux du vulnrable/
indsirable. Il lui faut donc crer le moment politique (par un geste,
une violence, une imposition brutale , une interruption du cours normal des choses) qui permet de transformer la scne humanitaire dominante en une scne dmocratique marginale et liminaire, occasionnelle
et inattendue 32. Mais si le sujet est sans tat ce moment-l, ce quil
exprime rclame un primtre de lgitimit politique au-del ou en dehors
de la sphre de ltat-nation reconnue mondialement comme primtre
du droit politique. Ce qui sexprime est un citoyen supranational ou
non national, et une inversion (pour le temps de cette subjectivation)
du rapport entre droits du citoyen et droits de lhomme.
31. Sur le devenir citoyen comme une des figures ou des potentialits du sujet, cf. Balibar
(2011).
32. Sur lopposition des scnes humanitaire et politique, cf. Rancire (1995 : 167 sqq.).

Michel Agier

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

24/10/12

9:39

Page 67

67

Rituel : le sujet comme ddoublement de soi et du monde

Jai dfini les camps de rfugis non comme des non-lieux, mais comme
des hors-lieux : ce ne sont pas, ou pas seulement, des espaces de lindividu
atomis et/ou abandonn, ce sont des espaces du bord, de la limite,
des espaces dentre-deux, o se trouve rcrite aujourdhui lhistoire de
l tranger . Le camp, surtout le camp qui dure, reprsente une situation
de frontire telle quon la dfinie plus haut, cest un espace toujours sous
contrle mais toujours liminaire. Le troisime exemple que je souhaite
voquer maintenant semble bien loign de ces espaces-l, pourtant lide
de la liminarit les rapproche. la liminarit socio-spatiale des uns,
jassocie la liminarit rituelle de lautre, pour autant quune situation ait
lieu en rupture avec lassignation identitaire de chaque jour : cest l,
dans cette situation liminaire, quexistent des sujets qui prennent les noms
de desplazados, rfugis , peuple en exode , mais aussi dans un autre
contexte, d Africains ou de Noirs .
Chaque anne, Salvador de Bahia, au Brsil, dans le quartier noir
et mtis de Liberdade, la premire sortie au carnaval du groupe noir
Il Aiy a lieu au cours de la nuit du samedi prcdant le Mardi gras.
Ce sont les Africains Bahia , dclarait le groupe ds son premier
carnaval, en 1975. Son attitude provocatrice et les rprobations officielles
et journalistiques quelle leur a values ont entran aussi un vritable
engouement parmi la jeunesse noire de la ville qui a vu l un espace
dexpression, de loisir et dauto-valorisation. En annonant son refus
de voir des Blancs dfiler dans son groupe, Il Aiy a t lexpression
bahianaise et carnavalesque des mouvements de rvoltes raciales et
dorganisation politique des Noirs qui se sont dvelopps au mme
moment aux tats-Unis, en Europe, en Afrique du Sud. Puis, en quelques
annes, toute une panoplie de crmonies, de rituels et de hros est ne

DIFFRENTIALITS

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

On observe, dans ce contexte, ce quon peut appeler un temps court


du sujet : cest lici et le maintenant de ces camps de rfugis o ont lieu
des scnes politiques qui ne trouvent pas de lgitimit naturelle ,
mais rendent le dispositif humanitaire ou, ailleurs, le dispositif scuritaire
moins indiscutables. Et il y a aussi, dans un contexte plus large et
englobant, un temps long de ce sujet-l : cest, dans le cadre historique
du contrle des mobilits et des frontires nationales lchelle mondiale,
le sens politique des dplacements des migrants, rfugis et clandestins
qui refusent leur confinement ou leur encampement, et se dplacent
contre toute mise lcart. Leur prsence et leur dsobissance mettent
en vidence le face face, trs politique, entre les flux migratoires SudNord, et les flux de charit humanitaire Nord-Sud.

Le dcentrement de lanthropologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

68

24/10/12

9:39

Page 68

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

et a form limage de la rfrence africaine Bahia : les figures de la Mre


noire, de la Desse dbne, de Zumbi, hros de la rsistance des communauts marronnes au XVIIe sicle (quilombos), ainsi que les centaines de
compositions de sambas et un rituel d ouverture des chemins inspir
du culte afro-brsilien, ont peupl ce monde en double qui fut appel
Mundo negro (Agier 2000).
Le dfil dIl Aiy est toujours un moment remarquable au sens o
il se distingue de la confusion carnavalesque ambiante : le passage dIl Aiy
est au contraire la marque dun groupe nombreux (deux mille participants
au moins) trs calme, trs respect et respectable. Il se cre lors du dfil
un sentiment fort et partag bien que circonscrit pour tous au temps
du carnaval. Le lien une Afrique-symbole fait fonction de mdiation
communautaire entre tous les prsents. Une communaut de linstant
se ralise et les paroles de samba composes par les auteurs amateurs
dIl Aiy sont chantes ce moment-l : Je suis un Noir exotique ,
entend-on alors, Nous sommes les Africains Bahia , la couleur
du tissu [du vtement de carnaval], on voit que je suis africain , etc.
Quest-ce qui rapproche cette cration festive et rituelle dun sujet
nomm Africain de Bahia , cest--dire un sujet politique portant
un masque identitaire , du langage politique dinspiration humanitaire
utilis par des leaders rfugis, ou encore du livre de lexodus cr par
des rfugis hutus contre les regards souponneux qui les entourent ?
Cest dabord une position sociale et politique subalterne, mprise
ou stigmatise qui engendre des ractions contre . tre cet Africain
de Bahia dans la mise en scne dun soi ddoubl dans et par le carnaval
Bahia, cest dabord ne pas tre le Noir du racisme de la socit
brsilienne dans la vie quotidienne. Ainsi, se cre un dcalage entre
une identit assigne et un sujet qui saffirme en la refusant. Bien plus
que dune affirmation identitaire, il sagit dun espace de subjectivation
au sens o des sujets, un moment donn et dans un lieu propice cette
expression, mergent en imposant leur parole contre lidentit inscrite
dans le langage qui les soumet, les infriorise ou les diminue. Mais cela
na videmment rien voir avec un retour vers le continent africain,
ni avec aucune vellit de parti noir (qui dailleurs nexiste pas). Il sagit
bien dun sujet contre lidentit, et non pas dun sujet identitaire 33.
Le lien, cest ensuite la potentialit ou le devenir mancipateur
contenus dans ces moments dun agir politique hors de son contexte
prvisible. Ce sont des mouvements dmancipation dont le sens politique
slabore contre et/ou lcart de lordre qui institue leur identit, et ainsi,
33. Sur la tension entre le sujet et lidentit, cf. Rancire (1995).

Michel Agier

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

24/10/12

9:39

Page 69

69

Conclusion : moments et politiques du sujet


Dans les situations que nous avons voques, les sujets existent en
se dtachant de leur condition sociale, dune identit assigne (ethnique,
raciale, humanitaire, etc.) et, ventuellement, dun soi souffrant. Cest ce
en quoi le sujet interpelle les sciences sociales de terrain et ce en quoi
on peut commencer parler dune anthropologie du sujet : sil y a ncessairement des espaces et des conditions, des scnes ou des situations
pour quil y ait subjectivation, esthtique, politique ou rituelle, il y a aussi
des gens qui se mettent exister comme sujets sous certaines conditions
et dans une situation donne. Cest donc bien ce quil nous faut penser :
il y a non seulement des subjectivations, mais il y a formation dun sujet
et cest l que les choses deviennent plus complexes et plus intressantes
pour les enqutes ethnographiques. Il y a formation du sujet dans
un espace et un moment donns ; et il existe une subjectivation dans
ce contexte qui sajoute (sans les supprimer) aux deux autres figures
auxquelles nous sommes habitus, en anthropologie et en sociologie,
34. Dboul et vid sont parmi les noms donns au carnaval aux Antilles. Salvador
de Bahia, au Brsil, les annonceurs du dbut du carnaval clament partout A rua do povo
( La rue est au peuple ).

DIFFRENTIALITS

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

tant la limite, ils se positionnent comme une anti-structure (Turner


1969). Que cette anti-structure prenne parfois et pour le temps de cet
agir-l, le langage imparfait, bricol et provisoire de la communaut
contre la socit, cela na rien de vraiment surprenant cest mme
une figure assez rcurrente en anthropologie, des initiatives de rvolte
et refus, de marginalit volontaire politique ou artistique.
Ce quajoute lexemple du sujet carnavalesque aux deux autres
prcdemment voqus, esthtiques et politiques, cest naturellement
le cadre rituel de la mascarade et la prsence du masque. On y apprend
que la subjectivation opre un double ddoublement : cest un espacetemps liminaire hors du quotidien (le dfil) o se vit un moment
de ddoublement de soi (le masque et, en gnral, le dguisement).
Cest ce qui permet dexister sous un autre masque que celui, social,
qui fait exister la personne dans sa vie de tous les jours. Car ce contexte
de ddoublement rituel est renouvelable, et extensible, ce qui le rend
potentiellement sditieux. Il peut durer quelques heures (le temps dun
dfil), quelques jours (la semaine de carnaval au Brsil), voire quelques
semaines (dans certains carnavals des Carabes qui dbutent le 6 janvier
avec la Fte des Rois et durent jusqu Mardi gras, en fvrier ou mars).
Et il peut sans cesse dborder autant que dbouler ou vider 34.

Le dcentrement de lanthropologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

70

24/10/12

9:39

Page 70

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

celle de la personne et celle de lindividu. Quelque chose dautre se passe


parfois ; ce moment-l, le concept de sujet dsigne une arrive dcentre,
cest un tiers concept plus proche de la prise de parole, de la politique,
de lesthtique ou de lagir en gnral. Cest en situation et dans une tension
avec et contre lidentit et la place assignes que le sujet surgit.
Les cas brivement voqus plus haut ont permis de mettre en vidence
trois dimensions de la formation du sujet, qui ne sont pas exclusives
les unes des autres. En premier lieu, une dimension esthtique. La part
esthtique de la prise de parole (ou dcriture, ou de rle) participe,
au-del du produit de la performance, de lavnement de lauteur
comme expression du sujet. Ds quune personne a le souci de se poser
en interlocuteur dans sa prise de parole, de faire de son rcit une performance, dcrire un livre ou de jouer une scne dans la rue qui pourra
devenir une scne de thtre 35, elle devient auteur dans une dimension
esthtique. Elle sort de son soi , et cest le travail esthtique du rcit
de soi qui permet de sortir de ce soi en devenant un sujet auteur.
La personne sest ainsi ddouble dans une performance sans disparatre.
En deuxime lieu, la dimension politique est certainement la plus
vidente. Le sujet politique est dans le mouvement, voire dans lanxit,
lagressivit, la colre et la violence. Le migrant, le dplac ou le rfugi
qui mnent des actions politiques dans les camps o ils sont tablis
durablement, le migrant ou le clandestin en dplacement, sont tout
loppos de la victime qui est la forme premire et impose de leur
individuation sous assujettissement, figure caricature de lindividu
ngatif , dsocialis, survivant. Il leur faut sen dtacher pour faire
irruption comme les sujets dune reprise dinitiative 36 qui influera
directement sur la dfinition des places des uns et des autres dans le
monde, comme aussi sur leur vie et celle des personnes qui les entourent.
Une dimension rituelle, enfin, nous apprend quun ddoublement
de contexte permet le ddoublement de soi, lexemple des rituels
dinversion ou de possession, mais aussi de la manifestation plus ou moins
sditieuse du carnaval, ou du caractre plus ou moins carnavalesque
du dfil politique. Le sujet rituel, familier de lanthropologie (et o
lon retrouve ventuellement quelques marques, locales ou ancestrales,
de la personne mobilises comme ressources de la prise de parole
et de laffirmation dun cart), peut ainsi devenir plus gnralisable et
plus circonscrit la fois lorsquon sinterroge sur la dimension rituelle
35. Peter Brook (1999) la bien repr dans le thtre de rue des townships en Afrique du Sud.
36. On retrouve l, et ce nest pas anodin, la dynamique dsigne par les termes de reprise
dinitiative par Georges Balandier (1955b) pour dcrire le mouvement de la dcolonisation.

Michel Agier

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

24/10/12

9:39

Page 71

de toute subjectivation. Cest cette dynamique qui fait exister des


communauts de linstant, librant lanalyse de ces moments politiques
de toute assignation identitaire. Il sagit de devenir autre dans un
contexte momentanment autre. Ce moment ne produit pas un sujet
transcendantal, ni une identit plus subjective ou plus vraie . Il cre
les conditions de lirruption dun sujet parlant, agissant et reconnu dans
une situation localise, partage et observable.

71

MOTS CLS/KEYWORDS : personne/person individu/individual subjectivation/subjectivity

esthtique/aesthetic politique/politics.

DIFFRENTIALITS

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

cole des hautes tudes en sciences sociales


Institut de recherche pour le dveloppement
Centre dtudes africaines (CEAF), Paris
agier@ehess.fr

Le dcentrement de lanthropologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

24/10/12

9:39

Page 72

BIBLIOGRAPHIE

72

Abls, Marc

Aristote

2003 Revenir chez les Ochollo ,


Le Genre humain 40-41 : 393-413.

1996 La Politique. Nouv. trad. et d.


par Pierre Louis. Paris, Hermann
( Collection savoir. Cultures ).

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1997 Homo sacer, 1. Le pouvoir souverain


et la vie nue. Trad. de litalien par Marilne
Raiola. Paris, Le Seuil
( Lordre philosophique ).

Artires, Philippe, ed.

Agier, Michel

Assayag, Jackie

2000 Anthropologie du carnaval.


La ville, la fte et lAfrique Bahia.
Marseille, Parenthses / Paris, IRD.
2003 La vrit vraie : mises en scne
de tmoignages de guerre et dexil ,
Vacarme 25 : 79-82
[www.vacarme.org/article1643.html].
2008 Grer les indsirables.
Des camps de rfugis au gouvernement
humanitaire. Paris, Flammarion
( La Bibliothque des savoirs ).
2009 Esquisses dune anthropologie
de la ville. Lieux, situations, mouvements.
Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant
( Anthropologie prospective 5).

2010 La Mondialisation des sciences sociales.


Paris, Tradre
( Lanthropologie au coin de la rue ).

Amselle, Jean-Loup

2011 LEthnicisation de la France.


Paris, Lignes.
Amselle, Jean-Loup & Elikia MBokolo, eds

1985 Au cur de lethnie.


Ethnies, tribalisme et tat en Afrique.
Paris, La Dcouverte
( Textes lappui. Srie Anthropologie ).
Appadurai, Arjun

1996 Modernity at Large.


Cultural Dimension of Globalization.
Minneapolis, University of Minnesota Press
[trad. fran. : Paris, Payot, 2001].
Arendt, Hannah

1995 [1993] Quest-ce que la politique ?


d. par Ursula Ludz. Trad. de lallemand
par Sylvie Courtine-Denamy. Paris, Le Seuil
( LOrdre philosophique ).
Michel Agier

2000 Le Livre des vies coupables.


Autobiographies de criminels (1896-1909).
Paris, Albin Michel.

Aug, Marc

1992 Non-lieux. Introduction


une anthropologie de la surmodernit.
Paris, Le Seuil
( La Librairie du XXe sicle ).
1994 Le Sens des autres.
Actualit de lanthropologie. Paris, Fayard.
Balandier, Georges

1955a Sociologie des Brazzavilles noires.


Paris, Armand Colin
( Cahiers de la Fondation nationale
des sciences politiques 67).
1955b Sociologie actuelle de lAfrique noire.
Dynamique des changements sociaux
en Afrique centrale.
Paris, Presses universitaires de France.
Balibar, tienne

2011 Citoyen sujet et autres essais


danthropologie philosophique.
Paris, Presses universitaires de France
( Pratiques thoriques ).
Barth, Fredrik

1969 Introduction , in Fredrik Barth,


ed., Ethnic Groups and Boundaries.
The Social Organization of Culture Difference,
Bergen, Universitetsforlaget /
London, Allen & Unwin
[trad. fran. : Paris, Presses universitaires
de France, 1995 : 203-249].

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

Agamben, Giorgio

9:39

Bauman, Zygmunt

2008 Sacheter une vie : essai.


Trad. de langlais par Christophe Rosson.
Paris, Jacqueline Chambon.
Brook, Peter

1999 Prface , in Afrique du Sud, Thtre


des townships. Arles, Actes Sud : 7-10.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

Brossat, Alain

2001 Pour en finir avec la prison.


Paris, La Fabrique.
Calame, Claude

2010 Entre droits de lhomme et droits


sociaux : lindividu abstrait et la personne
concrte , in Philippe Corcuff, Christian
Le Bart & Franois de Singly, eds,
LIndividu aujourdhui : 151-163.

Page 73

( Colloques internationaux du Centre


national de la recherche scientifique 544).
Corcuff, Philippe, Christian Le Bart
& Franois de Singly, eds

2010 LIndividu aujourdhui. Dbats


sociologiques et contrepoints philosophiques.
Rennes, Presses universitaires de Rennes
( Res publica ).
Crapanzano, Vincent & Mariella Pandolfi

2008 Prsentation. Les passions : au cur


du politique ? , Anthropologie et Socits
32 (3) : Passions politiques : 7-13.
Das, Veena

2006 Life and Words.


Violence and the Descent into the Ordinary.
Berkeley, University of California Press.

Castel, Robert

Detienne, Marcel, ed.

1995 Les Mtamorphoses de la question


sociale. Une chronique du salariat.
Paris, Fayard ( Lespace du politique ).
2010 Individu par excs, individu
par dfaut , in Philippe Corcuff, Christian
Le Bart & Franois de Singly, eds,
LIndividu aujourdhui : 293-305.

2003 Le Genre humain, 40-41 :


Qui veut prendre la parole ?
Paris, Le Seuil.

Certeau, Michel de

Dumont, Louis

1994 La Prise de parole, et autres crits


politiques. d. par Luce Giard.
Paris, Le Seuil ( Points. Essais 281).

1983 Essais sur lindividualisme.


Une perspective anthropologique sur lidologie
moderne. Paris, Le Seuil ( Esprit ).

Chakrabarty, Dipesh

Foucault, Michel

2000 Provincializing Europe. Postcolonial


Thought and Historical Difference.
Princeton, Princeton University Press
[trad. fran. : Paris, Amsterdam, 2009].

1994 Le sujet et le pouvoir ,


in Dits et crits. d. par Daniel Defert
et Franois Ewald. Paris, Gallimard
( Bibliothque des sciences humaines ) :
IV, 222-243.
1997 Il faut dfendre la socit .
Cours au Collge de France, 1975-1976. d.
par Mauro Bertiani et Alessandro Fontana.
Paris, Le Seuil ( Hautes tudes ).

Clifford, James

1988 The Predicament of Culture. Twentieth


Century Ethnography, Literature, and Art.
Cambridge, Harvard University Press
[trad. fran. : Paris, ENSBA, 1996].

Dornier, Carole & Renaud Dulong, eds

2005 Esthtique du tmoignage.


Paris, d. de la MSH.

Fraisse, Genevive
Collectif

1973 La Notion de personne en Afrique noire.


Paris, d. du CNRS

73

2000 Les Deux Gouvernements,


la famille et la cit. Paris, Gallimard ( Folio.
Essais 390).

Le dcentrement de lanthropologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

24/10/12

DIFFRENTIALITS

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

1208_0029_P_051_076_ART.Agier

74

24/10/12

9:39

Page 74

Garca Mrquez, Gabriel

Lussault, Michel

2002 Vivir para contarla.


Barcelona, Mondadori.

2009 De la lutte des classes


la lutte des places.
Paris, Grasset ( Mondes vcus ).

Gibbal, Jean-Marie

Godelier, Maurice

2007 Au fondement des socits humaines.


Ce que nous apprend lanthropologie.
Paris, Albin Michel.
Gros, Frdric

2002 Sujet moral et soi thique chez


Foucault , Archives de philosophie 65 (2) :
229-237.
Gupta, Akhil & James Ferguson, eds

1997 Culture, Power, Place.


Explorations in Critical Anthropology.
Durham, Duke University Press.

Mauss, Marcel

1950 [1938] Une catgorie de lesprit


humain : la notion de personne,
celle de moi , in Sociologie
et Anthropologie. Paris, Presses
universitaires de France : 331-362.
Mbembe, Achille

2010 Sortir de la grande nuit.


Essai sur lAfrique dcolonise.
Paris, La Dcouverte.
Park, Robert Ezra

1984 [1929] La ville comme laboratoire


social , in Yves Grafmeyer & Isaac Joseph,
eds, Lcole de Chicago. Naissance de
lcologie urbaine. Paris, Aubier : 163-179.
Potte-Bonneville, Mathieu

1983 Explorer la ville.


lments danthropologie urbaine.
Paris, Minuit ( Le Sens commun ).

2010 Individualisation et subjectivation :


remarques partir de Michel Foucault ,
in Philippe Corcuff, Christian Le Bart
& Franois de Singly, eds, LIndividu
aujourdhui : 117-125.

Houbre, Gabrielle

Rancire, Jacques

1997 La Discipline de lamour.


Lducation sentimentale des filles
et des garons lge du romantisme.
Paris, Plon ( Civilisations et mentalits ).

1995 La Msentente. Politique et philosophie.


Paris, Galile ( La philosophie en effet ).

Hannerz, Ulf

Laplantine, Franois

2008 Le Sujet. Essai danthropologie


politique, Paris, Tradre
( Lanthropologie au coin de la rue ).
Lvi-Strauss, Claude, ed.

1977 LIdentit. Sminaire interdisciplinaire,


1974-1975. Paris, Grasset ( Figures ).

Rosanvallon, Pierre

2011 La Socit des gaux.


Paris, Le Seuil
( Les livres du nouveau monde ).
Stoler, Ann Laura

2002 Carnal Knowledge and Imperial Power.


Race and the Intimate in Colonial Rule.
Berkeley, University of California Press.
Taylor, Charles

Louiset, Odette

2011 Introduction la ville.


Paris, Armand Colin
( Cursus. Gographie ).
Michel Agier

1994 Multiculturalisme.
Diffrence et dmocratie.
Trad. de lamr. par Denis-Armand Canal.
Paris, Aubier.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1974 Citadins et villageois dans la ville


africaine. Lexemple dAbidjan.
Grenoble, Presses universitaires de Grenoble /
Paris, Maspero.

24/10/12

9:39

Page 75

Terray, Emmanuel

Turner, Victor

1988 Le dbat politique


dans les royaumes de lAfrique de lOuest :
enjeux et formes , Revue franaise de science
politique 38 (5) : 720-731
[www.persee.fr/web/revues/home/prescript
/article/rfsp_00352950_1988_num_38_5_
411164].

1969 The Ritual Process. Structure


and Anti-Structure. Chicago, Aldine Pub.
[trad. fran. : Paris, Presses universitaires
de France, 1990].

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

2011 Combats avec Mduse.


Paris, Galile ( Contemporanits ).

75

Zizek, Slavoj

2006 La Subjectivit venir. Essais critiques.


d. par Frdric Joly et Franois Thron.
Trad. de langlais par Franois Thron.
Paris, Flammarion ( Champs 724).

RSUM/ABSTRACT

Michel Agier, Penser le sujet, observer la


frontire : le dcentrement de lanthropologie.

Michel Agier, Conceiving the Subject, Observing


the Frontier : Decentering Anthropology. The

Le sujet est un concept qui vient du dehors


de lanthropologie, et quon dcouvrira en
oprant plusieurs dcentrements, mais en
premier lieu un dcentrement disciplinaire,
en allant voir et dialoguer du ct de la
philosophie politique. La question du sujet
peut trouver sa place en anthropologie
comme un tiers concept permettant de
dpasser les sens clivs quon attribue aux
notions de personne et d individu tout
en sy adossant. On proposera, laide de
quelques exemples, de travailler avec ce
concept, et de le transformer du point de vue
de lanthropologie. La figure du sujet permet
de dpasser les problmatiques de lidentit
qui ont occup, et mme obsd lanthropologie depuis ses origines ethnicistes jusquaux
polmiques rcentes opposant le communautarisme et la Rpublique. Rciproquement, insrer la question du sujet dans
lanthropologie permet de revisiter et dpasser lopposition, lisible dans toute la philosophie politique, entre le sujet agissant et
lassujetti.

concept of a subject , which comes from


outside anthropology, can be investigated
by a repeated decentering shift : first of all,
from the discipline, which means visiting
(and dialoging with) political philosophy.
The subject can take a place in anthropology
as a third-party concept that helps us move
beyond the cleaved meanings attributed
to the notions of person and individual
while, nonetheless, relying on them. A few
examples are used to propose working with
this concept and altering it from an anthropological viewpoint. The figure of the
subject enables us to move beyond the problematics of identity with which anthropology has been preoccupied, even obsessed,
since its ethnicistic origins till the recent
polemic in France that sets communitarism at odds with the republic . By
placing the question of the subject in anthropology, we can, in turn, review, and move
beyond, the opposition running through
political philosophy between the acting and
subjected subjects.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - EHESS - - 193.48.45.27 - 03/03/2014 14h09. © Editions de l?E.H.E.S.S.

1208_0029_P_051_076_ART.Agier