You are on page 1of 15

© S.Boukaddid

Optique

MP2

Table des matières

  • 1 Principe d’Hygens-Fresnel

 

2

  • 1.1 Définitions

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

2

  • 1.2 Principe d’Hygens-Fresnel

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

3

  • 2 Diffraction de Fraunhofer

 

3

  • 2.1 Intensité diffractée par une pupille plane

 

.

3

  • 2.2 Propriétés de la diffraction de Fraunhofer

.

5

  • 2.2.1 Translation de la pupille diffractante dans son plan (Oxy) .

 

.

.

.

.

.

.

5

  • 2.2.2 Théorème de Babinet

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

5

  • 2.3 Utilisation des lentille dans le montage de la diffraction de Fraunhoffer

 

.

6

  • 3 Applications

7

  • 3.1 Pupille rectangulaire

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

7

  • 3.2 Cas limite d’une fente infiniment fine

 

.

8

  • 3.3 Cas des fentes de Young

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

9

  • 3.4 Pouvoir de résolution -Critère de Rayleigh

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

10

  • 4 Diffraction par un réseau plan

 

11

  • 4.1 Définition

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

11

  • 4.2 Formule des réseaux

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

12

  • 4.2.1 Réseau par transmission

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

12

  • 4.2.2 Réseau par réflexion

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

13

  • 4.3 Amplitude et intensité diffractées à l’infini

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

13

  • 4.4 Pouvoir dispersif d’un réseau

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

14

  • 4.5 Minimum de déviation .

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

14

  • 4.6 Pouvoir de résolution d’un réseau

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

14

© S.Boukaddid

Optique

  • 1 Principe d’Hygens-Fresnel

1.1

Définitions

MP2

Diffraction : La diffraction est un phénomène d’éparpillement de la lumière que l’on ob- serve lorsqu’une onde est matériellement limitée.

on observe le phénomène de la diffraction lorsque la dimension du diaphragme est de même ordre de grandeur de la longueur d’onde λ

Pupille : On appelle pupille toute surface matérielle qui agit sur les ondes lumineuses. Elle influe sur l’amplitude et la phase d’une onde.

Exemples pupille plane : surface plane agissante sur les ondes pupille circulaire : surface circulaire agissante sur les ondes

Transparence complexe : On définit en tout point P d’une pupille la transparence com- plexe,comme le rapport entre les deux amplitudes de l’onde :

t(P) =

A(P ap )

A(P av )

P av : point proche de P juste avant la pupille P ap : point proche de P juste après la pupille

on note

e j ϕ(P) t(P) = T(P)
e j ϕ(P)
t(P) = T(P)

si t(P) < 1 : on dit que la pupille est absorbante si t(P) = 1 : on dit que la pupille est transparente si t(P) = 0 : on dit que la pupille est opaque

Deux pupilles sont dites complémentaires si la somme de leurs transparences est un,et leur produits est nul pout tout point P du plan

t 1 (P) + t 2 (P) = 1;t 1 (P).t 2 (P) = 0

© S.Boukaddid Optique 1 Principe d’Hygens-Fresnel 1.1 Définitions MP2 • Diffraction : La diffraction est un
© S.Boukaddid Optique 1 Principe d’Hygens-Fresnel 1.1 Définitions MP2 • Diffraction : La diffraction est un

deux pupiles complémentaires

© S.Boukaddid

Optique

  • 1.2 Principe d’Hygens-Fresnel

MP2

l’énoncé du principe d’Hygens-Fresnel comporte deux contributions

Contribution d’Hygens : la lumière se propage de proche en proche. Chaque élément de

surface atteint par elle se comporte comme une source secondaire qui émet des ondelettes

sphériques dont l’amplitude est proportionnelle à cet élément.

lumiere diffractée

dS p P
dS p
P

Onde incidente

© S.Boukaddid Optique 1.2 Principe d’Hygens-Fresnel MP2 l’énoncé du principe d’Hygens-Fresnel comporte deux contributions • Contribution

Contribution de Fresnel : L’amplitude complexe de la vibration lumineuse en un point M

est la sommes des amplitudes complexes des vibrations lumineuses produites par toutes les

sources secondaires. On dit que toutes ces vibrations intefèrent pour former la vibration au

point considéré.

l’amplitude complexe de l’onde diffractée en un point P

dA(P) = k.A i (P).dS p

avec A i :l’amplitude complexe de l’onde incidente

les sources secondaires sont cohérentes entre elles

On distingue entre deux types de diffraction :

diffraction de Fresnel : diffraction à une distance finie (distance petite)

diffraction de Fraunhofer : diffraction à l’infinie (distance grande))

  • 2 Diffraction de Fraunhofer

    • 2.1 Intensité diffractée par une pupille plane

→− u d M(∞) P H H →− u i O z S(∞)
→− u d
M(∞)
P
H
H
→− u i
O
z
S(∞)

© S.Boukaddid

→− k i =

2π

λ

→−

→− u i ; k d =

2π

λ

→− u d

Optique

MP2

l’amplitude élémentaire au point P : dA(P) = k.A i (P ap )dS p

A(P ap ) = t(P)A(P av )

dA(P) = k.t(P)A i (P av )dS p

→− A i (P av ) = A 0 expi(k i . SP) −→

→− en un point M : dA(M) = dA(P)expi(k d . PM) −−→

→− dA(M) = k.A 0 .t(P).expi(k i . SP).expi(− −→ k d . PM)dS −−→ p

→−

→− k i ( SP) −→ = k i ( SO −→ + OP) −→ ;

→−

→− k d ( PM) −−→ = k d .( PO −→ + OM) −−→

→−

dA(M) = k.A 0 .t(P)expi(

→−

k i

→− SO −→ − k d . OM).exp −−→ i( k d k i ) OP −→ dS p

→−

K = k.A 0 .exp i(

→−

k i

→− SO −→ + k d . OM) −−→

→− dA(M) = K.t(P).exp i( k d k i ) OP −→ dS p

→− A(M) = K pupille t(P).exp i( k d k i ) OP −→ dS p

l’intensité diffractée par la pupille : I(M) = C.A(M).A (M)

→− I(M) = k pupille t(P).exp i( k d k i ) OP −→ dS p . pupille t (P).exp i( k d k i ) OP −→ dS p

→−

le plan de la pupille est noté Oxy,le vecteur OP −→ a pour coordonnées (x,y,0)

l’amplitude diffractée au point M

+∞ +∞ A(M) = K →− t(x, y)exp i( k d − k i ) OP
+∞
+∞
A(M) = K
→−
t(x, y)exp i( k d − k i ) OP −→ d xd y
→−
−∞
−∞

→−

k =

→− k i k d ,le vecteur k a pour coordonnées (k x ,k y ,k z )

→−

→−

→− ( k i k d ). OP −→ = →− k . OP −→ = k x .x + k y .y

→−

+∞ +∞ A(k x ,k y ) = K. t(x, y)exp −i(k x .x + k
+∞
+∞
A(k x ,k y ) = K.
t(x, y)exp −i(k x .x + k y .y) d xd y
−∞
−∞

u d (α,β,γ); u i (α 0 ,β 0 ,γ 0 )

 

A(M) = K

−∞

+∞

 
 

α

β

α λ 0 ; v 0 =

β 0

 

u =

λ ; v = λ ;u 0 =

sont appelées les fréquences spatiales,car elles sont

 

λ

 

homogènes à l’inverse de la période spatiale λ

 
 

A(M) = K

+∞

−∞

donc

A(M) = K.T(u u 0 , v v 0 )

© S.Boukaddid

avec

Optique

MP2

+∞ +∞ T(u, v) = t(x, y)exp 2πi ux + v y d xd y −∞
+∞
+∞
T(u, v) =
t(x, y)exp 2πi ux + v y d xd y
−∞
−∞

T(u, v) est appelée la transformée de Fourier de la transmittance pupillaire t(x, y)

  • 2.2 Propriétés de la diffraction de Fraunhofer

    • 2.2.1 Translation de la pupille diffractante dans son plan (Oxy)

y

P 1 O 1 P 1 P O
P 1
O 1
P 1
P
O

x

P

T(u, v) =

+∞

−∞

+∞

−∞

t(x, y)exp 2πi ux + v y d xd y

OP −→ = x →− e x + y

→− e y

T 1 (u, v) =

+∞

−∞

+∞

−∞

t(x, y)exp 2πi ux 1 + v y 1 d xd y

OP −→ 1 = x 1 →− e x + y 1 →− e y = OO −−→ 1 + O −−−→ 1 P 1 = O −−→ 1 O + OP −→

x 1 = x + x 0 ; y 1 = y + y 0

t 1 (x, y) = t(x, y)

T 1 (u, v) = exp 2πi(ux 0 + v y 0 ) t(x, y)exp 2πi(ux + v y) d xd y

T 1 (u, v) = T(u, v)exp 2πi(ux 0 + v y 0 )

l’intensité diffracté : I 1 (M) = k.A(M).A = I 1 (M)

La figure de diffraction est inchangée par translation de la pupille dans son plan

  • 2.2.2 Théorème de Babinet

t 1

et t 2 sont deux pupilles complémentaires : t 1 + t 2 = 1

S est l’image de la source S

A og (M) : l’amplitude obtenue sans pupille dans le cadre de l’optique géométrique,donc

A og (M) = 0 pout tout point M = S

A 1 (M) : l’amplitude diffractée par la pupille 1

A 2 (M) : l’amplitude diffractée par la pupille 2

© S.Boukaddid

donc

Optique

A 1 (M) + A 2 (M) = A og (M)

pour tout point M = S : A 1 (M) = −A 1 (M)

MP2

I 1 (M) = I 2 (M) pout tout point M = S

Théorème de Babinet : La figure de diffraction de deux pupilles complémentaires est la

même sauf en image géométrique de la source

  • 2.3 Utilisation des lentille dans le montage de la diffraction de Fraun- hoffer

    • z

dans le système F 1 x yz : S(x s , y s ,0);O 1 (0,0,f )

1

→−

u i =

−−→

SO 1

SO 1

= −

x s e x + y s e y f

1

→−

e z

O 1 S

→−

= α 0 e

x + β 0

→−

e y + γ 0

→−

e z

dans le système F 2 XYz : M(X,Y,0);O 2 (0,0,f )

2

→−

u d =

−−−→

O 2 M

O 2 M

=

X e x + Y e y + f

2

→−

e z

O 2 M

= α e x + β

e y

+ γ

→−

e z

dans l’approximation de Gauss : O 1 S f ;O 2 M f

1

2

donc

u i =

α 0

≈ −

x s

f

1

β 0 ≈ −

y 0

f

1

γ 0 1

→−

; u d =

α

X

f

2

β

Y

f

2

γ 1

© S.Boukaddid

3

Applications

Optique

  • 3.1 Pupille rectangulaire

la transmittance de la fente rectangu-

laire

a

; y
2

t(x, y) = 1;|x|

t(x, y) = 0; ailleur

b

2

en incidence normale u 0 = v 0 = 0

MP2

 
x

x

   
x b y a
     

b

b

y

     
x b y a
   
 
x b y a
 
 

a

A(u, v) = k pupille t(x, y)exp 2πi(ux + v y) d xd y

A(u, v) = k a/2 exp(2πiux)d x. b/2 exp 2πi v y d y

a/2

b/2

= k 2i sin(πau) 2i sin(πvb)

© S.Boukaddid 3 Applications Optique 3.1 Pupille rectangulaire • la transmittance de la fente rectangu- laire

2πiu

2πi v

A(u, v) = k.ab.Sinc(πua).Sinc(πvb)

v sinX • SincX = : fonction sinus cardinal de X
v
sinX
• SincX =
: fonction sinus cardinal de X

X

u

l’intensité lumineuse : I(u, v) = k A(u, v).A (u, v)

I(0,0) = k a 2 b 2

I(u, v) = I(0,0).Sinc 2 (πua).Sinc 2 (πvb)

α

u = λ ; v =

β

λ

© S.Boukaddid

Optique

MP2

Représentation de la fonction Sinc 2

© S.Boukaddid Optique MP2 Représentation de la fonction S inc Représentation en 3D de la fonction

Représentation en 3D de la fonction

Sinc 2 X.Sinc 2 Y

© S.Boukaddid Optique MP2 Représentation de la fonction S inc Représentation en 3D de la fonction

la figure de diffraction est constitué d’une tache centrale,et des taches secondaires

la tache centrale est centrée sur l’image géométrique de la source

la largeur de la tache centrale est deux fois plus grande que celle des taches secon-

daires

la maximum de l’intensité maximale est obtenue en tache centrale

 

2

2

les extensions de la tache centrale : u =

;v =

a

b

les extensions angulaires de la tache centrale : 2

λ

;2

a

λ

b

  • 3.2 Cas limite d’une fente infiniment fine

dans le cas d’une fente infiniment fine

b >> a

t(x) =

 

a

1;|x|

2

0; ailleur

l’amplitude de l’onde diffractée

A(u) = k.a.Sinc(πua)

l’intensité de l’onde diffractée

I(u) = I(0).Sinc 2 (πua)

avec I(0) = k 2 a 2

© S.Boukaddid Optique MP2 Représentation de la fonction S inc Représentation en 3D de la fonction

a

b

© S.Boukaddid Optique MP2 Représentation de la fonction S inc Représentation en 3D de la fonction
© S.Boukaddid Optique MP2 Représentation de la fonction S inc Représentation en 3D de la fonction
© S.Boukaddid Optique MP2 Représentation de la fonction S inc Représentation en 3D de la fonction
© S.Boukaddid Optique MP2 Représentation de la fonction S inc Représentation en 3D de la fonction
© S.Boukaddid Optique MP2 Représentation de la fonction S inc Représentation en 3D de la fonction
© S.Boukaddid Optique MP2 Représentation de la fonction S inc Représentation en 3D de la fonction
© S.Boukaddid Optique MP2 Représentation de la fonction S inc Représentation en 3D de la fonction
© S.Boukaddid Optique MP2 Représentation de la fonction S inc Représentation en 3D de la fonction

u

Figure de diffraction

la largeur de la tache centrale : u =

2

a

la tache centrale est deux fois plus large que les taches secondaires

la tache centrale est centrée sur l’image géométrique de la source

© S.Boukaddid

Optique

MP2

  • 3.3 Cas des fentes de Young

x X (L 1 ) (L 2 ) S 1 M S O O 1 O
x
X
(L 1 )
(L 2 )
S 1
M
S
O
O 1
O 2
θ
f
1
f
2
S 2

z

t(x)

 
b Y b

b

b Y b

Y

b

 
b Y b 1 X X a − 2 − b 2 − a 2 +
b Y b 1 X X a − 2 − b 2 − a 2 +
   
     

1

 
1
1
 

X

X

a

2

b

2

a

2

+

b

2

a

2

b

2

a

2

+

b

2

a − 2 − b 2 − a 2 + b 2 a 2 − b

a

a − 2 − b 2 − a 2 + b 2 a 2 − b

incidence normale u 0 = v 0 = 0

A(u) = k

a

2

a

2

+

b

2

b

2

exp(2πiux)d x +

a

2

a

2

+

b

2

b

2

exp(2πiux)d x

A(u) = k.b.Sinc(πub)cos(πua)

l’intensité : I(u) = I 0 Sinc 2 (πub)cos 2 (πua)

I 0 I(u) = Sinc 2 (πub)(1 + cos(2πua)) 2
I
0
I(u) =
Sinc 2 (πub)(1 + cos(2πua))
2

u =

α

x

λ

f

2

I 0 I(x) = Sinc 2 πbx 1 + cos 2πxa 2 λf λf 2 2
I
0
I(x) =
Sinc 2 πbx 1 + cos 2πxa
2
λf
λf
2
2

Sinc 2 (πub) : terme de diffraction (diffraction par une fente de largeur b)

(1 + cos(2πub)) = 1 + cos 2π δ(M) : terme d’interférence

λ

δ(M) =

ax

f

2

représentation de l’intensité en fonction de u

© S.Boukaddid

Optique

MP2

© S.Boukaddid Optique MP2 • il s’agit d’une figure de diffraction modulée par l’interférence • l’ordre

il s’agit d’une figure de diffraction modulée par l’interférence

l’ordre d’interférence : p(M) =

δ(M)

ax

=

λ

λf

2

l’interfrange correspond à p = 1 donc i =

λf

2

a

augmenter l’écartement des fentes a pour effet de réduire l’interfrange des inter-

férences

élargir simultanément les deux fentes d’Young a pour effet de rétrécir la figure de

diffraction ,il y a donc moins des franges d’interférences dans le lobe central de

diffraction

pour des fentes très fines b 0 Sinc 2 (πub) 1 : I(x) =

I

0

2

1 + cos 2πxa

λf

2

  • 3.4 Pouvoir de résolution -Critère de Rayleigh

La diffraction est un facteur limitant le pouvoir de résolution d’un instrument op-

tique

la figure de diffraction de Fraunhoffer entour l’image géométrique d’un objet lu-

mineux

l’image d’un point lumineux n’est plus un point mais une tache de diffraction qui

entour ce point

si deux images sont très proche et les taches de diffraction sont suffisamment

larges,un observateur aura du mal à distinguer entre les deux taches. On admet

le critère de séparation des images dit critère de Rayleight :

Critère de Rayleigh : Les images de deux objets lumineux très proches ne peuvent être

séparés que si le maximum de la figure de diffraction autour de l’image géométrique

de l’une des objets soit situé sur le premier minimum de la figure de diffraction donnée

par l’autre objet.

© S.Boukaddid

Optique

MP2

© S.Boukaddid Optique MP2 limite de séparation des deux images • ( a ) : les

limite de séparation des deux images

(a) : les deux sources sont largement séparées

(b) : les deux sources sont tout juste résolues (limite de Rayleigh)

(c) : les deux sources ne sont plus résolues

© S.Boukaddid Optique MP2 limite de séparation des deux images • ( a ) : les
  • 4 Diffraction par un réseau plan

4.1

Définition

Définition : Un réseau est une surface diffractante sur lequelle un motif diffractant est ré-

pété un grand nombre de fois. La période spatiale est appelée pas du réseau.

le réseau le plus simple est constitué par un ensemble de fentes parallèles réalisant

une transmittance en amplitude périodique

Actuellement, on réalise d’excellents réseaux à partir de l’interférence d’ondes planes :

ce sont les réseaux holographiques (réseaux sinusoïdaux dont la transmittance est

proportionnelle à l’intensité du phénomène d’interférences).

© S.Boukaddid

Optique

il existe deux types de réseau :

réseau par transmission

réseau par réflexion

MP2

souvent le pas de réseau est donné en t r aits/mm ;par exemple un réseau de 100t r aits/mm

correspond à un réseau de a = 10µm

pour un réseau de Nt r aits/mm

1 a = N (mm)
1
a = N (mm)
  • 4.2 Formule des réseaux

    • 4.2.1 Réseau par transmission

Considérons un réseau de N fentes parallèles. a représente le pas du réseau

θ θ 0
θ
θ 0
O 2 H 2 H 1 θ θ 0 O 1
O 2
H 2
H 1
θ
θ 0
O 1

a

δ(M) = (SO 1 M) (SO 2 M) = (SO 1 + O 1 H 1

+H 1 M) (SH 2 +H 2 O 2 + O 2 M)

(SO 1 ) = (SH 2 );(O 2 M) = (HM);O 2 O 1 H 2 = θ 0

δ(M) = (O 1 H 1 ) (O 2 H 2 ) = O 1 H 1 O 2 H 2 = a(sinθ sinθ 0

δ(M) = a(sinθ sinθ 0 )

pour que la lumière diffractée dans une direction θ soit observable,il faut que les

interférences entre les ondes issues de deux motifs succeeifs soient constructives,on

obtient la formule des réseaux :

a(sinθ sinθ 0 ) = mλ

m : représente l’ordre d’interférence ,m Z

12 / 15

© S.Boukaddid

Optique

  • 4.2.2 Réseau par réflexion

M(∞) O 2 H 2 H 1 θ O 1 θ 0 S(∞)
M(∞)
O 2
H 2
H 1
θ
O 1
θ 0
S(∞)

a

δ(M) = (SO 1 M) (SO 2 M) = (O 1 H 1 ) (O 2 H 2 ) = a(sinθ + sinθ 0 )

a(sinθ + sinθ 0 ) = mλ

MP2

  • 4.3 Amplitude et intensité diffractées à l’infini

pour une fente fine : A(u) = k pupille t(x)exp[2πi(u u 0 )x]d xd y

pour une seule fente fine on a : A d (u) = A 0 Sinc(u ) ;u =

πb(sinθ sinθ 0 )

λ

la relation fondamentale du réseau : a(sinθ k sinθ 0 ) = kλ

 

2π

 

2π

le déphasage d’une fente à la suivante est constant : ϕ =

λ

δ =

λ

l’amplitude totale

A(θ) = A d (1 + e iϕ + e 2iϕ +

+ e (N1)iϕ ) = A d

1 e Niϕ

1 e iϕ

 
 

ϕ sin(Nϕ/2)

Nsin(ϕ/2)

sin(Nϕ/2)

R(ϕ) = Nsin(ϕ/2) : s’appelle fonction réseau

l’intensité lumineuse est :

 
   

Nsin(ϕ/2) 2

sin(Nϕ/2)

   

a (sinθ sinθ 0 )

© S.Boukaddid Optique 4.2.2 Réseau par réflexion M(∞) O 2 H 2 H 1 θ O

Fonction réseau N = 8

© S.Boukaddid Optique 4.2.2 Réseau par réflexion M(∞) O 2 H 2 H 1 θ O

Fonction réseau carré N = 8

© S.Boukaddid

Optique

Sinc(u ) : terme de diffraction

sin(Nϕ/2) Nsin(ϕ/2) 2
sin(Nϕ/2)
Nsin(ϕ/2) 2

: terme d’interférence à N ondes

  • 4.4 Pouvoir dispersif d’un réseau

MP2

•Définition : On définit le pouvoir de résolution d’un réseau par dθ D a = dλ
•Définition : On définit le pouvoir de résolution d’un réseau par
D a =

a(sinθ sinθ 0 ) = mλ ; m : l’ordre d’interférence

a cosθdθ = mdλ

le pouvoir dispersif d’un réseau ,dans le voisunage de l’ordre m

D a =

dθ

=

m

=

1 sinθ m sinθ 0

dλ

a cosθ m

λ

cosθ m

la dispersion est plus forte lorsque l’ordre est élevé et le pas faible

  • 4.5 Minimum de déviation

dans un réseau par transmission la déviation : D = θ θ 0

dD

dθ 0

=

dθ

dθ 0

1

a(sinθ sinθ 0 ) = mλ cosθdθ cosθ 0 dθ 0 = 0

dθ

cosθ 0

=

dθ 0

cosθ

dD

cosθ 0

=

dθ 0

cosθ

1

d

2 D

dθ 2

0

=

cosθsinθ 0 + cosθ 0 tanθ

cos 2 θ

dD

dθ 0

= 0 θ = −θ 0 (le cas θ = θ 0 ) correspond au rayon non diffracté

en plus on a

  • d 2 D

dθ 2

0

vaut D m = 2θ 0

= −2tanθ 0 > 0,la déviation donc est minimale pour θ = −θ 0 et

  • 4.6 Pouvoir de résolution d’un réseau

Définition : On définit le pouvoir de résolution d’un réseau de N traits par

λ

P.R = λ = mN

∆λ : la petite valeur de λ λ pour laquelle deux longueurs d’onde voisines justes séparées

d’après le critère de Rayleigh

sinθ = sinθ 0 + m

λ

a

© S.Boukaddid

Optique

(sinθ) = m

∆λ

a

à la limite de résolution :

λ

Na

∆λ

= m

a

λ R = ∆λ = mN
λ
R = ∆λ = mN

MP2