Sie sind auf Seite 1von 3

Guendune Rinpoche

Guendune Rinpoche PoËmes de Guendune RinpotchÈ (dÈcÈdÈ en 1997) Le Bonheur Le Bonheur ne se trouve

PoËmes de Guendune RinpotchÈ (dÈcÈdÈ en 1997)

Le Bonheur

Le Bonheur ne se trouve pas avec effort et volontÈ, Mais rÈside l‡, tout proche, Dans la dÈtente et líabandon. Ne sois pas inquiet, il níy a rien ‡ faire. Tout ce qui síÈlËve dans líesprit nía aucune importance, Parce que dÈpourvu de toute rÈalitÈ. Ne tíattache pas aux pensÈes, ne les juge pas. Laisse le jeu de líesprit se faire tout seul, SíÈlever et retomber, sans intervenir. Tout síÈvanouit et recommence ‡ nouveau, sans cesse. Cette quÍte mÍme du bonheur est ce qui tíempÍche de le trouver. Comme un arc-en-ciel quíon poursuit sans jamais le rattraper. Parce quíil níexiste pas, parce quíil a toujours ÈtÈ l‡,

Et parce quíil tíaccompagne ‡ chaque instant.

Ne crois pas ‡ la rÈalitÈ des choses bonnes ou mauvaises, Elles sont semblables aux arcs-en-ciel.

A vouloir saisir líinsaisissable, on síÈpuise en vain.

DËs lors quíon rel‚che cette saisie, líespace est l‡,

Ouvert, hospitalier, et confortable. Alors jouis-en. Ne cherche plus. Tout est dÈj‡ tien.

A quoi bon aller traquer dans la jungle inextricable,

LíÈlÈphant qui demeure tranquillement chez lui.

Cesse de faire. Cesse de forcer.

Cesse de vouloir.

Et tout se trouvera accomplit,

Naturellement.

chez lui. Cesse de faire. Cesse de forcer. Cesse de vouloir. Et tout se trouvera accomplit,

La nature de líesprit

Petit chant du cúur parfaitement pur, ÈchappÈ de ma bouche :

Se situer au-del‡ de toutes les notions de sujet et díobjet, cíest la vue royale. Non-agir, non-mÈditation, non-distraction, cíest la mÈditation royale. Non-effort, non-rejet, non-adhÈsion, cíest líaction royale. En dÈpassant tout espoir et toute peur, le fruit devient visible. En transcendant tout point de rÈfÈrence, líesprit níexistant pas, sa nature se rÈvËle. En ne parcourant ni terres, ni chemin, le fil de la voie de la bouddhÈitÈ est tenu. En mÈditant sans objet de mÈditation, líinsurpassable Èveil est obtenu.

La pratique de la mÈditation

Líunivers inanimÈ et les Ítres animÈs, Tous les phÈnomËnes sont ta propre apparence. Apparence-esprit. Apparaissant, nÈanmoins vide. Vide, cependant manifeste. Apparence, esprit : indiffÈrenciÈs, Semblables ‡ une illusion, ‡ un rÍve, NíÈtant rien, pourtant capables díapparaÓtre, comme la lune sur líeau. Sachant cela, dÈnoue la vieille manie, qui tout saisit et pÈtrifie. Ouvre-toi ‡ líÈtat spontanÈ, naturel, Dans la fraÓcheur de líessence, intelligence naturelle. Hormis cela, rien qui soit ‡ penser, ‡ mÈditer. Sans penser, sans agir, sans mÈditer, sans tíagiter, Reste simplement, posÈ, et ainsi, síil te plaÓt, mÈdite.

La vÈritable mÈditation

Laisse cet esprit, le tien, dans la dÈtente, sans artifice. Dans cet Ètat, regarde le mouvement des pensÈes, Etablis-toi sur ce mouvement, sans forcer. Dans cet Ètat se rÈvËle un calme. Pas díattachement au calme, Pas de peur du mouvement. Pas de diffÈrence entre le calme et líactivitÈ. Reconnais ces deux Ètats comme des phÈnomËnes mentaux síÈlevant de líesprit. Dans cet Ètat, reposeÖ Sans saisie, sans attachement, dans líessence naturelle. Dans cet Ètat, líessence de ton propre esprit, Sagesse, vacuitÈ radieuse, va síÈlever, Et tu níauras pas de motsÖ Dans cet Ètat, poindra une stabilitÈ naturelle. Ne tiens pas la stabilitÈ pour quelque chose, Mais sois spontanÈ, naturel et libre. Ne tíattache pas, ne rejette pas les crÈations mentales, Mais, síil te plaÓt, demeure.

È, naturel et libre. Ne t í attache pas, ne rejette pas les crÈations mentales, Mais,

RÈaliser le sens

Par líesprit, Líesprit ne peut Ítre cherchÈ, Líesprit níexiste pas. Líessence est vide, Vide et illimitÈe, Elle illumine toute chose. Sois ce grand mÈditant Qui pratique la non-mÈditation, Non-distraction, Dans la grande fÈlicitÈ o˘ LuminositÈ et vide Ne sont plus deux.

Guendune RinpotchÈ

Non-distraction, Dans la grande f ÈlicitÈ o˘ Luminosit È et vide Ne sont plus deux. Guendune