Sie sind auf Seite 1von 259

INTRODUCTION AU TAWHID

Le Tawhid est le droit d'Allah sur Ses serviteurs

Le Tawhid est le droit d’Allah sur Ses serviteurs et la raison pour laquelle Il nous a créés. En
effet, Allah a dit : « Et je n'ai créé les djinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent »
(Sourate 51, verset 56)

Cette adoration consiste à Lui vouer un culte exclusif, à L’unifier, comme a dit ‘Ibn Abbas,
qu’Allah soit satisfait de lui.

Il est aussi rapporté par les Imams al-Boukhari est Mouslim, qu’Allah leur fasse Miséricorde,
que le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit à Mou’adh ‘ibn Djabal,
qu’Allah soit satisfait de lui : « Le droit d’Allah sur Ses serviteurs est de L’adorer sans
rien Lui associer… »

L’importance du Tawhid se situe dans le fait que sans Sa science et Son application, l’Islam
d’une personne n’est pas valable et ses actes ne sont pas acceptés.

Cheikh Mouhammad ‘ibn 'Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit:


« Sache que l'adoration n'est nommée adoration qu'en présence du Tawhid, tout comme la
Salat n'est nommée Salat qu'en présence de purification… »
À l’opposé du Tawhid (le monothéisme), se trouve le Chirk (le polythéisme) et c’est le plus
grand des crimes qu’Allah ne pardonnera à personne.

Allah a dit : « Certes, Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne des associés. A part cela, Il
pardonne à qui Il veut » (Sourate 4, verset 116)

Les Messagers envoyés de la part d’Allah ont d’abord appelé les gens au Tawhid, avant tout
le reste.

Allah a dit : « Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, (pour leur
dire) : « Adorez Allah et écartez-vous du Tâghoût »

Allah a dit : «Dis : « Voici ma voie, j'appelle les gens (à la Religion) d'Allah, moi et ceux
qui me suivent, nous basant sur une preuve évidente. Gloire à Allah! Et je ne suis point
du nombre des polythéistes » » (Sourate Youssouf, verset 108)

Cheikh Abou Djafar ‘ibn Djarir, rahimahoullah, a dit à propos de ce verset qu’Allah a dit à
Son Messager d’appeler les gens à l’Unicité d’Allah, le Tawhid, l’adoration d’Allah l’Unique
qui n’a pas d’associé.

De même, lorsque le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a envoyé Mou’adh


‘ibn Djabal au Yémen, il lui a dit d’appeler les gens d’abord à témoigner le Tawhid,
puis après cela à faire la Salat et donner la Zakat. En effet, sans le Tawhid, la Salat, la Zakat,
ou toute autre adoration est invalide. Il est rapporté que ces gens du Yémen étaient des juifs et
des chrétiens qui prononçaient les paroles du Tawhid, la ilaha illa Allah, mais ne
connaissaient pas sa signification. C’est la raison pour laquelle ils adoraient des morts et ainsi
commettaient des actes qui annulent ce qu’ils prétendaient témoigner.

Les savants musulmans ont dit que le témoignage est lié à la science et que ceci est une
preuve que le témoignage du Tawhid est invalide sans la science. En effet, si vous avez affaire
à une personne qui se porte témoin dans une affaire dont il n’en a pas connaissance, vous aller
considérer son témoignage comme étant invalide, à moins que vous soyez fous ou corrompus.
Alors, comment voulez-vous qu’Allah considère comme étant valide le témoignage du
Tawhid à une personne, alors que cette même personne en est ignorante ?

Allah a dit : « Il en est ainsi car lorsqu'Allah était invoqué Seul (sans associé), vous ne
croyiez pas; et si on Lui donnait des associés, alors vous croyiez. Le jugement appartient
à Allah, le Très-Haut, le Très Grand » (Sourate 40, verset 12)

Allah a dit : « Et la plupart d'entre eux ne croient en Allah, qu'en lui donnant des
associés » (Sourate Youssouf, verset 106)

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« C’est pour le Tawhid qu’Allah le Très-Haut a crée les hommes, les djinns, la Balance, les
Cieux et la Terre, et c’est pour le Tawhid qu’Allah le Très-Haut a préparé le Jugement
Dernier. Tout cela pour le Tawhid. Après cela viennent quatre autres piliers de l'Islam, mais
les quatre derniers ne viennent en pratique que lorsque la Chahada "la ilaha illa Allah" a été
déclarée, car elle est le fondement de toutes les bases. C'est pour cela qu'il est important de
comprendre "la ilaha illa Allah", parole pour laquelle Allah le Très-Haut a crée toute chose »
LES CONDITIONS DU TAWHID

Les sept conditions du Tawhid

La condition est une exigence nécessaire qui doit être présente afin
qu’une chose soit acceptée.

Le Tawhid a des conditions qui sont d’une importance capitale et il


incombe à toute personne de les apprendre et de les mettre en pratique,
parce que si une seule condition n’était pas respectée, l’Islam serait
invalide.

La première condition est la Science du Tawhid, qui comporte une


négation, « la ilaha » qui est le désaveu du Tâghoût, et une affirmation,
« illa Allah » qui est la croyance en Allah l’Unique.

Allah a dit : « Saches donc qu'il n'y a aucune divinité si ce n'est


Allah… » (Sourate 47 - Verset 19)

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Celui qui


meurt tout en sachant la ilaha illa Allah, entrera au Paradis »
(Hadith rapporté par Mouslim, qu’Allah lui fasse Miséricorde)

La deuxième condition est la Certitude du Tawhid.

Allah a dit : « Les vrais croyants sont seulement ceux qui croient en
Allah et en Son Messager, qui par la suite ne doutent point et qui
luttent avec leurs biens et leurs personnes dans le chemin d'Allah.
Ceux-là sont les véridiques » (Sourate 49 - Verset 15)

On trouve dans un hadith authentique rapporté par Mouslim, qu’Allah lui


fasse Miséricorde, que le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa
sallam, a dit : « Je témoigne qu'il n'y a aucune divinité si ce n'est
Allah Lui-Même et que je suis Son Messager, il n’y a aucune
personne qui rencontre Allah avec ces témoignages sans y douter,
sans qu'elle n’entre au Paradis »

La troisième condition est l’Acceptation du Tawhid.

Allah a dit : « Quand on leur disait : « Point de divinité à part


Allah », ils se gonflaient d'orgueil, et disaient : « Allons-nous
abandonner nos divinités pour un poète fou ? » » (Sourate 37 –
Versets 35-36)

Ces le cas de certains polythéistes arabes qui avaient la connaissance du


Tawhid, mais ils ne voulaient pas l’accepter.
La quatrième condition est la Soumission au Tawhid.

Allah a dit : « Non ! Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants
aussi longtemps qu'ils ne t'auront demandé de juger de leurs
disputes et qu'ils n'auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu
auras décidé, et qu'ils se soumettent complètement (à ta
sentence) » (Sourate 4 - Verset 65)

La différence qui existe entre la troisième et la quatrième condition est


que la troisième condition, qui est l’acceptation, se fait par les paroles,
tandis que la quatrième condition, qui est la soumission, se concrétise par
les actes.

La cinquième condition est la Véracité.

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Nul ne


témoigne qu'il n'y a aucune divinité si ce n'est Allah Lui-Même et
que Mouhammad est Son serviteur et Son Envoyé, tout en étant
véridique dans son coeur, sans qu'Allah ne lui interdise l'Enfer »
(Hadith rapporté par al-Boukhari et Mouslim, qu’Allah leur fasse
Miséricorde)

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit: «


Quiconque dit « la ilaha illa Allah », tout en étant véridique dans
son cœur, entrera au Paradis » (Hadith rapporté par l’Imam Ahmad,
qu’Allah lui fasse Miséricorde)

Par contre, celui qui prononce la parole du Tawhid, la ilaha illa Allah, mais
rejette ce qu’elle implique avec son cœur, alors elle ne lui sera pas
bénéfique, comme Allah a dit au sujet des hypocrites, lorsqu’ils ont dit : «
Nous attestons que tu es certes le Messager d'Allah » (Sourate 63 –
Verset 1) ; alors Le Très-Haut a dit : « Allah sait que tu es vraiment
Son Messager, et Allah atteste que les hypocrites sont
assurément des menteurs » (Sourate
63 – Verset 1)

De même, Allah les a démenti par Sa Parole : « Parmi les gens, il y a


ceux qui disent : « Nous croyons en Allah et au Jour Dernier ! »
tandis qu'en fait, ils n'y croient pas » (Sourate 2 – Verset 8)

La sixième condition est la Sincérité ou le culte exclusif.


Allah a dit : « Il ne leur a été commandé, cependant, que d'adorer
Allah, Lui vouant un culte exclusif » (Sourate 98 - Verset 5)

Allah a dit: « Les gens les plus heureux de Mon intercession au Jour
du Jugement sont ceux qui auront dit « la ilaha illa Allah » tout en
étant exclusifs et sincères dans leur cœur » (Hadith rapporté par al-
Boukhari, qu’Allah lui fasse Miséricorde)

La septième condition est l’Amour envers la parole du Tawhid.


Allah a dit : « Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors
d'Allah, des égaux à Lui, en les aimant comme on aime Allah. Or,
les croyants sont les plus ardents en l'amour d'Allah » (Sourate 2 -
Verset 165)

Le Tawhid n'est pas valable sans la connaissance l'acceptation et


l'application

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit concernant la


signification et les conditions de la ilaha illa Allah :

« La ilaha illa Allah sont des paroles d’Islam, et l’Islam ne sera pas valable
sans la connaissance du but pour lequel ont été ordonnées ces paroles,
sans leur acceptation et application. Ce sont des paroles du culte exclusif
qui sont à l’opposé du polythéisme. De ce fait, elles ne seront pas utiles à
celui qui les prononce sans ces sept conditions :

• La science de la signification de ces paroles qui comportent la


négation et l’affirmation (1)
• La certitude, qui est la science totale de ces paroles et est à
l’opposé de tout doute
• La sincérité ou le culte exclusif, qui est le contraire du polythéisme
• La véracité, qui est le contraire de l’hypocrisie
• L’amour envers ces paroles et envers ce qu’elles indiquent
• L’acceptation, qui est le contraire du rejet
• La soumission aux droits qu’elles exigent »

(1) La première partie de la Chahada est « la ilaha » qui est une


négation. Cette négation n’est autre que le désaveu du Chrik, des
fausses divinités ou des Tâwaghît, ainsi que de ceux qui commettent
le grand Chirk, et ce désaveu ne serait être valable sans le takfir et
la haine du cœur. Quant à la deuxième partie de la Chahada, « illa
Allah », il s’agît de la croyance en l’Unicité d’Allah dans la
Seigneurie, dans l’Adoration et dans les Noms et Attributs.

Les sept conditions et ce qui s'oppose à elles

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit :


''Nous sommes contents que tu aies pris conscience de l’ignorance dans
laquelle baigne la plupart des gens par rapport à la signification de « la
ilaha illa Allah », même si ceux-là la prononcent avec la langue, mais
renient sa signification. Fais attention aux six ou sept points sans lesquels
on ne peut se préserver de la mécréance et de l’hypocrisie. Car avec ces
points-ci une personne devient musulmane. En effet, les paroles doivent
être en accord avec la croyance, la science, les actes, l’acceptation,
l’amour et la soumission. Il est indispensable de connaitre son sens, qui
élimine l’ignorance. Il est aussi indispensable d’être exclusif dans son
adoration afin d’éliminer l’association. La véracité est aussi nécessaire afin
d’éliminer le mensonge ou l’hypocrisie. La certitude est indispensable afin
d’éliminer le doute. L’amour est indispensable afin d’éliminer la haine.
L’acceptation éliminant le rejet est indispensable, car l’individu peut
connaitre sa signification sans l’accepter, comme c’était le cas chez les
arabes polythéistes de l’ancienne époque. Il faut aussi la soumission afin
d’éliminer le polythéisme. Quiconque possède tout ce qui a été cité ci-
dessus trouvera la volonté d’apprendre le sens de « la ilaha illa Allah » et
sera doté d’une clairvoyance, guidée et droiture. Et par Allah est la
réussite"

(Source : Fatawas des savants de Nadjd)

Le Tawhid n'est pas valide tant que toutes ses conditions ne sont pas
réunies

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit :

"Sache, qu’Allah te fasse miséricorde, que la parole du monothéisme « la


ilaha illa Allah », ne bénéficiera à celui qui la prononce qu’à condition qu’il
sache ce qu’elle veut dire : Contester la divinité de tout autre qu’Allah,
désavouer l’adoration d’un autre qu’Allah, et n’adorer qu’Allah
uniquement par toute forme d’adoration, comme dans le verset : « Dis:
« Ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et
vous, que nous n'adorions qu'Allah, sans rien Lui associer, et que
nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en
dehors d'Allah » Puis, s'ils tournent le dos, dites : « Soyez témoins
que nous, nous sommes soumis » » (Sourate 3 - verset 64)
« … commune entre nous et vous … » C'est-à-dire, que nous nous
mettions à égalité dans l’adoration d’Allah uniquement, et l’abandon de
toute forme d’idolâtrie. Et l’ami d’Allah, Ibrahim, que la paix soit sur lui, a
dit : « Je désavoue ce que vous adorez, sauf Celui qui m’a créé car
Il va me guider. Il en fit une parole perpétuelle dans sa
descendance » (Sourate 43 - versets 26-28)

Tel est réellement le sens du témoignage qu’il n’y a de vraie divinité


qu’Allah :
• Désavouer toute adoration vouée à un autre qu’Allah
• Purifier l’adoration à Allah uniquement
C’est ça le sens de ce témoignage, c’est ce qu’indiquent les versets,
quiconque concrétise cela tout en le connaissant, alors il sait ce que
signifie cette parole contrairement à la plupart des gens, même certains
prétendus savants qui ignorent ce que signifie réellement cette parole.

Et après avoir pris connaissance de cela, il faut accepter ce que ce


témoignage enseigne, à l’opposé du rejet, car beaucoup de ceux qui la
prononcent ou connaissent son sens ne l’acceptent pas, comme c’est le
cas des idolâtres Quraychites et leurs semblables, ils savent ce qu’elle
veut dire mais ne l’acceptent pas. Cela causa la désacralisation de leurs
vies et de leurs biens, ils sont comme le dit Allah : « Et lorsqu’on leur dit
qu’il n’y a de vraie divinité qu’Allah, ils s’enorgueillissent et
disent : « Allons-nous abandonner nos dieux pour un poète fou ?
» » (Sourate 37 - versets 35-36) Ils savaient donc que cette phrase « il n’y
a de vraie divinité qu’Allah » leur imposait d’abandonner ce qu’ils
adoraient en dehors d’Allah.

La pureté ou le culte exclusif est également une condition essentielle, car


elle s’oppose à l’association à Allah ; Allah a dit : « Dis : « Il m’a été
ordonné d’adorer Allah en Lui purifiant l’adoration, et il m’a été
ordonné d’être le premier à se soumettre » Dis : « J’ai peur du
châtiment d’un jour terrible si je désobéissais à mon Seigneur »
Dis : « C’est Allah que j’adore uniquement, en Lui vouant le culte
pure, adorez ce que vous voulez d’autre que Lui » Dis : « Les
perdants seront ceux qui ont perdu leur âme ainsi que leur famille
le Jour du Jugement, n’est-ce pas là, la perte évidente ? » »
(Sourate 39 - versets 11-15)

L’amour est également une condition essentielle, qui s’oppose à la haine.


Une personne ne pourra connaitre cette parole et l’accepter sans aimer
cette pureté qu’elle enseigne, qui conteste la validité de l’adoration d’un
autre qu’Allah. Quiconque aime Allah, il aimera Sa Religion, et s’il n’aime
pas Allah, alors il n’aimera pas Sa religion. Allah a dit : « Parmi les
hommes, il en est qui prennent, en dehors d'Allah, des égaux à
Lui, en les aimant comme on aime Allah. Or les croyants sont les
plus ardents en l'amour d'Allah » (Sourate 2 - verset 165) Leur amour
pour Allah et Sa Religion est donc exceptionnel, ils aiment pour Allah et
pour Sa Religion, et détestent pour Allah. Et le Hadith dit : « La religion
est-elle autre chose que l’amour et la haine ?! » Il est donc
obligatoire que le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, soit plus cher au
serviteur que l’amour de sa propre vie, ses enfants et tous les gens.
Témoigner qu’il n’y a de vraie divinité qu’Allah, implique fatalement de
témoigner que Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, est le Messager
d’Allah, et implique de le suivre, comme le dit Allah : « Dis : « Si vous
aimez Allah, alors suivez moi, Allah vous aimera et pardonnera
vos péchés » » (Sourate 3 - verset 31)

La soumission est également une condition essentielle, il faut se plier aux


devoirs qu’exige l’attestation qu’il n’y a de vraie divinité qu’Allah, en
pratiquant ce qu’Allah a ordonné et en cessant ce qu’Il a interdit, et
s’engager à cela, ceci s’oppose à l’idolâtrie, car beaucoup de prétendus
religieux sous-estiment les obligations et les interdictions et n’y prêtent
nul intérêt. Alors que l’Islam consiste à ce que le serviteur soumette son
cœur et son corps à Allah, et se soumette à Lui avec monothéisme et
obéissance, comme le dit Allah : « Si ! Quiconque soumet sa face à
Allah et fait bienfaisance, il s’est agrippé à l’anse la plus solide »
(Sourate 31 - verset 22) Or, la pureté et la conformité à la Loi d’Allah et de
Son Messager sont essentielles à la bienfaisance des actes.

La certitude est également une condition essentielle de cette parole, être


certain de ce qu’elle signifie, ce qui s’oppose au doute et l’hésitation,
comme le dit le Hadith : « Celui qui la dit en en étant certain dans
son cœur, sans douter dessus » Et s’il n’en n’est pas ainsi, alors cette
parole ne sera d’aucune utilité, comme nous le montre le Hadith sur
l’interrogatoire dans la tombe.

La véracité est également une condition essentielle, cela s’oppose au


mensonge comme le dit Allah au sujet des hypocrites : « Ils disent de
leurs langues ce qu’il n’y a pas dans le cœur » (Sourate 48 - verset
11) Le sincère connait le sens de cette parole dans son cœur, et pratique
ce qu’elle exige et implique comme obligations religieuses, et sa langue
authentifie son cœur.

Ce témoignage n’est pas valide tant que toutes ces conditions ne sont pas
réunies, et c’est Allah qui accorde la réussite"

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, volume 2 / pages 252-255)

L'Islam n'est pas valable sans le désaveu du Chirk et de celui qui le commet

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit:

« Il existe un consensus parmi la Oumma des Salafs et des Khalafs,


commençant par les Compagnons, les Tabi’ines, les Imams et tous les
savants des ahl as-Sounnah wal Djama’ah, qu’un homme n’est pas
musulman si il ne délaisse pas le grand Chirk, ne se désavoue pas de lui et
de celui qui le commet … »

(Source: ad-Dourar as-Saniyyah, volume 8 / page 338)

Celui qui ne se débarrasse pas du Chirk n'est pas de ceux qui adorent Allah
uniquement

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit :


« On voit dès le premier chapitre du Kitab at-Tawhid, l'incitation au culte
exclusif dans l'adoration d'Allah, et qu'elle ne profite pas en présence du
Chirk, plutôt elle n'est même pas appelée adoration »

Il dit aussi : « Il faut que l'adoration soit exempte de tout Chirk, celui qui
ne se débarrasse pas du Chirk n'est pas de ceux qui adorent Allah
uniquement, mais il est plutôt un polythéiste qui donne un égal à Allah »

(Source : Fatawas des savants de Nadjd)

L’IMPORTANCE DE LA SCIENCE DU TAWHID

La réaction des ignorants lorsque l'Islam devient étrange


Soulaymân ’ibn Sahmân, rahimahoullah, a dit:

« Et lorsque l’Islam devient étrange aux yeux des gens, comme Il l’était au
début, ceux qui l’ignorent finissent par croire que la cause de Miséricorde
est en faite la cause du châtiment, et que ce qui cause l’unité et l’amitié
est la cause de division et de désaccord, et que ce qui préserve le sang est
une cause de son effusion, ce pourquoi Allah dit: « Et quand le bien-être
leur vint, ils dirent: « Cela nous est dû » et si un mal les
atteignait, ils voyaient en Moussa et ceux qui étaient avec lui une
mauvaise augure. En vérité leur sort dépend uniquement d’Allah?
Mais la plupart d’entre eux ne savent pas » (Sourate al-A’raf, verset
131)

Et aussi ceux qui dirent aux suiveurs des Prophètes: « Ils dirent: « Nous
voyons en vous un mauvais présage. Si vous ne cessez pas, nous
vous lapiderons et un douloureux châtiment de notre part vous
touchera » Ils dirent: « Votre mauvais présage est avec vous-
mêmes. Est-ce que (c’est ainsi que vous agissez) quand on vous
(le) rappelle? Mais vous êtes des gens outranciers! » » (Sourate Ya-
Sin, versets 18-19) »

(Source, ad-Dourar as-Saniyyah 10/502-510)

L'obligation de connaitre la Chahada vient avant toute autre obligation

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Saches, qu’Allah te fasse Miséricorde, que l’obligation de connaitre la


Chahada la ilaha illa Allah, vient avant l’obligation de la prière et du jeûne.
Le serviteur doit chercher le sens de ce qui est plus grand que la prière ou
le jeûne. L’interdiction de l’association et de la croyance au Tâghoût sont
plus grandes que l’interdiction d’épouser les mères et les tantes. Le plus
grand degré de la Foi est la Chahada et ainsi le serviteur témoigne que
l’adoration est entièrement vouée à Allah. Il n’y a rien de celle-ci qui peut
être donnée à un Prophète, un Ange ou un pieu, cependant c’est le droit
d’Allah sur Ses serviteurs. La signification de la mécréance au Tâghoût est
de rejeter tout ce qui est divinisé en dehors d’Allah parmi les djinns, les
humains, les arbres, les roches, ou toute autre chose en dehors de ceux-ci.
Nous devons témoigner de sa mécréance et de son égarement et nous
devons le détester même s’il s’agit de notre père ou notre frère (1). En ce
qui concerne celui qui dit : “Je n’adore pas autre qu’Allah, mais je ne me
préoccupe pas des pieux pris en adoration ni des mausolées” ceci est un
mensonge vis-à-vis d’Allah, il ne croit pas en Allah et ne rejette pas le
Tâghoût. Ceci est une parole courte (2) qui demande une longue
recherche, un effort personnel afin de connaître l’Islam, et la raison pour
laquelle Allah a envoyé Ses Messagers, la recherche de ce que les Savants
ont dit à propos de « quiconque mécroit au Tâghoût tandis qu'il croit
en Allah, saisit l'anse la plus solide, qui ne peut se briser » (Sourate
2 - verset 256) et fournir des efforts dans ce que Allah a enseigné et ce
que le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a enseigné à sa
communauté du point de vue du Tawhid. Quiconque se détourne de cela,
Allah scelle son cœur, et cette personne a préféré la vie d’ici bas à la
Religion. Allah ne l’excuse pas de son ignorance. Allah est le plus
Savant ! »

(Source : Fatawas des savants de Nadjd)

(1) Il est important de préciser que l’amour naturel qu’une personne


peut éprouver envers un proche n’annule pas l’Islam, tant qu’elle ne
l’aime pas pour la religion mécréante à laquelle il appartient.
(2) Il s’agît de la Chahada.

Le témoignage du Tawhid doit être en pleine connaissance de cause

Allah a dit : « Allah atteste, et aussi les Anges et les doués de


science, qu'il n'y a point de divinité à part Lui, le Mainteneur de la
justice. Point de divinité à part Lui, le Puissant, le Sage ! » (Sourate
3 - verset 18) (1) « Et ceux qu'ils invoquent en dehors de Lui n'ont
aucun pouvoir d'intercession, à l'exception de ceux qui auront
témoigné de la vérité en pleine connaissance de cause » (Sourate
43 - verset 86)

L’Imam at-Tabari, rahimahoullah, a dit dans le Tafsir de ce dernier verset :


« Le témoignage véridique est d’admettre le Tawhid d’Allah. C’est à dire
ceux qui ont cru en sachant la vérité du Tawhid … Ceux qui attestent en
sachant la vérité, ils rendent Allah Unique et sont sincères avec
connaissance et certitude »

(1) Dans ce verset ressort le véritable sens de l’attestation. En effet,


l’attestation est lié à la science, de ce fait elle ne sera pas valable en
présence de l’ignorance, qui est l’opposé de la science. De plus, les
« … doués de science … » sont ceux qui connaissent le sens du
Tawhid et leur attestation est véridique, tandis que les doués
d’ignorance sont ceux qui ne connaissent pas le sens du Tawhid,
alors tu les vois prononcer une parole qu’ils contredisent avec leurs
paroles et actes, ceci n’est pas une attestation, mais une prétention.

Toute personne qui dit la Chahada sans savoir sa signification n'est pas
musulmane

Al-Wazir abou al-Mouddafar, rahimahoullah, a dit dans son livre « Al-Ifssah


»:

« Prononcer la Chahada implique la connaissance de sa signification. Allah


a dit : « Sache donc qu'en vérité, il n'y a point de divinité à part
Allah » (Sourate 47 - verset 19) »
Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Prononcer la parole de “La ilaha illa Allah” sans connaître sa signification


et sans appliquer ce qu’elle implique ne rend pas la personne Musulmane,
mais ceci est une preuve contre cette personne. Quiconque témoigne qu’il
n’y a de divinité qu'Allah et adore autre que Lui en parallèle, celui-ci a un
témoignage vain, bien qu’il prie, donne la Zakat, jeûne, ou qu’il mette en
avant certaines œuvres propres à l’Islam »

Il a aussi dit : « Toute personne qui dit la Chahada sans savoir sa


signification et sans vivre ou agir selon cela n’est pas musulmane »

(Source, ad-Dourar as-Saniyyah, 12/535)

Celui qui témoigne le Tawhid sauvegarde son sang et ses biens

Mouhammad ‘ibn ‘Abd al-Wahhab, rahimahoullah, après avoir cité le


Hadith du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam: “Celui qui affirme
qu’il n’y a d’autre dieu qu’Allah et qui rejette tous les autres
objets d’adoration, sauvegarde son sang, son bien…” – dit:

« Ce Hadith contient une des explications les plus claires du témoignage la


ilaha illa Allah. La formulation seule de ce témoignage ne suffit pas à
sauvegarder la vie et les biens, ni à comprendre sa signification, ni à
l’affirmer. Il n’a pas posé comme condition d’invoquer seulement Allah –
Lui Seul, sans associé, mais la personne doit compléter ce témoignage en
rejetant tous les objets d’adoration autres qu’Allah. Si jamais elle doutait
qu’elle les rejette tous, ou si jamais l’idée lui venait qu’elle n’ait pas réussi,
sa vie est ses biens ne seraient pas sauvegardés … »

(Source: Kitab at-Tawhid, chapitre 6)

Il est obligatoire de connaître la négation et l'affirmation de la Chahada

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit:

Les savants d’ahl as-Sounna wal-Djama’a ont rappelé le sens de “la ilaha
illa Allah” - Il est obligatoire de connaître la négation et l’affirmation (1)
que renferme cette parole afin de nous permettre de connaître son sens
réel »

(Source : Fatawas des savants de Nadjd)

(1) Il s’agît du désaveu des Tâwaghît, du Chirk et de ceux qui le


commettent en ce qui concerne la négation. Et la Foi en Allah en ce
qui concerne l’affirmation.
L'Islam ne sera pas valable à une personne sans la science de la
signification de la ilaha illa Allah

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit :

« L’Islam ne sera pas valable à une personne sans la science de la


signification de cette parole, c’est-à-dire de la parole du Tawhid, qui exige
la négation du polythéisme dans l’adoration, le désaveu du même et de
celui qui le commet … Et de l’autre côté, la sincérité de l’adoration à un
Dieu Unique qui n’a pas d’associé … »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/153)

La plus grande des ignorances est l'ignorance du Tawhid

Abdallah ‘ibn Abd ar-Rahman abou Battîn, rahimahoullah, a dit:

« Allah a dit : « Ceci est un Message (Coran) pour les gens afin qu'ils
soient avertis, qu'ils sachent qu'Il n'est qu'un Dieu Unique, et pour
que les doués d'intelligence s'exhortent » (Sourate 14 - verset 52)

Allah a dit : « Et ceux qu'ils invoquent en dehors de Lui n'ont aucun


pouvoir d'intercession, à l'exception de ceux qui auront témoigné
de la vérité en pleine connaissance de cause » (Sourate 43 - verset
86)

Allah n’a pas dit : « … qu’ils disent qu’Il n’est qu’un Dieu Unique … » - Mais
Allah a dit : « … ceux qui auront témoigné de la vérité en pleine
connaissance de cause »

Les savants se sont basés sur ce verset et d’autres afin de montrer que la
première obligation envers chaque personne est de connaître Allah, et que
l’obligation capitale est de connaître la signification de “la ilaha illa Allah” -
Et la plus grande des ignorances est la connaissance incomplète de son
sens. Ce qui est étrange c’est que certaines personnes lorsqu’elles
entendent quelqu’un parler du sens de “la ilaha illa Allah”, de sa négation
et son affirmation, ceux-ci critiquent et disent qu’ils ne sont pas en charge
des gens (1). On doit répondre à ceux-là qu’ils sont chargés de la
connaissance du Tawhid, pour lequel Allah a créé les djinns et les humains
et pour lequel Il a envoyé tous Ses Messagers, afin qu’ils le prêchent ; et
de connaître l’opposé, c'est-à-dire ; l’association, laquelle Allah ne
pardonne pas et n’excuse pas celui qui en est ignorant. Il n’est pas permis
de suivre aveuglément car la Chahada est la base des bases. Quiconque
ne connait pas le bien et ne rejette pas le mal, est perdant, surtout
lorsqu’il s’agit du plus grand bien, qui est le Tawhid, et du plus grand mal,
qui est le Chirk »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 12/58)

(1) C’est le cas de certains ignorants de la Religion à laquelle ils


prétendent appartenir. En effet, quand une personne entre dans les
détails de l’explication du sens de la Chahada, sa négation et son
affirmation, et fait constater avec des preuves du Coran, de la
Sounna et du consensus, que le takfir des Tâwaghîts et de ceux qui
commettent le grand Chirk fait partie intégrante du Tawhid, et que
le Tawhid n’est pas valable sans ce fondement, ils disent : « Allah ne
nous a pas chargé de juger les gens » - Ceci est une preuve de leur
ignorance du sens de « la ilaha illa Allah » et de leur invalidité de
l’Islam.

Il ne suffit pas de prononcer la Chahada et accomplir les quatre piliers pour


être musulman

Mouhammad ‘ibn Ibrahim, a dit :

« Beaucoup de personnes prétendant appartenir à la Religion de l’Islam,


prononcent la Chahada, accomplissent les quatre piliers de l’Islam, mais
ceci n’est pas suffisant pour les juger musulmans, et il n’est pas permis de
manger ce qu’ils égorgent à cause de leur polythéisme dans l’adoration
envers Allah … »

(Source : Aqidatoul-Mouwahhidîn, page 392)

Il est obligatoire de connaître le Tawhid et son opposé qui est le Chirk

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« A partir du moment que tu sais que lorsque le polythéisme se mélange à


une adoration, celle-ci devient invalide, toutes les bonnes œuvres
accomplies sont annulées et celui qui a commis ce polythéisme sera parmi
les habitants éternels de l'Enfer (1). Alors, tu sauras que la plus importante
des choses pour toi est d'apprendre "le polythéisme", afin qu'Allah
t'épargne et te sauve de cette toile d'araignée, qui est le polythéisme »

(Source: ad-Dourar as-Saniyyah, 2/23)

(1) S’il ne se repent pas. Et il est évident que celui qui ne sait pas ce
qu’est le Chirk, ne saura pas de quoi se repentir.

Le suivi aveugle est interdit dans le Tawhid


Abdallah abou Battîn, rahimahoullah, a dit :

« Allah a prescrit à Ses serviteurs Son obéissance et celle de Son


Messager. Et leur a ordonné de renvoyer toutes leurs disputes à Son Livre
et à la Sounna de Son Messager. Et les savants sont unanimes sur
l'interdiction du suivi aveugle au sujet du monothéisme et du Message du
Prophète. Appends donc, très cher monothéiste, les preuves des sujets
traitant du Tawhid, car le suivi aveugle y est interdit »

(Source: ad-Dourar as-Saniyyah, 10/399)

L’IGNORANCE DU TAWHID

Le Tawhid est établi dans la disposition naturelle

Allah a dit : « Et quand ton Seigneur tira une descendance des reins
des fils d'Adam et les fit témoigner sur eux-mêmes: « Ne suis-Je
pas votre Seigneur? » Ils répondirent: « Mais si, nous en
témoignons... » - afin que vous ne disiez point, au Jour de la
Résurrection: « Vraiment, nous n'y avons pas fait attention », ou
que vous auriez dit (tout simplement): « Nos ancêtres autrefois
donnaient des associés à Allah, et nous sommes leurs
descendants, après eux. Vas-Tu nous détruire pour ce qu'ont fait
les imposteurs? ». Et c'est ainsi que Nous expliquons
intelligemment les signes. Peut- être reviendront-ils! » (Sourate 7,
versets 172-174)
Les êtres humains ont fait un pacte clair et bien détaillé avec le Seigneur
de l’Univers qui consistait à L’adorer, à ne pas Lui donner d’associé et de
ne point faire d’anthropomorphisme. La descendance d’Iblis, le maudit, les
a égarés de leur religion, sauf des Croyants, Serviteurs d’Allah : ceux qui
s’accrochent à l’anse la plus solide.

Dans la Religion d’Allah, les gens sont divisés en deux parties : les
croyants et les mécréants. Et il n’y a que deux religion (l’Islam et le Koufr)
et non pas trois. Celui qui sort de la première, tombe forcément dans la
deuxième et vice-versa.

Allah a dit : « C'est Lui qui vous a créés. Parmi vous (il y a) des
mécréants et des croyants... » (Sourate 64, verset 2)

Allah dit aussi : « Et quiconque désire une religion autre que l'Islam,
elle ne sera point agrée, et il sera, dans l'au-delà, parmi les
perdants » (Sourate 3, verset 85)

Il est cité dans les bases clairvoyantes du Coran et de la Sounna, que


l’Islam est l’adoration d’Allah L’Unique, sans rien ni personne Lui associer
(le Tawhid), et la religion du Koufr est l’annulation du Tawhid de n’importe
quelle manière. La personne qui pratique le Tawhid est clairement
musulmane, monothéiste, tandis que celui qui annule le Tawhid en
commettant du Chirk, on a la certitude que cette personne n’est pas
musulmane, qu’elle est sur le chemin opposé à l’Islam, c’est à dire qu’elle
est dans la mécréance ou le polythéisme, car elle associe quelqu’un à
Allah le Tout-Puissant.

Ceci est une preuve de base, nul ne peut la nier sauf celui qui refuse
l’évidence, car le musulman est monothéiste et celui qui n’est pas
monothéiste est forcément mécréant ou polythéiste qu’il soit savant ou
obstiné, égaré ou imitateur, ou encore suiveur.

Cette règle est valable aussi bien avant, qu’après le Message et aussi bien
pour celui qui a reçu le Message ou celui qui n’a rien reçu.

Revenons au verset où Allah dit : « Et quand ton Seigneur tira une


descendance des reins des fils d'Adam et les fit témoigner sur
eux-mêmes: « Ne suis-Je pas votre Seigneur? » Ils répondirent:
« Mais si, nous en témoignons... » - afin que vous ne disiez point,
au Jour de la Résurrection: « Vraiment, nous n'y avons pas fait
attention », ou que vous auriez dit (tout simplement): « Nos
ancêtres autrefois donnaient des associés à Allah, et nous
sommes leurs descendants, après eux. Vas-Tu nous détruire pour
ce qu'ont fait les imposteurs? ». Et c'est ainsi que Nous expliquons
intelligemment les signes. Peut- être reviendront-ils! »

Ce verset constitue le témoignage et la prise du pacte sur le Tawhid, puis


la rupture du pacte soit par l’ignorance, soit par l’imitation.
Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « On
demande à une personne de l’Enfer le Jour du Jugement Dernier :
« Est-ce que, si tu posséderais tous ce qui est sur la terre, tu
l’échangerais pour être sauvé ? », il répondit : « Oui », puis Allah
Lui dira : « Je voulais de toi moins que ça, j’ai pris sur toi un pacte
lorsque tu étais dans les reins d’Adam pour que tu ne me donnes
aucun associé mais tu as refusé et tu as commis l’association »
(Hadith rapporté par Mouslim, qu’Allah lui fasse Miséricorde)

Voyons ce que disent les Moufassirs sur ce verset :

L’Imam ach-Chawkani, rahimahoullah, a dit : « … Nous avons fait ceci afin


que vous ne cherchiez pas des excuses, ou afin que vous n’attribuiez pas
le Chirk à vos pères, en dehors de vous-mêmes. Allah explique la sagesse
de la Révélation de ces versets. En effet, Il a demandé à la descendance
d’Adam, ‘alayhi sallam, de témoigner contre eux-mêmes, afin qu’ils ne
disent pas des choses de ce genre là le Jour du Jugement Dernier, ou
encore qu’ils ne cherchent pas des excuses invalides »

L’Imam al-Qourtoubi, rahimahoullah, dit : « Ibn Abbas et Oubayy ‘ibn Ka’b


disent que les descendants d’Adam ont témoignés qu’Allah est leur
Seigneur et qu’il n’y a pas d’excuse pour celui qui suit aveuglement les
autres quand il s’agît du Tawhid »

L’Imam at-Tabari, rahimahoullah, a dit : « Allah dit qu’Il est Témoin contre
les descendants d’Adam, afin qu’ils ne disent pas le Jour du Jugement
Dernier : « Nous ne savions pas » ou qu’ils ne disent pas : « Nos pères
pratiquaient le polythéisme et nous sommes leurs descendants. Etant
ignorants, nous avons suivi leur chemin »

L’imam ‘ibn Kathir, rahimahoullah, a dit : « Allah annonce qu’Il a fait


témoigner les descendants d’Adam contre eux-mêmes, qu’Il est leur
Seigneur et qu’il n’y a pas de divinité en dehors de Lui, et que ceci est une
partie de la disposition naturelle (la fitra) et quelque chose qui est en
nous. De ce fait, les savants ont dit que la disposition naturelle des
humains guide sur le Tawhid. Plus loin il dit que ce témoignage et ce pacte
est une preuve contre eux s’ils viennent à commettre le Chirk »

En ce que concerne ‘ibn al-Qayyim, rahimahoullah, il dit : « Beaucoup de


versets semblables sont une preuve contre les descendants d’Adam, car
leur disposition naturelle sur laquelle ils sont crées confirme leur Seigneur
et leur Créateur, de ce fait cette confirmation les appelle à adorer Allah
L’Unique sans rien, ni personne Lui associer. De ce fait, si ils viennent à
commettre du Chirk, il ne faut pas qu’ils cherchent des excuses comme
quoi ils ne connaissaient pas la vérité et qu’ils suivaient aveuglement des
égarés. Car, il existe deux causes d’égarement, le désintérêt de la vérité,
ou le suivi aveugle des égarés. Le Très-Haut a fait en sorte que les gens
reconnaissent avec leur disposition naturelle Allah comme étant leur
Seigneur. Ceci est une preuve contre eux-mêmes le Jour du Jugement
Dernier. De ce fait, il n’y a pas d’excuse pour celui qui renie Allah, ou Lui
donne un associé »

Cheikh al-Islam, ‘ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit : « En ce que


concerne les paroles du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam : « Tout
enfant naît sur la disposition naturelle (fitra) Islamique (c’est-à-dire
le Tawhid) et ce sont ses parents qui en font un juif, un chrétien ou
mazdéen » ceci est la disposition naturelle sur laquelle Allah les a crée le
jour quand Il a dit : « Ne suis-Je pas votre Seigneur? ». Plus loin, cheikh
‘ibn Taymiyya cite un autre Hadith rapporté par l’Imam Mouslim dans
lequel le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Allah a crée les
Serviteurs sur la Foi innée (le Tawhid), mais les diables vinrent à
eux et les détournèrent de leur Religion, leur interdirent ce
qu’Allah leur a autorisé et Il leur a ordonné de ne pas Lui associer
ce dont Il n’a révélé de preuve » »

Celui qui commet le polythéisme est un polythéiste avant même avoir


entendu la Parole d'Allah

Allah a dit : « Et si l'un des polythéistes te demande asile, accordes-


le lui, afin qu'il entende la Parole d'Allah, puis fais-le parvenir à
son lieu de sécurité. Car ce sont des gens qui ne savent pas »
(Sourate 9, verset 6)

On voit clairement dans ce verset qu’Allah a traité ces gens de


polythéistes malgré leurs ignorances et bien qu’ils n’aient pas entendu la
parole d’Allah. Ceci est une preuve claire que nul ne peut rejeter, et cette
preuve est évidente pour dire que toute personne qui a commis le grand
Chirk est mécréante, qu’elle soit ignorante, obstinée, ou imitatrice.

L'ignorance n'est pas une excuse dans l'annulation du Tawhid

Allah a dit : « Les infidèles parmi les gens du Livre, ainsi que les
polythéistes, ne cesseront pas de mécroire jusqu'à ce que leur
vienne la Preuve évidente » (Sourate 97, verset 1)

Ceci est une preuve évidente de la véracité que l’ignorance n’est pas une
excuse dans l’annulation du Tawhid, car Allah a nommé mécréants les
arabes et les gens du Livre qui ont commis de l’association, ceci même
avant le Message. Ce verset est un argument très solide et clair. D’après
ce qui précède, il est établi de manière certaine que quiconque commet de
l’association, doit être jugé comme mécréant ou polythéiste, sans
observer s’il a la science, s’il est têtu, ignorant, suiveur ou encore si un
Message lui est parvenu, et ceci même si il prétend appartenir à la
Religion monothéiste d’Ibrahim ou d’Ismaël, comme c’était le cas des
arabes à l'époque du Prophète Mouhammad, sallallahou 'alayhi wa sallam.
Pourtant, Allah a nié leur appartenance à la Religion monothéiste,
notamment en révélant ce verset :

Allah dit: « Certes les hommes les plus dignes de se réclamer


d'Ibrahim, sont ceux qui l'ont suivi, ainsi que ce Prophète-ci, et
ceux qui ont la foi. Et Allah est l'allié des croyants » (Sourate 3,
verset 68)

Une simple parole peut anéantir la vie ici-bas et la vie dans l'au-delà

Abou Hourayra, qu’Allah soit satisfait de lui, a dit :

« J'ai entendu l’Envoyé d’Allah, sallallahou ‘alayhi wa sallam, raconter


ceci : - « Deux hommes parmi les fils d’Israël étaient frères. L'un
d'eux commettait des pêchés, tandis que l’autre s'adonnait à
l’adoration. Ce dernier, s'apercevant que son frère persistait dans
les pêchés lui dit: - « Cesse » - L'autre répondit : - « Laisse-moi et
laisse mon Seigneur. T'a-t-on envoyé pour me surveiller ? » - Le
premier répliqua : « Je jure par Allah qu'Il ne te pardonnera point,
et tu n'entreras pas au Paradis » - Après leur mort, ils se sont
réunis devant le Seigneur des mondes. Allah dit à l'homme
vertueux : « Savais-tu d'avance ma décision … ? » - Puis, Allah dit
au coupable : « Entre au Paradis par Ma Miséricorde » - Et à
l'autre : « Entre en Enfer » - Le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam,
a ajouté : « Par Celui qui tient I'âme d'Abou al-Qassim dans Sa
Main, cet homme a proféré une parole qui a anéanti sa vie dans le
bas-monde et dans l'au-delà »

(Hadith rapporté par l’Imama Ahmad, qu’Allah lui fasse Miséricorde)

Dans ce Hadith il ressort clairement que cet homme croyait en Allah et


« … s’adonnait à l’adoration » - pourtant il « … a proféré une parole
qui a anéanti sa vie dans le bas-monde et dans l’au-delà » et ceci
peut aussi bien être le cas d’un orgueilleux, que d’un ignorant.

L'ignorance n'est pas une excuse dans le fondement de l'Islam à l'unanimité


des musulmans

Abou Battîn, rahimahoullah, a dit:


« Si celui qui commet le grand Chirk est excusé par l’ignorance – alors qui
est celui qui n’a pas d’excuse? De cette affirmation ressort qu’Allah n’a
d’argument que contre l’orgueilleux. Celui qui affirme cette théorie sera
incapable de s’y tenir. Au contraire, il doit tomber dans la contradiction.
Car, il ne peut pas ne pas appliquer le takfir sur celui qui doute de la
Prophétie de Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, ou doute de la
résurrection ou d’autres sujets qui font partie du fondement de l’Islam.
Celui qui doute est en réalité un ignorant. Les savants de toutes les écoles
ont cité beaucoup de choses, que l’on ne peut pas compter, parmi des
paroles, des actes ou des convictions, qui font sortir son auteur de l’Islam
et ils n’ont pas limités cela à l’orgueilleux. C’est pour cela que celui qui
affirme qu’une personne qui commet la mécréance (1) est excusée dans la
mauvaise interprétation des textes, l’idjtihad, le suivi aveugle ou
l’ignorance, s’oppose au Livre, à la Sounna et au consensus, sans aucun
doute. De cette théorie ressort qu’on ne peut pas appliquer le takfir sur les
juifs et les chrétiens ignorants, et ceux qui se prosternent devant le Soleil,
la Lune ou les statues, à cause de leur ignorance. De même, ceux qu’Ali
‘ibn abou Talib, qu’Allah soit satisfait de lui, brûlait vivants, car nous
sommes convaincus qu’ils étaient ignorants. Et tous les musulmans sont
unanimes que celui qui n’applique pas le takfir sur les juifs et les
chrétiens, ou doute de leur mécréance – est lui-même un mécréant, et
nous sommes convaincus que la majorité d’entre eux sont ignorants »

(Source ad-Dourar as-Saniyyah, volume 12 / pages 69-74)

(1) Il s’agît de la mécréance qui annule le fondement de l’Islam,


autrement dit la Religion de tous les Messagers qui est le Tawhid.

Voilà un consensus très clair rapporté par un grand savant de Nadjd,


qu’Allah lui fasse Miséricorde. Il est pourtant étonnant que certaines
personnes accusent les monothéistes de mal comprendre les paroles des
savants de Nadjd, ou encore de les utiliser en les sortant de leur contexte
pour arriver à leurs fins. Allah est Témoin que ceci est une grande
calomnie. En effet, cette parole, ainsi que les autres, sont tellement claires
qu’elles n’ont même pas besoin de commentaire. En réalité, ces
personnes sont gênés par la Vérité, alors soit ils inventent des mensonges
contre les gens qui appliquent le Tawhid, soit ils répètent comme des
moutons ce que leurs « savants » leur disent, sans même avoir lu ces
paroles ou fait leur propre recherche. La conclusion la plus évidente est
que ces gens n’aiment pas la Vérité qui se trouve dans les fatawas des
savants de Nadjd, alors ils s’y opposent. Cependant, avant même de
s’opposer aux paroles et consensus rapportés par ces savants, ils
s’opposent au Coran et à la Sounna, sans parler de la disposition naturelle
qu’Allah leur a donnée.

Celui qui commet le polythéisme est un polythéiste


Abou Battîn, rahimahoullah, a rapporté les paroles d’ibn Taymiyya,
rahimahoullah, où il dit : « Celui qui commet le polythéisme est un
polythéiste. On lui demande de se repentir, puis si il se repent il se sauve,
dans le cas contraire on le tue »

Abou Battîn, rahimahoullah, a dit : « Ibn Taymiyya applique clairement le


takfir sur celui qui commet le grand polythéisme et rapporte un consensus
des musulmans en ce qui concerne ce sujet, sans y excuser un ignorant ou
ceux qui lui ressemblent »

(Source: Fatawas des savants de Nadjd)

L'égarement est le résultat des lacunes dans la science

Abdallah ‘ibn Abd ar-Rahman abou Battîn, rahimahoullah, a dit:

« Tellement de groupes se sont égarés à cause des lacunes dans la


science. Tellement d’erreurs sont apparues à cause de cela. Comme par
exemple la règle qui dit: “l’Islam et le Chirk sont deux choses, l’une à
l’opposé de l’autre, elles ne peuvent pas coexister, ni disparaître, de sorte
à ce qu’aucune ne reste. Et l’ignorance de l’Islam ou du Chirk, ou
seulement d’un des deux, a fait entrer beaucoup de gens dans le Chirk et
l’adoration de “saints” - et tout ceci à cause de l’ignorance … »

(Source: Minhadj at-Ta’sis, page 12)

La mécréance est due soit à l'orgueil soit à l'ignorance

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, a dit :

« L’Islam est l’Unicité d’Allah, l’adoration de Lui Seul, sans Lui donner
d’associé, croire en Allah, en Son Prophète et le suivre sur tout ce qu’il
apporte. Tous ceux qui n’ont pas accompli cela ne sont pas musulmans. Si
cette mécréance n’est pas due au fait que ces gens-là soient têtus, alors
cette mécréance est due à leur ignorance »

(Source : Tariq al-Hidjratayn)

L'apostasie en général est le fruit d'une ambiguïté

L’Imam al-Boukhari, rahimahoullah, a rapporté dans son Sahih, d’après


‘ibn ‘Abbas, qu’Allah soit satisfait de lui, en ce qui concerne la parole
d’Allah : « … et ils ont dit : « N'abandonnez jamais vos divinités et
n'abandonnez jamais Wadd, Souwaa, Yagouth, Yaouq et Nassr »
(Sourate 71 - verset 23) :

« Les divinités du temps de Nouh, ‘alayhi sallam, se sont retrouvées chez


les arabes … Ce sont les noms des gens pieux du peuple de Nouh, ‘alayhi
sallam. Après leur mort, le diable leur a enjolivé l’idée d’instaurer des
statues auxquelles ils ont donné les noms de ces gens pieux. Après la
disparition de la science, ces monuments furent adorés » (1)

Ibn Qoudama, rahimahoullah, a dit : « L’apostasie en général est le fruit


d’une ambiguïté … »

(Source : al-Kafi, 4/158, chapitre sur le jugement de l’apostat)

(1) On voit que la cause du polythéisme dans l’adoration de ces gens


était la disparition de la science, et que malgré cela Allah ne leur a
pas donné d’excuse valable, au contraire Il leur a envoyé un
Messager pour les appeler au Tawhid et se désavouer du
polythéisme et de ses adeptes. Est-ce que quelqu’un va oser dire
que ces gens étaient des monothéistes, malgré le polythéisme qu’ils
pratiquaient et ce à cause de la disparition de la science ?

Le suivi aveugle n'est pas une excuse dans le fondement de l'Islam

L’égarement est l’opposé de la Guidée. Dans les Textes nous trouvons que
les mécréants et les polythéistes se divisent en deux parties :

• Des suivis et des suiveurs


• Des chefs et des imitateurs

En général, les chefs de l’égarement sont des gens têtus, non ignorants,
orgueilleux, et les suiveurs sont comme du bétail. La plupart d’entre eux
ne comprennent pas la Vérité. Au contraire, ils se croient sur la bonne
voie. Et cela résulte de la tricherie de leurs chefs. Les Textes ont bien
montré que les deux catégories sont en Enfer et sont châtiées. Elles se
maudiront l’une l’autre et une désavouera l’autre. Aucun Texte n’existe
stipulant que les suiveurs ou certains des suiveurs seront excusés du fait
qu’ils ont été égarés.

Allah a dit : « Et ils dirent : « Seigneur, nous avons obéi à nos chefs
et à nos grands. C'est donc eux qui nous ont égarés du Sentier. Ô
notre Seigneur, inflige-leur deux fois le châtiment et maudis les
d'une grande malédiction » » (Sourate 33, versets 67-68)

Allah a dit : « Et ceux qui avaient mécru dirent : « Jamais nous ne


croirons à ce Coran ni à ce qui l'a précédé ». Et si tu pouvais voir,
les injustes seront debout devant leur Seigneur, se renvoyant la
parole les uns aux autres! Ceux que l'on considérait comme
faibles diront à ceux qui s'enorgueillissaient : « Sans vous, nous
aurions certes été croyants » » (Sourate 34, verset 31)

Allah a dit : « Et les mécréants diront : « Seigneur, fais-nous voir


ceux des djinns et des humains qui nous ont égarés, afin que nous
les placions tous sous nos pieds, pour qu'ils soient parmi les plus
bas » » (Sourate 41, verset 29)

Voilà ce qu’Allah a dit concernant ces gens là. Et Il n’y a pas un seul verset
ou un seul Hadith qui dit que ceux qui ont été égarés par les soi-disant
savants, seront excusés.

La majorité des polythéistes ne comprennent pas ce qu’Allah attend d’eux


et ceci est dû soit à l’égarement de leurs savants, soit leur détournement
de la Vérité et leur abandon du Livre d’Allah.

Allah a dit : « Nous avons destiné beaucoup de djinns et d'hommes


pour l'Enfer. Ils ont des cœurs, mais ne comprennent pas. Ils ont
des yeux, mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais
n'entendent pas. Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus
égarés encore. Tels sont les insouciants » (Sourate 7, verset 179)

Certaines personnes s'imaginent faire le bien sans se rendre compte


qu'elles sont dans la mécréance

L’Imam at-Tabari, rahimahoullah, a dit dans son Tafsir sur le verset suivant
: « Ceux dont l’effort dans la vie présente s’est égaré, alors qu’ils
s’imaginent faire le bien » (Sourate 18 - verset 104) :

« Ceci est la preuve des preuves, de l’erreur de celui qui dit qu’on ne peut
pas être mécréant, à moins d’avoir l’intention de l’être ... Allah nous a
informé concernant ceux qu’Il a cité dans le verset, en nous disant que
leurs efforts dans la vie présente ne sont que pertes, alors qu’ils
s’imaginent faire le bien »

Prétendre appartenir à l'Islam ne sera pas utile à celui qui ignore le Tawhid

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :


« Lorsque tu sauras que ceci est le monothéisme, qui est d'un caractère
plus obligatoire que la prière et le jeûne, et qu'Allah pardonnera à celui qui
l'aura réalisé le Jour Dernier et qu'Il ne pardonnera pas à quiconque l'aura
ignoré, même si il s’agît de quelqu’un qui prétend appartenir à l’Islam. Et
lorsque tu sauras, que ceci est le polythéisme, qui ne sera pas pardonné
par Allah, et qui est auprès d'Allah plus grave que la fornication et le
meurtre, ceci même si celui qui le commet souhaite par cet acte, se
rapprocher d'Allah … »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/77)

Il y a des musulmans qui sortent de la Religion sans en avoir l'intention

Ibn Hajar, rahimahoullah, a dit :

« Il y a des musulmans qui sortent de la Religion sans en avoir l’intention


et sans choisir une autre religion que l’Islam »

Il a aussi dit : « J’ai dit : « Et parmi ceux qui se sont penchés sur ce Hadith,
il y a at-Tabari. Il a dit après avoir cité les Hadiths du chapitre : « Ceci est
une réponse à celui qui dit que nul parmi les gens de la Qibla ne sort de
l’Islam qu’après avoir eu l’intention d’en sortir. La preuve contre cela se
trouve dans le Hadith du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam : « Ils
disent la vérité, ils lisent le Coran, et ils sortent de l’Islam … »

(Source : al-Fath al-Bari, 12/267-269)

Celui qui s'affilie à l'Islam n'est pas forcément un musulman

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Si à l’époque du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, et des


gouverneurs qui l’ont succédé, il y avait des gens qui s’attribuaient à
l’Islam et en sont sortis malgré leurs grands actes d’adoration jusqu’à ce
que le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, ait ordonné de les
combattre, alors on doit savoir que celui qui s’attribue à l’Islam et à la
Sounna à notre époque peut lui aussi sortir de l’Islam »

(Source : Fatawas des savants de Nadjd)


L'idjtihad n'est pas une excuse dans le fondement de l'Islam

Abou Battîn, rahimahoullah, a dit :

« Cheikh abou Mouhammad ‘ibn Qoudama, rahimahoullah, a traité le sujet


de l’idjtihad et a dit : « Djahiz affirmait que celui qui s’oppose au
fondement de l’Islam est excusé et n’est même pas dans le pêché si il est
un moudjtahid (1) et n’a pas été capable d’arriver à la vérité. L’avis de
Djahiz est sans aucun doute faux et mécréance en Allah » (2)

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 12/69-73)

(1) Le savant qui fait des recherches et fourni des efforts pour arriver à
la vérité dans un sujet (l’idjtihad).
(2) Lorsque le savant se trompe dans un sujet autre que le fondement
de l’Islam, il a une récompense pour son effort fourni, et s’il arrive à
la vérité, il en a deux. Par contre, lorsqu’un savant se trompe dans le
fondement de l’Islam, et ainsi, par exemple permet le grand Chirk, il
n’a aucune excuse valable et c’est un mécréant.

L'ignorance n'est pas une excuse dans le fondement de l'Islam

Abd al-Aziz ‘ibn Mouhammad ‘ibn Aliyy al-Abd al-Latif, a dit dans son livre
Nawaqidoul-Imân wal-Amaliyyah, page 69 :

« Sur la base de ce qui précède, nous concluons que l’avis de ceux qui
généralisent quand ils disent que l’ignorance est une excuse dans des
choses qui touchent au fondement de l’Islam … – est faux. Tout comme il
est faux de généraliser que l’ignorance n’est pas une excuse. Au contraire,
il est obligatoire de faire la distinction entre les choses qui s’opposent au
fondement de l’Islam (1), et les choses connues de la masse des gens. Et,
les choses qui s’opposent aux questions ou sujets qui ont besoin d’être
expliqués … » (2)

(1) Le fondement de l’Islam est en réalité l’Unicité d’Allah, le Tawhid,


ou encore le Asl ad-Dîn, c’est-à-dire la Religion avec laquelle sont
venus tous les Messagers de la part d’Allah. Dans ce sujet,
l’ignorance n’est pas une excuse.
(2) Par contre, l’ignorance peut être une excuse dans les sujets qui ne
touchent pas au Tawhid.

Beaucoup de gens ne font pas cette distinction, c’est la raison pour


laquelle ils fraternisent avec des polythéistes et s’opposent aux
monothéistes en les traitant de takfiris, de khawaridjs, ou encore de chiens
d’Enfer.
Les ignorants du Tawhid qui suivent aveuglément leurs chefs et leurs
imams sont des mécréants

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, a dit dans Tariq al-Hidjratayn, la 17ème


catégorie :

« Les ignorants mécréants, leurs suiveurs, et leurs ânes qui sont avec eux
qui les suivent, et disent : « Nous avons trouvé nos parents sur ce modèle
et nous les imitons » - La communauté est entièrement d’accord pour dire
que cette catégorie de gens sont mécréants, même s’ils sont ignorants et
suivent aveuglément leurs chefs et leurs imams … »

Quiconque ignore le Tawhid est un mécréant à l'unanimité des musulmans

Soulayman ‘ibn ‘Abd Allah, rahimahoullah, a dit :

« Celui qui témoigne qu’il n’y a de vrai dieu qu’Allah, c'est-à-dire celui qui
prononce cette parole en connaissant ce qu’elle signifie et en agissant en
conséquence tant dans son cœur que de son corps, comme le prouve le
verset : « Sache qu’il n’y a de vrai dieu qu’Allah » - et le verset :
« Sauf ceux qui ont témoigné de la vérité alors qu’ils savent » -
Quant au fait de prononcer cette parole sans connaître ce qu’elle signifie,
ni agir en conséquence, cela ne sert à rien et ceci à l’unanimité »

(Source : Taysir al-Aziz al-Hamid, page 51)

L'homme qui a demandé qu'on le brûle et qu'on répande ses cendres

Il existe une règle importante qu’Allah a établie dans Son Livre qui est
une base de compréhension : « Ce qui est établi de manière tranchante et
certaine dans la Religion, ne peux être annulé par le doute ou la
supposition »

Ainsi, si un jugement s’établit de manière certaine, et se contredit par un


doute ou une éventualité, on doit interpréter ce doute d’une manière qui
ne contredit pas la certitude.

Pourtant, certaines personnes affirment malgré l’évidence, que l’ignorance


est une excuse dans l’annulation du Tawhid, et ainsi vont à l’encontre de
cette règle établie par Allah. Et ceci est dans leurs habitudes, lorsqu’ils
trouvent un petit détail dans la Parole d’Allah, la parole du Prophète,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, ou la parole d’un savant, qui est en accord
dans l’apparence avec leur croyance, ils la prennent pour preuve ou la
transforment, délaissant même les consensus des musulmans.

Allah a dit : « C'est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre : il s'y
trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et
d'autres versets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses.
Les gens, donc, qui ont au cœur une inclinaison vers l'égarement,
mettent l'accent sur les versets à équivoque, cherchant la
dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors
que nul n'en connaît l'interprétation, à part Allah. Mais ceux qui
sont bien enracinés dans la science disent : "Nous y croyons : tout
est de la part de notre Seigneur! " Mais, seuls les doués
d'intelligence s'en rappellent »

Un de leurs arguments est un Hadith authentique rapporté par Abou


Hourayra, qu’Allah soit satisfait de lui, dans lequel le Prophète
Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Un homme n'ayant
jamais fait aucun acte pie dit aux siens: « Quand je mourrai,
brûlez mon corps et répandez la moitié de mes cendres sur la
terre, et l’autre moitié dans la mer » – « Par Allah », ajoute le
Prophète, « si Allah le veut, Il peut lui infliger le châtiment le plus
terrible qu'Il ait jamais infligé à personne au monde » - Quand cet
homme meurt, les siens réalisèrent sa demande. Mais, Allah
donna ordre à la mer de réunir les éléments qu'elle avait reçus et
enjoignit à la terre d'en faire autant pour ce qu'elle avait reçu.
Une fois l'homme ressuscité, Allah lui dit: « Pourquoi as-tu agi
ainsi? » - « A cause de la crainte que Tu m'inspirais », répondit-il,
« Tu le sais mieux que personne » - Allah alors lui pardonna »
(Hadith rapporté par Mouslim, qu’Allah lui fasse Miséricorde)

Ils ont dit que cette personne a douté de la Puissance d’Allah. Et malgré
cela, Allah lui a pardonné à cause de son ignorance et sa mauvaise
compréhension.

An Nawawi, rahimahoullah, a dit à propos de ce Hadith: « Il y a divergence


entre les savants dans l’explication de ce hadith »

Un groupe de savants a dit : « On ne peut pas comprendre de ce Hadith


que l'homme avait nié la Puissance d'Allah, car celui qui doute de la
Puissance d'Allah est un mécréant, et dans une version de ce Hadith
l'homme a dit qu'il a prononcé ces paroles par crainte d'Allah, et le
mécréant ne craint pas Allah et Allah ne pardonne pas aux mécréants »

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, a dit dans l’explication de ce Hadith : «


Celui qui renie l’attribut de la Puissance est mécréant à l’unanimité »
Un autre groupe de savants a dit que celui-ci a prononcé ces paroles alors
qu’il était dans un état d’étourdissement. Par conséquent, il perdit le
contrôle de ce qu’il disait, et en Islam nous ne sommes pas responsables
des paroles prononcées dans ce genre de contexte.

D’autres savants ont dit que cette personne a fait cela pour expier ses
péchés. Alors, Allah lui a pardonné le fait qu’il n’a pas fait de bonnes
actions dans sa vie. Il n’a point demandé ceci pour ne pas être ressuscité.

En effet, ce Hadith démontre de manière claire que cet homme croyait en


la Puissance d'Allah, et qu'il croyait en le Jour de la Résurrection.

Un autre groupe de savants a dit : « Cet homme vivait à l’époque où il


suffisait juste d'avoir la base de l'Islam (le Tawhid) »

Donc, il n’était pas responsable s’il ne savait pas qu’il doit prier, jeûner ou
donner la Zakat, car les textes l’obligeant à faire ceci ne lui sont pas
parvenus, ou il n’en avait pas accès. Donc, cet homme avait la base qui
est connue par la disposition naturelle (la fitra) et cette base suffit pour
être musulman ou monothéiste.

Abd al-Latif ‘ibn Abd ar-Rahman, rahimahoullah, a dit : « En ce qui


concerne le Hadith de l’homme qui demanda à sa famille de le brûler, cet
homme était monothéiste et n’avait pas commis de grand polythéisme,
car il est confirmé par la voie d’abou Kamil, d’après Hammad, d’après
Thabit, d’après abou Rafi, d’après abou Hourayra : « Il n’avait pas fait
un seul acte de bien à part le monothéisme » - Donc, l’argumentation
par ce Hadith dans notre sujet est dès lors invalide »

(Source : Minhadj Ta’ssîs, page 217)

En effet, l’Imam Ahmad, rahimahoullah, rapporte dans son Moussnad,


Hadith 7697 : « Il y avait un homme avant vous, qui n’avait fait
aucun acte de bien à part le monothéisme. Lorsque la mort lui
parvint, il dit à sa famille : « Lorsque je mourrai, brûlez-moi
jusqu’à ce que je devienne cendre, puis réduisez-la en poudre et
jetez-la un jour de vent. Lorsqu’il mourut, ils firent ce qu’il leur a
demandé. Mais une foi entre les Mains d’Allah, Allah lui dit : « Ô
fils d’Adam, qu’est-ce qui t’a poussé à faire cela ? » - Il dit : « La
peur de Toi, ô Seigneur ! » - Alors Allah lui pardonna bien qu’il
n’avait pas fait un seul acte de bien autre que le monothéisme »

Si il est établi dans le Coran, dans la Sounna, ainsi que dans le consensus
des musulmans, que quiconque commet le Chirk devient polythéiste, y
compris s'il est ignorant et pense faire le bien, comment peut-on se
permettre d'aller à l'encontre de toutes ces preuves avec un Hadith qui
peut être interprété de plusieurs manières? De plus, un autre Hadith
confirme que cet homme était un monothéiste, alors comment peut-on se
permettre d'utiliser ce Hadith comme preuve que l'ignorance du Chirk est
une excuse?
Cependant, il est important de noter que les savants musulmans ont
divergés quant à celui qui doute d’une parcelle d’un attribut d’Allah. Ainsi,
celui qui doute d’une parcelle de la Puissance d’Allah, pour certains
savants il est mécréant, et pour d’autres, comme ‘ibn Taymiyya et ‘ibn
Hazm, qu’Allah leur fasse Miséricorde, il peut être excusé sous certaines
conditions. Mais, ils sont unanimes que quiconque renie la Puissance
d’Allah, ou encore donne un égal à Allah dans Sa Puissance, en pensant
que quelqu'un est aussi puissant qu'Allah, ou donne un égal à Allah dans
n'importe quel autre Attribut, c’est un mécréant qui n’a aucune excuse
valable.

Abdallah abou Battîn, rahimahoullah, a dit : « Ibn Taymiyya,


rahimahoullah, était d’avis que celui qui est ignorant de certains attributs
d’Allah ne devient pas mécréant, mais pour ce qui est du Chirk et les
choses comme ça, alors là, non ! »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 12/73)

Il existe encore d’autres explications, mais ce qui est important c’est que
les savants musulmans ont remarqué que l’apparence de ce Hadith va à
l’encontre des règles fondamentales Islamiques, alors ils l’ont interprété
en accord avec ces règles fondamentales et non pas en désaccord, car
Allah ne se contredit pas.

Cependant, il est étonnant à quel point certaines personnes se disant


musulmans, ou encore savants vont à l’encontre des règles fondamentales
établies dans le Coran, la Sounna ou encore le consensus.

Dhat Anwat

L’Imam Tirmidhi, rahimahoullah, rapporte dans son Sounân le Hadith 2335


: « D’après abou Waqid al-Laythi, le Messager d’Allah, sallallahou ‘alayhi
wa sallam, lorsqu’il est sorti pour l’expédition de Khaybar, il est passé à
coté d’un arbre des idolâtres appelé « Dhât Anwât » auquel ils
accrochaient leurs armes. Nous avons alors dit : « Ô Messager d’Allah !
Donne-nous un Dhât Anwât comme ceux-là ont un Dhât Anwât ! » Le
Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a répondu en disant : « Gloire à
Allah ! Ceci est comme ce que le peuple de Moussa a dit : « Donne
nous un dieu comme ceux-là ont des dieux » ! Par Celui qui
détient mon âme dans Sa Main, vous allez suivre les coutumes de
ceux d’avant vous ! »

Certains disent que ce Hadith est une preuve que le musulman qui, par
ignorance, commet du grand polythéisme, il reste musulman car, soi-
disant, ces Compagnons ont demandé d’avoir un autre dieu qu’Allah et
pourtant le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, ne les a pas traité de
mécréants et ne leur a pas demandé de refaire leur Islam.
Cette argumentation est fausse, car ce Hadith ne concerne pas le grand
polythéisme, ni l’adoration d’un autre qu’Allah, mais plutôt la
ressemblance aux non-musulmans, qui n’est pas un annulant de l’Islam.

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit dans de nombreux


ouvrages qu’il s’agissait non pas du grand polythéisme, mais du petit
polythéisme. En effet, il explique dans le Kitab at-Tawhid que le fait de
rechercher la bénédiction par la cause des pierres ou des arbres, tout en
sachant que la source de la bénédiction est Allah, n’est pas une
mécréance qui expulse son auteur de l’Islam, mais une petite mécréance.

Cependant, les gens qui ont dans le cœur une inclinaison vers l’égarement
pourront dire que Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit
dans le dévoilement des ambiguïtés dans le monothéisme : « Tout comme
il n’y a pas de divergence sur le fait que si ceux à qui le Prophète,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, a interdit de prendre un Dhât Anwât, après
qu’il le leur a interdit, ne lui avaient pas obéis et avaient pris un Dhât
Anwât, ils seraient devenus mécréants » Donc, ils pourront dire : « On voit
bien qu’ici il considéra leur demande comme une grande mécréance, car
s’il considérait que c’était de la petite mécréance il ne les aurait pas jugé
mécréant pour ça ! »

La réponse est que si ces Compagnons avaient quand même utilisé cet
arbre pour recevoir les grâces d’Allah, après que le Prophète, sallallahou
‘alayhi wa sallam, le leur a interdit, cela aurait été une mécréance de leur
part, car ils auraient rejeté l’ordre du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa
sallam, et adoré Allah d’une manière que le Prophète, sallallahou ‘alayhi
wa sallam, leur a interdit. En effet, leur cas aurait été semblable au cas
des innovateurs, car un innovateur adore Allah d’une manière que le
Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, n’a pas permis, et les savants ont
notamment dit qu’à partir du moment qu’un innovateur sait qu’il n’adore
pas Allah de la manière légiférée, et malgré cela continue à L’adorer ainsi,
alors il devient mécréant.

L’Imam an-Nawawi, rahimahoullah, a quant à lui clairement expliqué que


ce Hadith parle d’imiter les mécréants dans les pêchés, et non pas dans la
mécréance.

Et ainsi, il n’est pas rapporté d’un seul Salaf, ou savant musulman, avant
le 12ème siècle de l’hégire, que ces Compagnons avaient demandé un arbre
pour l’adorer, ou croyaient que cet arbre avait le pouvoir de bénir, de
causer le bien et le mal, mais tous les savants ont mentionné que leur
demande n’invalidait pas l’Islam, et qu’ils voulaient que la bénédiction
vienne d’Allah au moyen, ou par la cause de cet arbre. Ceci est clair dans
les paroles des savants, en passant par ‘ibn Taymiyya, rahimahoullah,
dans Madjmou al-Fatawa, jusqu’à Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab,
rahimahoullah.
Les ambiguïtés dans l'ignorance du Tawhid

Ce n'est pas toute erreur d'ijtihad qui est pardonné


Soulaymân Ibn Sahmân dit dans Tamyîz As-Sidq wa Al Mayn :

« Celui qui croit en Allah et Son messager intérieurement et extérieurement, mais fait un
effort d’Ijtihâd et cherche la vérité, puis se trompe ou ignore, ou interprète mal, eh bien Allah
lui pardonne cette erreur, qui qu’il soit, que cela soit dans les thèmes théoriques ou pratiques.
Mais l’origine de cette erreur est que lorsque ces gens là ont entendu la parole du Cheykh (Ibn
Taymiya) qu’Allah lui fasse miséricorde, dans certaines de ses réponses, où il parla de
l’absence de Takfîr sur l’ignorant, ou le Moujtahid ou celui qui se trompe, ou celui qui
interprète mal, ils ont cru que c’est valable pour toute erreur, tout ignorance, tout Ijtihad et
toute mauvaise interprétation, ils en ont fait une règle schématique sans donner aucun détaille.
Et ceci est une erreur pure, car ce n’est pas tout Ijtihad ou ignorance ou erreur ou mauvaise
interprétation qui sera pardonné à son auteur, et l’empêche de devenir mécréant. En effet, ce
qui est nécessairement connu en religion Islamique comme : la foi en Allah, Son messager e
ce qu’Il a enseigné, il n’y a aucune excuse par ignorance dans cela : Allah nous a informé de
l’ignorance de beaucoup de mécréants tout en déclarant clairement leur mécréance : Il décrit
les chrétiens d’ignorance, alors qu’aucun musulman ne doute de leur mécréance ! Et nous
sommes absolument convaincu que la majorité des juifs et des chrétiens aujourd’hui sont
ignorant et se conforment aveuglément à leurs rabbin, mais nous sommes convaincu de leur
mécréance ainsi que de la mécréance de quiconque doute de leur mécréance.

Le Coran nous indique que celui qui doute des principes de la religion est un mécréant, or le
doute est l’hésitation entre deux choses, comme par exemple : quelqu’un qui n’est ni certain
que le prophète dise la vérité, ni qu’il dise des mensonges, ou bien qui n’est ni certain de la
réalité de la résurrection ni de sa fausseté, ou aussi celui qui n’est ni certain de l’obligation de
la prière ni incertain, ou qui n’est ni certain de l’interdiction de la fornication ni de sa
permission : celui là est mécréant à l’unanimité des savants et il n’y a aucune excuse pour
celui qui se trouve dans une telle situation pour ne pas avoir compris la preuve d’Allah et son
explication, car il n’y a aucune excuse après la transmission de la preuve, même s’il ne la
comprend pas comme nous venons de le démontrer.

Lorsqu’un individu donné commet ce qui exige sa mécréance dans des sujets nécessairement
connus comme l’adoration d’un autre qu’Allah, le reniement de l’élévation d’Allah sur Sa
création, ou la négation de Ses parfaites descriptions et adjectifs de la Majesté de Son être et
de Ses actes, ainsi que la question de Sa connaissance des événements et des créatures avantq
u’elle n’existe etc… Eh bien si on devait interdire de juger mécréant celui qui commet cela
par erreur ou ignorance, tout cela réfute celui qui juge mécréant ceux qui renient l’être
d’Allah, Sa Seigneurie, Ses nom et descriptions, et Son unicité dans la divinité, ainsi que ceux
qui disent qu’Allah ne sait pas ce qui se passe dans l’Univers avant que cela ne se produise,
comme les extrémistes Qadarites, ou qui prétend que les événements sont causé par les astres,
ou que l’origine de la création est la lumière et les ténèbres : Celui qui adhère à tout cela est
plus mécréant et plus égaré encore que les juifs et les chrétiens.

Est-ce que ceux qui disent qu’Allah est en dessous dans Sa création n’en sont ils pas arrivé à
une telle mécréance aussi avérée et une idolâtrie aussi énorme et à l’abolissement de la réelle
existence du Seigneur des mondes uniquement par erreur d’Ijtihâd dans ce sujet, ce qui les
égara, et après ce mirent à égarés les autres ?
N’a-t-on pas exécuté Al Hallâj à l’unanimité des juristes uniquement pour l’égarement de son
Ijtihâd ? Et les Qaramites, ne se sont ils pas commis ce qu’ils ont commis comme atrocités et
apostasie de la loi islamique si ce n’est par leur Ijtihad, comme ils le prétendent ?

Et est ce que les Rafidites ont dit ce qu’ils ont dit et admis ce qu’ils ont admis comme
mécréance et idolatrie et adorations des imams des duodécimains et autres insultes des
compagnons du messager d’Allah et des mères des croyants si ce n’est par Ijtihâd ?

Ce n’est donc pas tout Ijtihâd, ni toute erreur ni toute ignorance qui est pardonnée… »

Celui qui adore un autre qu'Allah est un polythéiste avant même


l'établissement de la preuve

Ishaq ‘ibn Abd ar-Rahman, rahimahoullah, a dit :


« Il m’est parvenu qu’un groupe prétendant être savant et religieux, qui
suit, soi-disant, l’enseignement de Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab,
rahimahoullah, a dit que celui qui donne un associé à Allah et adore les
idoles, ne devient pas automatiquement mécréant et idolâtre. Ceux qui
m’ont rapporté cela ont entendu que certains frères avaient traité de
mécréant et d’idolâtre un homme qui implorait l’aide du Prophète,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, et qu’un homme leur a dit : « Ne le traitez
pas de mécréant sans lui avoir expliqué ! » Or, lui et ceux de son genre
n’éprouvent aucune gêne à se mélanger aux idolâtres lors de leurs
voyages et dans leurs demeures, et vont même étudier chez le plus grand
mécréant des savants idolâtres … Ils ont dupé certains imbéciles de leurs
adeptes qui ne connaissent rien … Ensuite, leur hérésie et leur ambiguïté
s’est propagée au point qu’elle a fini par toucher certains frères
privilégiés. Et la cause de ceci, et Allah sait le mieux, c’est qu’ils ont
délaissé les livres fondamentaux, ainsi que leur manque d’intérêt pour ces
livres, et leur manque de peur de l’égarement. Ils se sont passé des livres
du cheikh Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, alors que s’y
trouve tout ce qu’il faut comme réponses à ces ambiguïtés »

(Source : at-Takfir al-Mou‘ayyîn, Aquidatoul-Mouwahhidîn, pages 169, 170)


LE TAKFIR

Le takfir est une obéissance à Allah

Abd al-Latif ‘ibn Abd ar-Rahman, rahimahoullah, a dit :

« Si celui qui excommunie une personne s'affiliant à l'Islam s'appuie pour


ceci sur un texte et une preuve issue du Coran ou de la Sounna, lorsqu'il
est témoin d'une mécréance claire, comme l'association à Allah,
l'adoration d'un autre que Lui, qu'on se moque de Lui, de Ses versets, de
Son Messager, qu'on les dément, ou que celui-ci a de la répulsion pour ce
qu'Allah a fait descendre comme Guidance et Religion de Vérité, ou encore
qu'il renie un de Ses Attributs sublimes (1) ou toute chose du genre, et
bien celui qui excommunie pour ceci ou quelque chose de semblable, a vu
juste et est récompensé, car il est obéissant à Allah et à Son Messager »
(2)

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/121)

(1) Il s’agît des Attributs qui font partie du fondement de l’Islam.

(2) Regarde comment le takfir est en réalité une obéissance à Allah et à


Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam, et non pas un fléau maudit
réservé aux savants, comme le disent certains ignorants imitant
aveuglement les paroles de certains « savants » qui ressemblent aux
savants juifs décrits par Allah dans Son Livre Saint.

La belle parole d'un bédouin

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Et quelle belle parole que celle de ce bédouin qui un jour arriva jusqu’à
nous et entendit quelques paroles sur l’Islam, il a alors dit : « Je témoigne
que nous sommes des mécréants (1) et je témoigne que le religieux qui
nous dit qu’on est des musulmans est un mécréant ! »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 8/119)

(1) C’est-à-dire lui et les autres bédouins. Ce bédouin a entendu parler


du Tawhid et a compris que sans la science de la signification du
Tawhid, il n’y a pas d’Islam. C’est pour cette raison qu’il a appliqué
le takfir sur lui-même, sur les bédouins, ainsi que sur le pseudo-
religieux parmi eux, car aucun d’eux ne connaissait la signification
du Tawhid. En effet, si ce « religieux » savait ce qu’est le Tawhid, il
n’aurait pas considéré ces bédouins de la même Religion que lui, car
l’Islam et le Chirk sont deux religions, l’une à l’opposé de l’autre,
quiconque pratique le monothéisme est un monothéiste, et
quiconque pratique le polythéisme est un polythéiste, et ce malgré
la Chahada qu’il prononce, car sa Chahada n’est qu’une prétention
et non pas une attestation. Ce qui est intéressant dans le takfir de
ce bédouin, c’est qu’il n’a pas été blâmé, traité de takfiri, de
khawaridj, de chien d’Enfer … au contraire, cheikh Mouhammad,
rahimahoullah, a dit : « Et quelle belle parole … »

Mouhammad 'ibn 'Abd al-Wahhab applique le takfir sur ses anciens savants
à cause de leur ignorance du Tawhid

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit dans une de ses


lettres :

« Lorque ces diables orgueilleux en apparence humaine voient quelqu’un


enseigner aux gens ce que leur a ordonné le Prophète Mouhammad,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, c’est-à-dire la Chahada, la ilaha illa Allah, ils
commencent à se plaindre, mettre des ambiguïtés aux gens et disent :
"Comment pouvez-vous rendre mécréants les musulmans ? Comment
pouvez-vous parler ainsi sur les morts ?" - Ceci avec le but que la
signification de la ilaha illa Allah ne soit pas expliquée aux gens … En ce
qui me concerne, par Allah, à côté duquel il n’existe personne, ni rien qui
mérite d’être adoré, je cherchais la science et ceux qui me connaissaient
croyaient que j’en avais, mais à cette époque je ne connaissais pas la
signification de la ilaha illa Allah, je ne connaissais pas la Religion d'Islam
avant ce bien qu'Allah nous a donné. De même, parmi mes savants il y en
avait aucun qui connaissait cela. Celui qui, parmi les savants, affirme
malgré tout qu’il le savait, qu’il savait la signification de l’Islam … ou
affirme qu’un de ses savants à lui le savait, alors il ment et met des
ambiguïtés aux gens … De ce fait, craignez Allah, ô les serviteurs d’Allah !
Ne soyez pas orgueilleux envers votre Seigneur et envers votre Messager,
sallallahou ‘alayhi wa sallam. Faites des lounages à Allah Le Très-Haut,
Celui qui vous a guidé vers le bien … »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/50-52)

La sourate al-Kafiroun est une preuve de l'obligation du takfir

Hamad ‘ibn ‘Attiq, rahimahoullah, a dit :

« Réfléchis, qu’Allah te guide, à propos des paroles du Très-Haut dans les


sourates révélées à La Mecque, telle que : « Dis : « Ô vous les
mécréants ! Je n’adore pas ce que vous adorez… » - jusqu’à la fin de
la sourate. Est-ce qu’il est parvenu jusqu’à ton cœur qu’Allah lui a ordonné
de leur dire que c’est des mécréants et de les informer qu’il n’adore pas
ce qu’ils adorent, c’est-à-dire qu’il se désavoue de leur religion, et de les
informer qu’ils n’adorent pas Celui qu’il adore. C’est-à-dire, ils n’ont rien à
voir avec le Tawhid. « A vous votre religion, et à moi ma Religion »
Ceci comprend son désaveu de leur religion et leur désaveu de sa
Religion.

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 9/256-259)

Les versets qui parlent de mécréance concernent aussi bien les mécréants
que ceux qui se disent musulmans

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit:

Si un hypocrite essaye d’argumenter comme quoi le verset concerne que


les mécréants, dites-lui : « Est-ce qu’il existe un seul savant musulman qui
a dit que ces versets ne concernent pas ceux parmi les musulmans qui
commettent les mêmes actes ? Qui a dit ça avant toi ? » Dites-lui aussi :
« Ceci est le rejet du consensus de la Oumma, car le consensus dit que ces
versets concernent aussi bien les mécréants, que ceux qui se disent
musulmans » »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/58-59)

Ceux qui accusent les monothéistes de faire du takfir généralisé sont des
calomniateurs

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Et si quelqu’un dit : « Ils font du takfir généralisé » - Nous répondons :


« Gloire à Toi, Allah, c’est une immense calomnie ! Celui que nous jugeons
mécréant, c’est celui qui atteste que le Tawhid est la Religion d’Allah et de
Son Messager, et que l’invocation d’un autre qu’Allah est fausse, puis
après, il traite de mécréants les monothéistes, les appellant « Khawaridjs »
et se met dans le camp des adorateurs de mausolées contre les
monothéistes. Mais nous demandons à Allah Le Noble, Seigneur de
l’Immense Trône, de nous faire voir la vérité sous son véritable aspect et
de la suivre, et de nous faire voir le mensonge sous sa vraie forme et de
nous permettre de nous en écarter »
(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 1/63)

Les ignorants du Tawhid accusent les monothéistes d'être des Khawaridjs

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit:

« Et parmi ces polythéistes certains se sont mis à excommunier les


monothéistes pour rien d'autre si ce n'est leur culte exclusif, leur désaveu
de tout ce qui est adoré en dehors d'Allah et leur critique des polythéistes,
ceux qui ont donné un associé à Allah. Et c'est pourquoi ils ont dit : « Vous
êtes des Khawaridjs, vous êtes des innovateurs » - Et aussi : « Cet homme
a suivi le chemin de ceux qui excommunient ceux qui vouent un culte
exclusif à Allah » - Si nous disons : « Nul ne doit être adoré en dehors
d'Allah, nul ne doit être invoqué en dehors de Lui. Nul ne doit être espéré
en dehors d'Allah, nul ne mérite la confiance en dehors de Lui. Et d’autres
parmi les formes d'adorations qui ne doivent être vouées qu'à Allah. Et
que celui qui s'oriente vers autre qu'Allah est un mécréant polythéiste » -
Ils diront: « Vous avez innové et excommunié la communauté de
Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, vous êtes des Khawaridjs,
vous êtes des innovateurs » »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 11/448-449)

La prononciation de la Chahada est un empêchement du takfir seulement


pour celui qui connait sa signification

Abd al-Latif ‘ibn Abd ar-Rahman, rahimahoullah, a dit:

« Beaucoup de polythéistes de cette époque se sont certes trompés en


pensant qu'une personne qui excommunie celui qui prononce la Chahada
est forcément un Khawaridj. Ceci est faux, mais nous disons plutôt que la
prononciation de la Chahada est un empêchement du takfir seulement
pour celui qui connait sa signification, applique ce qu'elle exige, et voue
un culte exclusif à Allah, sans Lui donner d’associé. Quant à celui qui dit la
Chahada, sans se soumettre à ce qu'Elle implique, mais plutôt donne des
associés à Allah en prenant des intermédiaires et des intercesseurs, leur
demandant ce que nul n'a la capacité de faire en dehors d'Allah …, la
Chahada d’une telle personne est invalide, et nous disons qu'elle ment en
La prononçant, comme Allah a dit : « Quand les hypocrites viennent à
toi, ils disent : « Nous attestons que tu es certes le Messager
d'Allah » - Allah sait que tu es vraiment Son Messager et Allah
atteste que les hypocrites sont assurément des menteurs » »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 12/263)


Celui qui n'applique pas le takfir sur celui qui commet le grand Chirk est un
kafir même si celui qui commet le grand Chirk s'affilie à l'Islam

Abdallah ‘ibn Mouhammad, rahimahoullah, a dit :

« Celui qui dit que celui qui prononce la Chahada, prie, jeûne, ne peut être
excommunié, même si il venait à adorer autre qu’Allah, c’est un mécréant,
et celui qui doute de sa mécréance est aussi un mécréant, car celui qui dit
une telle parole a démenti Allah, Son Messager, ainsi que l'unanimité des
musulmans, comme nous l'avons précédemment mentionné. Les preuves
du Coran et de la Sounna sont nombreuses, et viennent s'ajouter à elles le
consensus catégorique au sujet duquel celui qui à un minimum de
clairvoyance ne doute point. Cependant, le suivi aveugle et les passions
rendent sourd et aveugle »

(Source : Fatawas des savants de Nadjd)

Le takfir de ceux qui commettent le grand Chirk est une chose célèbre dans
cette communauté

Soulaymân îbn Sahmân, rahimahoullah, a dit :

« Juger mécréant le polythéiste coupable du grand polythéisme est une


chose célèbre dans cette communauté … Les Compagnons, qu’Allah soit
satisfait d’eux, ont appliqué le takfir sur plein de gens. Ali, qu’Allah soit
satisfait de lui, a jugé mécréants les extrémistes, et les savants qui ont
suivi ont jugé mécréants les extrémistes Qadarites et d’autres, comme
lorsqu’ils ont jugé les Djahmiyyah extrémistes de mécréants, ou lorsqu’ils
ont tué Dja‘d ’ibn Dirham et le « savant » Djahm ‘ibn Safwân (1) et ceux
qui avaient la même opinion que lui ... C’était ainsi à chaque siècle et à
toutes les époques. En effet, il y a des gens qui ont de la science et qui
jugent mécréants ceux qu’Allah et Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa
sallam, ont jugé mécréants, ceci en établissant la preuve de leur
mécréance, et ils n’ont pas peur de cela, mais au contraire le considèrent
comme une obligation religieuse et comme un principe Islamique … Les
quatre Imams, qu’Allah leur fasse Miséricorde, ont emprunté cette voie,
ainsi que ceux qui les ont suivis, en tout temps et tout lieu. Ils ont jugé
mécréants les hérétiques comme les Qaramites et les Batinites, ainsi que
les Abidines qui ont dominé l’Egypte. Ils les ont combattus, malgré qu’ils
construisaient des mosquées, priaient, faisaient l’appel à la prière et
prétendaient défendre la famille du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa
sallam. Ibn Jawzi, rahimahoullah, a écrit un livre sur eux dans lequel il
déclara leur apostasie, l’obligation de les combattre, et que leur terre est
une terre de guerre. Tous les juristes, dans tous les livres de droit
Islamique ont consacré un chapitre concernant les hérétiques dont
l’hérésie implique l’apostasie, et ont donné, majoritairement, à ce chapitre
le nom de « Chapitre de l’apostasie » en définissant l’apostat comme étant
: Celui qui devient mécréant après avoir été musulman. Et ils y ont
mentionné des choses bien moindres que ce que nous voyons aujourd’hui
comme apostasies, et ont jugé leur auteur de mécréant, même s’il prie,
jeûne et prétend être musulman. Alors qu’est-ce qui empêcherait de juger
mécréant celui qui donne des associés à Allah … ? Ne néglige cela que
celui qui ne croit pas en Allah, Son Messager, ne vénère pas Son
Commandement, n’emprunte pas Sa Voie, n’estime pas Allah à Sa juste
valeur, ni Son Messager, ni même les savants et Imams de la communauté
»

(Source : Dhiyya ach-Chariq, pages 161-164)

(1) Il est celui qui a instauré la secte des Djahmiyyah extrémistes qui avait
pour croyance que la foi est uniquement la conviction, alors que les ahl as-
Sounna wal Djama'a sont unanimes que la foi est conviction, paroles et
actes.

L'homme entre dans l'Islam avec le témoignage du Tawhid

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Certes, le biais par lequel l’homme entre dans l’Islam, c’est l’Unicité
d’Allah dans l'Adoration, c’est-à-dire : Qu’il n’adore rien d’autre qu’Allah, ni
un Ange proche d’Allah, ni un Prophète envoyé par Lui. Ceci car, le
Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, fut envoyé aux païens qui
adoraient des choses ou des personnes avec Allah. En effet, certains
adoraient les idoles, d’autres invoquaient ‘Issa, d’autres invoquaient les
Anges … Et il leur a interdit cela, et les informa qu’Allah l’a envoyé afin
qu’Il soit adoré Lui uniquement, et que personne d’autre que Lui ne soit
invoqué, que cela soit les Anges ou les Prophètes. Donc, celui qui le suit et
unifie Allah, c’est celui qui atteste qu’il n’y a de vrai dieu qu’Allah. Et celui
qui lui désobéit et invoque ‘Issa, les Anges, et leur implore l’aide et se
réfugie vers eux, celui-là a rejeté qu’il n’y a de vrai dieu qu’Allah, malgré
qu’il reconnait que nul ne créé, ni ne subvient aux besoins d’autre d’Allah
»

(Source : ar-Rassa’il ach-Chakhssiyya, page 65)

La plus importante condition de la prière est le takfir des polythéistes

Abd al-Latif ‘ibn Abd ar-Rahman, rahimahoullah, a dit dans ad-Dourar as-
Saniyyah, 12/264 :
« La plus importante condition de la prière et de l’imama, c’est l’Islam, Le
connaitre et Le pratiquer. Celui qui applique le takfir sur les polythéistes,
les haït, ne voue sa Religion qu’à Allah, et n’adore nul autre que Lui, celui-
là est le meilleur des imams et celui qui mérite le plus de l’être, car le fait
de juger mécréant celui qui commet le grand Chirk et l’athéisme, est la
plus importante obligation du désaveu du Tâghoût »

Ceux qui adorent les tombes sont des polythéistes et ceux qui doutent de
leur mécréance sont des mécréants

Abdallah abou Battîn, rahimahoullah, a dit dans Majmou ar-Rasa’il wal-


Massa’il an-Nadjdiyyah, 1/654-655 :

« Quant à celui qui met le chemin des mécréants comme étant plus droit
que celui des croyants, s’il vise ce que font les gens de notre époque, et
qu’il dit : « Ce que font les idolâtres d’aujourd’hui auprès des tombes, ou
autres monuments, est mieux que celui qui n’invoque qu’Allah, et
n’invoque personne d’autre que Lui, celui-là est un mécréant sans aucun
doute. De même, nous disons que ce que font les idolâtres de notre
époque auprès des tombeaux, comme invoquer les morts, leur demander
l’exaucement des prières, la consolation des peines, leurs offrent des
sacrifices et des vœux, nous disons que ceci est incontestablement la plus
grande idolâtrie, quiconque la commet est un mécréant, et ceux qui
pratiques ces cultes auprès des tombes sont des mécréants sans l’ombre
d’un doute. Quant à ce que disent les ignorants : « Vous traitez les
musulmans de mécréants ! » Ceux-là ne connaissent pas l’Islam ni le
Tawhid, et l’Islam de celui qui dit ça est invalide, car s’il ne condamne pas
ces choses que font les idolâtres et n’y voit rien, ce n’est pas un
musulman »
L'établissement de la preuve

L'établissement de la preuve

L’établissement de la preuve sur une personne se fait par deux moyens :

• Que la personne reçoive les textes.


• Ou encore, qu’elle ait accès aux textes, mais ne parvient pas à se
les procurer.

Ces deux moyens sont cités par ‘ibn al-Qayyim, rahimahoullah, dans son
ouvrage Tariq al-Hidjratayn, et voici quelques preuves à ce sujet :

Allah a dit : « … en tant que Messagers, annonciateurs et


avertisseurs, afin qu'après la venue des Messagers il n'y eût pour
les gens point d'argument devant Allah. Allah est Puissant et Sage
» (Sourate 4 – verset 165)

Allah a dit : « Dis : « Qu'y a-t-il de plus grand en fait de


témoignage ? » - Dis : « Allah est Témoin entre moi et vous, et ce
Coran m'a été révélé pour que je vous avertisse, par Sa voie, vous
et tous ceux qu'Il atteindra » (Sourate 6 – verset 19)

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, a dit :

« Car la preuve est arrivée lors de l’envoi du Messager, ou la réception du


Livre, et la possibilité d’accès à la preuve, qu’il sache, ou qu’il soit
ignorant. Quiconque est en mesure de connaître les obligations et les
interdictions est considéré comme quelqu’un ayant reçu la preuve. Allah
ne châtie une personne, qu’après qu’elle reçoive la preuve »

Allah a dit : « Quiconque prend le droit chemin ne le prend que pour


lui-même ; et quiconque s'égare, ne s'égare qu'à son propre
détriment. Et nul ne portera le fardeau d'autrui. Et Nous n'avons
jamais puni (un peuple) avant de (lui) avoir envoyé un Messager »
(Sourate 17 - verset 15)

Allah a dit : « Peu s'en faut que de rage il n'éclate. Toutes les fois
qu'un groupe y est jeté, ses gardiens leur demandent : « Quoi ! Ne
vous est-il pas venu d'avertisseur ? » - Ils dirent : « Mais si ! Un
avertisseur nous était venu certes, mais nous avons crié au
mensonge et avons dit : « Allah n'a rien fait descendre, vous
n'êtes que dans un grand égarement » » (Sourate 67 - versets 8, 9)

Allah a dit : « Et si l'un des polythéistes te demande asile, accorde-


le lui, afin qu'ils entendent la parole d'Allah, puis fais-le parvenir
à son lieu de sécurité. Car ce sont des gens qui ne savent pas »
(Sourate 9 - verset 6)

On voit dans ce verset que la seule condition dans le Tawhid, ou encore


les sujets inévitablement ou nécessairement connus, est le fait
d’entendre : « … afin qu'ils entendent la parole d'Allah … » - Si la
compréhension était une condition Allah aurait dit : « … jusqu’à ce qu’ils
comprennent ... »

Allah a dit : « Il en est parmi eux qui viennent t'écouter, cependant


que Nous avons entouré de voiles leurs cœurs, qui les empêchent
de comprendre, et dans leurs oreilles est une lourdeur. Quand
même ils verraient toutes sortes de preuves, ils n'y croiraient pas.
Et quand ils viennent disputer avec toi, ceux qui ne croient pas
disent
alors : « Ce ne sont que des légendes des anciens » » (Sourate 6 -
verset 25)

C’est là qu’on voit l’égarement de ceux qui prétendent que celui qui
commet le grand polythéisme ne sort pas de l’Islam, tant que la preuve ne
lui est pas établie. Et ce qu’ils entendent par établissement de la preuve,
c’est qu’un savant aille trouver cette personne, et lui explique que son
acte fait sortir de l’Islam. Pourtant que les Messagers venaient vers leurs
peuples qui croyaient en l’existence d’Allah, ils ne les considéraient pas
comme des frères monothéistes, mais se désavouaient de leur religion,
ainsi que d’eux-mêmes.

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit dans ad-Dourar as-


Saniyyah, volume 10, pages 93-94 :

« À l’attention des deux frères, as-Salamou ‘alaykoum wa Rahmatoullahi


wa barakatouh. Après quoi : « La parole du cheikh (1) que vous avez
mentionné, que quiconque renie telle ou telle chose, et que la preuve lui
est établie … Puis, maintenant vous doutez au sujet de ces Tâwaghît, est-
ce que la preuve leur a été établie ?! Ceci est très étonnant ! Comment
doutez-vous de ça, alors que je vous ai déjà expliqué cela de nombreuses
fois (2) ?

Celui à qui la preuve n’a pas été établie est celui qui vient de se convertir
à l’Islam (3), ou qui vit dans un désert lointain (4), ou alors lorsque c’est
dans des sujets complexes ou ambigus, comme certains genres de
sorcellerie (5), celui-là n’est mécréant qu’après explication.

Mais en ce qui concerne les fondements et règlements de la Religion


qu’Allah a explicitement expliqué dans Son livre, alors le Coran est la
preuve, et celui que le Coran atteint à reçu la preuve. Mais la base même
du problème, c’est que vous ne comprenez pas la différence entre
l’établissement de la preuve, et la compréhension de la preuve. En effet la
majorité des mécréants et des hypocrites parmi les soi-disant musulmans
n’ont pas compris la preuve d’Allah, malgré qu’elle est établie sur eux
comme Allah le dit : « Penses-tu que la plupart d’entre eux
entendent ou comprennent ? Mais ils sont comme des bêtes, et
plus égarés encore … » (Sourate 25 - verset 44)

L’établissement de la preuve est une chose, sa transmission est une


chose, et elle est établie, mais la comprendre est une autre chose. Ils sont
devenu mécréants dès que la preuve leur est parvenue, même s’ils ne
l’ont pas comprise »

(1) Il s’agît du cheikh ‘ibn Taymiyya, rahimahoullah.


(2) Les élèves du cheikh Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab,
rahimahoullah, doutaient du takfir de punition dans l’au-delà en ce
qui concerne certains Tâwaghît, et on voit ici que le cheikh les a
réprimandé, sans les excommunier, car le sujet du takfir de punition
de l’au-delà ne fait pas partie du fondement de l’Islam, par contre, le
takfir de nom ici-bas, sans sa connaissance, il n’y a pas d’Islam.
(3) Le cheikh parle ici des sujets inévitablement ou nécessairement
connus, comme par exemple, le fait de faire cinq fois la prière, ou
encore l’interdiction de consommer des boissons alcoolisées. Il faut
laisser aux nouveaux convertis un peu de temps pour apprendre ces
choses-là.
(4) Ici on peut dire la même chose que sous le point trois. Cependant,
on peut rajouter que si la personne en question n’a pas accès au
Tawhid, alors elle sera aussi considérée comme n’ayant pas reçu la
preuve, ce qui implique son takfir de nom ici-bas, mais pas le takfir
de punition dans l’au-delà.
(5) Par contre, quand il s’agît des sujets complexes ou ambigus,
comme c’est le cas de certaines innovations par exemple, il faut
expliquer à la personne et lui enlever toutes les ambiguïtés. Si après
cela, en connaissance de cause, elle recommence cette innovation,
alors elle sera mécréante.
LE TAKFIR ICI-BAS ET LE TAKFIR DE PUNITION

La différence entre le takfir de nom ici-bas et le takfir de punition dans l'au-


delà

Ishaq ‘ibn Abd ar-Rahman, rahimahoullah, a dit dans sa rissala intituée


Takfir al-Mou’ayyân :

« Au contraire, les ahl al-Fatra (1) et ceux qui sont morts dans la
djahiliyyah (2), ne sont pas considérés comme étant des musulmans (3) à
l’unanimité des savants. On ne demande pas non-plus le pardon pour eux.
Les savants ont seulement divergés quant à la question de leur punition
dans l’au-delà » (4)

(1) Il s’agît des gens qui n’ont pas eu accès au Message.


(2) C’est-à-dire, à l’époque de l’ignorance.
(3) S’ils commettaient du grand polythéisme.
(4) On peut voir dans ce consensus que les savants ne divergent pas
quant au takfir du nom ici-bas, par contre, la divergence se situe au
niveau du takfir de punition dans l’au-delà et ce uniquement lorsqu’il
s’agît des gens qui n’ont pas eu accès au Message. En effet, un
groupe de savants a dit que toute personne commettant du grand
polythéisme et qui n’a pas accès au Message, est mécréante ici-bas,
mais pas forcément dans l’au-delà. Allah va la tester le Jour du
Jugement Dernier, si elle Lui obéit, elle ira au Paradis, si elle Lui
désobéit, elle ira éternellement en Enfer. Par contre, un autre
groupe de savants a dit qu’une telle personne est mécréante ici-bas,
ainsi que dans l’au-delà. Elle ira en Enfer éternellement, sans passer
de test au préalable.

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« … Nous ne jugeons pas mécréant celui qui adore l’idole qui se trouve sur
la tombe d’Abd al-Qadir et ses semblables, à cause de son ignorance, et
que personne n’est venu l’avertir… (1) »

Il a aussi dit : « Ce genre de polythéistes qui adorent les saints et les


pieux, nous jugeons qu’ils sont idolâtres, et après que la preuve leur soit
établie nous leur donnons le statut de mécréants (2) »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 1/104 et 12/534)

(1) Ceci est une parole utilisée par les défenseurs de la thèse que
l’ignorance est une excuse pour celui qui commet le grand
polythéisme. Mais, ce qu’ils n’ont pas compris c’est que le takfir dont
parle ici le cheikh Mouhammad, rahimahoullah, est le takfir de
punition dans l’au-delà, car il applique le takfir de punition
uniquement sur une personne qui avait accès au Message de la part
d’Allah.
(2) On voit ici que le cheikh, Mouhammad, rahimahoullah, applique sur
ces ignorants le takfir de nom ici-bas, avant même que la preuve
leur soit établie, autrement dit avant même qu’ils aient accès au
Message. Par contre, il a lié le takfir de punition dans l’au-delà à
l’établissement de la preuve, ou à l’accès du Message.

Les savants Abdallah et Ibrahim ‘ibn Abd al-Latif, ainsi que Soulaymân ‘ibn
Sahmân, qu’Allah leur fasse Miséricorde, ont dit :

« … En effet, cheikh Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, qu’Allah lui fasse


Miséricorde, ne jugeait pas les gens directement mécréants (1), mais
uniquement après que la preuve leur soit parvenue … »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/434)

(1) Takfir de punition dans l’au-delà.

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, a dit concernant ceux qui sont morts sur
une autre religion que l’Islam sans qu’aucun Messager ne leur soit venu :

« Ceux-là ne sont ni jugés ni mécréants, ni croyants. En effet, la


mécréance (1) consiste à rejeter ce qu’a apporté le Messager, et donc sa
condition d’existence réside en la transmission du Message … Donc, à
partir du moment que ces gens-là ne sont dans ce bas monde ni
mécréants, ni croyants, ils auront dans l’au-delà un statut spécial qui n’est
pas le même que celui des deux catégories. Si quelqu’un dit : « Vous leur
donnez pourtant le statut de mécréants dans ce bas-monde en ce qui
concerne l’héritage, l’alliance et le mariage ?! » On répondra alors que
nous leur donnons ce statut en ce qui concerne ce bas monde, mais pas
en ce qui concerne la rétribution dans l’au-delà comme récompense ou
châtiment, comme nous l’avons démontré précédemment. Ou alors, nous
leur répondons sous un deuxième aspect : « Ils sont mécréants, mais leur
châtiment disparait vu que sa condition est absente, à savoir
l’établissement de la preuve contre eux, or Allah ne puni personne tant
que la preuve ne lui est pas parvenue »

(Source : al-Ahkam ahl ad-Dhimma, volume 2, page 111)

(1) Il s’agît de la mécréance du statut dans l’au-delà, ou du takfir de


punition.

Le savant du Nadjd, Hammad ’ibn Nassir, rahimahoullah, a dit :

« Lorsque quelqu’un commet de la mécréance ou de l’idolâtrie par


ignorance, sans personne pour l’en prévenir, alors nous ne lui donnons pas
le statut de mécréant (1) tant que la preuve ne lui a pas été établie.
Cependant, nous ne lui donnons pas non plus le statut de musulman, mais
nous affirmons que ses agissements sont mécréance désacralisant le sang
et les biens (2). Et même si nous ne donnons pas à cette personne le
statut de mécréant, à cause que la preuve ne lui a pas été établie, il ne
faut pas dire pour autant que si on ne lui donne pas le statut de mécréant,
alors c’est un musulman »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/136-138)

(1) Takfir de punition dans l’au-delà


(2) Takfir de nom ici-bas.

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Allah a établi une différence entre avant et après le Message de l’Islam,


entre les noms et les statuts … En ce qui concerne avant le Message, Allah
a dit à Moussa, ‘alayhi sallam : « Vas donc chez Pharaon, car il s’est
rebellé » (Sourate 79 - verset 17) « Lorsque ton Seigneur appela
Moussa et lui dit : « Vas donc chez ce peuple injuste, le peuple de
Pharaon, ne craint-il pas ? » (Sourate 26 - versets 10, 11) … Allah nous
a informés ici que Pharaon était injuste, rebelle et corrupteur, et ces noms-
là blâment ses actes. Or, le blâme ne peut être que contre des actes
mauvais et répugnants. Ceci nous indique que les actes sont mauvais et
blâmables, même lorsqu’aucun Messager n’est encore venu. Mais, il ne
mérite pas de châtiment pour cela tant que le Messager ne lui est pas
venu, car Allah a dit : « Et nous ne châtions personne tant nous
n’avons pas envoyé de Messager » (Sourate 17 – verset 15) Aussi,
Allah nous informa concernant le peuple de Houd, ‘alayhi sallam, qui a dit
à son peuple : « Adorez Allah, vous n’avez de divinité que Lui. Vous
n’êtes que des diffamateurs » (Sourate 11 - verset 50) Allah les déclara
diffamateurs, alors qu’Il ne leur avait pas encore ordonné de Loi à Laquelle
s’opposer. Mais, Il les déclara diffamateurs, car ils croyaient en d’autres
divinités qu’Allah. De ce faite, le nom d’idolâtre est affirmé même
lorsqu’aucun Message n’est encore parvenu (1), car il donne des associés
à son Seigneur et s’en détourne, et il croit en d’autres divinités qu’il met
en concurrence avec Allah, bien qu’aucun Prophète ne lui soit parvenu.
Ces noms lui sont affirmés, tout comme les noms « paganisme » et «
païen », on dit d’une personne qu’elle est païenne même si aucun
Messager ne lui est parvenu. Mais par contre, il n’y a pas de châtiment (2)
»

(Source : Madjmou al-Fatawa, 20/19)

(1) Ce qui veut dire en d’autres termes : Le takfir de nom ici-bas est
affirmé même lorsqu’aucun Message n’est encore parvenu.
(2) Par contre, le takfir de punition dans l’au-delà est applicable
uniquement après l’établissement de la preuve, autrement dit après
la possibilité de l’accès au Message.

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, a dit dans son ouvrage Tariq al-Hidjratayn :

« Et l’Islam, c’est pratiquer l’Unicité d’Allah et l’adorer Seul sans associé,


ainsi que la foi en Allah et Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam, et
le suivre dans ce qu’il nous a enseigné. Toute personne qui ne pratique
pas cela n’est pas musulmane. Qu’il s’agisse d’un mécréant entêté, ou
d’un mécréant ignorant … Allah jugera entre Ses serviteurs, le Jour du
Jugement, par Sa Justice et Sa Sagesse, et Il ne punira personne sans que
les Messagers ne lui aient transmis le Message, et ceci est catégorique en
ce qui concerne la création … - Ce qu’il est obligatoire pour l’homme, c’est
de croire que quiconque ne se conforme pas à la Religion de l’Islam est un
mécréant, mais qu’Allah ne punira pas celui à qui la preuve n’a pas été
établie par un Messager … »

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« C’est pour ça que quiconque n’adore pas uniquement Allah, c’est qu’il
adore forcément un autre que Lui, il est donc idolâtre. Il n’y a pas trois
catégories d’êtres humains, soit il est monothéiste, soit il est polythéiste »

(Source : Majmou Al-Fatawa, volume 14, page 282)

Les savants Houssayn et Abdallah, ‘ibn Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab,


qu’Allah leur fasse Miséricorde, ont dit :

« Celui qui meurt parmi les idolâtres avant que ne lui parvienne cette
prêche, nous jugeons que s’il était connu pour pratiquer le polythéisme, le
prenait pour mode de vie, et est mort ainsi, celui-là est manifestement
mort sur l’impiété (1). On ne fait pas de prière pour lui, ni de sacrifice, ni
d’aumône. Pour ce qui est de la réalité de son sort (2), cela appartient à
Allah. Si la preuve lui a été établie de son vivant … c’est alors un mécréant
extérieurement et intérieurement. Si, par contre, la preuve ne lui a pas
établie, alors son sort revient à Allah. Pour ce qui est de l’insulter ou de le
maudire, ce n’est pas permis. Il n’est même pas permis d’insulter les
morts du tout, comme cela fut stipulé dans le Hadith que rapporte al-
Boukhari d’après Aicha, qu’Allah soit satisfait d’elle, que le Prophète,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « N’insultez pas les morts… » Sauf
s’il était un leader de la mécréance à cause de qui les gens se sont égarés,
là il n’y a pas de mal à l’insulter s’il y a un intérêt légal à cela, et Allah est
le plus Savant »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/142)

(1) Il est mécréant de nom ici-bas.


(2) C’est-à-dire, dans l’au-delà.
LA PLACE DU TAKFIR DANS L’ISLAM

Le place du takfir dans l'Islam d'après abou Battin

Abdallah ‘ibn Abd ar-Rahman abou Battîn, rahimahoullah, a dit :

"Pour ce qui est de bannir un individu de l’Islam, nous optons pour le sens
apparent des versets, des Hadiths et des dires de l’ensemble des savants,
qui démontrent tous la mécréance de celui qui donne un associé à Allah,
en adorant un autre que Lui, avec Lui, et aucun argument ne fait de
différence entre l’individu donné ou autre (1).

Allah a dit : « Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne un


associé, et Il pardonne ce qui est moindre que cela à qui Il veut »
(Sourate 4 - verset 48)

Allah a dit : « Tuez les idolâtres, où que vous les trouviez » (Sourate 9
- verset 5)

Et ceci est global pour chaque idolâtre. Tous les érudits dans les ouvrages
de Droit parlent du statut de l’apostat, et la première forme d’apostasie
qu’ils mentionnent est : Attribuer un égal à Allah. Ils disent : « Quiconque
donne un associé à Allah devient mécréant » - Et ils ne firent pas
d’exception pour l’ignorant.

Ils dirent aussi : « Quiconque attribue une épouse, ou un fils à Allah,


devient mécréant » - Et ils ne firent pas d’exception pour l’ignorant. - « Et
quiconque accuse Aïcha, épouse du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa
sallam, d’adultère, est un mécréant, et quiconque se moque d’Allah, ou de
Ses Messagers, ou de Ses Livres, devient mécréant à l’unanimité de tous »
- car Allah a dit : « Et si tu leur demandais, ils diraient
certainement : « Nous ne faisions que bavarder et jouer ! » - Dis :
« Est-ce d’Allah, de Ses verset et de Son Messager que vous vous
moquiez ? Ne vous excusez pas, vous êtes devenu mécréants
après avoir eu la Foi » (Sourate 9 - verset 64, 65)

Et ils mentionnèrent encore beaucoup de formes de mécréances, où tous


sont unanimes sur la mécréance de celui qui en commet une, et ils ne
firent aucune différence entre une personne donnée ou autre chose.

Puis ils disent : « Quiconque apostasie de l’Islam sera ordonné de se


rétracter, et s’il refuse il sera mis à mort »

Ils le jugent donc apostat déjà avant de lui ordonner de se rétracter, car
l’ordre de se rétracter se fait après qu’il y a eu apostasie, or l’ordre de se
rétracter ne peut s’appliquer que sur un individu précis.
Ils mentionnent aussi à ce sujet le statut de quiconque renie même une
seule obligation religieuse des cinq piliers de l’Islam, ainsi que celui qui
légalise la moindre interdiction religieuse comme, l’alcool, le porc ou autre
(2) … Ou doute de leurs statut religieux. Il devient mécréant si cette
personne n’est pas sensé ignorer cela (3).

Mais ils n’ont pas dit cela en ce qui concerne l’idolâtrie et ce qui lui est
semblable (4), de ce que nous avons cité, ils nomment ce genre de
personnes mécréant, et n’ont pas fait d’exception pour l’ignorant, et ne
firent aucune distinction entre l’individu précis et autre …

Est il possible qu’un musulman doute de la mécréance de quiconque


dirait : « Allah a une épouse ou un fils » ?! - Ou encore : « Djibril s’est
trompé et a transmit le Message à la mauvaise personne (5) » ?! - Ou
encore conteste qu’il y ait une résurrection après la mort, ou conteste l’un
des Prophètes ?!

Le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Quiconque change sa


religion, tuez-le ! »
(Hadith rapporté par al-Boukhari, qu’Allah lui fasse Miséricorde)

… Le plus terrible changement de religion c’est d’adorer un autre qu’Allah,


car Allah a dit : « Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne un
associé » (Sourate 4 - verset 48)

Et le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit, lorsqu’on lui demanda :


« Quel est le pire des péchés ? » - « C’est que tu donnes un égal à
Allah alors qu’Il t’a créé » (Hadith rapporté par al-Boukhari et Mouslim,
qu’Allah leur fasse Miséricorde)

Quant au passage d’une parole du cheikh ‘ibn Taymiyya, rahimahoullah,


lorsqu’il parlait de l’idolâtrie, il a dit : « Mais à cause de la domination de
l’ignorance de beaucoup de contemporains, nous ne pouvons leur attribuer
le statut du mécréant tant que l’enseignement du Messager, sallallahou
‘alayhi wa sallam, ne leur est pas parvenu … »

Il semble qu’il parle ici de l’individu précis (6), vu que dans d’autres
passages il fut catégorique sur la mécréance de quiconque commet de
l’idolâtrie, et ne s’est pas retenu de lui donner le statut de mécréant tant
que la preuve ne lui est pas expliquée (7), lorsqu’il dit par exemple au
sujet des médiateurs invoqués en dehors d’Allah : « Quiconque place les
Anges et les Prophètes, en tant que médiateurs entre lui et Allah, pour
leurs adresser des prières et s’en remettre à eux, pour leur demander
d’exaucer le bien et d’écarter le mal, ou leur demander le pardon des
pêchés, la guidée des cœurs, la consolation des angoisses, il est mécréant
à l’unanimité de tout les musulmans … (8) »

Puis, il a dit : « Celui qui affirme qu’il existe entre Allah et ses créatures
des intermédiaires qui seraient comme les médiateurs entre un roi et son
peuple, de telle manière qu’ils transmettent les besoins des créatures à
Allah, c'est-à-dire que les créatures demandent aux intermédiaires, qui
eux demandent à Allah, tout comme les intermédiaires transmettent au roi
les exigences du peuple, mais que les gens s’adressent à eux par respect
pour le roi, pour ne pas lui parler directement, ou encore parce cela
fonctionne mieux en s’adressant aux intermédiaires que directement au
roi lui-même vu que les intermédiaires sont plus intimes avec le roi ; celui
qui affirme qu’il existe des intermédiaires entre Allah et Ses créatures
sous cet aspect, c’est un mécréant idolâtre, à qui on ordonne de se
rétracter, sinon il doit être exécuté (9) »

Regarde comme il a dit : « Il est mécréant à l’unanimité de tout les


musulmans » - Il fut ici catégorique pour cette situation, et affirma que
c’est à l’unanimité de tous les musulmans, et il n’a pas dit ici : « Nous ne
pouvons leur attribuer le statut du mécréant tant que l’enseignement du
Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam, ne leur est pas parvenu (10) »

Et lorsqu’il dit : « Celui qui affirme qu’il existe des intermédiaires entre
Allah et Ses créatures sous cet aspect, c’est un mécréant idolâtre, à qui on
ordonne de se rétracter » - Il fut ici catégorique que cette personne est
mécréante avant même d’avoir été appelée au repentir. Et cette chose
(11) sur laquelle le cheikh a parlé, que quiconque en est l’auteur est un
mécréant à l’unanimité de tous les musulmans, est exactement ce que
nous voyons faire aujourd’hui dans ces monuments célèbres dans la plus
part des pays ... Les gens ont même empiré cela en y ajoutant les
offrandes et les vœux, certains se prosternent sur la terre pour eux … (12)

Nous disons donc : « Quiconque fait cela dans ces monuments, c’est un
idolâtre mécréant sans l’ombre d’un doute, et ceci est prouvé par le
Coran, la Sounna, et l’unanimité. Et nous savons certainement que ceux
qui font cela, et se prétendent musulmans, ne sont tombé dans cela que
par ignorance, vu que s’ils savaient que cela les éloignaient complètement
d’Allah, et que c’est l’idolâtrie qu’Allah a interdite, ils ne le commettraient
jamais ! Et donc, tous les savants les ont bannis de l’Islam sans leur
accorder l’excuse de l’ignorance, contrairement à ce que disent certains
égarés : « Ceux-là sont excusés pour leur ignorance »

C’est parler sur Allah sans science que de dire cela, et on leur réplique en
leur récitant les versets : « Il guide une partie, tandis qu'une autre
partie a mérité l'égarement parce qu'ils ont pris, au lieu d'Allah,
les diables pour alliés, et ils pensent qu'ils sont bien-guidés ! »
(Sourate 7 - verset 30)

Et : « Dis: « Voulez-vous que Nous vous apprenions lesquels sont


les plus grands perdants, en œuvres ? Ceux dont l'effort, dans la
vie présente, s'est égaré, alors qu'ils s'imaginent faire le bien »
(Sourate 18 - verset 103, 104)

De même, pour les Khawaridjs, ils furent sévèrement condamnés, malgré


qu’ils ne commirent ce qu’ils commirent que par ignorance, pourtant cela
ne fut pas une excuse pour eux. Et encore, ceci est la réponse à ceux qui
avouent que ce qu’ils commettent est de l’idolâtrie ! Mais la plupart des
gens disent ce que ces égarés affirment dans les monuments : « Ceci n’est
pas de l’idolâtrie ! C’est même permis bien au contraire ! Ou alors c’est
recommandé ! » - Comme le prétendent certains imams égarés.

Quant à la parole du cheikh ‘ibn Taymiyya, rahimahoullah : « Mais à cause


de la domination de l’ignorance de beaucoup de contemporains, nous ne
pouvons leur attribuer le statut du mécréant » - Il n’a pas dit qu’ils sont
excusés ! Mais il s’est retenu de leur attribuer le statut de mécréance tant
que l’explication ne leur a pas été faite (13). Il faut donc unir ses propos et
dire : « Il veut dire que lorsque nous entendons de la part de quelqu’un
une parole de mécréance, ou dans certaines poésies, ou autre, nous ne
nous précipitons pas à lui attribuer le statut du mécréant (14) en voyant
ou entendant cela de lui, tant que nous ne lui avons pas expliqué la preuve
légale, et ceci tout en affirmant que ces gens-là qui invoquent les morts ou
les Anges, ou autres, par amour et espoir qu’ils répondent à leurs prières,
ce sont des idolâtres mécréants (15).

Mais le fait d’expliquer l’enseignement du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa


sallam, aux adorateurs de tombes, c’est devenu impossible aujourd’hui, vu
qu’ils y sont éduqués depuis leur plus jeune âge, jusqu’à leur vieillesse, et
que leurs imams ont renforcé cela dans leurs cœurs et leur ont enjolivé
cela au point que si quelqu’un partait chez ces gens-là pour leur exposer
leur égarement, ils auront vite fait de l’assassiner, car ce fléau s’est
aggravé à cause de ces prétendus savants qui ont enjolivé ces choses aux
gens.

Et ces chefs d’Etats qui font construire ces monument d’idolâtrie, et les
font peupler, et s’y tiennent, seul un savant qu’ils connaissent et estiment
pourrait leur expliquer l’enseignement du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa
sallam. Mais, comme le dit le Hadith : « Ce que je crains le plus pour
ma communauté, ce sont les imams qui égarent … » (Hadith
rapporté par at-Tirmidhi, abou Dawoud, ‘ibn Madjah, Ahmad et Darimi)

Et il fut rapporté que cette communauté sera détruite par des gens qui
récitent le Coran et des savants.

Et Allah demeure le Plus Savant"

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/401)

Explication de la Fatawa d'abou Battin

Voici l’explication des quinze points annotés de la Fatawa du cheikh abou


Battîn, rahimahoullah, la place du takfir dans l'Islam :
(1) C’est-à-dire, entre la personne qui commet l’acte de polythéisme,
et l’acte lui-même, car certains égarés disent : « L’acte est du
polythéisme, mais la personne n’est pas polythéiste » - Le cheikh,
rahimahoullah, répond, qu’il n’existe pas un seul argument valide
qui va dans ce sens. En effet, celui qui commet un acte de
polythéisme, est un polythéiste.
(2) Quiconque habite dans une région où il a accès aux choses
inévitablement, ou nécessairement connues, se rattachant à la
Religion, puis ne prend pas connaissance de ce genre de choses, ne
sera pas excusé par son ignorance, et sera traité comme un
mécréant qui est tombé dans la mécréance du désintérêt envers la
Religion.
(3) De même, celui qui doute de la mécréance de ce genre de
personne, tout en habitant dans une région où l’on connait
inévitablement son statut, ne sera pas excusé par l’ignorance, et
sera du coup aussi mécréant.
(4) Par contre, en ce qui concerne le polythéisme, et les mécréances
qui touchent au fondement de l’Islam, c’est-à-dire le Tawhid, ou
encore le fait de croire en le Jugement Dernier et le fondement du
Destin, personne n’est excusé en ce qui concerne le statut de
mécréant ici-bas, qu’il ait ou pas accès à la science.
(5) Ceci est la prétention de certains chiites modérés, je dis modérés
car les pires parmi eux disent qu’Ali est Allah, et adorer Ali est en
réalité adorer Allah.
(6) C’est-à-dire, un individu n’ayant pas accès à la science, c’est la
raison pour laquelle il se réserve de lui attribuer la mécréance du
statut dans l’au-delà, mais est catégorique sur sa mécréance de
nom ici-bas.
(7) On voit ici le takfir de nom ici-bas, malgré l’absence de l’accès à la
science.
(8) Ici aussi on voit le takfir de nom ici-bas, mais si cette personne
avait en plus accès à la science, elle serait aussi mécréante de
statut dans l’au-delà, ce qui implique l’Enfer éternel. Cette parole se
trouve dans Madjmou al-Fatawa, 1/124.
(9) Madjmou al-Fatawa, 1/126.
(10) Le takfir de nom ici-bas s’applique sur celui qui commet le
grand polythéisme, qu’il ait ou pas accès à la science, donc même si
il est ignorant, et ceci à l’unanimité des musulmans.
(11) Il s’agît de l’idolâtrie.
(12) C’est-à-dire, pour les monuments, ou encore les morts qui
s’y trouvent.
(13) Il s’est retenu de leur donner le statut de mécréants dans
l’au-delà, tant que la preuve ne leur a pas été établie, et
l’établissement de la preuve se fait par deux moyens, soit en
donnant le texte de main en main à la personne donnée, soit que
cette personne ait accès au texte.
(14) Il s’agît ici soit de la mécréance du statut dans l’au-delà,
avant l’établissement de la preuve, ou encore d’une mécréance qui
ne toucherait pas au fondement de la Religion d’où on peut avoir
plusieurs cas de figures où l’ignorance peut être une excuse, mais
elle ne l’est pas obligatoirement.
(15) Ce qui veut dire que toute personne qui commet le grand
polythéisme, est polythéiste, ou encore mécréante ici-bas, qu’elle ait
ou pas accès aux textes, ou qu’elle soit ignorante ou pas. Ceci est
une unanimité des musulmans, et celui qui diverge là-dedans, ne
connait pas le Tawhid.

LES REGLES DU TAKFIR


Quelques règles de base concernant le takfir

Voici quelques règles de base en ce qui concerne le takfir. Avant toute


chose il faut savoir que la définition de la Foi chez les ahl as-Sounna wal-
Djama’a est la conviction, la parole et l’acte. De ce fait, la mécréance
arrive aussi par ces trois moyens.

• En ce qui concerne le fondement de l’Islam, ou le Tawhid, la


personne qui l’ignore, en doute, ou le renie, n’a aucune excuse
valable, que ce soit l’ignorance, la mauvaise interprétation, l’effort
fourni pour arriver à la vérité, ou encore le suivi aveugle. Par
exemple, si quelqu’un renie Allah, doute de Son existence, L’insulte,
se moque de Lui, Lui donne un associé, ne se désavoue pas des
fausses divinités ainsi que des adeptes du Chirk en étant convaincu
que leurs religion n’est pas la même, ou encore renie ou doute du
Jour de la Résurrection, du Jugement Dernier, du Qadar etc … une
telle personne n’a aucune excuse valable. En effet, les savants
musulmans sont unanimes qu’on applique le takfir de nom ici-bas,
ainsi que le takfir de punition dans l’au-delà sur une telle personne.
La divergence se situe dans l’application du takfir de punition dans
l’au-delà sur une personne issue des gens de la fatra, c’est-à-dire
des gens qui n’ont pas eu accès au Message. Certains savants ont
dit qu’une telle personne sera testée par Allah dans l’au-delà, et si
elle Lui obéit, elle ira au Paradis, et si elle Lui désobéit, elle ira en
Enfer, donc ils se sont retenus de juger cette personne mécréante
uniquement dans l’au-delà et non pas ici-bas, car la-dessus il y a
unanimité des savants musulmans. Par contre, d’autres savants ont
apporté des arguments avec lesquels ils appliquent sur ce genre de
personne même le takfir de la punition dans l’au-delà, et ainsi
affirment que cette personne sera éternellement en Enfer, en plus
d’être mécréante ici-bas. Ceci est la différence entre les deux takfirs
connue par les gens de science et dans les livres des anciens.
• En ce qui concerne les sujets nécessairement connus dans la
Religion, comme par exemple : L’obligation de faire cinq prières par
jour, l’obligation de donner la Zakat, l’obligation de jeûner,
l’obligation d’accomplir le Hadjdj, l’interdiction de la consommation
d’alcool, l’interdiction de la fornication etc … une telle personne peut
dans certains cas précis être excusée. Si elle vit dans une région
dans laquelle elle n’a pas accès à cette science, ou encore si c’est
une personne nouvelle dans l’Islam, elle peut être excusée de ne
pas connaitre ces choses, et sera donc traitée comme étant
musulmane ici-bas. Par contre, si cette personne n’est pas nouvelle
dans l’Islam et elle a accès à cette science, elle sera mécréante ici-
bas et dans l’au-delà, et c’est cela que les savants ont nommé la
mécréance par désintérêt de la Religion, ça ne peut arriver qu’à
celui qui n’apprend pas et ne prend pas le temps d’apprendre la
Religion avec laquelle sont venus tous les Messagers de la part
d’Allah.
• En ce qui concerne les sujets ambigus, subtils, ou cachés, comme
c’est le cas de certaines innovations, dans ce cas-ci, la personne qui
les ignore est excusée même si elle vit parmi les musulmans. Les
savants ont dit qu’elle sera traitée de mécréante ici-bas et dans l’au-
delà, seulement à partir du moment qu’elle n’aura plus d’ambiguïté,
dans une innovation par exemple, mais malgré cela continue à
innover dans ce sujet concerné.

Cependant, il est important de noter, et ceci afin de plus ou moins


compléter le sujet, que la contrainte, un lapsus, ou une parole involontaire
prononcée contre son gré est un empêchement du takfir dans toutes ces
situations.

Il est important de distinguer les sujets évidents et les sujets subtiles

Abdallah ‘ibn Abd ar-Rahman abou Battîn, rahimahoullah, a dit :

« C’est pour cela qu’ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit dans « Charh al-
Amda » : « Tout rejet d’une information venant d’Allah, ou d’un de Ses
ordres, est une mécréance, que cela soit une information subtile, ou une
information évidente. Mais, si les informations subtiles qui peuvent
échapper à la science de certaines personnes peuvent être excusables, ce
n’est pas le cas quand il s’agît des informations ou questions évidentes, ou
encore quand il s’agît des enseignements et des prescriptions constituant
les piliers de la Religion »

(Source : Ta’ssis at-Taqdis, page 148)


LES AMBIGUITES DANS LE TAKFIR

Celui qui prétend que seuls les savants peuvent appliquer le takfir est un
mécréant

Celui qui prétend que seuls les savants sont capables de faire la différence
entre le mécréant et le musulman, celui-là ne connait pas l’Islam et n’est
pas musulman. Car s’il Le connaissait, il saurait que quiconque pratique
l’opposé de l’Islam, n’est pas un musulman. Aucun ancien savant n’a dit
une telle chose concernant le takfir dans le fondement de l’Islam.

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit dans ad-Dourar as-


Saniyyah, 9/426 :

« Désobéir au Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam, en associant à Allah


et en adorant les idoles … est une mécréance catégorique connaissable
par l’instinct, la raison et la science minimum essentielle. Il est d’ailleurs
inimaginable que tu puisses dire à un homme, même le plus ignorant et le
plus abrutis de tous : « Que penses-tu de quelqu’un qui désobéit au
Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam, et ne se soumet pas à son ordre
de cesser d’adorer les idoles, et de donner des associés à Allah, et qui
prétend être musulman ? » - Il ne pourra que s’empresser de répondre,
par son instinct élémentaire, que c’est un mécréant, sans examiner de
preuve, ni interroger un seul savant »

L’Imam Barbahari, a dit dans ach-Charh as-Sounna, 28 :

« Aucun musulman ne sort de l’Islam, tant qu’il ne rejette pas un verset du


Livre d’Allah, ou quoi que ce soit comme récit du Prophète, sallallahou
‘alayhi wa sallam, ou qu’il prie un autre qu’Allah, ou offre un sacrifice à un
autre qu’Allah. S’il fait quoi que ce soit de cela, il te sera obligatoire de le
bannir de l’Islam »

Un des savants de Nadjd, a dit dans Madjmou ar-Rassaîl wal-Massaîl an-


Nadjdiyyah, 1/654-655 :

« Quant aux ignorants qui disent : « Vous jugez les musulmans de


mécréants » - Ceux-là ne connaissent ni l’islam ni le Tawhid … l’Islam de
celui qui dit cela est invalide, car celui qui ne blâme pas ces choses que
font les idolâtres aujourd’hui, et ne voit rien de mal dedans, ce n’est pas
un musulman »

Le jugement de celui qui se trompe dans le takfir

Le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Lorsqu’un homme


dit à son frère : « Ô Mécréant ! » - Alors l’un des deux le devient »
(Hadith rapporté par al-Boukhari et Mouslim, qu’Allah leur fasse
Miséricorde)

Le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Quiconque, bannit


de l’Islam un autre musulman, soit il a raison, soit c’est lui le
mécréant » (Hadith rapporté par abou Dawoud, qu’Allah lui fasse
Miséricorde)

Le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Il n’est pas un


homme qui traite un autre de mécréant, sans qu’un des deux le
soit vraiment. Si l’accusé n’est pas mécréant alors
l’excommunication retombe sur l’accusateur » (Hadith rapporté par
‘ibn Hibban, qu’Allah lui fasse Miséricorde)

Voilà les arguments avec lesquels certains égarés nourrissent la peur du


takfir, à un tel point que certaines personnes n’osent pas excommunier les
plus grands des mécréants de la terre. Nous disons à ces personnes
qu’elles parlent sans science, et que c’est très grave, car la moindre des
choses pour quelqu’un qui se prétend savant c’est qu’il parle avec science.

De plus, si vraiment les personnes qui propagent cette ambiguïté,


connaissaient la différence entre l’Islam et la mécréance, ils arrêteraient
immédiatement, à moins qu'ils égarent les gens en connaissance de
cause.

Voyons ce que disent les anciens sur ces trois Hadiths :

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit dans Madjmou al-Fatawa, 3/283-284 :

« Lorsqu’un musulman fait une erreur d’interprétation dans la guerre, ou


le fait d’exclure un homme de l’Islam, il ne sort pas de l’Islam pour autant,
comme lorsqu’Omar ‘ibn al-Khattab, a dit à Hatib ‘ibn abou Balta’a : « Ô
Messager d’Allah, laisse-moi trancher la tête de cet hypocrite !
… » - Ce récit se trouve dans les recueils d’al-Boukhari et Mouslim,
qu’Allah leur fasse Miséricorde, dans lesquels se trouve aussi le Hadith où
Oussayd ‘ibn al-Houdhayr, a dit à Sa‘d ’ibn ‘Oubada : « Tu n’es qu’un
hypocrite ! Tu plaides en faveur des hypocrites ! » - Les deux sont
alors allés se plaindre au Prophète, et celui-ci les réconcilia. Ceux-là
étaient tous des gens qui ont combattu à Badr, et certains se sont traités
les uns les autres d’hypocrites, et le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa
sallam, ne jugea ni l’un, ni l’autre, de mécréant »

Je rajouterais ici que le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, ne traita ni


l’un, ni l’autre, de takfiri, Khawaridj, ou encore de chien d’Enfer. Donc,
ceux qui argumentent avec ces Hadiths doivent se repentir, car le moins
que l’on puisse dire sur eux, c’est qu’ils ont inconsciemment excommunié
les Compagnons du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam.

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit dans Madjmou al-Fatawa, 7/217 :

« Quant à celui qui a Foi en le Messager et ce qu’il a enseigné … mais se


trompe dans certaines choses qu’il a mal interprétées comme hérésies,
celui-là n’est pas mécréant à la base. Les Khawaridjs étaient ceux qui
exposaient le plus d’hérésies, de combats, ainsi que de takfirs contre la
communauté des musulmans, et pourtant aucun Compagnon ne les a
banni de l’Islam, ni Ali ‘ibn abou Talib, ni un autre, mais ils les jugèrent au
contraire de la même manière que les musulmans injustes et oppresseurs
»

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, dit au sujet du Hadith de Hatib, dans Zad al-
Mi‘ad, 3/422 :

« On remarque dans ce Hadith que lorsqu’un homme affilie un musulman


à l’hypocrisie, ou à la mécréance, par mauvaise compréhension, ou par
colère pour Allah, Son Messager et Sa Religion, et non par tentation ou par
plaisir, il ne devient pas mécréant pour ça, ni même pécheur. Il est même
récompensé selon son intention et son but, contrairement aux hérétiques
qui traitent de mécréants, ou d’hérétiques, tous ceux qui s’opposent à
leurs désirs, alors que ce sont eux qui méritent le plus d’être traités de
mécréants et d’hérétiques »

Abd al-Latif ‘ibn Abd ar-Rahman, rahimahoullah, a dit dans ad-Dourar as-
Saniyyah, 12/260 -261 :

« Quant à celui qui traite certains saints de cette communauté de


mécréants par erreur de mauvaise compréhension, et que cette
compréhension peut être permise, alors celui-là n’a pas de pêché de part
son effort de justice, comme dans l’histoire de Hatib ‘ibn abou Balta‘a.
Omar, qu’Allah soit satisfait de lui, l’a en effet décrit comme étant un
hypocrite, et demanda au Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, la
permission de le tuer, alors le Messager d’Allah, sallallahou ‘alayhi wa
sallam, lui a dit : « Ne sais-tu pas qu’Allah se pencha sur les gens de
Badr et leur dit : « Faites ce que vous voulez, Je vous ai pardonné
» » (1) - Alors, Omar ne s’acharna pas sur son accusation d’hypocrisie à
l’encontre de Hatib … »

(1) Il ne faut pas faire une analyse mécréante de ce Hadith, comme un


égaré l’a dernièrement fait, en disant qu’Allah leur aurait pardonné
même la grande mécréance. Ceci est faux et va à l’encontre du
Coran, de la Sounna, et du consensus.

Il y a encore l’histoire rapportée par al-Boukhari, rahimahoullah, il s’agît


d’un Hadith de Djabir ‘ibn Abdallah, qui raconte que Mou‘adh ‘ibn Djabal,
faisait la prière avec le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, puis des
gens arrivèrent. Alors, Mou‘adh dirigea la prière avec eux, et récita la
sourate al-Baqarah. Un homme quitta les rangs et pria seul en récitant des
sourates courtes. Lorsque Mou‘adh, qu’Allah soit satisfait de lui, l’apprit, il
a dit : « C’est un hypocrite ! » - Alors l’homme en question est parti
chez le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, qui n’a fait aucun reproche
à la parole de Mou‘adh, mais bien à la durée de la prière, et lui a dit : «
Veux-tu être un fauteur de trouble Mou‘adh ?! Récite des sourates
courtes comme : « Wach-Chamssi wadh-Dhouhaha » ou «
Sabbihissma Rabbikal-A‘la »

L’AMOUR ET LA HAINE POUR LE TAWHID

La Religion c'est aimer et détester pour l'amour d'Allah

D’après Aïcha, qu’Allah soit satisfait d’elle, le Prophète Mouhammad,


sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit :

« La Religion c’est uniquement aimer pour l’amour d’Allah et


détester pour l’amour d’Allah »

(Hadith authentique rapporté par les Imams Ahmad et Hakim, qu’Allah


leur fasse Miséricorde)
Ce Hadith est une réponse très claire aux gens qui disent que la Religion
est uniquement amour et paix, et que la haine n’a pas sa place dans la
Religion.

La haine envers les polythéistes fait partie du fondement de l'Islam

Abd al-Latif ‘ibn Abd ar-Rahman, rahimahoullah, a dit :

« La haine envers ces polythéistes, leur critique, leur takfir, leur désaveu,
est le fondement de l’Islam et le plus grand moyen pour accéder au
Seigneur des mondes. En outre, la vie d’un musulman n’aura de plaisir
qu’avec le Djihad contre eux, l’opposition et le takfir des mêmes et
l’approche vers Allah avec cela, en y espérant la récompense chez Lui. Ce
magnifique degré est ce que vous avez rejeté et avec lequel vous avez
rendu halal l’honneur des musulmans et les avez accusé de choses
graves (1) mais, nous irons tous devant Allah, devant Lui seront dévoilés
les secrets et deviendront claires les choses cachées dans les esprits, et
on saura qui s’opposait à Son Parti et Ses protégés, et qui était ami avec
Ses ennemis et ceux qui se battent contre Lui. On saura lequel des deux
partis était aimé par Allah. L’homme sera avec ceux qu’il aime, qu’il le
veuille ou pas. Les responsables du Chirk sur la terre sont des opposants
de ce genre, ceux qui viennent aux gens avec des habits de savants ou de
bon croyants, alors qu’ils sont les plus éloignés de toutes les créatures
d’Allah, de ce avec quoi sont venus les Messagers, c’est-à-dire du Tawhid,
de la connaissance d’Allah et de l’appel sur Son chemin. Au contraire, ils
sont l’armée qui protège les tombes et leurs adorateurs. Ils ont fait un
pacte de paix et de fraternité avec ceux qui font des actes d’adoration aux
Messagers et aux savants, et leur ont suggérés que le Chirk n’aura pas
d’incidence sur eux, car ils prononcent la Chahada et se tournent vers la
Qibla, et que c’est eux les vrais musulmans et la meilleure communauté
qui existe, et que c’est eux qui iront au Paradis. Alors, ils ont été trompés
par ces paroles, puis ont exagérés dans leur Chirk et leur égarement,
jusqu’à attribuer à leurs divinités la Seigneurie, la Législation et la
demande de protection en dehors d’Allah, Seigneur des mondes »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 12/344)

(1) Le cheikh, rahimahoullah, s'adresse ici aux gens qui se sont opposés à
la Da'wah des savants de Nadjd

Terrible menace envers ceux qui aiment les mécréants

Sa’d ‘ibn ‘Attiq, rahimahoullah, après avoir cité les versets: « Ceux qui
sont revenus sur leurs pas après que le droit chemin leur a été
clairement exposé, le Diable les a séduits et trompés. C'est parce
qu'ils ont dit à ceux qui ont de la répulsion pour la Révélation
d'Allah : "Nous allons vous obéir dans certaines choses" - Allah
cependant connaît ce qu'ils cachent. Qu'adviendra-t-il d'eux
quand les Anges les achèveront, frappant leurs faces et leurs dos?
Cela parce qu'ils ont suivi ce qui courrouce Allah, et qu'ils ont de
la répulsion pour (ce qui attire) Son agrément. Il a donc rendu
vaines leurs œuvres » - dit :

« Ce verset et les versets semblables montrent la dureté envers l’amitié


avec ceux qui ont mécru en Allah. Certains savants ont dit que ces versets
concernent celui qui délaisse le Djihad contre eux, se tait à leurs fautes et
leur propose la paix. Et si on rajoute à cela le fait de leur faire des éloges,
de leur obéir (1), de les aider contre les musulmans et de protéger leurs
frontières – dans ces cas-là, c’est encore pire »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 14/359)

(1) Il s’agît de l’obéissance dans la mécréance.

Le fondement de la haine envers les mécréants se situe dans le coeur

Cheikh Abd al-Latif, rahimahoullah, a dit :

« La question de manifester la haine n’est pas la même chose que le fait


de haïr en-soi. En effet, pour la question de manifester sa haine, il se peut
que la personne soit excusée soit pour cause d’impuissance, soit de peur.
Allah a dit : « À moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux
» (Sourate 3, verset 28) Quant au faite de haïr en-soi, ceci est impératif,
car cela fait partie de la base du désaveu du Tâghoût (1). Il y a entre
l’amour d’Allah et de Son Messager, sallallahou ’alayhi wa sallam, et la
haine du Tâghoût un lien absolu. Un croyant ne peut s’en séparer. Celui
qui délaisse la manifestation de la haine envers le Tâghoût, il désobéit à
Allah. Si le fondement de la haine est dans son cœur, alors il a le statut
des pêcheurs. Si en plus de cela il ne s’exile pas, il aura encore plus de
péchés, car Allah a dit: « Ceux qui ont fait du tort à eux-mêmes, les
Anges enlèveront leurs âmes en disant: « Où en étiez-vous? » (À
propos de votre religion) - « Nous étions impuissants sur terre » -
Dirent-ils. Alors les Anges diront : « La terre d’Allah n’était-elle
pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ? » Voilà bien ceux
dont le refuge est l’Enfer. Et quelle mauvaise destination! »
(Sourate 4, verset 97) Mais il ne devient pas mécréant. En effet, ce verset
inclus une menace, et non pas le takfir. Quant au deuxième, celui qui n’a
pas de haine dans son cœur, celui-là est inclus dans ce que dit le
questionneur : « Il n’a pas de haine envers les idolâtres » - Ceci est une
chose très grave, un immense péché, et quel bien peut-il rester chez
quelqu’un qui n’a aucune haine envers les idolâtres ? »
(1) Sans le sentiment de haine dans le cœur envers les Tâwaghîts et
les polythéistes, il n’y a pas d’Islam. Quant à celui qui peut la
manifester par les paroles et les actes et ne le fait pas, alors il a le
statut de pécheur.

Quiconque n'est pas ennemi des polythéistes est un ignorant du Tawhid

Abd al-Latif ‘ibn 'Abd ar-Rahman, rahimahoullah, a dit :

« On ne peut pas imaginer une personne connaissant le Tawhid, le


pratiquant, qui n'est pas ennemi des polythéistes, et quiconque ne leur est
pas ennemi, alors on ne peut pas dire qu'il connaisse le Tawhid et le
pratique »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, chapitre du Djihad, page167)

Le fondement de l’inimitié, ou de la haine envers les Tâwaghît, les


polythéistes, et les mécréants, se situe dans le fait de ne pas les aimer
pour leur religion, ne pas les considérer comme étant des musulmans, et
ne pas les aider dans la guerre contre l’Islam et les musulmans.
LES CATEGORIES DE MECREANTS

La base de l'Islam et Sa règle sont deux choses

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit:

La base de l’Islam et Sa règle sont deux choses:

1. L’obligation de l’adoration d’Allah Unique sans rien Lui associer,


l’incitation à ceci, prendre pour allié pour cette cause et traiter de
mécréant celui qui la délaisse.
2. L’avertissement contre le Chirk dans l’adoration d’Allah, se montrer
dur vis-à-vis de ceux qui le font, détester pour cette cause et traiter de
mécréant celui qui le fait.

Et ceux qui contredisent ceci sont de plusieurs sortes; celui qui contredit le
plus c’est :

• Celui qui contredit en bloc.


• Il y a parmi les gens, certains qui adorent Allah, mais ne renient pas le
Chirk et ne détestent pas ceux qui le commettent.
• Et d’autres qui les détestent, mais ne les traitent pas de mécréants.
• D’autres qui n’aiment pas le Tawhid, mais ne Le détestent pas non
plus.
• D’autres qui les ont traités de mécréants (1) et prétendent qu’Il (2) est
une insulte pour les hommes pieux.
• D’autres qui ne détestent pas le Chirk, mais ne l’aiment pas non plus.
• D’autres qui ne connaissent pas le Chirk, et donc ne le renient pas.
• D’autres qui ne connaissent pas le Tawhid, mais ne Le renient pas.
• D’autres, et ce sont les plus dangereux, qui appliquent le Tawhid, mais
ne connaissent pas Sa valeur, alors ils ne détestent pas ceux qui Le
délaissent et ne les traitent pas de mécréants.
• D’autres qui délaissent le Chirk et le détestent, mais ne reconnaissent
pas sa valeur, alors ils ne détestent pas ceux qui le font, et ne les
traitent pas de mécréants.

Et tous ceux-là ont contredit ce avec quoi sont venus les Messagers, de la
part d’Allah.

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/22)


Il est important de préciser que dans les deux règles et bases, il y a des
choses qui font partie de la base du fondement, autrement dit que l'Islam
n'est pas valable sans leur présence. Mais, il y a aussi des choses qui ne
font pas partie de la base du fondement, ce qui veut dire que même en
leur absence l'Islam d'une personne reste valable.

En ce qui concerne les choses qui font partie de la base du fondement, il


s'agît de l'obligation de l'adoration d'Allah Unique sans rien Lui associer,
s'allier et détester pour la cause du Tawhid, et traiter de mécréants ceux
qui délaissent le Tawhid, ou commettent le grand Chirk.

Par contre, celui qui délaisse l'incitation au Tawhid, l'avertissement contre


le Chirk et la dureté dans les paroles et les actes envers les mécréants,
alors il sera coupable d'un pêché, et non pas de mécréance.

(1) C'est-à-dire, les monothéistes.


(2) C'est-à-dire, le Tawhid. Cette catégorie de mécréants est très répandue
dans le monde. En effet, leur ignorance du Tawhid les pousse à se
désavouer des monothéistes, ainsi que de ce à quoi ils prêchent, c'est-à-
dire le monothéisme.

Les gens qui prononcent la Chahada se divisent en trois groupes

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Les gens qui prononcent la Chahada se divisent en trois groupes :

• Ceux qui prononcent la Chahada, la concrétisent, connaissent sa


signification, œuvrent en conséquence, et savent qu’il existe ce qui
l’annule et s’en éloignent.
• Ceux qui la prononcent en apparence, embellissent leur extérieur
par la langue, alors que leur intérieur renferme la mécréance et le
doute.
• Ceux qui la prononcent, mais n’œuvrent pas en accord avec sa
signification, et commettent ce qui l’annule.

Ces derniers sont « Ceux dont l’effort, dans la vie présente, s’est
égaré, alors qu’ils s’imaginent faire le bien » (Sourate al-Kahf –
verset 104)

Le premier groupe est le groupe sauvé, et c’est eux les véritables


croyants. Le deuxième groupe sont les hypocrites, et le troisième groupe
sont les polythéistes »

(Source : Fatawas des savants de Nadjd)


Quatre règles importantes

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah a dit :

« Au Nom d’Allah Le Tout-Miséricordieux, Le Très Miséricordieux, louanges


à Allah qui a prouvé Son existence par ce qu’Il a fait, comme inventions, et
qui est sans équivalent dans Ses Qualités et en Lui-Même. Il a créé la
créature et aucune chose n’échappe à Sa Science. Nous Le remercions et
Le louons de nous avoir guidé vers l’Islam et de nous avoir enlevé les
ambiguïtés du dérapage et de l’égarement. Je témoigne qu’il n’y a de
divinité qu’Allah, sans associé, un témoignage de la part monothésite.
Matin et soir, je témoigne que Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam,
est Son Prophète qui est venu à nous avec une Religion de droiture ...
Prières et Paix sur Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, sa Famille,
ses Compagnons, qui sont les meilleures des familles et les meilleurs des
compagnons. En outre, certains de mes amis, auxquelles je ne peux
refuser la demande, m’ont demandé de rédiger une oeuvre rassemblant
les sujets et les règles par lesquels le musulman se différencie du
polythésite.

La première règle est que Celui qui nous a créé et façonné, ne nous a pas
laissé errer, cependant Il nous a envoyé un Prophète, sallallahou ‘alayhi
wa sallam, avec un Livre de Sa part. Quiconque lui obéit sera au Paradis,
et quiconque lui désobéit sera en Enfer. La preuve de cela est la parole
d’Allah : « Nous vous avons envoyé un Messager pour être témoin
contre vous, de même que Nous avions envoyé un Messager à
Pharaon » (Sourate 73 -verset 15)
La deuxième règle est qu’Allah n’a créé les créatures que pour qu’elles Lui
vouent un culte exclusif, la preuve de ceci sont Ses paroles : « Je n'ai créé
les djinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent » (Sourate 51 -
verset 56) « Il ne leur a été commandé, cependant que d'adorer
Allah, Lui vouant un culte exclusif, d'accomplir la Salat et
d'acquitter la Zakat. Et voilà la Religion de droiture » (Sourate 98 -
verset 5)

La troisième règle est que lorsque le Chirk pénètre dans tes actes, ceux-ci
deviennent vains et inacceptables. Tout pêché peut espérer le pardon,
excepté le Chirk, et les preuves de cela sont les paroles d’Allah : « En
effet, il t'a été révélé, ainsi qu'à ceux qui t'ont précédés : « Si tu
donnes des associés à Allah, ton oeuvre sera certes vaine, et tu
seras très certainement du nombre des perdants » » (Sourate 39 -
verset 65) « Certes, Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne
quelqu'associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais
quiconque donne à Allah quelqu'associé, commet un énorme
pêché » (Sourate 4 - verset 48) « Quiconque associe à Allah, Allah lui
interdit le Paradis et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes,
pas de secoureurs ! » (Sourate 5 - Verset 72)

La quatrième règle est que si tes œuvres sont correctes, mais dépourvues
d’exclusivité celles-ci ne sont pas agrées, et de même si tes œuvres sont
exclusives, mais incorrectes, alors celles-ci ne sont pas agrées. Il faut que
tes œuvres soient exclusives et correctes vis-à-vis de la Chari’ah du
Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam. Allah a dit sur les savants, les gens
du Livre … et ceux qui récitent … : « Dis : « Voulez-vous que Nous
vous apprenions lesquels sont les plus grands perdants en
œuvres? Ceux dont l'effort dans la vie présente s'est égaré, alors
qu'ils s'imaginent faire le bien » (Sourate 18 - versets 103, 104) « Ce
jour-là, il y aura des visages humiliés, préoccupés ... ils brûleront
dans un feu ardent » (Sourate 88 - verset 2-4)

Ces versets ne visent pas simplement les gens du Livre, mais tous ceux
qui fournissent des efforts dans la science, la pratique, ou la lecture, alors
que ceci ne va pas de pair avec la Chari’ah du Prophète, sallallahou ‘alayhi
wa sallam. Ils font partie des plus grands perdants en œuvres, et Allah en
a parlé dans Son Livre par le biais de versets clairs. Et ce, même s’il est
intelligent et clairvoyant, qu’il a un bon comportement et qu’il délaisse la
vie d’ici-bas. Tout cela ne peut être une excuse, ni donner accès au
bonheur, ni protéger du châtiment, aussi longtemps que le Livre et la
Sounna ne seront pas suivis. Les personnes douées d’intelligence sont au
même rang que celles douées de force physique, ou de forte volonté.
Toutes les trois ne sont pas des qualités requises pour atteindre le
bonheur, ou échapper à la punition »

(Source : Madjmou al-Fatawa wal-Rassaail wal-Adjwiba, 50 Rissalat fit-


Tawhid, Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, page 33)
Quatre règles concernant les mécréants

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Je demande à Allah, Le Généreux, Seigneur de l’immense Trône, qu’Il


soit ton Allié ici-bas et dans l’au-delà, qu’Il te bénisse où que tu sois, qu’Il
fasse de toi quelqu’un de reconnaissant lorsqu’il reçoit, patient lorsqu’il
est éprouvé, et repentant lorsqu’il est pêcheur, car ces trois qualités sont
les signes du bonheur.

Sache, qu’Allah t’oriente vers Son obéissance, que la Religion d’Ibraham,


al-Hanifiyyah, est que tu adores Allah en Lui vouant le culte exclusif,
comme le dit Allah : « Et Je n’ai créé les djinns et les hommes que
pour qu’ils M’adorent » (Sourate 51 - verset 56)

Lorsque tu sauras qu’Allah t’a créé pour Son adoration, sache alors que
l’adoration ne porte ce nom que si elle est accompagnée du monothéisme,
tout comme la prière ne porte ce nom que si elle est pratiquée en état de
pureté. En effet, lorsque le polythéisme se mélange à l’adoration, il la rend
vaine, tout comme l’impureté rend vaine la pureté.

Et lorsque tu sauras que lorsque le polythéisme se mêle à l’adoration, il la


rend vaine, annule toutes les actions, et rend celui qui le commet parmi
les éternellement damnés à l’Enfer, tu sauras dès lors que la chose la plus
importante pour toi c’est de connaître le polythéisme. Il se peut alors
qu’Allah te sauve de ce piège qu’est l’association à Allah, au sujet duquel
Il dit : « Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne des
associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut » (Sourate 4 - verset
116) Et ceci se fera par la connaissance de quatre règles qu’Allah a
énoncé dans Son Livre :

La première règle c’est que tu saches que les mécréants qu’a combattu le
Messager d’Allah, sallallahou ‘alayhi wa sallam, reconnaissaient qu’Allah
est Le Créateur, Le Commandeur, et que la reconnaissance de cela ne les
a pas fait entrer dans l’Islam. Ceci est indiqué par la parole d’Allah :
« Dis : « Qui vous attribue de la nourriture du ciel et de la terre ?
Qui détient l’ouïe et la vue, et qui fait sortir le vivant du mort et
fait sortir le mort du vivant, et qui administre tout ? » - Ils diront :
« Allah » - Dis alors : « Ne Le craignez-vous donc pas ? » (Sourate
10 - verset 31)

La deuxième règle c’est qu’ils disent : « Nous les invoquons et nous


adressons à eux que pour leur demander de nous rapprocher d’Allah et
d’intercéder en notre faveur » - Le fait qu’ils leur demandent le
rapprochement d’Allah est indiqué par la parole d’Allah : « Tandis que
ceux qui prennent des protecteurs en dehors de Lui disent : «
Nous ne les adorons que pour qu’ils nous rapprochent davantage
d’Allah » En vérité, Allah jugera parmi eux sur ce en quoi ils
divergent. Allah ne guide pas celui qui est menteur et grand
mécréant » (Sourate 39 - verset 3)

Et le fait qu’ils leur demandent l’intercession est indiqué par la parole


d’Allah : « Ils adorent au lieu d’Allah ce qui ne peut ni leur nuire ni
leur profiter et disent : « Ceux-ci sont nos intercesseurs auprès
d’Allah » » (Sourate 10 - verset 18)

Et il y a deux intercessions, l’une est niée, et l’autre confirmée.


L’intercession niée est celle qui est demandée à un autre qu’Allah pour
une chose que Seul Allah peut faire, et ceci est indiqué par la parole
d’Allah : « Ô les croyants ! Dépensez de ce que Nous vous avons
attribué, avant que vienne le jour où il n’y aura ni rançon, ni
amitié, ni intercession. Et ce sont les mécréants qui sont les
injustes » (Sourate 2 - verset 254)

Et l’intercession confirmée est celle qui est demandée à Allah, celle dont
l’intercesseur a reçu l’honneur d’intercéder, celle dont Allah est satisfait
des paroles et des actes de celui pour qui on intercède. Et elle ne se fait
qu’après la permission d’Allah, comme Il le dit : « Qui peut intercéder
auprès de Lui sans Sa permission ? » (Sourate 2 - verset 255)

La troisième règle c’est que le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, est


apparut chez des gens dont les cultes divergeaient. Il y en avait qui
adoraient les anges, d’autres les Prophètes et les pieux, d’autres les
pierres et les arbres, d’autres le soleil et la lune. Malgré cela, le Messager
d’Allah, sallallahou ‘alayhi wa sallam, les a combattu tous, sans distinction.
Ceci est indiqué par la parole d’Allah : « Et combattez-les jusqu’à ce
qu’il n’y ait plus d’association et que la Religion soit entièrement
à Allah Seul » (Sourate 2 - verset 193)

Et l’indication qu’il y en avait qui adoraient le soleil et la lune est la parole


d’Allah : « Parmi Ses merveilles, il y a la nuit, le jour, le soleil et la
lune. Ne vous prosternez ni devant le soleil, ni devant la lune,
mais prosternez-vous devant Allah qui les a créés, si c’est Lui que
vous adorez » (sourate 41 - verset 37)

Et l’indication qu’il y en avait qui adoraient les Anges est la parole d’Allah :
« Et il ne va pas vous commander de prendre pour seigneurs les
Anges et les Prophètes » (Sourate 3 - verset 80)

Et l’indication qu’il y en avait qui adoraient les Prophètes est la parole


d’Allah : « Rappelle-leur le moment où Allah dira : « Ô ‘Issa, fils de
Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : « Prenez-moi, ainsi que ma
mère, pour deux divinités en dehors d’Allah ? » - Il dira : « Gloire
et pureté à Toi ! Il ne m’appartient pas de déclarer ce que je n’ai
pas le droit de dire ! Si je l’avais dit, Tu l’aurais su, certes. Tu sais
ce qu’il y a en moi, et je ne sais pas ce qu’il y a en Toi. Tu es, en
vérité, Le Grand Connaisseur de tout ce qui est inconnu » »
(Sourate 5 - verset 116)
Et l’indication qu’il y en avait qui adoraient les personnes pieuses est la
parole d’Allah : « Ceux qu’ils invoquent, cherchent eux-mêmes, à
qui mieux, le moyen de se rapprocher le plus de leur Seigneur. Ils
espèrent Sa Miséricorde et craignent Son châtiment » (Sourate 17 -
verset 57)

Et l’indication qu’il y en avait qui adoraient les pierres et les arbres est la
parole d’Allah : « Que vous en semble des divinités Lât et Uzza,
ainsi que Manât, cette troisième autre ? » (Sourate 53 - versets 19,
20) Et le Hadith d’Abou Waqid al-Laythi, qu’Allah l’agrée, qui dit : « Nous
sortîmes avec le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, pour
Hounayn, alors que nous nous étions convertis depuis peu de
temps. Les polythéistes avaient un jujubier auprès duquel ils se
recueillaient et auquel ils accrochaient leurs armes … »

La quatrième règle c’est que les polythéistes de notre époque sont


coupables d’un polythéisme pire que celui des anciens, car les anciens
n’associaient à Allah qu’en période de prospérité. Par contre, en temps de
difficulté ils adoraient Allah exclusivement. Quant aux polythéistes de
notre époque, ils associent constamment, que ce soit en période de
prospérité ou de difficulté. Ceci est indiqué par la parole d’Allah : « Quand
ils montent en bateau, ils invoquent Allah Lui vouant
exclusivement leur culte. Une fois qu’Il les a sauvés des dangers
de la mer en les ramenant sur la terre ferme, voilà qu’ils Lui
donnent des associés » (Sourate 29 - verset 65) »
LA SITUATION DES GENS AVANT LA DA’WA DU NAJD

La situation des gens s'affiliant à l'Islam au début du 12ème siècle

Un des savants de Nadjd, qu’Allah lui fasse Miséricorde, a dit :

« La majorité des musulmans, au début du 12ème siècle, sont revenus au


polythéisme et ont jeté le Livre d’Allah derrière leur dos … ils ont préféré
l’adoration des pieux et des saints, morts et vivants, leur demandant
secours en cas de difficultés … Beaucoup d’entre eux attribuaient aux
matières telles que les pierres et les arbres la capacité de nuire ou de faire
du bien … Ils sont resté ainsi, en adorant leurs idoles, jusqu’à ce que s’est
appliquée sur eux la parole d’Allah : « Ils ont oublié Allah, Allah leur a
fait alors oublier leurs propres personnes, ceux-là sont les pervers
» - Ils ont innové dans la mécréance, dans l’immoralité, et dans le
polythéisme en adorant les tombes, de telle sorte qu’ils ont dépassé l’état
des gens de l’ignorance. Ainsi, ils en sont arrivés au point que leurs
propres démons leur ont légiféré des lois religieuses qu’Allah n’a jamais
permises … Quant à ce qui se fait actuellement à La Mecque, qu’Allah
l’honore, c’est bien pire que ce qui se fait ailleurs … Des groupes de
bédouins y viennent avec tant de perversions, d’égarements et de
désobéissances que le cœur se remplit de tristesse. Il n’y avait personne
parmi les gens de science pour empêcher cet égarement, au contraire, ils
se sont unis pour aller à l’encontre de la Vérité, en essayant de modifier la
réalité … »

(Source : Histoire de Nadjd, pages 13 et 16)

Le rôle de Mouhammad 'ibn 'Abd al-Wahhab

Un des savants de Nadjd, rahimahoullah, a dit :

« Ceci est la Religion à Laquelle a appelé notre cheikh, Mouhammad ‘ibn


Abd al-Wahhab, rahimahoullah, après que les signes et les traces de la
Religion se sont effacés, que les gens ont pris l’idolâtrie comme religion, et
ont adressé leur demandes à ceux qui ne possèdent pas pour eux-mêmes
de bien ni de mal. Comment peuvent-ils alors leur être utiles ou nuisibles,
chose qu’ils ne peuvent pour eux-mêmes ? Puis, j’ai mentionné la raison
pour laquelle le Tawhid a échappé aux savants et ceux qui suivent leur
voie. C’est pour cela qu’ils n’ont pas condamné l’idolâtrie qui a eu lieu
dans cette communauté, comme l’adoration des arbres, des pierres, des
fausses divinités, ainsi que des djinns. En réalité, le polythéisme est
devenu une tradition chez eux … La venue du cheikh Mouhammad ‘ibn
Abd al-Wahhab, rahimahoullah, était une immense grâce, en effet il
démontra la réalité du Tawhid, il condamna toutes les innovations par les
preuves du Coran, les paroles des prédécesseurs de cette Oumma et de
ses Imams, sans dévier de leur voie. Il a revivifié la Sounna et à incité les
gens qui l’entouraient à pratiquer le Tawhid et les Lois de l’Islam … Alors
Allah a sorti par sa cause beaucoup de gens des ténèbres vers la lumière,
ils ont alors délaissé l’adoration des arbres, des pierres et des fausses
divinités … »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, volume 11, pages 406 et 573)

Les polythéistes contemporains sont pires que les polythéistes Quraychites

Un des savants de Nadjd, rahimahoullah, a dit :

« Leur idolâtrie a dépassé l’idolâtrie des arabes Quraychites en bien des


degrés, car l’un d’entre eux quand il se trouve dans une situation critique,
il invoque sincèrement autre qu’Allah, et il croit que ceci lui amènera une
délivrance plus rapide qu’Allah. Alors que les premiers idolâtres faisaient
du polythéisme, mais quand ils étaient dans des situations critiques, ils
invoquaient Allah de façon sincère … Ainsi, il est clair que les idolâtres de
cette époque sont plus ignorants d’Allah et de Son Tawhid que les
idolâtres arabes Quraychites, et ceux qui les ont précédés »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/358)


LE DESAVEU DU TAGHOUT

Le désaveu du Tâghoût est le premier pilier du Tawhid

Le désaveu du Tâghoût est le premier pilier du Tawhid qu’atteste tout


musulman. Quant à la définition du pilier, c’est une exigence nécessaire
qui doit être présente afin que la chose soit acceptée, car c’est la base sur
laquelle on construit. La différence entre le pilier et la condition est que le
pilier est interne et rien ne peut être valide sans lui, alors que la condition
est externe et rien ne peut être accepté sans elle.

En outre, le Tawhid possède deux piliers, le premier est le désaveu du


Tâghoût, et le deuxième est la Foi en Allah. La preuve de cela est la parole
d’Allah : « Quiconque mécroit au Tâghoût, tandis qu'il croit en
Allah, saisit l'anse la plus solide, qui ne peut se briser » (Sourate 2 -
verset 256) Ainsi que le Hadith : « Celui qui dit la ilaha illa Allah, et
mécroit en tout ce qui est adoré en dehors d'Allah, alors ses biens
et son sang sont inviolables et son jugement revient à Allah »
(Rapporté par l’Imam Mouslim, qu’Allah lui fasse Miséricorde)

Donc, le musulman est celui qui se tient à l’anse la plus solide, c’est-à-dire
le Tawhid, comme l’a dit l’Imam Mouslim, qu’Allah lui fasse Miséricorde,
celui qui mécroit au Tâghoût et croit en Allah. Par contre, celui qui ne sait
pas ce qu’est le Tâghoût, ou encore ne sait pas comment s’en désavouer,
alors sa Foi en Allah n’est que prétention et en aucun cas une attestation,
car l’attestation est une affirmation basée sur la certitude, et la certitude
n’est certitude qu’en présence de la science. De ce fait, les ignorants du
Tawhid n’attestent pas, mais prétendent … En effet, Allah a dit : « N'as-tu
pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers
toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre avant toi ? Ils veulent
prendre pour juge le Tâghoût, alors que c'est en lui qu'on leur a
commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très
loin, dans l'égarement » (Sourate 4 – verset 60)

Maintenant que l’introduction est faite, ainsi que la sensibilisation de


l’importance du sujet, il convient avant toute chose d'expliquer ce qu’est
le Tâghoût, afin de pouvoir le désavouer et ainsi faire réellement partie de
ceux qui attestent la ilaha illa Allah.

Le Tâghoût est une fausse divinité, qu’il s’agisse d’un objet ou d’une
personne. En ce qui concerne les objets, il s’agît de tout ce qui est adoré
en dehors, ou avec Allah. Et en ce qui concerne les personnes, il s’agît de
celui qui est satisfait d’être adoré en dehors, ou avec Allah. Dans la
Chari’ah le Tâghoût humain est aussi défini comme étant celui qui
dépasse ses limites dans la mécréance et ainsi s’attribue à lui-même un
droit exclusivement réservé à Allah. Ceci peut se produire dans les trois
cas suivants :

• Si une créature s’attribue un acte émanant exclusivement de la part


d’Allah, comme le fait de prétendre détenir le pouvoir de créer en
dehors de la Volonté d’Allah, pourvoir aux besoins des gens en
dehors de la Volonté d’Allah, ou encore si elle s’associe à Allah dans
Sa Législation, en décidant ce qui est licite et ce qui est illicite. Si en
plus de cela, elle impose sa propre loi aux gens, et punit celui qui lui
désobéit même en obéissant à Allah, alors dans ce cas-là une telle
personne ne sera pas seulement le Tâghoût du jugement, mais aussi
le Tâghoût d’obéissance.
• Si une créature s’attribue une qualité exclusivement réservée à
Allah, comme le fait de prétendre connaître l’invisible en dehors de
la Volonté d’Allah.
• Et pour terminer, si une créature devient sujette à recevoir une
adoration, de la part des autres créatures, et qu’elle ne s’en
désavoue pas, mais au contraire l’approuve.

Cinq Tâwaghît principaux

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a cité dans Madjmou at-


Tawhid an-Nadjdiyyah, volume 1, page 14, les cinq têtes dans la
mécréance, autrement dit les cinq Tâwaghîts principaux à désavouer.
Voici un bref résumé de ce qu’il a rapporté :

1. Le diable, Iblis, car il appelle les gens à la mécréance, c’est-à-dire à


adorer un autre qu’Allah. Ainsi, tout personne qui invite les gens à la
mécréance devient un Tâghoût semblable à Iblis le maudit. Allah a
dit : « Ne vous ai-Je pas engagé, enfants d'Adam, à ne pas
adorer le Diable? Car il est vraiment pour vous un ennemi
déclaré » (Sourate 36 - verset 60)
2. Le gouverneur qui change la Législation d’Allah, en décidant ce qui
est licite et ce qui ne l’est pas, et s’associe ainsi à Allah dans Sa
Législation. Allah a dit : « Le Jugement n’appartient qu’à Allah »
(Sourate 6 – verset 57) « Il (Allah) n’associe personne à Son
Commandement » (Sourate 18 - verset 26) « Ou bien auraient-ils
des associés (à Allah) qui auraient établi pour eux des lois
religieuses qu’Allah n’a jamais permises ? » (Sourate 42 -
verset 21) « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce
qu'on a fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait
descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le
Tâghoût, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne
pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans
l'égarement » (Sourate 4 - verset 60)
3. Celui qui gouverne par toute autre loi en dehors de la Loi d’Allah,
comme c’est le cas de ceux qui gouvernent avec des lois humaines,
en lieu et place de la Loi du Seigneur des hommes. Allah a dit : « Et
ceux qui ne gouvernent pas d'après ce qu'Allah a fait
descendre sont les mécréants » (Sourate 5 - verset 44)
4. Celui qui prétend connaître l’invisible en dehors de la Volonté
d’Allah. Allah a dit : « C’est Lui qui détient les clefs de
l’invisible. Nul autre que Lui ne les connaît. Et Il connaît ce
qui est dans la terre ferme comme dans la mer. Et pas une
feuille ne tombe qu’Il ne le sache. Et pas une graine dans les
ténèbres de la terre, rien de frais ou de sec qui ne soit
enregistré dans un Livre explicite » (Sourate 6 - verset 59)
5. Celui qui est adoré avec, ou en dehors d’Allah, tout en étant
satisfait de cette adoration. Allah a dit : « Et quiconque d'entre
eux dirait: “Je suis une divinité en dehors de Lui” - Nous le
rétribuerons de l'Enfer. C'est ainsi que Nous rétribuons les
injustes » (Sourate 21 - verset 29)

La définition du Tâghoût d'après Ibn al-Qayyim

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, a dit:

« Le Tâghoût est tout objet de culte, tout modèle suivi ou obéi … (1) Le
Tâghoût de chaque peuple est donc celui à qui ils demandent le jugement,
au lieu d’Allah et de Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam. Ou
encore ce qu’ils adorent d’autre qu’Allah, à qui ils obéissent sans que cela
ne soit d’après une preuve venant d’Allah, à qui ils obéissent sans savoir
s’ils obéissent en cela à Allah. Tous ceux-là sont les Tawâghîts de ce
monde. Si tu les remarques, et que tu remarques la situation des gens
envers eux, tu constateras que beaucoup d’entre eux se sont détournés
de l’adoration d’Allah pour aller adorer le Tâghoût, ou de l’obéissance
d’Allah et du suivi du Messager, sallallahou ’alayhi wa sallam, pour obéir
au Tâghoût et le suivre »

(1) Il s’agît du suivi et de l’obéissance en dehors ou indépendamment


du suivi et de l'obéissance à Allah. Ceci arrive lorsqu'une personne,
ou un système est pris comme source d'obéissance.

Les trois sortes de Tâwaghît

Certains savants musulmans, parmi lesquels il y a notamment Soulaymân


‘ibn Sahmân, rahimahoullah, ont dit que le Tâghoût est de trois sortes :

• Le Tâghoût d’Adoration.

Il s’agît de tout ce qui est adoré avec, ou en dehors d’Allah, que ce soit les
choses ou les objets inanimés, ou encore des hommes qui sont satisfaits
qu’on leur voue des actes d’adorations.

• Le Tâghoût du Jugement.

Il se présente sous cinq formes :

1) Les lois humaines et les constitutions autres que Celle


d’Allah.

Allah a dit : « Et Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour
qu’ils M’adorent » (Sourate 51 – verset 56) Les savants ont dit que ce
verset signifie : Pour qu’ils attestent de l’Unicité d’Allah, car Il leur donne
des ordres et leur soumet des interdits. Autrement dit, Allah S’est unifié
dans La Législation, et en a fait un droit qui Lui appartient exclusivement.
Les preuves de ceci sont nombreuses :

Allah a dit : « Le Jugement n’appartient qu’à Allah. Il tranche en


toute vérité et Il est Le Meilleur des Juges » (Sourate 6 - verset 57)

Allah a dit : « Le Jugement n’appartient qu’à Allah. Il vous a


commandé de n’adorer que Lui. Telle est la Religion droite, mais
la plupart de gens ne savent pas » (Sourate 12 - verset 40)

Allah a dit : « Sur toutes vos divergences, le Jugement appartient à


Allah » (Sourate 42 - verser 10)

Allah a dit : « A Lui appartient l’inconnaissable des cieux et de la


terre. Comme Il est Voyant et Audient ! Ils n’ont aucun allié en
dehors de Lui et Il n’associe personne à Son commandement »
(Sourate 18 - verset 26) Allah nous informe qu’Il est L’Unique Législateur,
et qu’Il n’associe personne dans ce qui Lui est exclusif. De ce fait,
quiconque s’associe à Allah dans Sa Législation, devient un Tâghoût, et
quiconque l’aide à obtenir ce poste de fausse divinité, aura donné
un associé à Allah, et aura donc commis le grand polythéisme. C'est ce qui
se passe lors des éléctions.

Allah a dit : « Ou bien auraient-ils des associés (à Allah) qui


auraient établi pour eux des lois religieuses qu’Allah n’a jamais
permises ? » (Sourate 42 - verset 21)

Allah a dit : « Est-ce donc le jugement de l’époque de l’ignorance


qu’ils cherchent ? Qu’y a-t-il de meilleur qu’Allah, en matière de
Jugement pour des gens qui ont une foi ferme ? » (Sourate 5 – verset
50)

Nous remarquons dans ce verset qu’il existe deux jugements, deux


législations, tout comme il existe deux religions, l’Islam et la mécréance.
Donc, Le Jugement d’Allah est l’Islam, et tout autre jugement est un
Tâghoût. C’est pour cela que la démocratie et l’Islam sont deux religions,
l’une à l’opposé de l’autre et ne peuvent se rencontrer. Nous avons la
législation du peuple, et La Législation du Seigneur du peuple. L’une est
l’égarement et l’autre est l’agrément. Allah a nommé dans Son Livre toute
loi qui n’est pas la Sienne, comme étant un Tâghoût … Et il est ainsi avec
toute loi issue du système mécréant, même si elle semble être en accord
avec la Loi d’Allah, car cette loi est issue de la législation du Tâghoût et
est basée sur ce que veut le peuple et non ce que veut Allah. De ce fait,
cette loi est celle du Tâghoût, issue de sa législation diabolique, et non
Celle d’Allah, issue de Sa Législation Parfaite.

Allah a dit : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a


fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre
avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût, alors que
c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable
veut les égarer très loin, dans l'égarement » (Sourate 4 – verset 60)

Le Tâghoût dans ce verset concerne toutes les lois issues d’autres


constitutions que Celle d’Allah, ou encore toute personne qui légifère une
seule obligation, interdiction, ou sentence générale à suivre, ceci car Allah
est Unique dans Sa Législation.

2) Celui qui gouverne d’après ces lois.

Allah a dit : « Ceux qui ne gouvernent pas par la loi d'Allah sont les
mécréants » (Sourate 5 - verset 44)

Les gouverneurs actuels ne se contentent pas de simplement juger avec


les lois issues de la démocratie. En effet, il embellissent la démocratie,
appellent les gens à participer dans la démocratie en mettant en place des
Tâwaghît, des égaux à Allah, et rien que ceci fait d'eux des Tâwaghît
semblables à Iblis, car ils appellent les gens à donner des égaux à Allah,
au lieu de les inciter à adorer Allah Seul.

3) Les assemblées qui légifèrent ces lois.

Allah a dit : « Auraient-ils des associés qui leurs ont légiférer des
règles à suivre qu’Allah n’a jamais voulu ? Or, si l'arrêt décisif
n'avait pas été prononcé, il aurait été tranché entre eux. Les
injustes auront certes un châtiment douloureux » (Sourate 42 -
verset 41)

4) Celui qui est membre de ce genre d’assemblée.

Ce membre accepte qu’on lui accorde le droit de légiférer et d’être placé à


l’égal d’Allah dans La Législation. Sa fonction dans ces assemblées est de
légiférer ou inspecter la bonne application de la constitution mécréante et
sa mise en pratique. Une telle personne ne peut être musulmane, car
un musulman se désavoue et déteste la mécréance, alors que celui-là
appelle à elle, la défend, veille à ce qu'elle soit appliquée et obéie etc ...

5) Les juges et les magistrats qui jugent d’après ces lois.

• Le Tâghoût d’Obéissance.

Il s’agît de toute personne qui impose, ou demande qu’on obéisse à la


mécréance. Ou encore de toute mécréance qui est suivie et obéie. Ce
Tâghoût se présente sous quatre formes :

1) Les constitutions et les lois humaines.

Comme il a été démontré, même si la constitution humaine est en accord


avec La Constitution du Seigneur des humains, elle est quand même un
Tâghoût. Mais, la réalité de la constitution humaine est encore pire, car
elle contient pratiquement que des lois en totale opposition aux Lois
d’Allah.

Comme exemple, prenons cet article de la constitution mécréante du


Koweït : « Il n’y a aucun crime ni aucune sanction qui soit considérée si
elle n’est pas fondée sur la loi, et aucune sanction ne peut être faite pour
un acte sauf si elle est stipulée par la loi »

C’est donc la loi qui ordonne et interdit, et les sanctions n’appartiennent


qu’à la loi. Ceci est le summum de la dispute du Commandement d’Allah
et de Sa Loi.
2) Le juge qui juge d’après une autre loi que Celle d’Allah,
impose aux gens d’adhérer à l’obéissance de cette loi, et
sanctionne le « hors-la-loi ».

Ce qu'il faut savoir c'est que même les Messagers d’Allah ne peuvent
quitter la Loi d’Allah, alors comment il en serait possible pour des autres
créatures ?

Allah a dit : « Et quand leur sont récités Nos versets en toute


clarté, ceux qui n'espèrent pas notre rencontre disent: « Apporte
un Coran autre que Celui-ci » - Ou bien – « Change-le » - Dis : « Il
ne m'appartient pas de Le changer de mon propre chef. Je ne fais
que suivre ce qui m'est révélé. Je crains, si je désobéis à mon
Seigneur, le châtiment d'un jour terrible » » (Sourate 10 - verset 15)

Les Messagers suivent la Révélation d’Allah, alors que ceux-là, non


seulement ils quittent La Loi d’Allah, mais ils s’érigent eux-mêmes comme
étant la source de la législation. Après cela, ils imposent aux gens de leur
obéir et punissent celui qui leur désobéit, même si il leur a désobéit en
obéissant à Allah ! Toute personne qui a un minimum de jalousie et
d’amour pour la Religion d’Allah ne doutera pas de la mécréance de ces
diables en apparence humaine.

Allah a dit : « Et sur toi (Mouhammad) Nous avons fait descendre Le


Livre avec la Vérité, pour confirmer Le Livre qui était là avant lui
et pour prévaloir sur lui. Juge donc parmi eux d'après ce qu'Allah a
fait descendre. Ne suis pas leurs passions, loin de la Vérité qui
t'est venue. A chacun de vous Nous avons assigné une Législation
et un plan à suivre. Si Allah avait voulu, certes Il aurait fait de
vous tous une seule communauté. Mais Il veut vous éprouver en
ce qu'Il vous donne. Concurrencez donc dans les bonnes œuvres.
C'est vers Allah qu'est votre retour à tous, alors Il vous informera
de ce en quoi vous divergiez » (Sourate 5 - verset 48)

Allah nous explique que le Coran prime sur les Livres antérieurs et que
celui qui fait primer une Loi antérieure révélée par Allah, sur le Coran,
devient mécréant. Alors, que dire de celui qui fait primer les lois des
mécréants sur le Coran ?

3) Les membres de l’assemblée nationale.

4) Les savants qui changent consciemment la Religion d’Allah


pour qu’elle convienne aux Tâwaghîts du Jugement et aux
Tâwaghîts d’Obéissance, et qui incitent les gens à prendre
en compte leurs paroles et les accepter.

Allah a dit : « Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines pour
seigneurs en dehors d’Allah » (Sourate 9 - verset 31)
Toute personne que les gens ont élue pour qu'elle juge entre eux avec des
lois contraires au Jugement d'Allah est un Tâghoût

Abdallah ‘ibn Abd ar-Rahman, rahimahoullah, après avoir cité quelques


paroles des Compagnons, des Salafs et des savants du Tawhid, conclue en
disant :

« Le Tâghoût comprend tout ce qui est adoré en dehors d’Allah, tout chef
égaré qui appelle au mensonge et l’embellit. De même, toute personne
que les gens ont élue pour qu’elle juge entre eux avec des lois de la
djahiliyyah, contraires au Jugement d’Allah et de Son Prophète. De même,
les sorciers, ceux qui incitent à l’adoration des statues, ceux qui en
mentant veulent attirer les ignorants dans l’égarement en leur suggérant
qu’un mort exauce le besoin de celui qui s’adresse à lui et qu’il a fait ceci
et cela, ce qui est ou un mensonge, ou un acte du diable. Ainsi, il les attire
dans le grand Chirk … Et la base de toutes ces sortes, et le plus grand
parmi eux est le diable. C’est lui le plus grand Tâghoût »

(Fatawas des savants de Nadjd, 1/325)

Toute personne chez qui les gens vont chercher un autre jugement que le
Coran et la Sounna est un Tâghoût

Le Salaf Moudjahid, qu’Allah lui fasse Miséricorde, a dit :

« Le Tâghoût est le diable sous une apparence humaine vers qui les gens
vont chercher un jugement autre que Celui d’Allah, et il est aussi leur chef
»

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Et c'est pourquoi toute personne chez qui les gens vont dans le but de
chercher un autre jugement que le Coran et la Sounna est appelée un
Tâghoût »

(Source, Madjmu' al-Fatawa, page 20)

Les conditions du désaveu du Tâghoût


Le Tâghoût est toute fausse divinité, idole, toute personne qui accepte de
se faire adorer en dehors d’Allah, toute personne qui invite à la
mécréance, l’embellit et l’impose aux gens, toute personne qui s’attribue
un droit qui n’appartient qu’à Allah, comme c’est le cas des diables, des
devins, des sorciers, des instaurateurs de lois autres que Celles d’Allah,
des tribunaux qui se réfèrent aux lois des hommes, des juges qui se
réfèrent aux lois des hommes, des parlements qui légifèrent des lois, des
parties politiques, ou encore de toute loi qui n’est pas issue de la
Législation du Législateur, ceci même si elles sont « soi-disant » en accord
l’une avec L’autre. Le « soi-disant » s’explique par le fait qu’en réalité
cette loi ne sera jamais en accord avec Celle d’Allah, puisque leur
opposition se situe à la racine même, à savoir ; elles sont issues de deux
législations différentes, celle du Satan, et Celle d’Allah.

Maintenant que tu sais cela, tu dois apprendre comment désavouer le


Tâghoût, car sans cela l’Islam d’une personne ne sera pas valable.

Allah a dit : « Nous avons envoyé dans chaque communauté un


Messager, (pour leur dire) : « Adorez Allah et écartez-vous du
Tâghoût » (Sourate 16 - verset 36)

Allah a dit : « Pas de contrainte en Religion, la vérité s’est


distinguée de l’égarement. Quiconque désavoue le Tâghoût tandis
qu’il croit en Allah, a certes saisi l’anse la plus solide qui ne peut
se briser, et Allah entend et sait parfaitement toute chose »
(Sourate 2 - verset 256)

Allah a dit : « Quant à ceux qui s’écartent de l’adoration du Tâghoût


et reviennent à Allah, à eux la bonne nouvelle ! Annonce la bonne
nouvelle aux croyants ! » (Sourate 39 - verset 17)

Le désaveu du Tâghoût, qui est le premier pilier du Tawhid, a cinq


conditions :

1. La conviction de la nullité de l’adoration du Tâghoût

Allah a dit : « Il en est ainsi parce qu'Allah est la Vérité, et que tout
ce qu'ils invoquent en dehors de Lui est le faux, et qu'Allah, c'est
Lui Le Haut, Le Grand » (Sourate 31 - verset 30)

2. Le délaissement, ainsi que l’éloignement de l’adoration du


Tâghoût

Allah a dit : « Nous avons envoyé dans chaque communauté un


Messager, (pour leur dire) : « Adorez Allah et écartez-vous du
Tâghoût » (Sourate 16 - verset 36)

Afin que ce délaissement soit valide, il doit s’opérer par trois moyens, le
cœur, la parole et l’acte.
Ibn Kathir, rahimahoullah, a dit:

« Le Tâghoût est le diable parce qu'il incarne chaque mauvais chemin que
les païens avaient emprunté, comme le fait d'adorer les idoles, d'aller vers
elles chercher le jugement et de leur demander de l'aide. Il est aussi très
important de savoir que le Tâghoût doit être renié par la croyance, la
langue et l'acte. Personne ne peut donc prétendre avoir renié le Tâghoût
sans porter témoignage par ces moyens, car certains peuvent le rejeter
par leur langue et leurs actes, mais pas par leur croyance, c'est le cas des
hypocrites. D'autres peuvent rejeter le Tâghoût par la croyance, mais pas
par la langue, comme ceux qui prêtent serment de respecter les idoles et
Tâwaghît. D'autres encore rejettent le Tâghoût par la croyance, mais pas
par l'acte, comme ceux qui se prosternent devant les Tâwaghît … ou vont
chez eux chercher le jugement »

Si quelqu’un prétend qu’il est possible d’être musulman tout en adorant le


Tâghoût avec les paroles et les actes, à condition de ne pas l’adorer avec
le cœur, il faut qu’il sache alors qu’il s’oppose au consensus, et qu’Allah
nous a montré dans Son Livre que le seul « écartement » valide est celui
qui s’opère par ces trois moyens.

Allah a dit : « Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les


flèches de divination ne sont qu'une abomination, œuvre du
Diable. Ecartez-vous en, afin que vous réussissiez » (Sourate 5 -
verset 90)

Si une personne croit dans son cœur que le vin est interdit, et même
proclame haut et fort cette croyance, mais malgré cela persiste à en boire
et ne délaisse pas cet acte, comment peut-on dire que cette personne
s’est écartée du vin ? Si ceci est valable pour un pêché, alors pourquoi ça
ne le serait pas pour pire que cela, à savoir la mécréance ? Celui qui aura
bu du vin sera considéré comme un buveur de vin, et celui qui aura adoré
le Tâghoût sera considéré comme un adorateur du Tâghoût, quelque soit
leur conviction.

3. Prendre pour ennemis le Tâghoût, ceux qui l’adorent, ou


l’aident dans la mécréance

Allah a relaté les paroles d'Ibrahim, ‘alayhi sallam, lorsqu’il a dit à son
peuple : « Que dites-vous de ce que vous adoriez ... ? Vous et vos
vieux ancêtres ? Ils sont tous pour moi des ennemis sauf le
Seigneur de l'Univers » (Sourate 26 - versets 75-77)

4. Détester le Tâghoût, ceux qui l’adorent, ou l’aident dans la


mécréance

Allah a dit : « Certes, vous avez eu un bel exemple (à suivre) en


Ibrahim et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur
peuple : « Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en
dehors d'Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l'inimitié et
la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en
Allah, Seul » » (Sourate 60 - verset 4)

5. Appliquer le takfir sur le Tâghoût, ceux qui l’adorent, ou


l’aident dans la mécréance

Il s’agît ici de la conviction que le Tâghoût, ceux qui l’adorent, l’aident et


le secourent dans la mécréance, ou encore se tiennent à ses côtés contre
les monothéistes, sont tous des mécréants, car ils n’ont pas réalisé le
fondement de l’Islam. C’est ce que l’on voit chez ceux qui le placent en
tant que législateur en dehors d’Allah par le biais du vote, ceux qui lui
demandent jugement lors des litiges, ceux qui l’aident et le soutiennent
dans la mécréance moralement, financièrement, avec la parole, ou avec
les actes, en entrant dans sa police et armée pour être de bons et fidèles
serviteurs, défenseurs et soldats de la mécréance, et ceci même si il faut
combattre les musulmans.

Allah a dit : « Allah est Le Maître des croyants, Il les fait sortir des
ténèbres vers la lumière. Quant aux mécréants, leurs maîtres sont
les Tâwaghît qui les font sortir de la lumière vers les ténèbres.
Ceux-là sont les gens du Feu, où ils resteront pour toujours »
(Sourate 2 - verset 257)

Allah a dit : « Les croyants combattent dans le sentier d’Allah, et


ceux qui ne croient pas combattent dans le sentier du Tâghoût. Et
bien, combattez les alliés du Diable, car la ruse du Diable est,
certes, faible » (Sourate 4 - verset 76)

Il ne fait aucun doute que le pire des combattants du Tâghoût est le


pseudo-savant, celui qui donne les fatawas pour embellir sa mécréance
aux yeux des gens, celui qui donne la permission de l’aider et le secourir
dans la mécréance, ou encore celui qui autorise à combattre les
monothéistes aux côtés des mécréants.

Allah a dit : « Et quand ils se disputeront dans le Feu, les faibles


diront à ceux qui s’enflaient d’orgueil : « Nous vous avions suivis ;
pourriez-vous nous préserver d’une partie du Feu ? » » (Sourate 40 -
verset 47)

Allah a dit : « Quand les meneurs désavoueront les suiveurs à la vue


du châtiment, les liens entre eux seront bien brisés ! Et les
suiveurs diront: « Ah ! Si un retour nous était possible ! Alors
nous les désavouerions comme ils nous ont désavoués ! » - Ainsi
Allah leur montra leurs actions ; source de remords pour eux ;
mais ils ne pourront pas sortir du Feu » (Sourate 2 - versets 166, 167)
Le fondement du désaveu du Tâghoût se situe dans le coeur

Le fondement du désaveu du Tâghoût se situe dans le cœur. Sans


l’inimitié, la haine et le takfir du Tâghoût dans le cœur, l’Islam d’une
personne ne sera pas valable.

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Que


celui d’entre vous qui voit un mal le change de sa main, s’il ne le
peut alors de sa langue, et s’il ne le peut alors de son coeur, et
ceci est le plus faible niveau de la foi »

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Il n’y a


aucun Prophète envoyé par Allah avant moi sans qu’il n’ait eu
d’apôtres et de compagnons qui prennent de sa Sounna et suivent
ses ordres. C’est après que viennent des détracteurs qui disent ce
qu’ils ne font pas et font ce qu’on ne leur a pas demandé. Celui
qui les combat de sa main est croyant, celui qui les combat de sa
langue est croyant, celui qui les combat de son cœur est croyant,
et il n’y a pas un atome de foi sans cela »

Par contre, en ce qui concerne la manifestation par la parole et l’acte, de


l’inimitié, de la haine, ou du takfir, ceci ne fait pas partie du fondement de
l’Islam, et celui qui délaisse cette manifestation, alors qu’il en a la
capacité, aura commis un pêché, et non pas la mécréance.

Allah a dit : « Dis : « Ô vous les mécréants, je n’adore pas ce que


vous adorez … » »

Allah a dit : « Et lorsqu’Ibrahim dit à son père et à son peuple : « Je


désavoue ce que vous adorez … » »

Dans ces versets nous voyons le désaveu par la langue, et il est clair que
le plus grand degré du désaveu est le combat. Le Compagnon Mou’adh
‘ibn Djabal, qu’Allah soit satisfait de lui, cassait les statues avec un groupe
de jeunes Compagnons dès qu’il a accepté l’Islam. Ces jeunes
Compagnons cassaient les Tâwaghît même en état de faiblesse, et ne se
contentaient pas de le faire en cachette, mais le faisaient aussi en public.
C’est cela la véritable peur uniquement d’Allah, et la véritable confiance
uniquement en Allah !

Quant au fait de quitter la terre du Tâghoût, celui qui ne le fait pas, mais
en a la possibilité, il sera capable d’un pêché selon le consensus des
savants.

Allah a dit : « Ceux qui ont fait du tort à eux-mêmes, les Anges
enlèveront leurs âmes en disant : « Où en étiez-vous ? » (à propos
de votre Religion) - « Nous étions impuissants sur terre » - dirent-
ils. Alors les Anges diront : « La terre d’Allah n’était-elle pas assez
vaste pour vous permettre d’émigrer ? » - Voilà bien ceux dont le
refuge est l’Enfer. Et quelle mauvaise destination ! » (Sourate 4 -
verset 97)

Allah a dit : « Ceux qui ont cru, émigré et lutté de leurs biens et de
leurs personnes dans le sentier d’Allah, ainsi que ceux qui leur
ont donné refuge et secours, ceux-là sont alliés les uns des
autres. Quant à ceux qui ont cru et n’ont pas émigré, vous ne
serez pas liés à eux, jusqu’à ce qu’ils émigrent » (Sourate 8 - verset
72)

Par contre, celui quoi n’est pas capable de quitter sa terre, pour cause
d’impuissance quelconque, comme par exemple parce qu’il n’existe aucun
Etat Islamique, comme c’est le cas aujourd’hui, Allah a dit : « A
l’exception des impuissants ; hommes, femmes et enfants,
incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie »
(Sourate 4 - versets 97, 98) Ceux-là, ainsi que ceux qui sont dans
l'incapacité de manifester le désaveu du Tâghoût, sont pardonnés.

Cependant, lorsqu’il n’y a aucun Etat Islamique, un musulman a le droit de


vivre dans la terre de mécréance où il peut manifester sa Religion, c’est-à-
dire manifester le Tawhid. Il y a même des savants qui ont dit qu’une telle
personne n’est pas obligée de quitter la terre de mécréance, même si il
existe un Etat Islamique. Mais, ils sont unanimes que celui qui délaisse
l'obligation de quitter une terre dans laquelle il ne peut pas manifester le
Tawhid, est dans le pêché, à condition d'avoir la possibilité de quitter cette
terre, bien sûr.

Abdallah ‘ibn Abd ar-Rahman abou Battîn, qu’Allah lui fasse Miséricorde, a
dit :

« Quant à ce que j’ai mentionné concernant celui qui, vivant parmi les
polythéistes, est capable de manifester son monothéisme, ce qui signifie ;
qu’il soit capable de déclarer de sa langue que ce que ces gens font
auprès des tombes etc … est du Chirk, un égarement, et un mensonge, et
qu’il puisse dire : « Je me suis innocenté de ce que vous faites, je le
désavoue » - Celui qui se trouve dans ce cas, il ne lui est pas obligatoire
de s’exiler. Quant à celui qui n’est pas capable de manifester ce que nous
venons de dire, alors s’il ne s’exile pas, il aura délaissé une obligation,
même si dans son cœur il a conviction de la fausseté de cela, et que c’est
un grand Chirk. Mais il ne devient pas mécréant pour cela »

On voit clairement ici que le fondement du désaveu se situe dans le cœur.

La réalité du Tâghoût et la manière de mécroire en lui


Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit:

« Sache, qu’Allah te fasse Miséricorde, que la première chose qu’Allah a


ordonné aux fils d’Adam est de mécroire au Tâghoût, et d’avoir Foi en
Allah. Ceci nous est indiqué par la parole d’Allah : « Nous avons envoyé
à chaque communauté un Messager pour dire : « Adorez Allah et
écartez-vous du Tâghoût » (Sourate 16 verset 36)

Quant à la façon de mécroire au Tâghoût, c’est :

1) De croire en la nullité de l’adoration d’un autre qu’Allah


2) De la délaisser
3) De la détester
4) De déclarer mécréant celui qui la pratique
5) De prendre pour ennemi ses adeptes

Quant à la façon d’avoir Foi en Allah, c’est :

Que tu crois qu’Allah est la Seule et Unique Divinité qu’il faut adorer, en
excluant tout autre chose, en ne vouant toute sorte d’adoration qu’à Allah,
et en rejetant toute adoration vouée à un autre qu’Allah. C’est aussi le fait
d’aimer ceux qui ne vouent leur adoration qu’à Allah et de les prendre
pour alliés, et de détester les gens du polythéisme, et de les considérer
comme ennemis. Et c’est cela la Religion d’Ibrahim ; toute personne qui
s’en éloigne a rabaissé son âme, et c’est cela l’exemple qu’Allah nous a
demandé de suivre quand Il dit : « Certes, vous avez eu un bel
exemple (à suivre) en Ibrahim et en ceux qui étaient avec lui,
quand ils dirent à leur peuple: « Nous vous désavouons, vous et
ce que vous adorez en dehors d'Allah. Nous mécroyons en vous,
désormais entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais
déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, Seul » » (Sourate 60
- verset 4)

Et le Tâghoût est un mot qui englobe tout ce qui accepte de se faire


adorer en dehors d’Allah, que ce soit un objet d’adoration, un être que l’on
suit ou à qui on obéit (1) dans la désobéissance d’Allah et de Son
Messager, est un Tâghoût. Et les Tawâghît sont nombreux, mais il y en a 5
principaux :

1) Satan, qui appelle les gens à adorer un autre qu’Allah, la preuve de cela
est dans le verset : « Ne vous ai-Je pas engagé, enfants d'Adam, à
ne pas adorer le Diable? Car il est vraiment pour vous un ennemi
déclaré » (Sourate 36 - verset 60)

2) Le gouverneur transgresseur qui change les Lois d’Allah, la preuve de


cela est le verset : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce
qu'on a fait descendre vers toi [prophète] et à ce qu'on a fait
descendre avant toi? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût,
alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire.
Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l'égarement »
(Sourate 4 - verset 60)

3) Celui qui gouverne par une autre loi que Celle qu’Allah a révélée, la
preuve de cela est le verset : « Et ceux qui ne gouvernent pas d'après
ce qu'Allah a fait descendre sont les mécréants » (Sourate 5 - verset
44)

4) Celui qui prétend connaître l’invisible, et la preuve de cela est le


verset : « (C'est Lui) qui connaît le mystère. Il ne dévoile Son
mystère à personne, sauf à celui qu'Il agrée comme Messager et
qu'Il fait précéder et suivre de gardiens vigilants » (Sourate 72 -
verset 26, 27) Et Allah dit aussi : « C’est Lui qui détient les clefs de
l’invisible. Nul autre que Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est
dans la terre ferme comme dans la mer. Et pas une feuille ne
tombe qu’Il ne le sache. Et pas une graine dans les ténèbres de la
terre, rien de frais ou de sec qui ne soit enregistré dans un Livre
explicite » (Sourate 6 - verset 59)

5) Celui qui est adoré en dehors d’Allah tout en étant satisfait de cette
adoration, et la preuve réside dans la parole d’Allah : « Et quiconque
d'entre eux dirait: “Je suis une divinité en dehors de Lui”. Nous le
rétribuerons de l'Enfer. C'est ainsi que Nous rétribuons les
injustes » (Sourate 21 - verset 29)

Et sache, que l’homme ne sera pas croyant en Allah tant qu’il n’aura pas
mécru au Tâghoût. La preuve de cela est la parole d’Allah : « La guidée
et la déviation se sont clairement dissocié. Dès lors, quiconque
mécroit au Tâghoût et croit en Allah, il s’est certes accroché à
l’anse ferme et inébranlable, et Allah Entend tout et Sait
parfaitement toute chose » (Sourate 2 - verset 256)

La guidée, c’est la Religion de Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam.


La déviation, c’est la religion d’Abou Djahl (maudit soit-il). L’anse ferme et
inébranlable, c’est le témoignage qu’il n’y a de divinité qu’Allah, qui
comporte une négation ( « aucune divinité » ) et une affirmation ( « à part
Allah » )

La négation est le reniement de tout ce qui est adoré en dehors d’Allah, et


l’affirmation est l’attestation que toutes les formes d’adoration doivent
être que pour Allah, uniquement, sans associé. Et la louange est à Allah,
par le bienfait duquel les bonnes choses prennent fin »

(Source : Madjmou at-Tawhid an-Nadjdiyyah, volume 1/page 14)

(1) Il s’agît de l’obéissance dans la mécréance.

Le désaveu du Tâghoût est une condition de l'Islam


Allah a dit : « N’as-tu pas vu ceux qui prétendent croire en ce qui
t’a été révélé, et ce qui fut révélé avant toi ; ils veulent prendre le
Tâghoût pour juge, alors qu’on leur a ordonné de le désavouer.
Mais Satan veut les égarer très loin dans l’égarement » (Sourate 4 -
verset 60)

Mouhammad al-Amîn ach-Chanquiti, rahimahoullah, a dit sur ce verset :

« Le désaveu du Tâghoût, qu’Allah a clairement ordonné dans ce verset,


est une condition de la foi, comme l’expose Allah dans Sa parole : «
Quiconque mécroit au Tâghoût et croit en Allah a saisi l’anse la
plus solide ... » - Ce verset sous-entend que celui qui ne désavoue pas le
Tâghoût n’a pas saisi l’anse la plus solide, or celui qui ne la saisit pas, sera
dans le fond de l’abîme avec les perdants »

(Source : Adhwa al-Bayyân, 7/50)

L'Islam n'est pas valable sans le takfir des Tâwaghît

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Ces Tâwaghît, envers lesquelles les gens considèrent qu'il est obligatoire
de leur obéir en dehors d'Allah (1) sont tous des mécréants apostats, et
comment en serait-il autrement alors qu'ils rendent licite ce qu'Allah a
interdit, et interdisent ce qu'Il a permis, et sèment le désordre sur terre
avec leurs paroles et actes. Quiconque polémique en leur faveur, ou
désapprouve celui qui les taxe de mécréants, ou prétend que de tels actes
ne font pas sortir son auteur de l'Islam, le minimum que l'on puisse dire
d'une telle personne, c'est qu'il est un pervers, je dirais meme : L'Islam ne
peut être valable sans le désaveu et le takfir de ces gens-là … »

(Source : Rassaîl Chakhssiyyah, page 188)

(1) Obéir en dehors d’Allah veut dire ; obéir dans la mécréance, ou


encore obéir dans quoi que ce soit indépendamment de l'obéissance
à Allah, en prenant une personne, ou un système comme étant la
source d'obéissance.

Celui qui ignore la situation d'un Tâghoût inévitablement connu n'est pas
excusé

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, répondant à ceux qui


affirment qu’ils ne connaissent pas la situation des Tâwaghît connus de la
masse des gens, a dit :

« Et si il disait : « Nous ne les avons pas vu faire cela ! » - Nous leur disons
: « N’est-ce pas que tu n’as pas non-plus vu Pharaon et Hamân commettre
la mécréance, ni de même Abou Djahl, ou Abou Lahab ? Et que tu n’as pas
vu l’injustice de Hadjdjadj, ni ceux qui frappaient l’Imam Ahmad ?
Pourtant, tu témoignes tout cela ?! » - Si il dit : « Ceci est inévitablement
connu » - Nous disons que la mécréance de ces Tâwaghît est aussi
inévitablement connue parmi les gens (1). Et maintenant ils sont adorés et
appellent les gens à cela »

(Source: Histoire de Nadjd, page 420)

(1) Celui qui prétend ne pas connaître une chose inévitablement


connue, il n’a aucune excuse, qu’il s’agisse d’une obligation, d’une
interdiction, ou encore de la situation d’une personne.

Le conseil de Mouhammad 'ibn 'Abd al-Wahhab

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Allah, Allah, mes frères accrochez-vous à la base de votre Religion, son


commencement et sa fin, son fondement et son sommet, qui est la
Chahada "La ilaha illa Allah" et apprenez sa signification et aimez-la,
aimez ses adeptes et soyez frères avec eux, même s'ils vous sont
lointains, et mécroyez aux Tâwaghît, prenez-les pour ennemis, détestez-
les, et détestez ceux qui les aiment, polémiquent à leur sujet, ou ne les
excommunient pas, ou disent : « Allah, ne m'a pas chargé d'eux » - car en
disant cela, ils mentent sur Allah. Allah, les a chargés d'eux en leur
ordonnant de les renier, de les désavouer, même s'il s'agissait de leurs
frères ou de leurs enfants. Allah, Allah, accrochez-vous à ça, peut-être
rencontrerez-vous votre Seigneur sans rien Lui associer. Ô Allah, nous te
demandons de nous faire mourir musulmans et de nous faire rejoindre les
gens pieux »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/119-120)

Le désaveu du Tâghoût n'est pas valable sans son takfir

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« La signification du désaveu du Tâghoût est que tu te désavoues de ce


qui est adoré en dehors d'Allah, que cela soit un Djinn, un homme, un
arbre, une pierre, ou quoi que ce soit d'autre. Que tu témoignes de sa
mécréance et de son égarement, que tu le haïsses, même si il est ton père
ou ton frère. Quant à celui qui dirait : « Moi je n'adore qu'Allah, mais sans
m'opposer aux mausolées, ni aux coupoles érigées au dessus des
tombaux … » - c’est un menteur lorsqu'il dit la ilaha illa Allah, il n'a ni cru
en Allah ni désavoué le Tâghoût »

(Source : Fatawas des savants de Nadjd)

LA FOI EN ALLAH

L'Existence d'Allah

Allah a dit : « Quiconque mécroit au Tâghoût, tandis qu'il croit en


Allah, saisit l'anse la plus solide, qui ne peut se briser » (Sourate 2 -
verset 256)

La Foi en Allah est le deuxième pilier du Tawhid, et ce pilier comprend


notamment la Foi en l’Existence d’Allah.

L’humanité se divise en quatre groupes :

• Ceux qui croient qu’Allah est le Créateur de l’Univers.


• Ceux qui pensent que l’Univers s’est crée lui-même.
• Ceux qui pensent que l’Univers est apparu par hasard.
• Ceux qui pensent que la nature est à l’origine de la création.

Toute personne raisonnable confirme que la création ou les créatures


nécessitent un Créateur qui leur a donné la vie. En effet, il est impossible
qu’elles se soient donné vie elles-mêmes. Avant qu’elles n’existent elle
n’étaient que néant, alors comment pourraient-elles êtres créatrices ?

Allah a dit : « Ont-ils été créés à partir de rien ou sont-ils les


créateurs ? Ont-ils créé les cieux et la terre ? Mais ils n’ont plutôt
aucune conviction » (Sourate 52 - versets 35, 36)

Allah a dit : « Il est le Créateur des cieux et de la terre à partir du


néant ! Lorsqu'Il décide une chose, Il dit seulement : « Sois » - et
elle est aussitôt » (Sourate 2 – verset 117)

L'Imam Abou Hanifa, rahimahoullah, menait un combat avec ceux qui ne


croyaient qu'à la force du temps, les matérialistes. Un jour qu'il était assis
dans la mosquée, voilà qu'un groupe de ces gens l'entoura avec des
sabres pour l'assassiner.

Il leur dit : « Répondez d'abord à l'une de mes questions puis faites de moi
ce que vous voulez »

Ils lui demandèrent : « Quelle est ta question ?»


Il leur dit : « Que diriez-vous de quelqu'un qui vous dirait : « J'ai vu un
navire lourdement chargé de marchandises et entouré en pleine mer par
des vagues déchaînées et des vents de toutes sortes. Ce navire
poursuivait pourtant en toute quiétude son chemin à travers les flots sans
capitaine pour le diriger, ni pilote pour rectifier sa marche » - Est-ce que
l'esprit peut accepter une telle affirmation ?»

Ils répondirent : « C'est une chose inconcevable »

Abou Hanifa, rahimahoullah, leur dit : « Gloire et pureté à Allah ! Si l'esprit


n'admet pas qu'un navire avance en toute quiétude dans la mer sans
pilote ni capitaine, comment peut-il admettre que ce monde se maintienne
sans Créateur malgré la diversité de ses états, l'étendue de ses limites et
la disparité de ses contrées ?»

Ils fondirent en larme et lui dirent : « Tu as vraiment raison » - Ils remirent


leurs sabres dans leurs fourreaux et revinrent à Allah repentants.

La création ne peut non plus être apparue par hasard. En effet, rien ne se
fait tout seul, et tout événement est nécessairement dû à une cause.

Allah est le Créateur des événements et des causes, Il est le Créateur et


tout le reste est création.

Toutes les créatures vivent selon une organisation magnifique et une


parfaite cohésion entre les causes et les effets. Or, une chose apparue par
hasard n’est pas organisée à l’origine de son existence, alors comment le
serait-elle durant son existence et son évolution ?

Quant à ceux qui pensent que la nature est à l’origine de la création, nous
leur demandons : « Comment se fait-il que cette nature ait créé des êtres
doués de raison, de volonté, et un Univers parfaitement ordonné alors que
nous, humains, qui avons reçu l'intelligence et la volonté sommes
incapables de créer ne serait-ce qu'une fourmi ?

Personne n'a jamais vu un morceau de fer devenir une voiture sans


intervention humaine. Il a fallu un homme doué d'intelligence et de
volonté pour travailler le métal, prendre des mesures précises, assembler
les divers éléments, pour construire cette voiture.

Si nous abandonnons cette voiture dans la nature, elle ne deviendra


jamais un chameau, même après des milliers d’années. Elle se rouillera et
sera rongée par l’humidité. La matière ne crée rien.
Que dire de cet Univers qui avec ses étoiles, son Soleil, ses planètes,
fonctionne selon un calcul précis ?

L'ordre parfait qui règne dans l'Univers est la preuve qu'il n'y a qu'un Seul
Dieu, le Créateur des cieux et de la Terre.
Allah a dit : « S’il y avait dans le ciel et la terre des divinités autres
qu’Allah, tous deux seraient certes dans le désordre. Gloire donc
à Allah, Maître du Trône ; bien au-dessus des fictions qu'ils Lui
attribuent » (Sourate 21 – verset 22)

Notre propre existence est une preuve de l’existence du Créateur. En


effet, nul ne doute qu’auparavant nous étions rien.

Allah a dit : « S'est-il écoulé pour l'homme un laps de temps durant


lequel il n'était même pas une chose mentionnable ? En effet,
nous avons crée l'homme d'une goutte de sperme mélangée (aux
composantes diverses) pour le mettre à l'épreuve » (Sourate 76 -
versets 1, 2)

Allah nous informe que cette vie est une épreuve. Après l’épreuve il y a la
mort. Après la mort il y a le Jugement. Et après le Jugement il y a la
rétribution.

Nous demandons à ceux qui refusent de croire en Allah car il y a beaucoup


de mal sur la terre : « Est-ce qu’on obtient une simple place d’emploi sans
une épreuve au préalable ? »

Allah a dit : « La corruption est apparue sur la terre et dans la mer


à cause de ce que les gens ont accompli de leurs propres mains ;
afin qu'Allah leur fasse goûter une partie de ce qu'ils ont œuvré ;
peut-être reviendront-ils vers Allah » (Sourate 30 – verset 41)

Allah a dit : « La Demeure de l'au-delà est assurément la vraie vie.


S'ils savaient ! » (Sourate 29 – verset 64))

Allah a dit : « Nous avons, certes, créé l' homme pour une vie de
lutte » (Sourate 90 – verset 4)

Allah a dit : « Les hommes pensent-ils qu'ils seront laissés à dire :


« Nous avons foi » - et qu'ils ne seront pas mis à l'épreuve ?
Certes, Nous avons éprouvé ceux qui étaient avant eux. (Ainsi)
Allah connait ceux qui disent la vérité, et ceux qui mentent »
(Sourate 29 – versets 2, 3)

Allah a dit : « Aviez-vous pensé que vous entrerez au Paradis alors


que ne vous est pas encore venu chose semblable à (ce qui est
venu aux) gens qui sont passés avant vous ? Le malheur et la
difficulté les ont touchés, et ils ont été secoués, jusqu'à ce que le
Messager et ceux qui avaient apporté Foi avec lui aient dit :
« Quand viendra l'aide d’Allah ? » - Ecoutez : Vraiment l'aide
d’Allah est proche » (Sourate 2 – verset 214)

Allah a dit : « Nous vous éprouverons assurément par quelque


crainte, faim et diminution des biens, des personnes et des fruits.
Et donne la bonne nouvelle à ceux qui sont patients, qui disent,
lorsqu'un malheur les atteint : « Certes, nous sommes à Allah et à
Lui nous retournerons » - Sur ceux-là sont les bénédictions venant
de leur Seigneur ainsi qu'une miséricorde. Et ceux-là sont les
bien-guidés » (Sourate 2 – versets 155-157)

De plus, le Livre révélé par Allah, le Coran, renferme plusieurs miracles et


vérités que la science est venue confirmer par la suite.

Allah a dit : « Les mécréants ne voient-ils pas que les cieux et la


terre formaient à l'origine une masse soudée et compacte ? Nous
les avons ensuite séparés, et de l'eau Nous avons fait provenir
toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas ? » (Sourate 21 – verset
30)

Allah a dit : « Le ciel Nous l'avons construit par Notre Puissance : Et


Nous l'étendons constamment dans l'immensité » (Sourate 51 –
verset 47)

L’expension de l’Univers est aujourd’hui réalité, et non une simple théorie.

Personne, avant la découverte de l'Amérique par Christophe Colombe, il y


a cinq siècles, ne savait que le soleil disparaissait à l'horizon et
apparaissait sur l'autre moitié de la terre.

Pourtant, Allah nous informe il y a 15 siècles : « Seigneur des deux


Levants et Seigneur des deux Couchants » (Sourate 55 – verset 17)

Allah a dit : « Par le ciel aux voies parfaitement tracées ! » (Sourate


51 – verset 7)

Allah a dit : « Et c'est Lui qui a créé la nuit et le jour, le Soleil et la


Lune, chacun voguant dans une orbite » (Sourate 21 – verset 33)

Allah a dit : « Et Nous avons fait du ciel un toit protégé … » (Sourate


21 – verset 32)

L’atmosphère de la Terre protège cette dernière contre les effets


destructifs de l'espace, comme c’est le cas des météores. Ce n'est
cependant pas son unique caractéristique. Soulignons aussi la
température de -273°C de l'espace extra-atmosphérique appelée "le zéro
absolu", qui aurait un effet dévastateur sur les populations si l'atmosphère
n'augmentait pas en permanence les températures de la Terre. De plus,
l'atmosphère ne laisse passer que les rayons inoffensifs.

Allah a dit : « Il a créé les cieux et la terre en toute vérité. Il enroule


la nuit sur le jour et enroule le jour sur la nuit » (Sourate 39 - verset
5)
L'information apportée dans ce verset concerne la forme du monde. En
effet, la situation décrite dans le verset ne peut être vraie que si la Terre
est ronde.

L'astronomie en ce temps-là, décrivait pourtant la Terre différemment. À


cette époque, on pensait que le monde était plat et par conséquent tous
les calculs et toutes les explications scientifiques étaient basées sur cette
croyance.

Comment ces vérités scientifiques dont la découverte est toute récente


auraient-elles pu au septième siècle, dans le désert d'Arabie, être connues
par le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, si ce n'est par
une Révélation du Créateur de l'Univers ?

De plus, ceci n’est qu’un petit extrait des miracles du Coran.

Espérons que cet article sera une cause pour augmenter la convictions des
uns, et donner la conviction aux autres, même si la disposition naturelle
suffit pour confirmer que toute création a besoin d’un créateur.

Allah a dit : « Nous leur montrons nos signes dans tous les
horizons, tout comme dans leurs propres personnes jusqu'à ce
qu'il leur devienne évident que c'est la vérité » (Sourate 41 – verset
53)

La définition d'al-Ilah

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit :

« Cheikh al-Islam a dit : « Al-Ilah (1) est Celui qui est adoré et obéi. Al-Ilah
est Celui qui est adoré, et Celui qui est adoré est Celui qui mérite
l’adoration. Étant donné qu’Il mérite l’adoration, Il possède les Attributs
qui impliquent à ce qu’Il soit Celui qui est aimé d’un amour complet, et
Celui à qui on se soumet complètement »

« Il a dit : « Al-Ilah est Celui qui est aimé et Celui à qui l’on se soumet, Il
est Celui que les cœurs adorent avec amour et Celui à qui ils se
soumettent et obéissent, Il est Celui dont les cœurs ont peur et Celui dont
les cœurs espèrent, Il est Celui vers qui les cœurs s’approchent dans les
difficultés … »

(Source : Fath al-Madjid, page 41)

(1) Dieu.

LE CHIRK

Le Chirk est le plus grand des péchés et Allah ne le pardonnera à personne

Le Chirk est le fait de donner un associé à Allah que ce soit dans Son Être,
dans Ses Qualités, dans Sa Seigneurie, dans Son adoration, ou encore
dans Ses Attributs de perfection. De ce fait, le Chirk est le contraire du
Tawhid, tout comme la mécréance est le contraire de la croyance, les
deux sont les opposés l’un de l’autre, et ne peuvent coexister. En effet, le
Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « La
mécréance et la foi ne se réuniront jamais dans le cœur d’un
serviteur » (Rapporté par an-Nassaï dans Sahih al-Djami, 2678)

Abd ar-Rahman ibn Hassan, rahimahoullah, a dit : « … celui qui commet le


Chirk a délaissé le Tawhid, ceci parce que les deux sont l’opposé l’un de
l’autre et ne peuvent coexister. De ce fait, à chaque fois que le Chirk
apparait, le Tawhid disparait » (Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/204)

Allah a dit : « Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne


quelque associe. A part cela, il pardonne a qui il veut mais
quiconque donne à Allah quelque associé commet un énorme
péché » (Sourate 4 - verset 48)

Allah a dit : « Quiconque associe a Allah (d'autres divinités) Allah


lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les
injustes, pas de secoureurs ! » (Sourate 5 – verset 72)

Mouhammad ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Le deuxième sujet concerne ce qu'Allah a rappelé à propos de ce qu’Il va


faire le Jour du Jugement, ce qui va se dérouler ne peut être imaginé.
Comme Il a dit que les sept cieux et les sept terres sont dans la Main
d’Allah comme un grain dans la main de quelqu’un parmi vous. Comment
avec cette grandeur peut-on oser mettre Allah à pied d’égalité avec une
créature ne pouvant faire ni bien ni mal ? Ceci est la plus injuste des
injustices et la plus détestable des ignorances comme a dit le serviteur
pieux à son fils : « Et lorsque Louqmân dit à son fils tout en
l'exhortant : « Ô mon fils, ne donne pas d'associé à Allah, car
l'association à (Allah) est vraiment une injustice énorme » »
(Sourate 31 - verset 13)

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit dans Madjmou al-Fatawa, volume 1,


page 88 :

« Sache, qu’Allah te fasse Miséricorde, que le pire des péchés par lequel
on désobéit à Allah, c’est en Lui donnant un associé. Allah a dit : « Certes,
Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne un associé, et Il pardonne
ce qui est autre que cela à qui Il veut » - Dans les deux recueils
authentiques il fut rapporté que le Prophète Mouhammad, sallallahou
‘alayhi wa sallam, fut interrogé au sujet du pire des péchés, et il a dit : «
Que tu donne un égal à Allah alors qu’Il t’a créé » ... celui qui place
une créature à l’égal d’Allah dans ce qui n’appartient qu’à Allah, dans la
Divinité ou la Seigneurie, il est mécréant à l’unanimité de la communauté
musulmane »

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :


« La Grandeur et l'Immensité d'Allah sont tels que le cerveau humain ne
peut les comprendre. Allah a dit : « Allah retient les cieux et la terre
pour qu'ils ne s'affaissent pas. Et s'ils s'affaissaient, nul autre
après Lui ne pourra les retenir. Il est Indulgent et Pardonneur »
(Sourate 35 – verset 41)

Ceci n'est qu'une proportion de la grandeur d'Allah, mais des gens qui
n'ont aucun pouvoir sur le bon ou le mauvais, arrivent et sont placé par les
hommes au même niveau qu'Allah, et ceci est la plus grande forme
d'oppression et la plus mauvaise forme d'ignorance. Comme l'homme
pieux, Louqmân, a dit à son fils : « Ô mon fils, ne donne pas d'associé
à Allah, car l'association à Allah est vraiment une injustice
énorme » (Sourate 31 – verset 13)

(Source : Tarikh an-Nadjd, page 583)

Le Chirk dans le Jugement

Allah a dit : « Et Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour
qu’ils m’adorent » (Sourate 51 – verset 56)

Pour expliquer ce verset les gens de science ont dit : « Pour qu’ils
attestent de Mon Unicité ; Je leur donne des ordres et leur soumets des
interdits »

La création et le commandement n’appartiennent qu’à Allah. En effet, la


création et le commandement font partie de la Seigneurie d’Allah, et Allah
n’a pas d’associé dans la Seigneurie.

Allah a dit : « La création et le commandement n’appartiennent


qu’à Lui. Toute gloire à Allah, Seigneur de l’Univers » (Sourate 7 –
verset 54)

Allah a dit : « Et Il n’associe personne à Son commandement »


(Sourate 18 – verset 26)

Allah, le Créateur des cieux et de la terre nous informe que le


commandement n’appartient qu’à Lui, et qu’Il n’associe personne à Son
commandement. Ce commandement est aussi bien cosmique que
législatif.

Allah a dit : « Le Jugement n’appartient qu’à Allah. Il vous a


commandé de n’adorer que Lui. Telle est la Religion droite, mais
la plupart de gens ne savent pas » (Sourate 12 – verset 40)
Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Allah est
le Juge, et c’est à Lui qu’appartient le Jugement » (Hadith rapporté
par abou Dawoud, an-Nassaï, et Bayhaqi, qu’Allah leur fasse Miséricorde)

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « J’ai été


envoyé avec le sabre avant le Jugement Dernier, afin de mettre en
place les Lois de la Religion d’Allah, jusqu'à ce qu’Allah soit le
Seul adoré sur la Terre, Allah Celui qui n’a pas d’associé dans le
Jugement » (Hadith rapporté par l’Imam Ahmad)

Allah nous fait comprendre à travers ces différents versets que tout autre
jugement, législation, ou constitution, est un associé à Son Jugement.

De ce fait, nous pouvons affirmer sur base de ces textes que tout autre
jugement qui n’est pas issu du Coran et de la Sounna, ou encore n’est pas
basé sur l’obéissance à Allah, est un Tâghoût.

Allah a dit : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a


fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre
avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût, alors que
c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable
veut les égarer très loin, dans l'égarement » (Sourate 4 – verset 60)

Les gens de science ont dit que le Tâghoût dans ce verset désigne aussi
tout autre jugement que Celui d’Allah.

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, a dit:

« Le Tâghoût est tout objet de culte, tout modèle suivi ou obéi … Le


Tâghoût de chaque peuple est donc celui à qui ils demandent le jugement,
au lieu d’Allah et de Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam … »

Il n’y a pas de doute que tout autre jugement que Celui d’Allah a été mis
en place afin qu’il soit suivi, obéi, ou pris comme juge en dehors ou
indépendamment d’Allah.

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, nous informe que c’est bien cela un


Tâghoût, tout ce qui est suivi, obéi, ou adoré en dehors ou
indépendamment d’Allah. Or, l’adoration d’un autre qu’Allah se concrétise
par le Chirk dans l’Adoration, comme le fait de prendre pour juge le
Tâghoût.

Ce qui précède prouve que le Chirk dans le Jugement d’Allah existe, tout
comme c’est le cas du Chirk dans l’Adoration d’Allah.

Comment une personne qui légifère des lois, et ainsi se fait un associé à
Allah Celui qui n’associe personne à Sa Législation, peut-elle être
musulmane ?
Comment une personne qui met en place le Tâghoût, à savoir tout autre
jugement que Celui d’Allah, qui va être suivi, obéi, et pris pour juge lors
des litiges, peut-elle être musulmane ?

Comment une personne, comme le président de l’État, celui qui est à la


tête de ce système législatif, celui qui appelle les gens à suivre, obéir, et
prendre pour juge le Tâghoût, peut-il être musulman ?

Sa mécréance est la même que celle d’Iblis. En effet, il appelle les gens à
suivre le Tâghoût, à obéir au Tâghoût, à prendre pour juge le Tâghoût, à
se conformer au Tâghoût, à aimer le Tâghoût, et à mettre en place le
Tâghoût à travers les élections législatives.

Mouhammad Amine ach-Chanquiti, rahimahoullah, a dit sur l’explication


du verset 31 de la sourate at-Tawba : « Ils ont pris leurs rabbins et
leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs
en dehors d'Allah » :

« Or, l’association à Allah dans Son Jugement et l’association à Allah dans


Son Adoration indiquent tous deux une seule et même signification, et il
n’y a aucune différence entre les deux. En effet, celui qui suit un
règlement autre que le règlement d’Allah ou qu’Allah n’a pas légiféré, ou
une loi opposée à la Loi d’Allah qu’aurait mis en place un être humain, une
telle personne s’est détournée de la lumière céleste qu’Allah fit descendre
sur la langue de Son Messager, sallallahou ’alayhi wa sallam. Quiconque
agit de la sorte est exactement comme celui qui se prosterne pour une
statue ou adore une idole, il n’y a aucune différence entre les deux, de
quelque angle que ce soit. Ils sont une seule et même personne, car tout
deux sont idolâtres, associent à Allah. Celui-ci associe dans l’adoration et
celui-là dans le jugement. Or, l’association dans l’adoration et dans le
jugement sont une seule et même chose »

(Source, Tafsir Adwa al-Bayan, sourate at-Tawba, verset 31)

Cette parole confirme ce qui a été précédemment établi à travers le Coran


et la Sounna, à savoir qu’Allah est Unique dans le Jugement, tout comme Il
est Unique dans l’Adoration.

Mouhammad Amine ach-Chanquiti, rahimahoullah, nous informe que celui


qui donne un associé à Allah dans le Jugement est pareil à celui qui Lui
donne un associé à Allah dans l’Adoration en adorant une idole.

Celui qui met en place un autre jugement que Celui d’Allah, autrement dit
celui qui met en place un Tâghoût, est pareil à celui qui adore une idole.

Celui qui règle un litige avec un autre jugement que Celui d’Allah, aura
pris pour juge un autre qu’Allah et aura ainsi commis le Chirk dans le
Jugement. Il n’a y pas de différence entre une telle personne, et celle qui
adore une idole. En effet, les deux ont annulé le Tawhid en commettant le
Chirk. Le premier dans le Jugement, et le second dans l’Adoration.
Ce principe est confirmé par les anciens savants, et aucun musulman n’a
dit que celui qui commet le Chirk, qu’il soit dans le Jugement ou dans
l’Adoration, ne devient mécréant qu’après avoir rendu ce Chirk licite.

Mouhammad ’ibn Ibrahim, a dit :

« Et tu pourras dire, si une personne qui juge par une loi forgée disait: «
Mais j’ai la conviction que cette loi est fausse » - que ceci (cette
prétention) n’aurait aucun effet sur lui. Au contraire, il a cessé d’appliquer
la Loi Islamique, et c’est comme si une personne disait: « J’adore les
idoles, mais j’ai conviction que ces idoles sont fausses » »

(Source, Madjmou‘ al-Fatawa, 6/188,189)

Que dire de celui qui s’associe à Allah dans le Jugement en légiférant un


autre jugement qui sera suivi, obéi, et pris pour juge lors des litiges ?

Que dire de celui qui appelle les gens à suivre, obéir, et prendre pour juge
cet autre jugement, à savoir ce Tâghoût ?

Que dire de celui qui oblige les gens à suivre, obéir, et prendre pour juge
ce Tâghoût ?

Que dire de celui qui punit les monothéistes qui se désavouent du


Tâghoût, en refusant de le suivre, de lui obéir, et de le prendre pour
juge ?

Que dire de celui qui prend part à la mise en place de ce Tâghoût ?

Á notre époque beaucoup de gens prétendant appartenir à l’Islam ignorent


ce qu’est le Chirk dans le Jugement, ce qui les empêche à unifier Allah.

Le monothéiste est uniquement celui qui unifie Allah avec la science et


certitude.

Quiconque ignore le Tawhid ou son opposé qui est le Chirk, ne fait pas
partie de ceux qui unifient Allah, et n’est donc pas un musulman.

Quant à celui qui doute de sa mécréance, il pense qu’il est possible d’être
monothéiste tout en ignorant le Tawhid, ce qui prouve son ignorance du
Tawhid.

Il n’y a pas de doute qu’une telle personne est mécréante.

Allah a dit : « Il en est ainsi, car lorsqu’Allah était invoqué Seul


(sans associé), vous ne croyiez pas; et si on Lui donnait des
associés, alors vous croyiez. Le Jugement appartient à Allah, Le
Très-Haut, Le Très-Grand » (Sourate 40 - verset 12)
Allah a dit : « Et la plupart d'entre eux ne croient en Allah, qu'en lui
donnant des associés » (Sourate Youssouf, verset 106)

Allah a dit : « Ils ont certes pris les diables pour alliés, et ils
pensent être bien guidés … » (Sourate 7 - verset 30)

LA DEMANDE DE JUSTICE AU TAGHOUT

La demande de justice au Tâghoût annule le Tawhid

Allah a dit : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a


fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre
avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût, alors que
c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable
veut les égarer très loin, dans l'égarement » (Sourate 4 – verset 60)

Soulayman ‘ibn Abdallah, rahimahoullah, a dit dans son livre « Tayssir al-
Aziz al-Hamid » page 419 : « Dans ce verset, se trouve la preuve que
délaisser le jugement du Tâghoût, c’est-à-dire, jugement autre que le
Coran et la Sounna, fait partie des obligations de la Religion, et celui qui
demande justice au Tâghoût, n'est pas croyant, encore moins musulman »

Donc, le Tâghoût auquel Allah fait allusion dans ce verset est toute autre
législation que Celle d’Allah. Alors, comment une personne qui prend pour
juge le Tâghoût peut-elle prétendre mécroire en lui ?

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, après avoir cité le verset dans
lequel Allah dit : « Nulle contrainte en Religion ! Car le bon chemin
s'est distingué de l'égarement. Donc, quiconque mécroit au
Tâghoût, tandis qu'il croit en Allah, saisit l'anse la plus solide, qui
ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient » (Sourate 2 –
verset 256) – a dit :

« C’est ainsi que la demande de justice au Tâghoût est une croyance en


lui »

(Source : Fath al-Madjid, page 345)

Or, le musulman est celui qui mécroit au Tâghoût, et croit en Allah, car la
croyance au Tâghoût et la croyance en Allah ne pourront jamais se réunir
dans le cœur d’un musulman.

Il est établi dans la fitra (disposition naturelle) et dans les Textes, qu’Allah
est l’Unique Créateur et l’Unique Juge, Celui à qui appartient le Jugement
Dernier.

Allah a dit : « En vérité, la création et le commandement


n’appartiennent qu’à Lui. Béni soit Dieu, le Seigneur des
mondes ! » (Sourate 7 – verset 54)

Allah a lié dans ce verset la Création et le Jugement. On y voit qu’Allah est


l’Unique Créateur et Juge de l’Univers. En effet, le commandement dans ce
verset concerne aussi bien le commandement universel que le
commandement législatif.

Allah a dit : « Et quand ton Seigneur tira une descendance des reins
des fils d'Adam et les fit témoigner sur eux-mêmes: « Ne suis-Je
pas votre Seigneur? » Ils répondirent: « Mais si, nous en
témoignons... » - afin que vous ne disiez point, au Jour de la
Résurrection: « Vraiment, nous n'y avons pas fait attention », ou
que vous auriez dit (tout simplement): « Nos ancêtres autrefois
donnaient des associés à Allah, et nous sommes leurs
descendants, après eux. Vas-Tu nous détruire pour ce qu'ont fait
les imposteurs? ». Et c'est ainsi que Nous expliquons
intelligemment les signes. Peut- être reviendront-ils! » (Sourate 7,
versets 172-174)

Ce verset est une preuve que notre fitra (disposition naturelle) confirme
qu’il existe un Seigneur, Créateur de tout ce qui existe, et que ce Seigneur
est l’Unique Juge, Celui qui va nous juger pour ce qu’on aura accomplis.
Ainsi, il fait partie du l’Unicité de la Seigneurie d’Allah qu’Il est l’Unique
Créateur et l’Unique Juge. De ce fait, le droit de légiférer n’appartient qu’à
Lui, Sa Législation est Juste, et toute autre législation est injuste.

Allah a dit : « Le Jugement n’appartient qu’à Allah. Il vous a


commandé de n’adorer que Lui. Telle est la Religion droite; mais
la plupart de gens ne savent pas » (Sourate 12 - verset 40)
On voit clairement dans ce verset que le Jugement est un droit qui
appartient exclusivement à Allah, et Il n’associe aucune autre législation à
la Sienne, c’est pour cela que toute autre législation que la Sienne est
appelée un Tâghoût.

Allah a dit : « Et Il (Allah) n’associe personne à Son Jugement »


(Sourate 18 – verset 26)

Quiconque prend pour juge une personne qui légifère en dehors d’Allah,
ou encore une législation qui n’est pas Celle d’Allah, aura pris pour juge le
Tâghoût, et aura ainsi mécru en Allah et au Jour Dernier.

Allah a dit : « Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit,


renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au
Jour Dernier » (Sourate 4 – verset 59)

Allah a lié dans ce verset la croyance en Lui, et la croyance au Jour


Dernier.

Celui qui prend pour juge le Tâghoût, à savoir une autre législation que
Celle d’Allah, n’aura pas accompli le fondement du désaveu du Tâghoût
qui est le désaveu du Chirk. En effet, l’Unicité d’Allah dans la Seigneurie
(Tawhid ar-Rouboubiyyah) comporte le fait qu’Il soit l’Unique Seigneur,
Créateur, ou encore l'Unique Juge. De ce fait, quiconque prend pour juge
une autre législation que la Sienne, ou encore une personne qui légifère
des lois en dehors d’Allah, aura commis le Chirk dans l’Unicité d’Allah dans
l’Adoration (Tawhid al-Oulouhiyyah) qui exige que l’adoration soit vouée
qu’à Lui, l’Unique.

Il n'y a pas de doute que quiconque associe à Allah dans l'adoration est
pareil à celui qui Lui associe dans le Jugement.

Mouhammad Amîn ach-Chanquiti, rahimahoullah, a dit:

"L'association à Allah dans Son Jugement et l'association à Allah dans Son


Adoration indiquent tous les deux une seule et même signification, et il n'y
a aucune différence entre les deux"

(Source: Tafsir Adwa al-Bayyan, sourate at-Tawba, verset 31)

Ceci est clair pour toute personne qui a connaissance du Tawhid, et


qu’Allah a préservée de l’égarement lointain.

Allah a dit : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a


fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre
avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût, alors que
c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable
veut les égarer très loin, dans l'égarement » (Sourate 4 – verset 60)

Allah nous dit dans ce verset : « ... Mais le Diable veut les égarer très
loin, dans l'égarement »
Tous les versets qui parlent de l’égarement lointain, ou de l’égarement
profond, concernent en réalité le polythéisme, ou encore la mécréance qui
annule l’Islam.

Allah a dit : « Quiconque donne des associés à Allah s’égare, très


loin dans l’égarement » (Sourate 4 – verset 116)

Comment une personne peut-elle prétendre avoir désavoué le Tâghoût


alors qu’elle le prend pour juge et met tout en œuvre afin que ce Tâghoût
(législation mécréante) soit en sa faveur lors d’un litige en y engageant
des avocats représentants de la législation d’Iblis ?

Il est impossible qu’une telle personne connaisse le Tawhid, et il est donc


impossible qu’elle soit musulmane.

Soulayman ‘ibn Sahman, rahimahoullah, a dit:

« La parole d’Allah: « N’as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce


qu’on a fait descendre vers toi (prophète) et à ce qu’on a fait
descendre avant toi? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût,
alors que c’est en lui qu’on leur a commandé de ne pas croire.
Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l’égarement »
(Sourate 4 - verset 60) - prouve que celui qui prétend avoir Foi en Allah et
Son Messager, sallallahou ’alayhi wa sallam, mais prend un autre juge que
la Loi Islamique, c’est un menteur hypocrite, égaré du droit chemin,
comme Allah le dit: « Non! Par ton Seigneur! Ils ne seront pas
croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de
leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce
que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement (à ta
sentence) » (Sourate 4 - verset 65)

Si tu sais que demander le jugement du Tâghoût est une mécréance, et


bien Allah nous a annoncé dans Son Livre que la mécréance est plus grave
que le meurtre, Il dit: « La fitna est plus grave que le meurtre »
(Sourate 2 - verset 217) – Et : « La fitna est pire que le meurtre »
(Sourate 2 - verset 191)

Or, la fitna ici, c’est la mécréance. De ce fait, si tous les bédouins et les
villageois s’entretuaient jusqu’à disparaître, cela serait moins grave que si
on nommait un seul Tâghoût qui juge à l’encontre de la Loi de l’Islam,
qu’Allah a envoyé avec Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam. Si le
fait de demander son jugement est une mécréance, et que le litige est sur
une affaire mondaine, comment te serait-il alors permis de devenir
mécréant pour ça?

… Si tous tes biens mondains devaient disparaître, il ne te serait pas


permis de t’en référer au Tâghoût afin qu’il te juge pour ne pas les perdre,
et même si tu te trouvais dans une situation où on t’oblige de choisir
entre ; prendre le Tâghoût pour juge, ou perdre tes biens mondains, et
bien tu devras obligatoirement choisir de perdre tes biens, et il ne te sera
pas permis de prendre pour juge le Tâghoût »
(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, volume 10, pages 502 à 510)

Le Hadith qui prouve que la demande de justice est une adoration

Al-Boukhari et Mouslim, qu’Allah leur fasse Miséricorde, rapportent que le


Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, faisait cette
invocation lorsqu’il se levait pour prier la nuit : « Ô Allah, à Toi les
louanges, Tu es la Lumière des cieux, de la terre, et des créatures
qui s’y trouvent ; à Toi les louanges, Toi le Souverain des cieux,
de la terre, et des créatures qui s’y trouvent ; à Toi les louanges,
Toi La Vérité … Ta Promesse est une vérité, Tes Paroles sont une
vérité, Ta Rencontre est une vérité, Le Paradis est une vérité, Le
Feu est une vérité, L’Heure (Suprême) est une vérité, les
Prophètes sont une vérité, Mouhammad est une vérité … Ô Allah !
À Toi je me suis soumis, à Toi je m’en suis remis, et en Toi j’ai
cru ; à Toi je reviens, par Toi je me défends, et c’est Toi que je
prends pour Juge. Pardonnes-moi donc ce que j’ai commis, ce que
je commettrai, ce que j’ai gardé en secret, et ce que j’ai déclaré,
Toi qui avance et qui retarde. Hormis Toi, il n’y a pas de dieu »

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, a dit au sujet de ce Hadith :

« Il a cité le rapprochement vers Lui à travers Ses louanges et Son éloge,


Ses adorations, puis il Lui a demandé Son pardon »

(Source : Madaridj as-Salikin, 1/32)

Donc, Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, a cité trois choses dans cette


invocation :

• Le rapprochement vers Allah à travers Ses louanges et Son éloge.


• Les adorations pour Allah ; parmi elles ; le retour à Allah, la
confiance en Lui, et la demande de jugement.
• La demande du pardon.

Ce Hadith est une preuve claire que la demande de jugement est une
adoration. De ce fait, quiconque demande le jugement à autre que le
Coran et la Sounna, aura donné un égal à Allah dans l’Adoration.

Ceci est la compréhension des anciens savants, en passant par les Salafs
et les Khalafs. C’est la raison pour laquelle nous trouvons de nombreuses
paroles des anciens savants, qu’Allah leur fasse Miséricorde, que la
demande de justice à autre qu’Allah et Son Messager est du grand
polythéisme qui expulse son auteur de l’Islam, ou encore la foi au
Tâghoût.
Une fois qu’il t’est clairement établi que la demande de jugement à autre
qu’Allah et Son Messager est du grand polythéisme, il te sera clair que
quiconque commet un tel acte annule le Tawhid. La seule excuse
acceptable de sa part serait la contrainte.

Le Chirk annule le Tawhid, la foi au Tâghoût annule la Foi en Allah. Or, il


est établi dans le Livre d’Allah et dans la Sounna de Son Messager,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, que demander jugement à autre qu’Allah et
Son Messager est la foi au Tâghoût et le Chirk Akbar.

Alors comment il te serait possible de croire au Tâghoût, ou encore de


commettre du Chirk Akbar, en dehors du cas de la contrainte ?

Ceci t’aidera à comprendre la bêtise de ceux qui autorisent la foi au


Tâghoût et le Chirk Akbar dans un cas de nécessité, ou encore pour
récupérer un bien, ou encore parce qu’il n’y a pas d’État Islamique !

Quelle est la preuve que le Chirk Akbar est permis dans un cas de
nécessité ?

Quelle est la preuve que pour atteindre le but qui est de récupérer son
bien, il est permis d’utiliser le Chirk Akbar comme moyen ?

Quelle est la preuve que le Chirk Akbar est permis tout simplement parce
qu’il n’y a pas d’État Islamique ?

Ces gens ont une maladie dans le cœur, ils fuient ce qui est clairement
établi dans le Coran et la Sounna, pour permettre le Chirk Akbar en
argumentant avec quelques paroles ambigües de certains anciens savants
qui peuvent être interprétées de plusieurs manières.

Leur méthodologie consiste à imposer leur propre interprétation afin de


permettre le Chirk Akbar, ou encore afin de ne pas excommunier ceux qui
le permettent ou le font.

Cependant, s’ils délaissaient ces quelques paroles qui peuvent être


interprétées de plusieurs manières, et cherchaient ce qui est établi de
manière claire au sujet de la demande de jugement chez ces mêmes
savants, afin d’interpréter les propos ambigus dans le sens de ce qui est
établi de la manière claire dans leurs livres, ils verraient que ces savants
rendent mécréants non seulement ceux qui permettent la demande de
justice au Tâghoût, mais aussi ceux qui demandent la justice au Tâghoût,
ou ne les excommunient pas !

Que faire avec des cœurs malades qui délaissent le Livre d’Allah et la
Sounna pour les propos ambigus de certains savants, ou encore pour les
propos de contemporains ignorants, ou orgueilleux ?

Nous ne pouvons que demander à Allah de les guider …


La demande de justice au Tâghoût annule le fondement de l'Islam

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, a dit au sujet de la parole du Très-Haut : «


Non! Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps
qu'ils ne t'auront demandé de juger de leurs disputes et qu'ils
n'auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et
qu'ils se soumettent complètement (à ta sentence) » (Sourate an-
Nisa’, verset 65) :

« Allah a juré qu’ils ne seront pas croyants jusqu'à ce qu’ils prennent pour
juge Son Messager, sallallahou ’alayhi wa sallam, et jusqu’à ce que
l’angoisse se dissipe dans leur intérieur par rapport à son jugement, et
jusqu’à ce qu’ils se soumettent complètement à son jugement. Et ceci est
la vraie satisfaction de son jugement. Donc la demande de jugement se
situe au niveau de l’Islam, la dissipation d’angoisse, au niveau de l’Iman,
la soumission complète, au niveau de l’Ihsan »

(Source : Madaridj as-Salikin, 2/201)

Cette parole est la réponse à ceux qui disent que le verset en question ne
parle pas de la disparition de l’Islam, mais de la disparition du Iman, ou
encore du Ihsan. En effet, le cheikh, rahimahoullah, nous informe que la
demande de jugement au Tâghoût annule l’Islam, et c’est dans ce sens
qu’a été révélé le verset.

Quiconque cherche le jugement dans les lois abrogées est un mécréant à


l'unanimité des musulmans
Ibn Kathir, rahimahoullah, a dit :

« Quiconque abandonne la Loi claire révélée sur Mouhammad, fils de


‘Abdallah, le dernier des Prophètes, et cherche le jugement d’une autre loi
abrogée, il devient mécréant. Que dire de celui qui cherche le jugement
dans le Yassiq (loi de Gengis Khan) et le rend prioritaire ? Celui qui fait
cela est un mécréant et ceci à l’unanimité des musulmans »

(Source : al-Bidaya wan-Nihaya, 13/128)

Voici l’unanimité des musulmans que quiconque prend pour juge les lois
abrogées, comme c’est le cas des lois se trouvant dans la Thora ou de
l’Évangile, il devient un mécréant !

Alors que dire de celui qui prend pour juge les lois issues des passions des
mécréants, des pervers, et des injustes ?

Les malades du cœur qui aiment argumenter avec des ambiguïtés, disent
que le cheikh, rahimahoullah, a dit : ‘’Quiconque abandonne …’’ – et
l’abandon du Jugement d’Allah ne se réalise qu’avec la possibilité de se
référer au Jugement d’Allah, et étant donné qu’il n’y a pas d’État Islamique
l’abandon ne peut être réalisé car il n’y a pas de possibilité de se référer
au Jugement d’Allah. Donc, selon eux, celui qui prend pour juge le Tâghoût
n’a pas abandonné la Loi d’Allah.

Cette argumentation est diabolique, car il est établi que la demande de


justice au Tâghoût est la Foi au Tâghoût, ainsi que le grand polythéisme.
De ce fait, la Foi au Tâghoût, et le Chirk Akbar ne sont permis qu’en cas de
contrainte.

Quant au fait de ne pas pouvoir se référer au Jugement d’Allah, ceci n’est


pas une contrainte.

La contrainte c’est forcer quelqu’un à prononcer une parole ou commettre


un acte contre son gré. La personne contrainte n’a ni volonté, ni choix de
prononcer la parole ou commettre l’acte qui annule l’Islam.

Même si nous admettons que celui qui se réfère au Jugement du Diable,


parce qu’il n’a pas la possibilité de se référer au Jugement d’Allah, n’a pas
‘’envie’’ de prendre pour juge le Tâghoût, nous ne pourrons jamais
admettre qu’il n’a pas le choix.

Il a le choix ! Le choix de délaisser le Tawhid en commettant le Chirk, ou


bien récupérer son bien. Celui qui choisit de délaisser le Tawhid pour
récupérer un bien mondain, alors il aura préféré ici-bas que l’au-delà.

Allah a dit : « Il en est ainsi, parce qu'ils ont aimé la vie présente
plus que l'au-delà. Et Allah, vraiment, ne guide pas les gens
mécréants » (Sourate 16 - Verset 107)
Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit dans l’élucidation
des ambiguïtés à propos de ce verset :

« Il a déclaré que cette mécréance n’est pas due à une croyance, ni à


l’ignorance, ni à la haine vis-à-vis de la Religion, ni pour l’amour de la
mécréance, mais plutôt à cause d’un profit dans ce bas monde … »

Celui qui a le choix entre délaisser le Tawhid, et délaisser sa Ferrari, puis


choisit de délaisser le Tawhid pour ne pas perdre sa belle voiture, alors il
fait partie de ceux qui aiment plus une chose d’ici-bas qu’ils n’aiment le
Tawhid. Ceci est du Chirk Akbar dans l’Amour, en plus d’être du Chirk
Akbar dans l’Adoration.

Le Jugement d’Allah fait partie du Tawhid, du Tawhid dans la Seigneurie


pour être précis. La Seigneurie d’Allah comprend le fait que la création et
le commandement cosmique et législatif n’appartiennent qu’à Lui. Il n’a
pas d’égal dans ces domaines.

Allah a dit : « En vérité, la création et le commandement


n’appartiennent qu’à Lui. Béni soit Allah, le Seigneur des
mondes ! » (Sourate 7 – verset 54)

Quiconque met en place un égal à Allah dans le Jugement, aura commis le


grand polythéisme dans la Seigneurie.

Quiconque prend pour juge un autre qu’Allah, aura commis le grand


polythéisme dans l’Adoration.

Après ces explications il apparaît clairement que lorsqu’Ibn Kathir,


rahimahoullah, dit : ‘’Quiconque adandonne la Loi …’’ – il parle de celui qui
abandonne le Tawhid en commettant le Chirk. C’est la raison pour laquelle
il dit : ‘’… et cherche le jugement d’une autre loi abrogée …’’

Le Tawhid s’annule avec la conviction, le doute, la parole, ou l’acte, sauf


pour des personnes qui sont dans un égarement encore plus lointain que
l’était Djahm ‘ibn Safwan.

Ceci répond aussi à une autre ‘’problématique’’ qui se trouve dans la


parole d’Ibn Kathir, rahimahoullah, quand il dit : ‘’… celui qui cherche le
jugement dans le Yassiq et le rend prioritaire …’’

En effet, la demande de justice au Tâghoût est du Chirk Akbar, et le simple


acte du Chirk Akbar annule le Tawhid, quelque soit la conviction de la
personne qui le commet, ceci à l’unanimité des musulmans. De ce fait,
‘’rendre prioritaire’’, peut aussi bien se faire avec le cœur, qu’avec la
parole, ou encore avec l’acte. C’est la raison pour laquelle Ibn Kathir,
rahimahoullah, a dit : ‘’Celui qui fait cela …’’

N’est-ce pas malheureux d’en arriver à toutes ces explications pour quatre
petites lignes qui sont pourtant claires ?
Louanges à Allah qui nous a permis de défendre Sa Religion.

Allah a dit : « Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent Sa


Religion » (Sourate 22 – Verset 40)

Quiconque demande justice à autre qu'Allah et Son Messager aura pris cet
autre comme seigneur

Abd ar-Rahman ‘ibn Sa’adi, a dit dans son livre al-Qawl as-Sadid ‘ala Kitab
at-Tawhid, à propos de la Parole : « N'as-tu pas vu ceux qui
prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi (Prophète)
et à ce qu'on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour
juge le Tâghoût, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de
ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans
l'égarement » (Sourate 4 – verset 60) :

« Quiconque demande justice à autre qu’Allah et Son Messager,


sallallahou ‘alayhi wa sallam, aura pris cet autre comme seigneur, et aura
pris pour juge le Tâghoût »

Allah a juré par Lui-Même que quiconque ne prend pas pour Juge le Coran
et la Sounna est un mécréant

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Et Allah à ordonné à tous les musulmans de reporter leurs désaccords à


Allah et Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam, comme le dit Allah : «
Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah
et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera
bien mieux et de meilleure interprétation (et aboutissement) »
(Sourate an-Nisa’, verset 59)
Allah a dit : « Non! Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants
aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs
disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu
auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement (à ta
sentence) » (Sourate an-Nisa’, verset 65)

Quiconque ne se conforme pas à prendre pour Juge Allah et Son Messager,


sallallahou ’alayhi wa sallam, dans ses disputes, Allah a juré par Lui-Même
qu’il n’a pas de foi. De même, juger par la Loi qu’Allah a révélé est
obligatoirepour le Prophète, sallallahu ‘alayhi wa sallam, ainsi que pour
tout ceux qui le suivent, quant à celui qui ne s’y conforme pas c’est un
mécréant »

(Source, Minhaj as-Sounna an-Nabawiyya, 5/130, 131)

Chercher le jugement dans les lois mécréantes annule l'Islam

Mouhammad ’ibn Ibrahim, a dit :

« Il fait vraiment partie de la mécréance majeure et claire que de donner


aux maudites lois forgées la place que devrait avoir ce qu'a transmit
l'Esprit fidèle sur le coeur de Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam,
pour qu'il soit entre tous un avertisseur en langue arabe claire, et ceci en
jugeant par elles (les lois forgées) et en s'en remettant à elles en cas d'un
quelconque conflit, contredisant et refusant la parole d’Allah: « Si vous
vous disputez en quoi que ce soit, déférez-le à Allah et au
Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Cela sera
meilleur pour vous et de plus belle incidence » (Sourate an-Nisa’,
verset 59)

(Source, Fatawa war- Rasa’il numéro : 4065, 12/284)

Demander le jugement aux mécréants fait partie de la grande alliance avec


les mécréants

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Dans la catégorie de la grande alliance avec les mécréants qui annule


l’Islam et pour laquelle Allah a blâmé les gens du Livre et les hypocrites, il
y a le fait de croire dans une partie de leur religion mécréante, ou encore
leur demander jugement lors d’un litige en dehors du Livre d’Allah »

(Source : Madjmou al-Fatawa, 28/199)

Quiconque prend pour juge le Tâghoût par peur de perdre un bien devient
un polythéiste
Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit dans l’élucidation
des ambiguïtés :

« Si tu as constaté que certains hypocrites qui ont combattu les romains


avec le Messager d’Allah, sallallahou ‘alayhi wa sallam, sont sortis de
l’Islam à cause d’une parole qu’ils ont dite en plaisantant et en jouant,
alors tu comprendras que celui qui dit une parole de mécréance, ou fait de
la mécréance par peur de diminution de ses biens, ou de son rang, ou du
retournement des gens contre lui, c’est bien plus grave que de dire une
parole en plaisantant »

Cette parole sert d’appui au fait que quiconque commet le Chirk Akbar en
prenant pour juge le Tâghoût, par peur de perdre un bien, devient un
polythéiste.

Celui qui prend pour juge le Tâghoût n'est pas croyant en Allah et au Jour
Dernier

Ibn Kathir, rahimahoullah, a dit à propos du verset : « Puis, si vous vous


disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager,
si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Ce sera bien mieux et
de meilleur interprétation (et aboutissement) » (Sourate 4 - verset
59) :

« Ceci est une preuve que celui qui règle ses litiges par autre que le Coran
et la Sounna, et ne les prend pas comme référence, n’est pas croyant en
Allah et au Jour Dernier »

Prendre pour juge le Tâghoût est une mécréance en Allah

Mouhammad Djamal ad-Dîn al-Qasimi, a dit dans son Tafsir connu sous le
titre ; Mahassin at-Taawil, à propos du verset dans lequel Allah a dit : «
N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait
descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre avant
toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût, alors que c'est en
lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut
les égarer très loin dans l'égarement » (Sourate 4 - verset 60) :

« Allah a dit : « … Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût, alors


que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le
Diable veut les égarer très loin dans l'égarement » - Allah a
considéré le fait de se faire juger devant le Tâghoût comme une croyance
en lui, et nul ne doute que croire au Tâghoût est une mécréance en Allah ;
tout comme mécroire au Tâghoût est une croyance en Allah »

La demande de justice au Tâghoût annule la croyance en Allah

Soulayman ‘ibn Abd Allah, rahimahoullah, a dit :

« Allah a dit : « … alors que c’est en lui qu’on leur a commandé de


ne pas croire … » - c'est-à-dire, au Tâghoût, et ceci est une preuve que
la demande de justice au Tâghoût élimine la Foi et va à son encontre. La
Foi ne peut être valide qu’en mécroyant au Tâghoût et en délaissant la
demande de justice auprès de lui. Quiconque ne la délaisse pas n’est pas
croyant en Allah »

(Source: Taysir al-Aziz al-Hamid fi Charh Kitab at-Tawhid, page 419)

Le verset qui suffit pour prouver que la demande de justice au Tâghoût


annule l'Islam

L'Imam Ibn Hazm, rahimahoullah, a dit concernant la parole d’Allah : «


Non ! Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi
longtemps qu'ils ne t'auront demandé de juger de leurs disputes,
et qu'ils n'auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras
décidé, et qu'ils se soumettent complètement (à ta sentence) »
(Sourate 4 - verset 65)

« Ce verset suffit à celui qui prend garde, raisonne bien, croit en Allah et
au Jour Dernier, et qui a la certitude que cette ordre et cette
recommandation est celle de son Seigneur »

Allah a établi le Tawhid dans la disposition naturelle (la Fitra) de toute


personne. Ensuite, Il a révélé un Livre qui est une Lumière, un Guide, un
Remède, une Miséricorde, dans lequel Il a expliqué le Tawhid de manière
claire.

Il est étonnant de prétendre suivre le Coran et la Sounna tout en


délaissant un verset clair dans lequel Allah jure par Lui-Même que celui qui
ne prend pas pour juge le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa
sallam, n’est pas un croyant, pour affirmer le contraire sur base de
certaines paroles d’anciens savants qui peuvent être interprétées de
plusieurs manières.

Certaines personnes disent que la demande de justice dans ce verset ne


concerne pas l’Islam, mais al-Iman, ou encore al-Ihsan.

Les savants nous enseignent dans les règles de la jurisprudence Islamique


que les versets s’interprètent dans leur sens apparent. En effet, le Livre
d’Allah est une Lumière, un Guide, un Remède, une Miséricorde, et il est
inconcevable qu’Allah révèle des versets pour piéger Ses serviteurs.

Ceci est l’implication de la croyance des innovateurs qui disent que


quiconque interprète certains versets dans le sens apparent est un
mécréant, car selon eux Allah ne voulait pas le sens apparent, mais le
sens caché, et celui qui a le ‘’malheur’’ de ne pas le trouver est un
mécréant.

L’implication de leur croyance va en réalité encore plus loin. En effet, si


l’on suit leur logique le Livre d’Allah est un ‘’piège’’ pour les gens, et il ne
faut surtout pas le lire car on risque d’interpréter un verset selon son sens
apparent, et non selon le sens caché, et ainsi devenir des mécréants.

Le sens apparent du verset rapporté dans la parole d’Ibn Hazm,


rahimahoullah, est que quiconque ne prend pas pour juge le Prophète
Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, n’est pas croyant. S’il n’est
pas croyant il ne peut être que mécréant, car il n’y a pas d’intermédiaire
entre les deux.

Les personnes qui disent que la demande de justice dans le verset ne


concerne pas l’Islam, mais al-Iman, ou encore al-Ihsan, et qu’il est ainsi
possible de ne pas prendre pour juge le Prophète Mouhammad, sallallahou
‘alayhi wa sallam, tout en restant musulman, sont soit des gens qui
parlent sans science, soit des gens qui répètent aveuglement ce qu’ils
entendent, soit des gens qui ne connaissent rien ou presque rien aux
règles de la jurisprudence Islamique.

En effet, si ils avaient quelques notions de la jurisprudence Islamique, ils


sauraient que pour affirmer qu’il est possible de rester musulman même si
l’on ne prend pas pour juge le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi
wa sallam, il aurait fallu trouver un seul verset ou Hadith qui dit de
manière claire ce qu’ils prétendent.

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Celui qui


fornique n’est pas croyant au moment où il commet la fornication
… » (Hadith rapporté par al-Boukhari et Mouslim, qu’Allah leur fasse
Miséricorde)

Le sens apparent de ce Hadith est que quiconque fornique n’est pas un


croyant. Il serait donc un mécréant. Mais, étant donné que la Sounna nous
prouve à travers d’autres paroles qu’il est possible de rester musulman
tout en commettant les grand péchés tels que la fornication, ce Hadith
nous indique que le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam,
ne visait pas l’annulation de l’Islam, mais l’annulation d’al-Iman.

Par contre, en ce qui concerne la demande de justice au Tâghoût, il


n’existe pas un seul verset, ou un seul Hadith, qui indique qu’il est
possible de rester musulman tout en demandant le jugement au Tâghoût.

Au contraire, tout va dans le sens que ceci est le Chirk Akbar qui annule le
Tawhid, et ceci est même appuyé pas le consensus des musulmans.

De la même manière, lorsqu’Allah et Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa


sallam, disent que quiconque prononce une parole, ou commet un acte,
devient un mécréant, ou encore a commis la mécréance, ceci concerne
toujours la grande mécréance.

Allah et Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam, nous ont pas donné
le sens apparent qui indique la grande mécréance pour nous laisser
deviner par nous-mêmes si’il s’agît de la petite mécréance.

En effet, s’il n’existe aucun verset ou Hadith qui indique que la mécréance
en question peut être commise tout en restant musulman, ceci sert de
preuve qu’il faut laisser l’interprétation apparente qui indique la grande
mécréance.

Par contre, si un verset ou un Hadith indique qu’il est possible de


commettre une mécréance tout en restant musulman, ceci sert de preuve
que la mécréance en question est une petite mécréance qui n’annule pas
l’Islam.
Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Insulter
un musulman est un acte de Fisq, et le combattre est un acte de
Koufre » (Hadith rapporté par at-Tirmidhi)

Le sens apparent de ce Hadith est que quiconque combat un musulman


est un mécréant. Or, nous avons une preuve venant du Coran qu’il est
possible de rester croyant tout en combattant d’autres croyants, ce qui
nous indique que la mécréance dont parle le Prophète Mouhammad,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, concerne la petite mécréance qui n’annule
pas l’Islam.

Allah a dit : « Et si deux groupes de croyants se combattent, faites


la conciliation entre eux » (Sourate 49 – verset 9)

Ceci est établi dans les règles de la jurisprudence Islamique.

Le verset dans lequel Allah a dit : « Non ! Par ton Seigneur ! Ils ne
seront pas croyants aussi longtemps qu'ils ne t'auront demandé
de juger de leurs disputes, et qu'ils n'auront éprouvé nulle
angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu'ils se soumettent
complètement (à ta sentence) » (Sourate 4 - verset 65) – prouve en
réalité que la demande de justice au Prophète Mouhammad, sallallahou
‘alayhi wa sallam, est une croyance en Allah.

C’est la raison pour laquelle les grands savants tels qu’Abd ar-Rahman ‘ibn
Hassan, rahimahoullah, ont dit que tout comme la demande de justice au
Coran et la Sounna est une croyance en Allah, la demande de justice au
Tâghoût est aussi une croyance au Tâghoût.

La croyance en Allah et la croyance au Tâghoût sont deux opposés qui ne


peuvent pas coexister.

Quiconque croit au Tâghoût n’est pas croyant en Allah.

Ceci t’aidera, si Allah le veut, à cerner ceux qui prétendent suivre le Coran
et la Sounna, tout délaissant les Textes authentiques clairs pour
argumenter avec les paroles ambigües de certains savants en imposant
leur propre interprétation.
Prendre pour juge le Tâghoût annule le témoignage la ilaha illa Allah

Abd ar-Rahman ‘ibn Mouhammad ‘ibn Qassim, a dit dans son commentaire
du Kitab at-Tawhid, chapitre de la parole d’Allah : « N'as-tu pas vu ceux
qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi
(Prophète) et à ce qu'on a fait descendre avant toi ? Ils veulent
prendre pour juge le Tâghoût, alors que c'est en lui qu'on leur a
commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très
loin, dans l'égarement » (Sourate 4 – verset 60) :

« Quiconque témoigne la ilaha illa Allah, puis dévie afin de prendre pour
juge autre que le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, aura démenti
son témoignage. La signification du verset est qu'Allah a blâmé ceux qui
prétendent croire en ce qu’Il a fait descendre sur Son Messager et les
Prophètes avant lui, et en même temps ils veulent régler leurs litiges avec
autre que le Coran et la Sounna du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam.
Sa parole : « N’as tu pas vu ceux qui prétendent … » est une
interrogation qui blâme celui qui dévie du Coran et de la Sounna, et désire
le faux dans les autres lois. C’est ce Tâghoût qui est visé ici, comme l’a
défini Ibn al-Qayyim …

Quiconque se fait juger par une autre loi que Celle d’Allah et Son Prophète,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, se fait en réalité juger par le Tâghoût
qu’Allah a ordonné à Ses serviteurs de désavouer, car le jugement ne se
fait qu’avec le Livre d’Allah, la Sounna de Son Prophète, sallallahou ‘alayhi
wa sallam, et auprès de ceux qui jugent avec. Quiconque se fait juger
auprès d’autres, aura alors dépassé ses limites et sera sorti de ce qu’Allah
et Son Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, ont décrétés. Il en est de
même pour celui qui adore un autre qu’Allah …

Quant au verset : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce


qu'on a fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait
descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût,
alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire.
Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l'égarement »
(Sourate 4 – verset 60) – Allah a démenti leur prétendue croyance, car Il a
dit : « … prétendent … » - Ceci se dit en général à propos d’une
personne dont la prétention est un mensonge. La parole d’Allah renforce
cette prétention lorsqu’Il dit : « … alors qu’on leur a ordonné de
mécroire en lui … » - Le désaveu du Tâghoût est un pilier du Tawhid, si
ce pilier est branlant, alors la personne ne peut être monothéiste. Toute
personne qui ne rejette pas le Tâghoût n’est pas croyante en Allah. Le
Tawhid est la base de la Foi qui rend les actes valides. Les actes sont
annulés lorsque le Tawhid est absent. Allah a dit : « Donc, quiconque
mécroit au Tâghoût, tandis qu'il croit en Allah, saisit l'anse la plus
solide qui ne peut se briser » (Sourate 2 - verset 256) »

Les points importants de la Fatawa :

Toute personne qui prend pour juge le Tâghoût annule son témoignage du
Tawhid.

Le Tâghoût visé dans le verset 60 de la sourate 4 est toute loi qui n’est
pas Celle d’Allah et de Son Messager.

Quiconque prend pour juge cette loi, aura pris pour juge le Tâghoût, alors
qu’Allah a ordonné de désavouer le Tâghoût et prendre pour juge
uniquement Allah, Son Messager, et ceux qui appliquent le Coran et la
Sounna.

Quiconque prend pour juge autre loi que Celle d’Allah est pareil à celui qui
adore un autre qu’Allah.

Toute personne qui prend pour juge le Tâghoût n’aura pas désavoué le
Tâghoût.

Le désaveu du Tâghoût est un pilier du Tawhid.

Toute personne qui ne désavoue pas le Tâghoût n’est pas croyante en


Allah car son Tawhid est invalide.

La validité du Tawhid est une condition à l’acceptation des actes.

Celui qui prend pour juge autre qu'Allah et Son Messager ne croit pas en
Allah et au Jour Dernier

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, a dit concernant la parole d’Allah : « Puis,


si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et
au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Ce sera
bien mieux et de meilleur interprétation (et aboutissement) »
(Sourate 4 - verset 59)
« Ceci est une preuve tranchante qu’il est obligatoire de se référer dans
toutes sortes de litiges à Allah et Son Prophète, sallallahou ‘alayhi wa
sallam, et non pas à quelqu’un d’autre. Quiconque se réfère à quelqu’un
d’autre va à l’encontre de l’ordre d’Allah. Le serviteur n’a pas de foi tant
qu’il ne se réfère pas dans tous ses litiges à Allah et Son Messager. Et
Allah a dit à propos de cela : « … si vous croyez en Allah et au Jour
Dernier … » - Ceci est ce dont nous avons parlé auparavant, à savoir ;
l’absence de la condition annule l’acte lié à cette condition. Cela démontre
que celui qui prend pour juge autre qu’Allah et Son Prophète, sallallahou
‘alayhi wa sallam, est en dehors de ce qu’implique la croyance en Allah et
au Jour Dernier.

Ce verset protecteur, briseur, clair, et qui est un remède te suffit, car il


brise le dos de ceux qui vont à l’encontre, et protège ceux qui s’y
accrochent et l’appliquent »

(Source : Al-Risala al-Taboukiyyah)

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, nous informe que ce verset est clair,


suffisant, et protecteur envers ceux qui s’y accrochent et l’appliquent.

Cependant, pour beaucoup de personnes prétendant suivre le Coran et la


Sounna ce verset est insuffisant.

Non seulement il est insuffisant, mais ils se permettent d’affirmer tout le


contraire en se basant sur des paroles des créatures.

Même lorsqu’Allah jure par Lui-Même que celui qui ne prend pas pour juge
le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, n’est pas croyant,
ils se permettent de dire le contraire en disant qu’Allah n’a pas visé
l’Islam, mais al-Iman.

Leur prétention est un mensonge sur Allah, et Ibn al-Qayyim,


rahimahoullah, lui-même leur répond en disant dans Madaridj as-Salikin,
2/201, que la demande de jugement dans le verset se situe au niveau de
l’Islam, et non pas au niveau d’al-Iman, ou encore d’al-Ihsan.

Prendre pour juge autre qu'Allah et Son Messager annule la croyance en


Allah et au Jour Dernier

Hamad ‘ibn Nassir al-Ma’amar, a dit :


« « Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à
Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier.
Ce sera bien mieux et de meilleur interprétation (et
aboutissement) » (Sourate 4 - verset 59)

Ce verset est une preuve que la référence pour les litiges des gens dans
les bases et les détails de la Religion ne peut être qu’Allah et Son
Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam, si vous croyez en Allah et au Jour
Dernier. C’est pour cela qu’Il a dit : « … si vous croyez en Allah et au
Jour Dernier » - Et ceci est une condition, et si celle-ci n’est pas présente,
l’acte qui lui est lié sera absent. Par conséquent, prendre pour juge autre
qu’Allah et Son Messager annule la croyance en Allah et au Jour Dernier »

(Source: Madjmou’at ar-Rassail wal-Fatawa, page 173)

La démonstration que quiconque prend pour juge le Tâghoût aura commis


le grand polythéisme qui annule le Tawhid

Allah a dit : « Et je n'ai créé les djinns et les hommes que pour qu'ils
M'adorent » (Sourate 51, verset 56)

Les gens de science ont dit que l’adoration dans ce verset concerne le
Tawhid. De ce fait, le musulman est seulement celui qui unifie Allah dans
la Seigneurie, l’Adoration, et les Noms et Attributs.

Quiconque n’unifie pas Allah dans un seul des trois domaines est un
mécréant. En effet, les Quraychites confirmaient la Seigneurie d’Allah,
mais cela ne leur a pas suffit pour être musulmans. Leur ignorance les a
poussé à commettre le Chirk dans l’Adoration, alors qu’ils s’imaginaient
faire le bien et prétendaient être sur la Religion d’Ibrahim.

Ainsi, toute personne qui unifie Allah dans la Seigneurie, les Noms et les
Attributs, mais Lui donne un égal dans l’Adoration est un polythéiste,
même s’il pense faire le bien et être un monothéiste.

De même, toute personne qui unifie Allah dans l’Adoration, mais Lui donne
un égal dans la Seigneurie, les Noms et les Attributs est un polythéiste,
même s’il pense faire le bien et être un monothéiste.
Celui qui témoigne le Nom d’Allah al-Ghaffar, Celui qui pardonne, aura
unifié Allah dans les Noms et Attributs.

Afin que son Tawhid soit valide, il devra unifier Allah dans l’Adoration en
demandant uniquement à Allah de lui pardonner.

Par contre, s’il demande à autre qu’Allah de lui pardonner, c'est-à-dire s'il
adresse la Tawba à autre qu'Allah, il aura donné un égal à Allah dans
l’Adoration et aura commis le grand polythéisme qui annule le Tawhid.

Celui qui témoigne le Nom d’Allah ar-Razzaq, Celui qui pourvoit aux
besoins des gens, aura unifié Allah dans les Noms et Attributs.

Afin que son Tawhid soit valide, il devra unifier Allah dans l’Adoration en
demandant uniquement à Allah de pourvoir aux besoins qu’il a.

Par contre, s’il demande à autre qu’Allah de pourvoir aux besoins qu’il a, il
aura donné un égal à Allah dans l’Adoration et aura commis le grand
polythéisme qui annule le Tawhid.

De même, celui qui témoigne le Nom d’Allah al-Hakam, le Juge, aura unifié
Allah dans les Noms et Attributs.

Afin que son Tawhid soit valide, il devra unifier Allah dans l’Adoration en
prenant pour juge uniquement Allah.

Par contre, s’il prend pour juge un autre qu’Allah, il aura donné un égal à
Allah dans l’Adoration et aura commis le grand polythéisme qui annule le
Tawhid.

Recourir à un autre jugement que Celui d'Allah annule l'Islam

Hamad ‘ibn ‘Attiq, rahimahoullah, mentionnant dans son ouvrage, al-


Bayan an-Nadjat wal-Fakak min Mouwalat al-Mourtaddin wa ahl al-Ichrak,
les annulations de la Foi en Islam, a dit :
« Le quatorzième point c’est avoir recours à un jugement en dehors du
Livre d’Allah et de la Sounna de Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa
sallam » - Puis, le cheikh, rahimahoullah, cita la Fatawa que le cheikh ‘ibn
Kathir, rahimahoullah, a mentionné dans son Tafsir à propos du verset : «
Est-ce le jugement de l’Ignorance qu’ils recherchent … » à laquelle
il ajoute : - « Et semblable au cas de ces derniers est celui de l’ensemble
des bédouins et de leurs semblables qui jugent selon les coutumes de
leurs pères et selon ce que leurs ancêtres ont instauré comme législations
maudites qu’ils nomment ; loi de la camaraderie, et auxquelles ils donnent
la préférence (1) sur le Livre d’Allah et la Sounna de Son Messager. Celui
qui agit ainsi est un mécréant qu’il faut combattre jusqu’à ce qu’il
retourne au Jugement d’Allah et de Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa
sallam »

(Source : Madjmou’at at-Tawhid, page 412, édition « Dar al-Fikr » 1399 de


l’Hégire)

(1) Étant donné que tout autre jugement que Celui d’Allah est un
Tâghoût, quiconque met en place le Tâghoût aura commis le grand
polythéisme. Or, celui qui commet le grand polythéisme devient un
mécréant sur base de son acte, quoi qu’il y ait dans son cœur, sauf pour
les Djahmiyyah contemporains qui ne sont pas les adeptes du Consensus.

De ce fait, lorsque le cheikh, rahimahoullah, dit : ‘’donnent la préférence’’


– cela ne pose aucun problème aux gens raisonnables, mais réjouit les
Djahmiyyah contemporains qui interprètent cela de la manière qui leur
convient. En effet, ils disent : ‘’Le cheikh, rahimahoullah, ne rend
mécréant que celui qui rend licite le Chirk Akbar’’ – Ceci est une calomnie
à l’encontre du cheikh, rahimahoullah, qui rapporte lui-même le consensus
des savants dans ‘’ad-Difa’ ‘an Ahlous-Sounna wal-Ittiba’, pages 22-23’’
répondant à ceux qui affirment que lorsqu’un homme commet une
mécréance extérieure, par la parole ou l’acte, ne devient pas mécréant
tant qu’il en est pas satisfait avec son cœur. Il dit dans cet ouvrage qu’un
homme devient mécréant sur base des paroles et des actes quoi qu’il y ait
dans son cœur, et que ceci est le Jugement d’Allah, le Jugement de Son
Messager, ainsi que le consensus des savants.

Ainsi, ‘’donner préférence’’ dans le Chirk Akbar peut aussi bien se faire
avec le cœur, la parole, ou l’acte. C’est pour cela que le cheikh,
rahimahoullah, dit dans la phrase qui suit : ‘’Celui qui agit ainsi …’’

Toute personne qui commet le grand polythéisme en dehors de la


contrainte, par nécessité, aura donné la préférence à ici-bas sur le Tawhid.
Ceci s’appelle ; le Chirk dans l’Amour.
Allah a dit : « Il en est ainsi, parce qu'ils ont aimé la vie présente
plus que l'au-delà. Et Allah, vraiment, ne guide pas les gens
mécréants » (Sourate 16 - Verset 107)

Points importants de la Fatawa :

(1) Tout autre jugement que Celui d’Allah est un Tâghoût. C’est
notamment le cas des coutumes nommés ; lois de la camaraderie, qui
entrent parfaitement dans la définition du Tâghoût donnée par Ibn al-
Qayyim, rahimahoullah, car elles sont suivies, obéies, et prises comme
juge lors des litiges en dehors, ou indépendamment du Commandement et
du Jugement d’Allah.
(2) Quiconque met en place un tel jugement, aura mis en place un
Tâghoût, un associé à Allah dans le Commandement et dans le Jugement,
et aura ainsi commis le grand polythéisme dans la Seigneurie.
(3) Quiconque prend pour juge un tel jugement, aura pris pour juge le
Tâghoût, et aura ainsi commis le grand polythéisme dans l’Adoration.

Prendre pour juge le Tâghoût signifie avoir foi en lui

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit :

« Quiconque se réfère à un autre jugement que le Livre d’Allah et la


Sounna du Messager s’est référé à l’idole, celui en qui Allah a ordonné à
Ses serviteurs de mécroire. On ne peut rechercher le jugement qu’auprès
d’Allah, de Son Messager, et de celui qui gouverne en s’y référant …

De même, celui qui invite à placer un autre qu’Allah et Son Messager


comme juge, il aura abandonné ce qu’a apporté le Messager d’Allah,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, et s’en sera détourné, et il aura donné à
Allah un associé dans l’obéissance, et se sera opposé à ce que nous a
amené le Messager d’Allah, sallallahou ‘alayhi wa sallam, dans le Coran : «
Et juge entre eux d’après ce qu’Allah a révélé, et ne suit pas leur
passions » (Sourate 5 – verset 59) - Et la parole d’Allah : « Non ! ... Par
ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne
t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront
éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se
soumettent complètement (à ta sentence) » (Sourate 4 – verset 65)
De ce fait, quiconque s’oppose à ce qu’Allah a ordonné à Son Messager,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, et juge entre les gens par autre que la Loi
d’Allah, ou réclame cela par suivi de ses caprices et désirs, aura défait de
son cou le nœud de l’Islam et de la foi, même s’il prétend croire. En effet,
Allah a blâmé celui qui le veut, et l’a démenti lorsqu’il prétend avoir la foi.
Car, lorsqu’Allah dit : « … ceux qui prétendent croire … » - ceci indique
la négation de leur foi, car ‘’prétendre’’ est un verbe que l’on utilise pour
désigner celui qui dit une chose en mentant, ou contredit ce qu’implique
sa prétention et pratique ce qui s’y oppose. La parole d’Allah : « … alors
que c’est en lui qu’on leur a commandé de ne pas croire … »
affirme cela, car la mécréance envers le Tâghoût est le pilier du Tawhid,
comme le verset de la sourate al-Baqara nous l’enseigne.

Celui qui ne réalise pas ce pilier n’est pas monothéiste, et le monothéisme


est le fondement de la foi sans lequel aucun acte n’est valide et avec
lequel tous les actes sont bénéfiques.

Ceci est claire dans la parole d’Allah : « Quiconque mécroit au Tâghoût


tandis qu’il croit en Allah a saisi l’anse la plus solide qui ne peut
se briser … » - Quiconque recherche le jugement auprès du Tâghoût a
certes eu foi en lui … »

(Source : Fath al-Madjd, page 369-371)

Allah a juré par Lui-Même que quiconque ne prend pas pour juge Allah et Son
Messager n'est pas un croyant

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Et Allah a ordonné à tous les musulmans de reporter leurs désaccords à Allah et Son
Messager, comme Allah l’a dit : « Ô vous qui avez cru obéissez à Allah, obéissez à Son
Messager et à ceux qui détiennent l’autorité parmi vous, puis, si vous vous disputez en quoi
que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce
sera bien mieux et de meilleure interprétation (et aboutissement) » (Sourate 4 - verset 59) - Et
Allah a dit : « Non ! ... Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne
t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce
que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement (à ta sentence) » (Sourate 4 - verset
65)
Quiconque ne s’engage pas à prendre pour juge Allah et Son Messager dans ses disputes,
Allah a juré par Lui-Même qu’il n’a pas de foi »

(Source : Minhadj as-Sounnat an-Nabawiyya, 5/130, 131)

Quiconque prend pour juge le Tâghoût a pris le Tâghoût pour seigneur en


dehors d'Allah

Abd ar-Rahman Sa’adi, a dit dans son livre : Al-Qawl al-Sadid ‘ala Kitab at-
Tawhid, chapitre : Quiconque obéit aux savants et gouverneurs qui
permettent ce qu’Allah a interdit ou interdisent ce qu’Allah a autorisé,
alors il les a pris comme seigneurs :

« Le devoir de chacun est de ne pas prendre pour juge un autre qu’Allah et


de se référer dans ses litiges à Allah et à Son Messager, sallallahou ‘alayhi
wa sallam, afin que sa Religion soit entièrement pour Allah … Toute
personne qui demande jugement à autre qu’Allah et Son Messager,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, a pris pour juge le Tâghoût, et s'il prétend
être croyant, il n’est qu’un menteur. La foi n’est valide qu’en prenant Allah
et Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam, comme juge dans les
bases et les détails de la Religion …

Quiconque demande le jugement à un autre qu’Allah et Son Messager,


sallallahou ‘alayhi wa sallam, a pris celui-là pour seigneur, et a ainsi
demandé jugement au Tâghoût »

Il a dit aussi concernant l’explication de la parole d’Allah : « Puis, si vous


vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au
Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier » (Sourate 4 -
verset 59) :
« Cela indique que celui qui ne se réfère pas à Allah et à Son Messager,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, dans ses litiges, n’est pas croyant, mais il est
croyant au Tâghoût … »

Prendre pour juge une autre législation que Celle d'Allah signifie en réalité
prendre pour juge une autre religion que Celle d'Allah

Allah a dit : « (Youssouf) commença par les sacs des autres avant
celui de son frère ; puis il la fit sortir du sac de son frère. Ainsi
suggérâmes-Nous cet artifice à Youssouf. Car il ne pouvait pas se
saisir de son frère, selon la justice du roi, à moins qu’Allah ne
l'eût voulu. Nous élevons en rang qui Nous voulons. Et au-dessus
de tout homme détenant la science il y a un savant (plus docte
que lui) » (Sourate 12 – verset 76)

Il y a un consensus des Salafs rapporté par at-Tabari, rahimahoullah, que


le sens de la justice dans ce verset est : Religion.

De ce fait, une loi est une religion. La Loi d’Allah est l’Islam, et la loi d’un
autre est la religion d’un autre.

C’est la raison pour laquelle nous disons que quiconque impose une autre
législation que Celle d’Allah, aura en réalité imposé une autre religion que
Celle d’Allah.

Quiconque appelle les gens à suivre, obéir, et prendre pour juge une autre
législation que Celle d’Allah, aura en réalité appellé les gens à suivre,
obéir, et prendre pour juge une autre religion que Celle d’Allah.

Quiconque règle les litiges d’après une autre législation que Celle d’Allah,
aura en réalité réglé les litiges d’après une autre religion que Celle d’Allah.

Quiconque prend pour juge une autre législation que Celle d’Allah, aura en
réalité pris pour juge une autre religion que Celle d’Allah.

Il n’y a pas de doute que tous ces gens-là ne sont pas des musulmans.

Allah a dit : « Certes, la Religion acceptée d’Allah, c'est l'Islam.


Ceux auxquels le Livre a été apporté ne se sont disputés, par
agressivité entre eux, qu'après avoir reçu la science. Et quiconque
ne croit pas aux signes d’Allah ... alors Allah est prompt à
demander compte ! » (Sourate 3 – verset 19)

Allah a dit : « Et quiconque désire une religion autre que l'Islam, ne


sera point agrée, et il sera, dans l'au-delà, parmi les perdants »
(Sourate 3 – verset 85)

Ibn Kathir, rahimahoullah, a dit : « La meilleure façon d’expliquer le Coran


c’est avec le Coran lui-même »

Pourtant, à notre époque les gens délaissent les versets clairs sur le
Jugement, pour prendre les interprétations des créatures qui les
contredisent. Même lorsqu’Allah affirme une chose en jurant par Lui-
Même, ils vont jusqu’à contredire Allah avec les paroles des créatures.

Le verset qui expose la mécréance du juge et de celui qui recourt à son


jugement

Soulayman ‘ibn Sahman, rahimahoullah, a dit dans son commentaire du


verset : « Ceux qui ne jugent pas par la Loi d’Allah sont les
mécréants » :

« Et cela expose la mécréance du juge en personne, ainsi que de ceux qui


recourent à son jugement …, de même que de celui qui ne croit pas en
l’obligation de juger d’après la Loi d’Allah, même si lui-même n’est pas
juge, ni ne demande le jugement »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/504-505)


LE DESAVEU DES POLYTHEISTES

L'Islam n'est pas valable sans le takfir des polythéistes à l'unanimité des
savants

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit:

« Il existe un consensus parmi la Oumma des Salafs et des Khalafs,


commençant par les Compagnons, les Tabi’ines, les Imams et tous les
savants des ahl as-Sounnah wal Djama’ah, qu’un homme n’est pas
musulman si il ne délaisse pas le grand Chirk, ne se désavoue pas de lui et
de celui qui le commet … »

(Source: ad-Dourar as-Saniyyah, volume 8 / page 338)

On voit clairement dans ce consensus des musulmans que l’Islam n’est


pas valable sans le désaveu du Chirk et de celui qui le commet.
Cependant, des personnes aux cœurs malades, ont dit que le désaveu
dans ce verset ne signifie pas le takfir, et que celui qui a une ambiguïté
dans le takfir des polythéistes et ainsi pense qu’on peut être monothéiste
ignorant du monothéisme, est quand même un musulman !
Ceci est une immense calomnie envers ce grand savant de Nadjd qui
ramène ce consensus des musulmans. Voyons ce qu’il dit à propos du
sens du désaveu :

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, après avoir cité le verset dans
lequel Allah a dit: « Certes, vous avez eu un bel exemple (à suivre)
en Ibrahim et en ceux qui étaient avec lui (1), quand ils dirent à
leur peuple: « Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez
en dehors d'Allah. Nous mécroyons en vous, désormais entre vous
et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce
que vous croyiez en Allah, Seul » (Sourate 60 - verset 4) – a dit :

« Ce verset contient tout ce qu’a cité notre cheikh (2), rahimahoullah,


parmi l’incitation au Tawhid, la négation du Chirk, la loyauté envers les
monothéistes, et le takfir de celui qui le délaisse en commettant le Chirk
qui l’annule, car celui qui commet le Chirk a délaissé le Tawhid, ceci parce
que les deux sont l’opposé l’un de l’autre et ne peuvent coexister. De ce
fait, à chaque fois que le Chirk apparait, le Tawhid disparait. Allah a parlé
de ceux qui commettent le Chirk, et a appliqué le takfir sur eux à cause de
l’association dans l’adoration, et des versets qui en parlent sont
nombreux. De ce fait, la personne ne sera pas monothéiste sans la
négation du Chirk, le désaveu du même, et le takfir de celui qui le
commet »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/204)

(1) Il s’agît de tous les Prophètes, ce qui signifie qu’il y a un consensus


de tous les Messagers d’Allah dans le sujet.
(2) Il s’agît du cheikh Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah.

Regarde, qu’Allah te guide, comment le cheikh, rahimahoullah, a dit : « …


la personne ne sera pas monothéiste sans la négation du Chirk, le
désaveu du même, et le takfir de celui qui le commet »

C’est cela le véritable sens du désaveu, le désaveu de la religion des


polythéistes, en considérant que leur religion n'est pas la même que Celle
des monothéistes, car il est inconcevable qu’une personne ayant la
connaissance et la certitude du Tawhid, puisse considérer de la même
Religion que la Sienne celui qui donne un égal à Allah et qui est donc
ignorant du Tawhid, qu’il s’agisse d’un chrétien, d’un juif, ou une personne
s’affiliant à l’Islam, car un polythéiste reste un polythéiste, malgré sa
prétention.

Allah a dit : « Vos mécréants sont-ils meilleurs que ceux-là? Ou bien


y a-t-il dans les Écritures une immunité pour vous? » (Sourate 54 -
verset 43)

Hammad ‘ibn ‘Attiq, rahimahoullah, a dit :


"Réfléchis, qu’Allah te guide, à propos des paroles du Très-Haut dans les
sourates révélées à La Mecque, telle que : « Dis : « Ô vous les
mécréants ! Je n’adore pas ce que vous adorez… » - jusqu’à la fin de
la sourate. Est-ce qu’il est parvenu jusqu’à ton cœur qu’Allah lui a ordonné
de leur dire que c’est des mécréants et de les informer qu’il n’adore pas
ce qu’ils adorent, c’est-à-dire qu’il se désavoue de leur religion, et de les
informer qu’ils n’adorent pas Celui qu’il adore. C’est-à-dire, ils n’ont rien à
voir avec le Tawhid. « A vous votre religion, et à moi ma Religion » -
Ceci comprend son désaveu de leur religion et leur désaveu de sa
Religion"
(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 9/256-259)

De plus, le cheikh Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit


dans ad-Dourar as-Saniyyah, volume 2, page 22, qu’il existe des gens qui
délaissent le Chirk et le détestent, mais ne reconnaissent pas sa valeur,
alors ils ne détestent pas ceux qui le font, et ne les traitent pas de
mécréants. Il conclue en disant que cette catégorie, ainsi que d’autres qu’il
a citées, ont contredit ce avec quoi sont venus tous les Messagers de la
part d’Allah, à savoir le Tawhid. Alors comment une personne contredisant
le monothéisme peut-elle être monothéiste ?

Le takfir des polythéistes s'affiliant à l'Islam fait partie du fondement de


l'Islam

Expliquant certaines choses, parmi lesquelles chacune justifie le Djihad


contre celui qui la commet, un des savants de Nadjd, a dit :

« La deuxième chose qui rend le Djihad obligatoire contre celui qui la


commet est la non-application du takfir sur les polythéistes, ou le doute
quant à leur mécréance, car ceci annule l’Islam. De ce fait, toute personne
qui correspond à cette description est mécréante, sa vie et ses biens sont
licites, et la combattre est une obligation, jusqu’à ce qu’elle applique le
takfir sur les polythéistes. La preuve de cela sont les paroles du Prophète,
sallallahou ‘alayhi wa sallam : « Celui qui dit la ilaha illAllah et
mécroit dans tout ce qui est adoré en dehors d’Allah, ses biens et
sa vie sont sauvegardés » - Il, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a ici
conditionné la sauvegarde des biens et de la vie avec deux choses :
1. Prononcer la ilaha ila lAllah.
2. Mécroire dans tout ce qui est adoré en dehors d’Allah.
Donc, la vie et les biens des serviteurs ne seront pas sauvegardés tant
qu’il ne vient pas avec deux choses :
1. Prononcer la ilaha illa Allah, avec la science de la signification et sa
signification est le Tawhid avec toutes les sortes d’adorations.
2. Mécroire en tout ce qui est adoré en dehors d’Allah, ce qui
comprend le takfir des polythéistes, leur désaveu et le désaveu de
tout ce qu’ils adorent en dehors d’Allah.
De ce fait, toute personne qui n’applique pas le takfir sur les polythéistes
de l’Empire Ottoman, ainsi que sur les adorateurs des tombes, comme
c’est le cas avec les habitant de La Mecque … – cette personne est
mécréante, tout comme eux, même si il déteste leur religion, les déteste
eux aussi et aime l’Islam et les musulmans. Parce que celui qui n’applique
pas le takfir sur les polythéistes ne croit pas au Coran, car Celui-ci
applique le takfir sur eux et ordonne le takfir, l’inimitié et le combat contre
eux. Cheikh Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, dit dans
Nawaqidoul-Islam : « Celui qui n’applique pas le takfir sur les polythéistes,
doute de leur mécréance ou considère qu’ils sont sur le droit chemin – est
un mécréant »
Cheikh ‘Ibn Taymiyya, rahimahoullah, dit : « Celui qui invoque ‘Ali est un
mécréant et celui qui doute de sa mécréance est aussi un mécréant »

(Source : Fatawas des savants de Nadjd, 4/145-146)

Il est clair dans cette fatawa que le takfir des polythéistes s’affiliant à
l’Islam ou pas, fait partie du fondement de la Religion. De ce fait, les
personnes qui accusent les monothéistes d’être des takfiris, des
khawaridjs, des chiens de l’Enfer, ou encore des mécréants, parce qu’ils
soutiennent et appliquent cet avis, doivent dire la même chose sur ce
grand savant de Nadjd, sur tous les savants musulmans faisant partie de
l’unanimité, ainsi que sur tous les Messagers qui sont unanimes dans ce
sujet.

Quiconque doute de la mécréance d'un polythéiste est un mécréant même


si ce polythéiste s'affilie à l'Islam

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, après avoir parlé de la secte d’Ibn ‘Arabi, a


dit :

« Ceux-là, leur mécréance est encore pire que celle des chrétiens qui
disent qu’Allah est le fils de Marie … Les doctrines de ces gens-là sont
pires que les doctrines des chrétiens, et il s’y trouve les mêmes genres de
contradiction que dans les doctrines des chrétiens. C’est pour cela qu’ils
disent qu’Allah est incarné, ou qu’Il ne fait qu’un avec la création, ou qu’Il
est le Seul qui existe. C’est une doctrine complètement contradictoire, et
c’est pour cela que leur aspect réel échappe à ceux qui ne les
comprennent pas. Et tout ceci est une mécréance intérieure et extérieure
à l’unanimité de tous les musulmans, et celui qui doute de la mécréance
de ces gens-là, après avoir pris connaissance de ce qu’ils disent, et après
avoir pris connaissance de la Religion de l’Islam, c’est un mécréant au
même titre que celui qui doute de la mécréance des juifs, des chrétiens et
des polythéistes … »
(Source : Madjmou al-Fatawa, 2/368)

On voit de manière claire, sans la moindre ambiguïté, que le cheikh ‘ibn


Taymiyya, rahimahoullah, ne fait aucune différence entre celui qui doute
de la mécréance des chrétiens, des juifs, ou des polythéistes, même si ces
polythéistes s’affilient à l’Islam.

Si quelqu'un dit que le takfir des polythéistes s'affiliant à l'Islam ne fait pas
partie du fondement de l'Islam, car le cheikh al-Islam a dit : " ... après
avoir pris connaissance de la Religion de l'Islam ... " - alors dans ce cas il
doit dire la même chose sur le takfir des juifs et des chrétiens, car le
cheikh al-Islam a dit : " ... c'est un mécréant au même titre ... "

Donc, il lui reste deux possibilités. Soit il dit que le takfir des chrétiens et
des juifs, tout comme le takfir des polythéistes s'affiliant à l'Islam, ne fait
pas partie du fondement de l'Islam. Soit il dit que le takfir des chrétiens et
des juifs, tout comme le takfir des polythéistes s'affiliant à l'Islam, fait
partie du fondement de l'Islam. Il n'y a pas de chemin intermédiaire ...

Cheikh ‘Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit : « Celui qui invoque ‘Ali est un
mécréant et celui qui doute de sa mécréance est aussi un mécréant »

(Source : Fatawas des savants de Nadjd, 4/145-146)

Allah a fait primer le désaveu envers les polythéistes sur le désaveu envers
leurs objets de culte

Hammad ‘ibn ‘Attiq, rahimahoullah, a dit :

« Il y a là un point remarquable dans le verset : « Nous vous


désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d'Allah » - C’est
qu’Allah a fait primer le désaveu envers les polythéistes sur le désaveu
envers leurs objets de culte, car le premier est plus important que le
deuxième. En effet, il se peut qu’un homme désavoue les idoles mais pas
ceux qui les adorent, il n’aura alors pas accomplit son devoir. Par contre, si
quelqu’un désavoue les polythéistes, il aura automatiquement désavoué
leurs idoles. C’est comme dans le verset : « Je m’écarte de vous et de
ce que vous invoquez d’autre qu’Allah » (Sourate 19 - verset 48) -
Allah a donc fait primer de s’écarter des polythéistes sur le fait de
s’écarter de leurs idoles. Et aussi le verset : « Et lorsqu’il s’écarta d’eux
et de ce qu’ils adorent d’autre qu’Allah … » (Sourate 19 - verset 49) -
Et dans le verset : « Puis, lorsque vous vous serez écartez d’eux et
de ce qu’ils adorent, sauf d’Allah… » (Sourate 18 - verset 16) - Tu dois
faire attentions à ce point, il t’ouvrira la porte de la rupture avec les
ennemis d’Allah, car combien sont ceux qui, bien qu’ils ne commettent
pas de polythéisme, ne se séparent pas de ce qui y adhèrent ! À cause ça,
il n’est pas musulman, vu qu’il a abandonné la Religion de tous les
Messagers d’Allah »

(Source : Majmou’at-Tawhid, pages 175, 176)

La Religion de tous les Messagers d’Allah est le Tawhid. Il implique le


désaveu du Chirk, des Tâwaghît, et des polythéistes. De ce fait, quiconque
connait le Tawhid, il sait que celui qui annule le Tawhid, en commettant le
Chirk, n’est pas un monothéiste qui témoigne avec science et certitude la
Chahada. En effet, s’il avait la science et la certitude de la Chahada, il
aurait pas prononcé, ou commis ce qui L’annule.

Asma, fille d’abou Bakr, qu’Allah les agrée tous les deux, a dit : « J’ai vu
Zayd ‘ibn ‘Amr ‘ibn Noufayl, debout dos à la Ka’ba, dire : « Ô habitant de
Qouraych ! Par Allah, nul d’entre vous n’est sur la Religion d’Ibrahim, à par
moi »

Zayd ‘ibn ‘Amr ‘ibn Noufayl, qu’Allah lui fasse Miséricorde, connaissait le
Tawhid avant même la venue du Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi
wa sallam. En effet, Allah a préservé sa fitra Islamique (disposition
naturelle) sur laquelle il a été créé. Il adorait Allah Seul, et ne Lui donnait
pas d’associés, c’est la raison pour laquelle il a su que ceux qui n’adorent
pas Allah Seul, car ils Lui donnent des associés, ne sont pas des
monothéistes qui témoignent l’Unicité d’Allah, et que leur religion n’est
pas la même que la Sienne, malgré leur prétention d’appartenir à la
Religion d’Ibrahim qui est le Tawhid. C’est pour cela qu’il leur a dit : « Ô
habitant de Qouraych ! Par Allah, nul d’entre vous n’est sur la Religion
d’Ibrahim, à par moi » - C’est cela le véritable sens des paroles d’Allah,
quand Il dit : « Je n’adore pas ce que vous adorez. Et vous n’êtes
pas adorateurs de ce que j’adore … A vous votre religion, et à moi
ma Religion » (Sourate al-Kafiroun)

Abd al-Latif ‘ibn Abd ar-Rahman, rahimahoullah, a dit dans ad-Dourar as-
Saniyyah, 12/264 :

« La plus importante condition de la prière et de l’imama, c’est l’Islam, Le


connaitre et Le pratiquer. Celui qui applique le takfir sur les polythéistes,
les haït, ne voue sa Religion qu’à Allah, et n’adore nul autre que Lui, celui-
là est le meilleur des imams et celui qui mérite le plus de l’être, car le fait
de juger mécréant celui qui commet le grand Chirk et l’athéisme, est la
plus importante obligation du désaveu du Tâghoût »

Abdallah ‘ibn Abd al-Latif, rahimahoullah, a été questionné à propos de


celui qui n’applique pas le takfir sur l’Empire Ottoman, ou incite, aide, les
mécréants contre les musulmans, ou déclare son gouverneur légitime, ou
affirme que le Djihad à son côté est obligatoire … - il a répondu :

« Celui qui ignore la mécréance de l’Empire Ottoman, et ne fait pas la


différence entre eux et les musulmans injustes – il ne connait pas la
signification de la ilaha illa Allah. Et, si en plus il croit que l’Etat est
Islamique, alors cela est encore pire. Ceci est le doute de la mécréance de
celui qui a mécru en Allah et Lui a donné un associé. Et, en ce qui
concerne celui qui les incite ou les aide, quelque soit l’aide, contre les
musulmans, alors ceci est une apostasie claire »

(Source : Fatawas des savants de Nadjd, 3/64)

Cette parole concerne le jugement de celui qui doute de la mécréance de


celui qui gouverne par une autre législation que Celle d’Allah. Elle s’ajoute
à l’unanimité, et d’autres paroles qui indiquent de manière claire que celui
qui ne fait pas le takfir sur les Tâwaghît, ou les polythéistes qui s’affilient à
l’Islam, est mécréant au même titre que s’il doutait de la mécréance des
chrétiens et des juifs.

Il n’y a pas de différence entre une personne qui se dit chrétien et commet
un acte qui annule l’Islam, et une personne qui se dit musulman et
commet le même acte qui annule l’Islam. De même, il n’y a aucune
différence entre celui qui doute de la mécréance d’un chrétien, et celui qui
doute de la mécréance d’un polythéiste s’affiliant à l’Islam.

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit:

« Si un hypocrite essaye d’argumenter comme quoi le verset concerne


que les mécréants, dites-lui : « Est-ce qu’il existe un seul savant
musulman qui a dit que ces versets ne concernent pas ceux parmi les
musulmans qui commettent les mêmes actes ? Qui a dit ça avant toi ? »
Dites-lui aussi : « Ceci est le rejet du consensus de la Oumma, car le
consensus dit que ces versets concernent aussi bien les mécréants, que
ceux qui se disent musulmans » »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/58-59)

La démonstration que l'Islam n'est pas valable sans le takfir des


polythéistes s'affiliant à l'Islam

Beaucoup de personnes s’opposent à nous lorsqu’ils entendent que nous


disons que l’Islam n’est pas valable sans le takfir des polythéistes, même
si ces polythéistes s’affilient à l’Islam.

Parmi elles, il y a des gens qui voient que l’ignorance n’est pas une excuse
dans l’annulation du Tawhid, et d’autres qui voient que l’ignorant du
monothéisme est un monothéiste, malgré le fait qu’il ne témoigne pas la
Chahada. En effet, il ne témoigne pas la Chahada, alors qu’Allah lui a
demandé de témoigner, et un témoignage dépourvu de science et de
certitude n’est qu’une prétention.

Cet article s’adresse avant tout au premier groupe, à savoir ceux qui
voient que l’ignorant du monothéisme n’est pas un monothéiste.

Nous vous demandons : Est-il possible de connaitre la signification du


monothéisme, tout en pensant que celui qui est ignorant du monothéisme
et tombe dans le polythéisme est un monothéiste ?

La réponse est claire, et vous êtes dans l’obligation de répondre par un


‘’non’’.

En effet, celui qui pense que le Tawhid peut coexister avec le Chirk, est un
ignorant du Tawhid. Il pense en réalité qu’on peut unifier Allah, tout en Lui
donnant un égal, et ceci ne peut être que le résultat d’une folie, ou encore
de l’ignorance du Tawhid.

Abdallah ‘ibn Abd ar-Rahman abou Battîn, rahimahoullah, a dit:

« Tellement de groupes se sont égarés à cause des lacunes dans la


science. Tellement d’erreurs sont apparues à cause de cela. Comme par
exemple la règle qui dit: “l’Islam et le Chirk sont deux choses, l’une à
l’opposé de l’autre, elles ne peuvent pas coexister, ni disparaître, de sorte
à ce qu’aucune ne reste. Et l’ignorance de l’Islam ou du Chirk, ou
seulement d’un des deux, a fait entrer beaucoup de gens dans le Chirk et
l’adoration de “saints” - et tout ceci à cause de l’ignorance … »

(Source: Minhadj at-Ta’sis, page 12)

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit :

« … celui qui commet le Chirk a délaissé le Tawhid, ceci parce que les deux
sont l’opposé l’un de l’autre et ne peuvent coexister. De ce fait, à chaque
fois que le Chirk apparait, le Tawhid disparait »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/204)

Prenons un exemple :

Le Tawhid et le Chirk sont donc deux opposés, tout comme être assis et
être debout sont deux opposés.

Est-il possible de connaitre la signification du mot ‘’debout’’, tout en


pensant que celui qui est ‘’assis’’ est quand même ‘‘debout’’ ?

La réponse est : non !

Prenons l’exemple d’un professeur de français qui dit à ses élèves


‘’debout’’. Une partie des élèves de lèvent, alors que l’autre partie des
élèves restent assis. Celui qui connait la signification du mot ‘’debout’’,
saura que ceux qui sont restés assis ne sont pas debout. Soit, parce qu’ils
refusent d’obéir au professeur, soit parce qu’ils sont ignorants du mot
‘’debout’’.
De la même manière, quand Allah ordonne aux gens de L’adorer Lui
L’Unique, sans Lui donner d’égaux, celui qui connait la signification du
monothéisme, et ainsi adore Allah L’Unique, sans Lui donner d’égaux,
saura immédiatement que ceux qui n’adorent pas Allah L’Unique, et Lui
donnent des égaux ne sont pas de ceux qui unifient Allah, ne sont pas des
monothéistes ! Et ceci quelque soit la prétention de celui qui donne des
égaux à Allah, car le Chirk est une religion, et le Tawhid en est une autre !
Et celui qui ne sait pas faire la différence entre les adeptes d’une religion
et de l’autre, n’est pas de ceux qui connaissent le Tawhid. C’est pour cela
que les savants ont dit :

« Celui qui ne bannit pas de l’Islam ceux qui donnent des associés à Allah,
ou doute de leur mécréance, ou valide leur religion, c’est un mécréant à
l’unanimité »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/91)

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Le Coran, et même tous les Livres célestes (révélés par Allah) du premier
au dernier, affirment formellement la fausseté de cette religion (du Chirk)
et la mécréance de ceux qui l’adoptent, et qu’ils sont les ennemis d’Allah
et de Son Messager, et les alliés de Satan, et déclarent tous qu’Allah ne
leur pardonnera jamais, ni n’acceptera la moindre bonne action de leur
part, comme Allah a dit : « Certes Allah ne pardonne pas qu’on Lui
associe ; et Il pardonne ce qui est moins grave que cela à qui Il
veut » (Sourate 4 - verset 48) (Source : ad-Dourar as-Sanniyah, 2/89)

Si un serviteur ne sait pas faire la différence entre le Tawhid et le Chirk,


alors qu’est-ce qu’il sait de l’Islam ?

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit : « Ceci est un principe très important


que le musulman se doit de connaître. En effet, le principe de l’Islam qui
permet de faire la différence entre la base de la Foi et les adeptes de la
mécréance n’est autre que la Foi en l’Unicité d’Allah et en la Prophétie … »
(Source : Madjmou al-Fatawa, 3/104)

En effet, c’est bien la science du Tawhid qui permet de faire la différence


entre les adeptes de la Foi et les adeptes de la mécréances.

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit : « C’est pour ça que quiconque


n’adore pas uniquement Allah, c’est qu’il adore forcément un autre que
Lui, il est donc idolâtre. Il n’y a pas trois catégories d’êtres-humains ; soit il
est monothéiste, soit polythéiste » - Puis il dit : « Toute personne ne
consacrant pas l’adoration à Allah uniquement, est fatalement idolâtre et
adorateur d’un autre qu’Allah, il est en vérité adorateur du Diable. Tout fils
d’Adam est soit adorateur d’Allah, soit adorateur du Diable » (Source :
Madjmou al-Fatawa, 14/282,284)
Allah a dit : « C'est Lui qui vous a créés. Parmi vous (il y a) des
mécréants et des croyants... » (Sourate 64, verset 2)

Ibn Kathir, rahimahoullah, a dit :

« « Quand ils dirent à leur peuple : « Nous vous désavouons,


vous » - ça veut dire : Nous nous séparons de vous - « … et ce que vous
adorez en dehors d'Allah, nous vous renions » - c'est-à-dire, nous
renions votre religion et le chemin que vous suivez - « Entre vous et
nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées » - C'est-à-dire,
qu’il y aura désormais une séparation et une haine à partir de maintenant
entre vous et nous, tant que vous serez sur votre mécréance. A tout
jamais nous faisons rupture avec vous et nous vous haïssons - « jusqu’à
ce que vous croyiez en Allah, Seul » - c'est-à-dire, jusqu’à ce que vous
témoigniez de l’Unicité d’Allah et que vous Lui consacriez vos œuvres de
culte, à Lui Seul, et que vous vous sépariez de ce que vous adorez en
dehors de Lui comme rivaux et idoles »

(Source : Tafsir Ibn Kathir, 8/87)

Ceci est le bel exemple à suivre que nous a cité Allah dans Son Livre.
L’exemple d’Ibrahim et de tous les Prophètes envoyés par Allah. Cet
exemple consiste à témoigner le Tawhid en pleine connaissance de cause,
ce qui implique le désaveu du Chirk et de ceux qui l’adoptent. Cet exemple
permet de faire la différence entre deux religions et leurs adeptes ; la
Religion du Tawhid et les monothéistes, et la religion du Chirk et les
polythéistes.

Si un polythéiste était venu voir le Prophète Mouhammad, sallallahou


‘alayhi wa sallam, et lui aurait dit : « J’accepte l’Islam, mais je doute de la
mécréance de ceux qui adorent les statues, car ils ne font cela que pour se
rapprocher d’Allah en pensant faire le bien. Et ils ont des doutes sur toi en
tant que Prophète, car ils ne t’ont jamais vu et en plus on arrête pas de
leur mentir sur toi » - Est-ce que vous pensez que le Prophète
Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, aurait témoigné son Islam et
sa connaissance du Tawhid ?

Jamais ! Il aurait su que cet homme ne sait pas faire la différence entre les
adeptes du Tawhid et les adeptes du Chirk, et ceci ne peut être que le
résultat de l’orgueil, ou encore de son ignorance de la signification de
l’Islam, qui est l’adoration d’Allah L’Unique sans Lui donner d’égaux. Alors
comment peut-on connaitre cette signification tout en pensant que celui
qui ne la concrétise pas, car il donne des égaux à Allah, est un
monothéiste ?

Ne dites pas il a une ambigüité, car la deuxième condition du Tawhid est la


certitude, et la certitude n’est certitude qu’en absence d’ambigüité !

Ibrahim, ‘alayhi sallam, a dit à son peuple : « Je tourne mon visage


exclusivement vers Celui qui a créé (à partir du néant) les Cieux
et la Terre ; et je ne suis point de ceux qui Lui donnent des
associés » (Sourate 6 - verset 79)

L’Imam Tabari, rahimahoullah, dit dans l’interprétation de ce verset : « Et


je ne suis pas des vôtres ! Ça veut dire : Je ne suis pas de ceux qui
adoptent votre religion et qui suit votre chemin, ô polythéistes ! »
(Source : Tafsir Tabari, 11/487-488)

C’est-à-dire : En ce qui me concerne j’adopte le Tawhid, j’adore Allah


L’Unique, sans Lui donner d’égaux. Quant à vous, vous donnez des égaux
à Allah, vous adopter le Chirk, et vous n’êtes pas de la même Religion que
moi.

Allah a dit : « Dis : « Tel est mon chemin, j’appelle à la Religion


d’Allah en toute clairvoyance ; moi et ceux qui me suivent. Et
pureté à Allah, et je ne suis pas de ceux qui Lui donnent des
associés » (Sourate 12 - verset 108)

L’Imam Tabari, rahimahoullah, dit dans l’interprétation de ce verset : « Je


suis innocent de ceux qui Lui donnent des associés ; je ne suis pas des
leurs, et ils ne sont pas des miens » (Source : Tafsir Tabari, 16/291)

Voilà pourquoi la première chose qu’implique la connaissance du Tawhid


est le témoignage que ceux qui commettent le Chirk ne sont pas des
monothéistes. Et le Tawhid n’est pas valable sans cette implication liée au
Tawhid. Cette implication est celle qui permet de faire la différence entre le
Tawhid et ses adeptes, et le Chirk et ses adeptes.

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit :

« Allah a taxé de mécréants les idolâtres dans d’innombrables versets. Il


faut donc les exclure de l’Islam, c’est indissociable du témoignage qu’il n’y
a de vrai dieu qu’Allah, la parole de la consécration du culte. Le sens de
cette parole ne peut se valider sans exclure de l’Islam celui qui attribue à
Allah un associé dans Son Adoration, comme le mentionne le Hadith
authentique : « Quiconque témoigne qu’il n’y a de vraie divinité
qu’Allah, et désavoue ce qui est adoré en dehors d’Allah, son sang
et ses biens sont sacrés, et son sort est auprès d’Allah »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/206)

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit :

« Il faut donc absolument bannir de l’Islam ceux qui donnent des associés
à Allah, car c’est ce qu’implique fatalement (le sens de) : « La ilaha illa
Allah » qui est la parole de la consécration du culte à Allah. Son sens ne se
valide pas tant qu’on n’a pas banni de l’Islam celui qui donne un égal à
Allah dans l’adoration »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/210)


Il est vrai que l’application de cette règle implique des énormes
changements dans la vie d’un serviteur. En effet, il risque de perdre sa
femme, ses amis, ceux qu’il a tant aimé parmi les savants, ou encore les
combattants.

Mais, un serviteur doit avant tout chercher la satisfaction d’Allah.

Allah est Celui qui lui a tout donné, et Il est Capable de le lui reprendre.

Allah est Celui qui va le juger, Celui qui va le mettre soit au Paradis, soit en
Enfer.

Ibn Kathir, rahimahoullah, a dit :

« Younous a dit, d’après Ibn Ishaq : « Certes, Abou Bakr rencontra le


Messager d’Allah, sallallahou ‘alayhi wa sallam, et lui dit : « Est-ce vrai ce
que disent les Quraychites à ton sujet ô Mouhammad ? Que tu délaisses
nos dieux ? Que tu trouves nos esprits stupides ? Et que tu traites nos
ancêtres de mécréants ? » - Alors, le Messager d’Allah lui répondit : « Oui,
c’est vrai ; je suis le Messager d’Allah et Son Prophète, Il m’a envoyé afin
que je transmette Son Message et que je t’appelle à la Religion d’Allah en
vérité. Par Allah, ce n’est que la vérité ! Je t’appelle, ô Abou Bakr, à adorer
Allah uniquement sans aucun associé, et que tu n’adore nul autre que Lui,
et que tu fasses allégeance à Lui obéir ! » - Puis il récita le Coran, et Abou
Bakr, écouta sans rien rejeter. Il se soumit alors et mécru en toutes les
idoles ; et se détacha des faux dieux et accepta la vérité de l’Islam. Abou
Bakr s’en retourna alors, croyant et admettant la vérité … »

(Source : al-Bidayya wa-Nihayya, 3/37)

Regarde le comportement sincère d’Abou Bakr, qu’Allah l’agrée ! Quand le


Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, lui a confirmé que
ses ancêtres sont des mécréants et qu’il trouvait les esprits stupides, il ne
l’a pas insulté en défendant aveuglement ses ancêtres. Il l’a écouté, après
quoi il a accepté la vérité.

Ceci est le comportement que devraient adopter tous ceux qui nous
entendent dire qu’un tel n’a pas réalisé l’Islam. Au lieu de nous insulter et
nous traiter de Khawaridjs et de chiens d’Enfer, ils feraient mieux d’abord
de nous écouter, au lieu de se contenter de suivre aveuglement ce qu’on
leur dit sur nous.

L'importance du Takfir des polythéistes ignorants s'affiliant à l'Islam


d'après Fawzan

Fawzan a dit :
« Tout musulman est effectivement tenu de bannir de l’Islam ceux qui
donnent des associés à Allah, qui adorent autre qu’Allah, sans distinction
entre les arabes d’entres eux et les non arabes, les juifs et les chrétiens ou
ceux qui se donnent le nom de l’Islam. Il n’y a pas de traitement de faveur
dans ce dogme. Ainsi, celui qui ne bannit pas de l’Islam ceux qui donnent
des associés à Allah, est alors un apostat, un mécréant comme eux, car la
Foi et la mécréance sont à égalité selon lui. Il ne fait pas de différence
entre celle-ci et celle-là. Et de même, celui qui doute que ceux qui donnent
des associés à Allah sont hors de l’Islam, et qui dit : « Je ne sais pas s’ils
sont mécréants ou s’ils ne sont pas mécréants » - et bien c’est un
mécréant, car il hésite dans sa Religion entre la mécréance et la Foi, et ne
fait pas de différence entre celle-ci et celle-là »

(Source : Dourous fi Charh Nawaqidh al-Islam, page 80, édition Maktaba


ar-Roushd)

Fawzan a dit dans ‘’Silsilat Charh Rasa’il min Madjmou’at at-Tawhid’’


cassette 7, position 29ème minute, 45ème seconde :

« Et ceci est très dangereux, et beaucoup de prétendus savants tombent


dedans : Celui qui ne bannit pas de l’Islam ceux qui donnent des associés
à Allah. Il dit : ‘’Moi je ne fait pas de Chirk al-Hamdoulillah, je ne donne pas
d’associé à Allah, mais les gens c’est pas mon affaire, je ne les juge pas
mécréants’’ - Nous disons : ‘’Tu ne connais pas la Religion, tu ne connais
pas ce qu’est le Tawhid ni le Chirk. Tu dois bannir de l’Islam celui qu’Allah
a bannis de l’Islam, ainsi que celui qui donne un associé à Allah. Tu dois
rompre avec lui comme Ibrahim a rompu avec son père et son peuple :
« Je romps avec ce que vous adorez, sauf Celui qui m’a créé car Il
va certes me guider » - Ou bien celui qui valide leur religion, celui-là est
encore pire. Il dit : ‘’Ce qu’ils commettent n’est pas du Chirk, c’est juste
qu’ils prennent des intermédiaires’’ - Ou bien qui dit : ‘’Ceux-là sont des
ignorants, ils sont tombé dans ces choses-là par ignorance …’’ – Ainsi, il
les défend. Ceci est une mécréance pire que la leur, car il a validé leur
religion, il a validé la mécréance, il a validé le Chirk »

Il est clair dans ces deux paroles de Fazwan que l’Islam n’est pas valable
sans le Takfir des polythéistes ignorants qui s’affilient à l’Islam.

Si on résume sa parole de la manière la plus brève et précise possible, on


pourrait dire ceci :

Fawzan a dit : « Quiconque tombe dans le Chirk par ignorance, qu’il soit
non arabe ou arabe, juif, chrétien, ou celui qui s’affilie à l’Islam, il devient
un polythéistes. Quant à celui qui doute de sa mécréance, même s’il
désavoue le Chirk, il est un mécréant car il connait pas ce qu’est l’Islam, il
ne connait pas ce qu’est le Tawhid, et il ne sait pas faire la différence
entre le Tawhid et le Chirk »
REPONSE AUX OPPOSANTS

Introduction à la réponse

Malgré l’évidence que l’Islam n’est pas valable sans le désaveu du


polythéisme et le Takfir de ceux qui le commettent, il existe une catégorie
de gens qui persistent à nier cette évidence en usant d’une méthodologie
qu’on peut qualifier au minimum d’honteuse.

Cette méthodologie se résume à fouiller dans les paroles ambigües des


savants de l’Islam, afin de trouver quelque chose qui pourrait signifier que
l’Islam pourrait être valable sans le Takfir des polythéistes qui s’affilient à
l’Islam, ou encore trouver quelque chose qui pourrait signifier que le
savant en question ne fait pas le Takfir des polythéistes qui s’affilient à
l’Islam, afin de pousser les monothéistes à rendre mécréant le savant en
question.

Cependant, le sommet de la honte est la calomnie à l’encontre du savant,


lui mettre dans la bouche une parole qu’il n’a pas dite, afin de pousser les
monothéistes soit à changer de fondement, soit à le rendre mécréant.

Lorsque tout ceci provient d’une personne assez intelligente, ayant un bon
niveau de la langue française et de la langue arabe, alors le danger pour
les musulmans est encore plus grand.

Allah a dit : « C’est ainsi que Nous fîmes à tout Prophète un


ennemi ; démons parmi les hommes et les djinns qui s’inspirent
les uns aux autres des paroles enjoliveuses et trompeuses.
Cependant, si ton Seigneur le voulait, ils ne le feraient pas. Laisse
les donc eux, et leurs inventions mensongères. Afin que les
écoutent volontiers les cœurs de ceux qui ne croient pas à l’au-
delà, afin qu’ils en soient satisfaits et qu’ils commettent alors ce
qu’ils doivent commettre » (Sourate ; les Troupeaux - versets 112-113)

Un des champions dans le domaine est une personne qui fréquente le


‘’Paltalk Messenger’’ sous le pseudonyme ; abou salmane 545.

Les articles dans cette catégorie représentent la présentation du


personnage et la mise en garde contre le même, ainsi que la réponse aux
principales ambiguïtés des gens qui le suivent.

Il y sera aussi question de la véritable méthodologie d’argumentation, afin


de fermer la porte à toute méthodologie d’argumentation diabolique.

Le mensonge sur az-Zahabi

Voici un article qu’a écrit le frère Abou al-Hassan afin de défendre


l’honneur d’un musulman, et l’honneur d’un grand savant, qui ont été
calomniés par abou salmane 545.

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Tout


musulman qui abandonne son frère musulman quand son honneur
et sa dignité sont à la fois attaqués, Allah l'abandonnera quand il
aura le plus besoin de Son soutien. Tout musulman qui soutient
son frère musulman quand son honneur et sa dignité sont à la fois
attaqués, aura le soutien d'Allah quand qu'il aura le plus besoin
de Son soutien » (Rapporté par Ahmed et abou Dawoud)

Abou al-Hassan dit :

« Abou Salmane, puisse Allah le guider, a une fois de plus menti à


l’encontre d’un frère que je connais personnellement, dans l’une de ses
dernières interventions nommée ; ‘’Rectification de l'accusation des
ghoulats (1) au sujet d'Ibn Taymiyya, rahimahoullah’’
Il dit dans cette cassette, je cite :
« L’un d’entre eux dernièrement, un frère (2) lui a dit : ‘’Donc pour toi,
parce que l’Imam az-Zahabi, rahimahoullah, considérait que se prosterner
devant la tombe du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, par vénération
pour lui, c'est-à-dire par admiration envers le Prophète, par respect pour le
Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, ce n’était pas du Koufre Akbar.
D’accord. Un frère lui a dit : ‘’Donc, est-ce que az-Zahabi … » - l’un de
ceux qui suivent cette voie-là – ‘’Est-ce que az-Zahabi est mécréant ?’’ - Il
lui a dit : ‘’Je ne sais pas si az-Zahabi a dit ça, mais s’il l’a dit, il est
mécréant’’ » (3)

(Fin de citation ; position 6ème minute, 16ème seconde)

Abou al-Hassan dit :

« Je connais personnellement le frère auquel Abou Salmane fait allusion,


c’est un grand ami à moi, et la version qu’Abou Salmane a donnée est
complètement différente de la vraie version. Premièrement, le copain
d’Abou Salmane qui est allé parler à mon ami lui a dit que l’Imam az-
Zahabi permettait de se prosterner devant la tombe du Prophète par
exaltation et vénération, et considérait que ceci était une adoration envers
le Prophète. Il voulait par-là prouver à mon ami que l’Imam az-Zahabi
permettait le Chrik Akbar et que malgré ça il n’est pas permis de faire son
Takfir (4). Le frère lui a alors répondu que l’Imam az-Zahabi devait
sûrement parler de la prosternation en signe de salutation et de respect
qui n’atteint pas le degré du Chirk Akbar. C’est alors que le copain d’Abou
Salmane lui a rétorqué : ‘’Mais non, car il parlait de vénération et
d’exaltation et pas de salutation’’ - il considérait en fait que cette
prosternation dont parlait az-Zahabi est du Chirk Akbar. Alors, mon ami lui
a répondu : ‘’Je ne sais pas où az-Zahabi a dit ça, mais s’il a vraiment
permis de faire du Chirk, alors oui az-Zahabi est un Mouchrik … » (5)

Le frère, Abou al-Hassan continue en disant :

« Voici le réel contenu du dialogue entre les deux personnes. Ensuite, le


frère est allé vérifier dans le livre de l’Imam az-Zahabi ; ‘’Mou’djam
Chouyoukh az-Zahabi’’ dans lequel l’Imam nota que le Soudjoud en
marque de respect pour la tombe du Prophète est illicite et que l’auteur
est un désobéissant. Et je témoigne personnellement, et j’implore Allah de
me maudire si je mens, et qu’il maudisse Abou Salmane s’il ment ;
qu’Abou Salmane m’a déjà personnellement affirmé que l’Imam az-Zahabi
permettait de se prosterner pour la tombe du Prophète (6) et il a affirmé
qu’il a entendu ça de la bouche du Cheikh ‘Abdallah ‘ibn ‘Abd ar-Rahman
as-Sa’ad dans sa première cassette de la série ; ‘’Charh al-Mawqizha’’
alors que sur la cassette le Cheikh ‘Abdallah Sa’ad ne parle pas à un seul
instant du fait qu’az-Zahabi ait permis de se prosterner par vénération de
la tombe du Prophète. Ceci pour prouver que Abou Salmane sait très bien
qu’il n’a jamais été question de faire le Takfir de l’Imam az-Zahabi, sous
prétexte qu’il ne fait pas le Takfir de celui qui se prosterne par vénération
pour la tombe du Prophète, mais ceci n’est qu’une calomnie de plus
envers les musulmans, et Allah Seul sait quels autres mensonges il a pu
encore propager »

Abou al-Hassan dit encore :

« J’ajoute aussi, et j’appelle Abou Salmpane a faire une Moubahala (7) sur
ce que je vais annoncer, que lors de notre dernière discutions entre lui et
moi, Abou Salmane m’a affirmé qu’il considère que celui qui estime qu’on
puisse être réellement dans la Religion de l’Islam, tout en ayant conviction
qu’un autre qu’Allah apporte le bien et le mal, et en ayant l’intention de se
rapprocher d’un autre qu’Allah ; qu’une telle personne est bel et bien
mécréante et que celui qui voit l’excuse d’ignorance ne pense pas une
telle chose, mais il pense au contraire que l’ignorant n’a pas de conviction
et qu’il n’a pas l’intention de se rapprocher d’un autre qu’Allah, mais que
son ignorance le transforme en un objet sans âme et sans volonté (8). Lors
de ce débat il a été d’accord avec moi sur le fait que celui qui estime
qu’un homme qui a l’envie et l’intention de se rapprocher d’un autre
qu’Allah, et qu’il espère d’un autre qu’Allah et qu’il croit qu’un autre
qu’Allah est source de Rizq, de création etc. - que celui-là n’a pas adopté
le ‘’Asl al-Lazim’’ (9) et qu’une telle personne n’est pas musulmane »

(1) Ceux qui, d’après eux, exagèrent dans le Takfir


(2) Il s’agît d’une personne qui suit aveuglement abou salmane 545
(3) Honnêtement cette citation n’est pas très claire, pourtant abou
salmane 545 parle très bien le français. D’ailleurs, des fois il le parle
tellement bien, tout en utilisant des mots arabes, que plus de la
moitié des personnes qui l’écoutent ne comprennent même pas ce
qu’il dit. Pourtant, lorsqu’on s’adresse à des gens pour propager la
vérité, le but est de se faire comprendre.
(4) On se demande qui lui a appris qu’az-Zahabi permettait le Chirk…
Ce qui est étonnant, c’est qu’il ne s’est même pas rendu compte
qu’il était entrain d’accuser d’az-Zahabi de ne pas savoir ce qu’est le
Chirk, alors qu’eux-mêmes disent qu’on ne peut pas être musulman
sans discriminer le Chirk. Est-ce qu’az-Zahabi, rahimahoullah, a
réalisé la discrimination du Chirk en le permettant et l’ignorant ?
(5) Le frère en question je le connais aussi personnellement, et je
voudrais souligner ici sa conviction de la vérité. En effet, il est
convaincu du Tawhid, et quiconque ne le réalise pas, est un
mécréant pour lui, quelque soit son nom. On ne change pas la
Religion pour les hommes.
(6) Sous le point (4) on se demandait qui aurait pu lui apprendre qu’az-
Zahabi permettait le Chirk, mais ici on a peut-être un élément de
réponse. À moins que l’ami à abou salmane 545 ne soit pas
uniquement un suiveur aveugle, mais aussi un grand menteur. Il y a
un proverbe qui dit : ‘’Qui se ressemble, s’assemble’’
(7) Le frère Abou al-Hassan invite abou salmane 545 à demander la
malédiction d’Allah sur le menteur. Va-t-il accepter ?
(8) Ici abou salmane 545 nous dit que celui qui ne fait pas le Takfir des
polythéistes c’est parce qu’il pense que l’ignorance transforme
l’homme en un objet sans âme et sans volonté. On se demande où il
est allé chercher ça, mais c’est en tout cas pas chez les Salafs.
Pourquoi ne pas appliquer cette règle sur les chrétiens et juifs ? Ils
sont aussi des ignorants, alors pourquoi celui qui n’applique pas le
Takfir sur eux - en voyant que l’ignorance les transforme en un objet
sans âme et sans volonté – serait un mécréant ?
(9) On voit que pour abou salmane 545 il n’est pas possible d’être un
musulman en réalisant le fondement de l’implication, sans appliquer
le Takfir sur ceux qui pensent qu’un autre qu’Allah apporte le bien et
le mal, comme c’est le cas de certains adorateurs des morts.
Pourtant, il a accusé Soulayman ‘ibn Sahman, rahimahoullah, d’avoir
dit dans une parole que celui qui ne rend pas mécréant les
adorateurs des morts est un musulman. Ceci est un mensonge et la
croyance de Soulayman ‘ibn Sahman, rahimahoullah, en ce qui
concerne ceux qui doutent de la mécréance des adorateurs des
morts, sera exposée si Allah le veut.

Le mensonge sur Ibn Taymiyya

Lors d’un débat avec un frère, à propos du sujet est-ce que le Takfir des
polythéistes s’affiliant à l’Islam fait partie du fondement de l’Islam, abou
salmane 545 a calomnié cheikh al-Islam Ibn Taymiyya, rahimahoullah,
d’avoir dit qu’Aïcha savait ce qu’Allah ne sait pas et qu’elle était excusée
par l’ignorance.

Lorsque l’on revient aux sources, à savoir Madjmou al-Fatawa, volume 11,
pages 409 à 411, il n’y a aucune trace de ce que lui a attribué abou
salmane 545.

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, parle pour commencer de l’homme qui a


demandé qu’on le brûle et qu’on répande ses cendres. On peut voir qu’Ibn
Taymiyya, rahimahoullah, fait partie des savants qui n’appliquent pas le
Takfir sur celui qui doute d’une parcelle d’un Attribut d’Allah, comme celui
qui doute d’une parcelle de la Puissance d’Allah.

En effet, les savants ont divergé quant à celui qui doute d’une parcelle
d’un Attribut, par contre ils sont unanimes quand à celui qui doute de
l’Attribut entier, ou encore le renie. Les savants sont aussi unanimes sur le
Jugement d’Allah sur celui qui donne un égal à Allah.

Il est évident que celui qui sait qu’Allah est l’Être le plus Puissant, mais
doute d’une parcelle de Sa Puissance, n’est pas pareil à celui qui ne sait
pas si Allah est Puissant, ou affirme qu’Allah est impuissant, ou encore
affirme qu’Allah a un égal dans la Puissance.

Les savants qui ont dit qu’il est possible d’être musulman, tout en doutant
d’une parcelle d’un Attribut, considèrent qu’une telle personne n’a rien
enlevé à Allah qui fait qu’Il soit Celui qui mérite d’être adoré Seul.
Par contre, ils sont tous unanimes que celui qui ne sait pas si Allah est
Puissant, ou affirme qu’Il est impuissant, ou Lui donne un égal dans la
Puissance, une telle personne aura enlevé à Allah une chose qui fait qu’Il
soit Celui qui mérite d’être adoré Seul.

Étant donné que certains savants ont dit qu’il est possible d’être
musulman, tout en doutant d’une parcelle de la Puissance d’Allah, il va de
soi qu’ils vont aussi dire qu’il est possible d’être musulman tout en
doutant d’une parcelle de la Science d’Allah.

Afin d’affirmer une telle chose, il leur faudra évidemment le prouver. C’est
ce qu’a voulu faire Ibn Taymiyya, rahimahoullah, avec un Hadith rapporté
par l’Imam Mouslim.

Il est vrai qu’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a fait une mauvaise


interprétation du Hadith, en l’interprétant dans la forme interrogative au
lieu de la forme affirmative, et cette mauvaise interprétation implique
qu’Aïcha réellement savait ce qu’Allah ne sait pas. Mais, Ibn Taymiyya,
rahimahoullah, ne visait pas l’implication de sa parole, car si c’était le cas,
il aurait fait partie des savants qui donnent l’excuse de l’ignorance dans le
grand polythéisme.

En effet, le fait de croire que les pensées, les paroles et les actes des
créatures se passent sans la Volonté, la Puissance, ou la Science d’Allah,
est le grand polythéisme des Qadariyyah, comme l’a dit Ibn al-Qayyim,
rahimahoullah, dans al-Djawab al-Kafi, pages 186-187, qui était l’élève
d’Ibn Taymiyya, rahimahoullah.

Or, nous savons très bien quel était la croyance d’Ibn Taymiyya,
rahimahoullah, à propos de ceux qui commettent le Chirk Akbar.

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Et donc, celui qui place une créature à l’égal d’Allah dans ce qui
n’appartient qu’à Allah, dans la Divinité ou la Seigneurie, il est mécréant à
l’unanimité de la communauté musulmane »

(Source : Madjmou al-Fatawa, 1/88)

Abou Battîn, rahimahoullah, a dit :

« Ibn Taymiyya applique clairement le takfir sur celui qui commet le grand
polythéisme et rapporte un consensus des musulmans en ce qui concerne
ce sujet, sans y excuser un ignorant ou ceux qui lui ressemblent »

(Source: Fatawas des savants de Nadjd)

Abou Battîn, rahimahoullah, a dit :


« Ibn Taymiyya, rahimahoullah, était d’avis que celui qui est ignorant de
certains Attributs d’Allah ne devient pas mécréant, mais pour ce qui est du
Chirk et les choses comme ça, alors là, non ! »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 12/73)

Donc, nous voyons bien qu’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, ne donne aucune


excuse à celui qui commet le grand polythéisme. De ce fait, il est
diabolique de venir avec des paroles d’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, dans
lesquelles il excuse une personne qui doute d’une parcelle d’un Attribut, et
lui attribuer l’implication de sa parole, avec le seul objectif de nous faire
croire qu’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, ne désavouait pas les polythéistes
et ainsi nous pousser à faire son Takfir afin d’être crédibles.

Cette méthodologie est d’autant plus diabolique quand on sait que les
savants ont dit qu’on ne rend pas mécréante une personne pour
l’implication de sa parole, car il est possible de dire une chose sans saisir
l’implication qui peut être très grave. Ceci peut arriver même à des grands
savants, car ils ne sont pas immunisés des erreurs.

Ibn Hazm, rahimahoullah, a dit :

« Quant à celui qui traite les gens de mécréants sur base de ce


qu'impliquent leurs paroles, c’est une erreur, car c’est un mensonge à
l’encontre de l’opposant, et c’est lui faire dire ce qu’il n’a pas dit …,
lorsqu’il fuit de la mécréance (en contestant l’implication de sa parole), il
aura très bien fait »

(Source : al-Fissal, 3/129)

Si abou salmane 545 était ignorant de cette règle, alors dans ce cas-là il
aurait été mieux qu’il se taise, au lieu qu’il égare les gens.

Mais, je serais étonné qu’une personne de son niveau puisse ignorer cette
règle.

Le véritable problème c’est qu’il a osé calomnier Ibn Taymiyya,


rahimahoullah, en lui mettant dans la bouche l’implication de sa parole.

Elle est où la crainte d’Allah lorsque l’on se permet de faire de telles


choses ?

Elle est où la crainte d’Allah lorsque l’on se permet de mentir à des


francophones qui n’ont même pas la possibilité d’aller vérifier ce qu’Ibn
Taymiyya, rahimahoullah, a réellement dit ?

N’est-ce pas un procédé diabolique ?

Il ne s’est même pas rendu compte qu’il a accusé Ibn Taymiyya,


rahimahoullah, de ne pas savoir ce qu’est un Tâghoût !
En effet, pour abou salmane 545, Ibn Taymiyya, rahimahoullah, considérait
que celui qui se croit meilleur qu’Allah est un musulman. Or, Aïcha s’est
crue meilleure qu’Allah. Donc, Aïcha était un Tâghoût, mais Ibn Taymiyya,
rahimahoullah, l’a excusée par son ignorance.

À moins que ce soit réellement là où il voulait en venir. C’est-à-dire, nous


faire croire qu’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, n’a pas désavoué le Tâghoût,
et ainsi nous pousser à faire son Takfir, ou bien sortir le Takfir des Tâwaghît
du fondement de l’Islam.

Mais, abou salmane 545 ne s’est même pas rendu compte qu’il a accusé
Ibn Taymiyya, rahimahoullah, de ne pas savoir ce qu’est le Chirk !

Or, même d’après lui, celui qui ne désavoue pas le Chirk n’est pas
musulman.

Alors, est-ce que d’après sa compréhension il va oser faire le Takfir d’Ibn


Taymiyya, rahimahoullah ?

Ou bien, il va faire du favoritisme pour Ibn Taymiyya, rahimahoullah ?

Voilà comment se fait humilier celui qui se permet de mentir sur de grands
savants, et une fois qu’il est attrapé dans le mensonge, et qu’on lui expose
l’implication de son mensonge, il ne lui reste plus qu’a dire : ‘’Je me suis
trompé, j’ai mal traduit …’’ – ceci, afin de rester crédible auprès des gens.

Nous aussi on peut jouer à son jeu. Exemple :

Abdallah ‘ibn Abd al-Latif, rahimahoullah, a été questionné à propos de


celui qui n’applique pas le takfir sur l’Empire Ottoman, ou incite, aide, les
mécréants contre les musulmans, ou déclare son gouverneur légitime, ou
affirme que le Djihad à son côté est obligatoire … - il a répondu :

« Celui qui ignore la mécréance de l’Empire Ottoman, et ne fait pas la


différence entre eux et les musulmans injustes – il ne connait pas la
signification de la ilaha illa Allah. Et, si en plus il croit que l’Etat est
Islamique, alors cela est encore pire. Ceci est le doute de la mécréance de
celui qui a mécru en Allah et Lui a donné un associé. Et, en ce qui
concerne celui qui les incite ou les aide, quelque soit l’aide, contre les
musulmans, alors ceci est une apostasie claire »

(Source : Fatawas des savants de Nadjd, 3/64)

L’Empire Ottoman légiférait des lois, tout comme le fait le Hamas.


Abdallah ‘ibn Abd al-Latif, rahimahoullah, a dit de manière claire que celui
qui doute de leur mécréance ne connait pas le Tawhid. Et celui qui ne
connait pas le Tawhid n’est pas musulman.

Quelle est la différence entre l’Empire Ottoman et le Hamas ?


Aucune.

Quelle est la différence ceux qui doutent de la mécréance de l’Empire


Ottoman et ceux qui doutent de la mécréance du Hamas ?

Aucune.

Est-ce que Abdalla ‘ibn Abd al-Latif, rahimahoullah, était un Kharidji,


Takfiri, ou au moins un Ghoulat ?

N’esquivez pas la réponse, dites le, soyez honnêtes, tout comme ont été
honnêtes certains de vos savants quand ils ont dit que les savants de
Nadjd ont de l’exagération dans le Takfir. Il est évident qu’avec des
paroles aussi claires que celle-ci vous n’avez que deux options :
1. Être honnêtes et dire : Oui, ils exagèrent.
2. Ou bien, dire : Ils n’exagèrent pas, ceci est la vérité.

Traitez ce cheikh de la même manière que vous nous traitez, et ne faites


pas de favoritisme, car si il y a vraiment quelqu’un parmi nous qui fait du
favoritisme, c’est bien vous.

Un autre mensonge sur Ibn Taymiyya

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Et c'est pourquoi j'ai dis aux Djahmiyyah parmi les Houlouliyyah, et les
Noufates qui réfutèrent le fait qu'Allah soit au dessus de Son Trône … : «
Si j'étais d'accord avec vous je serais alors mécréant, car je sais que votre
conviction est de la mécréance, quant à vous, à mes yeux et selon moi,
vous n'êtes pas mécréants, car vous êtes ignorants »

(Source : ar-Radou 'ala al-Bakri, volume 1, page 383)

Voici la parole que nous a ramenée abou salmane 545 avec comme seul
objectif de nous pousser à rendre Ibn Taymiyya, rahimahoullah, de
mécréant, ou bien nous pousser à sortir le Takfir des polythéistes qui
s’affilient à l’Islam du fondement de l’Islam.

Nous ne ferons rien de tout ceci, au contraire nous prouverons qu’abou


salmane 545 a une fois de plus calomnié Ibn Taymiyya, rahimahoullah,
afin de mettre des ambiguïtés aux musulmans.

Lorsque le cheikh al-Islam, rahimahoullah, parle des Djahmiyyah parmi les


Houlouliyyah, il parle des Djahmiyyah qui croient qu’Allah est partout, sans
être mélangé à ce qu’Il a crée, ce qui est une innovation et non une
annulation du Tawhid.
En effet, Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a parlé de la secte qui affirme
qu’Allah est mélangé à la création et il a dit :

« Ceux-là, leur mécréance est encore pire que celle des chrétiens qui
disent qu’Allah est le fils de Marie … Les doctrines de ces gens-là sont
pires que les doctrines des chrétiens, et il s’y trouve les mêmes genres de
contradiction que dans les doctrines des chrétiens. C’est pour cela qu’ils
disent qu’Allah est incarné, ou qu’Il ne fait qu’un avec la création, ou qu’Il
est le Seul qui existe. C’est une doctrine complètement contradictoire, et
c’est pour cela que leur aspect réel échappe à ceux qui ne les
comprennent pas. Et tout ceci est une mécréance intérieure et extérieure
à l’unanimité de tous les musulmans, et celui qui doute de la mécréance
de ces gens-là, après avoir pris connaissance de ce qu’ils disent, et après
avoir pris connaissance de la Religion de l’Islam, c’est un mécréant au
même titre que celui qui doute de la mécréance des juifs, des chrétiens et
des polythéistes … »

(Source : Madjmou al-Fatawa, 2/368)

Regarde comment parle le cheikh al-Islam, rahimahoullah, de la secte


d’Ibn ‘Arabi. Il dit que leur Chirk est encore pire que celui des chrétiens, et
quiconque connait leur situation, puis doute de leur mécréance, est lui-
même mécréant au même titre que s’il doutait de la mécréance des juifs
et des chrétiens !

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, ne rendait pas mécréants seulement les


polythéistes qui s’affilient à l’Islam, mais il rendait mécréants aussi ceux
qui doutent de leur mécréance.

Pourtant, il existe des personnes qui avec leur méthodologie diabolique


essayent de nous faire croire qu’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, ne rendait
même pas les polythéistes de mécréants !

En ce qui concerne les Noufates, sache que le mot Noufate est le pluriel du
mot Nafi qui veut dire ‘’renier’’. Donc, toute secte qui renie quelque chose
par ignorance ou non, fait partie des Noufates.

Dans la parole rapportée par abou salmane 545, Ibn Taymiyya,


rahimahoullah, parle des Noufates qui renient l’établissement d’Allah au-
dessus de Son Trône. Ceci est une innovation notamment des ‘Achariyyah
et des Djahmiyyah, et cette innovation ne s’oppose pas au fondement de
l’Islam.

Le véritable problème, c’est qu’abou salmane 545, une personne qui a un


très bon niveau de la langue arabe, a dissimulé la signification du mot
‘’Nafi’’, puis a fait croire aux gens que les Noufates dont parle Ibn
Taymiyya, rahimahoullah, sont ceux qui renient la Vie, ou encore la
Science d’Allah.
Ceci est une pure calomnie à l’encontre du cheikh al-Islam !

Pourtant, dans la parole citée, rien n’indique qu’Ibn Taymiyya,


rahimahoullah, parlait de ces Noufates là.

En réalité, abou salmane 545 a fait comprendre aux gens qu’Ibn


Taymiyya, rahimahoullah, considérait qu’il est possible d’être musulmans
tout en croyant qu’Allah n’a ni Vie, ni Science. Ceci, afin de les pousser à
soit faire le Takfir d’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, ou bien sortir le Takfir
des polythéistes qui s’affilient à l’Islam du fondement de l’Islam.

Ceci est un procédé honteux et diabolique !

La personne qui se cache derrière le pseudonyme abou salmane 545


n’arrivera jamais à nous faire croire qu’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, ne
faisait pas le Takfir sur les polythéistes. Ceci, car Ibn Taymiyya,
rahimahoullah, a rapporté l’unanimité des savants que quiconque commet
le Chirk Akbar n’a aucune excuse, si ce n’est la contrainte. Ceci est une
preuve qu’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, appliquait le Takfir sur les
polythéistes, à moins qu’il ignorait ce qu’est le Chirk Akbar, et ainsi ne le
désavouait pas. Cependant, abou salmane 545 n’osera jamais dire une
telle chose, car lui-même soutient la thèse qu’on ne peut pas être
musulman si on ignore ce qu’est le Chirk, ou encore si on ne se désavoue
pas du Chirk.

Maintenant, nous allons prouver qu’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, n’a dit


nulle part qu’il est possible d’être musulman tout en ignorant si Allah est
Vivant, ou Savant, comme l’a insinué abou salmane 545.

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, parle des Djahmiyyah qui annulent le


fondement de l’Islam dans Madjmou al-Fatawa, volume 3, Fatawa 39. Il
cite notamment le groupe des Djahmiyyah qui disent qu’Allah n’est pas
mort, mais ne lui confirment tout de même pas la Vie !

Où a trouvé abou salmane 545 qu’Ibn Taymiyya a dit qu’il est possible
d’être musulman tout en croyant qu’Allah n’a pas de Vie ?

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, parle des Qadariyyah extrémistes dans


Madjmou al-Fatawa, volume 2, Fatawa 152. Il dit que les Qadariyyah sont
ceux qui disent qu’Allah ne connaît pas les actes des gens tant qu’ils ne
sont pas commis. Donc, ils pensent que les actes des gens se font sans la
Volonté, la Puissance, ou encore la Science d’Allah au préalable, comme
l’a dit Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, dans al-Djawab al-Kafi, pages 186-
187. Et Ibn al-Qayyim, et Ibn Taymiyya, qu’Allah leur fasse Miséricorde,
disent dans les deux références citées que ces Qadariyyah sont des
mécréants.

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, rapporte aussi l’unanimité des Salafs quant


à la mécréance de ce genre de Qadariyyah dans son livre Chifa al-Alil,
page 28.
Que dire d’abou salmane 545 qui a insinué que même Ibn al-Qayyim,
rahimahoullah, ne rendait pas mécréants les Noufates qui renient la Vie,
ou la Science d’Allah ?

Sachant que la mécréance des Qadariyyah est en réalité le grand


polythéisme, est-ce qu’abou salmane 545 pourrait nous dire où il a trouvé
que ces deux savants ont dit qu’il est possible d’être musulman tout en
croyant qu’Allah n’a pas de Science ?

Il est obligé de dire nulle part, car si il s’aventure à persister dans son
mensonge, il sera obligé de conclure que ces deux savants ne savaient
même pas ce qu’est le grand polythéisme, et il va ainsi se faire piéger à
son propre jeu, car il sera obligé lui-même des les rendre mécréants.

Cependant, ces deux grands savants sont innocents de ce que leur


attribuent les menteurs.

Réponse à l'ambiguïté sur les Mou'atazilas

Une des ambiguïtés évoquée par les personnes qui sortent le Takfir des
polythéistes qui s’affilient à l’Islam du fondement de l’Islam, est l’histoire
des Mou’atazilas.

Les Mou’atazilas sont une secte qui comprend plusieurs tendances et


plusieurs égarements. Un de leurs égarements est le fait d’affirmer les
Noms d’Allah, tout en reniant Ses Attributs.

Comme tout innovateur, ils sont tombés dans l’innovation afin d’éviter la
soi-disant mécréance.

Leur raisonnement est le suivant : Allah n’est pas une Science. La Science
est un Attribut. Si cet attribut n’est pas Allah, c’est qu’il est un autre
qu’Allah, et si on affirme qu’un autre qu’Allah a existé avec Lui depuis
toujours, alors ceci serait le grand polythéisme car on donnerait un égal à
Allah dans l’éternité. Ce raisonnement les a poussé à dire qu’Allah sait
sans Science, qu’Allah voit sans Vue, qu’Allah entend sans Ouïe, qu’Allah
parle sans Parole, et ainsi de suite.

D’un autre côté, ils savent très bien qu’il ne leur est pas possible de nier le
fait qu’Allah sait, qu’Allah voit, qu’Allah entend, qu’Allah parle, etc. En
effet, ils savent que sans ces Noms Allah ne mériterait pas d’être adoré,
alors ils ont lié entre les deux en disant : « Allah sait sans Science … »

Le maximum que l’on puisse dire sur ces Mou’atazilas, c’est que
l’implication de leur parole est une mécréance, or nous savons qu’il ne
faut pas rendre les gens mécréants pour l’implication de leur parole.
Ibn Hazm, rahimahoullah, a dit :

« Quant à celui qui traite les gens de mécréants sur base de ce


qu'impliquent leurs paroles, c’est une erreur, car c’est un mensonge à
l’encontre de l’opposant, et c’est lui faire dire ce qu’il n’a pas dit …,
lorsqu’il fuit de la mécréance (en contestant l’implication de sa parole), il
aura très bien fait »

(Source : al-Fissal, 3/129)

Le Qadiy Iyyadh, rahimahoullah, a dit :

« Quant à ceux qui affirment le Nom en contestant l’Attribut, et disent :


« Je dis qu’Il sait mais Il n’a pas de Science, Il parle mais n’a pas de
Parole ... » - et ainsi de suite pour tous les Attributs d’Allah comme dans la
doctrine des Mou‘atazilas ; celui qui leur attribue l’implication de cette
doctrine les bannira de l’Islam, car lorsqu’on conteste la Science il en
implique de contester le Nom de Savant, car le seul qu’on puisse nommer
de savant c’est celui qui a une science … Par contre, celui qui ne leur
attribue pas l’implication de leur doctrine, ne les punit pas en
conséquence, et ne leur impose pas la conséquence de leur doctrine ; il ne
les bannira pas de l’Islam, car il dira que s’ils s’arrêtent là-dessus et
disent : « Nous ne disons pas qu’Il n’est pas Savant, nous n’adoptons pas
la conséquence que vous voulez nous forcer d’adopter, et nous sommes
d’accord avec vous que cette conséquence est une mécréance, et nous
affirmons que notre doctrine n’implique pas ce que vous dites sur base de
nos principes » - C’est sur ces deux avis qu’ont divergé les gens sur la
question de bannir les hérétiques de l’Islam. Lorsque tu l’auras compris, tu
comprendras alors la raison qui mena à cette divergence. Et le plus juste
est de laisser leur bannissement de l’Islam, et renoncer de leur affirmer le
verdict de perdition, et leur appliquer les statuts du musulman »

(Source : ach-Chifa’, 2/293-294)

En quoi l’innovation des Mou’atazilas peut-elle servir de preuve que le


Takfir des polythéistes qui s’affilient à l’Islam ne fait pas partie du
fondement de l’Islam ?

Comment peut-on se permettre de ramener leur innovation pour sortir le


Takfir des polythéistes du fondement de l’Islam, alors qu’il y a unanimité
des savants que quiconque tombe dans le grand polythéisme devient
polythéiste à moins qu’il soit contraint ?

Comment peut-on se permettre de ramener leur innovation pour sortir le


Takfir des polythéistes du fondement de l’Islam, alors qu’il y a unanimité
des savants que l’Islam n’est pas valable sans le désaveu du Chirk et le
Takfir des polythéistes ?
Si ils nous disent : « Ces Mou’atazilas décrivent Allah par deux opposés, et
ceci est impossible, ceci annule le fondement de l’Islam, pourtant les
savants ne les ont pas rendu mécréants »

Nous leur répondons que ces Mou’atazilas ne décrivent pas Allah par deux
noms opposés l’un à l’autre, ou encore deux attributs opposés l’un à
l’autre, mais qu’ils affirment les Noms tout en reniant les Attributs, ce qui
est sensiblement différent. En effet, ceci est une innovation qui n’annule
pas le fondement de l’Islam, et ce n’est que l’implication de leur croyance
qui est une mécréance, et non leur croyance.

Quant à ceux qui décrivent Allah par deux opposés, il n’y a pas de doute
qu’ils sont mécréants dans le fondement de l’Islam. En effet, ils décrivent
Allah d’une manière impossible, et ceci ne peut provenir que d’un fou, ou
encore de quelqu’un qui ignore Allah.

Cette secte existe, il s’agît d’un groupe de Djahmiyyah que cheikh al-
Islam, Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a cité dans son Madjmou al-Fatawa,
volume 3, Fatawa 39, lorsqu’il a parlé de sectes qui annulent le fondement
de l’Islam.

Les gens qui essayent de sortir le Takfir des polythéistes qui s’affilient à
l’Islam du fondement de l’Islam n’arriveront jamais à trouver une parole
d’un Salaf, ou même d’un Khalaf, qui dit qu’il est possible d’être
musulman tout en donnant des égaux à Allah. Ils savent très bien qu’il y a
unanimité dans ce sujet.

Pourtant, leurs passions les poussent à accuser certains savants d’avoir


affirmé l’Islam à certains polythéistes, alors qu’ils savent très bien que les
mêmes savants ont dit que quiconque commet le Chirk devient
polythéiste, à moins qu’il soit contraint.

En réalité, ils ne se rendent pas compte qu’ils sont entrain d’accuser ces
savants d’ignorer ce qu’est le Chirk, d’ignorer ce qu’est le Tawhid, alors
que même pour eux celui qui ignore ce qu’est le Chirk, ou celui qui ignore
ce qu’est le Tawhid, est un mécréant.

Donc, il ne leur reste qu’a fouiller dans les paroles des savants quand ils
parlent des Noms et Attributs, afin de trouver quelque chose d’ambigu qui
pourrait être interprété de plusieurs manières et imposer leur propre
interprétation. Cependant, toute personne qui a un minimum de science
sait que les savants ont été unanimes que quiconque commet le Chirk,
devient polythéiste, ce qui prouve que les savants ont désavoué les
polythéistes, à moins qu’ils ignoraient ce qu’est le Chirk. Même nos
opposants n’oseront jamais affirmer une telle chose …

On ne peut être qu’un ignorant, ou encore un orgueilleux, lorsque l’on se


permet de venir avec des paroles qui concernent les Noms et les Attributs,
sachant qu’il y a tellement de divergences entre les savants dans ce sujet,
pour sortir le Takfir des polythéistes du fondement de l’Islam, alors qu’il y
a unanimité des savants dans le sujet !

Ibn Taymiyya calomnié d'avoir fraternisé avec les polythéistes

Certaines personnes, qu’Allah les guide, afin de sortir le Takfir des


polythéistes qui s’affilient à l’Islam du fondement de l’Islam, se permettent
d’accuser les plus grands savants de l’Islam d’avoir fraternisé avec les
polythéistes.

Sans même se rendre compte, ils accusent les mêmes savants d’avoir en
réalité été des mécréants ignorants.

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, est innocent de ce que lui attribuent les


menteurs, et son honneur a été sali !

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Tout


musulman qui abandonne son frère musulman quand son honneur
et sa dignité sont à la fois attaqués, Allah l'abandonnera quand il
aura le plus besoin de Son soutien. Tout musulman qui soutient
son frère musulman quand son honneur et sa dignité sont à la fois
attaqués, aura le soutien d'Allah quand qu'il aura le plus besoin
de Son soutien » (Rapporté par Ahmed et abou Dawoud)

Nous allons, avec l’aide d’Allah, soutenir notre frère Ibn Taymiyya,
rahimahoullah, car son honneur et sa dignité ont été attaqués, et ainsi
nous espérons le soutien d’Allah quand nous aurons le plus besoin de Son
soutien.

Nos opposants affirment qu’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, considérait les


chiites Rawafid extrémistes comme étant des musulmans.
Il est vrai qu’il existe une parole d’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, dans
laquelle on peut comprendre qu’il considère les chiites Rawafid
extrémistes comme étant des musulmans, mais rien ne prouve qu’il parlait
des polythéistes parmi eux.

En effet, lorsque le cheikh utilise le terme ‘’extrémiste’’, ceci n’est pas une
preuve qu’il parle de la pire des sectes parmi eux, car toute personne qui
dévie du dogme du juste milieu tombe dans un extrême, et cet extrême
peut être une mécréance annulant l’Islam, mais aussi une innovation
n’annulant l’Islam qu’après l’établissement de la preuve.

La preuve supplémentaire qu’il ne parlait pas des Rawafid polythéistes est


sa croyance quant à ceux qui commettent le Chirk.

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Et donc, celui qui place une créature à l’égal d’Allah dans ce qui
n’appartient qu’à Allah, dans la Divinité ou la Seigneurie, il est mécréant à
l’unanimité de la communauté musulmane »

(Source : Madjmou al-Fatawa, 1/88)

Abou Battîn, rahimahoullah, a dit :

« Ibn Taymiyya applique clairement le takfir sur celui qui commet le grand
polythéisme et rapporte un consensus des musulmans en ce qui concerne
ce sujet, sans y excuser un ignorant ou ceux qui lui ressemblent »

(Source: Fatawas des savants de Nadjd)

Dans ces deux paroles nous avons la preuve qu’Ibn Taymiyya,


rahimahoullah, rendait mécréants tous ceux qui venaient à commettre le
grand polythéisme, sans y excuser un ignorant.

Rien que ceci devrait être suffisant pour affirmer qu’Ibn Taymiyya,
rahimahoullah, ne parlait pas des chiites Rawafid polythéistes, car celui
qui continue à soutenir la thèse qu’il parlait des polythéistes, ça voudrait
dire qu’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, donnait l’excuse de l’ignorance dans
le grand polythéisme, ou encore qu’il ignorait ce qu’est le Chirk et ce
qu’est le Tawhid. Or, nous venons de voir qu’il ne donnait aucune excuse
dans le grand polythéisme, quant au fait qu’il ignorant le Chirk et le
Tawhid, même nos opposants n’oseront jamais dire une telle chose.

Étant donné qu’il y a 14 sectes parmi les Rawafid, Ibn Taymiyya,


rahimahoullah, ne pouvait parler que de la secte qui n’est pas tombée
dans le grand polythéisme, mais de celle qui est tombée dans un
égarement, ou encore une innovation qui n’annule pas le fondement de
l’Islam. En effet, la croyance d’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, concernant
les Rawafid polythéistes est connue de tous ceux qui ont lu ses livres, et il
est honteux de mentir sur de grands savants de son genre pour arriver à
ses fins !

Un des savants de Nadjd a dit :

« Cheikh ‘Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit : « Celui qui invoque ‘Ali est
un mécréant et celui qui doute de sa mécréance est aussi un mécréant » »

(Source : Fatawas des savants de Nadjd, 4/145-146)

Cette parole est l’ultime preuve qu’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, ne


parlait pas des polythéistes, car on y voit que non seulement il rend
mécréants les Rawafid polythéistes, mais aussi tous ceux qui doutent de
leur mécréance !

Votre calomnie à l’encontre d’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, n’avait qu’un


seul objectif, soit nous pousser à sortir le Takfir des polythéistes du
fondement de l’Islam, ou bien nous pousser à rendre mécréant le cheikh
al-Islam, rahimahoullah.

À notre tour de jouer à votre jeu :

Maintenant qu’il est prouvé que le cheikh al-Islam n’était pas le frère des
polythéistes, mais qu’il rendait mécréants tous ceux qui ne les rendent
pas mécréants, est-ce qu’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, était un Kharidji,
un Takfiri, ou au minimum un Ghoulat ?

Soit vous dites que le Takfir des polythéistes fait partie du fondement de
l’Islam, soit vous dites que cheikh al-Islam, rahimahoullah, était un
Kharidji, un Takfiri, ou pour les plus modérés parmi vous, un Ghoulat.

Le mensonge sur Mouhammad 'ibn Abd al-Wahhab

Une des ambiguïtés propagée par les personnes qui s’acharnent à faire
sortir le Takfir des polythéistes qui s’affilient à l’Islam du fondement de
l’Islam est la soi-disant divergence entre les savants quant à la visite des
tombes.

Ainsi, les gens qui vont près des tombes, car ils pensent que le mort les
entend, puis lui demandent d’invoquer Allah pour eux, sont des
polythéistes pour Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah.

Quant à Ibn Taymiyya, rahimahoullah, il les a jugés innovateurs.

Sur base de ce qui précède, nos opposants insinuent que Mouhammad ‘ibn
Abd al-Wahhab, rahimahoullah, n’a pas désavoué les polythéistes qui
n’ont pas désavoué le grand polythéisme, et notamment Ibn Taymiyya,
rahimahoullah.

Leur prétention va encore plus loin en réalité. En effet, ils accusent


indirectement Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, de faire
partie de ceux qui affirment qu’il est possible d’être un musulman tout en
ignorant le Chirk et le Tawhid.

Ceci est une immense calomnie à l’encontre de ce grand cheikh, qu’Allah


lui fasse Miséricorde, car toute personne qui connait un strict minimum ses
Fatawas, sait que le cheikh, rahimahoullah, jugeait de polythéiste
quiconque ignore ce qu’est le Chirk, ou encore tombe dedans par
ignorance, et qu’il jugeait de mécréant quiconque considère ce polythéiste
de musulman.

De ce fait, insinuer qu’il considère musulman celui qui ignore le Tawhid est
honteux de la part des calomniateurs. N’oubliez pas que vous aurez des
comptes à rendre …

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Prononcer la parole de “La ilaha illa Allah” sans connaître sa signification


et sans appliquer ce qu’elle implique ne rend pas la personne Musulmane,
mais ceci est une preuve contre cette personne. Quiconque témoigne qu’il
n’y a de divinité qu'Allah et adore autre que Lui en parallèle, celui-ci a un
témoignage vain, bien qu’il prie, donne la Zakat, jeûne, ou qu’il mette en
avant certaines œuvres propres à l’Islam »

Il a aussi dit : « Toute personne qui dit la Chahada sans savoir sa


signification et sans vivre ou agir selon cela n’est pas musulmane »

(Source, ad-Dourar as-Saniyyah, 12/535)

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a cité dans ad-Dourar


as-Saniyyah, 2/22, les catégories de gens qui contredisent le Tawhid, la
Religion de tous les Prophètes, et il a notamment cité :

• Ceux qui ne connaissent pas le Chirk, et donc ne le renient pas.


• Ceux qui ne connaissent pas le Tawhid, mais ne Le renient pas.
• Ceux qui délaissent le Chirk et le détestent, mais ne reconnaissent
pas sa valeur, alors ils ne détestent pas ceux qui le font, et ne les
traitent pas de mécréants.

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Celui qui ne bannit pas de l’Islam ceux qui donnent des associés à Allah,
ou doute de leur mécréance, ou valide leur religion, c’est un mécréant à
l’unanimité »
(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/91)

Le cheikh, rahimahoullah, n’a pas fait exception de ceux qui s’affilient à


l’Islam.

• La première preuve de ceci est qu’il ne l’a pas précisé dans sa


parole et vous savez très bien qu’un savant ne peut pas retarder
l’explication.
• La deuxième preuve c’est que presque toutes les Fatawas du
cheikh, rahimahoullah, parlent de ceux qui s’affilient à l’Islam, et à
aucun moment il a différencié les juifs et les chrétiens de ceux qui
s’affilient à l’Islam.

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit:

« Si un hypocrite essaye d’argumenter comme quoi le verset concerne


que les mécréants, dites-lui : « Est-ce qu’il existe un seul savant
musulman qui a dit que ces versets ne concernent pas ceux parmi les
musulmans qui commettent les mêmes actes ? Qui a dit ça avant toi ? »
Dites-lui aussi : « Ceci est le rejet du consensus de la Oumma, car le
consensus dit que ces versets concernent aussi bien les mécréants, que
ceux qui se disent musulmans » »
(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/58-59)

Points à retenir :

1. Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, considérait que


quiconque ignore le Tawhid est un mécréant.

2. Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, considérait que


quiconque ignore le Chirk est un polythéiste.
3. Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, considérait que
quiconque commet le Chirk, même en étant ignorant, est un
polythéiste.

4. Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, considérait que


quiconque n’applique pas le Takfir sur le polythéiste, est un
mécréant.

5. Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, n’a fait aucune


différence dans tout ce qui vient d’être cité entre un juif, un
chrétien, ou une personne s’affiliant à l’Islam.

Est-ce que Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, est au


minimum un Takfiri ?

Ou bien vous considérez que Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab,


rahimahoullah, a fait preuve de favoritisme envers certains polythéistes
tels qu’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, d’après votre compréhension ?
Ou bien vous considérez que Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab,
rahimahoullah, disait des paroles de mécréance pour ruser en dehors de la
contrainte ?

Il en est rien de tout ceci. En effet, Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab,


rahimahoullah, était un monothéiste et avait la croyance que nous venons
d’exposer. Tout ceci est clair dans ses nombreux ouvrages.

Mais, des gens qui ont dans le cœur une inclinaison vers l’égarement
délaissent toutes ses paroles claires sans la moindre ambiguïté, pour
interpréter de la manière qui les arrange d’autres paroles qui peuvent
avoir plusieurs interprétations.

La bonne méthodologie c’est de trouver une explication à toute parole


ambigüe qui va dans le sens de ce qui a été établi de manière certaine et
sans la moindre ambiguïté.

Par exemple :

Au lieu d’accuser Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, avec


une parole ambigüe, d’avoir fraternisé avec des gens ignorants du Chirk et
du Tawhid, alors qu’il est établi de manière certaine que ceci est loin
d’être sa croyance et que quiconque fraternise avec de telles personnes
est un mécréant d’après lui, il convient soit de trouver une explication à sa
parole qui va dans le sens de sa croyance, ou même laisser cette
explication à d’autres personnes et se contenter de croire que ceci n’est
qu’une ambiguïté comme il y en a tant d’autres.

Voici une des explications possibles :

Les gens qui visitaient les tombes à l’époque de Mouhammad ‘ibn Abd al-
Wahhab, rahimahoullah, ne sont pas tombés uniquement dans
l’innovation, mais aussi dans le Chirk, en espérant autant du mort que
d’Allah. Ainsi, ils donnaient un égal à Allah dans l’Adoration qui est
l’Espoir. C’est la raison pour laquelle le cheikh, rahimahoullah, les a jugés
de polythéistes.

Quant à Ibn Taymiyya, rahimahoullah, il parlait uniquement de


l’innovation, sans donner d’égal à Allah dans quoi que ce soit, et il savait
très bien que celui qui donne un égal à Allah dans l’Adoration, en espérant
autant d’un autre que d’Allah, est un polythéiste.

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, savait que ceci était la


croyance d’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, et il fait partie des personnes qui
connaissent le mieux sa croyance, c’est la raison pour laquelle il ne l’a pas
rendu mécréant.

Donc, les deux savants, qu’Allah leur fasse Miséricorde, parlaient de deux
situations différentes, tout en parlant de ceux qui visitent les tombes, c’est
la raison pour laquelle ils ont donné deux jugements différents.
Si Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, avait parlé de la
même situation qu’Ibn Taymiyya, rahimahoullah, il aurait donné le même
jugement que lui.

Et si Ibn Taymiyya, rahimahoullah, avait parlé de la même situation que


Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, il aurait donné le même
jugement que lui.

Chacun des deux savants savait faire la différence entre le Chirk et


l’innovation, et ce n’est pas pour rien qu’ils sont nommés ‘’les savants de
l’Islam’’. Insinuer le contraire à leur encontre revient à les rabaisser et les
traiter au minimum d’ignorants.

Le mensonge sur Abd ar-Rahman 'ibn Hassan

Nos opposants qui sortent le Takfir des polythéistes du fondement de


l’Islam essayent de nous faire croire qu’Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan,
rahimahoullah, avait la même croyance qu’eux.

Ils disent que le cheikh, rahimahoullah, a dit dans ad-Dourar as-Saniyyah,


volume 2 page 206 : « Allah a appelé les gens du Chirk mécréants dans
plusieurs versets. Il est donc indispensable de les rendre mécréants aussi,
et cela est l’implication de la ilaha illa Allah qui est la parole d’Ikhlass. Sa
compréhension n’est complète (en arabe ‘’fala yatim’’) seulement avec le
Takfir de la personne qui a fait du Chirk dans son adoration »

Voilà leur traduction. Je l’ai transmis sans rien enlever ni rajouter.

Leur argumentation est la suivante :

• Ils disent que le cheikh, rahimahoullah, n’a pas appelé le Takfir des
polythéistes comme étant un fondement, mais une implication.

• Ils disent que le cheikh, rahimahoullah, a utilisé le mot ‘’fala yatim’’


qui veut dire ; n’est pas complet. Ce qui voudrait dire selon eux que
le Tawhid de ceux qui n’appliquent pas le Takfir sur les polythéistes
est valide, mais pas complet.

Avant toute chose, voici la traduction exacte de la parole du cheikh,


rahimahoullah :

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit :

« Allah a taxé de mécréants les idolâtres dans d’innombrables versets. Il


faut donc les exclure de l’Islam, c’est indissociable du témoignage qu’il n’y
a de vrai dieu qu’Allah, la parole de la consécration du culte. Le sens de
cette parole ne peut se valider sans exclure de l’Islam celui qui attribue à
Allah un associé dans Son Adoration, comme le mentionne le Hadith
authentique : « Quiconque témoigne qu’il n’y a de vraie divinité
qu’Allah, et désavoue ce qui est adoré en dehors d’Allah, son sang
et ses biens sont sacrés, et son sort est auprès d’Allah »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/206)

Nous voyons que le cheikh, rahimahoullah, a dit que le Takfir des


polythéistes est indissociable de la Chahada. Toutefois, nous ne sommes
pas contre le fait de dire que le Takfir des polythéistes est une implication
du Tawhid, sauf que nous disons que le Tawhid n’est pas valable sans
cette implication qui est liée et indissociable du Tawhid.

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit :

« Il faut donc absolument bannir de l’Islam ceux qui donnent des associés
à Allah, car c’est ce qu’implique fatalement (le sens de) : « La ilaha illa
Allah » qui est la parole de la consécration du culte à Allah. Son sens ne se
valide pas tant qu’on n’a pas banni de l’Islam celui qui donne un égal à
Allah dans l’adoration »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/210)

Quant à leur argument que ‘’fala yatim’’ ne veut pas dire invalide, mais
incomplet, ceci est faux.

En effet, ce mot peut être interprété des deux manières, c’est la raison
pour laquelle il est indispensable de prendre en compte d’autres paroles
du cheikh, rahimahoullah, pour voir quel sens a-t-il voulu donner.

Ceux qui ont une maladie dans leur cœur, prennent des paroles qui
peuvent être comprises de plusieurs manières pour leur donner le sens qui
les arrange. Cette méthodologie n’a rien à voir avec l’Islam. En effet, la
bonne méthodologie est de prendre en compte toutes les paroles,
notamment celles qui sont claires sans la moindre ambiguïté, pour
interpréter les paroles ambigües en accord avec celles qui sont claires.

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit:

« Il existe un consensus parmi la Oumma des Salafs et des Khalafs,


commençant par les Compagnons, les Tabi’ines, les Imams et tous les
savants des ahl as-Sounnah wal Djama’ah, qu’un homme n’est pas
musulman si il ne délaisse pas le grand Chirk, ne se désavoue pas de lui et
de celui qui le commet … »

(Source: ad-Dourar as-Saniyyah, volume 8 / page 338)

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, après avoir cité le verset dans
lequel Allah a dit: « Certes, vous avez eu un bel exemple (à suivre)
en Ibrahim et en ceux qui étaient avec lui (1), quand ils dirent à
leur peuple: « Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez
en dehors d'Allah. Nous mécroyons en vous, désormais entre vous
et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce
que vous croyiez en Allah, Seul » (Sourate 60 - verset 4) – a dit :

« Ce verset contient tout ce qu’a cité notre cheikh (2), rahimahoullah,


parmi l’incitation au Tawhid, la négation du Chirk, la loyauté envers les
monothéistes, et le takfir de celui qui le délaisse en commettant le Chirk
qui l’annule, car celui qui commet le Chirk a délaissé le Tawhid, ceci parce
que les deux sont l’opposé l’un de l’autre et ne peuvent coexister. De ce
fait, à chaque fois que le Chirk apparait, le Tawhid disparait. Allah a parlé
de ceux qui commettent le Chirk, et a appliqué le takfir sur eux à cause de
l’association dans l’adoration, et des versets qui en parlent sont
nombreux. De ce fait, la personne ne sera pas monothéiste sans la
négation du Chirk, le désaveu du même, et le takfir de celui qui le
commet »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/204)

(1) Il s’agît de tous les Prophètes, ce qui signifie qu’il y a un consensus


de tous les Messagers d’Allah dans le sujet.
(2) Il s’agît du cheikh Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab,
rahimahoullah.

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Quant aux autres points, qui sont que je dis que l’Islam d’un homme
n’est pas valide (‘’la yatim’’) tant qu’il ne sait pas ce que veut dire la ilaha
illa Allah, et que j’enseigne le sens de cette attestation à tous ceux qui me
rejoignent, et que je juge mécréant celui qui fait un vœu pour se
rapprocher d’un autre qu’Allah, et que celui qui offre un sacrifice pour un
autre qu’Allah est mécréant et que ce qu’il a sacrifié est illicite ; tous ces
points sont vrais et c’est bien mon avis, et j’ai des preuves provenant de
la Parole d’Allah et de la parole de Son Messager et des paroles des
savants modèles, tels les quatre Imams »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 1/34-35)

Le cheikh, rahimahoullah, a utilisé le terme ‘’la yatim’’ pour dire invalide.


Cette réalité doit être confirmée même par nos opposants qui savent que
Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, rendait mécréant
quiconque ignore le Tawhid.

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Prononcer la parole de “La ilaha illa Allah” sans connaître sa signification


et sans appliquer ce qu’elle implique ne rend pas la personne Musulmane,
mais ceci est une preuve contre cette personne. Quiconque témoigne qu’il
n’y a de divinité qu'Allah et adore autre que Lui en parallèle, celui-ci a un
témoignage vain, bien qu’il prie, donne la Zakat, jeûne, ou qu’il mette en
avant certaines œuvres propres à l’Islam »

Il a aussi dit : « Toute personne qui dit la Chahada sans savoir sa


signification et sans vivre ou agir selon cela n’est pas musulmane »

(Source, ad-Dourar as-Saniyyah, 12/535)

Donc, au lieu de donner le sens qui vous arrange à un mot, et ainsi mentir
sur les savants et propager l’égarement, vous feriez mieux de revenir aux
paroles claires, afin d’interpréter celles qui peuvent être comprises de
plusieurs manières dans le sens qui ne contredit pas ce qui a été établi de
manière claire et sans aucune ambiguïté.

Réponse à l'administrateur du Blog Tawhid wal-Djihad

Dans une tentative de défendre son frère le menteur abou salmane 545,
l’administrateur du Blog Tawhid wal-Djihad est passée à l’offensive en
usant de la même stratégie que son frère.

La stratégie se nomme : ‘’Mentir sur les musulmans’’.

Ainsi, nous pouvons voir dans son article qu’il accuse les monothéistes, et
parmi eux notre frère Abou al-Hassan, d’excommunier tous les musulmans
de la planète. Cette immense calomnie ne peuvent qu’avaler que des gens
de son genre.

Ça me fait penser au menteur ‘Attiyatoullah, un des pseudo-savants du


groupe al-Qaïda, qui a calomnié le cheikh Abou Maryam, ainsi que d’autres
frères monothéistes d’excommunier tous les musulmans de la planète, de
consommer de l’alcool, de consommer de la drogue, de forniquer, ainsi
que d’autres calomnies.

Cependant, il reste quelqu’un de très respectable pour eux. Pas étonnant


… Le menteur respecte le menteur.

Quant au fait d’appeler Radjihi et lui poser une question de manière


courtoise, ceci n’indique en rien des problèmes de croyance, des
problèmes de cerveau, ou encore l’hypocrisie, comme le prétend cet
administrateur.

Radjihi est quelqu’un que vous respectez, or vous demandez toujours :


« Qui d’autre a dit ce qu’Abou Maryam a dit ? » - et maintenant que vous
savez que même Radjihi ou Fawzan sont de l’avis d’Abou Maryam, alors
vous n’assumez pas, et il ne vous reste qu’à passer à l’offensive en
mentant aux gens sur nous, afin de les éloigner du Tawhid.

J’aimerais bien savoir si l’administrateur en question est courtois avec les


mécréants quand il va à la poste, ou quand il va faire les courses. Je
l’imagine mal insulter les gens et leur mal parler. Par contre, s’il est
courtois avec eux, est-ce que ça veut dire qu’il est hypocrite ?

Ensuite, après avoir défendu abou salmane 545, celui qui se permet de
mentir sur les savants pour mettre des ambiguïtés aux gens,
l’administrateur essaye d’effrayer les gens en leur disant que nous
rendons mécréants les savants et les combattants.

Quand les gens lisent ceci, après avoir vu que nous rendons mécréants
tous les musulmans de la planète, ils vont penser qu’aucun savant ni
combattant n’échappe à notre Takfir. Or, ceci est faux. En effet, tout
savant qui permet le Chirk, ne désavoue pas le Tâghoût, ne désavoue pas
les polythéistes, aide les Tâwaghît dans la mécréance, pour ne citer que
cela, est un mécréant, quelque soit son nom, ou son nombre de diplômes.

De même, tout combattant qui permet le Chirk, ne désavoue pas le


Tâghoût, ne désavoue pas les polythéistes, pour ne citer que cela, est un
mécréant quelque soit son nom.

Si il y a vraiment quelqu’un entre vous et nous qui a un problème dans le


cerveau, c’est bien vous, car vous rendez mécréants les combattants du
Tâghoût, sans leur donner d’excuse, mais vous défendez les savants qui
leur ont autorisé de combattre dans le sentier du Tâghoût, et traitez
d’extrémistes ceux qui les excommunient de l’Islam !

Ensuite, ‘’notre’’ administrateur, soit par incompréhension de sa part, soit


en connaissance de cause, a insinué qu’abou salmane 545 ne diverge pas
avec le cheikh Abou Maryam, car même le cheikh aurait d’après lui
changé d’avis et dit qu’il est possible d’être musulman si on ne désavoue
pas certains polythéistes.
Ceci est une incompréhension de ses paroles, ou carrément un mensonge
sur lui. Néanmoins, il me semble que l’administrateur en question n’a pas
voulu mentir, mais qu’il n’a simplement pas saisi les propos du cheikh, et
Allah sait le mieux.

Cet article est l’occasion d’expliquer les propos du cheikh, et d’expliquer


l’ambiguïté dans certains propos de Soulayman ‘ibn Sahman,
rahimahoullah, qui peut être interprétée de plusieurs manières, et que nos
opposants interprètent de la manière qui leur convient tout en délaissant
les paroles claires du cheikh, rahimahoullah, celles qui ne peuvent être
interprétées que dans un seul sens.

Un des exemples à cela est une Fatawa d’Ibn Aquil, rahimahoullah, que
rapporte Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, que rapporte Soulayman ‘ibn
Sahman, rahimahoullah.

Dans cette Fatawa, Ibn Aquil, rahimahoullah, dit à propos des adorateurs
des tombes qu’ils sont pour lui des mécréants. Ce que l’on comprend dans
cette parole, c’est qu’il ne rend pas mécréants ceux qui ne les rendent pas
mécréants. Ainsi, nos opposants argumentent avec cette parole que le
Takfir des polythéistes ne fait pas partie du fondement de l’Islam.

Mais, si Ibn Aquil, rahimahoullah, ne rend pas mécréants ceux qui ne


rendent pas mécréants les polythéistes, c’est parce qu’ils ont mal
interprété les paroles ou les actes de ces adorateurs des tombes. En effet,
à partir du moment où une parole ou un acte peut être compris de
plusieurs manières, il subsiste un empêchement du Takfir, car le Takfir se
prononce sur des paroles et actes clairs, et non ambigües qui peuvent être
interprétés de plusieurs manières.

L’exemple pour cela sont les gens qu’on trouve devant les tombes. En
effet, il peut y avoir des gens qui adorent les morts, tandis que d’autres ne
les adorent pas, mais sont tombés dans l’innovation et ainsi demandent
aux morts qu’ils fassent des invocations à Allah pour eux.

Il peut y avoir des gens qui ne sont pas au courant que les personnes dans
un endroit donné adorent les morts, et ainsi quand ils les voient devant les
tombes, ils trouvent leurs paroles et actes ambigües, n’atteignant pas le
Chirk de manière claire, et ainsi ne les jugent pas mécréants. C’est la
raison pour laquelle certains savants se sont abstenus d’appliquer le Takfir
sur eux, avant de leur exposer la véritable situation de ces personnes, et
leur prouver qu’ils ne font rien d’autre que le Chirk quand ils fréquentent
les tombes.

De même, certaines paroles d’Ibn ‘Arabi peuvent être interprétés de


plusieurs manières, c’est la raison pour laquelle certains se sont abstenus
quant à son Takfir. Cependant, toute personne qui connait le véritable
sens de ses paroles, puis n’applique pas le Takfir sur lui, est un mécréant
au même titre que s’il doutait de la mécréance des juifs et des chrétiens,
comme l’a dit cheikh al-Islam, Ibn Taymiyya, rahimahoullah, dans
Madjmou al-Fatawa, 2/368.
C’est cela qu’a voulu expliquer le cheikh Abou Maryam, et non qu’il est
possible d’être musulman tout en ignorant ce qu’est le Chirk, ou encore
qu’il est possible d’être musulman tout en ne faisait pas le Takfir de
certains polythéistes.

En effet, Abou Maryam, a dit : « Celui qui croit par exemple que le
polythéiste n’a pas fait de Chirk à cause d’une mauvaise interprétation de
son acte, ou qu’il croit que son acte n’indique pas qu’il ait fait du Chirk
Akbar, mais il a quand même comme croyance que celui qui fait du Chirk
Akbar n’est pas un musulman, celui-là n’est pas mécréant si la preuve ne
lui a ne lui a pas été établie (c’est-à-dire, si la situation de ces personnes
ne lui a pas été exposée) comme la divergence des gens de science sur la
parole d’Ibn ‘Arabi, à cause qu’ils ont eu une mauvaise interprétation de
sa parole.

Et donc, la base de celui qui n’applique pas le Takfir sur le polythéiste, ou


doute de sa mécréance, c’est un mécréant à l’unanimité. Il est donc
obligatoire que le musulman adopte ce fondement. Il arrive que des fois le
musulman se trompe et s’arrête sur le Takfir de certains cas à cause d’une
mauvaise interprétation de leurs paroles ou leurs actes, ou qu’il ait un
doute si cet acte ne fait pas parti de la grande mécréance, comme la
divergence sur certaines questions comme le délaissement de la prière
jusqu’à ce qu’il meurt ou qu’il soit exécuté, ainsi que le fait d’ignorer
certains Noms et Attributs »

Il existe encore une autres parole ambigüe de Soulayman ‘ibn Sahman,


rahimahoullah, dans laquelle se trouvent trois passages qui peuvent être
interprétés de plusieurs manières, et nos opposant les ont interprétés de
la manière qui les arrange, au lieu de les laisser et regarder l’ensemble
des paroles de Soulayman ‘ibn Sahman, rahimahoullah, puis les
interpréter dans le sens des paroles dans lesquelles il n’y a qu’une seule
interprétation possible.

Ainsi, le Takfir dont parle Soulayman ‘ibn Sahman, rahimahoullah, peut


aussi bien être le Takfir de nom ici-bas que le Takfir de punition dans l’au-
delà.

L’alliance dont parle le cheikh, rahimahoullah, peut aussi bien être la


grande alliance que la petite alliance.

La mauvaise interprétation dont parle le cheikh, rahimahoullah, peut aussi


bien être la mauvaise interprétation du jugement que la mauvaise
interprétation des actes.

Mais, nos opposants ont imposé leur propre interprétation laquelle a


impliqué une calomnie à l’encontre du cheikh Soulayman ‘ibn Sahman,
rahimahoullah. En effet, lorsque l’on regarde l’ensemble de ses paroles, on
voit clairement son application du Takfir sur ceux qui n’appliquent pas le
Takfir sur les adorateurs des tombes.

Soulayman ‘ibn Sahman, rahimahoullah, a dit :


« Et ainsi concernant les adorateurs de tombeaux ; celui qui a senti l’odeur
de la Foi ne doute pas de leur mécréance »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/437)

Soulayman ‘ibn Sahman, rahimahoullah, a dit :

« En ce qui concerne les Djahmiyyah et les adorateurs de tombes, le seul


qui puisse déduire de ce genre de textes qu’il ne faut pas faire leur Takfir
c’est quelqu’un qui ne sait pas ce qu’est vraiment l’Islam ni quel est le vrai
message pour lequel Allah a envoyé les Prophètes. Car en effet, le vrai
message qu’ils ont enseigné et apporté n’est autre que l’obligation de
n’adorer qu’Allah Lui Seul, sans aucun associé, de Lui consacrer les
œuvres de culte et de ne Lui associer qui que ce soit de ses créatures dans
ce droit qui Lui revient obligatoirement, et qu’Il soit décrit d’après les
descriptions qu’Il a Lui-Même fait de Son Être, comme Attributs de
Perfection et Adjectifs de Majesté. Celui qui s’oppose à ce qu’ils ont
apporté, et l’invalide ou l’abolit, c’est un mécréant égaré même s’il dit
qu’il n’y a de vrai dieu qu’Allah et prétend qu’il est un musulman. Parce
que ce qu’il a commis comme polythéisme contredit ce qu’il a prononcé
comme parole de monothéisme. Il ne lui sert donc à rien de dire qu’il n’y a
de vrai dieu qu’Allah puisqu’il a dit ce qu’il ne pratique pas et sans être
convaincu de ce que cette parole signifie »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/431)

La preuve dans l’Islam est avant tout le Coran et la Sounna authentique.


Ensuite viennent le Consensus et l’Analogie.

Le Consensus est de deux sortes ; explicite et implicite. L’explicite est une


preuve à l’unanimité, quant à l’implicite il y a divergence entre les
savants.

L’Analogie est de trois sortes ; évidente, conforme, et difficile.

L’argumentation devrait n’être puisée rien que de ces quatre sources, puis
être appuyée par des paroles des Compagnons, ou de savants qui vont
dans le sens de ces quatre sources.

L’argumentation ne peut pas être basée sur des paroles ambigües de


certains savants, pour être interprétées de la manière qui nous arrange, et
surtout de la manière qui contredit ce qui est établi de manière claire sans
la moindre ambiguïté dans les paroles de ces savants, sans parler du fait
qu’elle contredit ce qui est établi de manière claire sans la moindre
ambiguïté dans les quatre sources qui servent de preuves en Islam.

Ainsi se termine la réponse aux principales calomnies, mensonges, et


ambiguïtés, de ceux qui s’acharnent à faire sortir le Takfir des polythéistes
qui s’affilient à l’Islam du fondement de l’Islam. Cependant, je serais
étonné que nos opposants s’arrêtent là, et ne ramènent pas d’autres
calomnies, ambiguïtés, et mensonges.
De ce fait, à chaque fois que quelqu’un t’amène une parole qui en
apparence contredit ce qui est établi de manière claire dans le Coran, la
Sounna, le Consensus, et l’Analogie, au lieu d’interpréter ces quatre
sources dans le sens de cette parole, tu devras interpréter cette parole
dans le sens des quatre sources.

Si tu éprouves des difficultés à l’interpréter de la manière qui ne contredit


pas ces quatre sources, alors reviens à l’ensemble des paroles du cheikh
en question, puis observe attentivement quelle était sa véritable croyance
établie de manière claire dans le domaine en question, puis interprète
cette parole dans le sens de ce qui est établi de manière certaine dans ses
écrits.

Au pire, ne te casse pas la tête, et dis toi qu’il ne s’agît que d’une simple
ambiguïté. On n’a pas la réponse à tout.

Mais surtout, ne change pas le fondement de l’Islam pour une parole d’un
savant qu’on t’apporte, et patiente en attendant un État Islamique, car ce
jour-ci, les ambiguïtés ne pourront pas être aussi facilement propagées.

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, conseillant un des


gouverneurs de son époque, dit :

« De même, il est une obligation pour le gouverneur de s’occuper, au Nom


d’Allah, de celui qui ramène des ambiguïtés aux musulmans dans leur
croyance, comme ceux qui interdisent le takfir des idolâtres, et les font
entrer dans la meilleure communauté parce qu’ils prétendent appartenir à
l’Islam et prononcent la Chahada. Les dégâts que cause cette catégorie de
gens sont énormes, surtout chez ceux qui n’ont pas beaucoup de science
… Et la majorité de gens ne connaît pas les preuves pour répondre aux
ambiguïtés de ceux qui les propagent et aux égarements des égarés »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 14/68)

L’INNOVATION DU TAKFIR EN CHAINE

Réponse aux adeptes du Takfir en chaîne

Abou al-Houssayn Mouhammad ‘ibn Ahmad al-Malati, rahimahoullah, a


dit :

« Quant à la chose pour laquelle les Mou’atazila de Bagdad considèrent


ceux de Bassora mécréants, c’est au sujet de celui qui doute, et de celui
qui doute de celui qui doute. Ceci veut dire qu’il n’existe aucune
divergence entre les Mou’atazila de Bagdad et de Bassora, ainsi que
l’ensemble des gens de la Qibla, que celui qui doute de la mécréance d’un
mécréant est un mécréant, car celui qui doute de la mécréance n’a pas de
Foi, vu qu’il ne sait pas reconnaître la mécréance de la Foi. Il n’existe donc
aucune divergence entre tous les membres de la communauté
musulmane, que ce soit les Mou’atazila ou les autres, que celui qui doute
de la mécréance du mécréant est un mécréant.

Mais, les Mou’atazila de Bagdad ont ajouté quelque chose en plus que
ceux de Bassora, c’est ; celui qui doute de celui qui doute, et celui qui
doute de celui qui doute, jusqu’à l’infini, sont tous des mécréants, et la
raison de leur mécréance est la même que celle du premier.

Alors que les Mou’atazila de Bassora disent que le premier qui doute est
un mécréant, car il doute de la mécréance, mais que le deuxième, c’est-à-
dire, celui qui doute de celui qui doute, n’est pas un mécréant mais un
pervers, car il n’a pas douté de la mécréance, mais il a juste douté de celui
qui doute … Ainsi d’après eux, celui qui doute de celui qui doute, et celui
qui doute de celui qui doute …, jusqu’à l’infini, sont tous des pervers sauf
le premier qui doute qui lui est un mécréant. Et leur avis est meilleur que
celui des bagdadiens »

(Source : At-Tanbih war-Radd, pages 40-41)

Cette parole de ce grand savant qui a vécu avant Ibn Taymiyya,


rahimahoullah, est aussi claire que le Soleil, et celui qui ose prétendre
qu’elle est ambigüe est soit un malade dépourvu de raison, soit un
hypocrite de mauvaise foi.

Donc, le cheikh, rahimahoullah, nous informe que les musulmans sont


unanimes que quiconque commet le Chirk Akbar, ou encore une autre
mécréance qui annule le fondement de l’Islam, est un polythéiste ou un
mécréant. Quant à celui qui doute de sa mécréance, il est aussi un
mécréant, car il ne sait pas faire la différence entre le Tawhid et le Chirk,
ou encore entre la Foi et la mécréance. Autrement dit, il ne connait pas le
fondement de l’Islam qui fait de la créature un musulman !

Quant à celui qui doute de la mécréance de celui qui a douté de la


mécréance de la première personne qui a commis le Chirk Akbar, ou
encore une autre mécréance qui annule le fondement de l’Islam, le cheikh,
rahimahoullah, nous informe qu’une telle personne n’est pas un mécréant,
mais qu’il est un pervers, car il n’a pas douté de la mécréance de celui qui
a commis cette mécréance, mais il a douté de la mécréance de celui qui a
douté de la mécréance de celui qui a commis cette mécréance.

En effet, toute personne ayant une raison saine confirmera qu'il n'est pas
pareil de douter de la mécréance de celui qui a commis la mécréance, et
de douter de la mécréance de celui qui n'a pas commis la mécréance mais
a douté de la mécréance de celui qui a commis la mécréance. Le premier
est un mécréant qui ne sait pas faire la différence entre la Foi et la
mécréance, quant au second il n'est pas mécréant, car il ne doute pas de
la mécréance du mécréant qui a commis la mécréance parce qu'il sait faire
la différence entre la Foi et la mécréance, mais il doute de la mécréance
de celui qui doute de la mécréance de celui qui a commis la mécréance.
Une telle personne devient mécréante seulement après l'établissement de
la preuve.

C'est dans ce sens que s'applique la règle : "Celui qui doute de la


mécréance du mécréant qui a commis la mécréance, est un mécréant" - Et
il n'existe aucune preuve que celui qui ne doute pas de la mécréance de
celui qui a commis la mécréance, mais doute de la mécréance de celui qui
doute de la mécréance de celui qui a commis la mécréance, est un
mécréant avant même l'établissement de la preuve.
La Fitra (disposition naturelle) confirme que celui qui a commis la
mécréance est un mécréant. Celui qui ne considère pas mécréante la
personne qui a commis la mécréance, ne sait pas faire la différence entre
la Foi et la mécréance. Quant au fait de ne pas rendre mécréant celui qui
ne rend pas mécréant celui qui a commis la mécréance, ceci n'est pas du
domaine de la Fitra (disposition naturelle) car ceci est connu seulement
avec les textes. De ce fait, avant de rendre mécréante une telle personne,
il est indispensable de lui établir la preuve.

Le cheikh al-Malati, rahimahoullah, nous informe que le ‘’Takfir en chaîne’’


est une innovation des Mou’atazila de Bagdad, quant à lui, il adopte l’avis
des Mou’atazila de Bassora qui n’ont rien rajouté à l’unanimité des
musulmans !

Certains innovateurs aux cœurs malades ont menti sur le cheikh,


rahimahoullah, en disant qu’il parlait de l’ignorance de la situation, or ceci
est faux et c’est un mensonge contre lui. Ces gens ne savent plus quoi
inventer pour ne pas aller à l’encontre de leur logique, alors que la logique
n’est pas une preuve en Islam, sauf pour les innovateurs évidemment.

Si le cheikh, rahimahoullah, parlait de l’ignorance de la situation, il n’aurait


même pas dit que celui qui doute de la mécréance d’un mécréant est un
mécréant !

Pourquoi aucun savant qui est venu après ce grand savant, en passant par
Ibn Taymiyya, Ibn al-Qayyim, Ibn Kathir, Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab,
Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, et les autres savants de Nadjd, n’a mis en
garde contre ce grand cheikh, rahimahoullah, en disant qu’il est un
mécréant car il ne voit pas le ‘’Takfir en chaîne’’ ?

Pourquoi vous n’avez aucun verset, Hadith, ou parole d’un ancien savant,
hormis un Mou’atazila de Bagdad, qui dit que l’Islam n’est pas valable sans
le Takfir de celui qui doute de la mécréance de celui qui doute de la
mécréance d’un mécréant ?

Tout ce que vous avez est votre logique, mais la logique n’est pas une
preuve pour se permettre de rajouter au consensus une chose
supplémentaire, comme l’ont fait vos ‘’pieux prédécesseurs’’, les
innovateurs nommés ; les Mou’atazila de Bagdad.
Il est facile pour nous de savoir que celui qui ne rend pas mécréant celui
qui a commis le Chirk est un mécréant, car nous avons des textes clairs
qui l’indiquent, comme c’est le cas du consensus qui dit que l’Islam n’est
pas valable sans le désaveu du Chirk et de ceux qui le commettent.

Par contre, il n’est pas aussi évident pour celui qui n’a reçu aucune
Révélation, celui qui n’a accès à aucun texte, celui qui n’a jamais vu une
seule parole d’un savant, de savoir que celui qui doute de la mécréance
d’un polythéiste est un mécréant. En effet, tant que lui-même il ne doute
pas de la mécréance du polythéiste, nous disons qu’il a accompli le
fondement de l’Islam qui est le désaveu du Chirk et de ceux qui le
commettent. Tant qu’il sait faire la différence entre le Tawhid et le Chirk,
nous disons qu’il est un monothéiste. Par contre, s’il doute de la
mécréance de celui qui doute de la mécréance de ce polythéiste, nous
disons qu’il est dans l’erreur, mais il n’est pas mécréant. C’est dans ce
sens que va la parole du cheikh al-Malati, rahimahoullah.

Et même vous, si vous n’aviez accès à aucun texte qui vous dit à partir de
quand l’Islam d’une personne n’est pas valable, vous ne diriez pas que ce
sujet est ‘’clair et logique’’.

Soit vous rendez mécréant al-Malati, rahimahoullah, ainsi que tous ceux
qui ne l’ont pas rendu mécréant, soit vous vous repentez de votre
innovation héritée des Mou’atazila de Bagdad. Mais surtout, arrêtez de
mentir en disant que cette parole est ambigüe, ou encore que le cheikh,
rahimahoullah, parle de l’ignorance de la situation !

Si vous êtes véridiques, demandez la Malédiction d’Allah sur vous si vous


êtes dans l’erreur. Et si vous n’osez pas le faire, c’est que vous n’avez pas
la certitude dans votre Takfir. Le Takfir est une affaire de certitude, et non
de probabilité. Ainsi, si vous n’avez pas la certitude, votre Takfir n’est
qu’une énorme calomnie, ainsi qu’une mise à mort de vos frères, sans
parler du fait que vous seriez des menteurs, car votre langue dirait le
contraire de la conviction de votre cœur.

Le Takfir en chaîne est une innovation

Étant donné que l’innovation du Takfir en chaîne n’a pas encore été
comprise par bon nombre de personnes, pendant que d’autres s’acharnent
à la faire entrer dans le fondement de l’Islam, il convient d’expliquer la
réalité de cette innovation tout en répondant aux ambiguïtés de nos
opposants.

Allah a exposé dans Son Livre que le Tawhid se trouve dans la disposition
naturelle (la Fitra) de toute personne.
Allah a dit : « Et quand ton Seigneur tira une descendance des reins
des fils d'Adam et les fit témoigner sur eux-mêmes: « Ne suis-Je
pas votre Seigneur? » Ils répondirent: « Mais si, nous en
témoignons... » - afin que vous ne disiez point, au Jour de la
Résurrection: « Vraiment, nous n'y avons pas fait attention », ou
que vous auriez dit (tout simplement): « Nos ancêtres autrefois
donnaient des associés à Allah, et nous sommes leurs
descendants, après eux. Vas-Tu nous détruire pour ce qu'ont fait
les imposteurs? ». Et c'est ainsi que Nous expliquons
intelligemment les signes. Peut- être reviendront-ils! » (Sourate 7,
versets 172-174)

Allah a exposé dans Son Livre que le Tawhid est l’adoration d’Allah
l’Unique sans Lui donner d’égaux. Ceci est le fondement de l’Islam sans
lequel l’Islam n’est pas valable.

Allah a exposé dans Son Livre que ce fondement de l’Islam a une


implication sans laquelle le fondement n’est pas valable. Cette implication
est la conviction que ceux qui donnent des égaux à Allah ne sont pas de
ceux qui adorent Allah l’Unique sans Lui donner d’égaux.

Allah a dit : « Certes, vous avez eu un bel exemple (à suivre) en


Ibrahim et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur
peuple: « Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en
dehors d'Allah. Nous mécroyons en vous, désormais entre vous et
nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que
vous croyiez en Allah, Seul » » (Sourate 60 - verset 4)

Quiconque réalise le Tawhid qui est l’adoration d’Allah l’Unique sans Lui
donner d’égaux, et réalise son implication qui est la conviction que ceux
qui donnent des égaux à Allah ne sont pas des monothéistes, mais des
polythéistes, sera considéré comme étant un musulman monothéiste.

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit:

« Il existe un consensus parmi la Oumma des Salafs et des Khalafs,


commençant par les Compagnons, les Tabi’ines, les Imams et tous les
savants des ahl as-Sounnah wal Djama’ah, qu’un homme n’est pas
musulman si il ne délaisse pas le grand Chirk, ne se désavoue pas de lui et
de celui qui le commet … »

(Source: ad-Dourar as-Saniyyah, volume 8 / page 338)

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, après avoir cité le verset dans
lequel Allah a dit: « Certes, vous avez eu un bel exemple (à suivre)
en Ibrahim et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur
peuple: « Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en
dehors d'Allah. Nous mécroyons en vous, désormais entre vous et
nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que
vous croyiez en Allah, Seul » (Sourate 60 - verset 4) – a dit :
« Ce verset contient tout ce qu’a cité notre cheikh, rahimahoullah, parmi
l’incitation au Tawhid, la négation du Chirk, la loyauté envers les
monothéistes, et le takfir de celui qui le délaisse en commettant le Chirk
qui l’annule, car celui qui commet le Chirk a délaissé le Tawhid, ceci parce
que les deux sont l’opposé l’un de l’autre et ne peuvent coexister. De ce
fait, à chaque fois que le Chirk apparait, le Tawhid disparait. Allah a parlé
de ceux qui commettent le Chirk, et a appliqué le takfir sur eux à cause de
l’association dans l’adoration, et des versets qui en parlent sont
nombreux. De ce fait, la personne ne sera pas monothéiste sans la
négation du Chirk, le désaveu du même, et le takfir de celui qui le
commet »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/204)

Sur base de ces textes, nous savons que celui qui pratique le Chirk, est un
polythéiste. Nous savons que celui qui ne pratique pas le Chirk, mais
n’applique pas le Takfir sur les polythéistes, est un mécréant, et non un
polythéiste, car le polythéiste est celui qui donne un égal à Allah.

Or, l’Islam n’est pas valable sans le désaveu du Chirk, et le takfir de ceux
qui le pratiquent, et il n’existe aucune preuve ni dans le Coran, ni dans la
Sounna, ni dans le consensus, que l’Islam n’est pas valable sans le
désaveu du Chirk, le Takfir des polythéistes, et le Takfir de ceux qui
n’appliquent pas le Takfir sur les polythéistes. Ceci est une innovation qui
n’a aucun fondement dans la Religion.

La Religion d’Ibrahim que nous avons témoigné quand Allah tira une
descendence des reins des fils d’Adam, est le désaveu du Chirk et le Takfir
de ceux qui le pratiquent. Quant au Takfir de ceux qui n’appliquent pas le
Takfir sur les polythéistes, ceci est connu sur base des textes, c’est la
raison pour laquelle nous disons qu’avant de rendre mécréant celui qui
n’applique pas le Takfir sur ceux qui n’appliquent pas le Takfir sur les
polythéistes, il faut lui établir la preuve, pour autant qu’il fasse partie de
ceux qui désavouent le Chirk et appliquent le Takfir sur les polythéistes.

Si nos opposants persistent à affirmer que le Takfir de ceux qui


n’appliquent pas le Takfir sur les polythéistes fait partie du fondement de
l’Islam, alors nous leur demandons de nous apporter une preuve du Coran,
de la Sounna, ou un consensus qui va dans ce sens.

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Certes, les thèmes faisant partie des fondements de la Religion, qui


méritent d’être nommés ‘’fondements de la Religion’’, et je veux parler là
de la Religion pour laquelle Allah a envoyé Son Messager et révélé Son
Livre ; il est interdit de dire que le Prophète n’a pas transmis le moindre
propos pour l’enseigner. Prétendre cela serait d’ailleurs une parole
contradictoire en soit, vu que si un enseignement fait partie des
fondements de la Religion, c’est qu’il est fatalement l’une des plus
importantes affaires religieuses dont on a besoin dans la Religion. Puis,
lorsqu’on nie que le Prophète l’ait transmis, cela implique deux choses :
Soit le Prophète a négligé les affaires importantes qu’on a besoin et ne les
a pas expliquées. Soit qu’il les a bel et bien expliquées, mais qu’elles n’ont
pas été transmises à la communauté musulmane. Or, ces deux thèses
sont catégoriquement fausses, c’est même les pires dénigrements que les
hypocrites font contre la Religion »

(Madjmou al-Fatawa, 3/294)

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Et donc, tout ce que les gens ont besoin de connaître, de croire, et


d’admettre de ces thèmes, Allah et Son Messager l’ont exposé de la plus
suffisante des manières afin de couper tout prétexte, vu que ceci est la
plus importante chose qu’ait transmis le Messager d’Allah de la
transmission évidente. Et il l’a certes exposé aux gens et ceci est le plus
grand sujet sur lequel Allah a établi la preuve à Ses serviteurs par le biais
des Messagers qui l’ont exposé et transmis. Et le Livre d’Allah que les
compagnons ont transmis, puis ensuite leurs disciples en provenance du
Messager d’Allah, que ce soit les termes ou leurs significations, ainsi que
la sagesse qui est la Sounna du Messager d’Allah qu’ils ont également
transmis depuis le Messager d’Allah, tout ceci englobe (les fondements de
la Religion) à la perfection … »

(Madjmou al-Fatawa, 3/295)

Donc, nous vous demandons de nous citer une seule preuve valable que
celui qui n’applique pas le Takfir sur celui qui n’applique pas le Takfir sur
les polythéistes, contredit le fondement de l’Islam. Si vous n’apportez
aucune preuve, alors votre prétention implique qu’Allah n’a pas parachevé
Sa Religion.

Le fondement de l’Islam sans lequel l’Islam d’une personne n’est pas


valable ne change pas d’un contexte à un autre, ni d’une époque à une
autre, il reste identique et pour les gens qui n’ont reçu aucune Révélation,
et pour les gens qui ont accès aux textes.

Si nous admettons qu’à notre époque la preuve a déjà été établie sur de
nombreuses personnes en ce qui concerne le Takfir de ceux qui
n’appliquent pas le Takfir sur les polythéistes, car nous avons à notre
disposition le Coran, la Sounna, et d’autres textes qui prouvent que l’Islam
n’est pas valable sans le désaveu du Chirk, le Takfir de ceux qui le
pratiquent, l’accomplissement de la prière, ou encore de la Zakat, nous ne
pouvons pas admettre qu’une personne qui n’a reçu aucune Révélation,
ne sait même pas ce qu’est une plume ou une feuille, n’a pas accompli le
fondement de l’Islam s’il n’applique pas le Takfir sur ceux qui n’appliquent
pas le Takfir sur les polythéistes.
Si vous viviez à une telle époque, une époque sans Révélation, sans aucun
texte, vous ne diriez pas : ‘’Pourtant c’est logique’’.

Celui qui adore Allah l’Unique, se désavoue du Chirk, applique le Takfir sur
les Tâwaghît, applique le Takfir sur les polythéistes, applique le Takfir sur
ceux qui sont tombés dans la grande alliance avec le Tâghoût, en le
considérant musulman car ils ignorent ce qu'est le Chirk, en l’aimant pour
son Chirk, ou en l’aidant contre le Tawhid et les monothéistes, aura
accompli le fondement de l’Islam. Ceci est dans la disposition naturelle (la
Fitra) de toute personne, et plus que cela n’est connu qu’avec les textes,
c’est la raison pour laquelle quiconque contredit les textes après
l’établissement de la preuve, sera considéré comme étant un mécréant.

Celui qui prétend que le Tawhid c’est plus que cela, et qu’il n’est pas
valable sans le Takfir de ceux qui n’appliquent pas le Takfir sur les
polythéistes, alors qu’il apporte au moins une seule parole d’un Salaf, ou
d’un Khalaf.

Nos opposants sont de mauvaise foi, car ils nous ont demandé une seule
parole d’un ancien savant qu’il faut l’établissement de la preuve avant le
Takfir de celui qui doute de la mécréance de celui qui doute de la
mécréance d’un polythéiste, et quand nous leur avons apporté une parole
ils n’ont rien trouvé de mieux que de mentir sur ce cheikh, rahimahoullah,
ou encore dire que la parole n’est pas claire.

Ceci est la méthodologie de tout innovateur. En effet, quand on lui apporte


même un verset sans la moindre ambiguïté qui va à l’encontre de sa
logique, l’innovation est tellement installée dans sa peau qu’il préférera
dire que le verset n’est pas clair plutôt que de revoir sa logique. Pourtant
la logique n’est pas une preuve, la preuve c’est le texte.

Abou al-Houssayn Mouhammad ‘ibn Ahmad al-Malati, rahimahoullah, a


dit :

« Quant à la chose pour laquelle les Mou’atazila de Bagdad considèrent


ceux de Bassora mécréants, c’est au sujet de celui qui doute, et de celui
qui doute de celui qui doute. Ceci veut dire qu’il n’existe aucune
divergence entre les Mou’atazila de Bagdad et de Bassora, ainsi que
l’ensemble des gens de la Qibla, que celui qui doute de la mécréance d’un
mécréant est un mécréant, car celui qui doute de la mécréance n’a pas de
Foi, vu qu’il ne sait pas reconnaître la mécréance de la Foi. Il n’existe donc
aucune divergence entre tous les membres de la communauté
musulmane, que ce soit les Mou’atazila ou les autres, que celui qui doute
de la mécréance du mécréant est un mécréant.

Mais, les Mou’atazila de Bagdad ont ajouté quelque chose en plus que
ceux de Bassora, c’est ; celui qui doute de celui qui doute, et celui qui
doute de celui qui doute, jusqu’à l’infini, sont tous des mécréants, et la
raison de leur mécréance est la même que celle du premier.
Alors que les Mou’atazila de Bassora disent que le premier qui doute est
un mécréant, car il doute de la mécréance, mais que le deuxième, c’est-à-
dire, celui qui doute de celui qui doute, n’est pas un mécréant mais un
pervers, car il n’a pas douté de la mécréance, mais il a juste douté de celui
qui doute … Ainsi d’après eux, celui qui doute de celui qui doute, et celui
qui doute de celui qui doute …, jusqu’à l’infini, sont tous des pervers sauf
le premier qui doute qui lui est un mécréant. Et leur avis est meilleur que
celui des bagdadiens »

(Source : At-Tanbih war-Radd, pages 40-41)

Nos opposants ont dans un premier temps menti sur le cheikh,


rahimahoullah, en disant qu’il parle de l’ignorance de la situation. Or, ceci
est complètement faux, car s’il parlait de l’ignorance de la situation il
n’aurait même pas dit que celui qui doute de la mécréance du premier
mécréant est un mécréant !

Nos opposants sont tellement perdus face à cette parole qu’ils disent
aussi : ‘’Mais de quelle mécréance il parle ?’’

La deuxième plus grande importance après les deux Témoignages est la


Prière. Or, nos opposants savent que celui qui doute de la mécréance de
celui qui ne prie pas n’est pas un mécréant.

De ce fait, ils sont dans l’obligation d’admettre que la mécréance dont


parle le cheikh, rahimahoullah, est plus important que le délaissement de
la prière, et cette mécréance ne peut être que celle qui touche au
fondement de l'Islam, comme c’est le cas du Chirk.

Nos opposant demandent aussi : ‘’Mais de quel doute il parle ?’’

Ce genre de question prouve encore plus à quel point nos opposants sont
prisonniers de leur logique qu’ils ne veulent pas changer malgré l’absence
d’une quelconque preuve.

Pourtant le cheikh al-Malati, rahimahoullah, explique de la manière la plus


claire possible qu’il parle du doute de celui qui doute de la mécréance de
celui qui doute de la mécréance du mécréant, et nous informe que celui-là
n’est pas mécréant, et que les seuls qui le jugent mécréant sont les
innovateurs Mou’atazila de Bagdad qui ont rajouté ceci à l’unanimité des
savants.

Le cheikh, rahimahoullah, nous informe que ces innovateurs prétendent


que celui qui doute de la mécréance de celui qui doute de la mécréance
du mécréant, ne sait pas faire la différence entre la Foi et la mécréance et
qu’il est donc mécréant.

Entre leur prétention, et celle de nos opposants, il n’y a absolument


aucune différence.
Alors, que l’avis des Mou’atazila de Bassora, ceux qui sont en accord avec
l’unanimité sans rien y ajouter, est que celui qui doute de la mécréance de
celui qui doute de la mécréance du mécréant, n’est pas un mécréant, car
il n’a pas douté de la mécréance du mécréant, mais de la mécréance de
celui qui a douté de la mécréance du mécréant.

Le cheikh, rahimahoullah, conclue en disant que leur avis est meilleur que
celui des bagdadiens.

Est-ce qu’al-Malati est un mécréant qui ne sait pas faire la différence entre
la Foi et la mécréance ?

Nous sommes d’accord que la parole d’un savant n’est pas une preuve,
mais c’est vous qui nous avez demandé de vous citer une seule parole
d’un ancien savant. Maintenant que c’est fait, au lieu de nous accuser
d’avoir une mauvaise méthodologie, assumez cette parole, allez au bout
de votre logique, et appliquez le Takfir sur ce cheikh, rahimahoullah, ainsi
que tous ceux qui ont fait ses éloges.

Nous sommes les ahl as-Sounna wal-Djama’ah, nous prenons nos preuves
du Coran, de la Sounna, et du consensus. Étant donné qu’il n’y a aucune
preuve que le fondement de l’Islam n’est pas valable sans le Takfir de
ceux qui n’appliquent pas le Takfir sur les polythéistes, qui sommes nous
pour faire entrer ceci dans le fondement de l’Islam ?

Par contre, nous savons qu’il y a un consensus des savants que l’Islam
n’est pas valable sans le désaveu du Chirk et de ceux qui le pratiquent, or
ceux qui le pratiquent sont des polythéistes, et non ceux qui n’appliquent
pas le Takfir sur les polythéistes. En effet, ceux-là sont des mécréants.

Ceux qui n’appliquent pas le Takfir sur les polythéistes sont des
mécréants, et ceux qui n’appliquent pas le Takfir sur ceux qui n’appliquent
pas le Takfir sur les polythéistes sont certes tombés dans la mécréance,
mais leur mécréance concerne les branches qui touchent au fondement de
l’Islam, et il est indispensable de leur établir la preuve avant de les rendre
mécréants. C’est dans ce sens que va la parole d’al-Malati, rahimahoullah.

Que penser de vous quand vous prétendez suivre les Salafs en disant
que le 1'000ème dans la chaîne qui ne ferait pas le Takfir sur le 999ème,
n'a pas réalisé le fondement de l'Islam ?

Réponse : Vous êtes des innovateurs et vos ''Salafs'' sont les Mou'atazila
de Bagdad.
Le défi pour les innovateurs

Allah a dit : « Certes, vous avez eu un bel exemple (à suivre) en


Ibrahim et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur
peuple: « Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en
dehors d'Allah. Nous mécroyons en vous, désormais entre vous et
nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que
vous croyiez en Allah, Seul » (Sourate 60 - verset 4)

Allah nous informe que la Religion d’Ibrahim, ainsi que la Religion de tous
les Messagers, est l’adoration d’Allah Unique sans Lui donner d’égaux, le
désaveu du Chirk et de ceux qui le commettent.

Nous disons que le Tawhid est l’adoration d’Allah Unique ce qui implique le
désaveu du Chirk. Quant à celui qui prétend que le Tawhid c’est plus que
cela, nous leurs disons : Allah a dit : « Apportez votre preuve si vous
êtes véridiques » (Sourate 27 – verset 64).

L’implication proche du Tawhid, sans laquelle la Religion d’Ibrahim n’est


pas valable, est la conviction que ceux qui donnent des égaux à Allah ne
sont pas des monothéistes qui L’unifient.

Allah nous informe que quiconque désavoue le Chirk et ceux qui le


commettent aura réalisé le fondement de la Religion d’Ibrahim. Quant à
ceux qui prétendent qu’il faut plus que cela : « Apportez votre preuve
si vous êtes véridiques ».

Le polythéiste est celui qui donne un égal à Allah. Allah nous informe, et le
Consensus des musulmans le confirme, que c’est le désaveu du
polythéiste qui entre dans la définition du fondement de la Religion.

En ce qui concerne celui qui ne donne aucun égal à Allah, mais ne


désavoue pas un des polythéistes, il est un mécréant, et non un
polythéiste. Ceux qui prétendent que le fondement de la Religion n’est pas
valable sans le désaveu de celui qui ne désavoue pas le polythéiste :
« Apportez votre preuve si vous êtes véridiques ».

C’est sur base de preuves qu’on affirme qu’une chose fait partie de la
Religion. Notre preuve que pour réaliser le fondement de la Religion il
suffit de désavouer le Chirk et ceux qui le commettent est le Coran. Quant
à vous, vous prétendez qu’il faut plus que cela. Vous prétendez qu’il faut
aussi désavouer ceux qui ne désavouent pas ceux qui commettent le
Chirk, alors : « Apportez votre preuve si vous êtes véridiques ».

La preuve c’est le Coran, la Sounna, et le Consensus, et non pas la logique


et les calculs mathématiques.

Il est évident que celui qui ne désavoue pas le Chirk, n’est pas pareil à
celui qui désavoue le Chirk, mais ne désavoue pas ceux qui le
commettent.

Il est évident que celui qui ne désavoue pas ceux qui commettent le Chirk,
n’est pas pareil à celui qui désavoue ceux qui commettent le Chirk, mais
ne désavoue pas ceux qui ne désavouent pas ceux qui commettent le
Chirk.

Il est évident que celui qui ne désavoue pas ceux qui ne désavouent pas
ceux qui commettent le Chirk, n’est pas pareil à celui qui désavoue ceux
qui ne désavouent pas ceux qui commettent le Chirk, mais ne désavoue
pas ceux qui ne désavouent pas ceux qui ne désavouent pas ceux qui
commettent le Chirk.

Et ainsi de suite …

Ça devient compliqué à suivre …

Il est évident que celui qui commet la mécréance n’est pas pareil à celui
qui ne commet pas la mécréance, mais doute de la mécréance de celui qui
a commis la mécréance.

Il est évident que celui qui doute de la mécréance du mécréant qui a


commis la mécréance, n’est pas pareil à celui qui ne doute pas de la
mécréance du mécréant qui a commis la mécréance, mais doute de la
mécréance de celui qui doute de la mécréance de celui qui a commis la
mécréance.

En effet, celui qui doute de la mécréance du mécréant qui a commis la


mécréance, est un mécréant qui ne sait pas faire la différence entre la Foi
et la mécréance. De même, celui qui doute de la mécréance de celui qui
commet le Chirk, est un mécréant qui ne sait pas faire la différence entre
le Tawhid et le Chirk.

Quant à celui qui ne doute pas de la mécréance de celui qui a commis la


mécréance, mais doute de la mécréance de celui qui doute de la
mécréance de celui qui a commis la mécréance, il n’est pas un mécréant,
car il sait faire la différence entre la Foi et la mécréance, c’est la raison
pour laquelle il n’a aucun doute quant à la mécréance de celui qui a
commis la mécréance. De même, celui qui ne doute pas de la mécréance
de celui qui commet le Chirk, mais doute de la mécréance de celui qui
doute de la mécréance de celui qui commet le Chirk, il n’est pas un
mécréant, car il sait faire la différence entre le Tawhid et le Chirk, c’est la
raison pour laquelle il n’a aucun doute quant à la mécréance de celui qui
commet le Chirk.

Quant à vous, vous prétendez le contraire, en disant qu’ils sont tous


coupables de la même mécréance, à savoir ; ils ne savent pas faire la
différence entre la Foi et la mécréance.

Ceci est une innovation des Mou’atazila de Bagdad rapportée par Abou al-
Houssayn Mouhammad ‘ibn Ahmad al-Malati, rahimahoullah.

Quand vous avez vu sa parole vous avez d’abord menti en disant qu’il
parle du Djahl al-Hal.

Ensuite, vous avez dit : ‘’De quelle mécréance et de quel doute il parle ?’’

Pourtant, il ressort de manière claire qu’il parle de la mécréance qui


touche au fondement de la Religion, car la règle : ‘’Celui qui doute de la
mécréance du mécréant est un mécréant’’ – ne s’applique même pas sur
celui qui ne prie pas, alors que la Prière est la plus grande obligation après
les deux Témoignages. De ce fait, il ne pouvait que parler du fondement
de la Religion, car cette règle ne s'applique que pour le fondement de la
Religion. De même, il ressort de manière claire qu’il parle du doute quant
à la mécréance de celui qui doute de la mécréance de celui qui doute de la
mécréance de celui qui a commis la mécréance.
Abou al-Houssayn Mouhammad ‘ibn Ahmad al-Malati, rahimahoullah, a
dit :

« ... Il n’existe donc aucune divergence entre tous les membres de la


communauté musulmane, que ce soit les Mou’atazila ou les autres, que
celui qui doute de la mécréance du mécréant est un mécréant.

Mais, les Mou’atazila de Bagdad ont ajouté quelque chose en plus que
ceux de Bassora, c’est ; celui qui doute de celui qui doute, et celui qui
doute de celui qui doute, jusqu’à l’infini, sont tous des mécréants, et la
raison de leur mécréance est la même que celle du premier.

Alors que les Mou’atazila de Bassora disent que le premier qui doute est
un mécréant, car il doute de la mécréance, mais que le deuxième, c’est-à-
dire, celui qui doute de celui qui doute, n’est pas un mécréant mais un
pervers, car il n’a pas douté de la mécréance, mais il a juste douté de celui
qui doute … Ainsi d’après eux, celui qui doute de celui qui doute, et celui
qui doute de celui qui doute …, jusqu’à l’infini, sont tous des pervers sauf
le premier qui doute qui lui est un mécréant. Et leur avis est meilleur que
celui des bagdadiens »

(Source : At-Tanbih war-Radd, pages 40-41)

Nous disons que la mécréance de celui qui commet la mécréance est


nécessairement connue avec la Fitra (c’est-à-dire ; la disposition
naturelle). Quant à la mécréance de celui qui ne commet pas la
mécréance, mais doute de la mécréance de celui qui a commis la
mécréance, elle est connue avec les textes, tout comme c'est le cas de la
mécréance de celui qui délaisse la prière. C’est la raison pour laquelle il
est nécessaire de lui établir la preuve avant de le rendre mécréant.

Si vous prétendez le contraire : « Apportez votre preuve si vous êtes


véridiques ».

Je pense, en toute honnêteté et objectivité, que si vous n’aviez pas accès


au Coran, à la Sounna, ainsi qu’aux autres textes, que vous ne saviez
même pas ce qu’est le Coran, la Sounna, ou même une simple feuille de
papier, que vous n’aviez que votre Fitra, vous ne diriez pas que ce sujet
est clair. Si vous dites cela, c’est parce que vous avez devant vous les
textes qui vous disent que celui qui doute de la mécréance du mécréant
est un mécréant, et le fait d’avoir en possession ce genre de textes vous a
poussé à appliquer la ‘’chaîne’’ sur base de votre logique et vos calculs.

Imaginez-vous juste un instant dans un désert lointain, sans le moindre


Verset, sans le moindre Hadith, sans la moindre Fatawa, rien que votre
Fitra …

Quiconque réalise le Tawhid est un monothéiste, or le Tawhid c’est


l’adoration d’Allah Unique sans Lui donner d’égaux.

Si vous prétendez que c’est plus que cela : « Apportez votre preuve si
vous êtes véridiques ».

Quant au Takfir des polythéistes, il est une implication qui prouve que la
personne sait faire la différence entre le Tawhid et le Chirk.

Quiconque réalise ceci, aura réalisé la Religion d’Ibrahim, car il fait partie
de ceux qui unifient Allah, et de ceux qui savent faire la différence entre
l’Unicité et le polythéisme, c’est la raison pour laquelle il applique le Takfir
sur quiconque donne un égal à Allah.

Si vous prétendez que le fondement de la Religion d’Ibrahim c’est plus que


cela : « Apportez votre preuve si vous êtes véridiques ».

Vous pensez vraiment qu’une personne n’ayant accès à aucun texte, tout
en adorant Allah Unique sans Lui donner d’égaux, tout en désavouant
ceux qui Lui donnent des égaux, est un mécréant parce qu’il, admettons,
ne désavoue pas le 149’237ème qui lui aurait le ‘’malheur’’ de ne pas
désavouer le 149’236ème dans la ‘’chaîne’’ ?

Vous pensez vraiment que la Fitra va aussi loin ?

Vous ne pensez pas qu’au bout d’un moment le doute peut s’installer
quant au jugement d’une personne dans la chaîne ?

Je vous mets au défi de trouver si ce n’est rien qu’une parole d’un ancien
savant qui dit ce que vous dites.
Les Fatawas des savants parmi les Mou’atazila de Bagdad ne seront pas
acceptées.

L'aveu des innovateurs

L’auteur du livre ‘’Réplique aux partisans des passions et de l'innovation


concernant la chaîne’’ avoue que lui et ses frères n’ont aucune preuve.

En effet, dans son petit livre de 11 pages dépourvu de toute preuve, il dit
à la fin de la page 7 :

« … Est-ce que l’absence d’un texte du Coran et de la Sounna à propos du


jugement de celui qui se trouve dans la chaîne, voudrait dire que traiter de
mécréants les gens qui s’y trouvent est une innovation … ? »

C’est tout de même très grave d’affirmer qu’une chose fait partie de la
Religion sans même avoir une seule preuve issue du Coran et de la
Sounna.

Que dire de celui qui affirme qu’une chose ne fait pas seulement partie de
la Religion, mais du fondement de la Religion, tout en avouant qu’il n’a
aucune preuve issue du Coran et de la Sounna pour appuyer sa prétention
?

Non seulement il avoue qu’il n’a aucune preuve issue du Coran et de la


Sounna, mais il rajoute à cela l’étonnement que les gens le taxent
d’innovateur.
Si ce genre de personne n’entre pas dans la définition de l’innovateur
aveuglé, alors je ne saurais pas dire qui mériterait plus que lui ce ‘’titre’’.

Comment voulez-vous que quelqu’un adhère à votre croyance alors que


vous-mêmes vous avouez que votre croyance n’est pas basée sur une
preuve du Coran et de la Sounna ?

Comment voulez-vous que quelqu’un adhère à votre croyance alors que


vous êtes incapables de nous trouver si ce n’est rien qu’une seule parole
d’un ancien savant parmi les Ahl as-Sounna wal-Djama’a qui irait dans
votre sens ?

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Certes, les thèmes faisant partie des fondements de la Religion, qui


méritent d’être nommés ‘’fondements de la Religion’’, et je veux parler là
de la Religion pour laquelle Allah a envoyé Son Messager et révélé Son
Livre ; il est interdit de dire que le Prophète n’a pas transmis le moindre
propos pour l’enseigner. Prétendre cela serait d’ailleurs une parole
contradictoire en soit, vu que si un enseignement fait partie des
fondements de la Religion, c’est qu’il est fatalement l’une des plus
importantes affaires religieuses dont on a besoin dans la Religion. Puis,
lorsqu’on nie que le Prophète l’ait transmis, cela implique deux choses :
Soit le Prophète a négligé les affaires importantes qu’on a besoin et ne les
a pas expliquées. Soit qu’il les a bel et bien expliquées, mais qu’elles n’ont
pas été transmises à la communauté musulmane. Or, ces deux thèses
sont catégoriquement fausses, c’est même les pires dénigrements que les
hypocrites font contre la Religion »

(Madjmou al-Fatawa, 3/294)

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Et donc, tout ce que les gens ont besoin de connaître, de croire, et


d’admettre de ces thèmes, Allah et Son Messager l’ont exposé de la plus
suffisante des manières afin de couper tout prétexte, vu que ceci est la
plus importante chose qu’ait transmis le Messager d’Allah de la
transmission évidente. Et il l’a certes exposé aux gens et ceci est le plus
grand sujet sur lequel Allah a établi la preuve à Ses serviteurs par le biais
des Messagers qui l’ont exposé et transmis. Et le Livre d’Allah que les
compagnons ont transmis, puis ensuite leurs disciples en provenance du
Messager d’Allah, que ce soit les termes ou leurs significations, ainsi que
la sagesse qui est la Sounna du Messager d’Allah qu’ils ont également
transmis depuis le Messager d’Allah, tout ceci englobe (les fondements de
la Religion) à la perfection … »

(Madjmou al-Fatawa, 3/295)

Si Allah, Son Messager, sallallahou ‘alayhi sallam, les Compagnons, leurs


disciples, ainsi que tous les savants qui ont suivi la Sounna exempte
d’innovations, ne nous ont pas transmis qu’une chose donnée annule
l’Islam, qui êtes vous pour affirmer le contraire ?

Réponse : Des innovateurs.

INSULTER ALLAH, SON MESSAGER ET SA RELIGION

Le jugement de celui qui insulte le Messager d'Allah sallallahou 'alayhi wa


sallam

Abd Allah 'ibn Mouhammad, rahimahoullah, a dit :

« Mouhammad ‘ibn Sahnoun, l’un des Imams de la doctrine de Malik,


rahimahoullah, a dit : « Les savants sont unanimes que celui qui insulte le
Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, est un mécréant. Quant à son
verdict, d’après la communauté, c’est la mort. Et quiconque doute de sa
mécréance est un mécréant » »

(Source : Aquidatoul-Mouwahhidîn, page 238)

AIDER LES MECREANTS CONTRE LES MUSULMANS

Celui qui entraîne les mécréants vers un pays où le peuple est musulman
est un mécréant

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit :


« Celui qui aide les mécréants contre les musulmans ou les entraîne vers
un pays où le peuple est musulman, sort de l'Islam. Ceci est un fait clair »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 8/326)

L’UNICITE D’ALLAH DANS LE JUGEMENT

La démonstration de l'Unicité d'Allah dans le Jugement

Allah a dit : « Et Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour
qu’ils m’adorent » (Sourate 51 – verset 56)

Pour expliquer ce verset, les savants ont dit : « Pour qu’ils attestent de
Mon Unicité ; Je leur donne des ordres et leur soumets des interdits »

Allah a dit : « La création et le commandement n’appartiennent


qu’à Lui. Toute gloire à Allah, Seigneur de l’Univers » (Sourate 7 –
verset 54)

Allah nous informe dans ce verset qu’Il est l’Unique Créateur de l’Univers
et des humains, de ce fait Il Lui appartient à Lui l’Unique de commander
l’Univers, ainsi que les humains, en leur donnant des ordres, et leur
soumettant des interdits. En effet, le commandement dans ce verset
concerne aussi bien le commandement cosmique, que le commandement
législatif, et Allah n’a pas d’associé dans cela.

Allah a dit : « Et Il n’associe personne à Son commandement »


(Sourate 18 – verset 26)
Allah a dit : « À Lui appartient l’Inconnaissable des cieux et de la
terre. Comme Il est Voyant et Audient ! Ils n’ont aucun allié en
dehors de Lui et Il n’associe personne à Son commandement »
(Sourate 18 – verset 26)

Allah a dit : « Le Jugement n’appartient qu’à Allah. Il tranche en


toute vérité et Il est le Meilleur des Juges » (Sourate 6 – verset 57)

Allah a dit : « Le Jugement n’appartient qu’à Allah. Il vous a


commandé de n’adorer que Lui. Telle est la Religion droite, mais
la plupart de gens ne savent pas » (Sourate 12 – verset 40)

Allah a dit : « C’est Lui Allah. Pas de divinité à part Lui. À Lui la
louange ici-bas comme dans l’au-delà. À Lui appartient le
Jugement. Et vers Lui vous serez ramenés » (Sourate 28 – verset 70)

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Allah est


le Juge, et c’est à Lui qu’appartient le Jugement » (Hadith rapporté
par abou Dawoud, an-Nassaï, et Bayhaqi, qu’Allah leur fasse Miséricorde)

Toute personne monothéiste, y compris celle à qui le Message n’est pas


parvenu, sait qu’Allah est l’Unique Créateur de toute chose, que rien ne
peut échapper à Sa Volonté, qu’Il voit, entend, et sait toute chose, qu’Il est
le Puissant, que rien ne peut Lui échapper car Il est exempt de toute
imperfection dans Ses Attributs, qu’Il ne ressemble pas aux créatures ni
dans Son Être, ni dans Ses Attributs, qu’Il n’a besoin de rien ni personne,
qu’Il est le Sage…

De ce fait, il est inconcevable que l’Infiniment Sage puisse créer les


humains en vain, sans but, pour qu’ils vivent et meurent, sans que rien ne
se passe. Toute personne qui pense qu’Allah a créé les humains sans but,
et qu’ainsi Il ne va pas les juger pour ce qu’ils auront accomplis, et les
récompenser ou punir après le jugement, une telle personne aura sous-
estimé Allah et renié la Sagesse d’Allah. De plus, il n’y a pas de véritable
peur, sans la croyance en le Jour du Jugement.

C’est pour ces raisons, entre-autres, que les savants ont dit que l’Islam
n’est pas valable sans la croyance en Allah, en le Destin, et en le Jour du
Jugement.

Ces trois piliers de la Foi font partie du fondement de l’Islam, et sans la


croyance en ces trois piliers, même à une période avant la venue du
Message, la personne ne sera pas considérée comme étant monothéiste.

De ce fait, toute personne qui croit en le Jour du Jugement, sait qu’Allah


est l’Unique Juge, et donc le Seul qui a le droit de commander avec Sa
création et Ses créatures, en leur donnant des ordres, et leur soumettant
des interdits, autrement dit, Allah est le Seul Législateur, et Il est le Seul
qui doit être pris comme Juge lors des litiges.
Ainsi, toute personne qui légifère des lois générales à suivre, s’associe à
Allah dans la Législation.

De même, toute personne qui juge avec cette législation lors des litiges
entre les gens, s’associe à Allah dans Son droit d’être le Seul qui doit être
pris comme Juge lors des litiges.

Quant à celui qui, par le biais d’un vote, aide à quelqu’un à obtenir le
poste d’un législateur de lois générales à suivre, il l’aura aidé à s’associer
à Allah et aura ainsi commis un acte de polythéisme majeur en mettant en
place un égal à Allah dans la Législation.

Allah a dit : « Ou bien auraient-ils des associés qui leur auraient


établi des lois religieuses qu’Allah n’a jamais permises ? » (Sourate
42 - verset 21)

La mise en place d’un égal à Allah est le plus grand des péchés qu’Allah
ne pardonnera qu’à une personne sous l’effet de la contrainte, et en aucun
cas à celui qui aura fait cela de plein gré pour un soi-disant moindre mal,
car il s’agît du Chirk et dans le Chirk il n’y a pas de moindre mal, même si
il est vrai qu’un Tâghoût peut être pire qu’un autre. La règle du moindre
mal, s’applique dans les sujets moindres que le Chirk, dans un cas de
nécessité.

De même, celui qui par le biais d’un vote aide à quelqu’un à obtenir le
poste d’un juge qui va régler des litiges entre les gens avec un autre livre
que le Livre d’Allah et la Sounna du Prophète Mouhammad, sallallahou
‘alayhi wa sallam, il l’aura aidé à s’associer à Allah et aura ainsi commis
un acte de polythéisme majeur en mettant en place un égal à Allah dans
le Jugement.

Allah a dit : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a


fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre
avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût, alors que
c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable
veut les égarer très loin, dans l'égarement » (Sourate 4 – verset 60)

Les savants ont dit que le Tâghoût dans ce verset concerne toutes les lois
qui ne sont pas issues du Coran et de la Sounna.

Allah a dit : « Est-ce donc le jugement de la Djahiliyyah qu’ils


cherchent ? Qu’y a-t-il de meilleur qu’Allah en matière de
jugement pour des gens qui ont une foi ferme ? » (Sourate 5 – verset
44)

Soulayman ‘ibn Sahman, rahimahoullah, dans son commentaire du


verset : « Ceux qui ne gouvernent pas par la Loi d’Allah sont les
mécréants » - a dit : « Et cela expose la mécréance du juge en personne,
ainsi que de ceux qui recourent à son jugement …, de même que de celui
qui ne croit pas en l’obligation de juger d’après la Loi d’Allah, même si lui-
même n’est pas juge, ni ne demande le jugement » (Source : ad-Dourar
as-Saniyyah, 10/504-505)

Les gouverneurs actuels qui s’affilient à l’Islam sont des Tâwaghît sous
plusieurs aspects. En effet, ils légifèrent des lois générales à suivre,
incitent à ce que ces lois soient prises comme juge lors des litiges, incitent
les gens à ce que ces lois soient suivies, obéies et aimées par les gens.
Donc, ils s’associent à Allah dans la Législation, incitent les gens à prendre
comme juge le Tâghoût, et incitent les gens à suivre, obéir et aimer le
Tâghoût. De ce fait, il n’est vraiment pas étonnant pourquoi Mouhammad
‘ibn ‘Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a cité celui qui légifère des lois
générales à suivre, et celui qui juge avec celles-ci, comme les plus grand
Tâwaghît, juste derrière Iblis.

Voici quelques articles de lois générales à suivre qu’ont légiférées certains


Tâwaghît qui s’affilient à l’Islam, et envers lesquelles d’autres Tâwaghît
ordonnent, ou incitent obéissance et amour.

Article 65 de la constitution du Koweït : « L’Emir a le droit de proposer des


lois, et le droit de les approuver et de les émettre »

Il a été démontré que quiconque légifère des lois générales à suivre est un
Tâghoût, même si il prétend qu’il n’a pas le droit de faire ceci. Mais, cet
article stipule que l’Emir a le droit de légiférer des lois ! Quelle excuse
vont trouver les gens qui prétendent suivre les Salafs à ce gouverneur ? Il
leur reste deux options ; soit dire que ce gouverneur est un mécréant, soit
rejoindre les djahmiyyah extrémistes qui sortent les paroles et les actes de
la Foi.

Article 32 de la constitution du Koweït : « Il n’y a aucun crime ni aucune


sanction, sauf fondé selon la loi, et il n’y a aucune punition sauf s’il y a un
texte de la loi qui le précise »

Article 79 de la constitution du Koweït : « Aucune loi ne peut être émise


tant qu’elle n’est pas approuvée par l’assemblée et reconnue par l’Emir »

Ces articles sont une preuve flagrante de l’association dans le Jugement


d’Allah, autant de la part du gouverneur, que des membres de
l’assemblée.

Article 29 de la constitution du Koweït : « Les hommes sont égaux dans la


dignité humaine, et égaux devant la loi en droits et en devoirs généraux,
sans aucune distinction entre eux que ce soit pour leur sexe, origine,
langue ou religion »

Pas de commentaire.

Article 36 de la constitution du Koweït : « Liberté d’opinion, de recherche


scientifique, et tout homme à le droit d’exprimer son opinion et de la
diffuser oralement, ou à l’écrit, ou par d’autres moyens, conformément
aux conditions exposés par la loi »

Il n’est désormais plus étonnant pourquoi certains gouverneurs ne


réagissent pas quand le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa
sallam, est caricaturé et insulté. Au contraire, ils disent : « Liberté
d’opinion » - Par contre, quand un monothéiste appelle au Tawhid et
critique le Tâghoût, il n’y a plus de liberté d’opinion, ceci se transforme en
intégrisme, terrorisme, fondamentalisme, ou encore extrémisme.

Article 68 de la constitution du Koweït : « L’Emir déclare la guerre de


défense par écrit, quant à la guerre offensive, elle est interdite »

Allah a ordonné le Djihad de conquête jusqu’à ce que la Religion soit


entièrement à Allah, et les gouverneurs actuels l’interdisent parce qu’ils
ne veulent pas que la Religion soit entièrement à Allah, pour eux la Loi
d’Allah est de l’intégrisme, du terrorisme, du fondamentalisme, ou encore
de l’extrémisme.

Article 60 de la constitution du Koweït : « L’Emir, avant de remplir sa


fonction, doit tenir le serment suivant lors d’une assise spécifique : « Je
jure par Allah l’Immense de respecter la constitution et les lois de l’Etat, et
de défendre la liberté du peuple … » »

Autrement dit : « Je jure par Allah de respecter le Tâghoût … »

Une telle parole est une des plus grandes moqueries envers Allah,
Seigneur de l’Univers.

Article premier de la constitution du Maroc : « Le Maroc est une monarchie


constitutionnelle, démocratique, et sociale »

Article 4 de la constitution du Maroc : « La loi est l'expression suprême de


la volonté de la nation. Tous sont tenus de s'y soumettre. La loi ne peut
avoir d'effet rétroactif »

Dans cet article on peut voir que le pouvoir appartient au peuple et non à
Allah, et que toute personne doit se soumettre au Tâghoût.

Article 6 de la constitution algérienne : « Le peuple est la source de tout


pouvoir. La souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple »

Il suffit de dire avec sa langue une telle parole pour être un mécréants,
alors que dire de celui qui la légifère, ordonne, ou incite les gens à ce
qu’elle soit suivie, obéie, ou aimée ?

Article 60 de la constitution algérienne : « Toute personne est tenue de


respecter la constitution et de se conformer aux lois de la république »
Autrement dit : « Toute personne est tenue de respecter le Tâghoût et de
se conformer à lui »

Tous les pays qui s’affilient à l’Islam ont à leur tête des gouverneurs qui
légifèrent ce genre de lois, prêtent serment de les respecter, incitent à ce
qu’elles soient prises comme juge lors des litiges, incitent à ce qu’elles
soient suivies, obéies et aimées. En effet, aucun pays ne fait objet
d’exception, et là il ne s’agît que d’un petit échantillon de lois qu’on peut
trouver dans différents pays qui s’affilient à l’Islam.

LA REALITE DES GOUVERNEURS

Tafsir d'un verset de la sourate al-Kahf d'après ach-Chanquiti

Voici le Tafsir de la sourate al-Kahf, verset 26, qui est l’œuvre du cheikh
Mouhammad al-Amin ach-Chanquiti, qu’Allah lui fasse Miséricorde :

« Quant à Sa Parole, « Et Il n’associe personne à Son Jugement » -


cela signifie qu’Il n’associe personne à Son Jugement, Le Jugement
n’appartient qu’à Lui, et absolument personne d’autre que Lui n’a droit à
La Législation. N’est permis que ce qu’Il a permis, n’est interdit que ce
qu’Il a interdit, et la Religion est ce qu’Il a légiféré, le décret est ce qu’Il a
décrété.

Mais, selon la récitation d’Ibn Amir, le verset est : « Et n’associe


personne à Son jugement » - dans le sens de l’interdiction, ce qui
signifie : N’associe personne, ô Prophète d’Allah, ou toute personne à qui
ce verset s’adresse, au Jugement d’Allah, mais purifie le Jugement d’Allah
de toute souillure comme l’idolâtrie et autre. Or, Le Jugement mentionné
dans ce verset, « Et Il n’associe personne à Son jugement » inclut
tout ce qu’Il a décrété, et cela inclus en tout premier lieu La Législation.

Le contenu de ce verset, à savoir que Le Jugement n’appartient qu’à Allah,


sans aucun associé, selon toutes les lectures, fut mentionné dans d’autres
versets explicitant cela, comme :

« Le Jugement n’appartient qu’à Allah. Il vous a commandé de


n’adorer que Lui. Telle est la Religion droite; mais la plupart de
gens ne savent pas » (Sourate 12 - verset 40)

« Le Jugement n’appartient qu’à Allah. En Lui je place ma


confiance. Et que ceux qui placent leur confiance la placent en
Lui » (Sourate 12 - verset 67)

« Sur toutes vos divergences, Le Jugement appartient à Allah. Tel


est Allah mon Seigneur; en Lui je place ma confiance et c’est à Lui
que je retourne » (Sourate 42 - verset 10)
« Il en est ainsi, car lorsqu’Allah était invoqué Seul (sans associé),
vous ne croyiez pas; et si on Lui donnait des associés, alors vous
croyiez. Le Jugement appartient à Allah, Le Très-Haut, Le Très-
Grand » (Sourate 40 - verset 12)

« Tout doit périr, sauf Son Visage. A Lui appartient Le Jugement;


et vers Lui vous serez ramenés » (Sourate 28 - verset 88)

« C’est Lui Allah. Pas de divinité à part Lui. A Lui la louange ici-bas
comme dans l’au-delà. A Lui appartient Le Jugement. Et vers Lui
vous serez ramenés » (Sourate 28 - verset 70)

« Est-ce donc Le Jugement du temps de l’ignorance qu’ils


cherchent ? Qu’y a-t-il de meilleur qu’Allah, en matière de
Jugement pour des gens qui ont une foi ferme ? » (Sourate 5 - verset
50)

« Chercherai-je un autre juge qu’Allah, alors que c’est Lui qui a


fait descendre vers vous ce Livre bien exposé ? » (Sourate 6 - verset
114) - Et d’autres versets …

On peut comprendre de ces versets, comme la parole d’Allah, « Et Il


n’associe personne à Son Jugement » - que ceux qui suivent les lois
des législateurs, qui codifient des lois autres que Celles d’Allah, sont des
idolâtres, qui donnent des associés à Allah.

Cette compréhension fut mentionné explicitement dans d’autres versets,


comme dans Sa parole au sujet de ceux qui suivent la loi du diable sur la
permission de la viande du cadavre en prétendant que c’est ce qu’Allah a
tué : « Et ne mangez pas de ce sur quoi le Nom d’Allah n’a pas été
prononcé, car ce serait (assurément) une perversité. Les diables
inspirent à leurs alliés de disputer avec vous. Si vous leur
obéissez, vous deviendrez certes des idolâtres » (Sourate 6 - verset
121) - Allah déclara qu’ils furent idolâtres en leur obéissant, et ceci est
l’idolâtrie dans l’obéissance et le suivi de la loi opposée à La Loi d’Allah.

Le sens de l’adoration du diable se trouve dans la parole d’Allah : « Ne


vous ai-Je pas engagés, enfants d’Adam, à ne pas adorer le Diable
? Car il est vraiment pour vous un ennemi déclaré, et (ne vous ai-
Je pas engagés) à M’adorer ? Voilà un chemin bien droit » (Sourate
36 – versets 60, 61)

Et au sujet d’Ibrahim : « Ô mon père, n’adore pas le Diable, car le


Diable désobéit au Tout-Miséricordieux » (Sourate 19 - verset 44)

Et : « Et ce n’est qu’un Diable rebelle qu’ils invoquent » (Sourate 4 -


verset 117) - C'est-à-dire : Ils n’adorent que le Diable, en le suivant dans
sa loi. C’est pour cela qu’Allah nomma « associés » ceux qui sont obéis
dans ce qu’ils embellissent comme péchés dans le verset : « Et c’est
ainsi que leurs divinités ont enjolivé à beaucoup d’idolâtres le
meurtre de leurs enfants, afin de les ruiner et de travestir à leurs
yeux leur religion » (Sourate 6 - verset 137)

Et le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, expliqua à ‘Ady ‘ibn Hatim,


qu’Allah soit satisfait de lui, lorsqu’il l’interrogea sur le verset : « Ils ont
pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie,
comme Seigneurs en dehors d’Allah, alors qu’on ne leur a
commandé que d’adorer un Dieu Unique. Pas de divinité à part Lui
! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu’ils (Lui) associent »
(Sourate 9 - verset 31) – Il, sallallahou ‘alayhi wa sallam, lui expliqua qu’ils
leur permettaient ce qu’Allah a interdit et leur interdisaient ce qu’Allah a
permis, et qu’ils les suivaient et leurs obéissaient dans cela, dans leur
législation, et que ceci était les prendre pour seigneurs avec, ou en dehors
d’Allah.

Parmi les preuves les plus criantes à ce sujet, c’est qu’Allah, dans la
sourate les Femmes, démontra qu’il est étonnant que celui qui veut
prendre pour juge une autre loi que La Loi d’Allah, prétende en même
temps avoir la foi ... leur prétention de la foi, tout en voulant prendre un
autre juge que la Loi d’Allah, n’est qu’un mensonge caractérisé qui ne
peut qu’étonner. C’est dans la parole d’Allah : « N’as-tu pas vu ceux qui
prétendent croire à ce qu’on a fait descendre vers toi (Prophète)
et à ce qu’on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour
juge le Tâghoût, alors que c’est en lui qu’on leur a commandé de
ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans
l’égarement » (Sourate 4 - verset 60)

Sur la base de ces textes célestes que nous avons mentionnés


précédemment, il apparaît de la plus claire des manières que ceux qui
suivent les lois inventées par les hommes, légiférées par le diable sur la
langue de ses alliés, opposées à La Loi d’Allah qu’Il légiféra par la langue
de Ses Messagers - nul ne doute de leur mécréance et idolâtrie, si ce n’est
celui à qui Allah a voilé la vue et a aveuglé de la lumière de Sa Révélation,
comme eux …

… Gloire à Lui, Il est bien trop haut que pour qu’il existe un législateur en
dehors de Lui : « Ou bien auraient-ils des associés (à Allah) qui
auraient établi pour eux des lois religieuses qu’Allah n’a jamais
permises ?» (Sourate 42 - verset 21) ... »

(Source : Adhwa al-Bayyân, volume 3, pages 258-261)

Tafsir d'un verset de la sourate al-Isra d'après ach-Chanquiti

Voici le Tafsir de la sourate al-Isra, verset 9, qui est l’œuvre du cheikh ach-
Chanquiti, rahimahoullah.
« Allah a dit : « Certes, ce Coran guide vers ce qu'il y a de plus
droit, et il annonce aux croyants qui font de bonnes œuvres qu'ils
auront une grande récompense » - Dans la guidée de ce Coran vers ce
qu’il y a de plus droit, il y a Son annonce que le suivi d’une autre
législation que Celle enseignée par le maître des fils d’Adam, Mouhammad
fils d’Abdallah, sallallahou ‘alayhi wa sallam, est une mécréance évidente
expulsant de la Religion Islamique.

Lorsque les mécréants ont dit au Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam :


« La brebis qui meurt naturellement et devient un cadavre, qui est-ce qui
l’a tué ? » - Il leur a répondu : « Allah l’a tué ! » - Alors ils dirent : « Ce que
vous égorgez de vos main est permis, et ce qu’Allah tue de Ses Nobles
Mains, vous dite que c’est interdit ? Êtes-vous meilleurs qu’Allah ?! » -
Alors Allah révéla le verset : « Et ne mangez pas de ce sur quoi le
nom d’Allah n’a pas été prononcé, car ce serait (assurément) une
perversité. Les diables inspirent à leurs alliés de disputer avec
vous. Si vous leur obéissez, vous deviendrez certes des idolâtres »
(Sourate 6 - verset 12)

C’est un serment venant d’Allah, que quiconque suit le diable dans


l’autorisation de la viande de cadavre est un idolâtre. Cette idolâtrie fait
sortir de l’Islam à l’unanimité des musulmans, et Allah blâmera
sévèrement son auteur le Jour du Jugement, et lui dira : « Ne vous ai-Je
pas engagés, enfants d’Adam, à ne pas adorer le Diable? Car il est
vraiment pour vous un ennemi déclaré » (Sourate 36 - verset 60) –
Ceci car, lui obéir dans une loi opposée à la Révélation revient à l’adorer,
et Allah a dit : « Et ce n’est qu’un diable rebelle qu’ils invoquent »
(Sourate 4 - verset 117) - C'est-à-dire, ils n’adorent qu’un diable, en
suivant sa législation …

Et lorsque ‘Ady ibn Hatim, qu’Allah soit satisfait de lui, interrogea le


Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, au sujet de la parole d’Allah : « Ils
ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de
Marie, comme seigneurs en dehors d’Allah, alors qu’on ne leur a
commandé que d’adorer un Dieu Unique. Pas de divinité à part
Lui! Gloire à Lui! Il est au-dessus de ce qu’ils (Lui) associent »
(Sourate 9 - verset 41) – Il, sallallahou ‘alayhi wa sallam, annonça que la
signification de cela est qu’ils leur obéissaient dans l’interdiction de ce
qu’Allah a permis, et la permission de ce qu’Allah a interdit. Et il y a
beaucoup de verset de ce genre.

Il est vraiment étonnant qu’une personne prenne pour juge une autre loi
que Celle d’Allah, puis prétend quand même être musulman ! Comme
Allah le dit dans la sourate 4, verset 60 : « N’as-tu pas vu ceux qui
prétendent croire à ce qu’on a fait descendre vers toi (Prophète]
et à ce qu’on a fait descendre avant toi? Ils veulent prendre pour
juge le Tâghoût (1), alors que c’est en lui qu’on leur a commandé
de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans
l’égarement »
Et : « Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a révélé, ceux-
là sont les mécréants » (Sourate 5 - verset 44)

Et : « Chercherai-je un autre juge qu’Allah, alors que c’est Lui qui a


fait descendre vers vous ce Livre bien exposé? » (Sourate 6 - verset
114) »

(Source : Adhwa al-Bayyan, volume 3, pages 40, 41)

(1) Le Tâghoût désigné dans ce verset est une loi issue d’une autre
législation que Celle d’Allah, ou encore tout simplement toute autre
législation que Celle d'Allah.

L'invention de lois ne peut prendre que quatre formes

Ibn Hazm al-Andalousi, rahimahoullah, a dit :

« L’invention de lois ne peut prendre que quatre formes :

• En annulant certaines prières, une partie du jeûne, de la Zakat, du


pèlerinage, ou la peine du fornicateur, ou du calomniateur, ou
l’annulation de tout ceci.
• Ou alors c’est l’ajout de quelque chose, l’invention d’une nouvelle
obligation.
• Ou alors c’est rendre licite une chose interdite, comme rendre licite
la viande de porc, les substances enivrantes, ou les cadavres
d’animaux.
• Ou alors interdire ce qui est permis, comme la viande de mouton ou
autre.

Et quelque soit la forme que nous venons de citer, celui qui le dit (1) est
un mécréant idolâtre, rejoignant les juifs et les chrétiens. Et le devoir de
tout musulman est de tuer celui qui autorise quoi que ce soit de ces
choses, sans l’appeler au repentir, ni même accepter son repentir s’il se
repent. Ses biens doivent être versés dans la trésorerie publique
Islamique, car il a changé sa religion, et le Messager d’Allah, sallallahou
’alayhi wa sallam, a dit: « Celui qui change de religion, tuez-le! »
(Rapporté par al-Boukhari) - Qu’Allah nous préserve de nous mettre en
colère pour le faux qui mène à une telle perdition »

(Source : al-Ihkâm fi oussoul al-Ahkâm, 6/110)

Cette parole d’Ibn Hazm, rahimahoullah, est très claire, et montre que le
fait d’établir ou légiférer des lois, est une association à Allah. Si tu
observes ce qui se passe dans les pays arabes, tu verras que ce qu’Allah a
interdit, est permis, voire obligatoire. Et ce qu’Allah a interdit, est permis,
et même punissable de peine de prison !

Dans ce genre de pays, tu trouveras des monuments et tombes adorés


avec, ou en dehors d’Allah qui sont protégés par des policiers. Tu
trouveras des lois qui protègent l’apostat que l’Islam ordonne d’exécuter.
Tu trouveras des lois qui mettent à égalité l’homme et la femme dans
l’héritage et autres choses. Tu verras que l’esclavage des mécréants est
interdit, alors que c’est une chose permise en Islam sans aucune
divergence. Tu verras que le Djihad de conquête qu’ils nomment « la
guerre hostile » est interdit, alors que l’Islam ordonne à tout Etat
Islamique capable de combattre les mécréants, de le faire au moins une
fois par année dans le but d’élever la Parole d’Allah et de rabaisser la
parole des mécréants. Les Tâwaghît actuels font tout le contraire, ils
élèvent la parole des mécréants, et interdisent que la Parole d’Allah soit la
plus haute ! Tu trouveras aussi qu’ils ne punissent pas les sorciers, alors
que l’Islam ordonne de les tuer. Tu trouveras qu’ils tolèrent les horoscopes
dans les journaux, alors que l’Islam maudit celui qui, par curiosité, va
consulter un astrologue, et juge mécréant celui qui croit l’astrologue. Tu
trouveras qu’ils tolèrent les partis politiques mécréants, comme les
communistes, les socialistes, les démocrates, les laïques, et leur
permettent de prêcher ouvertement à leur mécréance. Tu trouveras dans
ces pays, comme c’est le cas de l’Arabie Saoudite, qu’ils ont aboli
l’interdiction de l’usure, en imposant aux saoudiens de payer les intérêts
qu’ils doivent aux banques Américaines ou Hollandaises qui s’y trouvent,
et pour ce faire ils ont préparé des tribunaux spéciaux qui se chargent de
faire respecter les lois qu’ils ont inventés pour permettre l’usure ! Ils ont
inventé des lois dans plein d’autres domaines, comme, les tribunaux
militaires, le travail, les médias, le commerce, l’économie et d’autres
domaines !

Et quand tu obéis à Allah et Son Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, en


empêchant le mal par la main, ou la parole, tu te retrouves en prison, car
d’après le Tâghoût à la tête d’un de ces pays mécréants, ceci n’est pas
permis !

(1) Le fait de croire qu'il est permis de légiférer des lois, dire qu'il est
permis de légiférer des lois, ou encore passer à l'acte et légiférer des lois,
ne change absolument rien au résultat final qui est la mécréance. La seule
chose qui change est le moyen qui mène à cette mécréance.

Il est une obligation pour le gouverneur de s'occuper de ceux qui


interdisent le takfir des polythéistes même si ces polythéistes s'affilient à
l'Islam

Abd ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, conseillant un des


gouverneurs de son époque, dit :
« De même, il est une obligation pour le gouverneur de s’occuper, au Nom
d’Allah, de celui qui ramène des ambiguïtés aux musulmans dans leur
croyance, comme ceux qui interdisent le takfir des idolâtres, et les font
entrer dans la meilleure communauté parce qu’ils prétendent appartenir à
l’Islam et prononcent la Chahada. Les dégâts que cause cette catégorie de
gens sont énormes, surtout chez ceux qui n’ont pas beaucoup de science
… Et la majorité de gens ne connaît pas les preuves pour répondre aux
ambiguïtés de ceux qui les propagent et aux égarements des égarés »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 14/68)

Celui qui remplace la Loi d'Allah par une autre est un mécréant à
l'unanimité des savants

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Lorsqu’un homme rend permis une chose unanimement interdite, ou au


contraire interdit une chose unanimement permise, ou remplace la Loi
unanimement reconnue, il est un mécréant à l’unanimité des savants »

(Source : Madjmou al-Fatawa, volume 3, page 267)

Celui qui gouverne sans se référer au Coran est un Tâghoût

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit:

« Celui qui gouverne sans se référer au Livre Saint est un Tâghoût »

(Source : Madjmou al-Fatawa, 28/201)

Seul un mécréant quitte la Loi d'Allah

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« La Loi descendue de la part d’Allah est le Coran et la Sounna, avec


laquelle Allah envoya Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam. Cette
Loi, personne n’a le droit de La quitter, seul un mécréant la quitte »

(Source, Madjmou al-Fatawa, 11/262)


Celui qui ne croit pas en l'obligation de juger par ce qu'Allah a révélé est un
mécréant

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Il ne fait aucun doute que celui qui ne croit pas en l’obligation de juger
par ce qu’Allah a révélé à Son Messager, sallallahou ’alayhi wa sallam, est
un mécréant … »

(Source, al-Minhadj)

Quiconque accepte de suivre une autre loi que la Loi de Mouhammad


sallallahou 'alayhi wa sallam est un mécréant

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Il est fondamentalement connu dans la Religion des musulmans, et il y a


unanimité pour tous les musulmans, que quiconque accepte de suivre une
autre religion que l’Islam, ou de suivre une autre loi que la Loi de
Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, c’est un mécréant. Sa
mécréance est la même que celui qui croit en une partie du Coran et
mécroit en une autre, comme Allah l’a dit : « Certes, ceux qui
mécroient en Allah et Son Messager, et veulent faire une
distinction entre Allah et Ses Messagers, et disent : « Nous
croyons en certains et ne croyons pas en d’autres » - et veulent
prendre une voie intermédiaire à cela, ceux-là sont les véritables
mécréants, et Nous avons préparé un terrible châtiment pour les
mécréants » »

(Source, Madjmou al-Fatawa, 28/524)

Le Chirk dans le Jugement et le Chirk dans l'Adoration indiquent tous les


deux une seule et même signification

Ibn Kathir, rahimahoullah, a dit au sujet du verset : « Est-ce donc le


jugement du temps de l’Ignorance qu’ils cherchent? Qu’y a-t-il de
meilleur qu’Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont
une foi ferme? » (Sourate al-Ma’idah, verset 50)

« Allah blâme celui qui quitte la Loi d’Allah contenant le bien tout entier et
s’opposant à tout le mal, et revient à autre que Lui, à des opinions, des
désirs, des règlements instaurés par des hommes sans aucune référence à
la Loi d’Allah, comme le faisaient les païens. Ils jugeaient entre les gens
avec des égarements et des ignorances instaurés par leurs opinions et
leurs désirs. C’est également ce que font les Tatars, ils gouvernent par
une politique royale inspirée de le roi Gengis Khan, qui leur avait inventé
le « Yassiq » qui est le nom d’un livre compilant des règles qu’il avait tiré
de diverses lois juives, chrétiennes, Islamiques et autres … Mais il y a
aussi dans cette loi beaucoup de règles inventées de toute pièce qu’il a
tiré de sa propre opinion et de ses désirs. Cette loi est devenue chez ses
descendants une loi suivie, qu’ils mettent en priorité à la Loi d’Allah et la
Sounna de Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam. Quiconque fait
cela est un mécréant qu’il est obligatoire de combattre jusqu’à ce qu’il
revienne à la Loi d’Allah et de Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam,
et qu’il l’applique que ce soit dans les grandes affaires ou les petites »

(Source, Tafsir ‘Ibn Kathir, sourate al-Ma’idah, verset 44)

Toute personne doit reconnaître avec sa disposition naturelle (fitra) la


Seigneurie d’Allah qui comprend le fait qu’Il est l’Unique Juge, Celui à qui
appartient le Jugement Dernier. Le fait de reconnaître qu’Allah est l’Unique
Juge implique qu’il n’appartient qu’à Lui de légiférer des Lois. De ce fait,
toute personne n’ayant pas accès au Message, qui mettrait en place une
législation, ou règlement à suivre, basé sur les opinions, désirs et passions
des gens, sans prendre en compte la Seigneurie d’Allah, est un Tâghoût,
car il a mis en place un égal à Allah dans la Seigneurie, ou encore pour
être plus précis dans le Jugement. Cet associé qu’il a mis en place est une
législation, ou un règlement adoré à travers différents litiges qui opposent
les gens, ou un règlement suivi et obéi en dehors d’Allah, ou
indépendamment d’Allah. Autrement dit, cette législation ou règlement
est pris comme source d’obéissance en lieu et place d’Allah le Seigneur de
l’Univers. Celui qui a créé cet Univers mérite le Seul d’être pris comme
source d’obéissance, car l’obéissance est une adoration avec laquelle le
serviteur se rapproche de son Seigneur espérant ainsi la récompense chez
Lui. Alors que ce genre de Tâwaghît qui ne croient pas en Allah ont mis en
place un règlement adoré, suivi et obéi, en dehors d’Allah. « Quiconque
fait cela … » - comme le dit Ibn Kathir, rahimahoullah, est un Tâghoût, et
sa mécréance n’est pas conditionnée par la conviction, car il y a unanimité
chez les ahl as-Sounna wal-Djama’ah que l’Islam s’annule par un doute,
une parole, ou un acte.

Il est important de noter que toute loi ou règle issue de ces opinions,
désirs et passions, est aussi appelée un Tâghoût, car chacune d’elles est
adorée, suivie, ou encore obéie en dehors d’Allah, ou indépendamment de
Lui. Celui qui adore une loi ou une règle, est celui qui prend pour juge lors
d’un litige cette règle. Ainsi, il ne prend pas pour juge Allah, mais il prend
pour juge un autre qu’Allah, autrement dit une règle basée sur les
opinions, désirs, et passions des gens en dehors d’Allah, ou
indépendamment de Lui. Une telle personne avec cet acte commet le
Chirk dans l’Adoration (Oulouhiyyah) et ainsi annule le Tawhid, même si il
reconnait la Seigneurie d’Allah, c’est-à-dire qu’Il est l’Unique Juge. Ceci est
le Chirk des Quraychites qui reconnaissaient la Seigneurie d’Allah, mais
faisaient le Chirk dans l’Adoration.

Si quelqu’un obéit à une créature dans la désobéissance à Allah, il sera


considéré comme un pécheur, si cette désobéissance à Allah concerne les
péchés. Par contre, celui qui obéit à une créature lorsqu’elle lui demande
de dire ou commettre de la mécréance, alors dans ce cas il sera un
mécréant. De même, si une créature obéit dans quoi que ce soit à qui que
ce soit en dehors d’Allah, en prenant cette personne comme étant la
source d’obéissance en dehors d’Allah, alors elle sera aussi mécréante, car
le musulmans est celui qui prend Allah comme Seigneur, celui qui prend
Allah comme étant la source du suivi et de l’obéissance, et celui qui
s’écarte de la mécréance pour unifier Allah. Donc, il y a une différence
fondamentale entre celui qui obéit à une personne dans un péché, tout en
prenant Allah comme étant la source d'obéissance, et celui qui obéit à une
personne dans quoi que ce soit, en la prenant comme étant la source
d'obéissance. Dans ce cas, la personne prise comme source d'obéissance
est un Tâghoût, et celui qui la considère comme étant la source
d'obéissance est un polythéiste. Ceci s'appelle le Chirk dans l'obéissance.

Mouhammad Amine ach-Chanquiti, rahimahoullah, a dit sur l’explication


du verset 31 de la sourate at-Tawba : « Ils ont pris leurs rabbins et
leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs
en dehors d'Allah » :

« Or, l’association à Allah dans Son Jugement et l’association à Allah dans


Son Adoration indiquent tous deux une seule et même signification, et il
n’y a aucune différence entre les deux. En effet, celui qui suit un
règlement autre que le règlement d’Allah ou qu’Allah n’a pas légiféré, ou
une loi opposée à la Loi d’Allah qu’aurait mis en place un être humain, une
telle personne s’est détournée de la lumière céleste qu’Allah fit descendre
sur la langue de Son Messager, sallallahou ’alayhi wa sallam. Quiconque
agit de la sorte est exactement comme celui qui se prosterne pour une
statue ou adore une idole, il n’y a aucune différence entre les deux, de
quelque angle que ce soit. Ils sont une seule et même personne, car tout
deux sont idolâtres, associent à Allah. Celui-ci associe dans l’adoration et
celui-là dans le jugement. Or, l’association dans l’adoration et dans le
jugement sont une seule et même chose »

(Source, Tafsir Adwa al-Bayan, sourate at-Tawba, verset 31)

Celui qui place des lois structurées en exigeant la soumission à celles-ci est
un mécréant

Mouhammad ’ibn Ibrahim, a dit :

« Et tu pourras dire, si une personne qui gouverne par une loi forgée
disait: « Mais j’ai la conviction que cette loi est fausse » que ceci (cette
prétention) n’aurait aucun effet sur lui. Au contraire, il a cessé d’appliquer
la Loi Islamique, et c’est comme si une personne disait: « J’adore les
idoles, mais j’ai conviction que ces idoles sont fausses » »

(Source, Madjmu‘ al-Fatawa, 6/188,189)

Mouhammad ’ibn Ibrahim, a dit:

« Les lois humaines sont une mécréance qui expulse de la Religion. Le fait
de croire que ces lois sont justes et permises, et certains même en disent
encore plus que cela, ces gens-là annulent leur attestation que
Mouhammad, sallallahou ’alayhi wa sallam, est le Messager d’Allah, et
annulent également leur attestation qu’il n’y a de divinité qu’Allah. En
effet, il fait partie de l’attestation qu’il n’y a de divinité qu’Allah, qu’il n’y a
aucun être obéi en dehors d’Allah. Aussi, ils l’ont annulée en adorant autre
chose qu’Allah. Quant à ce qu'on appel « koufre douna koufre » c’est
lorsqu’il se réfère à un autre qu’Allah, en ayant la conviction qu’il est
pécheur et que le Jugement d’Allah est la vérité, alors cela est ce qui lui
arrive une fois ou quelque chose comme ça (1). Quant à celui qui place
des lois bien structurées en exigeant la soumission à celles-ci, alors cela
est de la mécréance, même s’il dit: « Nous avons tort est le Jugement de
la Loi Islamique est plus juste » - Ceci est une mécréance qui exclut de la
Religion »

(Source, al-Fatawa wa rasa'il, fatwa n° 4060, 12/289)

(1) « … une fois ou quelque chose comme ça. » - ceci n’est possible que
lorsque le gouverneur applique la Loi d’Allah en général, lorsque la Loi
d’Allah prime sur le peuple, lorsque la Loi d’Allah est prise comme Juge
lors des litiges, lorsque la Loi d’Allah est Celle qui est suivie et obéie, et
non pas lorsque la loi d’Iblis prime sur le peuple, lorsque la d’Iblis est prise
comme juge lors des litiges, lorsque la loi d’Iblis est celle qui est suivie et
obéie en dehors de la Loi d’Allah.

Quiconque annule les ordres et les interdits légiférés par Allah est un
mécréant à l'unanimité des savants

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit:

« Il est connu que quiconque annule les ordres et les interdits avec
lesquels Allah a envoyé Ses Messagers, est un mécréant à l’unanimité des
musulmans, des juifs et des chrétiens »

(Source : Madjmou al-Fatawa, 1/106)


Quiconque rend obligatoire avec sa parole ou son acte quelque chose
qu'Allah n'a pas légiféré est un Tâghoût

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Allah a dit : « Auraient-ils des associés qui leurs ont légiféré des
règles à suivre qu’Allah n’a jamais voulu? » Alors, quiconque rend
obligatoire avec sa parole ou son acte, quelque chose qu’Allah n’a pas
légiféré – il a légiféré ce qu’Allah n’a pas voulu. Et celui qui le suit dedans
(1), il l’a pris pour un associé à Allah, qui lui a légiféré ce qu’Allah n’a pas
permis »

(Source : Iqtida’ as-Siratil-Moustaqîm, page 267)

(1) C’est-à-dire, en considérant qu’il a le droit de légiférer. Quant à


celui qui légifère, sa simple parole ou acte le rend mécréant.

Celui qui change la Loi d'Allah et met à la place une autre loi est un Tâghoût

Ibn Taymiyyah, rahimahoullah, a dit dans Madjmou’ al-Fatawa, 35/365 :

« Celui qui change la Loi du Messager et met à la place une autre loi, sa loi
est fausse et il n’est pas permis de le suivre, comme a dit Allah : «
Auraient-ils des associés qui leurs ont légiféré des règles à suivre
qu’Allah n’a jamais voulu? » - C’est pour cela que les juifs et les
chrétiens sont devenus des mécréants, car ils ne quittent pas la loi
abrogée (1) »

(1) Au contraire, ils continuent à l’appliquer de sorte à ce qu’elle soit


prise comme juge lors des litiges, et à ce qu’elle soit suivie ou obéie.
Ainsi, ce n’est pas le Commandement d’Allah qui règne sur la terre,
mais le commandement abrogé par Allah, ou encore celui qui est
issu des opinions, désirs et passions des gens.

Le Hadith qui démontre la mécréance de celui qui légifère une seule


sentence opposée au Jugement d'Allah

L’Imam Mouslim, rahimahoullah, rapporte d’après al-Bara’ ‘ibn al-‘Azib :

« Le Messager d’Allah, sallallahou ‘alayhi wa sallam, rencontra un juif à qui


on avait noirci le visage et qui se faisait fouetter. Le Messager, sallallahou
‘alayhi wa sallam, les appela alors et leur dit : « Est-ce là la sentence
que vous trouvez dans la Torah ? » - Le juif répondit : « Oui » - Alors le
Messager d’Allah appela l’un de leurs savants et lui dit : « Je t’abjure par
Celui qui révéla la Torah à Moussa, est-ce là la sentence que vous
trouvez dans la Torah ? » - Il dit : « Non par Allah ! Et si tu ne m’avais
pas abjuré de cette manière je ne te l’aurais pas dit. Nous trouvons dans la
Torah la peine de lapidation pour l’adultère, mais cette chose s’est
répandue chez les nobles des nôtres, alors lorsque nous trouvions un noble
le commettre, nous le laissions, et lorsque c’était un miséreux nous lui
appliquions la sentence. Alors, nous nous sommes dit : « Trouvons une
sentence que nous appliquerons autant sur le miséreux que sur le noble !
» - Alors nous nous sommes entendus sur le fouet et le noircissement du
visage » - Le Messager d’Allah, sallallahou ‘alayhi wa sallam, dit : « Ô
Allah, je suis le premier à faire revivre ce qu’ils ont fait mourir » -
Puis il ordonna de le lapider, et Allah révéla ensuite le verset : « Ô
Messager! Que ne t’affligent point ceux qui concourent en
mécréance ; parmi ceux qui ont dit : « Nous avons cru » avec leurs
bouches sans que leurs cœurs aient jamais cru et parmi les juifs
qui aiment bien écouter le mensonge et écouter d’autres gens qui
ne sont jamais venus à toi et qui déforment le sens des mots une
fois bien établi. Ils disent: « Si vous avez reçu ceci, acceptez-le et
si vous ne l’avez pas reçu, soyez méfiants » » - Les juifs dirent : «
Allez chez Mouhammad et s’il vous décrète le fouet, alors suivez le, et s’il
vous ordonne la lapidation alors prenez garde. Allah révéla alors : « Et
ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a révélé, ceux-là sont
les mécréants » - « Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a
révélé, ceux-là sont les injustes » - « Et ceux qui ne jugent pas
d'après ce qu'Allah a révélé, ceux-là sont les pervers » - Et tous
furent révélés sur les mécréants »

Nous pouvons observer 4 points importants dans ce Hadith :

• Les juifs sont devenus des mécréants pour le simple fait d’avoir
légiféré une sentence générale à suivre.
• La législation ne se résume pas au simple fait de rendre une chose
licite ou illicite, mais elle comprend aussi les sentences. En effet, les
juifs n’avaient pas permis la fornication, ils ont uniquement changé
la sentence qui s’y réfère et l’ont appliquée de manière générale. De
ce fait, quiconque invente une sentence qui n’est pas issue du
Jugement d’Allah, est un mécréant.
• Les versets dans lesquels Allah dit : « … ceux-là sont les
mécréants » - « … ceux-là sont les injustes » - « … ceux-là
sont les pervers » - concernent tous la grande mécréance, la
grande injustice et la grande perversité, qui chacune fait sortir son
auteur de l’Islam.
• Ces juifs sont coupables de deux grandes mécréances ; la première
est d’avoir légiféré une sentence, et la deuxième est d’avoir menti
en disant que cette sentence est celle avec laquelle Allah est
satisfait.

Quant aux gouverneurs qui s’affilient à l’Islam, le minimum que l’on puisse
dire c’est que leur mécréance est semblable à celle de ces juifs, voire pire.
Prenons un seul exemple pour illustrer cela, l’Arabie Saoudite. Dans ce
pays, que beaucoup de personnes considèrent comme étant un Etat
Islamique, il est permis d’ouvrir les banques à intérêts. Toute personne qui
prend des intérêts dans ces banques n’est pas punissable. Au contraire, le
gouvernement à prévu des tribunaux pour régler les litiges entre les
banques et les clients. Ces tribunaux tranchent ces litiges par les lois
humaines opposées au Jugement d’Allah !

Celui qui applique les lois abrogées par Allah est un mécréant à l'unanimité
des musulmans

Ibn al-Qayyim, rahimahoullah, a dit :

« Il est rapporté dans le Coran, et il existe un authentique consensus que


la Religion d’Islam a abrogé toutes les religions précédentes, et que celui
qui suit la Torah ou l’Evangile et ne suit pas le Coran, est un mécréant.
Allah a abrogé toutes les lois qui se trouvaient dans la Torah, l’Evangile, ou
d’autres religions, et a rendu obligatoire les Lois de l’Islam aux djinns et
aux hommes. De ce fait, il n’y a pas d’interdit sauf celui que l’Islam a
interdit, ni d’obligation sauf celle que l’Islam a prescrite »

(Source : Ahkamou Ahlidh-Dhimma, 1/259)

Cheikh ‘ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit dans Madjmou’ al-Fatawa,


30/200 :

« Les exemplaires de cette Torah ont été abrogés, il n’est pas permis
d’appliquer ce qui s’y trouve. Et celui qui aujourd’hui applique ces lois
abrogées, est un mécréant »

Ibn Hazm, rahimahoullah, a dit :

« Celui qui juge avec l’Evangile, sans que son jugement soit approuvé par
la Loi Islamique, est un mécréant, polythéiste qui ne fait pas partie de la
Religion Islamique »

(Source : al-Ihkam fi-Oussoul al-Ahkam, 5/173)

Imaginons qu’il existe à notre époque des exemplaires inchangés par les
humains de la Torah et de l’Evangile. Celui qui les appliquerait serait un
mécréant à l’unanimité des musulmans.
S’il en est ainsi pour les Lois révélés par Allah, puis abrogées par Lui,
comment peut-on douter de la mécréance de celui qui applique les lois
humaines ?

Ce que disaient les savants des gouverneurs sur les gouverneurs

Ibn Outhaymîn, a dit :

« Ces gens qui jugent avec les lois inventées par les hommes, ils ne le font
pas dans un cas particulier dans lequel ils contredisent le Coran et la
Sounna à cause de la passion et par injustice, mais ils ont bel et bien
échangé la Religion contre ces lois humaines, ils ont mis ces lois humaines
à la place de la Loi Islamique, et ceci est une mécréance, et ce même s’ils
prient, jeûnent, donnent l’aumône et font le pèlerinage, ce sont des
mécréants »

(Source : Charh Ryadh as-Salihîn, 1/508)

Ibn Outheymîn, a dit :

« C’est comme ceux qui abolissent les Lois de la Chari‘ah dans les affaires
sociales, et les remplacent par des lois inventées ; il ne fait aucun doute
que ceci est un échange entre la Loi d’Allah et une autre, et ceci est une
mécréance qui expulse de la Religion, car celui qui fait cela s’est mis au
niveau du Créateur lorsqu’il légifère pour les serviteurs d’Allah ce qu’Allah
n’a pas permis, et même pire qui s’oppose à la Loi d’Allah, et il en a fait la
loi qui tranche (1) entre les gens … »

(Source : Fiqh al-Ibada, page 60)

(1) C’est-à-dire, il en a fait la loi qui tranche les litiges entre les gens et
ceci est un droit spécifique à la Loi d’Allah. Le moins qu’on puisse
dire c’est que les gouverneurs actuels ont permis de suivre et
prendre pour juge une autre loi que Celle d’Allah. Je dirais même, ils
ont obligé les gens à suivre et prendre pour juge une autre loi que
Celle d’Allah.

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« Il est fatalement connu dans la Loi des musulmans, et tous les


musulmans s’entendent pour affirmer que celui qui permet de suivre une
autre loi que l’Islam, ou une autre législation que Celle de Mouhammad,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, est un mécréant, et sa mécréance est
comme celle de celui qui croit en une partie du Livre et mécroit en une
autre … »

(Source : Madjmou al-Fatawa, 28/524)


Malgré ce consensus clair rapporté par Ibn Taymiyya, rahimahoullah, il
existe des gens qui fouillent dans ses livres pour trouver des paroles
ambigües et ainsi faire tomber ce qui est clair. Donc, ces gens ne
cherchent pas des versets ambigus qui se trouvent dans le Livre d’Allah,
ils font encore pire que cela, ils cherchent des paroles ambigües de
certains savants tout en délaissant les consensus clairs que ces mêmes
savants rapportent.

Ben Baz, a dit :

« Il n’y a pas de Foi pour celui qui croit que les lois des gens et leurs idées
sont meilleures que la Loi d’Allah et de Son Messager, ou qu’elles leur sont
semblables, ou leur ressemblent, ni pour celui qui tolère de les remplacer
par des lois inventées et des règlements humains, et ceci même s’il croit
que les Lois d’Allah sont meilleures et plus justes »

(Source : Fatawa wa Rasa’il Ibn Baz, 1/79)

Ben Baz, a dit :

« Ceci implique donc aux prétendants du nationalisme arabe de prendre


des lois forgées s’opposant à la Loi du Coran, afin de mettre les membres
de cette société nationaliste sur le même piédestal dans ces lois. Et
beaucoup d’entre eux ont déclaré cela, comme nous l’avons
précédemment dit. Et ceci est la grande corruption, la mécréance claire, et
l’apostasie déclarée, comme Allah a dit : « Non … ! Par ton Seigneur !
Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront
demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé
nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se
soumettent complètement » (Sourate 4 - verset 65) - Et Allah a dit : «
Est-ce donc la loi païenne qu’ils veulent ? Mais qui est meilleur
qu’Allah comme Juge, pour des gens qui ont certitudes ? » (Sourate
5 - verset 50) - Et Allah a dit : « Ceux qui ne gouvernent pas par la Loi
d’Allah sont les mécréant » (Sourate 5 - verset 44) - Et Allah a dit : «
Ceux qui ne gouvernent pas par la Loi d’Allah sont les injustes »
(Sourate 5 - verset 45) - Et Allah a dit : « Ceux qui ne gouvernent pas
par la Loi d’Allah sont les pervers » (Sourate 5 - verset 47) - Or, tout
Etat qui ne gouverne pas par la Loi d’Allah, et n’obéit pas à la Loi d ’Allah
et ne l’agrée, est un Etat païen, mécréant, injuste et pervers d’après le
texte de ces versets sans ambiguïté. Et il est obligatoire au musulman de
le détester et de le prendre pour ennemi pour Allah, et il lui est interdit de
leur montrer de l’amour, ou de les prendre pour alliés jusqu’à ce qu’ils
aient Foi en Allah uniquement et qu’ils gouvernent par la Loi d’Allah et
agréent cela que ce soit à leur avantage, ou à leur détriment »

(Source : Fatawa wa Rasa’il Ibn Baz, 1/305)

Ben Baz, a dit :


« La Foi du serviteur ne se valide que s’il croit en Allah et qu’il est satisfait
de Son Jugement, que ce soit dans un petit ou un grand nombre d’affaires,
et qu’il ne recherche le Jugement que dans Sa Loi uniquement dans toute
les affaires de sa vie, pour sa personne, son argent, son honneur, sinon il
sera le serviteur d’un autre que Lui, comme Allah a dit : « Nous avons
envoyé à chaque communauté un Messager pour leur dire : «
Adorez Allah et écartez-vous du Tâghoût » » - Alors quiconque se
soumet à Allah, Lui obéit, et demande la Loi qu’Il a révélée, alors il est Son
serviteur. Quant à celui qui se soumet à un autre que Lui et recourt à une
autre loi que Sa Loi, alors c’est un serviteur du Tâghoût et s’est soumis à
lui, comme Allah a dit : « N’as-tu pas vu ceux qui prétendent avoir
cru en ce qui t’a été révélé et ce qui fut révélé avant toi, et qui
veulent avoir pour juge le Tâghoût, alors que c’est en lui qu’on
leur a ordonné de ne pas croire? Mais Satan veut les égarer très
loin dans l’égarement » »

(Source : Fatawa wa Rasa’il Ibn Baz, 1/74)

Voilà une très belle parole de Ben Baz sur le fait de prendre pour juge lors
de ses litiges une autre loi que Celle d’Allah, alors que dire de celui qui
met en place cette loi afin qu’elle soit prise comme juge lors des litiges,
puis oblige les gens à ne prendre comme juge que cette loi, et aucune
autre, y compris Celle d’Allah ?

Après avoir mécru au Tâghoût et cru en Allah, Ibn Outheymîn et Ben Baz
ont fini par croire au Tâghoût et mécroire en Allah en considérant le
Tâghoût comme étant un musulman.

Quelle est la raison de leur changement de position ? Comment Iblis a


réussi à les tromper ? Allah sait le mieux. Ce qui est sûr c’est que
personne sur cette Terre n’est protégé de la mécréance, et Allah est le
Sage, Il guide et égare qui Il veut.

Certaines personnes connaissent très bien la vérité, pourtant ils ne la


veulent pas par orgueil, c’était le cas des savants juifs. D’autres préfèrent
ici-bas que l’au-delà. Et d’autres sont de simples ignorants, comme c’était
le cas des chrétiens. Ainsi, nous pouvons dire que Ben Baz et Fawzan sont
des juifs, quant à al-Albani c’est un chrétien. Et en ce qui concerne Ibn
Outheymîn, je ne sais pas où le mettre, mais ce qui est sûr, c’est qu’il
n’était pas un musulman, n’en déplaise aux adorateurs des savants !

Lors d’un débat, Ben Baz a montré ses limites lorsqu’un participant au
débat lui a fait savoir qu’il y avait un consensus sur le fait de juger par une
autre loi que Celle d’Allah, et que ce consensus rapporté par Ibn Kathir,
rahimahoullah, indique la mécréance de celui qui le fait.

Ben Baz, a répondu à cela en disant : « Et alors ! Et alors ! Ibn Kathir n’est
pas infaillible ! Il faut vérifier cela, il peut se tromper comme tout le monde
! » (Source : La cassette intitulée : Ad-Dam‘at al-Bazya)
Nous sommes d’accord qu’Ibn Kathir n’est pas infaillible, mais le problème
c’est qu’il s’agît ici d’un consensus qui est une preuve dans l’Islam se
situant tout de suite après le Coran et la Sounna, alors comment un
musulman peut-il se permettre de rejeter un consensus ? Comment un
musulman peut-il se permettre de suivre l’avis des savants des
gouverneurs en ce qui concerne les gouverneurs, tout en délaissant le
consensus ?

Aujourd’hui nous trouvons beaucoup de mécréants, d’hypocrites, et


différents ennemis d’Allah qui passent leur temps à fouiller dans les
paroles des anciens savants afin de trouver le moindre propos ambigu, ou
encore le moindre propos qui pourrait être interprété de plusieurs
manières pour l’utiliser comme preuve afin de protéger les ennemis
d’Allah qui sont les gouverneurs Tâwaghît alliés des occidentaux dans la
lutte contre l’établissement de la Loi d’Allah. Ainsi, ils vont jusqu’à mettre
dans la bouche des anciens savants ce à quoi ils n’ont jamais pensé !

Toute personne qui lit entièrement les écrits des anciens savants connait
très bien leur avis sur ce genre de gouverneurs. Par contre, toute
personne qui se contente de suivre aveuglement certaines personnes qui
leur servent des passages découpés, des falsifications et différentes sortes
de mensonges et incompréhensions, ne fait cela qu’à son détriment.

Celui qui pense que quelqu'un a le droit de légiférer une loi générale à
suivre est un mécréant

Ibn Hazm, rahimahoullah, a dit :

« Si il croit qu’après la mort du Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi


wa sallam, quelqu’un a le droit d’interdire quelque chose qui était permis
jusqu’au moment de sa mort, ou de rendre licite quelque chose qui était
interdit jusqu’au moment de sa mort, ou de rendre obligatoire une peine
qui n’était pas obligatoire jusqu’au moment de sa mort, ou de légiférer
une loi qui n’existait pas pendant qu’il était vivant – alors celui-là est un
mécréant polythéiste, son sang et sa vie sont licites et son jugement est le
jugement de l’apostat »

(Source : al-Ihkam fi Oussoulil-Ahkam, 1/73)


Quiconque délaisse une partie de la Législation d'Allah aura délaissé l'Islam

Ibn Hazm, rahimahoullah, dit dans al-Ihkam fi Oussoulil-Ahkam, 2/144-


145 :

« En ce qui concerne celui qui pense, qu’après la mort du Prophète


Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, quelqu’un a le droit d’annuler
(ou d’abroger) un Hadith du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, ou
d’innover une loi qui n’existait pas pendant sa vie – celui-là a mécru et
commis le grand polythéisme, son sang et ses biens sont licites et il fait
partie des idolâtres car il renie les paroles dans lesquelles Allah a dit :
« Aujourd’hui j’ai parachevé votre Religion … et Je suis satisfait
que l’Islam soit votre Religion »

Alors, quiconque affirme que quelque chose a changé après la mort du


Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam – celui-là cherche
avec cela une autre religion que l’Islam. Car, les adorations, prescriptions,
interdictions, autorisations, et obligations qui étaient présentes à son
époque, sont l’Islam avec lequel Allah est satisfait, et ce ne sont pas
d’autres choses en dehors de celles-ci qui sont l’Islam. De ce fait,
quiconque délaisse une partie d’elles, aura délaissé l’Islam … »

Celui qui prétend croire en Allah tout en jugeant avec une loi autre que la
Sienne est un hypocrite

Soulayman ‘ibn Sahman, rahimahoullah, a dit concernant le verset dans


lequel Allah a dit : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce
qu'on a fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait
descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût,
alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire.
Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l'égarement »
(Sourate 4 – verset 60) :

« Celui qui prétend croire en Allah et en Son Messager, sallallahou ‘alayhi


wa sallam, tout en jugeant avec une loi autre que Celle de l’Islam, est un
menteur, un hypocrite, et un égaré du droit chemin »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/506-507)


Ahmad Chakir expose la vérité sur les gouverneurs arabes

Ahmad Chakir, a dit :

« Quiconque juge avec une autre loi que Celle révélée par Allah,
volontairement tout en sachant que la loi en question n’est pas Islamique,
est un mécréant. Qu’il l’a nomme loi des gens du Livre, ou loi faite par les
humains, tout ceci est de la mécréance qui fait sortir de l’Islam. Qu’Allah
nous protège de ceci »

(Source : Commentaire Mousnad de l’Imam Ahmad, 14/180-184)

Ahmad Chakir, a dit :

« Et vous, vous gouvernez avec des lois qui n’ont aucun lien avec l’Islam
et qui au contraire s’y opposent et Le contredisent, et je n’exagère pas en
disant qu’en fait ces lois se rapprochent plus de la version moderne du
christianisme que de l’Islam … Ces législations sont sur le point
d’imprégner tous les individus d’une empreinte non-Islamique, et leurs
fondements se sont introduits chez les gens qui en furent abreuvés au
point de les éloigner de leur Religion. Et les règles Islamiques ont été alors
ignorées et dénigrées. Si des lois gouvernent ou dirigent durant de
nombreuses années les membres d’une nation, leurs cœurs s’en
imprègnent obligatoirement … Ces lois étrangères ont eu la pire des
influences sur l’Oumma ... »

(Source : Les sources de la législation doivent être le Kitab et la Sounna en


Égypte, résumé d’un passage de la page 21)

Ahmad Chakir, a dit :

« Le cas de ces lois humaines est aussi claire que le soleil ; c’est une
mécréance flagrante sans aucune subtilité et sans aucune discussion. Et il
n’y a aucune excuse acceptable pour celui qui se prétend musulman, qui
qu’il soit, s’il pratique ces lois, ou s’y soumet, ou les accepte »

(Source : ‘Amdat-Tafsir, 4/174)


L'injustice la perversité et la mécréance de celui qui juge avec autre loi que
Celle d'Allah sont tous les trois une mécréance qui le fait sortir de l'Islam

Mouhammad al-Amin ach-Chanquiti, rahimahoullah, a dit :

« Celui qui ne juge pas d'après ce qu’Allah a révélé, se détournant et


contredisant le Messager Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, et
annulant les Lois d’Allah, alors son injustice, sa perversité, et sa
mécréance, sont tous une mécréance qui le fait sortir de la Religion »

(Source : Adhwa al-Bayyân, 2/104)

Celui qui permet une interdiction ou interdit une permission est un


mécréant

Hafidh al-Hakami, rahimahoullah, parlant des innovations qui annulent


l’Islam, a dit :

« La règle pour l’innovation invalidant l’islam c’est de renier une chose


unanimement reconnue dans la Loi Islamique et inévitablement connue
dans la Religion, comme ; renier une obligation, ou bien imposer ce qui n’a
pas été imposé, ou permettre une interdiction, ou interdire ce qui est
permis … »

(Source : Ma‘aridj al-Qaboul, 2/522)

Il est indispensable de détester ceux qui facilitent le jugement avec une


autre loi que Celle d'Allah

Mouhammad ‘ibn Ibrahim, a dit :

« Le jugement d’Allah concernant celui qui juge avec autre loi que la
Sienne est qu’il est un mécréant, un pervers, et quelqu’un au
comportement des hypocrites et des gens de la Djahiliyyah. Soyez sur vos
gardes, ô musulmans, de ce dont Allah vous a mis en garde. Jugez avec Sa
Loi dans toute chose, faites attention à ce qui va à l’encontre de Sa Loi, et
recommandez vous cela les uns aux autres. Prenez en inimitié et haïssez
celui qui dénigre, se moque, et facilite le jugement avec une autre loi que
Celle d’Allah, afin que vous soyez honorés par Allah, que vous soyez
épargnés de la punition d’Allah, et que vous accomplissiez ce qu’Allah
vous a ordonné, dans le ralliement à Ses alliés, ceux qui jugent d’après Sa
Loi, et qui sont satisfaits d’elle. Allah est Celui qu’on invoque afin qu’Il
nous guide au droit chemin et qu’Il nous protège de la ressemblance aux
mécréants et aux hypocrites, et qu’Il donne la victoire à Sa Religion, et
qu’Il abandonne Ses ennemis. Car, Il est Capable de toute chose. Prières et
Salut sur Mouhammad, sa Famille, et ses Compagnons, jusqu’au Jour
Dernier »

(Source : Fatawas du cheikh Mouhammad ‘ibn Ibrahim, 12/256)

Celui qui abolit une seule Loi d'Allah est un mécréant à l'unanimité des
musulmans

L’Imam Ishaq ‘ibn Rahawayh, rahimahoullah, a dit :

« Les musulmans sont unanimes pour dire que celui qui insulte Allah,
insulte Son Messager, abolit quoi que ce soit qu’Allah a révélé, ou tue l’un
des Prophètes d’Allah, est un mécréant, même s’il confirme tout ce
qu’Allah a révélé »

(Source : Mentionné par Ibn Taymiyya, rahimahoullah, dans as-Sarim al-


Masloul, 2/15)

Les savants du Nadjd parlent des gouverneurs mécréants

Soulayman ‘ibn Sahman, rahimahoullah, a dit :

« Tout ce qu’il a dit comme mensonges accablants et comme


dénigrements évidents contre les Wahhabites, ce sont plutôt ceux-là, ces
soi-disant musulmans qui ont montré ce que cachaient leurs cœurs
comme penchant pour les ennemis d’Allah, les ennemis de Son Messager,
et de Sa Religion. Et cet infâme irréligieux discriminateur en fait bien
partie, il est un de leurs sauveurs et de ceux qui les aident, car il a certes
menti sur les Wahhabites et les a accusé de choses dont il est le seul
coupable ; lui et les siens, et non les musulmans ! Allah l’a démenti et lui a
renversé ses accusations sur la tête ; et son infamie est retombé sur lui et
sur ceux qu’il a secourus pour cette constitution qu’ils ont proclamé et sur
laquelle ils se sont unis ; ce qu’ils ont proclamé comme mécréance et
infamie en l’an 1326 de l’hégire ! Ils y ont stipulé que cette constitution
est Jésuites, Judaïque, Ottomane, et Arabe, et que tous ces groupes
distincts de leurs religions sont des frères, et qu’ils sont unis pour
combattre quiconque transgresse la loi de cette constitution. Et ils ont
établis dans chaque endroit de leurs terres des écoles où l’on enseigne
aux gens le christianisme, et ils ont nommé un juge général anglais
mécréant qui juge des litiges entre les gens, car, disent-ils, il est mieux
informé sur la politique ! Ce juge se trouve en Égypte. Ainsi, il est clair que
ce sont eux qui s’en rapprochent le plus, et qui ont pris les ennemis de la
Religion pour alliés et frères, et que ce sont eux qui ont couru vers cette
corruption, et dans la tromperie et la rébellion »

(Source : Dya’ou Chariq, page 680)

Il n’y a pas de doute que les gouverneurs des pays arabes ont montré leur
penchant et leur amour pour les ennemis d’Allah, ainsi que tous ceux qui
les soutiennent dans leur mécréance.

Il n’y a pas de doute que les gouverneurs arabes sont les frères des
mécréants. En effet, leur religion commune est la loi humaine. Quant au
roi d’Arabie, il a publiquement affirmé que les ‘’Nassara’’ (c’est-à-dire ;
ceux qui prétendent être des chrétiens) et les juifs sont ses frères dans la
Foi et la Sincérité.

Il n’y a pas de doute que les membres de l’ONU sont unis pour combattre
quiconque déclare la guerre offensive pour mettre en place la Loi d’Allah.
Voici un article de la charte de l’ONU : « Maintenir la paix et la sécurité
internationale et à cette fin prendre des mesures collectives, efficaces en
vue de prévenir et écarter les menaces à la paix, et réprimer tout acte
d'agression ou autre rupture de la paix ... »

Il n’y a pas de doute que les gouvernements arabes tolèrent des écoles où
l’on enseigne la mécréance.

Il n’y a pas de doute qu’ils ont nommé des juges mécréants qui jugent des
litiges selon une autre loi que Celle d’Allah.

Ainsi, cette Fatawa de Soulayman ‘ibn Sahman, rahimahoullah, peut très


bien s’appliquer aux gouvernements actuels. Quant à ceux qui auraient la
prétention de dire que rien n’indique clairement dans cette Fatawa que les
savants de Nadjd appliquaient le Takfir sur celui qui met en place d’autres
lois que Celles d’Allah, nous vous invitons à lire la Fatawa suivante :

Hamad ‘ibn ‘Attiq, rahimahoullah, s’adressant à un homme pour lui


prouver que la région al-Ahssa est une terre de mécréance – a dit :
« Celui qui sait ce qu’ont constatés les grands savants, il sait que lorsque
dans une région le Chirk devient visible, se propage ce qui est illicite –
cette région devient mécréante. Et les habitants de cette région ont
rajoutés à cela des insultes envers Allah et envers Sa Religion, et ont mis
en place des lois, contraires au Livre d’Allah et de Son Prophète,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, qu’ils appliquent sur le peuple. Et toi, tu sais
déjà, que rien que cela suffit pour appliquer le Takfir sur celui qui le fait »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 9/257)

REPONSE AUX ALLIES DES GOUVERNEURS

Deux questions pour les alliés des gouverneurs

Allah a dit : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a


fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre
avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût, alors que
c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable
veut les égarer très loin, dans l'égarement » (Sourate 4 – verset 60)

Ibn Kathir, rahimahoullah, a dit dans l’interprétation de ce verset : « Allah


blâme quiconque se détourne du Coran et de la Sounna et demande la
justice à d’autres choses fausses, et c’est ça le Tâghoût dont il s’agit ici »

Nous voyons dans l’interprétation d’Ibn Kathir, rahimahoullah, que toute


autre législation que Celle d’Allah est un Tâghoût.

Il n’y a pas de doute que quiconque met en place un Tâghoût, aura en


réalité mis en place un égal à Allah, et aura ainsi commis le grand
polythéisme.

Qui a dit qu’il faut rendre licite le Chirk pour devenir un polythéiste, et tant
que la personne ne l’a pas rendue licite il n’est coupable que de la petite
mécréance qui ne fait pas sortir son auteur de l’Islam ?

Les gouverneurs actuels ne se contentent pas de mettre en place un égal


à Allah, mais ils imposent à ce que ce Tâghoût soit suivi, obéi, et pris
comme juge en dehors d’Allah. Quant à celui qui veut mécroire au
Tâghoût, refuse de le suivre, de lui obéir, de le prendre pour juge, et prend
des armes afin de mettre en place la Législation d’Allah, il est un
fondamentaliste qu’ils combattent avec leurs alliés occidentaux pour que
la Loi d’Allah ne soit pas établie sur la terre !

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « J’ai été


envoyé avec le sabre avant le Jugement Dernier, afin de mettre en
place les Lois de la Religion d’Allah, jusqu'à ce qu’Allah soit le
Seul adoré sur la Terre, Allah Celui qui n’a pas d’associé dans le
Jugement » (Hadith rapporté par l’Imam Ahmad)

Vous dites toujours ‘’Koufre douna Koufre’’ ?

Troisième et dernière question pour les alliés des gouverneurs

Allah a dit : « (Youssouf) commença par les sacs des autres avant
celui de son frère ; puis il la fit sortir du sac de son frère. Ainsi
suggérâmes-Nous cet artifice à Youssouf. Car il ne pouvait pas se
saisir de son frère, selon la justice du roi, à moins qu’Allah ne
l'eût voulu. Nous élevons en rang qui Nous voulons. Et au-dessus
de tout homme détenant la science il y a un savant (plus docte
que lui) » (Sourate 12 – verset 76)

Il y a un Consensus des Salafs rapporté par at-Tabari, rahimahoullah, que


le sens de la justice dans ce verset est : la Religion.

Donc, une loi est une religion.

Nous savons qu’il n’existe que deux sortes de lois, tout comme il n’existe
que deux sortes de religions. En effet, il y a la Loi d’Allah et la loi d’un
autre qu’Allah qui est nommée dans le Livre d’Allah : At-Tâghoût.

Allah a dit : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a


fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre
avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût, alors que
c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable
veut les égarer très loin, dans l'égarement » (Sourate 4 – verset 60)

Ibn Kathir, rahimahoullah, a dit dans l’interprétation de ce verset : « Allah


blâme quiconque se détourne du Coran et de la Sounna et demande la
justice à d’autres choses fausses, et c’est ça le Tâghoût dont il s’agit ici »

De même, il y a la Religion qu’Allah accepte et la religion qu’Il n’accepte


pas.
Allah a dit : « Certes, la Religion acceptée d’Allah, c'est l'Islam.
Ceux auxquels le Livre a été apporté ne se sont disputés, par
agressivité entre eux, qu'après avoir reçu la science. Et quiconque
ne croit pas aux signes d’Allah ... alors Allah est prompt à
demander compte ! » (Sourate 3 – verset 19)

Allah a dit : « Et quiconque désire une religion autre que l'Islam, ne


sera point agrée, et il sera, dans l'au-delà, parmi les perdants »
(Sourate 3 – verset 85)

Allah a dit : « C'est Lui qui vous a créés. Parmi vous (il y a) des
mécréants et des croyants ... » (Sourate 64, verset 2)

La raison pour laquelle les mécréants sont satisfaits des gouverneurs


arabes est parce que ces gouverneurs ne suivent pas la Législation d’Allah
le Créateur des hommes, mais ils suivent la législation des hommes basée
sur leurs passions. Autrement dit, ils ne suivent pas la Religion d’Allah,
mais la religion qu’Allah n’accepte pas.

Allah a dit : « Ni les juifs, ni les chrétiens ne seront jamais satisfaits


de toi, jusqu'à ce que tu suives leur religion – Dis : « Certes, c'est
la direction d'Allah qui est la vraie direction » - Mais si tu suis
leurs passions après ce que tu as reçu de science, tu n'auras
contre Allah ni protecteur ni secoureur » (Sourate 2 – verset 120)

Notre question est la suivante : Est-ce que celui qui suit une autre religion
que l’Islam, l'impose au peuple, et punit celui qui ne la suit pas, est un
musulman ?

An-Nawawi répond aux alliés des gouverneurs

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Nous ne


devons pas défier ceux qui ont l'autorité sur nous à moins de voir
une mécréance claire et d'avoir la preuve d'Allah » (Hadith rapporté
par l’Imam Mouslim)

Ce Hadith est particulièrement apprécié par les alliés des gouverneurs qui
le prennent comme preuve qu’il faut obéir aux gouverneurs qui légifèrent
des lois, règlent des litiges avec les mêmes lois, s’allient aux mécréants
pour combattre l’établissement de la Loi d’Allah …

Voici l’explication du Hadith :


L’Imam an-Nawawi, rahimahoullah, a dit :

« La signification est : Ne vous disputez pas avec les gouverneurs au sujet


de la façon de gouverner, et ne vous opposez pas à eux à moins de voir
une turpitude déclarée que vous reconnaissiez par le biais des règles
Islamiques. Lorsque vous voyez cela, vous devez le réprouver et dire la
vérité où que vous soyez, mais quant au fait de sortir contre eux et les
combattre, cela est interdit par le Consensus des musulmans. Même s’ils
sont pervers et injustes. Les Hadiths qui confirment ce que je viens de dire
sont nombreux, et les gens de la Sounna sont d’accord pour dire que le
gouverneur ne se retire pas à cause de sa perversité … Les savants ont
dit : La raison pour laquelle il ne se retire pas et pour laquelle il est interdit
de sortir contre lui, c’est la peur des troubles, que le sang ne soit versé, et
les problèmes qu’engendre la séparation. Les inconvénients de sa
destitution sont supérieurs à ceux engendrés par son maintien à son
poste. Le Qadi ‘Iyyadh, rahimahoullah, a dit : Les savants sont d'accord
que le commandement ne doit pas être donné à un mécréant, et si le
dirigeant fait preuve de mécréance il doit être remplacé. De même, s'il
abandonne les prières et cesse d'y appeler les gens, et s'il appelle à
l’innovation, selon la majorité des savants. Le Qadi a dit : S'il manifeste de
la mécréance, un changement de la Chari’ah, ou s’il manifeste une
innovation, il est hors du commandement et lui obéir devient invalide.
C'est une obligation pour les musulmans de se lever pour le remplacer par
un dirigeant juste, s'ils peuvent. Mais, si cela ne peut être fait que par un
groupe d'entre eux, c'est une obligation pour eux de supprimer le
dirigeant mécréant, et ce n’est obligatoire vis-à-vis de l’innovateur que
s’ils pensent qu’ils en sont capables. S’il s’avère qu’ils n’en sont pas
capables, la révolte n’est alors pas obligatoire. Le musulman doit alors
immigrer vers une autre terre, et s’enfuir en emportant sa Religion. Il a
dit : On ne doit pas donner le commandement à un pervers. Si le
gouverneur manifeste de la perversité pendant son Kalifa, certains
savants ont dit : Il doit être mis à l’écart, sauf si cela entraîne des troubles
et la guerre. Et la majorité des gens de la Sounna ont dit : Il ne doit pas se
retirer à cause de la perversité, de l’injustice, et de la transgression des
droits. Il ne doit pas être destitué et on ne doit pas sortir contre lui à cause
de cela. Il faut au contraire l’exhorter et lui faire peur par le rappel comme
nous l’enjoignent les Hadiths qui parlent de cela. Le Qadi a dit : Abou Bakr
Ibn Moudjahid a affirmé qu’il y avait un Consensus sur cela. D’autres
savants l’on réfuté en mettant en avant la révolte de Hassan, d’Ibn
Zoubaïr, et des gens de Médine contre Bani Oumayya … Le Qadi ‘Iyyadh a
dit : Il fut dit : Cette divergence (sur l’interdiction de s’opposer au
gouverneur injuste) est apparue au début, puis ensuite il y a eu le
Consensus sur l’interdiction de sortir contre eux. Et Allah est le plus
Savant »

(Source : Charh Sahih Mouslim, 12/229)


L’Imam an-Nawawi, rahimahoullah, a dit :

« La parole : « Devons nous les combattre ? » - « Non, tant qu’ils font la


Salat » - rejoint ce que nous avons dit précédemment, c'est-à-dire qu’il
est interdit de sortir contre les gouverneurs simplement à cause de leur
injustice ou de leur perversité, jusqu’à ce qu’ils modifient un fondement de
l’Islam »

(Source : Charh Sahih Muslim, 12/243-244)

Nous voyons dans ces deux interprétations qu’il ne faut pas sortir contre
les gouverneurs pervers et injustes pour plusieurs raisons. Par contre, le
réprouver et dire la vérité est permis où que l’on soit.

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Le


meilleur Djihad est le fait de dire la vérité au gouverneur injuste »
(Hadith rapporté par Abou Dawoud, at-Tirmidhi et Ibn Madja, qu’Allah leur
fasse Miséricorde)

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Le


meilleur Chahid est Hamza, qu’Allah soit satisfait de lui, puis
l’homme qui vient voir le gouverneur injuste, lui dit la vérité en
face, après quoi le gouverneur le tue » (Rapporté par Hakim, qu’Allah
lui fasse Miséricorde)

Ben Baz a dit : « Il ne fait pas partie de la voie des ancêtres de dévoiler au
grand publique le mal des dirigeants, et de mentionner cela sur le Minbar
» (Source : Fatawa wa Rasa’il Ibn Baz, 8/210)

On prend de qui ? Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, ou Ben


Baz ?

Nous voyons aussi dans ces deux interprétation que lorsque le gouverneur
fait preuve de mécréance, comme c’est le cas du gouverneur qui modifie
la Chari’ah ou un fondement de l’Islam, il est hors du commandement, lui
obéir devient invalide, et il est obligatoire aux musulmans de le remplacer
par le gouverneur juste s’ils en sont capables.
Le même traîtement est réservé au gouverneur innovateur.

Nous demandons aux alliés des gouverneurs :

Pourquoi vous obéissez aux mécréants et aux innovateurs qui imposent


une autre religion, autrement dit une autre législation que Celle d’Allah ?

Est-ce que les Salafs qui sont sortis contre les gouverneurs musulmans
pervers et injustes sont des Khawaridjs ?

Est-ce que les gouverneurs arabes actuels sont meilleurs que les
gouverneurs pervers et injustes parmi les Salafs ?

Pourquoi ceux qui sortent contre les gouverneurs actuels sont-ils des
Khawaridjs, alors que les Salafs qui sortaient contre des musulmans
injustes et pervers ne le sont pas ?

Le véritable Minhadj des alliés des gouverneurs

La base du Minhadj et sa règle sont deux choses :

1. L’obligation d’aimer le Tâghoût et de lui obéir, l’incitation à ceci,


prendre pour allié pour cette cause, et traiter de Kharidji celui qui le
déteste et lui désobéit.

2. L’avertissement contre le désaveu du Tâghoût, se montrer dur vis-à-


vis de ceux qui le désavouent, détester pour cette cause, et traiter de
Kharidji celui qui le désavoue.

Et ceux qui contredisent ceci sont de plusieurs sortes ; celui qui contredit
le plus c’est :

Celui qui contredit en bloc.

Il y a parmi les gens, certains qui aiment le Tâghoût et lui obéissent, mais
ne renient pas le désaveu du Tâghoût et ne détestent pas ceux qui le
désavouent.
Et d’autres qui les détestent, mais ne les traitent pas de Khawaridjs.

D’autres qui n’aiment pas le Tâghoût, mais ne le détestent pas non plus.

D’autres qui ont traité les Tâwaghît de mécréants et prétendent qu’Allah


est Unique dans le Jugement.

D’autres qui aiment le Tâghoût et lui obéissent, mais ne connaissent pas


la valeur du Tâghoût, alors ils ne détestent pas ceux qui ne l’aiment pas et
lui désobéissent, et ne les traitent pas de Khawaridjs.

D’autres qui délaissent le désaveu du Tâghoût et le détestent, mais ne


reconnaissent pas sa valeur, alors ils ne détestent pas ceux qui
désavouent le Tâghoût, et ne les traitent pas de Khawaridjs.

Et tous ceux-là ont contredit le Minhadj.

Les manipulateurs et les manipulés

Allah a dit : « C'est Lui qui a fait descendre sur toi Le Livre. Il s'y
trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et
d'autres versets qui peuvent prêter à diverses interprétations.
Les gens, donc, qui ont au cœur une inclinaison vers l'égarement,
mettent l'accent sur les versets à équivoque, cherchant la
dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors
que nul n'en connaît l'interprétation, à part Allah. Mais ceux qui
sont bien enracinés dans la science disent : « Nous y croyons, tout
est de la part de notre Seigneur! » - Mais, seuls les doués
d'intelligence s'en rappellent » (Sourate 3 – verset 7)

Allah Le Très-Haut a mis en évidence dans ce verset que les gens sont de
deux catégories :

• Les gens qui sont bien enracinés dans la science, tout ce qui se
présente à eux, ils le renvoient aux bases et fondements clairs et
évidents.
• Les gens qui ont au cœur une inclinaison vers l’égarement, ils
suivent ce qui est ambigu, et se détournent de ce qui est clair et
évident.

Dans chacune des deux catégories, le rôle principal est celui du savant.
Ainsi, il y a des savants qui sont bien enracinés dans la science, tout ce qui
se présente à eux, ils le renvoient aux bases et fondements clairs et
évidents, en craignant seulement Allah, Seigneur de l’Univers.

Et il y a aussi des savants qui ont au cœur une inclinaison vers


l’égarement, ils suivent ce qui est ambigu, en se détournent de ce qui est
clair et évident.

Certains parmi eux, et ce sont les pires, connaissent la Vérité, et ainsi


ressemblent aux savants juifs décrits par Allah dans Son Livre. Ils ont
troqué l’au-delà pour ici-bas, se sont mis dans le camp des fausses
divinités qui légifèrent des lois en dehors d’Allah, en les aidant dans leur
mécréance. Les gens les prennent pour les héritiers des Prophètes et ceux
qui suivent les pieux prédécesseurs, mais en réalité il n’en est rien, car ils
mentent sur le Salafs et les anciens savants musulmans, commentent,
expliquent, découpent leurs paroles de sorte à ce qu’elles conviennent aux
dirigeants qui se sont associés à Allah dans La Législation et L’Obéissance.
Et lorsque les paroles des Salafs et des anciens savants sont tellement
claires qu’il n’est pas possible de les commenter, expliquer, ou découper
de sorte à ce qu’elles conviennent à ces dirigeants, alors il ne leur reste
plus qu’à les cacher et inciter les gens à ne pas lire les livres des anciens,
mais de toujours revenir aux explications des contemporains !

Leurs premières victimes sont des faibles d’esprit, des gens qui sont pires
que du bétail. Ils les suivent aveuglement dans ce qu’ils leurs disent et
répètent comme des perroquets leurs paroles. En réalité ils ne suivent pas
le Coran et la Sounna à la compréhension des Salafs, mais à la
compréhension des savants des sultans.

Allah a dit : « Dis : « Apportez votre preuve, si vous êtes véridiques !


» (Sourate 27 - verset 64)

Un poète a dit : « Si les prétentions ne sont pas suivies par des preuves,
alors celui qui les apporte n'est qu’un prétentieux »

C’est comme ça … il y en a qui suivent les preuves, et d’autres qui suivent


la cloche, comme des moutons.

Cependant, nous ne doutons pas qu’il existe des gens sincères qui ont été
trompés et manipulés, et nous espérons pour eux la guidée de la part du
Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux.

Allah, qui est Le Meilleur des Stratèges, a fait en sorte que leurs pseudo-
savants commencent à dénoncer les mensonges les uns des autres. Ainsi,
nous pouvons lire dans la Fatawa numéro 21517 du comité des savants
d’Arabie Saoudite une mise en garde contre les livres intitulés : Tahdhir
min fitnati takfir et Sayhatou nadhir, qui sont l’œuvre d’Ali Hassan al-
Halabi. Dans cette mise en garde, ressort notamment ceci :

1. Ses livres sont fondés sur la méthode hérétique et fausse des


Mourdji’ah, qui limitent la mécréance au reniement, au démenti et à
la légalisation du cœur. Et cela est une opposition à la position des
ahl as-Sounna wal-Djama’a, qui voient la mécréance dans le doute,
la croyance, la parole et l'acte.
2. L’auteur déforme la citation d’Ibn Kathir, qu’Allah lui fasse
Miséricorde, qui se trouve dans le livre al-Bidayya wan-Nihayya,
13/118, lorsqu’il cite que Gengis Khan a prétendu qu’al-Yassiq
provient d’Allah, et que c’est cela la cause de leur mécréance.
Lorsque nous revenons au passage cité, nous ne trouvons pas ce
qu’il attribue à ‘ibn Kathir, qu’Allah lui fasse Miséricorde.
3. Il attribue à ‘ibn Taymiyya, rahimahoullah, que le fait de changer la
Loi d’Allah n’est pas de la mécréance qui expulse son auteur de
l’Islam, à moins qu’il rende ce changement licite. Or, cela est
purement une fausse attribution au cheikh al-Islam, ‘ibn Taymiyya,
rahimahoullah, car il a propagé la méthode des Salafs et des ahl as-
Sounna wal-Djama‘a, ainsi que leur méthodologie, alors que ceci est
la voie des Mourdji’ah extrémistes.
4. Il a changé le sens voulu par Mouhammad ‘ibn Ibrahim, dans son
ouvrage Tahkim al-Qawanîn … lorsqu’il a prétendu que le cheikh
met comme condition la légalisation de la législation dans le cœur,
alors que la parole du cheikh est aussi claire que la clarté du soleil,
et elle est sur la voie des ahl as-Sounna wal-Djama’a.

KOUFR DOUNA KOUFR

Les cas dans le jugement qui concernent la grande mécréance

Une des ambiguïtés des alliés des gouverneurs actuels est la soi-disant
déclaration d’Ibn Abbas, qu’Allah soit satisfait de lui, « mécréance moindre
que la mécréance », autrement dit « Koufre douna Koufre »
Allah a dit : « Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait
descendre, les voilà les pervers »

Allah a dit : « Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait


descendre, les voilà les injustes »

Allah a dit : « Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait


descendre, les voilà les mécréants »

Les trois versets existent dans le Livre d’Allah, et tous les trois concernent
la mécréance qui fait sortir son auteur de l’Islam.

En effet, dans les règles des fondements de la jurisprudence Islamique, les


savants ont expliqué que les versets qui parlent de la perversité, de
l’injustice, ou encore de la mécréance, concernent tous la grande
perversité qui fait sortir son auteur de l’Islam, la grande injustice qui fait
sortir son auteur de l’Islam, ou la grande mécréance qui fait sortir son
auteur de l’Islam.

Pour affirmer que la perversité, l’injustice, ou la mécréance en question ne


concerne pas la grande mécréance qui fait sortir son auteur de l’Islam, il
faut une preuve du Coran ou de la Sounna qui indique qu’il est possible de
commettre l’acte en question tout en restant musulman.

De même, pour sortir de la généralité un cas particulier, il faut aussi une


preuve du Coran ou de la Sounna.

En effet, Allah nous informe de manière générale que ceux qui ne jugent
pas d’après ce qu’Allah a fait descendre sont des mécréants. Étant donné
que le jugement peut se présenter sous plusieurs formes, il faut une
preuve du Coran ou de la Sounna pour sortir un cas particulier de la
généralité, et ainsi prouver que ce cas particulier ne concerne pas la
grande mécréance, mais la petite mécréance qui ne fait pas sortir son
auteur de l’Islam.

Il est important de savoir que dans les règles de la jurisprudence Islamique


l’idjtihad d’un Compagnon, qui que ce soit, n’est pas une preuve, alors que
dire d’une simple parole d’un savant ?

La preuve que le verset dans lequel Allah a dit : « Et ceux qui ne jugent
pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, les voilà les mécréants »
- concerne la grande mécréance qui fait sortir son auteur de l’Islam, est la
raison pour laquelle ce verset a été révélé.

En effet, ce verset a été révélé, comme il est rapporté dans le Sahih de


Mouslim, sur les juifs qui ont légiféré une sentence générale à suivre.

Voici le Hadith en question :

L’Imam Mouslim, rahimahoullah, rapporte d’après al-Bara’ ‘ibn al-‘Azib :

« Le Messager d’Allah, sallallahou ‘alayhi wa sallam, rencontra un juif à qui


on avait noirci le visage et qui se faisait fouetter. Le Messager, sallallahou
‘alayhi wa sallam, les appela alors et leur dit : « Est-ce là la sentence
que vous trouvez dans la Torah ? » - Le juif répondit : « Oui » - Alors le
Messager d’Allah appela l’un de leurs savants et lui dit : « Je t’abjure par
Celui qui révéla la Torah à Moussa, est-ce là la sentence que vous
trouvez dans la Torah ? » - Il dit : « Non par Allah ! Et si tu ne m’avais
pas abjuré de cette manière je ne te l’aurais pas dit. Nous trouvons dans la
Torah la peine de lapidation pour l’adultère, mais cette chose s’est
répandue chez les nobles des nôtres, alors lorsque nous trouvions un
noble le commettre, nous le laissions, et lorsque c’était un miséreux nous
lui appliquions la sentence. Alors, nous nous sommes dit : « Trouvons une
sentence que nous appliquerons autant sur le miséreux que sur le noble !
» - Alors nous nous sommes entendus sur le fouet et le noircissement du
visage » - Le Messager d’Allah, sallallahou ‘alayhi wa sallam, dit : « Ô
Allah, je suis le premier à faire revivre ce qu’ils ont fait mourir » -
Puis il ordonna de le lapider, et Allah révéla ensuite le verset : « Ô
Messager! Que ne t’affligent point ceux qui concourent en
mécréance ; parmi ceux qui ont dit : « Nous avons cru » avec leurs
bouches sans que leurs cœurs aient jamais cru et parmi les juifs
qui aiment bien écouter le mensonge et écouter d’autres gens qui
ne sont jamais venus à toi et qui déforment le sens des mots une
fois bien établi. Ils disent: « Si vous avez reçu ceci, acceptez-le et
si vous ne l’avez pas reçu, soyez méfiants » » - Les juifs dirent : «
Allez chez Mouhammad et s’il vous décrète le fouet, alors suivez le, et s’il
vous ordonne la lapidation alors prenez garde. Allah révéla alors : « Et
ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a révélé, ceux-là sont
les mécréants » - « Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a
révélé, ceux-là sont les injustes » - « Et ceux qui ne jugent pas
d'après ce qu'Allah a révélé, ceux-là sont les pervers » - Et tous
furent révélés sur les mécréants »

Observe bien la fin du Hadith : « Et tous furent révélés sur les mécréants »

La version que nous rapportent les alliés des gouverneurs est en réalité
faible. Sa faiblesse se situe dans la chaîne de Hicham ‘ibn Houdjayr, car
elle est rapportée seule, sans être affirmée par d’autres, et elle contredit
d’autres paroles qui sont rapportées par d’autres narrateurs.

Abdallah ‘ibn Tawous, rapporte de la part de son père qu’il a dit : « Ibn
Abbas fût interrogé à propos de la parole divine : « Et ceux qui ne
jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre, les voilà les
mécréants » - Et il a dit : « C'est la mécréance »

Dans une autre version : « C'est la mécréance en soi »

Dans une autre version : « Ceci est suffisant pour sa mécréance »

Ceci est rapporté avec une chaîne authentique par les Imams Abd ar-
Razzaq et ‘ibn Djarir at-Tabari dans leurs Tafsirs, qu’Allah leur fasse
Miséricorde.
Même si on admet qu’Ibn Abbas, a dit sur ce verset : ‘’Koufre douna
Koufre, ce qu’il faut comprendre c’est qu’Ibn Abbas ne parlait en aucun
cas de ceux qui légifèrent des lois, puis les mettent en place afin qu'elles
soient suivies et obéies. Il ne parlait pas de ceux qui règlent des litiges en
se référant à une autre législation que Celle d’Allah et ainsi la prenant
pour juge en dehors d’Allah et de Sa Législation à Laquelle Il n’associe
aucune autre !

Il n’aurait pu que parler de ceux qui jugent de manière injuste, et afin


d’établir ce qu’est un jugement injuste, il convient tout d’abord d’expliquer
les autres cas du jugement, et établir qu’ils concernent bel et bien chacun
d’entre eux la grande mécréance qui expulse son auteur de l’Islam.

Commençons par la définition de la législation :

Allah a dit : « Puis Nous t’avons mis sur La Voie (Chari’ah) de


l’Ordre (une Religion claire et parfaite) Suis-La donc et ne suis pas
les passions de ceux qui ne savent pas » (Sourate 45 - verset 18)

Allah ordonne dans ce verset à tous les musulmans de suivre uniquement


Sa Législation, ainsi que Les Lois qui en découlent, et leur ordonne de se
désavouer de la législation basée sur les passions des ignorants, ainsi que
des lois qui en découlent, et ce même si elles sont identiques à la Loi
d’Allah. Ainsi, nous avons la Loi d’Allah, issue de Sa Législation. Et nous
avons la loi des gens ignorants, issue de leurs passions.

Allah a dit : « Ou bien auraient-ils des associés (à Allah) qui


auraient établi pour eux des lois religieuses qu’Allah n’a jamais
permises ? » (Sourate 42 - verset 21)

La Chari‘ah est La Voie générale que tous les musulmans doivent


emprunter et pratiquer. Sa base est Le Jugement général qui concerne
toutes les personnes, qui est une permission, ou une interdiction, ou
encore la sentence qui s’y rattache. C’est Ce Jugement qui est un droit
exclusif réservé au Seigneur des mondes.

De ce fait, celui qui attribue Ce Jugement général, ou encore L’Obéissance


générale, à un autre qu’Allah, ou prend un autre qu’Allah comme source
de permission, d’interdiction et de sentence, aura commis le grand
polythéisme qui expulse son auteur de l’Islam, car il aura attribué à
quelqu’un un droit qui n’appartient qu’à Allah.

Par contre, celui qui s’attribue Ce Jugement général, ainsi que


l’Obéissance générale, et se désigne comme étant source de permission,
d’interdiction et de sentence, aura commis un acte pire que le grand
polythéisme. Cela s’appelle un Tâghoût, une fausse divinité à désavouer.

Ce Tâghoût peut aussi bien être un homme, qu’un système législatif


opposé à Celui d’Allah. Prenons pour exemple le système démocratique
qui désigne le peuple comme étant la source de législation, et ainsi
s’oppose à la racine même au système Islamique.

Tout ce qui se met à l’égal d’Allah dans le droit de légiférer est un


Tâghoût. S’il s’agît d’un système, il faut le désavouer et le détester. Et s’il
s’agît d’une personne, il faut la désavouer, la détester et l’excommunier
de la Religion monothéiste.

Allah a dit : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a


fait descendre vers toi (Prophète) et à ce qu'on a fait descendre
avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghoût, alors que
c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable
veut les égarer très loin, dans l'égarement » (Sourate 4 – verset 60)

Allah a dit : « Le Jugement n’appartient qu’à Allah. Il vous a


commandé de n’adorer que Lui. Telle est la Religion droite, mais
la plupart de gens ne savent pas » (Sourate 12 - verset 40)

Allah a dit : « A Lui appartient l’inconnaissable des cieux et de la


terre. Comme Il est Voyant et Audient ! Ils n’ont aucun allié en
dehors de Lui et Il n’associe personne à Son Commandement »
(Sourate 18 - verset 26)

Le Jugement est un droit exclusivement réservé à Allah, et Il n’associe


aucun jugement au Sien. Tout autre jugement que le Sien est donc un
associé au Jugement à Allah, c’est-à-dire un Tâghoût !

Quiconque met en place ce Tâghoût, aura mis en place un égal à Allah !

Imaginons le cas d’une personne qui gouverne par la Loi d’Allah à la base,
mais instaure une seule loi qui s’oppose à La Loi d’Allah. Par exemple, il
remplace la sentence de l’adultérin par la prison, et fait de cette sentence
un Jugement général pour toutes les personnes. Il n’y a pas de doute que
celui-là s’est également attribué le droit de légiférer qui n’appartient qu’à
Allah.

Son cas est le même que celui des juifs dans le Hadith rapporté par
Mouslim. Ces juifs sont devenus des Tâwaghît pour le simple fait d’avoir
légiféré une seule sentence !

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

« L’obligation comme l’interdiction n’appartiennent qu’à Allah et Son


Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam. Donc, celui qui puni un acte ou un
abandon, sans qu’Allah ni Son Messager ne l’ont commandés, légifère
cela, et en fait une obéissance permanente, il aura donné un égal à Allah,
et un semblable à Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam. Il est au
rang des idolâtres qui ont donné des égaux à Allah, ainsi que des apostats
qui ont cru en la prophétie de Moussaylimah le menteur. Il est de ceux sur
qui Allah a dit : « Auraient-ils des associés qui leur auraient légiféré
des lois qu’Allah n’a jamais permises ? » (Sourate 42 - verset 21) »

(Source : al-Fatawa al-Koubra, 5/18)

Donc, celui qui légifère des lois générales à suivre, même s’il s’agît d’une
seule loi, est un associé à Allah dans le Jugement. Quant à la loi légiférée,
elle est aussi un associé au Jugement d’Allah, un Tâghoût, car cette loi
n’est pas mise en place afin que le Jugement d’Allah soit suivi, obéi, et
adoré à travers les litiges, mais elle est mise en place afin qu’un autre soit
suivi, obéi, et adoré à travers les litiges en dehors, ou indépendamment
d’Allah. C’est cela la définition du Tâghoût, comme l’a dit notre cheikh Ibn
al-Qayyim, rahimahoullah :

« Le Tâghoût est tout objet de culte, tout modèle suivi ou obéi … Le


Tâghoût de chaque peuple est donc celui à qui ils demandent le jugement,
au lieu d’Allah et de Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam. Ou
encore ce qu’ils adorent d’autre qu’Allah, à qui ils obéissent sans que cela
ne soit d’après une preuve venant d’Allah, à qui ils obéissent sans savoir
s’ils obéissent en cela à Allah. Tous ceux-là sont les Tawâghîts de ce
monde. Si tu les remarques, et que tu remarques la situation des gens
envers eux, tu constateras que beaucoup d’entre eux se sont détournés
de l’adoration d’Allah pour aller adorer le Tâghoût, ou de l’obéissance
d’Allah et du suivi du Messager, sallallahou ’alayhi wa sallam, pour obéir
au Tâghoût et le suivre »

Passons maintenant à un autre cas qui concerne le jugement ; le


gouverneur qui règle des litiges avec la Loi d’Allah, mais dans un seul cas
isolé, il règle un litige avec une loi issue d’un autre jugement que le
Jugement d’Allah.

Donc, ce gouverneur aura en réalité confirmé à Allah Sa Seigneurie qui se


compose notamment du fait que la Création et le Commandement
cosmique et législatif Lui appartiennent.

Mais, en quoi est-il utile d’affirmer qu’Allah est l’Unique Juge, tout en
prenant un autre juge que Lui pour régler un litige ?

En quoi est-il utile d’affirmer qu’Allah est le Détenteur du bien et du mal,


que tout se passe selon Sa Volonté, tout en demandant à un mort de lui
accorder un bien quelconque que nul autre qu’Allah peut lui apporter ?

Il n’y a pas de doute que tout ceci est du Chirk dans l’Adoration, le même
Chirk que celui des Quraychites. En effet, ils confirmaient la Seigneurie
d’Allah, mais commettaient le Chirk dans l’Adoration, pourtant Allah ne les
a pas excusés malgré le fait qu’ils pensaient faire le bien, et qu’ils ne
faisaient cela que pour se rapprocher d’Allah !
Ainsi, nous disons que le gouverneur qui règle si ce n’est qu’un seul litige
avec un autre jugement que le Jugement d’Allah, aura pris pour juge un
autre qu’Allah et aura commis le grand polythéisme dans l’Adoration.

Imaginons maintenant le cas d’un gouverneur qui règle un litige sans se


référer à un quelconque jugement. Mais, au lieu d’applique la peine de
mort sur l’adultérin, il décide de le mettre en prison pendant cinq années.

Un tel gouverneur n’a que deux solutions ; soit il dit que ceci est le
Jugement d’Allah et ainsi il profère un mensonge contre Allah et annule
son Islam. Soit il dit que ceci est son propre jugement et ainsi s’associe à
Allah dans le Jugement et devient un Tâghoût. Il n’y a pas de troisième
solution, ce qui veut dire qu’un tel gouverneur serait aussi un mécréant.

Le cas dans le jugement qui concerne la petite mécréance

Quel est le véritable sens du Koufre douna Koufre ?

Il s’agît du gouverneur musulman qui applique la Loi d’Allah dans un État


Islamique, mais dans quelques cas exceptionnels il donne un jugement
injuste soit pour protéger un proche, soit pas le suivi des passions, soit
pour un intérêt mondain, ou encore pour une somme d’argent, tout en
ayant conviction que son jugement est injuste. Par contre, s’il déclare que
son jugement est licite, alors dans ce cas il devient un mécréant.

Le jugement injuste consiste à modifier la situation, et non à modifier le


Jugement qu’Allah a établi.

Exemple : La fille du gouverneur commet l’adultère. Le gouverneur sait


qu’il doit appliquer sur sa fille la peine de mort, mais par amour pour sa
fille il décide d’aller voir un des quatre témoins à qui il donne une grande
somme d’argent pour qu’il ne témoigne pas contre sa fille.

Le jour du procès arrivé, il n’y a que trois témoins, et une telle situation
oblige le gouverneur à dire : ‘’Étant donné qu’il n’y a que trois témoins, je
ne peux pas appliquer la sentence sur elle’’.

C’est cela un jugement injuste. Ce gouverneur aura commis une injustice


pour changer la véritable situation, puis donner le jugement par rapport à
la situation qu’il a devant lui.

Donc, en apparence, pour les gens qui assistent au procès, et qui n’ont
pas vu cette injustice, ce gouverneur a jugé avec la Loi d’Allah. En effet, il
a dit : ‘’Étant donné qu’il n’y a pas trois témoins, je ne peux pas appliquer
la sentence sur elle’’ – et il n’a pas appliqué sur elle un autre jugement
que le Jugement d’Allah, car ça aurait signifié qu’il a pris pour juge un
autre qu’Allah et ceci est le grand polythéisme dans l’Adoration.
Conclusion :

• Modifier le Jugement d’Allah est une grande mécréance qui fait


sortir son auteur de l’Islam
• Se référer à un autre jugement que Celui d’Allah pour régler un
litige est une grande mécréance qui fait sortir son auteur de l’Islam
• Inventer un jugement sans même se référer à une autre législation
que Celle d’Allah est une grande mécréance qui fait sortir son auteur
de l’Islam.
• Modifier la situation, par amour pour un proche, par suivi des
passions, pour un intérêt mondain, ou encore pour une somme
d’argent, afin que le jugement ne soit pas adéquat à ce qui s’est
réellement passé, mais qu’il soit adéquat par rapport à la situation
modifiée de manière injuste, est une petite mécréance qui ne fait
pas sortir son auteur de l’Islam

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, affirme dans Madjmou al-Fatawa, 35/388,


que celui qui légifère des lois n’est pas coupable du même crime que celui
qui ne juge pas d’après la Loi d’Allah dans un cas particulier, et ainsi
donne un jugement injuste. En effet, il dit :

« … et ceci concerne celui qui juge dans un cas particulier une personne
précise, mais pour celui qui donne un jugement général dans l’obéissance
permanente des musulmans, et donne à la Vérité la place du faux, et au
faux la place de la Vérité, et à la Sounna la place de l’hérésie, et à
l’hérésie la place de la Sounna, et au Bien la place du mal, et au mal la
place du Bien, et interdit ce qu’Allah et Son Messager ont ordonnés, et
ordonne ce qu’Allah et Son Messager ont interdit, ceci est une tout autre
couleur que jugera le Seigneur des mondes, le Dieu des Envoyés et Le Roi
du Jour du Jugement, « A Lui la louange ici-bas comme dans l’au-
delà. A Lui appartient Le Jugement. Et vers Lui vous serez
ramenés » (Sourate 28 - verset 70) - et « C’est Lui qui a envoyé Son
Messager avec la Guidée et la Religion de Vérité pour La faire
triompher sur toute autre religion. Allah suffit comme Témoin »
(Sourate 48 - verset 28) »

Mouhammad ‘ibn Ibrahim, a expliqué le véritable sens du « Koufre douna


Koufre » dans une Fatawa sans la moindre ambiguïté. Dans al-Fatawa war-
Rassa’il, 12/280, il dit :

« Les lois humaines sont une mécréance qui expulse de La Religion. Croire
que ces lois sont justes et permises, et certains même en disent encore
plus que cela ; ces gens-là invalident leur attestation que Mouhammad est
le Messager d’Allah, et invalident également leur attestation qu’il n’y a de
vraie divinité qu’Allah. En effet, l’attestation qu’il n’y a de vraie divinité
qu’Allah inclus qu’il n’y a aucun être qui ait droit d’être obéi en dehors
d’Allah. Aussi, ils l’ont invalidée en adorant autre chose qu’Allah. Quant à
ce qu'on appelle la mécréance mineure, c’est lorsqu’il recourt à un autre
qu’Allah, en ayant la conviction qu’il est pécheur et que le Jugement
d’Allah est la Vérité, et que cela lui arrive une seule fois ou quelque chose
comme ça. Quant à celui qui place des lois bien structurées en exigeant la
soumission à celles-ci, alors cela est de la mécréance majeure, même s’il
dit : « Nous avons tort est le Jugement de la Loi Islamique est plus juste » -
Ceci est une mécréance qui expulse de La Religion. Et qu’Allah bénisse le
Sceau des Messagers, Mouhammad, sallallahou 'alayhi wa sallam, ainsi
que sa Famille et ses Compagnons »

LES SAVANTS DES SULTANS

Les savants qui fréquentent les sultans trahissent les Prophètes


D’après al-Hassan ‘ibn Soufiân, d’après ‘ibn Malik, le Prophète
Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit :

« Les savants sont les garants des Prophètes auprès des


serviteurs d’Allah, tant qu’ils ne fréquentent pas les sultans. Car,
quand ils fréquenteront les sultans, ils auront trahi les Prophètes.
Prends alors garde à eux et ne les approche plus »

Hadith à propos des savants qui aident les gouverneurs injustes dans leur
injustice

Le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit à Ka'b,


comme il est rapporté par l'Imam Ahmad dans son Moussnad et d'autres :

« Ô Ka'b ‘ibn 'Adjra ! Qu'Allah te préserve de l'Emirat des sots ! »

Et l'on dit : « Quel est cet Emirat au Messager ?»

Il, sallallahou ‘alayhi wa sallam, répondit :

« Des émirs qui viendront après moi et ne suivront pas ma


Sounna, ni ma Guidée. Celui qui les déclarera véridiques dans
leurs mensonges, et les aidera dans leurs injustices, ne sera pas
des miens et je ne suis pas des siens, et il ne viendra pas boire à
mon bassin. Et celui qui ne croira pas en eux, dans leurs
mensonges, et ne les aidera pas dans leurs injustices, sera des
miens et je suis des siens, et il viendra s'abreuver à mon bassin »

(Hadith authentifié par ‘ibn Hadjar, rahimahoullah, ainsi que par al-Albani,
pour les sceptiques qui prétendent suivre les anciens, mais en réalité ne
suivent aveuglement que des contemporains)

Lorsque le savant suit le jugement du gouverneur qui contredit le Jugement


d'Allah il devient mécréant

‘Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit :

"Et lorsque le savant délaisse la science du Livre d'Allah et de la Sounna


de Son Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, et suit le jugement du
gouverneur, qui contredit Le Jugement d'Allah et de Son Messager,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, il devient apostat mécréant et mérite le
châtiment ici-bas et dans l'au-delà.

Allah a dit : « Alif, Lâm, Mîm, Sâd. C'est un Livre qui t'a été
descendu ; qu'il n'y ait à Son sujet nulle gêne dans ton coeur ; afin
que par Cela tu avertisses et (qu'Il soit) un Rappel aux croyants.
Suivez ce qui vous a été descendu venant de votre Seigneur et ne
suivez pas d'autres alliés que Lui. Mais vous vous souvenez peu »

Même s'il est battu, emprisonné, ou qu'il subisse toutes sortes de


nuisances, afin qu'il délaisse ce qu'il connaît de La Législation d'Allah et de
Son Messager, sallallahou ‘alayhi wa sallam, Législation qu'il se doit de
suivre - et suit le jugement d'une autre personne, il mérite alors le
châtiment d'Allah. Il doit patienter s'il subit un préjudice dans le sentier
d'Allah, car telle est la règle établie par Allah envers les Prophètes et ceux
qui les suivent"

(Madjmou al-Fatawa, 35/373)

Certains savants refusent de revenir à la Vérité par crainte de perdre la


notoriété

Un des savants de Nadjd, rahimahoullah, s’attaque au pseudo-savants de


son époque et explique ce que le cheikh Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab,
rahimahoullah, a subi de leur part, en disant :

« Ce qu’a pu endurer le cheikh Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab,


rahimahoullah, comme épreuves de la part de ceux qui prétendent élever
la vérité et prétendent être des savants est conforme à la Loi d’Allah et à
ce qu’ont eu droit les musulmans véridiques auparavant. Ainsi, la majorité
de ces prétendus savants qui ont accompli ce pêché ont admis que ce
avec quoi est venu le cheikh est la vérité, ils ont admis que c’était là le
vrai monothéisme pur, mais leurs passions ont refusés de revenir à la
Vérité, par crainte de perdre leurs notoriétés et leurs bas-monde … »

(Source : Histoire de Nadjd, page 38)

Certains savants sont des fausses divinités

Mouhammad ‘ibn ‘Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Sache, qu’Allah te fasse Miséricorde, que la signification de la ilaha illa


Allah contient une négation et une affirmation. La ilaha est la négation, et
illa Allah est l’affirmation. Dans la négation se trouvent quatre choses et
dans l’affirmation se trouvent quatre choses. Dans la négation se trouvent
des “alihah”, “tâwaghît”, “andadan”, “arbaban” - Les “arbaban” sont ceux
qui te donnent une Fatawa à l’opposé de la Vérité et tu leurs obéis (1)
comme a dit Allah: « Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi
que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs en dehors d'Allah,
alors qu'on ne leur a commandé que d'adorer un Dieu Unique. Pas
de divinité à part Lui! Gloire à Lui! Il est au-dessus de ce qu'ils
(Lui) associent » »
(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 2/122)

(1) Il s'agît de l'obéissance dans la mécréance.

Ceux qui disent "nous ne devancerons en rien nos savants" ont pris leurs
savants comme des seigneurs en dehors d'Allah

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit à propos du verset :


« Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils
de Marie, comme Seigneurs en dehors d'Allah, alors qu'on ne leur
a commandé que d'adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part
Lui! Gloire à Lui! Il est au-dessus de ce qu'ils (Lui) associent » :

Le Tafsir de ce verset, dans lequel il n’y a aucune problématique, est qu’il


s’agît d’obéissance aux savants et pieux dans la désobéissance à Allah (1).
La meilleure interprétation est celle d’abou Aliyyah, qui a dit : « Ils ne les
ont pas adoré. Et si ils leur avaient ordonné cela, ils ne leur auraient pas
obéi, mais ils ont trouvé le Livre d’Allah, puis ont dit : « Nous ne
devancerons en rien nos savants. Ce qu’ils nous ordonneront, nous nous y
tiendrons, et ce qu’ils nous interdiront, nous arrêterons … »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah 1/40)

(1) Il s’agît ici de l’obéissance dans la mécréance.

Ceux qui prennent les savants pour des seigneurs avec ou en dehors d'Allah

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Je ne diverge pas avec vous dans le fait qu’il est obligatoire de suivre les
savants lorsqu’ils sont unanimes. Mais, le problème c’est lorsqu’ils
divergent, est-ce que je dois accepter la vérité de celui qui vient avec, en
retournant le sujet à Allah et Son Prophète, ainsi suivant la méthode des
savants ? Ou, est-ce que je prends l’avis de certains parmi eux, sans
preuve, en me disant que la vérité est dans leurs avis ? Vous, vous faites
partie de la deuxième catégorie, ce qu’Allah a nommé le Chirk, et c’est
cela prendre les savants pour des seigneurs avec, ou en dehors d’Allah. Et
moi, je fais partie de la première catégorie, j’appelle à elle, et sur cette
base je discute. Alors, si la vérité était chez vous, nous reviendrions à elle,
et l’accepterions de votre part »

(Source: ad-Dourar as-Saniyyah, 1/45)


Les savants qui permettent aux gouverneurs de faire de la mécréance sont
aussi des mécréants

Abou Abd ar-Rahman al-Outaybi, a dit :

« Si les savants leur permettent de faire de la mécréance, alors ces


savants sont eux même mécréants apostats, avant ces gouverneur. Allah
a annoncé dans plus d’un passage du Coran que ceux qui suivent
aveuglément leurs ancêtres dans la mécréance se disputeront en Enfer en
disant : « Puis, lorsque tous s’y retrouveront, la dernière fournée
dira de la première : « Ô notre Seigneur! Voilà ceux qui nous ont
égarés : donne-leur donc double le châtiment du feu » - Il dira : «
A chacun le double, mais vous ne savez pas » » (Sourate 7 - verset
38)

Et : « Et quand ils se disputeront dans le Feu, les faibles diront à


ceux qui s’enflaient d’orgueil : « Nous vous avions suivis :
Pourriez-vous nous préserver d’une partie du Feu ? » - Et ceux qui
s’enflaient d’orgueil diront : « En vérité, nous y voilà tous » - Allah
a déjà rendu Son Jugement entre les serviteurs » (Sourate 40, verset
47-48)

Et : « Et si tu pouvais voir quand les injustes seront debout devant


leur Seigneur, se renvoyant la parole les uns aux autres ! Ceux
que l’on considérait comme faibles diront à ceux qui
s’enorgueillissaient : « Sans vous, nous aurions certes été
croyants» - Ceux qui s’enorgueillissaient diront à ceux qu’ils
considéraient comme faibles : «Est-ce nous qui vous avons
repoussés de la bonne direction après qu’elle vous fut venue ?
Mais vous étiez plutôt des criminels » - Et ceux que l’on
considérait comme faibles diront à ceux qui s’enorgueillissaient :
«C’était votre stratagème, plutôt, nuit et jour, de nous
commander de ne pas croire en Allah et de Lui donner des égaux »
- Et ils cacheront leur regret quand ils verront le châtiment. Nous
placerons des carcans aux cous de ceux qui ont mécru, les
rétribuerait-on autrement que selon ce qu’ils œuvraient ? »
(Sourate 34, versets 31-33)

Et tout ceci est une annonce de la part d’Allah, avertissant que les
suiveurs et les suivis seront tous en Enfer, et leur suivi aveugle ne leur
sera d’aucun secours. Allah a déclaré cela lorsqu’Il dit : « Quand les
meneurs désavoueront les suiveurs à la vue du châtiment, les
liens entre eux seront bien brisés ! Et les suiveurs diront : « Ah !
Si un retour nous était possible ! Alors nous les désavouerions
comme ils nous ont désavoués ! » - Ainsi Allah leur montra leurs
actions ; source de remords pour eux ; mais ils ne pourront pas
sortir du Feu » (Sourate 2 - versets 166-167)

Et il est authentifié que le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : «


Celui qui invite à l’égarement, aura sur lui le même pêché que
tous ceux qui l’auront suivi, sans que cela ne diminue leur pêché
en quoi que ce soit »

Et Allah dit : « Ils ont pris leur rabbins et leurs moines pour
seigneurs en dehors d’Allah … » (Sourate 9 - verset 31) – Or, les
rabbins sont les savants, et les moines sont les serviteurs ignorants.

Et les Tatars, qu’Ibn Kathir, rahimahoullah, jugea mécréants, et rapporta


l’unanimité des musulmans sur leur mécréance : Il y avait des mouftis
avec eux, des juges, des imams, tout comme les Banou Oubayd, ils
avaient nommé des juges, des mouftis, ils faisaient la prière du vendredi
et la prière en commun, mais malgré cela tout les savants s’entendirent
pour les juger mécréants apostats et décréter la guerre contre eux, malgré
qu’ils étaient entourés de savants du mal »

(Source : al-Qawl al-Mouhtad)

Les pseudo-savants qui apportent des arguments fallacieux pour embellir


ou rendre licite la mécréance sont des mécréants

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Et de même, nous considérons mécréant celui qui embellit le Chirk pour


les gens et y apporte des arguments fallacieux pour le rendre licite (1), ou
combat de son sabre pour protéger ces lieux où on adore d’autres
qu’Allah, ou encore combat ceux qui refusent cela et qui essaient de le
faire cesser (2) »

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 10/128)

(1) Il s’agît ici en premier lieu des pseudo-savants qui embellissent ou


permettent la mécréance avec leurs Fatawas, qu’ils fassent cela en
étant ignorants, orgueilleux, ou encore par amour pour la vie ici-bas,
cela ne change rien.
(2) Il s’agît ici de la police, ou encore de l’armée du Tâghoût qui
protège ces lieux où on adore d’autres qu’Allah. Des fois ils vont
encore plus loin, notamment en combattant ceux qui refusent
d’adhérer à la mécréance qu’impose leur Tâghoût, ou encore en
combattant ceux qui essaient de faire cesser la mécréance par la
jalousie pour la Religion d’Allah. Ceux qui leur permettent d’agir
ainsi sont les pseudo-savants qui font des Fatawas fallacieuses pour
leur Tâghoût, et il n’y a pas de doute que ce genre de pseudo-
savants sont les plus grands soldats du Tâghoût. Cependant, il est
étonnant de voir des gens excommunier la police ou l’armée qui
protège la mécréance, les Tâwaghît, les polythéistes, les mécréants,
et combat le Tawhid et les monothéistes, et en même temps
affirmer que les pseudo-savants qui permettent ce genre de choses
sont des musulmans.

La vérité sur Fawzan

La question suivante à été posée par un policier de l’Arabie Saoudite à


Fawzan :

Cher cheikh, qu’Allah vous accorde la réussite. Nous sommes un groupe


de policiers et nous voudrions vous poser une question, étant donné que
nous sommes chargés de nous occuper de ceux qui empêchent la paix
public, ou encore s’opposent et refusent obéissance à leur gouverneur.

Nous avons entendu parler d’une Fatawa dans laquelle il est interdit de
s’occuper de ces gens, car ils sont des moudjahidines qui veulent chasser
les mécréants qui combattent les musulmans dans d’autres pays, comme
c’est le cas en Iraq. Quel est l’avis le plus juste en ce qui concerne cette
question, qu’Allah vous accorde la réussite (1) ?

Réponse de Fawzan :

Qu’Allah vous aide, c’est vous qui êtes dans le Djihad. Vous tous, avec le
travail que vous accomplissez êtes dans le Djihad. Ceci parce qu’avec
votre travail vous empêchez certains individus de faire le désordre, et
ainsi rendez la sécurité aux différents lieux, protégez les vies, les
honneurs et les biens des gens (2). C’est pour cela que vous êtes dans le
Djihad, qu’Allah vous aide. C’est pour cette raison que la récompense du
moudjahid vous revient à vous, car vous obéissez au gouverneur des
musulmans (3). Votre travail est respectable et très honorable, et ne
doutez pas de cela (4) !

En ce qui concerne ceux qui font les Fatawas dans lesquelles ils
prétendent que ceci (5) est un Djihad, qui dit que ceci est un Djihad ? Est-
ce que ces personnes qui font ces Fatawas sont des gens respectable, ou
ils sont des simples ignorants (6) ? Ils ne sont certainement pas des
savants ! Est-ce qu’il existe un seul savant respectable qui a dit que ceci
est le Djihad (7) ? Jamais, ceci est un mensonge ! Ce qu’ils font n’est pas
un Djihad. Au contraire, ceci est un péché envers Allah et Son Messager,
sallallahou ‘alayhi wa sallam. Ceci est une attaque sur ce qui est sacré aux
musulmans, et ceci est une désobéissance au gouverneur des musulmans
(8). Tout ceci sont des grands péchés, qu’Allah nous en préserve ! Ils font
ceci au nom du chaytân, et non au Nom d’Allah, car ceci cause des
dommages aux musulmans (9).

En ce qui concerne le fait de chasser les mécréants, ceci n’est pas votre
travail. La chasse des mécréants est dans le pouvoir du gouverneur. C’est
lui celui qui leur donne l’autorisation d’entrer dans le pays à cause de
certains services (10) qu’ils pourraient rendre, et une fois que la période
de leur séjour expire, il peut leur demander de quitter le pays. Quant aux
paroles du Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam : « Chassez les juifs
de la péninsule arabique » - Cette décision appartient aux gouverneurs
et non aux individus (11). C’est pour cette raison que personne ne les a
chassé en dehors d’Omar ‘ibn al-Khattab, qu’Allah l’agrée (12). Ce n’est
pas au peuple de décider s’ils seront chassés ou non. Donc, celui qui
décide de les chasser est le gouverneur du pays, tout comme il est celui
qui décide si les mécréants ont le droit d’entrer dans le pays. Les
mécréants ne sont venus ici que pour nous être utiles, et ce avec des visas
valables (13) ! Ils sont venus ici en étant invités pour accomplir de
différents travaux, qu’il s’agisse des ambassades, des fabriques, et ce qui
y ressemble (14). Ils sont venus ici afin que les musulmans profitent de
leur séjour. On leur a donné la garantie de sécurité (15), un pacte, et le
Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, a dit : « Celui qui tue une
personne avec laquelle nous avons un pacte, ne sentira pas
l’odeur du Paradis, et son odeur se sent à une distance de 40
années » (16)

Ceci est une dangereuse menace. C’est pour cela, que quiconque fait des
Fatawas, appelant ce qu’ils font comme étant le Djihad, n’est pas un
savant ! Il est soit un savant égaré qui avait une certaine science, ou il est
un imbécile fini qui ne sait pas ce que veut dire le Djihad.

1. On peut voir dans cette question que ce policier a l’air sincère, qu’il
cherche la vérité, mais il n’a aucune excuse dans l’annulation du Tawhid,
alors que dire de celui qui le fait plonger dans l’annulation du Tawhid ?

2. D’après Fawzan, le Djihad c’est le fait de combattre dans le sentier du


Tâghoût et ainsi empêcher les monothéistes d’établir la Loi d’Allah par les
armes qu’il appelle le désordre, ou encore le Djihad selon lui c’est le fait
de protéger les lieux où se pratique le Chirk en public, ainsi que le fait de
protéger ceux qui commettent ce Chirk, à savoir les chiites par exemple.

3. Autrement dit, l’obéissance au Tâghoût, le combat contre l’Islam et les


musulmans, et la protection du Chirk et des mécréants, mérite la
récompense du moudjahid.

4. Afin de rassurer les policiers, Fawzan les incite à ne pas douter que
l’obéissance à un Tâghoût, le combat contre l’Islam et les musulmans, et
la protection du Chirk et des mécréants, est un travail respectable et
honorable.

5. Il parle ici de la désobéissance au Tâghoût.

6. Il n’y a pas de doute que le monothéiste qui appelle à établir la Loi


d’Allah et faire disparaitre le Chirk est quelqu’un de très respectable, sauf
pour celui qui déteste l’Islam et les musulmans.
7. Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit: « Nous disons que n'importe quel
groupe qui s'écarte des Lois apparentes indiscutables de l'Islam, qui ont
été données de générations en générations de musulmans sans
interruption, doit être combattu d'après le consensus des Imams
musulmans, bien qu'ils prononcent les deux témoignages. De même, s'ils
refusent d'interdire les abominations, l'adultère, les jeux de hasard, les
boissons alcoolisées, ou d'autres choses interdites par la Chari’ah
Islamique. De même, s'ils combattent les musulmans, les forçant à se
soumettre à eux, abandonnant la Chari’ah Islamique, et tous les autres cas
similaires. Allah a dit: « Et combattez les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus
de polythéisme et jusqu'à ce que toute la Religion soit à Allah
Seul » (Sourate al-Anfal, verset 39) » (Source, al-Fatawa al-Misriyyah,
volume 4, chapitre sur al-Djihad)

8. Le gouverneur dont parle Fawzan est celui qui légifère des lois
générales à suivre en les nommant ordonnances, recommandations, ou
ordres, c'est celui qui a proclamé sa foi dans l’égalité des droits des
hommes et des femmes, c'est celui qui est résolu à pratiquer la tolérance
envers la pratique du polythéisme en public, c'est celui qui est résolu à
vivre en paix dans un esprit de bon voisinage avec les mécréants et leur
pratique du polythéisme, c'est celui qui est résolu à unir les forces avec les
mécréants pour maintenir la paix et la sécurité internationale, c'est celui
qui a aboli le Djihad de conquête, c'est celui qui est résolu d’attaquer tout
pays Islamique qui essaieraient de propager le Tawhid par les armes
jusqu’à ce que la Religion soit entièrement à Allah, c'est celui qui est
résolu à respecter les droits de l’homme, les libertés fondamentales pour
tous, sans distinction de sexe ou de religion, c'est celui qui donne le droit à
la liberté de pensée, la liberté de changer de religion, ainsi que la liberté
de manifester sa religion tant en public qu’en privé, c'est celui qui donne
la capacité juridique en Arabie Saoudite aux membres de l’ONU, c'est celui
qui permet d’ouvrir les banques d’intérêts et il a prévu des tribunaux qui
règlent des litiges entre les banques et les clients avec un jugement
opposé au Jugement d’Allah, c'est celui qui a pris l’engagement devant
Allah de respecter les clauses de la charte mécréante de l’ONU. Le
gouverneur dont parle Fawzan est un Tâghoût, quant à Fawzan, il est un
chaytân qui l’aide dans la mécréance, alors que les pseudos-salafis sont
des moutons manipulés qui ont le cœur rempli d’hypocrisie et de haine
envers l’Islam, et le cœur rempli d’amour envers le Tâghoût.

9. Fawzan semble être meilleur que Ben Baz finalement, car pour lui le
Djihad est un grand péché, alors que pour son ami Ben Baz, le fait de
combattre les soldats américains établis en Arabie Saoudite pour aller
combattre les gens qui s’affilient à l’Islam est une mécréance qui fait sortir
son auteur de l’Islam. Pour les sceptiques la preuve se trouve dans
Madjmou al-Fatawa de Ben Baz, volume 9, pages 254-255. C’est qui le
Khawaridj maintenant ? Quant à ce qui cause les dommages aux
musulmans, ce n’est pas le Djihad qui en est responsable. Les
responsables de ce qui cause des dommage à l’Islam et aux musulmans
sont des gouverneurs mécréants, ainsi que leurs alliés occidentaux
ennemis de la Loi d’Allah.

10. De quel genre de service il parle ? Est-ce qu'il pense au fait de


s’envoler avec des avions pour bombarder des gens qui s’affilient à
l’Islam, font la prière, ou récitent le Coran ? Est-ce qu'il pense au fait de
combattre l’établissement de la Loi d’Allah ? Nous sommes d’accord que
les mécréants sont utiles au gouverneur de Fawzan en ce qui concerne le
fait de combattre l’établissement de la Loi d’Allah, car son gouverneur ne
veut pas que la Religion soit entièrement à Allah. Si vraiment il le voulait, il
le prouverait en pratiquant le Djihad de conquête, et non en l’abolissant.

11. Ce qui appartient aux individus c’est de chasser les gouverneur


mécréants et les savants du mal qui les aident dans la mécréance.

12. Espérons qu'il n’a pas osé comparer Omar ibn al-Khattab, qu’Allah
l’agrée, à son Tâghoût.

13. Oui, ils sont venus pour être utiles en soutenant le gouverneur de
Fawzan dans la mécréance et le combat contre l’établissement de la Loi
d’Allah et du Djihad.

14. « … et ce qui y ressemble » - Il fait allusion aux banques d’intérêts et


aux tribunaux mécréants ?

15. En effet, les mécréants ont la garantie de sécurité dans le pays de


Fawzan, même les chiites quand ils crachent sur les tombes des
compagnons et font le Chirk en public, par contre le musulman qui critique
le Tâghoût n’a aucune sécurité.

16. En parlant du pacte, Fawzan n’est normalement pas sensé ignorer


quelles sont les conditions d’un pacte entre les musulmans et les
mécréants.

Il existe quatre catégories de mécréants :

• Ceux qui combattent les musulmans. Ils n’ont aucun droit sur nous, ni
de protection, ni d’assistance. Alors que le gouverneur de Fawzan les
protège et les assiste dans la guerre contre l’Islam et les musulmans. Abd
ar-Rahman ‘ibn Hassan, rahimahoullah, a dit: « Celui qui aide les
mécréants (contre les musulmans) ou les entraîne vers un pays où le
peuple est musulman - sort de l'Islam. Et c'est un fait clair » (Source : ad-
Dourar as-Saniyyah, 8/326)

• Ceux qui demandent asile. Ils ont sur nous un droit de protection
pendant le temps et le lieu défini pour leur asile. Allah a dit : « Et si un
des polythéiste te demande asile, accorde le lui, afin qu’il entende
la Parole d’Allah, puis fais le parvenir au lieu où il sera en
sécurité » (Sourate 9 – verset 6)
• Ceux qui ont un pacte avec les musulmans. En ce qui les concerne,
nous respectons le pacte jusqu’au terme fixé entre eux et nous, tant que
ce pacte ne comporte aucune mécréance, tant que les mécréants le
respectent et ne refusent aucun de nos droits, tant qu’ils n’aident
personne contre nous, et tant qu’ils ne critiquent pas notre Religion. Allah
a dit : « À l’exception des polythéistes avec lesquels vous avez
conclu un pacte, qui l’ont pleinement respecté et n’ont soutenu
personne contre vous. Respectez le pacte conclu avec eux
jusqu’au terme convenu. Et Allah aime les pieux » (Sourate 9 –
verset 4) – Allah a dit : « Et si, après le pacte, ils enfreignent leurs
serments et insultent votre Religion, combattez les meneurs de la
mécréance, car ils ne respectent aucun serment » (Sourate 9 –
verset 12)

• Les gens du Livre. Ils ont le plus de droits et de devoirs parmi les
quatre catégories. Ils sont sous la protection des musulmans en échange
de l’impôt de capitation (Djiziyyah). Ils n’ont aucun droit de montrer en
public quoi que ce soit qui est interdit en Islam. Pour plus de détails, voir
Ahkam ahl adh-Dhimmah, d’Ibn al-Qayyim, rahimahoullah.

Où en est l’Arabie Saoudite par rapport à tout ce qui vient d’être cité ?

Conclusion :

Les gouverneurs qui s’affilient à l’Islam ont besoin de ce genre de savants


pour exister. En effet, ils représentent les plus grands soldats de l’armée
du Tâghoût, c’est eux qui permettent aux gouverneurs de faire de la
mécréance, c’est eux qui incitent les gens à les considérer comme étant
des musulmans, c’est eux qui incitent les gens à entrer dans leurs armées
et polices, et c’est encore eux qui autorisent ces armées et polices à
combattre l’Islam et les musulmans.

Les savants égareurs et les mosquées dépourvues d'Islam

L’Imam Boukhari, rahimahoullah, a rapporté dans son Sahih qu’Abd Allah


Ibn Omar, qu’Allah l’agrée, a dit :

« J’ai entendu le Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, dire :

« Allah ne prend pas la science des gens en l’arrachant d’eux, mais Il


prend la science par la mort des savants jusqu’à ce qu’il ne reste aucun
savant. Les gens prennent à leur tête des ignorants à qui ils demandent,
ils font des Fatawas sans science. Ils sont égarés et ont égaré » »

Voici un verset en complément à ce Hadith :


Allah a dit : « Et ils dirent : « Seigneur, nous avons obéi à nos chefs
et à nos grands. C'est donc eux qui nous ont égarés du Sentier. Ô
notre Seigneur, inflige-leur deux fois le châtiment et maudis les
d'une grande malédiction » (Sourate 33 - versets 67-68)

Pour terminer la réponse à ceux qui disent : « Où sont vos savants, de quel
droit oses-tu dire que les mosquées à notre époque sont dépourvues de
Guidée ? » - voici un Hadith supplémentaire :

Ibn Abou Dounya, rahimahoullah, a rapporté d’après ‘Ali Ibn Abou Talib,
qu’Allah l’agrée, que le Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa
sallam, a dit :

« Les gens arriveront à une époque où il ne restera de l’Islam que le nom,


et du Coran que les lettres. Leurs mosquées seront pleines (de monde)
mais dépourvues de Guidée. La pire des espèces seront en ce temps les
savants de qui provient la discorde et vers eux elle retourne »

La vérité sur al-Albani

Le but de cet article est uniquement de démontrer qu’al-Albani n’avait rien


en commun avec les ahl as-Sounna wal-Djama’ah au niveau de la
définition de la Foi, ou de la croyance même. En effet, beaucoup de gens
le suivent aveuglement de manière sectaire, car on leur a dit qu’il était un
grand savant qui puisait des anciens. Or, ceci est complètement faux !

J’invite toutes les personnes ayant un minimum de sincérité dans leur


cœur à lire cet article jusqu’au bout, afin de voir par vous-mêmes qu’il
était complètement à côté de la plaque en ce qui concerne le dogme
Islamique.

Ne soyez pas de ceux qui ont un esprit sectaire et qui fuient les preuves
dès que celui qu’ils aiment est critiqué. Prenez au moins le temps de
vérifier si cet homme était en accord avec l’unanimité des ahl as-Sounnah
wal-Djama’ah, en revenant aux sources des anciens savants de vous-
mêmes, et non pas en faisant la confiance aveugle aux savants
gouvernementaux qui disent qu’il était un grand savant.

Vérifiez avant qu’il ne soit trop tard !

Allah a dit : « Et ils dirent : « Seigneur, nous avons obéi à nos chefs
et à nos grands. C'est donc eux qui nous ont égarés du Sentier. Ô
notre Seigneur, inflige-leur deux fois le châtiment et maudis les
d'une grande malédiction » » (Sourate 33, versets 67-68)
Al-Albani dit dans sa cassette al-Koufr Koufrân : « Les Salafs ont séparé les
actes et la foi, en ont déterminé les actes comme étant une condition de
perfection de la foi. Ils n’en font pas une condition de validité de la foi,
contrairement aux Khawaridjs. Est-ce claire ?

Oui, très clair, les ahl as-Sounnah wal-Djama’ah qui sont unanimes que la
Foi est la conviction, la parole et l’acte, sont des Khawaridjs pour toi.

Mouhammad ‘ibn Abd al-Wahhab, rahimahoullah, a dit dans son


livre Élucidations des ambiguïtés dans le monothéisme : « Il n’y a aucune
divergence sur le fait que le Tawhid se pratique par le cœur, la parole et
les actes, et si l’une des trois choses faisait défaut, alors la personne ne
pourrait être musulmane »

La question suivante à été posée à Fawzan :

Il y a quelqu'un qui dit que la Foi est parole, croyance et acte, mais l'acte
n'est qu'une condition pour l'a parfaire. Et, il dit aussi que la mécréance
n'est qu'au niveau de la croyance. Est-ce que cette parole est celle des
gens de la Sunnah ou pas ?

Réponse de Fawzan : « Celui qui dit cela n'a compris ni la Foi, ni la


croyance … Il incombe à une telle personne qu'elle aille apprendre la
croyance auprès des savants et qu'il l'a prenne de par ses sources
authentiques ... »

Al-Albani, a dit dans son livre al-Houkm Tariq Salat, 42-43 : « Celui qui
considère que la prière est une condition de la validité de la Foi, et que
celui qui l'a délaisse ira éternellement en Enfer, a une ressemblance avec
les Khawarijs »

Ibn Hazm, rahimahoullah, a dit : « Nous avons en effet rapporté d’après


Omar Ibn al-Khattab, qu’Allah l’agrée, ainsi que Mou‘adh Ibn Djabal, Ibn
Massoud et tout un groupe de Compagnons, qu’Allah les agrée, ainsi
qu’Ibn Moubarak, Ahmad Ibn Hanbal et Ishaq Ibn Rahawayh, que la
Miséricorde d’Allah soit sur eux tous, ainsi que d’un total de 17 hommes
parmi les Compagnons et leurs disciples, qu’Allah les agrée, que celui qui
abandonne une seul prière obligatoire exprès en connaissance de cause,
jusqu’à ce que son heure s’écoule, est un mécréant apostat. C’est
également l’avis d’Abd Allah Ibn Madjachoun, compagnon de Malik, ainsi
que l’avis d’Abd al-Malik Ibn Habib al-Andalousi, et d’autres encore. Et,
nous avons rapporté la même chose d’Omar, qu’Allah l’agrée, en ce qui
concerne celui qui abandonne le Pèlerinage, et d’Ibn ‘Abbas également en
ce qui concerne celui qui abandonne la Zakat et le jeûne du Ramadhan
… » (Source : al-Fissal, 3/128)

On aurait bien voulu demander à cet ignorant si Omar ‘ibn al-Khattab,


qu’Allah l’agrée, pour ne citer que lui, avait une ressemblance avec les
Khawaridjs.
D’après une version, Djahm ‘ibn Safwan aurait dit que les paroles et actes
de mécréance ne sont pas une mécréance en elles-mêmes, mais qu’elles
indiquent la mécréance dans le cœur. C’est la raison pour laquelle il
appliquait le takfir en apparence sur quiconque prononçait, ou
commettaient des actes de mécréance, non pas pour la parole ou l’acte
commis, mais parce que selon lui cette parole, ou cet acte ne pouvait que
provenir de quelqu’un qui avait une mécréance dans le cœur. De plus,
pour Djahm ‘ibn Safwan l’ignorance n’était pas une excuse, car il voyait
l’ignorance comme étant la mécréance.

Pourtant, il a été rendu mécréant par les ahl as-Sounna wal-Djama’ah, car
ils ont estimé qu’il reniait une chose qu’il ne pouvait ignorer.

Ibn Hazm, rahimahoullah, a dit: “En ce qui concerne l’insulte du Très-Haut,


Allah – il n’existe aucun musulman sur terre qui s’opposerait au fait que
l’insulte est de la mécréance. Sauf que les djahmiyyah et les ach’ariyyah,
deux groupes qui ne sont pas pris en compte, disent ouvertement que
l’insulte d’Allah et la manifestation de la mécréance (par les actes) n’est
pas de la mécréance. Certains parmi eux disent: “… mais, c’est un signe
qu’il a la conviction de la mécréance et non pas qu’il est catégoriquement
mécréant en insultant Allah”. Leur fondement est un mauvais fondement,
il est en dehors du consensus des musulmans. Ils disent qu’al-Imân est
seulement l’affirmation du coeur, même si il manifeste la mécréance,
l’adoration des idoles, sans contrainte… Et ce fondement est de la
mécréance, car il s’oppose au consensus de la Oumma, au Jugement
d’Allah, au Jugement de Son Messager, et tous les Compagnons et ceux
qui les ont suivis” (Source: al-Mouhalla, 13/498)

Lorsqu’on regarde les paroles d’al-Albani, elles semblent être pires que
celle de Djahm ‘ibn Safwan. À vous d’appliquer sur lui le Jugement d’Allah,
de Son Messager, des Compagnons, et ceux qui les ont suivis.

La question suivante a été posée à Al-Albani :

On rapporte certains récits d’après certains Imams et certains


Compagnons, comme Khalid Ibn al-Walid, et certains Imams comme
Ahmad Ibn Hanbal, sur la mécréance de celui qui insulte Allah ou le
Messager. Ils voyaient cela comme une apostasie, est-ce que ceci est
absolument vrai ?

Réponse d’al-Albani : « Nous ne pensons pas que c’est absolument vrai,


car il se peut que cette insulte soit la conséquence de l’ignorance et d’une
mauvaise éducation, voire d’insouciance, ou alors, en dernier, cela peut
être volontaire et en connaissance de cause, et dans ce cas c’est bel et
bien une apostasie sans aucune confusion. Mais, s’il est possible que cela
soit pour une des autres raisons que j’ai mentionné, alors il est plus
important dans l’Islam de prendre ses précautions pour juger mécréant
quelqu’un que de se précipiter… »
Ibn Taymiyya, rahimahoullah, a dit : « Insulter Allah et insulter Son
Messager est assurément une mécréance extérieure et intérieure. Et ça ne
change rien que celui qui insulte croit en l’interdiction de ce qu’il a dit, ou
qu’il croit que c’est permis, ou qu’il ne se soucie pas d’y croire. Et ceci est
la doctrine des juristes et de tous les Sunnites qui professent que la Foi est
parole et acte » (As-Sarim al-Masloul, page 512)

Abd Allah 'ibn Mouhammad, rahimahoullah, a dit :

« Mouhammad ‘ibn Sahnoun, l’un des Imams de la doctrine de Malik,


rahimahoullah, a dit: « Les savants sont unanimes que celui qui insulte le
Prophète, sallallahou ‘alayhi wa sallam, est un mécréant. Quant à son
verdict, d’après la communauté, c’est la mort. Et quiconque doute de sa
mécréance est un mécréant » »

(Source : Aquidatoul-Mouwahhidîn, page 238)

Abd ar-Rahman Ibn Nassir al-Barrak, a dit dans Djawab fil-Imân wa


Nawaqidih : « Quant à la question : Est-ce que la mauvaise éducation peut
être une excuse pour celui qui insulte Allah ou Son Messager ? - La
réponse est : Insulter Allah ou Son Messager est parmi les annulations
claires et évidentes de l’Islam, car c’est du mépris envers Allah et Son
Messager, cela annule ce qu’impliquent les deux attestations comme
glorifications d’Allah et de Son Messager. Et la mauvaise éducation
n’excuse en rien une personne responsable pour délaisser une obligation
ni pour faire une interdiction, et encore moins pour commettre une
catégorie de mécréance envers Allah. Et s’il était vrai que la mauvaise
éducation était une excuse pour ce genre de chose, les juifs, les chrétiens
et autres qu’eux seraient alors excusés pour leur judaïsme, christianisme,
etc. Un musulman ne dirait pas une telle chose. Celui qui prétend cela est
un mécréant, on lui enseigne la chose et lui demande de se repentir, et s’il
ne se repent pas, il est obligatoire de le mettre à mort pour apostasie »

Nous avons vu que pour Djahm ‘ibn Safwan l’ignorance était la


mécréance, alors que pour al-Albani l’ignorance, la mauvaise éducation,
ou encore l’insouciance, est une excuse pour celui qui insulte Allah !

Al-Albani dit dans sa cassette al-Koufre Koufrân :

« La mécréance de l’acte est un acte qui surgit du musulman, qui est un


acte de mécréants. Mais, lorsque cet acte surgit d’un musulman, il
ressemble alors à celui que commettent les mécréants sous un certain
aspect du point de vue de l’acte, mais sous un autre aspect il est différent
de cet acte qui survient des mécréants qui lui est lié à la mécréance du
cœur. Quant à ce musulman, et c’est là qu’apparait la différence entre les
deux mécréances, ce musulman, si une mécréance de l’acte surgit de lui,
accompagnée d’une mécréance du cœur, comme la mécréance d’un
mécréant, alors là c’est une apostasie et ceci ne pose aucun problème. Par
contre, lorsqu’il ne surgit pas de lui ce qui indique un lien entre son acte
de mécréance et la mécréance de son cœur, alors ce n’est pas une
mécréance du cœur, car la mécréance du cœur est différente de la
mécréance de l’acte dans le sens que c’est une mécréance du cœur, or la
mécréance de l’acte n’est pas une mécréance du cœur, mais bien une
mécréance de l’acte »

Nous trouvons dans les Fatawas d’al-Albani, page 284 : « Il existe donc
une mécréance orale et une mécréance du cœur. Alors, que nous divisions
cela auparavant en mécréance de conviction et mécréance gestuelle,
maintenant nous avons un autre classement équitable ; mécréance orale
et mécréance du cœur. La mécréance du cœur équivaut à la mécréance
de conviction, et la mécréance orale équivaut à la mécréance de l’acte »

Conclusion, pour al-Albani la mécréance de l’acte ne fait pas sortir de


l’Islam. Mais, si cet acte indique la présence de mécréance dans le cœur,
alors la personne sort de l’Islam, mais pas à cause de son acte, mais bien
à cause de son cœur.

Hamad ‘ibn ‘Attiq, rahimahoullah, répondant à ceux qui affirment que


lorsqu’un homme commet une mécréance extérieure, par la parole ou
l’acte, ne devient pas mécréant tant qu’il en est pas satisfait avec son
cœur – dit :

« Le Livre d’Allah, la Sounna de Son Prophète, sallallahou ‘alaihi wa


sallam, ainsi que le consensus de la Oumma se sont mis d’accord sur le
fait que quiconque prononce de la mécréance ou la commet, devient un
mécréant, et que pour cela n’est pas conditionnée l’ouverture du cœur à
la mécréance. De cette règle est excepté seulement celui qui a été
contraint. Et en ce qui concerne celui qui a ouvert son cœur à la
mécréance, c’est-à-dire l’a ouvert, élargi, et en était satisfait – celui-là est
un mécréant, ennemi d’Allah et ennemi de Son Prophète, même si il ne l’a
pas prononcé avec la langue ou commis avec les membres de son corps.
Ceci est ce qui est connu avec les preuves du Coran, de la Sounna, et du
consensus de la Oumma »

(Source : ad-Difa’ ‘an Ahlous-Sounna wal-Ittiba’, pages 22-23. Edition : Dar


al-Qur’anil-Karim)

Allah a dit : « Et si tu leur demandais, ils diraient sûrement : « Nous


ne faisions que bavarder et jouer ! » - Dis : « Est-ce d’Allah, de Ses
versets et de Son Messager que vous vous moquiez ? Ne vous
excusez pas, vous êtes certes devenu mécréants après avoir eu la
Foi » » (Sourate 9 - verset 65, 66)

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, dit à propos de ce verset :

« Cela prouve qu’ils ne pensaient pas avoir commis une mécréance, mais
au contraire ils pensaient que ce n’était pas une mécréance. Cela nous
montre que la moquerie envers Allah, Ses versets et Son messager est
une mécréance qui fait de son auteur un mécréant après la Foi. Cela
prouve qu’ils avaient une Foi faible, qui les a fait commettre ce péché, et
ils savaient que c’était un péché, mais ne pensaient pas que c’était une
mécréance. Malgré cela, ils devinrent mécréants pour avoir fait ça, et ils
n’ont jamais cru qu’il leur était permis de le faire »

(Source : Madjmou al-Fatawa 7/274)

Ibn Hazm, rahimahoullah, a dit : « Allah a donc textuellement dit que le


fait de se moquer d’Allah, ou de Ses versets, ou d’un de Ses Messagers est
une mécréance expulsant de la Foi, et Il n’a pas dit : « Et c’est parce que
Je sais qu’il y a de la mécréance dans vos cœurs » - mais, Il les déclara
mécréants pour le seul fait de s’être moqué. Et quiconque prétend autre
chose que cela, attribue à Allah ce qu’Il n’a pas dit et ment sur Allah »

(Source : al-Fissal, 3/244, 245)

Al-Albani dit dans la cassette al-Koufre Koufrân : « Il faut faire la distinction


entre la mécréance gestuelle et la mécréance du cœur. Nous n’avons
jamais rien vu dans la Loi Islamique comme texte qui indique clairement
que celui qui croit en ce qu’Allah a révélé, puis ne pratique rien de ce
qu’Allah a révélé soit mécréant »

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, rapporte dans Madjmou al-Fatawa, volume 7


/ page 209 :

« Hanbal a dit: « Al-Houmayyidi nous a raconté : « J’ai appris qu’il y a des


gens qui disent : “Celui qui reconnait la prière, la Zakat, le jeûne, le
pèlerinage, puis ne pratique rien de cela jusqu’à sa mort, ou bien prie dos
à la Qibla toute sa vie jusqu’à sa mort, c’est un croyant qui a une faible foi
tant qu’il ne renie pas, et qu’il sait que sa foi réside dans l’abandons de
cela, et qu’il reconnait les obligations et la prière vers la Qibla” - Je dis:
“Ceci est la mécréance évidente, et cela contredit le Livre d’Allah, la
Sounna de Son Messager et les savants musulmans” - Allah a dit: « Et on
ne leur a ordonné que d’adorer Allah, en Lui vouant la religion
pure … » - Et Hanbal dit : « J’ai entendu abou Abdallah Ahmad ‘ibn Hanbal
dire : « Celui qui a dit cela a mécru en Allah, a réfuté Son Commandement
et l’enseignement du Messager » »

Nous avons vu que la croyance d’al-Albani est en réalité encore pire que
celle de Djahm ‘ibn Safwan. Alors, si Djahm ‘ibn Safwan a été rendu
mécréant par les savants d’ahl as-Sounna wal-Djama’ah, pourquoi al-
Albani échapperait à ce jugement ?

Si ceux qui affirment qu’al-Albani n’est pas un musulman sont des


Khawaridjs, alors ceux qui ont excommunié Djahm ‘ibn Safwan ‘’méritent’’
encore plus d’être traités de Khawaridjs.

Quant à ceux qui disent : C’est son idjtihad, il s’est trompé, on ne peut pas
le rendre mécréant pour ce genre d’erreur.

Nous leurs répondons :


Abou Battîn, rahimahoullah, a dit : « Cheikh abou Mouhammad ‘ibn
Qoudama, rahimahoullah, a traité le sujet de l’idjtihad et a dit : « Djahiz
affirmait que celui qui s’oppose au fondement de l’Islam est excusé et
n’est même pas dans le péché si il est un moudjtahid et n’a pas été
capable d’arriver à la vérité. L’avis de Djahiz est sans aucun doute faux et
mécréance en Allah » (Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 12/69-73)

Les annonciateurs aux portes de l'Enfer

Houdhayfa 'ibn al-Yamân, qu'Allah soit satisfait de lui, a dit :

« Tandis que tout le monde interrogeait l’Envoyé d’Allah, sallallahou


’alayhi wa sallam, sur le bien, moi, je l’interrogeais sur le mal par crainte
d’en être atteint » - « Ô Envoyé d’Allah, lui dis-je, nous étions dans
l’ignorance et dans le mal, quand Allah nous a envoyé ce bien (l’Islam).
Est-ce que, après ce bien, le mal viendra-t-il de nouveau? » - « Oui »,
répondit-il. – « Et », repris-je, « après ce mal, il y aura-t-il du bien? » - «
Oui, mais il ne sera jamais pur » - « Qui le troublera? » - « Des gens
qui suivront une autre Sounna que la mienne et qui guideront vers
une autre voie que ma bonne Voie et dont tantôt vous
approuverez les actes, tantôt vous les désapprouverez » - « Et
après ce bien, y aura-t-il encore de mal? » - « Oui, il y aura des
annonciateurs aux portes de l’Enfer, qui appelleront à eux les
gens et qui précipiteront dans l’Enfer ceux qui répondront à leur
appel » - « Ô Envoyé d’Allah », lui dis-je, « décris-nous ces annonciateurs
» - « Ils seront de notre race et ils parleront notre langue » - « Que
m’ordonnes-tu de faire si j’assiste à cela ? » - « Tu devras suivre la
communauté des musulmans et leur dirigeant » - « Mais si (alors) les
musulmans n’ont ni communauté, ni dirigeant? » - « Ecartes-toi de
toutes ces sectes, devrais-tu pour cela ne manger que les racines
d’un arbre et rester ainsi jusqu’à ce que la mort t’advienne »

(Hadith rapporté par al-Boukhari et Mouslim, qu'Allah leur fasse


Miséricorde)
LE JUGEMENT LIE AUX TERRES

La différence entre un Etat Islamique et un Etat mécréant

Abou Battîn, rahimahoullah, a dit :

« Nos amis ont dit qu’il existe deux sortes d’Etats, l’Etat Islamique et l’Etat
mécréant. L’Islamique est celui dans lequel les Lois Islamiques sont
appliquées, même si ses habitants ne sont pas des musulmans. Et en
dehors de celui-ci, c’est un Etat mécréant (1) »

(Source : Madjmou ar-Rassail wal-Massail Nadjdiyyah, page 655)

(1) C’est-à-dire, si les lois autres que Celles d’Allah y sont appliquées.

Toute terre gouvernée par les lois mécréantes est une terre de mécréance

Hamad ‘ibn ‘Attiq, rahimahoullah, s’adressant à un homme pour lui


prouver que la région al-Ahssa est une terre de mécréance – a dit :

« Celui qui sait ce qu’ont constatés les grands savants, il sait que lorsque
dans une région le Chirk devient visible, se propage ce qui est illicite –
cette région devient mécréante. Et les habitants de cette région (1) ont
rajoutés à cela des insultes envers Allah et envers Sa Religion, et ont mis
en place des lois, contraires au Livre d’Allah et de Son Prophète,
sallallahou ‘alayhi wa sallam, qu’ils appliquent sur le peuple. Et toi, tu sais
déjà, que rien que cela suffit pour appliquer le takfir sur celui qui le fait (2)
»

(Source : ad-Dourar as-Saniyyah, 9/257)

(1) Il parle de la région en question, à savoir al-Ahssa.


(2) Le cheikh, qu’Allah lui fasse Miséricorde, explique ici que celui qui
met en place des lois, contraires au Livre d’Allah et les applique sur
le peuple, est un mécréant. De même, la région prend le même
statut et ainsi devient une terre de mécréance. En effet, les savants
de Nadjd, parmi lesquels il y a Hamad ‘ibn ‘Attiq, rahimahoullah, ont
dit dans ad-Dourar as-Saniyyah, volume 7, page 353, chapitre du
Djihad : « Toute terre gouvernée par les Lois Islamiques, est une
terre d’Islam. Et, toute terre gouvernée par les lois mécréantes, est
une terre de mécréance »

Abdallah 'ibn 'Abd al-Latif parle de l'Empire Ottoman

Abdallah ‘ibn 'Abd al-Latif, rahimahoullah, a été questionné à propos de


celui qui n’applique pas le takfir sur l’Empire Ottoman, ou incite, aide, les
mécréants contre les musulmans, ou déclare son gouverneur légitime, ou
affirme que le Djihad à son côté est obligatoire … - il a répondu :

« Celui qui ignore la mécréance de l’Empire Ottoman, et ne fait pas la


différence entre eux et les musulmans injustes – il ne connait pas la
signification de la ilaha illa Allah. Et, si en plus il croit que l’Etat est
Islamique, alors cela est encore pire. Ceci est le doute de la mécréance de
celui qui a mécru en Allah et Lui a donné un associé (1). Et, en ce qui
concerne celui qui les incite ou les aide, quelque soit l’aide, contre les
musulmans, alors ceci est une apostasie claire »

(Source : Fatawas des savants de Nadjd, 3/64)

(1) Ce que veut dire le cheikh, rahimahoullah, c’est que celui qui doute
de la mécréance de cet Etat idolâtre, est un mécréant, car il tombe
sous la règle de l’annulant de l’Islam qui s’appelle : Celui qui doute
de la mécréance d'un polythéiste, est un mécréant.
Cette Fatawa se trouve dans le chapitre intitulé : Celui qui doute de
la mécréance de celui qui gouverne par autre législation que Celle
d’Allah. Le jugement d’une telle personne est clair, elle est
mécréante, car elle doute de la mécréance d’un Tâghoût, et un
Tâghoût est pire qu’un polythéiste ! Ce doute ne peut être le résultat
que de l’ignorance du sens de la Chahada, la ilaha illa Allah.

La réponse de Hamad 'ibn 'Attiq à un pseudo-savant qui défendait la thèse


que La Mecque était un Etat Islamique

Hamad ‘ibn ‘Attiq, rahimahoullah, dans sa réponse à un homme avec


lequel il débattait à propos du jugement de La Mecque, si il s’agît d’une
ville de mécréance, ou d’une ville d’Islam - dit :

« Nous disons, avec le soutien d’Allah, qu’Allah a envoyé Mouhammad,


sallallahou ‘alayhi wa sallam, avec le Tawhid, qui est la Religion de tous
les Messagers. Son fondement est la Chahada, la ilaha illa Allah, c’est-à-
dire qu’Allah soit Le Seul qui est adoré par les créatures et qu’ils
n’adressent aucune sorte d’adoration à autre que Lui. Et l’invocation est le
cœur de l’adoration. Elle comprend aussi la peur, l’espoir, le fait de s’en
remettre à Allah … l’immolation, la prière. Il existe beaucoup de sortes
d’adorations. Et le Tawhid est ce grand fondement qui est une condition
de la validité de toute action.

Le deuxième fondement est l’obéissance au Messager, sallallahou ‘alayhi


wa sallam, le prendre pour juge dans les petites ou grandes affaires, et
l’obéissance aux prescriptions dans les fondements et les branches de la
Religion de l’Islam.

Le premier fondement s’oppose au Chirk et n’est pas valable avec sa


présence.

Le deuxième fondement s’oppose aux innovations …

Une fois que ces deux fondements se réalisent avec la science, l’acte, la
da’wah, et que ceci est la Religion des gens d’une ville, dans le sens où ils
appliquent cela, appellent à cela et sont amis avec ceux qui appartiennent
à cette Religion, et sont ennemis envers ceux qui s’opposent à cette
Religion – alors dans ce cas, ce sont des monothéistes.

Par contre, si le Chirk se manifeste, comme le fait d’invoquer la Ka’ba, les


Messagers, ou les saints. Ou encore, si des pêchés tels que la fornication,
ou les intérêts se propagent, qu’on jette la Sounna dans le dos, les
innovations deviennent de plus en plus visibles, on nomme un idolâtre qui
va régler les litiges entre les gens, ou qu’on appelle les gens à autre que le
Coran et la Sounna, et que ceci devient connu, dans n’importe quelle ville
– celui qui a un minimum de science ne doute pas que ces villes sont des
villes de mécréance et de polythéisme. Si tu veux une preuve concernant
cela, tu trouveras tout le Coran qui parle de cela, et il y a aussi un
consensus des savants à ce sujet et c’est quelque chose d’obligatoirement
connu pour chaque savant.

En ce qui concerne celui qui dit : « Le Chirk que vous avez cité font
seulement les étrangers ou les paysans, et non pas les habitants de la ville
… » - Celui qui dit ça, soit il s’agît d’un orgueilleux, ou réellement il ne
connait pas la situation. Il a été constaté que les étrangers ou les paysans
imitent les habitants des villes en ce qui concerne l’invocation de la Ka’ba.
Tout le monde les entend et tout monothéiste le sait.

Si vous cachez le Tawhid dans leurs Etats, ou que vous n’êtes pas en
situation de clairement manifester le Tawhid, car vous connaissez leur
inimitié envers le Tawhid et leur haine envers ceux qui Le manifestent …
alors comment un intelligent peut-il hésiter (1) ? Qu’est-ce que tu penses,
si un homme parmi vous disait à quelqu’un qui invoque la Ka’ba, le
Prophète, ou les Compagnons : « Hey toi, n’invoque personne en dehors
d’Allah, sinon tu es un polythéiste » ! Qu’est-ce que t’en penses ? Est-ce
qu’ils lui pardonneraient ou lui poseraient des problèmes ? Celui qui débat
(2), qu’il sache qu’il n’est pas un monothéiste. Car, par Allah, il ne connait
pas le Tawhid ... Qu’est-ce que tu penses, si quelqu’un leur disait :
« Réfléchissez bien à propos de votre religion ! Détruisez les constructions
au dessus des tombes et il ne vous est pas permis d’invoquer autre
qu’Allah ! » - Est-ce que tu penses qu’ils se contenteraient avec ce que les
Quraychites ont fait à Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam ? Non,
par Allah, non ! Alors si la ville est une Terre d’Islam, qu’est ce qui vous a
empêché de les appeler au Tawhid, leur ordonner de détruire les
mausolées, et de se désavouer du Chirk ?!

Le Tawhid a été constaté à La Mecque avec la da’wah d’Ismail ‘ibn


Ibrahim, ‘alayhi sallam. Les habitants de La Mecque étaient des
monothéistes un certain temps, puis le Chirk s’est manifesté parmi eux à
cause d’Amr ‘ibn Louhayy. Les habitants sont devenus des polythéistes et
la ville est devenue une Terre de mécréance, et ceci même si certaines
choses de la Religion sont restées, comme le fait de faire le Hadjdj. Chez
nous il est clair, tout comme chez d’autres, leur Chirk aujourd’hui est
encore plus manifeste qu’à cette époque.

Bien avant tout cela, les habitant de la terre étaient des monothéistes
pendant dix siècles après Adam, ‘alayhi sallam, jusqu’à ce qu’ils
commencent à invoquer les saints, et ainsi deviennent des mécréants.
Alors, Allah leur a envoyé Nouh, ‘alayhi sallam, pour les appeler au
Tawhid.

De même, Ibrahim, ‘alayhi sallam, appelait son peuple à réaliser al-Ikhlass


dans le Tawhid, pourtant son peuple affirmait qu’Allah était un Dieu.

Lorsque dans un pays se propage l’invocation à un autre qu’Allah, et


lorsque ses habitants persistent dessus, se battent pour cela, et sont
ennemis envers les monothéistes … alors comment ne pas juger ce pays
comme étant celui de mécréance, même si ils ne se disent pas mécréants
et se désavouent d’eux ? Alors, que dire quand toutes ces choses sont
présentes ? »

(Source : Madjmou’ at ar-Rassail wal-Massail an-Nadjdiyyah, troisième


partie, premier chapitre, pages 742-745)

(1) C’est-à-dire, comment un intelligent peut-il douter que cette Terre,


est une Terre de mécréance ?
(2) Le cheikh, rahimahoullah, s’adresse au pseudo-savant qui défend la
thèse que La Mecque est une Terre d’Islam.
LE JUGEMENT DES GENS EN APPARENCE

Le jugement en Islam se fait en apparence

Omar ‘ibn al-Khattab, qu’Allah soit satisfait de lui, a dit :

« Il y avait des gens qui étaient jugés à l’époque du Prophète


Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, par la Révélation, mais
maintenant il n’y a plus de Révélation. Nous vous jugeons aujourd’hui de
ce qu’il nous apparait de vos actes. Quiconque nous montre le bien nous le
rapprocherons et nous lui accorderons la sécurité, et ce qu’il dissimule
dans son for-intérieur n’est pas notre préoccupation. Il rendra des comptes
à Allah sur ce qu’il dissimule. Quiconque nous montre une mauvaise
apparence, nous ne lui accorderons pas la sécurité et il ne sera pas cru,
même s'il déclare que son for-intérieur est bon »

(Source : Sahih al-Boukhari, livre des témoignages)

Réponse aux innovateurs qui font entrer le jugement en apparence dans le


fondement de l'Islam

Les musulmans traversent une période dans laquelle se propagent toutes


sortes de mécréances et d’innovations.

Ceux qui propagent la mécréance sont de deux sortes :

• Ceux qui sont ignorants du fondement de l’Islam.


• Ceux qui connaissent le fondement de l’Islam en théorie, mais ne le
pratiquent pas.

Les premiers sont semblables aux chrétiens, quant aux seconds ils sont
semblables aux juifs.

Ceux qui propagent l’innovation à notre époque, et rendent mécréants les


musulmans pour la non-application de leur innovation, sont des ignorants
qui ont appris le fondement de l’Islam en surface, ainsi ils voient la
mécréance, le polythéisme, le soutien et la satisfaction de la mécréance et
du polythéisme un peu partout. Ils se basent sur certaines paroles qu’ils
n’ont pas comprises, ou d’autres paroles dont ils pensent être l’unanimité
des anciens. Ainsi, avec leur Tawhid appris en surface, et quelques paroles
d’anciens savants rajoutés à leur logique, ils font des ravages.

Le Compagnon ‘Abdallah ibn Mass’oud, qu’Allah l’agrée, a dit : « Ne


viendra pas un temps sans qu’il ne soit pire que son précédent,
mais je ne veux pas dire par cela un gouverneur mieux qu’un
autre, ni même une année meilleure qu’une autre, mais plutôt vos
savants et vos juristes disparaîtront et ensuite apparaîtra un
peuple de gens qui répondront avec leur raison » (Voir Fath El-Bari
13/21. Ce récit est authentique)

Une des innovations de ces égarés est le fait d’entrer dans le fondement
de l’Islam le jugement des gens en apparence.

Ils disent : ‘’Les gens qui prient sont des mécréants jusqu’à preuve du
contraire, quant à celui qui les juge musulmans jusqu’à preuve du
contraire, il est un mécréant qui ignore ce qu’est le Tawhid. De même,
celui qui s’abstient de leur donner un jugement est un mécréant qui ignore
ce qu’est le Tawhid. Quant à ceux qui doutent de leur mécréance, ils sont
aussi des mécréants qui ne savent pas faire la différence entre la Foi et la
mécréance. Le même jugement touche celui qui doute de celui qui doute,
ainsi que celui qui doute de celui qui doute de celui qui doute, et ainsi de
suite …’’

Nous disons :

• Le fondement de l’Islam est une chose qui se trouve dans la


disposition naturelle (la Fitra) de toute personne.
• Le fondement de l’Islam est la première chose à laquelle on
appellée les Messagers d’Allah.
• Le fondement de l’Islam reste toujours le même à travers toutes les
époques et tous les contextes, il est impossible qu’il soit abrogé.
• Le fondement de l’Islam se trouve dans le Coran, et il est impossible
qu’il se trouve dans une autre Source, sans être présente dans la
Parole d’Allah.
• Le fondement de l’Islam a été expliqué de la plus claire des
manières par Allah dans Son Livre qui est une Lumière, un Guide, un
Remède, une Miséricorde.

Nous demandons à nos opposants : Citez nous un seul verset qui dit de
manière claire que l’Islam n’est pas valable sans le Takfir en apparence
jusqu’à preuve du contraire ?

Ce verset n’existe pas. Donc, votre prétention implique que le fondement


de l’Islam n’a pas été expliqué de manière claire par Allah, et que Son
Livre n’est pas une Lumière, ni un Guide, ni un Remède, ni une
Miséricorde.

Au contraire, si on suit votre logique le Livre d’Allah pourrait même être un


‘’piège qui égare’’.

Allah a dit : « … ne dites pas à quiconque vous adresse le Salam :


« Tu n'es pas croyant » … » (Sourate 4 – verset 94)

Allah nous enseigne dans ce verset tout le contraire de ce que vous


prétendez être le fondement de l’Islam.

Est-ce qu’Allah a révélé un Livre pour piéger Ses serviteurs ?

Si vous nous dites que nous sommes des ignorants car le verset concerne
un contexte bien précis, et qu’il a été révélé à Médine.

Nous vous disons que le fondement de l’Islam ne change pas selon les
contextes. Ce qui a été le fondement de l’Islam pour Adam, ‘alayhi sallam,
le sera jusqu’au Jour Dernier, et il ne sera jamais abrogé.

Cette règle est très importante pour casser les innovations des
innovateurs.

Si l’on se réfère aux Hadith authentiques, et à la Sira du Prophète


Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa sallam, on conclue que dans une terre
d’Islam quiconque nous montre l’Islam en apparence, nous le jugeons
musulman jusqu’à preuve du contraire.

Ceci est l’unanimité des savants rapportée par Ibn Taymiyya,


rahimahoullah, dans Madjmou al-Fatawa, 3/280 : « Donc, la prière derrière
celui dont le cas est inconnu est valable, comme s’accordent à le soutenir
les savants musulmans, et celui qui dit que la prière derrière celui dont on
ignore le cas est illicite, ou frappée de nullité, est allé à l’encontre du
consensus des gens de la Sounnah et de la communion »

Si l’on se réfère à la Sira du Prophète Mouhammad, sallallahou ‘alayhi wa


sallam, ainsi qu’au comportement de certains compagnons, tels que
Khalid ‘ibn al-Walid, qu’Allah l’agrée, lorsqu’il y a un État Islamique, les
gens se trouvant dans la terre de mécréance sont des mécréants jusqu’à
preuve du contraire, même s’ils montrent des signes d’appartenance à
l’Islam.

Mais, à notre époque il n’y a pas d’État Islamique, alors les gens de
science ont divergé dans cette question.

Ce qui est important à savoir c’est que ce n’est pas tout le monde qui a le
droit de faire l’Idjtihad. En effet, pour être Moudjtahid il faut remplir
certaines conditions parmi lesquelles se trouvent notamment :

• Connaissance de la langue arabe.


• Connaissance des aspects divers du Fiqh.

Celui qui se permet de faire un Idjtihad sans accomplir les conditions


nécessaires fait partie de ceux qui parlent sans science, et le ‘’mieux’’
qu’il risque est de tomber dans le grand péché, même s’il trouve la vérité
dans le sujet donné !

À notre époque les grands ignorants se permettent de faire l’Idjtihad, et le


plus grave c’est qu’ils font l’Idjtihad même dans le Takfir ce qui les pousse
à rendre mécréants les gens sur les probabilités !

Donc, nous venons de voir deux jugements différents selon deux


contextes différents, or tout ce qui fait partie du fondement de l’Islam ne
change pas selon les contextes.

De même, tout comme il est possible de trouver des personnes qui ont
une apparence Islamique dans une terre de mécréance, tout en
contredisant une des conditions du Tawhid, en étant par exemple
ignorants du Tawhid, ou encore hypocrites, il est aussi possible de trouver
ce genre de personnes dans une terre d'Islam.

Nos opposants doivent désormais admettre que le jugement des gens en


apparence ne fait pas partie du fondement de l’Islam, et arrêter de rendre
mécréants les musulmans pour la simple raison qu’ils ne sont pas d’accord
avec leur innovation.

Ce n’est même pas la peine de ramener des paroles de savants dans ce


sujet, car un innovateur voit l’ambiguïté dans les paroles les plus claires
lorsque celles-ci vont à l’encontre de leur logique, puis accusent ceux qui
les ramènent d’égarer les gens.

Pourtant, s’ils savaient que Hamad ‘ibn ‘Attiq, rahimahoullah, ne rendait


pas mécréants ceux qui jugeaient les gens des terres de mécréance en
apparence sur les signes de l’Islam, et qu’il s’est contenté de les
réprimender tout en les appellant ; ‘’frères’’, et leur passant le Salam
complet, ils metteraient peut-être un coup de frein dans le Takfir exagéré.
En plus à l’époque du cheikh, rahimahoullah, il y avait une terre d’Islam !

Alors que dire à notre époque quand toutes les terres sont des terres de
mécréance avec les mécréants et les musulmans mélangés ?

LA FOI C’EST LE CŒUR, LA PAROLE ET L’ACTE

L'Islam s'annule par une conviction un doute une parole ou un acte à


l'unanimité des musulmans

Hamad ‘ibn ‘Attiq, rahimahoullah, répondant à ceux qui affirment que


lorsqu’un homme commet une mécréance extérieure, par la parole ou
l’acte, ne devient pas mécréant tant qu’il en est pas satisfait avec son
cœur – dit :

« Le Livre d’Allah, la Sounna de Son Prophète, sallallahou ‘alaihi wa


sallam, ainsi que le consensus de la Oumma se sont mis d’accord sur le
fait que quiconque prononce de la mécréance ou la commet, devient un
mécréant, et que pour cela n’est pas conditionnée l’ouverture du cœur à
la mécréance. De cette règle est excepté seulement celui qui a été
contraint. Et en ce qui concerne celui qui a ouvert son cœur à la
mécréance, c’est-à-dire l’a ouvert, élargi, et en était satisfait – celui-là est
un mécréant, ennemi d’Allah et ennemi de Son Prophète, même si il ne l’a
pas prononcé avec la langue ou commis avec les membres de son corps.
Ceci est ce qui est connu avec les preuves du Coran, de la Sounna, et du
consensus de la Oumma »
(Source : ad-Difa’ ‘an Ahlous-Sounna wal-Ittiba’, pages 22-23. Edition : Dar
al-Qur’anil-Karim)

Ce consensus des ahl as-Sounna wal-Djama’a indique clairement que la


Foi est : Cœur, parole et acte. De ce fait, une personne devient mécréante
par la parole et l’acte, et ceci quelque soit sa conviction. Quant à celui qui
ouvre son cœur à la mécréance, il est mécréant, même si il ne prononce
pas, et ne commet pas, ce qui est de la mécréance.

Quiconque pense qu'il est possible d'être un musulman tout en ne


pratiquant rien de l'Islam est un mécréant

Ibn Taymiyya, rahimahoullah, rapporte dans Madjmou al-Fatawa, volume


7 / page 209 :

« Hanbal a dit: « Al-Houmayyidi nous a raconté : « J’ai appris qu’il y a des


gens qui disent : “Celui qui reconnait la prière, la Zakat, le jeûne, le
pèlerinage, puis ne pratique rien de cela jusqu’à sa mort, ou bien prie dos
à la Qibla toute sa vie jusqu’à sa mort, c’est un croyant qui a une faible foi
tant qu’il ne renie pas, et qu’il sait que sa foi réside dans l’abandons de
cela, et qu’il reconnait les obligations et la prière vers la Qibla” - Je dis:
“Ceci est la mécréance évidente, et cela contredit le Livre d’Allah, la
Sounna de Son Messager et les savants musulmans” - Allah a dit: « Et on
ne leur a ordonné que d’adorer Allah, en Lui vouant la religion
pure … » - Et Hanbal dit : « J’ai entendu abou Abdallah Ahmad ‘ibn Hanbal
dire : « Celui qui a dit cela a mécru en Allah, a réfuté Son Commandement
et l’enseignement du Messager » »

(Ce récit est également rapporté dans as-Sounnah d’al-Khalal, n° 1027)

De cette parole ressort clairement que quiconque pense qu’il est possible
d’être un musulman, tout en ne pratiquant rien de l’Islam, est un
mécréant.