Sie sind auf Seite 1von 30
Actes de la recherche en sciences sociales Une révolution conservatrice dans l'édition Pierre Bourdieu Citer

Citer ce document / Cite this document :

Bourdieu Pierre. Une révolution conservatrice dans l'édition. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 126-127, mars 1999. Édition, Éditeurs (1) pp. 3-28;

Document généré le 12/05/2016

: 10.3406/arss.1999.3278 http://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1999_num_126_1_3278 Document généré le 12/05/2016

Zusammenfassung Konservative Revolution im Verlagswesen. Wie das Buch doppelansichtig, d.h. ökonomisch und symbolisch, Ware und Signifikation zugleich verkörpert, ist auch der Verleger eine zwiespältige, dazu verurteilte Figur, Kunst und Geld, Literaturliebe und Profitstreben, in Strategien zusammenzubringen, die jeweils irgendwo zwischen den beiden Extremen des zynischen sich Unterwerfens unter die kommerziellen Zwänge und der, sei es heroischen, sei es gedankenlosen Indifferenz angesichts wirtschaftlicher Notwendigkeiten angesiedelt sind. Entgegen der Illusion der Autonomie der offenbaren Orte der Entscheidung (Verleger, Lektorenausschuß, Leserschaft, Leiter von Reihen), für die die Erfordernisse des Feldes nicht gültig zu sein scheinen, zeigt der Artikel die eigentlichen ökonomischen und sozialen Determinanten solcher verlegerischen Strategien auf. Ausgehend von einer Untersuchung unter 61 Verlegern französischer oder übersetzter Literatur, die zwischen Juli 1995 und Juli 1996 Veröffentlichungen herausbrachten, erlaubt eine mehrfache Korrespondenzanalyse die Struktur des Verlegerfeldes freizulegen. Es wird daran deutlich, wie auf der Ebene des Gesamtumfangs von besessenem Kapital den großen, alten Unternehmen, bei denen alle Arten des Kapitals, d.i. ökonomisches, kommerzielles und symbolisches, gleichzeitig angehäuft sind, und als deren bestes Beispiel Gallimard gelten kann, kleine, erst kürzlich entstandene Unternehmen gegenüberstehen, denen, noch in der Phase der Initialakkumulation von Kapital befindlich, jede Art von Kapital mangelt, selbst wenn sie auf ein gewisses Maß an symbolischem Kapital in Form von Wertschatzung oder Bewunderung seitens einiger «Entdecker», Kritiker, Avantgarde-Schriftsteller, unterrichteter Buchladen und einschlagig bewanderter Leser zahlen können. Ein zweiter Faktor differenziert die Häuser ihrer Kapitalstruktur nach, d.h, nach dem relativen Gewicht ihres Finanzkapitals (einschließlich kommerzieller Kapazität) und des symbolischen, das sie (in Abgrenzung vom durch den Index erfalsten, schon seit ihrer Gründung angesammelten Kapital) ihrer jüngsten Vergangenheit und der gegenwärtigen Aktivität verdanken. Schließlich stellt eine dritte Skala die Verleger, die keine, oder nur wenige, insbesondere ans kleineren, seltenen Sprachen, übersetzungen veröffentlichen, denjenigen gegenüber, die, den Marktzwängen starker unterworfen, viel und überwiegend aus dem Englischen übersetzen, d.h. kommerzielle Literatur mit sicher garantiertem Verkaufserfolg.

Resumen Una revolución conservadora en la edición El libro, objeto de dos caras, una económica y otra simbólica, es a la vez mercancía y significación. Por eso mismo, también el editor es un personaje doble, conde-nado a hacer compatible el arte con el dinero, el amor de la literatura con la búsqueda del lucro. Sus estrategias se sitúan en algún punto entre dos posiciones extremas : la cínica sumisión a consideraciones de índole comercial y una indiferencia heroica o absurda con respecto a las necesidades de la economía. La ilusión de autonomía de los espacios visibles de « decisión » (editor, comité de lectura, lectores, directores de colección) induce a ignorar la presión ejercida por el campo ; contra dicha ilusión se muestran en este artículo los determinantes económicos y sociales de las estrategias editoriales. A partir del estudio de 6l editores que publicaron literatura francesa o traducciones al francés entre julio de 1995 y julio de 1996, se efectuó un análisis de correspondencias múltiples que pone en evidencia la estructura del campo de los editores. De este modo, desde el punto de vista del volumen global del capital de las editoriales, se observa una primera oposición entre las grandes empresas, mas antiguas, que acumulan todo tipo de capital (económico, comercial y simbólico), cuyo paradigma es Gallimard, y las pequeñas empresas, creadas mas recientemente, que, por encontrarse en la fase de acumulación inicial de capital, carecen poco mas o menos de todos los tipos de capital, aun cuando detentan un cierto capital simbólico plasmado en la estima o la admiración que por ellas manifiestan algunos « descubridores », críticos y escritores de vanguardia, libreros ilustrados y lectores informados. El segundo factor distingue las editoriales según la estructura de su capital, o sea, según el peso relativo de su capital financiero (así como de su poderío comercial) y del capital simbólico que proviene de su pasado reciente o de su actividad presente (por oposición al que han acumulado desde su creación y que es medido por el índice). El tercer eje, por su parte, opone los editores que no publican traducciones o publican pocas, sobre todo si se trata de lenguas de escasa difusión, a

principalmente del inglés, es decir, una literatura cuyo éxito comercial esta garantizado.

Résumé Une révolution conservatrice de l'édition. Du fait que le livre, objet à double face, économique et symbolique, est à la fois marchandise et signification, l'éditeur est aussi un personnage double, condamné à concilier l'art et l'argent, l'amour de la littérature et la recherche du profit, dans des stratégies qui se situent quelque part entre les deux extrêmes :

la soumission cynique aux considérations commerciales et l'indifférence héroïque ou insensée aux nécessités de l'économie. Contre l'illusion de l'autonomie des lieux de « décision » visibles (éditeur, comité de lecture, lecteurs, directeurs de collection) qui porte à ignorer les contraintes du champ, cet article montre les déterminants économiques et sociaux des stratégies éditoriales. À partir de l'étude de 61 éditeurs de littérature française ou traduite qui ont publié entre juillet 1995 et juillet 1996, une analyse de correspondance multiple permet de dégager la structure du champ des éditeurs. On voit s'opposer, sous le rapport du volume global du capital possédé, les grandes entreprises anciennes qui cumulent toutes les espèces de capital, économique, commercial et symbolique, et dont le paradigme est Gallimard, et les petites entreprises récentes qui, étant dans la phase d'accumulation initiale du capital, sont à peu près démunies de toutes les espèces de capital, même si elles détiennent un certain capital symbolique sous la forme de l'estime ou de l'admiration de quelques «découvreurs», critiques et écrivains d'avant-garde, libraires éclairés et lecteurs informés. Le deuxième facteur distingue les maisons selon la structure de leur capital, c'est-à-dire selon le poids relatif de leur capital financier (ainsi que de leur force commerciale) et du capital symbolique qu'elles doivent à leur passé récent ou à leur activité présente (par opposition à celui qu'elles ont accumulé depuis l'origine et que mesure l'indice). Quant au troisième axe, il oppose les éditeurs qui ne publient pas de traduction ou en publient peu, et surtout de petites langues rares, et ceux qui, plus soumis aux contraintes du marché, traduisent beaucoup, et surtout de l'anglais, c'est-à-dire de la littérature commerciale à succès garanti.

Abstract

A conservative revolution in publishing.

Books, being both economic and symbolic objects, are at the same time commodities and concentrates of meaning ; this means that publishers too are two-sided figures, doomed to reconciling art and money, love of literature and the profit motive, through strategies situated somewhere between these two extremes, between cynical submissiveness to commercial considerations and heroic or mad indifference to financial dictates. This article combats the illusion that the visible « decision-making » spheres (publishers, referees, readers, person in charge of a series) are independent, and points to the economic and social factors determining publishing strategies. Multiple correlation analysis, applied to a study of 61 publishers of French-language and translated literature published between July 1995 and July 1996, brings out the structure of the publishing field. On the basis of the total amount of capital assets, an opposition is found between the longstanding, major firms that cumulate capital of all sorts, economic, and commercial as well as symbolic, the paradigm of which is represented by Gallimard, and small, recent firms who are still in the initial accumulation phase, and are practically devoid of every kind of capital, although they do possess some symbolic capital in the form of the esteem and admiration they win from a handful of « discoverers », critics and avant-garde writers, enlightened bookshop owners and informed readers. The second factor

differentiates publishing houses on the basis of the structure of their capital, which is to say according to the relative weight of their financial capital (as well as their commercial strength) and of their symbolic capital, derived from their recent past or from their present activity (as opposed to capital accumulated since their beginnings, measured by the rating). The third line of analysis distinguishes between those who publish few

if any translations, and when they do, usually from rare, little-spoken languages, and those who, under

constraint from the market, publish a great many translations, mostly from the English, which is to say a commercial literature tailored to sell. Change in the French publishing space between the 18th and 20th centuries the Encyclopedie. It was at this moment that the figure of a new actor truly emerged : the modern publisher, who would become the leading figure of « book crafts » at the beginning of the 19th century. With the arrival of Louis Hachette on the scene, the time of the publisher was imperceptibly transformed into the time of the rationally structured publishing company, the basic principle of which was the definition of a logic of product supply which replaced that of social demand. After 1855, the time of mass consumption appeared close, and the publishing system readied itself to enter a new era by multiplying the collections of inexpensive books, which reached their first peak in 1905 with initial runs of 50,000 and 100,000 copies. In

1919, Hachette showed the way by becoming Hachette Ltd. But it was not until after 1945 that the first phase of concentration changed the landscape of French publishing. The second phase, which began in 1980, has ceaselessly reduced the small and medium-sized publishers' room for maneuver, announcing an upheaval the outcome of which is anyone's guess.

and medium-sized publishers' room for maneuver, announcing an upheaval the outcome of which is anyone's guess.

Pierre Bourdieu

Une révolution conservatrice

dans l'édition*

àreconnue1.souventestestsymboliquel'existence- d'autantlui-même* uneCetteéditeurextraordinairedire(analogueconsécration,sortepubliqueplusdeplusestfairedeimportantconsacré,àcelui«création»celuiaccéder(Öffentlichkeit),d'assurerunquiqu'opèretransfertqueàatraversunlelaimpliqueceluipublication,pouvoirtexteuneconnuedenotammentquietcapitalpréface)lel'accomplittoutunpluset c'est-à-auteurà faitquison

«catalogue», ensemble des auteurs, eux-mêmes plus ou moins consacrés, qu'il a publiés dans le passé.

Connaissance et méconnaissance

Pour comprendre le processus de sélection qui,

à l'intérieur de la production écrite,

« publiable » de 1'« impubliable » (pour un éditeur

particulier et aussi et surtout pour l'ensemble des éditeurs), il faut évidemment prendre en compte le dispositif institutionnel (comités de lecture, lecteurs, directeurs de collection, spécialisés ou non, etc.) qui, dans chaque maison d'édition, est chargé d'opérer le tri entre les manuscrits proposés (à travers des intermédiaires et des intercesseurs ou par simple envoi postal) 2. Plus précisément, il faut appréhender les relations objectives entre les différents agents qui contribuent à la décision de publier, c'est-à-dire, outre les commissions et les comités, instances spécialement aménagées à cette fin, l'éditeur lui-même et ses proches, les directeurs de collection, les lecteurs, le personnel administratif, les conseillers influents qui peuvent agir comme des directeurs de collection officieux, et enfin les traducteurs, qui, dans plus d'un cas, orientent la publication d'auteurs étrangers.

distingue le

Mais toute la logique du champ editorial et la croyance littéraire qui s'y engendre inclinent à oublier que les interactions, plus ou moins enchantées, dont chaque microcosme editorial est le lieu, sont déterminées par la structure du champ editorial dans son ensemble : c'est elle, notamment, qui détermine la taille et la structure de l'unité responsable de la décision (elle va du « décideur » unique, au moins en apparence, des petites maisons, jusqu'au véritable champ de pouvoirs différenciés des grandes maisons) ; c'est elle qui définit le poids relatif, dans les rapports entre les différents agents, des différents critères d'évaluation qui les inclinent par exemple à pencher du côté du « littéraire » ou du côté du « commercial » ou, selon la vieille opposition chère à Flaubert, à privilégier l'art ou l'argent. Chaque maison d'édition occupe en effet, à un moment donné, une position dans le champ editorial, qui dépend de sa position dans la distribution des ressources rares (économiques, symboliques, techniques, etc.) et des pouvoirs qu'elles confèrent sur le champ ; c'est cette position structurale qui oriente les prises de position

* Ce travail s'appuie sur une recherche bibliographique et sur une recollection de données statistiques dans les archives et auprès des maisons d'édition, qui ont été réalisées par Paul Dirkx ; sur 38 entretiens approfondis (et parfois répétés) auprès d'éditeurs et de directeurs de collection distribués dans l'ensemble du champ editorial, des traducteurs, des critiques, des responsables administratifs, des attachés de presse, des responsables de la gestion des droits étrangers, qui ont été menés par Pierre Bourdieu, Rosine Christin, Paul Dirkx, Saliha Felahi, Claire Givry, Isabelle Kalinowski. Les données soumises à l'analyse statistique ont été préparées et contrôlées par Rosine Christin. La réalisation et la transcription des entretiens ont été financées par l'observatoire France-Loisirs de la lecture. 1 -JoachimUnseld a analysé, à propos du cas de Kafka, la figure quasi divine de l'éditeur dont les «verdicts» peuvent tirer du néant ou, au contraire, l'yrenvoyer, l'écrivain qui s'en remet à lui (J. Unseld, Franz Kafka, une vie d'écrivain : histoire de ses publications, Paris, Gallimard, 1984). 2 - Voir, dans ce numéro, l'article d'Anne Simonin.

de ses «responsables», leurs stratégies en matière de publication d'ouvrages français ou étrangers, en définissant le système des contraintes et des fins qui s'imposent à eux et les «marges de manœuvre», souvent très étroites, laissées aux confrontations et aux luttes entre les protagonistes du jeu editorial. Le plus gros des changements observés dans la politique éditoriale des différentes maisons peut ainsi être rapporté à des changements de la position qu'elles occupent dans le champ, le déplacement vers les positions dominantes s'accompagnant d'un renforcement de la tendance à privilégier la gestion des acquis au détriment de la recherche de la novation et à mettre le capital symbolique détenu au service d'auteurs beaucoup plus « commerciaux » que ne l'étaient, aux temps héroïques des commencements, ceux qui ont contribué à l'accumulation de ce capital 3. Contre l'illusion de l'autonomie des lieux de « décision » visibles, qui porte à ignorer les contraintes du champ, il suffira de rappeler par exemple que l'ensemble des textes offerts au « choix » des «

responsables » éditoriaux est déjà lui-même le produit d'une sélection réglée par la logique diacritique du champ :

en effet, les auteurs s'orientent, dans le placement de leurs manuscrits, en fonction d'une représentation plus ou moins juste des différents éditeurs ou, du moins, de ceux à qui sont attachés des noms d'écoles (« le nouveau roman ») ou de grands noms propres, du présent ou du passé ; c'est cette représentation qui guide les conduites de tous les acteurs, les éditeurs eux-mêmes, mais aussi les critiques, particulièrement sensibles à l'effet de label exercé par les couvertures (« la Blanche » de Gallimard), les directeurs de collection et tous les intermédiaires, qui, par leurs interventions et leurs conseils («Tu devrais porter ton manuscrit

»), favorisent l'ajustement, souvent exalté

entre un éditeur et un auteur. À

chaque position dans le champ editorial est en effet attaché un système de contraintes et de fins au moins négativement définies, et souvent redoublées par les dispositions des agents (elles-mêmes ajustées, dans la majorité des cas, à la position) qui tend à orienter ses occupants vers une classe, plus ou moins large, de prises de position. On peut, pour mieux faire sentir l'écart entre la vision structurale du jeu et la vision qu'en ont les joueurs, même les plus lucides, s'appuyer sur un témoignage aussi précieux que celui de Michel Deguy évoquant l'expérience qu'il a faite du saint des saints du temple littéraire, le «Comité» de Gallimard4. Cette

chez Untel

comme « découverte »,

Pierre Bourdieu

expérience, qui est celle de l'enchantement suivi de désenchantement, fait partie intégrante de la vérité complète d'un jeu qui, comme la production littéraire, repose sur la croyance. La contrainte des structures que l'analyse objectiviste, armée de la statistique, porte au jour, ne peut en effet s'imposer qu'à ceux qui sont disposés à reconnaître tous les supports visibles de la

foi littéraire, attributs mythiques de la « grande maison »,

comme le « salon ovale » ou le « comité » , et de

incarnations temporelles, personnes et prénoms familiers, Gaston, Claude ou Antoine, et réservés aux vrais

familiers, tutoiements sélectifs, tics et trucs en usage dans les interactions toujours subtilement hiérarchiques de

ce que

« élus » sont aussi les victimes d'élection de la violence

symbolique qu'ils subissent avec une sorte de ravissement et qui pourra leur apparaître soudain, rétrospectivement, à la faveur d'une crise. Habités par la croyance dans la littérature, ils sont inclinés, au moins jusqu'à la désillusion finale qui, comme dans les contes, rompt soudain le charme, à méconnaître la vérité des rapports sociaux de domination qu'elle rend possibles :

« La déception des membres du comité tient à ceci qu'à chaque fois ils n'en reviennent pas de souffrir que la réunion effective ne ressemble en rien à ce qu'elle devrait sembler si la provenance et la prégnance symbolique la tenaient encore dans son réseau » 5. Abîme qui s'ouvre soudain entre l'apparence à distance et la réalité en vue rapprochée ou, plus exactement, entre l'expérience désenchantée du réel ordinaire et les engouements fétichistes de Yillusio, attachée à des riens, comme les inflexions inimitables et inoubliables des voix de Jean Paulhan ou de Raymond Queneau ou les mystères à peine dicibles du «verre», simple «pot» en

ses

les proches eux-mêmes appellent « la cour » . Ces

tout autre lieu banal, qui clôt les séances

et qui se trouve là investi des prestiges et des mystères d'une sorte de cène littéraire. Double vérité qui peut être vécue par éclairs dans le dédoublement quasi schi- zophrénique de ceux qui savent et ne veulent pas

du « comité »

3 - Pour évaluer le capital symbolique attaché à une maison et à son

nom et, à travers elle, à tous ses membres et à tous ses auteurs, on s'appuiera sur un ensemble de caractéristiques qui contribuent à la représentation collective de cette maison comme appartenant à la « noblesse » de la profession : l'ancienneté (qui, dans tous les univers sociaux, est associée à la noblesse), l'importance et la qualité du fonds editorial, mesuré au nombre d'écrivains consacrés et classiques, et en particulier au nombre de lauréats de prix Nobel.

4 - Michel Deguy, Le Comité, Confessions d'un lecteur de grande maison, Seys- sel, Champ Vallon, 1988.

5 - Michel Deguy, op. cit., p. 31. Voir aussi p. 64.

Une révolution conservatrice dans l'édition

savoir et qui sont sans cesse séparés de la vérité de l'institution et de ce qu'ils y font par l'écran d'une dénégation individuelle et collective constamment entretenue. Découvrir que le comité ne remplit pas vraiment sa fonction officielle de sélection (puisque la décision appartient en fait au président et à son « secrétariat »

et que, selon

doit "ne pas" passer par le comité » 6), ce n'est pas en apercevoir pour autant la vraie utilité, celle de banque de capital social et de capital symbolique à travers

laquelle la maison peut exercer son empire sur les académies et les prix littéraires, sur la radio, la télévision et les journaux, plusieurs des membres du comité étant connus pour l'étendue de leur réseau de liaisons littéraires (deux d'entre eux sont cités dans un article consacré aux trente personnalités les plus puissantes de l'édition 7 et ils sont, pour près de la moitié,

responsables d'émissions

dans les journaux) 8. Pour sortir de l'exemple de Gallimard, on peut prendre le cas de Grasset. Yves Berger, directeur littéraire, est très influent auprès des grands prix ; Jean-Paul Enthoven, directeur editorial, est conseiller de la rédaction du Point; Manuel Carcassone, directeur littéraire adjoint, écrit au Point et au Figaro; Bernard-Henri Lévy, qui dirige la collection •< Figures » et la revue La Règle du jeu et est conseiller littéraire, tient une chronique au Pointai il est omniprésent dans les médias ; Hector Bianciotti est membre de l'Académie française ; Dominique Fernandez et François Nourissier, conseillers littéraires attitrés de la maison, écrivent dans Le Monde, pour le premier, Le Nouvel Observateur, pour le second, et participent à de nombreux jurys, le Médicis pour Fernandez, le Goncourt, pour Nourissier, critique au Figaro Magazine et au Point.

Et pour observer la forme que prend, sur le plan plus proprement littéraire, le double jeu avec soi-même qu'autorise la double vérité d'une expérience où coexistent la vision mythique (ou idéale) et tout ce qui, visiblement, la contredit, comme le remplacement par les Labro, Gisbert, Deniau ou Jardin de ces «vrais- grands-auteurs qui ont précisément fait le prestige de la NRF depuis un siècle et fidélisent encore aujourd'hui son lectorat » 9, il suffit de lire les lettres, notamment la première, qu'un autre membre du comité, Jean-Marie Laclavetine, écrivain investi du statut de lecteur-sélecteur, adresse à Jean Lahougue, écrivain refusé (après avoir été, en d'autres temps, publié), pour justifier son refus. Elles disent sur le mode de Yévidence les attentes tacites qui, devenues constitutives du dogme ou, pire, de la doxa littéraire de la «grande maison»,

les dires initiés, « un livre pour être édité

et de tribunes critiques à la radio ou

orientent les acceptations ou les refus 10 : « la solide composition des récits du siècle dernier», la «consistance des personnages principaux», la «fluidité et la simplicité de la narration», «l'acte de création solitaire échappant aux déterminations conjoncturelles » - désignées plus haut comme « socio-économico-historiques » —, « la vie rendue accessible, lisible, sensible au lecteur », etc. Ce sont de telles évidences qui fondent le refus de la «théorie», associée au «terrorisme des années I960», comme disent les interviews d'éditeurs, et pas seulement «commerciaux», ou les recensions des critiques, pas toujours consciemment conservateurs, et qui servent de justification à l'une des plus extraordinaires restaurations littéraires, à un retour à l'orthodoxie, comme croyance (doxa) droite (orthe) « et » de droite u. Et il faudrait aussi - mais ce sera l'objet de tout cet article - décrire les mécanismes, et en particulier l'antagonisme entre les entreprises établies et les petits éditeurs débutants qui doivent, pour s'imposer, revenir aux sources mêmes de la croyance artistique et aux observances les plus strictes de la religion de l'art, et qui contribuent ainsi à entretenir, en eux-mêmes et chez les autres, l'illusion nécessaire que tout le champ obéit aux lois non écrites de l'art pur et parfaitement désintéressé, que « la logique spectaculaire marchande n'est pas encore toute-puissante dans l'édition française » 12 et qu'il y a toujours, même chez Gallimard, des gens pour « souffrir » (Michel Deguy emploie ce mot) de voir ce qu'on a fait de ce qui fut «la fabrique "numéro un" du littéraire » 13. Il est significatif que l'observateur le plus lucide

6

7

- Michel Deguy, op. cit., p. 111.

- A. Liebaert, «Les Parrains de l'édition», in L'Événement du jeudi,

19 mars 1998.

8-11 n'a pas échappé à Michel Deguy {op. cit., p. 26) que son éviction du ■< comité » est sans doute elle-même une attestation de la fonction véritablement impartie à cette instance, tant il est clair que, auteur éso- térique et réservé, donc fort peu médiatique, Michel Deguy ne pouvait apporter à l'institution les profits associés à la possession d'un fort capital social spécifique.

9 -Jean Lahougue, ¿«Jean-Michel Laclavetine et J. Lahougue, Écriverons et liserons en vingt lettres, Seyssel, Champ Vallon, 1998, p. 28.

10 -Jean-Michel Laclavetine et J. Lahougue, op. cit., p. 8, 32 et 56.

11 -Jean-Michel Laclavetine, ¿«Jean-Michel Laclavetine et J. Lahougue,

op.

littéraire [grosso modo 1955-1975] ont été aussi les plus pauvres en matière de création romanesque. ».)

-Jean Lahougue, /«Jean-Michel Laclavetine et J. Lahougue, op. cit.,

p. 22.

cit., p. 32 (" Les années les plus productives sur le plan de la théorie

12

13

- Michel Deguy, op. cit., p. 31.

puisse laisser échapper les changements structuraux qui s'expriment à l'intérieur du microcosme familier, à la fois exalté et intimement détesté, et qu'il finisse par imputer à des personnes ou à des agencements organi- sationnels à peine concertés (le secrétariat notamment) des tendances et des évolutions dont il peut ne pas voir, connaissant de près ceux qui sont censés en être les responsables, qu'elles sont à proprement parler « sans sujet ». Comme c'est toujours le cas dans

l'expérience ordinaire du monde ordinaire, il arrive que la vérité de la structure soit entr'aperçue par éclairs sans que la perception pratique des causes et des raisons s'en trouve radicalement transformée : « Et il se peut que soit fatale la "stratégie", non pas de Gallimard, mais de personne en particulier, de 1' "époque" plutôt, et qui conduit une maison d'édition de la grandeur originale de son style aux mutations de sa propre

contrefaçon [

], du glissement

de "valeurs" [

] [

décision d'adapter l'édition à une époque qui exige les gros

tirages [

poche, la déqualification, puis la casse, des essais ou poèmes » 14. Pourquoi l'explication structurale qui s'esquisse là ne joue-t-elle, en définitive, à peu près aucun rôle, ni pour la conduite de l'action, ni pour la compréhension des comportements propres ou autres? Peut- être parce que, n'ayant pas été vraiment cherchée pour elle-même et méthodiquement poussée jusqu'au bout avec tous les moyens d'investigation disponibles (c'est la définition même de l'intention scientifique, très logiquement exclue de la pratique), elle ne peut fournir la vision systématique du jeu conçu et construit comme tel que procure le travail de recherche et dont on peut s'armer pour déjouer l'apparence de fatalité et surmonter le fatalisme 15.

],

puis aux monotonies du trafic encombré des

aux valeurs économico-culturelles;

la mise en

influences et du jeu journalistique [

]

il se peut qu'il n'ait tenu à aucune "grande"

],

le roulement des stocks [

],

La structure du champ editorial

Si l'on veut éviter de sacrifier à cette autre forme de fatalisme qui consiste à imputer tout ce qui survient dans le monde de l'édition à des forces économiques hors de prise (« la mondialisation ») ou à la manifestation de ces forces au sein du monde de l'édition (« les deux grands groupes »), il faut prendre pour objet le champ editorial comme espace social relativement autonome - c'est-à-dire capable de retraduire selon sa logique propre toutes les forces externes, économiques

Pierre Bourqieu

et politiques notamment -, dans lequel les stratégies editoriales trouvent leur principe. Pour analyser les déterminants de ces stratégies, il importait de retenir, parmi les entreprises dotées d'une existence nominale (attestée au moins par la présence d'un nom de marque sur une couverture - Fayard, Laffont, etc.), celles qui disposent d'une autonomie suffisante pour être le lieu d'une politique éditoriale propre. Sélection rendue difficile par le fait que, comme c'est aussi le cas dans le champ des entreprises industrielles et commerciales pris dans son ensemble 16, les maisons d'édition sont unies par tout un réseau de relations complexes, financières (à travers les participations, plus ou moins importantes, au capital), commerciales (à travers la diffusion), et familiales. Autre difficulté, mais d'un autre ordre, la fermeture extrême d'un milieu professionnel très soucieux de se protéger contre les intrusions et les interrogations et peu enclin à fournir des informations stratégiques, notamment sur les ventes ou sur les caractéristiques sociales des dirigeants 17. La population étudiée est composée de 61 éditeurs de littérature, française ou traduite, qui ont publié entre juillet 1995 et juillet 1996, et dont 56 ont été traités en éléments actifs et 5 en éléments supplémentaires dans l'analyse des correspondances multiples. Parce qu'il ne s'agissait pas de faire un recensement exhaustif des éditeurs français ou même des éditeurs de littérature, ni une analyse d'un échantillon représentatif de cette population, mais de dégager la structure du champ des éditeurs de littérature, on a écarté de l'étude, d'une part, les éditeurs de sciences sociales - sans ignorer le fait que la plupart des éditeurs de littérature ont dans leur catalogue une proportion plus ou moins importante d'ouvrages consacrés à ce domaine —, les unités spécialisées dans les éditions de poche (rééditions), les ouvrages d'art, les livres pratiques, les dictionnaires ou encyclopédies, les livres scolaires, ainsi que les clubs (France-Loisirs, Le Grand Livre du mois) et, d'autre part, les petits éditeurs qui n'ont pas atteint une taille suffisante pour affirmer leur existence dans ce champ

14 - Michel Deguy, op. cit., p. 17-18. 15-11 faut toutefois se garder de surestimer les effets pratiques de la connaissance savante qui, dans les usages ordinaires de la vie, peut coexister avec une expérience naïve inaltérée. 16 - Voir Pierre Bourdieu, La Noblesse d'État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, p. 428 et suiv. 17 - Sur ce point, comme sur l'ensemble des obstacles à une analyse des stratégies editoriales, on pourra lire l'article de Paul Dirkx dans ce numéro.

Une révolution conservatrice dans l'édition

en y exerçant des effets réels (et à propos desquels il est extrêmement difficile de recueillir les données nécessaires à l'analyse statistique) 18. Le degré d'autonomie laissé à la décision est difficile à mesurer, en particulier lorsqu'il s'agit de filiales de groupes, et peut varier au cours du temps. C'est pourquoi on a soumis ces filiales à un examen détaillé au cas par cas, en s'appuyant sur toutes les informations fournies par les sources documentaires disponibles et les entretiens avec des informateurs, en vue de déterminer celles qui ont une indépendance éditoriale réelle. Depuis l'année de référence (1996), des opérations financières importantes ont bouleversé le monde de l'édition (dont la plus importante a été l'absorption, en 1998, d'Havas par la Compagnie générale des eaux) et un certain nombre de modifications ont pu apparaître pour certaines unités editoriales (avec, par exemple, la création, en 1997, d'Hachette Littératures, l'absorption de L'Olivier par Le Seuil et de multiples prises de participation minoritaires ou majoritaires, etc.). La difficulté est redoublée par le fait que, plus une maison est importante et compartimentée, plus le dispositif institutionnel de décision tend à gagner en étendue et en complexité (au moins apparente), jusqu'à fonctionner comme un sous-champ au sein duquel différents agents (financiers, commerciaux, littéraires) s'affrontent avec des poids différents qui dépendent eux-mêmes de la position de l'unité de décision considérée dans le champ editorial global (et qui peuvent varier au cours du temps en fonction des changements de cette position et aussi en fonction du type d'ouvrage mis en discussion).

Les unités retenues sont le plus souvent des sociétés indépendantes ou des filiales disposant d'un capital propre, qui peuvent être constituées sous la forme de sociétés anonymes ou de SARL (pour les unités petites ou moyennes), ou encore avoir le statut de société en nom collectif, comme Lattes, de société en commandite, comme Le Seuil, d'atelier-librairie, comme Corti (Complexe ou Zoé sont des sociétés étrangères francophones diffusant largement en France, comme Noir sur Blanc, société suisse représentée par une librairie et une petite SARL en France). On a fait un traitement à part, dans l'ACM, à cinq unités (mises en éléments supplémentaires), Harlequin (littérature populaire traduite), J'ai lu qui, en 1995-1996, publiait essentiellement des livres de poche et qui joue un certain rôle dans l'actualité avec quelques romans en première édition, les Presses de la Cité, marque du Groupe de la Cité qui, après avoir temporairement disparu, est réapparue l'année suivante au sein du département Presses-Solar-Belfond, Payot et Fixot. Fixot-Laffont (Nouvelles Éditions Robert Laffont dont Bernard Fixot devient le directeur général en 1993)

raît dans l'analyse, d'une part, comme groupe juridique et financier issu de la fusion de Fixot et Laffont, et, d'autre part, sous la forme de la marque Laffont qui a été isolée et traitée également en élément actif; la marque Fixot, qui ne publie que des essais, a été conservée en élément supplémentaire. De même, le groupe Rivages-Payot, issu de l'achat de Rivages par Payot-France, a été traité en tant que groupe, les deux sociétés étant étroitement mêlées au niveau de la distribution des tâches editoriales, du capital et du chiffre d'affaires, et la marque Rivages a été mise en élément actif et Payot en élément supplémentaire. Les collections («L'Arpenteur», par exemple) n'ont pas été isolées de l'unité éditrice 19.

La construction des caractéristiques pertinentes 20

Seize variables, réparties en cinq groupes, ont été retenues pour construire l'espace des éditeurs.

Statut juridique et financier (en rouge sur les diagrammes 1 et 3) La variable statut juridique se présente en trois catégories :

société anonyme (SA [n = 241), société à responsabilité limitée (SARL [231), autres (société en commandite, société en nom collectif, société étrangère, etc. tn = 9D- La taille de l'entreprise - un indice d'importance, construit en combinant le capital social, le chiffre d'affaires et dans une moindre mesure le nombre de dirigeants -, divise la population en 5 catégories, soit, en allant du plus grand au plus petit :n = l4;n=12;n = 12;n = 8;n = 6; pour 4 entreprises l'indice n'a pu être construit faute d'informations. A ces deux variables s'ajoute le nombre de salariés (5 catégories) : de 1 à 3 salariés (15); de 4 à 9 (14); de 10 à 40

18

- La population retenue est très semblable, pour les principales

variables, à l'ensemble de la profession saisie à travers les indicateurs chiffrés donnés par l'INSEE. En dépit de la domination des deux grands groupes, le secteur de l'édition, qui compte de nombreuses moyennes et surtout petites entreprises, souvent familiales et à l'indépendance fragile, a connu une forte croissance dans les années I960 (le taux de création, 6,3 % pour l'année 1996, est supérieur à la moyenne des secteurs industriels, la mise de fonds dans ce secteur étant en effet assez faible) et le chiffre d'affaires y est en légère augmentation.

19 - On trouvera en Annexe l'exposé détaillé des choix effectués pour chacundes groupes.

20 - Le supplément au numéro 216 (30 septembre 1996) de Livres-Hebdo

présente un total de 1 002 éditeurs francophones, avec leur date de création, les noms de leurs responsables, leur effectif total, leur diffuseur, leurs spécialités et le nombre de titres publiés par an. On trouve des renseignements analogues dans le catalogue du Salon du livre (tome 1, 1997, p. 39-626). Les informations fournies par ces deux documents ont été complétées et parfois corrigées par le recours aux banques de données accessibles sur le réseau Internet, par exemple, ou à l'enquête directe auprès des éditeurs eux-mêmes. Les publications et statistiques annuelles du SNE ont été consultées et la chambre de commerce nous a fourni des renseignements structurels et biographiques. La Documentation française, quant à elle, propose quelques publications générales (notamment Janine Cardona et Chantai Lacroix, Statistiques de la culture. Chiffres clés, Paris, La Documentation française, 1996, p. 59-70).

'axe = 2 0.219(8*6) I 9 II Diffuseurs y .' a un M éditeur parmi
'axe = 2 0.219(8*6)
I
9
II Diffuseurs y .' a un M éditeur parmi les actionnaires
O
h>
-
,, '
,
,
',,
„,i-ia
)
1.5 ■
-
'
MI.
l.r.S
<] O
Î]J .
di
i
i
.tion
A Indict édite Jurt. un prix Nobel fiançais
Localisation
% de tit-r<-h traduits
♦ $
yf
A Limant;* édité i¡n 1 fa prix iiiitcs .No bol étranger
1.0 -
p;>,s d 'ai ig Uns
►Province
0.5 -
■Harm.Mundi
non.Editeur. Act.
|
Etranger
|
Seuil
0.0 Jnd .fu,t
0 -J
>"
\or>i>l Et i

-0.5 -

-1.0 -

-1.5

-1

-0.5

An gin

! 0 25%

0.0

►Paris RD

Editeur.Act.

CDE"

Hachette

0.5

Interforum Si Dit

708-194."

\vn!

lnii.Jurt.:100 350

■1-XK!'

1.0

Pierre Bourdieu

<]Jur

Nobel Etr.

t>l'rix

* Nobel Fr.

ind. Jurt. :> 350

V\ -u tf

;>

-100

0.484(18%)

Logiciel«

1.5

2.0

Diagramme 1 : nuage des propriétés dans le plan des axes 1-2 (59 modalités actives).

Une révolution conservatrice dans l'édition

•axe 2 O Classes classe rl.TSÍ-K: n° i!'' de 2 I la CAH Ay» 0.219(89
•axe 2
O
Classes classe rl.TSÍ-K: n° i!'' de 2 I la CAH
Ay» 0.219(89
•■■■
classrri;!.-,, k°n''1 ^t
1.5
-
1.0
-
Cham
Chambón Climats
0.5
H
♦Noir/Blanc
Temps Qu'il Fai
Ombres ♦
ViracÂr. Zoë
4
axe l
0.0
~-
!<
I
. VI M;.rv;.l ,'•!;. i! ió-
= 0,484(189?,)
T|)i|)i ;i t illluf':- . ,
Balland A
Pion
;.-. ci
Ni!
A
#r.o.!
Bellos lettres
A
»Dcfallois
-0.5 -
Hocher
Jiilha.nI
aya.nl
■Iäm.oikIo Lattes
•Donor!
Levy
Mercure • A de
•Stock
-1.0 -
Logiciels EyeLID/IATfeX-PsTRlCKS
-1.
-1
-0.5
0.0
0.5
1.0
1.5
2.0

Diagramme 2 : nuage des 56 éditeurs dans le plan des axes 1 et 2, marqués selon leur appartenance aux classes de la CAH.

10

Pierre Bourdieu

(11) ; de 40 à 100 (6) ; de 100 à 400 (5) ; pour 5 entreprises ces données n'ont pu être obtenues. Liens de dépendance financiers ou commerciaux avec d'autres éditeurs (en noir) Une variable prenant en compte les prises de participation d'autres éditeurs dans le capital de l'éditeur a été construite en deux modalités : il y a un éditeur parmi les actionnaires (20) ; il n'y a pas d'éditeur parmi les actionnaires (36). Une variable distribuant les unités selon les diffuseurs (qui parfois contrôlent une partie de leur capital), a été construite en 7 catégories : Harmonía Mundi (11) ; CDE (5) ; Le Seuil (11); Hachette (9); Interforum-Dil (7); Autres:

Ulysse + Belles Lettres (11) ; Flammarion-Gallimard (2). Poids sur le marché (en gris) Faute de pouvoir mesurer la réussite commerciale à partir des tirages moyens, chiffres qui ne sont pas communiqués, on a tenté de construire un indice approché de la réussite commerciale à partir des listes de best-sellers (celle de L 'Express et celle de Livres-Hebdo) , en prenant en compte le rang occupé par l'éditeur dans chacune des listes publiées pendant l'année de référence. L'éditeur cité en première place reçoit 15 points, à la deuxième place, 14 points, et ainsi de suite. Pour construire l'indice, on a pris la moyenne des deux listes. On a ainsi distingué cinq modalités : 0 citation

(28) ; 1 à 11 (8) ; 14 à 100 (8) ; 100 à 300 (6) ; plus de 400 (6). La force commerciale des entreprises peut aussi être saisie à travers leur aptitude à obtenir pour leurs auteurs un

prix » a été

construite à partir des six prix communément considérés comme les plus importants (Goncourt, Femina, Médicis,

Interallié, grand prix du Roman de l'Académie française et Renaudot), suivant deux modalités : oui (13); non (43); cette variable a été complétée parune variable complémentaire : « a édité un membre du jury d'un prix » en deux modalités : oui (12) ; non (44). La capacité de l'éditeur à obtenir des aides ministérielles peut elle aussi contribuer à renforcer la force commerciale

prix littéraire national : la variable •< a édité un

de l'entreprise ; on a donc

la liste des éditeurs français qui, de 1993 à 1996, dans le domaine littéraire, ont bénéficié de l'aide à la traduction de la direction du livre et de la lecture du ministère de la Culture, et à partir de la liste des éditeurs français qui, de 1990 à 1997, dans le domaine littéraire, ont bénéficié de l'aide à la traduction de la direction générale des affaires culturelles scientifiques et techniques du ministère des Affaires étrangères, les deux listes étant établies d'après le nombre de titres subventionnés. À partir de ces deux chiffres, on a créé une variable « aide des ministères » en cinq catégories : 0 KF (25) ; de 0,5 à 4 KF (16) ; de 4 à 8 KF (6) ; de 8 à 20 KF (5) ; plus de 30 KF (4).

Capital symbolique (en vert) On peut l'évaluer à l'aide de différents indices :

l'ancienneté, la localisation, le prestige du fonds editorial (capital symbolique accumulé) et le prix Nobel de littérature. On a distingué quatre périodes pour construire la variable

construit un indice à partir de

«date de création» : de 1708-1945 (19); 1946-1975 (11); 1976-1989 (17) ; 1990-1995 (9). Le capital symbolique accumulé peut être mesuré à partir d'un indice construit en partant de la liste des auteurs français contemporains fournie par J. Jurt21, dans laquelle les

auteurs sont classés d'après le nombre de fois où ils sont cités dans un corpus de 28 manuels d'histoire littéraire, dictionnaires ou panoramas littéraires publiés après la Seconde Guerre mondiale. On a, dans un premier temps, relevé les

80 premiers auteurs (ceux qui sont cités le plus souvent),

puis affecté un point à chaque éditeur par texte publié. D'où la variable « Indice Jurt » regroupée en trois catégories

3 (44), 100 à 350 (7) et plus de 350 (5). La variable « Nobel français » a été construite à partir du nombre d'ouvrages de l'éditeur produits par des lauréats français du prix Nobel depuis 1930, avec deux modalités :

oui (10), non (46). Le siège de l'entreprise peut être situé : dans les 5e, 6e ou

7e

la rive gauche (4) ; rive droite (9) ; en province (9) ou à

l'étranger (5). Importance de la littérature étrangère On a constRiit une variable représentant le pourcentage de

titres traduits par rapport à l'ensemble des titres publiés : de 1 à 5% (17), de 5 à 10% (12), de 10 à 25% (16) et plus de

25

obtenues. La variable « a édité un prix Nobel étranger », qui relève plus du capital financier que du capital symbolique, a deux modalités : oui (14) ; non (42). La langue dominante traduite par un éditeur est révélatrice de la place de cet éditeur dans le secteur de l'édition. On a constRiit une variable permettant de situer la place des différentes langues dans l'échantillon des éditeurs retenus. On a créé dix groupes de langues deGlàG10,à partir des

éditeurs pour lesquels on disposait de l'information. Sur

la base d'une statistique des affinités linguistiques et géographiques, on a pu constituer un tableau (intitulé « Est-ce qu'il publie une langue? ») sur lequel on s'est appuyé pour créer une variable langue en six modalités : anglais et rares (5), anglais seul (9), anglais et euro + autres (16), anglais et euro (7), pas d'anglais + autres (9), aucune langue (8), non- réponses (2). Les données précédentes ont été analysées à l'aide de l'analyse des correspondances multiples spécifique, variante de l'ACM permettant de mettre en supplémentaires des modalités de questions actives 22. Les diagrammes suivants présen-

arrondissement de Paris (29) ; autres arrondissements de

% (19) ; pour deux éditeurs les informations n'ont pu être

50

21 -J. Jurt, M. Ebel et U. Erzgräber, Französichsprachige Gegenwartsliteratur 1918-1986/87. Einebibliographische Bestansaufnahmeder Originaltexte undder deutschen Übersetzungen, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1989.

22 - On ne présentera ici qu'une première lecture, provisoire et réduite

à l'essentiel, d'une analyse des correspondances multiples, qui a été menée dans un premier temps, avec Salah Bouhedja, et, dans un deuxième temps, après une recollection plus systématique et un codage plus précis des données, avec Brigitte Le Roux et Henry Roua- net, et dont les résultats complets seront publiés ultérieurement, avec

Une révolution conservatrice dans l'édition

tent le nuage des 59 modalités actives dans le plan des deux premiers axes (diagramme 1) et dans le plan des axes 1 et 3 (diagramme 3), et le nuage des 56 éditeurs actifs dans ces mêmes plans (diagrammes 2 et 4). Pour le codage des données, on a utilisé le logiciel SPSS 8.0. IF et le logiciel ADDAD 97L8 23 ; pour l'exploration postfactorielle, le logiciel EyeLID 2.0 24. Sur les diagrammes 1 et 3 sont en petits caractères les modalités qui ont une faible contribution à l'un et l'autre axes du diagramme ; sur les diagrammes 2 et 4 sont en petits caractères les éditeurs dont la qualité de représentation dans le plan du diagramme est très faible.

Comme on le voit sur le diagramme 2, les différentes maisons d'édition se distribuent, sur le premier axe, depuis les plus grandes et les plus anciennes, qui, du fait qu'elles cumulent un fort capital financier et un fort capital symbolique, sont en mesure, comme l'atteste entre autres leur place dans les listes de best- sellers, de dominer le marché (cela à travers différentes médiations, telles que l'emprise qu'elles exercent sur les prix littéraires nationaux et sur la presse), jusqu'aux plus petites et aux plus récentes, Chambón, Climats ou Zoé, qui, peu pourvues en ressources économiques et

à peu près totalement démunies de capital symbolique

institutionnellement reconnu, n'accèdent pratiquement jamais aux listes de best-sellers (les positions intermédiaires étant occupées par des maisons qui possèdent

l'une ou l'autre des propriétés conditionnant l'accès aux positions dominantes comme la participation aux jurys de prix ou l'obtention de prix nationaux). On peut, en s'aidant de la classification ascendante hiérarchique 25, distinguer une première classe de 7

éditeurs, Le Seuil, Gallimard, Flammarion, Grasset, Minuit, Albin Michel et Laffont (en rouge sur les diagrammes 2 et 4), qui s'opposent à tous les autres par leur statut de société anonyme (à l'exception du Seuil), leur date de création antérieure à 1946, la taille de leur personnel, supérieure à 100 salariés (sauf pour Grasset [n = 70] et Minuit [n = 11]), leur indice d'importance (égal à 5, sauf pour Grasset et Minuit), leur taux de titres traduits inférieur à 10, le montant supérieur à 30 KF des aides à la traduction qu'ils reçoivent (sauf pour Albin Michel [17 KF], Flammarion [26 KF] et Laffont [15 KF]), leur capital symbolique (supérieur à 350 pour 5 d'entre eux, nul pour Albin Michel et égal à 127 pour Laffont), le fait qu'ils ont publié au moins un prix Nobel français, à l'exception de Laffont et du Seuil, au moins un prix Nobel étranger et un lauréat d'un des prix nationaux (Femina, Goncourt, etc.), ainsi qu'un membre du jury d'un de ces prix, un indice de succès commercial (présence dans la liste des best-sellers) élevé (supérieur

à 400, sauf Flammarion [200] et Minuit [60]), le fait que,

à part Grasset et Laffont, ils n'ont pas d'éditeurs parmi leurs actionnaires, que, à part Minuit, ils traduisent de l'anglais et des langues de l'Europe de l'Ouest et que, enfin, ils sont situés à Paris, dont 5 dans les 5e, 6e ou 7e arrondissement.

À l'intérieur de la classe complémentaire, majoritairement composée de petites SARL, créées après 1946, comptant peu de salariés (moins de 10), peu dotées en capital symbolique et peu touchées par le succès commercial, on peut isoler la classe (en noir) des très petites maisons (n = 19) : Âge d'homme, Chambón, Champvallon, Climats, Complexe, Des Femmes, Hamy, Nadeau, Noir sur Blanc, Ombre, Picquier, Jean-Michel Place, Présence africaine, Salvy, Le Temps qu'il fait, Verdier, Virag, Zoé et Zulma. SARL plutôt situées en province ou à l'étranger et ne figurant pas sur la liste des best-sellers, elles n'obtiennent pas de prix et leurs stratégies editoriales se distinguent particulièrement en matière de traduction : une moitié d'entre elles (n = 9) ne traduisent pas d'anglais et aucune d'entre elles ne tradLiit que de l'anglais. (Cette classe des très petites maisons a elle-même pour complémentaire une classe composée surtout de maisons parisiennes [en gris, bleu et vert], fondées après 1946, comptant plus de

10 salariés, d'importance moyenne, pour moitié SARL

et publiant presque toutes des traductions de l'anglais.) Ces petits éditeurs novateurs, s'ils pèsent très peu sur l'ensemble du jeu, lui fournissent néanmoins sa

raison d'être, ses justifications d'exister et son « point

par là un des principes

de sa transformation. Pauvres et démunis, ils sont en quelque sorte condamnés au respect des normes officielles que professe et proclame tout l'univers. Comme dit la responsable d'une petite maison du sud de la France : « On ne peut pas faire un coup, on n'a pas les moyens. On est vertueux par obligation»26. Et elle

d'honneur spirituel » — et sont

tout l'appareil méthodologique nécessaire (voir P. Bourdieu,

et H. Rouanet, L'Édition littéraire en France, une mise en œuvre raisonnée de

B. Le Roux

l'analysegéométrique des données, en préparation).

23

l'analyse des données), 151 boulevard de l'Hôpital, 75013 Paris.

24

Language for interrogating data LID», in E. Diday (sous la dir. de), Data Analysis and Informatics V, p. 461-468, Elsevier (North Holland).

25 - Sur la classification euclidienne, voir par exemple Henry Rouanet

et Brigitte Leroux, Analyse des données multidimensionnelles, Paris, Dunod, 1993, p. 120.

26

publication d'extraits d'entretiens, nous avons dû renoncer à faire suivre chaque entretien des caractéristiques de son auteur, ce qui aurait eu pour effet d'en permettre l'identification.

- Contrairement à la règle que nous suivons d'ordinaire dans la

- ADDAD (Association pour le développement et la diffusion de

- Voir J. -M. Bernard, R. Baldy et Henry Rouanet (1988), «The

12

Pierre Bourdieu

X L. ' ' :< ! =< 1 'axe A3 = 3 0.177(6.5«) N Ol
X
L.
' '
:<
! =<
1 'axe A3 = 3 0.177(6.5«)
N Ol
'>> i
lb
il
f
¦ II Diffuseurs y a un éditeur parmi les actionnaires
O
v<nit \ 1 s t i i ¦ n 'ni [
u-)
£>
ï
>i
iii-l p rv , l'Vmina <\ 'nii prix .
)
.
.i.
1.5
<^\
\
i
li
iif
u
nli <
'
u
9 '" '^'
"-
\id
b >> mun 1
i
<(^
<#
§ Drttt Indue d« Juit « it ation
À
A (
dite,
un pu\ Nobel fiançais
^
?
% Localisation de titres traduits
0 Lañónos îradnitrâ
.
CDE-
^
A édité un prix Nobel
étranger
#0-.')7Í.

Une révolution conservatrice dans l'édition

13

Classes He la CA H ¦ axe 3
Classes He la CA H
¦ axe 3

14

Pierre Bourdieu

exprime de manière particulièrement exemplaire la vision du monde et les stratégies de tous les petits éditeurs condamnés à la vertu littéraire : pour survivre

dans un milieu editorial qu'elle « déteste », elle tente de

dénicher des auteurs qui conviennent « à ce

attenld] de la littérature », elle se méfie des rapports de lecture, lit elle-même un «maximum de manuscrits», « refuse toujours de voir les auteurs avant d'avoir lu leurs textes », se dit « très maniaque sur les traductions », etc. Par référence à ce qui lui apparaît comme la définition dominante du métier, elle définit ce travail de manière négative : «Je ne me sens pas un vrai éditeur. » Et elle explique notamment : « [Mes relations,] ce ne sont pas des gens qui ont le pouvoir. Je ne publie pas des journalistes qui, après, vont faire des articles ». Plus souvent provinciaux, plus souvent dirigés par des femmes - et dotées d'une forte culture littéraire -, dépourvus de toutes les instances d'évaluation et de sélection (comités de lecture), qui sont aussi des lieux d'accumulation d'un capital social de connexions utiles à la promotion des auteurs et des livres, ces petits éditeurs sont absents (ou exclus) de tous les jeux du grand commerce editorial, comme la course aux prix littéraires, le recours à la publicité, l'art de cultiver les contacts mondains et les complicités journalistiques (ils sont, pour la plupart, dépourvus d'attachés de presse), la concurrence pour l'achat des grands best-sellers internationaux. Ils publient beaucoup moins que les autres des auteurs de langue anglaise et cela bien qu'ils fassent souvent une place particulièrement grande (plus du quart) à la traduction ; et, encore une manière, mais incontestablement vertueuse, de faire de nécessité vertu, ils exercent leurs talents et leurs audaces de découvreurs sur de petits auteurs de petites langues (catalan, brésilien, coréen, hongrois, etc.), moins chers à l'achat, néanmoins plus « intéressants » littérairement. (Il faut noter, par parenthèse, qu'ils peuvent s'appuyer sur les petits libraires qui occupent une position homologue de la leur dans la structure du champ de la librairie - « On compte presque plus sur les libraires que sur les critiques », dit un responsable de Corti - et qui s'engagent, avec un dévouement proche du sacerdoce, dans la défense des petits éditeurs et des auteurs d'avant-garde, fournissant un contrepoids commercialement très efficace, avec le réseau des représentants, à la puissance commerciale et aux atouts publicitaires des grandes maisons.)

qul'elle]

En toute rigueur, une analyse du champ editorial devrait prendre en compte des agents qui, bien qu'ils n'aient pas de statut officiel, interviennent efficacement dans le

tionnement de ce champ à travers leur pouvoir de consécration et l'influence qu'ils exercent sur la circulation des livres en tant que taste makers: ce sont les critiques influents, qui sont souvent •< attachés » à des maisons d'édition (une des traditions récentes du milieu consistant à confier à tout critique de quelque autorité la direction d'une collection ou une responsabilité dans les institutions editoriales, comme les comités de lecture) ou enfin les « personnalités » dotées d'un grand poids dans le «milieu», comme celles que recensait un article récent du Magazine littéraire qui, étant une propriété de Grasset, est particulièrement bien placé pour décrire les réseaux de pouvoir dont Grasset est une pièce maîtresse. Aux côtés d'éditeurs comme Yves Berger, Claude Cherki, Claude Durand, Olivier Cohen, Jean-Claude Fasquelle, Francis Esménard, Charles-Henri Flammarion, Bernard Fixot, Antoine Gallimard, Jérôme Lindon, Olivier Orban ou Jean-Marc Roberts, on y recensait des personnages dotés du pouvoir de promotion que donne une tribune à la télévision, tels Guillaume Durand ou Bernard Pivot, un statut journalistico-éditorial, comme Jean-Paul Enthoven, directeur editorial de Grasset, conseiller de la direction de la rédaction du Point et directeur de la collection « Biblio-Essais » au Livre de Poche, ou Franz-Olivier Gisbert, « directeur de deux rédactions, Le Figaro et Le Figaro Magazine, biographe de François Mitterrand et de Jacques Chirac, romancier et, depuis un an, animateur d'une émission littéraire», ou Bernard-Henri Lévy, «fidèle entre tous de Jean-Claude Fasquelle », PDG de Grasset et directeur de divers magazines, dont Le Magazine littéraire, ou encore Pierre Nora, responsable d'une collection chez Gallimard et directeur du Débat, Angelo Rinaldi et, last but not least, Philippe Sollers, « sommité du monde de l'édition » 21. Bref, on voit ainsi s'opposer, sous le rapport du volume global du capital possédé, les grandes entreprises anciennes qui cumulent toutes les espèces de capital, économique, commercial et symbolique, et dont le paradigme est Gallimard, et les petites entreprises récentes qui, étant dans la phase d'accumulation initiale du capital, sont à peu près démunies de toutes les espèces de capital, même si elles détiennent un certain capital symbolique sous la forme de l'estime ou de l'admiration de quelques «découvreurs», critiques et écrivains d'avant-garde, libraires éclairés et lecteurs informés. Ce capital symbolique à l'état naissant est à peu près impossible à saisir à travers les indicateurs disponibles : il ne s'accumule en effet que très lentement, à la manière de ce que l'on appelle le «fonds», véritable richesse de l'éditeur, faite de tout l'ensemble des écrivains de longue durée; et les signes de consécration spécifiques, comme le prix Nobel ou le statut de «classique», décerné par la reconnaissance universi-

27 - A. Liebaert, loc. cit.

Une révolution conservatrice dans l'édition

15

taire, ne peuvent advenir qu'au terme du travail de conversion qui est accompli par les écrivains eux- mêmes, assistés par tout leur entourage de « découvreurs», et qui, en tant que tel, prend nécessairement beaucoup de temps. Le deuxième axe (diagrammes 1 et 2) distingue les maisons selon la structure de leur capital, c'est-à-dire selon le poids relatif de leur capital financier (ainsi que de leur force commerciale) et du capital symbolique qu'elles doivent à leur passé récent ou à leur activité présente (par opposition à celui qu'elles ont accumulé depuis l'origine et que mesure l'indice) 28. Sur ce deuxième axe, les éditeurs se distribuent selon le degré et la forme de la dépendance dans laquelle ils sont tenus tant du point de vue financier que du point de vue de la distribution : les maisons indépendantes, grandes ou petites, s'opposent aux filiales de grands groupes qui dépendent d'autres instances ou organismes (Centre de diffusion de l'édition, Hachette) pour la diffusion de leurs publications. Ainsi les vieilles maisons moyennes, le plus souvent dépendantes, disposent d'un capital économique qui l'emporte largement sur leur capital symbolique actuel (même s'ils peuvent avoir des vestiges d'un grand passé). Résolument tournées vers des fins plus ou moins exclusivement commerciales, elles s'opposent à tous les autres, c'est-à-dire d'un côté aux grands éditeurs consacrés sous tous les rapports, et de l'autre aux petits éditeurs démunis, parmi lesquels l'œil avisé des « découvreurs » est seul capable de discerner ceux qui, à terme, s'orienteront vers le pôle de la littérature à fort capital symbolique - associé, plus ou moins vite, au capital commercial que le capital symbolique finit par procurer, notamment lorsque le système d'enseignement prend le relais - et ceux qui se contenteront de grossir économiquement, par des stratégies plus ou moins ouvertementcommerciales. Ainsi, étant pour la plupart des filiales de grands groupes (elles comptent souvent un éditeur parmi leurs actionnaires), ces entreprises, qui sont encore bien placées du point de vue du capital économique, ont, du fait de la faiblesse de leur capital symbolique, une structure de capital dissymétrique (à la différence des entreprises situées aux deux extrêmes du premier axe, qui sont homogènes du point de vue des deux espèces de capital). La partition en quatre classes permet d'isoler une classe composée d'Actes Sud, de Belfond, de Calmann-Lévy, de De Fallois, de Denoël, de Fayard, de Lattes, de Pion, de POL, de Rivages, de Stock - en vert :

incluant pour l'essentiel des filiales au statut de SA

fondées avant 1990, comptant de 10 à 100 salariés, d'importance moyenne et ayant obtenu beaucoup de succès de best-sellers, cette classe correspond d'assez près au groupe d'entreprises situées dans le bas du diagramme. Comme encombrées d'un passé prestigieux, elles sont, selon l'expression d'un connaisseur, «le ventre mou » de la production éditoriale et, si elles ont, comme dit un autre, « de beaux restes » - par exemple, pour Pion, les collections « Terre humaine » et « Feux croisés » , collection de littérature étrangère ancienne et prestigieuse -, elles produisent soit une littérature sans originalité, soit une littérature commerciale qui ne peut se vivre et se donner comme une forme de novation qu'à la faveur de Yallodoxia. Quant au troisième axe, il semble opposer principalement les éditeurs qui ne publient pas de traduction ou en publient peu, et surtout de petites langues rares, et ceux qui, plus soumis aux contraintes du marché, traduisent beaucoup, et surtout de l'anglais, c'est-à-dire de la littérature commerciale à succès plus ou moins garanti (diagrammes 3 et 4).

Positions et prises de position

L'autonomie du dispositif institutionnel de décision par rapport aux contraintes structurales exercées par le champ paraît extrêmement réduite. Au point que l'on pourrait avoir le sentiment que les prises de position, c'est-à-dire les stratégies editoriales, se déduisent des positions occupées dans l'espace editorial. Il est incontestable, en effet, que les contraintes qui sont inscrites dans la position orientent les maisons occupant des positions voisines vers des politiques editoriales assez semblables (en matière de traduction par exemple) et même, au moins au pôle dominé du champ, vers des solidarités tout à fait réelles. Il reste cependant que l'effet de ces contraintes est médiatisé par les dispositions des agents dont elles orientent la perception qu'ils peuvent avoir des chances inscrites dans le champ dans son ensemble et dans leur position particulière, la représentation qu'ils peuvent se faire de l'espace des possibles qui leur est offert et de la marge

28 - On a pu vérifier que, pour ces maisons, l'essentiel des indices du capital symbolique recensés (notamment dans les listes qui ont servi de base à la construction de l'indice Jurt et qui s'arrêtent en 1987) étaient accumulés avant la Seconde Guerre mondiale et que, si l'on prenait en compte seulement les auteurs reconnus publiés depuis 1945, ils se situeraient du côté des petits éditeurs récents sans avoir comme eux l'estime et le respect du petit milieu des connaisseurs.

16

Pierre B'ourdieu

de manœuvre que la structure des probabilités objectives laisse à leurs initiatives. C'est pourquoi on aurait voulu pouvoir inclure dans le système des facteurs explicatifs les propriétés distinctives des éditeurs, c'est-à-dire à la fois des caractéristiques objectives telles que l'origine sociale, le capital scolaire et la trajectoire sociale, et des traits, sans doute plus difficiles à définir, comme les dispositions éthiques, la compétence spécifique, tant littéraire que technique et commerciale, autant d'informations qui, comme beaucoup d'observateurs ont pu s'en

convaincre, sont protégées par une barrière de secret particulièrement redoutable. On peut néanmoins établir, sur la base d'une analyse documentaire et d'une enquête ethnographique, qu'il existe une correspondance grossière entre les caractéristiques de l'éditeur et les caractéristiques de sa maison et comprendre la logique selon laquelle elle s'établit : les petites maisons ont plus de chances d'être dirigées par des éditeurs plutôt plus jeunes et féminins, d'origine sociale relativement élevée, dotés d'une forte culture littéraire et surtout très investis intellectuellement et affectivement dans leur métier; les grandes maisons ont plus de chances d'être imparties, soit à des héritiers, soit à des techniciens, formés sur le tas, ou légitimés par des titres scolaires rares. Tandis que, du côté des nouveaux entrants, la position a plus de chances d'avoir été faite

par celui qui

éditeurs plus anciennement établis, elle aura le plus souvent produit son occupant, par les voies de

l'héritage (il y a beaucoup d'héritiers, fils, filles, neveux ou nièces, dans la profession) ou de la cooptation qui ont aussi pour effet de donner à une maison un « chef de maison » à son image. Mais un autre principe de différenciation, indépendant du précédent, est la compétence spécifique qui est la condition de la réussite ou de l'échec dans la

profession : du fait que le livre, objet

économique et symbolique, est à la fois marchandise et signification, l'éditeur est aussi un personnage double,

qui

doit savoir concilier l'art et l'argent, l'amour de la littérature et la recherche du profit, dans des stratégies qui se situent quelque part entre les deux extrêmes, la soumission réaliste ou cynique aux considérations commerciales et l'indifférence héroïque ou insensée aux nécessités de l'économie. La compétence de l'éditeur - et de tous ceux qui ont affaire au livre, dans quelque fonction que ce soit - est faite de deux parts antagonistes et de l'aptitude à les associer harmonieusement, les aptitudes proprement littéraires de celui qui sait

l'occupe, et à son image, du côté des

à double face,

« lire » et les aptitudes technico-commerciales de celui qui sait «compter». L'éditeur dans sa définition idéale devrait être à la fois un spéculateur inspiré, prêt aux paris les plus risqués, et un comptable rigoureux, voire un peu parcimonieux. En fait, selon sa position dans la structure du champ, c'est-à-dire, grosso modo, dans la structure de la distribution du capital économique et du capital symbolique, et selon les dispositions liées à sa position et à la trajectoire qui l'y a conduit, l'éditeur, homme de commerce plongé, comme le marchand de tableaux, dans l'économie anti-économique de l'art pur, penchera vers l'un ou l'autre pôle, et réalisera une combinaison plus ou moins réussie de ces deux sentiments aussi inconciliables, sociologiquement, que l'eau et le feu, l'amour pur de l'art et l'amour mercenaire de l'argent29. Toutes les formes de double conscience et de double jeu seront mises en œuvre, par l'un ou l'autre ou par le même à différents moments, depuis les « folies» économiques destinées à servir d'alibi à la politique éditoriale la plus mercantile de l'éditeur commercial jusqu'à la soumission aux nécessités du marché et aux mœurs mercenaires de l'éditeur «pur», toujours porté à légitimer ses compromissions par l'invocation des audaces littéraires qu'elles sont censées rendre possibles. En un sens, c'est au début, dans les commencements nécessairement héroïques, que le choix est le

plus facile, parce que, tout compte fait, on n'a pas tellement le choix. Selon le mot d'un éditeur d'avant-garde déjà cité, « on est vertueux par obligation ». Cela se voit bien en matière de traductions de livres étrangers. Selon un agent littéraire, «les livres un peu "cheap", un peu bon marché, un peu grand public, ou même très grand public, sont très chers, parce que le monde entier se les est arrachés, parce que ce sont des succès mondiaux. En revanche, vous avez des bons romans ou de très bons auteurs qui, potentiellement, n'ont pas une vente prévue trop importante, mais qui ont de la qualité. Et ces livres sont souvent pris par des petites maisons d'édition qui les prennent sur la qualité. [ ] Le côté financier, économique, commercial de la

.] Même

s'ils voulaient, - je crois que d'abord ce n'est pas leur

vœu, leur direction -, mais même s'ils voulaient, ils ne seraient pas capables, compte tenu des sommes à mettre sur la table pour acquérir les droits de John

chose n'est pas le premier élément du choix.

29 - Sur le marchand d'art, dont l'éditeur est un cas particulier, on pourra lire les analyses de la figure d'Arnoux, le personnage flauber- tien, in Pierre Bourdieu, Les Règles de l'art, Paris, Le Seuil, p. 239 et 301.

Une révolution conservatrice dans l'édition

17

Grisham, de Stephen King ou de gens comme ça, ils ne seraient pas en lice pour une compétition pareille, parce qu'ils n'ont pas le moyen de le faire. Donc, souvent, ils se rabattent sur les livres de qualité». Il est bien dit, on le voit, que, même s'ils voulaient, ils ne pourraient pas, et aussi que, de toute façon, ils ne veulent pas, parce qu'ils ne seraient pas dans la position qu'ils occupent, et où ils se sont mis, s'ils n'avaient pas les dispositions nécessaires pour l'occuper, les vertus nécessaires pour en accepter les nécessités (le même observateur remarque par exemple que « c'est souvent d'ailleurs des femmes [il nomme Viviane Hamy, Joëlle Losfeld ou Jacqueline Chambón) qui ont ce genre de maisons, qui sont des vraies maisons »). Les choses sont aussi relativement simples, à l'autre bout du spectre, pour les éditeurs purement et simplement «commerciaux», dont le symbole est aujourd'hui Bernard Fixot, PDG de la filiale du Groupe de la Cité, Nouvelles Éditions Robert Laffont-Fixot-Seghers, qui, assumant sans complexes son métier de publisher, comme il dit, déclare sans phrases la vérité économique de la profession d'éditeur : issu d'un milieu très éloigné de la culture et de la littérature et parvenu au sommet d'un grand groupe après avoir parcouru tous les degrés de la hiérarchie dans le secteur plus proprement commercial (il a été successivement magasinier chez Gallimard, vendeur chez Hachette, représentant chez Garnier, directeur commercial chez Gallimard, avant de fonder sa propre maison), mal intégré au monde editorial (il a quitté le 6e arrondissement pour la rive droite, lieu des affaires) qui le regarde de haut ou le traite comme un repoussoir, il est incliné à une sorte de populisme littéraire mâtiné d'anti-intellectualisme qui le porte à s'adresser en priorité (et avec une certaine sincérité) au public le plus vaste, en s'engageant dans la gestion de ce qu'il tient pour un commerce comme un autre avec des méthodes de directeur du marketing d'une entreprise ordinaire et en mettant au service de la recherche du bénéfice maximal toutes les techniques de gestion et de commercialisation disponibles, marketing, publicité, bas prix, etc. Bien qu'il soit obligé de faire quelques concessions aux valeurs du milieu en témoignant sa sollicitude pour Julliard, annexé en 1995, et la collection «Pavillons», et en créant, pour se dédouaner, deux collections, « Bleu noir » et « Rideau rouge », il multiplie les « coups » commerciaux tels que la publication de « témoignages chocs » (histoires de rapt, de viol, d'inceste, témoignages de transsexuels, etc.), de romans de gare et d'histoires

à sensation propres à procurer de grands profits par

la vente directe et à travers les cessions de droits à l'étranger30 et s'engage dans la course aux grands best-

sellers internationaux.

Cet éditeur de première génération, formé sur le tas, «vendeur sans états d'âme», maîtrisant parfaitement l'aspect commercial de l'entreprise éditoriale et pleinement justifié à se penser comme un professionnel, ne peut pas ne pas apparaître comme amputé d'une dimension importante, proprement littéraire, d'une stratégie spécifiquement éditoriale. Du point de vue d'un agent littéraire «à l'ancienne», il fait sans aucun doute partie de « ces gens qui sont — entre guillemets - des "amateurs" : II y a un groupe d'éditeurs, de patrons de maisons d'édition qui, je dirais, sans être encore une fois trop méchant, sont quasiment analphabètes ;

éditeurs qui ne savent pas lire, ce qui est le

b.a. ba, me semble-t-il, d'éditeur. En revanche, ils

savent compter. Ils ne savent pas lire, mais ils savent

Pour moi, c'est un petit peu difficile de

voir l'édition passer aux mains de gens qui [ ] n'aiment vraiment pas les livres, qui auraient été aussi bien patrons dans une entreprise pharmaceutique. » Et la limite extrême est atteinte lorsque, avec « ce système

qui vient des États-Unis, les maisons sont souvent aux mains de groupes qui n'ont rien à voir avec l'édition, c'est-à-dire des banques, des sociétés pétrolières, des compagnies générales d'électricité ». Et que dire de ces héritiers qui, du fait de l'évolution et de leur maison et du champ editorial dans son ensemble, peuvent se retrouver dans des stratégies tout

c'est les

compter [

1.

à fait voisines de celles des tard venus les plus

dépourvus d'« éducation littéraire»? En fait, bien que les risques encourus soient infiniment moins importants pour une grande maison que pour une petite, les considérations commerciales s'imposent aussi, désormais,

à travers les techniciens financiers, les spécialistes du

marketing et les comptables, aux maisons anciennes elles-mêmes, comme Gallimard, qui sont obligées d'entrer dans la course à l'argent, c'est-à-dire aux best-

30 - Bernard Fixot vend ses best-sellers à l'étranger : La Reine des bandits aurait atteint 600 000 exemplaires au Japon ; Jamais sans ma fille se serait vendu à 3.4 millions d'exemplaires, cinq ans après sa parution, toutes éditions confondues. Pour faire parler de ses livres qu'ignorent (à tous les sens du terme) les critiques littéraires, il a mis au point une stratégie qui doit suppléer à l'absence du capital symbolique et du capital social dont disposent certaines grandes maisons, en recourant à des moyens d'action que l'argent peut assurer : une publicité bien ciblée (par exemple une prépublication clans un magazine féminin), une campagne massive sur Europe 1. une invitation à Sacrée Soirée de Jean-Pierre Foucault.

18

Pierre Bourdieu

Une révolution conservatrice dans l'édition

19

peu, pour les succès de vente, que l'effet cle consécration exercé par son label assure à ses paris les plus risqués.

La dynamique du champ et les nouvelles tendances de la production editoriale

La dynamique du champ ne peut se comprendre comme l'ensemble des évolutions séparées et parallèles que décrivent les monographies historiques d'entreprises editoriales et que l'on coule spontanément dans le moule commode de la métaphore biologique, naissance, jeunesse, grandeur et décadence. Elle trouve son principe dans la structure du champ : ce sont les nouveaux entrants qui créent le mouvement ; ce sont eux qui, par leur seule existence et par la concurrence quïls instaurent et dans laquelle l'abnégation (ou l'autoexploi- tation) les rend compétitifs, arrachent l'ordre littéraire établi à l'immobilité. En revenant aux sources mêmes de la croyance, par une dénégation ascétique (avec le choix, par exemple, de couvertures dépouillées, sans illustration), de tout ce qui peut évoquer la dimension économique de la production littéraire, qu'il s'agisse de la publicité ou du marketing, ils poussent l'ancienne avant-garde, aujourd'hui consacrée ou en voie de consécration, au passé, identifié au dépassé, au déclassé, provisoirement ou définitivement exclu du jeu, ou au classique, ainsi mis hors jeu et arraché à la fuite du temps. C'est pourquoi, dans l'espace-temps caractéristique du champ, les différentes positions synchroniques correspondent à des moments différents de trajectoires diachroniques (que la représentation spatiale synchronise artificiellement). Les nouveaux entrants sont encore, pour une part, indéterminés et il n'est pas facile de discerner, à partir des seuls indices objectifs disponibles, s'ils sont voués à disparaître plus ou moins vite ou si, dans le cas où ils parviendront à survivre, ils s'orienteront vers la réussite commerciale ou vers la consécration littéraire, associée ou non au succès commercial (bien que l'on puisse sans grand risque prévoir un - beau - destin commercial à une entreprise comme Carrière qui, tenue par une héritière d'une grande maison commerciale 33, a publié le best-seller des best-sellers, Paulo Coelho, traduit du brésilien, ou, au contraire, l'avenir au moins provisoirement difficile des découvreurs, à une éditrice comme Ibolya Virag). La survie, comme l'attestent les très nombreuses disparitions annuelles, est déjà une prouesse qui n'est promise

qu'à ceux qui, selon la loi fondamentale du champ, savent combiner la compétence littéraire et le réalisme économique. C'est ainsi que l'on peut trouver chez de très petits éditeurs, apparemment spécialisés à l'extrême, des stratégies subtilement diversifiées qui permettent d'obtenir les avantages associés au contrôle d'une niche, où la concurrence est faible (c'est le cas de toutes les aires linguistiques plus ou moins délaissées par les grands éditeurs), tout en échappant autant que possible aux limitations liées à l'extrême spécialisation. Ainsi, un éditeur comme Philippe Picquier, spécialisé dans les langues d'Extrême-Orient, coréen, vietnamien, chinois, japonais, essaie de réunir les audaces d'une édition de recherche avec la publication d'ouvrages et d'auteurs qui lui permettent d'obtenir des succès sans sortir de sa spécialité : des classiques de l'érotisme chinois ou japonais, des romans policiers, des classiques chinois ou japonais et enfin des livres à succès consacrés par des adaptations au cinéma. Si l'avenir des petites entreprises commençantes et, du même coup, le sens présent de leurs choix laisse souvent les observateurs (et aussi la critique) tout à fait perplexes, ce n'est pas seulement en raison des incertitudes inhérentes à toute stratégie risquée de « découvreur », mais aussi parce que le livre, objet ambigu, économique et symbolique, se prête tout particulièrement à Yallodoxia culturelle, ce malentendu sur l'identité et le statut symbolique d'tin objet culturel qui conduit à prendre le toc et le simili pour de 1'« authentique » :

allodoxia à laquelle peuvent succomber non seulement les écrivains eux-mêmes qui, comme on l'a vu, sont parfois abusés par une image ancienne d'un éditeur (le Gallimard de Georges Lambrichs et cle la collection « Le Chemin » par exemple), mais aussi les critiques, souvent victimes aussi de l'effet d'hystérésis, et l'éditeur lui-même qui peut croire reconnaître les signes d'une grande œuvre d'avant-garde dans ce qui n'en est qu'une imitation en simili. Illusion d'autant plus probable aujourd'hui que l'ensemble des protagonistes du jeu littéraire, les auteurs et les éditeurs notamment, sont avertis des aventures des avant-gardes. De même que les écrivains les plus roués peuvent se donner l'illusion de braver les censures en mimant les transgressions des grands hérésiarques du passé dans des petits sacrilèges erotiques sans conséquence, certains éditeurs connaissent assez bien le jeu pour être capables de jouer le double jeu, pour eux- mêmes autant que pour les autres, et de produire des simulations ou des simulacres plus ou moins réussis de l'avant-gardisme avec l'assurance de trouver la compli-

33 - Anne Carrière est la fille de Robert Laffont et a dirigé pendant un certain temps le service de presse de Laffont.

20

Pierre B'ourdieu

cité, donc la reconnaissance, d'éditeurs, de critiques et d'amateurs qui seront d'autant plus inclinés à Vallodoxia que, formés dans la «tradition de la modernité», ils voudront agir à tout prix en découvreurs capables d'éviter les erreurs des conservatismes du passé. Certains éditeurs commençants peuvent ainsi tenter de concilier des stratégies qui, dans un autre état, plus autonome, du champ littéraire, étaient inconciliables :

l'investissement, nécessairement à long terme, dans des auteurs de longue durée et la recherche de la réussite commerciale d'une production littéraire à rotation rapide. Cela en s'appuyant sur une forme de marketing modernisée, fondée sur une exploitation méthodique de Y allodoxia. En association avec certains journalistes qui s'accordent avec eux, au nom de la solidarité «générationnelle», pour penser les luttes littéraires selon la catégorie hautement incertaine de «

génération» 34, arme de lutte visant à déclasser les anciens plutôt qu'instrument de connaissance, certains responsables de maisons « jeunes » (ou des branches « jeunes » des vieilles maisons commerciales) entendent offrir aux lecteurs «jeunes», valorisés et valorisants en tant que tels, des auteurs «jeunes» et «branchés», capables de rompre avec les recherches ésotériques de la génération précédente. Il est significatif que les commentaires autour des nouveaux « mouvements littéraro- commerciaux » qui agitent le champ editorial fassent une place importante à une maison comme J'ai lu, filiale de Flammarion, et à sa directrice littéraire, Marion Mazauric, qui s'est efforcée de rassembler, à l'intention du « nouveau public des 20-30 ans, lecteurs de poches

avant tout», dans des ouvrages à bas

25 francs», des auteurs éparpillés chez divers éditeurs (dont Raphaël Sorin, critique littéraire à L'Express, éditeur chez Flammarion, se faisait par ailleurs le promoteur à travers notamment la revue Perpendiculaire) : « L'opération a des effets pour le moins ambigus, car s'ils conjuguent, trente ans après Mai 68, les mêmes couplets libertaires, les "jeunes rebelles" de notre temps

s'accommodent bien de la dialectique du marketing»,

prix, «de 19 à

- ce qui a pour effet de « fragiliser les

Orchestrant les idées reçues à la mode 36, qui, à force de circuler d'écrivain « branché » en journaliste mondain ou en éditeur moderniste, finissent par se retrouver aussi bien chez L'Olivier que chez Fayard ou Fixot, aussi bien chez POL que chez Flammarion ou Albin Michel, ils célèbrent le retour aux saines traditions du récit (ou, comme dit le nouveau langage à la mode, au story telling) et du même coup à la vraie vie (« les romanciers regardent ce qui les entoure», dit l'un, et

catalogues » 35.

l'autre remarque qu'ils « ouvrent plus largement leurs livres à la réalité d'aujourd'hui»)37. Cet intérêt pour les jeunes romanciers français (et tout spécialement, - ça ne s'invente pas -, pour « la nouvelle école de romanciers issus de la littérature pour la jeunesse») s'associe naturellement avec l'intérêt tout aussi moderniste pour la « jeune littérature américaine » (« Les Américains, les Anglais racontent des histoires»), qui est censée apporter, selon un vieux stéréotype, tout ce que la littérature française, abstraite et guindée, formaliste et fermée, est incapable d'offrir, et en particulier « la révolte, la violence et le sexe » . Et si les promoteurs de ce philo- néisme décisoire associent syncrétiquement la jeunesse des auteurs, la jeunesse du public et même la jeunesse (ou le rajeunissement) du personnel de l'édition, c'est que, brouillant la frontière entre la création littéraire et le marketing publicitaire, ils voient dans le succès immédiat qu'obtiennent des premiers romans ou des auteurs débutants l'attestation la plus indiscutable de leur instinct de « découvreurs » d'une nouvelle espèce de littérature, plus moderne, moins doctrinaire, plus jeune en un mot, mais aussi moins «élitiste», parce

34

littéraro-commerciale enracinée dans l'unité supposée cle toutes les pratiques de tous les » jeunes » de tous les pays : « II y a plus de rapports

entre des auteurs français et des auteurs anglo-saxons, italiens ou espagnols de la même génération qu'entre les auteurs français qui publient aujourd'hui et ceux qui ont commencé à écrire avant les années 70.

Eux-mêmes sont d'ailleurs nourris de romans étrangers [

ces pays, comme en France, il est devenu clair que l'on pouvait faire

de la littérature en parlant du foot ou du rock [

parlent des livres dans les journaux, à la télévision ou dans les radios, font partie de cette nouvelle génération des 25-35 ans, comme les lecteurs et comme les libraires» (Olivier Cohen, cité par C. Ferrand, «Olivier Cohen au pied du mur», in Livres-Hebdo, 279, 6 février 1998, p. 56-57).

35 - C. Ferrand, « La nouvelle génération », in Livres-Hebdo, 282, p. 60-63.

36

selon lequel "on a beau chercher, on n'aperçoit pas un écrivain en France", ce qui veut dire un autre romancier que celui qui parle - tandis que, c'est l'évidence, le gazon britannique regorge de romancières nobélisables, ou l'asphalte américaine, ou la pampa, voire la Patago-

» (M. Deguy, op. cit., p. 113). Et il évoque plus loin les «nouveaux

clichés-préjugés» du journalisme littéraire: «1. la datation américaine

par décennie, la nymphomanie du néo et de l'usé (early eighties, late seventies); 2. le roman, et étranger, est ce qu'il y a de plus intéressant;

3.

37 - Un seul exemple de telles rencontres inattendues, cette déclaration

de Bernard Fixot : <• Quand on est arrivés dans le métier, avec Antoine Audouard, mon associé, on était plutôt réticents sur le roman français :

cette manie de l'introspection, quand la seule chose valable est de raconter une histoire! Alors on a publié des documents sur des histoires extraordinaires arrivées à des gens ordinaires, en trouvant qu'à notre époque la réalité dépassait souvent la tiction» (B. Fixot, in Madame Figaro, 4 janvier 1993). Et l'on aura en mémoire les « évidences » de Jean-Marie Laclavetine rappelées au début.

nie

- La solidarité « générationnelle » sert à fonder une internationale

]. Dans tous

]. Les journalistes qui

- Michel Deguy évoque « l'inepte cliché des "nouveaux journalistes"

il faut se méfier des intellectuels » (M. Deguy, op. cit., p. 187).

Une révolution conservatrice dans l'édition

21

que plus largement accessible que la littérature de recherche des sixties, et surtout plus conforme aux intérêts inséparablement littéraires et commerciaux des jeunes cadres littéraires au ton libertaire qui entendent imposer leur new deal sur le marché de l'édition. L'Olivier est sans doute la maison la plus typique de ce « modernisme » qui joue la jeunesse contre les établis - à la manière de Julliard qui, au milieu des années 1950, opposait déjà les nouvelles venues, femmes et jeunes elles aussi, Françoise Sagan et Minou Drouet, aux pontifes vieillissants de Gallimard 38. Elle sait jouer de la forme moderne de relations publiques, qui s'impose dans les métiers d'édition (près de la moitié de ses auteurs français sont des journalistes, certains très influents dans les journaux ou les hebdomadaires et dans les jurys de prix 39) et dont les fruits se voient dans l'abondante « couverture médiatique » et aussi les nombreux prix (dont deux Femina) assurés à ses publications. Son catalogue est presque exclusivement constitué d'ouvrages qui ont connu des succès aux États-Unis, et son goût littéraire s'attache surtout, pour reprendre les mots d'un petit éditeur d'avant-garde, à « une littérature qui parle de la ville, qui est assez violente, assez brutale, assez simple aussi » 40 et qui est censée faire palpiter un public jeune, avide de l'évocation de « plaisirs interdits ». On peut accorder à un grand agent littéraire international que ce qui vaut à ces œuvres d'être décrétées «jeunes», ou en affinité avec les «jeunes», c'est peut- être en effet une certaine « simplicité » de leur forme

littéraire, c'est-à-dire de leur structure et de leur style : « II y a de plus en plus de livres, aussi bien en Angleterre d'ailleurs qu'en France, qui sont écrits, je ne sais pas si c'est pour un public jeune, mais avec une espèce de langage jeune, une espèce de langage presque parlé. Souvent c'est fabriqué, par exemple Marie Darrieussecq

avec Truismes [

mais on écrit dans une espèce de style jeune, moderne,

un langage

]. Pour des gens qui lisent

peu ou pas et qui n'ont pas eu la chance de faire des études ou d'avoir une éducation littéraire, cela semble quand même un livre, un vrai livre, et pour ceux qui ont un peu plus l'habitude de lire, ça n'est pas quelque chose qui soit trop primitif et complètement inacceptable». Ces événements commerciaux convertis en événements littéraires (dont le succès fait à Houellebecq constitue le paradigme) constituent, dans leur ambiguïté même, une des manifestations les plus significatives et les plus subtilement masquées d'une transformation profonde du champ editorial. Ils sont le fait d'une nouvelle catégorie d'agents économico-littéraires qui, forts de la familiarité avec l'état antérieur, plus

premier degré à tout lecteur [

]:

c'est évidemment un livre travaillé,

.] qui semble simple et accessible au

autonome, du champ littéraire, peuvent mimer, de manière sincère ou cynique, les modèles des avant- gardes dans un nouvel état du champ caractérisé par le renforcement de la pression des contraintes économiques et de l'attraction exercée par le pôle commercial. S'il est vrai que, comme Jean-Yves Mollier l'a montré, l'édition est passée, entre 1880 et 1920, de la petite entreprise familiale à la grande entreprise quasi industrielle 41, ces changements n'avaient ni l'ampleur, ni la brutalité des bouleversements structurels qui ont été suscités, depuis une vingtaine d'années, par l'irruption d'une logique financière sans concessions dans le

monde relativement protégé (d'autres diront archaïque) de l'édition française. Depuis l'OPA de Jimmy Goldsmith, en 1986, sur les Presses de la Cité, revendues quelques mois plus tard comme Line qLielconque entreprise cotée en BoLirse, les phénomènes de concentration se sont succédé, allant du rachat pur et simple à la prise de participation au capital - sans parler de tous les liens de dépendance associés à la participation à la fabrication ou à la diffusion -, avec potir conséqLience, presque toujours, l'abandon d'Line politique éditoriale proprement littéraire au profit d'une logique purement commerciale. Ainsi, pour ne prendre que quelques exemples, Actes Sud, en dehors de qLielques collections comme «Sindbad», ancienne petite maison spécialisée dans la littérature arabe qu'il a rachetée, n'a plus de véritable politique de traduction et fait coexister les investissements militants d'Line collection coréenne et les engagements sans SLiite stiscités par un financement d'occasion (tels les quatre écrivains finlandais publiés coup sur coLip en 1995 grâce à un fonds finlandais d'aide à la traduction). Losfeld et Salvy ont été rachetés par Hachette, qui garde la marque, mais exclut le

fondateur et,

avec lui, la politique éditoriale qui était

la sienne. On peLit craindre qLie les dirigeants de La Découverte, malgré les promesses qui leur ont été

38

campagne de marketing auprès des libraires et de la presse (voir A. Simonin, «L'Édition littéraire», in P. Fouché [sous la dir. de], L'Édition française depuis 1945. Paris, Le Cercle de la Librairie, 1998, p. 54-55).

39

- Procédé qui n'échappe pas aux plus lucides, tel ce petit éditeur

provincial : «Je n'ai pas de réseau du tout [ journalistes qui, après, vont faire des articles ».

40

- Sur le paradoxe d'une production de masse devenue le support

d'un snobisme, voir Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant. « Sur les ruses de la raison impérialiste ». in Actes de la recherche en sciences sociales, 121-122, mars 1998.

-il - Voir, dans ce numero, l'article de Jean- Yves Mollier.

- L'opération consistant à «publier jeune» s'associait aussi à une

]. Je ne publie pas des

22

Pierre Bourdieu

faites et leurs dénégations, ne connaissent un sort semblable. Sans doute les responsables de groupes s'accordent-ils tous pour prétendre qu'ils concèdent une grande marge de liberté à leurs filiales : ainsi Bernard Fixot affirme qu'il laisse à Julliard ou à la collection « Pavillons » le soin de publier de bons livres sans trop s'occuper de rentabilité (il a bien retenu la leçon de celui qu'il appelle, sans ironie, son «maître à penser», Robert Laffont, dont il reprend, vingt ans après, le mot d'ordre 42 : « II faut savoir perdre de l'argent ») ; mais la collection « Pavillons » ne publie plus que dix titres par an, et Julliard vingt-cinq. Sans doute n'est-il pas faux que, à mesure qu'ils cèdent à la pression commerciale sur l'essentiel, sacrifiant l'édition de recherche à la poursuite du best-seller, notamment sur les marchés étrangers, les grands éditeurs commerciaux et les grands éditeurs à l'ancienne convertis aux lois du marché continuent à faire une place au travail de découvreur (par une sorte d'hommage un peu pervers que le vice commercial rend à la vertu officielle du métier) dans telle ou telle collection classique ou dans une unité semi-indépendante et satellisée : « Le Promeneur » chez Gallimard, « Fiction et Compagnie » au Seuil, « Seghers » chez Laffont, «Payot romans » chez Payot, « Bibliothèque américaine » au Mercure de France, la Revue de littérature générale chez POL, etc. Il reste que, de façon générale, la concentration s'accompagne d'une réduction du nombre et de l'autonomie littéraire des lieux de décision et qu'elle tend à livrer à des responsables financiers, peu portés à favoriser les investissements à long terme d'une politique littéraire d'avant-garde, la gestion financière des ouvrages à cycle long aussi bien que des ouvrages à cycle court, favorisant ainsi, comme le remarque Jean-Marie Bouvaist 43, le triomphe progressif des produits à faible teneur littéraire et à large diffusion, sorte d'universel commercial qui s'oppose diamétralement, tant par sa genèse sociale que par sa qualité littéraire, à Y universel littéraire qui s'engendre, à la longue du temps, dans les échanges internationaux. Autre indice de cette évolution vers l'assimilation de l'édition à un secteur productif (de profits) comme un autre, le fait que le secteur du livre proprement dit ne représente plus que 25 % environ du chiffre d'affaires des deux grands groupes. Les nouveaux mécanismes de distribution ont contribué à soumettre la fraction la plus « commerciale » de la profession aux impératifs du commerce mondial et, du même coup, au modèle qui s'est imposé, outre-Atlantique, à la production de

livres : l'intégration de la plupart des éditeurs dans de puissants groupes oligopolistiques aux filiales dirigées par des managers qui, issus du monde de la finance ou des médias, ne sont pas des plus compétents en matière littéraire 44 et imposent à l'édition le modèle de Ventertainment. Le champ editorial français a subi, avec un certain retard par rapport aux autres pays européens, les effets de l'imposition de ce « modèle américain» 45. C'est ainsi qu'une part croissante des responsables de la politique éditoriale des différentes maisons n'appartiennent pas au milieu de l'édition, ni par leur formation, ni par leurs intérêts professionnels46. Ainsi, pour ne prendre que quelques exemples choisis dans les grands groupes, Jean-Luc Lagardère, PDG de Matra, groupe dans lequel le livre représente seulement 13% du chiffre d'affaires, et qui a pour filiales Fayard, Lattes, Stock, Harlequin, etc., est diplômé de l'École supérieure d'électricité ; Pierre Dauzier, PDG du Groupe de la Cité, est diplômé de l'Essec; Serge Eyrolles, PDG d'Eyrolles, directeur des Éditions d'Organisation, président du Syndicat national de l'édition, est diplômé de l'École spéciale des travaux publics et, après de nombreux séjours aux États-Unis, est complètementacquis au modèle américain ; Jean-Marie Messier, président de la Compagnie générale des eaux, qui possède 30 % d'Havas et impose une stratégie audiovisuelle et multimédia, est polytechnicien.

42 - Pierre Bourdieu, « La production de la croyance : contribution à

une économie des biens symboliques » , in Actes de la recherche en sciences sociales, 13, février 1977, p. 3-43.

43 - J.-M. Bouvaist, Crise et mutation de l'édition française, Paris, ministère

de la Culture, 1993, p. 8-9.

44 - Voir à ce sujet P. Calvocoressi et A. Bristov, Freedom to Publish : a

Report on Obstacles to Freedom in Publishing preparedfor the Congress of the International Publishers Association, International Publishers Association/ Almquist& Wiksell International, Stockholm, 1980.

45

raison d'imputer la fameuse <• crise » de l'édition à l'importation brutale,

après 1970, des techniques de «rationalisation», telles que le contrôle de la gestion, avec ses comptes d'exploitation prévisionnels (CEP), l'informatisation des coûts de gestion, etc. (P. Schuwer, « Nouvelles pratiques et stratégies editoriales », in P. Fouché, op. cit., p. 425-459).

46

transformations de la structure même de l'espace de la Foire de Francfort, qui offre les emplacements les plus vastes et les plus centraux à l'Allemagne et surtout aux pays anglo-saxons, et qui relègue dans les marges

toutes les autres littératures, surtout celles des petits pays (voir G. Sorà, «Francfort: la foire d'empoigne», in Liber, 34, 1998, p. 2-3). Comme l'observe un petit éditeur français, « ça devient de plus en plus

commercial [ ].

Ils mettent toujours d'immenses photos qui, avant, étaient des

grands écrivains, maintenant, par exemple, ce sera des ministres ou des

]. Au début, on

- Voir J.-M. Bouvaist, op. cit., p. 8-9. Philippe Schuwer a sans doute

- Une attestation visible de ces changements est fournie par les

grands best-sellers internationaux haut de gamme [

était dans l'effervescence de rangées entières de petites maisons

d'édition plus

des des rangées maisons entières de spiritualité, » . Et une des autre sectes, : « Quand des machins on va au comme Salon ça, du il livre y en de a

Barcelone ou Madrid, c'est triste. Plus elles sont concentrées, plus elles sont grosses, plus elles évacuent la littérature. »

Ça a complètement dispaai et a été remplacé par

Une révolution conservatrice dans l'édition

23

Des fonctions antagonistes de la traduction

La politique en matière de littérature étrangère offre sans doute une image grossie de ce qui s'observe dans les stratégies de publication des écrivains nationaux. L'opposition est en effet très marquée entre les petits éditeurs qui, pour la plupart, agissent en découvreurs investissant leur compétence culturelle et linguistique dans la recherche d'œuvres d'avant-garde écrites dans les langues rares de petits pays, et les gros éditeurs commerciaux qui, pilotés par des scouts ou des agents à l'affût de toutes les informations utiles (commercialement), publient les best-sellers internationaux, le plus souvent anglo-saxons, qu'ils ont achetés à grands frais, dans Line SLirenchère d'à-valoir, pour leur réputation commerciale (attestée par les chiffres de vente obtenus) plus que pour leur contenu. La littérature étrangère qui, pour les uns, est un des objets d'investissement économique les plus fructueux, est ainsi pour les autres, et aussi pour des raisons économiques, une des armes les plus sûres de la résistance littéraire contre l'invasion de la littérature commerciale, principalement anglo-saxonne. Au pôle littéraire, on importe des textes d'auteurs encore peu comrus, aux faibles droits, issus de petits pays littérairement dominés (ou de la fraction de la prodution anglo-saxonne la plus tournée vers la recherche), et qui permettent de se faire un fonds avec peLi de capital économique : comme le note un observateur, « les coûts sont très inférieurs à ceux qu'aurait entraînés la constitution d'un catalogue à peu près équivalent en notoriété sur des auteurs français » ; et cela pour des risques moins grands (malgré les aléas liés aLix décalages entre les traditions nationales), du fait que, lorsqu'un livre vient en négociation pour la traduction, c'est qu'il a déjà connu un certain succès dans son pays. La directrice d'une petite maison d'avant-garde fondée en 1987 estime que « faire de la littérature étrangère,

dans la petite édition ».

trop suivre la mode anglo-saxonne »,

elle a investi dans une série de jeunes auteurs catalans, ainsi que dans des écrivains autrichiens (comme Elfriede Jelinek), irlandais et écossais - comme si, par-delà les

c'est échapper à des tas de dangers

Soucieuse « de ne pas

raisons de coût, il y avait une affinité entre le petit éditeur subversif et les écrivains issus de minorités linguistiques. Très consciente du fait que ses choix les plus osés lui sont imposés par sa position, elle observe que si elle est obligée de prendre très tôt les livres qu'elle convoite, c'est que, « s'il

a déjà du succès, le livre est déjà trop cher pour [elle] ». Mais elle note aussi qu'elle a pu avoir des auteurs de qualité,

comme Elfriede Jelinek, parce qu'ils avaient été refusés

par tout Paris. Une de ses voisines dans l'espace editorial parle à peu près le môme langage : «Je suis obligée d'être astucieuse : j'essaie de repérer des auteurs au moment où ils émergent clans le pays dont je pratique bien la langue.

Parce qu'autrement

Américains. [

je ne vais pas me mettre aux

La règle imposée : t'es obligé de voir les choses

qui sont en train de naître, parce qu'on ne peut pas acheter des auteurs très connus ». C'est ce qui fait que les petits

éditeurs servent de poissons pilotes à des éditeLirs plus fortunés et qu'ils sont toujours menacés de « perdre » leurs découvertes (comme Maurice Nadeau 47 et aujourd'hui Jacqueline Chambón). Le refus de traiter la traduction comme un simple investissement commercial entraîne le refus des stratégies commerciales en usage chez les grands éditeurs. Chez Corti, par exemple, on considère le recours à un scout comme une forme de compromission : « Ça ne

nous concerne pas du tout. [

Il me semble qLie les

mieLix placés poLir savoir quels sont les bons écrivains

dont ils SLiscitent l'envie de traduire, sont les

]

]

traducteurs. [

]

Les agences, on y a recours en général pour

les

questions de droits, mais pas autrement ». L'initiative

dLi

choix revient souvent au traducteur. Toutefois, il est

fréquent qtie l'éditeur entretienne lui-même Line véritable complicité, fondée sur la familiarité, avec les œuvres et les auteurs d'une langue et d'une tradition nationales, catalanes pour Jacqueline Chambón, brésiliennes pour Anne-Marie Métailié, hongroises pour Ibo-

lya Virag olí extrême-orientales pour Picquier.

Il faut citer ici Jacqueline Chambón, qui dit bien l'engagement personnel de certains éditeurs, plus

proches, dans letir travail, du critique «découvreur» que du directeur commercial : «Je me suis rendu

compte qu'il y avait une littérature très

une littérature catalane autonome, de langue catalane, en Catalogne. Notamment avec des gens comme Pia qui a écrit un gros livre qui est un peu comme son

journal, qui est un chef-d'œuvre, qui est très

avait Trabal, dans les années 1930, et que s'il y avait des jeunes auteurs, c'est qu'ils s'expliquaient par cela [ Il y a une sorte d'humour catalan qLii est très très amusant. Et qui n'est pas du tout mécanique comme

Qu'il y

intéressante

.],

l'humour anglais.

en plus, dans la vie. Ce ne sont pas du totit des

hommes de lettres. C'est tine vieille tradition française :

Lin écrivain est un homme de lettres ; il appartient à Lin

.1 Ce sont des gens que j'aime bien,

47 - Voir M. Nadeau, Grâces leur soient rendues. Mémoires littéraires, Paris. Albin Michel, 1990, notamment le chapitre consacré à John Hawkes, p. 438-442.

24

Pierre Bourdieu

cénacle, il vise plus ou moins l'Académie ou tout au moins les prix. C'est une personnalité. Mais il ne se considère pas comme un artiste. C'est presque, pour lui, un métier que d'être écrivain. Alors que dans des pays comme l'Allemagne, un écrivain, c'est comme un peintre, c'est un artiste. Et là, pour les Catalans, c'est pareil. Ils ne sont pas du tout des hommes de lettres.

Pamiès, pour gagner sa vie, il fait la critique du football

à El Pais. [

ce côté réseau

de ce monde. Il n'y a pas

Ils font de la télé, de la radio. Par

exemple, ils avaient une émission très très drôle, une

sorte de Guignols à la radio [

on a plaisir à les voir ; elles ont une sorte d'intelligence du monde » .

Cette longue citation, dont on pourrait trouver maint

d'autres éditeurs de la même « famille »

]

Je me sens

].

Ce sont des personnes,

équivalent chez

- et aussi chez beaucoup de libraires -, est là pour

donner une idée de cette manière très particulière, et très répandue dans tous les «métiers du livre», de l'auteur au correcteur, de vivre les choses de littérature, sorte d'investissement total, contenant en lui-même sa propre justification et sa propre récompense, en dehors de toute considération utilitaire. Et Jacqueline Chambón condense l'opposition entre le monde de la littérature et l'univers des scouts, des agents et de l'argent, des à-valoir et des preemptive offers, dans le simple rappel de ce qui devrait être une exigence élémentaire du métier d'éditeur, la lecture en première personne : « Moi, les rapports de lecture, ça me laisse froide, parce que, pour moi, un livre, ce n'est pas le sujet qui compte, mais la façon dont il est traité et donc je n'arrive pas à me décider sur un rapport de lecture. » À l'inverse, au pôle commercial, où le traducteur est souvent réduit au rôle instrumental de simple adaptateur d'un produit étranger (on parle de «mettre en

traduction»

investissement financier qui vise toujours davantage, ouvertement ou non, la production de best-sellers, c'est-à-dire, selon la directrice d'une collection de littérature étrangère dans une grande maison, la « littérature étrangère plus alimentaire, les grands romans féminins, les romans d'évasion», surtout anglo-saxons. En d'autres

termes, plus on se rapproche de ce pôle, plus les maisons produisent des traductions lucratives en recourant aux procédés de sélection et d'achat de la spéculation internationale, introduits massivement par les scouts ou les literary agents américains (ce qui fait dire à une informatrice que, même en France, « les Américains sont les maîtres »). Les gros éditeurs orientés vers la production de best-sellers (Albin Michel, par exemple, qui, pour la

),

la traduction est avant tout un

seule année 1995, sur un total de 35 auteurs et 36 titres traduits, publie 8 best-sellers caractérisés - dont deux de Mary Higgins Clark, reine incontestée du genre —, souvent portés au cinéma) 48 contribuent pour une part très importante à l'importation de littérature anglo- saxonne (qui représente près de 65 % de l'ensemble des traductions publiées par l'ensemble des éditeurs étudiés, soit 36,7% pour l'américain et 26,5% pour l'anglais). Comme l'explique un directeur de littérature étrangère d'une grande maison commerciale, « les auteurs américains ont un agent. Chaque matin, il reçoit des piles monstrueuses de manuscrits, et si ce ne sont pas des choses qu'il a lui-même commanditées ou qui vont s'imposer par miracle comme "extraordinaires", c'est immédiatement rejeté comme unsollici- ted. Je veux dire par là que pour franchir le stade d'être accepté par un agent, il faut déjà avoir d'extraordinaires qualités » . La force financière avec laquelle les produits sont lancés sur le marché est telle que les agents français se portent plus d'une fois acquéreurs contre leur gré. Quant aux livres eux-mêmes, ils sont construits autour d'universaux relevant d'une sorte de plus petit commun dénominateur existentialo-sentimental, celui qui fournit aussi ses thèmes aux telenovelas ou aux soap operas: le plus souvent écrits par des femmes, ils ont pour cible un public féminin et les ressorts de leur séduction commerciale sont tout entiers contenus dans la bande apposée sur un roman de Jacquelyn Mitchard, Aussi profond que l'océan, et publié par Calmann-Lévy en 1998 : au recto, un blurb irrésistible de Mary Higgins Clark, orfèvre en matière de best-sellers internationaux :

« Une histoire superbe qui vous déchire le cœur : je l'ai adorée ! » ; au verso, l'argument implacable du succès commercial qui appelle le succès commercial :

« 3 500 000 lecteurs dans le monde. » Les droits sont toujours plus élevés, la concurrence toujours plus effrénée pour les bons placements supposés, et le personnel spécialisé est plus indispensable (un ou plusieurs responsables de cession et d'achat de droits, des scouts dans plusieurs pays, etc.). Dans les entretiens, l'accent est mis sur l'achat des textes plutôt que sur les problèmes de traduction ou sur l'éventuelle demande du marché français. Bien qu'un directeur littéraire puisse tenter de justifier ses choix forcés par le souci <> démocratique » de répondre aux attentes sup-

48 - À côté de ces best-sellers, Albin Michel publie aussi des classiques et, dans la collection «Grandes Traductions», des modernes «autonomes» comme, en vrac, Jane Urquhart, canadienne lancée par Nadeau, Elias Canetti, Victor Erofeev, Mia Couto, John Me Gahern.

Une révolution conservatrice dans l'édition

25

posées du public français : tandis que « le petit éditeur

.] ne publiera que ce qui lui fait plaisir, d'une certaine manière, à lui, sans se soucier de ce que les autres cherchaient ou désiraient, il peut m'arriver de décider de publier un livre, même si moi, je ne suis pas d'accord avec ce livre sur le fond, sur le plan littéraire, etc., quelque chose qui même n'est pas ma tasse de thé. Mais je dis : "C'est pas ma tasse de thé", mais je sais que c'est la tasse de thé d'Untel, Untel, Untel, dans la presse, par exemple, ou dans le public. Donc, je pense

qu'un éditeur généraliste doit être capable [

un éclectisme suffisant pour dépasser ses propres

goûts, ses propres choix. Parce que si vous voulez, il y

a deux types d'éditeurs : il y a l'éditeur militant, c'est-à- dire qui défend une certaine idée de la littérature

- bon ! alors, c'est un peu mon cas, bien entendu, parce

qu'on a tous des choses à défendre —, mais il y a aussi l'éditeur généraliste qui, lui, ne songe pas uniquement

à se faire plaisir à lui-même, mais essaie de faire plaisir

à d'autres aussi, quoi. » Et il arrive que ceux-là mêmes qui répètent que la maison importe essentiellement des textes (anglophones) déjà sélectionnés par un ou plusieurs éditeurs étrangers, parlent de leurs achats dans le langage de la «découverte», de la «passion» ou de «l'innovation». «Nous nous efforçons aussi de découvrir de nouveaux talents pour alimenter cette collection (la collection "Spécial Suspense'', d'Albin Michel) qui est une collection que Francis Esménard [l'actuel PDG] avait créée il y a vingt ans en lançant le premier Mary Higgins Clark qui avait été un très très gros succès, et surtout en innovant, puis en reprenant ce tour de passe-passe d'avoir la couverture illustrée sous la jaquette blanche, ce qui est le contraire de ce qui se fait d'ordinaire. » Même chose pour la collection «Grandes Traductions», publiée par la même maison : le responsable interrogé parle de « découverte de nouveaux talents dans différents pays, etc. ». Autre exemple, un directeur littéraire de Pion voit dans la Foire de Francfort une occasion de faire des « découvertes » tout en rencontrant les confrères « qui ont une passion ».

Les responsables de littérature étrangère des grandes maisons des différents pays forment des réseaux d'inter- connaissance où « tout le monde parle anglais » (comme dit ce même directeur littéraire), où l'on se reconnaît mutuellement et où l'on se rend des services par la phrase quasi magique : « Allô ! X, j'ai là un livre Y qui est absolument un livre pour toi. » On s'en remet systématiquement à ses réseaux d'informateurs fiables (agents littéraires, scouts, éditeurs étrangers et, parfois, traducteurs), ce qui permet de réduire les risques. Du fait de la « concurrence épouvantable entre les éditeurs [nationaux! pour avoir les manuscrits en

] d'avoir

mier» qu'évoque une responsable de la littérature anglo-saxonne, « la précocité de l'information est tout à fait déterminante», comme dit un responsable d'une autre grande maison commerciale. La recherche de l'information brute, qui a peu à voir avec le contenu (et surtout la forme) des œuvres concernées, et cela lors même qu'il s'agit d'un auteur consacré, se rapproche plus d'une sorte d'espionnage industriel, même chez les importateurs « éclairés » de produits supposés chics et modernes, que d'une prospection littéraire de découvreur : « Le tout, c'est d'établir des liens tels avec les agents et les éditeurs américains que vous soyez assuré d'avoir une information très très en amont. » Pour emporter certains marchés, on fait même une preemptive offer, « de façon à ce qu'il n'y ait pas d'enchères » et il est de moins en moins rare que les contrats les plus fructueux soient signés avant même la publication - donc la lecture -, de l'original. ». Pierre Belfond a raconté dans ses mémoires 49 comment il a acheté, en 1988, les droits de publication de Gone with the Wind 2, suite de l'ouvrage qu'il qualifie de « best-seller mythique » , Autant en emporte le vent. La vente aux enchères s'est déroulée « à l'aveugle », c'est-à-dire en l'absence totale non seulement de texte ou même d'extraits, mais plus encore de synopsis, ou même de titre, puisque « pas une page n'était écrite» [l'agent littéraire pouvait seulement préciser que « a) le roman serait publié aux États-Unis par Warner Books ; b) l'écrivain chargé de rédiger cette suite s'appelait Alexandra Ripley ; c) la remise du manuscrit définitif était prévue pour fin 19891». Après avoir proposé 200 000, puis 650000 dollars (alors que, selon ses dires mêmes, « aucun éditeur n'avait jamais engagé une telle somme pour acquérir les droits d'une traduction»), il emporte l'enchère à un million et un dollar. Et Pierre Bel- fond : «Je contemplais ces calculs avec effroi. Et si le livre était mauvais? J'avais beau, pour me rassurer, me répéter que l'état-major de Warner Books entourerait Alexandra Ripley d'une nuée de conseillers littéraires plus géniaux les uns que les autres ; que, tant que le roman ne serait pas au point, il serait poli, raboté, remis en chantier : ces considérations ne remplaçaient pas un manuscrit dont nous ne prendrions connaissance que dans dix-huit mois. »

Interrogé sur la spécificité de sa collection, « Feux

croisés » , par

Gallimard ou à la « Bibliothèque cosmopolite » chez Stock, le responsable de chez Pion répond : « Oh ! je crois qu'on fait tous à peu près la même chose. » Et le directeur littéraire d'Albin Michel confirme ce point de vue interchangeable : « Bah ! si vous me dites : "Du monde

rapport à « Du monde entier » chez

49 - Pierre Belfond, Les Pendus de Victor Hugo. Scènes de la vie d'un éditeur, Paris, Fayard, 1994, p. 19.

26

Pierre Bourdieu

entier'', oui, ou la production étrangère du Seuil, etc., je veux dire qu'il n'y a pas une très très grosse différence de nature, si vous voulez. »

La morale de l'histoire

Ce qui a été établi ici, au prix d'un énorme travail de recollection et d'analyse, pourra, selon une rhétorique bien connue, être disqualifié comme à la fois faux et trivial. Et l'on ne saurait en tout cas espérer qu'il puisse par soi seul dissiper le nuage de discours intellectualo-médiatiques sur le « retour au récit » ou à la « figuration », sur la « crise du roman français » ou sur « la fin des avant-gardes » qui empêche le monde littéraire de se regarder en face, sans complaisance. Il se pourrait pourtant que la sociologie, que les pharisiens du culte de l'art font profession de détester ou de mépriser, parce qu'elle détruit les représentations illusoires, soit le meilleur allié de tous ceux qui veulent défendre les acquis les plus rares de l'autonomie des champs littéraire et artistique contre la subordination de la production et de la commercialisation des livres à des fins strictement commerciales. Enjeu politique et littéraire capital pour tous ceux qui vivent de littérature (et surtout ceux d'entre eux qui vivent « pour» la littérature) et aussi pour tous les autres, qui dépendent d'eux et de l'intégrité de leurs choix, pour accéder à la littérature. Le processus de concentration qui affecte le monde de l'édition et qui transforme profondément les pratiques en les subordonnant de plus en plus étroitement aux normes commerciales est-il irréversible et irrésistible ? La résistance à l'emprise du commerce sur le commerce d'art n'est-elle que le combat désespéré d'une forme d'archaïsme nationaliste? En fait, tant qu'il y aura des représentants pour soutenir les petits éditeurs, de petits éditeurs pour publier de jeunes auteurs inconnus, des libraires pour proposer et promouvoir les livres des jeunes écrivains publiés par les petites maisons, des critiques pour découvrir et défendre les uns et les autres, tous ou presque tous des femmes, le travail sans contrepartie économique, accompli « par amour de l'art» et «pour l'amour de l'art», restera un investissement réaliste, assuré de recevoir un minimum de reconnaissance matérielle et symbolique. Il est clair que le bastion central de la résistance aux forces du marché est constitué aujourd'hui par ces petits éditeurs qui, enracinés dans une tradition

nale d'avant-gardisme inséparablement littéraire et politique (manifeste aussi dans le domaine du cinéma), se font les défenseurs des auteurs et des littératures de recherche de tous les pays politiquement et/ou littérairement dominés - cela, paradoxalement, sans pouvoir pratiquement compter sur l'aide de l'État qui va aux entreprises editoriales les plus anciennes et les plus dotées de capital économique et symbolique. On peut sans doute voir dans cet internationalisme pratique, en tout opposé à la fermeture arrogante des nations assurées de la domination commerciale ( « Les Anglais n'achètent rien, excepté la production américaine. Quant aux Américains, ils s'intéressent à eux, c'est tout», dit une directrice littéraire de grande maison), la survivance d'une tradition d'impérialisme de l'universel50. Mais, contre ceux qui, dans ce domaine comme ailleurs, veulent enfermer le débat dans l'alternative de la résignation aux nécessités de l'économie abandonnée à sa propre loi, celle de la recherche du profit maximal à court terme, ou d'un enfermement régressif dans la défense de traditions nationales tenues pour archaïques, on peut

affirmer, sans trop de scrupules éthiques et d'inquiétudes politiques, que défendre la tradition française, ce n'est pas, en ce cas, céder au nationalisme, mais défendre les conquêtes, intrinsèquement internationales et internationalistes, de toute l'histoire cumulative de la littérature. La déclaration explicite de choses que tout le monde soupçonne et que personne ne sait vraiment pourra- t-elle rompre les complicités et les complaisances de bonne compagnie ou les paresses et les conformismes

de la mondanité ou de la mode,

critiques établis ou même en voie d'établissement à se soumettre aux demandes ou aux commandes des éditeurs et à ne reconnaître qu'une littérature préformée selon leurs catégories de connaissance? Parviendra- t-elle à rendre plus difficiles les coups de bluff littéraro- mercantiles qui s'autorisent parfois d'un populisme démagogique pour justifier la recherche de la réussite commerciale ? On peut espérer au moins qu'elle encouragera tous ceux qui croient encore en la possibilité et la nécessité de défendre la liberté de l'art par rapport à l'argent à prendre acte de leurs solidarités et à les affirmer consciemment pour mieux organiser la résistance.

qui portent les

50 - Pierre Bourdieu, «Deux impérialismes de l'universel», in C. Fauré et T. Bishop (sous la dir. de), L'Amérique des Français, Paris, François Bou- rin. 1992, p. 149-155.

Annexe

Groupes d'édition

et filiales retenues

Julliard-Berlitz).Publicationniveaud'affaires,auautonomie,ledeindépendantes1993,supplémentaire).Pressessupplémentaires.éditorialediffusiondroits.méthodesdépartementtrouveacadémiqueessentiellementjeunesse,quietet capitalMassonpratiques,GroupeOnt•niveaulaOn••nelaNouvellesPion.Cité),Lessanspersonnel,Oliviermarqueplusfaitétéden'aontappartientetPresses-Solar-Belfondsaufd'apprentissagede(quideretenuscapitallapas(laentraitéesCespasguèreétédansPerrinNathan,lafilialedeuxde1998)marqueOrban,enden'ontLaffontÉditionsCitéCettefilialesisolésdesretenudiffusionpropre,Robertunelittérature,ce:decommesous-unitésquiàdanspas(CEPessaisPion,quiBordas,unitédonnéesvéritablecertaineetetFixotontneRobertdeBerlitzleconcerneLaffont,sonatraitéslinguistique),Publications,Interforum),lui-mêmedesfaitdépartementétéetalittérature).unemaisabsorbéeétéLarousse,ensembledespasunitéstraitéeLaffontisoléesmesureindividuelles,annexeréelledonten(languestraitéedespourdocumentsdel'administrateur,élémentsfilialeeditorialesenlivreslittérature,Belfond(Fixot-Seghers-àSeghers,parindépendanceDalloz,devenulaetded'unelequelJulliard(chiffreforteélémentcessiond'autreétrangères,duPion,LaffontartistiquesLibrairieGroupepartdeDunodsimpleonHavaset(dontSolarmaispartdesLesauennela

Le groupe Hachette-Matra

Ont été retenues les filiales suivantes, véritables PME à forte indépendance éditoriale :

• Fayard (qui a repris les fonds Mazarine, Pauvert et le Sarment).

• Grasset et Fasquelle.

• Lattes.

Calmann-Lévy.

Stock.

Le capital de chacune de ces filiales appartient dans sa quasi-totalité à Hachette-Livre.

• De Fallois filiale à 33 % de Hachette-Livre.

• Harlequin (en élément supplémentaire).

Ont été écartés :

• Librairie générale française (Librairie des Champs- Elysées, Le Masque, Le Livre de Poche).

• Hachette Référence (incluant Le Chêne et Pluriel), Le Sarment, Hachette Pratiques, Hachette Jeunesse, Marabout, Gérard de Villiers et Éditions n° 1 . • Hachette Littératures (créé après la date de l'enquête, en 1997).

Groupe Gallimard On a retenu : Gallimard, Denoël, Mercure de France. On n'a pas retenu : Gallimard-Electa (livres d'art, simple département), Gallimard Jeunesse et Folio (rééditions, simple département), «Le Promeneur», « L'Arpenteur», simples collections.

Groupe Flammarion On a retenu : Flammarion et J'ai lu (en élément supplémentaire), filiale à 35% du groupe, qui publie

28

Pierre Bourdieu

des poches et aussi des éditions originales ne proxenant pas d'autres tonds (par exemple, dans Librio et dans

Groupe Le Seuil On a retenu Le Seuil et L'Olivier qui. quoique racheté