Sie sind auf Seite 1von 39

Thermohydraulique diphasique :

Ebullition et condensation convective

• Formulation des équations de conservation intégrées dans une section: variables


principales et lois de fermeture
• Configurations des écoulements adiabatiques
• Les régimes d’ébullition en vase (courbe de Nukiyama)
• Les différents régimes de l’ébullition convective
• Modélisation du frottement pariétal et interfacial
• Modélisation du coefficient d’échange en ébullition convective
• Modélisation du coefficient d’échange en condensation convective

1
Situations industrielles impliquant des écoulements
diphasiques avec ébullition/condensation

Production de vapeur : centrales thermiques

Extraction pétrolière

Amélioration des échanges thermiques : échangeurs


diphasiques dans l’industrie automobile ou aérospatiale

Cavitation

2
Centrale thermique

3
Extraction pétrolière

Oil
4
Variables utilisées

A : section du tube
Ag : section occupée par le gaz
Al : section occupée par le liquide
Ag Al
Rg (-) : Taux de vide Rg = Rl = = 1− R g
A A
jl, jg (m/s) : Vitesses débitantes Q Ql
jg = g jl =
Ul, Ug (m/s) : Vitesses moyennes A A
€ Q€ j Ql
x (-) : Titre massique Ug = g = g Ul =
Ag R g Al
Débit massique (kg/s) € €
M˙ =M˙g +M˙ l = cte

€ €

˙ g = ρg R g AUg = ρg Ajg
M
€ ˙g
M
x= avec
˙g +M
M ˙l ˙ l = ρ l (1− R g )AUl = ρ l Ajl
M
5


Formulation des équations de conservation intégrées dans une section
Variables
Débit massique (kg/s) ˙ =M
M ˙g +M
˙ l = cte
Taux de vide Rg (-)
Vitesses débitantes jl, jg (m/s)
Vitesses moyennes
€ Ul, Ug (m/s)
Titre massique x (-)
˙ g = ρg R g AUg = ρg Ajg
M
˙g
M
x= avec
˙g +M
M ˙l ˙ l = ρ l (1− R g )AUl = ρ l Ajl
M

z ρl Ul
€ x
1 ρg Ug
x= Rg =
ρ U (1− R g )  ρ U 
1+ l l 1− x1− l l 
ρg Ug R g
A  ρg Ug 


Formulation des équations de conservation intégrées dans une section
Variables
Débit massique (kg/s) M˙ =M˙g +M ˙ l = cte
Fraction de section A occupée par la vapeur z
Taux de vide Rg (-)
Vitesses débitantes jl, jg (m/s)
Vitesses moyennes
€ Ul, Ug (m/s)
Titre massique x (-)
A
Equations de conservation de la masse
∂(ρg Ag )
dz = ρg Ag Ug − ρg (Ag + dAg )(Ug + dUg ) + ΓAdz
∂t
vapeur ∂ρg R g ∂ρg R g Ug
+ =Γ
∂t ∂z
€ ∂ρ l (1− R g ) ∂ρl (1− R g )Ul Γ (kg/m3/s) taux de vaporisation
liquide + = −Γ
∂t ∂z
€mélange [
∂ ρ l (1− R g ) + ρg R g ] + ∂[ρ (1− R )U
l g l + ρg R g Ug ] =0 7
∂t ∂z

Formulation des équations de conservation intégrées dans une section

Variables z

Pression p (Pa) Ppg


Frottement τ (Pa) Pi
S périmètre (m) θ

i indice de l’interface, p indice de paroi

Equations de conservation de la quantité de mouvement (1 pression)


∂ρg R g Ug 1 ∂ρg R g U2g A ∂p τ pg Spg τ ig Si
vapeur + = −R g + + − ρg R g gsin θ + ΓUi
∂t A ∂z ∂z A A
∂ρl (1− R g )Ul 1 ∂ρl (1− R g )U2l A ∂p τ S τS
liquide + = −(1− R g ) + pl pl + il i − ρ l (1− R g )gsin θ − ΓUi
∂t A ∂z ∂z A A

[
∂ ρ l (1− R g )Ul + ρg R g Ug ] + 1 ∂[ρ (1− R )U A + ρ R U A]
l g
2
l g g
2
g
τig = -τil = τi
mélange
€ ∂t A ∂z
∂p ( τ + τ pg )Sp
= − + pl [ ]
− ρ l (1− R g ) + ρ v R g gsin θ 8
∂z A
Formulation des équations de conservation intégrées dans une section

Variables 2
U
Enthalpie totale (J/kg) h˙ k = h k +
k
− gzsin θ
2
Source volumique Q (W/kg) Densité de flux q (W/m2)

Equations de conservation de l’enthapie totale



∂ρg R g h˙ g 1 ∂ρg R g h˙ g Ug A q pg Spg q ig Si ∂p τSU
vapeur + = R g Qg + + + Γh˙ ig + R g + ξ i i i
∂t A ∂z A A ∂t A
liquide
∂ρl (1− R g ) h˙ l 1 ∂ρ l (1− R g ) h˙ l Ul A q S q S ∂p τSU
+ = (1− R g )Ql + pl pl + il i + Γh˙ il + (1− R g ) − ξ i i i
€ ∂t A ∂z A A ∂t A

∂ ρg R g h˙ gl + ρ l (1− R g ) h˙ l
[ ] + 1 ∂[ρ R h˙ U A + ρ (1− R )h˙ U A]
g g g gl l g l l


mélange ∂t A ∂z
q pPp ∂p
= (1− R g )Ql + R g Qg + +
A ∂t Si
Γ(h ig − h il ) + (q ig + q il ) = 0
A 9


Résolution du système d’équations complet
Système complet à 6 équations

∂ρg R g ∂ρg R g Ug
+ =Γ
∂t ∂z
∂ρ l (1− R g ) ∂ρl (1− R g )Ul
+ = −Γ
∂t ∂z
€ ∂ρg R g Ug 1 ∂ρg R g U2g A ∂p τ pg Spg τ ig Si
+ = −R g + + − ρg R g gsin θ + ΓUi
∂t A ∂z ∂z A A
€ ∂ρl (1− R g )Ul 1 ∂ρl (1− R g )U2l A ∂p τ plSpl τ ilSi
+ = −(1− R g ) + + − ρ l (1− R g )gsin θ − ΓUi
∂t A ∂z ∂z A A

∂ρg R g h˙ g 1 ∂ρg R g h˙ g Ug A q S q S ∂p τSU
+ = R g Qg + pg pg + ig i + Γh˙ ig + R g + ξ i i i
€ ∂t A ∂z A A ∂t A
∂ρl (1− R g ) h˙ l 1 ∂ρ l (1− R g ) h˙ l Ul A q S q S ∂p τSU
+ = (1− R g )Ql + pl pl + ig i + Γh˙ il + (1− R g ) − ξ i i i
∂t A ∂z A A ∂t A

6 inconnues principales Rg, Ug, Ul, p, h˙ l , h˙ g
€ 10
Inconnues à modéliser Γ, τ pl , τ pg , τ ig , U i ,q pg ,q pl ,q il ,Spg / S,Si
Equations pour le mélange

Si les 2 phases sont en équilibre thermodynamique


Remarque : Généralement une phase au moins est en équilibre

h˙ k ≈ h k h l (Tsat ), h g (Tsat )
connues
L’équation de l’enthalpie du mélange permet de calculer le titre massique x

[
1 ∂ ρg R g h g Ug + ρ l (1− R g )h l Ul
=
]
q pSp
€ €
A ∂z A
˙ xh˙ g,sat + M
1 ∂M [ ˙ (1− x) h˙ l,sat ] ˙ (h g,sat − h l,sat ) dx
M ˙ h lg dx q pPp
M
≈ ⇒ =
A ∂z A dz A dz A

Equations de conservation de la masse et de l’enthalpie du mélange sont liées

€ Simplification : pas de modélisation des termes interfaciaux


Système à 6 Système à 4 1 Masse pour une phase
équations équations 2 qdm liquide-vapeur
11
1 Enthalpie pour le mélange
Equations pour le mélange

Si les vitesses des 2 phases sont liées


2 équations de quantité de mouvement sont remplacées par :

1 équation de quantité de mouvement du mélange

( 2 2
)
1 ∂ ρ l (1− R g )Ul + ρg R g Ug A 1 d M
= 2 
˙ 2 x2 M
+
˙ 2 (1− x)2 

A ∂z A dz  ρg R g ρ l (1− R g ) 

∂p τ pPp
=− +
∂z A
( )
− ρ l (1− R g ) + ρg R g gsin θ

1 relation f (Ug, Ul, Rg)=0 Modèle homogène Ug, Ul, système à 3 équations

Simplification : pas de modélisation de l’aire interfaciale et du
frottement interfacial
12
Configuration des écoulements adiabatiques

10 10

1 1
j L (m/s)

j L (m/s)
0,1 0,1

0,01 0,01

0,001 0,001
0,01 0,1 1 10 100 0,01 0,1 1 10 100
j (m/s) j (m/s)
G G

Eau-air, tube vertical de 5 cm de diamètre Eau-air, tube horizontal de 5,1 cm


Taitel et al., (1980) de diamètre Mandhane, (1974)

13
Expérience de Nukiyama (1932)

UI
Fil chauffé par effet Joule : Flux imposé q=
πdl
U
Détermination de Tp à partir de la mesure de la
résistance du fil U/I

q H
F
F'

G'
G

∆Tsat = T p-Tsat

14
Expérience de Drew et Müller (1934)

Chauffage à température imposée d’une plaque plane

q
Ebullition
F de transition
H
Ebullition
en film

E G

Colonnes
de vapeur
convection
naturelle D

B C
A Bulles isolées

∆Tsat = Tp -Tsat
15
Les différents régimes de l’ébullition convective
Configuration Transfert
Températures z Titre d'écoulement thermique
massique
Température Transfert de
de la vapeur chaleur par
Vapeur convection
seule dans la vapeur
x=1
Vapeur +gouttes Région
de liquide déficiente
en liquide
crise
Ecoulement
d'ébullition annulaire Transfert
avec de chaleur
entrainement par
convection
dans le
Ecoulement film
annulaire

Churn

Ebullition
Température nucléée
Ecoulement saturée
du fluide à poches
bouchons

x=0 Ecoulement
Température à à bulles Ebullition
coeur du liquide nucléée sous
refroidie
Température Liquide seul Transfert de
moyenne du chaleur par
liquide convection
Tp dans le 16
Tsat liquide
Régimes d’ébullition pour un flux de chaleur imposé

q
Ebullition sous refroidie Ebullition saturée Ebullition
Ebullition surchauffée
en film Flux élevé
sous
Fin de refroidie Ebullition
l'ébullition saturée en
nucléée film
Vapeur + Vapeur
gouttelettes surchauffée
Nucléation
en paroi
Condensation
à coeur Flux moyen
Crise
Ebullition
d'ébullition
nucléée
saturée
Liquide Churn
Annulaire Flux faible
x=0 x=1 x

17
Régimes d’ébullition pour une température de paroi imposée

Ebullition sous refroidie Tp -Tsat

Ebullition Ebullition saturée Ebullition


en film surchauffée
sous
refroidie Surchauffe élevée
Fin de Ebullition
Ebullition
l'ébullition saturée en
de transition
nucléée sous-refroidie film Vapeur +
gouttelettes Vapeur
surchauffée
Ebullition
Nucléation de transition Surchauffe moyenne
en paroi saturée
Condensation Crise
à coeur Ebullition d'ébullition
nucléée
saturée
Churn Surchauffe faible
Liquide Annulaire
Pas d'ébullition
x=0 x=1 x

18
Fermeture des frottements pariétaux : Modèle homogène

Écoulements dispersés avec


Hypothèse : Ul = Ug =UM faible vitesse de
glissement/Ul
(
∂ ρ l (1− R g )Ul + ρg R g Ug ) + ∂(ρ (1− R )U
l g
2
l + ρg R g U2g ) = − ∂p + τ S
p p

∂t ∂z ∂z A
( )
− ρ l (1− R g ) + ρg R g gsin θ

d d m ˙2 dP τ S ˙ A = Cte
[
ρ M U2M ] =   = − + p p − ρ M gsin θ m
˙ =M
dz dz  ρ M  dz A

 dp  τ pSp Sp 1 ˙2
m Sp 1 2 €
  = = − ƒ pm = − ƒ ρ U
pM M M avec ρ M = R g ρg + (1− R g )ρ l
€  dz fr A A2 ρM A2

16 m
˙D
€ fpM coefficient ƒ pM = si Re M < 2000 avec Re M =
Re M µM
de frottement
pariétal ƒ pM = 0,079Re M
−0.25
si Re M > 2000 µ M = R gµg + (1− R g )µ l
19


Fermeture des frottements pariétaux : Modèle à flux de dérive

Écoulements dispersés ou à
Hypothèse : Ul ≠ Ug poches-bouchons

∂ ∂
∂t
[
ρg R g Ug + ρ l (1− R g )Ul + ]
∂z
[
ρg R g U2g + ρ l (1− R g )U2l = ]
∂ ∂ dp τ S
[
ρ M Uρ + ] ρ M U2ρ + ρ m U2lg = − + p p − ρ M gsin θ
[ ]
∂t ∂z dz A

€ ρMUρ =ρg Rg Ug+ ρl (1 - Rg) Ul = m


˙ Ulg = Ug - Ul

1
ρ M = R g ρg + (1− R g )ρ l ; ρm = ≈ R g ρg
€ 1 1
+
R g ρg R lρ l
20
Fermeture des frottements pariétaux : Modèle à flux de dérive

∂ ∂
∂t
[
ρg R g Ug + ρ l (1− R g )Ul +
∂z
] [
ρg R g U2g + ρ l (1− R g )U2l = ]
∂ ∂ dp τ S
[
ρ M Uρ + ] ρ M U2ρ + ρ m U2lg = − + p p − ρ M gsin θ
[ ]
∂t ∂z dz A

n−1
Wallis (1969) Ulg = V∞ (1− R g ) n =1,5 bulles sphériques
€ V∞ vitesse terminale des bulles

Zuber et
Findlay€(1965)
Ug = C0 Um + U∞ = C0 jg + jl + U∞ ( )
1/ 4
 g ρ − ρ σ
Bulles: U∞ = 1,53
l( g
 ) ou poches : U∞ = C∞ gD
2
 ρl 
 
€ C0 = 1,1 C0 = 1,2

Frottement

pariétal
1 Ul D
τ p = − f plρ l Ul2 ; f pl = CRe l−n avec Re l =
2 νl 21
Fermeture des frottements pariétaux : modèle annulaire sans arrachage

liquide 2 équations de quantité de mouvement


∂ρg R g U2g d m ˙ 2 x2 ∂p τ ig Si
vapeur = = −R g + + ΓUi − ρg R g g
∂z dz ρg R g ∂z A

˙ 2 (1− x)2
d m dp τ ilSi τ pSp
δ = −R l + + − ΓUi − ρ l (1− R g )g
dz ρ lR l dz A A

Si 4
Ui ≈ Ul = Rg Inertie du liquide << Inertie du gaz
A D

En ébullition saturée x est connu par le bilan d’enthalpie 2 inconnues p et Rg
€ Elimination du gradient de pression entre les deux équations

d m˙ 2 x 2 τ ig 4 τp 4
Rl = Rg − Rg + (ρ l − ρg )R g R l g
dz ρg R g D D
22
Fermeture des frottements pariétaux : modèle annulaire sans arrachage

liquide

d m˙ 2 x 2 τ ig 4 τp 4
vapeur Rl = Rg − Rg + (ρ l − ρg )R g R l g
dz ρg R g D D

δ
Permet de calculer Rg

˙ 2 x2
ƒi m  δ
On modélise τi (Wallis, 1969) : τ i = 2
avec ƒ i = 0,0051+ 300 
2ρg R g  D

(
ƒ i = 0,005 1+ 150(1− R g ) )
1 Ul D
τ p = − f€ 2
plρ l U l ; f pl = CRe l−n avec Re l =
2 νl

dp d m˙ 2 x2 τ p 4
=− + − (ρg R g + ρ lR l )g
dz dz ρg R g D 23

Flux de chaleur en paroi

Ecoulement monophasique
Hl D
q = Hl (Tp − Tl (z)) Nu = = f (Re,Pr)
kl
0,8
HD  m
˙D 
Nu = l = 0,023  Pr
1/ 3 Tube circulaire (Dittus-Boetler)
kl  µl 
€ €
Apparition de l’ébullition nucléée

Il faut que la température de paroi atteigne une valeur suffisante
1/ 2
 8σT q 
sat
Tp − Tsat >   Prl Forst et Dzakowic (1967)
 k l ρg h lg 
24
Piégeage et activation d’embryons de vapeur dans des cavités de paroi

Liquide T0 P (a)
0
R
(b)

2σ(T)
R=
Psat (T)− P0

r
croissance
spontanée

t0 t
2r

2σ(T0 )Tsat (P0 )v v


Activation d’un site de rayon r pour T0 : T0 − Tsat (P0 ) >
r h lv 25
Flux de chaleur en paroi : ébullition sous saturée
zone Ebullition Ebullition sous
monophasique sous saturée Ebullition saturée
saturée développée
partielle

z
ze zeb zd zs

Tp Température de paroi

Tsat

Tl Température
moyenne du liquide

α
Taux de vide

26
Flux de chaleur en paroi : ébullition sous saturée

Apparition significative de la vapeur (Saha & Zuber, 1974)

Faibles vitesses Pe < 70000


Effets thermiques contrôlent
l’apparition de la vapeur
Nu = 455
qD
Nu = > 455
k l (Tsat − Tl )

qD
Tsat − Tl < 0,0022
kl
St = 0,0065

Fortes vitesses Pe > 70000
L’écoulement détache les bulles
q
€ St = > 0,0065
m
˙ C pl (Tsat − Tl )

˙ DCpl
m q
Pe= Tsat − Tl < 153,8
kl m
˙ C pl
€ 27
Flux de chaleur en paroi : ébullition sous-saturée

Modèle de Rohsenow (1973), validé expérimentalement par Hino et Ueda (1985)


q = ql + qn avec q l = Hl (Tp − Tl (z))

Contribution de la nucléation Contribution de l’écoulement


1/ 2
 g(ρ − ρ )   C (T − T ) 
3 monophasique de liquide
l g
q n = µ l h lg   Pr −3  pl p sat 
€  σ   Csf h lg 

q Ebullition sous saturée développée

€ Modèle de Bergles et Rohsenow (1964)


qn
1/ 2
   2 sous saturée partielle
 qn q n (zeb )  
q = q l 1+  1−   qONB
q
  l  q n   ql
q n (zeb )
Tp-Tl 28

Régime d’ébullition saturée

Forte évolution longitudinale de l’écoulement : régimes d’écoulements à


bulles, poches- bouchons, annulaire
4q
Titre massique est calculé par le bilan d’enthalpie : x(z) =
Dm
˙ h lg
z − zs ( )
Différents modèles et corrélations pour prédire le transfert de chaleur

Corrélation de Chen (1966) H = Hn + Hl €


0.8
k m ˙ (1− x)D  1/ 3
Hl = 0,023 l   Pr F(X tt )
D µl 
 k 0, 79C0, 45ρ0,€49  0.24 0.75
Hn = 0,00122 0,5l 0,29pl 0,24l 0,24  Tp − Tsat
( ) ( psat (Tp ) − p l ) S(X tt )
σ µ l h lg ρg 
€ 0, 736
 1 
  Dm  1,17  F(X tt ) = 2,350,213 +  pour X tt−1 > 0,1
˙ (1− x) 1,25
 X tt 

S = 1 1+ 2,53⋅10 −6 
  µ
( )
F X tt 



l F(X tt ) = 1 pour X−1
tt ≤ 0,1 29
Régime d’ébullition saturée

D’autres corrélations (van Carey, 1992)…..

 C5 C 
H = Hl C1 C0C2 (25Fr ) + C3 Bo 4 FK 
 

 1− x 0,8 ρg q ˙2
m
C0 =   Bo = Fr = Kandlikar (1989)
2
 x  ρl m
˙ h lg ρ gD
l
Gunger et Winterton (1986)
  q 0,86  x 3 / 4  ρ 0, 41
H = Hl 1+ 3000  +    l  
 m˙ h lg  1− x   ρg  
 
Schrock et Grossman (1959)

  
0,66  0,8
q 1 kl  m
˙ (1− x)D 
H = 7,39 ⋅103 Hl  + 0,00015   et Hl = 0,023   Pr
1/ 3

 m
˙ h lg  X tt   D µl 
30
Lissage de résultats expérimentaux (Kandlikar, 1989)

 C5 C 
H = Hl C1 C0C2 (25Fr ) + C3 Bo 4 FK 
 
 1− x 0,8 ρg q ˙2
m
avec C0 =   Bo = Fr =
 x  ρl m
˙ h lg ρ l2 gD

C0 < 0.65 C0 > 0.65 Fluide FK


€ Région convective Région de l'ébullition nucléée
Eau 1,00
C1 1,1360 0,6683 R-11 1,30
C2 -0,9 -0,2 R-12 1,50
C3 667,2 1058 R-13B1 1,31
C4 0,7 0,7 R-22 2,20
C5 0,3 0,3 R-113 1,30
R-114 1,24
C5 =0 pour les tubes verticaux et les tubes R-152a 1,10
horizontaux quand Fr>0,04. Azote 4,70

31
Modèle phénoménologique de l’ébullition nucléée

Contribution de différents modes de transferts élémentaires :


Del Valle et Kenning (1985) et Dhir (1991)

qp=qVAP+ qCOND + qCONV

qCONV =qmono(1−Kπ Rd2 nc )


qVAP =ρ l hlg VMC nc f
Convection
Vaporisation de monophasique
la microcouche entre les sites
de liquide
Conduction lors
du remouillage de
la paroi

qCOND =K π Rd2 nc qb =2 π ρl Cpl kl K Rd2 f nc (Tp −Tl ) Paramètres à modéliser :


Rd, nc, f 32
Conditions de flux critique en ébullition convective

A faible flux : augmentation progressive du titre → écoulement annulaire


avec amincissement de l’épaisseur du film → assèchement de la paroi
A fort flux, la crise d’ébullition apparaît pour des faibles titres x → forte
production de vapeur en paroi → écoulement annulaire inverse

Katto et Ohno (1984)


eau, ammoniaque, benzène,
éthanol, hydrogène, azote,
potassium et fréons R12, R21,
R22, R113,
 h (Tsat )− h (T ) 
qcrit = q0 1 + K l l le 

Eau à 29 bars  hlg 

q0 et K dépendent de :
ρv G 2l
Académie des Sciences Russe γ= We= l/ D G hlv
ρl ρl σ
Bowring, (1972) pour l’eau 33
Corrélation de Katto et Ohno (1984)

 h (T 
sat )− hl (T le )
qcrit = q0 1 + K l 
 hlg 

ρv G2 l γ<0.15
γ= We = G=m
˙
ρl ρ lσ
C = 0.25 pour l / D < 50 pour q 01 < q 02 alors q 0 = q 01
 l   q 0 = q 02 pour q 02 < q 03
C = 0.25 + 0.0009  − 50 pour 50 < l / D < 150 pour q 01 > q 02 alors
 D€  q 0 = q 03 pour q 03 ≤ q 02
C = 0.34 pour l / D > 150 pour K1 > K2 alors K = K1
pour K1 ≤ K2 alors K = K2
q 01 = CGLWe−0.043 (D / l) q 02 = 0.1GLγ0.133 We−1/ 3 (1+ 0.0031(l / D))−1
 0.27 
q 03 = 0.098GLγ We 0.133  (
−0.433
l / D) 
 1+ 0.0031(l / D)  € γ>0.15
 
pour q 01 < q 05 alors q 0 = q 01
 1 
q 04 = 0.0384GLγ0.6 We−0173   q 0 = q 05 pour q 04 < q 05
 1+ 0.280We
−0.233
(l / D)  pour q 01 > q 05 alors
q 0 = q 04 pour q 05 ≤ q 04
 0.27 
0.513
q 05 = 0.234GLγ We −0.433  ( l / D)  pour K1 > K2 alors K = K1
 1+ 0.0031(l / D)  K = K2 pour K2 < K3
  pour K1 ≤ K2 alors
K = K3 pour K2 ≥ K3
1.043 5 0.0124 + D / l 1.52We−0.233 + D / l
K1 = K2 = K3 = 1.12
4CWe−0.043 6 γ0.133 We−1/ 3 γ0.6 We−0.173
34


Régimes post-crise d’ébullition

L'ébullition de transition : Tong et Young (1974)


 2/ 3 
1+0,0029(Tp −Tsat )
x T −T 
qet =q f +qnexp −0,0394 dx /dz  p55,6sat  

   

Ébullition en film, écoulement annulaire inverse : Bromley (1960)


1/2
 kg3 ρ g (ρ l − ρ g)h lg 1/4  σ 
H = 0,62   λ H = 2π  
 µ g (Tp − Tsat )λH   g(ρ l − ρg ) 

Régimes d'écoulement de vapeur dispersé à gouttelettes : Dougall et Rohsenow (1963)


0.8
Hg D   m
˙ D   ρg  
Nug = 
= 0,023   
 
 x+ (1− x) Prg,T0.4sat Modèle homogène
kg  µ g   ρl 

Modèles plus complets avec re-déposition et évaporation des gouttelettes,


35
Bennett et al., 1962
Ebullition convective

Les différents régimes de l’ébullition convective

Formulation des équations de conservation intégrées dans une section

Configurations des écoulements

Fermeture des frottements pariétaux

Fermeture du flux de chaleur en paroi

Fermeture des termes interfaciaux


36
Aire interfaciale et frottement interfacial

Ecoulement dispersé

P 3ε ρc (Ul − Ug )2 2R
αi = i = Rayon R des inclusions donné par Wec =
A R σ
=3 = 10
1 CD ρ c Ug − Ul (U − U )
g l
bulles gouttelettes
τ ic = −
4 2

Ecoulement annulaire
 2δ  2 δ
P 4
ε = 1−  et i = ε
 D A D

Pi 4 6ε δ
αi = = 1− (1− ε)(1− E) + (1− α)E
A D d32
C D
 δ Taux d’entraînement de gouttelettes
ƒi = 4 =0,0051+ 300 D 37
 
Aire interfaciale et frottement interfacial

Écoulement à poches et bouchons

LB LS
LB LS  ε − ε BS  εBS = 0.25
ε= + εS ε S = ε BS exp − 10 
LB + LS LB + LS  ε SA − ε BS  εSA = 0.8

Pi 4 LB 6ε LS
Aire interfaciale : αi = = + S
A D LB + LS d32 LB + LS

1 CD ρl Ug−Ul (Ug −Ul )


Frottement interfacial : τ il = − 4 2
3
 LS 
CD = 9,8  
L +
 B SL 38
Flux de chaleur interfacial

qli 4 π R 2 ε
Taux de vaporisation : Γ= N avec N=
hlg 4 π R3 / 3

2 R qci
Transfert de chaleur interfacial : Nu = c, phase continue
kc Tc − Tsat

Bulles de vapeur dans un liquide surchauffé (Legendre et al. 1998)

k (T − Tsat ) 2 R Ug − Ul ρ l Cpl (Tl − Tsat )


qli = Nu l l Pe = Ja =
2R αl ρg hlg

12 36Ja 2 Pe 36Ja 2
Nu = Ja si Pe < et Nu = 2 si Pe ≥
π π π π

Gouttelettes de liquide dans de la vapeur surchauffée (Lee et Ryley, 1966)

0,5 1/3 2 R qig U l − Ug 2 R


Nu = 2+ 0,79Re p Pr
g = avec Rep =
kg Tg − Tsat νg 39