You are on page 1of 10

m m  



m     m    m 
  m 


V 
     
    

   


    


  
 
!"#!     
 $
     

  $
  
     %
&
  $   

Ces recherches amènent plus d¶un spécialiste à prendre sérieusement en considération les
m, ces textes sacrés des plus anciennes traditions religieuses de l¶humanité
dans lesquels les caractéristiques de l¶après-vie, l¶itinéraire initiatique du défunt, les dangers
et les récompenses de l¶autre monde sont rigoureusement passés en revue. Et la rencontre
entre science et religions a bien souvent de quoi troubler le plus sceptique des observateurs.
Tous les grands systèmes de croyance affirment l¶existence d¶une vie au-delà de la tombe.
Cela pourrait ne paraître qu¶une volonté collective propre à l¶homme de tout temps et de tout
pays de se survivre. Comment admettre en effet qu¶avec toute notre intelligence, l¶importance
de nos réalisations ici-bas, la prééminence de l¶esprit sur la matière qui nous caractérise,
l¶espèce humaine ne soit réduite à quelques décennies de présence sur la terre? Ne sommes-
nous pas faits pour dépasser notre simple condition physique? Il existe en nous quelque chose
nous survit obligatoirement. Démarche à la fois logique et, pourrions-nous dire, presque
légitime de sociétés d¶êtres vivants qui ont conscience d¶elles-mêmes et ont par voie de
conséquence élaboré des systèmes religieux donnant pour certitude qu¶il existe une autre vie
dans l¶au-delà.

*
morsqu¶on étudie ces croyances chez les peuples les plus différents et les plus éloignés de la
planète, il est un fait qui ne peut manquer de retenir l¶attention. C¶est leur similitude. Que ce
soit dans l¶Amérique précolombienne, en Egypte ancienne, en Asie centrale ou chez les
autochtones peu connus d¶Australie, les voyages de l¶âme après la mort physique se
ressemblent étrangement. Il faut admettre deux raisons à ce phénomène. Ou bien ces sociétés
ont eu, bien avant l¶ère historique de nos manuels de classe, de mystérieux contacts entre-
elles, ou bien toutes, grâce à des moyens d¶investigation complètement étrangers à notre
savoir actuel, ont fait une expérience assez identique de la vie après le trépas. Il est possible
d¶envisager raisonnablement une source commune à toutes les traditions de l¶humanité. mes
spécialistes de l¶histoire mystérieuse s¶accordent au moins sur un point. Nous aurions été
civilisés par des êtres venus d¶ailleurs qui sont devenus les dieux et les héros de nos légendes.
Entre autres connaissances, ils auraient légué à nos lointains ancêtres ce qu¶ils savaient eux-
mêmes sur le mystère de la survie des âmes. Il est tout aussi logique de penser que l¶homme
préhistorique disposait de facultés paranormales aujourd¶hui disparues. Ces pouvoirs perdus
auraient permis à certains, à l¶origine de la civilisation humaine, d¶explorer l¶après-vie. Cette
dernière étant évidemment la même pour n¶importe quel habitant humain de la planète, nous
aboutirons à des m plus ou moins semblables sur toute la terre.

 !

m  m 
"#  

Quelle que soit la théorie que l¶on choisisse- nous insistons encore sur le fait que l¶une et
l¶autre se défendent à titre égal-, c¶est cette identité traditionnelle qui demeure fondamentale.
Elle prêche en faveur d¶une part de la réalité du phénomène de suivie pour l¶âme, d¶autre part
en faveur de l¶intérêt des éléments contenus dans ces traditions pour mieux connaître l¶étrange
voyage qu¶entreprend une certaine partie mystérieuse de nous-mêmes une fois que nos
structures physiologiques ont rejoint l¶immense creuset de la matière inerte. Il est difficile
d¶étudier dans leur ensemble toutes ces données religieuses. D¶abord, on doit se rendre à une
évidence. m¶homme s¶est toujours prodigieusement intéressé à une éventuelle vie au-delà de
ce monde. Malgré cela, les chercheurs n¶ont jamais véritablement tenté une approche générale
des traditions en question. Ils se sont contentés de recherches ponctuelles. Malheureusement,
nul n¶a entrepris, comme le suggère pourtant E. Kübler-Ross, un travail de synthèse. Or c¶est
à partir d¶une telle démarche que l¶on pourrait justement établir un « guide type » de l¶au-delà
et le confronter avec les travaux de la science d¶aujourd¶hui sur les expériences de survie.

$%&$!

    m   '   

Il existe un handicap à cette synthèse universelle. Beaucoup de traditions ne sont pas écrites,
ou bien elles ont été consignées avec de si nombreuses variantes qu¶on est obligé d¶opérer des
choix évidemment arbitraires. Pourquoi privilégier une croyance plutôt qu¶une autre? Quelle
est la vraie ? maquelle s¶est altérée à travers les siècles et les hommes qui se la sont
transmise ? Il faut bien admettre que tout le problème de la connaissance est là. ma vie après la
mort n¶est pas le seul domaine où règne cette décevante incertitude. me savoir humain
accumulé par des milliers et des milliers de générations antérieures souffre des aléas de son
stockage au cours des siècles Il existe cependant au moins deux textes sûrs qui traitent des
péripéties de l¶âme après sa séparation d¶avec le corps : m()*
+. On peut parier sur leur fidélité. me chercheur peut encore glaner, pour préciser les
données fournies par les traditions précitées, dans les écrits religieux d¶autres peuples. Il y
trouve au moins des fragments concernant l¶après-vie. Et dans la mesure où l¶authenticité
historique de ces textes ne fait aucun doute, ces sources constituent d¶inappréciables
documents sur ce qu¶était effectivement la connaissance de l¶au-delà au moment très lointain
où ces ouvrages ont été rédigés.

+

Comme le fait remarquer + dans son excellente étude sur le m  


 de l¶ancienne vallée du Nil, les égyptologues sont loin d¶être d¶accord à propos de ce
texte. Quelle en est la provenance ? Pour certains, il est plus ancien que la civilisation
égyptienne. Il est exact qu¶il fait allusion à une terre engloutie dont serait originaire le dieu
. Elle est appelée dans le texte ?%'
. Par la suite, ajoute , ce
continent serait devenu l¶?
dans les écrits de ". Il est évident que pareille thèse
ne saurait satisfaire les historiens dits « officiels ». Ceux-ci pensent que le m
est une synthèse de croyances sur l¶au-delà. Il serait, selon eux, une compilation de données
en provenance des sources les plus diverses sur lesquelles se serait élaborée la civilisation de
l¶ancienne Egypte. Ainsi, on trouve un grand nombre de formules du m  dans les célèbres
textes des Pyramides qui sont considérés parmi les plus vieux témoignages graphiques de la
vallée du Nil. De même, on a découvert des passages entiers de l¶itinéraire de l¶âme dans l¶au-
delà sur des tablettes d¶argile de Õ  et de (
!  datant d¶une période à peu près
identique. Quelle que soit son origine, le m, soigneusement calligraphié sur
papyrus, était déposé, en tout ou en partie, auprès de la momie avant son inhumation. « Ces
dispositions, écrit   dans 
$

 &, étaient censées l¶aider
dans son voyage. me défunt devait en effet traverser différentes contrées avant de vivre la
scène cruciale du Jugement, de la pesée des âmes, sous l¶œil vigilant de Thot, le scribe des
dieux, et d¶Anubis à tête de chacal, protecteur des cimetières. D¶après les Egyptiens, l¶homme
Ôt lÔt il Ôt ÔÔ lÔ t 
   i
iti 
i ÔlÔtÔtÔ lÔt itl
Ô  lÔilÔ   ÔÔÔtÔil tÔltÔilÔ
ÔÔlÔ t 
it
ttÔÔl il l iiitÔtÔtÔ   li ÔtÔÔllÔ

Ôm Ô titlÔ


i  Ô iÔ  l Ôl t tÔ i ÔÔt lÔ
t ittÔ ÔÔlÔ iÔ 
ÔÔ   lÔllÔli Ô Ôti
Ô ÔlÔ iÔ 
i Ô Ô ti i
Ô lÔ Ô  Ô iÔÔtlÔ
t li  
 Ô  tÔ  ÔttÔ tÔl  i Ôt ÔlÔ !t lÔllÔ
ÔlÔiÔ
tÔlÔ tCÔ t itlÔ  ÔjÔtÔl
 ltÔ   i
il Ôji liÔ  Ô
iÔt Ôli Ô itiiÔÔ t Ôt  Ô
iÔitÔllÔ"illilltÔ Ô 
Ô
tÔ ÔlÔtÔ
t   ltÔ
lÔlÔ Ô

   Ô tjÔlitlit Ô "  lÔ
#iÔ
$ Ô 
ÔiÔ #
itÔ Ô ÔiÔ it
Ô Ô iÔÔ Ôil Ôl Ôl 
Ô 
ti itt
i Ô 
lillÔ 
 ÔÔÔÔlÔ
 ltÔ:
ÔÔÔt  ÔlÔttÔ  Ô  i
 Ô %t Ô 
t
  Ôti Ô Ô 

#Ô l ittt i Ô iÔ  Ô i#tiilli 

 Ôt 
Ô itÔ Ô ti Ôli
 Ôt  lÔ  tÔ  ÔlÔ !t
i lÔ iÔ
, Ô
Ô Ô&iÔÔtÔ itÔlÔ  Ôil 
# Ô lÔ  Ô  'ÔlÔ
tlÔ  t Ôi tÔÔtÔÔ tÔ ÔÔllÔ ÔtÔ
   lÔ Ô
( ii (ÔÔtÔ
 l
ÔÔti Ô iiÔ  ltiÔ iÔÔj tÔÔt
i
tilÔ i Ô
  ÔlÔ 
i )*
ÔÔttt #

ÔÔtit 
iÔ itÔtÔt #Ô t lÔ'   Ô ÔtillÔ  ÔlÔ
itlÔ iÔ)!t*CÔÔ ti
l ii 

t Ôi Ô liÔÔt  lÔ


lÔÔ
it
Ô Ô#itt ÔliÔÔllÔ !il ÔlÔÔ Ô
 iÔÔ Ô  t ittitÔ 
  - , .  /

 ilÔÔt ÔltiÔt Ô #
itÔ +lÔt
tiÔ Ô

Ô Ô Ô ÔÔ 
# iÔ Ôt ÔltÔÔÔlÔ iiltlÔ ÔÔ Ô
Ô ti Ô Ôtit tiÔ CÔ 
 Ô  t
l  iiilÔ 
Ô ÔÔtitÔ
tÔ

tÔÔtlit ÔÔ(
Ôt iÔÔlÔt Ôt iÔÔi titÔÔilÔ 
iÔt  iÔ Ú  
 
  
  Ú





 



   

$ lÔ tÔÔ   lÔ Ô t


lÔ iÔ ,
tiÔ liÔ Ô Ô ÔÔi
tÔliÔ 
lÔ Ô
 ÔlÔ   Ôl
 iÔÔt tÔlÔ 
il  ÔlÔ 
!t
 Ô lÔ  illÔ lÔt
 tÔ ÔlÔtÔlititiÔ 
i Ôli Ôl#ÔÔt-Ô Ô tiÔ  Ô 
tÔt
Ô
 t 
ÔttÔtÔ Ô i
tiMi 
i ÔtÔlÔm iltiÔlÔ
ÔîtÔ$ lÔ tiÔ  ÔÔ ÔÔ ti lÔ tÔ t
i  ÔillÔÔt
tÔ ÔtÔ tÔtiitt  Ôm  it  ÔllÔ 
  Ô 
. i Ô t lÔ  Ô  ÔlttÔtÔÔ tÔtti   Ô
tÔ iliÔtlÔ" Ô
l tiÔÔ lli Ô l Ô
l tlÔtÔtÔ)ilÔÔi tÔ Ô t ti  tjÔ
ÔlÔÔÔili
#iÔ* Ô Ôi ÔtiÔilÔ t ÔlÔÔt Ô
Ô
lti  Ô 
 liÔ i  iitlÔjl Ô 
lÔ t
Qui le pratique avec foi, assuraient les prêtres égyptiens, est certain de renaître à la lumière et
à la vraie vie. mem est un gage d¶éternité pour tout individu. Celui des
|!$
 est tout aussi précis et il a exactement le même but.

%+(01$ $**!

ma grande spécialiste de l¶Asie traditionnelle, & , le décrit comme le


rituel à suivre dès que commence l¶agonie. « m , dit-elle,    

 
 
    
   
  
 

   
» mes Tibétains appellent leur
livre de l¶au-delà le ÿ . Cela signifie, toujours d¶après Mme  , « un
texte dont l¶audition délivre du bardo et le est cet état intermédiaire dans lequel
demeure l¶entité désincarnée, depuis le moment de la mort jusqu¶à celui de la réincarnation».
On se demande, comme c¶est le cas pour le m de l¶ancienne Egypte, quelle est
l¶origine de cette œuvre étrange. Selon la tradition même du Tibet, les différentes versions
(très proches d¶ailleurs les unes des autres) du ÿ auraient été tirées d¶un manuscrit
sanscrit original très ancien. Aujourd¶hui, ce manuscrit est perdu. S¶il faut en croire les
Anciens, à l¶instar du m()*, il viendrait d¶un continent englouti. Ce dernier pourrait
être la $ ,  , le ) *

ou un quelconque '
. maissons historiens officiels et
marginaux polémiquer sur cette hypothèse qui vaut celle de l¶?
 à propos du m
()*. Ce qui nous intéresse ici plus particulièrement, c¶est le contenu du ÿ .
Encore une fois, nous faisons longuement référence à & .

« « Œ  écrit-elle,  



 

    

  
   m
    

 
 


  
  
  

 
  !
"# 
 $% 
 
 
  
  


    

   
&



      " ».

m  
 m
 m 
mÔ Ô#Ô#Ô  ilÔ tÔllÔ  l
 iÔ t Ô  lÔ tiÔ  Ô

Ô Ô it 
 lÔ Ôil
# iliÔ ÔltÔtÔ t
l i 
ilÔ ÔÔtÔÔÔ $ lÔÿ   /iÔt tÔÔtÔll i
ÔllÔ  jÔt   lÔ
 ÔiÔÔlÔ ! 
littlÔÔt ÔÔ  Ôl
ÔlCÔ t Ô t iÔlÔ t
 ttit  il
Ôt iÔl tttÔ lÔ 


ÔÔ   Ô Ôl


 il Ô Ô
tiÔt
itt
ÔmÔttÔ tÔ
Ô Ôlt#iÔiÔ Ôi Ô
liÔ
ÔtiÔ 
tiÔ itÔllÔ ,it il t 

l ittiÔtl  Ô tlÔ#Ôi Ôl Ôl  itlÔÔtiliÔ
illÔ ÔÔl
i Ô Ô
 iÔ Ôi Ô lÔtittÔ ÔÔtiltiÔCÔ 
 Ô lÔ
iÔtÔtlÔ Ô
lÔÿ l iÔtlÔ tÔilÔ 
i
tiÔ  ÔlÔÔt
Ô t
 
l Ôti  ÔÔÔiÔllÔ Ô tÔlÔ  Ô Ôt ÔtÔlli Ô

i Ôj tÔ(
Ôt itÔÔ ÔtÔt iiÔ
# ÔCÔti lt


# ÔÔliittÔitlÔ  Ô  Ô


Ô Ô  itÔ  tttÔ Ôi
Ô t
Ô  i lÔ l
ttiÔti ÔÔÔttj  i    / 
Ô Ôil
lÔitlÔ
tÔÔ Ô iÔ iiÔiÔ t
 ttitltÔti 
iÔ 0  titÔÔt
l iÔiÔliÔÔ i  tÔÔ"tÔ i
tt i Ô
 lÔ t ÔÔ tÔtiÔÔtiÔ Ô  iÔtiiÔ Ô ÔtÔÔ ÔlÔ
tÔ
ÔttÔit tÔi ÔÔlÔ it   t#Ô  ÔllÔ Ôl
ÔÔt
i
lÔ 
Ô#ÔiÔm
ÔÔÔ tÔ
Ô titÔ)§  

  *
ÔlÔ   Ô l Ôi tÔt! lt#iÔ i ÔtÔt  it  tlÔ Ô Ô
 ÔÔ
Ô t Ô  i lÔ Ô t
 
l  Ô  t#Ô  Ô 
ti 
liitiÔ 
l iÔ tÔ  ÔttÔ 
i Ô .ÔttÔ iÔti Ô 
tÔtil 
l   ÔÔ 
tÔ 
Ô Ô ti Ô  itÔt t,t il  ÔillÔt
i
lÔÔt ÔÔtÔt  lÔtÔ lÔ 
Ô i ÔÔt
 Ô ÔÔt 
Ô 
iÔ 1



  / / 

m  
 
 
/iti 
tiÔ  #i  l
l
t Ô mtll i
it iÔ i  ÔtÔÔ ÔlÔ #i tiÔ  i ÔtÔlÔ iÔ m,
tÔ
Ô Ôl? !  t
   iÔ
ii
l  ÔitÔlÔ Ôliili ti
 lllÔ !ilmÔÿ   Ô   
lÔ  ÔtÔlti  lÔ
.iiÔ  l iÔCÔ tlit

i ÔÔ iÔÔ
Ô Ô 
ÔtÔl Ô
 Ô  l ÔlÔt ttÔtilti 
 lt 
Ô

 
Ô ÔlÔ iÔ  Ôl
 iÔ$Ô #Ô#Ô Ô / 
lÔ/iÔt
  
liÔÔ,
tÔ
Ô Ôtil it Ô t#Ô i jtÔt
tj   lÔ ÔtiÔ  t#ÔÔ t lÔt  Ô

tÔl
lit#i tiÔt iÔÔCÔ tÔi ÔÔ 
Ô Ô
ÔÔ
lÔl
ÔtÔ Ô|  
,  l i
lÔi ÔlÔ ÔlÔllÔlÔ tÔt  Ô
l iÔÔiiÔllÔ ÔÔ iÔt lÔt ÔiÔ i
ÔÔÔ itiÔ1C#Ô-lÔ 
M  ilÔi tÔ Ô t iti Ôl
Ôt ÔÔ,
tÔ tt#ÔÔt iÔillÔ
#i tiÔ ÔtiÔt
Ô  ÔlÔÔl? ! .Ô
Ô
lÔ tiÔ 
MÔiÔ
liÔ li Ô ÔlitiiÔ iÔ  l
 iÔiÔ it i
ÔÔttÔtÔÔitiÔmÔlÔl , ,2  il ÔtÔtiÔt
Ôlti  

ÔllÔ   Ô liÔ ÔlÔ 


l iÔillÔ ti ÔliiÔ Ô  Ôl Ô

iÔÔtÔllÔ  i Ôiili ti i
Ôl# itÔ
 iÔ  li Ôlli

ÔÔ tÔ tlÔttÔ   il ÔtÔ  lilit# Ô Ô tÔ tÔ
lÔ
#i ÔtitiÔÔtttÔl#i tiÔ Ô ÔlÔ #itt  ÔÔttÔtÔÔliÔ
iÔt ttÔ ti  ÔltÔt Ôl iÔ

l t%liÔt  ÔlÔtil lÔÔtltÔ  i


 tlÔ ÔlitlitÔt Ô
ÔtiÔ Ô  Ôiti Ô Ô  tÔlÔ Ôlii lÔ 
l lÔ t
 ÔÔt Ôi Ô(  , ,2  Ô t#iÔ tiÔ$Ôit 
lÔiÔ#Ô#Ô
 tj 

tl
ÔÔiÔtilÔ ÔÔil2itÔttt

tili ÔÔt  lÔ  iÔ  t Ô  Ô


lÔMi  Ôt /  
tÔ itÔt Ô tÔtÔ Ôtttj ÔÔ Ô  Ô 
i
#iÔ 
i Ô 
ttÔt%llÔ l  Ô
 
tiÔ
 liÔÔÔ  Ô  
iÔÔt Ô
l liÔtÔ tiit#i tiÔÔ.iÔ
  ÔttÔÔ Ô 
tiÔt iili ti  iÔtÔ  Ôl%tÔiÔtÔ
llÔ  iÔ i 
liÔÔtt
#iÔ 
lÔ  iÔ m Ôl#it3CÔ tÔ
#
t# ÔÔÔtÔÔtÔllÔ Ô  Ô Ô 
ilÔ Ô  Ô iÔÔlÔ 
l  iÔ
jt      tlÔ lt  Ô ÔÔ t
l  tÔ l
 lÔltÔ ÔÔ lÔtÔ ltÔ
ÔÔ
lÔÔtlÔ 
  
iÔtlittlÔÔtlÔ tÔ
# Ô ÔtÔtlÔ m 
ÔÔt Ôt Ô ÔÔ ltÔ Ôlttili Ô Ô i Ô  ÔÔÔÔ
 Ô i  il Ô ( iÔtÔt#iÔÔ

 mÔ  ÔtlÔ 
#itt  ÔiÔt ÔtlÔ Ô  lÔtÔ
Ôtl ÔtiÔ  iÔ i 
tÔ ÔlÔ %tÔ mtiÔ itÔ
itil
tÔ ÔtÔllÔ  iÔ i tt
 iiÔÔllÔ
it iÔlti ÔÔt iiti Ôli ii  t
ÔÔi ÔilÔmÔ 
 i lÔ ÔÔ lÔ  j  Ô t ÔttÔ   Ô 
it 
lÔ m  ÔiÔtlÔ  ÔiÔ Ô tiÔ  ÔÔ i lÔ ti i Ô 

tÔ iÔÔtttÔÔl%tÔi i ÔiÔ.i
 3
u

m m
  mm 
  m 

m i Ô t ÔlÔt


illÔiÔÔÔlt ÔltÔ

# iliÔm#Ô
lt%t Ô   lÔ
#iÔ lÔÔtÔ  litÔllÔ
i lÔj  ÔllÔiti  lÔltÔ Ô  itiÔ  tÔ 
lÔllÔÔ ÔlÔÔtilt 
Ô ÔlÔ#Ôi
 Ôl
it i lli Ô iiÔmÔ i ÔÔ t liÔ/iÔtÔÔ,
tÔmÔ 
i ÔlÔ ttÔ Ô tl  itÔ  
 lÔ 
 Ô iliÔ 
t#tÔ 4tÔ tÔ tÔ
tÔ  ÔÔtÔt ÔÔiÔ #Ôi Ô 
 
i
iÔ 
 Ôt i Ô Ôt ÔlÔ i  ÔÔ liÔ Ô  lti  Ô   tj 
t 
 illil
ÔÔ,llÔÔ
Ô t Ôi Ô Ô ÔmÔti Ô Ô 
Ôt Ôt

#Ô Ôtt
ÔiÔliÔl tit ÔlÔ
l 
 ilÔlÔ illÔ 
 Ô
littlÔÔtlÔt ÔitÔ Ôt ÔlÔ iillttÔÔÔiittÔlÔ 
il  
#Ôi Ôl
 iÔ(lti itiÔ 
# iÔÔ
iitÔlmÔ 
,
tiÔ ÔtÔiÔt Ô itillÔ Ôt Ô  ÔitÔ ÔlÔ t mÔ /iti lÔ
ÔÔt Ô
iÔÔ
 ÔtÔ Ôtt Ô Ô liti  tÔ Ôt  illÔ 
lÔ Ô  0ÔtiÔl i Ô #Ô 
tii
ÔtÔ  ÔillÔ ÔlÔ 
tÔ iÔ mÔ
Ô Ô
tiÔÔt lÔtÔÔtlitilli   
ÔÔÔ 
 
ÔttÔ
Ô0tti  ili ÔÔtÔiÔ
 ÔÔlÔ 
#i /tÔl 
Ôi ÔÔt itÔl ÔÔtÔ
i il it Ô
lÔÔ
ÔtÔ   Ô i Ô  til ltÔ Ô t  lÔ!tÔ 
Ô lÔ
it
  ÔlÔ Ô   Ôi #Ôi  ÔlÔ
#Ô Ô Ô Ô ÔtÔ
lÔ   tÔttÔ  t 
li 
l #tCÔlÔt
tiÔ ÔlÔ 
ti  Ô    - ,!. /  lÔ  Ô  ÿ  iÔt
ttÔi ÔlÔÔtÔl Ô t Ô i #Ô lli ÔtÔÔllÔ

/iÔt Ô tiÔtÔl


Ô lÔ tÔ Ô
Ôt iÔ)( 

ÔttÔ*  lÔÔllÔ
 tÔ
lÔÔ,llÔlÔÔ itÔ  lÔ ÔtillÔ  

tilÔ,llÔ  Ô Ôli  Ôli ÔÔt ÔtÔtti ÔÔ
l tÔilÔ ÔÔllÔ 
ÔtÔ l  Ôl
Ôi Ô
tiÔ  ÔiÔllÔtÔlÔÔt  tÔtÔÔt i
ÔllÔ
 lilÔ lÔ Ôi Ô ÔllÔ ittÔi ÔlÔ  Ô
Ôtm
Ôl
tÔ Ôli ÔmÔ  iÔÔtlÔ #  tÔ Ô Ô Ô  i
i l 
ttÔ Ôt(l
Ô 
li
l iÔÔiti iÔ ÔllÔ,tÔ

llli ÔÔtÔlÔ  ÔtÔtÔ l


tiÔÔtlÔtiti 1(ÔtÔitÔ  Ô   
lÔ ÔlÔi ÔtiÔ   lÔ Ô ti 
lÔ  t  Ô iÔ   i
iÔÔ  lÔ liÔ  Ô t  Ô |     lÔ itÔl  tliÔ /j 
litiiÔ iiltÔÔ Ô  ilÔ  liÔ lÔ 
ÔÔ ÔtlÔ Ô Ô ÔtiÔ
itiÔ ÔÔt lÔtÔl Ôt Ô itiÔÔt ÔÔ l
tÔ Ôli ÔÔi
t i
llÔ l Ô  55Ô i lÔi tÔÔ ilÔ ÔÔt Ôl Ôl
!  i i ÔttÔi ÔtitiÔ Ô,llÔÔ t   tÔÔ

l ÔÔl,llÔitl

ÔÔÔltÔ tlÔ
ttÔtÔl
 iÔ ÔlÔÔtttÔ lÔ #Ô 
ÔÔlÔtiÔÔi tÔ i  jtÔ
lÔÔ
i i
 
l liti tÔ 
mÔ mÔtÔlttÔ lÔ  Ô t iti  Ôl Ôl l
l tÔ
tÔtiÔÔtlÔ 
l 
 iiÔ Ôt it
 ÔÔl#it,ÔÔt il 
tlÔ ti   iÔttÔtÔ iÔÔj l  i#Ô6Ô
 iÔtil
 lÔt
 3CÔtiÔÔt
 l
ÔÔt i
lÔ
tti Ô 

t Ô ti itl
# iÔ 
 itii Ôi ÔtlCÔtiÔÔt
 lÔ i
Ô
i
li tÔ  lÔ
 i  Ô Ôlii lÔ (
  ÔlÔÔtClÔ 
l iÔillÔ 
t iti  Ô #Ô 
lÔt ÔÔtitiiÔtÔtÔj #ilÔ Ô 
  Ôl
t7itiiÔil itÔ
lÔÔ
i Ô ÔÔ t 55Ô i lÔ 
tÔ iÔÔti
#tÔ Ô ÔÔilÔ  Ô 7itiiÔi  Ô
ÔtiÔÔtÔtÔ iÔ i   tÔiÔ +   tÔlÔ
  lÔ
 ÔtÔt
lÔtt
l  Ô 

u

 "
7Ôili
#iÔÔ# tiÔ lÔ miÔ  Ô t  Ôl#itttÔti ÔÔiÔit

l iÔ lÔ ,llÔ ÔitÔÔÔt
tÔt lÔ t it  lÔ itÔ 
iÔ lÔ  Ô l
 iÔÔtl ÔltÔl ÔlÔ t

  lÔ  iÔ Ô 
Ôlii  iÔ ,ÔiÔÔtÔ

   tÔtÔ  Ô
ÔlÔ Ô  Ôt jÔt Ôl,
tÔÔt /iÔtlt lÔti
l:

m   !   ! !!    lÔtl   iti B i 89:9

   "   #$  %  $ !|&   lÔ $i !ÔÔl 
 iti .l

m    '    !t  iti /#

m ' !    !    ,Ôl  iti Mi ÔÔÔtm Ô

m   
% MÔl.Ôt  iti ÔCl Ômtt 

mtÔÔ ÔltÔil;<<9