Sie sind auf Seite 1von 5

22 JUILLET 10

Quotidien Paris
OJD : 95129

18 RUE BARBES Surface approx. (cm²) : 919


92128 MONTROUGE CEDEX - 01 74 31 60 60 N° de page : 20-21

Page 1/5

LES BÉATITUDES MlOl HEUREUX LES MISERICORDIEUX


Que nous disent les Béatitudes? Leurs accents, parfois rudes, nous parlent pourtant d'abord du bonheur.
Mais surtout de la manière de l'habiter. «La Croix» propose cet été dix parcours parmi des millions d'autres

«La miséricorde, c'est la main


dans le prolongement du cœur»
de ce que l'on nous avait appris à
ENTRETIEN l'université. J'ai d'abord voulu
Marie-Noëlle
abolir la distance entre malades et
bien portants et nouer des relations
«Heureux
Besançon, qui dépassent l'approche médicale.
Prendre le temps de s'appuyer sur les
les miséricordieux:
psychiatre, fondatrice qualités ou les compétences des per-
des « Invités au festin » sonnes, s'efforcer de développer leur Us obtiendront
potentialité, c'est la seule manière
En ouvrant La maison de les aider à progresser. miséricorde!»
En 1997, cela a débouché sur I Ht 5,7]
des sources, elle a voulu l'ouverture de «La maison des sour-
vivre une alliance ces» où il allait devenir possible de
fraternelle « avec les fous », vivre une alliance fraternelle avec
des personnes qui comptent parmi
qui sont parmi les plus les plus exclues de notre société. Les les pourront créer avec d'autres, de me satisfaisait pas. J'allais dans les
exclus de notre société principes de base étaient l'abolition développer leurs capacités, de les monastères, je cherchais beaucoup.
des statuts et l'ouverture vers l'exté- aider à retrouver un sens à leur vie. Un dimanche, à la sortie de la messe,
otre carrière de psy- rieur afin de ne pas créer un ghetto. L'Organisation mondiale de la santé je rencontre un jeune homme seul. Je

V chiatre a basculé il y a
vingt ans. Vous vous êtes
alors lancée dans une
aventure qui a abouti à Couverture
d'un lieu de vie communautaire
Ici, il y a beaucoup de bénévoles. Ils
ont leurs propres réseaux sur les-
quels nous n'avons aucun contrôle
et cela apporte l'indispensable re-
nouvellement. Il y a vingt ans, Les
(OMS) définit la bonne santé comme
un état de bien-être physique, psy-
chique et social. J'ajoure, pour ma
part, spirituel.
Vous êtes catholique. Cette expé-
l'ai invité à déjeuner à la maison où
il nous a raconté sa vie et cette expé-
rience m'a touchée. Le dimanche est
un jour où personne ne devrait être
seul. Voilà comment a commencé
pour les personnes en souffrance invités au festin était une utopie, une rience de «psychiatrie citoyenne», l'histoire des Invités au festin. Je
psychique. Qu'est-ce qui vous a fait hypothèse. On a depuis prouvé qu'il pour reprendre votre expression, crois qu'on a tous une mission et les
prendre un tel virage? était possible, sur ces bases simples, est-elle pour vous aussi une aven- dons qui vont avec. À chacun de la
MARIE-NOËLLE BESANÇON: La de « vivre avec des fous ». ture spirituelle? trouver, de se poser les bonnes ques-
psychiatrie s'est construite sur une Ici, il n'y a pas de malades mais des J'ai toujours eu la foi. Je suis née à tions pour devenir ce qu'on est, rien
logique d'exclusion et d'enferme- participants. Quel est le sens de cette Noël, ma mère s'appelait Marie et je que ce qu'on est mais tout ce qu'on
ment des personnes dans des lieux dénomination? vous laisse deviner le métier qu'exer- est. Si l'existence n'est pas traversée
clos. Même si bien des progrès ont Dans les statuts de l'association, çait mon père... Cette coïncidence par un axe solide, la vie s'enlise dans
été accomplis, j'ai été confrontée la notion de malade n'apparaît qui remonte à ma naissance m'a sans le matérialisme. L'être, c'est le lieu où
durant des années au drame des pas. Nos textes parlent d'offrir un doute toujours influencée. Quoi qu'il Dieu nous rejoint. Voilà pourquoi ce
personnes qui, malgré la prise en espace d'accueil, de partage et de en soit, à la fin des années 1980, j'ai projet est, pour moi, profondément
charge médicale, restaient livrées rencontre à des personnes souf- traversé une période d'interrogations spirituel.
à elles-mêmes. Soignées, mais frant de solitude, d'inactivité ou de sur le sens de ma vie. Je venais de me Vivre «avec les fous», cela implique
coupées du monde. Mon intuition difficultés relationnelles. Il s'agit de séparer du père de mon deuxième une expérience de l'amour miséri-
me poussait à faire tout le contraire leur permettre, par les liens qu'el- fils et mon activité de psychiatre ne cordieux?

ARCHE2 Eléments de recherche : L'ARCHE ou L'ARCHE EN FRANCE ou COMMUNAUTÉ DE L'ARCHE ou FÉDÉRATION DE L'ARCHE EN FRANCE :
5492184200508/XBF/AVR/1 structure d'accueil pour personnes handicapées mentales, toutes citations
22 JUILLET 10
Quotidien Paris
OJD : 95129

18 RUE BARBES Surface approx. (cm²) : 919


92128 MONTROUGE CEDEX - 01 74 31 60 60 N° de page : 20-21

Page 2/5

Marie-Noëlle Besançon: «La miséricorde suppose de se mettre sur un pied d'égalité


avec ceux qu'on accueille, sans calcul, de façon spontanée et d'être prêt à se laisser bousculer .
La miséricorde, c'est de l'amourje constate qu'il y a de moins en
qui passe à l'acte, c'est la main dans
moins de tolérance vis-à-vis des
le prolongement du cœur. On ne gens différents. On vit dans une
peut pas parler de miséricorde sans
société dont les valeurs domi-
cette dimension du don aux autres.nantes sont la compétition, la
Un mystique, ou même un ermite, possession... Si la société plaçait
peut aussi faire l'expérience de le souci de l'être avant celui de
l'amour miséricordieux parce qu'ill'avoir, elle chercherait à répon-
expérimente au quotidien un autre dre aux besoins fondamentaux des
type de relation aux autres. personnes : aimer et être aimé, ne
Pour vivre ce don aux autres, ilpas vivre seul, être reconnu pour
faut aussi être disponible pour qui on est, être utile aux autres...
recevoir. La miséricorde suppose Avec la phase de déclin des insti-
de se mettre sur un pied d'égalitétutions et de remise en cause des
avec ceux qu'on accueille, sans appartenances traditionnelles s'est
calcul, de façon spontanée et imposée l'idée qu'on ne peut pas se
d'être prêt à se laisser bousculer.
développer soi-même sans écraser
Les participants de La maison des les autres. Le projet des Invités au
sources nous aident à nous regar- festin veut s'inscrire dans une troi-
der autrement, à sortir du confor-sième voie, qui est ni celle d'une
misme. La société nous formate, grande institution, ni l'impasse
incite à penser tous pareillement.de l'individualisme. Je crois qu'il
Eux, ils nous amènent à sortir de existe aujourd'hui une forte attente
ces cadres car ils ont une libertédu collectif car beaucoup de gens
beaucoup plus grande. Les codes, ressentent les limites du chacun
ils s'en fjchent! pour soi. Partout, il se passe des
« Le dimanche choses merveilleuses, même si tout
cela est encore très épars.
est un jour où personne Emmaiis, l'Arche ou Les invités
au festin... Dans toutes ces initia-
ne devrait être seul. »
La société n'est pas miséricor-
tives, la vie communautaire est
dieuse.
au cœur du projet. Y voyez-vous
L'amour miséricordieux suppose un message pour notre société
beaucoup d'empathie. Sur ce plan, individualiste?
L'homme n'est pas fait pour vivre
seul, et le partage du quotidien »»

ARCHE2 Eléments de recherche : L'ARCHE ou L'ARCHE EN FRANCE ou COMMUNAUTÉ DE L'ARCHE ou FÉDÉRATION DE L'ARCHE EN FRANCE :
5492184200508/XBF/AVR/1 structure d'accueil pour personnes handicapées mentales, toutes citations
22 JUILLET 10
Quotidien Paris
OJD : 95129

18 RUE BARBES Surface approx. (cm²) : 919


92128 MONTROUGE CEDEX - 01 74 31 60 60 N° de page : 20-21

Page 3/5

»» de ceux qui sont en difficulté société. Après chaque fait divers, les qui explique la réussite du projet.
est la seule façon de les aider à aller politiques promettent qu'on ne lais- Seul l'amour permet de dépasser
mieux. Les ordres religieux ont ap- sera plus sortir les schizophrènes... toutes les frontières, de surmonter
porté depuis des siècles ce témoi- Ces réactions ne font que monter les aléas de la vie. C'est l'amour qui
gnage dans la société. Aujourd'hui, un peu plus la pression et les schi- guérit, qui restaure. Les gens qui
à leur côté, il y a d'autres commu- zophrènes sont particulièrement vivent à La maison des sources ne
nautés dans lesquelles des laïcs, sensibles au climat, à la tension se sont pas choisis et comme nous
hommes et femmes, prennent ambiante. Les études internatio- sommes tous très différents, les dif-
leur place. Cela dit nous exprimons nales ont montre que la France, ficultés quotidiennes ne manquent
des sensibilités assez différentes. les États-Unis et le Brésil sont les pas. Mais avec les personnes qui
Emmaùs remplit une mission qui pays les plus discriminatoires pour souffrent, nous faisons en perma-
est également « politique» au sens les schizophrènes. Pour sortir de nence l'expérience du pardon, de
fort du mot. L'Arche, pas du tout. ce climat, il est indispensable de la réconciliation.
Nous, nous sommes un peu entre Vous dites que la santé recouvre
les deux. Avec le réseau que nous « Seul l'amour aussi un bien-être spirituel. À La
avons fondé il y a deux ans (lire son maison des sources, avez-vous
portrait) nous essayons de militer permet de dépasser fait l'expérience d'une guérison
pour une autre approche de la
psychiatrie.
toutes les frontières, de l'âme?
Il nous arrive d'accompagner
La folie n'a-t-elle pas toujours été de surmonter les aléas les gens dans une démarche spi-
associée à l'idée du mal, d'une rituelle. Ce n'est pas une question
faute commise? de la vie. C'est l'amour taboue. Mais nous ne sommes pas
Primitivement, elle était considé-
rée comme une catégorie du sacré.
qui guérit, qui restaure. » une institution confessionnelle. Il
y a des personnes de différentes re-
Une possession par les mauvais es- parler de la folie autrement, en ligions et les spiritualités peuvent
prits qu'il fallait chasser pour guérir expliquant qu'il s'agit d'une autre aussi être non transcendantes.
la maladie. Elle n'a jamais cessé de façon d'être au monde. Il faut Chacun vient avec ce qu'il est. On
nourrir les peurs et de susciter des s'appuyer sur le positif car ces s'appuie sur la capacité de chacun
réactions d'exclusion. Aujourd'hui gens-là ont une autre sensibilité, à désirer aller mieux. Les partici-
encore, on pense que les fous sont une créativité importante. pants sont tous là par choix. Nous,
malveillants, dangereux. On ne À La maison des sources, les bé- on leur donne le temps pour faire
parle d'eux que quand ils commet- névoles viennent pour donner. Que ce chemin, ce travail sur soi. Ils
tent des crimes. Il y a beaucoup de disent-ils recevoir en retour? savent qu'ils peuvent compter sur
stigmatisation alors que très peu Le nombre de bénévoles a double nous et qu'ils peuvent rester autant
sont violents, y compris chez les en dix ans. Les gens viennent ici qu'ils le veulent.
personnes schizophrènes. La fo- pour voir, car on a tous un rêve de RECUEILLI PAR
lie fait peur car on ne la contrôle vie communautaire. Ils l'expéri- BERNARD GORCE
pas et, avec l'inconnu, le pire est mentent, ils reviennent, ils restent.
toujours possible. Ces dernières Ici, il y a beaucoup de tendresse, de DEMAIN: Heureux les cœurs purs,
années, nous voyons s'affirmer l'amour. On a du mal à prononcer avec Jean-Luc Nancy.
une logique de sécurisation de la ce mot-là mais c'est pourtant lui

ARCHE2 Eléments de recherche : L'ARCHE ou L'ARCHE EN FRANCE ou COMMUNAUTÉ DE L'ARCHE ou FÉDÉRATION DE L'ARCHE EN FRANCE :
5492184200508/XBF/AVR/1 structure d'accueil pour personnes handicapées mentales, toutes citations
22 JUILLET 10
Quotidien Paris
OJD : 95129

18 RUE BARBES Surface approx. (cm²) : 919


92128 MONTROUGE CEDEX - 01 74 31 60 60 N° de page : 20-21

Page 4/5

PORTRAIT

Vivre avec les fous


taires et non-violents, empruntera issu d'une grande famille rurale ont choisi l'an dernier de s'installer
Marie-Noëlle des chemins qui la mèneront de la et catholique du Jura, va vivre une un peu à l'écart de Besançon pour
communauté de l'Arche de Lanza vraie reconversion, tant profession- «souffler» et se consacrer d'avan-
Besançon del Vasto au renouveau charismati- nelle que spirituelle tage au développement de cette
que Après ses études de médecine, Dix ans après l'ouverture de «La «psychiatriecitoyenne» Deux lieux
En avriM999, la psychiatre de l'hôpital, l'ouverture d'un cabinet maison des sources », une centaine nouveaux ont ouvert, à Pouilly-les-
Besancon a emménagé dans un privé, la naissance de deux garçons, de participants la fréquentent ré- Vignes, dans le Doubs et, plus ré-
couvent capucin situé en plein la psychiatre décide, en 1989, de gulièrement et Présidents yvivent cemment, un centre d'accueil de
centre-ville. Avec l'encouragement nouer d'autres re- de manière perma- jour à Boulogne (Hauts-de-Seine).
Mgr Lucien Dalloz, alors évêque du lations avec ceux La psychiatre décide, nente. Lieu clos, le Le couple a aussi créé en 2007 un
Doubs, les religieux avaient choisi qu'on appelle les en 1989, de nouer cloître joue un peu «réseau IAF» afin de permettre à
de vendre leur cloître, qui est de- «fous» Aidée de le rôle de cocon qui d'autres associations en France
venu « La maison des sources », lieu quelques amis, elle d'autres relations ,. apporte une sécu- et à l'étranger de partager leur
dévie pour personnes en souffrance fonde l'association avec ceux qu on appelle nte psychoiogi- savoir-faire.
psychique. Marie-Noëlle et son man Les invités au festin. IBS « f O U S » . que. Mais cela ne BG
ont vécu dix ans sur place, en com- Trois ans plus tard, l'empêche pas de
pagnie des « participants ». c'est la rencontre de Jean qui va s'ouvrir à tous avec l'organisation On dit qu its sont fous je vis avec eux
donner une nouvelle ampleur au d'une friperie ou d'un atelier infor- (Ed de I Atelier 230 p 19 €)
« La maison des sources » marque projet Comme Marie-Noëlle, Jean matique De nombreux stagiaires Arrêtons de marcher sur la tête
l'aboutissement de dix ans d'enga- est insatisfait de sa vie. Cadre dans ou visiteurs y passent quotidien- pour une psychiatrie citoyenne
gement de cette femme franc-com- la gestion, en instance de divorce, nement. Cette expérience a été (Ed de I Atelier, 200 p , 19 €)
toise au parcours singulier Née en ce père de trois grandes filles a soutenue par des prix de la presse www les nvitesaufestin fr
1948, Marie-Noëlle sera comme tant alors le sentiment de vivre «à côté et des institutions comme la Fon- Lassociation organise un collogue
de jeunes de la « génération 68 » in- de lui-même» Avec Marie-Noëlle, dation de France. Après dix ans de 5ur la psychiatrie citoyenne les 6 et
fluencée par les idéaux communau- qu'il épouse en 1994, Jean qui est vie surplace, Marie-Noëlle et Jean 7 decembre 2010 a Besancon

ARCHE2 Eléments de recherche : L'ARCHE ou L'ARCHE EN FRANCE ou COMMUNAUTÉ DE L'ARCHE ou FÉDÉRATION DE L'ARCHE EN FRANCE :
5492184200508/XBF/AVR/1 structure d'accueil pour personnes handicapées mentales, toutes citations
22 JUILLET 10
Quotidien Paris
OJD : 95129

18 RUE BARBES Surface approx. (cm²) : 919


92128 MONTROUGE CEDEX - 01 74 31 60 60 N° de page : 20-21

Page 5/5

COMMENTAIRE

IV. L'étonnement
Tésus trace une géographic in- temps que les paroles. La der-
I solite du bonheur, au présent nière parle du disciple dans son
I et au futur. Et peut-être faut- lien personnel avec le Christ. Si
/ il, pour s'en rendre compte, les premières disent lumineuse-
aller relire les Béatitudes telles ment la prédication de Jésus, la
que les rapporte Matthieu (Mt 5, dernière dit le temps du disciple,
1-12). Les huit premières, à la prenant en relais le message et
troisième personne du pluriel, les actes de son Seigneur, jus-
ont une forme identique: «(Ils qu'à rencontrer contradiction
sont) heureux ceux qui sont et persécution.
pauvres, doux, affligés, miséri- Justice et Royaume sont les clés
cordieux...» La première, qui de voûte de l'ensemble des Béa-
dit le bonheur des pauvres, et titudes. Mais le sens de ces deux
la huitième, celui des persécu- mots dépasse de loin l'entende-
tés pour la justice, se concluent ment commun. Ils ont dans les
sur la mention du Royaume des Évangiles une force inouïe. Le
Cieux, qui enclôt ainsi l'ensem- Royaume est plus qu'un lieu,
ble et en forme le cadre ou l'ho- il est une action, il dit l'être de
rizon. Mais de surcroît, ces huit Dieu inscrivant le filigrane de
Béatitudes semblent pouvoir son être dans l'humanité, ses
se subdiviser en deux séries questions et ses souffrances,
de quatre, qui l'une et l'autre et venant à la rencontre de
se closent sur la mention de la l'homme dans une intervention
justice, qui semblerait ainsi en à la fois discrète et d'une puis-
donner la dominante. La neu- sance infinie, introduisant en lui
vième et dernière Béatitude est le ferment de sa résurrection. Et
différente, elle est à la deuxième c'est cette surabondance que dé-
personne -comme celles de signe avant tout le mot justice,
Luc!-: «Heureux vous...» Les une miséricorde totale qui sauve
premières sont théologiques, l'homme, et dont toute justice
elles parlent de Dieu, de son humaine est... reflet.
Royaume et de sa justice, dont JACQUES NIEUVIARTS
Jésus posait les gestes en même Exégète assomptionniste

ARCHE2 Eléments de recherche : L'ARCHE ou L'ARCHE EN FRANCE ou COMMUNAUTÉ DE L'ARCHE ou FÉDÉRATION DE L'ARCHE EN FRANCE :
5492184200508/XBF/AVR/1 structure d'accueil pour personnes handicapées mentales, toutes citations