Sie sind auf Seite 1von 10

TABLE DES MATIÈRES

Préface

Première partie : Activer le Principe de l’étincelle

CHAPITRE PREMIER
Définir le Principe de l’étincelle
CHAPITRE II
Anatomie du déclic
CHAPITRE III
« L’esprit» du pic de concentration
CHAPITRE IV
Cartographier l’esprit créatif
CHAPITRE V
Le principe fondamental de développement personnel

Seconde partie : Les six pics de concentration

CHAPITRE VI
Premier pic
Le pic de la conscience de soi
CHAPITRE VII
Deuxième pic
Le pic de la créativité
CHAPITRE VIII
Troisième pic
Le pic de la productivité
CHAPITRE IX
Quatrième pic
Le pic de la performance sportive
CHAPITRE X
Cinquième pic
Le pic de la régénérescence
CHAPITRE XI
Sixième pic
Le pic de la transcendance
CHAPITRE XII
La fin… et le commencement

4
PRÉFACE

Plusieurs années ont été consacrées à la conception et la rédaction de ce livre,


aboutissement des travaux effectués au cours de sa carrière à la Harvard Medical
School et au Mind/Body Medical Institute (Institut de médecine du corps et de l’esprit)
par le Dr Benson. Le Principe de l’étincelle, en particulier, résulte des recherches sur la
réaction de détente qu’il a dirigées pendant plus de trente ans.
Par rapport à cette dernière, le Principe de l’étincelle représente une étape vers de
nouveaux domaines d’études scientifiques et d’applications pratiques. À l’origine, les
techniques développées par le Dr Benson pour provoquer la réaction de détente étaient
destinées à améliorer l’état de santé général, le système cardiovasculaire et l’équilibre
émotionnel par une réduction et une meilleure gestion du stress. Le Principe de
l’étincelle accomplit ces mêmes améliorations mais il va très au-delà de la
compréhension et des applications de la réaction de détente.
Tout d’abord, l’étincelle peut être provoquée par des techniques classiques de
relaxation : par la répétition intérieure d’un mot, d’un précepte ou d’une prière ; en
pratiquant une activité répétitive dans une attitude mentale neutre ; en se consacrant à
une pratique cultuelle, à des activités altruistes, à une rencontre ou une relation
personnelle importante ou en cédant à l’état d’esprit que j’appelle l’« abandon total ».
Ensuite, contrairement à une conception répandue de la relaxation, une des
caractéristiques de l’étincelle est qu’elle conduit à d’autres expériences et états de
conscience qui peuvent entraîner une amélioration des réalisations personnelles et
l’apparition d’intuitions transformatrices. Dans tous les cas, l’élément essentiel du
Principe de l’étincelle implique une rupture décisive avec les schémas mentaux et
émotionnels habituels.
Les sources qui ont contribué à l’identification et à la définition du Principe de
l’étincelle peuvent être divisées en trois catégories distinctes.
Premièrement, un ensemble considérable de données historiques et sociologiques
a permis de définir les réactions mentales et émotionnelles de sujets ayant bénéficié de
ces inspirations qui ont transformé leur vie. Ces données, qui nous ont guidés dans nos
recherches, ont aussi conforté les conclusions scientifiques d’études effectuées à la
Harvard Medical School et dans d’autres institutions.
Deuxièmement, le Principe de l’étincelle repose sur le vaste ensemble de travaux
auxquels le Dr Benson a participé. Ils comprennent des évaluations physiologiques et
neurologiques obtenues auprès de sujets pratiquant des techniques classiques de
relaxation, des examens cérébraux par IRM fonctionnelle (Imagerie par résonance
magnétique) ainsi que la consultation et l’étude approfondie de toute la documentation
sur le rôle physiologique du monoxyde d’azote (NO) et autres interactions moléculaires
et biochimiques.
Le monoxyde d’azote est produit dans les cellules du corps humain. Divers
travaux scientifiques l’ont associé à d’importants effets bénéfiques pour la santé :
fonctions antibactériennes et antivirales, optimisation des fonctions immunitaires,
diminution de la pression sanguine – et même amélioration de la fonction sexuelle avec

5
le viagra ! L’article de la revue scientifique Brain Research Reviews (n° 35, 2001, pp. 1-
19) rédigé conjointement par le Dr George B. Stefano de la New York State University,
le Dr Benson et d’autres chercheurs en médecine et neurosciences est un des documents
fondateurs sur ce sujet.
Troisièmement, la méthodologie de cet ouvrage a exigé des entretiens avec des
sujets ayant connu l’expérience de l’étincelle et une analyse de leurs comportements
spécifiques au cours de ces épisodes. Les études ont porté sur des groupes permettant
d’évaluer précisément le Principe de l’étincelle dans des milieux et domaines d’activité
variés : les affaires, les arts, la spiritualité, les sports, la gestion personnelle de la santé,
etc.
Les cas illustrant ce livre sont tirés des interviews et des expériences des divers
participants aux études. Afin de protéger leur vie privée, nous avons changé certains
noms et caractéristiques personnelles.
L’emploi des pronoms singuliers et/ou pluriels mérite quelques précisions. Deux
auteurs d’égal statut ont collaboré à cet ouvrage. Lorsque les cas et leurs illustrations
sont issus des travaux du Dr Benson, nous avons souvent recouru à la première
personne du singulier pour souligner sa contribution à ce domaine particulier de
recherche. Ailleurs, selon le contexte, nous renvoie tantôt à la fois aux auteurs et au
lecteur, tantôt aux collègues chercheurs du Dr Benson et parfois simplement aux deux
auteurs du livre.
Enfin, nous souhaitons mettre en garde les lecteurs qui voudraient faire un usage
médical du Principe de l’étincelle : avant d’en employer les techniques pour traiter une
maladie ou un état de santé général, nous leur suggérons de consulter d’abord leur
médecin.

6
PREMIÈRE PARTIE

Activer le Principe de l’étincelle

7
1
DÉFINIR LE PRINCIPE DE L’ÉTINCELLE

Avez-vous jamais remarqué que les livres, les cassettes, les programmes de
développement personnel font souvent des promesses qu’ils sont incapables de
satisfaire ?

Peut-être ne vous apportent-ils aucune aide, si assidus que soient vos efforts.
Peut-être sont-ils efficaces, mais pour une durée limitée : soit leurs effets s’usent d’eux-
mêmes, soit vous manquez de persévérance.
Peut-être êtes-vous aux prises avec une angoisse, un chagrin profond ou quelque autre
traumatisme et le programme ne prend pas en compte vos besoins personnels.
Ou peut-être encore le programme s’avère-il utile mais vous laisse néanmoins insatisfait
parce que vous souhaitez progresser dans plusieurs domaines, par exemple la pratique
d’un sport, l’expression en public et l’approfondissement de votre vie spirituelle. Mais
vous n’avez pas le temps ou le goût de vous concentrer sur plusieurs buts à la fois.

Il s’agit là de critiques fréquentes. Nombreux sont les désenchantés qui concluent


qu’il leur faudrait un principe fondamental de développement personnel. Idéalement,
vous aimeriez trouver une solution globale, une panacée qui associerait tous les
concepts en une seule formule facilement applicable ; et, toujours idéalement, cette
formule vous infuserait aussi la discipline indispensable pour suivre votre plan, année
après année, au fil des améliorations qui prennent place en vous et dans votre vie.
Si vous avez rêvé d’un tel programme qui rendrait tous les autres obsolètes, j’ai
une bonne nouvelle. À l’issue de plus de trente années de recherche à la Harvard
Medical School, j’ai découvert qu’il existe réellement un principe fondamental d’auto-
transformation, confirmé par de nouvelles études passionnantes aux niveaux
moléculaire, biochimique et neurologique. Ses effets, qui vont très au-delà des notions
classiques de développement personnel, sont potentiellement capables de transformer
votre vie et vous pouvez en bénéficier grâce au concept simple mais extrêmement
efficace que j’appelle le Principe de l’étincelle.

Qu’est-ce exactement que le Principe de l’étincelle ?

Pour faire court, voici une définition de base :

Le Principe de l’étincelle fait référence à une puissante impulsion corps-esprit qui


provoque une rupture soudaine avec les schémas de pensée précédents et, même en
situation de stress ou de trouble émotionnel, ouvre une porte intérieure sur un ensemble
d’effets bénéfiques :

8
• Une plus grande acuité mentale.
• Une optimisation de la créativité.
• Un accroissement de l’efficacité professionnelle.
• Une optimisation des performances sportives.
• Un développement spirituel.

Dans la définition ci-dessus, l’expression clef est celle qui désigne la « rupture
avec les schémas de pensée précédents ». Les problèmes qui nous handicapent ont
presque tous la même origine. Blocage de la créativité et de la productivité,
performances sportives inférieures au potentiel, santé médiocre ou même évolution
spirituelle enrayée ont généralement pour origine des schémas mentaux négatifs ou
destructeurs bien enracinés tels qu’une anxiété persistante, un « bagage » émotionnel lié
au stress, des « disques » mentaux obsédants.
Vous pouvez réellement apprendre à activer une sorte de déclic intérieur naturel
pour rompre avec ces schémas mentaux et émotionnels ancrés et faire jaillir les
étincelles qui transformeront votre vie quotidienne. Publiés dans de nombreux journaux
professionnels, mes recherches m’ont convaincu que l’accès à ce déclic biomédical peut
être utilisé pour optimiser la créativité, susciter des intuitions philosophiques,
développer l’efficacité professionnelle et les réactions qui atténuent le stress.
Apprendre à actionner ce déclic peut aussi vous permettre d’atteindre un état
physiologique euphorique que les grands sportifs appellent la « zone » ou l’« état de
grâce ». Interviewés à l’issue d’un match, certains joueurs de base-ball ont révélé que
dans cet état, des balles lancées à plus de 150 kilomètres à l’heure leur avaient semblé
voler au ralenti ; des joueurs de tennis, que la balle de service de leur adversaire leur
semblait de la taille d’un ballon de basket ; et certains basketteurs de haut niveau ont
déclaré qu’en visant le panier, ils savaient, inexplicablement, qu’ils ne pouvaient pas le
manquer.
Ces états d’esprit quasi mystiques qui impliquent une sensation d’invulnérabilité
ou d’infaillibilité, d’activité sans effort ou d’extrême lucidité ne sont absolument pas
réservés aux sportifs. Des orateurs, des écrivains et autres professionnels ayant atteint
des niveaux d’accomplissement comparables les ont décrits en des termes similaires.
De maintes façons, le Principe de l’étincelle promet donc d’ouvrir l’accès à un
principe absolu de développement personnel qui va du séculier au spirituel.
L’expérience plutôt inhabituelle d’un consultant en gestion d’entreprise que nous
appellerons Jason permet de comprendre comment la définition abstraite s’applique
dans une situation de la vie quotidienne.

L’école du point de croix

Jason, un consultant en management réputé, faisait face au plus grand défi de sa


carrière. Une grande entreprise américaine lui avait confié la charge de trouver un
nouveau président directeur général. La situation était particulièrement complexe et
délicate.

9
Plusieurs cadres supérieurs visaient le poste. Deux d’entre eux avaient fait savoir
que faute de l’obtenir, ils démissionneraient. Au sein du comité de direction, les
opinions divergeaient radicalement et la succession avait divisé les actionnaires en
plusieurs factions et ils savaient tous qu’un mauvais choix constituait une sérieuse
menace pour leur portefeuille d’actions.
Malheureusement, aucun candidat ne se détachait nettement du lot. Même après
les analyses en profondeur de Jason et de l’entreprise et les nombreux rapports d’un
cabinet de chasseurs de tête de premier plan, le tableau restait confus.
« Le problème est complexe et délicat, confia Jason à un ami. Beaucoup de
recherches et toujours pas de solution. Aucun candidat évident ne se dégage. »
Comment faire avancer les choses ?
« J’ai besoin d’un sésame, déclara Jason. D’une idée brillante pour résoudre
l’affaire. Fini les grilles d’analyse, les listes et les recherches qui ne m’apprendront plus
rien de neuf. Fini de peser le pour et le contre. Il est temps que je me mette au point de
croix. »
Le point de croix était le moyen favori de Jason pour échapper aux frustrations
quotidiennes. Et souvent, ce passe-temps l’aidait à sortir du cadre professionnel et à
trouver une solution idéale.
Donc ce jour-là, Jason quitta le siège de l’entreprise, s’installa dans sa chambre
d’hôtel et sortit son canevas – une housse de coussin qu’il allait broder au point de
croix.
Au cours de sa carrière, Jason avait appris que des montagnes de recherches
étaient indispensables à l’émergence d’une solution. Mais une fois les laborieuses
enquêtes et analyses terminées, Jason se heurtait souvent à un mur intérieur que la
réflexion et le travail, si intenses soient-ils, ne parvenaient pas à dépasser. Son
expérience illustrait de maintes façons la loi de Yerkes-Dodson selon laquelle, comme
nous le verrons dans le chapitre 2, l’efficacité augmente avec le stress mais, passé un
certain point, elle commence à décroître si le stress persiste.
Jason savait que les techniques classiques de relaxation étaient censées aider à
contrôler le stress, mais il savait aussi que la méditation n’était pas son fort. Néanmoins,
il avait constaté que faire du point de croix lui permettait d’oublier son propre stress et
de se mettre en état de recevoir un déclic.
Il était, de plus, en bonne compagnie. Un article du Boston Globe du 31 janvier
2002, paru longtemps après qu’il se fut lancé dans le point de croix, a révélé que le
réseau clandestin des tricoteurs comprend nombre de personnalités masculines connues
comme l’acteur oscarisé Russel Crowe ou le magna des média, Stuart Bloomberg de la
chaîne de télévision câblée.
Selon le Globe, une des raisons de la croissante popularité du tricot parmi les
hommes pourrait être « un besoin de détente en période de stress ». C’est-à-dire, en
partie, la raison même pour laquelle Jason s’adonnait au point de croix. Mais ce qui
l’intéressait particulièrement était ce fameux déclic.

10
Provoquer le déclic

« L’étincelle doit venir de l’intérieur, expliquait Jason. En ce qui me concerne, j’ai


absolument besoin de m’éloigner du travail et des collègues ; de me placer dans un
contexte où mon esprit peut vagabonder dans un espace totalement différent. Mon
meilleur changement de vitesse, c’est le point de croix. »
Il avait constaté que broder le fond d’un canevas au même point et d’une seule
couleur était un travail particulièrement répétitif. Rangée après rangée de points, ses
doigts effectuaient exactement les mêmes mouvements de sorte qu’il finissait par «
décrocher ». Le plus important était qu’il en arrivait à se couper de toutes ses
préoccupations courantes, laissant son esprit planer librement comme au-dessus de
toutes choses.
« C’est là que je trouve souvent mon sésame » disait-il.
Mais à l’inverse du Capitaine Marvel, le super-héros des bandes dessinées de son
enfance, Jason savait qu’il lui était pratiquement impossible de convoquer le sésame. Il
ne pouvait forcer une idée brillante à survenir. Au contraire, il lui fallait évacuer tout
plan préconçu et accepter l’éventualité d’émerger de sa séance de broderie sans aucune
idée nouvelle.
« Le meilleur moyen pour moi est d’abord d’oublier le problème et de laisser mon
esprit flotter et atteindre un état de vacuité, disait-il. Je me laisse porter par la répétition
mécanique, je ne me focalise sur rien d’autre que mes points, l’un après l’autre. C’est
alors que la solution peut jaillir dans mon esprit. »
À ce stade, « je plane au-dessus des faits, sans les passer pas en revue dans le
détail. Je me contente de les regarder, de les avoir en tête. »
Dans le cas en question, Jason s’installa donc confortablement dans un fauteuil de
sa chambre d’hôtel et commença à broder au point de croix le fond de son canevas.
Quinze minutes environ de cette activité le laissèrent dans une sorte d’état second. Des
idées aléatoires liées au problème de la direction se glissèrent peu à peu dans son esprit
et, d’un coup, une solution surgit.
Soudain, Jason vit une façon élégante d’articuler les éléments hétérogènes de la
sélection. Il lui apparut qu’avec une ancienneté d’une quinzaine d’années dans
l’entreprise, un certain cadre senior à deux ou trois ans de la retraite devrait obtenir le
poste de PDG. Cette décision satisferait la faction du bureau de direction dont il était le
favori tout en calmant les craintes des actionnaires et des analystes boursiers préoccupés
par la cohérence de la politique de l’entreprise.
À un autre candidat, un cadre dirigeant connu pour son attachement au Vieux
continent, on proposerait le poste de responsable des branches européennes de la
société. Étant donné ses goûts, il l’accepterait vraisemblablement.
Le troisième et meilleur candidat sous divers rapports était encore au service
d’une autre compagnie. On lui proposerait le poste de vice-président, idéal pour devenir
le numéro un dans deux ans environ, quand le futur nouveau PDG se retirerait.
Enfin, le quatrième candidat était une jeune femme. Elle avait la préférence de
certains membres du comité de direction alors que les autres estimaient que son
expérience n’était pas tout à fait suffisante. Elle pourrait être promue au troisième rang

11
de la hiérarchie, ce qui la mettrait en bonne position pour occuper le premier dans les
dix ans à venir, quand le second PDG prendrait sa retraite.
Ayant adroitement déplacé ses pièces sur l’échiquier de la direction, Jason vit que
tous les candidats intéressants pourraient devenir des rouages essentiels de la compagnie
dans un proche avenir, avec les talents de chacun valorisés au maximum. De plus, aucun
n’aurait la sensation d’avoir été écarté ou négligé. La compagnie en sortirait renforcée et
la succession au poste de direction assurée pour les années à venir. Les grandes lignes
de sa solution en tête, Jason était maintenant prêt à se replonger dans l’environnement
sous pression de l’entreprise pour y affiner les détails de son plan.
Cette méthode originale pour aboutir à une solution marchait parfaitement pour
Jason ; en revanche, elle ne présente aucun intérêt pour ceux qui sont allergiques au
point de croix ! Mais heureusement, il y a d’autres façons de provoquer l’étincelle et ses
effets créatifs, non seulement dans le secteur des affaires mais aussi bien dans celui du
sport, des arts, de la religion et dans tous les autres domaines.

L’étincelle et toute sa gamme

Le Principe de l’étincelle s’applique à des situations très variées. En voici


quelques exemples :

• Lisa, une joueuse de tennis passionnée, perdit pied soudainement alors qu’elle
avait dominé la quasi totalité d’un match. Elle avait remporté sans effort les premiers
sets. Puis au cours des deux derniers jeux dont dépendait l’issue du match, elle manqua
des balles faciles et fit des doubles fautes au service. Mais en recourant à divers
mécanismes déclics de l’étincelle, elle réussit, bien qu’en situation de stress, à se
maintenir dans la « zone ».

• Rebecca écrit des romans et se trouve régulièrement confrontée à des blocages


insurmontables. Lorsqu’elle peine à tirer l’un de ses personnages d’une situation
épineuse, elle s’en remet à sa méthode habituelle pour relancer son imagination : elle
cesse de travailler, enfile ses baskets et court jusqu’à son coin favori surplombant la
plage. Alors qu’elle trotte en laissant planer son regard sur la mer, une idée germe dans
son cerveau qui lui permet de dénouer son intrigue. En fait, sans explication
scientifique, elle utilise efficacement le Principe de l’étincelle.

• La préoccupation essentielle de Ted était d’approfondir sa vie spirituelle mais les


tensions quotidiennes ne cessaient de s’interposer. Ted avait le sentiment que sa foi ne
l’aidait pas à résoudre les problèmes de chaque jour. L’étude des œuvres de Fénelon et
de saint Augustin l’amena à réviser son approche. Il décida que confronté à une crise
dans sa famille, son travail à la banque ou son activité bénévole, il « lâcherait prise » et,
écartant ses soucis, accepterait les difficultés comme une occasion de se livrer à la
prière. Petit à petit, son anxiété fit place à une paix intérieure croissante.

12
• La tension de Sheila, constamment stressée, se maintenait en moyenne à 16/9, un
niveau assez sérieux pour justifier une surveillance médicale. Ni régime alimentaire ni
conseils relatifs à ses problèmes familiaux n’avaient réussi à atténuer son hypertension.
Son médecin lui prescrivit donc un médicament hypotenseur. Mais Sheila commença
alors à pratiquer quotidiennement une technique de détente qui lui permit d’en réduire
considérablement la dose.
Chaque matin avant toute chose, elle focalisait son attention pendant dix à quinze
minutes sur la contraction puis le relâchement successif de chaque groupe musculaire
principal : les pieds, les jambes, le tronc, les bras et le cou. Au cours de la journée, dès
qu’elle ressentait une certaine tension, elle s’imposait de respirer profondément, en
silence, en répétant mentalement le mot « paix » pendant l’expiration. Après qu’elle eut
pratiqué ces techniques pendant environ six semaines, son médecin lui suggéra de
diminuer sa prise du médicament qu’elle finit par abandonner totalement. Elle constata
que les difficultés familiales s’atténuaient dans une large mesure parce que faire jaillir
ces « mini étincelles » au moindre besoin lui permettait d’y réagir plus efficacement.

• Robert était un avocat extrêmement nerveux. Alors qu’il préparait un procès


important, il fut victime d’accès de tachycardie, d’insomnies, d’attaques de panique.
Avant de plaider, il redoutait d’être physiquement incapable de s’exprimer face aux
jurés. Mais quand il se leva pour plaider, une vague inespérée de calme le submergea –
résultat d’une « étincelle furtive » – comme j’en suis arrivé à appeler certaines formes
inattendues de ce phénomène. Résultat, il s’exprima avec une aisance et une éloquence
exceptionnelles.

Les détails de ces cas individuels, que je relaterai plus loin, pourraient fournir le
point de départ d’une série de manuels de développement personnel, tous utiles bien que
distincts. Cependant, mes plus récentes recherches à la Harvard Medical School ont
révélé un surprenant paradoxe : ces incidents sans relation apparente, comme beaucoup
d’autres, font tous partie de la même histoire.
Ces inspirations soudaines frappantes et ces « dé-blocages » spontanés –
autrement dit, ces étincelles telles que décrites ci-dessus – ont en particulier tous leur
origine dans un même phénomène médical et biologique sous-jacent. Bien que les
problèmes et les circonstances diffèrent considérablement, l’étincelle jaillit
pratiquement toujours de la même manière.
En d’autres termes, si vous avez saisi ce qui vous aide à améliorer votre service au
tennis, vous comprendrez comment perfectionner votre expression en public ; si vous
êtes capable d’apprendre à stimuler votre créativité sur le plan professionnel, vous serez
capable d’apporter d’énormes améliorations à votre état de santé et même de
comprendre les fondements biologiques de votre vie spirituelle.
Au cours de mes trois décennies à Harvard, j’ai pu effectuer un travail original :
identifier la réaction de détente et explorer l’impact des croyances personnelles et des
pratiques spirituelles sur l’équilibre et la santé du corps et de l’esprit. Le Principe de
l’étincelle représente l’aboutissement de ces années de recherche médicale.

13