You are on page 1of 15

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir

des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous
partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos
partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. En savoir plus
J'ai compris

 Découvrir
 Description
 Tourisme
 Histoire
 Construction
 Sciences

 Sommaire
 Plan
 FAQ
 Monuments

1. Monuments

2. Tour Eiffel

3. Description

La tour Eiffel
Type Tour autoportante en fer
Auteur Gustave Eiffel
Inauguration 31 mars 1889
Intérêt Symbole du savoir-faire
français
Propriétaire Mairie de Paris
Inscription Patrimoine mondial de
l'UNESCO depuis 1991
Visiteurs 7 millions/an
Situation : Paris, France

GPS : 48° 51' 30.13'' Nord / 2° 17' 40.13'' Est

Menu
Sommaire
Description
Ses dimensions
Histoire
Gustave Eiffel
Contexte
Comment la visiter ?
Toutes les pages
Autres monuments

Rechercher

Description de la tour Eiffel


Comment faire pour décrire un monument international aussi connu que la tour Eiffel ? La
meilleure solution semble être celle qui consiste à rester simple et décrire ce qu'on voit. On
constate donc qu'il s'agit d'une tour métallique faite de poutrelles entremélées prenant appui
sur le sol sur 4 piliers massifs. Sa forme générale est proche de la pyramide, mais elle en diffère
par l'incurvation faible mais existante de ses côtés. Elle se compose de deux parties : La partie
basse, caractérisée par 4 piliers s'arc-boutant au sommet de cette partie, et une partie haute, qui
est la suite de l'élévation des piliers au moment où ils se joignent. Cette jonction est au niveau
d'une plate-forme qui correspond au 2e étage de la tour, le premier étant approximativement à
mi-chemin du sol au-dessous, alors que le troisième est proche du sommet.
Les liens ci-dessous explique comment est l'étage et donne ce qu'il y a à voir.
Détail du Parvis
Détail du Premier étage
Détail du Deuxième étage
Détail de l'étage intermédiaire
Détail du Troisième étage
Tout en haut du monument se trouve, au-dessus du 3e étage, une salle où sont installés les
équipements radiophoniques et télévisuels permettant la diffusion des ondes, puis les
différentes antennes TV et radios. Parmi les détails, le premier étage possède un arc décoratif
sous son plancher, et chaque pilier a un ascenseur pour permettre une montée rapide jusqu'au
2e étage, ou un autre ascenseur autorise la montée jusqu'au 3e étage.

Forme générale
La tour Eiffel est une structure en fer puddlé, un fer qui a perdu une part de son carbone et donc
rouille moins vite. Elle est de forme pyramidale aux côtés légèrement incurvés. Elle mesure
324m de haut et se divise en 4 parties séparées par un étage. Jusqu'au deuxième étage la tour
est faite de 4 piliers distincts, mais à partir de là ils se joignent en un unique pylone qui s'élève
verticalement jusqu'au sommet. Les étages sont successivement aux altitudes de 57m, 115m et
276m. Il existe un étage intermédiaire, entre le deuxième et le troisième, mais il est inutilisé de
nos jours. Il servait, au XIXe et début XXe siècle, de plate-forme de transbordement pour les
passagers allant au sommet car les ascenseurs n'étaient pas capables de s'élever si haut en une
seule fois.
La tour est décorée d'arcades, au niveau du premier étage, et chaque étage possède différents
bâtiments : Restaurants, boutiques, musées, galeries d'observation, et même, l'hiver, une
patinoire. Les ascenseurs facilitent la montée des visiteurs mais il est possible de monter la tour
par l'escalier jusqu'au 2e étage.

Orientation de la tour
La tour Eiffel est construite dans l'axe du champs de Mars de Paris qui est lui-même orienté
approximativement à 45° par rapport au méridien. En y construisant une tour de base carrée, les
quatre piliers se retrouvent axés sur les 4 points cardinaux. Il y a donc tout naturellement un
pilier Nord, un Ouest, un Sud et un Est. Pour s'y retrouver de façon plus technique, Gustave Eiffel
et ses ingénieurs les avaient numérotés de 1 à 4, dans cet ordre, mais de nos jours c'est une
notion qu'on a perdu.

La suite de ce document est le texte descriptif qu'a donné Gustave Eiffel dans son livre, "La tour
de 300m". Il est beaucoup plus précis, assez technique, et d'un style de la fin du XIXe siècle qui
peut nous paraître un peu lourd parfois. Alors avant d'aller plus loin, voici différents documents
qui peuvent vous intéresser :

Photos
Emplacement
Taille
Poids
La tour en chiffres
Peinture
Ascenseurs
Escaliers
Eclairage, illuminations
Ses copies dans le Monde
Machinerie
Noms des 72 savants inscrits
Phénomènes naturels
Effets de la foudre
Oscillations du sommet
Effets physiologiques de la montée
Visibilité d'en haut
Watkin's Tower : Projet de tour à Londres
Description en 1900
Coût
Histoire de l'art
Oeuvres artistiques sur la tour
Chansons
Littérature
Peintures
Cinéma
Théâtre
Publicité
Symbolisme
Rentabilité

Forme générale
D'un point de vue général, la tour Eiffel est une structure métallique en forme de pyramide à 4
côtés dont chaque face est légèrement incurvée de façon concave (voir Planche I, figure 1 et 2).
Elle est divisée en hauteur en 4 parties. La partie basse, entre le sol et le premier étage (57,63
m), la seconde entre le premier et second étage (à 115,73 m du sol), la troisième entre le second
et troisième étage (situé à 276,13 m) et la quatrième qui va du troisième étage au sommet (324
m du sol)
Elévation

Le second étage marque un changement dans la structure de la tour. Du sol jusqu'au 2e étage,
les quatre piliers sont distincts, alors qu'à partir de là les piliers fusionnent en une seule colonne
montant jusqu'au sommet. Les piliers sont faits de caissons carrés superposés les uns aux autres,
leurs tailles variant en fonction de leurs hauteurs par rapport au sol. Au sol justement, les piliers
prennent appuis sur des socles en maçonnerie, eux même profondément ancrés dans des
fondations solides. Les socles s'inscrivent dans un carré de 124m de côté, formant l'emprise de la
tour au sol. (voir Planche III, figure 2) Depuis le sol jusqu'au premier étage de grandes poutres en
treillis qui supportent le premier étage et entretoisent les montants en formant une première
ceinture horizontale, ces montants ont une inclinaison constante et leurs faces une largeur
également constante de 15 mètres. Cette inclinaison est de 65°48’49’’ dans le plan des faces et
de 54°35’26’’ dans le plan diagonal qui contient la projection de l'axe du montant.
Au-delà du premier étage, leur inclinaison devient variable ainsi que leur largeur, qui va en
décroissant progressivement jusqu'au deuxième étage, où elle n'est plus que de 10,41 m.
A ce deuxième étage, de nouvelles poutres horizontales entretoisent les quatre montants; mais,
plus haut, le mode de construction change : les faces extérieures des montants se réunissent
deux à deux, leurs faces intérieures disparaissent et l'on n'a plus dans cette partie supérieure de
la Tour, qu'un grand caisson unique en forme de tronc de pyramide quadrangulaire dont la base,
à la hauteur de 115,73 m à 31,70 m et dont celle au niveau du troisième étage, c'est-à-dire à la
hauteur de 276,13 m, a seulement 10,00 m.
Des arcs de 74 mètres de diamètre se développent entre les montants à l'étage inférieur; mais
leur rôle est purement décoratif. Au premier étage sont installés, dans les espaces compris entre
les montants d'une même face, les restaurants; de plus une galerie couverte extérieure, portée
par des consoles et ayant 270 mètres de développement, fait le tour de la construction. Tout
l'espace compris entre les montants et dans l'intérieur de ceux-ci, porte un plancher laissant un
grand vide central entouré d'un garde-corps.
La surface totale des planchers de cet étage, déduction faite des vides pour le passage des
ascenseurs, mais en y comprenant la galerie, est de 4.010 mètres carrés. La surface couverte par
les galeries et les restaurants est de 2.760 mètres carrés. Le deuxième étage a aussi une galerie
extérieure établie de la même manière que celle du premier étage, mais d'un développement
moindre (136 mètres). Le plancher s'étend à cet étage sur toute la section de la Tour, sans vide
central, et donne une surface de 1.360 mètres carrés. Sur ce plancher étaient établis une
boulangerie, une imprimerie du Figaro, des abris fermés et des kiosques divers, à la fin du XIXe
siècle. Le troisième étage est complètement couvert et donne avec les consoles extérieures une
surface de 270 mètres carrés. Il forme une sorte de cage vitrée par des glaces mobiles, d'où les
visiteurs peuvent, à l'abri du vent qui règne fréquemment à ces hauteurs, observer le panorama
qui les entoure.
Immédiatement au-dessus de cette partie couverte, se trouve une terrasse que le constructeur
s'était réservé, le centre est occupé par des laboratoires scientifiques et par une petite pièce
servant aux réceptions. Au-dessus de ce bâtiment central, sont disposées les poutres en croix
supportant les poulies de transmission des ascenseurs. Elles sont surmontées des quatre grands
arceaux à jour supportant le phare du sommet. C'est sur la coupole supérieure de ce phare que
s'appuie la petite plate-forme de 1,70 m. de diamètre, qui est exactement à la hauteur de 300
mètres au-dessus du sol.
On peut y accéder facilement par des échelles intérieures, et l'on n'a plus au-dessus de soi que le
paratonnerre.

Description technique
La description technique repose sur certaines notions d'architecture, vous avez donc parfois des
définitions qui peuvent s'afficher indépendament du texte. Ce sont les liens en italiques. Les
textes ci-dessous sont largement inspirés du livre 'La tour de 300m', écrit par Gustave Eiffel lui-
même en 1900, mais comme il s'agit parfois d'un style un peu lourd (désuet, de nos jours),
certaines phrases ont été reprises différemment. Et vous avez une introduction de chaque partie
car sinon, c'est un peu lourd à lire. La description technique commence par les arbalétriers, qui
sont les grandes poutres courbes montant des socles, au niveau du sol, au sommet. Ceux sont
eux qui assurent la structure générale de la tour Eiffel.
La description commence donc par la liaison entre les socles en maçonnerie et les albalétriers.

Liaison Socle-Albalétriers
Comme indiqué dans le détail ci-dessous, les arbalétriers ne sont pas directement fixés sur les
socles, ces derniers ont un sabot sur lequel vient s'emboîter un contre-sabot qui, lui, est fixé sur
le bout des arbalétriers. Entre les deux, il y a la place pour mettre un très gros vérin hydraulique.
C'est la présence de ce vérin qui fait parfois dire que la tour Eiffel est monté sur vérin. Le
paragraphe suivant détaille ce mécanisme.

Détailler les appuis des arbalétriers


Montants jusqu'au premier étage
Partant du socle, les arbalétriers montent donc jusqu'au sommet. Le chapitre suivant explique
comment sont les 4 arbalétriers pour chacune des 4 piles et pourquoi ils ne travaillent pas tous
les 4 de la même façon. Il y a aussi indiqué comment sont notés ces arbalétriers dans la suite de
ce document, et quels sont leurs sections, les positions, etc. Ceci uniquement pour la partie
allant du socle au premier étage, qui est la partie supportant le plus grand effort.
Ceci est expliqué dans les premiers paragraphes, ci-dessous. Le reste est une longue explication
technique, mais intéressante, des différentes pièces d'entretoises, avec leurs dimensions, leurs
positions, et l'explication de la raison pour laquelle des cornières ont été ajoutées. C'est un peu
plus lourd à lire, il faut bien le dire.

Détailler les arbalétriers jusqu'au 1er étage

Panneau 5 et poutres du premier étage


Le panneau 5 est le dernier avant le premier étage, il est différent des autres car il doit supporter
la charge de la plate-forme du premier étage. Le texte ci-dessous explique, de façon précise,
comme a été fait ce panneau N° 5 et comment sont ces poutres qui doivent supporter les
bâtiments du premier étage.

Détailler le panneau 5 et les poutres du 1er étage

Panneaux 6 à 10 (Premier au second étage)


Entre les 1er et second étage les problématique sont un peu différente puisque les 4 piles ont un
point d'accroche commun, le plateau du 1er étage, qui peut être considéré comme des grosses
entretoises. Voici donc la suite de la description de la tour Eiffel, la partie comprise entre les
premiers et second étage.

Détailler les panneaux du 1er au second étage

Plancher du deuxième étage


Le plancher du second étage est assez bien décrit dans le document 'La tour de 300m', écrit par
Gustave Eiffel. Le texte ci-dessous, légèrement adapté, montre comment est formé ce plancher.
Si les explications peuvent rebuter, avec les schémas des planches, c'est beaucoup plus simple et
au final, cette partie de la tour Eiffel est relativement facile à comprendre, il faut juste s'y
plonger.
Détailler le plancher du deuxième étage

Panneaux 12 à 29 (Deuxième au troisième étage)


La description de la tour Eiffel se poursuit par celle des panneaux allantdu deuxième au
troisième étage. Il s'agit des panneaux 12, qui est juste au dessus de la plate-forme du second
étage, au panneau 29, le tout dernier, au sommet de la tour. Ce qui est important de remarquer
c'est qu'à partir du 2e étage, les 4 piles se rassemblent en un seul pylone, du coup les 16
arbalétriers (4 par piles) sont à présent au nombre de 4 seulement.

Détailler des panneaux du deuxième au troisième étage

Plate-forme intermédiaire
Monter du second au troisième étage n'était pas si simple que ça, aussi bien d'un point de vue
construction de la tour que d'un point de vue pratique, pour les ascenseurs. Les ingénieurs ont
donc décidé de passer par une plate-forme intermédiaire pour le transbordement des passagers.
Ca a donc conduit à diviser cette hauteur en deux parties égales, au centre desquelles a été
construites une plate-forme dite intermédiaire et qui contenait, à l'époque de sa construction,
toute la machinerie de l'ascenseur Edoux, l'ancien ascenseur qui desservait le 3e étage. Depuis il
a été remplacé par deux cabines jumelles et cette plate-forme n'a plus lieu d'exister.
Les informations ci-dessous sont donc partiellement caduques.

Détailler la plate-forme intermédiaire

Le panneau 29 (plus haut panneau)


A partir du panneau 29, qui se termine par le plancher du troisième étage, les arbalétriers
deviennent verticaux et présentent un mode de liaison spécial que l'on s'est attaché à rendre
particulièrement robuste, de façon à ohtenir à ce niveau supérieur une solidarité complète de
tous les arbalétriers en même temps qu'à répondre à des nécessités architecturales.

Détailler le panneau 29

Plancher du troisième étage


Ce plancher, à la cote de +309,63 et à 273,63 m au-dessus des appuis, comporte, en outre de la
galerie promenade de 3,00 m de largeur libre située sur tout son pourtour au-dessus des
consoles (planche XIX, fig. 3), une partie centrale dans laquelle passent les arbalétriers d'angle et
les quatre arbalétriers intermédiaires ; entre les pieds de ces arbalétriers, auxquels se rattachent
de grandes consoles supportant les poutres diagonales supérieures, sont logés la cage de la
cabine Édoux avec ses guides, les accès à l'escalier inférieur et à l'escalier en hélice montant à la
plate-forme supérieure dont Gustave Eiffel s'était réservé la jouissance, enfin un certain nombre
de boutiques de vente pour menus objets.
Comme on le devine, la tour Eiffel ne correspond plus de nos jours à cette description, c'est
surtout l'ascenseur Edoux qui a disparu, remplacé par une double cabine verticale plus récente.
La galerie a également été rectifié. La suite du détail reprend la tour telle qu'elle était en 1889,
lors de sa construction. La structure technique est la même, bien sûr.

Détailler le plancher du troisième étage

Quatrième plate-forme et étage réservé


Cette plate-forme, située à la cote +312,21 (planche XIX, fig. 3 et 6), comporte une terrasse de
2,77 m de largeur avec garde-corps et un bâtiment central carré de 10,50 m de coté renfermant,
outre la cage de l'ascenseur, un certain nombre de pièces allouées soit à des laboratoires, soit à
un salon de réception.

Détailler la quatrième plate-forme

Voir aussi :
Histoire de la tour Eiffel

La tour Eiffel
Découvrir

 Photos
 Emplacement
 Taille
 Poids
 La tour en chiffres
 Symbolisme
 Peinture
 Histoire de l'art
 Oeuvres artistiques
o Chansons
o Littérature
o Peintures
o Cinéma
o Théâtre
o Publicité

Description

 Rez-de-chaussée
 1er étage
 2e étage
 Etage intermédiaire
 3e étage
 Les 72 savants
 Ascenseurs
 Escaliers
 Machinerie
 Eclairage
 Copies et répliques
 Watkin's tower
 Visibilité
 La tour en 1900

Histoire

 Chronologie
 Contexte technologique
 Les autres projets
 Réticences des artistes
 Construction
 Inauguration
 Medaille commémorative
 Rénovations
 Procés droit de reproduction
 Arnaques diverses
 Imprimerie du figaro
 La tour et l'expo
 Les entreprises Eiffel
 Société d'exploitation

 Biographies
 Gustave Eiffel
 Maurice Koechlin
 Emile Nouguier
 Stephen Sauvestre
 Jean Compagnon
 Adolphe Salles
 Jean Gobert
 Franz Reichelt
Construction

 Contrat de concession
 Plans
 Planches techniques
 Calculs des forces
 Calcul dûs au poids
 Calcul dûs au vent
 Calcul du poids des visiteurs

 Travail en atelier
 Planning
 Personnel
 Fondations
 Socles
 Piliers
 Etages
 Rivetage
 Grues

 Coût
 Rentabilité
 Fer utilisé
 Génie civil

Tourisme

 A voir sur la tour


 Récit d'une visite
 Images d'une visite
 Visiteurs célèbres

Sciences

 Sciences
 Observations météo 1889
 Observations météo 1890
 Résistance de l'air
 Pression de l'air
 Manomètre hautes pressions
 Spectre solaire
 Absorptions des radiations
 Navigation aérienne
 Radiodiffusion
 Téléphotographie
 Télégraphie optique
 Phénomènes naturels
 Effets de la foudre
 Oscillations du sommet
 Effets de la montée

Tous les monuments

Statue de la Liberté

Tour Eiffel

Taj Mahal
Cité interdite

Christ rédempteur

7 merveilles du monde
Pyramide de Khéops

Tour de Londres

Colisée

Copyright 2013 - 2018 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé,
non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont
libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires.
Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Catalanes. Auteur du
site : Voir crédits.