Sie sind auf Seite 1von 281

Constitutions of the World

from the late 18th Century


to the Middle of the 19th Century

Verfassungen der Welt


vom späten 18. Jahrhundert
bis Mitte des 19. Jahrhunderts
Constitutions of the World
from the late 18th Century
to the Middle of the 19th Century
Sources on the Rise
of Modern Constitutionalism
Editor in Chief
Horst Dippel

Europe: Volume 11

Verfassungen der Welt


vom späten 18. Jahrhundert
bis Mitte des 19. Jahrhunderts
Quellen zur Herausbildung
des modernen Konstitutionalismus
Herausgegeben von
Horst Dippel

Europa: Band 11

De Gruyter · Berlin · New York


Documents constitutionnels de la France,
de la Corse et de Monaco
1789 – 1848

Edité par
Stéphane Caporal
Jörg Luther
Olivier Vernier

Constitutional Documents of France,


Corsica and Monaco
1789 – 1848

Edited by
Stéphane Caporal
Jörg Luther
Olivier Vernier

De Gruyter · Berlin · New York


Bibliographic information published by the Deutsche Nationalibliothek
The Deutsche Nationalbibliothek lists this publication
in the Deutsche Nationalbibliografie; detailed bibliographic data
are available in the internet at http://dnb.d nb.de.

Bibliografische Information der Deutschen Nationalbibliothek


Die Deutsche Nationalbibliothek verzeichnet diese Publikation
in der Deutschen Nationalbibliografie; detaillierte bibliografische Daten
sind im Internet über http://dnb.d nb.de abrufbar.

U
Printed on acid free paper / Gedruckt auf alterungsbeständigem Papier

© 2010 by Walter de Gruyter GmbH & Co. KG


Printed in Germany

All Rights Strictly Reserved / Alle Rechte vorbehalten.


Technical Partner / Technischer Partner: Mathias Wündisch, Leipzig

Printed and Bound / Druck und Bindung:


Hubert & Co. GmbH & Co. KG, Göttingen

978 3 598 35696 4


Contents – Sommaire

Foreword . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Acknowledgments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

1
Documents constitutionnels de la France et de la Corse 1789–1848
Constitutional documents of France and Corsica 1789–1848

Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Projet de Mournier (1789) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Déclaration des Droits de l’homme (1789) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
Articles de Constitution (1789) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Constitution française (1791) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Plan de Constitution de Condorcet (1793) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
Déclaration des Droits de l’homme (1793) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
Constitution jacobine (1793) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Constitution de l’an III (1795) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
Constitution de l’an VIII (1799) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
Constitution de l’an X (1802) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
Constitution de l’an XII (1804) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
Projet sénatorial de constitution (1814) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
Charte constitutionnelle (1814) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
Acte additionnel aux Constitutions de l’Empire (1815) . . . . . . . . . . . . . . . . 183
Projet de la chambre des représentans (1815) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
Déclaration des droits des Français (1815) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
Charte constitutionnelle (1830) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207
Constitution de la République française (1848) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213

Corse

Costituzione del regno di Corsica (1794) / Constitution of Corsica (1794) . . . . . . 225

2
Documents constitutionnels du Monaco 1793–1848
Constitutional documents of Monaco 1793–1848

Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251
Premier Décret de la Convention Nationale de Monaco (1793) . . . . . . . . . . . . 253
(Projet de) Constitution pour Monaco (1848) /
(Progetto di) Costituzione del Principato di Monaco (1848) . . . . . . . . . . . . 257

5
C ONTENTS – S OMMAIRE

Constitution de Monaco (1848) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263


Statut fondamental de Menton et Roquebrune (1848) . . . . . . . . . . . . . . . . . 265

Index français . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269


English Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275

6
Government without a constitution,
is power without a right.
Thomas Paine, Rights of Man, II, 1792

Foreword

Today, constitutions are taken for granted A major reason for this deplorable state
as fundamental documents, the sine qua non of affairs is the widespread ignorance of
of any legitimate political order. Whether the sources. At the beginning of the twenty-
this attitude is based on faith in self-evident first century, constitutions appear to be less
truths or mere complacency, it tends to readily consulted than in the nineteenth and
make questions about traditions, shared val- early twentieth centuries, for a number of
ues, and historic evolution seem mute. Ac- reasons. One of them is that, except for a
tually, they are most pertinent, and a closer small number of documents, which tend to
inspection reveals that our heritage, for the be constantly reprinted, the texts are not
establishment of which many have risked easily available. Even the persistent scholar
their lives, is far from being commonly ac- faces difficulties when trying to gain access
cepted and securely enshrined, whether in to most of them, be it in their original form
(new) states that have only recently adopted or in a reliable modern edition.
constitutionalism, or in what may be styled This series has set itself the task of re-
the founding states of modern constitution- dressing this problem by publishing all con-
alism. In fact, this has never been the case, stitutions and declarations of rights, includ-
whatever governments may have said about ing official but failed projects of this na-
how secure liberty would be under their au- ture, that were drafted between 1776, the
thority. birth year of modern constitutionalism, and
The long history of modern constitution- the end of 1849, a date marking – at least
alism, from its beginnings in the Ameri- for many European countries – the end
can and French revolutions at the end of of the revolutionary biennium that repre-
the eighteenth century until today, differs sents a watershed in the evolution of mod-
from one country to the next, always de- ern constitutionalism. With only two ex-
pending on how formidable the opposition ceptions, Hawaii and Liberia, these con-
to its maxims and the rejection of its basic stitutions were written in Europe and the
principles have been and may continue to Americas. They will be published country
be. Over all, however, it has been a singular by country, in authentic editions in their
success story. No other political principle original official language, or languages, as
has become so universally accepted within the case may be. In addition to the print edi-
the last two centuries as modern constitu- tion, The Rise of Modern Constitutionalism,
tionalism. But in spite of this resounding 1776–1849, will also be available in an on-
achievement, the history of modern consti- line digital edition at http://www.modern-
tutionalism is still unwritten – to be more constitutions.de. This site provides free
precise, it is, purely and simply, unknown. access to digitized facsimiles of the orig-

7
F OREWORD

inal documents and manuscripts which may these hundreds of documents written in
serve as a valuable complement to the crit- some twenty different languages will neces-
ical editions (access to the online editions sitate complementing these editions with
offering all the advantages of electronic corresponding volumes of English transla-
databases requires a license). Additionally, tions in the near future.
securing a broad international reception of
Horst Dippel

8
Acknowledgments

I am most grateful to the contributors, Blömer, Valérie Courtas, Juana Henning,


who provided their consummate expertise Viktoria Kaczmarek, Ariane Lingnau, Lisa
on the constitutional histories of France Loer, Leona Malorny, Anne-Christin Mehl,
and Monaco in editing the documents Babett Schultze, Jacqueline Wendel and
of this volume: Stéphane Caporal, Jean Silvia Wershofen, while Ingeburg Radde
Monnet University, St. Étienne, France, provided secretarial skills.
Jörg Luther of the Università degli Studi I am grateful for once again being able
del Piemonte Orientale at Alessandria, to cooperate with the K. G. Saur Verlag,
Italy, Olivier Vernier of the University of whose considerable experience with large-
Nice Sophia-Antipolis, France, and Jean- scale publishing ventures has greatly ben-
Sébastien Fiorucci, Conseil National de la efited this project. I would especially like
Principauté de Monaco. to acknowledge the contribution of pub-
Like constitutional government, an ed- lishing manager Clara Waldrich and her
itorial project only comes into being by staff: Dr. Wolfgang von Collas, Christina
the people who enact and embody it in Hofmann, all based in Munich, and Mathias
its diverse branches. I would like to ex- Wündisch, in Leipzig.
press my thanks to the “citizens” of this Generous funding by the Deutsche
project, who have devoted much of their Forschungsgemeinschaft (German Re-
time to getting the details of modern consti- search Foundation) made this edition pos-
tutionalism right: Dr. Thomas Clark, Nicole sible in the first place. My sincere thanks
Burkhardt, Miriam Leitner and Matthias go to the DFG, and in particular to Michael
Schneider dwelt on matters of editing, in- Schuster, for enthusiastically supporting a
dexing, project management, document project of this scope in times when the hu-
processing and communications with con- manities are generally experiencing severe
tributors. The nitty-gritty particulars of financial constraints.
processing a bewildering array of constitu-
tional documents were tackled by Kristina Horst Dippel

9
Le gouvernement sans constitution,
est un pouvoir sans droit.
Thomas Paine, Rights of Man, II, 1792

Avant-propos

Aujourd’hui, les constitutions sont consi- ment accepté dans les deux derniers siècles
dérées comme des documents fondamen- que le constitutionalisme moderne. Mais,
taux, comme des conditions sine qua non malgré cette réussite incontestable, l’his-
de légitimité de tout ordre politique. Que toire du constitutionalisme moderne reste
cette attitude soit fondée sur une conviction non écrite – ou pour être plus précis, elle
de vérités évidentes ou d’autosatisfaction, est purement et simplement méconnue.
elle a comme conséquence que l’on semble Une des raisons principales de cette si-
rester sourd aux diverses questions concer- tuation déplorable est l’ignorance quasi ab-
nant les traditions, les valeurs communes solue des sources. Au début du vingt-et-
et l’évolution historique. De nos jours, ces unième siècle, pour plusieurs raisons, les
questions sont néanmoins plus que jamais constitutions semblent être bien moins cou-
pertinentes. Lorsqu’on examine de près cet ramment consultées qu’au dix-neuvième ou
héritage, pour lequel tant d’hommes ont ris- au début du vingtième siècle. Une de ces rai-
qué leur vie, on observe qu’il n’est pas cer- sons est, si l’on fait une exception pour un
tain qu’il puisse se conserver intact, que nombre réduit de documents qui semblent
ce soit dans les (nouveaux) états, qui ont être constamment reproduits, que les textes
adopté depuis peu le constitutionalisme, ou ne sont pas facilement accessibles. Même
dans ceux que l’on pourrait nommer les le chercheur assidu rencontre des difficultés
pères fondateurs du constitutionalisme mo- lorsqu’il essaie de se procurer la plupart de
derne. En réalité, cela n’a jamais été le cas, ces documents, que ce soit en version origi-
quoi que les gouvernements puissent avoir nale ou en édition moderne digne de foi.
soutenu sur le degré de garantie de la liberté Le but de cette série est de remédier
sous leur autorité. à cette difficulté en publiant toutes les
La longue histoire du constitutionalisme constitutions et déclarations des droits, y
moderne, depuis ses débuts avec les révolu- compris les projets officiels qui n’ont pas
tions américaine et française à la fin du dix- abouti, rédigées entre 1776, année de la
huitième siècle jusqu’à nos jours, diffère naissance du constitutionalisme moderne,
d’un pays à l’autre. Elle dépend dans une et la fin de 1849, une date qui marque –
large mesure de la résistance à ses maximes du moins pour la plupart des pays euro-
et du rejet de ses principes fondamentaux péens – le terme d’une période révolution-
dans le passé. Résistance, qui peut encore naire de deux ans représentant un tournant
exister aujourd’hui. Finalement cependant, dans l’évolution du constitutionalisme mo-
le constitutionalisme a été une histoire sin- derne. A deux exceptions près, Hawaï et le
gulière couronnée de succès. Aucun autre Liberia, toutes ces constitutions ont été rédi-
principe politique n’a été aussi universelle- gées en Europe et en Amérique. Les consti-

11
AVANT- PROPOS

tutions seront publiées dans leur langue ori- rect aux éditions en ligne offrant tous les
ginale officielle, ou plusieurs langues, si avantages des bases de données électro-
tel est le cas. Outre son édition papier, The niques exige que l’on dispose d’une li-
Rise of Modern Constitutionalism, 1776– cence). Au surplus, pour rendre accessibles
1849, sera également disponible en ligne ces centaines de documents écrits en plus
sur http ://www.modern-constitutions.de. de vingt langues différentes, il s’impose
Ce site offre un accès libre aux fac-similés d’ajouter dans un proche avenir, des vo-
digitalisés des documents et manuscrits ori- lumes offrant les traductions correspon-
ginaux qui peuvent être des compléments dantes en anglais de ces éditions.
valables aux éditions critiques (l’accès di-
Horst Dippel

12
Remerciements

Je remercie les collaborateurs, qui ont Viktoria Kaczmarek, Ariane Lingnau, Lisa
fait profiter dans l’édition des documents Loer, Leona Malorny, Anne-Christin Mehl,
de ce volume de leur connaissance appro- Babett Schultze, Jacqueline Wendel et Sil-
fondi de l’histoire constitutionnelle de la via Wershofen ont su résoudre les particula-
France et de Monaco : Stéphane Caporal rités du traitement d’une série de documents
de la Université Jean Monnet, St. Étienne, constitutionnels, alors qu’Ingeburg Radde a
France, Jörg Luther de la Università degli assuré les tâches de secrétariat.
Studi del Piemonte Orientale at Alessan- Je suis également une fois de plus recon-
dria, Italia, Olivier Vernier de la Université naissant envers K.G. Saur Verlag, dont l’ex-
de Nice Sophia-Antipolis, France, et Jean- périence considérable d’éditions à grande
Sébastien Fiorucci, Conseil National de la échelle a favorisé ce projet. En particulier,
Principauté de Monaco. je veux exprimer ma gratitude envers la
Comme un gouvernement constitution- responsable de publication Clara Waldich
nel, un projet d’édition ne peut être mené et son équipe : Dr. Wolfgang von Collas,
à bien que par ceux qui l’établissent et lui Christina Hofmann, Manfred Link, à Mü-
donnent forme dans les différents aspects. nich et Mathias Wündisch à Leipzig.
Je tiens à remercier particulièrement les ‘ci- En premier lieu, le support généreux de
toyens’ de ce projet, qui ont consacré une la Deutsche Forschungsgemeinschaft (Fon-
grande partie de leurs temps à affiner les dation allemande de recherche) a rendu pos-
détails du constitutionalisme moderne : Dr. sible la réalisation de cette édition. Je remer-
Thomas Clark, Nicole Burkhardt, Miriam cie sincèrement la DFG, et en particulier
Leitner et Matthias Schneider se sont occu- Michael Schuster, pour leur soutien enthou-
pés des divers problèmes d’édition, d’in- siaste à ce projet dans un environnement où
dexation, de gestion du projet, de traite- les sciences humaines sont généralement
ment de la documentation et des commu- confrontées à de sévères restrictions finan-
nications avec les collaborateurs. Kristina cières.
Blömer, Valérie Courtas, Juana Henning,
Horst Dippel

13
1

Documents constitutionnels de la France et de la Corse


Constitutional documents of France and Corsica
1789–1848

Textes présentés par / Edited by


Stéphane Caporal
Sommaire – Contents

1
Documents constitutionnels de la France et de la Corse 1789 – 1848
Constitutional documents of France and Corsica 1789 – 1848

Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Projet de Mournier (1789) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Déclaration des Droits de l’homme (1789) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
Articles de Constitution (1789) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Constitution française (1791) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Plan de Constitution de Condorcet (1793) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
Déclaration des Droits de l’homme (1793) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
Constitution jacobine (1793) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Constitution de l’an III (1795) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
Constitution de l’an VIII (1799) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
Constitution de l’an X (1802) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
Constitution de l’an XII (1804) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
Projet sénatorial de constitution (1814) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
Charte constitutionnelle (1814) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
Acte additionnel aux Constitutions de l’Empire (1815) . . . . . . . . . . . . . . . . 183
Projet de la chambre des représentans (1815) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
Déclaration des droits des Français (1815) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
Charte constitutionnelle (1830) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207
Constitution de la République française (1848) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213

Corse

Costituzione del regno di Corsica (1794) / Constitution of Corsica (1794) . . . . . . 225

17
Introduction

A partir de la Révolution de 1789, l’insta- En troisième lieu, on a également retenu


bilité chronique qui a caractérisé l’histoire certains projets qui, sans être entrés en vi-
constitutionnelle de la France a donné lieu gueur en droit positif, n’en ont pas moins
à l’élaboration d’un grand nombre de textes accédé au statut de textes canoniques de
à vocation constitutionnelle tels que décla- l’histoire constitutionnelle : ainsi du projet
rations des droits, constitutions, chartes ou girondin élaboré par Antoine de Condorcet
simples projets parmi lesquels il a fallu choi- et Thomas Paine et discuté de février à mai
sir ceux qui feraient l’objet d’une publica- 1793 ou encore le projet du Sénat présenté
tion : on en a retenu pas moins de seize pour à Louis XVIII qui le refusa mais ne l’ignora
une période de cinquante-neuf années ; s’y point. A fortiori, dans cette troisième ca-
ajoute un autre texte sur lequel on reviendra tégorie, on se devait d’accorder une place
plus loin. centrale à la Constitution montagnarde du
24 juin 1793 qui fut la première à être adop-
tée par une votation populaire même si elle
Principes sous-tendant le choix
n’entra jamais en vigueur son application
des textes constitutionnels
ayant été suspendue.
En premier lieu, le corpus constitution- D’autres projets, que l’histoire n’a
nel comporte évidemment l’ensemble des presque pas retenus, se sont ajoutés à cette
textes fondateurs des régimes successifs qui dernière catégorie d’une manière que l’on
en forment le noyau central : la Déclaration confessera volontiers totalement arbitraire
des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et forcément discutable. Elaborés par des
(et les Articles de Constitution), la Consti- majorités éphémères ils étaient refusés ou
tution du 3 septembre 1791, la Constitution morts nés : c’est le cas du projet de Mou-
directoriale du 22 août 1795, la Constitu- nier - rejeté par la Constituante les 10 et 11
tion consulaire du 13 décembre 1799, le octobre 1789 ce qui signa la fin de l’aven-
sénatus-consulte confiant la République à ture des monarchiens -, de la déclaration
un Empereur du 18 mai 1804, la charte du des droits du 29 mai 1793 -votée presque
4 juin 1814, la Constitution du 4 novembre par hasard et abrogée quelques mois plus
1848. tard sans jamais être entrée en vigueur -,
En deuxième lieu, on a ajouté à cette du projet de constitution de la chambre des
première recension une série de textes qui Représentants de la fin du mois du 29 juin
apportaient des modifications très substan- 1815 ou encore la déclaration des droits du
tielles aux caractéristiques principales d’un 5 juillet 1815.
régime et qui par voie de conséquence Par ailleurs, on relèvera dans ce cata-
devaient certainement trouver leur place logue la présence exotique d’un texte de
dans cette énumération constitutionnelle : l’époque révolutionnaire que l’on peut qua-
sénatus-consulte du 4 août 1802 attribuant lifier pseudo-constitutionnel et qui ne se
le Consulat à vie, l’Acte additionnel aux trouve dans cette liste que par défaut :
constitutions de l’Empire du 22 avril 1815, il s’agit de la « constitution » corse du
la Charte du 14 août 1830. 19 juin 1794 à un moment où l’île était

19
I NTRODUCTION

sous protectorat britannique et adopté par bats, en particulier par l’historien Alphonse
une assemblée. Ce n’est pas au sens strict Aulard, et d’ailleurs peut-être pas toujours
un texte corse puisqu’il est élaboré par la pour des raisons scientifiques, mais cette fia-
puissance britannique, mais il n’est pas bilité demeure beaucoup plus grande en ce
directement rattachable aux lois constitu- qui concerne les projets et les textes de droit
tionnelles du Royaume-Uni puisqu’il n’y positif dans le domaine législatif et consti-
a pas d’annexion officielle de la Corse. tutionnel. La preuve en est d’ailleurs que
On objectera avec raison qu’il est encore l’entreprise de publication de ces Archives
moins un texte français puisqu’il a été est aujourd’hui continuée par le Centre na-
élaboré par une puissance ennemie de la tional de la Recherche scientifique, l’Insti-
France : néanmoins, le fait qu’il concerne tut d’Histoire de la Révolution française et
un département français a conduit à le le Sénat.
rattacher au catalogue des textes français Chaque fois que cela a été possible, le
avec toute la part d’arbitraire signalée plus choix a été fait de conserver telle quelle la
haut. présentation orthographique et jusqu’à la
ponctuation des documents originaux qui
Principes éditoriaux présentent plusieurs caractéristiques. Ainsi
presque tous les textes, exception faite de
Concernant les sources documentaires, celui de 1848, se caractérisent par l’absence
on doit rappeler d’une part que les docu- du « t » final dans un certain nombre d’ad-
ments originaux sont difficilement acces- jectifs, d’adverbes ou de noms communs,
sibles notamment en raison des contraintes cette consonne finale s’étant imposée as-
inhérentes à leur protection et à leur conser- sez tardivement dans la langue française.
vation et que la numérisation n’en est pas Mais surtout, s’agissant en particulier des
toujours possible et d’autre part que la no- documents les plus anciens (ceux de 1791,
tion même de documents original est sou- 1793 ou 1795), les usages orthographiques
vent délicate. En effet, un texte peut être connaissent souvent d’importantes fluctua-
considéré soit au stade de son adoption par tions et ce parfois à l’intérieur d’un même
une assemblée ou par la voie référendaire document : ainsi, l’accentuation ne semble
soit au stade de sa promulgation par l’exé- pas vraiment obéir à des règles strictes ;
cutif ou éventuellement de sa publication de même, les modalités d’emploi des ma-
c’est-à-dire des actes qui en déterminent juscules paraissent souvent répondre à des
l’entrée en vigueur. considérations plus symboliques que gram-
On a choisi de privilégier comme sources maticales oscillant entre l’absence et la pro-
documentaires celles qui bénéficient de la fusion. Dans tous les cas que l’on vient
considération de la quasi-totalité des his- d’évoquer, on a veillé à retranscrire stricte-
toriens : ce sont La Gazette nationale ou ment les spécificités du document original.
le Moniteur universel ainsi que le Bulletin On a seulement corrigé les variantes ortho-
des lois, bien que l’on puisse souligner en graphiques qui provenaient manifestement
passant que dans la très grande majorité soit d’une erreur dans la manipulation des
des cas, on trouvera les textes à l’identique éléments typographique, soit de pures et
dans les Archives parlementaires. La fiabi- simples fautes d’orthographe par exemple
lité de ces dernières a parfois été mise en celles qui portent sur des conjugaisons de
doute s’agissant de la retranscription des dé- verbes.

20
I NTRODUCTION

Bibliographie sélective Romuald Szramkiewicz et Jacques


Bouineau, Histoire des institutions. 1750–
Stéphane Caporal, Histoire constitution- 1914, Paris : Litec, 4e éd. 1998.
nelle de 1789 à nos jours, Paris : Hachette, Michel Troper, La séparation des pou-
2005. voirs et l’histoire constitutionnelle fran-
Jacques Ellul, Histoire des Institutions, çaise, Paris : LGDJ, 1980.
tome V, Le XIXe siècle, Paris : Puf coll. Jean Tulard, Jean-François Fayard,
Thémis 12e éd. 1993, rééd. Paris : Puf coll. et Alfred Fierro, Histoire et dic-
Quadrige, 1999. tionnaire de la Révolution française,
Marcel Morabito, Histoire constitution- 1789–1799, Paris : Laffont, 1987.
nelle de la France, Paris : Montchrestien,
8e éd. 2004.

21
Projet de Mournier (1789)

Projet des premiers Articles de la Constitution, lu dans la


Séance du 28 Juillet 1789, par M. M OUNIER, Membre du
Comité, chargé du plan de Constitution1

Nous, les Représentans de L A NATION qui sont gouvernés, et non de ceux qui gou-
F RANÇOISE, convoqués par le ROI, réunis vernent ; qu’aucune fonction publique ne
en A SSEMBLÉE NATIONALE, en vertu des peut être considérée comme la propriété de
Pouvoirs qui nous ont été confiés par les ceux qui l’exercent ; que le principe de toute
Citoyens de toutes les Classes, chargés par Souveraineté réside dans la Nation, et que
eux spécialement de fixer la Constitution nul corps, nul individu ne peut avoir une
de LA F RANCE, et d’assurer la prospé- autorité qui n’en émane expressément.
rité publique ; D ÉCLARONS et É TABLIS -
SONS , par l’autorité de nos Commettans, A RT. III. La Nature a fait les hommes
comme Constitution de l’Empire François, libres et égaux en droits ; les distinctions so-
les maximes et règles fondamentales et la ciales doivent donc être fondées sur l’utilité
forme du Gouvernement, telles qu’elles se- commune.
ront ci-après exprimées ; et lorsqu’elles au- A RT. IV. Les hommes, pour être heureux,
ront été reconnues et ratifiées par le ROI, doivent avoir le libre et entier exercice de
on ne pourra changer aucun des Articles toutes leurs facultés physiques et morales.
qu’elles renferment, si ce n’est par les
moyens qu’elles auront déterminés. A RT. V. Pour s’assurer le libre et entier
exercice de ses facultés, chaque homme doit
reconnoître, et faciliter dans ses semblables,
CHAPITRE PREMIER le libre exercice des leurs.
Declaration des droits de l’homme et A RT. VI. De cet accord exprès ou tacite
du Citoyen résulte entre les hommes la double relation
des droits et des devoirs.
A RTICLE P REMIER Tous les hommes
A RT. VII. Le droit de chacun consiste
ont un penchant invincible vers la recherche
dans l’exercice de ses facultés, limité
du bonheur ; c’est pour y parvenir par la
uniquement par le droit semblable dont
réunion de leurs efforts qu’ils ont formé des
jouissent les autres individus.
Sociétés et établi des Gouvernemens. Tout
Gouvernement doit donc avoir pour but la A RT. VIII. Le devoir de chacun consiste
félicité générale. à respecter le droit d’autrui.

A RT. II. Les conséquences qui résultent A RT. IX. Le Gouvernement, pour procu-
de cette vérité incontestable sont que le rer la félicité générale, doit donc protéger
Gouvernement existe pour l’intérêt de ceux les droits et prescrire les devoirs. Il ne doit

23
F RANCE

mettre, au libre exercice des facultés hu- A RT. XVI. Il est permis à tout homme
maines, d’autres limites que celles qui sont de repousser la force par la force, à moins
évidemment nécessaires pour en assurer la qu’elle ne soit employée en vertu de la Loi.
jouissance à tous les Citoyens, et empêcher
les actions nuisibles à la Société. Il doit sur- A RT. XVII. Nul ne peut être arrêté ou
tout garantir les droits imprescriptibles qui emprisonné qu’en vertu de la Loi, avec les
appartiennent à tous les hommes, tels que formes qu’elle a prescrites, et dans les cas
la liberté personnelle, la propriété, la sûreté, qu’elle a prévus.
le soin de son honneur et de sa vie, la libre
communication de ses pensées, et la résis- A RT. XVIII. Aucun homme ne peut être
tance à l’oppression. jugé que dans le ressort qui lui a été assigné
A RT. X. C’est par des Loix claires, pré- par la Loi.
cises et uniformes pour tous les Citoyens,
que les droits doivent être protégés, les de- A RT. XIX. Les peines ne doivent point
voirs tracés, et les actions nuisibles punies. être arbitraires, mais déterminées par les
Loix, et elles doivent être absolument sem-
A RT. XI. Les Citoyens ne peuvent être blables pour tous les Citoyens, quelque soit
soumis à d’autres Loix qu’à celles qu’ils ont leur sang et leur fortune.
librement consenties par eux ou par leurs
Représentans, et c’est dans ce sens que la
A RT. XX. Chaque Membre de la Société
Loi est l’expression de la volonté générale.
ayant droit à la protection de l’État, doit
A RT. XII. Tout ce qui n’est pas défendu concourir à sa prospérité, et contribuer aux
par la Loi est permis, et nul ne peut être frais nécessaires dans la proportion de ses
contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas. biens, sans que nul puisse prétendre aucune
faveur ou exemption, quelque soit son rang
A RT. XIII. Jamais la Loi ne peut être
ou son emploi.
invoquée pour des faits antérieurs à sa pu-
blication, et si elle étoit rendue pour déter-
miner le jugement de ces faits antérieurs, A RT. XXI. Aucun homme ne peut
elle seroit oppressive et tyrannique. être inquiété pour ses opinions religieuses,
pourvu qu’il se conforme aux Loix, et ne
A RT. XIV. Pour prévenir le Despotisme trouble pas le culte public.
et assurer l’Empire de la Loi, les Pouvoirs
législatif, exécutif et judiciaire, doivent être A RT. XXII. Tous les hommes ont le droit
distincts. Leur réunion dans les mêmes de quitter l’État dans lequel ils sont nés, et
mains mettroient ceux qui en seroient les de se choisir une autre Patrie en renonçant
dépositaires au-dessus de toutes les Loix, et aux droits attachés dans la première à leur
leur permettroient d’y substituer leurs vo- qualité de Citoyen.
lontés.
A RT. XV. Tous les individus doivent A RT. XXIII. La liberté de la Presse est
pouvoir recourir aux Loix, et y trouver de le plus ferme appui de la liberté publique.
prompts secours pour tous les torts ou in- Les Loix doivent la maintenir en la conci-
jures qu’ils auroient soufferts dans leurs liant avec les moyens propres à assurer la
biens ou dans leurs personnes, ou pour les punition de ceux qui pourroient en abuser
obstacles qu’ils éprouveroient dans l’exer- pour répandre des discours séditieux, ou des
cice de leur liberté. calomnies contre des particuliers.

24
P ROJET DE M OURNIER (1789)

CHAPITRE II le moment où il est entré en France. Les for-


Principes du Gouvernement François malités introduites pour éluder cette règle
seront inutiles à l’avenir, et aucun prétexte
A RT. I. Le Gouvernement François est ne pourra désormais s’opposer à la liberté
Monarchique ; il est essentiellement dirigé de l’esclave.
par la Loi ; il n’y a point d’autorité supé- A RT. IX. Les Citoyens de toutes les
rieure à la Loi. Le Roi ne règne que par elle, Classes peuvent être admis à toutes les
et quand il ne commande pas au nom de la charges et emplois, et ils auront la faculté
Loi, il ne peut exiger l’obéissance. d’acquérir toute espèce de propriétés terri-
toriales sans être tenus de payer à l’avenir
A RT. II. Le Pouvoir législatif doit être
aucun droit d’incapacité ou de franc-fief.
exercé par l’Assemblée des Représantans
de la Nation, conjointement avec le Mo- A RT. X. Aucune profession ne sera
narque dont la sanction est nécessaire pour considérée comme emportant dérogeance.
l’établissement des Loix.
A RT. XI. Les emprisonnemens, exils,
A RT. III. Le Pouvoir exécutif suprême contraintes, enlèvemens, actes de violence
réside exclusivement dans les mains du Roi. en vertu de lettres-de-cachet, ou ordres arbi-
traires seront à jamais proscrits ; tous ceux
A RT. IV. Le Pouvoir judiciaire ne doit qui auront conseillé, sollicité, exécuté de
jamais être exercé par le Roi, et les Juges pareils ordres seront poursuivis comme cri-
auxquels il est confié ne peuvent être dé- minels, et punis par une détention qui du-
possédés de leur Office, pendant le temps rera trois fois autant que celle qu’ils auront
fixé par la Loi, autrement que par les voies occasionnée, et de plus par des dommages-
légales. intérêts.
A RT. V. Aucune taxe, impôt, charge, A RT. XII. Le Roi pourra néanmoins,
droit ou subside ne peuvent être établis sans quand il le jugera convenable, donner
le consentement libre et volontaire des Re- l’ordre d’emprisonner, en faisant remettre
présentans de la Nation. les personnes arrêtées, dans les prisons or-
dinaires, et au pouvoir des Tribunaux com-
A RT. VI. Les Représentans de la Nation pétens, avant l’expiration du délai de vingt-
doivent surveiller l’emploi des subsides, et quatre heures, sauf au détenu, si l’empri-
en conséquence les Administrateurs des sonnement est reconnu injuste, à poursuivre
deniers publics doivent leur en rendre un les Ministres, ou autres Agens qui auroient
compte exact. conseillé l’emprisonnement, ou qui auroient
A RT. VII. Les Ministres, les autres pu y contribuer par les ordres qu’ils auroient
Agens de l’Autorité Royale sont respon- transmis.
sables de toutes les infractions qu’ils com- A RT. XIII. Pour assurer dans les mains
mettent envers les Loix, quelques soient les du Roi, la conservation et l’indépendance
ordres qu’ils aient reçus ; et ils doivent en du pouvoir exécutif, il doit jouir de diverses
être punis sur les poursuites des Représen- prérogatives qui seront ci-après détaillées.
tans de la Nation.
A RT. XIV. Le Roi est le Chef de la Na-
A RT. VIII. La France étant une terre tion ; il est une portion intégrante du Corps
libre, l’esclavage ne peut y être toléré, et législatif. Il a le Pouvoir exécutif souve-
tout esclave es affranchi de plein droit dès rain ; il est chargé de maintenir la sûreté

25
F RANCE

du Royaume, au dehors et dans l’intérieur ; A RT. XXI. Il a l’administration de tous


de veiller à sa défense ; de faire rendre la les biens de la Couronne ; mais il ne peut
Justice, en son nom, dans les Tribunaux ; de aliéner aucune partie de ses Domaines, ni
faire punir les délits ; de procurer le secours céder à une Puissance étrangère, aucune
des Loix à tous ceux qui le réclament ; de portion du territoire soumis à son autorité ;
protéger les droits de tous les Citoyens, et ni acquérir une domination nouvelle sans le
les prérogatives de la Couronne, suivant les consentement du Corps législatif.
Loix et la présente Constitution.
A RT. XXII. Le Roi peut arrêter, quand
A RT. XV. La personne du Roi est invio- il le juge nécessaire l’exportation des armes
lable et sacrée. Elle ne peut être actionnée et des munitions de guerre.
directement devant aucun Tribunal.
A RT. XXIII. Le Roi peut ordonner
A RT. XVI. Les offenses commises en- des proclamations, pourvu qu’elles soient
vers le Roi, la Reine et l’héritier présomptif conformes aux Loix, qu’elles en ordonnent
de la Couronne, doivent être plus sévére- l’exécution, & qu’elles ne renferment au-
ment punies, par les Loix, que celles qui cune disposition nouvelle ; mais il ne peut
concernent ses Sujets. sans le consentement du Corps législatif
prononcer la surséance d’aucune disposi-
A RT. XVII. Le Roi est le dépositaire de tion des Loix.
la force publique, il est le Chef Suprême
de toutes les forces de terre et de mer. Il a A RT. XXIV. Le Roi est le maître absolu
le droit exclusif de lever des Troupes, de du choix de ses Ministres et des Membres
régler leur marche et leur discipline, d’or- de son Conseil.
donner les Fortifications nécessaires pour A RT. XXV. Le Roi est le dépositaire du
la sûreté des Frontières, de faire construire trésor public ; il ordonne et règle les dé-
des Arsenaux, des Ports et Havres, de re- penses conformément aux condition pres-
cevoir et d’envoyer des Ambassadeurs, de crites par les Loix qui établissent les sub-
contracter des alliances, de faire la paix et sides.
la guerre.
A RT. XXVI. Le Roi a le droit de convo-
A RT. XVIII. Le Roi peut passer, pour quer le Corps législatif dans l’intervalle des
l’avantage de ses Sujets, des Traités de sessions, ou des termes fixés par les ajour-
Commerce ; mais ils doivent être ratifiés nemens.
par le Corps Législatif, toutes les fois que
son exécution nécessite de nouveaux droits, A RT. XXVII. Il a droit de régler dans
de nouveaux réglemens, ou de nouvelles son Conseil, avec le concours des Assem-
obligations pour les Sujets François. blées Provinciales, ce qui concerne l’Admi-
nistration du Royaume, en se conformant
A RT. XIX. Le Roi a le droit exclusif de aux Loix générales qui seront rendues sur
battre Monnoie ; mais il ne peut faire aucun cette matière.
changement à sa valeur sans le consente-
ment du Corps législatif. A RT. XXVIII. Le Roi est la source des
honneurs : il a la distribution des graces,
A RT. XX. A lui seul appartient le droit des récompenses, la nomination des Digni-
de donner des lettres de grace dans les cas tés et Emplois Ecclésiastiques, Civiles &
où les Loix permettroient d’en accorder. Militaires.

26
P ROJET DE M OURNIER (1789)

A RT. XXIX. L’indivisibilité et l’hérédité A RT. XXXIV. Le Régent ne pourra ja-


du Trône sont les plus sûrs appuis de la paix mais avoir la garde du Roi ; elle sera donnée
et de la félicité publique, et sont inhérentes à ceux qui auront été indiqués par le testa-
à la véritable Monarchie. La Couronne est ment de son prédécesseur. A défaut de cette
héréditaire de branche en branche, par ordre indication, la garde d’un Roi mineur appar-
de primogéniture, et dans la ligne masculine tiendra à la Reine-Mère ; celle d’un Roi en
seulement. Les femmes et leurs descedans démence appartiendroit à son épouse, et à
en sont exclus. leur défaut, les Représentans de la Nation
choisiroient la personne à qui cette garde
A RT. XXX. Suivant la Loi, le Roi ne
seroit confiée. Le Regent seroit choisi de la
meurt jamais, c’est-à-dire, que par la seule
même manière, dans le cas où il n’existeroit
force de la Loi, toute l’autorité royale est
aucun proche parent du Roi ayant droit de
transmise, incontinent après la mort du Mo-
lui succéder.
narque, à celui qui a le droit de lui succéder.
A RT. XXXV. Les Régens qui seront
A RT. XXXI. A l’avenir les Rois de
nommés dans les cas de démence, ne pour-
France ne pourront être considérés comme
ront faire aucune nomination ou conces-
majeurs qu’à l’âge de vingt-un ans accom-
sion, ni donner aucun consentement qui ne
plis.
puissent être révoqués par le Roi revenu en
A RT. XXXII. Pendant la minorité des état de santé, ou par son Successeur.
Rois, ou en cas de démence constatée, l’au-
torité royale sera exercée par un Régent.
1 Vérifiée sur la base du Projet Des premiers Articles
A RT. XXXIII. La Régence sera déférée
de la Constitution, lu dans la Séance du 28 Juillet 1789,
d’après les mêmes règles qui fixent la suc- par M. Mounier, Membre du Comité, chargé du plan
cession à la Couronne, c’est-à-dire, qu’elle de Constitution, Versailles : chez Baudoin, Imprimeur
appartiendra de plein droit à l’héritier pré- de l’Assemblée Nationale, s.a. L’essentiel de ce projet
de Jean Joseph Mounier, lequel présidait le Comité de
somptif du Trône, pourvu qu’il soit majeur ;
Constitution, tenait dans deux dispositions : d’une part
et dans le cas où il seroit mineur, elle pas- la division du législatif en deux chambres et d’autre
sera à celui qui, immédiatement après, au- part l’attribution au Roi d’un veto absolu. Après les
roit le plus de droit à la succession. Il exer- émeutes du 5 au 6 octobre et l’invasion de l’Assem-
blée par la foule, le Comité de Constitution rejeta les
cera la régence jusqu’au terme où elle devra
dispositions centrales du projet les 10 et 11 octobre
expirer, quand même le plus proche héritier et Mounier démissionna : l’espoir d’une monarchie
seroit devenu majeur dans l’intervalle. équilibré avait vécu.

27
Déclaration des Droits de l’homme (1789)

Déclaration des droits de l’homme et du Citoÿen1

PRÉAMBULE ART. 3. Le principe de toute Souverai-


neté réside essentiellement dans la nation.
Les Réprésentants du peuple françois, Nul corps, nul individu ne peut exercer d’au-
constitués en assemblée nationale, consi- torité qui n’en émane expressément.
dérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris
des droits de l’homme sont les seules causes A RT. 4. La liberté consiste à pouvoir
des malheurs publics et de la corruption des faire tout ce qui ne nuit pas à autrui, ainsi
Gouvernéments, ont résolu d’exposer, dans l’exercice des droits naturels de chaque
une déclaration solemnelle, les droits na- homme n’a de bornes que celles qui as-
turels, inaliénables et sacrés de l’homme, surent aux autres membres de la société, la
afin que cette déclaration constamment pré- jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes
sente à tous les membres du corps social, ne peuvent être déterminées que par la loy.2
leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs
A RT. 5. La loi n’a le droit de défendre,
devoirs ; afin que les actes du pouvoir légis-
que les actions nuisibles à la société. Tout
latif, et ceux du pouvoir éxécutif pouvant
ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut
être à chaque instant comparés avec le but
être empêché, et nul ne peut être contraint
de toute institution politique, en soient plus
à faire ce qu’elle n’ordonne pas.
respectés ; afin que les réclamations des Ci-
toÿens, fondées désormais sur des principes
A RT. 6. La loi est l’expression de la vo-
simples et incontestables, tournent toujours
lonté générale. Tous les Citoyens ont droit
au maintien de la Constitution, et au bon-
de concourir personnellement, ou par leurs
heur de tous.
représentants, à sa formation. Elle doit être
En conséquence, l’assemblée nationale la même pour tous, soit qu’elle protége,
reconnaît et déclare, en présence et sous soit qu’elle punisse. Tous les Citoyens étant
les auspices de l’Être Suprême, les droits égaux à ses yeux, sont également admis-
suivants de l’homme et du citoÿen. sibles à toutes dignités, places et emplois
publics, selon leur capacité, et sans autre
A RT. 1 ER . Les hommes naissent et de- distinction que celle de leurs vertus et de
meurent libres et égaux en droits. Les dis- leurs talents.3
tinctions sociales ne peuvent être fondées
que sur l’utilité commune. A RT. 7. Nul homme ne peut être accusé,
arrêté, ni détenu que dans les cas détermi-
A RT. 2. Le but de toute association poli- nés par la loi, et selon les formes qu’elle a
tique est la conservation des droits naturels prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient,
et imprescriptibles de l’homme. Ces droits exécutent ou font exécuter des ordres arbi-
sont la liberté, la propriété, la sûreté et la traires, doivent être punis ; mais tout citoyen
résistance a l’oppression. appelé ou saisi en vertu de la loi, doit obéir

29
F RANCE

à l’instant : il se rend coupable par la résis- A RT. 15. La société a le droit de deman-
tance. der compte à tout Agent public de son ad-
ministration.
ART. 8. La loi ne doit établir que des
peines strictement et évidemment néces- A RT. 16. Toute société dans laquelle la
saires, et nul ne peut être puni qu’en vertu garantie des droits n’est pas assurée, ni la sé-
d’une loi établie et promulguée antérieure- paration des pouvoirs déterminée, n’a point
ment au délit, et légalement appliquée. de Constitution.
A RT. 17. Les propriéts étant un droit in-
A RT. 9. Tout homme étant présumé in-
violable et sacré, nul ne peut en être privé,
nocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré cou-
si ce n’est lorsque la nécessité publique, lé-
pable, s’il est jugé indispensable de l’arrê-
galement constatée, l’exige évidemment, et
ter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire
sous la condition d’une juste et préalable
pour s’assurer de sa personne, doit être sé-
indemnité.6
vèrement réprimée par la loy.
Extrait du Procès-Verbal de l’A SSEMB -
LEE NATIONALE, du Jeudi premier Octobre
A RT. 10. Nul ne doit être inquiété pour
1789.
ses opinions, même religieuses, pourvu que
L’Assemblée a arrêté que M. le Président
leur manifestation ne trouble pas l’ordre pu-
se retirera devers le Roi, à l’effet de pré-
blic établi par la loi.
senter à son acceptation la Déclaration des
A RT. 11. La libre communication des Droits.
pensées et des opinions est un des droits Collationné conforme à l’original, par
les plus précieux de l’homme : tout citoÿen nous président et secrétaires de l’Assem-
peut donc parler, écrire, imprimer librement, blée nationale, à Versailles le trente sep-
sauf à répondre de l’abus de cette liberté, tembre 1789, et ont signé Mounier pré-
dans les cas déterminés par la loi. sident, Démeunier, le vicomte de Mira-
beau, Bureaux de Pusy, Faydel, l’évêque
A RT. 12. La Garantie des droits de de Nancy et l’abbé d’Eymar, secrétaires. Si-
l’homme et du citoÿen nécessite une force gné par Louis XVI après la mention : “Ac-
publique : cette force est donc instituée pour cepté pour être exécuté.” Contresigné par
l’avantage de tous, et non pour l’utilité par- de Saint-Priest.
ticulière de ceux à qui elle est confiée.4
1 Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.
A RT. 13. Pour l’entretien de la force pu- Minute originale extraite des procès-verbaux des
blique, et pour les dépenses d’administra- séances de l’Assemblée nationale, à la date du 30 sep-
tembre 1789.
tion, une contribution commune est indis- « Collationné conforme à l’original, par nous pré-
pensable. Elle doit être également répartie sident et secrétaires de l’Assemblée nationale, à Ver-
entre tous les citoÿens, en raison de leurs sailles le trente septembre 1789, et ont signé Mounier
facultés. président, Démeunier, le vicomte de Mirabeau, Bu-
reaux de Pusy, Faydel, l’évêque de Nancy et l’abbé
d’Eymar, secrétaires. « Signé par Louis XVI après la
A RT. 14. Les Citoyens ont le droit de mention : « Accepté pour être exécuté. » Contresigné
constater, par eux-mêmes ou par leurs re- par de Saint-Priest.
présentants, la nécessité de la contribution Conservé en réserve du Musée de l’histoire de
France, Paris Série armoire de fer sous la côte
publique, de la consentir librement, d’en
<AE/II/1129, côte origine A70/pce209bis> acces-
suivre l’emploi et d’en déterminer la quo- sible sur http:// www.culture.gouv.fr/ documentation/
tité, l’assiette, le recouvrement et la durée.5 archim/ accueil.html. L’orthographe, les majuscules

30
D ÉCLARATION DES D ROITS DE L ’ HOMME (1789)

et la ponctuation correspondent au manuscrit original tution de 1791 et non, comme semblent toujours l’in-
chaque fois que la graphie de celui-ci est certaine. diquer les historiens et le laisser penser la mémoire
La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen collective, d’un texte unique.
de 1789 mérite une mention toute particulière car le Cependant, deux états seulement réunissent les
texte voté du 20 au 26 août 1789 par l’Assemblée na- conditions de validité juridique : celui qui correspond
tionale constituante, accepté par le Roi le 5 octobre aux documents numérotés de a) à d) ; celui qui corres-
et promulgué par lettres patentes de celui-ci le 3 no- pond au document numéroté e). En effet, chacun de ces
vembre puis finalement placé en tête de la constitution états a fait l’objet à la fois d’un vote de l’Assemblée na-
de 1791 a connu au moins cinq variantes (voir Put- tionale, d’une acceptation royale, d’une promulgation
fin (Guy). « La déclaration des droits de l’homme et par lettres patentes ou par loi, enfin d’une publication
du citoyen. Recensement et variantes des textes (août officielle.
1789-septembre 1791) », dans Annales historiques de C’est donc à l’un ou à l’autre de ces deux états qu’il
la Révolution française, 1978, p. 180–199 et Rials faut se référer lorsque l’on parle de la Déclaration des
(Stéphane), La Déclaration des droits de l’homme et droits de l’homme et du citoyen. En revanche, seul le
du citoyen de 1789, Paris : Hachette, 1988 en par- premier état correspondant aux documents numérotés
ticulier pp. 266–271). On a choisi de présenter ici de a) à d) renvoie à la Déclaration de l’année 1789 ; le
comme édition ‘originale’ la copie manuscrite du texte second concerne la Déclaration de l’année 1791.
de la Déclaration des droits de l’homme extrait des a) Texte manuscrit de la Déclaration des droits de
procès-verbaux de l’Assemblée nationale, collationné l’homme extrait des procès-verbaux de l’Assemblée
conforme à l’original le 30 septembre 1789, portant nationale, collationné conforme à l’original le 30 sep-
après la signature du président et des six secrétaires, tembre 1789 par le président en exercice, Mounier, et
la formule « Accepté pour être exécuté » ainsi que la les six secrétaires, et présenté au vote de l’Assemblée
signature du roi « Louis », mai 1790 (Paris, Centre his- nationale le 2 octobre 1789. Paris, Centre historique
torique des Archives nationales, Musée de l’histoire de des Archives nationales, Musée de l’histoire de France,
France, cote Musée AE II 1129, cote d’origine A 70, cote Musée <AE II 2982>, cote d’origine BB34 I1, n°
n° 209 bis 2, papier, cahier relié par un ruban de soie 8, papier, cahier relié par un ruban de soie bleue, en-
bleue, encore brune, H. 31 cm x L. 20 cm). Il s’agit core brune, H. 32 cm x L. 20,5 cm.
d’une des pièces considérées par les Archives natio- b) Billet autographe de Louis XVI portant accep-
nales comme susceptible de faire foi juridiquement tation du texte précédent : « J’accepte purement et
et disponible : c’est le texte de l’acceptation et de la simplement les articles de la Constitution et la Décla-
promulgation. En outre, c’est la version disponible sur ration des Droits de l’Homme que l’Assemblée natio-
le site de l’Unesco http://portal.unesco.org/ci/fr/. En nale m’a présentés. Le 5 octobre 1789. Louis ». Paris,
effet, depuis 2003, l’ensemble des documents divers Centre historique des Archives nationales, Musée de
ayant trait à la proclamation et à l’entrée en vigueur du l’histoire de France, cote Musée <AE II 2983>, cote
texte de la Déclaration des Droits de l’Homme et du d’origine C 31, pl. 263, papier, feuillet double replié,
citoyen est classé par l’Unesco sur la Liste Mémoire trou d’épingle au milieu sous le texte, H. 18 cm x L.
du monde. 11 cm.
Pour expliquer les conditions de ce choix, il c) Copie manuscrite du texte de la Déclaration des
convient de reprendre la présentation établie par le droits de l’homme extrait des procès-verbaux de l’As-
Centre historique des Archives nationales lors de la semblée nationale, collationné conforme à l’original le
proposition à l’inscription au registre de la Mémoire 30 septembre 1789, portant après la signature du pré-
du Monde de la version originale manuscrite de la sident et des six secrétaires, la formule « Accepté pour
Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de être exécuté » ainsi que la signature du roi « Louis »,
1789. mai 1790. Paris, Centre historique des Archives natio-
L’intitulé générique de « Déclaration des droits de nales, Musée de l’histoire de France, cote Musée <AE
l’homme et du citoyen » recouvre un ensemble de II 1129>, cote d’origine A 70, n° 209 bis 2, papier,
documents divers ayant trait à la proclamation et à cahier relié par un ruban de soie bleue, encore brune,
l’entrée en vigueur du texte et qui prennent sens l’un H. 31 cm x L. 20 cm.
par rapport à l’autre. C’est par leur réunion que l’on d) Lettres patentes de Louis XVI acceptant diffé-
comprend la portée tant symbolique que politique de rents décrets votés par l’Assemblée nationale d’août
la Déclaration, ainsi que le contexte historique dans à novembre 1789, dont la Déclaration des droits de
lequel elle a été rédigée. Leur inscription en bloc est l’homme, 3 novembre 1789. Paris, Centre historique
donc indispensable. des Archives nationales, Musée de l’histoire de France,
De la confrontation de toutes les variantes exis- cote Musée <AE II 1629>, cote d’origine A 1, n° 9,
tantes du texte de la Déclaration, il ressort que l’on impression sur cahier de parchemin de 16 feuillets, si-
se trouve en présence de six états différents, depuis le gnature autographe du roi, sceau de cire jaune pendant
début des débats jusqu’à la promulgation de la Consti- sur double queue de parchemin, H. 33 cm x L. 25 cm,

31
F RANCE

diamètre du sceau : 12 cm. que l’erreur s’était glissée dans quelques documents
e) Minute originale de la Constitution de 1791 pré- mais pas dans tous.
cédée du texte de la Déclaration des droits de l’homme, 3 Concernant l’article 6, les procès-verbaux du 21

signée d’une part le 3 septembre 1791 par le président août, font apparaître simultanément deux variantes
et les secrétaires de l’Assemblée nationale, d’autre rédactionnelles l’une au singulier « sans autre distinc-
part le 14 septembre 1791 par le roi. Paris, Centre his- tion » et au pluriel « sans autres distinctions », sans
torique des Archives nationales, Musée de l’histoire que l’on puisse savoir laquelle les députés ont entendu
de France, cote Musée <AE I 10, n° 1> ou <AE II adopter et il est d’ailleurs probable que cette ambiguïté
1239>, cote d’origine A 98, p. 4605, cahier de vélin, leur aura échappé. Le singulier l’emportera dans la très
écriture manuscrite, titres imprimés, belle reliure en grande majorité des versions suivantes, et notamment
cuir, cachet de cire rouge de l’Assemblée nationale. dans celles qui font référence, y compris celle de Bau-
Il faut ajouter à cela l’exemplaire détenu par la douin et celle qui figure en tête de la Constitution de
Bibliothèque nationale de France, Département Philo- 1791 (Rials (Stéphane), La Déclaration des droits de
sophie, histoire, sciences de l’homme <8-LE29–241> l’homme et du citoyen de 1789, Paris : Hachette, 1988,
sous l’intitulé Extrait des procès-verbaux de l’Assem- p. 267).
blée nationale, des 20, 21, 22, 23, 24, 26 août et 1er 4 Le cas de l’article 12 montre qu’il est extrêmement

octobre 1789. Déclaration des droits de l’homme en difficile, voire impossible, de prétendre proposer une
société. S.l.n.d. (publié par Baudoin, imprimé à Ver- version authentique de la Déclaration : il semble avoir
sailles en 1789) disponible sur le site de la Biblio- été adopté avec l’expression « de ceux auxquels », qui
thèque nationale de France http:// gallica.bnf.fr/ antho- figure dans l’exemplaire de Baudoin, mais dès l’accep-
logie/ notices/01562.htm. Baudoin, l’un des membre tation, il porte « de ceux à qui ». En 1791, on revient
de l’assemblée du Tiers-État de Paris pour l’élection cependant à la rédaction initiale « de ceux auxquels »
aux États généraux, nommé imprimeur de l’Assemblée qui est encore aujourd’hui la version officielle au sens
Nationale en juin 1789, est chargé de la publication où elle figure au Journal Officiel de 1958.
du procès verbal des séances dont cette pièce est sans 5 L’article 14 a connu un destin similaire : le procès-

doute la première édition. Bien qu’elle n’ait pas de verbal de la séance du 26 août commençait semble-t-il
valeur juridique, elle peut être considérée comme une par : « Chaque citoyen a le droit par lui-même ou par
version d’origine à laquelle peuvent être comparées ses représentants de constater (. . .) » (Rials (Stéphane),
les versions suivantes : à ce titre, elle figure également La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de
au classement de la Mémoire du Monde de l’Unesco. 1789, Paris : Hachette, 1988, p. 267), mais le texte de
Mais par une ironie de l’histoire, comme pour ruiner Baudouin et le texte accepté par le Roi le 5 octobre
le mythe du texte sacré de 1789, cette version de 1789 et promulgué par les lettres patentes du 3 novembre
ne porte pas l’intitulé de « Déclaration des droits de portent que « Les citoyens ont le droit de constater par
l’homme et du citoyen » mais celui de « Déclaration eux-mêmes ou par leurs représentants (. . .) ». Enfin, le
des droits de l’homme en société » : le célébrissime procès-verbal du 8 août 1791 comporte une nouvelle
intitulé des Tables de la Loi n’est donc pas le vrai. rédaction : « Tous les citoyens ont le droit de consta-
En vigueur à partir de son acceptation et/ou de sa ter par eux-mêmes ou par leurs représentants (. . .) »
promulgation, la Déclaration l’est d’une nouvelle ma- et c’est, là encore, la version que retient le Journal
nière à partir du 5 octobre 1791. La disparition du Officiel de 1958.
texte en droit positif est imprécise puisque son sort est 6 L’article 17 est celui qui a donné lieu aux re-

lié à la Constitution de 1791 et que celui-ci disparaît cherches les plus approfondies sans que l’on puisse
d’une manière insurrectionnelle : soit par le décret de parvenir à aucune certitude quant à la version qui méri-
l’Assemblée législative du 10 août 1792 qui prévoit terait d’être qualifiée d’authentique. Ici la modification
l’élection d’une assemblée constituante, soit par le dé- ne date pas de 1789 mais de 1791 : lors de la séance du
cret du 21 septembre proclamant que la royauté est 8 août 1791, Roederer signale ce qu’il estime être une
abolie en France. «inexactitude» du texte en tant qu’il porte «Les proprié-
2 Selon Stéphane Rials, le 2 octobre 1789, juste avant tés étant un droit inviolable et sacré. . .» et demande
l’acceptation royale, l’article 4 subit une correction que l’on retienne la rédaction suivante : «La propriété
destinée à rendre le texte plus compréhensible. Là où étant un droit inviolable et sacré. . .» : séance du 8
le texte initial portait que « La liberté consiste à faire août 1791, Réimpression de l’ancien Moniteur : seule
tout ce qui ne nuit pas à autrui », il faut lire désormais : histoire authentique et inaltérée de la révolution fran-
« La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit çaise depuis la réunion des Etats généraux jusqu'au
pas à autrui » (Rials (Stéphane), La Déclaration des Consulat (mai 1769-novembre 1799), avec notes expli-
droits de l’homme et du citoyen de 1789, Paris : Ha- catives par Léonard Gallois, Paris, Plon, 1858–1863, t.
chette, 1988, p. 267). Cependant l’exemplaire imprimé 9, 1862, p. 344. Il nous fournit d’ailleurs une informa-
par Baudouin, qui peut être considéré comme texte tion précieuse en précisant que «dans aucune version
initial, porte aussi que « La liberté consiste à pouvoir il n’a été dit : la propriété». C’est également la version
faire tout ce qui ne nuit pas à autrui », ce qui suggère officielle de la Ve République.

32
Articles de Constitution (1789)

[Articles de Constitution]1

A RTICLE P REMIER : Tous les pouvoirs X. Le Roi peut refuser son consentement
émanent essentiellement de la Nation, et ne aux Actes du Corps législatif.
peuvent émaner que d’elle.
XI. Dans le cas ou le Roi refusera son
II. Le Gouvernement François est Monar- consentement, ce refus ne sera que suspen-
chique : il n’y a point en France d’autorité sif.
supérieure à la Loi ; le Roi ne règne que par
XII. Le refus suspensif du Roi cessera
elle ; et ce n’est qu’en vertu des Loix qu’il
à la seconde des législatures qui suivront
peut exiger l’obéissance.
celle qui aura proposé la Loi.
III. L’A SSEMBLÉE NATIONALE a re- XIII. Le Roi peut inviter L’A SSEMBLÉE
connu et déclaré comme points fondamen- NATIONALE à prendre un objet en considé-
taux de la Monarchie Françoise, que la per- ration, mais la proposition des Lois appar-
sonne du Roi est inviolable et sacrée ; que le tient exclusivement aux Représentans de la
Trône est indivisible ; que la Couronne est Nation.
héréditaire dans la race régnante, de mâle
en mâle, par ordre de primogéniture, à l’ex- XIV. La création et suppression des Of-
clusion perpétuelle et absolue des femmes fices ne pourront avoir lieu qu’en exécution
et de leurs descendances, sans entendre rien d’un Acte du Corps législatif, sanctionné
préjuger sur l’effet des renonciations. par le Roi.

IV. L’A SSEMBLÉE NATIONALE sera XV. Aucun Impôt ou Contribution, en


permanente. nature ou en argent, ne peut être levé ; au-
cun emprunt, direct et indirect, ne peut être
V. L’A SSEMBLÉE NATIONALE ne sera fait autrement que par un Décret exprès de
composée que d’une Chambre. l’Assemblée des Représentans de la Nation.
VI. Chaque Législature sera de deux ans. XVI. Le Pouvoir exécutif suprême réside
exclusivement dans la main du Roi.
VII. Le renouvellement des Membres da
chaque Législature sera fait en totalité. XVII. Le Pouvoir exécutif ne peut faire
VIII. Le Pouvoir législatif réside dans aucune Loi, même provisoire, mais seule-
L ´ A SSEMBLÉE NATIONALE, qui l’exercera ment des Proclamations conformes aux
ainsi qu’il suit : Lois pour en ordonner ou en rappeler l’ob-
servation.
IX. Aucun Acte du Corps législatif ne
pourra être considéré comme Loi, s’il n’est XVIII. Les Ministres et les autres Agens
fait par les Représentans de la Nation libre- du Pouvoir exécutif sont responsables de
ment et légalement élus, et s’il n’est sanc- l’emploi des fonds de leur Département,
tionné par le Monarque. ainsi que de toutes les infractions qu’ils

33
F RANCE

pourront commettre envers les Lois, quels Signé Mounier, Président ; Démeunier,
que soient les ordres qu’ils ayent reçus ; Faydel, l’Abbé D’Eymar, l’Ev. De Nancy,
mais aucun ordre du Roi ne pourra être exé- le Vicomte de Mirabeau, Bureaux de Pusy,
cuté s’il n’a pas été signé par S A M AJESTÉ, Secrétaires.
et contresigné par un Secrétaire d’État, ou
par l’Ordonnateur du Département.
Réponse du Roi
XIX. Le Pouvoir judiciaire ne pourra, en
aucun cas, être exercé par le Roi, ni par le 5 Octobre au soir.
Corps législatif ; mais la Justice sera admi- J’ ACCEPTE purement et simplement les
nistrée au nom du Roi par les seuls Tribu- Articles de Constitution et la Déclaration
naux établis par la Loi, suivant les principes des Droits de l’Homme, que l’A SSEMBLÉE
de la Constitution, et selon les formes déter- NATIONALE m’a présentés.
minées par la Loi. Signé, Louis.
Extrait du Procès-verbal de L’A SSEM -
BLÉE NATIONALE , du Jeudi premier Oc-
tobre 1789. 1 Vérifié sur la base de l’Extrait des Procès-Verbaux
L’A SSEMBLÉE NATIONALE a arrêté que de L’Assemblée Nationale, Des 9, 11, 12, 14, 17, 21,
M. le Président fe retirera devers le Roi, à 24, 27, 30 Septembre et 1 Octobre 1789, A Paris, chez
l’effet de présenter à son acceptation les Baudoin, Imprimeur de l’Assemblée Nationale, rue
du Foin S.-Jacques, n°31, 1789. Imprimé aussi dans
divers articles déjà délibérés de la Constitu- Recueil des Décrets de L’Assemblée Nationale, san-
tion. cionnées par le Roi, Tome Premier, A Paris : Chez
Collationné conforme à l’original. Garnéry, 1792, 61–66.

34
Constitution française (1791)

La Constitution française1

Présentée au Roi par l’Assemblée natio- A RT. 2. Le but de toute association poli-
nale, le 3 septembre 1791 tique est la conservation des droits naturels
et imprescriptibles de l’homme. Ces droits
sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la
DÉCLARATION DES DROITS résistance à l’oppression.
DE L’HOMME ET DU A RT. 3. Le principe de toute souverai-
CITOYEN2 neté réside essentiellement dans la nation.
Nul corps, nul individu ne peut exercer d’au-
Les Représentants du peuple français, torité qui n’en émane expressément.
constitués en Assemblée nationale, consi-
dérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris A RT. 4. La liberté consiste à pouvoir
des droits de l’homme sont les seules causes faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. Ainsi,
des malheurs publics et de la corruption l’exercice des droits naturels de chaque
des gouvernements, ont résolu d’exposer homme n’a de bornes que celles qui as-
dans une déclaration solennelle les droits surent aux autres membres de la société la
naturels, inaliénables et sacrés de l’homme, jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes
afin que cette déclaration, constamment pré- ne peuvent être déterminées que par la loi.
sente à tous les membres du corps social, A RT. 5. La loi n’a le droit de défendre
leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs que les actions nuisibles à la société. Tout
devoirs ; afin que les actes du pouvoir légis- ce qui n’est pas défendu par la loi ne peut
latif, et ceux du pouvoir exécutif pouvant être empêché, et nul ne peut être contraint
être à chaque instant comparés avec le but à faire ce qu’elle n’ordonne pas.
de toute institution politique, en soient plus
respectés ; afin que les réclamations des ci- A RT. 6. La loi est l’expression de la vo-
toyens, fondées désormais sur des principes lonté générale. Tous les citoyens ont droit
simples et incontestables, tournent toujours de concourir personnellement, ou par leurs
au maintien de la constitution et au bonheur représentants, à sa formation. Elle doit être
de tous. la même pour tous, soit qu’elle protège,
soit qu’elle punisse. Tous les citoyens étant
En conséquence, l’Assemblée nationale égaux à ses yeux, sont également admis-
reconnaît et déclare, en présence et sous sibles à toutes dignités, places et emplois
les auspices de l’Etre Suprême, les droits publics, selon leur capacité, et sans autre
suivants de l’homme et du citoyen. distinction que celle de leurs vertus et de
leurs talents.3
A RT. 1er . Les hommes naissent et de-
meurent libres et égaux en droits. Les dis- A RT. 7. Nul homme ne peut être accusé,
tinctions sociales ne peuvent être fondées arrêté ni détenu que dans les cas détermi-
que sur l’utilité commune. nés par la loi et selon les formes qu’elle a

35
F RANCE

prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, suivre l’emploi, et d’en déterminer la quo-
exécutent ou font exécuter des ordres arbi- tité, l’assiette, le recouvrement et la durée.5
traires, doivent être punis ; mais tout citoyen
appelé ou saisi en vertu de la loi, doit obéir A RT. 15. La société a le droit de deman-
à l’instant : il se rend coupable par la résis- der compte à tout agent public de son admi-
tance. nistration.
A RT. 8. La loi ne doit établir que des
A RT. 16. Toute société dans laquelle la
peines strictement et évidemment néces-
garantie des droits n’est pas assurée, ni la ré-
saires, et nul ne peut être puni qu’en vertu
paration des pouvoirs déterminée, n’a point
d’une loi établie et promulguée antérieure-
de constitution.
ment au délit, et légalement appliquée.
A RT. 9. Tout homme étant présumé in- A RT. 17. La propriété étant un droit in-
nocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré cou- violable et sacré, nul ne peut en être privé,
pable, s’il est jugé indispensable de l’arrê- si ce n’est lorsque la nécessité publique, lé-
ter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire galement constatée, l’exige évidemment, et
pour s’assurer de sa personne, doit être sé- sous la condition d’une juste et préalable
vèrement réprimée par la loi. indemnité.6
L’Assemblée nationale, voulant établir
A RT. 10. Nul ne doit être inquiété pour la constitution française sur les principes
ses opinions, même religieuses, pourvu que qu’elle vient de reconnaître et de déclarer,
leur manifestation ne trouble pas l’ordre pu- abolit irrévocablement les institutions qui
blic établi par la loi. blessaient la liberté et l’égalité des droits.
A RT. 11. La libre communication des Il n’y a plus ni noblesse, ni pairie, ni dis-
pensées et des opinions est un des droits tinctions héréditaires, ni distinction d’ordre,
les plus précieux de l’homme : tout citoyen ni régime féodal, ni justices patrimoniales,
peut donc parler, écrire, imprimer librement, ni aucuns des titres, dénominations et préro-
sauf à répondre de l’abus de cette liberté gatives qui en dérivaient, ni aucun ordre de
dans les cas déterminés par la loi. chevalerie, ni aucune des corporations ou
décorations, pour lesquelles on exigeait des
A RT. 12. La garantie des droits de preuves de noblesse, ou qui supposaient des
l’homme et du citoyen nécessite une force distinctions de naissance, ni aucune autre
publique : cette force est donc instituée pour supériorité que celle des fonctionnaires pu-
l’avantage de tous, et non pour l’utilité par- blics dans l’exercice de leurs fonctions.
ticulière de ceux auxquels elle est confiée.4 Il n’y a plus ni vénalité, ni hérédité d’au-
cun office public.
A RT. 13. Pour l’entretien de la force pu-
Il n’y a plus, pour aucune partie de la
blique, et pour les dépenses d’administra-
Nation, ni pour aucun individu, aucun privi-
tion, une contribution commune est indis-
lège ni exception au droit commun de tous
pensable ; elle doit être également répartie
les Français.
entre tous les citoyens, en raison de leurs
Il n’y a plus ni jurandes, ni corporations
facultés.
de professions, arts et métiers.
A RT. 14. Tous les citoyens ont le droit La Loi ne reconnaît plus ni vœux reli-
de constater par eux-mêmes, ou par leurs re- gieux, ni aucun autre engagement qui serait
présentants, la nécessité de la contribution contraire aux droits naturels ou à la consti-
publique, de la consentir librement, d’en tution.

36
C ONSTITUTION FRANÇAISE (1791)

TITRE IER La constitution garantit l’inviolabilité des


Dispositions fondamentales garanties propriétés, ou la juste et préalable indem-
nité de celles dont la nécessité publique,
par la constitution
légalement constatée, exigerait le sacrifice.
La Constitution garantit, comme droits Les biens destinés aux dépenses du culte
naturels et civils : et à tous services d’utilité publique, appar-
tiennent à la nation, et sont, dans tous les
1°. Que tous les citoyens sont admis- tems, à sa disposition.
sibles aux places et emplois, sans autre dis- La constitution garantit les aliénations
tinction que celle des vertus et des talents ; qui ont été ou qui seront faites suivant les
formes établies par la loi.
2°. Que toutes les contributions seront
Les citoyens ont le droit d’élire ou choi-
réparties entre tous les citoyens, également,
sir les ministres de leurs cultes.
en proportion de leurs facultés ;
Il sera créé et organisé un établissement
3°. Que les mêmes délits seront punis général de secours publics pour élever les
des mêmes peines, sans aucune distinction enfants abandonnés, soulager les pauvres
des personnes. infirmes, et fournir du travail aux pauvres
La Constitution garantit pareillement, valides qui n’auraient pas pu s’en procurer.
comme droits naturels et civils : Il sera créé et organisé une instruction
La liberté à tout homme d’aller, de res- publique, commune à tous les citoyens, gra-
ter, de partir, sans pouvoir être arrêté, ni tuite à l’égard des parties d’enseignement
détenu, que selon les formes déterminées indispensables pour tous les hommes, et
par la constitution ; dont les établissements seront distribués
La liberté a tout homme de parler, graduellement dans un rapport combiné
d’écrire, d’imprimer et publier ses pensées, avec la division du Royaume.
sans que les écrits puissent être fournis à Il sera établi des fêtes nationales pour
aucune censure ni inspection avant leur pu- conserver le souvenir de la révolution fran-
blication, et d’exercer le culte religieux au- çaise, entretenir la fraternité entre les ci-
quel il est attaché ; toyens, et les attacher à la constitution, à la
La liberté aux citoyens de s’assembler patrie et aux lois.
paisiblement et sans armes, en satisfaisant Il sera fait un code de lois civiles com-
aux lois de police ; munes à tout le Royaume.
La liberté d’adresser aux autorités consti-
tuées des pétitions signées individuelle-
ment. TITRE II
Le pouvoir législatif ne pourra faire au- De la division du Royaume et de
cunes lois qui portent atteinte et mettent
l’état des citoyens
obstacle à l’exercice des droits naturels et
civils consignés dans le présent titre, et ga- A RT. Ier . Le Royaume est un et indivi-
rantis par la constitution ; mais comme la sible ; son territoire est distribué en quatre-
liberté ne consiste qu’à pouvoir faire tout ce vingt-trois départements, chaque Départe-
qui ne nuit ni aux droits d’autrui, ni à la sû- ment en districts, chaque District en can-
reté publique, la loi peut établir des peines tons.
contre les actes qui attaquant ou la sûreté
publique ou les droits d’autrui, seraient nui- A RT. II. Sont citoyens Français :
sibles à la société. Ceux qui sont nés en France d’un père

37
F RANCE

français ; noblesse, soit des distinctions de naissance,


Ceux qui, nés en France d’un père ou qui exigerait des vœux religieux.
étranger, ont fixé leur résidence dans le
Royaume ; A RT. VII. La loi ne considère le mariage
Ceux qui, nés en pays étranger d’un père que comme contrat civil.
français, sont revenus s’établir en France et Le pouvoir législatif établira pour tous
ont prêté le ferment civique ; les habitants sans distinction, le mode par
Enfin ceux qui, nés en pays étranger, et lequel les naissances, mariages et décès se-
descendant, à quelque degré que ce soit, ront constatés ; et il désignera les officiers
d’un Français ou d’une Française expatriés publics qui en recevront et conserveront les
pour cause de religion, viennent demeurer actes.
en France et prêtent le serment civique. A RT. VIII. Les citoyens français, consi-
A RT. III. Ceux qui, nés hors du dérés sous le rapport des relations locales,
Royaume de parents étrangers, résident qui naissent de leur réunion dans les villes
en France, deviennent citoyens français et dans de certains arrondissements du ter-
après cinq ans de domicile continu dans le ritoire des campagnes, forment les com-
Royaume, s’ils y ont en outre acquis des im- munes.
meubles ou épousé une Française, ou formé Le pouvoir législatif pourra fixer l’éten-
un établissement d’agriculture ou de com- due de l’arrondissement de chaque com-
merce, et s’ils ont prêté le ferment civique. mune.
A RT. IV. Le pouvoir législatif pourra, A RT. IX. Les citoyens qui composent
pour des considérations importantes, don- chaque commune ont le droit d’élire à tems,
ner à un étranger un acte de naturalisation, suivant les formes déterminées par la loi,
sans autres conditions que de fixer son do- ceux d’entr’eux qui, sous le titre d’officiers
micile en France, et d’y prêter le serment municipaux, sont chargés de gérer les af-
civique. faires particulières de la commune.
Il pourra être délégué aux officiers muni-
A RT. V. Le serment civique est : Je jure
cipaux quelques fonctions relatives à l’inté-
d’être fidelle à la nation, à la Loi et au
rêt général de l’Etat.
Roi, et de maintenir de tout mon pouvoir la
constitution du Royaume, décrétée par l’As- A RT. X. Les règles que les officiers mu-
semblée nationale constituante aux années nicipaux seront tenus de suivre dans l’exer-
1789, 1790 et 1791. cice, tant des fonctions municipales, que de
VI. La qualité de citoyen français se celles qui leur auront été déléguées pour
perd, l’intérêt général, seront fixées par les lois.
1°. Par la naturalisation en pays étran-
ger ;
2°. Par la condamnation aux peines qui TITRE III
emportent la dégradation civique, tant que Des pouvoirs publics
le condamné n’est pas réhabilité ;
3°. Par un jugement de contumace, tant A RT. Ier . La souveraineté est une, indi-
que le jugement n’est pas anéanti ; visible, inaliénable et imprescriptible ; elle
4°. Par l’affiliation à tout ordre de cheva- appartient à la nation ; aucune section du
lerie étranger, ou à toute corporation étran- peuple, ni aucun individu, ne peut s’en at-
gère, qui supposerait, soit des preuves de tribuer l’exercice.

38
C ONSTITUTION FRANÇAISE (1791)

A RT. II. La nation, de qui seule émanent Section première


tous les pouvoirs, ne peut les exercer que Nombre des représentants. Bases
par délégation. de la représentation
La constitution française est représenta-
A RT. Ier . Le nombre des représentants
tive : les représentants sont le corps législa-
au corps législatif est de sept cent quarante-
tif et le roi.
cinq, à raison des quatre-vingt-trois départe-
ments dont le Royaume est composé, et in-
A RT. III. Le pouvoir législatif est délé-
dépendamment de ceux qui pourraient être
gué à une Assemblée nationale, composée
accordés aux Colonies.
de représentants temporaires, librement élus
par le peuple, pour être exercé par elle, avec A RT. II. Les représentants seront dis-
la sanction du Roi, de la manière qui sera tribués entre les quatre-vingt-trois départe-
déterminée ci-après. ments, selon les trois proportions du terri-
toire, de la population, et de la contribution
A RT. IV. Le gouvernement est monar- directe.
chique ; le pouvoir exécutif est délégué au
A RT. III. Des sept cents quarante-cinq
roi, pour être exercé sous son autorité, par
représentants, deux cents quarante-sept sont
des ministres et autres agents responsables,
attachés au territoire.
de la manière qui sera déterminée ci-après.
Chaque département en nommera trois,
à l’exception du département de Paris, qui
A RT. V. Le pouvoir judiciaire est délégué
n’en nommera qu’un.
à des juges élus à tems par le peuple.
A RT. IV. Deux cents quarante-neuf re-
présentants sont attribués à la population.
Chapitre premier La masse totale de la population ac-
De l’Assemblée nationale législative tive du Royaume est divisée en deux cents
quarante-neuf parts, et chaque département
A RT. Ier . L’Assemblée nationale formant nomme autant de députés qu’il a de parts
le corps législatif, est permanente, et n’est de population.
composée que d’une chambre.
A RT. V. Deux cents quarante-neuf repré-
sentants sont attachés à la contribution di-
A RT. II. Elle sera formée tous les deux
recte.
ans par de nouvelles élections.
La somme totale de la contribution di-
Chaque période de deux années formera
recte du Royaume est de même divisée en
une législature.
deux cents quarante-neuf parts, et chaque
département nomme autant de députés qu’il
A RT. III. Les dispositions de l’article
paie de parts de contribution.
précédent n’auront pas lieu à l’égard du
prochain corps législatif, dont les pouvoirs
Section II
cesseront le dernier jour d’avril 1793.
Assemblées primaires. Nomination
des électeurs
ART. IV. Le renouvellement du corps lé-
gislatif se sera de plein droit. A RT. Ier . Pour former l’Assemblée natio-
nale législative, les citoyens actifs se réuni-
A RT. V. Le corps législatif ne pourra être ront tous les deux ans en assemblées pri-
dissous par le roi. maires dans les villes et dans les cantons.

39
F RANCE

Les assemblées primaires se formeront A RT. VII. Nul ne pourra être nommé
de plein droit le second dimanche de mars, électeur, s’il ne réunit aux conditions néces-
si elles n’ont pas été convoquées plutôt par saires pour être citoyen actif ; savoir, dans
les fonctionnaires publics déterminés par la les villes au-dessus de 6 mille âmes, celle
loi. d’être propriétaire ou usufruitier d’un bien
évalué sur les rôles de contribution à un re-
A RT. II. Pour être citoyen actif, il faut venu égal à la valeur locale de deux cents
Etre né ou devenu français ; journées de travail, ou d’être locataire d’une
Etre âgé de 25 ans accomplis ; habitation évaluée, sur les mêmes rôles, à
Etre domicilié dans la ville ou dans le un revenu égal à la valeur de 150 journées
canton depuis le tems déterminé par la loi. de travail.
Payer, dans un lieu quelconque du Dans les villes au-dessous de six mille
Royaume, une contribution directe au âmes, celle d’être propriétaire ou usufruitier
moins égale à la valeur de trois journées d’un bien évalué sur les rôles de contribu-
de travail, et en représenter la quittance ; tion, à un revenu égal à la valeur locale de
N’être pas dans un état de domesticité, 150 journées de travail, ou d’être locataire
c’est-à-dire, de serviteur à gages ; d’une habitation évaluée, sur les mêmes
Etre inscrit dans la municipalité de son rôles, à un revenu égal à la valeur de 100
domicile, au rôle des gardes nationales ; journées de travail.
Avoir prêté le serment civique. Et dans les campagnes, celle d’être pro-
A RT. III. Tous les six ans, le corps légis- priétaire ou usufruitier d’un bien évalué, sur
latif fixera le minimum et le maximum de les rôles de contribution, à un revenu égal à
la valeur de la journée de travail, et les ad- la valeur locale de 150 journées de travail,
ministrateurs des départements en feront la ou d’être fermier ou métayer de biens éva-
détermination locale pour chaque district. lués, sur les mêmes rôles, à la valeur de 400
journées de travail.
A RT. IV. Nul ne pourra exercer les droits A l’égard de ceux qui seront en même
de citoyen actif dans plus d’un endroit, ni tems propriétaires ou usufruitiers d’une
se faire représenter par un autre. part, et locataires, fermiers ou métayers
A RT. V. Sont exclus de l’exercice des de l’autre, leurs facultés à ces divers titres
droits de citoyen actif ; seront cumulées jusqu’au taux nécessaire
Ceux qui sont en état d’accusation ; pour établir leur éligibilité.
Ceux qui, après avoir été constitués en
état de faillite ou d’insolvabilité, prouvé par Section III
pièces authentiques, ne rapportent pas un Assemblées électorales. Nomination
acquit général de leurs créanciers. des représentants
A RT. VI. Les assemblées primaires nom- A RT. Ier . Les électeurs nommés en
meront des électeurs, en proportion du chaque département se réuniront pour élire
nombre des citoyens actifs domiciliés dans le nombre des représentants dont la nomina-
la ville ou le canton. tion sera attribuée à leur département, et un
Il sera nommé un électeur à raison de nombre de suppléants égal au tiers de celui
cent citoyens actifs présents, ou non, à l’as- des représentants
semblée. Les assemblées électorales se formeront
Il en sera nommé deux depuis 151 jus- de plein droit le dernier dimanche de mars,
qu’à 250, et ainsi de suite. si elles n’ont pas été convoquées plus tôt

40
C ONSTITUTION FRANÇAISE (1791)

par les fonctionnaires publics déterminés Section IV


par la loi. Tenue et régime des assemblées
primaires et électorales
A RT. II. Les représentants et les sup-
pléants seront élus à la pluralité absolue des
A RT. Ier . Les fonctions des assemblées
suffrages, et ne pourront être choisis que
primaires et électorales se bornent à élire ;
parmi les citoyens actifs du département.
elles se sépareront aussitôt après les élec-
A RT. III. Tous les citoyens actifs, quel tions faites, et ne pourront se former de nou-
que soit leur état, profession ou contribu- veau que lorsqu’elles seront convoquées, si
tion, pourront être élus représentants de la ce n’est au cas de l’article Ier de la section II,
nation. et de l’article Ier de la section III ci-dessus.

A RT. IV. Seront néanmoins obligés d’op- A RT. II. Nul citoyen actif ne peut entrer
ter, les ministres et les autres agents du ni donner son suffrage dans une assemblée,
pouvoir exécutif, révocables à volonté, les s’il est armé.
commissaires de la trésorerie nationale, les
percepteurs et receveurs des contributions A RT. III. La force armée ne pourra être
directes, les préposés à la perception et aux introduite dans l’intérieur, sans le vœu ex-
régies des contributions indirectes et des do- près de l’Assemblée, si ce n’est qu’on y
maines nationaux, et ceux qui, sous quelque commit des violences ; auquel cas, l’ordre
dénomination que ce soit, sont attachés à du président suffira pour appeler la force
des emplois de la maison militaire et civile publique.
du roi.
Seront également tenus d’opter les admi- A RT. IV. Tous les deux ans il sera dressé,
nistrateurs, sous-administrateurs, officiers dans chaque district, des listes, par cantons,
municipaux et commandants de gardes na- des citoyens actifs, et la liste de chaque can-
tionales. ton y sera publiée et affichée deux mois
avant l’époque de l’assemblée primaire.
A RT. V. L’exercice des fonctions judi- Les réclamations qui pourront avoir lieu,
ciaires sera incompatible avec celles de re- soit pour contester la qualité des citoyens
présentant de la nation, pendant toute la employés sur la liste, soit de la part de ceux
durée de la législature. qui se prétendront omis injustement, seront
Les juges seront remplacés par leurs sup- portées aux tribunaux pour y être jugées
pléants, et le Roi pourvoira par des bre- sommairement.
vets de commission au remplacement de La liste servira de règle pour l’admission
ses commissaires auprès des tribunaux. des citoyens dans la prochaine assemblée
A RT. VI. Les membres du corps législa- primaire, en tout ce qui n’aura pas s été rec-
tif pourront être réélus à la législature sui- tifié par des jugements rendus avant la tenue
vante, et ne pourront l’être ensuite qu’après de l’Assemblée.
l’intervalle d’une législature.
A RT. V. Les assemblées électorales ont
A RT. VII. Les représentants nommés le droit de vérifier la qualité et les pouvoirs
dans les départements, ne seront pas repré- de ceux qui s’y présenteront ; et leurs déci-
sentants d’un département particulier, mais sions seront exécutées provisoirement, sauf
de la nation entière, et il ne pourra leur être le jugement du corps législatif, lors de la
donné aucun mandat. vérification des pouvoirs des députés.

41
F RANCE

ART. VI. Dans aucun cas et sous aucun ART. VI. Les représentants prononceront
prétexte, le Roi ni aucun des agents nom- tous ensemble, au nom du peuple Français,
més par lui, ne pourront prendre connais- le serment de vivre libres ou mourir.
sance des questions relatives à la régularité Ils prêteront ensuite individuellement le
des convocations, à la tenue des assemblées, serment de maintenir de tout leur pouvoir la
à la forme des élections, ni aux droits po- constitution du Royaume, décrétée par l’As-
litiques des citoyens ; sans préjudice des semblée nationale constituante aux années
fonctions des commissaires du Roi dans des 1789, 1790 et 1791, de ne rien proposer
cas déterminés par la loi, où les questions ni consentir dans le cours de la législature,
relatives aux droits politiques des citoyens qui puisse y porter atteinte, et d’être en tout
doivent être portées dans les tribunaux. fidelles à la nation, a la loi et au roi.
A RT. VII. Les représentants de la nation
Section V sont inviolables : ils ne pourront être recher-
Réunion des représentants en assemblée chés, accusés, ni jugés en aucun tems, pour
nationale législative ce qu’ils auront dit, écrit, ou fait dans l’exer-
A RT. Ier . Les représentants se réuniront cice de leurs fonctions de représentants
le premier lundi du mois de mai, au lieu des A RT. VIII. Ils pourront, pour fait crimi-
séances de la dernière législature. nel, être saisis en flagrant délit, on en venu
ART. II. Ils se formeront provisoirement d’un mandat d’arrêt ; mais il en sera donné
en assemblée sous la présidence du doyen avis, sans délai, au corps législatif, et la
d’âge, pour vérifier les pouvoirs des repré- poursuite ne pourra être continuée qu’après
sentants présents. que le corps législatif aura décidé qu’il y a
lieu à accusation.
A RT. III. Dès qu’ils seront au nombre de
trois cents soixante-treize membres vérifiés, Chapitre II
ils se constitueront sous le titre d’Assemblée
De la royauté, de la régence et des
nationale législative : elle nommera un pré-
ministres
sident, un vice-président et des secrétaires,
et commencera l’exercice de ses fonctions.
Section première
A RT. IV. Pendant tout le cours du mois De la royauté et du roi
de mai, si le nombre des représentants pré-
A RT. Ier . La royauté est indivisible, et
sents est au-dessous de trois cents soixante-
déléguée héréditairement à la race régnante,
treize, l’Assemblée ne pourra faire aucun
de mâle en mâle, par ordre de primogéni-
acte législatif.
ture à l’exclusion perpétuelle des femmes
Elle pourra prendre un arrêté pour en-
et de leur descendance.
joindre aux membres absents de se rendre
(Rien n’est préjugé sur l’effet des re-
à leurs fonctions dans le délai de quinzaine
nonciations, dans la race actuellement ré-
au plus tard, à peine de 3, 000 liv. d’amende,
gnante.)
s’ils ne proposent pas une excuse qui soit
jugée légitime par l’Assemblée. A RT. II. La personne du Roi est invio-
lable et sacrée ; son seul titre est Roi des
ART. V. Au dernier jour de mai, quel que
Français.
soit le nombre des membres présents, ils se
constitueront en Assemblée nationale légis- ART. III. Il n’y a point en France d’auto-
lative. rité supérieure à celle de la loi ; le Roi ne

42
C ONSTITUTION FRANÇAISE (1791)

règne que par elle ; et ce n’est qu’au nom eux, pour les actes postérieurs à son abdica-
de la loi qu’il peut exiger l’obéissance. tion.

ART. IV. Le roi, à son avènement au ART. IX. Les biens particuliers que le
trône, ou dès qu’il aura atteint sa majorité, Roi possède à son avènement au trône sont
prêtera à la nation, en présence du corps lé- réunis irrévocablement au domaine de la
gislatif, le serment d’être fidelle à la nation nation ; il a la disposition de ceux qu’il ac-
et à la loi, d’employer tout le pouvoir qui quiert à titre singulier : s’il n’en a pas dis-
lui est délégué, à maintenir la constitution posé, ils sont pareillement réunis à la fin du
décrétée par l’Assemblée nationale consti- règne.
tuante aux années 1789, 1790 et 1791, et à A RT. X. La nation pourvoit à la splen-
faire exécuter les lois. deur du trône par une liste civile, dont le
Si le corps législatif n’est pas assemblé, corps législatif déterminera la somme, à
le Roi fera publier une proclamation, dans chaque changement de règne, pour toute
laquelle seront exprimés ce serment et la la durée du règne.
promesse de le réitérer aussitôt que le corps
législatif sera réuni. ART. XI. Le Roi nommera un adminis-
trateur de la liste civile, qui exercera les
A RT. V. Si un mois après l’invitation du actions judiciaires du roi, et contre lequel
corps législatif le Roi n’a pas prêté ce ser- toutes les actions à la charge du Roi seront
ment, ou si, après l’avoir prêté, il se rétracte, dirigées et les jugements prononcés. Les
il sera censé avoir abdiqué la royauté. condamnations obtenues par les créanciers
de la liste civile seront exécutoires contre
A RT. VI. Si le Roi se met à la tête d’une l’administrateur personnellement, et sur ses
armée et en dirige les forces contre la nation, propres biens.
ou s’il ne s’oppose pas, par un acte formel,
à une telle entreprise qui s’exécuterait en A RT. XII. Le Roi aura, indépendamment
son nom, il sera censé avoir abdiqué. de la garde d’honneur qui lui sera fournie
par les citoyens gardes-nationales du lieu de
A RT. VII. Si le Roi étant sorti du sa résidence, une garde payée sur les fonds
Royaume n’y rentrait pas après l’invitation, de la liste civile. Elle ne pourra excéder le
qui lui en serait faite par le corps législatif, nombre de 1,200 hommes à pied, et de 600
et dans le délai qui sera fixé par la procla- hommes à cheval.
mation, lequel ne pourra être moindre de Les grades et les règles d’avancement y
deux mois, il serait censé avoir abdiqué la seront les mêmes que dans les troupes de
royauté. ligne ; mais ceux qui composeront la garde
Le délai commencera à courir du jour du Roi rouleront, pour tous les grades ex-
où la proclamation du corps législatif aura clusivement, sur eux-mêmes, et ne pourront
été publiée dans le lieu de ses séances, et en obtenir aucun dans l’armée de ligne.
les ministres seront tenus, sous leur respon- Le Roi ne pourra choisir les hommes
sabilité, de faire tous les actes du pourvoir de sa garde que parmi ceux qui sont ac-
exécutif, dont l’exercice sera suspendu dans tuellement en activité de service dans des
la main du Roi absent. troupes de ligne, ou parmi les citoyens qui
ont fait depuis un an le service de gardes na-
A RT. VIII. Après l’abdication expresse tionales, pourvu qu’ils soient résidants dans
ou légale, le Roi sera dans la classe des ci- le Royaume, et qu’ils aient précédemment
toyens, et pourra être accusé et jugé comme prêté le serment civique.

43
F RANCE

La garde du roi ne pourra être comman- A RT. VII. Les citoyens mandataires
dée ni requise pour aucun autre service pu- nommés dans le district, seront tenus de se
blic. rassembler dans la ville où le corps législa-
tif tiendra sa séance, le quarantième jour au
Section II plus tard, à partir de celui de l’avènement
du Roi mineur au trône ; et ils y formeront
De la régence
l’assemblée électorale qui procédera à la
A RT. Ier . Le Roi est mineur jusqu’à l’âge nomination du régent.
de dix-huit ans accomplis ; et pendant sa ART. VIII. L’élection du régent sera faite
minorité, il y a un régent du Royaume. au scrutin individuel et à la pluralité absolue
ART. II. La régence appartient au pa-
des suffrages.
tent du Roi le plus proche en degré, sui- ART. IX. L’assemblée électorale ne
vant l’ordre de l’hérédité au trône, et âgé pourra s’occuper que de l’élection, et se
de ving-cinq ans accomplis, pourvu qu’il séparera aussitôt que l’élection sera termi-
soit français et regnicole, qu’il ne soit pas née, tout autre acte qu’elle entreprendrait
héritier présomptif d’une autre couronne, de faire, est déclaré inconstitutionnel et de
et qu’il ait précédemment prêté le serment nul effet.
civique.
Les femmes sont exclues de la régence. ART. X. L’Assemblée électorale fera pré-
senter par son président le procès-verbal
ART. III. Si un Roi mineur n’avait aucuns de l’élection au corps législatif, qui, après
parents réunissant les qualités ci-dessus ex- avoir vérifié la régularité de l’élection, la
primées, le régent du Royaume sera élu fera publier dans tout le Royaume par une
ainsi qu’il va être dit aux articles suivants. proclamation.

ART. IV. Le corps législatif ne pourra ART. XI. Le régent exerce jusqu’à la
élire le régent. majorité du roi, toutes les fonctions de la
royauté, et n’est pas personnellement res-
ART. V. Les électeurs de chaque district ponsable des actes de son administration.
se réuniront au chef-lieu du district, d’après
une proclamation qui sera faite dans la pre- ART. XII. Le régent ne peut commencer
mière semaine du nouveau règne par le l’exercice de ses fonctions, qu’après avoir
corps législatif, s’il est réuni ; et s’il était prêté à la nation, en présence du corps lé-
séparé, le ministre de la justice sera tenu gislatif, le serment d’être fidelle à la na-
de faire cette proclamation dans la même tion, à la loi et au roi, d’employer tout le
semaine. pouvoir délégué au roi, et dont l’exercice
lui est confié pendant la minorité du roi, à
ART. VI. Les électeurs nommeront en maintenir la constitution décrétée par l’As-
chaque district au scrutin individuel et à la semblée nationale constituante aux années
pluralité absolue des suffrages, un citoyen 1789, 1790 et 1791, et à faire exécuter les
éligible et domicilié dans le district, auquel lois.
ils donneront par le procès-verbal de l’élec- Si le corps législatif n’est pas assem-
tion un mandat spécial borné à la seule fonc- blé, le régent fera publier une proclamation,
tion d’élire le citoyen qu’il jugera en son dans laquelle seront exprimés ce serment
âme et conscience le plus digne d’être ré- et la promesse de le réitérer aussitôt que le
gent du Royaume. corps législatif sera réuni.

44
C ONSTITUTION FRANÇAISE (1791)

ART. XIII. Tant que le régent n’est pas après avoir été requis par une proclamation
entré en exercice de ses fonctions la sanc- du corps législatif, il est censé avoir abdiqué
tion des lois demeure suspendue ; les mi- le droit de succession au trône.
nistres continuent de faire, sous leur respon-
sabilité, tous les actes du pouvoir exécutif. ART. II. Si l’héritier présomptif est mi-
neur, le parent majeur, premier appelé à
A RT. XIV. Aussitôt que le régent aura la régence, est tenu de résider dans le
prêté le serment, le corps législatif détermi- Royaume.
nera son traitement, lequel ne pourra être Dans le cas où il en serait sorti, et n’y
changé pendant la durée de la régence. rentrerait pas sur la réquisition du corps lé-
ART. XV. Si à raison de la minorité d’âge gislatif, il sera censé avoir abdiqué son droit
du parent appelé à la régence, elle a été à la régence.
dévolue à un parent plus éloigné, ou défé-
ART. III. La mère du Roi mineur, ayant
rée par élection, le régent qui sera entré en
exercice continuera ses fonctions jusqu’à la sa garde, ou le gardien élu, s’ils sortent du
majorité du roi. Royaume, sont déchus de la garde
Si la mère de l’héritier présomptif mineur
ART. XVI. La régence du Royaume ne sortait du Royaume, elle ne pourrait, même
confère aucun droit sur sa personne du Roi après son retour, avoir la garde de son fils
mineur. mineur devenu roi, que par un décret du
ART. XVII. La garde du Roi mineur sera
corps législatif.
confiée à sa mère ; et s’il n’a pas de mère,
ART. IV. Il sera fait une loi pour régler
ou si elle est remariée, au tems de l’avè-
l’éducation du Roi mineur, et celle de l’hé-
nement de son fils au trône, ou si elle se
ritier présomptif mineur.
remarie pendant la minorité, la garde sera
déférée par le corps législatif. ART. V. Les membres de la famille du
Ne peuvent être élus pour la garde du Roi Roi appelés à la succession éventuelle au
mineur, ni le régent et ses descendants, ni trône, jouissent des droits de citoyen actif,
les femmes. mais ne sont éligibles à aucune des places,
A RT. XVIII. En cas de démence du Roi emplois ou fonctions qui sont à la nomina-
notoirement reconnue, légalement consta- tion du peuple.
tée, et déclarée par le corps législatif après A l’exception des département du minis-
trois délibérations successivement prises de tère, ils sont susceptibles des places et em-
mois en mois, il y a lieu à la régence, tant plois à la nomination du roi ; néanmoins ils
que la démence dure. ne pourront commander en chef aucune ar-
mée de terre ou de mer, ni remplir les fonc-
Section III tions d’ambassadeurs qu’avec le consente-
De la famille du roi ment du corps législatif, accordé sur la pro-
position du roi.
A RT. Ier . L’héritier présomptif portera le
nom de prince royal. ART. VI. Les membres de la famille du
Il ne peut sortir du Royaume sans un dé- Roi appelés à la succession éventuelle au
cret du corps législatif, et le consentement trône, ajouteront la dénomination de prince
du roi. français au nom qui leur aura été donné
S’il en est sorti, et si, étant parvenu à dans l’acte civil constatant leur naissance ;
l’âge de 18 ans, il ne rentre pas en France et ce nom ne pourra être ni patronymique,

45
F RANCE

ni formé d’aucune des qualifications abo- pouvoir exécutif, sans prêter le serment ci-
lies par la présente constitution. vique, ou sans justifier qu’il l’a prêté.
La dénomination de prince ne pourra être
donnée à aucun autre individu, et n’empor- A RT. IV. Aucun ordre du Roi ne peut être
tera aucun privilège ni aucune exception au exécuté, s’il n’est signé par lui, et contre-
droit commun de tous les Français. signé par le ministre ou l’ordonnateur du
département.
ART. VII. Les actes par lesquelles se-
ront légalement constatés les naissances, A RT. V. Les ministres sont responsables
mariages et décès des princes français, se- de tous les délits par eux commis contre la
ront présentés au corps législatif, qui en sûreté nationale et la constitution ;
ordonnera le dépôt dans ses archives. De tout attentat à la propriété et à la li-
berté individuelles ;
ART. VIII. Il ne sera accordé aux De toute dissipation des deniers destinés
membres de la famille du Roi aucun apa- aux dépenses de leur département.
nage réel.
Les fils puînés du Roi recevront à l’âge A RT. VI. En aucun cas, l’ordre du roi,
de 25 ans accomplis, ou lors de leur ma- verbal ou par écrit, ne peut soustraire un
riage, une rente apanagere, laquelle sera ministre à sa responsabilité.
fixée par le corps législatif, et finira à l’ex- A RT. VII. Les ministres sont tenus de
tinction de leur postérité masculine. présenter chaque année, au corps législa-
tif, à l’ouverture de la session, l’aperçu des
Section IV dépenses à faire dans leur département, de
Des ministres rendre compte de l’emploi des sommes qui
y étaient destinées, et d’indiquer tes abus
A RT. Ier . Au Roi seul appartiennent le
qui auraient pu s’introduire dans les diffé-
choix et la révocation des ministres.
rentes parties du gouvernement.
A RT. II. Les membres de l’Assemblée
nationale actuelle et des législatures sui- A RT. VIII. Aucun ministre en place ou
vantes ; les membres du tribunal de cassa- hors de place, ne peut être poursuivi en ma-
tion, et ceux qui serviront dans le haut-juré, tière criminelle pour fait de son administra-
ne pourront être promus au ministère, ni re- tion, sans un décret du corps législatif.
cevoir aucunes places, dons, pensions, trai-
tements ou commissions du pouvoir exécu- Chapitre III
tif ou de ses agents, pendant la durée de De l’exercice du pouvoir législatif
leurs fonctions, ni pendant deux ans après
en avoir cessé l’exercice. Section première
Il en sera de même de ceux qui seront Pouvoirs et fonctions de l’Assemblée
seulement inscrits sur la liste du haut juré, nationale législative
pendant tout le tems que durera leur inscrip-
tion. A RT. Ier . La constitution délègue exclu-
sivement au corps législatif les pouvoirs et
A RT. III. Nul ne peut entrer en exercice fonctions ci-après :
d’aucun emploi, soit dans les bureaux du
ministère, soit dans ceux des régies ou ad- 1°. De proposer et décréter les lois ; le
ministrations des revenus publics, ni en gé- Roi peut seulement inviter le corps législa-
néral d’aucun emploi à la nomination du tif à prendre un objet en considération.

46
C ONSTITUTION FRANÇAISE (1791)

2°. De fixer les dépenses publiques. A RT. II. La guerre ne peut être décidée
3°. D’établir les contributions publiques, que par un décret du corps législatif, rendu
d’en déterminer la nature, la quotité, la du- sur la proposition formelle et nécessaire du
rée, et le mode de perception. roi, et sanctionné par lui.
4°. De faire la répartition de la contri- Dans le cas d’hostilités imminentes ou
bution directe entre les départements du commencées, d’un allié à soutenir ou d’un
Royaume ; de surveiller l’emploi de tous droit à conserver par la force des armes, le
les revenus publics, et de s’en faire rendre Roi en donnera, sans aucun délai, la notifica-
compte. tion au corps législatif, et en fera connaître
5°. De décréter la création ou la suppres- les motifs.
sion des offices publics ; Si le corps législatif est en vacances, le
6°. De déterminer le titre, le poids, l’em- Roi le convoquera aussitôt.
preinte et la dénomination des monnaies ; Si le corps législatif décide que la guerre
7°. De permettre ou de défendre l’intro- ne doive pas être faite, le Roi prendra sur
duction des troupes étrangères sur le terri- le champ des mesures pour faire cesser ou
toire français, et des forces navales étran- prévenir toutes hostilités, les ministres de-
gères dans les ports du Royaume ; meurant responsables des délais.
8°. De statuer annuellement, après la pro- Si le corps législatif trouve que les hosti-
position du roi, sur le nombre d’hommes lités commencées soient une agression cou-
et de vaisseaux dont les armées de terre et pable de la part des ministres ou de quel-
de mer seront composées : sur la solde et qu’autre agent du pouvoir exécutif, l’au-
le nombre d’individus de chaque grade ; sur teur de l’agression sera poursuivi criminel-
les règles d’admission et d’avancement, les lement.
formes de l’enrôlement et du dégagement, Pendant tout le cours de la guerre, le
la formation des équipages de mer ; sur l’ad- corps législatif peut requérir le Roi de né-
mission des troupes ou des forces navales gocier la paix ; et le Roi est tenu de déférer
étrangères au service de France, et sur le à cette réquisition.
traitement des troupes en cas de licencie- A l’instant où la guerre cessera, le corps
ment ; législatif fixera le délai dans lequel les
9°. De statuer sur l’administration, et troupes, élevées au-dessus du pied de paix,
d’ordonner l’aliénation des domaines na- seront congédiées, et l’armée réduite à son
tionaux ; état ordinaire.
10°. De poursuivre devant la haute cour
A RT. III. Il appartient au corps législatif
nationale la responsabilité des ministres et
de ratifier les traités de paix, d’alliance et
des agents principaux du pouvoir exécutif ;
de commerce ; et aucun traité n’aura d’effet
D’accuser et de poursuivre devant la
que par cette ratification.
même cour ceux qui seront prévenus d’at-
tentat et de complot contre la sûreté géné- A RT. IV. Le corps législatif a le droit
rale de l’Etat, ou contre la constitution ; de déterminer le lieu de ses séances, de
11°. D’établir les lois d’après lesquelles les continuer autant qu’il le jugera néces-
les marques d’honneur ou décorations pure- saire, et de s’ajourner ; au commencement
ment personnelles seront accordées à ceux de chaque règne, s’il n’est pas réuni, il sera
qui ont rendu des services à l’Etat ; tenu de se rassembler sans délai.
12°. Le corps législatif a seul le droit de Il a le droit de police dans le lieu de ses
décerner les honneurs publics à la mémoire séances et dans l’enceinte extérieure qu’il
des grands hommes. aura déterminée.

47
F RANCE

Il a le droit de discipline sur ses membres, Tout projet de décret sera imprimé et dis-
mais il ne peut prononcer de punition plus tribué avant que la seconde lecture puisse
forte que la censure, les arrêts pour huit en être faite.
jours, ou la prison pour trois jours.
A RT. VI. Après la troisième lecture, le
Il a le droit de disposer, pour sa sûreté
président sera tenu de mettre en délibéra-
et pour le maintien du respect qui lui est
tion, et le corps législatif décidera s’il se
dû, des forces qui, de son consentement, se-
trouve en état de rendre un décret défini-
ront établies dans la ville où il tiendra ses
tif, ou s’il veut renvoyer la décision à un
séances.
autre tems, pour recueillir de plus amples
A RT. V. Le pouvoir exécutif ne peut faire éclaircissements.
passer on séjourner aucun corps de troupes
A RT. VII. Le corps législatif ne peut dé-
de ligne, dans la distance de trente mille
libérer, si la séance n’est composée de deux
toises du corps législatif, si ce n’est sur sa
cents membres au moins, et aucun décret
réquisition ou avec son autorisation.
ne sera formé que par la pluralité absolue
des suffrages.
Section II
Tenue des séances, et forme de délibérer A RT. VIII. Tout projet de loi qui, four-
nis à la discussion, aura été rejeté après la
A RT. Ier . Les délibérations du corps légis-
troisième lecture, ne pourra être représenté
latif seront publiques, et les procès-verbaux
dans la même session.
de ses séances seront imprimés.
A RT. IX. Le préambule de tout décret
A RT. II. Le corps législatif pourra ce-
définitif énoncera,
pendant, en toute occasion, se former en
1° les dates des séances auxquelles les
Comité général.
trois lectures du projet auront été faites ; 2°
Cinquante membres auront le droit de
le décret par lequel il aura été arrêté, après
l’exiger.
la troisième lecture, de décider définitive-
Pendant la durée du Comité général, les
ment.
assistants se retireront, le fauteuil du pré-
sident sera vacant, l’ordre sera maintenu A RT. X. Le Roi refusera sa sanction aux
par le vice-président. décrets dont le préambule n’attestera pas
l’observation des formes ci-dessus : si quel-
A RT. III. Aucun acte législatif ne pourra
qu’un de ces décrets était sanctionné, les
être délibéré et décrété que dans la forme
ministres ne pourront le sceller ni le pro-
suivante :
mulguer ; et leur responsabilité à cet égard
A RT. IV. Il sera fait trois lectures du pro- durera six années.
jet de décret à trois intervalles, dont chacun
A RT. XI. Sont exceptés des dispositions
ne pourra être moindre de huit jours.
ci-dessus, les décrets reconnus et déclarés
A RT. V. La discussion sera ouverte après urgents par une délibération préalable du
chaque lecture ; et néanmoins, après la pre- corps législatif, mais ils peuvent être modi-
mière ou seconde lecture, le corps législa- fiés ou révoqués dans le cours de la même
tif pourra déclarer qu’il y a lieu à l’ajour- session.
nement, ou qu’il n’y a pas lieu à délibé- Le décret par lequel la matière aura été
rer : dans ce dernier cas, le projet de décret déclarée urgente, en énoncera les motifs, et
pourra être représenté dans la même ses- il sera fait mention de ce décret préalable
sion. dans le préambule du décret définitif.

48
C ONSTITUTION FRANÇAISE (1791)

Section III municipaux ;


De la sanction royale Les questions soit d’éligibilité, soit de
validité des élections.
A RT. Ier . Les décrets du corps législatif Ne sont pareillement sujets à la sanction
sont présentés au roi, qui peut leur refuser les actes relatifs à la responsabilité des mi-
son consentement. nistres, ni les décrets portant qu’il y a lieu à
A RT. II. Dans le cas où le Roi refuse son accusation.
consentement, ce refus n’est que suspensif. A RT. VIII. Les décrets du corps législa-
Lorsque les deux législatures qui suivront tif concernant l’établissement, la proroga-
celle qui aura présenté le décret, auront suc- tion et la perception des contributions pu-
cessivement représenté le même décret dans bliques, porteront le nom et l’intitulé de lois.
les mêmes termes, le Roi sera censé avoir Ils seront promulgués et exécutés sans être
donné la sanction. sujets à la sanction, si ce n’est pour les dis-
A RT. III. Le consentement du Roi est ex- positions qui établiraient des peines autres
primé sur chaque décret par cette formule que des amendes et contraintes pécuniaires.
signée du Roi : le Roi consent et fera exécu- Ces décrets ne pourront être rendus
ter. qu’après l’observation des formalités pres-
Le refus suspensif est exprimé par celle- crites par les articles IV, V, VI, VII, VIII et
ci : le Roi examinera. IX de la section II du présent chapitre ; et le
corps législatif ne pourra y insérer aucunes
A RT. IV. Le Roi est tenu d’exprimer son dispositions étrangères à leur objet.
consentement ou son refus sur chaque dé-
cret, dans les deux mois de la présentation. Section IV
A RT. V. Tout décret auquel le Roi a re- Relations du corps législatif avec le roi
fusé son consentement, ne peut lui être re- A RT. Ier . Lorsque le corps législatif est
présenté par la même législature. définitivement constitué, il envoie au Roi
A RT. VI. Les décrets sanctionnés par le une députation pour l’en instruire. Le Roi
roi, et ceux qui lui auront été présentés par peut chaque année faire l’ouverture de la
trois législatures consécutives, ont force de session, et proposer les objets qu’il croit
loi, et portent le nom et l’intitulé de lois. devoir être pris en considération pendant
le cours de cette session, sans néanmoins
A RT. VII. Seront néanmoins exécutés que cette formalité puisse être considérée
comme lois, sans être sujets à la sanction, comme nécessaire à l’activité du corps lé-
les actes du corps législatif concernant sa gislatif.
constitution en assemblée délibérante ;
A RT. II. Lorsque le corps législatif veut
Sa police intérieure, et celle qu’il pourra
s’ajourner au-delà de quinze jours, il est
exercer dans l’enceinte extérieure qu’il aura
tenu d’en prévenir le Roi par une députa-
déterminée ;
tion au moins huit jours d’avance.
La vérification des pouvoirs de ses
membres présents ; A RT. III. Huitaine au moins avant la fin
Les injonctions aux membres absents ; de chaque session, le corps législatif en-
La convocation des assemblées primaires voie au Roi une députation, pour lui annon-
en retard ; cer le jour où il se propose de terminer ses
L’exercice de la police constitutionnelle séances : le Roi peut venir faire la clôture
sur les administrateurs et sur les officiers de la session.

49
F RANCE

A RT. IV. Si le Roi trouve important au Le Roi est le chef suprême de l’adminis-
bien de l’Etat que la session soit continuée, tration générale du Royaume : le soin de
ou que l’ajournement n’ait pas lieu, ou qu’il veiller au maintien de l’ordre et de la tran-
n’ait lieu que pour un tems moins long, il quillité publique lui est confié.
peut à cet effet envoyer un message sur le- Le Roi est le chef suprême de l’armée de
quel le corps législatif est tenu de délibérer. terre et de l’armée navale.
Au Roi est délégué le soin de veiller à la
A RT. V. Le Roi convoquera le corps lé- sûreté extérieure du Royaume, d’en mainte-
gislatif, dans l’intervalle de ses sessions, nir les droits et les possessions.
toutes les fois que l’intérêt de l’Etat lui pa-
raîtra l’exiger, ainsi que dans les cas qui A RT. II. Le Roi nomme les ambassa-
auront été prévus et déterminés par le corps deurs et les autres agents des négociations
législatif avant de s’ajourner. politiques.
Il confère le commandement des armées
A RT. VI. Toutes les fois que le Roi se et des flottes, et les grades de maréchal de
rendra au lieu des séances du corps législa- France et d’amiral.
tif, il sera reçu et reconduit par une dépu- Il nomme les deux tiers des contre-
tation ; il ne pourra être accompagné dans amiraux, la moitié des lieutenans-généraux,
l’intérieur de la salle que par le prince royal maréchaux-de-camp, capitaines de vais-
et par les ministres. seau, et colonels de la gendarmerie natio-
nale.
A RT. VII. Dans aucun cas le président
Il nomme le tiers des colonels et des
ne pourra faire partie d’une députation.
lieutenants-colonels, et le sixième des lieu-
A RT. VIII. Le corps législatif cessera tenants de vaisseau : le tout en se confor-
d’être corps délibérant, tant que le Roi sera mant aux lois sur l’avancement.
présent. Il nomme dans l’administration civile de
la marine les ordonnateurs, les contrôleurs,
A RT. IX. Les actes de la correspondance les trésoriers des arsenaux, les chefs des
du Roi avec le corps législatif seront tou- travaux, sous-chefs des bâtiments civils ;
jours contresignés par un ministre. la moitié des chefs d’administration et des
A RT. X. Les ministres du Roi auront en- sous-chefs de construction.
trée dans l’Assemblée nationale législative ; Il nomme les commissaires auprès des
ils y auront une place marquée ; ils seront tribunaux.
entendus toutes les fois qu’ils le demande- Il nomme les préposés en chef aux régies
ront sur les objets relatifs à leur administra- des contributions indirectes, et à l’adminis-
tion, ou lorsqu’ils seront requis de donner tration des domaines nationaux.
des éclaircissements. Ils seront également Il surveille la fabrication des monnaies,
entendus sur les objets étrangers à leur ad- et nomme les officiers chargés d’exercer
ministration, quand l’Assemblée nationale cette surveillance dans la commission géné-
leur accordera la parole. rale et dans les hôtels des monnaies.
L’effigie du Roi est empreinte sur toutes
les monnaies du Royaume.
Chapitre IV
De l’exercice du pouvoir exécutif A RT. III. Le Roi fait délivrer les lettres
patentes, brevets et commissions aux fonc-
A RT. Ier . Le pouvoir exécutif suprême tionnaires publics ou autres qui doivent en
réside exclusivement dans la main du roi. recevoir.

50
C ONSTITUTION FRANÇAISE (1791)

A RT. IV. Le Roi fait dresser la liste des par la grâce de Dieu, et par la loi consti-
pensions et gratifications, pour être présen- tutionnelle de l’Etat, Roi des Français, &c.
tée au corps législatif à chacune de ses ses- &c. &c.”
sions, et décrétée, s’il y a lieu.
A RT. V. Le pouvoir exécutif est tenu
d’envoyer les lois aux corps administratifs
Section première et aux tribunaux, de se faire certifier cet
De la promulgation des lois envoi, et d’en justifier au corps législatif.
A RT. Ier . Le pouvoir exécutif est chargé A RT. VI. Le pouvoir exécutif ne peut
de faire sceller les lois du sceau de l’Etat, faire aucune loi, même provisoire, mais
et de les faire promulguer. seulement des proclamations conformes
Il est chargé également de faire promul- aux lois, pour en ordonner ou en rappeler
guer et exécuter les actes du corps législatif l’exécution.
qui n’ont pas besoin de la sanction du roi.
Section II
II. Il sera fait deux expéditions originales
de chaque loi, toutes deux signées du roi, De l’administration intérieure
contresignées par le ministre de la justice, A RT. Ier . Il y a dans chaque départe-
et scellées du sceau de l’Etat. ment une administration supérieure, et dans
L’une restera déposée aux archives du chaque district une administration subor-
Sceau, et l’autre sera remise aux archives donnée.
du corps législatif.
A RT. II. Les administrateurs n’ont aucun
A RT. III. La promulgation des lois sera caractère de représentation.
ainsi conçue : Ils sont des agents élus à tems par le
“N. (le nom du roi) par la grâce de Dieu, peuple, pour exercer, sous la surveillance et
et par la loi constitutionnelle de l’Etat, Roi l’autorité du roi, les fonctions administra-
des Français ; à tous présents et à venir ; tives.
salut : l’Assemblée nationale a décrété, et
A RT. III. Ils ne peuvent ni s’immiscer
nous voulons et ordonnons ce qui suit :”
dans l’exercice du pouvoir législatif, ou sus-
(La copie littérale du décret sera insérée
pendre l’exécution des lois, ni rien entre-
sans aucun changement.)
prendre sur l’ordre judiciaire, ni sur les dis-
“Mandons et ordonnons à tous les corps
positions ou opérations militaires.
administratifs et tribunaux, que les pré-
sentes ils fassent consigner dans leurs re- A RT. IV. Les administrateurs sont essen-
gistres, lire, publier et afficher dans leurs tiellement chargés de répartir les contribu-
département et ressorts respectifs, et exécu- tions directes, et de surveiller les deniers
ter comme loi du Royaume : en foi de quoi provenant de toutes les contributions et re-
nous avons signé ces présentes, auxquelles venus publics dans leur territoire. Il appar-
nous avons fait apposer le sceau de l’Etat.” tient au pouvoir législatif de déterminer les
règles et le mode de leurs fonctions, tant
A RT. IV. Si le Roi est mineur, les lois,
sur les objets ci-dessus exprimés, que sur
proclamations et autres actes émanés de
toutes les autres parties de l’administration
l’autorité royale pendant la régence, seront
intérieure.
conçus ainsi qu’il suit :
“N. (Le nom du régent) régent du A RT. V. Le Roi a le droit d’annuller les
Royaume, au nom de N. (Le nom du roi) actes des administrateurs de département,

51
F RANCE

contraires aux lois ou aux ordres qu’il leur proportionnés à ceux des Etats voisins, dis-
aura adressés. tribuer les forces de terre et de mer ainsi
Il peut, dans le cas d’une désobéissance qu’il le jugera convenable, et en régler la
persévérante, ou s’ils compromettent par direction en cas de guerre.
leurs actes la sûreté ou la tranquillité pu-
blique, les suspendre de leurs fonctions. A RT. II. Toute déclaration de guerre sera
faite en ces termes : De la part du Roi des
A RT. VI. Les administrateurs de dépar- Français, au nom de la nation.
tement ont de même le droit d’annuller les
actes des sous-administrateurs de district, A RT. III. Il appartient au Roi d’arrêter et
contraires aux lois ou aux arrêtés des admi- de signer avec toutes les puissances étran-
nistrateurs de département, ou aux ordres gères, tous les traités de paix d’alliance et
que ces derniers leur auront donnés ou trans- de commerce ; et autres conventions qu’il
mis. jugera nécessaires au bien de l’Etat, sauf la
Ils peuvent également, dans les cas ratification du corps législatif.
d’une désobéissance persévérante des sous-
administrateurs, ou si ces, derniers com- Chapitre V
promettent par leurs actes la sûreté ou la Du pouvoir judiciaire
tranquillité publique, les suspendre de leurs
fonctions, à la charge d’en instruire le Roi A RT. Ier . Le pouvoir judiciaire ne peut,
qui pourra lever on confirmer la suspension. en aucun cas, être exercé par le corps légis-
latif, ni par le roi.
A RT. VII. Le Roi peut, lorsque les ad-
ministrateurs de département n’auront pas A RT. II. La justice sera rendue gratuite-
usé du pouvoir qui leur est délégué dans ment par des juges élus à tems par le peuple,
l’article ci-dessus, annuller directement les et institués par lettres patentes du roi, qui
actes des sous-administrateurs, et les sus- ne pourra les refuser.
pendre dans les mêmes cas. Ils ne pourront être destitués que pour
forfaiture duement jugée, ni suspendus que
A RT. VIII. Toutes les fois que le par une accusation admise.
Roi aura prononcé on confirmé la sus- L’accusateur public sera nommé par le
pension des administrateurs ou sous- peuple.
administrateurs, il en instruira le corps lé-
gislatif. A RT. III. Les tribunaux ne peuvent, ni
Celui-ci pourra, ou lever la suspension, s’immiscer dans l’exercice du pouvoir lé-
ou la confirmer, ou même dissoudre l’admi- gislatif, ou suspendre l’exécution des lois,
nistration coupable, et, s’il y a lieu, renvoyer ni entreprendre sur les fonctions administra-
tous les administrateurs, ou quelques-uns tives, ou citer devant eux les administrateurs
d’eux, aux tribunaux criminels, ou porter pour raison de leurs fonctions.
contre eux le décret d’accusation. A RT. IV. Les citoyens ne peuvent être
distraits des juges que la loi leur assigne,
Section III par aucune commission, ni par d’autres at-
Des relations extérieures tributions et évocations que celles qui sont
déterminées par les lois.
A RT. Ier . Le Roi seul peut entretenir des
relations politiques au-dehors, conduire les A RT. V. Le droit des citoyens de termi-
négociations, faire des préparatifs de guerre ner définitivement leurs contestations par la

52
C ONSTITUTION FRANÇAISE (1791)

voie de l’arbitrage, ne peut recevoir aucune jugement de condamnation à prison ou dé-


atteinte par les actes du pouvoir législatif. tention correctionnelle.
A RT. VI. Les tribunaux ordinaires ne A RT. XI. Tout homme saisi et conduit
peuvent recevoir aucune action au civil, devant l’officier de police sera examiné sur
sans qu’il leur soit justifié que les parties le champ, ou, au plus tard dans les vingt-
ont comparu, ou que le demandeur a cité sa quatre heures.
partie adverse devant des médiateurs, pour S’il résulte de l’examen qu’il n’y a aucun
parvenir à une conciliation. sujet d’inculpation contre lui, il sera remis
aussitôt en liberté ; ou s’il y a lieu de l’en-
A RT. VII. Il y aura un ou plusieurs juges voyer a la maison d’arrêt, il y sera conduit
de paix dans les cantons et dans les villes. dans le plus bref délai, qui, en aucun cas, ne
Le nombre en sera déterminé par le pouvoir pourra excéder trois jours.
législatif.
A RT. XII. Nul homme arrêté ne peut être
A RT. VIII. Il appartient au pouvoir légis- retenu s’il donne caution suffisante, dans
latif de régler le nombre et les arrondisse- tous les cas où la loi permet de rester libre
ments des tribunaux, et le nombre des juges sous cautionnement.
dont chaque tribunal sera composé.
A RT. XIII. Nul homme, dans le cas où
A RT. IX. En matière criminelle nul ci- sa détention est autorisée par la loi, ne peut
toyen ne peut être jugé que sur une accusa- être conduit et détenu que dans les lieux
tion reçue par des jurés, ou décrétée par le légalement et publiquement désignés pour
corps législatif, dans les cas où il lui appar- servir de maison d’arrêt, de maison de jus-
tient de poursuivre l’accusation. tice ou de prison.
Après l’accusation admise, le fait sera re-
connu et déclaré par des jurés. A RT. XIV. Nul gardien ou geôlier ne
L’accusé aura la faculté d’en récuser jus- peut recevoir ni retenir aucun homme qu’en
qu’à vingt, sans donner des motifs. vertu d’un mandat, ordonnance de prise
Les jurés qui déclareront le fait, ne pour- de corps, décret d’accusation, ou jugement
ront être au-dessous du nombre de douze. mentionné dans l’article X ci-dessus, et sans
L’application de la loi sera faite par des que la transcription en ait été faite sur son
juges. registre
L’instruction sera publique, et l’on ne
pourra refuser aux accusés le secours d’un A RT. XV. Tout gardien ou geôlier est
conseil. tenu, sans qu’aucun ordre puisse l’en dis-
Tout homme acquitté par un juré légal, penser, de représenter la personne du détenu
ne peut plus être repris ni accusé à raison à l’officier civil ayant la police de la maison
du même fait. de détention, toutes les fois qu’il en sera
requis par lui.
A RT. X. Nul homme ne peut être saisi La représentation de la personne du dé-
que pour être conduit devant l’officier de po- tenu ne pourra de même être refusée à ses
lice ; et nul ne peut être mis en arrestation parents et amis porteurs de l’ordre de l’offi-
ou détenu qu’en vertu d’un mandat des offi- cier civil, qui sera toujours tenu de l’accor-
ciers de police, d’une ordonnance de prise der, à moins que le gardien ou geôlier ne
de corps d’un tribunal, d’un décret, d’ac- représente une ordonnance du juge, trans-
cusation du corps législatif, dans le cas où crite sur son registre, pour tenir l’arrêté au
il lui appartient de le prononcer, ou d’un secret.

53
F RANCE

A RT. XVI. Tout homme, quelle que soit jugements rendus en dernier ressort par les
sa place ou son emploi, autre que ceux à tribunaux ;
qui la loi donne le droit d’arrestation, qui Sur les demandes en renvoi d’un tribunal
donnera, signera, exécutera ou fera exécuter à un autre, pour cause de suspicion légi-
l’ordre d’arrêter un citoyen ; ou quiconque, time ;
même dans le cas d’arrestation autorisée Sur les réglements de juges et les prises
par la loi, conduira, recevra ou retiendra un à partie contre un tribunal entier.
citoyen dans un lieu de détention non publi-
quement et légalement désigné ; et tout gar- A RT. XX. En matière de cassation,
dien ou geôlier qui contreviendra aux dis- le tribunal de cassation ne pourra jamais
positions des articles XIV et XV ci-dessus, connaître du fond des affaires ; mais après
seront, coupables du crime de détention ar- avoir cassé le jugement qui aura été rendu
bitraire. sur une procédure dans laquelle les formes
auront été violées, ou qui contiendra une
A RT. XVII. Nul homme ne peut être re- contravention expresse à la loi, il renverra
cherché ni poursuivi pour raison des écrits le fond du procès au tribunal qui doit en
qu’il aura fait imprimer ou publier sur connaître.
quelque matière que ce soit, si ce n’est qu’il
ait provoqué à dessin la désobéissance à la A RT. XXI. Lorsqu’après deux cassa-
loi, l’avilissement des pouvoirs constitués, tions, le jugement du troisième tribunal sera
la résistance à leurs actes, ou quelques-unes attaqué par les mêmes moyens que les deux
des actions déclarées crimes ou délits par la premiers, la question ne pourra pas être agi-
loi. tée au tribunal de cassation, sans avoir été
La censure sur les actes des pouvoirs soumise au corps législatif portera un décret
constitués en permise ; mais les calomnies déclaratoire de la loi, auquel le tribunal de
volontaires contre la probité des fonction- cassation sera tenu de se conformer.
naires publics et la droiture de leurs in-
A RT. XXII. Chaque année le tribunal
tentions dans l’exercice de leurs fonctions,
pourront être poursuivies par ceux qui en de cassation sera tenu d’envoyer à la barre
sont l’objet. du corps législatif une députation de huit
Les calomnies et injures contre quelques de ses membres, qui lui présenteront l’état
personnes que ce soit, relatives aux actions des jugements rendus, à côté de chacun des-
quels seront la notice abrégée de l’affaire
de leur vie privée, seront punies sur leur
et le texte de la loi qui aura déterminé la
poursuite.
décision.
A RT. XVIII. Nul ne peut être jugé, soit
par la voie civile, soit par la voie criminelle, A RT. XXIII. Une haute cour nationale
pour fait d’écrits imprimés ou publiés, sans formée de membres du tribunal de cassation
qu’il ait été reconnu et déclaré par un juré, et de hauts jures, connaîtra des délits des
1° s’il y a délit dans l’écrit dénoncé ; 2° si ministres et agents principaux du pouvoir
la personne poursuivie en est coupable. exécutif, et des crimes qui attaqueront la
sûreté générale de l’Etat, lorsque le corps
A RT. XIX. Il y aura pour tout le législatif aura rendu un décret d’accusation.
Royaume un seul tribunal de cassation, éta- Elle ne se rassemblera que sur la procla-
bli près du corps législatif. Il aura pour fonc- mation du corps législatif, et à une distance
tions de prononcer, de 30,000 toises au moins du lieu où la lé-
Sur les demandes en cassation contre les gislature tiendra ses séances.

54
C ONSTITUTION FRANÇAISE (1791)

A RT. XXIV. Les expéditions exécutoires et de tous les actes exécutoires émanés des
des jugements des tribunaux seront conçues pouvoirs constitués.
ainsi qu’il suit :
N. (le nom du roi) par la grâce de Dieu A RT. XXVII. Le ministre de la justice
et par la loi constitutionnelle de l’Etat, Roi dénoncera au tribunal de cassation, par la
des Français ; à tous présents et à venir, sa- voie du commissaire du roi, et sans pré-
lut : le tribunal de ____ a rendu le jugement judice du droit des parties intéressées, les
suivant : actes par lesquels les juges auraient excédé
(Ici sera copié le jugement dans lequel il les bornes de leur pouvoir.
sera fait mention du nom des juges.) Le tribunal les annullera ; et s’ils donnent
“Mandons et ordonnons à tous huissiers lieu à la forfaiture, le fait sera dénoncé au
sur ce requis, de mettre ledit jugement à corps législatif, qui rendra le décret d’accu-
exécution ; à nos commissaires auprès des sation, s’il y a lieu, et renverra les prévenus
tribunaux d’y tenir la main, et à tous com- devant la haute cour nationale.
mandants et officiers de la force publique
de prêter main-forte lorsqu’ils en seront lé-
TITRE IV
galement requis : en foi de quoi le présent
jugement a été signé par le président du De la force publique
tribunal et par le greffier.”
A RT. Ier . La force publique est instituée
A RT. XXV. Les fonctions des commis- pour défendre l’Etat contre les ennemis du
saires du Roi auprès des tribunaux, seront dehors, et assurer au-dedans le maintien de
de requérir l’observation des lois dans les l’ordre et l’exécution des lois.
jugements à rendre, et de faire exécuter les A RT. II. Elle est composée,
jugements rendus. De l’armée de terre et de mer ;
Ils ne seront point accusateurs publics, De la troupe spécialement destinée au
mais ils seront entendus sur toutes les accu- service intérieur ;
sations, et requerront pendant le cours de Et subsidiairement des citoyens actifs et
l’instruction pour la régularité des formes, de leurs enfants en état de porter les armes,
et avant le jugement pour l’application de inscrits sur le rôle de la garde nationale.
la loi.
A RT. III. Les gardes nationales ne
A RT. XXVI. Les commissaires du Roi forment ni un corps militaire, ni une ins-
auprès des tribunaux, dénonceront au direc- titution dans l’Etat. Ce sont les citoyens
teur du juré, soit d’office, soit d’après les eux-mêmes appelés au service de la force
ordres qui leur seront donnés par le Roi : publique.
Les attentats contre la liberté individuelle A RT. IV. Les citoyens ne pourront jamais
des citoyens, contre la libre circulation des se former, ni agir comme gardes nationales,
subsistances et autres objets de commerce, qu’en vertu d’une réquisition ou d’une au-
et contre la perception des contributions ; torisation légale.
Les délits par lesquels l’exécution des
ordres donnés par le roi, dans l’exercice des A RT. V. Ils sont soumis, en cette qualité,
fonctions qui lui sont déléguées, serait trou- à une organisation déterminée par la loi.
blée ou empêchée ; Ils ne peuvent avoir dans tout le
Les attentats contre le droit des gens, et Royaume qu’une même discipline et un
les rébellions à l’exécution des jugements, même uniforme.

55
F RANCE

Les distinctions de grade, et la subordina- TITRE V


tion ne subsistent que relativement au ser- Des contributions publiques
vice et pendant sa durée.
A RT. VI. Les officiers sont élus à tems, A RT. Ier . Les contributions publiques se-
et ne peuvent être réélus qu’après un inter- ront délibérées et fixées, chaque année, par
valle de service comme soldats. le corps législatif, et ne pourront subsister
Nul ne commandera la garde nationale au-delà du dernier jour de la session sui-
de plus d’un district. vante, si elles n’ont pas été expressément
renouvellées.
A RT. VII. Toutes les parties de la force
A RT. II. Sous aucun prétexte, les fonds
publique, employées pour la sûreté de l’Etat
nécessaires à l’acquittement de la dette na-
contre les ennemis du dehors, agiront sous
tionale et au paiement de la liste civile, ne
les ordres du roi.
pourront être ni refusés, ni suspendus.
A RT. VIII. Aucun corps ou détachement Le traitement des ministres du culte ca-
de troupes de ligne ne peut agir dans l’in- tholique pensionnés, conservés, élus ou
térieur du Royaume sans une réquisition nommés en vertu des décrets de l’Assem-
légale. blée nationale constituante, fait partie de la
dette nationale.
A RT. IX. Aucun agent de la force pu- Le corps législatif ne pourra, en aucun
blique ne peut entrer dans la maison d’un ci- cas, charger la nation du paiement des dettes
toyen, si ce n’est pour l’exécution des man- d’aucun individu.
dements de police et de justice, ou dans les
cas formellement prévus par la loi. A RT. III. Les comptes détaillés de la dé-
pense des départements ministériels, signés
A RT. X. La réquisition de la force pu- et certifiés par les ministres ou ordonnateurs
blique dans l’intérieur du Royaume, appar- généraux, seront rendus publics par la voie
tient aux officiers civils, suivant les règles de l’impression, au commencement des ses-
déterminées par le pouvoir législatif. sions de chaque législature.
A RT. XI. Si des troubles agitent tout un Il en sera de même des états de recette
département, le Roi donnera, sous la res- des diverses contributions et de tous les re-
ponsabilité de ses ministres, les ordres né- venus publics.
cessaires pour l’exécution des lois et le éta- Les états de ces dépenses et recettes se-
blissement de l’ordre, mais à la charge d’en ront distingués suivant leur nature, et expri-
informer le corps législatif, s’il est assem- meront les sommes touchées et dépensées,
blé, et de le convoquer s’il est en vacances. année par année, dans chaque district.
Les dépenses particulières à chaque dé-
A RT. XII. La force publique est essen- partement, et relatives aux tribunaux, aux
tiellement obéissante ; nul corps armé ne corps administratifs et autres établisse-
peut délibérer. ments, seront également rendues publiques.
A RT. XIII. L’armée de terre et de mer et A RT. IV. Les administrateurs de dépar-
la troupe destinée à la sûreté intérieure sont tement et sous-administrateurs ne pourront
soumises à des lois particulières, soit pour ni établir aucune contribution publique, ni
le maintien de la discipline, soit pour la faire aucune répartition au-delà du tems et
forme des jugements et la nature des peines des sommes fixés par le corps législatif, ni
en matière de délits militaires. délibérer ou permettre, sans y être autorisés

56
C ONSTITUTION FRANÇAISE (1791)

par lui, aucun emprunt local à la charge des inconvénients, décrète qu’il y sera procédé
citoyens du département. par une assemblée de révision, en la forme
suivante :
A RT. V. Le pouvoir exécutif dirige et
surveille la perception et le versement des A RT. II. Lorsque trois législatures consé-
contributions, et donne tous les ordres né- cutives auront émis un vœu uniforme pour
cessaires à cet effet. le changement de quelque article constitu-
tionnel, il y aura lieu à la révision deman-
dée.
TITRE VI
Des rapports de la nation française A RT. III. La prochaine législature et la
suivante ne pourront proposer la réforme
avec les nations étrangères
d’aucun article constitutionnel.
La nation française renonce à entre- A RT. IV. Des trois législatures qui pour-
prendre aucune guerre dans la vue de faire ront par la suite proposer quelques change-
des conquêtes, et n’emploîra jamais ses ments, les deux premières ne s’occuperont
forces contre la liberté d’aucun peuple. de cet objet que dans les deux derniers mois
La constitution n’admet point de droit de leur dernière session : et la troisième, à
d’aubaine. la fin de sa première session annuelle, ou
Les étrangers établis ou non en France au commencement de la seconde.
succèdent à leurs parents étrangers ou fran- Leurs délibérations sur cette matière se-
çais. ront soumises aux mêmes formes que les
Ils peuvent contracter, acquérir et rece- actes législatifs ; mais les décrets par les-
voir des biens situés en France, et en dispo- quels elles auront émis leur vœu, ne seront
ser de même que tout citoyen français, par pas sujets à la sanction du roi.
tous les moyens autorisés par les lois.
Les étrangers qui se trouvent en France A RT. V. La quatrième législature, aug-
sont fournis aux mêmes lois criminelles et mentée de deux cents quarante-neuf
de police que les citoyens français, sauf membres élus en chaque département, par
les conventions arrêtées avec les puissances doublement du nombre ordinaire qu’il four-
étrangères : leur personne, leurs biens, leur nit pour sa population, formera l’assemblée
industrie, leur culte, sont également proté- de révision.
gés par la loi. Ces deux cents quarante-neuf membres
seront élus après que la nomination des re-
présentants au corps législatif aura été ter-
TITRE VII minée, et il en sera fait un procès-verbal
De la révision des décrets séparé.
constitutionnels L’Assemblée de révision ne sera compo-
sée que d’une chambre.
A RT. Ier . L’Assemblée nationale consti-
A RT. VI. Les membres de la troisième lé-
tuante déclare que la nation a le droit im-
gislature qui aura demandé le changement,
prescriptible de changer sa constitution ;
ne pourront être élus à l’assemblée de révi-
et néanmoins, considérant qu’il est plus
sion.
conforme à l’intérêt national d’user seule-
ment, par les moyens pris dans la consti- A RT. VII. Les membres de l’assemblée
tution même du droit d’en réformer les ar- de révision, après avoir prononcé tous en-
ticles dont l’expérience aurait fait sentir les semble le serment de vivre libres ou mourir,

57
F RANCE

prêteront individuellement celui de se bor- disparition du texte est imprécise puisqu’elle s’opère
ner à statuer sur les objets qui leur auront d’une manière insurrectionnelle : soit par le décret de
l’Assemblée législative du 10 août 1792 qui prévoit
été fournis par le vœu uniforme des trois l’élection d’une assemblée constituante, soit par le dé-
législatures précédentes ; de maintenir, au cret du 21 septembre proclamant que la royauté est
surplus, de tout leur pouvoir la constitution abolie en France.
2 Il s’agit de la version de la Déclaration des droits
du Royaume décrétée par l’Assemblée na-
tionale constituante aux années 1789, 1790 de l’homme et du citoyen de 1789 placée en tête de la
constitution de 1791 et à laquelle se réfère aujourd’hui
& 1791, et d’être en tout fidelles à la nation, la Constitution du 4 octobre 1958 ; toutefois, ce n’est
à la loi et au roi. pas la version initiale qui est présentée à part en tant
que version authentique avec ses variantes rédaction-
A RT. VIII. L’assemblée de révision sera nelles.
3 Concernant l’article 6, les procès-verbaux du 21
tenue de s’occuper ensuite, et sans délai,
août, font apparaître simultanément deux variantes
des objets qui auront été fournis à son exa-
rédactionnelles l’une au singulier « sans autre distinc-
men : aussitôt que son travail sera terminé tion » et au pluriel « sans autres distinctions », sans
les deux cents quarante-neuf membres nom- que l’on puisse savoir laquelle les députés ont entendu
més en augmentation se retireront, sans pou- adopter et il est d’ailleurs probable que cette ambiguïté
leur aura échappé. Le singulier l’emportera dans la très
voir prendre part, en aucun cas, aux actes grande majorité des versions suivantes, et notamment
législatifs. dans celles qui font référence, y compris celle de Bau-
Les Colonies et possessions françaises douin et celle qui figure en tête de la Constitution de
dans l’Asie, l’Afrique et l’Amérique, quoi- 1791 (Rials (Stéphane), La Déclaration des droits de
l’homme et du citoyen de 1789, Paris : Hachette, 1988,
qu’elles fassent partie de l’Empire fran- p. 267).
çais, ne sont pas comprises dans la présente 4 Le cas de l’article 12 montre qu’il est extrêmement
constitution. difficile, voire impossible, de prétendre proposer une
Aucun des pouvoirs institués par la version authentique de la Déclaration : il semble avoir
constitution n’a le droit de la changer dans été adopté avec l’expression « de ceux auxquels », qui
figure dans l’exemplaire de Baudoin, mais dès l’accep-
son ensemble ni dans ses parties, sauf les tation, il porte « de ceux à qui ». En 1791, on revient
réformes qui pourront y être faites par la cependant à la rédaction initiale « de ceux auxquels »
voie de la révision, conformément aux dis- qui est encore aujourd’hui la version officielle au sens
où elle figure au Journal Officiel de 1958.
positions du titre VII ci-dessus. 5 L’article 14 a connu un destin similaire : le procès-
L’Assemblée nationale constituante en verbal de la séance du 26 août commençait semble-t-il
remet le dépôt à la fidélité, du corps légis- par : « Chaque citoyen a le droit par lui-même ou par
latif, du Roi et des juges, à la vigilance des ses représentants de constater (. . .) » (Rials (Stéphane),
pères de famille, aux épouses et aux mères, La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de
1789, Paris : Hachette, 1988, p. 267), mais le texte de
à l’affection des jeunes citoyens, au courage Baudouin et le texte accepté par le Roi le 5 octobre
de tous les Français. et promulgué par les lettres patentes du 3 novembre
portent que « Les citoyens ont le droit de constater par
eux-mêmes ou par leurs représentants (. . .) ». Enfin, le
procès-verbal du 8 août 1791 comporte une nouvelle
1 Vérifiée sur la base du Supplément à la Gazette rédaction : « Tous les citoyens ont le droit de consta-
Nationale, 259 (16 septembre 1791), 1–5. Le ma- ter par eux-mêmes ou par leurs représentants (. . .) »
nuscrit original est conservé en réserve du Musée et c’est, là encore, la version que retient le Journal
de l’histoire de France, Paris sous la côte <AE/I/10, Officiel de 1958.
côte I, côte originale A98/pce4005> accessible sur 6 L’article 17 est celui qui a donné lieu aux re-

http://www.culture.gouv.fr/documentation/ archim/ cherches les plus approfondies sans que l’on puisse
accueil.html. Par décision de la direction du Musée parvenir à aucune certitude quant à la version qui méri-
de l’histoire de France, seules ont été reproduites les terait d’être qualifiée d’authentique. Ici la modification
images des pages 1, 4–5, 6–7, 8–9, 10–11, 88–89 et 93 ne date pas de 1789 mais de 1791 : lors de la séance du
du manuscrit original : le reste du document n’est pas 8 août 1791, Roederer signale ce qu’il estime être une
accessible. En vigueur à partir du 5 octobre 1791. La «inexactitude» du texte en tant qu’il porte «Les proprié-

58
C ONSTITUTION FRANÇAISE (1791)

tés étant un droit inviolable et sacré. . .» et demande Consulat (mai 1769-novembre 1799), avec notes expli-
que l’on retienne la rédaction suivante : «La propriété catives par Léonard Gallois, Paris, Plon, 1858–1863, t.
étant un droit inviolable et sacré. . .» : séance du 8 9, 1862, p. 344. Il nous fournit d’ailleurs une informa-
août 1791, Réimpression de l’ancien Moniteur : seule tion précieuse en précisant que «dans aucune version
histoire authentique et inaltérée de la révolution fran- il n’a été dit : la propriété». C’est également la version
çaise depuis la réunion des Etats généraux jusqu'au officielle de la Ve République.

59
Plan de Constitution de Condorcet (1793)

Constitution Française1

DÉCLARATION DES DROITS VII. L’égalité consiste en ce que chacun


NATURELS, CIVILS ET puisse jouir des mêmes droits.
POLITIQUES DE L’HOMME VIII. La loi doit être égale pour tous, soit
qu’elle récompense, ou qu’elle punisse, ou
L E but de toute réunion d’hommes en
qu’elle réprime.
société étant le maintien de leurs droits na-
turels, civils et politiques, ces droits doivent IX. Tous les citoyens sont admissibles
être la base du pacte social : leur reconnais- à toutes les places, emplois et fonctions
sance et leur declaration doivent précéder publiques. Les peuples libres ne peuvent
la Constitution qui en assure la garantie. connaître d’autres motifs de préférence que
les talens et les vertus.
A RT. Ier . Les droits naturels, civils et poli-
tiques des hommes sont la liberté, l’égalité, X. La sureté consiste dans la protection
la sureté, la propriété, la garantie sociale et accordée par la société à chaque citoyen
la résistance à l’oppression. pour la conservation de sa personne, de
ses biens et de ses droits.
II. La liberté consiste à pouvoir faire tout
ce qui n’est pas contraire aux droits d’au-
XI. Nul ne doit être appelé en justice, ac-
trui : ainsi l’exercice des droits naturels de
cusé, arrêté, ni détenu que dans les cas
chaque homme n’a de bornes que celles qui
déterminés par la loi, et selon les formes
assurent aux autres membres de la société
qu’elle a prescrites.
la jouissance de ces mêmes droits.
Tout autre acte exercé contre un citoyen
III. La conservation de la liberté dépend est arbitraire et nul.
de la soumission à la loi, qui est l’expression
XII. Ceux qui solliciteraient, expédie-
de la volonté générale. Tout ce qui n’est pas
raient, signeraient, exécuteraient, ou se-
défendu par la loi ne peut être empêché,
raient exécuter ces actes arbitraires, sont
et nul ne peut être contraint à faire tout ce
coupables, et doivent être punis.
qu’elle n’ordonne pas.
XIII. Les citoyens contre qui l’on tenterait
IV. Tout homme est libre de manifester
d’exécuter de pareils actes ont le droit de
sa pensée et ses opinions.
repousser la force ; mais tout citoyen appelé
V. La liberté de la presse (et tout autre ou saisi par l’autorité de la loi, et dans les
moyen de publier ses pensées) ne peut être formes prescrites par elle, doit obéir à l’ins-
interdite, suspendue, ni limitée. tant : il se rend coupable par la résistance.

VI. Tout citoyen doit être libre dans l’exer- XIV. Tout homme étant présumé innocent
cice de son culte. jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il

61
F RANCE

est jugé indispensable de l’arrêter, toute ri- XXIV. Les secours publics sont une dette
gueur qui ne serait pas nécessaire pour s’as- sacrée de la société, et c’est à la loi à en
surer de sa personne, doit être sévérement déterminer l’étendue et l’application.
réprimée par la loi.
XXV. La garantie sociale de ces droits
XV. Nul ne doit être puni qu’en vertu
repose sur la souveraineté nationale.
d’une loi établie, promulguée antérieure-
ment au délit, et légalement appliquée. XXVI. Cette souveraineté est une, indivi-
XVI. La loi qui punirait des délits commis sible, imprescriptible et inaliénable.
avant qu’elle existât, serait un acte arbitraire.
L effet rétroactif donné à la loi est un crime. XXVII. Elle réside essentiellement dans
le peuple entier, et chaque citoyen a un droit
XVII. La loi ne doit décerner que des egal de concourir à son exercice.
peines strictement et évidemment néces-
saires à la sureté générale : elles doivent XXVIII. Nulle réunion partielle de ci-
être proportionnées au délit et utiles à la toyens, et nul individu ne peuvent s’attribuer
société. la souveraineté, exercer aucune autorité, et
XVIII. Le droit de propriété consiste en remplir aucune fonction publique sans une
ce que tout homme est le maître de dispo- déclaration formelle de la loi.
ser à son gré de ses biens, de ses capitaux,
XXIX. La garantie sociale ne peut pas
de ses revenus et de son industrie.
exister là où les limites des fonctions pu-
XIX. Nul genre de travail, de commerce bliques ne sont pas clairement déterminées
et de culture ne peut lui être interdit : il par la loi, et où la responsabilité de tous les
peut fabriquer, vendre et transporter toute fonctionnaires publics n’est pas assurée.
espece de production.
XXX. Tous les citoyens sont tenus de
XX. Tout homme peut engager ses ser-
concourir à cette garantie, et de donner
vices, son tems ; mais il ne peut se vendre
force à la loi lorsqu’ils sont appelés en son
lui-même ; sa personne n’est pas une pro-
nom.
priété aliénable.
XXI. Nul ne peut être prive de la moindre XXXI. Les hommes réunis en société
portion de la propriété sans son contente- doivent avoir un moyen légal de résister à
ment, si ce n’est lorsque la nécessité pu- l’oppression.
blique, légalement constatée, l’exige évi-
demment, et tous la condition d’une juste et XXXII. Il y a oppression, lorsqu’une loi
préalable indemnité. viole les droits naturels, civils et politiques
qu’elle doit garantir.
XXII. Nulle contribution ne peut être éta-
Il y a oppression, lorsque la loi est violée
blie que pour l’utilité générale, et pour sub-
par les fonctionnaires publics dans son ap-
venir aux besoins publics. Tous les citoyens
plication à des faits individuels.
ont droit de concourir personnellement, ou
Il y a oppression, lorsque des actes arbi-
par leurs représentans, à l’établissement
traires violent les droits des citoyens contre
des contributions publiques.
l’expression de la loi.
XXIII. L’instruction est le besoin de tous, Dans tout gouvernement libre le mode de
et la société la doit également à tous ses résistance à ces differens actes d’oppres-
membres. sion doit être réglé par la constitution.

62
P LAN DE C ONSTITUTION DE C ONDORCET (1793)

XXXIII. Un peuple a toujours le droit de VI. L’arrondissement des Sections muni-


revoir, de reformer et de changer sa consti- cipales ne sera pas le même que celui des
tution. Une génération n’a pas le droit d’as- assemblées primaires.
sujettir à ses lois les générations futures ;
et toute hérédité dans les fonctions est ab- VII. Il y aura dans chaque Commune une
surde et tyrannique. administration subordonnée à l’administra-
tion du département, et dans chaque Sec-
tion une agence secondaire.

CONSTITUTION FRANÇAISE
TITRE II
L A Nation Française se constitue en Ré- De l’état des citoyens, et des conditions
publique une et indivisible ; et fondant son nécessaires pour en exercer les droits
gouvernement sur les droits de l’homme,
A RT. Ier . Tout homme âgé de vingt-un
qu’elle a reconnus et declarés, et sur les
ans accomplis, qui se sera fait inscrire sur le
principes de la liberté, de l’égalité et de
tableau civique d’une assemblée primaire,
la souveraineté du peuple, elle adopte la
et qui aura résidé depuis une année, sans
constitution suivante.
interruption, sur le territoire français, sera
citoyen de République.
Titre Premier
II. La qualité de citoyen français se perd
De la division du territoire
par la naturalisation en pays étranger, et par
A RT. Ier . La République Française est la peine de la dégradation civique.
une et indivisible. III. Tout citoyen qui aura rempli les condi-
tions exigés par l’article Ier pourra exercer
II. La distribution de son territoire actue1
son droit de suffrage dans la portion du ter-
en 85 départemens est maintenue.
ritoire de la Republique où il justifiera une
III. Neanmoins les limites des départe- résidence actuelle des trois mois sans inter-
mens pourront être changées ou rectifiées ruption.
sur la demande des administrés ; mais en IV. Nul citoyen ne pourra exercer son droit
aucun cas la surface d’un département ne de suffrage pour le même objet dans plus
pourra être reduite au-dessous de ____ d’une assemblée primaire.
lieues quarrées, ni portée au-dessus de
____ lieues quarrées. V. Il y aura deux causes d’incapacité ab-
solue pour l’exercice du droit de suffrage ; la
IV. Chaque département sera divisé en premiere, l’imbécilité ou la démence, consta-
grandes Communes ; les Communes, en tée par un jugement ; la seconde, la condam-
Sections municipales, et en assemblées pri- nation légale aux peines qui emportent la
maires. degradation civique.

V. Cette distribution du territoire de VI. Tout citoyen qui aura résidé pendant
chaque département en grandes Com- six années hors du territoire de la Répu-
munes, se fera de manière qu’il ne puisse y blique, sans une mission donnée au nom
avoir plus de deux lieues et demie de l’habi- de la Nation, ne pourra reprendre l’exercice
tation la plus eloignée au centre du chef-lieu du droit de suffrage qu’après une résidence
de la Commune. non interrompus de six mois.

63
F RANCE

VII. Tout citoyen qui, sans avoir eu de IV. Cette élection se sera par un seul
mission, se sera absenté pendant une an- scrutin, à la simple pluralité des suffrages.
née du lieu où il a son domicile habituel, Chaque votant ne portera que deux per-
sera tenu de nouveau à une résidence de sonnes sur son bulletin, quel que soit le
trois mois avant d’être admis à voter dans nombre des membres qui doivent former
son assemblee primaire. le bureau.

VIII. Le corps législatif déterminera la V. Dans le cas néanmoins où, par le ré-
peine qu’auront encourue ceux qui se per- sultat de ce scrutin, l’élection des membres
mettraient d’exercer le droit de suffrage du bureau serait incomplette, il sera fait pour
dans tous les cas où la loi constitutionnelle la completter, un nouveau tour de scrutin.
le leur interdit.
VI. Le doyen d’âge présidera l’assemblée
IX. La qualité de citoyen français et la pendant cette premiere élection.
majorité de vingt-cinq ans accomplis, sont
les seules conditions necessaires pour l’éli- VII. Les fonctions des membres du bu-
gibilité à toutes les places de la République. reau seront 1° de garder le registre ou ta-
bleau des citoyens ; 2° d’inscrire sur ce re-
X. En quelque lieu que réside un citoyen gistre, dans l’intervalle d’une convocation à
français, il peut être élu à toutes les places l’autre, ceux qui se presenteront pour être
et par tous les départemens, quand bien admis comme citoyens ; 3° de donner, à
même il serait momentanement prive du ceux qui veulent changer de domicile, un
droit de suffrage par défaut de résidence. certificat qui atteste leur qualité de citoyen ;
4° de convoquer l’assemblée primaire, dans
TITRE III les cas déterminés par la constitution ; 5° de
Des Assemblées primaires faire, au nom de l’assemblee, soit à l’admi-
nistration du département, soit au bureau
des assemblées primaires de la même Com-
Section Premiere
mune, les réquisitions necessaires à l’exer-
Organisation des assemblées primaires
cice du droit de censure.
A RT. Ier . Les assemblées primaires où
VIII. Les membres du bureau seront pro-
les Français doivent exercer leurs droits de
clamés suivant l’ordre de la pluralité des suf-
citoyens, seront distribuées sur le territoire
frages que chacun d eux aura obtenus. Le
de chaque departement et leur arrondis-
premier remplira les fonctions de president ;
sement sera réglé, de maniere qu’aucune
les trois membres qui viendront immédia-
d’elles n’ait moins de quatre cent-cinquante
tement après lui, celles de secrétaires ; et
membres, ni plus de neuf cents.
le reste du bureau, les fonctions de scruta-
II. Il sera fait dans chaque assemblée pri- teurs. Ils seront, dans le même ordre, les
maire, un tableau particulier des citoyens suppléans les uns des autres, en cas d’ab-
qui la composent. sence de quelques uns d’entre eux.

III. Ce tableau formé, on procédera dans IX. A chaque convocation nouvelle d’une
chaque assemblée primaire à la nomination assemblée primaire, il ne sera pas permis
d’un bureau, composé d’autant de membres de s’occuper d’aucun objet, avant que le bu-
qu’il y aura de fois cinquante citoyens ins- reau n’ait été renouvelé. Tout acte antérieur
crits sur le tableau. à ce renouvellement est déclaré nul. Les

64
P LAN DE C ONSTITUTION DE C ONDORCET (1793)

citoyens qui composaient l’ancien bureau, III. Les élections et les délibérations des
pourront néanmoins être réélus. assemblées primaires qui ne seront pas
conformes, par leur nature, par leur objet,
X. Le bureau ne sera point renouvelé ou par leur mode, aux règles prescrites par
lorsque les séances de l’Assemblée seront la loi constitutionnelle, seront nulles et de
simplement ajournées et continuées, tant nul effet.
que l’objet pour lequel elle aura été convo-
quée ne sera pas terminé. Section III
XI. Nul ne pourra être admis à voter pour Regles générales pour les élections dans
la premiere fois dans une assemblée pri- les assemblées
maire, sur le tableau de laquelle il ne serait A RT. Ier . Les élections se feront au moyen
pas inscrit, s’il n’a présenté au bureau, huit de deux scrutins, dont le premier, simple-
jours avant l’ouverture de la tenue de l’As- ment preparatoire, ne servira qu’à former
semblée, les titres qui constatent son droit ; une titre de présentation, et dont le second,
l’ancien bureau en rendra compte à l’Assem- ouvert seulement entre les candidats ins-
blée, qui decidera si le citoyen présenté a crits sur la liste de présentation, sera définitif
rempli, ou non, les conditions exigées par la et consommera l’élection.
constitution.
II. Pour le scrutin de présentation, aus-
sitôt que l’assemblée aura été formée, les
Section II membres reconnus, le bureau établi, et l’ob-
Fonctions des assemblées primaires jet de la convocation annoncé, chaque vo-
tant recevra au bureau un bulletin imprimé,
A RT. Ier . Les citoyens français doivent se
sur lequel on aura inscrit son nom en marge.
réunir en assemblées primaires, pour proce-
der aux élections déterminées par la consti- III. Le scrutin sera ouvert à l’instant
tution. même, et ne sera fermé que dans la séance
du lendemain à quatre heures du soir.
II. Les citoyens français doivent égale- Chaque citoyen écrira, ou fera écrire, sur
ment se réunir en assemblées primaires, son bulletin, un nombre de noms égal à ce-
pour délibérer sur des objets qui concernent lui des places à élire, et viendra pendant cet
l’interêt général de la République ; comme intervalle le déposer au bureau.
1° lorsqu’il s’agit d’accepter ou de refuser
un projet de constitution, ou un change- IV. Dans la séance du second jour, à
ment quelconque à la constitution acceptée ; quatre heures, le bureau procédera à la vé-
2° lorsqu’on propose la convocation d’une rification et au recensement du scrutin, en
Convention nationale ; 3° lorsque le corps lisant à haute voix le nom de chaque votant,
législatif provoque, sur une question qui et les noms de ceux qu’il a inscrits sur son
interesse la République Française entière, bulletin.
l’émission du vœu de tous les citoyens ; 4°
V. Toutes ces opérations se feront publi-
enfin, lorsqu’il s’agit soit de requérir le corps
quement.
législatif de prendre un objet en considera-
tion, soit d’exercer sur les actes de la repré- VI. Le résultat du scrutin de chaque as-
sentation nationale la censure du peuple, semblée primaire, arrêté et proclamé par le
suivant le mode et d’après les règles fixés bureau, sera envoyé au chef-lieu du dépar-
par la constitution. tement, où le recensement des résultats du

65
F RANCE

scrutin de chaque assemblée primaire se au nombre des suppléans, et successive-


fera publiquement par les administrateurs. ment par ceux qui, après eux, auront ob-
tenu le plus de suffrages, en suivant tou-
VII. La liste de présentation sera formée jours entre eux l’ordre de la pluralité.
de ceux qui auront obtenu le plus de voix,
en nombre triple des places à remplir. XII. La liste de présentation, ainsi définiti-
vement arrêtée, et réduite au nombre triple
VIII. S’il y a égalité de suffrages, le plus des sujets à élire, sera envoyée sans dé-
âgé sera préféré dans tous les cas ; et s’il lai par l’administration du département, aux
n’y a qu’une place à remplir, le plus âgé sera assemblées primaires ; l’administration indi-
seul inscrit sur la liste. quera le jour où les assemblées primaires
devront procéder au dernier scrutin d’élec-
IX. Le recensement des résultats des
tion ; mais, sous aucun prétexte, ce terme
scrutins, faits dans les assemblées pri-
ne pourra être plus éloigné que le second
maires, commencera le huitieme jour, après
dimanche après la clôture de la liste de pré-
celui qui aura été indiqué pour l’ouverture
sentation.
de l’élection ; et les scrutins des assemblées
primaires, qui ne seraient remis à l’adminis- XIII. L’assemblee réunie pour le second
tration du département que postérieurement et dernier scrutin, chaque votant recevra au
à cette époque, ne seront point admis. bureau un bulletin à deux colonnes, divisées
chacune en autant de cases qu’il y aura de
X. La liste de présentation des candidats
sujets à nommer.
ne sera point définitivement arrêtée, immé-
L’une de ces colonnes sera intitulée : pre-
diatement après le dépouillement des résul-
miere colonne d’élection ; l’autre, colonne
tats du scrutin des assemblées primaires.
supplémentaire.
L’administration du département sera tenue
de la faire imprimer et publier sans délai. XIV. Chaque votant inscrira, ou fera ins-
Elle ne sera considérée d’abord que comme crire sur la premiere colonne autant d’indivi-
un simple projet, et elle contiendra, 1° la dus qu’il y aura de places à élire ; et ensuite
liste des candidats qui ont obtenu le plus sur la colonne supplémentaire, un nombre
de suffrages, en nombre triple des places de noms égal à celui inscrit sur la premiere
à remplir ; 2° un nombre égal de suppléans, colonne. Ce bulletin ne sera point signé.
pris parmi ceux qui auront recueilli le plus
de voix, après les candidats inscrits les XV. Les suffrages ne pourront porter que
premiers, et en suivant toujours entre eux sur les individus inscrits sur la liste de pré-
l’ordre de la pluralité. sentation.

XI. Dans les 15 jours qui suivront la pu- XVI. Dans chaque assemblée primaire
blication de cette premiere liste, l’adminis- on fera séparément le recensement des suf-
tration du département recevra la déclara- frages portés sur la premiere colonne d’élec-
tion de ceux qui, y étant inscrits, soit au tion, et sur la colonne supplémentaire.
nombre des candidats, soit au nombre des
suppléans, déclareraient qu’ils ne veulent, XVII. Ces résultats seront envoyés au
ou ne peuvent pas accepter, et le quinzieme chef-lieu du département, et n’y seront re-
jour la liste sera définitivement arrêtée, en çus que jusqu’au huitieme jour après celui
remplaçant ceux des candidats qui auront qui aura été indiqué pour l’ouverture du se-
refusé, d’abord par ceux qui seront inscrits cond scrutin.

66
P LAN DE C ONSTITUTION DE C ONDORCET (1793)

XVIII. L’administration du département et définitivement arrêtée conformément aux


procédera publiquement au recensement art. X et XI ; 3° lors du scrutin d’élection,
général des résultats du scrutin, envoyés chaque votant écrira, ou fera écrire le nom
par les assemblées primaires. On recensera de l’individu qu’il préfere, sur la premiere co-
d’abord, particulièrement et separément, le lonne ; et sur la colonne supplémentaire, le
nombre des suffrages donnés à chaque can- nom des six autres individus ; 4° si, lors du
didat sur les premieres colonnes de nomi- recensement général des suffrages, portés
nation, et ensuite sur les colonnes supplé- sur la premiere colonne, l’un des candidats
mentaires. a réuni la majorité absolue, il sera élu ; si
personne n’a obtenu la majorité absolue, on
XIX. Si le résultat des suffrages portés
réunira les suffrages portés en faveur de
sur la premiere colonne ne donne la ma-
chaque candidat sur les deux colonnes : ce-
jorité absolue à personne, on réunira la
lui qui en aura obtenu le plus sera élu ; et les
somme de suffrages que chaque candidat
six candidats qui auront le plus de suffrages
aura obtenus dans les deux colonnes ; et la
après lui, seront les suppléans, dans l’ordre
nomination de tous les sujets à élire, ainsi
de la pluralité.
que leurs suppléans, sera déterminée par
l’ordre de la pluralité. XXIII. Lors du recensement du dernier
scrutin, les bulletins, où l’on aurait donné un
XX. Si un ou plusieurs candidats
ou plusieurs suffrages à des citoyens qui ne
réunissent la majorité absolue par le re-
seraient pas inscrits sur la liste de présen-
censement, des suffrages portés sur la pre-
tation, ainsi que ceux qui ne contiendraient
miere liste ou colonne de nomination, leur
pas sur chaque colonne le nombre de suf-
élection sera consommée, et l’on n’aura re-
frages exigés ci-dessus, seront annullés.
cours à l’addition des suffrages portés sur
les deux colonnes, que pour les candidats XXIV. Le même citoyen pourra être porté,
qui n’auront pas obtenu la majorité absolue à la fois, sur plusieurs listes de présentation,
dans la premiere colonne, et pour les places pour des places différentes.
vacantes après le premier recensement.
XXV. Il y a néanmoins incompatibilité,
XXI. Les suppléans seront d’abord ceux entre toutes les fonctions, publiques et tem-
qui, sur la premiere colonne, ayant obtenu poraires. Nul citoyen ne pourra accepter une
une majorité absolue, auront en le plus fonction nouvelle sans renoncer, par le seul
grand nombre de suffrages, après les su- fait de son acceptation, à celle qu’il exerçait
jets élus ; ensuite ceux qui après les sujets auparavant.
élus, auront eu le plus de suffrages, par
la réunion des deux colonnes, quand bien Section IV
même ils n’auraient obtenu que la pluralité
De la police intérieure des assemblées
relative.
primaires
XXII. Le même mode sera suivi pour les
A RT. Ier . La police intérieure des assem-
nominations à une seule place : mais en
blées primaires appartient essentiellement
ce cas, 1° lors du scrutin de présentation,
et exclusivement à l’assemblée elle-même.
chaque votant n’écrira qu’un nom sur son
bulletin ; 2° la liste de présentation, formée II. La peine la plus forte qu’une assem-
d’après le scrutin, contiendra les noms de blée primaire puisse prononcer contre un
treize candidats, et d’autant de suppléans, de ses membres, après le rappel à l’ordre
jusqu’à ce qu’elle ait été réduite à treize, et la censure, sera l’exclusion de la séance.

67
F RANCE

III. En cas de voies de fait et excès non, avec l’explication précise de la volonté
graves, ou de crimes commis dans l’intérieur que chacun de ces mots exprime.
de la salle des séances, le président pourra,
V. Chaque votant écrira, ou fera écrire
après avoir été autorisé par l’assemblée, dé-
sur son bulletin, oui ou non, et le signera,
cerner des mandats d’amener contre les
ou fera signer en son nom, par l’un des
prévenus, et les faire traduire par-devant
membres du bureau, avant de le déposer
l’officier chargé de la police de sureté.
dans l’urne.
IV. Les citoyens ne pourront se rendre en
VI. Le scrutin ne sera fermé que dans la
armes dans les assemblées primaires.
séance du soir du second jour, à 4 heures ;
et pendant cet intervalle, chaque citoyen
Section V
sera libre de se présenter à l’heure des
Formes des délibérations dans les séances qui lui conviendra le mieux pour
assemblées primaires émettre son vœu.
A RT. Ier . L’assemblée formée, le pré-
VII. Le dépouillement du scrutin sera fait
sident sera connaître l’objet de la délibéra-
à haute voix ; et les membres du bureau
tion, réduit à une question simple, à laquelle
qui rempliront les fonctions de scrutateurs,
on puisse répondre par oui ou par non ; et à
proclameront le nom de chaque votant en
la fin de la séance, il ajournera l’assemblée
même tems que son vœu.
à huitaine, pour porter sa décision.
VIII. Lorsque toutes les assemblées pri-
II. Pendant l’ajournement, le local où l’as-
maires d’un seul département délibéreront
semblée primaire se réunit, sera ouvert,
ensemble sur le même objet, le résultat
tous les jours, aux citoyens qui voudront
du vœu de chaque assemblée, par oui ou
s’y réunir pour discuter l’objet soumis à leur
par non, sera envoyé à l’administration du
délibération.
département, où le résultat général sera
III. La salle sera aussi ouverte, tous les constaté, dans les délais et suivant les
dimanches, aux citoyens qui voudront s’y formes prescrits pour les élections.
réunir ; et le bureau commettra l’un de ses
IX. Dans le cas où toutes les assem-
membres, qui sera chargé de donner lecture
blées primaires de la République auraient
aux citoyens, des différens actes des autori-
été convoquées pour délibérer sur le même
tés constituées, qui seront adressés aux as-
objet, le résultat général des vœux des
semblées primaires, et qui sera également
citoyens de chaque département, sera
chargé de maintenir l’ordre et le calme dans
adressé par chaque administration dans un
ces réunions particulieres et conférences
pareil délai de quinzaine, au corps législatif
des citoyens.
qui constatera et publiera ensuite, dans le
IV. Lorsque l’assemblée sera réunie, au même délai, le résultat général du vœu de
jour indiqué pour émettre son vœu ; le pré- tous les citoyens.
sident rappellera de nouveau l’objet de la
X. Les différens actes où les formes ci-
délibération, et exposera la question, sur la-
dessus prescrites n’auront pas été obser-
quelle on doit répondre par oui ou par non.
vées, seront nuls.
Le bureau sera afficher, dans l’intérieur
de la salle, un placard contenant l’exposé XI. Les assemblées primaires seront
sommaire de la question soumise à l’assem- juges de la validité ou de l’invalidité des suf-
blée ; et sur deux colonnes, les mots oui ou frages qui seront donnés dans leur sein.

68
P LAN DE C ONSTITUTION DE C ONDORCET (1793)

XII. Les administrations de département V. L’agence secondaire de chaque Sec-


prononceront sur les nullités résultantes de tion, sera confiée à un seul citoyen qui
l’inobservation desdites formes ci-dessus pourra avoir des adjoints.
prescrites dans ces divers actes des assem-
VI. La réunion des agens secondaires de
blées primaires, lorsqu’elles auront procédé
chaque Section, avec l’administration muni-
à des élections purement locales et parti-
cipale, formera le conseil général de Com-
culieres à leur département, à la charge
mune.
d’adresser leurs arrêtés au conseil exécu-
tif, qui sera tenu de les confirmer ou de les VII. L’administration de Commune sera
révoquer, et sauf le recours, dans tous les subordonnée à celle du département.
cas, au corps législatif.
VIII. L’organisation des municipalités et
XIII. Lorsque les assemblées primaires de leur agence dans les Sections, les fonc-
délibéreront sur des objets d’intérêt géné- tions particulieres qui leur seront attribuées,
ral, ou qu’elles procéderont à l’élection des et le mode de leur élection par les citoyens
membres du corps législatif, ou desdits fonc- réunis en assemblées de Sections, seront
tionnaires publics qui appartiennent à la Ré- déterminés par une loi indépendante de la
publique entiere, les administrations de dé- constitution.
partement pourront seulement adresser au
IX. Les citoyens de chaque Commune,
corps législatif leurs observations sur les
assemblés dans leurs Sections, ne pourront
nullités des divers actes des assemblées
délibérer que sur les objets qui intéressent
primaires, et le corps législatif prononcera
particulièrement leur Section ou bien leur
définitivement sur leur validité.
Commune ; ils ne peuvent, en aucun cas,
administrer par eux-mêmes.
TITRE IV
X. Les administrateurs des départemens
Des corps administratifs
sont essentiellement chargés de la répar-
tition des contributions directes, de la sur-
Section Premiere veillance des deniers provenans de tous les
De l’organisation et des fonctions des revenus publics dans l’étendue de leur terri-
corps administratifs toire, de l’examen des comptes de l’adminis-
tration des Communes, et de délibérer sur
A RT. Ier . Il y aura, dans chaque départe- les demandes qui peuvent être faites pour
ment, un conseil administratif ; dans chaque l’intérêt de leur département.
Commune une municipalité ; et dans chaque
Section de Commune, une agence inter- XI. Les administrateurs, dans toutes les
ieure subordonnée à la municipalité. parties de la République, doivent être consi-
dérés comme les délégués du gouverne-
II. Le conseil administratif du départe- ment national, pour tout ce qui se rapporte
ment sera compose de dix-huit membres. à l’exécution des lois et à l’administration
générale, et comme les agens particuliers
III. Il y aura un directoire de quatre de la portion de citoyens résidans dans leur
membres. territoire, pour tout ce qui n’est relatif qu’à
leurs intérêts locaux et particuliers.
IV. L’administration de chaque Commune
sera composée de douze membres et du XII. Sous le premier de ces rapports,
maire qui en sera le président. ils sont essentiellement subordonnés aux

69
F RANCE

ordres et à la surveillance du conseil exécu- XIX. Il sera rendu compte au corps légis-
tif. latif, par le conseil exécutif, des suspensions
des divers administrateurs qu’il aura pro-
XIII. Le corps législatif déterminera, par
noncées ou confirmées, en exécution des
des lois particulieres, les regles et le mode
articles précédens, et des motifs qui l’auront
de leurs fonctions, sur toutes les parties de
déterminé.
l’administration qui leur est confiée.
XX. Les administrateurs ne peuvent, en
XIV. Ils ne pourront s’immiscer, en au-
aucun cas, suspendre l’exécution des lois,
cun cas, dans la partie de l’administration
les modifier ou y suppléer par des dispo-
générale, confiée par le gouvernement à
sitions nouvelles, ni rien entreprendre sur
des agens particuliers ; comme l’administra-
l’action de la justice et le mode de son ad-
tion des forces de terre et de mer, et la ré-
ministration.
gie des établissemens, arsenaux, magasins,
ports et constructions qui en dépendent, XXI. Il y aura dans chaque département
sauf la surveillance qui pourra leur être attri- un trésorier correspondant avec la trésore-
buée sur quelqu’un de ces objets, mais dont rie nationale, en ayant sous lui un caissier
l’étendue et le mode seront déterminés par et un payeur.
la loi. Ce trésorier sera nommé par le conseil
administratif du département, et ses com-
XV. Le conseil exécutif choisira, dans mis, présentés par lui, seront agréés par le
chaque administration de département, même conseil.
parmi les membres qui ne seront pas du
directoire, un commissaire national, chargé XXII. Les membres des administrations
de correspondre avec le conseil exécutif, et de déparment et des administrations inté-
de surveiller et requérir l’exécution des lois. rieures ne pourront être mis en jugement
pardevant les tribunaux, pour des faits re-
XVI. Les administrateurs du département latifs à leurs fonctions, qu’en vertu d’une
ont le droit d’annuller les actes des sous- délibération du directoire du département
administrateurs, si ces actes sont contraires pour les administrateurs qui leur sont subor-
aux lois. donnés, et du conseil national exécutif, pour
XVII. Ils peuvent également, dans le les membres de l’administration du départe-
cas d’une désobéissance persévérante des ment, sauf le recours dans tous les cas, à
sous-administrateurs, ou lorsqu’ils compro- l’autorité supérieure du corps législatif.
mettront la sureté et la tranquilité publique,
les suspendre de leurs fonctions, à la Section II
charge d’en instruire, sans délai, le conseil Du mode d’élection des administrateurs
exécutif, qui sera tenu de lever ou de confir- de département
mer la suspension. A RT. Ier . L’élection des administrateurs de
département sera faite immédiatement par
XVIII. Le conseil exécutif sera tenu,
les citoyens de chaque département, réunis
lorsque les administrateurs du département
dans les assemblées primaires, et suivant
n’auront pas usé du pouvoir qui leur est délé-
le mode prescrit dans la section III du titre
gué dans l’article ci-dessus, d’annuller direc-
III.
tement les actes des sous-administrateurs,
et il pourra improuver la conduite des uns et II. En cas de vacance par mort, démis-
des autres, et les suspendre de leurs fonc- sion ou refus d’accepter, dans l’intervalle
tions, s’il y a lieu. qui s’écoulera entre les élections, le citoyen

70
P LAN DE C ONSTITUTION DE C ONDORCET (1793)

nommé sera remplacé par l’un des sup- VI. Il lui est expressément interdit de faire
pléans, en suivant entr’eux l’ordre de la plu- aucunes lois, même provisoires, ou de mo-
ralité des suffrages. difier d’étendre ou d’interpréter les dispo-
sitions de celles qui existent, tous quelque
III. La moitié des membres des corps ad- prétexte que ce soit.
ministratifs sera renouvelée tous les deux
ans, trois mois après l’époque fixée pour VII. Tous les agens de l’administration
l’élection du corps législatif. et du gouvernement dans toutes ses par-
ties sont essentiellement subordonnés au
IV. Les deux premiers membres élus à conseil exécutif ; mais l’administration de
chaque élection, formeront le directoire. la justice est seulement soumise à sa sur-
veillance.

TITRE V VIII. Il est expressément chargé d’annul-


Du conseil exécutif de la République ler les actes des administrateurs, qui se-
raient contraires à la loi, ou qui pourraient
compromettre la tranquillité publique ou la
Section Premiere
sureté de l’Etat.

A RT. Ier . Le conseil exécutif de la Répu- IX. Il peut suspendre de leurs fonctions
blique est composé de sept ministres et d’un les membres des corps administratifs ; mais
secrétaire. à la charge d’en rendre compte sans délai
an corps législatif.
II. Il y aura,
1. un ministre de législation. X. En cas de prévarication de leur part,
2. Un ministre de la guerre. il doit les dénoncer au corps législatif, qui
3. Un ministre des affaires étrangeres. décidera s’ils seront mis en jugement.
4. Un ministre de la marine.
5. Un ministre des contributions pu- XI. Le conseil a le droit de destituer, de
bliques. rappeler, de remplacer les agens civils et
6. Un ministre d’agriculture, de commerce militaires qui sont nommés par lui ou par les
et de manufacture. administrateurs qui lui sont subordonnés ;
7. Un ministre des travaux, secours, éta- et en cas de délit de leur part, d’ordonner
blissemens publics et des arts. qu’ils seront poursuivis pardevant les tribu-
naux qui doivent en connaître.
III. Le conseil exécutif sera présidé alter-
nativement par chacun des ministres, et le XII. Le conseil est chargé de dénoncer
président sera changé tous les quinze jours. aux censeurs judiciaires les actes et juge-
mens par lesquels les juges auraient excédé
IV. Le conseil exécutif est chargé d’exé- les bornes de leurs pouvoirs.
cuter et de faire exécuter toutes les lois et
décrets rendus par le corps exécutif. XIII. La direction et l’inspection des ar-
mées de terre et de mer, et généralement
V. Il est chargé de l’envoi des lois et dé- tout ce qui concerne la défense extérieure
crets aux administrations et aux tribunaux, de l’Etat, est délégué au conseil exécutif.
de s’en faire certifier la réception et d’en Il est chargé de tenir au complet le
justifier au corps législatif. nombre d’hommes qui sera déterminé

71
F RANCE

chaque année par le corps législatif ; de ré- un décret du corps législatif qui ordonne la
gler leur marche et les distribuer sur le terri- mise en jugement.
toire de la République, ainsi qu’il le jugera
convenable ; de pourvoir à leur armement, XXII. Le corps législatif aura le droit de
à leur équipement et à leur subsistance ; de prononcer la mise en jugement d’un ou de
faire et passer pour cet objet tous les mar- plusieurs membres du conseil exécutif dans
chés qui seront nécessaires ; de choisir les une séance indiquée pour cet objet unique.
agens qui doivent les seconder, et faire ob-
XXIII. Il sera fait un rapport sur les faits,
server les lois sur le mode de l’avancement
et la discussion ne pourra s’ouvrir sur la
militaire, et les lois ou réglemens pour la
mise en jugement, qu’après que le membre
discipline des armées.
inculpé aura été entendu.
XIV. Le conseil exécutif fera délivrer les
brévets ou commissions aux fonctionnaires XXIV. En prononçant la mise en juge-
publics qui doivent en recevoir. ment, le corps législatif déterminera s’il y a
lieu de poursuivre la simple destitution, ou
XV. Le conseil exécutif est chargé de la forfaiture.
dresser la liste des récompenses nationales
que les citoyens ont le droit de réclamer XV. Dans le cas où le corps législatif
d’après la loi : cette liste sera présentée au croira devoir poursuivre la destitution, il sera
corps législatif qui y statuera à l’ouverture rédigé dans le délai de trois jours, un acte
de chaque session. énonciatif des faits qui ne pourront être qua-
lifiés.
XVI. Toutes les affaires seront traitées
au conseil, et il sera tenu un registre des XXVI. Un jury national unique sera
décisions. convoqué dans la huitaine, il prononcera
ensuite sur les faits non qualifiés : il y a, ou
XVII. Chaque ministre agira ensuite dans
il n’y a pas lieu à destitution. Et le tribunal,
son département en conformité des arrê-
d’après la déclaration du jury, prononcera
tés du conseil, et prendra tous les moyens
la destitution du membre du conseil, ou le
d’exécution de détail qu’il jugera les plus
renvoi dans ses fonctions.
convenables.

XVIII. L’établissement de la trésorerie na- XVII. Si le corps législatif ordonne la


tionale est indépendant du conseil exécutif. poursuite de la forfaiture, le rapport sur le-
quel le décret aura été rendu et les pieces
XIX. Les ordres généraux de paiement qui lui auront servi de base, seront remis
seront arrêtés an conseil et donnés en son à l’accusateur national, dans le délai de 24
nom. heures, et le jury national d’accusation sera
XX. Les ordres particuliers seront expé- convoqué dans le même délai.
diés ensuite par chaque ministre dans son
XXVIII. Dans tous les cas, soit de simple
département, sous sa seule signature et en
destitution, soit de forfaiture, le décret de
relatant dans l’ordre l’arrêté du conseil et
mise en jugement contre un membre du
la loi qui aura autorisé chaque nature de
conseil exécutif emportera de droit la sus-
dépense.
pension de ses fonctions jusqu’à la pronon-
XXI. Aucun ministre en place ou hors de ciation du jugement. Et pendant l’instruction,
place, ne peut être poursuivi en matiere cri- il sera remplacé par l’un des suppléans choi-
minelle pour fait de son administration sans sis par la voie du fort dans le conseil.

72
P LAN DE C ONSTITUTION DE C ONDORCET (1793)

XXIX. Le corps législatif, en pronon- candidats qui auront obtenu le plus de suf-
çant la mise en jugement d’un membre du frages, pourvu qu’ils en aient recueilli au
conseil exécutif, pourra ordonner, s’il le juge moins cent.
convenable, qu’il sera gardé à vue.
VI. Il sera fait une liste subsidiaire des
XXX. Les décrets du corps législatif, huit candidats qui auront obtenu, après les
sur la mise en jugement d’un membre du treize premiers, le plus de suffrages ; ces
conseil exécutif, seront faits par scrutin si- deux listes énonceront le nombre de voix
gné, et le résultat nominal des suffrages que chacun d’eux aura recueilli.
sera imprimé et publié.
VII. Les listes des départemens, qui ne
XXXI. La destitution d’un membre du contiendront pas le nombre de treize can-
conseil aura lieu pour les cas d’incapacité, didats ayant réuni plus de cent suffrages,
ou de négligence grave. demeureront incomplettes, et seront néan-
moins valables.
XXXII. En cas de mort, de démission,
ou de refus d’accepter, les membres du VIII. Ces listes seront adressées au
conseil exécutif seront remplacés par leurs corps administratif dans le délai de huitaine ;
suppléans, dans l’ordre de leur inscription. il les sera imprimer, et les enverra à tous les
départemens.
XXXIII. En cas de maladie, et d’après
l’autorisation du conseil, ils pourront appe- IX. Six semaines après la publication des
ler momentanément à leurs fonctions, l’un listes de chaque département, le corps lé-
de leurs suppléans, à leur choix. gislatif formera une liste définitive de pré-
sentation de la maniere suivante.
Section II
X. Il supprimera sur la liste de chaque
Du mode d’élection du conseil executif
département les candidats qui auraient dé-
A RT. Ier . L’élection des membres du claré ne pouvoir ou ne vouloir pas accep-
conseil exécutif sera faite immédiatement ter, et il les remplacera par des candidats
par tous les citoyens de la République, dans pris dans la liste subsidiaire de leur dépar-
leurs assemblées primaires. tement, suivant l’ordre de leur inscription.

II. Chaque membre du conseil sera XI. La préférence sera réglée dans la for-
nommé par un scrutin séparé. mation de la liste définitive de présentation
entre les candidats portés sur chaque liste,
III. Pour le scrutin de présentation, par le nombre de départemens dont ils au-
chaque votant désignera dans son bulletin ront obtenu le vœu, et en cas d’égalité, par
le citoyen qu’il croira le plus capable. le nombre de voix qu’ils auront recueilli.

IV. Le résultat des scrutins de chaque as- XII. La liste définitive de présentation
semblée primaire sera envoyé à l’adminis- pour chaque place du conseil sera compo-
tration du département, où le récensement sée de treize candidats.
se fera dans les formes et dans les délais
prescrits par la section III du titre III. XIII. Les assemblées primaires seront
convoquées par le corps législatif, pour pro-
V. Ce récensement fait, l’administration céder, un mois au plus tard après la publica-
du département publiera le nom des treize tion de cette liste, au scrutin d’élection.

73
F RANCE

XIV. Chaque votant portera sur son bulle- XXII. Après la premiere élection, les
tin à deux colonnes, savoir ; sur la premiere, quatre membres du conseil, qui devront être
le candidat qu’il préfere, et sur la seconde, renouvellés les premiers, sortiront par la
les six candidats qu’il jugera dignes de le voie du fort ; et les trois membres qui ne
suppléer. seront pas sortis, ainsi que le secrétaire,
seront renouvelles à l’élection suivante.
XV. Le récensement des résultats du
scrutin des assemblées primaires de
chaque département sera fait par l’adminis- Section III
tration du département, imprimé, publié et Des relations du conseil exécutif avec le
envoyé, dans le délai de huitaine, au corps corps législatif
législatif.
A RT. Ier . Le conseil exécutif est tenu, à
XVI. Dans la quinzaine après l’expiration l’ouverture de la session du corps législatif,
de ce délai, le corps législatif proclamera le de lui présenter chaque année, l’apperçu
résultat général des scrutins des départe- des dépenses à faire, dans chaque partie
mens. de l’administration, et le compte de l’emploi
des sommes qui y étaient destinées pour
XVII. Le candidat qui obtiendra la majo-
l’année précédente : il est chargé d’indiquer
rité absolue par le recensement général des
les abus qui auraient pu s’introduire dans le
suffrages individuels portés sur la premiere
gouvernement.
colonne, sera élu. Si aucun des candidats
n’obtient cette majorité, elle se formera par II. Le conseil exécutif peut proposer au
la réunion et l’addition des suffrages portés corps législatif de prendre en considération
sur les deux colonnes. Celui qui en aura les objets qui lui paraîtraient exiger célérité :
obtenu le plus sera élu. il ne pourra néanmoins, en aucune maniere,
XVIII. Il sera fait des six candidats qui ouvrir son avis sur des dispositions légis-
auront eu le plus de suffrages après le ci- latives, que d’après l’invitation formelle du
toyen élu, une liste de suppléans destinés à corps législatif.
le remplacer.
III. Si, dans l’intervalle des sessions du
XIX. Les dispositions générales sur les corps législatif, l’intérêt de la République
élections, exprimées dans la section III du exige sa prompte réunion, le conseil exécu-
titre III, seront applicables à tous les cas tif sera tenu de le convoquer.
particuliers qui ne sont pas prévus dans les
articles précédens. IV. Les actes de correspondance entre
le corps législatif et le conseil exécutif, se-
XX. Les membres du conseil seront élus ront signés du président du conseil et du
pour deux ans : la moitié sera renouvellée secrétaire.
tous les ans ; mais ils pourront être réélus.
V. Les membres du conseil exécutif se-
XXI. Les assemblées primaires se réuni- ront admis dans le sein du corps législatif,
ront tous les ans, le premier dimanche du lorsqu’ils auront des mémoires à lire, ou des
mois de janvier, pour l’élection des membres éclaircissemens à donner. Ils auront une
du conseil et toutes les élections se seront place marquée.
à la fois et dans les mêmes séances, pour
toutes les places du conseil, quoique par un VI. Le corps législatif pourra aussi appe-
scrutin séparé pour chacune. ler un membre du conseil, pour lui rendre

74
P LAN DE C ONSTITUTION DE C ONDORCET (1793)

compte de ce qui concerne son administra- VII. Il sera nommé trois commissaires
tion, et donner les éclaircissemens et les de la comptabilité nationale de la même ma-
instructions qui lui seront demandés. niere, à la même époque, et suivant le mode
prescrit par les commissaires de la trésore-
TITRE VI rie nationale.
De la Trésorerie nationale et du
VIII. Ils seront également nommés pour
bureau de comptabilité
trois ans ; l’un d’eux sera renouvelé chaque
A RT. Ier . Il y aura trois commissaires année, et ils auront aussi deux suppléans.
de la trésorerie nationale élus comme les
IX. Les commissaires de la comptabilité
membres du conseil exécutif de la Répu-
seront chargés de se faire remettre, aux
blique, et en même tems, mais par un scru-
époques fixees par la loi, les comptes des
tin séparé.
divers comptables appuyés des pieces justi-
II. La durée de leurs fonctions sera de ficatives, et de poursuivre l’apurement et le
trois années, et l’un d’eux sera renouvellé jugement de ces comptes.
tous les ans.
X. Le corps législatif formera chaque an-
III. Les deux candidats qui auront obtenu née, pour cet objet, une liste de deux cents
le plus de suffrages après celui qui aura été jures.
élus, seront ses suppléans.
XI. Pour l’apurement et le jugement de
IV. Les commissaires de la trésorerie se- chaque compte, il sera formé sur cette liste,
ront chargés de surveiller la recette de tous un jury de 2l personnes, parmi lesquelles le
les deniers nationaux, d’ordonner le paie- comptable aura droit d’en récuser sept, et
ment de toutes les dépenses publiques, de le Conseil exécutif sept autres.
tenir un compte ouvert de dépense et de
recette avec tous les receveurs et payeurs XII. Si les récusations ne réduisent pas
qui doivent compter avec la trésorerie na- le nombre du jury à sept, les jurés non récu-
tionale, et d’entretenir, avec les trésoriers sés se réduiront à ce nombre par la voie du
des départemens et les administrations, la fort.
correspondance nécessaire pour assurer la XIII. L’un des commissaires de la comp-
rentrée exacte et réguliere des fonds. tabilité sera chargé de présenter les pieces
V. Ils ne pourront rien payer, sous peine à chaque jure, de lui faire toutes les observa-
de forfaiture, qu’en vertu d’un décret du tions qu’il jugera convenables, et de donner
corps législatif, jusqu’à concurrence des tous les ordres nécessaires pour le mettre
fonds décrétés par lui sur chaque objet, en état de porter sa décision.
d’après une décision du conseil exécutif, et
XIV. La premiere élection des commis-
sur la signature du ministre de chaque dé-
saires de la trésorerie et de la comptabi-
partement.
lité nationale, sera faite à la fois suivant les
VI. Ils ne pourront aussi, sous peine mêmes formes, que pour une place unique,
de forfaiture, ordonner aucun paiement, si quant à la formation de liste de présenta-
l’ordre de dépense, signé par le ministre tion ; mais dans le scrutin de nomination,
du département, que ce genre de dépense chaque votant insérera huit noms sur son
concerne, n’enonce pas la date de la déci- bulletin, trois dans la premiere colonne, et
sion du conseil exécutif et des decrets du cinq dans la colonne subsidiaire. Les sup-
corps législatif qui ont ordonné le paiement. pléans communs aux trois commissaires

75
F RANCE

seront au nombre de cinq ; la même regle juillet ; au lieu qui aura été indiqué par un
sera suivie pour la premiere élection des décret de la législature précédente, ou dans
trois commissaires de la comptabilité. le même lieu de ses dernieres séances, si
elle n’en a pas indique un autre.
TITRE VII VIII. Si pendant la premiere quinzaine ils
Du corps législatif ne sont pas réunis au nombre de plus de
deux cents, ils ne pourront s’occuper d’au-
Section Premiere cun acte législatif ; mais ils enjoindront aux
De l’organisation du corps législatif, du membres absens de se rendre à leurs fonc-
mode d’élection des membres qui le tions sans délai.
composent
IX. Pendant cet intervalle, les séances se
er tiendront sous la présidence du doyen d’âge,
A RT. I . Le corps législatif est un, et sera
composé d’une seule chambre ; il sera re- et dans le cas d’une nécessité urgente, l’As-
nouvelé tous les ans. semblée pourra prendre des mesures de
sureté générale, mais dont l’exécution ne
II. Les membres du corps législatif se-
sera que provisoire, et qui cessera après
ront nommés par les citoyens de chaque dé-
le délai de quinzaine ; si ces mesures ne
partement réunis en assemblées primaires,
sont confirmées par une nouvelle délibéra-
dans les formes et en suivant le mode pres-
tion du corps législatif, après sa constitution
crit par la section III du titre III.
définitive.
III. Les assemblées primaires se réuni- X. Les membres qui ne se seront pas
ront, pour cet objet, le premier dimanche du rendus dans le délai d’un mois, seront rem-
mois de mai de chaque année. placés par leurs suppléans.
IV. Le nombre des députés que chaque XI. La premiere quinzaine expirée, en
département enverra au corps législatif sera quelque nombre que les deputés se
fixe par la seule base de la population, et à trouvent réunis, ou aussitôt qu’ils seront au
raison d’un député par cinquante mille ames. nombre de plus de deux cents, et après
Le nombre des suppléans sera égal à celui avoir vérifié leurs pouvoirs, ils se constitue-
des députés. ront en Assemblée nationale législative ; et
V. Les nombres rompus donneront un lorsque l’Assemblée aura été organisée par
député de plus à chaque département, lors- l’élection du président et des secrétaires,
qu’ils excederont vingt-cinq mille ames, et elle commencera l’exercice de ses fonc-
l’on n’y aura aucun égard lorsqu’ils n’excé- tions.
deront pas ce nombre. XII. Les fonctions du président et des se-
VI. Tous les dix ans, le corps législatif an- crétaires seront temporaires, et ne pourront
noncera le nombre de députés que chaque excéder la durée d’un mois.
département doit fournir, d’après les états XIII. Les membres du corps législatif sont
de population qui lui seront envoyés chaque inviolables ; ils ne pourront être recherchés,
année ; mais dans cet intervalle, il ne pourra accusés, ni jugés, en aucun tems, pour ce
être fait aucun changement à la représenta- qu’ils auront dit ou écrit dans l’exercice de
tion nationale. leurs fonctions.
VII. Les députés de chaque département XIV. Ils pourront, pour fait criminel, être
se réuniront le premier lundi du mois de faisis en flagrant délit ; mais il en sera donné

76
P LAN DE C ONSTITUTION DE C ONDORCET (1793)

avis sans délai au corps législatif, et la pour- 1°. L’établissement annuel de la force de
suite ne pourra être continuée qu’après que terre et de mer ; la permission ou la dé-
le corps législatif aura décidé qu’il y aura fense du passage des troupes étrangeres
lieu à la mise en jugement. sur le territoire Français, et l’introduction des
forces navales étrangeres dans les ports de
XV. Hors le cas du flagrant délit, les
la République ; la fixation annuelle de la dé-
membres du corps législatif ne pourront être
pense publique ; la quotité de l’impôt direct,
amenés devant les officiers de police, ou
et le tarif de l’impôt indirect.
mis en état d’arrestation avant que le corps
législatif n’ait prononcé sur la mise en juge- 2°. Les précautions urgentes de sureté et
ment. de tranquillité ; la distribution annuelle et mo-
mentanée des secours, des travaux publics ;
Section II toute dépense imprévue et extraordinaire ;
Des fonctions du corps législatif les ordres pour la fabrication des monnaies
de toute espece, et les mesures locales ou
A RT. Ier . Au corps législatif seul appar-
particulieres à un département, à une Com-
tient l’exercice plein et entier de la puissance
mune, ou à un genre de travaux, tels que la
législative.
confection d’une grande route, l’ouverture
II. Les lois constitutionnelles et leur ré- d’un canal.
forme sont seules exceptées des disposi-
3°. Les déclarations de guerre, la ratifica-
tions de l’article précédent.
tion des traités et tout ce qui a rapport aux
III. Les actes émanés du corps législatif étrangers.
se divisent en deux classes : les lois et les
décrets. 4°. L’exercice de la responsabilité des
membres du conseil, des fonctionnaires pu-
IV. Les caracteres qui distinguent les pre- blics, et la poursuite et la mise en juge-
miers, sont leur généralité et leur durée in- ment des prévenus de complot ou d’attentat
définie. Les caracteres qui distinguent les contre la sureté générale de la République,
seconds, sont leur application locale ou par- la discipline intérieure de l’Assemblée légis-
ticuliere, et la nécessité de leur renouvelle- lative, et la disposition de la force armée qui
ment à une époque déterminée. sera établie dans la ville où elle tiendra ses
V. Seront compris sous la dénomination séances.
de lois tous les actes concernant la lé-
VII. Les mesures extraordinaires de su-
gislation civile, criminelle et de police, les
reté générale et de tranquillité publique, ne
réglemens généraux sur les domaines et
pourront avoir plus de six mois de durée ; et
établissemens nationaux, sur les diverses
leur exécution cessera de plein droit, à cette
branches d’administration générale et des
époque, si elles ne sont pas renouvellées
revenus publics, sur le titre, le poids, l’em-
par un nouveau décret.
preinte et la dénomination des monnaies,
sur la nature et la répartition des impôts, et
sur les peines nécessaires à établir pour Section III
leur recouvrement. Tenue des séances, et formation de la loi

VI. Seront désignés sous le nom particu- A RT. Ier . Les délibérations du corps légis-
lier de décrets, les actes du corps législatif, latif seront publiques, et les procès-verbaux
concernant, de ses séances seront imprimés.

77
F RANCE

II. Les lois et les décrets seront rendus à après la distribution et l’impression de ces
la majorité absolue des voix. propositions nouvelles qu’il pourra y être dé-
libéré.
III. La discussion ne pourra s’ouvrir que
sur un projet écrit.

IV. Il n’y aura d’exception à cet article XI. L’Assemblée pourra néanmoins accor-
que pour les arrêtés relatifs à la police de der la priorité au premier projet qui lui aura
l’assemblée, à l’ordre et à la marche des dé- été présenté, sur celui du bureau, si elle le
libérations, et aux résolutions qui n’auront juge convenable.
aucun rapport à la législation et à l’adminis-
tration générale de la République.
XII. Toute proposition nouvelle, soit ar-
V. Aucune loi et aucun décret ne pour- ticle additionnel, soit projet de décret, ne
ront être rendus qu’après deux délibéra- pourra être adoptée et décrétée, qu’après
tions, dont la premiere determinera seule- avoir été admise, renvoyée au bureau, et
ment l’admission du projet et son renvoi à qu’elle aura subi l’épreuve d’un nouveau
un nouvel examen, et la seconde aura lieu rapport, conformément aux articles précé-
pour l’adopter ou le rejeter définitivement. dens.
VI. Le projet de loi ou de décret sera re-
mis au président par le membre qui voudra
XIII. Le corps législatif pourra, lorsqu’il
le présenter ; il en sera fait lecture ; et si l’As-
le croira utile à la chose publique, abréger
semblée n’adopte pas la question préalable,
les délais fixés par les articles IX et X ; mais
sur la simple lecture : il sera imprimé, dis-
cette délibération ne pourra être prise qu’au
tribué, et ne pourra être mis en délibération
scrutin et à la majorité des voix.
que huit jours après la distribution, à moins
que l’Assemblée n’abrege ce délai.

VII. Le projet, après la discussion sur XIV. Si l’urgence est adoptée, le corps lé-
les fonds, sur les amendemens et sur gislatif fixera le jour de la délibération, ou or-
les articles additionnels, pourra être rejeté, donnera qu’elle sera prise séance tenante.
ajourné, renvoyé à une Commission, ou ad-
mis.
XV. L’intitulé de la loi ou du décret attes-
VIII. Dans le cas où le projet serait ad- tera que ces formalités ont été remplies par
mis, il sera renvoyé a l’examen du bureau la formule suivante :
qui sera organisé ainsi qu’il sera établi ci- LOI,
après. Proposée le ____ admise et renvoyée au
IX. Le bureau sera tenu de faire son rap- bureau, le ____ rapportée et décrétée le
port dans le délai de quinzaine, et il aura ____ conformément à ce qui est prescrit par
la faculté d’abréger ce délai, autant qu’il le la Constitution ; ou, en vertu de la délibéra-
jugera convenable. tion d’urgence du ____ .

X. Il pourra présenter, soit le même projet,


soit un nouveau projet sur le même objet : XVI. Toute loi ou décret qui aurait été
mais s’il présente un nouveau projet ou des rendu sans que ces formalités aient été rem-
amendemens, et des articles additionnels plies, n’aura pas force de loi, et ne pourra
au projet admis ; ce ne sera que huit jours recevoir aucune exécution.

78
P LAN DE C ONSTITUTION DE C ONDORCET (1793)

Section IV TITRE VIII


Formation du bureau De la censure du peuple sur les actes
de la représentation nationale, et du
A RT. Ier . Il sera formé, tous les mois, dans droit de pétition
le sein du corps législatif, un bureau com-
posé de treize membres, et qui sera chargé A RT. Ier . Lorsqu’un citoyen croira utile
de faire un rapport sur tous les projets de ou nécessaire d’exciter la surveillance des
lois ou de décrets qui auront été admis, et representans du peuple sur des actes de
qui lui seront renvoyés. constitution, de législation ou d’administra-
tion générale, de provoquer la réforme d’une
II. Tous les mois on tirera au fort treize loi existante, ou la promulgation d’une loi
départemens ; chaque députation des dé- nouvelle, il aura le droit de requérir le bureau
partemens sortis par la voie du fort, nom- de son assemblée primaire de la convoquer
mera, au scrutin, un de les membres pour au jour de dimanche le plus prochain, pour
composer le bureau. délibérer sur sa proposition.
Variante. 2. Cette nomination se sera par
II. Cette proposition sera rédigée dans
un double scrutin de présentation ou de ré-
l’acte de réquisition, réduite dans les termes
vocation.
les plus simples, et séparée des motifs qui
ont pu l’appuyer.
III. Le tirage au sort n’aura lieu qu’entre
les départemens qui ne seront pas encore III. Cette réquisition, pour avoir son effet,
sortis. devra être revêtue de l’approbation et de
Variante. 3. La liste de présentation sera la signature de cinquante citoyens résidant
de 26 noms. dans l’arrondissement de la même assem-
blée primaire.
IV. Au bout de six mois, le tirage se re-
nouvellera, mois par mois, entre tous les IV. Le bureau à qui cette réquisition
départemens. sera adressée, vérifiera sur le tableau des
Variante. 4. Le scrutin d’élection se fera membres de l’assemblée primaire, si les
par un bulletin à une seule colonne. Chaque signataires de la réquisition ou de l’appro-
membre de l’Assemblée portera, sur son bation ont droit de suffrage ; et en ce cas il
bulletin, les treize candidats qu’il préférera, sera tenu de convoquer l’assemblée pour le
et la nomination sera déterminée par la plu- dimanche suivant.
ralité des suffrages.
V. Ce jour-là, l’assemblée formée, le pré-
sident donnera lecture de la proposition ;
V. Les départemens qui sortiront une se-
la discussion s’ouvrira à l’instant, et pourra
conde fois, ne pourront nommer les mêmes
être continuée pendant le cours de la se-
membres.
maine ; mais la décision sera ajournée au
Variante. 5. Les membres qui auront été
dimanche suivant.
nommés au bureau, ne pourront plus être
nommés pendant la durée de la législature. VI. An jour indiqué, le scrutin sera ouvert
par oui ou par non, sur la question : Y a-t-il
VI. Chaque bureau conservera les rap- ou n’y a-t-il pas lieu à délibérer ?
ports des projets admis, qui lui auront été
envoyés dans le courant du mois pour le- VII. Si la majorité des votans est d’avis
quel il aura été formé. qu’il y a lieu à délibérer, le bureau sera

79
F RANCE

tenu de requérir la convocation des assem- au corps législatif le résultat de leur déli-
blées primaires, dont les chefs-lieux sont bération, avec l’énonciation de la proposi-
situés dans l’arrondissement de la même tion qu’elles ont adoptée, et le requerra de
Commune, pour délibérer sur l’objet énoncé prendre cet objet en considération.
dans la réquisition.
XIV. Cette réquisition sera sans délai im-
primée, distribuée à tous les membres, affi-
VIII. Le bureau sera renu de joindre à sa
chée dans l’intérieur de la salle, et renvoyée
réquisition, un procès-verbal sommaire de
à des commissaires, pour en faire leur rap-
la délibération de son assemblée, et une co-
port dans huitaine.
pie collationnée de la demande du citoyen
qui a provoqué la délibération. XV. Après le rapport des commissaires,
la discussion s’ouvrira sur la question propo-
IX. Sur cette réquisition, les membres sée : elle sera continuée et ajournée à huit
des bureaux des assemblées primaires, à jours, et il sera statué, au plus tard dans la
qui elle sera adressée, convoqueront leurs quinzaine suivante, sur la question de savoir
assemblées dans les délais prescrits, et en s’il y a ou s’il n’y a pas lieu à délibérer sur
adresseront les résultats au bureau qui le cette proposition.
premier aura fait la réquisition.
XVI. On votera sur cette question par un
X. Si la majorité des votans, dans les scrutin signé, et le résultat nominal des suf-
assemblées primaires de la Commune, dé- frages sera imprimé et envoyé à tous les
clare qu’il y a lieu à délibérer sur la proposi- départemens.
tion, le bureau adressera à l’administration XVII. Si la majorité des voix se décide
du département, le procès-verbal de ses pour l’affirmative, le corps législatif renverra
opérations, et le résultat général des scru- la proposition adoptée à des commissaires,
tins des assemblées primaires de la Com- pour lui présenter un projet de décret dans
mune qui lui auront été adressés ; il requerra un délai qui ne pourra pas excéder celui de
en même tems l’administration, de convo- quinzaine.
quer les assemblées primaires du départe-
ment, pour délibérer sur la même proposi- XVIII. Ce projet de décret sera ensuite
tion. mis à la discussion, rejeté ou admis ; et dans
ce dernier cas, renvoyé au bureau, suivant
XI. La convocation générale ne pourra les règles générales prescrites pour la for-
être refusée : elle aura lieu dans le délai de mation de la loi.
quinzaine, et les assemblées primaires déli-
XIX. Si la majorité des voix rejette la pro-
béreront dans les mêmes formes, et adres-
position, en déclarant qu’il n’y a pas lieu
seront à l’administration du département le
à délibérer, le résultat nominatif du scru-
résultat de leurs délibérations.
tin sera également envoyé à tous les dé-
partemens, dans tous les cas, soit que le
XII. Le dépouillement et le résultat sera
corps législatif admette la proposition ou la
publié et affiché dans le chef-lieu des as-
rejette, la délibération sur la question préa-
semblées primaires du département.
lable pourra être motivée, et sera envoyée
à tous les départemens.
XIII. Si la majorité des assemblées pri-
maires décide qu’il y a lieu à délibérer, XX. Si la révocation du décret qui a pro-
l’administration du département adressera noncé sur la question préalable, ou de la loi

80
P LAN DE C ONSTITUTION DE C ONDORCET (1793)

qui aura été faite sur le fond de la proposi- qu’il aura remplacée, et ne sera renouvelé
tion, est demandée par les assemblées pri- lui-même qu’à l’époque des élections an-
maires d’un autre département, le corps lé- nuelles déterminées par la loi.
gislatif sera tenu de convoquer sur le champ
XXVI. Après le renouvellement du corps
toutes les assemblées primaires de la Ré-
législatif, la nouvelle législature, dans la
publique, pour avoir leur vœu sur cette pro-
quinzaine qui suivra l’époque de sa consti-
position.
tution en assemblée délibérante, sera tenue
XXI. La question sera réduite et posée de remettre à la discussion la question de
dans le décret de la Convention de la ma- la révocation du décret, dans la forme pres-
niere suivante : crite par les articles XV XVI et suivans et la
Y a-t-il lieu à délibérer, oui ou non, sur décision qu’elle rendra sur cet objet, sera
la révocation du décret du corps législatif, également soumise à l’exercice du droit de
en date du ____ qui a admis ou rejeté la censure.
proposition suivante.
XXVII. Seront soumis à l’exercice du
XXII. S’il est décidé à la majorité des droit de censure toutes les lois et généra-
voix, dans les assemblées primaires, qu’il lement tous les actes de la législation, qui
y a lien à délibérer sur la révocation du dé- seraient directement contraires à la consti-
cret, le corps législatif sera renouvelé, et les tution.
membres qui auront voté pour le décret, ne
XXVIII. Seront formellement exceptés
pourront être réélus ni nommés membres
les décrets et les actes de simple administra-
du corps législatif, pendant l’intervalle d’une
tion, les délibérations sur des intérêts locaux
législature.
et partiels, l’exercice de la surveillance et
XXIII. La disposition de l’article précé- de la police sur les fonctionnaires, et les me-
dent, concernant les membres qui auront sure de sureté générale, lorsqu’elles n’au-
voté pour le décret, n’aura pas lieu, si la ront pas été renouvellées.
censure n’est exercée et la révocation de-
XXIX. L’exécution provisoire de la loi sera
mandée, qu’après l’intervalle d’une année,
toujours de rigueur.
à compter du jour de la prononciation du
décret et de la loi. XXX. Le corps législatif pourra, toutes
les fois qu’il le jugera convenable, consulter
XXIV. Si, dans l’intervalle qui peut s’écou-
le vœu des citoyens réunis dans leurs as-
ler entre le décret et l’émission du vœu gé-
semblées primaires, sur des questions qui
néral des assemblées primaires, il y a eu
intéresseront essentiellement la République
une nouvelle élection du corps législatif, et si
entiere. Ces questions seront réduites à la
plusieurs des membres qui auront voté pour
simple alternative par oui ou par non.
le décret, ont été réélus, ils seront tenus, im-
médiatement après que le vœu général sur XXXI. Indépendamment du l’exercice du
la révocation du décret aura été constatée, droit de censure sur les lois, les citoyens
de céder leur place à leurs suppléans. ont le droit d’adresser individuellement ou
collectivement des pétitions aux autorités
XXV. Si le renouvellement du corps lé-
constituées, pour leur intérêt personnel et
gislatif a lieu, en vertu de l’article XXIII,
privé.
l’époque de la réélection annuelle sera
seulement anticipée : le nouveau corps XXXII. Ils seront seulement assujettis,
législatif finira le tems de la législature dans l’exercice de ce droit, à l’ordre pro-

81
F RANCE

gressif établi par la constitution entre les réunis dans les assemblées primaires, et si
diverses autorités constituées. la majorité des votans adopte l’affirmative,
la Convention aura lieu sans délai.
XXXIII. Les citoyens ont aussi le droit de
provoquer la mise en jugement des fonction- VII. Le corps législatif pourra aussi, lors-
naires publics, en cas d’abus de pouvoirs et qu’il le jugera nécessaire, proposer la convo-
de violation de la loi. cation d’une Convention nationale ; mais
elle ne pourra avoir lieu que lorsque la ma-
TITRE IX jorité du peuple Français aura approuvé
Des Conventions nationales cette convocation, et les membres de la lé-
gislature ne pourront, en ce cas, être élus
A RT. Ier . Une Convention nationale sera membres de la Convention nationale.
convoquée toutes les fois qu’il s’agira de
réformer l’acte constitutionnel, de changer VIII. La Convention sera formée de deux
ou modifier quelques-unes de ses parties, membres par départemens, ayant deux sup-
ou enfin d’y ajouter quelques dispositions pléans. Ils seront élus de la même maniere
nouvelles. que les membres des législatures.

II. Le corps législatif sera chargé de IX. La Convention ne pourra s’occuper


cette convocation, lorsqu’elle aura été ju- que de présenter au peuple un projet de
gée nécessaire par la majorité des citoyens constitution, perfectionné et dégagé des dé-
de la République. Il désignera la ville où fauts que l’expérience aurait fait connaître.
la Convention se réunira et tiendra ses
X. Toutes les autorités établies continue-
séances ; mais ce sera toujours à la dis-
ront leur action, jusqu’à ce que la nouvelle
tance de plus de cinquante lieues de la ville
constitution ait été acceptée par le peuple,
où le corps législatif siégera.
suivant le mode réglé par la constitution exis-
III. La Convention et le corps législatif tante, et jusqu’à ce que les nouvelles autori-
auront le droit de changer le lieu de leurs tés aient été formées et mises en activité.
séances ; mais la distance des cinquante
XI. Si projet de réforme de la constitution
lieues sera toujours observée.
est rejeté, dans le courant des deux pre-
IV. Dans la vingtieme année après l’ac- miers mois qui suivront l’époque où le vœu
ceptation de l’acte constitutionnel, le corps du peuple aura été constaté, la Convention
législatif sera tenu d’indiquer une Conven- sera tenue de présenter aux suffrages des
tion, pour revoir et perfectionner la constitu- citoyens les questions sur lesquelles elle
tion. croira devoir connaître leur vœu.

V. Chaque citoyen a le droit de provoquer XII. Le nouveau plan formé d’après


l’appel d’une Convention, pour la réforme de l’expression de ce vœu, sera présenté à
la constitution ; mais ce droit est soumis aux l’acceptation du peuple dans les mêmes
formes et aux regles établies pour l’exercice formes.
du droit de censure.
XIII. S’il est rejeté, la Convention natio-
VI. Si la majorité des votans dans les nale sera dissoute de plein droit, et le corps
assemblées primaires d’un département législatif sera tenu de consulter sur le champ
réclame la convocation d’une Convention les assemblées primaires, pour savoir s’il y
nationale, le corps législatif sera tenu de a lieu à la convocation d’une Convention
consulter sur le champ tous les citoyens nouvelle.

82
P LAN DE C ONSTITUTION DE C ONDORCET (1793)

XIV. Les membres de la Convention ne étendre, en arrêter on suspendre l’exécu-


peuvent être recherchés, accusés, ni jugés tion, entreprendre sur les fonctions adminis-
en aucun tems ; pour ce qu’ils auront dit ou tratives, ni citer devant eux les administra-
écrit dans l’exercice de leurs fonctions ; et teurs pour raison de leurs fonctions.
ils ne pourront être mis en jugement, dans
tout autre cas, que par une décision de la VII. Les juges ne pourront être destitués
Convention elle-même. que pour forfaiture légalement jugée, ni sus-
pendus que par une accusation admise.
XV. La Convention, aussitôt après sa
réunion, pourra régler l’ordre et la marche Section II
de ses travaux, comme elle le jugera conve-
De la justice civile
nable, mais ses séances seront toujours pu-
bliques. A RT. Ier . Le droit des citoyens de termi-
ner définitivement leurs contestations par la
XVI. En aucun cas, la Convention ne voie de l’arbitraire volontaire, ne peut rece-
pourra prolonger ses séances au-delà du voir aucune atteinte par les actes du pouvoir
terme d’une année. exécutif.

II. Il y aura au moins un juge de paix dans


TITRE X
chaque Commune.
De l’administration de la justice
III. Les juges de paix sont chargés spé-
Section Premiere cialement de concilier les parties ; et dans
le cas où ils ne pourraient y parvenir, de pro-
Regles générales
noncer définitivement et sans frais sur leurs
A RT. Ier . Il y aura un code de lois civiles, contestations.
de loi criminelles, qui seront uniformes pour
IV. Le nombre et la compétence des
toute la République.
juges de paix seront déterminés par le corps
II. La justice sera rendue publiquement législatif ; et néanmoins ils ne pourront ja-
par des jurés et par des juges. mais connaître de la propriété et des ma-
tieres criminelles, ni exercer aucune fonction
III. Ces juges seront élus à tems et sala- de police ou d’administration.
riés par la République.
V. La justice de paix ne pourra jamais de-
IV. Ils ne peuvent être renouvellés qu’aux venir un élément ou un degré de la justice
époques déterminées par l’acte constitution- contentieuse.
nel.
VI. Dans toutes les contestations autres
V. Les fonctions judiciaires ne peuvent, que celles qui sont du ressort de la justice
en aucun cas, et sous aucun prétexte, être de paix, les citoyens seront tenus de les
exercées, ni par le corps législatif, ni par le soumettre d’abord à des arbitres choisis par
conseil exécutif, ni par les corps administra- eux.
tifs et municipaux.
VII. En cas de réclamation contre les dé-
VI. Les tribunaux et les juges ne peuvent cisions rendues par les arbitres, en vertu de
s’immiscer dans l’exercice du pouvoir légis- l’article précédent, les citoyens se pourvoî-
latif ; ils ne peuvent interpréter les lois ni les ront devant le jury civil.

83
F RANCE

VIII. Il y aura dans chaque département nommés immédiatement par les assem-
un seul jury civil : il sera composé d’un di- blées primaires du département, dans les
recteur du jury, d’un rapporteur public, d’un formes et suivant le mode prescrits pour les
commissaire national et de jurés. Le nombre nominations individuelles.
des officiers du jury pourra être augmenté
par le corps législatif, suivant les besoins XV. Les fonctions principales du directeur
des départemens. du jury seront de diriger la procédure ; celles
du rapporteur, de faire l’exposé des affaires
IX. Le tableau des jurés civils de chaque devant le jury ; et celles du commissaire na-
département sera formé de la maniere sui- tional seront :
vante : 1°. De requérir et de surveiller l’obser-
1. Dans chaque assemblée primaire on vation des formes et des lois dans les ju-
élira, tous les six mois, un juré sur cent ci- gemens, à rendre, et de faire exécuter les
toyens inscrits sur le tableau. jugemens rendus.
2. Cette élection sera faite par un seul 2°. De défendre les insensés, les interdits,
scrutin et à la simple pluralité relative. les absens, les pupilles, les mineurs et les
3. Chaque votant signera son bulletin ou veuves.
le sera signer en son nom par l’un des
membres du bureau, et n’y portera qu’un
Section III
seul individu, quel que soit le nombre des ju-
De la justice criminelle
rés que son assemblée primaire devra nom-
mer. A RT. Ier . La peine de mort est abolie pour
X. Tous les citoyens résidant dans tous les délits privés.
chaque département seront éligibles par
II. Le droit de faire grâce ne serait que le
chaque assemblée primaire.
droit de violer la loi : il ne peut exister dans
XI. Chaque assemblée primaire enverra un gouvernement libre où la loi est égale
à l’administration du département la liste pour tous.
des citoyens qui auront recueilli le plus de
voix, en nombre du double des jurés qu’elle III. En matiere criminelle, nul citoyen ne
doit nommer ; et l’administration, après avoir peut être jugé que par les jurés, et la peine
formé le tableau des jurés, le sera parvenir sera appliquée par les tribunaux criminels.
sans délai au directeur du jury.
IV. Un premier jury déclarera si l’accusa-
XII. Tout citoyen qui aura été inscrit deux tion doit être admise ou rejetée. Le fait sera
fois dans un tableau de jurés, ne pourra être reconnu et déclaré par le second jury.
tenu d’en exercer de nouveau les fonctions.
V. L’accusé aura la faculté de récuser,
XIII. Le choix des jurés sera fait sur le sans alléguer de motifs, le nombre de jurés
tableau général du département par les par- qui sera déterminé par la loi.
ties. En cas de refus, ce choix sera fait par
le directeur du jury, pour les parties qui re- VI. Les jurés qui déclareront le fait n’en
fusent. En cas d’absence, ce choix sera fait pourront, en aucun cas, être au-dessous du
par le commissaire national pour les parties nombre de douze.
absentes.
VII. L’accusé choisira un conseil ; et s’il
XIV. Le directeur, le rapporteur, le com- n’en choisit pas, le tribunal lui en nommera
missaire national et leurs suppléans seront un.

84
P LAN DE C ONSTITUTION DE C ONDORCET (1793)

VIII. Tout homme acquitté par un jury ne et les jurys civils ; 2° sur les demandes en
peut plus être repris ni accusé à raison du renvoi d’un tribunal à un autre pour cause
même fait. de suspicion légitime ; 3° sur les réglemens
de juges, et sur les prises à partie contre
IX. Il y aura pour chaque tribunal criminel
les juges.
un président, deux juges et un accusateur
Ils casseront les jugemens dans lesquels
public. Ces quatre officiers seront élus à
les formes auront été violées, ou qui contien-
tems par le peuple.
dront une contravention expresse à la loi.
X. Les fonctions de l’accusateur public
seront de dénoncer au directeur du jury, soit II. Les censeurs seront nommés pour
d’office, soit d’après les ordres qui lui se- deux années. Ils seront élus par les assem-
ront donnés par le conseil exécutif ou par le blées primaires de chaque département,
corps législatif ; dans la forme établie pour les nominations
1°. Les attentats contre la liberté indivi- individuelles. Ils seront communs à toute la
duelle des citoyens ; République.
2°. Ceux commis contre le droit des
III. Chaque division de censeurs ne
gens ;
pourra être composée de moins de quatre
3°. La rébellion à l’exécution des juge-
membres et de plus de sept, et ils ne pour-
mens et de tous les actes exécutoires, éma-
ront jamais exercer leurs fonctions dans le
nés des autorités constituées ;
département qui les aura nommés.
4°. Les troubles occasionnés et les voies
de fait commises pour entraver la percep- IV. Ils ne connaîtront point du fond des af-
tion des contributions, la libre circulation faires ; mais après avoir cassé le jugement,
des subsistances et autres objets de com- ils renverront le procès, soit au tribunal cri-
merce ; minel, soit au jury civil qui doit en connaître.
5°. De requérir pendant le cours de l’ins-
truction, pour la régularité des formes ; et V. Lorsqu’après deux cassations, le juge-
avant le jugement, pour l’application de la ment du troisieme tribunal criminel ou jury
loi ; civil sera attaqué par les mêmes moyens
6°. De poursuivre les délits sur les actes que les deux premiers, la question ne pourra
d’accusation admis par les premiers jurés ; plus être agitée devant les censeurs, sans
7°. De surveiller tous les officiers de po- avoir été soumise au corps législatif, qui por-
lice du département, qu’il sera tenu d’avertir tera un décret déclaratoire de la loi, auquel
en cas de négligence, et de dénoncer, dans les censeurs seront tenus de se conformer.
le cas de fautes plus graves, au tribunal cri-
minel. VI. Les commissaires nationaux et les
accusateurs publics pourront sans préju-
Section IV dice du droit des parties intéressées, dé-
Des censeurs judiciaires noncer aux censeurs les actes par lesquels
les juges auraient excédé les bornes de leur
A RT. Ier . Il y aura des censeurs judiciaires pouvoir.
qui iront, à des époques fixes, prononcer
dans chaque département de l’arrondisse- VII. Les censeurs annulleront ces actes,
ment qui sera désigne à cet effet, 1° sur s’il y a lieu ; et dans le cas de forfaiture, le
les demandes en cassation contre les ju- fait sera dénoncé au corps législatif par les
gemens rendus par les tribunaux criminels censeurs qui auront prononcé.

85
F RANCE

VIII. Le corps législatif mettra le tribunal XV. La même formule aura lieu pour les
en jugement, s’il y a lieu, et renverra les pré- décisions des censeurs, qui porteront le
venus devant le tribunal qui doit connaître nom d’actes de censure judiciaire,
de cette matiere.
Section V
IX. Dans le cas où les parties ne se se-
Du jury national
raient pas pourvues contre les jugemens
dans lesquels les formes ou les lois auraient A RT. Ier . Il sera formé un jury national,
été violées, les jugemens auront, à l’égard toutes les fois qu’il s’agira de prononcer sur
des parties, force de chose jugée ; mais ils les crimes de haute-trahison. Ces crimes se-
seront annullés pour l’intérêt public sur la ront expressément déterminés par le code
dénonciation des commissaires nationaux pénal.
et des accusateurs publics. Les juges qui
II. Le tableau du jury national sera com-
les auront rendus, pourront être poursuivis
posé de trois jurés par chaque département,
pour cause de forfaiture.
et d’un nombre égal de suppléans.
X. Le délai pour se pourvoir devant les III. Ils seront élus, ainsi que les sup-
censeurs, ne pourra, en aucun cas, être pléans, par les assemblées primaires de
abrégé ni prorogé pour aucune cause parti- chaque département, suivant les formes
culiere, ni pour aucun individu. prescrites pour les élections.
XI. Dans le premier mois de la session IV. Le jury national se divisera en jurés
du corps législatif, chaque division de cen- d’accusation et en jurés de jugement.
seurs, après avoir remis le résultat de ses
travaux, sera tenue de lui envoyer l’état des V. Il ne sera formé qu’un seul jury na-
jugemens rendus, à côté de chacun des- tional, lorsqu’il s’agira de prononcer sur la
quels seront la notice abrégée de l’affaire simple destitution d’un membre du conseil
et le texte de la loi qui aura déterminé la exécutif de la République.
décision. VI. Les juges du tribunal criminel du dé-
partement dans l’étendue duquel le délit
XII. Dans le cours du mois suivant, le
aura été commis, rempliront auprès du jury
corps législatif se sera rendre compte du
national les fonctions qu’ils exercent pour le
travail des censeurs, des abus qui pour-
jury ordinaire.
ront s’être introduits dans l’exercice de leurs
fonctions et des moyens de perfectionner la VII. Lorsqu’il s’agira d’un délit de haute
législation et l’administration de la justice. trahison commis hors du territoire de la Ré-
publique, ou de la forfaiture encourue par un
XIII. La justice sera rendue au nom de
fonctionnaire public hors du même territoire,
la nation. Les expéditions exécutoires des
le corps législatif choisira par la voie du fort
jugemens des tribunaux criminels, des jurys
entre les sept tribunaux criminels les plus
civils et des juges de paix, seront conçues
voisins du lieu du délit, celui qui devra en
ainsi qu’il suit :
connaître.
La République Française, à tous les ci-
toyens ____ . Le juré civil ou le tribunal de VIII. La même regle sera observée,
____ a rendu le jugement suivant. lorsque des motifs impérieux d’intérêt pu-
Copie du jugement et le nom des juges. blic ne permettront pas que le jury national
La République Française mande et or- se rassemble dans le département où le
donne, &c. &c. délit aura été commis.

86
P LAN DE C ONSTITUTION DE C ONDORCET (1793)

Section VI désignés pour servir de maison d’arrêt, de


Des moyens de garantir la liberté civile maison de justice ou de prison.

A RT. Ier . Les citoyens ne peuvent être dis- IX. Nul gardien ou geolier ne peut rece-
traits des juges que la loi constitutionnelle voir ni retenir aucun homme qu’en venu d’un
leur assigne. mandat, ordonnance de prise de corps, dé-
cret d’accusation ou jugement, et sans que
II. Toute personne saisie en vertu de la la transcription en ait été faite sur son re-
loi, doit être conduite devant l’officier de po- gistre.
lice, et nul ne peut être mis état d’arrestation
ou détenu, 1° qu’en vertu d’un mandat des X. Tout gardien ou geolier représentera
officiers de police ; 2° d’une ordonnance de la personne de détenu à l’officier civil ayant
prise de corps d’un tribunal ; 3° d’un décret la police de la maison de détention, toutes
d’arrestation du corps législatif ; 4° ou d’un les fois qu’il en sera requis par lui.
jugement de condamnation à prison, ou dé- XI. Lorsque la personne détenue ne sera
tention correctionnelle. pas gardée au secret, en vertu d’une or-
donnance du juge, inscrite sur le registre,
III. Toute personne, conduite devant l’offi-
sa représentation ne pourra être refusée à
cier de police, sera interrogée sur le champ,
ses parens et amis porteurs de l’ordre de
ou au plus tard dans les 24 heures, sous
l’officier civil, qui sera toujours tenu de l’ac-
peine de destitution et de prise à partie.
corder.
IV. S’il résulte de l’examen de l’officier de
XII. Toute autre personne que celle á qui
police qu’il n’y a aucun sujet d’inculpation,
la loi donne le droit d’arrestation, qui expé-
la personne détenue sera remise aussitôt
diera, signera, exécutera, ou fera exécuter
en liberté ; et s’il y a lieu de l’envoyer à la
l’ordre d’arrêter un citoyen ; toute personne
maison d’arrêt, elle y sera conduire dans le
qui, dans le cas d’arrestation autorisé par
plus bref délai, qui, en aucun cas, ne pourra
la loi, conduira, recevra ou retiendra un ci-
excéder 3 jours.
toyen dans un lieu de détention non publi-
V. Le directeur du jury d’accusation sera quement et non légalement désigné, et tout
tenu de le convoquer dans le délai d’un mois gardien ou geolier qui contreviendra aux dis-
au plus tard, sous peine de destitution. positions des articles précédens, seront cou-
pables de crime de détention arbitraire, et
VI. Les personnes arrêtées ne peuvent punis comme tels.
être retenues, si elles donnent caution suf-
fisante, dans tous les cas où la loi n’a pas XIII. La maison de chaque citoyen est un
prononcé une peine afflictive ou corporelle. asile inviolable. Pendant la nuit, en ne peut
y entrer que dans les seuls cas d’incendie,
VII. Le corps législatif fixera les regles ou de réclamation de l’intérieur de la mai-
d’après lesquelles les cautionnemens et les son ; et pendant le jour, outre ces deux cas,
peines pécuniaires seront graduées d’une on pourra y entrer, en vertu d’un ordre de
maniere proportionnelle qui ne viole pas les l’officier de police.
principes de l’égalité, et qui ne dénature pas
XIV. La liberté de la presse est indéfi-
la peine.
nie. Nul homme ne peut être recherché ni
VIII. Les personnes détenues par l’auto- poursuivi pour raison des écrits qu’il aura
rité de la loi, ne peuvent être conduites que fait imprimer ou publier, sur quelque matiere
dans les lieux légalement et publiquement que ce soit, sauf l’action en calomnie de la

87
F RANCE

part des citoyens qui en sont l’objet ; contre loi, les moyens les plus prompts d’assurer
l’auteur ou l’imprimeur. l’exécution des jugemens et la poursuite des
accusés dans toute l’étendue de la Répu-
XV. Nul ne pourra être jugé, soit par la
blique.
voie civile, soit par la voie criminelle, pour
fait d’écrits publiés, sans qu’il ait été reconnu VII. Toutes les fois que des troubles dans
et déclaré par un jury : 1° s’il y a délit dans l’intérieur, détermineront le conseil à faire
l’écrit dénonce ; 2° si la personne poursuivie passer une partie de la force publique d’un
en est coupable. département dans un autre, il sera tenu d’en
XVI. Les auteurs conservent la propriété instruire sur le champ le corps législatif.
des ouvrages qu’ils ont fait imprimer ; mais
VIII. Toutes les parties de la force pu-
la loi ne doit la garantie, après l’impression,
blique employées contre les ennemis du
que pendant leur vie seulement.
dehors, agiront sous les ordres du conseil
exécutif.
TITRE XI
De la force publique IX. La force publique est essentiellement
obéissante ; nul corps armé ne peut délibé-
A RT. Ier . La force publique est composée
rer.
de tous les citoyens en état de porter les
armes. X. Les commandans en chef des armées
de terre et de mer ne seront nommés que
II. Elle doit être organisée pour défendre
par commission, et en cas de guerre, ils la
la République contre les ennemis extérieurs,
recevront du conseil exécutif. Elle sera ré-
et assurer au-dedans le maintien de l’ordre
vocable à volonté ; sa durée sera toujours
et l’exécution des lois.
bornée à une campagne, et elle devra être
III. Il pourra être formé des corps sol- renouvellée tous les ans.
dés, tant pour la défense de la République,
contre les ennemis extérieurs, que pour le XI. La loi de discipline militaire aura be-
service de l’intérieur de la République. soin d’être renouvellée chaque année.

IV. Les citoyens ne pourront jamais agir XII. Les commandans de la garde natio-
comme corps armé, pour le service de l’inté- nale seront nommés tous les ans par les
rieur, que sur la réquisition et l’autorisation citoyens de chaque Commune, et nul ne
des officiers civils. pourra commander la garde nationale de
plusieurs Communes.
V. La force publique ne peut être requise
par les officiers civils, que dans l’étendue
de leur territoire. Elle ne peut agir du terri- TITRE XII
toire d’une Commune dans une autre, sans Des contributions publiques
l’autorisation de l’administration du départe-
ment ; et d’un département dans un autre, A RT. Ier . Les contributions publiques ne
sans les ordres du conseil exécutif. doivent jamais excéder les besoins de l’Etat.

VI. Et néanmoins, comme l’exécution des II. Le peuple seul a le droit, soit par lui-
jugemens et la poursuite des accusés ou même, soit par les représentans, de les
des condamnés n’a point de territoire cir- consentir, d’en suivre l’emploi et d’en déter-
conscrit dans une République une et indivi- miner la quotité, l’assiette, le recouvrement
sible, le corps législatif déterminera par une et la durée.

88
P LAN DE C ONSTITUTION DE C ONDORCET (1793)

III. Les contributions publiques seront dé- XI. Seront également rendus publics les
libérées et fixées chaque année par le corps comptes des dépenses particulieres aux dé-
législatif, et ne pourront subsister au-delà partemens et relatives aux tribunaux, aux
de ce terme, si elles n’ont pas été expressé- administrateurs, et généralement à tous les
ment renouvelées. établissemens publics.

IV. Les contributions doivent être égale-


ment réparties entre tous les citoyens, en TITRE XIII et dernier
raison de leurs facultés. Des rapports de la République
Française avec les Nations étrangeres,
V. Néanmoins, la portion du produit de et de ses relations extérieures
l’industrie et du travail, qui sera reconnue
nécessaire à chaque citoyen pour sa sub- A RT. Ier . La République Française ne
sistance, ne peut être assujettie à aucune prendra les armes que pour le maintien de
contribution. sa Liberté, la conservation de son territoire,
et la défense de ses alliés.
VI. Il ne pourra être établi aucune contri-
bution qui, par sa nature ou par son mode, II. Elle renonce solennellement à réunir
nuirait à la libre disposition des propriétés, à son territoire des contrées étrangères, si-
aux progrès de l’industrie et du commerce, non d’après le vœu, librement émis, de la
à la circulation des capitaux, ou entraînerait majorité des habitans, et dans le cas seule-
la violation des droits reconnus et déclarés ment où les contrées, qui solliciteront cette
par la constitution. réunion, ne seront pas incorporées et unies
à une autre Nation, en vertu d’un pacte
VII. Les administrateurs des départe- social, exprimé dans une constitution an-
mens ou des Communes, ne pourront ni éta- térieure et librement consentie.
blir aucune contribution publique, ni faire au-
cune répartition au-delà des sommes fixées III. Dans les pays occupés par les armes
par le corps législatif, ni délibérer ou per- de la République Française, les généraux
mettre, sans y être autorisés par lui, aucun seront tenus de maintenir, par tous les
emprunt local à la charge des citoyens du moyens qui seront à leur disposition, la su-
département ou de la Commune. reté des personnes et des propriétés, et
d’assurer aux citoyens de ces pays, la jouis-
VIII. Les comptes détaillés de la dépense sance entiere de leurs droits naturels, civils
des départemens ministériels, signés, cer- et politiques. Ils ne pourront, sous aucun
tifiés par les ministres, seront rendus pu- prétexte et en aucun cas, protéger, de l’au-
blics chaque année, au commencement de torité dont ils sont revêtus, le maintien des
chaque législature. usages contraires à la liberté et l’égalité na-
turelles, et à la souveraineté des peuples.
IX. Il en sera de même des états de re-
cette des diverses contributions et de tous IV. Dans ses relations avec les Nations
les revenus publics. étrangeres, la République Française respec-
tera les institutions garanties par le consen-
X. Les états de ces dépenses et recettes tement exprès ou tacite de la généralité du
seront distingués suivant leur nature, et ex- peuple.
primeront les sommes touchées et dépen-
sées année par année, dans chaque dépar- V. La déclaration de guerre sera faite par
tement. le corps législatif, et ne sera pas assujettie

89
F RANCE

aux formes prescrites par les autres délibé- pourra être accordée, sinon en vertu d’un
rations ; mais elle ne pourra être décrétée décret du corps législatif, qui ne pourra sta-
qu’à une séance indiquée, au moins trois tuer sur ces objets qu’après avoir entendu
jours à l’avance, par un scrutin signé, et le conseil exécutif.
après avoir entendu le conseil exécutif de la
IX. Les conventions et traités de paix,
République.
d’alliance et de commerce, seront négociés,
VI. En cas d’hostilités imminentes ou au nom de la République Française, par des
commencées, de menaces ou de prépara- agens du conseil exécutif, et chargés de ses
tifs de guerre contre la République Fran- instructions ; mais leur exécution sera sus-
çaise, le conseil exécutif est tenu d’em- pendue, et ne pourra avoir lieu qu’après la
ployer, pour la défense de l’Etat, les moyens ratification du corps législatif.
qui sont remis à la disposition, à la charge
d’en prévenir le corps législatif sans délai. Il X. Les capitulations et suspensions
pourra même indiquer, en ce cas, les aug- d’armes momentanées, consenties par les
mentations de forces, et les nouvelles me- généraux, sont seules exceptées des ar-
sures que les circonstances pourraient exi- ticles précédens.
ger.
VII. Tous les agens de la force publique
1
Vérifiée sur la base de la Gazette Nationale ou le
sont autorises, en cas d’attaque, à repous-
Moniteur Universel, 49 (1793), 229–234 et Gazette Na-
ser une agression hostile, à la charge d’en tionale ou le Moniteur Universel, 50 (1793), 1. Plan de
prévenir sans délai le conseil exécutif. constitution rédigé par Antoine de Condorcet et Tho-
mas Paine, distribué à la Convention le 16 février et
VIII. Aucune négociation ne pourra être discuté, sans être voté, jusqu’à la chute des Girondins
entamée, aucune suspension d’hostilités ne en mai-juin.

90
Déclaration des Droits de l’homme (1793)

Décret de la Convention nationale,


Du 29 mai 1793, l’an second de la république Française1

DÉCLARATION DES DROITS n’est pas défendu par la loi ne peut être em-
DE L’HOMME pêché, & nul ne peut être contraint à faire
ce qu’elle n’ordonne pas.
L A C ONVENTION NATIONALE décrète
ce qui suit : IX. La sûreté consiste dans la protection
accordée par la société à chaque citoyen,
A RTICLE P REMIER . Les droits de pour la conservation de sa personne, de ses
l’homme en société, sont l’égalité, la liberté, biens & de ses droits.
la sûreté, la propriété, la garantie sociale et
la résistance à l’oppression. X. Nul ne doit être accusé, arrêté ni dé-
tenu que dans les cas déterminés par la loi,
II. L’égalité consiste à ce que chacun & selon les formes qu’elle a prescrites2 .
puisse jouir des mêmes droits. Mais tout homme appelé ou saisi par l’au-
III. La loi est l’expression de la vo- torité de la loi doit obéir a l’instant : il se
lonté générale ; elle est égale pour tous, soit rend coupable par la résistance.
qu’elle récompense ou qu’elle punisse, soit
XI. Tout acte exercé contre un homme
qu’elle protége ou qu’elle réprime.
hors des cas & sans3 les formes déterminées
IV. Tous les citoyens sont admissibles à par la loi, est arbitraire & nul. Tout homme
toutes les places, emplois & fonctions pu- contre qui l’on tenteroit d’exécuter un pa-
bliques. Les peuples libres ne connoissent reil acte, a le droit de repousser la force par
d’autres motifs de préférence, dans leurs la force.
choix, que les vertus & les talens.
XII. Ceux qui solliciteroient, expédie-
V. La liberté consiste à pouvoir faire tout roient, signeroient, exécuteroient ou fe-
ce qui ne nuit pas à autrui. roient exécuter des actes arbitraires, seront
Elle repose sur cette maxime : Ne fais coupables & doivent être punis.
pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’ils
te fassent. XIII. Tout homme étant présumé inno-
cent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré cou-
VI. Tout homme est libre de manifester pable, s’il est jugé indispensable de l’arrê-
sa pensée & ses opinions. ter, toute rigueur qui ne seroit pas nécessaire
VII. La liberté de la presse & de tout pour s’assurer de sa personne, doit être sé-
autre moyen de publier ses pensées, ne peut vèrement réprimée par la loi.
être interdite, suspendue, ni limitée.
XIV. Nul ne doit être jugé & puni qu’en
VIII. La conservation de la liberté dé- vertu d’une loi établie, promulguée antérieu-
pend de la soumission à la loi. Tout ce qui rement au délit, & légalement appliquée ;

91
F RANCE

la loi qui puniroit des délits commis avant assurer à chacun la jouissance & la conser-
qu’elle existât, seroit un acte arbitraire. vation de ses droits.
Cette garantie repose sur la souveraineté
XV. L’effet rétroactif donné à la loi est
nationale.
un crime.
XXV. La garantie sociale ne peut exis-
XVI. La loi ne doit décerner que des
ter, si les limites des fonctions publiques ne
peines strictement & évidemment néces-
sont pas clairement déterminées par la loi,
saires ; les peines doivent être proportion-
& si la responsabilité de tous les fonction-
nées aux délits, & utiles à la société.
naires publics n’est pas assurée.
XVII. Le droit de propriété consiste en
XXVI. La souveraineté nationale réside
ce que tout homme est le maître de disposer
essentiellement dans le peuple entier, &
à son gré de ses biens, de ses capitaux, de
chaque citoyen a un droit égal de concourir
ses revenus & de son industrie.
à son exercice : elle est une &5 indivisible,
XVIII. Nul genre de travail, de culture, imprescriptible & inaliénable.
de commerce ne peut lui être interdit ; il
peut fabriquer, vendre & transporter toutes XXVII. Nulle réunion partielle de ci-
espèces4 de productions. toyens & nul individu ne peuvent s’attribuer
la souveraineté.
XIX. Tout homme peut engager ses ser-
vices, son temps ; mais il ne peut se vendre XXVIII. Nul, dans aucun cas, ne peut
lui-même ; sa personne n’est pas une pro- exercer aucune autorité & remplir aucune
priété aliénable. fonction publique, sans une délégation for-
melle de la loi.
XX. Nul ne peut être privé de la moindre
portion de sa propriété sans son consente- XXIX. Dans tout gouvernement libre,
ment, si ce n’est lorsque la nécessité pu- les hommes doivent avoir un moyen légal
blique, légalement constatée, l’exige évi- de résister à l’oppression ; & lorsque ce
demment, & sous la condition d’une juste moyen est impuissant, l’insurrection est le
& préalable indemnité. plus saint des devoirs.

XXI. Nulle contribution ne peut être éta- XXX. Un peuple a toujours droit6 de
blie que pour l’utilité générale, & pour sub- revoir, de réformer & de changer sa Consti-
venir aux besoins publics. Tous les citoyens tution. Une génération n’a pas le droit d’as-
ont droit de concourir personnellement, ou sujettir à ses loix les générations futures ;
par des représentants, à l’établissement des toute hérédité dans les fonctions est absurde
contributions, d’en surveiller l’emploi, & & tyrannique.
de s’en faire rendre compte. Visé par l’inspecteur.
XXII. L’instruction est le besoin de tous, Signé J OSEPH B ECKER.
& la société la doit également à tous ses
membres. 1 Vérifiée sur la base du Décret de la Convention Na-
XXIII. Les secours publics sont une tionale, Du 29 Mai 1793, l’an second de la république
Françoise, Déclaration des Droits de l’homme, Pa-
dette sacrée, & c’est à la loi à en déterminer ris : Imprimerie Nationale Exécutive du Louvre, 1793,
l’étendue & l’application. et comparé avec Archives parlementaires, 1ère série
1787–1799, 95 volumes, textes publiés par Jérôme Ma-
XXIV. La garantie sociale des droits de vidal et Emile Laurent, Paris, Librairie administrative
l’homme consiste dans l’action de tous pour Paul Dupont, 1875–1879, tome LXV, 29 mai 1793,

92
D ÉCLARATION DES D ROITS DE L ’ HOMME (1793)

579–580 ; reproduit de la Collection Baudouin, tome une & indivisible (9 octobre 1793) relatif à l’acte du
29, 233 et procès-verbal tome 12, 128. Déclaration 29 Mai dernier intitulé : Déclaration des Droits de
adoptée par la Convention le 29 mai 1789, mise en l’Homme, Paris : Imprimerie Exécutive du Louvre, an
discussion depuis le 16 avril 1793, et fortement inspi- II.
rée par le plan de constitution présenté en février par 2 En Archives parlementaires, «présentées», 579.

Antoine de Condorcet et Thomas Paine, elle n’entrera 3 Ibid., «dans».

jamais en vigueur par suite du coup d’Etat jacobin des 4 Ibid., 580, «toute espèce».

31 mai - 2 juin. Elle sera annulée par le décret du 18e 5 Ibid., «,».

jour du 1er mois de l’an 2e de la République française 6 Ibid. «le droit».

93
Constitution jacobine (1793)

Acte Constitutionnel précédé de la


Déclaration des droits de l’homme et du Citoyen1

Prèsenté au peuple français par la ce qui est juste et utile à la société : elle ne
Convention nationale de 24 Juin 1793 l’an peut défendre que ce qui lui est nuisible.
2o de la République.
A RT. 5. Tous les Citoyens sont égale-
Le Peuple Français, convaincu que l’oubli ment admissibles aux emplois publics. Les
et le mépris des droits naturels de l’homme Peuples libres ne connaissent d’autres mo-
sont les seules causes des malheurs du tifs de préférence dans leurs élections, que
Monde, a résolu d’exposer, dans une décla- les Vertus et les talents.
ration solennelle, ces droits sacrés et inalié-
A RT. 6. La liberté est le pouvoir qui appar-
nables, afin que tous les citoyens, pouvant
tient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit
comparer sans cesse les actes du gouver-
pas aux droits d’autrui : elle a pour principe,
nement avec le but de toute institution so-
la nature ; pour règle, la justice ; pour sauve-
ciale, ne se laissent jamais opprimer et avilir
garde, la loi ; sa limite morale est dans cette
par la tyrannie ; afin que le peuple ait tou-
maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu
jours devant les yeux les bases de sa liberté
ne veux pas qu’il te soit fait.
et de son bonheur ; le magistrat, la règle de
ses devoirs ; le législateur, l’objet de sa mis- A RT. 7. Le droit de manifester sa pensée
sion. et ses opinions, soit par la voie de la presse,
soit de toute autre manière, le droit de s’as-
En conséquence, il proclame, en pré-
sembler paisiblement, le libre exercice des
sence de l’Être suprême, la déclaration sui-
Cultes, ne peuvent être interdits.
vante des droits de l’homme et du citoyen.
La nécessité d’énoncer ces droits sup-
A RT. 1er . Le but de la société est le bon- pose ou la présence ou le souvenir récent
heur commun. du despotisme.
Le Gouvernement est institué pour ga-
A RT. 8. La sûreté consiste dans la pro-
rantir à l’homme la jouissance de ses droits
tection accordée par la société à chacun
naturels et imprescriptibles.
de ses membres pour la conservation de sa
A RT. 2. Ces droits sont l’égalité, la liberté, personne, de ses droits et de ses propriétés.
la sûreté, la propriété.
A RT. 9. La loi doit protéger la liberté pu-
A RT. 3. Tous les hommes sont égaux par blique et individuelle, contre l’oppression de
la Nature et devant la Loi. ceux qui gouvernent.

A RT. 4. La loi est l’expression libre et so- A RT. 10. Nul ne doit être accusé, arrêté,
lennelle de la volonté générale, elle est la ni détenu, que dans les cas déterminés par
même pour tous, soit qu’elle protége, soit la loi et selon les formes qu’elle a prescrites ;
qu’elle punisse ; elle ne peut ordonner que tout Citoyen appelé ou saisi par l’autorité de

95
F RANCE

la loi, doit obéir à l’instant, il se rend cou- qu’un engagement de soins et de reconnais-
pable par la résistance. sance entre l’homme qui travaille et celui qui
l’employe.
A RT. 11. Tout acte exercé contre un
homme hors des cas et sans les formes que A RT. 19. Nul ne peut être privé de la
la loi détermine, est arbitraire et tyrannique : moindre portion de sa propriété, sans son
celui contre lequel on voudrait l’exécuter par contentement, si ce n’est lorsque la néces-
la violence, a le droit de le repousser par la sité publique légalement constatée l’exige,
force. et sous la condition d’une juste et préalable
A RT. 12. Ceux qui solliciteraient, expé- indemnité.
dieraient, signeraient, exécuteraient ou se-
A RT. 20. Nulle Contribution ne peut être
raient exécuter des actes arbitraires, sont
établie que pour l’utilité générale. Tous les
Coupables et doivent être punis.
Citoyens ont droit de concourir à l’établisse-
A RT. 13. Tout homme étant présumé in- ment des contributions, d’en surveiller l’em-
nocent, jusqu’à ce qu’il ait été déclaré cou- ploi, et de s’en faire rendre compte.
pable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter,
toute rigueur qui ne serait pas nécessaire A RT. 21. Les secours publics sont une
pour s’assurer de sa personne, doit être sé- dette sacrée. La société doit la subsistance
vèrement réprimée par la loi. aux citoyens malheureux, soit en leur procu-
rant du travail, soit en assurant les moyens
A RT. 14. Nul ne doit être jugé et puni, d’exister à ceux qui sont hors d’état de tra-
qu’après avoir été entendu ou légalement vailler.
appelé, et qu’en vertu d’une loi, promulguée
antérieurement au délit : la loi qui punirait A RT. 22. L’Instruction est le besoin de
des délits commis avant qu’elle existât, se- tous. La société doit favoriser de tout son
rait une tyrannie ; l’effet rétroactif, donné à pouvoir les progrès de la raison publique, et
la loi, serait un crime. mettre l’instruction à la portée de tous les
Citoyens.
A RT. 15. La Loi ne doit décerner que des
peines strictement et évidemment néces- A RT. 23. La garantie sociale consiste
saires : les peines doivent être proportion- dans l’action de tous, pour assurer à cha-
nées au délit et utiles à la Société. cun la jouissance et la conservation de ses
A RT. 16. Le droit de propriété est celui droits ; cette garantie repose sur la souve-
qui appartient à tout Citoyen, de jouir et de raineté nationale.
disposer à son gré de ses biens, de ses
A RT. 24. Elle ne peut exister, si les limites
revenus, du fruit de son travail et de son
des fonctions publiques ne sont pas claire-
industrie.
ment déterminées par la loi, et si la respon-
A RT. 17. Nul genre de travail, de culture, sabilité de tous les fonctionnaires n’est pas
de Commerce, ne peut être interdit à l’indus- assurée.
trie des Citoyens.
A RT. 25. La souveraineté réside dans le
A RT. 18. Tout homme peut engager ses Peuple. Elle est une, indivisible, imprescrip-
services, son temps ; mais il ne peut se tible et inaliénable.
vendre ni être vendu. Sa personne n’est
pas une propriété aliénable. La loi ne recon- A RT. 26. Aucune portion du Peuple ne
naît point de domesticité ; il ne peut exister peut exercer la puissance du peuple entier ;

96
C ONSTITUTION JACOBINE (1793)

mais chaque section du souverain assem- ACTE CONSTITUTIONNEL


blée doit jouir du droit d’exprimer sa volonté
avec une entière liberté. De la République
A RT. 27. Que tout individu qui usurperait A RT. 1er . La République Française est
la souveraineté soit à l’instant mis à mort une et indivisible.
par les hommes libres.
De la distribution du Peuple
A RT. 28. Un Peuple a toujours le droit de
revoir, de réformer et de changer sa consti- A RT. 2. Le peuple Français est distribué,
tution. Une génération ne peut assujettir à pour l’exercice de sa souveraineté, en as-
ses lois les générations futures. semblées primaires de cantons.
A RT. 3. Il est distribué, pour l’adminis-
A RT. 29. Chaque citoyen a un droit égal
tration et pour la justice, en départements,
de concourir à la formation de la loi, et à la
districts, municipalités.
nomination de ses mandataires ou de ses
agents.
De l’Etat des Citoyens
A RT. 30. Les fonctions publiques sont es-
A RT. 4. Tout homme né et domicilié en
sentiellement temporaires ; elles ne peuvent
France, âgé de vingt et un ans accomplis ;
être considérées comme des distinctions ni
Tout étranger âgé de vingt et un ans ac-
comme des récompenses, mais comme des
complis, qui, domicilié en France depuis une
devoirs.
année ;
A RT. 31. Les délits des Mandataires du Y vit de son travail ;
Peuple et de ses agents ne doivent jamais Ou acquiert une propriété ;
être impunis. Nul n’a le droit de se prétendre Ou épouse une Française ;
plus inviolable que les autres Citoyens. Ou adopte un enfant ;
Ou nourrit un vieillard ;
A RT. 32. Le droit de présenter des péti- Tout étranger enfin, qui sera jugé par le
tions aux dépositaires de l’autorité publique corps législatif avoir bien mérité de l’huma-
ne peut, en aucun cas, être interdit, sus- nité,
pendu ni limité. Est admis à l’exercice des droits de Ci-
toyen français.
A RT. 33. La résistance à l’oppression
est la conséquence des autres droits de A RT. 5. L’exercice des droits de Citoyen
l’homme. se perd,
Par la naturalisation en pays étranger ;
A RT. 34. Il y a oppression contre le Corps Par l’acceptation de fonctions ou saveurs
social lorsqu’un seul de ses membres est émanées d’un Gouvernement non popu-
opprimé. Il y a oppression contre chaque laire ;
membre lorsque le Corps social est op- Par la Condamnation à des peines infa-
primé. mantes ou afflictives, jusqu’à réhabilitation.
A RT. 35. Quand le Gouvernement viole A RT. 6. L’exercice des droits de Citoyen
les droits du peuple, l’insurrection est pour est suspendu,
le peuple et pour chaque portion du peuple, Par l’état d’accusation ;
le plus sacré des droits et le plus indispen- Par un jugement de contumace, tant que
sable des devoirs. le jugement n’est pas anéanti.

97
F RANCE

De la Souveraineté du Peuple De la Représentation Nationale


A RT. 7. Le peuple souverain est l’univer- A RT. 21. La population est la seule base
salité des Citoyens français. de la représentation nationale.

A RT. 8. Il nomme immédiatement ses dé- A RT. 22. Il y a un député en raison de


putés. quarante mille individus.
A RT. 23. Chaque réunion d’assemblées
A RT. 9. Il délègue à des Electeurs le
primaires, résultant d’une population de
choix des administrateurs, des arbitres pu-
trente neuf mille à quarante et un mille âmes,
blics, des juges criminels et de cassation.
nomme immédiatement un député.
A RT. 10. Il délibère sur les lois. A RT. 24. La nomination se fait à la majo-
rité absolue des suffrages.
Des assemblées primaires
A RT. 25. Chaque assemblée fait le dé-
A RT. 11. Les assemblées primaires se pouillement des suffrages, et envoie un com-
composent des citoyens domiciliés depuis missaire pour le recensement général, au
six mois dans chaque canton. lieu désigné comme le plus central.

A RT. 12. Elles sont composées de deux A RT. 26. Si le premier recensement ne
cents citoyens au moins, de six cents au donne point de majorité absolue, il est pro-
plus, appelés à voter. cédé à un second appel, et on vote entre les
deux citoyens qui ont réuni le plus de voix.
A RT. 13. Elles sont constituées par la no-
A RT. 27. En cas d’égalité de voix, le plus
mination d’un président, de secrétaires, de
âgé a la préférence, soit pour être baloté,
scrutateurs.
soit pour être élu. En cas d’égalité d’âge, le
A RT. 14. Leur Police leur appartient. fort décide.

A RT. 15. Nul n’y peut paraître en armes. A RT. 28. Tout Français, exerçant les
droits de citoyen, est éligible dans l’étendue
A RT. 16. Les élections se sont au scrutin de la République.
ou à haute voix, au choix de chaque votant.
A RT. 29. Chaque député appartient à la
A RT. 17. Une assemblée primaire ne Nation entière.
peut, en aucun cas, prescrire un mode uni-
A RT. 30. En cas de non acceptation, dé-
forme de voter.
mission, déchéance, ou mort d’un député,
A RT. 18. Les scrutateurs constatent le il est pourvu à son remplacement par les
vote des citoyens qui, ne sachant point assemblées primaires qui l’ont nommé.
écrire, préfèrent de voter au scrutin. A RT. 31. Un député qui a donné sa dé-
A RT. 19. Les suffrages sur les lois sont mission ne peut quitter son poste qu’après
donnés par oui et par non. l’admission de son successeur.
A RT. 32. Le Peuple français s’assemble
A RT. 20. Le vœu de l’assemblée primaire
tous les ans, le premier mai, pour les élec-
est proclamé ainsi : Les citoyens réunis en
tions.
assemblée primaire de ____ au nombre de
____ votants, votent pour ou votent contre, A RT. 33. Il y procède, quel que soit le
à la majorité de ____ nombre des citoyens ayant droit d’y voter.

98
C ONSTITUTION JACOBINE (1793)

A RT. 34. Les assemblées primaires se Tenue des Séances du


forment extraordinairement, sur la demande Corps législatif
du cinquième des citoyens qui ont droit d’y
voter. A RT. 45. Les séances de l’Assemblée
nationale sont publiques.
A RT. 35. La convocation se fait, en ce
cas, par la municipalité du lieu ordinaire du A RT. 46. Les procès-verbaux de ses
rassemblement. séances sont imprimés.

A RT. 36. Ces assemblées extraordinaires A RT. 47. Elle ne peut délibérer si elle
ne délibèrent qu’autant que la moitié, plus n’est composée de deux cents membres au
un, des citoyens qui ont droit d’y voter, sont moins ;
présents. A RT. 48. Elle ne peut refuser la parole à
ses membres, dans l’ordre où ils l’ont récla-
Des Assemblées Electorales mée.
A RT. 37. Les citoyens réunis en assem- A RT. 49. Elle délibère à la majorité des
blés primaires, nomment un électeur à rai- présents.
son de deux cents citoyens, présents ou
A RT. 50. Cinquante membres ont le droit
non ; deux depuis trois cent un jusqu’à
d’exiger l’appel nominal.
quatre cents, trois depuis quatre cent un
jusqu’à six cents. A RT. 51. Elle a le droit de censure sur la
conduite de ses membres dans son sein.
A RT. 38. La venue des assemblées élec-
torales, et le mode des élections, sont les A RT. 52. La police lui appartient dans
mêmes que dans les assemblées primaires. le lieu de ses séances, et dans l’enceinte
extérieure qu’elle a déterminée.
Du Corps législatif
Des fonctions du Corps législatif
A RT. 39. Le Corps législatif est un, indivi-
sible et permanent. A RT. 53. Le Corps législatif propose des
lois, et rend des décrets.
A RT. 40. Sa session est d’un an.
A RT. 54. Sont compris sous le nom gé-
A RT. 41. Il se réunit le Ier juillet.
néral de lois, les actes du corps législatif
A RT. 42. L’Assemblée nationale ne peut concernant :
se constituer si elle n’est composée au La Législation Civile et Criminelle ;
moins de la moitié des députés, plus un. L’administration générale des revenus et
des dépenses ordinaires de la République.
A RT. 43. Les députés ne peuvent être re-
Les domaines nationaux ;
cherchés, accusés ni jugés en aucun tems,
Le titre, le poids, l’empreinte et la déno-
pour les opinions qu’ils ont énoncées dans
mination des monnaies ;
le sein du corps législatif.
La nature, le montant, et la perception
A RT. 44. Ils peuvent, pour fait criminel, des contributions ;
être saisis en flagrant délit ; mais le mandat La déclaration de Guerre ;
d’arrêt ni le mandat d’amener ne peuvent Toute nouvelle distribution générale du
être décernés contre eux qu’avec l’autorisa- territoire français ;
tion du corps législatif. L’Instruction publique ;

99
F RANCE

Les honneurs publics à la mémoire des A RT. 58. Le projet est imprimé et envoyé
grands hommes. à toutes les Communes de la République,
sous ce titre : Loi proposée.
A RT. 55. Sont désignés sous le nom par-
A RT. 59. Quarante jours après l’envoi de
ticulier de Décrets, les actes du Corps légis-
la loi proposée, si dans la moitié des dé-
latif concernant :
partements, plus un, le dixième des assem-
L’Etablissement annuel des forces de
blées primaires de chacun d’eux, régulière-
terre et de mer.
ment formées, n’a pas réclamé, le projet est
La permission ou la défense du passage
accepté et devient loi.
des troupes étrangères sur le territoire Fran-
çais ; A RT. 60. S’il y a réclamation, le Corps lé-
L’introduction des forces navales étran- gislatif convoque les assemblées primaires.
gères dans les ports de la République ;
Les mesures de sûreté et de tranquillité De l’intitulé des lois et
générale ;
des décrets
La distribution annuelle et momentanée
des secours et travaux publics. A RT. 61. Les lois, les décrets, les juge-
Les ordres pour la fabrication des mon- ments et tous les actes publics sont intitules :
naies de toute espèce ; Au nom du peuple Français, l’an ____ de la
Les dépenses imprévues et extraordi- République Française.
naires ;
Les mesures locales et particulières à Du Conseil exécutif
une administration, à une Commune, à un
genre de travaux publics ; A RT. 62. Il y a un conseil exécutif com-
La défense du territoire ; posé de vingt-quatre membres.
La ratification des traités ;
A RT. 63. L’assemblée électorale de
La nomination et la destitution des Com-
chaque Département nomme un candidat.
mandants en Chef des armées ;
Le Corps législatif choisit sur la liste géné-
La poursuite de la responsabilité des
rale les membres du conseil.
membres du conseil, des fonctionnaires pu-
blics ; A RT. 64. Il est renouvelé par moitié à
L’accusation des prévenus de complots chaque législature dans les derniers mois
contre la sûreté générale de la République. de sa session.
Tout changement dans la distribution par-
A RT. 65. Le Conseil est chargé de la di-
tielle du territoire français ;
rection et de la surveillance de l’administra-
Les Récompenses Nationales.
tion générale. Il ne peut agir qu’en exécution
des lois et des décrets du corps législatif.
De la formation de la Loi A RT. 66. Il nomme, hors de son sein, les
agents en chef de l’administration générale
A RT. 56. Les projets de loi sont précédés de la République.
d’un rapport.
A RT. 67. Le Corps législatif détermine le
nombre et les fonctions de ces agents.
A RT. 57. La discussion ne peut s’ouvrir,
et la loi ne peut être provisoirement arrêtée A RT. 68. Ces agents ne forment point
que 15 jours après le rapport. un conseil. Ils sont séparés, sans rapports

100
C ONSTITUTION JACOBINE (1793)

immédiats entr’eux. Ils n’exercent aucune A RT. 80. Les administrateurs sont nom-
autorité personnelle. més par les assemblées électorales de Dé-
partement et de District.
A RT. 69. Le conseil nomme, hors de son
sein, les agents extérieurs de la République. A RT. 81. Les municipalités et les adminis-
trations sont renouvellées tous les ans par
A RT. 70. Il négocie les traités. moitié.
A RT. 71. Les membres du conseil, en cas A RT. 82. Les administrateurs et officiers
de prévarication, sont accusés par le corps municipaux n’ont aucun caractère de Repré-
législatif. sentation.
Ils ne peuvent, en aucun cas, modifier les
A RT. 72. Le conseil est responsable de
actes du Corps législatif, ni en suspendre
l’inexécution des lois et des décrets, et des
l’exécution.
abus qu’il ne dénonce pas.
A RT. 83. Le Corps législatif détermine
A RT. 73. Il révoque et remplace les
les fonctions des officiers municipaux et des
agents, à sa nomination.
administrateurs, les règles de leur subordi-
A RT. 74. Il est tenu de les dénoncer, s’il nation, et les peines qu’ils pourront encourir.
y a lieu, devant les autorités judiciaires. A RT. 84. Les séances des municipalités
et des administrations sont publiques.
Des relations du conseil exécutif
avec le Corps législatif De la justice Civile

A RT. 75. Le conseil exécutif réside au- A RT. 85. Le code des lois civiles et cri-
près du corps législatif. Il a l’entrée et une minelles est uniforme pour toute la Répu-
place séparée dans le lieu de ses séances. blique.
A RT. 86. Il ne peut être porté aucune at-
A RT. 76. Il est entendu toutes les fois qu’il
teinte au droit qu’ont Ies citoyens de faire
a un compte à rendre.
prononcer sur leurs différends par des ar-
A RT. 77. Le Corps législatif l’appelle dans bitres de leur choix.
son sein, en tout ou en partie, lorsqu’il le
A RT. 87. La décision de ces arbitres est
juge convenable.
définitive, si les citoyens ne se sont pas ré-
servé le droit de réclamer.
Des corps administratifs et
A RT. 88. Il y a des juges de paix élus par
municipaux Ies citoyens des arrondissements détermi-
A RT. 78. Il y a dans chaque Commune nés par la loi.
de la République une administration munici- A RT. 89. Ils concilient et jugent sans frais.
pale ;
Dans chaque district, une administration A RT. 90. Leur nombre et leur compé-
intermédiaire ; tence sont réglés par le Corps législatif.
Dans chaque Département, une adminis- A RT. 91. Il y a des arbitres publics élus
tration Centrale. par les assemblées électorales.
A RT. 79. Les officiers municipaux sont A RT. 92. Leur nombre et leurs arrondis-
élus par les assemblées de Commune. sements sont fixés par le corps législatif.

101
F RANCE

A RT. 93. Ils connaissent des contesta- Des Contributions publiques


tions qui n’ont pas été terminées définitive-
A RT. 101. Nul Citoyen n’est dispensé
ment par les arbitres privés ou par les juges
de l’honorable obligation de contribuer aux
de paix.
charges publiques.
A RT. 94. Ils délibèrent en public.
Ils opinent à haute voix. De la Trésorerie Nationale
Ils statuent en dernier ressort, sur dé-
A RT. 102. La Trésorerie Nationale est le
fenses verbales, ou sur simple mémoire,
point central des recettes et dépenses de la
sans procédures et sans frais.
République.
Ils motivent leurs décisions.
A RT. 103. Elle est administrée par des
A RT. 95. Les juges de paix et les arbitres agents comptables, nommés par le Conseil
publics sont élus tous les ans. exécutif.

A RT. 104. Ces agents sont surveillés par


De la Justice Criminelle des commissaires nommés par le corps lé-
gislatif, pris hors de son sein, et respon-
A RT. 96. En matière Criminelle, nul ci- sables des abus qu’ils ne dénoncent pas.
toyen ne peut être jugé que sur une accusa-
tion reçue par les jugés ou décrétée par le De la Comptabilité
Corps législatif.
Les accusés ont des conseils choisis par A RT. 105. Les Comptes des agents de la
eux, ou nommés d’office. Trésorerie Nationale et des administrateurs
L’instruction est publique. des derniers publies sont rendus annuel-
Le fait et l’intention sont déclares par un lement à des commissaires responsables,
juré de jugement. nommés par le Conseil exécutif.
La peine est appliquée par un tribunal A RT. 106. Ces vérificateurs sont sur-
criminel. veillés par des commissaires à la nomina-
tion du Corps législatif, pris hors de son
A RT. 97. Les juges criminels sont élus sein et responsables des abus et des er-
tous les ans par les assemblées électorales. reurs qu’ils ne dénoncent pas.
Le corps législatif arrête les comptes.
Du Tribunal de Cassation
Des forces de la République
A RT. 98. Il y a pour toute la République A RT. 107. La force générale de la Répu-
un Tribunal de Cassation. blique est composée du peuple entier.

A RT. 99. Ce tribunal ne connaît point du A RT. 108. La République entretient à sa


fond des affaires. solde, même en temps de paix, une force
Il prononce sur la violation des formes, et armée de terre et de mer.
sur les Contraventions expresses à la loi.
A RT. 109. Tous les Français sont sol-
dats, ils sont tous exercés au maniement
A RT. 100. Les membres de ce Tribunal
des armes.
sont nommés tous les ans par les assem-
blées électorales. A RT. 110. Il n’y a point de généralissime.

102
C ONSTITUTION JACOBINE (1793)

A RT. 111. La différence des grades, leurs A RT. 120. Il donne asile aux étrangers
marques distinctives et la subordination ne bannis de leur patrie pour la cause de la
subsistent que relativement au service et Liberté.
pendant sa durée. Il le refuse aux tyrans.

A RT. 112. La force publique employée A RT. 121. Il ne fait point la paix avec un
pour maintenir l’ordre et la paix dans l’inté- ennemi qui occupe son territoire.
rieur, n’agit que sur la réquisition par écrit
des autorités constituées. De la garantie des droits
A RT. 113. La force publique employée A RT. 122. La Constitution garantit à tous
contre les ennemis du dehors, agit sous les les Français l’égalité, la liberté, la sûreté,
ordres du conseil exécutif. la propriété, la dette publique, le libre exer-
cice des cultes, une instruction commune,
A RT. 114. Nul corps armé ne peut déli-
des secours publics, la liberté indéfinie de
bérer.
la presse, le droit de pétition, le droit de se
réunir en sociétés populaires, la jouissance
Des Conventions nationales de tous les droits de l’homme.
A RT. 115. Si dans la moitié des Dépar- A RT. 123. La République Française ho-
tements, plus un, le dixième des assem- nore la loyauté, le courage, la vieillesse, la
blées primaires de chacun d’eux, réguliè- piété filiale, le malheur. Elle remet le dépôt
rement formées, demandent la révision de de sa Constitution sous la garde de toutes
l’acte Constitutionnel, ou le changement de les vertus.
quelques-uns de ses articles, le corps lé-
A RT. 124. La déclaration des droits et
gislatif est tenu de convoquer toutes les as-
l’acte constitutionnel sont gravés sur des
semblées primaires de la République, pour
tables, au sein du corps législatif, et dans
savoir s’il y a lieu à une Convention natio-
les places publiques.
nale.
Posé par des inspecteurs du Bureau des
A RT. 116. La Convention nationale est
procès verbaux.
formée de la même manière que les Légis-
latures, et en réunit les pouvoirs. S. E. M ONNET, B EZARD

A RT. 117. Elle ne s’occupe, relativement Collationné à l’origine par nous Président
à la Constitution, que des objets qui ont mo- et Sécrétaires de la Convention nationale
tivé sa convocation. à Paris le 25. Juin 1793 l’an 2 de la Répu-
blique.
Des Rapports de la République C OLLOT D ’H ERBOIS, président ; D U -
Française avec les Nations RAND -M AILLANE , SÉCRÉTAIRE , C H . D ELA -
CROIX , SÉCRÉTAIRE , G OSSUIN , D UCOS , P.
étrangères
A. L ALOY2 .
A RT. 118. Le Peuple français est l’ami et
1
l’allié naturel des peuples libres. Vérifiée sur la base du supplément à la Ga-
zette Nationale ou le Moniteur Universel, 178 (27
A RT. 119. Il ne s’immisce point dans le juin 1793), 765–766 et corrigé à l’aide du ma-
nuscrit original conservé en réserve du Musée de
Gouvernement des autres Nations. Il ne
l’histoire de France, Paris sous la côte <AE/I/29,
souffre pas que les autres Nations s’im- pièce n°3, côte origine W Const. 3> accessible
miscent dans le sien. sur http://www.culture.gouv.fr/documentation/archim/

103
F RANCE

accueil.html. L’orthographe, les majuscules et la ponc- quée : par le décret du 10 octobre (19 vendémiaire an
tuation correspondent au manuscrit original chaque II), la Convention décide que «le gouvernement sera
fois que la graphie de celui-ci est certaine. Constitution révolutionnaire jusqu’à la paix».
2
adoptée par la Convention le 24 juin 1793 et ratifiée par Dans le Moniteur, 766, Meaulle comme signataire
le peuple à partir du 9 juillet, elle ne sera jamais appli- ajouté.

104
Constitution de l’an III (1795)

Constitution de la République Française, Proposée au


Peuple français par la Convention nationale1

DÉCLARATION DES DROITS VIII. Nul ne peut être appelé en justice,


ET DES DEVOIRS DE accusé, arrêté ni détenu, que dans les cas
déterminés par la loi, et selon les formes
L’HOMME ET DU CITOYEN qu’elle a prescrites.
L E P EUPLE F RANÇAIS proclame, en pré- IX. Ceux qui sollicitent, expédient,
sence de l’Être Suprême, la déclaration sui- signent, exécutent ou font exécuter des
vante des Droits et des Devoirs de l’homme actes arbitraires, sont coupables et doivent
et du citoyen. être punis.

Droits X. Toute rigueur qui ne serait pas né-


cessaire pour s’assurer de la personne d’un
A RT. I. Les droits de l’homme en so- prévenu, doit être sévèrement réprimée par
ciété, sont la liberté, l’égalité, la sûreté, la la loi.
propriété.
XI. Nul ne peut être jugé qu’après avoir
II. La liberté consiste à pouvoir faire ce été entendu ou légalement appelé.
qui ne nuit pas aux droits d’autrui.
XII. La loi ne doit décerner que des
III. L’égalité consiste en ce que la loi est peines strictement nécessaires et proportion-
la même pour tous, soit qu’elle protége, soit nées au délit.
qu’elle punisse.
L’égalité n’admet aucune distinction de XIII. Tout traitement qui aggrave la
naissance, aucune hérédité de pouvoirs. peine déterminée par la loi, est un crime.

IV. La sûreté résulte du concours de tous XIV. Aucune loi, ni criminelle, ni civile
pour assurer les droits de chacun. ne peur avoir d’effet rétroactif.

V. La propriété est le droit de jouir et de XV. Tout homme peut engager son temps
disposer de ses biens, de ses revenus, du et ses services, mais il ne peut le vendre ni
fruit de son travail et de son industrie. être vendu ; sa personne n’est pas une pro-
priété aliénable.
VI. La loi est la volonté générale, expri-
mée par la majorité ou des citoyens ou de XVI. Toute contribution est établie pour
leurs représentants. l’utilité générale : elle doit être répartie
entre les contribuables, en raison de leurs
VII. Ce qui n’est pas défendu par la loi,
facultés.
ne peut être empêché.
Nul ne peut être contraint à faire ce XVII. La souveraineté réside essentielle-
qu’elle n’ordonne pas. ment dans l’universalité des citoyens.

105
F RANCE

XVIII. Nul individu et nulle réunion par- V. Nul n’est homme de bien s’il n’est
tielle des citoyens, ne peut s’attribuer la franchement et religieusement observateur
Souveraineté. des lois.

XIX. Nul ne peut, sans une délégation VI. Celui qui viole ouvertement les lois,
légale, exercer aucune autorité ni remplir se déclare en état de guerre avec la société.
aucune fonction publique.
VII. Celui qui, sans enfreindre ouver-
XX. Chaque citoyen a un droit égal de tement les lois, les élude par ruse ou par
concourir immédiatement ou médiatement adresse, blesse les intérêts de tous ; il se
à la formation de la loi, à la nomination rend indigne de leur bienveillance et de leur
des représentants du peuple et des fonction- estime.
naires publics.
VIII. C’est sur le maintien des propriétés
XXI. Les fonctions publiques ne peuvent que reposent la culture des terres, toutes les
devenir la propriété de ceux qui les productions, tout moyen de travail, et tout
exercent. l’ordre social.

XXII. La garantie sociale ne peut exister, IX. Tour citoyen doit ses services à la Pa-
si la division des pouvoirs n’est pas établie, trie et au maintien, de la liberté, de l’égalité
si leurs limites ne sont pas fixées, et si la res- et de la propriété, toutes les fois que la loi
ponsabilité des fonctionnaires publics n’est l’appelle à les défendre.
pas assurée.
CONSTITUTION
Devoirs
A RT. 1. La Republique Française est une
A RT. I. La déclaration des droits contient et indivisible.
les obligations des législateurs ; le main-
tien de la société demande que ceux qui la 2. L’universalité des citoyens français est
composent connaissent et remplissent éga- le souverain.
lement leurs devoirs.

II. Tous les devoirs de l’homme et du ci- TITRE PREMIER


toyen dérivent de ces deux principes gravés Division du territoire
par la nature dans tous les cœurs. 3. La France est divisée en ____ départe-
Ne faites pas à autrui ce que vous ne vou- ments.
driez pas qu’on vous fît ; Ces départements sont :
Faites constamment aux autres le bien L’Ain, l’Aisne, l’Allier, les Basses-
que vous voudriez en recevoir. Alpes, les Hautes-Alpes, les Alpes-
III. Les obligations de chacun envers la Maritimes, L’Ardèche, les Ardennes, l’Ar-
société, consistent à la défendre, à la servir, riege, l’Aube, l’Aude, l’Aveyron, Les
à vivre soumis aux lois, et à respecter ceux Bouches du Rhône, Le Calvados, le Can-
qui en sont les organes. tal, la Charente, la Charente-inférieure, le
Cher, la Correze, la Côte-d’or, les Cotes-du-
IV. Nul n’est bon citoyen s’il n’est bon Nord, la Creuse, La Dordogne, le Doubs,
fils, bon père, bon frère, bon ami, bon la Drôme, L’Eure, Eure-et-Loir, Le Fi-
époux. nistere, Le Gard, la Haute-Garonne, le

106
C ONSTITUTION DE L ’ AN III (1795)

Gers, la Gironde, le Golo, L’Hérault, Ille-et- La Guadeloupe, Marie-Galande, la Desi-


Villaine, l’Indre, Indre-et-Loire, l’Isère, le rade, les Saintes, et la partie française de
Jura, Les Landes, le Liamone, Loir-et-Cher, Saint-Martin, La Martinique ; La Guiane
la Loire, la Haute-Loire, la Loire-Inferieure, française et Cayenne, Sainte-Lucie et To-
le Loiret, le Lot, Lot et Garonne, la Lozère, bago ;
Maine-et-Loire, la Manche, la Marne, la L’île de France, les Seychelles, Rodrigue
haute-Marne, la Mayenne, la Meurthe, la et les établissements de Madagascar. L’île
Meuse, le Mont-blanc, le Mont-terrible, de la Réunion ;
le Morbihan, la Moselle, La Niévre, le Les Indes Orientales, Pondichéry, Chan-
Nord, L’Oise, l’Orne, Le Pas-de-Calais, dernagor, Mahé, Karical et autres établisse-
le Puy-de-Dôme, les Basses Pyrénées, les ments.
Hautes-Pyrenées, les Pyrénées-orientales,
Le Bas-Rhin, le haut-Rhin, le Rhône, La
Haute-Saône, Saône-et-Loire, la Sarthe, la
TITRE II
Seine, la Seine-inférieure, Seine-et-Marne, Etat politique des citoyens
Seine-et-Oise, les Deux Sèvres, la Somme,
8. Tout homme né et résidant en France
Le Tarn, Le Var, Vaucluse, la Vendée,
qui, âgé de vingt et un ans accomplis, s’est
la Vienne, la Haute-Vienne, les Vosges,
fait inscrire sur le registre civique de son
L’Yonne .......
canton, qui a demeure depuis, pendant une
4. Les limites des départements peuvent année, sur le territoire de la République, et
être changées ou rectifiées par le Corps lé- qui paie une contribution directe, foncière
gislatif ; mais, en ce cas, la surface d’un dé- ou personnelle, est citoyen Français.
partement ne peut excéder cent myriamètres
quarres (400 lieues quarrées, moyennesI ). 9. Sont citoyens, sans aucune condi-
tion de contribution, les Français qui au-
5. Chaque département est distribué en ront fait une ou plusieurs campagnes, pour
cantons, chaque canton en commune. l’établissement de la République.
Les cantons conservent leurs circonscrip-
tions actuelles. 10. L’étranger devient citoyen Français,
Leurs limites pourront néanmoins être lorsqu’après avoir atteint l’âge de vingt et
changées ou rectifiées par le Corps législa- un ans accomplis, et avoir déclaré l’inten-
tif ; mais, en ce cas, il ne pourra y avoir plus tion de se fixer en France, il y a résidé pen-
d’un myriamètre ; deux lieues moyennes, de dant sept années consécutives, pourvu qu’il
la commune la plus éloignée au chef-lieu y paie une contribution directe, et qu’en
du canton. outre il y possède une propriété foncière ou
un établissement d’agriculture on de com-
6. Les colonies Françaises sont parties merce, ou qu’il ait épousé une Française.
intégrantes de la République, et sont sou-
mises à la même loi constitutionnelle. 11. Les citoyens Français peuvent seuls
voter dans les assemblées primaires et
7. Elles sont divisées en départements, être appellés aux fonctions établies par la
ainsi qu’il suit : Constitution.
L’Ile de Saint-Domingue, dont le Corps
législatif déterminera la division en quatre 12. L’exercice des droits de citoyen se
départements au moins, et en six au plus ; perd ; – 1°. Par la naturalisation en pays
I La lieu moyenne est de 2566 toises.

107
F RANCE

étranger ; – 2°. Par l’affiliation à toute cor- Le domicile requis pour voter dans ses as-
poration étrangère qui supposerait des dis- semblées, s’acquiert par la seule résidence
tinctions de naissance, ou qui exigerait des pendant une année, et il ne se perd que par
vœux de religion ; – 3°. par l’acceptation un an d’absence.
de fonctions ou de pensions offertes par
un gouvernement étranger ; – 4°. par la 18. Nul ne peut se faire remplacer dans
condamnation à des peines afflictives ou les assemblées primaires, ni voter pour le
infamantes, jusqu’ à réhabilitation. même objet dans plus d’une de ces assem-
blées.
13. L’exercice des droits de citoyen est
suspendu : – 1°. Par l’interdiction judiciaire 19. Il y a au moins une assemblée pri-
pour cause de fureur, de démence ou d’im- maire par canton.
bécillité ; 2°. par l’état de débiteur failli, ou Lorsqu’il y en a plusieurs, chacune est
d’héritier immédiat, détenteur à titre gra- composée de 450 citoyens au moins, de 900
tuit de tout ou partie de la succession d’un au plus.
failli ; – 3°. Par l’état de domestique à gages, Ces nombres s’entendent des citoyens
attaché au service de la personne ou du mé- présents ou absents ayant droit d’y voter.
nage ; – 4°. par l’état d’accusation ; – 5°.
par un jugement de contumace, tant que le 20. Les assemblées primaires se consti-
jugement n’est pas anéanti. tuent provisoirement sous la présidence du
plus ancien d’âge ; le plus jeune remplit pro-
14. L’exercice des droits de citoyen n’est visoirement les fonctions de secrétaire.
perdu ni suspendu que dans les cas expri-
més dans les deux articles précédents. 21. Elles sont définitivement constituées
par la nomination, au scrutin, d’un pré-
15. Tout citoyen qui aura résidé sept an-
sident, d’un secrétaire et de trois scruta-
nées consécutives hors du territoire de la
teurs.
République, sans mission ou autorisation
donnée au nom de la Nation, est réputé 22. S’il s’élève des difficultés sur les qua-
étranger ; il ne redevient citoyen Français lités requises pour voter, l’assemblée statue
qu’après avoir satisfait aux conditions pres- provisoirement, sauf le recours au tribunal
crites par l’article 10°. civil du département.
16. Les jeunes gens ne peuvent être ins-
23. En tout autre cas, le corps législatif
crits sur le registre civique, s’ils ne prouvent
prononce seul sur la validité des opérations
on ils savent lire et écrire, et exercer une pro-
des assemblées primaires.
fession mécanique.
Les opérations manuelles de l’agriculture 24. Nul ne peut paraître en armes, dans
appartiennent aux professions mécaniques. les assemblées primaires.
Cet article n’aura d’exécution qu’à comp-
ter de l’an douzième de la République. 25. Leur police leur appartient.

TITRE III 26. Les assemblées primaires se


réunissent : – 1°. Pour accepter ou rejeter
Assemblées primaires
les changements à l’Acte constitutionnels,
17. Les assemblées primaires se com- proposés par les Assemblées de révision. –
posent des citoyens domiciliés dans le 2°. Pour faire les élections qui leur appar-
même canton. tiennent suivant l’Acte constitutionnel.

108
C ONSTITUTION DE L ’ AN III (1795)

27. Elles s’assemblent de plein droit le Trois depuis cinq cent un jusqu’à sept
premier Germinal de chaque année, et pro- cents.
cèdent, selon qu’il y a lieu, à la nomination : Quatre depuis sept cent un jusqu’à neuf
– 1°. Des membres de l’assemblée électo- cents.
rale : – 2°. Du juge de paix et de ses asses-
seurs : – 3°. Du président de l’administra- 34. Les membres des assemblées élec-
tion municipale du canton, ou des officiers torales sont nommés chaque année, et ne
municipaux dans les communes au-dessus peuvent être réélus qu’après un intervalle
de cinq mille habitants. de deux ans.

28. Immédiatement après ces élections, 35. Nul ne pourra être nommé électeur,
il se tient dans les communes au-dessous de s’il n’a vingt-cinq ans accomplis, et s’il ne
cinq mille habitants, des assemblées com- réunit aux qualités nécessaires pour exer-
munales qui élisent les agents de chaque cer les droits de citoyen français, l’une des
commune et leurs adjoints. conditions suivantes, savoir :
Dans les communes au-dessus de six
29. Ce qui se fait dans une assemblée mille habitants, celle d’être propriétaire ou
primaire ou communale au-delà de l’objet usufruitier d’un bien évalué à un revenu
de sa convocation, et contre les formes dé- égal à la valeur locale de deux cents jour-
terminées par la Constitution, est nul. nées de travail ; ou d’être locataire, soit
d’une habitation évaluée à un revenu égal
30. Les assemblées, soit primaires, soit
à la valeur de cent cinquante journées de
communales, ne font aucune autre élection
travail, soit d’un bien rural évalué à deux
que celles qui leur sont attribuées par l’Acte
cents journées de travail.
constitutionnel.
Dans les communes au-dessous de six
31. Toutes les élections se font au scrutin mille habitants, celle d’être propriétaire ou
secret. usufruitier d’un bien évalué à un revenu
égal à la valeur locale de cent cinquante
32. Tout citoyen qui est légalement journées de travail ; ou d’être locataire, soit
convaincu d’avoir vendu ou acheté un suf- d’une habitation évaluée à un revenu égal
frage, est exclu des assemblées primaires et à la valeur de cent journées de travail, soit
communales, et de toute fonction publique, d’un bien rural évalué à cent journées de
pendant vingt ans ; en cas de récidive, il travail.
l’est pour toujours. Et dans les campagnes, celle d’être pro-
priétaire ou usufruitier d’un bien évalué à
TITRE IV un revenu égal à la valeur locale de cent
Assemblées électorales cinquante journées de travail ; ou d’être fer-
mier ou métayer de biens évalués à la valeur
33. Chaque assemblée primaire nomme de deux cents journées de travail.
un électeur à raison de deux cens citoyens, A l’égard de ceux qui seront en même
présents ou absents, ayant droit de voter tems propriétaires ou usufruitiers d’une
dans ladite assemblée. part, et locataires, fermiers ou métayers
Jusqu’au nombre de trois cents citoyens de l’autre, leurs facultés à ces divers titres
inclusivement, il n’est nommé qu’un élec- seront cumulées jusqu’au taux nécessaire
teur. pour établir leur éligibilité.
Il en est nommé deux depuis trois cent
un jusqu’à cinq cents. 36. L’assemblée électorale de chaque

109
F RANCE

département se réunit le 20 Germinal de d’informer le Directoire de l’ouverture et


chaque année, et termine, en une seule de la clôture des assemblées électorales :
session de dix jours au plus, et sans pou- ce commissaire n’en peut arrêter ni sus-
voir s’ajourner, toutes les élections qui se pendre les opérations, ni entrer dans le lieu
trouvent à faire ; après quoi elle est dissoute des séances ; mais il a droit de demander
de plein droit. communication du procès-verbal de chaque
séance, dans les vingt-quatre heures qui la
37. Les assemblées électorales ne
suivent, et il est tenu de dénoncer au Di-
peuvent s’occuper d’aucun objet étranger
rectoire les infractions qui seraient faites à
aux élections dont elles sont chargées ;
l’Acte constitutionnel.
elles ne peuvent envoyer ni recevoir aucune
Dans tous les cas, le Corps législatif pro-
adresse, aucune pétition, aucune députation.
nonce seul sur la validité des opérations des
38. Les assemblées électorales ne assemblées électorales.
peuvent correspondre entr’elles.
39. Aucun citoyen ayant été membre TITRE V
d’une assemblée électorale ne peut prendre Pouvoir législatif
le titre d’électeur, ni se réunir en cette qua-
lité à ceux qui ont été avec lui membres de Dispositions générales
cette même assemblée.
La contravention au présent article est un 44. Le Corps législatif est composé d’un
attentat à la sûreté générale. Conseil des anciens et d’un Conseil des cinq
cents.
40. Les articles 18, 20, 21, 23, 24, 25,
29, 30, 31 et 32 du titre précédent sur les 45. En aucun cas, le Corps législatif ne
assemblées primaires, sont communs aux peut déléguer à un ou à plusieurs de ses
assemblées électorales. membres, ni à qui que ce soit, aucune des
fonctions qui lui sont attribuées par la pré-
41. Les assemblées électorales élisent
sente Constitution.
selon qu’il y a lieu : – 1°. Les membres
du Corps législatif, savoir : les membres du 46. Il ne peut exercer par lui-même, ni
Conseil des anciens, ensuite les membres du par des délégués, le Pouvoir exécutif, ni le
Conseil des cinq cents ; – 2°. Les membres pouvoir judiciaire.
du tribunal de cassation ; – 3° Les hauts
jurés ; – 4°. Les administrateurs de dépar- 47. Il y a incompatibilité entre la qualité
tement ; – 5°. Les président, accusateur pu- de membre du Corps législatif et l’exercice
blic et greffier du tribunal criminel. – 6°. d’un autre Fonction publique, excepté celle
Les juges des tribunaux civils. d’archiviste de la République.

42. Lorsqu’un citoyen est élu par les 48. La loi détermine le mode du rem-
assemblées électorales pour remplacer un placement définitif ou temporaire des fonc-
fonctionnaire mort, démissionnaire ou des- tionnaires publics qui viennent à être élus
titué, ce citoyen n’est élu que pour le temps membres du Corps législatif.
qui restait au fonctionnaire remplacé.
49. Chaque département concourt, à rai-
43. Le commissaire du Directoire exécu- son de sa population seulement, à la nomi-
tif près l’administration de chaque dépar- nation des membres du Conseil des anciens
tement est tenu, sous peine de destitution, et des membres du Conseil des cinq cents.

110
C ONSTITUTION DE L ’ AN III (1795)

50. Tous les dix ans, le Corps législa- 59. Le Corps législatif est permanent :
tif, d’après les états de population qui lui il peut néanmoins s’ajourner à des termes
sont envoyés, détermine le membre des qu’il désigne.
membres de l’un et de l’autre Conseil, que
chaque département doit fournir. 60. En aucun cas les deux Conseils ne
peuvent se réunir dans une même salle.
51. Aucun changement ne peut être fait
dans cette répartition durant cet intervalle. 61. Les fonctions de président et de se-
crétaires ne peuvent excéder la durée d’un
52. Les membres du Corps législatif ne mois, ni dans le Conseil des anciens, ni dans
sont pas représentants du département qui celui des cinq cents.
les a nommés, mais de la Nation entière, et
il ne peut leur être donné aucun mandat. 62. Les deux Conseils ont respective-
ment le droit de police dans le lieu de leurs
53. L’un et l’autre Conseil est renouvellé séances et dans l’enceinte extérieure qu’ils
tous les ans par tiers. ont déterminée.
54. Les membres sortants après trois an- 63. Ils ont respectivement le droit de po-
nées peuvent être immédiatement réélus lice sur leurs membres, mais ils ne peuvent
pour les trois années suivantes, après quoi il prononcer de peine plus forte que la cen-
faudra un intervalle de deux ans pour qu’ils sure, les arrêts pour huit jours, et la prison
puissent être élus de nouveau. pour trois.
55. Nul, en aucun cas, ne peut être 64. Les séances de l’un et l’autre Conseil
membre du Corps législatif durant plus de sont publiques, les assistants ne peuvent ex-
six années consécutives. céder en nombre la moitié des membres
respectifs de chaque Conseil.
56. Si, par des circonstances extraordi- Les procès-verbaux des séances sont im-
naires, l’un des deux Conseils se trouve ré- primés.
duit à moins des deux tiers de ses membres,
il en donne avis au Directoire exécutif, le- 65. Toute délibération se prend par assis
quel est tenu de convoquer sans délai les et levé ; en cas de doute, il se fait un appel
assemblées primaires des départements qui nominal, mais alors les votes sont secrets.
ont des membres du Corps législatif à rem-
placer par l’effet des circonstances. Les as- 66. Sur la demande de cent de ses
semblées primaires nomment sur le champ membres, chaque Conseil peut se former
les électeurs, qui procèdent aux remplace- en comité général et secret, mais seulement
ments nécessaires. pour discuter, et non pour délibérer.

57. Les membres nouvellement élus pour 67. Ni l’un ni l’autre Conseil ne peut
l’un et pour l’autre Conseil se réunissent, créer dans son sein aucun comité perma-
le premier Prairial de chaque année, dans nent.
la commune qui a été indiqué par le Corps Seulement, chaque Conseil à la faculté,
législatif précédent, ou dans la commune lorsqu’une matière lui parait susceptible
même où il a tenu ses dernières séances, d’un examen préparatoire, de nommer
s’il n’en a pas désigné une autre. parmi ses membres une commission spé-
ciale, qui se renferme uniquement dans l’ob-
58. Les deux Conseils résident toujours jet de sa formation.
dans la même commune. Cette commission est dissoute aussitôt

111
F RANCE

que le Conseil a statué sur l’objet dont elle 76. La proposition des lois appartient ex-
était chargée. clusivement au Conseil des cinq cents.
68. Les membres du Corps législatif re- 77. Aucune proposition ne peut être
çoivent une indemnité annuelle ; elle est, délibérée ni résolue dans le Conseil des
dans l’un et l’autre Conseil, fixée à la valeur cinq cents, qu’en observant les formes sui-
de trois mille myriagrammes de froment II vantes :
69. Le Directoire exécutif ne peut faire Il se fait trois lectures de la proposition ;
passer ou séjourner aucun corps de troupes l’intervalle entre deux de ces lectures ne
dans la distance de six myriamètres (douze peut être moindre de dix jours.
lieues moyennes) de la commune où le La discussion est ouverte après chaque
Corps législatif tient ses séances, si ce n’est lecture, et néanmoins après la première on
sur sa réquisition ou avec son autorisation. la seconde le Conseil des cinq cents peut
déclarer qu’il y a lieu à l’ajournement, ou
70. Il y a près du Corps législatif une qu’il n’y a pas lieu à délibérer.
garde de citoyens pris dans la garde natio- Toute proposition doit être imprimée et
nale sédentaire de tous les départements, et distribuée deux jours avant la seconde lec-
choisis par leurs frères d’armes. ture.
Cette garde ne peut être au-dessous de Après la troisième lecture, le Conseil des
quinze cens hommes en activité de service. cinq cents décide s’il y a lieu ou non à
71. Le Corps législatif détermine le l’ajournement.
mode de ce service et sa durée.
78. Toute proposition qui, soumise à
72. Le Corps législatif n’assiste à aucune la discussion, a été définitivement rejettée
cérémonie publique, et n’y envoye point de après la troisième lecture, ne peut être re-
députation. produite qu’après une année révolue.

Conseil des cinq cents 79. Les propositions adoptées par le


Conseil des cinq cents s’appellent résolu-
73. Le Conseil des cinq cents est invaria- tions.
blement fixé à ce nombre.
74. Pour être élu membre du Conseil 80. Le préambule de toute résolution
des cinq cents, il faut être âgé de trente énonce – 1°. Les dates des séances aux-
ans accomplis, et avoir été domicilié sur quelles les trois lectures de la proposition
le territoire de la République pendant les auront été faites ; – 2°. L’acte par lequel il a
dix années qui auront immédiatement pré- été déclaré, après la troisième lecture, qu’il
cédé l’élection. n’y a pas lieu à l’ajournement.
La condition de l’âge de trente ans ne
81. Sont exemptes des formes prescrites
sera point exigible avant l’an septième de
par l’article 77, les propositions reconnues
la République : jusqu’à cette époque, l’âge
urgentes par une déclaration préalable du
de vingt-cinq ans accomplis sera suffisant.
Conseil des cinq cents.
75. Le Conseil des cinq cents ne peut dé- Cette déclaration énonce les motifs de
libérer si la séance n’est composée de deux l’urgence, et il en est fait mention dans le
cens membres au moins. préambule de la résolution.
II 613 quintaux 32 livres.

112
C ONSTITUTION DE L ’ AN III (1795)

Conseil des anciens ne peut être moindre de cinq jours.


La discussion est ouverte après chaque
82. Le Conseil des anciens est composé
lecture.
de deux cents cinquante membres.
Toute résolution est imprimée et distri-
83. Nul ne peut être élu membre du buée deux jours au moins avant la seconde
Conseil des anciens, lecture.
S’il n’est âgé de quarante ans accomplis ;
92. Les résolutions du Conseil des cinq
Si de plus il n’est pas marié ou veuf ;
cents, adoptées par le Conseil des anciens,
Et s’il n’a pas été domicilié sur le terri-
s’appellent lois.
toire de la République pendant les quinze
années qui auront immédiatement précédé 93. Le préambule des lois énonce les
l’élection. dates des séances du Conseil des anciens
auxquelles les trois lectures ont été faites.
84. La condition de domicile exigée par
le présent article et celle prescrite par l’ar- 94. Le décret par lequel le Conseil des
ticle 74, ne concernent point les citoyens anciens reconnaît l’urgence d’une loi, est
qui sont sortis du territoire de la République motivé et mentionné dans le préambule de
avec mission du gouvernement. cette loi.
85. Le Conseil des anciens ne peut déli- 95. La proposition de la loi faite par le
bérer si la séance n’est composée de cent Conseil des cinq cents, s’entend de tous les
vingt-six membres au moins. articles d’un même projet ; le Conseil des
86. Il appartient exclusivement au anciens doit les rejetter tous, ou les approu-
Conseil des anciens d’approuver ou de re- ver dans leur ensemble.
jetter les résolutions du Conseil des cinq 96. L’approbation du Conseil des anciens
cents. est exprimée sur chaque proposition de loi,
87. Aussitôt qu’une résolution du par cette formule, signée du président et
Conseil des cinq cents est parvenue au des secrétaires. Le Conseil des anciens ap-
Conseil des anciens, le président donne lec- prouve...
ture du préambule. 97. Le refus d’adopter pour cause
88. La Conseil des anciens refuse d’ap- d’omission des formes indiquées dans l’ar-
prouver les résolutions du Conseil des cinq ticle 77 du présent titre, est exprimé par
cents qui n’ont point été prises dans les cette formule, signée du président et des
formes prescrites par la Constitution. secrétaires : La Constitution annulle...

89. Si la proposition a été déclarée ur- 98. Le refus d’approuver le fond de la


gente par le Conseil des cinq cents, le loi proposée, est exprimé par cette formule,
Conseil des anciens délibère pour approu- signée du président et des secrétaires : Le
ver ou rejetter l’acte d’urgence. Conseil des anciens ne peut adopter...
90. Si le Conseil des anciens rejette 99. Dans le cas du présent article, le pro-
l’acte d’urgence, il ne délibère point sur jet de loi rejetté ne peut plus être présenté
le fond de la résolution. par le Conseil des cinq cents qu’après une
année révolue.
91. Si la résolution n’est pas précédée
d’un acte d’urgence, il en est fait trois lec- 100. Le Conseil des cinq cents peut néan-
tures : l’intervalle entre deux de cas lectures moins présenter, à quelque époque que ce

113
F RANCE

soit, un projet de loi qui contienne des ar- blées primaires, se rendraient coupables de
ticles faisant partie d’un projet qui a été haute trahison et d’attentat contre la sûreté
rejetté. de la République.
101. Le Conseil des anciens envoie dans 107. Sont déclarés coupables du même
le jour les lois qu’il a adoptées, tant au délit tous citoyens qui mettraient obstacle à
Conseil des cinq cents qu’au Directoire exé- la convocation des assemblées primaires et
cutif. électorales, dans le cas de l’article 106.
102. Le Conseil des anciens peut chan- 108. Les membres du nouveau Corps
ger la résidence du Corps législatif, il législatif se rassemblent dans le lieu où
indique, en ce cas, un nouveau lieu et le Conseil des anciens avait transféré les
l’époque à laquelle les deux Conseils sont, séances.
tenus de s’y rendre. S’ils ne peuvent se réunir dans ce lieu, en
Le décret du Conseil des anciens, sur cet quelque endroit qu’ils se trouvent en majo-
objet, est irrévocable. rité, là est le Corps législatif.
103. Le jour même de ce décret, ni l’un 109. Excepté dans les cas de l’article
ni l’autre des Conseils ne peuvent plus dé- 102, aucune proposition de loi ne peut
libérer dans la commune où ils ont résidé prendre naissance dans le Conseil des an-
jusqu’alors. ciens.
Les membres qui y continueraient leurs
fonctions, se rendraient coupables d’atten- De la garantie des membres du
tat contre la sûreté de la République. Corps législatif
104. Les membres du Directoire exécutif 110. Les citoyens qui sont ou qui ont,
qui retarderaient ou refuseraient de sceller, été membres du Corps législatif ne peuvent
promulguer et envoyer le décret de transla- être recherches, accusés ni jugés en aucun
tion du Corps législatif, seraient coupables temps, pour ce qu’ils ont dit ou écrit dans
du même délit. l’exercice de leurs fonctions.

105. Si, dans les vingt jours après celui 111. Les membres du Corps législatif,
fixé par le Conseil des anciens, la majorité depuis le moment de leur nomination jus-
de chacun des deux Conseils n’a pas fait qu’au trentième jour après l’expiration de
connaître à la République son arrivée au leurs fonctions, ne peuvent être mis en ju-
nouveau lieu indiqué, ou sa réunion dans un gement que dans les formes prescrites par
autre lieu quelconque, les administrateurs les articles qui suivent.
de département, ou, à leur défaut, les tri- 112. Ils peuvent, pour faits criminels,
bunaux civils de département, convoquent être saisis en flagrant délit ; mais il en est
les assemblées primaires pour nommer des donné avis, sans délai, au Corps législa-
électeurs qui procèdent aussitôt à la for- tif, et la poursuite ne pourra être continuée
mation d’un nouveau Corps législatif, par qu’après que le Conseil des cinq cents aura
l’élection de deux cent cinquante députés proposé la mise en jugement, et que le
pour le Conseil des anciens, et de cinq cents Conseil des anciens l’aura décrétée.
pour l’autre Conseil.
113. Hors le cas du flagrant délit, les
106. Les administrateurs de département membres du Corps législatif ne peuvent être
qui, dans le cas de l’article précédent, se- amenés devant les officiers de police, ni mis
raient en retard de convoquer les assem- en état d’arrestation avant que le Conseil

114
C ONSTITUTION DE L ’ AN III (1795)

des cinq cents n’ait proposé la mise en juge- 121. Soit que le prévenu se soit présenté
ment, et que le Conseil des anciens ne l’ait ou non, le Conseil des anciens, après ce dé-
décrétée. lai, et après avoir délibéré dans les formes
prescrites par l’article 91, prononce l’accu-
114. Dans les cas des deux articles pré- sation, s’il y a lieu, et envoie l’accusé devant
cédents, un membre du Corps législatif ne la haute cour de justice, laquelle est tenue
peut être traduit devant aucun autre tribunal d’instruire le procès sans aucun délai.
que la haute cour de justice.

115. Ils font traduits devant la même 122. Toute discussion, dans l’un et dans
cour pour les faits de trahison, de dilapi- l’autre Conseil, relative à la prévention ou
dation, de manœuvres pour renverser la à l’accusation d’un membre du Corps légis-
Constitution, et d’attentat contre la sûreté latif, se fait en Conseil général.
intérieure de la République. Toute délibération sur les mêmes objets
est prise à l’appel nominal et au scrutin se-
116. Aucune dénonciation contre un cret.
membre du Corps, législatif ne peut don-
ner lieu à poursuite, si elle n’est rédigée par 123. L’accusation prononcée contre un
écrit, signée et adressée au Conseil des cinq membre du Corps législatif entraîne suspen-
cents. sion.
S’il est acquitté par le jugement de la
117. Si, après y avoir délibéré en la haute cour de justice, il reprend ses fonc-
forme prescrite par l’article 77, le Conseil tions.
des cinq cents admet la dénonciation, il le
déclare en ces termes :
La dénonciation contre ____ pour le fait
de ____ datée du ____ signée de ____ est Relations des deux
admise. Conseils entr’eux

118. L’inculpé est alors appelé : il a pour


124. Lorsque les deux Conseils sont dé-
comparaître un délai de trois jours francs ;
finitivement constitués, ils s’en avertissent
et lorsqu’il comparaît, il est entendu dans
mutuellement par un messager d’Etat.
l’intérieur du lieu des séances du Conseil
des cinq cents.
125. Chaque Conseil nomme quatre mes-
119. Soit que l’inculpé se soit présenté sagers d’Etat pour son service.
ou non, le Conseil des cinq cents déclare,
après ce délai, s’il y a lieu ou non, à l’exa-
126. Ils portent à chacun des Conseils
men de sa conduite.
et au Directoire exécutif les lois et actes
120. S’il est déclaré par le Conseil des du Corps législatif ; ils ont entrée à cet effet
cinq cents qu’il y a lieu à examen, le pré- dans le lieu des séances du Directoire exécu-
venu est, appellé par le Conseil des anciens : tif. Ils marchent précédés de deux huissiers.
il a pour comparaître un délai de deux jours
francs ; et s’il comparaît, il est entendu dans 127. L’un des Conseils ne peut s’ajour-
l’intérieur du lieu des séances du Conseil ner au-delà de cinq jours sans le contente-
des anciens. ment de l’autre.

115
F RANCE

Promulgation des lois législatif, ou ministres.


La disposition du présent article ne sera
128. Le Directoire exécutif fait sceller et
observée qu’à commencer de l’an neuvième
publier les lois et les autres actes du Corps
de la République.
législatif, dans les deux jours après leur ré-
ception. 136. A compter du premier jour de l’an
129. Il fait sceller et promulguer dans le cinquième de la République, les membres
jour les lois et les actes du Corps législatif du Corps législatif ne pourront être élus
qui sont précédés d’un décret d’urgence. membres du Directoire ni ministres, soit
pendant la durée de leurs fonctions législa-
130. La publication de la loi et des actes tives, soit pendant la première année après
du Corps législatif est ordonnée en la forme l’expiration de ces mêmes fonctions.
suivante :
«Au nom de la République française (loi ) 137. Le Directoire est partiellement
ou ( acte du corps législatif) ____. Le Direc- renouvellé, par l’élection d’un nouveau
toire ordonne que la loi ou l’acte législatif membre, chaque année.
ci-dessus sera publié, exécuté, et qu’il sera Le sort décidera, pendant les quatre pre-
muni du sceau de la République. mières années, de la sortie successive de
131. Les lois dont le préambule n’atteste ceux qui auront été nommés la première
pas l’observation des formes prescrites par fois.
les articles 77 et 91, ne peuvent être pro-
138. Aucun des membres sortants ne
mulguées par le Directoire exécutif, et sa
peut être réélu qu’après un intervalle de
responsabilité à cet égard dure six années.
cinq ans.
Sont exceptées les lois pour lesquelles
l’acte d’urgence a été approuvé par le 139. L’ascendant et le descendant en
Conseil des anciens. ligue directe, les frères, l’oncle et le neveu,
les cousins au premier degré, et les alliés à
TITRE VI ces divers degrés, ne peuvent être en même
Pouvoir exécutif tems membre du Directoire, ni s’y succéder
132. Le Pouvoir exécutif est délégué à qu’après un intervalle de cinq ans.
un Directoire de cinq membres nommés par 140. En cas de vacance par mort, démis-
le Corps législatif, faisant alors les fonc- sion ou autrement, d’un des membres du Di-
tions d’assemblée électorale, au nom de la rectoire, son successeur est élu par le Corps
Nation. législatif, dans dix jours pour tout délai.
133. Le Conseil des cinq cents forme, au Le Conseil des cinq cents est tenu de pro-
scrutin secret, une liste décuple du nombre poser les candidats dans les cinq premiers
des membres du Directoire qui sont à nom- jours, et le Conseil des anciens doit consom-
mer, et la présente au Conseil des anciens mer l’élection dans les cinq derniers.
qui choisit aussi au scrutin secret, dans cette Le nouveau membre n’est élu que pour
liste. le temps d’exercice qui restait à celui qu’il
remplace.
134. Les membres du Directoire doivent
Si néanmoins ce tems n’excède pas six
être âgés de quarante ans au moins.
mois, celui qui est élu demeure en fonc-
135. Ils ne peuvent être pris que parmi tion jusqu’à la fin de la cinquième année
les citoyens qui ont été membres du Corps suivante.

116
C ONSTITUTION DE L ’ AN III (1795)

141. Chaque membre du Directoire le 146. Le Directoire nomme les Généraux


préside à son tour durant trois mois seule- en chef ; il ne peut les choisir parmi les pa-
ment. rents ou alliés de ses membres, dans les
Le président a la signature et la garde du degrés exprimés par l’article 139.
sceau.
147. Il surveille et assure l’exécution des
Les lois et les actes du corps législatif
lois dans les administrations et tribunaux,
sont adressés au Directoire, en la personne
par des commissaires à sa nomination.
de son président.
148. Il nomme hors de son sein les
142. Le Directoire exécutif ne peut déli-
ministres, et les révoque lorsqu’il le juge
bérer, s’il n’y a trois membres présents au
convenable.
moins.
Il ne peut les choisir au-dessous de l’âge
143. Il se choisit, hors de son sein, un de trente ans, ni parmi les parents ou alliés
secrétaire qui contresigne les expéditions, de ses membres, aux degrés énoncés dans
et rédige les délibérations sur un registre où l’article 139.
chaque membre a le droit de faire inscrire
149. Les ministres correspondent immé-
son avis motivé.
diatement avec les autorités qui leur sont
Le Directoire peut, quand il le juge à pro-
subordonnées.
pos, délibérer sans l’assistance de son se-
crétaire ; en ce cas, les délibérations sont 150. Le Corps législatif détermine les
rédigées sur un registre particulier, par l’un attributions et le nombre des ministres.
des membres du Directoire. Ce nombre est de six au moins, et de huit
au plus.
144. Le Directoire pourvoit, d’après les
lois, à la sûreté extérieure ou intérieure de 151. Les ministres ne forment point un
la République. conseil.
Il peut faire des proclamations conformes
152. Les ministres sont respectivement
aux lois et pour leur exécution.
responsables, tant de l’inexécution des lois,
Il dispose de la force armée, sans qu’en
que de l’inexécution des arrêtés du Direc-
aucun cas, le Directoire collectivement, ni
toire.
aucun de ses membres, puisse la comman-
der, ni pendant le tems de ses fonctions, ni 153. Le Directoire nomme le receveur
pendant les deux années qui suivent immé- des impositions directes de chaque départe-
diatement l’expiration de ces mêmes fonc- ment.
tions.
154. Il nomme les préposés en chef aux
145. Si le Directoire est informé qu’il se régies des contributions indirectes, et à l’ad-
trame quelque conspiration contre la sûreté ministration des domaines nationaux.
extérieure ou intérieure de l’Etat, il peut
155. Tous les fonctionnaires publics dans
décerner des mandats d’amener & des man-
les colonies françaises, excepté les départe-
dats d’arrêt contre ceux qui en sont présu-
ments des Iles de France et de la Réunion,
més les auteurs ou les complices, il peut
seront nommés par le Directoire jusqu’à la
les interroger : mais il est obligé, sous les
paix.
peines portées contre le crime de détention
arbitraire, de les renvoyer par devant l’offi- 156. Le Corps législatif peut autoriser le
cier de police, dans le délai de deux jours, Directoire à envoyer dans toutes les colo-
pour procéder suivant les lois. nies françaises, suivant l’exigence des cas,

117
F RANCE

un ou plusieurs agents particuliers nommés 164. Aucun membre du Directoire ne


par lui pour un temps limité. peut s’absenter plus de cinq jours, ni s’éloi-
Les agents particuliers exerceront les gner au-delà de quatre myriamètres (huit
mêmes fonctions que le Directoire, et lui lieues moyennes) du lieu de la résidence
seront subordonnés. du Directoire, sans l’autorisation du Corps
législatif.
157. Aucun membre du Directoire ne
peut sortir du territoire de la République 165. Les membres du Directoire ne
que deux ans après la cessation de ses fonc- peuvent paraître, dans l’exercice de leurs
tions. fonctions, soit au dehors, soit dans l’inté-
rieur de leurs maisons, que revêtus du cos-
158. Il est tenu, pendant cet intervalle, de tume qui leur est propre.
justifier au Corps législatif de sa résidence.
L’article 112 et les suivants, jusqu’à l’ar- 166. Le Directoire a sa garde habituelle,
ticle 123 inclusivement, relatifs à la garan- et soldée aux frais de la République, com-
tie du Corps législatif, sont communs aux posée de cent vingt hommes à pied et de
membres du Directoire. cent vingt hommes à cheval.

159. Dans le cas où plus de deux 167. Le Directoire est accompagné de


membres du Directoire seraient mis en ju- sa garde dans les cérémonies et marches
gement, le Corps législatif pourvoira, dans publiques, où il a toujours le premier rang.
les formes ordinaires, à leur remplacement
168. Chaque membre du Directoire se
provisoire durant le jugement.
fait accompagner au dehors de deux gardes.
160. Hors le cas des articles 119 et 120,
169. Tout poste de force armée doit au
le Directoire, ni aucun de ses membres ne
Directoire et à chacun de ses membres les
peut être appellé, ni par le Conseil des cinq
honneurs militaires supérieurs.
cents, ni par le Conseil des anciens.
170. Le Directoire a quatre messagers
161. Les comptes et les éclaircissements d’Etat, qu’il nomme et qu’il peut destituer.
demandés par l’un ou l’autre Conseil au Ils portent aux deux Corps législatifs les
Directoire sont fournis par écrit. lettres et les mémoires du Directoire : ils ont
entrée à cet effet dans le lieu des séances
162. Le Directoire est tenu, chaque an-
des Conseils législatifs.
née, de présenter par écrit, à l’un & à l’autre
Ils marchent précédés de deux huissiers.
Conseil, l’aperçu des dépenses, la situation
des finances, l’état des pensions existantes, 171. Le Directoire réside dans la même
ainsi que le projet de celles qu’il croit conve- commune que le Corps législatif.
nable d’établir.
Il doit indiquer les abus qui sont à sa 172. Les membres du Directoire sont lo-
connaissance. gés aux frais de la République, et dans un
même édifice.
163. Le Directoire peut en tout tems in-
viter par écrit, le Conseil des cinq cents à 173. Le traitement de chacun d’eux est
prendre un objet en considération ; il peut fixé pour chaque année à la valeur de cin-
lui proposer des mesures, mais non des pro- quante mille myriagrammes de froment
jets rédigés en forme de lois. (10,222 quintaux).

118
C ONSTITUTION DE L ’ AN III (1795)

TITRE VII Dans ces communes, la division des mu-


Corps administratifs & municipaux nicipalités se fait de manière que la popula-
tion de l’arrondissement de chacune n’ex-
174. Il y a dans chaque département
cède pas cinquante mille individus, et ne
une administration centrale, et dans chaque
soit pas moindre de trente mille.
canton une administration municipale au
La municipalité de chaque arrondisse-
moins.
ment est composée de sept membres.
175. Tout membre d’une administration
184. Il y a, dans les communes divisées
départementale ou municipale doit être âgé
en plusieurs municipalités, un bureau cen-
de vingt-cinq ans au moins.
tral pour les objets jugés indivisibles par le
176. L’ascendant et le descendant en Corps législatif.
ligne directe, les frères, l’oncle et le neveu Ce bureau est composé de trois membres
et les alliés aux mêmes degrés, ne peuvent nommés par l’administration de départe-
simultanément être membres de la même ment, et confirmés par le Pouvoir exécutif.
administration ni s’y succéder qu’après un
185. Les membres de toute administra-
intervalle de deux ans.
tion municipale sont nommés pour deux
177. Chaque administration de départe- ans, et renouvellés chaque année par moitié
ment est composée de cinq membres elle ou par partie la plus approximative de la
est renouvellée par cinquième tous les ans. moitié, et alternativement par la fraction la
plus forte et par la fraction la plus faible.
178. Toute commune dont la population
s’élève depuis cinq mille habitants jusqu’à 186. Les administrateurs de département
cent mille, a, pour elle seule, une adminis- et les membres des administrations muni-
tration municipale. cipales peuvent être réélus une sois sans
intervalle.
179. Il y a en chaque commune dont la
population est inférieure à cinq mille habi- 187. Tout citoyen qui a été deux fois de
tants, un agent municipal et un adjoint. suite élu administrateur de département ou
membre d’une administration municipale,
180. La réunion des agents municipaux
et qui en a rempli les fonctions en vertu de
de chaque commune forme la municipalité
l’une et de l’autre élection ne peut être élu
de canton.
de nouveau qu’après un intervalle de deux
181. Il y a de plus un président de l’ad- années.
ministration municipale choisi dans tout le
188. Dans le cas où une administration
canton.
départementale où municipale perdrait un
182. Dans les communes dont la popula- ou plusieurs de ses membres par mort, dé-
tion s’élève de cinq à dix mille habitants, il mission ou autrement, les administrateurs
y a cinq officiers municipaux ; restants peuvent s’adjoindre en remplace-
Sept, depuis dix mille jusqu’à cinquante ment des administrateurs temporaires, et
mille ; qui exercent en cette qualité jusqu’aux élec-
Neuf, depuis cinquante mille jusqu’à cent tions suivantes.
mille.
189. Les administrations départemen-
183. Dans les communes dont la popu- tales et municipales ne peuvent modifier les
lation excède cent mille habitants, il y a au actes du Corps législatif, ni ceux du Direc-
moins trois administrations municipales. toire exécutif, ni en suspendre l’exécution.

119
F RANCE

Elles ne peuvent s’immiscer dans les objets 196. Le Directoire peut aussi annuller
dépendants de l’ordre judiciaire. immédiatement les acres des administra-
tions départementales ou municipales.
190. Les administrateurs sont essentiel-
Il peut suspendre ou destituer immédia-
lement chargés de la répartition des contri-
tement, lorsqu’il le croit nécessaire, les ad-
butions directes, et de la surveillance des
ministrateurs, soit de département, soit de
deniers provenons des revenus publics dans
canton, et les envoyer devant les tribunaux
leur territoire.
de département, lorsqu’il y a lieu.
Le Corps législatif détermine les règles
et le mode de leurs fonctions, tant sur ces 197. Tout arrêté portant cassation
objets que sur les autres parties de l’admi- d’actes, suspension ou destitution d’admi-
nistration intérieure. nistrateurs, doit être motivé.
191. Le Directoire exécutif nomme au- 198. Lorsque les cinq membres d’une
près de chaque administration départemen- administration départementale sont desti-
tale et municipale, un commissaire qu’il tués, le Directoire exécutif pourvoit à leur
révoque lorsqu’il le juge convenable. remplacement jusqu’à l’élection suivante :
Ce commissaire surveille et requiert mais il ne peut choisir leurs suppléants pro-
l’exécution des lois. visoires que parmi les anciens administra-
192. Le commissaire près de chaque ad- teurs du même département.
ministration locale doit être pris parmi les 199. Les administrations, soit de dépar-
citoyens domiciliés depuis un an dans le tement, soit de canton, ne peuvent corres-
département où cette administration est éta- pondre entr’elles que sur les affaires qui
blie. leur sont attribuées par la loi, et non sur les
Il doit être âgé de vingt-cinq ans au intérêts généraux de la République.
moins.
200. Toute administration doit annuelle-
193. Les administrations municipales ment le compte de sa gestion.
sont subordonnées aux administrations de Les comptes rendus par les administra-
département, et celles-ci aux ministres. tions départementales sont imprimés.
En conséquence, les ministres peuvent
annuller, chacun dans sa partie, les actes des 201. Tous les actes des corps adminis-
administrations de département, et celles-ci tratifs sont rendus publics par le dépôt du
les actes des administrations municipales, registre où ils sont consignés, & qui est ou-
lorsque ces actes sont contraires aux lois ou vert à tous les administrés.
aux ordres des autorités supérieures. Ce registre est clos tous les six mois, et
n’est déposé que du jour qu’il a été clos.
194. Les ministres peuvent aussi sus-
Le Corps législatif peut proroger selon
pendre les administrateurs de département
les circonstances le délai fixé pour ce dépôt.
qui ont contrevenu aux lois ou aux ordres
des autorités supérieures, et les administra-
tions de département ont le même droit à TITRE VIII
l’égard des membres des administrations Pouvoir Judiciaire – Dispositions
municipales. générales
195. Aucune suspension ni annullation 202. Les fonctions judiciaires ne peuvent
ne devient définitive, sans la confirmation être exercées, ni par le Corps législatif, ni
formelle du Directoire exécutif. par le Pouvoir exécutif.

120
C ONSTITUTION DE L ’ AN III (1795)

203. Les juges ne peuvent s’immiscer 212. Il y a dans chaque arrondissement


dans l’exercice du pouvoir législatif, ni faire déterminé par la loi un juge de paix et ses
aucun règlement. assesseurs ; ils sont tous élus pour deux ans,
Ils ne peuvent arrêter ou suspendre l’exé- et peuvent être immédiatement et indéfini-
cution d’aucune loi, ni citer devant eux les ment réélus.
administrateurs pour raison de leurs fonc-
213. La loi détermine les objets dont les
tions.
juges de paix et leurs assesseurs connaissent
204. Nul ne peut être distrait des juges en dernier ressort.
que la loi lui assigne, par aucune commis- Elle leur en attribue d’autres qu’ils jugent
sion, ni par d’autres attributions que celles à la charge de l’appel.
qui sont déterminées par une loi antérieure. 214. Il y a des tribunaux particuliers pour
205. La justice est rendue gratuitement. le commerce de terre et de mer ; la loi déter-
mine les lieux où il est utile de les établir.
206. Les juges ne peuvent être destitués Leur pouvoir de juger en dernier ressort
que pour forfaiture légalement jugée, ni sus- ne peut être étendu au-delà de la valeur de
pendus que par une accusation admise. cinq cens myriagrammes de froment (102
quintaux 22 livres.)
207. L’ascendant et le descendant en
ligne directe, les frères, l’oncle ou le ne- 215. Les affaires dont le jugement n’ap-
veu, les cousins au premier degré, et les partient ni aux juges de paix, ni aux tribu-
alliés à ces divers degrés, ne peuvent être naux de commerce soit en dernier ressort,
simultanément membres du même tribunal. soit à la charge d’appel, l’ont portés im-
médiatement devant le juge de paix et ses
208. Les séances des tribunaux sont pu- assesseurs pour être conciliées.
bliques ; les juges délibèrent en secret ; les Si le juge de paix ne peut les concilier, il
jugements sont prononcés à haute voix ; ils les renvoie devant le tribunal civil.
sont motivés, et on y énonce les termes de
la loi appliquée. 216. Il y a un tribunal civil par départe-
ment.
209. Nul citoyen, s’il n’a l’âge de trente Chaque tribunal civil est composé de
ans accomplis, ne peut être élu juge d’un vingt juges au moins, d’un commissaire, et
tribunal de département, ni juge de paix, d’un substitut nommé et destituable par le
ni assesseur de juge de paix, ni juge d’un Directoire exécutif, et d’un greffier.
tribunal de commerce, ni membre du tribu- Tous les cinq ans on procède à l’élection
nal de cassation, ni juré, ni commissaire du de tous les membres du tribunal.
Directoire exécutif près les tribunaux. Les juges peuvent toujours être réélus,
217. Lors de l’élection des juges, il est
De la justice civile nommé cinq suppléants, dont trois sont pris
parmi les citoyens résidant dans la com-
210. Il ne peut être porté atteinte au droit mune où siége le tribunal.
de faire prononcer sur les différends par des
arbitres du choix des parties. 218. Le tribunal civil prononce en der-
nier ressort, dans les cas déterminés par la
211. La décision de ces arbitres est sans loi, sur les appels des jugements, soit des
appel et sans recours en cassation, si les juges de paix, soit des arbitres, soit des tri-
parties ne l’ont expressément réservé. bunaux de commerce.

121
F RANCE

219. L’appel des jugements prononcés 226. Nulle personne arrêtée ne peut être
par le tribunal civil se porte au tribunal ci- retenue ; si elle donne caution suffisante,
vil de l’un des trois départements les plus dans tous les cas où la loi permet de rester
voisins, ainsi qu’il est déterminé par la loi. libre sous le cautionnement.
220. Le tribunal civil se divise en sec- 227. Nulle personne dans le cas où sa
tions. détention est autorisée par la loi, ne peut
Une section ne peut juger au-dessous du être conduite ou détenue que dans les lieux
nombre de cinq juges. légalement et publiquement désignés, pour
servir de maison d’arrêt, de maison de jus-
221. Les juges réunis dans chaque tribu- tice ou de maison de détention.
nal nomment entr’eux, au scrutin secret, le
président de chaque section. 228. Nul gardien ou geôlier ne peut re-
cevoir ni retenir aucune personne, qu’en
De la justice correctionnelle et vertu d’un mandat d’arrêt, selon les formes
criminelle prescrites par les articles 222 et 223, d’une
ordonnance de prise de corps, d’un décret
222. Nul ne peut être saisi que pour être d’accusation ou d’un jugement de condam-
conduit devant l’officier de police, et nul ne nation à prison ou détention correctionnelle,
peut être mis en arrestation ou détenu qu’en et sans que la transcription en ait été faite
vertu d’un mandat d’arrêt des officiers de sur son registre.
police, ou du Directoire exécutif dans le cas
de l’article 145, ou d’une ordonnance de 229. Tout gardien ou geôlier est tenu
prise de corps, soit d’un tribunal, soit du di- sans qu’aucun ordre puisse l’en dispenser,
recteur du jury d’accusation, ou d’un décret de représenter la personne détenue, à l’of-
d’accusation du Corps législatif, dans les ficier civil ayant la police de la maison de
cas où il lui appartient de la prononcer, ou détention, toutes les fois qu’il en sera requis
d’un jugement de condamnation à la prison, par cet officier.
ou détention correctionnelle.
230. La représentation de la personne dé-
223. Pour que l’acte qui ordonne l’ar- tenue ne pourra être refusée à ses parents
restation puisse être exécuté, il faut : – 1°. et amis porteur de l’ordre de l’officier civil,
Qu’il exprime formellement le motif de l’ar- lequel sera toujours tenu de l’accorder, à
restation, et la loi en conformité de laquelle moins que le gardien ou geôlier ne repré-
elle est ordonnée ; 2°. – Qu’il ait été notifié sente une ordonnance du juge transcrite sur
à celui qui en est l’objet, et qu’il lui en ait son registre, pour tenir la personne arrêtée
été laissé copie. au secret.
224. Toute personne saisie et conduite
231. Tout homme, quelle que soit sa
devant l’officier de police, sera examinée
place ou son emploi, autre que ceux à qui la
sur-le-champ, ou dans le jour au plus tard.
loi donne le droit d’arrestation ; qui donnera,
225. S’il résulte de l’examen qu’il n’y a signera, exécutera ou fera exécuter l’ordre
aucun sujet d’inculpation contre elle, elle d’arrêter un individu, ou quiconque, même
sera remise aussitôt en liberté, ou s’il y a dans le cas d’arrestation autorisée par la loi,
lieu de l’envoyer à la maison d’arrêt, elle y conduira, recevra ou retiendra un individu
sera conduite dans le plus bref délai qui, en dans un lieu de détention, non publiquement
aucun cas ne pourra excéder trois jours. et légalement désigné, et tous les gardiens

122
C ONSTITUTION DE L ’ AN III (1795)

ou geôlier qui contreviendront aux dispo- est reconnu par un second jury, et la peine
sitions des trois articles précédents, seront déterminée par la loi est appliquée par des
coupables du crime de détention arbitraire. tribunaux criminels.
232. Toutes rigueurs employées dans 239. Les jurés ne votent que par scrutin
les arrestations, détentions, ou exécutions, secret.
autres que celles prescrites par la loi, sont
des crimes. 240. Il y a, dans chaque département, au-
tant de jurys d’accusation que de tribunaux
233. Il y a dans chaque département, correctionnels.
pour le jugement des délits dont la peine Les présidents des tribunaux correction-
n’est ni afflictive, ni infamante, trois tri- nels en sont les directeurs, chacun dans son
bunaux correctionnels au moins, et six au arrondissement.
plus. Dans les communes au-dessus de cin-
Ces tribunaux ne pourront prononcer de quante mille âmes, il pourra être établi par
peines plus graves que l’emprisonnement la loi, outre le président du tribunal correc-
pour deux années. tionnel, autant de directeurs de jurys d’ac-
La connaissance des délits dont la peine cusation que l’expédition des affaires l’exi-
n’excède pas soit la valeur de trois journées gera.
de travail, soit un emprisonnement de trois
jours, est déléguée au juge de paix, qui pro- 241. Les fonctions de commissaire du
nonce en dernier ressort. Pouvoir exécutif et du greffier près le direc-
teur du jury d’accusation, sont remplies par
234. Chaque tribunal correctionnel est le commissaire et par le greffier du tribunal
composé d’un président, de deux juges de correctionnel.
paix ou assesseurs de juge de paix de la
commune où il est établi, d’un commissaire 242. Chaque directeur du jury d’accusa-
du Pouvoir exécutif, nommé et destituable tion a la surveillance immédiate de tous les
par le Directoire exécutif, et d’un greffier. officiers de police de son arrondissement.
235. Le président de chaque tribunal cor- 243. Le directeur du jury poursuit im-
rectionnel est pris tous les six mois, et par médiatement, comme officier de police, sur
tour, parmi les membres des sections du tri- les dénonciations que lui fait l’accusateur
bunal civil du département, les présidents public, soit d’office, soit d’après les ordres
exceptés. du Directoire exécutif : – 1°. Les attentas
contre la liberté ou la sûreté individuelle des
236. Il y a appel des jugements du tri-
citoyens ; – 2°. Ceux commis contre le droit
bunal correctionnel par-devant le tribunal
des gens ; 3°. – La rébellion à l’exécution,
criminel du département.
soit des jugements, soit de tous les actes exé-
237. En matière de délits emportant cutoires émanés des autorités constituées ;
peine afflictive ou infamante, nulle per- – 4°. Les troubles occasionnés et les voies
sonne ne peut être jugée que sur une ac- de fait commises pour entraver la percep-
cusation admise par les jurés, ou décrétée tion des contributions, la libre circulation
par le Corps législatif, dans le cas où il lui des subsistances et d’autres objets de com-
appartient de décréter d’accusation. merce.
238. Un premier jury déclare si l’accu- 244. Il y a un tribunal criminel pour
sation doit être admise ou rejettée ; le fait chaque département.

123
F RANCE

245. Le tribunal criminel est composé 252. L’instruction devant le jury de juge-
d’un président, d’un accusateur public, de ment est publique, et l’on ne peut refuser
quatre juges pris dans le tribunal civil, du aux accusés le secours d’un conseil, qu’ils
commissaire du Pouvoir exécutif près le ont la faculté de choisir, ou qui leur est
même tribunal ou de son substitut, et d’un nommé d’office.
greffier.
Il y a dans le tribunal criminel du dépar- 253. Toute personne acquittée par un
tement de la Seine un vice-président et un jury légal ne peut plus être reprise ni ac-
substitut de l’accusateur public : ce tribunal cusée pour le même fait.
est divisé en deux sections : huit membres
du tribunal civil y exercent les fonctions de
juges. Du tribunal de cassation

246. Les présidents des sections du tri- 254. Il y a pour toute la République un
bunal civil ne peuvent remplir les fonctions tribunal de cassation.
de juges au tribunal criminel. Il prononce : – 1°. Sur les demandes en
cassation contre les jugements en dernier
247. Les autres juges y font le service ressort, rendus par les tribunaux ; – 2.° Sur
chacun à son tour pendant six mois, dans les demandes en renvoi, d’un tribunal à un
l’ordre de leur nomination, et ils ne peuvent autre, pour cause de suspicion légitime ou
pendant ce temps exercer aucune fonction de sûreté publique ; – 3°. Sur les règlements
au tribunal civil. de juges et les prises à partie contre un tri-
bunal entier.
248. L’accusateur public est chargé : –
1°. De poursuivre les délits sur les actes 255. Le tribunal de cassation ne peut ja-
d’accusation admis par les premiers jurés, mais connaître du fond des affaires ; mais
– 2°. De transmettre aux officiers de police il casse les jugements rendus sur des pro-
les dénonciations qui lui sont adressées di- cédures dans lesquelles les formes ont été
rectement ; – 3°. De surveiller les officiers violées, ou qui contiennent quelques contra-
de police du département, et d’agir contre ventions expresses à la loi ; et il renvoie
eux suivant la loi, en cas de négligence ou le fond du procès au tribunal qui doit en
de faits plus graves. connaître.

249. Le commissaire du Pouvoir exécu- 256. Lorsqu’après une cassation le se-


tif est chargé : – 1°. De requérir, dans le cond jugement sur le fond est attaqué par
cours de l’instruction, pour la régularité des les mêmes moyens que le premier, la ques-
formes, et avant le jugement, pour l’appli- tion ne peut plus être agitée au tribunal de
cation de la loi ; – 2°. De poursuivre l’exé- cassation, sans avoir été soumise au Corps
cution des jugements rendus par le tribunal. législatif, qui porte une loi à laquelle le tri-
bunal de cassation est tenu de se conformer.
250. Les juges ne peuvent proposer aux
jurés aucune question complexe. 257. Chaque année, le tribunal de cas-
sation est tenu d’envoyer à chacune des
251. Le jury de jugement est de douze sections du Corps législatif une députation
jurés au moins ; l’accusé a la faculté d’en qui lui présente l’état des jugements rendus,
récuser, sans donner de motifs, un membre avec la notice en marge et le texte de la loi
que la loi détermine. qui a déterminé le jugement.

124
C ONSTITUTION DE L ’ AN III (1795)

258. Le nombre des juges du tribunal de 266. La haute cour de justice est com-
cassation ne peut excéder les trois-quarts du posée de cinq juges et de deux accusateurs
nombre des départements. nationaux tirés du tribunal de cassation, et
de hauts jurés nommés par les assemblées
259. Ce tribunal est renouvellé par cin- électorales des départements.
quième tous les ans.
Les assemblées électorales des départe- 267. La haute cour de justice ne se forme
ments nomment successivement et alterna- qu’en vertu d’une proclamation du Corps
tivement les juges qui doivent remplacer législatif, rédigés et publiée par le Conseil
ceux qui sortent du tribunal de cassation. des cinq cents.
Les juges de ce tribunal peuvent toujours
être réélus. 268. Elle se forme et tient ses séances
dans le lieu désigné par la proclamation du
260. Chaque juge du tribunal de cassa- Conseil des cinq cents.
tion a un suppléant élu par la même assem- Ce lieu ne peut être plus près qu’à douze
blée électorale. myriamètres de celui où réside le Corps lé-
gislatif.
261. Il y a près du tribunal de cassation
un commissaire et des substituts nommés et 269. Lorsque le Corps législatif a pro-
destituables par le Directoire exécutif. clamé la formation de la haute cour de jus-
tice, le tribunal de cassation tire au sort
262. Le Directoire exécutif dénonce au quinze de ses membres dans une séance
tribunal de cassation, par la voie de son publique ; il nomme de suite, dans la même
commissaire, et sans préjudice du droit des séance, par la voie du scrutin secret, cinq
parties intéressées, les actes par lesquels les de ces quinze ; les cinq juges ainsi nommés
juges ont excédé leurs pouvoirs. sont les juges de la haute cour de justice ;
ils choisissent entre eux un président.
263. Le tribunal annulle ces actes, et s’ils
donnent lieu à la forfaiture, le fait est dé- 270. Le tribunal de cassation nomme
noncé au Corps législatif, qui rend le dé- dans la même séance, par scrutin, à la ma-
cret d’accusation, après avoir entendu ou jorité absolue deux de ses membres pour
appellé les prévenus. remplir à la haute cour de justice, les fonc-
tions d’accusateurs nationaux.
264. Le Corps législatif ne peut annuller
les jugements du tribunal de cassation, sauf 271. Les actes d’accusation sont dressés
à poursuivre personnellement les juges qui et rédigés par la Conseil des cinq cents.
auraient encouru la forfaiture.
272. Les assemblées électorales de
chaque département nomment, tous les ans,
Haute cour de justice un juré pour la haute cour de justice.

265. Il y a une haute cour de justice pour 273. Le Directoire exécutif fait impri-
juger les accusations admises par le Corps mer et publier, un mois après l’époque des
législatif, soit contre ses propres membres, élections, la liste des jurés nommés pour la
soit contre ceux du Directoire exécutif. haute cour de justice.

125
F RANCE

TITRE IX De la Garde nationale en activité


De la Force armée
285. La République entretient à sa solde,
274. La force armée est instituée pour même en temps de paix, sous le nom de
défendre l’Etat contre les ennemis du de- gardes nationales en activité, une armée de
hors, et pour assurer au dedans le maintien terre et de mer.
de l’ordre et l’exécution des lois.
286. L’armée se forme par enrôlement
275. La force publique est essentielle-
volontaire, et, en cas de besoin, par le mode
ment obéissante ; nul corps armé ne peut
que la loi détermine.
délibérer.
276. Elle se distingue en garde nationale 287. Aucun étranger qui n’a point acquis
sédentaire et garde nationale en activité. les droits de citoyen Français, ne peut être
admis dans les armées Françaises, à moins
qu’il n’ait fait une ou plusieurs campagnes
De la Garde nationale sédentaire pour l’établissement de la République.
277. La garde nationale sédentaire est
288. Les commandants ou chefs de terre
composée de tous les citoyens et fils de ci-
et de mer ne sont nommés qu’en cas de
toyens en état de porter les armes.
guerre ; ils reçoivent du Directoire exécutif
278. Son organisation et sa discipline des commissions révocables à volonté. La
sont les mêmes pour toute la République ; durée de ces commissions se borne à une
elles sont déterminées par la loi. campagne ; mais elles peuvent être conti-
nuées.
279. Aucun Français ne peut exercer les
droits de citoyen, s’il n’est inscrit au rôle de 289. Le commandement général des ar-
la garde nationale sédentaire. mées de la République ne peut être confié à
280. Les distinctions de grade et la su- un seul homme.
bordination n’y subsistent que relativement
290. L’armée de terre et de mer est sou-
au service et pendant sa durée.
mise à des lois particulières pour la disci-
281. Les officiers de la garde nationale pline, la forme des jugements et la nature
sédentaire sont élus à temps par les citoyens des peines.
qui la composent, et ne peuvent être réélus
qu’après un intervalle. 291. Aucune partie de la garde nationale
sédentaire, ni de la garde nationale en acti-
282. Le commandement de la garde na- vité, ne peut agir pour le service intérieur
tionale d’un département entier ne peut être de la république, que sur la réquisition, par
confié habituellement à un seul citoyen. écrit de l’autorité civile, dans les formes
283. S’il est jugé nécessaire de rassem- prescrites par la loi.
bler toute la garde nationale d’un départe-
292. La force publique ne peut être re-
ment, le Directoire exécutif peut nommer
quise par les autorités civiles, que dans
un commandant temporaire.
l’étendue de leur territoire ; elle ne peut
284. Le commandement de la garde na- se transporter d’un canton dans un autre,
tionale sédentaire, dans une ville de cent sans y être autorisée par l’administration du
mille habitants et au-dessus, ne peut être département, ni d’un département dans un
habituellement confié à un seul homme. autre, sans les ordres du Directoire exécutif.

126
C ONSTITUTION DE L ’ AN III (1795)

293. Néanmoins le Corps législatif dé- 300. Les citoyens ont le droit de for-
termine les moyens d’assurer par la force mer des établissements particuliers d’édu-
publique l’exécution des jugements et la cation et d’instruction, ainsi que des socié-
poursuite des accusés sur tout le territoire tés libres, pour concourir au progrès des
français. sciences, des lettres et des arts.
301. Il sera établi des fêtes nationales
294. En cas de dangers imminents, l’ad-
pour entretenir la fraternité entre les ci-
ministration municipale d’un canton peut
toyens, et les attacher à la Constitution à
requérir la garde nationale des cantons voi-
la patrie et aux lois.
sins : en ce cas, l’administration qui a re-
quis, et les chefs des gardes nationales qui
ont été requises, sont également tenus d’en TITRE XI
rendre compte, au même instant, à l’admi- Finances – Contributions
nistration départementale. 302. Les contributions publiques sont dé-
libérées et fixées chaque année par le Corps
295. Aucune troupe étrangère ne peut législatif. A lui seul appartient d’en établir ;
être introduite sur le territoire Français sans elles ne peuvent subsister au delà d’un an,
le consentement préalable du Corps législa- si elles ne sont expressément renouvellées.
tif.
303. Le Corps législatif peut créer tel
genre de contributions qu’il croira néces-
TITRE X saire ; mais il doit établir chaque année une
Instruction publique imposition foncière et une imposition per-
sonnelle.
296. Il y a, dans la République, des 304. Tout individu qui, n’étant pas dans
écoles primaires où les élèves apprennent à le cas des articles 12 et 13, de la Constitu-
lire, à écrire, les éléments du calcul et ceux tion, n’a pas été compris au rôle des contri-
de la morale : la République pourvoit aux butions directes, a le droit de se présenter
frais du logement des instituteurs préposés à l’administration municipale de sa com-
a ces écoles. mune, et de s’y inscrire pour une contribu-
tion personnelle égale à la valeur locale de
297. Il y a, dans les diverses parties de trois journées de travail agricole.
la République, des écoles supérieures aux
305. L’inscription mentionnée dans l’ar-
écoles primaires, et dont le nombre sera tel,
ticle précédant ne peut se faire que durant
qu’il y en ait au moins une pour deux dépar-
le mois de Messidor de chaque année.
tements.
306. Les contributions de toute nature
298. Il y a, pour toute la République, un sont réparties entre tous les contribuables, à
institut national chargé de recueillir les dé- raison de leurs facultés.
couvertes, de perfectionner les arts et les
307. Le Directoire exécutif dirige et sur-
sciences.
veille la perception et le versement des
contributions, et donne, à cet effet, tous les
299. Les divers établissements de subor-
ordres nécessaires.
dination publique n’ont entre eux aucun rap-
port de subordination ni de correspondance 308. Les comptes détaillés de la dépense
administrative. des ministres, signés et certifiés par eux,

127
F RANCE

sont rendus publics au commencement de les ans, et peut être réélu sans intervalle et
chaque année. indéfiniment.
Il en sera de même des états de recette
des diverses contributions, et de tous les 317. Les commissaires de la trésorerie
revenus publics. sont chargés de surveiller la recette de tous
les deniers nationaux ;
309. Les états de ces dépenses et recettes D’ordonner les mouvements de fonds
sont distingués suivant leur nature ; ils ex- et le paiement de toutes les dépenses pu-
priment les sommes touchées et dépensées, bliques consenties par le Corps législatif ;
année par année, dans chaque partie d’ad- De tenir un compte ouvert de dépense
ministration générale. et de recette avec le receveur des contribu-
tions directes de chaque département, avec
310. Sont également publiés les comptes
les différentes régies nationales et avec les
des dépenses particuliers aux départements
payeurs qui seraient établis dans les dépar-
et relatives aux tribunaux ; aux administra-
tements ;
tions, aux progrès des sciences, à tous les
D’entretenir avec lesdits receveurs et
travaux et établissements publics.
payeurs, avec les régies et administrations,
311. Les administrations de département la correspondance nécessaire pour assurer
et les municipalités ne peuvent faire aucune la rentrée exacte et régulière des fonds.
répartition au-delà des sommes fixées par
318. Ils ne peuvent rien faire payer, sous
le Corps législatif ni délibérer ou permettre
peine de forfaiture, qu’en vertu : – 1°. d’un
sans y être autorisées par lui, aucun emprunt
décret du Corps législatif, et jusqu’à concur-
local à la charge des citoyens du départe-
rence des fonds décrétés par lui sur chaque
ment, de la commune ou du canton.
objet ; – 2°. d’une décision du Directoire ; –
312. Au Corps législatif seul appartient 3°. de la signature du ministre qui ordonne
le droit de régler la fabrication et l’émission la dépense.
de toute espace de monnaies, d’en fixer la
319. Ils ne peuvent aussi, sous peine de
valeur et le poids, et d’en déterminer le type.
forfaiture, approuver aucun paiement, si le
313. Le Directoire surveille la fabrica- mandat signé par le ministre que ce genre
tion des monnaies, et nomme les officiers de dépense concerne, n’énonce pas la date,
chargés d’exercer immédiatement cette ins- tant de la décision du Directoire exécutif,
pection. que des décrets du Corps législatif qui auto-
risent le paiement.
314. Le Corps législatif détermine les
contributions des colonies et leurs rapports 320. Les receveurs des contributions di-
commerciaux avec la métropole. rectes dans chaque département, les diffé-
rentes régies nationales et les payeurs dans
les départements, remettent à la trésorerie
Trésorerie nationale et comptabilité
nationale, leurs comptes respectifs ; la tré-
315. Il y a cinq commissaires de la tré- sorerie les vérifie et les arrête.
sorerie nationale élus par le Conseil des an-
321. Il y a cinq commissaires de la comp-
ciens, sur une liste triple présentée par celui
tabilité nationale, élus par le Corps législa-
des cinq cents.
tif aux mêmes époques et selon les mêmes
316. La durée de leurs fonctions est de formes et conditions que les commissaires
cinq années : l’un d’eux est renouvellé tous de la trésorerie.

128
C ONSTITUTION DE L ’ AN III (1795)

322. Le compte général des recettes et à sa disposition, à la charge d’en prévenir


des dépenses de la République, appuyé des sans délai le Corps législatif.
comptes particuliers et des pièces justifica- Il peut même indiquer, en ce cas, les aug-
tives, est présenté par les commissaires de mentations de forces et les nouvelles dis-
la trésorerie aux commissaires de la comp- positions législatives que les circonstances
tabilité qui le vérifient et l’arrêtent. pourraient exiger.
323. Les commissaires de la comptabi- 329. Le Directoire seul peut entretenir
lité donnent connaissance au Corps légis- des relations politiques au dehors, conduire
latif des abus, malversations et de tous les les négociations, distribuer les forces de
cas de responsabilité qu’ils découvrent dans terre et de mer, ainsi qu’il le juge conve-
le cours de leurs opérations ; ils proposent nable, et en régler la direction en cas de
dans leurs parties les mesures convenables guerre.
aux intérêts de la République.
330. Il est autorisé à faire les stipulations
324. Le résultat des comptes arrêtés par préliminaires, telles que des armistices, des
les commissaires de la comptabilité est im- neutralisations ; il peut arrêter aussi des
primé et rendu public. conventions secrètes.
325. Les commissaires, tant de la tréso- 331. Le Directoire exécutif arrête, signe
rerie nationale que de la comptabilité, ne ou fait signer avec les puissances étran-
peuvent être suspendus ni destitués que par gères tous les traités de paix, d’alliance, de
le Corps législatif. trêve, de neutralité, de commerce & autres
Mais, durant l’ajournement du Corps conventions qu’il juge nécessaires au bien
législatif, le Directoire exécutif peut sus- de l’Etat.
pendre et remplacer provisoirement les Ces traités et conventions sont négociés,
commissaires de la trésorerie nationale au au nom de la République française, par des
nombre de deux au plus, à charge d’en réfé- agents diplomatiques, nommés par le Direc-
rer à l’un et à l’autre Conseil du corps légis- toire exécutif, et chargés de ses instructions.
latif, aussitôt qu’ils ont repris leurs séances.
332. Dans le cas où un traité renferme
des articles secrets, les dispositions de ces
TITRE XII articles ne peuvent être destructives des ar-
Relations extérieures ticles patents ni contenir aucune aliénation
du territoire de la République.
326. La guerre ne peut être décidée que
par un décret du Corps législatif, sur la pro- 333. Les traités ne sont valables qu’après
position formelle et nécessaire du Direc- avoir été examinés et ratifiés par le Corps lé-
toire exécutif. gislatif ; néanmoins les conditions secrètes
peuvent recevoir provisoirement leur exécu-
327. Les deux Conseils législatifs
tion dès l’instant même où elles sont arrê-
concourent, dans les formes ordinaires, au
tées par le Directoire.
décret par lequel la guerre est décidée.
334. L’un et l’autre Conseils législatifs
328. En cas d’hostilités imminentes ou
ne délibèrent sur la guerre ni sur la paix
commencées, de menaces ou de préparatifs
qu’en comité général.
de guerre contre la République française,
le Directoire exécutif est tenu d’employer, 335. Les étrangers, établis ou non en
pour la défense de l’Etat les moyens mis France, succèdent à leurs parents étrangers

129
F RANCE

ou français, ils peuvent contracter, acquérir vigueur, tant que les changements proposés
et recevoir des biens situés en France, et en par l’Assemblée de révision n’ont pas été
disposer, de même que les citoyens français, acceptés par le Peuple
par tous les moyens autorisés par les lois.
344. Les membres de l’Assemblée de
révision délibèrent en commun.
TITRE XIII
345. Les citoyens qui sont membres du
Révision de la Constitution
Corps législatif au moment où une Assem-
336. Si l’expérience faisait sentir les blée de révision est convoquée, ne peuvent
inconvénients de quelques articles de la être élus membres de cette Assemblée.
Constitution, le Conseil des anciens en pro- 346. L’Assemblée révision adresse im-
poserait la révision. médiatement aux assemblées primaires le
337. La proposition du Conseil des an- projet de reforme qu’elle a arrêté.
ciens est, en ce cas, soumise à la ratification Elle est dissoute dès que ce projet leur a
du Conseil des cinq cents. été adressé.

338. Lorsque dans un espace de neuf an- 347. En aucun cas, la durée de l’Assem-
nées, la proposition du Conseil des anciens, blée de révision ne peut excéder trois mois.
ratifiée par le Conseil des cinq cents, a été 348. Les membres de l’Assemblée de ré-
faite à trois époques éloignées de l’une de vision, ne peuvent être recherchés, accusés,
l’autre de trois années au moins, une As- ni jugés, en aucun temps, pour ce qu’ils ont
semblée de révision est convoquée. dit ou écrit dans l’exercice de leurs fonc-
tions.
339. Cette Assemblée est formée de
Pendant la durée de ces fonctions, ils ne
deux membres par départements, tous élus
peuvent être mis en jugement, si ce n’est
de la même manière que les membres du
par une décision des membres mêmes de
Corps législatif, & réunissant les mêmes
l’Assemblée de révision.
conditions que celles exigées pour le
Conseil des anciens. 349. L’Assemblée de révision n’assiste
à aucune cérémonie publique ; les membres
340. Le Conseil des anciens désigne, reçoivent la même indemnité que celle des
pour la réunion de l’Assemblée de révi- membres du Corps législatif.
sion, un lieu distant de vingt myriamètres au
moins de celui où siége le Corps législatif. 350. L’Assemblée de révision a le droit
d’exercer ou de faire exercer la police dans
341. L’Assemblée de révision a le droit la commune ou elle réside.
de changer le lieu de sa résidence, en obser-
vant la distance prescrite par l’article précé- TITRE XIV
dent. Dispositions générales.
342. L’Assemblée de révision n’exerce 351. Il n’existe entre les citoyens d’autre
aucune fonction législative ni de gouverne- supériorité que celle des fonctionnaires pu-
ment ; elle se borne à la révision des seuls blics, et relativement à l’exercice de leurs
articles constitutionnels qui lui ont été dési- fonctions.
gnés par le Corps législatif.
352. La loi ne reconnaît ni vœux reli-
343. Tous les articles de la Constitu- gieux, ni aucun engagement contraire aux
tion, sans exception, continuent d’être en droits naturels de l’homme.

130
C ONSTITUTION DE L ’ AN III (1795)

353. Nul ne peut être empêché de dire, ordres des autorités constituées.
écrire, imprimer et publier sa pensée. Aucune visite domiciliaire ne peut avoir
Les écrits ne peuvent être soumis à au- lieu qu’en vertu d’une loi, et pour la per-
cune censure avant leur publication. sonne ou l’objet expressément désignés
Nul ne peut être responsable de ce qu’il dans l’acte qui ordonne la visite.
a écrit ou publié que dans les cas prévus par
la loi. 360. Il ne peut être formé de corporation
ni d’association ; contraire à l’ordre public.
354. Nul ne peut être empêché d’exercer,
en se conformant aux lois, le culte qu’il a 361. Aucune assemblée de citoyens ne
choisi. peut se qualifier société populaire.
Nul ne peut être forcé de contribuer 362. Aucune société particulière s’occu-
aux dépenses d’aucun culte. La République pant de questions politiques, ne peut cor-
n’en salarie aucun. respondre avec aucune autre, ni s’affilier à
355. Il n’y a ni privilège, ni maîtrise, elles, ni tenir des séances publiques, compo-
ni jurande, ni limitation à la liberté de la sées de sociétaires et d’assistants distingués
presse, du commerce, et à l’exercice de l’in- les uns des autres, ni imposer des condi-
dustrie et des arts de toute espèce. tions d’admission et d’éligibilité, ni s’arro-
Toute loi prohibitive en ce genre, quand ger des droits d’exclusion, ni faire porter à
les circonstances la rendent nécessaire, est ses membres aucun signe extérieur de leur
essentiellement provisoire, et n’a d’effet association.
que pendant un an au plus, à moins qu’elle
363. Les citoyens ne peuvent exercer
ne soit formellement renouvellée.
leurs droits politiques que dans les assem-
356. La loi surveille particulièrement les blées primaires ou communales.
professions qui intéressent les mœurs pu-
bliques, la sûreté et la santé des citoyens ; 364. Tous les citoyens sont libres
mais on ne peut faire dépendre l’admission d’adresser aux autorités publiques des péti-
à l’exercice de ces professions, d’aucune tions, mais elles doivent être individuelles ;
prestation pécuniaire. nulle association ne peut en présenter de
collectives, si ce n’est les autorités consti-
357. La loi doit pourvoir à la récompense tuées, & seulement pour des objets propres
des inventeurs ou au maintien de la pro- à leur attribution.
priété exclusive de leurs découvertes ou de Les pétitionnaires ne doivent jamais ou-
leurs productions. blier le respect dû aux autorités constituées.
358. La Constitution garantit l’inviola- 365. Tout attroupement armé est un at-
bilité de toutes les propriétés, ou la juste tentat à la Constitution ; il doit être dissipé
indemnité de celles dont la nécessité pu- sur-le-champ par la force.
blique, légalement constatée, exigerait le
sacrifice. 366. Tout attroupement non armé doit
être également dissipé, d’abord par voie
359. La maison de chaque citoyen est un de commandement verbal, et s’il est néces-
asyle inviolable : pendant la nuit, nul n’a le saire, par le développement de la force ar-
droit d’y entrer, que dans les cas d’incendie, mée.
d’inondation, ou de réclamation venant de
l’intérieur de la maison. 367. Plusieurs autorités constituées ne
Pendant le jour, on peut y exécuter les peuvent jamais se réunir pour délibérer

131
F RANCE

ensemble ; aucun acte émané d’une telle 376. Les citoyens se rappelleront sans
réunion ne peut être exécuté. cesse que c’est de la sagesse des choix
368. Nul ne peut porter de marques dis- dans les assemblées primaires et électorales,
tinctives qui rappellent des fonctions anté- que dépendent principalement la durée, la
rieurement exercées ou des services rendus. conservation et la prospérité de la Répu-
blique.
369. Les membres du Corps législatif
et tous les fonctionnaires publics, portent, 377. Le Peuple français remet le dépôt
dans l’exercice de leurs fonctions, le cos- de la présente Constitution à la fidélité du
tume ou le signe de l’autorité dont ils sont Corps législatif, du Directoire exécutif, des
revêtus ; la loi en détermine la forme. Administrateurs et des Juges, à la vigilance
des pères de famille, aux épouses et aux
370. Nul citoyen ne peut renoncer, ni en
mères, à l’affection des jeunes citoyens, au
tout ni en partie, à l’indemnité ou au traite-
courage de tous les Français.
ment qui lui est attribué par la loi, à raison
de fonctions publiques. [Visé par les Représentants du Peuple
371. Il y a dans la République uniformité Inspecteurs aux procès-verbaux. Signé, L E -
de poids et de mesures. HAULT , E NJUBAULT .

372. L’ère française commence au 22 Collationné à l’original par nous pré-


Septembre 1792, jour de la fondation de la sident et secrétaires de la Convention na-
République. tionale. A Paris, le 5 fructidor, l’an troi-
373. La Nation française déclare qu’en sième de la République française. Signé,]2
aucun cas elle ne souffrira le retour des M ARIE J OSEPHE C HÉNIER, président ; D E -
RASEY , S OULIGNAC, B ERNIER , L AUREN -
Français qui ayant abandonné leur patrie
CEOT , D ENTZEL, Q UIROT , secrétaires.
depuis le 15 Juillet 1789, ne sont pas com-
pris dans les exceptions portées aux lois
rendues contre les émigrés ; et elle interdit
au Corps législatif de créer de nouvelles ex- 1 Vérifiée sur la base du Supplément à la Ga-
ceptions sur ce point. zette Nationale ou le Moniteur Universel, 340,
(27 août 1795), 1–6 Le manuscrit original est
Les biens des émigrés sont irrévocable-
conservé en réserve du Musée de l’histoire de
ment acquis au profit de la République. France, Paris sous la côte <AE/I/10, pièce n°12,
côte origine C347/plaquette 1758> accessible sur
374. La Nation française proclame pa- http://www.culture.gouv.fr/documentation/archim/
reillement, comme garantie de la foi pu- accueil.html. Par décision de la direction du Musée
blique, qu’après une adjudication léga- de l’histoire de France, seules ont été reproduites les
lement consommée de biens nationaux, images des pages 1, 2–3, 4–5, 6–7, 8–9, 10, 11–12,
13–14, 121–122 du manuscrit original : le reste du
quelle qu’en soit l’origine, l’acquéreur lé- document n’est pas accessible. Constitution adoptée
gitime ne peut en être dépossédé, sauf aux par la Convention le 5 fructidor an III (22 août 1795),
tiers réclamants à être, s’il y a lieu, indem- ratifiée par le peuple à partir du 20 fructidor (6 sep-
nisés par le trésor national. tembre), elle entre en vigueur par le décret du 1er
vendémiaire an IV (23 septembre) : elle disparaît de
375. Aucun des pouvoirs institués par la facto par le coup d’Etat du 18 brumaire an VIII (9
Constitution n’a le droit de la changer dans novembre 1799) et de jure par la constitution du 25
frimaire (15 décembre) proclamée le 23 frimaire (13
son ensemble ni dans aucune de ses parties, décembre) et acceptée par le peuple a posteriori le 7
sauf les reformes qui pourront y être faites février 1800.
2 Le passage entre crochets manque dans le manus-
par la voie de la révision, conformément
crit.
aux dispositions du titre 13.

132
Constitution de l’an VIII (1799)

Constitution de la République Française1

TITRE PREMIER Par l’état de domestique à gages, attaché


De l’exercice des Droits de cité au service de la personne ou du ménage ;
Par l’état d’interdiction judiciaire, d’ac-
A RT. 1er . L A République Française est cusation ou de contumace.
une et indivisible. A RT. 6. Pour exercer les droits de cité
Son territoire européen est distribué en dans un arrondissement communal, il faut
Départemens et arrondissemens commu- y avoir acquis domicile par une année de
naux. résidence, et ne l’avoir pas perdu par une
A RT. 2. Tout homme né et résidant en année d’absence.
France, qui, âgé de vingt et un ans accom- A RT. 7. Les citoyens de chaque arron-
plis, s’est fait inscrire sur le Registre civique dissement communal désignent par leurs
de son arrondissement communal, et qui a suffrages ceux d’entre eux qu’ils croient les
demeuré depuis pendant un an sur le terri- plus propres à gérer les affaires publiques.
toire de la République, est Citoyen français. Il en résulte une liste de confiance, conte-
A RT. 3. Un étranger devient citoyen nant un nombre de noms égal au dixième du
français, lorsqu’après avoir atteint l’âge de nombre des citoyens ayant droit d’y coopé-
vingt et un ans accomplis, et avoir déclaré rer. C’est dans cette première liste commu-
l’intention de se fixer en France, il y a résidé nale que doivent être pris les fonctionnaires
pendant dix années consécutives. publics de l’arrondissement.
A RT. 8. Les citoyens compris dans les
A RT. 4. La qualité de citoyen français se
listes communales d’un département, dési-
perd,
gnent également un dixième d’entre eux. Il
Par la naturalisation en pays étranger ;
en résulte une seconde liste dite départe-
Par l’acceptation de fonctions ou de pen-
mentale, dans laquelle doivent être pris les
sions offertes par un Gouvernement étran-
fonctionnaires publics du département.
ger ;
Par l’affiliation à toute corporation étran- A RT. 9. Les citoyens portés dans la liste
gère qui supposerait des distinctions de nais- départementale, désignent pareillement un
sance ; dixième d’entre eux : il en résulte une troi-
Par la condamnation à des peines afflic- sième liste qui comprend les citoyens de
tives ou infamantes. ce département éligibles aux fonctions pu-
bliques nationales.
A RT. 5. L’exercice des droits de citoyen
français est suspendu, par l’état de débiteur A RT. 10. Les citoyens ayant droit de co-
failli, ou d’héritier immédiat détenteur à opérer a la formation de l’une des listes
titre gratuit de la succession totale ou par- mentionnées, aux trois articles précédens,
tielle d’un failli ; sont appelés tous les trois ans à pourvoir

133
F RANCE

au remplacement des inscrits décédés, ou A RT. 16. La nomination à une place de


absens pour toute autre cause que l’exercice sénateur se fait par le Sénat, qui choisit
d’une fonction publique. entre trois candidats présentés, le premier
par le Corps législatif ; le second, par le
A RT. 11. Ils peuvent, en même temps,
Tribunat ; et le troisième, par le Premier
retirer de la liste les inscrits qu’ils ne jugent
Consul.
pas à propos d’y maintenir, et les remplacer
Il ne choisit qu’entre deux candidats, si
par d’autres citoyens dans lesquels ils ont
l’un d’eux est proposé par deux des trois au-
une plus grande confiance.
torités présentantes : il est tenu d’admettre
A RT. 12. Nul n’est retiré d’une liste que celui qui serait proposé à la fois par les trois
par les votes de la majorité absolue des ci- autorités.
toyens ayant droit de coopérer à sa forma-
tion. A RT. 17. Le Premier Consul sortant de
place, soit par l’expiration de ses fonctions,
A RT. 13. On n’est point retiré d’une liste soit par démission, devient sénateur de plein
d’éligibles par cela seul qu’on n’est pas droit et nécessairement.
maintenu sur une autre liste d’un degré in- Les deux autres consuls, durant le mois
férieur ou supérieur. qui suit l’expiration de leurs fonctions,
peuvent prendre place dans le Sénat, et ne
A RT. 14. L’inscription sur une liste d’éli-
sont pas obligés d’user de ce droit.
gibles n’est nécessaire qu’à l’égard de
Ils ne l’ont point quand ils quittent leurs
celles, des fonctions publiques pour les-
fonctions consulaires par démission.
quelles cette condition est expressément exi-
gée par la Constitution ou par la loi. Les A RT. 18. Un sénateur est à jamais inéli-
listes d’éligibles seront formées pour la pre- gible à toute autre fonction publique.
mière fois dans le cours de l’an neuf.
Les citoyens qui seront nommés pour A RT. 19. Toutes les listes faites dans les
la première formation des autorités consti- départemens en vertu de l’article 9, sont
tuées, feront partie nécessaire des premières adressées au Sénat : elles composent la liste
listes d’éligibles. nationale.
A RT. 20. Il élit dans cette liste les Lé-
TITRE II gislateurs, les Tribuns, les Consuls, les
Juges de cassation, et les Commissaires à la
Du Sénat conservateur Comptabilité.
A RT. 15. Le Sénat conservateur est com- A RT. 21. Il maintient ou annulle tous les
posé de quatre-vingts membres, inamo- actes qui lui sont déférés comme inconstitu-
vibles et à vie, âgés de quarante ans au tionnels par le Tribunat ou par le Gouverne-
moins. ment : les listes d’éligibles sont comprises
Pour la formation du Sénat, il sera parmi ces actes.
d’abord nommé soixante membres : ce
nombre sera porté à soixante-deux dans A RT. 22. Des revenus de domaines natio-
le cours de l’an huit, à soixante-quatre naux déterminés sont affectés aux dépenses
en l’an neuf, et s’élèvera ainsi graduelle- du Sénat. Le traitement annuel de chacun
ment à quatre-vingts par l’addition de deux de ses membres se prend sur ces revenus, et
membres en chacune des dix premières an- il est égal au vingtième de celui du premier
nées. consul.

134
C ONSTITUTION DE L ’ AN VIII (1799)

A RT. 23. Les séances du Sénat ne sont dans toutes les parties de l’administration
pas publiques. publique, mais Jamais sur les affaires civiles
ou criminelles portées devant les tribunaux.
A RT. 24. Les Citoyens Sieyes et Roger-
Les vœux qu’il manifeste en vertu du pré-
Ducos, consuls sortans, sont nommés
sent article, n’ont aucune suite nécessaire,
membres du Sénat conservateur : ils se
et n’obligent aucune autorité constituée à
réuniront avec le second et le troisième
une délibération.
Consul nommés par la présente Constitu-
tion. Ces quatre citoyens nomment la ma- A RT. 30. Quant le Tribunat s’ajourne,
jorité du Sénat, qui se complète ensuite lui- il peut nommer une commission de dix à
même, et procède aux élections qui lui sont quinze de ses membres, chargée de le convo-
confiées. quer si elle le juge convenable.

A RT. 31. Le Corps législatif est composé


TITRE III de trois cents membres, âgés de trente ans
Du Pouvoir législatif au moins ; ils sont renouvelés par cinquième
tous les ans.
A RT. 25. Il ne sera promulgué de lois Il doit toujours s’y trouver un citoyen au
nouvelles que lorsque le projet en aura été moins de chaque département de la Répu-
proposé par le Gouvernement, communiqué blique.
au Tribunat, et décrété par le Corps législa-
tif. A RT. 32. Un membre en sortant du Corps
législatif ne peut y rentrer qu’après un an
A RT. 26. Les projets que le Gouverne-
d’intervalle ; mais il peut être immédiate-
ment propose, sont rédigés en articles. En
ment élu à toute autre fonction publique, y
tout état de la discussion de ces projets, le
compris celle de tribun, s’il y est d’ailleurs
Gouvernement peut les retirer ; il peut les
éligible.
reproduire modifiés.
A RT. 27. Le Tribunat est composé de A RT. 33. La session du Corps législatif
cent membres, âgés de vingt-cinq ans au commence chaque année le 1er frimaire, et
moins ; ils sont renouvelés par cinquième ne dure que quatre mois ; il peut être ex-
tous les ans, et indéfiniment rééligibles tant traordinairement convoqué durant les huit
qu’ils demeurent sur la liste nationale. autres par le Gouvernement.

A RT. 28. Le Tribunat discute les projets A RT. 34. Le Corps législatif fait la loi en
de loi ; il en vote l’adoption ou le rejet. statuant par scrutin secret, et sans aucune
Il envoie trois orateurs pris dans son sein, discussion de la part de ses membres, sur
par lesquels les motifs du vœu qu’il a ex- les projets de loi débattus devant lui par les
primé sur chacun de ces projets, sont expo- orateurs du Tribunat et du Gouvernement.
sés et défendus devant le Corps législatif.
Il défère au Sénat, pour cause d’inconsti- A RT. 35. Les séances du Tribunat et
tutionnalité seulement, les listes d’éligibles, celles du Corps législatif sont publiques ;
les actes du Corps législatif et ceux du Gou- le nombre des assistans soit aux unes, soit
vernement. aux autres, ne peut excéder deux cents.

A RT. 29. Il exprime son vœu sur les A RT. 36. Le traitement annuel d’un tri-
lois faites et à faire, sur les abus à corri- bun est de quinze mille francs ; celui d’un
ger, sur les améliorations à entreprendre législateur, de dix mille francs.

135
F RANCE

A RT. 37. Tout décret du Corps législa- de paix et les juges de cassation, sans pou-
tif, le dixième jour après son émission, est voir les révoquer.
promulgué par le premier consul, à moins
A RT. 42. Dans les autres actes du Gou-
que dans ce délai, il n’y ait eu recours au
vernement, le second et le troisième Consul
Sénat pour cause d’inconstitutionnalité. Ce
ont voix consultative : ils signent le registre
recours n’a point lieu contre les lois promul-
de ces actes pour constater leur présence ;
guées.
et s’ils le veulent, ils y consignent leurs opi-
A RT. 38. Le premier renouvellement du nions ; après quoi la décision du Premier
Corps législatif et du Tribunat, n’aura lieu Consul suffit.
que dans le cours de l’an dix.
A RT. 43. Le traitement du Premier
Consul sera de cinq cent mille francs en
l’an huit. Le traitement de chacun des deux
TITRE IV autres consuls est égal aux trois dixièmes
de celui du premier.
Du Gouvernement
A RT. 44. Le Gouvernement proposé les
A RT. 39. Le Gouvernement est confié lois, et fait les réglemens nécessaires pour
à trois consuls nommés pour dix ans, et assurer leur exécution.
indéfiniment rééligibles.
A RT. 45. Le Gouvernement dirige les
Chacun d’eux est élu individuellement,
recettes et les dépenses de l’Etat, conformé-
avec la qualité distincte ou de Premier, ou
ment à la loi annuelle qui détermine le mon-
de second, ou de troisième Consul.
tant des unes et des autres ; il surveille la
La Constitution nomme PREMIER
fabrication des monnaies, dont la loi seule
CONSUL le Citoyen B ONAPARTE , ex-
ordonne l’émission, fixe le titre, le poids et
Consul provisoire ; SECOND CONSUL, le
le type.
Citoyen C AMBACÉRÉS, ex-Ministre de la
Justice ; et TROISIÈME CONSUL le Citoyen A RT. 46. Si le Gouvernement est in-
L EBRUN, ex-membre de la commission du formé qu’il se trame quelque conspiration
Conseil des Anciens. contre l’État, il peut décerner des mandats
Pour cette fois, le troisième Consul n’est d’amener et des mandats d’arrêt contre les
nommé que pour cinq ans. personnes qui en sont présumées les auteurs
ou les complices ; mais si, dans un délai de
A RT. 40. Le Premier Consul a des fonc-
dix jours après leur arrestation, elles ne sont
tions et des attributions particulières, dans
mises en liberté ou en Justice réglée, il y a,
lesquelles il est momentanément supplée,
de la part du ministre signataire du mandat,
quand il y a lieu, par un de ses collègues.
crime de détention arbitraire.
A RT. 41. Le Premier Consul promulgue
A RT. 47. Le Gouvernement pourvoit à la
les lois ; il nomme et révoque à volonté les
sûreté intérieure et à la défense extérieure
membres du conseil d’état, les ministres,
de l’État ; il distribue les forces de terre et
les ambassadeurs et autres, agens extérieurs
de mer, et en règle la direction.
en chef, les officiers de l’armée de terre et
de mer, les membres des administrations A RT. 48. La garde nationale en activité
locales, et les commissaires du Gouverne- est soumise aux réglemens d’administra-
ment près les tribunaux. Il nomme tous les tion publique : la garde nationale sédentaire
juges criminels et civils autres que les juges n’est soumise qu’à la loi.

136
C ONSTITUTION DE L ’ AN VIII (1799)

A RT. 49. Le Gouvernement entretient payer qu’en vertu, 1.° d’une loi, et jusqu’à
des relations politiques au-dehors, conduit la concurrence des fonds qu’elle a détermi-
les négociations, fait les stipulations préli- nés pour un genre de dépenses ; 2.° d’un
minaires, signe, fait signer et conclut tous arrêté du Gouvernement ; 3.° d’un mandat
les traités de paix, d’alliance, de trêve, de signé par un ministre.
neutralité, de commerce, et autres conven-
tions. A RT. 57. Les comptes détaillés de la dé-
pense de chaque ministre, signés et certifiés
A RT. 50. Les déclarations de guerre et par lui, sont rendus publics.
les traités de paix, d’alliance et de com-
merce, sont proposés, discutés, décrétés et A RT. 58. Le Gouvernement ne peut élire
promulgués comme des lois. ou conserver pour conseillers d’état, pour
Seulement les discussions et délibéra- ministres, que des citoyens dont les noms
tions sur ces objets, tant dans le Tribunat se trouvent inscrits sur la liste nationale.
que dans le Corps législatif, se font en co- A RT. 59. Les administrations locales éta-
mité secret quand le Gouvernement le de- blies soit pour chaque arrondissement com-
mande. munal, soit pour des portions plus éten-
A RT. 51. Les articles secrets d’un traité dues du territoire, sont subordonnées, aux
ne peuvent être destructifs des articles pa- ministres. Nul ne peut devenir ou rester
tens. membre de ces administrations, s’il n’est
porté ou maintenu sur l’une des listes men-
A RT. 52. Sous la direction des consuls, tionnées aux articles 7 et 8.
le conseil d’état est chargé de rédiger les
projets de lois et les réglemens d’adminis-
tration publique, et de résoudre les difficul- TITRE V
tés qui s’élèvent en matière administrative. Des Tribunaux
A RT. 53. C’est parmi les membres du
A RT. 60. Chaque arrondissement com-
conseil d’état que sont toujours pris les ora-
munal a un ou plusieurs juges de paix, élus
teurs chargés de porter la parole au nom du
immédiatement par les citoyens pour trois
Gouvernement devant le Corps législatif.
années.
Ces orateurs ne sont jamais envoyés au
Leur principale fonction consiste à conci-
nombre de plus de trois pour la défense d’un
lier les parties, qu’ils invitent, dans le cas
même projet de loi.
de non-conciliation, à se faire juger par des
A RT. 54. Les ministres procurent l’exé- arbitres.
cution des lois et des réglemens d’adminis-
A RT. 61. En matière civile, il y a des
tration publique.
tribunaux de première instance et des tribu-
A RT. 55. Aucun acte du Gouvernement naux d’appel. La loi détermine l’organisa-
ne peut avoir d’effet s’il n’est signé par un tion des uns et des autres, leur compétence,
ministre. et le territoire formant le ressort de chacun.
A RT. 56. L’un des ministres est spécia- A RT. 62. En matière de délits emportant
lement chargé de l’administration du tré- peine afflictive ou infamante, un premier
sor public : il assure les recettes, ordonne jury admet ou rejette l’accusation : si elle
les mouvemens de fonds et les paiemens est admise, un second jury reconnaît le fait ;
autorisés par la loi. Il ne -peut rien faire et les juges formant un tribunal criminel,

137
F RANCE

appliquent la peine. Leur jugement est sans TITRE VI


appel. De la responsabilité des
Fonctionnaires publics
A RT. 63. La fonction d’accusateur pu-
blic près un tribunal criminel, et remplie
par le commissaire du Gouvernement. A RT. 69. Les fonctions des membres soit
du Sénat, soit du Corps législatif, soit du Tri-
A RT. 64. Les délits qui n’emportent pas bunat, celles des consuls et des conseillers
peine afflictive ou infamante, sont jugés par d’état, ne donnent lieu à aucune responsabi-
des tribunaux de police correctionnelle, sauf lité.
l’appel aux tribunaux criminels.
A RT. 70. Les délits personnels empor-
tant peine afflictive ou infamante, commis
A RT. 65. Il y a, pour toute la République,
par un membre soit du Sénat, soit du Tribu-
un tribunal de cassation, qui prononce sur
nat, soit du Corps législatif, soit du conseil
les demandes en cassation contre les juge-
d’état, sont poursuivis devant les tribunaux
mens en dernier ressort rendus par les tribu-
ordinaires, après qu’une délibération du
naux ; sur les demandes en renvoi d’un tri-
corps auquel le prévenu appartient, a au-
bunal à un autre pour cause de suspicion lé-
torisé cette poursuite.
gitime ou de sûreté publique ; sur les prises
à partie contre un tribunal entier. A RT. 71. Les ministres prévenus de dé-
lits privés emportant peine afflictive ou in-
A RT. 66. Le tribunal de cassation ne famante, sont considérés comme membres
connaît point du fond des affaires ; mais du conseil d’état.
il casse les jugemens rendus sur des procé-
dures dans lesquelles les formes ont été vio- A RT. 72. Les ministres sont respon-
lées, ou qui contiennent quelque contraven- sables, 1.° de tout acte de gouvernement
tion expresse à la loi ; et il renvoie le fond signé par eux, et déclaré inconstitutionnel
du procès au tribunal qui doit en connaître. par le Sénat ; 2.° de l’inexécution des lois et
des réglemens d’administration publique ;
A RT. 67. Les juges composant les tri- 3.° des ordres particuliers qu’ils ont donnés,
bunaux de première instance, et les com- si ces ordres sont contraires à la Constitu-
missaires du Gouvernement établis près ces tion, aux lois et aux réglemens.
tribunaux, sont pris dans la liste communale
ou dans la liste départementale. A RT. 73. Dans les cas de l’article précé-
Les juges formant les tribunaux d’appel, dent, le Tribunat dénonce le ministre par un
et les commissaires placés près d’eux, sont acte sur lequel le Corps législatif délibère
pris dans la liste départementale. dans les formes ordinaires, après avoir en-
Les juges composant le tribunal de cas- tendu ou appelé le dénoncé. Le ministre mis
sation, et les commissaires établis près ce en jugement par un décret du Corps législa-
tribunal, sont pris dans la liste nationale. tif, est jugé par une haute cour, sans appel
et sans recours en cassation.
A RT. 68. Les juges, autres que les juges La haute cour est composée de juges et
de paix, conservent leurs fonctions toute de jurés. Les juges sont choisis par le tri-
leur vie, à moins qu’ils ne soient condam- bunal de cassation, et dans son sein ; les
nés pour forfaiture, ou qu’ils ne soient pas jurés sont pris dans la liste nationale : le
maintenus sur les listes d’éligibles. tout suivant les formes que la loi détermine.

138
C ONSTITUTION DE L ’ AN VIII (1799)

A RT. 74. Les juges civils et criminels A RT. 79. Tout gardien ou geôlier est tenu,
sont, pour les délits relatifs à leurs fonc- sans qu’aucun ordre puisse l’en dispenser,
tions, poursuivis devant les tribunaux aux- de représenter la personne détenue a l’of-
quels celui de cassation les renvoie après ficier civil ayant la police de la maison de
avoir annullé leurs actes. détention, toutes les fois qu’il en sera requis
par cet officier.
A RT. 75. Les agens du Gouvernement,
autres que les ministres, ne peuvent être A RT. 80. La représentation de la per-
poursuivis pour des faits relatifs à leurs sonne détenue ne pourra être refusée à ses
fonctions, qu’en vertu d’une décision du parens et amis porteurs de l’ordre de l’offi-
conseil d’état : en ce cas, la poursuite a lieu cier civil, lequel sera toujours tenu de l’ac-
devant les tribunaux ordinaires. corder, à moins que le gardien ou geôlier
ne représente une ordonnance du juge pour
tenir la personne au secret.
TITRE VII A RT. 81. Tous ceux qui, n’ayant point
Dispositions générales reçu de la loi le pouvoir de faire arrêter, don-
neront, signeront, exécuteront l’arrestation
A RT. 76. La maison de toute personne d’une personne quelconque ; tous ceux qui,
habitant le territoire français, est un asile même dans le cas de l’arrestation autori-
inviolable. sée par la loi, recevront ou retiendront la
Pendant la nuit, nul n’a le droit d’y entrer personne arrêtée, dans un lieu de détention
que dans le cas d’incendie, d’inondation, non publiquement et légalement désigné
ou de réclamation faite de l’intérieur de la comme tel, et tous les gardiens ou geôliers
maison. qui contreviendront aux dispositions des
Pendant le jour, on peut y entrer pour un trois articles précédens, seront coupables
objet spécial déterminé ou par une loi, ou du crime de détention arbitraire.
par un ordre émané d’une autorité publique. A RT. 82. Toutes rigueurs employées
dans les arrestations, détentions ou exécu-
A RT. 77. Pour que l’acte qui ordonne
tions, autres que celles autorisées par les
l’arrestation d’une personne puisse être exé-
lois, sont des crimes.
cuté, il faut, 1.° qu’il exprime formellement
le motif de l’arrestation, et la loi en exécu- A RT. 83. Toute personne a le droit
tion de laquelle elle est ordonnée ; 2.° qu’il d’adresser des pétitions individuelles à
émane d’un fonctionnaire à qui la loi ait toute autorité constituée, et spécialement
donné formellement ce pouvoir ; 3.° qu’il au Tribunat.
soit notifié à la personne arrêtée, et qu’il lui
en soit laissé copie. A RT. 84. La force publique est essentiel-
lement obéissante ; nul corps armé ne peut
A RT. 78. Un gardien ou geôlier ne délibérer.
peut recevoir ou détenir aucune personne
A RT. 85. Les délits des militaires sont
qu’après avoir transcrit sur son registre
soumis à des tribunaux spéciaux, et à des
l’acte qui ordonne l’arrestation : cet acte
formes particulières de jugement.
doit être un mandat donné dans les formes
prescrites par l’article précédent, ou une or- A RT. 86. La Nation française déclare
donnance de prise de corps, ou un décret qu’il sera accordé des pensions à tous les
d’accusation, ou un jugement. militaires blessés à la défense de la Patrie,

139
F RANCE

ainsi qu’aux veuves et aux enfans des mili- A RT. 94. La Nation française déclare
taires morts sur. le champ de bataille ou des qu’après une vente légalement consommée
suites de leurs blessures. de biens nationaux, quelle qu’en soit l’ori-
gine, l’acquéreur légitime ne peut en être
A RT. 87. Il sera décerné, des récom-
dépossédé, sauf aux tiers réclamans à être,
penses nationales aux guerriers qui auront
s’il y a lieu, indemnisés par le trésor public.
rendu des services éclatans en combattant
pour la République. A RT. 95. La présente Constitution sera
offerte de suite à l’acceptation du peuple
A RT. 88. Un Institut national est chargé français.
de recueillir les découvertes, de perfection- Fait à Paris, le 22 Frimaire, an 8 de la
ner les sciences et les arts. République française, une et indivisible.
A RT. 89. Une commission de compta- R EGNIER, président de la Commis-
bilité nationale règle et vérifie les comptes sion du Conseil des Anciens ; JACQUE -
des recettes et des dépenses de la Répu- MINOT , président de la Commission du
blique. Cette commission est composée de Conseil des Cinq-cents ; ROUSSEAU, V ER -
sept membres choisis par le Sénat dans la NIER , secrétaires de la Commission du
liste nationale. Conseil des Anciens ; A LEX. V ILLE -
A RT. 90. Un corps constitué ne peut TARD , F REGEVILLE , secrétaires de la
prendre de délibération que dans une séance Commission du Conseil des Cinq-cents ;
où les deux tiers au moins de ses membres ROGER -D UCOS, S IEYES, B ONAPARTE,
se trouvent présens. Consuls ; P. C. L AUSSAT, FARGUES, N.
B EAUPUY, B EAUVAIS, C ABANIS, P ER -
A RT. 91. Le régime des colonies fran- RIN (des Vosges), D EPERE , C ORNET ,
çaises est déterminé par des lois spéciales. L UDOT, G IROT, P OUZOL, L EMERCIER,
C HATRY-L AFOSSE, C HOLET (de la Gi-
A RT. 92. Dans le cas de révolte à main
ronde), C AILLEMER, BARA, C HASSIRON,
armée, ou de troubles qui menacent la sû-
G OURLAY, P ERE (des Hautes-Pyrénées),
reté de l’État, la loi peut suspendre, dans
P ORCHER, V IMAR, T HIESSE, B EREN -
les lieux et pour le temps qu’elle détermine,
GER , C ASENAVE , S EDILLEZ , T HIBAULT ,
l’empire de la Constitution.
DAUNOU, H ERWYN, J OSEPH C ORNU -
Cette suspension peut être provisoire-
DET , P. A. L ALOY , L ENOIR -L AROCHE ,
ment déclarée dans les mêmes cas, par un
J. A. C REUZE -L ATOUCHE, A RNOULD
arrêté du Gouvernement, le Corps législatif
(de la Seine), G OUPIL -P REFELN fils,
étant en vacance, pourvu que ce corps soit
M ATHIEU, C HABAUD, C RETET, B OU -
convoqué au plus court terme par un article
LAY (de la Meurthe), G ARAT , E MILE
du même arrêté.
G AUDIN, L EBRUN, L UCIEN -B ONAPARTE,
A RT. 93. La Nation française déclare D EVINCK -T HIERRY, J. P. C HAZAL,
qu’en aucun cas elle ne souffrira le retour M. J. C HENIER .
des Français qui, ayant abandonné leur pa-
trie depuis le 14 juillet 1789, ne sont pas
compris dans les exceptions portées aux 1 Vérifiée sur la base du Bulletin des Lois de la
lois rendues contre les émigrés ; elle interdit République, 2e série, volume 9, Paris : Imprime-
rie Nationale des Lois, an VIII/1800, N. 333, 1–20
toute exception nouvelle sur ce point,
et corrigé à l’aide du manuscrit original conservé
Les biens des émigrés sont irrévocable- en réserve du Musée de l’histoire de France, Pa-
ment acquis au profit de la République. ris sous la côte <AE/I/10 Pièce 7> accessible

140
C ONSTITUTION DE L ’ AN VIII (1799)

sur http://www.culture.gouv.fr/documentation/archim/ sera profondément modifiée par le senatus-consulte


accueil.html. L’orthographe, les majuscules et la ponc- du 28 floréal an XII qui confie le gouvernement de la
tuation correspondent au manuscrit original chaque République à un Empereur. En vigueur jusqu’à l’acte
fois que la graphie de celui-ci est certaine. Constitu- d’abdication des 11–13 avril 1814, elle ressurgit avec
tion de la République française du 25 frimaire (15 dé- l’Acte additionnel aux constitutions de l’Empire du 22
cembre) proclamée le 23 frimaire (13 décembre) et ac- avril 1815 avant de disparaître définitivement après les
ceptée par le peuple a posteriori le 7 février 1800, elle Cent Jours.

141
Constitution de l’an X (1802)

Sénatus-Consulte organique de la Constitution1

Du 16 Thermidor, an X de la République TITRE IER


une et indivisible.
A RT. Ier . Chaque ressort de justice de
B ONAPARTE, premier Consul, au nom paix a une assemblée de canton.
du peuple français, PROCLAME loi de la Ré-
publique le sénatus-consulte dont la teneur II. Chaque arrondissement communal ou
suit : district de sous-préfecture, a un collége élec-
toral d’arrondissement.

SÉNATUS-CONSULTE III. Chaque département a un collége


électoral de département.
Extrait des registres du Sénat
conservateur, du 16 Thermidor, an X
de la République
TITRE II
L E S ENAT CONSERVATEUR, réuni au Des Assemblées de canton
nombre de membres prescrit par l’article
90 de la Constitution ; IV. L’assemblée de canton se compose de
tous les citoyens domiciliés dans le canton,
Vu le message des Consuls de la Répu- et qui y sont inscrits sur la liste communale
blique, en date de ce jour, annonçant l’envoi d’arrondissement.
de trois orateurs du Gouvernement, chargés A dater de l’époque où, aux termes de la
de présenter au Sénat, un projet de sénatus- Constitution, les listes communales doivent
consulte organique de la Constitution ; être renouvelées, l’assemblée de canton
sera composée de tous les citoyens domi-
Vu ledit projet de sénatus-consulte, pré-
ciliés dans le canton, et qui y jouissent des
senté au Sénat par les C.ens Regnier, Porta-
droits de citoyen.
lis et Dessolles, conseillers d’état, nommés
à cet effet par arrêté du premier Consul de V. Le premier Consul nomme le pré-
la République, sous la même date ; sident de l’assemblée de canton ;
Ses fonctions durent cinq ans : il peut
Après avoir entendu les orateurs du Gou-
être renommé indéfiniment.
vernement sur les motifs dudit projet ;
Il est assisté de quatre scrutateurs, dont
Délibérant sur le rapport qui lui a été fait deux sont les plus âgés, et les deux autres
par sa commission spéciale, nommée dans les plus imposés des citoyens ayant droit de
la séance du 11 de ce mois, voter dans l’assemblée de canton.
Le président et les quatre scrutateurs
D ÉCRÈTE ce qui suit : nomment le secrétaire.

143
F RANCE

VI. L’assemblée de canton se divise en XIV. L’assemblée de canton nomme


sections pour faire les opérations qui lui ap- au collége électoral d’arrondissement, le
partiennent. nombre de membres qui lui est assigné, en
Lors de la première convocation de raison du nombre de citoyens dont elle se
chaque assemblée, l’organisation et les compose.
formes en seront déterminées par un règle-
XV. Elle nomme au collége électoral de
ment émané du Gouvernement.
département, sur une liste dont il sera parlé
VII. Le président de l’assemblée de can- ci-après, le nombre de membres qui lui est
ton nomme les présidens des sections. attribué.
Leurs fonctions finissent avec chaque as-
XVI. Les membres des colléges électo-
semblée sectionnaire.
raux doivent être domiciliés dans les arron-
Ils sont assistés chacun de deux scruta-
dissemens et départemens respectifs.
teurs, dont l’un est le plus âgé, et l’autre
le plus imposé des citoyens ayant droit de XVII. Le Gouvernement convoque les
voter dans la section. assemblées de canton, fixe le temps de leur
durée et l’objet de leur réunion.
VIII. L’assemblée de canton désigne
deux citoyens sur lesquels le premier
Consul choisit le juge de paix du canton.
Elle désigne pareillement deux citoyens
pour chaque place vacante de suppléant de TITRE III
juge de paix.
Des Colléges électoraux
XIX. Les juges de paix et leurs sup-
pléans sont nommés pour dix ans. XVIII. Les colléges électoraux d’arron-
dissement ont un membre pour cinq cents
X. Dans les villes de cinq mille ames, habitans domiciliés dans l’arrondissement.
l’assemblée de canton présente deux ci- Le nombre des membres ne peut néan-
toyens pour chacune des places du conseil moins excéder deux cents, ni être au-
municipal. Dans les villes où il y aura plu- dessous de cent vingt.
sieurs justices de paix ou plusieurs assem-
blées de canton, chaque assemblée présen- XIX. Les colléges électoraux de départe-
tera pareillement deux citoyens pour chaque ment ont un membre par mille habitans do-
place du conseil municipal. miciliés dans le département ; et néanmoins
ces membres ne peuvent excéder trois cents,
XI. Les membres des conseils munici- ni être au-dessous de deux cents.
paux sont pris par chaque assemblée de can-
ton, sur la liste des cent plus imposés du XX. Les membres des colléges électo-
canton. Cette liste sera arrêtée et imprimée raux sont à vie.
par ordre du préfet. XXI. Si un membre d’un collége électo-
ral est dénoncé au Gouvernement, comme
XII. Les conseils municipaux se renou-
s’étant permis quelque acte contraire à
vellent tous les dix ans par moitié.
l’honneur ou à la patrie, le Gouvernement
XIII. Le premier Consul choisit les invite le collége à manifester son vœu :
maires et adjoints dans les conseils munici- il faut les trois quarts des voix pour faire
paux : ils sont cinq ans en place ; ils peuvent perdre au membre dénoncé sa place dans le
être renommés. collége.

144
C ONSTITUTION DE L ’ AN X (1802)

XXII. On perd sa place dans les colléges Il n’est point assujetti, pour ces nomina-
électoraux pour les mêmes causes qui font tions, à des époques déterminées.
perdre le droit de citoyen.
On la perd également, lorsque, sans em- XXVIII. Les colléges électoraux d’ar-
pêchement légitime, on n’a point assisté à rondissement présentent au premier Consul
trois réunions successives. deux citoyens domiciliés dans l’arrondis-
sement, pour chaque place vacante dans le
XXIII. Le premier Consul nomme les conseil d’arrondissement.
présidens des colléges électoraux à chaque Un au moins de ces citoyens doit être pris
session. hors du collége électoral qui le désigne.
Le président a seul la police du collége Les conseils d’arrondissement se renou-
électoral, lorsqu’il est assemblé. vellent par tiers tous les cinq ans.

XXIV. Les colléges électoraux XXIX. Les colléges électoraux d’arron-


nomment, à chaque session, deux scru- dissement présentent, à chaque réunion,
tateurs et un secrétaire. deux citoyens pour faire partie de la liste sur
laquelle doivent être choisis les membres
XXV. Pour parvenir à la formation des du Tribunat.
colléges électoraux de département, il sera Un au moins de ces citoyens doit être
dressé dans chaque département, sous les pris nécessairement hors du collége qui le
ordres du ministre des finances, une liste présente.
des six cents citoyens plus imposés aux Tous deux peuvent être pris hors du dé-
rôles des contributions foncière, mobiliaire partement.
et somptuaire, et au rôle des patentes.
On ajoute à la somme de la contribu- XXX. Les colléges électoraux de dépar-
tion, dans le domicile du département, celle tement présentent au premier Consul deux
qu’on peut justifier payer dans les autres citoyens domiciliés dans le département,
parties du territoire de la France et de ses pour chaque place vacante dans le conseil
colonies. général du département.
Cette liste sera imprimée. Un de ces citoyens au moins doit être
pris nécessairement hors du collége électo-
XXVI. L’assemblée de canton prendra ral qui le présente.
sur cette liste les membres qu’elle devra Les conseils généraux de département se
nommer au collége électoral du départe- renouvellent par tiers tous les cinq ans.
ment.
XXXI. Les colléges électoraux de dépar-
XXVII. Le premier Consul peut ajouter tement présentent, à chaque réunion, deux
aux colléges électoraux d’arrondissement citoyens pour former la liste sur laquelle
dix membres pris parmi les citoyens appar- sont nommés les membres du Sénat.
tenant à la légion d’honneur, ou qui ont Un au moins doit être nécessairement
rendu des services. pris hors du collége qui le présente ; et tous
Il peut ajouter à chaque collége électo- deux peuvent être pris hors du département.
ral de département vingt citoyens, dont dix Ils doivent avoir l’âge et les qualités exi-
pris parmi les trente plus imposés du dé- gés par la Constitution.
partement, et les dix autres, soit parmi les
membres de la légion d’honneur, soit parmi XXXII. Les colléges électoraux de dé-
les citoyens qui ont rendu des services. partement et d’arrondissement présentent

145
F RANCE

chacun deux citoyens domiciliés dans le dé- XXXVIII. La dissolution d’un corps
partement, pour former la liste sur laquelle électoral opère le renouvellement de tous
doivent être nommés les membres de la dé- ses membres.
putation au Corps législatif.
Un de ces citoyens doit être pris néces-
sairement hors du collége qui le présente.
Il doit y avoir trois fois autant de can-
didats différens sur la liste formée par la TITRE IV
réunion des présentations des colléges élec- Des Consuls
toraux de département et d’arrondissement,
qu’il y a de places vacantes. XXXIX. Les Consuls sont à vie.
Ils sont membres du Sénat, et le pré-
XXXIII. On peut être membre d’un sident.
conseil de commune et d’un collége électo-
ral d’arrondissement ou de département. XL. Le second et le troisième Consuls
On ne peut être à-la-fois membre d’un sont nommés par le Sénat, sur la présenta-
collége d’arrondissement et d’un collége de tion du premier.
département. XLI. A cet effet, lorsque l’une des deux
places vient à vaquer, le premier Consul pré-
XXXIV. Les membres du Corps légis- sente au Sénat un premier sujet ; s’il n’est
latif et du Tribunat ne peuvent assister aux pas nommé, il en présente un second ; si le
séances du collége électoral dont ils feront second n’est pas accepté, il en présente un
partie. Tous les autres fonctionnaires pu- troisième, qui est nécessairement nommé.
blics ont droit d’y assister et d’y voter.
XLII. Lorsque le premier Consul le juge
XXXV. Il n’est procédé par aucune as- convenable, il présente un citoyen pour lui
semblée de canton, à la nomination des succéder après sa mort, dans les formes in-
places qui lui appartiennent dans un col- diquées par l’article précédent.
lége électoral, que quand ces places sont XLIII. Le citoyen nommé pour succéder
réduites aux deux tiers. au premier Consul, prête serment à la Répu-
blique, entre les mains du premier Consul,
XXXVI. Les colléges électoraux ne s’as- assisté des second et troisième Consuls, en
semblent qu’en vertu d’un acte de convo- présence du Sénat, des ministres, du conseil
cation émané du Gouvernement, et dans le d’état, du Corps législatif, du Tribunat, du
lieu qui leur est assigné. tribunal de cassation, des archevêques, des
Ils ne peuvent s’occuper que des opéra- évêques, des présidens des tribunaux d’ap-
tions pour lesquelles ils sont convoqués, ni pel, des présidens des colléges électoraux,
continuer leurs séances au-delà du terme des présidens des assemblées de canton,
fixé par l’acte de convocation. des grands officiers de la légion d’honneur,
S’ils sortent de ces bornes, le Gouverne- et des maires des vingt-quatre principales
ment a le droit de les dissoudre. villes de la République.
Le secrétaire d’état dresse le procès-
XXXVII. Les colléges électoraux ne verbal de la prestation de serment.
peuvent, ni directement ni indirectement,
sous quelque prétexte que ce soit, corres- XLIV. Le serment est ainsi conçu :
pondre entre eux. “Je jure de maintenir la Constitution,

146
C ONSTITUTION DE L ’ AN X (1802)

de respecter la liberté des consciences, de en cas de non-nomination, ils en présentent


m’opposer au retour des institutions féo- chacun un autre, et l’un des deux est néces-
dales, de ne jamais faire la guerre que pour sairement nommé.
la défense et la gloire de la République, et
de n’employer le pouvoir dont je serai re- LI. Si le premier Consul n’a point laissé
vêtu que pour le bonheur du peuple, de qui de présentation, les second et troisième
et pour qui je l’aurai reçu.” Consuls font leurs présentations séparées ;
une première, une seconde ; et si ni l’une ni
XLV. Le serment prêté, il prend séance l’autre n’a obtenu de nomination, une troi-
au sénat, immédiatement après le troisième sième. Le Sénat nomme nécessairement sur
Consul. la troisième.
XLVI. Le premier Consul peut déposer LII. Dans tous les cas, les présentations
aux archives du Gouvernement son vœu sur et la nomination devront être consommées
la nomination de son successeur, pour être dans les vingt-quatre heures qui suivront la
présenté au Sénat après sa mort. mort du premier Consul.
XLVII. Dans ce cas, il appelle le second
LIII. La loi fixe pour la vie de chaque
et le troisième Consuls, les ministres, et les
premier Consul l’état des dépenses du Gou-
présidens des sections du conseil d’état ;
vernement.
En leur présence, il remet au secrétaire
d’état le papier scellé de son sceau, dans
lequel est consigné son vœu. Ce papier est
souscrit par tous ceux qui sont présens à
l’acte.
Le secrétaire d’état le dépose aux ar-
TITRE V
chives du Gouvernement, en présence des Du Sénat
ministres et des présidens des sections du
conseil d’état. LIV. Le Sénat règle par un sénatus-
consulte organique,
XLVIII. Le premier Consul peut retirer 1.◦ La constitution des colonies ;
ce dépôt en observant les formalités pres- 2.◦ Tout ce qui n’a pas été prévu par
crites dans l’article précédent. la Constitution, et qui est nécessaire à sa
XLIX. Après la mort du premier Consul, marche ;
si son vœu est resté déposé, le papier qui le 3.◦ Il explique les articles de la Constitu-
renferme est retiré des archives du Gouver- tion qui donnent lieu à différentes interpré-
nement par le secrétaire d’état, en présence tations.
des ministres et des présidens des sections
LV. Le Sénat, par des actes intitulés
du conseil d’état. L’intégrité et l’identité
Sénatus-consultes,
en sont reconnues en présence des second
1.◦ suspend pour cinq ans les fonctions
et troisième Consuls. Il est adressé au Sé-
de jurés dans les départemens où cette me-
nat par un message du Gouvernement avec
sure est nécessaire ;
expédition des procès-verbaux qui en ont
2.◦ Déclare, quand les circonstances
constaté le dépôt, l’identité et l’intégrité.
l’exigent, des départemens hors de la
L. Si le sujet présenté par le premier Constitution ;
Consul n’est pas nommé, le second et le 3.◦ Détermine le temps dans lequel des
troisième Consuls en présentent chacun un : individus arrêtés en vertu de l’article 46

147
F RANCE

de la Constitution, doivent être traduits de- sur la présentation du premier Consul, qui,
vant les tribunaux, lorsqu’ils ne l’ont pas pour cette présentation, et pour les présenta-
été dans les dix jours de leur arrestation ; tions ultérieures dans le nombre de quatre-
4.◦ Annulle les jugemens des tribunaux, vingts, prend trois sujets sur la liste des ci-
lorsqu’ils sont attentatoires à la sûreté de toyens désignés par les colléges électoraux.
l’Etat ;
5.◦ Dissout le Corps législatif et le Tribu- LXII. Les membres du grand conseil de
nat ; la légion d’honneur sont membres du Sénat,
6.◦ Nomme les Consuls. quel que soit leur âge.
LVI. Les sénatus-consultes organiques,
LXIII. Le premier Consul peut, en outre,
et les sénatus-consultes sont délibérés par
nommer au Sénat, sans présentation préa-
le Sénat, sur l’initiative du Gouvernement.
lable par les colléges électoraux de départe-
Une simple majorité suffit pour les
ment, des citoyens distingués par leurs ser-
sénatus-consultes ; il faut les deux tiers des
vices et leurs talens, à condition néanmoins
voix des membres présens pour un sénatus-
qu’ils auront l’âge requis par la Constitu-
consulte organique.
tion, et que le nombre des sénateurs ne
LVII. Les projets de sénatus-consulte pourra, en aucun cas, excéder cent vingt.
pris en conséquence des articles LIV et LV,
sont discutés dans un conseil privé, com- LXIV. Les sénateurs pourront être
posé des Consuls, de deux ministres, de Consuls, ministres, membres de la légion
deux sénateurs, de deux conseillers d’état, d’honneur, inspecteurs de l’instruction pu-
et de deux grands officiers de la légion blique, et employés dans des missions ex-
d’honneur. traordinaires et temporaires.
Le premier Consul désigne à chaque te- Le Sénat nomme, chaque année, deux de
nue, les membres qui doivent composer le ses membres pour remplir les fonctions de
conseil privé. secrétaires.
LVIII. Le premier Consul ratifie les trai-
LXV. Les ministres ont séance au Sénat,
tés de paix et d’alliance, après avoir pris
mais sans voix délibérative, s’ils ne sont
l’avis du conseil privé.
sénateurs.
Avant de les promulguer, il en donne
connaissance au Sénat.
LIX. L’acte de nomination d’un membre
du Corps législatif, du Tribunat et du tribu- TITRE VI
nal de cassation, s’intitule Arrêté.
Des Conseillers d’état
LX. Les actes du Sénat relatifs à sa po-
lice et à son administration intérieure, s’in-
LXVI. Les conseillers d’état n’excéde-
titulent Délibérations.
ront jamais le nombre de cinquante.
LXI. Dans le courant de l’an XI, il sera
procédé à la nomination de quatorze ci- LXVII. Le conseil d’état se divise en
toyens pour compléter le nombre de quatre- sections.
vingts sénateurs, déterminé par l’article 15
de la Constitution. LXVIII. Les ministres ont rang, séance
Cette nomination sera faite par le Sénat, et voix délibérative au conseil d’état.

148
C ONSTITUTION DE L ’ AN X (1802)

TITRE VII TITRE IX


Du Corps législatif De la Justice et des Tribunaux
LXIX. Chaque département aura dans
le Corps législatif un nombre de membres LXXVIII. Il y a un grand-juge ministre
proportionné à l’étendue de sa population, de la justice.
conformément au tableau ci-joint.
LXX. Tous les membres du Corps légis- LXXIX. Il a une place distinguée au Sé-
latif appartenant à la même députation sont nat et au conseil d’état.
nommés à-la-fois.
LXXX. Il préside le tribunal de cassation
LXXI. Les départemens de la Répu-
et les tribunaux d’appel, quand le Gouver-
blique sont divisés en cinq séries, confor-
nement le juge convenable.
mément au tableau ci-joint.
LXXII. Les députés actuels sont classés LXXXI. Il a sur les tribunaux, les jus-
dans les cinq séries. tices de paix et les membres qui les com-
LXXIII. Ils seront renouvelés dans l’an- posent, le droit de les surveiller et de les
née à laquelle appartiendra la série où sera reprendre.
placé le département auquel ils auront été
attachés. LXXXII. Le tribunal de cassation, pré-
LXXIV. Néanmoins les députés qui ont sidé par lui, a droit de censure et de disci-
été nommés en l’an X, rempliront leurs cinq pline sur les tribunaux d’appel et les tribu-
années. naux criminels : il peut, pour cause grave,
suspendre les juges de leurs fonctions, les
LXXV. Le Gouvernement convoque, mander près du grand-juge, pour y rendre
ajourne et proroge le Corps législatif. compte de leur conduite.

LXXXIII. Les tribunaux d’appel ont


droit de surveillance sur les tribunaux ci-
vils de leur ressort, et les tribunaux civils
TITRE VIII
sur les juges de paix de leur arrondissement.
Du Tribunat

LXXVI. A dater de l’an XIII, le Tribu- LXXXIV. Le commissaire du Gouverne-


nat sera réduit à cinquante membres. ment près le tribunal de cassation surveille
Moitié des cinquante sortira tous les trois les commissaires près les tribunaux d’appel
ans. Jusqu’à cette réduction, les membres et les tribunaux criminels.
sortans ne seront pas remplacés. Les commissaires près les tribunaux d’ap-
pel surveillent les commissaires près les tri-
Le Tribunat se divise en sections. bunaux civils.
LXXVII. Le Corps législatif et le Tri-
bunat sont renouvelés dans tous leurs LXXXV. Les membres du tribunal de
membres quand le Sénat en a prononcé la cassation sont nommés par le Sénat, sur la
dissolution. présentation du premier Consul.

149
F RANCE

Le premier Consul présente trois sujets dans un conseil privé, le grand-juge, deux
pour chaque place vacante. ministres, deux sénateurs, deux conseillers
d’état, et deux juges du tribunal de cassa-
tion.
Le présent sénatus-consulte sera transmis
TITRE X par un message aux Consuls de la Répu-
blique.
Droit de faire grâce
Signé BARTHELEMY, président ; VAU -
BOIS ,FARGUES, secrétaires. Par le Sénat
LXXXVI. Le premier Consul a droit de conservateur ; le secrétaire général, signé
faire grâce. Il l’exerce après avoir entendu, C AUCHY.

TABLEAU
du nombre des députés à élire, par chaque département,
pour la formation du Corps législatif

NOMS NOMBRE NOMS NOMBRE


des des des des
DÉPARTEMENS Députés DÉPARTEMENS Députés
Ain . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. Calvados . . . . . . . . . . . . . 4.
Aisne . . . . . . . . . . . . . . . . 4. Cantal . . . . . . . . . . . . . . . . 2.
Allier . . . . . . . . . . . . . . . . 2. Charente . . . . . . . . . . . . . 3.
Alpes (Basses) . . . . . . . . 1. Charente-Inférieure . . . . 4.
Alpes (Hautes) . . . . . . . . 1. Cher . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.
Alpes-Maritimes . . . . . . 1. Corrèze . . . . . . . . . . . . . . 2.
Ardèche . . . . . . . . . . . . . . 2. Côte-d’Or . . . . . . . . . . . . 3.
Ardennes . . . . . . . . . . . . . 2. Côtes-du-Nord . . . . . . . . 4.
Arriége . . . . . . . . . . . . . . . 2. Creuse . . . . . . . . . . . . . . . 2.
Aube . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. Dordogne . . . . . . . . . . . . 4.
Aude . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. Doubs . . . . . . . . . . . . . . . . 2.
Aveyron . . . . . . . . . . . . . . 3. Drôme . . . . . . . . . . . . . . . 2.
Bouches-du-Rhône . . . . 3. Dyle . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.

150
C ONSTITUTION DE L ’ AN X (1802)

NOMS NOMBRE NOMS NOMBRE


des des des des
DÉPARTEMENS Députés DÉPARTEMENS Députés
Escaut . . . . . . . . . . . . . . . 4. Morbihan . . . . . . . . . . . . . 4.
Eure . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. Moselle . . . . . . . . . . . . . . 4.
Eure-et-Loir . . . . . . . . . . 2. Nèthes (Deux) . . . . . . . . 3.
Finistère . . . . . . . . . . . . . . 4. Nièvre . . . . . . . . . . . . . . . 2.
Forêts . . . . . . . . . . . . . . . . 2. Nord . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.
Gard . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. Oise . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.
Garonne (Haute) . . . . . . 4. Orne . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.
Gers . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. Ourthe . . . . . . . . . . . . . . . 3.
Gironde . . . . . . . . . . . . . . 5. Pas-de-Calais . . . . . . . . . 4.
Golo . . . . . . . . . . . . . . . . . 1. Puy-de-Dôme . . . . . . . . . 4.
Hérault . . . . . . . . . . . . . . . 3. Pyrénées (Basses) . . . . . 2.
Ille-et-Vilaine . . . . . . . . . 4. Pyrénées (Hautes) . . . . . 2.
Indre . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. Pyrénées-Orientales . . . 1.
Indre-et-Loire . . . . . . . . . 2. Rhin (Bas) . . . . . . . . . . . . 4.
Isère . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. Rhin (Haut) . . . . . . . . . . . 3.
Jemmape . . . . . . . . . . . . . 4. Rhin-et-Moselle . . . . . . . 2.
Jura . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. Rhône . . . . . . . . . . . . . . . . 3.
Landes . . . . . . . . . . . . . . . 2. Roer . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.
Léman . . . . . . . . . . . . . . . 2. Sambre-et-Meuse . . . . . 2.
Liamone . . . . . . . . . . . . . 1. Saône (Haute) . . . . . . . . 2.
Loir-et-Cher . . . . . . . . . . 2. Saone-et-Loire . . . . . . . . 4.
Loire . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. Sarre . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.
Loire (Haute) . . . . . . . . . 2. Sarthe . . . . . . . . . . . . . . . . 4.
Loire-Inférieure . . . . . . . 4. Seine . . . . . . . . . . . . . . . . 8.
Loiret . . . . . . . . . . . . . . . . 3. Seine-Inférieure . . . . . . . 6.
Lot . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. Seine-et-Marne . . . . . . . 3.
Lot-et-Garonne . . . . . . . 3. Seine-et-Oise . . . . . . . . . 4.
Lozère . . . . . . . . . . . . . . . 1. Sèvres (Deux) . . . . . . . . 2.
Lys . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. Somme . . . . . . . . . . . . . . . 4.
Maine-et-Loire . . . . . . . . 4. Tarn . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.
Manche . . . . . . . . . . . . . . 4. Var . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.
Marne . . . . . . . . . . . . . . . . 3. Vaucluse . . . . . . . . . . . . . 2.
Marne (Haute) . . . . . . . . 2. Vendée . . . . . . . . . . . . . . . 3.
Mayenne . . . . . . . . . . . . . 3. Vienne . . . . . . . . . . . . . . . 2.
Meurthe . . . . . . . . . . . . . . 3. Vienne (Haute) . . . . . . . . 2.
Meuse . . . . . . . . . . . . . . . 2. Vosges . . . . . . . . . . . . . . . 3.
Meuse-Inférieure . . . . . . 2. Yonne . . . . . . . . . . . . . . . . 3.
Mont-Blanc. . . . . . . . . . . 3. _______
Mont-Tonnerre . . . . . . . . 3. T OTAL . . . . . . . . . . . . . . . 300.

151
F RANCE

TABLEAU
des départemens de la République, divisés en Cinq séries

1.re SÉRIE. Calvados.


Ain. Yonne.
Aisne. Forêts.
Allier. Rhin (Haut).
Eure. Vendée.
Pyrénées-Orientales. Dyle.
Alpes (Hautes). 3.e SÉRIE.
Mont-Tonnerre. Loiret.
Lozère. Isère.
Ardennes. Lot-et-Garonne.
Marne (Haute) Côtes-du-Nord.
Indre-et-Loire. Alpes-Maritimes.
Saone (Haute). Pas-de-Calais.
Aude. Marne.
Aveyron. Arriége.
Cantal. Charente-Inférieure.
Loir-et-Cher. Bouches-du-Rhône.
Manche. Meuse.
Cher. Vienne.
Corrèze. Jura.
Lys. Mont-Blanc.
Gers. Nièvre.
Creuse. Oise.
Deux-Sèvres. Ourthe.
Gard. Ardèche.
Meuse-Inférieure. Mayenne.
2.e SÉRIE. Deux-Nèthes.
Garonne (Haute). Jemmape.
Var. 4.e SÉRIE.
Finistère. Gironde.
Seine-et-Marne. Moselle.
Nord. Morbihan.
Tarn. Alpes (Basses).
Somme. Puy-de-Dôme.
Meurthe. Orne.
Ille-et-Vilaine. Rhin (Bas).
Rhin-et-Moselle. Sambre-et-Meuse.
Vaucluse. Eure-et-Loir.
Pyrénées (Hautes). Loire.

152
C ONSTITUTION DE L ’ AN X (1802)

Aube. Hérault.
Golo. Saone-et-Loire.
Charente. Haute-Vienne.
Vosges. Indre.
Sarre. Lot.
Seine. Landes.
Maine-et-Loire. Léman.
Escaut. Sarthe.
5.e SÉRIE. Liamone.
Dordogne. Rhône.
Doubs. Loire (Haute).
Drôme. Seine-et-Oise.
Seine-Inférieure. Loire-Inférieure.
Pyrénées (Basses). Roer.
Côte-d’Or.

S OIT le présent sénatus-consulte revêtu Le Ministre de la Justice, A BRIAL.


du sceau de l’État, inséré au Bulletin des
lois, inscrit dans les registres des autorités
judiciaires et administratives, et le ministre 1 Vérifiée sur la base du Bulletin des Lois de la Ré-
de la justice chargé d’en surveiller la publi- publique, 3e série, volume 6, Paris : Imprimerie Natio-
cation. A Paris, le 17 Thermidor, an X de la nale des Lois, brumaire an X/1802, N° 206, 535–550.
Sénatus-consulte organique de la Constitution du 16
République. thermidor an X (4 août 1804) dit aussi « Constitution
de l’an X » : ce sénatus-consulte adapte la Constitu-
Signé B ONAPARTE, premier Consul. tion de l’an VIII à la modification introduite par le
Contre-signé, le secrétaire d’état, H UGUES sénatus-consulte du 14 thermidor an X (2 août 1802)
B. M ARET. Et scellé du sceau de l’État. proclamant le Consulat à vie à l’issue du plébiscite qui
ratifie le vote par du Tribunat et du Corps législatif du
Vu, le ministre de la justice, signé 22 floréal an X (12 mai 1802). Entrée en vigueur le 18
A BRIAL. thermidor, la « Constitution de l’an X » prendra fin, de
même que celle de l’an VIII, par le sénatus-consulte
Certifié conforme : du 28 floréal an XII (18 mai 1804).

153
Constitution de l’an XII (1804)

Sénatus-Consulte Organique du 28 Floréal an XII1

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et les A RT. 2. NAPOLÉON B ONAPARTE, Pre-


constitutions de la République, E MPEREUR mier Consul actuel de la République, est
DES F RANÇAIS , à tous présens et à venir, E MPEREUR DES F RANÇAIS.
S ALUT.

Le Sénat, après avoir entendu les orateurs TITRE 2


du Conseil d’Etat, a décrété et nous ORDON - De l’Hérédité
NONS ce qui suit :
A RT. 3. La dignité impériale est hérédi-
Extrait des registres du Sénat taire dans la descendance directe, naturelle
conservateur, du 28 Floréal, an 12 de la et légitime de NAPOLÉON B ONAPARTE, de
République. mâle en mâle, par ordre de primogéniture,
L E S ÉNAT CONSERVATEUR, réuni au et à l’exclusion perpétuelle des femmes et
nombre de membres prescrit par l’article 90 de leur descendance.
de la Constitution ; vu le projet de Senatus- A RT. 4. NAPOLÉON B ONAPARTE peut
consulte rédigé en la forme prescrire par adopter les enfans ou petits-enfans de ses
l’article 57 du Senatus-consulte organique frères, pourvu qu’ils aient atteint l`âge de
en date du 16 thermidor an 10 ; dix-huit ans accomplis, et que lui-même
Après avoir entendu, sur les motifs dudit n’ait point d’enfans mâles au moment de
projet, les orateurs du Gouvernement, et le l’adoption.
rapport de sa commission spéciale, nom- Ses fils adoptifs entrent dans la ligne de
mée dans la séance du 26 de ce mois ; sa descendance directe.
L’adoption ayant été délibérée au Si, postérieurement à l’adoption, il lui
nombre de voix prescrit par l’article 56 survient des enfans mâles, ses fils adoptifs
du Senatus-consulte organique du 16 ther- ne peuvent être appelés qu’après les descen-
midor an 10, dans naturels et légitimes.
D ÉCRÈTE ce qui suit : L’adoption est interdite aux successeurs
de NAPOLÉON B ONAPARTE et à leurs des-
cendans.
TITRE 1ER A RT. 5. À défaut d’héritier naturel et lé-
gitime ou d’héritier adoptif de NAPOLÉON
A RT. 1er . L E G OUVERNEMENT DE LA B ONAPARTE, la dignité impériale est dé-
R ÉPUBLIQUE est confié à un Empereur, volue et déférée a Joseph Bonaparte à ses
qui prend le titre d’E MPEREUR DES F RAN - descendans naturels et légitimes, par ordre
ÇAIS . de primogéniture, et de mâle en mâle, à l’ex-
La justice se rend, au nom de l’Empereur, clusion perpétuelle des femmes et de leur
par les officiers qu’il institue. descendance.

155
F RANCE

A RT. 6. A défaut de Joseph Bonaparte A RT. 12. Ils ne peuvent se marier sans
et de ses descendans mâles, la dignité im- l’autorisation de l’Empereur. Le mariage
périale est dévolue et déférée à Louis Bo- d’un prince français, fait sans l’autorisation
naparte et à ses descendans naturels et lé- de l’Empereur, emporte privation de tout
gitimes, par ordre de primogéniture, et de droit à l’hérédité, tant pour celui qui l’a
mâle en mâle, à l’exclusion perpétuelle des contracté que pour ses descendans.
femmes et de leur descendance. Néanmoins, s’il n’existe point d’enfant
de ce mariage, et qu’il vienne à se dissoudre,
A RT. 7. A défaut d’héritier naturel et lé-
le prince qui l’avait contracté recouvre ses
gitime et d’héritier adoptif de NAPOLÉON
droits à l’hérédité.
B ONAPARTE ;
A défaut d’héritiers naturels et légitimes A RT. 13. Les actes qui constatent la
de Joseph Bonaparte et de ses descendans naissance, les mariages et les décès des
mâles, membres de la famille impériale, sont trans-
De Louis Bonaparte et de ses descendans mis, sur un ordre de l’Empereur, au Sénat,
mâles, qui en ordonne la transcription sur ses re-
Un Senatus-consulte organique, proposé gistres et le dépôt dans ses archives.
au Sénat par les titulaires des grandes digni-
A RT. 14. NAPOLÉON B ONAPARTE éta-
tés de l’Empire, et soumis à l’acceptation du
blit par des statuts auxquels ses successeurs
peuple, nomme l’Empereur, et règle dans
sont tenus de se conformer,
sa famille l’ordre de l’hérédité, de mâle en
1.◦ Les devoirs des individus de tout sexe,
mâle, à l’exclusion perpétuelle des femmes
membres de la famille impériale, envers
et de leur descendance.
l’Empereur ;
A RT. 8. Jusqu’au moment où l’élection 2.◦ Une organisation du palais impérial
du nouvel Empereur est consommée, les conforme à la dignité du trône et à la gran-
affaires de l’État sont gouvernées par les deur de la nation.
Ministres, qui se forment en conseil de gou-
A RT. 15. La liste civile reste réglée ainsi
vernement, et qui délibèrent à la majorité
qu’elle l’a été par les articles 1 et 4 du dé-
des voix Le Secrétaire d’Etat tient le re-
cret du 26 mai 1791.
gistre des délibérations.
Les princes français Joseph et Louis Bo-
naparte, et à l’avenir les fils puînés naturels
TITRE 3 et légitimes de l’Empereur, seront traités
conformément aux articles 1, 10, 11, 12 et
De la Famille Impériale 13 du décret du 21 décembre 1790.
L’Empereur pourra fixer le douaire de
A RT. 9. Les membres de la famille impé-
l’impératrice et l’assigner sur la liste ci-
riale, dans l’ordre de l’hérédité, portent le
vile ; ses successeurs ne pourront rien chan-
titre de Princes français.
ger aux dispositions qu’il aura faites à cet
Le fils aîné de l’Empereur porte celui de
égard.
Prince impérial.
A RT. 16. L’Empereur visite les dépar-
A RT. 10. Un Senatus-consulte règle le
temens : en conséquence, des palais impé-
mode de l’éducation des princes français.
riaux sont établis aux quatre points princi-
A RT. 11. Ils sont membres du Sénat et paux de l’Empire.
du Conseil d’Etat, lorsqu’ils ont atteint leur Ces palais sont désignés et leurs dépen-
dix-huitième année. dances déterminées par une loi.

156
C ONSTITUTION DE L ’ AN XII (1804)

TITRE 4 viendraient à vaquer pendant la minorité, ni


De la Régence user de la prérogative réservée à l’Empereur
d’élever des citoyens au rang de sénateur.
A RT. 17. L’Empereur est mineur jusqu’à Il ne peut révoquer ni le Grand-Juge, ni
l`âge de dix-huit ans accomplis ; pendant sa le Secrétaire d’Etat.
minorité il y a un Régent de l’Empire. A RT. 25. Il n’est pas personnellement
A RT. 18. Le Régent doit être âgé au responsable des actes de son administration.
moins de vingt-cinq ans accomplis. A RT. 26. Tous les actes de la régence
Les femmes sont exclues de la régence. sont au nom de l’Empereur mineur.
A RT. 19. L’Empereur désigne le Régent A RT. 27. Le Régent ne propose au-
parmi les princes français, ayant l’âge exigé cun projet de loi ou de Senatus-consulte,
par l’article précédent ; et à leur défaut, et n’adopte aucun règlement d’administra-
parmi les titulaires des grandes dignités de tion publique, qu’après avoir pris l’avis du
l’Empire. conseil de régence, composé des titulaires
A RT. 20. A défaut de désignation de la des grandes dignités de l’Empire.
part de l’Empereur, la régence est déférée Il ne peut déclarer la guerre, ni signer des
au prince le plus proche en degré, dans traités de paix, d’alliance ou de commerce,
l’ordre de l’hérédité, ayant vingt-cinq ans qu’après en avoir délibéré dans le conseil
accomplis. de régence, dont les membres, pour ce seul
cas, ont voix délibérative. La délibération a
A RT. 21. Si, l’Empereur n’ayant pas dé- lieu à la majorité des voix ; et s’il y a par-
signé le Régent, aucun des princes français tage, elle passe a l’avis du Régent.
n’est âgé de vingt-cinq ans accomplis, le Le Ministre des relations extérieures
Sénat élit le Régent parmi les titulaires des prend séance au conseil de régence, lorsque
grandes dignités de l’Empire. ce conseil délibère sur des objets relatifs à
A RT. 22. Si, à raison de la minorité d’âge son département.
du prince appelé à la régence dans l’ordre Le Grand-Juge, Ministre de la justice, y
de l’hérédité, elle a été déférée à un parent peut être appelé par l’ordre du Régent.
plus éloigné, ou à l’un des titulaires des Le Secrétaire d’Etat tient le registre des
grandes dignités de l’Empire, le Régent en- délibérations.
tré en exercice continue ses fonctions jus- A RT. 28. La régence ne confère aucun
qu’à la majorité de l’Empereur. droit sur la personne de l’Empereur mineur.
A RT. 23. Aucun Senatus-consulte orga- A RT. 29. Le traitement du Régent est
nique ne peut être rendu pendant la régence, fixé au quart du montant de la liste civile.
ni avant la fin de la troisième année qui suit
A RT. 30. La garde de l’Empereur mi-
la majorité.
neur est confiée à sa mère, et à son défaut
A RT. 24. Le Régent exerce jusqu’à la au prince désigné à cet effet par le prédéces-
majorité de l’Empereur toutes les attribu- seur de l’Empereur mineur.
tions de la dignité impériale. A défaut de la mère de l’Empereur mi-
Néanmoins il ne peut nommer ni aux neur, et d’un prince désigné par l’Empereur,
grandes dignités de l’Empire, ni aux places le Sénat confie la garde de l’Empereur mi-
de grands officiers qui se trouveraient va- neur à l’un des titulaires des grandes digni-
cantes à l’époque de la régence, ou qui tés de l’Empire.

157
F RANCE

Ne peuvent être élus pour la garde de A RT. 34. Les grandes dignités de l’Em-
l’Empereur mineur, ni le Régent et ses des- pire sont inamovibles.
cendans, ni les femmes.
A RT. 35. Les titulaires des grandes di-
A RT. 31. Dans le cas où Napoléon Bona- gnités de l’Empire sont sénateurs et Conseil
parte usera de la faculté qui lui est conférée d’Etat.
par l’article 4, titre II, l’acte d’adoption sera
fait en présence des titulaires des grandes A RT. 36. Ils forment le grand conseil de
dignités de l’Empire, reçu par le Secrétaire l’Empereur ;
d’Etat, et transmis aussitôt au Sénat pour Ils sont membres du conseil privé ;
être transcrit sur ses registres et déposé dans Ils composent le grand conseil de la lé-
ses archives. gion d’honneur.
Lorsque l’Empereur désigne, soit un Ré- Les membres actuels du grand conseil
gent pour la minorité, soit un prince pour de la légion d’honneur conservent, pour la
la garde de l’Empereur mineur, les mêmes durée de leur vie, leurs titres, fonctions et
formalités sont observées. prérogatives.
Les actes de désignation, soit d’un Ré- A RT. 37. Le Sénat et le Conseil d’Etat
gent pour la minorité, soit d’un prince pour sont présidés par l’Empereur.
la garde d’un Empereur mineur, sont révo- Lorsque l’empereur ne préside pas le Sé-
cables à volonté par l’Empereur. nat ou le Conseil d’Etat, il désigne celui des
Tout acte d’adoption, de désignation, ou titulaires des grandes dignités de l’Empire
de révocation de désignation, qui n’aura pas qui doit présider.
été transcrit sur les registres du Sénat avant
le décès de l’Empereur, sera nul et de nul A RT. 38. Tous les actes du Sénat et du
effet. Corps législatif sont rendus au nom de l’Em-
pereur, et promulgués ou publiés sous le
sceau impérial.
TITRE 5
A RT. 39. Le Grand-Electeur fait les fonc-
Des grandes Dignités de l’Empire tions de chancelier,
1.° Pour la convocation du Corps légis-
A RT. 32. Les grandes dignités de l’Em-
latif, des collèges électoraux et des assem-
pire sont celles
blées de canton ; 2.° pour la promulgation
De Grand-Electeur,
des Senatus-consultes portant dissolution,
D’Archi-chancelier de l’Empire,
soit du Corps législatif, soit des collèges
D’Archi-chancelier d’état,
électoraux.
D’Archi-Trésorier,
Le Grand-Electeur préside en l’absence
De Connétable,
de l’Empereur, lorsque le Sénat procède aux
De Grand-Amiral,
nominations des sénateurs, des législateurs
A RT. 33. Les titulaires des grandes di- et des tribuns.
gnités de l’Empire sont nommés par l’Em- Il peut résider au palais du Sénat.
pereur. Il porte à la connaissance de l’Empereur
Ils jouissent des mêmes honneurs que les les réclamations formées par les collèges
princes français, et prennent rang immédia- électoraux ou par les assemblées de canton
tement après eux. pour la conservation de leurs prérogatives.
L’époque de leur réception détermine le Lorsqu’un membre d’un collège électo-
rang qu’ils occupent respectivement. ral est dénoncé conformément à l’article 21

158
C ONSTITUTION DE L ’ AN XII (1804)

du Senatus-consulte organique du 16 ther- dens et procureurs généraux des cours d’ap-


midor an 10, comme s’étant permis quelque pel et des cours criminelles.
acte contraire à l’honneur ou à la patrie, le Il présente les députations solennelles et
Grand-Electeur invite le collège à manifes- les membres des cours de justice admis à
ter son vœu. Il porte le vœu du collège à la l’audience de l’Empereur.
connaissance de l’Empereur. Il signe et scelle les commissions et bre-
Conseil d’Etat, du Corps législatif et du vets des membres des cours de justice et
Tribunat, au serment qu’ils prêtent entre les des officiers ministériels ; il scelle les com-
mains de l’Empereur. missions et brevets des fonctions civiles ad-
Il reçoit le serment des présidens des col- ministratives et les autres actes qui seront
lèges électoraux de département et des as- désignés dans le réglement portant organi-
semblées de canton. sation du sceau.
Il présente les députations solennelles du
A RT. 41. L’Archi-chancelier d’Etat fait
Sénat, du Conseil d’Etat, du Corps législa-
les fonctions de chancelier pour la promul-
tif, du Tribunat et des collèges électoraux,
gation des traités de paix et d’alliance, et
lorsqu’elles sont admises à l’audience de
pour les déclarations de guerre.
l’Empereur.
Il présente à l’Empereur et signe les
A RT. 40. L’Archi-chancelier de l’Em- lettres de créance et la correspondance d’éti-
pire fait les fonctions de chancelier pour la quette avec les différentes cours de l’Eu-
promulgation des Senatus-consultes orga- rope, rédigées suivant les formes du proto-
niques et des lois. cole impérial, dont il est le gardien.
Il fait également celles de chancelier du Il est présent au travail annuel dans le-
palais impérial. quel le Ministre des relations extérieures
Il est présent au travail annuel dans lequel rend compte à l’Empereur, de la situation
le Grand-Juge Ministre de la justice rend politique de l’État.
compte à l’Empereur, des abus qui peuvent Il présente les ambassadeurs et Ministres
s’être introduits dans l’administration de la de l’Empereur dans les cours étrangères, au
justice, soit civile, soit criminelle. serment qu’ils prêtent entre les mains de sa
Il préside la haute-cour impériale. Majesté impériale.
Il reçoit le serment des résidens, char-
Il préside les sections réunies du Conseil
gés d’affaires, secrétaires d’ambassade et de
d’Etat et du Tribunat, conformément à l’ar-
légation, et des commissaires généraux et
ticle 95, titre XI.
commissaires des relations commerciales.
Il est présent à la célébration des ma-
Il présente les ambassades extraordi-
riages et à la naissance des princes ; au cou-
naires et les ambassadeurs et Ministres fran-
ronnement et aux obsèques de l’Empereur.
çais et étrangers.
Il signe le procès-verbal que dresse le Se-
crétaire d’Etat. A RT. 42. L’Archi-Trésorier est présent
Il présente les titulaires des grandes di- au travail annuel dans lequel les Ministres
gnités de l’Empire les Ministres et le Secré- des finances et du trésor public rendent à
taire d’Etat, les grands officiers civils de la l’Empereur les comptes des recettes et des
couronne et le premier président de la cour dépenses de l’État, et exposent leurs vues
de cassation, au serment qu’ils prêtent entre sur les besoins des finances de l’Empire.
les mains de l’Empereur. Les comptes des recettes et des dépenses
Il reçoit le serment des membres et du annuelles, avant d’être présentés à l’Empe-
parquet de la cour de cassation, des prési- reur, sont revêtus de son visa.

159
F RANCE

Il reçoit, tous les trois mois, le compte nels de toutes les armes, au serment qu’ils
des travaux de la comptabilité nationale, et prêtent entre les mains de l’Empereur.
tous les ans le résultat général et les vues Il reçoit le serment des Majors, chefs de
de réforme et d’amélioration dans les diffé- bataillon et d’escadron de toutes armes.
rentes parties de la comptabilité ; il les porte Il installe les Maréchaux de l’Empire.
à la connaissance de l’Empereur. Il présente les officiers généraux et les
Il arrête, tous les ans, le Grand-livre de colonels, majors, chefs de bataillon et d’es-
la dette publique. cadron de toutes les armes, lorsqu’ils sont
Il signe les brevets des pensions civiles. admis à l’audience de l’Empereur.
Il signe les brevets de l’armée et ceux des
Il préside les sections réunies du Conseil
militaires pensionnaires de l’État.
d’Etat et du Tribunat, conformément à l’ar-
ticle 95, titre XI. A RT. 44. Le Grand-Amiral est présent au
Il reçoit le serment des membres de la travail annuel dans lequel le Ministre de la
comptabilité nationale, des administrations marine rend compte à l’Empereur, de l’état
de finances, et des principaux agens du tré- des constructions navales, des arsenaux et
sor public. des approvisionnemens.
Il présente les députations de la comp- Il reçoit annuellement et présente à l’Em-
tabilité nationale et des administrations de pereur les comptes de la caisse des invalides
finances admises à l’audience de l’Empe- de la marine.
reur. Lorsqu’un amiral, vice-Amiral ou contre-
Amiral commandant en chef une armée na-
A RT. 43. Le Connétable est présent au
vale, est prévenu d’un délit spécifié au code
travail annuel dans lequel le Ministre de la
pénal maritime, le Grand-Amiral peut pré-
guerre et le Directeur de l’administration
sider la cour martiale qui doit juger.
de la guerre rendent compte à l’Empereur,
Il présente les amiraux, les vice-amiraux,
des dispositions à prendre pour compléter
les contre-amiraux et les capitaines de vais-
le système de défense des frontières, l’entre-
seau, au serment qu’ils prêtent entre les
tien, la réparation et l’approvisionnement
mains de l’Empereur.
des places.
Il reçoit le serment des membres du
Il pose la première pierre des places-
conseil des prises et des capitaines de fré-
fortes dont la construction est ordonnée.
gate.
Il est gouverneur des écoles militaires.
Il présente les amiraux, les vice-amiraux,
Lorsque l’Empereur ne remet pas en per-
les contre-amiraux, les capitaines de vais-
sonne les drapeaux aux corps de l’armée,
seau et de frégate, et les membres du conseil
ils leur sont remis en son nom par le Conné-
des prises, lorsqu’ils sont admis à l’au-
table.
dience de l’Empereur.
En l’absence de l’Empereur, le Conné-
Il signe les brevets des officiers de l’an-
table passe les grandes revues de la garde
née navale et ceux des marins pensionnaires
impériale.
de l’État.
Lorsqu’un général d’armée est prévenu
d’un délit spécifié au code pénal militaire, A RT. 45. Chaque titulaire des grandes di-
le Connétable peut présider le conseil de gnités de l’Empire préside un collège élec-
guerre qui doit juger. toral de département.
Il présente les Maréchaux de l’Empire, Le collège électoral séant à Bruxelles est
les Colonels généraux, les Inspecteurs gé- présidé par le Grand-Electeur.
néraux, les officiers généraux et les colo- Le collège électoral séant à Bordeaux est

160
C ONSTITUTION DE L ’ AN XII (1804)

présidé par l’Archi-chancelier de l’Empire. est spécialement affecté au moment de sa


Le collège électoral séant à Nantes est nomination.
présidé par l’Archi-chancelier d’état.
A RT. 51. Si, par un ordre de l’Empereur,
Le collège électoral séant à Lyon est pré-
ou par toute autre cause que ce puisse être,
sidé par l’Archi Trésorier de l’Empire.
un titulaire d’une grande dignité de l’Em-
Le collège électoral séant à Turin est pré-
pire ou un grand officier vient à cesser ses
sidé par le Connétable.
fonctions, il conserve son titre, son rang,
Le collège électoral séant à Marseille est
ses prérogatives, et la moitié de son traite-
présidé par le Grand-Amiral.
ment : il ne les perd que par un jugement de
A RT. 46. Chaque titulaire des grandes la haute-cour impériale.
dignités de l’Empire reçoit annuellement, à
titre de traitement fixe, le tiers de la somme
affectée aux princes, conformément au dé- TITRE 7
cret du 21 décembre 1790. Des Sermens
A RT. 47. Un statut de l’Empereur règle A RT. 52. Dans les deux ans qui suivent
les fonctions des titulaires des grandes di- son avènement, ou sa majorité, l’Empereur
gnités de l’Empire auprès de l’Empereur, accompagné
et détermine leur costume dans les grandes Des titulaires des grandes dignités de
cérémonies. Les successeurs de l’Empereur l’Empire,
ne peuvent déroger à ce statut que par un Des Ministres,
Senatus-consulte. Des grands officiers de l’Empire,
Prête serment au peuple français sur
TITRE 6 l’Évangile, et en présence
Du Sénat,
Des grands Officiers de l’Empire Du Conseil d’Etat,
Du Corps législatif,
A RT. 48. Les grands officiers de l’Em-
Du Tribunat,
pire sont :
De la Cour de cassation,
Premièrement, des maréchaux de l’Em-
Des Archevêques,
pire, choisis parmi les généraux les plus
Des Evêques,
distingués.
Des grands officiers de la Légion d’hon-
Leur nombre n’excède pas celui de seize.
neur,
Ne font point partie de ce nombre les ma-
De la comptabilité nationale,
réchaux de l’Empire qui sont sénateurs.
Des présidens des Cours d’appel,
Secondement, huit inspecteurs et colo-
Des présidens des collèges électoraux,
nels généraux de l’artillerie et du génie, des
Des presidens des Assemblées de can-
troupes à cheval et de la marine.
ton,
Troisièmement, des grands officiers ci-
Des présidens des Consistoires,
vils de la couronne, tels qu’ils seront insti-
Et des maires des trente-six principales
tués par les statuts de l’Empereur.
villes de l’Empire.
A RT. 49. Les places des grands officiers Le secrétaire d’Etat dresse procès-verbal
sont inamovibles. de la prestation du serment.
A RT. 50. Chacun des grands officiers de A RT. 53. Le serment de l’Empereur est
l’Empire préside un collège électoral qui lui ainsi conçu :

161
F RANCE

“Je jure de maintenir l’intégrité du ter- membres du Sénat, du Conseil d’Etat, du


ritoire de la République ; de respecter et Corps législatif, du Tribunat, des collèges
de faire respecter les lois du concordat et électoraux et des assemblées de canton,
la liberté des cultes ; de respecter et faire prêtent serment en ces termes :
respecter l’égalité des droits, la liberté po- “Je jure obéissance aux constitutions de
litique et civile ; l’irrévocabilité des ventes l’Empire et fidélité à l’Empereur.”
des biens nationaux ; de ne lever aucun im- Les fonctionnaires publics civils et judi-
pôt, de n’établir aucune taxe qu’en vertu de ciaires, et les officiers et soldats de l’armée
la loi ; de maintenir l’institution de la légion de terre et de mer, prêtent le même serment.
d’honneur ; de gouverner dans la seule vue
de l’intérêt, du bonheur et de la gloire du
peuple français.”
A RT. 54. Avant de commencer l’exercice TITRE 8
de ses fonctions, le Régent accompagné
Du Sénat
Des titulaires des grandes dignités de
l’Empire, A RT. 57. Le Sénat se compose,
Des Ministres, 1.◦ Des princes français ayant atteint leur
Des grands officiers de l’Empire, dix-huitième année ;
Prête serment sur l’Évangile, et en pré- 2.◦ Des titulaires des grandes dignités de
sence l’Empire ;
Du Sénat, 3.◦ Des quatre-vingts membres nommés
Du Conseil d’Etat, sur la présentation de candidats choisis par
Du président et des questeurs du Corps l’Empereur sur les listes formées par les
législatif, collèges électoraux de département ;
Du président et des questeurs du Tribu- 4.◦ Des citoyens que l’Empereur jugé
nat, convenable d’élever à la dignité de séna-
Et des grands officiers de la légion d’hon- teur.
neur. Dans le cas où le nombre de sénateurs
Le Secrétaire d’Etat dresse procès-verbal excédera celui qui a été fixé par l’article 63
de la prestation du serment. du Senatus-consulte organique du 16 ther-
midor an X, il sera, à cet égard, pourvu
A RT. 55. Le serment du Régent est conçu
par une loi à l’exécution de l’article 17 du
en ces termes :
Senatus-consulte du 14 nivôse an XI.
“Je jure d’administrer les affaires de
l’État, conformément aux constitutions de A RT. Art 58. Le président du Sénat est
l’Empire, aux Senatus-consultes et aux lois ; nommé par l’Empereur, et choisi parmi les
de maintenir dans toute leur intégrité le ter- sénateurs.
ritoire de la République, les droits de la na- Ses fonctions durent un an.
tion et ceux de la dignité impériale, et de re-
mettre fidèlement à l’Empereur, au moment A RT. 59. Il convoque le Sénat sur un
de sa majorité, le pouvoir dont l’exercice ordre du propre mouvement de l’Empereur,
m’est confié.” et sur la demande, ou des commissions dont
il sera parlé ci-après, art. 60 et 64, ou d’un
A RT. 56. Les titulaires des grandes di- sénateur, conformément aux dispositions de
gnités de l’Empire, les Ministres et le Se- l’article 70, ou d’un officier du Sénat, pour
crétaire d’Etat, les grands officiers, les les affaires intérieures du corps.

162
C ONSTITUTION DE L ’ AN XII (1804)

Il rend compte à l’Empereur, des convo- A RT. 64. Une Commission de sept
cations faites sur la demande des commis- membres nommés par le Sénat et choisis
sions ou d’un sénateur, de leur objet, et des dans son sein, est chargée de veiller à la
résultats des délibérations du Sénat. liberté de la presse.
Ne sont point compris dans son attribu-
A RT. 60. Une commission de sept tion les ouvrages qui s’impriment et se dis-
membres nommés par le Sénat et choisis tribuent par abonnement et à des époques
dans son sein, prend connaissance, sur la périodiques.
communication qui lui en est donnée par Cette commission est appelée commis-
les Ministres, des arrestations effectuées sion sénatoriale de la liberté de la presse.
conformément à l’article 46 de la Consti- A RT. 65. Les auteurs, imprimeurs ou
tution, lorsque les personnes arrêtées n’ont libraires qui se croient fondés à se plaindre
pas été traduites devant les tribunaux dans d’empêchement mis à l’impression ou à
les dix jours de leur arrestation. la circulation d’un ouvrage, peuvent recou-
Cette commission est appelée commis- rir directement et par voie de pétition à la
sion sénatoriale de la liberté individuelle. commission sénatoriale de la liberté de la
presse.
A RT. 61. Toutes les personnes arrêtées
A RT. 66. Lorsque la commission estime
et non mises en jugement après les dix purs
que les empêchemens ne sont pas justifiés
de leur arrestation, peuvent recourir directe-
par l’intérêt de l’État, elle invite le Ministre
ment, par elles, leurs parens ou leurs repré-
qui a donné l’ordre à le révoquer.
sentans, et par voie de pétition, à la commis-
sion sénatoriale de la liberté individuelle. A RT. 67. Si, après trois invitations
consécutives, renouvelées dans l’espace
A RT. 62. Lorsque la commission estime d’un mois, les empêchemens subsistent, la
que la détention prolongée au-delà des dix commission demande une assemblée du Sé-
jours de l’arrestation n’est pas justifiée par nat, qui est convoqué par le président, et qui
l’intérêt de l’Etat, elle invite le Ministre qui rend, s’il y a lieu, la déclaration suivante :
a ordonné l’arrestation à faire mettre en li- “Il y a de fortes présomptions que la li-
berté la personne détenue, ou à la renvoyer berté de la presse a été violée.”
devant les tribunaux ordinaires. On procède ensuite conformément à la
disposition de l’article 112, titre XIII, de la
Haute-Cour impériale.
A RT. 63. Si, après trois invitations
consécutives, renouvelées dans l’espace A RT. 68. Un membre de chacune des
d’un mois la personne détenue n’est pas commissions sénatoriales cesse ses fonc-
mise en liberté ou renvoyée devant les tri- tions tous les quatre mois.
bunaux ordinaires la commission demande
A RT. 69. Les projets de lois décrétés par
une assemblée du Sénat qui est convoqué
le Corps législatif, sont transmis, le jour
par le président, et qui rend, s’il y a lieu, la
même de leur adoption, au Sénat, et dépo-
déclaration suivante :
sés dans ses archives.
“ Il y a de fortes présomptions que N. est
détenu arbitrairement.” A RT. 70. Tout décret rendu par le Corps
On procède ensuite conformément aux législatif peut être dénoncé au Sénat par
dispositions de l’article 112, titre XIII, de un sénateur, 1.° comme tendant au réta-
la haute-Cour impériale. blissement du régime féodal ; 2.° comme

163
F RANCE

contraire à l’irrévocabilité des ventes des tiers des membres du Conseil en service or-
domaines nationaux ; 3.° comme n’ayant dinaire doivent être présens.
pas été délibéré dans les formes prescrites Le nombre des Conseil d’Etat présens ne
par les constitutions de l’Empire, les régle- peut être moindre de vingt-cinq.
mens et les lois ; 4.° comme portant atteinte
aux prérogatives de la dignité impériale et A RT. 76. Le Conseil d’Etat se divise en
à celles du Sénat : sans préjudice de l’exé- six sections ; savoir :
cution des articles 21 et 37 de l’acte des Section de la législation,
constitutions de l’Empire, en date du 22 Section de l’intérieur,
frimaire an VIII. Section des finances,
Section de la guerre,
A RT. 71. Le Sénat, dans les six jours Section de la marine,
qui suivent l’adoption du projet de loi, dé- Et section du commerce.
libérant sur le rapport d’une commission
spéciale, et après avoir entendu trois lec- A RT. 77. Lorsqu’un membre du Conseil
tures du décret dans trois séances tenues à d’Etat a été porté pendant cinq années sur la
des jours différens, peut exprimer l’opinion liste des membres du Conseil en service or-
qu’il n’y a pas lieu à promulguer la loi. dinaire, il reçoit un brevet de Conseil d’Etat
Le président porte à l’Empereur la déli- à vie.
bération motivée du Sénat. Lorsqu’il cesse d’être porté sur la liste
du Conseil d’Etat en service ordinaire ou
A RT. 72. L’Empereur, après avoir en- extraordinaire, il n’a droit qu’au tiers du
tendu le Conseil d’Etat, ou déclare par un traitement de Conseil d’Etat.
décret son adhésion à la délibération du Sé- Il ne perd son titre et ses droits que par
nat, ou fait promulguer la loi. un jugement de la haute-cour impériale, em-
A RT. 73. Toute loi dont la promulgation, portant peine afflictive ou infamante.
dans cette circonstance, n’a pas été faite
avant l’expiration du délai de dix jours, ne
TITRE 10
peut plus être promulguée si elle n’a été de
nouveau délibérée et adoptée par le Corps Du Corps législatif
législatif.
A RT. 78. Les membres sortant du Corps
A RT. 74. Les opérations entières d’un législatif peuvent être réélus sans intervalle.
collège électoral, et les opérations partielles
qui sont relatives à la présentation des can- A RT. 79. Les projets de lois présentés
didats au Sénat, au Corps législatif et au Tri- au Corps législatif sont renvoyés aux trois
bunat, ne peuvent être annullées pour cause sections du Tribunat.
d’inconstitutionnalité, que par un Senatus- A RT. 80. Les séances du Corps législatif
consulte. se distinguent en séances ordinaires et en
comités généraux.
TITRE 9 A RT. 81. Les séances ordinaires sont
Du Conseil d’Etat composées des membres du Corps législatif,
des orateurs du Conseil d’Etat, des orateurs
A RT. 75. Lorsque le Conseil d’Etat déli- des trois sections du Tribunat.
bère sur les projets de lois ou sur les régle- Les comités généraux ne sont composés
mens d’administration publique, les deux que des membres du Corps législatif.

164
C ONSTITUTION DE L ’ AN XII (1804)

Le président du Corps législatif préside TITRE 11


les séances ordinaires et les comités géné- Du Tribunat
raux.
A RT. 88. Les fonctions des membres du
A RT. 82. En séance ordinaire, le Corps Tribunat durent dix ans.
législatif entend les orateurs du Conseil
d’Etat et ceux des trois sections du Tribunat, A RT. 89. Le Tribunat est renouvelé par
et vote sur le projet de loi. moitié tous les cinq ans.
En comité général, les membres du Corps Le premier renouvellement aura lieu,
législatif discutent entre eux les avantages pour la session de l’an XVII, conformément
et les inconvéniens du projet de loi. au Senatus-consulte organique du 16 ther-
midor an X.
A RT. 83. Le Corps législatif se forme en
A RT. 90. Le président du Tribunat est
comité général,
nommé par l’Empereur, sur une présenta-
1.◦ Sur l’invitation du président pour les
tion de trois candidats faite par le Tribunat
affaires intérieures du corps ;
au scrutin secret et à la majorité absolue.
2.◦ Sur une demande faite au président et
signée par cinquante membres présens ; A RT. 91. Les fonctions du président du
Dans ces deux cas, le comité général est Tribunat durent deux ans.
secret, et les discussions ne doivent être ni A RT. 92. Le Tribunat a deux questeurs.
imprimées ni divulguées ; Ils sont nommés par l’Empereur, sur une
3.◦ Sur la demande des orateurs du liste triple de candidats choisis par le Tribu-
Conseil d’Etat, spécialement autorisés à cet nat au scrutin secret et à la majorité abso-
effet. lue.
Dans ce cas, le comité général est néces- Leurs fonctions sont les mêmes que
sairement public. celles attribuées aux questeurs du Corps lé-
Aucune délibération ne peut être prise gislatif, par les articles 19, 10, 21, 22, 23,
dans les comités généraux. 24 et 25 du Senatus-consulte organique du
A RT. 84. Lorsque la discussion en co- 24 frimaire an XII.
mité général est fermée, la délibération est Un des questeurs est renouvelé chaque
ajournée au lendemain en séance ordinaire. année.
A RT. 93. Le Tribunat est divisé en trois
A RT. 85. Le Corps législatif, le jour où il
sections ; savoir :
doit voter sur le projet de loi, entend, dans
Section de la législation,
la même séance, le résumé que font les ora-
Section de l’intérieur,
teurs du Conseil d’Etat.
Section des finances.
A RT. 86. La délibération d’un projet de A RT. 94. Chaque section forme une liste
loi ne peut, dans aucun cas, être différée de de trois de ses membres, parmi lesquels le
plus de trois jours au-delà de celui qui avait président du Tribunat désigne le président
été fixé pour la clôture de la discussion. de la section.
Les fonctions de président de section
A RT. 87. Les sections du Tribunat consti-
durent un an.
tuent les seules commissions du Corps lé-
gislatif, qui ne peut en former d’autres que A RT. 95. Lorsque les sections respec-
dans le cas énoncé 113, titre XIII, de la tives du Conseil d’Etat et du Tribunat de-
haute-Cour impériale. mandent à se réunir, les conférences ont lieu

165
F RANCE

sous la présidence de l’Archi-Chancelier de être élus candidats au Sénat par les collèges
l’Empire, ou de l’Archi-Trésorier, suivant électoraux des départemens dans lesquels
la nature des objets à examiner. ils exercent leurs fonctions.

A RT. 96. Chaque section discute séparé-


ment et en assemblée de section, les projets
de lois qui lui sont transmis par le Corps TITRE 13
législatif. De la Haute-Cour impériale
Deux orateurs de chacune des trois sec-
tions portent au Corps législatif le vœu de A RT. 101. Une haute-cour impériale
leur section, et en développent les motifs. connaît,
A RT. 97. En aucun cas les projets de lois 1.◦ Des délits personnels commis par des
ne peuvent être discutés par le Tribunat en membres de la famille impériale, par des
assemblée générale. titulaires des grandes dignités de l’Empire,
Il se réunit en assemblée générale, sous la par des Ministres et par le Secrétaire d’Etat,
présidence de son président, pour l’exercice par de grands officiers, par des sénateurs,
de ses autres attributions. par des Conseil d’Etat ;
2.◦ Des crimes, attentats et complots
contre la sûreté intérieure et extérieure de
TITRE 12 l’État, la personne de l’Empereur et celle
de l’héritier présomptif de l’Empire ;
Des Collèges électoraux 3.◦ Des délits de responsabilité d’office
commis par les Ministres et les Conseil
A RT. 98. Toutes les fois qu’un collège d’Etat chargés spécialement d’une partie
électoral de département est réuni pour la d’administration publique ;
formation de la liste des candidats au Corps 4.◦ Des prévarications et abus de pou-
législatif, les listes de candidats pour le Sé- voir, commis, soit par des capitaines géné-
nat sont renouvelées. raux des colonies, des préfets coloniaux et
Chaque renouvellement rend les présen- des commandans des établissemens fran-
tations antérieures de nul effet. çais hors du continent, soit par des admi-
A RT. 99. Les grands officiers, les com- nistrateurs généraux employés extraordinai-
mandans et les officiers de la légion d’hon- rement, soit par des généraux de terre ou
neur, sont membres du collège électoral du de mer ; sans préjudice, à l’égard de ceux-
département dans lequel ils ont leur domi- ci, des poursuites de la juridiction militaire,
cile, ou de l’un des départemens de la co- dans les cas déterminés par les lois ;
horte à laquelle ils appartiennent. 5.◦ Du fait de désobéissance des géné-
Les légionnaires sont membres du col- raux de terre ou de mer qui contreviennent
lège électoral de leur arrondissement. à leurs instructions ;
Les membres de la légion d’honneur sont 6.◦ Des concussions et dilapidations dont
admis au collège électoral dont ils doivent les préfets de l’intérieur se rendent cou-
faire partie, sur la présentation d’un brevet pables dans l’exercice de leurs fonctions ;
qui leur est délivré à cet effet par le Grand- 7.◦ Des forfaitures ou prises à partie qui
Electeur. peuvent être encourues par une cour d’ap-
pel, ou par une cour de justice criminelle,
A RT. 100. Les préfets et les comman- ou par des membres de la cour de cassa-
dans militaires des départemens ne peuvent tion ;

166
C ONSTITUTION DE L ’ AN XII (1804)

8.◦ Des dénonciations pour cause de dé- public devient nécessairement partie jointe
tention arbitraire et de violation de la liberté et poursuivante, et procède ainsi qu’il est
de la presse. réglé ci-après.
Le ministère public est également partie
A RT. 102. Le siége de la haute-cour im-
jointe et poursuivante dans les cas de forfai-
périale est dans le Sénat.
ture ou de prise à partie.
A RT. 103. Elle est présidée par l’Archi-
Chancelier de l’Empire. S’il est malade, ab- A RT. 109. Les magistrats de sûreté et
sent ou légitimement empêché, elle est pré- les directeurs de jury sont tenus de s’arrê-
sidée par un autre titulaire d’une grande ter, et de renvoyer, dans le délai de huitaine,
dignité de l’Empire. au procureur-général près la haute-cour im-
périale, toutes les pièces de la procédure,
A RT. 104. La haute-cour impériale est lorsque, dans les délits dont ils poursuivent
composée des princes des titulaires des la réparation, il résulte, soit de la qualité
grandes dignités et grands officiers de l’Em- des personnes, soit du titre de l’accusation,
pire, du Grand-Juge Ministre de la justice, soit des circonstances, que le fait est de la
de soixante sénateurs, des six présidens compétence de la haute-cour impériale.
des sections du Conseil d’Etat, de quatorze Néanmoins les magistrats de sûreté conti-
Conseil d’Etat et de vingt membres de la nuent à recueillir les preuves et les traces
cour de cassation. du délit.
Les sénateurs, les Conseil d’Etat et les
membres de la cour de cassation, sont appe- A RT. 110. Les Ministres ou les Conseil
lés par ordre d’ancienneté. d’Etat chargés d’une partie quelconque
d’administration publique, peuvent être dé-
A RT. 105. Il y a auprès de la haute-cour noncés par le Corps législatif, s’ils ont
impériale un procureur général, nommé à donné des ordres contraires aux constitu-
vie par l’Empereur. tions et aux lois de l’Empire.
Il exerce le ministère public, étant assisté
de trois tribuns, nommés chaque année par A RT. 111. Peuvent être également dé-
le Corps législatif, sur une liste de neuf can- noncés, par le Corps législatif,
didats présentés par le Tribunat, et de trois Les capitaines généraux des colonies, les
magistrats que l’Empereur nomme aussi, préfets coloniaux, les commandans des éta-
chaque année, parmi les officiers des cours blissemens français hors du continent, les
d’appel ou de justice criminelle. administrateurs généraux, lorsqu’ils ont pré-
variqué ou abusé de leur pouvoir ;
A RT. 106. Il y a auprès de la haute-cour Les généraux de terre ou de mer qui ont
impériale un greffier en chef, nommé à vie désobéi à leurs instructions ;
par l’Empereur. Les préfets de l’intérieur qui se sont ren-
A RT. 107. Le président de la haute-cour dus coupables de dilapidation ou de concus-
impériale ne peut jamais être récusé ; il peut sion.
s’abstenir pour des causes légitimes.
A RT. 112. Le Corps législatif dénonce
A RT. 108. La haute-cour impériale ne pareillement les Ministres ou agens de l’au-
peut agir que sur les poursuites du minis- torité, lorsqu’il y a eu, de la part du Sénat,
tère public, dans les délits commis par ceux déclaration de fortes présomptions de déten-
que leur qualité rend justiciables de la cour tion arbitraire ou de violation de la liberté
impériale ; s’il y a un plaignant, le ministère de la presse.

167
F RANCE

A RT. 113. La dénonciation du Corps lé- ont été données, les dilapidations et concus-
gislatif ne peut être arrêtée que sur la de- sions des préfets, sont aussi dénoncés par
mande du Tribunat, ou sur la réclamation les Ministres, chacun dans ses attributions,
de cinquante membres du Corps législatif, aux officiers chargés du ministère public.
qui requièrent un comité secret à l’effet de Si la dénonciation est faite par le Grand-
faire désigner, par la voie du scrutin, dix Juge Ministre de la justice, il ne peut point
d’entre eux pour rédiger le projet de dénon- assister ni prendre part aux jugemens qui
ciation. interviennent sur sa dénonciation.

A RT. 114. Dans l’un et l’autre cas, la A RT. 119. Dans les cas déterminés
demande ou la réclamation doit être faite par les articles 110, 111, 112 et 118, le
par écrit, signée par le président et les secré- procureur-général informe sous trois jours
taires du Tribunat, ou par les dix membres l’Archi-Chancelier de l’Empire, qu’il y a
du Corps législatif. lieu de réunir la haute-cour impériale.
Si elle est dirigée contre un Ministre ou L’Archi-Chancelier, après avoir pris les
contre un Conseil d’Etat chargé d’une par- ordres de l’Empereur, fixe dans la huitaine
tie d’administration publique, elle leur est l’ouverture des séances.
communiquée dans le délai d’un mois. A RT. 120. Dans la première séance de
A RT. 115. Le Ministre ou le Conseil la haute-cour impériale, elle doit juger sa
d’Etat dénoncé ne comparaît point pour y compétence.
répondre. A RT. 121. Lorsqu’il y a dénonciation
L’Empereur nomme trois Conseil d’Etat ou plainte, le procureur général, de concert
pour se rendre au Corps législatif le jour qui avec les tribuns et les trois magistrats of-
est indiqué, et donner des éclaircissemens ficiers du parquet examine s’il y a lieu à
sur les faits de la dénonciation. poursuites.
La décision lui appartient ; l’un des ma-
A RT. 116. Le Corps législatif discute en gistrats du parquet peut être chargé par le
comité secret les faits compris dans la de- procureur général, de diriger les poursuites.
mande ou dans la réclamation, et il délibère Si le ministère public estime que la
par la voie du scrutin. plainte ou la dénonciation ne doit pas être
A RT. 117. L’acte de dénonciation doit admise, il motive les conclusions sur les-
être circonstancié, signé par le président et quelles la haute-cour impériale prononce,
par les secrétaires du Corps législatif. après avoir entendu le magistrat chargé du
Il est adressé par un message à l’Archi- rapport.
Chancelier de l’Empire, qui le transmet au A RT. 122. Lorsque les conclusions sont
procureur général près la haute-cour impé- adoptées, la haute-cour impériale termine
riale. l’affaire par un jugement définitif.
Lorsqu’elles sont rejetées, le ministère
A RT. 118. Les prévarications ou abus de public est tenu de continuer les poursuites.
pouvoir des capitaines généraux des colo-
nies, des préfets coloniaux, des comman- A RT. 123. Dans le second des cas prévus
dans des établissemens hors du continent, par l’article précédent, et aussi lorsque le
des administrateurs généraux, les faits de ministère public estime que la plainte ou la
désobéissance de la part des généraux de dénonciation doit être admise, il est tenu de
terre ou de mer aux instructions qui leur dresser l’acte d’accusation dans la huitaine,

168
C ONSTITUTION DE L ’ AN XII (1804)

et de le communiquer au commissaire et au Elle prononce, s’il y a lieu, la condamna-


suppléant que l’Archi-Chancelier de l’Em- tion aux dommages et intérêts civils.
pire nomme parmi les juges de la cour de
cassation qui sont membres de la haute-cour A RT. 131. Lorsqu’elle acquitte, elle peut
impériale. Les fonctions de ce commissaire, mettre ceux qui sont absous, sous la sur-
et à son défaut, du suppléant, consistent à veillance ou à la disposition de la haute po-
faire l’instruction et le rapport. lice de l’État, pour le temps qu’elle déter-
mine.
A RT. 124. Le rapporteur ou son sup-
A RT. 132. Les arrêts rendus par la haute-
pléant soumet l’acte d’accusation à douze
cour impériale ne sont soumis à aucun re-
commissaires de la haute-cour impériale,
cours ;
choisis par l’Archi-Chancelier de l’Empire,
Ceux qui prononcent une condamnation
six parmi les sénateurs, et six parmi les
à une peine afflictive ou infamante, ne
autres membres de la haute-cour impériale.
peuvent être exécutés que lorsqu’ils ont été
Les membres choisis ne concourent point
signés par l’Empereur.
au jugement de la haute-cour impériale.
A RT. 133. Un Senatus-consulte particu-
A RT. 125. Si les douze-commissaires lier contient le surplus des dispositions re-
jugent qu’il y a lieu à accusation le com- latives à l’organisation et à l’action de la
missaire rapporteur rend une ordonnance haute-cour impériale.
conforme, décerne les mandats d’arrêt et
procède à l’instruction.
TITRE 14
A RT. 126. Si les commissaires estiment
au contraire qu’il n’y a pas lieu à accusa- De l’Ordre judiciaire
tion, il en est référé par le rapporteur à la
haute-cour impériale, qui prononce définiti- A RT. 134. Les jugemens des cours de
vement. justice sont intitulés Arrêts.
A RT. 135. Les présidens de la cour de
A RT. 127. La haute-cour impériale ne
cassation, des cours d’appel et de justice cri-
peut juger à moins de soixante membres.
minelle, sont nommés à vie par l’Empereur,
Dix de la totalité des membres qui sont ap-
et peuvent être choisis hors des cours qu’ils
pelés à la composer, peuvent être recusés
doivent présider.
sans motifs déterminés par l’accusé, et dix
par la partie publique. L’arrêt est rendu à la A RT. 136. Le tribunal de cassation prend
majorité absolue des voix. la dénomination de cour de cassation.
Les tribunaux d’appel prennent celle de
A RT. 128. Les débats et le jugement ont
cour d’appel ;
lieu en public.
Les tribunaux criminels, celle de cours
A RT. 129. Les accusés ont des défen- de justice criminelle.
seurs ; s’ils n’en présentent point, l’Archi- Le président de la cour de cassation et
Chancelier de l’Empire leur en donne d’of- celui des cours d’appel divisées en sections,
fice. prennent le titre de premier président.
Les vice-présidens prennent celui de pré-
A RT. 130. La haute-cour impériale ne sidens.
peut prononcer que des peines portées par Les commissaires du Gouvernement près
le code pénal. de la cour de cassation, des cours d’appel

169
F RANCE

et des cours de justice criminelle, prennent conformément à la proposition faite au nom


le titre de procureurs généraux impériaux. de l’Empereur, et après avoir entendu les
Les commissaires du Gouvernement au- orateurs du Conseil d’Etat et des sections
près des autres tribunaux, prennent le titre du Tribunat le ____
de procureurs impériaux. Mandons et ordonnons que les présentes,
revêtues des sceaux de l’Etat, insérées au
Bulletin des lois, soient adressées aux cours,
TITRE 15 aux tribunaux et aux autorités administra-
De la Promulgation tives, pour qu’ils les inscrivent dans leurs
registres, les observent et les fassent obser-
A RT. 137. L’Empereur fait sceller et ver ; et le Grand-Juge Ministre de la justice
fait promulguer les Senatus-consultes or- est chargé d’en surveiller la publication.”
ganiques,
A RT. 141. Les expéditions exécutoires
Les Senatus-consultes,
des jugemens sont rédigées ainsi qu’il suit :
Les actes du Sénat,
“N. (le prénom de l’Empereur), par la
Les lois.
grâce de Dieu et les constitutions de la Ré-
Les Senatus-consultes organiques, les
publique, Empereur des Français, à tous pré-
Senatus-consultes, les actes du Sénat, sont
sens et à venir, SALUT.
promulgués au plus tard le dixième jour qui
La cour de ____ ou le tribunal de ____
suit leur émission.
(si c’est un tribunal de première instance) a
A RT. 138. Il est fait deux expéditions rendu le jugement suivant : (Ici copier l’ar-
originales de chacun des actes mentionnés rêt ou le jugement.)
en l’article précédent. Mandons et ordonnons à tous huissiers
Toutes deux sont signées par l’Empereur, sur ce requis, de mettre ledit jugement à exé-
visées par l’un des titulaires des grandes di- cution ; à nos procureurs généraux, et à nos
gnités, chacun suivant leurs droits et leurs procureurs près les tribunaux de première
attributions, contre-signées par le Secrétaire instance, d’y tenir la main ; à tous comman-
d’Etat et le Ministre de la justice, et scellées dans et officiers de la force publique, de
du grand sceau de l’État. prêter main-forte lorsqu’ils en seront léga-
lement requis.
A RT. 139. L’une de ces expéditions est En foi de quoi le présent jugement a été
déposée aux archives du sceau, et l’autre est signé par le président de la cour ou du tribu-
remise aux archives de l’autorité publique nal, et par le greffier.”
de laquelle l’acte est émané.
A RT. 140. La promulgation est ainsi
conçue : TITRE 16
“N. (le prénom de l’Empereur), par la Et Dernier
grâce de Dieu et les constitutions de la Ré-
publique, Empereur des Français, à tous pré- A RT. 142. La proposition suivante sera
sens et à venir, SALUT. présentée à l’acceptation du peuple, dans
Le Sénat, après avoir entendu les orateurs les formes déterminées par l’arrêté du 20
du Conseil d’Etat, a décrété ou arrêté, et floréal an X :
nous ordonnons ce qui suit2 : “Le peuple veut l’hérédité de la dignité
(Et s’il s’agit d’une loi) le Corps législa- impériale dans la descendance directe, na-
tif a rendu le ____ (la date) le décret suivant, turelle, légitime et adoptive de NAPOLÉON

170
C ONSTITUTION DE L ’ AN XII (1804)

B ONAPARTE, et dans la descendance di- Le Secrétaire d’Etat, Signé H UGUES B.


recte, naturelle et légitime de Joseph Bo- M ARET.
naparte et de Louis Bonaparte, ainsi qu’il
est réglé par le Senatus-consulte organique Le Grand-Juge Ministre de la justice,
de ce jour.” REGNIER.

Signé C AMBACERES, second Consul, Certifié conforme :


Président ; M ORARD - DE -G ALLES , J O - Le Grand-Juge Ministre de la justice,
SEPH C ORNUDET, Secrétaires. Vu et scellé, REGNIER.
le Chancelier du Sénat, signé L APLACE.
M ANDONS et ordonnons que les pré-
sentes, revêtues des sceaux de l’État, in- 1 Vérifiée sur la base du Bulletin des Lois de
sérées au Bulletin des lois, soient adressées l’Empire français, 4e série, volume I, Paris : Im-
primerie Nationale des Lois, brumaire an XIII/1804,
aux Cours, aux Tribunaux et aux Autorités
N°. 1, 1–32 et corrigé à l’aide du manuscrit origi-
administratives, pour qu’ils les inscrivent nal conservé en réserve du Musée de l’histoire de
dans leurs registres, les observent et les France, Paris sous la côte <AE/II/1512> accessible sur
fassent observer ; et le Grand-Juge Ministre http://www.culture.gouv.fr / documentation / archim /
accueil.html. L’orthographe, les majuscules et la ponc-
de la justice est chargé d’en surveiller la tuation correspondent au manuscrit original chaque
publication. fois que la graphie de celui-ci est certaine. Senatus-
Donné au palais de Saint-Cloud, le 28 consulte organique du 28 floréal an XII (18 mai 1804)
Floréal an XII, de notre règne le premier. voté par le Sénat, dit aussi « Constitution de l’an
XII » : entré en vigueur par le Senatus-consulte du 15
Signé NAPOLÉON. brumaire an XII (6 novembre 1804) proclamant les
résultats du plébiscite connus le 14 thermidor an XII (2
Vu par nous Archi-Chancelier de l’Em- août 1804). En vigueur jusqu’à l’acte d’abdication des
pire, 11–13 avril 1814, il ressurgit avec l’Acte additionnel
aux constitutions de l’Empire du 22 avril 1815 avant
Signé CAMBACÉRÉS. de disparaître définitivement après les Cent Jours.
2 A partir de là, le manuscrit est incomplet. Le Bulle-

Par l’Empereur : tin se poursuit ainsi.

171
Projet sénatorial de constitution (1814)

Constitution Française1

Extrait des Registres du Sénat conserva- La sanction du Roi est nécessaire pour
teur. le complément de la loi.
Séance du mercredi 6 Avril 1814.
L E S ENAT CONSERVATEUR, délibérant sur 6. Il y a cent cinquante sénateurs au
le projet de constitution qui lui a été présenté moins, et deux cents au plus.
par le Gouvernement provisoire, en exécu- Leur dignité est inamovible et héréditaire
tion de l’acte du Sénat du 1.er de ce mois ; de mâle en mâle, par primogéniture. Ils sont
Après avoir entendu le rapport d’une com- nommés par le Roi.
mission spéciale de sept membres, Les sénateurs actuels, à l’exception de
D ÉCRÈTE ce qui suit : ceux qui renonceraient à la qualité de ci-
toyen français, sont maintenus et font partie
A RT. 1er . Le Gouvernement français est de ce nombre. La dotation actuelle du Sé-
monarchique et héréditaire de mâle en mâle, nat et des sénatoreries leur appartient. Les
par ordre de primogéniture. revenus en sont partagés également entre
eux, et passent à leurs successeurs. Le cas
2. Le peuple français appelle librement
échéant de la mort d’un sénateur sans pos-
au trône de France Louis-Stanislas-Xavier
térité masculine directe, sa portion retourne
de France, frère du dernier Roi, et après lui
au trésor public. Les sénateurs qui seront
les autres membres de la maison de Bour-
nommés à l’avenir, ne peuvent avoir part à
bon, dans l’ordre ancien.
cette dotation.
3. La noblesse ancienne reprend ses
titres : la nouvelle conserve les siens hé- 7. Les princes de la famille royale et les
réditairement. La légion d’honneur est main- princes du sang sont, de droit, membres du
tenue avec ses prérogatives ; le Roi déter- Sénat.
minera la décoration. On ne peut exercer les fonctions de séna-
teur qu’après avoir atteint l’âge de majorité.
4. Le pouvoir exécutif appartient au Roi.
8. Le Sénat détermine les cas ou la dis-
5. Le Roi, le Sénat et le Corps législatif, cussion des objets qu’il traite doit être pu-
concourent à la formation des lois. blique ou secrète.
Les projets de loi peuvent être également
proposés dans le Sénat et dans le Corps 9. Chaque département nommera au
législatif. Corps législatif le même nombre de députés
Ceux relatifs aux contributions ne qu’il y envoyait.
peuvent l’être que dans le Corps législatif. Les députés qui siégeaient au Corps lé-
Le Roi peut inviter également les deux gislatif lors du dernier ajournement, conti-
corps à s’occuper des objets qu’il juge nueront à y siéger jusqu’à leur remplace-
convenables. ment. Tous conservent leur traitement.

173
F RANCE

A l’avenir ils seront choisis immédiate- 16. La loi déterminera le mode et la quo-
ment par les colléges électoraux, lesquels tité du recrutement de l’armée.
sont conservés, sauf les changemens qui
17. L’indépendance du pouvoir judiciaire
pourraient être faits par une loi à leur orga-
est garantie. Nul ne peut être distrait de
nisation.
ses juges naturels. L’institution des jurés est
La durée des fonctions des députés au
conservée, ainsi que la publicité des débats
Corps législatif est fixée à cinq années.
en matière criminelle.
Les nouvelles élections auront lieu pour
La peine de la confiscation des biens est
la session de 1816.
abolie.
10. Le Corps législatif s’assemble de Le Roi a le droit de faire grâce.
droit chaque année le 1.er octobre. Le Roi
18. Les cours et tribunaux ordinaires ac-
peut le convoquer extraordinairement. Il
tuellement existans sont maintenus ; leur
peut l’ajourner ; il peut aussi le dissoudre :
nombre ne pourra être diminué ou aug-
mais, dans ce dernier cas, un autre Corps
menté qu’en vertu d’une loi. Les juges sont
législatif doit être formé au plus tard dans
à vie et inamovibles, à l’exception des juges
les trois mois, par les colléges électoraux.
de paix et des juges de commerce. Les com-
11. Le Corps législatif a le droit de dis- missions et les tribunaux extraordinaires
cussion. Les séances sont publiques, sauf sont suprimés, et ne pourront être rétablis.
le cas où il juge à propos de se former en
19. La cour de cassation, les cours
comité général.
d’appel et les tribunaux de première ins-
12. Le Sénat, le Corps législatif, les col- tance proposent au Roi trois candidats pour
léges électoraux et les assemblées de can- chaque place de juge vacante dans leur
ton, élisent leur président dans leur sein. sein : le Roi choisit l’un des trois. Le Roi
nomme les premiers présidens et le minis-
13. Aucun membre du Sénat ou du Corps tère publie des cours et des tribunaux.
législatif ne peut être arrêté sans une auto-
20. Les militaires en activité, les officiers
risation préalable du corps auquel il appar-
et soldats en retraité, les veuves et les offi-
tient.
ciers pensionnés, conservent leurs grades,
Le jugement d’un membre du Sénat ou
leurs honneurs et leurs pensions.
du Corps législatif, accusé, appartient exclu-
sivement au Sénat. 21. La personne du Roi est inviolable et
sacrée. Tous les actes du Gouvernement
14. Les ministres peuvent être membres,
sont signés par un ministre. Les ministres
soit du Sénat, soit du Corps législatif.
sont responsables de tout ce que ces actes
15. L’égalité de proportion dans l’impôt contiendraient d’attentatoire aux lois, à la
est de droit. Aucun impôt ne peut être éta- liberté publique et individuelle, et aux droits
bli ni perçu, s’il n’a été librement consenti des citoyens.
par le Corps législatif et par le Sénat. L’im-
22. La liberté des cultes et des
pôt foncier ne peut être établi que pour un
consciences est garantie. Les ministres des
an. Le budget de l’année suivante et les
cultes sont également traités et protégés.
comptes de l’année précédente sont pré-
sentés chaque année au Corps législatif et 23. La liberté de la presse est entière,
au Sénat, à l’ouverture de la session du sauf la répression légale des délits qui pour-
Corps législatif. raient résulter de l’abus de cette liberté. Les

174
P ROJET SÉNATORIAL DE CONSTITUTION (1814)

commissions sénatoriales de la liberté de Signé le P RINCE DE B ENEVENT, Pré-


la presse et de la liberté individuelle sont sident ;
conservées.
Les Comtes DE VALENCE et DE PASTO -
24. La dette publique est garantie. RET , Secrétaires ;
Les ventes des domaines nationaux sont
irrévocablement maintenues. Le Prince Architrésorier ; les Comtes
Abrial, Barbé-Marbois, Emmery, Barthé-
25. Aucun Français ne peut être recher- lémy, Belderbusch, Berthollet ; Beurnon-
ché pour les opinions ou les votes qu’il a pu ville, Cornet, Carbonara, Legrand, Chasse-
émettre. loup, Cholet, Colaud, Davous, Degregory,
26. Toute personne a le droit d’adresser Decroy, Depère, Dembarrère, d’Hauber-
des pétitions individuelles à toute autorité saert, Destutt-Tracy, d’Harville, d’Hédouville,
constituée. Fabre (de l’Aude), Ferino, Dubois-Dubais,
de Fontanes, Garat, Grégoire, Hervyn de
27. Tous les Français sont également ad- Nevele, Joucourt, Klein, Journu-Aubert,
missibles à tous les emplois civils et mili- Lambrechts, Lanjuinais, Lejeas, Lebrun de
taires. Rochemont, Lemercier, Meerman, de Les-
28. Toutes les lois actuellement exis- pinasse, de Monbadon, Lenoir-Laroche, de
tantes restent en vigueur, jusqu’à ce qu’il Maleville, Redon, Roger-Ducos, Péré, Ta-
y soit légalement dérogé. Le Code des lois scher, Porcher de Richebourg, de Pon-
civiles sera intitulé, Code civil des Français. técoulant, Saur, Rigal, Saint-Martin-de-la-
Motte, Sainte-Suzanne, Sieyes, Schimmel-
29. La présente Constitution sera sou- pennick, Van-Deden-van-de-Gelder, Van-
mise à l’acceptation du peuple français dans Depoll, Venturi, Vaubois, Duc de Valmy, Vil-
la forme qui sera réglée. L OUIS -S TANISLAS - letard, Vimar, Van-Zuylen-van-Nyevelt.
X AVIER sera proclamé Roi des Français,
aussitôt qu’il aura juré et signé par un acte
portant : J’accepte la Constitution ; je jure
1
Vérifié sur la base du Bulletin des Lois du Royaume
de l’observer et de la faire observer. Ce ser-
de France, 5e série, volume I, Paris : Imprimerie Royale,
ment sera réitéré dans la solennité ou il re- 1814, N°. 1, 14–18. Projet élaboré par le Sénat et pro-
cevra le serment de fidélité des Français. posé à Louis XVIII mais refusé par lui.

175
Charte constitutionnelle (1814)

Charte constitutionnelle1

L OUIS , par la grâce de Dieu, ROI DE était l’expression d’un besoin réel ; mais
F RANCE ET DE NAVARRE , en cédant à ce vœu, nous avons pris toutes
A tous ceux qui ces présentes verront, les précautions pour que cette charte fût
S ALUT. digne de nous et du peuple auquel nous
La divine Providence, en nous rappe- sommes fiers de commander. Des hommes
lant dans nos Etats après une longue ab- sages, pris dans les premiers corps de l’État,
sence, nous a imposé de grandes obliga- se sont réunis à des commissaires de notre
tions. La paix était le premier besoin de Conseil, pour travailler à cet important ou-
nos sujets : nous nous en sommes occupés vrage.
sans relâche ; et cette paix si nécessaire à la En même temps que nous reconnaissions
France comme au reste de l’Europe, est si- qu’une constitution libre et monarchique
gnée. Une charte constitutionnelle était sol- devait remplir l’attente de l’Europe éclai-
licitée par l’état actuel du royaume ; nous rée, nous avons dû nous souvenir aussi que
l’avons promise, et nous la publions. Nous notre premier devoir envers nos peuples
avons considéré que, bien que l’autorité était de conserver, pour leur propre inté-
toute entière résidât en France dans la per- rêt, les droits et les prérogatives de notre
sonne du Roi, nos prédécesseurs n’avaient couronne. Nous avons espéré qu’instruits
point hésité à en modifier l’exercice, suivant par l’expérience, ils seraient convaincus que
la différence des temps ; que c’est ainsi que l’autorité suprême peut seule donner aux
les communes ont dû leur affranchissement institutions qu’elle établit, la force, la per-
à Louis-le-gros, la confirmation et l’exten- manence et la majesté dont elle est elle-
sion de leurs droits à St Louis et à Philippe- même revêtue ; qu’ainsi, lorsque la sagesse
le-bel ; que l’ordre judiciaire a été établi des rois s’accorde librement avec le vœu
et développé par les lois de Louis XI, de des peuples, une charte constitutionnelle
Henri II et de Charles IX ; enfin, que Louis peut être de longue durée ; mais que, quand
XIV a réglé presque toutes les parties de la violence arrache des concessions à la
l’administration publique par différentes or- faiblesse du Gouvernement, la liberté pu-
donnances dont rien encore n’avait surpassé blique n’est pas moins en danger que le
la sagesse. Nous avons dû, à l’exemple des trône même. Nous avons enfin cherché les
Rois nos prédécesseurs, apprécier les effets principes de la charte constitutionnelle dans
des progrès toujours croissans des lumières, le caractère français, et dans les monumens
les rapports nouveaux que ces progrès ont vénérables des siècles passés. Ainsi, nous
introduits dans la société, la direction im- avons vu dans le renouvellement de la pai-
primée aux esprits ; depuis un demi-siècle, rie une institution vraiment nationale, et qui
et les graves altérations qui en sont résul- doit lier tous les souvenirs à toutes les espé-
tées : nous avons reconnu que le vœu de rances, en réunissant les temps anciens et
nos sujets pour une charte constitutionnelle les temps modernes.

177
F RANCE

Nous avons remplacé, par la Chambre A RT. 2. Ils contribuent indistinctement,


des Députés, ces anciennes assemblées des dans la proportion de leur fortune, aux
Champs de Mars et de Mai, et ces chambres charges de l’Etat.
du tiers-état, qui ont si souvent donné tout-
à-la-fois des preuves de zèle pour les inté- A RT. 3. Ils sont tous également admis-
rêts du peuple, de fidélité et de respect pour sibles aux emplois civils et militaires.
l’autorité des rois. En cherchant ainsi à re-
nouer la chaîne des temps, que de funestes A RT. 4. Leur liberté individuelle est éga-
écarts avaient interrompue, nous avons ef- lement garantie, personne ne pouvant être
facé de notre souvenir, comme nous vou- poursuivi ni arrêté que dans les cas prévus
drions qu’on pût les effacer de l’histoire, par la loi, et dans la forme qu’elle prescrit.
tous les maux qui ont affligé la patrie durant A RT. 5. Chacun professe sa religion avec
notre absence. Heureux de nous retrouver une égale liberté, et obtient pour son culte
au sein de la grande famille, nous n’avons la même protection.
su répondre à l’amour dont nous recevons
tant de témoignages, qu’en prononçant des A RT. 6. Cependant la religion catholique,
paroles de paix et de consolation. Le vœu apostolique et romaine, est la religion de
le plus cher à notre cœur, c’est que tous l’Etat.
les Français vivent en frères, et que jamais
aucun souvenir amer ne trouble la sécurité A RT. 7. Les ministres de la religion ca-
qui doit suivre l’acte solennel que nous leur tholique, apostolique et romaine, et ceux
accordons aujourd’hui. des autres cultes chrétiens, reçoivent seuls
des traitemens du trésor royal.
Sûrs de nos intentions, forts de notre
conscience, nous nous engageons, devant A RT. 8. Les Français ont le droit de pu-
l’assemblée qui nous écoute, à être fidèles blier et de faire imprimer leurs opinions, en
à cette charte constitutionnelle, nous réser- se conformant aux lois qui doivent réprimer
vant d’en jurer le maintien, avec une nou- les abus de cette liberté.
velle solennité, devant les autels de celui
A RT. 9. Toutes les propriétés sont in-
qui pèse dans la même balance les rois et
violables, sans aucune exception de celles
les nations.
qu’on appelle nationales, la loi ne mettant
A CES CAUSES,
aucune différence entre elles.
N OUS AVONS volontairement, et par le
libre exercice de notre autorité royale, AC - A RT. 10. L’Etat peut exiger le sacrifice
CORDE ET ACCORDONS , FAIT CONCES -
d’une propriété, pour cause d’intérêt public
SION ET OCTROI à nos sujets, tant pour
légalement constaté, mais avec une indem-
nous que pour nos successeurs, et à toujours, nité préalable.
de la Charte constitutionnelle qui suit :
A RT. 11. Toutes recherches des opinions
et votes émis jusqu’à la restauration, sont
Droits publics des Français interdites. Le même oubli est commandé
aux tribunaux et aux citoyens.

A RT. 1er . Les Français sont égaux devant A RT. 12. La conscription est abolie. Le
la loi, quels que soient d’ailleurs leurs titres mode de recrutement de l’armée de terre et
et leurs rangs. de mer est déterminé par une loi.

178
C HARTE CONSTITUTIONNELLE (1814)

Formes du pourra être représentée dans la même ses-


Gouvernement du Roi sion.
A RT. 22. Le Roi seul sanctionne et pro-
A RT. 13. La personne du Roi est invio-
mulgue les lois.
lable et sacrée. Ses ministres sont respon-
sables. Au Roi seul appartient la puissance A RT. 23. La liste civile est fixée pour
exécutive. toute la durée du règne, par la première lé-
gislature assemblée depuis l’avénement du
A RT. 14. Le Roi est le chef suprême de Roi.
l’Etat, commande les forces de terre et de
mer, déclare la guerre, fait les traités de
paix, d’alliance et de commerce, nomme à De la Chambre des Pairs
tous les emplois d’administration publique,
A RT. 24. La Chambre des Pairs est une
et fait les réglemens et ordonnances néces-
portion essentielle des la puissance législa-
saires pour l’exécution des lois et la sûreté
tive.
de l’État.
A RT. 25. Elle est convoquée par le Roi
A RT. 15. La puissance législative
en même temps que la Chambre des Dépu-
s’exerce collectivement par le Roi, la
tés des départemens. La session de l’une
Chambre des Pairs , et la Chambre des Dé-
commence et finit en même temps que celle
putés des départemens.
de l’autre.
A RT. 16. Le Roi propose la loi. A RT. 26. Toute assemblée de la Chambre
A RT. 17. La proposition de la loi est por- des Pairs qui serait tenue hors du temps de
tée, au gré du Roi, à la Chambre des Pairs la session de la Chambre des Députés, ou
ou à celle des Députés, excepté la loi de qui ne serait pas ordonnée par le Roi, est
l’impôt, qui doit être adressée d’abord, à la illicite et nulle de plein droit.
Chambre des Députés. A RT. 27. La nomination des Pairs de
A RT. 18. Toute loi doit être discutée et France appartient au Roi. Leur nombre est
votée librement par la majorité de chacune illimité : il peut en varier les dignités, les
des deux chambres. nommer à vie ou les rendre héréditaires,
selon sa volonté.
A RT. 19. Les chambres ont la faculté
de supplier le Roi de proposer une loi sur A RT. 28. Les Pairs ont entrée dans la
quelque objet que ce soit, et d’indiquer Chambre à vingt-cinq ans, et voix délibéra-
ce qu’il leur paraît convenable que la loi tive à trente ans seulement.
contienne. A RT. 29. La Chambre des Pairs est pré-
A RT. 20. Cette demande pourra être faite sidée par le chancelier de France, et, en son
par chacune des deux chambres, mais après absence, par un pair nommé par le Roi.
avoir été discutée en comité secret : elle ne A RT. 30. Les membres de la famille
sera envoyée à l’autre Chambre par celle royale et les princes du sang sont Pairs par
qui l’aura proposée, qu’après un délai de le droit de leur naissance. Ils siègent immé-
dix jours. diatement après le président ; mais ils n’ont
voix délibérative qu’à vingt-cinq ans.
A RT. 21. Si la proposition est adoptée
par l’autre chambre, elle sera mise sous A RT. 31. Les Princes ne peuvent prendre
les yeux du Roi ; si elle est rejetée, elle ne séance à la Chambre que de l’ordre du Roi,

179
F RANCE

exprimé pour chaque session par un mes- contribution directe de trois cents francs, et
sage, à peine de nullité de tout ce qui aurait s’ils ont moins de trente ans.
été fait en leur présence.
A RT. 41. Les présidens des collèges s
A RT. 32. Toutes les délibérations de la électoraux seront nommés par le Roi, et de
Chambre des Pairs sont secrètes. droit membres du collège.
A RT. 33. La Chambre des Pairs connaît A RT. 42. La moitié au moins des Dépu-
des crimes de haute trahison et des attentats tés sera choisie parmi des éligibles qui ont
à la sûreté de l’État qui seront définis par la leur domicile politique dans le département.
loi.
A RT. 43. Le président de la Chambre des
A RT. 34. Aucun pair ne peut être arrêté
Députés est nommé par le Roi, sur une liste
que de l’autorité de la chambre, et jugé que
de cinq membres présentée par la chambre.
par elle en matière criminelle.
A RT. 44. Les séances de la Chambre
sont publiques ; mais la demande de cinq
De la Chambre des Deputés des membres suffit pour qu’elle se forme en
Départemens comité secret.
A RT. 35. La Chambre des Députés sera A RT. 45. La Chambre se partage en bu-
composée des Députés élus par les collèges reaux pour discuter les projets qui lui ont
électoraux dont l’organisation sera détermi- été présentés de la part du Roi.
née par des lois.
A RT. 46. Aucun amendement ne peut
A RT. 36. Chaque département aura le être fait à une loi, s’il n’a été proposé ou
même nombre de Députés qu’il a eu jus- consenti par le Roi, et s’il n’a été renvoyé
qu’à présent. et discuté dans les bureaux.
A RT. 37. Les Députés seront élus pour
A RT. 47. La Chambre des Députés re-
cinq ans, et de manière que la Chambre soit
çoit toutes les propositions d’impôts ; ce
renouvelée chaque année par cinquième.
n’est qu’après que ces propositions ont été
A RT. 38. Aucun député ne peut être ad- admises, qu’elles peuvent être portées à la
mis dans la Chambre s’il n’est âgé de qua- Chambre des Pairs.
rante ans, et s’il ne paye une contribution
directe de mille francs. A RT. 48. Aucun impôt ne peut être établi
ni perçu, s’il n’a été consenti par les deux
A RT. 39. Si néanmoins il ne se trou- chambres et sanctionné par le Roi.
vait pas dans le département cinquante per-
sonnes, de l’âge indiqué, payant au moins A RT. 49. L’impôt foncier n’est consenti
mille francs de contributions directes, leur que pour un an. Les impositions indirectes
nombre sera complété par les plus impo- peuvent l’être pour plusieurs années.
sés au-dessous de mille francs, et ceux-ci
A RT. 50. Le Roi convoque chaque an-
pourront être élus concurremment avec les
née les deux chambres ; il les proroge, et
premiers.
peut dissoudre celle des Députés des dé-
A RT. 40. Les électeurs qui concourent partemens, mais, dans ce cas, il doit en
à la nomination des Députés, ne peuvent convoquer une nouvelle dans le délai de
avoir droit de suffrage s’ils ne payent une trois mois.

180
C HARTE CONSTITUTIONNELLE (1814)

A RT. 51. Aucune contrainte par corps ne A RT. 60. L’institution actuelle, des Juges
peut être exercée contre un membre de la de commerce est conservée.
chambre, durant la session, et dans les six
semaines qui l’auront précédée ou suivie. A RT. 61. La justice de paix est égale-
ment conservée. Les Juges de paix, quoique
A RT. 52. Aucun membre de la Chambre nommés par le Roi, ne sont point inamo-
ne peut, pendant la durée de la session, être vibles.
poursuivi ni arrêté en matière criminelle,
sauf le cas de flagrant délit, qu’après que la A RT. 62. Nul ne pourra être distrait de
Chambre a permis sa poursuite. ses Juges naturels.
A RT. 53. Toute pétition à l’une ou à
l’autre des chambres ne peut être faite et A RT. 63. Il ne pourra en conséquence
présentée que par écrit. La loi interdit d’en être créé de commissions et tribunaux extra-
apporter en personne et à la barre. ordinaires. Ne sont pas comprises sous cette
dénomination les juridictions prévôtales ; si
leur rétablissement est jugé nécessaire.
Des Ministres
A RT. 64. Les débats seront publics en
A RT. 54. Les Ministres peuvent être matière criminelle, à moins que cette pu-
membres de la Chambre des Pairs ou de blicité ne soit dangereuse pour l’ordre et
la Chambre des députes. Ils ont en outre les mœurs ; et, dans ce cas, le tribunal le
leur entrée dans l’une ou l’autre chambre, déclare par un jugement.
et doivent être entendus quand ils le de-
mandent. A RT. 65. L’institution des jurés est
conservée. Les changemens qu’une plus
A RT. 55. La Chambre des Députés a
longue expérience ferait juger nécessaires,
le droit d’accuser les ministres, et de les
ne peuvent être effectués que par une loi.
traduire devant la Chambre des Pairs , qui
seule a celui de les juger.
A RT. 66. La peine de la confiscation des
A RT. 56. Ils ne peuvent être accusés que biens est abolie, et ne pourra pas être réta-
pour fait de trahison ou de concussion. Des blie.
lois particulières spécifieront cette nature
de délits, et en détermineront la poursuite. A RT. 67. Le Roi a le droit de faire grâce,
et celui de commuer les peines.

De l’Ordre Judiciaire A RT. 68. Le Code civil et les lois actuel-


lement existantes qui ne sont pas contraires
A RT. 57. Toute justice émane du Roi. à la présente Charte, restent en vigueur jus-
Elle s’administre en son nom par des Juges qu’à ce qu’il y soit légalement dérogé.
qu’il nomme et qu’il institue.
A RT. 58. Les Juges nommés par le roi
sont inamovibles. Droits particuliers garantis
A RT. 59. Les cours et tribunaux ordi- par l’Etat
naires actuellement existans sont maintenus.
Il n’y sera rien changé qu’en vertu d’une A RT. 69. Les militaires en activité de
loi. service, les officiers et soldats en retraite,

181
F RANCE

les veuves, les officiers et soldats pension- charte constitutionnelle, mise sous les yeux
nés, conserveront leurs grades, honneurs et du Sénat et du Corps législatif conformé-
pensions. ment à notre proclamation du 2 mai, sera
envoyée incontinent à la Chambre des Pairs
A RT. 70. La dette publique est garantie.
et à celle des Députés.
Toute espèce d’engagement pris par l’Etat
Donné à Paris, l’an de grâce mil huis cent
avec ses créanciers, est inviolable.
quatorze, et de notre règne le dix-neuvième.
A RT. 71. La noblesse ancienne reprend
ses titres. La nouvelle conserve les siens. LOUIS.
Le Roi fait des nobles à volonté ; mais il ne Par le Roi :
leur accorde que des rangs et des honneurs,
sans aucune exemption des charges et des Le Ministre Secrétaire d’état, l’Abbé de
devoirs de la société. Montesquiou.

A RT. 72. La Légion d’honneur est main- Le Chancelier de France, Dambray.


tenue. Le Roi déterminera les réglemens
intérieurs et la décoration.
1 Vérifié sur la base du Bulletin des Lois du
A RT. 73. Les colonies seront régies par Royaume de France, 5e série, volume I, Paris :
des lois et des réglemens particuliers. Imprimerie Royale, 1814, N°. 17, 197–207 et cor-
rigé à l’aide du manuscrit original conservé en
A RT. 74. Le Roi et ses successeurs jure- réserve du Musée de l’histoire de France, Pa-
ront, dans la solennité de leur sacre, d’ob- ris sous la côte <AE/I/29 Pièce 6> accessible
server fidèlement la présente Charte consti- sur http://www.culture.gouv.fr/documentation/archim/
accueil.html. L’orthographe, les majuscules et la ponc-
tutionnelle. tuation correspondent au manuscrit original chaque
fois que la graphie de celui-ci est certaine. La Charte
constitutionnelle entrée en vigueur le jour même, sus-
Articles transitoires pendue de facto pendant les Cent Jours, modifiée en
profondeur et irrégulièrement par la Charte du 7 août
A RT. 75. Les Députés des départemens 1830 et abrogée révolutionnairement par la loi du 24
de France qui siégeaient au corps législatif février 1848 proclamant la République votée par la
chambre des députés à la suite du renversement de
lors du dernier ajournement, continueront Louis-Philippe et de l’établissement d’un gouverne-
de siéger à la Chambre des Députés, jusque ment provisoire insurrectionnel.
remplacement. Pour plus d’informations cf. Jean-Pierre Chaline,
La Restauration, Paris : Puf, Qsj, n°1214, 1998 ; Alain
A RT. 76. Le premier renouvellement Laquièze, Les origines du régime parlementaire en
d’un cinquième de la Chambre des Députés France (1814–1848), Paris : Puf, 2002 ; Stéphane Rials,
Le légitimisme, Paris : Puf, Qsj, 1983 ; Emmanuel Wa-
aura lieu au plus tard en l’année 1816, sui-
resquiel, Benoît Yvert, Histoire de la Restauration,
vant l’ordre établi entre les séries. 1814–1830, naissance de la France moderne, Paris :
N OUS ORDONNONS que la présente Perrin, 1996.

182
Acte additionnel aux Constitutions de
l’Empire (1815)

Acte additionnel aux Constitutions de l’Empire1

NAPOLÉON, par la grâce de Dieu et les nous avons résolu de proposer au peuple
constitutions, E MPEREUR DES F RANÇAIS, une suite de dispositions tendant à modifier
à tous présens et à venir, SALUT. et perfectionner ses actes constitutionnels,
à entourer les droits des citoyens de toutes
Depuis que nous avons été appelés, il y a leurs garanties, à donner au système repré-
quinze années, par le vœu de la France, au sentatif toute son extension, à investir les
gouvernement de l’Etat, nous avons cher- corps intermédiaires de la considération et
ché à perfectionner, à diverses époques, les du pouvoir désirables ; en un mot, à com-
formes constitutionnelles, suivant les be- biner le plus haut point de liberté politique
soins et les désirs de la nation, et en pro- et de sûreté individuelle avec la force et la
fitant des leçons de l’expérience. Les consti- centralisation nécessaires pour faire respec-
tutions de l’Empire se sont ainsi formées ter par l’étranger l’indépendance du peuple
d’une série d’actes qui ont été revêtus de français et la dignité de notre couronne. En
l’acceptation du peuple. Nous avions alors conséquence, les articles suivans, formant
pour but d’organiser un grand système fé- un acte supplémentaire aux constitutions
dératif européen, que nous avions adopté de l’Empire, seront soumis à l’acceptation
comme conforme à l’esprit du siècle, et fa- libre et solennelle de tous les citoyens, dans
vorable aux progrès de la civilisation. Pour toute l’étendue de la France.
parvenir à le compléter et à lui donner
toute l’étendue et toute la stabilité dont il
était susceptible, nous avions ajourné l’éta- TITRE IER
blissement de plusieurs institutions inté-
rieures, plus spécialement destinées a proté-
Dispositions générales
ger la liberté des citoyens. Notre but n’est
A RT. Ier . Les constitutions de l’Empire,
plus désormais que d’accroître la prospé-
nommément l’acte constitutionnel du 22 fri-
rité de la France par raffermissement de
maire an VIII, les sénatus-consultes des 14
la liberté publique. De la résulte la néces-
et 16 thermidor an X, et celui du 28 floréal
sité de plusieurs modifications importantes
an XII, seront modifiés par les dispositions
dans les constitutions, sénatus-consultes et
qui suivent. Toutes leurs autres dispositions
autres actes qui régissent cet Empire. A CES
sont confirmées et maintenues.
CAUSES , voulant, d’un côté ; conserver du
passé ce qu’il y a de bon et de salutaire, et, A RT. 2. Le pouvoir législatif est exercé
de l’autre, rendre les constitutions de notre par l’Empereur et par deux Chambres.
Empire conformes en tout aux vœux et aux
besoins nationaux, ainsi qu’à l’état de paix A RT. 3. La première Chambre, nommée
que nous désirons maintenir avec l’Europe, Chambre des Pairs, est héréditaire.

183
F RANCE

A RT. 4. L’Empereur en nomme les A RT. 12. Ils sont indéfiniment rééli-
membres, qui sont irrévocables, eux et leurs gibles.
descendans mâles, d’aîné en aîné en ligne
A RT. 13. La Chambre des Représentans
directe. Le nombre des pairs est illimité.
est renouvelée de droit en entier tous les
L’adoption ne transmet point la dignité de
cinq ans.
pair à celui qui -en est l’objet.
Les pairs prennent séance à vingt et un A RT. 14. Aucun membre de l’une ou de
ans, mais n’ont voix délibérative qu’à vingt- l’autre Chambre ne peut être arrêté, sauf le
cinq. cas de flagrant délit, ni poursuivi en matière
criminelle et correctionnelle, pendant les
A RT. 5. La Chambre des Pairs est prési- sessions, qu’en vertu d’une résolution de la
dée par l’archichancelier de l’Empire, ou, Chambre dont il fait partie.
dans le cas prévu par l’art. 51 du sénatus-
consulte du 28 floréal an XII, par un des A RT. 15. Aucun ne peut être arrêté ni dé-
membres de cette Chambre désigné spécia- tenu pour dettes, à partir de la convocation ;
lement par l’Empereur. ni quarante jours après la session.
A RT. 16. Les pairs sont jugés par leur
A RT. 6. Les membres de la famille impé-
Chambre, en matière criminelle et correc-
riale, dans l’ordre de l’hérédité, sont pairs
tionnelle, dans les formes qui seront réglées
de droit. Ils siègent après le président. Ils
par la loi.
prennent séance à dix-huit ans, mais n’ont
voix délibérative qu’à vingt et un ans. A RT. 17. La qualité de pair et de repré-
sentant est compatible avec toute fonction
A RT. 7. La seconde Chambre, nommée publique, hors celles de comptables.
Chambre des Représentans, est élue par le Toutefois les préfets et sous-préfets ne
peuple. sont pas éligibles par le collège électoral du
A RT. 8. Les membres de cette Chambre département ou de l’arrondissement qu’ils
sont au nombre de six cent vingt-neuf. administrent.
Ils doivent être âgés de vingt-cinq ans au A RT. 18. L’Empereur envoie dans les
moins. Chambres des ministres d’état et des
conseillers d’état, qui y siègent et prennent
A RT. 9. Le président de la Chambre des
part aux discussions, mais qui n’ont voix
Représentans est nommé par la Chambre, à
délibérative que dans le cas où ils sont
l’ouverture de la première session. Il reste
membres de la Chambre comme pairs ou
en fonctions jusqu’au renouvellement de
élus du peuple.
la Chambre. Sa nomination est soumise à
l’approbation de l’Empereur. A RT. 19. Les ministres qui sont membres
de la Chambre des Pairs ou de celle des Re-
A RT. 10. La Chambre des Représentans présentans, ou qui siègent par mission du
vérifie les pouvoirs de ses membres, et pro- Gouvernement, donnent aux Chambres les
nonce sur la validité des élections contes- éclaircissemens qui sont jugés nécessaires,
tées. quand leur publicité ne compromet pas l’in-
térêt de l’Etat.
A RT. 11. Les membres de la Chambre
des Représentans reçoivent pour frais de A RT. 20. Les séances des deux
voyage, et durant la session, l’indemnité dé- Chambres sont publiques. Elles peuvent
crétée par l’Assemblée constituante. néanmoins se former en comité secret, la

184
ACTE ADDITIONNEL AUX C ONSTITUTIONS DE L’E MPIRE (1815)

Chambre des Pairs sur la demande de dix TITRE II


membres, celle des Représentans sur la Des Collèges électoraux et du
demande de vingt-cinq. Le Gouvernement
Mode d’élection
peut également requérir des comités secrets
pour des communications à faire. Dans tous A RT. 27. Les collèges électoraux de dé-
les cas, les délibérations et les votes ne partement et d’arrondissement sont mainte-
peuvent avoir lieu qu’en séance publique. nus, conformément au sénatus-consulte du
16 thermidor an X, sauf les modifications
A RT. 21. L’Empereur peut proroger, qui suivent.
ajourner et dissoudre la Chambre des Re-
présentans. La proclamation qui prononce A RT. 28. Les assemblées de canton rem-
la dissolution, convoque les collèges électo- pliront chaque année, par des élections an-
raux pour une élection nouvelle, et indique nuelles, toutes les vacances dans les col-
la réunion des Représentans dans six mois lèges électoraux.
au plus tard. A RT. 29. A dater de l’an 1816, un
membre de la Chambre des Pairs, désigné
A RT. 22. Durant l’intervalle des sessions par l’Empereur, sera président à vie et in-
de la Chambre des Représentans, ou en amovible de chaque collège électoral de dé-
cas de dissolution de cette Chambre, la partement.
Chambre des Pairs ne peut s’assembler.
A RT. 30. A dater de la même époque,
A RT. 23. Le Gouvernement a la proposi- le collège électoral de chaque département
tion de la loi ; les Chambres peuvent propo- nommera, parmi les membres de chaque
ser des amendemens : si ces amendemens collège d’arrondissement, le président et
ne sont pas adoptés par le Gouvernement, deux vice-présidens. A cet effet, l’assem-
les Chambres sont tenues de voter sur la loi, blée du collège de département précédera
telle qu’elle a été proposée. de quinze jours celle du collège d’arrondis-
sement.
A RT. 24. Les Chambres ont la faculté A RT. 31. Les collèges de département et
d’inviter le Gouvernement à proposer une d’arrondissement nommeront le nombre de
loi sur un objet déterminé, et de rédiger ce représentans établi pour chacun par l’acte
qu’il leur paraît convenable d’insérer dans et le tableau ci-annexés, n° I.
la loi. Cette demande peut être faite par cha-
cune des deux Chambres. A RT. 32. Les représentans peuvent être
choisis indifféremment dans toute l’etendue
de la France.
A RT. 25. Lorsqu’une rédaction est adop-
Chaque collège de département ou d’ar-
tée dans l’une des deux Chambres, elle est
rondissement qui choisira un représentant
portée à l’autre ; et si elle y est approuvée,
hors du département ou de l’arrondisse-
elle est portée à l’Empereur.
ment, nommera un suppléant qui sera pris
nécessairement dans le département ou l’ar-
A RT. 26. Aucun discours écrit, excepté rondissement.
les rapports des commissions, les rapports
des ministres sur les lois qui sont présen- A RT. 33. L’industrie et la propriété ma-
tées, et les comptes qui sont rendus, ne peut nufacturière et commerciale auront une re-
être lu dans l’une ou l’autre des Chambres. présentation spéciale.

185
F RANCE

L’élection des représentans commer- TITRE IV


ciaux et manufacturiers sera faite par le col- Des Ministres, et de la Responsabilité
lège électoral de département, sur une liste
d’éligibles dressée par les chambres de com- A RT. 38. Tous les actes du Gouverne-
merce et les chambres consultatives réunies, ment doivent être contre-signés par un mi-
suivant l’acte et le tableau ci-annexés, n° II. nistre ayant département.

A RT. 39. Les ministres sont responsables


TITRE III des actes du Gouvernement signés par eux,
ainsi que de l’exécution des lois.
De la Loi de l’Impôt
A RT. 40. Ils peuvent être accusés par la
A RT. 34. L’impôt général direct, soit fon- Chambre des Représentans, et sont jugés
cier, soit mobilier, n’est voté que pour un par celle des Pairs.
an ; les impôts indirects peuvent être votés A RT. 41. Tout ministre, tout comman-
pour plusieurs années. dant d’armée de terre ou de mer, peut être
Dans le cas de la dissolution de la accusé par la Chambre des Représentans et
Chambre des Représentans, les impositions jugé par la Chambre des Pairs, pour avoir
votées dans la session précédente sont conti- compromis la sûreté ou l’honneur de la na-
nuées jusqu’à la nouvelle réunion de la tion.
Chambre.
A RT. 42. La Chambre des Pairs, en ce
A RT. 35. Aucun impôt direct ou indirect cas, exerce, soit pour caractériser le délit,
en argent ou en nature ne peut être perçu, soit pour infliger la peine, un pouvoir dis-
aucun emprunt ne peut avoir lieu, aucune crétionnaire.
inscription de créance au grand-livre de la
dette publique ne peut être faite, aucun do- A RT. 43. Avant de prononcer la mise en
maine ne peut être aliéné ni échangé, au- accusation d’un ministre, la Chambre des
cune levée d’hommes pour l’armée ne peut Représentans doit déclarer qu’il y a lieu à
être ordonnée, aucune portion du territoire examiner la proposition d’accusation.
ne peut être échangée, qu’en vertu d’une
A RT. 44. Cette déclaration ne peut se
loi.
faire qu’après le rapport d’une commission
de soixante membres tirés au sort. Cette
A RT. 36. Toute proposition d’impôt,
commission ne fait son rapport que dix
d’emprunt, ou de levée d’hommes, ne peut
jours au plutôt après sa nomination.
être faite qu’à la Chambre des Représen-
tans. A RT. 45. Quand la Chambre a déclaré
qu’il y a lieu à examen, elle peut appeler
A RT. 37. C’est aussi à la Chambre des le ministre dans son sein pour lui deman-
Représentans qu’est porté d’abord, 1.° le der des explications. Cet appel ne peut avoir
budget général de l’État, contenant l’aperçu lieu que dix jours après le rapport de la com-
des recettes et la proposition des fonds as- mission.
signés pour l’année à chaque département
du ministère ; 2.° le compte des recettes et A RT. 46. Dans tout autre cas, les mi-
dépenses de l’année ou des années précé- nistres ayant département ne peuvent être
dentes. appelés ni mandés par les Chambres.

186
ACTE ADDITIONNEL AUX C ONSTITUTIONS DE L’E MPIRE (1815)

A RT. 47. Lorsque la Chambre des Re- A RT. 54. Les délits militaires seuls sont
présentans a déclaré qu’il y a lieu à examen du ressort des tribunaux militaires.
contre un ministre, il est formé une nouvelle
A RT. 55. Tous les autres délits, même
commission de soixante membres tirés au
commis par les militaires, sont de la com-
sort, comme la première, et il est fait, par
pétence des tribunaux civils.
cette commission, un nouveau rapport sur
la mise en accusation. Cette commission A RT. 56. Tous les crimes et délits qui
ne fait son rapport que dix jours après sa étaient attribués à la haute-cour impériale
nomination. et dont le jugement n’est pas réservé par le
présent acte à la Chambre des Pairs, seront
A RT. 48. La mise en accusation ne peut portés devant les tribunaux ordinaires.
être prononcée que dix jours après la lecture
et la distribution du rapport. A RT. 57. L’Empereur a le droit de faire
grâce, même en matière correctionnelle, et
A RT. 49. L’accusation étant prononcée, d’accorder des amnisties.
la Chambre des Représentans nomme cinq
commissaires pris dans son sein, pour pour- A RT. 58. Les interprétations des lois, de-
suivre l’accusation devant la Chambre des mandées par la cour de cassation, seront
Pairs. données dans la forme d’une loi.

A RT. 50. L’article 75 du titre VIII de


l’acte constitutionnel du 22 frimaire an VIII, TITRE VI
portant que les agens du Gouvernement ne Droits des Citoyens
peuvent être poursuivis qu’en vertu d’une
décision du Conseil d’état, sera modifié par A RT. 59. Les Français sont égaux devant
une loi. la loi, soit pour la contribution aux impôts
et charges publiques, soit pour l’admission
aux emplois civils et militaires.
TITRE V
A RT. 60. Nul ne peut, sous aucun pré-
Du Pouvoir Judiciaire texte, être distrait des juges qui lui sont as-
signés par la loi.
A RT. 51. L’Empereur nomme tous les
juges. Ils sont inamovibles et à vie dès l’ins- A RT. 61. Nul ne peut être poursuivi, ar-
tant de leur nomination, sauf la nomination rêté, détenu ni exilé, que dans les cas prévus
des juges de paix et des juges de commerce, par la loi et suivant les formes prescrites.
qui aura lieu comme par le passé. Les juges A RT. 62. La liberté des cultes est garan-
actuels nommés par l’Empereur, aux termes tie à tous.
du sénatus-consulte du 12 octobre 1807, et
qu’il jugera convenable de conserver, re- A RT. 63. Toutes les propriétés possédées
cevront des provisions à vie avant le 1.er ou acquises en vertu des lois et toutes les
janvier prochain. créances sur l’Etat, sont inviolables.

A RT. 52. L’institution des jurés est main- A RT. 64. Tout citoyen a le droit d’im-
tenue. primer et de publier ses pensées, en les si-
gnant, sans aucune censure préalable, sauf
A RT. 53. Les débats en matière crimi- la responsabilité légale, après la publication,
nelle sont publics. par jugement par jurés, quand même il n’y

187
F RANCE

aurait lieu qu’à l’application d’une peine et dominant, ni la faculté de porter aucune
correctionnelle. atteinte à irrévocabilité de la vente des do-
maines nationaux ; il interdit formellement
A RT. 65. Le droit de pétition est as- au Gouvernement, aux Chambres et aux ci-
suré à tous les citoyens. Toute pétition toyens toute proposition à cet égard.
est individuelle. Ces pétitions peuvent être Donné à Paris, le 22. Avril 1815.
adressées, soit au Gouvernement, soit aux NAPOLÉON2
deux Chambres : néanmoins ces dernières
même doivent porter l’intitulé, a S. M.
L’E MPEREUR . Elles seront présentées aux N.° I3
Chambres sous la garantie d’un membre qui ACTE et TABLEAU fixant le nombre
recommande la pétition. Elles sont lues pu-
des Députés à élire pour la Chambre
bliquement, et si la Chambre les prend en
considération, elles sont portées à l’Empe- des Représentans
reur par le président. Au Palais de l’Élysée, le 22 Avril 1815.
A RT. 66. Aucune place, aucune partie NAPOLÉON par la grâce de Dieu et les
du territoire, ne peut être déclarée en état constitutions, E MPEREUR DES F RANÇAIS,
de siège, que dans le cas d’invasion de la N OUS AVONS DÉCRÉTÉ ET DÉCRÉTONS
part d’une force étrangère, ou de troubles ce qui suit :
civils. A RT. I ER . La proportion du nombre de
Dans le premier cas, la déclaration est députés à la Chambre des Représentans et
faite par un acte du Gouvernement. leur élection sont réglées ainsi qu’il suit.
Dans le second cas, elle ne peut l’être
que par la loi. Toutefois, si, le cas arrivant, A RT. 2. Les collèges électoraux de dépar-
les Chambres ne sont pas assemblées, l’acte temens nommeront deux cent trente-huit dé-
du Gouvernement déclarant l’état de siège putés à la Chambre des Représentans, et les
doit être converti en une proposition de loi collèges électoraux d’arrondissement nom-
dans les quinze premiers jours de la réunion meront, quelle que soit leur population, un
des Chambres. député par chaque arrondissement ; le tout
conformément au tableau joint au présent
A RT. 67. Le Peuple français déclare que, acte.
dans la délégation qu’il a faite et qu’il fait
A RT. 3. Le présent acte sera joint à l’acte
de ses pouvoirs, il n’a pas entendu et n’en-
additionnel aux constitutions, en date de ce
tend pas donner le droit de proposer le réta-
jour.
blissement des Bourbons ou d’aucun prince
de cette famille sur le trône, même en cas Signé NAPOLÉON.
d’extinction de la dynastie impériale, ni le
Par l’Empereur :
droit de rétablir soit l’ancienne noblesse féo-
dale, soit les droits féodaux et seigneuriaux, Le Ministre Secrétaire d’état, signé LE
soit les dîmes, soit aucun culte privilégié D UC DE BASSANO .

188
ACTE ADDITIONNEL AUX C ONSTITUTIONS DE L ’E MPIRE (1815)

Tableau n.° I.er

NOMBRE TOTAL
z }| {
DES
NOMS de Députés à
de Députés à DÉPUTÉS
des nommer par
par
des Arrondis- nommer par
Départemens. semens. le collège de
les collèges
dé-
d’arrondisse-
département. partement
mens.
Ain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 2. 5. 7.
Aisne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 4. 5. 9.
Allier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Alpes (Basses) . . . . . . . . . . . . 5. 1. 5. 6.
Alpes (Hautes) . . . . . . . . . . . . 3. 1. 3. 4.
Ardèche . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. 2. 3. 5.
Ardennes . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 2. 5. 7.
Ariége . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. 1. 3. 4.
Aube . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 2. 5. 7.
Aude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Aveiron . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 2. 5. 7.
Bouches-du-Rhône . . . . . . . . 3. 4. 3. 7.
Calvados . . . . . . . . . . . . . . . . . 6. 4. 6. 10.
Cantal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Charente . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 2. 5. 7.
Charente-Inférieure . . . . . . . 6. 4. 6. 10.
Cher . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. 2. 3. 5.
Corrèze . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. 2. 3. 5.
Corse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 1. 5. 6.
Côte-d’Or . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 3. 4. 7.
Côtes-du-Nord . . . . . . . . . . . . 5. 4. 5. 9.
Creuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Dordogne . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 3. 5. 8.
Doubs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Drôme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Eure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 3. 5. 8.
Eure-et-Loir . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Finistère . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 4. 5. 9.
Gard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 3. 4. 7.
Garonne (Haute) . . . . . . . . . . 4. 4. 4. 8.
Gers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 2. 5. 7.
Gironde . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6. 4. 6. 10.
Hérault . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Ille-et-Vilaine . . . . . . . . . . . . . 6. 4. 6. 10.
Indre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Indre-et-Loire . . . . . . . . . . . . 3. 2. 3. 5.

189
F RANCE

NOMBRE TOTAL
z }| {
DES
NOMS de Députés à
de Députés à DÉPUTÉS
des nommer par
par
des Arrondis- nommer par
Départemens. semens. le collège de
les collèges
dé-
d’arrondisse-
département. partement
mens.
Isère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 4. 4. 8.
Jura . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 3. 4. 7.
Landes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. 2. 3. 5.
Loir-et-Cher . . . . . . . . . . . . . . 3. 2. 3. 5.
Loire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. 3. 3. 6.
Loire (Haute) . . . . . . . . . . . . . 3. 2. 3. 5.
Loire-Inférieure . . . . . . . . . . . 5. 3. 5. 8.
Loiret . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Lot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. 2. 3. 5.
Lot-et-Garonne . . . . . . . . . . . 4. 3. 4. 7.
Lozère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. 1. 3. 4.
Maine-et-Loire . . . . . . . . . . . 5. 3. 5. 8.
Manche . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6. 4. 6. 10.
Marne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 3. 5. 8.
Marne (Haute) . . . . . . . . . . . . 3. 2. 3. 5.
Mayenne . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. 3. 3. 6.
Meurthe . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 3. 5. 8.
Meuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Mont-Blanc . . . . . . . . . . . . . . 3. 2. 3. 5.
Morbihan . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 4. 4. 8.
Moselle . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 3. 4. 7.
Nièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6. 6. 6. 12.
Oise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 3. 4. 7.
Orne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 3. 4. 7.
Pas-de Calais . . . . . . . . . . . . . 6. 5. 6. 11.
Puy-de-Dôme . . . . . . . . . . . . . 5. 4. 5. 9.
Pyrénées (Basses) . . . . . . . . . 5. 3. 5. 8.
Pyrénées (Hautes) . . . . . . . . . 3. 2. 3. 5.
Pyrénées-Orientales . . . . . . . 3. 1. 3. 4.
Rhin (Bas) . . . . . . . . . . . . . . . 4. 4. 4. 8.
Rhin (Haut) . . . . . . . . . . . . . . 3. 3. 3. 6.
Rhône . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. 3. 2. 5.
Saône (Haute) . . . . . . . . . . . . 3. 3. 3. 6.
Saone-et-Loire . . . . . . . . . . . . 5. 4. 5. 9.
Sarthe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 3. 4. 7.
Seine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6. 6. 6. 12.
Seine-Inférieure . . . . . . . . . . . 5. 5. 5. 10.

190
ACTE ADDITIONNEL AUX C ONSTITUTIONS DE L’E MPIRE (1815)

NOMBRE TOTAL
z }| {
DES
NOMS de Députés à
de Députés à DÉPUTÉS
des nommer par
par
des Arrondis- nommer par
Départemens. semens. le collège de
les collèges
dé-
d’arrondisse-
département. partement
mens.
Seine-et-Marne . . . . . . . . . . . 5. 2. 5. 7.
Seine-et-Oise . . . . . . . . . . . . . 6. 4. 6. 10.
Sèvres (Deux) . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Somme . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 4. 5. 9.
Tarn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Tarn-et-Garonne Garonne . . 3. 2. 3. 5.
Var . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Vaucluse . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Vendée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. 2. 3. 5.
Vienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 2. 5. 7.
Vienne (Haute) . . . . . . . . . . . 4. 2. 4. 6.
Vosges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 3. 5. 8.
Yonne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. 3. 5. 8.
———— ———— ———— ————
Totaux . . . . . . . . . . . . . 368 238 368 606

Certifié conforme :
Le Ministre Secrétaire d’état, signé LE D UC DE BASSANO.

N.° II A RT. 2. I L SERA NOMMÉ POUR TOUS


LES ARRONDISSEMENS VINGT- TROIS DÉ -
ACTE et TABLEAU pour régler le
PUTÉS , CHOISIS , 1.° PARMI LES NÉGO -
nombre de Députés pour représenter
CIANS , armateurs ou banquiers, 2.° parmi
la Propriété et l’Industrie les manufacturiers ou fabricans, d’après la
commerciale et manufacturière répartition portée au même tableau.
Au palais de l’Élysée, le 22. Avril 1815.
A RT. 3. Les députés seront nommés au
NAPOLEON, par la grâce de Dieu et les
chef-lieu et par les électeurs du département
constitutions, E MPEREUR DES F RANÇAIS,
indiqué à la première colonne du tableau.
N OUS AVONS DÉCRÉTÉ ET DÉCRÉTONS
ce qui suit :
A RT. 4. Les députés seront pris néces-
A RT. 1 ER . Pour l’exécution de l’article sairement sur une liste d’éligibles formée
33 de l’acte des constitutions relatif à la par les membres réunis des chambres de
représentation de l’industrie et de la pro- commerce et des chambres consultatives de,
priété commerciale et manufacturière, la commerce de tout l’arrondissement com-
France sera divisée en treize arrondisse- mercial, lesquels nommeront, au scrutin et à
mens, conformément au tableau ci-joint la majorité, un président, un vice-président
n.° II. et un secrétaire.

191
F RANCE

A RT. 5. L’assemblée chargée de la for- A RT. 7. Elle sera renouvelée en entier,


mation de cette liste y portera les commer- tous les cinq ans, à la fin de chaque législa-
çans qui se sont le plus distingués par leur ture, ou en cas de dissolution de la Chambre
probité et leurs talens, et qui paient le plus des Représentans.
de contributions, qui font les opérations les
plus considérables en France ou à l’étranger, A RT. 8. Le présent acte sera joint à l’acte
ou qui emploient le plus d’ouvriers, et en additionnel aux constitutions, en date de ce
les distinguant par la nature des opérations jour.
commerciales auxquelles ils se livrent.
Signé NAPOLÉON.
A RT. 6. Cette liste sera de soixante pour
chaque arrondissement commercial et de Par l’Empereur :
cent vingt pour l’arrondissement de Paris.
Il y aura sur chacune au moins un tiers de Le Ministre Secrétaire d’état, signé LE
manufacturiers et un tiers de négocians. D UC DE BASSANO .

Tableau n.° II
D IVISION de la France en treize arrondissemens, pour l’élection des Députés
destinés a représenter la Propriété et l’Industrie commerciale et manufacturière

Nombre
Désignation Noms Des Députés à Élire
des des Départemens Parmi les
z }| {
CHEFS-LIEUX compris dans
d’arrondissement l’arrondissement. Négocians, manufacturiés
armateurs ou ou
banquiers. fabricans.
 
 Nord . . . . . . . . . . . . . . 
L ILLE . . . . . . . . . . . . . Aisne . . . . . . . . . . . . . . 1. 1.
 
Pas-de-Calais . . . . . .
 

 Seine-Inférieure . . . .  
Eure . . . . . . . . . . . . . . . 

 

 

Somme . . . . . . . . . . . .
 
ROUEN . . . . . . . . . . . . 1. 1.

 Calvados . . . . . . . . . .  
Orne . . . . . . . . . . . . . . 

 

 

 
Manche . . . . . . . . . . . .
 

 Loire-Inférieure . . . .  
 Ille-et-Vilaine . . . . . . 

 
 

 Côte-du Nord . . . . . . 

 

NANTES . . . . . . . . . . . Finistère . . . . . . . . . . . 1. 1.
 Morbihan . . . . . . . . . . 

 
 

Mayenne . . . . . . . . . . 

 

 

 
Vendée . . . . . . . . . . . .

192
ACTE ADDITIONNEL AUX C ONSTITUTIONS DE L ’E MPIRE (1815)

Nombre
Désignation Noms Des Députés à Élire
des des Départemens Parmi les
z }| {
CHEFS-LIEUX compris dans
d’arrondissement l’arrondissement. Négocians, manufacturiés
armateurs ou ou
banquiers. fabricans.
 

 Gironde . . . . . . . . . . . 
Charente . . . . . . . . . . . 

 

 

 Charente-Inférieure . 

 

B ORDEAUX . . . . . . . . Deux-Sèvres . . . . . . . 2.
Lot-et-Garonne . . . . . 

 

 

Dordogne . . . . . . . . . .

 


 

Landes . . . . . . . . . . . .
 

 

 Haute-Garonne . . . . .  
Tarn-et-Garonne . . . . 

 

 

Tarn . . . . . . . . . . . . . . . 

 

 

Pyrénées (Basses) . . 

 

 

Pyrénées (Hautes) . .
 
T OULOUSE . . . . . . . . 1.

 Aude . . . . . . . . . . . . . .  
Lot . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

 

Ariége . . . . . . . . . . . . . 

 

 

Pyrénées-Orientales . 

 


 
Gers . . . . . . . . . . . . . . .
 

 

 Gard . . . . . . . . . . . . . . 

 Vaucluse . . . . . . . . . . . 

 

N IMES ............ Aveiron . . . . . . . . . . . . 2.
 Hérault . . . . . . . . . . . . 

 
 

Lozère . . . . . . . . . . . . .
 

 

 Bouches-du Rhône . .  
 Var . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

M ARSEILLE . . . . . . . Hautes-Alpes . . . . . . . 1. 1.
 Basses-Alpes . . . . . . . 

 
 

Corse . . . . . . . . . . . . . .
 

193
F RANCE

Nombre
Désignation Noms Des Députés à Élire
des des Départemens Parmi les
z }| {
CHEFS-LIEUX compris dans
d’arrondissement l’arrondissement. Négocians, manufacturiés
armateurs ou ou
banquiers. fabricans.
 

 Rhône . . . . . . . . . . . . .  
Mont-blanc . . . . . . . . 

 

 

Allier . . . . . . . . . . . . . . 

 

 

Haute-Loire . . . . . . . . 

 

 

Ardèche . . . . . . . . . . . 

 

 

Cantal . . . . . . . . . . . . . 

 
 
LYON . . . . . . . . . . . . . Loire . . . . . . . . . . . . . . 2.
Puy-de Dôme . . . . . . 

 

 

Isère . . . . . . . . . . . . . . 

 

 

Saone-et Loire . . . . . 

 

 

Drôme . . . . . . . . . . . . . 

 


 
 


 Ain . . . . . . . . . . . . . . . 

 
Jura . . . . . . . . . . . . . . .
 

 Bas-Rhin . . . . . . . . . .  
Haut-Rhin . . . . . . . . . 

 

 

 Haute-Saone . . . . . . . 

 

S TRASBOURG . . . . . . Vosges. . . . . . . . . . . . . 1.
 Meurthe . . . . . . . . . . . 

 
 

Moselle . . . . . . . . . . . . 

 

 

Meuse . . . . . . . . . . . . .
 

 

 Aube . . . . . . . . . . . . . .  
Seine-et-Marne . . . . . 

 

 

Marne . . . . . . . . . . . . . 

 

 

Haute-Marne . . . . . . . 

 
 
T ROYES . . . . . . . . . . . Ardennes . . . . . . . . . . 1.
Oise . . . . . . . . . . . . . . . 

 

 

Seine-et-Oise . . . . . . . 

 

 

Côte-d’Or . . . . . . . . . . 

 

 

Doubs . . . . . . . . . . . . .
 


PARIS . . . . . . . . . . . . . Seine . . . . . . . . . . . . . . 2. 2.

194
ACTE ADDITIONNEL AUX C ONSTITUTIONS DE L ’E MPIRE (1815)

Nombre
Désignation Noms Des Députés à Élire
des des Départemens Parmi les
z }| {
CHEFS-LIEUX compris dans
d’arrondissement l’arrondissement. Négocians, manufacturiés
armateurs ou ou
banquiers. fabricans.
 

 Loiret . . . . . . . . . . . . . 

Niévre . . . . . . . . . . . . . 

 

 

Cher . . . . . . . . . . . . . .

 


 

Creuse . . . . . . . . . . . . .
 
O RLÉANS ......... 1.

 Eure-et-Loir . . . . . . . .  
Yonne . . . . . . . . . . . . . 

 

 

Vienne . . . . . . . . . . . .

 


 

Haute-Vienne . . . . . .
 

 

 Indre-et-Loire . . . . . . 

 Loir-et-Cher . . . . . . .

 


T OURS . . . . . . . . . . . . Indre . . . . . . . . . . . . . . 1.
Sarthe . . . . . . . . . . . . .

 


 

Maine-et-Loire . . . . .
 

11. 12.
| {z }
TOTAL . . . . . . . 23.

Certifié conforme fois que la graphie de celui-ci est certaine. Acte addi-
tionnel aux Constitutions de l’Empire promulgué le
Le Ministre Secrétaire d’état, signé 1er juin 1815 et abrogé de facto par les ordonnances
du 7 juillet 1815 rétablissant dans leurs fonction les
LE D UC DE BASSANO « fonctionnaires de l’ordre administratif et judiciaire,
les commandants et officiers des gardes nationales en
activité de service le 1er mars ». Pour plus d’infor-
mations cf. Constant (Benjamin), Mémoires sur les
1 Vérifié sur la base du Bulletin des Lois, 6e sé- Cent-Jours, Paris : 1820 ; Villepin (Dominique de),
rie, volume I, Paris : Imprimerie Royale, 1815, N°. Les Cent-Jours, Paris : Perrin, 2001.
19, 131–148 et corrigé à l’aide du manuscrit ori- Le Bulletin porte : « Au palais de l’Elysée, le 22
ginal conservé en réserve du Musée de l’histoire Avril 1815. »
de France, Paris sous la côte <AE/II/1577 côte ori- 2 Dans le Bulletin les lignes suivantes ont été ajou-

gine AF/IV/859/plaquette6989pce17> accessible sur tées : « Par l’Empereur : Le Ministre Secrétaire d’état,
http://www.culture.gouv.fr / documentation / archim/ signé LE D UC DE BASSANO . »
accueil.html. L’orthographe, les majuscules et la ponc- 3 Il n’y a pas de manuscrit pour les documents qui

tuation correspondent au manuscrit original chaque suivent sous les rubriques « Acte et tableau ».

195
Projet de la chambre des représentans (1815)

Projet d’Acte constitutionnel, présenté par la commission


centrale de la chambre des représentans, le 29 juin 18151

CHAPITRE IER 6°. La liberté de professer et d’exercer


librement leur culte, sans qu’aucun culte
Des droits communs à tous
puisse jamais devenir exclusif, dominant ou
les Français privilégié.

7°. L’inviolabilité de toutes les propriétés


A RT. 1er . Les droits suivans sont garantis
et la garantie des ventes des biens natio-
à tous les Français :
naux de toute origine, sans qu’on puisse ja-
mais exiger le sacrifice d’aucune propriété,
1°. L’égalité des droits civils et politiques, que pour cause d’intérêt ou d’utilité publique,
et l’application des mêmes peines quand constatée par une loi et avec une indemnité
les délits sont les mêmes, sans aucune dis- préalablement convenue ou légalement éva-
tinction des personnes. luée et acquittée avant la dépossession.

8°. Le droit d’être jugé par des jurés en


2°. L’admission à toutes les fonctions pu-
matière criminelle, et la publicité des débats
bliques, places et emplois civils et militaires,
en matière criminelle.
sans autres conditions que celles imposées
par les lois. 9°. Le droit de présenter des pétitions aux
chambres et au gouvernement, soit dans
3°. L’égale répartition des contributions l’intérêt général de l’Etat, soit dans l’intérêt
dans la proportion des facultés de chacun, particulier des citoyens.
ainsi que de toutes les autres charges pu-
10°. Le droit aux citoyens de chaque com-
bliques.
mune d’être formés en gardes nationales et
armes pour la défense du territoire, le main-
4°. La liberté d’aller, de rester, de partir, tien de la paix publique et la garantie des
sans pouvoir être arrêté ni détenu que selon propriétés.
les formes déterminées par les lois.

5°. La liberté d’imprimer et de publier CHAPITRE II


leurs pensées, sans que leurs écrits soient De l’exercice des droits de cité
soumis à aucune censure ni inspection
avant leur publication ; sauf la responsabilité A RT. 2. Tout homme né et résidant en
légale, après la publication, par jugement France, qui, âgé de vingt et un ans accom-
par jurés, quand même il n’y aurait lieu qu’à plis, s’est fait inscrire sur le registre civique
l’application d’une peine correctionnelle. de son arrondissement communal, et qui

197
F RANCE

a demeuré depuis, pendant un an sur le CHAPITRE III


territoire français, est citoyen français. Du Gouvernement de la France ou
du Pouvoir exécutif en France
A RT. 3. Un étranger devient citoyen fran-
çais, lorsque après avoir atteint l’âge de
vingt et un ans accomplis, et avoir déclaré Section Ière
l’intention de se fixer en France, il y a résidé Du Gouvernement
pendant dix années consécutives. A RT. 9. Le gouvernement français est mo-
narchique et représentatif.
A RT. 4. Tout étranger ayant servi dix ans
Il se compose du monarque, d’une
dans les armées françaises, ou qui, pour
chambre des pairs et d’une chambre des
services militaires, a reçu la décoration de la
représentans.
légion d’honneur, et qui fait devant le maire
de son domicile, la déclaration de son in- A RT. 10. Le monarque est le chef su-
tention de se fixer en France, est citoyen prême d