You are on page 1of 22

Chapitre 2 : Différents types

d’audit qualité

Pr. Saadia MAROUANE


ENCG-Casablanca
Semestre9 UH2C
Séance
introductive
Ch. 6 sur le SMQ
Amélioration
Ch. 1
de la qualité
d’un audit Cadre
qualité conceptuel

AUDIT
Ch. 5 QUALITE Ch.2
Suivi des NC et Différents
ACP types d’audit
qualité
Ch. 4 Ch.3
Audit tierce Déroulement
partie : Audit de l’audit
de qualité
certification interne
Contrôle
écrit
Introduction
A. Types d’Audits
I. Audit externe
II. Audit interne
III. Caractéristiques des trois Audits
B. Catégories d’Audits
I. Audit du Système
II. Audit du Processus
III. Audit du Produit
Introduction
L’audit est un outil incontournable dans les démarches qualité.
Il est utilisé dans diverses situations :
 En interne : c’est-à-dire par et pour l’entreprise elle-même – audit
interne ou audit de première partie,
 En externe, par une tierce partie : Indépendante de l’entreprise,
(comme un organisme certificateur, par exemple) et également
entre parties prenantes (comme un client qui audite un fournisseur
– audit de deuxième partie).
Dans tous les cas, il est un outil d’amélioration continue du SMQ et
répond à des objectifs déterminés et spécifiques. En fonction des
objectifs qui lui sont assignés, l’audit se déroulera d’une certaine
façon :
 Au niveau du produit ;
 Au niveau du processus ;
 Au niveau du système.
A. Types d’audits
I. Audit externe
1. Les audits « tierce partie »
Ce sont les audits menés par un organisme indépendant à la fois
de l’organisme audité et de son client. Ce sont aujourd'hui
principalement les audits de certification.
Ils ont un rôle "officiel" et doivent donc obéir à des règles
précises garantissant leur impartialité et leur reproductibilité
(ils ne devraient pas dépendre de l'auditeur). L'organisme
certificateur représente les clients et doit décerner un certificat
dont l'objectif "basique" est d'éviter à ceux-ci de procéder à leurs
propres évaluations. La certification est bénéfique si les
acheteurs peuvent ensuite acheter en confiance aux fournisseurs
certifiés.
 L’audit d’évaluation : C’est le premier audit réalisé par
l’organisme certificateur; il s’agit d’un audit complet du SMQ, par
référence au modèle choisi par l’audité.
En général, cet audit dure plusieurs jours (trois à dix jours, voire
plus). Il est réalisé généralement par deux ou trois personnes : un
responsable d’audit, un auditeur qualité et, éventuellement, par un
expert technique ayant une maîtrise technique des activités de
l’entreprise.
 L’audit de suivi : Après l’obtention de la certification, un audit de
suivi est réalisé régulièrement. Un seul auditeur réalise l’audit d’une
partie seulement du système qualité .Il s’assure également que les
actions correctives, suite aux éventuelles remarques effectuées au
cours de l’audit, ont bien été mises en œuvre et que les actions sont
efficaces.
 L’audit de renouvellement : Il a lieu trois ans après l’audit
d’évaluation; il est réalisé par une équipe composée de deux
personnes : un responsable d’audit et un auditeur et il reprend
l’ensemble des exigences du modèle du SMQ choisi par l’entreprise.
Son objectif essentiel est de rendre compte des progrès réalisés par
l’entreprise dans le domaine de la qualité.

 L’audit complémentaire : Il peut être programmé à l’issue d’un


des audits précédemment définis, lorsque des non-conformités ont
été constatées, il s’agit, pour l’auditeur, de s’assurer que des actions
correctives ont bien été mises en œuvre et que ces actions sont
efficaces.
2. Les audits « seconde partie »
Ce sont les audits menés par un client chez son fournisseur.
Dans ce cas, l'auditeur travaille pour le compte de son
entreprise. Son objectif est d'identifier les risques de non-
qualité du fournisseur et de proposer les mesures de nature à
garantir un approvisionnement sans problèmes. Ce type d'audit
ne doit porter que sur l'organisation et les moyens relatifs à la
qualité des produits ou services fournis, à l'exclusion de toutes
considérations concernant l'efficacité du fonctionnement
interne.
Il doit aussi suivre certaines règles de méthode et d'objectivité
afin de respecter les responsabilités et les droits du
fournisseur, en restant dans le cadre contractuel.
L'audit est réussi si les fournisseurs ainsi "agréés" permettent
ensuite un approvisionnement fiable.
L’audit de seconde partie renforce la chaine
d’approvisionnement. Il s’effectue en général quand une
entreprise souhaite contrôler la conformité du processus de
production et du cahier des charges imposés aux fournisseurs.
Ces contrôles ont plusieurs objectifs :
 Renforcer la traçabilité des produits;
 Eviter le risque de rappel de produits, défaillance du service,
ou les problèmes de conformité;
 Corriger les problèmes détectés, en établissant un cahier des
charges, avant qu'ils ne touchent le client ou l'utilisateur final.
II. Audit interne

Interne à l’organisation, son but est de détecter les


dysfonctionnements et de proposer les mesures utiles pour les
résorber après en avoir examiné tous les aspects, en
concertation avec toutes les parties.
Les audits sont réussis s'ils permettent de détecter au plus tôt les
problèmes et de les résorber efficacement. Dans ce but, ils
doivent prendre en compte la globalité de l’organisme, y
compris sa gestion, sa stratégie technique et commerciale et sa
rentabilité.

C’est un outil pour vérifier en interne et évaluer en externe,


Les pratiques et dispositions mises en place pour : DONNER
CONFIANCE
II. Audit interne
1. Les modulations de l’Audit qualité interne
L'audit qualité interne a en fait trois aspects.
o Une dimension informative : il permet de prendre connaissance
en détail d'une activité, de son déroulement et de ses problèmes.
o Une dimension d'amélioration, comme déjà indiqué.
o Une dimension de contrôle : l'audit doit bien entendu vérifier
que l'activité se déroule de façon ordrée : Respect des instructions
de travail, conformité aux lois et règlements, efficacité et efficience
des opérations, fiabilité des informations…
En modulant leur importance relative, on obtient cinq types
d'audits qualité internes suivants, sachant que toutes les
combinaisons et tous les intermédiaires sont possibles.
 Les audits "découvertes" : Ce sont les audits interprocessus,
lorsque le commercial est audité par la fabrication, l'après-vente par
les achats… Ces audits présentent le grand intérêt de faire découvrir
les autres processus et de renforcer la compréhension par chacun
des problèmes et des contraintes des autres. Ils peuvent aussi être
utiles pour les nouveaux… Ce sont des audits axés sur la dimension
informative.
 Les audits "d'améliorations" : Ce sont les audits menés sur une
activité qui fonctionne mal, dans le but de réfléchir aux
améliorations. Ces audits doivent être menés par des auditeurs
compétents et expérimentés dans le domaine concerné (nous
parlons bien du domaine "organisationnel", par exemple le
commercial, les études… et non du domaine technique). Dans les
cas difficiles, des auditeurs externes peuvent être la bonne solution.
Une participation de la Direction est souvent souhaitable.
 Les audits de "contrôle" : Ils portent sur les points dont on
n'arrive pas à faire respecter les règles, par exemple le rangement
des dossiers, la propreté; le port des équipements de sécurité, etc.
Ces audits seront souvent ponctuels. Ils seront effectués par des
personnes rigoureuses et ayant une bonne connaissance
"technique" du problème. Ils pourront être répétés régulièrement,
par exemple tous les mois, toutes les semaines… jusqu'à ce que les
bonnes habitudes soient prises. Notons qu'il s'agit bien d'audits et
non seulement de contrôles. Ils doivent conserver une certaine
dimension d'analyse des causes du dysfonctionnement et de
proposition d'améliorations, à partir des suggestions recueillies.
 Les audits de "surveillance" : Ce sont les audits menés
régulièrement sans raison précise, pour vérifier le bon
fonctionnement d'une activité, de façon à détecter les amorces de
dérives et les problèmes sous-jacents, qui n'apparaissent pas. Ils
sont un peu la synthèse des précédents. Ils peuvent être menés
régulièrement (une fois par an, par exemple).
 Les audits de "pré-certification" : Ces audits seront axés sur la
vérification du respect des normes et le rappel des exigences de
celle-ci, la tenue à jour des procédures et leur application, la bonne
mise en œuvre des actions décidées… Ils peuvent se combiner
utilement avec les audits précédents de façon à obtenir ou
maintenir le certificat. Cette partie de l'audit peut être assurée par
exemple par le responsable qualité .
 Exemples d’audits qualité interne pouvant être planifiés en
fonction de dysfonctionnements :
Dans le cas de… La solution est…
documents de référence toujours mal Audit régulier par une secrétaire (par
rangés… exemple) Audit de
contrôle
- Défauts trop fréquents dans la - Audit par un spécialiste du domaine
production - Audits par un expert avec participation
- Activités essentielles et/ou complexes de la direction.
fonctionnant mal… Audit
d’amélioration
Activités se déroulant bien… Audit rapide, essentiellement orienté sur
la préparation des audits de certification.
Manque de coopération entre Services, Audits "découvertes"
cloisonnement,
croisés entre
embauche d'éléments à fort potentiel…
services.
« Système qualité" inadapté... Audit par RQ avec un cadre de direction
externe , ayant une bonne vision
opérationnelle de l'entreprise (ou par un
bon expert extérieur).
III. Les caractéristiques des trois audits
1. Audit tierce partie
Objectif
 livrer ou renouveler un certificat selon un référentiel identifié par les
différents intéressés. La réalisation doit être faite par des organismes d'audit
externes et indépendants
 L’audit tierce partie vise à rechercher et révéler des non-conformités aux
référentiels et les améliorations nécessaires.
Domaine à couvrir
L'organisation, les moyens et les risques ayant une incidence sur la qualité des
produits ou services fournis, à l'exclusion de toutes considérations concernant
la rentabilité, l'efficacité ou l'adéquation du fonctionnement interne, qui ne
concernent pas le client.
Règles de base
Indépendance des deux parties et impartialité; Reproductibilité des audits,
critères précis pour l'attribution des certificats; Respect des droits et des
responsabilités de l’organisme audité.
Critères de réussite
Absence de problèmes de livraison et autres de la part des fournisseurs
certifiés.
2. Audit seconde partie
Objectif
Détecter les risques de mauvaises livraisons et faire prendre les mesures
nécessaires pour obtenir des garanties de qualité suffisantes.
Domaine à couvrir
L'organisation, les moyens et les risques ayant une incidence sur la
qualité des produits ou services fournis, à l'exclusion de toutes
considérations concernant la rentabilité, l'efficacité ou l'adéquation du
fonctionnement interne, qui ne concernent pas le client.
Règles de base
Respect du contrat
Respect des droits et des responsabilités de l’organisme audité.
Avant de tenir compte des certificats, le client doit évaluer leur fiabilité.
Critères de réussite
Fiabilité des approvisionnements de la part des fournisseurs "agréés".
3. Audit interne
Objectif
Détecter les dysfonctionnements et proposer les mesures utiles pour les
résorber.
Domaine à couvrir
La globalité de l’organisme, y compris sa gestion, son activité
commerciale et sa rentabilité.
Règles de base
Respect des règles de base de la méthode :
o Indépendance de l'auditeur.
o Examen méthodique complet, en dehors de l'opérationnel courant.
o Concertation avec toutes les parties.
Critères de réussite
Détection et résolution au plus tôt des problèmes de fonctionnement.
B. Catégories d’audits
I. Audit du Système
L’objectif de cet audit est de vérifier que le modèle de SMQ
choisi est mis en œuvre par l’entreprise.
Des audits d’une partie seulement du système peuvent être
réalisés, au détriment d’audit complet du système qualité, c’est à
dire que le référentiel devient un paragraphe ou un thème du
modèle de SMQ choisi (exemple : Audit de la maîtrise des
documents et des données).
II. Audit du Processus
Il s’agit, en général, de processus de production, de prestations
associées, d’installation du produit.
Il se focalise sur l’enchaînement des activités ayant un impact
qualité dans un processus.
Un des objectifs est de s’assurer de l’application et du non dérivé
des processus, afin de garantir la conformité du produit par
rapport à ses spécifications
III. Audit du Produit
Il a pour objet de s’assurer que les produits fabriqués sont
toujours en conformité avec le dossier de définition.
En quelque sorte, il s’agit de vérifier la conformité du produit,
par rapport à toutes ses spécifications. Il ne s’agit pas d’un
« super contrôle » mais de la détection d’une dérive éventuelle.
Il est réalisé, en général, par les équipes du laboratoire d’essais
ou du service qualité.

Rassemble toutes les vérifications exhaustives des


caractéristiques du produit en regard avec les exigences
définies.
Arborescence de la typologie d’audit quaité