Sie sind auf Seite 1von 25

Actes de la recherche en

sciences sociales

America, America... [Le Plan Marshall et l'importation du


"management"]
Le Plan Marshall et l'importation du "management"
Luc Boltanski

Citer ce document / Cite this document :

Boltanski Luc. America, America... [Le Plan Marshall et l'importation du "management"]. In: Actes de la recherche en sciences
sociales. Vol. 38, mai 1981. La représentation politique-2. pp. 19-41;

doi : 10.3406/arss.1981.2116

http://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1981_num_38_1_2116

Document généré le 12/05/2016


Zusammenfassung
America, America. Marshall-Plan und Import des «Managements».
In den Fünfziger Jahren nehmen die Diskussionen um das amerikanische Modell einen gewichtigen
Platz im sozialen und intellektuellen Leben Frankreichs ein. Dabei sind jedoch die wirtschaftlichen und
militärischen Fragen (Marshall-Plan, Atlantisches Bündnis) von untergeordneter Bedeutung gegenüber
der grundlegenderen nach der «Natur» der französischen Gesellschaft» im Vergleich zur
«amerikanischen Gesellschaft». Drehpunkt der Diskussionen sind im wesentlichen
«Unternehmenssteuerung», «Unternehmer» und «leitende Angestellte». Der Import sozialer
Technologien (wie der Gruppenpsychologie), deren Verbreitung mithilft zur Etablierung neuer Formen
sozialer Kontrolle, geschieht zunächst unter dem Gesichtspunkt der Ausbildung des Mittler-Personals.

Abstract
America, America : The Marshall Plan and the Importing of «Management».
The «American model» was a major topic of discussion in French intellectual and social life in the
1950s. Economic and political questions (the Marshall Plan, the Atlantic Alliance) took second place in
the debates of the time to a more fundamental question : the «nature» of «French society» as
compared with «American society». These debates were particularly concerned with the «management
of industry», «bosses» (patrons) and «executives» (cadres). Social technologies, such as group
psychology, were imported, initially for the training of the intermediate personnel of industry, but
subsequently, as they became more widespread, they helped to establish new forms of social control.

Résumé
America, America. Le Plan Marshall et l'importation du «management».
Dans les années 1950, les discussions autour du modèle américain occupent une place très
importante dans la vie intellectuelle et sociale française. Les questions économiques et militaires (Plan
Marshall, Alliance atlantique) sont, dans les débats d'époque, subordonnées à une question plus
fondamentale qui est celle de la «nature» de la «société française» comparée à la «société
américaine». Ces débats portent particulièrement sur la «gestion des entreprises», sur les «patrons» et
sur les «cadres». C'est d'abord pour former le personnel intermédiaire des entreprises que seront
importées des technologies sociales (comme la psychologie de groupe) dont la diffusion contribuera à
l'établissement de nouvelles formes de contrôle social.
lue boltanski

AMERICA

années
domine
et
d'avoir
l'aide
questions
explicite,
fondamentale
française»
c'est-à-dire,
les économiques
alors
économique.
interrogations
1960
seulement
qui
subordonnées
laindissociablement,
comparée
est
(1).
viecelle
La
intellectuelle
pour
et
Ou,découverte
qui
de
militaires
à enjeu
plus
àlala
l'accompagnent
une
«nature»
«société
précisément,
l'alliance
question
de
etsont,
deson
sociale
l'Amérique
dede
américaine»,
régime
militaire
plus
lafaçon
sont
française
les
«société
poli-
loin
très
ou
le
AMERICA
marshall
1
duimportation
plan
management
et

L'histoire des rapports entre la France et les Etats- tique et de sa structure sociale, de ses techniques
Unis dans les années qui suivent la deuxième guerre de gestion économique, de ses modes de contrôle
mondiale a surtout porté jusqu'ici, qu'il s'agisse de social et de règlement des conflits sociaux.
travaux américains ou de travaux français, d'études Comment expliquer la dominance américaine, que peut-
savantes ou de «témoignages», sur les relations on apprendre de l'Amérique, à quoi faut-il
diplomatiques et militaires et sur les relations renoncer, que faut-il adopter ou importer ?
financières. Toujours politiquement marqué, toujours Ce sont ces interrogations que l'on voudrait
polémique, le débat qui s'est instauré en France sur évoquer rapidement, en centrant l'enquête sur la
1'« américanisation», surtout au milieu des années gestion des entreprises et, plus précisément encore,
1960 lorsque la France quitte l'Alliance atlantique sur la problématique sociale qui se constitue dans
et que de Gaulle s'oppose au rachat de certaines les années 1950 à propos de la nature du personnel
entreprises françaises par des entreprises de direction et d'«encadrement». Qui doit diriger ?
américaines, puis autour de mai 1968 et à l'occasion de la Comment recruter, former, contrôler le personnel
guerre du Vietnam, a fonctionné comme une sorte d'encadrement pour qu'il soit à la fois «efficace»
de test projectif où les différents groupes et toléré par la classe ouvrière ?
investissaient une représentation partielle et partiale de
l'Amérique définie de façon implicite par référence 1— Le Plan Marshall, les missions de productivité aux États-
à la position qui était la leur dans la structure Unis, les interventions des «experts» américains en France
sociale indigène et par référence aux intérêts qui lui ne tiennent, par exemple, pratiquement aucune place ni
étaient liés. A chacun sa «bonne» et sa «mauvaise» dans le livre de Claude Gruson, Origine et espoirs de la
Amérique et l'on pourrait par exemple montrer planification française (Paris, Dunod, 1968) dont plusieurs
que la critique de la guerre du Vietnam et de chapitres sont consacrés aux années 1945-1955, ni dans
l'ouvrage de Jean-Jacques Carré, Paul Dubois et Edmond
1'« impérialisme» a contribué aussi, à travers la Malinvaud, La croissance française, un essai d'analyse
célébration du mouvement hippie des sit-in et des économique de l'après-guerre (Paris, Ed. du Seuil, 1972),
protest songs, à la diffusion d'une image enchantée qui signale seulement en quelques lignes les «missions à
des Etats-Unis. l'étranger» (bel euphémisme !) des années 1949-1952
Dans ces débats ambigus, une période de (p. 605). Après des recherches, certainement incomplètes,
je n'ai pas trouvé dans les revues d'histoire sociale ou
l'histoire culturelle récente semble un peu oubliée d'histoire économique un seul article consacré aux «missions de
ou refoulée, qui va de la Libération au début des productivité» et à la «campagne pour la productivité».
20 Luc Boltanski

C'est d'abord dans l'intention de réformer Les missions de productivité


les «patrons» et de former le personnel
intermédiaire des entreprises que seront importées des aux Etats-Unis
Etats-Unis des technologies sociales (comme la L'introduction
et du management en France
à l'américaine
de Yhuman
accompagne
engineering
les
psychologie de groupe) dont la diffusion vers d'autres
univers sociaux (travail social, voire système changements économiques qui, en germe dans le
scolaire ou Eglise) contribuera par la suite à la Premier Plan Monnet (et, avant, dans le
généralisation des nouvelles formes de contrôle social. Programme économique et social du Comité national de
On a tenté de ressaisir l'atmosphère la Résistance), se développent autour des années
intellectuelle et politique dans laquelle s'est opérée, entre 1950 avec le Plan Marshall et les opérations de
1945 et 1955 environ, la formation d'une nouvelle regroupement et de restructuration qui marquèrent
idéologie industrielle et d'une nouvelle les années 1948-1953, dès avant la création de la
représentation de l'espace social (qui domineront les années Communauté européenne du charbon et de l'acier
1960) en rapprochant des documents et des (5). L'entreprise de modernisation de l'appareil
témoignages empruntés à des domaines relativement économique n'est pas seulement «technique».
éloignés, de la presse pour «cadres» aux «séminaires de Elle n'a pas seulement pour point d'application des
role playing», sans ignorer les risques qu'enfermait objets matériels, hauts fourneaux ou laminoires.
cet essai de rassemblement thématique dont le Partiellement inspirée par les autorités
plus grave était certainement de suggérer économiques américaines qui mettent comme condition à
l'existence d'une main invisible : la «main de l'obtention de crédits par la France la formation
l'étranger». Or, s'il était nécessaire de rappeler la relation d'un groupe de «gestionnaires» indigènes,
évidente entre les interventions menées à économiquement compétents et politiquement sûrs (6)
l'initiative des administrations internationales issues du (et, plus généralement, l'établissement d'un ordre
Plan Marshall et certains des changements, social stable, capable de contenir la montée du PCF,
notamment idéologiques, qui affectent la France des surtout après les grandes grèves de 1947) (7), elle
années 1950, il va de soi que les discours et les se veut, de façon tout à fait explicite, une
programmes officiels seraient restés sans effets s'ils entreprise de transformation de la société française
n'avaient rencontré dans la conjoncture historique dans son ensemble, où domine l'action sur les
et dans l'état des structures sociales, les moyens de hommes, sur leur «mentalité» et aussi sur les
se rendre efficaces. Et l'on peut s'interroger sans «structures», sur les relations entre les groupes et entre
fin sur la question de savoir si les changements les classes.
sociaux de l'après-guerre se seraient opérés dans la
même direction et avec la même force en l'absence En 1948 est créé au Commissariat général au Plan, un
d'une action concertée et orchestrée. Groupe de travail sur la productivité présidé par Jean
Fourastié qui établit le «programme français pour la
productivité». Ce programme comporte 1' «établissement de
On a dû renoncer à décrire ici les transformations documents et de statistiques sur la productivité, l'envoi de
proprement économiques qui ont affecté le champ des entreprises stagiaires expérimentés aux USA, la formation d'hommes
durant la période et, d'autre part, à analyser les méthodes capables d'enseigner la productivité». Suivront la création,
d'organisation et les techniques comptables (budget en 1949, du Comité provisoire de la productivité, puis, en
prévisionnel, contrôle de gestion, méthodes de planification de la
production, de régulation des stocks et de standardisation,
etc.) sans lesquelles les technologies sociales de 3— A l'exception de Michel Crozier qui avait pourtant
manipulation (psychologie de groupe, , relations humaines, etc.) commencé sa carrière par une violente critique des
n'auraient sans doute pu exercer tous leurs effets. «relations humaines» (cf. Human engineering, Les temps
L'introduction de la psychologie dans l'entreprise qui doit modernes, 69, 1951, pp. 44-75).
produire des agents à la fois «indépendants» (self-supporting) 4— Cf. L. Boltanski, L'université, les entreprises et la
et conformes aux attentes patronales est indissociable, par croissance des salariés bourgeois (1960-1975), Actes de la
exemple, du contrôle de gestion qui, dans ses formes recherche en sciences sociales, 34, sept. 1980, pp. 17-44 .
modernes, permet à la fois de laisser au «cadre» une grande
«autonomie» et de le contrôler très étroitement au moyen 5 -Cf. F. Braudel, E. Labrousse, Histoire économique et
de techniques comptables et, en quelque sorte, à distance. sociale de la France, Paris, PUF, t. 4, vol. 2, 1980, pp. 785-
On a enfin laissé à l'écart de cette étude la 786. Les restructurations se sont multipliées après 1952 :
sociologie, et particulièrement la sociologie du travail qui se seules 26 des 50 plus grandes sociétés de 1952 figuraient
développe durant la période hors des traditions intellectuelles encore dans la liste des 50 plus grandes sociétés de 1962
indigènes (l'École durkheimienne), le plus souvent en sous le même nom (cf. P. Bourdieu, M. de Saint Martin, Le
important des méthodes, des problématiques et des patronat, Actes de la recherche en sciences sociales, 20-21,
concepts empruntés à la sociologie américaine, non seulement mars-avril 1978, pp. 3-82).
parce qu'une telle analyse aurait nécessairement été perçue 6— En 1953, l'aide technique américaine prévoit un
comme polémique mais dans la mesure surtout où, à la montant de 30 millions de dollars pour des prêts et garanties de
différence des psycho-sociologues, les sociologues, souvent prêts aux entreprises privées qui s'engageront à «améliorer
d'origine marxiste, souvent critiques à l'égard du patronat, leur productivité» et qui «établiront les arrangements
souvent «ouvriéristes» (confondant parfois «aller sur le appropriés en vue du partage équitable des bénéfices
terrain» et «aller au peuple») ne sont pas, pour la plupart, résultant de l'augmentation de la production et de la productivité
directement intervenus dans les entreprises (2) pour y entre les consommateurs, les travailleurs et les patrons».
accomplir des tâches d'organisation (3), même si leur Cette aide qui accompagne le Defense support et résulte de
discours a souvent été utilisé, à des fins de légitimation, par l'amendement Blair-Moody à la loi de Sécurité mutuelle
les hauts fonctionnaires ou les patrons de progrès (4). doit permettre le «financement de projets susceptibles de
stimuler une économie de libre entreprise» (cf. M. Elgozy,
L 'aide économique des États-Unis à la France, Plan Marshall
2— Comme le montre l'ouvrage de Michael Rose, Servants et «Defense support», Paris, La documentation française,
of Post-Industrial Power ? Sociologie du travail in Modem 1953, p. 37).
France, London, Mac Millan press, 1979, particulièrement 7 -Cf. J. Gimbel, The Origins of the Marshall Plan, Stanford,
pp. 161-165. Stanford UP, 1976, notamment pp. 228 et sv.
America, America... 21

1950, de l'Association française pour l'accroissement de la seulement appel au savoir de l'ingénieur, mais aussi,
productivité (AFAP), enfin, en 1953, du Commissariat mais surtout, aux «sciences humaines», à la
général à la Productivité, dirigé par Gabriel Ardant (qui «psychologie» et à la «sociologie». Un «climat de
est un proche collaborateur de Pierre Mendès-France),.Une
des tâches principales de l'AFAP, qui bénéficie à sa confiance» une fois établi, la redistribution des gains
formation d'importants fonds américains, a été d'organiser les de productivité, qui doivent être partiellement
missions de productivité aux États-Unis. En 1949, le chef répercutés dans les salaires (innovation
du Bureau de technologie et de productivité du Ministère considérable par rapport aux années 1920-1930 où les
du travail aux USA est envoyé en France où il mène une gains de productivité très importants n'ont
enquête auprès de 120 entreprises et contribue à
l'élaboration du programme français de productivité. De 1950 pratiquement pas affecté l'évolution des revenus des
à 1953 environ, l'AFAP organise plus de 450 missions de salariés, ce qui a contribué au déclenchement de la
productivité aux USA qui groupent plus de 4 000 membres, crise de 1929 et a rendu la «reprise» très difficile),
patrons, ingénieurs, «cadres» (environ 45 % des contribuera à maintenir la «coopération entre
«missionnaires»), représentants syndicaux (environ 25 %) (à
l'exclusion des représentants de la CGT qui n'ont pas donné leur chefs d'entreprises et travailleurs» (13).
accord au programme de l'AFAP), hauts fonctionnaires,
économistes, psychologues ou sociologues (environ 30 %), Les «experts» américains envoyés en France dans le cadre
etc. (8). L'effort de rationalisation des entreprises qui du Plan Marshall concentrent leurs critiques sur les chefs
inspire les missions de productivité aux États-Unis ne se
limite pas à la technologie ni même à l'organisation du 1'd'entreprise
«attitude constructive
et les patrons
dont français
font preuve
(14).lesRappelant
ouvriers» que
aux
travail. Comme le remarquent les premiers «missionnaires», le USA dépend d'abord de 1' «attitude constructive de la
«retard de la France en matière de productivité» «n'est pas direction», ils reprochent, notamment, aux dirigeants français
dû à un retard technologique», les technologies étant de «s'opposer à tout changement constructif», de ne «pas
«semblables et parfois meilleures en France qu'aux USA» établir leurs plans en fonction de l'avenir», de «ne pas
«dans son ensemble l'équipement américain n'a pas apporté laisser une responsabilité et une autorité suffisantes à leurs
:

de surprises aux techniciens français» (9). Le «retard» subordonnés», de ne pas accorder assez «d'importance aux
économique de la France n'est pas dû à l'insuffisance de sa facteurs humains» et au «respect de la dignité des
technologie ou à l'incompétence de ses ingénieurs : «Les travailleurs» et les engagent à «adopter une attitude d'optimisme
Américains -lit-on dans un important rapport de l'OECE réaliste, d'enthousiasme et de confiance en eux-mêmes, en
qui fait le point des efforts entrepris dans le domaine de la leurs subordonnés et en l'avenir de leur entreprise», à
productivité et propose des suggestions pour l'avenir- ont «faciliter la communication dans les deux sens entre la direction
clairement indiqué qu'il n'existe aucune différence entre et la main-d'œuvre», à «appliquer de saines méthodes en
l'Europe et les États-Unis en matière de technologie. En matière de rapports humains», afin de «donner aux
fait, il leur a été donné d'observer bien des cas où la travail eurs le sentiment qu'ils participent à l'entreprise» (ce qui
technique industrielle européenne était en avance sur celle n'exige pas —est-il précisé- «leur participation aux
des États-Unis» : mais les Français ne sont pas «conscients bénéfices ou à la direction de l'entreprise»). Il faut surtout,
du rapport direct qui existe entre un niveau élevé de disent les «experts», doter les entreprises françaises de
productivité et l'application de saines méthodes en matière de «collaborateurs intermédiaires» dévoués et efficaces et, d'abord,
rapports humains» (10). apprendre à les former «Les Américains ont éprouvé une
grande surprise à constater l'absence complète de formation
:

La découverte émerveillée de l'«esprit universitaire chez les dirigeants de l'industrie». Manque,


particulièrement, un enseignement de la «gestion» et de
productivité» américain, des «facteurs psychologiques», de 1'« ad ministration», seul capable de «faire admettre en
la «nouvelle conception des facteurs humains dans Europe le principe que la gestion industrielle est une
l'industrie» (11) revient sans cesse dans la plupart profession», mais aussi de la «commercialisation» et de la
des rapports. Les missions de productivité visent
d'abord, dans l'esprit de leurs promoteurs, à
transformer en profondeur 1'« esprit», la manière 12— Voici, à titre d'exemple , la liste des documents qui
accompagnent le rapport de la mission de productivité
d'«être» et de «penser» des agents économiques et «Cadres et maîtrise» en 1951 «principales responsabilités
il suffit de consulter, même rapidement, les de la maîtrise ; note des rédacteurs sur l'apprentissage aux
:

rapports des différentes missions pour voir que USA; programme d'accueil de la société Johnson and
l'importation de technologies sociales l'a emporté Johnson ; programme des relations humaines de l'Institut
de beaucoup sur le transfert de technologies Maynard ; manière d'établir un programme de formation:
comment conduire une réunion discussion; comment
matérielles (12). Ce qu'il faut importer en priorité, ce améliorer les méthodes de travail; comment traiter un
sont des modèles d'organisation «scientifique» du problème du personnel». Le programme de l'Institut
travail et de gestion «rationnelle» des entreprises, Maynard, traduit dans le même rapport, comprend les
afin de faire naître dans les entreprises françaises rubriques suivantes : «introduction aux différences
le «climat» qui règne dans les entreprises individuelles; identification des composantes du tempérament:
contrôle de votre comportement; intérêt personnel contre
américaines : ce climat est bien le produit d'une société; des tendances à faire des projets ; principes de l'art
technologie, mais d'une technologie nouvelle, qui ne fait pas du vendeur ; l'art de stimuler le désir d'achat» .
13— Notes et études documentaires, L 'agence européenne
de productivité , n° 2.604, 4 décembre 1959.
8— Cf. Actions et problèmes de productivité, Premier 14— La critique du patronat français et des entreprises
rapport du Comité national de la productivité 1950-53, Paris, françaises est un des leit-motive de la littérature américaine
1953. sur le management, y compris dans ses expressions
9— P.L. Mathieu, La politique française de productivité universitaires les plus légitimes où elle sert à fonder une
depuis la guerre, mémoire de l'IEP, sous la direction de Jean représentation evolutionniste des «sociétés humaines» pays sous-
développés -> Fran ce -»-États-Unis. L'exemple le plus typique
:

Fourastié, Paris, 1961. est sans doute l'ouvrage de C. Kerr,J.T. Dunlop, F.Harbison
10— Rapport au Commissariat au Plan le 14 avril 1949 de et C.A. Myers (quatre figures dominantes de Y establishment
l'équipe de la construction électrique à son retour des du management dans les années 1950-60), Industrialism
États-Unis, in Notes et études documentaires, Recueil de and Industrial Man (Cambridge, Harvard UP, 1960), qui est
documents sur la productivité, n° 1296, 15 mars 1950. illustré d'une série de tableaux où sont mis en
11— Les problèmes de gestion des entreprises. Opinions correspondance les propriétés sociales et éthiques des «élites» de
américaines, opinions européennes, publié par l'OECE, différents pays d'Europe et du Tiers-Monde et le «stade»
Paris, octobre 1954, p. 13. de développement économique qu'ils ont atteint.
22 Luc Boltanski

vente, les entreprises «s'assurant souvent, dans les services pendants et salariés confondus, et les porte-parole
de production, la collaboration des ingénieurs les plus du groupe trouvent alors dans le corporatisme les
compétents, mais en se préoccupant fort peu des aptitudes principes idéologiques qui prétendent justifier
et de la formation de leurs vendeurs». Il faut, «améliorer
le choix et la formation du personnel de vente» et favoriser Inexistence» de ce «groupe nouveau» dont
la «prospection dynamique et méthodique de nouveaux l'institutionnalisation est encouragée par le
marchés» par un «renforcement de la recherche et de gouvernement de Vichy (17) ; dans les années 1960, les
l'étude de marchés». La formation de nouveaux «cadres» et «cadres», les «jeunes cadres», incarnent la
la création d'un enseignement de la gestion, mais aussi modernité, le renouvellement de la bourgeoisie et, indis-
le «perfectionnement des cadres actuels», constituent ainsi
des «tâches fondamentales». Il faut développer «réunions, sociablement, le style de vie, le mode de
conférences et sessions d'études», «publier dans la langue régulation économique et de domination politique qui
nationale un plus grand nombre d'ouvrages traitant de caractérisent le «régime d'accumulation de l'après-
gestion industrielle, livres, manuels et revues», multiplier les guerre» (18).
«cercles d'études, conférences, cours du soir et de fin de
semaine», organiser des «visites régulières de conférenciers
et d'animateurs», particulièrement des «experts américains En 20 ans, la représentation sociale du «cadre» conforme
venus en Europe pour prendre part à des manifestations aux principes d'excellence qui définissent le groupe s'est
de ce genre», envoyer «aux États-Unis des équipes profondément modifiée et tout, en apparence, distingue
nationales qui suivront un programme d'études d'un an environ», le «jeune cadre», «tourné vers l'avenir», «incarnation d'une
«élaborer un programme en vue d'encourager la création nouvelle bourgeoisie sans œillères» (19) que présente, vers
d'associations spécialisées» capables de «faire progresser les le milieu des années 1960 une littérature très abondante de
connaissances dans les nombreux domaines de l'ingénieur modèle tel que le définissait, par exemple,
l'organisation scientifique du travail», etc. Mais il faut aussi Georges Lamirand (20) : les références explicites à
«modifier l'attitude des directions» et des «cadres» et «la tâche l'«armée», à l'«église», à l'«autorité du chef», aux valeurs
la plus délicate consiste à mettre au point les techniques et ascétiques et viriles du «meneur d'hommes» et même à
les méthodes qui permettront d'opérer cette l'atelier et à l'usine comme lieux privilégiés du
modification» (15). «commandement» et du «combat» pour la «production» ont
pratiquement disparu, remplacées par la célébration de 1'
La campagne pour la «productivité», avec les «intelligence», des «diplômes», de la «réussite» (par opposition
aux positions «définitives» et «héritées»), du
«actions de productivité» et les «missions de «dynamisme», de l'«ouverture», du «sens des relations humaines»,
productivité» aux États-Unis, est une des conséquences du de la «compétence» «économique» ou «technique»
Plan Marshall. Il ne s'agit pas d'un phénomène exercée dans un «bureau futuriste» ou dans un «laboratoire».
particulier à la France : orchestrées par l'OECE, les Interrogés sur les changements qui ont affecté la
représentation sociale des «cadres», les vieux ingénieurs,
«missions» partent de toute l'Europe occidentale aujourd'hui retraités, qui ont milité, avant-guerre, sous
(16). Il reste qu'on ne peut ressaisir les médiations Vichy ou encore entre 1945 et 1950 dans les
à travers lesquelles s'est exercé l'effet des missions mouvements d'ingénieurs et de «cadres» (USIC, CGCE, CGC,
qu'à la condition d'abandonner les modèles diffu- etc.) invoquent souvent 1'« effet néfaste de la publicité»,
sionnistes d'allure mécaniste, qu'ils invoquent un la «société de consommation» (particulièrement
lorsqu'ils sont catholiques) et, plus souvent encore, les «modes
déterminisme universel d'ordre économique et venues d'Amérique». La critique de 1' «américanisation de la
technique (ce qui est souvent le cas chez les société française», souvent associée depuis la guerre à
ingénieurs en organisation qui ont introduit en France l'extrême-gauche, trouve chez eux son principe dans le
les techniques américaines de gestion) ou la regret nostalgique d'un autre ordre possible : celui que
promettait la représentation corporatiste du monde social
«violence impérialiste», pour analyser, d'une part, où les mouvements d'ingénieurs et de cadres ont trouvé,
comment s'est opérée la rencontre entre le modèle à leurs débuts, le fondement idéologique de leur action.
américain et des représentations indigènes plus
anciennes et, d'autre part, les luttes au sein de la Dans les années qui suivent la Libération, les
bourgeoisie française qui ont eu pour enjeu mouvements de «cadres», qui ont recueilli
l'introduction et la diffusion du modèle américain. l'héritage accumulé par les rassemblements des années
Dans ces luttes, les «cadres» sont à la fois 1936-1940, et, particulièrement, la CGC, sont
des agents (notamment par l'intermédiaire de leurs en effet dans l'opposition et sur la défensive. Les
organisations) et des enjeux : leur conversion à la transformations politiques et le renouvellement
nouvelle idéologie économique, est un des objectifs du personnel politique qui accompagnent la
prioritaires impartis aux missions de productivité. Libération ont brutalement transformé cette avant-
Ils constituent par là un objet privilégié pour garde des années 1930 en arrière-garde, et les
apercevoir certains des processus de réinterprétation et porte-parole des «cadres» ne participent pas à
de redéfinition par lesquels les nouvelles l'entreprise de «modernisation de la société
représentations du monde social et les nouvelles française» à laquelle est pourtant associé, dans
technologies sociales importées des États-Unis se sont
enracinées dans la culture indigène au lieu de s'imposer
à elle, de l'extérieur. Le destin des «cadres», 17—Cf. L. Boltanski, Taxinomies sociales et luttes de classe.
comme personne collective et comme représentation La mobilisation de la «classe moyenne» et l'invention des
sociale, a, en effet, quelque chose de «cadres», Actes de la recherche en sciences sociales, 29,
contradictoire. La constitution des «cadres» en groupe sept. 1979, pp. 75-106.
18 —Cf. R. Boyer, La crise actuelle : une mise au point en
explicite, dans l'immédiat avant-guerre, est liée aux perspective historique. Quelques réflexions à partir d'une
tentatives d'unification des «classes moyennes», indé- analyse du capitalisme français en longue période, Critique
de l'économie politique, 7-8, avril-sept. 1979, pp. 5-113.
19— Cf. par exemple la série d'articles publiés dans Le
15— OECE, Les problèmes de gestion des entreprises, op. Figaro à partir du 12 novembre 1964 sur les «jeunes cadres»
cit., pp. 14 et sv. sous le titre «L'autre jeunesse, celle qui travaille».
16-Cf. T.A.Wilson, The Marshall Plan, New York, Headline 20— G. Lamirand, Le rôle social de l'ingénieur , Paris, Pion,
Series, 1977, pp. 43-44. 1ère édition, 1932, dernière édition, 1954.
America, America... 23

les années 1950-1960, l'accès des «cadres» à une 1955, la succession de Lefaucheux à la Régie Renault)
position centrale dans la représentation dominante raconte dans ses souvenirs que Lefaucheux, un ancien de
du monde social (21). Encore imprégnées de l'OCM, lorsqu'il accède à la Libération à la direction des
usines Renault, prend comme responsable du personnel un
corporatisme, les organisations de «cadres» militant syndicaliste de 1936, grand résistant et secrétaire
définissent toujours la catégorie par son appartenance aux CGT du comité d'épuration : «Les délégués syndicaux
classes moyennes et par la possession d'un contribuaient alors au moins autant que la hiérarchie
patrimoine, sans faire référence aux idéologies «mana- classique à la reprise de la production ('Nous allons faire de
geriales». la Régie le balcon du syndicalisme', leur avait promis
Pierre Lefaucheux)» (26). Le monde renversé où les «bons
Français» sont désormais juifs, voire communistes, où les

:
Dissimulée ou euphémisée de 1944 à 1946 (22), vertus de la «classe ouvrière» sont célébrées par les
l'opposition de la CGC aux pouvoirs issus de la Résistance peut nouveaux porte-parole de l'église ou de l'armée,
s'exprimer avec toute sa force dans l'atmosphère de changements d'autant plus révoltants qu'ils inhibent toute velléité
restauration qui caractérise l'année 1947, date à partir de de révolte parce qu'ils n'ont pas explicitement pour terrain
laquelle les porte-parole de la CGC lancent de violentes la lutte des classes mais «l'intérêt national» au nom duquel
campagnes non seulement contre la «complicité» de la «CGT» les groupes et les classes favorables à la Révolution
et du «gouvernement», thèmes habituels en 1945 et 1946 nationale avaient mené la lutte des classes.
mais, plus directement, contre les «nouvelles institutions»
et, particulièrement, contre les «comités d'entreprise» et
contre les «entreprises nationalisées». L'entreprise
nationalisée est «la dictature de l'État avec ses conséquences :
disparition des libertés, étouffement de la personne» (23). «L'Amérique, la jeunesse,
«Le patron anonyme y est toujours aussi anonyme» et la
«structure» de ces entreprises n'est pas «favorable à la le succès, la beauté, l'avenir»*
personne humaine». Enfin, soumise à une «emprise Pour comprendre comment s'est formée dans
purement administrative», l'entreprise nationalisée a une
«production réduite», «des prix de revient excessifs, un déficit l'après-guerre la représentation du «cadre
chronique». Cette mauvaise gestion tient au fait que «pour moderne», comme «manager» rompu au maniement
plaire à la masse», «les principes de hiérarchie ont été des techniques de «management», il faut,
parfois gravement atteints» : «c'est par exemple de la paradoxalement, laisser de côté les «mouvements de
démagogie pure que de faire figurer un manœuvre dans la cadres» pour s'intéresser à ceux qui sont alors
commis ion de modernisation d'une industrie», etc. (24). On ne
peut interpréter l'attitude des «cadres» de la CGC à l'égard plutôt leurs adversaires, aux hauts fonctionnaires
des nationalisations sans voir ce que pouvait avoir de catholiques ou socialistes issus de la Résistance,
proprement révoltant pour les ingénieurs et les «cadres» en aux patrons salariés d'entreprises nationalisées et
place dans les entreprises avant leur reprise en main par à leur cortège de planificateurs, d'économistes,
l'État, défenseurs de la hiérarchie et des valeurs d'ordre,
l'accès soudain à des positions de pouvoir d'hommes d'organisateurs, de sociologues, de psychologues,
nouveaux, issus de la Résistance, le plus souvent marqués à etc. Au service de l'État, attachés à la défense de
gauche, quand il ne s'agissait pas d'anciens adversaires la chose publique, hostiles au patronat et plus
directs, par exemple de syndicalistes ayant participé au généralement au secteur privé toujours suspect
gouvernement de Front populaire ou conduit les grèves d'individualisme et d'égoïsme, sensibles à la «misère
de 1936. Pierre Dreyfus, représentant paradigmatique de la
nouvelle génération qui accède au pouvoir à la Libération ouvrière», à 1'« exploitation» et à la «pauvreté»,
(il est issu de la bourgeoisie juive, il a milité au Parti ils sont les principaux artisans et les porte-parole
socialiste, collaboré, en tant que conseiller de Georges Bonnet de l'entreprise de «modernisation de l'économie»
après la chute du Ministère Blum avec Jean Coutrot et et, plus profondément, de «modernisation de la
Alfred Sauvy au Ministère des finances (25), fait de la
Résistance, participé à la fondation du Commissariat au société française» qu'ils exigeaient à la fois par
plan où il était «en rapport permanent avec Jean Monnet» progressisme et par nationalisme : pour barrer la
puis dirigé les Houillères du Nord avant de prendre, en route au «totalitarisme», c'est-à-dire, indissocia-
blement, pour endiguer la «montée du
communisme» et pour rendre impossible le retour du
21— Même si, essentiellement, semble-t-il, pour se disculper fascisme, et, d'autre part, pour restaurer, face à
de l'accusation de vichysme, souvent portée contre eux, les
porte-parole de la CGC se montrent, dans les années 1945- l'étranger et, notamment, face aux États-Unis,
46, favorables au productivisme (ce qui est aussi souvent la «puissance nationale». La «modernisation de
pour eux l'occasion d'opérer une espèce de chantage en l'économie» et de la «société» est d'abord
rappelant que la modernisation de l'économie ne peut se l'expression d'une volonté et d'une ligne politique qui
faire sans leur travail et sans leur accord).
22— Sur les luttes de classe dans les années 1945-1947, voir réclame, pour s'accomplir, la liquidation ou la
l'ouvrage de Grégoire Madjarian, Conflits, pouvoirs et société
à la Libération , Paris, Union générale d'édition, 1980.
23— Le Creuset, mars 1947. 25 -Cf. A. Sauvy, De Paul Reynaud à Charles de Gaulle,
24— La CGC suivait en cela le grand patronat, dans son Paris, Casterman, 1972, pp. 60-61. A la fin des années
50, Pierre Dreyfus incarnera le «manager» moderne par
ensemble très hostile aux nationalisations. Les patrons des opposition au «patron» traditionnel. Roger Priouret,
entreprises nationalisées (par exemple, Pierre Lefaucheux collaborateur de L 'Express et l'un des premiers prophètes
ou Louis Armand) ont participé à la Résistance soit dans de 1'« avènement des directeurs» le définit ainsi : «Ce n'est
des organisations liées à la CGT, soit, plus souvent, dans pas un patron style XIXème siècle. Ce n'est pas non plus un
l'Organisation civile et militaire, où se sont retrouvés les fonctionnaire aux ordres du gouvernement il appartient
rares patrons qui ont pris position contre Vichy. Ils vraiment à une catégorie sociale su i generis» (R. Priouret,
:

s'opposent, dans les années qui suivent la Libération, au grand La République des députés, Paris, Grasset, 1959, p. 240).
patronat traditionnel, «familial», et vichy ssois. Ces 26- P. Dreyfus, La liberté de réussir, Paris, Jean-Claude
oppositions s'atténueront avec les changements d'alliance qui Simoën, 1977, pp. 50-52.
marquent la fin de 1947 et disparaîtront dans les années
suivantes. La réconciliation se fera, d'après Ehrmann, au *«I1 était normal de s'identifier à John Kennedy qui
cours d'un dîner organisé par l'ACADI à l'automne de incarnait les idées-forces de mon âge : l'Amérique, la
1951 (Cf. H.W. Ehrmann, La politique du patronat jeunesse, le succès, la beauté, l'avenir» (J.L. Servan-Schreiber,
français, Paris, A. Colin, 1959, pp. 292-299). A mi-vie : l'entrée en quarantaine, Paris, Stock, 1977, p. 137).
24 Luc Boltanski

Jean-Louis Servan-Schreiber : le manager exemplaire


De Jean-Jacques Servan-Schreiber, • Le vertige de la réussite • La «nouvelle psychologie»
l'aîné prestigieux, à Jean- Louis, le cadet «Cadre supérieur en pleine escalade» «Lorsqu'en 1971 j'enseignais à
appliqué, s'opère le passage de (p. 207) — «A l'âge où un responsable Stanford, en Californie, nous eûmes envie
l'invention d'un style de vie à la fois original d'organisation construit sa carrière» de faire un séjour à Esalen(...) beaucoup
et indéfinissable, systématique et (p. 36) — «Construire, monter le plus se joignaient à un groupe qu'un mentor
ineffable, comme le sont les produits de la haut possible» (p. 80). initiait en quelques jours aux méthodes
mise en œuvre spontanée d'un habitus, d'introspection derniers modèles : T.
à la routinisation d'un art de vivre : il • Le pouvoir de la compétence groupes, Gelstalt Thérapie, rolfing, le
se présente désormais sous une forme (contre le pouvoir, hérité, tout imbibé de la pensée d'Abraham
stylisée et par là aisément de la famille et de l'argent) Muslow, le pape de la nouvelle
transmis ible qui rend possibles sa diffusion dans «L'establishment d'aujourd'hui est le psychologie humaniste. Sur les conseils de
un groupe étendu et son appropriation produit d'une société plus changeante. Mike Muiphy, le fondateur d'Esalen,
par des agents n'ayant pas L'argent ne suffit plus pour en faire nous avions choisi de nous intéresser à
nécessairement vécu les expériences ni intériorisé partie» (p. 170). la psycho-synthèse» (p. 198).
les schemes à partir desquels ce style N.B. La célébration des dirigeants
de vie s'est engendré. A mi-vie, le livre diplômés contre les héritiers et la
où Jean- Louis Servan-Schreiber, ancien • La distance au rôle, l'humour
critique du «capitalisme familial» (cf. (jeune, ouvert, décontracté)
élève de Sciences po, directeur de infra) ne sont pas, en ce cas, «La distanciation» (p. 123) — «Ne pas
l'Expansion, livre sa vision du monde incompatibles avec la célébration de la Famille
et dessine son autoportrait, constitue se prendre au sérieux» (p. 131) —
parce que la famille Schreiber n'est pas «J'aime l'humour» (p. 131).
ainsi l'expression la plus stéréotypée un lignage où la filiation suffit pour
des valeurs et du style de vie que la accéder à la jouissance du patrimoine,
nouvelle bourgeoisie parisienne donne mais un club («décontracté») d'happy • Libéralisme et encombrement
en modèle à la masse des «cadres». few qui, malgré les liens de sang, «(...) comme chef d'entreprise, ma
Jean-Louis, qui accède sans mal à une paraissent s'être librement choisis : liberté de décision ne pourrait que se
position de pouvoir au milieu des chacun de ses membres doit prouver, trouver réduite, tantôt par la loi,
années 1960, qui n'a connu ni la par sa réussite, personnelle, qu'il tantôt par la pression des salariés. Sur
Résistance, ni même les guerres coloniales mérite bien sa naissance. Il peut alors ces points, je ne trouvais d'ailleurs
et qui n'a pas été contraint de se s'insérer dans «ce groupe humain guère à redire (...) Je n'envisageais pas
détourner vers la gauche pour faire homogène» où «travailler en famille de mener un combat d'arrière-garde
accéder la «droite la plus bête du est plus efficace et plus amusant parce contre celles des conséquences qui
monde» à la conscience de ses intérêts que la confiance et la complicité m'affectaient personnellement» (p.
véritables, est à son frère dans la viennent plus vite» (p. 31). 74) — «Lorsque toute une population
relation du reproducteur au producteur. accède rapidement à une liberté
Représentant parfait de la grande économique, celle-ci se restreint pour
bourgeoisie éclairée, Jean-Louis est aussi, • Le management chaque individu (...). La liberté de
comme le souligne Claude dayman «Comme chef d'entreprise, je me l'automobiliste s'est dégradée sous
dans la présentation de l'ouvrage, un mettais à l'école de l'efficacité» (p. 114) — cette pression de deux manières :
manager exemplaire : «Jean- Louis «Mon entrée dans la vie adulte a l'encombrement et ses limitations
Servan-Schreiber est le patron d'une presse coïncidé en France avec la ruée vers le physiques ; la codification et les règlements
dont les lecteurs présentent un certain business» (p. 45) — «Une révélation que l'État a dû imposer pour endiguer
profil que pour simplifier et même sur le chemin de New York quand mes l'hécatombe» (p. 76).
schématiser l'on qualifiera de profil de yeux se sont ouverts, j'ai vu le
cadre. Catégorie sociale significative de management »(p. 147)— «Stanford, Californie» • Les indésirables
l'évolution de la société française au (p. 138).
cours de ces deux dernières décennies» «Le patron-propriétaire, 'petit' comme
(p. 10). On retrouve dans l'ouvrage de il se doit en France» (p. 147) — «Dans
• Le culte de la forme mon enfance l'industrie française
Jean- Louis Servan-Schreiber, la plupart et les devoirs rendus au corps n'avait pas la cote» (p. 145) — «Le
des lieux communs qui hantent le «Plus encore qu'à son costume, le nationalisme» (p. 130) — «Le
bavardage néo-bourgeois : bourgeois de Daumier se reconnaissait colonialisme» (p. 116) — «Le fascisme»
à son tour de taille» (p. 87) — (p. HO).
• La vie trépidante «Entretenir mon corps, je lui dois bien cela»
des managers débordés (p. 91) — «Mon indispensable
«Je menais la vie des débordés» (p. gymnastique quotidienne» (p. 91) — «J'ai
36) — «Un manager harassé» (p. 138) — essayé tous les régimes et j'ai lu tous
«Un décisionnaire» (p. 45) — «Ma les livres ... de diététique. J'ai appris
situation de cadre supérieur» (p. 74) — les calories et les hydrates de carbone.
«Aux journées de 12 heures succèdent J'ai rêvé d'une nouvelle cuisine avant
les week-ends de travail, aux voyages qu'on découvre Michel Guérard»
d'affaire les conférences nocturnes» (p. 93).
(p. 36) — «Le responsable intoxiqué
par son rythme éprouve un blocage
physiologique à programmer dans sa • Le féminisme et le mariage
journée et sa semaine des moments comme brain- trust
vides destinés à lui permettre de faire «II est évidemment plus facile d'être
tranquillement le point» (p. 42) — «Mon de gauche sur le Chili que dans son
carnet de rendez-vous est devenu mon propre lit» (p. 190) — «Favorable à la
véritable appendice» (p. 42) — «Ma législation de l'avortement» (p. 212) —
secrétaire» (p. 43) — «Un responsable «Le fondement de notre union, c'est le
entre 30 et 40 ans» (p. 208) — «Crois- partage» (p. 50) — «Combien de
tu profiter de ta maison, chaque week- milliers d'heures de dialogue représentent
end où tu te cales dans ton fauteuil, déjà notre vie commune» (p. 50) —
ton maudit attaché-case sur le ventre, «En vacances (...), nous pouvons mieux
et que tu broutes du papier jusqu'au philosopher» (p. 5 1) —«Notre briefing»
dimanche soir ?» (p. 207). (p. 50) — «Communiquer» (p. 52).
America, America... 25

transformation des deux classes potentiellement Ripert, Massé, Dumontier et surtout Pierre Uri,
dangereuses : la «rouge», la classe ouvrière ; la avec Gabriel Ardant, qui est commissaire à la
«noire», la petite bourgeoisie traditionnelle, où les productivité, avec François Bloch-Lainé et avec les
différentes formes de fascisme ont trouvé leurs plus économistes du SEEF qui créent les instruments de
solides appuis. la comptabilité nationale, avec Claude Gruson (à
La diffusion des modèles américains n'aurait qui Bloch-Lainé a confié la formation du SEEF) et
pu s'opérer avec la même force ni de façon aussi avec son collaborateur Simon Nora, auquel
rapide si les actions décidées par l'administration l'attachent d'autres liens puisque Nora est le
Marshall n'avaient rencontré les intérêts de cette «meilleur ami» (d'après divers informateurs) de Jean-
avant-garde réformiste : cette avant-garde ne Jacques Servan-Schreiber qui mobilise autour de
s'identifie pas à une association ou à un parti, elle Pierre Mendès-France sa famille, sa clientèle et son
est démunie d'organisation formelle et journal : l'histoire de L 'Express, dit Françoise
d'instruments de représentation, elle ne possède ni Giroud {Si je mens, p. 138), c'est «l'histoire d'un
emblème ni contours nets, mais ses membres sont liés les groupe de gens qui voulaient de toutes leurs forces
uns aux autres par un ensemble de relations faire décoller la France . Il s'agissait de mettre
personnelles, dans une structure en réseau qui Mendès-France et ses idées au pouvoir, en action,
prolonge, dans la paix et dans la logique des affinités pour le meilleur de la France» (p. 151).
électives, les réseaux armés de la Résistance (27). La position stratégique des Schreiber dans
En reconstruisant les chaînes d'intercitation (dans l'avant-garde progressiste et moderniste des années
les «Témoignages» oraux ou écrits), en remontant 1950 tient moins à leurs prises de position et à
les filières d'interrelation, de filiation idéologique, leurs actions directement politiques qu'à leur
d'allégeance ou d'alliance politique, on trouve, aptitude à rassembler des agents et des groupes jusque-
à l'intersection des différents réseaux, d'une là séparés, voire opposés dans l'espace social (hauts
part Jean Monnet qui orchestre la campagne fonctionnaires, intellectuels, patrons, etc.), et à
pour la productivité (28) et, d'autre part, Pierre s'approprier les valeurs, parfois antagonistes,
Mendès-France en qui les fractions éclairées, attachées à ces agents et à ces groupes. Ils contribuent
compétentes, ouvertes aux problèmes économiques par là à façonner et à imposer une forme culturelle
et progressistes de la haute fonction publique relativement nouvelle. Les Schreiber, qui
voient alors, d'après de nombreux témoignages possèdent, à un haut degré de concentration, la plupart
(29), le «seul» homme politique capable de des traits pertinents dispersés chez les membres
mener à bien la «modernisation» et la de l'avant-garde économique et politique, étaient
«démocratisation» de la «société française». Pierre Mendès- sans doute prédisposés à incarner, de façon para-
France est en relations étroites avec Pierre Dreyfus, digmatique, les valeurs de la «nouvelle bourgeoisie».
Georges Boris, Alfred Sauvy, etc., avec les jeunes Ils sont de bourgeoisie récente, d'origine juive, et,
économistes progressistes du Plan, Hirsch, Marjolin, comme c'est souvent le cas dans les familles juives
(et, à un moindre degré dans les familles
protestantes) où l'effet de minorité tend à maintenir la
27— L'habitude de la clandestinité Uri décrit en ces termes cohésion du groupe en atténuant les divisions entre
son activité dans le cadre du premier Plan avec Monnet et
:

Hirsch : «De mon bureau mansardé du Commissariat au fractions, à l'intersection de plusieurs milieux :
Plan, j'ai largement inspiré la politique économique presse, affaires, fonction publique, politique,
française. C'était très efficace comme méthode ; trois université, etc. La bourgeoisie juive, ou ce qu'il en
clandestins qui faisaient tout. Et les gouvernements faisaient ce reste après la guerre, est fortement représentée
qu'on leur disait» (cité in : F. Fourquet, Les comptes de la dans l'avant-garde des années 1950. Ses membres
puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du plan,
Paris, Encres- Éditions recherches, 1980, p. 87). ont acquis une sorte d'avance sur leur temps, qui
28— J. Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1976, pp. 276- ne doit rien à la «culture» ou à la religion juives
277. Louis Armand résumera plus tard en une formule en tant que telles (ils ont été, le plus souvent,
l'immense bavardage sur la productivité : formés dans l'universalisme républicain, d'inspiration
«Économiquement, un Américain vaut trois Français» (Cf. L. Armand et radicale ou socialiste). Leur «lucidité» est le
M. Drancourt, Plaidoyer pour l'avenir, Paris, Calmann- produit de l'exclusion collective où les a placés, dans
Lévy, 1961, p. 76).
29— On dispose aujourd'hui de sources d'information les années 1930 et sous l'occupation,
nombreuses et précises sur Pierre Mendès-France, son entourage l'antisémitisme presque unanime des fractions dominantes
et, surtout, sur la famille Servan- Schreiber. On a utilisé de la classe dominante française. L'antisémitisme
essentiellement, outre les interviews, les sources suivantes : a contribué à les repousser à «gauche», à les
P. Mendès-France, Choisir, Paris, Stock, 1974 et, du même, éloigner de Vichy, de l'illusion fasciste et de l'utopie
La vérité guidait leurs pas, Paris, Gallimard, 1976 corporatiste. Il les a rapprochés des pays anglo-
(particulièrement le chapitre consacré à Georges Boris, pp. 231-
248); C. Gruson, Programmer l'espérance, Paris, Stock, saxons, de l'Angleterre et des États-Unis où ils
1976 ; F. Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire , Paris, Ed. ont parfois trouvé refuge. Nationalistes, souvent
du Seuil 1976 ; P, Dreyfus, La liberté de réussir, op. cit. ; et, passionnément, ayant, pour la plupart, combattu
surtout, ^'indispensable ouvrage, déjà cité, de François dans la Résistance, ces rescapés accèdent, en 1945,
Fourquet. Sur la famille Schreiber et sur L 'Express, on a à des positions de pouvoir ou d'autorité
consulté les ouvrages suivants E. Schreiber, Raconte encore,
Paris, Presses de la Cité, 1968; J.C. Servan-Schreiber, Le symbolique, à un âge où, à la génération précédente, les
:

huron de la famille, Paris, Calmann-Lévy, 1979 ; J.J. Servan- jeunes bourgeois faisaient leur entrée dans le
Schreiber, entretien avec Roger Priouret, in : R. Priouret, monde, et ils sont prédisposés à incarner la
La France et le management, Paris, Denoël, 1968; F. «jeunesse», parce qu'ils sont jeunes mais aussi parce que la
Giroud, Si je mens..., Paris, Stock, 1972; S. Siritzky, guerre les a coupés de leur passé, de leurs
F. Roth, Le roman de l'Express, 1953-1978, Paris, Atelier
Marcel Jullian, 1 979 ; M. Jaumet, L Express de Jean-Jacques «racines», de leur classe. La Libération leur donne
Servan-Schreiber, Paris, 1979 (Thèse de troisième cycle). un «avenir» en reconnaissant leurs mérites, sane-
26 Luc Boltanski

tionnés par des médailles militaires et des titres de la fonction publique, les qualités de
scolaires. Contre la «bourgeoisie établie», contre les l'entrepreneur, la recherche des investissements risqués,
«vieilles valeurs» et les «vieilles familles» dont l'éthique du travail et de la bonne gestion et les
l'effondrement de Vichy a comme accéléré le vertus du haut fonctionnaire intègre, le sens du
vieillissement, ils incarnent les «valeurs nouvelles» et «service», de la «démocratie» et de la
ils peuvent, en toute bonne foi, dénier leur responsabilité collective (par opposition à la recherche du
appartenance à la classe dominante, avec laquelle ils ont profit pour le profit et à l'attachement exclusif
aussi des comptes personnels à régler (30). aux intérêts privés).
Leur différence s'exprime d'abord dans des
«valeurs personnelles» (Inintelligence», 1'«
efficacité», la «compétence», le travail «professionnel»
-par opposition à l'amateurisme du dilettante) La deuxième «troisième voie» :
mais aussi dans des manières, un style de vie
particulier, mélange d'ascétisme combattant et de du corporatisme au New Deal
bonne franquette «à l'américaine» : mépris de la L'espèce de fascination que l'Amérique exerce sur
nourriture, de la «gastronomie» «à la française» l'avant-garde des années 1950 ne fait qu'un avec la
(l'inconfort, souvent célébré, des «déjeuners» de critique de la droite traditionnelle, du patronat
L'Express avec leurs sandwichs et leurs «plateaux- attaché à défendre ses «intérêts de caste» et des
repas» empruntés aux avions de ligne), de l'alcool, «élites bourgeoises» qui ont «failli à leur mission»
des mondanités, des «manières bourgeoises», de (32), et l'Amérique des années 1950, de la «guerre
l'«hypocrisie» (en matière de sexualité), de l'«édu- froide» et du «Maccarthysme» reste, dans sa
cation traditionnelle», etc. Ils sont aussi à l'avant- représentation sociale, l'Amérique du New Deal, du
garde du féminisme et, particulièrement, en la dirigisme économique et de la lutte antifasciste.
personne de Françoise Giroud, du mouvement On ne peut comprendre en effet la relation
pour le Planning familial (31). C'est un peu tout qu'entretiennent avec l'Amérique les novateurs des
cela qu'entend désigner le terme de «nouvelle années 1950, particulièrement ceux qui sont issus
vague» inventé par Françoise Giroud en 1955 pour de la Résistance, sans rappeler rapidement la
caractériser les lecteurs de L'Express («le journal représentation des Etats-Unis qui se diffuse en France
des jeunes»), une façon originale, «décontractée», dans les années 1930, époque où la plupart d'entre
«dynamique» d'être bourgeois, une manière de eux ont constitué leur schemes intellectuels et
vivre, qui n'est pas encore constituée en art de politiques de perception du monde social et la
vivre, conforme aux représentations stéréotypées signification politique de ces représentations. A la fin
de l'Amérique et un système de valeurs où se des années 1920 et dans les années 1930, l'anti-
rencontrent, d'une manière relativement originale, au américanisme se développe dans la classe
moins en France, les principes d'excellence sur dominante française, particulièrement chez les
lesquels reposent l'entreprise capitaliste et l'esprit intellectuels, et les ouvrages critiques, essais «théoriques»
ou récits de voyages, se multiplient jusqu'à la fin
de la décennie. Leurs auteurs n'appartiennent pas,
30— C'est par référence à ce passé commun qu'il faut lire, le plus souvent, aux courants d'inspirations
par exemple, les pages où François Bloch-Lainé annonce la marxistes, socialistes ou communistes dont l'attention
«relève des élites dirigeantes» : «II est vrai que des castes est surtout absorbée par l'évolution de la Russie
bourgeoises, dont les mérites postérieurs à la Libération soviétique et qui, par internationalisme, sont peu
n'ont pas si manifestement compensé les démérites
antérieurs (du temps de la guerre et de l'avant-guerre), ont sensibles aux arguments selon lesquels
bénéficié d'une expansion économique dont ils ne sont pas l'accroissement de la puissance américaine constituerait une
les principaux auteurs. Une 'divine surprise' des années menace pour l'«Europe» et pour la «France» (33).
1950-60 a succédé, pour eux, à celle de 1940. (...) J'admets Même avant le New Deal, ils sont plutôt portés à
aussi que les castes mandarinales, celles des anciens élèves
des grandes écoles, en se développant à l'intérieur de juger «positive» l'évolution du capitalisme
'l'enceinte', au détriment des castes familiales et mondaines, américain, caractérisée, selon la plupart des observateurs
ont cependant rejoint et consacré ces dernières, plus qu'elles de l'entre-deux-guerres, par la concentration
ne les ont supplantées. Je suis, cependant, convaincu que économique, le machinisme, la production de masse.
l'engin introduit par cette substitution n'a pas fait long feu L'antiaméricanisme se développe à partir de
et que, sous l'apparence d'une absorption, il se produit un
bouleversement dont les premiers signes sont à peine perçus. la droite et, plus précisément, de la jeune droite,
Les choses sont allées vite déjà. Mais elles ne sont qu'à leur celle d'Ordre nouveau, ou de la droite intégriste
commencement. Ce que les résistants, au sortir du maquis, traditionnelle qui, depuis la fin du XIXe siècle,
peu nombreux et attentifs (trop ?) aux manœuvres des associe le «catholicisme libéral» au catholicisme
staliniens de l'intérieur, ont improvisé et manqué il y a
bientôt vingt ans, le flot des 'capacitaires' au sortir des
écoles, le réussira avant dix ans. La relève des élites
dirigeantes, la substitution du mérite à la naissance vont se 32— G. Boris, Servir la République (présentation de Pierre
précipiter» (F. Bloch-Lainé, La réforme de l'entreprise, Mendès-France), Paris, Julliard, 1956, p. 181.
Esprit, mats 1964, pp. 441-448). 33—Dès les années 20, les États-Unis sont considérés par
3 1 —II faudrait prendre le temps de décrire le versant une partie des intellectuels marxistes comme un laboratoire
féminin du modernisme et montrer tout ce que le style de du capitalisme, une société d'avant-garde (on commence à
vie aujourd'hui associé à la «nouvelle bourgeoisie» doit au parler de «néo-capitalisme») où sont expérimentés des
travail accompli par Françoise Giroud, d'abord au journal systèmes de production et des modes de domination
Elle où elle est la collaboratrice d'Hélène Gordon-Lazareff destinés à se diffuser dans le reste du monde. On connaît,
(qui, réfugiée aux USA pendant la guerre, était, dit par exemple, le rôle joué par l'exemple américain dans la
Françoise Giroud, «une inconditionnelle de l'Amérique»), puis formation de la pensée d'Henri de Man et de ses
à L 'Express . principaux disciples (comme André Philip).
America, America... 27

américain (34), et beaucoup de ceux qui expriment plus radicaux —par exemple Alfred Fabre-Luce ou
les critiques les plus virulentes de la société Lucien Romier (40)— comme une variété du bol-
américaine s'associeront, quelques années plus tard aux chévisme communiste. «Ni Ford ni Lénine». On
mouvements fascistes ou soutiendront activement reconnaît là certains des thèmes du personnalisme
le gouvernement de Vichy (c'est le cas, par qui, particulièrement dans l'interprétation qu'en
exemple, de Lucien Romier (35), l'un des donnent les membres d'Ordre nouveau (41),
commentateurs les plus écoutés du «matérialisme» américain, repose sur une série d'oppositions entre le
d'Alfred Fabre-Luce (36), de Paul Morand, d'Henri «matériel» et le «spirituel», l'«individu» et la
Massis, etc.). L'antiaméricanisme ne trouve pas «personne», l'«opinion publique» et la «conscience», etc.
chez eux seulement son principe dans les conflits A l'homme «standardisé» de la société américaine
diplomatiques qui après la première guerre de masse (Babbitt, on parle dans les années 30 de
mondiale opposent la France aux États-Unis, à propos babbittisationyes écrivains de la jeune droite (ou
par exemple, des réparations ou du désarmement du catholicisme social) opposent le paysan ou
(37). Il n'est pas non plus totalement réductible au l'artisan, l'entrepreneur individuel, le chef d'entreprise
nationalisme qui inspire pourtant les premiers responsable, détenteur d'un patrimoine, réunissant
critiques de «l'impérialisme américain» comme dans une même main le capital et le travail, à la
«impérialisme financier» (38) (différent, bien que, à sa fois «directeur» et travailleur au sens «ouvrier du
façon, aussi «dangereux», que l'impérialisme terme».
militaire), et les premiers débats sur les investissements Le corporatisme ne s'oppose pas seulement
américains en Europe qui se multiplient dans au bolchévisme soviétique mais aussi à la «société
l'entre-deux-guerres, particulièrement dans de masse» personnifiée par les Etats-Unis (42) et le
l'industrie électrique (avec l'implantation d'ITT) et dans discours de la «troisième voie» n'est pas totalement
les pétroles (39). Plus profondément, intelligible si on ignore qu'il superpose les
l'antiaméricanisme vise ce dont l'Amérique est devenue le références aux régimes politiques (le communisme/
symbole : la production de masse, avec le taylorisme et les démocraties libérales), aux classes sociales (le
la chaîne, la consommation de masse qui multiplie prolétariat/l'oligarchie ploutocratique) et aux
les objets uniformes, la publicité qui opère le cultures nationales (le matérialisme américain/le
«viol» des «consciences», bref, la «société de matérialisme soviétique). Dans ce système
masse» et, avec elle, au moins implicitement, une d'oppositions, une homologie se constitue entre la voie
forme tenue depuis le 19e siècle pour archétypale corporatiste (ou fasciste), la classe moyenne et
de la démocratie. La «chaîne», par exemple, à l'Europe (l'antiaméricanisme et le courant
laquelle les voyageurs du début des années 1920 favorable à l'«idée européenne» se développent de façon
sont souvent favorables n'est plus, dix ans plus parallèle au moins jusqu'aux approches de la
tard, l'emblème de l'efficacité et du progrès mais deuxième guerre mondiale). Ces personnes collectives,
celui du «matérialisme» américain, de la société de taille et de nature différentes, sont caractérisées
de masse, voire d'une forme particulière de par des propriétés et des valeurs identiques :
«collectivisme» considérée par les commentateurs les l'ancienneté de l'enracinement au sol, le spiritualisme, la
finesse et la culture, le respect de la personne et
la richesse des relations «personnelles». L'Europe
34— Les intégristes, qui, on le sait, ont contribué plus que oppose sa «civilisation» aux «masses» de l'Est et
tout autre groupe à la formation et à la diffusion de la de l'Ouest, aux «hordes» (43), et, sous certains
«doctrine sociale de l'église», donnent aux catholiques
libéraux, partisans d'une adaptation de l'Église à la société
libérale, issue de 1789, au «monde moderne» tel qu'il est, 40— Lucien Romier écrit ainsi : «Entre les tendances
le sobriquet d'« américains» (Cf. D. Strauss, Menace in profondes qui entraînent la civilisation des États-Unis et les
the West : the Rise of Anti-americanism in Modern Times, essais de création d'une société prétendue nouvelle par les
Westport, Conn., Greenwood Press, 1978, p. II). communistes russes, existent des analogies évidentes. D'un
35— L. Romier, L'homme nouveau: esquisse des côté comme de l'autre, c'est le culte exclusif de la science
conséquences du progrès, Paris, Hachette 1929. appliquée, de la technique avec un grand T, et le même
36— A. Fabre-Luce, A quoi rêve le monde, Paris, Bernard effort, triomphant en Amérique, balbutiant en Russie, pour
Grasset, 1931, dont la première partie («Crise à Wall adapter toutes les formes sociales aux besoins, non plus de
Street», pp. 9-110) contient la plupart des lieux communs l'individu, mais de la masse humaine, esclave, précisément,
sur le «matérialisme» de la «civilisation américaine». de la technique et des machines» (L. Romier, L'homme
37— Sur les conflits franco-américains dans l'entre-deux- nouveau, op. cit., p. 107).
guerres à propos de la «dette», des «réparations» et du 41— Cf. R. Aron et A. Dandieu, Décadence de la nation
«désarmement», cf. M.R. Zahniser, Uncertain Friendship : française, Paris, Éditions Rieder, 1931, et R. Aron, Le
American- French Diplomatie Relations through the Cold cancer américain, Paris, Éditions Rieder, 1931.
War, New York, John Wiley, 1975, pp. 219-239. 42— L'Amérique n'est que l'incarnation d'un mal universel,
38— Cf. par exemple, C. Pomaret,/- 'Amérique à la conquête le «rationalisme» si bien que «l'Amérique, si elle est un
de l'Europe, Paris, Armand Colin, 1931. La position de cadre, n'est plus un cadre territorial, mais bien un cadre de
Charles Pomaret, qui était homme d'affaires, s'écarte des pensée et d'action. L'Amérique c'est une méthode, une
positions de la «jeune droite» au sens où il propose, pour technique,une maladie de l'esprit». «Les États-Unis —ajoute
lutter contre 1'« impérialisme américain» l'adoption par Robert Aron — sont hors du temps comme ils sont au-dessus
l'industrie européenne des principales innovations qui ont de l'espace» (R. Aron, Le cancer américain, op. cit., pp. 80
fait la fortune du capitalisme américain. et 82).
39— Sur les investissements américains en Europe pendant 43— Henri Massis, le collaborateur de Tarde (il a publié avec
l'entre-deux-guerres, cf. M. Wilkins, The Maturing of lui, sous le pseudonyme d'Agathon, un pamphlet, L 'esprit
Multinational Enterprise, American Business Abroad from 1914 de la nouvelle Sorbonne, dirigé essentiellement contre les
to 1970, Cambridge, Mass., Harvard UP, 1974, durkheimiens) entend ainsi, dans Défense de l'occident
particulièrement pp. 70 et suiv. (industries électriques) et pp. 211 et (Paris, Pion, 1927) défendre 1'« héritage latin» à la fois
suiv. (pétroles). contre le «péril asiatique» et ses hordes «barbares» dont le
28 Luc Boltanski

rapports, le discours sur «la troisième voie» tes selon la position politique et sociale des
constitue une transformation du scheme binaire interprètes : pour les libéraux, proches des milieux
(masses/élites) qui, au moins depuis le milieu du d'affaires (comme Emile Schreiber), le New Deal
19e siècle, domine la pensée conservatrice (44). est destiné à rétablir le régime de libre entreprise
Aux représentations apocalyptiques de l'Amérique sur des bases assainies ; pour les socialistes,
véhiculées par la droite pré-fasciste s'opposent les particulièrement attentifs à la politique des «codes», le
analyses souvent bienveillantes des «modernistes», New Deal peut conduire à une forme originale de
qu'ils se réclament du libéralisme réformiste ou socialisme.
qu'ils soient socialistes. Les premiers, comme Mais si l'Amérique d'Emile Schreiber, celle
Hyacinthe Dubreuil (45) ou Emile Schreiber (46), du taylorisme et de la rationalisation capitaliste du
voient dans la mécanisation et dans l'organisation travail, n'est pas l'Amérique pré-socialiste de
rationnelle du travail des instruments Georges Boris ou de Pierre Mendès-France, les
d'enrichissement collectifs et, au moins à terme, «démocrates» «progressistes» s'accordent au moins
d'émancipation des travailleurs. Ils portent, comme les pour voir dans le New Deal non seulement une
socialistes —par exemple Georges Boris (47) ou Robert alternative au «capitalisme» et au «bolchévisme»,
Marjolin (48)—, un intérêt passionné au New Deal mais surtout une alternative au «corporatisme» et
qui fait d'ailleurs l'objet d'interprétations différen- au «fascisme» qui se définissent par les mêmes
oppositions : le New Deal est une «solution
intermédiaire» entre l'«ancien capitalisme privé et
« bolchevismo) n'est qu'une manifestation parmi d'autres l'institution du socialisme d'Etat» qui, à la différence du
(pp. 71-75) et contre le «matérialisme» de la «civilisation
moderne» par la redécouverte de la «chrétienté» et par un «fascisme», respecte la «démocratie» (49). Avec
«retour à un nouveau moyen-âge» (pp. 253-268). l'échec historique du fascisme (qui apportait des
44— Sur le thème de la «masse» dans la pensée réponses originales à la crise des années 1930), la
conservatrice, cf. R. L. Geiger, Democracy and the Crowd : the seconde «troisième voie» constitue la seule
Social History of an Idea in France and Italy, 1890-1914, idéologie de sortie de crise désormais disponible. La
Societas, 7, (1) 1977, pp. 47-71, et l'ouvrage de R.A.
Nye sur Le Bon, The Origins of Crowd- Psychology : recherche d'une idéologie et d'une technologie
Gustave Le Bon and the Crisis of Mass Democracy in the sociale de substitution où se trouveraient associés,
Third Republic, Beverly Hills, Sage publications, 1975. comme danslQ New Deal, ou au moins, comme dans
Sur les dernières manifestations, dans les années 60, du la représentation du New Deal qui est celle des
discours sur les «foules» et sur les «masses», cf. P. Bourdieu,
J.C. Passeron, Sociologues des mythologies ou mythologies fractions progressistes de la bourgeoisie française,
de sociologues, Les temps modernes, 211, décembre 1963, dirigisme, réformisme et libéralisme, l'abandon des
pp. 998-1021. solutions que le fascisme entendait apporter au
45— Hyacinthe Dubreuil, à la fin des années 1920, fait un «problème des classes» (et particulièrement des
séjour de 15 mois aux États-Unis où il s'emploie comme «classes moyennes») et le changement des rapports
ouvrier dans de grandes entreprises métallurgiques. Il en de force qui suit l'effondrement du régime de Vichy
rapporte un livre, très favorable aux nouvelles méthodes
de rationalisation du travail. (Cf. H. Dubreuil, Standards. Le rendent possible et nécessaire la formation ou
travail américain vu par un ouvrier français, Paris, Grasset, l'importation d'une représentation de l'espace
1929, préface de H. Le Chatelier). Hyacinthe Dubreuil politique et de l'espace social relativement nouvelle :
consacre, quelques années plus tard un ouvrage au New
Deal. (Cf. H. Dubreuil, Les codes de Roosevelt et les
perspectives de la vie sociale, Paris, Grasset, 1934). Hyacinthe
Dubreuil, pour qui «l'organisation scientifique du travail est 49— Cf. G. Boris, La révolution Roosevelt, op. cit., p. 181.
l'outil indispensable du véritable socialisme» {Standards, L'action de l'administration Roosevelt a eu pour originalité
op. cit. , p. 422), voit dans le National Recovery Act (NRA) principale de réduire, comme le remarque E.W. Hawley,
qui «provoque la création de codes de concurrence loyale» «la tension entre la bureaucratisation des relations
un prolongement de l'œuvre de Taylor (Les codes de industrielles et les valeurs liées à Vethos libéral et démocrate», en
Roosevelt, op. cit., pp. 58-60) et dans la politique des inventant des techniques de gestion économique exigeant
«codes» un «effort de transition (...) entre l'ancien un minimum d'action étatique et de «coercition
individualisme (...) et les formes prochaines de la démocratie gouvernementale», en sorte que si le monde des affaires n'a pas eu
organisée» (p. 82). l'initiative du New Deal il a pourtant été «le grand
46— Emile Schreiber a publié en volumes deux reportages bénéficiaire des innovations de la période». L'un des effets du
sur les États-Unis : l'un, dans sa jeunesse, en 1917 pour New Deal a été de reconstruire le marché, de restaurer la
«réaliser une propagande utile et saisissante en faveur des compétition en contrôlant les effets socialement
idées qui devront plus que jamais avoir cours après la catastrophiques de la compétition et en réglant les luttes à l'intérieur
guerre» (E. Servan, L'exemple américain. Le prix du temps du champ des entreprises et de la bourgeoisie (effet de
aux États-Unis, Paris, Payot, 1917, p. XIX), l'autre, en «moralisation de la vie économique») (cf. E.W. Hawley, The
1934 (L'Amérique réagit, Paris, Pion, 1934), consacré au New Deal and Business, in : J. Braeman, R.H. Bremmer,
New Deal et à l'administration née du National Recovery D. Brody eds., The New Deal, Colombus, Ohio State
Act qui, pour Emile Schreiber, doit aussi servir d'exemple University Press, 1975, vol. I, pp. 50-82). En ce sens, le
aux classes dirigeantes européennes. New Deal a inspiré la conception de la planification qui
dominera en France les années 1950-1960, centrée sur
47— G. Boris, La révolution Roosevelt, Paris, Librairie 1'« incitation» et la «concertation». Les premiers
Gallimard, 1934. Avant de devenir l'un des principaux observateurs en France de l'«Expérience Roosevelt» ont surtout
conseillers de Pierre Mendès-France, Georges Boris a été retenu de leurs voyages aux USA l'idée selon laquelle
l'ami de Léon Blum et un militant actif du Front Populaire. l'opposition entre le «libéralisme» et le «dirigisme» pouvait
Son frère, Roland Boris a été président du groupe X crise être dépassée, le «planisme» ne conduisant pas
(cf. A. Sauvy, op. cit., pp. 55 et 63). Georges Boris a nécessairement à l'«étatisme». Georges Boris écrit ainsi : «Quel idéal
sans doute été i'un des premiers lecteurs français de Keynes. de vie proposent au citoyen américain ceux qui ont sa
Il initie Pierre Mendès-France à l'économie et joue ainsi, dit confiance ? Reportons-nous aux textes. Nous n'y verrons
François Fourquet, «dans notre histoire un rôle discret mais tracé ni l'ancien idéal du capitalisme individualiste, ni
à mon sens décisif» (op. cit., p. 2 1). l'idéal socialiste, mais bien celui d'une forme intermédiaire
48— R. Marjolin, Les expériences Roosevelt, Paris, Librairie qui emprunte à gauche et à droite ses principes directeurs»
populaire, 1933. (op. cit., pp. 190-191).
America, America... 29

celle d'un espace politique circulaire où l'«extrême- sont au coeur de la controverse politique» ; ils constituent
droite» rejoint l'«extrême-gauche» et d'un espace ainsi le groupe le plus représentatif de la «société
social orienté selon un vecteur temporel avec, d'un postindustrielle» ou «post-bourgeoise» où la «réussite»
(achievement) l'emporte sur la «naissance» (ascription), l'«univer-
côté, les groupes en déclin, c'est-à-dire surtout les salisme» sur le «particularisme», et dont la forme achevée
classes moyennes «traditionnelles» définies comme est la «société technologiquement la plus avancée», les
«passéistes», et, de l'autre, les groupes en ascension Etats-Unis, qui constituent «le futur de l'Europe de l'ouest»
tournés vers l'avenir où les salariés bourgeois (52).
occupent la position dominante (50). Dans les années 1950, la double opposition au
communisme» et au «fascisme» n'est pas ou pas
La seconde «troisième voie» n'a plus besoin de l'organisation seulement une figure de la rhétorique idéologique. Elle
autoritaire de la relation entre les classes parce qu'elle promet, correspond à la position objective que les mendé-
avec la croissance continue, l'effacement progressif de la
division en classes. Après la découverte de l'Amérique, sistes occupent dans le champ politique entre le
l'entreprise idéologique consistant à explorer le lieu commun Parti communiste et la droite d'inspiration pétai-
aux «cadres» et aux «patrons», à définir le trait pertinent niste ou fasciste, représentée d'une part, par
capable de fonder en raison les appels à leur réunion, ne sera Maurice Gingembre et la CGPME qui, alliée à la
pas seulement abandonnée mais retournée. C'est désormais
par opposition au petit patronat, aux classes moyennes CGC soutient Pinay et Laniel, et, de l'autre, à partir
«traditionnelles», «passéistes», «malthusiennes» et «pouja- de 1954, par l'UDCF de Pierre Poujade dont les
distes» que seront caractérisés les «cadres» et, avec eux, les porte-parole, en conflit avec Gingembre, ont comme
«nouvelles classes moyennes» dont ils deviennent les lui pour ennemi principal «Mendès et sa clique» et
représentants exemplaires. Ils constituent désormais le seul
groupe dans lequel peut être réinvesti le phantasme de la pour slogan «Mendès à Jérusalem». Ces forces
«troisième voie» et du «tiers parti». La «montée des cadres» luttent, indissociablement, pour la survie du petit
annonce la naissance d'un ordre social où l'opposition entre patronat traditionnel, de la petite entreprise
le patronat et le prolétariat se trouverait dépassée (et non paysanne et de la boutique et pour le maintien de
plus, seulement, médiatisée comme dans la représentation
corporatiste des «classes moyennes») : dépassée à la fois l'occupation coloniale en Indochine et en Afrique du
par la dissolution de la propriété (les «dirigeants» sont des nord. Et, inversement, Jean-Jacques Servan-Schrei-
«salariés»), ce qui rend obsolète le critère fondamental ber dira à maintes reprises que les luttes pour la
auquel se réfèrent les marxistes, la «position dans les décolonisation et pour la modernisation de
rapports de production», et par la disparition attendue, l'économie étaient liées de façon indissociable, la
avec les progrès de l'«automation», de l'opposition entre
travail manuel et travail intellectuel. première n'ayant été prioritaire que parce qu'elle
Le corporatisme imaginait l'ordre social comme une était la condition de la seconde. A ceux qui lui
architecture de corps solides. Il sera pensé désormais plutôt reprochent, par exemple, d'avoir modifié la ligne
par analogie avec un liquide soumis à des «courants», de L'Express quand, après la fin de la guerre
mollement différencié en «flux» ou encore à un gaz, agrégat
stochastique de molécules indépendantes (les hauts d'Algérie, il transforme le journal de combat
fonctionnaires sortis des Ecoles d'ingénieurs usent et abusent politique en un news paper à l'américaine, Jean-
des images empruntées à la thermodynamique). On peut Jacques Servan-Schreiber (et, avec lui, Françoise
certes dans cette «masse» distinguer des «strates» ou des Giroud) (53) répond que L'Express n'a pas
«couches» mais elles sont instables et tendent «changé» et que l'hebdomadaire de 1964 est conforme
constamment à se fondre et à se confondre. Elles convergent toutes
vers le nouveau point focal, le nouveau centre de gravité au projet originel qui a simplement été «retardé»
autour duquel gravite le monde social : la «classe moyenne». par les guerres coloniales («que de temps perdu»
Mais le terme n'est plus pris dans l'acception que lui donnait dit, en 1968, Jean-Jacques Servan-Schreiber à
le corporatisme (patrimoine et famille). Il prend sens par Roger Priouret). Dès 1954, L'Express réclame
référence à la middle class américaine, immense agrégat
composé de «tertiaires», dotés d'un «standing» de vie certains des changements qui caractériseront les
confortable et moyen, de valeurs uniformes, intégrés à de années 1960, la concentration des entreprises, la
grandes «organisations», «individualistes», dominés par rationalisation de la production, l'accroissement
l'«esprit de compétition» et la recherche de la «réussite de la productivité, l'élévation du niveau des salaires,
professionnelle». La transformation de la «classe l'augmentation de la consommation et le
moyenne» en «middle class» doit permettre aux pays les plus
turbulents de l'Europe de l'ouest (Allemagne et pays latins) développement du système d'éducation. LExpress doit
d'accéder à la stabilité politique (51). Dans un article contribuer également à la formation d'un groupe
célèbre où il passe en revue les «changements dans la vie de «managers» compétents, à l'éducation des
politique européenne» et les «causes du déclin des «cadres» et, plus généralement, à la vulgarisation
idéologies», Seymour Martin Lipset fait ainsi converger ces
changements vers l'émergence d'une «nouvelle classe moyenne», dans 1'« opinion publique» des connaissances
celle des «techniciens» et des «cadres» : ils «stabilisent les économiques.
tensions entre les classes» en «récompensant les partis
modérés et en pénalisant les partis extrêmes» ; ils encouragent La foi dans les vertus de 1' «information économique» est
«la politique de négociation collective» ; ils favorisent commune aux pionniers du management et aux hauts
«l'accroissement de la productivité» qui, «en permettant
une distribution plus équitable des biens de consommation fonctionnaires éclairés du Plan ou du Ministère des finances
et de l'éducation, réduit les tensions intra-sociétales» et, qui s'accordent pour penser que le «retard économique» de
par là, décourage le «recours aux idéologies totales» ; ils la France tient, pour une part importante, au secret dont
«reconnaissent la pensée scientifique» et «le
professionnalisme et l'autorité des experts» dans des domaines «qui
52--S.M. Lipset, The Changing Class Structure and
Contemporary European Politics, Daedalus, hiver 1964, pp. 271-
50— Cf. P. Bourdieu, L. Boltanski, La production de 303. Ces thèmes sont, à la même époque, vulgarisés en
l'idéologie dominante, Actes de la recherche en sciences sociales, France par Michel Crozier (Cf., par exemple, Classes sans
2-3, juin 1976, pp. 4-73. conscience ou préfiguration de la société sans classes,
51— Cf. P. Bourdieu, Structures sociales et structures de Archives européennes de sociologie, I, (2), 1960, pp. 233-
perception du monde social, A cte s de la recherche en 247).
sciences sociales, 2, mars 1975, pp. 18-20. 53— F. Giroud, Sï/e mens..., op. cit., pp. 153-158.
30 Luc Boltanski

les patrons entourent la marche de leur entreprise et à Economie contemporaine, La France industrielle et surtout
l'ignorance des agents économiques, qu'ils soient Entreprise qui a le tirage le plus élevé (40 000 exemplaires)
indépendants ou salariés : les «idées préconçues», les «vues a et dont le rédacteur en chef, Michel Drancourt, est un des
priori» et les «préjugés» sont «autant d'obstacles à un porte-parole écoutés du patronat de progrès et des
développement harmonieux de l'économie.(...)La «managers modernes». La presse pour «cadres» se développe
démocratie moderne requiert une information économique surtout au milieu des années 1960 avec la création du
populaire (...)». Ainsi, par exemple, seule une «éducation de bimensuel L'Expansion dont le rédacteur en chef est Jean
l'opinion publique» peut «rendre opérante une politique Boissonnat (qui vient du catholicisme progressiste et
des revenus» (54). La gestion «rationnelle» de l'économie d'Esprit). Formé sur le modèle américain (Fortune), L
exige, pour s'accomplir, des producteurs et des 'Expansion, qui tire à plus de 150 000 exemplaires, est
consommateurs instruits, donc rationnels, dont les comportements explicitement destiné au grand public des «cadres» : il leur
économiques soient conformes aux règles de la «science enseigne à gérer leur carrière (notamment en publiant
économique» et qui soient au moins disposés à reconnaître chaque année une enquête sur le «prix des cadres»), publie
le bien-fondé des décisions prises en leur nom par les des informations sur la marche des grandes entreprises et
«experts» (55). C'est encore aux Schreiber que l'on doit la des interviews de leurs dirigeants, et constitue, plus
naissance d'une presse pour «cadres» dont l'influence généralement, une sorte de guide qui aide les «jeunes cadres» et les
grandissante à partir de 1965 environ a contribué pour une part petits «cadres» à s'orienter dans le champ des entreprises.
importante à constituer, à fixer et à diffuser la Il est utilisé aussi (au même titre que le nouvel Express)
représentation nouvelle du groupe qui se diffuse dans les années 1960. comme une sorte de manuel de savoir-vivre : les portraits
Le chemin qui va de la création, par Emile Schreiber, du de dirigeants, les images publicitaires, les analyses de
journal Les Echos dans le premier tiers du siècle (à l'origine, carrières, les interviews, fournissent au tout-venant des «cadres»
simple journal d'annonces) qui constituera jusqu'aux années des schemes d'identification et des modèles d'excellence
1950-1970, le bastion, notamment financier, sur lequel se (rôle tout à fait comparable à celui joué par Le Nouvel
développera l'influence politique de la famille, à la Observateur pour le grand public intellectuel -enseignants
publication de L'Express en 1953 (qui fut pendant quelques mois du secondaire, provinciaux etc.- auquel Le Nouvel
un supplément hebdomadaire des Echos) puis à la sortie, Observateur offre le spectacle de l'intelligentsia parisienne). Il
en 1967, de L'Expansion, dirigé par le cadet, Jean-Louis s'agit, pour L'Expansion, d'une politique tout à fait
Servan-Schreiber, résume l'évolution de la presse explicite : le journal, dit un de ses rédacteurs, est pour les cadres
économique dans son ensemble, caractérisée par le passage d'une un «miroir qui leur renvoie leur image et cultive leur
presse financière pour patrons ou pour épargnants à une nombrilisme». La presse pour «cadres» n'aurait pu pourtant
presse pour «cadres». Les Echos, qui comptaient environ exercer un effet d'homogénéisation des valeurs et des styles
40 000 abonnés dans les années 1950, étaient destinés de vie si son apparition n'avait été précédée parla formation,
surtout aux patrons. Dans les années d'après-guerre, il dans les années 1950, d'un système d'institutions destinées
n'existe encore que des journaux financiers et boursiers à réformer la bourgeoisie et la petite bourgeoisie
comme la Cote Desfossés ou La Vie française, d'entreprise en lui inculquant les valeurs qui, dans le stéréotype,
hebdomadaire financier fondé en 1945, dont le tirage s'élevait à définissaient la middle class américaine.
150 000 exemplaires et qui était surtout destiné aux
épargnants. La presse financière dans son ensemble était
étroitement contrôlée par le patronat (un journaliste raconte
qu'un coup de téléphone du CNPF suffisait à faire L'industrie du management
modifier ou enlever un article). A ?a fin des années 1950, une
nouvelle presse économique fait son apparition. Elle est Pour comprendre —comme dit Michel Beaud —
composée de mensuels ayant un tirage le plus souvent comment «la concentration et l'accumulation
inférieur à 25 000 exemplaires -.Direction, L'Economie, intensive du capital au profit des groupes monopolistes»
ont pu s'opérer «sans que se fasse entendre trop
fort la voix des classes et des fractions de classes
54— Cf. R. Salmon, L'information économique, clef de la soumises à liquidation et à soumission» (56), il faut
prospérité, Paris, Hachette, 1963, pp. 24-30.
55— C'est une des fonctions des journaux d'entreprises qui,
au nombre de 20 en 1939, sont 500 en 1962 avec un tirage 56—M. Beaud, A.M. Levy et S. Liénard, Dictionnaire des
global de 1.500.000 exemplaires (contre, par exemple, groupes industriels et financiers en France, Paris, Ed. du
600.000 en 1952). Seuil, 1978, p. 19.

Antoine Pinay /Pierre Mendès-Ffance


un jour de répétition générale. Son petit brain-trust juif,
Georges Boris en tête, le soutient, debout dans l'hémicycle.
D'autres fervents sont disséminés dans les tribunes. On
entend chuchoter : 'Quel courage ! Quel talent ! Léon
aurait été content'. Bien qu'il ait maintenant 47 ans,
Mendès a encore un peu l'air d'un enfant prodige. Cet
enfant est couvé. C'est Jésus parmi les docteurs. D'où vient
ce prestige ? Comme Pinay, Mendès est un homme qui ne
cherche pas le pouvoir pour lui-même. Sans doute, son
les
irremplaçable
Mendès
profonde.
a,L'opposition
réincarnation
terre
etc.)
livre
Sapiens)
Pinay
une
remonte
'libéralisme',
par
fluctuations
intimement
semble
pour
hommes
l'usage
/les
philosophie
dont
d'Alfred
: :garantir
«(...)
Mendès
la«Mendès,
juifs
loin
Ilonqu'on
droite
engagé
politiques.
ade
'épargne'
entre
derrière
trouve
d'un
préparé
Fabre-Luce
dans
apatrides,
ou
la
sapersonnelle,
emploie
fasciste,
dans
lePierre
homme
Pinay
archétype
mode
sincérité
l'histoire
une
pays
laneSon
sa son
salle
politique
expression
les
(Paris,
sont
Mendès-France
ou
légal
(publié
parlementaire.
de
valeur
visage
action
intellectuels,
comme
qu'on
fait
demain,
(laetGrasset,
et
de
pas leune
France,
la
tranquille
deque
deparadigmatique
sous
d'Antoine
pour
laisse
pays
un
France.
lui
symbole.
ne
suscite
façon
leauteur
lui1953).
leréel»
etOn
untomber
les
pseudonyme
lesont
des
Antoine
etintermédiaire
Pinay,
une
bon
de
démagogues,
le'Honnêteté',
(p.
sérieux,
dramatique
mots
d'habitude
Elle
sent
vivre
selon
curiosité
47).
sens,
dans
ilternis
Pinay
estplus
yqui
les
de
lelaa élection de député à 26 ans, dans un département qu'il a choisi
au hasard sur la carte, était déjà le fruit d'un effort
persévérant et manifestait une ambition précoce (...) La gauche est
fière de posséder un tel homme. A ceux qui lui imputent
des habitudes de démagogie, elle montre ce financier sévère,
pour se disculper (...) Autre atout : Mendès est docteur en
droit. A ce titre, il rassure la République des Professeurs.
Dans les bureaux, les fonctionnaires, les intellectuels
dirigistes relèvent la tête» (pp. 50-54).
America, America... 31

examiner, en effet, la façon dont se sont formés, Le développement des écoles de management
dès le début des années 1950, et, pour la plupart, proprement dites, destinées à recevoir des étudiants et non des
dans le cadre du Plan Marshall ou en relation avec «cadres en place», l'introduction des formations à
l'administration des entreprises dans les universités et des cours
lui, les instruments institutionnels de reconversion de «gestion», de «sciences humaines» ou de «relations
dont la fonction principale a été d'assister humaines» dans les grandes écoles sont plus tardifs. En 1953,
l'entreprise proprement économique de restructuration la Faculté catholique de Lille fait figure de pionnière en
du champ des entreprises : destinés principalement créant dans le cadre de son Institut de recherches
économiques des «cours de relations humaines». Cette initiative
à assurer l'organisation et la gestion des «cadres», est suivie par la création de l'Institut des sciences sociales
cette catégorie «nouvelle», ils ont aussi contribué à du travail (ISST), fondé en 1954 par le Ministère du travail
rendre possible la reconversion des membres des et rattaché par la suite à l'Université de Paris (les anciens
fractions «traditionnelles» de la petite bourgeoisie élèves de l'ISST entrent pour la plupart dans les services du
personnel et dans les services sociaux des entreprises,
d'entreprise qui, de plus en plus souvent, vont se notamment en tant que conseillers du travail attachés aux
définir comme «cadres», même s'ils n'en ont que le comités d'entreprise) (60), et par l'apparition d'un certificat
titre et ne bénéficient pas des privilèges ou ne d'aptitude à l'administration des entreprises délivré par les
possèdent pas les propriétés qui, dans la Instituts d'administration des affaires (IAE), fondés en
représentation paradigmatique, sont associées au titre. 1955 auprès des Facultés de droit et de sciences
économiques.
Quelques années plus tard, Guillebeau organise à la
On n'en finirait pas d'énumérer les organismes, «groupes de Faculté des lettres de Paris, les conférences «Humanisme et
réflexion», «séminaires», «sessions d'études», etc. destinés entreprise» (qui donneront naissance au Centre d'études
aux «cadres» mais aussi aux «patrons» qui se constituent littéraires scientifiques appliquées — CELSA) et qui
entre 1950 et 1965 environ. Il semble que les premières réunissent les représentants les plus caractéristiques de la
institutions de ce genre se soient formées sous l'impulsion nouvelle culture en train de se former autour des écoles de
directe de l'AFAP qui incite les cabinets d'organisation, les «cadres» : ils viennent du Plan (Albou), de la banque
syndicats, les groupements professionnels, etc. à créer ou à (Amar), des services économiques des centrales syndicales
développer des cycles de formation à la gestion, aux (Barjonnet), du grand patronat (de Calan, Chenevier, etc.),
relations humaines, à la vente, au marketing, etc. C'est le de la publicité (Bleustein-Blanchet), de la psychologie (Max
cas par exemple de la Commission nationale d'organisation Pages), du marketing (Agostini), etc. On y traite des
française (CNOF) qui développe l'École d'organisation «questions économiques» (e.g. «le financement des
scientifique du travail (EOST) et met en place divers entreprises»), «sociales» (e.g. «la philosophie politique du
programmes de formation des «cadres» (57), de la Chambre syndicalisme ouvrier») et, surtout, des problèmes «humains»
de commerce de Paris qui fonde le Centre de préparation et «psychologiques» liés à la gestion du personnel et,
aux affaires (CPA). Dans les mêmes années, la Chambre de particulièrement, à la gestion des «cadres» (e.g.
commerce de Lille crée le Centre d'études des problèmes «l'embauche et la sélection des cadres», «communication,
industriels (CEPI). Le Centre de formation et de information et climat social de l'entreprise», «application
perfectionnement, en liaison avec l'Association nationale des concrète des relations humaines à l'entreprise», «les
chefs du personnel (ANDCP), diffuse un «système de cercles problèmes de formation et le perfectionnement des cadres»,
d'études à l'usine» qui se présente comme une adaptation «la socioanalyse», «le rôle des cadres dans l'entreprise
française de la méthode américaine Training within industry moderne», «l'entreprise et l'éducation permanente», «la
(TWI) et organise régulièrement des dîners-débats auxquels psychotechnique et les tests», «les facteurs psychologiques
sont conviées des personnalités qui ont «réfléchi» sur les et culturels», «les sciences humaines dans l'entreprise» -par
«relations de travail» (Hyacinthe Dubreuil, André Siegfried, deux grands patrons, respectivement Huvelin et Landucci-,
etc.). Le Centre français du patronat chrétien (CFPC) crée «la psychologie et la sociologie appliquées à l'entreprise»,
une «École du chef d'entreprise et des cadres supérieurs», le «la psychologie de la vente», «la sociothérapie de
Centre des jeunes patrons (qui deviendra par la suite le l'entreprise», «les sciences humaines et la vie» et ainsi de suite).
Centre des jeunes dirigeants d'entreprise) crée, dès 1950, Dans la préface qu'il consacre au recueil où sont présentés,
des sessions de trois jours à temps complet sur des en 1963, les comptes rendus de ces conférences, le doyen
problèmes de gestion industrielle. La CEGOS qui sera, jusqu'à Aymard appelle les entreprises à recruter leurs «cadres»,
l'implantation en France des grands cabinets américains, à particulièrement leurs chefs du personnel, dans les facultés
la fin des années 60, le plus important cabinet des lettres et présente la création, récente, des licences de
d'organisation français, mène une politique de formation psychologie et de sociologie qui «ne débouchent sur aucune
particulièrement active («stages» et «séminaires», etc.). Enfin, le fonction universitaire» comme un premier pas de
CNPF crée en 1954 le Centre de recherche et d'études des l'Université vers le monde de l'industrie et des affaires (61) :
chefs d'entreprises (CRC) qui, entre autres activités, «Comment pourraient demain et, par la suite, être formés
organise chaque année une dizaine de sessions destinées à les cadres ? (...) nos facultés ne sont pas demeurées sourdes
enseigner «à des chefs d'entreprise et à des cadres à ces appels» (62). Mais l'enseignement universitaire du
dirigeants» les «méthodes modernes de gestion» (environ 2500 management ne se développera vraiment —pour des raisons
sessionnaires entre 1955 et 1963) (58). En 1960, il existe que l'on a suggérées ailleurs (63)— qu'à la fin des années
en France 150 organismes spécialisés dans le
«perfectionnement des cadres» dont 25 proposent un «perfectionnement
général aux méthodes de direction» (59). 60— L'institut des sciences sociales du travail, Direction du
personnel, 88, juin 1964, pp. 38-40. L'ISST qui disposait
de crédits de recherche a constitué avec le Centre d'études
57— En 1950, 20 000 ingénieurs et agents de maîtrise avaient sociologiques l'une des principales institutions qui ont
suivi les cours du soir organisés par le CNOF (cf. Revue permis le développement de la sociologie du travail dans les
internationale du travail, juil. 1950). années 1950-1960 (cf. M. Rose, Servants of Post-Industrial
58— Cf. Le CRC, 10 ans d'activités, Direction du personnel, Power ?, op. cit., pp. 45-49).
76, déc. 1963, pp. 15-17. Le CRC devait constituer une 61— Le conseil de direction d'«Hurnanisme et entreprise»
sorte d' «Université privée» (comparable au Commuée for comprend, à part égale, des patrons de grandes entreprises
Economy and Development américain). Très actif au début et des "professeurs d'université : des patrons «modernes»
des années 1960, où il sert le courant «moderniste» au sein d'entreprises de pointe, toujours les mêmes (Bleustein-
du patronat (notamment contre la CGPME) son rôle est de Blanchet, Demonque, Huvelin, Saint -Gobain, Pont-à-
plus en plus effacé depuis le début des années 1970 (Cf. Mousson, Merlin-Gerin, Kodak-Pathé) et des professeurs
B. Brizay, Le patronat, histoire, structure, stratégie du (Stoetzel, Daval, Mme Favez-Boutonnier) «ouverts» aux
CNPF, Paris, Editions du Seuil, 1975, p. 268). préoccupations des «dirigeants».
59— Cf. Évolution de la formation à l'administration des 62— Humanisme et entreprise, 1963.
entreprises, Direction du personnel, 73, juil. 1963, 63—L. Boltanski, L'Université, les entreprises et la
pp. 17-24. multiplication des salariés bourgeois, art. cit.
32 Luc Boltanski

«Humanisme économique» et «relations humaines»


Jean Coutrot crée le Bureau d'ingénieurs Pontigny, une rencontre destinée à lui oppose l'«analyse dynamique» qui
conseils en organisation (BICRA) au «étendre aux problèmes de l'homme «demande la collaboration de l'ouvrier,
début des années 1930 en — individuel et social— la connaissance quelle que soit sa tâche et le met sur
col aboration avec deux spécialistes de solide que nous avons déjà de l'univers un front commun de recherche
l'organisation, le hollandais Ernst Hysman et des choses» et appelle au créatrice avec ses chefs» car «dans l'usine
l'allemand Heinz Oppenheimer. Il a ras emblement des «spécialistes des sciences et future, l'ouvrier sera le surveillant du
pour principale originalité de des activités humaines : biologie, producteur inanimé, qu'il conduira
développer, à côté des «techniques de physiologie, médecine, psychotechnique, grâce à des qualités d'exactitude, de
rationalisation» déjà utilisées par Bedeau ou philosophie, sociologie, industrie, soin, de compréhension générale et
par Paul Planus (qui a formé le premier économie politique». C'est dans cet esprit d'intuition mécanique, et non à coups
cabinet français en 1925) des techniques qu'il crée en 1936 le Centre d'étude d'effort physique; l'allure de la
originales de gestion de la main-d'œuvre des problèmes humains (CEPH) avec production ne sera plus déterminée par les
inspirées des «sciences humaines». Cou- la collaboration de l'écrivain Aldous gestes de l'ouvrier et ne requerra plus
trot est sans doute, en effet, l'un des Huxley, de l'archéologue Robert Fran- que sa disponibilité, lorsque des
premiers industriels français à cillon, de l'économiste George incidents nécessiteront une initiative».
percevoir l'utilisation qui peut être faite Guil aume. Hyacinthe Dubreuil, Jean Ullmo, Jean Coutrot a été l'un des maîtres à
dans les entreprises de la «psychologie» Alfred Sauvy, Teilhard de Chardin (qui penser et le principal formateur des
et de la «sociologie», disciplines est un ami personnel de Coutrot), organisateurs qui diffusent dans les
auxquelles il porte un vif intérêt. Il est Tchakotine, etc. participeront aux années 1950 les nouvelles techniques
suivi en cela par un autre industriel, réunions du CEPH, qui comprend huit de management et la psychologie
son ami Gérard Bardet, d'inspiration commissions (humanisme économique, sociale d'origine américaine dont les plus
corporatiste (il institue, en 1936, dans psychologie appliquée, limitation âgés ont souvent participé à l'activité
l'usine qu'il commande, des «délégués rationnelle et humaine de l'inégalité, du BICRA. Us étaient ainsi préparés à
d'ateliers» et des «commissions propagande, déconcentration industrielle, parcourir le chemin qui va du
corporatives» «comprenant pour chaque psycho-biologie, historique, étude du corporatisme aux human relations (1).
corporation le directeur, le chef marxisme) dont les travaux sont publiés
d'atelier, le contremaître et le délégué dans la revue du centre, Y Humanisme
correspondant») qui, après la mort de économique. 1-Les informations utilisées ici proviennent
Coutrot, créera, en 1942, son propre Dans un mémoire présenté en 1935 au de deux notes biographiques inédites rédigées
cabinet, le COFROR, avec deux anciens Congrès d'organisation scientifique du l'une par Marie Coutrot Toulouse, l'autre
par Gilbert Bloch, ingénieur de la CEGOS,
du BICRA. travail, Jean Coutrot critique ancien membre du BICRA ainsi que de divers
Jean Coutrot organise ainsi, en 1934, l'application aveugle des préceptes tayloriens (ce documents qui m'ont été aimablement
chez Paul Desjardins à l'Abbaye de qu'il appelle l'«analyse statique») et communiqués par Madame Aline Coutrot.

1960 dans les facultés de droit et de sciences économiques américaines (225 participants, environ, entre 1956 et 1958)
(et plus tardivement encore dans les grandes écoles et organise aussi des cours d'été ouverts aux professeurs
d'ingénieurs, particulièrement à l'initiative de Bertrand Schwartz, déjà confirmés qui désirent se «familiariser avec le contenu
directeur de l'École des mines de Nancy) (64). A partir de et les méthodes d'enseignement des cadres
1968, la Fondation nationale pour l'enseignement de la d'outre-atlantique». En outre, la Fondation Ford met des professeurs
gestion des entreprises (FNEGE) créée par le CNPF, américains à la disposition des Écoles françaises
l'Assemblée des chambres de commerce et le Ministère de d'administration des affaires.
l'industrie, coordonne l'enseignement de la «gestion»
dispersé entre un grand nombre d'établissements : facultés, Les années 1950 sont marquées également par un
IUT, Grandes écoles de commerce (HEC, Sup de co, etc.), développement rapide des cabinets d'organisation
Écoles supérieures de commerce et d'administration des
entreprises (ESCAE) qui regroupent, depuis le milieu des chargés de réformer les agents déjà en place dans
années 1960, 18 écoles de commerce de moyenne les entreprises, qui accompagne et souvent précède
importance (une par académie). On assiste en outre, entre 1950 et l'établissement d'un système d'enseignement de la
1970, à la création d'un grand nombre d'écoles privées
spécialisées dans la «formation des cadres» et le gestion. Les cabinets d'organisation et les «sciences»
management : sur 30 écoles privées de gestion existant à Paris et de l'organisation ne sont pas apparus en France
dans la région parisienne en 1972, 25 ont été créées depuis avec les missions de productivité : l'œuvre de
1950(9 entre 1950 et 1960, et 16 entre 1960 et 1970) (65), Taylor trouve ses premiers adeptes dans les années
l'institution la plus prestigieuse, l'Institut européen qui précèdent la première guerre mondiale (66) et
d'administration des affaires, est créée en 1959.
La création des premières écoles de management a se diffuse à la faveur de la guerre, particulièrement
été soutenue par l'Agence européenne de productivité qui, dans les industries d'armement, sous l'impulsion
à partir de 1956, organise l'envoi des futurs professeurs des réformistes en même temps que se mettait en
pour des périodes de formation d'un an dans des universités place un embryon de dirigisme économique (67).
Mais le nombre et l'activité des cabinets demeurent
64— L'économie a, jusqu'aux années 1950, tenu une place très réduits jusqu'à ce que les actions de productivité
tout à fait secondaire dans les programmes des écoles leur ouvrent un nouveau marché.
d'ingénieurs à l'exception peut-être de l'École des mines de
Paris où enseigne, à partir de 1943, Maurice Allais. Le
Conservatoire national des arts et métiers joue, à cet égard, 66— Cf. A. Moutet, Les origines du système Taylor en
un rôle de précurseur (avec, par exemple, à partir de 1923, France, le point de vue patronal, 1907-1914, Le
l'enseignement de François Simiand) (cf. F. Etner, Note sur Mouvement social, 93, oct.-déc. 1975, pp. 15-49.
la formation économique des ingénieurs, Communication 67— Le développement de l'organisation du travail doit
au colloque du Creusot, oct. 1980). beaucoup à l'action du syndicaliste Albert Thomas,
65— Comptage réalisé à partir du document : Précis de normalien, disciple de Lucien Herr, socialiste admirateur de
l'enseignement, gestion, édité par la Fondation nationale pour Bernstein qui dirige les fabrications d'armement de 1914 à
l'enseignement et la gestion des entreprises, Paris, 1972. 1917. Directeur du BIT après la guerre, il tente (comme
America, America... 33

C'est Henry Le Chatelier, ingénieur du corps des mines et dominent la «science de l'organisation», la
professeur à l'École des mines qui introduit la pensée de tradition techniciste centrée sur l'organisation
Taylor en France à partir de 1907 environ. Les premières
applications en seront faites par Charles de Fréminville, un mécanique du procès de travail et le mouvement des
ingénieur métallurgiste, ami personnel de Le Chatelier qui «relations humaines» et de la «dynamique de
est le directeur technique des usines Panhard et Levassor et groupe» (68). Ouverts à la «psychologie», voire à
qui fait connaître les nouvelles méthodes au sein de la la «psychiatrie» (69) et à la «sociologie», lecteurs,
Société des ingénieurs civils de France. Mais, jusqu'à la
guerre, le système reste peu employé. Font notamment dans les années 1960, de Michel Crozier, fiers
obstacle à sa diffusion les réticences de nombreux patrons d'avoir compris que les «exécutants» ne sont pas
qui voient dans les charges inhérentes à la mise en place de seulement des «mains» mais «aussi des êtres de
l'OST (études préalables, augmentation du nombre des sentiment» (70), les nouveaux organisateurs
contremaîtres, etc.), des «frais généraux» et des entendent prendre en charge le «facteur humain»
«investissements improductifs». Les premiers cabinets d'organisation
proprement dits, qui s'inspirent des traditions indigènes et analyser les «motivations» enfouies au plus
(Fayol) autant que du taylorisme, font leur apparition à la profond de l'«homme de l'organisation», au cœur
fin de l'entre- deux- guerres avec la formation, à l'initiative même de l'«esprit du capitalisme» que célèbre
du grand patronat, de la Commission d'études générales des Octave Gélinier, directeur de la CEGOS dans les
organisations (CEGOS), présidée par Auguste Detœuf (elle années 1960, un autre centralien formé par
ne sera réellement active qu'après 1945), du Comité
national de l'organisation française (CNOF), du Bureau des Pouderoux qui sera, pendant 20 ans, l'un des
temps élémentaires (BTE) dirigé par Bedeaux qui applique principaux importateurs des techniques
de façon rigoureuse et schématique les techniques de américaines de management et, particulièrement des
chronométrage mais aussi du BICRA créé par Jean Coutrot «néo-classiques» (Sloan —qui fut président de
en 1938 qui, très favorable aux «sciences humaines» et à
leurs applications à l'industrie, est à mi-chemin entre le la General Motors—, Dale, Chandler et surtout
réformisme progressiste (il participe, en 1936, au Druckner).
gouvernement de Léon Blum qui lui confie des tâches de Mais surtout, différence fondamentale avec
rationalisation administrative) et le corporatisme. L'AFAP soutient l 'avant-guerre, l'action des cabinets d'organisation
ces différents organismes dans la mesure où leur action
contribue à 1' «effort de productivité». Mais non sans n'est plus orientée uniquement ou même
réticences. Il leur est reproché d'ignorer le «facteur humain» prioritairement vers la rationalisation du travail manuel ou
et, dans les années 1950, la célébration de la «productivité l'agencement matériel des ateliers. Une grande
à l'américaine» va souvent de pair avec la critique des partie de leur activité va être consacrée à des tâches
bureaux français d'organisation. nouvelles de sélection, de socialisation, de
La nouvelle génération d'ingénieurs-conseils qui se formation du personnel dirigeant, commercial, technique,
administratif, etc. C'est d'abord ce changement
forme dans les années 1950, principalement autour d'objet qui détermine le changement des méthodes :
d'un noyau constitué par des centraliens de la le technicisme et le rationalisme autoritaire des
CEGOS ayant appartenu au BICRA, comme Noël ingénieurs centraliens appliqués jusque-là à la
Pouderoux ou Gilbert Bloch, rompt, au moins en gestion des ouvriers ne sont pas utilisables, tels
parole, avec l'instrumentalisme «autoritaire» et
«rigide» qui dominait jusque là les «bureaux des
méthodes» : 1'« organisation» ne doit plus être
conçue dans une optique étroitement «techniciste», 69— Dans les années 1945-1950, certains manuels anglo-
platement «taylorienne», et la «rationalisation» des saxons de «relations humaines» comportent des chapitres
processus matériels de production, la de vulgarisation psychiatrique qui enseignent aux chefs du
personnel à repérer les «symptômes précoces de maladie
décomposition et la recomposition des tâches manuelles ne mentale», à distinguer 1'« anxiété», 1'« hystérie», la «manie
sont pas des mesures suffisantes pour accroître la obsessionnelle» et donnent à ces «psychiatres» amateurs
«productivité» ou le «rendement». Il faut faire se {laymen) des rudiments de secourisme mental de façon à
rencontrer les deux principaux courants qui ce qu'ils puissent traiter la «névrose de production» il ne
suffit pas au «chef» de savoir accorder les premiers soins
:

physiques; il doit aussi savoir offrir une «première aide


mentale» (cela, notamment, grâce aux techniques de
plus tard Hyacinthe Dubreuil) de concilier productivisme, counselling) (cf. par exemple, R.F. Tredgold, Human
organisation et réformisme à l'américaine (cf. M. Rebérioux Relations in Modern Industry , Londres, Duckworth, 1949,
et P. Fridenson, Albert Thomas, pivot du réformisme pp. 117-152). Le vocabulaire psychiatrique venait ainsi
français, Le Mouvement social, 87, avril-juin 1974, pp. 85- enrichir les instruments du jugement patronal. Il permettait
98). C'est aussi pendant la guerre que de Fréminville, qui a aux agents chargés de gérer le «capital humain» des
offert ses services aux industries d'armement, peut entreprises (comme à la même époque aux assistantes sociales,
appliquer les techniques tayloriennes sur une grande échelle. La cf. J. Verdès- Leroux, Le travail social, Paris, Éditions de
guerre terminée, il fonde avec Le Chatelier et Fayol le Minuit, 1978) de tenir un discours «scientifique» et
Comité national de l'organisation française (CNOF) (cf. «objectif» sur la personne même du travailleur, de substituer à
L. Yrwick, E.F. Brech, The Making of Scientific l'appréciation de ses compétences, l'évaluation de sa
Management, Londres, Management Publication Trust, 1949, «personnalité», de l'inviter à exprimer «librement» ses
vol. I, pp. 95 et 107-108). griefs et de le renvoyer avec une «névrose».
68— B. Lussato distingue deux types principaux de théories 70— «Les rationalistes de l'organisation scientifique
des organisations : un courant techniciste et classique ne considéraient pas les membres d'une organisation
«technocratique» qui, de Taylor à Druckner, exalte la recherche du comme des êtres humains, mais comme de simples rouages
profit, «but des organisations», et trouve son d'une machine. Pour eux un exécutant était seulement une
ac omplis ement dans la construction de modèles formels (recherche main. Le mouvement des relations humaines a permis de
opérationnelle, théorie de la décision, etc.) et un courant montrer que cette vue était partielle et très partiale et que
psychologisant, sociologisant et «humaniste» qui, issu de la les exécutants étaient aussi des êtres de sentiment,
dynamique de groupe et de la psychologie industrielle des directement affectés par les répercussions des décisions
années 1930, inspire aussi l'œuvre de March et Simon ou rationnelles prises au-dessus d'eux» (M. Crozier, Le phénomène
encore de Barnard (cf. B. Lussato, Introduction critique bureaucratique, Paris, Ed. du Seuil, 1963, p. 185, cité par
aux théories des organisations, Paris, Dunod, 1972, R. Armand, R. Lattes, J. Lesourne, Matière grise, année
pp. 57-70). zéro, Paris, Denoël, 1970, p. 45).
34 Luc ßoltanski

quels, pour réformer les ingénieurs, ni même les (comme, par exemple, la formation donnée dans
«cadres» autodidactes dont la tolérance aux formes les écoles d'ingénieurs et, particulièrement, à
brutales de commandement est plus faible et qui, l'Ecole centrale), à façonner l'identité sociale des
occupant dans les entreprises des positions agents occupant dans les entreprises, des positions
d'autorité relative, doivent être ménagés. de pouvoir relatif : ils empruntaient des schemes
d'identification, tantôt au modèle de l'officier
Le thème de la «crise de l'autorité» revient fréquemment conscient de son «rôle social» (particulièrement
dans le discours des organisateurs à la fin des années 1950. lorsqu'ils étaient catholiques, issus de la bourgeoisie,
Il faut, d'une part, rompre avec le «mythe du chef» tel que de Grandes écoles tournées vers l'armée ou le
l'ont célébré les ingénieurs catholiques aux beaux jours du
vichysme et, d'autre part, fonder les relations de pouvoir service public, etc.), tantôt au rôle du «patron»
sur de nouveaux principes de légitimité. «C'est dans tous les «individuel», maître absolu et rigoureux d'unités
domaines que se posent aujourd'hui de façon assez nouvelle isolées, indépendantes et souveraines, responsable à
les problèmes de commandement. Dans le domaine familial la fois de la «qualité des produits» et de la
autant que dans le domaine scolaire, industriel ou politique,
une crise de l'autorité se manifeste», lit-on dans le compte «compression des coûts de production».
rendu des journées d'études de la CEGOS qui ont pour Ces représentations n'étaient plus adaptées
objet, en 1958, les «cadres et l'exercice du au nouvel état du champ dont la mise en place
commandement». «Qu'est-ce qui justifie qu'un homme ait un s'accélère au début des années 1960 (73). Au
commandement, c'est-à-dire un certain pouvoir sur les «scheme passé», celui de la relation hiérarchique
autres ? Comment sa qualité de chef peut-elle être
reconnue, attribuée, valorisée ? On doit se demander si les unidimensionnelle et univoque, il faut substituer
justifications traditionnelles qui ont été données de un «scheme» nouveau, celui du «réseau», du
l'autorité sont encore valables actuellement (...) Dans une époque «réseau des relations humaines», miraculeusement
de transition comme la nôtre un certain décalage s'observe ajusté aux propriétés structurales qui sont
entre le développement des techniques matérielles et le désormais celles du champ des entreprises, avec ses
développement des sciences humaines. Les problèmes
humains, surtout dans un pays dont les structures sont liaisons financières enchevêtrées et ses structures
anciennes, sont souvent abordés à l'aide de schemes qui complexes de domination à travers lesquelles
appartiennent au passé. C'est ainsi qu'un certain 'mythe du s'exerce le pouvoir de «groupes» aux limites floues.
chef nous hante (...) Il faut d'abord admettre qu'il n'y a L'invention du nouveau mode de contrôle de la
pas de distinction absolue entre les chefs et ceux qui ne nouvelle petite bourgeoisie d'entreprise semble
sont pas chefs (...), il y a selon les occasions, les
circonstances, des chances variables de jouer un rôle de chef qui ainsi étroitement liée à l'accroissement de la
d'ailleurs est toujours en même temps un rôle de bureaucratisation du champ des entreprises et à
subordonné à l'égard d'autres chefs. On ne peut parler de chefs l'intégration progressive des petites unités dans des
en soi, de chef isolé de tout le réseau des relations humaines structures de groupe.
qui le fait être chef» (71). La valeur que l'avant-garde «manageriale»
accorde aux nouvelles technologies sociales inspirées
On ne saurait mieux justifier l'apparition de de la psychologie tient, au moins partiellement, à
nouveaux modes de contrôle que ne le fait ce ce qu'elles semblent capables de concilier des
discours, prononcé dans «cette époque de exigences jusque-là tenues pour relativement
transition» où s'amorcent les concentrations qui suivent contradictoires parce qu'elles renvoient à des
l'ouverture du Marché commun. Le «mythe du univers différents de pratiques et de discours et, en
chef» correspondait assez bien à l'expérience que dernier ressort, à des groupes sociaux différents.
les «ingénieurs» et même les petits «cadres» Soit, d'une part, «l'efficacité», la «rationalisation»,
pouvaient avoir de leur condition dans les années la «discipline» d'entreprise, le respect des
1930 et encore dans l'immédiat après-guerre, dans «hiérarchies» que réclame l'«impératif» industriel et,
un état du champ des entreprises où la division du d'autre part, 1'« imagination», l'«intelligence»,
travail de domination entre ceux qu'on appelait 1'« initiative» et surtout la «souplesse», à la fois
souvent les «collaborateurs» (sous-entendu, du dans la relation aux supérieurs et aux subordonnés,
«patron») était liée à la fragmentation des unités une forme contrôlée de «permissivité» qui exclut
concrètes de production et de mobilisation (atelier, aussi bien l'obéissance «aveugle» que le conflit
usine, service, etc.) plutôt qu'à la spécialisation des ouvert et qui est associée plutôt, au moins dans les
tâches et où «l'ingénieur» exerçait souvent, indisso- structures mentales, aux groupes «intellectuels» et
ciablement, des activités techniques de production, «créateurs». La nouvelle psychologie doit, à la fois,
voire de «recherche», d'entretien du matériel, de rendre les «cadres» «plus souples dans leurs
surveillance de la main-d'œuvre et des activités relations professionnelles», les amener à se plier à la
dites «sociales» qui, en nombre de cas, n'étaient discipline d'entreprise (mais sans «rigidité»
pas prises en charge par un «service du personnel» excessive) et, surtout leur faire comprendre que la
doté d'une existence autonome. Ce mode de parcelle d'autorité qu'ils détiennent est «relative»
division du travail et le caractère embryonnaire des
instruments de représentation auxquels les «cadres»
pouvaient avoir accès pour se définir, dans leur
spécificité (72), contribuaient, entre autres facteurs 73— Le discours du management tend, aujourd'hui, en
partie sous l'effet de la crise, à «redécouvrir» les vertus du
«cadre-petit patron» (par opposition au
«cadre-bureaucrate») et les organisateurs préconisent de «casser les
71— CEGOS, Les cadres et l'exercice du commandement, chaînes hiérarchiques» et de multiplier, à l'intérieur des
Hommes et techniques, janv. 1958. grands groupes, les petites sociétés «autonomes». Il faudrait
72— On sait que la diffusion du titre même de «cadre» analyser les liens que cette nouvelle représentation de
s'étale sur une période de 30 ans (Cf. L. Boltanski, l'organisation «idéale» et «performante» entretient avec la
L'Université, les entreprises et la multiplication des salariés dévalorisation du modèle américain au profit de la «gestion
bourgeois, /oc. cit.). à la japonaise».
America, America... 35

et «déléguée» (ils ne sont pas des «chefs en soi»), etc.). Noël Pouderoux, président de la CEGOS, rencontre
tout en soutenant leurs investissements dans la dans les années 1950 Jean Stoetzel, professeur de
tâche qui leur est confiée, en stimulant leur ardeur psychologie sociale à la Sorbonne, et engage avec lui une
collaboration qui «aboutit à la naissance de l'ETMAR et à la
au travail et la vigilance avec laquelle ils contrôlent renaissance de l'Institut français d'opinion publique» (75).
les performances de leurs subordonnés. La nouvelle La CEGOS se dote ainsi d'une «antenne» dans un nouveau
psychologie doit ainsi rendre les «cadres» «créneau», celui des «études de marché» et des «sondages
«heureux», ce qui est une façon comme une autre de d'opinion» où excelle son principal concurrent dans les
reconnaître leur appartenance à la bourgeoisie et années 1960, la Société d'économie et de mathématique
appliquée (SEMA), dont la SOFRES est une filiale (76).
de les dissuader d'adhérer aux syndicats ouvriers. A Liée à la Banque de Paris et des Pays-Bas, formée, à la fin
la différence des méthodes administratives, voire des années 1950 par un polytechnicien, Jacques Lesourne,
militaires de contrôle qui dominaient jusque-là le et une poignée d'ingénieurs, la SEMA compte 120
champ des entreprises, les techniques douces collaborateurs en 1960 avant son implantation dans les
principaux pays du Marché commun et emploie plus de 2000
présentent l'avantage de respecter la bienséance personnes en 1969. La nouvelle société se spécialise dans les
bourgeoise (74) ce qui contribue à entretenir une formes les plus «modernes» de management, l'«aide à la
«bonne entente» entre les «cadres» et les décision», le «conseil de synthèse», l'«économie appliquée»
«dirigeants» et surtout à favoriser l'intériorisation des et surtout la «recherche opérationnelle» inspirée de la
«théorie des systèmes», sans négliger la mise en œuvre de
valeurs nouvelles sur lesquelles doit reposer la sciences plus «douces», avec les «études
marche des entreprises. Les travailleurs postés psycho-sociologiques», la «sélection, appréciation, formation du
peuvent être gérés autoritairement parce que personnel», etc., qui contribuent aussi à l'épanouissement de cette
l'application des techniques tayloriennes de «industrie» nouvelle, l'«industrie» de la «matière grise»
avec laquelle «s'est ouvert au-delà du ternaire le secteur
division du travail a permis de transférer une grande quaternaire» (77).
partie du savoir-faire ouvrier au système technique A partir de 1960, les cabinets d'organisation et de
de l'organisation industrielle et qu'elle a, par cet conseil prolifèrent : la Chambre syndicale des sociétés
acte de dépossession, produit une main-d'œuvre d'études et de conseil (SYNTEC), constituée en 1969,
réunit alors, dans sa seule section «organisation et
interchangeable. Mais les agents qui assurent la formation», plus de 30 grands cabinets pratiquement tous
gestion des entreprises et le contrôle des domiciliés à Paris. La croissance est particulièrement rapide dans
subalternes doivent faire l'objet d'une action d'un autre le domaine de 1' «organisation commerciale», de la
ordre, capable, non seulement d'inculquer des «promotion des ventes», de la «formation des vendeurs» et dans
règles parcellaires mais aussi de faire intérioriser des celui du «conseil en recrutement de cadres» : il existe, à la
fin des années 1960, 200 cabinets de recrutement de
schemes permettant la reproduction des opérations «cadres» dont 80 dans la région parisienne où sont situés les
par lesquelles ces schemes ont été acquis, d'orienter 10 cabinets les plus importants réalisant à eux seuls 80 %
la construction de l'identité en fournissant des du chiffre d'affaires de la profession (78).
modèles d'identification et de susciter des
investissements à la fois cognitifs et affectifs. La rationalisation des «carrières» constitue autour
des années 1960 la préoccupation dominante des
La restructuration du champ des entreprises, la production, organisateurs. Né dans les grandes entreprises (79)
la formation et la rééducation des «cadres» contribuent, et, à l'origine, dans les grandes entreprises
durant la période, à faire de 1' «organisation», une industrie nationalisées où sont importés des modes de gestion du
florissante. La CEGOS qui compte environ 40
collaborateurs dans les années 1950, lorsque Octave Gelinier devient personnel expérimentés depuis le début du siècle
directeur des ingénieurs- organisateurs, augmente, les années dans la fonction publique, explicitement limité aux
suivantes, au rythme de 20 % par an, multiplie les «cadres», le «mouvement en faveur du
départements (marketing, direction du personnel, organisation développement des carrières» qui «s'inscrit dans le
administrative, contrôle financier, direction générale, mouvement des relations humaines» doit permettre de
informatique, perfectionnement des cadres, etc.), se
spécialise dans les opérations de fusion et d'absorption, ouvre des «rechercher scientifiquement et systématiquement
filiales dans différents pays d'Europe. Au milieu des années
1960, la CEGOS emploie 600 personnes dans plusieurs pays
(Espagne, Hollande, Italie, Belgique, etc.). Son conseil 75— Interview de Noël Pouderoux dans : R. Priouret, La
d'administration réunit des universitaires (comme le doyen France et le management , Paris, Denoël, 1968, p. 397.
Capelle), des financiers (BNP, Banque d'Indochine, etc.), 76— Les «études de marché» se développent en France vers
des grands patrons (Chenevier qui dirige les pétroles BP, le milieu des années 1950 à l'initiative des cabinets
d'organisation. En 1956, le Comité national de l'organisation
française forme une commission chargée de présenter un
74— «Les programmes de formation et de perfectionnement rapport sur les «études de marché» au llème congrès
diffusés, ü y a dix ans, dans les entreprises s'adressaient international de l'organisation scientifique, où figurent, à
presque exclusivement au personnel d'encadrement : côté des représentants des principales entreprises
ingénieurs, cadres et agents de maîtrise. C'est par ces derniers nationalisées, de l'INSEE et du CREDOC, des membres de
que tout avait débuté. (...) Peu à peu, on était remonté vers l'Association française des conseils en organisation
les ingénieurs et cadres (...) mais avec précaution pour ne scientifique (AFCOS), de la CEGOS, de l'Organisation Paul
pas heurter leur amour-propre de 'chef et souvent de Planus, du Comité d'action pour la productivité dans
diplômé d'une université ou d'une Grande école. La l'assurance, de l'ETMAR, etc.
nécessité de repenser, à leur usage, les programmes de formation 77— R. Armand, R. Lattes, J. Lesourne, Matière grise,
existants se fit alors durement sentir (...). On doit en grande année zéro, op. cit., p. 206.
partie la richesse actuelle en programmes, techniques et 78— Les cabinets de conseil en recrutement de cadres,
méthodes de formation d'adultes à ce haussement de Hommes et techniques, 325, nov. 197 1, pp. 841-876.
niveau (...). Par leurs exigences mêmes, à l'égard de ce qui
leur était proposé, les ingénieurs et cadres ont rendu un 79— Particulièrement, dans les années 1950 dans les
précieux service à la formation et aux formateurs entreprises suivantes : SNCF, Renault, Air-France, Alsthom,
d'entreprise, en provoquant une maturation acccélérée de cette Télémécanique, Électromécanique, SNECMA, Dunlop,
nouvelle discipline et de ses spécialistes» (P. H. Giscard, Esso Standard, (cf. F. Jacquin, Les cadres de l'industrie
Le rôle des psychologues dans la société actuelle, et du commerce en France, Paris, Armand Colin, 1955,
Psychologie française , A , 1966, pp. 318-332). pp. 26-28).
36 Luc Boltanski

le développement des ressources humaines» par la membres, qui étaient médiatisées par la relation au
«prise en considération des besoins de chaque patrimoine économique et au capital de relations
cadre et la franche collaboration entre ce dernier et familiales et sociales et qui, confondant les
ses supérieurs» : «chaque homme doit pouvoir dimensions professionnelles, économiques, familiales et
s'ouvrir franchement à son supérieur de ses goûts, sociales de la production et de la reproduction des
de la carrière qu'il envisage; chaque cadre doit individus, pouvaient s'exercer de façon implicite et
avoir la certitude que les changements de postes sur le mode du «cela- va- de- soi», il faut substituer
que l'on prévoit pour lui tiennent compte, dans la un système de règles et de critères explicites et
mesure du possible, de ses progrès. Il doit être reconnus, propre à ordonner le cycle des
aussi convaincu que ses capacités seront utilisées au gratifications et des sanctions, à organiser la distribution
maximum et qu'il pourra atteindre les postes les entre tous les prétendants du pouvoir et des profits
plus élevés que lui permettent ses capacités». et, surtout, à faire participer, au moins
Destinée à «répondre à certains besoins souvent symboliquement, les agents au travail par lequel est assurée
formulés par les cadres», «être informé tôt de sa leur domination, de façon à ce qu'ils reconnaissent
carrière», «connaître les jugements portés sur la légitimité des décisions, prises et imposées sur le
lui par ses supérieurs», «accéder rapidement à des mode bureaucratique, dont dépend leur destin
responsabilités véritables» (80), etc., la économique et social. La réalisation d'un ordre
«rationalisation» des «carrières» s'étend en même temps que nécessaire (82) est, plus encore que la construction
se développent les grandes bureaucraties privées. d'un système économiquement efficace, l'obsession
Elle a pour fonction essentielle de réduire les qui hante les organisateurs ; et le prix qu'ils
tensions qui accompagnent la «modernisation» et attachent à la «rationalité» d'un système formel de
la restructuration du champ économique en offrant relations hiérarchiques dépend d'abord de son
aux fractions de la bourgeoisie et de la petite aptitude à réduire au minimum la part d'«
bourgeoisie qui tombent sous le contrôle des arbitraire» attachée à chaque décision en dissimulant
grands groupes industriels et financiers des modèles ce qui, en elle, ne peut être rationalisé, cette fois
de relations interindividuelles et, plus généralement, au sens de la psychanalyse, par référence explicite
un système d'assurances économiques et sociales, aux règles officielles (ce qui ne signifie pas, bien
capables de compenser la disparition progressive évidemment, que la décision trouve réellement son
des dispositifs qui, dans le capitalisme familial, principe dans l'observance des règles formelles). En
assuraient aux agents une relative sécurité et leur affinité objective avec l'accroissement de la
permettaient, notamment, d'avoir prise sur leur reconnaissance accordée au titre scolaire et, plus
avenir (81). Aux formes traditionnelles de contrôle généralement, à la «compétence» par opposition à la
que la bourgeoisie d'entreprise exerçait sur ses propriété, la mise en place de «critères objectifs»
de carrière est nécessaire pour maintenir à un
niveau élevé le «moral» des «cadres», et éviter que
80— Cf. J. Tronson, Le développement de la carrière des le ressentiment lié à l'occupation d'une position
cadres dans la grande entreprise, Paris, Librairie générale de subalterne ne prenne chez eux pour objet
droit et de jurisprudence, 1969, pp. 2-10. ^arbitraire» des «patrons». Enfin, la manipulation des
8 1 -Tous les indicateurs disponibles suggèrent que le espérances de carrière est aussi un instrument
nouveau cycle de vie bourgeois et la nouvelle économie
domestique de la bourgeoisie fondés essentiellement sur le efficace de gestion des cadres qui contribue à la
salariat comme mode légitime d'appropriation des profits formation de leurs investissements professionnels
du capital et, secondairement sur le titre scolaire comme et de leur «sens de l'émulation» (83).
droit d'accès aux tenures à revenus élevés, s'établissent,
sous une forme définitive, dans les années 1950. Le discours
de combat, celui par exemple de la CGC, qui dénonce
F« écrasement de la hiérarchie des salaires» (par exemple, 82— «Le système de sanctions —écrit ainsi Octave Gélinier—
D. Vailland, La hiérarchie s'affaisse progressivement depuis doit contribuer à faire régner dans l'entreprise un ordre
1945, Le Creuset, 3, nov. 1947) et qui annonce la rationnel, en assurant que le sort de l'homme efficace soit
«prolétarisation des cadres» (par exemple, Ëcho de l'USIC, 2, mai différent de celui de l'homme inefficace. Cette différence
1947) dissimule en fait un mouvement de sens inverse : de de traitement joue un rôle capital pour susciter et entretenir
1945 à 1951 la valeur du «point cadre» est, dans les partout l'effort vers la bonne gestion, la motivation à bien
grandes entreprises, multipliée par quatre. Cette gérer. Si le principe est clair, l'application est difficile. En
augmentation, plus forte que l'augmentation générale des salaires, effet, si les sanctions (positives ou négatives) sont décidées
a pour effet d'accroître l'éventail hiérarchique des revenus de façon arbitraire, résultent du bon plaisir du chef, elles ne
qui est plus ouvert en 1951 qu'en 1945 (cf. F. Jacquin, op. rempliront pas leur rôle positif mais détruiront au contraire
cit., pp. 103 et 1 17) et même, semble-t-il, que dans l'entre- confiance et motivation. C'est pourquoi il faut un système
deux-guerres. L'ouverture de l'éventail hiérarchique de sanctions non arbitraires, résultant de l'application d'une
augmente encore à partir de 1952, après la libération des règle du jeu énoncée à l'avance, et établie si possible avec la
salaires (cf. M. Penouil, Les cadres et leurs revenus, Paris, participation de ceux qui y seront soumis (...)». (O. Gélinier,
1955, pp. 213-214). Il s'ensuit une augmentation Le secret des structures compétitives, Paris, Éditions
importante du «pouvoir d'achat» auquel les membres de la Hommes et techniques, 1966, pp. 222-223).
bourgeoisie peuvent accéder par l'exercice d'une 83— Les tests de personnalité sont censés mesurer l'aptitude
profession «salariée» (cf. J. Marchai, J. Lecaillon, La répartition du sujet à l'investissement psychologique. Leur utilisation
du revenu national, Paris, Genin, 1958, 1ère partie, t. I, doit permettre de prévoir le «taux d'investissement» du
Les salariés, pp. 427-428). L'évolution des écarts de cadre dans l'entreprise. On lit ainsi dans un guide de carrière
qualification se poursuit dans les années 1960. Jean-Jacques destiné aux «jeunes cadres» : «Dans notre société, nous
Carré, Paul Dubois et Edmond Malinvaud montrent ainsi pouvons prétendre à une multitude de fonctions. Pour cela
que «depuis 1949 le traitement mensuel des cadres a eu nous devons investir une part plus ou moins grande de nous-
tendance à croître plus vite que le gain horaire des ouvriers : même dans notre vie professionnelle, par rapport à notre
l'écart sur les indices respectifs atteint près de 25 % au total propre structure. Certaines fonctions supportent
pour la période allant de 1949 à la fin de 1967» {La parfaitement des degrés d'investissement variables à condition que
croissance française, op. cit., p. 530). la fourchette ne soit pas trop large. D'autres ne peuvent être
America, America... 37

L'opération fondamentale consiste à «dissocier l'homme de «créativité», les «cellules de formation» ou de


ses activités» de façon à ce que «l'activité reste (...) la «training», les «jeux de rôles», etc. sont d'abord
même quand on en change l'auteur», bref, à distinguer appliqués aux «cadres» et, particulièrement, aux
le poste, «l'endroit où s'exerce une activité déterminée et le
titulaire, l'homme qui s'y trouve à un moment donné pour petits «cadres» (87). Ils sont mis au service d'une
l'exercer» (84). La distribution du pouvoir et du profit ne sorte d'«orthopédie sociale» grâce à laquelle les
pouvant plus, dans la grande entreprise bureaucratisée, être agents «s'apprendraient eux-mêmes dans la relation
explicitement fondée sur la possession du capital aux autres» et, en «vivant leurs conflits» au sein de
économique ou sur les relations familiales et sociales, c'est la
détermination formelle des propriétés du «poste», des groupes restreints et fictifs, acquerraient l'aptitude
«critères d'aptitude» que doivent posséder les titulaires et à transférer dans les entreprises où ils exercent leur
surtout la mise en relation de ces deux «grilles d'évaluation» activité, dans la relation à leurs collègues, à leurs
qui est au principe de tous les «systèmes d'évaluation», des supérieurs et à leurs subordonnés, le «style
plus simples aux plus sophistiqués {ranking system, méthode relationnel», décontracté et efficace, en accord avec la
de comparaison par facteurs, études sur niveau
hiérarchique, etc.) (85) que les organisateurs ont inventés ou, le nouvelle morale économique.
plus souvent, importés des USA dans les années 1950. Une
fois établis, au moyen de critères «objectifs» et Les grandes entreprises nationalisées, dirigées par des
«scientifiques», le «salaire équitable» attaché à chaque «poste» et patrons progressistes (Renault, EDF, etc.), à l'avant-garde
sa «valeur relative» dans une «classification» qui «reflète à du combat pour la «productivité», pour la
la fois la hiérarchie des responsabilités et des salaires» et, de «modernisation de l'économie» et pour la rééducation du vieux
l'autre côté, au moyen de procédés non moins patronat «réactionnaire», sont aussi les premières à prendre au
«scientifiques» et «objectifs» —entretiens d'appréciation, tests, sérieux le mouvement des «relations humaines», à accueillir
critères de notations, questionnaires, etc.— la «valeur» des des psychologues parmi leurs «cadres», à constituer des
hommes et leur «potentiel actualisable», l'ordre services de sélection et de gestion du personnel inspirés des
hiérarchique de F «organisation» se trouve fondé de façon à la nouvelles méthodes, à ouvrir leurs portes aux sociologues
fois méritocratiquement impeccable et miraculeusement du travail. Elles sont suivies, dans le milieu des années 1950,
souple : il suffit, en effet, de redéfinir, même partiellement, par les patrons de progrès, dirigeants de grandes entreprises
le système des postes (les grandes entreprises sont le lieu de modernes déjà fortement bureaucratisées (Télémécanique,
réorganisations constantes) et /ou de jouer sur les typologies Alsthom, Péchiney, Ciments Lafarge, etc.) appartenant
psychologiques qui fondent et légitiment les techniques de souvent à l'ACADI (qui, dès 1948, a constitué un groupe
sélection et d'«appréciation» et qui doivent sans doute leur d'études sur les «relations industrielles») (88) et à des
efficacité dans 1' «évaluation des hommes» à leur aptitude à mouvements catholiques. «L'Américain —déclare un patron
déceler les propriétés sociales sous les «qualités morales» ou catholique— rejoint finalement nos conceptions sur le plan
les «traits caractériels» (ce qui explique que les jugements philosophique et moral, puisqu'il estime qu'un travailleur
«scientifiquement» fondés des «psychologues» coïncident qui ne se sent pas libre, qui a l'impression d'être frustré, qui
si souvent et si bien avec les jugements qu'inspirent aux est placé dans une ambiance de travail défavorable, ne
patrons leur «discernement» et leur «flair») pour obtenir saurait apporter à l'entreprise qu'une faible part de ses
l'algorithme de tous les déplacements possibles (86). possibilités» (89).
Tout se passe comme si, à partir du milieu des
années 1950, l'avant-garde novatrice (souvent liée
La «dynamique de groupe» au catholicisme social) du grand patronat, avait
contre les «totalitarismes» réinvesti à son tour dans le modèle américain, et
C'est encore la bureaucratisation du champ des particulièrement dans les «human relations», dans
entreprises qu'il faut invoquer pour comprendre les «sciences humaines», dans les techniques de
l'intérêt que les grands patrons «de progrès» et la «psychologie sociale» et de la «sociologie
les «managers» «modernes» portent aux «sciences
humaines» et, plus particulièrement, aux
techniques dérivées de la psychologie industrielle, 87 -Jean -Pierre Poitou montre de même que, lors de son
inventée aux Etats-Unis dans les années 1930, qui invention aux États-Unis dans les années 1930-1940, la
«dynamique de groupe» a d'abord été utilisée pour former
se diffusent rapidement en France entre 1950 et au travail en équipe dans les grandes organisations
1960. Les «techniques de groupe», la bureaucratisées les «salariés en col blanc» issus des fractions
«psychosociologie des groupes restreints», les «groupes de indépendantes de la petite bourgeoisie (cf. J.P. Poitou, La
diagnostic», les méthodes de «brain storming», de dynamique des groupes, Marseille, Ed. du CNRS, 1978,
pp. 211-213).
88— H.W. Ehrmann, op. cit., p. 387. Fondée en 1946 par
un groupe de polytechniciens catholiques, dont certains
remplies que par des individus, non seulement motivés mais appartiennent au secteur nationalisé, l'ACADI rassemble,
profondément désirants, même au-delà de leur savoir dans les années 1950, le patronat réformiste et progressiste
conscient. L'étendue de la tâche en question ne peut être (cf. P. Bourdieu, M. de Saint Martin, Le patronat, art. cit.).
confiée qu'à celui d'entre vous qui présente un état 89— Actions et problèmes de productivité, op. cit., p. 412.
d'intégrité parfait par rapport à l'exigence du poste» {Activités Bien qu'il ne soit plus exprimé de façon explicite et directe,
carrières, guide pratique de l'emploi, Paris, Société d'études comme dans les années 1940, l'espoir d'affaiblir les
et de diffusion d'éditions techniques, s.d., p. 1 18). syndicats n'est pas étranger à l'intérêt que le «patronat de
84— Cf. J.Tronson, op. cit., p. 18. progrès» porte aux nouvelles formes d'organisation : «Nous
85— Cf. C. Lapierre, L'évaluation des emplois, Paris, les croyons pour notre part que cette communauté de vues
éditions d'organisation, 1959. n'est possible que là où la dualité des directions syndicale
86— La «rationalisation» des «carrières» des «cadres» se et patronale disparaît dans l'entreprise, non pas, bien
généralise, dans les années 1960, mais uniquement dans les entendu, par l'éviction du syndicat, mais par le fait que le
grandes entreprises. Un sondage réalisé en 1964 par patronat prend lui-même en charge la défense de l'intérêt
l'Association nationale des chefs du personnel auprès de 250 des travailleurs sur tous les points qui avaient rendu
entreprises montre ainsi que 45 % des entreprises de plus de indispensable l'intervention syndicale». R. Nordling, Comment
500 salariés possédaient à cette date un système réaliser une communauté de vues et d'intérêts entre la
d'appréciation notation pour les ingénieurs et les cadres contre direction et le personnel de l'entreprise, Rapport du CNOF
seulement 14% des entreprises de moins de 500 salariés (Comité national de l'organisation française) au 9ème
{Direction du personnel, 84, oct. 1964). congrès de l'organisation scientifique, Bruxelles, 1951).
38 Luc Boltanski

industrielle» importées des Etats-Unis, les espoirs l'agressivité», «négocier les analyseurs», renvoyer
placés autrefois dans le corporatisme. On voit ainsi les «contre transferts», susciter V «insight», le «feed
se former un discours mixte où se mêlent les mots backy>, l'«introspection provoquée», manier
et les tournures empruntés au vocabulaire spiri- l'«entretien non directif centré», le « follow '-up» , le
tualiste du personnalisme (communauté, personne, «loo king- away», le «two step flow», le «tutoring»,
homme, liberté, dialogue) (90), à celui de le «shaping» ou les «programmes de renforcement».
l'efficacité technique et à celui de la psychanalyse. La
conversion aux «relations humaines» et aux La diffusion en France de la psychosociologie industrielle
«sciences humaines» des héritiers de la pensée et, particulièrement, des «techniques de groupe» doit
sociale de l'Église après Yaggiornamento du beaucoup aux efforts déployés par les membres de la
Mission psychotechnique française aux États-Unis organisée
corporatisme a contribué pour une part importante à par l'Association française pour l'accroissement de la
rendre possible la formation d'un appareil serré productivité en 1952, parmi lesquels figurent, à côté
d'encadrement des cadres. Ce système de de Paul Fraisse, chef de Mission (91), Jean Bonnaire (chef
reformation et de redressement qui, au même titre que du service psychotechnique de la Régie Renault), Jean-
Marie Faverge (qui appartient au Centre d'études et de
toute nouvelle église, a besoin de textes pour recherches psychotechniques du Ministère du travail) et
développer sa catéchèse, reproduire le corps de ses Suzanne Pacaud, Maître de recherches au CNRS et chef du
clercs et routiniser ses pratiques d'inculcation, a Laboratoire psychotechnique de la SNCF. Les rapports des
suscité, à son tour, la publication d'une immense missionnaires font l'objet d'un numéro spécial de la Revue
de psychologie appliquée (t. 4, n 1, janvier 1953) où une
littérature à laquelle la multiplication des place importante est faite aux «cadres», à leur «sélection»
«spécialistes» de l'organisation, de l'«intervention», de la (J. Bonnaire, pp. 38-54) qui doit se fonder sur l'étude
gestion du personnel, et, surtout, l'engouement des expérimentale du «leadership», à leur «promotion» qui
patrons et des «cadres» ancien style, anxieux de doit être «organisée rationnellement» au moyen de
rester dans la course, ont apporté un public «systèmes de notations» et de «stages d'entraînement» et,
surtout, à leur «formation psychologique» (Suzanne
important : cette littérature leur apprenait tout ce qu'ils Pacaud, pp. 98-128). La contribution de Suzanne Pacaud à
«devaient savoir» sur les «cadres» et leur parlait ce volume est remarquable parce qu'elle livre la grille
sans fin de leur «psychologie», de leurs d'interprétation qui permet à cette psychologue
«contradictions», de leurs «problèmes», de leurs «conflits», progressiste, collaboratrice avant la guerre du docteur Lahy (92),
militante anti- fasciste, de voir dans les human relations
de leurs «affects», de leurs «phantasmes», de leur un instrument de lutte contre toutes les formes d'«
«désir», de leur «personnalité», de leur «identité», autoritarisme», propre à renforcer l'esprit «démocratique» et les
de leurs «motivations» ou de leurs «pulsions». valeurs de la communauté (le «groupe») par opposition à la
Une multiplicité de livres de recettes, répétitifs recherche égoïste des satisfactions individuelles. Après avoir
bien que séparés par des différences subtiles qui rappelé que la «science des relations humaines» a pris
naissance en Amérique sous l'impulsion d'un «petit nombre
désignaient les «Écoles» concurrentes (là aussi, de réfugiés allemands groupés autour de Kurt Lewin» qui
quelque chose comme un champ se formait) «fuyaient, autant que les conceptions raciales, les
étaient proposés sur le marché important qui se conceptions de la vie sociale prônées par les psychologues
constituait à mesure que proliféraient les écoles de supporters du régime nazi» (p. 105), Suzanne Pacaud s'attache à
gestion (chacune avait son «Maître» qui imposait définir le «commandement démocratique» conforme aux
enseignements de la nouvelle psychologie américaine, par
ses propres œuvres), les cabinets d'organisation ou opposition au «commandement autocratique» (p. 107). Le
de sélection, les services «sociaux» des entreprises, passage du comportement «autoritaire» au comportement
etc. Ils apprenaient au «chef» le «style de «démocratique» exige une véritable «conversion» «car

:
commandement idéal, lui disaient comment «former les
hommes», «intégrer les cadres», «évaluer les
postes», créer des «structures participatives», 91— Paul Fraisse, dont la contribution au numéro spécial de
la Revue de psychologie appliquée se veut, essentiellement,
manier la «concertation», «réconcilier l'homme et technique et documentaire, prendra ses distances avec les
l'organisation», «reconnaître les nouveaux besoins human relations dans un article publié la même année dans
psychologiques des travailleurs», «adapter l'homme la revue Esprit, mai 1953, pp. 783-804) où il critique le
à l'organisation», «construire des tests de «pseudo-personnalisme» de la «philosophie» qui inspire le
personnalité», «apprécier les performances», «gérer par mouvement des relations humaines : «Elle prétend satisfaire
les aspirations les plus profondes de l'être humain en lui
intégration et auto-contrôle», «tracer le profil des offrant un cadre où on le reconnaîtra en tant que personne
responsables», «élaborer un plan de formation», et non en tant qu'énergie ou que machine, mais cette
«comprendre les aspirations individuelles», «faire reconnaissance —si elle est un progrès apparent- est aussi
circuler l'information», «construire des modèles de une duperie dans la mesure où elle impose ses lisières. La
réalisation de l'homme ne provient pas seulement de sa
gestion prévisionnelle», «gérer les conflits», satisfaction dans son travail, elle n'est que la conquête de sa
«animer», «inciter», «communiquer», «personnaliser», liberté sur toutes les forces d'aliénation, et ici on l'aliène,
«faire passer le message», «tester», «évaluer», ou jusque dans son esprit, au dieu productivité» (P. Fraisse et
encore, aspirés toujours plus loin par la psychologie Y. Guibourg, Human relations : progrès ou mystification,
des profondeurs, disaient comment s'y prendre Esprit, mai 1953, pp. 783-804).
pour «lever les inhibitions», «neutraliser les 92— Le docteur Lahy a été le principal artisan du
développement de la psychotechnique en France dans Pentre-deux-
défenses», «débloquer les blocages», «canaliser guerres. Il fonde en 1924, pour la société des transports en
commun (STCRP) le premier «laboratoire psychotechnique»
destiné à la sélection des conducteurs. Il crée en 1933, avec
90— Au terme de «communication» qui a des connotations Henri Laugier, la revue Le travail humain, dans laquelle il
impersonnelles et technicistes(« réseau de communication»), publie, en 1936, en collaboration avec Suzanne Pacaud, une
les patrons préfèrent souvent celui de «dialogue» qui a des «recherche expérimentale sur les causes psychologiques des
connotations spiritualistes et humanistes (cf. par exemple, accidents du travail». Proche des marxistes, Lahy conçoit la
la communication du philosophe Jean Lacroix au congrès psychotechnique comme un instrument d'émancipation
de l'Association nationale des chefs du personnel de 1964 : ouvrière (cf. J. Zurfluh, Les tests mentaux, Paris, Editions
«Nature et condition du dialogue»). universitaires, 1976, pp. 121-145).
America, America... 39

sans le consentement sincère de chaque personnalité, relatif pouvoirs de l'«inconscient» sont là pour rappeler le
à la modification de son comportement en tant qu'individu «caractère scientifique» de l'entreprise et la dignité universitaire
et en tant que membre d'un groupe, il n'y a pas de de ses promoteurs.
réalisations possibles de ce programme. Nous insistons tant sur ce
point —ajoute Suzanne Pacaud— car nous avons une nette Cette position d'intermédiaire entre le champ
impression que les interprétateurs européens des buts qui
ont été fixés à la formation des cadres américains, les ont, universitaire, le champ des entreprises et, parfois, le
inconsciemment
1° de la préparation peut-être,
intellectuelle
montrésausous
rôle lesdu seuls
chef;aspects champ du pouvoir (les spécialistes des «sciences
2° du humaines» sont bien accueillis dans les services
perfectionnement du futur chef en ce qui concerne sa techniques des Ministères ou au Plan) (94)
culture psychologique. Or, il s'agit surtout d'autre chose et prédisposait les maîtres de la psychosociologie industrielle
bien plus difficile que cela : il s'agit d'obtenir un
changement du comportement naturel chez les chefs qui peuvent à incarner le nouveau modèle de l'intellectuel, de
posséder par ailleurs de très hautes qualités l'intellectuel-«cadre», directement engagé dans
professionnelles» (p. 123). Le role-playing doit ainsi réaliser un l'«action», qui se forme dans les années 1960. Plus
«comportement modifié» et apporter un «bien-être affectif généralement, l'intérêt que les hauts fonctionnaires
et moral résultant du meilleur contact humain» en
«développant la sensibilité à éprouver ce que ressentent d'autres et les patrons portent à la psychologie et à la
personnes», «l'habileté à être tolérant», enfin, «la tendance sociologie contribue, pour une grande part, au
à agir selon un comportement modifié» (pp. 122-123). développement des sciences humaines dans les
Enfin, la «discussion en groupes de cas judicieusement années 1950-1960.
choisis» doit «développer chez les cadres l'esprit de
relativité grâce à la confrontation des opinions, la comparaison
des qualités humaines diverses dans la même situation et de
la même qualité dans des situations variées» ce qui «aiderait
le cadre à se débarrasser des habitudes d'entêtement, de Le Plan et le management
mépris pour l'opinion adverse et de confiance exagérée dans
la rigueur de son propre raisonnement» (pp. 125-126). L'introduction en France du discours sur le
Une nouvelle génération de psychosociologues management et la multiplication des instances chargées
poursuivra l'entreprise d'importation des techniques de d'adapter la petite bourgeoisie d'entreprise à son
groupe par une double action de légitimation universitaire
et de diffusion dans le champ des entreprises. Claude nouveau rôle social, de former, de gérer et
Faucheux, Jacques Ardoino, Guy Palmade, Max Pages, d'encadrer les «cadres», ont certainement apporté une
Robert Pages, Didier Anzieu, Jean Maisonneuve, Roger contribution non négligeable au travail d'objec-
Muchielli, tous nés entre 1920 et 1925, ayant souvent reçu, tivation qui, en enracinant le groupe dans des
après leurs études universitaires, une formation institutions et des organisations, le faisait prendre
complémentaire aux USA auprès des «maîtres» de la psychologie
sociale américaine (notamment Carl Rogers), ont en conscience de son existence et, par là, se réaliser.
commun d'avoir mené de front une activité universitaire ou une La quasi-institutionnalisation qui ainsi
activité de «recherche» dans le cadre du CNRS et une s'ac omplis ait donnait au groupe un caractère à la fois
activité de praticien dans les nombreux organismes, le plus durable et incontestable : quoi de plus «objectif»
souvent privés —cabinets d'organisation, de sélection ou de
formation— qui se créent ou se développent dans les années que ces quasi- objets, un centre de formation pour
1950. Parfois aussi, ils fondent leur propre entreprise de «cadres», un séminaire de «cadres» ou une «Asso-
«conseil» sous la forme d'une «association à but non
lucratif». C'est ainsi que Guy Serrai, qui deviendra en 1960
le principal collaborateur de Bernard Krief, patron de l'un 94 -Dans le numéro spécial du Bulletin de psychologie
des plus importants cabinets de recrutement, fonde avec consacré à la «psychologie sociale» ( 12,(6-9), 1958) auquel
Didier Anzieu et Jacques Ardoino l'«Association nationale ont participé la plupart des psychosociologues qui ont
pour le développement des sciences humaines» (ANSHA), contribué à introduire les techniques de groupe dans le
«une association qui regroupait un petit nombre champ des entreprises (J. Stoetzel, D. Anzieu, J. et M. Van
d'universitaires de haut niveau ayant déjà des activités de conseil. Bockstaele, R. Pages, M. Pages, Cl. Faucheux, J. Maison-
C'est à elle que je dois —dit Bernard Krief— d'avoir neuve, G. Palmade, P. Bize, etc.) figure une contribution de
découvert, dès 1959, les techniques d'animation de groupe, de P. Albou (chargé de mission au commissariat général au
transmission de l'information, de compréhension des Plan) «Recherche sociale dans l'industrie» (pp. 290-299)
rapports humains, etc., techniques que l'entreprise ne devait tout entière consacrée à la célébration des liens nouveaux
appliquer que plusieurs années après» (93). qui se sont tissés, dans les années 1950, entre l'«université»
L'ANSHA organise en juin 1960, dans un cadre et l'«industrie». Après avoir rappelé la contribution que
champêtre (l'Hôtel du grand Veneur à Rambouillet), son l'«Agence européenne de productivité» a apportée au
premier «Séminaire national de psychosociologie développement des «sciences humaines du travail», P. Albou
industrielle» sous la direction de Didier Anzieu, Jacques Ardoino exalte le «contact» qui s'est établi «entre la Recherche
et Guy Serraf. Le séminaire inclut, outre les organisateurs, scientifique d'une part, la pratique industrielle, agricole et
des psychologues conseils (e.g. Raymond Fichelet), des commerciale d'autre part», qui —dit-il— «contribue à
universitaires (e.g. Claude Faucheux), des médecins (e.g. l'enrichissement mutuel de ces différentes activités et à une
Jacques Martin, neuro-psychiatre, chef de département à la meilleure formation des universitaires, des techniciens, des
SNECMA), des militaires, assistantes sociales, chefs du spécialistes. Il dissipe —ajoute Albou— la méfiance des uns,
personnel, animateurs de formation, etc. Le séminaire les réticences des autres; il rapproche les disciplines
fonctionne selon la procédure des «groupes de diagnostic» traditionnelles des réalités concrètes de la vie du travail ; il élargit
mais il a surtout un rôle de «démonstration» et de et transforme le champ des préoccupations administratives».
«formation». Des notes d'information, rédigées par Didier Anzieu, L'accroissement des liens entre l'université et l'industrie
Guy Serraf ou Jacques Ardoino sont distribuées aux était d'ailleurs une préoccupation constante des
participants (e.g. «Note d'information sur la pannel discussion», administrations issues du Plan Marshall «Sur certaines questions,
etc.). Elles sont réunies en un document qui constitue ainsi notamment la psychologie et la sociologie industrielle,
:

une sorte de catalogue des «actions psychosociologiques» l'étude de marché, il est apparu que les efforts des
que l'ANSHA propose à sa clientèle éventuelle. La entreprises doivent être complétés et soutenus par un véritable
prolifération du jargon psychanalytique («fuite dans l'anxiété», travail scientifique. Dans de nombreux pays ce travail est
«réaction de dépendance») et l'invocation incessante des fait par les universités, mais c'est seulement dans quelques-
uns d'entre eux que l'on voit se dessiner la collaboration
étroite et confiante entre l'université et l'industrie, qui a
93— B. Krief, Le médecin chinois, pour une politique de vivement frappé tous les visiteurs aux États-Unis» (OECE,
santé de l'entreprise, Paris, Presses de la cité, 1979, p. 30. Les problèmes de gestion des entreprises, op. cit.).
40 Luc Boltanski

Sondage, 1953 : les «dirigeants»,


les «communistes» et l'Amérique
communiste, particulièrement dans la classe ouvrière : la
L'IFOP
les
échantillon
attitudes
a réalisé,
«représentatif»
à l'égard
au moisdesde États-Unis
février
de la 1953,
population
qui une
a porté
enquête
française
sur sur
un ventilation des réponses selon les «préférences politiques»
montre, pour toutes les questions, une opposition tranchée
(n=1835). Le même questionnaire a été administré à un entre les communistes, très hostiles aux États-Unis (75 %
ensemble de «personnalités dirigeantes désignées par tirage d'entre eux déclarent, par exemple, que le Plan Marshall a
au sort sur des annuaires administratifs ou professionnels, été «néfaste pour la France») et les autres, qu'ils se déclarent
appartenant au parlement, à l'administration, à l'université, favorables au Parti socialiste, au RGR, au MRP ou même
aux professions libérales, aux services publics, à l'industrie» au RPF. Les ventilations selon le «milieu professionnel»
(n=264). Les sympathies politiques de ces «personnalités» montrent de même une opposition nette (bien que moins
(dont six, seulement, se déclarent «communistes») vont forte) entre d'une part les «ouvriers» et d'autre part les
surtout aux Indépendants et au Rassemblement des gauches «employés», les «cadres» et les «agriculteurs» dont les
républicaines. 88 % des «dirigeants» interrogés approuvent réponses à la plupart des questions sont assez voisines.
le Plan Marshall, 79 % la «livraison de matériel de guerre à Ainsi, par exemple, 42 % des «ouvriers» jugent que le Plan
la France», 77 % les «efforts américains pour unifier Marshall a été «utile ou très utile à la France» contre 63 %
l'Europe occidentale», 57 % la «présence d'américains en des «employés», 65 % des «cadres», 53 % des «agriculteurs».
France» (24% ne se prononcent pas). Ils ne se montrent Enfin, tandis que les «ouvriers» sont les plus nombreux à
réticents à l'égard de la politique américaine que sur trois déclarer que leurs «sentiments à l'égard des États-Unis»
points 1'« attitude américaine à l'égard de l'Indochine», la sont devenus plus «froids» qu'après la Libération (pour
«politique américaine à l'égard de l'Allemagne» et 1'« action 33 %) les «cadres» sont les plus nombreux à déclarer qu'ils
:

des Américains au Maroc» qui sont désapprouvés sont devenus plus «chauds» (pour 13 %) ce qui traduit sans
respectivement par 30 %, 37 % et 77 % des «dirigeants» interrogés. doute la conversion d'une partie de l'ancienne droite
Les opinions des personnes touchées par l'enquête vichyste aux nouveaux «idéaux» dont la «démocratie
nationale sont moins unanimement favorables, les américaine» est désormais le symbole (Cf. L'opinion française
différences tenant, pour l'essentiel, à l'influence du Parti et les États-Unis, Sonreí, 15,(2), 1953, pp. 5-80).

dation pour l'emploi des cadres» ? Mais elle Encore faut- il, pour ne pas surinterpréter ce
contribuait aussi, indissociablement, à imposer la discours triomphant et sans réplique, rappeler sa
supériorité des normes, des savoirs et des objets banalité : il ne faisait qu'exprimer de façon
associés, à tort ou à raison, à la culture des USA particulièrement rigide (la célébration de l'Amérique se
(ce qui était l'une des conditions de l'ouverture du disait elle aussi, parfois, dans une «langue de
marché financier aux capitaux américains) (95) et bois»), une conviction à peu près unanime, au
à faire reconnaître comme inéluctable l'évolution moins dans la classe dominante, au début des
vers un ordre social dont la «société américaine» années 1950, et T.A. Wilson n'a pas tort lorsqu'il
constituait la réalisation la plus accomplie (96). remarque que si «il devint plus tard du meilleur
chic, en Europe, de railler ceux qui imitaient les
«Aujourd'hui —écrit en 1965 Octave Gélinier, l'un des plus modèles culturels américains et le 'business' à
ardents prosélytes de la nouvelle croyance— nous pouvons l'américaine et d'accuser les Etats-Unis de pratiquer
avoir une vue plus claire. D'abord le système économico- 'l'impérialisme du Coca-Cola', il n'en demeure pas
politique de l'Europe traditionnelle a confirmé sa faillite. moins que pendant les années du Plan Marshall les
Cet amalgame étrange de conceptions médiévales et de
techniques modernes a pu tenir le devant de la scène Etats-Unis ont constitué un modèle très
pendant trois siècles, en vertu de l'avance initiale et de la généralement reconnu : la plupart des Européens étaient
faiblesse des concurrents, mais son effondrement, qui n'a passionnément attirés par tout ce que l'Amérique
rien de fortuit, est définitif (...). représentait» (98).
Pour imparfait qu'il soit, c'est le modèle américain Il reste que la fascination de l'Amérique
qui constitue le principe d'unification de la civilisation
industrielle. Il a démontré son efficacité à créer la richesse pouvait s'exprimer dans des discours qui, pris à
et la puissance, prouvé sa flexibilité et ses facultés leur valeur faciale, paraissaient souvent substi-
adaptatives. Ceux qui adaptent intelligemment, ce modèle à leur tuables les uns aux autres et revêtir des sens très
cas particulier recueillent bientôt les mêmes fruits : aussi différents en fonction de la position sociale et des
sont-ils de plus en plus nombreux. Il est raisonnable de
penser que ce mouvement va se poursuivre» (97). projets politiques des agents et des groupes où ils
s'engendraient. Une analyse plus approfondie
permettrait de distinguer ceux pour qui l'emprunt
des modèles américains trouvait sa justification
95— On sait que, à la fin des années 1950 les investissements dans la volonté d'accroître la puissance et, par là,
américains à l'étranger qui, dans les années d'instabilité et l'indépendance nationale (notamment à l'égard des
de guerre (1930-1950) s'étaient surtout portés sur
l'Amérique latine se sont déplacés vers l'Europe du Marché USA) et, indissociablement, de favoriser la
commun. Les investissements directs des États-Unis en redistribution des richesses apportées par la «croissance»
Europe sont passés de 1 733 millions de dollars en 1950, à (comme ce fut souvent le cas dans l'entourage de
4 151 en 1957, 8 930 en 1962, 12 067 en 1964 (évaluation Pierre Mendès- France) et ceux qui, attentifs
minimum). En 1962, 45 % des investissements étrangers en
France étaient d'origine américaine (C. Layton,/, 'Europe et
les investissements américains, Paris, Gallimard, 1968,
pp. 22-26). 97—0. Gélinier, Morale de l'entreprise et destin de la nation,
96— Cf. P. Bourdieu, L. Boltanski, La production de Paris, Pion, 1965, p. 155.
l'idéologie dominante, art. cit. 98 -Cf. T.A. Wilson, The Marshall Plan, op. cit., p. 43.
America, America... 41

seulement à interpréter dans le bon sens les «leçons industriels et financiers et la conversion unanime
de l'histoire», trouvaient dans la représentation de la grande bourgeoisie d'affaires à l'idéologie du
archétypale de la «démocratie américaine» un management, vers le milieu des années 1960, le
instrument de reconversion du conservatisme, une «Plan apparaissait comme la survivance d'une
forme de conservatisme éclairé, résigné à accepter pensée de gauche dorénavant périmée» (100).
les concessions indispensables pour éviter la
subversion de l'ordre établi (99), et dans la soumission
aux entreprises américaines un moyen d'accroître 99— Cf. P. Bourdieu, L. Boltanski, La production de
la prospérité de l'industrie privée et, surtout, de l'idéologie dominante, art. cit.
maintenir son indépendance à l'égard de l'Etat. 100— C, Gruson, Programmer l'espérance, op. cit., p. 92.
De ces projets politiques différents, bien que Claude Gruson voit dans Valéry Giscard d'Estaing l'un des
parfois confondus, au moins en apparence, les principaux artisans de cette transformation «Pour Valéry
Giscard d'Estaing, il s'agissait d'un choix politique qui était

:
attitudes à l'égard du Plan constituent sans doute l'écho d'un mouvement d'opinion. A cette période de
un indicateur privilégié parce qu'elles renvoient à démarrage du Marché commun, les entreprises françaises
l'opposition, fondamentale en France depuis la fin constataient qu'elles ne jouaient pas mal leur jeu dans la
du 19ème siècle, entre le public et le privé, entre compétition internationale. Une génération nouvelle de
les groupes et les classes dont les intérêts sont liés chefs d'entreprise arrivait, assez confiante dans ses propres
capacités. Elle n'avait pas entièrement tort ; et l'idée que le
plutôt au renforcement des institutions placées management était la panacée s'est répandue chez les jeunes-
sous le contrôle de l'Etat ou plutôt au turcs, qui l'apprenaient de leurs homologues américains ou
développement de la libre entreprise. Souvent confondus tant de leurs collaborateurs sortis de la Harvard Business School.
que la conjoncture politique impose au grand Ils ne savaient pas encore que le management moderne
exigeait un dispositif central, un système destiné à élaborer
patronat vichyste une censure de fait et, peut-être une image globale de l'environnement des entreprises,
surtout, tant que le Plan semble l'instrument quelque chose qui s'apparentait au dispositif français de
indispensable d'une politique de croissance planification. Seulement, aux États-Unis, ce dispositif central
favorable à l'industrie privée, ces deux types d'intérêts prenait d'autres formes qu'en France, moins visibles, moins
concentrées, de telle sorte qu'il fallait connaître les
tendront à s'opposer de plus en plus nettement à exigences logiques auxquelles il répondait pour
mesure que, avec le renforcement des groupes l'apercevoir» {ibid., p. 92).