Sie sind auf Seite 1von 39

Mes frères et sœurs

Dieu le Tout puissant dans sa miséricorde infinie nous a


envoyé le plus beau fleuron de l’espèce humaine Mohamad
(SAW) le Messager Sublime, le plus noble, le plus pur, le plus
bienveillant, lui en qui tout est excellence

Dieu (SWT) à doté l’illustre et seau des prophètes d’une:


Intelligence, d’un savoir (science) ; d’une moralité ; d’une
sincérité d’une grandeur d’âme capable d’abnégation, de
détermination ; de pardon
Un élu qui a été à la fois un croyant sincère, un législateur
plein de sagesse, un juge équitable, un guide exemplaire, un
prédicateur éloquent, un homme d’état honnête, un combattant
réformateur, un conquérant victorieux et un chef tant aimé que
les cœurs fondaient devant lui.

Voilà l’exemple, notre exemple un exemple dont la candeur


de sa nature désavoue l’orgueil la feinte et la fierté ostentatoire
que Dieu Créateur des cieux et de la terre nous exhorte à
imiter

Il naquit, il vécut et il mourut

C’est sur cette métaphore trilogique que nous essayerons de


conduire les travaux de ce matin
!!!!!!!!!!!!!!!

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet permettez-moi de me


présenter comme il est de coutume en situation de formation.

PRESENTATION DE LA FORMATRICE
Je suis Mme ISSA Mariama IBRAHIM

J’ai trois enfants

Je suis Administratrice de formation (sortie de ENA


Supérieure de Niamey) spécialisée en gestion des ressources
humaines (Ecole Supérieure de Commerce de Lyon France et
Institut Marfim International de côte d’Ivoire).

Ancienne stagiaire de l’institut panafricain de développement


de Ouagadougou, je suis licenciée en développement et
Licenciée en éducation des adultes de l’Université de
Ouagadougou.

J’ai participé à plusieurs travaux d’orientation et de politiques


sectorielles au Niger dont la politique de la promotion de la
femme, du Programme Décennal de Développement de
l’Education PDDE et de l’éducation non formelle

J’ai travaillé dans plusieurs projets et programmes de


développement au Niger : projet de réhabilitation des
périmètres irrigués, Programme Céréalier National,
Programme Spécial National FIDA Niger, dans les ministères
(communication, mines et industrie, agriculture et éducation
nationale) ou au côté des partenaires techniques et financiers
(USAID, BANQUE MONDIALE, FIDA, SOS SAHEL
INTERNATIONAL EURO ACTION ACORD, AIDE et
ACTION etc.
Educatrice et formatrice de formateurs, j’ai enseigné dans des
établissements secondaire d’enseignements général, technique
et professionnel et ai été vacataire au CNPG et a l’ESCAE.

Actrice de la société civile, plusieurs fois Présidente


d’association de parents d’élèves et de bureau de mères
éducatrices, ayant siégées au premier conseil de l’éducation je
suis ancienne présidente du groupement des aides privées
GAP, Initiatrice et membre fondatrice du ROSEN (réseau des
organisations du secteur éducatif du Niger)

Je suis aujourd’hui consultante indépendante Présidente


Fondatrice de l’ONG OBATS, une ONG de droit nigérien qui
a pour objectifs le renforcement des capacités des acteurs, de
l’éducation et de la formation, la lutte contre l’exclusion la
promotion des jeunes, l’accompagnement à l’insertion
socioprofessionnelle.

Sur ce je vous prierai d’être indulgents et de pardonnez les


erreurs, les manquements les ignorances que vous relèveriez
tout au long de notre exposé car quelque soit la grandeur et la
qualité de nos œuvres ; nul en dehors de l’illustre élu (que
Dieu l’agrée) ne peut approcher l’excellence et la perfection.

Au contraire de mes prédécesseurs, moi je suis plutôt


andragogue alors notre méthodologie diffère car je suis faible
en théorie

Revenons donc à nos moutons.


Je reprends mon histoire de métaphore trilogique : du lundi à
aujourd’hui nous avons travaillé trois thèmes ; après
aujourd’hui trois autres thèmes seront encore débattus voilà
bien un jeu de la règle de trois.

Nous sommes ici tous des responsables qui évoluent à trois


niveaux dans nos actes de tous les jours :

Au niveau individuel
Au niveau de l’équipe, du groupe, de la famille
Au niveau de l’organisation, de l’Etat, de la Société

La mise au point ici c’est que nous avons tous des pré requis
par rapport au thème de ce matin mais aussi par rapport aux
précédents ainsi qu’aux suivants alors ce qu’il nous reste à
faire c’est de bien saisir la contribution afin de construire, de
déconstruire et de reconstruire nos savoirs.

Alors un préparez vous

Deux faites attention

Trois partez.

Notre thème : planification administrative et fixation des


objectifs se prêtera bien à ce jeu de la métaphore trilogique.
La gestion administrative est la clé du succès d’une
organisation. C’est un processus qui permet de planifier,
organiser, diriger et contrôler les pratiques de celle-ci. Ce
processus de gestion existe depuis la fin des années 1800 et ne
cesse d’évoluer. Il a été perçu à travers trois différentes
perspectives soit praxéologique classique, analytique et
praxéologique contemporain.
L’organisation
L’organisation consiste principalement à déterminer et répartir
les tâches, établir des mécanismes de coordination ainsi que
regrouper et classer les activités de chaque domaine.
L’organisation dans une entreprise se divise en deux parties.
En premier lieu, il y a la structure organisationnelle et en
deuxième lieu, il a l’organisation du travail. Afin de décrire et
expliquer ces deux parties, il faudra analyser les trois
perspectives vues précédemment.

I PARLONS TYPOLOGIE
Typologie
ECONOMIE
Le processus de transformation de l'entreprise dans un
contexte donné
SOCIOLOGIE
La mutation ou une évolution des structures et du
fonctionnement de l'organisation sociale affectant les rapports
sociaux (modes de vie, mentalités ...). Les transformations ne
sont pas provisoires ou éphémères et modifient la structure ou
le fonctionnement de l'organisation sociale d'une collectivité
donnée, ce qui impacte le cours de l'histoire.
PHILOSOPHIE
Personne, son évolution dans ses comportements et ses
perceptions du Monde et des situations.
Un préalable est requis pour nos travaux c’est celui de
cadrage : ceci pour tout juste dire il faut contextualiser ce que
nous avons à faire ceci traduira une aisance de travail :
Et le développement prendra en compte :
Le cadre organisationnel
Le cadre institutionnel
Le cadre juridique

Introduction

Pour parler planification il faut d’abord parler politique

Définition
· D'après le dictionnaire, la politique, politikos en grec, est l'art
et la pratique de gouverner la cité chez les grecs.
· La politique générale d'une entreprise est défini par les
dirigeants de l'entreprise et elle traduit les intentions durables
de l'entreprise concernant la nature de son activité, de son
métier de base, et concernant également la nature des relations
de l'entreprise avec les principaux acteurs internes (personnels
et leurs représentants) et externes (fournisseurs, clients,
actionnaires, concurrents…).
· La politique générale de l'entreprise est un ensemble de
principes, de normes, de comportement, qui sont émis par les
détenteurs du pouvoir et qui s'impose à tous les opérateurs de
l'entreprise. La politique générale oriente les décisions prises
dans l'entreprise dans le domaine stratégique.
1.2 Contenu du concept
· La politique générale comporte entre autre 2 éléments
principaux :
- la définition de l'organisation de l'entreprise au
travers la mise en place de la structure de l'entreprise et
au travers la mise en œuvre d'un mode de direction ;
- la recherche de la maîtrise de l'avenir de
l'entreprise ; notamment par la mise en œuvre d'une
démarche planificatrice grâce à la méthode des
scénario et grâce au contrôle interne.
Management
Le management ou la gestion est l'ensemble des techniques
d'organisation de ressources qui sont mises en œuvre pour
l'administration d'une entité, dont l'art de diriger des hommes,
afin qu'ils puissent donner le meilleur d'eux-mêmes. Dans un
souci d'optimisation, il tend à respecter les intérêts et
représentations des parties prenantes de l'entreprise. Afin de
prendre en compte les différences de temps, de risque et
d'information sur les prises de décision de gestion, il est
d'usage de distinguer :
• Le management stratégique qui concerne la gestion du
marché par la stratégie (c'est aussi une vision externe de
la gestion) ;
• Le management opérationnel qui concerne la gestion des
processus propres à l'entreprise (c'est une vision plus
interne centrée sur l'organisation).
• Le contrôle de gestion tend à faire le lien entre ces deux
types de management du fait de son positionnement au
sein de l'entité.

Concepts de management supports de l'organisation.


Enjeux et histoire du management
Enjeux du management
Diriger efficacement les ressources de l'entreprise nécessite
l'utilisation d'outils qui se révèlent faire appel particulièrement
à l'économie, mais aussi à la sociologie et la psychologie.
Ainsi le management doit réussir à prendre en compte les
représentations et intérêts des différentes parties prenantes de
l'entreprise tout en restant dans une idée d'optimisation
organisationnelle.
A l'origine, en reprenant les idées de Henri Fayol[1] le
management a pour objectif de veiller aux fonctions :
• Technique
• Commerciale (le marketing et l'acte de vendre)
• Financière
• de Sécurité
• Comptable
• Administrative
I - LA PLANIFICATION (plusieurs écoles plusieurs
d éfinitions)
a - Nature de la planification
· Planifier, c'est diriger, organiser l'entreprise selon un
ensemble de dispositions adoptées en vue de la réalisation d'un
projet.
La planification est la mise en oeuvre d'objectifs dans le temps
• dans un domaine,
• avec des objectifs,
• avec des moyens
• et sur une durée (et des étapes) précise(s).
La caractéristique principale de la planification est la
dimension temps. On peut également optimiser des éléments
et des ressources sans utiliser la notion de "temps" ou de
"durée". Optimiser le nombre de cartons dans un camion ne
demande pas la dimension temps, a priori. La notion de
planification est indissociable de la notion de temps.
Souvent ébauchée par une todo list, elle se concrétise ensuite
par un plan répondant de façon détaillée et concrète aux
principaux aspects opérationnels du type QQOQCC : qui,
quoi, où, quand, comment, combien.
Le plan peut faire partie d'une stratégie, celle-ci étant plus
générale et permanente et moins détaillée. On parle toutefois
de planification stratégique lorsqu'une stratégie est
particulièrement concrète et précise.
Parmi les outils de planification, on trouve l'analyse (par
exemple méthodes QQOQCCP,
La planification d'un projet est un outil incontournable pour le
management de projet. Elle permet de :
• définir les travaux à réaliser,
• fixer des objectifs,
• coordonner les actions,
• maîtriser les moyens,
• diminuer les risques,
• suivre les actions en cours,
• rendre compte de l'état d'avancement du projet.
La planification est un outil de prise de décisions pour le chef
de projet mais aussi de communication entre les différents
acteurs d'un projet. Elle permet alors de maîtriser les interfaces
du projet.
Planifier optimise ainsi les chances de réussite d'un projet en
améliorant la productivité grâce à une meilleure maîtrise de la
qualité.
Le suivi de projet doit permettre d'effectuer un comparatif
entre le prévu et le réel. La réussite d'un bon suivi de projet
tient en la disponibilité d'informations fiables, au niveau du
chef de projet, sur :
• les charges consommées, les reports d'échéance et les
coûts ;
• l'estimation du reste à faire en charge et les travaux
complémentaires à prévoir ;
• les difficultés rencontrées.
documents supports intitulés : "suivi d'avancement", "journal
de bord"
Généralement, les entreprises s'appliquent d'avantage à faire
du court terme de " qualité " ; il n'est pas forcément évident de
réfléchir sur du long terme.
b - Évolution de la planification
· Il est possible de visionner 3 grandes périodes :
. 1945-1965 : C'est la période de reconstruction
économique ; l'économie redémarre sur de bonnes bases
avec de forts investissements. Les méthodes de
planification étaient assez rudimentaires ; la planification
était dite opérationnelle. Les prévisions se faisaient sur du
court terme, sur 1, 2 ou 3 ans maximum. La planification
restait simple, voir limitée. Il était rare de chercher à
changer d'activité ou de développer une activité
innovatrice.
. 1965-1975 : C'est l'époque de forte croissance
économique. Il y a un développement de la concurrence
internationale. C'est l'époque de la planification
stratégique, sur 5 à 7 ans.
. 1975-2000 : C'est la période de récession ; on a parlé de
crise économique. L'évolution de la technologie et la
concurrence internationale se sont fortement développée.
2 méthodes de travail ont fait leur apparition : la méthode
des scénarios et la mise en place de système de veille.
· La planification stratégique est la première phase de la
procédure de la planification. Elle consiste à fixer un ensemble
d'objectifs cohérents de développement dans les divers
domaines d'activité de l'entreprise à l'aide d'outils
d'anticipation de l'avenir.
Les objectifs stratégiques sont l'expression concrète, datée, des
buts généraux et de la finalité de l'entreprise.
· La planification opérationnelle est la définition des moyens à
mettre en œuvre dans un cadre pluriannuel pour atteindre les
objectifs stratégiques.
Le plan d'investissement et le plan de financement sont 2
aspects essentiels de la planification opérationnelle.
Les plans opérationnels répartissent les objectifs et les moyens
dans le temps et par fonction.
Le processus de planification
· THIETART, professeur à Dauphine, décrit le processus de
planification de l'entreprise en plusieurs étapes :
1 - Formulation de la mission de l'entreprise.
2 - Définition des domaines d'activités stratégiques
(DAS), des couples marchés produits.
3 - Choix du portefeuille d'activités.
4 - Détermination des objectifs quantitatif et qualitatif.
5 - Analyse de l'environnement.
6 - Évaluation des ressources.
7 - Étude de l'écart de planification.
8 - Formulation de la stratégie de la politique.
9 - Évaluation de la stratégie et des politiques.
10 - Élaboration des programmes, plans, budgets.
Le chef de projet est-il planificateur ?
Mardi 25 novembre 2008, par Stefan Csösz // Exemples de
ressources

Les organisations comprennent souvent mal le rôle du chef de


projet : être chef de projet dans une entreprise est différent
d’être planificateur. S’il arrive au chef de projet de planifier,
c’est loin d’être l’essentiel de son métier. Il importe donc de
connaître les différences entre le rôle d’un planificateur et
celui du chef de projet.
Quel est donc le métier du planificateur ?
Le planificateur de projet modélise le projet dans la phase
préparatoire en utilisant les outils de planification :
organigramme de tâche, réseaux de PERT, Gantt. En
collaboration avec le chef de projet, le planificateur effectue
une analyse de risque et transcrit une véritable stratégie de
déroulement du projet en fonction des particularités du projet.
Puis, le planificateur tente d’optimiser l’utilisation des
ressources. Enfin, il construit des présentations pratiques pour
les parties concernées par la réalisation.
Quant à la phase de réalisation, le planificateur analyse les
dérapages et conseille le chef de projet sur des mesures
possibles de corrections. Il continue à fournir des présentations
pratiques du projet pour la réalisation et les revues. Il appuie le
chef de projet dans la construction de scénarios permettant de
redresser une dérive ou d’intégrer des évolutions.
Mais que faire si le chef de projet ne dispose pas d’un
planificateur ce qui est le cas sur la majeure partie de petits et
moyens projets en entreprises ? Voici quelques règles
pragmatiques :

LA FIXATION DES OBJECTIFS


La fixation d’objectifs est un acte auquel tout manager est
confrontée. Avant d’aborder quelques conseils pratiques, je
vais revenir sur l’utilité des objectifs.
A - Les 3 dimensions principales des objectifs
1. Une dimension Management
Construire des objectifs est un acte de management fort. Il
permet au manager :
• d’exprimer sa volonté à son équipe et de renforcer son
leadership,
• d’orienter l’action en cohérence avec les axes
stratégiques et opérationnels de l’entreprise,
• de mettre ses collaborateur en mouvement en suscitant
l’action.
2. Une dimension Organisation
Cet acte facilite :
• la coordination des équipes : par la répartition et le
contenu des objectifs,
• la programmation des moyens : en focalisant les actions
suivant un planning bien établi,
• la supervision et le contrôle des actions.
3. Une dimension Psychologique
La fixation d’objectifs a un rôle moteur pour les collaborateurs
en favorisant leur engagement personnel dans l’action. Ils
deviennent plus impliqués et fournissent le meilleur d’eux
même. Cela permet également de les responsabiliser.
B - Comment fixer les objectifs

Fixation de l'écart stratégique (ou "gap" stratégique)


L'écart stratégique est la différence entre la prévision et
l'objectif. L'écart stratégique n'est pas forcément fixer de façon
définitive ; des corrections sont parfois nécessaires. La
planification reste souple.
B - Les objectifs généraux, fondamentaux
1 - Définitions
Définitions de CAPET
· Vocation de l'entreprise : c'est le rôle que les dirigeants
entendent faire jouer à l'entreprise pour répondre aux besoins
de l'environnement et à ses aspirations.
· Buts de l'entreprise : ce sont les préférences qui sous-tendent
l'action. Les buts sont généralement latents, ils ne sont pas
forcément exprimés. Ils ne deviennent explicites que lorsqu'une
crise surgit.
Ex. : la volonté de garder le contrôle d'une entreprise ne se
manifeste qu'au moment où la coalition dirigeante risque de se
trouver en minorité (Boloré et Bouygues en 1998).
Définitions de SALLENAVE
· Finalité, mission : c'est ce qui correspond au concept du
pourquoi de l'entreprise. Il faut s'intéresser aux missions de
SOLVAY.
· Buts de l'entreprise : ils ne dépendent pas de la volonté des
dirigeants mais ils résultent de 3 contraintes : la pérennité, la
croissance, le profit.
· Objectif : c'est l'expression concrète des buts fixés par les
dirigeants. Ex. : si le but est de réaliser le profit maximum, les
objectifs seront exprimés en terme de taux de rentabilité.
Définitions de MEYER
· Vocation de l'entreprise : c'est définir les aptitudes de
l'entreprise pour effectuer certains types d'activité. C'est définir
le ou les métiers qu'elle est plus particulièrement apte à exercer.
· Métier : c'est une des activités principales de l'entreprise. Il
désigne également les savoir-faire de l'entreprise
(technologiques, commerciaux, administratifs…).
2 - La diversité des objectifs
· Les objectifs économiques sont généralement quantifiables,
par contre, les objectifs non économiques sont rarement
quantifiables.
· La rentabilité est le rapport entre un revenu et le capital
engagé pour l'obtenir.
La rentabilité économique est le rapport entre un revenu, au
cours d'une période donnée, et le capital physique mis en œuvre
pour l'obtenir ; le taux de rentabilité, synonyme pour certains
auteurs de taux de profit, est mesuré par le rapport du profit à la
valeur du stock d'actifs physiques engagés dans la production.
La rentabilité financière est le rapport entre le profit après
paiement des intérêts et des impôts et les capitaux propres de
l'entreprise ; c'est la rentabilité du point de vue de l'actionnaire.
· La flexibilité est l'ajustement rapide des quantités, des prix et
des qualités aux variables du volume et de la structure de l'offre
et de la demande sur les marchés.
La production est flexible quand elle s'adapte aux variations
quantitatives et qualitatives de la demande, ce qui nécessite des
équipements polyvalents, une programmation des machines-
outils liée à une interchangeabilité des outils…
· Généralement, les aspirations individuelles des dirigeants
passent après les préoccupations sociales de l'entreprise.
Les aspirations individuelles des dirigeants s'apparentent à une
recherche de prestige, de sécurité, d'autonomie. La puissance et
le prestige sont une motivation importante. La sécurité est une
aspiration commune à tous les individus. La recherche de
l'autonomie peut avoir des effets pervers par rapport à une
équipe dirigeante faisant ombrage au dirigeant.
Les préoccupations sociales prennent de plus en plus de poids,
notamment dans les grandes entreprises. Certaines entreprises
ont créé des fondations d'entreprises dans le cadre de leurs
préoccupations sociales.

Il existe des règles de bon sens en la matière. Les objectifs


doivent être :
• simples : c’est un point sur lequel j’insiste, combien de
fois j’ai vu non pas des objectifs mais une “usine” à
objectifs. Il s’agit d’un véritable piège pour le manager :
à vouloir trop bien piloter ses actions, sans rien oublier, et
peut être se rassurer… aboutir à une usine à gaz qui, loin
d’atteindre le but principal de mise en action, fait
finalement perdre du temps et de l’argent à tout le monde.
• faciles à comprendre : si l’on veut qu’ils agissent comme
un leitmotiv, il ne doit y avoir aucune ambiguïté dans la
tête des collaborateurs.
• faciles à calculer et sans contestation possible : pour une
adhésion sans failles, il ne faut pas… créer des failles ! Il
faut que les objectifs soient datés, écrits, chiffrés.
• atteignables : si la barre est trop haute, le collaborateur va
vite s’épuiser et se décourager.
• sous le contrôle du salarié concerné : à quoi sert un
objectif si finalement notre action ne permet pas à elle
seule de l’atteindre. Il existe bien sûr des objectifs fixés
pour une équipe mais dans ce cas, c’est le même
raisonnement : l’équipe doit avoir un contrôle total sur
l’objectif.

Pour mémorisation, il existe la très connue méthode


SMART, un objectif doit être :
Spécifiques / Mesurables / Atteignables / Réaliste / Temporel
(datés)
LA FOIRE AUX MOTS ET AUX CONCEPTS
L'environnement est défini comme « l'ensemble des éléments
(biotiques ou abiotiques) qui entourent un individu ou une
espèce et dont certains contribuent directement à subvenir à
ses besoins »1, ou encore comme « l'ensemble des conditions
naturelles (physiques, chimiques, biologiques) et culturelles
(sociologiques) susceptibles d’agir sur les organismes vivant
et les activités humaines »2.
La notion d'environnement naturel, souvent désignée par le
seul mot environnement, a beaucoup évolué au cours des
derniers siècles et des dernières décennies. On peut
aujourd'hui définir l'environnement comme l'ensemble des
composants naturels de la planète Terre, comme l'air, l'eau,
l'atmosphère, les roches, les végétaux, les animaux, et
l'ensemble des phénomènes et interactions s'y déroulant, c'est
à dire, comme tout ce qui entoure l'Homme et ses activités.
Au XXIe siècle, la protection de l'environnement est devenue
un enjeu majeur. La préservation de l'environnement est un
des trois piliers du développement durable et a été choisi
comme étant l'un des huit objectifs du millénaire pour le
développement3.
Communication
La communication (souvent abrégée en com) est l'action, le
fait de communiquer, d'établir une relation avec autrui, de
transmettre quelque chose à quelqu'un, l'ensemble des moyens
et techniques permettant la diffusion d'un message auprès
d'une audience plus ou moins vaste et hétérogène et l'action
pour quelqu'un, une entreprise d'informer et de promouvoir
son activité auprès du public, d'entretenir son image, par tout
procédé médiatique.
Elle concerne aussi bien l'homme (communication
interpersonnelle, groupale...) que l'animal et la plante
(communication intra- ou inter- espèces) ou la machine
(télécommunications, nouvelles technologies...), ainsi que
leurs hybrides : homme-animal; hommes- technologies... C'est
en fait, une science partagée par plusieurs disciplines qui ne
répond pas à une définition unique.
Et si tout le monde s'accorde pour la définir comme un
processus, les points de vue divergent lorsqu'il s'agit de
qualifier ce processus.
• Un premier courant de pensée, regroupé derrière les
"Sciences de l'information et de la communication",
propose une approche de la communication centrée sur la
transmission d'informations. Il s'intéresse aussi bien à
l'interaction homme-machine qu'au processus psychique
de la transmission de connaissances (avec l'appui des
sciences cognitives).
• Un second courant, porté par la psychosociologie,
s'intéresse essentiellement à la communication
interpersonnelle (duelle, triadique ou groupale). La
communication est alors considérée comme un système
complexe qui prend en compte tout ce qui se passe
lorsque des individus entrent en interaction et fait
intervenir à la fois des processus cognitifs, affectifs et
inconscients. Dans cette optique, on considère que les
informations transmises sont toujours multiples, que la
transmission d'informations n'est qu'une partie du
processus de communication et que différents niveaux de
sens circulent simultanément.
La gestion de la qualité est l'ensemble des techniques
d'organisation qui concourent à l'obtention d'une qualité dans
le cadre du pilotage de la production de biens ou de services.
La notion de qualité est une notion a priori subjective qui
trouve dans l'entreprise une certaine objectivité dans une mise
en conformité par rapport à des standards (des normes). Le
concept de gestion de la qualité est un concept du management
au cœur de la production dont l'objet est la gestion des flux
matériels (appelée logistique) et immatériels (appelée
management du système d'information). Un service qualité ou
recherche et développement est donc un service support de la
production pouvant ou non prendre ce nom. D'une certaine
manière la gestion de la qualité, quelle que soit son
appellation, est co-responsable du personnel de l'entreprise
porteur d'un certain capital immatériel à valoriser avec la
gestion des ressources humaines. De même, la gestion de la
qualité est co-responsable avec le service marketing
(commercial) de la vente dans le sens ou celle-ci est sensible
au montant et à la qualité produite.
Enjeux et histoire de la gestion de la qualité
Enjeux
La gestion de la qualité permet a priori de satisfaire le client
(besoins exprimés ou non). Mais celle-ci est relative, car elle
est fonction des exigences de ceux-ci, des parties prenantes
internes et externes de l'entreprise et de la prise en compte des
risques de toute nature. Le niveau de qualité optimal ne devant
pas produire de coût inadéquat (sur-qualité). La qualité, au
même titre que n'importe quelle activité dans une entreprise a
un coût, mais qui est censé réduire le coût de la non-qualité.
Une entreprise est alors performante lorsque le triptyque "coût
- délai - qualité" (c'est-à-dire les ressources qu'elle met en
œuvre) est justifié et efficace, lui permettant de se positionner
avantageusement sur un marché en bénéficiant d'un "ticket
d'entrée" élevé qui donne une marge d'avance sur la
concurrence.
Dans le cadre de la gestion de la qualité, du point de vue
industriel, la qualité est une cible dont les critères sont
précisément fixés par rapport à des standards (des normes). La
qualité industrielle est le résultat d'un processus de production
ou de servuction qui à toutes ses étapes (conception, mise en
œuvre, contrôle, amélioration - voir PDCA) obéit à un "cahier
des charges" permettant d'atteindre et de maîtriser le niveau
souhaité. Ce niveau se caractérise par l'amélioration des
flexibilités et synergies dont :
• La maintenabilité : la capacité à corriger et modifier
simplement une structure, et même, parfois, la possibilité
de modifier celle-ci en cours d'utilisation.
• La mutualisation : la capacité à identifier une fonction et
à l'utiliser dans plusieurs contextes.

QUELQUES OUTILS
4 - Principes d’élaboration
L'activité de management de projet peut-être résumée par le
schéma ci-dessous :
Le diagramme de GANTT est un planning présentant une liste
de tâches en colonne et en abscisse l'échelle de temps retenue.
Il permet de visualiser facilement le déroulement du projet,
ainsi que de prévoir suffisamment à l'avance les actions à
penser. On pourra aussi gérer plus facilement les conflits de
ressources et les éventuels retards en visualisant l'impact de
ceux-ci sur le déroulement du projet. En outre, le diagramme
de GANTT est un bon outil de communication avec les
différents acteurs du projet.
La réalisation d'un tel planning nécessite la mise en œuvre de
technique de planification :
• les tâches doivent être identifiées,
• les tâches doivent être quantifiées en terme de délais, de
charges ou de ressources,
• la logique de l'ensemble des tâches doit être analysée.
Ces éléments sont issus de l'analyse du projet, qui se situe en
amont de la planification. Afin de mener à bien la réalisation
de cet outil, il faut donc procéder comme suit :
1 ) Déterminer et structurer la liste des tâches à réaliser pour
mener à bien le projet
Cette identification peut se faire par des techniques comme le
Brainstorming ou les groupes de travail. La liste obtenue doit
être ensuite structurée : on tente de regrouper les tâches, de les
hiérarchiser par lots de travail.
2 ) Estimer les durées et les ressources
Il faut ensuite remplir un tableau présentant, pour chaque
tâche, la durée de celle-ci et les ressources affectées.
L'unité de temps pour exprimer la durée est fonction du type
de projet réalisé. Le tout est d'utiliser la même unité de temps
pour toutes les tâches dans un souci d'harmonisation du
diagramme de GANTT. La durée choisie doit être réaliste et
raisonnable.
Quant aux ressources, elles peuvent être humaines ou
matérielles.
Il est important d'avoir à l'esprit que la planification d'un
projet s'effectue à partir de la date connue ou estimée de début
du projet. L'estimation de la durée des tâches permet ensuite
de calculer la durée totale du projet et de parvenir à une date
de fin de projet parfois bien différente de celle voulue. Dans
ce cas, le responsable de la planification doit estimer à
nouveau les données concernant le projet de façon à fixer une
date de fin de projet la plus conforme aux impératifs.
3 ) Réaliser le réseau logique
Le réseau doit reprendre les hypothèses de priorités des tâches.
Il se présente souvent sous la forme de tâches reliées entre
elles par des liens logiques. Pour chaque tâche, il est
primordial de trouver les relations d'antécédence et de
succession. Une fois le réseau tracé, on retrouvera la
chronologie du projet.
4 ) Tracer le diagramme de GANTT
Avec en abscisse l'échelle de temps et en ordonnée la liste des
tâches, il faut tracer un rectangle d'une longueur
proportionnelle à sa durée, le tout suivant la logique d'ordre
d'exécution du réseau. Il peut apparaître des tâches se réalisant
pendant la même période. En effet, c'est un peu le but
recherché car plus les tâches pourront se faire simultanément
plus la durée du projet sera courte et plus le coût du projet
risque de baisser. Il faut toutefois vérifier la disponibilité des
ressources en regardant dans le tableau d'affectation, les
ressources utilisées plusieurs fois.
SMART (intelligent en anglais) est un moyen
mnémotechnique pour se souvenir les caractéristiques que
devrait idéalement avoir un objectif pour permettre sa
réalisation. Cette astuce est souvent utilisée en management ou
dans la gestion de projet. Les caractéristiques sont les
suivantes :
Pour un objectif :
• Spécifique (anglais : Specific)
• Mesurable (anglais : Measurable)
• Atteignable (anglais : Achievable)
• Réaliste (anglais : Realistic)
• Temporellement défini (anglais : Time-bound)
Pour un indicateur :
• Significatif
• Mesurable
• Réalisable
• avec un Responsable de l'indicateur (souvent le
responsable du Processus dans lequel l'indicateur
intervient)
• Temporellement défini
• Des objectifs SMART
• Quels que soient leurs objectifs, à court ou long terme,
certaines activités sont aisées à comprendre ("passe-moi
le sel") et d'autres complexes (les valeurs de l'entreprise).
Si on veut avoir une chance de les voir atteints, il importe
de savoir les fixer correctement.
• Pour ce faire, vos objectifs doivent être SMART :
Spécifiques, Accessibles, Mesurables, Rattachés à un
projet et Temporellement définis.
• Finalement,
la seule chose qui compte avec un objectif,
c'est de l'atteindre !
• Spécifique
• Un objectif doit être clair, spécifique, compréhensible et
sans ambiguïté. "Tu dois faire mieux" est trop vague et
imprécis que pour être suivi de résultats. De plus, un
objectif précis est plus facilement mesurable et donc
contrôlable.
• Mesurable
• Ne pas pouvoir mesurer l'état d'avancement de ses
objectifs, c'est comme naviguer dans le brouillard sans
cartes ni boussole, ce qui n'est motivant pour personne.
"Tu dois apprendre l'anglais", est un objectif
difficilement mesurable. Par contre, "quand le téléphone
sonne, tu dois pouvoir comprendre qui appelle, ce qu'il
veut et pouvoir le transférer" est nettement plus
mesurable.

• Accessible
• Les objectifs doivent être accessibles à ceux qui doivent
les atteindre. Seuls les poètes peuvent décrocher la lune,
pas vos employés moyens. Bien sûr, dépasser ses limites
est valorisant et enrichissant mais il faut aussi penser
dans la durée. Des objectifs inaccessibles n'emporteront
jamais bien longtemps l'adhésion de votre équipe qui sera
vite démotivée.

• Rattaché à un projet ou Réaliste


• Vos objectifs se rattachent à un projet de votre entreprise,
ils s'insèrent dans un tout cohérent. Leur pertinence par
rapport à l'ensemble aura un important impact positif sur
vos performances, ce qui vous rapprochera encore plus de
votre objectif.

• Temporellement défini
• Il ne suffit pas d'avoir les moyens pour atteindre ses
objectifs, il convient de ne pas oublier la dimension
temporelle. Un objectif a un début et une fin. Sa durée est
déterminée. Sans échéance, ils se perdraient parmi
l'immensité des autres choses à faire et risqueraient d'être
rapidement oubliés.
• En conclusion
• Un objectif se prépare avec attention. Sinon vous
entendrez vos oreilles siffler des airs de démotivation,
d'imprécision, d'absence de résultat.
Comment fixer des objectifs
Certains managers, généralement très enthousiastes, se
laissent emporter dans leurs efforts de tout résoudre le
plus rapidement possible. Et ils se retrouvent à jongler
avec trop de balles.
En effet, jongler avec 2 balles est extrêmement facile et donne
envie de faire mieux. Mais à partir de 3 balles, ça se
complique. Et si on remplace les balles par un portable, un
agenda, un livre de management..., on court à la catastrophe.
Voici quelques conseils pour parvenir à sélectionner
efficacement vos objectifs.
"Trop d'objectifs et patatras, on se retrouve submergé!"
Se concentrer sur 2 ou 3 objectifs
On ne peut pas tout réaliser en même temps, vos employés
non plus. Sélectionnez votre Top 3, à la limite un Top 5, cela
va vous aider à ne pas vous disperser et à rester maître de la
situation.
En adéquation avec la mission
Vos objectifs doivent toujours être en adéquation avec la
mission de votre entreprise, organisation ou service.
Demandez-vous, pour chacun d'eux, quelle sera leur apport
dans le projet global. C'est un critère des plus discriminants.
Evitez de les choisir sur un critère de facilité, de motivation ou
d'amusement.

Des objectifs pertinents et rentables


Dans le temps qui vous est imparti pour atteindre votre but,
quels sont les objectifs qui peuvent être remplis? Quels seront
ceux qui vous fourniront la plus haute rentabilité?

Revoir ses objectifs et les faire évoluer


Le monde est en constante évolution et votre travail aussi. Ne
pas s'adapter à cette évolution permanente serait suicidaire.
Alors pensez aussi à faire évoluer vos objectifs. Votre liste de
priorités n'est pas un carcan définitif mais une aide, un guide.
Et si des modifications sont nécessaires, n'oubliez de les
communiquer (et de les vendre) à votre équipe.

En conclusion
Avoir votre Top 3 des objectifs va vous aider à les atteindre.
Vous pourrez alors plus rapidement en fixer d'autres. Vous
gagnerez ainsi du temps et de l'énergie. Ce ne sont pas
toujours les grands objectifs extraordinaires qui sont les plus
fréquents. Votre succès dépend fortement de l'ensemble des
petites réussites quotidiennes.

Exercices d’application

Pourriez-vous être plus précis S.V.P. ?


Lundi 13 avril 2009
Lorsque je fais une présentation devant un groupe, mon but est
toujours que les gens en ressortent auto motivés, car je crois
que la motivation la plus puissante au monde est celle qui
vient de l’intérieur et non de l’extérieur.
J’aime demander à mes participants de partager avec un voisin
deux objectifs, deux projets qu’ils aimeraient réaliser d’ici les
12 prochains mois. Je me promène alors dans l’auditoire et
j’écoute les gens : « Il faudrait que j’arrête de fumer », «
J’aimerais m’acheter une nouvelle télévision », « J’aimerais
me remettre en forme », « J’aimerais perdre du poids », «
J’aimerais changer de voiture », « J’aimerais prendre plus soin
de moi et prendre plus de vacances », « J’aimerais passer plus
de temps avec mes enfants », « J’aimerais consacrer plus de
temps à mes amis », etc.
De bons objectifs vous allez me dire mais, le problème avec
ces buts est qu’ils ne sont pas assez précis. En d’autres mots,
ils ne sont pas mesurables. Ce ne sont pas des objectifs qu’ils
énoncent, mais plutôt des souhaits, des désirs, des envies, des
préférences ou des intentions. Rien de très solide et concret,
vous en conviendrez.
La règle est simple : Pour qu’un objectif soit puissant, il faut
absolument qu’il soit mesurable. Il faut qu’il puisse être
formulé de sorte que quiconque puisse le mesurer à un
moment bien précis dans le temps.
Voici quelques exemples d’objectifs formulés de façon
mesurable :
« À compter du 20 avril, je ferai 30 minutes de cardio 4 fois
par semaine minimum.»
« Le 01 mai 2009, j’aurai complètement cessé complètement
de fumer.»
« Le 24 juin 2009, j’écouterai l’émission de la Fête nationale
du Québec sur un écran au plasma SONY de 60 pouces.»
« Le 01 juillet 2009, je pèserai 75 kilos ou moins.»
« Le 01 septembre 2009, je conduirai une Porche Cayenne
Turbo noire 2009.»
« Du 12 au 19 décembre 2009, je prendrai des vacances avec
ma conjointe au Grand Sunset Riviera Princess à Riviera
Maya au Mexique.»
« Tous les dimanches matins, j’invite mes enfants à tour de
rôle à venir déjeuner avec moi. »
« Le dernier samedi de chaque mois, nous invitons un couple
d’amis à venir manger à la maison. »
Comme vous le constatez, tous ces objectifs sont facilement
mesurables par quiconque.
Prenez le temps de relire vos objectifs immédiatement.
Vérifiez s’ils sont bien écrits dans les moindres détails. Plus
vous serez spécifique dans vos demandes, plus votre
subconscient se mettra à travailler pour attirer à vous ce que
vous désirez. Des buts vagues et confus donnent en général
des résultats approximatifs et décevants. Des buts écrits et
précis donnent en général des résultats « presque » garantis. Je
dis « presque » car il ne faut évidemment pas oublier de passer
à l’action pour réaliser vos buts !
Les principaux avantages de vous fixer des buts sont les
nouvelles relations, les compétences, les habiletés, la
confiance et la discipline que vous aurez acquises dans la
poursuite de vos buts. Même si vous ne parvenez pas à
atteindre vos buts la première fois, dites-vous que les qualités
que vous aurez acquises resteront avec vous pour toujours. Ce
que l’on obtient en accomplissant nos objectifs n’est pas aussi
important que ce que l’on devient.
Rappelez-vous qu’il faut toujours être très précis lorsque nous
nous fixons des buts car la vie nous donne exactement ce que
nous lui demandons. Mais encore faut-il commencer par lui
demander exactement ce que nous voulons.
© 2009 - Conférences et séminaires Patrick Leroux inc. Tous
droits réservés, reproduction strictement interdite sans
autorisation de l’auteur.
Tags: atteignable, conférencier motivation, gestion de temps,
Loi d'attraction, mesurable, Objectifs, Patrick Leroux, précis,
précision, projets, relève de moi, rêves, se fixer des objectifs,
SMART, spécifique, temporel
Publié dans Bulletin du Succès | Aucun commentaire »
Réussir : faire de son mieux
Lundi 24 novembre 2008
par Patrick Leroux, votre coach pour réussir et conférencier.
Faites-vous toujours de votre mieux ? J’ose espérer que vous
n’avez pas répondu : « Je ne sais pas si je fais de mon mieux,
mais en tout cas, j’essaye! » Lorsqu’il s’agit de faire de votre
mieux, il n’existe pas de demi-mesure, soit vous le faites ou
soit vous ne le faites pas, point à la ligne.
Si vous êtes vraiment franc avec vous-mêmes, vous avez
probablement répondu : « Pas toujours ! ». En effet, la
majorité d’entre nous peut faire bien mieux que ce que nous
faisons présentement dans notre vie tant aux niveaux
personnel que professionnel. Le chemin du succès n’est-il pas
toujours en construction ?
Alors s’il y avait un aspect de votre vie que vous aimeriez
améliorer, quel serait-il ? Allez, allez, vous ne pouvez pas être
totalement satisfait dans tous les domaines de votre vie… Il y
a assurément un aspect de votre vie dans lequel vous pourriez
faire mieux, non ? De tous les désirs, un des plus précieux
n’est-il pas celui de toujours vouloir s’améliorer ?
Et encore plus important, une fois que vous aurez identifié ce
que vous aimeriez améliorer dans votre vie, demandez-vous
pourquoi vous aimeriez améliorer cet aspect de votre vie
présentement. Écrivez le plus de raisons possible pourquoi
vous aimeriez vous améliorer dans ce domaine. Plus vous
trouverez de raisons, plus vous serez motivé et discipliné à
mettre en application les stratégies pour y arriver.
Donc, avant de faire mieux, il est d’abord important de
déterminer ce que FAIRE MIEUX représente pour vous.
S’agit-il de mieux performer dans votre travail ? De mieux
manger ? De mieux prendre soin de votre forme physique ? De
mieux entretenir et cultiver vos relations avec vos collègues,
vos amis et membres de votre famille ?
Une fois que vous êtes clair par rapport à ce que faire mieux
représente pour vous, il est important de vous fixer des
objectifs et un plan d’action pour y parvenir. Ne faites pas
l’erreur de laisser votre destin aux mains du hasard. Soyez
pro-actif, décidez ce que faire mieux veut dire pour vous et
surtout faites-le !
Dans la même optique, si jamais une personne d’autorité vous
demande de faire quelque chose ou qu’une personne vous
lance un défi quelconque, ne répondez jamais : « Je vais
essayer. » Dans l’esprit de bien des gens « Je vais essayer »
veut tout simplement dire : « Si j’étais toi, je ne compterais
pas trop là-dessus ! » En général, lorsqu’une personne essaye,
elle échoue dans la majorité des cas. Dites plutôt à la place : «
Je ne te promets rien sauf de vraiment faire de mon mieux ! »
Et surtout, faites vraiment de votre mieux.
Faire de l’exercice et manger santé
Lundi 19 janvier 2009
Comme bien des gens, vous avez pris des résolutions le
premier de l’an comme perdre votre surplus de poids et de
reprendre votre santé en main. Nous voici arrivés au moment
(après 3 semaines) où la majorité des gens abandonnent. Ces
personnes se plaignent en général d’être trop occupées.
Pour sauver du temps, elles recommencent alors à manger
dans des restaurants de type « fast-food » et cessent de
s’entraîner. Cette façon de faire est aussi stupide qu’une
personne qui affirmerait vouloir sauver du temps en n’arrêtant
jamais pour mettre de l’essence dans sa voiture et en
n’effectuant pas ses changements d’huile !
Les bénéfices d’une perte de poids et d’une meilleure santé
sont nombreux. Qu’on pense seulement à une diminution du
stress, une meilleure concentration et performance au travail,
une augmentation d’énergie et de vitalité, une plus belle
apparence physique, une peau plus douce et saine, une
amélioration de la qualité du sommeil, une meilleure attitude
en général, une augmentation de l’estime de soi, etc.
Je vous propose donc 12 idées qui vous permettront
d’accomplir vos objectifs de reprendre votre santé en main et
de maintenir votre motivation.
1. Fixez-vous un objectif précis
Combien de livres ou de kilos désirez-vous perdre
exactement ? Soyez spécifique et n’ayez pas peur d’avoir un
objectif ambitieux. N’oubliez pas qu’on ne peut jamais
atteindre une cible qu’on ne voit pas.
2. Faites-vous une liste de raisons d’agir
Faites-vous une liste d’au moins dix raisons pourquoi vous
tenez absolument à perdre du poids. Cette liste est absolument
nécessaire afin de vous aider à persévérer. Sans cette liste de «
pourquoi » vous ne ferez pas les efforts afin d’appliquer les «
comment » énumérés ci-dessous. Transportez cette liste avec
vous en tout temps et lisez-la à toutes les fois que vous aurez
le goût de sauter une période d’entraînement ou que vous
serez sur le point de dévier de votre régime alimentaire.
3. Créez-vous une affirmation positive
Écrivez et imprimez une affirmation positive que vous
prendrez soin de lire matin et soir. Collez votre affirmation sur
le miroir de votre salle de bain et lisez-la chaque fois que vous
vous brosserez les dents en vous levant le matin et avant de
vous coucher le soir. Voici un exemple : « Je mange santé, je
fais du sport quatre fois par semaine et j’aime la sensation
d’être léger et plein d’énergie dans mon corps athlétique et
ferme de xx kilos. »
4. Pratiquez la visualisation
Le soir avant de vous endormir, imaginez le genre de personne
que vous désirez devenir : mince et en santé. Imaginez-vous
en train de porter des vêtements que vous aimiez porter
autrefois mais qui ne vous font plus; imaginez-vous en maillot
sur une plage dans le sud, fier de votre corps; imaginez-vous
en train de monter les escaliers vers votre bureau au lieu de
prendre l’ascenseur; imaginez-vous ne pas être à bout de
souffle, etc. Votre subconscient prendra le relais pendant votre
sommeil.
5. Inscrivez-vous à un centre sportif
Choisissez un centre dont le personnel, les services et les
équipements correspondent à vos besoins et vos goûts
(cardiovasculaire, danse aérobique, poids libres, yoga, squash,
badminton, tennis, piscine, etc.) et dont vous aimez
l’ambiance générale. Assurez-vous également que le centre
sportif soit à proximité de votre domicile ou de votre lieu de
travail. Si vous travaillez sur la route et aimez la diversité,
optez pour un abonnement réseau.
6. Prenez un rendez-vous avec un nutritionniste
Ce dernier vous fera prendre conscience de vos mauvaises
habitudes alimentaires et établira avec vous un régime
alimentaire qui correspond à vos objectifs et vos habitudes de
vie. La plupart des centres sportifs ont d’excellents
nutritionnistes à leur service. Respectez leurs
recommandations. Le truc consiste à manger de plus petites
portions mais plus souvent (jusqu’à six fois par jour), à
manger plus de fruits et de légumes et à couper les « P »
comme le pain, les pâtes, les patates, les patates frites, les
patates chips et les pâtisseries. Perdre du poids est simple, il
s’agit tout simplement de dépenser plus de calories que vous
en absorbez.
7. Prenez un rendez-vous avec un entraîneur privé
L’entraîneur privé établira avec vous un plan d’entraînement
qui correspond à votre objectif de perte de poids. Vos
exercices de musculation comporteront plusieurs répétitions
avec des charges moins lourdes et vous ferez beaucoup
d’appareils cardiovasculaires. Si vous n’avez pas de partenaire
d’entraînement ou si vous êtes une personne qui a besoin de
beaucoup d’encouragement, je vous suggère fortement de
retenir les services d’un entraîneur privé. Ce dernier fera en
sorte que vous assistiez assidûment à vos séances
d’entraînement.
8. Allez magasiner
Pour être bien au gym, vous devez être bien équipé. Achetez-
vous un sac de sport, un cadenas, des serviettes
d’entraînement, une trousse de toilette, de bons souliers de
sport et des vêtements confortables de style « dri-fit » et ce, en
quantité suffisante. C’est également une excellente idée
d’avoir un baladeur ou un Ipod avec de la musique entraînante
lors de vos entraînements. Ces derniers passeront beaucoup
plus rapidement. Avoir un pèse-personne à la maison est
également très motivant afin de voir votre progression. Ayez
toujours votre sac d’entraînement prêt dans votre voiture.
9. Buvez beaucoup d’eau
Afin de libérer les toxines de votre corps, buvez beaucoup
d’eau. Ayez une caisse de bouteilles d’eau en tout temps dans
votre voiture et lors de vos séances au gym.
10. Procurez-vous des produits naturels
Allez dans un magasin d’aliments naturels et demandez des
conseils à la personne responsable. Selon vos objectifs, elle
vous conseillera des suppléments, à base d’herbe, qui aident à
réduire la graisse corporelle.
11. Faites un pari avec des amis
Afin de vous mettre un peu de pression positive, faites un pari
amical avec des amis qui s’informeront de votre progression
régulièrement. Par exemple, celui qui a perdu le moins de
poids d’ici 4 mois paye un « souper santé » et une bonne
bouteille de vin aux deux autres.
12. Discipline, engagement et volonté
Aucun des conseils précédents ne fonctionnera sans discipline,
sans un engagement et une volonté irrévocables de votre part à
atteindre votre objectif. Ne mangez que des aliments santé et
entraînez-vous cinq fois par semaine si vous désirez atteindre
votre objectif de perte de poids rapidement. Si vous trichez de
temps en temps et si vous ne vous entraînez que deux fois par
semaine, cela vous prendra plus de temps afin d’atteindre
votre objectif. C’est votre choix.
Réalisez que votre corps vous suivra partout et ce, pour le
reste de votre vie. Lorsque vous êtes en santé, tout est
possible. Sans la santé, rien n’est possible. N’attendez pas
d’avoir perdu votre santé afin de mieux l’apprécier.
L’habitude de manger santé et de faire de l’exercice pour le
reste de votre vie est le plus beau et le plus important cadeau
que vous ne puissiez jamais vous offrir.

CONCLUSION
L’argent, les maisons, les chalets, les voitures, les motos, les
bateaux, les belles personnes qui vous entourent, le pouvoir et
la gloire peuvent tous disparaître et parfois même très
rapidement dans le cas d’un incendie par exemple. Mais ce qui
ne pourra jamais disparaître c’est la personne que vous êtes
devenu dans le processus de réalisation de vos objectifs.
Pour atteindre de grands buts vous vous devez de devenir une
grande personne. Vous devrez apprendre de nouvelles
habiletés, développer de nouvelles qualités, manifester des
meilleures attitudes et créer des liens avec des nouvelles
personnes. En bref, vous allez devoir grandir. Et cette
croissance vous habitera pour le reste de votre vie.
Contrairement à ce que plusieurs personnes pensent, en cette
période d’incertitude économique mondiale, la vraie sécurité
dans la vie ne vient pas d’un emploi sûr, de la possession de
biens matériels ou d’un compte en banque bien garni. La vraie
sécurité dans la vie vient de l’intérieur, c’est-à-dire de sa
capacité à produire et à se réaliser