Sie sind auf Seite 1von 12

1.

Introduction
L'énergie solaire photovoltaïque est une énergie électrique renouvelable, produite par les
rayonnements du Soleil. La production de cette énergie peut se faire grâce aux cellules
photovoltaïques, composant électrique qui, exposé à la lumière, produit de l’électricité en
quantité proportionnelle à la puissance lumineuse incidente. Dans ce chapitre, nous
commençons par la présentation de quelques notions générales. Commençant par le
mouvement du Globe terrestre et petit spécification du site de Ouargla, ensuite Le
rayonnement solaire, puis en va parler un peut sur le photovoltaïque et on finalise ce chapitre
par un état de l’art des techniques de suivi solaire.

2. Le rayonnement solaire
Le rayonnement solaire est un rayonnement thermique qui se propage sous la forme d’ondes
électromagnétiques. En dehors de l’atmosphère terrestre, il donne un éclairement énergétique
à peu prés constant et égale à 1367w/m2, appelé de ce fait constante solaire.
Figure 1 Composantes du rayonnement global sur une surface inclinée

3. La cellule photovoltaïque
La cellule photovoltaïque est le composant électronique à la base des installations produisant
l’énergie électrique à partir du rayonnement solaire. Elle fonctionne selon le principe de l'effet
photoélectrique. Plusieurs cellules sont reliées entre elles pour former ce qu’on appelle un
module solaire photovoltaïque, par la suite, plusieurs modules sont regroupés pour former une
installation ou même une centrale solaire photovoltaïque

Figure 2: Centrale solaire photovoltaïque

La conversion directe de l'énergie solaire en électricité se fait par l'intermédiaire d'un


matériau semi-conducteur généralement le Silicium que l’on trouve en abondance sur Terre
(extrait de la Silice compris dans le sable). Lorsque les photons sont absorbés par un matériau
semi-conducteur, ils cèdent toute leur énergie aux atomes appartenant à la jonction PN, ceci
donne naissance à plusieurs paires électrons/trous. Le nombre de ces paires formées dépend
de l’énergie des photons incidents et du matériau utilisé.
Figure 3 : Principe de fonctionnement d’une cellule photovoltaïque

4. Le rendement d’un panneau photovoltaïque


Le rendement d’un panneau solaire photovoltaïque dépend des technologies utilisées lors de
sa fabrication. Il existe plusieurs types dont les plus connus sont les panneaux PV à base de
cellules en Silicium poly cristallin, Silicium monocristallin, Silicium amorphe, les cellules
multi-jonctions, etc. Chacune de ces technologies présente des avantages et des inconvénients.
En particulier, le rendement, qui est généralement le critère de choix, dépend des conditions
climatiques du lieu d'installation (dans les régions caractérisées par des températures élevées,
les systèmes au Silicium amorphe sont préférés à ceux au mono ou poly cristallin).

5. Positionnement
Comme mentionné auparavant, l’énergie fournie par le panneau PV dépend fortement de la
quantité d’éclairement solaire absorbée par ce dernier. Cette quantité dépend de l'orientation
du panneau par rapport au soleil. Pour collecter le maximum d'énergie, le panneau PV doit
être constamment orienté perpendiculairement aux rayons solaires.

Figure 4: Dépendance des performances d’un panneau PV de l’angle ß

Avec : ß l’angle formé entre le plan du panneau et les rayons lumineux incidents, l’angle
optimal correspond à un angle de 90° comme indiqué dans la figure (I.10). Chaque fois
que cet angle diminue ou augmente, la surface (m²) du panneau exposée aux rayons diminue
et donc en partant de la puissance produite, le rendement diminue aussi, d’où l’importance de
l'orientation des panneaux par rapport à la position du Soleil [9]. Le rendement en puissance
solaire exploitée peut être calculé à l’aide de l’équation suivante :
RN = sin (ß) × 100

Figure 5: Rendement en puissance solaire exploitée en fonction de l'angle ß des rayons solaires

Positionnement (angle d’inclinaison) Un autre facteur qui influence sur les performances du
panneau PV est l’angle d’inclinaison, qui correspond à l’angle formé par le plan du panneau
solaire par rapport à l’horizontale (le plan du sol).

Figure 6 Représentation de l’angle d’inclinaison θ

6. Conclusion
Dans ce chapitre nous avons démontré la nécessité de déterminer avec exactitude les
trajectoires empruntées par le soleil, de manière à définir la meilleure façon avec laquelle sera
effectué le suivi automatique. Nous avons aussi présenté un état de l’art sur les méthodes de
suivi. Un intérêt particulier a été porté à la technique de suivi active ou asservi reposant sur le
principe du repérage via des capteurs de lumière. C’est cette technique qu’on a adoptée et qui
va être étudiée en vue d'une réalisation matérielle. Dans le chapitre qui suit, nous allons
parler sur le choix du matériel et les dispositifs utilisés afin de réaliser notre suiveur.
Introduction

Dans ce chapitre, on présentera une vue d'ensemble du dispositif expérimental que nous avons
réalisé «Suiveur Solaire à Base de capteurs de lumière». Ce système suiveur est constitué
d’une partie mécanique qui sert à supporter le panneau et le diriger vers le rayonnement
perpendiculaire du soleil et également une partie électronique constituée des capteurs solaires,
une carte microcontrôleur « Arduino » et des moteurs électriques.

Schéma synoptique

Présente schéma synoptique général de notre réalisation. Le système suiveur du soleil que
nous proposons pour améliorer le rendement du panneau photovoltaïque est illustré par un
schéma synoptique. Ce système est basé sur la comparaison des tensions délivrer par des
capteurs photovoltaïque et envoyer ces tension ver la carte microcontrôleur « Aduino ». Elles
vont être converti dans cette dernière en valeur numérique puis on fait la comparaison et gère
la commande des deux moteurs à fin de rétablir la position d’équilibre entre les capteurs pour
avoir un grand rendement.

Capteurs de lumière
Casd

Circuit de commande

Circuit de puissance

Etude des différents blocs


Analyse fonctionnelle
Figure 7:diagramme A-0

Figure 8:bête a corne


Figure 9:digramme de pieuvre

Fonction
FP1 pointer le panneau solaire en direction de soleil

FC1 être esthétique

FC2 faciliter la maintenance

FC3 répondre aux normes de sécurités

FC4 résisté aux intempéries et autres éléments extérieurs

FC5 être écologique

FC6 produire une tension de sortie

7. Diagramme FAST
8. Les capteurs de lumière ( photo résistor(LDR)) :
Le capteur qu’on a utilisé est la photorésistance ou LDR. C’est un composant dont la valeur
en Ohms dépend de la lumière à laquelle elle est exposée .En effet, sa résistance varie en
fonction du flux lumineux incident, elle est inversement proportionnelle à la lumière reçue. Le
choix s’est porté sur cette dernière vu que son temps de réponse est beaucoup plus court par
rapport à la photodiode.

Figure 10: Circuit équivalent du capteur LDR

9. Le circuit de commande

Le circuit de commande de notre système est basé complètement sur un circuit programmable
dit « Arduino », l’avantage de ce dernier est de minimiser la surface des cartes électriques
donc on minimise l’utilisation des quantités des composants électroniques.

10. Définition de la carte Arduino


Arduino est une plate-forme de prototypage d'objets interactifs à usage créatif constituée
d'une carte électronique et d'un environnement de programmation.
11.Arduino uno
L’Arduino uno est une carte microcontrôleur basée sur l’ATmega328. Elle est dotée de 14
broches Entrées/Sorties numériques dont 6 en PWM et 6 configurables en entrées
analogiques, d'un oscillateur à quartz 16 MHz, d'une connexion USB, d'un jack
d'alimentation, d'un support ICSP et d'un bouton reset. La carte ARDUINO UNO est livrée
prête à fonctionner, il suffit de la connecter à un ordinateur par le câble USB et de l'alimenter
à l'aide d'un adaptateur USB ou de piles.

Figure 11:carte arduino

12. Carte interface.


• Le 5V nécessaire au fonctionnement du L293D (double pont en H) sera fait par un
régulateur placé sur le veroboard à partir du 24V alimentant l’automate. Les connexions à
l’automate et aux bobinages du moteur se font par borniers. • Les signaux de sorties de
l’automate étant de 24V, il faut limiter ces tensions de commande de manière à ne pas
dépasser 5V à l’entrée du pont en H.
1.7 Principe de fonctionnement d’un servomoteur
Un servomoteur est, comme son nom l'indique, un moteur mais avec quelques spécificités en
plus. Contrairement à un moteur classique qui est utilisé pour tourner avec une vitesse
proportionnelle à un courant ou à une tension, un servomoteur est utilisé pour obtenir une
position.
1. L'aspect physique d'un servomoteur Un servomoteur est généralement un bloc noir ou bleu
avec un petit plateau rotatif sur le dessus. De ce bloc partent 3 fils dont les couleurs sont
généralement les suivantes :
• Noir : Masse
• Rouge : Alimentation
• Jaune ou blanc : La commande

Un servomoteur est principalement caractérisé par :


• Sa vitesse de rotation pour aller à la position désirée en rad/s ou sec/60° • Son couple (torque
en anglais) qui signifie la force que le servomoteur peut dégager pour garder la position
souhaitée en kg/cm ou en Nm.
L'unité kg/cm signifie le poids que peut supporter le servomoteur en considérant
qu'on y a fixé une tige de 1 cm. Pour être plus clair voici un petit dessin.
Les applications Les servomoteurs sont très utilisés dans le modélisme pour
orienter les roues pour les voitures, le gouvernail pour les bateaux etc...
Cependant, ils sont souvent chers avec un prix variant de 10 Euros à plus de 150
Euros. Il est donc important de bien déterminer son besoin. Par exemple, il peut
être préférable d'utiliser un moteur classique et d'effectuer un asservissement de
position. La solution revient moins cher en matériel, mais nécessite des
connaissances en asservissement et en électronique de puissance ainsi que du
temps de développement en plus. Un vérin linéaire sera bien plus adapté pour
une application avec de vrai panneaux solaires.