Sie sind auf Seite 1von 59

Optique

géométrique

L. Zimmermann
Athénée royal d’Uccle 1
Table des matières
Table des matières ............................................................................................................................. 2

Introduction......................................................................................................................................... 5

Chapitre 1. Propagation de la lumière.......................................................................................... 6


1.1. Lumière — Sources lumineuses ..................................................................................................6
a) Sources intrinsèques et par diffusion.........................................................................................6
1.2. Milieux transparents, opaques, translucides .............................................................................6
1.3. Propagation de la lumière............................................................................................................7
1.4. Célérité de la lumière...................................................................................................................8
a) Exercices ......................................................................................................................................9
1.5. Rayons – Faisceaux – Pinceaux lumineux..................................................................................9
1.6. Applications [•] ...........................................................................................................................10
a) Chambre noire ...........................................................................................................................10
b) Ombre — Pénombre — Pleine lumière ....................................................................................10
c) Éclipses .......................................................................................................................................11

Chapitre 2. Réflexion et réfraction .............................................................................................. 13


2.1. Réflexion et réfraction sur un dioptre plan ..............................................................................13
a) Expérience 1...............................................................................................................................13
b) Terminologie ..............................................................................................................................13
c) Expérience 2 ...............................................................................................................................14
d) Conclusions : ..............................................................................................................................14
2.2. Lois de Descartes........................................................................................................................15
a) 1re loi ...........................................................................................................................................15
b) 2e loi — Loi de la réflexion ........................................................................................................15
c) 3e loi — Loi de la réfraction .......................................................................................................15
d) Exercices ....................................................................................................................................16
2.3. Principe de retour inverse de la lumière [•] .............................................................................16
a) Cas de la réfraction ...................................................................................................................16
b) Cas de la réflexion .....................................................................................................................17
c) Conclusion ..................................................................................................................................17
2.4. Lames à faces parallèles [••] .....................................................................................................17
a) Expérience..................................................................................................................................17
b) Explication .................................................................................................................................17
c) Exercice.......................................................................................................................................17
2.5. Indice de réfraction absolu [••]..................................................................................................18
2.6. Loi de Snell .................................................................................................................................18
a) Formulation de la loi .................................................................................................................18
b) Exercices ....................................................................................................................................19
2.7. Réfringence .................................................................................................................................19
a) Exercices ....................................................................................................................................20
2.8. Angles limites et réflexion totale...............................................................................................20
a) Angle de réfraction limite — Angle d’incidence limite............................................................20

Version du 04.12.2003 2
b) Réflexion totale ..........................................................................................................................21
c) Remarques..................................................................................................................................21
d) Exercices ....................................................................................................................................22
e) Applications................................................................................................................................23
f) Exercices .....................................................................................................................................25
2.9. Dispersion des couleurs..............................................................................................................25
a) Exercices ....................................................................................................................................27
2.10. Exercices supplémentaires [••]................................................................................................27

Chapitre 3. Objets et images .......................................................................................................... 29


3.1. Points objets et images — Points réels et virtuels ...................................................................29
b) Exercice ......................................................................................................................................31
3.2. Caractérisation d’une image......................................................................................................31

Chapitre 4. Les miroirs plans ........................................................................................................ 32


4.1. Image d’un objet réel donnée par un miroir plan.....................................................................32
4.2. Image d’un objet virtuel donnée par un miroir plan ................................................................32
4.3. Exercices .....................................................................................................................................33

Chapitre 5. Les lentilles .................................................................................................................. 35


5.1. Classification des lentilles .........................................................................................................35
5.2. Lentilles convergentes et lentilles divergentes ........................................................................36
a) Expériences ................................................................................................................................36
b) Interprétation ............................................................................................................................36
c) Conclusions.................................................................................................................................37
d) Exercices ....................................................................................................................................37
5.3. Propriétés des lentilles minces ..................................................................................................38
a) Notion de lentille mince ............................................................................................................38
b) Centre optique d’une lentille mince .........................................................................................38
c) Foyers d’une lentille mince........................................................................................................38
d) Constructions graphiques .........................................................................................................41
e) Formules des lentilles minces [•]..............................................................................................43
5.4. Applications ................................................................................................................................46
a) L’objectif photographique..........................................................................................................46
b) Le projecteur de diapositives ....................................................................................................48
c) Le rétroprojecteur ......................................................................................................................49
5.5. Les lentilles réelles — Aberrations ...........................................................................................50

Chapitre 6. Étude de quelques instruments .............................................................................. 51


6.1. L’œil.............................................................................................................................................51
a) Structure de l’œil .......................................................................................................................51
b) Accommodation..........................................................................................................................51
c) Pouvoir de résolution .................................................................................................................52
d) Défauts de la vue .......................................................................................................................52
6.2. La loupe.......................................................................................................................................53
a) Conditions d’emploi — Grossissement .....................................................................................53
b) Exercices ....................................................................................................................................54
6.3. La lunette astronomique............................................................................................................54
a) Description .................................................................................................................................54
b) Mise au point .............................................................................................................................55

Version du 04.12.2003 3
c) Grossissement ............................................................................................................................55
d) Luminosité de l’objectif .............................................................................................................56
e) Exercices.....................................................................................................................................56
6.4. Exercices récapitulatifs..............................................................................................................57

Chapitre 7. Notions utiles de trigonométrie.............................................................................. 58


7.1. Définitions fondamentales .........................................................................................................58
7.2. Table de valeurs trigonométriques............................................................................................58
7.3. Mesure des angles ......................................................................................................................59
7.4. Cas des petits angles ..................................................................................................................59

Version du 04.12.2003 4
Introduction
L’optique géométrique est la discipline qui traite de la propagation de la lumière modélisée en tant
que rayons lumineux. Elle se distingue de l’optique ondulatoire (ou optique physique), qui est, elle,
fondée sur un modèle plus fidèle et plus sophistiqué de la lumière, qui est considérée comme une
onde. L’optique géométrique permet de décrire de façon entièrement satisfaisante la formation
d’images dans tous les instruments d’optique usuels. Cependant des phénomènes secondaires, dus
à la diffraction des ondes lumineuses, se manifestent et le recours à l’optique ondulatoire s’impose
pour les traiter.
Dans ce cours, nous décrirons le modèle des rayons lumineux. Ensuite nous aborderons les phéno-
mènes de réflexion et de réfraction et les lois qui en rendent compte. Après cela, nous aborderons
le problème de la formation des images par les miroirs plans et les lentilles minces. Enfin, nous
aborderons le fonctionnement d’appareils d’optique centrés simples. Leur étude, ainsi que celle
des lentilles, se limitera à des conditions d’emploi dans lesquelles les rayons lumineux restent
toujours proches de l’axe optique et peu inclinés par rapport à lui (conditions de Gauss, rayons
paraxiaux) et qui permettent de nombreuses simplifications.

Version du 04.12.2003 5
Chapitre 1.
Propagation de la lumière
1.1. Lumière — Sources lumineuses
La notion de lumière s’oppose à celle d’obscurité. L’obscurité est l’absence de lumière. On explique
l’existence de lumière par la présence de sources lumineuses.

a) Sources intrinsèques et par diffusion


La clarté qui règne le jour est due à la présence du Soleil, notre
étoile. Comme les autres étoiles, il produit lui-même la lumière qu’il
rayonne dans l’espace.
La pleine Lune éclaire nos nuits sans nuages. Cependant seul son
hémisphère qui fait face au Soleil paraît lumineux (phases de la
Lune). La Lune ne rayonne de la lumière que parce qu’elle renvoie
une partie de celle qu’elle a reçue du Soleil. C’est également le cas
des planètes.
On distingue ainsi les sources lumineuses primaires ou intrinsèques
qui produisent elles-mêmes la lumière qu’elles émettent et les
sources secondaires ou par diffusion qui sont des objets éclairés par
d’autres sources et qui renvoient en partie la lumière qu’ils en reçoi-
vent.
Exemples. Le Soleil, les étoiles, une bougie, une ampoule électrique
à incandescence, un tube luminescent (incorrectement appelé « tube néon »), un laser sont des
sources lumineuses primaires ; elles brillent par elles-mêmes. La Lune, les planètes, un trait de
craie au tableau, un trou percé dans un écran éclairé par l’arrière sont des sources secondaires.
Parmi les sources lumineuses, on fait en outre la distinction entre :
• les sources ponctuelles, qui n’ont pas de dimensions apparentes (elles apparaissent comme des
points) ; exemples : trou d’aiguille dans un écran, source lointaine, étoile, etc. ;
• les sources étendues, qui présentent des dimensions apparentes appréciables (elles apparais-
sent comme des objets étendus) ; exemples : le Soleil, la Lune, tube lumineux, etc.

1.2. Milieux transparents, opaques, translucides


Selon leur comportement vis-à-vis de la lumière, les milieux sont répartis en trois catégories :
• Milieux transparents : ils se laissent traverser par la lumière ; on peut donc distinguer ce qui se
trouve derrière eux. Exemples : verre à vitres, air, vide, eau...
• Milieux translucides : ils laissent passer la lumière, mais on ne peut pas distinguer les objets
situés derrière eux. Exemples : papier, papier calque, verre dépoli, brouillard...
• Milieux opaques : ils ne se laissent pas traverser par la lumière. Exemples : mur, écran...
Cette classification est parfois ambiguë : une feuille de papier est considérée tantôt comme opa-
que, tantôt comme translucide ; l’aluminium est considéré comme opaque, mais il est partielle-
ment transparent en couche très mince (miroirs semi-réfléchissants, filtres métallisés).

Version du 04.12.2003 6
1.3. Propagation de la lumière
Les rais de lumière solaire dans une église, un faisceau de
lampe de poche dans la nuit, un rayon laser dans la
brume, etc. permettent de visualiser le trajet suivi par la
lumière.

Un rayon lumineux est la trajectoire selon laquelle


la lumière se propage.

Dans la suite, les rayons lumineux seront adoptés comme


modèle de représentation de la lumière.
Les observations qui viennent d’être citées montrent que
les rayons lumineux sont rectilignes. Il s’agit toutefois de situations particulières où la lumière se
propage dans un milieu (quelques mètres d’air) qui possède les mêmes propriétés optiques en tous
ses points. Sur des distances de cet ordre, l’air est optiquement homogène.

Un milieu est homogène s’il possède les mêmes propriétés en chacun de ses points.

Il n’en va cependant pas toujours ainsi.


• Une clé plate plongée dans l’eau semble brisée (la lumière pro-
venant de la partie immergée se propage d’abord dans l’eau et
ensuite dans l’air).
• Les objets éloignés semblent être animés de petits mouvement
d’ondulation ou d’agitation lorsque la lumière qui en provient
traverse des masses d’air rendues turbulentes par un chauffage
intense, par exemple lors de l’observation au-dessus d’une route
surchauffée en été.
• Un faisceau laser qui pénètre dans un récipient d’eau où
un sucre vient de se dissoudre suit une trajectoire incur-
vée (la concentration en sucre augmente progressivement
avec la profondeur, l’eau n’est donc pas homogène). Sur
l’illustration ci-contre, la lumière se propage de droite à
gauche et on peut remarquer qu’elle se réfléchit partielle-
ment sur le fond du récipient.
• Les mirages donnent parfois l’illusion de la présence
d’une étendue d’eau au beau milieu d’un désert. Il s’agit de phénomènes qui se manifestent
lorsque l’air est plus chaud et donc moins dense au niveau du sol. Au lieu d’être incurvés vers le
bas, les rayons lumineux peuvent alors être incurvés vers le haut et faire voir le bleu du ciel
dans une direction plus basse que celle de l’horizon.

• Lorsqu’il est au ras de l’horizon, le Soleil paraît aplati verticalement ; cet aspect s’explique par
le fait que les rayons lumineux qui proviennent de son bord supérieur et de son bord inférieur
ont suivi des trajectoires courbes lors de leur traversée de l’atmosphère terrestre (l’air se raréfie
avec l’altitude, l’atmosphère n’est donc pas homogène).
Si l’on considère un rayon qui provient du bord inférieur du Soleil et un rayon qui provient du
bord supérieur du Soleil, on voit sur le schéma que le premier effectue un parcours plus long
dans l’atmosphère et est de ce fait courbé davantage que le second rayon. La courbure des
rayons a pour effet de relever la direction dans laquelle leur source est vue. Le bord inférieur du
Soleil paraît donc relevé plus fort que son bord supérieur et son disque paraît donc aplati (le

Version du 04.12.2003 7
diamètre apparent du Soleil est voisin de 32,0’ ; lorsque son bord inférieur est vu sur l’horizon il
se trouve en réalité 36,6’ en dessous de l’horizon ; à ce moment son bord supérieur n’est relevé
que de 31,0’ ; l’aplatissement est de 5,6’ soit 17,5 %).

24,6’ +31,0’

Horizon

+36,6’ 32,0’

Observateur
Horizon

Soleil

Terre
Atmosphère

Ces phénomènes se manifestent dès que la lumière est amenée à traverser un milieu hétérogène
(le contraire d’homogène) du point de vue optique ou une succession de milieux différents. Ces
constatations conduisent au principe suivant :

Dans un milieu transparent homogène, les rayons lumineux sont rectilignes.

Dans un milieu hétérogène, les rayons lumineux sont généralement courbes. S’ils passent d’un
milieu à un autre, ils sont brisés.

1.4. Célérité de la lumière


La lumière se propage à une vitesse très élevée, qui dépend du milieu traversé. Elle est la plus
rapide dans le vide ; sa vitesse de propagation (ou célérité) y approche 300 000 km/s. La célérité de
la lumière dans le vide est une constante physique fondamentale 1 :
c = 299 792 458 m/s.
En 1969, les astronautes de Apollo 11 on déposé un premier réflecteur à cataphotes sur le sol
lunaire, destiné à renvoyer vers la Terre un peu de la lumière d’un puissant faisceau laser tiré
depuis un observatoire (voir exercices page 33). Quatre autres ont été déposés par les missions
Apollo 14 et Apollo 15 ainsi que par deux sondes automatiques. La mesure de la durée qui
s’écoule entre l’émission de l’impulsion lumineuse et la réception du faible signal réfléchi permet

1Depuis 1986, le mètre est défini comme la fraction 1 / 299 792 458 de la distance parcourue par la lumière dans le vide
en 1 seconde.

Version du 04.12.2003 8
de connaître la distance de la Lune avec une précision de quelques centimètres sur une distance
de 385 000 km environ !
Dès 1635, Galileo Galilei (Galilée) avait imaginé un moyen de déterminer la vitesse de propaga-
tion de la lumière : une nuit, en découvrant brièvement une lanterne, il enverrait un signal lumi-
neux à un assistant situé à grande distance de lui et qui, à sa réception, renverrait de la même
manière un autre signal lumineux ; après avoir mesuré la durée de l’aller et retour de la lumière
et la distance qui le séparait de son assistant, Galilée espérait calculer la vitesse de la lumière.
Malheureusement, la durée du trajet était si brève que les imprécisions des mesures dues aux
délais de réaction (réflexes) ne lui permirent pas de parvenir à un résultat. Il déduisit seulement
que la propagation de la lumière est très grande, voire instantanée.
En 1676, Olaüs Römer (un
astronome danois travaillant
à l’observatoire de Paris) par-
vient pour la première fois à
déterminer de la vitesse de
propagation de la lumière. Il Soleil Terre Jupiter
y parvient grâce à l’observa-
tion des quatre plus gros
satellites de Jupiter, décou-
verts en 1610 par Galilée. Ils
décrivent autour de la planète des orbites quasi circulaires avec une très grande régularité (entre
1,769 jour pour Io, le plus proche de la planète, et 16,689 jours pour Callisto, le plus éloigné). Ce
mouvement amène les trois premiers à être éclipsés à chaque révolution, lors de leur passage
dans l’ombre de Jupiter, avec la même régularité. Or, entre l’instant de l’opposition (situation
dans laquelle la planète est vue dans une direction diamétralement opposée à celle du Soleil) et
environ trois mois plus tard, les éclipses ont pris un retard de 8 min 20 s environ, qui est cepen-
dant résorbé à l’opposition suivante. Römer attribue ce retard au délai mis par la lumière pour
parcourir le supplément de trajet depuis Jupiter jusqu’à la Terre. Les dimensions absolues de
l’orbite de la Terre étant connues avec une précision acceptable depuis 1671 2, il lui a été possible
de déterminer la vitesse de la lumière. Sa valeur était proche de celle admise actuellement.

a) Exercices
1. Sur la base du texte qui précède, estimez le rayon de l’orbite terrestre (raisonnement inverse de
celui mené par Römer).
150 millions de kilomètres.
2. La distance de la Lune peut être déterminée par tir laser à environ 3 cm près. Quelle est la
longueur du « trait » lumineux ? Quelle est la durée de l’impulsion laser ? Si la durée entre
l’émission et la réception su signal est de 2,63 s, quelle est la distance de la Lune ?
3 cm ; 0,1 ns ; 394 500 km.
3. Calculez la longueur de l’année de lumière, qui est la distance parcourue par la lumière dans le
vide en un an.
9,46 × 1012 km.
4. Proxima Centauri, l’étoile la plus proche du Soleil, se situe à une distance de 4,3 années de
lumière. Combien de temps la lumière met-elle pour nous en parvenir ?
4,3 années.
5. Si le Soleil cessait soudainement de briller, après combien de temps la Terre serait-elle plongée
dans l’obscurité ? Le Soleil étant une sphère de 1,4 × 106 km de diamètre, comment le verrions-
nous s’éteindre ?
8 min 20 s ; d’abord le centre, puis le bord 2,3 s plus tard.

2 Mesure de la parallaxe de Mars entre Paris et Cayenne par Richer et Cassini.

Version du 04.12.2003 9
1.5. Rayons – Faisceaux – Pinceaux lumineux
Le concept de rayon lumineux est purement théorique ; il est impossible d’isoler un seul rayon
lumineux. En pratique, on ne considère jamais un seul rayon lumineux à la fois, mais bien un en-
semble de rayons lumineux. Un tel ensemble porte le nom de faisceau. On distingue trois catégo-
ries de faisceaux :
• divergent : les rayons semblent provenir d’une région restreinte de l’espace et s’écarter les uns
des autres. Exemple : la lumière émise par une ampoule électrique ;
• convergent : les rayons semblent se concentrer vers une petite région de l’espace. Exemple : la
lumière concentrée par une loupe ;
• parallèle : les rayons sont parallèles entre eux, ils
ne se rapprochent pas et ne s’écartent pas les uns
des autres. Exemples : la lumière provenant d’un
laser (les rayons émis divergent très faiblement ; on
mesure leur angle de divergence en milliradians),
du Soleil (la Terre se trouve tellement loin du Soleil
Faisceau Faisceau Faisceau
qu’en pratique les rayons qu’elle reçoit sont paral-
convergent parallèle divergent
lèles), d’une étoile, d’un point à l’infini.
Un pinceau est un faisceau extrêmement étroit dans lequel les rayons sont quasiment parallèles
entre eux. Par exemple : les rayons partant d’une source ponctuelle éloignée et pénétrant dans
notre œil. Dans la suite, on utilisera indifféremment la notion de pinceau ou de rayon lumineux.

1.6. Applications [•]


a) Chambre noire
Une chambre noire est une boîte percée à l’avant d’un
petit trou et fermée à l’arrière par un écran translucide
(verre dépoli, papier calque).
Elle fournit une reproduction renversée d’un objet lu-
mineux placé devant elle. Cette reproduction est
d’autant plus nette que le trou est plus petit et que la
longueur de la chambre est courte. Elle est d’autant plus lumineuse que le trou est grand et que
la longueur de la chambre est courte.
Le principe de la chambre noire est mis à profit pour la réalisation de photographies sans objectif,
celui-ci étant remplacé par un trou d’épingle (sténopé).

b) Ombre — Pénombre — Pleine lumière


Éclairons un objet opaque par une source ponctuelle et plaçons un écran derrière lui. Sur l’écran,
on observe l’ombre de l’objet. Elle a un contour net. L’ombre est la région de l’espace où ne par-
vient aucune lumière depuis la source et donc d’où il est impossible de voir la source.
Si on éclaire l’objet avec une source étendue, il se forme sur l’écran une ombre aux contours
dégradés mal définis, entourée d’une pénombre.

Ombre Ombre

S S

Pénombre

Version du 04.12.2003 10
• L’ombre est encore la région de l’espace où ne parvient aucune lumière et d’où il n’est possible
de voir aucun point de la source.
• La pénombre est la région de l’espace où parvient la lumière émise par certains points de la
source, mais pas celle émise par d’autres ; c’est aussi la région de l’espace d’où il n’est possible
de voir qu’une partie de la source.
• La pleine lumière est la région de l’espace où arrive la lumière provenant de chaque point de la
source et d’où on peut voir la source entière.

c) Éclipses
Éclipses de Soleil
Une éclipse de Soleil est un phénomène astronomique au cours
duquel le Soleil disparaît derrière la Lune (il s’agit en toute
rigueur d’une occultation du Soleil par la Lune). Une éclipse de
Soleil n’est donc évidemment possible qu’un jour de nouvelle
lune.
Lorsqu’une éclipse de Soleil se produit, elle est visible comme
éclipse totale (disque solaire entièrement masqué) uniquement
depuis les régions de la Terre qui sont plongées dans l’ombre de
la Lune. Il s’agit d’un ovale assez étroit (rarement plus de
300 km) qui balaie la surface terrestre, grossièrement d’ouest en
est, sur plusieurs milliers de kilomètres. Depuis les régions si-
tuées dans la pénombre de la Lune, l’éclipse n’est que partielle
(disque solaire en partie visible). En dehors, il n’y a pas d’éclipse visible. Si le cône d’ombre de la
Lune se termine avant d’atteindre la surface terrestre, l’éclipse n’est nulle part totale ; pour les
régions d’où l’on peut voir le disque lunaire se profiler en entier devant le disque solaire, il y a
éclipse annulaire.
Il se produit souvent deux éclipses de Soleil par an. Mais l’étroitesse des zones d’ombre et de pé-
nombre explique qu’elles passent rarement par le lieu où l’on se trouve. Ainsi, des quatre éclipses
qui ont eu lieu en l’an 2000, aucune n’a été visible depuis notre pays.
Éclipses de Soleil visibles à Uccle au début du XXIe siècle
31.05.2003 - Éclipse annulaire, en partie visible comme éclipse partielle.
03.10.2005 - Éclipse annulaire, entièrement visible comme éclipse partielle.
29.03.2006 - Éclipse totale, entièrement visible comme éclipse partielle.
01.08.2008 - Éclipse totale, entièrement visible comme éclipse partielle.
04.01.2011 - Éclipse partielle, en partie visible comme éclipse partielle.
20.03.2015 - Éclipse totale, entièrement visible comme éclipse partielle.
21.08.2017 - Éclipse totale, en partie visible comme éclipse partielle.

L’éclipse totale du 11 août 1999, par contre, a


pu être observée en tant que telle dans
l’extrême sud de la Belgique (photo ci-dessus
et carte ci-contre).

Version du 04.12.2003 11
Éclipses de Lune
Une éclipse de Lune est un phénomène astronomique au cours
duquel la Lune passe dans l’ombre de la Terre. Pour cette rai-
son, une éclipse de Lune n’est évidemment possible qu’une nuit
de pleine lune. N’étant alors plus éclairée directement par la
lumière du Soleil, mais uniquement par les rayons rougis qui
ont traversé l’atmosphère terrestre en suivant des trajectoires
incurvées, la Lune prend une teinte orangée ou cuivrée à rouge
au cours de l’éclipse.
Une éclipse est dite « par l’ombre » si au cours du phénomène
la Lune pénètre au moins en partie dans l’ombre de la Terre ; il
y a éclipse totale si elle y passe entièrement, éclipse partielle
dans les autres cas. Au contraire, si la Lune ne traverse que la
pénombre sans jamais s’avancer dans l’ombre, il y a éclipse
« par la pénombre ». Celles-ci sont généralement imperceptibles.
Les mêmes phases d’une éclipse de Lune sont visibles simultanément depuis tous les points du
globe terrestre pour lesquels la Lune est levée (en pratique, tout l’hémisphère plongé dans la
nuit).
La grandeur d’une éclipse exprime, en fonction du diamètre de la Lune, la distance maximale
dont son disque s’enfonce dans l’ombre. Elle est inférieure à 1 en cas d’éclipse partielle, supé-
rieure à 1 en cas d’éclipse totale.
Éclipses de Lune par l’ombre visibles à Uccle au début du XXIe siècle
09.01.2001 - Éclipse totale (1,186), entièrement visible.
16.05.2003 - Éclipse totale (1,124), seulement 1re moitié visible.
09.11.2003 - Éclipse totale (1,015), entièrement visible.
04.05.2004 - Éclipse totale (1,301), entièrement visible sauf début.
28.10.2004 - Éclipse totale (1,309), entièrement visible.
07.09.2006 - Éclipse partielle (0,177), seulement 2de moitié visible.
03.03.2007 - Éclipse totale (1,229), entièrement visible.
21.02.2008 - Éclipse totale (1,106), entièrement visible.
16.08.2008 - Éclipse partielle (0,801), entièrement visible sauf début de la phase par la pénombre.
31.12.2009 - Éclipse partielle (0,071), entièrement visible.
21.12.2010 - Éclipse totale (1,257), seulement entrée dans la pénombre et l’ombre visibles.
15.06.2011 - Éclipse totale (1,702), seulement 2de moitié visible.
10.12.2011 - Éclipse totale (1,102), seulement sortie de l’ombre et de la pénombre visibles.
25.04.2013 - Éclipse partielle (0,014), entièrement visible sauf début de la phase par la pénombre.
28.09.2015 - Éclipse totale (1,273), entièrement visible.
07.08.2017 - Éclipse partielle (0,246), seulement 2de moitié visible.

Version du 04.12.2003 12
Chapitre 2.
Réflexion et réfraction
Lorsqu’on éclaire un objet quelconque, on peut l’observer depuis des points situés dans toutes les
directions autour de lui. Ceci signifie que les rayons lumineux qui l’atteignent sont renvoyés dans
toutes les directions. Ce phénomène porte le nom de diffusion de la lumière. Il a plus particulière-
ment lieu lorsque la lumière touche une surface non polie.
Nous restreindrons notre étude à deux autres phénomènes, la réflexion et la réfraction de la
lumière, qui se produisent lorsqu’un rayon lumineux atteint une surface parfaitement polie ; si
celle-ci sépare deux milieux transparents différents, elle porte le nom de dioptre.
La réfraction est le phénomène par lequel la lumière subit une déviation en passant d’un milieu
dans un autre 3. Elle n’a lieu que si les deux milieux envisagés sont transparents. C’est la réfrac-
tion qui explique qu’un bâton immergé dans l’eau semble être brisé.
La réflexion est le phénomène par lequel la lumière est renvoyée dans le milieu duquel elle pro-
vient. Elle a toujours lieu à la rencontre d’une surface polie, que le second milieu soit transparent
(dioptre) ou opaque (miroir). Seule la proportion de lumière réfléchie change. Si le second milieu
est transparent et que toute la lumière est réfléchie, on parle de réflexion totale, sinon on parle de
réflexion vitreuse.

2.1. Réflexion et réfraction sur un dioptre plan


On étudiera les dioptres plans. Dans le cas d’un dioptre courbe, tout se passe comme avec un
dioptre plan qui serait tangent à la surface au point où arrive la lumière.

a) Expérience 1
On dispose d’une source (laser) fournissant un faisceau
étroit de rayons lumineux parallèles, par exemple un
laser. On dirige ce pinceau obliquement vers la tranche
plane polie d’une demi-lune en plexiglas (ou en verre). On Laser
examine ce qui se passe au niveau de ce dioptre plan.
On constate qu’une partie de la lumière est renvoyée dans
le milieu d’où elle vient (réflexion) et qu’une autre partie
de la lumière pénètre dans le verre en traversant le diop-
tre, tout en subissant un changement de direction (réfrac-
tion).

b) Terminologie
Réflexion et réfraction consistent toutes deux en un changement de la direction de propagation
des rayons lumineux.
• Lorsque la lumière repart dans le milieu d’où elle provient, sans avoir traversé le dioptre, le
changement de la direction de propagation de la lumière porte le nom de réflexion.
• Lorsque la lumière pénètre dans le second milieu après avoir traversé le dioptre, le changement
de la direction de propagation de la lumière porte le nom de réfraction.

3ou lorsque les propriétés optiques du milieu de propagation changent le long de son trajet (cf. les mirages, l’aplatisse-
ment du disque solaire, etc.).

Version du 04.12.2003 13
Le rayon qui arrive sur le dioptre est appelé rayon
Normale
incident. Rayon Rayon
Le rayon qui a subi une réflexion est appelé rayon incident i1 r1 réfléchi
réfléchi. Après réflexion, il repart dans le milieu
d’où il vient. c
Le rayon qui a subi une réfraction est appelé rayon I Dioptre
d Point
réfracté. Après réfraction, il pénètre dans le second r2
d’incidence
milieu. Rayon
r2 réfracté
Le point d’incidence (I) est le point où le rayon inci-
dent touche le dioptre et d’où repartent les rayons
réfléchi et réfracté.
Une normale est une droite perpendiculaire au dioptre. On considère la normale qui passe par le
point d’incidence ; c’est la normale au point d’incidence. Tous les angles seront toujours mesurés à
partir de la normale (jamais à partir du dioptre !)
Le plan défini par le rayon incident et la normale au point d’incidence est appelé plan d’incidence.
Les schémas ci-dessus représentent ce qui se passe dans le plan d’incidence.
L’angle compris entre la normale et le rayon incident est appelé angle d’incidence (noté i1).
L’angle compris entre la normale et le rayon réfléchi est appelé angle de réflexion (noté r1).
L’angle compris entre la normale et le rayon réfracté est appelé angle de réfraction (noté r2).

c) Expérience 2
On reprend la demi-lune et on la place sur un rapporteur.
Il est gradué de manière telle qu’il est possible d’y lire di-
rectement la valeur des angles d’incidence, de réflexion et Laser
de réfraction (cela pour autant que le point d’incidence
corresponde au centre du disque et que la normale au
point d’incidence soit dirigée vers les graduations 0°).

Pour différentes orientations du dioptre plan, on relève les


valeurs suivantes :

angle d’incidence angle de réflexion angle de réfraction sin i1


i1 r1 r2 sin r2

0° 0° 0° —
20 20 13 1,520
40 40 25,5 1,493
60 60 35,5 1,491
70 70 39 1,493
75 75 40 1,503
80 80 41 1,501
85 85 42 1,489

d) Conclusions :
a) Un rayon lumineux qui arrive perpendiculairement sur un dioptre le traverse sans changer de
direction.
b) L’angle de réflexion est identique à l’angle d’incidence (aux éventuelles erreurs de mesure
près).

Version du 04.12.2003 14
c) Il n’y a pas de proportionnalité entre l’angle d’incidence et l’angle de réfraction ; un graphique
de r2 en fonction de i1 montre que ces angles sont liés par une relation non linéaire (ci-dessous à
gauche). Cependant, un graphique de sin (r2) en fonction de sin (i1) fait apparaître une relation
linéaire (ci-dessous à droite). On note aussi dans le tableau ci-dessus que le quotient des sinus
prend toujours pratiquement la même valeur, quel que soit l’angle d’incidence.

90 1
r2 sin (r 2)
75
0,8

60
0,6
45
0,4
30

0,2
15
i1
sin (i 1)
0 0
0 15 30 45 60 75 90 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1

2.2. Lois de Descartes


Les lois de Descartes sont déduites des constatations précédentes.

a) 1re loi
Le rayon réfléchi et le rayon réfracté sont contenus dans le plan d’incidence, déterminé par le
rayon incident et la normale au point d’incidence. (Le rayon incident, le rayon réfléchi, le rayon
réfracté et la normale au point d’incidence sont coplanaires.) Ils sont situés au-delà de la normale
par rapport au rayon incident.

b) 2e loi — Loi de la réflexion


Le rayon réfléchi se trouve de l’autre côté de la normale par rapport au rayon incident (la lumière
a traversé la normale, mais elle n’a pas traversé le dioptre). L’angle de réflexion est égal à l’angle
d’incidence.
r1 = i1 .
En d’autres termes, le rayon réfléchi est symétrique au rayon incident par rapport à la normale
au point d’incidence.

c) 3e loi — Loi de la réfraction


Le rayon réfracté se trouve de l’autre côté de la normale par rapport au rayon incident (la lumière
a traversé la normale, ainsi que le dioptre). Il existe un rapport constant entre le sinus de l’angle
d’incidence et le sinus de l’angle de réfraction :
sin i1
= N 2 /1 .
sin r2

La valeur de la constante N2/1 dépend de la nature des deux milieux en présence ainsi que, dans
une moindre mesure, de la couleur de la lumière utilisée (voir le paragraphe Dispersion des
couleurs à la page 25). On l’appelle indice de réfraction relatif du second milieu par rapport au
premier.

Version du 04.12.2003 15
d) Exercices

6. Sur la figure ci-contre, un dioptre est représenté par un trait épais et


les rayons lumineux par des traits plus fins. Quels sont les angles d’inci- d
c
dence, de réflexion et de réfraction ? e
b
f
a
g

7. Un rayon lumineux se propage dans l’eau et se réfracte dans une substance inconnue X. On a
mesuré l’angle de réfraction pour différents angles d’incidence. Vérifiez si la 3e loi de Descartes
est satisfaite.
angle d’incidence 10° 30° 50° 70°
angle de réfraction 9° 26° 43° 56°
1,13.
8. Voici un tableau de valeurs des angles i1 et r2. Sont-elles proportionnelles ? Sont-elles réalistes,
si l’on sait que la 3e loi de Descartes décrit correctement la réfraction de la lumière ?
angle d’incidence 15° 30° 45° 60° 75°
angle de réfraction 10° 20° 30° 40° 50°
Oui, non.
9. Grâce aux mesures fournies dans le tableau suivant, vérifiez (tableau, graphique) si la 3e loi de
Descartes est satisfaite. Que vaut l’indice de réfraction relatif N2/1 ?
angle d’incidence 10° 25° 40° 55° 70° 85°
angle de réfraction 7° 16° 25° 33° 38° 41°
Oui, 1,52.
10. D’après les mesures du tableau de la page 14, indiquez si l’on peut déterminer l’indice de
réfraction relatif de l’air par rapport au plexiglas ou du plexiglas par rapport à l’air et donnez-en
la valeur approximative.
Nplexiglas/air ; environ 1,5.
11. Voici un tableau de valeurs des angles i1 et r2. Déterminez l’indice de réfraction relatif du se-
cond milieu par rapport au premier et complétez les angles manquants.
angle d’incidence 33° 54° ? 77°
angle de réfraction ? 46° 53° 60°
1,125 ; 29° ; 64°.

2.3. Principe de retour inverse de la lumière [•]


a) Cas de la réfraction
Expérience
L’expérience précédente (page 14) a montré que si un rayon S
lumineux se propageant dans l’air arrive sous un angle
i1 r’1
d’incidence i1 = 40°, il se réfracte dans le plexiglas sous un air
angle r2 = 26°. En retournant le dispositif (ou en renvoyant le
rayon réfracté sur lui-même à l’aide d’un petit miroir plan), plexiglas
on peut diriger un rayon se propageant dans le plexiglas et r2 i’2
arrivant sur le dioptre sous un angle d’incidence i’2 = 26°. On
constate que le rayon se réfracte dans l’air sous un angle S
r’1 = 40°.

Version du 04.12.2003 16
On constate que, après retournement, le rayon repasse exactement par le même chemin, même
après avoir retraversé le dioptre en sens contraire.

Conclusion
Si on renverse le sens de propagation de la lumière, le trajet suivi par la lumière reste le même.

b) Cas de la réflexion
De manière tout à fait évidente, cette conclusion est également vraie dans le cas de la réflexion
(symétrie du rayon incident et du rayon réfléchi par rapport à la normale).

c) Conclusion
Le principe de retour inverse s’énonce comme suit, à la fois pour la réflexion et pour la réfraction
de la lumière :

La lumière peut parcourir le même trajet indifféremment dans les deux sens.

2.4. Lames à faces parallèles [••]


a) Expérience
Un rayon lumineux se propageant dans l’air (milieu 1)
arrive sur une lame à faces parallèles en verre (milieu 2).
Il se réfracte une première fois à l’entrée de la lame et une c
seconde fois à la sortie. On constate que, quel que soit
l’angle d’incidence initial, le rayon émergent est toujours c
parallèle au rayon incident. Le rayon lumineux a simple- d c
ment subi un décalage latéral dont la grandeur croît avec d
l’angle d’incidence. c

b) Explication
Remarquons d’abord que l’angle d’incidence i2 sur le second dioptre milieu 1 milieu 2 milieu 1
est identique à l’angle de réfraction r2 sur le premier dioptre
(angles alternes internes). La réfraction qui se produit au point B r1
correspond donc à la situation inverse de la réfraction au point A. i2 B
En vertu du principe de retour inverse, l’angle de réfraction r1 est
A r2
donc identique à l’angle d’incidence i1. Le rayon émergent est donc i1
bien parallèle au rayon incident.

c) Exercice

12. Grâce aux deux premiers schémas de la figure ci- c d e c


20° 20°
contre, tracez avec les angles corrects le trajet suivi
par le rayon lumineux qui arrive sur la lame à faces c c
parallèles avec un angle d’incidence de 20°. d e
10° ; 25° ; 20°. 10° 25°

Version du 04.12.2003 17
2.5. Indice de réfraction absolu [••]
La 3e loi de Descartes exprime que, pour un dioptre entre deux milieux donnés, le rapport des
sinus des angles d’incidence et de réfraction conserve une valeur constante quel que soit l’angle
d’incidence. Toutefois, cette constante (l’indice de réfraction relatif N2/1) dépend des deux milieux
présents de part et d’autre du dioptre. Elle n’est donc caractéristique ni de l’un, ni de l’autre. Afin
d’obtenir une grandeur qui caractérise les propriétés optiques de chaque substance, on convient
de les comparer toutes à un même milieu de référence : le vide. On observe par conséquent com-
ment la lumière se réfracte en passant du vide dans le milieu donné.
Le rapport du sinus de l’angle d’incidence dans le vide (ivide) et de l’angle de réfraction dans le mi-
lieu en question (rX) est, par définition, l’indice de réfraction absolu (symbole : nX) de ce milieu.
sin ivide
nX ≡ N X/vide = .
sin rX

Comme les indices de réfraction relatifs, les indices de réfraction absolus dépendent également de
la couleur de la lumière (voir le paragraphe Dispersion des couleurs à la page 25).
En particulier, si les deux milieux sont le vide, la lumière n’est pas déviée, les deux angles sont
égaux (ivide = rX) et il résulte évidemment que :
nvide = 1 .
En formant un dioptre entre le vide et n’importe quelle substance (solide !), il est possible d’en
déterminer directement l’indice de réfraction absolu par voie expérimentale. Le tableau ci-dessous
en donne leur valeur approximative pour quelques substances et pour la lumière jaune. Toutes les
substances possèdent un indice de réfraction absolu supérieur à 1.

Milieu n
vide 1 (exact)
air 1,00029
eau 1,33
verre ordinaire 1,5
sulfure de carbone 1,63
diamant 2,42

On peut démontrer (en utilisant le principe de retour inverse et la propriété des lames à faces pa-
rallèles) qu’entre les indices de réfraction absolus n1 et n2 de deux milieux et leur indice de réfrac-
tion relatif N2/1 il existe la relation suivante :
n2
N 2 /1 = .
n1

2.6. Loi de Snell


a) Formulation de la loi
En rassemblant la 3e loi de Descartes (pour la réfraction) et la relation entre indices de réfraction
absolus et relatifs ci-dessus, on trouve :
sin i1 n
= N 2 /1 = 2 .
sin r2 n1

En effectuant le produit croisé des membres extrêmes, on trouve finalement :


n1 ⋅ sin i1 = n2 ⋅ sin r2 .

Version du 04.12.2003 18
Cette forme symétrique de la loi de la réfraction porte le nom de loi de Snell. Elle permet de cal-
culer exactement le chemin suivi par n’importe quel rayon lumineux, à condition de connaître
avec précision les indices de réfraction absolus n des milieux traversés.

b) Exercices
13. Un rayon lumineux se propage dans l’air et arrive sur un dioptre air/eau. Déterminez la ma-
nière dont il se réfracte s’il tombe sous les incidences suivantes : 0°, 30°, 60°, 90°
0° ; 22,1° ; 40,6° ; 48,8°.
14. Déterminez dans quelle direction par rapport à l’horizontale un plongeur dans l’eau voit le
Soleil qui se couche sur la mer (on supposera que la mer est horizontale sans vague et le Soleil
ponctuel).
41,2°.
15. Un rayon lumineux qui se propage dans de la glycérine arrive sous un angle d’incidence de
31,5° sur un dioptre avec de l’eau. Il se réfracte sous un angle de réfraction de 35,3°. Quel est
l’indice de réfraction absolu de la glycérine ?
1,474.
16. Une étoile est vue depuis le sol dans une direction inclinée de 60° au-dessus de l’horizon. En
négligeant la courbure de la Terre et en assimilant l’atmosphère à une couche d’air homogène,
déterminer la direction réelle de l’étoile et la valeur de la réfraction atmosphérique (angle dont le
rayon a été dévié). En dehors de l’atmosphère règne le vide.
59,990° ; 0,010° = 36’’.

2.7. Réfringence
a) Définition
On dit qu’un milieu est plus réfringent qu’un autre si son indice de réfraction absolu est supérieur
à celui de l’autre milieu. Inversement, on dit qu’un milieu est moins réfringent qu’un autre si son
indice de réfraction absolu est inférieur à celui de l’autre milieu.
Toutes les substances sont légèrement plus réfringentes pour de la lumière bleue que pour de la
lumière rouge (voir plus loin). Le vide est le milieu le moins réfringent (nvide = 1, nmatière > 1).

b) Description qualitative de la réfraction


Considérons un rayon lumineux qui passe d’un n2 > n1 n2 < n1
milieu n° 1 à un milieu n° 2 plus réfringent
(schéma de gauche). Dans ce cas : i1 i1

n2 > n1. c c
Par conséquent, pour conserver l’égalité de la d d
loi de Snell, il faut que sin (r2) < sin (i1) et donc :
r2 r2
r2 < i1.
r2 < i1 r2 > i1
Conclusion :

lorsqu’un rayon lumineux passe d’un milieu moins réfringent dans un milieu plus
réfringent, il se rapproche de la normale.

De la même manière, on peut montrer (schéma de droite) que :

lorsqu’un rayon lumineux passe d’un milieu plus réfringent dans un milieu moins
réfringent, il s’écarte de la normale.

Version du 04.12.2003 19
c) Exercices
17. Citez un milieu moins réfringent et un milieu plus réfringent que le verre (voir le tableau à la
page 18).

18. D’après les deux premiers schémas ci-contre, classez


les milieux par réfringence croissante. Déterminez ensuite 1 1 2
comment le troisième rayon se réfractera. 2 3 3
n2 < n1 < n3.
19. Poursuivez le trajet du rayon lumineux de manière vraisemblable
dans les cas suivants : n1
a) n1 < n2 < n3 ; b) n1 > n2 > n3 ; c) n1 > n2 = n3 ;
d) n1 > n2 et n3 = n1 (une justification mathématique s’impose). n2
n3

20. Voici trois rayons qui se propagent dans l’air, vers l’œil d’un obser-
vateur, et qui proviennent d’un point P situé sous l’eau. a) Déterminez
Air
graphiquement de quel point P’ la lumière semble provenir pour cet
observateur. b) Le point P réellement à l’origine des rayons se situe-t-il Eau
au même endroit ? c) Une piscine dont l’eau est calme a-t-elle vraiment
la profondeur qu’elle semble avoir vue du bord, une profondeur plus
grande ou une profondeur plus petite ?

2.8. Angles limites et réflexion totale


a) Angle de réfraction limite
Observation
Reprenons les mesures des angles d’incidence et de réfraction de la page 14 et le graphique de r2
en fonction de i1. Dans ce cas, le second milieu est plus réfringent que le premier. On constate que
lorsque l’angle d’incidence augmente jusqu’au voisinage de 90°, l’angle de réfraction augmente
également, mais atteint une valeur maximale, voisine de 42°.

Généralisation
La valeur maximale de l’angle de réfraction est
n1 90°
appelée angle de réfraction limite (rlim). C’est c
l’angle sous lequel se réfracte un rayon lumineux
arrivant en incidence rasante (i1 = 90°), lorsqu’il d
passe d’un milieu moins réfringent dans un milieu n2 > n1 rlim
plus réfringent (n2 > n1). Appliquons la loi de Snell
dans ce cas (4e schéma ci-contre, i1 = 90°, r2 = rlim) :
n1 ⋅ sin 90° = n2 ⋅ sin rlim

n1
sin rlim = (pour n2 > n1).
n2

Lorsque de la lumière se propage d’un milieu moins réfringent vers un milieu plus réfringent, elle
pourra toujours se réfracter (en se rapprochant de la normale), mais l’angle de réfraction ne
dépassera jamais l’angle de réfraction limite.

Version du 04.12.2003 20
b) Angle d’incidence limite — Réflexion totale
À partir des observations qui viennent d’être réalisées, le principe de retour inverse prévoit que
lorsque de la lumière se propage en sens contraire, d’un milieu plus réfringent vers un milieu
moins réfringent, elle se réfractera en s’écartant de la normale, pour autant que l’angle d’inci-
dence soit inférieur à l’angle limite qui apparaît ici comme un angle d’incidence limite. Mais
que se passera-t-il si l’angle d’incidence est supérieur à cet angle limite ?

Expérience
En retournant la demi-lune utilisée jusqu’à présent, envoyons dans le verre un rayon lumineux
qui parvient sur le dioptre sous un angle de plus en plus grand. On constate que, au fur et à me-
sure que l’angle d’incidence se rapproche de 42°, la lumière se réfracte dans l’air sous un angle qui
se rapproche de 90°. Aux grands angles, le rayon réfracté s’affaiblit visiblement, tandis que le
rayon réfléchi s’intensifie. Dès que l’angle d’incidence dépasse 42°, on n’observe plus de rayon
réfracté. Par contre, l’intensité du rayon réfléchi s’est considérablement renforcée : la lumière
n’est plus réfractée, mais est totalement réfléchie.

Conclusion
Lorsque de la lumière se propage d’un milieu plus réfringent vers un milieu moins réfringent,
deux cas sont possibles :
• soit l’angle d’incidence est suffisamment faible et
ilim n1
la lumière pénètre dans le second milieu après
réfraction ;
c
d 90° n2 < n1
• soit l’angle d’incidence est trop grand et la lumi-
ère est intégralement réfléchie vers le milieu d’où
elle vient ; c’est le phénomène de réflexion totale.
La frontière entre ces deux cas est la situation où l’angle d’incidence prend une valeur particu-
lière, appelée angle d’incidence limite. Le rayon réfracté rase alors le dioptre et est fort affaibli,
tandis que le rayon réfléchi s’intensifie.
L’angle d’incidence limite (ilim) est l’angle d’incidence d’un rayon incident qui se réfracte en rasant
le dioptre (r2 = 90°). Dans ce cas (i1 = ilim et r2 = 90°), la loi de Snell donne :
n1 ⋅ sin ilim = n2 ⋅ sin 90°

n2
sin ilim = (pour n2 < n1).
n1

c) Remarques
• Les calculs des angles d’incidence et de réfraction limites sont semblables, si l’on remarque que
leur sinus est toujours obtenu par le rapport du plus petit indice de réfraction par le plus grand.
(Sur la version en couleurs, on note que les deux milieux ont été permutés, mais pas les noms de
leurs indices de réfraction absolus ; en effectuant cette permutation, on retrouve exactement la
même fraction que pour le calcul de sin rlim.)
• Lorsqu’on connaît un angle limite pour la lumière se propageant dans un sens, on connaît auto-
matiquement l’autre angle limite pour la lumière se propageant en sens contraire (principe de
retour inverse).
• La réflexion totale n’est possible qu’à une double condition :
1. le second milieu doit être moins réfringent que le premier (n2 < n1),
2. l’angle d’incidence doit être plus grand que l’angle d’incidence limite (i1 > ilim).

Version du 04.12.2003 21
d) Exemple
Cette photographie a été prise lors d’un entraîne-
ment en piscine, par un plongeur sous l’eau, en vi-
sant légèrement vers le haut. La plus grande partie
de la photo est occupée par le reflet du fond de la
piscine, visible par réflexion totale sur la surface
agitée de l’eau (les reflets des lignes qui délimitent
les couloirs sont très déformées). On distingue aussi
un autre plongeur et son reflet (également très
déformé). Les structures du bâtiment lui-même ne
sont visibles que dans la partie supérieure de la
photo.

e) Exercices
21. Choisissez sur la photo un point où l’on voit le fond en réflexion totale. À cet endroit arrive
aussi de la lumière venant d’un mur ou du plafond. Or on ne la voit pas ; que lui est-il arrivé ? a-t-
elle également subi une réflexion totale ?

22. D’après les deux schémas ci-contre, déterminez si une réflexion totale pourrait se produire
(pour un autre rayon que celui qui est représenté) s’il se dirigeait :
a) du milieu X vers le milieu Y ; b) du milieu X vers le milieu Z ; c) du X X
milieu Y vers le milieu X ; d) du milieu Y vers le milieu Z ; e) du milieu Y Z
Z vers le milieu X ; f) du milieu Z vers le milieu Y. (Indice : classez les
milieux par ordre de réfringence.)
a) oui ; b) non ; …
23. Quel est l’angle limite pour un dioptre eau-diamant (indice du diamant : n = 2,42) ?
33,33°.
24. Un rayon lumineux qui arrive sur un dioptre sous un angle d’incidence de 47° le traverse et se
réfracte sous un angle de réfraction de 38°. Que vaut l’angle limite pour ce dioptre ? S’agit-il d’un
angle d’incidence limite ou d’un angle de réfraction limite ?
rlim = 57,3°.
25. Sachant que l’angle limite est de 60° pour de la lumière passant de l’eau dans un milieu incon-
nu X, moins réfringent que l’eau, déterminer : a) s’il s’agit d’un angle d’incidence limite ou d’un
angle de réfraction limite ; b) l’indice de réfraction absolu de ce milieu.
ilim ; n = 1,15.
26. Sachant que l’angle limite est de 60° pour de la lumière passant de l’eau dans un milieu Y,
plus réfringent que l’eau, déterminer : a) s’il s’agit d’un angle d’incidence limite ou d’un angle de
réfraction limite ; b) l’indice absolu de ce milieu.
rlim ; n = 1,54.

Version du 04.12.2003 22
f) Applications
Prismes à réflexion
Prisme à réflexion totale. — Il s’agit d’un prisme droit en verre,
dont la base est un triangle rectangle isocèle (un angle droit et deux
angles de 45°). Pour un dioptre verre / air, l’angle limite est un
A
angle d’incidence limite et sa valeur approximative est de 42°.
Si des rayons lumineux pénètrent dans le prisme perpendiculaire-
B
ment à l’une des petites faces, ils rencontrent la face oblique (hypo-
ténuse) en des points d’incidence tels que A ou B sous un angle
d’incidence de 45°, supérieur à
l’angle limite. Ils subissent
donc une réflexion totale et
repartent à angle droit. Ils parviennent ensuite perpendi-
culairement sur l’autre petite face et ressortent du prisme.
Un tel prisme se comporte donc de manière analogue à un
miroir plan. À noter qu’il « renverse » les images.
Il s’utilise comme accessoire d’une lunette astronomique
(prisme « zénithal »), afin de rendre plus confortable l’obser-
vation d’objets haut dans le ciel (le regard est dirigé vers le
bas même si l’instrument vise près du zénith 4).
Prisme de Porro. — Il s’agit du même prisme, mais utilisé différemment : la lumière pénètre en
incidence normale par la face construite sur l’hypoténuse et subit une réflexion totale sur chacune
des deux autres faces ; il ressort parallèlement au rayon incident initial.
Deux prismes sont utilisés de cette manière dans chaque élé-
ment d’une paire de jumelles classiques. Ils sont opposés par
leur grande face et tournés d’un quart de tour l’un par rapport à
l’autre, la moitié de l’une faisant face à la moitié de l’autre. Cet
agencement permet non seulement de réduire l’écart entre les
deux faisceaux lumineux captés par les deux objectifs à une
distance qui correspond à l’écartement des yeux, mais également
de raccourcir l’appareil en « repliant » les faisceaux lumineux.
Prisme pentagonal. — Comme le prisme à réflexion totale
simple, le prisme pentagonal permet de renvoyer la lumière à
angle droit. Cependant, dans le prisme pentagonal la lumière subit
deux réflexions au lieu d’une seule et, de ce fait, il n’y a pas de ren-
versement des images.
Les faces d’entrée et de sortie sont perpendiculaires et les rayons
les traversent en incidence normale. Ils ne subissent cependant
aucune réflexion totale. En fait les faces sur lesquelles la lumière
se réfléchit doivent être recouvertes d’une couche métallisée réflé-
chissante.

Prisme à 60°. — Il s’agit d’un prisme dont la base est un


triangle rectangle dont les deux angles aigus valent 30° et
60°. Si la lumière pénètre perpendiculairement à la petite
face, elle subit une réflexion totale sur la face construite sur
l’hypoténuse ; par contre la grande face (en bas sur le
dessin) doit être rendue réfléchissante ; la lumière ressort
alors perpendiculairement à la face construite sur l’hypo-
ténuse.

4 Le zénith est le point du ciel situé à la verticale au-dessus de soi.

Version du 04.12.2003 23
Fibres optiques
Principe
Si un rayon lumineux est envoyé à peu près dans l’axe d’un long et mince cylindre en verre (pas
un tube), il lui arrivera inévitablement de rencontrer la paroi. Cependant, il arrivera sous un très
grand angle d’incidence (sur le schéma ci-dessous, environ 70°). Si le cylindre de verre se trouve
dans l’air, l’angle d’incidence limite vaut environ 42°. Par conséquent, le rayon lumineux subira
une réflexion totale et ne s’échappera pas du verre. De réflexion totale en réflexion totale, il pour-
suivra son chemin jusqu’à la fin du cylindre.

Si le cylindre est courbé modérément, les angles d’incidence changeront légèrement de valeur,
mais resteront néanmoins toujours plus grands que l’angle limite et les réflexions totales
continueront à se produire. Ce dispositif peut donc servir de guide de lumière.

Applications
De telles fibres en matière synthétique sont utilisées pour
réaliser des « gerbes » lumineuses en tant qu’éléments
décoratifs. Hormis cette application domestique, les fibres
optiques sont également employées dans des applications
technologiques.
Dans le domaine des communications, par exemple, il est
fait usage de fibres optiques pour la transmission de données
au travers de réseaux informatiques, sur des distances pou-
vant atteindre plusieurs kilomètres. Pour ce genre d’applica-
tion, les fibres sont de très petit diamètre (de quelques mil-
lièmes au dixième de millimètre) et sont donc très fragiles.
Une telle fibre optique comporte cinq parties :
• le cœur est la partie centrale ; il est consti-
tué d’un verre très transparent car il véhi-
cule la lumière ;
• la gaine entoure le cœur ; elle est constituée
d’un verre légèrement moins réfringent que
le cœur ;
• le revêtement protège la gaine et le cœur de l’environnement ;
• les fibres de renfort (Kevlar) confèrent une bonne résistance mécanique à l’ensemble ;
• l’enveloppe englobe le tout.
Le cœur et la gaine sont les seuls éléments optiques de la fibre. La lumière se propage dans le
cœur et subit des réflexions totales à l’interface avec la gaine. C’est la raison pour laquelle l’indice
de réfraction de la gaine doit être inférieur à celui du cœur. La différence est cependant relative-
ment petite : par exemple 1,52 pour le cœur et 1,48 pour la gaine.
Dans le domaine médical, les fibres optiques sont mises en œuvre dans la réalisation d’endo-
scopes, utilisés pour l’exploration interne de l’organisme (endoscopie). La tête de l’instrument est

Version du 04.12.2003 24
munie d’une caméra miniature. L’image qu’elle fournit est recueillie par un grand nombre de
fibres optiques disposées régulièrement et qui la transmettent à un appareillage de visualisation
situé à l’extérieur de l’organisme.
La résolution de l’image dépendant en grande partie de la finesse des fibres, celles utilisées pour
la fabrication des endoscopes peuvent avoir des diamètres de l’ordre de quelques millièmes de
millimètre seulement.

g) Exercices
27. La base d’un prisme en verre a la forme d’un triangle rectangle dont les
deux angles aigus valent 30° et 60°. Peut-il y avoir réflexion totale sur la
face construite sur l’hypoténuse lorsque de la lumière arrive sur le prisme
a) perpendiculairement à la petite face ?
b) perpendiculairement à la grande face ?
a) oui ; b) non.
28. Un prisme à 90° en fluorure de lithium (n = 1,392) est-il à réflexion totale dans l’air ?
Non.
29. Montrez qu’aucune réflexion totale n’est possible à l’intérieur du prisme pentagonal en verre
illustré page 23 pour de la lumière qui est entrée perpendiculairement par l’une des faces
adjacentes à l’angle droit du prisme. On suppose que les quatre angles autres que l’angle droit ont
la même amplitude. [Indice : la somme des angles d’un pentagone vaut 540°.]

30. Prouvez que la lumière entrée perpendiculairement à la petite face d’un prisme à 60° ressort
perpendiculairement à l’hypoténuse après s’être réfléchie deux fois à l’intérieur du prisme. S’agit-
il de réflexion totale dans les deux cas ?

31. Le viseur d’un boîtier photo reflex contient un prisme pentagonal en


verre tel que celui qui est illustré ci-contre. Les dioptres d’entrée et de
sortie sont à angle droit et le rayon lumineux les traverse en incidence nor-
male. Déterminez la valeur commune des angles α et β entre les faces du
prisme. Le rayon lumineux subit-il des réflexions totales ou bien les faces
du prisme doivent-elles être rendues réfléchissantes ? [Indice : tracez les
normales et reportez-les aux sommets des angles α et β.]
112,5° ; pas de réflexion totale.
32. Quel est l’angle d’incidence limite pour de la lumière se qui se propage dans le cœur d’une
fibre optique ? (Indice du cœur : 1,52 ; indice de la gaine : 1,48.)
76,8°.

2.9. Dispersion des couleurs


Il faut remarquer qu’à l’exception du vide (dont l’indice est exactement égal à 1) l’indice de réfrac-
tion absolu de n’importe quelle substance dépend de la couleur de la lumière envisagée. Les indi-
ces sont légèrement plus élevés pour de la lumière bleue que pour de la lumière rouge. Tous les
milieux sont donc plus réfringents pour de la lumière bleue que pour de la lumière rouge. Le ta-
bleau et le graphique qui suivent en donnent quelques exemples.

Version du 04.12.2003 25
r C d e F g h
rouge rouge jaune vert bleu violet violet
sombre
fluorine 1,4317 1,4325 1,4339 1,4350 1,4370 1,4395 1,4415
crown BK7 1,5129 1,5143 1,5168 1,5187 1,5224 1,5267 1,5302
flint F2 1,6123 1,6150 1,6200 1,6241 1,6321 1,6420 1,6506
flint SF59 1,9322 1,9393 1,9525 1,9635 1,9861 2,0156 2,0428
eau 1,3302 1,3312 1,3330 1,3344 1,3371 1,3402 1,3428

2,2

2,0

1,8

1,6

1,4 Flint SF59


Flint F2
1,2 Crown BK7
Fluorine
1,0
violet indigo bleu vert jaune orange rouge

Cette propriété est à l’origine de la formation des


arcs-en-ciel : les gouttes d’eau de pluie décompo-
sent la lumière solaire en une palette irisée dans
laquelle on reconnaît (conventionnellement) les
sept couleurs traditionnelles : rouge, orange,
jaune, vert, bleu, indigo et violet.
Cette même propriété est mise à profit pour
décomposer la lumière blanche en ses différentes
composantes colorées. Dans ce but, on lui fait tra-
verser un prisme en verre ; il s’agit en général
d’un prisme droit dont la base est un triangle
équilatéral (trois angles de 60°).

À son entrée dans le prisme, la lumière passe de l’air,


moins réfringent, dans le verre, plus réfringent ; elle
se rapproche donc de la normale. Mais comme le verre Normale
est plus réfringent pour la lumière bleue que pour la
R
rouge, la lumière bleue se rapproche davantage de la
V
normale : elle est réfractée plus fort. À la sortie du
B
prisme, la lumière subit une nouvelle réfraction. Cette
fois, elle passe d’un milieu plus réfringent à un milieu
moins réfringent, donc elle s’écarte de la normale.
Mais comme le verre est plus réfringent pour la lumière bleue que pour la rouge, à nouveau la
lumière bleue s’écarte davantage de la normale que les autres couleurs. Ainsi, les dispersions que
la lumière subit à l’entrée et à la sortie du prisme se cumulent.

Version du 04.12.2003 26
a) Exercices
33. Un rayon de lumière blanche se propage dans le vide et arrive sur un dioptre formé avec du
verre crown BK7, sous un angle d’incidence de 55° (voir figure ci-dessus). Calculez à 0,001° près
comment se réfracte la lumière rouge (C) et la lumière bleue (F). Consulter le tableau des indices
de réfraction donné plus haut. Quel angle les deux rayons réfractés forment-ils entre eux ?
32,748° ; 32,552° ; 0,196°.
34. Un prisme à base équilatérale est employé dans le vide pour décomposer la lumière. Il est en
verre flint F2. Il reçoit sur une de ses faces un faisceau de lumière blanche orienté comme sur la
figure ci-dessus, sous un angle d’incidence de 50°. Calculez à 0,001° près comment se réfracte la
lumière rouge (C) et la lumière bleue (F) et l’angle compris entre les deux rayons. Consulter le
tableau des indices de réfraction donné plus haut.
28,316° et 27,993° (0,323°) ; 58,023° et 59,889° (1,866°).
35. Même question si le prisme est utilisé dans l’air à 15°C sous la pression atmosphérique
normale (nC = 1,000 276 et nF = 1,000 279).
28,324° et 28,001° (0,323°) ; 57,975° et 59,838° (1,863°).
36. De la lumière blanche qui se propage dans l’air arrive sur la petite face d’un prisme à
réflexion totale en verre. Sera-t-elle décomposée dans les couleurs de l’arc-en-ciel ?
a) Oui, car tout prisme disperse toujours la lumière.
b) Non, car il y a réflexion totale de la lumière.
c) Oui, seulement si elle arrive obliquement sur la petite face.
d) Non, car ce prisme possède des angles de 45° et 90°, au lieu de trois angles de 60°.

2.10. Exercices supplémentaires [••]


37. Que voit un plongeur qui, sous l’eau, regarde vers le haut dans une direction inclinée de 40°
par rapport à l’horizontale ? Et dans une direction inclinée de 50° ?
Le fond de la mer, le ciel.
38. Un rayon laser horizontal pénètre dans un aquarium rempli d’eau par l’une des faces verti-
cales, sous un angle d’incidence de 25°, le traverse et ressort par la face opposée. Calculez com-
ment il se réfracte dans l’eau et déterminez de la façon la plus économique possible comment il en
ressort (on néglige l’épaisseur de verre). Quelle particularité le rayon incident et le rayon émer-
gent possèdent-ils ?
18,5°.
39. Un rayon lumineux se propageant dans du sulfure de carbone traverse un dioptre formé avec
du verre. Il arrive sous un angle d’incidence de 36°. Dans le sulfure de carbone, l’angle de réfrac-
tion est de 40°. a) Représentez la situation sur un schéma et indiquez la valeur des angles.
b) Calculez l’indice de réfraction relatif du sulfure de carbone par rapport au verre. c) Calculez
l’indice de réfraction absolu du sulfure de carbone. d) Calculez l’angle limite pour ce dioptre.
e) Est-il possible qu’un autre rayon se propageant dans le sulfure de carbone subisse une réflexion
totale et, si oui, à quelle condition ?
0,906 ; 1,64 ; 66,1° ; oui ; i > 66,1°.
40. Un rayon lumineux se propageant dans de l’alcool éthylique traverse un dioptre formé avec du
verre. Il arrive sous un angle d’incidence de 50°. Dans le verre, l’angle de réfraction est de 44°.
a) Représentez la situation sur un schéma et indiquez la valeur des angles. b) Calculez l’indice de
réfraction relatif du verre par rapport à l’alcool. c) Calculez l’indice de réfraction absolu de l’alcool.
d) Calculez l’angle limite pour ce dioptre. e) Est-il possible qu’un autre rayon se propageant dans
l’alcool subisse une réflexion totale et, si oui, à quelle condition ?
1,103 ; 1,360 ;65,1° ; non.

Version du 04.12.2003 27
41. Considérons que l’atmosphère est une couche d’air homogène d’indice de réfraction absolu
1,00029 et que le sol est plan (on néglige la courbure de la Terre). En dehors de l’atmosphère
règne le vide. La lumière provenant d’une étoile atteint le sommet de l’atmosphère en formant un
angle de 10° avec l’horizontale. Calculez comment le rayon se réfracte. Déterminez à quelle
hauteur angulaire h au-dessus de l’horizon un personnage au sol verra cette étoile.
79,9° ; 10,1°.

42. Déterminer qualitativement, jusqu’à sa sortie de la goutte de pluie, le


trajet suivi par le rayon lumineux, sachant qu’il a subi une réflexion
vitreuse sur la paroi interne de la goutte. α

Version du 04.12.2003 28
Chapitre 3.
Objets et images
3.1. Points objets et images — Points réels et virtuels
Dans la suite du cours, nous aborderons l’étude de dispositifs optiques simples : miroirs plans,
lentilles, loupes, lunettes astronomiques,… Il en existe de plus compliqués, par exemple les zooms
utilisés en photographie.
Commençons par fixer la terminologie qui sera utilisée par la suite à leur sujet. Nous allons
examiner les quelques possibilités qui existent en ce qui concerne les rayons qui entrent dans un
système optique (dans la suite S.O. en abrégé) ou qui en sortent, sans encore nous intéresser à la
manière dont ils se propagent à l’intérieur de lui. C’est pourquoi le système optique sera provisoi-
rement représenté sous la forme d’une boîte dont le contenu est inconnu.

R R’
c d

e f

V V’
g h

a) Point objet réel


Le premier dessin montre des rayons qui entrent dans le S.O. et qui proviennent du point R. Ce
point est appelé un point objet réel :
• « objet » car ce sont les rayons entrants qui se coupent en ce point,
• « réel » car ce sont les rayons eux-mêmes qui se coupent en ce point.

b) Point image réel


Le deuxième dessin montre des rayons qui sortent du S.O. et qui convergent au point R’. Ce
point est appelé un point image réel :
• « image » car ce sont les rayons sortants qui se coupent en ce point,
• « réel » car ce sont les rayons eux-mêmes qui se coupent en ce point.

Version du 04.12.2003 29
c) Point objet ou image à l’infini
Dans les cas des troisième et quatrième dessins, les rayons sont parallèles et ils n’ont pas
d’intersection ; comme en mathématique, on dit qu’ils se coupent à l’infini (symbole : ∞). Le troi-
sième dessin représente ainsi des rayons qui parviennent d’un point objet à l’infini et le qua-
trième des rayons qui se dirigent vers un point image à l’infini.

d) Point objet virtuel


Le cinquième dessin illustre un faisceau convergent qui entre dans le système optique. Mani-
festement, dans ce cas, il n’existe pas de point objet au sens défini plus haut, car la lumière ne
provient pas d’un point situé plus tôt sur les rayons. Par raison de commodité, on convient alors
de prolonger les rayons dans leur direction initiale (traits interrompus), bien que ce ne soit plus le
trajet emprunté par la lumière. Ces prolongements possèdent, eux, une intersection au point V.
Ce point est appelé un point objet virtuel :
• « objet » car ce point est construit à partir des rayons entrants,
• « virtuel » car ce sont les prolongements des rayons qui se coupent en ce point.
Remarque. Une telle situation ne peut se présenter que si
le système optique considéré (en traits continus) est pré-
cédé par un autre système optique (en traits interrompus)
qui, à sa sortie, lui transmet des rayons convergents. Ce
cas ne sera pas envisagé dans ce cours.

e) Point image virtuel


Le sixième dessin, enfin, montre des rayons qui sortent du S.O. en divergeant. Ils ne possèdent
pas non plus de point d’intersection. Comme précédemment, on convient de prolonger les rayons
dans leur propre direction (traits interrompus), bien que, encore une fois, ce ne soit pas le trajet
emprunté par la lumière. Ces prolongements possèdent, eux, une intersection au point V’. Ce
point est appelé un point image virtuel :
• « image » car ce point est construit à partir des rayons sortants,
• « virtuel » car ce sont les prolongements des rayons qui se coupent en ce point.

f) Résumé
Pour un système optique,

un point est dit … s’il se trouve à l’intersection …


→ objet → des rayons qui entrent (eux-mêmes ou leurs prolongements)
→ image → des rayons qui sortent (eux-mêmes ou leurs prolongements)
→ réel → des rayons eux-mêmes
→ virtuel → des prolongements des rayons

g) Convention de notation
Dans la suite de ce cours, les points objets et les points images seront désignés par une notation
systématique :
• point objet : symbole sans signe prime. Exemples : R, V, A, B, F…
• point image : symbole affecté d’un signe prime ( ’ ). Exemples : R’, V’, A’, B’, F’…

Version du 04.12.2003 30
h) Exercices
43. Pour l’exercice n° 20 à la page 20, déterminez par construction la position du point image P’ et
situez qualitativement la position du point objet P.

44. Si un écran est placé à l’endroit où se situe un point réel, voit-on un point lumineux ? Et s’il
est placé à l’endroit où se situe un point virtuel ?

45. Un point réel est-il matériel (point d’un objet concret) : toujours - parfois - jamais ?

46. Un point virtuel est-il matériel (point d’un objet concret) : toujours - parfois - jamais ?

3.2. Caractérisation d’une image


L’étude des dispositifs optiques devra répondre au moins à quelques questions générales concer-
nant l’image qu’ils donnent d’un objet :
• quelle est sa nature (réelle ou virtuelle) ?
• quelle est sa position ?
• quelle est son orientation (droite ou renversée) ?
• quelle est sa dimension par rapport à celle de l’objet ?
Afin de pouvoir y répondre, on recherchera en général l’image d’un objet qui possède une certaine
longueur ainsi qu’un haut et un bas discernables ; l’objet typique considéré sera donc une flèche,
qui possède une base et une pointe (permettant de distinguer le haut du bas) séparées par une
certaine distance (permettant de comparer la grandeur de l’image à celle de l’objet).

Version du 04.12.2003 31
Chapitre 4.
Les miroirs plans
Les miroirs plans vont permettre d’illustrer simplement les notions qui viennent d’être intro-
duites : point objet, point image, point réel, point virtuel.
Un miroir plan sera représenté, vu par la tranche, par un segment symbolisant la face réfléchis-
sante, muni de hachures du côté où la lumière ne se propage pas.

4.1. Image d’un objet réel donnée par un miroir plan


Supposons qu’un objet AB (une flèche) est placé devant un miroir plan M constituant, à lui tout
seul, un système optique (premier dessin). Il s’agit de trouver son image. À cette fin, on imagine
des rayons lumineux qui partent du point A et du point B en direction du miroir. Grâce à la loi de
la réflexion (r1 = i1), il est possible de construire les rayons réfléchis, symétriques des rayons inci-
dents par rapport aux normales (deuxième dessin). Les rayons quittent le miroir en divergeant ;
pour trouver une intersection, il est nécessaire de les prolonger de l’autre côté du miroir. Les
intersections des prolongements des rayons réfléchis issus de A et de B se coupent en A’ et en B’.
On peut donc affirmer que le miroir donne de l’objet AB l’image A’B’ (troisième dessin).

M M M

B B B B’

A A A A’

L’objet AB n’ayant pas été choisi de manière particulière, il est permis d’affirmer de manière tout
à fait générale qu’un miroir plan donne d’un objet réel AB une image A’B’ qui est
• virtuelle (sur les prolongements des rayons réfléchis),
• droite (l’image du haut est en haut, celle du bas en bas),
• de même grandeur que l’objet (longueur AB = longueur A’B’),
• symétrique du miroir par rapport à l’objet.

4.2. Image d’un objet virtuel donnée par un miroir plan


D’après la terminologie introduite plus haut, on entend par « objet virtuel » un ensemble de points
qui se situent à l’intersection des prolongements des rayons lumineux qui arrivent vers le miroir ;
puisqu’il faut prolonger les rayons pour trouver leur intersection, il s’agit de rayons convergents
dont le point de convergence se situe au-delà du miroir (le miroir est placé « trop tôt » sur leur
trajet). Cet objet virtuel est représenté par la flèche AB (sans prime car il s’agit d’un objet et en
trait interrompu car il est virtuel). Sur le deuxième dessin sont représentés quelques rayons
« provenant virtuellement » des points A et B.

Version du 04.12.2003 32
Ensuite, la recherche de l’image par construction géométrique se réduit à l’application de la loi de
la réflexion à ces rayons, comme dans le cas précédent.

M M M

B B B’ B

A A A’ A

L’objet AB n’ayant pas été choisi de manière particulière, il est permis d’affirmer de manière tout
à fait générale qu’un miroir plan donne d’un objet virtuel AB une image A’B’ qui est
• réelle (sur les rayons réfléchis eux-mêmes),
• droite (l’image du haut est en haut, celle du bas en bas),
• de même grandeur que l’objet (longueur AB = longueur A’B’),
• symétrique du miroir par rapport à l’objet.

4.3. Exercices
47. Quelles sont les caractéristiques de l’image d’un objet réel formée par un miroir plan ?
48. Un miroir plan donne-t-il toujours une image réelle ? Sinon, quand donne-t-il une image
virtuelle ?
49. Sur le 3e dessin de la première série, à quoi voit-on que A’ est un point virtuel et sur le 3e des-
sin de la seconde série à quoi voit-on que le point A’ est un point réel ?
50. Pourquoi les points A’ et B’ se trouvent-ils derrière le miroir sur le 3e dessin de la première sé-
rie et devant le miroir sur le 3e dessin de la seconde série ? (La lumière arrive dans les deux cas
de la gauche.)
51. Lorsque vous vous regardez dans un miroir plan (salle de bain), quel est l’objet ? S’agit-il d’un
objet réel ou virtuel ? Où est située l’image ? Est-elle réelle ou virtuelle ?
52. Construire l’image d’un objet AB de 3 cm placé à 5 cm d’un miroir plan. Tracer trois rayons
pour chaque point.
•B
53. Un rayon lumineux est passé par A en arrivant sur le 39 cm
miroir et par B après y avoir été réfléchi (schéma ci-
contre). Déterminez à quel endroit il a touché le miroir, A•
graphiquement, puis par calcul. 32 cm
20 cm

54. Deux miroirs plans sont placés à angle droit. Un rayon lumineux
contenu dans un plan perpendiculaire à leur intersection arrive sur le
premier miroir, non loin de celle-ci, sous un angle d’incidence quel-
conque. Comment poursuit-il son chemin ?

Version du 04.12.2003 33
55. Construire l’image de l’objet réel AB donnée par le miroir plan.

56. Un périscope simplifié qui permet de voir au-dessus de


la foule est construit à l’aide de deux miroirs plans dont les
faces sont parallèles et inclinées de 45° par rapport à l’axe
vertical de l’appareil (schéma ci-dessus à droite). Un objet
se trouve devant l’ouverture d’entrée. Construisez l’image
qu’en donne le miroir supérieur, puis, de celle-ci, l’image
qu’en donne le miroir inférieur. Quelles sont les caractéris-
tiques de l’image finale ?

Version du 04.12.2003 34
Chapitre 5.
Les lentilles
Les lentilles font partie de la vie quotidienne : verres de lunettes, verres de
contact, loupes, objectifs d’appareil photographiques et de caméras, etc.
Elles sont généralement en verre, mais parfois en matériaux synthétiques
(lentilles de contact) et possèdent un contour circulaire à l’exception de ver-
res de lunettes qui sont découpés de manière à s’adapter à la forme des
montures. Elles sont limitées par deux dioptres.
Dans ce cours, nous nous restreindrons à l’étude des lentilles sphériques
minces. Il s’agit de lentilles idéalisées dont les dioptres ont la forme de calot-
tes sphériques (l’un des deux dioptres peut éventuellement être plan) et
dont l’épaisseur maximale serait négligeable vis-à-vis de leur diamètre.

5.1. Classification des lentilles


On classe les lentilles en deux familles :
• les lentilles convexes, plus épaisses au centre qu’au bord (exemple : une loupe) ;
• les lentilles concaves, plus minces au centre qu’au bord (exemple : verres correcteurs pour
myopes).
Dans chacune de ces deux familles, on distingue différentes formes de lentilles selon la forme et
l’orientation de leurs dioptres.

Lentilles convexes

Ménisque Lentille Lentille Lentille Ménisque


convexe plan-convexe biconvexe plan-convexe convexe

Lentilles concaves

Ménisque Lentille Lentille Lentille Ménisque


concave plan-concave biconcave plan-concave concave

Version du 04.12.2003 35
5.2. Lentilles convergentes et lentilles divergentes
a) Expériences
Des rayons lumineux sont envoyés vers une lentille convexe et vers une lentille concave, parallè-
lement à leur axe optique. Les lentilles sont en verre et l’expérience est réalisée dans l’air (moins
réfringent que le verre).

L’expérience montre que


• les rayons sortent de la lentille convexe en convergeant ;
• les rayons sortent de la lentille concave en divergeant.
Ces deux constatations restent les mêmes
• si on retourne les lentilles ;
• si on remplace la lentille convexe par une autre lentille convexe ;
• si on remplace la lentille concave par une autre lentille concave.

b) Interprétation
Ces constatations peuvent être interprétées facilement à l’aide des propriétés qualitatives concer-
nant la réfraction de la lumière (voir Réfringence page 19).
Nous supposerons que la lentille est plus réfringente que le milieu extérieur (c’est le cas
usuel d’une lentille en verre dans l’air). Si cette condition n’était pas satisfaite, les conclusions
seraient tout autres.

Cas d’une lentille biconvexe


Considérons un premier rayon incident dans l’air, parallèle à l’axe de la lentille. Au point d’inci-
dence sur le premier dioptre, traçons la nor-
male (il suffit de commencer par tracer la tan-
gente au dioptre passant par le point d’inci-
dence, puis la perpendiculaire à la tangente
par ce même point). En traversant le dioptre,
le rayon passe dans le verre qui est plus réfrin-
gent, donc il se rapproche de la normale.
Dans le verre (homogène) il se propage en ligne
droite. Il arrive ensuite sur de second dioptre.
Au nouveau point d’incidence, traçons la nor-
male. En traversant le dioptre, le rayon passe
cette fois du verre à l’air, donc d’un milieu plus
réfringent à un autre moins réfringent ; par
conséquent, il s’écarte de la normale.
Le même raisonnement peut être conduit pour
un second rayon. Toutefois, si celui-ci est symétrique au premier par rapport à l’axe optique, le

Version du 04.12.2003 36
reste de son trajet l’est aussi. Nous constatons que les deux réfractions subies successivement par
les rayons lumineux les amènent chaque fois à se rapprocher davantage de l’axe optique. Nous
pouvons ainsi comprendre pour quelle raison cette lentille est convergente.

Cas d’une lentille biconcave


Un raisonnement analogue appliqué à une len-
tille biconcave permet de conclure qu’elle est
divergente. En effet, les dioptres étant courbés
en sens opposé, les normales sont basculées et
les deux réfractions amènent les rayons à
s’éloigner chaque fois davantage de l’axe opti-
que. Nous comprenons donc pourquoi la len-
tille biconcave est divergente.

Autres formes de lentilles


Les cas des lentilles plan-convexes et plan-
concaves se traitent de la même manière (voir
exercices). Cependant, le cas des ménisques
est délicat à traiter qualitativement, car les
réfractions qui se produisent à la traversée des
deux dioptres sont de sens contraires si ceux-ci possèdent des courbures trop peu différentes ;
sans effectuer de calcul il n’est dès lors pas possible de savoir avec certitude si un ménisque est
convergent ou divergent.

c) Conclusions
Dans la plupart des cas, les lentilles sont plus réfringentes que le milieu extérieur (c’est le
cas des lentilles en verre utilisées dans l’air). Alors, grâce aux constatations expérimentales et
aux raisonnements qualitatifs qui viennent d’être menés, nous pouvons conclure que toutes les
lentilles convexes sont convergentes et toutes les lentilles concaves sont divergentes. C’est
le contraire si la lentille est moins réfringente que le milieu extérieur (peu usuel ; exemples : bulle
d’air dans l’eau ou dans le verre).

d) Exercices
57. Vérifier qualitativement qu’une lentille plan-convexe est convergente (deux orientations pos-
sibles de la lentille).
58. Vérifier qualitativement qu’une lentille plan-concave est divergente (deux orientations pos-
sibles de la lentille).
59. Que se passe-t-il lorsqu’un faisceau convergent passe du verre dans l’air en traversant un
dioptre plan ? a) il devient plus convergent ; b) il devient divergent ; c) il ne change pas.
60. Que se passe-t-il lorsqu’un faisceau divergent passe de l’air dans du verre en traversant un
dioptre plan ? a) il devient plus divergent ; b) il ne change pas ; c) il devient moins divergent.
61. À l'exception du vide, n'importe quel milieu possède un indice de réfraction absolu plus grand
pour de la lumière bleue que pour de la lumière rouge. Quelle affirmation est-elle vraie au sujet
de la longueur focale d'une lentille biconvexe symétrique en verre ?
a) Elle est plus petite pour la lumière bleue que pour la lumière rouge.
b) Elle est plus grande pour la lumière bleue que pour la lumière rouge.
c) Elle est la même pour toutes les couleurs, car les concavités des deux dioptres sont opposées et
cela compense la dispersion.
d) Elle est la même pour toutes les couleurs si chaque dioptre possède un rayon de courbure
particulier (appelé « rayon de Fraunhofer »).

Version du 04.12.2003 37
5.3. Propriétés des lentilles minces
a) Notion de lentille mince
Le concept de lentille mince est purement théorique ; il s’agit d’une idéalisation des lentilles
réelles qui permet une étude simplifiée de leurs propriétés.
Une lentille est dite mince si son épaisseur est négligeable par rapport à son diamètre. Les
lentilles réelles ne répondent jamais parfaitement à cette définition, mais peuvent s’en rappro-
cher. Il s’agira nécessairement de lentilles de faible épaisseur dont les dioptres sont très peu
courbés. Alors, à la condition supplémentaire de se limiter à considérer des rayons lumineux peu
inclinés par rapport à l’axe optique — on parle de rayons paraxiaux —, tous les angles
d’incidence et de réfraction sont petits. Cette situation constitue les conditions de Gauss. C’est
dans ce cadre que ce cours abordera l’étude des systèmes optiques. Dans ce cas, ces angles sont
quasiment proportionnels (voir le graphique de gauche à la page 15). Ceci apporte de grandes
simplifications dans la description des propriétés des lentilles et dans leur étude théorique,
puisque l’on peut alors assimiler le sinus et la tangente de l’angle considéré à l’angle lui-même,
pour autant qu’il soit exprimé en radians.
Il apparaîtra dans la suite que les propriétés de toutes les lentilles d’une même catégorie
(convexes, concaves) possèdent des propriétés similaires. Elles seront représentées par l’un des
deux symboles suivants. Les doubles flèches orientées vers l’extérieur ou vers l’intérieur évoquent
le fait que la lentille est plus mince au bord ou au centre.

Lentille convexe Lentille concave


(convergente) (divergente)

La ligne en trait interrompu représente l’axe optique de la lentille ; c’est un axe de symétrie de
la lentille.

b) Centre optique d’une lentille mince


Le centre optique d’une lentille mince est le point d’intersection (O) entre cette lentille et son
axe optique.
Ce point possède une propriété remarquable :
un rayon lumineux passant par le centre optique d’une lentille mince n’est pas dévié.

O O

c) Foyers d’une lentille mince


Si nous présentons une lentille convergente (loupe) face au Soleil, elle concentre ses rayons lumi-
neux en un point où il est possible d’enflammer un morceau de papier. Ce point de concentration
maximale de la lumière porte pour cette raison le nom de foyer.

Version du 04.12.2003 38
Foyer image d’une lentille mince
Souvenons-nous des expériences réalisées pour distinguer les lentilles convergentes et diver-
gentes (voir page 36). Dans le premier cas, les rayons qui sortent de la lentille convergent vers un
point de l’axe optique ; il s’agit d’un point image réel (voir tableau résumé page 30). Une lentille
convergente possède donc un foyer image réel.
Dans le second cas, les rayons qui sortent de la lentille divergent ; ils n’ont donc pas d’intersec-
tion, mais ils semblent provenir d’un point de l’axe optique que l’on peut déterminer en prolon-
geant ces rayons de l’autre côté de la lentille. Par analogie avec la situation précédente, ce point
porte également le nom de foyer ; il s’agit toujours d’un point image, mais qui est virtuel dans ce
cas-ci. Une lentille divergente possède donc un foyer image virtuel.

Foyer objet d’une lentille mince


Repensons aux deux expériences précédentes... En vertu du principe de retour inverse, il est pos-
sible d’envoyer en sens contraire un nouveau faisceau de rayons lumineux convenablement diver-
gents sur la lentille convergente ou convenablement convergents sur la lentille divergente et
d’obtenir à leur sortie un faisceau parallèle à l’axe. Mais la lumière aurait traversé chaque lentille
dans l’autre sens et leur foyer serait à présent un point objet.
Expériences
Envoyons ces nouveaux faisceaux (divergent ou convergent) non pas en sens opposé, mais dans le
même sens qu’auparavant. Ces faisceaux de rayons divergents et convergents peuvent être formés
à l’aide d’une autre lentille (non représentée sur les schémas).

Nous constatons qu’en envoyant sur les lentilles des rayons convenablement divergents ou
convergents il est possible d’obtenir à leur sortie des rayons parallèles à leur axe optique.
Conclusions
Dans le premier cas, les rayons proviennent d’un point objet réel de l’axe optique (voir tableau
page 30). Par analogie, ce point est également appelé foyer. Ainsi, une lentille convergente pos-
sède un foyer objet réel.
Dans le second cas, les rayons incidents ne sont pas issus d’un point situé avant la lentille,
puisqu’ils arrivent en convergeant. Par contre, leurs prolongements se coupent en un point, qui
porte, lui aussi, le nom de foyer. Il s’agit d’un point objet virtuel. Ainsi, une lentille divergente
possède un foyer objet virtuel.

Remarques
1. Le principe de retour inverse de la lumière permet de prévoir que les deux foyers d’une
lentille mince sont symétriques par rapport au centre optique.
2. Par conséquent, le fait de retourner la lentille mince ne modifie pas le trajet des rayons
lumineux.

Version du 04.12.2003 39
3. Ces propriétés semblent évidentes pour une lentille biconcave ou biconvexe symétrique ;
elles le sont moins pour une lentille non symétrique (biconvexe ou biconcave asymétrique,
ménisques, plan-concave ou plan-convexe), mais restent pourtant valables dans leur cas.

Définitions et propriétés des foyers d’une lentille mince


Grâce à ce qui précède, nous pouvons énoncer les définitions et les propriétés qui suivent.
Foyer image — Distance focale image — Plan focal image
1. Des rayons incidents parallèles à l’axe optique d’une lentille mince se réfractent en passant
réellement ou virtuellement par un même point de l’axe optique : le foyer image (F’) de la
lentille.
2. La distance focale image d’une lentille mince est la longueur comprise entre son centre
optique et son foyer image : f’ = OF’.
3. L’image d’un point objet situé à l’infini sur l’axe optique d’une lentille mince se forme au
foyer image de cette lentille.
4. Le plan perpendiculaire à l’axe optique d’une lentille mince et qui contient son foyer image est
le plan focal image de cette lentille.
5. L’image d’un point objet situé à l’infini se forme dans le plan focal image d’une lentille
mince.
Foyer objet — Distance focale objet — Plan focal objet
1. Des rayons se réfractent parallèlement à l’axe optique d’une lentille mince s’ils sont arrivés en
passant réellement ou virtuellement par un même point de l’axe optique : le foyer objet (F) de
la lentille.
2. La distance focale objet d’une lentille mince est la longueur comprise entre son centre
optique et son foyer objet : f = OF.
3. L’image d’un point objet situé au foyer objet d’une lentille mince se forme à l’infini sur l’axe
optique de cette lentille.
4. Le plan perpendiculaire à l’axe optique d’une lentille mince et qui contient le foyer objet est le
plan focal objet de cette lentille.
5. L’image d’un point objet situé dans le plan focal objet d’une lentille mince se forme à
l’infini.

Foyer image F’ Foyer objet F

O F' F O
Lentille
convergente

F’ réel F réel

F' O O F
Lentille
divergente

F’ virtuel F virtuel

Version du 04.12.2003 40
d) Constructions graphiques
Il est possible de construire graphiquement la marche des rayons lumineux traversant une len-
tille mince en s’appuyant sur les propriétés énoncées plus haut et résumées ici.

Rayon incident Rayon réfracté

Passe par le centre optique Continue sans être dévié


Passe (réellement ou virtuellement) par
Parallèle à l’axe principal
le foyer image
Passe (réellement ou virtuellement) par
Parallèle à l’axe principal
le foyer objet

Objet Image

Dans le plan focal objet À l’infini


À l’infini Dans le plan focal image

Ainsi que cela a été signalé précédemment (page 31), les objets et les images seront des flèches
perpendiculaires à l’axe optique.

La procédure à suivre est la suivante.

1. Représenter la lentille, son axe optique et ses foyers. Placer l’objet à la bonne distance et
avec la bonne grandeur. Au besoin, réaliser un dessin à l’échelle. Les échelles longitudi-
nales et transversales ne doivent pas nécessairement être les mêmes.

2. Construire l’image d’un point objet écarté de l’axe : tracer le rayon par le centre optique et
si possible les rayons passant par l’un ou l’autre foyer ; à défaut, faire usage des proprié-
tés des plans focaux.

3. Localiser le point image à l’intersection des rayons réfractés et tracer l’image complète.
Mesurer sa position et sa grandeur.

Exemple 1. — Image fournie par une lentille convergente d’un objet réel donné.

Un objet réel AB de 12,5 mm est placé à 60 mm d’une lentille convergente de 25 mm de distance


focale. Construire son image A’B’.

h
A’
A F O F’ h’

B’

D’après le dessin, l’image est renversée, réelle, située à 45 mm de la lentille et mesure 9 mm (plus
petite que l’objet).

Version du 04.12.2003 41
Exemple 2. — Image fournie par une lentille divergente d’un objet réel donné.

Un objet réel AB de 12,5 mm est placé à 60 mm d’une lentille divergente de 25 mm de distance


focale. Construire son image A’B’.

h B’
h’
A F’ A’ O F

D’après le dessin, l’image est droite, virtuelle, située à 38 mm de la lentille et mesure 5 mm (plus
petite que l’objet).

Exercices
62. Chacun des schémas qui suivent représente quelques rayons lumineux appartenant à un
même faisceau, c’est-à-dire que les rayons incidents passent tous par le même point objet et les
rayons réfractés passent tous par le même point image. Complétez les schémas : rayons incidents
et/ou réfractés, foyers, objet et/ou image.
a) b) c)

F’

d) e) f)

g) h) i)

F F’

j) k) l)

F F

63. Une lentille convergente possède une distance focale de 2,5 cm. Un objet réel mesure 1 cm de
haut. Par des constructions géométriques précises, déterminez la position et la grandeur de son
image lorsqu’il se trouve à une distance de la lentille valant : a) 10 cm ; b) 5 cm ; c) 4 cm ;
d) 2,5 cm ; e) 2 cm.

64. Une lentille divergente possède une distance focale de 2,5 cm. Un objet réel mesure 1 cm et se
trouve à 3 cm de la lentille. Déterminez la position et la grandeur de son image par une
construction géométrique précise.

Version du 04.12.2003 42
65. Une lentille convergente possède une distance focale de 2,5 cm. Par des constructions
géométriques précises, déterminez la position et la grandeur de l’objet qui fournit une image de
1 cm de haut a) réelle à 10 cm ; b) réelle à 5 cm ; c) réelle à 4 cm ; d) réelle à 2,5 cm ; e) virtuelle à
3 cm.

66. Une lentille divergente possède une distance focale de 2,5 cm. Déterminez par une
construction géométrique précise la position et la grandeur de l’objet qui fournit une image
virtuelle de 1 cm de haut à 3 cm de la lentille.

e) Formules des lentilles minces [•]


Convention de signes
L’utilisation de formules nécessite de fixer au préalable une convention de signes :
6. origine : toutes les distances sont comptées à partir du centre optique de la lentille ;
7. sens positif : le sens positif est celui de la lumière qui quitte la lentille.
Cette convention s’applique aussi bien aux distances focales qu’aux positions des objets et des
images.

Il s’ensuit que (voir les schémas de la page 40) :

8. pour une lentille convergente, f’ > 0 et f < 0 ;


9. pour une lentille divergente, f’ < 0 et f > 0 ;
10. pour toute lentille, f’ = – f (si le même milieu la précède et la suit).

Formulaire
Distance focale image
(f ’ > 0 : lentille convergente) f ’ ≡ OF ’
(f ’ < 0 : lentille divergente)

Distance focale objet f ≡ OF f = −f ’

1
Vergence V V =
f’
1m
Puissance P P=
f’

Grandissement
h’ p'
(h : hauteur de l’objet) Γ≡ Γ=
(h’ : hauteur de l’image) h p

p ≡ OA (distance objet) 1 1 1
Relation de conjugaison − =
p’ ≡ OA’ (distance image) p’ p f ’

Démonstration de la formule du grandissement [•]


Nous allons démontrer la formule dans le cas particulier d’une lentille convergente donnant une
image réelle d’un objet réel. Elle s’avère néanmoins applicable à toutes les situations, pourvu que
la même convention de signes soit respectée. Commençons par construire l’image donnée par la
lentille.

Version du 04.12.2003 43
B H

h
A’
A F O F’ h’

p H’ p’ B’

Nous constatons que la grandeur h de l’objet AB et la grandeur h de l’image A’B’ sont différentes.
Leur rapport définit le grandissement du système (symbole : Γ, lettre gamma majuscule,
équivalente en grec au G) :
h’
Γ≡ .
h
Le grandissement Γ ne doit pas être confondu avec le grossissement (voir plus loin) ; c’est le
rapport de deux longueurs.
Considérons les triangles (OAB) et (OA’B’). Ils sont semblables (côtés parallèles deux à deux). Il
existe donc une même proportion entre les longueurs des côtés correspondants :
OA OA’
= .
AB A’B’

Le schéma permet de savoir que ces longueurs ont pour valeurs (définies positives) :
OA = − p AB = h OA’ = p’ A’B’ = −h ’ .

En remplaçant dans la proportion, nous obtenons :


−p p’
= .
h −h’
Par conséquent, le grandissement vaut :
h ’ p’
Γ≡ = .
h p

Démonstration de la formule de conjugaison [•]


Nous allons démontrer la formule de conjugaison5 dans le même cas particulier que pour la for-
mule du grandissement, en nous basant sur le même schéma. Elle est également valable dans
tous les cas, pour autant, encore une fois, que la même convention de signes soit respectée.
Considérons les triangles (F’OH) et (F’A’B’). Ils sont semblables (côtés parallèles deux à deux).
Nous pouvons donc écrire une proportion entre les longueurs de leurs côtés :
OF’ F’A’
= .
OH A’B’

Le schéma permet de savoir que ces longueurs ont pour valeurs (définies positives) :
p’h
OF’ = f ’ OH = h F’A’ = p’ − f ’ A’B’ = −h ’ = − .
p

5 En mathématique, on dit que deux points sont conjugués lorsqu’il existe une correspondance entre eux. C’est le cas entre
un point objet et son image ; ces deux points sont conjugués (mis en correspondance) par la lentille. La formule qui établit
la relation entre leurs positions est de ce fait appelée formule de conjugaison.

Version du 04.12.2003 44
La dernière égalité est déduite de la formule du grandissement. En remplaçant dans la propor-
tion, nous obtenons :
f ’ p’ − f ’ p’ − f ’ f ’p
= p ⇔ f’ = p ⇔ f ’ = −p + .
h − p’h − p’ p’
Divisons les deux membres de la dernière égalité par f ’ p et simplifions :
f’ −p f ’p 1 1 1
= + ⇔ =− + .
f ’ p f ’ p p’ f ’ p p f ’ p’
En réarrangeant les termes, nous obtenons finalement :
1 1 1
− = .
p’ p f ’

Illustration graphique des formules


La formule du grandissement et la relation de conjugaison peuvent être portées en graphique.
Celui de gauche est valable pour une lentille convergente et celui de droite pour une lentille
divergente. Sur chacun d’eux, la position objet (p) est portée en abscisse ; la courbe en trait plein
représente la position de l’image (p’) et celle en trait interrompu le grandissement ; la longueur
focale positive de la lentille est utilisée comme unité de longueur pour p et p’.
Lentille convergente Lentille divergente

Caractéristiques des images


Les constructions géométriques ou les calculs effectués à l’aide des formules des lentilles permet-
tent de distinguer différentes plages de distances de l’objet et de l’image dans lesquelles ces der-
niers conservent qualitativement les mêmes caractéristiques.

Version du 04.12.2003 45
Lentilles convergentes (f ’ > 0)
Objet Image Grandissement
Position Nature Position Nature Sens Γ
–∞ réel f’ réelle renversée 0
]–∞, –2 f ’ [ réel ] f ’, 2 f ’ [ réelle renversée ]0, –1[
–2 f ’ réel 2 f’ réelle renversée –1
]–2 f ’, –f ’ [ réel ]2 f ’, ∞[ réelle renversée ]–1, –∞[
–f ’ réel ±∞ – – ±∞
]–f ’, 0[ réel ]–∞, 0[ virtuelle droite ]+∞, +1[
0 (s/lentille) 0 (s/lentille) droite +1
]0, +∞[ virtuel ]0, + f ’ [ réelle droite ]+1, 0[
+∞ virtuel +f ’ réelle droite 0
L’objet et l’image ne sont jamais simultanément virtuels.

Lentilles divergentes (f > 0)


Objet Image Grandissement
Position Nature Position Nature Sens Γ
–∞ réel –f virtuelle droite 0
]–∞, 0[ réel ] –f, 0[ virtuelle droite ]0, +1[
0 (s/lentille) 0 (s/lentille) droite +1
]0, +f[ virtuel ]0, +∞[ réelle droite ]+1, +∞[
+f virtuel ±∞ – – ±∞
]+f, +2f[ virtuel ]–∞, –2f[ virtuelle renversée ]–∞, –1[
+2f virtuel –2f virtuelle renversée –1
]+2f, +∞[ virtuel ] –2f, –f[ virtuelle renversée ]–1, 0[
+∞ virtuel –f virtuelle renversée 0
L’objet et l’image ne sont jamais simultanément réels.

Exercices
67. Déterminer par calcul les caractéristiques des images pour l’exercice 63 (page 42).

68. Déterminer par calcul les caractéristiques des images pour l’exercice 64 (page 42).

69. On dispose d’une lentille convergente de distance focale image f’. Où faut-il placer un objet
pour obtenir une image a) de même grandeur et de même sens que l’objet ? b) de même grandeur
et de sens contraire ?

5.4. Applications
a) L’objectif photographique
L’objectif photographique sert à former sur le film sensible l’image réelle du sujet, qui est un objet
réel. Ceci n’est possible qu’avec un système optique convergent. Nous modéliserons donc l’objectif
par une lentille mince convergente. La distance focale de l’objectif (f) en est une caractéristique
essentielle. Comme les sujets à photographier peuvent se trouver plus ou moins près de l’appareil,
l’objectif est muni d’une bague de mise au point qui permet de régler la distance, ou tirage (p’),
entre l’objectif et le film sur lequel doit se former une image nette. L’appareil est également muni

Version du 04.12.2003 46
d’un obturateur qui ne laisse passer la lumière que pendant l’intervalle de temps (la pose) néces-
saire à exposer le film correctement. Le temps de pose est réglable à des valeurs qui doublent suc-
cessivement (valeurs arrondies, en secondes) :
1/1000 - 1/500 - 1/250 - 1/125 - 1/60 - 1/30 - 1/15 - 1/8 - 1/4 - 1/2 - 1
Le flux de lumière transmis par l’objectif peut être changé au moyen d’un diaphragme dont le
diamètre (D) est réglable. On utilise très souvent le nombre d’ouverture (n), qui est défini par
f
n≡ .
D
Pour une distance focale donnée, des nombres d’ouverture croissants correspondent à des diamè-
tres proportionnellement de plus en plus petits. En général, au lieu de donner le diamètre D en
valeur absolue, on le donne sous forme d’une proportion de la distance focale, au moyen du nom-
bre d’ouverture :
D = f /n .
Par exemple l’expression « télé de 135 à f/3,5 » désigne un téléobjectif de 135 mm de distance
focale dont le nombre d’ouverture vaut 3,5, c’est-à-dire qu’à pleine ouverture son diamètre mesure
135 mm / 3,5, soit 38,6 mm environ.
Il est souvent utile de diaphragmer un objectif, par exemple pour accroître la profondeur de
champ6 ou pour n’employer que la partie axiale de l’optique afin de réduire les effets des défauts
d’une optique de piètre qualité (voir la figure à la page 50). Cependant, la surface de l’objectif qui
collecte la lumière — un cercle — possède une aire proportionnelle au carré de son rayon ou de
son diamètre (A = πR2 ou πD2/4 puisque R = D/2). Par conséquent, chaque fois que l’on réduit le
diamètre du diaphragme d’un facteur √2 (≈ 1,41) l’objectif transmet un flux de lumière deux fois
moindre et le temps de pose doit être doublé pour garder une image correctement exposée. C’est la
raison pour laquelle une série de valeurs du nombre d’ouverture sont gravées sur la bague du
diaphragme, dont chacune est, en valeur arrondie, égale à la précédente multipliée par √2 :
1 - 1,4 - 2 - 2,8 - 4 - 5,6 - 8 - 11 - 16 - 22 - 32 etc.
Ainsi, le photographe sait qu’il doit doubler le temps de pose chaque fois qu’il ferme le dia-
phragme d’un cran.
Exemple. — Si une photo est correctement exposée à f / 2,8 en 1/125 s, quelle pose faudra-t-il
utiliser en diaphragmant à f / 8 ?
En passant du nombre d’ouverture 2,8 à 8, on a fermé le diaphragme de 3 crans, donc le temps de
pose doit être doublé trois fois de suite : × 2 × 2 × 2 = × 23 = × 8. La pose devra être de 8 × 1/125 s,
soit environ 1/15 s.

Exercices
70. Expliquez ce que signifie l’indication « objectif de 50 mm à 1,4 ».
35,7 mm.
71. Un appareil photographique est muni d’un objectif standard de 50 mm de longueur focale. Par
rapport à sa position de mise au point sur l’infini, il peut être écarté du film de 12,5 mm. Dans ce
cas, à quelle distance de l’objectif se trouvent les objets dont l’image sera nette ?
–25 cm.

6 La profondeur de champ est l’intervalle autour de la position pour laquelle la mise au point est réalisée dans lequel peut
se trouver un objet pour que son image soit suffisamment peu floue que pour paraître nette malgré tout. (Voir l’exemple de
la chambre noire à la page 10.)

Version du 04.12.2003 47
72. Un objectif « macro » de 54 mm de distance focale permet de réaliser la mise au point sur un
objet situé à 9 cm de lui. On l’utilise avec un soufflet pour photographier une fourmi de 4 mm.
a) Que doit valoir le tirage ? b) Par rapport à la mise au point sur l’infini, de combien le tirage
devra-t-il être augmenté ? c) Quelle est la dimension de l’image de la fourmi sur le film ?
13,5 cm ; 8,1 cm ; –6 mm.
73. Un philatéliste dispose d’un appareil de format « 24×36 » muni d’un objectif de 50 mm de dis-
tance focale. Il veut photographier un timbre-poste rectangulaire qui mesure 48 mm × 28 mm
avec le cadrage le plus serré qui lui permette d’obtenir l’image entière du timbre. a) Quel grandis-
sement doit-il utiliser ? (Réfléchir au signe.) b) Quelle distance doit-elle séparer l’objectif du
timbre ? c) Quel tirage sera-t-il nécessaire ?
–0,75 ; –117 mm ; 87,5 mm.

b) Le projecteur de diapositives
Pour visionner une diapo-
sitive, on la projette sur un
grand écran au moyen d’un Source
projecteur. Elle est éclairée
par l’arrière au moyen d’une
puissante source de lumi- Diapo. Écran
ère ; elle constitue donc un Objectif
petit objet réel dont l’objec-
Projecteur
tif doit former une image
réelle agrandie sur l’écran.
L’objectif du projecteur doit donc être une lentille convergente. Afin que l’image sur l’écran soit
nette, la distance entre la diapositive et l’objectif doit être réglée (mise au point). Le projecteur de
cinéma et le projecteur multimédia fonctionnent selon le même principe.

Exercices
74. Sur le schéma du projecteur de diapositives, situez la position des foyers de l’objectif.

75. On projette une diapositive de 36 mm sur un écran situé à 3,78 m de l’objectif du projecteur.
L’image mesure 97,2 cm. Calculez a) La distance qui doit séparer la diapositive et l’objectif ; b) la
longueur focale de l’objectif du projecteur.
–140 mm ; 135 mm.
76. Un écran de projection carré mesure 1,20 m de côté. On veut y projeter des diapositives de for-
mat « 24×36 » à l’aide d’un projecteur muni d’un objectif de 85 mm de distance focale. À quelle dis-
tance de l’écran faut-il placer le projecteur (plus précisément, le centre optique de l’objectif) ?
2 918 mm.

Version du 04.12.2003 48
c) Le rétroprojecteur
Le rétroprojecteur est un appareil qui A’
permet de projeter l’image d’un transpa-
rent sur un écran. Certains de vos pro-
fesseurs en font usage en classe.
Le dispositif comporte une boîte à lumi-
ère qui éclaire le transparent par l’ar-
rière. Ce qui semble être une vitre sur sa
face supérieure fait en réalité partie
d’un dispositif destiné à éclairer le plus
uniformément possible le transparent à
projeter qui y est posé. Elle est surplom-
bée par la tête de projection, constituée
d’une lentille convergente et d’un miroir
plan solidaires. L’axe optique de la len-
tille est perpendiculaire à la face supéri-
F’
eure de la boîte à lumière et le miroir est Miroir
incliné à 45° par rapport à lui. En réalité
cette inclinaison peut être modifiée légè-
rement pour déplacer l’image sur l’écran.
En l’absence de miroir, l’objectif donne- Objectif
rait du point objet réel A un point image A”
réel A’. La projection devrait être obser-
vée au plafond ! C’est la raison pour la- Écran de
quelle la lumière est renvoyée à peu près projection
horizontalement par le miroir plan. Pour Transparent F
à projeter A
lui, le point A’ est un point objet virtuel.
Il en donne un point image réel A”. C’est Boîte à
à cet endroit que doit se trouver l’écran lumière
pour qu’il s’y forme une image nette.
En pratique, la mise au point de l’image ne s’opère pas en déplaçant l’écran, mais en écartant plus
ou moins la tête de projection du transparent. La distance du miroir jusqu’au point A’, donc
jusqu’au point A”, c’est-à-dire jusqu’à l’écran, peut ainsi être ajustée.
À noter que la partie horizontale de l’axe optique, le point A” et les rayons qui y parviennent sont
exactement les symétriques par rapport au miroir de la partie verticale de l’axe optique, du point
A’ et des deux prolongements de rayons qui y aboutissent (voir la partie Image d’un objet virtuel
donnée par un miroir plan à la page 32).

Exercice
77. Un transparent est projeté sur un écran au moyen d’un rétroprojecteur. Les lettres du texte
écrit sur le transparent mesurent 9 mm de haut. Leurs images sur l’écran mesurent 30 mm. La
distance entre le transparent et la lentille du rétroprojecteur mesure 45 cm. Quelle est la distance
focale de la lentille ?
346 mm.
78. Un rétroprojecteur possède un objectif de 50 cm de distance focale. Il est utilisé dans un
auditorium équipé d’un écran carré de 3 m de côté. On veut projeter un transparent de format A4
(210 mm × 297 mm) de façon que l’image du petit côté couvre toute la largeur de l’écran. À quelle
distance de l’écran faut-il placer le rétroprojecteur ? Quel est le facteur d’agrandissement ? (On
négligera l’espace compris entre la lentille et le miroir.)
7,6 m ; –14,3.

Version du 04.12.2003 49
5.5. Les lentilles réelles — Aberrations
Nous avons introduit le concept de lentille mince et nous avons décrit ses propriétés. Il s’agissait
d’une approche simplifiée. La figure ci-dessous illustre comment deux faisceaux de rayons lumi-
neux parallèles traversent véritablement une lentille. Les rayons des faisceaux sortant de la len-
tille ne concourent pas et ne forment pas chacun un point image net. Ces écarts par rapport à une
lentille mince idéale sont appelés aberrations.
Sur l’illustration, on observe facilement la présence de trois des cinq aberrations géométriques
principales :
• l’aberration de sphéricité : les rayons marginaux et les rayons centraux du faisceau arrivant
parallèlement à l’axe se coupent à des distances différentes de la lentille ;
• la coma : les rayons marginaux et les rayons centraux du faisceau arrivant incliné sur l’axe se
coupent à des distances différentes de l’axe ;
• la courbure de champ : les faisceaux présentent une section minimum dans des plans situés à
des distances différentes de la lentille.

Il existe deux autres aberrations géométriques :


• l’astigmatisme : les rayons ayant traversé la lentille dans un plan transversal7 ne se coupent
pas à la même distance que ceux (non représentés) l’ayant traversée dans un plan sagittal8 ;
• la distorsion : chaque point de l’image est net, mais l’image est déformée.
Dans les instruments à lentilles, il se superpose aux précédentes une aberration supplémentaire :
• le chromatisme (ou aberration chromatique) : les rayons confondus mais de couleurs différentes
se réfractent différemment en traversant la lentille (l’indice de réfraction dépend de la couleur,
voir page 25).

7 Le plan transversal est le plan contenant l’axe optique et le rayon central du faisceau incident. Il s’agit du plan du
dessin.
8 Le plan sagittal est le plan contenant l’axe optique et perpendiculaire au plan transversal.

Version du 04.12.2003 50
Chapitre 6.
Étude de quelques instruments
6.1. L’œil
a) Structure de l’œil
L’œil est un organe de forme globulaire de
25 mm de diamètre environ. Il est limité par
une enveloppe extérieure comprenant une
membrane protectrice, dure et blanche, la
sclérotique, et une membrane vascularisée, la
choroïde. En avant, la sclérotique se bombe et
devient transparente pour former la cornée
(n = 1,376). La choroïde se détache de la scléro-
tique pour former une membrane opaque et
pigmentée, l’iris, qui est percée d’une ouver-
ture circulaire constituant la pupille de l’œil.
Elle joue le rôle de diaphragme : son ouverture
est d’autant plus réduite que la lumière est
vive et se dilate au contraire à l’obscurité. Coupe horizontale de l’œil humain. Le côté temporal est
Derrière l’iris se trouve le cristallin qui en haut et le côté nasal est en bas.
possède la forme d’une lentille biconvexe
(n = 1,4). Il est constitué de feuillets élastiques superposés et peut se déformer sous l’action des
muscles ciliaires qui s’insèrent sur la sclérotique. Le cristallin partage l’œil en deux chambres :
la chambre antérieure (limitée par la cornée) est occupée par un liquide transparent, l’humeur
aqueuse (n = 1,336), et la chambre postérieure contient une substance transparente et
gélatineuse, l’humeur vitrée (n = 1,336). Au fond de la chambre postérieure, la choroïde porte les
cônes et les bâtonnets, cellules sensibles à la lumière, qui constituent la rétine. Elle ne reçoit
que 10% environ de la lumière incidente susceptible de traverser la pupille, le reste étant absorbé
par la cornée, l’humeur aqueuse, le cristallin et l’humeur vitrée. Les nerfs issus de chaque cellule
rétinienne se regroupent en un faisceau quittant l’œil, le nerf optique.
La zone de meilleure résolution de la rétine, la fovéa, se situe du côté temporal, au centre de la
macula ou tache jaune. Du côté nasal, le point de départ du nerf optique est dépourvu de
cellules sensibles ; cette zone forme la tache aveugle.

b) Accommodation
Les muscles ciliaires modifient la courbure du cristallin. Il est ainsi possible de former sur la
rétine l’image d’objets situés à différentes distances de l’œil (mise au point) ; ils sont alors vus dis-
tinctement. Ce phénomène de mise au point est appelé accommodation.
Lorsque les muscles ciliaires sont totalement relâchés, c’est-à-dire lorsque l’œil n’accommode pas,
le cristallin adopte sa courbure minimale et sa convergence est minimale. Il se forme alors sur la
rétine l’image (nette) des objets les plus éloignés qui peuvent être vus distinctement. Le point
situé à cette distance sur l’axe optique de l’œil est appelé le punctum remotum (PR). Pour un
œil normal, le PR est situé à l’infini (œil emmétrope).
Au contraire, lorsque les muscles ciliaires sont contractés au maximum, la courbure et la conver-
gence du cristallin sont maximales. Il se forme alors sur la rétine l’image (nette) des objets les
plus proches qui peuvent être vus distinctement. Le point situé à cette distance sur l’axe optique

Version du 04.12.2003 51
de l’œil est appelé le punctum proximum (PP). Pour un œil emmétrope normal chez un sujet de
45 ans, le PP est situé à 25 cm.
L’intervalle d’accommodation est l’étendue qui sépare le PR du PP. Avec l’âge, l’élasticité du
cristallin diminue, entraînant une réduction de la faculté d’accommodation (presbytie) ; le PP
s’éloigne de l’œil (à 10 cm vers 20 ans, 25 cm vers 45 ans, 50 cm vers 50 ans et 1 m vers 70 ans).

c) Pouvoir de résolution
Le pouvoir de résolution est le plus petit angle qui doit séparer les directions d’observation de
deux objets pour pouvoir les discerner. Pour l’œil, il dépend de plusieurs facteurs : forme des dé-
tails, conditions d’éclairement et de contraste, formation de l’image sur la rétine, densité de cel-
lules rétiniennes, état des cellules nerveuses et du nerf optique, attention et habitude du sujet,
âge du sujet (100 % à 10 ans, on a 75 % à 50 ans et 50 % à 80 ans). Au mieux, l’œil est capable de
résoudre des détails ponctuels de 40” à 60” et des détails linéaires de 5” à 10” lorsque leur
image se forme sur la fovéa, qui est la région de la rétine où la densité de cellules sensibles (cônes,
bâtonnets) est la plus grande. Le pouvoir de résolution n’est déjà plus que de moitié à 3° de la
fovéa !

d) Défauts de la vue
La myopie est le défaut d’un œil trop convergent. Le PR se trouve à distance finie. Les objets à
l’infini forment leur image en avant de la rétine et ne peuvent jamais être vus distinctement. La
myopie est corrigée par un verre divergent.
L’hypermétropie est le défaut d’un œil trop peu convergent. Le PR est un point virtuel en arrière
de l’œil. Les objets à l’infini forment leur image en arrière de la rétine. Ils peuvent être vus dis-
tinctement à condition que l’œil accommode. L’hypermétropie est corrigée par un verre conver-
gent.

PR

Myopie Hypermétropie
(pas d’effort d’accommodation). (pas d’effort d’accommodation).
La presbytie est le défaut d’un œil dont le parcours d’accommodation est réduit, en raison de la
perte de souplesse du cristallin. Le PP est éloigné de l’œil, par contre le PP n’est pas affecté. Ce
défaut constitue une gêne pour la vision d’objets proches, par exemple d’un texte à lire, qui ne
sont pas vus distinctement. La correction de la presbytie nécessite un verre convergent pour la
vision de près. Si la presbytie est le seul défaut de l’œil, des lunettes en « demi-lunes » sont suffi-
santes (la personne regardera par-dessus les verres correcteurs pour la vision éloignée). Par
contre, si elle est combinée à de la myopie ou à de l’hypermétropie, d’autres verres seront néces-
saires pour la vision de loin ; afin d’éviter de devoir utiliser tantôt une paire de lunettes, tantôt
une autre, on a conçu des verres à double foyer ou des verres à courbure progressive.
L’astigmatisme est le défaut d’un œil qui possède des propriétés de convergence différentes selon
deux méridiens perpendiculaires. Il est corrigé par un verre à courbure cylindrique. Chez
beaucoup de sujets, l’astigmatisme se combine à la myopie ou à l’hypermétropie. Les verres
correcteurs comportent alors à la fois une courbure sphérique et une courbure cylindrique.
N.B. Un médecin spécialiste de l’œil est un oculiste (ou ophtalmologue) ; une personne qui réalise
des lunettes est un opticien.

Version du 04.12.2003 52
6.2. La loupe
a) Conditions d’emploi — Grossissement
Une loupe simple est une lentille convergente de courte distance focale servant à observer de
petits objets.
Sans loupe, il est nécessaire de tenir l’objet examiné au moins à la distance du P.P. (25 cm pour
un œil normal). Les tout petits détails sont difficiles à distinguer à cette distance. L’angle α sous
lequel l’objet de hauteur h est vu lorsqu’il se trouve à la distance du P.P. se calcule par :
h
tg(α ) = .
œil 0,25 m
α Dans la mesure où l’objet est de petite taille (moins
h
de quelques centimètres), l’angle est petit égale-
ment. Alors, à condition de l’exprimer en radians,
0,25 m on a avec une bonne approximation :
h
α rad ≈ .
0,25 m
Une loupe s’utilise en plaçant l’objet à examiner idéalement dans son plan focal objet. De cette
manière, les rayons lumineux provenant d’un point objet sortiront de la loupe sous forme d’un
faisceau parallèle et l’observation sera possible sans que l’œil doive accommoder, donc sans effort
et sans fatigue.
L’angle β sous lequel est vu l’objet à travers la
œil loupe est donné par :
β β h
h tg( β ) = .
β f’
F F’
En admettant qu’il s’agit toujours d’un petit angle,
on a approximativement :
f f’
h
β rad ≈ .
f’

En comparant les deux schémas, on constate que l’angle β est plus grand que l’angle α pour
autant que la distance focale de la loupe (f ’) soit plus courte que la distance du P.P. (0,25 m).
Grâce à la loupe, on verra donc l’objet sous un plus grand angle qu’à l’œil nu. Le grossissement
de la loupe est défini par :
β
G≡ .
α
Grâce aux valeurs approximatives de ces angles déterminées (en radians) ci-dessus, on trouve :
h
β rad f’
G= = .
α rad h
0,25 m

En simplifiant, il reste :
0,25 m
G= .
f’

En se souvenant de la définition de la puissance d’une lentille (P = 1 m/f ’), on peut encore écrire :
P
G= .
4

Version du 04.12.2003 53
b) Exercices
79. Une lentille de 8 cm de longueur focale est utilisée comme loupe. Calculez sa puissance et son
grossissement.
12,5 ; 3,125.
80. Une loupe donne un grossissement de 5. Calculez sa longueur focale et sa puissance.
5 cm ; 20.
81. On veut observer une fourmi de 3 mm de long. Sous quel angle la voit-on à l’œil nu si elle se
situe à la distance du P.P. (œil standard) ? On utilise ensuite une loupe pour l’apercevoir 4 fois
plus grosse. Sous quel angle apparent la voit-on ? Quelle est la longueur focale de la loupe ?
Quelle est sa puissance ?
0,012 rad ou 0,688° ; 2,75° ; 6,25 cm ; 16.
82. L’œil est capable de discerner des détails s’ils sont vus dans des directions formant entre elles
un angle de 0,3 mrad (milliradian). Calculez la dimension correspondante sur un objet placé à
25 cm de l’œil. Quel grossissement minimum faut-il utiliser pour distinguer des détails de
0,03 mm ?
0,075 mm ; 2,5.

6.3. La lunette astronomique


a) Description
La lunette astronomique (ou télescope réfracteur dans la terminologie anglo-saxonne) est un
instrument9 utilisé pour l’observation des astres (planètes, étoiles, galaxies, etc.). Ce sont des
objets tellement éloignés que l’on considère qu’ils se trouvent à l’infini. Elle comporte deux
groupes de lentilles, appelés objectif et oculaire, dont les axes optiques sont confondus. Chacun
est un système convergent qui sera modélisé par une lentille mince convergente.

L1 L2

L’objectif (L1) possède une grande longueur focale (f1’) et un grand diamètre (D1). Il joue un
double rôle :
1. Collecter le plus de lumière possible en provenance de l’astre observé.
2. Fournir de l’astre observé une image réelle la plus grande et la plus détaillée possible
dans son plan focal image.
L’oculaire (L2) possède une courte longueur focale (f2’) et un diamètre bien plus petit. Il joue le
rôle d’une loupe destinée à grossir l’image fournie par l’objectif, afin d’en faciliter l’examen.

9 D’autres instruments sont également utilisés pour les observations astronomiques ; il s’agit des télescopes réflecteurs ou,
plus simplement télescopes. À la différence des lunettes, leur objectif est un miroir concave et non un groupe de lentilles.
Leur étude n’est pas abordée dans ce cours.

Version du 04.12.2003 54
D’après le schéma, on note que la lunette astronomique « renverse les images » : en effet, les
rayons lumineux qui rentrent dans la lunette proviennent d’un point situé au-dessus de l’axe
optique et ceux qui en sortent semblent provenir d’un point situé en dessous de l’axe.

b) Mise au point
En comparaison de la longueur focale d’un objectif — quelques mètres au maximum — les astres
sont considérés comme étant à l’infini (plusieurs dizaines à plusieurs centaines de millions de
kilomètres pour les planètes, plusieurs années de lumière pour les étoiles les plus proches, des
millions à des milliards d’années de lumière pour les galaxies). On peut donc considérer que leurs
images se forment donc dans le plan focal image de l’objectif.
Cette image est examinée à travers l’oculaire pour lequel elle constitue un objet. Afin de ne pas
devoir accommoder et que l’observation soit donc la plus confortable possible, on s’arrange pour
que sortent de l’oculaire des faisceaux parallèles (voir les paragraphes consacrés à l’œil et à la
loupe). Ceci est possible si le plan focal objet de la loupe coïncide avec le plan focal image de
l’objectif. La mise au point consiste à déplacer l’oculaire longitudinalement pour réaliser cette
coïncidence.
Ainsi, d’un point objet à l’infini (rayons entrants parallèles), la lunette correctement mise au point
forme une image rejetée à l’infini (rayons sortants parallèles). Dans ces conditions, le système ne
possède pas de foyer : il est dit afocal.

c) Grossissement
Un objet ponctuel situé dans une direction faisant un angle α avec l’axe optique sera vu par
l’observateur qui regarde dans l’oculaire dans une direction faisant avec l’axe un angle β supé-
rieur à α. Le rapport de ces angles définit le grossissement de la lunette :
β
G≡ .
α

F’1 ≡ F2

α A’ β
α h

B’

L1 L2

Si deux détails de l’objet sont séparés par un angle α (petit angle), alors la distance h qui sépare
leurs images dans le plan focal image de l’objectif vaut :
h h
tg α = ⇒ α rad ≈ .
f1 ’ f1 ’

L’observateur qui regarde dans l’oculaire voit les rayons lumineux arriver dans une direction qui
forme un angle β avec l’axe optique.
h h h
tg β = = ⇒ β rad ≈ .
− f2 f2 ’ f2 ’

En utilisant les valeurs des angles en radians, on trouve finalement que le grossissement vaut :

f1 ’ f ’objectif
G= = .
f2 ’ f ’oculaire

Version du 04.12.2003 55
L’utilisation d’oculaires interchangeables de focale de plus en plus courte avec le même objectif
permet d’obtenir des grossissements de plus en plus élevés.
Exemple. — Une lunette de 50 mm de diamètre et de 600 mm de distance focale est fournie avec
deux oculaires de 25 mm et de 6 mm de distance focale. Quels grossissements peut-on obtenir ?
f ’objectif 600 mm
Avec l’oculaire de 25 mm : G = = = 24 .
f ’oculaire 25 mm

f ’objectif 600 mm
Avec l’oculaire de 6 mm : G = = = 100 .
f ’oculaire 6 mm

d) Luminosité de l’objectif
On définit la luminosité (L) d’un objectif (et par extension d’une lunette astronomique) comme
étant le rapport entre le flux de lumière collecté par cet objectif et le flux de lumière collecté par
l’œil nu :
flux de lumière collecté par l'objectif
L= .
flux de lumière collecté par l'œil nu
Le flux de lumière collecté par l’objectif est capté par toute l’étendue de sa surface ; il est donc
proportionnel à l’aire de l’objectif, qui est égale à πR2 = π(D/2) 2 = πD2/4 (R et D sont le rayon et le
diamètre de l’objectif). De même, le flux de lumière collecté par l’œil est proportionnel à l’aire de
sa pupille, qui est égale à πd2/4 (r et d sont le rayon et le diamètre de la pupille). Par conséquent,
la luminosité sera égale au rapport de l’aire de l’objectif à celle de la pupille de l’œil. Les facteurs
π et ¼ vont se simplifier et il ne restera que L = D2/d2 = (D/d)2.

La luminosité d’un objectif est le carré du rapport du diamètre de l’objectif à celui de


la pupille de l’œil.
2
D
L= 
d

Exemple 1. — On utilise une lunette astronomique qui possède un objectif de 50 mm de diamètre


(D) pour observer la Lune en plein jour, alors que la pupille de l’œil mesure 2 mm de diamètre (d).
Quelle est la luminosité de l’objectif ?
2 2
D  50 
L =   =   = 252 = 625 .
d  2 
Cela signifie que l’objectif collecte 625 fois plus de lumière que l’œil nu.
Exemple 2. — Un observateur déclare que pour lui la luminosité d’un objectif de 150 mm de
diamètre est de 900. Quel diamètre la pupille de son œil a-t-elle ?
2
D D 150 mm 150 mm
L=  ⇔ d= = = = 5 mm .
d L 900 30

e) Exercices
83. Une lunette astronomique est mise au point sur l’infini. Son objectif a une longueur focale de
1,2 m. On la pointe vers la Lune, qui est éloignée de 384 000 km. À quelle distance de l’objectif
son image se forme-t-elle ? De combien faut-il changer la mise au point et dans quel sens ?
1,200 000 003 75 m ; +3,75 nm.
84. Clavius est le plus grand cratère lunaire ; son diamètre vaut 225 km. La Lune se trouve en
moyenne à 384 000 km de la Terre. Calculer sous quel diamètre apparent (angle) on aperçoit ce
cratère. Utiliser l’approximation valable pour les petits angles.
5,86×10–4 rad = 0,0336° = 121”.

Version du 04.12.2003 56
85. Une lunette astronomique de 60 mm de diamètre et 720 mm de longueur focale est fournie
avec des oculaires de 25 mm, 12,5 mm et 9 mm de longueur focale. Calculer les grossissements
praticables. Quel oculaire faudrait-il utiliser pour obtenir un grossissement de 100 ?
28,8 ; 57,6 ; 80 ; 7,2 mm.
86. Deux étoiles sont séparées sur le ciel par un angle de 18”. On les observe avec une lunette
astronomique. Son objectif a un diamètre de 80 mm et une focale de 920 mm. Dans l’oculaire, on
veut les apercevoir sous un angle de 12’. Cette nuit-là, la pupille de l’œil de l’observateur mesure
6 mm de diamètre. Calculer le grossissement nécessaire et la longueur focale de l’oculaire à utili-
ser. Calculer la luminosité de l’objectif. Quelle est la distance qui sépare les images des deux
étoiles dans le plan focal image de l’objectif ?
40 ; 23 mm ; 178 ; 0,080 mm.

6.4. Exercices récapitulatifs


87. On utilise une loupe de 30 mm de focale comme oculaire d’une lunette astronomique. L’objectif
de celle-ci mesure 130 mm de diamètre et 1500 mm de focale. On l’utilise pour observer deux
étoiles séparées angulairement de 0,004°. Le diamètre de la pupille de l’œil est de 5 mm.
a) Calculer le grossissement et la puissance de l’oculaire (la loupe). b) Rechercher combien de fois
l’objectif collecte plus de lumière que l’œil. c) Déterminer le grossissement de la lunette et l’angle
sous lequel elle permet d’apercevoir les deux étoiles.
a) 8,33 ; 33,3 ; b) 676 ; c) 50 ; 0,2°.
88. Deux étoiles sont séparées sur le ciel par un angle de 9” (il y a 3600 secondes dans 1 degré :
3600” = 1°). Pour les observer confortablement, on se munit d’une lunette ayant un objectif de
102 mm de diamètre et 920 mm de longueur focale. a) Quel grossissement faut-il utiliser pour les
voir séparées par un angle de ½ degré ? b) Quelle est la longueur focale de l’oculaire à utiliser ?
Quelle est sa puissance ? c) Quelle est la distance qui sépare les images des deux étoiles dans le
plan focal image de l’objectif ? d) Combien de fois l’objectif collecte-t-il plus de lumière que l’œil
(diamètre de la pupille : 6 mm) ?
a) 200 ; b) 4,6 mm ; c) 40,1 µm ; d) 289.

Version du 04.12.2003 57
Chapitre 7.
Notions utiles de trigonométrie
7.1. Définitions fondamentales
Considérons un triangle (OAB), rectangle en A, et l’un de ses angles aigus, soit θ. OB est
l’hypoténuse, OA est le côté adjacent à l’angle et AB est le côté opposé à l’angle. Le sinus, le
cosinus et la tangente de l’angle θ sont définis comme suit :
B
longueur du côté opposé AB
sin(θ ) = =
longueur de l'hypoténuse OB

longueur du côté adjacent OA θ


cos(θ ) = =
longueur de l'hypoténuse OB O A

longueur du côté opposé AB sin(θ )


tg(θ ) = = = .
longueur du côté adjacent OA cos(θ )

On peut vérifier que ces fonctions ne dépendent que de l’angle et pas des dimensions du triangle.

7.2. Table de valeurs trigonométriques


Les valeurs du sinus et du cosinus peuvent être trouvées dans des tables numériques ou fournies
directement par une calculatrice. Voici à titre d’exemple le sinus, le cosinus et la tangente arron-
e
dis à la 5 décimale pour quelques angles compris entre 0° et 90°.

θ (°) sin (θ) cos (θ) tg (θ)


0 0,00000 1,00000 0,00000
5 0,08716 0,99619 0,08749
10 0,17365 0,98481 0,17633
15 0,25882 0,96593 0,26795
20 0,34202 0,93969 0,36397
25 0,42262 0,90631 0,46631
30 0,50000 0,86603 0,57735
35 0,57358 0,81915 0,70021
40 0,64279 0,76604 0,83910
45 0,70711 0,70711 1,00000
50 0,76604 0,64279 1,19175
55 0,81915 0,57358 1,42815
60 0,86603 0,50000 1,73205
65 0,90631 0,42262 2,14451
70 0,93969 0,34202 2,74748
75 0,96593 0,25882 3,73205
80 0,98481 0,17365 5,67128
85 0,99619 0,08716 11,43005
90 1,00000 0,00000 ∞

Version du 04.12.2003 58
Il existe cependant certaines valeurs remarquables dont il est pratique de se souvenir : Pour les
angles de 0°, 30°, 45°, 60° et 90°, on trouve les sinus en écrivant d’abord la série 0, 1, 2, 3 et 4, en-
suite en prenant la racine carrée et enfin en divisant par deux. Le cosinus des mêmes angles est
obtenu de la même manière, mais en partant de la série inverse 4, 3, 2, 1 et 0. La tangente est
égale au quotient du sinus par le cosinus. Après simplification, on obtient le tableau suivant :

θ 0° 30° 45° 60° 90°

sin θ 0 1/2 2 2 3 2 1

cos θ 1 3 2 2 2 1/2 0

tg θ 0 3 3 1 3 ∞

7.3. Mesure des angles


Dans de nombreuses disciplines, la mesure des angles en radians est B
beaucoup plus utile que leur mesure en degrés. B’
Rappelons que le radian est l’angle au centre d’un cercle qui intercepte un
arc de longueur égale au rayon. Il en résulte que si le sommet de l’angle s
coïncide avec le centre d’un cercle, la mesure de l’angle en radians est le θ
quotient entre l’arc intercepté par cet angle et le rayon du cercle :
O R A
q
AB ’ s
θ = = .
R R
Comme une circonférence (360°) a une longueur 2πR, on trouve les équivalences suivantes :
360° = 2π rad

1° = rad ≈ 0,017453 rad
360
360°
1 rad = ≈ 57,296°

7.4. Cas des petits angles


Si l’angle θ est petit, on peut confondre le côté AB du triangle avec l’arc AB’ de centre O. On
déduit donc :
q’ s
AB AB
tgθ = ≈ = =θ .
OB OB ’ R
Dans les mêmes conditions, on peut également confondre le côté OB’ avec l’hypoténuse OB. On
peut donc aussi écrire :
q’ s
AB AB
sin θ = ≈ = =θ .
OB OB ’ R
Ces approximations sont naturellement d’autant meilleures que l’angle θ est petit.
En résumé, pour un petit angle la tangente et le sinus ont pour valeur approximative commune la
mesure de l’angle en radians :
sin θ ≈ tg θ ≈ θ rad.

Version du 04.12.2003 59