You are on page 1of 12

Clavier 1

Définition
Le clavier est l'un des éléments les plus élémentaires de l'ordinateur. C'est aussi le principal périphérique
d'entrée puisqu'il sert à communiquer des commandes et des données à l'ordinateur. Cette partie traite des
claviers proposés sur les ordinateurs compatibles, PC, présentant les différents types de claviers, les
fonctions du clavier, les interfaces clavier-ordinateur et proposant des remèdes, pour les dépanner et les
réparer.
Les touches du clavier
Douze touches de fonction (F1 à F 12)
Situées tout en haut du clavier, ce sont des touches programmables qui permettent d'exécuter, selon le
logiciel utilisé, des fonctions spéciales telles que enregistrer, imprimer, etc.
Échap (Escape)
Située à la gauche des clés de fonction du clavier, cette touche permet de s'échapper d'une commande dans
certains logiciels.
Ctrl (Control)
Située au coin inférieur gauche du clavier, cette touche fonctionne en conjonction avec d'autres touches
pour exécuter au clavier certaines commandes qui s'exécutent également avec la souris; par exemple, Ctrl +
C pour copier du texte: il faut maintenir la touche Ctrl enfoncée et appuyer sur C en même temps.
Ctrl + Alt + Del (Control + Alternate + Delete)
Cette combinaison de touches permet de réinitialiser l'ordinateur elle a pour effet de vider la mémoire vive
et de recharger le système d'exploitation sans couper l'alimentation; on appelle également cette procédure
démarrage à chaud.
Alt (Alternate)
Située au bas du clavier à la gauche de la barre d'espacement, cette touche fonctionne comme la touche Ctrl
pour exécuter certaines fonctions de logiciel.
Caractère alternatif (Alt car)
Située au bas du clavier à la droite de la barre d'espacement, elle fonctionne comme la touche Ctrl et Alt en
conjonction avec une autre touche pour afficher des caractères spéciaux qui sont marqués sur la face des
touches.
Enter ou Return (<--|)
Cette grosse touche située au milieu du clavier à la droite des touches de signes de ponctuation, elle sert à
valider l'entrée d'une commande ou à effectuer un retour de chariot dans un traitement de texte à la manière
de la touche Retour d'une machine à écrire.
Maj (Majuscule) (Shift)
Située dans l'avant-dernière rangée du bas de chaque côté du clavier alphanumérique, cette touche permet
d'afficher les lettres en majuscules et les signes spéciaux marqués en haut sur le dessus de certaines touches;
Shift s'utilise parfois en combinaison avec Alt ou Ctrl; une petite lumière s'allume dans la partie Caps Lock
du panneau indicateur situé au-dessus du pavé numérique.
FixMaj (Caps Lock)
C'est un commutateur on/off qui permet de verrouiller la fonction majuscule Shift; une petite lumière

EL BRAHMI FOUAD
Clavier 2

s'allume dans la partie FixMaj du panneau indicateur située au-dessus du pavé numérique.
Barre d'espacement
Cette longue touche permet d'insérer un espace comme sur une machine à écrire; à noter que les espaces
sont considérés comme des caractères par l'ordinateur et que dans certaines commandes, il ne faut pas
oublier de les insérer.
Espace arrière (‹-- ) (Backspace)
Située à l'extrémité droite de la ligne des chiffres, cette touche permet d'effacer les caractères situés à la
gauche du curseur.
ImpÉc (Print Scrn SysRq)
Shift + Print Screen permet d'imprimer l'écran; pour imprimer un écran graphique, il faut avoir chargé en
mémoire vive le programme Graphics du DOS;
Ctrl + Print Screen permet d'imprimer l'écran en mode direct automatique au fur et à mesure de l'affichage.
Défil (Scroll Lock)
Cette touche permet de verrouiller la fonction défilement; une petite lumière s'allume dans la partie Scroll
Lock du panneau indicateur situé au-dessus du pavé numérique quand la fonction est activée.
Pause / Intrp (Pause/Break)
Cette touche permet d'arrêter une séquence de défilement de texte à l'écran; en appuyant sur la touche, le
défilement reprend; c'est l'équivalent de Ctrl + S; cette touche est utile lorsqu'on affiche le contenu d'un
disque rigide ou d'une disquette avec la commande DIR en DOS ou d'un fichier avec la commande TYPE
en DOS. Ctrl + Break sert à arrêter l'exécution d'une commande, c'est l'équivalent de Ctrl + C.
Inser (Insert)
Cette touche est un commutateur on/off qui permet d'insérer du texte.
Maison (Home)
Cette touche permet de déplacer le curseur au début d'une ligne.
Page vers le haut (Page Up)
Cette touche permet d'accéder à une page écran précédente.
Page (Page Down)
Cette touche permet d'accéder à une page écran qui suit.
Fin (End)
Cette touche permet de déplacer le curseur sur le dernier caractère d'une ligne.
Suppr (Delete)
Cette touche permet d'effacer le ou les caractères sélectionnés ou les caractères à la droite du curseur.
Flèches
Situées dans le bas du pavé de direction, ces touches servent à se déplacer dans l'écran selon le sens des
flèches.

EL BRAHMI FOUAD
Clavier 3

Num Lock
Commutateur on/off qui met en fonction le clavier numérique qui fonctionne alors comme une calculatrice;
une petite lumière s'allume dans la partie Num Lock du panneau indicateur situé au-dessus du pavé
numérique lorsque la fonction est activée. Lorsque la calculatrice n'est pas en fonction (Num Lock à off), on
peut utiliser le pavé numérique pour se déplacer dans l'écran de la même façon qu'on utilise le pavé de
direction.
Raccourcis clavier
Combinaison de
Action
touche
<Win><Attn> Affichage des propriétés système
<Win> E Ouverture de l'explorateur
<Win> M Réduction de toutes les fenêtres
<Maj><Win> M Annulation réduction
<Win><F1> Affichage Aide de Windows
<Win> F Recherche de fichiers
<Ctrl><Win> F Recherche sur le réseau
<Win><Tab> Parcours des boutons barre des tâches

Interface de clavier
Le clavier communique avec l'ordinateur par l'intermédiaire d'un canal d'échange de données série.

Le processeur du clavier du PC original était une puce Intel 8048. Les modèles récents utilisent souvent une
puce de type 8049, ou compatibles avec les puces 8048 et 8049. Sur les claviers étendus, par exemple, IBM
a toujours utilisé une version spécifique du processeur Motorola 6805, qui est compatible avec les puces
Intel. Le processeur intégré au clavier décrypte la matrice du clavier, amortit les rebondissements et
convertit les pressions de touches en codes de balayage appropriés qu'il transmet à la carte mère. Les
processeurs intégrés au clavier contiennent leur propre RAM et parfois également de la ROM, ainsi qu'une
interface série intégrée.

Sur un clavier de type AT, l'interface série est connectée à un contrôleur spécial situé sur la carte mère. Il
s'agit d'un microcontrôleur esclave de type interface périphérique universelle Intel 8042. Il existe également
une version de puce 8742 qui utilise de l'EPROM (mémoire à lecture seule programmable et effaçable) et
peut être programmée et effacée. Les ROM de mise à niveau proposées par les fabricants pour faire évoluer
les cartes mère de PC intègrent souvent un nouveau contrôleur de clavier car elles comprennent également
de nouveaux codes de ROM indépendants. Certains ordinateurs peuvent également utiliser des, puces 8041
ou 8741. Sur d'autres ordinateurs, le microcontrôleur de clavier est intégré à une autre puce.
Le rôle de l’interface clavier
Prends en charge les fonctions suivantes :
- Fournir l'alimentation au clavier extérieur
- Transmettre les commandes du système hôte au clavier
- Réceptionner les réponses du clavier aux commandes émises par le système hôte
- Réceptionner les codes des touches frappées
- Réaliser l'interface hard et soft avec le système hôte
Description de L'interface clavier

EL BRAHMI FOUAD
Clavier 4

Le clavier et l'interface clavier avec le système hôte sont physiquement connectés par un câble de liaison. Ce
dernier est un câble à 4 conducteurs blindés, équipé d'un connecteur mâle DIN circulaire à 5 ou 6 broches.
L'autre extrémité du câble est directement connecté aux circuits internes du clavier.
Actuellement deux types de connecteurs clavier sont utilisés: le connecteur DIN circulaire 5 broches
(standard AT) et le connecteur mini-DIN circulaire à 6 broches (standard PS/2)
DIN 5 broches mini DIN 6 broches
CLK - Horloge Data - Données
Data - Données Nc
(Reset) Gnd
Gnd +5 Vcc
+5 Vcc CLK - Horloge
Nc
Brochage des connecteurs : ( Nc = non connecté )
Comme il est indiqué sur les brochages, les deux connecteurs disposent d'une broche +5 Vcc et Gnd (0V)
l'alimentation du clavier est fournie par ces deux broches.
L’alimentation est protégée par un fusible
L'embase femelle de l'interface hôte et un connecteur blindé ; les signaux Data, CLK et +5Vcc sont filtrés et
protégés contre les surtensions, afin de répondre aux exigences de la CEM (Compatibilité
Électromagnétique).
Le clavier et l'interface hôte communique par l'intermédiaire de deux signaux : Data (données) et CLK
(horloge), en utilisant une liaison série synchrone avec des niveaux TTL (niveau bas - 0 < 0,8 V et niveau
haut - 1 > 2,4 V).
Les signaux Data et CLK sont bidirectionnels et à collecteurs ouverts, forcés au +5V par des résistances de
tirage dans le clavier (Pullup). Cela permet de piloter les lignes Data et CLK au niveau bas du coté du
clavier et du coté de l'interface hôte.
Au repos les deux lignes Data et CLK sont au niveau haut (1).
Le protocole de communication entre le clavier et l'interface hôte défini un certain nombre de codes de
commande et de réponses.
Dans tous les cas le transfert de données dans le sens Interface hôte >> clavier est prioritaire sur les
transferts de données clavier >> interface hôte.
En effet, si le clavier est en cours de transfert d'un code de touche ou d'une réponse à une commande de
l'interface hôte, et que l'interface hôte est en train d'envoyer une commande au clavier, ce dernier abandonne
le contrôle des signaux Data et CLK ; l'interface hôte transmet la commande au clavier. Après transmission
de la réponse suite à cette dernière commande, le clavier retransmet la donnée dont la transmission a été
précédemment interrompue.
Les transferts de données clavier >> interface hôte et interface hôte >> clavier utilisent le même format de
données :
- 1 bit de START

EL BRAHMI FOUAD
Clavier 5

- 8 bits de données ( LSB en premier > b0, b1......b7 )


- 1 bit de parité impair ( Odd )
- 1 bit de STOP
Dans les deux type de transfert, c'est le clavier qui génère les transitions de l'horloge CLK.
La fréquence d'horloge moyenne varie entre 10 et 20 kHz suivant les modèles de clavier et les fabricants.
En fonctionnement « normal » d'un clavier au standard PC AT - PS/2, celui-ci est chargé de transmettre le
code des touches enfoncées ( scan codes ) ; le fonctionnement est le suivant :
> Quand la touche est enfoncée le code touche est envoyé au système hôte
( ce premier code envoyé est appelé Make code )
> Quand la touche est relâchée 2 octets sont envoyés au système hôte :
- Premier octet = $F0
- Second octet = code touche ( idem premier code )
( ce troisième octet est appelé Break code )
Transfert de données interface Hôte >> clavier :
Ce type de transfert est utilisé par l'interface hôte pour envoyé des commandes au clavier ; paramétrage des
fonctions du clavier, RESET, état des touches de fonctions, allumage des voyants d'état (LEDs) :
Phase 1 :
L'interface hôte débute le transfert en forçant le ligne CLK au niveau bas (0). Approximativement 35 µS
après, l'interface hôte force la ligne Data au niveau bas (0). Cette séquence signal au clavier que la
transmission d'une commande débute. Environ 125 µS après le front descendant de la ligne Data, la ligne
CLK est relâchée est retourne au niveau haut (1) - La ligne Data est toujours au niveau bas (0).
Phase 2 :
Le transfert des bits de donnée débute environ 1 mS ( Max 10 mS ) après le front montant du signal CLK
( en fin de phase 1 ). Durant cette période Data est au niveau bas. Le clavier force alors la ligne CLK au
niveau bas et échantillonne ( lecture ) le niveau bas (0) de la ligne Data - C'est la séquence de lecture du bit
de START .
Phase 3 :
Le clavier fourni alors l'horloge sur la ligne CLK et lit les 8 bits de données sur la ligne Data. Horloge :
rapport cyclique 50/50 % avec des demi-périodes entre 30 et 50 µS. L'interface hôte change les données
pendant la demi-période au niveau bas (0) de chaque cycle d'horloge. Les données sont échantillonnées
( lues ) par le clavier 5 à 25 µS après le front montant de chaque cycle d'horloge.
Phase 4 :
Les 8 bits de données sont suivis par le bit de parité - parité impair
Phase 5 :
Le clavier échantillonne le bit de STOP, ceci marque la fin du transfert.

EL BRAHMI FOUAD
Clavier 6

Phase 6 :
Si le clavier lit le bit de STOP au niveau haut (1), le clavier force la ligne Data au niveau bas (0) durant la
demi-période au niveau bas (0) qui suit le front descendant du cycle d'horloge utilisé pour échantillonner le
bit de STOP. Ceci sert de signal d'acquittement (ACK) du clavier en réponse à l'interface hôte. Après cela, le
clavier force la ligne Data au niveau haut (1) après avoir forcé la ligne CLK au niveau haut (1).
Phase 7 :
Après avoir reconstituer l'octet de donnée, le clavier calcule la parité ; si il y a une erreur de parité ou si la
donnée reçue ne correspond pas à un code de commande reconnu, le clavier demande une retransmission en
renvoyant le code $FE vers l'interface hôte .
Transfert de données clavier >> interface hôte :
Ce type de transfert est utilisé par le clavier pour envoyer à l'interface hôte des codes de réponse aux
commandes de cette dernière ou pour envoyer les codes des touches frappées.
Phase 1 :
Le clavier débute le transfert en tenant compte que les lignes Data et CLK sont tirées au niveau haut (1) par
les résistances internes du clavier. La ligne Data est forcée au niveau bas (0) ; 5 à 25 µS plus tard le clavier
force la ligne CLK au niveau bas (0). Le front descendant de l'horloge CLK transmet le bit de START.
Phase 2 :
Le clavier fourni alors l'horloge sur la ligne CLK et écrit les 8 bits de données sur la ligne Data. Horloge :
rapport cyclique 50/50 % avec des demi-périodes entre 30 et 50 µS. Le clavier change les données pendant
la demi-période au niveau haut (1) de chaque cycle d'horloge ; ce changement a lieu entre 5 µS après le front
montant et 5 µS avant le front descendant du cycle d'horloge. Les données sont échantillonnées ( lues ) par
l'interface hôte sur le front descendant de l'horloge CLK.
Phase 3 :
Les 8 bits de données sont suivis par le bit de parité - parité impair
Phase 4 :
Le clavier transmet le bit de STOP pour terminer le transfert. L'interface hôte force le signal CLK au niveau
bas (0) de 0 à 50 µS après le front descendant du bit de stop ; C'est le signal pour le clavier qui indique que
l'interface hôte est occupée et que cette dernière ne peut accepter un autre transfert. L'interface hôte libère le
signal d'horloge CLK ( retour au niveau haut ) après traitement et dès lors que le système hôte est prêt à
accepter une autre transmission venant du clavier.

EL BRAHMI FOUAD
Clavier 7

Notes :
• A n'importe quel moment du transfert phase 1 à 4, l'interface hôte peut interrompre le transfert et
envoyer une commande au clavier ; l'interface hôte force la ligne Data au niveau bas (0) si un niveau
haut (1) est détecté sur la ligne ou force la ligne CLK au niveau bas (0) durant une demi-période au
niveau haut de l'horloge CLK. Étant donné que le clavier est maître de l'horloge, le clavier lit la ligne
CLK à chaque front montant de l'horloge.
• Si la ligne CLK est au niveau bas (0), et qu'une touche est enfoncée, le code de celle-ci est placée
dans le buffer du clavier tant que la ligne CLK n'est pas retournée au niveau haut (1).
• Dans les deux cas de détection ( Data ou CLK ), le clavier libère le contrôle des lignes Data et CLK,
retour au niveau haut (1). Suite à cela le transfert passe dans le mode interface hôte >> clavier.
• Coté interface hôte , l'émission ou la réception de données du clavier ne doit pas durer plus de 2 mS (
11 bits format synchrone )
• Le temps séparant la demande de transmission ( l'interface hôte pilote la ligne CLK au niveau bas )
et le début de la transmission ( le clavier pilote CLK ), ne doit pas dépasser 15 mS.
Liste des commandes ( transfert interface hôte >> clavier ) :
$F5 :
désactivation du clavier. Reset du clavier, retourne le code ACK et suspend le balayage de la matrice , prêt
pour une nouvelle commande. N'affecte pas les voyants d'état du clavier .
$EE :
ECHO. Réponse avec le code ECHO ($EE).
$F4 :
Activation du clavier. Purge du buffer interne, relance le balayage de la matrice, retourne ACK.
$F2 :
Lecture code d'identification. Réponse avec ACK + 2 octets ( $AB et $83 ).
$FE :
Retransmission. Demande de retransmission du dernier code touche.
$FF :
RESET. Reset du micro contrôleur du clavier, exécute l'autotest et renvoi le code résultat et ACK - Si
autotest réussi : le clavier répond $AA et $FA
$F0 :
Sélection du jeu de code ( scan code set ). Réponse avec ACK et attend que l'interface hôte envoi un octet
( $01, $02 ou $03 ) spécifiant le jeu de code sélectionné. Retourne ACK.
$ED :
Commande des indicateurs du clavier (LEDs). Réponse avec ACK et attend un octet indiquant l'état des

EL BRAHMI FOUAD
Clavier 8

voyants : b0 = Scrollock, b1 = Numlock, b2 = Capslock, b3...b7 = 0. Le bit à 1 allume le voyant


correspondant.
$F3 :
Programmation de la vitesse / délai de répétition des touches. Réponse avec ACK et attend un octet
indiquant le vitesse / délai de répétition : b7 = inutilisé, b5 - b6 = vitesse de répétition ( 00 = 250 mS, 11 =
1000 mS ). b4...b0 = délai de répétition ( 00000 = 30x/sec , 11111 = 2x/sec ). Le clavier répond avec ACK
après réception de l'octet de configuration.
$F8 :
Force toutes les touches à transmettre les codes en deux fois - séquence make / break.
$F9 :
Force toutes les touches à transmettre les codes en une fois - séquence make.
Liste des réponses du clavier ( transfert clavier >> interface hôte ) :
$FA :
ACK ( acknowledge ), réponse d'acquittement aux commandes reçues.
$AA :
Code résultat de l'autotest du clavier - auto test réussi. ( $AA - $FA )
$FC :
Code résultat de l'autotest du clavier - erreur, echec auto test.
$EE :
ECHO. Réponse à la commande ECHO.
$00 ou $FF :
Erreur de détection touche. Débordement du buffer interne du clavier.
$FE :
Demande de retransmission . Code envoyé dans le cas d'un code de commande invalide ou si une erreur de
parité est détectée sur le code reçu.
Comment le clavier communique avec le pc
Le clavier contient un processeur (peu puissant, mais suffisant pour ce qu'il a à faire). Lorsque vous tapez
une touche du clavier, par exemple un A, ce processeur détecte l'enfoncement de la touche et envoie le
numéro correspondant (appelé scan code) au contrôleur de clavier situé sur la carte mère. Le processeur du
clavier ne connaît pas la lettre ou le signe correspondant à la touche pressée. En effet, la même touche peut
signifier différents caractères car les claviers ont une disposition différente d'un pays à l'autre .Ce code est
ensuite transmis au microprocesseur, qui le traite grâce à un programme appelé gestionnaire de clavier. C'est
ce programme qui détermine les caractères correspondant aux codes des touches. Il existe donc un
gestionnaire différent pour chaque clavier (selon les pays ou la disposition de touches). Si un constructeur
souhaite livrer un clavier avec une disposition des touches non standard, il lui suffit de réécrire le
gestionnaire de clavier et de disposer les cabochons de touches de façon à refléter la disposition choisie. II
résulte de cela que les symboles inscrits sur les touches ne sont pas forcément ceux que l'on obtient à l'écran.
En effet, si vous utilisez un clavier américain avec un gestionnaire de clavier français, vous obtiendrez les
caractères d'un clavier français. En revanche, avec un clavier français et un gestionnaire américain, vous
obtiendrez la disposition américaine, appelé Qwerty. Notez que le BIOS contient un gestionnaire de clavier
américain. Si aucun gestionnaire spécial n'est installé, la disposition du clavier américain est utilisée.

1 Quel que soit le type de clavier, la pression d'une touche engendre une variation du courant dans les
circuits qui y sont reliés. le processeur du clavier détecte l'enfoncement et lit le code de la touche. Selon le
circuit portant le signal, le microprocesseur produit un chiffre, appelé code touche. Chaque touche a deux
codes - l'un pour l'enfoncement, l'autre pour le relâchement.

2 Le code est placé dans un tampon.(buffer : une zone de 16 octets permet de convertir rapidement les
pressions simultanées en pressions successives) . De cette façon vous pouvez, pendant un certain temps,
taper plus vite que le processeur ne traite les données Cela ne doit toutefois pas durer car le tampon ne peut
contenir qu'une quinzaine de caractères Si vous tapez une touche alors que le tampon est plein, un bip sonore

EL BRAHMI FOUAD
Clavier 9

vous avertit que cette frappe est perdue.

3 Le processeur stocke le code touche dans le tampon mémoire propre du clavier, d'où il peut être lu par le
BIOS de l'ordinateur. Il envoie ensuite un signal d'interruption via le câble du clavier, pour indiquer au
processeur central qu'un code touche est en attente. Cette interruption impose au processeur d'abandonner la
tâche en cours et de répondre au service demandé.

4 Le processeur du PC reconnaît l'interruption envoyée par le clavier. Il exécute alors le programme


gestionnaire de clavier se trouvant dans le BIOS, et parfois en mémoire vive si un gestionnaire de clavier a
été installé. La préférence est toujours donnée au gestionnaire installé en mémoire vive. Pendant l'exécution
de ce programme, le processeur masque l'interruption afin que la frappe dune nouvelle touche ne vienne pas
l'interrompre.

5 Le gestionnaire de clavier lit le code de la touche et le compare avec une table contenant tous les codes
ainsi que les caractères correspondants. (C'est la modification de cette table qui permet de changer la
disposition du clavier.) Une fois le code lu, le processeur du clavier (efface dans le tampon.

6 Le caractère correspondant au code est stocké dans une zone de mémoire vive réservée à cet effet, où il est
disponible pour le programme auquel il est destiné. Le processeur supprime alors le masquage de
l'interruption du clavier et reprend les opérations qu'il était en train d'effectuer.
Connecteur clavier

DIN (Deutsche Industrie Norm - norme industrielle allemande) standard à 5 broches,

EL BRAHMI FOUAD
Clavier 10

Dépannage et Optimisation

Les erreurs de clavier ont généralement pour origine deux types de problèmes

• Une touche bloquée.

• Un câble défectueux

Il peut se produire d'autres types de pannes, mais elles sont moins fréquentes.
Ce sont généralement les erreurs détectées lors du test POST qui signale les problèmes de clavier. La plupart
des ordinateurs utilisent des codes d'erreurs de format numérique 3xx pour signaler qu'il s'agit d'erreurs de
clavier. S'il apparaît une erreur de ce type pendant le test POST, notez la référence. Certaines versions du
BIOS n'utilisent pas de codes d'erreurs et font simplement apparaître un message du type

Keyboard stuck key failure ("Touche de clavier coincée")

L'ordinateur annonce Keyboard Error au démarrage


Lors de son démarrage, l'ordinateur teste entre autres la présence et le bon fonctionnement du clavier. Sans
doute avezvous déjà remarqué que lors de l'amorçage les LED du clavier s'allument brièvement. Le BIOS a
déjà vérifié la présence du clavier et il teste à présent le contrôleur correspondant. Si l'ordinateur en est à ce
stade, c'est que le clavier est opérationnel. Il peut cependant arriver que le processus de démarrage soit
interrompu momentanément et que le message Kyboard Error ou Kyboard Failure s'affiche pour vous
indiquer que quelque chose n’est pas en ordre avec le clavier. Après un bref signal sonore, le processus de
démarrage se poursuit.

Clavier verrouillé ?

Vérifiez que le clavier n’est pas verrouillé. De nombreux ordinateurs réagissent avec ce type de message
lorsque le clavier est bloqué.

Vérifier la position du commutateur

Quelques claviers plus anciens comportent sur leur face inférieure un commutateur permettant de choisir
entre les configurations XT et AT. Vérifiez que le commutateur est sur la bonne position. A partir des
ordinateurs de type 80286, c'est un clavier AT dont vous avez besoin.

Le câble est-il bien connecté ?

Vérifiez aussi que le connecteur du câble est bien enfoncé dans sa prise. Retirez le câble et remettez-le en
place. Si c'était la cause de (incident, l'ordinateur vous signale par un signal sonore que tout est de nouveau
en ordre. Si, par contre, il ne réagit pas, c'est qu'une cause plus sérieuse doit être cherchée.

Tester le connecteur de clavier de la carte mère

Pour tester le connecteur de clavier de la carte mère, vous pouvez vérifier les tensions de certaines broches.
afin de n'endommager ni l'ordinateur ni le clavier, éteignez d'abord l'ordinateur avant de déconnecter le
clavier puis remettez-le sous tension. Mesurez les tensions présentes entre la broche de masse et les autres
broches en vous référant au Tableau ci dessous. Si les tensions mesurées sont comprises dans les intervalles
indiqués dans ce tableau, les circuits de la carte mère sont vraisemblablement en bon état.

Tableau: Caractéristiques du connecteur de clavier

EL BRAHMI FOUAD
Clavier 11

Broche du Broche Signal Tension


DIN 5 du D1N 6

1 5 Horloge du clavier De +2,0 V à +5,5 V


2 1 Données du clavier De +4,8 V à +5,5 V
3 - Réservé -
4 3 Masse -
5 4 +5 V De +2,0 V à +5,5 V

Si les tensions que vous avez mesurées ne sont pas comprises dans ces intervalles, la carte mère est peut-être
défectueuse. Si au contraire elles cant comprises dans ces intervalles, ce peut être le câble du clavier ou le
clavier lui-même qui est défectueux. Si vous pensez que c'est le câble qui est à l'origine de la panne, la chose
la plus simple à faire est de le remplacer par un câble en bon état. Si le clavier ne fonctionne toujours pas,
vous devrez probablement remplacer le clavier

Contrôler le câble du clavier ?

Le câble du clavier comporte cinq fils. Ils relient le connecteur à la carte du clavier où ils sont soudés. Avec
un testeur de continuité ou un multimètre, vérifiez chaque fil après l'autre. Placez une pointe sur le point de
soudure et l'autre sur une broche. Lorsque vous testez les contacts, l'instrument de mesure doit réagir sur une
des broches si le fil est en bon état. Procédez de la même façon avec les autres fils. Si vous avez trouvé un
défaut de continuité de l’un des fils, il faut bien entendu remplacer le câble. Notez les différentes couleurs de
fils et à quel contact correspond chacun. Vous éviterez ainsi d'inverser les lignes.

Par contre, si le câble est en bon état, c'est que la puce du contrôleur présente un défaut. On ne peut pas
acheter dans les magasins d'électronique. Elle est de toute manière soudée sur la carte et vous n'avez donne
pas d'autre solution que d'acheter un nouveau clavier.

Défaut du fusible ou d'un élément filtre

Il s'agit à présent de causes d'erreurs plus graves, d’une vous ne devriez même pas chercher à déceler. Sur
certaines cartes mères, les signaux du clavier transitent par des éléments filtres qui ressemblent à de petites
bobines à noyau en ferrite. On trouve toujours ces éléments à proximité du connecteur du clavier. S'ils
n'existent pas, recherchez à proximité du connecteur un fusible soudé ressemblant à une petite résistance. Il
y a des cartes mères sur lesquelles on trouve les deux sortes d'éléments. Le fusible est toujours dune seule
couleur, en général vert.

Il arrive qu'un élément filtre soit défectueux ou que le fusible ait sauté. Avant de commencer à faire des
mesures, pensez à vous débarrasser de votre électricité statique, afin de ne pas détruire définitivement la
carte mère.
Après avoir dégagé la carte mère, vérifiez avec un multimètre la résistance des éléments. Elle doit être très
faible, pratiquement de 0 ohm. Si vous trouvez un élément défectueux, vous pouvez tenter de vous en
procurer un du même type dans le commerce spécialisé mais ce n'est pas très facile. Si vous n'en trouvez
pas, vous pouvez effectuer un pontage, à l'aide d'un fil métallique, entre les points de soudure de l'élément
défectueux. Si vous faites cela proprement, la carte mère n'en subira aucun dommage et le clavier
fonctionnera de nouveau.

BIOS du clavier défectueux ?

Si votre carte mère ne contient ni filtre ni fusible ou si ces éléments sont en bon état, il est probable que le
BIOS du clavier soit en cause. Il s'agit dune puce de 40 broches portant la désignation 8x41 ou 8x42. x
remplace ici un chiffre, à savoir 0, 1, 2 ou 7. Fort heureusement, cette puce est quasiment toujours montée
sur un socle si bien que son échange ne pose aucun problème. Le type 8x41 a cependant quelques ans d'âge

EL BRAHMI FOUAD
Clavier 12

déjà et on ne le trouve plus que dans les anciens ordinateurs. On ne le trouve d'ailleurs plus dans le
commerce, contrairement au 8x42. En pratique, peu importe que vous utilisiez un 8142, un 8242 ou un
8742. Ces puces sont identiques dans leur mode de fonctionnement ainsi que par l'affectation de leurs
broches. On peut donc parfaitement remplacer l'une par autre. Par contre, et malheureusement, il n'est pas
possible de remplacer un 8x41 par un 8x42 car cela cause parfois des perturbations dans le fonctionnement
du clavier.
Pour vous assurer que c'est bien cet élément qui est défectueux, vous pouvez vous en procurer un neuf ou
utiliser la carte mère d'un autre ordinateur. Une fois de plus, si la carte mère est encore sous garantie,
réfléchissez bien avant de vous décidez à réaliser effectivement cette opération. Dans tous les cas, prenez
soin de dissiper l'électricité statique avant d'intervenir sur la carte mère.

Si vous ne possédez pas d'outil spécifique, utilisez un tournevis plat ou une pointe de couteau pour faire
levier et sortir la puce de son socle. Elle comporte une petite échancrure sur un côté. La nouvelle puce devra
être positionnée exactement de la même façon. Attention de ne pas déraper et de ne pas érafler le circuit de
la carte mère car dans ce cas vous pourriez vous épargner toute la suite du travail et préparer tout de suite le
chéquier. La puce une fois sortie de son socle, mettez la nouvelle en place en l'orientant de la même façon.
Veillez à ne pas tordre une patte. Si les précédentes causes d'erreurs étaient toutes exclues, alors le clavier
devrait à nouveau fonctionner normalement.
Les touches sont mal interprétées
Vous avez tapé un K et votre ordinateur affiche un 4 ? Ces erreurs sont relativement rares mail elles peuvent
-causer un certaine confusion, surtout si elles ne se produisent que sporadiquement.

Une erreur dans le logiciel ?

Essayez d'abord de voir si l'erreur se produit aussi dans les autres applications. Si vous ne l'observez qu'avec
un programme bien précis, vous devriez vous adresser au support technique de l'éditeur car il se peut qu'une
erreur de programmation se soit glissée dans le programme.

Pilote de clavier absent ou mauvais pilote ?

Vérifiez, dans le Gestionnaire de périphériques, que vous avez bien installé le bon pilote pour votre clavier.
Faites Démarrer/ Paramètres /Panneau de configuration. Double-cliquez ensuite sur l'icône Système et
activez l'onglet Gestionnaire de périphériques. Double-cliquez sur l'icône représentant le clavier de manière
à afficher le nom du pilote utilisé.

Normalement, vous trouvez ici le clavier standard. Si ce qui est affiché ne correspond pas à votre type de
clavier, vous devez installer le pilote adéquat. Sélectionnez le type de clavier et cliquez sur le bouton
Propriétés. Activez l'onglet Pilote puis cliquez sur le bouton Changer de pilote.

Activez l'option Afficher tous les périphériques afin de pouvoir sélectionner le type que vous cherchez.
Confirmez avec OK. Windows doit être redémarré après l'installation du pilote.

Un virus dans le système ?

Une sonnette d'alarme devrait retentir dans ce genre de situation. Un virus résident pourrait en effet
surveiller l'interruption du clavier et simuler ce défaut matériel. Munissez-vous d'un antivirus récent et
vérifiez le disque dur

EL BRAHMI FOUAD