Sie sind auf Seite 1von 10

Le processus de la traduction simulfanee

MARIANNE LEDERER
Universito Paris XII, France

Kurzfassung Abstract La traduction simultanee1 fait ses debuts historiques au


Der Prozeß der Broadly speaking, the process
proces de Nuremberg en 1945 ou accuses et accusateurs
Simultanübersetzung läßt sich of simultaneous interpretation parlaient quatre langues differentes. Avant meme la
grob gesehen in drei Schritte can be broken down into three deuxieme guerre mondiale la firme IBM avait, semble-t-
unterteilen; die beiden ersten — phases, of which the first two,
Wahrnehmung und perception and
il, pris un brevet pour I'installation telephonique qu'im-
Versinnbildlichung — sind ganz conceptualization, are amongst plique le precede mais celui-ci ne prit reellement son
natürliche und häufig the most natural and frequent essor que lorsqu'il fut adopte par les Nations Unies vers
auftretende Erscheinungen, der of all phenomena, while the la fin des annees 40. De lä, il fit tache d'huile et
dritte Schritt — Äußerung — third, expression, encounters
muß unter Anforderungen such constraints that it aujourd'hui il est couramment utilise dans toutes les
vorgenommen werden, die becomes almost an unnatural reunions internationales; la Communaute Europeenne,
widernatürlich sind. act. par exemple, a sept langues de travail officielles et
Jedem Zuhörer gleich, The interpreter perceives
vernimmt der Dolmetscher nur sounds like any other listener, emploie chaque jour pres de deux cents interpretes
Laute, die er sinngerecht and like him reconstitutes them simultanes.
zusammenstellt. Wie jeder rather than hears them. Like L'invention de la simultanee reposait sur Pidee sim-
Hörer auch, konzeptualisiert er any other listener he
einen Sinn aus der Äußerung. conceptualizes the message pliste que quiconque savait deux langues et avait Pesprit
Wie bei jedem Zuhörer auch, carried by the words uttered, agile etait capable de dire dans une langue les mots qu'il
bleiben bestimmte Elemente der and as in the case of any other entendait dans Pautre. Dans la pratique, il s'est bien vite
Rede in seinem Gedächtnis listener, certain elements in the
haften, andere verschmelzen zu speech are registered by his avere que lorsque Pinterprete se bornait a transcoder de
einer synkretischen memory whilst others fuse into la sorte, sa version etait marquee par des interferences
konzeptuellen Gesamtkeit. a syncretic conceptual unit. multiples de la langue traduite: faux amis, homophones,
Anders wird es beim During the expression phase,
Sprechen. Nicht nur sind die zu on the other hand, not only constructions syntaxiques aberrantes, faux-sens düs a la
übersetzenden Gedanken erst does the interpreter discover polysemie, etc. ... Le transcodage, ne tenant pas compte
frisch entdeckt sondern auch the ideas which he must du sens des messages, est pratiquement inintelligible et
die Ausgangsform stellt ein - express virtually at the same
Hindernis dar. Um mit diesen time as he translates them, but done de peu d'utilite pour les auditeurs.
Schwierigkeiten fertig zu he is also hindered by the form L'utilite d'une activite etant proportionnelle ä son
werden, faßt er sich so, daß er of the original language. To efficacite, il fallut, tant dans la pratique de la simultanee
manchmal den Abstand zum overcome these constraints he
Redner so weit wie möglich formulates his speech que dans son enseignement, remedier ä la situation
reduziert — er kann dann sometimes minimizing the time- imposee par son mode operatoire en transformant ce
transkodieren — ihn manchmal lag between himself and the transcodage en une traduction plus normale malgre sa
aber weitmöglichst gestaltet — speaker, in which case he can
er kann dann ohne servile transcode, and sometimes vitesse d'execution. II fallut limiter le transcodage aux
Abhängigkeit formulieren. letting the speaker run ahead, unites linguistiques qui s'y pretaient: noms propres, mots
In jedem Fall ist seine Rede in which case he can formulate techniques nettement definis, etc. et, pour le reste, rein-
eine parallele Rede, die sich auf without servility.
das Original stützt, ohne es in either event his speech is trod uire Tintelligence du premier stade, celui de la
wortwörtlich nachzuahmen; sie parallel speech, based on the perception acoustique, au dernier, celui de remission des
ist gelegentlich eine original without being its sons d'une autre langue. Entre ces deux stades s'etend la
ungezwungener Einfalt, carbon copy; sometimes
gelegentlich eine streng inspired improvisation and vaste plage de la conceptualisation qui transforme les
terminologische Transposition. sometimes strict terminological sons en idees qui, a leur tour, commandent ä remission
transposition. des paroles.
Les activites exigees par la traduction simultanee sont
multiples. En meme temps que Pinterprete entend le
discours, il perpoit la situation globale dans laquelle se
deroule la reunion; en meme temps qu'il conceptualise ce

Multilingua 1-3 (1982), 149-158. Brought to you by | University of California0167-8507/82/0001-0149 $2.00


Authenticated Mouton Publishers» Amsterdam
Download Date | 6/4/15 9:52 AM
150 Marianne Lcdercr

qu'il vicnt d'entendre, il entend la suite et enoncc le Rosumo Compendio


resultat de son operation de conceptualisation; ce fai-
Le processus de la traduction II processo delta traduzione
sant, il ecoute egalcment ce qu'il dit lui-meme pour simultanoe peut, grossierement, simultanea puo essere
verifier la correction de son expression. dtre subdiviso en trois grossolanamente suddiviso in
Ccs activites se chevauchent et se superposent les unes operations dont les deux tre operazioni di cui le prime
premieres, la perception et la due, la percezione e la
et les autrcs en nombre variable έ chaque instant; elles conceptualisation, sont parmi concettualizzazione, rientrano
connaissent arrets et reprises, ralentissements et les ph6nomenes les plus tra i fenomeni piu natural) e piu
accelerations. Nous en parlerons separement pour plus naturels et les plus froquents frequenti e la terza,
qui soient et dont la troisteme, I'espressione, si imbatte in
de commodite mais sans jamais oublier que aucune ('expression, se heurte des limitazioni tali da rendere
n'intcrvient jamais seule et qu'il faut les voir la lumiere contraintes qui en font presque I'operazione quasi innaturale.
les unes des autres. Trois temps se degagent neanmoins une operation contre nature. Analogamente a colui ehe
Comme tout auditeur, ascolta, I'interprete percepisce
de 1'enchevetrement, que nous allons examiner: la per- I'interprete perpoit des sons. dei suoni, e come questi piu
ception, la conceptualisation, I'enonciation. Comme lui, il les reconstitue ehe ascoltarli li ricostituisce.
Mais auparavant, une mise en garde s'impose: pour plus qu'il ne les entend. Egli concettualizza il senso del
Comme tout auditeur, il messaggio apportatogli
etudier la traduction simultanee il faut fixer sur papier conceptualise le sens du daH'enunciato. Come awiene
des paroles, qu'il s'agisse de l'original ou de la traduc- message que lui apporte per I'uditore, taluni element! del
tion, qui ont ete emises oralement; le lecteur voudra bien Ι'έηοηοέ. Comme chez tout discorso colpiscono la memoria
auditeur certains 6loments du dell'interprete mentfe altri si
ne jamais perdre de vue que la transcription detruit I'oral discours marquent sa memoire fondano in un insieme
sans pour autant construire une ecriture. Les enonces et d'autres se fondent en un concettuale sincretico.
spontanes les plus convaincants, la traduction orale la ensemble conceptuel Allo stadio del I'espressione
syncretique. invece non solo I'interprete
plus brillante ne font guere d'effet a la lecture et, pour en Au stade de ('expression par scopre i concetti da esprimere
juger, il faut s'efforcer de retablir la prosodie et le contre, non seulement quasi al momento di tradurli ma
caractere fugitif de la parole. 1'interprete d£couvre les idoes έ altresi disturbato dalle forme
qu'il doit exprimer quasiment ehe la lingua originale presta al
au moment de les traduire mais messaggio. Per superare tali
encore il est gene par les condizionamenti, egli formula il
Perception et suppleance mentale formes que la langue originate suo discorso a volte riducendo
pr§te au message. Pour al minimo il divario ehe Ιο
surmonter ces contraintes, il separa dall'oratore — in questo
L'oreille n'est pas un micro qui enregistre tous les sons; formule son discours tant t en caso egli puo tradurre
d'innombrables bruits nous parviennent; nous en remar- reduisant au minimum I'ecart letteralmente — a volte invece
qui le separe de l'orateur — il lasciandogli spazio: egli puo
quons quelques uns, parce que plus significatifs en cet peut alors transcoder; tant t au cosi esprimersi meno
instant que d'autres. Ces bruits sont pergus en partie contraire en lui laissant prendre servilmente.
seulement et en partie reconstitues; on entend en fonc- les devants — il peut ainsi In ogni caso, il suo discorso
formaler sans serviiite. e un discorso parallele ehe si
tion de ce que Γόη sait au moins autant qu'en fonction En tout etat de cause, son appoggia all'originale senza
de la realite sonore elle-meme, car on assimile a 1'ensem- discours est un discours copiarlo, talvolta si tratta di
ble connu la sensation incomplete. Les sons pertinents parallele/ qui prend appui sur un'improwisazione ispirata,
(Original sans le calquer, parfois talvolta di una rigorosa
Pemportent ainsi sur les bruits ambiants par la selection improvisation inspiree, parfois trasposizione terminologica.
qui en est faite et par la suppleance mentale qui en rigoureuse transposition
complete les formes. Ce phenomene est vrai de tous les terminologique.
sons et entre autres de ceux qui constituent le langage
organise. Toute stimulation sensorielle retenue est le
resultat d'une selection completee par une interpretation.
L'interprete se trouve dans une situation particuliere
puisqu'il doit operer une double selection: ecouter le
discours et controler a I'oreille la propriete de ce qu'il dit,
ce qui le force a se concentrer successivement sur deux
enonces differents. II se trouve aussi dans une situation
particuliere parce que s capacite de reconstituer des
signifiants peu usites mais frequents en langage techni-
que se trouve insufftsante au depart.
Dans le langage courant on a l'impression de tout
entendre integralement sans se rendre compte du jeu
constant de la suppleance mentale. Mais dans un langage
Brought to you by | University of California
Authenticated
Download Date | 6/4/15 9:52 AM
Le processus de la traduclion simultanee 151

dont on ne connait pas tous les mots, Pincapacite de rive estropie, voire irreconstituable lorsque la
suppleer se traduit par une'defaillance auditive. L'inter- competence phonologique intervient seule dans sa per-
prete n'entendra le nom de tel produit pharmaceutique ception. Cela risque d'etre le cas lorsque le discours a
ou de teile societe que s'il a pris soin d'en prendre interpreter contient des termes techniques pas ou peu
connaissance au prealable. Mieux Pauditeur connait les connus de Pinterprete. Terme technique doit ici etre
termes utilises dans un domaine, mieux il peut completer compris comme couvrant aussi bien des termes de metier
les indices acoustiques qui lui parviennent et ainsi les (corroyage du metal, linteau de porte) que des formules
entendre. Pour que soit realisee une bonne audition, chimiques (methylfluorophosphonate) ou plus simplement
condition premiere d'une bonne traduction, la connais- le nom d'un organisme (Institut africain de Developpe-
sance des termes techniques doit s'ajouter ä la connais- men t economique et de Planification) ou le sigle, derniere
sance phonologique de la langue. Certains interpretes mode du langage contemporain (on dit IDEP plus
n'ont pas une connaissance süffisante de la langue souvent qu!'Institut africain de Developpement economi-
etrangere pour en avoir une bonne audition; aussi que et de Planification\ la Pinterprete pouvait encore
preferent-ils traduire leur langue maternelle dans la saisir des mots, il ne peut plus saisir que des sons!).
langue etrangere, deplagant ainsi le probleme: ils com- Pour Pinterprete qui doit le percevoir, le mot techni-
prennent ce qu'ils entendent mais ils ne font pas toujours que a pour caracteristique d'etre un mot rarement
comprendre ce qu'ils disent. entendu, plus rarement encore utilise. Pour le specialiste
Borel-Maisonny (1967: 71), specialiste d'audiophono- au contraire ce mot est parmi ceux qu'il utilise le plus
logie, definit ainsi la chaine parlee: frequemment; c'est done pour lui un mot simple et il le
traite comme on traite tous les mots courants, c'est-a-
La chaine parlee est une serie fluctuante de sons emis a une ires dire rapidement et sans souci particulier d'articulation.
grande rapidite et qui s'influencent mutuellement, Les variations Les chiffres posent eux aussi des problemes de percep-
spectrales sefont ä toute vitesse [mais) leur saisie auditive dans tion auditive aux interpretes; pourtant, on ne saurait
un idiome connune causeaucunepeine a unsujet entendant. [...]
pretendre que ce sont des vocables inconnus, ou qu'ils
De 50 ä 15 et 20 000 Hz, sans effort ni impression d'analyser
quo! que ce soit, etre humain se sent ä l'aisepour saisir a travers soient pour les interpretes d'un maniement moins
un defile de bruits organises et significatifs des pensees et des frequent que pour les autres participants aux reunions
sentiments. internationales. II n'est pas de nombre qu'on ne puisse
considerer comme connu en tant que vocable, et ne
On a vu les deux raisons pour lesquelles cette facilite necessitant done qu'une reconnaissance globale plutöt
n'est pas donnee d'emblee a Pinterprete de simultanee. II qu'une decomposition phonologique. Mais si Pinterprete
doit done appliquer des mesures de compensation qui se connait le vocable et peut Pidentifier, il n'en reste pas
traduisent essentiellement par des deplacements rapides moins que la plupart du temps il ignore le sens qu'il
de Pattention qu'il porte aux objets acoustiques a trailer. prend dans un contexte donne; celui-ci ne peut done pas
Entre les premiers mots~ d'une intervention teile que 1'aider a entendre le signifiant du vocable.
Monsieur le President, Messieurs qu'il a a peine besoin Les noms dont Penonciation dans Pautre langue ne
d'entendre et un nombre de plusieurs chiffres qui re- necessite qu'une adaptation, les sigles qu'il suffit de con-
quiert une concentration auditive totale se situent d'in- vertir, les mots techniques possedant un equivalent direct,
nombrables niveaux de connaissance entramant des enfin les chiffres qu'un enfant de douze ans est capable de
variations constantes du niveau d'attention que Pinter- traduire, sont les elements du discours les plus difficiles a
prete doit porter a la perception auditive. II n'a guere entendre en traduction simultanee alors qu'etant transco-
besoin d'entendre ä proprement parier, Monsieur le dables ils devraient etre plus simples a traduire.
President ou Signor Presidente, Mr. Chairman, etc. pour Aux mesures de preparation et de compensation
comprendre ces mots; il sait qu'ils vont apparaitre. Un adoptees par I'interprete pour retrouver une ecoute
indice acoustique minime suffit a lui faire 'entendre' des normale, devraient venir s'ajouter des aides exterieures
mots d'usage courant, car connaitre un mot c'est non destinees a completer sa perception: il suffirait d'une
seulement connaitre son signifiant, c'est aussi connaitre utilisation judicieuse des moyens audiovisuels dont dis-
sa signification et celle-ci contribue eile aussi ä la realisa- pose a Pheure actuelle toute salle de conference: projeter
tion d'une perception correcte, comme y contribue le sigles, noms propres, mots techniques, chiffres serait
contexte dont la prise de conscience supprime toute mettre a profit la superiorite sur Penonciation orale, de
velleite d'audition de Phomophone non pertinent. la graphic dont la remanence permettrait ä Pinterprete
II n'en va plus de meme lorsqu'aucune connaissance d'apprehender integralement des mots ignores et a ses
ne vient completer 1'audition. L'ensemble signifiant ar- auditeurs de se les voir transmettre.

Brought to you by | University of California


Authenticated
Download Date | 6/4/15 9:52 AM
152 Marianne Lederer

La conceptualisation La conceptualisation est Fintegration cognitive que


Fauditeur effectue a partir des elements linguistiques et
(a) l> sens Une fois reconstitucs les signifiants, on non linguistiques dont il dispose. Chaque fois que Fon
pourrait penscr que Finterpretc n'aurait plus qu'a etudie la traduction simultanee dans la realite de sä
Icur trouver un equivalent dans Pautre langue et que sä pratique, on constate qu'elle fait intervenir des elements
täche s'arreterait lä. Cest une conception aussi na'ive que ^'information non presents dans le semantisme de la
frequentc, dont la realisation a souvent ete tentee, mais langue. Toutes les comparaisons que Fon peut effectuer
sans jamais donner de resultat satisfaisant. La reconsti- entre un discours et une traduction efficace, c'est-a-dire
tution des vocables a partir des stimulations sonores une traduction qui permet effectivement la communica-
n'est qu'un premier pas, presente ici isolement bien qu'il tion, montrent que la conceptualisation realisee par
ne se produise jamais seul. La perception n'est qu'une Fauditeur a partir d'indices linguistiques complete ces
etape dans le cheminement ininterrompu dont Faboutis- indices et leur attribue un sens qu'ils ne contenaient pas.
sement est le sens et la retransmission des messages. La competence linguistique qui permet de reconstituer
Lorsqu'on ecoute quelqu'un parier, on a Pimpression les formes sonores ne suffit pas a construire le sens des
de comprendre ce qu'on entend de fagon continue et sans messages; il faut y ajouter des connaissances thematiques
a-coups. La traduction simultanee montre qu'il y a au con- dans lesquelles s'integrera le semantisme de la langue.
traire une succession d'operations qui se conditionnent Les mots ont un role de mobilisation, ils font surgir un
mutuellement en ceci, qu'elles ne s'achevent pas selon un champ cognitif qui les depasse.
programme predetermine mais que chacune prend fin des
Tinstant ou la suivante devient possible. Entendre et (b) Les unites de sens Le discours qui defile de
reconstituer les sons, entendre et reconstituer le seman- lineaire se segmente en fait en unites de sens: Fexamen
tisme des enonces, entendre et apprehender le sens con- systematique de bonnes traductions simultanees montre
stitue un seul fondu enchame, toile de fond sur laquelle se qu'il existe dans la chaine parlee des points frequents ou,
deroule le discours de Finterprete. La conceptualisation comme en un eclair, apparait autre chose que la seule
d'un fragment de discours est toujours rencontre d'indi- signification des mots (Lederer 1981). La traduction
ces acoustiques et de connaissances prealables linguisti- simultanee le montre, par ses allers et retours entre une
ques et thematiques et cette rencontre produit un sens traduction servile et une restitution intelligente. Au debut
inedit. Ce schema est general, qu'il s'agisse de Pauditeur d'une intervention ou lors d'un argument nouveau, les
'natureP ou de Finterprete. Tous deux, du discours oral, .mots n'apportent apparemment a Finterprete que la
retirent le sens des messages qui leur parviennent tandis signification donnee par la langue car il les transcode au
que les formes linguistiques des messages se dissipent. plus pres. Lorsqu'au contraire arrive le moment ou le sens
Ainsi lorsqu'au mois de Janvier 1982, une quinzaine de commence a se dessiner, il s'exprime en prenant appui non
jours apres la promulgation de la loi martiale en plus sur les formes linguistiques originales mais sur ce sens
Pologne, on lit a la une d'un journal: EST—OUEST: le et sä traduction gagne en clarte.
froid, est-ce bien Factualite qui fait immediatement On en verra un exemple sur la traduction d'un extrait
comprendre que les evenements de Pologne ont cree une de discours prononce par Ted Kennedy en 1980 au cours
tension (un froid) entre les deux superpuissances de la campagne electorale pour les 4primaires' du parti
(EST—QUEST) qui se partagent le monde; les trois democrate ou il etait candidat contre Carter:
elements linguistiques Est, Quest, le froid s'integrent
immediatement aux connaissances plus vastes dans les- Many Americans feel that once the President of the United
quelles le lecteur les regoit. States has made an assessment and set a course, the rest of us
La conceptualisation qui se produit a partir d'un should stand silent in the ranks even if we have a different view of
univers linguistique incomplet (le mot froid n'est pas the national interest. That is not the lesson of our liberty or. the
heritage of our history.
apprehende dans Fintegralite de ses semes) se manifeste
aussi dans les anticipations constantes qu'elle permet sur
Ce passage a ete träduit de la fagon suivante:
la suite des enonces. Tout auditeur qui entend a la radio
en fevrier 1982: decision du Conseil des Ministres de Pour nombre d'Americains, du moment que le President des
suspendre les importations de vins Italiens satisfait ...' Etats-Unis aformule unjugement et decide de la marche a suivre,
completera de lui-meme: les viticulteurs du Midi de la il n'y a plus qu'ä V accepter et a se taire, meme sj a- une
France, pour peu qu'il ait un tant soit peu prete attention conception differente de linieret national. Ce n'est pas la
depuis un an aux peripeties de la guerre du vin entre la I 'attitude que nous enseigne noire histoire. ce n 'est pas ainsi qu 'a
France et FItalie. toujours parle chez nous la voix de la liberte.
Brought to you by | University of California
Authenticated
Download Date | 6/4/15 9:52 AM
Le processus de la induction simultanee 153

Le debut est transcode: pour Many Americans feel on L'interprete s'exprime ici de facon a la fois plus
trouve Pour nombre d'Americains* pour that once the restreinte et plus large que Poriginal. Ses auditeurs
President of the United States has made an assessment, du savent que chaque prototype a deux variantes, comme ils
moment que le President des Etats-Unis a formule un savent que die Sitzung in Basel designe la prochaine
jugement, pour and set a course, et decide de la marche a reunion des directeurs generaux. L'interprete se contente
suivre. La traduction suit de pres Foriginal; mais des que de dire '(...) de montrer chacun des prototypes' mais il
le sens (critique) de Fintervention commence a se dega- acheve sa phrase par un complement indirect appele par
ger, c'est-ä-dire des les mots the rest of us should stand le verbe francais (montrer chacun des prototypes aux
silent in the ranks, Pexpression se libere des formes directeurs generaux); les contraintes du fran^ais
anglaises, se coule avec aisance dans des formes francai- Famenent ä expliciter ce qui etait implicite dans Porigi-
ses et atteint une tres grande intelligibilite: il n'y a plus nal, alors qu'il omet par ailleurs une precision explicitee
qua I 'accepter et a se taire, meme si a une conception par Porateur.
drfferente de Hnteret national. Ce n'est pas la attitude L'explication donnee jusqu'ici ne revele pas encore
que nous enseigne noire histoire, ce n'est pas ainsi qua Pensemble des techniques de Pinterprete simultane. C'est
toujours parle chez nous la voix de la liberte. pour une raison bien precise qu'il restitue les mots le 28
En suivant les reactions de Finterprete, on constate que mars a Bale des qu'il les entend: Pempan de la memoire
sa traduction est fonction d'une comprehension qui immediate n'a pas une capacite illimitee; tant que les
change constamment de niveau, alternant entre le seman- mots qui s'y affichent ne peuvent pas etre interpretes au
tique (la signification des mots) et la conceptualisation niveau du sens, tant qu'ils ne sont pas integres cognitive-
(Funite de sens constituee). Le va et vient permanent entre ment, ils risquent de s'effacer. Pour eviter cette dispari-
la traduction servile et la traduction intelligente fait partie tion, Finterprete transcode sur le champ tout ce qui dans
des techniques de Pinterprete, on le verra sur Fexemple Penonce est transcodable. Cela est vrai du debut de
suivant, ou il transmet ce qu'il peut en attendant de discours ou d'idees dont le developpement n'est pas
decouvrir le sens qui lui parvient petit a petit: 'Ferner immediatement previsible, mais cela Pest aussi de cer-
beabsichtigen wir dem Verwaltungsrat gelegentlich der tains mots, de certains segments de phrases qui sont
Sitzung am 28 März in Basel je einen Prototyp mit jeder der traites par priorite.
beiden Varianten vorzuführen'. On ne donnera pas ici Le cas cite ici est typique: chiffres, noms propres,
l'historique ni le contexte de la reunion dont ce passage est enumerations exemplatives qui ne se conceptualisent
extrait et qui est longuement exploite ailleurs (Lederer pas, sont toujours restitues aussi vite que possible apres
1981) car cela n'est pas indispensable aux fins limitees que leur apparition, pour lutter contre leur evanescence, plus
Pon poursuit ici. Voici la traduction simultanee qui a ete rapide que celle des ensembles cognitifs.
donnee de cette phrase: 'D'autre part nous avons l'inten- En traduction simultanee coexistent done deux types de
tion, le 28 mars a Bale, a l'occasion de la reunion du Comite traduction: le transcodage dont on voit qu'il est souvent
de Direction, de montrer chacun des prototypes aux indispensable, et par ailleurs la traduction a proprement
directeurs gener aux'. parier, forme d'expression intelligente qui s'institue des le
L'interprete transcode, avec un decalage minime, fer- moment ou le sens est degage. Lorsqu'arrivent les mots
ner beabsichtigen wir par d'autre part nous avons Vinten- qui declenchent la conceptualisation, Pinterprete saisit
tion. Pendant ce temps, il entend dem Verwaltungsrat Pensemble de Pidee; il ne ressent plus le besoin d'entendre
gelegentlich der Sitzung. Ces mots'· iransmettent leur la fin de la phrase. Le verbe vorzuführen de Pexemple ci-
signification mais ne permettent pas encore la constitu- dessus est, dans ce discours oral, redondant pour Faudi-
tion d'un sens; la syntaxe francaise en interdisant le teur qui a suivi le deroulement de Pargumentation; aussi
transcodage, ils ne peuvent pas encore etre traduits. Par ici montrer n'est pas le transcodage de vorzuführen mais
contre, Pinterprete peut sans inconvenient restituer am represente Pexpression de Punite de sens comprise avant
28 März in Basel, et c'est ce qu'il fait: d'autre part nous Pachevement de la phrase allemande.
avons retention, le 28 mars ä Bale ... Jusque la, il a H ressort assez manifestement de la traduction que
transcode tout en respectant les contraintes stylistiques Finterprete ne pergoit pas mot pour mot, encore moins
du fransais. A Paudition du mot Prototyp, sa com- phoneme par phoneme, les sons qui lui parviennent mais
prehension s'eleve du niveau semantique au niveau qu'il capte la chaine parlee par segments entiers dans
cognitif, il peut enoncer le sens en terminant sa phrase: lesquels coexistent des mots per$us integralement, d'au-
d'autre part nous avons I'intention, le 28 mars a Bale,... ä tres qui ne le sont que fragmentairement, d'autres enfin
/'occasion de la reunion du Comite de Direction, de qui s'amalgament en unites de sens sans que leur si-
montrer chacun des prototypes aux directeurs generaux. gnification individuelle laisse de traces apparentes dans
Brought to you by | University of California
Authenticated
Download Date | 6/4/15 9:52 AM
154 Marianne Letlcrcr

la traduction. A mcsurc que Pinterprete traduit, il oublic ou encore empan mnesique (verbal span) (les appella-
les mots qui ont etc prononcos et ccux qu'il a dit lui- tions varient selon les auteurs) correspond a la capacite
mcme, mais il retient les informations qu'il a comprises humainc de retenir sept a huh vocables pendant quel-
et reexprimees. ques secondes.
Les ensembles cognitifs qui se constituent a partir de La memoire qui retient le resultat de Pintegration
chaquc empan de la memoire immediate ne res ten t pas cognitive de ces vocables est plus durable et moins
isoles; ils fusionnent en un sens plus general. Au für et ä formelle: on retient beaucoup plus longtemps (quelques
mesure que le discours avance, ces ensembles constituent heures, quelques semaines) le contenu d'une conversa-
la toilc dc fond sur laquelle se profile chaque nouveau tion que les mots qui Pexprimaient et qui disparaissent
groupe de mots. Un contexte cognitif s'ajoute ainsi au integralement.
bagage de connaissances generates. On peut dire qu'il Ces deux types de memoire interviennent dans le
existe une dynamique du sens (Dejean le Feal 1973, fonctionnement de la traduction simultanee comme ils
1979): a mesure que se deroule le discours, c'est de plus interviennent dans le fonctionnement du langage.
en plus en fonction des informations precedemment Lorsque Pon compare des discours et leurs traductions,
fournies par le discours meme que les groupes de mots il arrive regulierement que Pon constate certaines con-
sont compris. cordances ponctuelles ä Pinterieur d'enonces qui, globa-
Cette dynamique aide puissamment Pinterprete de lement, n'ont pas la meme configuration. II s'agit, et
simultanee: il comprend mieux ce qui se dit avec les nous en avons deja parle, de noms propres, de sigles, de
minutes et les heures qui passent et peut le rendre ä son chiffres et de termes techniques transcodes d'une langue
tour de plus en plus clairement, c'est-a-dire en exprimant a Pautre. Pour rendre correctement le nom de Mr.
de plus en plus facile me n t un sens qu'il a assimile au Whitfield ou de Herr Gembhart, pour transcoder comme
point de se Papproprier. il le doit le resultat chiffre d'un bilan, pour ne pas risquer
Lorsque Ted Kennedy, dans le discours deja men- de transformer dans sa traduction des kilovolts en
tionne plus haut, intensifiant ses attaques contre la kilowatts, Pinterprete est force de les restituer dans les
politique de Carter, dit 'So I make no apology for raising quelques secondes pendant lesquelles ils sont presents en
questions about the Carter doctrine', Pinterprete ä qui la memoire immediate. La restitution est effectuee pendant
rapidite avec laquelle se deroule la chame parlee interdit la remanence acoustique des mots ou des chiffres qui en
de s'appesantir sur les mots et qui conceptualise de plus font Pobjet.
en plus facilement le sens voulu par Porateur a mesure Cependant la memoire immediate ne fournit pas seule-
que se succedent les unites de sens, se fonde sur cette ment a Pinterprete simultane la possibilite de transcoder.
accumulation d'indices pour dire 'C'est pourquoi je me La presence mnesique de sept ä huit mots pendant
sens parfaitement libre de critiquer la doctrine de quelques secondes signifie aussi que les champs cognitifs
Carter'. eveilles par Pensemble phrastique (et beaucoup plus
Les unites de sens, ensembles cognitifs resultant de rarement, sinon jamais, par un mot isolement) permet-
Pintegration du contenu semantique des segments de tent la fusion en un sens de Pensemble semantique et des
phrases dans des connaissances plus vastes, constituent connaissances qu'elle mobilise.
ainsi les elements de construction d'un sens plus vaste D'une duree superieure a'celle de la forme et de la
dans lequel elles se fondent — celui du discours dans son signification de Penonce, le sens deverbalise est libere de
ensemble. leur emprise. Lorsque en rentrant a la maison, je dis 'j'ai
ramene la voiture\ mon fils, a qui j'avais demande d'aller
la chercher au garage dans la soiree, comprend que je
Le role de la memoire parle de la mienne (une Renault 5 rouge deja bien
usagee), que je suis passee moi-meme au garage et qu'elle
La traduction simultanee confirme la distinction etablie est reparee. Ce soir il aura oublie la fagon dont je me suis
dans son etude de la traduction consecutive par adressee a lui mais il saura, sans avoir a me le faire
Seleskovitch (1975) entre une memoire qui retient pen- repeter, qu'il est inutile qu'il se rende au garage.
dant un tres bref instant les vocables et leur signification L'information integree, devenue souvenir intelligent,
et une memoire qui retient plus longuement des souve- acquiert une remanence bien superieure a celle qu'auto-
nirs deverbalises. rise la memoire immediate. Elle peut done etreyrestituee
La memoire qui retient les perceptions sensorielles, en dehors de son empan. Ce phenomene explique que
memoire verbale ou memoire auditive, memoire Pinterprete de simultanee ne transcode que par moments
immediate, memoire operationnelle (working memory) et non pas en permanence.
Brought to you by | University of California
Authenticated
Download Date | 6/4/15 9:52 AM
Le processus de la traduction simultanee 155

Pour prendre un exemple tres simple, si Your com- latence apres lequel I'interprete enonce sa version; celui-
ments, Mr. Chairman n'est pas transcode par vos obser- ci varie de fapon qui peut sembler erratique mais qui en
vations, Monsieur le President, mais peut etre traduit par realite correspond aux deux types de traduction deja
ce que vous venez de nous dire, Monsieur le President, mentionnes: le transcodage et la traduction intelligente.
c'est que Pinterprete qui entend ce debut de phrase se Encore ne faut-il pas penser que tout ce qui est restitue
souvient que le President de seance est intervenu quel- dans la foulee immediate du discours correspond auto-
ques minutes auparavant. Les mots your comments, Mr. matiquement a du transcodage. Celui-ci ne peut certes
Chairman renvoient Pinterprete a cette connaissance et le etre effectue que tant qu'il se situe a Pinterieur de
tout est exprime en franpais sous une forme usuelle: 'ce 1'empan auditif; mais la restitution de souvenirs intelli-
que vous venez de nous dire'. gents, quant ä eile, peut intervenir au gre de Pinterprete,
Grace a la memoire conceptuelle ou cognitive, Pinter- et selon les contraintes de sa langue, c'est-a-dire soit
prete peut se detacher du transcodage et passer a une tardivement (nous avons vu dans nos etudes des interval-
traduction intelligente et intelligible. les de 18 secondes), soit au contraire de fa9on quasi
immediate, sinon meme anticipee par rapport a Pexpres-
sion de Porateur.
Le decalage

Pas plus que les phases de la perception et de la Anticipations de comprehension, anticipations


conceptualisation n'enchament Tune sur 1'autre avec d'enonciation
regularite, les phases de la conceptualisation et de
Tenonciation ne se succedent avec le meme Intervalle. Les elements du discours ne sont pas tous compris au
L'enonciation est soumise ä une double contrainte: meme degre. Dans certains cas, la comprehension peut
(1) I'interprete doit vider sa memoire immediate des n'etre que reconnaissance d'une forme, qu'il s'agit alors
signes linguistiques non integrables avant qu'ils ne dispa- d'entendre integralement et de redire aussitot. Dans
raissent; d'autres, plus nombreux qu'on ne le pense habituelle-
(2) il doit emettre un discours sense. ment, Pauditeur comprend Porateur a mi-mot. On a vu
Pour concilier ces deux exigences, il lui faut dire des qu'en debut d'intervention dans une reunion, la probabi-
mots dont il ne sait pas encore ou ils vont le mener, mais lite d'apparition des mots Monsieur le President est teile
toujours achever ses phrases en idees sensees. Le ca- qu'elle se substitue pratiquement ä la perception audi-
ractere inusite de la traduction simultanee, le fait que, tive. Nombreux sont les termes qui n'ont pas besoin
contrairement au langage normal, conceptualiser et par- d'etre entendus integralement pour etre compris. La
ier ne se succedent pas mais se chevauchent lui interdi- suppleance mentale qui joue au stade de la perception
sent de suivre dans son enpnciation le discours a distance des sons permet egalement ä Pauditeur de completer
fixe. Selon qu'il transcode immediatement ou qu'il avant Porateur des expressions dans lesquelles les mots
stocke en memoire cognitive des souvenirs qu'il rendra s'associent de fapon coutumiere, telles que vous vous etes
intelligemment, il se rapproche ou, au contraire, s'eloi- depense ... qui appelle sans compter ou Um ihren Bedarf
gne d'un strict parallelisme avec le discours. Les varia- zu ... qui entraine decken. La competence linguistique
tions du decalage que constate entre les mots de permet de prevoir la fin de Pexpression. Mais la sup-
Porateur et ceux de Pinterprete lorsqu'on analyse en pleance mentale de I'interprete ne se borne ni a la
synchronie le discours et sa simultanee sont done la perception auditive ni a la reconstitution de mots ou
manifestation de la double contrainte qui pese sur la d'expressions de la langue. Dans une situation de com-
traduction simultanee. munication partagee par les interlocuteurs et Pinterprete,
Desireux d'etablir le decalage des interpretes en simul- il arrive frequemment que celui-ci anticipe le sens global
tanee certains psychologies, qu'il est plus charitable de de propositions, de phrases ou meme d'idees entieres.
ne pas nommer ici, ont fait transcoder simultanement II est par exemple de bonne procedure en reunion que
dans un parallelisme centre nature des mots, des phrases le president de seance, a Pissue d'une discussion, resume
ou des paragraphes, et ont compte le nombre de se- et fasse le point. On assiste alors ä une repetition d'idees
condes qui s'ecoulent entre un mot prononce par deja entendues et comprises. Lorsque le president d'une
Pexperimentateur et sa traduction par le sujet, ou encore reunion qui rassemble les dirigeants des principaux
le nombre de mots prononces dans Foriginal avant que le reseaux de chemins de fer europeens, declare apres une
sujet n'enonce la meme sequence dans 1'autre langue. demi-heure de discussions a propos d'une demande faite
Ce n'est pas ainsi qu'on peut etudier le temps de par la SNCF: 'Ja, meine Herren, dann s tell'ich im Augen-
Brought to you by | University of California
Authenticated
Download Date | 6/4/15 9:52 AM
156 Marianne Ledercr

blick folgendes fest: flic SNCF hat einen begründeten und meme que souffle au locuteur defaillant le mot qui lui
überzeugenden Antrag gestellt', Finterprete, sans faire de manque. La pensee de Finterprdte devance egalement
prouesscs, peut dire 7 SNCF a presente une demande' assez souvent la fin des phrases de Forateur mais le
plus de trois sccondes avant d'cntcndre Antrag et a phenomene est plus ou moins apparent selon les paires de
fortiori gestellt. langues. Lorsque les structures syntaxiques de deux
Voici la representation synchrone de la phrase alle- langues sont relativement paralleles, Finterprete est rare-
mande et de la traduction simultanee que nous avons pu ment force d'achever ses phrases de fa$on anticipee. Par
enrcgistrer (chaque ligne represente trois secondes): contre dans certaines langues, il est parfois oblige de
devancer Foriginal. Cest le cas d'allemand en ffangais,
O JA, MEINE HERREN, DANN STELL'ICH IM par exemple. L'allemand avec ses phrases emboitees et
AUGENBLICK FOL- son verbe souvent rejete en fin de phrase, ses alignements
Int d'epithetes ou de complements precedant longuement le
O. GENDES FEST: DIE SNCF HAT EINEN nom ne peut pas faire Fobjet d'une restitution lineaire en
Int alors, je constate la chose suivante, frangais, et Fön voit la traduction donner lieu a des
restructurations et ä de nombreuses anticipations. Le
BEGRÜNDETEN UND
parallelisme que Fön peut noter entre la forme generate
Int. Messieurs La SNCF a presen-
d'un original anglais ou Italien et son interpretation
O ÜBERZEUGENDEN ANTRAG francaise disparait en grande partie entre Fallemand et le
Int. te une demande motivee et francais. L'interprete commence sa traduction sous des
O GESTELLT formes syntaxiques systematiquement differentes de la
Int. convaincante forme originale, il scinde les structures emboitees en sous-
ensembles qui correspondent mieux au genie du frangais
Le debut de la phrase allemande (die SNCF hat einen et sont done plus intelligibles pour des francophones. II
begründeten), la phrase precedente qui annongait le est courant d'entendre dire qu'il est difficile d'interpreter
resume (dann stell'ich im Augenblick fest) et surtout la d'allemand en fransais parce que Fallemand met souvent
connaissance quasi parfaite de Fobjet de la discussion le verbe ou la negation ä la fin des phrases. C'est postuler
que Finterprete avait acquise en ecoutant et traduisant le une traduction au niveau des mots alors que la traduction
debat qui avait precede cette phrase, le relevent de s'effectue grace a la prise de conscience des idees. A ce
Fobligation d'en attendre la fin pour comprendre et niveau-lä, la traduction de Fallemand ne pose pas plus de
exprimer la fin de Fidee. Probleme que la traduction de quelqu'autre langue que ce
Les anticipations de langue et les anticipations de sens soit. La difference de structures entre la langue a traduire
don t on vient de voir quelques exemples sont fondees sur et la langue de Finterprete rend le transcodage impossible,
le meme mecanisme: dans Um ihren Bedarf zu decken, on et non pas la traduction.
peut dire que l'association semantique Bedarf decken est La possibilite que donne la forme syntaxique de
si frequente qu'elle constitue une expression courante, Fanglais de transcoder en frangais une grande partie du
alors que begründet n'appelle pas aussi automatiquement message permet a Finterprete mediocre d'operer; Falle-
Antrag. Cependant, le fait qu'ici begründet ait appele mand, avec sa structure differente du frangais, le met au
demande de meme que Bedarf avait appele repondre pied du mur: s'il eprouve des difficultes ä traduire, c'est
laisse a penser que dans les deux cas, il y a association qu'il ne sah pas assez la langue allemande pour la
d'un savoir aux sons percus. La difference entre ces deux comprendre aussi naturellement que la comprend un
types de savoir est que le premier correspond a une autochtone ou, phenomene plus frequent en interpreta-
connaissance linguistique permanente alors que le se- tion, qu'il n'est pas suffisamment au fait du sujet traite;
cond correspond a une acquisition toute recente qui, en son ignorance le prive des complements cognitifs antkn-
tant qu'association, restera sans doute fugitive. patoires qui entrament la possibilite de restructurer un
S'il est permis de penser que la difference de structure message compris sous une forme intelligible. La capacite
des langues n'entrame pas de difference dans le traite- previsionnelle de Finterprete est la condition sine qua
ment conceptuel que leur applique celui qui les regoit, non de la qualite de son expression.
cette difference de structure impose a Finterprete au plan L'interprete ne saurait se contenter de comprendre le
de Fexpression, Fobservation de techniques differentes. sens voulu par Forateur, il doit egalement le faire
Quelles que soient les langues, il arrive dans tout dis- parvenir a ceux qui ecoutent son interpretation. Pour ce
cours que la pensee de Fauditeur devance Fenonciation faire, il faut qu'il conserve en toutes circonstances la
de Porateur de quelques fractions de secondes. II arrive maitrise de sa langue maternelle, qu'il continue a s'y
Brought to you by | University of California
Authenticated
Download Date | 6/4/15 9:52 AM
Le processus de la traduction simultanee 157

exprimer naturellement, intuitivement, d'une maniere La traduction ne prend corps que si celui qui Pecoute
qui le fasse comprendre de ceux qui dependent de sä peut en saisir le sens. La clarte de la transmission est la
traduction. condition sine qua non de la bonne reception d'un
message. A sa comprehension de Pidee, il faut done que
Pinterprete, pour faire aboutir son propos, ajoute le rejet
S'exprimer en simultanee des formes de la langue etrangere.
Conscient de la tentation du psittacisme, Pinterprete
Contrairement au locuteur normal, Pinterprete de simul- doit mettre au point et appliquer des techniques qui lui
tanee n'exprime pas ses propres idees; au lieu d'exercer permettent de trouver une expression naturelle, indepen-
une activite procursive qui puise dans une large intentio- dante de la langue de Poriginal.
nalite, il fagonne ce qu'il a a dire au moment meme ou il Chez le locuteur 'normal' qui sait ce qu'il veut dire, le
construit Punite de sens suivante, celle qu'il exprimera sens a communiquer ainsi que la conscience de la
dans les secondes qui suivent. II parle sur un fond de Situation de communication commandent ensemble aux
bruit continu, celui d'un discours autre que le sien qu'il gestes phonatoires qui executent leur programme
lui faut saisir en meme temps qu'il exprime une pensee a d'enunciation sans que le locuteur ait ä mobiliser con-
peine devenue sienne. sciemment les mots les uns apres les autres. Pour eviter ä
L'expression qui trouve habituellement ses origines son expression d'etre contaminee par la langue
dans la pensee, est entravee en traduction simultanee par etrangere, Pinterprete doit s'efforcer de se mettre dans la
la presence de Pautre langue. La* simultaneite des opera- meme position. II lui faut d'abord s'approprier les idees
tions d'audition et d'expression pousse a suivre les et ensuite repousser deliberement le carcan que lui
modeles phonetiques, mo hologiques, semantiques, imposerait volontiers la langue dans laquelle el les lui
syntaxiques de la langue etrangere. Chez Pinterprete arrivent, pour trouver un passage normal vers la formu-
ihexperimente, il s'ensuit non seulement des caiques lation verbale.
occasionnels mais un psittacisme generalise dont Pabou- Cest ce qu'a fait l'interprete qui a rendu 'Ich schlage
tissement est une suite de phrases ou tout est fausse sans vor, einen Augenblick noch diese Frage zurückzustellen'
etre faux, ou tout est brouille comme si la mise au point par 'Je ne voudrais pas discuter immediatement de ce
n'etait pas faite et ou Pauditeur ne doit qu'a sa connais- Probleme'. S'il avait alt je propose de repousser encore un
sance du sujet et a un gros effort de retablissement de instant cette question, il aurait ete moins clair qu'il ne Pa
trouver des points de repere. ete en refusant les formes originales.
Les interferences de la langue etrangere tendent leurs Une phrase mise par ecrit, qui laisse au lecteur le
pieges a tous les niveaux, de celui de la forme d'un temps d'une prise de conscience, n'est jamais aussi
vocable (par exemple, catalyst reste catalyste en fransais convaincante pour demontrer Pintelligibilite de Pexpres-
alors que les Francais parleraient de catalyseur) a celui, sion qu'un discours de plusieurs minutes, ou se deroulent
beaucoup plus dangereux~~d'un alignement sur la syn- a un rythme soutenu plusieurs müliers de mots. C'est en
taxe originale qui occulte le message, comme dans ecoutant une traduction simultanee que Pon se rend
Pexemple suivant:2 compte de Pimportance extreme des problemes d'expres-
sion. S'appuyer sur les idees pour trouver une expression
Un role decisifdans ce changement d'optique ajoue la critique de naturelle est d'autant plus difficile que les messages ä
civilisation exercee par les intellectuels et qui, avant d'etre prise
traduire ne sont pas faits d'une päte homogene; il n'est
au serieux, etait passee inapercue, puis etait devenue l'objet de
moquerie. En fait, eile avail suscite un sentiment d'inconfort ...
pas de discours qui n'ait sa terminologie propre, que
Pinterprete doit connaitre dans les deux langues et dont
Ceux d'entre nos lecteurs qui savent Fallemand com- la traduction exige une evocation immediate des termes
prendront a la lecture de Poriginal ce que la traduction correspondants. II peut s'agir de chiffres ou de noms
ne leur a pas communique: propres mais aussi de termes techniques dont le transco-
dage doit se realiser avec une tres grande exactitude.
Eine entscheidende Rolle in diesem Wandlungsvorgang spielte II peut egalement s'agir de debuts d'intervention ou de
die zunächst unbeachtete, später verspottete Zivilisationskritik
debuts d'idees qui, on Pa vu, font egalement Pobjet d'un
der Intellektuellen. Sie weckte das Unbehagen ...
certain transcodage. Ces elements doivent etre trans-
Les formes originales exercent une sorte d'hypnose qui codes: ils passent directement de la langue d'origine a la
guette le traducteur de Pecrit autant que Pinterprete langue d'arrivee sans obligatoirement transiter par la
simultane et a laquelle seul Pinterprete de consecutive conceptualisation.
peut echapper sans effort particulier. La necessile du recours occasionnel au transcodage est
Brought to you by | University of California
Authenticated
Download Date | 6/4/15 9:52 AM
158 Marianne teuerer

unc entravc de plus au naturcl de l'expression car ä Fheurc actuclle en t re la theorie et la pratique. Cepen-
rinterprete de simultanee doit faire un effort conscient et dant la prise de conscience des mecanismes que met en
considerable pour modifier son type d'ecoute, passer dc jeu la simultanee, et des obstacles qui s'opposent a son
Tecoute du sens a celle de la forme transcoder puis ä fonctionnement, est la condition prealable ä la perpetua-
nouvcau se detacher, des qu'il le peut, des formes de la tion d'un Systeme de traduction indispensable a I'epo-
langue originale. que moderne, mais qui ne porte pas encore tous ses
L'interpretc bien forme sail que la clarte, rintelligibi- fruits.
lite de son message est toujours fonction de la propriete
des termes qu'il utilise et de sä conformite aux habitudes Juin 1982
d'articulation logique de la pensee en vigueur dans sa
communaute, ce qui lui impose des allers et retours
incessants entre un transcodage correct et une expression Notes
naturelle des idees.
Comme toute parole orale, la traduction simultanee 1. Dans la pratique, les professionnels font une distinction entre la
traduction, exercice ecrit et Tinterpretation, exercice oral. Pour
n'est perQue qu'une seule fois et c'est en cette presenta- 1'analyse theorique, il semble plus fecond d'effectuer une distinction
tion unique qu'elle doit se faire comprendre; ce sont les differente: nous appliquons le terme de traduction ä Ken semble des
effets que la traduction orale produit sur ses auditeurs exercices, oraux ou ecrits, qui visent a faire passer le contenu d'un
texte ou d'un discours dans un autre texte ou discours, quelles que
qui determinent sa qualite, c'est-a-dire en fin de compte soient les modalites specifiques de ces operations; par centre les
son utilite. Aussi Faxiome fondamental de Fenonciation operations que classe'habituellement dans la traduction alors
en interpretation simultanee est-il que Fexpression ver- qu'elles visent uniquement a etablir des equivalences entre deux
langues, nous les appellerons transcodage car elles portent plus sur
bale ne saurait transmettre un message que si eile le code que sur le message.
s'appuie sur une pensee. 2. Get extrait est tire du livre de Robert Jungk, Der Jahrtausend
Mensch (Bertelsmann, 1973), et de sa traduction parue chez Laflbnt
(1974) sous le titre Pari sur Vhomme.
La traduction simultanee a ete exposee ici teile qu'elle
pourrait et devrait exister; le deroulement de son proces-
sus se heurte souvent a des difficultes qui ne lui permet-
tent pas de se realiser pleinement. Ces difficultes provien- References
nent d'une part de l'interprete lui-meme (connaissances
Borel-Maisonny, S. (1968). Perspectives pedagogiques de V education
linguistiques ou thematiques insuffisantes, mauvaise for- precoce et prescolaire des enfants deficients auditifs, Document
mation et done mauvaise methode), d'autre part des No. 13 public sous les auspices de l'UNESCO par la Federation
conditions d'exercice de la simultanee (transmissions Internationale des Communautes d'enfants.
Dejean Le Feal, K. (1973). Quelques aspects non linguistiques de
electroniques non adaptees, mauvaises conditions de l'interpretation et de ia traduction. Etudes de Linguistique Appliquee
preparation, charge de travail depassant la resistance 12.
psychique et physique de l'interprete etc ...). Lederer, M. (1981). La Traduction simultanee, experience et theorie.
Paris: Minard Lettres Modernes.
L'analyse du processus de la simultanee ne fera pas Seleskovitch, D. (1975). Langage, langues et memoire. Paris: Minard
disparaitre immediatement 1'ecart considerable qui existe Lettres Modernes.

Brought to you by | University of California


Authenticated
Download Date | 6/4/15 9:52 AM