Sie sind auf Seite 1von 10

ANNEE UNIVERSITAIRE : 2017 / 2018

plan

1:
2:
3:
4:
5:
6:
7:
➢ Préchauffage de la chaussée ----------------- 8
➢ Scarification --------------------------------------- 9
➢ Malaxage de l'enrobé -------------------------- 9
➢ Répandage et compactage -------------------- 9
8: Mr. Kettar --------- 11

GENIE CIVILE 2 ESTS MINI-PROJET : Mr.kettar


2
ANNEE UNIVERSITAIRE : 2017 / 2018

Introduction générale
Pendant longtemps, la réfection des couches de roulement en béton bitumineux
présentant des défauts de surface plus ou moins accentués avec déformation du
profil en travers s'est effectuée par apport d'une nouvelle couche de matériaux
neufs, ce qui présentait l'inconvénient de surélever le niveau de la surface de la
chaussée. Le besoin s'est donc fait progressivement sentir de mettre au point de
nouveaux procédés tirant un meilleur parti de la couche dégradée ; l'apparition
des nouvelles contraintes relatives aux économies d'énergie, de produits et de
matières premières allait d'ailleurs dans le même sens. Ainsi de nouvelles
techniques ont peu à peu été élaborées. Elles sont essentiellement fondées sur les
procédés suivants :
— simple enlèvement de matière : fraisage à chaud ou à froid, ou rabotage (à
chaud),
— remise en forme sans enlèvement ni apport de matière ; thermo reprofilage,
— remise en forme et apport de matériaux en surface en général après
enlèvement partiel de matière : thermo régénération,
— retraitement de l'enrobé par malaxage en place avec un apport correctif de
matériau : recyclage en place.
Dans le cas du réemploi d'un matériau enrobé d'un certain âge ayant subi des
réparations de diverses natures, des études préalables de composition
granulométrique et de teneur et qualité du liant sont nécessaires.
Le résultat de ces études permet de choisir le cas échéant les matériaux et liants
de correction en fonction des caractéristiques des planches identifiées avec soin.
Les travaux en cours permettront de mettre au point une méthode.
- Mais dans notre rapport nous s’intéressons juste pour la nouvelle méthode :

La thermo régénération

GENIE CIVILE 2 ESTS MINI-PROJET : Mr.kettar


3
ANNEE UNIVERSITAIRE : 2017 / 2018

֎ L'opération consiste en une remise au profil d'une chaussée bitumineuse (avec


généralement enlèvement de matériaux) par chauffage, scarification (sur une
épaisseur plus importante que l'épaisseur enlevée), réglage, mise en place d'une
couche d'enrobés neufs et compactage de l'ensemble.

֎ L'enrobé de la couche à traiter est chauffé à l'aide de panneaux radiants ; la


température moyenne obtenue dans les premiers centimètres est d'environ 120 à
130 °C. Ce chauffage est suivi d'une scarification sur une profondeur d'environ 3
à 4 cm ; puis une partie des matériaux scarifiés est enlevée, tandis que l'autre
partie sert à régler le profil en travers ; enfin l'enrobé d'apport est mis en
œuvre et précompacte par une table analogue à celle d'un finisseur avant d'être
soumis à un compactage effectué de préférence au moyen d'un compacteur
vibrant ; une dizaine de passes dont 3 à 5 en vibration bien réparties sont en
général nécessaires.

GENIE CIVILE 2 ESTS MINI-PROJET : Mr.kettar


4
ANNEE UNIVERSITAIRE : 2017 / 2018

Domaine d’emploi
La thermo régénération peut être utilisée pour restituer imperméabilité, uni et
rugosité à une chaussée usée ou glissante, tout en redonnant un profil en travers
satisfaisant dans les cas d'orniérage par usure.

Le principe de la technique qui est (en général) de mettre en œuvre une


quantité d'enrobés voisine de la quantité enlevée permet de conserver le niveau
initial de la chaussée et rend la thermo régénération particulièrement intéressante
pour des traitements partiels (voie lente d'autoroute), des points particuliers
(sur et sous ouvrage d'art) ou lorsqu’un rehaussement du niveau entraînerait des
frais annexes importants (seuils, îlots, bordures).
Toutefois, il existe à ce procédé des limites d'emploi qui peuvent suivant les cas
provenir :
֎ De la géométrie de la chaussée (tracé, profil en long, profil en travers),
֎ Des conditions météorologiques : le froid, la pluie et le vent peuvent dans
certains cas entraîner l'arrêt du chantier et affectent de toute façon le
rendement des machines,
֎ Des caractéristiques du revêtement (épaisseur d'enrobés en place insuffisante
ou composition défectueuse). En l'état actuel des connaissances, on peut indiquer
que, en règle générale, une épaisseur d'enrobés d'au moins 8 cm est nécessaire
pour procéder à un traitement de thermo régénération. Dans le cas d'enrobés
anciens en couche mince, en particulier sur pavés, une étude préalable est
nécessaire. En tout cas de cause, il faut effectuer une scarification correcte ;
dans le cas de bitume résiduel très dur (pénétration < 20) on devra avoir
recours à une dispositif de chauffage supplémentaire pour faciliter la scarification
ou choisir une autre technique si le chauffage risque de trop détériorer la qualité
de l'enrobé en place.
֎ D’insuffisance de structure : la solution consiste alors normalement à réaliser
un renforcement ou un fraisage suivi d'une reconstruction partielle, sous réserve
de l'économie de la technique.

GENIE CIVILE 2 ESTS MINI-PROJET : Mr.kettar


5
ANNEE UNIVERSITAIRE : 2017 / 2018

LES AVANTAGES
La thermo régénération en place est source d’économie de matières premières :
granulat et bitume. Par réutilisation (in situ) de toute l’épaisseur de la couche à
rénover, il contribue donc indirectement à la sauvegarde de l’environnement. Les
conditions économiques et les progrès techniques réalisés ces dix dernières années
montrent que ce type de technique offre des possibilités intéressantes pour les
gestionnaires routiers, d’autant une l’amélioration permanente des matériels devrait
apporter l’homogénéité souhaitée.

LES ETUDES
Quel que soit le problème à résoudre, un préalable du site est nécessaire. Pour
mener à bien cette reconnaissance, le formulateur se doit de rechercher les
informations concernant le matériau à traiter (formules, caractéristiques des
matériaux, contrôles) et, ce, afin de faire un découpage en zones homogènes de
composition, ou de mettre en évidence les points singuliers. La caractérisation des
matériaux en place s’effectue à partir d’échantillons prélevés, soit par carottage,
soit par plaques découpées dans l’enrobé, dans l’axe de la voie, s’il s’agit d’orniérage.
L’étude de traitement consiste en fonction des caractéristiques des matériaux
prélevés à déterminer les paramètres du retraitement :

֎ Profondeur

֎ Nature et pourcentage d’ajouts

L’épreuve de formulation a pour objectif de caractériser le produit après recyclage


en vérifiant à partir de quelques essais que l’on obtient bien les spécifications
demandées. S’il s’agit d’orniérage, il n’est pas toujours nécessaire de traiter toute
la chaussée, mais par exemple un seul sens, ou la voie lente uniquement. S’il s’agit
d’un problème de fissuration, il est possible, voire nécessaire, en sus du traitement
de l’enrobé, de mettre en œuvre une nouvelle couche de roulement.

GENIE CIVILE 2 ESTS MINI-PROJET : Mr.kettar


6
ANNEE UNIVERSITAIRE : 2017 / 2018

Précautions d'exécution

- Pour ce qui est des quantités d'enrobés à évacuer et à apporter, il est


recommandé :
֎ De limiter le rejet à un maximum de 30 kg/m2 ; si une quantité supérieure
doit être enlevée, on procédera à un fraisage préalable ; il est en effet
indispensable, pour obtenir un bon collage de l'enrobé d'apport, de conserver en
place une quantité suffisante de matériau foisonné et assez chaud,
֎ D’apporter au minimum 40 kg/m2 d'enrobés neufs.
L'enrobé d'apport sera de préférence formulé selon les critères exposés dans la
note technique concernant la réalisation des enrobés en couche mince (décembre
1979).
Les températures prescrites par cette note seront respectées :
• pour les 0/10 discontinus 2/6 ou 4/6 de teneur en fines comprise entre 7 et
9 % (type 1 et type 3) :
140 °C après répandage pour un bitume 60/70,
• pour les 0/10 discontinus 4/6 de teneur en fines comprise entre 10 et 12 %
(type 2) :
150 °C après répandage pour un bitume 60/70,
• pour les 0/6 support de cloutage (type 4) :
135 °C avant l'opération d'enchâssement pour un bitume 60/70.
Malgré les faibles quantités d'enrobés nécessaires, il est très souhaitable de
bloquer la fabrication au cours de périodes les plus longues possibles. Cela entraîne
le stockage à chaud des enrobés à la centrale ou l'emploi de camions calorifuges.
En aucun cas, on ne compensera un délai trop important entre la fabrication et
la mise en œuvre par une majoration de la température d'enrobage.

GENIE CIVILE 2 ESTS MINI-PROJET : Mr.kettar


7
ANNEE UNIVERSITAIRE : 2017 / 2018

ÉTAPES et MATERIELS
Les travaux de thermo régénération peuvent actuellement être réalisés :
֎ Soit par des machines de thermo reprofilage suivies au plus près d'un finisseur
qui apporte les enrobés neufs,
֎ Soit par des machines spécifiques de thermo régénération qui réalisent
l'ensemble des opérations (y compris la mise en œuvre d'enrobés neufs).

• élever la température du revêtement bitumineux et la maintenir avant

1
décohésionnement au moyen d’un ensemble de réchauffeuses équipées de
grandes surfaces de panneaux radiants. La surface de chauffe minimale est
de 175 m² à 200 m², elle doit être portée à 250, voire à 300 m² selon
l’épaisseur à traiter et les conditions météorologiques. La vitesse
d’avancement du train de chauffe est comprise entre 2 et 6 m/min et doit
être adaptée selon les conditions pour avoir une température à l’interface
du support supérieure à 80° C

GENIE CIVILE 2 ESTS MINI-PROJET : Mr.kettar


8
ANNEE UNIVERSITAIRE : 2017 / 2018

4

GENIE CIVILE 2 ESTS MINI-PROJET : Mr.kettar


9
ANNEE UNIVERSITAIRE : 2017 / 2018

On peut résumer ces étapes dans cette liste :

GENIE CIVILE 2 ESTS MINI-PROJET : Mr.kettar


10
ANNEE UNIVERSITAIRE : 2017 / 2018

Un grand merci à MR. Kettar d’être si modeste avec nous et d’avoir

supporté tous nos bons et mauvais comportements. Nous sommes sur

que les connaissances que nous avons acquises pendant ce MINI-

PROJET seront un grand avantages pour nous surtout dans notre vie

quotidienne, ce MiNi- PROJET étaient pour nous une période de

concrétisation, car nous avons eu à chercher et trouver nous même les

données de certain termes techniques qu’on entendait parlées et qu’on

utilisées sans pourtant savoir l’origine .

GENIE CIVILE 2 ESTS MINI-PROJET : Mr.kettar


11