Sie sind auf Seite 1von 2

A

 l’attention  de  M.  Abdelilah  Hifdi  


Président  du  Groupe  CGEM  
Parlement  
Royaume  du  Maroc  
 
 
Casablanca,  le  16  octobre  2018  
 
 
 
 
Monsieur  le  Président,  
 
 
Par   la   présente   je   dénonce   les   conditions   dans   lesquelles   vous   avez   voulu   désigner   le  
représentant  de  la  CGEM  au  sein  du  bureau  de  la  Chambre  des  Conseillers.  
La   méthode   employée   est   entachée   d’absence   totale   de   transparence,   de   rigueur   et   de  
rectitude,  ce  qui  m’a  conduit  à  quitter  la  réunion  que  vous  avez  convoquée  d’urgence  à  
cet  effet.  
 
Permettez  moi  de  rappeler  que  la  dite  réunion  nous  a  été  notifiée  par  email  environ   une  
heure  avant  la  séance  d’élection  du  Président  de  la  Chambres  des  Conseillers  ce  lundi  15  
octobre,  nous  invitant  à  tenir  une  réunion  juste  après  la  séance  de  vote  du  Président.  J’ai  
été  très  surprise  par  le  timing  et  l’intitulé  de  cette  convocation,  d’autant  plus  qu’en  juillet  
dernier  notre  groupe  s’est  réuni  et  la  décision  du  représentant  du  groupe  au  sein  de  la  
Chambre  avait  été  définitivement  tranchée,  il  a  été  convenu  que  ma  mission  au  bureau  
serait  reconduite.  
 
Malgré   le   timing   inapproprié   et   injustifié   et   malgré   mon   calendrier   chargé   (je  rappelle  
que   dès   l’entrée   à   la   réunion   j’ai   précisé   que   j’avais   un   engagement   très   important   à  
Casablanca   à   19h30)  j’ai  entamé  la  réunion  avec  le  groupe,  et  au  regard  de  la  confusion  
dans  le  débat  j’ai  demandé  24h  de  réflexion  et  le  report  de  cette  réunion  pour  l’organiser  
dans  des  conditions  de  transparence  et  d’égalité.  
Cette  simple  demande  m’a  été  refusée  et  vous  met  donc  face  à  vos  responsabilités.    
 
A   la   lumière   de   ces   faits,   je   réalise   la   préméditation   de   cette   démarche   dans   sa   globalité,  
et  à  laquelle  vous  avez  voulu  donner  un  semblant  de  respect  de  la  procédure.  
Le  rappel  des  faits  :  
-­‐ le  vendredi  12  octobre  à  quelques  minutes  du  discours  de    Sa  Majesté  que  Dieu  
l’Assiste,  devant  le  parlement,  notre  directeur  de  groupe  sur  votre  instruction  m’a  
demandé,  dans  l’urgence  et  sur  le  pas  de  la  porte  de  l’institution,    de  signer  une  
feuille  de  présence.  J’apprends  aujourd’hui  qu’il  s’agissait  de  la  liste  des  membres  
du   groupe   parlementaires   conformément   à   l’article   47   du   règlement   intérieur.  
Est   ce   là   une   procédure   normale   de   faire   signer   un   document   d’une   telle  
importance   sur   le   pas   de   la   porte     alors   même   que   Sa   Majesté   s’apprête   à  
prononcer  un  discours  ?  Pourquoi  le  choix  de  ce  moment  ?  De  ce  lieu  ?  Pourquoi  
cette   précipitation  ?   J’ignorai   totalement   qu’il   s’agissait   du   document   en  
application  de  l’article  47,  et  au  regard  des  conditions  suscitées,  notez  bien  que  je  
conteste  la  légalité  de  ce  document.  
-­‐ le   lundi   15   octobre,   comme   je   l’ai   précisé   plus   haut   vous   nous   convoquez   dans  
l’urgence,   encore   une   fois,   et   nous   demandez   de   signer   une   feuille   de   présence  
dans  la  confusion  d’un  débat  très  tendu  portant  sur  notre  représentant  au  bureau  
de  la  Chambre.  
 
Permettez   moi   de   dénoncer   ces   petites   manœuvres,   ces   pratiques   indignes   d’un  
président   de   groupe.   Votre   responsabilité   n’est   elle   pas   de   mettre   en   place   le   cadre  
favorable  et  transparent,  et  ce  pour  donner  de  la  crédibilité  à  notre  groupe  et  à  celui  ou  
celle  qui  va  le  représenter  au  sein  du  bureau  de  cette  honorable  institution.    
 
Il   est   de   mon   devoir   de   parlementaire   de   prendre   le   soin   de   vous   écrire   aujourd’hui,   car    
vous   le   savez,   pour   moi   la   politique   est   une   question   d’éthique,   de   conviction   et   de  
courage.  
 
Aussi,   je   me   réserve   le   droit   d’entreprendre   toutes   les   démarches   pour   contester   une  
telle  situation,    car  comme  l’a  rappelé  Sa  Majesté  le  Roi  Mohammed  VI  avec  force  dans  
son   discours   devant   notre   assemblée   «  Notre   pays   fait   face   à   des   enjeux   et   des   défis  
multiples  et  imbriqués  les  uns  dans  les  autres.  Pour  les  relever,  l’attentisme  et  les  calculs  
étriqués  ne  sont  guère  permis  ».  
 
Avec  mon  infini  regret,  recevez,  Monsieur  le  Président,  mes  salutations.  
 
 
Neila  TAZI  
 
 
 

Verwandte Interessen