Sie sind auf Seite 1von 41

Université de Tlemcen

Faculté de Technologie
Département de Génie Civil

TECHNOLOGIE DE BASE

A. BENAMAR, F. HAMZAOUI & N. ABOU-BEKR

Année Universitaire 2016/2017


Année Universitaire 2016/2017
Cours de ‘TECHNOLOGIE DE BASE‘

Chap. 5
OUVRAGES DE GENIE CIVIL
5.1. BATIMENT
Bâtiment (construction)
Un bâtiment au sens commun est une construction
immobilière, réalisée par intervention humaine, destinée
d'une part à servir d'abri, c'est-à-dire à protéger des
intempéries des personnes, des biens et des activités,
d'autre part à manifester leur permanence comme
fonction sociale, politique ou culturelle
(Exemple: Immeubles, établissements scolaires,
industries, bureaux, locaux commerciaux…)
3
Bâtiment (construction)
SHERATON ORAN
HOTEL & TOWERS

4
Bâtiment (construction)

bâtiment industriel métallique bien sécurisé


5
Bâtiment (Secteur)
On désigne aussi par le terme « Bâtiment » le
secteur d'activité professionnel de la construction
des édifices et des voies et routes.

Le secteur économique du bâtiment et des travaux


publics, ou BTP, regroupe toutes les activités de
conception et de construction des bâtiments
publics et privés, industriels ou non, et des
infrastructures telles que les routes ou les
canalisations.
6
Le BTP constitue l'un des secteurs économiques les
plus importants.

Le BTP s'appuie sur un réseau extrêmement dense


de grandes, moyennes et petites entreprises et
d'artisans spécialisés dans un domaine d'activités
précis.

En termes d'emploi, le BTP est une source


importante de création d’emplois, et contribue à
faire vivre de très nombreux travailleurs
indépendants.
7
Architecture et Urbanisme

L'art de concevoir des bâtiments s'appelle


architecture aussi bien pour leur forme globale
que pour l'aménagement intérieur en salles, la
science de la conception des édifices s'appelle le
génie civil tandis que celui de disposer les
constructions à l'échelle de la ville pour les
raccorder en agglomération aux réseaux de
voies, eau, égouts,... s'appelle urbanisme.

8
Corps d’état

La construction des bâtiments relève de spécialités


professionnelles définies en corps de métier,
appelées corps d'état, qui forment ensemble le
secteur du bâtiment. Il est traditionnellement
divisé en gros œuvre fournissant la bâtisse, au sens
propre "la partie édifiée en structure qui résiste" et
le second œuvre partie qui l'habille.

9
« gros œuvre » Voiles et dalles en béton armé
10
Exemples de C.E.S (corps d’état secondaires)

- Couverture de toit et Enduits de façade


- Menuiseries de portes et fenêtres
- Etanchéité
- Faux Plafonds ,- Revêtement mural et de sol
- Electricité, - téléphonie
- Plomberie
-Équipement en mobilier des cuisines
- Chauffage et Climatisation.
- Ascenseur

11
Les métiers du bâtiment

En dehors des « gars du bâtiment », ouvriers qui


bâtissent manuellement, la construction
d'ouvrage nécessite après la conception par un
maître d'ouvrage ou un architecte l'intervention
de professions particulières comme les métreurs,
les ingénieurs, les décorateurs, les contrôleurs, les
géomètres,... avant ou pendant la réalisation puis
à la réception de l'ouvrage.

12
Vocabulaire technique
Acrotère : Socle disposé aux extrémités et au sommet
d'un fronton ou d'un pignon et portant un ornement.

Béton banché : Béton coulé entre des coffrages verticaux (banches)


en métal ou en contreplaqué.

Chaînage : Elément de liaison ceinturant l'ensemble des murs.


Il peut être horizontal ou vertical.

Contreventement : Dispositif destiné à stabiliser une partie de l'ouvrage,


malgré les contraintes imposées par le vent.

Dressage : Dépôt de mortier sur un mur pour en assurer la planéité et/ou


la verticalité.

Doublage : Revêtement posé contre une paroi pour renforcer l'isolation thermique.

Enduit hydrofuge : Enduit destiné à améliorer l'imperméabilisation.


13
Fouille : Creusement du sol pour permettre la construction.
Fouille en pleine masse à l'emplacement du futur sous-sol,
fouille en rigole à l'emplacement des futures semelles de fondation.

Hourdage : Assemblage d'éléments de construction


(briques, boisseaux, parpaings,...) à l'aide de mortier.

Hourdis, Entrevous : Bloc de béton plein ou creux, de terre cuite ou de polystyrène


placé entre les poutrelles d'un plancher préfabriqué en béton.

Hydrofuge : Qui préserve de l'eau et de l'humidité.

Impression (couche d') : Première couche diluée de peinture appliquée sur un matériau.

Jambage : Partie verticale de la maçonnerie, le long d'une fenêtre.

Jointoiement : Traitement d'une maçonnerie ou d'un mur afin que les joints effleurent

Vide sanitaire : Vide ménagé entre le sol et la dalle de rez-de-chaussée.


le parement.

14
5.2. Routes & Autoroutes
Routes:
Une route est au sens littéral une voie terrestre
(au niveau du sol ou sur un pont) aménagée pour
permettre la circulation de véhicules à roues.

Ce terme s'applique plutôt aux voies importantes


situées en rase campagne.

En ville (site urbain) on parle de voie urbaine


(rue ,avenue, boulevard…etc.
15
16
17
AUTOROUTES :
Une autoroute est une route réservée à la circulation
des véhicules motorisés rapides (automobiles,
motos, poids lourds) et dont le tracé permet de
circuler avec une sécurité optimale.
Dans certains pays, les appellations voie rapide et
voie express semblent plutôt réservées au réseau
routier traditionnel, mis aux normes autoroutières
(élargissement de voies, chaussées séparées et
déviations d’agglomérations), sans pour autant
engendrer un tracé nouveau.
18
L’autoroute allemande (A20), caractérisée par un terre plein central enherbé à deux glissières
de sécurité, deux bandes d’arrêt d’urgence et de larges talus enherbés limités par une
clôture limitant le risque de collisions accidentelles avec des animaux.
19
PROFIL EN TRAVERS AUTOROUTE
( 2 X 2 voies )

20
Exemple d’Échangeur autoroutier complet en trèfle.
21
Échangeur à
plusieurs niveaux
à Chicago.

Ils permettent d'éviter tout croisement à niveau pour limiter le ralentissement des
voies concernées. Un échangeur autoroutier compte au minimum un pont
permettant à une autoroute d'enjamber l'autre.
22
5.3. PONTS
INTRODUCTION
Lors de la construction d’une voie de circulation, il arrive
toujours un moment où l’on rencontre un obstacle :
• Naturel (brèche, cours d’eau)
• Artificiel (route, voie ferrée, canal)

Pour assurer la continuité de l’ouvrage, 2 solutions :


1. éliminer l’obstacle (remblayer une brèche, détourner un
cours d’eau)
2. conserver l’obstacle mais :
* passer au travers ou au-dessous (tunnel)
* au-dessus (pont)
* contourner (déviation) 23
FONCTIONS D’UN PONT

24
Terminologie :
De façon générale, un pont est un ouvrage en élévation, construit
in situ, permettant à une voie de circulation de franchir un
obstacle.
La désignation du pont s’adapte à son utilisation :

Passage de : Désignation du pont :


Une route Pont-route

Une voie piétonne Passerelle

Une voie ferrée Pont-rail

Un canal Pont-canal

Eau d’adduction 25
Aqueduc
On distingue en outre les différents types
d’ouvrages suivants :

-ponceau ou dalot : pont de petites


dimensions (quelques mètres)

- viaducs : ouvrage généralement de grande


hauteur, ou à nombreuses travées comme les
ouvrages d’accès aux grands ponts.

26
Structure générale d’un pont

Un pont comprend trois parties principales :

- Le tablier, structure sur laquelle se fait le déplacement


entre les deux extrémités.

- Les appuis supportant le tablier : culées aux deux


extrémités et piles intermédiaires

- Les fondations qui transmettent les charges de


l'ouvrage au terrain.

27
28
Définition des différentes parties d’un pont :
Les appuis :
Ils transmettent au sol les actions provenant du tablier.
Ils sont généralement en béton armé(dans le passé en maçonnerie).

29
1- Les piles :
Elles comportent au minimum 2 parties :
• La superstructure ou fût, reposant éventuellement sur une
nervure.
• La fondation

Les piles comportent des éléments verticaux qui peuvent être :


• Des voiles (éléments longs, de section allongée).

• Des colonnes (section circulaire) ou des poteaux (section


rectangulaire) .
Ce sont des éléments courts, de faible section .
Les éléments sont reliés en tête par un chevêtre sur lequel repose
les points d’appui du tablier.

30
31
2- Les culées :
Appuis d’extrémité, elles supportent la moitié du poids du tablier
et assurent le soutènement du remblai d’accès à l’ouvrage.

Les culées comportent 4 parties :

• une fondation qui transmet les efforts au sol

• un mur de front, sur lequel s’appuie le tablier et qui assure la


stabilité du remblai d’accès.

• des murs en retour , qui assurent le soutènement des remblais


latéralement.

• un mur garde grève .


32
Perspective d’une culée 33
5.4 Aérodromes
Un aérodrome est une surface (sur terre ou sur l'eau) destinée à
être utilisée (en totalité ou en partie) pour l'arrivée, le départ des
aéronefs et pour leurs mouvements au sol.

Accessoirement, l'aérodrome peut disposer d'installations


destinées au garage, à la mise en œuvre et à la maintenance des
aéronefs.
Le site est souvent le lieu d'implantation d'associations ou
d'entreprises ayant des activités liées à l'aéronautique.

Le contrôle local du trafic aérien, s'il existe, est assuré à partir


d'une tour de contrôle

34
Un aérodrome comprend :
une aire de décollage et d'atterrissage des aéronefs constituée
d'une ou plusieurs pistes.

Des voies de circulation (sortie ou accès à la piste, bretelles et voie


de desserte) permettant de rallier la piste à l’aire de
stationnement.

un ensemble de balisage des aires ; un système de contrôle des


mouvements aériens aux alentours de la plateforme constitué au
minimum d'une aire à signaux.

Et des bâtiments destinés au garage, à l'entretien et à la mise en


œuvre des aéronefs.

35
Un aérodrome peut être utilisé pour des activités de loisirs ou
sportives et donc pour l'aviation légère.

L'aérodrome est aussi utilisé pour des activités militaires,


adjonction d'une base aérienne, ou pour le transport commercial
de passagers ou de fret, adjonction d'un aéroport, il devient
nécessaire dans la plupart des cas de pouvoir accueillir des
aéronefs plus lourds, plus rapide et en nombre plus élevé. Les
pistes seront alors plus larges, plus longues et pourront supporter
des charges plus importantes. Le système de balisage sera adapté
pour être utilisé par tous les temps, adjonction de balises
lumineuses. Une tour de contrôle permettra d'accueillir les
personnels chargés de contrôler la circulation des aéronefs au sol
et dans la zone de l'aérodrome.

36
Les taxiways :
A ne pas confondre avec les pistes, les taxiways sont les voies de
roulage qu’empruntent les avions pour aller ou revenir de l’aire
de stationnement aux pistes.

La Tour de contrôle:
Véritable vigie emblématique de l’aéroport, c’est de la tour de
contrôle que les contrôleurs aériens dialoguent avec les pilotes
au sol et en vol.

37
38
Aérodrome Messali El Hadj Tlemcen
39
Aéroport Messali El Hadj Tlemcen
40
Exemple d’Aérodrome à deux (02) pistes
41