Sie sind auf Seite 1von 67

NOUVEAU

‫ا‬

JOURNAL ASIATIQUE.

TOME XII.

BLauucppoBaHo Google
٠

‫ى‬
NOUVEAU

JOURNAL ASIATIQUE,
OU

RECUEII DE ,MÉMOIRES,
D’EXTRAITS ET DE NOTICES
RELATIFS A l ’h i s t o i r e , a l a p h i l o s o p h i e , a u x l a n g u e s

ET A LA LITTERATURE DES PEUPLES ORIENTAUX,‫؛‬

KKDIGE FAR MM.

BROSSET. BURNOUF, CAUSSIN UE PERGEVAL. DU BEUX, d ’e CXSTEIN.


GARCJN DE TASSY. DE HAWMER HASE. ٠
G C IL L . DE rtUMBOLDT. JACQUET, AMÉD،E JAUBERT. STANISLAS J U L I E N ,
, REINAUD, G. DE SCHLEGEL, s. DE SACY , STAHL,
ET .AUTRES SAVANTS FRANÇAIS ET Et r a n g e r s ,

ET PUBÉIÉ PAR ÉA S O IÉ T É ASIATIQUE.

T o m e X IL

PARIS.
I M P R I M E PAR AUTORISATION de M. le garde des sceaux.

A L’IMPRIMERIE ROYALE.
M DCC C XXXI I I .

BiRLiMcppoBaHoGoogle
OCTOBRE' 1833. 349
٠3 ٠٦١ay١vby ٦‫د‬٠‫د‬3 I N ٠٦١٥٠٦ ٦٦٥ ٦y ٠3١٠٦‫ ا‬٦p٠ï ٠ p٠٦ ١‫آل‬3
. ٦٦١١ ٩٦١٠١ ٠٩٦١١ *JN٦٦ ٠٦١pa ‫ „ ﻫﺎ‬٠‫آل‬٠١ *٩ pa ٦‫د‬٦‫ال‬٦‫* ا‬٩ p٥ ١٥٠
: !ON ١١!١٥٦ ١٦١ J3١ ٠١٠3٠y3 jn ٠N٥٥٦i ٠١١3‫ ة‬n٦N٦b .arn ٦٤٠
‫ ألهﺀو‬1٠٦٠‫اه‬, ٦ ‫ ه‬٦٦N٦ ١٥٠ %y٦ ٦‫ ه‬١‫آل‬٠ ٠5N t,N٠N١ ٠٦٥٥٦ ٦٥N
١١N ٦٥N١1 ٠‫ ﻫآلا‬١‫ﻫﺮل‬٠3١ *١٠٦١٥ ‫ ؛‬٦1٥yN N
‫ل‬٦1‫ ﻫﻬﺆ‬٦ ‫ ه‬3٦- ‫ وا‬3‫ا <ا‬33‫آل‬3١ ‫ل‬٣ ٦ ‫آلا‬٦ ‫ ه‬١٦ ٦‫ ة‬٦ ‫ ه‬٦3٦ ٠3N
‫و‬ 3.3 ‫ﻳﺊ‬٣‫ ﻳ ﻪ‬٦١٦‫جء‬١‫ ت‬: ‫ م‬٦١٠‫لء‬٦٦‫ ﻩ‬٠٠‫ ؛؟؛؛‬1٦ N

PRËCIS
De l’histoire des khans de Crinie'e, depuis l’an 880jusqu'à
l’an 1198 de ‫’؛‬hegire, traduit du turc parM. Kazimibsri ‫؛‬
revu par M. AmCdde Jaubert

MENGLI GHERAÏ KHAN

Fils de Hadji gheraï khan.


( Que Ja miséricorde du D iea très-haut soit sur eux tous ! )

Keduk Ahmed pacha s'etait emparé, l'an 880 (de


r iié g .), 1475 (de J. c . ) , des forteresses de Kaffa et
de Mankioub. Mengli gheraï khan, qui avait ete fait

٤ La traduction ٩n٠on va ï‫؛‬re a ete' faite d’après un manu‫ ؛‬crit


turc rapporté de cKmde en 1Ô19 par M. Améde'e Jaubert. Bien
que ce manuscrit ne porte aucun titrCjii y a lieu de croire ^ue
c.est un extrait de l’ouvrage intitule E s sebi es seiar Ji aJihbari
muluketi T atar, dontM . de Jlammer a fait usage dans son histoire
٠i instructive et si complète de l’Empire ottoman.
( Note de M. Aincdt'c Jaubert. )
5 Le nom de ce khan est M engli ou B engli gherai, La prc-

٠
BLauucppoBaHo G o o g l e
350 JOURNAL ASIATIQUE,
prisonnier par les VénitiCTis ‘ et enfermé à Mankioub,

miCre orthographe est la plus généralement admise par les histo-


riens européens contemporains de Mengli gheraï. Le P. Stephan,
lu n des membres de 'la mission catholique en Crimée, écrit B engli
gh era ï {L ettres ‫'ﺀ‬٠ ٠ « ‫ ﺀﺀ دﺀﺀ‬curieuses, ٢٠ III). Le nom de G heraï
n.est pas très-antérieur a l'époque OÙ les khans de Crimée furent
éle ٣és ‫ ة‬la domination sur les trihus tartares de la petite Tartarie.
‫ ﻣ ﺎ‬sieur Perrand, médecin du khan C m ‫ ؛‬gheraï,nous apprendTorJ
gine de ce nom de dynastie, d'après ce que lui racontait le. khan
Hadji Selim , prince très-verse' dans les antiquités de sa famille ‫؛‬
« Il y a près de deux siècles, d it-il, que les petits Tartares se trou.
« vèrent dans une gronde confusion de guerres civiles, où tous leure
« princes périrent, ‫ف‬l’exception d’un seu l, âgé de dix ans, qu’un
tt laboureur nommé Ghirai sauva par compassion. Les Tartares
‫ ع‬se partagèrent en plusieurs factions, et la pierre devint parmi
‫ب‬eux longue et ! ‫ أ ﺳﺎ ج‬٠; ! . . ٠‫ ا‬٤‫ع‬٠٤ ٠‫ ا ﻋﻠﺲ‬٣ ‫ ي‬٠et ne pouvant
٠s'accorder sur le choix .d’un prince, ila convinrent entre, eux que
tt s’ils en pouvaient trouver un de la race de leurs khans, ils le
« mettraient sur le trône. Alors Ghiroi présenta le jeune prince,
« qui avait dix-huit ans. et qu’il fit connaître a plusieure marques
« certaines. Les Tartares se soumirent a lu i, et la tranquillité fut
« rétablie. Le jeune khan, voulant donner ‫ف‬son nOurcicier et k son
«.libérateur des marques de sa reconnaissance, le fit appeler, et
٥ lui demanda quelle grâce il désiroit de lui. Le bon laboureur lui
« dit qu’a son âge les richesses et les emplois ne le touchaient plus,
« mais que, sensible encore a l’honneur, il le priait de prendre son
« nom , et d'obliger les princes ses descendants k le porter‫ ؛‬et c’est
« depuis ce temps-lk que les pràices tartares joignent le nom de
« G ٨٤٠r٥fkleur nom de circoncision. Il L ettres édifiantes et curieuses
des missions étrangères, vol. III, pag. 192.
‫ ا‬II y a ici évidemment une erreur ‫ ؛‬Mengli gheraï ne fut point
fait prisonnier par les Vénitiens, car les villes de Kaffa et de
Mankioub ne leur appartenaient pas, mais par les Génois q u i.
k cette époque, 8'étaient emparés de la plupart des places impor.
tantes de la Crimée, après en avoir expulsé leurs rivaux. L’auteur
turc peut avoir confondu les deux noms de ces puissances mari-
tim es, que les chroniqueurs ottomans comprennent souvent sous
la dénomination générale d e ‫ر‬ ‫ﺟﻔﺎ‬ , ‫ك‬6 ‫ﺟ ﺪ ا ر‬ et de ٠
‫اىر‬

BLauucppoBaHcv Google
OCT.BRE 1833. 3$1
tomba aussi au pouvoir du pacha, qui {’envoya aussi,
tôt à Constantinople. Peu de temps après, les habi.
tants de la Crimée dépéchèrent, d’un commun ac-
cord, des envoyés au sidtan ottoman, pour lui re.
présenter l'état déplorable du pays, et pour solliciter
l'investiture du khanat en faveur de Mengli gherai'
khan. Les conditions ayant été acceptées par les deux
parties, le sultan nomma khan de Crimée Mengli
gheraï et lui accorda le droit d'avoir des drapeaux,
des queues de cheval et une musique mihtaire,
comme insignes du pouvoir.
/ Voici quelles fiirent les conditions stipulées a cette
occasion:
1. Aucune des deux parties ne fera mettre à mort
contrairement à la loi ceux qui tomberaient en son
pouvoir.
2 ٠ Les deux parties contractantes se prêteront une
assistance mutuelle contre leurs ennemis communs.
3 ٥ Les khans qui succéderont à Mengli gherai
seront tenus de- prêter serment d'obéissance à la
Porte, aussi bien que le khan actuel. Leur inves-
titure et leur destitution seront au pouvoir des sultans
ottomans.
4 ٠ Il appartiendra également aux sultans ottomans
de nommer les cadis et de percevoir les dîmes dans

Infidèles, sans distinction partienlière de ‫و ﻧ ﺪ ﻳﻠﻒ‬ ou ‫ى‬6 ‫ ﺟﺬوﻳ ﺾ‬.


M. de Hammer dit, dans Je second volume de son H istoire de
l ’Em pire ottom an, pag. 138, que MengJi gheraï av‫ ؛‬it cherche
auprès des Ge'nois un refuge contre tes poursuites de son frère
Ahmed gheraï, egalement fils de Hadji gheraï.

BiiUiU
352 JOURNAL ASIATIQUE.
Jes environs de Kaffa et de Mankiouh 1. Les khans de
Crimée n'auront point à s’y immiscer, de même que
Je sultan ottoman ne touchera point à la prérogative
dont Jouiront 'les khans, de faire frappei. la monnaie à
leur coin2 ٠. ٠ ٠ ‫وذ‬
‫ﺟ ﻐ ﻊ وﻣﺎﻧﻜﻮب ﺟ ﻮا رﺑ ﺪه اﺋ ﺪ ن ﺧﻠ ﻔ ﻚ ﻧﻤﻤﺐ ﻗ ﺼﺎﻣﻰ إ‬
‫ ا ا‬٠‫د ا‬ ... ;.‫ﺀ‬:. ; ٦ ٦.‫ﺛﻤﺎذﻟﻮﻓﻚ اوﻟﻮب‬١‫و اﻋﺴﺎرى ﺀ‬
Les mots ‫ﻧﺼﺐ ﺗ ﺼﺎﻣ ﻰ‬ peuvent présenter quelque difficulté,

d.ajjr^s Jaïuauiere dont ils sont construits. Si on Jit ‫ ﺀ ﻧﺼﺐ‬le sens


sera‫ ؛‬Velèvation au poste de cadi, etc., pour ‫ ﺗ ﺨﺪا ﻧ ﺤ ﺲ‬٠ Dans
ce c a s, Je mot ‫ﺗ ﺼﺎ‬ sera, te compliment de ‫ زﺻﺐ‬, et l’alfixe pro.

nominal se rapportera à ‫ ﺧ ﻠ ﻖ‬٠ Si on Jit au contraire ‫ ؛ﻫﻬﺐ‬,


p o rtio , p a r s , ce que chacun apporte en commun. Je mot ‫ﻟ ﻐ ﻤ ﺎ‬
si ۴ ifiera d e te m in a tio , disposilio, Je droit de fixer la quotité des
charges publiques, des impôts. Il parait cependant plus naturel ،Je
Je ‫)؛‬rendre dans le premier sens, L i nomination ،les cadis entrant
dans les prérogatives du pouvoir spirituel suprême, il s’agissait de
réserver ce droit au sultan ottoman. La construction nasb hazasi
quoique rare, n’en est pas moins usitée.
i Les articles de ce traité, conclu entre le sultan et le khan,
différent entièrement de ceux que M. Langlès reproduit dans sa no-
tice sur les khans ،Je Crimée (V. III ،lu V oyage de Forster)} d’apres
une trilduction d’Abdui Gaffar, faite par un Jeune ،les langues.
Aucun tle ces articles ne parle ،,lu droit de Sikkc comme apparte-
nant aux khans. On lit d’ailleurs à la page 4()8 de la notice de
M. Langlès, que Chahyn gherai. fut le premier qui fit battre monnaie
à son coin. Quoique les monnaies ،le ce dernier khan indépendant
de la Porte ottomane soient. Jes plus nombreuses et Jes plus con-
n u es, il est également certain que les khans avaient le ،Iroit de
Sikke ٠On peut voir dans fhistoirc ottomane de Pctchoglou que Mo-
hammed gherai., à qui la suzeraineté de la Porte paraissait trop oué-
reuse, et. aux exigences ،Je laquelle il voulait SC soustraire, allègue
en faveur ،le son indépendance ses droits ،le Khüthè et ،le Sikke.

BLauucppoBaHo Google
OCTOBRE 1833. 353
Après avoir prêté Je serment d obeissance sous ces
conditions, MengJi gherai se rendit en Crimée, dési-
gna son fils Moliammed gherai pour kalga (titre
analogue à ceiui d'héritier présomptif), et lui donna le
commandement de la droite de l’armée. Les chefs des
tribus de Karadjou, qui comprenaient celles de Ba-
r y n , d'A rghyn et de C aptchak, obtinrent Je com-
mantlement de l'aile gauclie, et les émirs de Chi-
ryn celui du centre. Ces dispositions ainsi foites dans
les troupes tartares, Mengli gherai' forma le projet
de s'emparer du pays situé sur les bords du Volga et
appai'tenant à Seïd Ahmed fchan, qui avait régné
précédemment en Crimée.
Mengli gherai se dirigeant vers le pays de Seïd
Ahmed, Murteza sultaji, l'un des frères du khan, vint
se Joindre à Mengli gheraï et lui olfrir ses services
en feignant d'avoir abandonné le parti de son frère.
Mengli gheraï l'accueillit avec distinction, et lui fit
servir, un repas. Les réjouissances du festin laissèrent
transpirer le véritable objet de la démarche de Mur-
teza sultan. Mengli gherai", suffisamment instruit que

‫ وﻧﻌﻤﻌﻊ‬٠‫ﺑﻲ ﻫﻤﺎﺟ ﺐ ﺳﻜﻊ وﺧﻄﻬﻊ ﻳﺎد ﺷﺎه اﻳﻤﻲ ﺑ ﻒ ﺀرل‬


‫ﺟ ﻢ هﺀدراوﻟﻮر‬
Mais ce qui preuve mieux que toute autre chose ‫؛‬.existence
de ce droit, ce sont ‫؛‬es monnaies, a ‫؛‬a vérité' assez rares, de
Mengli gheraï, frappées à Sulgath en 8 8 3 , 8 8 4 , 8 8 6 , 888 et
892 de ‫؛‬.hégire, sous ‫؛‬c régne de Mohammed gheraï, et en
9 2 3 , sous ceux de Devlct gheraï Jr, de Gazi gheraï 1 ‫؛‬, etc.
( J ٠ Fræh.n, Ueber (tas asiatische Musœum zw eiter vorlaufigcr
B erick t.)
XII. 23
354 JOURNAL ASIATIQUE.
celu i-ci n'était veuu tjue pou." le sontler el Cpici"
ses démarches, le fit emprisouner. Seïd Ahmed, in-
forme de ce qui venait de se passer, après avoir mis
en sùretè sa famille et ses richesses dans des lieux inac.
cessibles sur les bords du V olga, marcha à la tête
fl'une armée nombreuse, à laquelle vint bientôt se
joindre Moumai beï, l'un des descendants d'Adikou,
arrivant comme auxiliaire avec une troupe de Nogaïs.
Le combat s'engagea entre ces troupes et celles- de
Crimée, sous Mengli gherai et son lieutenant Mo-
hammed. Les troupes du khan de Crimée ne purent
soutenii. l'attaque de l’ennemi. Mengli gheraï, lui-
même blessé, prit la fuite, e t, poursuivi.par Seïd
Ahmed, il entra dans le fort de Karkar, situé dans
l'intérieur de la Crimée, et s'y renferm‫؛‬،. Seïtl Ahmed
se jeta de nouveau sur 1'armée de Crimée, qui venait
d'être battue, e t, chargé d'un butin considérable, d
s'avança dans l'intérieur du pays. Arrivé près de Sul-
gatli ‘, ville fortifiée et l'une des plus remarqualiles de
la Crimée, il en fit le siégé. Les habitants de la ville
se défendaient vigoureusement. Seïd A hm ed, déses-
perant du s u c . de ses armes, eut recours a la ruse.
Il envoya aux liabitants de la ville un parlementaire
qui leur pj-omit, au nom du khan, le pardon de leur
résistance et toute sûreté poui- Ieui's femilles et leurs
biens, pouj-vu qu'ils lui livrassent la ville de bonne
volonté. Les assiégés, sur la foi de la lettre perfide que
le klian leur avait envoyée, lui ouvrirent la place en
‫ﻣﻠﻔﺎت ا‬. Sufgalh, appefee aussi ‫ ر‬١ ‫ﻋﺮ‬Krim ou ‫اﺳﻜﻰ أ ر ا‬
Eski Isim , ancienne capitale de la Crimce.

١
٠ èUmidcppoBano
OCTOBRE 355 .833‫ا‬
vertu d’une capitulation ‫ ل‬mais à peine l’eurent-ils
fait. ٩ue Seïd Ahmed, pagure à sa parole, fit mas,
sacrer les habitants et piller la ville. Après avoir en.
levé leurs biens et leurs familles, il se 'dirigea vers
Kaffa pour s’en emparer également. Dans ce but, d
envoya au gouverneur de la place, Kasim p a ch a )
un messager, pour le sommer de reconnaître son au.
torité et de lui livrer la ville. Kasim pacha, instruit
d'avance de ses projets, et-'sans consulter personne.,
fit embarquer un de ses officiers sur un vaisseau,
avant 'que l’envoyé de ^ ï d Ahmed eût eu le temps
d’arrivCT, ensuite il en fit équiper plusieurs autres.
Aussitôt que 1’envoyé de Seïd Alimed filt arrivé à
Kalia, le pacha l'invita à venir chez lu i, l’accueillit
avec distinction et lui fit voir les présents destinés à
Seid Ahmed. Au mdieu des cérémoniesde cette récep-
tion paraîtun bâtiment. Il en sort un officier (tchaouch)
qui se rend chez le pacha, et lui annonce, en présence
de 1’envoyé, qu’il vient de quitter Constantinople il y
a trois jours‫ ؛‬que le sultan, instroit des dommages
feits en Crimée par Seid Ahmed, a déjà feit partir
une flotte qui ne tardera pas à arriver. L’officier n’a٠
vait pas encore achevé de parler, lorsque quelques
bâtiments de guerre parurent sur mer, et tirèrent
des coups de canon. Alors Kasim pacha s’adres.
sairt à renvoyé, lui dit: Pars et dis au khan ton maftre
qu'il se prépare au combat. L'envoyé revin't près du
khan et lui rapporta ce qui s’était passé. Le khan Seïd
Ahmed, ne soupçonnant pas fimpossibilité du. fait,
abandonna son entreprise sur Kalia, mais dans sa re-
33.

BiiUiH
356 JOURNAL ASIATIQUE.
traite il ravagea tout ce qui se trouvait sur son pas-
sage. Mengli glieraï, ،Je son côte, informé ،Je tous ،.es
événements, sortit ،Je Karkar‫ ؛‬Memich Jjeï, chef ،le
la trilju ،Je Chirifti, ainsi que Jes principaux cJiefs de
ceJJe ،Je lia r y n , vinrent se Joindre il Jui ،'t tombèrent
:١ !'improvistesur Seï،J Ahmed, qui, loin de s'attendre
il cette attaque, donnait des fêtes dans la ville ،le
Feheldjik. Les trésors et Jes familfes enlevés par
Sel'،{ AJimed furent repris paj- les vainqueurs. Seïd
Ahmed, défait complètement, prit 1:1 fuite, et s'e
retii'a dans son pays. Alors Mengli glieraï, voulant
tirer vengeance de son ennemi, se dirigea ،Je nouveau
vers les possessions de Seïd AJimed. Mohammed
gJieraï, kaJga, marcJia il J'avant-garde en toute lilte,
surprit les frères ،Ju kfian au milieu ،le leurs discot.-
des, et engagea le comliat avec eux. Sur ces entre-
filites Mengli glieraï arriva avec ses troupes, anéantit
celles de Se'i'd AlimefJ, et transporta les haJJtants ،fu
pays en Crimée ‫ > ا‬Mengli glieraï Jirit part ensuite à
‫ ا‬Le pays de Seïd Ahmed khan est constamment appelé pat.
!’auteur turc ‫ ص اﻳﻞ‬Takht-iL Le mot ne se trouve pas dans
nos dictionnaires. Comme nom propre, i! ne se trouve pas non plus
dans les géographes orientaux qui oui décrit les pays situés sur le
Volga. Seïd Ahmed descendait de Toktamisch khan de Captchak.
dont la métropole était Cazan. Il parait que l’auteur turc indique
shnplement par Takht-ii la province OU. résidaient les princes des
Tarlares de Captchak. Quant 1‫ ؛‬Seïd AJimed, nous tâcherons
de compléter son histoire par quelques détails tirés tles chroni-
queurs polonais contemporains des événements dont il est question.
Seïd Ahmed ‫ ؛‬appelé par eux Sachmates ou SadahmaleS'chan
Tartaro-rum Zavolgensium ‫ز‬, ayant conçu le projet de s’emparer
de la Crimée , entra en relations avec les rois de la. Pologne, et leur
demanda un secours de troupes pour chasser les Gheraïs de la

BLauucppoBaHcv Google
OCTOBRE 1833. 357
!’e x p é d it io n d u s u lta n B a ia z id e n M o ld a v ie , c o n q u it

Crimée, don، Je voisinage e، Jes invasions renouvelées presque


eJiaqne année inquiétaient continueJJement Jes provinces méri-
dionaJes de Ja Pologne. Les rois de Pojogne se prêtèrent volontiers
a conclure une alliance avec Scïd Ahm ed, mais leurs affaires in-
tdricurcs et les dangers toujours imminents du cOte' de la Woldavie ٠ ٠
ne' leur ayant pas permis de mettre a u .itd t a la disposition de Setd
Ahmed des forces suffisantes, celui-ci entra a la tête de dix ,mille
hommes en Crimée ٠où il fit la guerre d’abord avec beaucoup
de succès. Force ensuite'de se retirer, il entra dans les pro.
vlnces russes appartenant à la Pologne , ٠ u son séjour occasionna
beaucoup de dommages aux habitants, qui s’en plaignirent au
roi de Pologne Alex‫ ؛‬ndre. Peu de temps après, Cn 1 0 1 ‫ؤ‬٠Seid
Alimed se rendit a Radom, où la dicte allait se réunir. Accueilli
paj. le roi avec toutes Jes marques possibles de distinction, il
se plaignit ouvertement et en termes acerbes de ce que le roi
avait manqué a scs engagements envers lui, et l’avait exposé a
des pertes considérables. On lui reprocha son peu d’habileté dans
la manière dont il faisait Ja guerre en Crimée, sa négligence a
pro'fiter des circonstances favorables, enfin sa conduite dans les
provinces polonaises du Dnieper. Ces reproches donnèrent lieu à un
vif ressentiment de la part du khan. Le roi Alexandre, craignant
que Seïd Ahm ed, de retour che* lu i, ne voulût se venger en s’a{“
liant aux Tartares de Crimée, envoya Se’Id Ahmed a Troki, en
Lithuanie, pour y être détenu , ce que le khan de Crimée sollicitait
a'ussi auprès des Polonais par un messager envoyé' à cet effet, dans
le but tle la tranquillité commune. Quelque temps après, arriv.
en Pologne une députation des'rartares N .g a ïs, pour offrir a SeVrt
Ahmed îe trOne et dejnander son élargissement. Le roi Alexandre
l’ayant refusé , Se٠ d Ahmed parvint a s’échapper de Troki accojn-

pagné de quelques Tartares Nogaïs., mais surpris par un d'tache-
ment de Lithuaniens, qui se trouvèrent par hasard sur son che-
m in, il fut'ramené a T roki, et ensuite .renfermé par 1’oràre du
roi a Kowno, où il termina sa vie. ( Martini Cromeri ٠D e rebus
Polonorum, lib. XXIX et XXX. ) ٠٠ .٠
١٣ ٠٠ ‫ﺊ‬‫ﻏ‬
٩
Nous croyons devoir ajouter ici quelques détails sur les familles
tartares établies en Pologne, dans les provinces lithuaniennes, au
commencement du XV. siècle. A la fin du XIV. siècle ٠W ito ld ,
.grand-duc de Lithuanie s’opposait aux invasions des hordes tar-
١

‫ي‬
BLauucppoBaHcv Google
358 JOURNAL ASIATIQUE.
Jes places dAkkerman et de Kilia, servit- avec cin-
quante mille Tartares, comme auxiliaire, dans les
guerres du sultan ottoman, et obtint un revenu
annuel assigne sur les ports de Kozlew et de Baie-
klava. Le khan s'etant emparé de plusieurs places si-
tudes sur les bords du Dnieper, qu'il avait enlevCes au
va’iwode de la Moldavie, ces places furent ensuite
comprises sous la dénomination de possessions litto-
raies et administrées par un aga eievd a ce poste par
les khans de CrimCe. Akkermann et Kilia furent tlu
Jïombre de ces possessions.
lares soumises au sceptre de Tam erlan, Jes combattait souvent
avec beaucoup de succès et transportait Jes prisonniers de pierre
dans Ja Litliuanie. Le nomJjre de ces Tartares s’accrut ensuite par
les frequentes émigrations de plusieurs famiJJcs qui quittaient
Jeurs foyers, embrases par Ja discorde et par Ja guerre civile. Une
fois établis en Litbuanie, iJs y jouirent de droits e'gaux à ceux
des indigènes, furent admis a l’exercice des droits politiques,
en vertu de lettres de nobJesse accordées il plusieurs d.entre
eux, et bientOt, en 1 4 1 0 , on les vit dans les rangs de l’armée po-
Jonaise, a Ja Jjataille sanglante livrée aux Chevaliers teutoniques ٠
a GrUnwald. Ces familles tartares conservèrent leurs usages et
leur religion jusqu’a nos jours, mais le texte de l’Alcoran ne leur
étant plus aussi familier qu’il l’était autrefois, ils l’expliquèrent et
y ajoutèrent des gloses en polonais. On lit dans Petcljoglou le pas-
sage suivant :

‫اﻟﻰ االﻧﺪ ﻧﻮ ﻟ ﻪ اﻟﻤﺨﻰ ﻳﺎ ر ﻓﺮﻳﺪ ﻣ ﻮ ﺟ ﻮ د د ر وﻫال ﻧ ﺮﻳﺪ‬


‫ ﻟﺮﻳ ﻲ ﻓﺮاو ﻳ ﺎ ﻣ ﻨ ﺪ ﻣ ﺮا ى‬٨‫ﻟ ﻪ ﺑ ﺮ ر ﺟﺎ ﻣ ﻌﻠ ﺮ ى اوﻟﻮب ﺧﻄﺐ‬
١‫ا ﺑ ﺪ ﺋ ﻠ ﺮ ﻣ ﺶ و ﻏﺎﻳ ﺖ ﻣﻌﻤﻮر وآﻣﺎداى ﻛ ﻮ ﻳ ﻠ ﺮ اﺑﻤﺶ دﺗﻠﺦ ﻫ ﻢ‬
‫ ذ د ه ﺻﺪ ﺟﺎﻣ ﻊ و ﻣ ﻬ ﺪ اوﻟﻤﻌﻨﺪ ﻣ ﻌ ﺘ ﻞ اد ش ﻛ ﺘ ﺎ ر‬٠‫ﺑﻤﺮ‬
‫رﺧﺴﻒﺀ وﻳﺒ ﺰاﺑ ﻤﻔ ﺶ ا ﺳ ﻜ ﻨ ﺪ ر ؛ ﺷﺎ ﻣ ﺮ ﺣ ﻮ ﻣ ﺪ ﻛ ﻌ ﺪ ا س‬

BUmucppoBano Google
OCTOBRE 1833. 359
-Mengli gheraï réduisit encore les peuples de la Cir
-cassie sous son obéissance. Il fit construire sur le Pe
rekop la palanque ،le Ferhkertnan, sur les bords ،lu
Dnieper (Boristbène) celles de D ja n k c u a n et de
Carcikcrman, établit une école et fit bâtir une nios-
‫ر‬.،''.‫أأ‬٠ </yi. ■if : ■•.‫ « ■•؛‬. ٠'، .١٢‫؛؛‬،،، tm -1
. Il laissa huit fils, dont les Jioms étaient : 1" Mo
Behader gheraï, 3 ” Mahmoud hamrned gheraï, 2 ٠
-gheraï, 4° Feth gheraï, 5" Bektach gheraï, 6" Moba
! rek glieraï t. Son régne dura quarante-un ans et huit
mois. Il vécut soixante et onze ans.

‫* ا ﻫ ﻞ د ﻟ ﺪ ى ﺑ ﺮ ﻣ ﻌ ﺎ ﻓ ﺪ آ د ر د ر ﻟﺪ ﻟ ﻪ‬C « ‫ﻣﺤﻤﻰ ﻛ ﺨ ﻐ ﺪ ا‬

‫ﺗﻤﺎم اون ﻳ ﻴ ﻞ ا ﺳﻴ ﺮ ﺑ ﻐ ﺪ و ز ﻧ ﺪا ن او ﻟﻤﺶ ا ﻳ ﺪ ى ﺑﻮﻧﻠﺮ ى‬


‫ﺑﺮﺻﺪ آد م ا ﻳ ﻪ ﻣالق اوﻟﻮبﺀ ا ﺣ ﻮاﻟﻠ ﺮﺑ ﻲ ﺗﻔﺴﻴﻞ اﺗ ﺪ و ﻛ ﺊ‬
‫ىﺑﻐﻊ ا ق ﺧ ﻂ ا ﻳ ﻔ ﺪ‬٠‫ﺀ‬١‫ﻧﺪ ل ا ﻳ ﻠ ﺪ ى ؤ ذ ى ﻓﺮ ى ﺀ ظ‬
‫ ﻣ ﺒ ﺮ‬٠‫ ﺳﻊ ﻟﺺ ﻟﻮ ﺗ ﺸ ﻤ ﻪ ﺳﻰ ﻟ ﺴ ﺎ ﻧ ﻬ ﻪ ذ ف‬٠‫ﻳﻠﻤﺰارال وﻟ ﺴ ﻤﺒ ﺮ اﻟﺬ‬

‫ا ﻳ ﺪ ر ﻟ ﺮ و ﻧ ﺮ ا ى دف ﺑ ﺮ وﻳ ﺬ ﻛ ﻮ و ﻳ ﺮ ﺑ ﺒ ﺮا ﻳ ﻤ ﺶ ا ﺗ ﺠ ﻖ‬
‫ ﺳﻨﻊ ا ﺳ ﺮ ﻧ ﺪ ى او ﺟﺒﺒﻮز آ د ر ﺷﺮال ذ ﻧ ﻤ ﺘ ﻐ ﻪ‬/ t
‫ وﻓﺪوود ى والزم ﻛﻠ ﻰ ﻣﻜﺎﻧﻴ ﺐ وﻣﺮا ﺳالق ﺑﻮﻧﻠﺺ ارﺳﺎل‬٠‫ف‬
‫ﺟﻨ ﺪ واﺑﻨﺎ ﺀ‬ ‫ ﻓ ﻚ ا ﻋﻐﺎد ى‬٢‫واﻳ ﺼﺎل اﻟﺪ; ل ﺀاا و ﻓﺮاﻟﺪرب‬

‫ﺟﻨ ﺴﻠ ﺮ ى اوالى ﻛﻠﺨﺎرﻫﻰ ﺑﻮذﻟﻤﻠﻤﻪ آ;دوﻏﺶ‬


‫إ‬Le texte turc n’en nomme que six. Saheb gheraï et Saadet
ghera‫ ؟‬reparaissent dans la suite comme fils de Mengli gheraï.

١
BLuucppoBaHcv G o o g l e
36. JOURNAL ASIATIQUE.

MOHAMMED GHERAÏ KHAN ‫ر‬

Fils de MengH gheraï khan.


. . . ٠ ‫ ع‬٠٠‫ا‬ ‫ل‬ .‫ر‬ ٠ . ٠ . ٠

Devenu khan en 921 (1 5 1 5 de J. c . ) , ii choisit


pour kalga Tun de ses frères, Behader gheraï, et en
envoya un autre comme otage à la Suhlime Porte.
Ce fut la première fois ٩ue l’on prit une telle mesure.
Mohammed ghera'، faisait'souvent la guerre, tantôt en
personne, tantOt en envoyant son kalga avec un ou
plusieurs de ses fils, et il retirait toujours de ces ex-
péditions un riche hutin. Dans le but d'étendre les li-
mites de son empire, il forma le projet de soumettre
toutes les tribus tartares qui liabitaient les bords du
Volga, et en peu detempsils’emparad’Astrakan.Comme
il voulait aussi rCduire les Tartares Nogaïs sous son
obéissance, et qu'il semblait préférer le séjour de ces
pays à celui de la Crimée, cette circonstance occasionna
le retour des troupes tartares dans leurs foyers. Vers la
même époque, le khan, instruit par les requêtes qui lui
fiirent adressées, que les gens attachés à la suite des
deux sultans Baba gheraï et Gazi gheraï, ses fils,
commettaiejjt des injustices envers les habitants d'As-
trakan, réprimanda fortement les princes, et fit pu-
nir sévèrement les gens de leur suite , qui s'étaient
rendus coupables des vexations. Profitant de ces évé-
nements, les Nogaïs entraînèrent d'un côté les sul-
tans mécontents ilans leurs vues, et d'un autre, se
prévalant ،lu retour des Tartares sans la permission du
khan, lui persuadèrent qu'il était nécessaire de punir

BiimUCppOBaHCV
OCTOBRE 1833. 361
les rebelles, ajoutant qu’en tous cas ils seraient prêts
à lui prêter appui *. Le. khan se Jaissa prendre.à
ces promesses fallacieuses, et peu de temps après,
en 928 (1 5 2 2 de J. c . ) , Moumai b eï, chef des con.
jurCs, d'accord avec Chefin miraa et plusieurs au-
tres, s'etant emparés, à la feveur d'une nuit obscure,
de la personne du khan et de celle de son kalga, les
tuèrent avec tous ceux qui les entouraient, enlevèrent
tout ce qu'ils trouvèrent d'argent comptant, et se reti-
rèrent le long du Volga. Les liabitants de la ville

٤ La construction de ce passage du texte turc est très ٠em ٠


brouillée ‫ ذ‬on p a r ie n t avec peine a découvrir Je sujet et Je régime
de Ja phrase. En voici Je texte ‫ذ‬

‫ﻟﻤﻰ وﺑﺎﺑﺎ د ﻛ ﺎ ا ى‬۶‫ ﺧﺎﻧ ﻚ اوﻋﺤﻔﺮى ﻏﺎزى ﻫﻲ‬. ‫اولﺀ اﻧﻔﺎل‬


‫ ﺳﻠ ﻄﺎﻧﻠ ﺮﻳ ﻚ اﺗﺒﺎ ﻋ ﻔ ﺪ ن ﺣ ﺎ ﺀ ﺗ ﻤ ﺨﺎ ى وﺑﻤﺎﻳﺎﺳﻊ ر ﺻ ﺪ‬.
‫ ﺳ ﻠ ﻄ ﺎ ﻧ ﻠ ﺮ‬. ‫ا ﻳ ﺘ ﺪ ﻛﻠ ﺮﻳ ﻰ ﻣ ﺤ ﺪ ﻛ ﻮإ ى ﺧﺎﻧ ﻊ ﻋﺮض ا و ﻟ ﻔ ﺪ ﻓ ﺪ‬
‫إ او ﻟ ﻐﻠ ﺮ ﺣ ﻔ ﻨ ﺪ ى ﻧ ﻤﻠ ﺪ‬٠‫ﻟﺴﺒﻊ ووﺗﺒﺎ ﻃ ﺮﻧﺪ ى ﺻﺎﺣ ﺐ ﺟﻢ‬
‫و ﺟ ﻨ ﺪ ن ﻃﺎ ﻳﻌﺪ ﺀ ﻧﻮﻏﺎى ﺳﻠ ﻄﺎﻧﻠﺮ ى د خ ﺟ ﻨ ﺪ و ﻟ ﺮ ﻳ ﻨ ﻪ‬
‫ ﻛﺜ ﻢ ﻳﻨ ﻚ ﻳ الﻧ ﺨ ﺴ ﺊ ﺀ ﻋ ﻮ دﺗﻔ ﺪ ن ا ﺛ ﻰ‬٠‫او ﻳﺪ ر و ب ﻗ ﺮﻳ ﻢ ﺀ‬
‫اى ﺧﺎ ن ﺣ ﻀﺮﺗﻠﺮ ى ﺳﺰأ ﺛ ﻨ ﺎ ﻟ ﻔ ﻪ و ﻋ ﺼﻬﺎﻧﺪ‬۶ ‫ ﻃﺎﻳﻔﺪ‬.
‫اوالﻧﻠﺮﻳ ﻚ ﺣ ﻔ ﻨ ﺪ ى ﻛﻠ ﻚ ال ؤﻳ ﺪ رﺑ ﻮ ﺧ ﺼ ﻮ ﺻ ﺪه ﺳﻜﺎ ﻣﻌﺒ ﻰ‬

‫ ﻃ ﻮ ﻗ ﺮﻳ ﻮ ز‬.‫وﻫﺨﺎدار اوﻟﻮرز د ﻳ ﻮ ﺧﺎ ى ' ﻣ ﻤﺎ ر اﻟﻴ ﺪ اﻟ ﺪاﻳ ﻮ ب‬


‫ﻳ ﻜ ﺮ ى ﺳﻜﺾ ﺳﻐﻊ س ﺑﺺ ﺗ أل ﺟ ﻮ ﻛ ﻴ ﺒ ﺪ وﻟﻴ ﺲ اﻟﻤﺘﻐﻠﻤ ﺊ‬

‫ﻰ اخ‬ ‫ﺑ ﻜ ﺎ ﻟ‬ ‫ﻣﺎ ى‬

BLauucppoBaHo G o o g l e
362 JOURNAL ASIATIQUE,
voisine enlevèrent le corps du khan et le cachèrent ٤:
Mohammed gheraï laissa trois fils, 1 ٥ Baba gherai",
2 ٠ Gazi gheraï et 3 ٠ Islam gherai’. n régna huit ans et
fijt assassiné à l'âge de cinquante-huit ans.

. A i l GHERAÏ ET SAADET GHBfiAÏ.

Les habitants de la Crimée, instruits de ces évén e-.


ments, commencèrent a se repentir du crime qu’ils
avaient commis en abandonnant le khan. Après avoir
rendu les honneurs funèbres selon les usages tartares, au
khan assassiné, ils élevèrent Gazi gherai au khanat.
Celui-ci nomma à son tour Baba gherai’ pour son kalga.
Cependant les Tartares ayant réfléchi que leur retour
dans leurs foyers, sans la permission du khan, avait été
la cause principale de sa perte, dans la crainte que
le fils ne vouIUt venger un Jour sur eux la .mort de
son père, commencèrent à se prononcer oontre la
légitimité de son pouvoir, qui ne lui avait pas été
conféré par le sultan ottoman. En conséquence ils
envoyèrent Memisch lie’، mirliwa'، de la tribu de
Chiryn, à Constantinople, porteur de la relation
des événem ents, et d’une requête tendant à obte-
nir du sultan le. remplacement de Gazi gherai. A
son arrivée à Constantinople, Memisch be'ï y trouva
Saadet gheraï, fils de Mengli ghera'i, le même qui
avait été envoyé précédemment en otage, et lui fit
connaître les événements survenus en Crimée. Saa-

٤ Le texte tare ne dit pas du tout où cet événement a eu. lieu.


JJ parait cependant ٩ue ce tut sur Jes bords du Volga.

BLauucppoBaHo Google
OCTOBRE ،833. 363
det gherai fit auprès du sultan les démarches née es-
saires, et ayant obtenu finvestiture du khanat, ٤٤s'em-
٤١ar٩ua pour la CrimCe. Des contestations s'élevèrent
alors entre Gazi gJieraï et Saadet gherai. Une partie
des habitants se déclara pour Saadet gberaï, l’autre
pour son compétiteur. La lutte était prête à s'engager,
iorsque Memisch bei et queltjues autres beis de son
rang intervinrent, et, voyant que le parti de Gazi
gherai était le plus faible, conclurent uti arrangement
en vertu durjuel Gazi g fierai serait falga tle Saadet
gherai ٠. Au bout de tJ'ûis mois, les deux princes arri-
vèrent à Baktchéséraij mais au moment ou Gazi glie.
rai se disposait à prêter serment d'obéissance au klian
et à liaiser le pan de sa robe, un des gens de la
suite du khan, conformément aux ordres qu'il avait

‫ا‬ On voit par ce récit que les beis de fa tribu de Chiera jouaient un
rôle important dans les affaires de la Crimée. La tribu de Chii^n
formait une sorte de noblesse tartare. et surpassait toutes {es autres
en crédit et en influence politique. Les beis ou chefs de cette
tribu occupaient Je premier rang après {es membres de Ja famille
régnante, et, regardés comme dépositaires des lois du pays, ilsexer-
‫ ؟‬aient souvent un contrdle sévère sur les actes des khans‫ ؛‬Les beis
de Chiryn avaient, comme les khans, leurs kalgas et leurs nour
cddin, et ils étaient en quelque sorte indépendants des khans dans
les affaires de leur tribu. Si un Tartare C hi^n venait ‫ ف‬être cité
devant le khan pour répondre aux plaintes élevées contre lu i, le
bel de Chiryn était toujours appelé pour assister au fcgement
et apprécier ^impartialité de la sentence du prince. L’autorité de
ces chefs et la stabilité de leur pouvoir ( car un Chiryn bel ne
pouvait jamais être destitué ) formant un contoste si frappant avec
le pouvoir des khans, exposés aux caprices des sultans et de leure
visirs, gênaient beaucoup les Gherals, mais ils ne parvinrent، s’y
soustraire qu’a l’époque même où les dangers les plus graves com.
mencèrent a menacer leur existence politique.

BiilUUCppOBaHO Googl
364 JOURNAL ASIATIQUE,
reçus, ،e, frappa par .derrière'et le tua. Baba gheraï
subit le même sort. Le règne de Gazi gheraï dura six
mois; il n'etait âgé que de vingt ans.
Saadet gheraï nomma à la place de Gazi gheraï
Devlet ghera'f pour son kalga. Après quatre mois.de
règne,.Islam gheraï, frère de Gazi gheraï, qui venait
d'être assassine, se présenta en Crimée, comme pour
venger la mort de son frère, mais réellement dans le
.but de s’emparer du pouvoir. Après divers combats
qui eurent lieu entre les.deux,princes, Saadet gheraï,
ayant eu !'occasion de se convaincre que le. peuple
était plus disposé en faveur d'Islam gheraï que.pour
lui,, se démit du pouvoir pour son compte, et en
9.38, au mois.de schewwal (1 5 3 2 de ‫ل‬. c . ) , il seul,
barqua avec son kalga Devlet ghera'I pour Constanti-
nople où, s'étant présenté au sultan, il reçut, avec
la promesse d'une pension annuelle, de riches présents.
Le règne de Saadet gheraï fut de neuf ans trois mois.
Il vécut quarante-six ans. '

1 Petchoglou dit dans son histoire ottomane sons lannéc 939 ‫؛‬

‫ ا ﺳﺪ ى‬.‫ ﺳﻌﺎدﺗﺪ ﻛﻠﻮب روﻳﻤﺎل‬٨‫ﺳالاذ‬٣ ‫ﻣﺰﺑﻮرﺳﻤﺎدذﺋآلى‬


‫ﺧﺎﻫﻤﺪر ا ﻳ ﻪ اوﺟﻬﻮز ﺑﺒ ﻚ ا ق‬٠ ‫واﻟ ﻞ ﺑﻬﻚ اﻟ ﺠ ﻪ ﻟﻖ‬
‫ ا ﺣ ﺴﺎ ﻧ ﺒ ﻪ ﺧﺎﻧﻠ ﻰ ﻣﻐ ﺼﺒﻨﺪن زاده وﻋﺎﻳﺖ وﻋﺮ‬٨‫ﺳﺎﻟﻬﺎذ‬
‫\*ى‬ . ■I. —‫ ل‬. . —. ‫او ل‬
٠ , ٠
،.. , .1 ] )
٠

/*: ‫؛‬٠ ١ ٠ ،
‫ﺀ‬ . ... « ٠ ... '،{•

BLauucppoBaHcv Google
OCTOBRE 1833. 365

ISLAM GHERAÏ khan.

Fils de Mohammed gheraï khan.

Devenu khan par usurpation, ‫ ' ال‬nomma kajga


Uzbek gheraï, son frère ٤. Au bout de quelques mois,
se repentant de sa conduite dans les événements qui
avaient eu Jieu, il envoya au sultan Une requête, par
laquelle il renonçait au pouvoir, lui laissant le soin
de le conférer à qui bon lui semblerait. Long-
temps auparavant, en 9 2 1 , à l'époque du règne de
Mohammed glieraï, Itchira klian, khan de Cazan,
étant mort sans héritier, les habitants de cette ville
s'étaient adressés à Mohammed gliera‫؛‬, pour lui deman-
derun prince pour chef. Il leur envoya son frère Salieb
gheraï. Celui-ci, après cinq ans de règne, ayant fait
le vœu de s'acquitter du’ pèlerinage de la Mecque,
abandonna le khanat, et vint a Constantinople offrir
ses services au sultan. Sur ces entrefaites arriva la re-
quête d'Islam gheraï, dont il vient d'être question.
Islam gherai. fut déposé, et Saheb glieraï élevé à sa
place. L'usurpation d'Islam gherai' dura cinq mois. Il
mourat à l'âge de trente ans.

SAHEB GHERAÏ KHAN,

Fils de Mengli gheraï khan.

La Porte ottomane s’étant engagée à fournir chaque


année, du trésor impérial, une certaine somme à titre
‫ ا‬Le texte turc n’en apa٥encore fait mention. Voyez ci-dessus}
pag٠362٠

BiiUiU
366 JOURNAL ASIATIQUE.
I de sold e ‫ ا‬et les objets nécessaires pour la guerre, on fit
embar٩uer pour la Crimée soixante pièces de canon,
mille Janissaires, trois cents fantassins et autant de
canonniers. Saheb g lierai s'y rendit aussi, et s'assit sur
le trOne de Crimée. Il nomma Islam ghera'I pour son
kalga, fit construire une mosquée et une école ( l e -
dresse), et pour que Baktchéséraï devint une ville, il
y fit batir des palais, des bains, une mosquée et des
boutiques. Peu de temps après, instruit qu’Islam glie-
raï, qu'il avait nommé son kalga, engagé de nouveau
dans les voies du crime, tramait des complots contre
sa vie, il s’éloigna vers Ferhkerman, et chargea l'émir
Baki b el, de la tribu de Mansour, d'ôter la vie à Is-
lam glierai. Baki bel s'étant acquitté de sa m ission,
Saheb gherai appela à la dignité de kalga Alimed ghe-
raï, fils de Saadet gheraïj mais celui-ci, ayant mani.
festé quelque opposition contre le klian, Salieb gheraï
le fit tuer également, et le remplaça par un de ses
fils, Amin glieraï. Ayant ainsi consolidé son pou-
voir, Saheb glieraï commença à s'occuper de l’orga.
nisation de son empire. Jusqu'à Saheb gheraï les lialii-
tants de la Crimée n’avaient pas eu d'établissements
fixes : ils habitaient tour à tour les bords des fleuves
DJem-djaïk ( l ’Oural), ceux du Volga, du Terek,
du Kouban et du Dnieper (Boristhène). Ils cam-
paient tantôt en dehors, tantOt a Carakerman.et

٤ M. de Hammer ( H istoire de l'empire ottom an, tom. III.


pag. 3 4 4 ) appelle cette solde Sekban akhtchesi. La milice elle,
même connue sous le nom de Sekban ou Seiman (gardes^lu^orps)
ne fut crée'e en Crimée ٩ue plus tard, sous selim le pelerTO.

BiiMCfc 3B3H O G
OCTOBRE 1833. 3.7
menaient une vie nomade. Saheb ghera، fit briser
1« chariots qui J«jr servaient à transporter leurs
familles, partagea les terres, en assigna a chacun
une partie suffisante pour sa subsistance, et fit cons.
truire des maisons et des vidages etitiers. 1.1 agran-
dit le fort fie Ferhkerman, et, pour le foire toucher
à la mer par les tleux extrémités, il fit creuser le
canal nomme Or (Perecop). Les diplômes deiivr.es
par lui, et constatant les titres de propriété, étaient
écrits en langue tartare, et mutiis du sceau rouge et
vert gengiskhanien. Après avoir vaitrcu Yagmandji,
khan d'Astrakhan, et détruit complètement sa puis-
sance, il transporta en Crimee les hommes echappes
au glaive, leus femmes et leurs richesses. lise flistin-
gua flans ‫’؛‬expédition du sultan Suleiman contre la
Moldavie, entreprise en 9 4 3 8 ‫ ) ة‬1 ‫ ة‬fie J ٠ c . ), et en
fiit comliie de bienfoits. En 953 (1 5 4 7 de J. c . ) , il
envoya au service du sultan son fils et kalga Emin
gheraï, pour l’accompagner dans 1‫ ا؛‬guerre de Hongrie,
0‫ ن‬il s'acfjuit une honorable réputation. En 9 5 7 , ayant
appris que Ali mirza, descenfla.it d'Adikou, et l'un des
principaux cliefo fies Nogais, se préparait ‫؛‬، foire une
invasion en Lrimee, Saheb glieraï rassemlnla ses trou-
jnes, nnarcha contre l'ennemi et le fiefit complètement.
Jusqu'‫؛‬, cette dpoque, les tribus C hiryn, B aryn,
A rghyn et Captchnk étaient connues sous le nom
fie Deurt karadjou, et jouissaient fie la plus grantle
considération. Saheb glieraï releva la trilnu Sidjew it,
et pour recompenser Baki beï, u،n des clnefo de M an-
so n r, des services qu'il lui avait rendus, en assassi-

BLauucppoBaHcv Google
3.8 JOURNAL ASIATIQUE
nant Islam gheraï, ‫ ل؛‬lui adjoignit la tribu d '^ ، ٥ ï-
kh o d ja , et 1’éleva au-dessus des autres chefs. Vers
cette époque, Saheb gheraï, ayant entrepris 1'expédi-
tion de Circassie, passa près de Kafîà, où un officier de sa
suite l'invita à venir chez lui, et le traita magnifique-
ment. Le fchan descendit dans le Jardin de son inten-
dant { N a z ir ). Au njilieu tlu repas, une foule nom-
breuse s'y rassembla. Le khan ayant fait venir les
Sipahis, leur atlressa des admonitions et, leur fit
des reproches au sujet de leu)' conduite. Les S i.
pahis, irrités, se récrièrent (JUC le pain qu'ils man-
geaient, ils le devaient au sultan ‫ ز‬à quoi le khan
répondit que ces bienfaits lui avaiejit été accordés
en récompense des services rju'il avait rendus liors tle
Kaffa ‫ل‬٠ A cet incident vinrent se joindre les intrigues
des principaux habitants de Kaffa, qui finirent par
perdre Salieb ghera’،. Pendant son séjour à Constant-‫؛‬
٠ ' ٠ ' ‫ا‬ ٠ ‫ا‬ ٠

‫ ا ﻛﺎﻟﻮب ﺳﻬﺎﻫﻬﻠﺮ ﻛ ﺨ ﻮ ر و ب ﻧ ﺼﺈ ﺻﺖ‬٠‫ع ﺑﺺ ﻣ ﻐ ﺪا ر وﺀا‬


‫ ﺑﻮاﻣﻤ ﻚ‬V? ‫ﻳﻮب‬٠‫ ﺳﻬﺎى ﻧ ﺤ ﻤ ﺪ ايﺀ‬٥‫و ﺗ ﻌ ﻨ ﻴ ﺮ ا ﻃ ﺪ و ﻗ ﻔ ﺪ‬
‫؛ د ﺷﺎ ه ا ﺣ ﺴﺎﻧ ﻬ ﺪ ر د ﻳ ﺪ ﻛ ﻨ ﺪ د ﺧﺎ ى ﻣ ﺸﺎ ر اﻟﺒ ﺪ ﻛ ﻐ ﺪ‬
‫ ﻃﻮب ﻣ ﻐ ﺮﻟﻨ ﺪ ى ﻃ ﺸ ﺮ ﺳﻰ ﺧ ﺪ ﻣ ﺖ ﻣ ﻌﺎﺑ ﻚ ﺳ ﻨ ﺪ‬. ‫ ﻓ ﺨﻌ ﺨﺪ‬.
‫ﺐر‬ ‫ﻬ‬ ‫ﻣ‬ ‫ﺮ‬ ‫و ﻳ‬ ‫ﺑ ﺮﻟ ﺮ‬
II est difficile de bien saisir Je sens de ces entretiens. N’ayant
qu’un seul manuscrit sous les yeux, nous ne pouvons juger de ce
qu’il peut y avoir d’omis ou de fautif. IJ paraît- que Jes paroles du
khan Saheb gheraï furent de nature a pouvoir être interprétées
différemment, car, comme on Je voit par Ja suite, J’iffairc des Si-
pahis fut envenimée par scs ennemis, qui entouraient Je suJtan,
et contribua a Jui attirer sa disgrâce.

BixmucppoBaHO G o o g l e
١

OCTOBRE 1833. 369


nople, I . khan avait souvent avec le sultan Sufeiman
lies conférences secrètes, dont le résultat était le
changement fréquent des grands visirs. Le k‫؛‬١an ne
pouvant cependant, malgré ses insinuations réitérées,
persuader le sultan, ni empêcher queRustem pacha ne
fdt élevé au visirat, celui-ci, parvenu à ce poste, envoya
secrètement aux principaux habitants de Kaffa une Jet.
tre dans laquelle if leur disait : « Faites entendre que le
« khan trahit le sultan, et vous mériterez mes bonnes
« grâces. » Les seigneurs de Kaffa résolurent de pro-
fiter de l’occasion qui se présentait à eux, et, donnant
à l’affaire des Sipahis un caractère différent et con.
forme à leurs vues, ils représentèrent dans un rapport
adresse à la Porte, que le khan vouk.it s'emparer de
Kaffa, et qu’il ne cherchait qu’une occasion favorable.
Tandis que les choses se passaient ainsi en Crimée, Sefa
gheraï, khan de Cazan, venait de mourir, et le trdne
devint vacant. Les deux fils du défunt, Boulukh et
Mobarek gherals, se trouvant en Crimée, les envoyés
de Cazan chargés d’offrir le joivoir à Boulukh gheraï
vinrent le déclarer à Salie!) gheraï ‫ ؛‬mais celui-ci,
ayant quelques ressentiments contre les deux princes,
les renferma dans le fort d’Alvkcrman. D un autre
coté, Devlet gheraï se trouvant h Constantinople, oU
ï était ‫؛‬.lié avec Saadet gheraï, pour prêter serment
d’obéissance au sultan, on sollicita {’investiture du
khanat de Cazan en faveur de Devlet gheraï : sur ces
entrefaites arrivèrent les représentations des seigneurs
de Kaffa. Alors le sultan nomma Devlet gheraï khan
de Crimée, et fit entendre à Sahel) gheraï qu'il allait ١
X II. 94

Biiiui/icppÔBSHcv Google
370 JOURNAL ASIATIQUE.
être destitue, ^pendant pour que le khan se méprît
sur ses véritables intentions, Je sultan, cedant d’abord
aux remontrances arrivées de Kalïà, envoya à Saheb
gheraï J'ordre tle faire la guerre aux tribus tJe Ja Cir.
cassie. Saheb gheraï obeit à iordre du sultan , et en-
voya son kalga Emin gheraï a la tété de vingt mille
Tartares pour garder les environs ،le Ferhkerman.
Lui-méme il marcha sur Ja ja avec une partie de ses
troupes. Pendant ce temps, le nouveau khan, Devlet
gheraï, arriva à Akkerman sous le nom ،le klian de
Cazanj de là il alla en bateau au port de Kozlow, e t ‫؛‬
entré en 058 (1 5 5 1 ،le c . ) à Baktchéséraï, il fit
mettre en liberté les sultans emprisonnés à Akker.
man. Les chefs tartares présents en Crimée embras-
sérent son parti. Emin gheraï, fils et kalga de Sahel),
instruit tle ،:es événements, marcha à leur rencontre ‫ل‬
mais ses troupes, ayant été battues à Alm a, passèrent
à. Devlet gheraï. Emin gheraï se sauva à SultJni Bazar ,
résitlence habituelle des kalga. Lorsque ces nouvelles
furent P ‫؛‬، !.venues à Saliel) gheraï et à ceux tjui l’en-
touraient, ses troupes se dispersèrent aussi. Le klian
se proposa de partir seul, et entra à Temrouk, suivi
des Janissaires. Le gouverneur de la forteresse lui
montra le firman du sultan et lui conseilla de ren-
voyer les, troupes ottomanes, et de ne pas prolonger
son séjour dans la ville. Le khan y 'resta cependant ٠
jusqu'a ce que Boulukh gheraï sultan, envoyé j-١ar
Devlet gheraï dans cette ville, vint lui Oter ‫؛؛‬٠ vie.
Saheb gliera.، régna ،lix-neuf ans.

BLauucppoBaHo Google
OCTOBRE 1833. 371
DEVLET GHERAÏ KHAN,

Fils de Mofearek gherai khan.


Devenu khan en ٥ 58 (1 5 5 1 de ‫ ل‬. c. ) , DevJet
gheraï nomma Boulukh gherai' *dtan pour son kalga‫؛‬
"mais c e lu i(‫ ؛‬, ayant manifeste quelque opposition à Ja
volonté du khan, le khan le fit mourir et.eieva à sa
place son propre fils Ahmed gherai. Devlet gherai
entreprit fexpédition d'Astrakhan, et il en revenait
chargé de hutin ٠lorsque le célébré Schermet Oglou
se présenta avec ses troupes pour lui disputer le pas-
sage. Le khan, ne pouvant lui échapper, fut forcé tfac.
cepter la bataille. Déjà le kalga Ahmed gherai, Hadji
gherai, tous deux fils du khan, cinq autres princes
(.sultans), plusieurs chefs et un grand nombre de
simples soldats avaient succombé‫ ؛‬les troupes tartares
étaient près d'éprouver une défeite complète, et le
khan, abandonnant ses tr o u p ., ne pensait plus qu'à
aller défendre la Crimée, lorsque Mohammed gherai,
fils du khan , q u i, honteux de rester inactif, avait
réuni des troupes sans attendre la permission de son
père, et s'était jnis en marche, arriva au moment où
le combat durait encore. Les troupes du khan, ren.
forcées par ce secours, reprirent courage et rempor.
tèrent la victoire.
En récompense de ce service éminent, le khan
nomma Mohammed gherai son kalga. En 979 , il
marcha contre Moscou, dont il fit le siégé pendant
quarante Jours ٠. En 987 (1 5 7 0 de ‫ د‬. c. ) , il fit
‫ ا‬L’exprfdition de Moscou, dont ‫ ا‬est ici question, n’est pas h
24 ٠

BLauucppoBaHcv Google
‫‪372‬‬ ‫‪JOÜRNAL ASIATIQUE,‬‬
‫‪ ) ,‬؛ ‪construire le fort d'Islam kerman. En 982 1 5 7 4‬‬
‫ة ‪ 8‬و ‪il ravagea la Moldavie et mourut de la peste en‬‬

‫‪seule qu’ai، faite Deviet gherai. Petchoglou parie dans son histoire‬‬
‫‪ottomane, à ï’année 961, d’une e c i a t . : ^ictoire remportée par le‬‬
‫‪ ٠‬؛ ‪ Moscovites, l o i c i le passage‬ذ ا ‪khan s u r‬‬

‫ﺻ ﺪ وﻟﻬﻪ واﻟ ﻤ ﻨ ﻪ ﺑ ﻮ ﺳ ﻦ ﻣ ﺒ ﺎ ر ﺟ ﺪ ﻟ ﻪ ا ﻫ ﻞ ا ﺳ ال ﻣ ﻪ‬
‫ﺳ ﻬ ﺐ اوالن ﻓﺘﻮﺣﺎ ت ‪ AkjJF‬ﻣﻌﻠﻮم د ﻛﻠ ﺪ ر ﺟ ﻪ ‪ r>%‬ﺗﺎج‬
‫ﺳﻐﺪد ى ﺑﺮو واﻗ ﻊ او ﻟﻤﺶ اوال ﺑ ﻮ ‪ ÀZT‬دب ﺑ ﺮ ﻣﺤﺎرﺑﻪ‬
‫ﺀﻫﻰﺀد و ﻧ ﻢ & ﺀب‪ ٠‬خ د ر ك‪ ٠‬ﻗ ﺮﻳ ﻢ ﺧﺎ ق د و ﻛ ﻜ ﻜ ﻞ‪ ١‬ى‬
‫ﺧﺎﻧ ﻪ ﻣ ﻬ ﺴ ﺮا وﻟ ﻤ ﺶ د ر ﺑﻮ اﺛﻨﺎ د ه ﻋﺮﺿﻠﺮى ﻛﻠﻮب ا ﻋ ال ر‬
‫اﻳ ﻬ ﺶ ﺟ ﺪ روس ﺳ ﻮ س اﻧﻰ اوالئ اﻳﻮائ ﻓ ﺎ ر ﺑ ﺪ ﻓﺎم‬
‫اﻟ ﻬ ﺶ ﺑﻬ ﻚ ﻣ ﺜ ﺪا ر ى ﺳ ﻜ ﺮ ﻫ ﺰ ﺑ ﻨ ﻨ ﻪ اﺛ ﺮ ﻣﺘ ﻬ ﻰ ﻗ ﻔ ﺶ‬
‫ﺳ ﻢ زا د‪ .‬ﺗ ﺪﺑﻴ ﺮ وﺗ ﺪا ر ﻛﻠ ﺮ‬ ‫واذ ل ﺑﻬﺎرد ‪ .‬ﻏﺎﺑﺖ اﺳالم‬
‫ﺟ ﻮ ﻧ ﺶ ﺟ ﻮ ئ ا ﺣﻮا ل ﺑ ﻮ ﺟ ﺎ ﻧ ﺒ ﻪ ﻣ ﻐ ﻌ ﻜ ﺲ ا وﻟ ﺪ ى ﺑال‬
‫س ﺑﻬ ﻚ ﺗﺎ‪٠‬ﻇﺮ‬ ‫ا ﻣﺎ ل اوزرﻟﺮﺑﻐﻪ ﻣ ﺤ ﺘ ﺪ ﻣﺒﺮزا ﻓﺎم ﻛﺎآلزﻣﺎ‬
‫ﺳﺎ رﺑﺘﺎ ود ﺳ ﺮا ر ﻧﺼﺐ اوﻟﻐﻮب اوﺳﺎل ا وﻟ ﻐ ﺪ ى ﺣ ﻒ — ﻣﺎ‬
‫ﻳ ﺪ ﻧﺈار ط‪٠‬ﻇﻮك ﻛﺒﻪ ﺳ ﺪ ى ﺧ ﺒ ﺮ ا ز ا و ﻟ ﻮ ب ا ﺳﻔ ﺠﺎ ل ا ﻳ ﺪ ﺑ ﺮ‬
‫وﻗ ﺖ ﻇ ﻬ ﺮاﻳ ﻤ ﺶ ا ر ﺟ ﻐ ﻚ وﻗﺘﺎ ل اﺷﺘﻌﺎل ﺑ ﻮﻟ ﻮ را و د ﻛ ﻤ ﻊ‬
‫ﻃ ﻬ ﻰ ‪ ٣‬ﺳﺎﻳ ﺶ اﺗﻤﺮﻟﺮ ﺳ ﺎ ﺣ ﻪ دﻛ ﻲ ﺟ ﻨ ﻚ ا ﻳ ﺪ ﺑ ﺮ ﺟﻮئ‬
‫ه‪ ٠‬ﺑﺎ ح اوﻟﻮر ﺟ ﻨ ﻚ ا ز دا د ﺑ ﺒ ﻮ ر و ا ﻓ ﻪ وﺗ ﺖ ﺟ ﺎ ع‪١‬ﺀ‪١‬‬
‫اﻳﻤﺶ ﻧ ﺴ ﻢ ﺳ ﺠ ﻪ ﺟﺎﻧ ﺐ اﺳال ﻣ ﺪ ى اﺳﻮب ﻛ ﺪ ا ر ا ﺑﻜﺎر‬
‫ﻋ ﻞ ﻛﺎرزاردى ا ﺧﺘﻴﺎ ر ﻓﺰر ا ﻳ ﺪ رﻟ ﺮ ﻓ ﻢ‪ ٠‬ا ن ﻟﻒ ﺗﻌ ﺴ ﺐ‬

‫‪BUiuncppoBaHo‬‬ ‫‪Google‬‬
OCTOBRE 1833. 373
(1 5 7 8 ) à Baktchésérai, après un règne de vingt-sept
ans et quatre m ois, dans la soixante-septième année
de son âge ٠٠

MOHAMMED GHERAI KHAN ,

Fils de Devlet gheraï.

Mohammed ghçraï, élevé en 985 ( 1 5 7 8 ) à ladi-


gnité de khan, nomma Adil gheraï pour son kalga.
L'année suivante, il réunit les .troupes commandées
par le kalga a celles de Gaz‫ ؛‬gheraï, de Saadet gherai'
et de Mobarek gherai., et les envoya contre la Perse.
Arès khan, khan du Chfrwan 2, combattait déjà cou.

‫ ا ﻟ ﻬ ﺶ ﺑﻬﻤﻚ ك؛اذألى اﻳ ﻦ‬.‫ا اس‬، ‫ و; وﺑ ﻜ ﻐ ﺪ دﻟ ﺮﺋ ﻰ‬٠‫اﻳﺪ و ب س‬


‫ﺧال ص ا وﻟ ﻮ ردﻳ ﻮ ا ﻋ ال ر اﺗﻤ ﺶ‬. ‫ﻗ ﻌ ﻬ ﻞ‬
٤ C’est a l’époque de Devîet gheraï qu’il faut rapporter Je projet
de Ja réunion du Don avec Je VoJga par un canal creusé dans Je
pays 0‫ ئ‬ces deux fleuves se rapprochent Je pJus. PctchogJmi en
parJe dans son histoire ottomane a J’année 976, ainsi que fauteur
du Djihan numa, dans sa description du Turkestan. Ce projet, en-
trepris dans Je but de faciliter Jes transports et Jes approvisionne,
ments des troupes ottomanes en cas'de guerre contre la Perse, fut
suivi avec beaucoup de CJe ‫ ؛‬toutes les tribus tartares devaient
y contribuer. Déjà Je travail était avancé jusqu’au tiers, Jorsque Je
bruit se répandit parmi les Tartares, que J’hiver prochain serait
trCs-rigourcux, et qu’iJ commencerait même avant J’époque or.
dinaire. Tout a coup Jes nombreux travailleurs se dispersent,
abandonnent leurs outils et s’en vont chez eux. On attribua ces
bruits au khan, qui croyait son existence ou du moins son in-
dépendance menacée par une entreprise qui rapprocherait trop
de son empire Jes forces ottomanes, et qui leur faciliterait les
moyens d’agir contre Jui.
5 Le titre de khan se donne en Perse aux gouverneurs des pro.

BLauucppoBaHcv Google
374 JOURNAL ASIATIQUE,
rageusement contre Osman pacha. Le quatrième jour
de ces engagements, Jes sultans précités etant arrives
avec des troupes tartares, les Persans furent défaits,
et leur chef, Arès khan, tomba entre ‫؛‬es mains des
Tartares, qui }'amenèrent devant ‫؛‬e paclja, où il ftit
mis à mort. Cependant Artougdi khan et quelques
officiers supérieurs (sultans), etant parvenus à se
sauver, se retirèrent avec les troupes qui leur restaient,
transportèrent leurs familles de l’autre côté du fleuve
Kour, dans le pays de H elo, se retranchèrent tlans
les lieux inaccessibles de ce pays, et en confièrent
la garde aux Kizilbach -Le V'isir Osman pacha, qui
eiJ fut instruit, envoya contre eux le frère du khan de
Crimée, fjui, sans engager ujie bataille, ettleva les
trésors d'Arès klian, sa fcmme, les filles ،le soti harem
belles et en âge d'ètre mariées, des filles esclaves et
son fils naturel. Il y tua un grand nombre ،le kizil-
baclt. Oeux mille chameaux chargés et ،livers trou-
peaux tombèrent également ‫؛‬،U pouvtiir ،les Tar-
tares. Après tant de 'revers, trente à quarante mille
Persans, ayant a leu,' tète un Jeune prince ،le la fa.
mille régn٤،nte, s’avancèrent vers C k a m a kk, et y
assiégèrent Osman paclja. Les 'Persans en faisaient le
siégé dejiuis dix Jours, lorsqu'un officier tartare passa
chez eux et leur ‫؛‬,pporta la nouvelle ،jue le pacha venait

vinccs. Le titre de sultan} inferieur à celui des khans, se donnait


en Perse il ،les officiers de l٠
arm،‫؟‬e commandant les Idgions.
‫ ا‬LC'tait un corps ،le cavalerie composé. poui. la plupart, de la
jeunesse ،les plus nobles familles de la -Perse. Plus tard les Turcs
donnèrent ce nom à tous les Persans en general.

BLauucppoBaHo Google
OCTOBRE 1833. 375
decrire aux chefs tartares une lettre par laquelle il leur
faisait connaître sa position et les pressait de venir à
son secours. Aussitôt les Persans abandonnent Je siCge
de Chamakh. Dans leur retraite, les troupes tartares
les surprirent près de Mahmoud-abad. Après un en-
gagement qui eut alors lieu, les deux armées ennemies
se retirèrent. Les ‫ ؟‬ersans s'en allèrent de leur côte,
les Tartares se dirigèrent vers Demir capou i. Osman
pacha, délivré des assiégeants, sortit pour procurer
des approvisionnements a son armCe, et se rendit à
Demir capou, où il eut une entrevue avec les princes
tartaresj mais à peine y fut-il arrivé, qu’on vint lui
apprendre que les troupes persanes étaient entrées
dans les provinces de Cara-bagh et de Moghan. Alors
Osman pacha envoya contre les Persans Adil gherai.,
à la tété d'une partie des troupes tartares. Celles-ci,
entourées de tous côtés par une armée nombreuse,
furent battues; Adil gheraï foit prisonnier fut mis à
mort.
Les .troupes tartares furent reconduites en Cri.
mée par les princes qui étaient à leur tète. Le khan
de Crimée, ayant appris la mort de son kalga Adil
gheraï, AIp sultan fiit appelé à le remplacer. Le
khan, pour calmer les esprits, créa une nouvelle di.
gn ité, celle de second liéritier présomptif, et la con.
féra à Saadet gheraï sultan. Comme son gouverneur
avait le nom de Nour eddin Miraa, le surnom de Nour

V D em ir capou eik Vu٢c ١ B ab ukbtuab ٠٢‫ ال‬B ٥ b ui-hadid ٠


arabe, es، Je nom donne ‫ ذ‬la viJJe de Derbend ١située sur la cote
occidentale de la mer Caspienne.

B in u cp p o B a H O G o o g l e
376 JOURNAL ASIATIQUE.
eddin fut attache depuis cette époque à cette nouvelle
dignité
Seconde epoque.

Le khan Mohammed gheraï ayant reçu l'ordre de


marclier contre la Perse, y envoya Murad gheraï son
fils, et après avoir fait des excursions dans les pays
voisins, il revint en Crimée. En 987 (1 5 7 9 ), désigné
de nouveau par l'ordre du sultan pour faire la guerre
aux Persans, a partit de Baktchéséraï à la nouvelle
lune ،le tljoumadzi el akhir de la même année, n éleva
Moliammed, heï du sandjak d'Azow, au commande-
ment de dix milleTartares, et l'envoya au-devant de lui.
Après une marche de soixante et quatorze Jours, celui-
ci rejoignit Osman pacha, à qui son arrivée causa une
grande Joie. Le klian lui-mème ne tarda pas à 'arriver
et fut accueilli par le paclia. Les troupes persanes,
sous leur chef Moliammed khan, faisant des efforts
pour s'emparer ،le Chamakh, le klian tai'tare survint
avec ses troupes, et passa au fil de l'épée un grand
nomlire de Pei'sans. La populace des pays adjacents

٠ Nous avons traduit par^ ٠u،>ernet،r le mot ‫اﺗﺎﻟ ﻖ‬ du texte turc.


Cette signification ne SC trouve pas dans les dictionnaires. ٠٥
trouve dans Mcninski sous Je mot ‫ ﺑﺈﺑﻠﻠ ﻮ‬, forme' de ‫ ﺑﺎﺑﺎ‬, comme
atalik (Je ceJui de a ta , Jes significations suivantes ‫ذ‬paternitas,
pater adoptivus ٠vitricus.
M. Scnkowski, dans son ouvrage sur Ja Boukharie, donne a ce
mot Ja signification de ceJui de ‫ الال‬la la , dans Je langage de Cons-
tantinople. Le mot atalik peut avoir Je meme sens que ‫ا ﻧ ﺎ ﺑ ﻚ‬
atabek, nom donnd aux tuteurs des princes njineurs sous les SeJ-
djoukides, et baba khan, dans J.Inde. sous Jes empereurs de Ja
famiJJe de Timour. Le suJtan ottoman appeJJe souvent son grand-
visir la la , gouverneur, precepteur.

BiimucppoBaHcv Google
OCTOBRE 1833. 377
s'étant rassemblée dans la .ville de Bakou, le khan
tartare envoya son fils pour, la repousser, et celui-ci
en tira une vengeance éclatante. Mohammed ghe.
raï, assisté de. la feveur divine, ravagea les pro-
vinces persanes adjacentes. Après tan't de services
rendus à la Sublime Porte, le khan cimt pouvoir se
dispenser de nouveaux efforts. Il ne voulut pas hiver,
ner dans le Chirwan 5 d'abord il eut recours à diffé-
rents prétextes, et ensuite, après y avoir laissé son fils
Gazi gherai', il revint en Crimée. Son retour excita
la colère du sultan, et contribua a perdre le khan.
En effet, le khan, fier d'appartenir à la race de Gen-
giz khan et d'étre de père en fils le protégé de la dy-
nastie ottomane, avait refiisé d'abord d'aller feire. la
guerre en Perse î pressé par les ordres émanés de
Constantinople, il y marcha malgré lu i, et s'en re-
tourna promptement. D'ailleurs les habitants de Kaffa
élevaient des plaintes contre lui, et lorsqu'un ordre
du sultan lui était transmis, il refusait d'obéir, en
disant qu’il n'était pas un beï sujet de la Porte, mais
bien un prince indépendant. Le sultan, indigné de
sa fierté, envoya à Osman paclia , qui était alors
à Kaffa, l'ordre de punir le klian relielle. Osman
pacha représenta au sultan qu'ayant peu de forces
à sa disposition, et que d'ailleurs les a«aires per-
sanes n'étant pas terminées, Ufie telle mesure ferait
surgir de grands embarras. Lorsque ce rapport fut
mis sous les yeux du sultan, il écrivit au paclia d'exé-
cuter sur-le-champ ses ordres, et celui-ci s'en occupa
immédiatement. Le khan, revenu en Crimée, sé-

BLauucppoBaHcv Google
378 JOURNAL ASIATIQUE.
Journa à Eski krim, et invita Je pacJja à se rendre
chez Juij mais ce dernier, préoccupe d'autres soins,
et d'ailleurs refroidi dans ses rapports avec Je
khan , ne se rendit point a son invitation. AJore
Je khan fit dcJater son rœsentiment, et assiégea la
viJJe de Kaffa. Son kaJga, AIp gheraï, !'abandonna
peu après, et, préférant secourir Je pacha, il alla a
Kaffa. Osman pacha, dans le but de diviser les forces
du khan, fit courir le bruit qu'Alp gheraï était khan,
et que le khan Mohammed était destitue‫ ؛‬mais comme
personne n'ajoutait foi à cette nouvelle, les deux par-
tis devaient nécessairement en venir aux mains. Après
quarante Joure de siégé, on vit arriver (en 9 9 2 de
1'hégire) à Kaffa, Kilid‫ ؛‬Ali pacha pour appuyer Islam
gheraï, qui venait d'étre élevé par le sultan au kha-
nat. Dès qu'il fut entré avec la flotte dans le port de
Kaffa, Ali beï, émir de la tribu de Mansour, em.
brassa le parti du nouveau khan, et ses troupes sui-
virent bientôt son exemple. Mohammed gheraï, dans
fintention de se réfugier auprès des Tartares Nogaïs
du Volga par Ferhkerman , alfa a Fekeldjik. Son
ancien kalga, Alp gheraï, envoyé par le nouveau
khan, l'y atteignit et lui ‫ ؤ‬ta la vie, ainsi qu'à son
fils Sefa gherai.. Le règne de Mohammed gheraï dura
sept ans et trois mois. II périt à l'âge de cinquante,
deux ans .٤
٤ Tous les détails relatifs a la part que le khan Mohammed
avait pris dans la guerre de Turquie contre la Perse s’accordent
exactement avec le récit qu.cn fait Petchoglou (M an. de la Bihl.
royale, n . 72). Les derniers événements qui ont précédé la chute
de Mohammed, ainsi que les motifs du ressentiment du sultan.

BUmucppoBaHCv
OCTOBRE 1833.' 379

ISLAftl GHERAI. khan,

FiJs de DevJetgherai khan.

Parventt au pouvoir en 992 (1584 d e J .C .) ,iJ


nomma AJp gheraï son kalga, et conféra Je rang de
Nour eddin à Mobarek gheraï. Quatre mois après son
avènement au trône de Crimée, Saadet ghera'I, fiJs
du khan Mohammed, vint en CrimCe à la tête des
Tartares Nogaïs, et fit Ja guerre à Islam gheral durant
trois années, s'étant emparé de Ja viJJe de Baktché-
séra'ï, IsJam gheral se réfilgia à Kafta, et instruisit la
SubJime Porte de sa situation. Aussitôt J'ordre fut
donné au grand visir Osman pacha de marcher contre
Jes rebelles et de les anéantir. Les be'is de Kaffa et la
plupart des Jiabitants de Ja Crimée, ayant réuni leurs
efforts à ceux des Ottomans, une bataille eut Jieu dans
Jes pJaines d'Andal, dans JaqueJJe Esni be'ï, chef des
Nogaïs, et quelques autres chefs de son rang, furent
tués. Saadet gheraï, défait complètement, prit la
fuite, et Islam gheraï se trouva ainsi rétabli dans ses
états. Peu de temps après, Saadet gheraï, à qui Ja
dernière défaite n'avait pas fait abandonner ses projets,
ayant appelé à son secours les Tartares et Jes Cosa.
ques du D on, résolut de nouveau de disputer Je pou-
voir à Islam gheraï. Lorsque ceJui-ci en fut instruit,
il envoya contre lui son kalga Alp ghera'I et le nour
eddin Mobarefe gheraï. Dans .un combat qui s'en sui-

sont presque textuellement empruntes par notre auteur a Ja chro-


nique de Petchoglou.

BLauucppoBaHo Google
380 JOURNAL ASIATIQUE,
v il, Mobarek, frère de Saadet gherai', et un grand
nombre des plus braves d'entre les Nogaïs succombe-
rent. Saadet ghera'f prit Ja fuite, et alla se fixer parmi
les Noga'Is, oU il mourut en 9 9 9 (de rhCgire), après
avoir habite ce pays pendant huit ans. II régna en
Crimee deux ans comme usurpateur, et mourut
dans la quarantième annde de son âge. Voici les
noms des tribus issues «TAdikou qui appuyaient les I
entreprises de Saadet gheraï : Fesdl, Orak, Moumai',
M ansour, T o ta u x , Y e d isa n , Djembouboluk ١ Ye-
(liiljck ‫الاله‬. « ‘. Islam gheraï, après avoir éprouve tant
de vicissitudes et surmonte tant d'obstacles, s’affermit
sur le trône. II entreprit une expédition contre la
Circassie et en revint charge de butiti. Informe que ,
le vaïwode de Moldavie avait tenu contre lui des
propos malveillants,.il entra, sans la pei'mission du
sultan , en Moldavie, et la ravagea. Le sultan ,
l'ayant appris, lui ordonna de restituer tout ce qu'il
avait enleve. Le khan obéissait à cet ordre lorsque la
mort le surprit a Akkerman, en 996 (16 8 8 de J. c .).
II régna quatre ans.
{La suite au prochain numéro. )

‫ ؛‬Les noms de ces tribiM sont cite's egalement par M. de Hain-


Hier ( H istoire ottom ane, vol. IV, pag. 1 6 9 ), d'après le manuscrit
‫؟• ﺀﺀ آهﺀﺀ ﺀء‬ciar. IJ est cependant a observer qu'Adikou ne devrait
pas entrer dans te nomtire, ce nom etant gCndriquc pour tes No-
gaTs. Au lieu de F e s a l, M. de Hammer a K o ssa i, diffe'rence ٩ul
tient probablement a l'absence d'un point diacritique dans notre
manuscrit. Onr Moliammed ne se trouve pas dans notre auteur.

BiomuepposaHO G o o g l e
48‫ق‬ JOURNAL ASIATIOUE.

PR ÉC IS
De ‫'؛‬histoire des khans de Cr‫؛‬i٠ 'e, depuis ‫'؛‬an 8 8 0 Jusqu'à
‫'؛‬an 1 1 9 8 de ‫'؛‬hégire ; traduit du turc par M. K a z i -
MIRSKI, et revu pai. M. Amedee J a u b e iit .

(Suite et fin.)

GAZI GHERAI KIIAN,

Fils de Devlet gheraï kJian.

Arrivé au khanat en 9 9 6 , il nomma pour son


kaJga Feth gheraï, et CJeva Bakilt gheraï, ‫؛؛؛‬s d’Adil
gheraï, au rang de noureddin. En 99 7 (1 5 8 9 de
J. c . ) , il fit une incursion dans ïes provinces de Ja
Pologne, oU ii fut vainqueur. La paix ayant.été con-
clue à la contJition qu'une certaine quantité de martes
zibelines serait fournie aux 'Fartares et portée à leurs
frontières, Je kJian retoui'na en Crimée. En 998
( 1 5 9 0 ) , Gazi glieraï passa Je BoristJiène à Ja tête de
ses troupes, et se dirigea vers Je Niester, où il eut à
combattre conti'e J'armée autricJlienne, qui se trouvait
SUI- son passage. II rejoignit 1'armée ottomane près de
Sonlek, place forte située non loin de Butle, d’oU il
se dirigea vers les plaines de Yanok, et contribua par
son assistance à Ja reddition de cette viJJe. D e là il
retoui'na dans ses campements d'Iliver. Vers ce temps
Je voi'evode de Moldavie s’étant révolté contre Ja
Porte, Je khan le réduisit sous l'obéissance du sul-

BiAuwcppoBaHoGoogle
NOVEMBRE 1833. 429
than. Pendant sept ans qu'il hiverna à Sombor i, ses
troupes’occupaient des campements d'hiver da'ns le
sandjak de Segedin 5 durant tout ce temps il prit
part à toutes les opérations de 1'armée ottomane, et
lui fut d'un grand secours; mais en 1 0 0 5 , 8'étant
hrouilie avec le pacha, il repartit pour Ja CrimCe.
Peu de temps après, le sultiran, ayant donne l'ordre
de marcher pour la seconde fois contre da Hongrie, le
khan ne fit point cette expédition en personne, mais
en chargea son kalga Fetlr gherai'. Celui-ci, s'etant
acquis de la réputation par ses nombreux services et
s'etant d'ailleurs concilie les faveurs du seraskier Tche-
kal zade Sinan pacha, le seraskier, eleve à la dignité
de grand visir, lui fit des propositions au sujet du
khanat. Feth gheraï s'y refirsait constamment en di-
sant que le khanat appartenait de droit à Gazi gheraï,
qu’il ne lui convenait pas de supplanter son hienfei-
teur et en quelque sorte son père adoptif. Cependant
comme le seraskier le pressait continuellement, Fetlr
gherai. y consentit. La chose étant parvenue à la
connaissance de Gazi gheraï; il s'embarqua aussitôt a
Balaklava pour ailes à Constantinople, mais les vents
contraires le forcèrent de relâcher a Sinope.

FETH GHERAÏ KHAN.

Arrivé au pouvoir, Feth gheraï nomma pour son


kalga Bakht glreraï, et conféra la dignité de noured-
din à Selamet gheraï, son frère. II filt a peine arrivé
‫ا‬ Sombar, ville de Hongrie entre le Teisse et le Danube. Sege-
din ٠ ville de Hongrie sur le Teisse.

B itin cp p o B a H G Google
43. JOURNAL ASIATIQUE,
en Crimée, qulbrahim pacha fu t élevé au visirat.
Celui-ci, agissant dans d'autres vues que le vis‫ ؛؛‬pré-
cèdent, Sinan pacha, fit entendre au suJthan que si
Gazi gheraï n'Ctait pas rétabli, il y aurait à craindre
une nouvelle révolte de sa part. En conséquence, il
écrivit deux diplômes de confirmation, pour les deux
fehans compétiteurs, et les remit à Tcherkes khendan
aga, en lui rerommandant de remettre la confirmation
du khanat à Gazi gheraï, si lesTartares se déclaraient
pour lu i, ou bien à Feth gheraï dans le cas conttaire.
Dans ce dernier cas il devait mander Gazi gheraï à
Constantinople. Khendan aga s’embarqua aussitôt pour
Kaffa, mais les vents contraires l'ayant amené à Si-
nope, il y trouva Gazi gheraï, et comme il lui avait
des obligations antérieures, il lui remit son diplôme
de confirmation. Gazi gheraï, muni de cette p iè œ ,
reyienten Crimée, produit le firman et feit valoir ses
droits au khanat. Feth gheraï de son côté produit une
pièce autographe du sultlian; de là des contestations
entre les deux khans. Les Tartares, divisés en deux
partis, allaient en venir aux mains, lorsqu'on se dé-
cida à s'en rapporter à la .loi. Alors le muphti de Kalia
A b d ur-rizzak effendi répondit par un fe tv a portant
que «depuis l'origine de la dynastie ottomane ‫؛‬usqu'à
،<ce jour, tous les emplois et dignités existants dans
« les provinces soumises à la Porte s'obtiennent en
« vertu d'un ordre du sulthan revêtu tlu Toghra, et
« que si Feth gherai avait un tel ordre à l'appui de la
« pièce qu'il produisait, il fellait lui oliéir. » Cette dé-
cision rendue, les Tartares passèrent du côté de Gazi

BinucJpBaHO Googl
NOVEMBRE 1833. <3‫ا‬
glierai. Feth gherai destitue, dans l'intention d’aller à
Constantinople, se dirigea vers Kaffa. Descendu ‫ذ‬
Nakychdan pour prendre conge du khan et pour baiser
le pan de sa robe, il fut tue par un des chefs de Man-
SOUJ- nomme Kormerdach, qui en avait reçu !Ordre.
Feth glreraï ne fut pas !e seul qui subit ce sort. Les
gens de la suite de Gazi gheral tuèrent aussi Bakht
glierai', kalga de Feth gheraï, et d'ailleurs le khan, ‫م‬
agissant d'après les usages consacres dans la race de
Gengis khan, fit mette à mort neuf enfants ‘ de Feth
gherai'. Feth gheraï regna trois mois.

GAZI GHERAÏ,

Pour la seconde fois.

Gazi ghera'i nomma Selamet ghera'i son kalga, et


eleva Devlet ghera'i au rang de noureddin. Ce der.
nier ayant manifeste quelque opposition à la volonté
du khan, celui-ci le fit mourir et clioisit pour nour.
eddin son fils Tokatmich ghera'i. Les frères de Devlet
ghera'i, qui venait d'étre assassine, prirent la ftiite ‫؛‬
Chahyn ghera'i se sauva en Circassie et Mohammed
gheraï en Anatolie. Peu de temps après, le kalga
Selamet gherai s’y réfugia aussi pour se soustraire à la
mort. Le khan le remplaça par Tokatmich gherai, et
eleva au rang de noureddin Sefer gherai'. Gazi gherai
se feisait fournir par les habitants de la ,Crimee un
.tribut annuel de douze moutons pour sa cuisine., et

‫ا‬ On sait que le nombre n eu f est en vénération particulière chez


les Tartares.

BixmucppoBaHO Googl
432 JOURNAL ASIATIQUE,
une somme suffisante pour solder cinq cents fantassins.
Appeie par l'ordre du sulthan à faire partie d'une ex-
pedition militaire, il chercha dabord à s'en exempter,
ensuite il s'y refusa formellement‫ ؛‬mais, craignant Je
Juste ressentiment du sulthan, il voulut se retirer à
Gazi kerman, place forte située du côté de la Cir-
cassie, qu’il avait fait construire, et qui venait d'‫ ؛‬tre
achevée.- Arrivé à T em boug, il fut atteint de la
peste et il mourut, après avoir régné huit ans et dix
mois pour la première fois, et un an e't trois mois
pour la seconde époque. II était âgé de cinquante-
cinq ans.
TOKATMICH GHERAI.

Le khan Gazi gherai' avait sollicité longtemps avant


sa m ort, auprès tlu sulthan Murad, que le khanat
restât dans sa famille, ce qui lui fut accorde par un
firman. Lorsque le khan fut mort les habitants de la
Crimée, en se conformant a cette disposition, élevé-
rent au trône Tokatmich, et dépêchèrent en mèmè
temps des envoyés à, Constantinople poui' obtenir sa
confirmation. Le sulthan Murad, ‫؛‬linsi que la plupart
de ses ministres, étaient morts depuis longtemps, et
la requête n'obtint pas de succès ٠. Instruit de ce refijs
Tokatmich résolut de se rendre à Constantinople par
terre.

‫ا‬ Le saltan Murad III ٠ dont ‫؛‬، est question ic i, mourut en 1003
)c 1595 de J٠.(.

BLauucppoBaHp Google
:‫ ؛‬NOVEMBRE 1«33٠ 433

٤ SELAMET. . a# . !

Tandis que Tokatmich était en voyage, SeJamet


gheraï, fils de DevJet gheraï, arriva en Crimée, monté
'sur son propre vaisseau, ‫ ؛‬leva Mohammed'gheraï au
rang de kalga, et nomjna Chah'yn gheraï, noureddin.
Aussitôt il ordonna à son kalga d'èter la vie à Tokat-
mich. L e kalga l’atteignit à Aksou*, et, après un enga-
gementavec lesgensde sa'suite, il tuaTokatmicli et son
frère Sefer gheraï. Lannee suivante, 1 0 1 7 ( 1 6 0 8 ) ,
Mohammed glieraï kalga, ayant osé désobéir au khan,
'celui-ci voulut lui faire ôter la vie. ,Mohammed, in-
'formé de ses desseins, leva, de concert avec son frère
'Chahyn gheraï, l'étendard de la révolte, et marcha
contre le khan 5 mais, après quelques engagements,
-les deux 'frères frirent vaincus et se sauvèrent en
Circassie. Selamet glieraï éleva alors au rang de kalga
DJanbek gheraï, et Devlet glieraï à celui de nour-'
eddin; mais peu de temps après, en 1 0 1 9 ( 1 6 1 0 de
J . c . ) , il mourut après avoir régné un an et q'uatre
mois. Il véciït cinquante-deux -ans et quatre mois.
. ‫ ' ؛‬١'
DJANBEK GHERAÏ.

Djanbek gheraï, kalga du khan décédé, envoya fa


raême année, 1 0 1 9 , son frère Devlet gheraï'à Cons-
.tantinoplc, pour obtenir l'investiture du klianat.
,Les deux princes Mohammed et Chahyn glieraï, qui

1 Qu’il ne faut pas confondre avec la ville de ce nom , située


dans le Turkeatan. ٠ J. , ’

Y» 38

BijtmucJpBaHOGoogl
434 JOURNAL ASIATIQUE.
s’étaient réfugiés en Circassie, firent fie leur.côté des
démarches semblables, mais leurs efforts furent in-
fructueux, car Je fchanat fut accordé à DJanbek gheraï
dans le mois de Rebi ul akher de la mèmè année.
DJanbek gheraï nomma Devlet gheraï pour son kalga
et Azemet gherai' pour noureddin. Les deux princes
Mohammed et Chahyn, irrités de ce que l’investi-
ture leur était refusée, rassemblèrent beaucoup de
troupes et assiégèrent DJanbek gheraï, d'abord à Sou-
bakbaghri et ensuite à Baktchéséraïj mais un parti
considérable de Tartares ayant prêté appui à Djanbek
gheraï, ses compétiteurs furent mis en déroute. Cha-
hyn gheraï alla chercher un asile en Perse ‫ ل‬Moham-
med s'embarqua pour Constantinople. ‫ ال‬eut près de
Gallipoli une entrevue avec le sultan, qui lui par-
donna ses foutes. Mohammed, Ratifié d'un revenu
annuel, se fixa à Gallipoli. Quant a Djanbek gheraï,
après avoir écarté ses compétiteurs, il partit de Kaffo,
conformément aux ordres qu'il av3ït reçus du sultan,
avec trente mille Tartares, et arriva à Trébizonde pour
opérer sa jonction avec l’armée ottomane. L e sultan
l’ayant autorisé a faire quelques excursions militaires,
le khan ravagea le pays de N akhchdjiw an et autres
provinces persanes situées de ce côté, et, après avoir
enlevé quinze mille prisonniers, une grande quantité
de bétail et un riche b u tin, il rejoignit l'arméeotto-
mane dans les plaines de Tchoulbek. D e là il marcha
avec l'armée impériale sur Ardebil, mais il filt mis en
déroute par l'ennemi et retourna en Crimée. En î 03 0
( 1 6 2 1 ) , il prit part, avec le sultan Osman, à la

BixmucppoBaHO Googl
NOVEMBRE 1833. 435
guerre de Khotin ٠, où par des actions remarquables
a s'acquit une grande réputation. Cependant en 1032
( 1 6 2 3 ) , dans Je mois de DJoumad’uJ eweJ, il fut
destitue sans aucun motif et relégué au sandjak de
Tchermen (d'AndrinopIe), qui lui fut assigne comme
apanage. La durde de son règ n e fut de onze ans et
quatre mois. ■#
MOHAMMED GHERAÏ KHAN,

Fils de Seadet gleral kJran.

.Investi ،lu pouvoir de klran dans Je mois ،le Djou-


mail'ul ewel en 103 2, il nomma pour son kalga
Chahyn glieraï, qui s'dtait réfugie chez Je chah Ab-
bas, et l’invita à revenir en Crimée. C hahy.gheraï s'y
rendit aussitôt, mais une semaine après son arrivée
tl'Ispahan Mohammed glieraï fut destitué.

DJANBEK GHERAÏ KHAN,

Pour la seconde fois.

Nommé khan, il arriva à Kaffa escorté de la flotte


ottomane. Mohammed glieraï, et son frère Chahyn gl'ie-
raï, irrités d'avoir été destitués s‫؛‬،ns motif, comliattirent
Je nouveau khan ،{ans les envil'ons ،le Kaffa. L'armée
ottomane fut battue‫ ؛‬Djanbek glieraï et le capitan pa.
clia furent obligés de se rendre ‫ ة‬Kalfa pour sauver leur

‫ا‬ Khotin (en polonais K h otzim ) es، Je nom d’une viJJe situc'e
sur le Dniester. Le sultan Osman y fat battu par soixante-cinq mille
Polonais sous le commandement de Chodkiewicz et de Ladislas,
fils du roi Sigismond 111.
‫وو‬٠

'BijtmucppoBaHo Googl
436 JOURNAL ASIATIQUE,
vie. Par ,suite de, cet événem ent, une convention fut
concjue , ,en vertu de laquelle le khanat fut dévolu à
Mohammed gheraï. Djanbek gheraï retourna au san-
djak de Tche.rmen, qu’il administrait avant la guerre.

MOHAMMED GHERAÏ KHAN ‫و‬

Pour ht seconde fois.

MohammedgheraiJ réintégré dans ses fonctions, eut


à combattre un nouvel ennemi. Khan Timour m ir a ,
l’un des plus remarquables m iras de la tribu nogaïs
de Mansour, ayant le drOit d'arborer des queues comme
les paellas, et liabitant dans les environs d’Akkerman,
n'avait pas voulu reconnaître l’autorite des khans de
Crimde. Moliammed glieraï envoya contre lui son
fcalga à la tété d’une partie des troupes tartares. Klian
Timour mirza, instruit de ce mouvement, passa le
Danube. Chahyn gheraï le poursuivit; mais, les ha-
bitants de ces pays ayant prété leur appui au pacha
Khan Timour, Cliahyn gheraï flit battu et retourna à
Baktchéséraï, en Crimée. Khan Timour l'y suivit, et
assiégea cette ville oh se trouvaient le klian etsonkalga;
c'était au commencement du mois de ramazan 1036
(1 6 2 7 ). Après vingt Jours de siégé, le khan fut vain-
queur. Khan Timour mirza prit la filite et entra à
Kafia. Ayant réorganisé ses troupes, au bout de dix
Jours il se dirigea de nouveau vers Baktchéséraï pour
en faire le siégé, mais il fut défait complètement après
avoir perdu deux mille de ses plus braves guerriers.
٠ ٠ ٠ ٠ ٠ ٠ ٠١ ’ ٠
١٠ ... I* ‫ ا‬٠.‫إلا‬٠. ....

BLauucppoBaHcv Google
NOVEMBRE 1833.. 437

Pour ‫؛‬a troisième fois.


٠٠ ’
Peu de temps après ces événements, Djanbek g h e
raï, investi du khanat Je 10 du mois de chawaJ de
la même année, 1036 (2 5 Juin 1 6 3 7 ) , nomma pour
son kalg^ Devlet gheraï, et CJeva Azemet gheraï au
rang de doureddin. Les Tartares, ayant appris que Je
nouveau khan était arrive a K a t y sous Ja ‫؛‬protection
de Ja flotte ottomane,' se 'soumirent à 'Son autorité.
Mohammed gheraï se retira, avec Jes troupes qui Jui
restaient, sur' Je Boristhène, et engagea Jes CoSaqucS
habitant Jes bords de ce fleUve à Jui prêter appui,
Jeur'donnant !'assurance que Jes habitants de la Grimée
n'oseraient pas prendre Jes armes con'tre Jui: L'année
suivante Mohammed gheraï vint, avec les Cosaques,
dans les environs de Lerhkerman. Djanbek' gjmrai
marcha contre eux et Jes mit en déroute. Les eGsarJues,
se voyant trompés, furent indignés-Contre Je ٤hari,qu ٤
leur faisait éprouver de si grands dommage‫ ; ؛‬ètJ'un
d'entre eux Je tua d'un coup de f u s i J l o h a m i l ‫؛‬ghe-
raï avait occupé Je trône, la'-première fois, pendant
un ai١ et deux mois , la seconde fois ‫؛‬, troij ans et
neuf mois, enfin Ja troisième ١i! ‘«e maintint'pendant
quatre mois comme usurpateur-. H était âgé de'، qu‫؛‬U
rante-cinq ahs. ' ‫ ;؛‬،‫؛'؛‬,‫؟‬. ,،«،'٠‫؛‬٠ ‫ ه‬٠««‫ا‬.‫ﻫﺬ « أأ ﻫﺎ‬
DJanbqk gheraï, après avoir vaincu‫؛‬ses adversaires
et terminé ses différendsavec Je beï de) ‫ ئ؛‬ttibude
Mansour, envoya Devlet gherar,sonkalga, et Islam

‫؛‬

BinucJpBaHO Googl
438 JOURNAL ASIATIQUE,
gheraï pour ravager Ja Pologne. Leurs troupes furent
battues et Islam gheraï fait prisonnier au milieu du
combat. DJanbek gheraï fut destitue et relCguC à l'île
de Rhodes en 1044 (1 6 3 5 ), après avoir rCgnC pour
Ja troisième fois durant sept ans.

S.NA.I.ET GHERAÏ i , ١

Fils de Gazi gheraï khan. ٠


Devenu khan en 1 0 4 4 , il choisit Ham gheraï pour
son kalga, et eleva Sa’adet gherai' au rang de nour-
eddin. A. son arrivCe en CrimCe, il re‫؟‬ut .du sultan
l'ordre de marcher contre la Perse. Au milieu de
ses préparatifs pour cette expédition, Khan Timour
mirza, dont il a e e précédemment question, se Joignit
au khan comme pour l'accompagner, mais dès qu’ils
fijrent arrives a Soutoud, Khan Timour abandonna
le khan, s'en retourna avec sa suite et ses bagages,
et alla à Akkerman. Le khan indigne résolut de le
pun.ir, et, de retour de la guerre de Perse, a fit tous
ses efforts pour !’anéantir. I! transporta en CrimCe
la ttibu IO rak (Orak oglou ), qui habitait les bords
du Don ‫ و‬avec tous ses troupeaux, et il accrut ainsi ses
forces. Presque en même temps a fit-mourir le be.
gler bel B edjagdji za d e , Ibrahim pacha, gouverneur
de Kaffa, et le cadi.Hamid effendi, à !’occasion
de quelques démêlés qu'il eut avec les habitants de
Kaffa,.et se dirigea vers Akkerman. Dès qu'il y fut
arrive. Khan Timour mirza prit la fiiite, e t, ac-
compagne de quelques individus de la. tribu de Man-

BinucJpBaHO Googl
NOVEMBRE 1833. 43٥
sour, il se rendit à Constantin.ple, 0‫ أل‬il accusa le khan
d'avoir été la première cause de son éloignement, et
l'auteur de tous ses' méfaits. Le-khan, de son côté, pro-
fi tant de la fuite de KhanTimour, et informé d'ailleurs
qu'il devait être prochainement destitué lu i-m ém e,
après avoir enlevé les rich.esses de son compétiteur,
ordonne a son kalga et au noureddin de Semparer
des femmes, des esclaves et des troupeaux de Khan
T im our, et de les emmener elt Crimée.Lui-mème, il
songe aux moyens de défendre le pays, et se prépare
à combattre le nouveau khan. Les deux princes tar-
tares s'empressent de s'acquitter de leur mission, mais
au hout de deux Jours, deux beïs de Mansour, Devlet
chah et Suleïman chah , ayant entraîné dans leurs
projets le miraa d'Orak oghloii, s'emparèrent des per.
sonnes du kalga et du noureddin, et les tuèrent avec
toute leur suite ‫ ؛‬c'était en 1046 (1 6 3 6 ), au, mois
de dzi٠l-hidjé ٠L'année suivante, 1 0 4 7 , E'naïet gheraï
fut destitué et se rendit à Constantinople. AUssitOt
après son arrivée. Khan Timour et lui se présentèrent
devant le sultan, et rejetèrent l’un SurJaUtre rgdieux
des événements qui venaient d'av'oi'r lieU .Lts eXuses
du khan ne fiirent point admises, et le sirftan le fit
motirir. E'naïet gherai régna deux ans'*. Il vtcut qua-
rante٩ uatre aps.
1 C’est une erreu r ‫ ا؛ذ‬rc'gna trois ans. c'est-à-dire depuis ،0 4 4
. ‫ ﺻ إل ﺳ ﺎ‬40٠7‫و‬:‫;ر‬ '‫؛‬ ‫ اﺗﺎ‬٠‫ئ‬٠ ; . ٠
: ٠:٠ ; ‫ ﺀ‬/;‫ ؛‬٠٠■
٠٠٠; ٠
';٠• ٠٠

،. . ; ‫ ا ع‬٠‫أ‬ ، ٠:٠ :.■ \ ; ‫ ﺀا‬: ‫ر‬ ; : . :‫ه‬، ‫؛‬ ‫؛‬٠ . ‫اا‬.

٤
‫إ‬
I
r

BLauuc{
440 JOURNAL ASIATIQUE.

BEHADER GHERAl KHAN,

FiJs de Selamet gheraï khan.

Nomme khan en 1047 (1 6 3 7 ), il éleva au rang


de kalga Islam gheraï, et Sefa gheraï à celui de nour-
eddin. A leur arrivde en Crimde, ces deux princes
fiirent envoyés pour ravager les provinces russes.
Après avoir dévaste .ce pays, ils retournèrent en Cri-
mee dès le commencement du printemps, et s'occu-
pèrent à faire rentrer dans !'obéissance la tribu de
Mansour, qui s'etait révoltée et ٩u’ils châtièrent
exemplairement. La même antide, Krim gheraï, à la
tête ،le ses troupes, accompagna le sultan Murad
‫ ؛‬a‫ ؛ ؟‬sou expédition con‫؛‬re Bagdad. Après so‫ ؟‬ret۶ur.
Je khap l’envoya pour ravager les provinces polonaises.
Il en revenait chargé de butin, Iors٩u’au passage du
Boristhène la glace se rompit, et une partie de ses
troupes périt ‫ ل‬sur ces entrefaites les Polonais arri-
vèrent' et reprirent tout ce qui avait été enlevé par les
Tartares. Le khan mourut en 1061 (1 6 4 2 ), après
avoir régné ٩u۶ti‫؛‬e ans, a la quarante-quatrième anné'e

‫ﺠ ﺎ‬ ‫أل ﺛ ﻴ‬ ‫ا‬ .‫ت‬ . , u ii : o n ، ،.I l


' ‫ ب‬1, ‫ا‬ MOHAJIMED GHERAl KHAN, ‫ ؛‬,٠٢ : ‫ ل‬. . ٠ ‫ ال‬.‫ا‬

Fils de Selamet gheraï klian.

DeveHu klian en 105 1 , il nomiua kalg‫ ؛‬Leth ghe.


raï, et Gazi gheraï noureddin. Cette même année,
il prêta son appui 1 ‫' ة‬armée ottomane, qui se prépa-
rait à l'expédition d'Azow, et contribua puissamment
‫ا‬
N O Ü K / 1833; 441
à .‫*؟‬es succès. II revint en Crimée,, après avoir rem
porté de nombreux avantages dans cette guerre ‫؛‬
mais une partie de ses troupes ayant ravagé, sans la
permission du khan, les provinces polonaises, le
sultan , qui en fut informé, destitua le khan, parce
qu’il ava.it agi contrairement aux traités existants, et
que par conséquent il était incapable de gouverner
pari lui-meme. .‫اﺋأل‬
٠‫ ' ؛ ﺀ‬١‫ط‬ ١ '• ‫ ؛‬٠ '/ ; : ‫ ؛‬٠ :٠ o ،i s t â à Ê ï â U : i l ' i٠ ‫ ؛‬: ٧ u j a ،> b f ٠.
٠.*✓ .'‫ؤ ؛‬ ‫ا‬ ‫ذ‬ : ‫أ'ا‬ .■٠٠٠: ‫ ؛‬٠- ٠ . ‫ ت ؛ ; ﻳ ﺐ ; ' ا ﻟ ﻤ ﺎ ل‬. ٠ ‫ ؛ ا‬٠‫ﺣ ﺎ‬ ‫ي‬.‫ز‬:‫ ﺗ ﻞ ﺀ أ إل ﺗﺞ؛؛‬١ ‫ ; ا‬٠)‫ﺀزت‬
Fils de Sclamet ghera‫ ؛‬.khan

Devepu khan en 1 0 ‫ ا؟ )ﻟﺐ; ة‬6;‫ﺀ( ﻳ ﻲ‬:‫]ﻟآل‬:‫ ا‬٧‫ ة‬٠ ‫ذ غﺀ‬٢‫ﺟ ﻊ | ﺟﺎ؛‬


rai au rang; ffe ‫;ﺋﺈﻟﻐﺔ‬,/!‫ ﻋﺄ‬o è i f t p a ! ‫ﻟﺠﺄ‬:‫اةإج‬¥٢‫ﻏﺔؤﻫﻐﻌﺊ;ي؛ﺀ‬
dignité de. noureddin. ! e n v o y a ce dernier en ٠1‫ةﺀﺀةت‬٠
pour‫ ؛‬ravager la petite R ussie ‫ ؛‬province 1de ^‫“^؛‬Polo
. gne, et subjugua les Circassiens qui s’étaient révol
tés. Il régna dix ans et cinq mois, et vécut cinquante
ans.
١)>‫؛ ر‬ ‫ﺳ ﻬ ﻤ ﺤ ال‬ ‫ﻒ ; ﺀ‬ ‫ ﺀ ﻫ ﻬ‬٨ ¥ ٠- 0 ‫أ‬ ‫ ا } ال ا ا ا ' ا ؛ ك‬٤ ٠ ‫ال‬

•٠; ٠ ' ]( ٠‫ ﻟﺴﻠال‬. vUg ١٠١ '‫؛ (أر‬:!‫؛‬-?٠


'، }٠٠•‫؟؛‬،.)‫;ئ!ذ(ﺗﻞ‬٠|( ‫وادر‬II
Fils de Selamet ghera‫؛‬, khan pour la seconde ‫ﺀ‬0‫ز‬5٠‫ا‬

Rétabli sur le trône en ٤. il éleva Gazi ,) 1 6 5 4 ( 64


ghera'‫ ؛‬au rang de kalga, et Mlurad glierai’ à celui de
noureddin. Il .marcha en 1068. contre la Hongrie, et
,en revint avecun butin considérables Lanbée suivante
il partit'de .nouveau pour la guerre ,1 0 6 9 ‫ ؛‬- de Hon
grie et y 'remporta de grands avantages. Fazil Ahmed
pacha étant, .allé a '!’expédition d.Ou'1'var, leèsultan
Mohammed III donna‫؛‬au khan t ordre de. s’y rendre

B in u cp p o B a H O
;

442 JOURNAL ASIATIQUE,


aussi avec ses troupes‫ ؛‬mais le khan s'excusa d’y
aller en personne et se contenta d'envoyer son fils
Alimed gheraï. Plus tard, les NOgaïs habitant dans
la proximité des dépendances de la Porte s'etant re-
volte.‫ ؟‬contre l'autorite du klian ,-celui-ci, sans attendre
la permission du sultan,, marcha contre eux en 1 0 7 0 .
Cette circonstance. Jointe à son refus de marcher à la
guerre, comme le lui avait ordonne le sultan, motiva
sa destitution en 1 0 7 6 . Craignant les suites du ressen-
timentdu sultan, il n'alla point à Constantinople et se
réfugia à Komouk, oU il mourut en 1085. Moham-
med gheraï fit construire à Baktcheseraï un grand edi-
fice pour des bains, et des palais à Toula, daJis le voi-
sinage de Baktcheseraï. II regna la seconde fois douze
ans quatre mois, et mourut age de soixante-six ans.

ADJL GHERAÏ KHAN,

Fils de Devlet gheraï sultan.

Nomme en 1078 (1 6 6 5 ), il fut déposé après cinq


ans de règne, pour cause d'alienation mentale, et
mourut en Roumeiie.

SELIM GHERAÏ" KHAN.

Fils de Behader gheraï khan.

Eleve au khanat en 1 0 8 1 ,1 1 nomma kalga Sela-


met gheraï et conféra la dignité de Jioureddin à Safa
gherai. Arrive en Crimee, il se rendit aussitôt en
Circassie pour organiser le pays‫ ؛‬mais au ,noment
oU il prenait ses quatiers d'hiver dans la Cabarda.

BiAuwcppoBaHoGoogle
‫ب‬

N.VEMBRE 1833. 443


le sultan ،'appela pour ،'accompagner (،ans ،'expédition
contre ،a vi،،e de Kamindjé ٤. Le khan passa de Ja
Cabarda en Crimée, et de ،à ‫؛‬، se mit en marche en ١
Résolu (-،'opérer sa jonction avec I'ar٠ .)1 6 7 2 ( 1083
mée ottomane i، eut à combattre ،es tl'Oupes poJojiaises
.qui se trouvaient sur son passage près (Je Kamindjé
- L e khan ،es battit, entra dans la forteresse, et ton
tribua ainsi aux succès des armes ottomanes. Comme
armée tartare commençait'، ‫ ذ‬manquer de vivres, il
obtint ،a permission de passer en Moldavie. Les
-Nogats habitant les environs d’Akkerman s'étant ré
vo،tés contre la Porte, et le sultan ayant manifesté
,Je désir de les voir transportés en Crimée, ،e khan
conformément aux ortJres qu'i، avait reçus, passa
e Boristhène et transporta ،a tribu susdite avec،
ses troupeaux dans la péninsule ‫ ل‬mais ،es rartares
-de cette tribu, exerçant continuellement des brigan
dages, par suite de la négligence que ،'on mit à
empêcher de s’éloigner ceux qui regrettaient leur
-patrie, reprirent peu à peu leurs anciennes habita
>■■’< .tions
,Le khan Selim voulant se démettre du pouvoir
-présenta à ce sujet une requête au sultan, qui ne ،'a
gréa point ‫ل‬mais, au contraire, i، lui donna ،'ordre de
prêter secours à ،'armée ottomane destinée à faire éva٠
cuer la forteresse deTchehryn (en Ukraine). Comme
cette entreprise.ne réussit point, et que Cara Mustafa
-pacha attribua ،es foutes du seraskier au khan, celui
ci fot destitué en 1088, au mois de dzi'،-hidjé. Après
‫ا‬ Kam‫؛‬c'n‫؛‬c ،7٠ ‫اﺀﺀ‬ Podolie.

BUmucppoBaHDGoogle
444 JOURNAL ASIATIQUE.
avoir passe ï’hïver à Kaffa, il alla, en 1089 ( 1 6 .7 .8 ),'
à Constantinople, d o u il fut relégué à r«e de Rhodes
'sur les représentations du nouveau khan. Sdim gheraï
r٠ na sept ans. ' , " ...

٠ ‫ئ‬:‫? ال‬٠٠‫ث‬٠‫ا‬ .٠‫ ﻏ ﻊ ؟ ﺀ‬. ‫! ﺀ‬ ‫أ‬٠


; ٠‫ ؛‬.‫ ؛‬: : ، , ١; ‫ ذ‬, '٠: ‫؛‬
‫ا؛‬ ،٠١- Fils de Mobarrek gherai sultan. ' •.، Il :‫؛‬٠/'.

i Deyenu khan, en ‫ ل‬٩ 88 ) 1 6 7 7 ( , ‫ئ‬il flQpjaua ,kalga


Tokatmich gherai'. et conféra le- rang de noureddin
à Sa'adet gherai. Peu de, temps après son arrivée en
,-ÇrimGe, il reçut ,l'ordre de marcher Je A ile
mands; mais la guerre n'ayant pas été .heureuse ‫؛‬,
, Cara, Mustafa p.açha eu rejeta la faute, spr Je khan
dans un rapport adresse au sultan en conséquence *
1‫ ؟‬khan-fut destitué, en 1 0 9 4 .‫ ؛‬Le suit‫ ؟ ؟‬- J fii ٠4ési
gna ‫؛‬:pour séjour une ferme situÇ.e dan‫ ؟‬j,l‫؛ ؟‬Vi‫ ؟‬isinage
deY am boli, oh il,mourut ‫ ؟‬n 1 ‫ ا‬0 7 .. ‫عﺀ‬، dm;#? de. son
règne (ut de .cinq ans et.jdiy mo,ls.,li:.’vécu٠t^ei^ente.j
‫؛‬i f ‫؟؛‬.‫؟‬..:: ,J‫ذ‬: n.. ..i ‫؛‬٠٦ ‫؛‬ ‫ال ؛ آو‬٩ ‫ ا‬٠٠‫•؛‬،.٠,
‫؛‬،‫ل‬٠
UADJI GHERAÏ KHAN, .

"' 'FJJs de'Selamet gheraï sultah‫' '' ؛ ؛‬


-،،'1‫ﺍﺀﻝ؛ﺍﺀأل‬١ ,‫ ﺍ ؛‬.):!‫ﺿﻞ‬:‫<ﻝ‬ :١ ٠ .-‫'؛‬.«« ٩٠« ‫ﺫﺍ‬،!‫ ﺇ‬0 -;.'.,‫ ﺍ‬٠‫ﺍ‬
Parvenu au khanat en. ‫؛‬-l 6 8 2 ) , . i l ( 1 0 9 4 ‫ ؛‬n ٩mma
pour' kaiga' Devlet gheraï‫ ؛‬et. pour noureddin Azemet
gheraï. ‫؛‬-A yantreçu l'ordre, detharcher contre lès ;Al
lemands, 'il partit 'à. la.-tété de ses troupes.’ Lorsque
armée. .ottomane, battue sous les murs de ’1‫؛‬,V ien n e
abandonna ses'drapeaux, le khan combattait encorea
la tête des Tartares et sauva l’étendard ottoman، ،Plus

BUmucppoBaHo G o o g l e
٠ ١

-.'NOVEMBRE 18.33. ... ٠ 445


tard, quand l’armée polonaise .voulut s’emparer du
pays de Botidjak ('la Bessarabie), le. khan alla à sa ren-
contre, lui livra bataille,près du gué d'Ismaël, et.la
battit. Peu de temps après, il envoya le noureddin à
la tête d'une partie de ses troupes pour accompagner
le sultan dans son expédition contre Bude (en Hon-
g rie), et.repartit pour la CrimCe. ‫ ال‬fut destitue en'
1 0 9 5 , après avoil- régne un an ‫ ؛‬il vécut quarante«un
ans. ,
SELIM GHERAÏ,

Pour la seconde fois.

‫ ال‬fut nommé khan en 1 0 9 5 . Devlet ghera'i kalgaj


Azemet gheraï noureddin. Selim eut à combattre, la
même année, le célébré Gallitzin qui était venu en
Crimée. Après un combat qui eut lieu à Carayelg, il
se retira lelendem ain. En 1 1 0 0 , Selim partit d'Ak٠
kerman pour rejoindre 1'armée ottomane, et fut en-
voyé contre .les Allemands, qui étaient alors dans leurs
quartiers d'iliver. II alla à la rencontre d'une partie de
ces troupes rassemblées près de Captchak, les battit,
et fit prisonnier un de leurs chefs nommé H ersck. En
récompense de ces services, il filt invité à'se rendre
au camp de 1'armée ottomane, Oil il eut une ejitrevue
avec le sultan qu'il pria de créer une milice qui por-
terait le nom de sekban, et serait destinée à être tou-
Jours auprès de la personne des klians. Cette nouvelle
garde serait divisée en compagnies (drapeaux bei'rak),
cliacune de 50 hommes, et payée par le trésor impé-
rial à raisoji de 41 ghourouchs(écus) par personne. Le

BinucjpBaHo Google
t

446 ٠. JOURNAL- ASIATIQUE.


sultan agréa sa demande et ‫؛‬a milice des sekban fut
créée. Selim gherai' reçut, en 1 1 0 1 , l'ordre d'accom.
pagner Keuprili Zade Mustapha pachf، dans ses
guerres; il s'y rendit, et ii contribua puissamment à
expulser les Allemands des pays dojit ils s'Ctaient em .
parés depuis leur arrivée auprès tle Belgrade. Ayant
obtenu, en récompense de ses nouveaux services, la
permission ،le demander au sultan ٩ue!٩ue faveur, il
le pria d’abord ،!'ordonner qu'aucune personne dtran-
gère à sa fomille Jie pfit à l'avenir régner en Crimée;
ensuite il demanda la permission ،le s'acquitter du
pèlerinage de la Mecque. Le sultan lui ayant accordé
ses demandes, Selim glierai remit le pouvoir à Sa'adet
glierai' et se rentlit par 1'Égypte à la Mecque, se mon-
trant très-généreux envers les beis fie l'Arabie. Après
avoir accompli cet acte de tlévotion, il retourna en
Crimée. Depuis le temps tle Selim Jusqu'à nos Jours,
une rente annuelle est payée, par le trésor particulier
،les sultans ottomans sous le nom de syra ( ‫ ه‬۶‫) ﻫﻢ‬, aux
stations que Selim gherai' avait visitées ،‫؛‬ans son voyage.
Selim gherai', de retour ،le son pèlerinage, clioisit pour
séjour uue ferme nommÇe K azikeiiï, ،lans le voisinage
،le Silivri.' La ،lurée ،le son règne fut, cette fois, de
sept ans.
SA'ADET GHERAÏ KHAN,

Fils de Selim le pèlerin.

Il parvint au, pouvoir en 1102 ( 1 6 9 1 ) . Kalga,


Devlet glierai' ; noureddin, Fetli gherai. Peu de
temps après son avènement au trône, le khan, ne pou-

BLauucppopaHo Google
: NOVEMBRE 18447 ‫ف‬3 ٠ ‫ﺀ‬
van، s'accorder avec son kalga, l'exila à Babadagh,
et Je remplaça par son frère DJihan gherai". Ayant
reçu l’ordre d'alJer faire -la guerre contre les Aile-
mands, il quitta la CrimCe la même année (1 1 0 2 ),
et traversa la.V alach ie‫ ؛‬mais les récoltes de ce pays
ayant été détruites par les sauterelles, le khan eut
beaucoup de peine à retenir dans !’obéissance ses trou-
pes manquant de vivres. D ’un autre cOté, les habitants
de la Crimée ayant fait représenter au sultan que le
khan ne pouvait s'accorder.avec ses soldats, et le
khan n’étant point arrivé à temps pour secourir 1’armée
ottomane, il fut destitué et relégué à file de Rhodes.
Il régna dix mois et vécut cinquante-un ans.

SAFA GHERAI KHAN,

Fils de Safa gheraï sultan.

II filt élevé au pouvoir en 1 1 0 3 . Kalga, Kara Devlet


gherai'‫ ؛‬noureddin, Chahyn gheraï. Après avoir ras-
semblé ses troupes, il se mit en marche‫ ؛‬mais à peine
arrivé à Berkouki, ses Tartares se dispersèrent. II fiit
destitué pour n'avoir pas su les discipliner. Son règne
dura dix mois.

ELHADJ (le pèlerin) SELIM GHERAÏ,

Peur la tr٠‫؛‬s‫؛‬ème fois.

Rétabli au pouvoir en 1 1 0 4 ( 1 6 9 2 ) , a conféra


le rang de kalga à Devlet gheraï et celui de noured-
din à Chahyn gherai". Peu de temps après son arri-
vée à Baktchéséraï, en 1 1 0 5 , un capidji-bachi de la

BinucppoBaHo G o o g le
١ ‫ا‬

448 JOURNAL ASIATIQUE. .


Porte lai remit ane Jettre da.saltan qai l'appelait à la
gaerre de Transylvanie. Le khan -S'étant mis en marche
à la tète de ses troapes, la noavelle qae ‫ﺀ‬la ville de
Belgrade venait d'étre assiégée par les Allemands le
troava à Akkermann : aassitôt il envoya les deax
saltans Sa'adet gherai et Takht gherai' poar former
l'avant-garde, et ne tarda pas à s'y rendre lai-mèmè.
L'armée ottomane les saiv-it de près. Les princes tar-
tares envoyés en avant-garde avaient déjà- engagé le
combat, lorsqae le khan arriva avec le grand-visir: le
coarage et le zèleda premier contriljaèrent- à la défaite
des Allemands. Ceax-ci ayant passé la S ave,Iekhan
passa aassi cette rivière à la tête des troapes qai l'ac-
compagnaient j mais les Allemands l'attaqaèrent et le
battirent à lear toar. Le khan envoya alors les denx
princes Sa'adet et Takht gherai' poar ravager les pays
voisins.
En 1106 et 1107 an firman da saltan l'appela
-de noaveaa à la gaerre contre les Allemands, et il
contribaa paissamment à la prise des villes de L o.
gocli, de Nissa et de Belila.' En 1109 il fat invité par
le saltan à se rendre à Andrinople, oà il eat ane en-
trevae avec s. H. Le saltan, cédant à ses instances,
éleva son héritier présomptif, le kalga Devlet gheraï
aa khanat de Crimée. Selim gherai renonça aa poa-
voir, et alla se fixer à Kazikeai, dans le voisinage de
la ville de Scatari. Cette fois Selim gherai' occapa
letrOne pendant six ans. ,/

BUmi/K$)p0BaH0 Google
NOVEMBRE 1833. 449

DEVLET GHERAJ KHAN,

F is du precedent.

II fut élevé au khanat en 1 1 1 0 ( 1 6 9 . Kalga.


Schahbaz ; noureddin, Gazi gheraï. Devlet gheraï fut
destitué après cihq ans de règne.

E L H A .JS E L IM GHERAÏ,

Pour la quatrième fois.

Appelé de nouveau au khanat en 1lis (1703), il


nomma kalga l'un de ses fils, Gazi gheraï ‫ ل‬et nour-
eddin, soti autre,fils, Kaplan gheraï. Il mou.rut à Bak-
tchéséraï après un an de règne.

GAZI GHERAl KHAN,

Fils de Selira Je pèJerin ( aJhadj ).

II fut nommé khan en 1 1 1 6 . Kalga, Kaplan gheraï ‫ل‬


noureddin, Maksoud glieraï. Le klian n’ayant point
châtié les chefs qui, contre la foi des traités, avaient
-ravagé les provinces polonaises, le sultan le destitua.
Gazi gheraï régna deux ans.

KAJPLAN GHERAÏ. KHAN,

Fils de Selim le pèlerin.

II fot nommé khan en l'an 1119 ( 1 7 0 7 ). Kalga,


Mengli gherai'‫ ؛‬noureddin, Maksoud gheraï. Kaplan
XII. 29

BiiiuucppoBaH o Google
٠ t

450 JOURNAL ASIATiaUE.


gheraï ayant obtenu du sultan la permission de sou.
mettre les peuplades de la Cabarda qui s'etaient re'-
voltdes. Je beglerbeï de Kaffa, Murteza pacha, con-
formdment aux ordres de Ja Sublime-Porte, devait
Jui p rêt., :،ppui. Le khan, de son côte, s'adjoignit,
outre ses propres troupes, celJcs des Noga'Is et d’Ada.
Arrivé à Bakhsan, il se jeta sur Jes Circassiens, mais
d fut battu et mis en deroute. Le sultan Je destitua
comme incapable ،le faire respecter Ja ،lignite de son
rang. Kaplan gheraï régna ،leux ans.

DEVLET GHERAl KHAN,

Poui. la seconde fois. ‫ﺑﻮ‬


» fut nomme khan en 1121 (1709). Le kalga fut
Bakht gheraï, et Je noureddin, Safa gheraï. Le grand
czar Pierre I" s'etant avance à la tète de son arrnde
pour faire Ja guerre a la porte ottomane, en 'l’an 1123
(1711), le klian entra dans Ja Moldavie avec quarante
mille Tartares, intercepta le transjwrt de vivres, et
contribua par cette mesure au succès des armées o t t .
, manes. Après avoir rdduit la Moldavie- sous l'obeis-
٠ sance de la Porte, il repartit pour la Crirnde. En
1 1 2 4 , Je khan donna à son fils Mohammed gheraï le
commandement en chef, de l'armde du Kouban, y joi-
gnit une partie des troupes de Crimde, e t, après avoir
passe le Bouzak, pilla la ville de tebenko. Il rdgna
cinq ans.

BijtmucppoBaHo Google
NOVEMBRE 1833. 451

KAPLAN GHERAI,

Pour la seconde fois.

Kalga, MengJi gherai; noureddin, Safa gherai. Ka-


plan gheraï, arrive en CrimCe, reçut J'ordre de suivre
comme auxiliaire l'arrnde ottomaneà Varadin. Le khan,
n'y etant point aile en personne, se horna a y envoyer
son frère SeJamet gherai.. Celui-ci rejoignit bientôt
l'armCe ottomane et marcha avec ‫ ؟‬lie sur Varadin ‫و‬
mais les troupes du sultan et du khan furent battues,
et le khan fut destitue à la fin de l'annCe 1 1 2 8 (1 7 1 5 ),
pour ne s'étre pas rendu à l'appel du sultan. Il rCgna
trois ans.
CARA DEVLET GHERAÏ,

Fils d’Adil gheraï.

II filt nomme khan en 1129 (1 7 1 6 ). Le sultan


ayant ete informe ٩ue les Tartares avaient hautetnent
manifeste l’intention de n'obeir qu’à un descendant de
Selim le pèlerin, Devlet gherai' filt destitue, après
avoir règne pendant quatre mois.

SA'ADET G H ERA Ï,

Fils de Selim le pèlerin.

Il fot nomme en 1 1 2 9 . Kalga, Safa gherai'‫ ؛‬nour*


eddin. Islam gherai'. Sa'adet ghera.i alla en Circassie en
1133 ( 1 7 2 0 ) , et il y fot feit prisonnier. Après son
retour de captivité, il fut destitue et envoyd en Rou-
mélie après neuf mois de règne.
2».

BLauucppoBaHcv Google
452 JOURNAL ASIATIQUE

MENGU GHERAl KHAN,

Fils de SeJim le pèlerin.

Il fut nomme khan en 1137 ( 1 7 2 4 ). KaJga, ^ la -


met gheraïj noureddin, Saleh gherai. Mengli gheraï
fit construire à Baktchesérai' un nouveau palais dans
le quartier nommé Seladjik. II fut destitué en 1143
(1 7 3 0 ), après avoir régné six a n s‘.
‫ا‬ Noua avons parte, dans une des notes precedentes .d e fin -
fluence qu’exerçaient tes chefs de ta trihu de Chi^rn sur tes af-
faires de ta Crimée. Le conflit de ces chefs avec l’un des prédéces ٠
seurs du. khan Mengli gheraï amena teur chute, ainsi que ta déconsi-
dération de cette noblesse tartare. Voici Je résumé des événements
relatifs a ce point historique, racontés par un témoin oculaire. Un
Chiryn b eï, mécontent du dernier khan, se rendit aConstantinople
pour obtenir sa destitution. Le grand visir favorisait le khan et fit
tous ses efforts pour que Je beï ne pût pénétrer jusqu’au sultan.
N’ayant point réussi a Constantinople, le beï revient en Crim ée,
rassemble les plus vaillants des Chiryn, et leur fait jurer par M a.
homet qu’ils ne mettraient bas les armes qu’après avoir chassé
le khan. En conséquence, ils l’attaquèrent dans son palais, et
le khan, qui ne pouvait leur opposer que des forces inférieures‫؟‬
prit le parti d’abandonner la Crimée, et d’aller a Constantinople.
Arrivé auprès du visir et du Grand-Seigneur, il se plaignit de
l’esprit de révolte qui animait continuellement les Chiryn , et ins-
pira au sultan l’idée de la destruction de cette puissante famille.
Le sultan l’adopta, e t, pour mieux couvrir ses projets, il fit savoir
aux Chiryn qu’il leur enverrait un nouveau prince. Le choix ne
pouvait être plus agréable, ni plus capable de les tromper ‫ ذ‬c’était
M engli gheraï, beau-frère du beï des Chiryn. Le sultan instruisit
Je nouveau klian de ses intentions et le fit agir dans ce sens. Le
khan arrivé en Crimée, tout en donnant des marques extérieures
de sou amitié au chef des Chiryn, s’occupa.a faire semer par ses
émissaires des germes de mésintelligence entre le beï et les prin-
cipaux membres de cette noblesse, en leur faisant entendre que
le beï sacrifiait leurs intérêts a ses vues ambitieuses, et qu’un

BUmucppoBaHD Google
"NOVEMBRE 1833. 453

KAPLAN GHERAI,

Pour la troisième fois.

‫ ال‬fut nomme khan en 114 3 . Kalga, Adü gheraïj


noureddin, HadJ‫ ؛‬gheraï. L’arrnde russe etant entrée
en Crimée en 1 1 4 8 , Je khan voulut s'opposer à ses
progrès, et alla à sa rencontre à Karaielga. Trop faihle
‫ ؟‬our lui rés‫؛‬s۴ Je khari fut battu et mis en deroute 5
il se replia sUr Perekop, mais iJ y fut battu egale-
ment, et prit Ja filite. L'armée russe Je poursuivit et
brUJa Kozlew, Baktchdsérai' et Akmesdjid (Simphe-
ropol). Après un sdjourde q u atre-vi.q u atorze Jours
dans !'intérieur de la Crimée, elle incendia, dans sa
retraite, la place forte de Perekop et se retira. Le khan
fut destitue Ja même annde 1148 (1 7 3 5 ), après avoir
rêgnê six ans.

jour il se F a u d r a i t Je son alliance avec le khan pour les trahir.


٥٠ commença a se plaindre hautement dn heï dans sa trihn. et en
p eu de tem ps, par suite des machinations du khan, les choses en
vinrent au point qu.une ropture ayant éclaté entre lui et. le h e ï.
le khan résolut de lui faire Oter la vie. Le h eï, informé de ses
projets, prit la fuite. Le khan le fit poureuivre jusqu’a ce ٩u٠il fût
sorti de la Crimée ‫ ؛‬ce bannissement volontaire du heï de Chirçrn
servait mieux le khan dans l’opinion du pays que ne l’aurait pu
faire sa mort. Le même, khan fit rechercher les amis du h eï, dont
quelques uns furent mis a mort, et d’autre» renvoyés dans les con-
trées les plus désertes de la Crimée, oU ils se virent bientôt réduits
a la dernière misère. Depuis cette époque ٠la tribu de Chiryn
perdit toute son impwtance politique. (Lettre du P. Stéphan dans
les L ettres édifiantes ‫ﺀ‬، curieuses, vol. H l, pag. 196-206.)
454 JOURNAL ASIATIQUE.
FETH GHEKAI KHAN,

Fils de Devlet gheraï khan.

II filt élevé au khanat en 1 1 4 9 . Kalga, Arslan ghe-


rai‫ ؛‬noureddin. Mahmoud gheraï. Feth gherai' fixa sa
résidence à Cara-sou ‘ j et durant !.hiver de la même,
année, il sortit de Parech-pol pour faire une excursion
militaire qui lui rapporta de grands avantages.
En 1 1 5 0 (1 7 3 7 ) le célébré Gallitzift entra,en Cri-
mée à la tête de troupes nombreuses‫ ؛‬e t, ayant passé
auprès d'Outchouba, il ravagea'le pays jusqu'a Cara-
sou : après quoi ils'eioigna. L e khan Feth gheraï régna
un an.
MENGLI GHERAI KHAN,

Fils de SeJim le pèlerin, pour la seconde fois.

II fut nommé khan en 1150 (1 7 3 7 ). Kalga, Sela-


met gheraï‫ ؛‬noureddin, Saleh gheraï. Dans la mèmè
année, 1'armée russe entra en Crimée ‫ ؛‬et, après avoir
défait les troupes tartares, elle s'empara du fort de
Perekop.- Mengli gherai. mourut après un règne de
deux ans.
SELAMET GHERAÏ KHAN.

II fot élevé au khanat en 1152 ( 1 7 3 9 ) . Kal^j,


Axemet gheraï ‫ ؛‬noureddin, Tokatmich gherai'. Ce
prince fit reconstruire à Baktchésérai les palais et la
grande mosquée qui avaient été brûlés par les Russes ‫؛‬
1 Aujourd'hui Cara.sou-bazar, l’une des villes les plus impor-
tantes de la Crimée. - J ٠

BLauncfjpcvBaHo G f t o g l e
NOVEMBRE 1833. 455
Jes travaux furent achevés dans la même année 1,152.
Selamet gherai' fut destitué en 1156 ( 1 7 4 3 ) . H
régna cinq ans.'

8ELIM GHERAI KHAN,

Fils de Kaplan gherai.

II fut nommé khan en 1 1 5 6 . Kalga, Chahyn ghe-


rai’‫ ز‬noureddin, Behader gherai’. Selim fut destitué
en 1.190, après avoir régné cinq ans.

A RSLAN G H ERA Ï,

Fils de Devlet gheraï khan.

II fut élevé au khanat en 1 1 6 1 '(1 7 4 8 ). Kalga,


Selim gheraï 5 noureddin, Krim gherai'. Ce prince fit
relever les fortifications d'Arabat, et construire des
remparts et des fossés à Outchouba, à DJounkar et à
DJouvach II établit une école a Baktchésérai’ et des
fontaines à Kozlew, ainsi qu'à Akmesdjid, et ajouta
au palais de Batkchésérai un pavillon du côté occi-
dental. Il régna huit ans.

HAKIM GHERAÏ KHAN » ,

Fils de Seadet gherai khan.

Il fut nommé khan en 1 1 6 9 ‫ ؛‬il eut pour kalga son


frère Devlet gherai', et Mohammed gherai' pour nou-
reddin, et filt des.titué au bout de trois ans de règne.

‫?( ا‬est le lieu deSignc' sur nos cartes sous le nom de Zabach.
» La notice de feu M. Langlès porte A lym .

BLauucppoBaHcv Google
456 JOURNAL ASIATIQUE.
KRIM GHERAÏ KHAN,

Fils de DevJet gherai'.

Il fut nomme khan en 1 1 7 2 . Kalga, Hadji gheraïj


noureddin, Ahmed gherai'. Krim glieraï fit rebâtir, en
1 1 7 3 , un palais à Seladjik, fun des quartier^de Bak-
tchdsdrai, et fut destitue après avoir règne six ans.

SELIM GHERAÏ,

Fils de Feth .gheraï khan.

Nomme klian en 1178, il eut pour kalga Moham-


med gheraï, et pour noureddin Krim gheraï. II fut
destitue après deux ans de règne.

ARSLAN GHERAJ,

Pour Ja seconde fois.

Nomme khan en 1 1 8 0 , il eut pour kalga son fils


Devlet gheraï. Il mourat deux !ours après son ave.
nement au pouvoir.
MAKSOCD GHERAI KHAN,

Fils de SeJamet gheraï khan.

Il fut nomme khan en l'an 1 1 8 1 , et eut pour kalga


Islam ghera'I. Il fut destitue au bout de six mois.

KRIM GHERAI KHAN,

Pour Ja seconde fois.

II fut eieve au khanat en 1 182 5"il eut pour kalga


Mas'oud gheraï, et Kaplan gherai' pour noureddin. II

BUmucipBaHo Googl
NOVEMBRE 1833. '457
étendit ses excursions jusque dans Je voisinage de Bel-
besat, et mourut après avoir régné six mois.

DEVLET GHERAI KHAN,

FiJs d'ArsIan gherai khan.

Nommé khan en 1182, iJ eut pour kaJga Chahbaz


gj١eraï١ et Mobarek gj١e،'aï pour noureddin. JJ fut des-
titué après un an de règne.

KAPLAN GHERA'،' KHAN,

Fils de SeJim ghcraï khan.

Il fut nommé khan en 1 1 8 8 . Kalga, Islam gheraï ‫ل‬


noureddin, Bakht gj،eraï٠ Ce prince fut destitué au
bout de fJix mois.

SELIM GHERAÏ KHAN,

Four la seconde fois.

Il fut nommé khan en 118 4 . Kalga, Mohammed


gherai'; noureddin, Krim gherai. Après dix mois de
son règne, 1'armée russe s'étant emparée de la Cri-
m ée. Je khan fut renvoyé en Roumélie.

8AHEB GHERAi' KHAN,

٠ Fils d’Ahmed gheraï sultan.


IJ fut nommé khan e.n l’an 1185 ‫ل‬il eut pour kaJga
Chahyn gher‫ ؛‬ï , et Behader gheraï pour noureddin.
II fut destitué en 1189.

BiuucJpBaHO Googl
458 JOURNAL ASIATIQUE.
DEVLET G H ERA i,

Pour Ja seconde fois.

It fut nomme khan en l’an 1 1 8 9 . Kalga, Schahbaz


gheraï; noureddin, Mobarek gherai'. Ce prince fut tles-
titud en 1191 et se retira en Roumdlie. ; ‫'ا‬
CHAHYN GHERAÏ KIIAN, ' '

Fds d’Ahmed gheraï sultan.

Nomme kban en 1 189 (1 7 7 5 ) , ‫ ا‬renonça volon-


tairement au Jjouvoir après un règne de sept ans. t

D ESC R IPTIO
IPT IO N
-. . . ٠'٠١'٠٠٠ ۴٠ ٠٠ .‫ ؛؛‬٠
.)es principaux fleuves (Je Ja Grande-Arm enie, d’api.ès
Je D jihan-N um a de Kiatib Tehelebi, par M. Amedee
J acbert , avec la traduction d’un fragment arménien
du docteur Indjidjian ٤ , par M. B rossEt . ,;‫ؤ‬

٠‫;ا‬
A V ER TISSEM EN T . ' ٠‫■؛‬
٠•'٠
٠٥٤
‫ل ؟‬ ‫| ا‬
{ ... .... ..,...; ‫إاا‬.‫ ذإ‬# ‫ا‬

Feu M. Saint-Martin avait propose au comitd des tra-


ductions orientales de Londres de tratJuire etd.im prnner
sous ses auspices tout Je volume d’Indjidjian ١ relatif ٤١ JAr-
menie moderne, et ee comite' s’etait empresse' d’accueillir
sa demande, C’est Je desir te'moigne' par ce savant .rien ,
taliste de faire passer en notre langue (.ouvrage du docteur
arme'nien qui m’en a fait entreprendre Ja lecture, et m’a
engage' ‫ ا‬en traduire plusieurs morceaux importants pour
la ge'ographie de la GeOrgie et pour ،.histoire de Trebi.

1 A sie, I. 3 # sqq.
»

TABLE G ÉN É R A LE
DES ARTICLES CONTENUS DANS LE X II. VOLUME.

MEMOIRES.

١٠ Essai sur la langue e، ia littérature persanes par M. de


H a m m e r .......................................................................................... .. 20
Observations sur ce m ém oire..................................... 382
A nalyse du quatrième chapitre de ['A ita re y a U p a n ish a d ;
extrait du , par M. le baron dEcKSTEiy. ( F in ) .. 3
N otice sur le palais du schab a B a k o u .. . . . . . . . . . . . . . . . 73
Sur !u sa g e du thé en C h in e , par M. K l a p r o t h . . . . . . . . 82
Extrait d u n e lettre de M. F élix L a j a r p a M. T h. P a n o fk a .. 12،
Péchés de la mer C aspienne, par M. K l a p r o t h . . . . . . . . . 162
N otice sur les Orang A b ou n g, par M. J a c q u e t . . . . . . . . . . 170
A perçu des entreprises des M ongols en G éorgie et en Ar-
m én ie, dans le 0‫ ا ئ‬siè c le , par M. K l a p r o t h ( S u it e .) . 133
F in .................................................................................................. 273
N otice sur quelques inscriptions koufiques dign genre sin-
g u lie r , par M. ‫ل‬. J ٠ M a r c e l . ( I g article. 320
N otice sur les N ègres de K uen lu n , par M. K l a p r o t h . . . . 232
Extrait (Tune Notice sur la relation originale de MarCiPol,
V én itien , par M. Paulin P a r i s . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244
N otice de la v ille d’Erivan, capitale de ‫ ؟‬A rm énie russe,
traduit du russe. : ............................................. 254
Précis de !*histoire des khans de Crim ée, etc, par MM. K a-
ZIMIRSKI et A m . ‫ل‬AUBERT........................................................... 349
■ F in .................................................................................................. 42 8
Notice (Tune chronologie chinoise et japonaise. ( K l a p r . ) . 402
Description des principaux fleuves de la Grande Arm é-
n ie , par MM. B r o s s e t et J a u b e r t ......................................... 45 8
Note sur les gisem ents de for dans la partie septentrionale
des monts Oural............................................................................. 470

Bi.uncppoBaH O G o o q Lc
576 TABLE.
\‫ ذ‬Mémoire sur !.ancien cours de i ’O x u s, par M. J a u b e r t . ٠ ٠٠ 46،
Histoire de ia G é o r g ie , 1‫ﺀ‬
٠ art., par M. K l a p r o t h . . . . . . . ‫وا ج‬

CRITIQUE LITTÉ R A IR E.

Notice et extrait du Rom an d 'A n ta r, par M. A . C a u ssin d e


P erceval ...................................................................... .. 97
Manavadharma sastra, Lois de M anou, publiés et traduites
par M. Loiseleur des Lougchamps. ( A . L a n g l o is ). . . . . 142
Notice des manuscrits géorgiens envoyés en France par le
prince Théim ouraz, par M. B r o sse t . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ‫ﺟﺞ‬
Observations sur un article du Journ al ٠‫ ﺀﺀاؤﺀﺀه'اﺀ‬du mois
،a v r il dernier, par M. J a c q u e t . . .......................................... 177
La B ib le, traduction n ou velle, avec h é b r e u en regard,
par M. Caben. (Rapport de M. i’abbé L a b o u d e r ie . ) ٠ ٠ ٠ 21٥
Geschicbte von Spanien, Histoire de !.Espagne, etc. ( ٠٠) . 263
‫ ؟‬Extrait du Sefer Tahkém oni, par M. le baron S il v e s t r e
DE S a c y . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ٠٠ 306
١. Poème arabe d.Ebn-Zéidoun , par M. !e baron S ilvestre

de S acy . . . . .................................... 500


Notice d.une collection de manuscrits sanscrits,déposée au
Musée asiatique de S ain t-P étersb ou rg.. . . . . . . . . . . . . . . 543

NOUVELLES E T M ELANGES.

Programme du prix proposé par !’Académie impériale de


Saint-Pétersbourg............................................... 5
Introduction au traité ،astronom ie d’AbouI-Hbassan AJi,
par M .SE d illo t . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335
Gazette ch in o ise, 1 . art.. ........................................... 567
١٠

BUmucppoBaHo G o o g l e

Verwandte Interessen