You are on page 1of 84

39 42 Avenue des Arts 1040 Bruxelles - +32 2 511 90 15 - www.filigranes.

be

M A G A Z I N E

27
N °

FIN D’ANNÉE 2018


RAISON SOCIALE
Intell SA, av. des Arts 39-42,
ÉDITORIAL
1040 Bruxelles

NOS MAGASINS

« Le changement, c’est la continuité,… »


lu > ve : 09.00 > 20.00
sa : 10.00 > 19.30 Combien de fois n’ai-je pas entendu Marc nous répéter cette phrase ! Et
di & jours fériés : 10.00 > 19.00 là, QUEL CHANGEMENT, la presse quitte son espace privilégié à l’entrée
av. des Arts 39-42
1040 Bruxelles
du bateau devenu navire… Cette presse sans qui la librairie n’aurait pu se
T. +32 2 511 90 15 développer et devenir ce lieu de rencontre, cette destination que vous êtes
info@filigranes.be nombreux à visiter. Cette presse qui a maintenant déménagé dans notre
www.facebook.com/filigranes cellier, près du rayon Vie pratique.

ma > sa : 10.00 > 19.30


Mais quel bonheur, pour vous, chers clients : plus de place pour vous accueillir
di & jours fériés : 10.00 > 19.00 dès votre entrée dans notre espace central !
fermé le lundi
av. Louis Lepoutre 21 Et le cellier allez-vous me dire… Retour de ce dernier près du bar, comme à
1050 Bruxelles la belle époque.
T. +32 2 343 01 70
corner@filigranes.be La troisième édition du Prix Filigranes a récompensé Adeline Dieudonné
www.facebook.com/filigranescorner
pour son roman La vraie vie aux éditions L’Iconoclaste. Un chèque de
10.000€ lui a été remis, ce qui fait de notre prix un des plus importants du
lu > ve : 07.30 > 19.00 pays. 47 lecteurs ont participé cette année et nous espérons en avoir près de
sa, di & jours fériés : 08.30 > 19.00
Parvis Saint-Pierre 10
200 pour la prochaine édition.
1180 Bruxelles
T. +32 2 343 69 01 Dans un souci de faciliter vos choix, la carterie, la papeterie et les
info@lepetitfiligranes.be fournitures scolaires se trouvent dorénavant rassemblées derrière l’espace
www.facebook.com/lepetitfiligranes international !
Des rencontres quasi au quotidien dans tous les domaines. Nos soirées
me > di : 10.00 > 18.30
vacances scolaires & à partir du caritatives, ou toujours ce même plaisir de vous inviter à donner, à partager
01.04 jusqu’au 30.09 : sans que cela ne vous coûte quoi que ce soit. Nos animations en Jeunesse,
lu > di : 10.00 > 18.30 en Jouets et en Bandes dessinées. Une équipe de passionnés qui ne
Zeedijk 777
demandent qu’à partager.
8300 Knokke-Le-Zoute
T. +32 50 60 18 28
corman@filigranes.be Et puis, comme il nous plaît de vous garder parmi nous à l’espace Cafffé,
www.facebook.com/FiligranesKnokke nous avons étoffé notre choix et retour du piano.

COURRIER DES LECTEURS Voilà, je n’aurai jamais assez de qualificatifs pour vous remercier encore et
filiber@filigranes.be encore d’être fidèles et réguliers, et ce depuis 30 ans.
RÉDACTION / DIRECTION
La Filiteam
Pour rappel, nous avons ouvert un 11 novembre… SAVE THE DATE :
11/11/2019. Nous célébrerons nos 30 ans… avec un an de retard ! Cela
DIRECTEUR DE LA nous permettra de vous fêter, de nous fêter, à la hauteur de mes, de nos
PUBLICATION
Marc Filipson
ambitions !

RÉDACTEUR EN CHEF
Filiber

GRAPHISME
Aykut Cengiz *Abonnez-vous à notre newsletter ou visitez notre site www.filigranes.be
COUVERTURE
** Demandez le plan du magasin à l’entrée ainsi que le programme du mois
Teun Berserik en cours.
© 2018 - Éditions BLAKE & ***Si vous êtes un client régulier, n’hésitez-pas à demander à nos caissiers
MORTIMER / Studio Jacobs
(Dargaud-Lombard s.a.)
de vous préparer vos publications quotidiennes, hebdomadaires ou
7, avenue P.H. Spaak - 1060 mensuelles.
Bruxelles

ONT CONTRIBUÉ À CE
39 42 Avenue des Arts 1040 Bruxelles - +32 2 511 90 15 - www.filigranes.be

M A G A Z I N E

NUMÉRO 27
N °

Eric Boschman
Charles-Louis Detournay
Marc Filipson
Anne Hendrickx
Bruno Wajskop

DIFFUSION
Zoom On Arts
FIN D’ANNÉE 2018

IMPRESSION
Delabie SA, Bld. de l’Eurozone 9
Z.I. La Martinoire
B - 7700 Mouscron

Ne pas jeter sur la voie publique


Éd. responsable  :
Marc Filipson, av. des arts 39-42,
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA

1040 Bruxelles
SOMMAIRE
SÉLECTION LITTÉRATURE�������������������������������������������� 6
SÉLECTION LITTÉRATURE LOUIS LEPOUTRE������������� 10
SÉLECTION CORMAN BY FILIGRANES�������������������� 12
N °
27
SÉLECTION SCIENCES HUMAINES��������������������������� 42
SÉLECTION VIE PRATIQUE���������������������������������������� 46
RECETTE D’ÉRIC BOSCHMAN��������������������������������� 49
LES MEILLEURES VENTES FEEL-GOOD��������������������� 14 XIII À L’HONNEUR����������������������������������������������������� 50
SÉLECTION POLAR��������������������������������������������������� 16 SÉLECTION BANDE DESSINÉE���������������������������������� 53
SÉLECTION LITTÉRATURES DE L’IMAGINAIRE���������� 17 FOCUS « BLAKE & MORTIMER »������������������������������ 56
FOCUS PRIX FILIGRANES����������������������������������������� 18 SÉLECTION JEUNESSE���������������������������������������������� 60
« JE SUIS UN PROVOCATEUR, C’EST PLUS FORT QUE MOI »���23 SÉLECTION JOUETS�������������������������������������������������� 64
LES CHOIX DE MARC����������������������������������������������� 24 NEDERLANDSTALIGE SELECTIE & SELECTION
SÉLECTION DVD������������������������������������������������������� 27 INTERNATIONAL������������������������������������������������������� 74
LES CHOIX DE SYLVI.A��������������������������������������������� 30 SÉLECTION LANGUES���������������������������������������������� 77
SÉLECTION BEAUX-ARTS������������������������������������������ 32 SÉLECTION GADGETS���������������������������������������������� 78
SÉLECTION VOYAGES���������������������������������������������� 36 LA FILITEAM�������������������������������������������������������������� 80
FOCUS DR. DENIS MUKWEGE : PRIX NOBEL DE LA LES MEILLEURES VENTES������������������������������������������� 82
PAIX 2018 ����������������������������������������������������������������� 38

La presse a déménagé 
4
« MON DIEU… ! La presse a disparu !», s’écriait une cliente fin octobre. Mais non, elle a juste déménagé… Ce petit
encart pour rendre hommage à cette presse, sans qui votre librairie n’aurait jamais existé…
En effet, lors de la reprise de La Providence - Rue de
l’Industrie, en 1982 - je ne vendais quasi que de la presse. Mon
petit commerce était en effet un « journaux-tabacs-lotto ».
Tous les bénéfices du rayon passèrent directement en
achat de livres et en moins de 2 ans, le petit « tabac » était
devenu une vraie librairie.
Bénéfices tellement bien réinvestis, que la troisième
année j’ai frôlé la faillite oubliant d’en réserver une partie
pour payer les impôts.
En 1988, commence l’histoire de Filigranes avec déjà la
réputation d’avoir le plus beau choix de revues…
Zone verte :
Le temps passant, vous avez été – et êtes toujours - de commandes,
beaux-arts
et vie pratique
plus en plus nombreux à nous visiter et le manque de place
à l’entrée du magasin a eu raison de l’emplacement de ce
rayon.
Aujourd’hui, c’est dans l’ancien cellier, pas loin du rayon
Vie pratique, que Michel, Luis et Elise vous accueillent,
vous conseillent et vous guident dans le choix toujours plus
vous
vaste des publications de presse. êtes
ici
Merci pour votre fidélité et votre compréhension.
coin
Marc Filipson presse

* Si vous êtes un client régulier, n’hésitez pas à deman-


der à nos caissiers de vous préparer vos publications quoti-
diennes, hebdomadaires ou mensuelles.

SOMMAIRE 27
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
IL ÉTAIT UNE FOIS

1972
Marc Filipson a 13 ans quand il récupère le job d’étudiant
d’un de ses frères aînés dans une petite librairie à Laeken.
1974 Débauché par un des clients de la librairie,
il coupe des rouleaux de tissus pour les marchés,
ce qui lui permet de bien gagner sa vie.
Il commence alors à lire des romans, principalement Barjavel.

1982
1977
Au cours de ses études supérieures, il reprend un
job d’étudiant dans une petite librairie, Son diplôme d’instituteur en poche, il enseigne
« La Providence » pendant quelques mois. Mais, insatisfait par son salaire,

1983 il quitte l’enseignement lorsqu’une opportunité se présente.

Marc Filipson rachète " La Providence " située rue de l'Industrie.


Dans cet espace minuscule (25 m2), il communique à ses clients sa passion
1988
Exproprié, il déménage dans un local de 180m , avenue des Arts.
2
des livres et peaufine ses techniques commerciales. Il lance la formule La librairie, rebaptisée Filigranes, est ouverte 7 jours sur 7, ce qui est alors un
inhabituelle à l’époque du « satisfait ou remboursé » pari risqué dans un quartier de bureaux.

1992 2000 La librairie investit le 39 de l'avenue des Arts


et passe à 1000m².
Un incendie ravage Filigranes qui rouvre,
quelques mois plus tard, modernisée.
La gestion informatique des stocks,
mise en place à ce moment - là, La formule fonctionne si bien que la librairie s'agrandit. 2007
Avec plus de 1.700 m², Filigranes est la plus grande de Belgique et la
sera l’une des clés du succès.
plus grande de plain - pied au monde, Marc Filipson en a fait un des lieux
2009

incontournables de Bruxelles, où l’on peut flâner dans les rayons, lire en


Filigranes fait le pari du numérique en créant une application pour iPhone
buvant un café ou écouter les auteurs lors des présentations et séances
(une première dans le monde de la librairie francophone). Le nouveau
de dédicaces.
comptoir numérique propose des liseuses. Des livres numériques sont
vendus sur le site filigranes.epagine.fr ainsi qu’au magasin. Filigranes 5
est aussi très actif sur Facebook, sa page compte aujourd’hui environ
2010

24 000 fans. La librairie fait des petits. Ouverture du Petit Filigranes,


Parvis Saint - Pierre à Uccle, et du Filigranes Corner,
OUVERTURE EN OCTOBRE 2012 avenue Lepoutre à Ixelles.
2012

Rachat de la librairie Corman à Knokke. Elle s’appellera dorénavant


« Corman by Filigranes ». Plus de 30 écrivains néerlandophones et
francophones se sont retrouvés le 4 août 2012 pour dédicacer leurs
1700  -  -  - > 2700 m2
2013
9 novembre   : la librairie passe de 1700 à 2700m².
ouvrages à quelques mètres de la plage ; la première DIGUE DES
AUTEURS remporte un franc succès. 15 novembre  : Filigranes devient officiellement
Fournisseur Breveté de la Cour de Belgique.

2014 Ouverture de la librairie internationale,


AU 42

Marc Filipson est décoré Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres. avec des livres en anglais, en italien, en espagnol en

2015 Ouverture de
allemand et l’introduction de livres en néerlandais..
nombreux corners  : Lexon, Abodee, Moma,
Les Savonneries Bruxelloises, Kikkerland 2016 21 SEPTEMBRE 2016
et bien d’autres... 1er Prix Filigranes en partenariat avec
21 SEPTEMBRE 2017 2018
2017

Le 2è Prix Filigranes, décerné 21 SEPTEMBRE 2018


à Thomas Gunzig, est soutenu Le 3è Prix Filigranes : Adeline Dieudonné
par un nouveau partenaire : et un troisième partenaire :

15 OCTOBRE 2018 11 NOVEMBRE 2018


Le rayon presse déménage. Nous avons 30 ans.
11 NOVEMBRE 2019
SAVE THE DATE !

IL ÉTAIT UNE FOIS FILIGRANES 27


SÉLECTION
LES CHOIX DES LIBRAIRES

MARIANNE HUGUES

MON COUP D'CŒUR ULTIME : MON COUP D'CŒUR ULTIME :


TOUT CE QUE J'AIMAIS L'HOMME-DÉ
SIRI HUSTVEDT LUKE RHINEHART

MARIANNE HUGUES
01. UN GENTLEMAN À 03. LE CŒUR CONVERTI 05. BAS LA PLACE Y’A 07. CE QUI T’APPARTIENT
MOSCOU Stefan Hertmans PERSONNE Garth Greenwell
Amor Towles Gallimard Dolorès Prato Rivages
Fayard Verdier
Par l’auteur de Guerre et Té- Sur une trame déjà connue
En 1917, un Russe blanc va rébenthine. Les recherches Bas la place y’a personne est voire éculée (la passion d’un
être assigné à résidence dans de l’auteur sur les traces de le récit envoûtant d’une en- homme mûr et érudit, en poste
le luxueux hôtel Metropol de Vigdis, jeune Rouennaise fant bâtarde dans une ville à Sofia, pour un jeune Bulgare
Moscou. Il assiste en specta- tombée amoureuse d’un de l’Italie rurale à la char- à la personnalité trouble et in-
teur avisé aux transforma- jeune juif à l’époque de la nière du XIXe et XXe siècle, saisissable), Garth Greenwell
tions de la société russe. On première croisade. Un roman auprès d’un oncle prêtre parvient à tout réinventer
tombe sous le charme de ce passionnant et très politique érudit, rêvant d’émigrer aux grâce à son talent indéniable.
personnage désuet et sympa- puisqu’elle va refaire le par- Etats-Unis, et de sa sœur Il nous offre un texte sensible,
thique. Hommage fabuleux à cours des migrants actuels vieille fille. Un texte juste, troublant, poétique, dense,
l’âme russe. mais dans le sens inverse. In- touchant, à la beauté singu- bouleversant sur la passion, le
tense et passionnant. lière et porté par la grâce. désir et la peur. Inoubliable !
02. ASTA
6 Jon Kalman Stefansson 04. LA SEULE HISTOIRE 06. NIRLIT 08. LES FRÈRES LEHMAN
Grasset Julian Barnes Juliana Léveillé -Trudel Stefano Massimo
Mercure de France La peuplade Globe
Asta signifie amour en islan-
dais. C’est le prénom qu’ils Dans la vie, on n’a qu’une Cette lecture est une décou- Cette fresque historique sur-
ont donné à leur fille dans les histoire d’amour. C’est le verte et un choc, une plongée prend le lecteur par son origi-
années 50, promesse de féli- cas pour Paul qui, à 18 ans, brutale, âpre et sans conces- nalité et se lit comme un long
cité. En vérité, la vie de Asta est tombé amoureux de sa sion dans le grand Nord cana- poème-fleuve, écrit en vers
sera plus difficile que prévu. partenaire de tennis qui en dien. L’auteur nous fait parta- libres. Elle retrace l’histoire
Un portrait sensible et char- a 43. Un roman comme une ger sa rage de voir le peuple des frères Lehman, arrivés en
nel d’une quête de bonheur. poupée russe qui commence inuit, un peuple rude, fier et Amérique en 1844, fondateurs
Un futur prix Nobel de litté- par les plus beaux côtés de généreux, se laisser détruire d’une dynastie de commer-
rature. l’histoire pour arriver à ses peu à peu dans un monde qui çants et de financiers. Ces der-
recoins les plus sombres. ne lui accorde plus de place. niers sont les créateurs de la cé-
Du grand art. Un texte essentiel. lèbre banque d’investissements
qui, dans sa chute en 2008, en-
traînera l’ensemble des bourses
mondiales et provoquera la
plus grande crise financière du
XXIe siècle. Vertigineux !

01 02 03 04 05 06 07 08

SÉLECTION LITTÉRATURE 27
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
SPÉCIAL FIN D’ANNÉE
LES CHOIX DES LIBRAIRES

SARAH MARGOT

MON COUP D'CŒUR ULTIME : MON COUP D'CŒUR ULTIME :


L’HOMME DE KIEV LES TERRES DU COUCHANT
BERNARD MALAMUD JULIEN GRACQ

SARAH 12. AULETRIS 14. AU LOIN 15. LÀ OÙ LES CHIENS


Anaïs Nin Hernan Diaz ABOIENT PAR LA
09. ÇA RACONTE SARAH Finitude Delcourt QUEUE
Pauline Delabroy-Allard Estelle-Sarah Bulle
Les éditions de minuit Deux nouvelles érotiques Le ‘Hawk’, colosse finlan- Lana Levi
inédites explorant la sexua- dais dont la légende a fait le
Le plus beau livre de la der- lité féminine, libre et trans- tour des Etats- Unis, raconte Ce très beau roman polypho-
nière rentrée littéraire ! Une gressive. Un grand plaisir de enfin son histoire, la vraie, nique nous dépeint une
passion amoureuse fou- lecture… celle que personne n’a jamais Guadeloupe bigarrée, mé-
droyante à lire en un souffle. entendue. Son épopée est lancolique, infidèle, joyeuse
MARGOT celle d’un adolescent perdu et souvent incomprise. Par
10. LE MARS CLUB à la recherche de son frère. les voix si différentes d’une
Rachel Kushner 13. LA MASSAIA Entre eux deux se dresse un fratrie, l’auteure plonge dans
Stock Paola Masino territoire entier de nature toutes les subtilités d’une his-
La Martinière sauvage et d’hommes non toire et d’une culture que l’on
Romy est condamnée à per- moins sauvages. A rebours, ne connaît souvent qu’à tra-
pétuité + 6 ans pour avoir tué Sortant de l’ombre ce récit le Hawk croisera le flot inin- vers les cartes postales. Semée
l’homme qui la harcelait. Dans étonnant nous parvient en- terrompu et grouillant de la d’expressions créoles la prose
sa prison, elle s’adapte, dé- fin. Son charme est intact. conquête de l’Ouest. Au gré est ici fluide, poétique, parfois
crypte et tente de survivre en Son héroïne, cette fée du lo- rude, toujours puissante. 7
d’une écriture âpre nous sui-
explorant son passé en compa- gis sortie de sa malle après vons le voyage d’un homme
gnie des détenues dont les por- des années de misanthropie qui à défaut de trouver la 16. ET J’ABATTRAI L’ARRO-
traits s’enchaînent. Dans un violente à ronger des croûtes GANCE DES TYRANS
bonté chez ses semblables
style incisif et très documen- de pain en songeant à la Marie-Fleur Albecker
trouvera refuge dans la
té, l’auteure nous plonge dans mort et la stupidité de ses Forges de Vulcain
nature indomptée des terres
l’univers carcéral américain semblables, se pare de toutes d’Amérique.
effroyable et obscure. Féroce. les coquetteries que lui im- Voici un roman historique
pose la société. Sous cette qui ne ressemble à aucun
11. LA VÉRITÉ SORT DE LA apparence de soumission, autre. Résolument politique,
BOUCHE DU CHEVAL la Massaia n’en pense pas éminemment féministe et
Meryem Alaoui moins et rejoue dans son es- absolument moderne ce texte
Gallimard prit le spectacle burlesque de fait entendre une voix nou-
ces mondanités hypocrites. velle dans le monde littéraire.
Chronique acerbe d’un quar- Le théâtre des soumissions Le moyen-âge semble ici plus
tier populaire de Casablanca tourne au ridicule et le spec- proche de nous que jamais
à travers la truculente Jmiaa, tateur rit jaune. Un vent de et la révolte qui gronde chez
prostituée aguerrie dont la liberté souffle sur ce texte à les paysans pourrait être la
vie va basculer. L’écriture est l’écriture audacieuse. nôtre. Le style à la fois aérien
à l’image du personnage, in- et revendicatif est tout bon-
ventive et tourbillonnante. nement jubilatoire.

09 10 11 12 13 14 15 16

SPÉCIAL FIN D’ANNÉE 27


SÉLECTION
LES CHOIX DES LIBRAIRES
17 18 19

NICOLAS

MON COUP D'CŒUR ULTIME :


KEROUAC
SUR LA ROUTE

17. SALINA : LES TROIS EXILS 18. WILD SIDE 19. REVIENS
Laurent Gaudé Michael Imperioli Samuel Benchetrit
Actes Sud Autrement Grasset

La langue sublime de Laurent Gaudé Un récit d’adolescence teintée de Sex, Un écrivain looser, obsédé par des émis-
nous fait vivre les humiliations et l’ar- drug & Rock’n Roll où le jeune Matt sions de télé-réalité, se met en quête de
dent désir de vengeance de Salina, fi- découvre l’atmosphère unique du New retrouver un exemplaire de son dernier
gure mythique sortie de l’imaginaire de York des années 1970, en compagnie livre et de sauver un ami perdu de vue.
l’auteur, dont la rédemption ne pourra d’un voisin torturé du nom de Lou Reed. Une plongée dans un univers décapé
être apportée que par son fils qui nous servi par une écriture hilarante.
raconte son histoire. Tout simplement
fabuleux.

Par vis Saint-Pierre 10  - 118 0 Bxl


8 CHARLINE T. + 3 2 2 3 4 3 6 9 01 DAMIEN

MON COUP D'CŒUR ULTIME : MON COUP D'CŒUR ULTIME :


RÊVES DE FEMMES LE PARFUM
FATIMA MERNISSI PATRICK SÜSKIND

CHARLINE DAMIEN
01. LE MALHEUR DU BAS 02. CONFESSIONS D’UNE CLEPTOMANE 03. PENSE AUX PIERRES SOUS TES PAS
Ines Bayard Florence Noiville Antoine Wauters
Albin Michel Stock Verdier

Le récit âpre et violent d’une jeune Avec un mari occupé et un tra- Pour son deuxième roman, Antoine
femme violée par son patron. vail lucratif mais peu contraignant, Wauters confirme tout son talent
Enfermée dans un silence destructeur, Valentine ne peut s’empêcher de vo- en nous proposant un récit court et
elle remet en question ler dans les magasins dense, à la fois poétique
son couple, sa féminité pour tromper son en- et dérangeant, plein de
et son expérience de la nui. De déambulations rage et d’espoir. Une
maternité. Sous haute grisantes en réflexions fable aux accents uni-
tension, ce roman ne originales, on suit cette versels qui s’anime sous
nous laisse aucun répit.  héroïne délurée jusqu’à sa plume virevoltante…
sa chute… piquante ! A découvrir sans faute !

VOTRE HISTOIRE VOUS APPARTIENT,


À VOUS DE VOUS EN EMPARER.

SÉLECTION LITTÉRATURE 27
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
SPÉCIAL FIN D’ANNÉE
SÉLECTION BEAUX LIVRES

QUAND MON ÂME VAGABONDE EN CES ANCIENS ROYAUMES - Dai Dunbang


PAPIER TUE-MOUCHES - Hans Hillmann & Dashiell Hammett
CES LIVRES QUI ONT CHANGÉ LE MONDE - Collectif
ALCOOLS - Guillaume Apollinaire & Louis Marcoussis

Un très bon cru ! ELLE

Un conte cruel
éblouissant.
LA GRANDE LIBRAIRE

Un enchantement durable.
Le son impeccablement juste d’une prose
où chaque mot est à sa place.
LIBÉRATION

Nothomb excelle à planter


une atmosphère où le beau sait s’allier au laid.
Photo auteure © Jean-Baptiste Mondino

LE FIGARO

Réjouissant ! Une langue qui va


droit au but, extrêmement précise.
FRANCE INTER

Albin Michel

SPÉCIAL FIN D’ANNÉE 27


MAGFILIBER_176x132_NOTHOMB_ok_PANCHRO.indd 1 30/10/2018 10:00
SÉLECTION
LES CHOIX DES LIBRAIRES
av. Louis Lepoutre 21 - 1050 Bxl - T. +32 2 343 01 70

AURÉLIE ALICE PASCAL

MON COUP D'CŒUR ULTIME : MON COUP D'CŒUR ULTIME : MON COUP D'CŒUR ULTIME :
MRS DALLOWAY DES SOURIS ET DES HOMMES L'ARRIÈRE-SAISON
VIRGINIA WOOLF JOHN STEINBECK PHILIPPE BESSON

AURÉLIE ALICE
01. SWING TIME 02. CETTE MAISON EST 03. LA TRISTESSE DES 04. PENSE AUX PIERRES
Zadie Smith TIENNE FEMMES EN MOUSSELINE SOUS TES PAS
Gallimard Fatima Farheen Mirza Jean-Daniel Baltassat Antoine Wauters
Calmann-Lévy Calmann-Lévy Verdier
Radioscopie rythmée de l’iti-
néraire de deux jeunes Londo- Ce roman raisonnera en Biographie romancée de Berthe Un roman singulier et puis-
niennes métisses désillusion- chaque lecteur. Comment Morisot tout en finesse et in- sant, qui pousse à s’interroger
nées par les rêves et ambitions trouver sa place au sein de telligence. L’auteur nous balade sur notre société. Faut-il tout
parentales et bercées par les sa famille, de sa communau- dans le Paris de 1945, entre accepter ou faut-il désobéir
premiers clips musicaux. Zadie té, de son pays ? Questions poésie et peinture et nous et réinventer un monde plus
Smith aborde avec beaucoup universelles qui traversent plonge dans les méandres de la juste ? Une fable politique (et
d’intelligence, d’humanité et chaque membre de cette fa- vie intime d’une peinture in- utopique ?) à l’écriture bril-
de réflexion les thématiques mille indienne chiite instal- justement méconnue. lante !
du racisme, de l’identité, de la lée en Californie. Une lecture
célébrité, de la politique. riche et captivante.

10

ALICE
05. DÉGRADATION 06. LA FEMME BROUILLON 07. TERRES FAUVES 08. LES GRANDS ESPACES
Benjamin Myers Amandine Dhée Patrice Gain Catherine Meurisse
Seuil La Contre Allée Le Mot et le Reste Dargaud

Dans les romans noirs, il y Un petit livre merveilleux Un écrivain new-yorkais est Coup de cœur absolu pour
a les romans noirs puis il y dans lequel Amandine Dhée envoyé au fin fond de l’Alaska cette BD géniale dans laquelle
a les romans très, très noirs. parle de maternité avec une pour interviewer un alpiniste Catherine Meurisse se sou-
Dégradation est de ceux- immense justesse. Conseillé célèbre. Sauf que les choses vient avec tendresse de son
là. Une plongée dans ce que à une amie, voilà ce qu’elle ne vont pas se passer comme enfance à la campagne. C’est
l’Angleterre a de plus sombre. en a (très joliment) pensé : prévu. Et qu’il avait bien rai- beau, c’est drôle, c’est touchant,
C’est très noir, certes, mais « Intime et politique. De l’im- son d’être réticent à l’idée c’est juste. Vive la nature !
c’est très bon. pressionnisme émotionnel. » de cette virée forcée dans le
Elle a raison. nord… Dévoré en une nuit !

SÉLECTION LITTÉRATURE 27
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
SPÉCIAL FIN D’ANNÉE
LES CHOIX DES LIBRAIRES

PASCAL
09. LES FUREURS INVI- 10. LES VOYAGES DE SABLE 11. APO 12. MA DÉVOTION
SIBLES DU COEUR Jean-Paul Delfino Franck Balandier Julia Kerninon
John Boyne LePassage Le Castor Astral La brune du Rouergue
JC Lattès
Ce roman est une parenthèse Saviez-vous qu’Apollinaire Une femme âgée dont la
La force des mots, le tour de enchantée de lecture que avait dérobé la Joconde ? mémoire est saturée d’images
force d’une histoire… Petites vous ne regretterez pas… Vous souriez et bien lisez et de voix se livre à nous… La
et grandes difficultés de la vie Voyage dans le temps, dans maintenant ! Petit bijou… vie clandestine d’un couple
à la sauce irlandaise… les sentiments, dans l’espace… entre malentendus…
Magistral Delfino est le Jules Verne
d’aujourd’hui ! 13. MISS JANE
Brad Watson
Grasset
09 10 11 12 13 Qui peut prédire ce que la vie
se chargera de faire endurer à
un corps ? Incontournable…

11

An amazing quality of sound

SPÉCIAL FIN D’ANNÉE 27


SÉLECTION
LES CHOIX DES LIBRAIRES
Zeedijk 777 - 8300 Knokke-Le-Zoute -
T. +32 50 60 18 28

ISABELLE FRÉDÉRIQUE RAPHAËL

MON COUP D’CŒUR ULTIME : MON COUP D’CŒUR ULTIME : MON COUP D’CŒUR ULTIME :
CORPS ET ÂME BELLE DU SEIGNEUR LE DÉMON
FRANCK CONROY ALBERT COHEN HUBERT SELBY JUNIOR

ISABELLE suspens qui tient la route, qui mondiale. Nous sommes en 1945 un policier est accusé. Est-il
vous tient en haleine et vous et Paul Valéry horrifié par la dé- coupable ? On navigue dans
01. DE HILLS (NL) sentez le froid descendre de la couverte des camps de concentra- les eaux troubles du pouvoir.
Mattias Faldbakken montagne ! Bravo à cette jeune tion se rappelle le temps des im- Tout est équivoque, mensonges
J.M. Meulenhoff auteure italienne. pressionnistes où jeune homme des victimes, des policiers, des
il rencontra Manet et Berthe avocats, des ministres, des mé-
Een meeslepende roman over 04. AU CLAIR DE LA LUNE Morisot et la découverte (fictive) dias,… Roman acide, ironique
het leven van een ober, de Christophe Donner des carnets intimes de cette der- et cynique agrémenté d’un bon
vaste klanten en een nieuwe Grasset nière. Roman séduisant, instruc- suspens.
jonge vrouw in een tradi- tif et plein de finesse.
tioneel restaurant in Oslo. Christophe Donner nous 10. LE PRINCE À LA PETITE TASSE
Het leest vlot met scherpe offre un merveilleux voyage 07. REVIENS Emilie de Turckheim
opmerkingen. Het boek is dans le monde des grandes Samuel Benchetrit Calmann Levy
ontzettend goed geschreven/ découvertes et des petits Grasset
vertaald. Een waar leesple- drames. Il raconte l’histoire de Journal/récit d’une famille du
zier ! Nicéphore Niepce et de Scott Roman émouvant d’un homme 5e arrondissement de Paris qui
de Martinville et consorts. harcelé par son éditeur, son per- héberge pour quelques mois
02. CHIEN-LOUP Un superbe roman pour tous cepteur, son ex et dont le fils un jeune Afghan. Vu comme
Serge Joncour ceux qui aiment la photogra- est parti faire une sorte de tour ça on se dit « ouais, des bobos
Flammarion phie et la typographie. du monde. C’est drôle, cocasse. qui veulent se donner bonne
12 Ce pourrait être nous face aux conscience et nous donner une
Serge Joncour nous offre 05. MUIS MAARTJES emails pirates, à Amazon, à la té- leçon » ! Alors que c’est tout le
une totale immersion ‘into SCHOOL VOOR GOE- léréalité, … A lire absolument ! contraire, le livre est poétique,
the wild’. C’est un roman DE MANIEREN (NL) empathique et sincère.
qui raconte deux histoires de James Maclaine, Rosie Reeve 08. MARIA VITTORIA
fauves. Une au sens propre Usborne Elise Valmorbidan RAPHAËL
et l’autre au sens figuré.
Maak kennins met stoute
Préludes
Un roman touffu, sonore, ver- 11. LES FUREURS INVISIBLES
Rik,een kleine wasbeer, die Beau portrait d’une femme DU CŒUR
tigineux, détonant, superbe-
geen erg goede manieren had… italienne d’un petit village des John Boyne
ment écrit. C’est un hymne à la
Een mooi geïlustreerd boek Dolomites de 1923 aux années JC Lattès
nature sauvage, aux animaux
met speelse plaatjes om goede 50. Femme de caractère, indé-
et aux femmes. Du tout grand
maieren aan te leren. Onmis- pendante mais obligée d’obéir A travers le destin d’un orphe-
Joncour ! Mon méga coup de
baar in de boekenkast ! au père, puis au mari et au lin homosexuel et d’une gale-
cœur !
fils, et harcelée par un cousin rie de personnages truculents,
03. SUR LE TOIT DE L’ENFER FRÉDÉRIQUE fasciste dans l’Italie mussoli- Boyne brosse un grand mé-
Ilaria Tuti nienne. Belle réussite. lodrame sur l’Irlande et l’évo-
06. LA TRISTESSE DES lution radicale de ses mœurs
Robert Laffont - La bête noire FEMMES EN MOUSSELINE
09. L’ÈRE DES SUSPECTS depuis 1945. Sa puissance ro-
Jean-Daniel Baltassat manesque et son sens des dialo-
Un nouveau commissaire est né :
Calmann Levy Gille Martin-Chauffier
Teresa Battaglia. Elle a 50 ans et ses Grasset gues vous emporteront et vous
propres secrets. Et elle me plaît ! Retour dans le monde des im- toucheront au plus profond en
De courts chapitres, une histoire Suite à la mort d’un jeune Ma- vous faisant rire aux éclats et
pressionnistes pour oublier les
captivante et mystérieuse. Un ghrébin d’une cité de banlieue pleurer à chaudes larmes.
horreurs de la Seconde Guerre

01 02 03 04 05 06 07 08

SÉLECTION CORMAN BY FILIGRANES 27


E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
SPÉCIAL FIN D’ANNÉE
LES CHOIX DES LIBRAIRES

12. MADE IN TRENTON 13. LA FEMME À PART 14. CONCOURS POUR LE 15. TECHNO FREAKS
Tadzio Koelb Vivian Gornick PARADIS Morgane Caussarieu
Buchet Chastel Rivages Clelia Renucci Le serpent à plume
Albin Michel
Une histoire ambiguë à souhait Un texte qui mélange poésie, 3 jours et 3 nuits au sein d’une
qui parle aussi bien des ravages essai littéraire et journal in- 1577. Après l’incendie du palais tribu de junkies libertaires de
de la guerre que d’identité time, et traite de l’amour que ducal, les autorités de Venise l’underground berlinois, qui
sexuelle, un personnage prin- l’auteur apprend à donner à sa lance un concours pour choisir évoluent entre extase et enfer,
cipal aux paradoxes troublants solitude, fruit de son éman- qui peindra le paradis dans la rêves et déchéances. Un Alice
et passionnants, un style poé- cipation et de sa singularité. nouvelle salle du grand conseil. au pays de la kétamine où le
tique et elliptique qui laisse le D’une profondeur et d’une Tintoret et Véronèse, créateurs réel se dissout pour laisser
champ libre à l’interprétation intelligence sans équivalent, que tout oppose, se lancent à place à un monde de jouis-
du lecteur. L’énigmatique ville une évocation mélancolique corps perdus dans l’aventure. sances instantanées où l’ego-
de Trenton où rien n’est ce qu’il des luttes féministes passées et Trahisons, jeux de pouvoir trip est roi. Un livre réaliste sur
paraît être, est à visiter d’ur- de la vie urbaine. Le spleen de et secrets d’atelier composent des vampires modernes.
gence. New York à son sommet. ce superbe et érudit roman
historique.

09 10 11 12 13 14 15

13

UN SOUPÇON DE MAGIE,
POUR UN NOËL FÉERIQUE !

COFFRETS-CADEAUX DISPONIBLES À PARTIR DE 19,90 €

EN VENTE DANS VOTRE LIBRAIRIE FILIGRANES


Valable 3 ans et 3 mois à partir de la date d’achat, échange gratuit et illimité, garantie perte et vol*
*Voir conditions www.wonderbox.be

SPÉCIAL FIN D’ANNÉE 27


W_BE_Affiche FILIPUB 176x132.indd 1 05/10/2018 16:10
MEILLEURES VENTES "FEEL GOOD"



4

5
1

3
TA DEUXIÈME VIE COMMENCE... UNE FOIS DANS MA VIE MÉMÉ DANS LES ORTIES JE TE PROMETS LA LIBERTÉ LE PREMIER JOUR DU RESTE...
Raphaëlle Giordano Gilles Legardinier Aurélie Valognes Laurent Gounelle Virginie Grimaldi
Pocket J’ai lu Le Livre de Poche Calmann-Lévy Le Livre de Poche



10
9
6

J’AI ENCORE MENTI ! LES GENS HEUREUX LISENT ET... UN APPARTEMENT À PARIS 8 ET TU TROUVERAS LE TRÉSOR... LA DERNIÈRE DES STANFIELD
J’ai encore menti ! Agnès Martin-Lugand Guillaume Musso Laurent Gounelle Marc Levy
Flammarion Pocket Pocket Le Livre de Poche Pocket


14

15
11

12

13

14

LES SEPT SOEURS : MAIA L’HOMME QUI VOULAIT... UNE FILLE COMME ELLE VISE LA LUNE ET AU-DELÀ ! CHANGER L’EAU DES FLEURS
Lucinda Riley Laurent Gounelle Marc Levy Marilyse Trécourt Valérie Perrin
Points Pocket Robert Laffont/Versilio Eyrolles Albin Michel


19

20
16

17

18

LA VIE COMMENCE À 20H10 MAD LA DÉLICATESSE DU HOMARD LA CHAMBRE DES MERVEILLES LA SOEUR À LA PERLE
Thomas Raphaël Chloé Esposito Laure Manel Julien Sandrel Lucinda Riley
J’ai lu Fleuve éditions Le Livre de Poche Éditions de l’épée Charleston


24

25
21

22

23

OÙ LE COEUR SE POSE BABY JANE À BROADWAY MAGIQUE LE VIEUX QUI VOULAIT SAUVER... CHÈRE MAMIE
Tamara McKinley Soraruff Ahava Danielle Steel Jonas Jonasson Chère Mamie
Archipel Charleston Presses de la Cité Presses de la Cité Le Livre de Poche

MEILLEURES VENTES "FEEL GOOD" 27


E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
Adam a découvert
en France un endroit
où l’on peut tuer
sans conséquences.

Par le lauréat du prix Le Point du polar européen


et du Grand Prix des lectrices ELLE (policier)

Un livre, une rencontre.


SÉLECTION
LES CHOIX DES LIBRAIRES

01 02 03 04 05

PAOLO

MON COUP D'CŒUR ULTIME :


LE GRAND NULLE PART
JAMES ELLROY

01. ÉVASION fond de guerre de gangs yaku- 08. DEMAIN C’EST LOIN 06 07
Benjamin Whitmer zas, menée par un duo d’en- Jacky Schwartzmann
Gallmeister quêteurs que tout oppose. Un Points
excellent polar maîtrisé de bout
Après Pike et l’excellent en bout. Un immense merci au Derrière cette référence à un
Cry Father (désormais tous jeune Atelier Akatombo pour titre mythique du groupe
deux disponibles en poche), la traduction de ce classique du IAM se cache un véritable bi-
Benjamin Whitmer revient polar japonais. jou d’humour noir à la langue
avec ce récit extrêmement bien pendue. Une dynamite
05. LE POIDS DU MONDE 08 09
nerveux d’une évasion (on ne qui souffle tout sur son passage
pourra pas reprocher au titre de David Joy sans se soucier de la bienséance
tromper le lecteur) servi par un Sonatine ou du politiquement correct.
style à la fois sobre et précis. La
perle de cette rentrée du noir. Additionnez : deux amis d’en- 09. UNE ASSEMBLÉE DE
fance en pleine déroute, un CHACALS
02. REPORTER CRIMINEL paquet de drogue et un autre S. Craig Zahler
James Ellroy d’argent et une rage démesurée Gallmeister
Rivages contre le reste du monde. Vous 10
obtiendrez Le poids du monde, Un western noir au rythme im-
16 Afin de patienter en attendant un cocktail détonnant, un roman placable et à la tension continue,
la suite de Perfidia, deuxième noir beau et terrible qui se révèle un chef-d’œuvre du genre ! 
volume du second Quatuor aussi très lumineux par moment.
de Los Angeles, les éditions 10. NULLE PART SUR LA TERRE
Rivages ont l’immense gen- 06. UN ÉTÉ SANS DORMIR Michael Farris Smith
tillesse de nous donner accès Bram Dehouck 10-18
à deux reportages du maître Mirobole éditions
du roman noir sur deux faits Un roman noir superbe et dé-
divers ayant traumatisé les Premier roman traduit en sespéré dans l’Amérique des
Etats-Unis d’Amérique. Tou- français pour cet auteur fla- laissés-pour-compte. Un très,
jours aussi génial ! mand, Un été sans dormir, très beau texte !
est une petite perle d’humour
03. 1994 qui narre les conséquences
Adlène Meddi désastreuses et grotesques de
Rivages l’installation d’un champ d’éo- Parvis Saint-Pierre 10  - 1180 Bxl - T. +32 2 343 69 01
liennes dans un petit village du
Un superbe roman sur les ef- Westhoek. Hilarant ! CAMILLE
fets délétères d’une décennie
de guerre civile. Une histoire MON COUP D'CŒUR ULTIME :
LES 7 JOURS
d’amitié déchirée et déchi- 07. LES MARAUDEURS DU TALION ALISS
rante. 1994 est un roman es- Tom Cooper Patrick Senécal PATRICK SENÉCAL

sentiel tant pour comprendre LGF Fleuve Édition


cette période trouble de l’his- Bruno vient d’apprendre le meurtre et le
toire algérienne que pour ce Un roman noir choral sec et ner- viol de sa petite fille. Sa vie s’arrête jusqu’à
qu’il dit de notre monde actuel. veux dans les bayous dévastés ce que l’on retrouve l’assassin. Le père n’a
par Kristina et la marée noire.  plus qu’une seule idée en tête : séquestrer
04. LE LOUP D’HIROSHIMA ce monstre et le torturer pendant 7 jours.
Yûko Yuzuki La loi du talion peut-elle se substituer à
Atelier Akatombo la justice ? L’auteur nous offre un roman
savamment dosé entre polar et horreur.
Une enquête passionnante dans
les bas-fonds d’Hiroshima, sur

SÉLECTION POLAR 27
E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
SÉLECTION
LES CHOIX DES LIBRAIRES

MICHAËL

MON COUP D'CŒUR ULTIME :


LÉGENDE
DAVID GEMMELL

01. HELLRAISER 03. LA TRILOGIE DU TEARLING se place comme un digne suc- 06. AMERICAN
Clive Barker Erika Johansen cesseur de ces deux monstres ELSEWHERE
Bragelonne Livre de poche sacrés de la Fantasy ! Avec Robert Jackson Bennett
un univers riche et un per- Albin Michel Imaginaire
Superbe édition cartonnée de Cela faisait bien longtemps sonnage attachant, en la per-
ce classique de l’horreur signé que je n’avais pas lu un ro- sonne de Syffe, l’auteur nous Mona, ex-flic, apprend à la
Clive Barker. Cette édition man de fantasy où l’héroïne livre un des meilleurs cycles mort de son père qu’elle a hé-
est agrémentée d’une inter- m’avait autant plu. Bien loin du genre depuis bien long- rité d’une maison ayant ap-
view inédite de l’auteur. des canons de beauté, usant temps. Une découverte ! partenu à sa mère dans une
plus de sa cervelle que de son ville n’apparaissant sur au-
02. CONAN rang, Kelsea va devoir dé- 05. LA TRILOGIE THREE cune carte : Wink. Sur place,
Robert E. Howard BODY elle va vite réaliser que ses
jouer complots et tentatives
Bragelonne de meurtre pour pouvoir
Liu Cixin habitants cachent d’étranges
gouverner son peuple comme
Actes Sud secrets. Un récit fantastique
Considéré comme un des elle l’entend ! Une trilogie qui entre Stephen King et Neil
pères de la Fantasy moderne, Une trilogie de science-fic- Gaiman. Une découverte !
fera date dans la Fantasy !
Robert E. Howard a créé une tion qui ravira les ama-
véritable icône le jour où il 04. LE CYCLE DE SYFFE T.1 teurs de Hard SF ! Lauréat
a donné vie à Conan. Dans ET T.2 du Prix Hugo et nommé au
cette superbe intégrale, vous Patrick Dewdney prix Nebula en 2015, ce cycle
17
retrouvez non seulement Au Diable Vauvert est une bonne occasion pour
l’univers du Cimmérien mais vous de tenter une incursion
également des illustres cou- Après Robin Hobb et George dans la SF chinoise.
leurs. Un must ! R.R. Martin, Patrick Dewdney

01 02 03 04 05 06

SÉLECTION LITTÉRATURES DE L’IMAGINAIRE 27


E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
Thomas Gunzig, lauréat 2017 pour La vie
sauvage, Adeline Dieudonné lauréate 2018 Adélaïde de Clermont-Tonnerre, lau-
pour La vraie vie et Marc Filipson, fondateur réate du premier Prix Filigranes en
de la librairie Filigranes. 2016 pour Le dernier des nôtres.
Photo © Stany Capteur d’émotion
Photo © Gladdys.be
Prix Filigranes 2018 : La vraie vie
Par Filiber

R
appelons d’abord rapidement l’origine du Prix Filigranes : en 2012, nous avons été très
déçus que La Vérité sur l’Affaire Harry Québert, de Joël Dicker, ne remporte pas le Prix
Goncourt. Il manquait à nos yeux, dans le paysage des prix, une récompense pour désigner le meilleur roman accessible à tous.
La lacune est désormais comblée avec un Prix Filigranes qui a d’abord récompensé Adelaïde de Clermont Tonnerre (Le dernier
des nôtres), puis Thomas Gunzig (La vie sauvage).
Au début, on s’est un peu moqué de notre sélection, mais Le jury, présidé cette année par Thomas Gunzig, fut
faut-il rappeler qu’Adelaïde a aussi obtenu, à la suite du Prix composé de nos libraires et de Marc Filipson, bien sûr, mais
Filigranes, de nombreuses autres récompenses, dont le Prix de aussi de cadres et de clients de nos sponsors : 3 journalistes et
l’Académie Française ? Et que La vie sauvage est un énorme 5 lecteurs de L’Echo, 4 clients et 4 cadres d’ING, 5 clients et
succès pour un auteur belge ? 2 cadres de l’assureur Soyer & Mamet, de Anne Rozenberg,
animatrice du blog bcommebouquiner.com et de 15 clients de
Enfin, le Prix Filigranes est soutenu par 3 sponsors
la librairie. 45 membres ont discuté tout l’été et se sont réunis
de poids : ING, L’Echo et Soyer & Mamet. C’est un prix
à la rentrée pour mettre en avant un roman fédérateur. Nous
richement récompensé — 10.000 €, c’est même LE prix belge le
avons vendu plus de 3000 exemplaires du Dernier des Nôtres
plus généreux envers son vainqueur, et dont le jury est le plus
dans notre seule librairie ! 
large : 45 membres !
Quels livres sont éligibles ?
Un jury pluraliste et ouvert, un roman accessible à tous.
Il doit s’agir de livres écrits en français et parus entre le 1er
Ce que nous souhaitons, c’est récompenser une œuvre
novembre de l’année en cours et la rentrée littéraire.
vraiment accessible à tous. Nous disons aux membres du jury
ceci : si vous ne parvenez pas à dépasser les 50 premières pages, La gagnante du Prix Filigranes 2018 est : Adeline Dieudonné
laissez tomber et passez au livre suivant. avec La vraie vie aux Éditions L’Iconoclaste.

19

L’art de résister aux prédateurs | L’Echo


C’est une surprise à laquelle l’auteure elle-même, la jeune Mais un fait divers vient bousculer ce fragile équilibre
bruxelloise Adeline Dieudonné, ne s’attendait pas. Signer lorsque le charmant glacier du quartier se fait arracher la tête
son premier roman dans une maison d’édition parisienne en par l’explosion de son siphon à chantilly, juste devant les gosses.
mars, être assurée en juin qu’il paraîtrait en poche et se voir
D’un coup, leur innocence part en charpie tandis que la
en lice d’au moins quatre prix littéraires dont le Prix Filigranes
mécanique de l’horreur domestique s’enclenche. Et c’est tout
(partenaire de L’Echo) où elle fait figure de favorite.
l’enjeu que décrit d’un jet Adeline Dieudonné que de refuser de
La vraie vie, il est vrai, ne se contente pas de décrire d’un devenir une proie - rôle qu’aimerait bien assigner le père à sa
verbe acéré l’atmosphère lourde d’un pavillon de banlieue et fille, comme à sa femme - et refuser tout autant de devenir soi-
d’une famille soumise aux accès de violence d’un père. Les même bourreau dès lors qu’on a entrepris de résister et de se
thèmes qu’il brasse font constamment écho aux injustices du rebiffer. «Mon père a émis un rire vide. Puis, de sa voix basse,
temps - la violence endémique, les rapports de domination, celle qui précédait ses attaques, il a soufflé: ‘C’est très bien,
les saccages que l’homme inflige à l’environnement et qu’il ça. On a une intello dans la famille.’ Il a eu un mouvement
s’impose à lui-même. Dans ce pavillon terne, une pièce fermée bizarre avec sa mâchoire. Ce mouvement qui disait qu’il avait
ne contient-elle pas les trophées de chasse du père de cette envie de frapper. On a continué à manger l’agneau cru en
famille dysfonctionnelle, passion à laquelle il s’adonne quand silence. Mais j’ai compris que, désormais, j’étais devenue une
il ne tabasse pas sa femme pour purger sa haine, dont une proie. Comme ma mère.» C’est en effet par le savoir, et par la
hyène empaillée qui nargue la narratrice. Cette petite fille de découverte de l’amour et de la sexualité, que la jeune fille, dont
10 ans est l’aînée et a entrepris de veiller sur Gilles, son petit on suit le parcours jusqu’à ses quinze ans, va progressivement
frère. Sa mère, qu’elle décrit comme une amibe, en serait tout gagner son humanité et se révéler à elle-même. Un beau récit
bonnement incapable. de résilience, servi par un rythme alerte qui ne faiblit jamais et
par une écriture concise et percutante. On regrettera toutefois
Avec des trésors d’imagination qui sont ceux de l’enfance, la
certaines situations un peu caricaturales et un happy end pas
fillette et le garçon s’évadent autant qu’ils le peuvent de cette
tout à fait crédible en termes de ressorts psychologiques.
atmosphère irrespirable qui la plupart du temps les contraint
à se rendre invisibles, de peur de donner une occasion au Mais voilà bien un événement de cette rentrée
père d’exploser. Comme des proies qui se figent en espérant littéraire 2018 et l’acte de naissance d’un talent.
échapper à la traque du chasseur.  Par Xavier Flament

FOCUS PRIX FILIGRANES 2018 27


E IT
M AE N D FA
AK RAC ION CE
T M HT
ACHT L'UN FOR
LA
PRIX

���8
Photos © Gladdys.be
Vous y étiez ?
CHEZ
responsable.
était
était ouverte
rir ouverte
le Tout-Bruxelles
Onentre aurait
entre le libraire
le librairedit quequi
des qui lecteurs
la guerre fait cou-
fait cou- et le recette « Pour
Lerir

38
Soir

sesduWEEK-
le Tout-Bruxelles
Tout-Paris
Samedi

38
WEEK-
concurrents
monde end
de l’édition
20 et dimanche
Le Soir Samedi 20 et dimanche 21 février 2016
Tout-Paris
ses concurrents de l’édition
des –
21 févrierdes

end
LE
livreset GRAND
– etlecteurs
2016
– et–l’événement
l’événementLE GRAND
francophones
qui insupporte
et qui insupporte
ENTRETIEN annuel
et le
annuel
belges. ENTRETIEN neend
respectez
39
WEEK-
p
Le Soir Samedi 20 et dimanche 21 février 2016

Le Soir Samedi 20 et dimanche 21 février 2016


Vous pos onnez F g anes comme « a Le Soir Samedi 20 et dimanche 21 f

38 WEEK-end 38 du LEQue monde end


nenni. desElivresGRANDfrancophones
Dans ENTRET
un communiqué EN belges. tout

«J’aime
J’aime vendre, jede
d me fous de
dpeut
ce qu’on p
WEEK deWEEKend
© BELGA.

GRAND ENTRETIEN WEEK-

de
d ce
« J’aime
qu’on peut
vendre,
direje»me fous de
d
p us g ande b a e du monde pan
Que aussi nenni. fracassant, Dans ce unmardi, communiqué l’hommetout a dé-
« vendre, je me
fousfous de
d ce qu’on dire
»»
© BELGA.

p ed en supe c e e en é é ences

« J’aime vendre, je me ce qu’on


aussi
claré peut dire
claréfracassant,
Foire « La
« La librairie
du librairie
ce mardi,
livre de Bruxelles
Filigranes
Filigranes
l’homme
». soutient
soutient
Mais quilaest
a dé-la
je diraisqu La u
80 000 » C es quo e « cock a »m
même
a a ce succès pluspa ag D
? je dirais même pl
ou Alain oùBeren

EEE
Marc Filipson neMarc
Ma Foire
laisse
c F du
surpris pson
Fpas livre
? ne
pson adeeBruxelles
Filipson
ne paaest sse l’homme
pas ». Mais desqui coups est –
recette recette« Pouro«a réussir, Pour
upAlain ma réuss p mr
Berenboom b a
Ecrivain
a n
nd
surprisil élance
en ? a «
Filipson
le e oué
Boulevardest l’homme du Polardes coups
» en –
juin ne respectez unpas up esma règh es
»p » L o o
n à a a

E
indifférent. Il a secoué end érent du v eI à a B secoué ne respectez pas les
Ecrivain
de morale duàlivre ma règles
recette « Pour réussir,
monde uxe e
il lance umanle que
prochain, « Boulevard
mais a rétropédale du Polar » enson
sur juinal- qu
le monde
el,encelui
morale qui
assumant queà Marc
en
un
e àamonde
Bruxelles,
c’était
prochain,
pliance
odu avec Filipson
Son
du
mais Le
ou
évre à ne
rétropédale
Pain
?
Bruxe
Quotidien laisse es
sur–,son pas
un Mon- al-
Vous positionnez Filigranes comme « la a
102 – et aujourd’hui il se passe quelque po o qu Crime P Cr me
m
en eassumant que c éta t Pa et
plus grande librairie du monde de plain-

Marc Filipson
chose. Filigranes est un lieu de vie. Le

celui
abbin qui
de Sonindifférent. Il a secoué a n n bou a u
ne respectez pas les règles »
un produit. Gé souci ?e emba emen pied en superficie et en références dimanche, quatre générations s’y re-
liance sieur avec
100.000 Le Pain volts Quotidien
qui agace–,autant un Mon- qu’il bet bonLa
(180.000) ». C’est quoi le « cocktail » trouvent. J’ai aussi eu la chance de ren-
Gérer
bin
suivre ses
de le emballements.un produ t Son souc ? qui a fait ce succès ?
L’accueil et le partage. Dès le jour où j’ai
a ou
contrer Dominique Leblanc, un très im-
m
sieur 100.000 volts qui agace autantce quiqu’il
portant grossiste multimarque qui m’a

appris le Gérer monde


séduit, sesmais emba du a surtout livre
ements à Bruxelles,
réussi sem- En 984 ep end a pe e
occupé ma première librairie, j’ai ins-
on – Le G ec Labonimen
permis de choisir tous les livres que je
Veuve –
uivre
l m’a le séduit,blait mais relever a surtout
de la prouesse réussi ce: qui vendre sem-du
tallé une super machine à café et cela a
b aMquelque e La P p oov den e dan
voulais avec une échéance de six mois.
v nda d paqu Ma D à ô
Crime
marqué les esprits. Le soir, j’of- J’ai rempli mon magasin de livres : je
Vous positionnez Filigranes comme « la
je n’ai en assumant la que c’était 102 – et aujourd’hui il se passe
a D
frais le porto que les Pilifs met- ne le remercierai jamais assez. epuis longtemps, le ho
m’a ligion, appris blait livre. relever
Et parde centaines prouesse de : vendre
milliers. Audu mi- plus grande librairie du monde de plain- chose. Filigranes estMarc un lieu e qua
Filipsonde vie.e Le eu opéen qu
taient en bouteilles. Par ailleurs,
je lisais tous les best-sellers Laf- d a
Vous mélangez livres et gadgets, il y en au Ba
est une vedette littérair
saliver le lecteur. Du for

ion,
cela je
m’an’aifort un déménage s’y re- nq an p u a d Pou on v So e a p
produit. Son desouci ?
En 1984, il reprend la petite font – Le Grec, La Veuve –, et j’en a qui détestent… Comte de Monte-Cristo de
pied en superficie et en références dimanche, quatre générations
livre. lieu Etdepar bolscentaines
de café, milliers.
savons etAu de mi- tape-
et
LE GUIDE En août dernier, Marc Filipson, patron de librairie La Providence dans vendais des paquets. Mais à côté Le lieu de vie a toujours été une priorité au désespéré Raskolnikov, l
Filigranes, démissionnait dans son style
(180.000) ». C’est quoi le « cocktail » le quartier européen qu’il
trouvent. J’ai aussi eu la chance que que de ren- ue p u o n au
de cela, je lisais aussi Baricco.
3 000 du d
pour moi : accueillir des enfants, offrir
bu Ma u c Fa ps
absurde de Crime et Châti
a
la m’a fortque lieu
passages nades.de bols
flamboyant, du conseil d’administration
L’homme de café,assume de savons ses et forces de tape- et ses
déménage cinq ans plus tard, Pour son livre Soie, j’ai pris les à boire, à manger, parler de la pluie, du Dostoïevski, jusqu’au pathét

pourssages maque Bar nades. Gérer GU D L’homme


faiblesses
ses emballements.
de la Foire du livre qui venait de virer sa
responsable. On aurait dit que la guerre

avec assume un En grand


était ouverte entre le libraire qui fait cou-
sesdémissionnait
forces
naturel
août dernier, Marc Filipson, patron de
et:son ses «style
Je
qui a fait ce succès ?
L’accueil et le partage. Dès le jour où j’ai portant grossiste multimarque
contrer Dominique Leblanc, quelques rues plus loin, au

rebaptise Filigranes. De 200


38un
38 de l’avenue des Arts. Il la detrès
ebapquiem’a
avenue
im- de A
3.000 du distributeur et j’ai fait
du « dumping ». Comme pour
F g ane De 200
cet autre livre, Pilgrim. Je l’ai lu,
a du « dump ng » Comm pou
beau temps. J’ai cela en moi. Si je suis à
l’avant du magasin, j’interpelle les gens,
au
je prends le micro et parfois je chante.
v P g m J a
seph K, accusé et victime d
de Kafka pour citer trois icô
La vogue actuelle (plutôt

boniments
rir le Tout-Bruxelles des lecteurs et le
Filigranes, dans m2, l’espace passe à 1.000 adoré, et au final j’en ai vendu Les skateboards ? Ils ont leur place ici. mais chacun son goût) d

nursuis ma très Bar faiblesses


Tout-Paris de l’édition – et qui insupporte
parle beaucoup, avec unje m’emballe, grand naturel : comme «virerJe sa
occupé ma première librairie, j’ai ins- permis de choisir tous les livres que je puis 2.600 m2. Au fil du
m e pa e pa e à 000
plus de 6.000. Là, c’est le com-
ado au na mn a v ndkillers montre que le genre

livremais
ses concurrents – et l’événement annuelflamboyant, du conseil d’administration temps, Marc Filipson (56 merçant qui se met en marche ! On vous hait et on vous aime aussi pour d’avoir épuisé les fans, au co
de la Foire du qui venait de tallé une super machine à café et cela a voulais avec une échéance de six mois.
suis très marqué les esprits. Le soir, j’of- J’ai rempli mon magasin pu 2 600 m Au du
du monde des livres francophones belges. ans) en a fait l’un des lieux Via France info, France Culture, la désacralisation de la librairie ? Mais, mieux encore que l
p u d 6 000 Là om
parle
m
je suis beaucoup,seul actionnaire je m’emballe,
Que nenni. Dans un communiqué tout
de entre mais
mes
responsable. On aurait dit que la guerre
comme
affaires, le incontournables de Bruxelles,
de livres : je
je le fais lire à Franz-Olivier J’ai fait les coups de cœur, longtemps sorti de l’imagination d’un
© BELGA.

où l’on peut flâner, lire en


emp Ma F p on epuis 56 longtemps,
aussi fracassant, ce mardi, l’homme a dé- Giesbert qui passait dans le ma- avant les autres. Et j’ai toujours respecté cier, le succès et la fortune
était ouverte le libraire qui fait cou- m lean qu m n ma h
an en a a unD
claré « La librairie Filigranes soutient la frais le porto que les Pilifs met- ne le remercierai jamais assez. buvant un café ou écouter les gasin et deux jours après, deux hors-la-loi
la concierge qui venait chercher du Bar- pensent aussi la véritable f
je suis
seul seul
qui actionnaire
peut en pâtir, de inmes fine, affaires,
rir le Tout-Bruxelles des lecteurs et le
c’est le
moi. m

Marc Filipson
« Il m’a introduit
de esteux
Foire du livre de Bruxelles ». Mais qui est auteurs lors de présentations pages dans Le Point. Je suis un bara Cartland : « Je viens de vendre le lorsqu’elle prend la plume,
à la religion juive » Tout-Paris de l’édition – et qui insupporte
surpris ? Filipson est l’homme des coups – taient en bouteilles. Par ailleurs, et séances de dédicaces. Sa vendeur, mes collègues ne savent une vedetteVlittéraire a F anqui fait
dernier, mais j’ai autre chose à vous n o F an Cu m u
tant de prison. Au XIXe siè

seul Alors qui! peut Tout en chez pâtir,


moi inpart fine, duc’est plaisir moi. de
formule a révolutionné le
n on ilou nab e saliver de B uxe le electeur. Du formidable
il lance le « Boulevard du Polar » en juin pas vendre. C’est ce que j’explique proposer. » Les gens avaient peur de Vidocq (condamné au bagn
Lorsqu’il suivait les cours de morale à prochain, mais rétropédale sur son al-
ses concurrents – et l’événement annuel je lisais tous les best-sellers Laf- Vous mélangez livres et gadgets, monde des libraires. y en
à mes gars : « vendre, c’est notre rentrer dans une librairie, car le li- a à FmanM O v
de devenir le patron de la
l’Athénée Emile Bockstael, celui qui du monde des livres francophones belges.
liance avec Le Pain Quotidien –, un Mon-
En 1984, iltout reprend la petite font – Le Grec, La Veuve –, et j’en a qui détestent… où on peu âne Comte
métier ». J’ai un instinct, mais
e ende Monte-Cristo de Dumas
braire, c’était élitiste. Quelqu’un, un
G b qu pa
française) s’est rempli les p
a dan m
est aujourd’hui le grand rabbin de
Belgique lui a proposé de suivre leAlors vendre, ! Tout j’aichez toujours moiaussi Que
sieur 100.000 volts qui agace autant qu’il
part
éténenni.
un ducecommerçant,
Dans plaisir
un communiqué
aoûtlibrairie deLa Providence dans
surtout je fais mon métier à jour, m’a dit en me regardant de haut publiant ses mémoires (q
fracassant,En dernier, Marc Filipson, patron de vendais des paquets. Mais à côté Le lieu de vie a toujours étébuvan une priorité un a é ouaué désespéré ou e e Raskolnikov, ga n l’assassin
séduit, mais a surtout réussi ce qui sem- fond. Au début j’ai travaillé seul pen- « vous n’êtes pas prescripteur ». Ah oui ? sieurs romanciers ont pill
LE GUIDE
cours de religion juive. « Il m’a appris mardi, l’homme a dé-
d ux ou ap d u
vendre,j’ai j’ai
toujours toujours
aimé été
claré «un
vendre. commerçant,
J’ai commencé
blait relever de la prouesse : vendre du dant trois ans, levé à 5 h, couché à 2h. Je Inconnu à cette adresse, le succès est vergogne : Balzac pour son
l’hébreu. Il m’a appris la religion, je n’ai livre. Et par centaines de milliers. Au mi- La librairie Filigranes
Filigranes, le quartier
soutient
démissionnait européen
la qu’il
dans son style de cela, je lisais aussi Baricco. pour moi : accueillir des enfants, offrir absurde de Crime et Châtiment de
travaillais, je sortais la nuit. Au début, parti d’ici, pas de France. Je l’ai lu en nage de Vautrin, Hugo pou
« m
pas beaucoup retenu mais cela m’a fort Foire du livre de Bruxelles ». Mais qui est
lieu de bols de café, de savons et de tape-
déménage cinq ansd’administration
plus tard,
au eu o de pDostoïevski,
des amis venaient jouer avec moi au é en a on jusqu’au pag
une nuit, et j’ai pris illico les 6.000
pathétique dan Jo- Le Po n J u u
les traits de Javert, Gaston
j’aitout
intéressé. Il m’a appris les passages que
je devais retenir par cœur pour ma Bar
mitzvah, et aujourd’hui, j’en suis très
toujours
petit. »Dès aimé quevendre.j’ai
nades. L’homme assume ses forces et ses
faiblesses avec un grand naturel : « Je
surpris 6-7flamboyant,
J’ai
eu? Filipson
il lance le « Boulevard
commencé
ans,
est l’homme
de la Foire
maman
duquelques
desdu
Polardu
coupsconseil
» enlivre

ruesqui
juin plusvenait loin, au de virer sa
Pour son livre Soie, j’ai pris les à boire, à manger, parler de la pluie, du
3.000 du distributeur et j’ai fait beau temps. J’ai cela en moi.
Backgammon, j’avais cinq ou six clients
e Siéan e de à déd
par jour ! Il faut savoir jouer la comé-
je suis seph a K,
exemplaires de l’éditeur. Je forçais le
e accusé
Sa et victime v nd udu Procès
client qui avait acheté un journal, à m o gu m n av
pour créer Chéri-Bibi).
Plus près de nous, Albertin
zin ou Henri Charrière, dit P
tout m’apetit.
parle beaucoup, je m’emballe, mais comme
Dès que de j’ai eu 6-7 maisans, maman
die, faire croire, et parfois foutre une vie prendre le livre. « Si tu n’aimes pas, je te
fier. »
mdemandé m
vendre prochain,
je suis seul actionnaire de mes affaires, le des modules
rétropédale
responsable. 38 de sur pourson al-
l’avenue
On aurait desdit Arts. queIl la la guerre du « dumping ». Comme pour l’avant du magasin, j’interpelle o mulesegens, a évo u deonné
de famille en l’air. Mais bon, j’y suis ar-
Kafkae pour citerpa troisvicônes.
le rembourse. » Tout est parti en dix nd C qu xp qu
m
ont fait fortune avec leurs s

« v«nd On peutnod
liance avec Le Pain Quotidien –, un Mon-
seul qui peut en pâtir, in fine, c’est moi. rivé. jours et c’est un livre exceptionnel. de taulard. Sans oublier Cary

m’a lesdemandé
organisations de vendre sieurdes
caritatives
Alors ! Tout chez moi part du plaisir de
vendre, j’ai toujours été un commerçant,
100.000 modules dont
était
volts quiouverterebaptise
agace ellepour
autant s’oc-
entre Filigranes.
qu’il le libraire Dequi 200fait cou- cet autre livre, Pilgrim. Je l’ai lu, je prends le micro et parfois monde je chante.de b a eLa vogue actuelleà(plutôt
Nominé comme « manager de l’an- On vous dit infernal ?
m ga glauque, man, dont la publication tri
de trois (beaux) livres écrits
rir le m , l’espace
qui sem-passe
Tout-Bruxelles des à 1.000
lecteurs et le
adoré, et au final j’en ai vendu Les skateboards ? Ils ont leur place ici. mais chacun son goût)
m des serial
» J a un n n ma
Vos parents ont» oué un rôblait erelever
? dedont
séduit, mais a surtout réussi ce
qu on n a m
2

isir vendre dupasse-temps quand de 6.000. Là,étais ma ade a vi e au monde où née » ?


onmontre mange e mieux
j’ai toujours aimé vendre. J’ai commencé Des méchantes personnes ont dit des couloir de la mort a retardé,
SON BRAS DROIT
lescupait.organisations
m
m
caritatives
tout petit. Dès que j’ai eu 6-7 ans, maman
m’a demandé de vendre des modules pour livre. Et par centaines
la prouesse
Tout-Paris elle
depuis
: s’oc-
de
milliers. 2.600 l’édition
Au mi-m . Au 2
– et fil qui
du insupporte plus c’est le com-
Mon discours est simple : « Pour réussir,
killers
enfoncez les portes et ne respectez pas les
méchantes choses. Mes libraires (ses
que le u genre ou est loin
vendeurs de livres par section, NDLR) a mon m
quelques années seulement,
tion de la peine de mort à la

en- Non Sicupait. ce nmest » que


cupait. »
m m
ai probab lieu de bols deement
les organisations caritatives dont elle s’oc-
ses de
café, temps,
concurrents
savons dû et deMarcW – cet
tape- était
Filipson
l’événement (56 de rapiécer
annuel merçant avec qui se met ma en cousette
marche ! OnSin- vous hait et i onyvous a une
aime aussi vie pournocturne d’avoir épuisé
règles. » Je peux dire cela comme mana-
ger de l’année ? « T’es ouvert le di- es les restos
fans, au bu sont
contraire.
achètent et vendent ce qu’ils veulent.
ond Au d
C’est vrai que j’ai été insupportable : je a Nothomb
« On peut
ava
contesté. u pd
a été condamné dans un
U
nades. L’homme du assume
monde ans)
ses forcesen
des a
etfait
ses l’un
livres des
francophones lieux belges. Via France info, France Culture, la désacralisation de la librairie ? Mais, mieux encore que l’assassin
D’où viennent m les Filipson
e?Que
manche ? Tu peux ? » Non ? « Etre ou- suis exigeant, je ne supporte pas de voir Beaucoup d’autres bagnar

edes p aisir prouver Vos m que parents queœ ont chose oué
D’où viennent les Filipson ?
Jefaiblesses
un me rôsuisavec
rendu
je?m’emballe,
un grand naturel : « Je
incontournables
nenni. maisDans commeger un de CBruxelles,
passe-temps
communiqué est peut-être tout je le fais dans
quand inconscient
lire à Franz-Olivier étais ma J’aides adeles coups
fait ouverts a devicœur, e7au oursmonde suroù
vert jusqu’à 21h, tu peux ? » Non, etc.
longtemps 7 on
sorti etde il’imagination
s travai
dan
mange o ean
traîner un carton dans le magasin.
ent
mieux
d’un v à
roman- à 5 hqu e oubeau
on hnàa tem
2h m
eux avaient fait recette : Ma
© BELGA.

Je suis la troisième génération. Mes « On peut défendre des auteurs ou dire Mais on a créé des emplois – j’ai une Mais je le suis moins. Je crois. ■ Casanova, Cervantès. Auxq
parle beaucoup,
résu tatsrespecté «avec S nocturne
eunemelep ante erestos
me psont ante a »

« Je suis
D’où
M Je viennent
esteles Filipson ?actionnaire ava afortune orécom- a nu Au d bu
queSisuis nla troisième génération. Mes
grands-parents, des Juifs ashkénazes, Etienne, rue De Wand, pour le plaisir Vos parents ont joué un rôle ? passe-temps quand j’étais malade, la ville au monde où on mange le mieux, qu’on n’aime pas un livre, comme le dernier équipe en or, 62 employés plein-temps, Propos recueillis par peut ajouter ceux qui ont
deoù
aussi fracassant, l’on peut celeflâner,
mardi, lirel’homme
en a dé- cier, succès et la
yre- ai ren- compte étais aissé-pour-compte Juifs ate ier Giesbert qui passait dans le ma- avant les autres. Et j’ai
la de couture (après,
mar cousette t) la concierge Sin- quiaméricaine i y toujours
a une vie incroyabd es ev qua n i- ouNothomb av mo U
je suis seul mes affaires,
Non ce que
sont venus de Pologne et d’Allemagne
dans les années 20 et 30. Mon grand- ai probab
seul qui peut en pâtir,ement fine, c’est dû
d’avoir de l’argent de poche. J’y ai ren-
«inbuvant
contré un personnage qui vendait des
unmoi. café cécouter
ouEtienne, était
Non. Si ce n’est que j’ai probablement dû
prouver quelque chose. Je me suis rendu
lesde rapiécer
c’était de rapiécer avec ma cousette Sin-
avec
ger. C’est peut-être dans l’inconscient des
il y a une vie nocturne, les restos sont
ouverts 7 jours sur 7 et ils travaillent à
Nothomb. Un éditeur ne fait pas la pluie et
le beau temps. » © P.-Y. THIENPONT.
avec les étudiants, on arrive parfois à
pensent aussi laam véritable na
B.Dx.

fripouille
leur monstrueuse captivité
vants miraculeux de la mach
a
claré La librairie Filigranes soutient gasin et deux jourspour deux Vos parents
venait chercheront joué
du Bar-un rôle ?
© BELGA.

Jegrands-parents,
suis la troisième des Alorsgénération.
!Juifs part du Mes
ashkénazes, rue De Wand, le plaisir passe-temps ou xquan

résu
père maternel fabriquait des lunettes, le tissus sur les marchés et je me suis re-
Tout chez moi compte que j’étais le laissé-pour-compte.
plaisir de Juifs, l’atelier de couture. (il rit) l’américaine avec une incroyable quali-
C tructrice de Staline (comme

ndaittis- J étais
des « eIl troisième
prouver que que
m’a introduit maischose
magasin Seiler était très connu à
en
vendre, Jej’aifaitme Foire eétédutroi-
suis auteurs
unlivrerendu
trouvé dans son garage à couper des tis-
toujours commerçant, lors
de ger
de présentations
Bruxelles ». Mais C est
J’étais le troisième, mais en fait le troi-
qui peut-être
estpages dans Le dans Point. Jeinconscient suis un bara Cartland
té de service, dans l’accueil notamment
des
Vos résultats té: ouverts
parents
«de Je viensservice
«
ont
de7vendre
Si jouéje ours dans
me un
le sur
plante,
rôle
accuei
7 etjeiBa
lorsqu’elle
?
sme
prend notamment
travai
kgammonla plume,ent
plante enava
» à nq
sor- e beau temn
syne ou Evguénia Guinzbou

un provocateur,
« Ma fille Alice a
quelque chose que j’ai » à ON
grands-parents,
sont
la religion venus de des
Pologne
Bruxelles. Le cousin germain de maman

juive j’aiJuifs
toujourset ashkénazes,
d’Allemagne
sus. Il me donnait 3 FB au tissu. Après
aimésurpris
vendre. et
? séances
Filipson
J’ai Etienne,d’avoir
sième enfant de « Maminelle », ma
commencé de
est dédicaces.
l’homme Sa
des ruede
coups –De
l’argent
vendeur, Wand,
Vos parents étaient inquiets pour vous ?
mes de pour
poche. le J’y plaisir
ai
– que je revendique terriblement ici.
collègues ne savent ren- Non.
dernier, mais j’ai autre chose à vous Si ce n’est que j’ai probablement
tant de prison.
pa ou Au dû
XIX passe-temps
c’était
siècle déjà,
au avo ou a om de rapiécerquand
nazis (comme Primo Levi o
a
«»Pologne
e
ans, mamanVosJui parents éta ent nqu etsj’explique (pour vous des?Non.
tient la plus vieille boutique à Paris, un mois, je gagnais 1.200 FB de l’heure : mère, c’était les Pilifs où Papa l’épaulait. Jamais. J’avais une grande liberté et C’est dans le Sinaï que j’ai eu mon Semprun) ou échappés de l
près suis sième re- compte enfant
sont dans
A que
venus
D O de
les les étais
de
années Mamine
e tout
face à l’Elysée, et un autre possède la
aissé-pour-compte evendre
» eudesformule
cela m’a pourri la vie.
petit. Dès que
et
j’ai
d’Allemagne
6-7ma
apour
révolutionné les »de
Je ne vais pas dire que j’en ai souffert,
ate ier dedecouture
comme je gagnais de l’argent, je me suis
r t)ren-
paddle (permis de plongée sous-ma-
–Sigens que
américaine e que revendique avec une meterrib incroyab ement au ebagne qua ici i-de orapiécer
tion par d’autres dictateurs

de20 m’a et
à30. Mon grand- d’avoir contré un l’argentpersonnage poche. J’y ai
il lance lemodules
« Boulevard du Polar en juin pas vendre. C’est cequi que vendait proposer. »Cprouver ce n’est
inq ans que je tente de me structurer,
Les quelque
avaient j’ai
chose. deprobablement
« On remonte, elle n’est plus que de
peur JeVidocq suis d rendu
(condamné dû oc’était
ger.
exige des prises de décision. L’homme tra-
a avantC’est
pa peut-être
ou un ave dv
© BELGA.

plus grande librairie juive dans le Sen- mais je reconnais qu’il y a eu un payé mon premier billet d’avion à 18 rine), à 16 ans. C’était le cadeau de mon Carlo Levi, auteur de ce me

résu
Marc Filipson a trois enfants, Alice demandé de cinq ans que je fais des erreurs. » 300.000 », assure celui qui ne peut, de vaille sur une meilleure définition des fon-
Lorsqu’il suivait cours morale
rre des: tis- té de service dans accuei notamment
Pourquoi ?
mère Jcétais e troisième mais en ait e troi- rentreretdans C est dans e Sinaï que ai eu lamon
tier. La famille de mon père était, elle, manque. Par ailleurs, j’ai toujours aimé ans. Je suis parti trois mois dans le dé- grand-père pour ma Bar Mitzvah. Le Christ s’est arrêté à Eboli
était es Pi ifs où Papa épau ait
monde des Jamais
libraires. sur J avais une grande iberté
(26 ans)
(23 ans) qui a travaillé chez Rich-
les organisations prochain,
caritatives mais
dont elle rétropédale
s’oc- son al-
à mes gars : « vendre, c’est notre une librairie,
Marc Filipson n’est pas rétif à l’autocri-
car le li-
mémoire, citer son chiffre d’affaires. de devenir le am patron de
dations de son business, sur l’évolution de
d n a Sûreté Mal’atelier bon ydeudan a
dans pèreles années
maternel 20 celuiet
fabriquait
comme beaucoup, dans le diamant. Le
qui30. Mon
des grand-
lunettes,
A 16 ans, c’était de la folie : j’organisais
leQuotidien
contré tissus –,un
faire le fanfaron, faire la fête, même si
sur personnage
les marchés
sert du Sinaï, en Israël. C’était un terri-
qui et vendait
je me suis
Lorsque j’ai fait mes stages de prof, j’ai
des re- prouver compte quelque
queQuelqu’un,
j’étais chose. Je me
leunlaissé-pour-compte. suiss’est rendu ger. Juifs, C’est en peut-être cou
Une nouvelle victime de la

c’est plus fort


mond et Christie’s, Mathias (20 ans)
© BELGA.

l’Athénée
qui suit des études de business musi- Emile Bockstael,
frère de papa est parti très tôt en Israël,
cupait. » des fêtes quand mes parents étaient par-
liance avec Le Pain avec le temps, je pense que j’ai appris à
un Mon-
toire occupé mais c’était sûr à l’époque,
métier ». J’ai un adoré, mais je gagnais 16.000 FB, je ne
instinct, mais braire,
tique. Car si l’homme déborde de projets,
c’était élitiste.
d’ambitions, et de coups de folie, son souci
C’est que le « truc » de Filipson, c’est la
française)
vente, le batelage, il adore être dans son
la vente numérique via son site, et sur une
rempli les poches
meilleure structuration, avec l’aide pour
sion policière vient rejoind

su Après Je nesième vais


cal à Londres et Leah (14 ans) dont il
estmagasin
père pas en ant
aujourd’hui dire Seiler de
que «était
ses parents ont suivi fin des années 40.
maternel le grand rabbin
fabriquait Mamine
en
de ai
des très souffert
lunettes,
sieur e ?» ma
tis, je me suis acheté tout ce que je vou-
connu
100.000 le
volts comme
à tissus
qui Vos
me taire et à écouter. Comme mon père
trouvé
agace autant parents
sur e gagnais
dans les
qu’il étagarage
marchés
son
surtout jeent
de
et avec ma bande, nous avons vécu là
faiset nqu
argent
monàje me
couperets
métier pour
e
suis me
vivais pas avec cela. Je travaillais en
des
à re- vous
suis
tis-
jour, m’a ?J’étais
compte dit padd en – meque que
aujourd’hui est d’être seul actionnaire,
le ej’étais
troisième,
regardant e derevendique
(permis le de
laissé-pour-compte.
magasin et faire tourner « les assiettes ». Il
haut mais en
publiant p terrib
ongée v ement
sous-ma- (que ici
quatre mois de sa fille aînée Alice. Filipson
fait ses lemémoires
troi- Juifs, l’atelier
plu-
cohorte prestigieuse, Nicola
de cout
C
Mon père, lui, n’était pas prêt à vivre en lais. Gagner trop d’argent trop jeune, avait fait l’Ichec, j’ai voulu faire pareil. nos premiers émois, dans une nudité parallèle rue de l’industrie dans une pe- zy, dont « l’œuvre » a grimp
inq an
s’occupe une semaine sur deux in- gestionnaire et animateur de cette librai- vérifie les piles de livres le matin, fait por- s’emballe vite et parle beaucoup. Trop ?
D’où viennent les Filipson
tensément. Alice vient de rejoindre
Belgique lui a proposé de suivre Je le
kibboutz je crois, et est resté en Belgique. c’est une malchance. Mais j’ai rencontré Je voulais prouver je ne sais trop quoi, complète, sans religieux pour nous en tite librairie. Et j’y suis resté. La loca-
pas C
du hit-parade en France dès

est àdans eest«?CSinaï sieurs que ai onteu mon


rie qui s’est agrandie et multipliée. Au- ter de l’eau aux clients qui font la file pour Son projet d’association avec Le Pain Quo-
heure maismère
son père pour quatre mois, au titre
eBruxelles.
magasin c était
reconnais
religionSeiler es Pi
Le « qu
cousin iétait
siappris
Mes parents n’ont pas été déportés, mais
où yPapa aséduit,
suis la troisième
germain très eu
connu
de épau mais a ait
un
génération.
maman
aussi le plaisir de vendre, j’ai cela en surtout
de lapayé
àMes prouesse
trouvé Jamais
réussi
sus. mon ce fond.
: Il dans
j’ai bien réussi les cours mais je tapais lequi sem-
me Jdu
Au
premier
son avais
donnait début j’aiune
legaragelevé 3
empêcher. Les Juifs se retrouvent sou-

àbi
travaillé
5FB à et grande
couper
au dseul avion
tissu. pen- iberté
des « vous n’êtes
tis-
Je ?Après
tion était très chère pour ces 25 mètres
à 18J’étais etàsième rine)
m le
prescripteur
troisième,
enfant 16 ». Ah oui
ansdemais était
en
Maminelle fait romanciers
e :cadeau
le troi-
», ma m de
pillées
sonVos
O sans
mon parents deétaient
de presse. Grâce à une nouv

que moi »
jourd’hui, il le dit, il faut structurer cette Noël, sermonne une étudiante qui sert le tidien, un succès belge qu’il relie au sien,
il y a une transmission. »
cours
de bras droit : « Je suis heureux, et là, de juive. Il m’a
des enfants cachés. Maman a d’abord
fui dans un internat catholique à Mont-
moi, et c’est un bonheur. Où que je sois,
grands-parents, blaitdes Juifs
relever
quand un produit me plaît, je le dé-
ashkénazes,carton au poker dans le métro. Après les
Etienne, rue De
vendre
deux premières années, j’ai arrêté, et j’aidant
vent en Israël, et c’est toujours un bon-
Wand, troispour ans, plaisir
heur aujourd’hui d’y aller. Tel Aviv est
Vos h,
carrés et on remplissait l’espace avec des
parents
couché ont joué
à 2h.un rôle
cigarettes, des revues, des gadgets… J’y Inconnu cette adresse,
entreprise qui a encore vu son chiffre d’af-
le succès m m
vergogne
café sans style. C’est l’homme clé. Après Nom m
Balzac népour comme
se limitera sans doute à quelques voisi- « manage
person- m an
en examen, la justice frança
cinq
mm
donné un sérieux coup de m
a
manque JeBruxelles.
ne tient
l’hébreu.
Par vais
Il
aiLe
la
m’a pas
plus
appris cousin
eurs la dire
vieille que
aigermain
religion,
pellier, puis a été hébergée dans une fa-je
sont
tou boutique
n’ai en
ours
fends.
deaietmaman
livre. sou
aimé
Et àpar Paris, ertans sus. comme JeIlmois, me
suis
fait ce que je voulais vraiment faire :
centaines de milliers. travaillais,emi-
Audonnait gagnais
venus de Pologne et d’Allemagne d’avoir de l’argent de poche. J’y ai ren- Non. Si ce n’est que j’ai probablement dû
un je gagnais
parti 3 FB
trois
je sortais de
1.200 au
la mois
nuit. argent
FBtissu.
Auchose. de
dans e suis
Après
l’heure me
ai fait venir le livre petit à petit, faisant
début, erendu
parti dé-:suis
sième
d’ici, mère,
pas padd
de France.e les
faires progresser en 2015 de 10 %, mais ses
enfant
grand-père c’était m
Je(permis
de Pilifs
l’ai pourlu« en Maminelle
oùma de
avoir pris un peu de recul et de bon temps
Papa
nage Bar p l’épaulait.
de ongée
»,
née »ma
Mitzvah
Vautrin, ?Hugo sous-ma- Vos
nages belges. « Aller avec eux à Dubaï ou
pourJamais.parents
m
tracer étaient
J’avais
au moment où il risq
in
un
C « Si nq an
coûts salariaux de 20 %. A sa surprise. Il l’an dernier – quatre mois de congé –, il a New York, c’était mon rêve dont l’entre-
dans les années 20 30. Mon grand- contré un personnage qui vendait des prouver quelque Je me m
j’ai » Marc F p
mille. Cela l’a marquée à vie : elle n’a l’enseignement. J’adore les enfants, dessiner des meubles spéciaux pour les connaître un certain essouf
pas beaucoup retenu mais cela m’a père fort C’est ce que certains vous reprochent :
lieu de bols de café, de savons etdes de tape-
amis venaient jouer FB avecde moi au une: nuit,
s’était pourtant dit qu’on ne le reprendrait promis à son personnel d’être durant les
les traits
prise en soi n’a aucunement besoin. » Par
de
Mon Javert,
d Gaston
ou Leroux mp « Pou u
et ne j’ai rine)pris à
illico 16 lesdireans
6.000 C était e cadeau de mon
comme beaucoup de livres
tient la plus vieille boutique à Paris,
pas créé les « Pilifs » (une ferme-atelier exposer, vu l’espace très réduit. Le gé-
mais face e à l’Elysée,
reconnais et un
qu autre
i y apossède eu un la un mois, je gagnais 1.200 l’heure
j’étais directeur de la Colonie amitié du
maternel fabriquait des lunettes, le tissus
payé
cela sur les
m’a mon
marchés
pourri
et je
premier
me suis
la re-
vie. compte
bi que
et
j’étais
d
le
avion
laissé-pour-compte.
à mère,
18 Je c’étaitvais
plus à manquer des rendez-vous de ges-
Lorsquel’éditeur. Je ai
les
pas Pilifs où que Papa
m
trois mois qui viennent dans son magasin
faitle mes j’en
pourstages
l’épaulait.
ai souffert, Jamais.
comme
contre, son « Boulevard du Polar » devrait
J’avais
je gagnais une d
sais faire eintéressé.
fanfaron faire amagasinfête même n ondem prof po ai n t que
était très si connu àsert trouvédu Sinaï endesIsraë tis- J’étais leC
ouétait un terri-
qui accueille des handicapés) par ha- faire du commerce avec les livres et la rant a eu une hémorragie cérébrale. Son connaît l’intrigue, où on n

résultats
CCLJ à 18 ans, la seule colonie juive
Il m’a appris les passages que Seiler
p c nq pa a
dans son garage à couper troisième, mais en fait le troi-
tion, ou à courir derrière les errements de sans interruption. D’autant plus néces- mm
envahir Bruxelles du 10 au 13 juin. Sa phi-

aints, » avec nades. L’homme assume sus. Ilses forces 3etFBses


Backgammon, j’avais cinqenfant six de clients exemplaires de forçais créer Chéri-Bibi).
Car
LE PARTENAIRE ? sard. Papa, lui, est allé dans une colonie culture ? laïque qui accueillait des non-Juifs aus- épouse m’a demandé de le remplacer, et certains des gestionnaires recrutés pour saire que les risques d’attentats et le lock- losophie devrait le protéger des regrets :
pas qui a tué qui et dont l

ar- Alice eface


manqueje
«M plus
devais
temps àretenir
l’Elysée,
Agrande
Par par aicœur etpourun
librairie
eurs ma
de réfugiés en Suisse. Ingénieur com-

e pense que tientautre


Barjuive
Bruxelles. Le cousin
ai tou possède
dans germain
ours leavec
Absolument ! A une époque, j’ai créé le

ai appris ààSen-
de maman
aimé la cela ans m’a
me donnait
si. J’ai été choisi par les deux fonda-

toire Je pourri suis la


au tissu. Après
parti vie. sième
trois mois
« Maminelle
oùdans
finalement, à sa mort, on m’a demandé », ma
cliente qui Jemais
dé- mne vais
adoré jerepas
grand-père
l’épauler. Une aventure malheureuse a fait
gunon
reconnais
mais dire «poureJeque àsu
gagnais s né
j’en
qu’ilma
down bruxellois fin novembre ont mis le
Plus yJu
ai
Bar 16
près gpo
souffert,
a de eu
Mitzvah
000 nous, nt unJbarre
FB m comme
»Albertine
payé
p uxeSarra-
« Je suis à 100 % actionnaire, si je me
d» ne je mon gagnais premier
est un bête happy end.
de
cela m’a occupé mais c:savoir
était sûr àque époque
faiblesses un grand naturel par :1.200
« JeFB! de
jour Il faut jouer la comé- avait acheté journal, aMarc omm Fman pb
mercial, il a été notamment directeur la plus vieille boutique
Syndicat des libraires, puis j’ai démis- Paris, un mois, je gagnais
teurs, mais surtout par le président l’heure mère, de reprendre le magasin. J’ai racheté le
c’était les Pilifs Papa l’épaulait. L’écrivain le plus lu de la
plonger les comptes dans le rouge, pour petit monde de Filigranes sous stress, et plante, je me plante. » ■
mitzvah, et aujourd’hui, » j’en suis trèsà l’Elysée, d premier
amb m t on
Pourquoi ?
chez Tudor (batteries) avec 4.000 per- sionné car les gens avec lesquels je Charles Knoblauch. C’était énorme de fonds de commerce et j’ai pu débuter ce ne participera pas à la Foire

s,
ezAlice
ganisaisRich- plus
aire tier.grande
M » e an aron
La famille librairie deaire
sonnes sous ses ordres, puis dans une
face
juive
mon a père dans
parle
ête
et un beaucoup,
ledans
était,
même Sen-
autre possède
l’avais mis sur pied, n’étaient pas des
leelle,
je lam’emballe,
si avec sert mais
pourri
m’attribuer ces responsabilités à 18
du
la comme
die, vie. faire
Sinaï croire, et
en Mais parfois
Je ne vais
Israë foutrepas dire
C une
était vie
j’en
qu’il yun
qui est devenu aujourd’hui Filigranes. aiprendre
un mais
souffert, le mm
a euterri- manque.
livre. je m reconnais
« Si
atteindre une perte de 500.000 euros.
m Lorsque
tu Par ailleurs,
n’aimes pas,
m je te
qu’il j’aizin
que le départ du dernier directeur en date
ai ait mes ytoujours
ou a eu
stages gtravai dun
aimé
m Henri Charrière,mdit Papillon,
de m payé
pro
ann ans.
C
B. Dx
mon
ai
« JeT suis parti tr
de Bruxelles. Ouf ! Il laissera
ouv d
ou- me taire fier.
tier. et
comme La à écouter
famille
beaucoup, de Comme mon
plus
firme suédoise dont il a claqué la porte.

dans
grande
père
tier. La famille
lemon
librairie
était,
diamant. père
juive
commerçants. Ils m’ont toujours montré
jedesuis monseul était, elle,etPourquoi
père actionnaire
elle,
Sen-
ans ! J’avais cent gosses à Saint-Ides-

Le Pourquoi
de
A
mes
16 ma
? affaires,
ans,
de famille
? bande
le en l’air.
c’était de nous
mais je reconnais
la
manque.
folie Paravons
Mes parents m’ont prêté l’argent pour
bon, j’y
:
suis
j’organisais
ailleurs, j’ai vécu
ar-toujours aiméà
le rembourse.
manque.faire
vivais
» Tout est pas
le Par
fanfaron, mparti
ailleurs, avec
en dix
faire j’ai ce ont a
toujours
la
fait
fête,
Je fortune
m
mêmeaimé
M avec leurs
si
ais
ans.
souvenirs
sert
en
Je du suis t que
au
Sinaï, ourd
parti en Car
place à une kyrielle d’autres

hu
troi
Isr
zientas Rich-(20 ans) avec
Il a « osé » aller pointer pendant quatre du doigt parce que j’ai dit et je le dis tou- bald, une quarantaine en Suisse. démarrer, et en un an et demi, ce petit bien plus intéressants, y com
man h Tu pM ux » Non « E o
une par-
avait fait m
comme frère
e
mm
temps
Ichec
de
M e
aiest
dans l’import-export.
beaucoup,
pense
ans, pour se mettre ensuite à son compte

m vou dans
comme que
uparents
beaucoup,
defaire
seulai dans
pareiquiappris
le peut
jours « le livre est un produit, exception-
diamant.
nel, de culture, mais c’est un produit ».
le diamant. Le
en Le à
pâtir,
nos
A 16toire
in ans, fine,
premiers
Les livres, vous les rencontrez quand ? occupé
c’est
c’étaitrivé.de lamoi. mais
folie : j’organisais
émois « Tou c
faire était
avecdans
le fanfaron,
h mo sûr faire la
une à époque
fête,jours
boui-boui est entré dans le Top 10 des li-
nudité
braires belges, alors que j’étais installé
même si et c’est religion
un livre
para adoré « Je mais
exceptionnel.
è e rue suis né
e
de la Juif,
gagnais
industrie point
de taulard. 16
m
v
Sans
barre
000
dansoublier
usiqu
FB
àune
» CaryleChess-
àsert2toire hmpe-
ne
uoccupépd
écrivains de polars, des vra

uxamb
mm
»en Non tIsra
rencontrera aussi le ma
onc
ssinesse(20 ans) etpapa parti très tôt en des Israël, 40. A 16
tis, des ans,
fêtes c’était
quand dejemes la folie
parents : j’organisais
étaient par- père faire avec levivais
lemfanfaron,
temps, je faire
pense que fête,
aj’aiJe mêmeappris du Sinaï,
gest mais
onna
frère papa est parti !très tôt en Israël, despartfêtes quand mes parents de étaient par- m
musi- me Moi, je me suis débrouillé très jeune. Alors W
Tout chez moi du plaisir le temps, je pense que j’ai
dans une rue perdue, loin de tout. appris à man, dont la publication triomphale Richard Ford, l’un des pl
pas avec s ou dce travai ais denle mp
Et moi, c’est mon gagne-pain, c’est ce qui Quand j’ai eu mon hépatite, à 13 ans.

ntré e vou- Je vou ais taire à écouter ses Comme


Mon frère aîné de trois ans, Daniel, est
prouver e ne sais
ont suivi mon
fin
a fait que j’ai pu gagner ma vie, payer
trop quoi
annéespère étéet
je
un avec
me suis
J’ai alors lu Les chemins de Katmandou
vivre encomp ète
acheté ma
tout ce que
sans bande
tropre
vou- pa
«igieux
me nous
du
taire pet aà l’an-
pour avons
écouter. Comme mon
nous vécu «en Ondit àpeu
m
Vous êtes Juif et vous le revendiquez ?
tite
mdé end ?m ibrairie
je viens du Maroc. Tu es le seul Juif dans
e des au eu Et ydee suis
d’hui Daesh, avant la franc-maçonnerie.
resté on La oca-
veilleux auteurs américains
© BELGA.

frère de papa est parti très tôtvendre,


en j’ai àtoujours
Israël, Nominé
commerçant, comme manager
avait faitde On vous infernal trois Ma
(beaux) livres aécrits dans au o ourd – a hu un
ness ans) musi-
dont il ses parents ont suivi
entrepreneur et m’a à chaque fois aidé à
m Mon
fin des années
l’école à mes enfants, vivre comme je vis
père, lui, n’était pas prêt
40. des tis, fêtes je
car ils étaient dans la chambre de mon
lais. Gagner trop
quand
me suis
d’argent
mesacheté
jeune,
parents
d v tout
nd étaient
ce que
Vous êtes une grande gueule ?
l’Ichec, j’ai voulu
jepar- vou-
faire
avec me letaire temps,
Quand on a commencé à me demander de
pareil.
et à je pense
écouter. que
Comme j’ai
cette année et si tu veux, j’aimerais que tu
appris
mon pèreà toireet occupé
avec ma
de oyr ep qu
m mais bande, c’ét
dont l’œuvre est à la fois pro

smpe
op«en seune avait » ô em? ait Ichec pa aiMes vou u aire parei para pas un è vont eetrèsrue de e industrie dans oune pe-
La religion ne vous a pas séduit ?
nos J’ai premiers émois dans une nudité
aménager mes magasins. Norbert était aujourd’hui. Il y a moyen de gagner sa frère, puis L’île de Robert Merle, puis C’est vrai que j’adore faire de la télé, de participer à des débats parce que j’étais vien-nes suivre le cours de religion juive. » poignante. ■
Nous on oué
sommes un
deux fous mp
kibboutz je quand
crois,j’ai et toujours
est resté en aaimé
Belgique. vendre.
ma c’estad une malchance. anée v » ? au mond
commencé Mais j’ai rencontré où bien
Je on mang
voulais prouver je m
ne sais ux Des
trop qu
quoi, on n a me
méchantes m personnes omme
dit des de n e de laqu
couloir mort p a retardé,
n 62 mais mp mn
en tion était chère pour ces 25 m mètres
Juif, j’ai dit « Moi, je suis né Juif, point J’ai finalement dit oui à la condition qu’il
ai bien réussi es cours mais e tapais e
Pas du tout. J’étais en recherche mais d’un
empêcher Les Juifs se retrouvent sou- gest onna huo r
épileptique et caractériel – un vrai, un vie dans ce secteur. On me disait que je tout Robert Merle, puis tout Barjavel. Je la radio. Cela fait partie désormais de

ns)rencontré
deux dont
n
Vincent Herbert, le patron du Pain ses
quil a p obab m n dû
in- SON Mon parents
BRAS père,DROITmontlui, suivi
n’était
dur –, ce qui a poussé maman à s’occu-
a dedesne fin pas
parentsdes prêt
n’ont années
tout à vivre
pas été déportés,
petit. Dès
n’avais pas le droit de dire cela, car, à
ap sais avtrop maaquoi 40.ou en
mais aussi
que tis,
j’ai eu lais. je
le plaisir
6-7 me
ans,
n’aurais jamais dû en lire que vingt sur
S etnc’est un bonheur. Gagner
Mon suis
de vendre, j’ai cela
maman
y a un« discours
Tout acheté
trop
chez
Où quevje sois,
est nosimple
moi tout
d’argent
en a j’aiou
uomm : «ce
ou
réussi
Pour que trop
les cours
réussir, je maisvou-
mon quotidien, c’est génial de pouvoir
nau pokeran dans leométro.
jeune,
je tapais
méchantes
onAprèsNo me
le m
avaittaire faitet
barre ». Etre Juif, c’est lié à la tradition. A
choses. Mes
les homb Un éd eu ne a pas a p u e e m
à écouter.
l’Ichec,
libraires j’ai
(ses Comme
voulu quelques
m’apprenne l’hébreu. Il m’a appris la reli-
mon
faire années
av père
pareil.
seulement,
groupe. Au CCLJ je suis tombé sur un
et
ud an nosavec
l’exécu- ma
premiers
on aourd bande,
www.berenboom.com
v pa émoi n
Je
Quotidien, et Marc Filipson ont en
vou ais prouver
per du Centre neurologique William enfants cachés. Maman
l’époque, le stéréotype du libraire, c’était d’abord moi,
comp
les cent : c’était un catho fou, et s’il était
ète sans re
un igieux
carton
pour
dire ce qu’on veut, ce qu’on pense. De
nous en tite
la maison, on allume les bougies à Ha-
ibrairie Et y
gion, je n’ai pas beaucoup retenu mais cela
tion suis
de resté La
groupe de 16-25 où j’ai rencontré mes amis
la peine de mort à oca-
laquelle il
ois qucarton ho J au Mon kibboutzpère,
poker lui,
je
dans n’était
crois,
g Ceet métropas
est
p uresté prêt
pellier, puis a Après
m’a à
en vivre
demandéBelgique.neson en
de vendre
ventlais. des
d Gagner
c’est
fends. en
modules
une enfoncez
ouv malchance.
dontIsraë
pour les
7trop portes
et cd’argent et ne
ua faitMais
est respectez
tou ou jeours trop
j’ai pas
mrencontré
les
jeune,
un vendeurs
n àbon- avait de
Je emps carrés
livres par
fait»l’Ichec,
voulais © et
section,
on
H N j’ai
prouver remp
NDLR) voulu
je ne issait faire
sais espace
pareil.
trop quoi, avec nos des
complète,premiers r esans quémois, sm es
%reli
noukka, mon fils a fait sa Bar Mitzvah par m’a fort intéressé. Il m’a appris les passages d’aujourd’hui. Etre Juif m’apporte l’appar-
Lennox. Il est décédé un peu avant ses quelqu’un qui roulait en 2 CV et en 4 L. vivant, il serait le bras droit de Marine
part du plaisir temps en temps, je me plante, pas grave,
deux qu in-
i rejoindre
commun de nourrir des rêves et
m u m ndu fui dans un internat
dan catholique à Mont-
nquand un produit me plaît,
ouje le dé- deux7ou premières
aava
années, j’ai arrêté, et e beau
j’ai
tradition. Moi je l’ai faite à 14 au lieu de 13 ON
que je devais retenir par cœur pour ma Bar …
tenance, la tradition, la famille et ce
entrepr se
30 ans. Cela a fort marqué ma jeunesse. Eh bien, j’ai roulé en 2 CV et en 4 L, et Le Pen. J’ai lu tous les best-sellers Laf- je ne suis pas homme politique. Je dois
ce a aen a ai bien réussi es et cours mais eutapais e c’est tion ce était très chère a étépour ces dans 25 mètres
d’être un peu « fous ». Ils se sont

kibboutz
Mes
pou parents
Comme le disent des coachs, aujour-
jeannées
crois, n’ont estamille.resté
pas été
leshébergée
été
en
organisations
puis un jour j’ai évolué !
ouBelgique.
dl’adéportés,
dans
à vie :mais
une fa- caritatives empêcher
font, mais pas les classiques, à part Vic-
aussi une am
ellede
règles. s’oc-
lemalchance.
plaisir Les
»vendre,
Je peux
al’année
n av Jui
dire
de v Maisun s ce se
cela
vendre,
comme
que
»n j’ai retrouvent
oyab
mana-
voulais
J’adorequa
rencontré
j’ai
vraiment
juste faire attention de ne pas choquer
cela
achètent
en sou-
faire : et vendent
ans pour faire plaisir à mon grand-père,

Jej’ai voulais
qu’ils veulent.
prouver
mitzvah, et aujourd’hui, j’en suis très fier. condamné
quelque chose que nous avons en nous :un procès %
qu omp Ju bien été réussi desje
les cours ne sais
mais trop
je tapais quoi, le complète, J my sans Lesreligi
rencontrés il y a quelques mois et
ejoindre
s,
dé- auo titredeux premières
ont flashé, élaborant une sorte de vie
aicrééarrêté
d’hui, pour réussir il faut avoir souffert. Cela marquée
cupait. » et aielle n’aheur
» ferme-atelier au
tor Hugo et quelques autres. Mon petit
ourd
ger de reprochenthui ?d
: « y nd a
l’enseignement.
T’es er
ouvert Te
de le Aviv
di-
les enfants,
les clients, je suis en commerce. Je me
C’est est cigarettes
alors que je n’étais pas religieux. Il n’y a
vrai que j’ai : revues
J’ai pu la faire au Kotel, au mur (des La-
insupportable je contesté. m
des gadgets…
prendre les gens dans les bras, les ac-
empêcher. ourd hu Juif

résultats « Si je me plante, je
j’ai toujours été
a res prog
J’ai vécu ce passage : m’occuper de mon Il y a des amateurs de livres qui ne libraire Etienne me prêtait les livres en fous de tout ce qu’on peut dire de moi. Je pas plus laïque que ma famille en Israël. mentations) en Israël, car j’accompagnais cueillir. Professionnellement, il ne faut pas
C’est ce que certains vous
ue e sois carton au poker dans e métro Après es je carrés et on remp issait espace avec des
pas les « Pilifs (une
au
ureux, titre et
m ma
commune possible entre leurs deux
Mes n
des a
parents
enfants o n’ont cachés. pas quiété
frère et le découvrir agonisant m’a ren-
Maman déportés, a mais
d’abord
viennent pas chez vous car « ils en ont
aussi vent
fairemoi, le
me demandant de lui dire si cela pou-
et en d
plaisir
manchec’est Israë v
unTude
les?livres laetvendre,
dan
bonheur.
etpeux ?c »est
j’étais
aNon u tou
directeur
?Où j’aino ours
la Colonie
que amm
cela
ou-je
suis un provocateur, c’est plus fort que
« Etre un
amitié
n
en
sois,
suis bon-
du
j’ai
exigeant, bien
carton ne réussiau
supporte poker les
pas cours
dans
de voir mais le
mon cousin. Wouaw ! Je suppose que papa
métro. je
Beaucoup tapais
Après
d’autres le les
bagnards empêcher.
vent
cracher dessus : cela m’a ouvert des portes.
avant en Les
Israël, Juifs et c’
dlà,« ce Marco Polo, entrepr se
success-stories belges. Aujourd’hui, accueille des handicapés) par ha- du commerce avec CCLJ à 18 ans, la seule colonie juive m
fait
on calme le jeu. Des petites choses

ena an Mam que An NA » e vou ma ais Vos pa vraiment


du très fort. Avec lui, je n’avais aucune
en sPapa, é alui,en D’où faire
marre de payer de l’essence pour sa
nqu danseune
viennent s:pou
vait être vendeur. Plus tard, quand le
les vous
culture??? –vert un
qujusqu’à 21h, commerçant, v ndtuqu
moi.
bNon, mdes nnon-Juifs aicigarettes
fait
Qui vous a transmis cette « filiation » ?
venir e ivre mpetit
devait être très content car avec le temps, je
àfaitpetit :faisant
J’adore être invité le vendredi pour des m
aiFilipson coûts m etsa ar
sard. est allé colonie laïque qui?accueillait aus- un carton eux m
avaient m
recette
eet dé- deux fuipremières années ai enarrêté et peux »choisi etc. traîner dans le magasin. des lerevues des gadgets… Jenyon
Porsche ». Je suis rentré en judaïsme à l’âge de 14 ans. me suis rendu compte qu’il connaissait
heur au ourd hui demplois
yqu aplaît, er Te leAviv est
gêne, il m’accompagnait partout. Da Vinci Code est sorti, j’ai été le seul à shabbats, je chante avec les autres, mais je

où des enfants cachés. Maman a d’abord


vont sans doute se faire à Bruxelles,
eux, là, dans
pau aun internat
Comme je le voyais travailler – il ven-de catholique
réfugiés àand Mont-
Mais je n’ai jamais roulé en Porsche. Si
Suisse. Ingénieur moi, quand et! Clibraires,
Ac’est
dire que j’aimais ce genre de littérature.
com- Absolument une un j’ai un
époque, produitbonheur.
toujours
j’ai créé le aimési.me J’ai Où que
Et politiquement ?
été par jeles sois,
deux dé-jecarton deux
Je suivais le cours de morale à l’Athénée
fonda- au
premièrespoker dansannées, métro.
j’ai
toutes les prières, qu’il parlait hébreu. Il y
m Après
arrêté, mles
et m vent
j’ai
ne prie pas, je n’y crois pas. Même si je
m heur Israël,
Uaujourd’hui
a res progr c’est d
dessiner des meub esarrêté,spéciaux pour esj’étais
sans mélange de concepts. A suivre.
Penseignement dan S na a u mon
eJmieux,
adore es (batteries) enfants
Papa Jama « On
dait des fleurs sur les marchés –, j’ai J
mercial,ava
peut défendreJeun suis g
des laauteurs
j’en avais envie, je le ferais, je ne crache
il a été notamment troisième b
ou dire génération.
Et toutes les télés sont venues chez moi !
directeur Syndicat des Mais Mesonpuis a j’aicréé
démis- des teurs, mais – j’ai
surtout une
par le Mais
président le suis moins.
Je suis apolitique. Je vote pour des per- Emile Bockstael mais un jour, un homme Je crois. Casanova,
avait un secret de famille autour de cela.
■ Cervantès. Auxquels
pense qu’il y a quelque chose. Mon ange
m
vendre »62 jeemployés ai ait venir epar?ivre petit à petit aisant
aitfuipellier,ceaon que
dans ouun vou
internat ais vraiment
catholique d unàavec aMont- aire m
scoûts
éta t sa pour
est venu me trouver : « Eh, tu es Filipson ?
puis a été qu’onhébergée dans une fa- mlequand un gens produit m me ruepplaît, jeou le ma dé-
C’est étonnant en fait, depuis que je suis li- gardien à moi, c’est mon grand frère. ■
fends. de deux Vospremières
fait ce que je années,
voulais j’aivraiment etceuxj’aiqui: heur
faire aujourd’hui d’yl
commencé très jeune à travailler. Vers pas dans la soupe, j’ai réussi à faire un Combien de fois je suis entré chez Tro- sonnes. ■
va de, pa la ville
d auqu monde noù mange le omm chez n’aime
gagna
Tudor pas
grands-parents, livre,g4.000 comme
n per- des dernier
Juifs
sionné u carashkénazes, padd
les équipe avec enplesquels
or,
Etienne, dCharles De ongplein-temps,
Wand,
Knoblauch. pour
C’était le plaisir
énorme parents ont
Propos joué un rôle
recueillis peut mm ajouterpasse-temps ont
quand raconté malade,
qu arid
12-13 ans, j’ai baigné dans la presse, je business avec le livre, les autres peuvent pismes pour en ressortir aussitôt, car je BÉATRICE DELVAUX Eh bien moi je m’appelle Albert Guigui (de- braire, ce qui se vend le plus, ce sont les Propos recueillis par

y aétais viedirecteur de a Co onie amitié du


C nq exposer
anSi qu vu
n espace
d probablement
m u leur u très réduit
«c’était
On de mon Le gé- n cousette p u Sin-
faisais les invendus pour la librairie sonnes sous ses ordres, puis dans une l’avais mis sur pied, n’étaient pas des m’attribuer ces responsabilités à 18
le faire aussi ! ne sais pas, j’étais intimidé. Mon autre venu le grand rabbin de Belgique, NDLR), livres sur la question juive, Hitler, aujour- B.Dx.
in- ilonna une qu nocturne, les restos sont Nothomb. Un éditeur
sont venusne fait de pas la
Pologne pluie etet d’Allemagne
avec les étudiants,
d’avoir on
de arrive
l’argent parfois
de poche. à J’y ai ren- Non. ce n’est que j’ai monstrueuse
dû captivité,
rapiécer survi-
avec ma
enseignement
pellier,
mille.7 et ils travaillent àJ adore
y a puis uCela una l’a été hébergée
paymarquée mon p m
firme suédoise àes
dans vie
dont :en
ilbaune elle
claqué dants
fa-
la av n’a
porte. onfends. à 8
commerçants. Ilsnm’ontà toujours6 an montré C ans a ! J’avaisadcentau d àmon
gosses Saint-Ides- fait
nqcean
l’enseignement.dessiner
que qu je chose. des
voulais
a Je dmeub
B.Dx.
J’adore Mvraiment esles
urendu mspéciaux
»miraculeux
300 faire
enfants,
000 :»lapour a u dans e des-es u p
el’inconscient
qu usnetàpeu
sdéta maod
pour
ades seuJleaeIlans,beau temps. » © P.-Y. m vants depeut-être machine
38 39

Paouverts
aCCLJ u7 jours àsur 18 ans l’aaquali- co » allerdans
onie o: les uive années 20 du etdoigt
d30. Mon grand- contré un personnage qui vendait des prouver
F rant
quelque
a eeupaune
me suis
é hémorragie
ger. C’est
cérébra e couture.
Son des
© BELGA.

THIENPONT.
u amille. ou oucréé am «an ua « osé
pa pointer pendant
mo quatre
dan parce gceque andj’ai ditpet je le pou
dis tou- ma bald, Ba M
une quarantaine vah en Suisse. m
chent l’américaine étais
avec pas Cela
unedirecteur
incroyable les marquée
Pilifs
de »Co (une
pour àonie
se vie ferme-atelier
père
mettre amitié elle
maternel
ensuite à sonn’a du
fabriquait
compte jours C’est
« ledes livre est unque
lunettes, produit, le certains
tissus sur vous
exception- les marchés reprochent et je me suis : Ma l’enseignement.
re- j’étais
compte pexposer
on directeur
que nj’étais levu J’adore
de la à Colonie
espace
laissé-pour-compte. les
o très
autructrice enfants,
amitié
mémo
de réduit
Staline
Juifs, du
religion « Je s
e(comme
l’atelier Le
ede on gé-
Soljenit- h (iletrit)
» de p
on
F us
a a ou e à lc
à man

Th npon L So
an téa de onservice,
a dans a l’accueil m mnotamment du S na n magasin a C Seiler a un Lo qu à atrouvé a mLes livres, agvous d rencontrez
pà couper
o quand a ? tis- Caépouse
ameu adébo demandé de eCremp acer
e « u et
résultats « Si je me plante, je me plante »
les
et– aqueaïque qui accuei à«ait des non-Juifs aaus-
dans l’import-export. nel, de culture, mais c’est un produit ».
es pas qui acréé les ans
accueille Pilifsdes ao»handicapés)
(une je me ferme-atelier par ha-était C’est faire c’estce
très du que
connu commerce certains c’est ce qui dans vous
avec son reprochent
les garage livres et nà:la13des ans.quej’étais J’étais
CCLJ leàhomme
directeur
rant troisième,
18 ans, de mais la lade en de
faitpsyne
Colonie
seule leo troi-
ecolonie
ou Evguénia
amitié e juive
du que
Guinzbourg), des p on e t
CCLJ àapp 18 seu eaînésuis
co onie û uive de «une hémorragie Voscérébra eouSon certa ns?m àd–co
Moi, débrouillé très jeune. Et moi, mon gagne-pain, Quand j’ai
s ? mp pjen revendique
qu oici. up ma à est poqu ado gagnerma gagna 6 eu 000 mon hépatite,
FBFB
éet e C’est à si J ai «Sinaï
qui Ma
été
sard.
terriblement
fille
choisi
accueille Alice
Papa, apar
des
lui, est es
Mon
handicapés)
allé
frère
deux dans
Bruxelles.
de trois
m’afonda-
à par
une
ans, Le Daniel,
ha-
colonie
cousin agermain
àv faire
fait que j’ai
culture du
de
v
pumaman
commerce
va?
ma vie,
pa
sus.
av
Il
payer
avec
meJ’aidonnait
a
alors lu
les J
Les
livres
3chemins
ava
audetissu.
et a la
Katmandou
n
Après
d ambsième
CCLJ laïque on enfant
fina à e de oup
18
qui ement ans,
accueillait la o e onnazis
deMaminelle
à sa
seule mort
des
»,ouma
colonie
(comme
non-Juifs on ven
m
parents
ePrimo
juive a
aus- e baLevi
demandé
étaient
e age inquiets
Jorge adomm te on
pourê vousemou
dan
ou Comm mon p av ma band nou avon u d huépouse m e aoù eudemandé onna ede maga e remp e aacer ou et
ààmes
dans aïque
le
quelque
qui
que accuei
j’ai eu mon ait des non-Jui
entrepreneur ettient chaque
la s aus-
plus fois aidé
vieille l’école
boutique enfants,
à vivre
Paris, comme je vis car ils étaient
un mois, je gagnais 1.200 FB de l’heure dans la chambre de mon
au :ou mère, c’était
e les d êPilifs Papa Semprun)
a l’épaulait. ou
Jamais.échappésn J’avais de la
e une reléga-grande
ne « eépau a e er
liberté
certa ns
ete »C
U
de
mmchose que »j’ai »aménager mes magasins. Norbert était aujourd’hui. Il y a moyen de gagner sa frère, puis L’île de Robert Merle, puis
mis-
ai
a
uis h teurs
paddle
créé e
a(permis
vou
si «sard.
Nu
mais de
J ai Papa,
réfugiés
dea plongée pa
étésurtout lui, en
sous-ma-
choisi
no est pallé
Suisse.
parpar
minq dans e
es Ingénieur
mo unejeà tente
etprésident
face
deux colonie
dan
l’Elysée,
onda- com-
un culture
vie Absolument
nud
etstructurer,
un autre «?OnaOnremonte,
pa
possède ! ucela
la disait Aque dune je ndu
m’a époque,
pourri laMerl dan
vie. j’ai un de créé pexigele deslaïque si.Je de dequi
J’ai
ne vais
ina accueillait
été
reprendre choisi
pas L’homme
ement
dire que j’en
à par
e des
sa
ai non-Juifs
magasinles
tion deux
souffert,
mort
par d’autres
on J
comme aus-
fonda-
mai a
jeracheté
dictateurs
gagnais(comme
demandé e
de l’argent, M je me suis
popr
C ge onna e e an ma eu de e e b a vé e e p e de v e e ma n a
épileptique ans caractériel
que – un de vrai, meun dans ce secteur. me elle tout
n’est Robert plus que prises décision. tra- m
a prine),
18 ouvà 16 ans. n de C’était
Marc a le
op
HFilipson
réfugiés
mercial, cadeau
quoa troisdeenfants,
ilena chezmon
omp
Suisse.
été
dur –, an
Alice ce qui a plus
per duIngénieur
notamment
poussé g grande
ux
maman pou
com-
directeur
àlibrairie
s’occu- nou
William Absolument
juive
n’avais n
Syndicat
pas dansle droit le de Sen-
b
des a
dire cela, car,
!libraire,
APourquoiune E à y u
c’était époque,
libraires,
m
puisj’ai La
j’aicréé o
démis- a le esi. «qu mais
Tou
J’ai e chez
je reconnais
été moi
choisi qu’il
par ym a Carloeu un Levi,payéauteur mon de ce premier merveilleux billet p
d’aviononger
épau à er
18 e
U
teurs, mais surtout
epulespar deux fonda-
le aiprésident
cinq ans que je fais des erreurs. » 300.000 », assure celui qui ne peut, de vaille sur une meilleure ag définition
and ecommerce des
e j’ai mu fon- éeLeet Au e de eau aux men qu dans on a dé-e pou
ni démis-
dé- eugrand-père
Char ou teurses
pour (23ma
(26
Qma Knob
ans)
ans) Barmais
qui
Mapa aauch
Mitzvah. surtout
travaillé mp C était
Rich-
hLennox. par Ilénorme
Centre neurologique
LFilipson Jutier.e n’est La peude
présidentfamille ouvses de l’époque,
mon
ànl’autocri- oupère
le stéréotype du
était,on elle, ena2 CV hchiffre? pou d’affaires.25 m dations fonds
manque. de Par de
reprendre
ailleurs, magasin
toujours Christ
aimé m pu
s’est
ans. Jarrêté
ai
Je débuter
suis racheté D
à Eboli).
parti trois cememois m
le gH
Lorsque j’ai fait mercial,
mmmes stagesil
chez Tudor de a prof,été Marc
j’ainotamment
(batteries) avec
est décédé un pas
directeur
4.000 rétif
avant
per-
quelqu’un
Syndicatsionné
qui mémoire,
roulait
des
car citer
CVlibraires,
etles
et enson 4 L.
L,gens puisavec j’ai lesquelsdémis-
M depar
jeouteurs, son
dCharles
hu business,
fairedu mais ep sur
aisir
dKnoblauch.l’évolution
au
surtout ude par
m
emême
C’était leem si
Une eprésident
Noë
énorme
nouvelle eSinaï,
victime monne
de de une
enlaIsraël.
répres- udatte
éMC’étaitpanonger ndre
terri-e es
e qu M
ri-
des
au pok m danattribuer mond
m oet Ap
Christie’s,
ces Mathias
responsabi
v n (20
n 30ans)
ans.Car
a Cela
itéssia comme
fort marqué
à beaucoup,
ou ma
18 oujeunesse.
undedans
Eh
bon bien,le j’ai
diamant.
rouléa en Le
2 que on A «416truc
en mp ans,
et » de c’était
a depa la c’est
folie av : j’organisais
d qui le
onds
fanfaron,
est devenu
de
faire surlaune
commerce
fête,
au ourdet
mm
ai
sert du
hui pu Fi igranes
débuter ce
un L
sque s
ue, adoré, maisChar e jequi gagnais esdes16.000
Knob mdeauch
FB, jebusiness
tique.
ne d’ambitions, C
Comme étaitle disent
l’homme
frère énorme
des de papa
déborde
coachs, estde
aujour-
projets,
parti souci
puis très tôt vente,
un jour j’ai
C’est
en Israël,
évolué !
le
des fêtes quandêtre
m
Filipson,
mesdans parents
la la vente
étaient en de
par-
numérique
ep vendre
avec e le via
qutemps, son site,
a en o pense
je
et
el’aide
vu que on h appris
j’ai e d a policière
sion à toire a é vient an rejoindre
occupé y e Cc’était
mais Yvecettesûr homme m
à l’époque,
atte é Ap aè
ndre vu
m vivais ann chez
a sonnesa Tudor
suit sous
études a(batteries)
hses u ordres,
aud’hui, ouavec
musi- d hu puis 4.000
et dde a avoirper-
dans
coups
ilyfaut une
desouffert.
Tfolie, Avsonsionné
vfinl’avais car
gamis leles sur d gens
batelage, pied,
ilvu avec
adore Hn’étaient
dacheté lesquels
gadg son pas
…que yje
des
meilleure
JM Charlesm’attribuer
structuration, Knoblauch.avec ces pour C’était
responsabilités énorme à de 18
ntré m ». Il quatre mois deMes parents mgosses ont prêté argent pour
pour réussir mm m
pasparallèle
là ans
des pas !mJde
avec calavais
vsonnes
à Londrescent
cela.
attribuer
afirme
Je travaillais
sous
et Leah
suédoise ces
ses gosses
en
responsabi
(14 ans)
ordres,
dont
dont àvécu
aujourd’hui
J’ai
il
il Saint-Ides-
et a
ce passage
puis claqué
ses
estités parents
dans:d’être
m’occuper
la lui,
ont
àporte.
seul
une de mon suivi
18actionnaire, des
Il y a des amateurs
l’avais commerçants.
années
amagasin
mis
40.
ade livres vet«nqui
sur
tis,
faire je me suis
ne tourner « les assiettes
pied,
Ils v mn’étaient
ont m’ont toujours
tout
pas
ce
amontré des
je a
vou- e
aip
me
m’attribuer
og qui
taire
saou e
filleourse
et
aînée en
estces
à 20
édevenu
écouter.
Alice. 5 deComme
é Filipson 0 %
responsabilités
ma
aupareil.
mon ourd
cohorte e
père hui
avo
prestigieuse,
et avec p Fim igranes
ma un
Nicolas
bande,peu de
Sarko-
nous e u
avonse mde bon
vécu
m là emp
qu vou arue m nune adans p mtrop à pd’argent an ans a! parle J’avais cent à Saint-Ides- anà de 18
mm
ité l’industrie
s’occupe semaine une pe-
sur deux in-
frère le Mon
découvrir père,
agonisant m’an’était
deren- pas
cetteviennent prêt
pas chezà vivre
vous en
car ilslais.
en Gagner por- trop jeune, oû avait
a et fait
aux l’Ichec,
de 20 j’ai% voulu
ATrop u p zy,
a ?faire edont « nos
l’œuvre »naegrimpé
premiers – émois,
qua en-tête
edans
mo mune ongé – p
de nudité
ou-
senmontré ba d une
ans quarantaine
! asuis
J«suédoise
avais cent en
gosses Suisse
gestionnaire
à et lui,animateur
Saint-Ides- librai- vérifie les piles de livres le matin, fait pou s’emballe vite
démarrer
Mes beaucoup.
parents et en un
mepont an prêté et demienargent ce petit
pour

relig
gn m n J ado firme
Et Il noséan
Alice»vient aller dont ilgêne,qui
pointer a claqué pendant la porte. jequatre marre
commerçants. de payer d de n
l’essence d
pour sam ub p aux aun !commerçan du hit-parade France ondèspe
Q
sa sortie
l’eauIls m’ont toujours montré
du très fort. Avec je n’avais aucune m
tite librairie. j’y
tensément.
m Dresté. La loca-
de rejoindre kibboutz etcrois, et est du
resté
».doigt
enter deparce
Belgique. que
c’est une j’ai dit
malchance.fontet jeMais le dis tou-
j’ai rencontré éans bald,
Je
pou J’avais
voulais une
an dprouver cent
quarantaine
qu on jene negosses
esais en
trop
endàquoi,aSaint-Ides-
Suisse. pcomplète,
om à sans religieux onne pour d ê nous em du en an te
Pho o © P

rie ils’est agrandie


m’accompagnait multipliée.
partout. Porsche Au- aux clients Dqui la file pour Son projet d’association avec Le Pain Quo-
d u était
d atrès Coson onmpère am du xporoulé envu pa du L gtidien, de presse. Grâce à uneLes nouvelleJuifs mise
on-
ou-
eon- distion tou- ba chère
dans,
ao«une
pour pources 25 mètres
quarantaine
»quatre mois, aujourd’hui,titreen SuisseMes parents –n’ont
il ven-pas été jedéportés, mais aussi le étudiante
plaisir de vendre, le j’ai cela un
p en àj’ai
ai boui-boui
bien
ou démarrerréussi
ours deles aimé est
cours
et entré
mais
enen dans
je tapais
un m le et
an eolaTop
empêcher.
demi 10 cedes v petit i-toujours
se retrouvent m sou- t

relig
uIl osépour aller
se pointer
mettre ensuite pendant àsurdit,
son les quatrecompte –, j’ai du doigt parce que j’ai dit etbonheur.
je lebsert dis tou-
Comme je leilvoyais
le il faut
travailler structurer Mais
jours
cette n’ai jamais
«an
Noël, lele ferais,
livre
sermonne
neest
Porsche. uneun
Si
produit, mqui
exception- u
bald, succèsmanqueune belge quarantaine
qu’il relieende au vou
sien, deen ge
Suisse.
examen, moIsraël,
justice qu
française ennen lui a dan on magamc
à 8 carrés an etaon remplissait de bras ondroitl’espace
: u« Jev avec des
suis heureux, et
dait
entreprise là,
des fleursdes
quijeune a encoreenfants marchés cachés.
vu sonVers chiffre Maman
j’en avais envie,
d’af-la soupe, a d’abord
je
café j’ai a
sans u jeun
style.moi, h
crache
à faireC’est
etmo c’est
un l’homme
un
ag a Où
clé. Après se limitera que
Son jem sois, carton
sans doute au poker dans
àdequelques le métro.
voisi- Après les vent en et c’est
m m un bon-

tqu» a uLesa dvres


xception-
est cigarettes, des ans, dans
revues,
il ynon a unevous
pour des seesmettre
l’import-export.
gadgets…
Jutransmission.
au rencontrez
» J’y ensuite
commencé très
faires
12-13 progresser
ans, j’aiquand
à baigné
son
fui dans
endans ?la de
compte
à travailler.
2015 un internat
presse,10 je %, jours
pas
nel,
dans
catholique
mais
business ses «de
avec le
le
à
pou
avoir livre
culture,
Mont-
livre, pris
réussi
mun
les autres est d un
quand
a peu de produit,
mais
mand
peuvent
un
recul c’est
det de un
mproduit
m bon exception-
me
mp produit
temps plaît,
a nages je le on
».belges.
dé-
e a nfait
ou
vendre deux à
Les«braires
Aller
de
ou
livres, »
boui-boui
avec vous
premières
ge eux
è
beà Dubaï
années, e
ges e e
estrencontrez
les j’ai emen
a orspou
entré
arrêté, dans
donné
eou u é aufaire
et de
quequand
j’ai un aneétais
sérieux
heur Top ncoup e
? 10
aujourd’hui up
insta
de des
mainon d’y i- D mau an
juste
aller.
que mddea men a e e ND
p
é Tel Aviv est o ck u né e
ai fait venir le livre petit à petit, faisant coûts pellier, puis a sa étésurprise.
hébergée dans une fa- n –fends. cemon que jeonna
voulais e vraiment : a e où
moment queil e risquait a
roduit
qui ho »
Quand pa Les dans Moi,
ai
d vres
ux eu je
ondavous
l’import-export.
dessiner des meubles spéciaux pour les s’était pourtant me
mon suises rencontrez
hépatite débrouillé
faisaissalariaux
à
les invendus
13
mille. quand
de très ans
pour
20 %.
Cela ne jeune.
la librairie
A ?
l’a lemarquée nel, Et
le faire aussi
de
moi,
Il culture,
!l’an
à viepromis
na c’est m
dernier
: elle n’a mon maisà gagne-pain,
quatre a mo c’est
mois de onun mproduit
congé a –, c’est
d ilmmand a ce MNew».
qui York,Les
épau n’a Quandlivres,
c’étaitdans braires
e aucunement vous
une
j’ai
Une aven ubesoin. rêve eu les
be
dontrue mon
eJ’adore rencontrez
ges perdue
l’entre-
ma »heu a ors
hépatite,
leseu enfants,
econnaître
a a quand
que
oin à
down de