You are on page 1of 24

Normandoscopie

Une approche pragmatique de la


mobilité en Normandie à travers
les modes de vie et la diversité
des citoyens.
ÉDITO
DU PRÉSIDENT
DE LA RÉGION NORMANDIE
Hervé MORIN

« La Région Normandie a décidé de prendre son destin


ferroviaire en main. Grâce à l’accord passé avec l’Etat,
40 nouveaux trains viendront remplacer à partir de 2020
les anciens trains Corail. C’est un investissement de plus
700 millions d’euros. De plus, des investissements très
importants sont réalisés sur les infrastructures et les
ateliers de maintenance. Au total, 1,5 milliard d’euros
seront consacrés au ferroviaire normand dans les
prochaines années.

La loi a par ailleurs acté le transfert aux Régions des


transports routiers interurbains et scolaires jusqu’ici
gérés par les Départements. Ainsi, en janvier 2020, la
Région Normandie sera aux commandes de l’ensemble
des transports hors agglomérations sur le territoire
régional : trains Intercités et TER, transport routier
scolaire et interurbain. Dans ce contexte nous devons
repenser notre offre de mobilité dans sa globalité. C’est
une nouvelle étape pour notre grande région qui doit
construire son futur schéma régional de transport en phase
avec les attentes des Normands.

Pour relever ce défi, nous avons commandé avec SNCF,


cette étude intitulée Normandoscopie pour nous aider à
mieux comprendre les déplacements des Normands. Cette
démarche innovante qui repose notamment sur les traces
laissées par nos téléphones mobiles nous permettra de
proposer différents scénarios pour des offres de transport
plus attractives et performantes au service des Normands
et des territoires ! »

2
UN MOT
DU DIRECTEUR MOBILITÉS
DU PROJET ODYSSÉE 20/30
Tristan ROUZES

Avec la Région Normandie, il nous a semblé nécessaire


de décoder les nouvelles tendances, quitte pour cela à
remettre en question collectivement ce que l’on croyait
savoir : une manière de penser la mobilité héritée des
années 70. En un mot, il nous fallait sortir du cadre établi
pour rechercher des solutions innovantes, au service de la
Normandie et des Normands.

Normandoscopie, c’est ainsi d’abord une démarche


d’ouverture, sans a priori, faite d’observations, d’écoute,
pour que l’avis et l’expérience de chacun soient pris en
compte. Cela ouvre des perspectives pour proposer des
réponses adaptées aux besoins, en plaçant les citoyens
au cœur de notre approche et en remettant les voyageurs
au premier plan : au-delà des classiques analyses des
statistiques de voyages et des flux de déplacements, il y a
avant tout des individus.

De manière pragmatique, la démarche Normandoscopie


propose de partir à la découverte des pratiques de mobilité
sur le territoire normand, à travers la diversité des citoyens
et de leurs modes de vie.

Bon voyage à tous !

3
UNE APPROCHE PRAGMATIQUE DE LA MOBILITÉ EN NORMANDIE
À TRAVERS LES MODES DE VIE ET LA DIVERSITÉ DES CITOYENS
La société vit de profondes transformations.
Certaines sont extrêmement rapides et leur rythme va en s’accélérant.

Digitalisation,
réseaux sociaux,
économie collaborative

DANS LE MÊME TEMPS,


D’AUTRES MUTATIONS
SE POURSUIVENT : Diversité des rythmes
de travail

Désindustrialisation

Allongement de la durée
de vie avec des plus
de 75 ans

Société
de «performance»

Montée en puissance
des jeunes retraités

COMPRENDRE LA MOBILITÉ D’AUJOURD’HUI POUR PRÉPARER


CELLE DE DEMAIN
Depuis les années soixante-dix, la primauté est donnée à l’analyse des flux en volume de déplacements plutôt
qu’aux besoins de chaque individu.

L’attention était largement portée sur les flux domicile-travail-études, les déplacements de la population active
et à l’importance du gain de temps, au détriment d’éléments qualitatifs.

L’analyse des flux sur une journée ne permet plus de comprendre la mobilité d’aujourd’hui. Celle-ci doit
désormais s’appréhender sur la durée, car la mobilité des individus ne se résume pas à une journée type.

En effet, l’évolution des modes de travail a fait voler en éclat le schéma traditionnel de telle façon
qu’aujourd’hui seulement 35% des journées des actifs sont concentrées sur les deux pointes classiques
(8h-17h et 9h-18h) et que les voyageurs abonnés « pendulaires » sont en fait minoritaires.

En définitive, l’évolution de la société et l’analyse fine des déplacements réalisée montre que 70% de la
mobilité normande est dominée par les déplacements occasionnels.
4
CONNAÎTRE, ÉVALUER ET COMPRENDRE LES BESOINS
DE DEPLACEMENTS POUR CONSTRUIRE L’OFFRE DE DEMAIN
La démarche Normandoscopie menée en 2016-2017 par SNCF, Keolis et Kisio Analysis pour accompagner
la Région Normandie, propose de partir à la découverte des besoins et des pratiques de mobilité
en Normandie, grâce à l’utilisation de 4 outils novateurs :

L’analyse de plus de 2 millions


de traces mobiles, sur une 2 outils «objectifs» pour
période de 6 semaines identifier les potentiels
représentatives de l’année. et évaluer la performance
des dessertes.

L’analyse des données


de validation des cartes de
transport régional pour les
années 2015 et 2016.

Une enquête fine menée


auprès de 3500 français
pour qualifier les grandes
pratiques de mobilité.

Ce travail a été complété par la réalisation d’une analyse comparative des offres de mobilité observées dans
8 pays du monde, sur des régions situées également à proximité d’une capitale ou d’une métropole.

Cette démarche, unique en France à l’échelle régionale, permet une approche pragmatique des déplacements
à travers l’analyse de toutes les mobilités de et vers la Normandie, et au sein de son territoire.

Au total, sur une année, ce sont 538 millions de déplacements « tous modes tous motifs » qui ont été recensés
et analysés.

L’analyse de ces 538 millions de déplacements sur le territoire normand questionne les idées reçues.

Elle bouscule les modèles et schémas classiques de représentation de la mobilité et nous invite à co-construire
des solutions de mobilité nouvelles pour demain.

5
DES IDÉES SUR LA MOBILITÉ
À L’ÉPREUVE DES CHIFFRES

LE CITOYEN MOYEN N’EXISTE PAS


L’habitude veut que nous parlions des « jeunes », des « actifs » ou des « retraités »
dans leur globalité, sans suffisamment appréhender la diversité que recouvrent ces
familles d’individus.

À y regarder de plus près, leurs comportements et leurs besoins sont pluriels


et nécessitent une approche personnalisée et moins réductrice.

Connaître les attentes de chacun permet de concevoir des solutions de mobilité


universelles qui profitent au plus grand nombre. L’objectif est de délivrer à chaque
voyageur le bon mode, le bon service, au bon moment et sur le bon canal.

Jeunes, actifs, ménages, retraités : loin d’être homogènes, ces catégories


de population sont multiformes et ont fortement évolués depuis les années 1970.

BACHELIERS ÉTUDIANTS

650 000
en 2017 2 500 000
en 2017
600 000
en 1970
200 000
en 1975

DEMANDEURS D’EMPLOI + DE 75 ANS


3 500 000 6 000 000
aujourd’hui en 2016

800 000 2 500 000


en 1975 en 1973

BABY-BOOMERS
À LA RETRAITE
10 200 000
en 2016 6 À 8 MILLIONS DE FRANÇAIS
en situation de pauvreté

6 900 000
en 1973

6
UN USAGE DU DIGITAL EN FORTE AUGMENTATION.

4 grands groupes d’utilisateurs : HIGH-TECH


LES DIGI’M LES SUIVEU
O R
12%

S
BI
33%

LE
S
LES WEB-AS
S
30%

IS
AUTONOMIE PRISE EN CHARGE
LES OFFLIN
E
25%

PLUS DE 50% DE LA POPULATION FRANÇAISE EST FRAGILE EN SITUATION DE MOBILITÉ.

RA N ÇAIS EN
F SIT
DE
STATION DE TOILETTES
B E UA
TI
N

36%* 23%*
O

O
VIL
UT

30
LES

N
FR
DIFFICULTÉS
AV
MILLIONS 9 EC

AG
18
LA
MILLIONS*
PROBLÈME OPPRESSIO
M
D N

ILE
AIT
MILLIONS*
21%* 20%*
E

R IS E
VIS
ION

D U FR A N
ÇA
IS

PROBLÈME PROBLÈME
D D
20%* 21%* 16
E
’A

HA N

U
DITION

MILLIONS*
MOIRE

DI
C AP

AU
SE
BAISSE DE PEUR DE TO NS L
R ARGE
M
ÉG

16%* 23%* O
BE
IM

RI
R

EN
E

TÉS S
/DÉBOUSSOLÉ

* Les handicaps et les fragilités peuvent se cumuler.


7
Les Normands
3 328 364 1 ADULTE SUR 2 DE PLUS DE 25 ANS
habitants NE TRAVAILLE PAS
(comme cela est le cas partout en France):
a. 151 000 demandeurs d’emploi
b. 360 00 H/F sans activités professionnelles
c. 615 000 retraités plus de 65 ans

95 000
étudiants en Normandie
(soit une multiplication par 4
depuis les années 1970)
321 000
de plus de 75 ans

307 000
Chez les plus de 65 ans collégiens et lycéens
(une majorité de femmes souvent veuves) :
360 000 femmes
255 000 hommes En Normandie comme en France métropolitaine :
les plus de 75 ans sont plus nombreux que les
collégiens et lycéens.

6 HABITANTS SUR 10
EN DEHORS DES 3 GRANDES
AIRES URBAINES.
1 350 000 habitants dans les 3 grandes
aires urbaines

600 000 habitants dans les 8 aires


urbaines de plus de 40 000 habitants

1 400 000 dans les petites villes


et communes rurales

DES PÉRIPHÉRIES DYNAMIQUES :

En 25 ans, les communes


de Bois-Guillaume, Mont St Aignan
et Saint-Etienne-du-Rouvray créent
davantage d’emplois que la métropole
de Rouen.

CHAQUE CITOYEN EST UNIQUE,


LES ATTENTES EN MATIÈRE DE TRANSPORT PUBLIC
SONT TRÉS VARIABLES D’UN VOYAGEUR À L’AUTRE.
8
CHAQUE JOURNÉE
EST UNIQUE
En quarante ans, le nombre des plus de 75 ans a presque
triplé et celui des demandeurs d’emploi a quadruplé.
Le développement des contrats à temps partiel, les
RTT, le télétravail et le développement des emplois
de la nouvelle économie ont remodelé les rythmes de
travail, tandis que les activités non professionnelles
et de loisirs ont fortement augmenté.

Toutes ces évolutions ont contribué à amplifier


l’irrégularité des flux et à créer une extrême
diversité des besoins de déplacement.

Pour comprendre une mobilité devenue complexe,


il est important de distinguer d’une part, les flux,
et d’autre part, les bénéficiaires des services
de transport, afin de repositionner les individus
au cœur de l’analyse. Dans ce cadre, il apparait
nécessaire d’analyser leurs parcours « porte-à-porte »,
à l’aller et au retour, dans tous les modes y compris
la marche à pied, sur plusieurs jours, sur un mois,
pendant la semaine et le week-end, durant et hors
les vacances scolaires.

Les résultats de ces études bousculent les modèles


classiques de représentation de la mobilité.

1) UNE MOBILITÉ NORMANDE DOMINÉE PAR LES DEPLACEMENTS


OCCASIONNELS.

Les déplacements pour motif professionnel et domicile/travail/études représentent 116 millions


de déplacements, soit 27%.

Jusqu’à présent, ces déplacements domicile/travail/études structuraient et dimensionnaient les offres


de transport mises en œuvre par les opérateurs.

Or, les déplacements occasionnels représentent 73% de la mobilité réalisée de, vers et en Normandie,
et doivent également être pris en compte.

116 000 000


mobilité professionnelle/études

82 millions
de déplacements domicile-lieu de travail
422 000 000
24 millions
déplacements de déplacements domicile-études
occasionnels
6 millions
de déplacements AR professionnels dans la journée

4 millions
de déplacements pour séjour professionnel

9
2) DES VOYAGEURS OCCASIONNELS MOINS VISIBLES,
TOUTEFOIS PLUS NOMBREUX QUE LES VOYAGEURS RÉGULIERS

Le poids des déplacements effectués par les abonnés ne reflète pas le poids des abonnés dans le total
des voyageurs. Autrement dit, les voyageurs occasionnels, moins visibles que les réguliers, sont toutefois
plus nombreux.

Sur l’ensemble des normands, plus de 700 000 ont emprunté le train (soit 21% de la
population), au moins une fois au cours des 12 derniers mois dont :

15 000
personnes tous les jours
ou presque (les abonnés)

51 000
une à trois fois
par semaine

116 000
une à trois fois
par mois

158 000
quatre à cinq fois
par an

383 000
moins souvent

3) LES VOYAGEURS ABONNÉS : UN USAGE FRÉQUENT ET MOINS CONTRIBUTIF



Les lignes normandes SNCF comptent environ 1 400 000 voyageurs annuels.

10
4) 70% DE LA MOBILITÉ RÉGIONALE NORMANDE HEBDOMADAIRE EST REALISÉE
HORS POINTE

Les opérateurs focalisent beaucoup leur attention sur l’heure de pointe. Il est vrai que le créneau horaire
concentre de nombreuses difficultés : fraude, fréquence irrégulière, inconfort des conditions de transport
pour les voyageurs, faible vitesse commerciale, investissements et coûts d’exploitation élevés
La congestion en heure de pointe reste une réalité à traiter et nécessite des solutions adaptées.

Pour autant, l’heure de pointe a un poids relatif dans le trafic global :

DÉPLACEMENTS
HORS HEURE DE POINTE
DÉPLACEMENTS
du lundi au vendredi
RÉALISÉES EN HEURE
DÉPLACEMENTS
DE POINTE
LE WEEK-END
du lundi au vendredi

5) SEULES 35% DES JOURNÉES DE TRAVAIL SONT CENTRÉES SUR LES 2 POINTES
TRADITIONNELLES (8H-17H ET 9H-18H)

Horaires atypiques, décalés, variables, imprévisibles : c’est désormais le lot d’une majorité d’actifs.

Le développement des métiers de service, du télétravail, du temps partiel ou du travail le samedi


ou le dimanche a fait voler en éclats ce schéma traditionnel au profit de nouveaux rythmes de journées
de travail :

Journées type 8h-17h


et 9h-18h

11
6) MÊME LES VOYAGEURS ABONNÉS NE SONT PAS STRICTEMENT DES VOYAGEURS
PENDULAIRES

HEURES HEURES
DE POINTE HORS HEURES DE POINTE
DE POINTE
MATIN APRÈS-MIDI

46%
24%
20%
10%

Les déplacements des voyageurs abonnés sont moins pendulaires qu’attendus.

54% 46%
des abonnés effectuent au moins des abonnés sont des stricts pendulaires
un de leur voyage quotidien d’heure de pointe (matin et soir).
en dehors des heures de pointe.

12
7) DES VOYAGEURS AVEC DES PRATIQUES DIFFÉRENTES CHAQUE JOUR

Derrière une stabilité apparente du nombre de voyages se cache une autre réalité : celle des voyageurs
«uniques» des transports publiques, 4 fois plus nombreux.

À TITRE D’EXEMPLE POUR LA GARE DE ROUEN RIVE DROITE :


Une stabilité apparente des flux des abonnés est constatée après 19h soit 225 abonnés chaque soir
en moyenne. Cependant, les bénéficiaires sont différents d’un soir à l’autre, soit 735 bénéficiaires
différents sur une semaine.

249
236
212 217 213 MOYENNE
225

134
136 96 225 CARTES D’ABONNÉS
VALIDÉES CHAQUE SOIR
157 EN MOYENNE

MAIS 735 PORTEURS DE CARTES


DIFFÉRENTS SUR UNE SEMAINE
100 117 115
60

LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI

LE NOMBRE DE VOYAGES RENSEIGNE


LES TRANSPORTEURS SUR LES SOLUTIONS
DE MOBILITÉS À METTRE EN ŒUVRE
(le bon mode de transport au bon endroit). LE NOMBRE DE VOYAGEURS PERMET
DE MESURER L’UTILITÉ SOCIALE D’UN
SERVICE OU D’UNE DESSERTE POUR
LE TERRITOIRE ET LES CITOYENS.

13
8) UNE ORIENTATION DES FLUX DOMICILE-TRAVAIL PARFOIS CONTRE-INTUITIVE

Les analyses des déplacements sur le territoire révèlent que l’orientation des flux domicile-travail n’est pas
toujours celle imaginée au bénéfice des grandes villes.

Aussi, les Rouennais allant travailler sur Evreux sont 3 fois plus nombreux que les habitants d’Evreux
travaillant sur Rouen.

EVREUX

ROUEN

Cela se vérifie également entre CAEN ET LISIEUX.


Les habitants de Caen allant travailler vers Lisieux
(520) sont deux fois plus nombreux que les habitants
de Lisieux travaillant à Caen (270).

14
CHAQUE VOYAGE EST UNIQUE
Au-delà de la population normande, des flux réguliers domicile/travail et de la fréquentation touristique,
il existe une multitude de visiteurs différents, aux motifs de déplacement très divers.

Ces voyageurs de passage, venus de loin ou voisins proches pour la plupart, sont d’autant peu visibles
qu’ils utilisent les transports collectifs en dehors des heures de pointe. Pourtant, ils sont plus nombreux
que les habitants du territoire où ils se rendent.

Flux des étrangers de vers Normandie 3M

Flux intra Aires Urbaines Normandes 62M Rouen, Caen, Le Havre <-> Cœur IDF 22M

Autres pôles urbains <-> Cœur IDF 32M

Autres flux intra-régionaux 213M Autres flux <-> IDF 40M

Normandie <-> Autres régions 76M

Le triangle Caen-Rouen-Le Havre 13M

pôles urbains <-> triangle Normand 78M

Légende : 538 millions de déplacements tous modes tous motifs


par an, avec une origine ou une destination en Normandie
(hors flux intra-communaux et hors flux intra-agglomération)

1) DES DÉPLACEMENTS OCCASIONNELS NOMBREUX ET DIVERSIFIÉS

L’époque où le centre-ville concentrait toutes les activités est révolue. En trois décennies, la périphérie
n’a cessé de s’étendre au fur et à mesure que s’y installaient zones commerciales, sièges sociaux,
logements, zones d’activités et loisirs.

Les raisons qui poussent les citoyens à se déplacer sont aussi diverses que les visiteurs eux-mêmes :

Démarches administratives ou médicales


Shopping
Culture
Sport
Tourisme (au moins une nuit)
Excursion (aller/retour dans la journée)
Découverte du patrimoine
Motif professionnel ponctuel (congrès, recherche d’emploi, formation)
Festival
Visite à la famille ou amis

15
Aussi, les 422 millions de déplacements occasionnels réalisés sur le territoire normand peuvent être
regroupés entre 4 grandes familles :

1
Les déplacements occasionnels < 50 km
2 Les déplacements occasionnels aller/retour > 50 km réalisés dans la journée
Les déplacements pour séjours touristiques et familiaux (hors étrangers),
3
avec au moins une nuitée en Normandie,
4 Les déplacements réalisés par les visiteurs étrangers

351M
de déplacements occasionnels < 50 km

26M
d’aller/retour occasionnels > 50 km réalisés dans la journée

3
42M 1
de séjours touristiques ou familiaux (hors étrangers) 2 4

3M
de déplacements réalisés par les visiteurs étrangers

1 351 millions de déplacements occasionnels < 50 km


Sur les 351 millions de déplacements occassionnels < 50 km, 50% sont réalisés depuis ou vers
un espace urbain.

MOTIFS DIVERSIFIÉS
34% achats, courses
31% familles, amis DANS 74 DES CAS
%
23% détente culture TRAIN ET CAR NE SONT
12% démarches PAS ENVISAGÉS COMME
60% DES NORMANDS
NE CONNAISSENT PAS LES
SOLUTION DE MOBILITÉ
OFFRES TRAIN OU CAR
À PROXIMITÉ

16
2 26 millions d’aller-retours occasionnels > 50km réalisés dans la journée
60% vers les métropoles et les pôles urbains normands

31% pour des motifs familiaux


19% pour visiter, faire du sport, se détendre…
18% pour des courses
32% autre

25% vers les zones touristiques normandes

15% vers les Régions limitrophes par des normands

Et répartis de manière égale entre semaine et weekend

3 42 millions
de déplacements touristiques
et familiaux, pour des séjours
privés, réalisés par 6,6 millions
de français de 15 ans et plus Les visiteurs
vont d’abord vers
les territoires
touristiques.

Des séjours 2,3M


de 4,2 jours en moyenne FRANCILIENS

O
R
Les Normands s’orientent I 1,65M
3,6 personnes en moyenne de façon équilibrée vers les G AUTRES RÉGIONS
I DE FRANCE
différentes destinations.
N
E
O
R
I 1,2M 1,45M
G NORMANDS RÉGIONS
LIMITROPHES
I
N
E

D D
E E
S S
T T
I I
N N
A A
T T
I I
O O
N N 17
4 3 millions de déplacements réalisés par les visiteurs étrangers.
Principales origines selon les périodes :

SEMAINE PÉRIODE SCOLAIRE SEMAINE ÉTÉ


MARS 2016 JUILLET 2016

21 000 visiteurs 59 000 visiteurs


uniques / semaine uniques / semaine

3 FOIS PLUS D’ÉTRANGERS


PAR SEMAINE L’ÉTÉ, ET...

3X PLUS
sur les plages
du débarquement
5X PLUS
au Mont-Saint-Michel

4X PLUS
à Etretat

18
2) UN DÉVELOPPEMENT IMPORTANT DES DEUX ANCIENNES RÉGIONS VERS LEUR
MÉTROPOLE RÉGIONALE ET PARIS

VERS ROUEN

Historiquement, les frontières


administratives des anciennes
régions normandes ont modelé
la mobilité.

La Haute et la Basse Normandie se


sont développées vers leur métropole
régionale et vers Paris.

Aussi, si les échanges sont impor-


VERS CAEN tants depuis Rouen, Le Havre, Caen
vers l’Île-de-France et inversement,
ceux-ci sont significativement moins
denses entre Rouen, Le Havre et
Caen.

Les déplacements entre le Havre et


Rouen sont en effet deux fois plus
importants que la somme des
déplacements entre Caen et Rouen
et Caen et Le Havre réunis.

En définitive, les flux se concentrent


davantage autour des 3 métropoles
normandes elles-mêmes et se
sont structurés en fonction de leur
attractivité respective.

VERS LE HAVRE

Note de lecture :
La taille des cercles indique le volume de dépla-
cement tous modes, tous motifs, au départ
des villes normandes à destination de Rouen,
de Caen et de le Havre.
La couleur des ronds indique la praticité des
transports publics pour effectuer ces déplacements.

19
3) DES DÉPLACEMENTS IMPORTANTS TOUT AU LONG DE L’ANNÉE

Alors que les dessertes ont tendance à être allégées pendant les week-ends et pendant les petites
et grandes vacances scolaires, les résultats issus de Normandoscopie révèlent que le volume
de déplacements reste important toute l’année, quels que soient la période et la saison.

des séjours privés en Normandie sont réalisés d’octobre à mai

des séjours privés en Normandie sont réalisés de juin à septembre

L’été, la mobilité s’accroît avec une forte augmentation de l’attraction des destinations côtières :

50%
de déplacements en plus vers
les destinations de la côte l’été
par rapport au printemps Mais les autres zones augmentent aussi de 9%

4) 83 MILLIONS DE DÉPLACEMENTS
RÉALISABLES EN TRANSPORTS PUBLICS

20
CONCLUSION
Normandoscopie apporte des enseignements et un angle de vue nouveau sur les
besoins des citoyens et des territoires.

La diversité des citoyens et l’évolution de leurs modes de vie sont une réalité,
et l’étendue des différentes formes de fragilités pouvant entraver leur mobilité sont
autant d’éléments à prendre en compte pour construire la mobilité de demain.

Chaque comportement et chaque besoin est unique et nécessite une approche


personnalisée et attentive.

L’analyse de ces 538 millions de déplacements sur le territoire normand, dont 73%
sont réalisés par les voyageurs occasionnels, questionne les idées reçues.

Elle bouscule les modèles et schémas classiques de représentation de la mobilité.

Elle met en évidence des motifs et des besoins de mobilité différents des offres
de transport proposées jusqu’à présent.

Les résultats de ces études permettent de dessiner les contours d’une offre de mobilité
attractive et simple, économiquement responsable, au service de la Normandie.

21
MES NOTES

22
MES NOTES

23
Normandoscopie Projet Odyssée 20/30
Groupe SNCF
4 rue de Fontenelle
76000 Rouen
Odyssee20.30@sncf.fr

Réalisation des études et analyse


des données :
SNCF Mobilités, Keolis et Kisio
Analysis

Rédaction :
Equipe Projet Odyssée 20/30
avec Keolis

Conception et réalisation :
Photos : Adobe Stock
Version : 2-décembre 2017

Avec nos chaleureux


remerciements à Eric Chareyron,
Directeur Prospective, modes de vie
et mobilité dans les territoires du
Groupe Keolis pour sa précieuse
collaboration.