Sie sind auf Seite 1von 32

Machines

Électriques

Chapitre

INTRODUCTION AUX
1
MACHINES ÉLECTRIQUES

Prof. Mourad ZEGRARI


Plan

 Classification des machines électriques.


 Principe de la conversion électromécanique.
 Caractéristiques des machine électriques.
 Entraînements électromécaniques.
 Production du champ tournant dans les machines
électriques.

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 2
Conversion de l’Énergie Électrique

Conversion Inductances
Electronique Condensateurs
Conversion
Statique
Conversion Relais
Electromagnétique Transformateurs

Machines
Électriques
Rotatifs
Moteurs
Linéaires
Conversion
Générateurs
Dynamique

Transducteurs

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 3
Classification des machines électriques

Machines Aimants permanents


Synchrones
Électro-aimants
Machines à
courant alternatif Rotor bobiné
Machines
Rotor à cage
Asynchrones
Machines Rotor massif
Électriques
Machines à aimants Séparée

Machines à Parallèle
Machines à excitation
courant continu
Série

Machines spéciales Composée

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 4
Intérêt des machines électriques

 Rendement élevé.
 Absence de pollution.
 Souplesse et rapidité de réglage.
 Réversibilité de fonctionnement.
 Couple et puissance massique élevés.
 Maintenance réduite.

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 5
Classification des machines électriques

Machines à courant alternatif (ca)


 Machines Synchrones : utilisées comme alternateurs (production de
l'énergie électrique) ou comme compensateurs de l'énergie réactive.
 Machines Asynchrones : de construction simple, ces moteurs sont
les plus utilisés en industrie, mais leur réglage est complexe.
Machines à courant continu (cc)
Elles offrent des performances remarquables avec des réglages
simples et efficaces. Cependant, leur coût élevé et leur maintenance
difficile limitent leur champ d'application.
Machines spéciales
Ces machines, de construction spéciale, sont essentiellement utilisées
en robotique et dans les procédés d'automatisation et de régulation.

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 6
Conversion électromécanique

Ce sont des convertisseurs électromécaniques qui transforment


l’énergie électrique en énergie mécanique et réciproquement.
Moteur

Energie Energie
Electrique Machine Mécanique
Electrique

Génératrice

 Conversion Electrique  Mécanique : Fonctionnement Moteur.


Exploitation de la force électrodynamique (Loi de Laplace).
 Conversion Mécanique  Electrique : Fonctionnement Génératrice.
Exploitation de la force électromotrice induite (Loi de Faraday).

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 7
Constitution de base

La construction se réalise sur deux armatures cylindriques et


coaxiales, contenant des enroulements inducteur et induit :
 L’armature mobile est appelée rotor : elle transmet ou reçoit une
puissance mécanique en présence d’un champ d’induction tournant.
 L’armature fixe est appelée stator : elle assure la fermeture des
lignes d’induction canalisées par l’armature d’induit.

Entrefer Stator

Rotor

Arbre

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 8
Eléments constitutifs

Organes pour fonction magnétique


 Création d’un champ radial : assurée par le circuit inducteur.
 Canalisation du flux : assurée par le circuit magnétique, elle
comprend une partie fixe (stator) et une partie tournante (rotor).
Organes pour fonction électrique
 Production de la force électromotrice assurée par les enroulements
du circuit induit.
Organes pour fonction mécanique
 Support de guidage de la partie tournante : paliers.
 Protection des organes et des enroulements : carcasse et flasque.
 Refroidissement : ventilateur.

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 9
Caractéristique de coût

À puissance égale, on peut effecteur un classement par ordre de coût


décroissant :
1. Machine CC : complexité de fabrication à cause du collecteur.
2. Machine Synchrone : système d’excitation au rotor.
3. Machine Asynchrone : le rotor à cage simple à réaliser.

Ce classement s'explique par la technique de fabrication qui détermine


le coût de la production.
Comme le couple est proportionnel au volume, une machine de
puissance donnée est d'autant plus petite et moins coûteuse que sa
vitesse de rotation est élevée.

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 10
Caractéristique de sortie

Elle représente les grandeurs de sortie qu’on désire exploiter :


 Mode Génératrice : grandeurs électriques.

 Mode Moteur : grandeurs mécaniques.

Génératrice Moteur

V : Tension aux bornes de la génératrice (V)  : Vitesse de rotation du moteur (rad/s)

I : Courant alimentant la charge (A) Tm : Couple moteur sur l'arbre (N.m)

P = VI : Puissance électrique (W) P = Tm. : Puissance mécanique (W)

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 11
Réversibilité

Les machines électriques sont Couple

réversibles : elles peuvent F F


passer continûment du
Q4 Q1
fonctionnement en moteur au
2 1
fonctionnement en génératrice.
Vitesse
F F
Le fonctionnement en moteur est
Q3 Q2
obtenu si le produit (T.) est
2 1
positif.
Couple Vitesse Produit
Sens de rotation Fonctionnement Quadrant
(T) () T.
Moteur oui oui oui 1
1 (horaire)
Génératrice oui 2
Moteur oui 3
2 (anti-horaire) Génératrice oui 4

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 12
Rendement

L’écoulement des puissances dans une machine électrique est :

Puissance Puissance
Machine exploitée
fournie
Électrique (utilisée)
(absorbée)

Puissance
perdue (pertes)

Le rendement de la machine s’écrit :


P Pu Pu
 u  

Pa P u   pertes P u  p j  pfer  pméca 

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 13
Équation fondamentale de l’entraînement

Le moteur exerce un couple moteur Tm sur l’arbre.


La charge exerce sur le même arbre un couple résistant Tr.

Vitesse de
Couple
Rotation 
Moteur Tm

Moteur Charge mécanique


d'entraînement entraînée
Couple
Résistant Tr

L’entraînement suit la relation fondamentale :

d
Tm  Tr  J
dt
Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 14
Moteurs d’entraînement

Caractéristiques couple-vitesse des différents moteurs électriques :


Tm Tm
Tmax Tmax

Tmn Tmd Tmn

n n
 
(a) : Moteur Synchrone. (b) : Moteur Asynchrone.
Tm Tm

Tmax Tmax
Tmn
Tmn

n 
n

(c) : Moteur CC (d) : Moteur CC
Excitation indépendante. Excitation série.

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 15
Charges entraînées

En général, l’expression du couple résistant est : Tr = K.n

Tr Tr

 
(a) : Type frottement aérodynamique. (b) : Type frottement visqueux.
Tr Tr

 
(c) : Type frottement sec "couple (d) : Type "puissance constante"
constant".

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 16
Stabilité d’un entraînement

Un entraînement est en état d'équilibre stable si toute variation de la


vitesse , autour du point d'équilibre, fait apparaître un couple
permettant de ramener l'entraînement au point d'équilibre initial.

Tm Tm

Tr Tm
A' B'
A B
A" B"
Tm Tr

 
éq éq+ éq éq+
(a) : Équilibre stable. (b) : Équilibre instable.

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 17
Coefficient de stabilité

Le coefficient de stabilité du point d’équilibre d'un entraînement est


défini par la relation suivante :

 dTr   Tm  


ks   
 d  éq 

 Si ks > 0 : le point d'équilibre est stable.


 Si ks < 0 : le point d'équilibre est instable.
 Si ks = 0 : le point d'équilibre est astable.

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 18
Champ tournant bipolaire

La direction du champ d’induction B tourne avec une vitesse  :

b  M,t   Bm cos   Bm cos    0 

nr N

Bm
θ n0

θ0

b M, t   B m cost   0 

On produit un champ tournant bipolaire (une paire de pôles).

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 19
Champ tournant multipolaire

Champ à "p" paires de pôles  "p" champs tournants décalés de (2/p)


e  p g
p=1 p=2 p=3
nr N
 N1

 N2 S2
Bm
θ n0
B1 B2

B1
θ0 S1 S2 S3 N1

M B2 B3
N3 S1
N2
S

b M, t   B m cost   0  b M, t   B m cost  p 0 

La pulsation  est telle que : =p (p : nombre de paires de pôles)

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 20
Champ créé dans l’entrefer

B
Effectuons un déplacement le long
de l’entrefer :


0

Variation sinusoïdale de
B avec la position .
Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 21
Vitesse du champ tournant

p=2
La vitesse de rotation ns du
champ tournant est :

1 fS
nS  
2T 2

Vitesse du champ Fréquence des


tournant en (tr/s) courants au stator (Hz)

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 22
Vitesse du champ tournant

p quelconque
La vitesse de rotation ns du
champ tournant est :

fS
nS 
p

Vitesse du champ Fréquence des


tournant en (tr/s) courants au stator (Hz)

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 23
Caractéristiques d’un champ tournant

Un champ tournant est caractérisé par :


 Le nombre de paires de pôles : p
 L’induction magnétique maximale : Bm
 La vitesse de rotation angulaire : 
 La pulsation de ses courant induits :  = p 

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 24
Production du champ tournant

La production des f.m.m. tournantes peut être réalisée par :


 Des aimants permanents en mouvement.
 Des électroaimants, constitués par des enroulements parcourus par
un courant continu, et entraînés en mouvement.
 Un bobinage polyphasé alimenté par un système de courants
alternatifs polyphasé.

Le couple électromagnétique qui s'exerce entre le stator et le rotor


est dû à l'interaction de leurs forces magnétomotrices.

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 25
Procédé dynamique

On fait entraîner en rotation un aimant ou un électroaimant.


L’énergie fournie au système est mécanique.

  

Aimant Aimant en Electroaimant à Electroaimant à


permanent fer à cheval pôles saillants pôles lisses

N N

Inducteurs à électro-aimant :
1
S S S S
2 1
N N
2

Inducteur à pôles saillants Inducteur à pôles lisses

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 26
Procédé statique

Ce procédé emploi des bobines fixes réparties d’une façon régulière


dans l’espace et alimentés par un système polyphasé.
L'énergie fournie au système est électrique.

ia
M
A Système de courants :
(a)

θ i a t   I 2 cost 
(c) (b)
 2 
i b t   I 2 cos t  
ib
B
 3 
 4 
ic i c t   I 2 cos t  
C  3 

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 27
Théorème de Ferraris

En un point M, décalé de  par rapport à l’enroulement (a), ces courants


triphasés créent des f.m.m. triphasés :
Fa t   nI 2 cost  cos

 2   2 
Fb t   nI 2 cos t   cos  
 3   3 
 4   4 
Fc t   nI 2 cos t   cos  
 3   3 

La f.m.m. résultante est telle que :


3
FM t   Fa t   Fb t   Fc t   nI 2 cost  
2

On crée donc une f.m.m. tournante d'amplitude constante et qui tourne


dans le stator à une vitesse angulaire .

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 28
F.m.m. tournante : Champ mutipolaire

Pour créer une armature triphasée à (2p) pôles :


 Chaque phase comporte (p) groupes de bobines.
 L’ouverture angulaire des bobines est (/p).
 Les bobines des phases deviennent décalées de (2/3p).

La force magnétomotrice résultante devient :

cost  p
3
FM   nI m
2

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 29
Couple créé par des f.m.m.

Cas de deux f.m.m. F1 et F2 fixes :


T  F1 F2 sin 

Cas de deux f.m.m. F1 et F2 tournantes aux vitesses 1 et 2 :

T  F1 F2 sin1  2 t   0 
Le couple instantané est sinusoïdal, sa valeur moyenne est donc nulle.
Afin d'obtenir un couple moyen non nul, il est impératif que les deux
forces magnétomotrices F1 et F2 tournent à la même vitesse.

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 30
Vitesse de synchronisme

La machine synchrone est caractérisée par sa vitesse constante :


s
s  : Vitesse de synchronisme.
p
s = 2 ns : Vitesse de rotation synchrone (rad/s)
s = 2 fs : Pulsation des courants induits (rad/s)
p : Nombre de paires de pôles.

La vitesse du rotor est souvent indiquée en tr/mn :

60  fs
Ns tr / mn   60  ns tr / s  
p

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 31
Aspects du champ tournant

On produit un champ tournant à la vitesse s :


s

Aiguille aimantée Disque métallique

 L’aiguille aimantée tourne à la même vitesse :  = s


Le mouvements est Synchrone.
 Le disque métallique tourne à une vitesse inférieure :  < s
Le mouvement est dit Asynchrone.
s   r
On définit le glissement : g 
s s

Introduction aux
© M. ZEGRARI Machines Électriques 32