Sie sind auf Seite 1von 8

Faculté des Sciences et de la Technologies TP Thermodynamique

TP3 : Moteur STIRLING

Introduction

Un cycle de Stirling qui fait référence au moteur éponyme, est un cycle thermodynamique réalisé
en deux isothermes et deux isochores

Le moteur en question, comprenant un cylindre, un piston de déplacement Pd, et un piston de


travail Pt, ainsi qu’un accumulateur d’énergie, contenant un gaz qui peut être de l’air au tout autre,
une de ses partie est communiquée (en contact) avec une source de chaleur extérieure (source
chaude), à une température Tc, et l’autre partie est en contact avec la source froide (en général
avec de l’air ambiant).

Afin d’avoir des changements de pression et température, le moteur est équipé de deux piston de
déplacement du gaz (on comprime en réalité le gaz froid) vers le source chaude, qui assure
l’expansion du gaz engendrant le déplacement de deuxième piston, et enfin un autre
refroidissement du gaz avant de répéter les même étape ( on appelle ici d’un cycle
thermodynamique).

Le cycle de Stirling est constitué de quatre transformations ou évolutions :

Tronçon 4-1 : correspond à une compression isotherme, réalisée par la montée du piston Pt au
cours de laquelle le gaz reçoit de travail et cède de la chaleur Qf à la température Tf ;

Tronçon 1-2 : correspond à un chauffage isochore, réalisé par la descente du piston Pd, au cours
de laquelle le gaz traverse l’accumulateur A, de bas en haut, et reçoit de ce dernier de la chaleur,
à une température variant entre Tf et Tc ;

Tronçon 2-3 : correspond à une détente isotherme, réalisé par la descente des deux pistons, au
cours de laquelle le gaz donne de travail et reçoit de la chaleur Qc à la température Tc ;

Tronçon 3-4 : correspond à un refroidissement isochore, réalisé par la montée du piston Pd, au
cours de laquelle le gaz retraverse l’accumulateur A, cette fois ci de haut en bas, et donne à ce
dernier de la chaleur à une température variant de Tc et Tf

Page 1
Figure 1 : Dispositif expérimental du moteur de Stirling

Figure 2 : esquisse du moteur (chemin électrique)

Page 2
I- Fonctionnement technique :
1. Le gaz de travail, chauffé au contact des parois du cylindre chaud, tend à occuper plus
de place et pousse le piston chaud au fond de sa course dans le cylindre (vers la
gauche). L'expansion du gaz tend à pousser le cylindre froid, dont le cycle est en retard
de 90° par rapport au cylindre chaud.
2. Le gaz est maintenant à son volume maximal. Le cylindre chaud envoie la plus grande
partie du gaz vers le cylindre froid ce qui fait baisser la température.
3. Presque tout le gaz est maintenant dans le cylindre froid et le refroidissement du gaz
continu. La pression du gaz est à son minimum : le piston froid descend.
4. Le gaz est maintenant à son volume minimum, va se réchauffer de nouveau dans le
cylindre chaud : son volume augmente, il repousse le piston chaud, et le cycle
recommence.

II- LE RENDEMENT DU CYCLE

Le rendement du moteur est égal au rapport entre l'énergie mécanique nette Wnet effectivement
récupérée et l'energie calorifique Qtotale qu'il est nécessaire de fournir au moteur. Cette dernière est
fournie au cours du chauffage isochore et au cours de la détente isotherme.

II-1- Etude énergétique du cycle Stirling

II-1-1- Chaleur fournie au cycle

Il s’agit de la quantité de chaleur introduite au cours de deux processus chauffage et detente, ainsi ,
pendant ces deux transformations, la chaleur reçue par le cycle ce fait premièrement d’une
manière isochore suivie d’une isotherme , elles sont égales à:

𝐐𝟏−𝟐 = 𝐐𝐜𝐡𝐚𝐮𝐟𝐟𝐚𝐠𝐞 = ∆𝐔 = 𝐧𝐂𝐯 (𝐓𝟐 − 𝐓𝟏 ) = 𝐧𝐂𝐯 (𝐓𝐜 − 𝐓𝐟 ) avec:


𝐓𝐜 : température de la source chaude;
𝐓𝐟 ∶ température de la source froide.

Page 3
𝐧𝐑𝐓 𝐕𝟑 𝐕𝐦𝐚𝐱
𝐐𝟐−𝟑 = 𝐐𝐝𝐞𝐭𝐞𝐧𝐭𝐞 = −𝐖𝟐−𝟑 = ∫ 𝐏𝐝𝐕 = ∫ 𝐝𝐕 = 𝐧𝐑𝐓𝟐 𝐥𝐧 = 𝐧𝐑𝐓𝐜 𝐥𝐧
𝐕 𝐕𝟐 𝐕𝐦𝐢𝐧
𝐏𝟐
= 𝐧𝐑𝐓𝐜 𝐥𝐧
𝐏𝟑
Aussi,

𝐏𝟐
𝐐𝐫𝐞ç𝐮𝐞 = Q1−2 + Q 2−3 = 𝐧𝐂𝐯 (𝐓𝐜 − 𝐓𝐟 ) + 𝐧𝐑𝐓𝐜 𝐥𝐧
𝐏𝟑

II-1-2-Chaleur cédée par le cycle

Il s’agit de la quantité de chaleur cédée au bien dégagée par le cycle au cours de refroidissement et
de compression, ainsi , pendant ces deux transformations, la chaleur cédée par le cycle ce fait
premièrement d’une manière isochore suivie d’une isotherme , elles sont égales à:

𝐐𝟑−𝟒 = 𝐐𝐑𝐞𝐟𝐫𝐨𝐢𝐝𝐢𝐬𝐬𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 = ∆𝐔 = 𝐧𝐂𝐯 (𝐓𝟒 − 𝐓𝟑 ) = 𝐧𝐂𝐯 (𝐓𝐟 − 𝐓𝐜 ) et


𝐧𝐑𝐓 𝐕𝟏
𝐐𝟒−𝟏 = 𝐐𝐜𝐨𝐦𝐩𝐫𝐞𝐬𝐬𝐢𝐨𝐧 = −𝐖𝟒−𝟏 = ∫ 𝐏𝐝𝐕 = ∫ 𝐝𝐕 = 𝐧𝐑𝐓𝟏 𝐥𝐧 =
𝐕 𝐕𝟒
𝐕𝐦𝐢𝐧 𝐏𝟒
𝐧𝐑𝐓𝐟 𝐥𝐧 = 𝐧𝐑𝐓𝐟 𝐥𝐧
𝐕𝐦𝐚𝐱 𝐏𝟏

Aussi,

𝐏𝟒
𝐐𝐜é𝐝é𝐞 = 𝐐𝟑−𝟒 + 𝐐𝟒−𝟏 = 𝐧𝐂𝐯 (𝐓𝐟 − 𝐓𝐜 ) + 𝐧𝐑𝐓𝐟 𝐥𝐧
𝐏𝟏

II-2-Calcul des travaux mis en jeu lors du cycle

Il est à noter que le cycle de Stirling comprend deux palier de travail seulement à cause des
deux isochore qui annule les travaux aussi on peut écrire :
Si on regarde le diagramme ci-contre, on peut écrire :

Wnet = Wdetente + Wcompression avec

𝐧𝐑𝐓 𝐕𝟑
Wdetente = W2−3 = −𝐐𝟐−𝟑 = − ∫ 𝐏𝐝𝐕 = − ∫ 𝐝𝐕 = − 𝐧𝐑𝐓𝟐 𝐥𝐧
𝐕 𝐕𝟐
𝐕𝐦𝐚𝐱 𝐕 𝐏
= −𝐧𝐑𝐓𝐜 𝐥𝐧 = 𝐧𝐑𝐓𝐜 𝐥𝐧 𝐦𝐢𝐧 − 𝐧𝐑𝐓𝐜 𝐥𝐧 𝟐
𝐕𝐦𝐢𝐧 𝐕𝐦𝐚𝐱 𝐏𝟑

Et
Page 4
𝐧𝐑𝐓 𝐕
Wcompression = −𝐐𝟒−𝟏 = −𝐐𝐜𝐨𝐦𝐩𝐫𝐞𝐬𝐬𝐢𝐨𝐧 = − ∫ 𝐏𝐝𝐕 = − ∫ 𝐝𝐕 = − 𝐧𝐑𝐓𝟏 𝐥𝐧 𝟏
𝐕 𝐕𝟒
𝐕 𝐕 𝐏
= −𝐧𝐑𝐓𝐟 𝐥𝐧 𝐦𝐢𝐧 = 𝐧𝐑𝐓𝐟 𝐥𝐧 𝐦𝐚𝐱 = −𝐧𝐑𝐓𝐟 𝐥𝐧 𝟒
𝐕𝐦𝐚𝐱 𝐕𝐦𝐢𝐧 𝐏𝟏

Aussi,

𝐕𝐦𝐚𝐱 𝐕 𝐕
Wnet = Wcycle = −𝐧𝐑𝐓𝐜 𝐥𝐧 + 𝐧𝐑𝐓𝐟 𝐥𝐧 𝐦𝐚𝐱 = −nR(𝐓𝐜 − 𝐓𝐟 )𝐥𝐧 𝐦𝐚𝐱
𝐕𝐦𝐢𝐧 𝐕𝐦𝐢𝐧 𝐕𝐦𝐢𝐧
𝐏
= −nR(𝐓𝐜 − 𝐓𝐟 )𝐥𝐧 𝟏
𝐏𝟒

Le rendement thermique et ainsi définit comme étant le rapport entre le travail net et la chaleur
fournie au cycle aussi,

𝐏
|𝐖𝐧𝐞𝐭 | nR(𝐓𝐜 − 𝐓𝐟 )𝐥𝐧 𝟏
𝐏𝟒
𝛈𝐭𝐡𝐞𝐫𝐦𝐢𝐪𝐮𝐞 = =
𝐐𝐫𝐞ç𝐮𝐞 𝐧𝐂 (𝐓 − 𝐓 ) + 𝐧𝐑𝐓 𝐥𝐧 𝐏𝟐
𝐯 𝐜 𝐟 𝐜 𝐏𝟑

Dans les isochores :


P4 𝐕𝟒 = nRT4
P3 𝐕𝟑 = nRT3
𝐕𝟑 = 𝐕𝟒 et T4 = Tfroide , T3 = Tchaude
P4 Tfroide P1 Tfroide
= et par le même raisonnement ∶ =
P3 Tchaude P2 Tchaude

Vmax
qu′ on désigne par taux volumétrique: 𝛕 =
Vmin
P1 𝐕𝟏 P1
Dans les deux isothermes: P4 𝐕𝟒 = P1 𝐕𝟏 ⟹ P4 = = 𝑎𝑢𝑠𝑠𝑖,
𝐕𝟒 𝛕
P1 P2
P4 = 𝑒𝑡 P3 =
𝛕 𝛕
Cv = 713 J/kgK

Aussi, il nous suffit de savoir les pressions aux différents points et les températures à la source
chaude et froide afin de calculer le rendement thermique du moteur de Stirling.

Page 5
III- BUT DU TP
Le but principal est de voir la variation du rendement thermique en fonction de la température.

Pour atteindre le but, on remplit le tableau ci-dessous, notant que l’étalonnage sera d’un écart de 1
minute

Etalonnage Température Température Pression Pression mise Vitesse e Intensité Tension


chaque une Chaud Froid mise au au point rotation mA v
minute ST1 °C ST2 °C point Chaud Froid
SP1 Bar SP2 Bar rpm
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20

Page 6
IV- Procédures préliminaires et mesures de sécurité

Avant de commencer, on doit vérifier tout d’abord que la source de chaleur


contienne de l’alcool ou de la paraffine sinon, il faut la remplir jusqu’au presque la
moitié.

Cessez de remplir au d’ajout lorsque la flamme brûle ;

Fermer bien la bouteille après son utilisation ;

Gardez-vous loin de la flamme et pas touchez les cylindres lors des essais ou bien
quand l’expérience termine, laissez le moteur se refroidir

V- Exploitation des résultats

1- Représenter dans un graphe la différence de température ΔT (°C) et la vitesse


de rotation (rps) en fonction de temps. Que remarquez-vous ?
2- Tracez le cycle de Stirling sur un diagramme (P, V)
3- Calculer la chaleur mise en jeu lors de cycle (chaleurs reçues et cédées) (prenez
2ème minute et 8ème minute) ;
4- Calculez le travail net (prenez 2ème minute et 8ème minute) ;
𝑇𝑓
5- Calculez le rendement 𝜌 = 1 − ?
𝑇𝑐

6- Calculer la puissance Electrique P ?


7- Faites en une conclusion.

Page 7
.

Page 8