You are on page 1of 122

La Gestion des Risques ou la

Sécurité des Soins


en Etablissements de Santé

Module 3 : Méthode d’analyse de Gestion


des Risques – Méthode ALARM

Ericka AUGUSTE – Ingénieur Gestion des risques


Contexte de la formation :

Pourquoi vous formez à la Gestion des Risques ?

! Futurs professionnels de santé

! Domaine fortement encouragé par les


exigences des organismes de tutelles
(Ministère de la Santé , ARS, Haute
Autorité de Santé , etc…), organismes
d’assurance, associations des patients et
du public.
Module 3 2
Objectifs de la formation

• Sensibiliser les « professionnels de demain » aux


notions de Gestion et de Prévention des Risques
! dans vos pratiques et au sein de vos organisation
• Informer sur les démarches de Gestion et de
Prévention des risques au sein des ES
• Apporter les fondements de la gestion des risques
au sein des ES
• Apporter à votre équipe, votre regard neuf sur le
domaine

Module 3 3
Pour que chaque professionnel :

! Participe activement au projet


d’amélioration continue de la qualité et
de la sécurité au sein de leur secteur, au
sein de leur pôle et au sein de leur
établissement .

Module 3 4
Quelques rappels
Qu’est ce que le risque ?

! Fait partie de la vie

Exemples:

- Prendre son véhicule pour se rendre au travail =>


risque d’accident de trajet
- Allumer un appareil électrique => risque
d’électrocution

Ne pas oublier : le risque zéro n’existe pas !

Module 3 6
Le risque en E.S ?

En Etablissement hospitalier, on parle d’


« événement indésirable » .

Sigle = E.I

Module 3 7
Contexte de l’hôpital
! Le risque est présent partout dans la vie
en collectivité, sur le plan industriel, de la
défense nationale et de la vie quotidienne.
! « Le risque Zéro n’existe pas » : principe
prôné qui se heurte à un réalisme .
! Le citoyen attend de l’hôpital en particulier
qu’il maîtrise et limite ses risques, car il est
« le dernier rempart protecteur devant le
risque vital »
! LA VIE
Risques en établissement de santé

« Danger plus ou moins prévisible et probable,


éventualité d’évènements qui ne dépend pas
exclusivement de la volonté des parties. »

Mettre en oeuvre la gestion des risques associés aux soins en établissement de santé HAS Novembre 2011
http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2012-07/format2clic_gestion_des_risques.pdf
Risque : Situation non souhaitée ayant des conséquences négatives
résultant de la survenue d’un ou plusieurs événements dont la
fréquence est incertaine .

Exemples : Risque incendie,


Risque de chute d’un patient,
Décès d’un patient,
Blessures.

Module 3 10
Les composantes du risque

DANGER

RISQUE

CIBLE EXPOSITION

Module 3 11
DANGER :
! Propriété intrinsèque d’une substance,
d’un équipement, d’une situation, d’un
système à causer des dommages aux
personnes, aux biens ou à
l’environnement

Module 3 12
CIBLE :
! personnes,
! biens
! ou environnement

Module 3 13
Risques abordés :

Risques associés
aux soins

Actes et
Risque
Pratiques Produits de
épidémique de soins santé (médicaments,
matériel, dispositifs…)
Patients
(vulnérabilités)
Évènements indésirables
Les événements indésirables sont des
situations qui s’écartent de procédures ou
de résultats escomptés dans une situation
habituelle et qui sont ou qui seraient
potentiellement sources de dommages.

Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé. Principes méthodologiques pour la gestion des risques en
établissement de santé. Paris: ANAES; 2003 http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1171208/signalement-des-
evenements-indesirables-pour-quoi-faire-et-a-qui?portal=c_63456
Évènement indésirable associé aux soins
« Atteintes cliniques ou paracliniques non
souhaitées et associées à la mise en œuvre de
soins.

Le terme d’associé aux soins signifie qu’un lien


direct ou indirect, exclusif ou partiel, entre les
soins et ces atteintes a été établi, sans
toutefois que la nature causale de ce lien soit
formellement établie. »
Haut Conseil de Santé publique ; Objectifs de santé publique. Évaluation des objectifs
de la loi du 9 août 2004. Propositions
Évènement indésirable associé aux soins
Constitue un événement indésirable associé aux
soins tout incident préjudiciable à un patient
hospitalisé survenu lors de la réalisation :

"d’un acte de prévention,

"d’une investigation,

"ou d’un traitement.

Décret 2010-1408 du 12 novembre 2010 relatif à la lutte contre les événements indésirables associés aux soins
dans les établissements de santé.
EI associés aux soins
! 275 000 à 395 000 EIG / an = 6,2 EIG pour 1000 jours
d’hospitalisation (9,2 en chir et 4,7 en médecine)
! Env. un EIG tous les 5 jours / service de 30 lits,
! 1/3 est considéré comme évitable.

3 grandes causes identifiées :


" Actes invasifs = 37,5 %
" Infections Associées aux Soins = 22 %
" Médicament = 27,5 %
Rapport sur la politique de lutte contre les infections nosocomiales, 2006 office parlementaire d'évaluation des politiques de santé M. Alain VASSELLE http://www.assemblee-
nationale.fr/12/rap-off/i3188.asp
Mettre en oeuvre la gestion des risques associés aux soins en établissement de santé HAS Novembre 2011

ENEIS http://www.drees.sante.gouv.fr
EI - actes invasifs

EI associés à la réalisation d’actes chirurgicaux (en


dehors des infections)
# Acte nécessitant une pénétration à l’intérieur du
corps (par incision, piqûre ou par les voies
naturelles)
# 1ère cause d’EIG liés aux soins
# 2% des admissions sont causées par des EIG liés à
un acte invasif

L’enquête nationale sur les événements indésirables liés aux soins ; http://www.drees.sante.gouv.fr
On parle de risque iatrogène :

IATROGENIE

Médicamenteue et Acte
Nosocomiale
DM thérapeutique

7% des 6 à 10 % des 0.2 des actes chir.


hospitalisations patients 15.3 / des
20 % en Réa hospitalisés hospitalisés en réa.

Module 3 20
ENEIS 2005 - DRESS
EIG - Causes Part du total des EIG Part des EIG évitales
d’hospitalisation
Actes invasifs 41 % 29%

Médicaments 38 % 50 %

Infections liés aux soins 21 % 44 %

Module 3 21
ENEIS 2005 - DRESS
EIG identifiés au Part du total des EIG Part des EIG évitales
cours du séjour
d’hosp.
Actes invasifs 49 % 31%

Médicaments 20 % 42 %

Infections liés aux soins 22 % 30 %

Module 3 22
Comparaison :
! Risque iatrogéne : 12000 décès par an
! Affaire Médiator : 4000 décès

Le risque iatrogène : un enjeu de santé


publique

Module 3 23
Erreur médicamenteuse

!Écart par rapport à ce qui aurait dû être fait au


cours de la prise en charge thérapeutique
médicamenteuse du patient.
→ évitable par définition

! Omission ou réalisation non intentionnelle d’un


acte relatif à un médicament, pouvant être à l’origine
d’un risque ou d’un événement indésirable pour le
patient.
SFPC – Dictionnaire français de l’erreur médicamenteuse - 2005
Évènements indésirables médicamenteux

Effet indésirable Erreur Mésusage


TTT Médicamenteuse
Attendu Inattendu
+ ou - évitable
Évitable
+ ou - évitable
par définition

" ENEIS 2009 sur 374 EIG : 1/3 dus au médicament


" Entre 42 et 50 % des EI Médicamenteux sont évitables

L’enquête nationale sur les événements indésirables liés aux soins ; http://www.drees.sante.gouv.fr
Effet indésirable
! “Réaction nocive et non voulue, se produisant aux posologies
normalement utilisées chez l'homme pour la prophylaxie, le
diagnostic ou le traitement d'une maladie ou pour la
restauration, la correction ou la modification d'une fonction
physiologique, ou résultant d’un mésusage du médicament ou
produit”.

! Déclaration pharmacovigilance obligatoire pour :


• EIG
• EI inattendu = EI dont la nature, la sévérité ou l'évolution ne
correspondent pas aux informations contenues dans le RCP.

Décret n°278 du 13 mars 1995. - décret n°99 du 29 janvier 2004 - arrêté du 28 avril 2005 – JO du 26 mai 2005
Mésusage
! Utilisation non conforme aux recommandations du RCP
! Usage inapproprié par rapport aux données de
référence, survenant au cours de la chaîne de soins
et exposant un patient donné à un risque avéré ou
potentiel sans bénéfice corrélatif
! Usage dans les conditions normales d’utilisation en
dehors des indications autorisées
Gestion des risques - définition
! "processus régulier, continu et coordonné,
! intégré à l’ensemble de l’organisation,
! qui permet l’identification, le contrôle, l’évaluation des
risques et des situations à risques qui ont causé ou
auraient pu causer des dommages :
◦ aux patients,
◦ aux visiteurs,
◦ aux professionnels,
◦ aux biens de l’établissement".

Mettre en œuvre la gestion des risques associés aux soins en établissement de santé HAS Novembre 2011
Gestion des risques - 2 approches :
Approche a priori Approche a posteriori
! Cartographie des risques $ Démarche réactive

! Démarche anticipative $ Déclaration des EI ou des


→ analyse du système et de ses dysfonctionnements
dangers → analyse des EI
→ identifier a priori des EI → actions correctives + suivi.
potentiels
$ Limiter la fréquence de
→ actions préventives + suivi survenue et ou la gravité des
EI
$ Réduire les dommages
Gestion des risques - état d’esprit
" Développer une culture positive
de l’erreur
% Dépasser la culture
de la faute $ Développer une culture de
sécurité et de vigilance
% Ne pas envisager
l’erreur comme une $ Déclarer en interne pour
« bonne occasion de améliorer la QSS
régler ses comptes » $ Apprendre de ses erreurs, agir
% Déclarer pour se en pensant
défouler, diffamer $ Évolution majeure des
etc… comportements individuels et
collectifs
$ Engagement les différents
niveaux hiérarchiques des
établissements
Les principaux risques en milieu de soins :
! Lors de la distribution des médicaments ( oubli , erreur etc..)
! Lors de l’aide pour la prise de repas ( fausse route)
! Lors de la surveillance d’une personne en état critique
! Lors de la réalisation de soins
! Lors des manutentions de patient
! Maltraitance ( passive ou active)
! Constations tardives ou ( voir absence) d’un EI
! Chute d’un patient
! Encadrement des soignants dits « stagiaire »
! Fugue / disparition de patient
! Matériel d’urgence mal ou non rangé
Module 3 31
Plan d’intervention :

• 1 / Historique de la méthode ALARM


• 2 / Les étapes de la méthode ALARM
• 3/ Un exercice

Module 3 32
Principes généraux d’analyse d’un EI
associé aux soins – Les Enjeux ?

! Enjeu diagnostique
! Enjeu de détection des risques et
curatif
! Enjeu pédagogique
! Enjeu humain

Module 3 33
Principes généraux d’analyse d’un EI
associé aux soins – Les Enjeux ?

! Enjeu diagnostique : pour la mise en évidence des


défaillances ( relative au choix de protocole de PEC , à
l’organisation autour de ce protocole de PEC , à la
communication entre professionnels , aux choix de
management contradictoire …)

Module 3 34
Principes généraux d’analyse d’un EI
associé aux soins – Les Enjeux ?
! Enjeu de détection des risques (a) et curatif (b) ( tendre
vers le Risque Zéro) : par l’identification (a) des
situations dangereuses ; patentes mais aussi latentes au
sein de l’organisation et par le traitement des causes de
survenue (b)

! identifier les barrières de sécurité inexistantes ou


déficientes (a) et mise en place de barrière de
récupération ou d’atténuation des effets (b)

Module 3 35
Principes généraux d’analyse d’un EI
associé aux soins – Les Enjeux ?
! Enjeu humain :

1/ l’analyse vise à permettre à l’équipe de garantir l’intégrité


physique et la sécurité des soins aux patients

2/ l’analyse permet au(x) professionnel(s) mis en cause de


déculpabiliser ( car la stigmatisation d’un personnel est un
fait courant dans les services )

Module 3 36
Principes généraux d’analyse d’un EI
associé aux soins – Les Enjeux ?
! Enjeu pédagogique : par l’échange d’information en
équipe .

! Favorise la participation concrète de chacun des membres

! Provoque une prise de conscience de la multi-causalité de


l’EI ( diminue fortement la notion de culpabilité )

! Installe une dynamique collective autour d’une objectif :


amélioration de la qualité et de la sécurité des soins.

L’analyse devient formatrice ou voir même reformatrice .


Module 3 37
• La fiche de signalement

Module 3 38
Module 3 39
Module 3 40
Module 3 41
Module 3 42
Module 3 43
Module 3 44
Module 3 45
• 1 /Historique de la méthode ALARM

Module 3 46
! Association of Litigation And Risk Management
(C.Vincent - Unité de Risque Clinique-University
College London, en association avec ALARM, fin
années 1990).
Elle a été élaborée par Charles Vincent et le
groupe ALARM à partir des travaux de James
Reason (Charles Vincent. BMJ 2000 ; 320 : 777 –
781).

! C’est une méthode d’analyse des risques a


posteriori
Module 3 47
! Méthode systémique ( vision globale du système)

! Méthode d’analyse tendant à se déployer dans les


services de soins

Module 3 48
Intérêt de la méthode :
Méthode permettant :
! la recherche approfondie des causes de survenue
de l’EI
! une enquête systématique, exhaustive, non
culpabilisante et efficace .

! réduit le risque de description de l’EI de façon


simpliste et routinière .

Module 3 49
Intérêt de la méthode :

Objectif de la méthode :
« Face à un EI, recueillir l’ensemble de la
chronologie des faits ( collectes des données)
pour remonter aux causes de survenue
(causes premières et causes profondes).»

Module 3 50
Contexte d’utilisation de la
méthode ALARM dans les services
de soins :

! RMM
! REMED
! CREx

Module 3 51
Elle repose sur 3 axes :
1er axe : Concept du Modèle de J. REASON

2ème axe : Recueil des données Principes généraux


de l’analyse d’un E.I

3ème axe : Mode de questionnement systématique


et systémique

Module 3 52
1er axe : Concept du Modèle de J. REASON

! Méthode basée sur le modèle de J.


REASON - appelé « swiss cheese model »
ou le « fromage suisse ».

! Le principe : Un EI survient du fait d’un


enchaînement de facteurs contextuels et
organisationnels favorisant l’erreur humaine.

Module 3 53
Le « fromage suisse » de J. REASON
! Approche systémique des risques

! Le système met en jeu plusieurs acteurs


et plusieurs ressources ( chacun d’eux a
des faiblesses mais aussi des points forts
en matière de sécurité ).

Module 3 54
! Selon le modèle de J. REASON, les
défenses, les barrières et les sécurités
peuvent être comparées à des «tranches»
de gruyère avec des «trous» qui
symbolisent les failles dans chaque niveau
de défense :

Module 3 55
Modèle de J. REASON - 2003, L’erreur humaine

Accident

Patient
Professionnel
Équipe
Protocoles
Conditions de travail
Organisation
Politique

Module 3 56
! En recherchant la sécurité du système :

- On empile les tranches de gruyère afin que


les points forts en sécurité bloquent la
survenue d’1 E.I et n’impactent pas le patient.

Module 3 57
Modèle de J. REASON
E.I

Patient
Professionnel
Équipe
Protocoles
Conditions de travail
Erreurs patentes
Organisation
Politique
Erreurs latentes

Typologie des défaillances


Module 3 58
Typologie des erreurs :
! Erreurs latentes : ou dites erreurs du
système

! Erreurs patentes : ou erreurs actives


Constituent les erreurs liées au
professionnel

Module 3 59
Type de défaillances :
! Défaillances patentes ou erreurs actives : erreur de l’acteur
en première ligne qui va être en lien direct avec l’accident
=> Erreurs humaines

Exemple: Pratiques, prise de risque ( erreur de dosage, perforation d’un organe lors d’un acte invasif )

! Défaillances latentes correspond à une caractéristique du


système
Exemple: Inadéquation de la compétence des intervenants aux missions confiées, défaut d’organisation du
travail, glissement de taches, surcharge de travail , fatigue

=> Défaillances techniques ( équipements, matériel ….)


=>Défaillances organisationnelles ( management , organisation du service, processus,
procédures, formations …)

Module 3 60
Selon J. REASON :

Module 3 61
Autre défaillance :

! Défense en profondeur ou barrière de sécurité :


barrières du système pensées pour bloquer la
progression d’enchainement d’un EI ou de récupérer
les erreurs patentes .

Module 3 62
Défenses en profondeur ou
barrières de sécurité
Ex : double lecture d’une radio en urgence
interprétation de l’interne , doublée de
l’interprétation du sénior).

Ex : Contrôle d’une prescription médicamenteuse


rédigée par un médecin par le pharmacien
(correction de la dose prescrite)

Ex : check-list bloc opératoire « HAS » , IBODE ou


IADE vérifie l’identité du patient installé ou le côté à
opérer.
Module 3 63
Les objectifs de la gestion des risques
! Réduire voir supprimer les conséquences ou l’impact d’un EI
! Réduire voir supprimer la fréquence de survenue d’un EI
! Réduire voir supprimer la gravité de survenue d’un EI

DONC

Gérer de façon adaptée la survenue du risque en :


# mettant en place des barrières physiques / techniques
(détrompeurs physiques pour les gaz médicaux pour
empêcher l’inversion des gaz utilisés),
# Mettant en place des barrières organisationnelles /
immatérielles ( check-list opératoire, recommandations ),
# Mettre en place des barrières individuelles ou d’équipe
(formation homogène pour l’ensemble de l’équipe )
Module 3 64
3 types de barrières :

Aucune barrière n’est capable à elle seule de contenir


tout le risque.
Module 3 65
Typologie des barrières :
! Barrière de prévention : elles empêchent la
survenue de l’erreur et de l’accident.
Ex. : check-list chirurgical destinée à empêcher l’oubli d’une
antibioprophylaxie péri-interventionnelle.

! Barrière de récupération : l’erreur est détectée


avant d’avoir des conséquences sur le patient.
Ex. : Une antibioprophylaxie est prescrite au bloc op, mais
l’infirmière prend connaissance du dossier médical du patient et
constate une indication allergique à la penicilline . Alerte le médecin
qui modifie la prescription .

Module 3 66
! Barrière d’atténuation des effets : l’accident
est avérée mais les conséquences ont été
limitées.

EX. : un patient n’ayant pas bénéficié d’une


antibioprophylaxie est en choc septique , mais des
hémocultures ont été réalisées très tôt.
! Le germe est identifié rapidement
! Un lit de réanimation est demandé et mis à
disposition
! Le traitement curatif est appliqué

Module 3 67
Le constat relatif aux barrières :
! Les pratiques de soins et organisationnelles
en ES ont tendance :

- A surestimer l’efficacité des barrières de


prévention
- A sous-estimer l’importance des barrières de
récupération et des barrières d’atténuation
(on compte sur le professionnalisme et
l’initiative de chaque personnel)
Module 3 68
2ème axe : Recueil des données /
Principes généraux de l’analyse d’un E.I

# Description objective de l’EI


# Identification des causes immédiates
(ou patentes) en identifiant l’étape du processus
de soins concernée et les acteurs
# Identification des causes profondes (ou
latentes) en explorant les différentes
dimensions du système.
# Identification des facteurs contributifs

Module 3 69
Climat de confiance entre
l’enquêteur et le professionnel :
• pièce calme,
• ne pas offrir de prise à une éventuelle agressivité,
• respecter le temps que le professionnel accorde à
l’enquêteur,
• savoir que l’entrevue peut provoquer des déséquilibres
émotionnels intenses chez le professionnel ,
• quoique le professionnel ait fait l’enquêteur doit lui
témoigner une attitude empathique et compréhensive.

Module 3 70
Recueil des données / Faits
Recueil méthodique dans un premier temps …

! Qui ?
! Quand ?
! Quoi ? Attention : Ne récolter
que les faits concrets,
! Où ?
précis et objectifs .
! Comment ?
! Pourquoi ?

… qui exigera une vérification et une logique


structurelle par la suite ( les faits devront être
confrontés et expliqués).
Module 3 71
Les questions qui se posent aux
membres saisis de la question :

Question 1 : A quel moment Question 2 : Combien de


dois-je mener l’enquête ? personnes sont nécessaires
pour le recueil de fait ?
! Il est nécessaire de mener
Cette récolte d’informations est
l’enquête le plus tôt possible souvent faîte en binôme pour
afin de récolter le maximum plusieurs raisons:
d’information avec les
personnes concernées et le lieu -> gain de temps
de l’E.I ! Approche métier ( médecin
à médecin, infirmier à infirmier
etc…)

Question 3 : A partir de quel fait dois-je partir pour mener


mon enquête ?
! Il est nécessaire de partir du constat de l’E.I, de l’accident,
de la blessure …
Module 3 72
Qu’est-ce-qu’un fait ?

Module 3 73
un Fait objectif est : « Le sol est humide »
et non pas « A mon avis, le sol était
humide car nous avons des infiltrations
d’eau parfois dans le service »

Module 3 74
Lister les faits recueillis lors de
la récolte des informations :
! Résumer les faits en 3 à 5 mots.( formulation simple )
! Examiner l’ensemble des éléments de la situation de
travail
! Rechercher en priorité les faits inhabituels

! Dans un 2ème, temps : Vérification de la véracité et de


la logique des faits

Module 3 75
! Laisser parler le professionnel, mais savoir repérer les écarts entre
le résultat souhaité et celui obtenu. Pour discerner les causes
racines d’un écart, l’enquêteur va utiliser avec prudence la question
« pourquoi ? » .

! Ces notes peuvent comporter des éléments d’identification durant


la période nécessaire à la reconstitution chronologique des faits.
Ces notes seront impérativement détruites dès que l’analyse sera
terminée.

! Lors de l’interview, l’enquêteur doit particulièrement éviter de se


placer en situation hiérarchique ou de contrôleur. L’entretien doit
demeurer sans jugement de valeur du professionnel en prenant en
compte les difficultés qu’il a pu connaître pour exercer sa mission.

Module 3 76
Attention :
- il est rare que les protagonistes
soient objectifs
- Il est rare que les acteurs aient
assistés à l’ensemble du scénario
de l’E.I
- Certains acteurs s’abstiennent de
déclarer certaines informations, de
peur des sanctions.

Module 3 77
3ème axe : Mode de questionnement
systématique et systémique
L’analyse se fait suivant 7 thèmes au moyen d’une
grille :
1Patient
II Tâches
III Individu
IV Equipe
V Environnement de Travail
VI Organisation et Management
VII Institution

Module 3 78
•2 / Les étapes de la méthode ALARM
Les étapes de la Méthode ALARM :
Au regard des axes, 4 étapes :

1. Description chronologique de l’EI


2. Identification des écarts de soins
3. Identification des facteurs contributifs et
généraux
4. Elaboration du plan d’action
(propositions de mesures correctives )

Module 3 80
I. Description chronologique de l’EI
A partir des résultats des entretiens on établit
la chronologie des faits . / Analyse factuelle
Le 24 juillet 2012

Module 3 81
2. Identification des défauts de soins et analyse systémique

! Au moyen de la grille ALARM, j’identifie


les défauts de soins et les facteurs
favorisants.

! METHODE ALARM\Classeur Grille


ALARM.xlsx

Module 3 82
Patient
Professionnel
Équipe
Protocoles
Conditions de travail
Organisation
Politique

Modèle de J. REASON - 2003, L’erreur humaine Module 3 83


Module 3 84
Module 3 85
Module 3 86
Module 3 87
Module 3 88
Module 3 89
Module 3 90
Module 3 91
Module 3 92
Module 3 93
Module 3 94
Module 3 95
Module 3 96
Module 3 97
Module 3 98
Module 3 99
Module 3 100
Module 3 101
Module 3 102
Organisation

Module 3 103
Module 3 104
Module 3 105
Module 3 106
Module 3 107
Module 3 108
Module 3 109
Module 3 110
Module 3 111
Codification des défauts de soins
! Sur le logigramme établi précédemment
je codifie chaque défaut de soin avec le
symbole suivant :

Module 3 112
Un exemple :

Module 3 113
3. Identification des facteurs
contributifs et généraux

! Ex . : facteurs liés au patient ,


! Ex . : facteurs liés à l’équipe
! Ex . : facteurs individuels

Module 3 114
Après remplissage du questionnaire
ALARM : identification

! Défaut de ! Facteurs ! Facteurs


soins : Spécifiques généraux
(à l’EI au
signalé) contexte
de
l’établisse
ment ou
du service

115
Module 3
Présentation possible

Module 3 116
Suites données à l’analyse :
! Présentation des travaux :
! la mise en œuvre :
é de la ré
- qui est chargé éalisation ?
- dans quels déélais ?
- quels moyens seront né écessaires ?

Suivi par le groupe de travail à un mois

Module 3 117
Défaut de soins: Facteurs Facteurs Proposition des
généraux : contributifs: mesures
correctives

Module 3 118
En résumé :
La gestion des risques va s’attacher à appréhender
l’ensemble du système au travers de ces différents
domaines :
- Humain / Professionnel
- Patient / Entourage
- Organisationnel
- Financier
-Technique
- Institutionnel

119
Module 3
3/ exercice

Module 3 120
MERCI POUR VOTRE
ATTENTION

Module 3 121
Ce qu’il faut retenir :
1 ! Plusieurs causes à la survenue d’un EI .

2 Comment vous positionnez-vous face au(x)


risque(s) ?

5 - Générative ( sécurité objective) « je cultive »


4- Proactive »j’anticipe »
3 – Calculative ( situations à risque) « j’analyse »
2- Réactive ( sur l’existant) « je gère »
1- Pathologique ( tout va bien) «je rêve »
Schéma de Hudson

Module 3 122