You are on page 1of 1

CUNSIGLIU ESECUTIVU

DI CORSICA
Presidenza di u Cunsigliu

CUMUNICATU DI STAMPA

Aiacciu, u 19 di ferraghju di u 2019

J’ai été invité par le Président de la République à un entretien en tête-à-tête à


l’Elysée, proposé pour le mercredi 20 février 2019 à 18 heures. J’ai remercié le
Président pour cette invitation, par l’intermédiaire de son Directeur de cabinet Patrick
Strzoda. Tout en confirmant ma disponibilité totale pour un véritable dialogue, j’ai
cependant indiqué qu’il m’était impossible de répondre favorablement, en l’état, à
cette invitation. En effet, et d’une part, de nombreuses demandes et attentes portées par
la majorité territoriale nationaliste, et validées par le suffrage universel, n’ont
malheureusement rencontré jusqu’à aujourd’hui qu’indifférence, refus, voire mépris.
Par ailleurs et d’autre part, au-delà de la situation de blocage politique ainsi créée, la
Corse connaît aujourd’hui une crise économique, sociale, culturelle et sociétale d’une
gravité extrême. La conjonction de ces données impose à mon sens des réponses
fortes, innovantes, susceptibles de recréer un lien de confiance entre tous les acteurs.
Dans ce contexte, la rencontre avec le Président de la République, si elle doit avoir
lieu, ne peut se limiter à une visite protocolaire ou à la reconduction d’un constat de
désaccord. Elle doit au contraire permettre, pour faire sens, d’acter ensemble des
avancées et des perspectives concrètes, dans tous les domaines : politique et
institutionnel, mais aussi ceux de la vie quotidienne. Nous avons donc convenu d’avoir
dès demain un échange téléphonique aussi exhaustif que nécessaire, pour explorer le
champ des possibles à cet égard. Cet entretien téléphonique a vocation, s’il débouche
sur des avancées significatives, à se prolonger d’une rencontre qui pourrait se tenir en
amont de la venue du Président de la République en Corse, prévue pour le mois de
mars.