Sie sind auf Seite 1von 4

Fiche de sécurité

D2 F 03 97
Création novembre 1997

Tour Amboise
204, rond-point du Pont-de-Sèvres
92516 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX
Tél. : 08 03 03 50 50
Fax : 01 46 09 27 40 Recépage de pieux en béton

Introduction 1er cas :


La plate-forme de travail est choisie au même
Cette tâche est souvent considérée comme margi- niveau ou à un niveau voisin supérieur du niveau
nale car peu valorisante pour un chantier de théorique de recépage : c’est le cas le plus favo-
construction et engendre des mauvaises conditions rable et il convient de le privilégier puisqu’il permet
de travail et des risques, les principaux étant liés au de minimiser la hauteur réelle de recépage sur
recépage manuel sur béton durci. béton durci. L’élimination du béton pollué peut se
L’organisation et les moyens mis en œuvre pour la réaliser par déversement de celui-ci jusqu’à ce que
traiter devraient faire l’objet de réflexions approfon- le béton sain (non pollué) arrive à la cote de la plate-
dies et d’une préparation réfléchie au même titre forme. Le recépage sur béton durci ne s’exécute
que toute opération de démolition. alors que sur quelques centimètres. Afin de ne pas
Cette fiche définit les critères de choix et les engendrer de dégradation des conditions de dépla-
mesures spécifiques à prendre en compte pour réa- cement sur la plate-forme, il est important de
liser une opération de recépage afin de répondre prendre des dispositions connexes pour éviter que
aux principes de prévention, sans préjudice des le béton ne se répande :
mesures de prévention générales qui font l’objet - contrôler la quantité de béton mise en œuvre pour
d’autres documents de l’OPPBTP. éviter les excédents,
- prévoir la récupération du béton pollué : terrasse-
ment de “cunette” pour collecter le béton, pompage
I - CHOIX DE LA PLATE-FORME ou évacuation du béton excédentaire.
DE TRAVAIL 2ème cas :
La plate-forme de travail est choisie à un niveau
Le niveau de recépage correspond au niveau théo- supérieur au niveau de recépage : dans ce cas, le
rique fini du pieu (par exemple, la sous-face de la recépage génère presque systématiquement une
semelle de reprise). Le coulage du béton se pour- intervention sur béton durci et peut constituer une
suit, jusqu’à ce que le béton pollué dépasse le opération longue, fastidieuse et coûteuse. Une
niveau théorique de recépage (figure 1). recherche de moyens permettant de diminuer la
Il peut donc y avoir divergence entre la hauteur hauteur à recéper du béton durci s’avère toujours
théorique et la hauteur réelle à recéper. Deux cas nécessaire. On peut par exemple procéder à un
peuvent se produire : curage partiel du béton frais si le forage comporte
une virole de tête, puis effectuer le recépage pro-
prement dit sur la hauteur restante après durcisse-
Pieu
Tube de tête
ment du béton. Il convient de protéger la surface
d’arase de toute contamination du fait du retrait de
Niveau de plate-forme la virole et du risque d’éboulement du forage de
Niveau de bétonnage
tête. Cette méthode peut être rendue difficile dans
(ou coulage) le cas d’armatures denses ou du fait du brassage
Niveau d’arasage ou occasionné par le curage.
de recépage

Tête du pieu II - HAUTEUR DE RECÉPAGE


Profondeur de forage

Longueur du pieu

Fût du pieu
Au contraire du niveau de la plate-forme, laissée à
l’appréciation entière du concepteur en fonction de
la configuration du site et de la nature du projet, la
Pied du pieu hauteur théorique de recépage est limitée par le
DTU 13.2.
Base du pieu
Dans le cas de pieux battus préfabriqués en béton,
la hauteur sur laquelle la tête d’un pieu en béton
armé doit être dégarnie est au moins égale à 2 fois
Niveau de la base et demie la longueur ou le diamètre. Dans les autres
Fig. 1 - Définition des niveaux. (OPPBTP) cas, la hauteur limite de recépage entre le niveau

1
FICHE N° D2 F 03 97

(OPPBTP)
Fig. 2 - Ampleur d’un chantier de recépage. Fig. 3 - Brise-pieux hydraulique.

théorique de recépage et le niveau de coulage est Le choix du matériel utilisé doit répondre à deux
0,3 (z + 1) mètre lorsque le niveau théorique de objectifs :
recépage se situe à une profondeur de z mètres, – garantir la sécurité et la santé des salariés lors de
sous la plate-forme de travail inférieure à 5 mètres ; l’exécution,
1,80 m lorsque le niveau théorique de recépage est – pour l’efficacité du pieu et sa pérennité, il doit per-
à plus de 5 mètres sous la plate-forme de travail. mettre de sauvegarder le bon état des armatures et
éviter la création de fissurations préjudiciables en
Modification des hauteurs de recépage tête du pieu ou de cisaillement du fût du pieu.

La hauteur à recéper peut être modifiée :


III.1 - Recépage mécanique ou par fluide
– lorsque l’arase se situe dans des sols mous (faci-
lement liquéfiables par les vibrations dues au batta- La mécanisation de l’activité apporte une minimisa-
ge) pour pallier le risque de striction du béton, tion de la pénibilité du travail de l’opérateur et des
– lorsque l’arase de bétonnage est basse (très infé- risques engendrés pour l’individu.
rieure au niveau de la plate-forme de travail du fora- Deux équipements de travail contribuent à atteindre
ge) et rend le contrôle du niveau de coulage difficile. cet objectif :
Ce phénomène est accentué par la réalisation de – le brise-pieux hydraulique
pieu tubé pour lequel la virole est enlevée au fur et à – le robot d’hydrodémolition.
mesure de la mise en œuvre du béton :
– lorsque la plate-forme de travail pour le recépage A) Le brise-pieux hydraulique
n’a pas été exécutée à la cote prévue initialement
Le brise-pieux est un dispositif étudié spécialement
(dûe à une modification de projet de terrassement
pour le recépage de pieu circulaire. Il peut être adap-
par exemple),
té pour des pieux de sections rectangulaires. Il est
– lorsque la cote d’arase du béton n’a pas tenu
constitué de vérins hydrauliques, disposés en cou-
compte de la longueur utile du pieu.
ronne, dont les axes convergent vers le centre (fig. 3).
Les travaux de recépage peuvent prendre une
Chaque vérin déplace un couteau en acier spécial
ampleur non négligeable (fig. 2).
biseauté qui applique un effort de 26 t environ par
Il convient donc de jauger les conséquences qu’oc- couteau. La pénétration des couteaux dans le béton
casionne sur le recépage toute modification d’exé- provoque le cisaillement de celui-ci et permet la
cution, notamment sur les sujétions relatives à : constitution de galette de béton d’environ 30 cm
– la hauteur à recéper d’épaisseur.
– les conditions d’accès La couronne est modulable et regroupe 5 à 18 cou-
– les moyens mis en œuvre teaux, ce qui permet le recépage de pieux de dia-
– les méthodes retenues mètre variant de 350 à 1 500 mm. Cette méthode est
– les conditions de terrassement de la plate-forme viable dès que la quantité à excaver dépasse 50 m3.
et d’évacuation des déblais de recépage. L’opération de recépage par ce matériel consiste à :
1/ positionner la cote de recépage au laser
2/ guider l’appareil jusqu’à sa position de travail
III - CHOIX DU MATÉRIEL DE RECÉPAGE 3/ déclencher le mécanisme jusqu’à la chute de
PROPREMENT DIT pression des vérins
4/ séparer la galette broyée des armatures par un
Comme dans toute opération de démolition, le mouvement de levage
matériel définit la méthode de mise en œuvre. 5/ évacuer les blocs de béton après stockage.

2
FICHE N° D2 F 03 97

Le principal intérêt de cette méthode réside dans


l’éloignement du personnel par rapport à la zone de
travail, l’amélioration des conditions de travail par
diminution de l’intervention manuelle.
Il reste cependant toujours une intervention pour
finir le recépage effectué à l’aide de marteaux-
piqueurs sur une hauteur d’environ 10 à 20 cm3. Les
risques spécifiques à cette méthode sont :

● Utilisation de pelles hydrauliques pour l’enlève-


ment de la galette de béton
La couronne de vérins est suspendue à une pelle
hydraulique par l’intermédiaire d’une élingue à 6
chaînes. Pelle hydraulique et élingues doivent avoir
été dûment vérifiées (cf. § IV - Bibliographie).
Le levage de la galette de béton broyé peut être
gêné par la présence d’armatures transversales
dans le pieu. Cela peut avoir pour effet d’occasion-
ner une traction importante au niveau de l’appareil
de levage et de l’appliquer partiellement sur le pieu.
Afin d’éviter l’étirement des aciers, il convient :
– de placer des gaines-fourreaux sur les aciers
situés sur la hauteur à recéper,

(Doc. Conjet AB)


– de repérer les cerces, d’effectuer le cisaillement à
leur niveau et de procéder à leur découpage avant
enlèvement de la galette.
Fig. 4 - Exemple d’hydrodémolition appliqué à un pilier. Ce
● Précautions à prendre lors du découpage des
dispositif peut être adapté pour des pieux.
cerces
L’opérateur qui procède au découpage au chalu- mobile alimente la lance. Le débit est de l’ordre de
meau des cerces est exposé à un risque de heurt 230 l/mn.
par effet pendulaire de la charge. Il convient donc : La lance est rigide, en inox et équipée d’une buse
– de placer l’appareil de levage de telle sorte que dont la forme est adaptée selon les travaux à exé-
l’axe des chaînes soit confondu avec l’axe du pieu, cuter.
– que la charge soit maintenue pour éviter son La destruction du béton par le jet d’eau est due à
déplacement lors du découpage, un transfert d’impulsion au moment où le jet d’eau
– que l’opérateur ne soit pas positionné entre le frappe la surface du béton, apportant une force sta-
pieu et une paroi ou sous la charge. tique supérieure à la résistance du béton. Ce trans-
fert d’impulsion résulte de la vitesse élevée du jet,
● Coactivité avec le terrassement de la plate-forme
elle-même proportionnelle à la pression de sortie de
Il est préférable que la plate-forme de travail pour le la pompe. De façon empirique, la pression de la
recépage soit réalisée avant que ne commence le pompe doit être au moins deux fois supérieure à la
recépage proprement dit. En effet, cette planifica- résistance du béton pour obtenir une destruction
tion permet de s’abstraire du risque de chute dans optimale du béton. Cette destruction sera, en outre,
des fouilles ou de stabilité provisoire de talus. d’autant plus efficace que le béton sera fissuré ou
Lorsque cette succession de tâche n’est pas ren- microfissuré du fait de la pénétration de l’eau sous
due possible, par exemple, lorsque la hauteur à pression dans les fissures.
recéper est trop importante et qu’il convient de ter- Il en résulte que cette méthode privilégie la destruc-
rasser par passes successives, il est prudent de : tion du béton de faible résistance et garantit une
– taluter toute paroi délimitant les banquettes suc- précision de réalisation et un fini de surface propre
cessives, à recevoir un nouveau béton.
– coordonner les travaux de terrassement et de Ce procédé permet l’éloignement du personnel de
recépage de manière à ne pas avoir de superposi- la zone d’activité ; les commandes manuelles sont
tion de ces tâches dans le temps et dans l’espace : manœuvrées à distance par l’intermédiaire d’un boî-
différenciation des zones d’activité, distance entre tier spécial.
les engins de terrassement (chargeur, camion de
déblais...) et les brises-pieux hydrauliques, Les risques spécifiques à cette méthode sont :
– blinder toute fouille nécessitant l’intervention ● utilisation de jet à très haute pression
d’opérateurs (repérage ou guidage de l’outil). Le robot doit être construit conformément aux
règles techniques, en particulier celles concernant
B) Le robot d’hydrodémolition
la mise en œuvre de jet sous pressions élevées.
Il s’agit d’un chariot robotisé porteur d’une lance La machine doit être placée au plus près de sa zone
spécialement conçue à cet usage par laquelle est d’action. L’accès des travailleurs au jet sous haute
envoyé un jet d’eau sous très haute pression (1 000 pression doit être interdit par un écran complémen-
à 1 500 bars) (fig. 4). Une pompe haute pression taire si les protecteurs propres de la machine s’avè-

3
FICHE N° D2 F 03 97

rent insuffisants. L’écran doit être stable, délimiter la . puissance, effort et courbe de charge adaptés à
zone dangereuse et être constitué d’acier. Le bois la résistance du béton,
n’est pas assez résistant eu égard aux forces mises . stabilité assurée,
en œuvre par le jet. Un panneau de signalisation de . niveau de bruit limité,
danger doit être apposé sur l’écran de protection. . équipé de siège antivibratile, de cabine pressuri-
sée et insonorisée,
● projection de morceaux de béton . équipement de protection individuelle nécessaire,
Des débris de béton propulsés dans l’air peuvent – définir les mesures de prévention propres au site,
occasionner des risques. L’écran de protection limi- par exemple :
te ces projections. Cependant, durant l’utilisation du . stabilisation de talus,
jet sous pression, aucun travailleur ne doit se trou- . blindage de fouille,
ver à proximité de la zone de travail. . éloignement des opérateurs non directement
nécessaires à l’opération,
● bruit . protection d’ouvrages...
La vitesse de l’eau à la sortie de la buse est voisine
– équiper les opérateurs travaillant à proximité de
de 450 m/s, ce qui constitue une vitesse superso-
casques de protection auditifs appropriés.
nique. Elle peut occasionner un niveau de bruit
élevé. Il peut s’avérer nécessaire d’équiper le per-
sonnel de protecteurs auditifs adaptés. III.3 - Recépage à l’aide d’explosifs
Dans le cas de puits nombreux et de gros dia-
III.2 - Recépage à l’aide d’engins mécaniques mètres, il peut être fait appel à l’utilisation de petites
charges d’explosifs dont la mise à feu est réalisée
Lorsque les conditions de site le permettent, le
avec de faibles retards. Cette technique est très
brise-béton monté sur pelle hydraulique peut être
rarement usitée et requiert l’établissement d’un plan
utilisé, sous réserve de l’accord des bureaux de
de tir par des spécialistes ainsi qu’une organisation
contrôle.
particulière (cf. § IV - Bibliographie “Guide pratique
Le recépage doit alors être fait avec beaucoup de
OPPBTP - Utilisation des explosifs”). L’utilisation de
soin. Les vibrations engendrées par ces outils peu-
cette méthode est à réserver à des cas très spéci-
vent provoquer, si le béton est trop frais, un défaut
fiques et avec l’accord des bureaux de contrôle.
d’adhérence sur les armatures ou un cisaillement du
fût du pieu à n’importe quelle profondeur, rendant le
pieu inutilisable. III.4 - Recépage manuel avec utilisation de
Des risques de chutes de morceaux de béton, si les marteaux pneumatiques
hauteurs à recéper sont importantes, sont alors à
craindre. Cette méthode ne doit constituer qu’un dernier
L’outil doit être placé aussi vertical que possible de recours. En effet, la pénibilité et les risques encou-
manière à éviter la création d’efforts latéraux que rus par les opérateurs induisent une limitation d’utili-
les pieux ne reprennent pas en règle générale. sation de la méthode. De plus, elle contrarie l’esprit
Le recépage à l’aide du brise-béton ne doit interve- du quatrième principe de prévention “Adapter le tra-
nir sur un béton ni trop résistant, car les efforts vail à l’homme en ce qui concerne [...] les méthodes
appliqués et l’énergie nécessaire seraient trop de travail et de production”.
importants, ni présentant une résistance à la trac- Cette méthode ne doit être utilisée que sur des hau-
tion trop faible car des fissurations du pieu risque- teurs limitées, pour finir un recépage mécanique,
raient de se produire. par exemple, ou lorsque les méthodes précédem-
Le recépage devra être terminé manuellement sur ment décrites ne sont pas appropriées ou appli-
une dizaine de centimètres. cables.
Les risques associés à cette méthode sont essen- Les prescriptions et mesures applicables sont
tiellement le bruit, la chute de blocs instables, la décrites dans le mémo-pratique OPPBTP “Recépage
projection de blocs, la production de poussières, manuel de pieux en béton armé”.
l’instabilité de l’appareil, l’inadéquation de l’appareil
au site, les vibrations pour le conducteur dues à
l’équipement de travail, les problèmes liés à la IV - BIBLIOGRAPHIE
coactivité.
Fiche de sécurité A2 F 03 : Protections individuelles
Il convient de :
des yeux et du visage.
– réaliser une étude préliminaire pour définir les Fiche de sécurité C3 F 01 : Vérifications des équipe-
conditions d’exécution, entre autres : ments de travail utilisés pour le levage des charges,
. niveau de la plate-forme de recépage, l’élévation des postes de travail, le transport en élé-
. nature et qualité du sol support de l’appareil, vation des personnes.
. phasage de terrassement, Mémo-pratique A3 M 02 : Le bruit.
. phasage d’exécution du recépage pour respecter Mémo-pratique D2 M 01 : Recépage manuel de
l’intervention en fonction de la résistance du pieux en B.A.
béton, Guide pratique D5 G 01 : Emploi des explosifs.
– choisir un matériel répondant à l’utilisation souhai- Dépliant A2 H 01 : Lunettes de sécurité.
tée, entre autres : M-C. M ■